Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Échange informations contre Bijou [Présent- Mission]
Jin Morioka
Jin Morioka
Messages : 76
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Left_bar_bleue18/75Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Empty_bar_bleue  (18/75)
Expériences:
Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Left_bar_bleue3/60Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Empty_bar_bleue  (3/60)
Berrys: 56.915.000 B
Mar 7 Sep - 23:33
Farniente et Joaillerie




Ah, ce qu'on peut être bien, posé dans un transat, les pieds en éventail, au bord d'une magnifique piscine. Si en plus, on est entouré de filles plus magnifiques les unes que les autres, que demander de plus ? Un cocktail ? Le serveur était déjà en train de me le ramener. Vraiment, cette journée était parfaite, tout comme l'était Holiday Island depuis mon arrivée. Vraiment, pour une traque que je pensais fastidieuse, je n'avais vraiment aucune raison de me plaindre.

Le voyage avait été un peu éprouvant, enfin, le navire que j'avais emprunté n'était pas très bien fréquenté, mais bon, je m'étais adapté et avais ri à leurs blagues vraiment nazes. À part ça, il n'y avait eu aucun problème majeur, j'avais profité de ce voyage payé par une partie de la prime de cet enfoiré de Figeto pour m'entraîner au sabre, ce qui me permit de développer une nouvelle attaque à distance qui serait redoutable en combinaison de mon fruit, les lames d'air. Bon, pour l'instant, ça ressemblait plus à des lames toutes émoussées et qui provoquaient plus un petit courant d'air qu'une lame qui tranchait en deux des montagnes, mais c'était un début. J'avais cette envie de vraiment progresser au sabre, et dans mon esprit, je me voyais bien avec un magnifique sabre d'ici quelques temps. Mais chaque chose en son temps.

Dès le départ du navire, j'avais dû un peu montrer les muscles en voyant les regards de l'équipage. J'avais senti qu'ils auraient pu tenter de me voler mes affaires au moindre faux pas de ma part, donc j'avais accentué ma maîtrise du sabre sans dévoiler le fait que j'avais les pouvoirs d'un Maudit. Bon, j'avais aussi et surtout, ouvert ma gueule pour leur montrer que je n'étais pas juste un péquenaud du coin et qu'il valait mieux ne pas me chercher des problèmes. Du coup, ils m'avaient laissé tranquille, préférant ne pas me déranger, ce qui me convenait également. Je m'étais un petit peu renseigné sur ce fameux Courtier, mais les informations avaient du mal à parvenir jusqu'à moi. Il devait être un homme très secret, un de ces criminels un peu "légendaire", compliqués à trouver pour les Chasseurs, le genre de gars qui vous contacte mais qu'on peut très difficilement contacter. Du coup, ma seule information était qu'il avait été vu sur Holliday Island. Par contre, on me mit en garde pour deux choses avant que je n'arrive sur l'île. Le Courtier travaillait principalement pour Konan, le plus dangereux mafieux du monde et, il était fort probable qu'un Yonkou soit aussi impliqué. Ou plutôt, UNE Yonkou, puisqu'il s'agissait d'Erika Orato.

Le contact que m'avait donné Willsdam Steelbroker était une réceptionniste d'un hôtel réputée de l'île, les Quatre Vents. C'est elle qui me passa un message lorsque je vins prendre une chambre dans l'hôtel. Rendez-vous pris pour la fin de son service, elle me contacterai, en attendant, je profitais clairement de ce lieu de villégiature privilégié, allongé au bord de la piscine donc, un cocktail en main. Je n'étais pas encore en mission officiellement et je n'avais aucune idée de l'apparence du Courtier, donc autant ne pas attirer l'attention sans raison et profiter, n'est-ce pas ? Bon, la piscine, pour un Maudit, ce n'est pas un bon plan, vu que nous sommes des enclumes dans cet élément. Mais je m'asseyais sur le bord, trempant juste les pieds, et me mouillant le corps afin de me rafraîchir. Si je n'avais pas cette mission à accomplir, j'aurais pu rester probablement des semaines entières tant cette ambiance festive et bon enfant était plaisante. Mais j'étais là pour des raisons professionnelles, donc quand je vis la réceptionniste passer devant moi, pour aller en direction des chambres, je me rappelais que je devais la voir pour qu'elle me donne la localisation de ce Courtier.


J'étais bien naïf de croire que tout se passerait si facilement. D'abord, pour brouiller les pistes, elle me fit faire plusieurs détours dans l'hôtel avant de finalement rentrer dans ma chambre. Oui, ma chambre. Normal. Ça me démontrait bien qu'il n'y avait aucune intimité dans ce genre d'établissement, que les employés pouvaient facilement entrer dans votre chambre pendant une absence, mais aussi qu'elle semblait suspicieuse. Moi j'avais joué le jeu, j'avais marché l'air de rien, les bras croisés au dessus de la tête, sifflotant en faisant semblant de me balader sans but précis. Je m'attendais à recevoir un maximum d'informations facilement, comme souvent lorsque je rencontrais mes informateurs, mais là, je me suis retrouvé à devoir accomplir une mission pour cette jeune femme , condition sine qua non pour qu'elle m'en dise davantage. Je n'avais pas le choix, pas l'envie non plus, mais j'étais coincé. Bon, ça n'avait pas l'air impossible, compliqué oui, mais pas impossible. Je devais récupérer un bijou volé par un pirate à un client de l'hôtel. La première pensée qui me vint à l'esprit c'est que si on avait besoin d'un gars comme moi, c'est que ça ne devait pas être une chose facile à accomplir. La seconde, c'est qu'il me fallait un plan. Sur cette île, personne, hormis la réceptionniste devait connaître la raison de ma visite. Pour tous ceux qui m'interrogeait, j'étais un simple vacancier qui profitait pleinement du luxe de l'île. Donc, je ne pouvais pas foncer tête baissée cette fois ci. J'avais beau être une tête brûlée, je jouais mon avenir en tant que Chasseur de Primes avec cette mission. Du moins, c'était comme cela que je voyais les choses depuis ma rencontre avec cette légende qu'était Steelbroker. Je ne pouvais pas me permettre de le décevoir d'entrée, pas après avoir réussi à capturer un petit criminel pour prouver que j'avais une place à me faire dans l'Alliance.

Le lendemain, fatigué, j'étais prêt à mettre en place de plan qui m'avait pris une très grosse partie de la nuit. Ce n'était pas l'idée du siècle d'après moi, mais ça devait suffire pour me permettre de retrouver le fameux bijou volé. Il ne restait plus qu'à tout organiser désormais.

Codage par Libella sur Graphiorum
Jin Morioka
Revenir en haut Aller en bas
Jin Morioka
Jin Morioka
Messages : 76
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Left_bar_bleue18/75Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Empty_bar_bleue  (18/75)
Expériences:
Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Left_bar_bleue3/60Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Empty_bar_bleue  (3/60)
Berrys: 56.915.000 B
Lun 13 Sep - 22:58
Farniente et Joaillerie




Le plan était simple. Pourquoi chercher des idées alambiquées et difficiles à réaliser quand on pouvait faire simple et mener à bien le plan ? Ça c'était mon état d'esprit depuis que j'avais commencé ce métier. Bien entendu, s'il fallait que je me déguise ou que je joue un rôle le temps de parvenir à mes fins, c'était un bonus, car j'adorais jouer des rôles lorsque je rencontrais de nouvelles personnes. C'est pourquoi, après avoir réfléchi toute une nuit à la mise en place de ce plan pour retrouver le bijou volé, j'avais eu une idée que je qualifierais de géniale. Rien que ça ouais. Dans ce métier, avec le nombre de criminels qu'on rencontre, il faut une bonne dose d'orgueil pour s'en sortir. Ne serait-ce que pour ne jamais abandonner.

Enfin bref. Revenons à cette idée géniale. J'avais, depuis des semaines, un collier que j'avais récupéré dans le coffre de cet enfoiré de Figeto. Pourquoi est-ce que je l'avais gardé ? Aucune idée. Il avait quelque chose de spécial, une chose qui m'empêchait de le jeter au fond de l'eau. Je ne l'avais pas porté, ne le trouvant pas à mon goût, mais, pour je ne sais quelle raison, j'avais finalement bien fait de le garder puisqu'il allait pouvoir me servir d'appât. Eh oui, le plan était simple. J'allais lancé la rumeur dans l'hôtel que je transportais un bijou précieux qui valait une fortune, bien plus que celui qui avait été volé et que je devait récupérer, et j'attendrais bien sagement que ce pirate de malheur tente de me le voler. Pour éviter d'avoir des problèmes sur l'île tout de même, puisqu'il y avait probablement des gens très puissants ici même, j'avais fait en sorte que la rumeur ne sorte pas de cet espace clos qu'était l'hôtel. Je ne pouvais pas garantir que ce serait le cas, mais j'essayais de mettre toutes les chances de mon côté.

Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Istock10

Posé bien en vue sur le lit, cela faisait plusieurs heures que j'avais fait semblant de sortir de la chambre, les employés de l'hôtel m'avaient vu quitter les lieux. Ce qu'ils n'avaient pas remarqué, c'est que j'étais caché un peu plus loin, derrière une grande plante afin de ne pas me faire remarquer. L'attente était longue, probablement parce que je n'avais pas prévu de divertissement pour bien rester concentré, mais aussi sûrement parce que j'avais totalement oublié une chose essentielle, faire pipi avant de se lancer dans une "traque" qui pouvait durer des heures. D'ailleurs, cela faisait déjà plus de deux heures que je patientais. Mon cerveau cogitait sur énormément d'idées, comme celle d'acheter un navire sur cette île pour pouvoir naviguer plus confortablement les prochaines semaines. J'avais même une idée, pas forcément réalisable, d'un aménagement particulier pour pouvoir exploiter au mieux le pouvoir du Noro Noro no Mi. Même si j'avais étoffé mon style de combat en me perfectionnant au sabre, le fait de ralentir mes ennemis facilement était un avantage indéniable. Encore plus lorsque celui-ci découvrait cedit pouvoir par surprise et qu'il était déjà trop tard pour lui. Ces derniers mois avaient été mouvementés et j'avais décelé un point faible, énorme, de mon fruit, une manière si simple de le contrer devait être comblée. Pour cela, j'avais prévu un bout de miroir sur tout l'avant-bras gauche. Qui aurait cru qu'un objet aussi simple qu'un miroir pouvait se trouver être aussi dangereux pour moi ? En le mettant ainsi, je pouvais, dans un premier temps me défendre si quelqu'un me renvoyait mon rayon, mais aussi et surtout, grâce à ce système, avec un peu d'entraînement, je pourrais modifier la vitesse et la trajectoire des rayons lancés. C'était gagnant gagnant en fait.

Mon esprit partait loin, plongé dans mes pensées, lorsque des pas lourds se firent entendre un peu plus loin. Le retour à la réalité fut rapide et je vis une personne de taille moyenne entrer dans ma chambre. Ça avait été rapide au final, et je me précipitais pour la prendre en flagrant délit. Devant la porte, je m'arrêtais une seconde, je soufflais un grand coup et je préparais déjà ma phrase choc. Tout était prêt. Je posais la main gauche sur la poignée de la porte, doucement, afin de faire le moins de bruit possible. Ma main droite se tenait prête à lancer un rayon ralentisseur dès que possible. Oui, le plan était simple. La porte s'ouvrit rapidement et je pus voir le voleur penché sur le lit, probablement en train d'observer ce collier. Je pensais avoir été discret et pourtant, avant que je n'ai eu le temps de lancer mon rayon, je vis cette personne bouger la tête dans ma direction….


Codage par Libella sur Graphiorum
Jin Morioka
Revenir en haut Aller en bas
Jin Morioka
Jin Morioka
Messages : 76
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Left_bar_bleue18/75Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Empty_bar_bleue  (18/75)
Expériences:
Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Left_bar_bleue3/60Échange informations contre Bijou [Présent- Mission] Empty_bar_bleue  (3/60)
Berrys: 56.915.000 B
Jeu 23 Sep - 22:43
Échange informations contre Bijou




Il bougea la tête dans ma direction, surpris de s'être fait surprendre comme un débutant. Mais il savait qu'en étant rapide et vif, il n'y aurait aucun problème. Enfin, ça c'était en temps normal, contre un adversaire classique. Le problème, quand on veut voler un gars qui est au dessus de la moyenne, c'est qu'il a aussi plus d'un tour dans son sac. 2 choix s'offraient au voleur, soit il tentait une sortie par la fenêtre, quitte à tout casser et fuir, soit il me fonçait dessus, me bousculait et réussissait à s'enfuir. Il aurait pu aussi sortir une arme pour tenter de m'intimider, mais la vue de mon sabre dans le dos, la garde ne dépassant que très légèrement au dessus de ma tête, l'avait calmé rapidement. Il dût se dire que si je n'avais même pas la main sur mon sabre, il avait une chance.

Manque de bol, ma main droite émit un rayon rosé dans sa direction alors qu'il se rapprochait dangereusement de moi, l'épaule en avant, dans l'optique de vraiment me bousculer violemment. Son choix n'avait pas été le bon et il devait le regretter lorsque le rayon ralentisseur le frappa de plein fouet. Je pus voir l'incompréhension sur son visage tandis que son corps semblait comme arrêté. En vérité, il n'était que ralenti, mais pour être sûr qu'il ne cherche pas à s'enfuir trop rapidement, j'avais lancé plusieurs autres rayons à la suite du premier. J'avais découvert cela depuis peu, plus j'en lançais, plus le rayon était efficace. Je repensais à Obra Taton en voyant mon adversaire totalement désemparé. Lors de notre rencontre, il m'avait probablement sauvé la vie, mais en plus de cela, il m'avait donné un conseil qui était ce qui m'avait fait changer dans mon approche. Moi qui au départ utilisait mon pouvoir à tout bout de champs, il m'avait prouvé que la surprise de mon adversaire était ma plus grande force.

En attendant, cet enfoiré de voleur avait été piégé et ne pourrait pas faire grand chose durant les prochaines secondes. En temps normal, j'aurais fait le malin pendant une vingtaine de secondes pour le faire rager un peu plus encore, mais quelque chose me disait que ce n'était pas une bonne idée. Comme le pressentiment que je devais l'immobiliser au plus vite. Sans hésiter, je me saisissais d'une des paires de menottes que j'avais récupérées lors de ma rencontre avec Willsdam Steelbroker. Sans que mon adversaire ne puisse bouger, je préparais un coup de poing dans la tempe afin de l'assommer lorsque les rayons ne feront plus effet. En prenant un élan monstre, mon poing s'abattit avec une extrême violence contre sa tempe. Mais pour être sûr qu'il était bien évanoui, je frappais de nouveau dans sa tempe avant que le temps soit écoulé. Il était bel et bien k.o lorsque les trente secondes furent passées, ce qui me permis de lui passer les menottes, mais surtout de l'installer sur une chaise, les mains dans le dos, attachées évidemment. J'avais fait en sorte qu'il ne puisse pas faire de gros mouvements, ainsi, il était incapable de s'échapper. J'avais, par précaution, totalement ligoté tout son corps avec la chaise, l'empêchant de bouger. Il ne restait plus qu'à attendre qu'il se réveille. Après tout, je ne devais pas perdre de vue mon objectif principal, le bijou volé.

Une heure plus tard, le voleur se réveillait enfin. Son visage laissait comprendre qu'il était très surpris de se retrouver dans cette position, mais surtout, je pouvais ressentir sa colère lorsqu'il posa les yeux sur moi.

T'es qui enfoiré ? Tu sais à qui tu t'attaques là ? T'es un homme mort !

Pour ponctuer sa menace, il cracha dans ma direction, ce qui me fit bien sourire au vu de la situation. Même ligoté, il gardait un aplomb digne d'un criminel. Malheureusement pour lui, j'étais déterminé à trouver ce bijou qu'il avait volé quelques jours plus tôt. Je prenais mon sabre en main, tout en me voulant menaçant.

—Norohrorohroh ! À vrai dire, je m'en fout de qui tu peux être, t'es même pas assez connu pour que je te reconnaisse… Mais tu as volé quelque chose qui es important pour moi. Où est le bijou ?

Créve conn*** !

Nouveau crachat de sa part. Je ne voulais pas en arriver là, mais je n'avais pas le choix. Il allait cracher le morceau. Coûte que coûte. Je m'approchais de lui, sabre en main, en faisant craquer mon cou.

Je n'aimais pas ça. Mais je n'avais pas eu le choix. Au final, il avait fini par avouer, comme tous. Il faut dire que j'avais dû forcer pour avoir le lieu, et il n'était pas mort, mais il aurait beaucoup de mal à se remettre de cet interrogatoire. Toujours est-il que le bijou était encore sur son navire mais je devais faire vite, l'équipage devant, normalement quitter l'île cette nuit. Sans hésiter, je me dirigeais maintenant vers le port, tandis que le voleur restait attaché, en piteux état, dans la chambre d'hôtel. Bien bâillonné, il y avait très peu de chance, en ayant perdu autant de sang, qu'il s'échappe. Tout en marchant, je réfléchissais à un stratagème efficace pour trouver le bijou sans trop attirer l'attention. J'avais un gros avantage, l'effet de surprise. Mais pour qu'il soit efficace, il fallait quand même que je sois discret. Ou alors…

J'arrivais devant le fameux navire pirate. Si le pirate ne m'avait pas dit de bêtises, son équipage était très réduit, ce qui était fort probable vu la taille de l'embarcation. Bon, ce serait peut-être plus facile que prévu en fait. Sur une île comme Holiday Island je me devais d'être discret, d'autant plus que certains gros pirates pouvaient se trouver ici pour diverses raisons, en plus de ceux travaillant pour Erika Oratio ou pour Konan. Pourquoi est-ce que j'avais accepté une mission pareille ? Il fallait être fou pour s'aventurer dans la capture d'un homme si important pour tous les grands de ce monde. Et moi, j'arrivais, encore débutant, et je secouais le cocotier pour arrêter tous leurs trafics. N'avais-je pas eu les yeux plus gros que le ventre ce coup-ci ?

Je soufflais un grand coup devant le bateau. J'étais resté à quelques mètres pour le moment, vers un mur pour paraître innocent, afin de ne pas trop me faire remarquer. J'avais enlevé mon sabre de mon dos pour mettre le fourreau à la ceinture, ce qui était forcément plus discret. Le voleur m'avait expliqué qu'il avait 2 complices, ce qui était une bonne chose si je voulais rester assez discret. Il y avait du passage sur ce port en cette fin d'après midi, j'en profitais donc pour m'avancer en me mêlant à une foule. Arrivé vraiment au plus près du navire, je vis que les deux acolytes du voleur étaient sur le pont, en pleine discussion. Ils ne m'avaient pas encore remarqué tandis que mon cerveau était en ébullition. Avec le bon angle, je pouvais faire en sorte de les ralentir tous les deux d'un coup, tout en leur volant le bijou sans qu'il ne fasse quoi que ce soit. Mais je n'arrivais pas à trouver ce fichu angle. Pourquoi est-ce que je réfléchissais autant ? Ce n'était pas dans mes habitudes, et à part lors de ma rencontre avec Obra, je n'avais jamais eu besoin d'autant penser. Alors pourquoi ? Était-ce la maturité ? Je secouais la tête de la droite vers la gauche, comme pour sortir de mes pensées. Oui, je devais me ressaisir et faire ce que je faisais de mieux. Une application simple et efficace. En réalité, avec un large rayon, les deux seraient ralentis et ainsi, j'aurais 30 secondes de battements. Allez, c'est parti !




Après avoir ancré le plus possible mes pieds dans le sol pour pouvoir prendre le plus grand élan possible, je bondis en direction de l'embarcation. Les deux hommes me voient, mais c'est déjà trop tard pour eux. Je tends les mains dans leur direction et mon rayon les frappe de plein fouet, les ralentissant tandis qu'ils sont en train de mettre la main sur la garde de leurs sabres. 30 secondes, voilà le temps que j'ai pour trouver le bijou et fuir avant que les problèmes ne surviennent. 29. J'atterris sur le pont, concentré et déterminé. 28. Je me met à courir en direction de ce qui semble être la chambre du capitaine. 23. Je mets un grand coup d'épaule dans la porte, pour aller au plus vite. 21. Mes yeux s'habituent à l'obscurité de la pièce et je regarde partout, à la recherche d'un coffre. 18. Je trouve ce maudit coffre, mais il est cadenassé. 17. Grâce à un coup de sabre puissant, le verrou saute. Le bijou est là, comme d'autres. 15. Je prends tout, sans réfléchir. 12. Je ressort de la pièce. Mes yeux brûlent à cause de la lumière du soleil. 10. Ça y est, j'y vois de nouveau. 8. Je cours sur le pont du navire pour m'enfuir. 6. Je passe devant ces hommes.5. Je leur balance un nouveau rayon, histoire d'être sûr de ne pas me faire rattraper. 30 secondes supplémentaires. C'est bon, je ne risque plus rien. Un dernier bond et me voilà de nouveau sur le port. Il est temps de disparaître maintenant.

Je cours jusqu'à l'hôtel, afin de mettre le plus de distance entre eux et moi, tout en regardant derrière moi dès que possible. La pire des choses serait qu'on remonte jusqu'à moi maintenant. Enfin, après quelques minutes, j'arrive à destination. Le temps de reprendre mon souffle, j'arrive à la réception et je vois Milly, la réceptionniste. Au sourire que je lui fait, elle comprend que tout va bien. Mais pour des raisons de discrétion, je rejoins ma chambre et attends qu'elle me rejoigne dès que possible. En y entrant, je suis surpris. J'avais oublié cet imbécile de voleur toujours ligoté. Je dois trouver une solution pour ne pas trop me griller. L'avantage, c'est qu'il n'avait pas mon nom, mais surtout, je lui en avais tellement fait baver qu'il y avait une forte probabilité qu'il ne cherche pas, dans un futur proche au moins, à se venger. Je prépare un grand seau d'eau que je lui balançais au visage, à la fois pour le réveiller, mais surtout pour enlever une partie du sang qu'il avait sur lui. Brusqué par ce réveil, il gigotait dans tous les sens.

—Tout doux mon p'tit ! Écoute, je vais te laisser partir, mais à une condition. Tu balance quoi que ce soit, je vous retrouve, toi, ta famille, tes compagnons et leurs familles et je m'occupe de vous une fois pour toute. Là, je suis sympa, je te laisse une chance de t'en sortir. Tu comprend ce que je te dis ?

En secouant son visage du haut vers le bas de manière très rapide et répétée, je suis quasi certain d'avoir sa parole, même si la parole d'un criminel ne vaut pas forcément grand chose. Je coupe ses liens d'un coup et, après avoir dû se protéger pour ne pas s'éclater le visage contre le sol, il part aussi vite qu'il est apparu. C'est à ce moment-là que je réalise que je n'ai même pas cherché à connaître son complice dans l'hôtel. Mais je n'ai pas le temps de me morfondre que l'on frappe à la porte. Après avoir fait rentrer Milly rapidement, je sortais les bijoux de ma poche pour lui prouver que j'avais accompli ma part du marché. Peut-être allait elle enfin m'aider à retrouver la trace de cet enfoiré de Courtier de l'ombre.

Codage par Libella sur Graphiorum
Jin Morioka
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: