Le deal à ne pas rater :
SITRAM Set 3 poêles tous feux dont induction + poigner amovible
20.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl]
Karim Ookami
Karim Ookami
Messages : 394
Race : Homme-Loup

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl] Left_bar_bleue39/75[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl] Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl] Left_bar_bleue135/350[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl] Empty_bar_bleue  (135/350)
Berrys: 68.220.000 B
Sam 21 Aoû - 0:09
ft.
Béryl
Besoin d'un bateau ?








Pour repasser sur East Blue, Karim avait décidé de réaliser un arrêt sur le fameux Royaume de Trader. Il n’envisageait pas d’y passer sa vie, cependant récupérer de son affrontement contre Aang Thalassa – il avait enfin obtenu le nom et réussi à le mémoriser après de longs efforts – il devait s’avouer complètement lessivé. Sa main guérissait bien, ce qui était l’un des avantages qu’il possédait à force de grandir en puissance et en expérience, et il devenait un peu plus puissant après chaque jour qui passait. La raison principale résidait dans son besoin d’aide son fils si le besoin s’en faisait sentir… Il voulait aussi devenir plus fort dans le but d’affronter des ennemis plus puissants, c’était une simple évidence.

- Donc on est à Trader pour combien de temps ? Demanda Eileen qui semblait s’intéresser à la prochaine île qu’ils allaient parcourir.
- Aucune idée. On rentre à East Blue après… Enfin, je crois.

S’il y avait un changement de plan, ils pourraient toujours bifurquer vers Grand Line. Leur navire pouvait supporter le passage vers la Route de Tous les Périls, et il pourrait même atteindre la fin d’une des voies avant d’avoir besoin de sérieuses réparations. Pourtant, il voulait l’améliorer. Combien de temps cela lui prendrait-il ? Il devait se mettre sur la création de ce qu’il avait en tête, cependant les techniques qu’il emploierait étaient dignes des grands chantiers navals… Un arrêt par Water Seven s’imposait, auprès des charpentiers qui y habitaient, dans le but de partager leurs méthodes et surtout d’utiliser leur matériel.

A présent qu’il était un pirate recherché cependant… Enfin, il ne se considérait pas comme recherché d’ailleurs. Il se foutait bien de qui pouvait se trouver autour de lui, et même si Jean-Gab s’occupait de le déguiser, lui n’était pas inquiet de se faire reconnaître. C’était son inconscience et sa simplicité qui le pousseraient certainement un jour à finir derrière les barreaux d’Impel Down… En attendant, il allait falloir réaliser autre chose : un petit tour au bar. Il avait bien l’intention de profiter de l’un d’entre eux en venant ici… Le Cristal était à éviter apparemment, selon Finn. En même temps, c’était plus un casino et l’homme-loup ne s’intéressait pas vraiment à l’argent.

- Je peux te suivre au bar ? Ferait Andy, femme-poisson de son état.

La jeune femme envisageait de devenir charpentière. Elle empruntait ce chemin, en tout cas. Avec Jean-Gab vigie, Eileen médecin, Aïchounne navigatrice, Shalon récemment cuisinier, Finn, Karim et Andy charpentier, et Le Vieux en homme à tout faire, les rôles étaient bien distribués dans l’équipage. Il manquait certainement du personnel cependant, leurs forces étant assez réduites dans l’ensemble… Mais Karim ne s’en inquiétait pas. Naviguer était pour l’instant encore simple, et lui-même comptait créer de quoi réaliser une navigation aisée.

Acquiesçant à sa camarade, les deux se dirigèrent en direction de la taverne et y entrèrent sans trop se poser de questions. Les personnes autour dévisagèrent les deux arrivants comme s’ils étaient des OVNIs : aucun d’entre eux ne semblait être hybride après tout, que des humains. Karim les trouvait répugnant mais leur alcool était bon. Un point pour eux, et il ne pouvait de toutes les manières pas s’en passer réellement… Ce qui lui avait déjà joué des tours par le passé. Aujourd’hui, il était plus calme…

Spoiler:
Karim Ookami
Revenir en haut Aller en bas
Beryl Zast
Beryl Zast
Messages : 183
Race : Cornue

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl] Left_bar_bleue27/75[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl] Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl] Left_bar_bleue28/120[Présent] - Besoin d'un bateau ? [Pv : Béryl] Empty_bar_bleue  (28/120)
Berrys: 58.714.000 B
Sam 21 Aoû - 13:20





Besoin d'un bateau ? Tour 1


Toujours fatiguée, la donzelle s’étira, réveillant au passage son loup qui s’ébroua au son de la voix gémissante de la cornue. Ce navire était lent, mais lent… La blonde était néanmoins satisfaite car elle avait entendu les cloches d’accostage. Elle s’habilla vivement tout de noir, enfilant pantalon, brassière, cape, puis quittant sa loge pour se rendre sur le pont avec ses affaires, le loup sur ses talons.

Le royaume de Trader, en principe un des endroits idéaux pour commencer une aventure, mais ce n’était pas tout à fait le cas pour Béryl. Scrutant sa bague en attendant que le navire déploie sa passerelle, la femme se disait que son aventure avait commencé un petit moment de cela. Elle soupirait, puis se jetait en contrebas, sur le quai d’un geste agile avant d’aviser les bâtiments en face d’elle. Il lui fallait trouver un endroit où crécher le temps de se faire fabriquer un navire. C’était là son premier objectif, avec la composition de son équipe.

Elle ne voulait pas les récupérer via l’organisation, juste par principe de montrer qu’elle pouvait également être capable de cela. Elle devait déployer ses propres ailes pour avancer, qui lui faisait confiance pour cela. Elle pourrait sans doute également récupérer des contacts à ajouter à sa liste pour effectuer des contrats.

En entrant dans une auberge, la femme déposa une assez grosse bourse, dévoilant qu’elle désirait rester là un moment et qu’il ne fallait pas l’embêter. Le poids du titre de régicide pesait sur ses épaules, cela se voyait à l’absence de manipulation qu’elle exerçait. Auparavant pour prendre cette chambre, elle aurait feinté être une femme cherchant des affaires dans le coin, sans doute attirant l’intérêt de l’aubergiste qui se dirait qu’il pourrait taxer les passes ou autres. Elle aurait été ensuite imbiber d’alcool un homme après un autre pour se constituer un vivier le temps de trouver la perle rare et riche qui l'hébergeait comme un trophée à garder pour lui, même si elle refusait qu’il la touche. Elle avait légèrement perdu le goût de cela, mais peut-être était-ce temporaire, qui savait ?

Quoi qu’il en était, elle montait les marches, déposait ses affaires, ne gardant que son épée-fouet et son pistolet silencieux, des fois que quelqu’un s’amuse à faire du grabuge. Elle tapait sur sa cuisse et le loup suivait de nouveau. Lui qui s’attendait à rester dans la pièce pour pioncer tranquille devait suivre la maîtresse à l’humeur changeante depuis peu. La cornue remerciait l’aubergiste en sortant, toujours capuche sur la tête, de manière très suspicieuse. Elle n’avait juste pas envie qu’un autre chasseur de prime se croyant malin ne vienne lui chercher des noises, elle cherchait un peu de paix dans sa vie, et un calme spirituel qui l’avait quitté depuis son retour de Paradise Island.

Tendant la main pour arrêter un docker en appuyant sur son abdomen, Béryl attira l’attention de l’ouvrier sans ouvrir la bouche qui lui demanda ce qu’elle voulait.
-Excusez moi, je suis perdue, on m’a dit d’aller à un endroit, c’est pour partir sur une aventure, mais je ne me souviens plus du nom ni de où cela se trouve… minauda la blonde, retrouvant ses habitudes l’espace d’un instant pour se montrer plus vulnérable qu’elle ne l’était, et plus douce.

Le gaillard pointa du doigt la direction d’une taverne, ajoutant que ce n’était pas la seule, mais que pour l’aventure, il imaginait que ce devait-être elle. La cornue tourna les talons, enlevant sa main qu’elle vît tâchée de sang avant de secouer la tête. C’était étrange, se disait elle, que bien qu’elle ait plus tué avec des armes à feu, elle ait l’impression d’avoir les mains trempées de sang. C’était ce que son père appelait tinter son âme, une chose dont elle s’était moquée mais qui s’avérait plus vrai qu’elle ne le pensait. Le vague à l’âme, la blonde poussa la porte de la taverne avant de faire chuter sa capuche. Si quelqu’un avait quelque chose à dire à propos de ses cornes, qu’il se fasse plaisir, se disait-elle en pensant qu’une rixe pourrait bien délayer un peu son humeur. Mais personne n’esquissa un geste, alors elle approcha du comptoir pour poser une autre bourse bien remplie.
-Paie un verre à tout le monde aujourd'hui, je te prends une table pour mes affaires, si quelqu’un se targue d’être un bon constructeur de navire ou qu’il est prêt à abandonner sa vie pour un travail très risqué qui lui tachera les mains, à vie, envoie le moi, déclarait Béryl, l’air le plus sérieux du monde en fusillant du regard les prunelles vert pâle du tavernier.
-Ca marche, répondit simplement celui-ci en faisant glisser la bourse sous le comptoir avant de sortir un contrat pour lui tendre.
-Ne m’envoie personne qui ne sait pas lire, et épargne moi les attardés si tu peux, je prendrais également une bouteille de vin, fort mais sans attaque.
-Hmmm, fît le tavernier en réfléchissant, une main sur le menton et une autre vers ses bouteilles avant d’en sélectionner une et de la déboucher pour lui tendre le bouchon qu’elle huma.
-Ca fera l’affaire.
-Un verre ?
-Pas la peine de salir un verre, c’est tout pour moi, mais je veux bien le bouchon.

Le tavernier lui laissa la bouteille et la femme se dirigea vers la table qu’il lui désignait avant de poser ses pieds dessus après avoir déposé son postérieur sur une chaise dont elle faisait basculer le dossier contre un mur, s’engloutissant une rasade de vin. Il n’y avait pas encore grand monde, mais cela ne saurait tarder. En parlant de tarder, elle reconnut un visage familier, un complice d'héroïsme passé, de l’époque ou elle n’était pas encore maudite, presque encore innocente si ses bonnes actions contraient les mauvaises. Quel était son nom déjà ? Elle failli s’étouffer en ayant une appellation qui lui revenait en tête.
-Chien mouillé, échappa-t-elle à moitié rendu silencieux par ses toussotements.


Beryl Zast
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: