Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Dans la cour des presque grands (PV Lidy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Sam 24 Mar - 15:19



Quelques jours après les événements particulièrement surprenant de Saint John, et alors qu’elle devait en toute logique rester en standby dans les environs de Nighty Town, le den den mushi de la jeune agente Lidy Olsen finirait enfin par sonner pour. Lorsqu’elle aurait décroché, lui permettre d’entendre une voix connue mais pas encore familière : celle de l’homme qui lui avait dit de plier les gaules lors de sa précédente mission. Cette voix n’était autre que celle de l’agent d’élite du Cipher Pol 6, Henry Ashford, directement affecté, depuis leur dernier contact, à l’évolution et à la destination de la carrière de la débutante. Pour l’heure, l’agent d’élite n’avait que très peu d’information concernant cette jeune subordonnée ; aussi bien s’agissant de ses capacités que de ses prédispositions à la mission qu’était la leur : la découverte de la vérité dans les fraudes infectant le gouvernement mondial de l’intérieur. Pourtant, il avait une bonne opinion de la jeunette qui avait réussi avec succès les missions confiées pour le moment, enfin LA mission confiée pour le moment.

Certes, l’intervention d’Elisabeth Reina l’avait aidé dans cette voie mais elle n’était pas moins restée une agente ordonnée et de qualité. Il avait par ailleurs eu l’occasion d’avoir un contact avec avec un bureaucrate de l’AOI suite à la coopération entre deux des membres de chacune des organisations. Le rapport du jeune rouquin qui avait accompagné Lidy était tout à fait correct et avait ainsi dépeint une jeune femme discrète et mystérieuse mais douée de réelles qualités de meneuse. Parfait, le Cipher Pol recherchait des gens compétents, motivés et potentiellement voués à évoluer dans l’organisation interne.

Ainsi, Henry Ashford, qui avait maintenant les informations nécessaires et suffisamment de doutes sur la cible, décida qu’il était temps de remettre en mouvement cette agente sur quelque chose de plus consistant, histoire de voir ce qu’il y avait sous cette couche mystérieuse : avait-elle réellement les épaules assez larges pour grandir et s’élever ?

- Mademoiselle Olsen ? Ici l’agent Ashford, il est temps, nous avons besoin de votre expertise. Je vous envoie au sein de la base maritime n°83, située non loin de Nighty Town, un peu excentrée du chemin direct reliant l’île sombre à l’île d’Attraction Town. Il s’agit d’une base classique de relai de renfort et d’informations. Cependant, depuis peu, certaines informations semblent fuiter, notamment les déplacements de certains de nos gradés, permettant ainsi à certains criminels de passer entre les mains de la justice. Après quelques sélections d’informations à transmettre, nous avons pu isoler cette base comme étant celle de la cause des fuites mais, malgré tout, l’intervention d’un agent de terrain est nécessaire pour confirmer les soupçons et, a fortiori, identifier le ou les fautifs.

Ashford marqua alors un temps d’arrêt et but tranquillement le reste de café qui demeurait encore dans la tasse posée sur son bureau. Il était un agent d’élite et côtoyait encore le terrain mais ne se déplacerait certainement pas pour une base de si faible importance que la 83, elle n’était dirigée que par un colonel assisté de deux commandants après tout, et encore, pas le haut de panier de la fonction. Quoiqu’il en soit, cette pause boisson permettrait à son agente d’assimiler les quelques données qu’il avait déjà pu développer. Une fois son breuvage disparu du contenant, l’élite reprendrait.

- Vous l’aurez donc compris, votre ordre de mission est simple : trouver moi la taupe. Pour se faire, vous serez infiltrée en compagnie de votre renfort tactique en tant que jeunes membres de la marine, des bleusailles en somme. Je n’insisterai pas sur l’importance de cette couverture mais vous dit seulement qu’elle est primordiale. Si vous veniez à être découverte par le corbeau, le service ne pourra vous sortir de là, ou vous couvrir. Cependant, dernière précision d’importance, en plus de Mademoiselle Ikagami qui est votre assistante dans cette mission, un autre soutien est actuellement à proximité de la base et y restera. Si nos soupçons se confirment, contactez le et assistez le autant que possible dans la mission qui est la sienne. Pour le rôle de la chasseuse de prime vous accompagnant, à vous de le définir.

Lidy entendrait alors un bruit de papier agité puis se verrait remettre les coordonnées de ce second soutien avec un rappel d’importance : ne surtout pas entrer en contact avec lui pour une autre raison que l’affirmation ou l’infirmation des doutes du son Cipher Pol. Enfin, Henry terminerait par un simple :

- Des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Sam 24 Mar - 18:40


Dans la cour des presque grands [1]


Lorsqu'elle reçut son coup de Den Den Mushi, Lidy se trouvait au bordel. Elle avait pris l'habitude de s'y rendre pour rencontrer Nina : cette jeune fille avait servi d'expérience à son père lorsqu'elle était plus jeune. Il avait voulu en faire un animal, une créature diabolique. Pour cela, l'empressement l'avait mené à la scarifier et à lui mettre des artifices d'animaux à la place de ceux humanoïdes... Il y serait arrivé, sans le secours de la marine qui ne découvrit l'histoire que tardivement. Bien sûr, c'était ce type d'histoire où les fervents protecteurs de la loi apparaissaient comme des héros. Et pourtant, il leur avait fallu une année entière avant de la sortir de sa séquestration. Une année en raison de l'appartenance de cet homme à la noblesse : encore heureux qu'il ait vexé un de ses adversaires lors d'une partie de poker !

Nina s'était attachée à Lidy. Cette dernière avait compris que, peu importe ce qu'elle lui ferait, elle serait toujours une déesse à ses yeux. Elles ne se disaient rien, puisqu'on lui avait arraché les cordes vocales lors d'une opération qui lui laissait une cicatrice indélébile sur la gorge, cependant le pouvoir de Lidy, bien qu'inconnu à la prostituée, leur permettait de communiquer. On lisait plus de choses dans l'esprit que dans la parole.

Avec une moue de regret, Nina quitta la pièce et ferma la porte, disparaissant. Modulant le son et fouillant les lieux pour repérer le seul appareil d'écoute et le broyer, l'Agente du CP6 soupira longuement. Elle aurait aimé terminé ce pourquoi elle était venue ici, mais bref.

- Agent Olsen à l'appareil, je vous écoute.

Elle resta assez neutre et ferme dans sa manière d'être. C'était une de ses facettes, un des masques qu'elle portait. On lui adorait ses mimiques attrayantes quand elle daignait les forcer, mais on lui préférait au sein de l'agence ses nombreux atouts : ponctuelle, sérieuse, pragmatique. Elle ne s'embarrassait pas des détails inutiles mais savait dans certaines circonstances sélectionnés les bons. Ce n'était pas du à une intelligence certaine qu'on lui prêtait, elle se savait plutôt lambda de ce côté... Il s'agissait de son intelligence sociale et de son pouvoir assez développés qui étaient les piliers de sa réussite. Un jour, bien sûr, on découvrirait son artifice. D'ici là ? Il lui fallait agir avec la plus grande des prudences.

Quand elle écoute l'intervention de l'Agent d’Élite, elle put constater qu'il était assez sérieux quant à cette mission qui, pour elle, était d'une certaine envergure. Il s'agissait d'une certaine manière d'un nouveau test. S'assurer que ses agents étaient fiables était le principal objectif du CP6. Ils devaient éviter d'avoir des membres corrompus dans leur organisation, cependant l'objectif de Lidy était étrangement en rapport avec l'objectif de cet agence : en détruisant la corruption dans le Gouvernement Mondial, elle affaiblirait celui-ci. Bien sûr, le type de mission qu'on lui proposait avait un coup pour le monde hors-la-loi, mais...

- J'en ai quelques-unes. Tout d'abord, quel type d'information a fuité ? Ensuite, le rôle du soutien est l'arrestation pure et simple, c'est bien cela ? Enfin, avez-vous essayé d'intercepter des échanges avec un Den Den Mushi Noir ?

Elle n'aurait sûrement pas d'autres questions, cependant elle préférait demander ces informations dès à présent, cela lui permettrait de diriger son investigation. Ensuite, elle irait retrouver la chasseuse de prime pour obtenir son aide. Son rôle serait simple : elle intégrerait la base comme Lidy, dans la nouvelle fournée de nouveau. Elle nommerait Lidy par un surnom : Margareth. Originaire de North Blue, pas d'antécédents avec les criminels et mobilisée sur West Blue en raison d'une aversion de son chef de brigade pour les femmes. Quant à l'Ikagami, qu'importe le nom de code qu'elle choisirait, il lui faudrait ne pas donner sa véritable identité. Elle aurait un rôle : tendre l'oreille, sélectionner les informations et les transmettre à Lidy.

Quand elle arriverait au port en direction de l'île, Lidy serait équipée de son matériel habituel. Alors, soudain, un petit être débarquerait. C'était Kid, qui avait l'air un peu perdu. Il regarderait la jeune femme et si un sourire aurait pu poindre sur son visage, l'air menaçant de la demoiselle l'en dissuaderait.

- Kid peut monter ? Ferait le petit être difforme. Kid veut s'engager, confierait-il aux marines.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Sam 24 Mar - 19:35



L’agent d’élite accueillit les questions de sa subordonnée avec un sourire non-dissimulé, et à quoi bon le dissimuler, il était totalement seul dans son bureau. Bref, il était content pour la simple et bonne raison que cette subordonnée-là n’hésite pas à s’interroger, contrairement à toutes les recrues qui prenaient les infos pour argent comptant et qui n’allaient jamais creuser plus loin, abrutis de bleusailles tiens… Au final, l’agent d’élite fouilla dans ses papiers pour répondre à la première question et enchaina avec le reste.

- Les informations ayant fuité font notamment référence à la position de divers gradés sur la mer de l’Ouest et les diverses actions de récupération de tête hors-la-loi par quelques-uns des gradés en question. En réalité, il s’agit en particulier d’obstacles à la capture de criminels rattachés à une tête primée de cette mer : Kasuji Imejo, le traficant d’arme qui vaut la modique somme de 135 millions de Berrys. Vous connaissez j’imagine. Enfin bref. S’agissant de l’interception des appels, nous avons effectivement déjà essayé mais il semblerait que les communications soient masquées ou que les protagonistes passent par un autre procédé de communication. Enfin, le rôle de votre second soutien ne peut vous être communiqué en l’état pour la simple et bonne raison qu’il ne relève pas directement de notre agence, il reçoit ses ordres d’une tierce juridiction. Son ordre définitif lui sera donné en fonction des informations que vous nous apporterez Mademoiselle Olsen. Malgré tout, cette dernière composante de la mission ne vous concerne pas directement, vous serez seulement un aide de camp pour ce dernier.

La communication s’acheva donc ainsi après des salutations d’usage de chaque côté.





De son côté, Reütsuna se trouvait tout simplement assise sur son lit, dans sa chambre d’hôtel, lieu qu’elle ne quittait que pour se restaurer depuis l’annonce de la future mission qu’elle aurait à remplir en compagnie de Lidy, cette jeune agente qu’elle avait déjà soutenu lors de sa précédente mission. La chasseuse de prime semblait heureuse à l’idée de partager les intrigues à résoudre de la paramecia. Elle fut donc particulièrement excitée lorsque cette dernière vint la trouver et lui expliqua la mission ainsi que le rôle qu’elle aurait à tenir : celle de réceptacle à information. Elle écouta donc les directives et choisit finalement son nom de couverture : Crystal Palace, une jeune femme ayant dédié les premières années de sa vie à la dance et qui comprit que sa place était au sein des forces armées de ce monde.

Ce fut donc sur ces heureuses conjectures que Margareth et Crystal rejoignirent le port où une scène plus qu’étrange était en train de se dérouler : un petit être particulièrement étrange semblait vouloir intégrer les forces de la marine en s’adressant à celui qui devait être le gradé qui devait se charger d’emmener la bleusaille jusqu’à la base 83.





- Ah bah ça, c’est pas banal ! Dis-moi mon…. ? Dis-moi ! Tu peux tenir une arme, un stylo ou un balai ? Si oui, ramène donc ton cul sur ce navire, on trouvera bien un truc à te faire faire, genre les chiottes ou les douches si t’es nul avec le reste !

L’instant d’après, il s’était détourné de son ... jeune mousse, pour s’adresser directement à tout le groupe qui se trouvait maintenant devant le navire, environ une trentaine d’hommes et de femmes. Prenant alors une pose héroïque, le gradé se présenta lui ainsi que la base dans laquelle il œuvrait.

- Salut les jeunes ! Je suis le commandant Ikeasü, Raiki Ikeasü. Je suis sous les ordres du colonel Araba, gérant de la base 83 où vous êtes tous affectés pour les prochains mois, voire les prochaines années pour les plus chanceux. La base 83 est une base marine de relai renfort/information. Nous devons donc être prêts à réagir à tout instant sur l’ensemble de la seconde moitié de West Blue. Bon, fini de causer, on bouge. Aller viens… machin.

Machin n’était autre que le nain un peu difforme que le commandant voyait très bien lui servir d’assistant perso/secrétaire/larbin/défouloir/animal de compagnie. Sans attendre donc, et suivit de son nouveau jouet si celui-ci le suivait effectivement, le gradé vint s’installer au poste de commande, à la barre donc, et commença à mettre en mouvement les moussaillons qui l’avaient accompagné sur place. Le départ était imminent et bientôt, la troupe arriverait à la base 83 et les choses sérieuses pourraient ainsi débuter. Crystal et Margareth seraient alors toutes deux envoyées à la cuisine pour la corvée de patate : il fallait bien manger avant d’arriver nan ?
Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Raiki Ikaesü : lvl ???


Dernière édition par Maître-Jeu le Dim 8 Avr - 9:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Sam 24 Mar - 23:11


Dans la cour des presque grands [2]


Le port était dégagé. Lidy observait la scène avec une certaine hostilité envers l'homme que Kid abordait, même si elle la masquait sous un regard assez peu concentré. Elle n'aimait pas foncièrement ce nain, même si une part d'elle considérait qu'il lui appartenait de le protéger. Quand elle lut les pensées de cet homme, ce Commandant Ikeasü, elle put y voir un égocentrisme fort prononcé. Il était fier d'être à la tête d'une partie de cette base de transit d'informations. C'était même un des points centraux de sa personnalité, qui n'était pour l'instant qu'esquisser par des pensées négatives. Il regardait les femmes d'un œil lubrique, ce qui voulait dire qu'elle pourrait le manipuler en lui accordant quelques faveurs sexuelles, dans le plus extrême des cas. En revanche, Kid était considéré comme une serpillère humaine... Ou monstrueuse plutôt. Il allait falloir le tirer de ce mauvais pas, ou le laisser dedans. De toutes les manières, quand il dévoilerait ses aptitudes au combat... Intérieurement, Lidy sourit. Il était doué, plus doué qu'elle, ce petit bonhomme. Une vrai bombe à retardement, qu'elle pourrait utiliser si les choses dégénéraient.

Lorsqu'ils monteraient à bord, Retsuna et la jeune agente du Cipher Pol recevraient une mission bien particulière : il fallait éplucher les patates. Si Kid était de corvée d'accompagnement, les deux jeunes filles étaient particulièrement peu heureuse, à n'en pas douter, de leurs attributions. Au moins, elles seraient isolées quelques temps. De manière arbitraire, elle se mettrait à scanner des personnes autour d'elle. « Pourquoi est-ce que je me suis engagé ? ». « J'aurais jamais du faire ça, il a dit des années... ».

Dans quoi s'étaient-ils engagés, effectivement... C'était le pire métier du monde. Les marines avaient assez peu de reconnaissance. Ils mourraient parfois à un âge relativement jeune à cause des hors-la-lois... Cependant, ce n'était pas dans son intérêt de prolonger ces pensées, elle devait avoir en tête qu'elle était Margareth, une jeune fille de North Blue. Son attitude froide et distante permettait de rendre son corps inaccessible, ou du moins d'en faire un défi. Elle avait pris une attitude stricte, et rigide, qu'elle maintenait même en présence de la chasseuse de prime. De cette manière, elle comptait attraper les personnes un peu prétentieuses... Et s'en servir pour sa mission si cela s'avérait nécessaire.

Quand elle arriverait enfin à la cantine après un temps assez long de travail harassant et relativement dégradant si l'on considérait les regards lubriques de certains hommes, elle s’assiérait à une table en faisant mine d'avoir déjà sympathisé avec sa collègue. Il fallait s'intégrer, créer des liens. Ainsi, quand elle parlerait à ses camarades avec une certaine distance, son regard serait porté vers eux en toute amitié. Elle les sélectionnerait : parfois des faibles, parfois des personnes avec une certaine assurance. Elle pourrait les lisser dans le sens du poil, parfois sortir une blague maladroite qui arracherait peut-être des airs attendris.

Et bientôt, le trajet arriverait à sa fin. La froideur de Lidy, qui aurait brisé quelques ardeurs, serait opposée à une sorte de mimique de difficulté sociale qu'elle ne rencontrait en réalité pas, et sur laquelle elle misait pour attirer quelques rares personnes autour d'elle. Cela la laverait de tout soupçon quant à la raison de sa présence ici : de cette manière, elle pourrait aborder la mission en toute aisance.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 25 Mar - 11:03



Comme dans toute tentative de rapport humain ou d’établissement d’un lien social, il y avait des réussites et des ratés. Aussi, si certains avec qui Lidy tentait d’émettre un premier contact ne répondirent pas par la positive, pas du tout ou la toisait d’un regard hautain ; d’autres étaient apparemment heureux de pouvoir déjà se lier à deux jeunes femmes qui semblaient déjà plus proches ou à tout le moins, qui ne semblaient plus être d’illustres inconnues l’un pour l’autre. Chacun parlait de sa vie avant la marine, d’autres faisaient part de leurs doutes et quelques-uns rassuraient les autres en leur disant qu’ils avaient fait le bon choix, qu’Asya Lida mènerait la marine à la victoire finale. Finalement, et comme dans toute société, on trouvait un peu tout type de caractère dans cette trentaine de personne et Lidy, devenue Margareth, pourrait picorer quelques informations par-ci, par-là. Malheureusement pour elle, les informations en question seraient relatives aux goûts, appréhensions, préférence ou encore rêve de chacun : aucun nouvel affecté ne semblait savoir la moindre chose sur la raison de sa présence. Crystal Palace, aka Reutsuna, faisait preuve d’une sociabilité à toute épreuve de son côté. Elle blaguait, elle riait et osait même des remarques un peu graveleuses pour faire rire son auditoire, beaucoup commençant à la considérer comme la marante de cette nouvelle promotion : une place de choix !

Finalement, la traversé en bateau se déroula sans la moindre embuche et plutôt très bien pour nos deux jeunes femmes, exception faite de la corvée de patate. Pour le nain difforme qui accompagnait Lidy, ce fut plutôt calme mais un peu différent. Il ne parla à personne d’autre qu’au commandant Ikeasü pour qui il commençait déjà à œuvrer : préparation de cocktail, rangement de la paperasse ou nettoyage de ses quartiers… Le brun avait trouvé un larbin qui lui convenait et se félicitait d’avoir mis la main dessus si tôt pour égayer son voyage. Malgré tout, s’il était efficace, sa vue le rebutait un peu et il prit une décision concernant l’avenir du nain au moment où la vigie informerait tout le navire d’un cri puissant :

- Base 83 en vue ! Arrivée dans cinq minutes !

Dans ses quartiers, l’élégant commandant expliqua donc son projet :

- Machin, tu as été très efficace et tu as su faire preuve d’une grande utilité au cours de cette traversée. Aussi, je décide de t’accepter parmi les forces de la base 83 en tant que soutien physique de renfort affecté à l’entretien du matériel et des locaux, présente toi à l’intendance en arrivant à la base.

Un beau nom de fonction qui plaçait en réalité le pauvre nouveau mousse dans la simple situation de technicien de surface, ou encore homme de ménage. Mais après tout, il n’y avait pas de honte à ça, beaucoup de grands gouvernementaux avaient commencé avec une serpillère en main.

Enfin, lorsque le bateau approcha réellement de la base, une porte mécanique massive commença à se soulever, dévoilant un large port intérieur faisant office de grand sous-sol de la base. Sur le quai, plusieurs soldats étaient alignés en ligne parfaitement droite et portaient dans leurs mains des paquets relativement volumineux. Lorsqu’enfin le navire s’immobilisa, les bleusailles furent invitées à descendre et à récupérer les paquets en question : leur paquetage. Chacun était composé d’un uniforme traditionnel de la marine, dont le port était obligatoire sur la base ; de quelques changes ; d’un nécessaire d’hygiène et de divers coupons permettant aux nouveaux de s’équiper aux différents postes de la base. Un coupon pour l’armurerie, un coupon pour le magasin général, etc…

Par la suite, Lidy serait invitée par un soldat à le suivre, il la mènerait à sa cabine situé dans les quartiers féminins sans dire un mot, cabine où elle retrouverait la chasseuse de prime, également affectée à la zone en question. Elle aurait ainsi le temps et le loisir de s’établir mais serait dérangée au bout de quelques minutes par une voix tonitruante en provenance du couloir.

- MESDAMES ! AU RAPPORT ! TOUTES AU GARDE A VOUS DANS VOS CHAMBREE !

La voix était puissante certes, mais elle était pourtant féminine et un brin suave. La titulaire de cette voix apparaitrait alors quelques minutes après dans la porte des deux collègues infiltrées.





- Ah, vous êtes deux de mes nouvelles. Je suis la commandante Mikeru Akitchi, seconde commandante de la base affectée à la gestion du réseau d’information et votre supérieure directe en charge du quartier des femmes. Vous avez dû rencontrer mon collègue, Ikeasü, lui est chargé du pôle soutien logistique. Mais…

Soudain, son œil changea et la gradée s’approcha des deux jeunes femmes en leur chuchotant une consigne un peu spéciale bien qu’elle n’avait pas besoin de chuchoter étant donné qu’elle donnait la même consigne à toutes les femmes qui arrivaient dans la base.

- Si ce prétentieux, ou n’importe quel homme vous force à faire quoique ce soit, s’il vous impose des relations intimes ou des ordres dégradants, informez m’en immédiatement. Je gérerai la situation.

De première apparence exigeante et mystérieuse, la commandante était avant tout une féministe convaincu. Hors de question de coucher pour prendre du grade, hors de question de se laisser marcher dessus par des hommes, et surtout, hors de question de se voir imposer la moindre chose intime. Oh, elle en avait déjà cassé des gueules pour ça… S’éloignant donc du duo, elle retourna dans le couloir mais resta dans la porte de la cabine 43, celle de Margareth et Crystal. En face, la 44 était composée de deux autres nouvelles : les quatre seules femmes affectées récemment.

- Margareth, Crystal, Jonnie et Mikene, vous êtes donc mes quatre nouvelles subordonnées. Demandez autour de vous, je suis dure mais juste !

Juste oui, dure pas vraiment en réalité mais bon, c’était un autre débat.

- Pour vos affectation, Margareth et Crystal : tour de garde sur la première moitié de la nuit, vous dormirez sur la seconde moitié et plus tard demain matin. Jonnie et Mikene, gestion et aide au quai de chargement, vous descendez et obéissez au lieutenant en charge des docks. S’il vous semble entreprenant, venez m’en informer.

La nuit tomberait bientôt et les filles auraient donc pour mission de monter la garde dans la partie supérieure de la grande base de la marine, s’étendant des niveaux 8 à 12. La nuit était une période intéressante dans la base. Si animée de jour, elle paraissait presque fantôme de nuit.


Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Commandant Ikaesü : lvl ???
Commandante Akitchi : lvl ???
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Ven 30 Mar - 15:40


Dans la cour des presque grands [3]


La jeune femme venait d'arriver sur l'île après son expérience de sociabilisation sur le bateau. Margareth était une jeune femme froide aux premiers abords, mais de toute évidence elle possédait de bonnes capacités de leadership. Ce n'était du qu'à son pouvoir : elle voyait dans les gens les accroches qu'elle pouvait utiliser. Un sourire discret s'affichait de temps à autre sur ses lèvres, comme si elle rêvassait, ce qui avait pour but d'attendrir les plus récalcitrants de ses nouveaux collègues. Quand bien même fut-elle dans cet état d'esprit, manipulatrice et concentrée sur sa mission, elle était déterminée à trouver la réponse aux questions qu'elle se posait.

Envoyée dans les différents endroits de la base, elle finit dans les dortoirs où elle rencontra la cheffe de la section féminine. Autant dans les équipages pirates le genre ne semblait pas importer, autant le milieu militaire était relativement strict sur cela pour éviter que les relations entre membres ne deviennent abusives et ne viennent ébranler l'ordre en place. C'était une bonne chose, une solidification des ressources.

En se mettant au garde à vous, elle appréhenda les pensées de la Commandante, honnête et fixée sur sa démarche. Haussant les épaules, elle se accepta la mission qu'on lui confia et prit les devants aux côtés des deux nouvelles jeunes femmes, leur confiant :

- Si jamais il vous embête, n'hésitez pas non plus à m'en faire part. Entre femmes, nous devons savoir nous entraider.

Et il pouvait s'avérer intéressant de localiser les hommes et d'avoir des témoignages sur des comportements dégradants. Elle pouvait faire mettre au ban quelqu'un dans ce style, ou au moins le dégrader suffisamment... Ce serait peut-être une enquête à mêler en parallèle, pensa-t-elle simplement.

Quelques heures passèrent avant leur tour de garde. Faisant mine de discuter avec sa collègue, elle ne lui détailla que quelques éléments de la base, faisant mine d'admirer certaines choses pour mieux réfléchir. Si elle se souvenait de tout, les liens à faire n'étaient pas tous évidents. Ainsi, elle arriva bientôt au niveau de l'étage des radars, où quelqu'un était en train de travailler... Ou plutôt de s'ennuyer. Un peu de conversation ne lui ferait pas de mal, ainsi Margareth l'aborda de manière fortement agréable.

- Oh, j'ai vu des mouettes en passant par là, ça doit être embêtant, elles doivent embrouiller les radars. D'ailleurs, est-ce qu'il y a une pigeonnerie ici ? Parfois, j'aime envoyer des lettres à ma famille.

On lui répondit qu'il y avait une volière à l'étage inaccessible du Colonel, et que les mouettes étaient trop petites pour apparaître sur les radars marins. Seuls les radars de proximité repéraient ces bestioles, qu'il qualifia de « saloperies »... Ce qui permit à Lidy de faire une hypothèse sur la manière dont les messages s'en allaient. Les oiseaux étaient banalisés, cependant si c'était le cas, soit le Colonel était mêlé, soit qu'un de ses plus proches lieutenants se servait d'un de ses avantages pour le faire. Dans tous les cas, il existait là une possibilité et ça réduisait la liste des suspects.

Cependant, d'autres solutions existaient, comme une communication privée à l'aide d'un Den Den Mushi Blanc. Un soupir faillit être tiré de la gorge de Margareth, cependant elle n'en fit rien.

- Oh, d'accord, lâcha-t-elle gentiment. Le Colonel... C'est quel type de personne ? Les gradés m'impressionnent de base... alors.

Il n'en fallut pas plus pour apprendre quelques informations sur lui : mec reglo, assez abordable, malgré un aspect assez strict. Enfin, seul le son fluet de la voix de la demoiselle résonna tandis qu'elle reprenait sa ronde. Quelques minutes plus tard, elle s'adresserait à une de ses collègues qui était au service des communications, devant une grande radio, dont les communications semblaient pouvoir être aisément interceptées. Il ne fallait cependant pas aborder ce sujet, au risque de griller sa couverture. Ainsi, elle décida de lui demander autre chose.

- Qu'est-ce que tu penses de la condition des femmes dans la base ?

Elle sembla assez contente d'aborder ce sujet. La commandante faisait de toute évidence de gros efforts, et le Colonel qu'elle put identifier dans sa mémoire était un homme respectueux. Ikea tentait cependant souvent d'aborder les femmes et en avait déjà mis une ou deux dans son lit, des bleues un peu nunuches. Intéressant. Un jour, Ikea était passé à l'étage et avait tenté de l'aborder... Fort intéressant, puisqu'elle l'en avait empêché. Il n'avait cependant pas poursuivi, mais ce n'était peut-être pas le cas à chaque fois. Si ce gars était comme ça, le faire plonger pourrait être une mission secondaire intéressante.

Elle décida finalement de finir sa ronde en compagnie de sa collègue une fois qu'elle eut saluée la demoiselle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Ven 30 Mar - 16:29



Les deux employés de nuit qui avaient eu la joie de recevoir la visite des belles gardiennes de nuit semblaient maintenant prendre leurs basses besognes avec beaucoup plus d’entrain et il fallait les comprendre ! Habituellement, les gardiens de nuit ne parlaient pas et s’ennuyaient aussi ferme qu’eux, ils passaient de salle en salle, se contentant souvent d’un simple signe de tête et se pressaient de passer à la salle suivante. Finalement, de temps en temps, dans des salles vides, les gardes prenaient le temps de se reposer à l’abri des regards et en profitaient pour s’en griller une et parler des petites qu’ils avaient serré. D’ailleurs, au moment où les deux beautés sous couverture redescendaient en direction de leur cabine, elles pourraient faire une petite rencontre dans les escaliers menant au 7ème étage : deux hommes qui redescendaient aussi de leur ronde.

- Hellou to you Ladies ! Comment allez-vous belles demoiselles ? Je suis Kurazashi et voici Kimiharu, nous sommes les…

- Les petits fumiers à qui je vais boter le cul s’ils ne se dépêchent pas de dégager de l’étage réservé aux femmes.





Reütsuna ne l’avait pas entendu, ce qui était une première ou presque pour la jeune chasseuse de prime à l’ouïe tout simplement monstrueuse qui le précisa directement à sa collègue en lui glissant l’information à l’oreille. Et maintenant, le groupe de 4 trouffions se trouvait devant les yeux inquisiteurs et furieux de la commandante aux cheveux violets qui, elle aussi, descendait vers son étage en provenance de la cage d’escalier.

- Je m’absente une heure pour aller aux com et vous chinez déjà mes filles bande de trous du cul. Soyez sûrs que je m’occuperai de votre cas dès demain matin, ça fait longtemps que l’intégralité des escaliers de la base n’ont pas été cirés. Et… cirer du béton, c’est pas facile hein.

Apparemment, la gradée avait son petit côté sadique et comptait bien punir les jeunes mâles en conséquence, tous dignes de ce vieux cochon salopard de Ikeasü. Quoiqu’il en soit, les deux hommes prirent peur et décampèrent en quatrième vitesse vers le 6ème et vers leur cabine, ne sachant pas vraiment s’ils allaient devoir cirer les escaliers de béton de la base le lendemain, mais oui, ils allaient le faire.

En haut, sur le palier du dortoir des femmes, la commandante reprit un air plus doux et s’adressa directement aux deux femmes.

- Bon, les filles, demain matin, quartiers libres pour vous reposer et demain après-midi vous serez séparées. Margareth, tu montes au 12eme, le colonel supervise en personnes les gestions de sortie et les opérations radar, tu seras son assistante demain. Crystal, pour toi, plus rigolo, t’es avec moi aux communications. Tu verras c’est fun. Et si tu fais du bon boulot, tu pourras y être affectée à titre habituel.

Après cette annonce, la mauve retournerait à sa cabine pour passer sa nuit, sauf si les filles avaient des questions supplémentaires ; alors elles auraient tout le loisir de discuter et de prévoir leur plan pour le lendemain.

Le lendemain en question, la maudite pourrait rejoindre son poste et demander où se trouvait le plus haut gradé de la base, de même que la Ikagami qui serait directement emmenée sur place par la mauve, toujours aussi joviale et causante.
Tu peux avancer jusqu'à ton affectation, par contre, en arrivant, tu sais pas qui est le colonel
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Ven 6 Avr - 20:48


Dans la cour des presque grands [4]


Elle bougeait avec dextérité et prestance. Lidy Olsen était une jeune femme qui n'avait pas beaucoup de qualités martiales, cependant elle possédait une grâce qu'elle avait acquis à force de jeux de charmes et de prostitution. Quand bien même avait-elle d'ailleurs vendu son corps à de nombreuses reprises, il n'en restait aucun stigmate... Car en lisant les pensées de ses opposants depuis un nombre impressionnant d'années, elle avait pu tristement devenir la personne qu'elle était à présent : manipulatrice, qui paraissait intuitive aux yeux des autres. Un sourire sur les lèvres, elle accueillit la venue de la Commandante avec un soulagement assez important de visu, mais une certaine retenue dans son esprit : ces deux hommes auraient pu être des personnes parfaites pour mettre à mal les petits harcèlements qui avaient lieu au sein de la marine.

Enfin, qu'importe, il s'agissait là d'une idée qui ne l'amusait pas : ce n'était pas sa mission principale. La taupe n'avait pas encore pointée le bout de son nez et l'infiltration se passait pourtant de manière appréciable.

- Heureusement que vous passiez par ici, qui sait ce qui aurait pu se passer... Commença Margareth sur un ton assez peu farouche. Mais vous faisiez quoi à cette heure tardive ?

Elle avait déjà répondu, et la réponse ne différa pas. Avec une mine un peu perdue, Lidy lit les pensées de la jeune femme et put y apercevoir que le sujet des hommes harceleurs l'avait trop imprégné pour qu'elle soit réceptive à ce type de manipulation. Alors, mieux valait ne pas insister : c'était un risque trop important à prendre. S'excusant de l'avoir fait répétée, elle se concentra sur une autre information : la chasseuse de prime n'avait pas entendue la Commandante arriver. Mauvais point pour cette dernière qui repassait dans la liste des suspects, étant donnée sa furtivité... Mais qui pourrait se révéler intéressante si il ne s'agissait pas du coupable. Dans ce cas-là, et en vérifiant ses capacités, l'Olsen aurait quelque chose à lui proposer.

Elle lui sourit simplement en écoutant les prochains ordres. Il allait... falloir tenir compagnie au Colonel ? Elle ne pouvait pas mieux rêver ! C'était l'occasion de pouvoir tester la fiabilité de cet homme dans le système de la base, mais aussi d'en apprendre plus sur les moyens de communication qu'ils employaient. Un sourire amusé sur les lèvres une fois seule, elle s’imagina déjà victorieuse... Puis la tension remonta : une telle chance était peut-être contrôlée et peut-être était-ce elle qui passait un test de la part de ce Colonel. L'idée n'était pas à exclure.

Une fois qu'elle eut dormi, elle indiqua à Crystal de faire bien attention à la Commandante et de la surveiller de manière discrète... Très discrète. Elle voulait en savoir plus plus particulièrement sur sa manière de se déplacer et ses aptitudes, ainsi que ses réflexes. La chasseuse de prime allait donc devoir avoir quelques gestes maladroits à empêcher, si elle voulait vraiment observer les réactions de la Commandante : risquer de renverser du café, par exemple.

Quant à Lidy, elle se dirigerait vers le 12ème étage où le Colonel supervisait les autorisations de sorties et les radars. Ce n'était pas la communication en tant que telle, certes, mais il y avait des opportunités. En plus, Crystal avait la main sur cette partie-là.

Arrivant au niveau de l'étage voulu, Lidy s'adresserait au personnel présent et détaillerait toutes les personnes, lisant les pensées pour grapiller des informations situationnelles :

- Bonjour, je suis nouvelle, j'ai été affectée en tant qu'assistante du Colonel par la Commandante. Je suis Margareth. Où est le Colonel ? Et pourriez-vous m'expliquer les tâches qui m'incombent ?

Le vocabulaire, la posture droite et militaire, tout était choisi pour faire transparaître le sérieux. Le jeu avait commencé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 8 Avr - 9:19




- Ici, Mademoiselle ! Margareth hein, vous êtes la jeune femme envoyée par la petite Akitchi hein.




Dans le dos de la jeune Olsen se trouvait un homme en uniforme, planté droit comme un poteau au milieu de la salle de commande des sorties ; un œil fixé sur les radars de proximité et l’autre totalement figé sur le jeune recrue de sa base. Il était un homme impliqué, consciencieux et incroyablement juste dans sa vie professionnelle et s’il accueillait sa bleue consciencieusement il n’en oubliait pas son travail pour autant. Remarquant alors que le signal ne provenait que du vol d’une mouette trop aventureuse, la gradé se détourna pour totalement reporter son attention sur sa jeune recrue.

- Bon, ne passons pas par quatre chemins, votre travail ici sera plus que simple jeune recrue, vous restez auprès de moi et vous apprenez ce qu’il y a à apprendre. Je vous préviens, la journée sera longue et pas forcément intéressante mais l’observation des radars est d’une importance première dans la gestion d’une base. Je dois, perpétuellement, savoir où sont mes hommes.

Concrètement tout était dit, Lidy allait s’ennuyer aujourd’hui ça ne faisait aucun doute, mais malgré tout elle pouvait profiter de sa proximité pour parler à son supérieur du jour qui, pour le coup, était assez loquace tant que cela restait possible de parler en travaillant. Il était assez proche de ses troupes et appréciait apprendre à les connaitre un peu mieux. Malheureusement, en-dehors des discussions possibles, la petite Cipher Pol ne pourrait voir grand-chose de suspect : aucune sortie imprévue ou détection de radar. Enfin, information encore plus importante concernant le pouvoir maudit de la paramecia, à chaque fois qu’elle essayerait de lire ses pensées, elle ne percevrait rien d’autre que ses obligations professionnelles. Un voile gigantesque et opaque de pensées concernant les radars et les sorties d’effectif : rien ne semblait pouvoir l’en détourner.

***


Quelques étages plus bas, les choses étaient beaucoup plus chaleureuses. La chasseuse de prime bénéficiant des anecdotes amicales et féministes de la belle commandante qui s’avérait finalement être un véritable petit clown. Les premières heures de la journée se passèrent donc très bien et, tout en honorant les ordres de sa supérieure de mission, la Ikagami ne vit rien de suspect et d’ailleurs, personne ne sortit ou n’entra dans la salle des communications à accès réservé.

Pourtant, après quelques heures, un homme sortit enfin.





- Ah, lieutenant, vous êtes de service aujourd’hui ? Vous remontez faire votre rapport au colonel ? Des difficultés ?

La chargée de la communication, la féministe aguerrie, questionna celui qui était finalement son subordonné détaché à la communication auprès du colonel en charge de la base, homme qui lui répondit d’un simple « Ouais… ».

En dehors de cette personne, la brune n’aurait pas grand-chose d’autres à dire à Lidy mais peut-être que la Olsen saurait obtenir des informations intéressantes, d’ailleurs, elle allait aussi rencontrer le lieutenant un peu réservé.

***


L’étrange homme de main arriva en effet dans la salle des radars et expliqua seulement à son chef qu’il n’y avait rien à signaler et qu’il prenait congés. Il avait maintenant pour ambition de se rendre directement au port se détendre sous le son agréable de la mer.


Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Commandant Ikaesü : lvl ???
Commandante Akitchi : lvl ???
Colonel Araba : lvl ???
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Ven 13 Avr - 18:01


Dans la cour des presque grands [5]


Lorsqu'elle arriva dans cette pièce aux radars, Lidy n'identifia pas immédiatement la personne qui allait être son supérieur mais elle s'intéressa clairement aux pensées systématiquement concentrées sur son travail. Il prenait les choses très à cœur, au point de ne pouvoir émanciper son esprit de la situation présente, pas même pour s'amuser de quelque chose de plaisant... « Un bourreau du travail. ». Elle observa alors ses lèvres bouger et acquiesça à ses paroles, sans réellement chercher à les contredire. Il ne fallait pas qu'elle se le mette à dos dès à présent... Et en réalité, elle aurait eu tort de le contredire car la journée se déroula dans la plus triste des monotonies du côté du boulot. Elle prit d'abord un temps pour s'acclimater au lieu, sans pour autant modifier son attitude à la fois froide et amicale. Un sourire sur les lèvres, elle fit mine de s'émerveiller devant la découverte des appareils. Un certain nombre de questions sur leur fonctionnement lui permettraient de comprendre ce qu'il se passait, et elle ne s'en priverait.

Quelques temps passant, elle finit par prendre rapidement en main les commandes. Son pouvoir lui permettait d'être extrêmement fiable de ce côté-là. L'apprentissage, c'était une question de savoir, puis de compétences. Elle construisait le premier en un temps record. Il ne se passa donc rien en cette journée, mais quand elle commença à discuter, elle raconta quelques souvenirs de North Blue qu'elle avait volé à un homme rencontré des mois auparavant. Elle partagea les beaux paysages qu'elle avait pu observer : création du lien social par le partage d'expériences personnelles. Pourtant, son esprit lui permettait se concentrer sur la tâche qui lui incombait, et elle relevait de manière très exacte les entrées et venues sur les radars des oiseaux autant que du reste.

La conversation fut assez banale sur une première partie de la journée. Elle lui parla des paysages de North Blue, de son émerveillement et il lui confia des informations factices, peu intéressantes en soit. Il était né sur Grand Line, sur une petite île tranquille où le gouvernement était implanté mais où les lieux étaient tranquilles. Dans l'esprit de Lidy, une certitude existait : la présence du Gouvernement n'était pas un facteur d'éloignement de la criminalité. Son père était sergent chef dans la caserne, et le père de son père aussi avant lui. Le Colonel avait réussi à surpasser cette position...

« Comment ? » demanda avec intérêt la jeune Margareth. À force de comportement exemplaire, de résultats corrects et d'une belle capture de chasseur de marine. La jeune fille fit mine de s'y intéresser, mais il ne fut pas très bavard sur le sujet, en revanche il fut assez sec. Une petite saleté qui avait choisi de capturer un commandant qu'il devait assister au cours d'une mission pour choper une prime facile. La demoiselle grimaça intérieurement : si Setsuna devait la trahir et la vendre, elle espérait qu'elle pourrait voir le coup venir grâce à son pouvoir...

- Une vraie pourriture, renchérit-elle.

Puis elle aborda des sujets plus légers, plus futiles. Ce ne fut que quelques temps plus tard qu'un nouvel arrivant intervint dans la pièce. Il s'agissait d'un jeune homme d'apparence renfermé. Il n'avait rien à signaler, et il était venu... pour le signaler. Un sourire amusé naquit sur les lèvres de la demoiselle qui ne le quitta pas du regard pour lire ses pensées. Il n'y avait rien d'intéressant, et elle se dirigea vers la sortie quand le Colonel la libéra en même temps que le garçon. Il semblait pressé d'aller quelque part... Au port...

Elle le fila donc, faisant mine d'avoir quelque chose à y faire. Cependant, elle ne lui adressa pas la parole. Cet homme avait juste une apparence suspicieuse... Et quel meilleur endroit que le port pour faire des échanges crapuleux ? Et puis, en attendant, elle n'avait rien de plus comme indices.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 15 Avr - 23:45




- C’est vrai commandante !? Il a osé vous proposer ça mais il est fou et vous lui avez fait quoi alors ?

- Une soirée mémorable, j’ai appliqué la théorie de l’œil pour œil, dent pour dent et je l’ai puni par là où il voulait pécher. Autant te dire qu’il n’a pas pu s’asseoir pendant plusieurs mois cet idiot. Mais honnêtement, ça défoule.

- Et le lieutenant qu’on vient de voir ? Il a déjà eu affaire à vous ?

- Kiri ? Oh bah lui non. Il est … très discret, très respectueux ! Jamais un mot plus haut que l’autre, jamais de paroles déplacées ; enfin jamais de paroles tout court. Il est très… très discret.

La chasseuse aux éventails secoua la tête comme pour confirmer ce que disait sa supérieure alors même qu’elle ne connaissait pas du tout ce lieutenant totalement inconnu. Quoiqu’il en soit, la gradée remarqua finalement l’heure et li notifia que la journée de travail était finie, mais contrairement au gérant de la base, elle ne libéra pas son assistante. Au contraire, elle lui imposa quelques secondes de boulot en plus mais dans une zone beaucoup plus sympathique : la zone restreinte.

- Crystal, viens avec moi, je vérifie seulement les relevés de communications de la journée dans la zone privée et on redescend au quartier des femmes pour se détendre un peu dans la salle de bain ! Rien de tel qu’un bon bain chaud avant de prendre un bon repas.

Alors, la chasseuse de prime aurait la grande chance de découvrir la seconde partie de l’étage des contrôles de communication. Un petit bureau, assez sombre, avec des écrans un peu partout et plusieurs machines relâchant constamment de la paperasse incompréhensible. D’ailleurs, ce fut sur ces papiers que se jeta la beauté violette avant de se retourner une ultime fois vers sa subordonnée.

- Bah rien à signaler, on descend.

Elle ressortit immédiatement en verrouillant la salle jusqu’à ce que le prochain technicien se pointe pour prendre la place le lendemain matin. Finalement, cette zone n’était que peu visitée, uniquement par les quelques techniciens, les gradés et le service de maintenance.

***



Le lieutenant descendait les volées de marche avec empressement mais avec un calme olympien, il ne sifflotait pas, ne faisait pas un bruit plus intense qu’un autre et rendait un signe de tête à chaque homme qui pouvait le croiser et le saluer dans les cages d’escalier. Après tout, il était le gradé, il n’avait donc pas à saluer la bleusaille mais bien l’inverse. Quoiqu’il en soit, et après quelques minutes de descente, le verdâtre parvint enfin au niveau de port.

Bien habitué des lieux, il se dirigea avec rapidité et fluidité jusqu’au coin des navires de soutien qui se trouvaient là, même endroit que Reutsuna et Lidy avaient pu connaitre en arrivant sur l’île. De temps à autre, mû par un sentiment de préservation, le bigleux se retournait pour voir s’il n’était pas suivi, il ne voulait pas être dérangé par un abruti de bleu qui viendrait le harceler de question, ou autre. Quoiqu’il en soit, il ne vit personne et ne s’attarda pas trop sur ses phases de vérification.

Enfin, il parvint à un navire spécifique, le dernier des quais, celui le plus à l’écart des voies de passage où il rencontra un autre homme, inconnu au bataillon pour quelqu’un qui ne connaissait pas les effectifs de la base précisément.


Les deux hommes parlaient mais personne de normalement constitué ne pouvait les entendre sans se trouver à moins d’un mètre d’eux. Apparemment, ils étaient amis et se connaissaient car enfin, un sourire léger prit place sur la face du lieutenant. Ils parlèrent ainsi de longues minutes, de tout ou de rien ; qui pouvait bien le savoir. Personne ne passait par là et ne les dérangeait donc ils avaient un peu de temps et ne semblaient d’ailleurs pas pressés du tout.

***


Derrière l'agente sous couverture, totalement imperceptible et totalement camouflée se tenait une silhouette. Discrète à l'extrême, particulièrement méticuleuse et démentiellement intelligente, cette personne ne risquait pas d'être découverte.


Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Commandant Ikaesü : lvl ???
Commandante Akitchi : lvl ???
Colonel Araba : lvl ???
Lieutenant Kiri : lvl ???
Silhouette inconnu : lvl ???
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Jeu 14 Juin - 18:42


Dans la cour des presque grands [6]


Qu'allait-elle découvrir ? Durant toutes ses épopées, Lidy avait été l'une des protagonistes les moins importantes : lors de sa promotion, elle n'avait réussi qu'à mettre en lumière l'usurpation du Commandant, et c'était le Colonel qui avait obtenu les tant recherchés aveux. Lors de son infiltration sur St Johns, elle n'avait juste pas eu d'autre utilité que de confirmer la prise de pouvoir de Reina. Les choses avaient bougé sans qu'elle ne soit la porteuse de ces événements, et si quelques petites missions réussies traînaient dans les placards de son actif, elle n'était toujours pas à l'origine d'un gros coup de filet capable de décontenancer des structures entières, et qui pourraient mettre en branle la légitimité du Gouvernement Mondial – affaires qui seraient de toutes les manières étouffées par le CP8, mais elle imaginait la gloire que cela pourrait lui rapporter auprès de ses supérieurs.

Ainsi, dans la salle des radars, elle avait pu observer son supérieur. Un sourire aux lèvres, respectueux et faussement amical, poussait son charme dans ses derniers retranchements. Un charme froid, maladroit, désintéressé, qu'elle affichait comme un masque méticuleusement travailler après l'observation de changements propres au genre humain. Quand elle quitta les lieux discrètement, à la suite de ce lieutenant, elle ne manqua pas de saluer respectueusement son supérieur. Le Colonel avait l'air relativement intègre au premier abord, et s'il lui fallait creuser pour en être certaine, elle ne doutait pas que le soucis pouvait se trouver ailleurs.

Vivement, elle prit le plis de suivre le sous-fifre. Logiquement, leur rang était à peu près similaire : elle n'était encore qu'une petite gens qui obéissait aux agents d'élites, voir à d'autres agents plus expérimentés, mais elle n'avait pas encore fait assez ses preuves pour être approuvée, autre que par la menace ou le chantage.

Quand elle fit entrer dans sa s ligne de mire les deux personnes qui commençaient à s'adresser l'un à l'autre, elle ne pouvait pas les entendre, mais elle pouvait lire leurs pensées. Et s'ils préparaient un mauvais coup, elle le saurait assez tôt : des dates, des choses qui étaient essentiels à leurs actions... Ou alors s'agirait-il d'une discussion des plus banales. Il fallait en douter : celui qu'elle avait suivi était de toute apparence plutôt renfermé, pas du genre à se faire des potes comme ça. Les discussions banales n'étaient peut-être pas son dada. Si elle découvrait quelque chose sur cette base, que ce soit une corruption locale ou à grande échelle, un échange d'informations qui avait permis à de petites crapules ou à de plus gros poissons de s'enfuir, elle pourrait faire valoir un fait intéressant dans son dossier... Accumulés, ils lui permettraient d'obtenir une plus importante fonction.

Ainsi, elle patienta. La crapule qui lui servait d'assistant devait aussi douiller à cet instant... Ce qui n'intéressait pas la demoiselle. Kid était loin de ses préoccupations : le nain avait la capacité de se débrouiller seul. Quant à ses autres aides... La chasseuse de prime apprendrait peut-être quelque chose d'intéressant.

Étrangement, les informations que Lidy pouvaient entendre dans l'esprit des deux hommes étaient bien maigres : des informations en transit... Cela lui évoqua pourtant quelque chose de relativement mauvais : que pouvait-il se cacher derrière tout ça ? Elle continua d'espionner un peu, à ce moment-là.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Ven 15 Juin - 17:27







Les deux compères papotaient tranquillement devant les navires en stock et à l’abri des regards indiscrets mais sous les oreilles, ou plutôt sous la malédiction, de l’agente Olsen. Par ailleurs, certains mots ou certaines pensées commençaient à réellement se dessiner et à retranscrire les paroles des deux abrutis. Clairement, les pensées n’étaient tournées que vers une seule et même personne, l’un des cadres de la base, le tombeur de ses dames : le commandant Ikeasü. Les deux avaient la mine fermée et semblaient plus que pensifs à l’évocation de cet homme adoré de certains mais surtout détesté de la gente féminine de la base. Concrétement, une pensée se matérialisait autour d’un sentiment : la peur.

L’un comme l’autre avait la mine sombre en parlant de cette figure d’autorité avec une crainte palpable à douze mètres à la ronde. Ils échangèrent encore quelques paroles pour revenir finalement à un thème que Margaret devait attendre avec impatience : des informations plus compromettantes. Pas de doute : le lieutenant donnait des infos qu’il avait pu recueillir dans la journée au central à cet homme de la mer. Ses pensées, tournées vers l’objectif de discrétion le trahissaient largement mais il semblait serein : comme s’il n’était pas écouté. Bientôt, les deux se séparèrent et le vert se retourna pour marcher en direction des étages, dans la direction où se trouvait l’espionne. Si elle ne réagissait pas vite, sa première piste ne lui servirait pas beaucoup. Une chance pour elle, sûr de sa furtivité, le chevelu ne faisait pas trop trop attention quand même.

La silhouette invisible et inaudible dans son dos avait quant à elle disparu en voyant les deux suspects se séparer, à l’heure actuelle, elle était déjà loin de la zone.


***


Dans les quartiers féminins, Crystal reprenait possession de sa couchette en soufflant longuement. Quelle vie cette vie de marine… Etrangement, elle ressentait une certaine fascination et un certain contentement du devoir accompli, comme si cette vie de servitude à la nation était plus agréable que celle qu’elle avait pu suivre toute sa vie. Elle avait finalement hâte de voir sa camarade revenir pour lui parler de sa journée. Elle pourrait alors lui dire que la commandante était une femme gentille, sympathique et mesurée, une femme qu’elle voyait bien innocente. Elle lui demanderait aussi son avis sur la vie de gouvernementale, si celle-ci était satisfaisante. Le tout avec un objectif que Lidy pour déceler facilement dans les pensées de son acolyte : la volonté d’une nouvelle vie.


***


Dans le bureau du commandant pervers, un autre être trimait comme un acharné. Le pauvre nain difforme avait été choisi parmi de nombreux candidats, ou presque, pour devenir l’assistant personnel d’Ikeasü. Après tout, le colonel en avait une alors pourquoi par lui ? Le pauvre être rangeait son bureau, écrivait des lettres d’amour sous la dictée de son supérieur, lavait les commodités du principal concerné et servait de livreur pour diverses choses. Pauvre bête : tomber sur un égocentrique pareil.


***


L’heure se faisait tardive dans la base de la marine n°83. Si Reütsuna avait rejoint ses quartiers, Lidy avait toute liberté de se promener où bon lui semblait tant qu’elle n’était pas découverte. Elle aurait pu comprendre en observant les radars que certaines zones étaient plus peuplées que d’autres. La découvrir en train de fouiner éveillerait les soupçons, la trouver dans une zone restreinte entrainerait un échec de sa mission mais le choix final lui revenait quant à ses activités nocturnes au sein de la base.


Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Commandant Ikaesü : lvl ???
Commandante Akitchi : lvl ???
Colonel Araba : lvl ???
Lieutenant Kiri : lvl ???
Silhouette inconnu : lvl ???

Pour ton prochain tour, la nuit tombe sur la base et tu as une liberté de mouvement sous réserve des autres. En effet, chaque section de la base à un niveau d’alerte que je vais te fournir en PV. Entre 1 et 5 où 1 correspond à une surveillance très faible, voire inexistante et où 5 correspond à une zone plus que difficile d’accès.  Tu peux aussi te contenter de rester dans ta cabine et de dormir. A toi de voir où tu te dirigeras.
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Sam 16 Juin - 19:23


Dans la cour des presque grands [7]


La jeune femme avait pu lire des informations intéressantes dans les pensées de ces hommes, mais elle s'échappa avant qu'on ne puisse la remarquer, pour rejoindre le dortoir des filles. De toute évidence, il fallait qu'elle reprenne depuis le début. Celui qu'elle pouvait suspecter dans la direction de la fuite d'informations, c'était le Commandant Ikaesü. Elle ne le connaissait que sous les symboles d'agresseur sexuel et d'imbécile, mais monter une telle opération. C'était étrange qu'il puisse s'agir de cet homme. En soit, les deux personnes qui parlaient et qui faisaient transiter les informations, sûrement sous la contrainte, étaient plus susceptibles de mener une telle opération. Pourtant, son pouvoir la trompait rarement : ils ressentaient de la peur. Bien sûr, il y avait une marge d'erreur : il pouvait les effrayer pour tout autre chose, mais il allait falloir creuser... Et dans tous les cas, cette mission se terminerait quand elle aurait découvert la vérité et mis ce pervers sous les barreaux. Heureusement, Kid était en train de découvrir les joies du travail à ses côtés... Et pourrait peut-être dégoter à son tour quelques informations.

En revenant dans les dortoirs, Margareth engagea la conversation avec ses collègues, essayant d'ouvrir un peu le masque de froideur qu'elle avait créé et qui n'était plus utile auprès de la gente féminine. Si elle demandait comment leur journée avait été, c'était pour obtenir dans leurs esprits des informations : avaient-elles trouvé quelque chose d'étrange ? S'étaient-elles faites approchées de manière déplacées ? Ce n'était pas évoqué à haute voix, mais les pensées seraient sûrement tournées vers ça.

Enfin, lorsqu'elle put obtenir les informations de Setsuna, la jeune femme se contenta d'acquiescer. La Commandante n'était donc plus une suspecte : il fallait faire confiance aux instincts de la chasseuse de prime à qui elle conseilla, malgré tout, de garder l’œil ouvert. La nuit allait par ailleurs bientôt arriver et elle conseilla à son acolyte d'en profiter pour s'assoupir. Elle-même allait faire autre chose, mais elle ne l'évoqua pas à voix haute. Il fallait qu'elle trouve des informations et dans ce cas-là, il allait falloir fouiner un peu...

Les tours de gardes étaient connus. En se détachant des ténèbres pour accéder à la salle de contrôle logistique de la base, Lidy devait observer s'il y avait, ou non, des personnes présentes dans les locaux. Ils étaient heureusement vides, et elle put commencer à fouiner un peu partout dans les environs. Ses observations furent rapides, et elle put dégager sinon des documents liés à la logistique, un planning de livraison de denrées alimentaires par voie maritime, sur lequel figurait des dates dont celle de ce jour.

- Intéressant, marmonna-t-elle.

Il y avait donc des voies d'accès à l'information. C'était sûrement par ce biais que l'homme avait fait transiter l'information... Il lui faudrait donc surveiller ces voies, mais prendre un sous-fifre la main dans le sac était certainement assez peu intéressant : il lui fallait le cerveau de l'affaire.

Continuant, elle observerait les bureaux administratifs pour continuer la nuit. Il fallait déjà qu'elle repère s'il y avait des présences à l'étage et comment s'y aventurer... les pièces du puzzle commençaient à se mettre en place.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 17 Juin - 17:04








Dans le bureau du pervers, les choses évoluaient : il était l’heure pour le grade de sortir pour vaquer à ses occupations nocturnes, choses qu’il résuma simplement à son esclave par un :

-  T’as bien travaillé machin ! Retrouve moi ici demain aux aurores, on fera des trucs sympas et si t’es pas chiant, je pourrai même t’apprendre à draguer les filles. Sans me vanter, je suis un champion pour ça.    

Puis, sur un sourire sûr et macho, le brun quitta la pièce pour laisser le subordonné de la Olsen seul dans la pièce. S’il lui prenait l’envie de fouiner par-ci, par-là, le jeune nain difforme ne trouverait rien d’autres que des lettres de refus ou des revues déconseillées aux yeux les plus chastes ; du moins à première vue. Il pouvait pousser un peu plus la recherche au risque de voir le commandant revenir et de se faire surprendre.


***






Après avoir reçu la visite de l’agente sous couverture, la belle chasseuse de prime décida qu’il était temps pour elle d’aller se coucher. Lidy n’avait pas sollicité ses services et elle ne voyait pas ce qu’elle pouvait faire de plus pour cette nuit. Après tout, si elle était partie fouiner de son côté, elle aurait bien été capable de se faire gauler. A l’inverse, ses oreilles si précises auraient pu être d’un grand secours à la Cipher Pol qui avait privilégié le nombre aux aptitudes. Etait-ce le bon choix ? Seul le reste de la nuit en serait le décisionnaire.

Elle s’endormit donc, heureuse de sa journée passée aux côtés de la belle violette qu’elle avait réussi à presque entièrement disculper dans l’esprit de l’enquêtrice.



***


La nuit avançait à un rythme lent et tranquille au sein de la base de la marine n°83 et tout semblait calme pour l’heure. Pour avoir effectué les rondes nocturnes la veille, Lidy savait pertinemment que des duos de gouvernementaux tournaient dans toute la base en plus de certains employés en poste à certains endroits. Si elle avait la malchance de tomber au mauvais endroit et au mauvais moment, elle pourrait être simplement suspectée ou, en fonction de l’endroit totalement démasquée et emmenée auprès du colonel : les chipies qui furetaient la nuit, pas de ça chez lui. Il l’aurait alors renvoyé chez elle avec pertes et fracas, causant par la même l’échec de la missionnée sur Cipher Pol. Quoiqu’il en soit, si sa première intrusion au niveau de la logistique avait été un succès, il semblait bien que la nuit était chanceuse pour la jeune agente qui, une fois entrée dans la salle des bureaux administratifs, pourrait voir qu’il n’y avait personne, encore une fois. Apparemment, les chargés de ronde et l’espionne avaient un rythme similaire à l’heure actuelle et personne n’était en poste fixe dans la pièce très voire trop ennuyante des bureaux.

Cette absence totale s’expliquait assez logiquement : que pouvait-il y avoir à voler ou à espionner dans des bureaux remplis de paperasse en tout genre et parsemés de piles et de piles de dossier tous plus ennuyeux les uns que les autres. D’apparence donc, la pièce semblait dénuer de tout intérêt et, au moins, de tout sens pratique pour une enquêtrice pressée.  Malgré tout, qui pouvait savoir ce que recelait cette amas de papier ?


***


La nuit, l’on dit que tous les chats sont gris. Et pourtant… Profitant du couvert de la nuit, bien qu’elle n’en ait nullement besoin, une ombre silencieuse et indétectable était à l’œuvre et furetait pour avoir tous les atouts dans sa manche

Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Commandant Ikaesü : lvl ???
Commandante Akitchi : lvl ???
Colonel Araba : lvl ???
Lieutenant Kiri : lvl ???
Silhouette inconnu : lvl ???

Pour la visite des deux salles de ce tour tu as donc obtenu des scores de détection faibles, les salles sont donc totalement vide en terme de surveillance. Tu as donc le choix s’agissant des bureaux administratifs que tu vois remplies de paperasse en tout genre : passer rapidement sans t’attarder ou fouiller scrupuleusement en prenant du temps et donc, davantage de risques. Comme d’hab, on voit ça en PV.

Pour le reste, ton PNJ a la possibilité de fouiller lui aussi plus en profondeur avec, lui aussi, des risques. Reütsuna s’endort parce qu’elle s’ennuie. Une ombre inconnue bouge dans la base, évidemment, Lidy n’en a pas la moindre conscience et ne sait pas où elle est.
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Jeu 21 Juin - 21:33


Dans la cour des presque grands [8]


Il était seul dans le bureau de son supérieur. Celui-ci ne soupçonnait pas une once de fourberie chez Kid. Le petit être savait qu'il était là pour une bonne raison : il accompagnait Lidy, une jeune femme qui l'avait sauvé, et qui était une agente dont la mission, simple, était de prendre des membres de la marine la main dans leurs magouilles. Alors, il allait l'aider. Il voulait l'aider. Quand la porte claqua nonchalamment, le nain difforme prit possession des lieux. Il utilisa sa télékinésie pour concentrer son action sur le loquet de la porte et la bloquer, le temps qu'il effectue ses recherches.

C'est ainsi que le petit être commença aisément son investigation. Une demi-douzaine de minutes lui suffirent à faire le tour des dossiers – il avait du mal à les lire – et... un petit tiroir caché. Pendant un instant, il tenta de l'ouvrir mais le mécanisme lui était totalement inconnu, et il ne pouvait pas le faire à l'aveuglette. La seule façon d'ouvrir le tiroir c'était de le fracturer ou... d'utiliser une clef.

- Kid va réussir à voler la clef au commandant... Kid va réussir.

Il y avait en effet, attaché à la taille de son supérieur, une clef qui correspond sûrement à cette porte. Oui, il lui fallait réussir cette opération délicate... Quand il eut fini ses corvées, il alla se reposer. Peut-être aurait-il la chance, la nuit prochaine, de voler les clefs à son supérieur.

La jeune fille avait fini de fouiller les bureaux administratifs. Elle se demandait si elle aurait pu y trouver quelque chose de plus intéressant que le nom de famille d'une collègue ou l'âge du capitaine... Enfin, bref, elle soupira à voix basse, essayant de concentrer son attention sur les différents éléments auxquels elle était confrontée et qu'elle devait remettre dans le bon sens.

L'objectif était d'attraper un homme ou des hommes qui faisait fuiter des informations, permettant à des criminels de prendre l'ascendant lors de certaines situations. On savait que les informations n'étaient pas transférées par un système classique – les communications n'étaient pas interceptées. Elle pouvait imaginer que le trafic se faisait sous le manteau, mais elle n'avait aucune preuve pour le moment.

Quand elle était entrée dans la base, celle-ci était dirigée par un Colonel sérieux et qui travaillait de manière assurée. Ses subordonnés étaient des commandants et des lieutenants qui avaient chacun un petit brin de personnalité... La chasseuse de prime avait réussi à approcher la Commandante, qui était lavée de tout soupçons à en croire son instinct. Une femme qui protégeait les femmes de la base d'un autre commandant bien plus détestable... Et pourtant, sa culpabilité n'était pour l'instant pas engagée.

En rencontrant un lieutenant stressé qu'elle avait suivie, la jeune femme avait pu découvrir qu'il magouillait avec un autre membre de la base pour faire passer des informations. Elles étaient sûrement envoyées, selon le document qu'elle avait retrouvé, par navire de marchandises. Enfin, ils avaient peur du commandant pervers...

Pendant qu'elle remettait les pièces du puzzle ensemble, la jeune femme entendit des bruits de pas dans les escaliers. Elle se figea, rangea le document qu'elle venait de sortir et se retourna. Les bruits s'éloignèrent rapidement sans qu'elle ne sache s'ils montaient ou descendaient, pourtant elle-même était curieuse. Il fallait qu'elle descende pour aller dans le dortoir des femmes, reprendre sa place. Son investigation peu fructueuse n'avait pas donné grand chose.

Quand elle prit la direction de sa chambre, elle entendit les bruits de pas dans les escaliers continuer leur course avec elle, vers le bas. Puis ils disparurent. Elle se dirigea alors vers sa chambre, interrogative, avant de se hisser dans sa couchette... Qu'est-ce que cela voulait dire ?


Spoiler:
 
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 24 Juin - 18:22




Les premières lueurs du jour percèrent rapidement les volets des chambres des dortoirs. Femmes comme hommes étaient tous logés à la même enseigne lorsqu’il s’agissait des caprices de l’astre solaire mais quelques privilégiés avaient la chance de rester au lit plus longtemps que les autres : les gardes de nuit. Manque de chance, il y en avait une parmi les femmes de cette base qui ne bénéficiait pas de ce traitement de faveur malgré ses escapades nocturnes. Comme les autres, l’agente sous couverture se fit donc extraire de son sommeil par les premiers rayons solaires accompagnés de la voix féminine de la commandante féministe.




-  Debout mesdemoiselles ! On a du pain sur la planche aujourd’hui ! Grosse journée comme d’habitude !  

Déboulant finalement dans la cabine partagée par Crystal et Margaret, elle s’adressa à ses subordonnées pour leur donner le programme de la journée les concernant, et notant au passage un élément peu flatteur.

-  Les filles, aujour… Oh vache ! Margaret t’as une sale tête ce matin. Mauvaise nuit ? Bon j’avais prévu de t’envoyer au contrôle des sorties, comme hier, mais si tu t’endors sur les commandes, le colonel sera pas super content. Bon laisse, c’est Crystal qui y va à ta place. Toi je te donne quelque chose qui risque pas de t’ennuyer et je suis sûr que t’as les épaules pour ça ! Ikaesü a lancé une large opération d’inventaire des défenses de la base. Tu montes à l’étage de la gestion défensive et tu l’aides pour ça. S’il essaye de te toucher, tu me préviens immédiatement.    

Kid avait réussi à s’approcher du commandant à sa façon, c’était maintenant Lidy qui allait pouvoir tenter sa chance en ce sens, pourtant, elle ne bénéficiait pas des informations du petit nain et donc pas de l’utilité de la clé que pouvait arborer le gradé à la taille. Elle n’aurait d’ailleurs pas cette chance dans la journée.





Heureux du travail accomplit la veille par son larbin difforme, le commandant Ikeasü eut la bonne idée de montrer sa loyauté au colonel en détachant son assistant personnel à une tâche peu agréable mais qui améliorerait la situation de chacun, enfin des hommes, dans la base : nettoyage des sanitaires ! Etant de sexe masculin, le Kid ne pourrait donc pas aller à l’étage des femmes et ne pourrait pas voir sa chère maîtresse durant son temps de travail, la journée entière donc. Quelle infamie ! Elle qui aurait pu tenter de récupérer cette clé !





Si elle était destinée à se render auprès du commandant pervers, l’état de fatigue de sa collègue avait finalement permis à la chasseuse de prime d’œuvrer aux côtés du dirigeant de la base pour la journée.  Elle pourrait alors découvrir un homme dur mais juste, agréable à juste dose et prévenant avec ses collègues. Pourtant, son intuition féminine lui disait de se méfier de lui. Il semblait bien sous tous rapports mais il semblait cacher quelque chose : ce qui titillait sa curiosité. D’ailleurs, autre chose la titillait un peu : des bruits inexpliqués.

Pouvant se fier à son ouïe très développée, la jeune femme entendait de temps à autre des bruits de pas provenant des escaliers sans jamais parvenir à voir quiconque. Ils montaient avant de redescendre quelques instants plus tard. Pourtant, le seul étage supérieur était celui réservé au colonel qui se trouvait à ses côtés… Les choses semblaient inexplicables. Elle comptait bien en faire part à sa chère camarade à l’occasion de la pause du midi.

Bon c’est assez léger pour ce post, tu te lèves donc et peux te diriger vers la gestion des défenses et le commandant Ikeasu. Comme d’hab, on voit les réactions et action en HRP pour ton post !
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 24 Juin - 20:04

[quote="Lidy Olsen"]

Dans la cour des presque grands [9]


Lorsqu'elle se réveilla, Lidy n'avait volé que quelques minutes de sommeil. Cependant, une nuit comme celle-ci de temps à autres ne lui faisait pas réellement de mal : elle était habituée à manquer de repos, à mettre son corps à rude épreuve, rien qu'à la période où elle travaillait encore pleinement pour Némésis. Aujourd'hui, elle semblait avoir même oublié la raison de son intégration au Gouvernement Mondial, et les risques qu'elle encourait si quelqu'un venait à révéler qu'elle avait à l'origine l'intention de donner des informations compromettantes, comme tous ces marines pourris jusqu'à l'os qu'elle poursuivait... Enfin, gouvernementaux, mais il était vrai que c'était surtout les marines qui étaient attaqués par sa branche ces derniers temps. Qu'importe.

Un regard vers le visage éveillé de la Commandante permis de faire comprendre qu'elle avait malgré tout une tête de déterrée, et qu'elle allait pouvoir être affectée à un poste autre que celui de la veille. Cela l'arrangeait, elle n'était pas d'humeur à rester concentrée sur une même tâche pendant toute la journée... Et elle fut surprise d'être placée avec l'homme-pervers, aka le Commandant. Il aurait mieux fallu qu'elle attende, mais c'était une très bonne occasion d'atteindre les points sensibles et de déblayer la culpabilité de cet homme. Acquiesçant intérieurement, elle garda son sérieux, se leva et se mit au garde-à-vous en acquiesçant. Ce n'était même plus la peine de scanner les intentions de la Commandante : après tout, la Chasseuse de Prime pensait qu'il s'agissait de quelqu'un de confiance, et elle la croyait, à demi-mesure.

Quelques instants suffirent à enfiler le bleu de travail et à rejoindre l'homme avec qui elle allait passer toute la journée. Cet homme n'était pas forcément « dégoûtant », il était plutôt propre sur lui, c'était au niveau de son caractère que cela coinçait... Il s'imaginait déjà finir la soirée avec la demoiselle, alors même que le soleil était en train de se lever. Si on avait pu donner un prix du plus grand pervers de la base, il y aurait fort à parier qu'il aurait eu peu de concurrents.

Pourtant, Lidy s'attela à sourire et à paraître naturelle. Elle avait cette froideur distante mais aussi ce calme bienveillant qui lui donnaient une apparence à la fois sûre d'elle et ouverte. Il ne fallait pas qu'elle renie de but en blanc toutes les propositions qu'il lui ferait, mais qu'elle reste professionnelle pour se mettre la Commandante dans la poche au cas où les choses tourneraient mal.

- Au fait ! Fit-elle en sortant la tête de ses canons. J'ai été avec le Colonel hier. C'est un homme incroyable, n'est-ce pas ? Il est si...

Elle commença à en vanter les mérites. Il répondit alors immédiatement de façon laconique, essayant sûrement de taire le sujet et taisant par la même occasion ses pensées perverses de manière brèves tout au moins. Il voulait de toute évidence prendre sa place, ce qui relevait de l'ambition... Et était assez éloigné de ce qu'elle imaginait venant d'un vendeur d'informations... Elle allait cependant creuser.

- Oh, et hier, j'ai aussi croisé chez le Colonel le lieutenant... Kari ? Un petit gars à lunettes, cheveux verts il me semble, qui a l'air très stressé...

Il la reprit alors, un peu sur son nom, et dit qu'il voyait de qui il s'agissait... Puis il commença à mentir. Il connaissait assez pour s'en méfier, sérieusement. Il lui dévoila que cette personne était enrôlée sous l'égide de la Commandante... Et à nouveau les doutes surgirent. Était-elle impliquée ? Il allait falloir continuer à creuser cette piste mise en sommeil par la Chasseuse de Primes.

Pour tirer des informations, ce fut par la suite l'éloge de la Commandante que fit la nouvelle venue. Elle en détailla les aspects positifs tandis que les pensées de cet homme allaient vers la méfiance, sans qu'il ne semble réellement savoir pourquoi. Il pensait qu'elle était quelque chose comme... un faux-cul, qui cache bien ses cartes pour prendre l'ascendant sur tout le monde, en gros. Il s'en méfiait comme la peste... Il semblait avoir un doute sur sa place ici, sans savoir pourquoi, et c'était une piste qu'il allait falloir creuser.

Finalement, la jeune fille devait se jeter dans le grand bain. Elle devait aller chercher les informations, importantes. Elle dit sur un ton amusé :

- C'est important ces grands inventaires des défenses de la base ? C'est bien vous qui l'avez demandé, c'est ça ? Je me demande si la base est bien sécurisée.

Elle parlait innocemment. De toute façon, il fallait qu'elle obtienne les dernières informations pour retirer la culpabilité de ces actes – mais peut-être plus tard le pincer si c'était vrai pour ses actes pervers.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 24 Juin - 21:47







Quelle lourdasse cette gamine ! S’il avait été heureux de la voir arriver auprès de lui pour cette journée d’inventaire en tête à tête, et s’il avait effectivement pu s’imaginer finir la soirée et passer la nuit avec elle dans sa cabine, il ne put qu’être déçu de voir qu’elle était finalement une fangirl de ce superbe, compétent et tant apprécié « Colonel Araba ». Fondamentalement, le commandant n’avait rien contre supérieur et ne lui voulait pas spécialement de mal, ce qu’il voulait plus que tout, c’était sa place. Prenant en tête une base telle que celle-ci à son âge permettrait à ce pervers de mettre un pied plus que précieux dans les plus hautes sphères du gouvernement, peut-être même d’attirer le regard d’un Vice-Amiral ou même d’un Amiral en quête d’un nouvel espoir à former, du moins dans son esprit.

Après le colonel, ce fut au tour d’une raclure de lieutenant de prendre place dans l’esprit de cette jeune recrue… Décidemment, elle avait le chic pour parler de personnes qui ne trouvaient pas grâce dans le cœur de son interlocuteur. Si le colonel l’empêchait d’accomplir ses ambitions, le lieutenant aux cheveux verts était un problème un peu plus important dans le sens où le lieutenant s’en méfiait, chose que perçut la liseuse de pensées sans pour autant savoir pourquoi.

La parole changea alors pour retourner sur le pire du pire de la base : la connasse. Il ne pouvait pas utiliser d’autres termes lorsqu’il pensait à la commandante Akitchi. En public et, a fortiori devant elle, il jouait son jeu habituel et tentait de la mettre dans sa poche, mais dans le fond, il ne pouvait pas la supporter. Lèche-cul avec le colonel, trop bienveillante avec chacun, il la considérait comme une femme fausse, manipulatrice et incroyablement maligne, peut-être trop pour être honnête. S’il avait donc répondu de façon laconique et secrète s’agissant des deux premières cibles de la Olsen, il ne prit aucun gant s’agissant de l’Akitchi. Quand on lui parlait d’elle, il ne pouvait se retenir.

-  S’agissant de la commandante, je ne peux que te recommander de te montrer prudente. Ouais elle parait gentille, elle prend soin  des filles et des nouveaux, elle les met en garde contre le méchant Commandant Ikeasü, je ne l’ignore pas. De cette façon, elle met tout le monde dans sa poche, Araba avant tout, mais n’oublie pas ce que je te dis Margaret : il faut se méfier d’elle. Elle est parfaite en apparence, mais les apparences sont souvent trompeuses dans notre métier. Les pires raclures paraissent toujours être les plus gentilles, les plus aimables.    

Peut-être avait-il été loin en parole, mais il avait été encore plus loin en pensée, croyant que ce sanctuaire personnel ne pouvait être écouté. De cette façon, la petite Lidy aura pu saisir une pensée, une seule, une ébauche de la pensée profonde du pervers s’agissant de la féministe : il doutait jusqu’à la raison de sa place dans la base n°83.

Il reprit son calme autant que possible pour répondre à l'ultime question de l'enquêtrice.

- L'inventaire est important, si un canon n'est pas fonctionnel ou non approvisionné en terme de projectile, alors il existe un trou dans nos défenses et la base est en danger. De cette façon, nous pourrions perdre une place forte ou permettre à des ennemis de s'échapper. Crois-moi quand je te dis que personne ne rentrera ou ne s'échappera sous ma garde.

Il regarda alors sa montre et claqua de la langue.

- Il est l'heure de déjeuner, reviens quand tu auras terminé de manger, je monte voir le colonel pour le rapport.

Il ne la remercia pas malgré son bon travail. Elle l'avait poussé loin malgré elle en parlant de la commandante. Allait-il lui en vouloir ? Bien sûr que non, c'était une femme !


***


A l’étage de la gestion des sorties, Margaret avançant tranquillement aux côtés du colonel dont elle faisait la connaissance. Sur ses gardes, elle avait décidé de se jeter à corps perdu dans cette enquête de l’agente du Cipher Pol. Les bruits de pas sans propriétaires avaient cessés dans les escaliers, ils étaient montés, sans redescendre, signe qu’ils étaient restés au niveau des appartements du colonel : quelque chose d’étrange, à n’en pas douter.

Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 24 Juin - 22:36


Dans la cour des presque grands [10]


La conversation avait pris une tournure bien intéressante. Lidy ferma les yeux en acceptant les paroles de cet homme qui, s'il se faisait passer comme la victime, n'était peut-être pas tout blanc. Il aurait été beaucoup plus facile de trouver des indices en ayant accès à ses souvenirs : peut-être avait-il vu des choses qui pourraient aiguiller la pensée de la jeune femme... Malgré tout, elle n'était pas d'humeur à jouer à « qui a les meilleures preuves ? ». Elle devait trouver du concret, et lorsqu'elle fut congédier pour qu'il puisse prendre sa pause déjeuner, la jeune femme soupira simplement et alla se ressourcer à la cantine. Elle pourrait y retrouver Crystal, avec qui elle pourrait bientôt échanger diverses informations nécessaires à la bonne suite de leurs opérations.

Arrivant sur les lieux du repas, elle repéra rapidement deux éléments : commandants et colonel étaient absents – peut-être à cause des rapports qu'ils devaient faire – et il y avait bien la chasseuse de prime qui l'épaulait. S'élançant vers cette dernière, Margareth fit mine, sous son air timide, de vouloir lui dire quelque chose « d'important ». Elle précisa aux collègues présents que c'était un truc de filles. Le rougissement sur ses joues semblait plus vrai que nature, et elle fit une mine désolée en empruntant la jeune femme. Il allait falloir qu'elles s'éclipsent d'un côté de la salle.

Finalement, lorsqu'elles furent isolées et qu'elles furent sûres que personne ne les espionnait, Lidy laissa tomber le masque. Elle savait que les indices qu'elle avait découvert ne déboucheraient pas sur quelque chose de concret, pas tant qu'elles n'auraient pas enregistrer des signes de malfaçon...

- J'ai pu discuter avec le Commandant ce matin, et j'ai appris quelques éléments intéressants, fit la jeune femme en fermant les yeux, et en se concentrant sur ses souvenirs précis. Le Lieutenant Kiri, que j'ai pu espionné en échange suspect hier, est sous les ordres de la Commandante. Le Commandant ne lui fait pas confiance, et trouve cela suspect qu'elle soit arrivée sur cette base... Peut-être devrions-nous trouver un moyen de vérifier ses antécédents.

Elle s'arrêta un instant. Les indices qu'elle avait eu n'étaient que des potentielles balivernes de la part d'un homme peu fiable, mais c'était une version différente. Il n'avait rien tenté sur elle alors qu'ils avaient été seuls pendant toute une matinée. C'était peut-être un homme à femme, mais elle avait du mal à le voir directement en pervers... Il était ambitieux et avait démontrer dans ses paroles un certain sérieux. Elle soupira, et finalement reprit le fil de ses pensées.

- Le Commandant reste suspect, mais la Commandante a sûrement ses petits secrets. Quant au Colonel... Et bien, je ne saurais dire... Il est sérieux dans son travail, mais apparemment la Commandante en est proche. Qu'as-tu appris de ton côté ? Et à ton avis, quelle marche devrions-nous suivre à présent ?

Elle avait bien sa petite idée, mais entendre l'avis de la chasseuse de prime pourrait l'aider à prendre sa décision. Si elle ne disait rien, elle lui donnerait des indications quant à la marche à suivre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Dim 24 Juin - 23:35





La chasseuse de prime suivit son amie et écouta ce qu’elle avait à dire en se pinçant les lèvres, surtout s’agissant du passage concernant la commandante qu’elle appréciait tant. Finalement, la commandante Akitchi, sa chère et dévouée protectrice devant la folie des hommes n’était peut-être pas aussi blanche que la colombe, bien au contraire. Si elle accueillit la nouvelle avec tristesse, la manieuse d’éventail ne put remettre en cause les avis et les pistes de celle qu’elle accompagnait dans cette galère. Après tout, Lidy lui montrait la voie qu’elle pensait emprunter pour l’avenir, celle du gouvernement mondial, et peut-être qu’en cas de réussite, elle pourrait intégrer la marine à un grade intéressant, lieutenante ou commandante peut-être.

Quoiqu’il en soit, le temps vint pour la chasseuse de prime de livrer ses informations à sa collègue, peut-être encore plus maigres que celle obtenue par cette dernière durant la journée.

- J’ai passé la matinée avec le colonel et j’ai entendu des bruits étranges dans les escaliers. Finalement, les pas sont montés mais ne sont pas redescendus, donc quelqu’un est resté à l’étage des quartiers du colonel sans redescendre, ce n’est pas lui, il était avec moi. Et pour la marche à suivre, je ne sais pas… Je dirais bien que le colonel est hors de cause mais je peux m’être trompée pour la commandante donc je ne suis sûre de rien. Pour l’instant, on dirait bien que les commandants sont les plus grands suspects. Je pense qu’on va devoir creuser les deux pistes. Tu es encore avec le commandant cet après-midi je crois, moi avec le colonel. Faisons de notre mieux pour avoir plus d’informations, ou au moins des idées et cette nuit, nous sortirons toutes les deux.

La situation semblait donc assez claire pour ce midi, mais en retournant à sa place, à sa table, l’agente pourrait trouver un petit papier plié sous le coin de son plateau : « Mission urgente, information capitale en transit, trois jours avant intervention. Ashford ».

Peu de doutes possibles pour l’agente, l’agent d’élite avait trouvé le moyen de lui faire passer un message et le temps manquait. Une information capitale allait être mise en transit sur les Blues et ils ne pouvaient être permis que celle-ci soit interceptée par des criminels. Lidy comprendrait facilement que si elle ne parvenait pas à bloquer le transit d’information, alors sa mission serait un échec et le Cipher Pol qu’elle représentait serait destitué de l’affaire pour laisser cela à des gens moins…. diplomates. Le temps n’était donc plus à l’enquête minutieuse mais bel et bien aux actions dangereuses ou, à tout le moins, audacieuses. Une chance pour le duo féminin, un être un peu spécial venait de faire son entrée dans le réfectoire : Kid. Le nain difforme pourrait alors s’approcher de sa maîtresse, d’une façon ou d’autre autre pour lui transmettre la plus grande info dont il disposait : le tiroir caché dans le bureau du commandant. A elle de voir si elle laisserait le nain approcher et comment elle jouerait avec cette information.

Elle aurait alors tout le loisir de remonter à la salle des défenses où l’attendrait déjà Ikeasü, apparemment énervé et frustré.
Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Commandant Ikaesü : lvl ???
Commandante Akitchi : lvl ???
Colonel Araba : lvl ???
Lieutenant Kiri : lvl ???
Silhouette inconnu : lvl ???
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Lun 25 Juin - 1:03


Dans la cour des presque grands [11]


Le Colonel, malgré les dires de la demoiselle, avait tout l'air d'être suspect du point de vue de Lidy. Elle n'aimait pas cet atmosphère qui régnait dans la base, celui du secret qui ne demandait qu'à être décelé. Il fallait qu'elle puisse avoir accès à toutes les informations, le plus rapidement possible. Avec un air contraint, elle décida cependant d'acquiescer et de laisser la chasseuse de prime retourner à son opération. Alors, brusquement, débarqua le petit être qui venait de finir de récurer les toilettes des hommes – du moins une grande partie. Il était efficace dans son travail, et quand il apparut aux yeux de la jeune femme, celle-ci sut qu'il avait une information à lui transmettre. Il n'était pas là pour enquêter, mais peut-être avait-il obtenu quelque chose après tout... Cependant, les choses risquaient de se brusquer avec le message qu'on venait de transmettre à la jeune femme dont le temps était à présent compté dans cette base.

Se rendant à ses côtés, elle lui parla quelques instants comme si elle le disputait. De loin, la conversation ne semblait en tout cas pas amical, et quand il partit, la mou qu'il semblait faire laissait penser à la fin d'une remontrance. Enfin, au moins avait-il les données dont il avait besoin... Et elle aussi. Bientôt, elle pourrait ou non discréditer le Commandant. S'éloignant, elle finit par repartir vers son poste où un homme ronchon et peu avenant l'attendait. Son expression était celle de quelqu'un d'assez énervé, sûrement par quelque chose qui venait de se produire... Elle pourrait peut-être en tirer quelque chose.

- Oh, vous avez l'air énervé... Que s'est-il passé ?

Il n'en fallut pas plus pour qu'il se lâche. La Commandante avait encore eu un traitement de faveur : arrivée en retard à la réunion, elle ne s'était pas faite disputée. Il trouvait ça injuste. Et fort était à parier qu'il trouverait ça injuste longtemps : les femmes pouvaient parfois obtenir des choses que les hommes mettaient plus de temps à atteindre. Le laissant cependant pester un bref instant, elle finit par se mettre à ses côtés, lui toucher l'épaule et le réconforter d'un regard conciliant et de quelques paroles bienveillantes, qui ne firent que stimuler ses hormones. Bien sûr, elle laissa les choses en plan quand elle se remit au travail, lui indiquant par ailleurs qu'il y avait peut-être un moyen de vérifier ce traitement de faveur... Mais apparemment, la seule façon était d'accéder à leurs dossiers personnels, dans le bureau du Colonel. Intérieurement, elle se doutait qu'à un moment il faudrait qu'elle se dirige là-bas, mais bon... Et avec le temps qui lui était compté, peut-être qu'elle n'aurait pas le choix. Trois jours avant le passage d'une information capitale...

Quelques minutes après leur reprise, un événement se produisit qui n'atteignit ni la jeune femme, ni le Commandant : les clefs de ce dernier commencèrent à léviter et prirent la direction de la porte. Kid avait usé de son pouvoir de lévitation pour s'en saisir et ainsi pouvoir accomplir son objectif : fouiller le tiroir scellé. Il se dirigea dans le bureau du Commandant, et ouvrit celui-ci, y trouvant différentes informations fort intéressante, mais dont il ne mesurait pas réellement l'importance. Il se contenta de mémoriser un maximum de choses, mais surtout le petit escarméra que sa maîtresse lui avait glissé. Elle s'était fournie un matériel d'espionnage après tout, et au fur et à mesure de ses aventures il ne l'avait toujours pas quitté. Quand il s'extirpa de là, il se dirigea à nouveau vers la salle des canons et remit les clefs à leurs places... Du moins c'est ce qu'il aurait aimé faire. Celles-ci tombèrent à côté. « Oups », pensa-t-il en se cachant. Mais le Commandant ne sembla pas de question tandis que Lidy surenchérissait par un « Mais quel boucan ! ».

Lorsque l'heure eut enfin tourner, elle retrouva Kid. Pendant sa journée de travail, la jeune femme avait pu voir que les canons dirigés vers les navires de ravitaillement étaient vides, et donc non-opérationnels... Chose étrange, bien sûr. Le nain difforme semblait fier de son coup, et il y avait de quoi l'être. Elle l'observa un instant et soupira, il était de toute évidence assez fort dans son domaine.

- Merci, lui fit-elle en reprenant l'objet. Qu'est-ce que tu as vu ?

Il livra les informations dont elle bénéficiait à présent : un dossier sur le lieutenant Kiri, un calendrier de livraisons, un carnet de soupçons portés sur la commandante... Et une clef qu'il n'avait pas eu la présence d'esprit de voler. Enfin, quoique... Heureusement en fait. Cela allait lui servir. Elle devait se rapprocher du Commandant. C'était peut-être sa carte à jouer, celle qui lui permettrait d'accéder au bureau du Colonel...

Lorsqu'elle retrouva la chasseuse de prime, elle prit un instant en seule à seule pour lui transmettre les informations : la commandante était suspecte, Kiri était cuit dans tous les cas, les coïncidences étaient trop grandes. Il fallait à présent qu'ils accèdent aux informations sur la Commandante pour savoir ce qu'ils allaient pouvoir découvrir, et pour cela... Il leur fallait un accès au bureau du Colonel. Comment ?

- Je pense que nous devrions nous mettre le Commandant Ikeäsu dans la poche. Une petite visite nocturne s'impose. Si les informations transites, nous avons trois jours pour arrêter tout ça avant qu'une information capitale ne soit volée... Et peut-être pouvons-nous terminer cette nuit. Qu'en penses-tu ?

Elle ne voulait pas précipiter les choses, mais elle y était obligée à présent. Si elle obtenait l'accord de la chasseuse de prime, elle irait voir le Commandant dans ses quartiers. Peut-être n'aurait-elle pas besoin de jouer de ses charmes et qu'une simple discussion permettrait de lui faire dire ce qu'elle voulait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Lun 25 Juin - 14:49








Ikeasu était passé de la rage au trouble, de la jalousie contre la commandante à l’envie vis-à-vis de sa recrue tant et si bien qu’il n’avait plus les idées claires. Il s’était d’abord livré sur la cause de sa colère avant de recevoir cette main salvatrice et amicale qu’il avait interprétée d’une façon un peu différente. Dans le trouble de la colère, il avait lâché une information mineure et relativement logique : les dossiers des gradés étaient en possession du colonel. En réalité, et si elle n’avait été que ce qu’il pensait qu’elle était, à savoir une jeune recrue nommée Margaret, l’information ainsi délivrée ne revêtait absolument aucune espèce d’importance : un haut gradé conservait les dossiers des hommes qui étaient directement placés sous son autorité. Très bien, quoi de plus normal ? Mais pour une enquêtrice en pleines investigations, cette information de localisation prenait un sens nouveau et lui ouvrait de nouvelles perspectives. Il restait à savoir si cette dernière allait s’en saisir.

Quoiqu’il en soit, et toujours troublé par l’attitude de la belle à ses côtés, le commandant ne fit pas attention à ce qui pouvait bien se passer dans son environnement, de fait, il ne sentit pas non plus ses clés se décrocher de sa ceinture et ne s’en rendit pas compte avant que celles-ci ne tombent sur le sol ; bien des dizaines de minutes plus tard. Il se pencha donc pour les ramasser en vérifiant l’état de son petit mousqueton et les y raccrocha sans même penser que quelqu’un avait pu les lui subtiliser.  Après tout, la seule personne avec lui ici n’était que sa subordonnée sexy qui n’avait pas bougé de la pièce, alors comment aurait-il pu imaginer que celle-ci avait été volée par le nain difforme qu’il avait envoyé au lavage des sanitaires. D’ailleurs, lorsque Lidy mima la comédie par son intervention sur le bruit émis par les clés, le brun se contenta d’un sourire niais pour toute réponse. Finalement, l’heure de la fin de travail était arrivée et Ikeasu notait une donnée qu’il considérait comme importante dans un coin de sa tête, avec la ferme conviction de la couchée sur les lignes de son carnet secret une fois de retour dans son bureau : deux canons étaient HS. Il s’agissait là d’une coïncidence étrange, surtout lorsque l’on savait que les armes en question se trouvaient sur la même zone et avaient pour vocation de sécuriser la même voie marine. Parfaitement aux faits des voies d’approvisionnement, le commandant savait pertinemment quelle voie maritime les pièces hors service visaient…

Il abandonna donc la pièce et disparu dans les escaliers, probablement pour rejoindre son bure au.

De son côté, Lidy aurait tout le loisir de lire dans l’esprit de son larbin et de recueillir les informations que celui-ci avait obtenu. Concrètement, il s’agissait là d’un coup de maître qui permettait à sa supérieure d’avancer considérablement dans l’affaire qui lui était soumise. Elle apprendrait alors que dans le tiroir du commandant se trouvait le planning de livraison qu’elle connaissait d’ores et déjà mais remontant à des dates plus anciennes et dont la majorité avait été mise en lien par Ikeasü avec une fuite informative. Il ne faisait donc pas le moindre doute que le pervers était au courant de l’affaire pour laquelle Lidy se trouvait ici, qu’il en soit partie ou simple spectateurs.

Aux côtés de ce premier document, le nain avait pu trouver un dossier assez complet sur le lieutenant Kiri : Photos compromettantes, enregistrements secrets de ses conversations traitres avec le marchand du port, dossier d’intégration plus que douteux et plus remarquable encore, un document papier tamponné d’un sceau inconnu le remerciant pour son implication dans « la bonne marche de l’économie ». Malheureusement la lettre en question ne comportait aucun nom, seulement ce sceau inconnu.

Enfin, aux côtés de la clé non-dérobée par Kid, se trouvait un petit carnet en cuir rouge dans lequel son propriétaire avait griffonné plusieurs événements ou plusieurs pensées qu’ils entretenaient à l’encontre de sa collègue féministe. Car si elle était le défenseur des femmes, le commandant s’occupait lui aussi des hommes avec soin. Lorsqu’ils étaient éconduits brutalement par la commandante, il les soignait lui-même et grâce à cela, et à l’idiotie de ses subordonnés, il avait pu apprendre qu’elle avait passé à tabac des gardes trop audacieux en pleine nuit, et ce à différents endroits de la base au fur et à mesure des semaines. Chose étrange car jamais elle n’aurait dû se trouver dans les lieux dénommés. On trouvait également là la descriptif d’un rapport d’un lieutenant attaché à Ikeasu qui relevait la présence de la lieutenante au sein de l’unité restreinte de gestion des informations alors qu’elle était affectée ce jour-là à l’entrainement des recrues. Puis venait la partie théorie personnelle avec tout et rien. Des liaisons possibles entre Akitchi et Araba, entre Akitchi et Kiri ou encore entre Akitchi et un inconnu qui lui permettait de tirer les ficelles. Quoiqu’il en soit, une théorie pourrait retenir l’attention de la Cipher Pol : celle qui prétendait que Akitchi avait fomenté un réseau de fuite d’information en bloc.

Il pouvait s’agir là de fausses preuves montées de toute pièce par Ikeasü pour envoyer l’éventuel enquêteur sur une fausse piste, mais cela pouvait également être quelque chose de plus sérieux, e plus réel. Malgré tout, il n’y avait là que des théories et trop peu de preuves pour en tirer autre chose qu’une conviction personnelle.





Plus la journée avançait, plus le petit cœur de la chasseuse de prime était mis à rudes épreuves. En se levant ce matin, sa chère commandante était hors de cause, trop gentille et trop honnête pour être la cible du moindre soupçon. Maintenant, elle était l’une des deux suspects principaux, en compagnie de l’autre commandant. Pour le colonel, il ne semblait pas hors de cause mais aucun élément ne semblait l’incriminer, outre le fait qu’il était le gérant de la base et donc, celui qui avait le plus grand droit de regard. Ses convictions avaient été balayées et elle s’en voulait de ne pas pouvoir être plus utile que cela.

-   Oui, tu as raison, il faut faire du pervers un allié si l’on croit qu’il n’est pas impliqué. Pour ça, il faut en avoir le cœur net et se rapprocher de lui semble… obligatoire.    

Apparemment, le duo semblait d’accord sur un point  il fallait éliminer le pervers de la liste des suspects ou, au contraire, le confondre comme coupable. Malgré tout, Crystal évoqua un autre possibilité, peut-être prématurée mais qui méritait d’être mise sur la table.

-  Sinon, on a le numéro que ton supérieur t’a donné.  On pourrait contacter le soutien pour qu’il s’occupe de Kiri. Il pourrait peut-être nous donner des infos sur son patron vu que l’on sait qu’il est mouillé là-dedans.    

La balle était lancée, à voir si Lidy allait botter en touche ou centrer pour ce collègue inconnu.

Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Commandant Ikaesü : lvl ???
Commandante Akitchi : lvl ???
Colonel Araba : lvl ???
Lieutenant Kiri : lvl ???
Silhouette inconnu : lvl ???
Revenir en haut Aller en bas
Lidy Olsen
Agent d'élite CP6
avatar
Messages : 243

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
139/200  (139/200)
Berrys: 60.585.500 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Lun 25 Juin - 17:36


Dans la cour des presque grands [12]


Lorsqu'elle sortit de la salle de repos, la jeune femme avait déjà quelques idées en tête, mais la réponse de la Chasseuse de Prime l'avait poussée à diriger son attention vers le numéro qu'elle avait reçu de l'agent d'élite. Elle acquiesça intérieurement, avant de se laisser porter par son intuition : elle-même ne pouvait pas aller sur tous les fronts, alors elle devait faire jouer son réseau, ses alliés... et elle décida donc d'appeler. Il fallait qu'il s'occupe donc du Lieutenant Kiri... Pour éviter de ne vendre la mèche trop vite si quelqu'un écoutait – bien que la ligne était sûrement confidentielle – elle décida d'employer des termes étranges :

- Le Lieutenant Kiri est méchant avec moi.

En soit, pas grande ambiguïté. Elle dénonçait un collègue, mais elle était sûre que celui-ci était au moins coupable. Et s'il était interrogé... Et bien, elle pourrait peut-être obtenir la Commandante, et dans le pire des cas le Colonel. Au moins, si c'était le Colonel, cela ébranlerait les sphères du pouvoir comme elle le désirait... Et alors même qu'elle eut fini sa phrase, le Den Den raccrocha. Alors, invitant la Chasseuse de Prime à la suivre, Lidy prit la direction de la cabine du Commandant.

Les quelques minutes qui suivirent leur permirent de s'élancer aisément dans les quartiers. Certes, les défenses étaient bonnes, mais les tours de gardes mémorisés, elle n'avait rien à craindre quant à d'éventuels gêneurs. Ainsi, elle se dirigea tranquillement à son point d'arrivée, et demanda tout de même à la chasseuse de prime de garder la porte... Sait-on jamais. Ainsi, elle entra après avoir toqué, mais sans attendre. Elle put lire le désir chez cet homme, mais son regard calme et sérieux annonçait tout autre.

- Il y a plusieurs semaines, commença-t-elle. Mon frère a été tué par un trafiquant d'arme, Kasuji Imejo. J'ai appris qu'une information avait fuité et j'ai recoupé les informations, pour en arriver à cette base. J'ai décidé de m'engager. Je sais qu'il y a des informations qui fuitent, et je sais que vous avez des réponses à mes questions.

Lorsqu'elle eut fini ses paroles, le Commandant lui présenta ses condoléances qu'elle accepta simplement. Il ne fallait évidemment pas qu'elle dévoile de but en blanc qu'elle était un Agent du Cipher Pol. Enfin, il accepta de répondre à quelques questions après lui avoir demandé s'il pouvait lui faire confiance. C'était une question stupide : il n'aurait du faire confiance à personne, et sans moyen de vérifier les bonnes intentions d'autrui... Bah, elle finit par se dire intérieurement qu'il valait mieux qu'il soit ainsi.

Une série de questions suivit alors. « Qui ? », « Comment ? », « Quand ? »... Et à toutes ces questions, elle eut une réponse. L'implication de Kiri, la potentielle manigance de la Commandante qui semblait pourtant droite dans ses bottes... L'accès aux informations aussi, tout y était. Elle pouvait faire un compte-rendu, ou du moins presque. Il lui fallait qu'elle s'assure que le Colonel était impliqué ou ne l'était pas. Bien sûr, coincer un haut-gradé n'était pas chose aisée... Et découvrir à qui profite le crime non plus.

Se taisant durant les réponses du Commandant, elle finit par comprendre qu'il avait saisi son subterfuge avec Kid, et lui dévoila qu'il s'agissait d'un ami, qui lui prêtait main forte. En substance, il dévoila assez d'informations pour que devant un tribunal à Ennies Lobby on ne prenne pas le risque de relâcher cette femme et son lieutenant.

- Pour trouver des informations sur la Commandante, il va falloir fouiller le bureau du Colonel, fit la jeune Agente.

Et elle comptait bien le faire cette nuit, si le Commandant était d'accord. D'ailleurs, s'il répondait par la positive, elle lui dirait qu'elle avait une autre alliée : la chasseuse de prime, du moins lui garderait son prénom en disant qu'il s'agissait d'une amie.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1544

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   Lun 25 Juin - 17:40




Dans les bas-fonds de la base, au niveau le plus bas, au port, un den den mushi au son étouffé se fit entendre l’espace d’une demi-seconde avant que celui-ci ne soit décroché par une personne paraissant invisible pour les quelques gardes qui patrouillaient par-là. La silhouette et sa titulaire était tout à fait visible, physiquement, mais les bleusailles ne savaient tout simplement pas où regarder, ni même où chercher. Au bout du fil, l’interlocutrice de l’ombre lui notifia seulement un petit désagrément avec le lieutenant Kiri. Alors, sans répondre pour ne pas trahir sa présence, l’ombre raccrocha et déposa l’appareil de communication au fond de sa poche sans en demander davantage. Elle connaissait la base comme sa poche pour l’avoir arpentée en tout sens depuis plusieurs jours alors rien de plus simple pour cette personne que de passer inaperçu. Le lieutenant Kiri donc, parfait. Elle s’introduisit dans les quartiers des hommes, se faufila jusqu’à la cabine du principal concerné. Ce dernier était allongé sur sa couchette pendant que son colocataire de cabine changeait le t-shirt qu’il avait tâché au repas du soir. Ah la sauce tomate, ça ne fait vraiment aucun cadeau. A l’instant où sa tête avait disparu dans son habit, il avait son camarade en vue, lorsqu’elle émergea de l’autre côté, celui-ci avait disparu. Pourtant, le lieutenante Hortez ne s’inquiéta pas, ça lui arrivait souvent de se barrer comme ça à Kiri… Un grand calme son coloc.

Cette fois, le jeune homme n’avait pas bougé de son plein gré.





La chasseuse de prime écouta le plan de sa partenaire de mission et décida donc de la suivre sans oppose la moindre Remarque ou la moindre réserve. Il semblait de plus en plus évident que Lidy était dotée d’un sens de l’analyse qui dépassait l’entendement et que, de fait, elle était la mieux placée pour gérer leurs déplacements à toutes les deux. Une fois devant la porte du pervers, elle ne moufta pas devant l’ordre et se tint debout près de la porte, attendant qu’on lui transmette un ordre nouveau et laissant donc l’agente entrer seule.





Le commandant se trouvait tranquillement assis derrière son bureau et réfléchissait déjà à la suite des événements, tout semblait bien trop convenu pour que ce ne soit qu’une coïncidence. Cette garce d’Akitchi faisait tout pour l’énerver et maintenant ça ? Plus encore que sa contrariété du midi, le brun avait en effet découvert que quelqu’un avait forcé son bureau et avait ouvert, par un moyen quelconque son tiroir caché. Etonnant, il n’était pas forcé et rien n’avait été volé. Comment le savait-il ? Précautionneux avant tout, Ikeasü avait coincé un léger bout de papier dans un coin du tiroir qui viendrait à tomber dans le compartiment du dessous en cas d’ouverture. Il prenait soin de replacer le dit papier à chaque utilisation et cette fois, il était tombé. Quelqu’un avait donc ouvert sa cachette secrète. Quoiqu’il en soit, il ne put deviser sur le sujet bien longtemps que déjà quelqu’un frappait à sa porte et entrait sans attendre la permission. Il n’aimait pas ça mais pour une fois, il ferait une exception. Enfin la belle Margaret se présentait à lui. Son charme avait encore fait mouche et ce fut donc avec le sourire qu’il accueillit la recrue en question.

-  Bienvenue ma chère, je ne pensais pas te voir ce soir, pas si tôt.    

Souriant de plus belle, il se voyait déjà au plumard avec elle, manque de pot, la petite jeune femme ne souriait pas du tout, mais alors pas du tout. Quand elle expliqua enfin la raison de sa présence, le sourire du pervers s’effaça totalement pour laisser place à une visage placide et contenant un étonnement certain. Il ne put alors articuler qu’un simple :

-  Je vois…  

Ainsi donc la jeune femme était une victime de la fuite d’information qu’il avait pu découvrir au sein même de la base n°83. Au début, il n’était pas certain que cela venait de chez eux, mais avec le temps, tout cela n’avait plus fait aucun doute, les indices accablant Kiri se faisant notamment de plus en plus gros.

Demeurant silencieux fasse à la révélation, il attendit de voir ce que pouvait bien lui vouloir la sœur de l’assassiné, bien qu’il s’en doutait un peu. Plus encore, la gamine disposait d’une information que lui ne possédait pas, d’un lien qu’il n’avait pas fait : l’identité de l’homme sous la machination. Ainsi donc, si Akitchi était responsable, elle travaillait pour le compte d’une saloperie de trafiquant d’arme… Kasuji Imejo. Ce fut donc dans un état d’esprit embrumé mais calme que le gradé recueillit la première flopée de questions posées par l’agente sous couverture. Il les écouta attentivement et assembla les idées dans sa tête, malgré tout, avant même d’y répondre, il intervint et s’assura d’une chose qu’il soupçonnait déjà plus que largement : l’honnêteté de sa détractrice. Après tout, si elle était avec l’Imejo, il serait déjà probablement mort.

- Je suis désolé d’apprendre la mort de ton frère Margaret, enfin, s’il s’agit là de ton vrai nom. Tu aurais été sotte de venir ici avec ton vrai pseudonyme mais passons. Il est vrai que la base est soumis à de la fuite d’information depuis quelques semaines, je suis le seul à chercher à endiguer cela, enfin je crois. Tu es la première personne à qui je parle de cela. Avant tout, je dois simplement te demander deux choses : puis-je croire en toi ? Comprends-tu que si je réponds à tes questions, tu entres de plein pied dans cette affaire ?  

Après avoir obtenu la double affirmative de « Margaret », Ikeasü passa à table et répondit aux questions avec honnêteté : Lidy le sentirait, il ne mentait pas. Il était tendu d’avoir été « découvert » mais heureux d’avoir enfin quelqu’un à qui parler pour mettre en forme ses théories.

-  Kiri est mouillé dans cette histoire jusqu’au cou, il est le principal messager, le bon petit soldat. Mais ça, je pense que tu le savais déjà étant donné que tu as ouvert mon tiroir secret. Je me demande comment tu as fait ça mais il semble évident que cela vient de toi, ou d’un complice. Quoiqu’il en soit, disons que cela nous aide à faire front commun. S’agissant de cette garce d’Akitchi, je pense qu’elle est le cerveau opérationnel de l’histoire, celle qui dirige Kiri et qui travaille sous les ordres directs d’Imejo. Pour le colonel, je n’en sais rien. J’aurais tendance à le trouver proche de l’autre conne, peut-être trop mais je n’ai aucun élément contre lui outre le fait qu’il la surprotège beaucoup trop. Pour les informations, c’est évident et je suis étonné que tu me poses la question. Kiri est opérateur aux communications et travaille tous les jours dans les salles à accès restreint, il a donc tout le loisir de détourner ce qu’il veut. Pour les infos classifiées, Akitchi doit s’en charger elle-même, ce qui expliquerait certaines choses comme ses escapades nocturnes. Enfin, suis-je impliqué ? Ai-je réellement besoin de répondre ? Je vais répondre « non » mais cela ne t’avancera pas plus, tu ne pourras pas savoir si je dis vrai ou non.  

Lorsqu’il se tut, la Olsen reprit le flambeau et estima qu’il était temps d’entrer dans le bureau du colonel pour avoir accès aux informations que celui-ci pouvait renfermer. Pourtant, à ce moment-là, le commandant pervers fut davantage surpris ?

-  Que crois-tu y trouver ? Le dossier d’Akitchi ? Tu crois que ça va changer quelque chose de l’avoir ? S’il est de mèche, Araba aura falsifié les données, s’il ne l’est pas, le dossier sera clean… Alors à quoi bon ? Il faut confondre Kiri avant tout, j’ai toujours hésité à le faire mais on a plus le choix. S’il crache le morceau, on sera sûr de qui dirige toute cette merde, sinon on n’aura rien perdu.  

Manque de chance, il était trop tard, Kiri avait disparu depuis quelques minutes et si Ikeasü le faisait chercher, l’alerte ne tarderait pas : un lieutenant aurait disparu. Lidy ne pouvait l’ignorer et allait donc devoir avouer au commandant qu’elle avait déjà pris quelques… dispositions. Si elle faisait ainsi, le pervers n’aurait d’autres choix que celui de la suivre dans sa folle aventure : aller chez le colonel. Peut-être que la pièce maîtresse de toute cette histoire se cachait là-haut.

-  Très bien, nous allons y aller ensemble. Par contre, nous ne pourrons pas le vaincre si tu souhaites passer en force, à moins que tu sois une combattante d’exception. Personnellement, je n’ai jamais réussi à le battre en entrainement, et il n’a jamais été à fond.  

La Cipher Pol pourrait alors expliquer son plan auquel le gradé adhérerait, faute de mieux. Ensemble, il pourrait alors monter direction le dernier étage.


Reütsuna Ikagami lvl ??? (Éventails à la ceinture + ouïe surdéveloppée)
Commandant Ikaesü : lvl ???
Commandante Akitchi : lvl ???
Colonel Araba : lvl ???
Lieutenant Kiri : lvl ???
Silhouette inconnu : lvl ???
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dans la cour des presque grands (PV Lidy)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans la cour des presque grands (PV Lidy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bienvenue dans la cour des grands ~
» Un jour, tu joueras dans la cour des grands
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» Les grands poetes russes !
» Un nouveau camouflet historique dans les grands lacs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue-