Le deal à ne pas rater :
LEGO® Ideas 21320 – Les fossiles de dinosaures
49.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
{Flashback Ellipse}Marijoa et Shin Sekai, des noms à coucher dehors.
Elimane Loyckh
Vice-Amiral
Elimane Loyckh
Messages : 4309
Race : Humain
Équipage : Solo

Feuille de personnage
Niveau:
{Flashback Ellipse}Marijoa et Shin Sekai, des noms à coucher dehors. Left_bar_bleue38/75{Flashback Ellipse}Marijoa et Shin Sekai, des noms à coucher dehors. Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
{Flashback Ellipse}Marijoa et Shin Sekai, des noms à coucher dehors. Left_bar_bleue96/350{Flashback Ellipse}Marijoa et Shin Sekai, des noms à coucher dehors. Empty_bar_bleue  (96/350)
Berrys: 1.000.409.790 Berry
Vice-Amiral
Mer 25 Jan - 22:12
{Flashback Ellipse}Marijoa et Shin Sekai, des noms à coucher dehors. Sans_t18


Le jour après la mutation du colonel Lenx et de la mobilisation de Loyckh, ce dernier voguait déjà au gré des vague sur le GWNS 45 (Gouvernment Worldwide Navy Ship… 45 étant son numéros.). L’amiral Reis continuait le "recrutement" de son coté. Ca ne ressemblait pas à un amiral de faire ce genre de tâche, l’ordre devait venir de très haut. De plus Kizaru était de loin celui qui aurait voulu faire ça. D’après ceux qui le connaissaient, ils parlaient qu’il était froid, implacable, sans pitié et qu’il adorait poursuivre des pirates de la façon la plus brutale qui existe. Le voir faire le recruteur n’était pas une chose courante.

Le gigantesque bateau, sur lequel était affecté Loyckh, comportait un armement principal puissant conséquent de quatre tourelles 400mm puissamment blindées et un armement secondaire formé de pièces de 150mm. D’une longueur de 212 mètres, ce cuirassé possédait une coque en acier afin de résister à n’importe quel assaut pirate. Le capitaine du vaisseau leur expliqua chaque détail du navire, de son tirant d’eau (10m30) à son poids (33 tonnes) en passant par le nombre de couteaux de cuisine.

Il y avait plus ou moins 1500 à bord, tout élément confondu. De par son grade de commandant, Loyckh se classais troisième dans l’ordre des officiers. Le capitaine Marmeland, dirigeant le navire, et le colonel Loosveldt pouvaient lui donner des ordres, les autres grades comme les lieutenants, adjudants ou sous-officiers ne savaient rien lui dire. On voyait que ça lui plaisait, il passa son temps sur le pont du navire à discuter avec les lieutenants Cotred et Michal, le sergent Albert et l’adjudant en chef Shinam. Ils venaient tous d’horizons différents, Elric Cotred venait d’une famille très riche de South Blue, il entra dans l’armé parce qu’il s’ennuyait chez lui ; Esmé Michal, cette sublime lieutenant aux yeux d’un vert émeraude rare, avait étudier le droit en vue d’être juriste mais en voyant le coté « défense des crapules », elle a décider de faire tout le contraire en mettant justement ces criminels en prison ; l’adjudant suivait les traces de son arrière grand-père en voulant devenir amiral en chef des armées ; Alfred Albert, ce vieux sergent, participa à de nombreuses batailles, il s’engagea dans l’armée pour retrouver son fils enrôler de force, il ne l’a jamais retrouvé.

Le ciel immaculé dénué de nébulosité laissait éclater le soleil de mille feux. Les rayons de celui-ci se reflétaient sur la surface de l’eau en aveuglant les militaires qui regardait l’océan à contre-jour. La douceur du vent tiède et le calme de la mer spéculait un semblant de paradis. Vers le milieu de l’après midi, une ondée vint délicatement humidifier les plateformes du navire sans pour autant qu’elles soient détrempées. La nuit même, l’équipage et leur navire arrivèrent au bas de ce qui semblait être le passage vers Marijoa : un courant ascendant pareil à Reverse Mountain mais en bien plus large et entouré de postes de gardes où des centaines voir des milliers de soldats tenaient position.

La vitesse du cours d’eau ascensionnel permit une montée rapide au sommet du monde. Moins d’une heure avant que le navire ne fulmine à plus de dix kilomètres du niveau de la mer. Le canal ne passait pas tout près de l’enceinte de la ville de Marijoa, l’équipage ne pu d’ailleurs qu’entrevoir les troupes d’élites en faction sur les lieux. Les dragons restaient bien à l’abri dans cette forteresse autant protégé que Marineford si pas mieux. Loyckh regarda quelques instants les immenses murs remparts qui ceinturaient la ville avant de replonger dans un sommeil profond. A vrai dire, les Teryyubitos l’avaient toujours excédés mais c’étaient de son devoir de leur montrer le respect et même de les protéger contre n’importe qui.

Yan réveilla Loyckh d’une léchouille bien baveuse juste avant que le navire ne redescende sur l’océan par un second canal, cette fois-ci chutant. Il n’avait que très peu dormi mais assez profondément pour s’être suffisamment reposé et être en parfaite forme. Il sauta du lit lorsque le bateau amorça sa descente et fonça droit au dehors afin d’admirer le spectacle. Il s’accrocha à la proue du navire durant toute la dégringolade du vaisseau militaire. Le vent mélangé aux goutes rafraichirent le visage du jeune officier supérieur. Le choc final de la chute tonitrua si bien que ceux qui flirtaient avec Morphée s’éveillèrent d’un coup. Après cette grosse attraction bien marrante, le commandant Elimane retourna dans sa chambre.

Ses quartiers comportaient quatre pièces : le bureau, la chambre, la salle d’eau et les toilettes. Comme tout officier supérieur, il y avait droit et ne se priva pas d’y installer ses affaires pour le voyage dès son arrivé sur le bâtiment naval. Son bureau, en bois sculpté, trônait au milieu de la pièce. Un petite étagère accrochée au mur était remplie de nourriture et, de l’autre coté, arborait une belle bibliothèque munie de barreaux à clé. Cela permettait de garder les livres en place lors des mouvements brusques. La chambre à couchée se composait d’un lit deux places de bonne qualité ainsi que d’une tablette de nuit. Un hublot en fonte surmontait le haut de la couche. Heureusement que son joint hermétique cerclait cette fenêtre et empêchait donc toute entrée d’eau, sinon les nuits aurait été parsemées de réveils intempestifs. Les toilettes, inutile de les décrire, un cabinet accaparait son entièreté. La salle de bain quand à elle, se munissait d’une grande douche et d’un évier pourvu de rangements. L’ensemble de ces petites salles se joignaient entre elle via des portes en bois en lasure blanche.

Le nouveau monde parait totalement normal pour tout qui s’y rend la première fois, du moins, la première demi-heure. Ensuite, un déferlante de pluie s’abattit sur l’entièreté du navire. Le ciel s’était assombrit en quelques secondes et des éclaires jaillirent de partout. Le rafiot tanguait de tout son long dans une danse ténébreuse. De nombreux soldats passèrent par dessus bord et la panique prit possession du navire. Le capitaine du prendre les dispositions nécessaire au sauvetage des hommes tombé en mer tout en gardant le navire à flot.

Ce n’est qu’après cinq longues heures de bataille contre les éléments déchainés que les marins arrivèrent à faire face. Au moment précis où c’est arrivé, le ciel s’éclaircit rapidement et la mer retrouva son calme.

-Incroyable ! souleva Loyckh en regardant le phénomène naturel s’estomper en si peu de temps. Ca fait peur !

Le capitaine envoya une patrouille de reconnaissance pour retrouver les rescaper. Le commandant Elimane sauta en mer et avant de toucher entièrement l’eau, il croute se dessina sous ses pieds, à l’endroit même où il atterrit. Quelques instants plus tard, le navire était entouré de glace afin que celui-ci reste bien sagement en place durant l’exploration des eaux.

Sur les 103 disparus, 97 furent repêchés vivants et 2 noyés. Les recherches finirent à l’aube, le lendemain matin. Trois hommes manquèrent toujours à l’appel mais le capitaine considéra que c’était raisonnable et ils reprirent la route.

L’heure du déjeuner se déroula dans le plus grand silence, la plupart des hommes n’était encore jamais venu sur cet océan et le préambule de celui-ci produisit un sentiment maussade. L’heure suivant le repas fut entièrement destiné à se prémunir du danger en se fixant chacun sur une ligne de vie. Certains soldats apprenaient leur rôle de vérificateur de ligne de vie : ils nouaient et dénouaient les cordages, assimilaient les méthodes rapides d’encordage ou encore les réflexes à avoir lors de tempête.

Loyckh quand à lui se dirigea vers le bureau du capitaine où il avait été réclamé. La cabine se situait en haut du bloc principal du navire, au cinquième étage pour être précis. Joseph Marmeland naviguait sur le GWNS 45 depuis treize mois, directement à son commandement, cet officier supérieur avait déjà pris plusieurs fois cette route et il en connaissait les risques.

Le commandant Elimane entra après que Mr Marmeland eut répondu favorablement au triple cognement de porte. Il se tenait assis derrière son bureau, jambes croisées et tenant un dossier en main. Le capitaine devait avoir la quarantaine bien entamée, il portait des vêtements impeccables, preuve de sa bonne éducation. Bienséant et toujours à l’écoute, cet homme ne dépassant pas le mètre septante n’avait encore jamais eut d’ennuis avec un seul soldat, sous-officier ou officier. Sa voix solennelle s’accordait très bien avec la décoration authentique de ses quartiers.

-Asseyez-vous, proposa-t-il à Loyckh qui le remercia aussitôt. J’ai pour habitude de m’entretenir personnellement sur le parcours récent, les aptitudes et connaissances des officiers que je transporte vers le camp d’entrainement du Shin Sekai. Disons que ça me permet de voir les différentes attentes des hautes-sphères. Je sais qu’un soldat de base deviendra un soldat d’élite ou un sous-officier en sortant de cet endurcissement. De plus, j’aime m’instruire et je ne vous cache pas que les carrières de mes collègues m’intéressent.

-Hem… d’accord, répondit le commandant, je vais d’abord me présenter…

-Il est vrai que nous n’avons pas eu l’opportunité de le faire lorsque vous avez embarqué, coupa rapidement Joseph

-… voilà, reprit le jeune homme. Donc Elimane Loyckh, commandant de la Marine sans affectation précise. J’ai 22ans, je viens d’une île situé sur North Blue. Je possède un fruit du démon de type Logia, celui de la glace.

Tout en continuant le récit qui captivait le capitaine, Loyckh remarqua que ce dernier portait une moumoute. Il est vrai que le vent pouvait parfois atteindre 400km/h dans cette zone, il suffit d’avoir un début de calvitie pour que le reste suive lors de grandes rafales.

Les deux jours suivants, le navires resta immobile au milieu de l’océan, personne ne savait pourquoi à par le capitaine et le navigateur. Loyckh ne posa pas de questions, il préférait se défouler avec Yan sur le pont ou encore passer des soirées avec ses amis Cotred, Michal, Shinam et Albert.

Quatre jours s’étaient écoulés depuis le passage de Red Line et l’arrivée sur cet océan. Le navire fut rejoint par un autre, bien plus petit et tout abimé. Le GWNS 45 n’avait pas parcourus grand-chose dans le nouveau monde, Red Line était encore bien visible à quelques kilomètres de là. En même temps il était resté immobile jusqu’à maintenant. C’était sans doute parce qu’on attendait le commandant Gasco.

Cet homme, légende vivante connue à travers le monde entier, allait nous servir de taxi pour rejoindre le camp d’entrainement. Il devait avoir connu les dinosaures et appris par cœur le livre « Comment être le plus chiant possible en trois phrases. », Loyckh senti au plus profond de lui que le voyage allait être épique.

_________________
{Flashback Ellipse}Marijoa et Shin Sekai, des noms à coucher dehors. 1354039540-signature-loyckh-2
La justice sans la force est impossible, la force sans la justice est tyrannique.
Suis tes idéaux mais reste dans le droit chemin sinon gare à toi, Invité, je serai là!
Elimane Loyckh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: