Partagez | 
 

 Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Hana
Vice-capitaineVice-capitaine

avatar
Messages : 672
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
66/120  (66/120)
Berrys: 4.335.000 B

MessageSujet: Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]   Jeu 1 Déc - 16:44


Le soleil se levait sur l'île étrangement calme, bien trop calme. Les rayons de lumières imprimaient leur domination sur la nuit et lentement recouvraient de leur lueur bénéfique les toits de la ville. Le royaume de Trader... Un royaume mouvementé et pas des moindres.

Étendant ses jambes sur les tuiles à peine réchauffées, Hana profitait des premiers rayons du soleil, inimitables et inestimables. L'air frais et purifié de la mer emplissait ses poumons tandis que l'astre éclatant caressait sa peau des ses doigts chauds. Elle soupira d'aise. La nature était comme un cadeau bienfaiteur qui lui prodiguait l’apaisement après le chemin long et périlleux qui l'avait menée jusqu'ici. Elle se repaissait du calme et du silence qui caractérisait à cet instant cette ville somnolente. Un petit sourire s'accrocha lentement à son visage. C'était dans les instants comme ceux-ci où elle se sentait libre. Inspirant à plein poumons l'air frais, elle s'étira et se redressa. Une nouvelle journée s'annonçait et une barre vint plisser son front alors qu'elle se remémorait son seul soucis actuel : retrouver un certain Corsaire de sa connaissance. D'après son expédition, dans les rues de Trader, la journée auparavant elle avait découvert de nombreux Wanted de lui. Elle savait que Kazan aurait dû le retrouver ici, mais elle n'avait aucune idée d’où précisément. Elle se leva, attrapant son sac d'un même geste et le posant sur son épaule. Elle finirait bien par le croiser, après tout, le monde est plus petit qu'il n'y parait. Elle passa distraitement la main dans ses cheveux en marchant sur les tuiles humides. En fait... c'était un véritable problème pour une raison en particulier. Elle jeta un coup d’œil au sac qu'elle portait sur son épaule. Elle avait plus que hâte de se débarrasser de ce chargement lourd et encombrant. Enfin. Elle haussa les épaules, du moins autant qu'elle puisse le faire avec quatre kilogrammes de bois d'Adam sur la gauche. Elle sauta sur un toit un peu plus bas. Tout son corps fut parcourut d'une onde de choc. Elle était fatiguée, elle n'aspirait qu'à se reposer, faire quelque chose d'inutile, de rigolo. C'était comme si son propre corps lui annonçait qu'il en avait assez d'être à la botte des escrocs. Avait-elle le droit de vivre pour elle ? Elle soupira atterrissant sur un balcon en contrebas, puis elle termina sa descente par une superbe roulade, maudissant le sac de bois qui lui meurtrissait le dos. Son regard parcourut rapidement la rue déserte. Déserte ? Non un chat gris traversait la chaussée un peu plus loin. Se détournant de cette vue, elle prit le chemin inverse. Après tout, elle n'avait nulle part où aller. Elle attendait juste la venue d'un certain pirate en ville. Elle ne connaissait pas Smile plus que cela et ne s'était jamais intéressée à ses apparitions dans la presse. Elle aimait être informée sur le monde, mais ce qui concernait les Shichibukais n'avait pas souvent quelque chose de réellement intéressant à ses yeux. Elle ignorait donc totalement comment ils se retrouveraient. Il n'y avait cependant pas énormément de solutions. Soit elle le trouvait par hasard et l'affaire était réglée. Soit le Corsaire était du genre discret et la contactait sans faire de remous. Soit il aimait se faire remarquer et il ferait du grabuge en ville -ce qui n'était pas dur vue de toute la population marine et chasseur de primes du coin. Un sourire moqueur vint se plaquer sur son visage alors qu'elle s'arrêtait devant une affiche. C'était signé Trader. Ce bon vieux Will avait signé, un large sourire vint se plaquer sur son visage. Elle se demanda lequel était le plus fou, Smile ou Trader ? Elle avait déjà eut affaire avec William Trader, fondateur de la ville, dirigeant de l'île. Il était loin d'être un bon samaritain. Une sale ordure, comme tant d'autre. Son sourire se transforma en grimace malsaine. Elle doutait fort qu'il se soit amélioré avec l'âge.

Rajustant le sac sur son épaule, elle reprit tranquillement sa route. C'était le genre de ville où elle ne risquait rien. Du moins, elle ne risquait rien tant que les habitants ignoraient ce que contenait son sac. Elle soupira de lassitude. Elle ne risquait rien sauf si les trafiquants de Jaya avait informé ceux de Trader de ses méfaits. Elle était bien placée pour savoir comment fonctionnait le marché noir. On l'avait déjà plusieurs fois envoyée à la chasse aux voleurs. Cependant elle doutait fort que les trafiquants feraient appel à d'autres. Elle portait du bois d'Adam après tout, c'était une denrée aussi cher que rare. Non, elle pensait plutôt qu'ils ne prendraient pas ce risque. Ils viendraient eux-mêmes, et le temps qu'ils retrouvent sa trace, elle serait loin. L'univers est vaste, les trafiquants chercheraient une aiguille dans une botte de foin. Cependant il y avait autre chose qui animait certains marchés noirs connaissaient la fierté. Personne ne devait être discrédité dans le marché noir, seule la loi de la jungle régissait le marché. Quelqu'un de discrédité perdait bonnes affaires et domination. Si son vol parvenait aux oreilles des autres, alors ils y perdraient. D'une certaine manière, elle aurait pu en faire courir le bruit pour se protéger d'eux, mais cela l'aurait mise en danger vis à vis de tous les autres. La meilleure solution était définitivement d'attendre que le tout lui retombe dessus. D'ici là elle aurait probablement refilé le Bois d'Adam au Schichibukai, gagné un pactole et aurait prit la fuite au plus lointain et reculé de tous les royaumes. Elle faillit éclater d'un rire sarcastique en pensant ainsi. Quelle idée absurde que celle de se cacher ! Elle était déjà poursuivie par des fanatiques, après tout, c'était plutôt quelque chose d'habituel pour elle.

Elle passa son chemin. Ses pas la conduisirent à travers le dédale des rues pour finalement l’emmener sur le port. Il s'était bien écoulé une trentaine de minutes pendant lesquelles la ville s'était réveillée. Il régnait à ce moment-là une telle agitation sur le port qu'elle s'en demanda la cause. Sûrement des pirates misérables qui cherchaient à entrer sur Grand Line. Un sourire sadique vint se plaquer sur ses lèvres. Elle en aurait bien profiter pour aller voler quelques objets précieux sur les bateaux sans surveillances. Malheureusement, elle ne pouvait pas prendre de risque avec le chargement qu'elle portait toujours sur son épaule. Elle soupira et tourna le dos à la bataille, longeant les docks dans le but de trouver un restaurant sympathique et gourmet. Un léger sourire s'installa de nouveau sur ses lèvres. Elle qui n'était pas du matin se trouvait pour une fois bien réveillée. Son enthousiasme fut de courte durée car l'instant d'après elle fut prise d'un brutal éternuement. Si brutal d'ailleurs qu'une onde sismique se propagea dans toute la rue, assez forte pour que les bâtiments se mettent à trembler violement ! Prise d'un sursaut, Hana se redressa en s'essuyant le nez. Qu'était-ce... ? Les yeux écarquillés, la jeune femme observait les poubelles renversées et les déchets éparpillés sur le pavé. Comment avait-elle put oublier ce fruit de malheur ?! Jusqu'ici elle avait réussit en restant constamment concentrée à réduire voire annihiler totalement ses effets, mais ce matin-là elle en avait totalement oublié la présence. Maudissant sa mémoire défaillante, elle se retourna, prête à prendre la première sortie et à s'éloigner de l'endroit.

« C'est d'une discrétion ! » Grommela-t-elle sur les nerfs.

Les mains dans les poches, et les épaules remontées, elle marcha d'un air boudeur jusqu'à l'autre bout de l'île. Elle détestait, haïssait, de ne pas pouvoir contrôler son propre corps ! Elle qui avait toujours eut la situation en main, aujourd'hui avait l'impression que tout lui échappait.

« Fruit de malheur ! » Grogna la mercenaire en shootant dans un caillou.

Elle aurait avec bonheur continué à se morfondre sur son sort si son ventre ne l'avait pas rappelé à l'ordre. Il y avait dans la vie des choses incontournables et le petit déjeuner en faisait partie intégrale. Tournant une fois de plus les talons, elle se dirigea vers la rue principale de Trader. Elle trouverait bien là-bas un restaurant ouvert. Quoique à y réfléchir, les restaurants du centre-ville étaient certainement plus cher que les autres... Hana soupira. Où pouvait-elle bien aller ? Son ventre grogna d'impatience alors que sans s'en rendre compte elle tournait pour la quatrième fois à droite. Elle ne le saurait d'ailleurs probablement jamais car une enseigne attira son attention. Elle haussa un sourcil de façon dubitative.

« Le Poisson-Bulle... ? »

La jeune femme plissa légèrement les yeux. D'où venait cette étrange impression de déjà vu ?

« J'ai déjà vu ça quelque part... »

Puis elle haussa les épaules.

« Bah ! Peu importe. »

Elle se demanda un instant si elle n'avait pas l'air trop étrange à parler toute seule. A vrai dire elle devait avoir l'air d'une parfaite idiote. Elle soupira et se mit en route vers la porte du restaurant. Celle-ci bleue pâle semblait avoir été repeinte peu de temps auparavant. En effet, contrairement à la façade du bâtiment, elle n'avait aucune gerçure, fissure ou salissure. Hana la poussa tranquillement. Le restaurant était presque vide à cette heure-ci. Peu étonnant d'ailleurs car peu de gens allaient au restaurant pour prendre un petit déjeuner. La mercenaire soupira et s'installa à une table bleue, près de la porte. Il fallait toujours prévenir les cas d’agression. Elle attrapa la plaque posée sur la table. Il ne lui fallut que peu de temps pour choisir ce qu'elle voulait, un café serait parfait pour mettre tous ses sens en éveil. Elle parcourut alors du regard la salle, attendant que le serveur vienne prendre sa commande. Hormis elle, il y avait deux autres personnes qui semblaient discuter avec intérêt, accoudées au bar. La jeune femme entendait de là leur conversation animée, mais cela concernait des choses inintéressantes à ses yeux. Le serveur vint enfin s'informer de sa demande, puis revint quelque instant plus tard avec un petit déjeuner complet accompagné d'un café. Son ventre gargouilla de nouveau lorsqu'elle vit des œufs brouillés dans son assiette. Elle attrapa une tasse d'un geste poli par l'habitude, parcourant une dernière fois la salle du regard avant d'amener le café à ses lèvres.

Le restaurant ne ressemblait en rien au Poisson-Bulle de l'Archipel Shaboady si ce n'était son atmosphère chaleureuse.

Elle reposa lentement sa tasse de café vide. Elle sentait doucement les brumes du sommeil se retirer. Au final, elle semblait qu'elle avait été moins réveillée qu'elle ne l'aurait voulu. Elle soupira, ramassant ses couverts pour couper son bacon. Dans tous les cas, elle n'avait pas à se plaindre de la qualité de la nourriture. Tandis qu'elle mâchait tranquillement celle-ci, un mot dans la conversation des deux hommes postés plus loin, attira son attention. Ils ne faisaient rien pour cacher ce qu'ils avaient à dire et apparemment, c'était le cadet de leurs soucis.

« ... c'est d'ailleurs assez inquiétant ! Si ce Shichibukai a trahis le gouvernement, il risque d'y avoir pas mal de conséquence. Franchement ça me rassure pas de savoir ce type en liberté ! Tu te souviens ce qu'il s'est passé la dernière fois qu'il est descendu sur cette île ?
- Ouai... Trader a été d'une humeur exécrable pendant plus d'un mois, j'peux te dire qu'on a payé au centuple notre incompétence présumée ! »

Le plus brun des deux soupira si bruyamment que Hana put l'entendre.

« Je tiens absolument pas à renouveler l'expérience, si tu veux mon avis.
- Sinon t'as vu l'augmentation en flèche des Wanteds ces derniers temps ?
- Evidemment, et j'aurais bien envie de quitter cette île pour aller faire la razzia sur une autre.
- Trader est trop bien placée, t'irais où ? »

Un sourire moqueur souffla l'air impassible de la mercenaire. Pauvres petits chasseurs de primes... Elle en aurait éclaté de rire si seulement cela n'avait pu interpeller les deux hommes. Elle s'attaqua alors à ses oeufs brouillés. Observant distraitement la mer qui se jetait contre la façade, sous la terrasse. Elle aurait bien été dehors, mais vu qu'elle pouvait maintenant couler, il lui semblait plus prudent de rester ici. Elle fut cependant reconnaissante lorsque le serveur ouvrit la fenêtre, laissant une brise fraîche parcourir la pièce.

Elle se sentait vivre.

[/font]


Dernière édition par Golden D Hana le Dim 29 Jan - 23:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]   Mer 7 Déc - 17:07


A l'autre bout de la ville, Raphaël s'était posé sur le toit d'une boutique anodine et se concentrait sur la localisation de Hate. Lorsque le dernier mercenaire qu'il avait abattu s'était étalé sur le sol, il avait aisément pu repérer grâce au Mantra, dans quelle direction le cyborg s'était enfuit pour emmener rapidement le blessé à l'abri. Mais sa maîtrise sur le Haki de l'Observation n'était pas infaillible, et au bout d'une centaines de mètres parcouru en « Trip in Twist », le Shandia avait du poser pied à terre pour se reconcentrer sur la « voix » de son ami, et repérer à nouveau sa trace. Il n'en aura jamais l'occasion...

« Que... HEIN ?! »

Il n'avait pas compris comment, ni pourquoi mais un tremblement de terre venait de lui faire perdre pied et, trop concentré dans l'effort mental que lui réclamait le Mantra, il se retrouva soudain entre ciel et terre. L'ange ne comptait plus le nombre de fois où il avait chuté d'un toit, d'un balcon ou bien pire, du pont d'un navire. A vrai dire, il ne serait pas exagéré de dire qu'à chaque fois qu'il arrive quelque part, il finit toujours par se manger le sol. Cette fois c'est une simple ruelle du Royaume de Traders qui verra l'une de ses dalles être embrassé par le maladroit pirate, non pas qu'il ait des attirances étranges avec le bitume, mais juste parce que cet ancien corsaire est aussi fort qu'il est malchanceux. Enfin, une fois remis de son vol plané et de l'atterrissage particulièrement « réussi », Raphaël se demanda si ce séisme était d'origine naturelle où s'il s'agissait des prémices d'une nouvelle attaque mercenaire. Pour s'assurer qu'aucun ennemi ne lui tomberait dessus par surprise, il sonda les environs et l'expression douloureuse de son visage – sa mâchoire lui faisait affreusement mal – se transforma en une mine sérieuse, voir tendue. Pourtant, les cinq âmes les plus proches qu'il avait entendue chanter autour de lui n'étaient pour la plupart pas celle d'ennemis, mais bien d'individus totalement neutre à son existence. C'était en fait la cinquième qui avait eut un tel impact sur le fasciés du jeune homme, une âme douce et joyeuse qui était très amicale envers lui. En plus du fait qu'il s'agissait apparemment d'une personne qui lui voulait du bien, la voix qui émanait d'elle était particulièrement familière.

« Set... »

Le bruit familier des tornades retentit alors que le sol se fissurait en encaissant la force des deux cyclones qui avaient jaillit des mains du Shandia. Un troisième ouragan prit naissance sous ses pieds et le propulsa dans les airs, dans une direction opposée à celle qu'il aurait du initialement prendre, laissant derrière lui, une rue un peu moins anodine maintenant qu'un cratère avait remplacé les pavés.

Dans le restaurant du Poisson-Bulle, l'ambiance était plutôt calme mais toujours aussi conviviale que d'habitude. Le gérant pouvait se vanter de faire régner l'ordre dans son établissement sur une île où les forbans étaient considérés comme des gentilshommes, du moment qu'ils avaient de l'argent à dépenser. En un sens, c'était peut-être le bazooka que Barney cachait dans le comptoir et qu'il avait du utiliser une ou deux fois pour calmer les esprits bagarreurs des pirates, qui imposait une atmosphère tranquille naturellement. Tout le monde à Traders, et surtout les nouveaux arrivants en général, connaissait le tempérament hystérique du gérant de la taverne au moins aussi bien que sa bonne cuisine. Aussi par respect pour cela, et par peur de passer son ultime repas au Poisson-Bulle, la clientèle se faisait un devoir de rester particulièrement calme. Il n'y avait pas de place pour les alcooliques qui provoquent facilement les conflits, ni même les bandits qui refusaient de payer leur consommation. Ici, il n'y avait que deux règles à honorer pour sortir vivant du restaurant : respecter l'établissement, la paix du lieu, et toujours payer la note avant de partir. Cela faisait maintenant bientôt cinq ans que les choses marchaient ainsi et qu'on se pliait aux règles, pour le plus grand plaisir de Barney – et ses bénéfices. Mais malheureusement aujourd'hui, le calme serait de courte durée.
Un clochard entra en silence dans la taverne et se dirigea discrètement vers un table déjà occupée par un étranger, arrivé quelques minutes plus tôt. Le Poisson-Bulle était tellement vide à cette heure, que personne à part Barney et les trois chasseurs de primes, n'avait remarqué sa présence.

« On fait pas la charité ici, j'espère que vous avez de quoi payer ! »

Aucune réponse, le petit commerçant trapue quitta son rôle de barman pour prendre celui du serveur et se dirigea prestement en direction de ce client aussi impolie que louche. Il venait juste de s'asseoir à la table du mercenaire et au regard que celui-ci lui avait lancé, les deux hommes se connaissaient certainement. Mais tant qu'on ne le regardait pas d'en face, le visage du clochard restait totalement invisible caché derrière ses guenilles. La curiosité de Barney grandissait en même temps que son agacement, ce type était-il sourd ou muet pour l'ignorer ainsi ? Son attitude était trop étrange pour qu'il passe à côté; quelque chose de pas net se tramait sous son nez !

« Quand on entre au Poisson-Bulle, on se découvre ! »

Irrité par l'attitude snob de ce satané vagabond, le chef-cuistot fit mine de lui arracher sa capuche pour enfin savoir à qui il avait à faire. Mais son bras fut stoppé par la forte poigne de l'étranger. Lentement, de son autre main, il se dévoila au grand jour en retirant ses guenilles, puis tourna son regard vers Barney et dans un grand sourire déclara.

« Comment vas-tu Barny ? Des nouvelles de ta sœur ?! »

« Smile...?! »

Le fasciés de cet homme qui s'était ancré dans sa mémoire dès la première fois où il l'avait rencontré, à l'époque où il était encore Capitaine Corsaire, s'accompagnait toujours dans son esprit de son sourire démoniaque et son surnom en conséquence : « Smile, le plus sadique des Shishibukai ». Depuis qu'il était passé au Royaume de Traders et qu'il y avait semé la pagaille, Barney redoutait l'ange, plus encore que la fermeture de son restaurant. Et maintenant qu'il était devenu en plus de ça, la bête noir du Gouvernement en trahissant sa fonction de corsaire, croiser à nouveau sa route était pour lui, un cauchemar qui devenait réalité.

« Ne m'insulte pas Barny ! J'ai quitter les Shishibukai et ce surnom n'est plus pour moi que la cicatrice d'un passé révolue. Alors appelle moi Raphaël, ou Fuujin si tu préfères les surnoms... »

Le regard amusé de l'Archange devint subitement, beaucoup plus sérieux. Son interlocuteur l'ignorait, mais le Mantra du parjure toujours actif, l'avait prévenu de la présence de trois ennemis tout proche de lui. Il jeta un coup d'œil derrière lui et repéra les chasseurs de primes qui s'agitaient discrètement, ils devaient certainement s'apprêter à le neutraliser pour rafler la mise sur sa tête. Sauf qu'ils étaient bien trop confiant, trop de gens comme eux pensaient que l'effet de surprises étaient la plus puissante des armes, mais pas contre le Lord of Storm. Son regard se reporta sur Barney pétrifié par la peur et peut-être aussi par l'audace du renégat. Sa tête valait 150 millions de Berrys et le royaume tout entier affichait son Wanted signé par l'influent Mr Trader; montrer son visage en public, c'était aussi provocateur que suicidaire !

« Déposez vos armes sur le sol et quittez ce restaurant immédiatement les chasseurs. Je suis un trop gros poisson pour vous, alors dégagez d'ici rapidement. »

Une intuition soudaine lui permit de prévoir la tentative désespéré de l'un d'eux, juste avant qu'il ne dégaine son arme. Du coin de l'œil, il vit son mouvement très légèrement ralentit par les effets du Haki, et profita de cet avantage pour riposter avant même qu'il n'attaque. Fromant un pistolet avec les doigts de sa main libre qu'il pointa en direction de l'inconscient par dessus son épaule, il forma un minuscule vortex au bout de son index et tira une tornade de même envergure sur lui.
« Senpuu no Kenjuu »

La flèche de vents circulaire perfora l'épaule du stupide chasseur de prime qui fut plaqué contre le mur par la force des vents. Le cyclone disparut à l'impact et les deux autres paniqués s'enfuirent promptement, suivit par le blessé légèrement sonné qui tenait son épaule dans sa main, une grimace de douleur le défigurait. Raphaël soupira en se demandant si un jour, les idiots apprendront à rester prudent. Le restaurant à présent vidé – le reste de la clientèle s'en était allé au moment où l'ex-corsaire s'était dévoilé, il put enfin lâché le bras de Barney et... Passer sa commande.
« Je voudrais la même chose que lui, apporte moi ça rapidement et retourne lustrer tes verres, je dois parler affaire... »

Le cuistot acquiesça sans un mot, il était encore plus blême qu'en découvrant le visage de Raphaël, surement car il avait été le témoin pour la première fois, de son terrifiant pouvoir. Quoiqu'il en soit, il retourna partit rapidement en direction des cuisines et lorgna, le comptoir en pensant à son précieux bazooka. Et si... Non, mieux valait éviter pour le moment. Il attendrait que son client indésirable soit concentré sur son repas pour lui balancer une boulet en pleines dents ! Et tant pis pour son acolyte qui mourrait certainement dans l'explosion. Il n'avait qu'à pas traiter avec un type aussi monstrueux. L'esprit rasséréné, Barney se mit à préparer tranquillement le petit déjeuner du renégat, la simple idée qu'il s'agirait surement du dernier le rendit tellement joyeux, qu'il choisit les meilleurs mets. Dommage qu'il n'avait pas sous la main quelques gouttes de cyanure ou un peu d'arsenic, ça lui aurait éviter de faire un trou dans son magnifique restaurant pour se débarrasser de ce foutu pirate ! Enfin, la mort de cet enfoiré valait bien quelques dégâts collatéraux.

« Alors dit moi maintenant Set, ta mission est-elle une réussite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Golden Hana
Vice-capitaineVice-capitaine

avatar
Messages : 672
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
66/120  (66/120)
Berrys: 4.335.000 B

MessageSujet: Re: Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]   Jeu 5 Jan - 19:03


Et Smile venait de débarquer. A priori il était plutôt du genre discret mais... pas discret. Un petit sourire vint illuminer le visage de la mercenaire. Vraiment, une étrange personne que cet homme et apparemment il n’appréciait pas son ancien surnom. Elle retint un rire sans joie. Malheureusement pour lui, il allait vite comprendre qu'on ne se débarrassait pas d'un qualificatif aussi facilement, surtout que celui-ci lui allait à merveille. C'est alors que la jeune femme fronça légèrement les sourcils. Il utilisait une technique de combat assez étrange en plus de son utilisation des fruits du démon. Comme ci il avait pu prévoir les mouvements de ses adversaires... Hana savait qu'avec le temps, on finissait par percevoir ce genre de choses, mais là, ça avait quelque chose d'anormal. C'est ainsi, après avoir martyrisé le barman et quelques uns des clients qui auraient voulu impunément l'importuner, que le Corsaire déchu s'installa à sa table.

« Alors dis-moi maintenant Set, ta mission est-elle une réussite ? »

La jeune femme prit le temps de finir tranquillement sa bouchée de bacon, au-delà de sa joie de retrouver l'homme et de se débarrasser de son chargement trop précieux et trop encombrant.

« Non. » déclara-t-elle calmement.

Non, ce n'était pas vraiment une réussite, la preuve en était qu'elle se trouvait seule face au Corsaire, et non avec Kazan Junior. Elle eut un espèce de sourire forcé puis attrapa sa tasse de café. Elle se rappelait très distinctement chaque instant de cette escapade qui avait été cependant très enrichissante.

Environ une semaine plutôt, elle avait retrouvé Kazan sur le groove 35. Ça n'avait pas été très dur à vrai dire, elle avait à peine prononcer son nom qu'il lui était apparu comme par miracle. D'ailleurs, c'était probablement ce qui leur avait sauvé la vie à tous les deux. Quelques dizaines de minutes plus tard se déroulait sur l'Archipel Shabaody un Buster Call destructeur...



« Vous êtes le mercenaire de Smile ? »

Hana hocha la tête silencieusement. Elle se trouvait face à un homme, grand, brun, dont la stature tout entière n'annonçait qu'un homme endurci par les étapes de la vie. Un dur. Un de ceux qui ont dû affronter plus que ce qu'il ne faudrait. Elle devrait encore protéger un truand.

« Venez. »

Elle le suivit. Un truand qui lui offrait argent, nourriture, logement et aventure. Elle passa machinalement sa main sur la garde de son sabre. Un homme malhonnête pour lequel ça valait le coup. Sa langue vint distraitement caresser ses lèvres. Une vie faite d'action, sa vie. Ils arrivèrent devant un bâteau à priori appartenant à l'organisation du Kazan, Outlaws. Il n'était pas très grand et n'abritait apparemment que peu de monde.

« Voici mon second, Edward Swamson. »

Le jeune homme aux cheveux étrangement blancs qui lui faisait face lui tendit la main, alors elle la lui serra, méfiante. Comme le concerné semblait attendre qu'elle se présente à son tour, elle lâcha seulement.

« Set, chargé de la protection de Monsieur Kazan. »

A la tête que tira immédiatement le jeune homme, la mercenaire en déduit qu'il était outré qu'un inconnu se charge de la sécurité de son supérieur. Cependant il se tut et passa son chemin pour mettre le bateau en route. Il n'était que deux, le rafiot était petit, mais ils se débrouillaient plutôt bien en navigation. Un sourire vint flotter sur les lèvres de la mercenaire. On aurait presque dit une promenade de santé. Presque. De temps à autre un malheureux monstre des mers venait à croiser leur route, mais il finissait très vite dans le ventre de ses présupposées proies. Ses deux là n'était pas très dur à protéger, ils savaient très bien se débrouiller seul. Du moins pour le moment...


Hana aiguisait la lame de son sabre sur celle d'un de ses couteaux, assise sur le bastingage elle contemplait la mer à perte de vue. Cela faisait maintenant quatre jours qu'ils voguaient vers Jaya, un repaire de pirates et de malfrats où ils n'auraient pas de mal à trouver des trafics illégaux. Elle aimait le calme, mais elle attendait le combat avec beaucoup d'enthousiasme. Elle n'avait jamais été sur Jaya, c'était pour elle une île inconnue, mais dont la réputation était bien souvent parvenue à ses oreilles, de telle sorte qu'elle connaissait l'île sans la connaître. Elle rangea son sabre dans son fourreau d'un geste calculé et descendit de la rambarde pour marcher un peu sur le bateau. Elle n'aimait pas les journées d'inactivité, mais elle aimait encore moins se donner en spectacle, si bien qu'elle passait ses journées à aiguiser ses lames et faire des taches utiles sur le bateau.

Et ce soir là, ils aperçurent Jaya. Il n'y avait aucune raison pour qu'on les soupçonne d'un quelconque délit prémédité à cet instant, mais Jaya était une île régie par des caïds, ils pouvaient se faire attaquer sans raison valable. Prudente, Set se baladait la main sur le pommeau de son sabre. Kazan savait parfaitement ce qu'il faisait. Cette remarque tira un sourire à la jeune femme. Il n'en était pas à son premier coup, et il était rusé. A la manière dont il observait le lieu, il cherchait quelque chose. Set haussa les épaules se contenta de suivre les deux voyous à travers la ville. Ils s'arrêtèrent en face d'une petite taverne. Elle était sale et abîmée, mais ce n'était pas étonnant pour cette île. C'était d'ailleurs étonnant la façon dont pirates et civils s'étaient mêlés. Les deux hommes s'assirent et elle fit de même, les sens en éveil. Ce genre d'endroit était bien trop souvent des lieux de batailles. Kazan et son second échangèrent quelques mots, puis Swamson se leva. Le plan avait été prévu avant leur arrivée. Il l’effleura au passage, lui soufflant d'une voix menaçante :

« Si Kazan revient avec ne serait-ce d'un cheveu en moins, tu connaîtras un tel sort que l'enfer sera pour toi un soulagement. »

Un sourire sarcastique naquit sur le visage de la jeune femme. Alors que l'homme atteignait la porte, elle lui répondit sur un ton provoquant.

« J'ignorais que vous en connaissiez le nombre. »

Elle lui décocha un sourire clairement insolant alors qu'il lui lançait un regard meurtrier. Il quitta enfin la pièce. Set se tourna de nouveau vers Kazan qui l'observait d'un air interrogatif. Elle secoua rapidement la main, comme pour lui dire de ne pas y faire attention puis haussa les épaules.

« Kazan ?
- Hm ?
- Combien de cheveux avez-vous ? »

Le mafieux ouvrit tellement les yeux qu'Hana se demanda s'ils n'allaient pas tomber de leurs orbites. Apparemment, il était très surpris. La jeune femme haussa une fois de plus les épaules et se laissa tomber sur le dossier de sa chaise en soupirant.

« Johns ?
- Hm ? »

Il avait été décidé que Billy Johns serait son nom sur cette île. Elle était assez connue dans le milieu malfrat pour tout les services qu'elle avait rendu aux uns et aux autres. Prudence était mère de sûreté.

« Vous vous sentez bien ?
- Très bien. Pourquoi ? Quelque chose vous inquiète ? »

Kazan ne répondit pas. Il se laissa à son tour tomber sur le dossier de sa chaise, finissant sa bière à longues gorgées. La jeune femme profita de ce silence pour balayer la salle du regard. Sur les tables, poker ou autres jeux d'argents se déroulaient. Le soir approchait et le bar se remplissait. La jeune femme se gratta distraitement la nuque, passant la maison sous son foulard. Elle attrapa de l'autre sa choppe qu'elle finit d'un trait. Au même instant un cri se fit entendre. Un pirate entra dans le bar, essoufflé et surtout très excité.

« Un fou a provoqué Carie Farrad en duel !
- L'écorché ? C'pas nouveaux, des fous y en a plein ici.
- Ouai, mais il l'a mis à terre au premier coup ! »

Un brouhaha remplaça soudainement le silence attentif qui avait fait place à l'arrivé du matelot. Les uns après les autres, les pirates se levèrent, excités eux aussi. Kazan et Set se mêlèrent à la foule. Mais alors que celle-ci partait vers le centre de la ville, les deux complices se glissèrent dans une ruelle. Sans un mot, ils prirent le chemin des docks. Il avait été prévu que Swamson fasse diversion, ce qui d'ailleurs l'avait mis un rogne. Néanmoins, c'était son patron qui le lui avait demandé et il s'était plié à l'ordre. Laisser la gloire à un inconnu tel que Set ne lui plaisait absolument pas. Kazan avait tenté de le dérider en lui disant qu'il aurait droit à une bonne baston, mais rien à faire, le second avait été exécrable toute la journée. La ville semblait déserte de ce côté là, mais il fallait se méfier des apparences. Les Capitaines ne laissaient jamais leurs navires sans protections. Cette île était le quartier général de nombreux mafieux, une île propice aux affaires. Alors qu'ils empruntaient une rue parallèle au rivage, Kazan s'arrêta. Il se retourna et montra une porte en acier. D'un geste poli par l'habitude, Set sortit de sa poche une tige de métal, elle la replia souplement et s'accroupit devant la porte tout en surveillant son environnement. Elle passa la tige dans la serrure, tourna d'un petit geste sec puis l'en ressortit. Elle la plia autrement, la glissa de nouveau dans la serrure, tourna. Elle réitéra cette action plusieurs fois avant qu'un déclic se produise. Lentement elle se redressa, attrapa ses trois couteaux... La porte s'ouvrit soudainement, tirée par une véritable armoire à glace. Il se retrouva aussitôt poignardé de trois couteaux. Set par réflexe avait envoyé voler ses armes et poussé Kazan sur le côté. Elle évita par miracle la hache du colosse. Elle sauta sur ses pieds, dégainant son sabre immédiatement. Kazan Junior se trouvait debout devant l'ennemi. La hache le transperçait de part en part. Il était coupé en deux, la main droite tendue devant lui. C'était un spectacle à la fois fascinant et effrayant. Set avait été mise au courant du logia de son protégé, mais savoir et voir un logia n'était littéralement pas la même chose. C'était impressionnant. Sa main posée sur la bouche et le nez de l'homme qui respirait des poussières de cendre incandescente. Atroce. Horrible. Les yeux du colosse roulèrent dans leurs orbites. Kazan le lâcha et il s'écroula à terre. Hana entra à son tour dans la battisse, enjambant le cadavre. Aux aguets, elle n'avait pas rengainé son sabre. Elle observait la pièce, comme ci elle avait pu leur réserver une mauvaise surprise. Il était étrange qu'il n'y est qu'un seul garde. Cette organisation possédait beaucoup trop de choses précieuses pour que cela soit aussi simple. Littéralement impossible. Kazan se dirigeait, méfiant, vers l'autre porte. D'un seul coup il y eut une impressionnante détonation, des cris de sauvages et des hommes débarquèrent dans la pièce. Une trentaine... Set lança la tige de fer à Kazan, comme par réflexe. Elle lança son sabre sur la lampe, il l'explosa. Ce fut le noir complet.

« Occupez-vous de la porte ! » cria-t-elle à Kazan.

Et elle se mit en position de combat. Le fracas étourdissant laissa place à un silence de mort, brisé par les souffles rapides des arrivants. Un appel de Den Den Mushi résonna alors dans la pièce avec une intensité étonnante, suivie de la voix de Kazan puis de celle de Swamson.

« Ah Patron ! Ca va ? On dirait que j'ai fini le combat un peu trop vite. »

On entendit le trafiquant soupirer bruyamment. Set leva les yeux au ciel.

« Tu pourrais pas faire un peu plus d'efforts ?
- J'ferais mieux à la prochaine.
- J'espère. Ramène ton cul ! »

Apparemment, ce fut ainsi que la discussion prit fin car le grattement caractéristique de la tige dans la serrure se fit entendre. Set ferma les yeux, puis les rouvrit. à la lueur de la lune on voyait, mais pas assez pour distinguer clairement leurs visages. Vu ce qu'ils s’apprêtaient à voler, grand bien leur ferait de garder une identité secrète. Avec un cri furieux, le premier se jeta sur elle. Ses dagues surgirent hoirs de leur fourreau avec le crissement aigu de deux fers se rencontrant. Elles tournoyèrent. Set entra dans la danse.

Ce fut un véritable carnage. Elle ne se souvenait plus exactement comment elle les avait tous battus. Toujours est-il que c'était Swamson qui lui avait ôté le goût du dernier, puisqu'il l'avait tué d'un vulgaire coup de pistolet. Dire qu'elle avait alors tué tous ses bandits sans même avoir la satisfaction d'avoir achevé sa tache. Elle avait soupiré en lançant un regard noir au jeune homme. Kazan avait à cet instant fini d'ouvrir la porte. Swanson, n'adressa aucun regard à la jeune femme et se dirigea à grand pas vers son Capitaine.

« Chef ! »

Il se pencha rapidement à l'oreille du trafiquant et lui murmura des nouvelles pas très réjouissantes songea la mercenaire lorsqu'elle vit briller dans les yeux de l'homme l'éclat de la haine. Il se tourna alors vers elle avec un sérieux désarmant.

« Que se passe-t-il Monsieur ?
- Un problème urgent à régler. Set vous allez prendre le bois d'Adam et le rapporter à son destinataire. Vous prendrez l'argent qu'il me doit. »

Kazan et son acolyte étaient encore restés quelques instants dans la bâtisse. Ils avaient ensemble prit le bois d'Adam voulu. Les trafiquants avait pillé le reste des trésors entreposés là. Set, elle, n'avait rien trouvé de peu encombrant et d'intéressant. Swamson avait ouvert une vieille caisse.

« Eh ! Patron ! Regardez ça. »

Ils s'étaient tous les deux penchés sur le contenu du coffre puis le second s'était redressé.

« Tiens ! Ta récompense !
- Hein ? »

Elle sentit quelque chose lui passer dans la gorge, la lui brûlant au passage qu'elle qualifia instantanément de piment.

« Sa- arrh Salaud !
- Eh ? J'te donne un fruit du démon tu devrais me remercier !
- ... un fruit du démon ? » demanda-t-elle d'une voix incrédule, bien qu'un peu enrouhée car sa gorge la brûlait toujours.
« Alors ? C'est quel pouvoir ?
- Swamson. On a pas le temps de s'amuser, on y va. »

Et ils quittèrent la pièce d'un pas rapide. Hana mit quelques instants à reprendre ses esprits. Lorsqu'elle réalisa, elle courut dehors pour les rattraper, mais ils avaient déjà quitté la rue.

« SALAUUUUUUUUUUUUUUUD ! TU M'AS FAIT BOUFFER UN FRUIT DU DEMON ! REVIENS ICI QUE J'TE MASSACRE ! »

Plus aucune politesse pour le couard qui venait de lui faire ce mauvais coup.
Et tout ce mit à trembler. Les bâtisses environnantes se fissurèrent, puis s'effondrèrent. Le sol se craquela. Hana prit conscience de sa situation. Et il sembla que Swamson eut ainsi sa réponse... Effrayée par son propre pouvoir, la meurtrière attrapa la marchandise et quitta l'île sur le champ. Oubliant son sabre dans sur le lieu du crime.




...quand je pense que le connard m'a fait avaler ce pourri j'ai bien envie de lui casser la tête...

« Cependant, j'ai ce qu'il vous faut. De la part de Kazan Junior. » ajouta-t-elle, posant sur la table le lourd sac de bois d'Adam.

Il était évident qu'elle avait pensé à garder le bois et à le vendre le triple ailleurs, mais elle ignorait combien Kazan en avait proposé à Raphaël pour son service. Un sourire désobligeant vint lentement étirer ses lèvres. Une idée plutôt malsaine venait de germer dans sa tête.

[/font]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]   Sam 28 Jan - 19:22





« Non »

Coup de tonnerre sur le Royaume de Traders. Malgré le ciel bleu, le soleil et l'absence totale de nuage il y avait pourtant bel et bien un orage sur cette île, un orage invisible qui sévissait dans les entrailles Raphaël. La réponse de Set l'avait littéralement cloué sur place, mais quelque part cela expliquait l'absence de Kazan Junior à ses côtés. Si le trafiquant qu'il avait engagé pour récupérer du Bois d'Adam manquait à l'appel, c'était certainement car il avait été incapable de se charger de sa tâche. Ou pire, qu'il l'avait berner ! Mais alors pourquoi le Mercenaire était-il présent ? Si Kazan avait effectivement duper l'ange, pourquoi prendre la peine de le lui annoncer ? A moins d'être fou ou un inconscient provocateur, cela n'avait absolument aucun sens. Etait-il suffisamment stupide pour croire qu'il pouvait tromper le Lord of Storm sans en payer le prix ? Non, Kazan était un type intelligent, il ne s'y serait certainement pas pris de cette manière si telles étaient ses intentions.
En y repensant... C'était la mission de Set qui avait apparemment échoué, cela voudrait donc dire qu'il n'avait pas réussi à protéger Kazan et cela expliquerait son absence; il était mort !

« Cependant, j'ai ce qu'il vous faut. De la part de Kazan Junior. »

Un long soupir s'échappa des lèvres entrouvertes du Shandia en voyant le sac visiblement rempli de Bois d'Adam. Finalement, les choses ne s'étaient pas passés comme il s'y attendait, mais le résultat était le même, il avait obtenu ce qu'il souhaitait et Kazan aurait sa paye. S'il était retenu ailleurs alors Set s'occuperait de lui remettre l'argent, et s'il était mort comme l'on pouvait le penser, et bien ce serait son acolyte qui récupérerait les Berrys. Raphaël se fichait totalement à qui irait l'argent du moment qu'il avait enfin le bois nécessaire à la construction de son nouvel arc. Car ne l'oublions pas, il avait détruit l'ancien à Marijoa dans la demeure d'un Tenryuubito et cherchait depuis à en fabriquer un autre bien plus résistant. Cette nouvelle acquisition allait donc le lui permettre.

« Voilà ton plat forban ! T'étouffes pas avec surtout, ça ferait bien trop de peine à Mr Trader. »

« Je te remercie chaleureusement Barny, mais je compte quitter l'île avant même que ce marchand n'apprenne que je suis ici, tant fait pas ! »


Barney grommela quelques insultes dans sa barbe en déposant l'assiette face à son client. Il ne savait pas ce qui pouvait bien l'empêcher d'étrangler cet enfoiré avec son foutu sourire, mais quelque part au fond de lui, il se doutait bien que c'était simplement la peur qui le ligotait. Il s'en alla promptement pour rejoindre son cher bazooka, se plaça derrière le comptoir et attendit que Raphaël commence à manger pour passer enfin à l'action.

« Quoiqu'il en soit, le Bois d'Adam a un prix alors voici comme convenue ce que je dois à Kazan. Tu lui passeras mes salutations en lui remettant l'argent. Sauf si l'échec de ta mission signifie que tu n'as pas pu le protéger de la mort... Dans ce cas je vou........ »

L'ange ne put terminer sa phrase, son Mantra s'activa d'instinct et le prévint du danger qui le guettait. Pas le temps de réfléchir d'où l'ennemi allait frapper, Raphaël attrapa Set et se jeta au loin, juste au moment où le bazooka du gérant crachait son obus sur eux. Propulsés par la force de l'explosion, les deux camarades d'infortunes roulèrent sur le sol pendant trois bon mètres avant de s'immobiliser enfin. Le pirate rouvrit les yeux et se rendit soudain compte qu'il était tombé sur le mercenaire, leurs visages étaient si près l'un de l'autre que le Shandia pouvait sentir son souffle irrégulier lui caresser les joues. Il réalisa alors, en observant avec plus d'attention le fasciés de cet homme, qu'il possédait des traits bien plus fins que les autres, une certaine féminité semblait en émaner. L'hypothèse que Set soit en réalité une femme n'avait jamais traversé l'esprit de l'ancien corsaire, et pourtant, maintenant qu'il regardait de bien plus près, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait à deux centimètres de ses lèvres, celles d'une fille. Troublé, il resta ainsi immobile pendant plusieurs secondes, gravant à jamais dans sa mémoire l'image d'une féminité qu'il n'avait jamais soupçonné. Il ne remarqua même pas que les flammes de l'explosion avait rongé ses guenilles et qu'elles avaient été arrachés dans la débandade. Ses ailes s'étaient alors déployés d'elle même au dessus d'eux, les couvrants d'un rideau de plumes nacrées.
Fantasque tableau d'une scène insolite...
Revenir en haut Aller en bas
Golden Hana
Vice-capitaineVice-capitaine

avatar
Messages : 672
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
66/120  (66/120)
Berrys: 4.335.000 B

MessageSujet: Re: Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]   Dim 29 Jan - 16:01


Le pirate parut soulagé d'apprendre qu'elle avait effectivement le bois d'Adam. Elle haussa les épaules et piqua dans un quartier de mandarine. Elle l'amena à sa bouche alors qu'il y eut perturbation. Le barman, qui semblait bien peu coopératif depuis l'arrivée du fugitif, ce qui était compréhensible, d'une certaine manière, passait son temps à envoyer des mauvaises menaces à ce dernier. Elle mit le morceau dans sa bouche. Rien de tel qu'un fruit juteux pour se réveiller totalement. Raphaël répondit au tenant du restaurant sur un ton complètement détendu. D'après lui il n'y avait pas lieu de s’inquiéter. Elle avala le bout de fruit, puis s'intéressa au reste de son bacon avant de finalement reprendre un quartier de mandarine du bout de sa fourchette. Le barman posa l'assiette du pirate sur la table tandis qu'Hana avalait le deuxième quartier de sa mandarine. L'ancien Corsaire se mit à manger tout en lui parlant affaire.

« Quoi qu'il en soit, le Bois d'Adam a un prix alors voici comme convenu ce que je dois à Kazan. Tu lui passeras mes salutations en lui remettant l'argent. Sauf si l'échec de ta mission signifie que tu n'as pas pu le protéger de la mort... Dans ce cas je vou........ »

L'homme s'arrêta soudainement. La jeune femme pressentit immédiatement un danger. Son premier réflexe fut de se jeter sur la marchandise mais l'ange fut plus rapide qu'elle. Il l’attrapa brusquement et l'entraîna dans une chute contrôlée... Enfin, la mercenaire présuma qu'au départ, la roulade fut contrôlée. Elle ignorait totalement comme ils avaient pu finir ainsi. La détonation résonna si fort dans tout le bâtiment que les oreilles de la jeune femme bourdonnèrent. Elle ne contrôlait plus du tout la situation. Lorsqu'elle tomba sur le sol dur sa respiration lui fut coupée. Elle mit quelques secondes avant de reprendre pleinement ses esprits...

Elle ouvrit les yeux.
Au-dessus d'elle, se découpant sur l'immensité du ciel, un homme magnifique déployait deux grandes ailes immaculées. Il était penché sur elle et d'après son regard, il venait de faire une découverte très surprenante. La jeune femme s'en était déjà rendu compte auparavant, il était grand, charismatique et surtout d'une beauté divine. Il faisait clairement parti des hommes qui lui plaisaient. Cette constatation lui arracha un soupir frustré. Elle n'était pas là pour se complaire dans les plaisirs de la luxure. Elle n'avait jamais eu le moindre contact avec ses patrons et n'en aurait jamais. L'homme ailé cependant ne semblait pas remit de sa trouvaille. La mercenaire lâcha un soupir contrarié. Elle leva les bras pour le déplacer et pouvoir se lever. Celui qui les avait attaqués ne les laisserait certainement pas tranquille, sauf s'il avait été ensevelis par les gravas de sa propre maison. L'effort lui arracha un gémissement de douleur. Elle était tombée sur le bois d'Adam et celui-ci lui meurtrissait le dos.

« Excusez-moi... » souffla-t-elle en le poussant pour se relever.

Une fois ceci fait, elle analysa aussitôt la situation. L'homme au bazooka était toujours là, derrière son bar et face à eux. Il semblait étourdit par son propre coup. La jeune femme eut envie d'éclater de rire devant la stupidité du moment. Mais l'hilarité lui passa bien vite. Son coup avait certainement déjà alerté au moins la moitié de l'île. En accord commun avec elle-même, elle relâcha toute sa puissance. De toutes ses forces, elle frappa le sol. Son coup eut un effet bien plus puissant que celui escompté, preuve une fois de plus qu'elle ne contrôlait absolument pas son fruit du démon. Prenant soudainement conscience de l'ampleur du choc qu'elle avait provoqué, elle fit volte face, attrapa d'une main le bois d'Adam, de l'autre l'ancien Corsaire et se mit à courir aussi rapidement que le lui permettait ses jambes. Derrière elle, le sol avait commencé à se fissurer de part en part. Tous les bâtiments menaçaient de tomber en petits morceaux. Ils étaient sur le point de mourir dans sa propre crevasse.

« Ahh ! » s'écria-t-elle alors que la situation lui échappait totalement.



Je refuse de mourir de ma propre connerie !

[/font]


Dernière édition par Golden D Hana le Lun 30 Jan - 7:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]   Dim 29 Jan - 20:48



« Excusez-moi... »

Le charme était rompu. Raphaël descendit de son petit nuage pour réaliser enfin dans quelle position embarrassante il se trouvait. Il s'écarta aussitôt et laissa Set se relever à son tour sans le lâcher des yeux, pourquoi cachait-il sa féminité ? Cette question allait certainement rester sans réponse encore un bon moment. En effet, le – ou « la » - Mercenaire n'avait visiblement pas apprécier l'attaque de Barney et au vu de son regard furibond, il allait lui faire payer. L'Archange s'attendait à ce qu''il dégaine son sabre et réduise en lambeau le gérant du restaurant, mais au lieu de ça, Set se contenta de frapper du poing sur le sol. Durant l'instant de flottement qui suivit, le Shandia se demanda si son acolyte s'était trop fortement cogné la tête tout à l'heure, pour ainsi croire que son acte allait changer quoi que ce soit. Mais il n'eut pas le temps de pousser la réflexion plus loin, un brusque tremblement de terre l'envoya au sol pour la seconde fois et la puissance du séisme sembla briser les fondations de l'établissement. Ce type venait de créer une puissante onde sismique en frappant le sol...

« Fruit du dé...Hein ?! »

Set attrapa sa main et le tira hors du restaurant qui s'effondrait sans autre forme de procès. Raphaël n'en menait décidément pas large, ainsi balloté sur plusieurs mètres à travers toute la ville, fuyant visiblement le tremblement de terre qui ravageait chaque bâtisses environnantes. L'homme-femme lâcha soudain un cri de rage en comprenant qu'ils allaient finir ensevelit sous les décombres en continuant ainsi, le séisme était apparemment bien plus puissant qu'il ne l'avait prévu et ils allaient mourir par sa faute. Enfin ça... C'était sans compter notre Super-Ange qui, après quelques minutes sur la touche venait finalement de comprendre la situation critique à laquelle ils étaient confrontés. Tel le héros d'une bande dessiné, il stoppa brusquement sa course et déclara d'un ton héroïquement héroïque.

« Je crois que c'est à mon tour d'intervenir ! »

Il lui manquait le masque et la pose ridicule pour être un véritable super-héros, mais à défaut, il préféra juste prendre son compagnon dans ses bras et déclencher un « Hurricane Rocket ». Une tornade les enveloppa juste à temps pour les protéger d'un bloc de pierre qui s'écroulait d'un bâtiment, avant de les propulser dans les airs. La fusée-cyclone les transporta ainsi sur plusieurs centaines de mètres et pendant ce voyage qui dura quelques minutes, Raphaël essaya de trouver les réponses aux questions qui le tourmentaient depuis l'attaque de Barney.

« Qui es-tu réellement Set ? Un homme, une femme ? Un mercenaire ou une maudite des eaux ? »

« Je suis Set tout simplement »

La réponse de son interlocuteur troubla l'ange. Ce personnage était bien plus mystérieux qu'il ne l'avait cru au premier abord, et il ne pouvait s'empêcher de penser qu'une bonne raison se cacher derrière tout ces secrets.
Jugeant qu'ils étaient enfin à l'abri de tout dangers, le Shandia mit fin à sa technique et la tornade disparut. Il se retrouvèrent alors au beau milieu du ciel, bien au dessus de la ville à une hauteur qui serait mortelle pour n'importe quel être humain. Un perfide stratagème traversa alors l'esprit de Raphaël qui venait de trouver un moyen d'obtenir les aveux de Set. Bien sûr, il aurait très bien pu respecter ses secrets et mettre fin à leur relation sur le champ, sans poser une question de plus. Mais la prudence lui intimer de tout savoir sur ce charismatique Mercenaire qui pourrait très bien se révéler être un ennemi en réalité. Après tout, il avait menti sur son sexe et Kazan n'était pas là pour confirmer sa bonne foie, il pouvait donc très bien se révéler un ennemi, voir pire ! Un agent secret du Gouvernement Mondial. Le sourire sadique de Smile recouvrit son visage comme à l'époque où il était Shishibukai. Il profita de cet instant de flottement où la gravité n'avait pas encore repris ses droits sur eux, pour dire ses derniers mots avant d'abandonner son acolyte à une chute vertigineuse.

« Mauvaise réponse ! »

Deux cyclones jaillirent de ses mains et un troisième prit naissance à ses pieds pour le maintenir dans les airs pendant que Set, incapable de se rattraper à l'ex-Shishibukai, se précipitait dans le vide. Raphaël eut tout juste le temps de lire la peur dans les yeux du mercenaire avant que son visage ne bascule en arrière et que son regard ne vienne fixer le sol de Trader. Apparemment, il ne s'attendait pas à ce virement de situation. En même temps, son sauveur de tout à l'heure venait de se transformer brusquement en assassin, ce qui pouvait difficilement laisser de marbre. Pourtant, s'il avait réfléchis un instant, Set aurait certainement compris que tout ceci n'était qu'une mise-en-scène et que sa vie n'était pas réellement en danger car il tenait dans sa main, le précieux Bois d'Adam que convoitait Raphaël. Mais tout ça était si soudain, qu'il n'avait sûrement pas eu le temps d'y penser. Au bout d'une longue minute, l'ange décida finalement de secourir sa pauvre victime et se propulsa dans sa direction grâce au « Trip in Twist ». Il la rattrapa in-extremis au moment où elle allait s'écraser contre un immeuble et la lâcha presque aussitôt sur le toit de la bâtisse avant d'atterrir en douceur. Tout ce cinéma n'avait finalement servit qu'à effrayé le mercenaire afin d'obtenir les réponses qu'il refusait de lui donner. A présent qu'ils étaient de nouveau réunis et qu'ils se faisaient face, Raphaël entama de nouveau la discussion.

« Je ne peux pas avoir confiance en quelqu'un qui me cache jusqu'à son véritable sexe ! Qu'est-il arrivé à Kazan ? D'où sort ce pouvoir sismique ? Dit moi qui tu es ! »

L'Archange serra le poing et se mordit la lèvre. Une once de colère s'était ressentit dans sa voix et le sourire chaleureux qu'il abordait habituellement avait laissé place à une mine courroucé. Il commençait réellement à croire qu'il était sur le point de démasquer un espion de la Marine. Et cette idée le rendait d'autant plus furieux. Néanmoins, il n'avait pas l'air d'être le seul en colère; en effet Set lui aussi explosa de rage.

« Tu n'as pas à me connaître ! Je ne suis qu'une protection pour Kazan rien d'autre ! Je suis Set le mercenaire. Et rien ne changera. Kazan n'est pas mort, mais je n'ai que ma parole pour te le prouver. Malheureusement pour toi je ne suis pas de ceux qui attache de l'importance à l'honneur. Donc si tu ne me crois pas, peu importe. Je ne suis pas non plus de ceux qui sont prêt à mourir alors ne t'avise plus jamais de me menacer ! Espèce de brute ! Quand à mon pouvoir sismique je ne vois pas du tout en quoi cela te concerne ! J'aurais très bien pu déjà l'avoir avant de te rencontrer ! »

Raphaël resta totalement cloué sur place pendant toute la tirade. Jamais un agent du Gouvernement n'aurait ainsi perdu son sang froid, et aucun ennemi n'aurait parlé ainsi. Il était bien obligé de le reconnaître, cette femme – puisque maintenant il en était certain – n'était que ce qu'elle semblait être : une fille qui cachait sa vulnérabilité derrière le masque d'un homme. Pourtant elle avait prouvé un instant plus tôt qu'elle était bien plus forte qu'on ne le pensait, elle possédait un pouvoir immense et avait déjà une longue carrière de mercenaire derrière elle. Alors pourquoi, pourquoi cette carapace masculine inutile ? Certainement la peur d'affronter ce monde machiste en tant que femme, même si elle avait le pouvoir de l'affronter, il devait malgré tout l'effrayer. Quoiqu'il en soit, il était hilarant de voir à quel point le plan du Shandia avait marché, même mieux qu'il ne l'avait espéré. Si Set gardait son apparence d'homme, son attitude était à présent bien plus féminine et Raphaël ne pu s'empêcher d'éclater de rire lorsqu'elle le traita de « brute », comme une fragile demoiselle l'aurait fait. Après quelques secondes passées à s'esclaffer il reprit un air tranquille et, toujours armé de son sourire s'avança vers le mercenaire en sortant l'argent pour le Bois d'Adam. Il le lui remit sans un mot et récupéra la marchandise en silence avant de se retourner pour contempler la ville du haut de cette immeuble. Son cœur se serra en pensant que c'était certainement la dernière fois qu'il verrait Set. En comprenant qui elle était en réalité, il n'avait pu s'empêcher de ressentir une certaine compassion pour elle, voir de l'admiration pour ce qu'elle représentait. Il aurait aimé apprendre à la connaître dans d'autres circonstances, mais le temps pressait et il doutait qu'elle pardonne son attitude. Il déploya alors ses ailes et se contenta de déclarer dans un sourire ces quelques mots avant de partir.

« Tu devrais oublier les faiblesses illusoires de ton sexe, tu as le pouvoir d'atteindre le but que tu t'es fixé, je le sais. Maintenant à toi de choisir si tu souhaites y arriver en restant caché derrière un homme qui n'existera jamais, ou en affirmant une fois pour toute qui tu es. Adieu Set le mercenaire et passe donc le bonjour à Kazan de ma part ! »

Le bruit du vent retentit à nouveau et l'ange disparut dans les airs, propulsés par les tornades qu'il avait créer. Une plume nacrée se décrocha de ses ailes et plana quelques instants au dessus du bâtiment avant de se poser en toute légèreté sur son toit.
Ultime représentation d'une pureté en perdition...
Revenir en haut Aller en bas
Golden Hana
Vice-capitaineVice-capitaine

avatar
Messages : 672
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
66/120  (66/120)
Berrys: 4.335.000 B

MessageSujet: Re: Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]   Dim 29 Jan - 23:03


Alors qu'ils allaient mourir de sa propre main, l'ange se stoppa brusquement. Hana fut surprise, si bien qu'elle s'arrêta elle aussi. Elle se retourna vivement vers lui, se demandant s'il était nécessaire qu'ils meurent ici et maintenant lorsque l'homme céleste l'attrapa par la taille. Elle se sentit alors propulsée dans les airs par une force phénoménale. La jeune femme écarquilla les yeux alors qu'elle regardait le sol s'éloigner. Elle avait perdu pied, et dans tous les sens du terme. Elle s’agrippa par instinct de survie aux deux bras qui la soutenait. L'ancien Corsaire les projetait en l'air grâce à son fruit du démon, le fruit des Tornades. Elle le savait, car il était tout bonnement impossible de n'en avoir jamais entendu parler. La voix du pirate la fit alors revenir dans la réalité.

« Qui es-tu réellement Set ? Un homme, une femme ? Un mercenaire ou une maudite des eaux ? »

Hana se pinça les lèvres. C'était bien le moment ! Bah... à vrai dire, oui c'était le moment. Elle faillit soupirer bruyamment, alors qu'elle se concentrait pour chercher une réponse appropriée. S'il croyait pouvoir obtenir des informations sur elle lui se mettait le doigt dans l'oeil ! Jamais elle ne dirait rien sur sa personne, et encore moins à un escroc, qui plus était, son patron du moment. Elle inspira calmement avant de répondre sur un ton froid qui, normalement, aurait dû éviter toutes répliques.

« Je suis Set tout simplement. »

Ils arrêtèrent leur ascension et le regard de Raphaël changea. Il était contrarié par sa réponse c'était certain, mais la jeune femme n'aimait décidément pas du tout la lueur qui venait de naître au fond de ses prunelles. Le sourire qu'il lui offrit quelques instants après ne présageait rien de bon. Elle eut juste le temps d'entendre l'ange déclarer qu'elle avait mal répondu avant de basculer dans le vide. Son cœur sembla rester aux côtés de l'ange blanc alors que son corps chutait sans aucune prise, aucun espoir de survie. Elle tombait ! Elle tombait vers le sol à une vitesse qui ne lui promettait qu'une mort soudaine ! La jeune femme fut soudainement prise d'une peur profondément enfouie. Une peur si grande qu'elle eut l'impression qu'elle allait mourir avant même de se fracasser contre le sol qu'elle voyait se rapprocher à une allure monstrueuse. Elle écarquilla les yeux.

Je ne peux pas mourir...

Son coeur battait si vite et si fort qu'une douleur lui traversait le torse de part en part. Une angoisse profonde dont elle ne s'affranchirait jamais refaisait surface.

Je ne dois pas mourir...

Elle ferma les yeux devant l'inévitable.

Je n'ai pas encore payé pour mes crimes !

Ses boyaux semblaient s'être noués. Sous l'effet mêlé de la peur et de l'angoisse, elle sentait des picotements se propager dans ses veines. Effrayée. Il ne fallait pas mourir ! Pas encore !

Je n'ai juste pas le droit de...

Soudain elle eut le souffle coupé sous un choc terrible contre son torse, elle aurait presque pu entendre ses côtes se briser. Son coeur cessa un instant de battre, puis il s'y remit, plus vif que jamais. Elle commençait à ouvrir les yeux lorsqu'il y eut un autre choc. Elle venait être balancée sans ménagement contre la toiture où elle avait faillit laisser sa peau.

« Je ne peux pas avoir confiance en quelqu'un qui me cache jusqu'à son véritable sexe ! Qu'est-il arrivé à Kazan ? D'où sort ce pouvoir sismique ? Dit moi qui tu es ! »

Il était en colère apparemment. Il était en colère ? Mais pourquoi ? Hana posa la main sur sa poitrine, alors qu'elle essayait de respirer convenablement. Une montée d'adrénaline raviva soudainement tous ses sens. Elle était découverte ! Il la prenait pour une femme faible et manipulatrice ! Et de plus il se permettait de jeter ses propres employés comme il le souhaitait ?! Sa colère soudaine due à un trop plein émotionnel explosa. Pour qui se prenait cet imbécile ?!

« Tu n'as pas à me connaître ! Je ne suis qu'une protection pour Kazan rien d'autre ! Je suis Set le mercenaire. Et rien ne changera. Kazan n'est pas mort, mais je n'ai que ma parole pour te le prouver. Malheureusement pour toi je ne suis pas de ceux qui attachent de l'importance à l'honneur. Donc si tu ne me crois pas, peu importe. Je ne suis pas non plus de ceux qui sont prêts à mourir alors ne t'avise plus jamais de me menacer ! Espèce de brute ! Quant à mon pouvoir sismique je ne vois pas du tout en quoi cela te concerne ! J'aurais très bien pu déjà l'avoir avant de te rencontrer ! »

Contre toutes attentes, le jeune homme éclata de rire. Hana encore furibonde se retint de se jeter sur sa gorge pour l'étrangler. D'où est-ce qu'il se permettait de... de rire ?! Il se pencha vers elle alors qu'elle restait muette de stupeur, ramassa le bois d'Adam, lui donna son argent puis se redressa. Il marcha jusqu'au bord du toit, mais ne s'envola pas tout de suite comme l'aurait cru la jeune femme. Il lâcha d'abord une tirade...

« Tu devrais oublier les faiblesses illusoires de ton sexe, tu as le pouvoir d'atteindre le but que tu t'es fixé, je le sais. Maintenant à toi de choisir si tu souhaites y arriver en restant caché derrière un homme qui n'existera jamais, ou en affirmant une fois pour toute qui tu es. Adieu Set le mercenaire et passe donc le bonjour à Kazan de ma part ! »

...qui provoqua l'effet d'une bombe. Elle bondit sur ses pieds, prête à l'insulter, lui dire qu'il se mêlait de choses qui ne le regardait absolument pas, mais il avait déjà sauté dans le vide. Elle ne put que regarder impuissante, une plume blanche, immaculée, voleter dans les airs avant de venir se poser à ses pieds. La jeune femme se baissa pour la ramasser.

Qui sait, cette plume valait peut-être de l'or ?









Elle avait vite quitté les toits. Ne voulant pas ruminer son affront. Il savait peu de choses et il en savait déjà beaucoup trop ! Elle soupira bruyamment en jouant distraitement avec l'argent qu'elle avait gagné. Qu'est-ce qu'elle allait faire de ça... ? Il y avait un bon pactole et elle pourrait certainement s'acheter un meilleur sabre que son dernier ou alors elle s'en servait pour payer la traversée jusqu'à la prochaine île... Elle soupira encore une fois, seulement une fissure, témoin de son méfait précédant, lui tendit un piège et elle bascula, la tête la première sur le quai alors que son pied se logeait dans l’accueillante fente. Le fruit d'une longue semaine de travail s'envola pour aller finir son chemin au fond de l'océan dans un "Pouf!" retentissant.

Hana resta pendant quelques secondes immobile...

« N... NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN ! »

[/font]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bois d'Adam [Raphaël] [Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré
» [TUTO] Réaliser des échelles en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue :: Royaume de Trader-