-27%
Le deal à ne pas rater :
Bosch – Jeu d’embouts de vissage et à cliquet 26 pièces
15.19 € 20.75 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
Nils Gratz
Messages : 2232
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
Pestilence Left_bar_bleue43/75Pestilence Empty_bar_bleue  (43/75)
Expériences:
Pestilence Left_bar_bleue378/500Pestilence Empty_bar_bleue  (378/500)
Berrys: 2.500.332.000 B
Dim 10 Jan - 8:46



Pestilence



Nils grinçait des dents : s’il avait accordé les fonds illimités à Viktor, il se demandait maintenant si ce n’était pas de trop dans la mesure où il avait vu les plans. S’il ne comprenait absolument rien à la technologie, il comprenait au moins que tout ça n’allait pas être remboursé par l’assurance maladie et les fonds du Compost restaient encore probablement insuffisants. Non, Nils devait agir pour le bien du Compost et, pour la première fois depuis des années, il commença à étudier dans son bureau comme s’il devait passer le concours médical quelques jours plus tard. Rapports, budgets, programmes, avis de recherches, lettres de recommandations, journaux… tout passait au crible de l’ancêtre, tant et si bien qu’il ne sortit pas de son bureau pendant plusieurs jours, pendant toute la durée du voyage jusque Marijoa.

Pestilence Bd2268e2Pestilence Netero10

Mama et Raifort étaient en grande communication. Les deux lieutenants principaux du Compost s’inquiétaient de l’état de l’ancêtre, un état dans lequel Nils n’avait jamais été retrouvé. D’un signe de tête la grosse dame acquiesça à la proposition du vieil ami du capitaine. Le duo quitterait alors le pont principal pour rejoindre la cuisine. Mama habituée à faire dans la quantité se contenterait simplement de prendre quelques patates et d’autres légumes et épices.

- j’espère qu’il appréciera…
- Je ne te connaissais pas si inquiète Manjtou !


Le duo se mit à rire de bon cœur comme s’il s’agissait d’un mécanisme de défense pour éviter d’avoir trop à penser. D’un geste expert, elle s’occupa de préparer un bol de soupe presque de façon gastronomique tant elle y apportait un soin précieux. En quelques minutes, le plat serait prêt et elle le tendrait à Robert.


Tiens, apporte-lui histoire qu’il se nourrisse un peu. J’m’occupe de garder les autres, prend le temp qu’il faudra.
Robert déglutit à l’idée : Mama était plus que capable de gérer les hommes du Compost et surtout de diriger bien des membres de l’équipage. Mama était considérée presque comme la seconde du Gratz… peut-être équivalente à Robert Raifort justement. Sortant de la cuisine, le vieillard avec la soupe referma la porte avec ses pieds pour prendre la direction du bureau de son vieil ami. Une fois un peu plus loin, le vieillard se mettrait à rire en entendant Mama hurler à distance sur divers soldats qui flemmardaient comme à l’accoutumée.

Robert toqua à la porte du capitaine qui ne répondait pas. Répétant l’action une seconde fois, il ouvrit finalement le bureau de son confrère et découvrit l’ancêtre plongé dans ses lectures. Le bureau était dans la pénombre et des papiers jonchaient l’entièreté du bureau. L’odeur de fauve qui régnait dans la pièce fit simplement soupirer le médecin, il avait connu pire mais il reconnaissait bien Nils dans cette façon de faire, une fois qu’il avait décidé, rien ne pouvait le détourner de sa mission.


On arrive dans deux jours Rob, qu’est-ce que tu veux ?
Nils demandait ça sur un ton particulièrement amical, il était bien content de retrouver son ami et s’était sans doute oublié depuis plusieurs jours, en plus d’une soupe, une douche aurait certainement pu faire le plus grand bien. Amical, il n’avait néanmoins pas décroché les yeux de son journal et peu à peu un plan se dessinait dans son regard. Nils avait une petite idée de quoi faire pour les prochains mois.


Tu ferais mieux de prendre soin de toi, on pourrait penser à un cadavre en te voyant ! Imagine la tête de Line si elle te voyait comme ça !
Rob avait bien connu la femme de l’ancêtre et s’en servait souvent pour aider Nils à faire ce qu’il pensait être juste et… à dire vrai, il était de bon conseil. L’ancien membre du CP1 avait souvent eu à gérer de nombreux dossiers. Il était d’une aide précieuse.


Manjtou t’a fait une soupe, rien que pour toi, c’est bizarre venant d’elle ouai. Qu’est ce qui est prévu pour la suite alors ?
Nils comprenait bien mieux les enjeux de ce monde et ce qu’on pouvait attendre de lui. Il était revenu sur de nombreux points et il constatait qu’on avait souvent parlé de lui dans les journaux. Il y avait de quoi décontenancer plus d’une personne et aujourd’hui il était même primé… pourrait-il se servir de ça pour ses plans ? Rien n’était moins sûr.


Tu as raison. J’vais prendre un peu de temps pour moi. On se retrouve dès qu’on accoste à Marijoa. Assure-toi que les commandants de vaisseaux, toi, Viktor et Mama soient là pour les ordres prochains.
Nils mentait. Il n’avait en rien dans l’objectif de prendre soin de lui et encore moins du temps pour lui mais il y avait bien un point sur lequel il était nécessaire de revenir. Il fallait organiser la suite des événements et des projets. Pour ça, le vieillard avait besoin de lieutenants de confiance et pour ça, il fallait faire en sorte que chacun sache ce qu’il avait à faire.


Ça marche. On arrive demain sans doute alors à toute. Ah et je ferai venir une femme de ménage pour ranger tout ça quand même…
Ressortant, Robert laisserait alors Nils seul à ses papiers… et sa douche.

------------------------------------------------------

En réalité, il aurait fallu deux jours encore au reste de la flotte Gratzienne pour rejoindre Marijoa. S’ils parvinrent sans problèmes à accoster, Mama et Robert étaient encore en train de réunir les soldats pour le briefing. Au dernier moment, tous se retrouvèrent sur le pont principal. Viktor aurait alors pu se joindre à eux sur le devant. Il n’était pas tenu de se mettre au garde à vous dans la mesure où il n’était pas soldat mais il lui aurait été demandé d’aller devant avec les trois commandants, Robert et Mama.

La porte du bureau de Nils s’ouvrit alors et révèlerait le capitaine du Compost. Depuis toujours, Nils n’avait jamais fait attention à qui il n’était ni à ce qu’il laissait paraitre mais aujourd’hui était un tout autre jour. Un pas devant l’autre, Nils aurait un peu de hauteur et s’appuierait sur son bâton. Un parfait uniforme de vice-amiral, coiffé pour le peu de cheveux qui lui restaient, des lunettes saillantes lavées et brillantes et quelques médailles. Le Vice-Amiral Gratz, capitaine du Compost était prêt à endosser le rôle qui était le sien. Au niveau des médailles, une autre semblait avoir été fabriquée sur mesure, une sorte d’écusson qui ressemblait plus à un drapeau : du vert, du blanc, du bleu et une roue de navigation à 6 branches teintée d’or, signe d’appartenance au Compost resplendissait également.

Plus que jamais, le vice-amiral prenait le contrôle de la situation et s’apprêtait à expliquer les agissements futurs. S’approchant de la balustrade, il ferait en sorte que tous l’entendent, montrant alors un capitaine fort et sûr de lui.


Sergent Ité Manjtou. Prenez le commandement principal des trois vaisseaux avec Tarr, Zayne et Mont, partez en direction de Erwin. Retrouvez-le et voyez où établir la base principale du Compost sur le nouveau monde.
La grosse dame acquiesça et les trois capitaines également en attendant la suite des ordres.


Colonel Robert Raifort, prenez le contrôle de la flotte sur les blues et assurez la protection avec le vice-amiral en poste sur cette zone.
Un clin d’œil du vieil ami médecin permit de comprendre pourquoi il lui demander une chose pareille, Nils avait besoin de quelqu’un en qui il pourrait avoir une confiance aveugle et Robert était de loin le plus grand gestionnaire et ami qui pouvait remplir ce rôle. Il sourit à l’idée que lui aussi n’aurait pas droit à sa retraite tout de suite mais en réalité, le Gratz lui faisait une fleur et il le savait.


Mr le marquis Rosenbaum…
Nils inclina la tête respectueusement en direction du marquis avant de continuer, il lui témoignait une forme de respect rare mais savait pertinemment qu’il avait beaucoup fait pour le Compost, ainsi c’était tout naturel.


Je vous demanderai de bien vouloir mettre votre génie à contribution pour bâtir les plans que vous m’avez montré.
Nils faisait une simple demande, mais tout le monde savait maintenant quoi faire. D’un seul geste, il expliqua ce que lui allait faire avant de prendre la direction de la ville principale, avec un peu de chance, peut-être serait-il guidé vers l’homme au riche portefeuille…


Quant-à-moi, j’vais aller vendre mon beau p’tit cul… rompez !
L’ensemble des soldats entreraient alors en action et bientôt, les navires et hommes de Mama partiraient pour la première ile du nouveau monde pour rejoindre Erwin. De son côté, Robert avancerait en direction de Toroa. Tout se mettait peu à peu en place…



_________________
Pestilence 1436021033-gratzousignv2
Signature réalisée par Komatsu
Nils Gratz
Revenir en haut Aller en bas
Viktor Rosenbaum
Viktor Rosenbaum
Messages : 76
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
Pestilence Left_bar_bleue27/75Pestilence Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
Pestilence Left_bar_bleue58/120Pestilence Empty_bar_bleue  (58/120)
Berrys: 26.050.000 B
Mar 19 Jan - 20:16
Pestilence


Un an... presque un an...

Mariejoa est sur l'horizon, citée maitresse, joyaux du gouvernement mondial, capitale du monde et le centre de toute civilisation, mais surtout, ma maison... Il y a plusieurs mois de cela, j'étais parti d'ici pour examiner d'un peu plus près les conditions dans lequels étaient les iles provinciales, loin de la perle de Red Line... Je n'aurais jamais cru à cette époque que je partirais dans une odyssée aussi longue et qui ne fait que se rallonger. Je ne sais pas si j'aurais quitté la capitale si je savais dans quoi je m'engageait... mais en même temps, j'ai pu découvrir l'état véritable du monde, sans toute la propagande et la déformation des rumeurs qu'on reçoit ici. Et l'état est bien pire, bien plus terrible, que ce que j'avais pu croire.

L'on m'a convoqué pour venir sur le pont pour les missions que le Vice-Amiral veut assigner à la flotte. J'arrive à destination légèrement en retard mais juste avant la sortie du Vice-Amiral, permettant de ramener un peu l'attention à ma personne, me rendre plus visible à l'équipage pour que je rentre plus facilement dans leurs mémoires. Vu que je suis techniquement pas à la ramasse, je reste respectable, professionel, une authoritée... Je porte sur moi ma veste d'un rouge bordeau mais aucun haut de forme ni les lunettes malheureusement détruites ne m'ornent. Je frappe bien plus par mon regard perçant bleu électrique qui a été rarement visible à l'équipage. Je m'arrête côte à côte de Mama et cet autre individu que je n'ai pas eu la chance de connaître du nom de Robert.

Nils Gratz, le vieux crouton que je connaissait plus par son habitude déplorable de se curer le nez sortait avec un uniforme entretenu pour une fois. C'est étrange, inhabituel, je regarde Mama d'un air inquièt. Serais-t-il tombé ce matin en ce levant? Serais-t-il devenu donc fou? Le vieux fossile baveux que je connais préfererait crouler sous la paperasse que de témoigner de la moindre grâce ou étiquette!

Pourtant, le voilà donc à essayer, tant bien que mal, à donner l'exemple d'un dirigeant aguéri et d'un amiral... Vice-Amiral, pardon... à peu près compétent. Je... Je peux au moins le respecter pour ça, aussi excentrique et têtu que le vieillard puisse être.

Il prit la parole, désignant les rôles des différentes parties de la flotte et leurs commandants. Mama partirait rejoindre Erwin qui est à l'avant, déjà au nouveau-monde, pour établir une base principale. Je me gratte le menton... Une base principale? Le Vice-Amiral est donc parti pour une opération bien plus large que ce que j'avais cru comprendre. Je pensais qu'il allait s'agir d'un passage avec la flotte pour ratisser une partie du territoire mais là... Ça semblait être plus permanent...
Serais-ce donc une opération de pacification massive du Nouveau-Monde? Un territoire à cette échelle et si connue pour les difficultées de navigation? Même moi je n'ai pas encore pu trouver une solution définitive à ce lieu des périls!

Je dois me préparer... m'armer à cette éventualitée et aussi... Et bien je vais devoir faire mes adieux à peine après être enfin revenu. Je... Je pourrais rester mais j'ai un objectif en tête. J'ai vu ce que le reste du territoire est, du moins sur une partie de ces mers. Je sais que si je veux offrir cet avenir au monde, à mes enfants, à tous ceux qui méritent un monde sans difficultées, où la famine, la peur, le manque, n'existent plus... je dois agir, je dois le mettre en place par mes propres moyens.

Le Vice-Amiral envoye ensuite Robert sécuriser une partie des bleues, j'ignore où ou exactement... Et enfin vient mon tour.

Hein?
Il... Il vient de m'appeller Marquis? Lui? Je... Je ne sais pas quoi dire alors qu'il incline légèrement la tête. J'ai pas l'habitude qu'il me témoigne autant de... respect? C'est trop étrange, je pensait que je voulait vraiment en avoir de sa part mais maintenant ça me perturbe plus qu'autre chose.


Je vous demanderai de bien vouloir mettre votre génie à contribution pour bâtir les plans que vous m’avez montré.

Le Pestillence... bien entendu. Il a donc approuvé de mon projet dans son intégralitée. Aucune remarque, aucun soupçon quant aux sections... moins détaillées. Il m'a offert sa confiance aveugle et j'ai de la peine à supporter le fait que je lui fait une telle crasse à lui cacher une partie de mes opérations... Mais c'est pour le meilleur. Quand le temps viendra, Nils ne pourra pas faire la décision à faire. Je la ferrais, je prendras la responsabilitée et le prix qui vient avec être la personne derrière une telle chose. Je serre mon poignet. Je dois en avoir le courage. Au nom de l'avenir, je dois être prêt à faire des sacrifices, même si le Gratz ne peux pas l'accepter.


Quand on avait été à Pocus Island... J'ai vu une atrocité être comis dans le but de terracer notre flotte. Cette destruction qui j'appris plus tard fut inspiré par le crime odieux d'encore un autre individu. Mais dans ces deux cas, il a fallu de la préparation, du temps, de la planification, pour comètre ces actes de destruction. Il semblerait que n'importe qui détruit des iles simplement pour montrer qu'ils en sont capables, qu'ils ont les hommes, les ressources et le coeur assez froid pour y passer du temps.

J'ai donc... développé un nouveau projet, un projet qui reflète un élément innévitable pour la création de mon avenir. Je l'avais dit, je l'avais pensé et je le crois encore: pour que l'avenir de paix dont je rêve existe, il faut que ça soit sous la crainte que le conflit soit si cruel, si odieux, que personne n'oserait essayer. Je croyais que la destruction d'une ile serait une démonstation suffisante, un acte suffisament légendaire, et pourtant.... Pourtant voilà que ces fous, ces idiots, ces barbares!! Ils déthronent la folie et la démence en perpétuant ces actes comme si c'était une sorte de... de couronne!
Si ils désirent autant la destruction, alors je ferais une démonstration de ce pouvoir. Je ferais un acte si terrible que la guerre cessera. Je le ferais en pleine vue de Marijoa, en pleine vue du monde entier.

L'épée de Damocles frappera la terre de sa fureur, ça, j'en suis certain.

Et c'est pour ça que je demande pardon en avance... pour vous avoir menti et vous mentir encore longtemps dans les mois, les années à venir... Car vous ne me pardonnerez jamais quand je le ferrais.

Je deserre le poing qui se trouve dans mon dos. Je devrais me calmer, me détendre, l'on est pas là pour ça, l'on est encore loin de tout ça...

Quant-à-moi, j’vais aller vendre mon beau p’tit cul… rompez !

Hah!

Ça... Ça c'est typiquement le Vice-Amiral Gratz que je connais. Son ton particulier sans sérieux me ramène à la réalitée et hors de mes passions par cet étrange humour absurde que cette situation a. Mais quand j'y repense... Il n'est pas trop d'ici contrairement à moi.

Sauf vôtre respect, Vice-Amiral, je suis originaire de Mariejoa. Permettez-moi de vous accompagner, cet endroit est assez dangereux. Devrais-je même dire...

Je tourne mon regard vers la falaise où nous allons devoir accoster avant de monter à la citée.

...Il s'agit d'un endroit plus périleux que la mer. Les Dragons Celestes dirigent cette ville et un seul regard pourra vous coûter la vie.
Je les connais mieux. J'ai grandi avec eux, enfin, façon de parler. J'ai déjà été à des évenements avec ce genre d'individus. J'ai beau pas être un descendant des familles royales, je reste un nobliau de Mariejoa. Je connais les jeux d'ombres et de plumes d'ici bien mieux que vous.



Je préfererai avoir le croûton intact, merci, sinon qui va bien vouloir me permettre de donner fruits à mes projets?

Même si... accompagner le vieux met peut-être en péril le fait d'aller visiter ma famille...

Je n'aimerais pas savoir la réaction que Julia aurait non seulement que son mari revienne après une aussi longue absence mais aussi avec un Vice-Amiral à la réputation aussi.... Eugh... J'ai vraiment pas envie d'y penser.


Elle va me tuer. C'est certain.


Viktor Rosenbaum
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Gouvernement)
PNJ (Gouvernement)
Messages : 975

Feuille de personnage
Niveau:
Pestilence Left_bar_bleue0/0Pestilence Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
Pestilence Left_bar_bleue0/0Pestilence Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: Beaucoup
Mar 19 Jan - 23:55



Pestilence 0000109

Pestilence Garde210
Shinanojo Arichi
Membre de la Garde de Marijoa

Les deux Red Port étaient deux cités à part entière situé dans la continuité de Marineford et de New Marineford, respectivement le QG de la Marine et la base G-1 sur Mystoria. C'était en son centre que l'on retrouvait le moyen officiel pour atteindre Marijoa, les Bondolas. Il y en avait deux, l'un montant tandis que l'autre descendait les immenses falaises de Redline. Il s'agissait au final d'un système de funiculaire mais qui était totalement verticale. Deux Yarukiman Mangrove se trouvait de chaque côté du Red Port, créant une foultitude de bulles qui flottaient dans les airs comme sur Shabaody. Sur les quais, une silhouette droite et stoïque attendait l’arrivé du vice-amiral qui avait été annoncé. Shinanojo accueillerait ainsi le haut gradé et lui souhaiterai la bienvenue.

-Je vais vous servir d’escorte et de guide pour atteindre la Terre Sainte, résuma-t-il. Veuillez me suivre s’il vous plait.

Sur ces mots, il ferait traverser la ville aux représentants du compost pour atteindre rapidement la Bondola numéro 2 qui les attendaient pour remonter jusqu’au sommet du monde. Montant à bord de l’immense « barque » qui faisait la taille d’un navire, le membre de la Garde de Marijoa communiqua aux techniciens que tous le monde était là pour l'ascension. C'est ainsi que la monté prendrait de longues minutes à se faire, des centaines de mètres de hauteurs étant à grimper. En tout cas, la vue sur l'océan se révélerait bien rapidement splendide.

Pestilence 000124

Si le Gratz voulait faire la conversation, l'Arichi répondrait à ses questions mais éviterait de parler de chose qui ne concernait pas sa mission de guide.

Pestilence 002_311
Pestilence 002_712

Finalement, la Bondola arriverait au sommet au niveau d'un escaliers bordés de chaque côté par des statues colossales, faisant la taille de véritables géants, et qui montait jusqu'à un rempart où l'on discernait des portes tout aussi colossales et fastueuses. C'est en les passants que les deux hommes de la Couronne rentreraient dans Marijoa, la ville sainte. Ils en étaient à la périphérie, là où vivaient les nobles n'étant pas des Dragons Célestes, mais non juste à côté du chemin qui menait directement au Château Pangea où se trouvaient les plus hautes instances mondiales comme le Conseil des Cinq Etoiles.

-Où dois-je vous mener vice-amiral ? Etes vous déjà attendu ou dois-je vous annoncer ? demanderez alors le protocolaire garde.



_________________
Pestilence 423461EssaiSignaMarine3
PNJ (Gouvernement)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: