Le Deal du moment : -35%
Climatiseur électrique mobile – TECTRO ...
Voir le deal
114 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Ven 14 Jan - 18:57


Tu peux pas test !



Même s’il avait raté sa chance de participer de pouvoir intégrer la Section Scientifique en déposant un dossier, Dovah était cependant bien surpris lorsqu’on lui annonça qu’il avait malgré tout été repéré et que sa présence était conviée. Plus surprenant encore, son compagnon d’équipage, ce cher vampire du nom de Fabius, lui indiqua qu’il était également sur la liste des candidats potentiels, ayant réussi à se faire bien voir par rapport à ses créations.
En effet, si les deux étaient arrivés très récemment dans un équipage commun, l’équipage Unite avec à sa tête le vice-amiral Sakuga, les deux n’avaient pas tellement pris le temps de parler l’un à l’autre ou de simplement apprendre qui ils étaient l’un et l’autre. Peut-être était-ce ici l’occasion d’en apprendre davantage l’un sur l’autre ? Après tout, même en dehors de cet événement, les deux allaient devoir se fréquenter de nombreuses fois désormais de par leur équipage commun.

Ainsi, avant même que le bateau n’arrive à destination, l'île de San Faldo se dessinant au loin, l’homme se décida à discuter un peu avec son compagnon.

“ - Alors Fabius, vous êtes impatient vous aussi ? Après tout, si nous arrivons à nous démarquer des autres, cela sera un immense pas en avant dans nos objectifs, mais aussi pour la réputation du capitaine. Si j’ai bien compris, vous êtes un spécialiste des armes c’est bien ça ? Vous avez déjà une idée de ce que vous allez pouvoir présenter ? Nous ne savons toujours pas quel va être le déroulement des épreuves préliminaires, mais vous avez probablement une petite idée qui trotte au fond de votre esprit non ?”

Dovah était particulièrement calme comme à son habitude, pourtant, au fond de lui, il était aussi excité qu’une puce, parfaitement impatient que les épreuves commencent afin de montrer son génie. Pourtant, il espérait également que Fabius serait tout aussi enthousiaste, sur ce genre d’examens, il est rare qu’il soit impossible de communiquer avec d’autres pour trouver l’inspiration. A eux deux, ils allaient probablement pouvoir trouver des idées géniales afin de se démarquer des autres.


Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Ven 14 Jan - 22:05
La traversée de Grandline n’avait pas été simple et je n’aurais jamais pu réussir avec mon propre navire marchand. Jamais je n’avais pensé voir autant de créatures surpuissantes, de mangeur de fruit du démon pratiquement invincible, bref, je me sens tout petit. Tout seul, je n’aurais pas fait un pas, aussitôt écrasé tel un moustique par tous ses géants.

Heureusement pour moi, j’ai eu la chance d’intégrer l’équipage du vice-amiral Sakuga et je suis encore en vie. La décision n’a pas été facile à prendre, car j’aime beaucoup mon indépendance et surtout, je ne veux pas que l’on découvre que je suis un vampire. Je suis pourtant persuadé que certains s’en doutent, j’ai quand même affaire à l’élite de la Marine !

Je ne sais pas combien de temps, je resterai avec eux, j’ai toujours en tête mon projet de devenir riche et d’acquérir une île ou mettre mon futur harem, afin d’y vivre reclus pendant ma très longue vie. En tout cas, une nouvelle page va se tourner, je suis candidat pour passer la troisième session de 1507 des examens préliminaires afin d’entrer dans la Division Scientifique !

J’ai encore du mal à le croire, moi le petit fabriquant d’arme, né au fin fond du mal de l’île de Toroa, je vais montrer mon savoir-faire à un membre de la célèbre organisation ! Il y a de quoi défaillir et en plus, ces épreuves se dérouleront de jour, j’aurais une force amoindrie, pire, je ne pourrais pas utiliser ma vitesse et ma force de Vampire.

Je suis sorti de mes pensées par Dovah D.Thère, un autre membre de l’équipage, qui semble affectionné les couleurs sombres, exactement comme moi. Pourtant, il ne porte pas de haut-de-forme, ce qui est dommage, il lui manque cette petite élégance. En plus, il fait peur, en croirait que sa mère a fauté avec un géant, ce qui expliquerait le masque qu’il porte sans arrêt d’ailleurs. Bref, il semble vouloir discuter et je l’écoute sans l’interrompre avant de lui répondre, en lui souriant :

Je suis impatient et j’ai peur, car je ne sais pas si j’ai le niveau. Je n’ai jamais fréquenté de grandes écoles d’ingénieur et la plupart de mes compétences, je les ai appris d’un forgeron quand j’étais jeune et grâce à mes voyages.

C’est sûr qu’être confronté à des personnes beaucoup plus fortes que soi, stimule l’imagination.

Je me suis spécialisé dans les armes et plus précisément celle fonctionnant contre les mangeurs de fruit du démon. J’ai une idée que je voulais expérimenter depuis un moment, un lance-eau !


Je suis maintenant dans ma partie et sortant une feuille que j’ai toujours dans ma poche, je la déplie pour lui montrer un objet, qui ressemble fort à un lance-flamme, avec une lance et deux réservoirs à mettre sur le dos, puis, je commence mes explications :

Vous savez sans doute que les mangeurs de fruit du démon sont sensibles à l’eau de mer, j’ai donc créé une machine capable d’emmagasiner de grandes quantités d’eau, de la saler et de la lancer avec une pression réglable sur un ennemi.

Je suis particulièrement fier de mon projet et je lui demande en souriant :

On pourrait peut-être se tutoyer, après tout, on fait partie du même équipage !


J’attends sa réponse avant de continuer mon interrogatoire :

Tu as prévu de montrer une de tes créations ?
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Dim 16 Jan - 11:39


Tu peux pas test !


L’homme de grande taille ne put s’empêcher de hocher un sourcil de manière très intéressée lorsque son compagnon commença à aborder les armes pour contrer les maudits. En effet, il avait tapé pile-poil dans les domaines intéressants ce dernier. Lorsqu’il s’agissait de combattre les personnes atteintes de malédiction, il n’existait probablement dans le monde personne d’aussi déterminé que lui. C’était dans cet état d’esprit qu’il écouta le projet de son compagnon. Même si cela lui paraissait partiellement ridicule, il ne pouvait pourtant pas cesser de se dire qu’il y avait une probabilité pour que quelque chose de tel fonctionne. Après tout, lui-même faisait des recherches afin d’être capable de retirer via la biologie et la botanique la malédiction des Hommes.
Se grattant la tête, souriant derrière son masque, il viendrait placer quelques mots.

“ - C’est vrai, on peut se tutoyer, pardonne moi. Déformation professionnelle j’imagine, je ne me suis pas encore fait à l’idée de faire partie d’un équipage.”

Jusqu’à présent, Dovah avait toujours tout fait seul : les recherches, les traques, les missions, et tout le reste. En réalité, il n’avait jusqu’à peu jamais réellement envisagé de se joindre de manière définitive à un équipage à part entière, pensant que cela lui mettrait des bâtons dans les roues afin d’accomplir son objectif. Pourtant… c’était différent avec Sakuga. L’ange n’était pas comme les autres, il avait un petit quelque chose qui le différenciait de tous les autres gouvernementaux qu’il avait pu rencontrer. Était-ce dû à sa condition d’ancien criminel ? A la façon pure qu’il avait de combattre le crime ? Difficile à dire en réalité, mais il savait une chose : le suivre serait probablement le tremplin d’accès pour son futur. Désormais, il ne voulait plus seulement atteindre son objectif seul dans son coin mais bien pouvoir rendre fier celui qui lui avait accordé sa confiance en aboutissant les recherches sur les fruits du démon.

“ - C’est un projet très intéressant en tout cas que tu as mis en place, j’espère que tu seras capable de le finaliser. Pour ma part, j’aurais aimé montrer mes avancements concernant les moyens de neutraliser les possesseurs de fruit du démon, mais mes recherches ne sont encore qu’aux balbutiements, impossible de présenter quelque chose de tel pour le moment. Si je dois présenter quelque chose, je vais devoir compter sur la botanique, peut-être en montrant les croisements intéressants qu’on peut créer avec de simples plantes ? Il y a tant de possibilités, mais je ne suis pas encore sûr de ce qui intéressera le plus nos juges.”

N’ayant pas prévu d’être sélectionné pour ce concours, l’homme n’avait en effet pas songé à un projet qu’il pourrait présenter en cas de besoin pour pouvoir impressionner la galerie. Si jamais les juges demandaient quelque chose de tel, il allait probablement devoir improviser. Regardant l’horizon pour essayer de se détendre, ce sentiment ne ferait malheureusement que s'amplifier. D'une voix à la fois excitée et stressée, il viendrait communiquer quelques mots à son collègue.

“ - On voit l’île d’ici, on va bientôt arriver.”

Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Dim 16 Jan - 12:49
Mon interlocuteur accepte le tutoiement, cela rendra les choses moins formelles entre nous. Il semble avoir plus de mal que moi à se considérer comme membre d’équipage, sûrement à cause de son statut de demi-géant. Dans tous les cas, il souhaite lui aussi lutter contre les mangeurs de fruit du démon, ce qui est une bonne chose, mais je lui dis, d’un ton sérieux :

Tu devrais te préparer au maximum, j’ai prévu plein de plans et testé de nombreuses inventions pour être capable de répondre à n’importe laquelle de leurs demandes.

C’est un des avantages à être vampire, j’ai besoin de très peu d’heures de sommeil, ce qui fait de moi, une sorte d’hyperactif. Je suppose que je cherche également à prouver au monde, et à ma famille, si elle me regarde, que je ne suis pas seulement un monstre, mais aussi un grand inventeur. Je suis sorti de mes pensées par mon collègue qui m’annonce que l’on voit l’île.

Je sors ma longue-vue pour observer les détails et je peux voir San Faldo, avec sa célèbre colline et bien sûr l’immense statue représentant un dragon, un roi des mers et un géant. Au fur et à mesure que l’on se rapproche, je distingue même le Siège de Janeiro, proche de la gare.

Je tends ma jumelle à Dovah, au cas où il veut regarder par lui-même et je pars dans ma cabine pour sortir tout le matériel dont j’ai besoin. Bontoutou m’attend, confortablement installé sur son panier et se lève en me voyant arriver. Je le caresse un peu, entre les oreilles comme il aime et je me demande si dois l’emmener ou pas, c’est quand même mon seul et unique ami. Finalement, je lui fais signe de me suivre, c’est un chien-loup, non un dragon, il devrait pouvoir débarquer.

J’ai avec moi plusieurs caisses de matériel dont de quoi fabriquer mon lance-eau et différents gadgets de ma création, avec différents outils. Bref, je suis paré à toutes les possibilités et j’espère que mon confrère inventeur en as fait de même. Le port s’approche rapidement et pourtant un train roulant dans la mer nous dépasse ! C’est vraiment incroyable toute cette technologie !

Je me tourne vers mon acolyte, lui indiquant :

Nous arrivons avec un jour d’avance, je te propose de prendre une chambre dans un hôtel dans le quartier de Copacabana, là où vont se dérouler les épreuves, pour être tout proche.


Je crains toujours d’être en retard, et je préfère prendre le maximum de précaution. Il faut dire que même si je parais avoir trente ans, j’en ai en réalisé quarante et donc une solide expérience de la vie. J’attends donc son avis, avant de pouvoir débarquer et louer un attelage avec chauffeur pour tout mon matériel.

Hawk, l’homme-poisson a également tenu à m’accompagner et il me servira de garde du corps si besoin, son karaté étant très efficace. Pour ma part, je ne sais pas me battre, et même si j’ai toujours un pistolet modifié à ma ceinture, je ne sais guère m’en servir.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Jeu 27 Jan - 18:05


Tu peux pas test !



Jusqu’à présent, les deux compagnons d’équipage ne s’étaient que très peu fréquentés, voir si ce n’était pas du tout, mais Dovah était capable de remarquer immédiatement qu’il n’était pas accompagné d’un idiot, loin de là. Même si l’homme avait toujours été considéré comme quelqu’un d’intelligent, il n’était pas tant prévoyant pour autant, préférant plutôt compter sur son instinct pour se sortir de situations complexes le mieux possible.

D’ailleurs, l’homme fit part de sa prévoyance, presque surpris qu’il n’ait rien anticipé. En réalité, l’homme aurait pu préparer de nombreuses choses, mais pour son objectif final, il était encore bloqué par ses moyens ainsi que ses connaissances. S’il voulait pouvoir montrer tout son potentiel, il allait devoir profiter des moyens de structures puissantes comme celle de la Section Scientifique. D’ici à ce qu’il en fasse, il allait devoir faire autrement. S’il avait bien avec lui une sacoche remplie de diverses plantes, graines et autres, il était évident qu’il lui faudrait bien davantage, peut-être en récupérant des choses sur place ? Récupérant la longue-vue que son partenaire lui propose, observant les environs, il lui répondrait quelques mots.

“ - Je n’ai pas été aussi prévoyant, je n’ai pas eu le temps pour ça. Je compte sur mes réserves dans ma sacoche ainsi que les éléments que je vais pouvoir trouver sur place. Je trouverais forcément quelque chose d’intéressant à produire en fonction des demandes qui pourront être faites."

L’homme de grande taille se mettrait à soupirer, comme s’il se rendait compte d'à quel point il faisait peu professionnel à agir ainsi, mais c’était tel qu’il avait toujours fait, digne de ce garçon pauvre ayant appris de manière autodidacte et cultivant uniquement à l’aide de ce qui lui passait sous la main.
Bientôt arrivé à bon port, le regard du porteur du D viendrait finalement se porter sur les compagnons de Fabius. Si lui-même avait désiré se déplacer seul, ce ne semblait pas être son cas, appréciant visiblement la compagnie de son ami homme-poisson ainsi que de son gigantesque loup. Avait-il à ce point peur de se faire attaquer ? Peut-être était-il un poil paranoïaque au fond, mais c’était là le point commun de beaucoup de génie à travers le monde.

“ - Ça me convient pour l’hôtel, je profiterais d’une partie de la soirée pour explorer les environs du coup. Est-ce que tu as prévu quelque chose pour ta soirée ?”

L’homme commencerait la discussion afin d’anticiper le déroulement de la future soirée alors qu’ils étaient en train de débarquer les affaires. Bien évidemment, n’ayant que peu d’affaire à transporter, il aiderait au possible son ami à transporter son matériel, bien plus encombrant.

Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Jeu 27 Jan - 23:06
Le jeune homme compte sur sa débrouillardise et je suppose que comme il a intégré l’équipage du vice-amiral Sakuga, c’est qu’il est compétent. La fameuse fougue de la jeunesse ! En tout cas, il est d’accord avec mon plan, ce qui est une bonne chose et quand il me demande ce que je compte faire de ma soirée, je lui réponds en souriant :

Je n’ai absolument rien de prévu, je comptais moi aussi jouer le touriste, c’est la première fois que je mets les pieds dans cet endroit. Nous pourrons donc y aller à deux.

J’ai même hâte que nous y arrivions. Mais il me faut patienter encore une dizaine de minutes avant nous n’accostions enfin. Je loue immédiatement un moyen de transport, comme prévu. L’avantage d’être marchand, c’est que je dispose d’une petite réserve d’argent et je peux ainsi embaucher un conducteur et sa charrette pour y déposer mes nombreuses quêtes.

À trois, le déménagement est rapide et c’est parti direction le quartier de Copacabana. J’ouvre grand tellement tout me semble nouveau. La foule est très bigarrée, on sent vraiment que nous sommes au cœur du monde. Je vois des produits alimentaires, comme des fruits ou des légumes, encore jamais vu ailleurs, mais le plus incroyable reste les machines. Je comprends pourquoi les épreuves se passent ici, c’est le paradis des inventeurs !

Finalement, nous arrivons à destination et après avoir négocié quelques minutes avec l’aubergiste, refusant de me faire arnaquer sur les prix, je peux indiquer à mon collège :

Nous avons les chambres dix-huit et dix-neuf au premier étage. Comme je ne sais pas combien de temps vont durer les épreuves, je les ai pris pour trois jours, j’allongerai la durée de notre séjour, si besoin.

Je fais donc monter les différentes caisses et je profite d’être enfin seul pour boire discrètement une petite fiole de sang. J’ai amené quelques réserves, impossible de me nourrir ici ! À moins que je puisse discrètement hypnotiser une travailleuse du sexe, bien sûr. C’est le plus souvent ce genre de personne que je cible, mais les crocs font des traces bien trop reconnaissables, je fais donc profil bas.

Maintenant, que nous avons fait tout ce qu’il fallait, je peux enfin me détendre et je propose à mon compagnon, l’homme-poisson étant parti se sustenter au port :

Veux-tu dîner ici avant de faire notre balade ? J’ai entendu parler que la spécialité de l’établissement est le Croquembouche, un gâteau fait de choux à la crème et de pâte d'amandes.


J’attends sa réponse, mais rien que l’idée de ce plat, me met l’eau à la bouche. Pour Bontoutou, je commande un gros os à moelle, mon chien-loup étant friand de ce genre de gourmandise. Nous avons du mal à trouver une table, vu que l’endroit est bondé, mais après quelques efforts, nous pouvons nous asseoir et une fois notre commande passée, une bonne entrecôte pour moi, bien saignante, avec des frites, je demande au géant en face de moi :

Alors pourquoi veux-tu lutter contre les mangeurs de fruit du démon ?
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Mar 1 Fév - 19:51


Tu peux pas test !


Finalement, les choses se passaient plutôt tranquillement. Heureusement pour lui, son compagnon semblait être une personne qui se sociabilise facilement, de quoi éviter qu’il se mette à parler, lui et son manque de tact légendaire. Une fois les affaires installées dans l'hôtel fraîchement négocié, Fabius invita même l’homme de grande taille à venir déguster quelques spécialités locales.

“ - Avec grand plaisir, nous n’aurons pas forcément d’autres occasions pour goûter les produits d’ici, autant en profiter !”

Avant même de s’en rendre compte, les deux accompagnés du loup gigantesque finissaient autour d’une table, entourés d’une foule de personnes qui avaient visiblement un mélange de peur et d’admiration à l’encontre de la bête. De son côté, Fabius ne semblait pas réellement s’en soucier, commandant une entrecôte pour pouvoir manger. Il ne semblait pas avoir quelque chose à faire des regards qui l’entouraient, c’était là une très bonne qualité. Dovah lui-même se moquait un peu de l’image qu’il renvoyait, mais était malgré tout admiratif de ces personnes capables d’ignorer la honte ou de ne pas profiter de l’attention qu’ils apportent.
Quoi qu’il en soit, Dovah finit lui aussi par commander à manger, demandant une assiette de poisson accompagné de salade. Malgré sa grande corpulence, l’homme n’était pas réellement du genre à manger en grande quantité. D’ailleurs, dans son village d’origine, on disait que le poisson rendait intelligent, peut-être l’intelligence supérieure qu’il avait acquise lui venait de la consommation excessive de cet aliment qu’il avait pu avoir par le passé ?

Alors qu’ils attendaient leur plat, l’inventeur décida d’engager la conversation sur un sujet bien plus intime. Alors qu’il avait saisi son verre pour commencer à l'amener vers son visage, il décida finalement de le reposer, son regard devenant soudainement bien plus sérieux.

“ - Dans les légendes, on entend souvent parler de ces personnes qui se seraient fait mourir par des fruits, développant une puissance énorme en échange de l’impossibilité de nager. Dans notre monde, composé essentiellement d’eau, c’est une malédiction. Pourtant, pourquoi autant de personnes décident-elles volontairement de se maudire ?
En réalité, les gens ne cherchent qu’à devenir plus fort quelqu’en soit les moyens à disposition. Malheureusement, ces personnes n’ont jamais de bonnes intentions, ils ne veulent qu’acquérir de la force pour pouvoir accomplir leurs désirs, quitte à priver les autres des leurs.”


L’homme prendrait quelques secondes au milieu de sa phrase, restant silencieux. Il viendrait délicatement saisir son verre d’eau avant de l’amener jusqu’à sa bouche, buvant de manière ingénieuse en passant l’eau sous son masque afin que personne ne puisse voir ce qui se cachait derrière celui-ci. Une fois sa gorgée prise, il le reposerait, reprenant sa phrase, une certaine tristesse présente dans le regard.

“ - Pour te répondre plus précisément, c’est cette volonté de puissance et cette impunité qui a amené à la destruction de mon île natale ainsi que de toutes les personnes que j’ai pu connaître. Qu’ils soient pirates, gouvernementaux ou bien de simples civils, personne ne devrait pouvoir accéder à une telle force de frappe et de destruction. L’homme est faillible et la traîtrise peut si vite arriver, c’est beaucoup trop dangereux de prendre ce risque. Une arme à feu peut tuer des innocents, mais un fruit du démon tuera tellement plus d'innocents en moyenne que cela devient ridicule de compter les morts plus “classiques”. C’est pour ça que je veux trouver un moyen de cesser cette folie, pour que le monde redevienne plus sain et que les civils soient plus en sécurité.”

C’est à la fin de son monologue que les plats commenceraient à arriver, le serveur déposant ces derniers devant les deux protagonistes. Saisissant ses couverts, l’homme effectuerait une rapide prière silencieuse devant son plat avant de commencer à regarder son compagnon.

“ - Excuse moi, je me suis peut-être un peu emballé. Qu’est-ce qui t’intéresse de ton côté sur l’étude des fruits du démon et leur application ?”

Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Mer 2 Fév - 17:55
J’écoute l’explication de mon interlocuteur et il me semble tout à fait plausible. Il a de toute évidence subit un traumatisme fort dans son enfance. C’est juste qu’il blâme les fruits de démon à la place des personnes. En tout cas, sa cause est noble, sauvez des innocents, c’est vraiment quelque chose que la Marine et le Gouvernement Mondial devraient faire. Il s’excuse et je lui dis :

Ne t’inquiète pas, c’est un sujet sensible pour toi. Je suis désolé pour ce qui est arrivé aux habitants de ton île natale.

Je ne lui demande pas le nom de son pays, conscient qu’il faut respecter les secrets de chacun. Je lui réponds ensuite en expliquant pourquoi je suis intéressé par les fruits de démon :

Cela tient à trois choses, la première, la plus mercantile, c’est que je veux devenir riche, pour avoir ma propre île et vivre comme un prince durant le reste de mes jours. Pour cela, fournir à des chasseurs de primes où à la Marine des armes capables de vaincre ces personnes dotées d’un pouvoir est le chemin le plus simple.

Je ne rajoute pas que je veux également un harem, constitué de superbes créatures pour profiter de leurs corps et de leur sang, ce serait un peu « trop » pour une simple discussion entre collègues. Je lui indique donc :

La deuxième raison se rapproche beaucoup de la tienne, actuellement, il existe un Gouvernement Mondial et une force armée commune, la Marine, alors pourquoi nous ne vivons pas dans la paix et dans la sécurité ? Parce que, comme tu l’as si bien dit, les mangeurs de Fruits du Démon permettent à certains individus de devenir plus fort qu’un équipage entier de soldats. Je pense que tant qu’il n’existera pas une arme fiable contre eux, nous n’aurons pas la paix.

C’est mon côté contrôle, qui parle, mais c’est une chose que nous avons en commun et autant le signaler, je peux ainsi conclure mon monologue :

La dernière raison est d’ordre plus scientifique, je suis captivé par le granit marin, d’où vient-il ? Pourquoi en existe-t-il si peu ? Comment est-ce que l’on peut le travailler alors qu’il ressemble à de la pierre ? Ce sont toutes ces questions que je me pose et que seul une place dans la division scientifique va me permettre d’élucider.

J’ai pas mal parlé et je me ressers à boire avant de finir mon repas. Comme prévu, nous sortons faire notre balade, et arrivons ainsi au futur lieu de notre examen. Voir cet endroit avant me permet de dégager une partie de mon stress, je sais déjà qu’il y aura du public et je vais mettre Hawk et Bontoutou à un endroit où je peux facilement les voir. Ainsi, je serais plus confiant et je vais pouvoir me concentrer sur mon projet.

Je m’imprègne des lieux et choisis les endroits où je pourrais poser mes caisses et mes différents outils. Bref, comme d’habitude, je ne laisse rien aux hasards. Je laisse du temps au métissé géant-humain d’en faire de même puis je retourne à l’auberge. J’ai hâte de vérifier l’ensemble de mes outils, car suite à ma condition de vampire j’ai besoin de peu d’heures de sommeil. Je veux quand même être complètement reposé, alors je vais me coucher assez tôt et me lève avant l’aube, il faut que je prenne le temps de me pouponner, je dois être impeccable.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Sam 5 Fév - 3:47


Tu peux pas test !



Pendant quelques instants, Dovah avait eu peur que l’implication qu’il avait pu avoir dans son récit soit mal perçue par son interlocuteur, mais au final il n’en fut rien, ce dernier semblant particulièrement indulgent et attentif au discours. Il ajouta même quelques condoléances auxquelles l’homme se contenta de hocher la tête, préférant ne pas y penser davantage à ce moment précis. Heureusement, pour passer à autre chose, les choses étaient plutôt simples grâce à son compagnon, ce dernier commençant à expliquer les raisons qui l’avaient poussé à partir dans les recherches contre les maudits.

Dans un sens, leurs objectifs étaient liés et ils avaient beaucoup de points communs. Pourtant, malgré tout, les deux semblaient très différents, que ce soit dans la manière d’aborder les choses ou dans les raisons.
Pour Fabius, l’essentiel de son intérêt semblait se trouver dans l’étude scientifique du granit marin et l’aspect pécuniaire qui pourrait en ressortir, rétablir les forces d’équilibre semblait plutôt être un objectif secondaire à ses yeux, bien que probablement important à sa façon.

Le granit marin… Dovah en avait déjà entendu parler depuis qu’il a intégré la marine. Il aurait probablement pu prendre lui aussi cette direction quant à la traque de maudits, mais il a finalement préféré prendre une nouvelle piste. Contrairement à Fabius, lui ne cherche pas à créer une arme capable de maîtriser les fruits du démon comme le font les inventions actuelles de la Division Scientifique, lui désirait en réalité trouver un véritable remède aux fruits du démon, un moyen de pouvoir inverser le processus et, à terme, de permettre de transformer quelqu’un de maudit en une personne complètement ordinaire.

Finalement, les discussions s’enchaînèrent jusqu’à ce que les deux finissent leurs repas. En se baladant, ils finirent par tomber sur les lieux de l’examen qui commencerait le lendemain. Maniaque qu’il était, Fabius commença à disperser les caisses de part et d’autre et faire du repérage. Dovah lui, de son côté, semblait bien plus calme, mais il savait ce qu’il allait pouvoir faire. S’approchant de son compagnon d’équipage, il viendrait lui dire quelques mots.

“ - Excuse moi, je vais te laisser pour aller récolter quelques plantes des environs. Inutile de m’attendre, je te rejoindrais à l'hôtel et j’irais probablement me coucher ensuite pour pouvoir être en forme. A plus tard Fabius !”

Sur ces mots, l’homme partira en quête de nombreuses plantes et herbes. Usant de ses faux avec minutie, il en récolterait le maximum qui pourraient avoir des propriétés intéressantes. Il valait mieux avoir de quoi faire pour le lendemain, quitte à devoir faire un tri ultérieurement. C’est durant plusieurs heures qu’il agirait ainsi, jusqu’à finalement rentrer jusqu’à l’auberge, le soleil étant désormais trop bas pour pouvoir continuer ainsi.
Une fois rentré, il se coucherait immédiatement. Connaissant parfaitement ses rythmes de sommeil, il savait qu’il serait levé avant le petit matin, de quoi permettre de se préparer en bon et du forme. Après avoir fait une toilette sommaire et revêtu sa tenue habituelle, il irait finalement à la rencontre de son compagnon.

“ - C’est le grand jour, est-ce que tu es prêt à montrer ce dont nous sommes capables ?”

Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Sam 5 Fév - 22:07
Mon compagnon part de son côté pour ramasser quelques plantes. Je suis content qu’il mette en application mes conseils, on n’est jamais trop préparé ! Chacun va se coucher de son côté et après m’être fait beau, usant sans modération du savon, je rencontre dans le couloir le fils de géant, déjà levé lui aussi. Quand il me pose la question sur mon état d’esprit, je lui réponds en souriant :

Je suis dans une forme Olympique !


C’est vrai que je suis parfaitement reposé, mon esprit est clair comme jamais et j’ai bu du sang que j’ai ramené dans une petite bouteille fort ingénieuse qui le permet de le garder au frais et en parfais état de conservation. J’ai acheté cette petite merveille, fonctionnant avec à l’aide d’un ressort auprès d’un confrère inventeur. C’est pourquoi j’ai autant la pêche, même si maintenant, j’ai la force d’un enfant. Je lui demande donc avec un grand sourire :

Et pour toi ? La cueillette a été fructueuse ?

J’attends sa réponse puis nous prenons un solide petit déjeuner. Je n’ai plus faim et pas vraiment besoin de ce genre de nourriture, mais il faut bien que je donne le change, personne ne doit savoir que je suis un vampire. Nous quittons ensuite l’établissement, Hawk, l’homme poisson portant mes différents outils et Bontoutou étant là pour le soutien moral.

Le quartier de Copacabana a bien changé depuis hier soir et il est maintenant noir de monde. Entre les candidats, leurs supporteurs et les simples spectateurs, il est difficile de se déplacer. Nous arrivons finalement sur la place où se trouvent déjà nos concurrents. Je me pose rapidement sur une table que j’avais préalablement choisie, avec tous mes outils et les différentes caisses.

Je vois également pas mal de matériel de tout type rassemblé et tout au bout, une grande table où se trouvent deux hommes et une femme. C’est cette dernière qui se lève et d’un coup, comme par magie, le silence se fait, on peut même entendre une mouche voler. Elle est âgée et on sent l’expérience dans ses traits, elle nous parle ainsi, d’une voix forte et claire :

Bienvenu à tous, vous êtes là, car vous avez été déclaré assez compétent dans votre spécialité pour rejoindre la Division Scientifique. Trois épreuves vont avoir lieu, chaque journée sera difficile, mais nous n’accepterons que les meilleurs d’entre vous. Aujourd’hui, vous allez devoir nous impressionner en créant ce que vous savez faire de mieux en l’espace de quatre heures. Vous serez noté par un évaluateur de la Division Scientifique, moi-même et un autre professeur d’université.

Elle nous sourit brièvement et continu :

J’espère que vous êtes prêt, car je déclare la troisième session de 1507 des examens préliminaires de la Division Scientifique ouverte !

Aussitôt, je mets au travail, le délai est assez court, je n’ai pas de temps à perdre, et je commence à monter ma machine. Mon lance-eau est déjà bien avancé, il faut juste le charger en eau, en sel, faire monter une pression suffisante à l’aide d’un système complexe de piston et de ressort. Bref, j’ai tout en ensemble de mécanisme à faire fonctionner ensemble, car après tout, ce n’est qu’un prototype.
Mais finalement, au bout de trois heures trente j’ai terminé, y compris les essais et je peux enfin souffler, faisant un petit signe à mon chien loup et à mon capitaine, je vois que mon collègue a choisis une table près de moi et je m'approche pour lui demander :

Alors, comment cela se passe ?

J’espère qu’il va me répondre que tout va bien, j’aimerais vraiment que nous continuions à deux, notre aventure.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Jeu 17 Fév - 19:37


Tu peux pas test !



Tout comme Dovah l’était, son compagnon semblait lui aussi en grande forme. C’était le parfait état d’esprit pour pouvoir entamer cette compétition qui promettait une certaine difficulté. Dans une situation où la réflexion et l’inventivité serait au cœur de tout, il était important d’avoir ses neurones les plus reposés possible. Fabius questionna malgré tout l’homme sur la cueillette qu’il avait effectuée la veille.

“ - Plutôt oui, combiné aux échantillons que je possédais déjà, cela devrait suffire. J’espère simplement qu’il ne demanderont pas des choses qui me sont irréalisables avec mes moyens actuels.”

La discussion continua légèrement puis finit par se tasser. Après tout, les deux avaient envie de débuter la sélection pour faire diminuer le stress ambiant. Après un petit déjeuner complet, ils finirent malgré tout par prendre la direction de la grande place qu’ils avaient visités la veille. L’endroit semblait complètement différent, de nombreuses personnes étant présentes. Qu’il s’agisse de simples visiteurs ou de personnes venus concourir, il s’en dégageait une image très professionnelle impossible à éviter. Finalement, après s’être installé sur une table, non loin de Fabius, une femme d’un certain âge commença un discours. Les examens commençaient de manière officielle, c’était la première épreuve !

Pour ce premier jour, l’énoncé était particulièrement simpliste et pourtant très difficile à mettre en place. En effet, avec une consigne pareille, on aurait tendance à vouloir montrer quelque chose de particulièrement imposant, qui se remarque facilement, mais ce n’était probablement pas la meilleure manière de voir les choses. S’il aurait été capable de faire des choses impressionnantes comme des plantes fluorescentes changeant de couleur, l’homme de grande taille préférait se concentrer sur quelque chose de moins impressionnant aux premiers abords, mais d’impressionnant de manière technique. Récupérant tout son matériel, l’homme étala plusieurs échantillons sur son étal, commençant à effectuer diverses opérations afin d’en extraire les éléments comme il savait si bien le faire.

A une demi-heure de la fin, l’homme avait presque terminé tout ce qu’il désirait, mais il manquait encore quelques reproductions à effectuer afin d’arriver au résultat le plus optimal selon lui en ce temps limité. C’est à ce moment précis que Fabius s’approcha de lui, ayant visiblement terminé de son côté et cherchant à savoir où l’homme en était.

“ - J’ai bientôt terminé, je devrais arriver là où je le désirais pile à temps. Mon projet va nécessiter beaucoup d’explications techniques de ma part, j’espère qu’un des juges connaît suffisamment bien le domaine de la botanique pour apprécier le résultat que je prépare. Et toi de ton côté, ton prototype a bien avancé ?”

Une fois la réponse entendue de la part de son collègue, l’homme préférerait se concentrer totalement sur la fin de son projet afin de ne pas prendre un retard préjudiciable. Finalement, un bruit de cloche se ferait entendre, la vieille femme du début se mettant à parler à haute voix.

“ - C’est terminé, les quatre heures sont écoulés ! Nous allons avec mes collègues passer sur vos projets tour à tour en faisant par discipline. Nous avons hâte de voir ce que vous avez pu confectionner !”

C’est ainsi que les organisateurs commencèrent à passer de groupe en groupe pour observer tout ce qui avait pu se faire. Ils semblaient particulièrement professionnels et surtout impassibles, se contentant de prendre des notes sans jamais laisser paraître la moindre émotion. Au moins, il n’y avait pas le risque de trahir en amont ce qu’ils pensaient des créations, mais cela ajoutait une dose de stress non-négligeable.
Finalement, c’était le tour des inventeurs et après quelques personnes, le tour de Fabius arriva finalement. Il allait devoir présenter son invention au jury.


Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Ven 18 Fév - 12:37
La réponse du demi-géant me rassure, il est également dans les temps. J’essaye de le rassurer du mieux que je peux :

Ne t’en fais pas, les jurés doivent être habitués à ce genre de chose et savent ce qui est possible de faire en laps de temps aussi court.


Quand il me demande où j’en suis, je ne peux pas m’empêcher de lui dire avec un grand sourire, étant particulièrement fier de moi :

J’ai fini entièrement mon prototype ! J’ai même pu le tester, il est fin prêt et moi aussi.


Je laisse mon compagnon d’aventure tranquille, afin qu’il puisse terminer sans être dérangé et je rejoins ma place. Comme j’ai encore un peu de temps, je construis quelques cibles qui me seront utiles pour ma démonstration.

Finalement, la cloche se fait entendre et je me dépêche de poser mes outils, ce serait trop idiot d’être disqualifié pour si peu. Après quelques minutes, c’est à mon tour de présenter mon invention et j’indique au jury :

Le matériel étant assez lourd, je vais demander à une personne de l’assistance de m’aider.

Je fais signe à Hudson, et l’homme-poisson arrive immédiatement. Je n’ai plus qu’à l’aider à enfiler sur son dos la petite machinerie et je lui indique où appuyer pour faire sortir le jet d’eau salé à haute pression. Il appuie sur la gâchette et rien ne bouge ! Je commence à être stressé, mais je me reprends et inspecte soigneusement l’appareil, je me rends vite compte que j’ai laissé une vanne fermée et je l’ouvre rapidement.

Finalement, le second essai est le bon et je soupire de soulagement quand je vois le jet sous pression sortir et faire tomber les cibles que j’avais disposées non loin de là. Je peux ensuite donner mes explications aux trois membres du jury, qui n’ont encore rien dit :

Les mangeurs du fruit du démon sont très sensibles à l’eau salée et au granit marin. Le second matériau étant rare, il semble important que les forces de la Marine disposent d’un appareil fiable, robuste, économique et qui puissent être sorti rapidement. Ainsi, chaque unité pourra en posséder un et l'utiliser si besoin, l’appareil étant immédiatement prêt à être mis en service.

Je leur souris, mais ils restent impassibles. Toutefois, je crois voir une lueur d’intérêt dans leurs yeux et je continue :

L’appareil peut être rechargé en eau douce ou directement en eau salée, peu importe. Certains pourraient argumenter en m’indiquant qu’un Hydro-Dial ferait exactement la même chose et serait plus polyvalent. Il est vrai, mais d’une part, si vous avez accès uniquement à de l’eau douce, cela ne sera pas efficace et d’autre part, ce genre de produit coûte extrêmement cher, en moyenne un virgule huit millions de berrys.

C’est là une sacrée somme ! J’espère les avoirs convaincus, car mon appareil contera bien moins cher et je les vois hocher la tête avant de prendre le chemin du demi-géant. J’espère pour lui que sa présentation va bien se dérouler et je tends l’oreille pour savoir ce qu’il a bien pu mettre en place.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Ven 18 Fév - 15:23


Tu peux pas test !



Fabius semblait plutôt confiant lorsqu’il présenta son invention, argumentant avec une grande assurance malgré un jury parfaitement froid et sérieux. Leur capacité à faire abstraction de tout était particulièrement impressionnante, mais garder autant de joie que l’inventeur malgré la situation était également stupéfiant.

Concernant Dovah, il était assez mitigé sur le résultat de cette invention. Cependant, ça n’était là qu’un premier prototype, rien d’aussi avancé qu’un modèle prêt à la commercialisation. En situation réelle, pas sûr que ces jets d'eau soient suffisants pour neutraliser un maudit. Le milieu des armes n’était pas réellement son domaine de prédilection, mais il était probable que les juges y voient davantage d’utilisation pratique.

Malheureusement, il n’était plus temps pour l’homme de ruminer, mais bien de présenter sa création. Sur sa table étaient disposés trois pots de fleurs, tous sous une cloche en verre. Dans le premier, une fleur rose, un laurier rose pour les plus connaisseurs. Cependant, son éclat était assez diminué, comme si elle dépérissait. Dans le pot central, la même plante dont le pot semble recouvert d’un tissu, comme pour cacher ce qui se trouvait à l’intérieur de la terre. Cette dernière, contrairement à la précédente, avait tout ses éclats et semblait en bonne forme. Finalement, sur le dernier, un simple champignon dans un minuscule pot de terre. Les plus attentifs pourraient remarquer que ce dernier semble lentement en train de dépérir. Afin de briser le silence et d’expliquer son projet, l’homme prendrait la parole.

“ - Comme vous le savez, les plantes nécessitent moult choses pour subsister. Avec le temps et les reproductions, elles sont capables d’acquérir des nouvelles manière de s’adapter à l'environnement, mais ce n’est pas quelque chose que nous pouvons nous permettre d’utiliser à échelle humaine. Que ce soit nous ou elles, nous gagnerions tous à les rendre plus résistantes. Je vous laisse regarder ce pot par exemple.”


Tout en parlant, Dovah viendrait désigner le premier pot contenant le laurier rose en mauvais état.

“ - Le laurier rose est une fleur plutôt résistante aux variations de température de manière générale, lui offrant une grande résistance. Pourtant, peu importe la température, elle ne pourra jamais survivre si elle est privée de dioxyde de carbone. C’est pour ça qu’elle est en train de mourir : ce dôme de verre est entièrement rempli de dioxygène générés par elle-même, ce qui l'étouffe toute seule. Voici de quoi vous le prouver.”

L’homme sortirait de sa poche une pierre à feu qu’il viendrait allumer avant de placer sa main gantée avec cet objet au-dessus de la cloche. Du geste rapide, il viendrait retirer la cloche, provoquant immédiatement une gerbe de flammes au niveau de la main, mais cette dernière s’éteindrait tout aussi rapidement.

“ - Le dioxygène est particulièrement inflammable comme vous le savez, cela explique pourquoi la plante mourrait seule. A contrario, vous savez certainement que lorsqu’il est privé de ses manières habituelles de se nourrir, à savoir la décomposition de manière organique, ils se mettent à respirer. Ainsi, c’est une situation plus difficile à remarquer, mais comme pour les autres plantes, un champignon peut être amené à mourir de lui-même dans certaines conditions, remplissant cette fois-ci son environnement de dioxyde de carbone. Pour ce point-là, je vous prierais de me croire sur parole quand je vous dis que ce champignon meurt actuellement. Tout cela nous permet d’arriver à mon projet : être capable de supprimer cette absurdité permettant aux végétaux d’en quelque sorte de se suicider. Observez donc.”

Comme il l’avait fait plutôt, l’homme allumerait à nouveau la pierre à feu en tendant son bras avant de retirer la cloche. Cependant, contrairement à précédemment, il n’y eut aucune réaction, la flamme ne flanchant à aucun instant.

“ - Mon projet consistait à extraire les moyens pour les plantes d’avoir un apport en énergie, et vous avez donc devant vous une plante capable de s’auto-alimenter, à la fois par la photosynthèse et la respiration. Ainsi, même dans des conditions aussi extrêmes qu’un environnement clos, elle pourra continuer à survivre tant qu’il lui reste les sédiments nécessaires pour cela.”

Soufflant un coup, l’homme prendrait quelques secondes avant de finalement enchaîner à nouveau.

“ - Même si…en réalité je vous ai un peu menti. Ce n’est pas la plante que vous avez sous vos yeux.”

Tout en appuyant ses propos, l’homme de grande taille viendrait retirer le drap qui couvrait le pot, dévoilant que ce dernier était transparent, mais laissant également apparaître dans la terre de ce dernier comme un réseau filaire de couleur blanche.

“ - En réalité, j’ai réussi à faire en sorte que la plante ne soit plus ce bourgeon que vous voyez. Tout comme les champignons, c’est ce réseau de mycélium qui domine. Cela permet d’avoir bien plus aisément des apports en énergie, mais aussi de faciliter la reproduction et la transmission de données. Si l’on devait espérer que les plantes puissent s’améliorer d’elles-mêmes bien plus rapidement, il lui faudrait ce genre de système. Bien entendu, l’on pourrait imaginer des variantes bien plus résistantes, ou alors permettre de se passer entièrement de l’apport en sédiment via certains changements, mais c’était malheureusement hors de ma portée pour le temps imparti. Vous avez ici l’étendue de mes capacités pour 4h de travail. Ce sera tout me concernant.”

Hochant la tête pour lui-même, l’homme observerait rapidement les juges prenant professionnellement note de ces informations avant de passer au candidat suivant. Finalement, le tour des candidats finirait par se finir, laissant la femme prendre la parole une nouvelle fois pour tout le groupe.

“ - C’en est fini pour l’épreuve d’aujourd’hui ! Vous pouvez vous reposer dans un hôtel spécialement réservé pour tous les candidats. N’hésitez pas à aller vous renseigner auprès des personnes dédiées à cet effet qui sont disposées un peu partout sur la place. Nous nous reverrons demain à la même heure pour la suite des épreuves.”


C’est sur ces mots que la foule commencerait à plus ou moins se disperser, la plupart des gens rejoignant leurs proches avant de s’éloigner, probablement pour parler de leurs ressentis sur l’épreuve. Dovah n'échappera pas à cette majorité, se rapprochant de son compagnon d’équipage.

“ - Alors, qu'as tu pensé de cette épreuve ? Tu es satisfait de ta présentation ?”


Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Sam 19 Fév - 16:50
J’écoute le demi-géant parler de ses inventions et j’avoue ne pas y comprendre grand-chose. Mais je ne suis pas un expert, alors au bout d’un moment, je lâche l’affaire, tout ceci est bien trop complexe pour moi. À la place, je range mon matériel, je n’aime pas le désordre, de plus qui sait quelles expériences auront lieu demain ? C’est alors que j'étais concentrer sur ma tâche, qu’un homme, tout petit et armée d'un sabre miniature, j’aurais dit un nain, vient me voir et m’indique :

Si tu m’éclabousses avec ton arme, je te coupe en deux !

Je n’ai même pas le temps de rétorquer une phrase bien sentit, du genre « va te faire voir chez les pirates » qu’il me souffle au visage. Je manque de vomir à cause de l’odeur et je comprends la raison de sa mise en garde, le petit être a dû manger le fruit du démon de l’ognon ! Je tombe à genoux et je le vois partir, en se frottant les mains, sans doute contentes d'avoir proféré de telles menaces. Pour ma part, je me relève avec précaution, heureusement que l’examen a lieu en plein air, sinon je serais mort empoisonné.


Mon adversaire a quitté les lieux, mais je me promets de me venger, dans cette vie ou dans l’autre. C’est alors que l’unique femme du jury prend la parole et nous indique la première épreuve est enfin terminé ! Je vois quelques candidats en pleine déprime et je pense qu’ils n’ont pas fini dans le temps impartit ou qu’ils ont complètement loupés leurs prestations. Je suis persuadé qu’ils ne reviendront pas demain.

Quand la représentante du comité nous informe qu’un hôtel est à notre disposition, je ne peux m’empêcher d’être soulagé, je vais pouvoir dormir sur mes deux oreilles. Quand Dovah me demande comment je me sens, je lui réponds avec un grand sourire :

Je suis toujours content de mon travail, car je me donne à fond. Cela étant, il s’agit d’une compétition et il faut toujours être le meilleur, et pour toi ?

J’écoute sa réponse avant de faire signe à l’homme-poisson et à Bontoutou de me rejoindre. Le premier prend la caisse pendant que le second me lèche la main par affection et je lui rends la pareille en caressant le dessus de la tête, pile entre les deux oreilles comme il aime. Puis je me rapproche d’une des femmes en uniforme sur la place et je lui demande, en ôtant mon chapeau haut de forme pour respecter les conventions sociales :

Pouvez-vous m'indiquer où se trouve l’hôtel pour les candidats s’il vous plaît ?

Mon interlocutrice, une charmante rousse me fais un large sourire, révélant une dentition parfaite et me montre du doigt un bâtiment, un véritable building de dix étages, tout de verre et d’acier et me dit :

C’est l’Excelsior, à la réception, vous leur indiquez votre nom et ils vous attribueront un numéro de chambre. Mais je suis au regret de vous dire que vous devrez être seul, personnes d’autres que les candidats n’est admis à l’hôtel, pour des raisons d’équité.


Je dis donc au revoir à mes alliés, en leur indiquant de prendre mes affaires et j’indique au botaniste :

Je sais où nous devons aller.

Je prends ensuite le chemin de l’hôtel, impatient d’être à demain et de voir ce que l’avenir me réserve.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Dim 20 Fév - 3:26


Tu peux pas test !



Comme toujours, l’inventeur semblait particulièrement satisfait, il fallait dire qu’il s’était bien plus préparé que Dovah. L’homme de grande taille avait beau être bien plus intelligent que la moyenne, cela ne l’empêchait pas de commettre des erreurs que certains pourraient considérer comme élémentaires. Humblement, il lui répondrait.

“ - J’aurais aimé en faire bien davantage. Si je m’étais davantage préparé à l’avance, j’aurais probablement pu rendre ça un poil plus spectaculaire. Au final, ça n’était qu’une démonstration technique. En espérant que cela ne soit pas trop barbant à leur goût.”

Suite à cela, le compagnon et l’animal de Fabius finirent par rejoindre le groupe avant que tous ne se rendent en direction d’une femme. D’après sa tenue, il était très aisé de deviner que c’était une des personnes capables d’indiquer l’hôtel de participant. Heureusement, Fabius était bien plus à l’aise en relation sociale, demandant les informations nécessaires à cette dernière avant que tous ensemble ne prennent la direction de l’Excelsior.

Les informations en poche, le groupe se rendit jusqu’à l’hôtel en question. Difficile de savoir s’il avait été construit pour l’occasion ou s’il avait simplement été réservé pour l’occasion, mais nul ne pouvait douter qu’il s’agissait d’un bâtiment de luxe. La taille, la composition, tout le démontrait. Le marine n’était pas particulièrement à l’aise face à un tel bâtiment, lui qui avait toujours plus ou moins grandi plus ou moins dans la pauvreté. Cependant, il ferait abstraction pour cette fois. Après tout, sa présence en ces lieux était simplement due à ce concours pour pouvoir rejoindre la Division Scientifique. S’il était capable d’endurer simplement cela durant quelques jours et qu’il se donnait à fond lors des épreuves, il accéderait à tout ce dont il avait pu rêver auparavant.

Peu avant d’entrer, le groupe se scinda, seuls les candidats y étant acceptés. En compagnie de son compagnon d’équipage, il pénétra les lieux avant d’approcher du comptoir où un homme habillé d’un costume trois pièces se manifesta sans attendre.

“ - Bienvenue à l’Excelsior ! Durant les prochains jours, l’hôtel a été réservé pour les candidats de la troisième section des examens préliminaires de la Division Scientifique. Si vous faites partie des candidats, veuillez me mentionner votre nom.”

Sans attendre, Dovah viendra se présenter, probablement suivi par Fabius qui ferait de même.

“ - Je suis Dovah D. Thère, je suis botaniste qui participe à l’épreuve.”

Suite à nos présentations, l’homme commencerait à fouiller dans de nombreux papiers, comme cherchant nos noms un à un. Finalement, il finirait par les trouver, nous distribuant des clefs à chacun, malheureusement plutôt éloigné l’une de l’autre. S’éloignant de l'accueil en se dirigeant vers les chambres, Dovah discuterait malgré tout quelque peu avec Fabius avant qu’ils ne se séparent.

“ - Avec cette épreuve, ils nous ont déjà questionnés dans nos domaines d'expertise. Pour la seconde épreuve, il est probable qu’ils prennent les choses à contre-courant pour essayer d’avoir les personnes les plus polyvalentes possibles. Tu as une idée de quel genre d’épreuve nous attend ?”


Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Dim 20 Fév - 11:38
L’hôtel est luxueux, très luxueux même et je suis assez impressionné, c’est la première fois que je rentre dans ce style d’établissement. Je donne mon nom, comme demandé par le réceptionniste qui en retour me donne une clef. Mon compagnon en reçoit également une, puis me pose une question sur la suite de l’examen. Je lui réponds en toute honnêteté :

Je pense à une épreuve de démontage, on nous donne un objet et l’on va devoir le démonter pour comprendre son fonctionnement.

Si c’est vraiment le cas, j’espère que ce sera une arme ! Puis je lui demande à mon tour :

Et toi ? Quelle est ton idée ?


J’écoute sa réponse avant de lui dire :

Je te propose de nous retrouver pour le repas qui ne devrait pas tarder à arriver vu l’heure.

C’est vrai qu’avec le grand nombre de candidats présent ce jour, l’épreuve a duré toute la journée. Dès qu’il met fin à notre discussion, je vais à ma chambre, celle-ci est située au dernier étage, ce qui va me faire faire de l’exercice. Simple et fonctionnelle, j’y arrive complètement à essouffler, mais j’y ai à peine poser mes affaires qu’un message par escargophone nous indique le repas est servi !

Il va falloir que je me retape les dix étages à pied ! Essayant de rester sourds à l’appel désespéré de mes pieds qui veulent du repos, je ressors de ma chambre, prenant une bouteille d’eau avec moi pour au moins me rafraîchir pendant la descente. Par pur hasard, mon voisin sort en même temps que moi et je me rencontre qu’il s’agit du nain ! Celui-ci me regarde d’un air mauvais et me dit, voyant le contenant à ma main:

Tu me cherchais pour te venger, hein, sale raclure !

Sauf avoir le temps de le détromper, il me souffle son haleine de chacal en pleine tête. Je tombe à nouveau sur le sol, surtout que nous sommes dans un lieu fermé, l’odeur est d’autant plus puissante. Il en profite pour m’envoyer un coup de pieds dans le ventre et il ajoute :

Que cela te serve de leçon.

Je ne réagis pas, essayant désespérément d’aspirer un air plus sain, ce qui me fait imaginer à ce que ressentent les poissons que l’on sort de l’eau. Il quitte enfin les lieux et je reste couché. Il faut quelques minutes pour que l’odeur se dissipe un peu. Finalement, je vois arriver la charmante rousse qui m’a indiqué l’hôtel s’approcher de moi et me dire :

Vous allez bien ?

Puis elle fronce le nez et me demande :

C’est quoi cette odeur ? C’est vous qui en êtes responsable ?

Je lui fais non de la tête, incapable de parler. Il ne manquerait plus qu’elle me prenne pour un individu dégoutant. De même, je ne veux pas accuser un camarade, je ne veux pas être celui qui crée des problèmes lors des examens préliminaires de la Division Scientifique. Je serre les dents et avec son aide, je me remets debout, tout en lui indiquant :

Merci beaucoup, mademoiselle ?

Elle me regarde droit dans les yeux :

Je m ‘appelle Mirami, mais vous devriez consulter vous savez, ce n’est pas normal.

Elle croit vraiment que je suis responsable de cette odeur. N’ayant pas la force de la détromper, je me contente de la remercier à nouveau d’un signe de tête et je pars descendre les dix étages à pied. C’est un véritable calvaire, mais j’en viens à bout et arrive finalement devant la salle du restaurant. Je suis sûrement le dernier et je prends le temps de réajuster mon chapeau haut de forme, de boire un peu d’eau et de calmer les bâtiments de mon cœur. Il ne s’agirait pas de faire mauvaise impression, les membres du jury mangent peut-être ici.

Je pousse donc la porte et après avoir pris ma nourriture, grâce à une sorte de self, je cherche du regard le fils du géant, pour m’attabler à ses côtés.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Dim 20 Fév - 17:33


Tu peux pas test !



Une épreuve de démontage ? C’était envisageable, mais c’était peu probable au goût de l’homme, pensant que cela restreignait bien trop les domaines possibles. Démonter une arme est probablement quelque chose de faisable pour un ingénieur ou un inventeur, mais à quoi cela conviendrait-il pour un botaniste, voire même un biologiste ? S’agirait-il de réaliser une autopsie sur les objets de travail ? Même s’il ne pouvait pas anticiper le futur, il pouvait cependant avoir une idée quelque peu différente de l’épreuve qui allait suivre.

“ - Je pense qu’on va nous demander de créer quelque chose dont nous n’avons pas l’habitude. Peut-être qu’ils vont nous demander de réaliser quelque chose qui va à l’extrême de nos compétences, pour voir jusqu’où nous sommes capables d’aller. Même si je suis très doué en botanique, il y a encore de nombreuses choses que j’ignore, ils pourraient probablement profiter de cela pour nous sortir de notre zone de confort. Après tout, vu les moyens qu’ils ont, je ne douterais pas du fait qu’ils aient pu au préalable se renseigner sur nos domaines de compétences.”

Finalement, l’inventeur proposa de se rejoindre plus tard pour le repas, ce que Dovah accepta sans aucun problème. Après avoir salué son compagnon, l’homme se rendrait en direction de sa chambre qui ne se situait qu’au deuxième étage contrairement à son confrère. Arrivé sur place, il resta quelque peu figé, impressionné à la fois par la taille et la luxure présente dans ce lieu. Était-ce vraiment dans ce genre de conditions qu’il allait devoir vivre désormais ? Non, il n’était pour le moment pas suffisamment à l’aise pour pouvoir faire cela. Secouant quelque peu la tête, il commencerait à déplacer quelques meubles, les déplaçant sur le côté, laissant les plus gros avec un écart d’environ trois ou quatre mètres. Suite à cela, il viendrait retirer le drap de son lit avant de venir le nouer au niveau des meubles les plus imposants, se fabriquant son propre hamac de fortune. Reculant pour admirer son travail, il hocherait la tête pour lui-même, satisfait.

“ - Ca sera mieux comme ça, ce sera bien plus agréable que leurs gigantesques lits.”

C’est au moment où il s’auto-félicitait qu’un escargophone sonna, prévenant du service au restaurant de l’hôtel. Sans attendre, l’homme descendrait s’y rendre, mais passerait malgré tout devant l’accueil auparavant, s’adressant à l’homme qu’il avait vu plus tôt.

“ - Bonjour, j’aurais besoin de quelque chose. Pourriez-vous faire parvenir devant ma chambre une bûche de bois d’ici la fin du repas ? Je ne veux pas non plus un tronc entier, mais quelque chose de suffisamment épais, ce serait pour quelques entraînements.”

L’homme sembla particulièrement dérouté de la demande incongrue, mais en bon professionnel il accepta, rassurant sur le fait que cela serait fait en temps et en heure, surtout pour la crème de l’élite des scientifiques. Cela ressemblait à une phrase toute faite pour pouvoir caresser dans le sens du poil les candidats, mais il n’avait que faire de cela, faisant rapidement demi-tour avant d’aller au restaurant. A peine arrivé sur place, il se ferait aborder par un homme, visiblement un peu désorganisé vu le nombre de personnes étant arrivées de manière simultanée.

“ - Bonjour et bienvenue dans le meilleur restaurant de la ville ! Vous êtes seul ?”

“ - Non, je suis accompagné par quelqu’un qui ne devrait pas tarder. Certaines tables sont réservées ? Si non, je vais m’installer sans vous déranger davantage.”

“ - Certaines tables le sont en effet, mais elles sont indiquées. Je vous laisse vous installer et un serveur va arriver pour prendre votre commande !”


L’homme soupira un instant, visiblement soulagé que Dovah soit suffisamment autonome pour s'asseoir seul, mais son répit ne fut que de courte durée avant qu’un nouveau groupe de personnes ne pénètre le bâtiment. Allant s'asseoir à la première table de deux qu’il trouva, l’homme attrapa la carte pour se délecter des repas disponibles. Après un rapide coup d'œil, un chapeau haut-de-forme se présenta au loin dans son champ de vision. D’un geste de la main, il attirerait l’attention de Fabius afin que ce dernier puisse venir s’installer et prendre commande.


Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Lun 21 Fév - 22:01
Je vois Dovah me faire un signe de la tête et je le rejoins péniblement, mes pieds me font un mal de chien ! Sans compter que j’ai mal au ventre à cause du coup que j’ai reçu tout à l’heure. Finalement, je m’assieds à table et je me rends compte que j’ai oublié mon plateau ! Je suis vraiment trop nul ! Je me relève donc avec beaucoup de mal et je prends un plat de pumpkin pasta avec un conache.

Alors que j’allais enfin pouvoir manger, je vois passer devant moi, la charmante employée de tout à l’heure, qui me regarde d’un air inquiet :

Vous allez l’air de plus en plus moins, vous êtes sûr que tout va bien ?


Je surpris de la voir en aussi bonne forme et je lui dis :

Je vais très bien, mais comment avez-vous fait pour arriver sans être fatigué en bas ?

Elle me regarde un moment sans comprendre, puis elle me lâche :

J’ai pris l’ascenseur, bien sûr.

J’avais déjà entendu parler de cette invention, mais je ne savais pas l’hôtel en possédait un ! J’aurais vraiment dû demander. Je lui souris faiblement, vu mon état physique, puis je rejoins enfin ma table. Je mange avec peu d’appétit, mais comme la nuit commence à tomber, je me sens mieux. C’est quand même cool d’être un vampire !

Prétextant une pause aux toilettes, je m’éclipse et je vais en toute discrétion boire un peu de sang, grâce à une des fioles réfrigérées que je garde toujours sur moi. Je sens mes forces revenir à grande vitesse. Je retourne dans la salle à manger pour finir mon repas avec le fils de géant. Ensuite, je pars dans ma chambre, prenant cette fois-ci l’ascenseur, qui est quand même bien pratique. Une fois arrivé au dixième étage, je reste un moment à surveiller le couloir. Une fois que je suis sûr que mon voisin n’est pas présent, je me précipite et je rentre dans mon abri, fermant la porte à clé.

Me souvenant des paroles de mon ami sur la prochaine épreuve, je nettoie tous mes outils. Une fois qu’ils sont en parfait état, je me couche, la journée a été très longue, et je suis fourbu. Je suis réveillé au petit matin par un escargophone haut-parleur qui nous prévient que le petit déjeune nous attend ! Je me lève d’un bond, impatient de commencer une nouvelle journée.

Je prends une bonne douche, des vêtements propres et le plus importants de tout, ma caisse à outils. Je rejoins l’homme toujours avec son masque noir. Je me demande d’ailleurs comment il fait pour ne pas être en permanence essoufflé et je prends mon plateau. Je picore, comme d’habitude et je bondis sur mes pieds, dès que mon voisin de table à terminer, lui demandant, d’un ton où l’on peut devenir mon impatience :

On y va ? Tu es prêt ?


Je n’ai qu’une seule envie, commencer l’épreuve, je fais donc tout mon pressé mon imperturbable interlocuteur. Il est, sans aucun doute, beaucoup plus jeune que moi, mais il ressemble parfois à un vieillard. De mon temps, les gens étaient quand même plus dynamiques !
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Dim 27 Fév - 5:51


Tu peux pas test !



Le repas se passa plutôt rapidement au final, sans qu’une réelle discussion ne sorte du lot. Après tout, ils n’avaient tous les deux plus grand-chose à dire, ayant déjà débriefé sur leur performance de la journée. Une fois le dîner terminé, les deux finirent par se séparer avant de rejoindre leur chambre respective.

En arrivant devant sa chambre au deuxième étage, l’homme serait agréablement surpris de voir que sa requête avait été entendue et qu’une bûche de bois se trouvait effectivement devant la porte. Bon, elle n’était pas aussi grande qu’il aurait pu l’imaginer, mais cela lui conviendrait pour cette soirée. Après tout, s’il n’avait pas été aussi tête en l’air, il aurait pu aller s’en chercher une lui-même. Saisissant le morceau de bois, l’homme pénétrerait sa chambre avant d’installer cette dernière au milieu de la pièce. Suite à cela, il viendrait tranquillement s'asseoir en tailleur devant cette dernière, retirant les deux lames de son blouson avant de les disposer toutes deux de part et d’autre de lui, parfaitement droite. Il fermerait finalement les yeux avant de prendre une profonde inspiration ; recrachant doucement l’air qui avait pénétré à l’intérieur de lui. Puis, soudainement, il viendrait se saisir de sa lame droite avant de donner violemment un coup au morceau de bois, cette dernière se plantant dans la bûche. Un léger grognement se ferait entendre de la part de l’homme suite à cela.

“ - Non… je n’y suis pas.”

Fermant à nouveau les yeux, l’homme commencerait à tenter de faire le vide en lui, tenant fermement la paume de sa faucille de la main droite et en caressant la lame de la gauche. Il resterait ainsi dans cette position durant une dizaine de minutes jusqu’à finalement donner à nouveau un coup dans la bûche, l’entaillant davantage, mais il ne semblait pourtant toujours pas satisfait. Retirant la lame, il viendrait observer le reflet de ses yeux à l’intérieur, commençant un monologue.

“ - Je n’y suis pas, ça ne marchera pas si je fais le vide, on m’a pourtant prévenu. Si je veux que cette sensation revienne et que j’apprenne à la maîtriser, je dois m’y confronter. C’est une étape difficile, mais pour devenir plus fort, je ne peux me permettre de repousser cela davantage, mon capitaine serait fier de savoir que j’y arrive, lui qui a de grandes ambitions. Je dois me concentrer…”

Une troisième fois, l’homme fermerait les yeux, reposant cette fois-ci sa lame. Ses pensées se mettraient à diverger, repassant de manière progressive les souvenirs qu’il avait pu avoir, des plus récents jusqu’au plus anciens. Plus les souvenirs défilaient dans sa tête, plus les souvenirs devenaient flous, essentiellement ceux d’il y a dix ans. Dépression, alcoolisme, tentative de suicide, tout paraissait si lointaint alors qu’ils étaient pourtant si proche, mais la difficulté de cette période avait probablement rendu la compréhension de son environnement totalement nulle pour lui.
Pourtant, malgré ses souvenirs très flous, le précédent lui était parfaitement net : celui du jour de l’attaque de son île. Le moindre petit détail y était inscrit : la date, la position du soleil, le nombre de nuages présent dans le ciel, l’expression de joie de sa fille quelques secondes avant le début de la catastrophe… puis le sifflement des balles, le bruit des explosions, les lianes transperçant de part en part sa femme… puis le pire : cet homme. Parmi toutes les choses qu’un homme ne pourrait jamais oublier, il en faisait partie : un mètre quatre-vingts à vue d'œil, la barbe mal rasée, les yeux marron et un regard vicieux. Cette image était gravée au fond de son esprit comme un tampon et était parfaitement indélébile. A tout jamais, Dovah était condamné à revoir le visage de cet homme qui l’a privé d’une partie de son visage, mais aussi de sa famille. Cet homme qui a profité de sa malédiction pour s’en prendre à des personnes faibles, sachant pertinemment qu’ils ne pourraient pas se défendre. Cet homme qu’il aurait pu combattre s’il avait été plus fort à l’époque.

Ce sentiment de culpabilité faisait bouillir le sang du porteur du D. Des engourdissements se faisaient ressentir dans la totalité de ses membres, comme si ces derniers étaient en train de se raidir de manière simultanée. La sueur commençait à s’accumuler le long de tout son corps, s’évaporant rapidement suite à la stimulation excessive du corps de ce dernier. Finalement, un dernier flash apparaîtrait dans l’esprit du marine : à nouveau ce criminel, tenant sa fille en otage. De manière très soudaine, il ouvrirait les yeux, saisissant à une vitesse folle ses des faucilles avant de trancher net devant lui, de manière presque impulsive avant de se lever, se mettant en garde tout en haletant. Ca n’est qu’au bout de quelques secondes qu’il finirait par se rendre compte qu’il se n’était en réalité passé aucun danger, tout n’était dû qu’a sa réflexion trop intense concernant son propre traumatisme. Il observerait la bûche qui avait été tranchée nette avant de regarder ses deux lames, l’air exténué.

“ - La sensation est revenue, mais je sens que je ne le maîtrise pas. Je n’aurais jamais cru qu’il était si difficile de maîtriser le haki, je pense que je pourrais demander quelques conseils au capitaine quand les sélections seront terminées. Vouloir apprendre seul c’est bien, mais il existe probablement une méthode plus efficace que de devoir à nouveau me confronter à mon passé. Enfin bon… je devrais dormir, nous avons des choses à faire demain.”

Complètement épuisé, l’homme viendrait tomber dans son hamac de fortune, s’endormant de manière immédiate jusqu’au matin où il finirait par se faire réveiller par un escargophone. Le travail excessif qu’il avait effectué la veille se ressentait toujours dans ses muscles malgré la toilette qu’il avait pu se faire, lui indiquant qu’il ne serait peut-être pas pertinent de recommencer cet exercice après l’épreuve de la journée. Après tout, le but était d’apprendre à maîtriser le haki tout en réussissant les examens, pas de n’en réussir qu’un des deux voire même pire, finir par mourir alors qu’on voulait faire de son mieux. Une fois les idées un peu plus en place, il descendrait prendre son petit-déjeuner avant de rapidement être rejoint par son compagnon, visiblement surexcité à l’idée de commencer.

“ - Je suis prêt oui, j’ai un bon pressentiment pour aujourd’hui.”

Sans discuter beaucoup plus, les deux prendraient leur repas avant de se rendre sur la place. Il semblait y avoir un peu moins de participants que la veille pour le moment, mais la foule semblait toujours autant en folie pour soutenir leur chouchou. Après plusieurs dizaines de minutes pour que le reste des participants arrivent et que le brouhaha ne se calme, la même femme que la veille qui avait annoncé l’épreuve se lèverait pour prendre la parole.

“ - Bienvenue dans cette deuxième journée. Vous nous avez prouvé hier que vous étiez capable de faire Monts et Merveilles dans vos domaines respectifs, mais dans la Division Scientifique, vous allez devoir apprendre à donner le meilleur de vous-même en un minimum de temps, et telle sera votre épreuve. Nous allons distribuer à chacun de vous un classeur et vous allez devoir reproduire l’expérience qui vous est proposée en un minimum de temps tout en comprenant son objectif. Tous vos métiers de prédilections sont présents dans ces classeurs. Lorsque vous aurez terminé, appuyez sur la petite cloche de votre étable, nous viendront prendre note du temps que vous avez mis ainsi que de l’efficacité de votre reconstitution. Bonne chance à vous !”

C’est sur ces mots que des hommes vinrent distribuer à toutes les personnes présentes un classeur. Il s’agissait donc d’une épreuve de rapidité, il semblerait que ni Fabius ni Dovah n’avaient réellement raison sur ce qui allait venir. Cependant, l’homme n’avait pas le temps d’y songer ; sur une épreuve pareille, la moindre seconde serait importante.

Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Dim 27 Fév - 12:50
Mon équipier semble lui aussi de bonne humeur et je me réjouis qu’il en soit ainsi. J’ai en horreur les gens dépressifs, sans doute car j'ai faillis en devenir un. Nous terminons notre repas sans échanger davantage, car je sens que mon interlocuteur assez concentré, ou il a juste faim, c’est au choix. Nous nous dirigeons ensuite vers la grande place où m’attend, toujours à la même place, Hudson Hawke et Bontoutou qui remue immédiatement la queue en me voyant.

Je lui fais un signe de la main et me place au niveau de mon pupitre. Je sens immédiatement un regard hostile posé sur moi et quand je me retourne, je vois le nain ! Si ses yeux pouvaient tuer, je serais immédiatement mort. Je sens vraiment qu’il me déteste et je lui rends bien, ne me laissant pas faire, dans un duel de volonté épique, aucun de nous ne baissant le regard.

Je me détourne de sa minuscule silhouette quand la vieille femme nous détaille le contenu de l’épreuve de sa voix forte et claire. Je me suis complètement gouré, il s’agit d’une épreuve de rapidité ! Pourtant, je ne panique pas, les outils que j’ai entretenus avec un soin presque maniaque la veille vont mettre bien utile. Je me dépêche de les sortir et de les disposer logiquement sur la table, afin de ne pas perdre une seule seconde.

Je reçois mon classeur comme les autres, fermés et une fois que tout le monde a reçu le sien, notre oratrice reprend la parole :

J’espère que vous êtes prêt, car je déclare la deuxième épreuve de la troisième session de 1507 des examens préliminaires de la Division Scientifique ouverte !

Sans perdre de temps, la centaine de candidats comme moi-même ouvrons à la seconde prêt notre classeur individuel. Je m’oblige à ralentir les battements de mon cœur et à me calmer. La première chose à faire est de comprendre ce que l’on attend de moi, il y a de nombreux dossiers compilant divers schémas et textes scientifiques élaborés, que je survole rapidement. J’arrive ainsi à comprendre qu’ils veulent que je construise un retardateur !

Il s’agit d’une petite horloge pouvant ensuite déclencher un mécanisme quand le compte à rebours atteint zéro. C’est assez simple à construire, car en tant qu’inventeur et marchand d’arme, j’en ai déjà créé de différents types. C’est un système qui sert pour les bombes à retardement et je me mets immédiatement au travail. Heureusement pour moi, cela ne demande pas de la force, mais de la précision, je m’en sors donc sans trop de difficultés.

Je n’ai pas le temps de voir si mon compagnon d’aventure y arrive également, ne voulant pas perdre une minute, mais j’espère que c’est le cas. Pour ma part, je monte le mécanisme, le test et au bout de seulement une heure, j’ai terminé. Je fais un signe de la main, et levant pour la première fois la tête depuis le début de l’épreuve, je me rends compte que près de la moitié des tables à côté de moi sont vides !

J’espère juste que certains ont abandonné ou échoué, car sinon, je ne suis clairement pas dans le peloton de tête.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Mar 8 Mar - 21:10


Tu peux pas test !



Ainsi donc, aucun des deux n’avait eu raison sur l’épreuve qui allait se dérouler. Une épreuve de vitesse ? L’homme n’avait pas particulièrement imaginé cela, mais il n’était pas du genre à se laisser surprendre et perdre son sang-froid en conséquence. Lorsque l’épreuve fut déclaré ouverte, Dovah se saisit calmement du classeur, commençant à lire dans un apaisement olympien. Sur ce genre d’épreuve, la plupart des esprits simples auraient tendance à se précipiter pour gagner la moindre seconde, mais c’est un comportement complètement inutile lorsqu’on n’est pas sûr à 100% de ses capacités. Or, sur une épreuve au hasard et sur un protocole non maîtrisé, il valait mieux prendre un peu plus de temps pour jauger la situation plutôt que de perdre du temps à refaire plusieurs fois des choses ratées.

Les cinq premières minutes seraient ainsi consacrées à la lecture en détail du protocole. L’expérience semblait très simple aux premiers abords : il s’agissait d’effectuer des croisements entre plusieurs plantes données pour obtenir à la fin une tulipe fluorescente. C’était un domaine que l’homme de grande taille maîtrisait plutôt bien, et il était parfaitement capable de se rendre ainsi compte que sur ce genre d’expérience, la moindre erreur obligeait à tout recommencer depuis le début. C’était donc l’heure pour l’homme de faire comme il avait l’habitude dans ce genre de situation : calculer le temps que cela allait lui prendre.

Le protocole lu, l’homme ferma les yeux pour se concentrer un maximum. Si le protocole à suivre était très détaillé, il allait demander une précision chirurgicale et donc une organisation millimétrée du temps de travail. Trois croisements étaient nécessaires pour obtenir le résultat final. Chaque croisement pouvait se réaliser en quatre minutes avec une gestion parfaite, en considérant une pause de trois minutes entre chaque, pour ne pas créer des imperfections. Une fois les croisements réalisés, le moment le plus fatidique : attendre. En effet, c’était à ce moment qu’il serait possible de voir si toutes les épreuves avaient été réalisées sans échec, obligeant à recommencer tout si les choses n’étaient pas réalisées correctement. Ce temps d’attente, Dovah l'estime à dix minutes. Ainsi donc, il estimait la réalisation de l’entièreté de l’expérience en exactement vingt-huit minutes.

Les yeux de l’homme masqué finiraient par s’ouvrir à nouveau. Cette réflexion avait duré deux minutes, mais cela était suffisant pour lui, il pouvait désormais se mettre au travail.

Comme il l’avait calculé, le temps de réflexion et l’analyse probablement plus poussée que les autres concernant le protocole lui avait permis d’effectuer l'entièreté des étapes sans aucune hésitation et avec une régularité parfaite. Trente-cinq minutes après le début de l’épreuve, l’homme appellerait un membre du jury pour lui faire constater de la réalisation du projet. C’est sans un mot que la personne prendrait des notes avant de finalement repartir, indiquant à l’homme qu’il pouvait disposer. Cependant, plutôt que de partir, il irait se poser dans un coin pour attendre son compagnon. Profitant de l’avance qu’il avait, il lancerait un regard en direction des personnes ayant réalisé le même projet botanique que lui. Comme il l’imaginait, certains avaient dû recommencer plusieurs fois à cause de la précipitation. Pourtant, cela ne semblait pas être le cas pour tous. En effet, certains semblaient avoir réussi à terminer l’épreuve bien avant l’homme, prouvant qu’ils étaient davantage confiants sur leurs capacités à travailler avec un protocole inconnu. Malgré tout, il n’était pas particulièrement inquiet. S’il n’avait pas été le meilleur sur cette épreuve, il savait que la décision finale se ferait sur un mélange des capacités des trois épreuves. S’il n’avait pas été parfait sur cette dernière, il pourrait probablement l’être sur la prochaine.

Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Ven 11 Mar - 17:44
Dovah s’est mis un peu à part, signe qu’il a terminé avant moi. Je jette un coup d’œil par dessus mon épaule, le nain est toujours en train de galérer. Il sut à grosses gouttes et je suis bien contant de ses difficultés. Je suis sûr que c’est le karma, déjà que manger le fruit de l’oignon n’était pas une bonne idée.

Je ne suis pas une personne très vindicative, du genre à me réjouir du malheur des gens, mais là, il me sort par les oreilles. Je rejoins donc le fils de géant et lui demande :

Tout s’est bien passé ?

J’attends sa réponse avant de lui demander :

Comme nous avons du temps, tu voudrais te balader et explorer l’île ? C'est une occasion unique à ne pas louper.

C’est vrai que, en travaillant pour la Marine, nous pouvons être en mer pendant de trop nombreux mois. C’est le problème de la hiérarchie, quand j’étais commerçant indépendant, je n’avais pas ce problème, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je dois me soumettre au désir d’un autre, j’ai troqué ma liberté contre la réalisation de mon objectif, travailler le granit marin.

C’est d’ailleurs dommage que l’on ne peut pas en acheter. Ce matériau est rare, très rare et je me demande bien d’où il provient. C’est là un des plus grands secrets du Gouvernement Mondial et j’ai hâte d’en savoir plus à son sujet. Comme mon compagnon d’aventure accepte ma proposition, nous partons dans la ville. Comme je l’avais soupçonné lors de notre traversée avant-hier, le niveau technologique est bien plus important que dans les Blues.

Je demande d’ailleurs à celui qui m’accompagne, Bontoutou et Hudson Hawke étant juste derrière nous :

Est-ce que tu es originaire des Blues comme moi ?


Je le laisse répondre avant de continuer :

Pour ma part, c’est la première fois que je viens sur Grand Line et j’avoue être impressionné. Je me demande vraiment comment une telle différence est possible, il ne semble pas y voir de transfert de connaissance entre les Royaumes.


Je suppose que c’est lié aux faits que les pays ne veulent aucun changement, car sinon les gens commenceraient à penser et à exiger un changement de régime. C’est quand même dommage d’en arriver là, mais comme je dis souvent ; « un grand pouvoir, implique de grandes responsabilités ».

Nous passons donc pas mal de temps à découvrir la ville, l’invitant à manger sur place le midi, dans un petit restaurant de poisson, car il me reste un peu d’argent de ma précédente vie de marchand. Puis nous rentrons à l’hôtel le soir, je prends cette fois-ci l’ascenseur pour retrouver ma chambre. Toujours aussi prudent, je jette un rapide coup d’œil dans le couloir pour m’assurer que ma Némésis n’est pas présent et je me dépêche de rentrer.

Je n’ai plus qu’à prendre une fiole de sang, me changer et prendre une bonne douche. C’est donc frais et dispos avec un tout nouveau chapeau haut de forme que j’ai acheté ce jour que je rejoins la cantine, cette fois-ci à l’heure.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Sam 12 Mar - 0:15


Tu peux pas test !



Après quelque temps, l’homme au chapeau haut-de-forme finirait son épreuve, rejoignant Dovah qui s’était mis un peu à l’écart. Il le questionna sur son ressenti concernant le déroulé de l’épreuve, puis proposa ensuite d’explorer l’île, choses auxquelles il répondit.

“ - J’estime avoir réagi de la manière la plus optimale possible concernant une situation typique comme celle-ci. Cependant, je n’ai pas été le plus rapide, donc il y avait probablement des personnes bien plus préparées aux imprévus parmi les candidats.
C’est volontiers que j’irais explorer l’île en ta compagnie, après tout, l’épreuve d’aujourd’hui était bien plus rapide, cela nous laissera du temps pour visiter. Je ne suis pas sûr que nous aurons beaucoup d’autres occasions de revenir ici une fois les épreuves entièrement terminées.”


Finalement, en s’avançant afin de visiter davantage les lieux, les deux finirent par continuer d’apprendre à en découvrir l’un sur l'autre, questionnant l’homme de grande taille sur ses origines.

“ - Non, je suis originaire de Grand Line. Mon île était plutôt pauvre donc je n’ai jamais eu l’occasion de beaucoup voyager à l’époque, et même depuis mon intégration à la marine il y a une dizaine d’années, je n’ai jamais réellement eu l’occasion d’effectuer des missions dans les Blues. J’aimerais bien m’y rendre cependant, j’ai entendu moult choses sur ces mers dont leur beauté, mais aussi certaines choses comme des parcs d’attractions particulièrement intéressants. Je garde l’idée de côté pour d'éventuelles vacances dans le futur.”


De son côté, Fabius semblait être l’inverse total de l’homme en noir, découvrant Grand Line pour la première fois. Ses mots semblaient souligner une certaine grandeur en comparaison de sa mer d’origine, mais aussi quelque chose s’apparentant à une plus grande équité. De là où il venait, les rois avaient-ils pour habitude de partager leurs connaissances entre eux afin d’évoluer de manière plus groupée ? Si c’était le cas, il était évident qu’un fonctionnement aussi isolationniste que celui de Grand Line lui procurerait un choc. Ici, pour apprendre quelque chose d’un autre, il faut venir sur place le découvrir soi-même.

Le reste de l'après-midi se passa plutôt calmement, entre de sympathiques repas et moults discussions, l’homme ne vit clairement pas le temps passer, profitant de ce calme ambiant pour se ressourcer l’esprit. Il passa à côté de quelques bûches de bois, mais il décida finalement de laisser tomber l’idée de continuer à entraîner son haki, surtout juste avant la dernière épreuve. Son esprit et son corps se devaient d’être en harmonie parfaite, il allait devoir se reposer un maximum pour donner le meilleur de lui-même.
Le soir, les deux avaient décidé d’aller se sustenter au restaurant de l'hôtel comme la veille. Cependant, Dovah n’arriva pas en avance cette fois-ci mais plus ou moins en même temps que son compagnon. Rapidement, ils décideraient d’une table et commenceraient à manger, le possesseur du D. ne retirant toujours pas son masque et se nourrissant de manière particulièrement agile comme à son habitude.

“ - Et du coup, tu penses que la dernière épreuve sera une de celle qu’on a imaginée pour la précédente ? En ce qui me concerne, j’ai du mal à imaginer qu’ils fassent quelque chose de simple, j’ai l’impression qu’ils veulent surprendre donc j’imagine que ce sera quelque chose d’impressionnant qui nous attends.”

Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Fabius
Fabius
Messages : 88

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue1/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (1/60)
Berrys: 34.750.000 B
Mer 16 Mar - 23:43
Nous arrivons en même temps à la salle de restauration. Après avoir choisi une table, nous commençons à nous sustenter. Je suis toujours impressionné par la manière de manger de mon vis-à-vis et je me demande bien pourquoi il n’enlève pas son masque. Au moment où je prenais mon courage à deux mains pour lui demander, il me pose une question qui me prend de court. Je réfléchis quelques secondes avant de lui répondre :

C’est une grande inconnue pour moi aussi. Je nous vois fort bien être lâché dans la ville, avec un objectif précis et limité dans le temps, en rapport avec notre spécialité, comme une énigme à résoudre, ce genre de chose.


J’aimerais bien un peu plus d’interaction avec les autres. Jusqu’ici, j’ai l’impression que l’on doit travailler sans aucune aide, pas de travail d’équipe, ni de projet en commun, juste le mode solo. Mais je suppose que ce sera le cas une fois que l’on aura été choisi. Maintenant, j’ai le temps de lui demander et je me jette à l’eau :

Pourquoi tu portes un masque ?

J’imagine qu’il est très moche en dessous, à moins que ce soit pour mettre en place une réflexion, sur le fait que tout le monde porte un masque, d’un point de vue métaphorique bien entendu. Je l’écoute me donner la réponse, puis la jeune femme que j’ai croisée, qui travaille ici, viens me voir et me demande :

Auriez-vous un moment, une fois votre repas terminé ?

Je suis surpris, mais je lui indique :

Bien entendu.

Je finis donc mon repas et la rejoins près d’un endroit un peu à l’écart. Je ne pensais pas que mon charme eût fonctionné si rapidement. Bien sûr, je suis un vampire, et cela impressionne toujours les filles, même si je n’ai jamais pu encore voir de mes propres yeux cela fonctionner. En plus, je suis tout maigre, presque squelettique, mais comme quoi, l’instinct féminin, est une belle chose. Je lui fais donc un très grand sourire et je la vois reculer d’un pas, puis elle me tend une petite potion, m’indiquant :

Je suis désolé, mais certains candidats nous ont rapporté une mauvaise odeur près de votre chambre, je pense qu’il serait bon que vous preniez ce médicament, cela devrait vous aider.

Je tire une tronche de dix pieds de long et j’essaye tant bien que mal de me défendre :

Ce n’est pas moi, c’est mon voisin qui…


Elle me regarde avec pitié et je sais que je ne fais que m’enfoncer encore plus, alors je prends le flacon sans rien dire et retourne directement dans ma chambre. Je croise le nain, mon pire ennemi dans le couloir, mais j’avoue que je n’y fais même pas attention, tellement je suis dépité. Finalement, je me couche tôt, n’ayant plus goût à rien et pressé de quitter cet endroit où tout le monde me considère comme un pestiféré.

Même le matin n’améliore pas mon humeur et c’est donc toujours aussi désappointé que je rejoins le fils de géant, au petit-déjeuner.
Fabius
Revenir en haut Aller en bas
Dovah D. Thère
Sergent-chef
Dovah D. Thère
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue16/75[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (16/75)
Expériences:
[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Left_bar_bleue59/60[Présent] Tu peux pas test ! (ft. Fabius) Empty_bar_bleue  (59/60)
Berrys: 21.000.000 B
Sergent-chef
Lun 18 Avr - 0:07


Tu peux pas test !



Comme à son habitude, Fabius était quelqu’un de réfléchi, capable de voir les choses en grand et surtout de très loin. Son idée concernant la prochaine épreuve était originale, mais elle n’était pas impossible. Après tout, Dovah lui-même n’avait aucune idée d’à quelle sauce ils allaient être mangés pour cette dernière épreuve. La première avait mis en avant leur spécialité, la deuxième était pour démontrer l’efficacité de travail combiné à la vitesse, que voudraient-ils voir désormais ? Tant de questions à se poser, mais l’homme au masque n’aurait pas vraiment le temps d’y songer davantage, se faisant questionner par son compagnon sur ce dernier justement. L’homme reposerait ses couverts, réfléchissant quelques secondes à la façon dont il allait pouvoir dire sa prochaine phrase jusqu’à finalement s’exécuter.

“ - J’ai une blessure qui risquerait d’effrayer les plus jeunes qui pourraient la voir. En tant que membre du gouvernement, je veux que les civils se sentent en sécurité, pas apeurés ou dégoûtés. C’est aussi pour moi un moyen de ne pas oublier certaines choses.”

Il n’entrerait pas davantage dans les détails concernant cela, bien qu’il aimerait le faire en réalité. Jusqu’à ce jour, il n’a cessé de porter tous les problèmes sur ses épaules, apprenant à encaisser un maximum sans jamais se plaindre. Même si à ce jour il faisait partie d’un équipage soudé et qu’il pouvait certainement faire une totale confiance à ses compagnons, il lui fallait encore du temps. Une semaine auparavant, il avait failli se confronter violemment avec une de ses supérieurs et membre d’équipage, Penelope. Le fait de savoir qu’elle était maudite et qu’il allait devoir la supporter était quelque chose de suffisamment compliqué pour lui, lui demander de s’ouvrir de manière totale aussi rapidement était quelque chose de parfaitement inimaginable.

Le repas finit par se terminer, les deux hommes se séparant. Bien que dissimulé sous son masque, il enverra un sourire à son compagnon, amusé de la potentielle romance qui était en train de se créer entre lui et la femme l’ayant abordé. Cela lui rappelait l'innocence qu’il avait plus jeune, les petits moments d’amusement, quand il était totalement détaché du reste du monde, ne se concentrant que sur le moment présent sans penser à rien d’autre.
Aujourd’hui, l’homme n’avait plus le luxe de ce genre d’amusement, mais il souhaitait de tout cœur que le reste du monde puisse en profiter.  Remontant jusqu’à sa chambre, cette fois l’entraînement était optionnel. Bien que ne connaissant pas l’épreuve du lendemain, il valait probablement mieux être en pleine forme. Le haki peut s'entraîner à n’importe quel moment, cet examen lui n’aura plus lieu avant un moment.

La nuit se passa plutôt tranquillement, malgré quelques cauchemars qui revinrent pour Dovah comme à son habitude. Depuis le temps, il avait l’habitude de se réveiller en furie, revivant son passé en boucle, comme s’il s’agissait d’une malédiction qui le poursuivrait jusqu’à la fin de ses jours.

Le matin arrivé, l’homme se prépara avant de partir prendre son petit-déjeuner. Le moment était venu, il ne restait que quelques heures à peine avant la dernière épreuve. Avec Fabius, ils mangeaient un bon repas pour être en forme avant de rapidement partir en direction comme ils l’avaient fait jusqu’à présent.

“ - Donnons tout ce que nous avons pour cette dernière épreuve. Bonne chance à toi, j’espère que ce sera quelque chose sur lequel nous pourrons montrer à nouveau notre capacité à être efficaces et doués."

L’homme écoutait son compagnon s’il répondait quelque chose puis irait s’installer à son étal. Il ne restait qu’à attendre ce qu’il faudrait désormais faire.

Codage par Libella sur Graphiorum
Dovah D. Thère
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers: