-59%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont induction – 9,6 L
21.99 € 53.97 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lucifer - Porteur de Lumière
Kadan Seitetsu
Kadan Seitetsu
Messages : 415
Race : Céleste

Feuille de personnage
Niveau:
Lucifer - Porteur de Lumière Left_bar_bleue32/75Lucifer - Porteur de Lumière Empty_bar_bleue  (32/75)
Expériences:
Lucifer - Porteur de Lumière Left_bar_bleue0/250Lucifer - Porteur de Lumière Empty_bar_bleue  (0/250)
Berrys: 0 B
Sam 5 Nov - 21:32

Pseudo


  • Nom : /
  • Prénom : /
  • Surnom : Lucifer, Porteur de Lumière
  • Âge : 20 ans
  • Sexe : Masculin
  • Race : Céleste (Bilcan)
  • Lieu de naissance : Ciel (aucun souvenir)
  • Camp : Gouvernement Mondial - CP9
  • Métier : /
  • FDD / Arme : Bane Bane no Mi
  • Équipage : /
  • Buts / Rêves : Mettre le monde à feu et à sang


Description Physique

Corps
Lucifer est un céleste de taille "moyenne". Mesurant aux alentours des deux mètres quatre-vingt pour cent quarante kilos de musculature fine, il n’a clairement rien à envier aux autres Semi-Géant ou toute autre personne dépassant les trois mètres de haut. Disposant d’une force surhumaine depuis sa naissance, il est facilement capable de les affronter à armes égales, bien qu’il ait un avantage dans ce genre de situations : la vitesse. Sa carrure fine et sèche lui permet en effet d’allier rapidité et puissance dans chacune de ses batailles – bien souvent un combo gagnant. Dès qu’il le peut, notre divin s’entraîne d’arrache-pied pour améliorer davantage ses capacités martiales ainsi que sa musculature.

Visage

Sa peau, auparavant douce et fine, est désormais recouverte de quelques cicatrices au niveau des lèvres et de l'oeil droit. Ses yeux, d'un rouge carmin, paraissent plus ou moins foncés en fonction de la luminosité environnante, si bien qu’il est parfois possible de confondre avec une couleur tanguant plutôt vers le brun dans un environnement sombre. Mais au-delà de ça, l'ailé se sert particulièrement de son regard agressif et parfois hautain pour affirmer sa puissance et dissuader ses adversaires de faire des choses stupides. Cependant, sa particularité la plus grande est la couleur de ses cheveux, totalement blancs. En effet, il est plutôt rare de rencontrer un homme portant une telle couleur à son âge. Cependant, il ne l'a pas vraiment choisie, puisque ce sont les récents événements qui l'ont également impacté jusqu'à ce niveau. Pour autant, ça ne lui va pas si mal, bien qu’il ait auparavant été habitué à avoir les cheveux d'un bleu ciel, azur.

Tenue Vestimentaire

Passons maintenant à l’une des parties les plus importantes de notre personnage haut en couleurs : la tenue. De manière générale, Lucifer est vêtu de plusieurs couches de vêtements qu’il empile de façon à bien faire ressortir la particularité de chacun des tissus. Ainsi, la première couche est un simple haut noir et particulièrement moulant qui lui monte jusqu’à la moitié du cou. Celui-ci est ensuite recouvert par une tunique un peu plus violacée. Vient enfin le dernier accessoire, une longue veste à capuche noire qu’il garde quasiment en permanence sur lui de façon à pouvoir se protéger des phénomènes météorologiques ou simplement se cacher légèrement. Pour finir, le bas est lui très simple puisqu’il s’agit d’un simple pantalon noir et de bottes de la même couleur remontant jusqu’aux tibias.


Description Mentale

Lucifer est un égoïste, un vrai. C’est sans aucun doute possible ce qui le caractérise le plus. Cela signifie qu’il ne pense qu’à lui dans chacune de ses actions, à ce que pourrait lui rapporter telle ou telle chose. C’est ainsi qu’il fonctionne. C’est la raison pour laquelle, vivre parmi une vraie communauté comme dans un village ou une ville est impossible pour lui, car l’altruisme ou l’empathie sont des choses qui le débectent au plus haut point. A quoi bon aider les autres puisqu’ils sont incapables de vous le rendre après ça ? Pour survivre, il faut devenir le plus fort et ne compter que sur soi-même, c’est là sa voie. Cet égoïsme relativement poussé a fait que, années après années, il s’est forgé un système de valeur très particulier où le bien et le mal, le vice et la vertu, sont des concepts avec lesquels il ne fait que jongler pour justifier ses actes. Et, ne pensant qu’à son petit bonheur personnel, il penche davantage du côté des vices que de celui des vertus. Vous l’aurez donc compris, il ne croit en rien, ne se bat pour aucune grande cause et n’a qu’une seule ligne philosophique : Carpe Diem. Il sait que sa vie faite de combat ne lui permettra pas de faire de vieux os et de profiter d’une retraite calme et posée, fruit du labeur d’une vie. Par conséquent, il profite un maximum de ce qu’il a pour jouir sans la moindre entrave et sans se soucier de ce que peuvent penser les autres.

En dehors de ça, le jeune homme est ce que l’on pourrait appeler une grande gueule. Une vraie bonne et grande gueule. Il ne rate jamais une occasion de l’ouvrir, de donner son point de vue, souvent tranché et sans concession. Et lorsque l’on n’est pas d’accord avec lui, cela se règle souvent à coups de poings, un petit jeu où, bien souvent, il gagne. Lucifer n’est pas le genre de gaillard à être impressionné et, s’il tombe sur plus fort que lui et que le combat doit lui coûter la vie… Eh bien tant pis, c’est que l’heure était venue. Il ne cherche pas à découvrir un sens particulier à son existence, à celle des autres ou celle de ce monde. Il est là, c’est ainsi. Tout ce qu’il peut faire, c’est profiter du peu de temps qu’on lui a accordé pour se faire plaisir et tenter tout son possible pour réaliser ses rêves. Et, par conséquent, il est hors de question de laisser un « pauvre con » l’emmerder avec un avis contraire, comme il le dit souvent. Pour autant, s’il est comme ça dans la vie de tous les jours, il reste un homme qui sait se plier à la "hiérarchie" et devenir sérieux quand il faut. Si le chef donne un ordre, il l’exécutera sans forcément discuter. Pourquoi ? Parce que dans quatre-vingt-dix-neuf pour cent des cas, Lucifer n’aura aucun avis sur cet ordre. Contrairement à d’autres qui peuvent s’intéresser aux plans et objectifs des Hautes Instances, lui peut prendre les ordres les uns après les autres si la situation le justifie, restant loyal par le biais de la renommée et du pouvoir.

En combat, Lucifer est un adversaire puissant, sûr de sa force, mais qui a tendance à être trop sûr de lui. Au fond de lui, il sait que c’est sûrement cela qui causera sa perte, mais quand bien même, il n’a nullement l’intention de changer - la mort ne l’effrayant absolument pas. Oh et puis, il y a la frime aussi… J’avais oublié ce « détail ». Comme toute grande gueule égoïste qui se respecte, notre ami est un vantard invétéré qui ne manquera jamais une occasion de se mettre en avant, si besoin en rabaissant les autres. Même s’il ne pense pas toujours ce qu’il dit, blesser psychologiquement les personnes qu’il a face à lui - qu’elles soient amis ou ennemis - l’amuse toujours. Il vaut mieux être prévenu, sinon, la première fois, ça peut choquer.


Histoire


Chapitre 1. « Dans l’obscurité de la lune, nos rêves éclairent le chemin. »



– Terre ferme, an 1495

Nuit noire sur l’Astre bleuté. Les fines lumières brillantes de l’espace peinent tant bien que mal à illuminer la surface de cette planète supposée unique à pouvoir abriter la vie. On raconte que, à l’heure où nous regardons le ciel, certaines lueurs que nous percevons ne sont déjà plus qu’un vague souvenir pour l’univers. Cette vaste étendue sombre fascine autant qu’elle interroge. Sommes-nous vraiment seuls ? Serait-ce si insensé de penser que, quelque part, proche ou loin de nous, d’autres pourraient exister et s’émerveilleraient à admirer la voûte céleste ? Je suis persuadé que certains y croient tout autant que moi, mais que la plupart préfèrent s’empêcher d’imaginer une telle possibilité, sans doute par peur de l’inconnu.

Pourtant, ce faisceau rougeâtre me fait frissonner. Tout là-haut, derrière la faible opacité des nuages, quelle est cette chose ? Je n’ai jamais rien vu de tel. Suis-je le seul à l’apercevoir ? Suis-je bien éveillé ? Oui, la marque violacée se dessinant sur mon avant-bras ne fait aucun doute. Cette lumière, elle approche, si vite. Je suis certain qu’elle vient vers moi, sa trajectoire ne pourrait l’amener autre part. Mais, étrangement, je ne ressens pas cette « peur » qui devrait normalement m’envahir de la tête jusqu’aux pieds. Au contraire, ce sont plutôt l’excitation et l’intérêt qui virevoltent à chacun des battements de mon cœur.

Qu’es-tu ? Qui es-tu ? D’où viens-tu ? A toi, quoi que tu sois, qui que tu sois, j’ouvre mon âme cette nuit et ce jusqu’au dernier de mes jours sur cette Terre.

Je t’attends.

Comme « appelé » par l’être humain, le faisceau sembla presque prendre vie, tandis qu’une lueur aveuglante s’en émana au fur et à mesure qu’il s’approchait de la terre ferme. A l'instant où cette chose percuta le sol, un épais nuage de poussière vint s'en dégager, alors qu'un vacarme assourdissant se propagea dans toute la zone, dans l'air comme dans la pierre, sans aucune distinction. Le choc était tel que l’on pouvait aisément croire qu’un énorme morceau de roche venait de s’écraser sans retenue. Le jeune garçon quant à lui, bien qu’excité par ce qu’il venait de voir, préféra rester à l’endroit où il se trouvait pour ne pas prendre trop de risque. Le corps tremblant comme une feuille, il avait pourtant du mal à se tenir. Devait-il écouter sa raison et attendre quelques minutes ou devait-il, au contraire, écouter son cœur et se précipiter dans la zone d’impact pour en découvrir l’origine ? Incapable de savoir quelle était la meilleure décision à prendre, il entendit un bruit, comme un mouvement dans le cratère. Immobile, le garçon se concentra davantage pour tenter d’apercevoir quelque chose.

C’était là.

– Lac  - île de Guanhao - Grand Line

Oui, une silhouette se dessina peu à peu dans la poussière. Imposante, ce qui sembla être une créature céleste, devait bien mesurer dans les deux-mètres de haut. Plus impressionnant que ça encore, deux excroissances trônaient sur ses omoplates. En la voyant, cela ne faisait désormais plus aucun doute pour le garçon : l’être qui lui faisait face ne pouvait être qu’un Dieu venu des étoiles. Celui-ci s’avançait lentement vers lui, dévoilant l’entièreté de son corps ainsi que son visage, tandis que le nuage de fumée paraissait disparaître au fur et à mesure. Physiquement, l’entité ressemblait presque à un Homme, sans tenir compte de ses somptueuses ailes d’un blanc lumineux. Il était parfait aux yeux du jeune garçon. Puis, soudainement, il tituba sur quelques mètres avant de s’écrouler.

Dans la tête de l'autochtone, une phrase résonnait : Ils doivent savoir.


Chapitre 2. « La divinité de l'homme réside dans sa singularité. »

– Proclamé "Lucifer", 8 ans

Plusieurs jours s’écoulèrent depuis cet événement. Des dizaines d’heures pendant lesquelles l’être céleste demeura inconscient, mais bel et bien vivant. Le garçon le savait parce qu’à ce moment-là, il pouvait aisément voir sa cage thoracique se déployer puis se contracter, en alternance. C’est pourquoi il prenait soin de lui, autant que possible. Et il n’était pas seul. Toute la tribu se relayait plus ou moins, particulièrement curieuse de pouvoir approcher une telle créature d’aussi près. Pas un seul n’exprimait une quelconque déception en le rencontrant. Pourquoi ? Parce que tous étaient persuadés de la même chose : son apparition faisait forcément de lui quelqu’un de spécial, d’unique, de transcendant.

Ainsi, lorsque l’ailé se décida enfin à ouvrir les yeux, le jeune garçon était à son chevet. A cet instant, son regard s’emplit de larmes de joie, il était le plus heureux du monde. Il allait pouvoir discuter avec cette entité qu’il admirait tant, qu’il avait vu s’échouer sur ces terres. Impatient, il ne prit donc pas le temps d’attendre avant de prendre la parole, tout excité.

« Bonjour ! Moi c’est Kaeya et toi ?! »

« … Je.. ne sais pas.. »

« Oh, tu as oublié ? Je suis certain que tu t’appelles Lucifer. Tu as entendu mon appel, notre appel à toutes et tous, donc tu ne peux qu’être le Porteur de Lumière, pas vrai ? »

« L-lu.. Lucifer ? »

« Bien sûr ! »

En prononçant ces mots, le jeune membre de la tribu leva son bras droit et désigna le ciel du bout de son index.

« C’est de là-haut que tu viens. Tu es venu nous apporter l'Aurore, la Vérité, j’en suis sûr  ! »

Regardant le jeune garçon avec des yeux écarquillés, le supposé « Lucifer » ne comprenait guère ce qu’il lui racontait. Pourquoi parlait-il de Porteur de Lumière, du ciel, toutes ces choses ? Au fond, il se sentait totalement perdu, comme s’il venait de naître dans un monde inconnu. Qui était vraiment ce « Kaeya » ? Pourquoi semblait-il à tout prix vouloir le considérer comme une Divinité ? Tout échappait à notre être céleste. Après tout, lui aussi était encore jeune : sans même en avoir conscience, il n’était âgé que de huit ans, malgré sa très grande taille.

« Tu ne te souviens de rien, hein.. ? »

Lucifer balança légèrement sa tête de droite à gauche pour exprimer sa confusion, ne pouvant manifestement lui répondre qu’il disposait de quelconques souvenirs. Pourtant, malgré sa situation, il prit la peine de se relever, lentement, pour se diriger vers la lumière. Surpris, le jeune garçon le suivit sans broncher, souhaitant d’abord l’aider à marcher, avant de se rendre compte qu’il en était déjà capable comme s’il ne s’était rien passé. C’était comme si le nouveau venu disposait d’un organisme hors normes, capable de se régénérer bien plus vite que la moyenne. En soit, celui lui paraissait assez logique puisqu’il était censé être un Dieu. Pourtant, la réponse était toute autre.

Ainsi, en sortant de l’abri qui lui servait de lieu de convalescence, l’ailé put constater la luminosité incroyable émise par les rayons du soleil s’abattant sur les terres verdoyantes de Guanhao. Aveuglé, il approcha l’une de ses mains pour se protéger les yeux lorsqu’il entendit la voix d’une vieille femme, tout près.


« Notre Eternel est sain et sauf ! »

A cet instant, toutes les personnes présentes tournèrent la tête en direction du céleste, l’air ébahi. Puis, elles se réunirent en groupe, entourant bien assez vite l’entité venue du ciel.

« Vous qui êtes venu du Ciel pour nous apporter votre savoir et protéger nos terres ;
Lucifer, Astre du Matin, Porteur de Lumière ;
Seigneur, nous sommes et vous resterons fidèles jusqu’à la fin des Temps ;
Voyez en nous d’humbles serviteurs et acceptez ces pauvres offrandes. »

Cette pratique étrange paraissait presque irréelle aux yeux de l’ailé, que l’on puisse s’adresser à lui de cette façon, comme s’il était réellement un être supérieur. D’après les dires de ce Kaeya, il était venu du ciel. Cela pouvait en quelque sorte expliquer une telle réaction. Pourtant, lui-même n’avait aucun souvenir de cette chute, ni même de l’endroit d’où il provenait. Quelle était la raison de sa venue en ce lieu, d’ailleurs ? Même si une pléthore de questions se bousculaient dans son esprit depuis son réveil, Lucifer ne pouvait nier le « plaisir » qu’une telle admiration à son égard procurait. Au fin fond de son cœur, une sorte de chaleur se condensait. Quoi qu’il lui soit arrivé auparavant, il savait qu’ici, même en tant qu’étranger, il serait entouré par de nombreuses personnes.

Les offrandes s'amoncelant rapidement devant lui, il s'abaissa pour attraper ce qui ressemblait à un personnage en tissu rembourré, puis leva les yeux pour admirer l'infinie étendue se trouvant au-dessus de sa tête. Cette situation lui plaisait, d'une certaine façon.

Seul dans ses souvenirs, en ce jour, il était aimé, il était Lucifer, le Porteur de Lumière.


Chapitre 3. « L'homme est un animal qui ne peut être endoctriné que par la cruelle expérience. »

– Souterrains - Île de Guanhao - Grand Line

Tout n'était malheureusement pas aussi beau que le jeune garçon n'aurait pu l'imaginer. Sa seule présence fut assez rapidement remontée aux dirigeants de l'île : le Cipher Pol 9, une branche particulière du Gouvernement Mondial ayant pour spécialités l'art de l'espionnage, l'infiltration et l'assassinat. Pour ce groupe, l'ailé représentait presque le candidat idéal. Lui qui semblait avoir tout oublié de sa vie d'antan serait irrémédiablement en mesure de s'intégrer aisément, sans rechigner. Il fut donc pris en charge pour passer la majeure partie de ses journées dans des souterrains sombres et humides.

La vie y était bien plus difficile que nulle part ailleurs. Il n’était pas rare de voir certains enfants s’évanouir en pleine séance d’entraînement, acculés par la fatigue ou bien déshydratés. Après tout, les maîtres des lieux cherchaient à les habituer à résister aux besoins naturels, les privant assez souvent de nourriture ou d’eau. Le but de leurs manœuvres était simple : obtenir de bons petits soldats, obéissants et résistants, des "chiens du Gouvernement" pour parler vulgairement. Au final, il s’agissait presque d’une automatisation. Transformer de jeunes enfants en machines à tuer, n’éprouvant pas même un sentiment humain et vivant seulement pour exécuter les ordres.

Bien évidemment, à huit ans, il était difficile de se soumettre à de telles choses, compte tenu de la nature dynamique des enfants de cet âge. C’est pourquoi les maîtres jouaient avec leurs peurs, ou tentaient même parfois de lever la main sur eux. Et encore, tous savaient qu’il s’agissait de la manière douce, et s’estimaient donc heureux lorsque cela arrivait. Les pires moments, ils s’en souvenaient : pas un n’y était pas passé.

Une salle, placée au bout d’un long couloir sombre, avait été spécialement faite pour user de la manière forte. A l’intérieur se trouvait un fauteuil, banal au possible, mais entouré de divers accessoires d’apparence plus ou moins glauque. Rien n’effrayait plus les enfants que de s’asseoir ici, car ils y subissaient toutes sortes de tortures. Électrocutions, lacérations, empoisonnements, tout était fait pour renforcer leur corps. Bien évidemment, les maîtres n’étaient pas fous. Ils connaissaient les doses à ne pas dépasser, et jusqu’où ils pouvaient aller pour ne pas condamner leurs précieux soldats. Extrêmement calculateurs et expérimentés, les hommes étaient conscients de ce qu’ils devaient faire pour obtenir de bons résultats, et leur éducation durait généralement une dizaine d'années. Une période durant laquelle chaque enfant était exposé à diverses souffrances et à un entraînement très poussé, additionnés à une cumulation de connaissances médicales variées.

En effet, les « soldats » ne devaient pas juste être capables d’obéir et de se battre, il leur fallait également connaître le corps humain à la perfection. La raison à cela était relativement simple : ils devaient devenir des assassins, par la suite. Sans doute la meilleure façon pour faire le travail proprement et en toute discrétion, n’éveillant aucun soupçon. Et c’est seulement une fois leur formation terminée qu'il leur été offert la possibilité de quitter l'île, voir d'autres contrées. Toutefois, les enfants n’étaient pas libres de faire ce dont ils pouvaient avoir envie, non.. Chacun avait une mission précise, un ordre qu’il fallait respecter. La plupart du temps, les membres du Gouvernement décidaient d’envoyer l’un de leurs soldats pour faire le sale boulot lorsqu'ils apprenaient la position d'une cible précise. C’est à partir de ce moment-là que le numéro 7 a pu commencer à mettre en pratique ce qu’il avait appris pendant toutes ces années.


Chapitre 4. « Le commandement est une lampe, la loi est une lumière, et la réprimande qui retient dans la discipline est la voie de la vie. »

Commandement n°1 : « Le Crime tu anéantiras. »
Commandement n°2 : « Aucune émotion tu ne ressentiras. »
Commandement n°3 : « Aucune information tu ne divulgueras. »
Commandement n°4 : « Le Gouvernement Mondial tu ne trahiras point. »
Commandement n°5 : « Le sang tu feras couler. »


Chapitre 5. « Rien de plus arrogant qu'un timide qui a vaincu sa timidité. »


– Forêt - Île de Guanhao - Grand Line, an 1496

Une année s’était écoulée depuis l’arrivée du céleste sur la Mer Bleue. Pendant ce laps de temps, les membres de la tribu n’avaient pas chômé puisqu’une statue à l'effigie du Divin trônait maintenant au milieu du village. C’était donc grâce à cette œuvre d'art qu'il disposait de tout ce que les habitants pouvaient lui offrir de bon cœur, en guise d'offrandes. Finalement, en l’équivalent de trois-cent-soixante-cinq jours, plus ou moins, Lucifer était devenu la personne la plus riche du coin. Cependant, tous ces avantages avaient tendance à lui monter à la tête assez vite. Après tout, malgré sa taille ainsi que son statut, l’ailé n’en restait pas moins un enfant de dix ans. Et, malheureusement, dans ce genre de situation, il peut vite arriver qu’un être si jeune change de comportement sans même forcément en avoir conscience.

Un certain garçon allait d’ailleurs en faire les frais…

Autorisés à pénétrer dans une zone particulière de la forêt, une sorte de réserve naturelle disposant de toute une faune surveillée pour son propre bien, Lucifer et Kaeya s’étaient mis en tête de chasser pour ramener de quoi faire un festin le soir-même. Connaissant particulièrement bien cette zone, l’autochtone savait ce qu’ils pourraient y trouver : Cochanglier, Lièvrat, Chevrouine – trois espèces parmi d’autres. Rien qu’avec celles-là, si les deux enfants se débrouillaient bien, ils avaient de quoi rentrer les mains particulièrement pleines. A leur arrivée, les deux garçons s’avéraient prêts à en découdre, peut-être plus le terrien que le second toutefois. En effet, celui-ci s’était d’ores-et-déjà équipé en conséquence, s’armant d’un couteau de chasse, de quelques appâts et d’une torche pour faire fuir les prédateurs en cas de danger. A côté, le céleste faisait presque pâle figure. Simplement vêtu d’un haut en coton, il n’avait pas jugé nécessaire de prendre quoi que ce soit d’autre. Ainsi, il laissa son camarade commencer les hostilités en le suivant de près. Tout ce que l’autochtone faisait, l’ailé le faisait aussi. Seulement, Kaeya était le seul à même de s’occuper réellement des animaux capturés ou traqués.

Lançant donc finalement un regard malicieux à son nouvel ami, le chasseur né prit la parole.

« Je suis sûr que tu as envie d’essayer, toi aussi ! »




Ne sachant trop quoi répondre, l’enfant à la chevelure argentée hocha simplement la tête de haut en bas pour acquiescer. Puis, d’un geste sûr, il tendit le bras en direction du second, comme s’il voulait récupérer quelque chose.

« Donne-moi ton couteau. »

« M-mais.. Non, je ne peux pas, c’est celui que mon grand-père m’a offert ! Jamais il n’a été touché par un membre extérieur à la famille… »

« Tu dois me le donner. »

« Non ! Je suis désolé mais je ne peux pas ! »

Lucifer fixa son camarade d’un regard noir. Au fin fond de ses iris, on pouvait déceler une forme de malice, d’arrogance, quelque chose de malsain. En faisant face à ça, Kaeya se mit inconsciemment à trembler alors que son esprit plongeait dans cette noirceur insupportable. Presque entièrement paralysé par une peur qu’il n’avait jamais autant ressentie de sa vie, il tenta de calmer le jeu en prononçant quelques mots d’apaisant mais, malheureusement, rien ne sortit de sa gorge nouée.

En un instant, une petite colonne d'air comprimé s’échappa du bras de l’ailé, alors qu'il était transformé en ressort, fondant droit sur le garçon qui, incapable de se défendre d’une quelconque façon, se retrouva perforé sur place en l’espace d'une seconde.

Ce projectile vint, naturellement, s'échouer en quelque sorte dans la nature environnante, poussant un grand arbre à s'échouer durement sur le sol. Evidemment, le fracas provoqué par cette chute eut vite fait d’interpeller le garde-chasse du parc qui se précipita pour l’atteindre au plus vite. Toutefois, quelle ne fut pas sa surprise, lorsqu’il découvrit l’horreur de la scène. Naturellement, paniqué, il interrogea le céleste, seul « présent » sur les lieux.

« Qu’est-ce qu’il s’est passé ici ?! »

« C’est de sa faute. Il n’a pas voulu me donner son couteau pour chasser. »

Stupéfait face au stoïcisme du garçon, le garde-chasse déglutit de stress, se rendant compte du courroux qui pouvait s’abattre sur quiconque irait à l’encontre des désirs de ce Dieu. Mais, ne souhaitant pas mal finir, lui aussi, il tenta de prendre un air plus calme et d’esquisser un sourire forcé.

« Oh.. Oui, je comprends. Vous l’avez donc châtié. Vous avez eu raison, Seigneur… »

Tel était le risque à encourir en donnant autant de pouvoir à une si jeune âme.


Chapitre 6. « L’aventure, c’est d’abord l’ouverture aux autres. »



– Whiskey Peak - Grand Line, an 1503

Journée aussi banale que les précédentes, Lucifer tentait désespérément de s’occuper l’esprit ainsi que le corps dans ce qui lui servait dorénavant de domicile depuis quelque temps, sur Whiskey Peak. Il y avait été envoyé par le maître des souterrains de Guanhao. Cela faisait déjà quelques années, huit précisément, qu’il était arrivé sur la terre ferme tel un météore. Depuis, il s’était fait une opinion de l’espèce dominante peuplant cette planète. De ses nombreuses observations et ses apprentissages personnels, il en avait déduit qu’elle demeurait faible sur plusieurs aspects et semblait avoir un besoin viscéral d’établir un ordre de supériorité hiérarchique au sein du peuple. Ainsi, la tribu de Guanhao était dirigée par un chef dont la désignation apparaissait inconnue aux yeux du céleste. Cependant, lui se trouvait encore plus haut de par la nature Divine qu’il embrassait avec plaisir depuis son arrivée. De ce fait, même le plus « puissant » se prosternait face à lui, en guise de respect. A vrai dire, tout lui était acquis. Tout ce qu’il désirait, toutes les choses qui lui passaient par la tête, absolument tout lui était accordé.

Le pire dans tout ça, c’est que le pouvoir lui était tellement monté à la tête qu’il ne semblait désormais plus que focalisé sur son plaisir personnel. Bien sûr, ses servants vivaient bien, ne manquaient globalement de rien, car il les nourrissait de tout ce qu’il pouvait trouver. Mais il n’était pas le genre de Dieu que l’on pourrait qualifier de miséricordieux. Par conséquent, plus le temps s’écoulait, plus il ressentait cette forme de crainte divine dans leurs regards et dans leurs gestes. Peu à peu, l’Amour se transformait donc en Peur. D’ailleurs, un souvenir était profondément ancré dans sa mémoire, datant de quelques mois auparavant. En exécutant un dissident, celui-ci s’est écrié : « Nous nous sommes trompés, vous n’êtes pas Lucifer… Vous êtes Satan, Dieu des Enfers ! » avant de perdre la vie. Depuis ce jour, l’ailé ne cessait de se poser la fameuse question : « Suis-je bon ou suis-je mauvais ? ». Même en y réfléchissant de tout son être, il ne parvenait jamais à trouver une réponse concrète, même s’il appréciait tout particulièrement être craint, d’une certaine façon.  

– Esmeralda, Capitaine Pirate, 16 ans

Seulement voilà, ce matin-là, sa réflexion fut dérangée par l’apparition de personnes bien différentes de celles qu’il avait l’habitude de côtoyer. Une, particulièrement, l’interpella en le saluant de façon joviale. Sa première réaction fut presque de l’enguirlander, ne comprenant pas vraiment ce qu’ils venaient faire là.

« Prosternez-vous, manants, comment osez-vous vous tenir debout face à une déité ?! »

Leur seule réponse fut de rire à gorge déployée. Comment osaient-ils se moquer d’un Dieu ? Qui étaient-ils, d’ailleurs ? Comment est-ce qu’un poisson pouvait se tenir sur deux jambes et parler ? Lucifer était particulièrement perturbé par cette nouvelle présence. Pire encore, cet irrespect l’avait plongé dans une colère noire. Pourtant, sans réellement savoir pourquoi, il avait la sensation que ces individus étaient bien plus différents que par l’apparence seule. Alors, ne sachant guère comment réagir autrement, il se leva et les fit sortir avant de claquer les portes du bâtiment derrière lui.

Finalement, il n’eut plus de nouvelle de leur part pendant plusieurs jours, jusqu’à ce que la Sirène ne vienne le déranger en pleine nuit cette fois. A peine eut-il ouvert les portes en bougonnant que celle-ci prit la parole.

« Toi ! C’est décidé, tu pars avec nous. »

Ne prenant même pas la peine de répondre, il répéta le même geste qu’à leur première rencontre. Décidément, cette créature n’en démordait pas. Mais que voulait-elle au juste ? Une chose était certaine, l’ailé ne se fatiguerait pas à claquer la porte une troisième fois si elle osait encore revenir. Et, évidemment, elle revint, un matin, lui proposant une randonnée. Bizarrement, il était presque prêt à la suivre, pour qu’elle arrête de venir frapper à sa demeure aléatoirement. Il accepta, donc, non sans un soupir de ras-le-bol, le suivant jusqu’à un endroit permettant d’admirer le reste du monde.


« Tu es une divinité assez faible finalement. »

« Comment oses-tu ?! »

– Lucifer, Déité désignée, 16 ans

Lucifer détourna quelque peu le regard, avant que la créature ne reprenne.

« Tu prétends être le Dieu des hommes et être en mesure de pourvoir à tous leurs besoins, mais tu ne vis entouré que de quelques centaines des individus qui composent l’humanité. Si tu viens avec moi, tu pourras annoncer au monde entier la bonne parole. Sois plus qu’une simple déité, deviens un Dieu libre et assiste-moi dans ma quête. Aide-moi à détruire l’humanité tout entière ! »

Cela faisait mal au céleste de l’avouer, mais les propos de cet individu étaient malheureusement pleins de sens. Manifestement, il existait des êtres étranges sur cette Terre, des êtres qu’il conviendrait d’inspirer pour rassembler une multitude de nouveaux servants. De cette manière, il pourrait effectivement devenir plus puissant, par son influence sur le monde. Alors, pourquoi pas ? La Sirène devait sans doute mieux le connaître que lui si elle vivait depuis déjà bien longtemps sur les Mers bleues. En revanche, une chose demeurait certaine : Lucifer garderait son libre arbitre. Il penserait avant tout à lui-même, comme il l’avait toujours fait jusque-là.

« Les clans ont tous un symbole qui les unit, qui les définit, c’est quoi le vôtre au juste… ? »

« Une Fleur de Lotus, nous sommes… les Lotus noirs ! »

C’est ainsi que, d’une poignée de main, le Divin et la Belle conclurent un pacte.


Chapitre .7 « L'esclavage fait des monstres. »

– Archipel Sabaody, Grand Line, an 1505

Deux années que le céleste avait accepté de rejoindre l’équipage de ce qu’il considérait autrefois comme une « créature », avec l'approbation de son supérieur hiérarchique, pour infiltration. Désormais, il savait ce qu’il était réellement : une Homme-Poisson, une espèce couplant Homme et Poisson. A vrai dire, en explorant le monde à ses côtés, il avait appris énormément de choses qu’il ignorait à l’époque où il demeurait auprès de la tribu. Il avait conscience du monde qui l’entourait, des différents peuples, des différentes races, des Hautes Instances. Mieux encore, comme le lui avait dit Esmeralda, il était persuadé de pouvoir étendre son influence en se faisant une multitude d’autres fidèles. Peut-être en aurait-il même l’opportunité en ce jour, puisque les Lotus Noirs venaient de débarquer sur l'Archipel Sabaody, la dernière île avant le Nouveau Monde. D’après les dires de la Sirène, il y avait là de nombreuses personnes placées en esclavage à libérer du joug de leur oppresseur. Sur le principe, Lucifer se fichait globalement de la situation de ces individus. Qu’ils soient utilisés ne le perturbait pas plus que ça, mais le simple fait d’être considéré comme leur Sauveur avait tendance à le faire frissonner de plaisir.

Ainsi, lorsque les pirates arrivèrent sur le Grove prendre d’assaut et que le cerf donna l’ordre de n’épargner aucun soldat de l’Armée Fédérale, l’ailé entra en scène, se croyant presque dans un film. Se plaçant en hauteur, perché sur un haut poteau de pierres assemblées, il écarta ses ailes d’un seul coup tout en regardant toutes les personnes se trouvant en contrebas avec un large sourire empli de malice.



« Prosternez-vous devant votre Dieu ! Car moi, Lucifer, suis venu sur Terre pour vous sauver ! »

A ce moment-là, il sembla vouloir s’attirer toutes les faveurs, ne pensant presque même plus aux camarades se trouvant aux alentours. Il était persuadé de pouvoir venir en aide à tout le monde à lui seul. Pendant ce temps, Esmeralda avait l’air de trouver chaussure à son pied, tandis que les prisonniers commençaient à s’échapper de leurs cages. Lui, devait malheureusement s’occuper de faibles adversaires, incapables de lui tenir tête, même ne serait-ce qu’un peu.

Usant de sa malédiction, il ne lui fallait pas plus de quelques poignées de secondes pour se débarrasser de tous ces insectes encombrants, sans se fatiguer. Déjà lassé de la situation, il tourna finalement la tête en direction du bâtiment dans lequel se trouvait Esmeralda, l’interpellant en criant.

« Le ménage est fait ici. Dépêche-toi d’écraser ton cloporte, j’m’ennuie déjà. »

Les Lotus Noirs venaient de s’imposer face à la concurrence. En tant que Libérateurs des opprimés, ils étaient d’ores-et-déjà destinés à un grand avenir, tous ensemble. Pourtant, l’égo de Lucifer en avait pris un coup lorsqu’il s’était aperçu qu’au final, les lauriers revenaient surtout à la Sirène, en tant que Capitaine.

Et toutes ces choses continuèrent pendant encore deux années, jusqu'à ce que quelque chose d'horrible ne se produise, plongeant Lucifer dans une folie incontrôlable...

– Présent, début 1508


Hors Roleplay


  • Pseudo : Sylar | Lucifer
  • Âge : 28 ans
  • Comment avez-vous connu le forum ? : DC
  • Un mot à dire ? : /


Kadan Seitetsu
Revenir en haut Aller en bas
Kadan Seitetsu
Kadan Seitetsu
Messages : 415
Race : Céleste

Feuille de personnage
Niveau:
Lucifer - Porteur de Lumière Left_bar_bleue32/75Lucifer - Porteur de Lumière Empty_bar_bleue  (32/75)
Expériences:
Lucifer - Porteur de Lumière Left_bar_bleue0/250Lucifer - Porteur de Lumière Empty_bar_bleue  (0/250)
Berrys: 0 B
Ven 11 Nov - 15:03
C'est fini ici.

Je précise que la fin est directement liée au premier Rp dans lequel apparaîtra Lucifer (l'explication se trouvera dedans, donc).
Kadan Seitetsu
Revenir en haut Aller en bas
Antarès
Antarès
Messages : 932
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
Lucifer - Porteur de Lumière Left_bar_bleue42/75Lucifer - Porteur de Lumière Empty_bar_bleue  (42/75)
Expériences:
Lucifer - Porteur de Lumière Left_bar_bleue303/500Lucifer - Porteur de Lumière Empty_bar_bleue  (303/500)
Berrys: 25.159.470.000 B
Jeu 1 Déc - 16:04


Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations



La qualité du texte sur 4,5/10
L'originalité 0,5/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 0/2
La narration 1,5/2
L'avis personnel 0,5/2

Le respect du français 10/10
Le vocabulaire 2/2
La grammaire 2/2
L'orthographe 2/2
La conjugaison 2/2
La ponctuation 2/2

La quantité du récit 4,5/6
Environ 4,5k mots d'histoire.

Points bonus 2/6

Score final 21/32

Hello,

Comme dit sur Discord, c’est moi qui me charge de noter ta présentation. Puisque t’es l’un des plus familiers avec cet exercice, je vais directement aller dans le vif du sujet.

Concernant l’écriture en elle-même et le style : tout se lit très bien, c’est fluide, le vocabulaire est bon et les descriptions sont bien menées tout en étant plutôt concises. C’est très bon de ce côté. De même au niveau du français, il y a quelques coquilles et ponctuation à revoir, pour autant ce n’est que ponctuel d’où la note maximale sur ce point.

Là où cette présentation commence à pêcher c'est sur sa profondeur et son développement : tu nous présentes un personnage se voulant plutôt haut en couleurs, cependant le manque de building-up de façon générale et surtout en amont de moments qui devraient être « clés » à la présentation fait que l’on a du mal à s’immerger dedans et à s’attacher au personnage. Peu importe la narration non linéaire ou les ellipses, là n’est pas le problème, tu ne prends juste pas le temps de poser le contexte de l’histoire correctement pour que ton lecteur puisse sentir l’impact des choix de ton personnage : ça se remarque surtout avec la sirène qui arrive à convaincre Lucifer de la suivre et d’embarquer avec elle, après trois tocages de porte et un discours bateau. Si on comprend avec détachement ton personnage, ça paraît très fait à la va-vite et on n’a pas le temps de s’installer que l’histoire est déjà finie. Tu ne prends même pas la peine de nous raconter comment ton personnage aurait vécu l'entraînement et réagi au traitement qui lui ont été reservés par le CP9 : comment s'en tire-t-il pour conserver ses traits de caractère si marqués et se considérer comme déité toute puissante après avoir été enrôlé, sinon asservi, via des méthodes dures ?

A côté de ça, j’ai vraiment l’impression que tu as récupéré des passages d’autres écrits ou tout simplement retirer des bouts de ta présentation sans chercher à retravailler l'homogénéité et la cohérence de ton texte. Ca commence par la mention de « numéro 7 » dans le passage sur l’entraînement CP9 : on se doute que tu désignes ton personnage, mais en aucun cas tu introduits la notion de matricule auparavant. De même à la fin de l’histoire avec ce passage :

Ainsi, lorsque les pirates arrivèrent sur le Grove prendre d’assaut et que le cerf donna l’ordre de n’épargner aucun soldat de l’Armée Fédérale, l’ailé entra en scène, se croyant presque dans un film.

Le cerf ? (ou alors tu souhaitais écrire serf ? Même avec ce terme, ça ne fait sens)
L’Armée Fédérale ?
Un film ? Dans l’univers de One Piece ?

Là je t’avoue que ça m’a complètement sorti de la lecture, déjà que j’y étais difficilement immergé, d’où la très faible note en appréciation et bonus – pour le bonus la partie qui vient est également à prendre en compte.

Mais comme tu l’as compris au barème, c’est surtout la cohérence le véritable problème. Surtout pour ces deux points qui suivent :

-ton personnage qui fait un crash – visiblement très violent puisque tu le décris plus comme une météorite s’écrasant qu’un mec qui se laisse choir  - sur une île de la mer bleue depuis une île céleste. Considérant que tu sois un reroll et que ton niveau max atteignable est le 31-32, même à ce niveau-ci, avec le FDD des ressorts et potentiellement une aptitude surhumaine (mais visiblement non défensive, puisque tu sembles vouloir partir sur la force), ton personnage finirait soit mort, soit gravement atteint physiquement / paraplégique : en aucun cas il ne pourrait marcher comme si de rien n’était après quelques heures à comater. Donc de base, on commence assez mal l’histoire. Par ailleurs, s'il commence "niveau max - 30 / 31 / 32" dès le début de l'histoire, quel intérêt ont les péripéties qu'il y vit ensuite ? Puisqu'il ne semble ni véritablement évoluer mentalement (du moins c'est peu visible son évolution), il stagnerait également en terme de force / puissance.

-le contexte de Guanhao et du CP9 : je doute que tu ais lu la fiche de l’île – pourtant je te l’avais envoyée à l’époque, ainsi que le RP post-event de deux membres qui font face à l’Instructeur du CP9 / CP (selon la période) : rien n’est respecté ici. Il n’y a aucun autochtone sur Guanhao, la population ayant quittée l’ile il y a de ça plusieurs milliers d’années et le gouvernement a la mainmise sur l’île faisant en sorte de la rendre inaccessible hormis pour les ayants-droits. Concernant le centre d’entraînement et le QG du CP9, il n’est en aucun cas en souterrains de l’île, on pourrait imaginer prendre une liberté et créer un souterrain comme tu le dépeindrais, cependant le CP9 opère majoritairement en surface pour la formation des jeunes aspirants (ce qui d’ailleurs ne colle pas avec le double aspect de ta présentation : tribu d’autochtone vouant un culte à ton perso + statue à son effigie en surface et sombre activité du CP9 en souterrains). Enfin, les méthodes d’entraînements et de bourrage de crâne du CP9 que tu dépeins peut s’avérer exister, mais est en loin une généralité (que ce soit sur OPS comme dans l’anime), aussi j’ai un véritable problème avec ce passage dans ta présentation qui est le seul à mentionner le CP (hormis une courte phrase lors d’un des derniers chapitres). Bien sûr, des libertés sont prenables, mais concernant des points centraux où beaucoup a déjà été explicité par avance, il vaut mieux s'assurer auprès du staff que ce que l'on a en tête soit réalisable / implémentable (totalement ou partiellement).

Pour finir et au global, on dirait que tu as rédigé / récupéré la présentation d’un simple hors-la-loi / pirate (peu approfondie) et a rapidement essayé d’intégrer un aspect Cipher Pol pour obtenir l’appartenance à la faction : malheureusement cela cause d’énormes soucis de cohérence. D'ailleurs, tout comme les RPs, un zéro dans ce critère invalide la présentation. Tu pourrais à la limite la remanier brièvement pour retirer l’aspect Guanhao et ton traitement du CP9, ce qui retirerait une grande incohérence, pour jouer un HLL/pirate, ou alors la retravailler proprement pour obtenir ce que tu souhaites. Il faudrait aussi revoir le début concernant le premier point de la partie cohérence - rajout d'explications / modification des conséquences du crash.

Tu n'obtiens aucun niveau en l’état.

Tu peux donc:
->Retravailler ta présentation pour qu'elle soit validable lors d'une seconde notation.




© Copyright Propriété de One Piece Seken




_________________
Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux"
Antarès
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: