-24%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
136 € 179 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Présent]Une défense de choix.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kokuro Elina
Jorōgumo
Kokuro Elina
Messages : 514
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue38/75[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue302/350[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (302/350)
Berrys: 24.322.996.000 B

[Présent]Une défense de choix. Empty
MessageSujet: [Présent]Une défense de choix.   [Présent]Une défense de choix. Icon_minitimeLun 15 Oct - 22:36

Une défense de choix.
[Présent]Une défense de choix. 682897325885barre20separation













- Ce ne sera pas nécessaire, déclara d'une voix calme Tetsujin. Au vue de sa nouvelle situation, sa bienfaitrice voudra sans aucun doute le rencontrer en bonne et due forme.


Après un court silence, l'escargophone sembla opiner du chef avant de répondre sobrement :


- Bien compris, patron. Je garde un oeil sur lui en attendant.


Le vieil homme sourit sous sa moustache avant de raccrocher le combiné. Il composa rapidement un autre numéro avant de laisser sonner le gastéropode quelques instants. Une voix féminine s'éleva depuis le Den Den Mushi :


- Cet appel a intérêt à être important.
- Toujours de mauvaise humeur, à ce que je vois ? la taquina Tetsujin.


Depuis qu'elle était rentrée avec Seika en piteux état, Elina s'était montrée particulièrement abrupte et incisive. Néanmoins le vieux renard en avait vu d'autres et, toujours en souriant, entreprit de lui apprendre la bonne nouvelle :


- Je suppose que vous êtes toujours à l'hopital avec la petite ? Comment va...
- Arrêtez de lambiner ainsi. Pourquoi m'appelez-vous ?
- Je vois... rumina le hors la loi en perdant peu à peu son air guilleret. Notre ami commun vient de se réveiller, je me suis laissé dire que vous souhaiteriez le rencontrer.
- Son numéro de chambre ?
- La deux cent trente cinq, dans l'aile appropriée.


Il faisait bien entendu référence à tout le service réservé aux hors la loi et autres criminels qui seraient soignés à Yakoutie sous couverture. Le personnel de cette aile entière était d'ailleurs affilié au marché noir, sous la coupe d'Elina, ce qui permettait un anonymat total. Le vieux renard entendit enfin la protectrice de l'ile lui répondre d'un air un peu plus aimable :


- Je passerai le voir. Merci.


Puis elle raccrocha sans autre forme de procès. Le vieil homme soupira avant de lui même reposer le combiné. Cette femme au caractère trempé pouvait se montrer particulièrement glaciale lorsque la situation lui échappait, comme cela avait été le cas sur le col... Ou bien un peu plus tôt à Rinekin. En tout cas, c'était ainsi qu'il l'imaginait. Comment diable Seika aurait elle pu finir avec une commotion cérébrale si tel n'avait pas été le cas ? Sans doute la Zoan se reprochait-elle un manque de réactivité ou de vigilance mais, dans les faits, ils étaient tous rentrés sains et sauf, la tentative d'assassinat contrée, les villageois ravis et... deux nouveaux membres intéressants de plus à compter dans leurs effectifs.

En y repensant, le vieux renard devait admettre que la femme-araignée respectait à la lettre sa part du contrat. Depuis combien d'années... de dizaines d'années, n'avait-il pas été le témoin d'avancées majeures sur le marché noir de Yakoutie ? Alors que lui-même était un criminel montant à l'époque, il s'était toujours contenté de pratiquer le même jeu de dupes que ses adversaires : tirer la couverture à soi. Elina lui proposait une alternative qui le faisait frémir d'impatience : s'arroger l’entièreté du monde de l'ombre et placer sous sa coupe tous les criminels, ou éradiquer les récalcitrants. Oui, cette jeune femme tenait sa curiosité en éveil depuis plusieurs mois déjà et, non contente de se renouveler, Elina semblait accélérer la mise en place de ses plans qu'elle lui communiquait au compte goutte. Cette méthode lui convenait pour l'instant, mais sans doute faudrait il revoir sous peu le paradigme de leur relation. Après tout, elle avait beau lui avoir racheté son marché noir, il gardait tout de même une influence non négligeable auprès de bon nombre de membres de la pègre de North Blue. Elle avait donc besoin de lui autant qu'il appréciait le divertissement qu'elle incarnait. Seul l'avenir lui dirait s'il avait eu raison de parier sur cette jeune femme : reverrait-il de son vivant un marché noir unifié sous le joug d'une seule personne ? L'image demeurait enivrante !

Laissant là ces divagations, Tetsujin retourna à ses occupations plus bassement pragmatiques. Il avait un marché noir à faire tourner !




© Codage By FreeSpirit

_________________
[Présent]Une défense de choix. 585215lolelisesplashhd
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
Kokuro Elina
Messages : 514
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue38/75[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue302/350[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (302/350)
Berrys: 24.322.996.000 B

[Présent]Une défense de choix. Empty
MessageSujet: Re: [Présent]Une défense de choix.   [Présent]Une défense de choix. Icon_minitimeLun 15 Oct - 22:51

Une défense de choix.
[Présent]Une défense de choix. 682897325885barre20separation













Un déclic sonore s'éleva, lorsque le DenDen Mushi retourna à sa molle apathie, puis un silence lourd retomba sur la chambre d’hôpital. Elina s'adossa à son siège, au chevet de sa protégée, et croisa les bras sans un mot. La mine sombre, son regard noir ne se détachait pas du visage d'ange orné à présent d'un hématome sur la tempe. En repensant au fameux moment où tout avait basculé, elle serra les dents de nouveau et ferma les yeux un bref instant, avant de soupirer sans un bruit. Lorsqu'elle ouvrit de nouveau les paupières, rien n'avait changé. Seika était toujours allongée dans des draps immaculés au sein desquels sa chevelure blanche comme la neige semblait se fondre.

Les médecins avaient été prompts à réagir et, après une batterie de tests, ils lui avaient assuré qu'un hématome s'était formé tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du crane de la petite, mais qu'il ne menaçait plus sa vie grâce aux soins qu'ils avaient pratiqués en urgence. Maigre réassurance face au sang d'encre qu'elle continuait d'éprouver face à un constat dépitant : la petite fleur ne s'était toujours pas réveillée ! Le grand frère, d'ordinaire si bravache, s'était emmuré dans un mutisme des plus pesants depuis l'opération en urgence ; il restait à présent fiché sur sa chaise en face du lit, telle une statue d'un gardien protecteur. Malgré toute son inquiétude et la rage qu'elle avait pu éprouver depuis plusieurs heures, Elina savait qu'elle ne pouvait pas se permettre de rester éternellement au chevet de Seika à attendre de la voir se réveiller... même si l'envie l'en taraudait ! Le devoir l'appelait de toutes parts : Kanae, Dwarf Town, l'inauguration officielle des Q.G. de l'île, le mystérieux Big Bear, les affaires pressantes du marché noir et, à l'instant, le réveil de Maimai Kichigai !

L'araignée soupira de nouveau.

À contre cœur, elle se leva et se dirigea à pas feutrés vers la sortie de la chambre. En arrivant devant le colosse aux cheveux blancs, elle s'arrêta un instant avant de lancer  :


- Préviens moi s'il y a du nouveau.


Comme le géant ne bougeait pas d'un millimètre, la jeune femme leva une main gracile qu'elle posa sur son épaule rugueuse, avant de reprendre d'une voix douce :


- Elle va s'en sortir, Shiro. Je t'en donne ma parole.


Pour la première fois depuis leur retour, le mastodonte sembla reprendre vie. Il lui jeta un regard inquiet, avant de finalement hocher la tête sombrement. Lui même n'avait apparemment pas été épargné par les combats mais avait refusé de se faire soigner ailleurs, ni même de s'éloigner de sa sœur. Rien d'étonnant à cela si on connaissait leur passé commun et les épreuves abominables qu'ils avaient dû traverser tous deux. Elina s'était donc arrangée pour que cet ours mal léché soit examiné au mieux dans la chambre même où il se tenait depuis lors. Mis à part quelques cotes cassées et de multiples contusions, cette force de la nature s'en était sortie sans trop de mal comparé à sa sœur. Bien piètre consolation.

Sans un mot de plus, Elina sortit dans le couloir et referma la porte doucement derrière elle. Même les bonnes nouvelles récentes n'avaient pas réussi à lui redonner le sourire. Que ce soient les deux nouveaux membres de son organisation, l'échec d'une nouvelle tentative d'assassinat des trois crocs, l'attaque repoussée de ce mystérieux groupuscule qui avait tenté de joindre son marché noir, ou l'éveil de l'expert en DenDen Mushi qu'elle avait eu tant de mal à secourir... la Zoan ruminait son échec. Elle se dirigea malgré tout d'un pas décidé en direction de l'aile réservée officieusement aux criminels soignés sous cape, prête à assurer sa position de maîtresse de l'organisation envers et contre tout.

Le recrutement de cet homme demeurait capital pour ses projets.

Elle chemina dans un silence de mort, laissant les équipes médicales et paramédicales courir en tous sens pour apporter des soins de la meilleure qualité possible aux patients les réclamant. La jeune femme traversa les couloirs dans un état second, sans réellement prêter attention au brouillard de faits et gestes des personnes l'entourant. Enfin, elle arriva devant la fameuse chambre et toqua trois fois. Une voix calme s'éleva de l'autre coté de la porte pour l'inviter à entrer et, d'une poussée maîtrisée, la protectrice de l'île fit coulisser le vantail. Lorsque ses yeux se posèrent sur le visage de cet homme éveillé, une réminiscence de l'affreuse prison du Royaume de Luvneel et de la bête qu'elle avait renfermée lui revint. Elle la chassa de son esprit avant de se racler la gorge en fixant l'infirmière qui terminait de changer les pansements du blessé. Un simple regard appuyé suffit à faire comprendre à la jeune femme de s'éclipser. Une fois seuls, la Zoan referma la porte et s'approcha du chevet du criminel avant de prendre la parole :


- Je suis heureuse de voir que vous avez pu vous réveiller, monsieur Kichigai.
- J'aurais préféré me réveiller... entier. Hum, pardon... Je... Je ne sais même pas qui vous êtes, en fait ?
- Je me nomme Kokuro Elina. Je suis celle qui vous a fait sortir de la prison où vous étiez enfermé.
- Ah. C'est donc à vous que je dois... ça ?


Ce faisant, il lui leva les mains à hauteur de ses yeux pour contempler l'absence de plusieurs doigts de sa main gauche. Il bougea ce qui restait de son pied gauche et les quelques orteils qui restaient sur son pied droit. Elina se retint de se mordre la lèvre. Elle savait qu'elle avait, cette fois aussi, manqué de réussite mais avait espéré qu'il ne lui en tiendrait pas rigueur avec sa liberté retrouvée. Faisant contre mauvaise fortune bonne figure, elle s'inclina légèrement devant cet inconnu avant de reprendre :


- Vous m'en voyez profondément désolée. Suite à un dysfonctionnement de la cellule de prison, les engelures ont eu raison de plusieurs de vos doigts et orteils... ce qui a forcé les chirurgiens locaux à procéder à des amputations en urgence, de peur de voir le mal se propager. Pendant votre coma nous avons fait tout notre possible pour...
- Oui... J'ai vu.


Son air morne et dépité ne présageait rien de bon. Puisqu'Elina n'était pas elle même dans son état habituel, son esprit d'ordinaire si vivace peinait à trouver comment atteindre ce jeune homme estropié. Inconsciemment, la femme araignée s'en voulait toujours de n'avoir pu secourir Seika efficacement et, évidemment, l'image des mutilations infligées malgré elle à l'expert en escargophone n'était qu'un douloureux rappel de son incompétence passée. Certes, elle avait réussi à le sortir des griffes de la prison... mais à quel prix ? Cela étant, la Zoan tenta tout de même de reprendre en main le cours de la discussion :


- Je comprends bien que cette vision dès votre réveil devait être horrible, Maimai, mais je dispose de moyens suffisants pour vous doter de prothèses perfectionnées qui...
- Mes mains... mes mains et mon cerveaux sont mes outils de travail. Mais si vous êtes allée me chercher jusque dans les tréfonds de cette prison, vous le savez déjà.


Le jeune homme leva un regard vide en direction de sa sauveuse, avant de reprendre d'une voix où une pointe de colère commençait à surgir :


- Sans elles, je ne vaux rien ! Je... je...
- Maimai... déclara-t-elle en s'approchant. Je peux vous aider.
- Peut être... Mais c'est surtout de mon aide dont vous avez besoin, en réalité. Sinon vous n'auriez pas tenté de me sauver. Sauf que comme ça, je ne peux... pas comme ça...
« Il ne perd pas le Nord... », réalisa-t-elle un brin trop tard.


Après un bref instant de flottement, le jeune homme fixa ses deux yeux carmins vers Elina, laissant transparaître le vide qui l'habitait alors : il avait perdu tout espoir. Voir ses membres réduits en lambeaux de la sorte avait marqué autant sa chair que son esprit. Il avait beau être un criminel, Maimai Kichigai restait un homme avant tout. Le dépit et l'amertume suintaient presque de tout son être. Il avait été sauvé de ces geôles monstrueuses, oui, mais demeurait comme prisonnier dans un corps qu'il jugeait inutile. Qu'elle avait été sotte ! Elle aurait dû demander à ce qu'on l'opère avant même qu'il ne se réveille ! Peut être que des prothèses minutieuses auraient pu apaiser la bile qui se répandait dans son estomac à l'heure actuelle ? L'assassin avait manqué de clairvoyance.


- C'est foutu, reprit-il d'une voix tremblotante. Aucune femme voudra me regarder, maintenant !


Elina resta pantoise devant cette révélation surprenante et son interlocuteur qui commençait à sangloter, en se cachant le visage dans son moignon et sa main encore valide. Il... il s'inquiétait d'histoire de coeur ?! La jeune femme cligna des yeux plusieurs fois, ne sachant trop s'il était sérieux ou non... mais la suite ne lui donna pas plus de grain à moudre :


- Le plan est foutu !
- Le plan ? releva-t-elle sans comprendre.
- Espionner et revendre les informations, devenir célèbre, se trouver une riche femme qui succombera à mon génie et acceptera de m'épouser ! Regardez moi ! J'suis fichu ! FICHU !
- Maimai... tenta de le calmer Elina comme elle put.
- Non ! Non... j'suis bon pour la casse... j'vais mourir seul et sans avoir connu l'amour ! L'amour ! Ce doux parfum de liberté et cette fébrilité, toujours, échapperont à mes caresses...
« Un romantique... Il ne manquait plus que ça. », se lamenta la jeune femme en pensée.


L'ambiance, de morose, était devenue presque dégoulinante de pathos ! Ne supportant pas de voir un élément aussi prometteur, pierre angulaire de nombreux plans, sombrer aussi bas, la Zoan décida de changer de tactique. Elle s'excusa un instant, puis sortit de la chambre juste le temps d'attraper la première aide soignante venue et de lui ordonner de ramener une chaise roulante. Malgré les oppositions nombreuses, Elina finit par couper court aux discussions et commander purement et simplement qu'on lui amène ce qu'elle souhaitait avant que ces fieffés idiots ne payent le prix de sa mauvaise humeur qui s'accroissait peu à peu. Enfin, elle revint auprès du malade et le força, bon gré mal gré, à s'installer sur le fauteuil. Elle embarqua les poches et perfusions qu'il devait garder pour son bien et l'emmena, malgré ses jérémiades, pour une balade improvisée. La protectrice de l'île avait, en réalité, autant besoin de se changer les idées que de le sortir de cette pièce exiguë !


- Je devine ce que vous voulez de moi... reprit-il malgré tout. Mais j'suis bon à rien maintenant. Vous perdez votre temps, j'peux rien pour vous !
- Profitez plutôt de votre première balade depuis des lustres au lieu de vous répandre en excuses absurdes.


Le ton presque mordant la surprit elle-même mais, contre toute attente, l'homme ne s'effondra pas, pas plus qu'il ne fondit en larmes. Il retomba simplement dans une molle apathie. Inconsciemment, ses pas ramenèrent lentement l'araignée en direction de la chambre de Seika. Aussi, quelle ne fut pas sa surprise en retrouvant la porte de cette dernière grande ouverte... et le lit vide. Elle entra en trombe mais ne retrouva ni Shiro ni sa sœur. Son cœur s'arrêta un instant et, lorsqu'elle se retourna, elle put voir Maimai Kichigai qui, dans l'encadrement, écarquillait les yeux et laissait sa mâchoire s'affaisser lentement.

« Un ennemi ? Ici ?! », prit soudain peur la Zoan.

Elle sortit comme une furie, et pila net. En face d'elle se tenait Shiro, sa petite sœur agrippée à lui, telle à une béquille, qui tentait de se dégourdir les jambes comme elle le pouvait. Lorsque leurs regards se croisèrent, la jeune fille lui adressa un sourire resplendissant, avant d'incliner la tête et de lui dire :


- Désolée de vous avoir inquiétés, tous les deux. Je vais bien maintenant !


Sa phrase n'était même pas terminée qu'Elina avait déjà avalé la distance les séparant pour la prendre dans ses bras. En un instant, la Zoan sentit son cœur s'alléger de nouveau et la brume qui semblait obscurcir son esprit se lever peu à peu.


- Excuse-moi, Seika... J'ai manqué de prudence.
- C'est terminé et on s'en est tous sortis ! lança-t-elle d'un air guilleret malgré tout. Grand frère et toi m'avez veillé tout ce temps ? Je vous remercie !
- Bah... c'était normal, tu sais... enfin j'veux dire... Hum, bafouilla un peu le mastodonte. Ouais.


Pendant un moment, le trio sembla flotter en dehors de l'espace et du temps. Comme si le cours du monde s'était arrêté pour eux, afin de les laisser pleinement profiter de ces retrouvailles après plusieurs heures de doute et de peurs. Un raclement de gorge derrière eux les sortit de leur torpeur.


- Je... Je voudrais pas paraître rude en vous dérangeant dans vos retrouvailles, mais je tiens à dire que je suis ravi de voir qu'une si jolie jeune femme aille bien.


Seika, fidèle à elle-même reconnut instantanément l'homme dont elle avait déniché le portrait robot avec Tetsujin, et s'empressa de communiquer sa joie :


- Oh ! Vous vous êtes réveillé ? Je suis heureuse que vous alliez bien vous aussi !
- Je... Oui, enfin... « bien » est un peu... enfin...


Un simple regard vers ses mains suffit à faire disparaître la petite étincelle qui s'était allumée dans le regard de l'homme de science. Seika boitilla jusqu'à lui et s'accroupit pour attraper ses mains avant de reprendre d'un air enfantin :


- Elina vous a parlé des prothèses ? Elles ont l'air vraiment pratiques et jolies. Ça ne remplacera pas vos mains, bien sûr, mais ça vous permettra de retrouver l'usage de tous vos membres, et peut être même d'y ajouter des fonctions supplémentaires !
- Ah ? Vous... vous pensez ? Enfin... vous les avez vues ?
- Seulement les schémas, mais Elina voulait attendre que vous vous réveilliez avant de vous présenter aux médecins et aux ingénieurs qui s'occuperont de vous les fabriquer et d'y ajouter ce que vous voulez.
- Vraiment ? Je... peut être, oui. Mais...


La petite fleur lui serra les mains avant de lui servir un sourire radieux, puis reprit avec enthousiasme :


- Jetez-y un coup d'oeil ! Je suis sûre qu'elles vous plairont. Et puis, ça serait dommage de rester dans cet hôpital à ne rien faire.
- Oui, très justement dit. Je... j'essayerai.


Ce fut à ce moment précis qu'Elina constata que l'homme rougissait de plus en plus depuis tout à l'heure. Il sembla reprendre contenance lorsque Seika fit un petit malaise et que Shiro rattrapa doucement sa soeur, avant de la gronder gentiment :


- Le docteur a dit que tu devais te reposer pour quelques jours. Vous discuterez plus tard !
- Ha, oui... j'ai du pousser un peu trop loin. À bientôt Maimai, Elina.
- Repose toi, mon ange. Tu l'as mérité.
- Oui, à... à bientôt !


La femme araignée se tourna alors vers l'expert en escargophones et lui sourit gentiment, constatant qu'il avait meilleure mine que lorsqu'elle l'avait trouvé. Seika avait réussi là où sa ruse n'aurait sans doute jamais pu percer la carapace de chagrin qu'avait érigée cet homme brisé. Elle lui posa une main sur l'épaule à son tour, avant de lui proposer de le raccompagner à sa chambre.


- Merci, mais je crois que je vais rentrer seul, répondit-il. J'ai besoin d'un peu d'exercice.


Après un bref silence, l'homme la regarda avec un regard nouveau, avant de déclarer d'une voix claire :


- Vous pensez que je peux m'en sortir ? Je veux dire... reprendre ma vie comme avant ?
- Non. Vous reprendrez une autre vie, à nos cotés, et je suis certaine que vous n'avez pas fini de nous surprendre avec vos inventions.
- Vous... vous croyez ?
- J'en suis certaine, répondit Elina. Et je suis sûre que Seika en est convaincue elle aussi. Après tout, c'est elle qui a retrouvé votre trace sur Luvneel.
- Ah, commenta Maimai d'un air distrait, le sourire aux lèvres. Et bien, j'ai du travail apparemment... enfin si vous voulez toujours de moi ?
- Bien entendu. Mais seulement quand vous serez remis. D'ici là, nous aurons tout le temps de converser de nouveau.
- Merci encore. Pour tout ce que vous avez fait. Je vais me battre et, avec votre aide, peut être que je pourrai de nouveau vous montrer de quoi je suis capable.


Sur cette note encourageante, Maimai Kichigai se força à actionner les roues de son fauteuil pour regagner sa chambre, son esprit plus léger et son coeur plus vaillant. Tout n'était pas terminé, après tout, tout était encore à écrire. Il avait peut être encore une chance de réaliser ses projets ! Quant à Elina, elle passa s'assurer que Seika se reposait bien et la remercier de son intervention, avant de s'éclipser de nouveau.

Il lui restait beaucoup de travail avant de s'attaquer à une épreuve de taille : Dwarf Town.




© Codage By FreeSpirit

_________________
[Présent]Une défense de choix. 585215lolelisesplashhd
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
Kokuro Elina
Messages : 514
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue38/75[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue302/350[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (302/350)
Berrys: 24.322.996.000 B

[Présent]Une défense de choix. Empty
MessageSujet: Re: [Présent]Une défense de choix.   [Présent]Une défense de choix. Icon_minitimeLun 15 Oct - 22:55

Une défense de choix.
[Présent]Une défense de choix. 682897325885barre20separation













Elina arpentait les rues sombres de la ville basse, la mine pensive. La journée avait été riche en émotion, mais une intuition lui disait qu'elle n'était pas au bout de ses peines ! Silencieusement, la Zoan avançait en direction de la base d'opération où Tetsujin l'attendait. Elle détenait de bonnes nouvelles et espérait que les préparatifs pour que Maimai Kichigai puisse reprendre du service rapidement avaient bien avancé. Arrivée dans le bar sous terrain, elle monta les escaliers menant au bureau du vieux renard, toqua une fois à sa porte pour s'annoncer, puis rentra dans la pièce à l'ambiance tamisée. Le patriarche leva les yeux de la liasse de documents qu'il tenait et, devant la mine à peu près amène de la protectrice de l'île, se permit un sourire de circonstance :


- J'imagine que les nouvelles sont bonnes ? hasarda-t-il, mine de rien.
- Seika s'est réveillée, Maimai Kichigai va nous rejoindre après une opération nécessaire pour le remettre d’aplomb ainsi que quelques séances de rééducation, les QG de l'ile sont terminés, mon manoir également, le marché noir s'étend de plus en plus... oui, les nouvelles sont bonnes.
- Excellent, déclara le vieil homme avec un sourire rayonnant. J'imagine que vous venez vous enquérir des avancements de mon coté ?


Sans réellement attendre la réponse de la jeune femme, le criminel notoire reprit la parole, non sans attraper plusieurs rapports qu'il se mit à résumer à haute voix. De son coté Elina en profita pour prendre place sur le fauteuil d'en face :


- Les espions sont engagés et ne connaissent rien de notre cause ni de l'identité de leurs patrons. La boutique d'escargophone est terminée, monsieur Kichigai pourra l'aménager par la suite selon ses désirs.


Il plia une feuille pour lire celle du dessous d'une voix enjouée :


- Suite à vos investissements, le marché noir a été rénové pour accueillir les améliorations futures que vous aviez prévues. Si je ne me trompes pas vous souhaitiez implanter un hôtel particulier, engager un marchand d'armes et donc investir dans une usine, mais aussi un système de mercenariat ?
- Tout à fait. Nous pourrons nous pencher sur ces investissements après avoir stabilisé la sécurité de l'île. Les événements récents ne m'ont pas mise en confiance, il va nous falloir plus de main d'oeuvre.
- Vous aviez émis la possibilité de recruter des mercenaires pour pallier notre actuelle faiblesse... commença Tetsujin, avant de buter sur une de ses pauses théâtrales.
- Et... ? l'encouragea la jeune femme avec un sourire en coin.


Le hors la loi se racla la gorge avant de faire glisser sur le bois de son bureau deux fiches d'identifications vers Elina. Il la laissa parcourir les quelques lignes résumant les compétences des trois individus avant de reprendre:


- Mikami Sen et Ten, ainsi que le combattant nommé Breng, sont des mercenaires de confiance. J'ai pris la liberté de leur faire parvenir nos offres pour se joindre à notre défense locale. Il s'agit bien entendu d'une mesure transitoire, en attendant que nous puissions trouver assez de combattants totalement dévoués à notre cause...
- Mais cette solution me convient à merveille pour le moment, opina l'araignée d'un geste adouci.


La vivacité du vieil homme et sa facilité à tisser des liens aux quatre coins du globe l'émerveillait encore. Son age avancé ne le confinait ni à la sénilité, ni à la lenteur... bien au contraire : il demeurait bien plus capables que bon nombres de criminels dépourvus de talents ou de capacités cognitives, elle en était persuadée.


- J'aurais sans doute une surprise pour vous, déclara-t-elle soudain. Un ami de longue date qui nous rendra peut être visite sous peu, afin d'agrandir notre potentiel commercial. Ne soyez pas effrayé par sa réputation sanglante, il participe à sa manière à notre progression sous cape.
- Un homme haut en couleur et prompt à la violence, en somme ?
- Vous résumez-bien.
- Et quand est ce que ce drôle d'oiseaux foulerait notre sol ?
- Lorsqu'il souhaitera venir nous rendre visite, je n'ai pas encore eu le temps de le joindre pour le moment.
- N'oubliez pas de mettre à jour la liste des individus autorisés à rentrer dans le marché noir, dans ce cas. Un malentendu est si vite arrivé.
- Ce sera fait, répliqua-t-elle en souriant devant la pique.


Les deux criminels passèrent alors en revue les différents plans et objectifs à court et moyen termes de Tsukiyo, affinant encore et toujours leurs stratégies d'approche en fonction des nouvelles récoltées de par le monde. Avant qu'ils ne puissent totalement terminer leur mise au point, la protectrice de l'île dut remonter à la surface à pas vifs. Elle avait des bases militaires à inaugurer et ne devait pas être en retard ! Elle reviendrait bien assez tôt pour discuter des mesures qu'elle devrait immanquablement prendre contre les maires. Après tout, elle s'attendait à être assez mal reçue !




© Codage By FreeSpirit

_________________
[Présent]Une défense de choix. 585215lolelisesplashhd
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
Kokuro Elina
Messages : 514
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue38/75[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue302/350[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (302/350)
Berrys: 24.322.996.000 B

[Présent]Une défense de choix. Empty
MessageSujet: Re: [Présent]Une défense de choix.   [Présent]Une défense de choix. Icon_minitimeLun 15 Oct - 23:11

Une défense de choix.
[Présent]Une défense de choix. 682897325885barre20separation













Elina se tenait droite et fière sur un siège laissé à son attention et qui, contrairement à l'inauguration de la clinique du col, n'avait pas été oublié cette fois-ci. Malgré leur bassesse précédente, les maires lui avaient « cédé » - car tel avait été le mot employé - l'insigne honneur de présenter les bases militaires, inauguration qui tenait quasi totalement de son fait pour ce que cela importait à leurs yeux. La jeune femme n'avait su déterminer s'il s'agissait là d'une preuve de bonne foi ou de l'indicible espoir qu'elle ne sache assurer cette fonction et se ridiculise devant l’île entière. Après tout, si certains hommes politique la soutenaient, d'autres la prenaient pour un chien de garde ou, pire, une ignorante complète. Elle entendait bien leur ouvrir les yeux, même s'il était trop tard pour eux pour se soustraire à son emprise, à présent.

Son discours était retransmis par les bons soins des maires sur tout Yakoutie grâce à un système d'escarméras et d'écrans. Tandis que Rollon relatait l'histoire de l'ile hivernale et arrivait au moment où Elina était censée prendre la parole, cette dernière se leva lorsqu'il l'appela. Chaleureusement saluée par la foule, au sein de laquelle ses propres hommes s'étaient disséminés pour encourager les vivats, la Zoan accueillit avec un grand sourire ces démonstrations de joie. Elle finit par ramener le calme et par entamer sans plus attendre son discours qui s'était voulu simple :


- Aujourd'hui, Yakoutie jouit enfin de la place qui lui revient de droit. Monsieur le maire a parfaitement résumé la difficile histoire de cette île, rendue inhospitalière tant par la main de la nature que celle de l'Homme. Climat polaire harassant, maladies mortelles, brigands, pirates, corruption... le peuple de Yakoutie a souffert durant des années !


Ici, les habitants manifestèrent leur mécontentement en cœur, bravant le froid et le vent qui faisaient voleter les flocons sur les pelisses et les bonnets.


- Néanmoins, reprit Elina d'une voix assurée, une évidence m'a frappée dès mon arrivée : nous sommes toujours là !


Alors qu'un tonnerre d'applaudissements retentissait sur la place, son sourire s'élargissait de plus en plus. Elle sentit plus qu'elle ne vit la vieille carne qui la détestait se raidir à ces mots. Il faut dire que l'assassin avait pris grand plaisir à s'inclure dans le peuple de Yakoutie avec cette formulation, non seulement car elle savait que Cornelia n'apprécierait pas, mais surtout car les habitants, eux, y verraient une preuve de plus que la protectrice de l'île faisait partie du décor. Lorsque le calme revint, elle reprit d'une voix ferme :


- Je prie pour que les temps durs soient derrière nous. Mais les prières restent parfois lettres mortes, aussi j'ai préféré agir et me battre pour instaurer un climat de paix et de sécurité sur Yakoutie. C'est avec joie que je vous annonce l'ouverture officielle des bases militaires de notre île !


Sous les acclamations, la jeune femme passa en revue et présenta tant les locaux principaux que les avants postes, mais également les défenseurs officiels de l'île, ainsi que les trois mercenaires qui pourraient accepter de leur prêter main forte le temps du lancement de leur projet. Une fois qu'elle eut terminé, elle laissa le plaisir à Rollon de reprendre la parole pour les précisions administratives. Lorsqu'enfin la célébration prit fin, les visites des bases et des avants postes seraient laissées libre à la populace. De leur coté, les maires invitèrent Elina à la réunion qui devait suivre et que la jeune femme avait appelée fortement. Elle suspectait plus qu'elle ne connaissait déjà l'avis des maires, mais il lui fallait être fidèle à sa ligne de conduite officielle de femme d'affaire et, bien entendu, elle souhaitait ardemment que les maires tiennent paroles ! Leur accord stipulait qu'après avoir sécurisé l'île, la jeune femme serait libre d'investir sur Yakoutie de manière bien plus décomplexée que jusqu'à lors, période durant laquelle ils avaient volontairement bloqué son avancement. Officiellement, il s'agissait là d'une injonction à se focaliser sur la défense de l'île. Officieusement, la femme de l'ombre suspectait les maires de vouloir la tenir à l'écart des rouages du système local, et la garder en tant que chien de garde ; ni plus ni moins.

Une fois installés autour de la table ovale, les premières remarques fusèrent d'entrée de jeu :


- Et bien ! s'exclama Gérard. C'était un discours sympathique, quoi qu'un peu simpliste. Mais je salue la performance venant d'une débutante !
- Je vous remercie, s'inclina Elina.


Elle savait que ce maire-ci la considérait comme une exécutante et non un cerveau, aussi entretenait-elle avec soin cette image. Les autres maires furent plus laconiques, sauf bien entendu Cornelia :


- Il aurait été de bon ton de ne pas attirer l'attention uniquement sur vous, déclara-t-elle d'une voix aigre. On aurait cru que vous étiez la seule à avoir porté ce projet !
- Allons, allons, s'empressa de la tempérer Larry. C'est l'inexpérience qui parle, même s'il faut admettre qu'il s'agit là de ses deniers, et de ses nombreuses heures passées à recruter des hommes de confiance...
- Et la direction des travaux ? Les autorisations ? Les démarches administratives ? Les...
- Bon, on va pas commencer à grincer des dents, si ? la coupa Abitbol avec son caractère de cochon habituel. La protectrice de l'île a bien fait son travail, même si c'est vrai que partager les hommages aurait été un peu plus élégant.


Ici, Elina s'inclina de nouveau et eut la bonne grâce de rougir... non pas de honte, mais de colère qu'elle gardait cachée. Elle ne verserait pas une larme lorsque cette vieille pie reposerait six pieds sous terre ! La situation se calma bien vite sous les paroles apaisantes de Rollon et Larry, et l'ordre du jour put être annoncé par le président de l'assemblée :


- Nous sommes rassemblés ici pour statuer sur la qualité d'investisseuse de mademoiselle Kokuro Elina, ici présente. Cette dernière a fait part de son désir d'agir non seulement pour la sécurité de l'île, mais également en tant que femme d'affaire. C'est bien cela ?
- Tout à fait, monsieur le maire. Je souhaite faire beaucoup pour cette île, par exemple en aidant à la rénovation des installations électriques et mécaniques, notamment des pistes de ski proches de Shoutetsu.
- La fameuse entreprise bâtie sans autorisation... glissa Cornelia, l'air de rien.


Elina prit un air contrit, se rappelant pertinemment la manière dont les maires avaient reçu la nouvelle la dernière fois. Après tout, c'était ainsi qu'elle avait souhaiter faire évoluer leur relation : de la confiance absolue à la suspicion. Soupçons qui freineraient son avancement officiellement, mais qui ne manquerait pas d'interpeller les villageois à l'aide de rumeurs savamment instillées ici ou là. Comme personne ne réagit à sa pique, la vieille carne se mura dans un silence pesant. Rollon continua :


- Oui, il a été porté à notre attention les désirs de ce Liliputien altruiste. S'ils sont tout à son honneur, nous ne pouvons lui confier l’entièreté des installations électriques sans être convaincus de ses capacités en la matière.
- Que voulez-vous dire ? releva Elina, n'en croyant pas ses oreilles. Il a bâti de ses propres mains un Yéti mécanique, après tout.
- C'est ce qu'il prétend, oui, reprit Rollon d'une voix intraitable.


Elina fronça les sourcils, faisant mine de ne pas comprendre. En son for intérieur, elle s'était depuis un certain temps demandé par quel angle d'approche les maires lui refuseraient pseudo logiquement l'avancement de ses travaux : elle venait de trouver la réponse. Comme ils ne pouvaient pas s'attaquer directement à la protectrice de l'île, ils souhaitaient plutôt user du manque de crédibilité de Mokuso ? C'était grotesque...


- C'est... étonnant, risqua-t-elle malgré tout.
- Personne ici ne le connait, surenchérit Celyus, le jeune maire du Sud Ouest de Yakoutie. Il nous faut des preuves concrètes de ce qu'il avance. Il aurait pu tout aussi bien voler ce robot !
- Mokuso ? demanda Elina, incrédule. Voler ? Monsieur le maire...
- Nous connaissons votre avis sur la question, vous vous êtes pris d'affection pour lui, à l'instar d'un chiot égaré, commenta Gérard d'un ton amusé. Mais reconnaissez tout de même que ses airs enfantins ne jouent pas en sa faveur ! Enfin... pas pour l'édifier en ponte de ingénierie tout du moins ! Haha !


Un petit rire nerveux parcourut la salle, tandis que tous les yeux se tournaient vers la Zoan. Cette dernière se retint de soupirer, mais prit plutôt une mine déçue avant de courber l'échine :


- Très bien. Que proposez-vous pour qu'il puisse prouver sa valeur, avant qu'il ne puisse officier avec votre bénédiction ?
- Nous allons mandater un ingénieur d'une autre île, sélectionne par nos soins, qui inspectera ses méthodes et ses connaissances. S'il estime que le lilliputien s'avère être un ingénieur valable, il pourra s'aventurer à rénover à plus grande échelle.
- Bien entendu, puisqu'il s'agit de votre protégé qui est testé, ce sera à vous d'avancer les frais : non seulement pour l'expertise de l'ingénieur, mais également pour les travaux servant de test... annonça avec un rictus acide Cornelia.
- Bien entendu, reprit Elina avec un sourire mi figue mi raisin.


Rollon claqua alors dans ses mains et s'exclama d'une voix guillerette :


- Et bien ! Voilà deux bonnes choses de faites ! Allons donc célébrer comme il ce doit ces heureux événements !
- Je dois malheureusement m'éclipser, annonça bien vite Elina. Les obligations auprès des militaires et de ma propre équipe. Vous m'en voyez navrée.
- Absolument, mais nous de même ! ironisa la vieille pie-grêche.


Avec une courbette de plus, l'assassin qui prenait son mal en patience se dirigea vers la sortie. Ce n'est qu'une fois dehors qu'elle put profiter de l'air frais qui lui remit les idées en place. Il devenait de plus en plus difficile de masquer ses intentions hostiles à l'encontre de cette vieille bique ! Un jour prochain viendrait où elle pourrait ficher sa tête sur une pique mais, malheureusement, l'avenir semblait si lointain à présent... Soupirant de manière inaudible, la jeune femme replaça rapidement son manteau sur épaules pour se prémunir du froid, avant de s'enfoncer dans les ruelles de l'île en direction du marché noir de Taisetsu. Elle devait s'entretenir avec Kanae Toupex, avant de rejoindre Francis Levignac et le fameux « Big Bear » pour tenter d'expliquer ce qui s'était déroulé à Rinekin un peu plus tôt.




© Codage By FreeSpirit

_________________
[Présent]Une défense de choix. 585215lolelisesplashhd
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
Kokuro Elina
Messages : 514
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue38/75[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
[Présent]Une défense de choix. Left_bar_bleue302/350[Présent]Une défense de choix. Empty_bar_bleue  (302/350)
Berrys: 24.322.996.000 B

[Présent]Une défense de choix. Empty
MessageSujet: Re: [Présent]Une défense de choix.   [Présent]Une défense de choix. Icon_minitimeLun 15 Oct - 23:17

Une défense de choix.
[Présent]Une défense de choix. 682897325885barre20separation













Elina ruminait la réunion avec les maires. Bien entendu, elle prenait garde à garder un faciès souriant car, après tout, il s'agissait d'un grand jour pour l'île : les bases militaires étaient enfin fonctionnelles ! La Zoan s'était attendue à ce que les maires bottent simplement en touche en usant d'un prétexte fallacieux. Elle n'avait pas été totalement dans le faux, même si elle devait avouer ne pas avoir prévu qu'ils utilisent une tierce personne comme évaluateur de Mokuso. Tout en marchant, elle composa prestement le numéro du Liliputien. La voix de ce dernier s'éleva bientôt :


- Ah ! Patronne, vous tombez bien. Un monsieur est venu me voir pour me dire qu'il fallait que je passe le test des ingénieurs humains de l'île avant de pouvoir réparer tout le système électrique. J'étais pas au courant, alors j'ai pas pu vous prévenir avant ! Mais là c'est très bien du coup : je vais avoir un peu de retard, je pense.

« Il est déjà là ?! », s'estomaqua la jeune femme en comprenant que les maires s'étaient à moitié moqué d'elle. Désagréable impression s'il en était.

- Ne t'inquiète pas Mokuso, je t'appelais justement pour te prévenir et te dire de ne pas t'inquiéter si un ingénieur venait te demander d'être évalué. Les maires de l'île préfèrent juger avec un avis extérieur de tes talents avant de te laisser faire ton travail.
- Magglebak ! C'est la procédure standard humaine, alors ? C'est un peu étonnant, mais je ferai de mon mieux !
- Tu m'en voies ravie, déclara l'araignée prestement. Si tu es déjà occupé je ne vais pas t'ennuyer plus longtemps. J'ai confiance en toi, je suis certaine que tout se déroulera sans problème.
- Vous pouvez me faire confiance, patronne ! Ah ! Il faut que je raccroche, le monsieur dit que je dois me concentrer sur mon boulot. Bon bin, j'y vais !


Et le gnome raccrocha sans plus de préavis. La Zoan raccrocha elle-même, légèrement amère à l'idée d'avoir été prise de vitesse par une bande de bureaucrates condescendants. Mais elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même : elle les avait sous estimés, de toute évidence. Jurant en silence, l'assassin laissa là ces détails sans importance. Mokuso était un artiste rare en la matière, et nul ingénieur un rien cortiqué ne pourrait trouver à redire à son travail : il lui en avait déjà donné la preuve à de multiples reprises. Se concentrant sur la situation présente, la jeune femme s'engouffra dans une rue sombre avant de disparaître dans l'ombre d'une contre allée. Elle passa rapidement l'arrière porte d'une boutique et rejoignit l'entrée dissimulée vers son marché noir.

Elle savait que Mokuso passerait avec brio ce test, aussi arriverait bien vite le moment où les villageois en auraient vent et feraient pression sur les maires pour qu'il s'occupe de toute l'île. Cette dernière avait cruellement souffert des pillages et de la pression constante des bandits. Le manque de développement technologique, la faillite de leur commerce ou de leurs politiques d'expansion en étaient les preuves évidentes. Les habitants avaient soif de renouveau, de confort dans leur vie courante et, bientôt, ils la réclameraient à corps et à cris. Ses hommes de main influençant l'opinion publique un peu partout sur l'île y veilleraient sans doute. Ainsi, si la demande ne provenait non plus seulement de la femme dont ils commençaient à se défier mais de toute la populace, les simples manœuvres politiques pour gagner du temps ne passeraient plus : elle allait leur forcer la main de manière indirecte et fragiliserait encore un peu plus leur relation, sans que les villageois n'en sachent rien. Le jeu difficile auquel elle jouait s'avérait capital pour la suite des événements. Elle espérait seulement qu'elle pourrait marcher sur des œufs assez longtemps pour renverser la situation à son avantage, le temps venu...

Pour l'heure, des sujets bien plus bassement pragmatiques l'attendaient : la défense de l'île officielle était en bonne marche. Mokuso, Shiro et Seika s'occupaient sans relâche de traquer les bandits et, à présent délestés de la défense des hameaux, ils pourraient pousser les offensives toujours plus loin dans le territoires de leurs ennemis sur l'île. Ce qui inquiétait bien plus l'araignée, en cette froide soirée, demeuraient les menaces extérieurs à l'île. En particulier celles dont elle ne savait rien ! L'attaque sous cape à Rinekin, ou la tentative d'assassinat orchestrée par les trois crocs avaient de quoi lui donner du grain à moudre. Pour la première, elle avait réussi à garder en vie un des trois larrons qui semblait coopératif, mais cela serait-il seulement suffisant ? Elle l'espérait car, pour l'instant, les études préliminaires de Tetsujin avaient fait choux blanc : même les descriptions détaillées fournies par Ron ne l'avaient pas aidées ! Les deux hurluberlus n'étaient pas primés et, de toute évidence, n'avaient pas réellement fait parler d'eux sur North Blue puisqu'il ne gardait pas de trace d'eux. Elle allait devoir tirer les vers du nez de ce « Big Bear » pour en savoir plus.

Mais pour l'heure, une rencontre bien plus réjouissante l'attendait ! Ses hommes avaient du guider discrètement Kanae Toupex jusque dans les tréfonds du marché noir, à présent. Puisqu'elle était à présent affiliée à Erwin Dog, et puisqu'elle représentait sans doute ses renforts pour la conquête de Dwarf Town, il était inutile de lui cacher plus longtemps sa véritable nature ! Elle était la bienvenue dans le marché noir, à l'instar du chef de l'Inquisition et de sa petite équipe qui en avait arpenté les rues quelques mois auparavant. Elle avait hâte de constater l'évolution de la jeune femme qui, à l'époque de leur première rencontre, lui avait avoué vouloir s'élever jusqu'au grade d'amiral ! À l'époque, Elina l'avait mise en garde sur l'endoctrinement des marines et le caractère extrême de la justice de certains... sans doute leurs avis seraient bien plus au diapason qu'à l'époque. Elle se réjouissait d'ores et déjà d'en discuter avec elle, tout comme elle était impatiente de partager les plans concernant l'île natale de Mokuso !




© Codage By FreeSpirit

_________________
[Présent]Une défense de choix. 585215lolelisesplashhd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[Présent]Une défense de choix. Empty
MessageSujet: Re: [Présent]Une défense de choix.   [Présent]Une défense de choix. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent]Une défense de choix.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue :: Yakoutie Island-