Partagez | 
 

 Party crashers [PV Taya et Shikisha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Sam 24 Mai - 8:55

Nourriture !





Le voyage avait pris moins d'une journée, même s'il avait tenté de ne pas le laisser paraître durant la durée du trajet, il était plutôt impressionné par le fonctionnement du train. Il ignorait ce qu'il préférait entre l'idée de laisser flotter les rails, ou la locomotive elle-même. Il devait admettre que ça lui donnait quelques idées pour un éventuel projet, mais pour le moment il devait se concentrer sur ses projets actuels. Il ne savait pas exactement où il était arrivé, mais il pouvait entendre depuis la gare la musique résonner dans les rues. Une sorte de musique de carnaval semblait animer toute la population de cette île. D'après les quelques informations qu'il avait pu soutirer au contremaître, il s'agissait d'une île où la fête battait toujours son plein. Zeke se demandait bien comment une telle chose pouvait être possible, soit la population ne s'épuisait jamais soit chaque personne ne participait à la fête qu'à une heure précise. Dans tous les cas il aimait bien l'endroit, c'était animé et même s'il n'était pas vraiment du genre à participer à la fête il aimait bien la regarder. Il ignorait par où commencer dans un tel environnement, il y avait des parades, de la musique, de la danse, des forains, des jeux, bref un peu de tout. Dans le doute il valait mieux écouter son estomac et dans ce cas-ci il commençait à avoir faim pour une fois. Suivi par ses nouveaux partenaires, il se lança à la recherche d'un restaurant potable avant de finalement s'arrêter devant un établissement nommé pour une raison ou une autre Party cooking. C'est en y pénétrant que ce nom pris tout son sens, en effet le thème du restaurant correspondait bien avec le thème de l'île.

Des serveurs dansants, de la viande cuite par des cracheurs de feu, des acrobates aux tables, même la nourriture servie était recouverte de chandelles produisant des flammèches. La musique était tout aussi forte qu'à l'extérieur, mais de toute façon il ne s'attendait pas vraiment à pouvoir manger dans le calme. S'installant à une table il jeta un œil au menu. Celui-ci contenait des mets aux noms variés tel que Groovy jungle, Sparkle fish, Dancing wobaloo, l'ingénieur opta finalement, dans le doute, pour le Fire cracker beef. Manger avec sa cagoule sur la tête n'était pas vraiment une tâche facile, il tentait de glisser chaque bouché de bœuf pétillant sous celle-ci tout en surveillant si Taya ne le fixait pas de trop près. Il réfléchissait aussi, il n'avait franchement aucune idée de ce qu'il pouvait faire sur cette île. Il cherchait à étendre son business naissant, mais pour être honnête il ne souhaitait pas commencer dans le trafic trop brusquement. Il fallait quelques commerces légitimes à cette entreprise pour avoir une source de revenue assuré, mais il préférait éviter de répéter la même chose d'île en île. Le mieux restait de trouver quelque chose qui ferait du profit et qui serait différent à chaque fois pour éviter de voir son réseau démonté d'un coup. Cette petite réflexion lui avait bien donné une idée au final, après avoir englouti le contenu de son assiette il se dirigeât vers la sortie après avoir laissé quelques berrys sur la table. Il fallait trouver un endroit plus calme et plus vide que le cœur de la ville pour bâtir son prochain commerce et il savait parfaitement où aller. Il pouvait se contenter d'un entrepôt ou d'une zone libre près du port, du moment que l'emplacement était relativement isolé ce serait suffisant. Ce dirigeant vers cette zone, Zeke fut tout de même plutôt heureux de constater qu'au moins, sur cette île, sa cagoule passait inaperçue au milieu des costumes.

-Alors vous devez tout de même admettre que mon accoutrement à plus de style que celui de ces types couverts de plumes non ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Dim 25 Mai - 14:22

Party Crashers


« Un gentleman est quelqu'un qui ne blesse jamais les sentiments d'autrui sans le faire exprès. » - Oscar Wilde




San Faldo... Île réputée pour son carnaval et pour la durée de celui-ci. Le Gentleman et ses compagnons s’y étaient rendus afin de lancer un nouveau commerce. Le Boss, Zeke, souhaitait faire plus de profit avec l’Organisation et selon lui, s’installer ici pouvait faire monter le chiffre d’affaires en flèche. Ce n’était pas une mauvaise idée, en effet. Avec le monde présent dans les rues à toutes heures, et les nombreux achats compulsifs, il y avait moyen d’arriver à quelque chose de fructueux. Toutefois, il fallait être certain de ce qui allait être mis en vente, histoire de satisfaire le plus de clients possible. Mais l’homme à la peau d’ébène savait très bien que Zeke avait une superbe idée en tête. Il ne se tracassa donc pas tellement, une fois arrivé. Le voyage leur avait fait voir toutes sortes de paysages, le tout en se déplaçant à la surface de l’océan. Le fonctionnement de ce train était réellement impressionnant. Il était nécessaire de le voir pour le croire d’ailleurs. C’est ainsi, après plusieurs heures, que les trois Hors-la-loi arrivèrent à bon port, se dirigeant tout de suite vers un restaurant afin de prendre des forces. Un bon nombre d’artistes exerçaient leur art dans les rues, impressionnant les passants, si bien qu’ils réussissaient à récupérer des centaines de Berry avec une facilité déconcertante.

C’est donc après quelque temps qu’ils arrivèrent  au Party Cooking, un restaurant à l’ambiance totalement déjantée. La nourriture suivait également le thème, si bien que la viande que commanda Zeke lui offrit une sensation pétillante une fois en bouche. Shikisha, lui, s’était contenté d’un cocktail aux saveurs exotiques, surmontées d’un peu d’alcool, ainsi que d’une cigarette. De ce fait, le verre ne tarda pas à se vider, à une vitesse folle. Pour notre héros, c’était comme un verre d’eau. C’est lorsque les deux autres eurent terminé qu’ils se levèrent et sortirent du bâtiment, laissant bien sûr la somme caractéristique de leur commande. Le Boss prit la tête et le musicien le suivit, jusqu’à une zone plus isolée que les autres où ils pourraient réfléchir plus en détails au futur commerce.  Zeke prit ensuite la parole, sur le ton de la rigolade, se moquant de tous ces gens et leur accoutrement ridicule. Shikisha répondit alors, affichant un sourire taquin.

« Eh bien.. Oui, si on peut dire. Mais je ne sais pas vraiment si l’on peut parler de « style », tu comprends ? »

Le Gentleman se posa sur un tonneau particulièrement massif, et regarda ses camarades, ainsi que les alentours, tenant l'extrémité de sa cigarette sur bout des lèvres. Était-ce vraiment le meilleur endroit pour construire ? Il fallait espérer que la zone se remplisse un peu plus de temps à autre en tout cas.


Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mer 28 Mai - 10:18





    Party crashers



      Durant ce trajet en train, j'avais été émerveillée par la vitesse et la technologie utilisée par cette création tout à fait extraordinaire. J'ignorais, jusqu'à présent, l'existence d'une telle chose et je ne regrettais en aucun cas d'être allée sur Grand Line, même si le moyen que j'avais utilisé était loin d'être banal. J'avais pris la décision de continuer à suivre cet étrange personnage à cagoule, toujours dans l'optique d'en faire un allié et de découvrir ce qui se cachait derrière ce morceau de tissu mystérieux. Certainement un but ultime qu'il allait falloir atteindre si je ne souhaitais pas rester à ce stade de gentille petite fille obéissante suivant le grand bonhomme effrayant à la cagoule.

      Nous arrivâmes en moins d'une journée sur une île nommée San Faldo où la fête était au rendez-vous. Cela mettait, certes, de bonne humeur, mais de me déconcertait tout de même. Je ne savais où donner la tête parmi toutes ces personnes déguisaient, chantant, dansant, jouant. Bref, s'amusant comme si le monde avait arrêté de tourner.

      Fronçant les sourcils en traversant la foule joyeuse, je me demandais encore ce que je venais faire ici. Ah, oui. Me faire des alliés. En parlant de ceux-ci, un nouveau personnage étrange c'était joint à nous. Je ne savais presque rien de lui et j'avais bien l'intention d'en savoir un peu plus. Peut-être que lui savait à quoi correspondait le bout de papier que j'avais reçu, il y avait de cela deux années. Si j'avais de la chance, cela serait le cas. Mais, le moment n'était pas le bon. En effet, nous entrâmes dans un restaurant des plus extravagant.

      Ce fut ainsi que je constatai que la fête n'avait pas seulement lieu dans les rues de la ville, mais aussi dans les restaurants, et certainement dans tous les autres commerces. Décidément, ils n'étaient jamais fatigués, ces gens ? Nous asseyant à une table, chacun commanda quelque chose. Pour ma part, je me contentais de commander une boule de glace au goût des plus surprenant. Ce n'était pas mauvais, simplement très étonnant. Une fois que j'eus avalé ma glace, je fixai la cagoule de mon nouveau partenaire de voyage, cherchant à percer son secret. Je le verrais un jour, ce visage, je le verrais.

      Après que tout le monde ait fini et quelques berrys sur la table, nous voilà repartis pour une nouvelle marche parmi le monde. Alors que nous étions en train de traverser la foule, l'homme qui me cachait son visage depuis le début me demanda d'admettre que son accoutrement était meilleur que ceux des gens de la ville. Je devais bien reconnaître qu'il avait tort. Après tout, son style n'avait rien de bien spécial, et, mis à part se cacher, il ne faisait rien. Souriant à la réponse de Shikisha, je répondis à mon tour :

      - Il a raison, d'autant que ce style montre bien une certaine lâcheté de ta part. Après tout, si tu caches ton visage, c'est que tu as peur de quelque chose, non ? Et puis, comment est-ce qu'on pourrait faire la différence entre la première personne que nous voyons et toi, si nous ne pouvons même pas voir ton visage ?

      Après ces mots, très rapidement, nous arrivâmes à un endroit bien plus calme et paisible. Je ne savais ce qu'ils voulaient faire ici. Me retournant vers la personne à laquelle je m'étais adressée précédemment, j'attendis des précisions de sa part.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Jeu 29 Mai - 22:34










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler



-C'est de ta faute, 'Tello. T'es un con, 'Tello, juste bon à ruminer ton argile et à te taper le crâne avec ton marteau.
-Désolé, Rembow' nii-chan...

L'aîné poussa un soupir d'exaspération aussi pure et brute que condensé. Malgré le fait que de nombreux chevaliers étaient à l'heure actuelle en grand danger à travers le monde, et qu'ils risquaient probablement de passer de la vie à la mort d'un instant à un autre, Centes avait tout bonnement refusé de laisser les deux Handeler devenir des chevaliers, déclarant qu'ils n'étaient ni assez expérimentés, ni assez puissants pour le servir correctement. Mais fort heureusement, dans sa grande bonté, le roi leur avait donné un ordre afin de montrer qu'ils n'étaient pas comme les autres : saccager le fameux festival de San Faldo, s'en prendre aux civils s'il le fallait, mais aussi et surtout d'emmerder la marine et les forces en présence avec autant d'ardeur que possible. Voilà donc que les deux artistes en chef se baladaient, attirant inévitablement le regard des passants sur eux : après tout, Rembrandt, plus petit que son frère d'une quinzaine de centimètres, portait un pinceau d'une taille démesurée dans son dos ainsi qu'un accoutrement digne d'un caporal d'une armée quelconque du Nouveau Monde. Style d'artiste, avait-il toujours répondu à ceux qui lui demandaient pourquoi il ne s'habillait pas convenablement. Il était incompris, de toute manière : son génie artistique surpassait sans conteste la majeure partie de l'intelligence de ses contemporains... Quant à Donatello, il arborait une tenue nettement plus correcte, composée d'un pull à capuche et d'un pantalon clair. En revanche, ce qui attirait le coup d'oeil, chez lui, c'était le sac minuscule qui trônait au milieu de son dos. En réalité, en s'approchant un peu, les passants pouvaient constater que le sac n'avait rien de minuscule : c'était de celui qui le portait que venait le problème de concordance.

Le duo progressait tranquillement dans les ruelles, attendant de trouver un endroit calme au milieu de ce fichu carnaval pour passer à l'offensive. Malheureusement, déceler une simple ruelle au milieu de cette foule abondante semblait être une tâche impossible, tant et si bien que l'aîné décida subitement, sur un coup de tête, de partir dans une rue adjacente en grommelant à son frangin :

-Suis-moi, 'Tello.

Le cadet hocha la tête et s'exécuta, suivant les traces de l'aîné avec un air hésitant et perdu. Malgré sa taille et sa carrure des plus surprenantes, il n'avait jamais été quelqu'un de sûr de sa personne, et cela depuis sa plus tendre enfance : déjà à l'école, la maîtresse passait son temps à envoyer ses statues d'argile à travers la fenêtre en déclarant à qui voulait l'entendre qu'il n'était qu'un raté. Enfance effondrée, cœur brisé. Toutefois, différemment à Rembrandt, son talent était désormais reconnu sur une large partie de Grand Line, chose qui contribuait d'ailleurs à agacer au plus haut point le peintre qui ne comprenait pas comment de niais et pathétiques humains pouvaient prêter la moindre attention à quelques morceaux d'argiles vainement assemblés. Vraiment, l'humanité avait un sérieux problème.

Maintenant que les deux Decimas se retrouvaient à peu près au calme, ils pouvaient remarquer trois étranges individus également présents dans la ruelle : une bonne femme aux cheveux tendant vers le bleu, un présumé gentleman avec une clope au bec et un type enrubanné dans un masque des plus étranges. Rembrandt, au contact facile, se dirigea vers le trio avec un grand sourire aux lèvres, suivi de près par son trouillard de petit frère. Une fois à quelques mètres d'eux, il prit la parole avec un grand sourire et un air des plus chaleureux :

-Excusez-moi, mes braves ? Sauriez-vous où nous pourrions trouver le fameux magasin "Paint Island" ? Nous nous sommes égarés !

Evidemment, une boutique de peinture. En la pillant, il obtiendrait un stock immense de peinture, et pourrait semer un chaos abominable sur l'île sans aucun problème. Enfin, fallait-il encore qu'ils la trouvent, cette fichue boutique.

Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Dim 1 Juin - 7:57

Opportunité





Sa courte interaction avait produit une réaction plutôt intéressante chez ses nouveaux partenaires. En effet, son nouveau camarade s'était contenté de lui répondre sur un ton moqueur critiquant un peu son accoutrement. Remarque qu'il trouvait plutôt particulière venant de quelqu'un qui semblait porter des vêtements de bal au quotidien. Pour être honnête il ne voyait pas tant de différence entre ses vêtements et ceux du musicien. De son côté Taya avait décidé de pousser la blague un peu plus loin en le traitant de lâche ayant quelque chose à cacher. Cette accusation arracha presque immédiatement un léger rire au hors-la-loi. Cette petite était méfiante, il aimait bien ce côté chez elle.

-Tu sais je comprends que tu ne me fasse toujours pas confiance, c'est assez logique après tout. Mais ce n'est parce que je cache mon visage que je suis plus louche qu'un autre inconnu. J'ai peut-être un masque au sens littéral sur la tête, mais crois-moi n'importe qui peut se cacher derrière le masque du mensonge. Et en ce qui concerne la lâcheté, je dois admettre qu'il y a sans doute un peu de vrai dans cette accusation.

L'inventeur conclu sa petite tirade par un sourire qu'il allait garder pour lui, après tout il cachait aussi son visage pour ça. La petite marche du groupe dura encore quelques minutes, avant d'être finalement interrompue par deux hommes à l'allure étrange. Certes, peut-être pas aussi étrange que la sienne ou celle du reste de la population de cette île, mais quelque chose chez eux les faisait sortir du lot. Le premier trimbalait un pinceau géant alors que le second était un colosse à l'air triste. Décidément il n'avait de cesse de rencontrer des types à carrure imposante en ce moment. Le peintre, semblant être le plus loquace des deux, demanda au petit groupe le chemin vers un magasin qui d'après son nom ne pouvait être qu'une boutique d'artiste. «Paint Island». Drôle de nom et franchement il n'en avait jamais entendu parler, après tout il venait d'arriver sur cette île. La réaction normale aurait été de leur répondre qu'il n'en avait aucune idée et de continuer son chemin. Mais la vue des deux hommes lui avait donné une idée plutôt intéressante pour développer son commerce. Certes, il se spécialisait plus dans les armes, mais le commerce de fausses œuvres d'arts pouvait aussi rapporter.

-Pour être honnête j'ignore où il se trouve, mais nous sommes passés devant le secteur des commerces un peu plus tôt. Nous pourrions toujours vous y conduire...

Prenant une légère pause le temps d'analyser la réaction de ses interlocuteurs le hors-la-loi repris la parole un peu brusquement.

-Vous êtes des artistes n'est-ce pas ? Je pourrais avoir quelques contrats pour vous si vous êtes intéressés.

La musique du carnaval bien que forte semblait loin, comme si elle n'existait que comme musique de fond pour leur discussion, étrange phénomène. Avant d'écouter la réponse de l'homme au pinceau l'ingénieur pris tout de même la peine de jeter un œil à ses compères pour voir ce que ceux-ci pensaient de son offre, ou plutôt de ses deux offres. Après tout, le recrutement était plus important pour le moment, ses commerces pouvaient attendre un peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mer 4 Juin - 11:55

Party Crashers


« Un gentleman est quelqu'un qui ne blesse jamais les sentiments d'autrui sans le faire exprès. » - Oscar Wilde




Les lieux, vides de toute présence, s’affichaient telle l’œuvre d’un peintre célèbre, illustrant la solitude. Quelques bâtisses vaguement mélangées avec le ciel d’un étalement flou et progressif, une personne représentée par une seule gueule béante affichant tout le désespoir du monde. Les couleurs, bien que plus festives ici, rappelaient fortement cette peinture que le musicien avait déjà eu  l’honneur d’apercevoir lors d’une exposition d’art contemporain. Les trois Hors-la-loi étaient bien évidemment liés à cette personne, seule au milieu d’un cortège de couleurs. Les différentes réponses à la question posée par Zeke lui arrivèrent en pleine figure comme une critique moqueuse qu’il n’interpréta pas si mal finalement. Cela ne relevait pas de son caractère. Au lieu de ça, il préféra se justifier, expliquant que ce masque ne faisait pas de lui quelqu’un de faible, qui ne s’accepte pas et éprouve de la crainte à montrer son visage. Après tout, il s’agissait peut-être seulement d’une tactique afin de ne pas se faire reconnaître par les mauvaises personnes. A vrai dire, l’homme à la peau d’ébène ne connaissait que très peu de choses à son sujet. Il s’était simplement enrôlé dans son Organisation car ses objectifs lui plaisaient et qu’il voulait malgré tout devenir quelqu’un, un jour ou l’autre. Shikisha se contenta alors d’un silence qui en énerverait plus d’un.

C’est alors que deux hommes, très différents, firent leur apparition. Ils marchaient en leur direction, aussi lentement que des tortues sur le point de rendre l’âme, regardant au loin. Ces deux-là, tout les opposait. Le plus avancé n’était guère des plus charismatiques, ni même « spécial ». La seule chose qui faisait de lui quelqu’un de différent en comparaison au peuple de cette île, c’était l’énorme pinceau qu’il trimballait sur son dos. Que pouvait-il bien faire avec un tel outil ? La peinture –à moins que les toiles ne soient immenses- ne requiert pas une taille si imposante, bien au contraire. Cela le perturbait au plus haut point, à vrai dire. Toutefois, afin de ne pas paraître désobligeant, il resta silencieux. Ses yeux se mirent ensuite à scruter le second, un vrai roc. Sa carrure imposante lui donnait l’air d’une montagne, au sens propre du terme. A première vue, celui qui forçait une marche si lente, c’était lui. Sa mine désespérée, limite déconfite, lui donnait réellement un air de cadavre sur pattes, faisant de lui un zombie des plus costauds qui soient.

Semblant s’approcher des Hors-la-loi, les deux hommes s’arrêtèrent, avant que le plus « normal » des deux ne prenne la parole. Paint Island, hein ? Il lui semblait avoir aperçu ce nom en passant dans les rues, quelques minutes auparavant. Il s’agissait donc bel et bien d’artistes, passionnés par l’art pictural ? Intéressant. Le musicien laissa alors le Boss répondre, leur proposant apparemment de rejoindre l’Organisation. Décidément, celui-ci souhaitait à tout prix recruter, mais à quel prix ? Le mieux restait tout de même d’enrôler des personnes dignes de confiance et aux capacités particulières. Du moins, c’est ce que Shikisha pensait au fond de lui. Zeke ayant terminé, il leva légèrement les yeux, toujours assit sur son tonneau, lançant un regard confiant et aimable aux deux jeunes gens, en y laissant quelques mots.


« Alors comme ça, vous êtes friands d’art ? Je suis ravi de rencontrer des personnes telles que vous ! Je suis moi-même très attaché à cette culture, notamment par la musique, que je pratique depuis maintenant de nombreuses années. »
Un simple sourire suffit à dégager une atmosphère agréable, de quoi voir si ces deux-là n’étaient réellement que de simples civils. On ne pouvait être sûr de rien pour le moment, et le Gentleman devait avouer que l’énorme pinceau l’intriguait au plus haut point. Si bien que celui-ci se demandait vraiment s’il s’en servait seulement pour peindre de sublimes toiles.


Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mer 4 Juin - 19:53





    Party Crashers



      Par rapport à ma réponse plutôt franche, le personnage ne sembla pas du tout se sentir vexé. Tant mieux, je n'aurais pas voulu m'attirer ses foudres, c'était peut-être le dernier de mes souhaits. Cela ne faisait que quelques jours que j'étais arrivée sur Grand Line et si, ce personnage, commençait à me haïr, je serais déjà mal partie pour continuer à avancer sans trop d'encombres. Je ne voulais, ni me faire remarquer, ni me faire détester par une quelconque personne. Cela risquait tout de même d'être compliqué. J'allais forcément être, tôt ou tard, opposée à quelqu'un qui n'aurait pas les mêmes opinions que moi ou que je devrais combattre pour survivre. Il suffisait juste de bien savoir jouer à ce moment-là et de ne pas faire de grosses bêtises, ce qui était loin d'être une de mes qualités.

      Revenons aux mots de Zeke, il m'expliqua donc qu'il comprenait ma réaction et il commença à m'exposer une théorie sur le mensonge. Il était certainement lui aussi, un menteur. Je ne pouvais pas croire le contraire. Il termina son petit discours en avouant qu'il y avait aussi de la lâcheté en son acte. Au moins, il ne le cachait pas, cela lui donna un semblant de sincérité, mais cela n'allait pas suffire pour avoir ma confiance. Voir son visage, voilà ce qu'il me fallait avant tout.

      Après quelques minutes supplémentaires, nous fûmes interrompus par un nouveau groupe de deux personnes qui avaient l'air d'être artistes. Du moins, celui qui portait un gigantesque pinceau dans son dos, je me demandais comment il faisait pour peindre ainsi, certainement des œuvres géantes qui devaient être aussi merveilleuses que n'importe quel autre. Pour l'autre personne, il avait plutôt l'allure d'un taureau prêt à charger quiconque oserait s'en prendre à lui. Agitez un drapeau rouge devant lui et je suis persuadée qu'il foncerait dessus comme un fou furieux.

      Les deux individus demandèrent alors la direction d'une boutique appelée « Paint Island », certainement un endroit où l'on vendait de la peinture. Enfin, parfois, les noms étaient trompeurs, mais là, d'après celui-ci, il n'y avait pas beaucoup de doutes possibles.

      L'homme à la cagoule affirma qu'il ne savait où se trouvait la boutique mais que nous pouvions conduire les deux personnages au secteur des commerces. Il prenait toujours ce genre de décision seul, cela était agaçant. Il eut même le cran de leur proposer des contrats. Décidément, il était obnubilé par cela. Soupirant, je jetai un coup d’œil vers Shikisha. Celui-ci semblait plutôt enthousiaste à l'idée d'avoir rencontré des artistes. Pour moi, cela n'avait rien de particulier ni d'extraordinaire. Ils étaient comme n'importe qui, après tout. Certes, ce grand pinceau m'intriguant et cet homme à la carrure imposante m'impressionnait, mais je ne ressentais rien de plus vis-à-vis d'eux.

      Me tournant vers l'homme à la cagoule, je me demandais ce qu'il allait faire et comment il allait réagir à la suite des événements. Faisant quelques pas dans sa direction, d'une façon qui ne se voulait pas discrète, je lui demandais donc, à voix basse :

      - C'est qui ces gens ? On ne va quand même pas leur proposer de nous rejoindre ?! On ne sait même pas qui ils sont, je ne les aime pas... Surtout l'énorme monsieur.

      Regardant les deux personnes et les balayant de haut en bas d'un regard critique, je croisai les bras avant de dire :

      - Il me semble avoir vu la boutique pas trop loin d'ici, mais je ne suis pas sûre. Si vous continuez à marcher vous tomberez certainement dessus facilement.

      Moi ? Vouloir me débarrasser d'eux ? Absolument pas. Je n'avais juste pas envie qu'une personne louche s'ajoute à notre groupe déjà bien étrange. Je préférais déjà mieux connaître les membres actuels que d'avoir à en découvrir encore d'autres.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Jeu 5 Juin - 19:44










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Le premier à s'exprimer suite à la bien polie interrogation du peintre fut également le plus étrange, et ce de loin, des trois compères qui faisaient face aux membres des Decimas. Malgré le fait que ce qui ressemblait à un tas de grossiers tissus recouvrait sa bouche, il parvint à prononcer quelques mots dans un langage plutôt courtois également. C'était une bonne chose que celle de tomber sur des hommes capables de converser sans grommeler diverses insultes à chaque palabre comme tout bon rustre mal formé. Rembrandt, sans être réellement alléché par la proposition d'offre de l'inconnu, arqua toutefois un sourcil lorsqu'il l'entendit : il était fidèle à Centes, la chose était certaine et irréfutable, mais devait-il pour autant s'empêcher toute possibilité d'évolution parallèle ? Il y pensait de façon récurrente, mais devenir célèbre d'une autre façon lui permettrait bien plus aisément de graver l'art et plus particulièrement la peinture à jamais, en devenant un véritable génie de son temps... Tandis que Donatello se contentait de fixer le masque envoûtant de l'inconnu sans rien dire, son aîné tria vivement ses pensées et les ordonna afin de prendre la bonne décision rapidement. Aider ces inconnus, les laisser seuls dans leur misère ? Finalement, la raison le rattrapa : la tâche de mettre en péril le fameux carnaval de San Faldo lui avait été donné par son seul et unique monarque, alors il ne comptait pas lui désobéir. Quand bien même il l'abhorrait pour sa décision à ne pas le choisir en tant que chevalier, évidemment. Néanmoins l'artiste n'eut pas le temps de répliquer, puisque l'autre homme, coiffé d'un haut-de-forme particulièrement vertigineux, les salua à son tour en se qualifiant de musicien. L'art des sots, songea l'ornemaniste sans rien en montrer. La musique ne demandait pas le talent qu'exigeaient les autres arts, et de grands noms s'y étaient fait connaître par la seule force de leur travail. Il n'en fallait guère plus pour qu'il le cerne donc bel et bien comme étant l'art de ceux qui ne savaient rien faire.

Puis ce fut à la simplette de s'exprimer. Si les deux types, dont le mec sans talent, semblaient un tant soit peu bien élevés, elle n'était rien d'autre qu'une petite écervelée effrontée sans aucune notion morale commune. Enfin, Rembrandt ne pouvait pas lui en vouloir : les idiots ne grandissaient jamais ! Snobant véritablement Tenshi, ne lui adressant pas un seul regard, il adressa en revanche un sourire en apparence magnanime et bienveillant avant de leur répondre toujours aussi courtoisement :

-Nous sommes navrés, mais c'est une tâche des plus complexes qui nous a porté jusqu'ici. Nous ne pouvons par conséquent vous aider. Mon frère et moi-même allons donc cesser de vous importuner et retourner à la quête de cette boutique ! Merci bien, mes braves, et que les cieux veillent sur vous !

Alors que Donatello leur accordait un bref signe de tête, restant plus ou moins rigide et démontrant un certain manque d'habileté, son frère tourna les talons et s'en alla à nouveau en direction de la rue bondée qu'il avait quitté auparavant. Son objectif, désormais ? Demander à d'autres personnes plus renseigner de l'y guider. Trouver un habitant de l'île n'allait pas être quelques chose de compliqué, si ? De sa démarche noble et altière, Rembrandt commença à s'en aller, laissant son cadet seul qui se retourna alors vivement en le rattrapant en de grandes enjambées :

-Attends-moi, Rembow' nii-chan !



Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Sam 7 Juin - 3:00

Filature






Le coup d’œil qu'il avait jeté derrière avait bien vite reçu un avis. Même si le musicien semblait plutôt indifférent à la proposition que venait de faire l'inventeur aux deux artistes, la jeune Taya elle, était totalement contre. Une intérêt et une plainte, la dualité de ces deux réactions montrait bien la grosse différence entre ses deux partenaires de voyage. Sans même avoir le temps de répondre à celle-ci le peintre qui lui faisait face lui répondit sur le même ton qu'il lui avait posé sa question. Sa réaction était quelque peu étrange, bien que le hors-la-loi ai proposé son aide au moins pour rechercher la boutique, l'inconnu l'avait décliné dans son entièreté. Prétextant qu'ils étaient venu sur cette île pour une «tâche des plus complexes», les deux hommes s’éloignèrent le plus grand suivant le plus petit comme un chien de poche. La formulation de la phrase de l'homme semblait sous-entendre que lui et son partenaire n'étaient pas de San Faldo. Chose plutôt évidente après tout un habitant n'aurait pas eu besoin d'indications. À moitié perdu dans ses pensés Zeke s'adressa à la sabreuse en réponse à son commentaire.

-Tu ne leur fait peut-être pas confiance, mais il faut en général le faire pour savoir si c'était une bonne idée non ?

Regardant les deux hommes s'éloigner Zeke pris un certain intérêt chez ceux-ci. Cette fameuse tâche l’intriguait un peu, peut-être y avait-il de l'argent à en tirer après tout. Mais plus important il avait besoin d'artiste pour sa nouvelle idée, du profit facile avec de l'art contrefait, pourquoi il n'y avait pas pensé plus tôt ? Même si ceux-ci avaient rejetés son offre il était convaincu qu'il trouverait d'autres peintre aux environ de cette fameuse boutique. S’apprêtant à confier la tâche de suivre ces hommes à l'un de ses partenaire, l'inventeur se rendit vite compte qu'il avait complètement oublié de demander leur numéro de den den mushi à ceux-ci. Aucun moyen de les recontacter après s'être séparé, c'était plutôt gênant. N'ayant pas vraiment le temps de mettre les choses au clair avec ses deux camarades étant donné la progression rapide des deux hommes l'ingénieur préféra éviter de se casser la tête pour prendre l'option la plus sure.

-Changement de plan ! Suivez moi...

Sans plus attendre il entreprit de prendre en filature les deux artistes, au moins jusqu'à arriver à la boutique en question. Après tout son objectif original ne pressait pas et il n'avait pas prévenu Alan et Isaac de chercher également des artistes. Il accélérerait les choses ainsi. Tentant de garder une distance des plusieurs mètres entre lui et ses deux cibles il espérait ne pas les perdre de vues, chose difficile au milieux d'un carnaval. Certes il aurait simplement pu aller les voir et leur dire qu'il avait finalement envie de faire un bout de chemin avec eux, mais il avait un peu peur d'avoir l'air cinglé. D'autant plus que les alerter de sa présence ruinerait toute chance d'intervenir dans leur fameux projet pour en tirer profit. Enfin, si ça se trouvait celui-ci n'avait pas la moindre importance et il ne s'agissait que d'un truc d'artiste, mais il préférait ne pas prendre de chance. Dans le pire des cas il aurait un peu perdu son temps ainsi que celui de ses camarades.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mar 10 Juin - 10:44

Party Crashers


« Un gentleman est quelqu'un qui ne blesse jamais les sentiments d'autrui sans le faire exprès. » - Oscar Wilde




Un vent. Voilà ce que le Gentleman venait de se prendre. Les deux hommes semblaient être avares de paroles, en particulier le plus grand, qui, contrairement à son frère, n’adressait aucun mot. L’air hautain du plus civilisé renvoyait une très mauvaise appréciation. Il devait sans doute se croire plus puissant que nous autres. Mais la chose la plus agaçante, c’était le fait que ses paroles étaient « banales » et sur un ton posé, courtois, alors que son visage montrait tout le contraire. Il s’agissait selon lui d’un chieur de catégorie 2. De ce fait, bien que le musicien tentait une approche des plus sympathiques, il comprit très vite qu’il n’y avait rien à faire, que celle-ci était inutile face à des personnes telles que ces deux-là. Tenshi, contrairement à Zeke, ne semblait pas capable de leur faire confiance. Après tout, elle n’avait pas tout à fait tort. Jusque-là, à part de belles paroles, les deux énergumènes n’avaient rien montré d’intéressant. Pire, ils les méprisaient.

C’est ensuite, après quelques minutes, que les frères décidèrent de partir. Le plus petit lâcha une tirade plus ou moins longue, gardant son air snobe. Le second, quant à lui, ne faisait qu’acquiescer, comme toujours. C’était vraiment embêtant voire ridicule de se sentir plus bas que terre face à des êtres de la sorte. Même si, bien évidemment, Shikisha ne douta point de lui-même à ce moment-là. Il détestait seulement être considéré comme un moins que rien.

Dans un élan de courage, malgré les doutes, le Boss leur ordonna de le suivre. Les deux jeunes gens avaient déjà pris un peu d’avance et se trouvaient à quelques dizaines de mètres maintenant. Que comptait-il faire ? Les prendre en filature ? Le musicien tourna simplement la tête vers Zeke, l’espace d’un instant, soupirant un coup.


« Quelle bande d’enfoirés… J’espère que tu comptes leur faire regretter d’exister, Boss. »

Shikisha n’attendit même pas spécialement de réponse à cette déclaration. Il savait ce qu’il lui restait à faire. Le maître de la filature, c’était bien lui. Bougeant ses mains comme s’il s’apprêtait à exécuter un tour de magie, trois fantômes de taille normale apparurent, une clope au bec et un chapeau haut-de-forme planté sur le crâne. Ceux-ci n’avaient besoin d’aucun ordre oral, puisque leur esprit était relié à celui de leur créateur. Ainsi, ils se dirigèrent rapidement vers les cibles, passant à travers les murs des bâtiments et cachant leur présence du mieux possible. Une petite conversation se faisait entendre. Que pouvaient-ils bien raconter ? En tout cas, il ne s’agissait probablement pas d’un échange normal.


« J’entends quelque chose. »


Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mer 11 Juin - 10:58





    Party crashers



      M'attendant au moins à une réaction de la part des deux personnages à mon égard, je ne m'attendais pas à ce que le plus petit d'entre eux m'ignore royalement, ne m'adressant même pas un regard, comme si je n'existais pas. Avais-je mal réagi pour qu'il se comporte de cette façon avec moi ? Après tout, je leur avais bien signifié qu'il me semblait avoir vu la boutique ce qui n'était, même pas, un mensonge, et c'était ainsi qu'ils me remerciaient. Quelle bande d'ingrats ! Décidément, personne ne semblait, ici, doté d'un tant soit peu de courtoisie et de gentillesse. Pestant intérieurement, je gardai néanmoins mon silence, malgré mon envie pressante d'apprendre les bonnes manières à ce petit bonhomme. Il refusa le plus gentiment possible la proposition de l'homme à cagoule, mais je savais qu'il cachait quelque chose. Quelqu'un d'aussi mal élevé ne pouvait s'exprimer de cette façon sans avoir quelque chose à cacher, ce n'était tout simplement pas possible.

      Après cela, le petit tourna les talons tandis que l'autre nous faisait un petit signe de la tête puis essaya de rattraper celui qui semblait être son frère, le nommant ainsi. Je n'aurais jamais deviné qu'ils étaient frères. Il n'y avait aucune ressemblance filiale, ou du moins, très peu.

      Une fois les hommes éloignés, bon débarras, l'homme au visage inconnu s'adressa à moi, m'accordant comme des reproches. Il m'en voulait de ne pas avoir envie de me fier à des gens que je ne connaissais pas du tout. Décidément, Akimitsu et lui étaient totalement opposés sur ce point. L'un était du genre à me dire de ne faire confiance à personne et de ne suivre personne sans en connaître un peu plus sur cette personne, et l'autre me disait qu'il valait mieux tenter sa chance avant de se dire immédiatement que cela n'en vaut pas la peine.

      Par la suite, il nous invita à le suivre. Ce que je fis sans poser plus de questions. Je me rendis alors compte que nous suivions nous-même le groupe de deux frères. Décidément, il semblait vraiment intéressé par ces deux personnages et je ne savais vraiment pas pourquoi. Me dirigeant vers celui qui dirigeait le petit groupe, je lui demandais donc :

      - Pourquoi tu tiens autant à les suivre ? Ils n'ont rien de bien intéressant... Ils ressemblent plus à des ours mal léchés qu'autre chose et puis, dans toute cette foule, on va avoir du mal à les suivre. Alors, dis-moi, qu'est-ce qu'ils ont de si intéressant ? Et puis, je n'ai toujours pas vu ton visage.


      Croisant les bras et prenant une mine boudeuse, je continuai à marcher, attendant sa réponse avec une certaine impatiente. Je me demandais quand il allait enfin craquer et me montrer son visage, car je partais du principe que je gagnerais, peu importe le temps que cela prendrait. Un jour, il me montrera son visage, et ce jour ne devrait plus tarder, quitte à ce que j'arrache ce morceau de tissu pendant son sommeil. De toute façon, s'il me refusait cela, c'était bien qu'il avait quelque chose à cacher. À moins qu'il ne soit vraiment horrible, son visage, et qu'il me donne envie de fuir. Ce qui me surprendrait beaucoup. Après tout, j'en avais déjà vu, des gens laids, dans ma vie, et je ne les avais jamais fui plus que les autres. En attendant, il fallait savoir comment allait se finir cette histoire.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mer 11 Juin - 21:41










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Le colosse remonta bien rapidement la distance qui le dépassait de son aîné, la réalisant en réalité en seulement quelques foulées avant de reprendre son air flegmatique et impassible. Ils continuèrent ainsi, désormais bien décidés à demander des renseignements à d'autres passants qui sembleraient probablement plus normaux, plus semblables au commun des mortels. A vrai dire, Rembrandt n'avait que faire des trois étranges gars qui n'avaient pas été capable de l'aiguiller correctement. La seule faut qu'il leur imputait avait en réalité été de ne pas lui chanter les louanges que lui, peintre du siècle voire du millénaire, méritait de plein droit par son génie et sa perfection. Songer à cela le ramena bien rapidement à la sinistre constatation que son frère, lui, était considéré comme un artiste à part entière aux quatre coins du globe... Donnant un coup de pied légèrement rageur, quoique empli d'amertume, dans un petit caillou qui gisait là et n'avait rien demandé à personne, le plus chétif des deux continua de mener la marche dans un instinct de leader pur et dur. De toute façon, le sol homme qui ne pourrait jamais être considéré comme supérieur à lui était bel et bien Centes, que l'on pouvait considérer comme son mécène... Toutefois, si le Roi s'acharnait à l'empêcher de rejoindre les prestigieux chevaliers de sa cour, le peintre finirait tôt ou tard par se tirer pour aller voir ailleurs. D'autant plus qu'il n'avait pour le moment écopé d'aucune mise-à-prix : une reconversion ne serait concrètement qu'une question de temps et de volonté.

Aucun des deux frangins ne semblait assez observateur pour remarquer les fantômes envoyés par le maudit, à quelques mètres d'eux. Au contraire, Rembrandt prit la parole, plus décontracté que jamais :

-A ton avis, si je dessine un visage en forme de triangle et que je dis que c'est abstrait, les critiques vont-ils être assez cons pour y croire ?
-Je crois, Rembow' nii-chan...
-Et si... Et si seulement... Mettons que je dessine une pipe, et que j'écrive une légende sur laquelle je dirais qu'il ne s'agit pas là d'une pipe. C'est trop... Prématuré, nan ?
-J'imagine, Rembow' nii-chan...
-Mouais. Donc ça peut être utile pour me faire connaître post-mortem. Au pire, j'ai qu'à accentuer sur la terreur des visages. Ou dessiner des crânes avec des corps humain ? De quoi me revendiquer d'un nouveau courant artistique, innovateur...
-Bonne idée, Rembow' nii-chan...
-Ce qu'il y a de bien, avec toi, c'est que t'es aussi con qu'une armoire, en plus d'en avoir la corpulence.

Aucune réponse, cette fois-ci. Rembrandt haussa les épaules en jetant un regard en coin à Donatello, qui semblait plus ou moins vexé par cette petite pique. Il finirait bien par s'en remettre, il en avait l'habitude. L'aîné se dirigea vers un inconnu coiffé d'un chapeau étrange, recouvert de plumes, et l'aborda poliment ainsi qu'avec un grand sourire avant de lui demander son chemin. Bonne nouvelle : il s'agissait manifestement d'un indigène, puisqu'il lui indiqua la direction du magasin avec un grand sourire niais. Encore un homme du bas peuple. Un peu d'hypocrisie, une légère courbette pour faire croire à une reconnaissance, aussi factice soit-elle, et le duo était d'ores-et-déjà en chemin. L'avantage de la carrure du sculpteur, c'était que tout le monde s'écartait en le voyant arriver. Ainsi, la foule se séparait en deux en voyant les deux énergumènes arriver, mais se reconstituait immédiatement après leur passage. Le peintre avançait toujours en tête, fébrile et enjoué à l'idée de découvrir un stock exceptionnel de liquide coloré.
Cette petite sauterie, il allait la mettre en l'air, et d'une façon des plus étonnantes.

C'est après seulement quelques dizaines de seconde que le petit duo de créateurs parvint jusqu'à la boutique tant espérée, dans laquelle ils pénétrèrent tout deux d'un pas vif. Si Donatello resta en retrait, du côté de l'entrée, comme s'il admettait réellement qu'il ne faisait pas partie de ce monde-ci, Rembrandt s'approcha du comptoir avec un sourire plus courtois que jamais. Il posa ses deux mains sur celui-là et prit la parole avec une étincelle d'excitation :

-Toute votre peinture bleue, s'il vous plaît !

Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Lun 16 Juin - 23:04

Party Time !





Suivant toujours les deux hommes au milieux de cette foule endiablé, l'ingénieur reçu exactement les réactions auxquelles il s'attendait suite à son ordre. Que des plaintes, que ce soit de la part du musicien d'un naturel enjoué ou de la sabreuse ronchonne. D'un côté ils avaient un peu raison, c'est deux types étaient tout sauf agréables, mais il ne pouvait lui-même pas vraiment exprimer sa façon de penser. Qu'elle idée il avait eu de choisir la personnalité d'un gentleman bien-élevé pour son personnage aussi ? Enfin c'était ce qui lui était venu naturellement, après tout ça devait lui donner un air professionnel non ? Dans tous les cas comme ses partenaires il n'aimait pas spécialement ces types, les gens qui prenaient les autres de haut sans avoir rien accompli à première vue ce n'était pas trop son truc. Mais il était tout même déçu de voir que ses camarades étaient incapables de voir le potentiel d'artistes pour une organisation comme la sienne. Toutefois, ce ne fut pas au certain manque d'ambition des deux individus le suivant qu'il réagit, non ce fut plutôt le dernier mot que prononçât le musicien qui le titilla. «Boss», il avait monté toute cette opération de cette façon spécialement pour éviter d'attirer l'attention, après tout quelqu'un voulait sa peau. C'était sans compter la marine qui allait à coup sûr s'en mêler à un moment ou à un autre.

-Au fait rectification maestro, bien que j'apprécie le fait que tu crois que je dirige les opérations, le boss  n'apprécierait pas qu'on m’attribue son titre. Je suis seulement son représentant en quelque sorte.

Sa phrase fut rapidement suivie par une certaine surprise lorsqu'il vit trois étrange créatures semblables à des fantômes le dépasser et aller plus loin en avant. Chose encore plus étrange, ces trois silhouettes portaient, à la façon du musicien, un chapeau haut-de-forme et une cigarette leur donnant un air étrange. Tournant la tête il apparaissait clair pour l'ingénieur que son nouveau compagnon en était la source, il donnait même l'impression de les contrôler pour être exact.

-Dis, on peux savoir ce que c'est que ça ? T'aurais pas mangé un fruit par hasard?

Le hors-la-loi commençait à penser que sa nouvelle rencontre serait peut-être plus utile qu'il ne l'avait initialement prévu, ça ne pouvait pas nuire après tout. Il ignorait quel genre de pouvoirs il pouvait posséder, mais il leur trouverait bien un moyen de servir. Dans tous les cas, il était plutôt heureux de cette nouvelle découverte, il venait à peine de commencer cette organisation qu'il avait déjà recruté quelques prodige. Peut-être arriverait-il finalement à se sortir du trou où il se trouvait depuis si longtemps... Pendant ce temps la filature se poursuivait toujours, les deux hommes discutaient plus loin en avant sans les avoir remarqué apparemment. Se dissimuler allait devenir de plus en plus facile, en effet la nuit commençait à tomber sur San Faldo et comme résultat la fête semblait de plus en plus battre son plein. Les feux d'artifices commençaient déjà à exploser au loin, un son bien agréable aux oreilles du pyrotechnicien. L'atmosphère de cette île une fois le soleil couché était tellement différentes des autres, comme il le pensait personne ne semblait dormir, tous semblait plus réveillé que jamais en fait.

De leur côté les artistes semblaient finalement avoir trouvé la boutique qu'ils cherchaient tant. Ils avaient de la chance, la recherche n'avaient pris aux deux hommes qu'une heure tout au plus et le petit groupe qui les suivait dans l'ombre allait maintenant en profiter. Les voyant pénétrer dans la petite boutique, un peu à l'écart du reste des bâtiments, Zeke tourna son attention vers le bâtiment voisin. Dans une ruelle se trouvait un escalier menant au deuxième étage extérieur, encombré par quelques fêtards déjà un peu intoxiqué. Sans dire un mot l'ingénieur se dirigeât vers celui-ci s'attendant à ce que ses partenaires le suivent. Un escalier puis une vieille échelle rouillé plus tard et il était arrivé sur le toit désert du petit bâtiment en bois à deux étages. Du haut de celui-ci la vue était plutôt exceptionnelle, la lumière orangé des torches et des cracheur de feu illuminant toute la ville embellissait nettement l'endroit. Les cris de joie, la musique, les sons de la parade et des pétards au loin, tout les éléments du carnaval étaient réunis. Il n'était lui-même pas un grand fêtard, mais il appréciait bien l'environnement créé ici. C'était idéal pour agir sans se faire remarquer après tout. De sa nouvelle position, il avait une vue imprenable sur le magasin de peinture se trouvant à quelques mètres à peine devant lui. De là, il pouvait voir quelques ombres se déplacer dans le magasin ainsi que ses alentours. D'ailleurs quelques individus aux allures d'artistes traînaient déjà autour de la boutique, dont un qui semblait faire un tableau de la ville «en feu».

-Hum... Reste plus qu'à trouver des artistes dignes de ce nom... Se murmura-t-il à lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Jeu 19 Juin - 10:10

Party Crashers


« Un gentleman est quelqu'un qui ne blesse jamais les sentiments d'autrui sans le faire exprès. » - Oscar Wilde




Alors que les deux frères s’étaient décidés à disparaître du champ de vision des trois Hors-la-loi, l’homme à la peau d’ébène recouru aux capacités de vision de ses fantômes, afin de pouvoir guetter leurs activités et éventuelles discutions. Zeke et Taya venaient sûrement de comprendre qu’il était un utilisateur de Fruit du démon, du coup. Mais pour le moment, ce n’était pas ce qui inquiétait notre cher Musicien. En effet, les deux jeunes gens venaient d’entrer dans la boutique qu’ils recherchaient, et sur le chemin, leur conversation semblait étrange. Un subtil mélange de vérité et de mensonge. Ce fut cependant lorsque le peintre demanda tout le stock de peinture bleue qu’il en fut certain. Quelque chose ne tournait pas rond, il ne pouvait leur faire confiance. Son combat face au Gardien d’Impel Down, Joseph Mand, lui avait permis de comprendre l’utilisation de la peinture en combat, ses divers effets et ses stratégies d’application. De ce fait, sans l’ombre d’un doute, Shiki’ se voyait en mesure de reconnaître certains points concernant leurs utilisateurs. Pendant ce temps-là, alors que le Gentleman se trouvait plongé dans ses pensées les plus profondes, Zeke le questionna, lui demandant s’il avait mangé un « fruit ». Soupirant, Shiki’ daigna tout de même répondre, gardant toutefois un œil sur ses proies.


« J’ai mangé le Horo Horo no mi. Je suis maintenant un Homme Ectoplasme. »

Il ferma les yeux, inspirant un coup de façon à se délecter du goût de sa cigarette, et il reprit.


« Mais ce n’est pas le plus important. Je suis certain qu’il se trame quelque chose, il faut agir. Maintenant. »

Zeke s’était  déjà précipité vers un bâtiment non loin d’ici, qui offrait probablement une très bonne vue sur le paysage mais aussi sur la boutique d’art. Sans dire un mot, le Gentleman le suivit, montant l’escalier et l’échelle, pour finalement arriver au sommet. De cet endroit, il était presque possible de tout voir. Surtout la fête qui commençait. Finalement, il décida de rester en place quelques secondes, avant de se lever et faire face à la petite boutique. La fumée de sa cigarette s’échappait jusque derrière lui, éclairé par la lumière rouge-orangée des nombreux feux d’artifices. Il n’y avait plus de temps à perdre désormais. Peut-être que ses compagnons n’étaient pas de son avis, et probablement pas aussi inquiets, mais lui devait faire quelque chose. Ne tournant même pas la tête vers ceux-ci, il glissa seulement quelques mots, avant de quitter son enveloppe charnelle.


« J’ai besoin que vous cachiez mon corps du mieux que vous le pouvez. Et surtout, si vous restez ici, ne quittez pas la sortie des yeux.. »

Terminant sa phrase, il s’envola donc sous forme spectrale, laissant son corps sur la plateforme. C’était assez difficile d’utiliser cette technique car son enveloppe charnelle se retrouvait faible et exposé à toute attaque. Se faufilant donc à l’intérieur du magasin, de façon à ce que personne ne le voit, il se plaça derrière les deux frères. Bien évidemment, sous cette forme, il n’avait pas été en mesure d’ouvrir la porte. Du coup, son intangibilité faisait le travail. Mais justement, il avait pris ses précautions pour qu’aucun des clients ni même le vendeur, ne fasse attention à son entrée.


« Oh ! Je vois que vous l’avez finalement trouvée ! »



Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Jeu 19 Juin - 18:43





    Party crashers



      Alors que je marchais, continuant à suivre les deux individus sans vraiment en connaître les raisons, l'homme au visage inconnu et Shikisha commencèrent une conversation qui m'intrigua quelque peu. En effet, le premier était en train de demander au second s'il avait mangé un fruit. En premier lieu, je ne compris pas vraiment de quoi il parlait. Après tout, ce pauvre bougre avait bien le droit de manger une pomme, une fraise ou une banane si cela pouvait lui faire plaisir, non ? Ce ne fut qu'après un court instant de réflexion que je me rendis compte qu'il parlait de ces fruits qui maudissaient et empêchaient une personne y ayant goûté de marcher. Néanmoins, cela octroyait également d'importants pouvoirs. À l'image de ceux d'Akimitsu, qui, avant d'avoir la capacité d'être un humain, n'était qu'un simple katana sans histoire. Je ne savais toujours pas comment il se faisait qu'il ait pu manger un fruit du démon. Une arme, ça n'avait pas de bouche. En tout cas, l'homme à la cagoule ne connaissait pas encore l'existence d'Akimitsu, et cela était mieux pour le moment. Il ne connaîtra mes secrets que quand je connaîtrai les siens.

      Soupirant, j'écoutai d'une oreille attentive la réponse de Shikisha. En savoir plus sur ses pouvoirs pouvaient bien me servir. Il affirma donc le fait qu'il avait mangé un fruit du démon et qu'il était à présent un Homme Ectoplasme. Je me demandais ce qu'il voulait exactement dire par là et ce que cela impliquait. Je n'allais pas avoir à attendre bien longtemps pour comprendre. Il exprima ensuite ses craintes et son souhait d'agir rapidement. Je ne savais pas vraiment de quoi il parlait et, haussant les épaules, je suivis les deux individus et montai en haut d'un bâtiment.

      La vue était imprenable et magnifique. Je serai bien restée ici toute la nuit, à contempler le paysage en dessous de mes pieds. C'était plutôt impressionnant et donnait l'envie de se joindre à la petite fête qui se tramait. De s'y amuser et d'enfin pouvoir prendre un peu de repos. Maintenant que je m'étais trouvée des compagnons de voyage, cela allait être plus compliqué, de trouver du repos. À l'instant même où je me retrouverai seule, Akimitsu allait certainement vite apparaître pour me faire la morale.

      Ce fut à ce moment que Shikisha prononça des mots des plus surprenants, prétendant que nous devions cacher son corps. C'était plutôt étrange. Généralement, on devait aller cacher un corps quand nous venions de tuer quelqu'un. Je n'avais pas l'intention de le tuer, moi. Je jetai un regard suspicieux vers l'homme à la cagoule. Ce fut alors que Shikisha prit son envol de la façon la plus surprenante. Cela me fit sursauter et je jetai un coup d’œil à son corps sans vie. Cela m'amusa plus qu'autre chose. Je ne savais presque rien de son pouvoir, mais il avait l'air plutôt sympathique et appréciable. En y repensant, je jetai un coup d'oeil vers la personne qui était encore là, avec son esprit et son corps. Je lui demandai alors :

      - Tu as aussi mangé un fruit du démon, non ? En tout cas, ce que tu as fait avec cette Révolutionnaire était loin d'être naturel.

      C'était la première fois que j'en parlais depuis Saint Poplar. Après tout, je n'avais jamais pris la peine d'y réfléchir et, même si le moment était probablement mal choisi, ma curiosité l'emportait sur le reste. Si je voulais savoir quelque chose, alors, je n'hésiterai pas à exiger des réponses sans détour. Reprenant la parole, je dis alors :

      - Nous ferions mieux de cacher son corps.

      Mais où ? Telle était la question. Et je n'avais pas la réponse car, à moins de le jeter dans une poubelle, je ne savais pas où trouver une cachette décente où personne ne pourrait le trouver. Et une poubelle, ce n'était pas forcément ce qu'il y avait de plus agréable, loin de là.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Ven 20 Juin - 18:27










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Mettez-vous à la place de ce pauvre vendeur, ne serait-ce qu'une dizaine de secondes. Un jour comme un autre, dans votre boutique de plus en plus miteuse à cause des achats qui sont de moins en moins fréquents, au sein d'une île plus fêtarde que jamais, et voilà que deux types excentriques débarquent et vous demandent l’entièreté du stock concernant l'une de vos chères couleurs. Il y a de quoi jubiler, non ? Les chiffres d'affaire de ce marchand comme les autres éclatèrent littéralement tandis que le bonhomme se précipitait vers sa réserve en hurlant à tout va qu'il allait faire aussi rapidement que possible. Les deux frangins restèrent donc dans la petite boutique, où quelques autres passants figuraient, flânant au sein des toiles encore vierges ou des pinceaux de diverses tailles. Ce ne fut qu'après quelques secondes que quelqu'un d'autre se fit entendre, derrière eux. Rembrandt reconnut l'intonation vocale avant même de n'avoir à se retourner pour reconnaître le musicien avec le haut de forme qu'ils avaient croisé un peu plus tôt, dans une ruelle. Insignifiant personnage, insignifiante remarque. Enfin, il était trop tôt pour arriver à ce genre de conclusions : peut-être que malgré le chemin de facilité qu'il avait choisi en embrassant une carrière musicale, le jeune homme qui lui faisait face avait un véritable talent ? Après tout, qui diable était le peintre pour rire des talentueux ? Même un écrivain ou un chanteur, si tant est qu'il ait bien du talent, méritait son respect. Enfin, dans le bénéfice du doute, le jeune combattant affilié à l'ordre des Decimas se retourna pour lui adresser un sourire radieux, montrant véritablement à quel point la situation le mettait en joie. Il prit alors la parole, cette fois-ci sans aucune teinte d'hypocrisie, démontrant au contraire une joie naïve et tout-à-fait appréciable :

-Oui ! La chose fut plus aisée que nous n'aurions pu l'imaginer, fort heureusement ! Je tiens à vous remercier, une fois de plus, de l'aide que vous nous avez fourni !

Donatello hocha lentement la tête avant que son aîné ne se souvienne de sa présence. Il poussa un léger soupir et se tourna donc vers le cadet, prenant la parole en levant les yeux au ciel, l'air plus ou moins exaspéré :

-Qu'est-ce que tu fais encore là ? Tu n'y connais rien, en peinture, pas vrai ? Alors va chercher ton argile, bougre d'âne.
-Ou... Oui... Rembow' nii-chan...

Le colosse s'en alla en baissant la tête, passant la porte du commerce pour retourner dans la rue agitée et vivante. Il prit alors aussitôt la direction du port, de sa démarche lente et calme, comme si rien ne semblait le presser plus que la volonté de son frère. Le peintre, quant à lui, sourit doucement en reportant son attention sur le musicien :

-Il est un peu tête en l'air, mais c'est un bon garçon malgré tout ! D'ailleurs, vous vous entendriez peut-être avec lui : il est sculpteur !

Ça, de toute façon, Shikisha avait pu le comprendre quand Rembrandt avait demandé à son frère d'aller chercher son argile. Quoi qu'il en fut, après ces quelques secondes, le vendeur bedonnant revint du côté du comptoir en émergeant de la porte qui menait à la réserve avec tout un tas de pots de peintures sur un chariot qui tenait vraisemblablement difficilement en bon état. Il annonça un prix exorbitant à l'agent des Decimas qui sortit alors une lettre de son manteau. Ce dernier prit la parole une fois de plus, omettant cette fois-ci la présence de l'autre hors-la-loi :

-Je crains de n'avoir pas pu emporter autant d'argent avec moi ! Vous trouverez dans cette enveloppe la modique somme de 120.000 berrys, de quoi vous contenter dans l'immédiat. Si vous le souhaitez, vous pouvez m'accompagner jusqu'à mon navire. Le reste de l'argent s'y trouve ! Dans le cas contraire, vous n'auriez qu'à y passer dans la soirée : nous partons demain.

Le vendeur bedonnant attrapa l'enveloppe avec un air ébahi, ne pensant pas croiser un jour ou l'autre quelqu'un de manifestement fortuné : pour commander tout un stock de peinture bleue et préparer 70.000 berrys en liquide, il fallait forcément avoir une certaine somme d'argent. D'autant plus que Rembrandt avait bien utilisé "mon" devant le terme navire... Il n'en fallait pas plus pour faire miroiter d'envie l'homme qui invita l'un de ses stagiaires à s'occuper du comptoir le temps qu'il ne se charge de cette commande des plus pressantes. Il devança le peintre en emportant tout le stock de peinture tandis que ce dernier le suivait, prestement. Une fois à la porte, il se retourna et adressa un nouveau sourire à Shikisha :

-Et bien, mon brave, qui sait ce que la vie nous réserve. Avec un peu de chance, nous aurons le temps de faire plus ample connaissance durant une rencontre à venir ! Quoi qu'il en soit, je vous souhaite une bien belle fin de journée.

Puis il sortit à son tour, suivant l'homme bedonnant et tout sourire, plantant là le gentleman sans plus de cérémonie.
Le duo avança rapidement au travers la foule, rejoignant le navire qui mouillait au port de San Faldo. Là, on pouvait trouver un certain nombre de matelots qui trimbalaient des caisses sous le regard inexpressif de Donatello. Ce qu'elles contenaient ne feraient pas l'ombre d'un doute pour Shikisha, si ce dernier en venait à les observer : il s'agissait bel et bien d'argile ! La réserve abondante n'avait d'égale que les dizaines de pots de peintures désormais entassés non loin du navire. Le vendeur, une fois grassement payé pour ses services, s'en alla en jubilant, réalisant qu'il venait faire le chiffre d'affaire nécessaire pour payer les frais de son commerce pour les trois années à venir. De quoi lui promettre de belles journées. De son côté, Rembrandt avait d'ores et déjà ouvert le premier pot pour renifler le liquide qu'il contenait avec un air entendu. La peinture allait amplement faire l'affaire, pour ne pas dire qu'elle serait absolument parfaite. Il trempa alors l'extrémité de son énorme pinceau dans celui-là, probablement afin de s'assurer de la liquidité de la matière. Une nouvelle fois, à l'opération succéda un hochement de tête des plus satisfait.
Tout était parfait : ils n'avaient plus qu'à passer à l'action.


Dernier poste pour placer la trame. J'ai pas mal accéléré la chose, quitte à vous rendre passif, la chose est pas des plus intéressante pour le moment.
Assurez-vous d'être prêts, si tant est que vous vouliez bien les combattre é_è
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Sam 21 Juin - 3:01

Attente...





Fixant toujours la boutique et ses alentours depuis le toit, Zeke avait eu une nouvelle surprise en voyant le musicien accomplir une nouvelle prouesse. Un deuxième ''lui'' était sorti de son corps avant que celui-ci ne s'effondre au sol comme un vieux chiffon sale. Ce pouvoir lui en rappelait un qu'il avait vu il y avait bien longtemps... Dans tout les cas, en plus de pouvoir créer des des fantômes étranges le musicien semblait capable de faire ce qui ressemblait à une projection astrale avec son esprit. Pouvoir des plus pratique lorsqu'il s'agissait d'espionner quelqu'un, décidément ce musicien avait de bonnes chances d'obtenir une promotion par rapport à son précédant poste. Il avait un pouvoir suffisamment intéressant pour rejoindre son groupe plus rapproché du moins à condition qu'il arrive à se défendre en combat. Avant de partir en direction de la boutique celui-ci avait également mentionné quelque chose au sujet de cacher son corps, c'était compréhensible, après tout qui souhaitait laisser traîner son corps au sol... Il n'avait aucune idée de ce qu'était aller faire l'homme dans cette boutique et a vrai dire il s'en moquait, Shiki avait bien exprimé ses craintes vis-à-vis de ces deux hommes, mais ça ne concernait pas vraiment l'inventeur. Même s'il se faisait remarquer il ne risquait pas de créer de problème, en attendant Zeke devait trouver un endroit où cacher ce corps. Et il connaissait déjà l'endroit idéal, le seul problème c'était qu'il n'appréciait pas trop de voir Taya juste à côté de lui. Dans sa poche il pouvait transporter un corps sans se soucier de son poids, mais il ne désirait pas révéler son pouvoir à ses partenaires trop vite.

Les questions de la jeune sabreuse, qui suivirent par la suite ne firent que lui donner une léger frisson dans le dos. Le simple fait que celle-ci lui ai parlé de la révolutionnaire qu'il avait livré à Saint-Poplar indiquait bien qu'elle l'avait vue utiliser son pouvoir. En fait elle n'hésitait même pas à en parler directement... Mais le fait qu'elle parle immédiatement après de cacher le corps lui montra bien qu'elle essayait de lui faire utiliser son pouvoir devant elle. Il avait l'impression d'avoir un véritable démon à ses côtés...

-Hum, ce que j'ai fais à cette révolutionnaire ? Je ne vois absolument pas de quoi tu parle.

C'était plutôt stupide et inutile, mais il préférait nier les faits en bloc plutôt que de tout révéler aussi vite. Après tout ses pouvoirs étaient un lien direct vers sa véritable identité. Ainsi il préféra attendre le retour de l'homme et monter la garde plutôt que de se fatiguer à cacher son corps. À partir de là il pourrait continuer ses projets sans problème. Voyant le colosse sortir sans son partenaire, l'ingénieur présuma que celui-ci s'en était séparé. Attendant toujours que les choses bougent il se dit qu'il pouvait bien tenter d'en apprendre plus sur la jeune sabreuse.

-Alors dis moi, tu ne ma jamais expliqué pourquoi tu voyageais toute seule en premier lieu. Est-ce que je peux espérer te voir me tenir compagnie encore un moment ?

Il se disait bien que celle-ci risquait bien de ne pas lui répondre, mais ça valait la peine d'essayer. Entre-temps le peintre ainsi que le propriétaire avaient finalement quittés la boutique avec plusieurs dizaines de pots de peinture. C'était plutôt étrange, mais comme il le pensais ce fameux projet important ne semblait être rien d'autre qu'un truc d'artiste. Enfin il pouvait bien imagine que quelques objets de valeurs étaient dissimulés dans la peinture, mais il savait bien que ce scénario n'était que plaisant à imaginer et totalement faux. Au moins ces deux artistes lui avaient indiqué l'emplacement de la boutique. Toutefois, chaque artiste autour de celle-ci semblait débuter ou trop gentil pour accepter son offre. Maintenant qu'il y pensait il avait été complètement stupide ! C'était à Saint-Poplar qu' il aurait dû chercher, c'était la ville des artistes après tout. Soupirant il se dit que sa recherche devrait peut-être être remise à plus tard. Le mieux était de retourner à ses occupations pour le moment...


Bon allez y en à marre j'arrive même plus à écrire on accélère le mouvement xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Lun 23 Juin - 11:02

Party Crashers


« Un gentleman est quelqu'un qui ne blesse jamais les sentiments d'autrui sans le faire exprès. » - Oscar Wilde




Une fois rentré dans la boutique de peinture, l’homme à la peau d’ébène s’était décidé à prendre la parole, énonçant quelques mots à l’attention des deux frères. Il voyait bien que le plus petit et prétentieux des deux était heureux à la vue du liquide coloré qui prônait en ses lieux. Très vite, celui-ci s’était empressé de demander tout le stock de couleur bleue que le dirigeant s’empressa d’aller chercher. Entassés sur un chariot aussi vieux que le monde, les pots de peinture étaient prêts à être échangés contre de l’argent. Qu’avait-il prévu de faire avec tout ça ? Le musicien avait presque l’air inquiet à l’idée que cet homme puisse avoir une utilisation plus redoutable du Color Trap que Joseph, le Gardien d’Impel Down. En effet, lors de leur combat, le vieil homme n’avait utilisé que de petites quantités (dans la globalité), et cela avait amplement suffit. Alors pourquoi avoir recours à des dizaines de pots ? Voulait-il recouvrir toute la ville de celle-ci afin d’en faire une toile vivante ? C’était à envisager malheureusement. Le Gentleman resta donc sur ses gardes, cherchant le moindre signe qui pourrait trahir le duo. Presque prêts à partir, le dirigeant et le peintre se tournèrent en direction de la porte, avançant de quelques pas. C’est alors que Shiki’ s’approcha quelque peu du chariot, déposant sa main sur le sommet d’un des pots et le poussant légèrement en arrière pour lire l’inscription sur l’étiquette. A ce moment-là, des dizaines de mini hollow –un nombre identique au nombre de pots- s’étaient infiltrées à l’intérieur et mouvées entre chacun d’eux. Ainsi, chaque Hollow se trouvait dans un pot unique. D’un sourire sympathique, le musicien retira sa main, lançant un regard au peintre.


« J’espère vous revoir bientôt ! Et.. Du bleu, très bon choix. Couleur du ciel, de la liberté ! »

Après ça, les deux hommes sortirent du bâtiment, se dirigeant donc vers le port, d’après ce qu’avait raconté le peintre. Il ne restait donc plus qu’à les suivre jusqu’à destination et les guetter. Pendant ce temps, deux des trois fantômes créés précédemment partirent rejoindre Zeke et Taya afin d’avoir toujours un œil sur les éventuelles actions. Cela pouvait être utile en cas d’offensive. Saluant le vendeur d’un signe de tête, Shiki’ sortit, passant à travers la porte. Le jeune homme devait être étonné voire même choqué d’assister à une telle chose, mais cela n’avait aucune importance. La seule chose à respecter était de rester incognito aux yeux des frères. Le fantôme restant le suivit alors de près, se faufilant à travers murs et sols. Afin d’améliorer sa discrétion,  le Gentleman avait pris soin de réduire son corps à la taille d’un Mini Hollow, lui assurant alors un passage plus simple et moins visible.

Quelques minutes plus tard, tout le monde arriva au niveau du navire qui mouillait près d’un quai. A cet endroit, plusieurs hommes transportaient des caisses qui semblaient assez lourdes, sous le commandement du grand et costaud gaillard. Cela devait forcément être l’argile dont parlait Rembrandt. Chacun de leurs gestes étaient épiés, le moindre regard, afin de permettre une approche plus intelligente et surtout plus sûre.


*Allez…*



Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Lun 23 Juin - 12:47





    Party crashers



      Alors que j'étais en pleine réflexion pour trouver un endroit où cacher ce pauvre corps, l'homme à la cagoule et plein de secrets prit la parole, faisant mine de ne pas comprendre de quoi je parlais. Pourtant, je n'avais pas halluciné, il avait bien sorti de sa poche un être humain, ça ne c'était pas passé autrement et ça n'aurait pas pu se passer autrement. Normalement, on ne sort pas un révolutionnaire de son manteau aussi facilement. Cela m'avait surpris et j'avais bien l'intention de découvrir son secret. La curiosité l'obligeait.

      Par la suite, l'étrange personnage me demanda pourquoi je voyageais seule et si j'avais l'intention de rester avec lui pour la suite des événements. Cela me fit sourire. Prenant une petite inspiration, je lui répondis alors :

      - Je ne voyage pas seule.

      Ce fut sur ces mots plutôt énigmatiques que je laissai l'homme réfléchir. Il ne pouvait pas se douter réellement qu'un de mes katanas soit capable de devenir un humain. Non, il allait certainement croire que j'étais folle, que j'avais un ami imaginaire qui m'accompagnait dans mes aventures ou quelque chose dans ce genre là. Cela ne me gênait pas et je dois bien avouer que j'étais tentée de lui présenter un personnage inexistant pour voir la tête qu'il ferait. Plus il se posait de question, mieux c'était, car j'avais l'intention de ne rien lui dire pour le moment. C'était donnant-donnant. Son visage contre des informations. Son pouvoir contre des informations. Après tout, plus il m'en dira sur lui, plus j'aurais le droit de lui faire confiance et donc de lui dire des choses sur moi. Reprenant la parole, je répondis alors à sa deuxième question :

      - Je te tiendrai sûrement encore un peu compagnie, mais ne pense pas non plus que je vais t'obéir docilement et te suivre partout, je tiens à ma liberté et je n'ai pas l'intention de la sacrifier pour quelqu'un qui ne veut même pas me montrer son visage.

      Le message se voulait clair et concis. Je n'avais pas l'intention de me perdre dans d'innombrables explications. J'étais déterminée à voir ce visage et j'étais d'une nature très têtue, prête à user de tous les moyens, ou presque, pour voir son visage. Pendant notre petite discussion, les deux personnages étaient sortis de la boutique, suivis de près par le fantôme de Shikisha. Décidément, ce pouvoir pouvait être d'une grande utilité. J'aimerais bien avoir aussi une capacité dans ce genre en ma possession, mais je n'avais mangé aucun fruit du démon pour cela. Au moins, moi, j'étais capable d'utiliser mes jambes et mes bras pour nager dans la mer. Regardant le corps de Shikisha, je dis alors :

      - Allons le cacher.

      Je me retournai, n'attendant pas la réaction de l'homme à la cagoule et me préparai à descendre les escaliers, pensant que la personne qui m'accompagnait allait s'occuper de ce corps.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mar 24 Juin - 0:32










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Maintenant que tout était en place, que les pots de peinture étaient tous à même le sol, ouverts, Rembrandt ne pouvait s'empêcher de sourire fièrement, les poings sur les hanches, contemplant ses matériaux avec la suffisance d'un dieu scrutant le peuple humain qu'il a lui-même généré dans ses plus grands instants de gloire. Tout était là, dans le creux de sa main, prêt à être utilisé pour mettre fin à ce fameux carnaval. L'affaire ne suffirait peut-être pas à ternir le lieu pour les siècles à venir, mais suite à cela, bien peu de touristes se risqueraient à visiter l'île, c'était une certitude... L'aîné se tourna donc en direction de son cadet, qui regardait la dernière caisse être posée non loin de lui. Les hommes qui les avaient accompagné jusque-là se placèrent donc devant les deux frères, se mirent au garde-à-vous, l'air de demander ce qu'il leur fallait désormais réaliser comme tâche. Pauvres hommes. Ils étaient tellement loyaux qu'ils en oubliaient tout amour-propre et intégrité morale. Au final, le peintre les plaignait, plus que n'importe qui d'autre. Lui, l'artiste du millénaire, savait parfaitement à quel point il était difficile de ne pouvoir penser par soi-même ! Du moins, il pensait le savoir, et s'en fichait au final pertinemment, à partir du moment où il n'était pas dans ce cas de figure-là. Et puis, même si c'était son cas, il serait bien incapable de le savoir, puisqu'il serait incapable de penser. Autrement dit, Rembrandt se foutait complètement de ces pauvres types, mais pas tout-à-fait. Ou pas explicitement, du moins. Quoi qu'il en fut, il prit la parole à leur intention, un sourire satisfait trônant toujours sur ses lèvres malignes :

-Vous pouvez retourner sur le navire et préparer le départ. Nous ne serons plus long, au final, et nous pourrons quitter l'île dans les heures à venir ! 'Tello, vient voir là.
-Oui, Rembow' nii-chan...
-Et fais bien attention à ton orange, grand débile. Pas envie que tu te mettes à chialer pour rien.

Evidemment, personne à des kilomètres n'était en mesure de comprendre l'objet auquel référait le fameux terme "orange" utilisé par Rembrandt, mis-à-part les deux artistes en eux-mêmes. Mais cela n'avait manifestement pas grand intérêt, puisque ni l'un, ni l'autre ne fit d'autre commentaire là-dessus. Au contraire, le sculpteur s'approcha docilement du peintre et attrapa le premier pot de peinture qu'il déversa tout simplement sur le sol, avant de réitérer l'expérience avec un autre pot tandis que son aîné faisait de même. Ils envoyèrent bien rapidement tout le liquide bleuté sur le sol du port, sans vraiment se préoccuper des quelques regards interloqués qui les fixaient depuis quelques minutes. La chose, grâce à leur travail d'équipe et à leur organisation, ne prit pas très longtemps malgré la quantité tout juste gargantuesque de peinture qu'ils avaient à leur disposition. Et c'est ainsi que le bleu se répandit le long de la rue, au travers des nervures régulières que l'on pouvait trouver le long des pavés. Après cet instant légèrement physique, l'artiste reprit son pinceau en main et poussa un soupir, à nouveau satisfait en voyant que la chose s'était également réalisée plus aisément que prévu. A vrai dire, s'il avait demandé à Donatello de l'aider, c'était tout simplement parce que ce genre de travaux manuels bruts le rebutaient tout particulièrement : ici, nul besoin d'user d'art, seulement de force et d'idiotie. En outre, il n'était pas sur San Faldo pour se chauffer les biceps, mais pour gâcher un carnaval. Toutefois, étant donné qu'il allait faire d'une pierre deux coups, le garçon était plutôt... Jovial, c'était le mot, oui. De toute manière, aujourd'hui, tout semblait le réussir. Trouver le magasin n'avait pas été complexe, étant donné qu'il avait su faire preuve d'une hypocrisie épatante, dans sa bonne humeur extrême. D'ailleurs, le cadet avait été bien calme, jusque-là, lui qui d'habitude ne pouvait s'empêcher de hurler à la mort en fracassant tous les crânes à portée. Quoi qu'il en fut, désormais, le premier stade de leur plan s'achevait, et les mots terribles de l'artiste résonnèrent soudain, portant probablement jusqu'aux oreilles de Shikisha qui risquait de regretter de s'être éloigné de ses amis :

-Colors trap : Bleu du désespoir.

Et tel un glas irrémédiable, le désespoir vint s'immiscer au sein de chaque homme présent sur l'île. Un silence religieux s'installa soudain, brisa la jovialité ambiante. Pour ceux qui connaissaient le colors trap, il n'était pas complexe d'émettre une hypothèse quant à la relation entre la sensation brutale de mal-être qui habitait désormais tous les hommes présents sur l'île et la couleur qui répandait les pavés... Préparer ceux-là, étudier l'inclinaison de l'île et les strier n'avait pas été une mince affaire. Fort heureusement, ils avaient pu obtenir une large aide de la part des hommes de main de Centes. Et désormais, si l'on regardait l'île depuis le ciel, on pouvait y observer un immense dessin bleuté, au travers des ruelles.
Et pourtant, ni Rembrandt, ni Donatello ne semblaient particulièrement tristes. Au contraire, le peintre laissa un rictus de pure folie s'emparer de son être et trempa son pinceau dans un pot de peinture noire qu'il venait tout juste d'ouvrir :

-Et désormais, jouons.


Bien.
Du coup, niveau cohérence, faut que vous cerniez plusieurs trucs.
Le dessin est immense, et englobe une bonne partie de l'île (même si on peut considérer que la moitié, au minimum, y échappe). Vous vous trouvez les trois dans le cercle, et être soudain épris d'un violent mal-être, d'un désespoir naissant, d'une déprime excessive.
Autrement dit, difficile de réagir intelligemment dans les secondes qui suivent cet état. Même pour toi, Shikisha, qui a malgré tout l'avantage de la connaissance. Vous pouvez dire que vous vous effondrez en vous lamentant que ce ne sera d'ailleurs pas de trop !
Ceci étant, Rembrandt et Donatello échappent à cela. Ce n'est pas une fantaisie de ma part, il y a une raison derrière tout cela et vous pouvez déjà plus ou moins la comprendre. (Enfin là, c'est même pas très discret, si vous lisez ne serait-ce qu'en diagonal ça devrait sauter aux yeux !)
En bref, oubliez pas d'expliciter un peu le mal aise, toussa toussa. Et pas de réaction GB du type "Ah, je me sens mal, c'est sûr que c'est la peinture, je vais surmonter mon mal pour briser le sceau et one shot les deux artistes". C'est juste pas cohérent du tout Razz (Même pour toi Shikisha ! xDDD)
D'ailleurs, j'ai arrêté là pour vous laisser expliciter, principalement. Pas pour entamer la baston. Alors si vous voulez continuez cash hésitez pas, j'ai quelques lignes à rajouter et ça partira en cacahuètes.
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Mer 25 Juin - 8:09

Dépression





L'attente avait été longue et Shiki n'était toujours pas revenu de la boutique sous son étrange forme. En fait le groupe avait finalement attendu pour rien, en effet le maestro aux pouvoirs étranges s'était contenté de renvoyer deux fantômes à son effigie. Apparemment le musicien préférait vagabonder dans la ville en passant au travers des murs, plutôt que de revenir et s'occuper lui-même de son corps. De son côté Taya avait répondu étrangement à sa question, en effet celle-ci prétendait ne pas voyager seul. Il ignorait si celle-ci parlait du fait qu'elle voyageait maintenant avec un groupe ou s'il s'agissait de quelque chose de spirituel qu'il ne comprenait pas trop. Si ça se trouvait elle voyageait vraiment avec quelqu'un avant de le rencontrer, mais de toute façon il n'avait pas trop l'intention de lui donner la satisfaction de la questionner d'avantage, pas maintenant. Celle-ci expliqua par la suite qu'elle voulait bien voyager, mais qu'il n'était pas question qu'elle perde sa liberté. C'était une là bien belle affirmation, mais elle n'avait pas trop l'air d'avoir de destination particulière alors ça ne changeait pas grand chose à première vue. La voyant s'éloigner en direction de l'échelle pour redescendre, l'ingénieur profita de ce court instant de solitude pour cacher le corps inerte au sol dans sa poche.

Le temps s'écoula par la suite plutôt vite, maintenant qu'il avait mis son projet de trouver un artiste compétent sur la glace, il pouvait s'occuper de son entreprise. Il était donc retourné vers son idée initiale de créer son usine dans les environs du port. La marche avait été divertissante, en effet malgré le manque d'intérêt de la chose, la ville rendait tout de suite le trajet agréable. Bien vite, il était arrivé au beau milieu des entrepôts du port pour en chercher un qui soit à la fois libre et ayant les bonnes dimensions. Parcourant l'endroit de long en large ce ne fut finalement pas un bâtiment qui attira son attention mais bien le sol près d'un quai. En effet, un immense trait bleu couvrait celui-ci pour se diriger vers la ville et ne semblant pas avoir de fin. Mettant les deux pieds dessus il parcourait l'endroit de long en large et tentait de comprendre de quoi il s'agissait. Il s'agissait vraisemblablement de peinture et même s'il n'avait vu personne faire ce trait il avait déjà une bonne idée de qui ça pouvait être. En effet, maintenant qu'il y repensait les deux peintres qu'il avait suivit était sortis de la boutique avec une quantité astronomique de peinture. Cherchant toujours le but de celui-ci et se replaçant où il se trouvait quelques secondes plus tôt, l'homme masqué fut pris rapide et profond malaise.

Soudain l'air frais ambiant devint un vent de tristesse et de solitude. Les lueurs orangés recouvrant la ville ressemblait maintenant plus aux feux de l'enfer où les âmes ne pouvaient plus trouver de repos. Le ciel était froid, la nuit était sombre et il était misérable. D'un naturel pessimiste il avait récemment trouvé un certain espoir, comme s'il pouvait réussir à faire quelque chose d'intéressant de sa vie. Idée stupide et ridicule, il n'avait aucun objectif à accomplir et même si c'était le cas il n'en avait certainement pas les capacités. Au loin résonnait les pleurs d'autres pauvres âmes qui avaient réalisés la futilité de leur propre existence tout comme lui. Toutefois, malgré cette sensation des plus désagréable il ne pleura pas, ce n'était pas vraiment son genre et puis il préférait éviter de mouiller cette prison faciale dans laquelle sa couardise l'avait enfermé. Sa vie n'ayant soudain plus aucun sens, si tant est qu'elle en avait déjà eu, il s'était mis à errer tel une carcasse attendant la mort. C'était plutôt approprié, les fantômes qui flottaient non-loin ajoutaient un petit plus à son air cadavérique. Fixant toujours le trait bleu au sol il se dirigeât vers celui-ci, imaginant qu'il s'agissait là d'une rivière qui pourrait emporter son corps loin de cette souffrance. Malheureusement un fois les deux pieds dessus son mince espoir ridicule s'avéra faux comme il le pensait. Il était probablement destiné à n'avoir que de vains espoirs de ce type, croire que sa souffrance pourrait le quitter pour ensuite voir ce mince faisceau de lumière être écrasé par le poids de la réalité. En fait sa vie ne serait qu'une éternité passé à cogner à une porte et attendant une réponse qui ne viendrait jamais. Il n'avait pas de raison de vivre ou de mourir, il n'était rien. Poursuivant son errance il fit alors quelques pas inutiles vers l'avant avant de voir son précédent vœu étrangement exaucé.

Il ne se noya pas bien au contraire, d'un coup son désespoir se dissipa comme si celui-ci n'était jamais arrivé. En fait, il lui avait suffit de franchir le trait bleu au sol pour se sentir soudainement mieux comme si c'était là tout ce qu'il devait faire. Regardant en direction de la ville il vu rapidement quelques habitants agir de manière très différente Les habitants à gauche du trait comme lui semblaient à première vue plutôt normaux même si ceux-ci fixaient les autres phénomènes. En effet, à droite du trait tout les habitants qu'il pouvait apercevoir depuis sa position semblaient dépressifs. En fait, ce trait bleu semblait agir comme une véritable frontière entre les gens saints d'esprits et les fous. Il ignorait de quel phénomène il s'agissait là, mais si celui-ci était bien lié à la peinture, les deux artistes qu'il avait croisé précédemment devaient être impliqués là-dedans. Du moins c'est ce qu'il croyait et c'était en supposant que la peinture qu'ils avaient sortis était bien celle qui se trouvait au sol. Dans tout les cas, il n'en savait pas beaucoup sur les intentions de ces hommes et encore moins sur cet étrange pouvoir qu'ils semblaient posséder. Peu importe ce qu'ils préparait il devait décider de la manière de procéder dans le cas présent. Il pouvait simplement fuir, profiter du chaos pour un pillage en règle, tenter de proposer son aide aux deux hommes pour les mettre de son côté ou les arrêter. Tentant de peser le pour et le contre, il établit bien vite le résultat de chaque option. La première était sure, la deuxième amenait du profit, la troisième était très risqué, mais la dernière... Qu'est-ce que lui offrait la dernière si ce n'est du risque ? De la reconnaissance sans doute... C'est en pensant à ce cas de figure que l'inventeur imagina un plan plutôt farfelu qui pouvait lui apporter bien plus de profit que les autres options à long terme. Être un héro avait ses avantages, mais pour que ça fonctionne il devait s'assurer qu'on le vois agir comme tel. C'était risqué, mais il préférait tenter cette option, après tout il ne pouvait pas risquer de se mettre le gouvernement mondial à dos aussi vite. Se tournant en direction des deux fantômes qui le suivaient il leur parla espérant une réaction.

-Dites, si vous êtes liés à Shikisha d'une manière ou d'une autre vous pourriez l'avertir qu'il doit venir au port au plus vite ?

Il ignorait si les fantômes pouvait vraiment communiquer au maestro ses dires, mais si celui-ci pouvait les contrôler il devait exister une forme de connexion non ? Dans le pire des cas si ça ne fonctionnait pas il devrait faire front seul, mais il devait prendre un instant pour rassembler ses troupes avant de foncer dans le tas. Devant lui se trouvait une dead-zone gigantesque dans laquelle il ne pouvait pas pénétrer, ses troupes étaient dispersés et sans doute mal en point et pour finir il ne connaissait pas la position de l'ennemi. Il devait l'admettre il n'était pas à son avantage, mais il trouverait bien un moyen de redresser la situation.

Quelques précision, déjà un grand merci Nak d'avoir commencé le symbole précisément où je me dirigeait initialement au début du rp. Être déjà près du bord du symbole me facilite grandement la tâche. x)

Ici je suis donc hors du symbole juste devant sa limite. Pour préciser, la raison pour laquelle je suis du mauvais côté du trait et que je ne déprime pas direct c'est parce qu'il n'est pas encore terminé à ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Dim 29 Juin - 15:14

Party Crashers


« Un gentleman est quelqu'un qui ne blesse jamais les sentiments d'autrui sans le faire exprès. » - Oscar Wilde




Les deux antagonistes se trouvaient là, non loin de la position du Musicien qui pour le moment ne faisait que les observer. Chacun de leurs gestes et paroles étaient à observer. Chaque homme qui travaillait pour eux se mit, une fois le boulot terminé, en ligne devant eux en les saluant. Ainsi, leur « chef », le plus petit des deux frères, leur répondit avant que la montagne ne le rejoigne. S’en suivit alors quelques mots qui n’interpellèrent pas de suite notre Gentleman qui s’attendait peut-être à quelque chose de plus démonstratif. Et pourtant, un indice important se cachait par-là… Suite à cela, les deux hommes empoignèrent les pots de peinture un à un, les déversant lentement sur le sol. Celle-ci se propagea ensuite dans les nervures des pavés. Pourquoi étaient-ils en train de tout mettre au sol, de cette façon, et ce sans utiliser de pinceau ? A ce moment-là, Shiki’ n’y pensait pas. Toutefois, il reconnut que le danger était proche. De ce fait, il décida de s’échapper de la zone, suivant peu à peu la position des deux fantômes qu’il avait précédemment envoyés en direction de ses camarades. Pendant ce temps, celui qui était resté à ses côtés stationna, de façon à garder un œil sur la situation même en étant éloigné.

C’est après plusieurs dizaines de mètres que le cadet énonça quelques paroles : Bleu du désespoir. Sur le coup, le Musicien ne s’en rendit pas réellement compte puisqu’il fut soudain pris d’un profond mal-être. Ses pensées étaient noyées dans le côté néfaste de la vie et tous ses espoirs s’envolaient peu à peu en fumée. Son existence n’était peut-être pas nécessaire en ce monde.. Voilà ce qu’il pensait. Sa démarche se faisait plus lente et limite pitoyable. Mais apparemment, il n’était pas le seul à ressentir ces terribles émotions. Tout le monde autour de lui était dans une situation identique. C’est à ce moment-là que le Hors-la-loi comprit. Sa motivation et sa joie de vivre reprit peu à peu le dessus sur le malheur, et il fut capable de réfléchir correctement. Les deux hommes venaient d’utiliser la couleur bleue, et tout le monde dans la limite de progression de la peinture s’était retrouvé malheureux. Il s’agissait donc du contraire du Orange… Evidemment, l’homme Shiki’ se souvint des paroles de Rembrandt indiquant à son frère de faire attention à son « orange » pour ne pas qu’il se mette à pleurer. C’était donc ça. Il y avait un point positif dans la chose. En effet, si ceux-ci se voyaient obligés d’utiliser cette couleur en tant que contre au Bleu, cela signifiait qu’ils ne pouvaient utiliser un diluant de la même façon que Joseph. Un point à ne surtout pas prendre à la légère.

Dans tous les cas, le fantôme lui permit ensuite de voir l’utilisation d’une seconde couleur mais cette fois-ci à l’aide du pinceau géant : le noir. Joseph s’en était également servi lors de leur affrontement. Toutefois, le Gentleman n’en avait pas vu les effets. Cependant, celui-ci s’en était servi en guise de protection. Positionné à l’intérieur d’un cercle noir, il avait l’air de se sentir en sécurité. Du coup, cette couleur devait avoir un effet néfaste sur les ennemis, quelque chose qui lui permettrait de ne craindre aucune attaque physique. Un désintéressement de sa cible ? Une désynchronisation de ses mouvements ? Une fatigue soudaine ? Chacun de ces cas était possible. Mais une chose était sûre, il ne fallait pas s’en approcher.

Pendant que Shiki’ réfléchissait tout en se déplaçant, il entendit les quelques mots de Zeke, à travers « l’ouïe » de ses fantômes. Il lui indiqua de rejoindre le port. Fermant les yeux l’espace d’un instant, l’homme à la peau d’ébène soupira et continua son chemin en direction du port donc. En revanche, il n’oublia pas les dizaines de mini hollow qu’il avait incorporés dans les pots de peintures et qui finalement, lors du déversement, s’étaient camouflés dans le sol. Ainsi, ceux-ci se mirent à exploser sous forme de chaîne d’explosions, propulsant la peinture hors des nervures. Cela permettrait peut-être d’en annuler les effets, puisque le symbole se retrouvait « inachevé », en tout cas en partie effacé –en prenant en compte le fait qu’avec les explosions, la peinture se disperse sous forme de gouttelettes un peu partout-


Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Lun 30 Juin - 23:08





    Party Crashers



      Une fois en bas, je regardai en arrière, à la recherche de la présence de l'homme à la cagoule à mes côtés. Cela m'avait tout de même manqué de n'avoir personne à attendre. Après tout, avec Akimitsu, les choses étaient bien différentes car, il avait beau avoir la capacité de devenir un humain, il ne prenait cette forme que très rarement et généralement, nous ne faisions pas beaucoup la conversation. Je ne savais rien de lui et lui, il savait tout de moi. C'était plutôt agaçant comme sentiment. Au moins, avec cet homme au visage masqué, j'avais l'impression d'en savoir un peu, ne serait-ce qu'une partie infime, tout en sachant que lui ne savait strictement rien sur moi.

      Rapidement, il arriva à mes côtés, le corps avait disparu. Je jetai un coup d’œil vers sa veste. Il était certain qu'il y avait un rapport entre celle-ci et l'étrange capacité de mon coéquipier. Plissant les yeux, je ne dis néanmoins rien, mais j'en pensais énormément. Je le suivis donc dans son projet fou dont je ne savais pas grand chose. Je m'attendais à des aventures un peu plus palpitante que l'implantation d'un pauvre magasin dans une ville. J'étais légèrement déçue, mais nous allions devoir faire avec. Néanmoins, ce n'était pas avec des magasins que j'allais obtenir ce que je voulais.

      Secouant la tête, je me rappelai que mon objectif était avant tout de me faire des alliés. Ce n'était pas cela ? En vérité, je ne le savais pas moi-même. Il s'agissait sûrement d'une simple excuse pour combattre ma solitude. Allez savoir. Nous arrivâmes alors dans les entrepôts du port, je suivis en silence l'homme en soupirant. Je m'apprêtais à lui faire remarquer que je commençais doucement à m'ennuyer lorsqu'une couleur bleue au sol m'intrigua. C'était beau. J'avais toujours beaucoup aimé cette couleur et peut-être que je commencerais à moins l'aimer à partir de ce jour. Soudainement, je me sentis devenir mélancolique, comme si quelque chose venait de s'abattre tristement sur moi.

      Regardant le sol, mes fesses ne tardèrent pas à le rejoindre. Je m'assis donc par terre, ne voulant pas faire un pas de plus. J'étais devenue cette enfant puérile qui en avait assez de marcher. Je n'avais plus envie de continuer, voilà tout. Cela me fatiguait, cela m'attristait, j'avais l'impression de ne pas avancer. Je commençai alors à faire des ronds par terre avec mon doigt, assise en tailleur. J'attendais tranquillement que le temps passe ou que je tombe dans les bras de Morphée, de toute façon, toute autre activité n'aurait eu aucun sens à mes yeux. Relevant la tête, je vis l'homme dont je ne voyais pas le visage. Pour moi, le seul moyen de me sortir de cette torpeur était un peu d'affection. Je n'en avait pas eu assez ces derniers temps. Ces deux dernières années. Je me relevais alors, cherchant le contact affectif avec ce drôle de personnage. Il fallut que cela tombe sur lui, mais je n'y pouvais rien. Je ne me sentais pas bien et j'avais besoin de cela. Assez de me sentir seule et triste, il s'agissait là du seul moyen.

      Me relevant, je marchai comme un zombie dans sa direction. Par la même occasion, je traversai le trait bleu qui fit disparaître mes mauvaises idées, ou du moins une partie de celle-ci. Mais il était déjà trop tard et j'étais déjà en train de prendre dans mes bras avec affection l'homme à proximité de moi. Je ne tardai pas à arrêter mon geste, il devait vraiment me prendre pour quelqu'un d'étrange à faire cela et je m'éloignai rapidement, comme si rien ne s'était passé. Non, rien ne s'était passé, c'était simple pourtant. Me raclant la gorge, je dis alors :

      - On va faire quoi maintenant, je m'ennuie un peu moi... On pourrait pas aller un peu s'amuser à ce festival... Même si l'ambiance ne semble plus au rendez-vous maintenant. Je me demande bien pourquoi.

      Regardant la peinture bleue par terre, je la montrai du doigt. Faisant ce geste de la plus grande impolitesse, je demandai alors :

      - C'est quoi ce truc d'ailleurs ? Non pas que je n'aime pas le bleu, mais c'est plutôt original comme décoration, non ?

      Soupirant, je me grattais la tête, me tournant vers l'homme au visage inconnu, l'interrogeant du regard sur la suite des événements.





_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 70

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Jeu 3 Juil - 0:58










Frère aîné  :
Rembrandt Handeler
Frère cadet :
Donatello Handeler


Boom. Ouais, boom. Une détonation eut lieu, vraisemblablement sous les pavés eux-mêmes, sans crier gare et sans qu'aucun génie dans les environs, pas même Rembrandt, ne soit capable de la sentir arriver. L'aîné, qui était donc plutôt proche de ladite explosion qui, en chaîne, sembla vouloir faire décoller la peinture de façon plutôt violente, fut réduit à l'impuissance lorsqu'un morceau de pavé vint le percuter en plein front, le faisant tomber en arrière. Sous le choc, il lâche son pinceau, et resta ainsi immobile quelques instants, véritablement sonné tandis que son colosse de frère le regardait avec inquiétude, tournant autour de lui sans véritablement savoir comment agir pour améliorer la situation. Lui n'avait strictement rien eu suite à la dénotation. Tout d'abord parce qu'il était plus en retrait que son frangin, et donc moins exposé, mais aussi et surtout parce que sa constitution physique était des plus importantes, et que quelques graviers ne suffiraient pas à mettre son corps aussi massif qu'un rocher à mal. Ce qui n'était évidemment pas le cas du plus chétif, qui comprenait désormais que ce genre de missions n'étaient pas du tout faites pour lui. En réalité, cela faisait déjà plusieurs mois que l'agent des Decimas songeait à se reconvertir uniquement dans la peinture, et cela allait certainement finir par le décider, d'une manière ou d'une autre... Après une bonne minute à rester immobile, le garçon se redressa en se massant le front tout en grimaçant sous la douleur, songeant que ce genre de situations incongrus n'arrivaient clairement qu'à lui. Une fois à nouveau debout, et le pinceau en main, il eut désormais le malheur de constater quelque chose qui fut pour le moins affligeant : le symbole, au sol, était suffisamment endommagé pour ne plus fonctionner, en tout cas correctement. Il n'avait pas prévu cela, à vrai dire. Le garçon tourna donc sa tête à droite et à gauche, balayant l'endroit du regard sans trouver de solution. Dans l'immédiat, la seule chose qui restait à faire, c'était attendre que la peinture ne veuille bien se remettre dans son lit, pour reformer le sceau petit-à-petit...

Toutefois, la patience n'avait jamais été son fort, et c'est bel-et-bien pour cela que l'artiste se dirigea en pestant vers le navire, non loin de là. Il revint de ce dernier avec une palette sur laquelle trônait diverses tâches de peintures de couleurs différentes. Il posa ladite palette sur un des pots de peintures bleus retournés et attrapa à nouveau son pinceau géant, qu'il trempa dans les liquides colorés après avoir pris garde à le nettoyer avec de l'eau. Ce fut un rouge sang qui naquit de l'union du magenta et d'une pointe de jaune. La carte maîtresse de Rembrandt, en quelque sorte. Un sourire malsain se dessina sur son sourire tandis qu'il approchait d'un passant avec un air détendu. L'homme le regarda s'avancer sans vraiment comprendre, et fut plutôt surpris de voir les poils du pinceau crayonner sur son T-shirt d'une seconde à une autre. Néanmoins la surprise disparue bien rapidement pour laisser place à une colère sans bornes, puisque la pauvre victime se mit à hurler de rage, les autres passants s'écartant de lui aussitôt, par crainte, probablement.

-Rouge sang de la colère...

Evidemment, une seule personne sous cette influence ne suffirait pas à transformer la fête en un fiasco sans précédent, mais il ne suffisait dès lors à l'artiste plus qu'à continuer à dessiner des symboles individuels. Enfin, il espérait que ceux-là n'explosent pas subitement, à nouveau, comme le précédent. C'est ainsi, avec des geste de plus en plus fluides et précis, que Rembrandt eut rapidement recouvert six ou sept passants de cette couleur, les forçant à s'énerver contre leur gré. Il retourna alors à son navire, laissant là les pauvres victimes de son Colors Trap, qui n'en pouvaient plus de grommeler voire d'insulter les gens qui les regardaient avec un soupçon de crainte dans les yeux.

-Pas suffisant... pas suffisant.
-Rembow' nii-chan... Pourquoi tu...
-Quoi, 'Tello ? Tu vois pas que je suis occupé ?

L'aîné se retourna vers son cadet, toujours plus ou moins apeuré, avec un air clairement des plus désinvoltes. Ce dernier détourna le regard et murmura lentement :

-Pourquoi tu n'utilises pas le noir ?

Rembrandt poussa un soupir d'exaspération et continua son chemin jusqu'à la palette de couleur, s'amusant à reproduire d'autres nuances en laissant son frère dans l'ignorance et les colorés répandre leurs rages en hurlant un flot de menaces çà et là. Le noir ne devait pas s'utiliser aussi aisément... Seulement en dernier recours.


Le rouge n'est pas le même que celui du manga (d'où la précision "rouge sang".) Pour ça qu'il n'attire pas les foudres des passants, mais énerve celui qui l'a sur son corps !
J'vais être gentil, je compte pas ce tour-là comme un tour de début de combat Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1474
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   Sam 5 Juil - 0:23

Affrontement






Plongé dans ses pensés quel ne fut pas la surprise de l'inventeur lorsqu'il sentit une petite paire de bras venir l'enlacer doucement. C'était Taya, maintenant qu'il y pensait dans sa réflexion il avait complètement oublié de la faire sortir de ce symbole. Venant d'elle ce geste semblait étrange, après tout pour quelqu'un qui semblait vouloir prendre ses distances elle s'était vite rapproché de lui. Même s'il attribua ce geste à cet étrange trait bleu au sol il appréciait tout de même cette petite marque d'affection. Lui qui détestait habituellement plus que tout les contacts physiques, celui-là ne le dérangeait pas outre mesure. Plaçant sa main sur la tête de la petite comme pour accepter ce rapprochement, il ne la retint pas lorsque celle-ci recula un peu honteuse. La voyant clairement tenter de changer de sujet il préféra ne pas l'embarrasser d'avantage et n'ajouta rien. Écoutant ce qu'elle avait à dire, l'homme compris vite qu'elle n'avait pas comprise la situation de l'île au moment présent.

-Pas d'inquiétude, je crois que ton ennui va se dissiper très bientôt. La ville est attaqué. Ça t'intéresse de nous aider à arrêter ça ? Ce genre de chose risquerait de poser problème aux plans de mon boss...

Le hors-la-loi n'eu pas le temps de recevoir une réponse que l'étrange esprit de Shiki vint les rejoindre au port. Apparemment il avait bien reçu son message...

-Bon, il nous manque deux hommes, mais je crois qu'on pourra s'en contenter. Alors voici le plan ! On va stopper les types qui attaques cette ville avec cette étrange peinture. Si vous vous demandez pourquoi, dîtes vous simplement que notre organisation a ses raisons et que vous obtiendrez sans aucun doute un poste de choix dans celle-ci si on arrive à stopper ça. J'aurais peut-être préféré être avec des membres plus adaptés au combat, mais on verra comment vous vous débrouillez.

Sachant très bien que l'idée d'avoir de l'avancement n'intéresserait pas le moins du monde la sabreuse il préféra ajouter une autre offre à son intention.

-Taya, c'est le moment de me montrer ce que tu sais faire de ces sabres que tu possède. Voyons voir... Si tu arrive à vaincre l'un de ces deux type en une seule attaque je te montrerai mon menton ! Si ça se trouve tu aura même le droit d'en voir plus la prochaine fois !

Vu la situation cette proposition était un peu stupide certes, mais il fallait offrir ce qu'il pouvait pour motiver ses troupes. Maintenant qu'ils étaient tous rassemblés, il fallait trouver les artistes responsables de ce désastre. La zone devant eux leur posait problème pour le moment... Mais alors qu'il regardait les habitants plus loin affectés d'un mal de vivre profond il aperçu soudain un changement. La population ne semblait plus, ou du moins bien moins, dépressive. Des effets temporaires ? Dans tout les cas il devait peut-être tenter sa chance avec l'étrange trait bleu... Cherchant à se concentrer pour garder son calme sans être envahi par... peu importe de quoi il s'agissait, l'homme mit un pied dans la zone sans rien sentir. Étrange. Peut-être devait-il être totalement dedans pour que ça fasse effet ? Ou peut-être ça ne fonctionnait que lorsqu'il était pris par surprise ? Hésitant il tenta de s'aventurer un peu plus loin dans la zone sans pour autant s'éloigner du bord. Il tentait de garder sa concentration, mais ne sentait rien. Pour une raison ou une autre la zone ne semblait plus fonctionner, lui qui avait déjà un plan pour contrer ses effets ça lui simplifiait les choses...

-On dirait que c'est plus... sécuritaire qu'avant...

Trouver les deux attaquants était une priorité pour le moment. La logique voulait que les hommes qu'ils cherchaient soient au bout du trait bleu, après tout c'est eux qui l'avaient peint non ? Il ne restait qu'a déterminer de quel côté du trait le groupe devait chercher. Vers la gauche celui-ci se dirigeait vers la ville alors que vers la droite celui-ci se dirigeait vers le reste du port, plus loin derrière les entrepôts. Il lui semblait avoir pris la même direction que les deux artistes qui étaient sortis de la boutique précédemment, en supposant qu'il s'agissait bien d'un de leur coup. En toute logique ils s'étaient dirigés vers le port tout comme lui donc, il estimait qu'il avait environ soixante-dix pour-cent de chance de les trouver en partant vers la droite. Leur situation était loin d'être idéale, mais au moins le problème de la zone déprimante semblait réglé, même si ce n'était peut-être que temporaire. Certes il aurait également pu attendre les deux autres membre de l'organisation, mais il n'avait aucun moyen de les contacter sans compter qu'il devait se presser.

Au bout de quelques minutes l'ingénieur n’eut au final pas bien de mal à retrouver les deux hommes. En effet, les cris de rage et de chaos qui se faisaient entendre de plus en plus clairement, au fur et à mesure de leur progression, était un bon indicateur de la présence de leurs cibles. L'homme masqué arriva rapidement au coin d'un des entrepôts pour voir un peu plus loin les deux artistes. Le colosse ne semblait pas prêt à bouger, mais le peintre lui, semblait plutôt occupé à couvrir les passant de peinture rouge. De ce qu'il en avait vu, Zeke avait bien l'impression que la peinture enrageait tous ceux qui entraient en contact avec elle. Une dépression et maintenant de la colère, apparemment la peinture de ce type contrôlait les émotions ou un truc du genre. C'était un pouvoir dès plus intéressant aux yeux de l'inventeur, dommage que les deux hommes aient refusé de se joindre à lui. Dans son élan il profita du fait qu'il était devant son propre groupe pour sortir son bazooka de son épaule. Certes ses coéquipiers verraient sans doute que quelque chose clochait, mais ils n'en étaient pas à un doute près après tout. L'ingénieur venait d'arriver, il avait donc l'avantage de pouvoir attaquer par surprise même si ses cibles étaient à une certaine distance. Il savait déjà ce qu'il allait utiliser, sa toute nouvelle arme développé sur le bateau qui faisait route vers Alabasta. Pour une fois ce ne fut donc pas un missile qu,il chargeât dans son bazooka, mais bien l'une de ses bombes. Celle-ci serait un peu moins rapide que ses missiles, mais au moins il profiterais de l'effet de la bombe. Visant le peintre, juste au moment où il s’apprêtait à s'attaquer à un autre passant pour réduire ses chances d'esquive, il espérait bien le capturer vivant. Priant pour que sa première attaque soit la bonne il tira sur l'homme en espérant que le chaos couvrirait le bruit du canon.


Techniques:
 

Voilà je tente d'accélérer un peu les choses en commençant (enfin) le combat !

Désolé si c'est un peu rentre dedans. ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Party crashers [PV Taya et Shikisha]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Party crashers [PV Taya et Shikisha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
» Dungeon party
» Beach Party ! [ pv ]
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: San Faldo-