Le Deal du moment : -40%
-40% sur la Souris Gaming sans fil Wifi Logitech Pro X ...
Voir le deal
89.99 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Imaginez si j'avais une vraie arme ! - Constantine Jackson -
Constantine Jackson
Constantine Jackson
Messages : 1
Mar 7 Déc - 10:48

Constantine Jackson



  • Nom : Jackson (nom d'emprunt). Shimada (véritable identité).
  • Prénom : Constantine (fausse identité). Okkô (véritable identité).
  • Surnom : "Ko" ... ou bien Buddy.
  • Âge : 28 ans.
  • Sexe : Masculin.
  • Race : Humain
  • Lieu de naissance : Wa no kuni.
  • Camp : Pirate.
  • Métier : Musicien
  • FDD / Arme : Hasshoken + un bâton extravagant, mi lampion mi accessoire de théâtre, monté d'un dial électrique.  
  • Équipage : Sinners
  • Buts / Rêves : Fuir loin de toutes responsabilités. Ne jamais plus remettre les pieds sur Wano. Faire reconnaître son talent d'acteur.


Description Physique


Cheveux longs ramassé en catogan, rasés sur les côté, la nuque bien dégagée pour plus de légèreté. Crinière bicolore, il l'a teinte pour que plus jamais son passé ne le rattrape. Jackson, c'est un grand gaillard d'un mètre quatre vingt dix, pour près de cent kilos. Du muscle essentiellement, garantis cent pour cent pur éphèbe à la peau colorée, quand elle se pare des atours de l'astre solaire. Un pur, un dur, un pur et dur. Son visage est harmonieux, remarquable et proportionné au cordeau. Sur son grand et large front, un point signalant son appartenance au culte de Masamune, l'épée maudite. Ou bénie, selon les croyances. Depuis tout petit on lui apprend que ce point représente sa propre vitalité, et il n'a jamais osé démontré le contraire... La preuve que le conditionnement va au delà des apparences, et au de la de la rébellion d'un petit gars contre son culte, sa famille. Yeux bleu grisés, comme un ciel azuré couvert de la grisaille hivernale. Constantine varie entre beauté froide et beauté chaude. Canines ultra aiguisées, que l'on croirait même parfois limés pour donner l'impression d'un vampire, ou bien d'une bête au crocs dangereusement pointus. Il paraît que depuis l'enfance, il possède cette dentition hors norme, et que l'on a même cru qu'il était un démon parfois. C'est ce qu'il dit en tout cas. Sa voix est en tout les cas influencée par ses ratiches digne d'un loup carnassier, et il paraît qu'il tire sa voix d'or et sa façon de chanter atypique et pourtant agréable, de cette particularité physique.

Il est toujours accompagné d'une odeur de viande, ou bien de bonbon, qu'il mâchouille continuellement jusqu'à faire craindre de possibles carries. Impossible, l'homme est bien trop porté sur sa propre hygiène -tiens prends ça dans la gueule le cradingue, et bien trop rigoureux dans son brossage dentaire. Il dégage une sorte de tranquillité, d'aura calme et paisible comme un lac. Solaire, chaleureux, il en reste néanmoins un excité du bulbe, comme le prouve ses grands gestes emportés, et sa façon de parler très argotique. Mal élevé, ou bien réfractaire, il en reste une force de la nature, proche des animaux par sa façon de se mouvoir, quasi féline.

Il porte généralement des habits amples, pantalon cargo ou bien lui descendant presque au ras des fesses, style baggy. Seul exception faite, son débardeur fétiche qu'il porte en toute occasion -il en possède tout un wagon dans sa penderie, et le bijoux qui retient sa chevelure excentrique, et qui est fait de bronze, à contrario de ce qu'on pourrait croire  ... Il n'est pas trop dans le bling bling, Constantine ! Il possède une histoire chargée de signes et de signifiants, de destinée et d'un poil de drama. Le plus marquant restera ce bâton, sorte d'accessoire de théâtre, ou de lampion, dont il se sert d'armes. Une tête de dragon qui surmonte un carrousel miniature, ça doit marquer les esprits !  Il pârait que ce baton est un souvenir, et qu'il en prendrait grand soin ... Remarquez, c'est pas forcément le plus facile à faire quand onl l'agite et qu'on le met dans la gueule de son prochain, à la moindre occasion.

Pour conclure, les boucles d'oreilles qui pendent à ses lobes disproportionnés, termine d'en faire une unité remarquable, plus qu'un homme de simple aloi.
Apparence physique + bâton ornemental:
 


Description Mentale

Constantine est plein de nuances, de contradiction. Il est un extravagant qui sait rester humble et discret quand il le doit. Chaleureux, sympathique, bienveillant la plupart du temps ... La plupart du temps seulement. Il faut le voir quand il entre dans une colère noire, et qu'il voit rouge. Il est capable d'user de violence, de blesser, d'estropier et même de tuer. La piraterie est un sacerdoce qu'il nourrit depuis l'enfance, un rêve idéalisé et utopique qu'il a réalisé un jour, et dont il respecte les codes. Rapiner, voler, truander, escroquer... Jackson n'est pas un tendre. Seulement il a cette manière de toujours voir le verre à moitié plein, plein de positivité et d'entrain, énergique et solaire, qui donne cette personnalité attachante et cette envie de l'aimer. Charismatique dans les moments les plus sombres, il sait jouer des mots pour convaincre, et parfois blesser même. Il est tranchant. Net. Franc et sans filtre, il sait néanmoins jouer de nuances, et déborder d'une ironie mordante. Le monde selon lui ? Un ramassis de connerie que l'on vous sert à la petite cuillère, espérant qu'une petite bouchée ferait passer le gout amer de la réalité. La réalité. Encore une chose qu'il a mangé en plein gueule un jour, du haut de ses manières d'artisto', et qui a chambouler sa vie. La réalité, c'est que si on ne peut se fier à personne, il faut surtout s'en remettre à peu de gens. Son équipage, et que le reste du monde prenne garde. Eux, contre les autres. Buddy est un good guy qui aime faire plaisir, qui aime les bonnes et simples choses de la vie.

Musicien au talent discutable, il reste un bonhomme plein de joie et d'entrain, qui donne du baume au cœur du groupe auquel il appartient. Tambour pour le temple de Wa, il est devenu un sacrément bon batteur, mais un guitariste déplorable, à tel point qu'à chaque fois qu'il joue un morceau de gratte, cela part en pugilat sur le navire.

Depuis, il apprécie un bon combat, un adversaire à sa hauteur, et surtout, le challenge que le monde lui pose chaque jour ; Survivre un jour de plus en étant acteur de la violence universel et mondiale. Forcément, quand on joue, on prend le risque de perdre, et même si son égo et son éducation lui ont donné le gout de la compétition, il sait prendre avec philosophie ses défaites.

Acteur, il est les a ses heures perdues, autant passionné par le théâtre, que par les bon gueuletons. La popotte c'est pour remplir la panse, les planches c'est pour la gloire et la postérité. Il aime  faire des tirades épiques, ou bien romantiques, ou bien cyniques, et son passe temps est de rechercher le plus de dictons et de citations possibles, pour les ressortir à toutes les sauces. Tout viens à point à qui sait attendre, Après la pluie vient le beau temps et son fameux ... C'est le calme avant la tempête.  


Histoire

Wa no Kuni, Temple masamune,  1479 à 1495..

Le gardien du temple de Masamune, à Wa no Kuni, est un être à la tâche solitaire, dont les compétences martiales dépassent largement celle du commun des mortels. Un être si doué, et à la fois si seul, se doit d'être contrôlé par les pouvoir en place, et donc, en quelques édits et quelques arrangements avec les hautes instances religieuse de l'île, on instaura le célibat obligatoire pour cette charge à la fois noble et ingrate. Pire, elle était une sorte de malédiction pour le pauvre gardien, Haiko Shimada. Cependant, avec beaucoup de dignité, il accepta sa condition.  

Ce jours là, quand l'annonce fut faite, Haiko Shimada déclara : De génération en génération, la charge devra se transmettre, trouvez une solution, et revenez me voir ce jours là. Je serais alors prêt à renoncer à ma vie, s'il le fallait. Pour que toujours le sabre et ses valeurs, soient gardés sur les terres sacrés qui l'avait vu naître, il accepta qu'on lui confia un enfant, mais exigea de pouvoir choisir le nourrisson lui même. Ainsi débuta l'enfance de Okkô, qui scellait ainsi par son nom l'accord entre le maître d'arme du temple, et les deux autres parties en présence.

Il faut dire que déjà bébé, Ko était particulier. Excentrique presque. Il avait plus de duvet sur la tête que n'importe quel autre des orphelins, alors qu'il sortait à peine de la couveuse. Et en grandissant, Haiko se rendit compte à quel point, ne serait-ce par la dentition hors norme de notre musicien. A l'âge de cinq ans, il possédait déjà des canines capable de lui ressortir de la bouche même celle-ci fermée ! Le gamin possédait également une force assez remarquable, bien qu'il ne soit pas le génie incontesté attendu par les autres membres du culte de Masamune. Assez injustement pour son âge, il décevait. On le croyait un être au dessus des autres car choisi, et son enfance fut marquée du sceau de l'exigence de ses différents professeur, la classe étant faite par les doyens du temple spécialisés dans un domaine - sainte écriture, combat, histoire, lecture ... en particulier, et dont le manque d'assiduité de l'enfant, les  exaspérait pour peu ou proue tous.

Il n'était doué que pour jouer du tambourin, accompagnant les cérémonies de cultes par sa position d'héritier de la charge de gardien du temple. Chétif jusqu'à ses douze ans, il est de croyance populaire dans le temple de penser que ce fut ses exercices difficiles qui forgèrent la carrure de l'adolescent qu'il devint.

Ses exercices consistait en de rigoureux court de rythmique au tambourins d'abords, pour terminer par de dantesques épreuves de forces, de vitesse, d'agilité ... Quand à l'enfant, lui, il se dit avant tout qu'on testait sa capacité à survivre en milieu hostile. Habitué à n'être jamais tranquille, toujours à l'affût d'une quelconque bravache, ou un coup -même léger au départ puis de plus en plus fort au fil des années, ou une parole fielleuse. Le venin qu'on instaura en lui à  cet âge là, le poussa à se croire exceptionnel, un véritable envoyé des dieux en personne ; Il se convint longtemps qu'il était plus qu'un être humain, mais après tout, il avait triomphé avec beaucoup de panache chaque épreuves qu'on lui imposa à partir de l'âge de ses douze ans.

Comme un déclic, une sorte d'horloge ayant sonné l'heure de relever la tête, et d'arrêter de plier l'échine. Enfin, quand tout les doyens l'acceptèrent pour ses qualités, il fut enfin autorisé à côtoyer l'ancien, celui qu'on l'avait habitué à appeler père, ou maître, durant toute sa vie.

Image d'archive, Shimada Okkô, 16 ans:
 

Wa no Kuni, forêt du Wu-kong, 1495 à 1496.

La première fois qu'il vit son "père", en tout cas son tuteur légal devant la loi ce dernier lui tint à peu près ce discours : Le Gardien du Temple, se doit d'être irréprochable, tant sur le plan martial que sur le plan moral, j'ose croire que mes confrère t'en ont fait baver, fils. Mais dis toi que cette souffrance fut nécessaire, pour apprendre l'abnégation de ta charge, et ne jamais connaître la défaite, la victoire du gardien du temple étant un fait établis depuis des générations... Ta longue et difficile formation fut donc nécessaire, tu comprends ? Et il comprit. Il accepta. Et puis quand on lui dit qu'un challenge plus difficile encore l'attendait à partir de ce moment là, il fut prêt à relever tout ce qui se trouverait sur sa route, soulevant les roches comme d'autre des haltères, il se sentait d'attaque à faire bouger des montagnes, après ce discours de son père supérieur.

On le lâcha donc dans une forêt bien étrange, car surtout composée de grand bambou qui dépassait sa taille, déjà assez impressionnante, et qui faisait comme des gardiens tout autours du temple, des piquets qui ne bougeaient pas, et dont voulait se débarrasser le père supérieur du culte, gardien du temple de Masamune. Il voulait en faire  une plaine déserte, d'où l'on verrait arriver les ennemis de loin, et qui lui permettrait d'être moins isolé de l'île.

Il pria son fils alors de dégager au moins une route depuis le temple jusqu'aux grands axes bordant le temple, et de le faire sans armes ni outils, mains nues. Ce serait son épreuve, et il termina moultes fois les mains en sangs, les tibias écorchés et gonflés, et parfois même la tête pleines de bosses. Puis un jour, il eut le déclic en observant Haiko s'entrainer à un art étrange, qui lui permettait de créer des ondes de choc par ses poings et ses pieds. Tout son corps en vérité. A force d'observation, il découvrit le secret du Hasshoken, qui lui permit de finir sa tâche en moins d'un an. Il perfectionna son art sur les arbres-bambous, lui permettant de ne blesser aucun combattant du temple, et de continuer à avancer néanmoins sur la voie de la puissance.




Hors Roleplay



  • Pseudo : ...
  • Âge : Viellerie.
  • Comment avez-vous connu le forum ? : Exodia le maudit
  • Un mot à dire ? : pouet


Constantine Jackson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: