Le Deal du moment : -15%
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
Voir le deal
509 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes
Shisen D. Kunan
Shisen D. Kunan
Messages : 2
Race : Six Yeux
Équipage : Legend

Feuille de personnage
Niveau:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue667/667Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (667/667)
Expériences:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue667/667Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (667/667)
Berrys: 0 B
Mer 28 Avr - 1:54

Shisen D. Kunan



  • Nom : D. Kunan
  • Prénom : Shisen
  • Surnom : Regis Thomas
  • Âge : 27 ans
  • Sexe : Masculin
  • Race : Cornu à six yeux
  • Lieu de naissance : Nouveau Monde
  • Camp : Civil
  • Métier : Archéologue : Lecture des Ponéglyphes.
  • FDD / Arme : Goro Goro No Mi
  • Équipage : Legend
  • Buts / Rêves : Eradiquer l'humanité



Description Physique



« Remercie Dieu pour chaque ennemi qu'il mettra sur ton chemin, car c'est l'acharnement de tes adversaires qui définit la grandeur de tes bénédictions. »
∟William Kalubi Mwamba.



Un, deux, trois, quatre, cinq, six…

A quoi bon être pourvu d’autant d’organes oculaires… Le corps d’un être parait à la fois si important, tout en étant si factice. Ensemble d’apparats dénués de sens, c’est pourtant une véritable complexité qui se présentait là à Shingen Kotetsu. Une chevelure ébène dont on pouvait supposer une noirceur allant se confondre dans une haine pourpre aux pointes de sa chevelure. Pourtant, l’élément le plus étrange aurait dû être les cornes sortant de celle-ci, pourvues elles-mêmes de petites excroissances pointues, elles dénotaient là un corps étrangement composé.

L’air aigri par le temps il avait jugé bon de laisser une flamme parcourir son front, encadrant ainsi l’œil gauche de sa première paire… Le regard renfrogné, l’air maussade, cette paire d’yeux, dépourvue de sourcils, trônait au sommet de son visage tel l’ange veillant sur lui ou le démon…

Après celle-ci suivait une autre paire, l’air plus neutre, plus froide, elle n’offrait aucune haine, aucune gêne. En réalité toute l’apathie de ce regard se ressentait par son blanc remplacé par un rouge terne. L’individu ne jugeait pas, la vie l’avait simplement doté d’une sorte de stoïcisme naturel…

Pourtant, ces globes oculaires flegmes, ne laissaient point indifférents. Etait-ce à cause de leurs pupilles d’or ? A cause de leurs grandes sœurs qui venaient de poser leur intérêt sur Shingen ? Ou était-ce à cause de leurs petites sœurs à l’air morose.

Elle qui encadrait son nez, sa troisième et ultime paire d’yeux. Sans doute la plus troublante, l'être reflétant là, tristesse, désarroi, abandon. D’un air aigri désenchanté à un air serein, on découvrait un regard terne, délaissé par la vie elle-même. A tel point qu’on en oubliait un nez jugé inutile sans doute, tant il se voulut fin.

Les lèvres qui suivaient n’en étaient que plus fines, alors que leurs dents se montraient plus carnassière qu’à l’accoutumé. Ainsi réapparaissait ce tatouage de flamme qui désirait accompagner l’angle droit de son menton, cette flamme même qui parcourait son cou pour finalement s’écrouler sous son corps ponctué de cicatrices et de veines.

Il ne serpentait pas seulement son cou, mais bien l’entièreté de son dos. Les épaules larges avaient été ignorées par les flammes. Les multiples marques, s’y drapant, suffisaient comme marques… Poursuivant cette chute embrasée, les bras du démon s’imposaient comme une suite logique.

D’une musculature se voulant engagée, ils démontraient là un entraînement aussi rude que le voulait une vie d’abomination. Les flammes en parcouraient les traits avec subtilité pour s’achever au dos de chacune des mains. Les ongles avaient été arrachés, ils n’étaient plus présents. La peau qui se trouvait en dessous, laissait place non pas à de la chaire ensanglantée, mais à une sorte de corne rigide remplaçant l’absence d’ongles, trop souvent ôtés.

Les mains paraissaient-elles brûlées ? L’humain parcourut de cicatrices, spectateur du corps de ce démon, l’avait-il remarqué ?

Le torse oublié n’en restait pas moins ouvragé par le passé, par l’exercice, par les sévices. D’un pectoral fier à un abdomen saillant le cornu n’avait rien à envier, si ce n’est un corps plus simple. Les flammes du tatouage revenant cercler les obliques.

Par cette fin, la chose dévoila son dos. Si une partie de la fresque embrasée s’y promenait, le plus marquant fut l’ensemble des cicatrices qui y régnait. Cet univers de blessures mêlait à la fois traces de fouet, reste de griffures et signes de brûlures.

Comment… Comment pouvait-il aimer cette vie ?

Les jambes auraient dû être épargnées, elles auraient dû être intactes, boudées par le destin ! Pourtant, elles offrirent à Shingen le plus horrible des spectacles… Toutes ébouillantées, leur aspect musculeux passait presque inaperçu. D’un corps puissant on reconnaissait surtout un être meurtri.

Tout comme ceux des mains, les doigts de pieds se présentaient dépourvus d’ongles, mais gratifiés de la même corne rigide, des mêmes brûlures.

De quelques pas il récupéra l’hakama charbonné qui constituait le bas de sa tenue, sorte de pantalon ample, dans un aspect faussement traditionnel, tant il était usé. Une ceinture blanche s’amusa à enserrer le vêtement, afin qu’il tienne, tandis que les pieds se glissèrent doucement dans de confortables getas. Comme si le confort des pieds primait sur un corps endolori par le temps.

Lascivement, il récupérerait finalement le kimono violacé. De petits points, plus clairs que d’autres, lui apportaient un relief agréable, tandis que les pentagones noirâtres y créaient un peu plus d’esthétisme. Le haut se révélait sous un aspect bien plus propre que le reste de la tenue, dans une logique presque étrange…

En guise de « mot », il soupira et passa ses doigts dans sa chevelure démesurément longue. S’arrêtant au bas de son dos, il fut plus pratique pour lui de les nouer en une sorte de queue de cheval ébouriffée.

De sa voix monocorde, essoufflée par le temps, il dirait simplement.

- Est-il vraiment nécessaire que je raconte une telle histoire à quelqu’un…

Les mains allèrent saisir le katana posé contre la roche. Saisissant l’arme au pommeau violacée, il vint en attraper le manche émeraude. Toute la longueur parcourut d’une série d’yeux finement taillés pour paraître réaliste, une garde violacée suivait cette partie, pour ainsi arriver au fourreau d’un rose terne, lui-même ponctué encore et toujours de ses yeux jaunes à la pupille écarlate… Il en était presque amusant de voir une arme, si malaisante, être accompagnée d’un fourreau rose. Pourtant, la lame se composait d’un tranchant ébène et d’un intérieur pourpre. La partie rougeoyante paraissait comme craquelée, tandis que les mêmes globes oculaires, étrangement réalistes, s’y présentaient.

Enfin, il rangea l’arme à sa taille et alla finalement s’asseoir contre la roche de la grotte où il résidait avec Shingen.

- Qu’il en soit ainsi, je vais te raconter l’histoire de cette lame : Sandaï Kokushibo.

Alors qu’il s’apprêtait à conter l’histoire de cette lame si étrange, le monstre posa son regard horrifique sur son camarade. Les pupilles dorées de ses yeux sanguinolents se plantèrent dans les yeux de l’humain maculé de cicatrices.

Il les vit….

Shingen Kotetsu venait de constater les kanjis incrustés directement dans les pupilles du cornu.




Pour la rangée de droite, signifiant « Peste Noire ».




Pour la rangée de gauche, signifiant « Génocide ».

Comment de tels symboles purent être gravés dans des yeux ? Ce corps cristallisait tant de souffrances…


Description Mentale



«La vie c'est transformer quelque chose d'ordinaire en quelque chose d'extraordinaire, jusqu'à ce qu'elle devienne ordinaire à nouveau. »
∟William Kalubi Mwamba.



La vie.
Une création sans doute irrationnelle de l’univers.
A-t-elle un sens ?
Un but ?
Une fin ?
Ou un réel début ?

Cette vie à la fois complexe et pourtant si attrayante, créait chez Shisen une sorte de passion inexpliquée. Profondément amoureux de ce concept, il y voit l’essence même du temps. Selon lui, c’est à travers la vie que le temps prend tout son sens. Rien n’est plus précieux que la vie, car celle-ci est à l’origine de tout.

D’une douceur remarquable dans sa façon de parler, mais aussi dans son comportement, l’homme semble imperturbable. La colère est une chose admissible dans son caractère. Cependant, elle n’y trouve que peu de place, prenant plaisir à ressurgir dans les moments de difficulté.

Ainsi, de cet individu nihiliste ne ressort qu’une certaine joie. Le sourire peut aisément ponctuer son visage, tout comme la neutralité. Le monde est beau et en profiter est une priorité. Créer le malheur chez autrui devrait être un acte répréhensible lorsqu’il est fait dans un but égoïste.

La destruction n’a de sens que lorsqu’elle veille au bien commun. Shisen croit en cela.

La position de martyr ou la position de bourreau deviennent, alors, des positions acceptables pour peu qu’elles soient utiles. La vie en elle-même prend tout son sens à travers ce besoin d’utilité.

Pourtant, les yeux de l’homme décèlent trois traits de caractères faisant leur apparition au gré des situations. Si Shisen se ressent comme étant parfaitement neutre en toute circonstance, c’est en réalité à travers les fenêtres de son âme que sa véritable personne se dessine.

Les yeux de son front condensent, ainsi, les pensées les plus noires de l’homme. Les moments de haine, les moments de rancœur ou ceux de colère se reflètent dans l’intensité du regard sur son front. Lorsqu’une situation devient alors hors de contrôle, c’est à travers eux que l’ensemble des émotions du cornu se ressentira.

En effet, malgré son calme franc sa colère se fait d’une intensité rare et d’une stupidité grotesque. Les émotions font partie de la pureté de la vie, c’est pour cela que le démon accepte de les libérer dès qu’elles viennent à lui.

S’il réprime l’idée d’être colérique, c’est dans un calme glacial qu’il laisse cette émotion se libérer. Jugeant qu’il s’agit là de la vie qui s’exprime et non de l’âme, le maudit laisse son corps agir par lui-même.

Les yeux de ses joues délivrent, quant à eux, des émotions plus « pures », plus acceptables. Ils révèlent avec mélancolie les émotions les plus tristes du cornu. Bien souvent les larmes de l’homme ne viennent que de ceux-ci. L’intensité de son regard venant se concentrer sur ceux-ci lorsqu’il se libère d’une charge négative.

Pouvant se joindre à des sentiments de joies, ce regard trouve toute sa candeur dans les diverses expressions faciales du démon.

Tout comme les émotions « fortes », la tristesse doit ressortir. C’est pour cette raison qu’elles ne sont jamais réprimées. Bien au contraire, il est assez fréquent que l’ensemble du visage de l’homme paraisse neutre, tandis que ce regard pleure. La misère touche alors son cœur de plein fouet.

Ainsi, voir le brun pleurer à ce niveau n’est pas étonnant. L’impassibilité de son être trouve un moyen d’expression à cet endroit précis, sans jamais être trahi par la « bouche ». La voix ne se fait ni tremblotante, ni faible, à moins d’un problème physique.

Le regard central est, quant à lui, l’axe principal. D’un naturel posé voir flegme, c’est à ce niveau que se réfèrent l’essentiel des personnes qui rencontreront le Kunan. C’est à travers celui-ci qu’il devient possible de concevoir le nihilisme naturel du guerrier.

En effet, cette zone ne pleurerait que rarement, ne s’énerverait que périodiquement. Voie de la philosophie, elle se veut plus joyeuse, plus douce, plus appréciable, plus probante. Est-elle inintéressante pour autant ? Pas le moins du monde.

Parallèlement à tout cela, c’est également à cet endroit que se ressentira l’intensité de sa détermination, de son courage ou de sa franchise. Plus que l’axe des émotions « neutres », c’est l’axe de la bravoure et du cœur noble. C’est en ce champ qu’on reconnait la noblesse qui habite Shisen Kunan.

L’union des trois axes formant une rencontre forte, propre à des moments uniques ! Le fait que l’ensemble des yeux se coordonne est un évènement rare. Généralement drapé d’émotions vigoureuses, cette fusion marie détermination, rage de vaincre, mélancolie ou colère.

L’idée voudrait même qu’il s’agisse en réalité du seul moment où le sabreur se retrouve en harmonie parfaite avec l’ensemble de ses émotions.

Le fait de scinder ses émotions en trois axes dénoteraient alors un travail sur l’esprit. Pensant être réellement lui, le Kunan aurait en réalité divisé ses émotions afin de mieux gérer les situations s’offrant à lui. Pourtant, ce n’est qu’une fois ces trois axes réunis que son être révèle son plein potentiel.

Pourquoi ne pas les unir définitivement ? Pourquoi ne pas travailler sur lui-même immédiatement ? Parce que la vie doit le lui apprendre, parce que le monde doit le forger. Telle une lame ponctuée de milliers d’yeux, chacun d’entre eux doivent être travaillé par la marque du temps.

C’est en cela qu’encore une fois la vie est si profonde pour le cornu. Ayant pleinement conscience de cette scission, il ne sait point comment la changer, mais ne cherche pas cela. La vie viendra lui apporter cette solution.

La vie est vouée à l’évolution et tout comme sa mentalité sera amenée à évoluer, lui devra faire évoluer la vie en lui offrant une renaissance concrète. Ses objectifs, sa franchise, toutes ses choses font du cornu un être naturellement bon se laissant guider par la beauté du naturel.

Mentir, trahir ou manipuler, constituent des thématiques étrangères à son fonctionnement. Bien qu’il n’en ignore pas l’existence, il s’évertuera à ne point les utiliser.

Néanmoins, le monde est vaste et l’idée d’évoluer en un être perfide n’est point étrangère à son esprit. Nouveau-né dans un corps d’adulte, humain à son stade naturel, Shisen s’avère être la roche.

Malléable et façonnable par le temps, son désir de paix devra évoluer au fil des découvertes. Alors, la roche deviendra statue.

Pourtant, de cette psyché ressortent des « anomalies ». Comment un corps mutilé, meurtri par le temps, bafoué par la vie, comment un être si disgracieux peut-il apprécier la vie ? Philanthropie et nihilisme nouées en un seul être, il parait alors inconcevable que ce corps lui appartienne.

A moins que ce corps ait été alloué par son possesseur ? A moins que cette vie n’ait de sens qu’à travers une précédente existence ?

Afin que cette antithèse soit saisie, il devient alors nécessaire d’entrer pleinement dans cette histoire…

    - Shingen… Afin de te raconter l’histoire de cette lame, je dois aussi te raconter l’histoire de son créateur. Mon aïeul du même nom : le Forgeron Kokushibo.



Histoire



« On t'interdit de rêver, car on te dit que tes rêves ne paieront pas tes factures, mais on n'oublie que si tu accomplis tes rêves tu pourras payer les factures de tout le monde. »
∟William Kalubi Mwamba.

Chapitre 0 : Cœur en miettes

Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Kokush14


Gyuueki, Nouveau Monde.
Peste Bovine.

Était-il homme ou divinité ?
Était-il mythe ou réalité ?
Avait-il un sens ou quelconque entité ?
Avait-il réellement existé ?

Kokushibo…

Forgeron de renom auprès des esprits les plus troublés. Cette « créature », comme la dépeignaient les récits, était un humanoïde pourvu de cornes. Respecté pour ses œuvres d’art d’une minutie folle, il se rangeait au sein d’une catégorie très sélective d’illustres forgerons. Faisant la fierté des races cornues, la simple idée de le rencontrer égayait bien des cœurs. Les armes, les armures et tout autre objet qu’il venait à concevoir étaient parfaits. Dénués d’impureté, ils créaient l’envie et la convoitise en plus d’une fascination presque irrationnelle.

Rapidement, l’être parvint à installer son nom au sein de sa communauté, devenant une personnalité tant reconnue que crainte. On ne craignait pas nécessairement de croiser le fer avec lui, mais bel et bien d’être la cible d’une de ses créations.

Malgré son apparence atypique, Kokushibo n’était point détesté. En effet, il possédait un troisième œil au centre de son front, ce dernier se voulait parfaitement fonctionnel et lui offrait un autre angle de vue. Lorsqu’il forgeait, cette œil se révélait être la pièce maîtresse de sa minutie, la pièce maîtresse de son talent.

Homme simple, souriant, accompagné d’une femme et de ses deux enfants, il n’avait rien à envier. Pourquoi envier quoi que ce soit lorsque la vie nous souriait constamment ?

Néanmoins, de tout temps l’avarice humaine était de mise et l’esclavage de même. De tout temps, les races cornues furent convoitées et ce genre de choses arrivait.

Quel genre de choses ?

Des hommes.
Des humains.
Cupides.
Gourmands.
Envieux.
Orgueilleux.

Ceux qui, se sentant dotés d’une sorte d’immunité, se permettaient de franchir les territoires d’un pays… Ceux qui arrivaient avec leurs armes et leurs savoirs afin d’asservir autrui. Les armes à feu crachant leurs explosions, les chaînes nouant les familles colonisées. Bientôt, ce qui devait ressembler à une idylle devint un cauchemar.

Ses cornes furent sciées, sa femme fut violée, puis enlevée.
Ses enfants, dûment cachés, furent épargnés, mais il était trop tard. La famille de Kokushibo n’était plus qu’un trio brisé par la disparition d’une mère aimante et déshonorée.

Pourtant, la vie devait reprendre son cours, la vie devait se poursuivre. Même si les cornus devenaient méfiants et hostiles, la vie reprenait, la vie du village où était Kokushibo se poursuivait. La colonisation n’étant qu’une phase d’un cycle.

Cependant, une chose changea. La « créature » maintenant sans cornes, s’en retrouvait priver de son talent. La perte de l’être aimé, le déshonneur, tout cela entacha son talent, brisant ainsi sa personne. Père au regard vide, il n’élevait ses enfants que par automatise. Le sourire ne toucha plus son visage. Les armes de cet être ne valaient plus rien. Le métal mal travaillé, les armes tordues, il ne savait plus forger. Kokushibo, le forgeron de légende, était tombé dans l’oubli.

Ses enfants gardaient espoir en lui, le motivant chaque jour, chaque nuit. Jusqu’au jour où l’homme décida de forger la plus belle des lames, la lame au nom de sa femme… Shikyuugan, cancer de l’utérus.

Nuit et jour le marteau frappait la lame, l’homme n’en dormait plus, les doigts saignants, les yeux en pleurs. Il tenait la cadence, effrayant ses enfants alors âgés de dix-sept et vingt ans, de la fille au garçon.

    - Père arrête, tu te fais du mal, regardes ton corps, il tremble.
Lui disait sa fille.
    - Père arrête, tu te fais souffrir, regardes tes doigts, ils saignent.
Lui disait son fils.
    - Non ! Cette lame représente notre famille, elle doit être parfaite, c’est le feu qui n’est pas assez chaud ! C’est tout ! La lame est imparfaite !
Répondait le père.

Une sorte d’immense cuve de roche, pleine de métal rendu liquide par l’immense brasier qui y vivait, servait à forger l’arme, l’homme frappa contre celle-ci, sur une grande enclume, située en périphérie.

    - Mais notre famille n’existe plus ! Tu ne nous regardes plus ! Depuis la disparition de Mère, nous vivons sans raison, sans but !
Lui dirent ses enfants.
    - Cette lame sera notre famille ! Elle sera notre raison de vivre ! Votre mère renaîtra à travers elle !
Disait-il.
    - Non Père ! Une lame ne sera jamais vivante, tu perdras ta famille à trop t’y atteler. Le feu ne sera jamais à la température suffisante pour toi !
Lui criaient ses enfants.
    - Taisez-vous ! Laissez-moi faire !
Hurlait-il.

C’est alors que l’impensable eut lieu… Si cette lame devait représenter leur famille, si leur vie ne valait guère plus qu’une épée, si le feu devait offrir une raison d’être à leur famille, alors il en serait ainsi. Dans une décision aussi macabre qu’irrationnelle, les deux enfants se jetèrent dans le bain de métal liquide. Leur vie de famille n’avait plus de sens après tout…

    - NOOOOOOOOOOON !


Il était trop tard. Ils ne faisaient plus qu’un avec le métal. Ce fut dans une sorte de haine stupide, dans un sentiment de désarroi que l’homme décida alors de jeter la lame dans la cuve. Il l’avait travaillé nuit et jour, mais en quelques minutes elle fit corps avec le reste du liquide. Dans une colère sans nom, l’homme coula alors le métal dans deux moules…

Des yeux ne coulaient plus des larmes, mais du sang, la chaleur avait brûlé le bout des doigts et bientôt l’œil frontal lui aussi saignait. Les yeux rendus pourpres par le surmenage, cependant c’est par cette haine que naquit les deux lames.

Sandaï Kokushibo.
Nidaï Kokushibo.

Originellement appelée Souseiji No Kokushibo. Pour Jumeaux de la Peste Noire. Leur nom déclina pour une raison.

Dans sa haine, une fois ses lames forgées, Kokushibo les mena à l’Empereur Démon. Il voulait attirer son attention sur le retour du forgeron de renom qu’il était. Cependant, l’apparence hideuse des lames eut l’effet inverse. Des yeux bariolaient l’ensemble des lames. Horrifiques, démoniaques. L’homme fut sommé de partir, jugé comme étant devenu fou.

Alors, une fois sorti, pour prouver la qualité de ses lames, ce fut à un massacre que l’homme s’adonna. Lui qui n’était pas un guerrier avait appris à manier le sabre dès la disparition de sa femme. Lui qui avait été toujours joyeux retrouva le sourire en cet instant. Ces lames jumelles représentaient ses enfants et leur union représentait sa femme. Dans des larmes de sang, dans une douleur irascible, dans une folie meurtrière, l’homme tuait abondamment, jusqu’à finalement être lui-même éliminé.

Les lames disparurent alors de la circulation, mais pas seulement.

Au sein du village d’où venait Kokushibo, tous avaient plus ou moins des liens de parenté.

La simple idée qu’une telle engeance renaisse un jour poussa l’Empereur de l’époque à prendre une décision radicale. Ce village, qui n’avait pas su voir la folie naissante de cet homme, devait disparaître à jamais.

Exilé sur une île, la population du village de Gyuueki fut réduite au silence.
Elle continua de perdurer, malgré tout, chacun tentant de vivre au mieux.
Et enfin, au fil des siècles, le peuple de Gyuueki put s’approprier pleinement l’île qui en prit le nom.

Jusqu’à sa naissance.

Shisen Kunan.

Chapitre 1 : Lithopédion

Shisen D. Kunan : Briser les chaînes ETuy8urUMAAgZny

Il avait toujours été coutumier pour le peuple de ce village de posséder des noms atypiques. Kokushibo signifiait Peste Noire, Gyuueki signifiait Peste Bovine. Kunan Shisen signait « Souffrance entre la vie et la mort ». Avec le temps l’île s’ouvrit au monde et quelques personnes y passaient, faisant de brefs arrêts avant de repartir, découvrant une tribu de cornus assez atypiques.

Les deux parents avaient longtemps espéré avoir un enfant, elle était couturière et lui médecin. Ils vivaient simplement, mais eurent beaucoup de mal à procréer après plusieurs fausses couches. Lorsqu’enfin la mère put mettre un enfant viable au monde, ce ne fut malheureusement pas la joie, mais bien la frayeur qui l’habitat.

L’enfant pourvu d’une quantité d’yeux, juste faramineuse, effraya jusqu’à ses parents ! Accouchant dans la plus grande des discrétions, le mari fit accoucher sa femme lui-même grâce à ses compétences. Ce fut dans un silence de mort qu’ils décidèrent de cacher l’enfant. Du moins de cacher ses attributs.

Le couvrant de bandelettes en tout genre, pour que seuls ses yeux soient visibles, ils firent grandir Shisen avec l’idée qu’il ne devait pas montrer sa véritable apparence. Cela jusqu’à ses seize ans.

    - Pourquoi je ne peux pas montrer tout mon visage ?
Demandait-il
    - Tu serais vu comme une abomination… Ils voudraient que tu disparaisses Shisen.
Lui expliquaient ses parents.
    - Mais Kokushibo possédait trois yeux ! J’en ai six ! En plus ils sont différents !
S’écria-t-il.
    - Ils ne le comprendraient pas et tu le sais ! Cela réveillerait d’ancienne frayeur ! Ils auraient peur que tu les massacres un jour, comme l’a fait Kokushibo.
Lui diraient-ils.
    - Mais j’aime mon peuple, je ne vais jamais leur faire de mal.

    - Ils ne prendront pas cela en compte Shisen…


Si la discussion se termina par cela, ce fut sans compter sur le désir de liberté du garçon.

Il ne pouvait vivre sous une masse de tissus destinés à brimer sa véritable apparence, son corps il en était l’unique maître. Pourquoi la société des siens le rejetait ? Il ne pouvait s’y résoudre. Ainsi, profitant d’une fête commémorative, il commit l’irréparable.

Ôtant les bandelettes de son visage, soi-disant rendu hideux par une malformation de naissance qui n’étonna guère. Il était après tout le fils du couple n’ayant jamais réussi à procréer…

Pourtant, en ce jour il révélait son visage au monde, il révélait son visage à son peuple.
Les visages se déformèrent en des expressions faciales d’effroi. D’autres visages devinrent sombres. Les yeux s’écarquillèrent et tout s’enchaîna si vite.

--------------------
    - J’étais alors vu comme une hérésie et mes parents comme des traîtres. Rapidement ils furent saisis et ligotés. Leurs visages transformés par la peine, les pleurs de ma mère maculant ses joues qui lui donnaient son air enjoué… Mon père, homme de science, tentant de se défendre par les mots. Cependant, il était trop tard, je venais de briser ma famille. Il ne fallut que peu de temps pour que mes parents soient mis au bûcher. Il ne fallut que peu de temps pour que je sois enfermé.


Le visage d’un Shisen Kunan adulte, se posant sur celui de Shingen Kotetsu, l’humain à qui il racontait son histoire.

    - Bientôt, ma vie prit un véritable tournant. De jeune handicapé conforté par la pitié d’autrui, je devins la bête qui devait payer pour son ancêtre. De garçon malaimé de la nature, mais gentil, je devins l’incarnation de la souillure et de l’immondice. Ils ne voulurent point me tuer, non. Ils voulurent me faire payer. Me faire payer mes actes ? Non. Me faire payer les actes de celui dont à leurs yeux j’étais une sorte de réincarnation.

    Les sévices qu’ils m’infligèrent devaient s’inspirer de ce fameux Kokushibo. Mes ongles arrachés et brulés afin de ressembler à ceux de Kokushibo lorsqu’il forgea ses lames jumelles. Mon corps partiellement brûlé pour refléter le sacrifice de ses enfants. Tout cela ne tenait pas la route. Pourquoi devais-je être une cible ? Pourquoi devais-je payer par héritage le poids d’actes qui n’étaient pas les miens ?

    La descendance justifiait-elle le destin de chacun ?

    Je me suis longuement posé des questions de ce type. Au fil des années, les sévices furent toujours plus ingénieux. Mon corps n’oubliait pas la douleur, je pensais pouvoir en faire abstraction, mais elle ne disparut jamais. Néanmoins, j’eus le temps de réfléchir à la vie, au sens des choses. Je m’étais alors résolu à accepter mon destin… Jusqu’au jour où il arriva….


Regis Thomas.

Chapitre 2 : Une âme pour deux

Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Unknown

Cet homme d’Ohara, sa peau ébène, ses cheveux rendus « draids locks » par envie personnelle, il n’avait rien d’un archéologue. Âgé d’une bonne quarantaine d’années, voire plus, il avait fui son île afin de voguer sur les mers. Si l’archéologie le passionnait c’était avant tout pour découvrir ce que les livres lui avaient appris. Le sourire sur son visage n’avait d’égal que sa bravoure.

L’apprentissage des ponéglyphes lui avait été quasiment imposé, lui qui préférait les histoires s’attrayant aux sabres légendaires. Il ne cherchait pas à les posséder, mais simplement à en découvrir l’histoire ou les voir de ses propres yeux. Bien des meitous croisèrent sa route d’observateur, mais deux d’entre eux marquèrent son existence.

Sandaï et Nidaï Kokushibo. La légende avait évolué au cours de l’histoire, racontant qu’en fondant ces lames, respectivement parmi les cinquante, ainsi que les vingt-et-une meilleures lames du monde, il était possible d’en créer une nouvelle.

Pour cela il fallait fondre celles-ci, puis les couler sur une autre arme afin de créer l’arme parfaite : Ichizoku Kokushibo, pour « La Famille Kokushibo ».

Néanmoins, au fil des siècles les armes disparurent, passant de main en main jusqu’à se perdre. La légende voulait que les deux lames aient un point commun… Si les « Kitetsu » apportaient la malchance, les « Kokushibo » créaient chez l’utilisateur une irrésistible envie de meurtre. Les lames furent ainsi maudites et abandonnées. Leurs localisations en étaient devenues les plus grands mystères.

Ce fut cette idée qui poussa Regis Thomas à partir à leur recherche. Ou recoller les morceaux de cette histoire. Ainsi, il découvrit l’histoire de Kokushibo, puis celle de Gyuueki.
Il lui fallut de longs voyages pour parvenir jusqu’à l’île en question, mais il y parvint.

Arrivant dans le village dans le but d’en découvrir plus sur cette histoire, c’est avec une certaine fierté que les locaux voulurent lui montrer Shisen. Selon eux ils avaient trouvé la provenance de Kokushibo et pourraient ainsi stopper sa lignée. Pourquoi ne pas l’avoir tué ? Pour se venger encore un peu…

S’installant au village quelques temps afin d’étudier Shisen, Regis commença à parler de plus en plus avec le jeune homme. Il y découvrit une criante humanité, mais surtout une sorte de lâcher-prise.

    - Pourquoi as-tu abandonné l’idée de te rebeller Shisen Kunan ?
Demandait Régis.
    - Par amour pour mon peuple. Ma mère et mon père ont été tués par ma faute, pourtant cela n’a attristé personne. Je suis devenu un faire-valoir. Une sorte de grigri qu’on agite dès que la misère s’abat sur le village. Durant les périodes de sécheresse je suis fréquemment mutilé, mais manifestement cela semble avoir des effets sur le climat.
Dit-il d’une voix morne.

    - N’est-ce pas plutôt le hasard qui fait cela ? De plus, en quoi est-ce de l’amour que de souffrir pour ton peuple ? Te considèrent-ils comme un des leurs ?

    - Indéniablement, ils sont obligés de me considérer comme l’un des leurs. Ils voient en moi la réincarnation de l’ancêtre commun à tout villageois de Gyuueki. Ils voient en moi la raison de leur isolement. Cependant, contrairement à Kokushibo, je prouve que mon existence apporte la paix. Je ne détruis pas, j’apaise la haine en faisant don de mon être. C’est en cela qu’il s’agit d’amour.
Expliquerait Shisen.

    - Mais ce n'est pas si simple l'amour, les humains disent s’aimer tous les jours. Mais cela n'est pas vraiment le cas. Ils se bercent d’illusions en imaginant un amour utopique, parfois mue par des pensées purement égoïstes ou matérialistes. J’ai pu découvrir cela au fil des récits historiques que j’ai lu.
Argumenta le Thomas.

    - Récits historiques ? Il existe d’autres histoires plus importantes que celles de Kokushibo ?

    - Bien entendu. De là où je viens nous étudions l’histoire depuis son plus vieil âge !
Expliqua l’archéologue.

    - Il y a d’autres histoires plus importantes… Ma souffrance n’est qu’un grain de sable ? La mort de mes parents n’est qu’une goutte d’eau ? NON ! NON ! NON ! C’EST IMPOSSIBLE ! QUELLES SONT CES HISTOIRES, DIS-LES MOI !
Hurla Shisen avec une rage soudaine.

Sa vie venait de prendre une tournure imprévisible. Il pensait être une cause de souffrance logique et perpétuelle pour l’ensemble du monde. Son cerveau avait été matraqué avec l’idée qu’il descendait d’une créature meurtrière. Pourtant, il n’était qu’une chose parmi tant d’autres ? Qu’une histoire qui intéressait une poignée d’êtres ?

Regis avait pris l’habitude de discuter avec lui, il avait découvert sa part d’humanité. Il avait vu en Shisen un être humain dont les connaissances se limitaient à son île, mais dont la philosophie s’élargissait au monde avec beaucoup de naturel.

Cet être pourvu de six yeux ne pouvait être un monstre. Il s’agissait d’une victime au mieux.

Alors dans un élan altruiste et dangereux, Regis Thomas prit une grande décision…

Libérant Shisen durant une nuit noire, l’homme prit la mer avec cet être faible, le corps amaigri par la faim. La fuite fut ardue, le village les poursuivant durant leur fuite. Regis ayant pris le Kunan sur son dos afin de se mouvoir suffisamment vite…

Si les torches enflammées, les cris de haine et les jets de flèches firent trembler l’homme à la peau basanée, ce fut une tout autre chose qui le fit sourire. Lorsqu’ils arrivèrent au navire, Shisen ria.

Regis avait trébuché en arrivant devant le bateau et ce fut par ce geste qu’ils s’y engouffrèrent.

    - Aventurier connaisseur en histoire, mais maladroit, hahaha…
Sa voix fatiguée par le temps ne rendait pas son rire moins sincère.
    - Eh bah le démon Shisen Kunan peut rire !
Ria l’Archéologue.

Chapitre 3 : Festival de rêves

Shisen D. Kunan : Briser les chaînes 9A3EF40861A35BA4B2E1777E19CBAE68B8F4E6E3

Le temps était passé depuis, Shisen et Regis avait pris l’habitude de voyager ensemble. Regis lui inculqua de nouvelles règles de vie. Il lui enseigna bien des choses et lui montra une autre façon d’aborder la vie. Le cornu n’avait pas à cacher son corps, il pouvait voyager librement. Malgré tout, Regis lui avait expliqué ce qu’était le racisme, ainsi le cornu faisait attention aux lieux où il se montrait.

Même libre son corps restait un problème. Un problème plus tolérable, mais un problème. Il vivait plus simplement vis-à-vis de sa morphologie, tout en restant prudent par habitude et par nécessité.

L’histoire du monde créa chez le démon une sorte de curiosité candide. Il lui fallait comprendre. Au sein de son village il eut l’impression d’être la réincarnation d’une divinité, tandis qu’aux yeux du monde il ne représentait rien, aux mieux une race étrange.

Excellent professeur, l’homme lui transmis aussi bien ses valeurs que ses connaissances en archéologie, lui transmettant ainsi la dangereuse, mais nécessaire lecture des ponéglyphes.

    - Ces écritures anciennes sont probablement le plus grand frein historique de nombreux archéologues. Ils sont parfois connaisseurs dans bien des dommaines, mais face à ce genre d’écritures ils ne peuvent rien faire. Pire encore, lorsqu’ils les découvrent, ils rebroussent chemin, faisant l’autruche sur certaines découvertes.

    Néanmoins, le Gouvernement Mondial n’apprécie pas ce talent… L’île d’où je viens, Ohara, a été détruite à cause de cela. Nos recherches mènent à découvrir une époque ancienne que le Gouvernement semble vouloir cacher. Je n’en connais pas grand-chose, ayant été intéressé par d’autres sujets.

    Qui plus est, ces écritures anciennes mèneraient à des armes ancestrales… Des armes qui pourraient briser l’ordre établi en ce monde. L’idée que ces armes ressurgissent effraie les hautes instances je suppose.


Cette longue explication poussa Shisen à une question assez logique le connaissant, bien que particulière.

    - Il n’existe pas d’arme permettant de créer la paix ? Peut-être le Gouvernement Mondial l’ignore.


L’air médusé, l’archéologue ne s’attendait pas à une telle question…

    - C’est une possibilité, mais je doute que le terme « arme » serait employé pour cela. En revanche, il est possible que ce savoir montre une voie menant à la paix. Depuis toutes ces années que j’ai passé à voyager, j’ai été confronté aux guerres, à la haine et autres tyrannies. J’ai fait passer ma passion avant tout, mais l’idée d’un monde en paix est toujours restée dans mon esprit. Cependant je n’ai pas été doté d’un corps permettant cela…
Répondit Regis.

    - Comment ça ? Tu as réussi à me libérer de mon village et tu voyages librement.
Dit Shisen.

    - Certes, cependant je suis mal né… Il me reste au mieux deux années à vivre. Ton visage souffre d’une malformation, moi c’est mon cœur. Il ne tiendra pas la route éternellement.

    - Il n’y a pas de remède à cela ?

    - Il existait un médicament pouvant rallonger ma vie de quelques années, mais à terme j’aurais subis de plus en plus d’effets indésirables de ma maladie. Alors j’ai préféré vivre cette vie librement, en m’intéressant à mes rêves. J’ai vu énormément de meitous au fil du temps. Je n’ai pas vu les Kokushibo, mais j’ai vu la pseudo réincarnation de leur forgeron haha !
Dit-il en riant

    - Comment fais-tu pour rire de ta mort Regis !
S’écria le Kunan.
    - Toute ma vie je me suis remis en question, mais sans réponse. J’ai rêvé de roses pouvant me guérir, mais j’ai vécu dans les ronces en revenant dans ma triste vie. Je ne pouvais pas être soigné. Alors, j’ai décidé de prendre la vie avec légèreté, de rire et de faire ce qui me passait par la tête.


    - Regis…. Je vais poursuivre ma vie pour toi dans ce cas ! Sans toi je n’aurais pas pu voir le monde, je n’aurais pas pu vivre aussi librement ! Je continuerai ton rêve de découverte des meitous et…


Alors l’homme l’arrêta, posant sa main sur l’épaule du cornu.

    - Non, les meitous faisaient partie de mon rêve, il ne s’agit pas du tien. J’ai vécu en vivant selon mes rêves, tu dois vivre selon les tiens si tu souhaites réellement perpétrer ma volonté.

    -… Je vois… Alors…..

    - Hm ?

    - Je vivrai pour créer la paix.

    - Oh ! Un héros ! J’ai hâte de voir tout ça depuis l’au-delà !


Chapitre 4 : Humains

Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Anime-original-motorcycle-mountain-path-hd-wallpaper-preview

Deux années passèrent, le duo avait regagné Grand Line afin de vivre plus tranquillement. Dans le Nouveau Monde ils devaient constamment faire appel à des transporteurs pour voyager « en toute quiétude », cela n’était plus faisable dorénavant.

Sur Grand Line ils vivraient sereinement. Le duo pu ainsi voyager encore un peu avant d’arrêter sa course sur High West. Le corps de Regis Thomas l’avait abandonné. Lui qui était si dynamique et plein de vie devait aujourd’hui s’arrêter.

Alors installé dans une auberge des plus classiques, il échangeait là ses derniers mots avec Shisen.

    - Moi qui voulait vérifier si une lame légendaire était caché dans cette montagne, je me retrouve bloquer face à elle. Ironiquement cette fameuse montagne monte droit vers le ciel.
Dirait le Thomas.
    - Alors, peut-être que tu graviras cette montagne en esprit et découvrira son secret. Ce sera ta dernière aventure.
Les yeux du Kunan ne pleurait pas, il souriait. Il était heureux de la vie que lui avait offert Regis Thomas.
    - Héhé, ce sera mon dernier voyage et tu n’es pas invité ! Toi tu dois partir découvrir le monde, découvrir ton « arme pour la paix ».
Dit-il en riant.
    - Fais attention que je ne trouve pas le secret de la résurrection, tu risquerais d’être témoin de cette paix depuis le monde des vivants et non celui des mort.

    - Pourquoi pas ! Qui dirait non à une deuxième vie d’aventure et de joie !
Sourire aux lèvres il ferma les yeux….

    - Ce serait avec plaisir que je reprendrai la mer avec toi Regis Thomas… Mon nom représentait la souffrance de l’existence, la souffrance d’une longue vie avant de pouvoir mourir… Tu as changé ce nom, tu m’as offert la joie entre la vie et la mort, le bonheur… Je t’en serai éternellement reconnaissant !


La main de l’archéologue serra celle du cornu dans une dernière étreinte, relâchant la pression doucement, elle retomba lourdement sur le lit. Dans un silence mélancolique les larmes quittèrent les yeux du cornu... Désormais, il vivrait seul.

----------------
    - C’est en tout cas ce que je croyais avant de te rencontrer Shingen Kotetsu. Je n’aurais jamais rencontré une autre personne avec qui prendre la mer entre temps. J’en suis très heureux.


Chapitre 5 : Même Issue

Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Changing_Destiny_7331

Pourtant, l’histoire ne s’arrêtait pas là…

Décidant de se rendre sur Jaya afin de découvrir l’autre porte d’entrée vers le ciel où était partie l’âme de son mentor, Shisen rencontra un jeune homme singulier.

Se nommant « Noctis Archer », il se targuait d’être la réincarnation d’une divinité. Tout comme Shisen, lui aussi était issu d’une petite histoire méconnue et tout comme lui, il était aussi une soi-disant réincarnation… A la différence que Shisen était celle d’un être vivant…

Par curiosité, le démon s’intéressa grandement à l’histoire de Noctis. Découvrant une histoire semblable à la sienne, il voyait ce qu’aurait pu être sa vie s’il avait été une bonne réincarnation et non une mauvaise. Contrairement à lui, l’Archer avait grandi avec l’idée qu’il était au-dessus d’autrui. Là où le Kunan se vit comme une peine acceptable pour le bien commun, le Musicos se voyait comme un bienfait pour le monde.

Il ne concevait pas l’idée que des histoires plus importantes que la sienne existent. Il n’en niait pas l’existence, mais supposait qu’elles étaient moins importantes, au mieux plus relayées. La transmission d’informations eut un exercice erroné dans son cas, mais efficace pour les autres.

Pourtant, de cette histoire plus qu’égocentrique Shisen en retira un concept.

Le culte du Chaos s’orientait autour d’un élu, certes. Cependant, il prenait en compte le fait que l’élu meurt vite et qu’un autre n’apparaisse que dix ans après le précédent. En clair, il partait du principe que l’élu soit un moteur, sans être l’élément central de la machine. Là où le culte du Chaos prenait tout son sens c’était dans sa conception de la vie.

La vie devait être détruite, pour être recréée avec davantage de perfection. L’existence devenant alors un cycle sans fin, une boucle perpétuelle. La destruction entrainait le renouveau. La fin créait le commencement. L’éradication de la vie ne constituait pas une fin en elle-même. Elle composait l’œuvre immense que s’avérait être « la renaissance ».

De cette philosophie égoïste naissait une idéologie philanthropique.
Si le philanthrope aimait la vie humaine et le genre humain, l’idée d’une destruction et de renouveau permettait à l’humain de renaître.

De renaître sous une forme nécessairement plus immaculée, plus parfaite que la précédente.

L’idéologie ne pouvait être arrêtée à l’humanité, il fallait la pousser aux animaux, à la nature, à la vie.

La vie devait disparaître pour renaître d’elle-même sous une forme nouvelle. Faisant état de ce qui l’avait détruite, pour ne plus disparaître à nouveau.

Chapitre 6 : Perplexe

Shisen D. Kunan : Briser les chaînes A65570cf-bab8-45ea-bfed-c5a6b172946e


    - Le monde évolue constamment, les guerres, la tristesse, toutes ces choses s’entremêlent dans notre monde. Les religions émergent, les idéaux s’entrechoquent. Le monde se livre à une guerre dénuée de sens. Pourquoi chercher des religions, des mouvements ? L’harmonie parfaite. C’est ce que nous devrions chercher. Cet état de communion entre les êtres vivants.


Ces paroles furent les premières paroles que Shisen échangea avec Shingen lorsqu’ils se rencontrèrent. L’humain en face de lui était empli d’une haine viscérale envers le Gouvernement Mondial. D’autres, les révolutionnaires, souhaitaient changer l’ordre mondial établit par ce gouvernement. Cette situation poussait le cornu à s’interroger. Pourquoi l’ordre mondial trouvait des opposants ? Peut-être parce qu’il était imparfait.

Cependant, si la Révolution se voulait si parfaite pourquoi l’ensemble du peuple, de la nature même, ne se soulevait point pour l’aider à réussir dans ses projets ? Comme était-il possible qu’un mouvement novateur ne puisse gagner le cœur du peuple ? Peut-être parce qu’il était lui aussi imparfait.

La drogue, l’esclavage, les guerres commerciales, toutes ces choses motivées par la Pègre trouvent leur place en ce monde, alors qu’elles détruisent des vies par pure avarice. De ce fait, le monde criminel se dresse comme étant abjecte, car contre le concept même de la vie. Peut-être parce qu’il était imparfait. Encore.

La piraterie, la chasse à la prime, ce monde de liberté basé parfois sur l’aventure pour les uns ou le gain d’argent pour les autres. Si pour les pirates il y avait cet aspect aventureux qui était tout à fait noble, certains s’adonnaient à des batailles inutiles entre humains dans des objectifs tout à fait personnels. Les chasseurs de primes couraient après l’argent, mais pourquoi ? Pour une vie de luxure et de quiétude ? Il y avait-il une avancée à réaliser ce genre de choses ? Non. Peut-être parce qu’il était imparfait. Encore et toujours.

La vie de civil offrait une tranquillité parfois, une instabilité dans d’autres cas. Pourtant, les hommes trompent et battent leurs femmes, des femmes trompent leurs hommes, des familles se brisent, des personnes sombres dans la drogue. Même au sein d’un univers tranquille les humains se détruisent. Peut-être parce qu’il était… imparfait. Comme tout le reste.

    - Oui, ce monde est imparfait. Le réformer est nécessaire. La simplicité de la vie est en faillite. Il est nécessaire de revoir les choses différemment. Cependant, je ne pourrais y arriver seul. Regis Thomas était solitaire. Il a accompli énormément de choses, mais n’a pas réalisé tout ce qu’il voulait. Il m’est donc nécessaire de m’entourer. Afin de préparer mon projet je devrai faire des concessions, c’est un fait.


Ainsi, l’aventure de l’homme commença lentement. Il ne comptait pas réaliser de massacres stupides. Il ne fallait pas que sa stratégie soit irréfléchie. Fondre sur chaque population, puis les écraser n’aurait que peu de sens. La destruction dénuée de logique le rendrait trop connu. Il serait rapidement bloqué et ses projets ne pourraient point se concrétiser. La réflexion de son projet devait lui prendre un certain temps. Plus il réfléchirait à son projet, mieux il se déroulerait.

L’idéal serait donc de se camoufler, recruter des individus partageant sa vision d’un monde imparfait. Petit à petit, ils pourraient tous centrer leurs objectifs sur ce renouveau du monde. Il fallait pouvoir récupérer suffisamment de puissance avant d’agir. La tête de l’homme ne devait pas être mise à prix ou à petit prix, afin de se fondre dans la masse.

Cependant, rechercher des armes antiques ou de la puissance risquait d’en faire une cible logique. Alors, durant une année il prit le temps de monter son projet aux côtés de Shingen. Il ne savait pas encore comment il raserait complètement la moindre formes de vie, mais il commencerait par celles qui gênaient le plus. Il n’y aurait pas réellement de point de départ, d’île de départ. La mise en place du premier assaut paraîtrait logique.

Pour l’instant il jouerait donc les chercheurs, les aventuriers. Il mènerait des individus à lui, il commencerait à chercher les armes antiques ou leur piste, passant pour un simple aventurier. Il serait nécessaire de cacher son aptitude à la lecture des écritures anciennes. Il ne serait révélé qu’à ceux pouvant les lires ou aux individus de confiance.

L’année écoulée se résuma donc à des voyages, parfois avec Shingen, parfois sans lui. Durant cette année de creux, il décida de marquer son corps d’une flamme, représentative du brasier qu’il serait pour le monde. Par la suite vint l’acquisition de son sabre. Son apparence disgracieuse lui donnait l’air d’une arme monstrueuse, pourtant, à bien la regarder elle ne semblait pas si excellente….

C’est désormais ce démon cornu qui avançait dans ce monde qu’il comptait changer.



«Ne passe pas trop à essayer d'être ce que tu n'es pas, car tu finiras par croire que tu l'es vraiment. Accepte la fin de quelque chose pour en construire une autre.»
∟William Kalubi Mwamba.




Chapitre 7 : Ipséité

Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Ff0c746fc627b1e6371e66db5a79f22b

L’histoire revenait ainsi dans le présent….

    - C’est après cette rencontre que j’ai entrepris de devenir plus fort. Mon besoin de recréer un monde meilleur était devenu ma priorité. Je ne savais point si Thomas m’aurait compris. Néanmoins, il m’avait demandé de vivre ma vie selon mes objectifs personnels et c’est ce que je comptais faire. Alors, malgré mon imperfection, il ne pourrait que me comprendre.


Sortant de la grotte où il se terrait avec son comparse, Shisen laissa le soleil toucher sa peau. En quelques pas il vint se baigner dans les rayons salvateurs de l’astre divin. Son regard se posa sur l’ensemble nuageux tapissant le ciel bleu et ses paroles vinrent à raisonner en ces lieux.

    - Peut-être aurais-je dû être un lithopédion. Mort au sein même de ma mère, ma vie aurait été plus simple. N’existant que quelques mois, j’y aurais trouvé une mort indolore, mais une vie de quiétude. Personne n’a déjà rêvé de naître… Perdu dans le vide, ma mort n’aurait été qu’un doux néant.


Alors il dégainerait son sabre, le regarderait, puis soupirait.

    - Désormais doté de la vie, je me dois de profiter de celle-ci. Toutes ces vies inutiles et vaines de sens doivent prendre fin. Le monde doit repartir à zéro. Notre secret Shingen… Notre talent commun, cette lecture des écritures anciennes. Elle devra nous transporter vers un monde nouveau. La découverte des armes antiques, c’est par cela que passera la recherche de la paix.


La main du démon viendrait relever la pointe de la lame vers le soleil, les rayons se réfléchissant sur celle-ci.

    - La douleur brute ne me fait plus rien, la faim ne fait plus effet. Je ne ressens plus rien lorsqu’une vie s’éteint… Kokushibo… Qui étais-tu réellement. Derrière cette histoire que j’ai apprise sur toi. Qui étais-tu ? Forgeron ? Père ? Guerrier ? Dépressif ?


Entre les mains du démon ne trônait pas une arme forgée par Kokushibo, mais bel et bien une reproduction. Il en avait vu quelques dessins dans certains livres et fit construire une arme plus ou moins identique en fer. Elle n’était pas particulièrement étonnante, mais surprenait par les yeux multiples qui s’y trouvaient.

    - Les secrets du monde nous appartiendront. La paix naîtra de notre désir unique.


Fermant les yeux, le brun rangea son arme, laissant le souffle de la nature caresser sa peau.

Presque innocemment, un oiseau vint se poser sur son épaule et le brun alla le cajoler avec un sourire léger. Le monde était magnifique. Shisen le considérait réellement. Le monde était beau et il voulait le voir grandir encore. Il voulait que ce monde puisse s’étendre vers de nouveaux horizons. Des horizons qui ne pourraient que lui faire du bien.

    - Humanité, je te ferai pleurer. Toutes les larmes de tes êtres m’appartiennent désormais.


La lame se rangea alors dans son fourreau et les yeux se firent étincelants.

    - Parce que je suis Regis Thomas.




Shisen D. Kunan
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 1855
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue37/75Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (37/75)
Expériences:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue185/350Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (185/350)
Berrys: 335.933.000 B
Mar 4 Mai - 17:02


Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations



Bienvenue l'ancien ! Voici la notation pour ta présentation sauvant Jaya.

La présentation sera cotée sur 15 comme ceci:




La qualité du texte sur 8/10

L'originalité 1.5/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 2/2
La narration 1.5/2
L'avis personnel 1/2


Le respect du français 6.5/10

Le vocabulaire 1.5/2
La grammaire 0.5/2
L'orthographe 1/2
La conjugaison 2/2
La ponctuation 1.5/2


La quantité du récit 5.5/6

5716 mots d'histoire environ avec des descriptions correctes

Points bonus 4/6

Score final 24/32


= 11,25/15 arrondit au niveau 11

Des confusions féminin-masculin, singulier-pluriel. Quelques exemples (mais il y en a beaucouuuup plus) :
Cette œil => cet œil
bref arrêt => brefs arrêts
une nuit noir => nuit noire
les torches enflammés => torches enflammées

Des oublis de mots également par (un "un" ou un "de" manquant par exemple) ou même de lettres ("automatise" au lieu d'"automatisme"). Quelques erreurs d'orthographe plus brut comme le "lâché-prise" au lieu de "lâcher-prise".

"La simple idée qu’une telle engeance renaisse un jour, poussa l’Empereur de l’époque à prendre une décision radicale." => une virgule qui n'a rien à faire là.
"Ôtant les bandelettes de son visage, soi-disant rendu hideux par une malformation de naissance, qui n’étonna guère."=> Une phrase centrés sur deux participes présents sans autre verbe conjugué que celui lié à la contextualisation par "qui", ce qui donne une phrase dont il semble manquer une partie.
En gros il y a des phrases mal construites, agencées ou qui manque de finitions.

Un vocabulaire soigné avec des fulgurances même si j'aurais aimé plus de lyrisme à certains passages, que cela soit approfondie. Il y a plusieurs passages où tu aurais pu poussé plus loin dans le vocabulaire employé pour créer la progression et l'impact dans la construction de phrases ou paragraphes.

Pour l'originalité, nous partons donc ici sur l'enfant-monstre, assez rare dans le milieu du shonen, couplé à l'orphelin recueillit par un mentor [que ce soit martiale et/ou spirituel], plus ou moins un classique de shonen. Tu y apporte beaucoup de lore et de développement idéologique et fait évoluer le personnage vers une voie positive puis une qui s'assombrit avec la rencontre avec Noctis Archer qui aurait mériter davantage de mise en scène selon moi. C'est donc un récit qui apporte pas mal de côté neuf sur sa structure de base.

Narration efficace qui deviens un peu trop classique à mon gout au fur et à mesure. J'aurais aimé plus de parti pris la dessus.

Niveau mise en page, du basique, mais tu as oublié une fois de mettre la balise pour mettre en gras.

Une plutôt bonne présentation en somme !


© Copyright Propriété de One Piece Seken


_________________
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Signa210
Aggaddon Médixès
Revenir en haut Aller en bas
Shisen D. Kunan
Shisen D. Kunan
Messages : 2
Race : Six Yeux
Équipage : Legend

Feuille de personnage
Niveau:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue667/667Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (667/667)
Expériences:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue667/667Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (667/667)
Berrys: 0 B
Lun 19 Juil - 17:47
C'est corrigé.

_________________
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Kokush13
Shisen D. Kunan
Revenir en haut Aller en bas
Erwin
Erwin
Messages : 4583
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue41/75Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue123/500Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (123/500)
Berrys: 224.977.549.666 B
Ven 23 Juil - 14:04


Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations



Bienvenue l'ancien ! Voici la notation pour ta présentation sauvant Jaya.

La présentation sera cotée sur 15 comme ceci:




La qualité du texte sur 8.5/10

L'originalité 2/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 2/2
La narration 1.5/2
L'avis personnel 1/2


Le respect du français 7.5/10

Le vocabulaire 2/2
La grammaire 1/2
L'orthographe 1/2
La conjugaison 2/2
La ponctuation 1.5/2


La quantité du récit 6/6

5777 mots d'histoire environ avec des descriptions correctes

Points bonus 5/6

Score final 27/32


= 12,65/15 arrondit au niveau 13

Je reprends la notation, Aggaddon est en période chargée en ce moment et n'a plus le temps de s'en occuper.

Je t'ai listé les erreurs que j'ai pu noter dans l'histoire :

Spoiler:
 

En somme, une bonne présentation, on retrouve ton attrait du background. Le petit clin d'oeil au culte du chaos m'a fait sourire. Je t'ai rajouté un demi-point en originalité, en revanche je n'ai pas rajouté sur l'avis personnel. Je n'ai pas vu la présentation passer (je l'ai lu d'une traite avec intérêt) mais ça manque de profondeur, et si les éléments individuels sont originaux ils ne sont pas exceptionnels. On retrouve le cadre d'un shounen classique en somme.

Pour le français, j'ai rajouté 0,5 en vocabulaire, 0,5 en grammaire. En revanche attention à la formulation de certaines phrases : elles doivent être composées d'un verbe conjugué, les phrases avec un participe présent ne répondant pas à ce critère.

Tu connais tes options, je te les rappelle :

Tu peux à présent faire un choix parmi les suivants :
-> Corriger ta présentation et gagner quelques niveaux. (Il faudra rajouter surtout de la quantité, si tu veux faire cela donc)
-> Entrer directement dans le monde du RP au niveau 13 sans le Goro Goro no Mi mais avec la Lecture de Ponéglyphes.
-> Passer directement au test RP pour gagner jusqu'à 5 niveaux supplémentaires.




© Copyright Propriété de One Piece Seken

Erwin
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Amiral Kurohebi
Ghetis Archer
Messages : 2893
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue50/75Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (50/75)
Expériences:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue731/750Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (731/750)
Berrys: 73.860.975.528 B
Amiral Kurohebi
Mar 27 Juil - 16:29
Tesr rp!

_________________
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes 45495_s

Vente sur Alabasta, San Faldo, Shabaody, Drum, Jaya, Whisky Peak, Bilcan, Kitamura : Dialo,Hebi, Bilcan, Kitan

Spoiler:
 
Ghetis Archer
Revenir en haut Aller en bas
Erwin
Erwin
Messages : 4583
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue41/75Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Left_bar_bleue123/500Shisen D. Kunan : Briser les chaînes Empty_bar_bleue  (123/500)
Berrys: 224.977.549.666 B
Mar 27 Juil - 19:38
Citation :
"Monstre !". Tu arrives sur une île qui te rappelle la façon dont on te traitait sur ton île natale. Cependant, cette fois-ci, l'île se fait attaquer par des pirates qui veulent te capturer. Leur leader maîtrise le Haki de l'armement mais est du même niveau que toi, environ. Il veut te vendre pour le colisée de Marijoa. Cependant, derrière la motivation de ce capitaine pirate se trouve peut-être un motif plus louable. Tu peux le vaincre et fuir, ou sauver les habitants.

- Tu dois utiliser le Goro dans ce test RP.
Erwin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: