Le Deal du moment : -37%
PLAYMOBIL – 9266 – City Life – La ...
Voir le deal
76.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO]
Ishvara D. Karma
Ishvara D. Karma
Messages : 780
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue20/75[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue43/100[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B
Ven 28 Sep - 2:26
Ordre de Mission:


il était une fois
sept nains
Donc nous diziiiiiions… L’homme réajusta les petites lunettes rondes qui trônaient sur le bout de son nez en trompette à hauteur de ses yeux d’un geste désinvolte. D’un pas sûr, il avança vers l’une des multiples bibliothèques qui servaient de seules décorations à la pièce. L’endroit n’avait rien de charmant… Les papier-peints étaient usés, tachés par des traces d’humidité ci et là, quand ils n’étaient pas recouverts par des toiles d’araignée abandonnées depuis longtemps par leurs tisseuses. La seule source d’éclairage : une bougie en fin de vie posée sur l’un des coins du bureau qui trônait au centre de la salle, n’aidait en rien à rendre cette dernière plus accueillante. Quoi que… Elle permettait sans doute de cacher un tant soi peu la misère des lieux. Ironique, lorsque l’on savait les sommes monumentales d’argent qui s’échangeaient entre ces quatre murs miteux.

Ses longs doigts osseux voltèrent quelques secondes au-dessus des registres usés, avant de s’arrêter au-dessus d’une couverture de cuir rouge. L’ouvrage était plus fin que ses voisins et visiblement plus neuf. Il l’arracha de la place qui lui avait été attribuée avant de l’emporter vers son pupitre. Il le lâcha sans plus de cérémonie sur le meuble en bois puis l’ouvrit tout en invitant ses interlocuteurs à se rapprocher. Après s’être assis, il vint saisir la plume sobrement piquée dans son couvre-chef avant de la plonger dans le petit pot d’encre noire située à sa droite.

Un membre de la tribu des longues jambes, deux z’aaaaanges et une longue bras. Tout en énumérant sa marchandise nouvellement arrivée, il en notait soigneusement la race, le sexe ainsi que l’âge. Il commença ensuite à gribouiller quelques sombres formules de mathématiques en bas de la page tout marmonnant. Zela nous fait dooooooonc… Ah ! Voilà !

Il se pencha pour récupérer deux petites bourses dans l’un de ses tiroirs avant de les tendre à ses invités. Voilà pour vous messieurs ! A ces mots, il leva pour la première fois les yeux sur le petit groupe qui se trouvait face à lui. Au nombre de sept, tous originaires de dwarf town et la carrure qui allait avec.

[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] 1538092248-pnj-test-rp

De haut en bas et de droite à gauche :
Grumpy, Sneezy, Dopey, Doc, Sleepy, Happy & Bash.

Le plus âgé des nains, ou petits habitants comme ils préféraient se faire appeler, jaugea quelques instants les deux besaces d’un œil morne avant d’arquer un sourcil et de reporter ses orbes noisette sur l’homme assis derrière son bureau. C’t’une blague j’es’père ? Malgré son fort accent, le ton cassant qu’avait adopté sa voix en prononçant ces mots ne laissait aucun doute sur le mécontentement de l’ancien mineur.

Il porta une main usée par le travail de la roche à l’imposante pioche en fer fermement accrochée à sa taille par des liens de cuirs épais. Le geste se voulait plus menaçant qu’autre chose, tous ici savaient qu’il n’avait aucun intérêt à passer à tabac son acheteur. Mais le message était là. L’dern’ière fois c’tait l’double par têt’ !

Le propriétaire des lieux poussa un long soupir tout en se redressant sur son siège. Le bois fatigué de ce dernier laissant échapper un grincement qui n’augurait rien de bon suite à son mouvement... D’un ton monotone, il commença à s’expliquer : Vous n’êtes pas les zeuls trafiquants d’ezclaaaaave sur le marché Grumpy… Vos priiiiiizes n’ont rien de zenzatiooooonnelle et manquent cruellement de goût. Nous propoooooozons nos zpezimeeeeens à des gens qui attendent la perfection ! Vos… Il marqua une pause pour faire un geste aérien de la main. Ses lèvres gercées pressées l’une contre l’autre, il semblait chercher le terme le plus approprié pour qualifier les individus que les nains lui avaient ramenés. Vos petites bêtes de foire, zont loin d’atteindre leurs critèèèèères.

Les doigts robustes du braconnier se resserrèrent autour de son arme tandis que son expression s’obscurcissait à vue d’œil. Sentant que la situation pouvait déraper à tout instant, ses compagnons se rapprochèrent de lui, lui intimant de se calmer.

Si leur associé s’inquiétait de cette agitation, il n’en montra rien. Bien au contraire, il se permit même d’ajouter avec défiance et supériorité : A votre plaaaaaze, je me hâterais de trouver quelque chose de plus… exzotiiiique. Il serait dommage que vous zoyez zobligeeeez de vendre vos frères pour continuer à vous nourrir. Je connais quelques chefs de chantier qui auraient bien bezoiiiiin de nains pour creuzer dans les zenvirons.

Les muscles de six des comparses se bandèrent perceptiblement sous leur peau. Le septième, jusque-là plus en retrait, recoiffait nerveusement sa barbe immaculée. Ses iris d’un gris particulièrement clair survolèrent l’assemblée avec inquiétude. Il était le plus sage d’entre eux, le plus mesuré. Doucement, il posa une main sur l’épaule de son chef dans l’espoir d’apaiser sa colère grandissante. Ce dernier relâcha son emprise sur sa pioche avant de lui adresser un regard reconnaissant. J’sais Doc n’t’en fais ‘pas… Lui répondit-il tout en s’avançant pour récupérer leur pécule durement gagné.

Sans un mot de plus à l’égard du marchand d’esclaves, il fit volte-face. Marchant d’un pas empli de rage vers la porte menant à la sortie, il ouvrit cette dernière à la volée, manquant de la briser par la même occasion. Le reste du groupe lui emboîta bien vite le pas.
Mission Solo ☆ Saint Poplar ☆ 1504

_________________



[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] 1566252853-temp-sign



Ishvara D. Karma
Revenir en haut Aller en bas
Ishvara D. Karma
Ishvara D. Karma
Messages : 780
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue20/75[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue43/100[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B
Sam 6 Oct - 23:44

la jeune fille et le fruit maudit


A l’image de la personne à qui elles appartenaient, les mains de la pianiste dansaient gracieusement sur les touches noire et blanche de l’instrument. Les notes mélancoliques faisant peu à peu taire le brouhaha ambiant du réfectoire de l’auberge. Assise devant le comptoir situé au fond de la salle, une jeune femme qui avait réservé l’une des chambres de l’établissement un peu plus tôt écoutait d’un air absent cet air familier. Alors qu’elle sirotait son cocktail, une voix douce échappa par automatisme à sa trachée pour accompagner la musicienne. Le chant était à peine audible, toutefois cela ne manqua pas d’attirer l’attention de quelques curieux suffisamment proche pour le détecter. Certains prirent la peine d’observer quelques instants les traits fins et la chevelure immaculée de cette interprète surprise, d’autres arrêtèrent de suite leurs regards sur son dos. Faisant fi des orbes scrutateurs posés sur sa personne et sur la petite paire d’ailes situées entre ses deux omoplates, la jeune femme continuait son œuvre. Elle semblait n’avoir que faire de ce qui pouvait l’entourer, ses yeux dotés d’une couleur indéfinissable fixant sans réellement la voir une boite musicale finement sertie de perles posée devant elle.

Bien que leur existence ne soit plus réellement un secret sur la mer de tous les dangers, il n’en restait pas moins surprenant de croiser un ange. A fortiori sur une île comme Saint Poplar connue tant pour être un bastion de la Marine que pour ses bas-fonds peu fréquentables. Un homme émit un grognement réprobateur, la dévisageant de la tête aux pieds avant de retourner à la boisson qu’il avait délaissée. Portant sa pinte encore bien trop pleine à son goût à ses lèvres, il grommela quelque chose à propos d’inconscients qui allaient assurément finir vendu sur le marché noir.

C’est une bien belle voix que vous avez là miss ! La jeune chanteuse détacha pour la première fois son regard de l’objet qui lui faisait face, dardant ses iris dans les perles noires du barman qui l’avait ainsi interpellée. Elle fronça les sourcils, ne semblant pas saisir de quoi il parlait… L’homme laissa échapper un petit rire face à son air circonspect tandis qu’il saisissait le verre vide que lui tendait un client, ne la lâchant pas du regard pour autant. Plus vif que l’éclair, il se retourna pour ouvrir le robinet de l’un des multiples fûts situés derrière le bar, remplissant d’un geste expérimenté le récipient du liquide ambré que ce dernier contenait. Alors que la mousse se formait, il reprit la parole à l’intention de l’ange. Et c’est une bien jolie boîte que vous possédez ! Je ne sais pas ce qu’elle contient… Il rendit sa boisson à l’homme, récupérant au passage les quelques berrys que lui avait préparé celui-ci. Mais à votre place, je ferais attention… La plupart des hommes ici n’ont pas peur de l’uniforme et je suis prêt à mettre ma main à couper que deux ou trois d’entre eux sont curieux de savoir ce qu’elle peut bien contenir pour vous passionner ainsi.

La jeune femme haussa les épaules avec nonchalance, visiblement peu sensibles aux mises en garde de son interlocuteur. Ce n’est pas vraiment un secret… Lui répondit-elle sur un ton quelque peu las. Comme pour prouver la véracité de son affirmation, elle ouvrit d’un geste distrait le coffret. Ironie du destin ou simple hasard, la musique mécanique qui s’éleva du boîtier n’était autre que la même que celle qui animait actuellement l’endroit. Se penchant en avant pour mieux observer ce qu’il contenait, le serveur manqua de s’étouffer avec sa propre salive lorsqu’il vit ce qui s’y trouvait. Au centre de l’écrin tapissé d’un velours bleu roi trônait un fruit. Semblable à une pêche à la couleur irisée, les tourbillons parcourant l’ensemble de la peau duveteuse de l’aliment ne permettaient pas d’émettre le moindre doute quant à sa nature.

C’est…?! L’homme laissa échapper quelques jurons, les yeux écarquillés par l’incrédulité. Les clients alentours lancèrent des coups d’œil qui, s’ils se voulaient discrets, ne l’étaient pas pour autant dans leur direction. Vous… Comment ?! Rangez ça, vous allez vous attirer des ennuis !

La jeune femme sorti le fruit du démon de son réceptacle, ne s’alarmant pas le moins du Monde des conséquences qu’un tel acte pouvait engendrer dans un endroit comme celui-ci. N’importe qui aurait pu se jeter sur elle à cet instant précis pour lui voler son bien… Dans le meilleur des cas ! Toutefois, l’ange n’offrit pas le luxe aux personnes les plus mal intentionnées de l’assemblée de mettre à exécution de tels plans. Prenant une grande inspiration, elle porta l’étrange pêche à ses lèvres avant de mordre à pleines dents dans sa chaire. Sans surprise, son visage se déforma en une grimace de dégoût à mesure qu’elle mâchait. La mâchoire crispée, elle se força à avaler sa bouchée avant de finir d’une traite son verre dans l’espoir de faire passer le goût.

L’ange se racla la gorge pour se redonner contenance. Après avoir replacé le fruit à présent inutilisable dans la boite qu’elle referma dans un claquement, elle descendit de son siège. Cela devrait régler le problème… Dit-elle simplement. Comme si elle ne venait pas d’accomplir un acte qui allait changer sa vie de façon irréversible.

Sans un mot de plus, elle quitta la salle, le coffret dans une main, ses clefs de chambre tintant dans l’autre, le tout sous le regard ahuri d’une partie de l’assemblée. Si elle était restée ne serait-ce que quelques secondes de plus, peut-être aurait-elle pu remarquer la jeune femme cachée dans l’ombre de la pièce qui resserra sa prise sur le sabre attaché à son flanc tout en l’observant sortir. Si elle était restée quelques secondes supplémentaires encore, peut-être aurait-elle pu surprendre le barman en train d’attraper un escargophone portatif et s’éclipser rapidement dans la réserve.
Malheureusement, elle ne vit rien de tout cela et apprendrait bientôt à ses dépens que comme pour laver son linge sale, il valait parfois mieux faire certaines choses en privé.

Mission Solo ☆ Saint Poplar ☆ 1504

_________________



[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] 1566252853-temp-sign



Ishvara D. Karma
Revenir en haut Aller en bas
Ishvara D. Karma
Ishvara D. Karma
Messages : 780
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue20/75[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue43/100[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B
Dim 7 Oct - 4:17

le marchand de vin et les chasseurs
L’ange rentra dans sa chambre l’air hagard, comme dans un état de transe. Appuyant son dos contre la porte sans même prendre la peine d’éclairer la pièce, elle se laissa glisser lentement le long du battant en bois jusqu’à toucher le sol. La boite perlée, qu’elle avait fermement tenue jusque-là, échappa à l’emprise de ses doigts fins, s’échouant mollement à ses côtés. La jeune femme, bien que lunatique et imprévisible par nature, n’aurait su elle-même expliquer la scène qui venait de se dérouler quelques étages plus bas. Elle leva les yeux en direction de la petite fenêtre placée sur le mur lui faisant face tandis qu’elle étendait ses jambes devant elle. Paumes ouvertes vers le ciel, son regard nacré vînt s’ancrer pendant ce qui lui parut être une éternité dans la lumière froide de l’astre lunaire. Rien de tout cela n’était prévu…

Enfin… Plus ou moins.

Dans son esprit, le silence ambiant fut remplacé par les cris d’une foule exaltée. L’image d’un échafaud s’imposa à elle. Puis un sourire. Celui qu’un capitaine pirate lui avait adressé il y a peu alors que la peau sensible de son cou accueillait le métal froid de la lame de son bourreau. Implacable. Ses paupières se fermèrent douloureusement et elle ramena ses genoux à la hauteur de son torse. A dire vrai… Si elle devait être tout à fait honnête avec elle-même, cela faisait des jours que l’ange hésitait à le faire. Depuis qu’elle avait quitté les rangs du gouvernement mondial, en fait.

L’ancienne gardienne d’Impel Down avait cessé depuis longtemps déjà de compter le nombre de fois où elle avait soulevé le couvercle du coffret au cours des cinq dernières années. Pas une seule fois pendant cette période, elle n’avait été tentée d’en manger le contenu. Le faire aurait été synonyme d’acceptation. De reconnaissance. Pire… De pardon. Cela aurait voulu dire qu’elle acceptait les agissements de celui qui le lui avait offert. Avec le temps, le fruit du démon était devenu une relique intouchable. Son seul rôle était de lui rappeler ce pour quoi elle avait endossé l’uniforme : la cruauté de la piraterie.

Et maintenant ? Maintenant qu’elle l’avait mangé… A quoi tout cela aura-t-il servit ? Quel était le but de toutes ces années de colère et de rage ? Elle avait enfin eu sa vengeance et pourtant elle n’en avait retiré aucune satisfaction. Bien au contraire.
L’espace d’un instant, elle s’imagina ce qu’aurait pu être sa vie si elle avait su lui pardonner. Elle aurait pu continuer à grandir à ses côtés. Et ils auraient vécu des centaines d'aventures ensemble, remplies de géants aux rires étranges, de monstres marins en forme de vache, de nains et de licornes. Le soir, Tatie les aurait accueillis avec l’un de ces bons petits plats dont elle avait le secret. Ariette… Oh, pauvre Ariette… Elle aurait connu une fin bien plus heureuse, bien des années plus tard, aux côtés de son bien-aimé et de leurs enfants. Enfin, le capitaine se serait éteint, emporté par le temps, le sourire aux lèvres. Mais cette fois-ci, le sourire d'un homme qui part sans regret, persuadé d'avoir fini tout ce qu'il devait faire...

Non… Elle n’aurait su l’expliquer, mais elle l’avait fait. Emportée par les remords et la nostalgie, encouragée par l’alcool, la jeune femme avait finalement sauté le pas… C’était un acte impulsif, irréfléchi et elle n’était pas tout à fait sûre de l’assumer pleinement. Mais quoi qu’il arrive, elle ne pouvait plus revenir en arrière à présent.

L’ange s’accorda quelques secondes supplémentaires pour se calmer avant de se relever péniblement. Ce n’était pas le tout, mais il lui fallait encore découvrir quelle malédiction l’accablait à présent. Elle marcha d’un pas décidé pour rejoindre la coiffeuse située à droite de la pièce, en face du lit. Poussant d’un geste vif la chaise qui avait été disposée devant cette dernière, manquant au passage de la faire tomber, elle réajusta la position du miroir de façon à pouvoir y voir l’ensemble du haut de son corps. La jeune femme replaça une mèche de ses cheveux blancs derrière son oreille avant d’inspecter minutieusement son reflet. Rien d’anormal. L’ex gouvernementale plissa les yeux, fixant son double avec concentration. Puis, poussant un soupir, elle fit mine de se diriger vers le couchage, avant de se retourner précipitamment vers la glace en hurlant un retentissant : Boule de feu ! Voyant que rien ne se produisait, elle retenta sa chance à plusieurs reprises. Rayon Laser ! Attaque éclair ! Kabooom ! …Abracadra ? Et… Toujours rien… Niet ! Nada ! Même pas un petit fourmillement…

Une petite moue boudeuse pris place sur ses lèvres pleines et elle se laissa tomber négligemment sur son matelas. Peut-être qu’il fallait juste attendre un peu le temps que le fruit fasse effet ?


Loin de ces questionnements, quelques étages en dessous, nos amis les sept nains pénétraient dans le hall de l’auberge. Sans même répondre à la réceptionniste qui leur souhaitait la bienvenue, le groupe de braconnier se dirigea d’un pas sûr en direction du réfectoire. L’endroit s’était vidé depuis le départ de l’ange. Seuls restaient à présent quelques ivrognes, à mi-chemin entre les limbes du sommeil et le coma, deux habitués qui saluèrent le groupe d’un mouvement sobre de la tête et une inconnue aux cheveux de jais armée d'un sabre.

J’espère qu’tu nous as pas fait v’nir pour ‘rien, Sam… C’connard d’Malef est d’plus en plus r’gardant sur l’marchandise ! Marmonna Grumpy à l’intention du barman.

Ce dernier posa le verre qu’il était en train de nettoyer avant de s’avancer vers son interlocuteur. Ses lèvres s’étirant de part et d’autre de son visage pour former un sourire malsain. Fais moi confiance Grump’, ce vieux crouton te suppliera même de lui vendre cette prise-là ! Chuchota-t-il, un air satisfait imprimé sur la face.

Le nain haussa un sourcil, peu convaincu. Captant son scepticisme, l’homme se permit d’ajouter : Grump’… Tu me connais, ça fait un bail qu’on bosse ensemble, je ne t’aurais pas fait venir en urgence si cela n'en valait pas le coup. Après, je peux toujours vendre l’info à quelqu’un d’autre si tu préfères… Tu n’es pas le seul qui subit les restrictions budgétaires de Malef dans le coin. Il ponctua sa phrase d’un léger haussement d’épaule avant de saisir un nouveau verre pour le rincer.

Levant les yeux au ciel, le chef des chasseurs d’hommes fit signe à son interlocuteur de continuer. Figure toi… Repris le serveur tout sourire. Qu’une ange est actuellement enregistrée parmi nos clients. Le nain ferma les yeux, agacé. Un ange ? Sérieusement ? C’était ça l’affaire du siècle ?! Il se pinça l’arête du nez entre le pouce et l’index, tentant d’apaiser la colère qui grondait en lui. Toutefois, cette dernière fondit comme neige au soleil lorsque le barman repris. Une ange qui a mangé un zoan mythique…

Rouvrant les paupières doucement, Grumpy fixa un instant l’homme qui grattait une tache tenace avec son tablier tout en sifflotant, fier de son effet. Qu’est-ce qui te fait dire qu’elle a mangé un tel fruit ? Demanda le nain, curieux. Le serveur ne répondit cependant pas, continuant sa besogne comme s’il n’avait rien entendu. Comprenant son petit manège, l’ancien mineur plongea l’une de ses larges mains velues dans la poche de son habit pour en ressortir l’une des bourses que lui et ses frères avaient récupérées un peu plus tôt. Non sans un certain pincement au cœur, il lâcha celle-ci sur le comptoir. Les pièces métalliques qu’elle contenait s’entrechoquant bruyamment.

Sam s’empressa de ramasser la besace. D’un geste vif, il l’ouvrit pour inspecter son contenu avant de reprendre ses explications, visiblement satisfait de ce qu’il y avait vu. Elle l’a mangé devant moi… Comme tu le sais, mon père était un fanatique de ces satanés fruits du démon. Toute sa vie il a couru après les fruits qui lui permettraient d’obtenir la vie éternelle. C’est d’ailleurs ce qui a fini par l’envoyer en asile. Bref… Ce fruit en faisait partie : Le Zoan de la fée. D’après ses recherches, celui qui le mange serait capable de faire de tes rêves les plus fous une réalité. Un ange qui peut réaliser n’importe quel vœu, je ne suis qu’un simple informateur, mais quelque chose me dit que c’est le genre de marchandise qui rapporte très gros…

Très gros ? Si c’que tu m’dis est vrai, t’es bien en’dessous d’la vérité Sammy ! Les sept compères rirent grassement suite à l’affirmation de leur leader. Ce dernier lança un regard entendu au barman. Et où est-ce que je peux trouver cette petite merveille ?


Mission Solo ☆ Saint Poplar ☆ 1504

_________________



[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] 1566252853-temp-sign



Ishvara D. Karma
Revenir en haut Aller en bas
Ishvara D. Karma
Ishvara D. Karma
Messages : 780
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue20/75[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue43/100[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B
Mar 9 Oct - 5:35

la fée et la sorcière
La jeune femme ouvrit difficilement un œil. Se redressant avec paresse sur son lit, elle s’étira mollement, poings levés vers le ciel. À en juger par la sensation d’engourdissement qu’elle ressentait à travers chacun de ses membres, elle devait s’être assoupie quelques instants sans s’en rendre compte. Un léger bâillement échappa à la barrière de ses lèvres et elle porta une main alourdie par le sommeil à ces dernières. C’est alors qu’elle eut un moment d’arrêt. Les doigts à quelques millimètres de sa bouche, elle fronça les sourcils. Quelque chose clochait. Depuis quand ce lit était-il… Aussi grand ?

Après s’être frotté les yeux pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas là d’une illusion d’optique due à son réveil plus que récent, elle lança un regard circulaire à l’ensemble de la pièce. Étrangement, cette dernière, ainsi que l’ensemble des meubles qui s’y trouvaient, semblaient être dix fois plus grands qu’ils ne l’étaient avant qu’elle ne se fasse emporter par Morphée. Plus étrange encore, alors qu’elle n’avait pas allumé de lumière en arrivant, la pièce était à présent légèrement éclairée. Rien de trop franc, mais il y avait à présent suffisamment de luminosité pour qu’elle puisse distinguer les détails du papier peint. Comme si quelqu’un avait allumé une petite lanterne. Et, encore, encore, plus étrange, la lumière semblait émaner de nulle autre qu’elle-même… Baissant les yeux sur son corps, elle put faire un nouveau constat : Elle brillait. Enfin, pour être plus précis, l’entièreté de sa silhouette s’était recouverte d’une sorte de poudre luisante. Sa peau, plus claire encore qu’elle ne l'était déjà en temps normal, avait pris une teinte légèrement irisée.

L’ancienne gardienne d’Impel Down tenta de se lever, cependant, tandis qu’elle s’exécutait, un tiraillement désagréable s’étendit du bas de son cou à ses omoplates. Dans le même temps, elle sentit quelque chose sous son pied droit et manqua de retomber en arrière, comme tirée en arrière par une force invisible. Bien vite, le tiraillement se transforma en douleur. Stoppant tout mouvement, ses orbes arc-en-ciel se posèrent sur la zone ainsi agressée. Bien que la position ne soit pas des plus agréables, encore moins pratique, elle put observer un nouveau changement étrange : à la place des ailes faites de plumes auxquelles elle était habituée, la jeune femme avait à présent deux paires d’ailes membraneuses, vaguement semblables à celles d’une libellule. L’une d’entre elles était si longue, qu’elle avait marché dessus en voulant se mettre debout. Retirant avec précaution son pied de son nouvel appendice, elle parvînt à se dresser de tout son long sur couchage.

Deux options se présentaient à elle. Soit elle était en train de rêver. Soit son fruit avait effectivement pris un peu de temps pour faire effet et elle s’était transformée en une sorte de luciole pendant son petit somme… La jeune femme ne put cependant pas réfléchir plus longtemps à la question. Un cliquetis significatif se faisant entendre au niveau de sa porte.Tendant l’oreille, elle put même entendre quelques bribes de conversation. Pas d’lumière, c’t’idiote doit être en train d’dormir ! V’yons voir si Sam nous a dit l’vérité l’gars ! La voix était grave, dotée d’un fort accent et indéniablement masculine. Le loquet émit un léger claquement, signe que ce dernier était désormais déverrouillé. Portée par son instinct de combattante, la jeune femme se précipita vers les oreillers disposés en tête de lit. Ses petits pieds s’enfonçant dans la surface duveteuse de la couette, elle accéléra le pas alors que la poignée du battant de bois commençait à se mouvoir dans un crissement métallique, manquant de tomber à plusieurs reprises.

La porte s’ouvrit délicatement et sept géants pénétrèrent dans la pièce dans un silence religieux. Très certainement pour éviter que leur proie, qu’il pensait endormie, ne se réveille. Malheureusement pour eux, ladite proie parvint à se cacher derrière l’épais polochon. Tous ses sens aux aguets.

Les braconniers, armes au poing, jetèrent un regard circulaire à la chambre. Voyant qu’il n’y avait pas âme qui vive, les sourcils broussailleux de certains d’entre eux se froncèrent. Happy fut le premier à ranger l’imposante cuillère en bois qui lui servait d’équipement dans le fourreau de cuir accroché à son dos. Plaçant une main sur sa hanche tandis que l’autre venait gratter l’arrière de son crâne, ses doigts dodus s’entremêlant dans sa chevelure rousse, il interpela ses six compagnons : Et bien… S’pourrait bien qu’on s’soit fait avoir ! Gwahahahahahahaha ! Son corps large tressautant pendant qu’il s’esclaffait, le nain ne semblait pas le moins du monde ébranlé par cette constatation. Bien vite, il fut rejoint dans son fou rire insensé par le plus jeune de la troupe : Dopey. Est-ce que ce dernier savait pour quelle raison ils riaient ? Rien n’était moins sûr !

Qu…Qu…Qu…Qu’est-ce qu… Qu… Qu… Qu’on fait Grump’ ? À l'inverse, Bash semblait à la limite de la crise de panique. La respiration haletante et les joues rougies, le pauvre homme ne semblait pas très rassuré. Resserrant l’emprise de ses mains moites sur son égide, il jetait des regards alarmés en direction de ses compagnons.

Soudain, un éternuement ! Puissant, imprévisible ! Bash, sous le coup de la surprise, poussa un petit cri tout en sursautant. Hiiiiiii ! Sn..Sn…Sneezy !!! T..T…Tu veux vrai…vraiment ma mort ou quoi ?!. Le rire d'Happy se fit encore plus puissant, suivi par celui de Dopey. Qui bien entendu, ne savait toujours pas pourquoi il riait.

C’pas ma faute, c’te piaule est plein’ d’poussière ! Répliqua le nain qui venait d’éternuer. C’fait pas bon m’nage avec mes allergies !

A sa gauche, Sleepy bâilla bruyamment avant d’acquiescer. N’m’en parle ‘pas… si c’lit n’était pas aussi poussiéreux, j’me serais bien fais une ‘tite sieste !

A ces mots, les ainés de la fratrie observèrent plus en détail le lit. Effectivement, ce dernier semblait couvert d’une sorte poudre fine et brillante. Des paillettes ? Suivant des yeux la traînée des yeux, ils remontèrent la trace jusqu’à la tête du lit.

L'albinos, qui jusque-là s’était contenté d’observer la scène tout en se faisant la plus discrète possible, recula encore un peu plus derrière le coussin. Cependant, aussi petite soit-elle, la jeune femme avait vraisemblablement oublié un détail important de sa nouvelle apparence. Bien qu’en partie masquée par l’oreiller, il n’en restait pas moins que son corps émettait une douce lumière. Si au premier abord, les braconniers l’avaient manquée à cause de leur précipitation, à présent qu’ils s’étaient calmés, tous purent la voir.

Doc fronça les sourcils, ses orbes anthracite voyageant du point lumineux qui semblait émaner de l’édredon jusqu’à la fenêtre de la chambre avant de se poser sur Grumpy. Les deux frères se fixèrent un instant avant de reporter leur attention sur le lit. Vu la position de la fenêtre, cette dernière ne pouvait être à l’origine de ce halo. Un silence de plomb s’installa dans la chambre et l' dégluti avec difficulté.

Sans un bruit, Grumpy fit signe à ses frères de se taire. Immédiatement, Happy cessa de rire. Dopey lui continua quelques instants avant de capter les œillades mécontentes de ses compagnons. Plaquant la main sur sa bouche, il baissa la tête en signe de repentance, un air de chien battu imprimé sur la face. Le chef de la petite troupe, sans mauvais jeu de mots, avança à pas de loup vers le haut du couchage, sortant du champ de vision de l’ancienne gouvernementale.

Cette dernière eut juste le temps d’entendre un mouvement à sa hauteur avant que le nain ne soulève l’oreiller, dévoilant la fée aux yeux de tous.

L’un d’entre eux s’exclama : R’gardez ! C’tait vrai ! C’est vraiment une’fée !!!

Il y eut un moment de flottement. Les braconniers réalisant qu’ils avaient mis la main sur une véritable poule aux œufs d’or, peinaient quelque peu à intégrer l’information. La jeune femme quant à elle se contenta de frapper son poing clos contre sa paume ouverte, la bouche ouverte pour former un « oh ! » silencieux. Une fée ! À y réfléchir c’était en effet un peu plus logique qu’une luciole.

Le nain à la pioche fut le premier à se reprendre, abattant son arme en direction de sa proie d’un geste vif. D’instinct, les ailes nouvellement acquises de la jeune femme se mirent à frémir, puis, enfin, à battre. D’un simple papillonnement de ces fines membranes, la fée réussit à éviter le coup de justesse, filant à travers les airs. Malheureusement, elle n’avait pas pris en compte certains détails essentiels. Premièrement, le geste du nain avait provoqué un puissant mouvement d’air, deuxièmement, elle ne savait pas comment se diriger en plein vol et troisièmement, elle n’avait certainement pas prévu qu’elle puisse se déplacer aussi vite ! Du fait de tous ces éléments réunis, la jeune femme se retrouva propulsée contre l’un des murs de la pièce. Un petit nuage de poussière s’échappant de son corps sous le choc. Le souffle coupé par l’impact, l’ancienne gardienne d’Impel Down avait la tête qui lui tournait et la douleur qu’elle ressentait dans son épaule gauche ne présageait rien de bon… La vision floue, elle tenta tant bien que mal d'évaluer les dégâts qu’elle avait subis. Son épaule s’était visiblement déboitée sous l’impact. La blessure n’était pas grave, mais tout de même entravante était donnée le contexte. Il fallait qu’elle trouve un moyen de s’enfuir au plus vite.

Tandis que l’albinos cherchait une issue, le verre de la fenêtre vola en éclat. Une masse sombre constituée par un grand nombre de filaments noirs pénétrant dans sa chambre via cette nouvelle ouverture, se dirigeant à grande vitesse dans sa direction. Abasourdis, ni les nains, ni la jeune femme ne purent réagir face à cette intrusion aussi étrange qu’inattendue. Les fibres non identifiées vinrent s’enrouler autour du petit corps de la fée. Puis, une fois leur prise assurée, elles l’emportèrent à l’extérieur. Semblant enfin réaliser ce qu’il se passait, Grumpy, Sneezy et Doc sortirent de leur hébétement pour courir en direction de la lucarne. Toutefois, ils avaient réagi une seconde trop tard et, lorsqu’ils arrivèrent à son niveau, la masse avait déjà disparu.

Bordel ! On descend et qu’ça saute ! S’écria Grumpy après s’être penché par la fenêtre pour constater qu’il n’y avait aucun signe de vie devant l’auberge.

[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] 1538133572-salem
Salem
"La Sorcière"

La cible des braconniers pour sa part crissait des dents, les liens qui l’entravaient appuyant sur son épaule et masquant sa vision. Soudain, la douleur s’amoindrit. Autour d’elle, ces étranges fibres se desserrèrent et elle put enfin observer la situation dans son ensemble.

Elle se trouvait maintenant sur le toit de la pension. En face d’elle : une jeune femme aux yeux fins et perçant, sa chevelure d’un noir profond dansait autour de son visage pointu, comme si elle avait été dotée d’une volonté propre.
L’ange compris alors que la masse qui l’avait enlevée un peu plus tôt était en fait composée des cheveux de la noiraude. Retour à la vie, de toute évidence. Pourtant, au flanc de la nouvelle venue siégeait fièrement un nodachi. L’ancienne gardienne d’Impel Down fronça légèrement les sourcils en le voyant. Il était assez inhabituel pour un utilisateur du retour à la vie d’utiliser d’autres armes, leur art se suffisant normalement à lui-même.

Lorsqu’elle fut totalement libérée de l’emprise qu’exerçaient les cheveux de son vis-à-vis sur elle, elle envisagea pendant quelques instants de fuir. Néanmoins, si cette femme lui avait voulu du mal, elle venait d’avoir plusieurs occasions de lui en faire sans pour autant les saisir. L’ange décida en conséquence de lui accorder le bénéfice du doute.

La noiraude se racla la gorge. Salem. Se présenta-t-elle dans un souffle avant de reprendre. J’ai surpris la conversation de ces malotrus avec le barman de cet établissement, ils comptent vous vendre au marché noir…

Bonnie. Lui répondit par automatisme la jeune fée.

La femme aux cheveux de jais hocha la tête avec sévérité, son visage ne reflétant aucune émotion. Du moins, rien qui n’aurait pu préparer l’ange à ce qu’elle s’apprêtait à lui dire. Je sais oui. C’est votre père qui m’envoie.

Mission Solo ☆ Saint Poplar ☆ 1504

_________________



[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] 1566252853-temp-sign



Ishvara D. Karma
Revenir en haut Aller en bas
Ishvara D. Karma
Ishvara D. Karma
Messages : 780
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue20/75[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Left_bar_bleue43/100[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B
Mar 9 Oct - 10:53

et ils vécurent heureux...
Escalader la façade m’a pris plus de temps qu’il n’en aurait fallu, je vous prie de m’excuser ! Malgré ses paroles, le ton de Salem était dur, pour ne pas dire intransigeant, presque agressif. Plutôt que d'avoir l'air coupable, c'est comme si elle était en train de la gronder, comme si ses excuses n’avaient pas de vraie substance, comme si elles étaient prononcées plus par automatisme et devoir que par réel respect vis-à-vis de la personne à qui elles étaient adressées.

Toutefois, la personne en question, à savoir Bonnie, n’en avait que faire. A vrai dire, c’est à peine si elle l’avait écoutée. Son esprit était bien plus concentré sur l’information que l’inconnue lui avait révélée un peu plus tôt. Mon père… t’envoie ? Tu faisais partie de l’équipage de Barrow ?

L'expression sur visage de Salem changea à peine lorsqu’elle entendit le nom du capitaine pirate. Dire que je faisais partie de son équipage ne serait pas très juste… Je n’ai malheureusement pas eu cet honneur à proprement parler. Bonnie haussa un sourcil, elle n’était pas vraiment sûre que l’on puisse considérer cela comme un honneur… Avant qu’il n’attaque la prison, votre père m’a confié ceci… Elle détacha le sabre de sa taille pour le présenter à l’albinos. Pour que je vous l’offre de sa part. Il savait qu’il n’avait aucune chance d’en ressortir vivant…

La fée était perdue… Un sabre ? Alors qu’elle se battait exclusivement au corps-à-corps ? Que voulait-il qu’elle en fasse au juste ?! Elle passa une main agacée dans ses cheveux.  

Des éclats de voix en contrebas ramenèrent les deux jeunes femmes au temps présent. Apparemment, les nains étaient persuadés que la chose qui leur avait volé leur proie sous le nez était partie par le bas. Une chance qu’aucun n’ai eut le réflexe de regarder vers le haut lorsque Salem l’avait emportée avec elle. La petite troupe de braconniers s’arrêta sur le porche de l’auberge, incertaine quant à la direction à suivre, tandis que Grumpy s’égosillait comme un goret, le visage rouge de colère. Quelques instants plus tard, les nains partirent en direction du nord.

Ils n’auront de cesse de vous chercher, vos pouvoirs pourraient leur permettre de vivre à l’abri du besoin pendant un moment… Il nous faut nous hâter et rejoindre un endroit surveillé par les membres de la Marine. Cela devrait les décourager. Expliqua Salem alors qu’elle attachait sa longue chevelure en queue de cheval.

La fée l’observa faire, impressionnée par la longueur et l’épaisseur de cette dernière. Mes pouvoir ? C’est-à-dire ?

Hum… elle se racla la gorge, faignant l’embarras avant de reprendre. Nous…Nous n’utilisons pas vraiment de fruit là d’où je viens… J’ai toujours pensé que les pouvoirs que ces dernier octroyaient étaient instinctifs pour leur utilisateurs… Peut-être devriez-vous... essayer de visualiser l'action que vous voulez réaliser et que le reste viendra tout seul ? L'ange n'en montra rien mais l'incohérence du comportement de son interlocutrice commençait à lui porter quelque peu sur les nerf... D’après le barman, vous avez mangé un zoan mythique. Il avait l’air de dire que le pouvoir de ce fruit permettait de réaliser le moindre de ses rêves les plus fous… Encore une fois, le ton de la noiraude ne collait pas avec le langage qu’elle employait. Il était évident qu’elle n’avait aucune estime particulière pour l’ange, pourtant elle s’entêtait à la vouvoyer.

Bonnie resta quelques instants silencieuse, fixant l’inconnue sans la moindre émotion. Au fond d'elle, elle ressentait le besoin de se venger. Certes Salem ne lui avait rien fait de mal, elle lui avait même sauvé la vie, mais... Quelque chose en elle lui déplaisait. Autrement dit… Tu ne sais rien…

Elle observa de nouveau son corps de fée avec attention, perplexe. Par quel moyen pouvait-elle donc réaliser les vœux au juste... Elle eut soudain une sorte d’illumination. Cette poudre qu’elle répandait à tout va ne semblait pas avoir de propriété offensive à première vue… Mais… Attends-moi là, j’ai peut-être une idée Intima-t-elle à sa nouvelle comparse.

N'attendant pas de réponse, la fée prit son envolé, profitant de cette vitesse nouvellement acquise pour s’élever rapidement à bonne distance du sol. Elle rencontrait encore des difficultés à doser la puissance de ses battements d’ailes, mais force était de reconnaître que même si ses pouvoirs ne lui paraissaient pas des plus intuitifs de prime abord, elle s’y habituait relativement bien. Qui aurait pu croire qu’un si petit être puisse avoir une telle capacité de propulsion ? Cela étant dit, tandis qu’elle continuait son ascension, Bonnie se fit la réflexion que la plupart des oiseaux étaient en fait tout aussi rapides qu’elle ne l’était actuellement. Peut-être plus pour certains. Elle était assez curieuse de savoir jusqu’où elle pouvait pousser ses capacités.

Mais là n’était pas la question pour le moment. De toute évidence, elle ne pourrait pas prendre leur chef en frontal, à en juger par la puissance des coups qu’il avait tenté de lui asséner un peu plus tôt, elle ne ferait pas le poids. Elle ne devait son salut qu’à la vitesse octroyée par sa nouvelle forme et à l’intervention de Salem. Mais aussi rapide soit-elle, un seul coup de son adversaire suffirait surement à la mettre hors combat. Il lui fallait donc trouver une autre solution. Bien sûr, les deux jeunes femmes auraient très bien pu se contenter de se cacher ailleurs en attendant que les nains se lassent. Mais la noiraude avait très probablement raison lorsqu’elle disait qu’ils ne s’arrêteraient pas avant d’avoir réussi à la capturer. L’ancienne gouvernementale n’avait pas spécialement envie de passer le reste de son séjour sur Saint Poplar à longer les murs et fuir au moindre mouvement suspect.

Coinçant son menton entre deux doigts, la jeune femme commença à réfléchir. C’était aussi l’occasion pour elle de tester l’étendue de ses nouveaux pouvoirs. Si ses suppositions étaient justes, elle pouvait utiliser la poussière que son corps produisait pour exaucer les vœux des personnes touchées. De plus, la substance pouvait avoir une autre utilisation. Il lui faudrait ruser, mais c’était faisable. Tout ce dont elle avait besoin c’était d’un espace suffisamment restreint et de beaucoup de chance !

Là où elle se trouvait, elle pouvait voir une grande partie de lîle. Jetant un regard circulaire aux lieux, elle repéra aisément ce qu’elle cherchait. Ni une, ni deux, elle se dépêcha de retrouver Salem. Bien ! Il faut agir vite avant qu’ils ne soient trop loin ! Ecoute-moi et suis-moi !


Stooooooop ! Les nains se stoppèrent soudainement leur mouvement. Bien qu’ils fussent partis à la recherche de la fée en choisissant une rue au petit bonheur la chance, ils avaient fini par retrouver sa trace. Ou plutôt, il avait fini par retrouver la trace qu’elle laissait derrière elle, à savoir une petite traînée de poudre luisante. Ils avaient donc commencé à suivre cette dernière. Bizarrement, à chaque fois qu’ils perdaient de vu la poussière émise par la fée, une nouvelle trace réapparaissait quelques mètres plus loin. Comme si une force invisible voulait qu’ils mettent la main sur l’être surnaturel.

Bien évidemment, la chance, le hasard ou même les divinités supérieures n’avaient rien à voir dans tout cela. Un peu plus tôt, Bonnie avait expliqué à Salem son plan. Il était simple : comme lorsqu’ils l’avaient repérée dans la chambre à cause de la poussière de fée, elle allait leur laisser des indices sur lesquels ils pourraient s'appuyer pour la trouver. Mais cette fois, elle les mènerait exactement là où elle le souhaitait. Par chance, la noiraude avait apportée avec elle une gourde, l’albinos s’était donc empressée de générer un maximum de poudre possible pour la remplir. Elle n’avait pas encore un contrôle parfait de ses pouvoirs, mais le peu qu’elle avait suffisait à créer une quantité raisonnable de poussière de fée.

Par la suite, Salem avait éparpillé cette dernière un peu partout sur le chemin de leurs adversaires. Dans le même temps Bonnie surveillait la situation depuis le ciel, indiquant à Salem la direction à suivre, l’alertant lorsque les braconniers se rapprochaient trop d’elle et lui montrant où se cacher. Elles étaient passées par les toits pour aller plus vite qu’eux et éviter qu’ils ne les repèrent trop facilement.  

Tout cela pour les mener jusqu’à ce point précis : une petite ruelle, suffisamment étroite et située entre deux bâtiments particulièrement hauts.

Les chasseurs d’Hommes s'entre regardèrent avant d’observer avec incrédulité. Ils auraient pu s’attendre à tout sauf à cela. La personne qui les avait stoppés n’était autre que leur cible elle-même !

Ecoutez les amis… Pour être tout à fait honnête tout ça est nouveau pour moi… Je ne comprends pas trop ce que vous voulez, mais peut-être qu’on pourrait trouver un terrain d’entente ! S’expliqua Bonnie. Elle avait pris soin de prendre une voix volontairement plus niaise que ne l'était réellement la sienne.

Grumpy ricana. Et qu'est'ce qu'tu peux bien nous proposer, hein ?!

Elle se contenta de sourire, Salem les rejoignant à son tour, l’air fermé et les cheveux vrombissants. Et bien… réfléchissez un peu. Si vous me vendez, un autre profitera de mes services. Vous ne trouvez pas ça injuste . Vous avez devant vous une personne qui peut donner vie à aux moindres de vos envies. Vous pourriez me demander n'importe quoi. Vous pourriez même récupérer le triple de ce que vous gagneriez en me présentant sur le marché. Pourtant vous allez me vendre . Je peux vous offrir tellement que même moi et mon pouvoir n'auront plus d'intérêt à vos yeux quand vous serez exaucés !

Ses interlocuteurs se relâchèrent quelque peu, les plus jeunes chuchotant entre eux, l'intérêt clairement visible dans leur yeux. Autr'ment dit... tu proposes d'réaliser notr'souhait ? Demanda avec un intérêt nouveau le chef de la troupe.

Seulement si vous arrêtez de me suivre en retour… Précisa-t-elle tout de même au cas où.

Grumpy fit signe à ses frères de se rapprocher. Pendant plusieurs minutes, la fratrie pris le temps de débattre au sujet de cette proposition. Celle-ci était alléchante et avec les exigences grandissantes de Malef, les sept compères avaient conscience qu'ils devraient bientôt mettre la clé sous la porte. Qui plus est, l'optique de faire ravaler sa plume à ce comptable de malheur n'était pas déplaisante.

Grumpy brisa soudainement le cercle, reprenant la parole à l'intention de celle qui allait bientôt passer du statut de proie à celui d'associée. Bien… Nous acceptons ! Mais à l'moindre entourloupe, t'finiras épinglée dans l'bureau d’un d'ces tarés d'Dragon Celeste ! Dit-il sur un ton menaçant.

Bonnie se contenta de hocher de la tête en signe d'approbation. Alors, que voulez-vous ?

Il ricana, prenant quelques secondes avant de répondre. C'que tout l'monde veut : d'l’argent, tellement d’argent que j'pourrais m'baigner d'dans !

Derrière lui, ses frères prirent la parole, parlant tous en même temps. Malgré le capharnaüm, la fée put tout de même identifier des mots tels que « filles cannons » et de « nourriture à volonté » ou même de « jeunesse éternelle ». Leur offrant un sourire rassurant, la fée prit une grande inspiration avant de fermer les yeux et de visualiser la scène : un grand palace entièrement fait d’or, des servantes à la plastique impeccable, des plateaux se remplissant automatiquement de mets délicieux, le tout agencé autour d’une piscine remplie de berrys. Intérieurement, elle priait pour que cela marche, rien n'était moins sûr, mais elle n'avait pas d'autres solutions que d'essayer. Doucement elle rouvrit les yeux, puis, levant les bras, elle s’imagina que la poussière se pliait à sa volonté, se mouvant doucement pour former des volutes sur sa peau.

Comme par magie, la poudre sembla prendre vie. Bon... C'était déjà un bon point. Bonnie rassembla la poussière de fée en une boule compacte entre ses paumes, l’image du château fait d’or et de pierre précieuse toujours en tête. Elle abaissa ses mains, les positionnant au niveau de sa bouche à l’horizontale, ses doigts fins tendus en direction du groupe de nain. Elle inspira longuement, avant de souffler avec force, propulsant la substance luisante en avant. Un petit nuage nacré se mit à flotter au niveau des braconniers, la poussière s’incrustant dans les pores de leur peau, piquant leurs yeux et chatouillant leur trachée. Sneezy éternua avec force, les autres se contentèrent de tousser légèrement, une petite larme à l’œil.

Soudain, ils se stoppèrent. Leurs yeux se posant partout autour d’eux. L’étonnement était lisible sur leur visage. Puis, peu à peu, chacun leur tour, leurs lèvres s’étirèrent sous leur imposante barbe, dévoilant une rangée de dents abimées. Gwahahahahahahahahaha ! Happy fut le premier à commencer à rire, suivit de Dopey.

Salem lança un regard inquiet à Bonnie, ne comprenant pas ce qu’il se passait. Ces idiots riaient-ils de leur propre bêtise ? Qu’est-ce que…

La fée vola précipitamment jusqu’à elle et plaça sa main devant ses lèvres, comme pour lui intimer de se taire. Chhhh ! Ça a marché ! Lui chuchota-t-elle de façon à ne pas être entendue. A peine avait-elle prononcé ces mots que les cinq autres nains restants commencèrent à rire à leur tour. Leur joie était palpable, leur sourire sincère et la lueur de bonheur au fond de leurs yeux n’aurait jamais pu être imitée. Pourtant, aux yeux de l’utilisatrice du retour à la vie, il ne s’était absolument rien passé et la ruelle était toujours aussi vide ! Je n’ai pas compris tout de suite non plus… C’est comme si je voyais deux scènes à la fois. C’est assez pertubant. Continua à expliquer Bonnie. Elle avait parlé si bas que Salem n'était pas sûre d'avoir tout entendu, mais elle en avait saisi suffisamment pour comprendre de quoi il en retournait.  

Reportant leur attention sur le leader des nains qui se baignait actuellement dans une mare de pièces invisibles, les deux jeunes femmes ne purent empêcher un rictus amusé de prendre possession de leurs lèvres.

Bien, je suppose qu’avec tout cela, vous n’aurez plus besoin de me poursuivre messieurs ? Demanda la fée. Jouant le jeu, elle fit mine de refuser une boisson que lui proposait l’une des beautés chargées du service. Nul doute que pour quiconque d’autres qu’elle prit dans ce mirage, ce breuvage aurait réellement eu un goût divin. De la même façon que les nains ainsi piégés pouvaient réellement sentir l’or sous leurs doigts, goûter les saveurs de leur plat sur leur palais, entendre les oiseaux qui chantaient au loin et humer les odeurs fruitées qui emplissaient ce lieu imaginaire dans leur narine. Rien n’était vrai, mais tant que la poussière ferait effet ou qu’ils ne trouvaient pas un moyen de s’en débarrasser, ses effets perdureront.

Grumpy sortit avec difficulté de la piscine, avançant son index dans la direction de la petite fée. Cette dernière le saisi, à la manière d’une poignée de main. Avec tout ça, n'sommes tranquilles pour des siècles ! Malef va être vert ! Plus besoin d'te vendre, remercie ta bonne étoile fillette !

Il n'en fallu pas plus aux jeunes femmes. Elle s'en allèrent d'un bon pas sans demander leur reste. Qui sait quand l’illusion prendrait fin....


Les deux comparses, à présent débarrassées des braconniers, s’accordaient quelques minutes de calme et de repos bien mérité. Tranquillement assise sur un banc, les bras posés nonchalamment de part et d’autre du dossier, Salem observait l’eau danser dans la fontaine trônant au centre de la petite place où elles s’étaient arrêtées. Bonnie pour sa part s’amusait au milieu des gouttelettes qui sautaient hors des vasques en pierre. Le soleil commençait doucement à émerger de l’horizon, baignant les lieux d’une lumière réconfortante. Plusieurs hommes en uniforme arpentaient les lieux, il y avait donc peu de chance que quiconque se risque à les attaquer dans cette partie de l’île. Tout était bien qui finissait bien…

Enfin, il y a juste un léger souci… Bonnie n’avait absolument aucune idée de comment reprendre forme humaine. Jusqu’à présent, il s’agissait d’une question de vie ou de mort et ses pouvoirs s'étaient manifesté de façon plutôt spontanée. Maintenant que ledit danger était écarté et à mesure que l’adrénaline redescendait dans son organisme, elle avait l’impression de perdre le peu de contrôles qu’elle avait réussis à acquérir sur ses pouvoirs… Elle vola doucement vers celle qui l’avait… Aidé. Partiellement.

Attaque moi ! Brisant le silence, l’albinos avait prononcé ces mots de la même façon qu’elle aurait pu annoncer qu’il allait pleuvoir…

Que… Quoi ? Salem avait failli avaler sa salive de travers, observant la petite fée qui voletait devant elle avec des yeux ronds.

Celle-ci pencha la tête sur le côté, répétant sur le ton de l’évidence : Attaque moi ! Comme si cela pouvait éclairer la noiraude, l’ange pointa son index en direction de sa longue chevelure. Malheureusement pour elle, sa nouvelle "amie" ne semblait pas bien saisir la raison de cette demande incongrue.

Je… Quoi ? Non ! Mon devoir est de vous protéger ! Jamais je ne pourrais… S’exclama la pauvre femme, si jusque là elle avait globalement réussi à garder son calme, le comportement saugrenu de sa protégée commençait à avoir raison de ses nerfs…

Si elle se rendait compte du trouble qu’elle provoquait chez son interlocutrice, ladite protégée n’en montra aucun remords. Bien au contraire, laissant échapper un soupir las, elle lança un regard rempli d’accusations à l’utilisatrice du retour à la vie. Doooonc, si je résume bien… Tu ne connais rien aux fruits du démon, tu me rapportes un sabre alors que je ne sais pas m’en servir, tu as visiblement décidé de continuer à me suivre sans me demander mon accord et tu ne veux même pas m’attaquer quand je te le demande… Tu ne sers vraiment pas à grand-chose… Elle ponctua sa phrase par un mouvement de tête réprobateur, l’air pensif. Salem quant à elle restait sans voix, ne sachant pas trop si elle devait s’énerver, et Dieu savait qu’elle en mourrait d’envie à cet instant, ou se laisser envahir par le désespoir. Finalement la perspective d’attaquer Bonnie ne semblait pas si inenvisageable que cela… Alors qu’elle ouvrait la bouche pour répondre à l’ange, celle-ci poussa un cri strident, l'empêchant de parler.

Alarmée, la noiraude se mit immédiatement en garde tout en se tournant dans la direction vers laquelle elle regardait. Leurs assaillants les avaient-ils déjà retrouvées ?!

Toutefois, elle comprit bien vite que cela n’était pas là la raison de l’excitation soudaine de l’ancienne gardienne d’Impel Down. Devant elle, à quelques enjambées de là, se tenait fièrement un stand de barbe à papa. Fatiguée des frasques de Bonnie, la jeune femme reprit sa position initiale, prête à la sermonner. Elle n’avait pas signé pour faire du baby siting. Malheureusement pour elle, la jeune apprentie n’eut pas l’occasion de mettre son plan à exécution. Effectivement, quand elle posa les yeux sur l’endroit où se trouvait la fée quelques instants auparavant, elle ne put que constater l’absence totale de cette dernière… Faisant volte-face, elle repéra aisément le petit être lumineux qui volait en direction de la baraque, la salive à la bouche et les yeux brillants d’envie. Salem ferma les yeux, tentant de se redonner un semblant de contenance avant de chuchoter pour elle-même : Par le magicien… Pourquoi le maître a-t-il donc besoin d’elle ?

Un peu plus loin, un nain fulminait. Grumpy, qui n’était plus sous l’effet de l’illusion, laissa échapper un puissant cri. Raaaaaaah ! Frappant dans un mur pour évacuer sa rage, il se fit une promesse : Qu’le ciel m’en soit témoin, j’retrouverais cett’ fichue fée ! J’l’aurais un jour ! J’l’aurais !

A suivre… ?

Mission Solo ☆ Saint Poplar ☆ 1504

_________________



[FB] La Chasse Féérique [MISSION SOLO] 1566252853-temp-sign



Ishvara D. Karma
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: