Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper]
Nemesis
Ignis Irae
Nemesis
Messages : 362
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue39/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue228/350La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (228/350)
Berrys: 412.146.000 B
Dim 8 Aoû - 0:13






La criminelle, la marine et le junkie




La Nemesis observait un tas d’avis de recherche en faisant la moue. Samuel lui avait fait parvenir un tas de papiers assez épais, contenant la plupart des recherchés, qu’ils soient pirates, révolutionnaires ou hors-la-loi. Tas de papiers où elle avait retrouvé des visages connus d’ailleurs, à commencer par Ren, bien sûr, mais aussi Shiki, visiblement recherché pour s’être mis en travers de la route d’agents du Cipher Pol 7, encore un nom qui n’était que vaguement connu par la blonde. Tout au plus cela représentait pour elle une agence gouvernementale de plus dans la liste. Elle s’y était trouvée également, un mot de Samuel accroché à l’affiche, indiquant simplement son silence “jusque dans la tombe”. Elle n’y croyait pas un instant, l’homme était vénal et la vendrait sûrement s’il estimait que les bénéfices qu’il pourrait en retirer étaient suffisamment élevés. Pour autant, si ses commerces prospéraient, elle était convaincue qu’il resterait effectivement muet, tant qu’il ne serait pas contraint sous la torture du moins.

Elle peinait pourtant à retenir tous ces visages, tous ces noms, toutes ces primes, tous ces actes, elle qui avait toujours vu des visages lisses et sans particularité chez les gens. Elle reposa le tas de papiers pour se concentrer sur la tâche à venir, maintenant qu’elle était amarrée à Mirror Ball. Roman Tic, contrebandier et revendeur principal de la Mafia sur East Blue, en plus d’être le point de contact avec celle-ci dans les environs, visiblement un partisan de l’alcoolisme léger puisqu’il fréquentait la plupart des bars de l’île et surtout, la raison pour laquelle elle s’était déplacée, injoignable depuis trois semaines. Plus un mot, plus un contact, pas de rapport, pas de message, rien du tout. Le plan était simple: débarquer, tenter de prendre contact avec lui d’une façon ou d’une autre, puis lui tirer les vers du nez, quitte à l’amocher un peu. Ou beaucoup, pour la différence que cela faisait. De toute façon, on lui avait demandé de découvrir pourquoi il ne répondait plus, pas de le ramener en vie.

Par mesure de sécurité, elle tenta de contacter l’homme via le numéro donné par Erik, s’il répondait, elle pourrait accélérer tout ça et couper court à l’affaire. L’escargot sonna une fois, deux fois, trois fois…. Sans résultat. Elle réessaya au cas où, mais obtint le même résultat. L’homme avait donc décidé de couper tout contact avec la Mafia et fuyait ses responsabilités, à moins qu’il ne soit détenu par un concurrent, mais s’attaquer à la Mafia… Y avait il d’autres imbéciles de l’acabit de Ren qui irait faire cela? A moins que ce ne soit Ren lui même… Cela aurait été ironique, bien que ne faisant pas du tout les affaires de la Nemesis. Pour un peu, si cela s’avérait être le cas, elle aurait presque pu en rire.

Pour autant, elle ne devait pas oublier le but de sa présence. Récupérer le contact avec Roman. De là à savoir comment elle devrait agir si l’homme ne souhaitait pas reprendre le contact ou était mort, c’était une autre affaire, qui risquerait sûrement de ne pas lui valoir une bonne réputation auprès de la Mafia. La blonde rangea ses affaires, se saisit d’une bourse bien remplie qu’elle passa sous son sweat et finit par descendre du navire, levant la tête vers la gigantesque boule à facettes au milieu du ciel, qui l’aveugla un instant et la força à se couvrir le regard de l’avant-bras.

Du port, elle remonta vers la grande rue, dont une plaque indiquait qu’il s’agissait de l’avenue Aaron Vernon, dit Le Roi, pour une raison qui échappait à Nemesis. Peu importe où son regard se portait, la variété des commerces se portait sur trois business principaux: le gigantesque bâtiment de la Doskoi, des magasins de première nécessité et des bars. Une quantité astronomique de bar même. Dévisageant les devantures une à une, la volcanique essayait de deviner dans lequel des établissements elle aurait le plus de chance de trouver sa cible, avant de finalement rouler des yeux et abandonner, entrant dans le bâtiment répondant au nom du Last Boogaloo.

Murs en briques, tables espacées et formant un grand espace actuellement inutilisé au milieu du bar. Au fond, un grand comptoir en pierre et derrière, un chauve visiblement très surpris d’avoir de la clientèle aussi tôt dans la journée alors qu’il se contentait tranquillement de préparer les fruits et la glace pour le midi même. La Nemesis s’approcha du comptoir alors que l’homme engageait la conversation.

Hem, euh, bonjour? Je suis pas encore ouvert, mais je dois pouvoir vous servir quelque chose si vous le souhaitez…

Du gingembre, macéré dans de l’eau, avec du citron et du sucre. Beaucoup de gingembre, merci.

Je… Je suppose que j’ai ce qu’il faut…” répondit l’homme.

Sortant un rhizome et un couteau de sous le comptoir, le barman se mit à couper lentement des rondelles, jusqu’à en avoir un tas relativement conséquent qui s’en alla dans une bouteille haute qu’il remplit d’eau. Il reprit la découpe des fruits après s’être lavé les mains, s’attaquant désormais aux citrons verts qu’il déposait dans un bocal après les avoir taillés en quatre. Quelques minutes passèrent dans le silence alors que la Nemesis se contentait d’observer ses gestes, le rendant de plus en plus nerveux avec le temps. Il finit par déposer la lame pour filtrer les morceaux de gingembre, ajoutant l’un des citrons qu’il préparait lorsque la blonde arrivait dans la bouteille avec le sucre et la déposa devant sa cliente avec un verre vide.

Celle-ci observa la bouteille un instant, puis le barman et finit par ouvrir la bouche un instant, comme hésitante, avant de le remercier. Une goutte de sueur coula du front de l’homme, qui commençait à se dire qu’il aurait peut-être dû refuser l’entrée à cette cliente ci, mais il reprit ses préparatifs. La Nemesis se servit un premier verre, l’odeur et la force du gingembre attaquant immédiatement ses narines et son palais malgré la douceur du sucre pour compenser.

Dites moi?

L'homme se redressa subitement, comme effrayé à l’idée d’avoir raté quelque chose dans la demande de sa cliente.

Euh, oui? Un problème? Aucun j’espère?

La Nemesis se contenta de hausser un sourcil, songeant que le seul problème qu’elle avait été un petit con qui refusait de répondre aux appels de ses patrons. En un sens, c’était aussi une bonne nouvelle pour elle, qui se retrouvait ainsi avec un moyen de négocier avec la Mafia.

On peut dire cela. Je cherche à contacter quelqu’un, un dénommé Roman, ça vous dit quelque chose?



© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] NrmW1
Nemesis
Revenir en haut Aller en bas
Vesper Ahriman
Vesper Ahriman
Messages : 116
Race : Vampire

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue27/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue22/120La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (22/120)
Berrys: 353.160.125 B
Dim 8 Aoû - 14:34





Foutue coincidence ! Tour 1


Un navire de petite envergure venait déposer la belle sorcière sur les planches de Mirror Ball. La belle n’appréciait pas particulièrement l’endroit, il lui rappelait des souvenirs qu’elle préférait oublier, des soirées de danses endiablées où elle avait fini épuisée quelques dizaines d’années auparavant. Elle s’était amusée, c’est sûr, mais se rappeler de ces moments d'insouciance l’angoissait de ne jamais revoir ce genre de moment arriver de nouveau. Ren Tao, notamment, avait fait planer le doute sur la longévité de son existence, et, sans avoir été choquée outre mesure, elle avait eu du mal à écoper tout de même le peu d’effrois qui l’avait suivie depuis sa capture. Elle avait besoin de se ressourcer, elle avait besoin de réponses à ses interrogations, et elle avait besoin de revoir un faciès familier.

Elle avait donc appelé cet homme au physique avantageux, aux phrases rassurantes et chaleureuses tout autant que son humour et sa légèreté. Il lui avait donné rendez-vous ici, sur le quai des danses les plus difficiles, celles qui vous faisaient esquiver des balles. Mirror Ball avait une face cachée, comme bien des îles, comme souvent pour les îles possédant un fort attrait touristique, mais ici cela se voyait légèrement de trop. Rien qu’en observant le panneau des primes à l’entrée du bourg, l’on voyait que la chose était traitée comme une blague, avec toutes les affiches collées les unes sur les autres, comme pour masquer celles derrière. La sorcière s’arrêta quelques secondes devant, faisant mine de s’y intéresser, puis retira une affiche fraiche pour la coller sur une autre représentant une femme blonde. Fermant les yeux quelques secondes, elle laissa son esprit souhaiter que personne ne trouve la petite primée, puis continua son bonhomme de chemin. Elle trouva le “palace” où elle était invitée, un endroit pas encore ouvert au nom évocateur d’une danse.. très.. enfin.. une danse un peu spéciale.

La devanture n’était pas très seyante, mais son hôte n’était pas tout à fait le genre d’homme à inviter les gens dans un palace. Au moins vu l’heure il n’y allait pas avoir grand monde qui tape du pied ou qui se renverse de la bière dessus avant de lancer une rixe.
-Au moins ce n’est pas un club de strip-tease.. souffla la femme aux cheveux roses avant que quelqu’un n’arrive dans son dos pour poser une rose violette sur son épaule. Observant le motif de la fleur, Vesper eut un bête rire de jeune fille avant d’attraper la rose, de la sentir et de la ficher dans son chapeau, manquant de peu l’escargophone à l’intérieur qui s’horrifia de s’être presque fait empalé par la tige, soufflant un "meuaaah" apeuré.

La sorcière se retournait pour voir un grand sourire sous des lunettes rondes et noires, sous un chapeau de la même couleur. Le blond aux cheveux longs attachés en une queue de cheval platine avait une trace sanglante sur le coin de la joue. En notant l’expression de Vesper, l'orgueilleux se pencha légèrement, léchant un pouce pour se débarbouiller, comme si il utilisait le reflet dans les yeux de la sorcière pour savoir où se trouvait la trace. Il se saisit de la taille de la femme pour l’embrasser juste après, la laissant légèrement pantoise par après, la contournant pour ouvrir la porte.
-Si tu veux me suivre, déclara l’audacieux en posant son pied après le seuil, formant une traîne avec son long manteau noir.

Vesper était subjuguée, et se retourna pour obéir timidement. Il avait toujours eu ce je-ne-sais quoi qui la faisait frémir, même lorsqu’ils étaient bien plus jeunes et que lui commençait tout juste à déployer ses ailes. Bretteur, parfois jouant pour un camp, parfois pour un autre, il ne favorisait que la chance pour choisir ses contrats qu’il menait jusqu’au bout par ailleurs, ce qui faisait de lui un élément fiable tant que la fortune ne changeait pas de bord. A côté de cela, c’était un homme simple, qui vivait pour des choses simples, se battre, boire, s’amuser, et qui possédait une chance insolente.
-Eligor, deux verres, l’habituel, commanda-t-il avant de sortir une pièce et de se diriger vers le lecteur de dial musicaux pour tenter un jet de pièce sans faillir.

Toujours fixée sur son chéri, la sorcière ne remarqua pas le barman ni la femme au comptoir, et décida de s’assoir à une table pour l’attendre pendant qu’il choisissait la piste à jouer. Quelques notes commençaient à jouer et le grand blond platine aux manteau noir dériva sur quelques pas de danses vers le comptoir pour chercher ses boissons. Il avait totalement perturbé la discussion que celui-ci devait avoir, alors il s’en excusa. Sortant deux pièces argentés, le genre qui font partie d’un réseau parallèle de monnaie, paya et récupéra les deux verres avant d’adresser des mots au couple hétéroclite.
-Voilà qui devrait faire l’affaire, ressers lui ce qu’elle voudra, ou fait lui un acompte pour le dérangement, tu veux.
-D’accord, Dagan, d’accord, répondit le barman qui avait la fâcheuse tendance d’être nerveux.
-Et détends toi, ça ne m’étonne pas que le lieu soit vide si tu les fais fuir avec ta tension, conseilla le chapeauté, un index tendu par-dessus une boisson comme si c’était d’une importance capitale.

L’homme vêtu de noir posait les verres avant de s’installer confortablement, posant une de ses jambes sur l’autre pour s’avachir un peu sur sa chaise.
-Alors, qu’est ce qui demandait à ce que l’on se voit aussi rapidement sans qu’on puisse en parler à l’escargot ? demanda le chanceux en fixant sa moitié derrière ses lunettes noires.
-Je… hum.. merci pour le verre, répondit Vesper, troublée. En ce moment, je pense de plus en plus à elle..
-Ah, s’exclama l’homme, soudain un peu plus concerné. Dans quel sens ?
-Je me demande si ce ne serait pas une bonne chose d’aller la confronter, qu’elle sache la vérité à son propos.
-Que ? Savoir qui sont ses vrais parents ?
-Oui…
-Oulah.. fit le blond en passant une main sur sa nuque tout en baissant la tête. Et tu voulais mon avis ?
-Je voulais savoir ce que tu pensais d’elle avant de te le demander.
-Elle est impulsive de ce que je sais, un peu comme toi parfois. Son train de vie ressemble plus au mien mais elle ne veut pas ou sait pas se faire discrète.
-Je sais qui était son modèle quand elle était plus jeune, malheureusement, je ne peux pas dire que c’était un mentor d’exception, autre que pour apprendre à se battre.
-Baah, Elizabeth était douée pour s’attirer des soucis, c’est sûr.
-Tu sais si elle est encore en service ?
-Son navire à disparu, j’ai plus entendu parler d’elle. Ils se sont probablement mutinés ou quelqu’un a dû décider de sortir les armes. Du coup, si le navire existe encore, il a dû changer de nom. je t'avoue ne pas avoir suivi son histoire, ce n'est pas elle qui retenait mon attention.. souligna le beau parleur.
-Donc elle n’en fait pas partie, compris la sorcière en gardant la fille en tête, ce qui perturba un peu les plans de séduction du blond.
-Elle est free-lance, enfin, il paraît qu’elle bosse pour d’autres mais qu’il est dangereux de se frotter à elle, rapport à ce que tu me disais la dernière fois, disait le blond avant de boire une gorgée.
-Donc tu penses qu’elle ne va pas m’écouter ?
-Si elle t’écoute, probablement qu’elle va vouloir t’étriper après, c’est une chipie têtue, un peu comme toi avant Al’Tuin.
-Tsss, siffla la sorcière avant de prendre une gorgée elle-même. Et donc, tu penses qu’il vaudrait mieux que tu viennes, où tu préfères éviter ?
-Hum, je te donnerais bien une réponse, mais j’ai un contretemps actuellement.
-Oh, tu demanderais à la mère de ton enfant de faire du travail pour avoir une simple réponse à une simple question, planta Vesper, comme soudainement joueuse. Pourquoi tu ne joues pas cela à pile ou face comme d’habitude ? nargua la femme d’âge mur.
-Tu veux la jouer comme ça ? s’indigna l’homme avant de dégainer sa pièce fétiche, faite dans un alliage si solide qu'il pouvait arrêter les balles, d'un côté figurait un ange et de l'autre un démon. Pile ou face ?
-Pile tu viens, face tu reste en dehors de cela..
-..Tranche, tu travailles pour moi, fit-il avant de jeter la pièce au-dessus de la table.

La pièce tomba pile avec l’élan suffisant pour s'arrêter sur la tranche, comme si le jet était calculé au millijoule près. Il récupéra sa pièce et plaça ses mains derrière sa tête, l’air satisfait.
-Roman Tic, j’imagine que ce nom ne te dit rien.
-En effet.. avoua la femme en croisant les bras sous ses seins, mauvaise joueuse.
-Je n’ai pas besoin de t’expliquer pourquoi, mais ce type doit disparaître du circuit, rapidement et sans trop faire de bruit pour ne pas éveiller de trop les soupçons des cartels environnants.
-Pourquoi tu as besoin de moi pour ça ?
-Meheh, fit l’homme en se frottant la nuque tout en récupérant son verre, un peu rouge avant de boire un peu d’embarras. Dernièrement, disons que son intérêt s’est tourné vers les peepshow et qu’il ne fait que cela parce que ses clients habituels ont décidé de lui mettre la pression parce qu’il a fait une erreur monumentale.
-Il se terre.. comprit Vesper.
-Il est apeuré, il sait que des gens risqueraient de vouloir lui péter les genoux voire plus si affinité.
-Si il a juste fait une erreur, pourqu..
-Des gens en veulent à ses informations, ma sorcière. Si certains voudraient le voir mort pour ce qu’il a fait, d’autres seraient prêt à le payer pour le voir refaire une bourde. Il s’est dit, à juste titre, qu’être un client permanent d’une maison de plaisir sous prétexte qu’il paie lui donnerait un accès illimité à une salle bien protégée, pas unique par ailleurs donc il peut en changer et brouiller les pistes. E il a raison, d'ailleurs, les maisons accueillant des filles sont généralement les plus protégées de ce genre de services.
-Et comme tu n’es pas une femme…
-Exactement.. se maudit le blond, tu sais bien que je ne te demanderais jamais cela si ce n’était pas mon seul recours viable. Le voir dégager du circuit par tes moyens est la méthode la plus simple pour éviter toute trace de soupçon aux égards de mes employeurs et de moi-même. Et si cela fait du bruit dans un sens, ça pourrait en faire de l’autre. On sait tous deux que ta carrière est ce qui t'a poussé à la laisser de côté, je te donne un petit coup de pouce pour faire avancer un point, et je pourrais peut-être te donner un coup de pouce pour ça aussi, après que tu ai fini.
-Tu sais que je déteste être forcée, Dagan, rappela Vesper, légèrement vexée.
-Je sais aussi que cela dépend par qui, ma sorcière, répondit l’homme avant de se pencher pour qu’elle en fasse de même et l’embrasse.

Glissant sa main dans la sienne, le blond fit passer un petit bout de papier.
-Fait attention, il parait qu'il adore s'en mettre plein le pif en plus de boire et de regarder des femmes, il sera peut-être un peu dangereux, rien de bien méchant. Je pense que tu as tout ce qu’il faut pour réussir, la flatta-t-il en la contemplant après cet échange, n’hésite pas à amener d’autres femme pour te fondre plus facilement et éviter d’être recalée.
-Un vrai charmeur, plaisanta-t-elle entre ses dents avec un sourire avant de glisser le papier dans sa poitrine et de boire une gorgée.




Vesper Ahriman
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis
Ignis Irae
Nemesis
Messages : 362
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue39/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue228/350La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (228/350)
Berrys: 412.146.000 B
Dim 8 Aoû - 20:06






La criminelle, la marine et le junkie




Dans son dos, la porte s’était ouverte, laissant entrer un homme visiblement accompagné puisque deux bruits de pas se faisaient entendre. Celui-ci interpella le barman transpirant, visiblement nommé Eligor pour le peu que cela importait à la blonde, pour passer commande, d’une manière qui le révélait comme un régulier du lieu. Un bruit de pièce sonna alors qu’une musique commençait et que les pas se rapprochaient, l’individu décidé à récupérer de quoi se rafraîchir le gosier, et sans doute en profiter pour s’abrutir un peu au vu des bouteilles que la Nemesis avait vu défiler entre les mains du barman. Rhum ambré et blanc, liqueur d’abricot, le verre contenait suffisamment d’alcool pour commencer à “s’hydrater”, plus que de raison au vu de l’heure.

Pour autant, il était conscient d’avoir interrompu une conversation et s’en excusa, jetant une pièce vers le tenancier pour avancer un verre à la blonde, pourtant déjà fournie de sa bouteille. Repartant vers sa compagnie, il donna pourtant un conseil à Eligor, qui lui serait effectivement très utile, plus pour sa propre santé que pour celle de son établissement. Son cœur devait carburer en permanence et quelque chose pèterait sûrement un jour ou l’autre. Une discussion commença dans le fond alors que la Nemesis reportait son attention sur le détenteur dudit cœur, ramenant la conversation à voix plus basse sur la table.

Je disais donc. Roman. Un refourgueur. Je sais qu’il traîne dans tout les bars de l’île, vous l’avez donc sûrement déjà vu. A défaut de pouvoir m’aider à le contacter, vous avez bien une idée d’où il est?

Je… Euh…

Son regard fuyait, cherchant à échapper aux pupilles jaunes et à la sclera noire de la volcanique, qui de son côté restait rivé sur le visage rougeaud et transpirant.

Je… Peux pas le dire. C’est compliqué. On risque tous gros dans l’affaire, j’veux pas être impliqué là dedans.

Le sourcil gauche de la blonde s’arqua, intéressée. Risquer gros? Le mafieux avait visiblement fait de sacrées bêtises si tous les bars étaient impliqués et presque contraints de le couvrir. Et une grosse bêtise, ça risquait de ne pas plaire à ses commanditaires, d’où son absence de réponse. Il se planquait, tout bêtement. Il avait merdé, et avait peur des conséquences, sûrement à raison vu l’homme tout en haut de l’échelle. Elle avait trouvé le motif, en un sens, c’est tout ce qu’on lui avait demandé. Pour autant, se contenter de cela ne suffirait pas pour la Mafia, du moins pas au point de réduire l’exorbitante taxe qui lui était proposée. Si elle retrouvait le bonhomme et lui arrachait des aveux en revanche…

Un sourire carnassier se dessina sur son visage alors qu’un serpent de cendres s’échappait de ses lèvres sous le regard médusé, et terrifié, du barman. Il était temps de mettre un coup de pression, de l'intimider tout simplement.

Qu’on se mette bien d’accord. Il a des gens au cul, plus gros que vous ou moi. Et s’il n’est pas retrouvé rapidement, ça pourrait vite dégénérer. Je pense pas avoir besoin de vous dire de qui il est censé revendre les marchandises, et je ne pense pas non plus devoir vous expliquer ce qu’il risque de se passer s’il continue d’ignorer les appels de ses patrons. Alors un conseil. Si vous savez quoi que ce soit; dites le tout de suite, cela nous épargnera bien des soucis.

Deux petits blocs chauffèrent au niveau de la tête du serpent, donnant une illusion de vie à l’homme désormais terrifié qui cherchait de l’aide du regard. Pour autant, le reptile se rétracta rapidement alors que le nom de la victime était prononcé dans son dos et que l’attention de sa créatrice se reportait derrière elle. Le couple, la seconde voix était de toute évidence féminine, préparait tout simplement un meurtre ou enlèvement en plein jour. La situation aurait été amusante si la cible désignée n’était pas celle sur laquelle elle devait mettre la main.

Pour autant, l’homme détenait des informations plus précises que celles qu’on avait pu lui fournir, ce qui était logique puisqu’elles dataient de près d’un mois désormais. C’était déjà presque un miracle d’apprendre qu’il était toujours sur Mirror Ball. Sa localisation restait imprécise, mais elle savait déjà pouvoir rayer les bars de la ville de ses fréquentations récentes, au point qu’il ne sortait plus de sa maison du voyeurisme, espérant se faire oublier un temps tout en étant protégé. Il n’avait malheureusement pas les bonnes personnes à ses trousses pour cela. Le reste de la conversation était sans intérêt, mais ce qu’elle en avait entendu suffisait à la Nemesis.

Elle plongea la main dans son sweat, en sortit une bourse et déposa quelques billets sur le comptoir, adressant un sourire à Eligor qui paraissait regretter d’avoir ouvert son bar en ce jour.

Ça reste entre nous bien sûr. Considérez l’excès comme un pourboire.

Se saisissant du goulot de la bouteille et de son verre, la jeune femme se dirigea vers la table des tourtereaux, un vague sourire aux lèvres. Ils voulaient éliminer Roman? Grand bien leur fasse, elle leur laissait volontiers, elle avait juste à lui arracher la bourde commise avant, histoire de bien se faire voir auprès de la Mafia et potentiellement décrocher un contrat de plus par la suite. Qui sait, il y avait des places de lieutenants disponibles du côté de Konan grâce au rouquin, pourquoi ne pas tenter sa chance?

Elle déposa son verre sur la table observant tour à tour l’homme à lunettes et la femme au chapeau large avant de leur adresser un sourire que d’autres auraient pu qualifier de malsain.

Désolée de m’imposer à vous, mais j’ai entendu ce dont vous parliez. Si Roman vous intéresse, on a un but commun. Je vous laisse le faire disparaître si vous le souhaitez, j’ai juste besoin de lui parler avant cela.

Si vous le voulez bien, on en parle. Autrement, je sors d’ici et vous ne me revoyez plus. Je ne peux pas dire que vous réussirez votre coup si on s’oppose. Je ne peux pas dire que vous le raterez bien sûr. Mais on aurait plus de chance à deux non?


En parler oui. La Nemesis savait pertinemment que la confection de plans n’était pas son fort, ou tout du moins autant que c’était le cas pour Ren, à savoir foncer tête baissée et semer mort et destruction en priorité, voir le résultat ensuite et s’adapter à ce qui se passait. Cependant, elle estimait également que pour cette fois, se faire discrète jouerait en sa faveur. Après tout, pas besoin de crier sur tous les toits qu’une criminelle avait incendié Mirror Ball pour mettre la main sur un membre de la Mafia. Et puis, dans le pire des cas, elle pourrait jeter le couple sous le galion des conséquences.



© Jawilsia sur Never Utopia


_________________
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] NrmW1
Nemesis
Revenir en haut Aller en bas
Vesper Ahriman
Vesper Ahriman
Messages : 116
Race : Vampire

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue27/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue22/120La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (22/120)
Berrys: 353.160.125 B
Lun 9 Aoû - 13:08





Hé mais, je te connais ! Tour 2


La femme était en train de boire lorsque l’on interrompit ses retrouvailles. Elle reposa donc son verre et tourna la tête vers la nouvelle venue, plutôt autoritaire dans ses propos. En voyant le visage de la blonde, elle s'arrêta de penser, stupéfaite. Elle leva une main que Dagan attrapa pour la plaquer délicatement sur la table, comprenant de quoi il s’agissait lorsqu’il vit le visage de la fille. Cela allait être compliqué, se dit le blond avant de prendre la parole tout en serrant la main de la femme dans la sienne pour tenter de la faire émerger grâce à la douleur sans que l’intruse ne comprenne ce qui se passait sous ses yeux.

Elle avait l’air bien concentrée sur son objectif cela-dit, donc garder son attention tournée vers cette cible était une bonne tactique, et Dagan, en bon parieur, y risquait sa chance légendaire.
-Asseyez vous, prenez un verre, expliquez nous votre intérêt là dedans. Pas besoin de rentrer dans les gros détails, je veux juste m’assurer que vous ne ferez pas de bêtise qui pourrait nuire aux affaires de tout le monde dans ce secteur, proposa Dagan.

Elle était là, la femme aux cheveux roses l’avait légèrement traquée, mais finalement, c’est elle qui arrivait dans son champ de vision. Ses yeux étaient toujours aussi étranges qu’après sa naissance, elle avait pourtant espéré qu’ils se résorberaient avec les années. Néanmoins son apparence était plus au diapason de son père qu'aux atouts de sa mère. Elle était plate, avait vieilli plutôt vite si elle considérait sa propre croissance, enfin, la taille correspondait, mais avait plus l’air d’être dû à un problème d’alimentation et d'hygiène de vie tant sa peau était sèche, abîmée. La sorcière allait presque lui proposer de prendre un repas le temps de s’occuper des broutilles dont elle n’avait plus rien à faire, mais la douleur à sa main droite la fit reprendre surface de sa transe maternelle.
-Oui, oui, asseyez vous, baffouilla la femme avant de tendre l’autre main vers une chaise puis de regarder Dagan sous couvert de son couvre-chef.

D’un mouvement d'œil, elle lui signala qu’il s’agissait d’elle, ce qu’il avait déjà compris et contrait d’un clin d’oeil furtif derrière ses lunettes. Celui-ci lâcha la main de sa compagne pour attraper son verre et prendre une gorgée, puis leva le regard vers la jeune femme dont il connaissait déjà le nom.
-On ne te fera rien, Nemesis. La femme que tu vois là va faire cela pour son enfant, qu’elle à laissé étant jeune à une famille puisqu’elle devait retourner sur un champ de bataille. Quant à moi, je suis son père, je veux juste évaluer sa détermination, puisqu’elle a attendu longtemps pour se décider à la revoir. Je te laisse imaginer dans la tête de la petite, enfin petite.. elle a à peu près ton âge en vérité, l’effet qu’une telle révélation pourrait avoir si elle rencontrait quelqu’un prétendant être sa vraie mère alors qu’elle a vécu au moins une partie de sa vie dans les bras d’une autre famille, puis de sa marraine.
-Ce n’est pas comme si je ne pouvais pas le prouver, réfuta la mère, une moue un peu boudeuse.
-Je le sais bien, mon amour, mais cela ne l'empêchera pas de vouloir nier la vérité.. lui répondit Dagan avant de se tourner de nouveau vers Némésis. La petite a son petit caractère et a tendance à s’attirer des ennuis.. Enfin bref, j’imagine que nos histoires doivent-être infiniment plus pénibles à écouter que nous à dire, et puisque l’on sait qui tu es, il est normal que tu saches qui nous sommes. Mon nom est Dagan Dirk Doubleglass, mais si c’est difficile à prononcer, tu peux m’apeller DaDiDou, je bosse un peu comme toi, mais je ne fais pas de vagues, donc pas de primes. Quant à elle, Sorcière suffira, elle traite un peu avec les marines, alors ce mec disparaîtra pour de bon. Cela fait un sacré moment qu’elle est en service, mais pareil que moi, elle est prudente à ne pas éveiller les soupçons, surtout que cela pourrait lui attirer bien des soucis avec la marine, je compte donc sur ta discrétion, même si ce n’est pas ton point fort, si tu décide de travailler avec nous sur cette affaire. Qu’en dis tu ?

La sorcière était quelque peu perdue dans ses pensées, la mission lui passait totalement à côté pour le coup, sans doute que les préparations allaient être quelque peu laborieuses. Dagan était la pour s’occuper du plan. Il s’agissait juste de participer à un casting dont le type en question ferait partie. Celui-ci se faisait d’abord par des entretiens individuels sans tenues affriolantes, donc se dénuder n’était pas nécessaire. En revanche, il était possible de ne pas tomber sur lui dans les entretiens, cela se jouerait donc en partie à la chance. Sauf qu’une fois au niveau des salles d’entretiens, une femme avisée pourrait potentiellement habilement changer de salle. Le blond savait également que pendant cet événement, les escarméras dans les pièces occupées par les différents jury et la grande pièce y menant ne seraient pas activée, chose presque notoire d’ailleurs pour les futures candidates, dont certaines en profitaient pour tenter de se faire sélectionner en faisant des faveurs. Le plan était simple, rentrer, le trouver, le tuer ou le capturer, et utiliser sa carte de membre très important pour l’extrader du bâtiment en coupant les caméras sur son passage. De l’arrière du bâtiment prévu pour laisser sortir discrètement les membres ne voulant pas se faire prendre la main dans le sac en entrant dans ce genre de lieu mal vu, il suffisait de rentrer dans les bois plutôt que de les longer pour revenir à la civilisation. Ensuite, et bien ensuite il suffit de faire ce que l’on veut, en principe


Vesper Ahriman
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis
Ignis Irae
Nemesis
Messages : 362
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue39/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue228/350La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (228/350)
Berrys: 412.146.000 B
Lun 9 Aoû - 17:05






La criminelle, la marine et le junkie




Elle n’avait pas encore été envoyée bouler, ce qui était plutôt bon signe. La femme à sa gauche avait levée une main un instant, ce qui avait pousser la Nemesis à se mettre sur ses gardes, mais l’homme s’était contenté d’arrêter sa conjointe. Visiblement, il était plus intéressé par son aide qu’elle, mais n’oubliait pas ses priorités, un bon point pour lui. Il se méfiait presque même, cherchant à savoir les raisons de la volcanique pour s’immiscer dans cette affaire. La Nemesis se contenta d’hausser les épaules avant de répondre.

Simple, je rends service à quelqu’un. Rien de plus ou de moins. Roman ne s’occupe plus de son boulot et certains aimeraient bien savoir de quoi il retourne; le découvrir me permettra de négocier plus facilement avec ces personnes. Si c’est ce qui vous inquiète, je n’ai pas l’intention de me mettre à détruire les environs.

La femme l’invita alors à s’asseoir, d’un ton incertain, comme hésitante devant son arrivée. Timide ou simplement manque de confiance en elle? La Nemesis n’aurait su le dire. Elle dévisagea un instant la femme, mais renonca devant les bords larges du chapeau, qui l’empêchait de réellement voir le visage de celle-ci. Pour autant, l’invitation était claire, et la blonde s’assit avant de renverser la bouteille d’infusion dans sa main, soulevant du pouce le corps jusqu’à remplir son verre. L’homme aurait probablement eu le temps d’intégrer ses raisons, aussi floues les avait-elle laissées.

Il reprit la parole quelques instants après, et la tension s’installa un instant lorsqu’elle entendit son nom être prononcé. Si elle était reconnue, tout pouvait partir en vrille en un instant, même si Mirror Ball ne disposait pas d’une base marine. Un contact pouvait être fait en un instant, et de là… Pour autant, elle s’enjoignit de rester assise. Même s’il était difficile de dire si l’homme mentait ou non, la plupart des gens étaient prêts à s’asseoir sur leur morale pour peu que cela coïncide avec leurs intérêts et un enfant était un bon poids collatéral.

Les coïncidences étaient presque amusantes, la mère cherchant à établir le contact avec sa fille, qui avait un âge similaire au sien et qui était passée entre plusieurs mains pour l’éduquer. Vingt-cinq ans d’abandon, avec ou sans raison, la mère risquait de se voir fort déçue si elle espérait que sa fille la reconnaisse comme telle. Elle aurait de la chance si elle finissait par intégrer la vie de sa progéniture comme autre chose qu’une mouche qui voletait, mais tout pouvait arriver, après tout, elle même avait avoué son nom de naissance à un révolutionnaire, malgré toutes ces années passées inhumé au fin fond de son coeur.

La suite était encore plus drôle, visiblement leur fille était du genre à se mettre dans la merde et à avoir un caractère du même acabit. Comme quoi, on pouvait visiblement trouver des folles partout, que ce soit le Nouveau Monde ou les Blues. Un instant, un sourire au coin des lèvres, elle essaya de se mettre à la place de la fille des deux retrouvant ses “parents”. La suite n’était pas belle à voir, elle nierait sûrement le tout en bloc, c’était plus simple qu’accepter toutes les conséquences que l’abandon avait généré.

L’homme finit par se présenter sous le nom de Dagan, ajoutant un surnom qu’elle n’emploierait sans doute jamais. Visiblement, le même genre de mercenaire freelance qu’elle, mais qui restait dans des contrats de moindre envergure pour ne pas apparaître sur les radars de la marine. Un choix comme un autre, même si les payes étaient sans doute moins bonnes, il prenait également moins de risques. Seul un surnom était donné pour la femme, Sorcière, ainsi qu’une vague affiliation à la marine, sous-entendue de longue date. Le surnom ne lui disait rien, il était donc peu probable qu’il s’agisse d’un gros morceau. De toute manière, elle serait forcée de garder le silence pour sa propre affiliation, admettre qu’elle avait collaboré avec une primée serait comme mettre fin à ses liens.

J’en dis qu’après grosso modo vingt-cinq ans sans jamais la contacter, vous aurez de la chance si votre fille accepte simplement de vous parler, enfin, c’est que mon avis. En tout les cas, je n’ai pas de soucis avec vos conditions, Roman peut disparaître, quant à l’affiliation marine de Sorcière… Je ne vois pas ce que je pourrais y gagner à la révéler de toute manière, donc oui, si ça vous amuse, je garderais ça pour moi.

Dagan se mit à exposer le plan, plutôt élaboré et qui montrait qu’il avait déjà passé plusieurs jours sur le coup, au moins pour du repérage et de la planification, ce qui arrangeait bien les affaires de la blonde. Si cela avait tenu à elle, elle aurait simplement pénétré dans l’un des bâtiments au hasard, neutralisé une partie de la clientèle pour aller directement menacer le patron de lâcher les informations dont elle avait besoin et ainsi de suite jusqu’à sécurisation de la cible. A bien y réfléchir, est ce que cela valait même le coup de procéder ainsi simplement pour des taxes plus basses? Sans doute pas, d’autant qu’elle mettrait un certain temps, qui laisserait potentiellement le temps à la cible de fuir. Il n’y avait qu’un seul souci dans le plan, même si elle savait déjà comment le régler.

Pas de soucis de mon côté, mais j’espère que votre compagne est plus douée que moi dans le domaine, parce que vous pouvez être certain que j'aurais à rendre inconscient le type qui “s’occupera” de moi, donc il faudra faire vite. Je peux gagner du temps en bloquant les portes, mais ça finira par se remarquer de toute manière. Enfin, selon le nombre de salles, ça peut aller vite.

La Nemesis but quelques gorgées de son infusion avant de se tourner vers Sorcière.

Et vous, rien à dire sur le plan de votre conjoint? Je ne suis pas stratège, donc j’ai rien à redire, mais ce sera peut être votre cas. J’veux dire, c’est votre cul qui va devoir s’infiltrer, pas le sien.



© Jawilsia sur Never Utopia


_________________
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] NrmW1
Nemesis
Revenir en haut Aller en bas
Vesper Ahriman
Vesper Ahriman
Messages : 116
Race : Vampire

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue27/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue22/120La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (22/120)
Berrys: 353.160.125 B
Mar 10 Aoû - 11:57





Dans la boite à malice, Tour 3


-Ce n'est pas tellement un jeu, déclara Dagan. Et ce n'est pas tellement dévoiler son affiliation qui me posait problème, mais plutôt faire des vagues. Nous savons que la subtilité n'est pas véritablement votre point fort, il s'agirait de ne pas nous attirer toutes les triades sur le cul.

Le blond termina son verre, puis le posa en lorgnant vers sa moitié.Il expliquait son plan de bout en bout, puis laissait le temps à la jeune femme de répondre, avant de se concentrer sur la sorcière. La blonde répondait de manière sarcastique et cela ne lui plaisait pas du tout mais il n’y pouvait rien c'était sa fille. S'il lui disait de dégager alors cela se pourrait qu'il trouble la relation entre elle et sa moitié,une relation pas encore au goût du jour. Némésis parlait aussi de la méthode à employer pour percer le système de défense afin de réaliser la mission, invoquant la malléabilité de Vesper. C'était un peu trop pour Dagan, qui, pour se détendre, fit un signe au barman pour se resservir. celui-ci approcha fébrilement et pencha la bouteille par-dessus son verre pour faire couler un cocktail. La sorcière prit conscience qu'il fallait qu'elle prenne le pas sur la discussion, et décida de finir son verre à cet effet tout pendant que la blonde terminait son verre avant de demander l'avis de celle-ci.
-Je fais assez confiance à mon amant pour me lancer dans cette affaire les yeux fermés. Je me doute que cela n'est pas votre cas, mais si j'ai vécu aussi longtemps en continuant à faire des missions auprès de lui, j'imagine qu'il doit être plus brillant tacticien que vous, en effet.
“Tu es peut-être ma fille mais tu restes quelqu'un en apprentissage de ce monde, je salue tes doutes quant aux gens que tu suis, mais au moins tu pourrais appliquer cette prudence aux actes que tu perpétue.” pensa la sorcière.
-Je ne vois rien à redire, le plan de Dagan n’est pas spécialement compliqué, mais il demande une bonne exécution. si nous opérons comme c'est prévu, il ne nous arrivera aucun mal.

Une sorcière se leva, invitant la blonde à la rejoindre tout en quittant les lieux. Elle s'engagea dans une série de ruelles avant de tirer le petit papier et de lire l'adresse inscrite. Soupirant quelques peu, elle se doutait qu'elle n'avait pas tellement le choix quand la durée de la mission puisque l'objectif était assez clair et court.Elle aurait bien voulu également faire les boutiques ou autre chose du genre avec sa fille mais, cela n'avait pas l'air simple d'autant plus qu'elle l'avait planté d'une pointe sarcastiques juste avant.Évidemment avec une certaine appréhension elle se demandait si elle ne devait pas tout lui révéler maintenant, au risque que tout éclate. Ce qu'il lui fallait c'était une méthode pour gagner du temps, quoi qu'il serait très difficile de gagner du temps avec une personne explosive tel que  Némésis. Alors la sorcière se contenta de s'apitoyer sur son sort, baissant les épaules, faisant la moue, l'air triste.

Suite à un dédale de plusieurs ruelles, la civilisation se fondait sur un grand nombre de casinos et de lieux de stupres.La vision était pittoresque, dans ce sens que rien n'allait avec le commun.Tout avait Comme un large désir de grandeur, comme des pulsions inassouvis et l'intention de séduire quel qu'en soit le prix. Il y avait là des enseignes chatoyantes, des femmes sublimes faisant l'accueil et racolant. C'était  à se demander pourquoi il n'y avait pas de fontaine de champagne, tellement le cadre avait l'air étrange. Les murs aussi étaient colorés tout comme les toits, et même l'odeur avait un je ne sais quoi d’enchanteur.Néanmoins, si c'est enchantement avait un quelconque effet sur les passants, il y en avait et aucun sur les deux femmes. Vesper se mit à étudier le bâtiment dans lequel les deux comparses devaient entrer. Celui-ci n’avait pas l’air particulièrement miteux, mais au contraire neuf, au point que de nombreuses mentions “Recherche” puis le nom d’un métier était placardé un peu partout sur la devanture. Un ravalement de façade et un changement de roster pour les filles était probablement monnaie courante dans ce business quand un apport important d’argent se faisait sentir, cela coïncidait sûrement avec les différentes opérations des cartels, cherchant à blanchir leur argent sur des lieux peu recommandables, avec l’assurance que le côté sordide éloignerait les enquêteurs du gouvernement.
-Je pense qu’il va nous falloir prendre d’autres noms pour entrer, déclara la sorcière avant de s’avancer. J’imagine, Blair pour moi, quelque chose comme Mélanie pour toi, lâcha-t-elle un peu déçue de la manière dont allaient se passer les événements.

La femme d’âge mûr arrivait devant un des loubards servant de gardes à l’entrée, un malabar si grand que son fusil ressemblait à un jouet en comparaison.
-Excusez moi, j’ai entendu dire par une amie que vous recherchiez des filles, cela vous…
-Par là, indiqua le costaud sans trop se soucier de sélectionner qui que ce soit et sans écouter le remerciement.
“Aucune méfiance, je pourrais secrètement être une figure assassine.” pensa la femme avant d’ouvrir la porte de l’établissement, se confrontant après un petit vestibule à une grande pièce possédant un comptoir d’acceuil.

La sorcière se fît jauger de haut en bas par la rombière qui devait habituellement tenir les filles.
-Je l’aime bien celle-là, déclarait la vieille femme d’un air qui se voulait accueillant.
“Elle s’attend à ce que je joue dans le même répertoire j’imagine, il me faut quelque chose de courtois mais pas flatteur.” évalua Vesper.
-Magnifiques accessoires, nota la noble en posant son regard sur l’éventail chic et plaqué d’or.

La grosse femme fit un geste du menton pour désigner la sorcière et lui dire de descendre les escalier sur sa droite d’un coup d’éventail fermé. S’inclinant avec un faux sourire, la femme d’âge mur descendit les marches, espérant que sa fille parviendrait à passer sans causer trop de grabuges.

Si la pièce en haut avait tout d’une entrée de théâtre, d’un grand luxe et d’un faste à tout épreuve, la pièce du bas avait tout d’une arrière boutique. Elle en avait l’odeur de renfermé, l’apparence lugubre de murs pas encore traités, jusqu’aux fournitures amassées à même le sol que l’on se devait d’esquiver de gestes habiles. C’était en travaux et cela se voyait, l’entrée n’était qu’un trompe l'œil en attendant le produit fini. Ici pas de lustres magnifiques, de vermoulures dorées et de tapis rouges veloutés, non, rien que du béton et de la brique nue, attendant le travail d’un ouvrier pour être sublimé, tout cela pour des spectacles érotiques. La dame savait qu’elle ne devait pas trop attendre, au risque de paraitre louche, alors elle continua son chemin dans le couloir jusqu’à tomber sur une feuille collée sur une porte avec la mention “Audition ici” et un dessin d’assez bonne facture montrant une dame devant un jury d’une personne. Certaines personnes ne savaient pas lire dans ce métier, et les types qui organisaient cela le savaient. La sorcière ouvrit la porte et entra dans un vestibule ou attendaient plein d’autres femmes, se plaignant ça et là que pour une première audition sans tenue s’était relativement long. Sans doute que les hommes prenaient beaucoup de plaisir à s’amuser avec les espoirs des candidates. Vesper croisa les bras sous sa poitrine et s’installa contre un mur, il lui fallait attendre désormais que l’escargophone la désigne pour entrer comme une autre femme était appelée en ce moment à rejoindre le box six.


Vesper Ahriman
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis
Ignis Irae
Nemesis
Messages : 362
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue39/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue228/350La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (228/350)
Berrys: 412.146.000 B
Mar 10 Aoû - 16:17






La criminelle, la marine et le junkie




Plus brillant tacticien qu’elle. Un sourire moqueur s’esquissa sur les lèvres de la blonde, non pas pour les tourner en ridicule, mais riant simplement de la vérité du propos. Elle n’était pas une stratège, très clairement, elle était une tête brûlée qui allait tout droit en laissant un chemin calciné derrière elle. Sauf que pour le coup, ce n’était pas la solution si elle souhaitait rester discrète.

Si vous lui faites confiance alors… Je l’ai déjà dit, son plan est toujours meilleur que la façon dont j’aurais réglé le souci, donc je ne compte pas m’en plaindre, je vous demandais juste votre avis.

La femme se leva et l’enjoignit à la suivre, poussant la Nemesis à laisser un verre à moitié plein et une bouteille non finie derrière elle alors qu’elles quittaient l’établissement. La blonde suivit sa comparse en silence à travers quelques ruelles misérables, laissant son esprit divaguer, s’interroger sur ce qui faisait cette différence entre elle et le reste du monde. Elle avait été bousculée jeune et avait décidé de bousculer ses environs en réponse. Est ce que c’était ça le problème, le fait qu’elle se soit défendu, et qu’elle ai fini par bousculer les gens en premier?

Est ce que… les gens réagissaient comme elle? Comme elle s’était mise à les pousser en premier, ils la poussaient en retour? Dans ce cas, qu’était elle censée faire, se mettre à accepter d’être bousculée? Ne plus se défendre? Était-ce même possible de le faire tout en contenant sa colère? Elle avait réussi une fois, ou presque, mais la situation était différente. Peut être que finalement, tout était lié. Que sa vie actuelle était une conséquence de ses actions et que tout remontait au passage par le feu d’Amaryllis Island, la répulsion initiale qu’elle avait subi. Dans ce cas, où est ce qu’elle aurait pu faire mieux? Et si elle s’était trompée sur le but du Purpura, sur quoi d’autre s'était-elle trompée? Est ce qu’au final, elle prenait mauvaise décision sur mauvaise décision depuis le début, se fourvoyant en pensant que survivre était le but, peu importe l’isolation qu’elle avait créée autour d’elle? Est ce qu’elle était censée accepter que, peut-être, le monde ne se résumait pas à deux personnes et un tas d’inconnus à repousser?

Le changement de décor mit fin à sa réflexion, lui faisant finalement voir le dos de la pièce qu’était Mirror Ball. Si précédemment la plupart des business étaient focalisés sur l’amusement, la danse et les bars, il était maintenant clairement axé sur les plaisirs de la nuit, un domaine que la Nemesis avait toujours soigneusement évité, tout en sachant qu’il existait. Le vieux Erik ne s’était jamais caché de son amour pour ce genre de zone, mais Red l’avait toujours mis en garde que s’il essayait d’y attirer la blonde, ce serait la dernière fois qu’il pourrait profiter de ce genre d’activités. Elle avait comme une répulsion instinctive pour l’endroit, le désir profond d’en sortir ou de le détruire, pour autant, elle était pieds et poings liés en l’instant. Elle devait y entrer, qu’elle aime le lieu ou non, malgré ses couleurs tape-à-l’oeil haïssable et ses exhibitions de chair.

Comme pour se protéger, elle rabattit le capuchon aux yeux de serpents délavés sur son visage, se contentant d’attendre un quelconque mouvement de Sorcière. Elle n’était clairement pas dans son élément, mais n’oubliait pas le plan, et espérait surtout que tout se passerait au plus vite pour s’en aller rapidement. Sa comparse proposa un changement de nom, auquel la Nemesis consentit sans rechigner avant de regarder Sorcière s’avancer et entrer dans le bâtiment. La blonde laissa passer quelques minutes avant d’y aller à son tour, de manière à ne pas être reliée à la chapeautée. Sans dire un mot, elle tenta de passer vers l’entrée avant d’être arrêtée par le vigile.

Votre capuchon. Faut que j’vois votre visage.

Soupirant, la Nemesis abaissa les deux yeux roses pour fixer l’homme, qui grimaça à la vue de l’anormalité oculaire de la jeune femme. Il marmonna un vague “bonne chance” qui sonnait plutôt comme s’il cherchait à se débarasser d’elle rapidement et la laissa entrer. Une entrée courte sans fioriture avant l’accès à une pièce assez vaste pour y accueillir une petite fête, au milieu de laquelle trônait un comptoir en bois et une femme assez âgée derrière, qui la détailla un instant avant de prendre la parole.

Mh… J’imagine qu’en laissant un peu pousser les cheveux… Avec un peu de temps… Pour les yeux, on a toujours des clients un peu bizarres… Mh…

Elle continua ses remarques quelques instants, comme se parlant à elle-même sans que la Nemesis ne sache réellement si elle devait intervenir ou non. Finalement, la dame lui indiqua des escaliers, ajoutant qu’elle aurait à faire “forte impression” si elle comptait compenser son physique peu avantageux pour le métier. La volcanique se contenta de hocher la tête avant de descendre, entendant la tenante maugréer que les nouvelles professionnelles n’étaient plus ce qu’elles étaient. Sans aucune caméra autour d’elle, elle sourit, riant intérieurement qu’elle risquait bien de faire “forte impression” comme le voulait la vieille, peut-être simplement pas de la façon à laquelle elle s’attendait. Elle réprima son désir de voir le feu consumer le bâtiment, continuant simplement de descendre, l’odeur écoeurante du parfum progressivement remplacée pour la plus grande satisfaction de la blonde.

En bas de l’escalier une pièce vide, aux murs nus qui lui rappelait des souvenirs d’adolescente lorsqu’elle avait parcourue la Fosse aux côtés de Cassidy. Un léger sourire flotta sur les lèvres de la blonde alors qu’elle repensait à un passé plus amusant, plus léger, se demandant pour la première fois depuis une éternité comment allait la petite médecin, et si elle avait fini par sortir du bidonville. Peut-être qu’elle y passerait un de ces jours, voir Stella, peut-être revoir Cassidy également… Evitant les objets qui traînaient par terre, elle arriva au bout de la pièce, face à une porte qui arborait un papier mentionnant le mot audition et un dessin. Elle s’interrogea un instant sur le rapport entre son ouïe et le papier, mais comprit de quoi il retournait en voyant le dessin. Ce n’était pas de son ouïe qu’il était question, mais de ce qu’elle ferait subir à celui de la personne en face d’elle. Et même là, ce n’était certainement pas de son ouïe dont on s’attendait à ce qu’elle s’occupe.

Elle expira, inspira, contrôla ses expressions faciales pour être le plus neutre possible et finit par ouvrir la porte, découvrant derrière un hall où attendait un certain nombre de femmes, avec plus ou moins de formes et plus ou moins âgées. Un instant, la Nemesis s’étonna de voir autant de personnes recourir à ce genre de solution plutôt que de prendre les armes si la vie les avait mises à terre. Elle chercha un instant à comprendre, avant de se rendre compte de l’évidence. Elle était différente, tout simplement. On lui avait enseigné autrement, montré comment se battre pour faire sa loi, mais pour des civils, ce genre de chose n’existait pas, et les femmes présentes ici se battaient à leur façon pour survivre. Le champ de bataille était différent, mais est ce qu’elle pouvait vraiment dire que le sien était meilleur que le leur? Sa prime lui disait le contraire. Elle était recherchée pour avoir incendié un grove, tenu tête à deux contre-amirales et éliminé une ou deux escouades de soldats. Ces femmes… n’avaient rien de tout cela. Elles faisaient profil bas, se faisaient obéissantes et cela suffisait à leur garantir de vivre au moins décemment, sans la crainte de voir un jour toute leur vie s’effondrer pour un paquet d’argent. Et au-delà de ça… Sans la crainte de voir un jour la vie de leurs proches s’effondrer pour les attirer.

Elle reprit contenance, observant autour d’elle, découvrant les escargophones de part et d’autre de la salle, qui appelaient à intervalle régulier un nom et une salle, invitant la fille concernée à s’y diriger. Elles finissaient par en ressortir après un certain temps, qui dépendait finalement de chacune. Certaines ressortaient en quelques minutes, d'autres pas avant un bon quart d’heure, l’une d’entre elle même ne paraissait pas vouloir ressortir. Du coin de l’oeil, elle aperçut Sorcière un peu plus loin et se contenta de se diriger dans la direction opposée. Elles n’avaient guère besoin de communiquer ici, chacune sachant ce qu’elle avait à faire. La blonde se contenta d’attendre l’annonce de son nom d’emprunt, observant les allées et venues des différentes candidates. Elle finit par entendre le nom de Blair au moment où une jeune femme blonde sortait d’une cabine en pleurant. Peut-être que son combat n’était pas plus simple que celui de la Nemesis. Peut-être que pour elle, ce combat représentait tout son futur. Peut-être que tout n'était pas aussi aisé que la volcanique le croyait. Peut-être que, finalement, elles étaient pareilles. En ce cas, qui avait défini ce clivage entre le reste du monde et elle? Qui d’autre qu'elle-même?

Son nom fût appelé et elle se dirigea vers la salle correspondante, découvrant un homme borgne au nez rouge, et cassé. En la voyant, celui-ci claqua immédiatement sa langue contre ses dents, exprimant son évidente insatisfaction.

Pfeuh, je dépense une fortune pour profiter de leur petit casting et on m’envoie un monstre sans formes? Qu’ils s’attendent pas à me revoir ces abrutis! Pas la peine de rester, tu peux dégager.

Oui, c’était une réaction à laquelle était habituée. C’était même la réaction habituelle des gens face à ses yeux, Kira ou Shiki ayant été une exception. Dans ce genre de cas, n’était il pas normal de renvoyer la balle plutôt que de se courber? La question ne se posait pas, son caractère n’aurait pas permis qu’elle s’incline, et la situation non plus. Elle leva une main vers l’homme, l’index tendu alors qu’il commençait à se frustrer tout seul, agissant comme s’il était un caïd connu des environs. Pour autant, la Nemesis ne savait qu’une chose, ce n’était pas Roman, donc l’homme ne l’intéressait pas. Une balle de cendres condensées quitta son doigt, projetée à grande vitesse et percutant la gorge de l’homme, qui commença immédiatement à tousser et à chercher son souffle. La blonde avança vers lui, un coup d’oeil vers l’escargophone dans le coin du plafond, dont le regard était caché par un rideau de fer. Sa forme se brouilla et de son corps fusèrent des tentacules de cendres, immobilisant l’homme paniqué et bloquant son nez et sa bouche. Rapidement, il cessa de se débattre, inconscient, et les cendres se retirèrent.

Posant sa main sur la poignée, prête à sortir de l’autre côté pour explorer les autres pièces, la Nemesis se ravisa. Si des caméras étaient dans la pièce suivante, elle serait reconnue immédiatement. Rangeant sa tresse sous son sweat, elle rabattit le capuchon du mieux qu’elle le pouvait sur son visage pour s’assurer de limiter les risques avant d’ouvrir la porte.



© Jawilsia sur Never Utopia


_________________
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] NrmW1
Nemesis
Revenir en haut Aller en bas
Vesper Ahriman
Vesper Ahriman
Messages : 116
Race : Vampire

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue27/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue22/120La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (22/120)
Berrys: 353.160.125 B
Mer 11 Aoû - 8:53





La princesse et le porc, Tour 4


Posée contre le mur, la sorcière ne pouvait faire autre chose que patienter et d’observer l’endroit en attendant qu’on la nomme ou qu’on lui adresse la parole ce qui, avec le poulailler, pouvait durer un moment. Elle avait pu voir sa fille entrer, avec l’assurance d’une femme venue ici pour tout casser. Avec un peu plus de forme, elle aurait ressemblé à une mère mécontente venue ici pour se plaindre de la conduite de sa fille ou du jury. Les gens s’écartaient visiblement sur son passage et elle décida d’elle-même de s’éloigner de sa mère, probablement afin de gagner plus de terrain. Ici débutait un jeu d’attente et de courtoisie, un jeu ou les nerfs étaient importants.
-E..excusez moi ? faisait une voix à côté de Vesper, minaudante.
-Oui ?
-Vous pouvez me rajouter un peu de fard à paupière ?
-Faites voir, demanda la sorcière en se pliant à l’exercice, tendant les mains pour que la petite blonde lui place le nécessaire en main.

La poudre était minérale et d’assez haute qualité, du genre typiquement pas la poudre ordinaire, plus un objet de luxe accessible aux riches.
-Ce ne sont pas des cosmétiques ordinaires pour une femme qui fait ce métier, souleva Vesper en commençant à appliquer le produit.
-Il fallait que je mette toutes mes chances de mon côté, pour cette occasion.

Vesper compris pourquoi elle avait choisi du violet, le bleu de ses yeux était bien souligné par cette couleur, mais contrastait avec la pâleur de ses cheveux. Contrairement à sa fille, celle-ci avait actuellement du goût pour se sublimer. Cela dit, ce n’était peut-être pas le bon endroit pour se transcender.
-Même, cela fait beaucoup d’argent pour un poste de danseuse exotique.
-Oh, mais je comptais plus mettre le grappin sur l’un d’entre eux.
-Ah, est-ce que tu es sûre que c’est une bonne idée ? Ce n’est pas vraiment le genre à se soucier des femmes qu’ils se tapent.
-Tu pense qu’il me laisseraient de côté avec un bébé ? s’inquiéta la blonde en ouvrant les yeux, empêchant la sorcière d’appliquer le produit.

Voilà que la sorcière se mêlait de ce qui ne la regardait pas. Peut-être était-ce là son instinct maternel de retour qui l’incitait à être prévenante envers la jeune femme qui avait des points communs et divergent avec sa propre fille. Quoi qu’il en était, il semblait à cette femme d’âge mur que la plus jeune se trompait gravement de carrière en plus de risquer son jugement sur quelque chose qui pouvait devenir épouvantable. Elle continuait néanmoins d’appliquer le produit tout en se disant que cela pourrait faire une activité simple à faire avec sa fille. Elle lui lançait d’ailleurs un regard en coin avant d’oublier son idée. La jeune femme qu’elle n’avait pas élevée ne serait probablement pas le genre à apprécier ce genre d’occupation. Il lui faudrait du percutant, quelque chose de plus masculin, plus terre à terre, après tout elle l’avait trouvée dans un bar. Du lancer de hache peut-être ? Même les fléchettes avaient l’air d’être trop simpliste pour la petite blonde. Plutôt que de réfléchir à cela, Vesper se devait de répondre à son interlocutrice.
-Pas nécessairement, mais connaissant ce genre de business, tu as probablement autant de chance d'atterrir dans les bras d’un type qui s’occupera de toi que de finir dans une poubelle avec ton enfant parce qu’il aura voulu se débarrasser de toi. Je regrette de te dire cela comme ça, mais à mon avis, pour un plan comme ça, tu aurais plus vite fait de te trouver un joli garçon riche des coins comme paradise island. Ce sera probablement plus dur de trouver quelqu’un prêt à t’aimer pour ce que tu es, mais au moins les chances que tu finisses tuée seront moindres. Pareil pour ça, fit Vesper en montrant le coquillage rempli de poudre violette, réserve le pour eux, non ? Les idiots ici ne sauraient pas faire la différence entre de la haute qualité et le cosmétique de base tant ils sont abrutis par l’alcool et la drogue.
-Oh, je vois, mais comment sais tu tout cela ? Une jolie femme comme toi avec un tuyaux pareil qui vagabonde dans des lieux comme celui-ci, c’est...
-Disons que j’ai appris la leçon de la manière forte, fît la sorcière en dégageant les mèches devant son œil fermé. Il est crevé, et le reste de mon corps que tu ne peux pas voir n’est probablement pas en meilleur état.
C’était là son rôle de mère, celui qu’elle avait négligé durant tant d'années et qui faisait que sa fille était désormais ce qu’elle était au lieu d’avoir été guidée sur un meilleur chemin à chaque décision. Mais c’était là tout l’intérêt de pourquoi la sorcière avait fait cela, non ? Après tout, elle avait décidé de la laisser à un couple qui aurait dû savoir la guider, pas à une bande de pirates.

-Oh, je suis désolée.. avait continué la blonde presque retouchée complètement.
-J’ai usé ma vie pour avoir ce genre d’expérience, ne gâche pas la tienne à poursuivre un destin probablement pire que le mien.
-Je comprends, merci pour tout ! fit la blonde en prenant les avant-bras de la femme avant de repartir.
-De rien, j’espère que tu trouveras ce que tu cherches.

Laissant la petite blonde s’éloigner au petit trot, une autre sortie en pleur laissait entrevoir un visage depuis la cabine qui pointait le doigt sur son escargot avant de dire le nom d’emprunt de Vesper. Elle se dirigea vers la salle avant de se rendre compte que la petite blonde lui avait laissé sa poudre en main. Elle ferma son œil, légèrement gratifiée d'avoir reçu un cadeau aussi coûteux de la part d’une fille paumée, puis fit tomber son chapeau pour ranger la poudre dans une des poches.

Le type était celui qu’il cherchaient et c’est à ce moment-là que Vesper compris qu’il y avait un petit bémol au fait d’être deux à faire cette mission. Si sa fille avait besoin d’une information, il fallait le garder en vie et traverser cette pièce. Roman était émoustillé visiblement, il la jaugeait du regard avant de s’assoir derrière son bureau et de glisser une main là ou la femme n’avait pas de vision tout autant que sur son menton pour afficher un air intéressé.
-Une sorcière, hein ? Ce n’est pas pour me déplaire, mais pourquoi ?
-C’est pour mieux vous envoûter, suggéra la femme du tac-au-tac.
-Méhéméhéméhé.. Fais donc, envoûte moi, si tu le peux, défia l’homme la main sur son bazar et l’autre quittant son menton pour frapper deux fois sur la table.

Probablement qu’il voulait la voir ramper en dessous, ma Vesper posa son postérieur sur le bureau pour se pencher vers son interlocuteur, affichant un sourire ravi alors qu’elle était intérieurement écœurée. Elle posa deux doigts sur ses lèvres et souffla un long baiser à l’homme qui fut surpris un instant lorsqu’il vit une nuée dense sortir de la bouche de la sorcière, exaltant des particules de bois soulevant une odeur satisfaisante. La nuée se changea en symbole de cœur vide, comme l’on pourrait souffler un rond en fumant, ce qui rassura Roman.
-Sorcière, parce que tu es maudite, compris de travers l’homme en observant plus la poitrine de la femme tendue vers lui que la symbolique du cœur qui s’approchait de lui en s’évasant comme pour entourer sa tête.
-Vous êtes perspicace, souligna Vesper, vous devez posséder bien d’autres qualités.. Vous feriez sûrement un bon esclave.
-Pardon !? s’étonna Roman avant que d’un geste des doigts la sorcière ne tire sur son lien au cœur de bois qui se resserra au cou du malotru.
-Vous allez faire ce que je vous dit de faire, murmura Vesper en faisant tomber sa façade, sinon je vous assure que si votre collier n’a pas l’air solide, le trou qu’il pourra vous faire à la place de la gorge ne sera pas plus agréable.
-Oh oui, comme ça ! s’extasia l’homme en continuant à toucher son bazar.

La sorcière appliqua un peu de pression et Roman parut comprendre instantanément où était le danger quand les grains entrèrent sous sa peau. Son cou était devenu rouge, mais ne saignait pas vraiment, il perspirait quelque peu, créant une marque presque mélange entre le visuel d’un suçon et celui d’un bleu. Les deux mains du pervers se placèrent sur son cou, comme pour tenter de l’enlever.
-Si tu agis comme un bon toutou, je te laisserais vivre, sinon tu irais rejoindre d’autres âmes en peine en enfer, cela ne me pose aucun problème de t’y envoyer. Mais quelque chose me dit que si tu te cachais ici, alors c’est que tu considérais que ta vie valait d’être vécue, je me trompe ? demanda Vesper avec un sourire sadique.
-N.. Non m’dame !
-Très bien, alors ouvre la porte derrière toi, et assure toi bien de neutraliser les escarméras, tu ne voudrais pas que l’on te vois te faire humilier, pas vrai ?

Le pion se leva, obéit sans discuter, et alors qu’il avait le dos tourné pour fouiller ses affaires, la sorcière fut soudainement attirée par la vulnérabilité de sa proie. La bête frappait de bonne heure, comme si elle réclamait son déjeuner. C’était contre la loi de se servir ainsi, mais la tentation était grande, alors en addicte convaincue, le vampire se laissa succomber à l’appel et mordit l’homme à l’épaule après avoir dégagé sa veste du chemin. Elle le drainait de presque un cinquième, le quota pour ne pas le tuer, puis retirait ses crocs avant d’aider l’affaiblit à ouvrir la porte.
-Tu a meilleur goût à l’intérieur, Roman, souligna Vesper avant de le faire avancer d’une petite tape sur le dos.

La sclère de l’œil unique de la sorcière se remplissait de noir, et en entrant dans le vestibule des personnalités importante, la femme pu faire le contraste avec celui des candidates. Faste, très très faste, le lieu était aussi gorgé de richesse apparente et de luxe que le vampire l’était de sang. L’opulence décadente appelait à visiter les chambres, à se laisser aller, à lâcher prise et à rester pour dépenser. Mais il n’était ni l’heure pour l’un ni pour l’autre, non, il fallait à Vesper un moyen de contacter sa fille, sinon quoi elle devrait attendre qu’elle sorte d’une des pièces en ayant probablement assassiné un malotru au passage. La sorcière évalua l’endroit le moins suspect ou se placer, une table de jeu sans croupier, ou elle déposa Roman tout vidé de ses forces sur une chaise, puis elle même à côté, comme pour faire semblant de le maintenir. Il s’évanouit de l’épuisement qu’il ressentait en quelques secondes, et la femme retira son anneau de la gorge du gredin avant de regarder le dos des box, espérant que la prochaine personne à sortir de ce côté allait être sa fille.


Vesper Ahriman
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis
Ignis Irae
Nemesis
Messages : 362
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue39/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue228/350La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (228/350)
Berrys: 412.146.000 B
Mer 11 Aoû - 16:33






La criminelle, la marine et le junkie




La Nemesis regarda l’homme inconscient derrière elle un instant. Est ce qu’elle lui en voulait d’avoir réagi comme cela? Pas vraiment, elle avait vu ce genre de comportement si souvent que ça en était presque normal finalement. Est ce qu’elle lui reprochait de n’avoir même pas essayé de voir par delà ses yeux? Peut-être… Bien sûr elle n’avait eu aucune intention de le séduire ou de ne serait-ce que le toucher, mais pour la jeune femme, cela restait un brin vexant d’avoir été rejetée à ce point alors qu’elle même tentait de ne plus repousser le reste du monde. Elle considéra un instant l’idée de lui écraser la tête, là, sur le sol, un gros marteau de cendres qui éclaterait son crâne comme un fruit trop mûr. Elle pouvait presque visualiser l’explosion de cervelle qui s’en suivrait. Pour autant, elle se contenta d’ouvrir la porte et de quitter la salle, laissant le corps intact bien qu’immobile derrière elle. L’homme ne méritait peut-être simplement pas cela…

Derrière la porte, une grande salle au luxe excessif accueillit la blonde. Les décorations étaient ridicules, les dorures omniprésentes, c’était un environnement qui hérissait le poil de la volcanique. Au milieu de la pièce, une table de jeu couverte de velours vert marqué pour les dés, un homme avachi dessus, et derrière lui dépassait un chapeau large aisément reconnaissable.

Je vois que tu as eu plus de chance que moi. Il ne nous reste plus

Elle s’arrêta en pleine phrase, constatant que l'œil unique de Sorcière avait changé, désormais bien trop similaire aux siens à son goût. Elle ignorait exactement ce qui s’était passé, mais cela ne lui plaisait pas, elle avait cette impression de déjà-vu malsain, cette volonté d’arracher l'œil de son orbite pour qu’il cesse de la fixer. Peut-être était-ce cela que les gens ressentaient en la voyant. C’était un étrange retour de karma, comme se voir dans un miroir sans pouvoir s’identifier au reflet. Arborant une expression visiblement déplue, elle continua comme si de rien était.

Je disais, il ne nous reste plus qu’à évacuer. Je prends le sac à merde avec moi ou tu t’en occupes?

Selon la réponse, elle prendrait Roman ou non avant de se diriger vers la sortie, l’oreille tendue afin de s’assurer que personne ne les attendait. Des pièces, rien ne ressortait, mais de la sortie au bout du couloir un froissement était audible. Du papier frotté, sans doute un homme en train de rouler une cigarette, sa théorie était supportée par un chantonnement guilleret, le genre de celui d’un homme qui savait pouvoir se permettre de se la couler douce pendant le travail.

Son corps se dissipa en brouillard et elle approcha rapidement l’homme, tapie au sol avant de surgir, bloquant le cou du fumeur au creux de son coude et remplissant ses narines et sa bouche de cendre jusqu’à ce qu’à son tour il s’amolisse dans ses bras. Elle laissa tomber le corps de l’homme à ses pieds, indemne si ce n’était son état comateux, une attaque qu’il serait difficile d’identifier par la suite. Vérifiant que la sorcière derrière elle était toujours là avec leur prise, la Nemesis lui fit signe de la rejoindre avant de s’engager vers la forêt à moins de quelques mètres de là. Dagan les y attendait sûrement déjà, et elle avait hâte de pouvoir extirper les informations nécessaires et régler toute cette histoire.



© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] NrmW1
Nemesis
Revenir en haut Aller en bas
Vesper Ahriman
Vesper Ahriman
Messages : 116
Race : Vampire

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue27/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue22/120La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (22/120)
Berrys: 353.160.125 B
Jeu 12 Aoû - 7:03





Et une autre, Tour 5


Plus le temps passait et plus la femme avait l’impression que sa perception du temps se diluait. L’attente devenait interminable, mais tout de même drôle en un sens, puisque le type assommé à côté d’elle ne faisait que reprendre conscience pour retomber aussitôt dans l’oubli. Au retour, la femme le surveillait, puis à son départ elle levait l’oeil vers les boxes. Il n’y avait pas à dire, le sang du pouilleux lui réchauffait le corps, activant toutes sensation d’un repas de qualité, étonnamment. Elle se sentait progressivement pousser des ailes, prête à tout détruire d’un battement de l'œil, ce qui souleva un point important dans sa conscience, avait-elle fait quelque chose qu’elle n’aurait pas dû faire ?

La réponse était évidente, mais le cerveau de la femme d’âge mur carburait bien trop rapidement pour comprendre les rouages fin qui circulaient devant elle, se concentrant plus sur la porte de box qui s’ouvrait devant elle. Son œil se fixa sur la blonde, esquissant un sourire en la voyant, c’était sa fille, son petit amour, elle en rougissait presque. Sa fille lui parlait de quelque chose puis s'arrêtait soudainement, entraînant une suspicion de la sorcière qui tournait la tête pour regarder derrière elle, aux abois. Personne ne lui enlèverait, non, plus jamais. Elle pensait trop, et Vesper secoua la tête dans une veine tentative de reprendre ses esprits. Cela ne fut pas bien efficace, mais au moins ça lui avait remis un petit peu les idées en ordre. Némésis lui parlait de sortir et de qui porterait le corps du type. Un peu plus confiante sur ses capacités physiques, le vampire souleva sans trop d’effort l’homme groguis qu’elle tenait sur son épaule, comme on aide une personne déficiente à marcher, sauf que ses pieds titubaient comme une personne ivre.

Suivant sa fille le long du couloir, elle fixait intensément la porte, pas vraiment attentive à ce qui se passait pour la blonde qui venait d'assommer quelqu’un d’autre puis de faire attention à elle. La femme d’âge mur progressa, utilisant un des murs comme appuis pour continuer à avancer, puis atteignit l’ouverture, un type gisait au sol, sans doute assomé, voire pire.

Les deux femmes s’éloignaient vers la forêt et Vesper lançait l’homme vers l’avant ou il tituba avant de s’écrouler. Un homme enveloppé dans un manteau noir sortait des ombres derrière un arbre, discret comme un serpent arboricole, il lança une pièce en l’air avant de l’attraper dans une gesticulation spécifique, faite pour brouiller quelle main tenait la pièce, puis les tendit vers la sorcière.
-Gauche, Pile.
-Droite, Face, déclara Dagan en vérifiant. Cela s'est bien passé ? s’inquiéta-t-il en voyant la surface noire dans l'œil du vampire.
-On l’a eu assez facilement, mais on a dû en tomber deux avant, du moins si j’ai bien compté. J’ai drainé Roman pour l'empêcher de se débattre de trop.
-Je vois. Et ensuite ?
-Ensuite on l'a amené là et c’est tout.
-Et c’est tout, répondit Dagan avec suspicion. Viens me voir, ma belle.

Le vampire approcha de l’homme, se perchant dans ses bras, laissant au blond le loisir de pousser un petit grognement de contentement, comme un ronronnement. Dagan dégagea sa nuque et laissa la sorcière le mordre, puisant dans ses forces, et potentiellement un peu l’alcool qui les parcouraient pendant que Némésis pourrait faire ce qu'elle voulait de l’homme à terre.


Vesper Ahriman
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis
Ignis Irae
Nemesis
Messages : 362
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue39/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue228/350La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (228/350)
Berrys: 412.146.000 B
Jeu 12 Aoû - 15:10






La criminelle, la sorcière et le junkie




Sorcière paraissait différente, décalée, peut-être un peu à la masse, comme si elle avait bu. Pour autant, il était difficile de juger pour la cuisinière, qui ne possédait guère plus de compétences médicales que pour pratiquer une amputation. L’important était de sortir de toute manière, une fois les informations récupérées, la marine pourrait bien prendre la cuite de sa vie si elle le souhaitait. Elles approchèrent de la forêt et la sorcière jeta Roman en avant, qui s’effondra misérablement après avoir trébuché sur ses propres pieds. Dagan sortit de derrière un arbre, agitant les mains pour jouer à pile ou face alors que sa compagne lui résumait l’opération. Somme toute plutôt positive, théoriquement pas de mort, elles avaient à peine été repérées, il n’était pas aberrant d'appeler cela une opération d’extraction réussie.

La sorcière s’en alla dans les bras de son conjoint alors que la blonde allait ramasser le corps immobile du mafieux pour le plaquer contre un arbre. Il paraissait assez peu concentré lui aussi, ses yeux se posant à peine sur la volcanique face à lui, qui le prit relativement mal. Il n’était pas dans une position où il pouvait se permettre de détourner les yeux. La blonde se saisit du poignet de l’homme et le tira vers elle sans qu’il ne cherche à résister, jusqu’à ce qu’un doigt dont la dernière phalange s’était transformée en cendres ardentes ne s’écrase sur l’intérieur de l’avant-bras. L’homme se contenta de rire, repoussant la douleur et se déclarant le roi du monde, ce qui fit froncer les sourcils de la blonde. Elle le fixa un instant, découvrant les pupilles dilatées, le rythme cardiaque élevé et en vint à une conclusion rapide, qu’elle prononça entre ses dents.

Ce fils de pute est complètement arraché…

Elle commença à tâter les vêtements de l’homme, qui s'épanchait en remarques grivoises et autres gesticulations que la blonde eut bien du mal à ignorer. Pour autant, sa recherche porta ses fruits, lui permettant de sortir une petite fiole scellée contenant un liquide rouge visqueux. Celle-ci était à moitié remplie et au vu de la colère de l’homme, qui lui ordonna de lui rendre, elle avait trouvé le jackpot. Elle ignorait de quel genre de drogue il s’agissait, mais ce qu’elle savait, c’est qu’il était totalement addict, et que c’était probablement la raison pour laquelle il se terrait. C’était juste un drogué de la pire espèce et il avait peur d’assumer les conneries qu’il avait fait pour continuer de se fournir.

Un tas de cendre vint s’enrouler autour du corps de l’homme pour l’empêcher de bouger et la Nemesis attendit quelques minutes, durant lesquelles l’état de l’homme changea rapidement. S’il avait commencé très confiant, arrogant au point de causer la colère chez la blonde, une dizaine de minutes plus tard il n’était plus qu’un tas de nerfs à vifs qui passait des menaces aux suppliques sans discontinuer pour avoir la fiole, mêlant vérité et mensonge sans même hésiter, invoquant tout les dieux et noms auxquels il pouvait penser et promettant même d’apporter la tête de Konan pour son fix.

Bien… Vu que tu es plus coopératif, on va faire simple. Je te pose des questions, tu réponds, sans mentir. Et si tu réponds correctement…” Elle agita la fiole devant les yeux du camé, juste quelques centimètres hors de son atteinte.” Je te rendrais ça. On va commencer simple. Ça va faire trois semaines que tes patrons essaient de te joindre et qu’ils n’ont pas de réponse. Tu m’expliques?

Regard fuyant, grosses gouttes de sueur, même désespéré, l’homme paraissait se rendre compte de la situation dans laquelle il était, une situation qui allait bien au delà d’une simple affaire de drogue. Ce ne fût que le doigt rougeoyant de la Nemesis s’approchant de son oeil qui le fît craquer et répondre, pris d’une crise de terreur à l’idée de devenir borgne.

C’est… ces mecs. Grands. Très maigres. Sans nez, habillés en noir. Ils voulaient… acheter des trucs. Et pour me remercier de la rapidité, ils m’ont filés ça.” Il effectua un geste du menton vers la fiole encore dans la main de la blonde.” C’est...une vraie saloperie. Ça te défonce totalement, mais pas longtemps. Et après, tu en veux encore. Juste… Rien qu’un peu plus. Avant que je m’en rende compte, j’étais chez eux à leur en acheter. Mais ils en ont pas beaucoup. Et ça coûte cher. J’ai… Je…” Son regard coula des deux côtés, comme incapable de se concentrer, terrifié de ses environs alors que ses jambes reculaient pour tenter de le protéger.” Je leur ai refourgué une grosse cargaison contre leur drogue. L’argent… Celui que je devais faire remonter, j’ai tout pillé pour me planquer. Essayer de me faire oublier.

C’était décousu, mais la réponse était là. Le type était tombé dans la drogue, et pour financer son vice, il avait détourné les fonds de la Mafia, avant de se rendre compte que cela finirait très mal pour lui si cela venait à se savoir, et il se terrait depuis, effrayé de recevoir un appel pour lui demander où était l’argent. Cela ouvrait cependant une fenêtre de plus pour la Nemesis, la Mafia serait sûrement très intéressée par l’identité des types qui avaient fourni cette drogue à leur homme, sans même parler d’un échantillon de la drogue elle-même.

Je vois… Et ces types. Tu as un nom? Ils font partie d’un groupe, de quelque chose?

L’homme se contenta de secouer la tête, ajoutant qu’ils n’avaient que des numéros. Pas des numéros d’escargophone, mais bien des numéros pour les désigner. Il avait rencontré 39, 47 et 71 jusque là, et peut-être d’autres dont il ne se souvenait pas. Ils se ressemblaient tous, portaient des numéros, finalement il y avait quelques informations, mais rien d’incroyable. Ce serait pourtant suffisant, elle doutait que Roman soit capable de sortir une liste de ce qu’il avait donné à ces types.

Elle se releva avant de se tourner vers le couple, rangeant le flacon dans sa poche sous les cris plaidants du mafieux.

J’ai ce que je voulais. Il est à vous.


© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] NrmW1
Nemesis
Revenir en haut Aller en bas
Vesper Ahriman
Vesper Ahriman
Messages : 116
Race : Vampire

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue27/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue22/120La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (22/120)
Berrys: 353.160.125 B
Jeu 12 Aoû - 16:47





DaddyDoux, Tour 6


Cela allait d’abord mieux pour le vampire, qui sentait ses sens peu à peu revenir après la montée spectaculaire qu’elle venait de subir, puis un autre effet frappa à son tour.
-Tu as bu ? demanda Vesper après avoir humidifié ses lèvres.
-J’étais dans un bar, je te rappelle, signala Dagan avec un sourire. Il fallait bien que je trouve quelque chose à faire autre que lancer des couteaux et attendre des badauds pour être le meilleur.
-Tu es un incorrigible, petit garçon.. articula avec peine la sorcière, fiévreuse entre trois substances jouant sur son métabolisme.
-Je ne suis pas le seul, si je dois constater l’évidence.
-Il était vulnérable, c’était facile, répondit la femme d’âge mûr, un peu comme une enfant vexée.
-Et maintenant c’est toi qui l’est..
-Hmm..

Dagan l’attira dans ses bras avant de jeter un œil sur sa fille qui avait l’air de se débrouiller comme elle pouvait pour faire décuver le bonhomme avec le meilleur remède, le temps. Lui avait trouvé cette astuce pour sa moitié avec l’expérience. L'empoisonnement à l’alcool ou avec d’autres drogues passant par ce qu’elle ingurgitait étaient dilués avec tout le reste, si il complétait une dose avec une plus pure, cela réduisait naturellement les chances qu’elle perde la tête. Par conséquent il s’était laissé mordre avec conviction que l’alcool serait moins fort que ce qu’il entendait être une drogue puissante. La femme ne pourrait pas s’en fournir de toute manière et se sèvrerait de force si une telle chose arrivait. Dagan savait qu’elle avait déjà assez de problème avec les quantités de sang qu’elle se permettait d’avaler, puisque son choix de servante s’était toujours porté sur des femmes très vigoureuses et bien en chair.

Il dorlotait son amante, l’étreignant un peu plus, puis décida d’appuyer ses propos d’avant.
-Il faut que tu sois plus prudente à l’avenir, qui sait ce qu’un type pourrait cacher dans son sang..
-Ce n’est pas comme si j’avais eu le contrôle sur moi-même, je sais que cela m’est défendu, je ne peux juste pas me retenir, parfois..

Le blond écarta la délicieuse femme de lui avant de la regarder intensément jusqu’à qu’elle rougisse.
-...Non..ne fais pas ça.. Je peux tenir debout.
-C’est trop dangereux de te laisser si faible et sans défense, tu sais bien que si je pouvais faire autrement je le ferais.

Rougissant de plus en plus, la femme leva une cheville alors que le blond s’approchait pour l’embrasser, et la femme se pulvérisa. Amas de bois en suspension, la femme était désormais un agencement de fines particules de bois colorées, donnant l’impression que la sorcière avait été émincée puis que chaque bout d’elle étaient en train de se coller à une brume constituant un fantôme végétal. Son chapeau n’avait pas effectué la transition en revanche, et était tombé au sol.

Le blond regarda sa fille, elle aussi possédait une malédiction, elle devait facilement comprendre ce qui s’était passé et pourquoi il en avait fait ainsi. La femme d’âge mur, dans cet état transitoire, était comme dans les vieux contes sur les vampires, une forme éthérée, un spectre cherchant le repos pour se ressourcer et revenir à la non-vie vampirique. Ces vieux contes, c’était Slynt, son mentor qui lui avait montré, lui-même était demi-vampire d’une famille plutôt aisée, c’était tout naturel qu’il se balade avec ses livres préférés sur le sujet qui le passionnait. C’était d’ailleurs grâce à lui que Dagan avait rencontré sa délicieuse femme, bien qu’elle ne soit pas sienne et ce malgré les années. Elle restait son amante, sa confidente, et la mère de son enfant. Si peu de ressemblance entre la femme troublée et celle qui venait de rentrer à nouveau dans sa vie. Mais peut être pas si différent que cela après tout, qui sait.
-On va se charger de t’en débarrasser, répondit le blond à Némésis, qui visiblement en avait terminé avec lui. Je me doute que pour toi cela voulait dire que c’était une seule et unique mission, mais si tu as besoin de support un jour, j’imagine que te laisser ses coordonnées ne serait qu’un plus pour toi. Je ne participerais pas à un plan comme cela, je tiens trop à mon absence de prime pour cela, et compter sur elle ne pourra se faire que si tu lui largue au passage un ou plusieurs pouilleux, ou que cela nuit gravement aux entreprises de pouilleux, un peu comme si elle était elle même de la marine en soit.

L’homme vêtu de noir fouilla ses poches un instant et en sortit un stylo et une feuille sur laquelle il gribouilla avant de le tendre à la blonde.
-J’imagine également que si tu veux tenter de te ranger, elle serait probablement assez douée pour trouver les bons contacts afin de remonter la pente et surtout d'arrêter le vol menaçant des mouettes. Quoi qu’il en soit, on ne te jugera pas, ni elle, ni moi, pour les actions que tu a faites, et, probablement que tu t’en fou, mais ça me paraissait important de le souligner. Tu nous ôte une épine du pied, c’est le moins qu’on puisse faire d'être là si tu a besoin de nous.

Le quarantenaire s’approchait du type en manque, lui tendit une main pour l’aider à se relever, et une fois qu’il fut debout lui colla un coup de poing sec dans le foie, accompagné d’une couleur couvrant ses phalanges. Roman tomba instantanément dans le coma, le sevrage et son anémie forçant le trait sur son inconscience, se plaçant entre les épaules du type au chapeau noir qui le soulevait comme si il ne pesait rien. D’un geste de la main il abaissa son chapeau de manière révérencieuse envers sa fille puis s’approcha de celui de sa femme pour se pencher et le ramasser avant de regarder son amante et de lui prendre la seule partie matérialisé dans sa main, la sienne.
-On y va, ma belle, annonça le blond en avançant dans la forêt, bientôt couvert par les ombres des arbres. J’espère qu’on se reverra, peut-être au tour d’un verre la prochaine fois, déclara Dagan en tirant son fantôme d’amante avec lui.

Le vent soufflait légèrement les feuilles dans la brise du matin, les premiers rayons filtrés du soleil perçaient la canopée en ce moment de séparation, faisant briller un espoir, aux couleurs d’une diapositive, perdue dans les feuillages qui voletaient en découvrant l’image d’une mère et son enfant, yeux vers la caméra, semblables, toutes deux dans un lit. Une petite blonde dans les bras d’une femme aux cheveux roses pâles et toutes deux aux yeux de noir et de jaune.


Vesper Ahriman
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis
Ignis Irae
Nemesis
Messages : 362
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue39/75La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Left_bar_bleue228/350La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] Empty_bar_bleue  (228/350)
Berrys: 412.146.000 B
Ven 13 Aoû - 6:25






La criminelle, la marine et le junkie




Sous ses yeux, la sorcière avait explosé, de la même manière qu’elle le faisait elle-même, simplement d’une autre particule. Si elle même était un ensemble de résidus organiques passés par le feu, Sorcière était ce même ensemble végétal avant la lécherie des flammes. Pour autant, il était visible qu’elle était affectée par une substance quelconque puisque malgré sa transformation, son chapeau à bord large n’avait pas suivi et était tombé au sol, la traversant de part en part. Elle était visiblement obligé de s’appuyer sur son conjoint pour tenir debout, autant dire qu’elle avait dû prendre un sacré coup dans le nez pendant les quelques minutes où elles avaient été séparées.

Dagan affirma qu’ils allaient “évacuer” le junkie avant de tendre un numéro à la Nemesis, celui de la sorcière, ajoutant qu’elle pourrait toujours la contacter en cas d’opération de nettoyage, à la condition qu’il s’agisse d’un nettoyage façon chasseur de prime ou marine. Il exposa pourtant une idée qui n’avait jamais traversé la tête de la blonde: se ranger. Elle avait commencé à ouvrir des restaurants, elle pourrait profiter des revenus pour continuer d’investir et simplement se mettre à couvert, voyager, peut-être permettre à Kira de devenir une vraie médecin plutôt qu’une rescapée d’Himitsu. C’était une voie à laquelle elle n’avait pas songé jusque là, mais était-ce réellement faisable aujourd’hui? Sans être colossale, la prime sur sa tête n’était pas des moindres et elle ne pourra pas simplement se cacher. Il lui fallait des contacts pour ce genre de choses, contacts qu’elle n’avait pas vraiment à l’exception du numéro qu’on venait de lui offrir. Et même là… C’était un lien ridiculement ténu, une rencontre exceptionnelle sans réel futur qui s’effondrerait sans aucun doute sur lui même dès qu’elle aurait quitté l’île.

Finalement, ce fût peut être une autre remarque qui l’étonna le plus. Elle les avait aidé, et il souhaitait pouvoir l’aider en retour. C’était un concept étrange, mais pourtant simple, une vérité qu’elle approchait sans réellement la comprendre. La bonté attire la bonté tandis que la méchanceté ne récolte que la méchanceté. Le monde avait été mauvais avec elle, alors elle avait été mauvaise avec lui, et elle ne s’était donc attiré que des ennuis. A l’inverse, elle avait fait une bonne action, plus ou moins, et même si celle-ci n’était pas désintéressée, et on lui rendait la pareille en proposant de l’aide.

En ce cas, si elle continuait sur cette route, qu’adviendrait il d’elle? De Kira? De Shiki? De tous les gens qu’elle avait pu fréquenter par le passé et qu’elle n’avait pas immédiatement repoussé? Pour peu que des gens commencent à fouiller son passé, jusqu’où pouvaient-ils remonter, et quelles mesures pouvaient-ils prendre contre des gens qu’elle avait pu simplement croiser? Revenir à la vie civile était basiquement impossible, le gouvernement ne la laisserait certainement pas faire, mais si elle décidait de se ranger, il restait une option. Le poste de Grand Corsaire. Elle n’aurait sans doute pas toute la liberté qu’elle désirait, mais peut-être était-ce le prix à payer pour la sécurité d’un entourage.

Perdue dans l’idée de cette branche, elle se contenta de hocher la tête aux mots du blond, qui s’en alla avec Roman sur l’épaule et sa compagne à ses côtés. Elle resta immobile quelques minutes, seule, simplement à réfléchir à son futur. De ce qu’elle voyait, elle pouvait continuer en freelance, tenter de rejoindre soit Ren soit Konan, tenter de se faire petite, ou…. Grand Corsaire. Le titre en imposait, mais au fond, ils s’agissaient de chien de chasse obéissants au gouvernement en échange d’une graciation temporaire. Pour autant, c’était peut-être le chemin le plus sûr pour une vie “normale”. Mais sa vie ne concernait plus qu’elle désormais, pouvait-elle vraiment prendre la décision seule? Voulait-elle seulement la prendre?

Elle secoua sa tête, décidée à tirer les choses au clair un jour ou l’autre, mais pour l’instant, elle allait au moins remonter à bord de la petite caravelle sans nom et appeler la Mafia pour leur dire qu’elle en avait fini avec Roman. Vu sa trahison et son addiction probablement désastreuse, sa disparition ne devrait pas causer trop de remous. Relevant la tête, la Nemesis plaça un pied devant l’autre, prête à quitter la forêt avant qu’un cliché n’attire son regard. Puisque seuls Dagan, Sorcière et elle-même avaient été présents, celui-ci devait appartenir à l’un d’entre eux. Curieuse, la blonde se pencha, se saisit de la photographie et la retourna.

Dessus, un simple lit blanc, une femme et son enfant. Une image simple, mais qui renversait le monde de la Nemesis. Deux paires d’yeux à la sclère noire et aux pupilles jaunes, des yeux qu’elle n’avait vu que chez deux personnes. Elle-même bien sûr, et Sorcière. Les cheveux roses de la femme, les cheveux blonds de l’enfant, tout concordait malgré le déni total de la volcanique. Pourtant… Si Sorcière était sa mère, qui l’avait élevé? Qui étaient ceux qu’elle avait cru être ses parents durant son enfance et qu’elle se rappelait avoir connu depuis son plus jeune âge? La conversation du couple lui revint en mémoire, vaguement. Elle les avait majoritairement ignorés, sous prétexte que cela ne la concernait pas… Et maintenant? Dagan avait dit que Sorcière avait… confié sa fille pour retourner se battre? Et après? La fille était arrivée entre les mains de sa… marraine?

Les pièces du puzzle voletait, cela faisait de Sorcière sa Mère, de Dagan son père, de Red sa marraine et mère adoptive. Les pièces de puzzle se transformèrent en grêle dans son esprit. De la pluie diluvienne qu’elle avait expérimenté la première fois, l’eau avait gelée, percutant violemment son esprit alors que les Voix l’appelaient. Animaux, arbres, humains environnants, le vivant cherchait à communiquer, martelant son esprit incapable de s’isoler, comme pour lui rappeler que, peu importe à quel point elle chercherait à le faire, le monde ne se résumait pas seulement à sa soeur et elle-même. Qu’au milieu de toute cette vie, elles n’étaient qu’un grain de poussière qui avait son rôle à jouer. Que se rebeller contre l’ordre des choses était futile, car elle en faisait partie, comme tout le reste.

Un instant, elle crut entendre une Voix parler par-dessus les autres, l’appeler, lui tendre une main avant d’être happée au milieu de toutes les autres alors qu’elle tombait à genoux. Si les premières fois elle avait cru se noyer au milieu de toutes ces demandes d’attention, elle était désormais battue à mort au milieu de ses propres pensées. Pour autant, son esprit ne cessait de tourner. Et si elle n’avait pas été abandonnée?

Et si, plutôt qu’être laissée au couple Archer sur Amaryllis Island, elle était restée avec Sorcière? Aurait-elle vu sa vie tomber ainsi dans les flammes? Vu son père adoptif envoyé au bûcher, vu ce navire d’esclave où les corps tombaient comme des mouches, vu ce manoir servant de foire aux monstres, vu cette vie de piraterie où la mort et la liberté se côtoyaient en permanence? Tout ça pour quoi? Sa mère l’avait abandonné pour quoi au juste, une simple carrière? Elle avait préféré sa fierté à sa fille? Était-elle même désirée ou une simple erreur?

La Nemesis tomba à genoux, ses pensées virevoltant entre les Voix qui l’aggressait, insistantes qu’elle s’ouvre à elles. De son cœur une véritable plaie s’ouvrait, un torrent de feu qui rongeait son corps, opposé au choc brutal de la grêle qui pleuvait sur son esprit. Pourquoi avait-elle été rejetée ainsi par sa propre mère, abandonnée avant même d’avoir eu une chance? Était-elle à ce point indésirable? Si c’était le cas, si sa vue était si déplaisante à sa propre mère, peut-être que la solution était simple. La bête au fond d’elle même se réveillait, secouée par la chaleur et la puissance qui agitait le corps de la blonde, s’agitant gaiement à l’idée de pouvoir sortir, ravager l’île, défouler sa colère et consoler la Nemesis en la baignant du sang des gens qu’elle croiserait, et plus particulièrement celui de sa génitrice, qui l’avait maudite d’une telle vie de chien.

Le front de la blonde vint toucher le sol alors que ses mains étraignaient son crâne, l’esprit martelé et happé par les Voix allant-venantes de la vie qui l’entourait, le corps brûlant d’une puissance qu’elle savait ne pas détenir, elle qui avait toujours été faible, le coeur grognant d’une colère qu’elle savait sienne, mais qu’elle refusait d’assouvir, sachant pertinemment que cela ne mènerait qu’au désastre. Son poing frappa le sol une fois, deux fois, puis trois, futile moyen de libérer un peu de sa rage, de sa déception, de sa honte. Elle resta plusieurs minutes dans cette posture, faisant de son mieux pour supporter la présence des Voix qui l'invitait, de ce feu qui n’en était pas et, surtout, de ne pas céder à la tentation d’incendier une île entière pour quelque chose qu’elle regretterait sans aucun doute possible.

Tuer sa génitrice. Que l’idée même ai pu lui traverser la tête était décevante, elle qui croyait faire des progrès, ô si minimes, mais pourtant si importants. L’idée même qu’elle ai des parents en vie changeait à la fois tout et rien, mais, tout simplement, tuer Sorcière reviendrait à creuser soi-même la tombe qu’elle avait eu tant de mal à reboucher, à vider à nouveau la vie qu’elle cherchait à remplir. Toute force la quitta soudainement, la laissant pantelante face contre terre, non plus colérique, mais simplement triste. Triste que ses premières pensées aient été le déni, le blâme et la colère. Difficilement, elle se releva, s’assurant d’être seule avant de lentement se diriger vers le port, s’appuyant sur les arbres environnants pour tenir debout. Elle savait qu’elle ne parviendrait pas à dormir malgré son épuisement, la tête remplie de questions, mais il était hors de question de contacter la Mafia dans cet état. Tout ce qu’elle pourrait faire une fois à bord de la caravelle serait de s’effondrer dans un hamac, et d’y tourner et retourner, avec une foultitude de questions en tête, toutes commençant par les deux mêmes mots.

Et si?



© Jawilsia sur Never Utopia



_________________
La criminelle, la marine et le junkie [Présent][Pv Vesper] NrmW1
Nemesis
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: