Derniers sujets

[Conquête] - Premier pasparAnn Bathory
Hier à 22:19
[Pillage] Appel d'OffresparJiva
Jeu 20 Juin - 21:23
[Présent] La Bataille de Ghordalu : L'Automne de la Féodalité (feat Unite)parDorian Karmon
Jeu 20 Juin - 17:40
[FB] Sur la voie des sages (feat Yashin Archer)parRébéna Té Ra
Jeu 13 Juin - 15:01
Création d'une ArmeparSakuga Keigo
Mar 11 Juin - 10:36
Appel d'Offres : Crown and CrowdparMaître-Jeu
Lun 10 Juin - 10:59
La musique des émotions pour les nuls |solo]parRaki Goshuushou
Ven 31 Mai - 0:00
[Flashback] Retour en formation : Le ravitaillement et la Marine (feat Ghetis Archer)parPNJ (Gouvernement)
Jeu 30 Mai - 12:31
Quêtes par PalierparGhetis Archer
Jeu 30 Mai - 11:35
Le deal à ne pas rater :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four Emperors : où ...
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Présent] Pour Saba
Aller à la page : 1, 2  Suivant
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Sam 23 Juil - 16:38



Le soleil avait bien entamé sa chute depuis le zénith et bon nombre de touristes campaient déjà quelques rooftops, leurs escargophones photographiques parés afin de capturer le moment parfait : celui où les ailes d’ocres de l’astre se déploieraient pour enlacer l’horizon.  Il s’agissait là d’un exquis spectacle, disait-on, pouvant marquer votre mémoire à jamais, rendant terne tout autre couché de soleil.

En contrebas, nombreux étaient les humains peuplant la capitale de Saba, celle-ci pouvant être perçue comme de nombreux cercles concentriques, virtuels uniquement, sauf pour les remparts séparant la cité centrale de sa banlieue précaire. Pour un homme-bête des bidonvilles, comme pour la majeure partie des touristes, l’on pouvait apprécier la douceur de l’air de la capitale. De nombreux systèmes de ventilation et d’humidificateur au-devant des commerces, restaurants et habitations permettaient de rendre plus agréable le climat rude de l’île : un véritable oasis urbanisé. Plus l’on se rapprochait des quartiers connexes au palais du Cheb, plus les rues étaient fleuries et bruyantes : l’activité n’avait jamais autant été si importante. Et pour cause, l’on disait que dans les vingt quatre heures à venir, Khaloud II allait réaliser une annonce toute particulière.

    -Bagagaga ! Elle est bonne c’te bavette.
    -Pas plus que l’autre que j’ai vue tout à l’heure !


Une petite silhouette cavalait dans toute cette activité, passant par une terrasse où elle, ainsi que sa poursuivante, put entendre quelques absurdités. Qu’importait pour l’ombre, ses petits pieds se détachaient puis tapaient aussitôt le sol dans un rythme grandissant, portant son corps d’une ruelle à l’autre en naviguant dans la foule, jusqu’à perdre la jeune femme à la chevelure ardente qui la poursuivait jusqu’alors. Celle-ci fit une pause, comme lassée par ce jeu stupide. Et l’autre qui prenait ses aises en délaissant le palais. Qu’avait-elle fait au ciel pour se retrouver dans pareille situation ? Enfin, qu'importait, elle aussi avait le droit de se détendre. Tant que la petite n’arrivait pas à la lisière des bidonvilles, cela ne risquait pas d'après les autres alors pourquoi se prendre le chou ?

Au niveau des remparts, des affiches ainsi qu’une poignée de berrys étaient distribuées à divers hommes-bêtes qui retournaient dans leur banlieue aussitôt. Leurs yeux s’affairaient sur le visage figurant sur le papier leur ayant été donné avant de s’intéresser aux écrits dessus. Mort ou vif, qu’on le souhaitait, le Cheb également le désirait, cependant il n’était pas le seul à vouloir rencontrer cet individu. Selon Vergono et Chahla, il pouvait s’agir là de leur futur héros.

Le dernier Ookami.

    -D’après la dernière transmissions de Molly, il devrait déjà être sur l’île ce tocard de loup. Grognerait l’homme-chat, heureuse personne ayant déjà eu l’occasion de croiser l’énergumène.


[Présent] Pour Saba  R6m9
Vergono

Au niveau de la côte, une toute autre histoire suivait son bon cours. Un navire marchand s’était légèrement détaché de deux autres pour accoster au port, celui-ci semblait en mission et ciblait un ponton spécifique. Sur la terre ferme, en contrebas du niveau premier du quai, un homme-fouine portait sa main en visière pour tenter de faire une mise au point sur le vaisseau.

    -Ils sont là, préparez-vous à les recevoir ! Lança-t-il en se retournant.


La voix de la fouine tremblait. Ce moment-là lui et ses confrères l’avaient attendu pendant longtemps : recevoir enfin une aide extérieure, celle de figures d’importances de la révolution. La rencontre avait été planifiée en amont pour éviter les contrôles au port par les hommes du Cheb et ainsi permettre l’arrivée discrète des révolutionnaires d’East Blue. Ces derniers, menés par le Lock, se faisaient passer par des simples commerçants : leur navire était rempli de fruits et légumes, denrées valant de l’or sur Saba.

    -Monsieur Loke, des personnes semblent nous attendre. Pensez-vous que l’on est déjà repérés ? Si oui, il faut absolument mettre en place…
    -Tu stresses trop mon petit, s’il y a un pépin, on le réglera en temps et en heure. Ais confiance aux autres.
    -Mais nous sommes en terre inconnue, nous n’avons même pas fait de reco…


La sonnerie d'un Den-Den Mushi dans la poche du cowboy interrompit l'autre. Locky tira l'appareil hors de sa veste, c'était sans aucun doute l'appel qu'il avait attendu durant tout le trajet. Le regard du barbu se porta aux frêles yeux de son subalterne, sa main s'apposa alors sur le couvre-chef du stressé, comme pour lui transmettre du courage.

    -Pause, je prends ça. Prends les commandes si tu veux, ça va durer un temps. Gère les affaires, le gamin et la bleusaille. Tu peux le faire, Obi. Locky se retourna alors, portant son escargophone aux lèvres. Allô ?


Le Knightwalker n’eut pas le temps de déglutir que son leader claquait derrière lui la porte de l’habitacle principal, laissant le jeune homme au premier plan. Son regard se porterait sur la nouvelle qu’il eut l’occasion de rencontrer deux jours auparavant, au moment d’embarquer. Sa mine se ferma un temps, comme déconvenue, puis le vert remit son képi en place sur son crâne.

    -Bon, tu suis ce que je te dis ! Ordre de Monsieur Loke. Il est passé où encore le mioche ? Encore à piquer des fruits dans la cale, ça ne fait aucun doute. On accoste dans même pas deux minutes.


Que des pistonnés, quel enfer.

[Présent] Pour Saba  Khrr [Présent] Pour Saba  Opem
Locky Loke, Leader de la révolution d'East Blue ; Obi Knightwalker


Pas d’ordre de passage imposé, un délai de réponse de 3 jours maximum est recommandé.
Fizz nous rejoindra sur le tour 2 ou 3 selon notre avancée d’ici son retour de vacances.
Pour toute question, n’hésitez pas à me contacter sur le Discord.

Tous les PNJs ne sont pas encore révélés.
Listing des PNJs:
/

_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 417
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue42/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue140/500[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (140/500)
Berrys: 197.220.000 B
Dim 24 Juil - 22:42
ft.
Du monde
Pour Saba










Près des remparts :

Le vieux regard céruléen se portait sur la silhouette hybride en face de lui. Une capuche couvrait son visage et ses oreilles, tandis que sa queue était rentrée dans son pantalon. Il n’avait lui-même pas pris tant de précautions, sa peau tannée habituée au soleil de la décharge de Goa. Autrefois, sa vie était pépère, tranquille. Aujourd’hui, il avait participé et assisté à plus de tentatives d’insurrections qu’il n’avait envisagé qu’il y en avait dans ce bas-monde. Ce qui le retenait encore aux côtés de cet homme-bête, c’était l’étouffant sentiment de liberté qui le parcourait à chacune de leurs aventures. Bon, d’habitude il restait dans le navire… Et il aurait aimé pouvoir s’y prélasser à nouveau, cependant c’était loin d’être son tour. La Bête des Mers n’avait pas été amarrée au port traditionnel : habitués de Saba, les pirates avaient pris un chemin différent, utilisant les tunnels et les remparts la nuit pour entrer dans la capitale de l’île.

C’était dans cet environnement où le soleil brûlait le jour, et où la lune gelait la nuit que tous avaient abordé… Et s’étaient séparés aussitôt. Alors pourquoi s’était-il retrouvé en trinôme avec Karim ? Il n’en savait fichtre. A vrai dire on lui avait demandé une seule chose : se tenir prêt. Prêt à quoi ? Même l’Ookami n’en avait aucune idée.

Quand il était arrivé aux portes de la ville et était allé à l’auberge, personne n’avait semblé faire attention à lui. Cependant ce jour-là après s’être réveillé tard, décuvant encore de la veille, l’homme-loup s’était décidé à s’éloigner du palais pour aller dans les banlieues. Ainsi lorsqu’il vit trainer au niveau des remparts un avis de recherche jeté au sol, il s’en saisit pour constater avec étonnement, se tournant vers le vieillard :

- Eh, vous avez vu ?! J’suis riche !
- … T’es abruti ou quoi ?
Lâcha le vieil homme. Qui c’est qui nous a foutu un Capitaine pareil ? Marmonna-t-il en s’adossant à l’ombre d’une rue alors que le soleil avait raison de son endurance.
- Mais l’Vioc’ ! Regarde, 205.600.000 ! Bon, c’pas un chiffre rond…
- C’est un nombre,
corrigea la voix fâchée de l’homme.
- Ouais, enfin voilà quoi… Et toi, t’en penses quoi ? Demanderait-il en se tournant vers la créature qui se trouvait à ses côtés.

Le chien-loup jappa un coup en remuant la queue. Faudrait peut-être lui donner un nom, n’est-ce pas ?

Dans la Banlieue :

Eileen observa son escargophone et soupira. Elle s’était retrouvée dans le pire trinôme du monde… Enfin, selon elle. Il y avait la grognasse qui les avait rejoints à St-Johns, Sasha, et Aichounne dont le comportement craintif dans cette ville semblait dire qu’elle connaissait à la fois bien les lieux et les détestait. En tout cas, la médecin aurait préféré se retrouver avec Karim ou Jean-Gab, au moins elle aurait pu boire des grosses quantités d’alcool.

- Avec cette chaleur-là, tu ne penses qu’à te torcher la gueule ? Demanda la jeune femme-chat. En tout cas, ces banlieues ont l’air précaires. Normalement, on touche encore de l’oseille ici.

Sasha semblait avoir compris le problème de Saba en peu de temps, sur la concentration extrême des richesses dans le centre de la ville qui entourait le palais. En tout cas, c’était comme ça que ceux qui venaient du bidonville et de la banlieue pouvaient le considérer. Pour Aichounne, ces lieux n’étaient synonymes que de souvenirs qu’elle aurait aimée mettre derrière elle.

- Bon, une femme-chien, une femme-démon et une femme-chat arrivent en ville, elles font quoi ? Fit mine de demander Eileen en sortant son escargophone. Excusez-moi, j’aimerais parler à la personne qui nous a invitée ici ? On a... égaré le Capitaine…

Si Molly Orloss répondait, elle pourrait comprendre qu’Eileen était effectivement gênée par cette nouvelle. Ils ne savaient pas où était le capitaine de leur équipage. En tout cas, elle lui demanderait si possible un lieu de rendez-vous pour rejoindre les révolutionnaires.

Dans le Bidonville :

- Il va falloir qu’on nous explique comment on a réussi à tous finir avec une prime sur la tête.
- Tous ? Pas l’Vioc’ ! Se plaignit Jean-Gab qui ronchonnait devant l’écart de prime entre lui-même et Shalon, alors que ce dernier était un pacifiste convaincu.

Les deux hommes avaient été amenés à coopérer. D’ailleurs, ils étaient accompagnés de Sebastian et de Castiel. Les membres de leur équipage s’étaient dispersés dans le bidonville pour squatter les bars, et eux n’avaient pas vraiment décidé de faire preuve de discrétion. Le maudit des vêtements leur avait fait des tenues confortables pour l’occasion, n’ayant pas conscience qu’il valait mieux se couvrir complétement par un temps pareil. Vive les coups de soleil ! J’Örkad et Andy étaient restés sur le navire, parce que : « Fallait bien que quelqu’un s’y colle et puis le temps de Saba, ça m’assèche la peau. » avait justifié la femme-poisson. L’homme-arbre avait simplement dit qu’il préférait lire un bon livre plutôt que de faire le travail de la Révolution.

Et les frères Friers dans tout ça ? Trop gentils pour leur propre bien, de toute évidence. Le Capitaine des Bandanas Pirates et son second avaient décidé d’observer d’un peu plus près celui qu’ils considéraient comme leur nouveau mentor, Karim Ookami. Problème ?

- Où est-ce qu’il a bien pu passer ?
- Aucune idée,
marmonna Jean-Gab. Il aurait au moins pu me prendre avec lui. Il est chiant quand il s’y met.
- Ce n’est pas une façon de parler, gronda Shalon alors qu’Aichounne n’était pas là pour faire la morale au garçon et que ce dernier en profitait.
- Pfff.

Après avoir abordé la veille, ils s’étaient dirigés dans les bidonvilles pour tenter de repérer les révolutionnaires qu’ils étaient censés retrouver. Cependant c’était Eileen qui possédait le numéro, et ils n’avaient pas eu la jugeotte de la contacter pour l’instant. En tout cas, les quatre primés étaient déterminés à trouver les personnes avec qui ils allaient pouvoir échanger sur le sort de cette île, avant que Karim ne décide de foncer vers le palais pour sortir le Cheb de celui-ci…



Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
Shura Emberys
Shura Emberys
Messages : 148
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue31/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue184/220[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (184/220)
Berrys: 327.895.000 B
Dim 31 Juil - 20:14



pour saba

ft. karim ookami & seiran yurei
novembre 1507, saba, east blue
__________________________________________________________


Le regard de la jeune femme se laissa aller sur les contours sylvestres de ce pont qu'elle avait eu tant d'occasions de contempler auparavant. Cet embarcadère avait été le témoin de ses allées et venues le long de ses lames sylvestres à adorer la mer dans un mutisme porteur de souvenirs, à s'envoler dans les airs pour ne respirer à plein poumons que ses effluves marines qui lui rappelait tant les flots de Water Seven ou de Logue Town – jamais ne s'était-elle véritablement entichée de ces comparses dont le visage lui était aussi similaire que les douces dunes d'Alabasta. Un mirage inconnu – là était la plus grande ressemblance.

Sa dextre était venue se loger sous la courbe de son visage, près de sa mâchoire où l'ossature de ses doigts supporterait la sienne. L'air las de ces discours d'irrévérencieux, elle avait abandonné son attention aux recoins du haut mât parant son bois du miroir naturel de l'océan, un soupir muselé depuis trop longtemps sur ses lèvres. À quelques occasions, elle s'était laisser aller à la douce opportunité d'une discussion avec ces êtres – un infant donc l'aigreur de naître n'avait pas encore quitté son corps, un autre devenu adulte sans se défaire de l'indécence de se croire souverain du monde. Très vite, cet engouement s'était transformé en agacement silencieux face aux rétorques de ce duo dont l'éducation manquait cruellement ; aussi l'on ne l'avait pas prise à réessayer.

Elle avait toutefois pris soin d'observer les rapports qui unissaient ces différentes âmes, du caractère de chacun : là où Lucky Lock paraissait mener l'embarcation d'une main relativement ferrailleuse, son acolyte avide de reconnaissance semblait n'agir que dans ce seul but – cherchait constamment à prouver sa valeur comme son importance. Si cela avait pu l'attendrir dès les premiers instants, le temps avait su pimenter cela d'une pointe d'insupportable.

Aussi, lorsqu'elle vit l'adulte se détourner d'eux pour répondre à l'appel de son escargophone loin de la cacophonie des vagues et de leurs présences – elle nota toutefois la bienveillance de ses paroles envers ce fameux Obi – la jeune femme libéra enfin le soupir qui taraudait ses lèvres depuis lors.

« Prenez un autre ton quand vous ordonnez ; vous avez bien trop de subordonnées pour vous méprendre à penser que je suis l'une d'entre eux., sussura-t-elle le sourcil arqué par son audace. J'ai cru comprendre qu'une rencontre nous attendait, peut-être pourriez-vous en développer l'objectif ? Il m'a semblé comprendre qu'une certaine Molly Orlos était à remercier pour cette entreprise et je crois supposer que votre acolyte vous porte suffisamment d'égard pour vous autoriser à « gérer la bleusaille » ; soit tout autant les tenir au courant de nos buts pour qu'ils ne deviennent pas des poids dans l'entreprise. »

Si son ton avait pu se faire plus doucereux sur sa reprise de parole – d'une simple tape sur les doigts rappelant à son vis-à-vis qu'elle n'était en rien subalterne mais alliée – ses pensées ne cherchaient nul mal. Alexei avait été de cette même trempe, sur la base marine de Logue Town : son arrogance et son désir de voir son existence reconnue l'avait mené à pourfendre mortellement le flanc de son amant. Dans sa mort, il avait reçu des lauriers ; pour la jeune femme, elle n'en avait gardé que la colère de son deuil.

À l'image de ses comparses du jour, elle avait attaché un certain soin à se fondre dans leur couverture. Son habit épousait les leurs en cela qu'il ne constituait aucune attache semblable à leurs mouvements et laissaient fleurir leurs rôles momentanés de marchands sur leurs faciès. Un murmure s'était glissé à son attention, lors du trajet – celui que ces denrées fruitées égalaient l'or aux yeux des habitants de cette île, laissant à son esprit seul la conclusion que les plus simples nécessités de nourriture avaient tous les attraits de la rareté et où la famine, elle, serait certainement des plus communes.

« Connaissez-vous l'île de Saba ? Je dois avouer n'avoir jamais posé le pied sur ses terres, et quelques informations ne seraient pas de refus sur la situation de l'île ; tant politique qu'humaine. J'imagine que votre expérience vous en a certainement offert quelques-unes. »

__________________________________________________________
récapitulatif:

_________________


THE ETERNAL CONQUEROR







SHURA EMBERYS


Shura Emberys
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Mar 2 Aoû - 20:20




Les bidonvilles constituaient le lieu le plus précaire de Saba, l’endroit où les conséquences des actions du Cheb étaient le plus visibles. Une population tassée dans des bâtisses médiocres et délabrées, retapées du mieux qu’elles pouvaient l’être à coup de cordages et de bois. Des adultes amoindris par la faim, le visage creusé par un soleil éreintant qui consumait leur eau en leur fripant la peau. Des enfants qui essayaient de vivre du mieux qu’ils le pouvaient, ayant la chance d’être inconscients de leur état, des conditions de vies déplorables dans lesquelles ils évoluaient. Après tout, le bon et le mauvais n’étaient que des notions basées sur la comparaison : comment admettre que l’on vit précairement lorsque l’on ne sait ce qu’est une vie lambda ?

Leurs estomacs rugissaient, pourtant, comme un signal lancé à ces petits.

Plus que la nourriture, c’était l’eau qui leur faisait défaut. Aussi, Jean-Gab et ses camarades pouvaient faire ce constat : «fais soif» ; «de l’eau» ; «c’est pas bon le sel» que des suppliques lancées en plaintes anodines dans leur quotidien où eau était rare et boire sa sueur était courant. Le cumul de l’ensemble rendait leurs parents fous, mais que pouvaient-ils faire ? Il n’y avait aucun moyen de changer la situation, certains groupuscules d’hommes-bêtes avaient ce courage pourtant, mais jusqu’à ce jour rien de visible et de conséquent n’était observable. L’espoir subsistait-il d’ailleurs ? L’on disait qu’il s’agissait de l’argent des pauvres.

Puis le trio étranger pourrait assister à un amassement dans l’une des nombreuses habitations. Les yeux ébahis, les enfants contemplaient un seau dans lequel était déposé un bloc de glace. Avec la chaleur, celui-ci deviendrait eau dans peu de temps. Selon le timing, lorsque leurs parents seraient en mesure de leur faire boire, elle pourrait encore être fraîche. De l’autre côté, des gens de ce même peuple remerciait en se courbant une silhouette qui s’éloignait vers d’autres habitations, plusieurs enfants dans son sillage. Il s’agissait d’un homme-mangouste à la fourrure rouge et blanche. Une figure bien connue dans les bidonvilles.

[Présent] Pour Saba  Ynni
Aire Huline


Ailleurs sur Saba, dans l'obscurité, un escargophone se mit à chanter. Aussitôt, un main à la fourrure lilas l'aggripa et le porta dans sa bouche entrouverte. Drôle de comportement, était-ce la faim qui le poussait à toujours faire ça ?

    -Oh, je vois. Répondit une douce voix à l’appel d’Eileen. C’est dommageable. Nous allons essayer de le contacter. La communication ne semble pas sécurisée, dites-moi où vous vous trouvez. Etes-vous dans la banlieue ? Quel est le nom de la taverne la plus proche ? Vous donnez un point d’accès serait risqué. Moi c’est Umeshu.


En fonction des indications données par son interlocutrice, le contact aurait pu s’organiser pour qu’un de ses camarades puisse se rendre au lieu identifié afin d’aller chercher ce qu’il devina être les alliés de l’homme-loup. Un homme-chien serait ainsi dépêché le plus tôt possible. Après ce premier appel, Umeshu contacta Vergono pour le tenir informé, il avait d’autres choses sur le feu qui nécessitait une action dans les plus brefs délai. De son côté, l’homme-chat était responsable de l’accueil de l’Ookami. Tenu informé par son collègue, il pesta intérieurement de cette première déconvenue, qui ne serait certainement pas la dernière, pour composer à son tour le numéro que l’Orloss lui avait transmis concernant ce type.

    -Karim ? Vous êtes cherchés de partout. Mon boss vous attend, c’est lui l’ami de Molly. On peut se rejoindre en contrebas de la porte Ouest des remparts. L’Ouest c’est le côté où le soleil se couche, pour info.


La dernière précision était importante à souligner pour le révolutionnaire, après tout le souvenir qu’il avait de l’Ookami était qu’il n’était pas le couteau le plus aiguisé du tiroir. Aussi, autant lui donner des indications le plus claires possibles plutôt que de risquer de le retrouver dans un endroit improbable.

    -C’est pour discuter de comment on va se farcir le Cheb sans risquer le peuple. Ajouterait Vergono, s’il reconnaissait bien Karim au bout du fil.


[Présent] Pour Saba  R6m9
Vergono

De l’autre côté des remparts, la petite silhouette continuait de cavaler de ruelle en ruelle, slalomant entre les citadins quand besoin s’en faisait. Elle avait semble-t-il réussit à semer la rouquine qui la poursuivait, aussi elle se permit une courte pause pour reprendre son souffle.

    -Chat !


Son épaule se fit toucher au moment où la voix nasillarde venant de son dos atteint ses oreilles. La petite n’eut le temps de comprendre ce qu’il se passait que son instinct premier réagit pour elle : elle hurla un bon coup, tout en se retournant vers qui l’avait touchée. Sa mâchoire tomba alors, découvrant la petitesse et l’allure de l’individu. De suite, elle se sentit désolée, ses pommettes virant au rouge.

    -Tu m’as fait peur désolé ! Je… tu voulais jouer avec moi ? Moi c’est Shahdi. Bégaya-t-elle.
    -Oh, oui on peut jouer ! Répondit le petit être surpris. Moi c'est Nep' !


Spoiler:

[Présent] Pour Saba  Twpa [Présent] Pour Saba  Opem
Bad Lulu ; Obi Knightwalker

Elle en posait des questions la blondinette, n’avait-elle pas pu réaliser ses recherches d’elle-même ? Obi pesta dans sa tête, la proactivité et les bonnes manières se perdait au fil du temps visiblement. Sa révolution à lui ne valoriserait pas ce genre de personne arrivée ici par l’aide d’un autre. Qu’importait, il allait composer avec et lui montrer l’exemple à partir de maintenant. La patience et la tolérance lui permettrait de gravir les échelons, c’était ce que sa maman lui racontait lorsqu’il était plus jeune.

    -Saba c’est une île d’hommes-bêtes, le Cheb est un dictateur qui monopolise l’ensemble des ressources. Il leur donne le strict minimum pour survivre dans la précarité. C’est son zoo à ciel ouvert, pour te faire simple. Nous, on est là pour soutenir la révolution locale menée par un certain chat, là.


Le Knightwalker se retourna sèchement en direction du ponton duquel ils étaient dorénavant proche. Deux hommes-fouines s’étaient groupées au point où le vaisseau marchand allait débarquer. C’était leur travail, contrôler les arrivants ainsi que leurs marchandises. Au moindre problème, ils n’auraient pas hésité à contacter leurs collègues hommes-ours pour calmer les contestants et les embarquer dans les geôles.

    -Vous voyez ? On est déjà attendu ! C’est pas génial ça ? Lulu, sort de la cale ! C’est l’heure.
    -Qu’est-ce que tu cries ? Je suis là, moi.


Le gamin au képi sortit sa tête d’une caisse de fruits entreposée sur le pont. Son regard candide se posa sur le suce-boules d’Obi, après quoi le mioche s’attarda sur la tronche de la nouvelle. Elle avait une belle tête et de bouts atouts, ça lui plaisait, dommage qu’il ne pouvait pas blairer les blondes.

    -C’est l’heure de la mission du coup ? Moi j’y vais, on va refaire le portrait au Cheb ! Beugla-t-il tout excité à l’idée d’utiliser ses nouveaux jouets.


Les oreilles des hommes-fouines se secouèrent en captant les mots clés de la phrase balancée naïvement. C’était des cas sociaux ces types, leur collègue en contrebas leur avait informés plus tôt qu’il s’agissait de nouveaux marchands et qu’il fallait être ainsi plus doux au contrôle, ce afin de ne pas les effrayer et perdre potentiellement de nouvelles relations. Le commerce devait bien se porter, surtout en ces temps-ci. Malgré cette information, il s’agirait de remettre un contrôle musclé au menu : le bras gauche d’un des hommes-fouines sur le ponton s’agita haut dans les airs, faisant signe à ces collègues plus loin. A ce geste, la personne à l’étage inférieur du quai qui avait surveillé jusqu’alors l’arrivée du navire se mit à stresser. Son escargophone fut tiré hors de sa poche, il fallait agir au plus vite.

    -Ils vont se faire contrô…


Nul temps de finir sa phrase qu’une explosion retentit une centaine de mètre plus loin, une déflagration dévorant une partie d’un bâtiment. A peine l’impact de l’onde de choc estompé, une seconde prit la suite : un pan d’un des entrepôts – où étaient acheminées les marchandises - se faisant expulser de sa structure par les flammes. Des silhouettes affluèrent alors depuis la ruelle dont provenait la première explosion vers les quelques navires en train d’accoster plus loin : à leur tête un homme, brandissant un sourire étincelant, survolant les corps en partie calcinés de plusieurs hommes-bêtes et humains. Le chaos allait bientôt régner sur ce port.

    -C’est l'heure de la récolte !


[Présent] Pour Saba  Cs7z
???



Pas d’ordre de passage imposé, un délai de réponse de 3 jours maximum est recommandé.
Fizz nous rejoint ce tour-ci.
Pour toute question, n’hésitez pas à me contacter sur le Discord.

Tous les PNJs ne sont pas encore révélés.
Listing des PNJs:
/

_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 417
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue42/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue140/500[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (140/500)
Berrys: 197.220.000 B
Mer 3 Aoû - 21:48
ft.
Du monde
Pour Saba










Au niveau des bidonvilles :

Alors que le quartier des pauvres résonnait d’une triste et insatiable sécheresse, entassant les assoiffés sur leur propre impuissance, les quatre hommes de l’équipage de l’Ookami furent happés par l’étrange scène qui se déroulait sous leurs yeux. L’homme-mangouste avait donné un bloc de glace, à première vue, au beau milieu du désert. Pour Shalon, qui était peut-être le seul des trois à penser, c’était quelque chose qu’il ne trouvait pas anodin. Le temps qu’il formule une hypothèse, Castiel avait déjà pris la parole en s’exclamant :

- Un Robin des Bois des temps modernes ! A tous les coups, il a volé cette glace aux plus riches.
- Tu as vu la distance avec les habitations du quartier riche ?
Protesta Jean-Gab qui était le plus proche en âge.
- Alors ce serait quoi ? Un Ice-Dial ?

Il se souvenait en avoir vu sur le navire de Karim, avant que ce dernier ne les fasse tomber dans l’eau par accident. S’extrayant du groupe, Shalon s’approcha de l’hybride à la fourrure blanche et rouge, intrigué par les motifs qui y étaient peut-être naturellement dessinés.

- Excusez-moi, ferait-il en interrompant la marche suivie de l’homme. Mais qui êtes-vous ? Et que faîtes-vous ici ?

Pour l’homme-bouc, une chose était certaine : il fallait déterminer si la personne en face était une potentielle ressource pour ce qu’ils allaient vivre d’ici quelques heures sur l’île de Saba. En attendant, un Robin des Bois des temps modernes pouvait très bien être un révolutionnaire, et donc une personne pouvant les mettre en relation avec le réseau qu’ils recherchaient.

Au niveau de la banlieue :

Eileen regrettait à moitié d’avoir appelé, tant elle ne savait pas où elle se trouvait. Finalement, elle se déciderait à donner le nom de la taverne la plus proche tandis que Sasha se contenterait d’aller se cacher dans un coin en attendant que quelqu’un ne vienne les chercher, toujours de sorte à ne pas être prise entre deux feux si jamais on leur tendait une embuscade. La femme-chat avait confiance en ses capacités, elle ne s’attendait cependant pas à ce que tous les révolutionnaires soient des personnes « agréables ».

Pourtant, quelques instants plus tard, la jeune femme-démon décrocherait à nouveau son escargophone et soupirerait.

- C’est toujours Eileen. Vous croyez que je n’aurais pas appelé Karim s’il avait eu son escargophone sur lui ? Enfin, s’il est introuvable pour l’instant, laissons-lui le temps de se faire remarquer… Mais je vous conseille d’être rapides, il a tendance à ne rien faire dans la demi-mesure.

Au niveau des remparts :

S’il était à présent plus hautement primé qu’au départ de Juluma, l’Ookami était encore loin d’atteindre les autres strates de la piraterie. Il s’en fichait, à vrai dire : sa propre prime n’était pas une fin en soi. Il se contentait de faire ce dont il avait envie, et ne souhaitait pas entrer dans les conflits géopolitiques, pour peu qu’il sache ce que géopolitique signifiait. Le Vieux tenta d’ailleurs de le lui expliquer alors qu’il partageait sa pensée, cependant le temps commençait à peser sur lui.

- Faudrait qu’on aille trouver un truc à boire, mais il fait encore chaud, dirait Karim en soupirant. Est-ce qu’on doit prendre de la hauteur ?
- Tu veux te faire repérer, gamin ?
- Ouais… Ouais, en fait. J’aimerais bien.
- Tu sais, je disais ça pour rire.


Un soupir las quitta le vieil homme qui prit appui contre la maison derrière lui. Il observa l’homme-bête qui s’élançait en un seul saut sur le toit, et redescendit presque immédiatement.

- J’ai vu une rousse qui court.
- Et ?
- Je vais l’attraper.
- Pourquoi ?
- Pour choper des informations.


Le chien jappa alors que l’homme-loup s’était mis en action, fendant la distance qui le séparait de la rouquine pour la choper, si elle se laissait faire, et la ramener au niveau du vieillard. Il avait déjà fait ça, avec un certain jeune homme qui avait failli y laisser une crise cardiaque. Pourtant, le blond semblait savoir ce qu’il faisait au point de dire :

- Dis-nous tout ce que tu sais !
- Woof, woof ! Confirma le chien-loup.
- Au grands dieux, qu'il est con
, protesta le vieil homme.



Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
Fizz
Grand Explorateur
Fizz
Messages : 83
Race : Furet

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue25/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue14/80[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (14/80)
Berrys: 1.667.590.000 B
Dim 14 Aoû - 8:11
Pour Saba
Automne 1507 – Feat MJ, Karim Ookami, Shura Emberys






-Heeep garçon ! Encore un pi.. hips ! Un pi… hips ! Encore un pichet!

Le nez et les joues déjà cramoisies par les trois cruchons précédents, le vigie chancelle sur sa chaise en vociférant à l’attention du jeune serveur aux traits de renard, s’attirant de toutes parts des regards d’indignation silencieuse. Que ce soit par son allure débraillé malgré ses vêtements de marque ou par son attitude exubérante, le marin dénote sévèrement du reste de la clientèle du luxueux établissement dans lequel vous avez été installés. Affalé dans un immense canapé de cuir rouge au milieu du salon de thé au rez-de-chaussée de l’hôtel, une mèche poivre-et-sel plaquée sur son visage après un abandon définitif de la part du ruban de soie qui la retenait avec les autres en un catogan serré, il enfile godet sur godet – il n’a pas été nécessaire de lui dire deux fois que le forfait boisson était à volonté. Ce qui n’arrange bien entendu rien au désagrément provoqué par sa présence aux bonnes gens qui peuplent les fauteuils avoisinants.

En face de lui, plus sobre et discret mais tout aussi bourru d’apparence, donc pas plus à sa place parmi cette haute bourgeoisie, un minuscule homme à la barbe noire soigneusement taillée le fixe en silence. Ses pieds bottés balancent du haut de son siège capitonné sans le moindre espoir d’atteindre le sol. L’une de ses mains pianote nerveusement sur l’accoudoir ouvragé, tandis que l’autre sort à intervalles bien réguliers une montre à gousset d’une poche interne de son gilet. Entre les deux hommes, sur une table basse de bois lustré, un large bol de raisins reste intouché. Le petit homme relève la tête lorsqu’un jeune mousse à la chevelure ébouriffée s’approche d’un air timide, dansant d’un pied sur l’autre tandis que son supérieur l’interroge d’un regard perçant.

-M’sieur London, j’ai tout cherché, j’vous promets… Il est pas dans la suite.

A ces mots, le petit homme bondit sur ses pieds, ce qui implique une chute considérable du haut du fauteuil.

-Mezzo, debout.
-Maiiiis Wyatt, le pi… hips!

A hauteur de genoux, Wyatt London, naturaliste et bosco du Corte-Real, toise son compagnon ivre mort en retenant une flopée de jurons. Après un intense effort de concentration trahi par un douloureux froncement de sourcils, la vigie reprend la parole.

-Puis c’est pas… hips ! c’est pas la première fois qu’on perd le Prince, si ? Pas la dernière non plus, si tu… hips ! si tu me demandes. Il reviendra d’lui-même, comme tou… hips ! Comme toujours !

Un profond soupir traverse le corps du petit homme. Difficile de lui donner tort.



_________________________


Quatre jours auparavant

-Prince de Goa ? Ben je… Attendez, vous voulez bien ? Beck, va vérifier tout ça steplait. Enfin, sauf votre respect, Monseigneur.

Tandis que l’homme-fouine, sceptique mais prudent, envoie son collègue trouver la marche à suivre auprès de leur supérieur, tu fusilles du regard le matelot qui vient d’énumérer tes titres du haut du pont du navire d’une voix pompeuse. Tu avais pourtant été d’une clarté absolue : vous deviez accoster l’île sans attirer l’attention sur vous. Une exigence que l’équipage n’a pas semblé comprendre, certainement pas aidé par son côté atypique compte tenu de ton rôle d’émissaire royal, ni par ton refus total de leur fournir la moindre indication sur les raisons de cette escale. Toujours est-il, te dis-tu tandis que les poils de ta nuque se hérissent, que la demande n’était pas bien complexe. Vous n’êtes pas là en visite officielle, et ni ton identité ni tes affiliations ne devaient être connues – tu ne souhaites pas devenir un invité protocolaire en de telles circonstances. Pourtant, lorsqu’en approchant de l’embarcadère tu es sorti de ta cabine et tu as levé les yeux en direction du grand mât du Corte-Real sur un étendard national flottant toujours fièrement au vent, bien en évidence malgré tes consignes, tu as déjà quelque peu déchanté.

Ainsi soit-il ; tu serres les dents. Tu aurais préféré loger incognito dans la banlieue jusqu’au moment venu, tant pis. Aujourd’hui encore, tu seras diplomate, missionné sur place par ton suzerain pour faire acte de présence durant cette annonce apparemment très spéciale – tu as hoché la tête avec assurance lorsque le douanier l’a évoqué, comme si tu savais exactement ce dont il s’agissait. Voici donc les raisons de ta présence. Aujourd’hui encore, tu seras Fizz Mallory, émissaire royal et Dauphin de Goa.

Sauf que tu es un furet, Fizz.


_________________________


Retrouver un homme-loup dans une botte de foin. Enfin, dans une cité peuplée principalement d’hommes-bêtes. Pas évident. Voilà plusieurs dizaines de minutes que tu t’es frappé le front du plat de la patte, réalisant brusquement que tu aurais pu, tout simplement, appeler. Comme n’importe quel être civilisé qui cherche à croiser une personne en particulier, un jour en particulier, dans une ville tentaculaire – sans accord préalable ni de localisation précise, ni d’heure. Mais c’est trop tard, tu as déjà réussi à fausser compagnie à ton équipage au moment où ils risquaient le moins, ce n’est pas pour retourner à l’hôtel maintenant. Pour l’instant, s’ils ont remarqué ton absence, ils doivent croire que tu es simplement parti pour une de tes distraites explorations urbaines en perdant toute notion du temps. Mais ils t’ont déjà trouvé étrangement évasif à votre arrivée ; si tu y retournes avec une excuse bancale pour repartir aussitôt, ils finiront par suspecter quelque chose.

Voilà donc pourquoi tu déambules depuis maintenant près de deux heures dans l’enceinte de la ville, sans nulle idée d’où tu vas. Peut-être certains occupants des terrasses t’ont-ils déjà aperçu trois ou quatre fois – tu as remarqué que tu décrivais sans le vouloir des cercles autour de deux artères plus importantes que les autres. En bon touriste, tu sillonnes les rues principales, tu flânes devant les vitrines – et tu en profites pour écouter des bribes de conversation partout autour de toi : si la plupart te font sourire ou lever les yeux au ciel, tu as encore bon espoir d’entendre quelque chose qui te mette sur la bonne voie. Après tout, ce n’est pas n’importe quel homme-loup que tu cherches dans ta botte de foin ; celui-là est tout sauf discret. C’est comme si, en lieu et place d’aiguille, on avait caché un grelot. Non, un carillon. Non, un gong. Bref, tu as peu de doutes sur le fait qu’il finira bien par signaler sa présence de façon plus que remarquable. Il n’y a plus qu’à compter sur la chance pour que tu ne sois pas dans les derniers à le repérer.

A un croisement près d’un fleuriste tenu par une femme arborant un large sourire et son jeune fils, tu débouches soudain sur une avenue plus large. Sur ta gauche, entre les toits des bâtiments, tu peux deviner les contours d’une construction autrement plus imposante. Un léger frémissement parcourt soudain tes babines : bien sûr ! Pourquoi continuer à tourner en rond ? Pourquoi chercher à le retrouver, quand tu connais avec certitude UN endroit où tu n’as aucun doute de le voir débouler à l’improviste ?

Bon pied bon œil, tu te diriges donc d’un pas sûr en direction du palais, saluant d’un geste léger la paire de massifs gardes ursidés qui arpentent la rue. Comment comptes-tu pénétrer dans ce qui est de façon très évidente l’édifice le mieux gardé à des dizaines, si ce n’est des centaines, de kilomètres à la ronde ?

Tu auras bien le temps de t’en inquiéter en arrivant à la porte.




Fizz
Revenir en haut Aller en bas
Shura Emberys
Shura Emberys
Messages : 148
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue31/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue184/220[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (184/220)
Berrys: 327.895.000 B
Ven 19 Aoû - 23:53



pour saba

ft. karim ookami & fizz
novembre 1507, saba, east blue
__________________________________________________________


Shura avait porté une attention toute particulière aux paroles de son comparses, lui enseignant tantôt les tribulations de cette terre face à ce pouvoir qui le dominait, tantôt l'état dans lequel était plongé la foule – ce peuple au règne et au droit arraché petit à petit par les plus grands. Elle n'avait jamais compris ce genre de sentiment, ce besoin si viscéral d'opprimer son prochain, de placer sa dignité et son être plus bas que la terre même, où son talon pourrait venir étrangler sa voix afin que plus jamais elle ne s'élève envers soi. Elle exécrait les Dragons Célestes pour cette raison même. Les habitants de cette contrée avaient beau ne pas voir siéger sur leurs nuque un collier d'esclaves... ils étaient tout autant ceux de l'égoïsme et de l'omnipotence de ce suzerain dépourvu de noblesse.

Elle voulut lui répondre, lui intimer de nouvelles paroles pour en apprendre davantage sur ces terres qu'elle ne connaissait pas encore ; mais lorsque l'écho de sa voix voulu outrepasser ses lèvres, ce fut le tonnerre d'une explosion qui succéda à ses mots. Sa silhouette sursauta, finement, de cet étonnement qui avait tout de l'imprévu et de la surprise – que s'était-il passé ? N'arrivaient-ils pas tout juste...
Ses yeux s'écarquillèrent. Le port.

Les appuis de la jeune femme vacillèrent, l'espace d'un instant – une secousse avait soulevé l'océan, à peine suffisamment pour que l'on ne la ressente en écho sur le pont de ce navire. Son regard traversa l'onde marine, outrepassa les détours des larges mâts lorsqu'elle fit un pas sur le côté pour mieux observer ce spectacle brûlant. Là, devant elle, une seconde déflagration perça le flanc d'un entrepôt, soufflant ses débris aux confins de l'écume. L'ombre d'une ruelle se discernait, faiblement, sous l'arche des flammèches qui l'avaient recouverte il y a une seconde. Une attaque... mais qui ? S'en prendre au port reviendrait à entraver les affaires du Cheb...

Shura voulu se retourner vers Obi, le questionner, savoir si son supérieur avait pu partager un détail concernant leurs potentiels opposants, des individus qui pourraient entraver leur opération... mais en voyant ainsi l'air décontenancé qui avait étreint son visage, ses yeux chercher désespérément la présence de Locke... elle comprit. Elle vit son poing se crisper au coin de ses yeux, ses iris se parer de cette sourde colère amenant à l'indignation ; et d'un seul coup, ce fut l'éclat de joie du plus jeune qui la fit réagir de nouveau, d'un sursaut presque instinctif. Le garçon semblait s'extasier, comme s'il ne s'agissait là que d'un spectacle visant à ravir son attention des plus beaux atours de majesté ou de spectaculaire – un tour de magie, l'impression grandiose de l'irréel.

Obi paru bouillir. Son teint s'était rembrunit, animé par une ardente envie d'agir, de prémunir et d'accourir, si ce n'était pour ces chaînes invisibles qui parurent le clouer sur place, incapable de faire ployer sa chair aux injonctions de son esprit. L'incertitude – envers lui-même, certainement – et le manque de confiance le tenaillaient de toute part ; ils étaient ces adversaires sourds et muets qu'il ne parvenait pas même à discerner tant ils lui semblaient naturels. Autant, peut-être, que l'insouciance n'habitait Lulu sans réaliser la gravité de ce qu'il observait alors.

Le minois de la blonde se referma, sa mâchoire se tendit légèrement : Obi ne sauterait jamais le pas sans que l'on le lui intime. Il avait besoin d'ordres, de cadre – d'être certain.
Alors, sa voix se fit douce, mais ferme – posée comme empreinte d'urgence. Son regard épousant l'océan vint se figer dans le sien, comme pour lui soutenir le poids de ses paroles.

« Écoutes ta colère sans la laisser te dominer. Le plus important pour le moment est de venir en aide à la population – c'est pour elle que ce coup d'état a été fomenté. »

Elle observa une fois encore le large où s'était tenu l'explosion, avant d'ajouter :

« Si les choses se passe mal, tu n'auras qu'à dire à Locke que c'était mon initiative. Il ne t'en voudra pas d'avoir voulu veiller sur « la bleuzaille ». »

Ses talons la détournèrent de son air hasardeux, pavant son chemin jusqu'aux abords de la cabine où la hâte enrobait chacun de ses pas. Sa dextre s'enferma sur la garde de son bisento tandis que sa jumelle se pressa contre la dague qui siégeait dans l'ombre de ses vêtements afin de s'assurer de son éternelle présence ; et d'une paume fauchant l'air, ses doigts se refermèrent sur les reliefs d'une cape olive – presque terreuse.

De quelques enjambées, sa silhouette surgit sur le bord du navire, au-devant de la position d'Obi. La jeune femme ne marqua un temps d'arrêt que pour détourner son attention une ultime fois vers l'endroit où se trouvait le garçonnet de plus tôt, et de lui héler, à haute voix :

« Lulu ! Dis à Locke que nous sommes allés regarder les feux d'artifice de plus près. Ce serait le bon moment pour amorcer son plan avec une telle distraction. »

Elle entrevit à peine l'urgence qui s'était épris des traits du Knightwalker avant de bondir jusqu'au port, et abandonner derrière elle le navire où demeurait encore le reste de l'escadron.

Un fin sourire se dessina sur son visage lorsqu'elle embrassa l'air marin vêtu de toute la chaleur des braises s'éteignant dans ses bras aqueux – il n'était pas si acerbe, finalement. Ce n'était qu'un enfant dont l'intime besoin de reconnaissance dépassait son propre libre arbitre. Elle le voyait, derrière elle, à s'évertuer d'avancer aussi vite qu'il ne le pouvait pour se tenir sur les lieux le premier, ne serait-ce que pour l'affirmer avec fierté devant ses pairs.
S'il y avait bien une chose que Ra lui avait appris, ce n'était autre que le revers meurtrier que la précipitation pouvait emmener avec elles aux frontières de leurs vies.

« Sois prudent, n'importe quel bâtiment pourrait exploser à son tour. », lui souffla-t-elle lorsqu'il rejoignit son flanc.

Elle s'arrêta à quelques pas de la rue principale menant à l'entrepôt, dans l'un des recoins du bâtiment succédant à celui en flammes afin de jeter un coup d'œil en direction des nouveaux arrivants.

Elle murmura, doucement, à son comparse : « As-tu déjà vu cette hyène auparavant ? Pourquoi s'en prendrait-il à cet entrepôt ou aux habitants ? Sa destruction impacte forcément les affaires du Cheb... s'il lui est opposé, pourquoi attaquer la population ? »

__________________________________________________________
récapitulatif:

_________________


THE ETERNAL CONQUEROR







SHURA EMBERYS


Shura Emberys
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Sam 20 Aoû - 1:33




[Présent] Pour Saba  Ynni
Aire Huline


    -Moi ? Je donne de la glace aux gens pour pas qu’ils finissent assoiffés. Je suis Aire, Aire Huline !


Il avait naïvement répondu au cornu après s’être tourné vers lui, puis l’homme-mangouste le détailla brièvement avant de faire un pas en arrière, portant sa patte velue sur ses lèvres comme s'il venait de commettre une gourde. Aire Huline venait de voir les humains dans le sillage du bouquetin, était-il possible qu’il s’agisse d’un envoyé du Cheb ? Peut-être était-il en train de se jouer de la candeur et de la spontanéité du touffu. Peut-être que le glacier en avait déjà trop dit !

    -Vous, plutôt, que faites-vous ici ?! Balança-t-il en pointant Shalon et son groupe du doigt. Vous ne m’aurez pas !


S’il s’agissait véritablement de mercenaires, le Huline n’aurait pas hésité à sortir le grand-jeu. Il l’aurait fait sans tergiverser, quitte à devoir faire mal à son prochain. Pour le peuple comme pour ses frères qui avaient été embarqués au mitard.

    -N’allez pas sur le terrain de la violence, peu importe qui vous contraint, il y a toujours moyen de vous tirer de ce sort.


[Présent] Pour Saba  R6m9
Vergono


Vergono s’était tapé le crâne de sa paume, il en avait déjà assez après un seul appel. Pourquoi s’emmerdait-il avec cet homme-loup déjà ? Le félin allait devoir s’activer et trouver un moyen de localiser Karim avant qu’il fasse quelque-chose de répréhensible. Bien que la bêtise naïve de l’Ookami était un facteur qui pouvait créer des situations improbables et amusantes, ça l’aurait emmerdé de devoir s’occuper du sale boulot et de rendre des comptes au lion. Umeshu l’avait informé de la position de celle qu’il avait visiblement appelée, aussi l’homme-chat se mit en route pour enquêter. Il fallait bien commencer par quelque-part, la taverne était à une vingtaine de minutes à pied. Sur le chemin, Vergono porta son escargophone à ses lèvres.

    -Son groupe ne sait pas où il est, peut-être qu’il se trouve dans la cité. Ça serait problématique.


Il raccrocha aussitôt en pestant, puis accéléra la cadence jusqu’à la taverne de la Cuvée Sèche. Repérer Eileen n’était pas un problème pour lui, il l’avait déjà vue et une femme démon dans tel quartier sortait du lot. Aussi, il y avait une autre composante qui attirait l’attention. Des soûlards grimés de rides, pareils à des raisins secs, lorgnaient tous la femme-chienne l’accompagnant. C’était qu’une si jolie jeune femme était rare dans la région, surtout si prête de ce genre de lieu. Lorsque le révolutionnaire vit Eileen, il se rendit face à elle en balançant séchement ses mots.

    -C’est moi, Vergono, celui que vous avez eu à l’appareil. Vous savez où peut être Karim ? C’est là tout votre groupe hormis lui ? Le boss l’attend, le temps va commencer à presser.


Aucun effort de socialisation, c’était vraiment pas son truc.

[Présent] Pour Saba  Dnnn
???

    -Tout ce que je sais ? Lâche-moi déjà, malpropre ! Lâche moi sinon je hurle et t’auras toute l’attention du monde !


Devait-elle appeler l’autre ? Elle pouvait très bien le faire, mais admettre que la mioche lui avait échappée l’emmerdait fortement. Ce gars encapuchonné aussi, lui les brisait, c’était quoi ces manières ? Quelle journée de merde. Quittant ses pensées, il lui fallut peu de temps pour analyser sa situation, perdue dans cette ruelle, soulevée par un inconnu accompagnée d’un toutou enjoué et un vieillard perplexe.

    -Puis t’es qui au juste ? Continua-t-elle en se débattant, balançant ses cheveux dans tous les sens, notamment dans la gueule de son assaillant pour l'emmerder.


En même temps, deux fines dagues fendirent l’air pour se figer devant le vieil homme non loin du ravisseur. Les avait-il vues provenir de derrière la rousse ? L’une se trouvait face aux deux trous d’yeux du vioc’, l’autre à côté de sa jugulaire.

    -Lâche moi et mes acolytes invisibles épargneront ce type. Finirait-elle en rictus, si on ne l’avait pas dégommée avant.


[Présent] Pour Saba  Cmst

Le palais se dressait en plein centre de la cité, laquelle était organisée tout autour comme le Cheb l’avait voulu. Le monument était considéré par beaucoup comme l’un des joyaux architectural des blues, selon beaucoup sa beauté reposait sur une combinaison rythmée d’éléments concaves et convexes. Peu d’hommes-bêtes eurent l’occasion de s’y rendre, hormis les servants, par moment les plus riches y étaient conviés dans de grandes fiestas organisées généralement à la dernière minute. L’on disait que le propriétaire des lieux, Khaloud II, faisait cela pour meubler son temps, abattre son ennui. Le furet s’approcha sans problème, il pouvait contempler sa grandeur, diverses mosaïques sur fond d’or disposées ci-et-là sur des blocs de marbres servant de bases de piliers se relayant les uns les autres tout autour du palais.  Des gardes étaient disposés à l’image des piliers, il s’agissait d’hommes-zèbres qui se tenaient stoïque, au garde à vous, un fusil dans le dos.

L’entrée principale du bâtiment central était accessible à tous, les portes géantes étaient ouvertes ce jour-là, quatre gardes dispatchés en binôme de chaque côté de celle-ci. En son devant, Fizz pourrait apercevoir deux personnes en pleine discussion. Une jeune femme portant une tenue de garde, un casque visé sur le crâne et une clope au bec, ainsi qu’un homme torse nu face à celle-ci, dos à la bestiole.

[Présent] Pour Saba  Vkmx [Présent] Pour Saba  7m1p
Lizbeth Flynch ; Kin Levi


    -Quel goujat ! Comment le Cheb peut laisser passer ce genre de remarques ?
    -Donnez-moi l’ordre et je m’en occupe, il n’a de fort que l’apparence.
    -Surtout pas ! Son pouvoir nous est plus qu’utile. Il n’est pas remplaçable.
    -Il n’est pas remplaçable, pas remplaçable…


Pourquoi toujours ça ? Les pouvoirs de l’un ne sont pas remplaçables, les connaissances d’un autre ne sont pas remplaçables. C’était quoi cet argument à deux balles ?

    -Oh, tout mignon ! S’écria soudain la jeune femme, voyant qu'une créature se détachait de l'avenue principale pour se rapprocher des portes, allant en leur direction.


Lizbeth mit de côté le Levi pour se focaliser sur cette petite bebête, un furet certainement, si elle s'en rapprochait elle pourrait en être certain. Allait-elle s'en rapprocher ? Cela suffit à énerver le brun, encore de l’attention bazardée ailleurs. C'en était trop. D’un vif pas, il s’élança à une vitesse surréaliste devant la bestiole, puis le plat de son pied mué d'un frisson vint la percuter.

    -Nooooon Kin ! Les mains gantées de la Flynch vinrent cadrer ses pommettes, figeant sa surprise. Elle s'aggrava alors à l'encontre du taré. Pourquoi t’as fait ça ? Au pied !
    -Grgngrngrn.


Pourquoi avoir fait ça ? Et pourquoi donnait-elle toujours plus d’importance aux autres ? Pourquoi ne le considérait-on que lorsque besoin s'en faisait, au juste ? C’était insupportable. Tout le monde semblait irremplaçable, tout le monde semblait valoir l’attention d’un autre, tout le monde sauf lui. Il grommelait intérieurement, le mercenaire à la coupe au bol et au dos tatoué n’en pouvait simplement plus. Lui, ce qu’il voulait, c’était juste un poil d’attention et un os à ronger à défaut de jouer avec.

[Présent] Pour Saba  Op8t [Présent] Pour Saba  R1x0
Shahdi ; Nepentes


    -Alors, c’est quoi le plan ? Je comprends pas les règles d’ton jeu.
    -On attend la nuit pour y aller. Ils feront dodo, ça sera plus simple.
    -Hein…


Devait-il la considérer comme complètement idiote ou mettre cette réflexion sur le dos de son âge ? Nepentes semblait dépité, se retrouver là, tapis dans un buisson décoratif de terrasse, à contempler au loin l’entrée du palais du Cheb.  Sa main en visière, il plissait les yeux afin d’identifier les silhouettes plantées depuis un bon moment à l’entrée, au-devant des gardes homme-zèbres. Ses yeux sortirent alors de ses orbites, voyant l’une des ombres se mouvoir à toute vitesse pour tirer un coup franc dans une petite silhouette. La mâchoire de Nep’ tomba en grand, peut-être que Shahdi n’avait pas tort finalement.

    -Nooooon ! C’est méchant. Nenep' suis moi !


La mioche avait également assisté à la scène, Fizz avait été propulsé au loin pour violemment atterrir dans une façade fleurie d’un beau bâtiment. Elle tira la main de son nouveau camarade pour le contraindre à la suivre jusqu’au point de chute de la créature qui serait bien amochée, pouvait-elle encore se mouvoir ? En tous les cas, sa tête serait certainement dans les étoiles en ces instants. Une fois à ses côtés, la brunette s'abaisserait pour la prendre dans ses petits bras, câlinant le frêle corps comme un objet que l’on chérissait et protégeait.

    -Oh, tout choupi ! On va te soigner petit machin mignon, faut voir dame Doragol pour ça. Nenep’, on fait pause sur le jeu un temps ! C’est par là, suis-moi.
    -QUOI ?!


Elle se mettrait en chemin sans plus attendre, la bestiole lovée contre elle. La soirée du petit bonhomme allait être longue.


[Présent] Pour Saba  Twpa [Présent] Pour Saba  Opem [Présent] Pour Saba  Cs7z
Bad Lulu ; Obi Knightwalker ; Issa Gomae

Le révolutionnaire sentit son cœur battre comme un fou, cogner dans sa poitrine comme s’il était sacrément pressé. Son esprit vrillait derrière les meurtrières de son âme, des iris tourbillonnantes droguées au stress et l’ensemble des hormones l’accompagnant. Peur et hésitation valsaient dans son corps, le jeune homme était là en quête d’assistance, d’une main tendue pour le tirer d’affaire. C’était un véritable malaise qui était à ses trousses.

Alors elle survint de nulle part, du moins, de là où il ne l’attendait pas. Cette blondasse pistonnée se mua en un véritable phare, indiquant la voie à suivre. Ses mots semblaient justes, faisaient échos avec ses propres idéaux si bien qu’Obi pesta de ne pas les avoir sortis lui-même. Il ne pouvait décidemment pas la blairer, cette bleusaille, et pourtant elle lui était vitale en cet instant : le mépris douteux qu’il ressentait pour elle constituait une solide accroche lui permettant de rester à flot.

    -Oui Lulu… oui, tiens informé Monsieur Loke ! Balança-t-il à la suite de l’Emberys avant de s’élancer dans ses pas.
    -Un feu d’artifice ? Pour qui elle m’prend c’te vieille. Pesta le gamin.


De toute façon, il n’avait pas prévu de bouger de là. Les explosions, c’était comme les tatouages : ça allait aux autres, pas à lui. Et s’il pouvait gratter une petite discussion en tête à tête avec Locky il ne s’en serait pas privé. D’ailleurs, que foutait-il toujours dans sa cabine ? Elle allait durer combien de temps, sa conversation téléphonique ? C’était que Bad avait enfin de parler flingues.

    -Aller les gars, on s’active ! On récupère un max et on crame le reste.


De son côté, l’homme-bête et sa clique s’étaient réunis à quelques mètres de l’entrepôt, ignorant le chaos qu’ils avaient initié. Ils devaient vite pour ce genre d’opération, pas de stress, ils étaient habitués. Aussi, la dizaine d’hommes entourant l’apparent leader du mouvement s’activèrent à rentrer muni de sacoche dans l’entrepôt, d’autres sortaient des leurs des bouteilles en verre dans chacune desquelles était fourgué un torchon. Le cornu sourit, ça allait le faire, fissa et facile. D’autres de ses gars gardaient la ruelle afin de couvrir ses arrières et ce n’était pas des tocards de commerçants ou ces peureux de gardes qui allait l’emmerder. Personne ne voulait s’en prendre à lui ni à son boss.

Terreur. Effroi. Souffrance.

Trois termes qui assiègeraient l’esprit du Knightwalker en s’étant approché du lieu de la première explosion, essayant de reléguer Shura dans son sillage. Des hommes-bêtes comme simples humains avaient été pris dans le souffle de l’explosion, certains étaient calcinés, partiellement pour les chanceux, d’autres étaient inertes, écrasés par des débris du bâtiment planté. Des voix frêles lui soufflèrent leur détresse, tourmentant à jamais son cerveau. Puis la tempête de l’action le ramena à la réalité : quatre hommes-bêtes issus d’une ruelle adjacente au port, à l’angle de laquelle l’explosion eut lieu, se mirent à hurler en sa direction tout en courant. Quel était le sens de leurs paroles ? Obi n’eut le temps de cogiter, leur course s’arrêta net dans d’écarlates giclures. Une silhouette à deux longues oreilles enjamba les désormais carcasses en continuant son chemin. Ce pelage immaculé, ce kimono sombre ceinturé de rouge et ses deux katanas.

    -Issa Gomae.
    -Putain de Djin, on pouvait pas espérer pire !


Tandis que les hommes d’Issa tombèrent au sol, l’homme-bête à l’initiative de l’explosion semblait dans une délicate position. Lui et ses gars étaient pris en étau, devant eux se trouvait une connaissance de longue date en un homme-lapin qui se présentait à tous. Il était là, marchant doucement et sûrement en sa direction, sortant de la ruelle d’où il provenait pour poser pied sur le quai principal. Le Gomae regardait autour d’eux, à sa gauche, à quelques mètres de lui, c’était la panique complète : les commerçants, gardes et douaniers étaient en train de décamper à toute vitesse en partant dans la direction d’où proviendrait Obi et Shura. A sa droite, l’entrepôt flambait partiellement, et derrière lui c’était le grand bleu, la mer et son hasard.

    -Où est X ? Questionna l’épéiste, en accélérant sa marche, posant sa patte sur la garde de l'un de ses katanas.
    -Espèce de… putain de merde ! Se plaigna le cornu en extirpant son Den Den Mushi de sa poche.


Ce fut à cet instant que le Knightwalker tiqua, son pas s’accéléra, dévorant la distance lui séparant de la scène. Il dégaina alors son épée pour s’interposer entre les deux interlocuteurs. Il fit ainsi face au responsable de l’explosion et sa clique pour les pointer de sa lame. Celle du peuple.

    -Espèce de criminel ! Rends toi de suite avant que je sois obligé de te découper pour tes crimes !


Il n’allait pas laisser Shura prendre l’initiative ce coup-ci. En passant devant elle, il eut envie de la remercier au fond de lui, ce ne fut que passager, il se recentra rapidement sur ses intentions primaires.  Ses couilles étaient retroussées au maximum dans son slip, son front suait à grosse goutte, mais sa peur était modérée. Oui, il était tranquille, Obi avait saisi que le criminel craignait le héros qui se trouvait dorénavant dans son dos. C’était un révolutionnaire, certainement, un défenseur du peuple, un homme qui travaillait avec Molly Orloss. Ce Djin semblait de cette trempe.

    -Djin, c’est ça ? Questionna-t-il, se tournant vers le principal concerné. Héhé, laisse-moi me présenter : je suis Obi Knightwalker, le représentant de Lo-


L’unique image renvoyée par ses deux yeux se scinda en parties divergentes. Ressentit-il une vive douleur le parcourir ou sa conscience s’était-elle déjà éteinte ? Issa, les hommes-bêtes, comme Shura, pouvaient assister à cette scène cauchemardesque : les deux morceaux d’Obi se détachèrent verticalement dans une effusion sanglante et, lorsque dans un bruit mat, la carcasse du révolutionnaire lâcha son dernier souffle, le Gomae extériorisa ce que tous pensèrent pendant que l’Usagi rengaina son arme et réitéra sa question.

    -C’est la merde, putain c’est la merde.
    -Où est X ?


Djin Usagi
[Présent] Pour Saba  Sc3c




    -Ca sent mauvais.
    -Recommande si ça à l’air dégueu’ !
    -T’es d’un con parfois. C’pour ça que t’es mon pote, bagagaga !


Sur ce braillement, l’homme-démon de trois mètres se leva d’un raclement de chaise. Il contempla son assiette un temps, regardant sa bavette bien entamée, puis se plongea dans l’arche de pierre blanche. Si les humidificateurs externes permettaient d’oublier les chaleurs souvent extrêmes de Saba, le passage en intérieur constituait toujours un réel plaisir. C’était là son kiff, ce changement d’air et cette soudaine chute de température. A l’ombre des colonnes jonchant la salle, le colosse s’avança vers la longue table rectangulaire à laquelle étaient attablées mainte personnes.

Une fois à hauteur d’une en particulier, à la moitié de la longueur gauche de la table, le tas de muscles se courba pour murmurer quelques mots à l’oreille de son maître.

    -La petite a disparue et on a un autre soucis. Ce-
    -May et Lizbeth sont là pour ça. Finis ton repas, Big, le temps fera le reste. L'homme s'essuya la lèvre avec un tissu en soie et reprit. Calme aussi le demeuré qui te sert d’ami, ma tolérance a un seuil avec ces gens.
    -Je sais, je sais, il part bientôt où vous savez.
    -Grand bien, ils apprendront dans ce cas ! Que toute action engendre son lot de conséquences.



Spoiler:


Pas d’ordre de passage imposé, un délai de réponse de 3 jours maximum est recommandé.
Fizz nous rejoint ce tour-ci.
Pour toute question, n’hésitez pas à me contacter sur le Discord.

Tous les PNJs ne sont pas encore révélés.
Listing des PNJs:

_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Shura Emberys
Shura Emberys
Messages : 148
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue31/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue184/220[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (184/220)
Berrys: 327.895.000 B
Mer 14 Sep - 19:27



pour saba

ft. karim ookami & fizz
novembre 1507, saba, east blue
__________________________________________________________


L'écho de ses paroles ne semblait avoir trouvé aucune consœur, aucune réponse si ce n'est le hurlement d'une hyène au loin dont le désespoir paraissait se faire l'égal de la frayeur des habitants. La jeune femme osa un coup d'œil envers son acolyte dont elle lui avait intimé la prudence quelques secondes plus tôt ; observa son accoutrement plus proche du soldat que du marchand dans la crainte tacite qu'il ne lui apporte des regards couvés de rancœur. Elle avait remarqué à quel point son désir de reconnaissance l'avait amené à se montrer imprudent, à courir, courir pour la semer dans son sillage afin de siéger en premier sauveur, combien sa volonté mal placée occultait tout danger en faveur de la gloire.

Elle craignait son inconsistance avec la même ferveur qu'elle s'inquiétait des actes de ce pilleur. Elle était force comme faiblesse, faille comme source de grandeur – elle qui n'avait jamais eu d'homme sous ses ordres d'une telle sorte, pourrait-elle seulement la canaliser ?

Au loin, son attention sembla capter l'arrivée d'une tout autre présence : celle d'un homme bête dont les longs appendices trahissait sa promiscuité avec les lapins. Instinctivement, son corps se rapprocha du renfort métallique contre lequel leurs silhouettes s'étaient appuyées, dans cette si maigre tentative de dissimuler davantage sa présence. En vain, en un sens ; il se paraissait accaparé par nulle autre chose que l'être qui se tenait face à lui, sans regard pour autrui.

Le connaissait-il ? Sûrement, si l'on s'en tenait à ce nom qui flottait si librement sur ses lèvres dans un air de familiarité – la véritable question était de savoir s'il se tenait à ses côtés en allié ou en ennemi. « Où est X ? »... Est-ce un code ?
Elle n'eut pas le temps d'apporter plus de réflexion à cette pensée : déjà, Obi s'était élancé au-devant de leur position pour s'interposer entre ces deux individus, pressé par cette même hargne qui l'avait taraudée plus tôt. Sa voix s'éleva, presque criarde, afin de tenter de le rattraper, la main tendue vers l'ombre qu'il délaissait derrière lui... sans pour le moins y parvenir.

« Obi ! Att– »


Ses mots se tarirent sous le poids d'une anxiété grandissante, de peur que son acte ne dévoile leur présence à tous deux. Tenu là, dans cette candeur injurieuse qui offrait son échine à un inconnu sans se soucier qu'un quelconque assaut ne pourrait s'en suivre, il avait commis une erreur qui lui vaudrait le prix de sa vie.

Elle vit ses actes se dérouler comme s'il ne s'agissait que d'un film répété par un Escaméras, que ces paroles présentées étaient celles d'un axe prédestiné dont elle ne pourrait influer la course. Observatrice de son manque de discernement, elle était témoin de l'affront fait à la logique, à l'offrande faite à son appétit d'acceptation et de sublime : dans sa mort, il n'y eut que la vaste suprématie de l'attendu, de la conséquence et du dégoût.

Comment avait-il pu s'élancer aussi facilement sans examiner la situation ?
Comment avait-elle pu le laisser faire ?

Son corps se fendit en deux aussi aisément que s'il n'avait été bâti d'une chair de cire, tranché par une lame qu'elle ne put même empêcher d'être dégainée. Il y avait dans son acte le naturel de l'exécution, d'une mise à l'épreuve dont la seule orfèvre tenait dans l'hémoglobine qui couvrait le pelage de cet homme du même péché que son acier.
Il n'existait pour elle de plus précieux qu'une vie humaine ; à ses yeux, il ne semblait rien tenir de plus dérisoire.

Elle se tint là, tétanisée sur place comme si ses muscles avaient épousé la quiétude de la glace et de la neige : comme si le froid de l'hiver avait jeté son dévolu sur ses pensées et sa psyché pour en occire le réel et l'évidence. Elle se souvint du sang qui avait un jour tâché ses mains, de celui qui avait emporté le cœur d'un amant dans la quiétude d'une nuit. Cette boucherie avait tout de son contraire : vif à défaut d'embrasser la langueur, arbitraire et désinvolte.

Pourquoi, alors, sa langue s'était parée des plus beaux atours de la répulsion, ses entrailles ne s'étaient tordues de l'humiliation et du mépris de l'existence d'un autre ? Elle avait contemplé son lot de cadavres, autrefois – aimés comme inconnus – mais jamais dans ce lot de violence qui s'offrait tout entier au dérisoire et à l'insignifiant.

Lentement, son ombre se plissa aux aurores de sa chute, dissimulée dans ce renfort d'acier et d'argent qui ne saurait protéger suffisamment son esprit. Ses genoux heurtèrent le sol silencieusement, assourdis par le fracas de ce maelström qui se jouait au plus profond d'elle.

Un seul son réchappait dans sa psyché, tel un écho dépourvu de toute forteresse pour en perpétuer le sens :  pourquoi ? Était-il ennemi ? Allié à cette hyène dont le seul désir était celui de détruire ? Pourquoi semblait-il aussi apeuré, craintif ? Désemparé, peut-être, à l'idée de subir un sort similaire ? Pourquoi l'avoir tué ? D'une façon si violente qu'elle appelait aux représailles d'une colère bouillonnante, si monstrueuse qu'elle reflétait l'indifférence et l'insolence de tout vécu, tout souvenir et toute existence ? L'avoir tranché comme s'il ne méritait ni considération, ni respect ; que ces années de vies n’avaient aucun but, aucune raison d'être. Qu'il fût aussi insignifiant qu'un insecte parcourant vaguement le monde où la lâcheté se mêlait à l'ignorance pour mieux être écrasés dans la paume des puissants.

Ses pensées spiralaient indéfiniment dans la quête d'une quelconque réponse, d'un quelconque geste qui lui apporterait la quiétude d'une explication : celle de la loi du plus fort, de camps ennemis, opposés où la nécessité prévalait sur toute forme de fraternité. Sa logique lui soufflait ces murmures au creux de son oreille, lui intimait tant d'enseignement qu'elle ne pouvait en créer pour lui faire garder un semblant de raison – mais au fond d'elle, Shura savait.

Son geste n'était pas anodin. Il était le propre de tout être, le résultat de différences et de principes qui ne pouvaient égaler les siens. Elle connaissait la diversité du monde pour l'avoir effleuré du doigt, la multiplicité de ces points de vue et des songes de chacun.

Là où elle avait observé la mort d'un homme, elle avait été confrontée à la naïveté sa propre nature.

Pourquoi l'avait-elle emmené ?

Son estomac se rebella de nouveau, tordant sa silhouette sous le joug du dégoût. Sa paume s'imposa contre les reliefs de fer de cet abri tandis que tant d'ombres fusaient sur ses flancs pour s'échapper, et dans cette clarté involontaire lui imposant sa faute, elle vomit comme elle haït sa propre crédulité.

Si les choses se passe mal, tu n'auras qu'à dire à Locke que c'était mon initiative.

Elle était celle qui avait considéré sa vie d'une façon aussi sûre et désinvolte que ces flammes ne lui apportaient l'immortel ; celle qui avait pensé qu'aucun danger ne le taraudait comme nul ne la menaçait jamais. Qu'agir sans prévenir était dérisoire, puisqu'un filet serait toujours présent pour la rattraper, pour panser ses plaies et ses erreurs : dans son ego criant de désarroi, elle avait pensé pouvoir protéger là où elle en était incapable. Azwelle l'avait prévenu.

« Ne penses jamais, je dis bien jamais, que ton pouvoir pourra te sauver.
C’est à toi et toi seule de le faire. »

Sa naïveté l'avait tué de la même manière qu'elle tuerait encore et encore les âmes sous son commandement, jusqu'à ce qu'elle ne comprenne à quel point elle était responsable de leurs vies comme elle ne l'était de la sienne. Elle ne pourrait les guider, les mener à cette grandeur inespérée qu'elle affublait des dorures de la liberté sans le comprendre.

Pourquoi l'as-tu enjoins à te suivre lorsque tu ignorais comment le diriger ?

Elle ne pourrait gouverner sans protéger les âmes sous sa responsabilité, d'autrui, comme d'eux-mêmes ou de ses propres erreurs : panser leurs blessures comme son ignorance. Un roi veillait sur ses sujets comme il ne les couvent de son pouvoir et de sa protection ; aujourd'hui, sa puissance l'avait aveuglée jusqu'à occulter sa propre mortalité. Celle d'Obi. Toute âme en ce monde est destinée à mourir, à s'éteindre – et jamais ces flammes salvatrices comme sa volonté ne pourront les en détourner.

En désirant le pouvoir, elle devait en accepter la responsabilité. Celle de prendre sous son aile les espoirs comme les existences des âmes rejoignant sa cause ou voguant à ses flancs comme des égaux. Celle de devoir tuer pour préserver, d'épouser à armes égales la volonté de détruire pour mieux prospérer.
Elle devait comprendre à quel point la confiance était synonyme de risque ; combien celle qu'elle pouvait inspirer était gage d'une âme malléable comme d'une offrande. Ses hommes lui offraient leurs vies ; sa seule responsabilité était de les honorer à la hauteur de leur engagement. Les principes qu'elle chérissait ne valaient pas leur sacrifice.

Tel un animal blessé dont le seul instinct était de chercher la sûreté, le corps de la jeune femme se pressa dans le recoin inanimé de ce refuge, l'esprit alourdi par tant de pensées qu'elle ne put en discerner ; de murmures intrusifs qui s'imposaient à elle d'une façon si déraisonnée qu'elle fut incapable de les rapprocher du réel. Son crâne la tourmentait, assaillie d'une douleur enivrante qui se refusait à mourir dans ses veines. Elle tambourinait, encore et encore, emplissait son esprit du seul ordre que celui de survivre.

Timidement, ses doigts vinrent se presser autour du combiné de son Escargophone immaculé, d'une si vaine tentative que celle de chercher à contacter l'âme demeurée sur ce bateau – Lucke – pour donner un sens à cet irréel... mais il n'y eut de seul écho à sa douleur que le combiné absent de cet objet placide, condamnée à l'attente et à l'écoute de ces êtres assassins.
__________________________________________________________
récapitulatif:

_________________


THE ETERNAL CONQUEROR







SHURA EMBERYS


Shura Emberys
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Dim 11 Déc - 14:34






[Présent] Pour Saba  Cs7z [Présent] Pour Saba  Sc3c
Issa Gomae ; Djin Usagi


    -Putain, on fait quoi boss ?


La situation était désespérée, à ce jour Issa n’avait jamais connu pareille sensation : celle d’être dos au mur, pris au piège sans possibilité de s’en sortir. Comment faire face à ce type qui s’approchait dangereusement de lui ? Cet homme-lapin qui, autrefois, avait bercé son adolescence par les rumeurs et les faits circulant sur lui. Il avait incarné cette fierté du peuple, en ayant toujours tenu à ses valeurs et principes malgré le joug des humains, prêt à se sacrifier pour apporter du positif dans la vie d’autrui. Tel avait été cet héros d’antan, cette figure inspirante qui avait poussé le Gomae à se lancer dans le mouvement révolutionnaire auprès de son meilleur ami.

    -Je…


Jamais il n’aurait pu répondre à la question qui lui était lancée. Mais, face à cette menace de mort grandissante, à cette lame aux reflets carmin, pouvait-il vraiment faire passer ses principes avant sa propre survie ? Ses instincts primaires le poussaient à trouver une solution, intérieurement il pestait envers le monde, cette situation de merde, tout ça, tout ce merdier, c’était de la faute de…

    -C’est à cause de ces tocards ! Ses yeux s’étaient écarquillés avant de guetter à sa gauche pour pointer du doigt une jeune femme au sol, son navire amarré à plusieurs mètres derrière elle. Putain de merde, pourquoi ils sont venus hein ? Il aurait jamais été là autrement…
    -Réponds moi.


L’esprit embrouillé du cornu l’avait poussé à trouver un fautif, à justifier sa condition minable, ne pouvant accepter être le responsable de sa propre misère. Après tout, des attentats de la sorte, il en avait perpétré des dizaines sans jamais tomber sur plus fort que lui. Si l’Usagi avait été envoyé ici c’était pour une autre raison. Le timing coïncidait par hasard… Non, ce n’était pas un hasard. C’était un véritable lien de causalité qui reliait les deux évènements. Oui, Issa en était convaincu : tout ça, c’était de la faute de ces cons de révolutionnaire d’ailleurs ; ces humains qui ne pouvaient pas comprendre ce qu’il se déroulait ici ; ce qu’était véritablement en jeu.

Alors il fallait les faire payer pour assurer sa survie.

    -Et puis merde ! Ses bras se lèveraient brusquement avant de retomber d’un coup. Tu le cherches tant hein ? Son faciès se froissait dans une expression mêlant folie à désespoir. BAHAHAHAHA, tu sais quoi ? Il est en pleine négociation avec ces tocards ! Son index pointa encore une fois en direction de Shura, ciblant ce navire qui avait ramené leur malheur.
    -Eux ?


La marche sépulcrale de Djin s’arrêta un instant tandis que son chef s’était tourné dans la direction indiqué. Il vit au loin le navire, puis, entre eux, cette femme atterrée ayant les mains recroquevillées autour d’un escargophone. Etait-elle un allié de ce péon qu’il venait de découper ? Certainement. Etait-elle en communication avec l’extérieur ou alors celui qu’il recherchait ? L’Usagi connaissait brièvement le Gomae, celui-ci avait toujours eu des tendances couardes. Jamais il ne se serait permis de lui mentir en pareille situation, sa vie étant dans la balance.

C’était une évidence.

Alors, sa main gauche armant son katana, les talons de l’épéiste quittèrent le sol d’une pulsion. Il fondit sur cette jeune personne pour mettre fin à ses manigances d’un simple tranchant. L’Emberys n’aurait le temps de comprendre ce qu’il se passait, ni de se relever, que l’ombre de Djin masqua la sienne. Sa lame levée, prête à porter un mortel coup.

    -Meurt.


Un éclat de lumière naquit dans le métal de l’arme avant de s’intensifier et croître, il éblouirait alors Shura tandis que l’épée s’abaissa : il s’agirait là de sa dernière vision.


[Présent] Pour Saba  Khrr [Présent] Pour Saba  2hxy
Locky Locke ; Umeshu


    -Pourtant, vous avez pris soin d’arranger notre arrivée.
    -Les choses changent et les imprévus arrivent, nous n’avons plus besoin de vous.  A dire vrai, vous nous attirerez plus de problèmes qu’autre chose. Nous préférons que ce combat n’implique pas l’extérieur.
    -Et Molly, comment je dois lui expliquer que je la-


Un escargophone se permit de couper la parole au chef révolutionnaire, l’homme-koala le tira hors de sa poche pour décrocher, son regard toujours collé à celui du Locke.

    -Hey, Mesh’Mesh ! Dis à l’autre que mon opération est un succès. Il doutait, il doutait, mais le topboy a réussi ! On se capte plus tard.


Gatcha.

Umeshu put alors reprendre tout en intégrant cette étonnante et bonne nouvelle. Il était arrivé ici à toute hâte, lorsqu'il eut la confirmation que le vaisseau des verts arrivait à bon port comme ce qui avait été convenu.

    -Vous voyez, Molly Orloss a forcé pour que vous soyez ici, elle est trop émotionnelle. Feriez-vous vraiment confiance au jugement d’une personne ayant tout laissé derrière elle pour affronter les Ookami ? Seulement pour récupérer une personne, là où la vie de milliers est en jeu.
    -Il ne s’agit pas que d’une simple personne.
    -Pour elle, sûrement, pas sûr qu’elle convainc le peuple quand elle devra lui rendre des comp- Un soudain bâillement interrompit le koala, sa mâchoire se décrocha d’un coup tandis qu’il porta sa coco-gourde à ses lèvres. Il ingurgita plusieurs goulées de son saké des sables avant de reprendre toujours aussi froidement, c’était qu’il aimait irriter le péquenaud qui lui faisait face.  Votre timing est mauvais, voilà pourquoi je suis venu en personne vous accueillir : pour vous avertir et m’assurer que ni vous ni nous n’ayons des problèmes du fait de votre venue. Et, vous avez pu l’entendre , il y a déjà du boucan. Vous feriez mieux de déguerpir pour le bien de vos hommes. Chahla vous contactera quand nous aurons fini nos préparatifs, en ce qui concerne la destination de Molly : la voici.


Un bout de papier plié en quatre fut balancé sur le bureau du cow-boy. Ce dernier le récupéra avant de l’ouvrir.

    -Je vois. Les poings fulminant du bougre frapperaient la table avant de servir d’appuis au vert. Celui-ci se leva dans un raclement de chaise, prenant de la hauteur sur la petite boule de poils rose bonbon. Comme vous le dites alors, je vais récupérer mes hommes et vous laisser. N’allez pas me rappeler larmoyants lorsque vous vous rendrez compte de votre erreur.
    -Pour sûr.


D’un appui à plusieurs pulsions, l’homme-bête déguerpit aussi vite qu’il était arrivé : par le trou à l’image de sa silhouette qu’il avait fait dans le mur de l’habitacle.

    -Tocard.  


A quoi jouaient ces hommes-bêtes de malheur ?


___



Rien. Rien, si ce n’était un bruit aigu et désagréable qui assaillit ses tympans.

    -Vous ferez mieux de dégager de notre île, sales humains.


La mise au point aurait pu se faire pour la maudite à mesure que la lumière perdit en intensité. Une silhouette s’était interposée entre elle et l’homme-lapin, une lance se confrontant à la lame aiguisée, faisant résonner leurs alliages.

    -HEIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN ? Suffisamment loin pour avoir été ébloui, Issa fut aux premières loges pour contempler le rare spectacle débutant sous ses yeux.


D’un brusque coup, l’arme de Djin fut repoussée puis la lance se mit à tourner dans la main de son propriétaire. La lame à son extrémité se mit à briller de plus en plus fort avant de complètement aveugler ceux qui se trouvaient à proximité. D’une puissante pulsion de ses sabots, l’être profita de l’opportunité qu’il venait de se créer pour se porter dans le dos de l’Usagi.

    -Père m’a dit de t’épargner, mais je peux te mettre en pièces s’il faut.


De l’éclat étincelant ayant brouillé sa vision, la révolutionnaire aurait pu percevoir une petite silhouette projetée vers elle : un bras fraîchement découpé frapperait son visage, le pelage porcelaine rendant un flot sanguinolent au contact de son corps. De son côté le Gomae n’en revenait pas, sa mâchoire tombant sous la stupéfaction qui le parcourut. Ce gamin n’était pas censé se trouver sur l’île. Cette crinière dorée, ces cornes jaunâtres et ces jambes de cheval : que foutait-il ici ?

Spoiler:



Pas d’ordre de passage imposé, un délai de réponse de 3 jours maximum est recommandé.
Fizz nous rejoint ce tour-ci.
Pour toute question, n’hésitez pas à me contacter sur le Discord.

Tous les PNJs ne sont pas encore révélés.
Listing des PNJs:
[/quote]

_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Shura Emberys
Shura Emberys
Messages : 148
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue31/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue184/220[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (184/220)
Berrys: 327.895.000 B
Mer 21 Déc - 20:00

pour saba

ft. karim ookami & fizz
novembre 1507, saba, east blue
__________________________________________________________


Un éclat de lumière traversa le regard de la maudite, d'une rapidité égalant la lame de son opposant qu'elle n'eût le temps de voir transparaître. Sa tête tonnait d'une myriade de pensées et d'émotions qu'elle ne pouvait contrôler, dont elle ne pouvait même retracer le fil tant elles semblaient embraser son esprit jusqu'à l'en torturer. Ses phalanges se crispaient davantage sur le combiné, incapable d'agir, de réagir. Lorsque le fer s'éleva comme une mortelle sentence, elle ne fermât même les yeux – elle ancra l'océan sous ses paupières de la marque de son avenir.

Un flash aveuglant surgit devant elle. Elle le pensait être l'orfèvre de ces mythes et légendes donnés à la mort ; il n'était que celui d'un homme... ou plutôt, d'un homme-bête. L'écho de sa lance s'entrechoqua contre celui de son arme pour mieux convoquer le soleil comme son allié : un éclat qui parut lui rendre un fragment de lucidité tandis que son bras venait couvrir ses yeux pour les préserver de son pouvoir. L'escargophone tomba à ses pieds – ignorant s'il sonnait encore – jusqu'à ce que la voix de cet inconnu ne se substitue au cri de cette hyène de malheur.

Lorsque ses iris s'offrirent de nouveau au monde, elle n'eût pour régal que le flou d'une vision fragmentée, brouillée par des rayons qu'elle n'aurait dû contempler. Une forme parut traverser ce rempart hybride, qu'elle ne put définir avant que ses sens ne s'adaptent de nouveau à son environnement. Elle hissa son regard jusqu'à la stature du lapin entrecoupée par celle de son protecteur ; et elle comprit.
Un coup d'œil instinctif sur son flanc lui confirma ce que sa vue peinait encore à déceler : le membre qui avait tenté de l'occire gisait à ses côtés, tranchés par les soins de cet inconnu dont elle n'avait conscience ni de son nom ni de son rang.

Un seul son trahit ses lèvres, dont le naturel de l'évidence épousait celle de son ignorance.

« ...Qui êtes-vous ? »
L'homme-bête lui adressa un regard agacé ; « Ne t'ai-je pas dit de dégager ? »

Son attention oscilla un instant entre chacun de ces êtres se combattant l'un l'autre, devant le cadavre de son autrefois allié. Elle peinait encore à discerner ses formes correctement – un espace noir s'était hissé au cœur de sa vision, résultat du flash de tantôt – mais là, dans cet étal lointain de chair et de sang, elle crut reconnaître les détours du képi qui avait trôné si fièrement sur le crâne d'Obi. Le bout de ses doigts effleura à peine la dague de cuir qui s'était réfugié contre sa poitrine depuis la perte de son possesseur originel ; elle connaissait la douleur de la perte et le réconfort qu'apportaient cette pauvre stèle de mémoire. Elle pouvait au moins faire cela.

Sa paume s'abattit contre le renfort de fer où elle avait trouvé refuge plus tôt, redressant ses talons au plus près du sol – et d'un bond, elle se jeta en avant lorsque ce centaure portait une nouvelle attaque à son opposant, s'assurant que son attention était d'ores et déjà accaparé par un être plus grand encore.
Elle fut redevable, en un sens, à son pouvoir convoquant le sol de l'avoir aveuglé de la sorte ; car lorsqu'elle fut au flanc de la dépouille du jeune homme où viscères et chairs s'entremêlaient dans les fluides ignobles de la mort, elle n'eut à en connaître les détails, les imprimer au plus profond de son esprit. Leurs effluves funèbres suffisaient d'ores et déjà à révolter son estomac sous le joug d'un nouveau reflux.

Sa main s'empara du képi avant qu'elle ne réalise qu'une seule moitié se tenait entre ses doigts. Son pas s'arrêta, de force, tandis qu'elle se retournait à peine pour saisir la seconde – elle le regretta. Sa vue revenait, petit à petit, chassait le brouillard noir au rythme de ses paupières. Elle distingua des fragments de cervelle, d'os et de cartilages, la forme abstraite de corps mous détachés de ses arcades. Des frissons parcoururent son échine, pressant leur poids ignoble dans ses entrailles qui menacèrent de se révolter. Sa dextre s'enfonça dans ce marécage humain pour saisir le tissu du couvre-chef tandis que le dos de sa consœur se pressait contre ses lèvres afin d'épargner ses lèvres du corps poisseux de sa moitié.
Elle ne chercha pas même à oser un autre regard. Les viscères s'étendirent sur le sol au rythme de sa course, jusqu'à ce qu'il ne reste que l'hémoglobine incrustée au creux des fibres : et ainsi, elle s'élançait dans l'ombre d'une autre ruelle, les paupières froncées par le dégoût.

Son épaule heurta celle d'un homme-bête fuyant dans le sens inverse, puis un autre – elle n'eut le temps d'ajuster sa course que lorsqu'elle distingua ces ours s'avancer à leur tour pour mieux se dissimuler dans le relief d'une alcôve.

Ses pas la menèrent davantage à l'intérieur des terres, ni trop loin, ni trop près – le souvenir de l'Usagi l'empêchait de se rapprocher encore de sa présence. Elle longeait les murs de cette cité dans l'espoir de trouver un passage vers le port, s'époumonait à les arpenter : mais elle dû se stopper, arrêter sa course pour se nicher dans la venelle qui s'ouvrait à elle. Ses genoux fondirent à terre – ou presque, son front se pressa contre la pierre ô si froide qu'elle lui sembla chasser l'incendie qui avait embrasé ses pensées et son esprit. Elle n'entendait plus les voix autour d'elle avec la même imprudence, étaient devenues chuchotements à défaut de s'être tues.

Sa poitrine se soulevait au rythme de ses respirations effrénées ; et là, au milieu d'une allée dont elle ne connaissait ni le chemin ni la finalité, elle éleva son regard à travers les mèches blondes entachées par un sang inconnu à ses veines pour retrouver l'ombre d'un mât symbolisant sa faute.
__________________________________________________________
récapitulatif:

_________________


THE ETERNAL CONQUEROR







SHURA EMBERYS


Shura Emberys
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Lun 26 Déc - 16:17

[Présent] Pour Saba  Cs7z[Présent] Pour Saba  Sc3c[Présent] Pour Saba  Ykoc
Issa Gomae ; Djin Usagi ; Oumar Sanichar


Le sang s’écoulait du moignon qu’était devenu le bras gauche de l’épéiste. Fort heureusement, sa main droite demeurait sa force, l’Usagi usant de ses deux mains uniquement pour asséner des coups de grâce ou face à un adversaire pouvant le mettre en difficulté. Le lapin s’éloigna d’un bond de celui qu’il venait de le rendre manchot. Son regard parcourut brièvement sa silhouette : il ne semblait pas le connaître. Qui était-il ? Mention avait été faite de son père.

    -Es-tu affilié à cett…


Trop tard, Oumar se fichait de discuter : sa charge était lancée et le combat entamé. Son père lui avait toujours dit que sa parole était d’or, aussi il était d’un général taciturne, préférant les actes aux mots. Les premières secondes de l’affrontement furent toutefois timides pour le Sanichar, la gamine qu’il avait sauvée fondant vers les effets d’un mort gisant proche d’eux.

    -Dépêche-toi. Ajouterait-il, tout en forçant son ennemi à reculer de plusieurs bonds.


Celui-ci ne perdit pas plus de temps, de sa fourrure naquirent des éclairs qui parcourent son bras valide jusqu’à la pointe de sa lame. L’arme fut d’abord plaquée contre le moignon sanguinolent, cautérisant les chairs, puis l’assaut suivit : si le gamin ne voulait pas venir à lui, il s’en chargerait.

    -OOOOOOOOOOOOOOOOOOH !


Le Gomae était toujours aussi éberlué face à cette soudaine arrivée du gamin à la lance d’or. Il saisit une fois encore son escargophone tout en se mettant à cavaler pour imiter l’Emberys : il fallait profiter de cet évènement pour se tirer loin du monstre. Lorsque les tonalités prirent fin, le cornu alla droit au but.

    -Mec faut tout revoir. Y’a Oumar qui vient d’se pointer.
    -HEIN ? Retranscrit le gastéropode en ouvrant en grand sa gueule.
    -J’te jure il a coupé un bras à Djin pour sauver la blondasse.
    -J’arrive bientôt. Puis le gastéropode s’endormit à nouveau.




[Présent] Pour Saba  Khrr[Présent] Pour Saba  Twpa
Locky Locke ; Bad Lulu



Obi Knightwalker, s’il n’avait pas su être le crayon le mieux taillé de la trousse, il s’était démarqué par son enthousiasme sans égal et sa détermination ardente. Au fil des années le jeune homme aurait certainement pu s’ériger en une figure solide sur laquelle ses supérieurs auraient pu se reposer en toute quiétude. Un élément loyal et voué qui ne pouvait que mûrir.
De cet avenir l’épéiste avait été privé, ses restes gisant sur le port de Saba. C’était d’un regard attristé que Locky se peignait la scène en mémoire. Il ne pouvait faire que ça, désormais, pour le vert parti trop tôt : le porter en souvenir pour que jamais son combat ne s’estompe dans les méandres de l’histoire. Que d’une simple vie ne reste que de la poussière que l’on préférait ignorer, sinon se défaire d’un coup de balais.

Sa dévotion ; son regard ardent ; son sourire hébété par sa timidité ; ses discours fastidieux desquels on aimait se passer. Le Locke inscrivit tout ça dans son esprit tout en détournant son regard vers les deux silhouettes s’affrontant. Le meurtrier se trouvait dans ce duo, oui, c’était certain : un homme comme Locky aurait pu s’élancer sur le quai maintenant.

Il n’en fit cependant rien.

La vengeance n’avait guère sa place ici, ce n’était pas là son combat. Sa cause valait plus qu’une vie, plus qu’une action personnelle et irréfléchie. A cette pensée les yeux du cowboy s’écarquillèrent : les propos d’Umeshu lui revinrent en un amer écho.

    -M’sieur, m’sieur ! Soudain, la voix cristalline de Lulu le tira hors de ses tribulations. Elle est d’retour !


Son visage grave et déjà las se tourna vers le mioche qui lui faisait des grands gestes de son bras gauche pour le captiver. Son index droit pointait la cause de tout ce raffut, les yeux du révolutionnaire roulèrent ainsi dessus pour en prendre sa direction avant d’y découvrir Shura.

    -La vielle ! Ses mains en porte-voix, Lulu ne put s’empêcher de beugler. HEY L’AUTRE, MAG-


Locky aurait ordonné à ses hommes de préparer le navire afin de quitter au plus vite cette terre. Lorsque l’Emberys aurait atteint la hauteur du navire, le révolutionnaire lui aurait tendu la main pour la faire monter à bord. Ne lui resterait plus qu’à trouver les bons mots. Que ce soit pour le deuil, comme pour modérer sa potentielle envie d’y retourner Lui-même avait du mal à se contenir, son corps entier vrombissant d’une hargne vengeresse.

Intense malaise.


Réaction d'Oumar dans le post de Shura OK - vu avec elle sur discord.

Tous les PNJs ne sont pas encore révélés.
Listing des PNJs:

_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 417
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue42/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue140/500[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (140/500)
Berrys: 197.220.000 B
Lun 23 Jan - 19:00
ft.
Du monde
Pour Saba










Shalon observait avec attention l’homme-mangouste. Il s’agissait d’une espèce qu’il n’avait que peu rencontré dans sa vie, mais il fallait avouer qu’il n’était pas très pressé de lui tirer les vers du nez : si faire de la glace était une aptitude raciale, peut-être devrait-il le kidnapper pour avoir un congélateur sur patte sur leur navire. Est-ce qu’il s’agissait d’un acte répréhensible ? Seulement s’il se faisait prendre. Fixant l’hybride, il répondit avec un air presque dédaigneux :

- Air Huline, moi c’est Shalon. Lui c’est Jean-Gab, et eux deux c’est Sebastian et Castel.

Au fur et à mesure, tous levèrent la main pour saluer leur interlocuteur. Un petit sourire s’éleva sur la commissure des lèvres du plus jeune du groupe qui se demanda s’ils pouvaient faire quelque chose pour le calmer… Le gars en face d’eux était complètement parano !

- On n’a pas l’intention de te tabasser. On se demande comment tu fais pour te procurer de la glace en plein milieu du désert, fit l’ingénieur, Castel, dont le regard était parcouru de curiosité.
- En échange de cette information, on pourrait t’aider si tu as besoin de quelque chose. Notre ami, Karim, n’est pas là.

Si Jean-Gab avait dit le nom de son capitaine intentionnellement, c’était pour guetter la réaction de Air Huline. En fonction de ce que ce dernier décidait de faire, ils risquaient de devoir en arriver aux mains.


- Tous des porcs, dit Eileen à haute voix en fixant les personnes qui la reluquaient.

S’ils tentaient de l’agresser, elle leur ferait peur comme ils n’avaient jamais eu peur auparavant en utilisant le pouvoir du Fruit du Spectre, ciblé sur ces personnes. Elle détestait qu’on la reluque sans son autorisation, encore plus quand elle était en dehors de sa période où sa libido crevait le plafond. Et elle détestait encore plus qu’on reluque son amie qui était en train de baisser le regard face à ces attaques muettes incessantes.

- Le boss ? Vous voulez dire Mivi Brendao ?

Un petit sourire sur les lèvres, Eileen attendit qu’il réponde et ferait en haussant les épaules :

- Si nous savions où est Karim, nous ne serions pas là à l’heure actuelle. Il ne devrait pas tarder à se faire remarquer, cela dit. Ce serait inhabituel de sa part d’être discret plus longtemps. En revanche, on devrait pouvoir gérer sans lui… Une fois que nous aurons commencé, il saura trouver l’agitation.

Elle observa son interlocuteur. Aichounne était cloitrée contre elle tandis que Sasha observait de loin. Il fallait dire qu’une petite voix dans sa tête lui disait qu’elles allaient en baver si elles se montraient trop ouvertes ici.


- Bah hurle, lâcha Karim en voyant que la rousse en face de lui ne se laissait pas faire.

Qu’est-ce qu’il en avait à foutre d’avoir l’attention sur lui ? Il pouvait très bien tarter la gueule de tous ceux qui étaient sur son chemin. Oui, Karim n’avait aucune considération et surtout plus aucune race. Il avait longtemps attendu de revenir sur Saba, ce n’était pas pour que le premier imprévu lui coûte sa liberté en ces lieux. Et s’il fallait séquestrer quelqu’un pendant des mois pour qu’elle apprenne le respect… il n’en aurait pas la patience et abandonnerait sûrement au bout de quelques heures, mais l’idée était intéressante.

- J’suis Karim, et toi t’es qui au juste ? Répondit malgré l’énervement l’homme-loup qui n’oubliait pas les règles de politesse primaire inculquées à coup de chantage par Finn.

Enfin, Karim grogna en voyant que Le Vieux était menacé par la gamine, et se dit qu’il avait bien fait de le garder auprès de lui : quelqu’un d’aussi faible risquait sa vie face au monde.

- On va voir si TA jugulaire tient toujours quand t’auras tué le vioque, menaça l’Ookami en montrant une rangée de dents aiguisées mais sans réaliser de mouvements brusques. Tu veux pas la fermer et répondre à mes questions ?

Questions qu’il n’avait de toute évidence pas poser mais le vieillard était trop inquiet pour sa vie pour le lui rappeler. Interagir avec Karim était toujours aussi fastidieux.




Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
Shura Emberys
Shura Emberys
Messages : 148
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue31/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (31/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue184/220[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (184/220)
Berrys: 327.895.000 B
Mer 1 Fév - 10:59

pour saba

ft. karim ookami & fizz
novembre 1507, saba, east blue
__________________________________________________________



Sa course l'emmena au-delà de l'une de ces ruelles anonymes, au bout de laquelle trônait le reflet illusoire de ce navire qui avait guidé sa présence jusqu'ici. Les doigts de la jeune femme se crispèrent sur ce képi qu'elle étreignait contre elle, encore marbré dans le sang de ce comparse qu'elle n'avait qu'à peine connu – elle pensait à ses propres compagnons, à ces frères d'arme dont elle ignorait encore l'existence à travers les mers. Elle aurait voulu l'en empêcher, le protéger ; mais elle ne pouvait gouverner l'esprit des hommes quand bien même elle désirait les prévenir tout danger.

Les faciès d'hommes bêtes s'engouffrant dans les rues de Saba trouvèrent leur écho dans ses prunelles tandis qu'elle patientait, scrutait l'instant qui lui permettrait de s'engouffrer sur les lames de bois du quai.

Elle inspira, une fois, puis deux ; et retenant sa respiration comme pour galvaniser d'un peu de courage ses jambes tremblantes – une manière pour son corps de la prier de reconnaître le poids de ce traumatisme – elle s'efforça d'avancer, d'un seul coup. Ses pas effrénés résonnèrent sur les pavés, absorbés par le capharnaüm ambiant de cette révolte qui n'attendait qu'un éclat pour s'embraser.

Son regard s'attarda sur les silhouettes entassées de plusieurs fouines, dont la chair ne semblait avoir été percée que d'une unique cavité – une balle ?, se dit-elle sans arrêter sa course. Elle repensa aux pistolets que certains utilisaient dans la marine ; ses sourcils se froncèrent, forçant l'une de ses mains contre ses oreilles. L'écho d'un fusil d'autrefois avait émergé de sa mémoire pour tarauder son présent : elle revoyait Halcyone, Alexei et ses doigts teintés de poudre. Elle les relégua aux portes de ses pensées, les chassa avec autant de ferveur qu'elle ne le put – elle ne devait pas y penser. Pas maintenant. Elle s'effondrerait.

La main tendue de Locke lui apparut comme son salut dans cet enfer. Ses jambes la hissèrent jusqu'aux abords du navire, et, serrant le képi contre sa poitrine, elle empoigna sa dextre avec la force d'une désespérée. Son corps fut soulevé jusqu'au pont où il lui sembla retrouver un semblant de terre ferme sur l'ombre de la mer : un fragment de sécurité.
Elle ne la lâcha pas. Son souffle épuisait ses poumons, et, ainsi cramponnée à cette main, elle prenait doucement le temps de revenir à elle-même, de les infuser de cet air salvateur qui lui manquait tant.

La jeune femme déglutit, élevant la courbe de son regard vers celle de son vis-à-vis. Ses lèvres se pincèrent, brièvement, avant qu'elle ne délaisse sa poigne pour laisser transparaître le son de sa voix.

« Y avait-il quelqu'un avec vous sur le bateau ? Avec qui vous parlementiez ? », son ton sonna plus cassé qu'elle ne le voulut. Sa langue était sèche, pâteuse. Elle racla sa gorge en se redressant. « L'un d'entre eux l'a appelé "X". L'homme-lapin était à sa recherche, c'est pour ça qu'il... »

Elle déglutit de nouveau, sa mâchoire serrée par le dégoût qui taraudait son cou. Elle se rappela le corps d'Obi s'élançant au-devant de ces inconnus avant de n'être tranché en deux par l'un de ces opposants. Il lui avait offert son échine, s'était placé entre des âmes dont aucun ne connaissait ni l'identité ni le rôle – elle le savait. Il était responsable de sa mort, en un sens ; sa naïveté l'était. Mais la jeune femme ne pouvait s'empêcher de penser que son rôle dans son trépas était tout aussi grand.

Ses doigts se tétanisèrent sur le képi qu'elle tenait, avant de murmurer :

« ...qu'il a tué Obi., son regard se perdit dans le détail des lames de bois couvrant le pont du navire, étreinte par la fatigue qu'avaient pressé ses émotions sur son organisme. Je n'ai pas pu l'empêcher de s'élancer, il... s'est avancé si vite au cœur de leur querelle... »

Ses yeux revinrent trouver ceux de Locke, après s'être attardé un instant sur la silhouette de Lulu.

« Je serais morte moi aussi si cet individu n'était pas intervenu. Un homme-bête à la fourrure dorée : il a tranché l'un des bras de l'homme-lapin avec une facilité qui m'échappait complètement. »

Son attention oscilla entre le képi et son vis-à-vis. Un souffle s'échappa de ses lèvres, relâcha ses épaules comme si elle l'eut contenu en elle des heures durant – la tension dans ses muscles ne se déroberait pas si vite, mais elle pouvait commencer à sentir sa garde se fragmenter, ne serait-ce qu'un peu.

Sa main se tendit à son tour vers Locke, lui tendant ce képi tranché comme s'il représentait à lui seul l'existence de l'homme qui l'avait porté. Elle comprenait la force du souvenir plus que quiconque.

« Je ne pouvais rien faire pour Obi, mais... j'ai pensé que quelqu'un, sa famille, vous... aimerais au moins avoir cette trace de lui. »

Un murmure suivit ses paroles, presque étouffé.

« Pardon. »

Elle ne saurait dire à qui elle adressait ce soupir. À Locke ; Lulu ; Obi ou bien elle-même, mais il était le criant égard de son âme qu'elle n'avait su exprimer à haute voix jusqu'à maintenant.
__________________________________________________________
récapitulatif:

_________________


THE ETERNAL CONQUEROR







SHURA EMBERYS


Shura Emberys
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Sam 4 Fév - 10:15



[Présent] Pour Saba  Ynni
Aire Huline


Le groupe faisant face au Huline l’intimidait toujours autant, malgré le fait que le cornu lui assura qu’ils ne comptaient pas user de la violence. C’était que se bagarrer, Aire n’aimait pas franchement ça, même si dans sa jeunesse il avait pour habitude de distribuer des coups. La raison de la venue de ces individus était visiblement de trouver un moyen d’obtenir de la glace ? En échange de la réponse, la mangouste aurait pu obtenir de l’aide.

A ce mot si particulier, les oreilles du touffu se remuèrent brusquement, il avait une idée. Une idée certes saugrenue, mais une idée quand même. Ça aurait été une belle occasion, ouais, carrément même. De toute façon, de ces quatre-là et leurs devenirs respectifs, Aire s’en foutait un peu.

-C’est moi qui la produit en tapant. J’avais mes camarades qui m’aidaient aussi pour servir les gens, mais un roublard du Cheb les a tabassés et les tiens captifs. Vous pourriez p’tet m’aider à le dégommer ?

Pourquoi pas. Si cet affreux jojo se faisait battre par ces types, ça aurait été un cauchemar vivant en moins pour le bicolore, et si ces types trépassaient ça aurait fait des bouches en moins à nourrir. Dans les deux cas, le peuple en sortirait gagnant. Si les types face à lui acceptaient, Aire les aurait enjoint à le suivre en direction de ce qu'il qualifierait de tombeau.

[Présent] Pour Saba  R6m9
Vergono

-Mivi Brendao ? Connais pas. Moi je réponds à Chahla, si vous étiez un poil renseignés vous le sauriez.

Voyant la tronche d’une Eileen détestable qui gardait une tête d’ange toute mignonne, Vergono était déjà lassé. En plus de ça, Karim n’était pas dans le coin. Comment il gérait sa sorte d’équipage ? Que tous n’aient que son prénom aux lèvres dans le groupe de l’homme-chat suffisait à l’ennuyer.

-Il aurait préféré voir l’autre, mais on fera sans. Dans la vie faut savoir être déçu.


Lui aussi savait être acerbe quand il le fallait. Il allait ainsi composer avec ces deux personnes et les invita à le suivre. D’une façon ou d’une autre, son leader aurait su quoi faire. Il trouvait toujours un moyen de gérer les choses.

-On en a pour un brin de temps. Raconte-moi ce que vous êtes venu faire ici.

La marche allait débuter au travers du désert, au-delà des bidonvilles. Rien que d’y penser, ça le fatiguait déjà.


[Présent] Pour Saba  Dnnn
May

-Hein... C’est toi Karim ? Karim, Ookami ?

Les dagues tombèrent tandis que la surprise maquilla le visage de la rouquine. Elle s’appelait May, mais préférait ne pas le dire, c’était plus sûr. Le bonhomme qui la tenait venait de divulguer son identité et cela fit l’effet d’une bombe dans l’esprit de la rousse. Si ce gaillard était bel et bien celui que certains qualifiait du « Dernier Ookami », alors elle se trouvait face au type certainement le plus attendu de cette foutue île. Non pas que le peuple l’appréciait, au contraire…

Alors, ce que l’on disait sur lui était-il vrai ? Pourquoi venir ici sans se soucier réellement de se dévoiler si tel était le cas ? Narguait-il le peuple ? Trop de questions se bousculèrent dans le crâne étriqué de May, et puis, elle devait surtout s’occuper de ses propres affaires. Mais… mais… cet homme-loup était enfin devant elle. Ses joues pétillèrent à cette pensée.

-Je recherche une petite fille, moi. Je suis pas méchante. Et toi, tu fais quoi ici ?

Puisque Karim n’était pas une lumière, elle se serait permise de lui poser elle-même des questions.


[Présent] Pour Saba  Khrr [Présent] Pour Saba  Twpa
Locky Locke ; Bad Lulu


Bien sûr que l’Emberys comptait lui demander des comptes. C’était la moindre des choses après ce qu’elle venait de traverser. Le visage ferme, le Locke encaissa les images et paroles qui lui furent adressées. Une jeune femme certainement traumatisée dont l’esprit vacillant impactait ses capacités à délivrer sa pensée. Plus que tout, décrire une situation qu’elle ne pouvait accepter.

C’était certainement un besoin. Le dire pour commencer à en prendre réelle mesure.

Une vie venait d’être fauchée, ce juste sous ces yeux.

Ce genre de scènes, Locky en avait déjà vues un tas. Il savait comment réagir pour limiter la casse, pour ne pas voir ses camarades imploser devant lui. Aussi, le révolutionnaire laissa la blonde continuer son récit, ses mains frêles serrées sur les restes du Knightwalker.

-On l’aurait coupé en deux comme un sandwich ? Cool ta blague, mais Locke veut qu’on se tire d’ici. Alors il est où, Obi ? Lulu fixa la bleue de ses deux yeux ronds. J’ai trouvé une super insulte pour l’embêter, je veux voir sa tronch-

La main du Locke s’apposa sur le crâne du gamin, tandis qu’il acceptait de l’autre le souvenir rapporté par Shura. Il n’avait pas vraiment les mots, pour apaiser l’état éprenant la jeune femme. C’était des choses qui, malheureusement, ponctuait le fil d’une vie.

-Je suis désolé, pour lui comme pour toi. Finit-il par lâcher, son regard planté dans celui de la nouvelle. J’aurais dû être là et ça n’a pas été le cas. Nous avons reçu de la visite d’un homme de Chahla, le leader de leur pseudo mouvement révolutionnaire.

Il tourna enfin ses talons, faisant signe aux commerçants gérant le navire de préparer leur départ au plus tôt. Un nœud dans la gorge, il finit sur une phrase qu’on lui avait beaucoup trop répétée.

-Hélas, on ne peut sauver les gens ne souhaitant pas être aidés.

Ses pas étirèrent ainsi la distance le séparant de celle qui avait été mise sous sa responsabilité. Les pensées du Locke étaient emmêlées, sa mécanique interne mise à mal. Que devait-il faire réellement ? Même les grands parfois, doutaient. Aider Molly au plus vite, céder à sa rage actuelle ou prendre momentanément du recul. Lorsque l’on ne savait répondre, on préférait se terrer dans le silence.

-Bah alors…
Souffla Lulu dont l’entrain avait été balayé.

Un de plus qui partait de son petit monde, toujours les mêmes discours qui s’enchaînaient. C’était que, comme lui avait dit son père un jour : « Le monde est méchant ».

[Présent] Pour Saba  2hxy
Umeshu


Son index sanguinolent cura son nez alors que le pourpre regardait depuis les hauteurs le spectacle agitant le port. De ce qu’il avait pu voir, un nouvel élément était à prendre en considération pour leur petit projet. Ca aurait été là une chose qu’Umeshu aurait dû rapporter à son chef, il la nota en pensées, tandis que ses yeux coulèrent sur la silhouette cornue d’Issa Gomae. Et si c’était le bon moment pour lui ôter la vie ? Priver son petit groupuscule de ce perturbateur instable. Les pattes du koala frappèrent ainsi la toiture sur laquelle il s’était posé pour se rapprocher par le haut de sa cible nouvelle. Ça lui aurait pris un instant.

-Désolé Mesh’ Mesh’, on touche ni à mon gars, ni à Oumar.

Sa course fut arrêtée par un projectile balancé sur sa trajectoire. L’assassin s’était stoppé net pour éviter de se faire atteindre, deux secondes et le nuage de poussière se dissipa pour révéler un kanabo tout de noir.

-Oumar ? Je ne me rapproche pas de ce genre de type, puis j’ai des choses à faire en ville… T’as été rapide, dis.

Derrière lui venait d’apparaître le propriétaire du gourdin, sa crinière tressée et sombre habillait ses épaules et cadrait le masque couvrant son visage. Était-ce un homme-lion ? Il faisait un peu plus de trois mètres de haut, plus du double du petit être en costard.


Spoiler:


-C’est pas l’autre chat qui s’en occupe de la ville ? Vous êtes vraiment désorganisés.
-Vergono a eu un imprévu. Je dois transmettre d’ailleurs, tu permets ? Un petit escargophone fut tiré de sa veste et Umeshu composa un numéro.
-Flemme d’entendre sa voix. Mais on se revoit une prochaine fois, Mesh’gui.

D’un bond le masqué s’éclipsa, il aurait certainement rejoint son acolyte qui cavalait toujours pour s’éloigner du port. Lorsque l'escargophone ouvrit arrêta sa chansonnette, Umeshu put rapporter ce qu'il avait à dire.

-Zouhour te salue, il a libéré les Fées D’eau avec succès. Sinon Karim ne viendra pas de suite. Apparemment il est introuvable, mais bien ici.

Les traits du gastéropode se déformèrent pour retranscrire un rire gras, puis il s’éteignit.



OK pour la desc des cadavres d'hommes-fouines par Shura dans son post - vu sur discord.

Pour Shura:
Tu es libre de rajouter ou non un post de ton côté pour conclure ta partie. Si t'as des questions, n'hésite pas.

Pour Karim:
Concernant Eileen & Aïchounne, si elles suivent Vergono tu auras un trajet de quelques tours. Si tu as des dialogues etc tu peux me contacter pour obtenir les réponses et écrire ton post.
Concernant Aire Huline, si tu acceptes son offre il t'enjoint également à le suivre. Tu auras aussi un trajet de qqs tours - moins qu'Eileen - avec Shalon & son groupe. Même chose, si tu as des dialogues etc.


Tous les PNJs ne sont pas encore révélés.
Listing des PNJs:

_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 417
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue42/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue140/500[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (140/500)
Berrys: 197.220.000 B
Mer 19 Avr - 18:07
ft.
Du monde
Pour Saba










Du côté de Shalon & compagnie :

- Un roublard du Cheb ?

Comme une évidence, Shalon venait de répéter ce que son interlocuteur avait dit. C’était peut-être un manque d’imagination pour continuer la conversation. Il était certain que la cible serait cependant d’intérêt si ça pouvait réduire les défenses lors de l’assaut qui risquait d’éclater prochainement. Il se savait fort sur les Blues, et même s’il ne pouvait pas faire face à tout type de situation, la présence de ses alliés était suffisante pour lui faire prendre confiance. De toutes les manières, Jean-Gab ne manquait pas de parler là où la décision n’était pas la sienne :

- On va aider, pas de soucis ! On aime bien les personnes qui sont de bons samaritains.

Shalon haussa un sourcil. Ainsi ce gamin connaissait des mots compliqués. En tout cas, il était d’accord avec celui-ci. Il attendrait donc de se faire guider dans le but d’arrêter ceux qui risquaient de se mettre sur son chemin. Le « tombeau » serait-il loin ? Shalon n’avait pas peur de mourir, mais les autres étaient encore trop jeunes et frémirent devant cette appellation.

[]Du côté d'Eileen & compagnie :[/]

Renseigner sur quoi ? Eileen n’était pas vraiment intéressée par les renseignements. A vrai dire, si l’équipage de Karim avait bien un défaut, c’était celui d’être toujours les derniers au courant. Ca et d’autres, mais ce n’était pas le sujet.

- Il ne sera pas le seul à être déçu aujourd’hui, soupira Eileen.

Ils allaient pouvoir s’éloigner de la ville, et s’éloigner de l’agitation. A travers le désert, suivies par la femme-chat, Aichounne raconterait les raisons de leur visite. L’esclavage et la vente d’hommes-animaux qui avait lieu ici, et la colère que tous avaient ressenti devant ce phénomène. Certes, ils ne luttaient pas à une échelle suffisante pour l’arrêter partout, mais ils faisaient ce qu’ils pouvaient à leur échelle. Et puis c’était leur dernier arrêt avant de partir vers le Nouveau Monde. Ça aussi c’était important de le noter : ils n’étaient ici que pour un bref instant. Celui de donner l’opportunité aux personnes présentes de changer les choses. Cependant, par prudence, elle n’évoqua ni les révolutionnaires, ni leurs potentielles alliances. Elle ne garderait qu’un maigre corps de présence ici.

Quant à la manière de fonctionner ? Ils étaient aussi venus ici pour la trouver. Ils n’avaient pas vraiment d’idée précise. En connaissant leur capitaine, ce serait sûrement de « goumer » quelques têtes.

Du côté de Karim :

- Une petite-fille, désolé, mais je ne l’ai pas vue.

Comme si naturellement l’animosité était redescendue, le vieillard souffla en s’étalant au sol. Pour l’Ookami, ce n’était rien de plus qu’une personne qui avait des aptitudes et s’en servait sans réfléchir. Comme lui. Ouais, elle et lui, ils étaient pareils. Il réfléchit un bref instant, et répondit avec un air sérieux :

- Je suis là pour les esclaves.

Un blanc s’abattit : ou du moins, le Vieux devint livide, avant de s’empresser de préciser :

- Libérer les esclaves ! Il vient là pour ça. Enfin, entre autre.
- Ouais, c’est ce que j’ai dit.


Karim pschitta en se tournant à nouveau vers la demoiselle qu’il avait quitté du regard un instant.

- Mais si tu veux, comme t’es pas méchante, je peux t’aider à retrouver la petite fille.

Il était sérieux. Encore une fois, et de toute évidence, Karim manquait à tous les codes. Il avait pourtant une mission. Allait-il tenter de trouver la gamine en reniflant partout ? En tout cas, il était loin d’être aussi buté que quelques instants auparavant. Son regard tourné vers la jeune femme, en attendant une réponse de sa part. Si elle refusait, il accepterait et aurait déjà oublié pourquoi il l’avait alpaguée. Peut-être qu’elle s’en sortait mieux que s’il avait réellement été en train de réfléchir, ce qui n’arrivait pas tous les jours.





Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Lun 29 Mai - 17:20



[Présent] Pour Saba  Dnnn
May

-C’est donc vrai.

Subjuguée par les rapides révélations quant à l’objectif de Karim, May ne put empêcher ses joues de roussir. Ce type, aussi idiot qu’il semblait être, avait bien pour objectif de rectifier les actes des siens. En tous cas, c’était ce que cette première lecture de la situation amenait à conclure. Était-ce pour autant vrai ? Et si l’Ookami était plus dense que ça… peut-être que…

Pulupulupulu.

Là, dans sa poche de short, son mini-escargophone se mit à beugler. Ça la surprit un temps, la dérangeait même, ses yeux détaillèrent l’homme-loup : il ne semblait pas gêné. Devait-elle répondre ? C’était probablement l’autre cornu, la rouquine ne pouvait se permettre de l’ignorer. D’une hésitante main, elle saisit son escargophone qui se grima bientôt d’un affreux minois.

-May, ramène l’enfant. Il souhaite la voir avant son point avec Juan.
-Pour sûr, je…
-Tu as dix minutes.

Le « Gatcha » de l’escargophone en couperet, la jeune femme fut laissée démunie. Dans cette grande cité, allait-elle réussir à trouver la gamine ? Elle était seule, devant le fameux Karim qui lui proposait son aide. Peut-être pouvait-il lui être utile ? May douta : si les intentions de cet individu allaient à l’encontre du Cheb, elle pourrait être responsable d’une crise. Demain était le jour J, celui que toute l’équipe avait attendu. Elle ne pouvait se permettre de tout envoyer en l’air.

Pour autant les ordres de Big étaient absolus.

-J’ai besoin de ton aide pour trouver la petite. Elle fait cette taille, à peu près – sa main en marqueur, à hauteur de son ventre – blondinette aux yeux céruléens. Elle porte un kimono de la même couleur. Comme ça.

Vu son air ahuri, il s’agissait bien de préciser ce point… May tendit une pochette de soie bleue pour illustrer. Elle avait porté le tissu sous le nez de Karim, s’attendant à ce qu’il le renifle. C’était comme ça que ça marchait les hommes-bêtes, non ? Elle espérait en tous cas, ça l’émoustillait.

-Aide moi à la trouver en quelques minutes et je t’aide pour les esclaves.


___


La cité de Saba était dense et se décomposait en différents cercles, eux-mêmes découpés en portion selon le type d’activité ciblé. Passé le divertissement et la restauration, une part majeure de Saba était dédié aux commerces vendus comme locaux. Si la principale cible était les vacanciers, certains nobles s’étant expatriés en ces lieux y trouvaient aussi bien leur compte. A force, ils avaient le don de différencier une enseigne attrape-touristes d’une authentique. Les ruelles de ces zones commerciales étaient jonchées de boutiques, la grande partie ayant des stands externes au-devant pour attirer les clients, d’autres étaient plus discrètes et rustiques.

C’était le cas d’une certaine boutique, dont on pouvait voir bon nombre de bocaux colorés entourés de végétations au travers de la vitrine. Surplombant celle-ci, une enseigne en bois sculpté annonçait le nom de l’affaire : « Jardin-Désert ». Pas folichon, mais la tenante semblait aimer l’opposition des termes ainsi que son évidente référence. De part et d’autre de l’enseigne, des guirlandes de plantes – séchées et autres fleurs mêlées en kaléidoscope – libéraient leurs forts parfums en décorant l’enseigne. Les fleurs gardaient leurs pétants malgré le climat aride grâce aux humidificateurs présents un peu partout sur les façades.

Une herboristerie, en somme, une affaire banale et ignorable.

La cloche d’entrée annonça la venue de potentiels clients.


Sorry pour le délai. Tu me sais, je te sais, peut-être pas si bien que ça au final, sinon on serait à un marr...

Pour le groupe de Shalon et celui d'Eileen : chacun a du chemin à faire dans le désert, ils sont accompagnés par Aire pour l'un, Vergono pour l'autre. La trotte est plutôt longue et il y a peu à décrire - hormis un désert et quelques vestiges. Si tu souhaites décrire ça ce tour ou d'autre, libre à toi. Tu peux me poser des questions sur Discord. Pour ce qui est des dialogues entre tes PNJs et leur accompagnateur, tu peux me poser les questions sur Discord. Un debrief pourra être fait au moment où ils arriveront aux abords des lieux ciblés ("Le Tombeau" pour l'un, quelque-part pour l'autre). Aussi, je préfère passer sous silence ce passage pour respecter la temporalité. Selon ton feedback, je m'adapterais.

Pour Karim, le toutou et le vieux : on se voit sur Discord pour la suite. On va jouer aux dés, selon ce que tu fais.


Tous les PNJs ne sont pas encore révélés.
Listing des PNJs:

_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 417
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue42/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue140/500[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (140/500)
Berrys: 197.220.000 B
Mer 31 Mai - 23:39
ft.
Du monde
Pour Saba










La rouquine semblait avoir des choses à dire, dommage qu’elle n’ait pas une oreille attentive en face d’elle. Enfin, pour Karim c’était du pareil au même : il avait surtout l’intention d’atteindre ses objectifs. Genre, l’esclavage, le Cheb, tous ces tocards à bouter hors de l’île et ensuite se barrer d’ici. Il avait à faire ailleurs après tout. Quand il se décida enfin à se lancer dans l’inspection de la sacoche, il la renifla sans conviction, n’ayant pas la présence d’esprit de la filer à son loup.

- Bah je suis pas un limier quoi, dirait-il en dévisageant finalement son interlocutrice sous le regard dépité du Vieux et de son loup de compagnie.

Lorsqu’il s’élança dans les airs pour voir un peu mieux la situation, il tenta d’imaginer dans quelle direction pouvait se trouver la gamine qu’il devait rechercher. Il n’en avait foutrement aucune idée, alors il partit un peu au hasard. Heureusement qu’il avait un peu de chance – un peu plus que ce qu’il en pensait. Et finalement, il se dirigea vers le troisième cercle de Saba. Quelques commerces et spectacles de rue venaient parasiter son ouïe. Il ne prit même pas le temps de les détailler alors que le Vieux bavait devant une danseuse de rue à la fourrure soigneusement brossée.

- Ca sent les herbes, c’est dégueulasse, ferait Karim en reniflant.

D’ailleurs, le loup en faisait de même. Ah, y’avait même des personnes qui hurlaient « Aïchounne, Aïchounne, Aïchounne » suivi de « T’es choum, t’es choum, t’es choum ». Le Vieux se demandait ce qu’il se passait et il commença à jouer des coudes quand certains entamèrent un « Aïko, Aïko, Aïko, c’est beau… ». Après l’avoir perdu de vue au milieu des saoulards – il était dans son milieu naturel – un type un peu éméché grognait qu’il s’était fait pousser par un nabot. Certaines personnes interrogées racontèrent avoir vu la gamine dont ils parlaient avec un furet entrer dans la boutique et d’autres sans le furet, partant.

- Elle s’est p’tête barrée. Va voir avec le clebs dans la direction. Toi, essaye de la suivre à la trace.

Le loup aboya et il suivrait la rousse si elle obtempérait. Enfin, le blond se dirigea vers l’herboriste où était entré la gamine qu’il devait trouver… Et même si ça empestait les herbes, ce ne fut pas ce qui le dérangea le plus. Il écarquilla les yeux face à l’organisation du magasin : des armoires avec des pots en verre et en céramique, un comptoir sans personne et un peu avant un meuble d’environ un mètre vingt avec des bocaux, des plantes et…

- Fizz ? Ferait Karim en s’approchant. Il est pas mort quand même ?

Il regarda la créature qui se trouvait sur le comptoir. Tous les furets se ressemblaient pour lui, mais bon là c’était un peu abusé. Des voix dans l’autre pièce semblaient échanger, donc y’avait bien des gens…

- EH OH, Y’A UN FURET MORT SUR LA COMMODE, ferait Karim. ET SORTEZ, J’AI DES QUESTIONS.

Il vérifierait tout de même si le furet était mort, ou s’il agonisait – au cas où il fallait l’achever.






Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Lun 5 Juin - 11:20



[Présent] Pour Saba  M6rr
Aïko Pachou

-Qu’on coupe la langue à ceux qui pensent le contraire ! Cette gamine ne vaut pas un centième de c’que je suis !

Au milieu de l’attroupement se trouvait une gamine, elle se tenait debout sur un tabouret. La quatrozaine certainement. Son accoutrement était banal, si l’on ne considérait pas le serre-tête cornu couleur peau qu’Aïko portait. Ca avait le don de la doter d’attributs bestiaux, comme l’autre-là… Elle agitait de sa main droite un portrait de la femme-chienne qu’elle détestait, Aïchounne. Ses petits évènements étaient monnaie courante dans ces rues. Les gens la connaissaient bien et aimaient la suivre dans ses délires : soit pour s’en moquer, soit pour se faire de l’argent si la demande n’était pas aberrante.  

-Celui qui a une info sur où elle est, je lui file des berrys, celui qui me la ramène vivante, je lui file encore plus de berrys ! Et celui qui me ramène sa dépouille, c’est tout pareil avec pour droit un de mes bécots ! Et maintenant…

Sa seconde main s’éleva pour montrer un second portrait. Une gamine, également, bien humaine cette fois, la chevelure d’or et les yeux bleus.

-Shahdi la pouffiasse !


___
[Présent] Pour Saba  9sjd[Présent] Pour Saba  2hxy
Khaliss Doragol ; Umeshu

-Il ne se déplace jamais sans son toutou.
-Si ton Juan nous ment, Chahla t’attribuera aussi la faute.

La femme faucon n’avait détaché son regard de la boule de poil depuis qu’elle était entrée. Umeshu était l’un de ces types qui tenait ses paroles comme leurs sous-entendus. Pour le bon, comme le mauvais. Il était rare de le voir le jour, encore plus dans la cité. C’était un homme qui aimait rester dans l’ombre, établir ses magouilles avec son maître, pour laisser à leurs soldats le dégoût du terrain. Aussi, la Doragol ne put lui adresser qu’un rictus en réponse à cette pittoresque promesse.

Aucune raison d’en arriver à tel extrême, ne lui faisait-on pas confiance ?

-Vous verr-

Là, un tintement annonça la venue d’un autre individu. Ce dernier sembla s’exciter à beugler comme un imbécile. Si l’atmosphère eut l’opportunité de se décrisper, la commerçante sortit de l’arrière-boutique pour aller à sa rencontre. Elle fut agacée de sentir son interlocuteur la suivre.

-Un furet mort ? Il dort, on me l’a amené pour que je le soigne. T’as un pro-
-Et tu es ? questionna Umeshu, se révélant à l’inconnu, mimant de ses mains le fait de retirer une capuche.

Le regard satisfait du koala se détacha de la silhouette encapuchonnée pour s’apposer un instant sur Khaliss. Selon l’identité de ce type, la tenante de boutique aurait potentiellement un cadavre sur la conscience. Ce simple constat eut le don de l’emmerder, c’était bien la raison pour laquelle elle n’aimait être vue en compagnie de ces gens.

___
[Présent] Pour Saba  Dnnn
May

-Mais…

Karim s’était élancé après avoir remis son numéro à May, sans chercher la réciproque. Si la rouquine parut ahurie, elle se ressaisit au plus tôt pour reprendre sa cavale à la recherche de la gamine. Les minutes s’égrenaient et la pression s’accroissaient à mesure de ses pas. Elle n’avait pas envie de se risquer à décevoir les attentes de Big.

-Renifle ça, toi, sois utile ! Cracha-t-elle au toutou de l’Ookami, lui foutant à hauteur de museau le tissu de l’enfant. On va où ?

D’un soupir elle continua sa course, jusqu’à atteindre une intersection donnant sur une plus grande avenue. Moins bondée, cette fois, dans quel sens la prendre ? Elle ne savait pas trop, une chance sur deux, sinon se remettre à…

Gauche ou droite ?


…un pauvre chien ayant l'air aussi malin que son maître.


_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 417
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue42/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue140/500[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (140/500)
Berrys: 197.220.000 B
Jeu 8 Juin - 21:20
ft.
Du monde
Pour Saba










Le chien-loup qui accompagnait Karim et Le Vieux, avant de bifurquer pour accompagner la rouquine, était fourni d’un pelage noir qui le protégeait de la chaleur autant que du froid. Son odorat était bien sûr l’un des atouts de son espèce. Il observait avec peu d’intentions cavalières celle qu’on lui avait demandé de suivre, mais après tout pourquoi ne pas bifurquer au premier stand de bouffe qu’il croisait ? C’était tout simplement une question de principes : celui d’obéir pour ensuite quémander une récompense amplement méritée. Des lingots ? Très peu pour lui. Des côtelettes d’agneau ? Sans nul doute. Ainsi lorsqu’il sentit ce que lui tendait la demoiselle, il se demanda un instant s’il ne devait pas bouffer la main qui tenait l’objet d’une puanteur nauséabonde. En revanche, c’était une piste facile à tracer.

S’élançant en direction de la piste, il continua sa route jusqu’à apercevoir un groupe de personnes. Voilà, il avait suivi la trace. Il avait accompli sa mission. A lui le pactole ! Des petits os volaient déjà devant ses yeux quand son esprit canin analysa subitement la situation. Il fallait qu’il ramène quelque chose qui prouve qu’il était arrivé à la cible donnée.

Trois hommes menaçaient les deux petites silhouettes, une sorte d’homme-châtaigne et une petite fille aux cheveux blonds. Il vit le filet et les coutelas. D’un bond d’une étonnante adresse, il atterrit sur la main de celui qui tenait le filet et l’obligea à lâcher son arme avant d’utiliser ses pattes arrières pour le faire sauter en direction du mur le plus proche. Il grogna ceux qui tenaient les lames sans remarquer qu’il attirait l’attention sur lui. Tournant brièvement la tête, il fit un clin d’œil, la langue pendante, à la petite fille qui sentait les herbes.

Et s’il faisait fuir les deux hommes ou si la rouquine s’en occupait ? Alors il aurait tout le loisir pour tirer sur la manche de cette poupée aux yeux céruléens pour l’emmener jusqu’au regard ardent de Karim. Et là ? Il se voyait déjà noyé sous des dizaines de côtelettes d’agneaux. Il faudrait qu’il trouve un endroit pour cacher les os. Mais bon, la dernière fois qu’il avait creusé la calle, on l’avait engueulé… Alors cette fois-ci, ce serait dans une piaule, pas le choix.

« Eurk ». Les jeunes n’avaient plus aucune retenue. La demoiselle qui faisait son show était décidément d’une génération qu’il ne comprenait pas. A son époque, personne ne se mettait en scène comme ça. Oh, bien sûr il les avait fréquentés ces cabarets avec Mamyline Mollo, mais c’était une époque plus douce. On s’excitait sur un petit bout de cheville et puis voilà. La décadence !

Et puis il entendit le mot « berry ». Eh, ça pouvait leur rapporter gros ? Il pouvait en tirer combien ? Assez pour quitter ces demeurés et vivre le reste de sa vie tranquille ? Personne ne saurait que c’était lui s’il le faisait… La tentation était grande, mais il eut une pensée émue pour la petite Aïchounne. « Non, je ne peux pas lui faire ça… ». En revanche, il devait en savoir plus sur ça, alors il alpagua le premier crétin qui voudrait bien lui répondre :

- C’est qui la femme-chienne sur l’image ? Vous avez pas plus d’infos sur elle ? Genre, pourquoi elle la veut morte ?

Il tira de sa poche un petit billet pour qu’on lui réponde au besoin. Tout l’or du Cap’tain !

- Il dort ? Fit Karim en le touchant du bout du doigt avec un air de dégoût. Il était plus vivace la dernière fois. J’ai un médecin dans mon équipage, moi ?

Il ne se souvenait clairement pas qu’Eileen était médecin de son équipage, alors même qu’elle avait passé des semaines à le soigner dernièrement. Il était sorti vivant de Saint-Johns et avait survécu à un pseudo-Buster Call, même s’il était juste un peu interpellé. D’ailleurs, Sasha aussi était médecin, mais bon ça il s’en foutait.

D’un air un peu distrait, il aperçut l’homme-koala. Il faillit l’ignorer mais une petite voix dans sa tête lui disait qu’il n’avancerait pas en ignorant les grandes personnes qui s’adressaient à lui. Puis il se souvint qu’il avait presque trente ans, et qu’il n’était plus un enfant.

- J’suis Karim, fit-il en saisissant Fizz pour éviter qu’on ne s’en prenne à lui. Karim Ookami.

Il n’avait pas vraiment envie de s’étaler sur le sujet. A vrai dire comme il se foutait bien de savoir qui étaient ses interlocuteurs, il ne leur posa pas de question en retour. Mais bon, d’habitude les gens pouvaient pas s’empêcher de la ramener alors il écouterait peut-être. Ou peut-être pas. D’ailleurs, il retira sa capuche d’une main, tenant Fizz de l’autre. Ceux-ci s’élevèrent quand un peu d’électricité vint les porter vers le haut.

- Ah oui ? T'as pas peur de traîner dans le coin ? Beaucoup de gens en veulent aux tiens, tu sais.

L'autre fit une grimace, mais lui semblait content. Le koala tendit la main à un Karim qui la regarda juste, et il sembla déçu de ne pas se l'être faite touchée.

- Je suis Umeshu. Mon leader n'attendait que toi, pour espérer rétablir les choses ici.
- Ton leader ? C'est qui ?
Répondrait Karim, un air abruti sur le visage.

Son interlocuteur semblait intrigué, fronçant les sourcils.

- Je pensais que tu étais un minimum renseigné. Chahla est notre principal protecteur ici. Il s’assure que notre peuple se porte au mieux, considérant le Cheb, les tiens et d’autres peuvent faire.
- Et il veut que je fasse quoi le Cha... Euh, Monsieur là ? Genre, moi j'veux juste péter la gueule du Cheb et couper le trafic d'esclaves.


Après tout il ne s'en était jamais vraiment caché. Et il pouvait le faire ici, maintenant... Enfin, l'autre malpolie ferma les stores. Et tout à coup, Karim se rendit compte qu'il avait formulé une phrase cohérente. C'était sûr que le koala n'était pas prêt pour ça !

- Le Cheb ? On pourrait le mettre à mal oui… demain, il devrait prendre parole en publique avant de lancer un spectacle d’inauguration. Il serait aisé de l’abattre, bien qu’il sera sûrement protégé. Mais, faire ça en publique pourrait nous apporter plus de problèmes. Des répercussions.

Karim regarda des yeux pleins d'espoirs. Pourquoi il fallait forcément le faire en public ? Dans une taverne ça suffisait. La femme-faucon semblait être stressée, d'ailleurs elle tapait du pied, ce qui agaça Karim qui claqua de la langue en réponse. Il ne voyait pas où voulait en venir son interlocuteur. C'était dommage qu'il se soit séparé du vioc.

Frappant son poing dans sa paume ouverte, et la refermant, il sourit :

- Je le tuerai pas. Je ne tue pas. Enfin, si faut le goumer j'peux le faire. J'ai rien de prévu demain.



Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Dim 11 Juin - 10:35



[Présent] Pour Saba  9sjd[Présent] Pour Saba  2hxy
Khaliss Doragol ; Umeshu

Umeshu fut surpris de rencontrer l’Ookami en ces lieux, bien qu’il sût que ce dernier risquait d’être présent dans la cité. Vergono escortait déjà certains de ses camarades vers son leader, mais le koala garda le silence sur ce point. Il avait visiblement réussi à capturer l’attention et les intérêts primaires de l’homme-loup sans grand problème. Ce type brut de pomme, dont le fonctionnement semblait similaire à celui d’un gamin, devait bien avoir du mal dans la vie de tous les jours. Comment pouvait-on s’amuser à l’assimiler à ses pairs, qui, eux, n’étaient que malicieuse malveillance ?

Abattre le Cheb était bien une idée que le violet souhaitait explorer et Karim tombait à pic pour servir de cobaye. Et si le révolutionnaire se faisait gourmant, mêlant son farouche plan à cette chance ?

-Crois-tu que ça ait un sens de le « goumer » à la vue de tous ? Des riches et touristes, bien sûr, mais aussi notre peuple, qui n’éprouve pour lui que de la haine ? On pourrait faire passer un message fort. Plus qu’il ne l’aurait été si on faisait disparaître ce type en silence. Non ?

Une pièce jetée à la fontaine, simple évaluation de l’esprit du Constella. Sa réponse eut le don de hérisser les poils dorsaux d’Umeshu, une suée froide le prit tandis qu’il rétorqua d’un simple rictus.

-Ahah, on dirait les paroles d'un assassin du Cipher Pol 9. Ouais, t'as raison. Bon, faut s'y coller hein !
-Bien. Le nabot se racla la gorge. Demain à dix heures, le Cheb devrait débuter son discours devant le palais. Il s’y rendra en char, lors d’un défilé débutant une demi-heure plus tôt. Bien sûr, il sera accompagné. Tu auras notre soutien, ou plutôt, tu nous soutiendras. Vois-ça comme tu le sens.

L’homme de Chahla chercha dans sa poche de veste un mini Den Den Mushi puis le tendit à son nouvel allié. Souvent on disait que la crédulité était le terreau du génie, valait mieux rester proche de ce genre de profil.

-Prends cet escargophone. Nous te contacterons au besoin. En attendant, ne crée pas de problèmes. L’effet de surprise, c’est ce qu’il faut rechercher.

Il aurait pris le temps de répondre aux questions qu’auraient pu avoir le louveteau, puis adresserait à la Doragol un dernier message.

-Khaliss, ce fut un plaisir. Ton ami devrait bien se porter, tout compte fait.

La cloche d’entrée tinta une nouvelle fois, annonçant sa sortie, la boule de poil disparut d’un pas-vif pour prendre de la hauteur. Il se réjouissait d’avance de ce qui allait se passer. Concernant l’opportunité que la femme-faucon lui avait apportée via son contact, Umeshu se ferait un plaisir de la refiler à Zouhour.

Un double-shot pour descendre le Cheb. Si le premier ratait et se retrouvait capturé, ça aurait fait un élément imprévisible en moins. Que du plaisir, donc.


___
[Présent] Pour Saba  Op8t[Présent] Pour Saba  R1x0[Présent] Pour Saba  Dnnn
Shahdi ; Nepentes ; May

Shahdi et son ami s’étaient retrouvés dos au mur, dans une des nombreuses ruelles donnant sur une impasse, face à trois hommes aux intentions pernicieuses. Ceux-là semblaient marmonner dans leurs barbes de saoulard quelques mots inintelligibles. Nepentes décela seulement le terme « Berry », ce qui ne l’avançait pas grandement. Pourquoi en ce jour il fallut que ça lui tombe dessus ? Son plan avait été jusqu’alors parfait. Devait-il se faire la malle dès maintenant quitte à abandonner la petite ?

La réponse lui fut apportée sans plus de réflexion : un chien noir s’élança sur le trio de mercenaires pour les gêner, sinon défaire. La situation escalada bien rapidement, des dagues filèrent vers les cou de ces hommes pour les tailler. La tension enfla pour le bougre au bonnet, tandis que Shahdi fixait le toutou à la langue pendante.

-Tout mign…
-On rentre Shahdi. May apparut, ses dagues virevoltant jusqu’à leurs étuis dorsaux cachés par sa crinière. On en a fait assez pour aujourd’hui. Aller, viens.

La rouquine tendit sa main à l’enfant à la mine dépitée. Son regard se balada entre cette main tendue, son nouvel ami et l’animal qu’elle avait envie de câliner.  Aussi, d’un revers, Shahdi prit son courage pour dégager la main de May et saisir celle de Nepentes.

-Non ! J’veux jouer moi. Hein, Nepnep’ ? On est là pour s’amuser, on fait rien de mal… Puis le toutou peut rester avec nous pour me protéger au cas où, hein ?
-Je t’ai dit qu’on doit rentrer, tu joueras plus tard. J’ai perdu assez de temps. Ni toi ni moi n’avons envie de rendre mécontent Big.

Le visage de May s’aggrava, elle saisit l’un des bras de la blonde puis la tira de force avec elle. Nepentes n’eut l’envie de se débattre, après la démonstration qu’avait réalisée cette femme. Il déglutit seulement, se débarrassant de la main par laquelle Shahdi le tenait. La gardienne de la gamine la souleva puis la porta sur son dos, tenant fermement ses tibias. Elle n’avait plus qu’à s’élancer vers le restaurant. Quelle heure était-il ? Le minuteur en était où ?

Nepentes comprit qu’il venait de perdre son précieux. Il l’avait mal et s’était comporté en lâche, encore une fois.

-Hey ! Cria-t-il au chien noir, avant qu’il n’eut le temps de s’élancer dans quelconque direction. Laisse moi te monter et on va la pister ! Shahdi est notre amie, faut la sortir de là. Non ?


A quoi s’attendait-il, à parler à un toutou ?

___
[Présent] Pour Saba  M6rr
Aïko Pachou

-J’en sais rien moi, mais quand Aïko veut quelque-chose, il faut généralement lui apporter : ça peut changer ta vie. Elle est friquée de chez friquée. Baragouina un premier type au vieil homme.
-C’est qu’une pouffe qui se pense plus belle qu’elle. Continua un autre à la voix fluette, le torse nu collant de bière. Elle ne devrait pas exister !  Puis il beugla, les mains en porte-voix. Aiiiiiiikoo t’es la plus belle !

La gamine adorait cet effluve, non pas celle de l’alcool et de la sueur, mais plutôt celle de l’effervescence de laquelle elle était encore une fois le centre. Aïko se sentait aimée, sur un piédestal, et ça n’avait pas de prix. Elle continua ainsi en se laissant porter par l’excitation, brandissant toujours le portrait de Shahdi.

-Celui qui me la ramène, elle, morte ou vive, je lui offre une chambre dans ma villa au bo-

Ce fut bref et parmi l’ivre foule peu auraient perçu la gerbe écarlate sortant de la poitrine de la gamine, avant sa chute. Elle ne s’échoua cependant pas au sol, un cinquantenaire à la chevelure argentée la réceptionna dans ses bras. Son kimono se macula de son sang au contact, aussi il aurait gardé la petite contre lui – maintenant d’une main le dos de son crâne, pour ne pas que sa tête tombe en arrière et que la scène ne semble plus louche qu’elle ne l’était déjà.

-Ah… elle s’est assoupie. Je lui avais dit pourtant, de faire attention à son sommeil. Ça et l’énergie que vous lui donnez. Je vais me charger de la ramener chez elle, tirez-vous.

Sam, de son prénom, espérait que ces saoulards le laissent tranquille. Il n’avait pas envie de créer de l’agitation inutile, pas maintenant. Sa mission avait été remplie, bien que glauque, et il ne souhaitait qu'obtenir des compliments de sa cheffe.

Spoiler:


PNJisation vue sur Discord - que ce soit sur le post de Karim comme dans celui-ci.

_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 417
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue42/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue140/500[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (140/500)
Berrys: 197.220.000 B
Mar 13 Juin - 23:29
ft.
Du monde
Pour Saba










L’homme-loup regarda son interlocuteur qui semblait avoir plus d’une idée en tête. Enfin, ça faisait au moins un d’eux deux qui réfléchissait, et c’était déjà beaucoup. Se contentant de sourire avec le furet sous le bras, il zieuta la femme-faucon qui se trouvait encore ici. Il faillit lâcher un « C’est gênant » maintenant qu’ils étaient seuls, mais en fait il pouvait juste se barrer. Et ça c’était le pied. Du coup, en se retournant il entendit que Fizz devrait se réveiller dans la soirée. Il le regarda avec un air mélancolique, sans même savoir si c’était le furet qu’il connaissait. Après tout, il ne maitrisait pas le fluide de l’observation, et les jumeaux ça existait. Ainsi, il s’excita à sortir de l’herboristerie… Avant d’y revenir, ayant pensé à quelque chose. Les allers-retours, ça le connaissait.

- Eh, Madame euh… Enfin Madame-Madame. J’ai une question. Le gars-là, vous le connaissez ? Il est quoi pour vous ?

Peu importe la réponse, il ne saurait pas trop quoi en faire. Après tout, il était peu probable qu’on lui réponde qu’il était une entité malfaisante. Mais c’était peut-être un créancier ou un truc du genre, un mot compliqué qui mettrait un terme à la conversation tant Karim ne voudrait pas passer pour un inculte. Fizz, lui, il aurait su. Se tirant donc du magasin, il irait voir ceux qui se trouvaient non loin d’ici. Mais à vrai dire, il voudrait surtout retrouver le Vieux pour qu’il se cache avec Fizz. La journée de demain s’annonçait vraiment pleine de surprises. Ah, fallait qu’il dise à ses camarades ce qu’il en était. Il avait pris un escargophone avec lui ? Bien sûr que non…

- Oulah, ferait le Vieux en observant la scène.

Elle venait de se faire buter. Son intrigue venait de crever, il en était sûr. Avec l’angle, et tout, elle était morte. Le gars n’avait même pas bronché en plus, et il jouait la comédie. Dans ces moments-là, il l’avait appris à la décharge de Goa, valait mieux faire comme si on n’avait rien vu. Il opina du chef, se contentant donc de tourner les talons. Allez, il ferait comme s’il n’avait vraiment absolument rien vu. D’ailleurs, de toutes les manières, il voyait que Karim sortait et re-rentrait dans le magasin. Et en ressortait. Quelle girouette ce gars-là.

- Eh, y’a un truc pas net avec Aichounne, ferait le vioc’.
- Ah, t’as remarqué toi aussi ?!
Répondrait Karim. Elle vole bien dans le cellier, la nuit, hein ? J’ai senti une odeur de can…
- J’te parle pas de ça. Enfin peu importe. Ça ne doit être rien. Elle n’a pas dû se faire que des amis.


Karim leva un sourcil. Enfin ça ne le regardait pas, il valait mieux qu’il ne s’en mêle pas tout de suite. Ainsi en s’éloignant des personnes présentes, ils pourraient regagner un endroit plus tranquille. Enfin, c’était sans le hurlement du loup qui les interpellerait quelques secondes plus tard et que Karim suivrait après avoir refilé le furet au vieux.

- Je fais quoi avec ça ? Commencerait à demander le vioc avant de grogner. Bon, retour au navire nous.

Le chien-loup avait beau avoir accompli sa mission, il ne savait pas exactement comment le signaler. Il ne voulait pas vraiment faire des siennes, mais il fallait qu’il trouve un moyen de prévenir Karim. Et quoi de mieux quand on n’a pas d’appareil que de hurler ? Son hurlement fut d’ailleurs très sonore, même si entrecoupé par des moments où Nepentes lui parlait.

Quand il verrait sûrement débarquer Karim, il se mettrait à suivre la piste que lui donnait l’espèce de petit pervers sur pattes. Le gamin pourrait voir l’homme-loup, tête découverte ayant complètement oublié sa capuche déambuler dans les rues. Il se dirigerait sûrement vers le loup qui se dirigeait lui-même vers la source de l’odeur. Enfin, s’il la perdait les deux trouveraient sûrement un endroit où s’abriter rapidement. Il faisait chaud, et il fallait reprendre des forces après tout.




Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Mer 14 Juin - 15:04



[Présent] Pour Saba  9sjd
Khaliss Doragol

-Lui ? Fit Khaliss à l’attention de Karim. C’est Umeshu, le second de Chahla. Il s’occupe de mettre en œuvre ses plans et coordonner ceux qui ont rejoint son mouvement. Chahla ne s’expose que rarement, sa tête est mise à prix par le Cheb et Big.

Bien sûr, il n'y avait pas que Chahla qui était ciblé. D'autres énergumènes s'opposant frontalement au Cheb l'était. C'était le cas de la tête brûlée qu'était "X" ainsi que ses camarades.

-Certains hommes-bêtes seraient prêts à le compromettre pour espérer changer leurs vies. C’est comme ça, la précarité, ça pousse à revoir ses priorités. Chacun son chacun, disent-ils.

Cependant, une occasion sur laquelle travaillait le mouvement révolutionnaire allait enfin se présenter à eux. Un jour où, devant tous, le Cheb et ses hommes s’exposeraient. C’était une occasion rêvée de les renverser, certainement par la force. Les coups-bas fonctionnant peu, de ce qu’elle entendit. Cependant, à agir ainsi il fallait prendre des précautions : c’était à Umeshu et ses camarades d’agir en amont pour préparer le terrain, minimiser les risques.

-Demain sera une journée historique, si Chahla et toi parvenez à atteindre le Cheb. Mais si l’offensive est un échec, les répercussions seront terribles.

Karim sembla remettre en question le doute émit par Khaliss. Le risque valait la chandelle, pourtant, mais peut-être que la Doragol pensait que les choses devaient rester tel quel.

-Je pense que la cause est juste et j’ai confiance en Chahla. Mais, j’ai peur, car je sais que Big trouvera toujours un moyen de nous arracher le peu qu’on a. Puis ceux qui sont intégrés - elle soupira à l'utilisation de ce terme - comme moi seront certainement jetés dans les bidonvilles.

Sur ces mots, l’Ookami la laissa finalement. Il semblait avoir saisi son point de vue, peut-être.

___
[Présent] Pour Saba  R1x0
Nepentes

-Hey mon pote, j’te veux rien d’mal, ok ? C’est quoi ton problème, pourquoi tu beugles ?

La bestiole ne semblait pas être très réceptive à Nepentes.

-Putain, putain, putain… Elle est allée là-bas. Il pointa du doigt la direction dans laquelle la rousse s’en était allée. T’as un museau, ça sert à ça aussi.

Lorsque l’animal se mit finalement en mouvement, voyant son maître débouler en sa direction, Nepentes fit au mieux pour le suivre en cavalant. Ses petites jambes étaient déjà bien fatiguées de sa journée avec Shahdi, mais son plan avait été si parfait qu’il ne pouvait se permettre d’abandonner. Quitte à risquer gros.

Leur course les menèrent au second cercle le plus proche du Palais, devant un luxueux restaurant. Malgré le panonceau tourné du côté « fermé » visible derrière la double porte vitrée, Nepentes fut pris d’un élan de gourmandise et franchit l’entrée. Il avait besoin de savoir. Un hôte tenta de le stopper dans son entreprise, lui arrachant son bonnet, mais le court sur pattes put se rendre dans une première salle : des tables dressées, vierge de monde. Le petit homme esquiva une énième prise, glissant au sol sur son ciré, puis se rendit dans l’autre salle. Bien plus grande, une table longue et sur laquelle les restes d’un repas demeuraient dans de l’argenterie. Un serveur rassemblait ceux-là dans une même assiette pour commencer à défaire la table. Lorsque l’hôte rattrapa Nep’ et mit finalement main sur lui avant de le soulever, le regard de ce dernier découvrit un autre type en smoking. Il s’activait à laver le sol marbré avec sa serpillère et de l’eau savonneuse.

-Mais… mais…
-C’est fermé, bon sang. Vous devez partir.

Nepentes pouvait seulement comprendre que sa chance s’était envolée, des larmes de rage coulèrent sur ses joues. Peut-être que Karim aurait cogné le type qui le tenait et le réprimandait, pour le tirer d’affaire et peut-être le calmer.

-Quitter cette conne d’île, c’est justement tout c’que je veux. Tocard.

Un de ses tentacules sortit de son k-way pour essuyer ses larmes. Si on ne l’avait pas aidé, l’homme-pieuvre aurait dû commencer à tabasser ce type avant de prendre ses jambes à son cou.


___


Quelques part en souterrain…

[Présent] Pour Saba  Vkmx[Présent] Pour Saba  Op8t[Présent] Pour Saba  7m1p
Lizbeth Flynch ; Shahdi ; Kin Levi


-Désolée Shahdi, papa est déjà parti avec tonton Big. May va être occupée pour un moment, je m’occuperai de toi en attendant sa remplaçante. Se réjouit Libeth. Tu as l’habitude, de toute façon…
-Grngrngrngrn. Grognerait le mercenaire, suivant la Flynch et la gamine qu’ils avaient accueillie au restaurant.

On ne l’avait même pas remercié d’avoir recadrée la désobéissante. Il rongeait encore ses ongles, raclant avec ses incisives leur intérieur pour les nettoyer. Kin savait que Lizbeth n’aimait pas cette couleur noirâtre que prenait le sang en séchant. Sous ses ongles, ça faisait tache. Le nouveau trio continuait ainsi son avancée, le Levi ayant son regard planté sur la gamine que tenait par la main sa cheffe. Ils avaient de la trotte à faire, pour la mettre à l’abri. Dans ce tunnel il faisait plutôt frais, c’était déjà ça. La gamine ne pipait mot, son visage figé dans la peur. Ses yeux n'arrivaient plus à se fermer, elle ne voulait pas revoir la scène qu'elle crut encore apercevoir.

Quand est-ce que cette boucle allait prendre fin ?


_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 417
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue42/75[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
[Présent] Pour Saba  Left_bar_bleue140/500[Présent] Pour Saba  Empty_bar_bleue  (140/500)
Berrys: 197.220.000 B
Mer 14 Juin - 20:41
ft.
Du monde
Pour Saba










- Touche pas au petit, ferait Karim en faisant voler le serveur dans le restaurant, sans pour autant le blesser puisque le chien-loup le rattraperait au vol comme une balle et lui lècherait goulument le visage.

L’Ookami regarderait le gamin avec un air désintéressé, sachant pertinemment qu’ils allaient pouvoir dégager d’ici peu de temps après. Y’avait la possibilité de retourner au bateau, ça prendrait trop du temps, mais ils allaient au moins pouvoir s’abriter. La dernière fois ils avaient été dans les égouts, faudrait peut-être refaire la même ? Nan, il pouvait demander au loupiot qui était là et qui semblait vouloir quitter l’île. Tête de pieuvre, apparemment.

- Bah viens avec moi alors, j’te déposerai mais là j’ai des trucs à faire.

Il l’avait saisi par le bout de la capuche et l’avait refoutu sur son chien-loup. Faudrait peut-être lui trouver un nom d’ailleurs. Selon Eileen il en avait déjà un, mais il n’était pas foutu de s’en souvenir. Laissant son esprit divaguer encore quelques minutes, il regarderait les alentours avant de se tirer du restaurant. Ils avaient fait fausse route, dommage et tant pis. Au moins, la rousse n’était plus dans leurs pattes. Et puis Fizz et le Vioc étaient repartis. D’ailleurs, il lui faudrait sûrement utiliser son parfum pour se tirer d’ici tranquillement, non ?

Bientôt, ils arriveraient sur le navire. Celui-ci était en pleine effervescence. Andy avait fini de réparer une partie de la coque qui s’était fissurée après leur dernier affrontement avec la marine, et J’Örkad semblait souffrir suffisamment de la chaleur pour rester enfermer dans sa cabine. Le Vieux avait commencé à prendre soin de Fizz et lui avait installé un bon nid douillet – et cela surprit Karim qui se disait que le gars fasse ce genre de choses.

- Bon, t’as des piaules un peu partout, tu peux dormir. On part pas aujourd’hui mais on part bientôt. Toi, tu le surveilles, ferait-il au chien-loup. Au moins qu’il tente pas de voler dans les provisions comme l’autre voleuse d’Aichounne. Ah mais graille c’que tu veux. Enfin c’qu’il reste. C’était à qui de faire les courses ?


La traversée du désert. Les blagues allaient bon train entre les deux frères et Jean-Gab tandis que Shalon prouvait encore qu’il n’avait pas le fun inscrit dans ses veines. Il semblait concentré sur ses interactions avec l’homme de glace, essayant de lui soutirer des informations sur l’endroit où ils se dirigeaient.

- Est-ce qu’il y a un danger dans ce qu’on s’apprête à faire ?

Il ne poserait pas beaucoup de questions, mais certaines concerneraient sa vie à Saba, et d’autres ses fréquentations. Il voulait en savoir un peu plus, histoire de ne pas tomber des nues plus tard.

De leur côté, Eileen et Aichounne, suivies par Sasha, étaient en train de s’éloigner de leur lieu de prédilection. Les souvenirs de la femme-chien qui avait vécu sur cette île se heurtaient à un désagréable sentiment qu’on lui en voulait personnellement. Enfin, elle n’avait que faire de ces personnes maintenant… Car elle avait un équipage et une famille qui ne l’abandonneraient pas, n’est-ce pas ?

- C’est encore loin ? D’ailleurs, toujours pas de nouvelles de Karim ? Demanderait la maudite du Spectre.





Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Civil)
PNJ (Civil)
Messages : 272
Ven 16 Juin - 13:09



[Présent] Pour Saba  Ynni
Aire Huline


L’inquiétude éprenait de plus en plus l’homme-mangouste à mesure que les heures filaient. Pour couronner le tout, le type cornu l’interrogeait comme s’il s’agissait d’un milicien. Ça eut le don de rappeler au Huline ses heures passées au mitard, très sympa. Léchant un glaçon qu’il venait de produire, un coup pour se le poser sur son front, l’autre pour se désaltérer, Aire prit le temps de se présenter brièvement.

    -Moi c’est Aire Huline. Je suis un membre des Fées D’eau, on s’appelle comme ça car on produit de l’eau solide et la fournit à qui on peut.


Il était né ici, dans les bidonvilles, avec ses frères et ses cousins. De ce qu'Aire savait, la majorité était incarcérée dans les geôles souterraines du Cheb. Parfois des opérations pour les libérer se voyaient couronner de succès, mais la milice gagnait en moyen pour les chasser et les capturer. Certains hommes-bêtes rentraient d’ailleurs au service du tyran, parfois pour un confort de vie, d’autrefois pour des raisons que le bicolore ne comprenait pas. A cette pensée, ses nerfs se nouèrent encore et ses doutes se confirmèrent.  Il s’arrêta alors, tandis que Shalon lui posa une ultime question.

    -Bah. Ses yeux roulèrent vers le cornu, stupéfait. On va vers le « tombeau », taper la racaille du Cheb. Donc ça dépend… sa patte se porta sur ses lèvres velues. T’es fort, toi ? Si oui, ça devrait le faire.


Bien sûr, il aurait pu expliquer ce qu’était le tombeau. Mais tout le monde ici savait ce que c’était, avait-il déjà zappé que ces types n’étaient pas du coin ? Sans doute. Les rayons du soleil avaient viré à l’ocre, rasant le sol, et… et… Aire dû l’admettre, confirmer ses craintes.

    -Je… je crois que je suis perdu. Normalement je m’oriente avec le soleil, mais là je suis paumé.


C’était de la faute du bouquetin aussi, quelle idée de l’asséner de question et ainsi happer le peu d’attention que la fée avait.

    -On devrait camper ici pour la nuit. S’enfoncer dans le désert sans savoir où on va, c’est risqué.



___
[Présent] Pour Saba  R6m9
Vergono

    -Il nous reste sûrement une heure. Fit Vergono d’un mortel entrain. Eileen le relança pour Karim. Tu m’as vu recevoir un appel à son sujet ? Voilà…


Toujours aussi agréable, mais le calvaire du félin comme d’Eileen allait bientôt prendre fin. Pour faire passer le temps et préparer le terrain, car il ne souhaitait pas que des questions impertinentes soient bazardées à son boss, Vergono prit tout de même le temps de donner plus d’indications. Le trio allait rencontrer l’homme le plus recherché par la milice, celui qui cristallisait l’espoir des plus démunis. Chahla, Chahla Kurotsune. Ses ambitions étaient assez simples à comprendre : il était prêt à tout pour le bien-être des siens, changer leurs pittoresques conditions de vie. Bien sûr, il n’était pas un de ces demeurés qui pensaient que tabasser les humains au pouvoir auraient été suffisant. Lui préférait prendre mesure des risques et choisir son moment. En attendant le révolutionnaire aidait le peuple du mieux qu’il pouvait avec ses hommes. Leur sécuriser de l’eau et des denrées alimentaires, faire en sorte que la milice délaisse certains quartiers, et tout un tas d’autres actions.

Le cœur sur la main, donc. Un modèle pour beaucoup.


Plus tard, en soirée.


Sur l’ennuyant horizon désertique, les restes d’un arbre asséché se dessinèrent à quelques mètres du groupuscule. Vergono sourit, enfin ils étaient arrivés. Une fois face à l’arbre, ce dernier frappa son tronc du dos de sa main.

Toc, toc, toc.

Un bruit sourd premièrement, venant d’en dessous d’eux, eut le don de remuer une surface rectangulaire de sable. Puis d’un mécanisme visiblement manuel, les traits d’une trappe se précisèrent à mesure qu’elle s’ouvrit. Celle-ci révéla un escalier fait de pierres de sable, à son bas un homme-taupe invita son collègue à descendre. Vergono entra donc, laissant pas vraiment le choix à ceux qui l’accompagnaient : rester dans le désert ou le suivre.

La structure souterraine semblait supportée par quelques troncs, étaient-il issus d’agriculture ? Eileen et ses camarades pourraient y méditer. Le sable était aggloméré en pierre par endroit, assurant une certaine stabilité au tout. Fut parcouru un couloir parsemé d’arches menant à d’autres salles, aucune porte ici, le bois était trop précieux pour. A leurs pieds une tapisserie orientale, rouge avec des motifs ocres, les invitait à s’avancer. Ils parvinrent rapidement à la salle principale : un cercle au centre duquel une table massive étaient posée. Si une douzaine d’hommes-bêtes étaient attablés, leur attention se serait certainement portée sur une seule et même silhouette : en face d’eux, d’un raclement étouffé, se dressa un homme-renard. Ses yeux azurs percèrent l’obscurité de son pelage.

Spoiler:

    -Heureux de te revoir Vergono ! Un grand sourire tira ses traits. J’imagine que vous êtes les camarades de l’Ookami. Prenez place, voyons. On allait entamer le dîner.


Sur la table étaient présentés un tas de plat conique en terre-cuite, des tajines, dont de la fumée s’échappait par la cheminée. Entre ceux-là étaient apportés par d’autres gars des plats : certains comportant de la semoule, d’autres toute une masse de légume. Pour les plus gourmands des bols étaient à disposition, contenant bouillon, pois-chiche et haricot. D’un revers de patte, Chahla congédia quelques attablés pour laisser place à Vergono et ses convives. Lorsque tous se seraient assis, les tajines seraient ouverts pour laisser l’odeur carnée assaillir l’atmosphère.

    -Vous devez avoir un tas de questions, sur votre ami et demain. Voyons ça en mangeant.


Si tous s’étaient assis comme leur guide l’avait fait, de l’eau et du lait leur auraient été proposés pour se désaltérer. Était également mises à disposition des dattes, Vergono en piqua une avant tout pour lancer sa faim. C’était une tradition, ici.



_________________
[Présent] Pour Saba  707952EssaiSignaCivil2
PNJ (Civil)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers: