Le Deal du moment : -25%
Canapé d’angle réversible Boston ...
Voir le deal
299.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 891
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
Civilisation Left_bar_bleue41/75Civilisation Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
Civilisation Left_bar_bleue289/500Civilisation Empty_bar_bleue  (289/500)
Berrys: 999.999.999.999 B
Sam 24 Déc - 14:38


Civilisation

Fin 1507 ~ Île des Hommes-Poissons

Les mots me hantaient.

J'sais pas comment sauver l'monde et, si j'savais, si j’l’pouvais, j'suis pas sûr qu'j'le ferais.

Leurs échos résonnant comme des requiem.

J'ai couru après l'bonheur sans prendre le temps d'savoir c'que c'est.

Odes à un désespoir latent. Tercets d’une apocalypse en suspens.

J’ai essayé d'avoir un enfant, j'ai essayé d'avoir autre chose que des regrets.

Et, inlassablement, ils continuaient de s’effondrer parmi les profondeurs.  

Quand il verra son reflet s’embraser dans mes yeux, j’comprendrais qu’il se mette à pleurer.

Abysses d’un temps révolu, gouffres d’un monde titubant.

Elle dit que tout va s’effondrer, que vous allez tous y passer si j’venais encore à déraper.

Et les fondations de son effondrement à venir.

Faut t’faire une raison, c’est le concept du temps. De notre futur imminent.

Et il gisait là. Lui, l’unique.

Un jour ils m’verront et ils mourront. En attendant, tous les autres jours, ils vivront.

Lui, l’épicentre du désespoir. A la fois rejeton de catastrophes et géniteur d’apocalypse.

Toi et moi sommes mus par les mêmes désirs. Les mêmes aspirations.

Et ses mots continuaient à me hanter.

Tu comprends, n’est-ce pas Helly ?

Comme s’il s’agissait des derniers.

Je vais finir par y mettre fin…

A ta civilisation.


__________







_________________
Civilisation 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 891
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
Civilisation Left_bar_bleue41/75Civilisation Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
Civilisation Left_bar_bleue289/500Civilisation Empty_bar_bleue  (289/500)
Berrys: 999.999.999.999 B
Mer 4 Jan - 21:55


L'histoire d'un mec qui coule

Fin 1507 ~ Île des Hommes-Poissons



« Wraha…! »


La carcasse se tordit et éructa quelques sons sans équivoque, qui sonneraient le glas de la quiétude qui les étreignait jusqu’alors.

«Wrahahahaha !! »


La silhouette, hilare au possible, se tortillait sous les yeux assombris de tous. Il s’amusait de cette situation qu’eux ne pouvaient qu’appréhender avec la plus grande sévérité.

« WRAHAHAHAHAHA !! »


Le contraste, fossé entre leurs personnalités respectives, ne faisait que se creuser à mesure que sa mâchoire s’étirait.

« Tiens-toi tranquille, pauvre tâche. »


Le colosse adressa un regard mauvais, mais néanmoins toujours amusé à l’être qui avait osé le reprendre sur un tel ton, soupesant sans doute l’éventualité de mettre fin à son existence sur le champ.
Mais en était-il même capable ?

« Et alors quoi… ? Qu’est-ce tu vas faire ? »


Le doute était permis, et c’était justement ce qui cristallisait cette tension qui nous subissions tous.
Momo serra alors les poings avant de s’avancer au niveau de celui qui, en dépit de leur équité présumée, semblait vouloir remettre en question ce fait. Et puis, qu’espérait-il réellement ici ? Sous la mer, les humains ne pouvaient rivaliser avec les hommes-poissons.

C’était la raison pour laquelle Momo avait pris temporairement le lead. Et le mince filin de sécurité qui maintenait encore un semblant de stabilité et de sécurité.

« Tu te complais à suivre ses ordres ? Tu auras beau continuer à brandir tes poings et faire déferler tes courants, je ne me ferais jamais briser par un toutou des mers. »

« ÇA SUFFIT ED ! »


Réagirent la plupart des cadres de l’équipage, presque à l’unisson, afin de tenter de désamorcer la situation tandis que Sasaki arrosa une nouvelle fois le maudit pour prévenir tout dérapage calorique.

« Les ordres de Lilith sont absolus : c'est notre capitaine. »

« Peu importe ce que tu penseras, diras ou feras : nous veillerons à ce que tu t’y soumettes. »


[...]


Mes yeux se plissèrent sur la silhouette désormais trempée de l’homme que certains se risquaient parfois à traiter de « pétard mouillé ». En cela, se moquaient-ils de ses desseins noyés avant même leurs accomplissements ? Ou bien de sa propension à finir trempé à chaque entreprise ambitieuse de sa part ?

Mon regard se plongea sur cet homme, avachi dans une flaque, sa chevelure gorgée d’eau, dominé par ses pairs. Ses mêmes pairs qu’il avait autrefois sous son commandement. Pour le commun des mortels, il aurait pu être comparé à un pouilleux. Une souillure, une imposture. C’était là le tableau idoine pour illustrer ce portrait.

Ce portrait qui narrait l’histoire d’un mec qui n’avait de cesse de couler.

Et c’était ainsi que nous aurions tous dû le voir, en cet instant.

Mais pourtant, je ne pouvais me résoudre à le voir ainsi.

Il ne saurait être résumé à cela.

Sinon pourquoi l’aurais-je une nouvelle fois tiré hors de ces eaux dans lesquelles il aurait dû se noyer ?

Il était d’une autre trempe, d’un autre pédigrée.

Il était comme ce moustachu qui avait conquis le monde.

[…]


Un mec qui coule, hein ?

Foutaises.

Même à dix mille mètres en dessous de la mer, il les surplombait tous.

Il n’avait pas besoin de grand-chose pour nous rappeler sa supériorité et c’était bien là sa force, son pouvoir :

Juste un battement de cil, pour tous nous dominer.

Et juste un claquement de doigt pour tous nous incinérer.


__________







_________________
Civilisation 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 891
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
Civilisation Left_bar_bleue41/75Civilisation Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
Civilisation Left_bar_bleue289/500Civilisation Empty_bar_bleue  (289/500)
Berrys: 999.999.999.999 B
Lun 30 Jan - 18:23


Jusqu'au dernier souffle

Fin 1507 ~ Île des Hommes-Poissons



Un frisson m’assaillit alors que l’effroi issu de ce pouvoir meurtrier se rappela une nouvelle fois à nous. Nous n’étions pas sereins, comment l’être face à cet homme dont les agissements imprévisibles semblaient le rendre insaisissable ?

Et puis, les mots sans équivoque de Lilith résonnèrent dans ma tête, comme l’écho d’une menace qui resurgissait sans cesse.

La scène avait eu lieu à peine plus tôt dans la journée et le concerné se remettait alors de son voyage dans les eaux profondes qui avaient échoué à l’envelopper pour l’éternité. Lilith se tenait face à nous, la mine plus grave que jamais. Elle avait inspecté le navire en compagnie de Sasaki, de Josh, de Céleste et de Momo avant de rendre sa conclusion. Notre navire qui, par la force des choses avait fini par s’échouer sur l’une des côtes désertes de l’île et était bien endommagé. Des réparations étaient nécessaires. Et c’était toute la menace qui planait sur nous. Chaque seconde passée ici nous rapprochait d’une crise inextricable qui pourrait bouleverser à jamais nos vies et la topographie du Royaume des Hommes-Poissons.

« Voyez ce que cet imbécile a fait de notre navire ! Dans ces conditions, nous ne pouvons pas nous permettre de mettre fin à notre courte escale ici comme initialement prévue. »


« Vous savez ce que ça signifie n’est-ce pas ? »


« Notre équipage traverse sans doute l’une de ses pires crises depuis sa création. »


Un discours qui semblait revenir bien trop souvent…

« Pour certains d’entre vous, notre passage ici est synonyme de retour dans votre patrie. Mais il n’en est rien : dès l’instant où vous avez choisi de naviguer sous notre bannière, cet équipage est devenu votre nouvelle patrie, votre nouvelle identité. Vous n’êtes plus des hommes-poissons ni des sirènes, vous êtes des pirates désormais. Des Edward’s pirates ».


Le discours de Lilith me fit froid dans le dos.

Était-ce donc cela que d’être un pirate ? Était-ce vraiment le prix à payer pour pouvoir naviguer ? Pour pouvoir prétendre à notre liberté ? Renier notre identité, nos particularités, notre appartenance à notre race. Notre sang.

J’eus un rictus sarcastique, ironique.

En cela, en quoi n’étions-nous pas semblables à ceux que nous méprisions tous ? Ces maudits qui avaient eu la vanité et la cupidité de croire qu’il leur suffisait de sacrifier leur capacité à nager pour obtenir le pouvoir de combler leur infériorité raciale et qui inondaient malgré tout, les mers que nous étions supposés dominer ?

C’était pathétique. Comme pouvait l’être la nature humaine. Et comme l’était chacune de leurs civilisations.

« Ainsi donc, comme nous, vous n’êtes plus les bienvenus ici : nous sommes en plein territoire ennemi. Et pour la plupart, vos visages sont connus et recherchés par cet ennemi. Il est donc impératif que nous passions inaperçus ici : nous ne pouvons pas lutter contre Kyo Kara et son armada ni contre les élites de vos congénères qui défendent le pays à leurs côtés. »


« Vous resterez donc ici, à l’abri des regards et j’irais seule récupérer de quoi remettre à flot le bateau… »


« Mais Lilith, on est chez nous ici et on connait parfaitement les lieux. L’un de nous devrait donc t’accompagner… »


« SILENCE ! »


« Bien que vous soyez des pirates, votre sang d’hommes poissons continue à s’écouler dans vos veines jusque dans votre cœur, au sein duquel cet endroit aura toujours une place particulière. »


« C’est pourquoi je vous ordonne de rester ici afin de protéger votre pays et vos frères ! Votre mission est d’endiguer la plus grande menace envers ce qui vous est cher… »


« Edward Lawrence. »


« Vous devez l’empêcher d’agir à sa guise. Et par tous les moyens nécessaires, vous le cloisonnerez ici et veillerez à ce qu’il ne puisse pas se battre. Car s’il en venait à devoir combattre sérieusement, à être acculé ou pire, à être vaincu, vous savez comme moi ce qu’il adviendrait de votre cher royaume… »


[…]

Oui, ses mots me hantaient.

Ses intentions brulantes consumaient mes certitudes, faisant tanguer mes propres aspirations. Il n’attendait que ça, au fond.

Une excuse ou une raison.

Une inextinguible mèche qui viendrait l’embraser.

Et qui, dès lors, sonnerait notre glas à tous.

L’instant où il ferait éclater notre bulle.


__________







_________________
Civilisation 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: