-51%
Le deal à ne pas rater :
Lot de 4 Piles Rechargeables AA / LR6 2500 mAh Duracell en promo
9.38 € 18.95 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
TV 42″ (106 cm) Continental Edison avec Full HD et Android à moins ...
199.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
Taito Nowaki
Messages : 646
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Left_bar_bleue41/75[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Left_bar_bleue329/500[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty_bar_bleue  (329/500)
Berrys: 336.532.000 B

[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty
MessageSujet: [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley )   [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Icon_minitimeMer 5 Mai - 2:52

Pink impact !



Serrant mon poing nouvellement acquis, je vins à laisser une moue neutre se faire voir. Ceci sera un vestige éternel de cette guerre désormais potentiellement terminée. Le plus dur reste à faire – à savoir éliminer Centes lui-même et le reste de ses hommes – mais pour l’heure, la guerre a été gagnée de justesse. Ou du moins, tout dépend du point de vue. Pour ma part, suite à cette bataille dantesque et l’assaut sur Mars, j’ai été transféré à la section scientifique pour être opéré sur le champ afin de combler ma main invalide suite au fait qu’elle ait été gobée par un dévoreur affamé. Pour des soldats, pour des compagnons, j’ai donné une partie de moi. Une main contre bien des vies. Si je devais le refaire le ferais-je ? La réponse pourrait être dite sans hésitation : oui. J’ai accompli mon devoir et si c’est à refaire, je le referais ! Pourtant, quelle est cette pique que je ressens intérieurement ? Est-ce le fait d’avoir peur de ne pas plaire à Camille qui me ronge de l’intérieur ? J’aurais beau chercher toutes les raisons du monde de nier… Au fond c’est totalement ça. J’ai peur de son jugement. Quelle me trouve repoussant avec ce membre factice…

Serrant ce poing qui était nouveau pour moi donc, je tentais de m’adapter à ce dernier. La sensation de justement ne pas en avoir était assez troublant… Il me faudrait du temps pour vraiment m’y faire. En revanche, là où la Section Scientifique faisait des miracles, c’est de pouvoir réaliser une prothèse de ce genre, capable de s’adapter à mes capacités de Zoan en plus de paraitre comme étant une main normale.
Remerciant une ultime fois les ingénieurs et médecins qui s’étaient mobilisés pour réaliser cette prouesse – banale – pour eux, je quittais donc les lieux pour commencer à rejoindre ma sœur qui devait se trouver dans les alentours me disais-je. Hotaru aussi devait être dans le coin en train de soigner des blessés comme son rôle l’indiquait. Quelle bataille…

Traversant les couloirs longs et imposants de Marinford, je tentais de penser à autre chose, mais rien n’y fait. Il n’était pas rare de voir des gens chercher des proches, ou simplement aller à la retrouvaille de certains, ou pire… Aller voir qui était vivant et qui était … disparu. La bataille de Marinford est une tragédie en soit, et rien ne pourra l’effacer comme ça. L’histoire a été marqué à l’encre indélébile qu’on le veuille ou non ! N’ayant pas sur moi mon escargophone, il m’est impossible de contacter dans l’immédiat Violet et bien trop chamboulé comme je suis, je vais vers le lieu le plus adéquat pour retrouver quelqu’un dans ce genre de situation : l’infirmerie. Ou du moins, un lieu qui servirait comme tel. Suivant les gens qui allaient ici et là, je vins à sentir une légère angoisse.

D’ordinaire, ma sœur m’aurait déjà retrouvé et cela souleva une seule et unique question : est-elle encore en vie ? Cette pensée arrivant à mon cerveau, je ne pouvais que sentir mes sens s’affoler. Mon pouls, ma respiration, ma concentration… Absolument tout vacillait en cet instant à la simple imagination du pire des cas. Non, ce n’est pas possible, ce n’est pas envisageable comme scénario. Violet EST vivante, il ne peut en être autrement. Peu avant de partir à Mars, je l’ai clairement confiée à l’Archer… Il ne peut pas avoir échoué, le Kurohebi n’échoue jamais ! Ou du moins, pour la première fois de ma vie, je l’espérais ! Accélérant le pas, je vins à laisser les émotions monter crescendo.
Au départ c’est la cadence de marche qui accélère. Passant d’un pas léger à une quasi course, je déambule dans les couloirs à la recherche d’une nouvelle rassurante. Un papier avec un nom, ou juste quelqu’un qui prononce son nom ? Après cette première réaction, c’est l’angoisse qui augmente. Le souffle saccadé, j’arrive au détour d’un couloir et c’est sans ménagement que je percute quelqu’un brutalement. Surpris par l’impact, je tombe sur les fesses avant de clairement laisser mes émotions guider mes mots.

« Vous ne pourriez pas faire attention ? Bordel !!! »

S’il y avait bien un jour où il ne fallait pas me titiller, c’est bien ce jour-ci… Et tandis que je relevais les yeux, je vis une silhouette fantomatique. Sans que je ne puisse expliquer le pourquoi du comment, la personne face à moi n'était nul autre que mon père ! Erreur dans la matrice, impossibilité tout simplement, c'est alors un cri d'outre-tombe qui retentit dans la pièce alors que je revenais à la réalité !!!


*********


Me réveillant en sursaut et en sueur, je reprenais mon souffle devant ce drôle de cauchemar. Essayant de regagner mon calme, mes souvenirs se remettaient d'eux-même en place, je vins à doucement calmer ma respiration saccadée et réaliser que je viens de refaire un cauchemar bien étrange. Quels sont ces maux ? Ont-ils des significations ? Soufflant une énième fois, je vins à me lever pour aller aussitôt me doucher et me remettre de cette émotions involontaire. Pourquoi diable ces jours me reviennent en tête dernièrement ? Est-ce car je n'ai toujours pas fais le deuil de toutes ces personnes ? Mes parents... Hotaru...

Quittant la pièce pour alors m'habiller et enfiler mon uniforme de Vice-Amiral, je vins à me balader dans Marinford. J'attendais ces temps-ci une nouvelle concernant une perspective concernant mon poste. Restait à voir ce qui pourrait me tomber dessus, en supposant que quelqu'un ait compris le message que je tente d'envoyer. Soupirant de lassitude, devant le fait que rien ne m'arrivait, je vins à vagabonder un instant pour me diriger vers une zone d'entraînement. En l'attente d'une mission, je ne pouvais me permettre de perdre mes capacités martiales et cela s'entretient qu'avec une seule chose : la pratique. Marchant d'un pas décidé, plongé dans mes pensées, quand j'en ressortis, étrangement je me retrouvais au même endroit que dans mon rêve et sans que je ne puisse l'expliquer, mon corps agit de lui-même.
Une silhouette allait me faire face, non, me percuter semble-t-il. C'est donc avec une vivacité qui m'est propre que j'encaissais le choc et attrapais le ou la responsable pour éviter de tomber et ainsi me tenir droit. Relâchant aussitôt les bras de la personne responsable de cette collision surprise, je vins à poser mon regard sur la dite personne.

" ... Attention où vous allez ! "



Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
Le monde est souillé...

L'heure est  venue de faire le ménage.

Dita | Epicode


Dernière édition par Taito Nowaki le Jeu 10 Juin - 0:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Ainsley

Penelope Ainsley
Messages : 49
Race : Humaine
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Left_bar_bleue18/75[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty_bar_bleue  (18/75)
Expériences:
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Left_bar_bleue40/60[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty_bar_bleue  (40/60)
Berrys: 18.000.000 B

[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty
MessageSujet: Re: [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley )   [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Icon_minitimeLun 17 Mai - 20:41


She's beauty, She's Grace She'll punch you in the face

L'après Guerre

Moi, Lieutenant de la marine ? Le méritais-je vraiment ? Mes supérieurs semblaient le croire puisque, contre toutes mes attentes, j’avais obtenu une promotion me propulsant par-delà les grades que j’aurais dû naturellement franchir au préalable. Ce dénouement était teinté d’une saveur douce-amère m’empêchant toutefois de le célébrer pleinement. Malgré tous mes efforts sur place et l’ensemble de mes connaissances médicales, j’avais été dans l’impossibilité d’éviter le pire à mon coéquipier. Erik Liszt était décédé des suites d’une blessure par balle. Une fin tragiquement banale en fin de compte pour un homme que j’avais admiré et sans qui je n’aurais pas été promue. De mon point de vue, il l’aurait mérité plus que moi. En plus Lieutenant Liszt ça sonnait vachement bien. Serrant les dents, mes coups se multiplièrent à l’endroit de ma cible inanimée. Si je frappais assez fort, assez vite, peut-être le bruit de mes poings heurtant le bois encore et encore suffirait à noyer toutes ces pensées ? Et pourtant plus j’essayais de m’en défaire, plus leur étau se resserrait sur moi.

J’étais allée à la rencontre du père d’Erik, un vieil homme qui avait lui-même servit dans la Marine dans son jeune âge avant de prendre sa retraire suite à une blessure subie durant l’exercice de ses fonctions. Je n’eu même pas le temps d’ouvrir la bouche que, déjà, le vétéran avait compris. Voir une inconnue à cheveux roses débarquer chez lui en uniforme alors qu’il attendait pourtant le retour de son fils, ça avait dû suffire. Surtout avec ma mine morne, je ne pouvais être qu’annonciatrice de mauvaises nouvelles. Se reprenant toutefois à la seule force de son honneur, il avait réussi à m’inviter au salon pour discuter plus en profondeur. La gorge nouée, j’avais fait de mon mieux pour lui narrer les événements, mettant bien l’emphase sur l’implication d’Erik dans la réussite de notre mission. Sans lui, jamais ces enfants n’auraient pu s’échapper et, de même, je n’aurais probablement pas quitté cette île non plus. Son fils était mort en héros et, aussi maigre qu’elle fut, cette consolation sembla le réconforter. Entourant ma main des siennes, le vieil homme m’avait remercié en tremblant. Il était heureux de savoir qu’il y avait eu quelqu’un pour tenter de sauver son fils jusqu’au dernier moment. Je cru bien que j’allais fondre en larmes lorsqu’il me prédit un bel avenir dans la Marine et qu’il me demanda de rendre Erik fier. J’acceptai néanmoins d’ajouter ce poids à celui que mes épaules portaient déjà, en l’honneur de mon défunt collègue.

À mon retour dans mes quartiers, la solitude ne s’était pas fait prier pour se faire sentir. Mes quatre murs avaient des airs de geôles et, tendue, je tournais telle une lionne en cage. Ça n’allait pas le faire, je ne pouvais pas rester là indéfiniment. C’est ainsi que j’étais partie et que je m’étais retrouvée sur un terrain d’entraînement à taper dans un mannequin. Si j’étais loin d’avoir la force de l’Amiral Kurohebi, une partie de moi espérait que, cette fois, j’arriverais à le propulser jusqu’à la mer. Et, bêtement, j’espérais l’y suivre. J’aurais voulu échanger ma place avec celle de Liszt. Si c’était moi qui avais reçu cette balle, il serait toujours là. Cette fois je me mordis la langue et la douleur vive qui en résultat me fit du bien. Je goûtai l’amertume de mon sang et, comme fouettée jusqu’à la réalité, recouvris l’usage de mes sens.

Merde, j’en ai trop fait. Je l’ai blessé. Attends, quoi ? Comment pouvait-on blesser un mannequin de bois ? On ne pouvait pas, justement. Ce n’était qu’un objet inanimé. Mais alors d’où venaient les traces de sang qui imprégnaient le bois ? J’aurais pu jurer qu’elles n’y étaient pas, lorsque j’avais commencé. Ah. Mes yeux rencontrèrent finalement mes jointures bouffies et fissurées. Cette idée aussi de cogner à pleine puissance, sans porter de gants et sans faire attention à ma technique. La douleur se fit lentement sentir et des tremblements enflammèrent ma peau meurtrie, transpercée d’échardes. J’en avais fait plus qu’assez pour aujourd’hui, me dis-je avant d’aller récupérer une serviette propre. Si j’avais d’abord eu l’intention de m’en servir pour essuyer ma sueur, j’acceptai rapidement de la sacrifier pour, au minimum, dissimuler l’état lamentable de mes mains le temps de regagner ma chambre. Perdue dans mes pensées et ma douleur, j’avais haussé le pas dans l’anticipation de la prise d’un analgésique. Avec un peu de chance, une fois mes mains bandées et la médication naviguant mon système sanguin, peut-être arriverais-je enfin à dormir ? J’en aurais bien besoin, mais un tel luxe ne serait pas pour tout de suite. Dans ma hâte, je ne remarquai l’homme qui me faisait face que trop tard, lorsque le choc eu lieu et que ses doigts se refermèrent sur mes bras. Il me libéra presque aussitôt avant de me blâmer pour cette collision. Dans les faits il n’avait pas tort de le faire, mais dans l’instant j’étais trop déboussolée pour l’admettre.

« Ah mais de même ! C’est pas parce que vous êtes… » Regard rapide à son uniforme afin d’identifier son grade. « Vice-Amiral que vous pouvez juste… Ah. Ah ouais. »

C’est exactement ce que ça veut dire Penny. S’il a envie de te marcher dessus tu dis oui monsieur et puis tu la fermes. Qu’est-ce qui tourne pas rond chez toi ?! Je ne doutais pas que mon court monologue intérieur soit à présent placardé sur les traits choqués de mon visage. Passant au rouge en moins de temps qu’il n'en faut pour l’écrire, je m’empressai de m’incliner devant lui en guise d’excuses. J’aurais bien opté pour un garde à vous plus traditionnel, mais mes mains étaient toujours enroulées dans ma serviette. Espérons d’ailleurs qu’il ne remarque pas mes blessures, ce serait bien le comble.

« Je suis sincèrement désolée, Vice-Amiral. Vous avez entièrement raison, je tâcherai de faire plus attention dans l’avenir. »
@feat Taito Enjoy et désolé pour le délai !!
Awful

_________________
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
Taito Nowaki
Messages : 646
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Left_bar_bleue41/75[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Left_bar_bleue329/500[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty_bar_bleue  (329/500)
Berrys: 336.532.000 B

[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty
MessageSujet: Re: [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley )   [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Icon_minitimeJeu 10 Juin - 0:52

Pink impact !



Dans la vie, on fait mille et une rencontres aux diverses conséquences. Certaines personnes deviennent et restent des connaissances. D’autres deviennent des ennemis et parfois même ces ennemis deviennent des amis sincères. Qu’on commence par le bas ou le haut, au final, une rencontre débute toujours de façon aléatoire. Un regard, un sourire, un geste ou… une bousculade. C’est visiblement ce dernier cas qui avait mis sur ma route cette soldate en ce jour. Au détour d’un couloir qui semblait sans fin, nos corps s’étaient heurtés et je l’avais rattrapé vivement pour l’empêcher de tomber, faisant preuve d’un réflexe hors du commun des mortels. Pas le plus vif qui soit, mais assez pour démontrer que la signification sur mon manteau n’est pas usurpée. C’est suivi d’une remarque que je comptais « blâmer » rapidement la recrue et m’en aller, mais voilà… Une personne c’est du sang, des os et un caractère. Et si d’ordinaire les gens laissent leurs caractères de côté grâce à ce qui se nomme la hiérarchie, aujourd’hui, cela ne semble pas être le cas ! Ou au début du moins. Vu sa mine, le ton de sa voix et son regard, j’allais manger le même genre de douceur dont je peux faire preuve. Traduction : j’allais manger salé aujourd’hui.

Ou du moins j’allais manger salé, si celle-ci n’avait pas remarqué mon uniforme et mon grade avant qu’elle ne finisse sa phrase. Réalisant sa bêtise, elle n’alla pas au bout de ses paroles bien qu’ils étaient faciles à deviner. Ce n’est pas parce que je suis Commandant ou un autre grade basique que je peux dire qu’elle a tort ? Visiblement, un grade élevé signifiait pour elle avoir tous les droits ? Voilà une belle connerie d’exemple de pensée soumise. Bien que la hiérarchie perdure grâce à la soumission d’autrui, je suis plus du genre à penser qu’il faut garder son libre arbitre malgré tout. Si j’avais été un soldat parfait qui obéit uniquement aux ordres, alors jamais je n’aurais créé une bombe qui aurait sauvé bien des gens lors de l’assaut de Baltigo. Nous serions morts depuis belle lurette. IUl faut trouver le juste équilibre entre suivre les règles et … foncer sans réfléchir. Mais là encore, il faut savoir contrôler ses émotions et ça, c’est un exercice où ma sœur excelle plus que moi, là où moi, j’ai plus des muscles qu’elle n’a de réflexions.

Revenant à moi alors que je commençais à penser à ma sœur, je me mis à l’écouter, elle qui avait visiblement un autre genre de discours à me tenir. Là, on passe d’un regard presque meurtrier à un discours plus soft. Pour peu, si elle était de chez moi, on croirait qu’elle allait s’agenouiller et poser le front contre le sol pour implorer mon pardon. Ou peut-être que j’extrapole un peu ? Quoi qu’il en soit, je me contente de soupirer et agiter une main, l’air de dire que c’est bon. Si ça avait été le fameux Karast, qui sait s’il ne l’aurait pas bouffé… Mais moi, je ne suis pas si violent avec autrui. Aussi sauvage sois-je lors de mes batailles, je n’en reste pas moins humain que n’importe qui ! C’est donc généreusement que je laissais passer cela, ne jugeant pas que s’était un affront. On s’est bousculé au détour d’un couloir, point, fin de l’histoire. Ce n’est pas comme si j’avais demandé quelque chose, qu’elle m’a ignoré et bousculé volontairement. Là en revanche, j’aurais été moins … loquace ! Bref, m’apprêtant à partir de nouveau à la recherche de ma chère et tendre sœur, ainsi que mes compagnons, c’est alors que je vis l’état de ses mains, visiblement en mauvais état. Fronçant les sourcils, je vins alors à reprendre la parole.

« Chercheriez-vous l’infirmerie ? Ou le rassemblement fait pour les portés disparus ? Qu’est-il arrivé à vos mains ? »

Vu la serviette ou l'espèce de tissu c’est un mélange entre un savoir faire existant à peine et de l’arrache complet ! Clignant des yeux, je vins à me permettre de diriger mes doigts vers son poignet pour me permettre de saisir celui-ci et pouvoir mieux admirer la chose. Bien sûr, si elle refusait cette « prise » elle pouvait se désister et échapper à ma prise. Visiblement elle semblait blessée.

« Il faut traiter ça… »

Ce n’est pas la mort, elle n’est pas en danger grave, cependant, je semblais mettre un point d’honneur à cela. Elle a croisée ma route, alors je ne peux pas la laisser dans cet état, aussi gradé ou non soit-elle. Qu’on soit mousse, lieutenant, colonel ou vice-amiral… On a tous droit aux soins. Lors de la bataille de Marinford, même de simples snipers ont leur importance. Il en va de même pour elle. Si certains peuvent être traités comme de la chaire à canon, à l’heure actuelle, après une bataille comme celle qui a eu lieu, on ne peut plus se permettre ce genre de pensée. De ce fait, aussi infime soit sa blessure, même si ce n’est rien comparé à de grands blessés, elle se doit d’être soignée.

« Suivez-moi. A moins de savoir exactement où aller auquel cas je vous accompagne… »

Si elle emboitait le pas, je la suivrais, sans quoi, c’est moi qui le ferais. Marchant de nouveau d’un pas pressé, à la limite de trottiner, de nouveau mon angoisse se fit sentir, les pensées s’affolant dans mon esprit. Alors tandis que je cherchais une échappatoire à cela, je me décidais à me servir d’elle comme échappatoire.

« Taito Nowaki. Et vous ? »

Si je ne la tutoyais pas, je faisais preuve d’une approche moins formelle que d’ordinaire. Pas de garde à vous, pas d’ordre direct. Elle avait clairement en ma présence le choix d’être familière ou non. Tant qu’elle ne me claque pas la main sur les fesses ou que sais-je… Cherchant ce fameux coin réservé aux blessés ou disparus, je laissais mon regard vagabonder un peu partout, espérant trouver ce lieu au plus vite.



Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
Le monde est souillé...

L'heure est  venue de faire le ménage.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Penelope Ainsley

Penelope Ainsley
Messages : 49
Race : Humaine
Équipage : Unite

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Left_bar_bleue18/75[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty_bar_bleue  (18/75)
Expériences:
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Left_bar_bleue40/60[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty_bar_bleue  (40/60)
Berrys: 18.000.000 B

[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty
MessageSujet: Re: [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley )   [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Icon_minitimeDim 13 Juin - 6:38


She's beauty, She's Grace She'll punch you in the face

L'après Guerre

Lorsque j’avais réalisé le grade de l’homme que je m’apprêtais à enguirlander, mon ton s’était très très vite modifié. J’espérais ne pas m’attirer d’ennuis, ne connaissant pas le caractère de l’individu qui, fort heureusement pour moi, ne sembla pas s’en formaliser. J’aurais pu pousser un soupir de soulagement s’il ne s’était pas immédiatement intéressé à l’endroit où j’allais et dans quel but. Aie, je n’avais vraiment pas envie de déranger quelqu’un avec mes petits problèmes que j’avais causés moi-même dans ma séance défouloir.

« Ah ! Euh non c’est gentil merci mais je c’est que… »

Ma tentative ratée de balbutier des excuses ne servit pas à grand-chose. Le regard acéré du Vice-Amiral avait d’ores et déjà repéré les blessures que j’avais maladroitement tenté de cacher. Il m’attrapa le poignet et, gênée, je ne pu que le laisser faire. Baissant les yeux, j’étais aussi honteuse qu’une gamine que l’on vient de trouver avec une main dans la jarre à biscuits. Coupable, je me mordis la lèvre inférieure lorsque l’inconnu mentionna que ces blessures nécessitaient d’être traitées. Une part de moi avais envie de lui dire que j’étais médecin et que je pouvais m’en occuper toute seule, mais en même temps dans ces circonstances je ne lui en voudrais pas s’il choisissait de ne pas me croire.

« Oui, j’allais justement m’en occuper. Merci de votre euh… » Gentillesse ? Il n’y a pas un mot qui veut dire être attentionné ? «…bienveillance. »

Mais il n’en avait pas fini et, visiblement habitué à donner des ordres, le voilà qui décidait de m’accompagner peu importe que j’aie besoin de lui ou non pour trouver mon chemin. Bon, je n’allais visiblement pas y échapper à ce type donc autant simplement me plier à ses instructions et accepter de le laisser perdre son temps avec une lieutenant un peu bête.

« D’accord, je vous suis. »

Et ça sentait un peu beaucoup le malaise si les choses continuaient en ce sens. Certes, ma maladresse sociale y était pour quelque chose donc je ne pouvais que m’en blâmer, mais cela ne changeait rien à la réalité de la situation. Me faire traiter comme ça par un supérieur était on ne peut plus irrégulier. À la limite on dirait plutôt qu’il s’occupait de moi comme un grand frère qui s’occupait de son empotée de petite sœur de façon détachée. Quelque chose comme ça. Huh, c’est vrai ça. En fait il est sympa, même s’il a l’air sérieux. Mieux encore, il n’était pas au-dessus des interactions sociales et le Vice-Amiral se présenta. Taito Nowaki. Il m’avait vouvoyé, mais j’avais l’impression de déjà pouvoir recommencer à souffler un peu.

« Enchantée de faire votre connaissance, Vice-Amiral Nowaki. Je suis Penelope Ainsley, mousse— Ah… Lieutenant ! C’est encore tout récent je n’ai pas l’habitude. »

Dis-je avec un sourire gêné, mais détendu. Je me serais bien passé une main contre la nuque, mais dans l’immédiat disons que ça n’aurait pas été l’idée du siècle. Surtout que, l’adrénaline retombée, la douleur commençait sérieusement à se faire ressentir en vagues brûlantes allant du bout de mes doigts jusqu’à la base de mes poignets. Sans le savoir, mon envie du moment faisait écho aux pensées du Nowaki : j’avais vraiment envie de m’occuper l’esprit. À mon tour de relancer la conversation en trouvant quelque chose d’intelligent à dire !

« Alors… Vous venez souvent ici ? Enfin… Savez-quoi, faites comme si j’avais rien dit, je recommence. Ahem… Vous êtes dans la Marine depuis longtemps ? »  
@feat Taito Enjoy et désolé pour le délai !!
Awful

_________________
[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Signa10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Empty
MessageSujet: Re: [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley )   [FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley ) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] L'après Guerre ( Pv Penelope Ainsley )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Cheval de Guerre [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Underworld : Nouvelle ère [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Sahara [DVDRiP]Guerre
» [UPTOBOX] Dunkerque [DVDRiP]Guerre
» Croix de fer [DVDRiP]Guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Red Line :: Marine Ford-