Partagez | 
 

 Party crashers [PV Taya et Shikisha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mer 9 Juil - 22:43





    Party crashers



      Alors que je m'interrogeais sur ce qui allait se passer à présent, l'homme à la cagoule ne tarda pas à me donner une réponse, donnant à ma curiosité l'occasion de se rassasier. Je l'écoutai donc dire que la ville était attaquée et que je pouvais l'aider si je le souhaitais. Ma nature altruiste me poussait à ne pas refuser cette proposition car, après tout, cette ville était bien triste sans sa fête et ses confettis. J'avais déjà pris la décision d'accepter de combattre, même si je ne souhaitais blesser personne.

      Ce fut alors à Shiki de nous rejoindre et à l'homme masqué de reprendre la parole. Il nous expliquait tout simplement qu'il nous fallait arrêter les personnes qui avait provoqué ce désordre en ville. Cela me paraissait plutôt simple en apparence, même si je ne connaissais pas le niveau, ni les techniques de mes adversaires, de la peinture ne me paraissait, en premier lieu, pas bien dangereuse. Néanmoins, il ne fallait jamais se fier aux apparences, c'est pourquoi, je tentai de me méfier de cette peinture qui semblait avoir d'étranges propriétés. Il ajouta qu'il aurait préféré avoir des personnes plus adaptés au combat à ses côtés. Cela me fit sourire. Après tout, il ne savait rien de nous. Rien ne lui prouvait que nous n'étions pas supérieur à lui.

      Par la suite, il me proposa même de voir son menton si je parvenais à abattre un de mes ennemis en une attaque. Mon sourire s'étira encore plus largement. J'eus même une envie de rire au nez de ce personnage des plus surprenants. Il pensait donc très sérieusement que j'allais battre mon adversaire en une attaque, et tout ça pour voir son menton. Il se moquait de moi et cela m'amusait.

      Enfin, l'homme dont j'ignorais le visage mit un pied dans la zone bleue. Rien ne semblait se produire et il expliqua que cela avait l'air plus sécuritaire que précédemment. Je ne savais pas vraiment de quoi il parlait car, pour tout dire, je n'avais pas vraiment compris l'intérêt de cette peinture.

      Je suivis donc l'homme en silence. Je ne savais pas trop quels étaient ses objectifs exactement, j'espérais simplement qu'il n'était pas une mauvaise personne et j'avais l'intention de m'en assurer au plus vite. Le fait qu'il ne me montrait pas son visage me rendait plutôt méfiante. Rapidement, nous arrivions au lieu où débutait le problème. Les deux personnages que nous avions rencontré précédemment semblaient être à l'origine de ce problème. En effet, le peintre s'amusait à peindre des symboles rouges sur des passants ce qui semblait provoquer leur colère. Je les comprenais, les pauvres, leurs habits venaient d'être tout simple détruits. Ils étaient bon pour la poubelle. Moi aussi, cela me mettrait en colère. Pour qui se prenait-il, ce peintre ?

      Quelque chose de bien plus surprenant se passa alors que l'homme masqué sortit une arme plutôt imposante. Je n'eus pas le temps de poser la moindre question qu'il envoya une espèce de bombe en direction des ennemis. Je me demandais comment ceux-ci allaient réagir à présent. Cela avait l'air plutôt dangereux et je jetai un coup d’œil vers mon coéquipier, me demandant où il avait bien pu se procurer ce genre de choses. Cette bombe ne provoqua pas d'explosion à proprement dit, mais libéra quelque chose ressemblant à une mousse blanche et qui recouvrit les éléments qui l'entourait. Je me demandais bien à quoi cela pouvait bien servir et je restais donc dans mon coin en attendant de voir les résultats, me retenant de poser des milliers de question à l'homme masqué. Cela me démangeait.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Jeu 10 Juil - 23:42










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Alors que Rembrandt se dirigeait innocemment vers sa prochaine cible, un des passants qui s'était arrêté pour regarder avec stupeur les gens sous l'emprise du Colors Trap hurler de rage, son frère cadet continuait de vérifier le contenu de ses boîtes. De l'argile de bonne qualité... Les mains dans la matière boueuse, il afficha, pour la première fois depuis bien des heures, il sourire satisfait. Son seul moyen de s'échapper à sa condition peu satisfaisante de simple soldat de Centes Decima était bien de s'émanciper par l'art... Alors, quand il voulu regarder à nouveau son aîné s'amuser avec sa peinture, Donatello fit une découverte bien étrange : un homme masqué, celui qu'ils avaient croisé auparavant, un bazooka à la main... Un bazooka ? Et il visait le peintre ! Le colosse, soudainement affolé, voulu se mettre à courir pour prévenir son frangin mais comprit que la chose était inutile : la vitesse n'était pas son point fort dans ce genre de situations, et de toute manière, rares étaient les hommes capables d'aller plus vite qu'un missile... Ce gars allait tuer son frère, sans aucune pitié ! Quelle monstre ! Ceci étant, le sculpteur ne comptait vraiment pas le laisser faire : il y avait bien un moyen de sauver Rembow' nii-chan... Ou en tout cas d'éviter de le voir mourir bêtement. L'utilisation de l'argile, juste à côté de lui. Impossible de bloquer une explosion avec de l'argile ? Véridique. Toutefois, un obstacle était un obstacle : les flammes seraient obstruées, ne serait-ce qu'un court instant, et permettraient avec un peu de chance à l'autre artiste d'en sortir recouvert de peu de blessures... C'est dans cette optique que le sculpteur attrapa soudainement le contenu de trois caisses et l'envoya dans les cieux avec une force phénoménale, anticipant le tir. Lorsque l'inconnu masqué envoya ce qui s'avéra être un bombe en direction de son frangin, l'argile retomba en un mur d'un mètre cinquante environ, sur une distance de deux mètres et d'une épaisseur d'un seul. Ce que n'avait pas prévu Donatello, en revanche, c'était le contenu de la bombe...

Rembrandt sursauta soudainement lorsque l'argile retomba à côté de lui, tâchant sa magnifique tenue sans aucun scrupule. Cet abruti ! Que diable faisait-il pour envoyer sa si précieuse argile aussi inconsidérément ? Se désintéressant de ses cibles, le peintre n'eut pas le temps de se retourner totalement qu'il vit une bombe arriver en direction de ses pieds, au ralenti. Son expression faciale se changea rapidement, passant par la surprise pour se figer sur l'horreur. C'en était fini de lui, le plus grand génie de ce siècle et des prochains ? Quel malheur ! Ah, le talent était bien capricieux... Dans un ultime réflexe, l'artiste sauta en arrière, de manière à placer ses pieds en première sur la trajectoire de l'explosion. De cette manière, les flammes infernales épargneraient peut-être son si doux visage... Être défiguré, voilà une ironie pour quelqu'un qui créait la beauté chaque jour un peu plus ! Toutefois, qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'au lieu de répandre chaos et flammes, la bombe déversa une sorte de mousse blanchâtre, qui eut bien du mal à surmonter la création de son idiot de frère ! Mais bien que péniblement, la matière visqueuse parvint à se frayer un chemin sur le sol, surmontant l'argile. Tant et si bien que quand le peintre s'écrasa sur le dos, c'était pour retomber dans une flaque de cette mousse étrange.

-Aaaaah, bordel ! C'est dégueulasse !

La plainte sortie soudainement de sa bouche, sans qu'il ne prenne la peine de jouer au gentilhomme. C'est vrai quoi, trop c'est trop ! Il avait l'impression de tomber dans un bain de salive... Retenant difficilement sa nausée, le peintre tenta de se redresser d'un coup sec... Mais resta condamné à fixer les cieux ainsi allongé en étoile.

-C'est quoi ce... ?
-Rembow' nii-chan... J'arrive...
-Tu ferais bien oui, bougre d'abruti !

Malgré son air flegmatique et niais, Donatello n'était pas aussi sot que l'on pouvait le croire, a fortiori lorsque cela concernait son frère avec qui il vivait depuis des années. Si Rembrandt exigeait son aide de la sorte, c'était qu'il était en parfaite incapacité de se sortir de la situation seul. Autrement dit, il était coincé. Autrement dit, il voulait de l'aide. Oui, malgré tout, l'équation restait pénible à réaliser pour le sculpteur qui attrapa son marteau favori et l'un de ses burins. Il lança le burin en l'air et frappa dedans avec force. L'objet devenu projectile frappa la mousse solidifiée qui, sous la pression exercée, éclata, libérant une partie du corps du peintre qui pu par la suite à coups de ce même burin, se redresser totalement. Mais de son côté, Donatello ne s'était pas arrêté en si bon chemin : cet homme masqué voulait la guerre ? Il allait l'avoir. C'est de cette même manière que l'artiste envoya un nouveau burin, en visant cette fois-ci ce qui devait être le front de l'homme masqué. A cette vitesse, l'objet était aussi dangereux qu'une balle de fusil...



Donatello vous voit et réagit en envoyant de l'argile entre la bombe et Rembrandt. Manque de bol, ça suffit pas : Rembrandt, qui a sauté, retombe dans la mousse qui a réussi à surmonter le tas d'argile et se fige dedans. Donatello comprend que son frère et bloqué à cause des hurlements de ce dernier (retombé sur le dos) et envoie donc un burin briser une partie de la mousse. Rembrandt continue seul pendant que Donatello, pour le couvrir, envoie un nouveau burin droit en direction du front de Zeke.

Premier tour achevé !

EDIT : Du coup, Rembrandt = Niveau 30, Donatello = Niveau 29 !
Ouais, je fais pas ma pute, navré Tenshi ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Ven 11 Juil - 9:37

Danger






La scène qui suivie se déroula presque au ralenti pour l'ingénieur. En effet alors qu'il allait tirer sur le peintre, le regard jeté dans sa direction par le colosse accrocha son regard. Il s'était fait repérer, trop tard pour fuir ou pour changer d'avis, il devait seulement espérer que l'homme n'aurait pas le temps de réagir. Il se décidât finalement à s'exécuter et à tirer sur le peintre avant que lui aussi ne le remarque. Malheureusement, l'argile lancé par le plus grand des deux avait déjà contribué à bloquer son tir sur l'individu. Le mur formé par la défense l’empêchait de voir si le peintre avait finalement été touché par la mousse passé par-dessus le mur, mais c'était le cadet de ses soucis pour le moment. En effet, le colosse s'était empressé de répliquer à l'attaque soudaine en tirant une sorte de projectile, d'abord en direction de son partenaire, puis dans la sienne. Le sang du hors-la-loi ne fit qu'un tour, l'attaque arrivait droit sur sa tête à une vitesse folle et l'instant de panique qui le traversa l'empêchait de bouger ses jambes. Au final, ce furent plutôt ses bras qui bougèrent, juste assez pour lui sauver la vie. En effet, sa réaction fut de tourner légèrement le bazooka sur son épaule vers la gauche, devant son visage, avant que le projectile ne s'enfonce dedans. C'était quoi, un couteau ? Il n'avait pas le temps d'y réfléchir, comme un individu voulant se sauver la face après avoir agit maladroitement, il profita de la situation pour faire comme si c'était prévu. Il avait évité de perdre quelques précieuses secondes en bloquant le tir plutôt qu'en l'évitant et il allait en profiter. Fonçant droit en direction du sculpteur il en profita pour donner une simple directive à Taya.

-Charge toi de neutraliser le peintre !

À peine avait-il fait deux pas qu'il jeta son bazooka au sol, après tout celui-ci ne serait plus utilisable pour le moment avec cette lame planté dedans. À la place il sorti deux bombes de ses poches pour espérer réduire un peu la distance entre sa personne et sa cible. Balançant la première à peine un mètre devant lui il ferma les yeux aussitôt avant de se faire éblouir par le flash. L'explosion placé de manière à affecter son adversaire sans pour autant toucher sa partenaire derrière lui visait à aveugler temporairement l'homme. Poursuivant sa course il utilisa sa seconde bombe dès qu'il eu franchit le mur d'argile. Le peintre semblait assis au sol luttant contre quelques chose. En passant, l'ingénieur préféra rajouter une couche de colle à l'aide de sa deuxième bombe sur sa petite œuvre d'art afin de s'assurer que l'homme ne bouge pas trop pour le moment. La colle gluante et verdâtre l'empêcherait très certainement d'utiliser à nouveau sa peinture contre eux. Pour finir, il plongea  de nouveau sa main dans sa poche pour finalement en sortir sa petite invention dont-il était particulièrement fier. Il allait finalement pouvoir tester son poing explosif en situation réelle, s'il arrivait à toucher l'homme il le mettrait très probablement k.o, en revanche son bras finirait dans un sale état. En effet, l'explosion des quatre petites bombes qu'il avait installé au niveau des jointures du gant de fer, combiné au coup que donnerait son impact-dial suffirait amplement à faire voler son adversaire quelques mètres plus loin. Il espérait simplement avoir une chance de frapper le colosse au corps à corps avant de se faire arracher la tête...



Techniques:
 

Bon, poste relativement cours, mais on est en plein combat ^^

Tu peux considérer à la fin de mon poste que je cours en direction de Donatello dans le but de lui exploser la tête d'un coup de poing (ouais je vais me faire rétamer !)
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Ven 11 Juil - 11:05





    Party crashers



      Ce qui sortit de cette explosion était pour le moins surprenant et je n'en comprenais pas bien l'utilité. Ce fut pourquoi je jetai un coup d’œil inquisiteur à l'homme masqué. Je savais que le moment était mal choisi pour poser une question, alors je me retins et posa à nouveau mes yeux sur le combat, c'était plus important. Un immense mur semblait désormais s'étendre, rendant invisible ce qui se passait derrière. Cela m'agaçait, je n'aimais pas ça. Et alors que le mur s'étendait, un premier coup dont j'ignorais l'origine se fit entendre, puis, un second envoyant dans la direction de l'homme un dangereux projectile. Il avait la rapidité d'une balle et s'il ne réagissait pas assez rapidement, cette chose pouvait bien le tuer. Je l'aurais bien aidé à éviter ce projectile, mais en vérité, je ne doutais pas qu'il y arrive seul et je voulais en savoir plus sur ses capacités tout en ne révélant pas les miennes. Néanmoins, la façon dont il évita cette attaque n'était pas très révélatrice.

      Il évita ce qui arrivait en usant de son imposante arme. C'était facile, mais efficace, cela venait juste d’abîmer l'arme, probablement non utilisable à présent. Après cela, l'homme courut vers la personne qui venait de l'attaquer puis m'ordonna de m'en prendre au peintre. Pour qui se prenait-il à me donner des ordres comme ça ? Cela me donnait envie de rester sur place et de le laisser se débrouiller seul, mais je risquais d'avoir, par la suite, à affronter les deux ennemis toute seule, moi aussi. Il valait donc mieux faire équipe pour le moment. Je suivis donc mon allié en avançant avec rapidité vers les ennemis. Je pus remarquer que l'homme au visage inconnu avait à nouveau lancé une de ses étranges bombes derrière le mur. Lorsque je dépassai celui-ci, je pus me rendre compte qu'il avait lancé une espèce de colle à cet endroit là, certainement pour bloquer le peintre. En plus de m'ordonner de l'attaquer, il ne me laissait pas le faire seule. Puisque les choses étaient ainsi, j'étais fermement décidée à ne pas lui obéir, ou du moins pas totalement.

      En effet, comme il avait décidé de s'en prendre partiellement à mon adversaire, j'allais également m'en prendre un peu au sien. Celui qui se battait avec des projectiles surprenants. Je voyais déjà que l'homme masqué s'approchait de lui dangereusement. Il fallait agir avant qu'il ne l'atteigne pour éviter de le blesser. Je ne voulais pas m'en prendre à mes coéquipiers, même si je ne lui faisais pas confiance, pour le moment, il était mon allié et je ne pouvais pas me permettre de lui faire du mal car cela m'affaiblirait aussi. Rapidement, je me décalai un peu sur le côté tout en dégainant mes sabres et, lorsque je trouvai l'angle approprié pour ne pas atteindre l'homme aux bombes, je croisai mes katanas devant moi et créai deux lames d'air qui devraient atteindre l'adversaire juste avant l'attaque de l'homme masqué. Ne cherchant pas à voir le résultat, je portai plutôt mon attention sur le peintre, retournant vers le mur. Etait-il libéré de la colle de l'homme masqué ? Si telle était le cas, je ne devais plus hésiter à l'attaquer pour l'empêcher de riposter trop rapidement, il ne fallait pas oublier que nous avions deux adversaires.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Sam 12 Juil - 1:13










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Rembrandt se retrouvait d'ores et déjà assis, tentant de briser la mousse qui continuait d'entraver ses mouvements lorsqu'il se rendit soudainement compte que son frangin gesticulait étrangement. Que diable se passait-il ? Le mec qui avait balancé cette étrange bombe repassait à l'attaque ? Soit. Plutôt que de s'acharner sur ses jambes, le peintre eut soudainement un éclair de génie : il frappa la mousse juste à côté de son pinceau, partiellement figé lorsqu'il était tombé également, et l'arracha du sol juste à temps pour remarque que l'homme masqué venait de faire à nouveau son apparition, une autre bombe à la main. Ca s'annonçait mal, si de la mousse venait à nouveau à être utilisée... Le peintre, sans vraiment réfléchir, donna un coup avec l'extrémité de son pinceau dans la sphère a priori explosive pour la faire éclater loin de lui. Grâce à l'allonge de son bras additionnée à celle de son pinceau, il parvint à faire libérer la colle suffisamment loin pour ne pas entraver son bras droit, grâce auquel il acheva son ouvrage et brisa irrémédiablement la mousse qui le retenait figé jusque là. Grimaçant, il entreprit alors de se redresser, forçant sans succès sur la colle qui retenait sa main et son pinceau à quelques décimètres du sol. Dans cette position, il aurait du mal à poursuivre un hypothétique affrontement... Tout cela s'annonçait plutôt mal, en vérité. Alors que la colle commençait à sécher, l'artiste commença à donner des coups de burin dedans pour tenter de dégager son membre encore prisonnier. Il commençait à y arriver lorsque la bretteuse accompagnant l'homme-masqué se tourna dans sa direction, manifestement prête à en découdre. C'est avec un sourire gêné qu'il se figea et prit lentement la parole, manifestement mal-à-l'aise :

-Une grosse somme d'argent vous ferait-elle réfléchir ?

Peu de chances, mais qui ne tente rien n'a rien. Si l'épéiste se montrait agressive, il lui faudrait réagir rapidement. La question était encore de savoir comment... S'il disposait d'une poignée de secondes, Rembrandt aurait bien vite fait de se libérer en plein. Or, ça n'était vraisemblablement pas le cas. Avec un peu de chance, cette demoiselle n'était pas très attachée à son collègue et, devant la perspective d'argent, y réfléchirait davantage... Mais c'est alors qu'un éclair de génie traversa l'esprit de l'artiste. Mieux que de l'argent, le pouvoir.

-Vous savez, je connais également des gens puissants, qui pourraient faire de vous une personne importante !

Il parlait bien sûr de Centes, mais l'inconnue n'avait aucun moyen de le savoir. De toute façon, il verrait bien rapidement si elle était enchantée ou non à l'idée de l'aider, avec tout ce qui pourrait en découler. En fonction de sa décision, elle pourrait être couverte d'or et des plus belles pierres précieuses, ou encore faire trembler les mers d'effroi rien qu'à l'évocation de son nom... Ces rêves de grandeurs allaient peut-être la charmer. Une chose, en tout cas, était certaine : pour la toute première fois depuis leur rencontre, dans les yeux de Rembrandt brillait une certaine lumière de sérieux et de sincérité. Si cette jeune femme était sage, elle saurait rapidement s'y référer...


De son côté, Donatello n'eut malheureusement pas la présence d'esprit de détourner le regard lorsque Zeke envoya sa bombe éclairante, tant et si bien qu'il fut soudainement aveuglé pour l'espace de quelques secondes. Grommelant en se débattant vainement avec l'air alentour pour essayer de se repérer, avertissant sans le vouloir Rembrandt du danger qui le guettait alors, le sculpteur recula jusqu'à ce que ses talons ne heurte une caisse. Il conserva difficilement son équilibre et, lorsque sa vue lui revint totalement, parvint à remarquer qu'il s'agissait d'une caisse sur laquelle trônait une étiquette colorée de noire. C'était cette sphère d'argile, donnée par son frère et qu'il ne devait utiliser qu'en cas d'extrême urgence... Le cadet eut l'intelligence de regarder dans la direction de ce dernier, voyant soudainement deux lames d'air fondre vers lui. Le marteau toujours en main, il attrapa un burin et l'envoya dans la direction des projectiles. Les deux assauts se heurtèrent soudainement, et semblèrent s'annuler : toutefois, la situation profitait à l'homme masqué puisque l'artiste n'avait plus de burin en main, et n'avait pas d'autre objet de ce style à portée... Excepté celui dans sa caisse. Serrant les dents, songeant que son aîné voudrait qu'il l'utilise dans un de ces moments, le garçon brisa le bois et en sortit une sphère d'argile, sur laquelle se trouvait un symbole noir. L'argile collait, mais ça n'était rien à côté de la peinture, encore légèrement fraîche qui se transmettrait également là où elle toucherait... Avec force, le jeune homme musclé l'envoya droit vers l'abdomen de son ennemi, qui n'aurait probablement pas le temps de voir ledit symbole noir, mais seulement une boule d'argile grossière. Il continua aussitôt en se jetant en arrière, entraînant la caisse au passage, dans l'optique d'éviter l'offensive de l'ennemi, ne serait-ce que pour un temps. Dans le pire des cas, il avait toujours son marteau en main....


Du coup !
Donatello se fait flasher bêtement. Rembrandt le remarque, pense qu'il lui fait des gestes pour l'avertir de votre venu, décide de libérer son pinceau avant ses jambes et a une bonne intuition puisque avec l'allonge de ce dernier, il parvint à cogner la bombe de Zeke et à la déclencher plus tôt. Pendant que sa main et son pinceau son reliés au sol par la glue et l'empêchent de bien bouger, il libère le reste de son corps grâce à sa main vacante, la droite, qui tient toujours le burin et se redresse. Il commence à sectionner la colle lorsque Tenshi intervient, et il essaie donc de la faire miroiter avec des promesses (véritables !).
De son côté, Donatello, pour contrer l'offensive de Tenshi, envoie le burin qu'il restait près de lui vers ses lames d'air. C'est une réussite, mais cela permet surtout à Zeke de se rapprocher. En réaction, le sculpteur envoie une sphère d'argile soigneusement protégée et colorée par les soins de Rembrandt préalablement, d'une couleur noire. Si Zeke n'a pas vraiment l'occasion de voir la couleur il peut toujours comprendre que c'est un coup fourré : s'il n'a pas le temps d'éviter, il est irrémédiablement sous l'effet de la couleur noire, et risque de trahir Tenshi. Du coup, s'il évite, il perd du temps : c'est le raisonnement qu'utilise Donatello pour reprendre ses distances dans tous les cas !

Deuxième tour achevé !
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Dim 13 Juil - 0:08

Ouch






Alors qu'il n'était plus qu'à quelques mètres de son adversaire, l'ingénieur commençait à la ressentir. De la peur ? Non, plus une forme d'angoisse à l'idée d'affronter au corps-à-corps un type de cette taille bien plus fort que lui. Non c'était stupide, il s'était laissé emporter sous le coup de l'émotion, il le savait bien pourtant il ne pouvait pas utiliser son poing explosif dans un combat de front. Il lui fallait prendre l'adversaire par surprise et là il aurait eu une chance. Non il lui fallait garder ses distance face à un type comme lui. Que devait-il faire, balancer une bombe ? Non il fallait le prendre par surprise vraiment et vu la distance à laquelle il se trouvait maintenant il serait pris dans l'explosion. Non il avait quelque chose de mieux, un bras plus grand et plus fort que le sien à disposition.

Brandissant toujours comme un abruti son poing droit portant le gant il enfonça sa main toujours libre dans la poche de son épaule droite. Qu'est-ce qu'il allait en tirer cette fois ? Une ficelle, un simple fil du genre qu'on accrocherait après une lumière dans la cave. Au moment même où il fit cette action, sa cible lui lança un nouveau projectile semblable à une boule de bowling cette fois. Ça n'avait pas vraiment d'importance après tout, dans une fraction de seconde que qui obstruait son champ de vision allait dégager pour de bon. Il n'eut pas tord au final. En effet, alors que le boulet venait à peine d'être propulsé vers lui, il sentit une masse énorme pousser de l'intérieur de son épaule. Ce truc était automatique et partait à une vitesse folle, à chaque fois l'inventeur avait l'impression qu'un monstre s'apprêtait à sortir de lui. Mais ce fut plutôt une silhouette massive qui sortie de sa poche, un poing géant en fer pour être précis. Lui qui était tout excité à l'idée de pouvoir enfin utiliser son poing explosif en situation réelle, il avait plutôt eu l'occasion d'essayer une autre invention. En une fraction de seconde la main mécanique géante traversa la distance séparant les deux hommes, frappant au passage le projectile pour le renvoyer à son expéditeur. Le choc fut violent et presque instantané, l'ingénieur doutait fortement que le colosse puisse éviter un événement aussi inattendu surtout en considérant qu'il ignorait son pouvoir. Dans tout les cas si ce coup l'avait touché il ne risquait pas de se sentir en pleine forme avant un moment. De son côté même si son fruit du démon lui évitait de trop ressentir ce qui sortait de ses poches, l'ingénieur avait tout de même l'épaule engourdie... C'était sans compter le bras qui était presque déjà retourné de lui-même de là où il était venu. Jetant un regard vers le peintre, l'ingénieur préféra prendre ses précautions avant de lancer quelque chose vers la sabreuse.

-Taya !... Passe lui ça autour du coup tu veux ? Ça nous évitera de le voir s'enfuir.

Un collier d'esclave... Mieux valait ne pas dire en quoi consistait ce truc à sa partenaire. Il croisait seulement les doigts pour qu'elle n'en ai jamais vu auparavant. Ou du moins pour qu'elle comprenne la nécessité d'un tel acte dans une situation pareil. Il n'était pas un esclavagiste, loin de là. Ce n'était certainement pas le genre de business dans lequel il voulait tremper. Ce serait seulement utile pour forcer ces deux individus à se livrer sans faire d'histoires. Du côté du sculpteur il hésitait sur la manière de procéder, devait-il profiter de l'attaque surprise pour aller le chercher et le neutraliser pour de bon avec son poing ? Risqué... Non il préférait jouer la sécurité, reculant de quelques pas il sorti l'une de ses bombes attendant de voir le résultat de ses actions...


Techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Dim 13 Juil - 12:11





    Party crashers



      En m'approchant du peintre, je pus remarquer que son bras tenant le pinceau était relié au sol par de la colle. Il semblait être en train d'essayer de se libérer à coup de burin, je n'allais certainement pas le laisser s'enfuir aussi facilement. Néanmoins, il sembla remarquer que j'étais arrivée à son niveau car il arrêta soudainement de tenter d'acquérir sa liberté par la violence. Ce fut alors que se produisit quelque chose qui me surprit beaucoup. L'homme était en train de me proposer de l'argent pour que je l'aide à se libérer. S'il me voyait ainsi, il se trompait lourdement. L'argent ne m'intéressait pas. Par la suite, il me proposa même d'accéder au pouvoir, de devenir une personne importante. Rien ne me disait qu'il ne mentait pas et, même s'il semblait sérieux dans sa proposition, il était impensable que je puisse accepter une telle chose Je n'eus même pas besoin d'y réfléchir. Devenir importante n'avait aucun intérêt pour moi si je n'avais même pas retrouvé mes souvenirs. Je trouvais cette proposition aberrante, mais je ne voulais pas laisser le temps au peintre de se libérer et je ne cherchai même pas à lui répondre, cela ne ferait que me ralentir.

      Ma première action fut d'envoyer mon katana en direction de la main droite de l'ennemi qui tenait le burin pour l'empêcher de continuer à tenter de se libérer de la colle. Il était bien mieux enfermé là-dedans. Ma seconde action fut, à l'aide de mon second katana, de tenter de couper les poils du pinceau. S'il était encore collé au sol, il aurait beaucoup du mal à éviter cela. Je ne voulais pas le blesser, loin de là, et c'est bien pour cela que je tentais tout simplement de l'empêcher d'attaquer et de se défendre, ainsi, je n'aurais aucune raison de lui faire du mal.

      Par la suite, j'entendis la voix de l'homme masqué qui m'envoya un espèce de collier de chien, ou quelque chose comme ça. Il me demandait de le passer au cou de mon ennemi. Je ne savais pas vraiment pourquoi il voulait faire cela, il était plutôt étrange de vouloir faire ça à son ennemi, néanmoins, il devait avoir une idée précise derrière la tête. Je ne prêtai dans un premier temps pas beaucoup d'attention à ce collier, je devais d'abord m'assurer que mon ennemi ne parviendrait pas à se libérer de cette colle. Un de mes katanas resta donc concentré sur ce burin, s'assurant que celui-ci n'atteigne pas la colle et ne la retire pas. À l'aide de mon katana qui avait eu pour objectif premier de couper les poils du pinceau, je tentai d'asséner un coup avec la garde de celui-ci sur la tête de mon adversaire. Cela n'allait peut-être pas l’assommer complètement, mais au moins le sonner le temps que je puisse lui enfiler ce collier si, du moins, je parvenais à le passer au cou de l'ennemi, après tout, rien ne me disait que mon adversaire n'avait pas un coup caché quelque part, ce fut bien pour cela que je restai attentive au moindre de ses mouvements.





Désolée Nak', je refuse donc ta merveilleuse proposition Rolling Eyes

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Lun 14 Juil - 22:32










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Donatello balança donc sa boule d'argile colorée en direction de l'ennemi et sauta en arrière, pensant que cela serait suffisant pour se mettre hors de portée même dans le cas de figure où l'adversaire parviendrait à échapper à une confrontation directe avec la fameuse couleur de la trahison. Gardant son marteau bien en main, il fit rapidement le tri de ses idées dans son cerveau, et pensa alors qu'il avait fait le meilleur choix : il ne savait pas ce que pouvait faire cet inconnu masqué au corps à corps et même s'il possédait très clairement l'avantage de la taille et de la corpulence, cela ne suffirait peut-être pas à le terrasser... Certains combattants, dont quelques uns se battaient également aux côtés du tristement célèbre Centes Decima, étaient pas exemple spécialisés dans la vitesse et dans l'agilité : face à ceux-là, le sculpteur n'avait pas toujours énormément de chances de victoire. Toutefois, le gars qui lui faisait face à cet instant semblait avoir des capacités physiques... Moyennes, dans la norme. Autrement dit, le mouvement de recul n'avait été effectué qu'en pure précaution, en gardant simplement l'hypothèse que cet inconnu pouvait tout aussi bien ne montrer qu'une parcelle de ses capacités pour prendre les deux frères Handeler par surprise. Et manifestement, l'artiste à la taille d'ogre avait eu raison de se méfier ainsi de cet étranger, même si son simple bond n'avait pas suffit à le mettre hors de portée : l'homme démontra une capacité aussi énigmatique que lui, enfonçant sa main dans une poche comme s'il s'agissait d'un sac sans fond. Lent d'esprit, le Decima n'eut pas le temps d'agir concrètement pour se mettre hors de portée, tant et si bien qu'il se contenta de se recroqueviller sur lui-même, plaçant ses bras et ses jambes devant son corps pour encaisser le choc qui lui parvenait déjà. La violence du coup, additionnée au fait que le brun n'avait aucun appui direct avec le sol, suffit à l'envoyer dans l'eau non loin de là. Ce fut d'ailleurs probablement son salut : là où le choc l'aurait peut-être sonné quelques instants sur la terre ferme, la sensation de l'eau glacée pénétrant dans son corps le ramena rapidement à lui, tant et si bien qu'il parvint à se hisser à nouveau sur les quais en crachotant.

Sauf que voilà, manque de bol. Si ce coup avant été suffisamment fort pour endolorir légèrement le bras gauche du sculpteur, positionné devant lui au moment de l'impact, ce dernier était globalement indemne. Qui plus est, une sinistre tâche orangée semblait avoir dégoulinée et apparaissait désormais sous son haut blanc, comme un dernier vestige du symbole laissé par Rembrandt sur son cadet. De fait, ce dernier ne se retrouvait plus entravé, au vu de l'état dudit symbole qui était devenu plutôt pitoyable, par le orange du dynamisme et du jovial. Tant et si bien qu'il retrouva tout simplement son caractère originel. Bien loin de se mettre à pleurer par déception, Donatello poussa au contraire un hurlement puissant et violent, une lueur de folie brute apparaissant dans ses yeux. Il s'agissait là de la facette cachée de cet artiste qui, lorsque le Colors Trap de son frère ne faisait plus son office, devenait une simple machine à tuer, aussi froide que la mort. Le golem se redressa d'un coup sec et se mit à se ruer en direction de l'homme masqué, marteau en main. Ce qu'il allait faire ? Probablement éclater le crâne de l'homme d'un mouvement ample dès qu'il serait à portée.


De son côté, l'homme englué assista impuissant au choc qui envoya son frangin droit dans la mer. Il écarquilla les paupières en se rendant compte que la peinture n'allait bientôt plus l'affecter, mais revint bien vite à l'instant présent : voilà que cette folle furieuse, qui n'avait même pas pris la peine de répondre à son interrogation et avait bloqué la main libre du peintre avec l'une de ses armes, attrapait au vol un collier pour esclave avec pour ordre celui de le mettre autour du coup de Rembrandt. Ce dernier, par pur réflexe, parvint à éviter le premier choc de la bretteuse en se laissant tomber sur les fesses, la regardant d'en bas, une expression de crainte se fixant directement sur son visage. Elle voulait le traiter comme l'une de ces créatures sans liberté ? Ils étaient fous, ces deux types, ou quoi ? Véritablement emprunt à l'angoisse, l'artiste prit la parole en lâchant le burin et en levant sa main droite en signe de reddition :

-Attend, je t'en supplie, ne me met pas ce collier ! Je veux pas mourir ! Pas maintenant !

L'angoisse était tellement puissant que l'aîné ne prêta pas même attention à son frère lorsque ce dernier se mit à hurler de rage. Au contraire, il retint difficilement ses larmes, craignant que sa dernière heure ne soit arrivée. Essayant de reculer pour se tenir hors de portée de Tenshi, rapidement coincé par son bras toujours englué à cause de son pinceau désormais dénudé, il reprit la parole précipitamment :

-Je te donnerai tout ce que je possède, je ferai tout ce que tu voudras, je réaliserai même tes rêves les plus fous mais je t'en supplie, ne me met pas ce collier...

N'importe quel imbécile aurait pu comprendre, en voyant l'air effrayé du jeune peintre, que ce collier n'était pas qu'un simple collier. De même, ses paroles ne pouvaient qu'être honnêtes, étant donné qu'il était véritablement poussé à bout...

Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Ven 18 Juil - 10:01

Colérique






Le coup avait relativement bien fonctionné, la surprise de voir un poing géant sortir de son adversaire avait certainement aidé un peu. Le coup était aller jusqu'à propulser le colosse dans l'eau un peu plus loin, ce qui aurait simplifié les choses si l'homme avait été un maudit. De son côté Taya semblait avoir de la difficulté avec le peintre qui avait commencé à se débattre. Il savait à quoi ressemblaient les colliers d'esclaves ? En fait ça n'avait pas vraiment d'importance, après tout c'était tout à fait normal pour une personne de se débattre face à l'idée de se faire enfiler un collier de fer autour du cou. Ses supplications allaient rendre les choses compliqués, il se doutait bien que la sabreuse hésiterait à poursuivre dans sa lancé face celles-ci. Des pleurs de pleutre effrayé par ce qui l'attendait, il aurait aussi bien pu avoir une lame sous la gorge. L'ingénieur qui était maintenant libre de ses mouvements après que son poing soit retourné dans sa poche préféra intervenir. Devait-il lui enfiler le collier lui même ? Il recevrait très certainement des reproches de la part de sa partenaire. De toute façon avec le colosse dans l'eau il n'en avait plus besoin, il voulait principalement stopper le peintre et si possible le capturer vivant après tout. Changeant son plan il fonça vers l'artiste tout en lançant l'une de ses plus petites bombes dans la colle qui retenait l'homme. Une fois aux côtés de sa cible, après avoir écarté Taya, il tenta immédiatement d'enfoncer la tête de l'homme dans son épaule. Cette tentative de capture fut rapidement suivie par le déclenchement de la bombe qu'il avait précédemment envoyé dans la colle pour libérer le peintre. Il se doutait bien que sa cible en profiterait sans doute pour lui filer quelques coups, mais du moment qu'il ne servait pas de sa peinture il ne risquait pas grand chose.

Sa lente absorption du corps de son adversaire fut toutefois interrompue à mi-chemin par un cri de rage à vous glacer le sang. Le colosse était sorti de l'eau, et pour une raison ou une autre il semblait plus énervé que jamais. Peut-être détestait-il mouiller ses vêtements ? Dans tout les cas l'inventeur était dans une mauvaise posture, penché sur le peintre il ne pouvait pas se relever avant d'avoir au moins enfoncé l'homme dans sa poche jusqu'aux jambes. Le petit problème était que le colosse fonçait déjà vers sa position semblant vouloir lui aussi se mettre à la peinture, seulement avec la cervelle du hors-la-loi. Il n'avait aucune idée s'il allait réussir à terminer son travail avant que l'homme ne franchisse la distance qui les séparait. Espérant ralentir le tas de muscle il tenta tout de même de lancer une autre de ses bombes dans sa direction. Celui-ci était encore trop loin pour être touché par celle-ci bien sûr, mais il visait plutôt le sol devant lui. Au moment où la bombe frappa la brique un grand brasier ne tarda pas à être libéré sur quelques mètres de largeur. L'ingénieur espérait seulement que les flammes seraient suffisantes pour ralentir leur adversaire, dans le cas contraire Taya devrait se charger de gagner du temps. Il ignorait son niveau dans un combat pour être honnête, elle semblait à première vue se servir un minimum de son sabre, il espérait seulement qu'elle soit de taille face à l'enragé.




Techniques:
 

Désolé pour la longueur manque d'inspiration ^^'
Je libère donc Rembrandt tout en tentant de l'enfoncer dans ma poche, rien d'extra-ordinaire en somme.
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Sam 19 Juil - 18:51





    Party crashers



      Je n'avais pas réussi à atteindre mon adversaire en tentant de l'assommer. Tant pis, j'allais devoir le surveiller encore un peu plus longtemps et, alors que je fixais l'étrange collier que j'avais pris dans ma main, je n'eus aucun mal à prendre conscience de la peur qui commença à grandir dans les yeux de mon ennemi. Je ne comprenais pas bien pourquoi cela se produisait. J'ignorais en vérité le réel but de cette chose. Il lâcha alors le burin que je récupérai immédiatement pour qu'il ne le récupère pas, et leva sa main comme pour se rendre. Il me supplia ensuite de ne pas lui mettre ce collier car il ne voulait pas mourir maintenant.

      Ouvrant grand mes yeux, la surprise fut de taille et je jetai un coup d’œil réprobateur du côté de l'homme masqué où le colosse semblait s'être mis en colère. Je n'y prêtais pas tout de suite attention, je me sentais simplement écœurée. Je ne savais pas quel était l'objectif de cette chose que j'avais dans ma main mais, soudainement, je pris conscience que cela était dangereux et que j'étais incapable de faire ce qui m'était demandée. Je ne pouvais pas, c'était en dehors de toute considération que j'avais à l'égard de l'être humain, qu'il soit ennemi ou allié. En pus de cela, l'homme en face de moi, effrayé, ne semblait pas jouer la comédie. Certes, j'étais naïve et bête, mais ces yeux commencèrent à briller de façon caractéristique, comme quelqu'un sur le point de pleurer ou en train de retenir les larmes de couler. Lorsqu'on avait peur, cela arrivait souvent. Je ne pouvais pas croire que cet homme soit si bon comédien.

      Il tenta de reculer, mais il était retenu par la colle. Il reprit alors la parole, me faisant des promesses très intéressantes. Me promettant qu'il réaliserait tous mes rêves si je ne lui passais pas ce collier au cou. De toute façon, je n'avais pas l'intention d'utiliser ce collier et le jetai au loin pour montrer mon intention de ne pas l'utiliser. La question que je me posai alors était : Devais-je, ou non, profiter de cet occasion pour chercher à réaliser mon rêve le plus cher ? En était-il seulement capable ? Néanmoins, je n'eus pas le temps d'hésiter bien longtemps. En effet, une bombe arriva au niveau de la colle, mais n'explosa pas immédiatement. Soudainement, je sentis l'homme masqué me pousser. Si nous n'avions pas été en danger et si, soudainement, cet homme ne s'était pas mis à faire rétrécir le peintre pour le mettre dans sa poche, j'aurais certainement crié sur la personne au visage inconnu. Moment mal choisi. Je n'en fis donc rien, mais j'en pensais beaucoup et je savais déjà que nous allions avoir une conversation après ce petit combat. Il allait falloir, qu'à un moment ou à un autre, j'ai l'occasion de m'expliquer avec lui. Après tout, j'avais l'impression de le suivre sans en savoir sur lui. Cela me gênait trop, je ne pouvais pas continuer comme ça.

      Je fus sortie de mes pensées par le cri du colosse qui venait tout à coup de tomber dans une rage complète. Il se dirigeait vers nous à grande vitesse et rien ne semblait pourvoir l'arrêter. Soudainement, l'homme masqué réagit en lançant une petit bombe qui enflamma le sol pour ralentir l'avancé du colosse, cela n'allait certainement pas l'arrêter j'en étais quasiment convaincue. C'est pourquoi, je pris la décision de prendre la défense de mon allié par moi-même, même si je n'appréciais pas tous ses actes.

      Je courus donc en direction du colosse et de la ligne de feu. Une fois assez proche, croisant mes sabres devant moi, j'envoyais à nouveau deux lames d'air en direction de l'ennemi. Cela pouvait l'atteindre car, derrière ce feu, il ne verrait pas ce que j'étais en train de faire. C'était un avantage à prendre en compte, il fallait simplement espérer qu'il n'ait pas plus de burin à envoyer dans me direction. En y réfléchissant, j'avais pris le burin du peintre et je l'avais rangé dans une poche où il ne pouvait pas se voir, mais, l'utiliser pour attaquer le gros tas de muscle était trop dangereux. Il fallait, au contraire, que je fasse mon possible pour qu'il ne l'ait pas en sa possession.

      Après avoir envoyé mes lames d'air, je me plaçai non loin du feu, me préparant à ce que le colosse en sorte. Si cela se produisait, je n'hésiterais pas à user de la force pour l'arrêter rapidement. En effet, j'étais déjà prête à attaquer l'homme dès le moment où il apparaîtrait pour tenter de le stopper.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Lun 21 Juil - 23:10










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Rembrandt fut surpris lorsque le type masqué déboula de nulle part et tenta de lui donner un coup de coude apparent avant que la colle qui le retenait prisonnier jusque là n'explose soudainement, le libérant. Dans le même temps, le type commença à user d'une capacité mystérieusement, aspirant lentement mais inexorablement le corps du peintre qui, par pur instinct, vint bloquer sa progression de l'une de ses mains en appuyant sur le torse de l'adversaire. Le but ? Tout simplement de se retenir au maximum, ce qui sembla marche dans un premier temps. Toutefois, l'entièreté de sa tête, une partie de son buste et l'un de ses bras se retrouvaient déjà dans le corps de ce type étrange, très probablement un maudit. Se ressaisissant, le Decima comprit rapidement bien des choses : déjà, étant donné qu'il n'était plus attaché à la colle, s'il parvenait à s'écarter du masqué, il n'aurait plus aucune difficulté à répliquer aussi violemment que possible. Ensuite, étant donné que son frère n'était probablement pas déjà vaincu, celui-là allait sans doute agir pour tenter de le sortir de cette situation des plus épineuses... Autrement dit, même si l'affaire semblait désespérée d'un coup d’œil extérieure, elle ne l'était pas tant que ça. En se débattant, ce dernier en vint donc à réfléchir davantage sur sa position : il pouvait bien tenter quelques astuces pour s'en sortir, comme attraper le petit pinceau qui se trouvait encore dans son habit, au niveau du torse, mais il n'était pas certain pour pouvoir le faire et de le recouvrir à temps pour ne pas être avalé tout rond par la malédiction de l'inconnu. De ce fait, la dernière chose qui lui vint à l'idée, comme un animal en cage, fut d'essayer de frapper le type qui essayait de l'absorber... Ce fut dans ces conditions qu'il arma un coup de genou plus puissant que jamais... Visant malencontreusement les parties génitales de son ennemi. Vu la position qu'ils avaient tout deux, peu de chances que Zeke n'agisse à temps pour sauver sa virilité. Cela ne suffirait peut-être pas à l'artiste d'être hors de danger, mais si cela lui permettait de réitérer son offensive pour respirer un peu, il n'hésiterait pas un instant.

De son côté, Donatello, après avoir poussé un hurlement, entama une course effrénée droit vers le groupe sans plus se préoccuper des questions pourtant primordiales telles que la sécurité, la ruse, la négociation ou encore la subtilité. Cela pouvait se voir dans ses yeux, de toute façon : il voulait juste péter des crânes. Ça, et probablement arracher des carotides à mains nues. Quoi qu'il en fut, la petite vague de feu qu'envoya Zeke sur le trajet ne sembla pas le perturber outre mesure, puisqu'il continua à courir sans plus y songer. Il allait probablement passer au travers sans se poser de question... Et même en analysant un tel geste avec lucidité, il fallait dire que la chose n'était pas vraiment idiote : à moins que les flammes ne soient extrêmement virulentes, à cause d'un combustible chimique performant, un bref contact ne suffisait pas à brûler. Ainsi, sauter au travers de ces quelques flammèches ne lui poseraient vraisemblablement aucun problème. En revanche, les deux lames d'air, qui avaient jusque là été masquées par le muret de feu, étaient un poil plus dangereuses. Comme elles n'apparurent qu'après avoir brièvement découpé l'obstacle, le jeune sculpteur n'avait pas vraiment le temps de répliquer avec l'un de ses propres projectiles, à savoir un burin : à moins de s'arrêter immédiatement, il n'aurait pas le temps de réaliser le geste... Et puis de toute façon, étant donné qu'il n'avait à cet instant précis qu'une pure envie de meurtre, il était impensable qu'il ne cesse sa course sans plus de discussion. C'est cette optique qu'il choisit, si tant est qu'il eut encore un gramme de libre arbitre, de donner tout simplement un violent coup de marteau en plein milieu de l'offensive lorsqu'elle fut juste devant lui. Cela ne suffit évidemment pas à la briser totalement, mais les quelques débris qui en restaient vinrent simplement le découper légèrement, sans le blesser outre mesure.

C'est après ce tour de force que Donatello traversa le mur de flammes, comme il l'avait prévu : d'un bond sec et vif. Il se retrouva rapidement de l'autre côté, les vêtements légèrement noircis, et se rua droit vers celle qui se trouvait entre lui et celui qui l'avait catapulté dans la mer : Tenshi. Et il n'agitait d'ailleurs probablement pas son marteau pour s'amuser : à coup sûr, une fois à portée, il tenterait un puissant coup de marteau droit vers le front de la demoiselle.






Challenger en approche :
???

Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Jeu 24 Juil - 8:13

Retraite !






L'attaque avait été plus difficile que prévu, même si le peintre avait été maîtrisé rapidement les deux hommes résistaient plutôt bien. Sa cible refusait d'entrer dans la poche d'un coup et Taya était en difficulté avec le colosse. Il avait prévu d'entrer dans l'arène, de capturer un cible et de ressortir en un instant. Maintenant l'affrontement s'engluait inexorablement et une sortie rapide semblait de moins en moins possible. Le feu n'avait même pas ralenti le fou furieux et l'ingénieur commençait à douter de la manière de procéder. Devait-il risquer la vie de Taya d'avantage pour gagner quelques minutes ? Peut-être tenter de bloquer à nouveau les mouvements du peintre et aider sa partenaire face à son adversaire ? Sa réflexion avait rapidement été stoppé par un coup en fourbe de cet abruti de peintre, un coup qui avait heureusement été stoppé à moitié par sa... virilité.

La douleur était toujours présente, mais au moins pas assez pour le faire se rouler par terre. Toutefois, ce coup l'avait amené à sa dernière option, la retraite. Il pouvait prendre ses distance, rassembler ses troupes et vaincre ces deux hommes avec une seconde attaque, mais ceux-ci auraient le temps de fuir. C'était l'option sécuritaire, mais ça impliquait de relâcher sa proie. Après une hésitation qui ne dura pas plus d'une seconde il prit sa décision. Après avoir violemment frappé le peintre dans les parties pour se venger, il recula tout en lâcha une autre bombe collante sur l'homme. Il l'avait finalement laissé sortir de sa poche, mais il ne risquait pas de pouvoir bouger avant quelques minutes. Jetant l'une de ses bombes non-létal entre sa partenaire et le colosse, afin de créer rapidement de la distance entre les deux individus, il commençant immédiatement à courir.

-On bat en retraite !

Ramassant son bazooka endommagé au passage, il s'éloigna le plus possible de ses adversaires en s'enfonçant dans la foule qui s'était rapidement rassemblé. L'échange n'avait duré que quelques minutes tout au plus, mais il était déjà épuisé. Il espérait que les deux hommes ne commencent pas à fuir immédiatement, s'il pouvait les observer un moment de loin il pourrait peut-être collecter quelques unes des informations qu'il voulait de leur part. Dans le pire des cas la population l'aurait vu opposer une certaine résistance face à ces hommes, c'était suffisant pour lui. Le but de cette intervention visait principalement de passer pour un sauveur après tout, c'était le plus important pour la suite de son plan. Tout en tentant de retirer le burin qui avait été enfoncé dans le canon, il espérait pouvoir trouver un endroit surélevé sur lequel se poser. D'un balcon il aurait une vue suffisante du port pour pouvoir observer discrètement ses cibles. Il ignorait si Taya arriverait à le suivre au milieu de cette sortie en catastrophe, mais il aurait amplement le temps de la retrouver plus tard...



Techniques:
 

Bon désolé pour la longueur de cette réponse, mais évidemment j'avais pas d'inspiration. ^^'

Donc on dégage et on observe avant de retourner au combat. o/
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Jeu 24 Juil - 17:19





    Party crashers



      Si j'avais opté pour la solution d'aider l'homme masqué au début du combat, je me demandais à présent si cela avait été une bonne idée. Généralement, je n'étais pas lâche, je n'avais pas peur des adversaires, mais, lorsque ceux-ci étaient bien supérieurs à moi et semblaient ne vouloir qu'une seule chose qui était me tuer, j'avais du mal à conserver mon sang-froid et à affronter mes ennemis sans peur. Les choses étaient déjà assez compliquées comme cela, il fallait qu'en plus cet homme au visage inconnu est enclenché la colère du molosse au marteau. Et, évidemment, il m'avait laissé la sale besogne de venir à son secours en me défendant face au grand bonhomme.

      Je venais tout juste d'envoyer mes lames d'air et je m'étais placée non loin du feu, sans pour autant être trop près. Après tout, l'homme pouvait sortir de n'importe où et, si j'étais trop près, je ne le verrais qu'au dernier moment, ce qui risquait d'être très dangereux. Je n'avais pas l'intention de le battre. Juste de le ralentir dans la mesure du possible et, si cela devenait trop dangereux, laisser l'homme masqué se débrouiller tout seul. Certes, j'étais persuadée que je le regretterai, mais je ne pouvais pas me permettre de risquer ma vie et de finir par la perdre pour un combat qui n'était même pas réellement le mien. Je voulais aider mon prochain, oui, mais je ne voulais pas l'aider de cette façon. C'était une bien mauvaise façon d'abuser de moi et je commençais peu à peu à penser que le moment était peut-être bien choisi pour exiger des explications.

      Reprenant ma respiration et serrant mes katanas dans ma main, je vis le colosse sortir du feu comme si l'Enfer lui-même venait de le cracher de ses entrailles. C'était plutôt effrayant comme vision, mais cela correspondait très bien à la situation présente. Le gros homme semblait se préparer à m'attaquer et ses intentions étaient très claires. J'étais déjà prête à fuir l'attaque le plus rapidement possible. Je ne voulais pas prendre plus de risque et, alors que j'étais prête à esquiver le coup, une bombe, certainement de l'homme masqué, provoqua une onde de choc des plus surprenantes qui m'emmena non loin du peintre qui était à nouveau collé au sol. La voix de l'homme aux bombes ordonna alors de battre en retraite. Avant ça, il me restait quelques secondes de répit. Je profitai alors de ma proximité avec le peintre englué. Me relevant tout en cherchant dans ma poche le burin, je l'envoyai dans sa direction et, même si j'avais peu d'espoir, je dis à son encontre :

      - N'oublie pas ta promesse.

      En quelque sorte, on pouvait dire que j'étais en train de profiter de la situation pour la faire pencher en ma faveur, mais si cet homme était réellement capable de me donner ce que je voulais, alors je ne perdais rien à tenter ma chance, même si je restais persuadée qu'il ne pourrait jamais réaliser sa promesse. Je n'aimais pas avoir à faire ça. Après tout, je n'avais aucun moyen d'entrer en contact avec le peintre dans l'avenir et je n'avais plus de temps car le colosse risquait de vite reprendre sa course dans ma direction. Ce fut pour cette raison que je ne réfléchis pas plus et que cette altercation ne dura qu'une poignée de secondes avant que je ne commence à courir à mon tour, cherchant l'homme masqué des yeux, je le trouvai rapidement en train de fuir et le suivis en tentant de ne pas le perdre dans la foule qui s'était rassemblée. Je ne l'avais même pas remarqué et ce fut l'une des rares fois où je fus ainsi exposée. Il ne manquait plus que ça. Continuant à suivre l'homme, je me demandai quand nous aurions un peu de repos.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Ven 25 Juil - 14:48










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Rembrandt donna donc un coup de genou rageur en ciblant approximativement les parties viriles de son agresseur, priant simplement pour que cela soit suffisant. Et fort heureusement, cela sembla être le cas : le type semblait s'être crispé, ne serait-ce qu'un court instant et, de sa main libre, le peintre avait pu tenter de forcer un peu plus pour se tenir plus à distance et donc naturellement plus en sécurité. Néanmoins, cela ne fut pas assez pour sortir directement de cette étrange poche qui avait commencé à l'aspirer un petit peu plus tôt. Et alors qu'il pensait être sorti d'affaire, l'aîné ressentit soudainement une bien trop violente douleur au niveau du bas ventre, comprenant avec horreur que le type masqué avait pris l'initiative de se venger par la même ruse. Ce fut au même moment que le peintre fut relâché par son geôlier : dans un premier temps, il perdit l'équilibre, ne s'attendant pas à une victoire de la sorte. Et alors qu'il commençait à tomber en arrière sans pouvoir se rattraper où que ce soit, le gars étrange lui balança une nouvelle petite bombe de colle, comme celle qu'il avait paré un peu plus tôt grâce à son pinceau géant. Malheureusement, étant donné qu'il n'avait désormais aucun moyen de bloquer, il fut contraint de se faire emmener jusqu'au sol par ladite colle, qui le fixa au niveau du ventre aux pavés de la rue en allant jusqu'à bloquer ses deux bras également. Grommelant et pestant, le Decima entama une danse ridicule, mouvant ses jambes et sa tête comme il le pouvait pour tenter de se délivrer de l'épaisse couche de colle, sans succès. Il allait avoir besoin d'un coup de main, pour cette fois... Il ne prêta absolument pas attention à la jeune femme qui lui demanda de ne pas oublier sa promesse. Après tout, si elle n'avait pas fixé le collier, elle n'en avait pas non plus réellement eu le temps, son collègue débarquant immédiatement pour avaler le pauvre artiste sans plus de cérémonie... Et puis, de toute manière, ledit artiste avait un poil plus important que cette promesse précédente : être collé au sol, ça va bien cinq minutes, mais à la longue, c'est juste méga chiant.

Donatello, de son côté, avait à peine passé le mur de feu d'un bond magistral que l'homme masqué, qu'il ne surveillait pas outre mesure, utilisa l'une de ses bombes en la jetant entre sa collègue et le Decima. Le souffle de l'explosion envoya une nouvelle fois ce dernier derrière le mur de flammes, sans qu'il ne puisse lutter contre l'onde de choc de quelques manière que ce soit. Il fit une courte série de roulés boulés et se redressa à nouveau, hurlant plus férocement que jamais. Nul doute qu'il ne réfléchissait plus vraiment, et se contentait de combattre avec autant d'ardeur que possible... C'est ainsi qu'il se mit à courir dans la direction de l'écran de flammes, une nouvelle fois, et qu'il sauta par dessus comme il en avait déjà pris l'habitude pour découvrir deux agresseurs en fuite et un frère collé au sol. Toutefois le spectacle ne sembla pas vraiment le calme pour autant : il rugit une fois de plus, fit tournoyer son pinceau dans sa main droite et se rua à leur poursuite, sans même prêter attention à son aîné qui pourtant ne se gênait pas pour distribuer des jurons à son égard. En temps normal, le peintre aurait pu utiliser son color trap pour calmer son frangin, mais actuellement, dans sa position, c'était tout bonnement impossible : déjà parce qu'il ne savait pas peindre avec les pieds, ensuite parce que l'autre Decima ne se tenait pas tranquille, et enfin parce que de toute manière, il n'avait ni pinceau ni peinture. Mais une musique douce résonna sur les quais au moment où il s'y attendait le moins, apaisant immédiatement son esprit. Et d'ailleurs, le cadet sembla également touché par le phénomène, puisqu'il arrêta immédiatement son impitoyable course et se gratta la tempe avant de hausser les épaules d'un air flegmatique. Il se dirigea ensuite vers Rembrandt et entreprit de le délivrer, bataillant difficilement avec la colle presque sèche tandis que l'autre artiste faisait preuve d'un calme et d'une sérénité surprenante pour quelqu'un de son tempérament.




Pion des Decimas :
Matochika Cho

La mélopée s'élevait en réalité d'une guitare. Un homme, assis sur un navire qui avançait lentement au niveau du port, regardait la scène avec calme, grattant les cordes comme s'il ne s'agissait que d'un jeu. Un petit groupe d'hommes, dont les oreilles étaient bouchées par divers stratagèmes, s'en allèrent aider les deux artistes sans poser de questions, dès qu'ils purent se jeter sur les quais. Cho, quant à lui, se contenta de fixer la foule qui s'éloignait petit-à-petit, en silence. Il avait été envoyé ici pour surveiller les deux frères Handeler, entre autres... Mais aussi et surtout pour pouvoir intervenir si les choses dégénéraient. Et c'était ce qu'il faisait en ce moment même. Malheureusement, il n'était pas un inconnu, même aux yeux de nombreux civils : il avait toujours eu une certain côte de popularité, après tout. La Marine risquait d'être rapidement au courant de sa présence, et c'était dans cette optique que les Decimas devaient s'en aller aussi vivement que possible. Le carnaval de San Faldo attendrait, il avait déjà de toute façon connu suffisamment de péripéties pour gêner son déroulement durant quelques jours, dans le meilleur des cas. Quoi qu'il en fut, lorsque les deux frères furent à nouveau libérés et retournèrent vivement sur leur navire propre, chargeant les diverses caisses grâce à leurs hommes de main, le musicien cessa de gratter les cordes et se redressa pour sauter à nouveau sur le pont et s'éloigner du bastingage. Ils n'avaient plus qu'à rentrer à Merveille.


Un homme grassouillet, habillé plutôt chic et la cravate volant au gré du vent, se retrouvait à courir après une demoiselle aux katanas et un type masqué des plus énigmatique en agitant frénétiquement les bras. Les deux types fringants qui l'accompagnaient se contentaient de le suivre sans le dépasser, regardant les deux individus s'éloigner sans tenter de les rattraper pour autant. Le maire de San Faldo hurla alors aussi fort qu'il le pouvait :

-Et, vous deux ! Attendez !


Voilà, c'est fini pour moi en principe.
Vous pouvez gérer le maire comme vous le voulez, après, c'est pas méga important ^^
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Sam 26 Juil - 14:07

Conclusion






La course effréné du hors-la-loi s'était déroulé sans encombres, apparemment ses deux dernières offensives avaient étés suffisantes pour ralentir ses poursuivants. Il avait également été ravis de constater que son bazooka n'avait pas trop été endommagé dans l'altercation, rien qu'il ne pourrait réparer vite fait. Toutefois, il n'était pas encore hors de danger. Les deux individus étaient toujours là et rien ne disait qu'ils ne poursuivraient pas leur attaque de plus belle. Son plan avait échoué et il ignorait s'il aurait une autre occasion de capturer l'un de ces deux hommes. Était-ce vraiment nécessaire ? Il aurait apprécié connaître la raison derrière les agissements des artistes, après tout ils présentaient un risque s'ils pouvaient s'attaquer à toute une ville comme ça. C'est lorsqu'une mélodie, bien différente de celles joués habituellement pour le carnaval, retentit que le mystère s'épaissit. Se sentant chancelant à l'écoute de cette musique l'inventeur eu pour réflexe de se boucher les oreilles. Une pensé pour le rouquin qu'il avait croisé au siège de Mars lui traversa l'esprit, la flûte de ce type l'avait mis k.o et apparemment il n'était pas le seul à pouvoir faire ça. S'agissait-il d'une nouvelle offensive des deux artistes ? Cherchant des réponses il se dirigeât vers un balcon repéré précédemment pour voir au-dessus de la foule. De là il avait une bonne vue du port, les deux artistes ne semblaient pas avoir bougés outre mesure, mais la musique provenait de plus loin. Sur un bateau, non-loin de la position des deux individus, se trouvait ce qui ressemblait à première vue à une tâche bleu. Fixant plus longtemps l'inventeur arrivait progressivement à déceler avec plus de précision les formes de l'individu. Une guitare à la main l'homme à la chevelure bleuté jouait délicatement sans trop se soucier de ce qui se déroulait autour de lui. De son côté Zeke avait peine à y croire, il ne prétendait pas être un spécialiste des figures importantes de ce monde, mais il avait bien déjà vu cet homme quelque part. Il faisait parti de ces quelques figurent imposantes que tout le monde connaissaient, au même titre que certains shishibukai et quelques amiraux. Mais même s'il n'était pas certains de son grade l'ingénieur était certain d'une chose, ce type était un marine.

Une fois son solo de guitare terminé, les deux artistes ainsi que l'invité inattendu retournèrent tous à bord du même bateau pour quitter l'île. Comment devait-il interpréter ce qu'il venait de voir ? Les deux artistes avait attaqués la ville ça ne faisait aucun doute, mais ils recevaient de l'aide d'un marine ? Devait-il supposer que les deux hommes étaient des marines eux aussi ou que l'homme à la guitare était un traître ? Les deux options semblaient improbables, mais une chose était certaine, il pouvait se servir de cette information à son avantage. En observant la réaction de la population il pu en tirer une vague impression que quelques autres civils avaient sûrement repéré eux aussi l'individu. C'était suffisant pour le moment, il devait passer à la suite des choses. Descendant de son perchoir pour rejoindre Taya il se dirigeât vers les rues moins occupés avant de finalement se faire appeler par un vieil homme. Hésitant un peu il engageât tout de même la conversation avec celui-ci avant de finalement apprendre que celui-ci était le maire de la ville. Accompagné par ses deux subordonnés l'homme masqué ainsi que sa partenaire furent bien vite escortés jusqu'à l’hôtel de ville pour une discussion en privé. Le bureau était spacieux et frais, le vieillard qui avait demandé à ce qu'on le laisse seul en compagnie des deux hors-la-loi ne semblait pas trop de mauvaise humeur en dépit des événements.

-Bon je vais aller droit au but, certains citoyens ont étés témoins de cette étrange attaque sur la ville et de comment vous avez neutraliser les responsables. J'aimerais vous récompenser au nom des habitants de l'île de San Faldo et vous offrir un petit quelque chose.

Désignant une petite valise préparé au préalable sur son bureau, le vieillard croisa les mains. À vue de nez pour l'inventeur il devait y avoir à l'intérieur quelques millions environ.

-Je vous en remercie. Mais quelques chose me trouble à vrai dire.

-Hum ?

-En chemin ici j'ai réfléchi au motif de cette attaque sans pouvoir en trouver la raison. À vrai dire j'ai vu les deux hommes ayant commis ce geste coopérer avec un marine haut gradé. J'ignore la raison ayant poussé cet homme à agir ainsi, mais je crois que quelque chose de louche se prépare peut-être avec la marine. À mon avis vous feriez mieux d'être vigilant...

Semblant réfléchir un peu le vieillard se décidât finalement à reprendre la parole après quelques secondes d'interruption.

-Cette information est plutôt troublante, je demanderai à ce qu'on enquête d'avantage sur le sujet. Mais pour l'heure je suis plus troublé par la situation de l'île. Le carnaval à été interrompu avec cette attaque et je ne peux pas permettre ça. Je prévois d'organiser dans environ deux semaines une grande parade pour montrer au reste du monde que nous ne nous laisseront pas démoraliser ! J'ai déjà demandé à ce qu'on se débarrasse de cette étrange peinture bleu et que les préparatifs commencent dès maintenant !

-Ça me semble être là une excellente initiative. À vrai dire j'aurais également une dernière demande à vous faire. Mon entreprise était à la base venue ici afin de créer une filière. Nous aimerions acheter l'un des entrepôts abandonnés sur le port afin d'en faire une boutique de diverses produits pour fournir votre fête.

-C'est parfait ! Je vous laisserai effectuer la transaction avec ma secrétaire, je vous passerai une commande durant la semaine pour alimenter la parade. Ne me décevez pas !

Après quelques formalités l'ingénieur pu finalement quitter les lieux pour se concentrer sur autre chose. Il ne lui restait plus qu'à terminer les détails de son plan et tout serait parfait...

Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Sam 26 Juil - 15:11





    Party crashers



      Une fois qu'il y eut un peu moins de foule, il fut bien moins compliqué de suivre l'individu qui fuyait. Je me demandais si cela était dans ses habitudes. J'espérais que cela n'était pas le cas car, sinon, il serait bien capable de fuir dans un simple combat et de me laisser me débrouiller seule tout ça dans le seul objectif de sauver sa petite vie et de la continuer tranquillement. Si je devais lui faire confiance, je devais m'assurer déjà qu'il ne me laisserait pas tomber facilement et sans aucun regret. Décidément, je ne savais vraiment pas si j'avais fait un bon choix en m'alliant à cet individu masqué dont je ne connaissais rien.

      Suivant toujours l'homme, j'entendis soudainement une douce mélodie apaisante, voyant que l'individu devant moi se bouchait les oreilles, je fis de même songeant que cette musique avait peut-être certains pouvoirs. Après tout, si la peinture pouvait en avoir, alors la musique aussi devait en être capable. Après tout, les mélodies pouvaient guider les cœurs et y mettre toutes sortes de sentiment, allant de la haine la plus profonde à un amour inconditionnel. Je ne voulais pas qu'on puisse diriger mes sentiments, c'est pourquoi, je fis comme l'homme masqué.

      Par la suite, celui-ci grimpa sur un perchoir, certainement pour voir ce qui se passait au loin. Cela ne m'intéressait pas plus que cela. Nous avions abandonné le combat, c'était bien pour cela que, pour moi, celui-ci ne nous concernait plus, ni les personnes avec qui nous combattions. Cela ne représentait aucun intérêt à mes yeux et si j'avais porté secours à l'homme masqué, c'était seulement pour éviter aux deux individus de provoquer plus de grabuges en ville. Je ne me souciais pas vraiment de ce que voulait instaurer en ville cet étrange personnage qui ne voulait pas révéler son visage. Après tout, cela ne me concernait pas plus que cela car il me cachait bien trop de choses pour que je puisse m'en préoccuper. Certes, j'avais cette envie de prendre soin de l'autre, mais cet autre devait me paraître être une bonne personne ayant de bons objectifs pour cela. Je n'allais pas aider quelqu'un que je ne jugeais pas digne de confiance. Je n'allais pas aider un criminel à tuer, un voleur à voler et un agresseur à agresser. Soupirant, j'attendis que l'individu redescende de son piédestal pour me déboucher les oreilles et le fixer.

      Alors que nous commençâmes à marcher dans les rues et que je m'apprêtai à interroger l'individu, nous fûmes arrêtés par un vieux personnage qui s'avérait être le marie de la ville. Je ne l'imaginais pas vraiment comme ça, mais plutôt comme un jeune fêtard. C'était surprenant, mais plutôt agréable. De plus, il semblait de bonne humeur malgré les événements qui avaient frappé sa ville et cela faisait plaisir. Il nous mena donc dans son grand bureau confortable. Je me demandais bien comme cela devait être de pouvoir vivre dans un endroit fixe et d'avoir un travail haut-placé et à responsabilités. Je faisais ma vie en voguant d'île en île. Nos vies devaient être foncièrement différentes et j'aurais bien voulu connaître ce genre de choses. Peut-être plus tard.

      Le Maire commença par nous remercier pour notre aide. Il semblait vouloir nous offrir quelque chose pour cela. Si j'avais été seul ici, j'aurais refusé, ce n'était pas comme si j'étais en manque d'argent. La suite de la conversation ne fut pas des plus intéressantes. Ils parlaient d'un marine qui aurait débarqué sur l'île pour secourir les deux individus que nous combattions. Quelque chose comme une trahison ? Peu importe. Puis, ils discutèrent de l'affaire de l'homme masqué qui voulait acheter un entrepôt. L'affaire fut vite réglé, mais la chose fut néanmoins très ennuyante et je ne retins pas quelques soupirs agacés et bâillements fatigués. Après tout, j'étais comme une enfant que l'on emmenait chez le banquier. Cela ne m'intéressait pas du tout et je n'y comprenais rien de toute façon.

      Lorsque enfin tout fut fini, ce fut pour mon plus grand plaisir et lorsque nous fûmes enfin seuls, je me décidai à prendre la parole pour exiger des explications de l'individu. Mais comme le moment était mal choisi et que je commençais à fatiguer, je me contentai d'un simple :

      - Il va falloir qu'on reparle de tout ça.

      Je n'avais rien d'autre à ajouter. J'étais fatiguée et je n'avais pas envie de commencer une longue conversation immédiatement, cela pouvait encore attendre un peu.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Party crashers [PV Taya et Shikisha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
» Dungeon party
» Beach Party ! [ pv ]
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: San Faldo-