Partagez | 
 

 [MISSION] [FB] Mobydick Légende & Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
Kitchiro Nagami
Messages : 382
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
75/120  (75/120)
Berrys: 190.389.000 B

MessageSujet: [MISSION] [FB] Mobydick Légende & Histoire    Mer 9 Mar - 19:00




« MobyDick le Cachalot Légendaire ! »



Ah ! South Blue ! Cette mer est si calme,si passible. Et dire que certains trouve le moyen de se battre là-dessus, ils n'ont pas encore passés Reverse Mountain cela se voit. Derrière cette montagne, là d’où je viens, c'est de la folie comparée à ici. Les pirates et hors-la-loi possèdent presque tous des pouvoirs et les marines se la racontent beaucoup moins aussi sauf les plus méchants et les corrompus.

Kitchiro racontait un peu sa vie à la vigie du bateau sur lequel il naviguait, revenant d'une mission plutôt banale sur une île vraiment banale, l'espion n'avait pas eu d'autres choix que de prendre les transports en commun. A l'aller il était possible de prendre un navire marchand qui ravitaillait toutes les petites îles mais pour le retour il n'y avait pas grand-chose mise à part des pécheurs.
Par chance Kitchiro réussit à embarquer sur un bateau de gros tonnage partant pour plusieurs semaines de pêche intensives dans les eaux poissonneuses de South Blue. Dorades, requins, poissons des grands fonds tout y passaient même les baleines et certains grands oiseaux de Torino, oui oui des oiseaux ! Kitchiro était impressionné par ce navire nommé le Péquod. Les hommes à bord chassaient à peu près tout se qui était vivants et comestibles, récemment c'était un oiseau géant de Torino qui à fait les frais de la rencontre du harpon géant qui était disposé à l'avant du bateau.
En plus d'avoir un harpon le grand navire avait un filet de chalutier, rien ne pouvait échapper à ce navire, sauf peut être la hantise du capitaine Achab.

Alors garçon impressionné par mon navire, rien ne peux y échapper tu l'a bien vu l'oiseau tout à l'heure, il n'a pas vu le coup venir, tu as eu de la chance que nous nous soyons arrêté dans ce port car normalement nous chassons sur Grand Line mais …..

Mais? Comment avait vous passez Calm Belt c'est une chose incroyable même pour moi qui suis un habitant de Grand Line ?

J'ai un ami dans la marine qui nous a aidé à traverser grâce à un navire de guerre en longeant Reverse Mountain. J'ai dû quitté Grand Line en urgence car on a subis de lourds dégâts. Cela ne se voit plus trop car nous nous sommes arrêter plutôt à Trader pour réparer le navire et maintenant on écume un peu cette mer pour se reposer car notre…. Affrontement nous à bien secoué.

Vous avez rencontré des pirates qui vous ont attaqués ? Vous avez moyens de vous défendre je pense, un coup de harpon dans la coque peut être fatale non ?

Non rien de cela, toi qui vient de Grand Line aussi tu doit sûrement connaître la légende de Moby Dick ? Le cachalot blanc et géant qui aurait des brides d'Histoire sur sa peau. Et bien cette légende est vraie, nous étions sur la quatrième voie entrain de chasser un groupe de baleine quand une ombre gigantesque est sortie de l'eau, c'était elle, Moby Dick le cachalot blanc !
Elle nous est tombée dessus sans prévenir, et nous a attaquée avec énormément de rage, et apparemment nous étions pas les premiers, des lances et des harpons étaient encore accrochés à sa peau qui était effectivement parcourue de symboles et autres gravures.


Vous avez pu voir se qui était inscrit ?Après ma grand-mère qui ma racontée cette légende se serait une carte pour retrouver l'histoire du siècle manquant ou alors la position d'une arme pouvant effrayer le Gouvernement Mondial lui-même. Vous l'avez donc combattus ?

Dû tout ! Moby dick nous a foncée dessus telle une torpille, elle a causée beaucoup de dégâts internes et plusieurs membres d'équipages sont tombés à l'eau, par chance notre puissant harpon la touché dans le museau elle à donc fuit assez longtemps pour nous permettre de prendre la poudre d'escampette. Nous avons eu beaucoup de chance que la mer faisait roulée le navire sinon sa frappe sous marine aurai brisé le navire en deux comme elle peut le faire part temps calme même avec de gros bateau.

Kitchiro était fasciné par le récit peut être un peu arrangé du capitaine, l'homme qui touchait régulièrement son crochet quand il évoquait Moby dick. Ce signe trompeur indiquait clairement que le capitaine ne racontait pas toute l'histoire ou inventait certaines choses.
Se n'est que quelques jours plus tard, en pleine nuit que Kitchiro eut la suite véridique de cet affrontement, par un temps calme, sur une mer d'huile sans lune, le moment propice pour … Une attaque !

La cloche du pont sonnait sans arrêt et avec frénésie, les marins qui étaient de gardes hurlaient de peur, c'était l'affolement sur le pont quand Kitchiro sortit en trombe de la soute où il dormait :

Mais que se passe t'il ! Pourquoi tout le monde court ! On est attaqués par qui ? demanda Kitchiro en redressant son couvre chef.

L'un des marins s'arrêta l'espace d'un instant pour tenter d'expliquer à Kitchiro la situation :

Elle….  Elle nous a suivi …. elle est là dans la nuit ….. Mobydick veut sa revanche !! on s'en sortira pas cette fois !

Aussitôt Kitchiro accourut au bord du bateau pour tenter d'apercevoir le légendaire cétacé ; il ne vit qu'une ombre grondante. Mobydick avait retracée, traquée et retrouvée l'équipage qui l'avait mis en déroute sur Grand Line. Elle voulait en finir avec le Péquod et pour cela elle n'avait pas hésitait à traverser Calm Belt à son tour pour sa vengeance.
Les marins tiraient à vue sur un fantôme dans l'ombre, Mobydick était insaisissable, seule la pâleur de la lune et le fracas de l'eau trahissait sa présence. La bête légendaire prenait un malin plaisir à tourner autour du navire pendant de longues minutes, histoire de terroriser le capitaine qui avait confié la barre à son second et s'était réfugié dans ses appartements.
Kitchiro rentra sans même frapper dans les loges du capitaine qui était en pleure sur son bureau entrain de frotter son crochet :

Elle est là ! Mobydick vous a suivi sur South Blue ! Une seconde chance pour apercevoir cette bride d'histoire ! Pourquoi vous vous cachez ! Affrontait la avec nous ! C'est votre rôle non ?

Non, Non ! Elle est n'est pas là pour nous montrer une seconde fois sa peau gravée mais pour me prendre, ma main ne lui a pas suffit, elle me veut moi et mon navire ! j'aurais dû la tuer quand j'en avais l’occasion ! Oui ! Oui la tuer ! Elle m'offre cette seconde chance !

Sur ces mots le capitaine quitta ses appartements d'un pas déterminé ; essuyant ses larmes Achab se dirigea vers le harpon central.

Viens là ! Viens voir papa ! Viens prendre ma main ! Viens prendre mon harpon saleté ! Sur Grand Line tu as eu de la chance que la mer soit chaotique, ici tu n'auras pas ma même chance ! hurla Achab à l'encontre de la créature.

Le capitaine fuyard avait laissé la place à un monstre, son regard était celui d'un démon devant sa proie. Alors que tout les occupants du navire s'accrochaient aux cordages ou tombés aux sols sous les bousculades du cétacé le capitaine Achab restait de marbre les mains sur la commande qui pilotait le harpon. Le rupture de comportement laissa la Grenouille sans voix, il ne voulait pas voir cette occasion d'observer un animal unique, mais ne voulait pas non plus couler avec le Péquod.

Des barils d'huile à l'eau ! exécution ! Je veux que vous m'éclairiez cette mer pour que je puisse abattre d'un seul coup cette vermine !

Le Capitaine n'avait pas tord, avec des barils en feu sur cette mer d'huile Mobydick deviendrait plus visible, assez visible pour tirer dessus. Mais cette stratégie réjouis Kitchiro que part le fait qu'il pourrait entrevoir la peau du cachalot si seulement Mobydick s'en approchait suffisamment pour que les flammes éclaire ce mystérieux cuir.
Et pour s'en approchait suffisamment La Grenouille n'allait pas être deçu, car le cétacé entamait sa phase d'attaque alors que les hommes étaient entrain de déchargées les torches flottantes.
L'équipage pouvait voir le cachalot au large et à la surface, crachant de l'eau par son siphon et émettant des bruits sourds, comme des moqueries à l'intention du capitaine qui ne pouvait que atteindre. Cependant un détail attira l'oeil de Kitchiro : des lances plantés dans l'épiderme épais du cachalot avaient bloquées des lampes révélant l'un des flancs de Mobydick. La scène était ironique, une bride d'histoire qui pourrait aider Kitchiro à comprendre le secret du gouvernement était entrain de vouloir sa mort.

Puis MobyDick replongea, noyant les lampes flottantes dans la noirceur de la mer, un calme s'installa plus personnes osaient parler. L'instant d'après un bruit sourd retentit, le harpon venait de quitter son lanceur et filait droit sur une mer légèrement éclairée par les lampions de fortune. La bobine de câble reliant le bateau au harpon se déroulait à une vitesse folle jusqu'à d'un second bruit déchira la nuit : le harpon avait fait mouche ! Et le capitaine ne manqua pas de s'en réjouir jusqu'à se que le bateau fasse un bond en avant !
Le cétacé était touché mais tractait le navire sans peine, le bateau avançait comme si un puissant vent soufflait dans les voiles, or les voiles était fermées.

Cette fois je te tiens ! De mon crochet je vais te tuer ! Crochet qui remplace la main que tu ma prise ce soir là !

Le câble était entrain de se détendre, Mobydick donnait du mou, signe quelle se rapprochait à telle point que le câble fila sous le navire.
Le lanceur du harpon grinçait, le câble était entrain de se retendre à l’extrême et la panique envahissait le navire à cause de l'ombre gigantesque qui passait sous le batîment.
Soudain le lanceur craqua, des morceaux de bois et de fer volèrent en éclats, l'un des pieux de bois écorcha le bras de Kitchiro pendant qu'un autre débris lui fit ravalé sa salive.
La main sur sa lèvre en sang Kitchiro observait le capitaine qui n'avait apparemment eu aucun dégâts corporel et qui ricanait comme un furieux à genoux sur le pont.

-Tu va mourir ! Personne n'avait pas le droit de m’estropier comme tu là fait ! Cette fois s'en est fini !

Sans plus un mot l'homme se jeta à la mer avec un couteau entre les dents et une petite lame à la place du crochet, or son sacrifice n'arrêta pas Mobydick qui n'en avait que faire du capitaine venait de se jeter à l'eau dans l'espoir de nager jusqu'au cétacé pour l'attaquer aux corps à corps.
Le pont était toujours aussi paniqué, encore plus après que le capitaine se soit jeté à la mer, plus personne ne savaient quoi faire, ou quelle direction prendre pour fuir ce monstre. Puis un son roque venant des abysses se fit entendre, tout les marins s’arrêtèrent net et se dévisagèrent, Mobydick allait lancer son assaut final, sa marque de fabrique ;
Le cachalot blanc fracassa le navire par dessous, le navire s'ouvrit lentement en deux au niveau du point d'impact. Sonné et blessé Kitchiro prit son courage à deux mains pour ne pas finir à l'eau et noyé ou écrasé sous les débris. Tentant de résister à la pente que prenait la moitié de bateau où il se tenait, le révolutionnaire pompa dans son envie de se battre pour tenter d'atteindre le sommet du navire avant que celui-ci ne se renverse. Dans son élan diabolique Kitchiro sauta du mieux qu'il pouvait alors que la moitié de navire était quasiment à la verticale.
Ce n'est que sur un bras que le révolutionnaire s'agrippa à la partie encore émergé du navire, de la haut il pouvait voir la gueule énorme du monstre qui commençait à redescendre dans la noirceur de la mer, mais Kitchiro qui comptait restait sur son morceau émergée se fit surprendre par violente secousse :

-Non ! Non ! Pas ça ! Pas maintenant après tout ces efforts !

Et pourtant les souhaits de Kitchiro restèrent vains, battant l'air comme un albatros Kitchiro était entrain de chuter dans la gueule du monstre, une chute inévitable vers l'inconnu.

36 heures plus tard

-Ah ! Ah ! De l'air !! donnait moi de l'air ! De l'eau !! aidez moi ! Je suis tombé dedans ! Aidez moi à sortir ! Par Arias ce monstre n'aura pas raison de moi !

Kitchiro se réveilla en sueur, essoufflé et paniqué. Ne sachant ni où il était, ni qui était là avec lui et quelle heure était t'il.

-Ne t'affole pas Grenouille, tu est en vie c'est déjà ça, calme toi et je répondrais à toutes tes questions, de toute façons il n'y a plus que ça à faire ici.

Interloqué Kitchiro se tut et regarda dans la direction d'où venait la voix, une silhouette svelte apparaissait par intermittence grâce à la flamme d'une lanterne posé à même le sol.
Un homme se rapprocha du révolutionnaire d'un pas peu sûr et boiteux, l'homme portait une barbe poivre et sel touffue, ses habits sentait le poisson pas frais et les verres de ses lunettes étaient si crasseuses que Kitchiro avait du mal distinguer la couleur de ses yeux.

- Je m'appelle Herman Melville, je suis ... enfin j'étais historien et chroniqueur. Tu es actuellement dans le ventre de Mobydick le célèbre Cétacé.
Tu as dormi pendant une journée et demi, il faut dire que tu as fait une sacré chute et que tu as de la veine d'être tombé dans cet appendice et non dans l'estomac, là ton sort n'aurait pas était le même.


-Comment êtes vous arrivé là ? Cela fait longtemps que vous vivez ici ?

-Ohhh ! Je me pose moi-même la question parfois, j'ai oublié la date à laquelle je suis arrivé ici, je sais juste que cela fait environ un an ou deux peut être, j'ai fini par mit faire, par chance je suis tombé avec quelques de mes affaires et Mobydick m'en envoi de temps en temps, du poissons des ossements et matériels, c'est fou comment ce cachalot peut manger autant de marchandises pendant ses excès de colère.
Oh pardon je ne répondais pas à ta question. Désolé la solitude me joue parfois des tours.
J'étais à la recherche de l'Arbre de Cognition qui aurait détruit il y a longtemps, d'après certaines rumeurs les archéologues qui vivaient autour et dans cet arbre gigantesque auraient amassés tellement de connaissances aux travers d'ouvrages que le gouvernement les à faire taire en détruisant leur île et en tuant tout ses habitants. Le sujet le plus fâcheux qu'ils étudiaient été les Ponéghyphes, les stèles du Souvenir. Je sondais donc les fonds marins à la recherche de ruines, ou de traces de cette île quand Moby dick m'est apparu. Elle à tout d'abord tourné autour du navire, révélant les brides d'histoire qui la couvrait, j'ai même réussi à en recopier une partie puis elle à dû jugé que j'en savais trop et elle à détruit mon embarcation et je suis finalement tombé dans sa gueule parmi certain débris.


-Quellr chance d'avoir pu voir les brides d'Histoire, j'en est aussi eux l’occasion mais je n'est pas pris de note car elle nous a attaqué aussitôt…. Vous savez se que raconte sa peau alors ?

Pendant plusieurs heures le vieil homme récita ses nombreuses théories et hypothèses concernant les inscriptions qu'il avait notées, pour le plus grand plaisir de La Grenouille. Puis une question inévitable vint à se poser ….comment sortir de ce cétacé légendaire.
Le plus simple et à la fois le plus compliqué aurait été de passer par la bouche, simple dans son accès, difficile dans la pratique vu que le cachalot mangeait presque toute la journée.
L'autre option aurait était le siphon d'air mais le trou aurait était bien étroit pour Kitchiro.
Durant plusieurs semaines Kitchiro étudia les cycles du cachalot et pris tout en notes, temps de pause, temps à la surface, temps d'inactivité et temps de chasse en seulement deux semaines l'espion connaissait presque parfaitement le rythme de Mobydick, maintenant Kitchiro savait quand le cachalot s’arrêtait pour dormir, respirer à la surface pour replonger dans les abysses de Grand Line.
Durant ses semaines passées à écouter Mobydick et les histoires fascinantes de Herman, le jeune homme récuperait des os, arrêtes et autres ustensiles nécessaires à une évasion hors norme.

aujourd'hui c'est le grand jour, aujourd'hui je m'évade de cette prison vivante, c'est maintenant que je vais enfin pourvoir lire cette peau légendaire, avant de reprendre le cours de ma vie, reprendre mes recherches sur ce siècle manquant. Sur l'origine de ce monde

Malgré les protestations de Kitchiro le vieux homme avait pris sa décision, il finirait ses jours ici au sein de Mobydick le cachalot légendaire, le monde avait trop changé pour qu'il ne puisse revenir, le décret Decima n'était qu'une rumeur à son époque, une époque révolue qui était faite de liberté et de joie. Aujourd'hui, l'époque de Kitchiro n'est plus que chasse à l'homme, mensonge manipulation et trahison. Cependant Kitchiro comptait bien revenir dans son monde corrompu certes mais Son monde, celui qu'il a décidé de changer, celui-ci pour lequel il donnera sa vie.

Son plan était simple et clair, monter les différents étages qui constitués le gosier du cachalot à l'aide d’échelle conçue avec des ossements de poisson et autres déchets que le monstre pouvait avalé puis ,il naviguerait quelques temps, le temps de trouver un navire pour le sauver. C'est grâce à un cartilage de poisson taillé en forme de planchette que Kitchiro espérait flotter quelques peu,. Or pour cela il fallait être rapide et concis, Kitchiro n'avait qu'une petite demi-heure pour franchir les étapes après cela le cétacé allait se remettre à avaler l'océan en quête de nourriture.

-Adieu mon ami, t'es histoires, t'es notes ton identité ne sera pas oubliées. Quand je remonterais à la surface, je parlerais de ton aide et de ta sagesse. Le gouvernement aura peur de moi pour le savoir que tu m'a transmis ! L'Ordre régnera de nouveau, plus juste, plus équitable que jamais ! Je t'en fais la promesse !

Le vieux homme esquissa un sourire, puis un signe de tête en signe d'approbation pour enfin prendre la parole avec sa voix rauque, sifflante et hésitante.

-Fais, Fais mon enfant. L'avenir est ton chemin, la destinée ton guide et maintenant mon savoir est le tien. Purifie ce monde avec bonté et sagesse… rend le meilleur mais ne te perd pas dans ta quête de puissances et de connaissances, ne … , ne reproduit pas mes erreurs.

Ne se faisant plus attendre Kitchiro démarra sa montée folle, Utilisant deux échelles à la fois pour monter progressivement les paliers que formait cette cavité de l'enfer, l'Héritier de Lunas était pressé de rentrer chez lui, plus rien ne pouvait l’arrêter, pendant qu'il gravissait une échelle il montait la deuxième pour continuer à progresser avant que Mobydick ne décide d'ouvrir la bouche à nouveau.
Kitchiro aurait presque pu participer à Interville, le célèbre concours où des hommes et des femmes de villes différentes s’affrontaient dans des épreuves à base d'eau et de vachettes pour un superbe prix, celui-ci de la ville la plus forte de l'ile.

Aller plus que quelques mètres, encore une échelle et je suis à la porte de la liberté, plus que quelques mètres et je pourrais goûter aux vents frais de Grand Line.

Les prédictions du révolutionnaire était bonne, quand il réussit à monter sur la langue du cétacé, un mince filet d'air et de lumière lui caressait le visage, mais pour sortir il fallait action le levier secret.
Il s'agissait de la luette, une glande qui pendait au fond de la bouche de chaque mammifères et qui peut provoquer des vomissements si on tape dedans, et Kitchiro comptait bien utiliser cet effet indésirable pour se faire éjecter du monstre. Pour cela l'espion utilisa son chapeau-grenouille pour frapper la luette et provoquer un déglutissement chez Mobydick qui fut obligéd'ouvrir la bouche à l'air libre et à recracher de l'air, en connaissant le volume de la bête, Kitchiro pouvait facilement se faire propulser.

-Libre !! cria Kitchiro au moment de voir les dents s'ouvrir et un puissant souffle le repousser vers l’extérieur
Utilisant le cartilage taillé qu'il avait transporté dans son dos, la grenouille tenta d'atterrir sur l’océan de façon classe, même si quand on est poussé par un souffle de cachalot on n'a pas tout à fait conscience de la puissance avec laquelle on arrive, résultat de l'envolée : Kitchiro s'écrasa dans l'eau et sa planchette resta à la surface. Excité par le fait de pouvoir respirer de l'air pur Kitchiro remonta à la surface avec virulence et rejoignit son radeau de fortune, pour apprécier et voir enfin Mobydick de jour et calme.

-Ce soir là tu avait fais preuve d'une rare violence, pour preuve l'éperon est encore ancré dans ta chair, mais au finale tu reste pas moins une légende, tu sait qu'avec moi ton secret restera entier, peu de personne te recherche maintenant, les humains sont trop arrogants pour croire à ton existence et à ton secret, et d'autres trop stupides pour te trouver ou percer le secret de ta précieuse peau.
Les quelques individus comme moi qui recherche ton secret à de noble fins sont rares et activement recherchés pour leur geste et les idéos. Ne craint plus l'homme pour ton secret car l'homme à ne craindre que son voisin, lui-même. Fais toi oublier, retourne à ton Sanctuaire, préserve ton secret jusqu'à que tu ressente de nouveau le besoin de le révéler à une bonne personne.


Pendant son long discours la baleine observait le petit d'être d'un œil curieux, tournant autour de Kitchiro qui, pendant son monologue prenait des notes sur la peau de la bête, redessinant les dessins, ré écrivant chaque symboles, chaque marques et cicatrices que le cétacé comportait.

Finalement la créature légendaire émit un long soupir, comme un au revoir, puis plongea avec fierté et élégance dans les eaux de Grand Line, dévoilant ainsi les derniers schéma légendaires que portait la légende sur son dos.

-Merci, merci Mobydick de m'avoir fait rencontrer une personne si sage et intelligente qui réside dans ton ventre, merci pour m'avoir fait découvrir ta légende, prend soin de Herman. Ceci n'est qu'un au revoir !



Codage de gaki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
 

[MISSION] [FB] Mobydick Légende & Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» HISTOIRE D'AVALON
» "Comment devenir une Légende" par Deag Jörgan
» L'histoire du Marchand de Sable (conte pour enfants sages)
» La légende de la cité d'Ys
» SGU Aliens [SPOILERS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue-