Derniers sujets

Création d'une ArmeparGhetis Archer
Mer 22 Mai - 10:07
Loterie des fruitsparAtlanti D. Katerina
Mar 21 Mai - 23:29
[Conquête] - Premier pasparElyvia Belrain
Mar 21 Mai - 12:59
Création d'un Fruit du DémonparSakuga Keigo
Lun 20 Mai - 20:11
Boutique des Top Sites !parAslan Moore
Lun 20 Mai - 16:00
Tops Sites ! parSakuga Keigo
Lun 20 Mai - 14:56
[Présent] - Trait d'union [Pv : Ligue]parKarim Ookami
Lun 20 Mai - 1:16
[Pillage] Appel d'OffresparEdward Lawrence
Dim 19 Mai - 16:00
[Présent] 3ED2YparEden Chapter
Ven 17 Mai - 15:07
Le Deal du moment : -45%
PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go ...
Voir le deal
1099.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Maître-Jeu
Maître-Jeu
Messages : 3295

Feuille de personnage
Niveau:
[Pillage] Appel d'Offres Left_bar_bleue0/0[Pillage] Appel d'Offres Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Pillage] Appel d'Offres Left_bar_bleue0/0[Pillage] Appel d'Offres Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B
Dim 12 Mai - 14:05


Personne ne savait pourquoi ce bâtiment s’étendait si profondément dans le ciel et pourtant il était visible à des kilomètres de distance dès la mer. Ce lieu n’était pas comme les autres car il était le melting-plot de plusieurs communautés, de plusieurs groupuscules qui s’affairaient à cet endroit qui pourrait être comparé à l’Archipel Shabaody sur Paradise, la Tour de Burj Babil… Même la météo aux alentours ne permettaient pas de véritablement savoir si c’était un symbole d’espoir ou de désespoir ce que représentait cette tour, elle était là tel un phare dans l’obscurité et un abri pour tout ceux s’aventurant sur le Nouveau Monde. Si les navires approchaient de l’étage 41 pour pouvoir aborder et commencer à fréquenter les lieux c’est dans le District des Brumes que l’action se déroulait désormais.

En effet cet endroit était mal fréquenté et de très nombreuses personnes convoitaient les parts de marchés ou plutôt des endroits qui avaient été repris par des personnes un peu moins importantes. En effet cela faisait presque bientôt trois années complètes que la Triade des Rires du Tao avait désormais été démantelé par Lidy Olsen laissant pour les plus opportunistes des points d’intérêts pour tout simplement récupérer de la clientèle ainsi que de s’adapter au nouveau paysage du marché. Après de multiples analyses ainsi que de veilles informationnelles sur le lieu qu’était Burj Babil, cela avait pris pour les plus éminentes organisations de la Pègre plus de temps que prévu pour saisir l’opportunité de capturer ses points d’intérêts et donc notamment le lieu que la Triade utilisait à l’époque comme tour d’opération dans le Nouveau Monde.

C’est ainsi qu’il était là du haut de ce manoir à regarder à travers la fenêtre en train d’attendre, il le savait ses informateurs l’avaient renseigné depuis quelques jours. Il avait refusé à maintes et maintes reprises les invitations du Nightmare Cartel mais aussi les invitations pour collaborer avec la Montagne d’Or.  Il refusait car cela voudrait également dire qu’il pourrait perdre sa place dans le Califat Marchand, place qu’il avait pris du temps à obtenir en tant qu’étranger. Il était là donc en train d’observer les rues en train de s’agiter, il le savait ils allaient revenir à l’assaut. Il fallait qu’il survive lui et son organisation…

[Pillage] Appel d'Offres Boogey10
The Boogeyman,
Héritier des commerces de la Triade sur Burj Babil



La Couronne : Je vous laisse écrire votre arrivée à Burj Babil comme vous le décidez.
Jiva / Ed / Chapter : Si vous êtes intéressés par le RP vous pouvez déjà vous rendre dans le District des Brumes (si vous souhaitez le rejoindre)

Je répondrais dans une semaine. A l'issue de ce RP la pègre du Nouveau Monde pourra vous ouvrir ou vous fermer ses portes have fun.
Maître-Jeu
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Amiral Kurohebi
Ghetis Archer
Messages : 3612
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
[Pillage] Appel d'Offres Left_bar_bleue53/75[Pillage] Appel d'Offres Empty_bar_bleue  (53/75)
Expériences:
[Pillage] Appel d'Offres Left_bar_bleue155/1000[Pillage] Appel d'Offres Empty_bar_bleue  (155/1000)
Berrys: 999.999.999.999 B
Amiral Kurohebi
Jeu 16 Mai - 20:15

Serpent Noir

Ore Wa Kurohebi Da !





L’aventure reprenait enfin pour l’unité « Nouveau Monde » de La Couronne !  Il n’y avait pas à dire, l’équipage avait bien évolué depuis ces deux dernières années. L’existence même d’un groupe sur le Nouveau Monde était quelque chose d’assez improbable.

Pour autant hormis une incursion en plein Wa No Kuni se soldant par la capture d’un Nébula, ils étaient restés relativement calmes. Pour cause Yzis avait calmé son ardeur, ne cherchant désormais qu’à capturer Nesméa afin de boucler son tour du Nouveau Monde. Néanmoins, il faisait chou blanc sur sa piste et le CP7 ne lui avait pas assigné de nouvelle proie. De ce fait, la vie n’était redevenue qu’une aventure pour lui.  

De son côté, Agon avait toujours soif d’affrontement et de renommée, mais cela dans l’unique but de devenir Vice-Amiral. Il était devenu Contre-Amiral depuis deux années déjà, à la suite de la capture de Vindex.

Vindex, Nestorius et Lahire, il s’agissait-là des trois captures importantes du groupe. Cela paraissait encore maigre aux yeux de celle qui les avait rejoints durant ces deux années : Asmita Raja. Soupirant, ce fut à l’approche du Maelström vers lequel pointait le Trilog Pose que cette dernière se mis à espérer un peu d’action.

Le reste de l’équipage se voulait plus tranquille et moins centré sur des objectifs précis.

La timonière Hua Min mettrait alors le cap vers l’île tout en coordonnant l’ensemble de l’équipage avant de traverser l’un des aqueducs permettant de pénétrer l’île par son  41ème étage, tandis qu’Yzis prendrait la parole.

[Pillage] Appel d'Offres Pnj_yz10
Yzis Archer, Agent d’élite du Cipher Pol 7, renommé à 80 millions de berrys.

- Le Burj Babil… J’en avais entendu parler pendant ma jeunesse à Hunter Island… C’est sans doute la chose la plus étrange du Nouveau Monde… Une construction que seul Ghetis pourrait apprécier.
- Beaucoup de murs en effet… Que du mur même. Dirait Agon.
- Mais je ne sais pas grand-chose de ce lieu, sinon qu’il s’agit d’une tour en construction permanente. La rumeur voudrait que les architectes de l’île soient particulièrement qualifiés.
- De potentiels ouvriers pour concevoir ma Prison Céleste dans ce cas ?
Renchérirait Asmita.

[Pillage] Appel d'Offres Eee67d10
Asmita Raja Archer, agent d’élite du Cipher Pol 5

- Tu n’en loupes pas une toi !
- Nous sommes aussi dans le Nouveau Monde pour recruter des membres de choix après tout ! C’est ainsi que nous avons recruté Olivia par exemple.
- Elle n’a pas tort… Le Ciel aurait bien besoin d’artisans de leur calibre.
- Oh non pas toi aussi Agon !
Dirait Yzis.
- Allez ne perdons pas plus de temps et répartissons nous les rôles. Nous sommes désormais en plein territoire Yonkou, la rigolade est terminée… Une erreur et nous mourrons tous… Surtout qu’il s’agit du territoire d’Eko Taka qui a probablement une dent contre Agon et Yzis. Dirait Pride en rejoignant le trio sur le pont.

[Pillage] Appel d'Offres Pridea10
Pride, Membre de la Division Scientifique, Pôle Cybernétique
Bien avant que l’île ne soit visible, l’équipage de La Couronne avait été contraint de troquer ses voiles contre de simples voiles blanches afin de passer inaperçu. La majorité des membres avaient opté pour des tenues du quotidien y compris les matelots.

Ajustant son chapeau de rubans, Yzis partirait accompagné d’un Agon ayant repris sa tenue d’antan, celle masquant la moitié de son visage et d’une Asmita qui n’avait pas à se cacher, faute de renommée.

[Pillage] Appel d'Offres Pnj_ag11
Agon Akem, Contre-Amiral de la Marine, renommé à 135 millions de berrys.

Le navire s’engouffrerait ainsi jusqu’au port de « l’île » ou plutôt le « port du 41ème étage » ! Le trio quitterait doucement le navire, tandis que la plus grande cité marchande du monde se présentait à eux :

Madinat as-Salam.

Néanmoins, à peine Yzis et Agon eurent-ils foulé le sol de l’île qu’Asmita fusionna avec celle-ci, les abandonnant d’office pour sonder les lieux.

- On se rejoint au dernier étage !

Kayoi

Une fois fusionnée entièrement dans son élément, Asmita pouvait passer d'un point à un autre de sa masse élémentaire à une grande vitesse, faisant penser à un déplacement instantanée proche d'un Soru plus rapide. Le Burj Babil constituait pour elle un terrain de jeu sans pareil. Ce lieu lui rappelait le Mont Olympus d’High West, bien que ce dernier était largement plus grand, puisqu’il piquait le ciel lui-même. Ainsi, la Raja se dirigeait directement vers le 283ème étage du Burj !

- Elle va encore se la jouer perso tu vas voir. Dirait Yzis tout en s’étirant pour entamer une petite ronde de l’île au côté d’Agon.

- Dis-toi qu’elle fera un bon repérage.

Ainsi, c’est tranquillement que le duo se dirigerait vers le Palais Abbhassid, la halle centrale où se trouvaient, semble-t-il, les plus intéressantes marchandises, tandis qu'Yzis sentait Dratgon se balader dans sa chevelure.

Pendant ce temps sur le navire s’afférait Belmont, le long-bras charpentier. Il s’occupait de rafistoler le navire, alors qu’Olivia Alrinach commençait  confectionner l’Eternal Pose du Burj Babil, tranquille ment assise à une table positionnée sur le pont gazonné du navire. Hua Min en profitait pour arroser les fleurs à Pop Green poussant sur le pont, ainsi que vérifier l’état des quelques arbres. Pride s’occupait des malades sur le pont, tandis que Madi s’occupait des animaux dans la cale.

-->
La Couronne
Awful


Résumés:

Inventaire:

_________________
[Pillage] Appel d'Offres 45495_s

Vente sur dans le ciel et livraison dans tout Grand Line : Ici

Spoiler:
Ghetis Archer
Revenir en haut Aller en bas
Jiva
Jiva
Messages : 1019
Race : Humain
Équipage : La Coalition

Feuille de personnage
Niveau:
[Pillage] Appel d'Offres Left_bar_bleue45/75[Pillage] Appel d'Offres Empty_bar_bleue  (45/75)
Expériences:
[Pillage] Appel d'Offres Left_bar_bleue345/500[Pillage] Appel d'Offres Empty_bar_bleue  (345/500)
Berrys: 20.402.430.000 B
Sam 18 Mai - 20:20





Contre-Nature



Quelques heures plus tôt, Burj Babil - 41ème étage


« N’oublie pas ce que t’es ! Tu n’es qu’un esclave, pire que tout, tu n’es qu’une loque ! »

Les paroles de l’avant-veille le ramenèrent de son absence, ses yeux parcoururent le reflet translucide renvoyé par la porte vitrée. Il se dévisagea un temps, sa tignasse ébouriffée, sa balafre ceignant un œil qu’il préférait clos, ses lèvres scellées dans une expression faussement affable. L’énergumène parcourut l’un des nombreux costumes qu’on lui avait confectionnés pour au mieux sied sa fonction, celui-ci était son préféré : le nœud orange fantaisiste, les épaulettes rembourrées pour fausser sa carrure, le vert-canard qui le ramenait à ses seuls souvenirs d’être-libre.

Le spot s’alluma à l’instant où la porte s’ouvrit. La lumière s’abattit au centre de la pièce, découpant la funeste exposition présentée à l’invité. Une jeune femme menottée à une chaise, pieds et poings liés à celle-ci.

-Road ?

[Pillage] Appel d'Offres Tuq0[Pillage] Appel d'Offres 6kyh
Lock ; Road Kamelot

La voix de l’homme cueillit son esprit, perçant le lourd silence dans lequel elle avait été plongée. La dénommée cogita un instant, des pas rythmant ses réflexions, pour finalement mettre un visage sur cette voix : elle l’avait entendue tant de fois pourtant, mais difficile pour elle de la considérer au premier mot. Après tout, un décor quotidien ne se constatait plus, peu d’attention n’y était prêté : il s’agissait d’un acquis, une chose passive et indéboulonnable.  

-Lock, c’est toi ? Lock !

Les yeux de la brune s’écarquillèrent, sa mine semblant s’éclaircir à l’esquisse de cette gracieuse nouvelle. Il était là, son majordome. Il l’avait retrouvée par elle ne savait quel miracle et allait la tirer de cette situation.

-Vite, dépêche-toi de me défaire de ses liens. On va retrouver cette folle qui m’-

Non.

Toute sa joie tomba comme de la peau brulée lorsque, dans le faisceau de lumière, entrèrent son pantin accompagnée d’une silhouette encapuchonnée qui n’annonçait bon augure. Le premier porta un sceau, l’autre une lance à la pointe étincelante.

Incertitude. Le battant se délogea à ses tempes. Soudain, la panique s’abattit à nouveau sur la marchande. Son homme à tout faire,  avait-il été contraint de suivre ses ravisseurs ?

-Qu’est-ce que tu fous Lock ? S’étonna la brune.
-Dés…

Ses iris papillonnèrent ne sachant où conduire son attention : déceler le visage terrée dans l’ombre de la capuche, décrypter l’émotion trahie par les traits de Lock, comprendre ce qu’était cette fumée se dégageant du sceau qu’il portait…

-Déso…

Ses pieds s’agitèrent frénétiquement, les menottes s’entrechoquant aux barreaux de la chaise. Les plaies à ses chevilles s’approfondirent à mesure des frottements, bientôt le sang s’écoula jusqu’à ses talons.

-Désolé Road !

Le borgne porta le sceau à sa hauteur, ses bras tremblotait dangereusement. Road y décela de l’incertitude, plus que tout de la faiblesse. Elle connaissait l’énergumène, on lui avait achetée pour son septième anniversaire alors qu’il n’était qu’un moins que rien. Elle lui avait donné une identité, un rôle et surtout des responsabilités. Une position que tout esclave aurait aimé au moins avoir la chance de pourvoir. Ce type gérait ses affaires avec elle, il la connaissait par cœur et réciproquement. Jamais, jamais il n’aurait pu…

-Qu’est-ce que tu fous ! Arrête de suite et je te promets que je ne te changerai pas ! Dépêche-toi de-

Un hurlement la prit lorsque l’huile chaude éclaboussa son torse pour s’écouler jusqu’à ses cuisses.

-Je… Je ne suis plus à toi Road.  Je suis…

Le briquet s’alluma dans les ténèbres masquant jusqu’alors sa seconde main. Il fut lancé, tourbillonnant jusqu’à sa cible.

-Elle m’a dit que je pouvais l’être… être bien plus qu’un homme libre ! Elle m’a dit que je pouvais être un pi-

Combustion.

La chaleur monta d'un cran, les flammes alimentèrent des râles qui empêchèrent Lock d'entendre sa propre voix. Ses battements incessants martelèrent ses tempes, il ne s’entendit plus penser et passa en pilotage automatique.

D’un trait de lumière, une jambe valsa hors du brasier jusque dans ses bras.

-T'en es un, ouais. Fais le. Lui ordonna celui qui l’avait conduit en  ce lieu en essuyant sa lance de sa cape.
-Je… je suis…

Il chercha son mot, sa bouche s’ouvrant en grand, sa langue et ses maxillaires frémissaient. Avait-il ce qu’il fallait, pour se libérer de sa condition ? Le majordome se sentit floué, il n’aurait jamais cru être à ce point démuni si près de la réussite. Et pourtant, Lock le savait : sa nouvelle vie n’aurait pu débuter sans ce sacrifice.

___

La succursale avait été investie quelques jours après son arrivée. Son intérieur lui rappelait celui d'une cabine : tout de planches de bois, au milieu une table rectangulaire parsemée de cire coagulée, des fauteuils usés par le temps dans l'un desquels elle était engoncée. La lumière chancelante des bougies trônant au plafond éclairait à peine le lieu, rendant sa lecture plus irritante qu'elle ne l'était déjà.

-Si t'as pu utiliser ça contre quelqu'un, considère qu'on peut le retourner contre toi.

La voix nasillarde du senior trancha ses pensées, la forçant à replier sa paume et ainsi clore le livre. Elle gratta sa couverture de son pouce, sentant la gravure de son titre sous son doigt. Trois lettres qu'elle devinait encore, un titre bien simple qui l'avait happée lorsqu'on lui proposa un tas d'ouvrages : «V.I.E.».

-Si la raclure qui te servait d'ami s'est tirée, qu'est-ce qui te fait penser qu'un illustre inconnu trouvé au hasard dans un bar restera à tes côtés jusqu'aux sommets ? La promesse d'un raccourci devrait suffire à lui faire changer de camp. Tire une croix de-
--jours pas ?

Un bruit soudain la ramena à la réalité de sa situation. Son regard parcourut le visage de Perce au moment où il se découvrit de sa capuche. Il se posa ensuite sur l'expression de dégoût de l'autre gus' qui peinait à zieuter les broches partiellement carbonisées tout juste bazardées sur le bureau. Ce dernier ne prit la peine de s'asseoir et continua sur sa lancée, visiblement ennuyé de la situation.

[Pillage] Appel d'Offres Scam[Pillage] Appel d'Offres Oiun
Percelance ; Husdon Heath

-Dans ce cas, ne crois-tu pas préférable que je le recherche plutôt que de servir de nounou à l'autre ? C'est quand même mon camarade !
-S'tu veux m'prendre mon job, cause moi direct'ment. J'l'ai d'jà dit : j'connais mieux le type qui l'a mis sur l'coup. J'pourrais facilement l'ret'trouver, votre bonhomme. Mais faudra accepter mon offre, hein ?

L'autre avait rétorqué du tac au tac, rappelant sa plus-value dans ce miteux endroit. Elle l'avait récemment rencontrée avec Basil : un balafré en costard qui, selon son acolyte, aurait pu leur permettre de concrétiser l'une de ses ambitions. Il était différent d'eux, c'était un mercenaire. Un type dont la loyauté allait à son compte en banque, forcément un type à qui on ne pouvait faire que peu confiance. C'était qu'en ce bas monde, il était naïf de penser que les sommes étaient finies.  

-C'bien c'que j'pensais ! Bon, j'y vais moi. Quand tu m'reverras, prépares toi à respecter ta part. Finit-il d'un ton acerbe.

Un raclement de chaise plus tard et la porte fut claquée derrière lui. Les joues roussies du lancier indiquait à son interlocutrice qu'il se sentait insulté. L'échange n'était pas allé en son sens et il ne comprenait certainement pas sa position à elle, pourquoi n'avait-elle pas soutenu sa position ? La situation lui était trouble, certainement. C'était une affaire différente des autres, une affaire que seul des rats éhontés et sournois pouvaient gérer. Des fouines prêtes à manger dans n'importe quelle main pour satisfaire leur appétit. Son livre se rouvrit à la même page, l'un de ces yeux parcourut à nouveau le texte avant de se porter sur le marque-page qu'elle préleva.

-Oh. Tu vas lui faire confiance jusqu'au bout? Lui revint le vieillard sans perdre une occasion de l'énerver.

Le papier cartonné fut tendu à Percelance. Il l'examina avant de s'énerver de plus belle, mais l'objet fut plus intrigant qu'escompté. Y était encrées plusieurs inscriptions, des lettres et des chiffres qui dans cette situation formaient une autre énigme. Était-ce là le véritable plan de Basil ?

-«PDG» ? A quoi ça rime ?

Le cuisinier chercha un indice dans le regard de celle qui lui faisait face. Il l'auscultait péniblement, son réflexe initial était de se défaire de cette lecture, prenant une pose soulignant son assurance. Un simple geste permit de souffler les flammes fébriles au-dessus de leurs têtes. L'obscurité lui masqua ainsi Percelance, en faveur du vieillard qui apparut une nouvelle fois devant elle pour lui renvoyer son propre reflet. Elle le traversa en se levant avant même qu'il ne put prendre parole.

[Pillage] Appel d'Offres Rslg

-Nous ne sommes pas des mercenaires.

Un autre raclement de chaise, des pas et le perturbant son d'une mastication outrageusement bruyante.

-Merci, Perce.


___


191

« Je reste là, à fixer la porte close. Sa fidélité force le respect et, bien que nos opinions puissent diverger, il n’hésite jamais à se plier à ma volonté. Je devrais m’en satisfaire, j’imagine, pour autant cela me paraît trop beau pour être vrai. En l’état le lien me rattachant à lui ne tient qu’à sa loyauté envers moi. C’est sûrement là mon erreur, ne pas avoir cherché d’autres points d’attache ou levier.

Peut-être ai-je été naïf d’extirper ce type de sa basse situation pour l’élever au statut de bras droit. Bientôt ses réflexions quant à mes ambitions se feront plus profondes, et, lorsqu’il commencera à trop réfléchir je crains devoir décider ce qui compte le plus pour moi : la valeur de ce second pour contrôler mon organisation, ou bien ma propre maîtrise de celle-ci et de l’ensemble de mes hommes.

Que devrais-je faire ? Un second m’est indispensable. Si je n’ai pas une telle personne à qui faire connaître mes désirs et lui faire confiance pour réaliser le nécessaire afin de les exécuter, comment pourrais-je conserver la hauteur indispensable à l’accomplissement de mes ambitions ?

Le remplacer par un être plus fiable ? Un type avec lequel j’aurais plus que de la loyauté prise pour acquise ?

Une fidélité indéfectible. Une qui ne saurait être trahie. Impossible à remettre en question.

J’ai lu un jour qu’une action simple permet parfois d’altérer l’ensemble des valeurs d’une personne. Le remettre en question, la bazarder face à une glace qui le confronte au soi qu’elle était juste avant de commettre ce qu’elle aurait estimé d’irréparable. A ce moment deux options s’offrent à elle. Accepter le changement et avancer en capitalisant sur ce dernier, c’est-à-dire s’interdire tout retour en arrière. Autrement, sombrer dans les regrets et ne devenir qu’une vulgaire ombre parmi une masse amorphe. Une masse vouée à n’être, au mieux, que du décor.

En étant à l’initiative de ce changement, j’obtiendrais certainement plus que de la loyauté. Car celle-ci sera intimement liée à la nature nouvelle de cette personne. Elle sera sa base, le ciment de notre relation.

Serait-ce seulement suffisant ? Devrais-je essayer ? Devrais-je me trouver un nouveau second ? Suis-je déjà capable de me débarrasser de lui ?

Suis-je capable de tuer Judal ?»


___
Présent, Burj Babil - 41ème étage


Les tonalités de l'escargophone se noyèrent dans le silence. C'était la quatrième fois ce quart d'heure.

Pénible constat. Pénible incertitude. Pénible flottement.

La silhouette drapée d'ombres s'était engagée dans le District des Brumes plus tôt. L'ambiance différait de ses attentes, mais semblait lui seoir, étant presque familière. Des façades par moment aguichantes, par d’autres délabrées, se relayaient dans un chaos organisé. Les rues y étaient étroites, poussant la foule à se masser devant certains points d’intérêts, laissant des ruelles sombres et exigües, coupe-gorge, presque désertées. Les rayons du Soleil filtraient péniblement au travers des parois de la tour, rendant une lumière ocre presque étouffante pour certains, chaleureuses pour ceux habitués à nager dans ces eaux criminelles. Chaque âme ici avait une affaire à mener, donner pour recevoir, sinon prélever quand besoin s'en faisait. C'était une dynamique classique de ce monde : l'Underground. Un terme qui sonnait de plus en plus creux dans la bouche de beaucoup, mais avait toujours le don d'en faire rire certains : ces gens se bataillaient un soi-disant trône dans une place souterraine, lieu exigu et clos où liberté était parodiée par le pouvoir.

Certains sur le chemin de l'ombre se détournaient un instant pour la reluquer en louchant. Ses bras semblaient anormalement longs, pour une petite taille. Ses mains arrivaient carrément à la fin de sa longue cape. Lorsque la lumière les touchait, elle se reflétait dans leur pâleur avant de se fondre dans les ténèbres de son vêtement. Cette personne, long-bras albinos ou qu'importait, s'arrêtait par moment pour reluquer quelques enseignes, jamais assez pour interagir avec autrui. Puis, au bout de maintes enjambées, se présentait à elle une bâtisse qui dénotait pas mal avec le râtelier dans lequel elle évoluait jusqu'alors.

Pause.

Un putain de manoir, ça ? On était loin des constructions gothiques, sinon vampiriques, qu'elle escomptait. La façade était particulièrement entretenue, trop propre sur elle-même à son goût. On semblait plus proche d'une description de château de nobles que d'un lieu hanté par des criminels.

Trop tard, elle avait assez perdu de temps : son index rentra en bouche, tandis qu'elle accéléra le pas. Elle allait vérifier d'elle-même de quoi il en retournait. Le temps filait et jamais elle n'aurait accepté l'idée de s'être lancée sur une fausse piste. Sa marche résolue était doublée de vigilance : si les criminels qu'elle recherchait étaient bien là, auraient-ils tenté quoique ce soit pour l'empêcher de toquer à leur porte ? Ils pouvaient toujours tenter, elle aurait su les recevoir. Mais, en l'occurrence, la situation semblait tourner à l'opposée pour ces scélérats.


La Triade ou autre, on allait la recevoir et l'entendre.



_________________
Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux"
Jiva
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 928
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
[Pillage] Appel d'Offres Left_bar_bleue41/75[Pillage] Appel d'Offres Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
[Pillage] Appel d'Offres Left_bar_bleue289/500[Pillage] Appel d'Offres Empty_bar_bleue  (289/500)
Berrys: 999.999.999.999 B
Dim 19 Mai - 16:00


Appel d'offre

Début 1510 ~ Burj Babil - Cœur du Nouveau Monde




La lumière vacillante de l’éclairage partiel projetait des ombres mouvantes sur les épais murs de béton du District des Brumes. Au 41e étage de Burj Babil, l’immense marché noir se déployait dans un labyrinthe de ruelles étroites et d’étals encombrés où claironnaient les cris des marchands avides, comme pressés de se délester de leurs marchandises douteuses. Sous la devanture de l’une des boutiques illégales se trouvait un homme, les épaules voutées et le dos avachi contre la vitre poussiéreuse, observant sans réellement regarder les nuisibles qui grouillaient en ces lieux mal famés. Contrairement à ses comparses, l’homme ne faisait aucun zèle, et semblait comme perdu dans ses pensées, comme déconnecté de ce monde cupide et morbide auquel il appartenait.  

Khabib allait devenir riche.

Cette seule pensée lui donnait le vertige. Dans les prochaines heures, il gagnerait bien plus d’argent qu’au cours des vingt dernières années. Une somme fabuleuse, payée comptant et livrée en main propre.

Une nouvelle vie et ses nouvelles perspectives s’ouvraient à lui. Bientôt, il pourrait offrir à sa femme tout ce qu’elle désirait : des vêtements, une villa, une alliance de diamant pour remplacer le minuscule anneau de fer doré qu’elle portait depuis leur mariage. Il emmènerait leurs deux enfants au parc d’attractions de l’archipel Shabondy.

Dès qu’il aurait l’argent, il déménagerait. Il abandonnerait les deux pièces exiguës qu’il occupait avec sa famille dans les bas-fonds du 40e étage, au sein de l’un des quartiers les plus peuplés, pour s’installer dans un endroit plus tranquille, plus aéré, plus spacieux. Peut-être même sur une autre île, après tout, pourquoi pas ? Ils pourraient contempler le ciel tous les jours, respirer le vent frais, profiter d’un soleil chaleureux la journée puis compter les étoiles une fois la nuit tombée. Et tant d’autres choses auxquelles ils ne pouvaient aspirer tant qu’ils demeureraient prisonniers de cette tour.

Khabib se redressa quelque peu et fit quelques pas, faisant osciller sa tête vers la droite, puis quelques instants plus tard, vers la gauche. Il serra dans sa main tremblante une enveloppe légèrement froissée, tandis qu’il continuait à scruter nerveusement les environs. Il avait conscience des risques qu’il prenait en partageant les informations sensibles qui s’y trouvaient, et qui lui valaient de trahir certains de ses semblables, de ses collègues. De ses amis, même.

Pour autant, le mot trahir était un peu fort, et ce n’était pas tant la désagréable découverte de son acte bas qui l’inquiétait. Non, ce qu’il appréhendait, c’était que ces informations puissent tomber dans de mauvaises mains et qu’on l’en tienne pour responsable : de par leur sensibilité, il était tout à faire concevable de les utiliser pour…

Il chassa ces affabulations de son esprit, il n’était qu’un pion remplaçable dans cette immense fourmilière qu’était Burj Babil, il n’y avait pas lieu de songer à des choses qui le dépassaient totalement ni au sort de hauts placés qui baignaient dans l’abondance et qui n’avaient cure de son propre sort. Ni même de sa propre existence, sans doute. Cela valait bien de s’offrir une belle retraite dorée, loin de cette prison. C’était là un bien moindre mal.



Et ce fut alors qu’il le vit.

Sa tête trônant au-dessus des autres.

Des cheveux noir de jais, des balafres éclatantes, un rictus aussi béant qu’inquiétant, celui des mauvais jours. De larges épaules qui semblaient tomber vers l’arrière, comme s’il toisait le monde. Enveloppées dans un épais manteau d’une fourrure taciturne. Et doté d’un regard plus incandescent que dix soleils.

Que faisait-il là ? Pourquoi lui ? Pourquoi maintenant ?



Khabib fut pris de vertiges. Il était comme irrémédiablement captivé par cette apparition inopinée. Le géant s’avançait parmi la foule, dans un rythme tout aussi hypnotique : son corps semblait osciller de haut en bas, comme rythmé par chacune de ses foulées, qui revêtaient presque un aspect solennel, irrémédiable. Il continua de l’observer, comme hypnotisé par sa marche impétueuse.

Edward Lawrence, Nébula mais surtout Latrodectus pour la Dangereuse. Un désastre. De la sueur dévala les pentes caverneuses de l’observateur. La présence de cet homme sur Burj Babil n’augurait rien de bon. Comment avait-il passé les sécurités sans être repéré ? Car sinon, comment expliquer que Kozawa-sama et ses hommes le laisserait ainsi vagabonder sur leur territoire ?

Khabib serra de plus belle l’enveloppe comme dans l’espoir d’évacuer le surplus de stress qui le dévorait. C’était typiquement le genre de personnes qui ne devait surtout pas mettre la main sur ce type d’informations.

Il se força à ne pas céder à la panique totale, cet homme en particulier était extrêmement dangereux. Sa réputation était exécrable, sa présence, annonciatrice de désastres et de cataclysme. Un tueur de masse, voilà ce qu’il était. S’il venait à se déchainer… alors personne ici ne serait en sécurité.

Et puis, peu à peu, la foule commença à se dissiper telle la brume qui se dévoilait et laissa apparaitre deux autres hommes aux côtés du Nébula. L’un, de très grande taille lui aussi, à mi-chemin entre le monstre et l’humain, et l’autre… Oh l’autre était sans doute le plus monstrueux.

Josh.

Simple primé à 29 millions de Berrys. Soit moins de 6 fois que la somme qui avait été convenue lors de l’arrangement. Un pirate de pacotille. C’était ce qu’il avait voulu croire. Il avait été négligent, sans doute aveuglé par la coquette somme qu’on lui avait agitée sous le nez comme une vulgaire carotte. Il avait donc précipité le deal avec ce Josh sorti de nulle part et qui ne semblait être personne de bien dangereux.

Mais Josh était avec Edward Lawrence.

Et donc, avec la Dangereuse. Et lui, il serait le traitre qui avait pactisé avec l’ennemi, troquant des informations contre un confort illusoire, éphémère. L’informateur songea un instant à prendre la fuite, à protéger ces informations, à protéger ses maitres, pourtant… il songea à l’inégalité qui régnait ici, au manque de considération à l’égard de ses semblables, et puis à sa famille pour lesquels il venait de se risquer à souhaiter une meilleure vie…

Cet instant de doute le fit vaciller. Il croisa le regard de la calamité qu’il se refusait encore d’offrir son service. Et se fit alors consumer par ses pupilles embrasées.

Dès lors, le temps sembla se figer. Le monde perdit de ses couleurs. Edward Lawrence était grand. Immense même. Et à mesure qu’il s’approchait inlassablement, il semblait grandir davantage. Si bien que le monde semblait se réduire à chacun de ses pas. Comme si rien d’autre n’avait d’importance. Comme s’il écrasait tout. L’informateur se décomposait. Son corps devenait lourd. Il était paralysé. Il distingua les plumes qui flottaient légèrement au-dessus des apparats du forban. Il suffoquait. Plus aucun son ne lui parvenait. Il était pris au piège. Impuissant.

Il avait péché. Par appât du gain. Mais les gens comme lui n’étaient sans doute pas destinés à s’élever, après tout. Ainsi, il faisait face à un placide constat. Qui était-il pour prétendre le contester ?

Edward Lawrence était venu prendre.


__________







_________________
[Pillage] Appel d'Offres 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: