-30%
Le deal à ne pas rater :
NVIDIA Passerelle multimédia SHIELD TV 2019
149.99 € 215.36 €
Voir le deal
-41%
Le deal à ne pas rater :
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à 9.99€ – Livraison ...
9.99 € 16.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice
Aller à la page : 1, 2  Suivant
PNJ (Pirate)
PNJ (Pirate)
Messages : 456

Feuille de personnage
Niveau:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B
Mer 14 Avr 2021 - 20:39



Horatio Belzébuth, primé à 291.000.000 B


Le mafioso qu’était Horatio Belzébuth tenait le bastingage de son navire, le Démon de l’Impératrice. Ce navire avait été construit sur commande sur le chantier naval Ed War sur San Tulum avant d’être livré pour Horatio. Il observait avec une longue-vue l’île d’Holiday Island, cette île qui servait de base pour les opérations des hommes de l’Impératrice Pirate au début de Grand Line. Le voyage s’était déroulé sans accroc et sans grand soucis. Le Démon de l’Impératrice avait été conçu pour faire des voyages très rapides entre l’empire d’Erika et Grand Line alors faire le voyage entre South Blue et Grand Line semblait être une partie de santé.

    - Prévenez Parish qu’on arrive. Hyroto va réveiller les prisonniers, Sushirae va chercher la jeune fille.


Il poursuivait en donnant des ordres à ses hommes d’équipages afin qu’il se prépare à amarrer au niveau du port d’Holiday Island. Le mafioso se mit alors à allumer un cigare avant d’attendre que les différentes « recrues » du Baratie vienne sur le pont principal.


Hyroto à la machette, primé à 97.540.093 B & Zola Max


Hyroto était un homme-tigre blanc brutal et plutôt sanguin qui approchait petit à petit des geôles du Démon de l’Impératrice. Sortant alors son coutelas qui avait des traces de sangs séchés qu’il n’avait pas encore nettoyé depuis un moment, l’homme-tigre frappa fortement sur les barreaux comme pour indiquer le signal à ceux qui avaient partagés une cellule dans cet enfer sur terre se réveille.

    - Debout le scientifique et la mocheté ambulante. On est arrivés à destination. Me cassez pas les noix, Horatio et Parish veulent que vous soyez entiers ça me démange de vous refaire le portrait.


Zola Max sortait de son coma petit à petit et ainsi il pouvait voir qu’il avait partagé tout son temps de voyage avec Mingo qui serait certainement assez insultant. Si Mingo faisait des siennes, Hyroto frapperait le logia avec un violent coup imprégné de haki de coutelas. Zola Max serait alors tout calme lorsqu’Hyroto l’enchaînerait à Mingo avant de les tirer hors de la cale du navire sur le pont principal du Démon de l’Impératrice.


Sushirae, La hyène du silence, primée à 41.451.358 B


Du côté d’Agote la situation était tout autre, elle avait certainement pu se reposer au niveau d’une cabine assez luxueuse en ayant été sous la surveillance permanente d’un homme-loup pour veiller à ce qu’elle ne prenne pas la poudre d’escampettes. Elle entendrait sûrement des pas lourds et quelqu’un frapper à la porte avant d’entrer en trombe. C’était Sushirae, une femme-hyène des plus brutales de l’équipage de Belzébuth, avant c’était une grande gueule mais elle était véritablement muette depuis le jour où elle avait répondu à Parish qui lui avait tout simplement arraché la langue. Elle fit signe à la petite fille qu’il fallait qu’elle se bouge, Sushirae n’avait elle aussi pas le temps de parler ou plutôt elle n’en avait pas le luxe. Une fois que le casting complet allait être réunie sur le pont du navire, le trio qui avait été extrait du Baratie pourrait apercevoir devant Horatio Belzébuth.

    - J’espère que la croisière aura été douce, Parish nous attends maintenant. J’espère que vous saurez vous tenir tranquille si vous ne voulez pas voir votre vie se terminer de façon prématurée.




_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 274333EssaiSignaPirate
PNJ (Pirate)
Revenir en haut Aller en bas
Melrose D. Mingo
Melrose D. Mingo
Messages : 49

Feuille de personnage
Niveau:
27/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
40/120[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (40/120)
Berrys: 18.100.000 B
Jeu 15 Avr 2021 - 9:40
L'aventure t'attend, petit homme !


L'esprit cotonneux, Mingo avait été plongé dans un sommeil forcé par le Belzébuth sans même qu'il puisse comprendre quoique ce soit. Le maudit s'était accomodé de cet état, depuis le temps, il y trouvait un certain confort : près du repos narcotique et alcoolique, son esprit était tiré dans un doux nuage. Peu importait l'état de son corps, peu importait s'il était à deux doigts de vomir, faire une hémorragie ou même mourrir : les bras de Morphée le cerclaient, carressant son âme, lui apportant réconfort et sérénité.

Dans ce genre de sommeil, le Melrose D. se penserait même pour un petit ange et un rictus enfantin teinté de malice grimmerait ainsi son visage.

Puis l'inconfort terrestre revint à lui, quand, soudain, les cloches des enfers le ramenèrent à la réalité : un tintement métallique qu'il connaissait bien. Un ahuri frappa volontairement sur des barreaux pour l'extirper de son paradis onirique, le ramenant à sa condition d'humain.

-Deux minutes...

Il niait cet appel. Le laissait sonner en espérant que la sonnerie se perde dans un silence sépulcral. Mais c'était sans compter une voix tonitruante et dégueulasse, une voix rauque, comme si un cendrier s'adressait directement à lui.

-Putain de merde, j'ai dit deux minutes !

Alors Mingo ouvrirait les paupières d'un coup avant de se redresser d'un mouvement. Instinctivement, le D. chargerait vers la source du bruit : il se ferait arrêter par un bruit sourd qui résonnerait le long des barreaux qu'il venait de se prendre. Tombant sur le cul, le maudit gueulerait de plus belle en découvrant le cagibi dans lequel il était. Et, surtout, sa compagnie.

-Mais t'es qui toi pour me casser les couilles ? Espèce de chien dégueulasse. Encore une sous race, non c'est une blague. T'es de retour, t'as bien grandi sale cabot, t'as pris des stéro ?

Son amour et sa tolérance pour les hommes-bêtes, qui s'était accentué au Royaume de Saba suite à sa rencontre avec l'Ookami. Un homme-chien détestable.

Alors Hyroto s'activerait et calmerait probablement l'Alabastien d'un revers de coutelas couvert de haki. Ramenant Mingo à Morphée, tandis que son corps serait trainé jusqu'au pont du navire.

Il faudrait alors encore le reveiller. Peut-être que cette fois-ci, il serait plus calme.

Peut-être.


Melrose D. Mingo
Revenir en haut Aller en bas
Agote Edel Dukke
Agote Edel Dukke
Messages : 62
Race : Humain
Équipage : Equipage des poupées

Feuille de personnage
Niveau:
25/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
33/80[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (33/80)
Berrys: 150.650.000 B
Jeu 15 Avr 2021 - 21:58



Agote

Edel Dukke






LES ARMES DE L'IMPERATRICE

Avec Melrose D. Mingo

1507 - A bord du Démon de L'Impératrice - Animation Post-Event


Agote Edel Dukke se tenait tranquillement dans son siège, concentrée. A côté d’elle se tenait Tamme, sa poupée maid, sinistre dans sa parfaite immobilité. Le voyage à bord du Démon de l’Impératrice fut agréable. En effet, l’équipage de La Dangereuse savait recevoir – contrairement à un certain scientifique fou. Bien que l’apparence extérieure du bateau soit de mauvais gout, l’intérieur se révélait un peu plus agréable. La cabine luxueuse qu’on lui avait préparée comprenait un lit moelleux, des sièges dont le confort ne faisait aucun doute et de quoi ranger ses affaires. Également, de nombreux équipements étaient à disposition, sans oublier le cabinet de toilettes qui avait été d’une grande aide pour se purifier après l’enfer de cette sorte de gobe île.

Pendant ces quelques jours, la petite fille, malgré son apparence inoffensive, n’avait pas été sous-estimée. Un homme-loup avait été sollicité pour la surveiller pendant tout ce temps, l’obligeant à rester enfermée dans cette cabine. Durant ces jours, jusqu’à même maintenant, son temps libre se dédit à la réflexion et à l’observation. C’était le moment de rassembler toutes les informations dont elle pouvait se souvenir sur Orato Erika, son équipage, ses capacités et leur objectif. De nombreuses heures, la petite fille s’était assise au fond de son siège, scrutant sans scrupules l’homme-loup, sans bouger. Il était en effet intéressant d’observer ce genre de spécimen rare. Encore aujourd’hui, la possibilité de transformer un zoan ou un animal en jouet lui était inconnue. Essayer son pouvoir sur les animaux n’avait jamais suscité son intérêt, cependant, un hybride était une chose bien plus curieuse. Elle avait déjà tenté sur Ishtar De Lérahne mais cela n’eut aucun effet.

Orato Erika, une femme violente mais forte, désirant atteindre son objectif par tous les moyens. Beaucoup de rumeurs et de discours ne correspondaient pas en ce qui concerne ses origines à savoir si elle était humaine, démone ou encore animale. Beaucoup l'associait à quelques cultes et légendes. Certains disaient qu'elle chevauchait une bête enragée venue des enfers, d'autres stipulaient qu'elle pouvait se transformer en une multitude de quadrupèdes, ou qu'elle serait l'enfant d'un dieu et d'un humain. Sa puissance comme sa prime étaient au diapason de son statut de Yonkou. Dans son caractère et ses faits, elle apparaissait surtout comme une femme instable mais … ouverte aux opportunités. Tous les moyens étaient bons pour gagner. C’était sans doute l’un de ses principes. Elle n’hésitait pas non plus à prendre des risques. Instable et impulsive, très certainement.

Dans son équipage, dans les plus connus, il y avait bien évidemment Horatio Belzébuth ici présent. Mais on ne pouvait pas ignorer le frère d’Erika, Orato Slay, Cotehele Goganall, « La Sorcière des Landes », Lilith, « La Devineresse » et Tohil « au masque de Jade ». Dernière, elle avait entendu quelques rumeurs au sujet d’un certain Basarab mais rien de bien intéressant. Bien sûr, ici même, de nombreux primés étaient présents et n’étaient pas complètement inconnus. Cependant, il y avait une autre rumeur plus intéressante : celle d’un contact d’Erika sur Holiday Island, expliquant peut-être pourquoi ils se dirigeaient sur cette île. Ce n’était peut-être pas un hasard s’ils se dirigeaient là-bas, même une amusante coïncidence. Depuis leur wanted, la petite fille se souvenait du visage de ces hauts primés : rien chez eux n’indiquait qu’ils possédaient des zoans – Belzébuth aussi n’en avait pas fait la démonstration face à la chimère abyssale. Pourtant, la grande majorité des personnes ici étaient soit des hommes bêtes, des hommes cornus soit des hommes garous, soit des zoans. Dans tous les cas, il y avait une prolifération inhabituelle de ce type de personnes, à se demander si la yonkou n’avait pas un penchant particulier. Mais dans ce cas, il y avait peut-être un avantage pour Agote : si son pouvoir était inutile contre eux, il y avait plus de chance pour qu’ils lui fassent confiance et acceptent sa proposition. Bien que ce soit également une grosse faiblesse dans son pouvoir.

Parlant de faiblesse, ses seules forces à présent étaient Tamme, poupée inutile au combat mais dont on ne souffrirait pas du sacrifice pour se tirer d’affaire. La petite fille aurait pu tenter d’appeler Bolge, lui demandant de ramener son navire rempli de poupées, mais la haute surveillance l’en empêchait. Même si elle avait pu le faire, Bolge n’aurait jamais pu arriver à temps, prenant peut être deux jours voir une semaine de plus que ce navire.

Prenant une pause un instant, l’enfant resserra le ruban sous son buste. Trouver une tenue adéquate ici n’avait pas été de tout repos. Bricolant un peu ce qu’elle avait pu trouver, la duchesse déchue avait coupé un teeshirt au niveau des manches, porté comme une robe. Le tout avait été resserré par un ruban, découpé depuis un autre tissu. Ce même ruban avait été reproduit pour être attaché autour de son cou. Pour recouvrir ses bras nus, elle avait opté pour un haut à manche longue noire et un bermuda, lui aussi resserré par le biais d’un ruban de tissu. Sa coiffure dut être simplifiée par deux mèches attachées à l’arrière de sa tête.




Sushirae entra, sans faire honneur à son surnom de « hyène silencieuse » tant les fracas de son arrivée harassa les douces oreilles de la petite fille. Son nom ne lui était pas inconnu bien que sa dégaine lui donnât très vite envie de l’oublier. La laideur du navire semblait avoir impacté les membres de son équipage : l’envie de le quitter commençait à pointer le bout de son nez. Fort heureusement pour Agote, c’était bientôt le cas.

Holiday Island avait marqué l’histoire d’Agote Edel Dukke. C’est pour ce lieu que ces parents prirent un bateau, se firent arnaquer et moururent sans même avoir pu faucher le pied de cette île. Dans cette traversée, elle manqua de mourir et vécu la pire infamie de sa vie, c’était à la fois le début et la fin de tout. Sa vie de pirate commença également à ce moment-là. Par moment, elle eut même l’impression que sa cicatrice reprenait vie par quelques souffles affligeants. Les coïncidences n’avaient aucune valeur à ses yeux. Pourtant, un sentiment étrange la parcourait.

Arrivée, Belzebuth fit son apparition, apportant enfin un peu de bonheur aux pupilles palpitantes de la blondinette. Malheureusement, les êtres qui les rejoignit ensuite entachèrent très vite cette merveilleuse scène : Zola Max, le sale subordonné de Zifukoro dont la finesse d’esprit ne semblait pas être au diapason de sa tenue de scientifique, Melrose D. Mingo dont la vulgarité n’avait d’égal que son petit esprit et encore une fois, un homme bête primé. Cependant la présence de Zola était intéressante : les pirates d'Erika étaient sans doute spécialement venus le récupérer et il était traité en tant que prisonnier. La perspective d'avoir un ennemi commun était avantageuse. Cependant, s'il était présent, cela signifierait que l'affaire avait eu un impact qui allait au delà du Baratie, surtout si un Yonkou était impliqué.

Agote, bien que sa tenue ne siérait pas à un tel mouvement, adressa une révérence à Belzebuth.

« J’espère que la croisière aura été douce, Parish nous attend maintenant. J’espère que vous saurez vous tenir tranquille si vous ne voulez pas voir votre vie se terminer de façon prématurée. »

« Douce et agréable, je vous remercie pour votre accueil. »

Agote ne se sentit pas concernée par les dernières paroles, très clairement adressée aux deux prisonniers qui avaient toutes les raisons de fuir. En vérité, elle se demandait encore pourquoi on l’avait laissée sur ce bateau autant de jours sans jamais lui demander les raisons de sa venue. Si elle avait été une combattante, elle aurait compris. Mais elle n’était qu’une petite fille fragile, pourquoi l’avaient-ils traité comme si ce n’était pas le cas ?

Cependant le nom de Parish attira son attention. Parish Milton, une femme riche résidant à Holiday Island, du peu qu’elle savait. Ce serait donc le contact ?

Spoiler:
 






_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Signature3
Agote Edel Dukke
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Pirate)
PNJ (Pirate)
Messages : 456

Feuille de personnage
Niveau:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B
Ven 16 Avr 2021 - 13:22



Hyroto à la machette, primé à 97.540.093 B & Zola Max


    - J’t’ai dis de te tenir tranquille. T’as pas compris sale insecte des Blues ?


Hyroto frappait alors le logia salé du plat de la lame pour le faire tomber dans les pommes. L’homme-bête était véritablement agacé par ce genre de comportements qu’avait certains jeunes pousses des océans des Blues. C’était un combattant chevronné de Grand Line qui n’avait rien à envier à certains Supernova, sa prime si basse était qu’en vérité Belzébuth qui lui faisait un peu d’ombres lors des coups de leur équipage. Il traînait alors le pirate en même temps qu’il traînait le scientifique tout deux enchaînés.


Horatio Belzébuth, primé à 291.000.000 B & Sushirae, La hyène du silence, primée à 41.451.358 B


    - Très bien, vous m’envoyez ravi. Nous avons une longue journée qui nous attends. Sushirae, tu t’occuperas de garder le Démon. Ce navire m’a coûté un bras, je t’arracherais un bras moi-même si il n’a qu’une seule égratignure.


Ainsi il mènerait donc le petit groupe hors du navire pour leur montrer les rues luxueuses de Holiday Island. Cette île respirait la richesse et chaque personne qui se trouvait ici qu’importe ses origines ou son affiliation était ici pour passer d’excellentes vacances. Horatio était un habitué des lieux tant il avait l’habitude de servir de transporteur pour Parish entre le Nouveau Monde et les nouvelles recrues qu’elle avait pour l’habitude de mettre entre les mains du pirate. C’était après une dizaine de minutes de marche que le groupe arrivait alors à un endroit un peu à l’écart de la zone hôtelière, une zone résidentielle avec des villas d’exceptions. Le groupe se rapprochait alors du bord de mer pour atteindre une villa un peu plus fastueuse que les autres qui se trouvait à côté. Quelqu’un les attendait devant la grande porte de la villa, une femme-labrador qui patientait en tenant dans ses mains un beau plateau en argent.


Jawnice, le Majodorme de la Messagère


    - Oh tu nous attendais Jawnice.
    - Oui, madame Milton est en train de se prélasser près de la piscine, elle m’a dit de vous préparer un long café, je vous mets quelques sucres comme d’habitude ?
    - Non si il est corsé, il est très bien.
    - Parfait, laissez-moi vous débarrasser de vos affaires, je vous conduits directement à madame.


C’est ainsi que deux autres hommes-bêtes habillés en majordome prit le soin de débarrasser les affaires de chaque membre du groupe de Belzébuth. Ils viendraient même débarrasser les affaires d’Agote si celle-ci le voulait bien sûr. Avançant alors dans la villa de la recruteuse de l’Impératrice, les invités pourraient alors admirer au combien tout était fastueux. Cette villa avait sûrement dû coûté très cher et c’est ainsi qu’à force de marcher que le petit groupe arriverait au niveau de la piscine de la villa.


Une douce musique était joué par un orchestre d’homme-bêtes et d’homme-poissons, une ambiance festive était de mise avec des chants sortant de belles voix venant de femme-poissons. Il y avait plusieurs sirènes qui se prélassaient dans l’eau de la piscine avec au milieu, une femme qui sortait de l’ordinaire. Cette femme avec un cache-oeil portait un magnifique bikini rouge sang où on pouvait apercevoir les belles courbures qu’elle avait. Il y avait un homme d’une trentaine d’années environ qui était enchaîné et tiré par la femme qui lui servait des raisins pendant que celle-ci profitait d’un cocktail avec ses lunettes de soleil.


Parish Milton, La Manageuse de Talents, Recruteuse d'Erika Orato


    - Je ne vous dérange pas, j’espère Parish.
    - Oh Horatio, vous êtes arrivés ! Ce voyage sur South Blue était-il satisfaisant ? Avez-vous trouver ce Zifukoro ?
    - Une petite course de santé, je vous ramène les personnes ici présentes qui était sur le Baratie, ils présentent tous des avantages qui pourrait vous plaire. Concernant Zifukoro celui-ci semble s’être fait la belle néanmoins ce scientifique semble être son second.
    - Très bien, après notre réunion avec la Bombe Humaine, tu n’auras qu’à l’emmener à San Tulum. Et vous qui êtes-vous ? Veuillez vous présenter.


Ainsi baisserait-elle un peu ses lunettes de soleil avant de poser son regard sur Agote et Mingo comme étant de nouveaux jouets dont elle pourrait se servir pour satisfaire les plaisirs de son Impératrice.



_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 274333EssaiSignaPirate
PNJ (Pirate)
Revenir en haut Aller en bas
Melrose D. Mingo
Melrose D. Mingo
Messages : 49

Feuille de personnage
Niveau:
27/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
40/120[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (40/120)
Berrys: 18.100.000 B
Ven 16 Avr 2021 - 18:11
L'aventure t'attend, petit homme !


Il avait encore une fois été tiré de son doux univers onirique. Mais, cette fois-ci, son énervement se fit bien rapidement calmer. La lumière avait frappé aux portes de ses yeux, d'abord un éblouissement, puis une mise au point oui...


Un rouge tape  à l'oeil.

-Eghnegnie.

Electrochoc. Mort cérébrale.

Les billes rosâtres du maudit salin roulèrent alors sur cette peau lisse, parcourant ses formes, sillonants ses colines de chair. Le visage du bourrin s'éclaircirait au fil de cette étude rondement menée, il s'attarderait non sans gêne sur son sujet tandis que sa voix lui servirait de fond sonore.

C'était de la frappe. De la frappe atomique, oh oui.

Oh oui oui, même, penserait-il.

L'Alabastien se redresserait d'un coup du haut de ses preque trois mètres, puis passerait sa main salie d'un sang séché dans sa chevelure. Un petit coup dans le pectoral droit, puis il bomba fièrement son torse, sortant ses épaules et ses dorsaux.

-Je... ♫ ton visage me dit quelque-chose... ♫ Oh c'est frais.

Il aurait attaqué sa proie avec son mode fragilito. Les couilles remontées, une teinte faussement suave et aigue.

-♫Je t'ai déjà croisée dans cette vie... ♫

Mingo reluquerait alors ses hanches avant de revenir au visage de la pirate.

-♫Je veux pas mentir, j'viens pas de mater tes pieds. C'est que t'es trop fraîche si tu veux mon avis...♫

Le logia se serait alors posté sur les côtes de Parrish, réduisant la distance les séparant. Son bras s'appreterait à venir cueillir le dos de la Milton.

-♫Regarde moi dans les yeuuuuuuuuuuuuuuuuuux♫

S'il n'était pas arrêté, ses petits doigts auraient commencé à tâter le derme de la primé.

-♫Que j'devienne amnésiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiique♫

Est-ce que ça allait fonctionner ? Allait-on l'arrêter ?

-♫MA BELLA, FAISONS L'AMOUR CE SOIR ET JE T'EMPORTERAI AU CIEEEEEL♫

Un petit jeu qui ruinait sa dignité en pièce, certes, mais étanchait sa soif. C'était qu'après cette michto qu'il n'avait même pas pu se farcir sur le Baratie, ses couilles étaient bien bleues.


Melrose D. Mingo
Revenir en haut Aller en bas
Agote Edel Dukke
Agote Edel Dukke
Messages : 62
Race : Humain
Équipage : Equipage des poupées

Feuille de personnage
Niveau:
25/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
33/80[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (33/80)
Berrys: 150.650.000 B
Sam 17 Avr 2021 - 13:31



Agote

Edel Dukke






LES ARMES DE L'IMPERATRICE

Avec Melrose D. Mingo

1507 - A bord du Démon de L'Impératrice - Animation Post-Event


Il était agréable de se balader dans les rues d’Holiday Island. Les voix des touristes enjoués se mêlaient aux bruits des mouettes et le flot de l’eau coulant continuellement venaient harmoniser le fond sonore. Les boutiques luxueuses présentaient leur magnifique produit, fruit de l'amour des meilleurs artisans et designer. Des sacs, des maillots de bain, des bijoux, des robes, toutes ces œuvres étaient exposées aux yeux de tous, dans les meilleures dispositions pour faire briller un éclat dans le cœur de chacun. Leur prix avait le pouvoir de faire virevolter des montagnes de billet et garantissait d’une qualité sans précédent. Chaque détail était pensé et ajusté finement, laissant place au plaisir de noter toutes ces touches subtiles. S’il lui était permis plus tard, l’enfant referait sûrement sa toilette dans ce lieu.

Le groupe s’enfouit plus profondément à l’intérieur de l’île, arrivant dans un espace plus privé. D’énormes villas se dressaient au-dessus de leur tête, manifestant l’énorme pouvoir que chacun des habitants de ces lieux possédaient. Les bruits de la foule s’éteignaient petit à petit, ne laissant que les froissements de l’eau et du vent. Cependant, l’hôte qui les attendait n’appartenait à aucune de ses villas dont la prépondérance ne représentait rien face à lui. Un son puissant s’accentua tandis que le vent se faisait plus violent. Le fracas des vagues vint effacer la douce atmosphère qui régnait, dévoilant une somptueuse villa dont le calibre n’avait rien à envier aux plus beaux châteaux. Une silhouette se dégageait près d’une entrée, accentuant la place modeste d’un humain face à cette bâtisse.

La silhouette devint de plus en plus perceptible, se dévoilant sous la forme d’un humain croisé avec un chien. Se présentant comme un majordome, le dégout de la blondinette s’amoncela davantage en pensant à tous les poils qui devaient pulluler dans l’enceinte du bâtiment, voir dans les repas servis. Devant ce défilement bestial qui étaient passés devant ces yeux ces derniers jours, l’enfant penchait de plus en plus vers les rumeurs préjugeant une origine non animale de la Yonkou. En tant qu’humaine, la présence de ce bétail ne lui apportait qu’une profonde aversion et la cohabitation semblait impossible. Il fallait vraisemblablement appartenir à cette race pour avoir l’idée de s’associer à elle. Le nom de ce spécimen canin n’aidait pas tant sa ressemblance avec « jaunisse » était forte.

Fort heureusement, la douce présence d’Horatio Belzebuth égayait les lieux, comme son bon gout qui savait comment réellement apprécier le café. Agote Edel Dukke aurait été écœurée de devoir laisser ses affaires se faire salir par tous ses poils. Cependant elle n’en avait pas, n’ayant avec elle que sa docile poupée maid et ses vêtements. Toutes ses affaires avaient été souillées dans l’affaire des chimères. Comme attendu, l’endroit était somptueux, la duchesse déchue apprécia fouler de ses pieds cette belle résidence. C’était comme le beau temps après la pluie, le printemps après l’hiver, le réveil après un cauchemars, toutes les horreurs de la chimère gobe-île semblaient loin derrière elle. Les bouts de chair visqueuse recouverts d’engins métalliques avaient été remplacés par des meubles aux bois polis, des tissus doux aux broderies soigneuses, des vases venues de toutes les mers, des fleurs dont les fines senteurs traversaient subtilement le nez et, surtout, une incroyable et chérissable propreté.

Une magnifique femme, aux abords de la piscine, fit son apparition. Il n’y avait rien de plus à dire au sujet de son physique dont la perfection s’étendait du bout de ses pieds jusqu’au la pointe de ses cheveux. Son cache œil n’y faisait rien, ce dernier étant une pièce ravissante. Elle apparaissait ainsi, entourée de tous ces hybrides, montrant à quel point l’être humain était la plus belle des créations. Même les sirènes étaient fades à côté d’elle. Sous le tintamarre produit par ses subordonnés domestiqués – là était bien le bon mot – elle entama une discussion avec Belzebuth.

Parish Milton n’était donc pas qu’une riche bourgeoise : sa relation avec les pirates étaient dévoilées au grand jour et cela ne devait sûrement pas dater d’hier. Comme présumé, ils en avaient après Zifukoro. Agote y voyait une opportunité de vengeance, bien que ce ne fusse pas la priorité. Egalement, Belzebuth considérait que la petite fille pouvait présenter des avantages. Il devait sûrement avoir compris ses capacités. Du peu qu’elle avait saisis, ils prévoyaient très vite de revenir vers leur lieu de prédilection : le Nouveau Monde. La Bombe Humaine lui disait vaguement quelque chose mais un tel surnom pourrait bien convenir à de nombreuses personnes. Quand on pense explosion, on pouvait très vite penser à Edward Lawrence et Podwer Island mais cet homme était sûrement mort et enterré depuis longtemps. Et plus elle y pensait, plus Agote Edel Dukke voyait des noms défiler dans sa tête, l’embrouillant complètement. Cela pouvait très bien n’être qu’un artisan en fabrication de bombes ou une personne dont la puissance de frappe égalait à celle d’une bombe – ce qui en faisait beaucoup. En cherchant, elle se rendit compte d’un élément important : cet abruti aux gouts vestimentaire douteux ne semblaient pas être n’importe qui. Cependant, en le voyant approcher la jeune femme, elle conclut que ce n’était pas si important car cet homme était clairement en train de vivre les dernière minutes de sa vie.

Se présenter dans ces circonstances devenait gênants, le gigolo attirait tous les regards sur lui et assourdissait toute l’assemblée.

« Achevez le bon sang … »

Si l’occasion se présentait après le désordre crée par Mingo, Agote tenterait de se présenter.

« Je suis Agote Edel Dukke. Enchantée de faire votre connaissance Parish Milton. Autrefois duchesse, je me suis établie dans la piraterie depuis voilà quelques années. J’aimerais vous proposer mes services en échange d’un partenariat. Si je peux, je ferais également de mon mieux pour vous dire tout ce que je sais sur Extinction, bien que mes informations soient minimes.»


Spoiler:
 






_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Signature3
Agote Edel Dukke
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 783
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
39/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
334/350[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (334/350)
Berrys: 24.214.007.000 B
Mer 21 Avr 2021 - 20:07


Les armes de l'impératrice

Milieu 1507 ~ Holiday Island - Grand Line voie 3





La traversée avait été calme.

Bien trop calme, et c’était bien le problème. Comment une traversée maritime de Grande Line pouvait-elle être calme ? C’était insensé… Et pourtant, cela devenait une habitude pour la bicoque flottante sur ce type de trajet : après tout, pour un navire qui était parvenu à revenir en entier des tumultes du Nouveau Monde, la route de tous les périls et ses petites avaries s’apparentaient à une promenade de santé. Le bateau et ses occupants n’avaient d’ailleurs pas une seule fois été inquiétés par les éventuelles détonations des canons qui auraient pu se dresser sur leur route et auraient apporté un peu d’animation. Mais qui se serait risqué à le faire ? Les couleurs arborées à la fois sur le drapeau et sur la voile faisaient force de dissuasion. Un navire sous la houlette de l’Impératrice Pirate… rien que ça. Personne n’était assez fou pour oser les défier sur cette mer.

Ainsi, le navire viendrait se positionner aux côtés de son confrère déjà amarré et viendrait lui aussi se délester des raclures qui l’avaient mené en ces lieux. Hissé sur la proue, un homme dominerait les siens et commencerait à distribuer des directives à ses paires, comme le ferait un capitaine. Puis, il se tournerait lui-même vers la ville qui s’étendait, un peu plus loin. Alors, si quelques badauds y prêtaient attention, ils pourraient reconnaitre sans difficulté celui qui incarnait le principal visage de son équipage de pirates aux yeux du grand public. Celui d’un Nébula connu pour être aussi violent qu’imprévisible bien qu’il semblât être rentré dans le rang ces derniers temps. Sa prime reflétait-elle toujours son actuel niveau de dangerosité ? C’est difficile à déterminer, en l’instant. Alors, après quelques instants à inspecter les environs à regarder ses compagnons se diriger vers leurs objectifs respectifs, il se mettrait lui aussi en route.


Marorn Pregwich ~ 104.000.000 B
Nébula et faux capitaine des Edward’s Pirates.



Parmi les quelques silhouettes restées au niveau du bateau qui les avait menées à bon port, l’une d’elles se mit en mouvement et prit la tête du court comité qui irait bientôt s’enfoncer dans les profondeurs de l’île. Son visage découvert ne laisserait transparaitre aucune émotion particulière, sinon la concentration et le sérieux avec lequel il abordait la rencontre d’aujourd’hui. 29 Millions de Berrys seraient offerts à celui qui ramènerait la tête de Josh, ce pirate à l’air négligé et faible comparé à son homologue Nébula, mais qui revêtait pourtant une importance particulière.


Josh ~ 29.000.000 B
Lieutenant et recruteur des Edward’s Pirates.



L’un des membres du contingent mené par Josh se détacha quelque peu du groupe, et sembla s’attarder devant le « Démon de l’Impératrice » dont il appréciait peut-être l’ouvrage. Il resta à le contempler quelque temps, sans doute sous les yeux de la femme-hyène qui avait été chargée de le surveiller. Celle-ci, comme tout autre éventuel témoin de la scène, serait dans l’incapacité de mettre un visage et un nom sur la silhouette suspecte puisque l’individu était emmitouflé dans une épaisse capuche.

Était-il subjugué par la beauté ténébreuse qui se dégageait de l’architecture flottante ? Était-ce de la fascination ? Ou bien être éprouvait-il l’irrépressible envie d’égratigner ce chef-d’œuvre, de le souiller de sa main, et peut-être même de le détruire. Par volonté de se venger ? En gage de l’animosité qu’il aurait pu ressentir envers son propriétaire ou ses paires ? Ou simplement par envie de casser toute conception un minimum élaboré ?  

En réalité, il s’agissait d’une tout autre raison : sous sa capuche se dissimulait un regard plutôt envieux, presque crispé. De toute évidence, une fine pointe de contrariété s’était instiguée en lui lorsque les contours de la structure lui étaient apparus. Pouvait-on supposer que c’était parce qu’il ne pourrait pas s’offrir ce genre de navires ? À moins que ce ne soit parce qu’il aurait aimé en être le propriétaire ? Ou bien s’agissait-il d’une autre raison ?

Alors, l’inconnu finit par se détourner de sa fixation et se remit à suivre les pas de son acolyte qui avait commencé à prendre un peu d’avance. Quelques instants plus tard, si rien ne venait entraver leur avancée, ils finiraient par se trouver face à la devanture opulente de l’une des sommités d’Holiday Island.

__________








Résumé / Explications :

Bonjour.

Il parait que c'était censé être une surprise.

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 407
Race : Humain
Équipage : Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
30/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
74/120[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (74/120)
Berrys: 24.378.000 B
Ven 23 Avr 2021 - 7:56
Les Armes de l’Impératrice
Feat. MJ, Mingo, Agote, Ed



Ses yeux gris parcouraient sans ferveur l’opulence et la splendeur factice qui caractérisaient la ville. Une telle débauche d’apparats le rebutait quelque peu ; des façades surmaquillées couvrant du vide. Rien de digne d’intérêt, derrière ces murs.

L’île n’avait pas changé. Lui… il y avait posé le pied, par simple accident, il y a près de deux ans. Il n’était alors qu’un simple et pauvre voyageur en mal du pays, et il avait échoué à ramener dans ses geôles l’homme qui lui aurait servi de ticket de retour. Aspirait-il à autre chose, en ce temps-là ? Difficile de s’en souvenir aujourd’hui, alors qu’il voguait sous le pavillon noir au fer à cheval.

Un pavillon dont il s’efforçait de détourner le regard au possible. De nombreuses rumeurs courraient sur l’affiliation du pirate explosif, dont une sur laquelle il avait misé avec espoir… Pas celle-ci. Lorsqu’il lui avait été offert de monter sur le navire et que ses yeux s’étaient posés sur la grand-voile, un frisson de frustration avait parcouru son corps entier. Quelques secondes de flottement, puis il avait haussé les épaules et gravi les marches en silence.




Un silence qui avait caractérisé le voyage, jusqu’encore maintenant. Le géant rachitique se dressait sur le quai, ses yeux incapables de se fixer sur un seul point, à l’inverse de son corps qui semblait taillé dans une roche particulièrement granuleuse. Une main se perdait dans les profondes poches de l’imperméable qui avait dû être orange, tandis que dans l’autre se consumait lentement une cigarette à peine entamée. Elle attendait, tout comme lui. Il n’avait accordé qu’un regard évasif au second navire, sans plus d’intérêt que le premier. C’était l’homme dans son dos, le brun ténébreux, taciturne et instable pour lequel il était revenu fouler cette île insipide, qui les faisait patienter. Qu’il prenne son temps ; le vieux fossoyeur n’était attendu nulle part.

Au sein du château, seul dans une petite pièce à peine éclairée, un autre brun ténébreux, taciturne et instable fixait le mur d’un regard vide, assis sur un lit de bois clair. Les larmes qui coulaient le long de ses joues allaient se perdre dans la barbe naissante qui témoignait de sa négligence des derniers jours.

Le troisième brun ténébreux, taciturne et instable qui composait l’entourage du vieillard, avait quant à lui choisi de rester sur le navire, ne supportant plus la morne compagnie du second. Lui avait débordé d’énergie durant l’entièreté de la traversée ; la rencontre de son ennemi mortel l’avait revigoré, et il était redevenu aussi éclectique qu’il savait l’être. Il parlait de tout et de rien, avec tout le monde et avec un engouement trop caricatural pour être vrai. Cela faisait à présent plusieurs heures qu’il parcourait le pont du bateau d’un bout à l’autre au pas de course, un sourire béat au visage.


Finalement, le nébula encapuchonné rompit sa contemplation, reprenant la suite du dernier brun ténébreux de la bande, tout aussi taciturne pour l’heure mais certainement moins instable. Ses yeux parvenant enfin à se fixer sur quelque chose, le vieillard porta sa cigarette aux lèvres puis, constatant qu’il n’en restait à présent que le mégot, lança ce dernier dans l’océan avant de fouiller ses poches à la recherche de ses réserves à gestes lents, sans l’ombre d’une quelconque précipitation. Il lui fallut quelques secondes pour en sortir une remplaçante qu’il alluma calmement, avant d’enfin suivre les traces de ses camarades sans en avoir tiré une bouffée.









Techniques:
 

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Eden Chapter
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Pirate)
PNJ (Pirate)
Messages : 456

Feuille de personnage
Niveau:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B
Dim 25 Avr 2021 - 14:17



Horatio Belzébuth, primé à 291.000.000 B & Parish Milton, la Manageuse de Talents, primée à 319.000.000 B


Ils étaient aux nombres de trois sur la première partie de Grand Line, trois personnes aux services de la Dangereuse, trois personnes qui faisaient sûrement partie de l’élite même de cette partie du monde. Leurs primes étaient témoignage de leur histoire et de leur passé glorieux. Ce fut ainsi que son corps de bête se mouvait dans la direction du Logia comme pour lui montrer qu’il était dans un autre monde, on n’approchait pas sa collègue on approchait pas celle qui pouvait leur donner un avenir dans un monde comme celui-ci. Ainsi Belzébuth allait prouver qu’il n’avait pas volé sa victoire contre le défunt Turoi Nagate il y a quelques années grâce à un violent coup de pied imprégné de haki, il écrasait tout simplement l’homme-sel au sol avec sa chaussure sa force était bien grande même dans ses jambes pour pouvoir effectuer une acrobatie pareille. Le mafioso était agacé car il s’était un peu laissé aller pour frapper le logia et donc il avait abîmé le bord de la piscine de Parish, il fallait donc qu’il rembourse bientôt cette somme à l’issue de leur réunion. Du côté de la femme fatale, celle-ci sortait de la piscine en remontant ses lunettes de soleil, d’un mouvement de main elle demandait à ses serviteurs de lui apporter une serviette pour qu’elle puisse s’essuyer.

    - Je prends le compliment mais sache que pour l’instant tu ne seras qu’un esclave parmi tant d’autres si tu ne te présentes pas correctement, déchet.


Dirait-elle d’une façon bien hautaine pour faire comprendre au Melrose qu’il n’était rien face aux hommes de l’Impératrice Pirate. Ils étaient ceux qui si l’Empire d’Erika partait en guerre commanderait les soldats sur le champ de bataille. Ils étaient l’équivalent des contre-amiraux si il fallait leur trouver une comparaison dans le système de la marine, ceux dont la force était comparable à la morsure d’une araignée violoniste, les Loxosceles.

    - Oh enchantée de faire votre connaissance Agote. J’aimerais savoir ce que vous avez à nous apporter comme partenariat. Sachez toutefois que vous risqueriez de finir comme cet idiot si le jeu n’en vaut pas la chandelle. Que savez-vous sur Extinction ?


La recruteuse d’Erika Orato écouterait alors ce que la jeune Agote aurait à lui dire avant tout. Elle avait droit de montrer son utilité à l’équipage de la Dangereuse. Parish était connu pour éliminer ceux qui ne servaient à rien à sa mission ou à les garder en tant qu’esclave.  C’était le jeu derrière la beauté d’Holiday Island,  si on allait à l’encontre du bon vouloir de cette femme vous pouviez être sûr qu’elle vous ne lâcherait plus d’une semelle. Une fois que la jeune Agote aurait terminé son temps de parole, c’était à Zola Max de se présenter à son tour.


Zola Max


    - Je me nomme Zola Max et je suis un scientifique d’Extinction assistant de Zifukoro et de Tucker Law. Je suis l’inventeur de l’énergie stéroïde qui permet à nos chimères hommes-poissons d’être stabilisé. Je n’ai aucune idée de là où se trouve Zifukoro.


Il n’y avait aucune once de mensonge dans ce que disait le scientifique, en effet il ne savait où son père était parti et qu’est-ce que le scientifique faisait maintenant de sa vie. Il était juste persuadé d’une seule chose c’est qu’il allait devoir travailler pour l’Impératrice le temps que Zifukoro le retrouve. Il se demandait si Tucker Law son deuxième père était lui aussi encore en vie. Il avait beaucoup de respect envers cet homme également. Ils étaient tout les deux après tout, ces créateurs.


Jawnice, le Majodorme de la Messagère


Au niveau du portail de la villa Milton, Jawnice tenait encore une fois son rôle parfaitement approchant alors le nouveau groupe qui venait d’approcher, était bien connu à ses yeux. Le majordome servait alors plusieurs cafés dans plusieurs tasses différentes avant d’approcher le groupe d’invités de sa maîtresse.

    -  Avez-vous besoin qu’on vous débarrasse vos affaires une fois à l’intérieur de la villa comme à votre habitude messieurs ? Avec ou sans sucre votre café également.


Ainsi Jawnice ouvrait la porte laissant entrer la délégation d’Edward dans la villa de la recruteuse. Il guiderait ainsi tout le groupe vers la piscine où se trouvait déjà positionné tout les acteurs de l’empire de la Dangereuse sur Grand Line. Les Loxosceles étaient réunis dans un seul et même lieu pour parler du futur de l’empire et surtout de la situation actuelle sur Grand Line.

    - Vous voilà enfin. Nous pourrons commencer la réunion, une fois que nous aurions fini avec ces deux-là. Tu as amené de nouvelles personnes avec toi mon cher. Qui est-il ?


La manageuse regardait dans les yeux le vieillard qui accompagnait celui qui avait ses habitudes d’être encapuchonné quand il venait la voir. Les Loxosceles ne se doutaient pas la moindre seconde que quelqu’un venait aussi de poser son pied sur Holiday Island avec un visage plutôt ennuyé. Ce n’était pas d’habitude dans ses missions de traîner sur la première partie de Grand Line et d’y aller surtout pour parler avec des subordonnés, c’était plutôt un grand guerrier n’ayant rien à envier aux plus grands membres de l’équipage de l’Orato. Il serait capable de raser cette île toute entière si il en avait envie, il était autrefois le partenaire d’entraînement particulier de l’Incontrôlable. Sa prime élevée était lié à ce qui ressemblait plus à l’apocalypse là où il foulait le sol. Il avait sûrement été missionné pour des raisons mystérieuses mais sa présence ferait éclat d’un choc à tout les membres de l’équipage de l’Impératrice et aussi aux invités.

    - J’espère qu’ils sont tous déjà arrivés.


Il avait sur ses mains le sang de plusieurs milliers de personnes et de multiples races toute entière, le Génocide était maintenant sur Holiday Island. Il était celui qu'on appelait le Bras Armé de l'Impératrice.


Grünt, le Génocide, primé à 970.000.000 B



_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 274333EssaiSignaPirate
PNJ (Pirate)
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 783
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
39/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
334/350[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (334/350)
Berrys: 24.214.007.000 B
Mar 27 Avr 2021 - 20:05


Les armes de l'impératrice

Milieu 1507 ~ Holiday Island - Grand Line voie 3





Les trois forbans furent accueillis par Jawnice, le soyeux majordome de la régente des lieux, qui comme à l’accoutumée se montrait serviable et poli. Si Josh demanda deux carrés de sucre pour adoucir son breuvage, son homologue se distingua par un choix plutôt… singulier.

« Avec de la poudre, le mien. »


Si la demande n’allait surement pas surprendre l’homme bête qui avait déjà eu affaire à lui, les gouts particuliers de ce visiteur ne manqueraient peut-être pas de heurter une nouvelle fois son éventuelle sensibilité gustative et le raffinement dont il faisait preuve dans l’exercice de ses fonctions.

Puis, une fois que les visiteurs eurent franchi le vestibule et furent éventuellement débarrassés de leurs surplus vestimentaires, ils furent conduits vers la pièce phare de la luxueuse résidence où la maitresse des lieux avait l’habitude de recevoir ses invités et où se tiendrait la fameuse réunion.

Josh fut le premier à émerger à l’extérieur et fut quelque peu ébloui par l’éclat luminescent d’un soleil qui se réfléchissait également sur la surface aqueuse qui ondulait. Les yeux du médecin se mirent à virevolter et allèrent se perdre sur les innombrables créatures qui s’agitaient là, barbotant dans cette piscine qui avait tout d’un coin de paradis. À la vue des formes rutilantes des charmantes demoiselles, Josh ne put réprimer l’immense joie qui montait en lui : à quand remontait la dernière fois qu’il avait vu de jolies demoiselles en maillot de bain ? Time End, là où il passait généralement le plus clair de son temps, n’était pas le lieu approprié pour l’affichage de tous ces corps fraichement vêtus, mais gorgés de rêves… C’était presque trop beau pour être vrai. Quelques minutes durant, il se planta frénétiquement des petites aiguilles dans le bras, comme pour essayer de se convaincre qu’il n’était pas en train de rêver.

Et puis, l’invité suivant entra lui aussi dans la salle de réunion paradisiaque et plusieurs regards se braquèrent sur lui. Toujours dissimulé sous sa capuche, il s’avança d’un pas lent, imposant peu à peu sa présence à ceux qui étaient présents. Chez certains, une certaine tension s’installa, comme s’ils savaient qui se cachait sous cette capuche, comme s’ils savaient qu’il n’était pas n’importe qui.

« Alors, satisfait de tes nouveaux canons, Belz-B ? »


D’un geste nonchalant et familier, le mystérieux homme saluerait ainsi le capitaine du Démon, démontant ainsi qu’il était soit complètement inconscient, soit qu’il était suffisamment proche de ce dernier pour oser l’affubler d’un tel sobriquet. Belz… B ? Il n’y avait décidément que très peu d’hommes sur cette mer qui pouvait se targuer de rester en vie après un tel acte.

Son attention se déporterait alors sur la sulfureuse Supernova qui l’avait invité dans son antre. Tandis qu’elle épongeait les dernières gouttes qui ruisselaient le long de son corps, les yeux brulants du Nébula glisseraient sensuellement le long de ses formes délicieuses jusqu’à se plonger dans son unique œil.

« Toujours aussi exquise… Ce rouge te va à ravir, Parish. »


Déclarerait-il en guise de salutations pour la concernée. Et, alors qu’elle s’interrogeait sur l’identité du plus grand de ses invités, le Loxoscele lâcherait un petit ricanement.

« Allons… tu n’as pas lu les journaux ? Je te présente ma dernière recrue, Eden Chapter… »


Comment ne pas reconnaitre cet homme qui venait de se doter d’une sacrée renommée et était ainsi sorti de son relatif anonymat ? Sa nouvelle mise à prix venait de tomber, et elle était plus que flatteuse. Alors, son nouveau capitaine s’empresserait de rajouter non sans malice :

« Le prodige de Time End ! »


Une référence à peine déguisée au sobriquet qui lui avait été lui-même associé lorsqu’il était lui aussi entré dans ce cercle vertueux des Supernova : le prodige de Powder Island. L’association était belle et fort prometteuse, et ce surnom montrait à quel point le Nébula pouvait estimer et compter sur son nouveau comparse d’infortune. À l’image de leurs tailles respectives, ils accompliraient de grandes choses : ils étaient destinés à briller, comme des étoiles.

« Et eux ? Qui sont-ils ? »


Demanderait le nébuleux forban, en ciblant les autres invités qui lui étaient encore inconnus et auxquels il n’avait pas encore daigné s’intéresser.


__________








Résumé / Explications :

Le prodige de Time End.

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Agote Edel Dukke
Agote Edel Dukke
Messages : 62
Race : Humain
Équipage : Equipage des poupées

Feuille de personnage
Niveau:
25/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
33/80[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (33/80)
Berrys: 150.650.000 B
Mar 27 Avr 2021 - 21:41



Agote

Edel Dukke






LES ARMES DE L'IMPERATRICE

Avec Melrose D. Mingo

1507 - A bord du Démon de L'Impératrice - Animation Post-Event


1501

Un jeune homme était avachi sur une table. Ses longs cheveux blonds trempaient dans l’alcool. Son visage si beau autrefois était creusé par la fatigue et son teint pâle rougissait sous l’effet du nectar, tandis que les cernes de ses yeux s’obscurcissaient de bleu marine. En face de lui, une petite fille l’observait. Malgré la vivacité de son esprit, elle était incapable de comprendre ce qui avait bien pu mener ce fier homme dans une telle débauche. Malgré tous ses efforts pour évacuer l’indifférence extrême qu’elle ressentait habituellement, malgré toutes les analyses qu’elle pouvait se faire en l’observant, cela échappait complètement à sa compréhension. Dans ces moments-là, pour oublier son incompétence, l’enfant murmurait :

« Faible. Tu l’as bien mérité. »

1507

Aujourd’hui, Agote Edel Dukke comprenait ce sentiment. Même si elle n’était pas une combattante, même si elle n’avait pas de prédisposition à certaines facultés telles que le haki, la clairvoyance, l’hypersensibilité, l’enfant saisissait parfaitement quel type de personnages l’entourait. Observatrice et accordant une haute importance à la prestance dégagée par les individus, la duchesse déchue pouvait comprendre ce qui se cachait derrière une personne. De la même manière que la présence d’Ishtar De Lérhane l’avait à la fois subjuguée et effrayée par la puissance qu’elle dégageait, cette assemblée la fit frémir. Ce n’était pas que de simples humains. A travers le bout de leur doigt, leur force incroyable se propageait dans l’espace, paralysant tous ces membres. Il leur suffisait simplement d’exister pour lui faire comprendre où était sa place : elle n’était qu’une ridicule fourmi à côté de lions, tigres, loups ou autres animaux prestigieux. Ce n’était pas la première fois qu’elle prenait conscience de sa faiblesse. Mais ici c’était différent que de simplement penser être faible : c’était une prise de conscience réelle et omnipotente. Quels étaient les individus qui régnaient sur ce monde ? Qui se plaçait au sommet ? Que signifiait réellement la puissance d’un Yonkou ?

Agote Edel Dukke pouvait clairement le voir. En haut d’une montagne vertigineusement grande, ses yeux bleus azures apercevaient un petit drapeau flottant. Il représentait une tête de mort aux cheveux noirs avec un fer de cheval. C’était donc là qu’elle se trouvait. Erika Orato. Sa hauteur était telle qu’elle pourrait se fondre dans les cieux. Et si sa vision avait la possibilité d’aller encore plus loin, sans doute la petite fille verrait également les drapeaux des autres seigneurs des mers et de la Marine, ainsi que, peut être un jour, celui du gouvernement mondial. C'était donc cela le désespoir de son ancien capitaine, Svindel.

Cependant, bien avant tous ces évènements troublants, l’atmosphère était plutôt joviale. Comme prévu, l’huluberlu se fit rejeter, bien qu’Agote aurait pensé le voir mort et enterré. La belle Parish l’avait d’ailleurs magnifiquement décrit : déchet. Son ton hautain était bien placé et resplendissant. Cela suffisant amplement pour la petite duchesse dont l’attitude irrespectueuse du pirate la dégoutait toujours autant. Cependant, la suite des paroles de la jeune femme enjoua moins la blondinette. En effet, si elle n’assurait pas, ce n’était pas le sort heureux de Mingo qui l’attendait, mais bien la mort nette et claire, car il n’y avait aucun moyen qu’elle puisse survivre à un tel coup.

« Merci. J’espère pouvoir vous apporter des informations. Comme vous le savez sans doute, Zifukoro Max est à la tête d’Extinction. Il a essayé de vendre ses chimères aux nobles et commerçants postés sur le Baratie. Cependant, il m’a été difficile de comprendre ses intentions. Il a clairement récupéré une somme d’argent très importante s’élevant à plus d’1 milliard de berries en vendant ses chimères. Néanmoins, il s’est sauvé laissant mourir tous ses scientifiques et en détruisant toutes les infrastructures sur les recherches sur les chimères qui étaient à l’intérieur de sa chimère gobe île. On aurait presque dit qu’il ait tiré un trait sur les chimères pour passer à autre chose. Il est complètement incohérent et fou, aimant également se prêter à des jeux pour tester ses inventions. Aussi, il a inventé une énergie stéroïde pour booster ses chimères en échange d’espérance de vie, cela peut aller jusqu’à 50 ans et donc, donner une puissance colossale en conséquence. Il prétend aussi avoir un laboratoire à Armaggedon Town. Actuellement, et pour certaines raisons, je veux le tuer. »

Elle prit une pause. Puis elle pointa Mingo du doigt.

« Ah d’ailleurs il me semble que cet homme avait conclu un marché avec lui. Mais je n’ai pas pu tout entendre. »

La petite Agote espérait que cela suffirait. C’était assez malheureux, mais il lui avait été très difficile d’agir au milieu de l’agitation. A croire que Zifukoro y avait pensé en amont et avait créé toute cette mise en scène pour empêcher quelques curieux d’agir un peu trop à leur guise. Cependant, elle n’était pas là que pour ça :

« Mais ce qui m’a menée ici, c’est avant tout la capacité que je possède. »

L’enfant hésita. C’était la première fois qu’elle révélait ainsi son pouvoir. Habituellement, la personne était réduite au silence quelques temps après. Mais ici, c’était différent : elle était en position de faiblesse et dévoilait son seul atout.

« Grâce à mon fruit du démon, je peux transformer n’importe qui en poupée et le soumettre à ma volonté, simplement en le touchant. Comme cette poupée qui me suit. Aujourd’hui, je compte des dizaines d’humains transformés, donc certains achetés. Les jouets achetés sont contrôlés par l’acheteur, du moins en apparence car ils restent sous mon contrôle. Mon objectif est d’étendre ce commerce. Si vous m’apportez votre soutien, j’aimerais vous en donner les faveurs, en espérant que mon pouvoir puisse vous être bénéfique. »

Cela avait été si simple de prononcer ces paroles, d’un ton assuré, par des belles paroles. Mais maintenant, la réalité derrière sa misérable existence la rattrapait. La mort aurait sûrement raison de venir la chercher pour rétablir un juste équilibre. Comment devait-elle agir dans une atmosphère aussi oppressante ? Elle osait à peine tourner son regard en direction de ces nouveaux arrivants cachés derrière leur capuche. Leur discussion stérile lui passait complètement au-dessus de la tête.

Ses pensées s’entrechoquaient, tout son esprit se vidait, sa mémoire flanchait en même temps que ses souvenirs semblaient disparaître. La petite fille ne comprenait pas, ne saisissait rien, n’existait peut-être même pas en fait.

« Et eux ? Qui sont-ils ? »


Un frisson parcouru son corps en un instant. Il avait reconnu son existence. Elle ne pouvait plus fuir. La réalité était telle : Agote Edel Dukke,la petite fille de 10 ans en apparence qui passait son temps à arnaquer les faibles gens avec ses poupées se tenait aux côtés, sans en avoir pleinement conscience, de Parish Milton, Horatio Belzebub, Melrose D. Mingo, Josh, Eden Chapter et Edward Lawrence.

Pour quelle raison était-elle venue déjà ?


Spoiler:
 






_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Signature3
Agote Edel Dukke
Revenir en haut Aller en bas
Melrose D. Mingo
Melrose D. Mingo
Messages : 49

Feuille de personnage
Niveau:
27/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
40/120[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (40/120)
Berrys: 18.100.000 B
Mer 28 Avr 2021 - 7:38
Les armes de l'impératrice




Du splendide corps de la pirate au noir complet, les yeux de Mingo firent le cheminement en à peine une seconde sans préavis aucun. Le forban avait senti quelque chose se poser avec violence sur son crâne avant de comprendre ce qui lui arrivait. Il fut assomé, sa tête claquée au sol par le coup de Belzébuth.

La voix de Parish résonerait alors en écho dans son crâne tandis que le maudit divaguait à moitié, à la lisière de l'insconcience. Ses yeux vides laissait le néant de ses pupillles dilatées s'attaquer au rose de ses iris.

-Je me ramollis...


C'était la première fois dans son existence que... Qu'on lui donnait du fil à retordre. Qu'une femme s'était permis de lui parler sur ce ton, de le traiter ainsi. Après plusieurs instants, son index s'éleverait timidement tandis que la gamine faisait le point sur sa situation.

-Mon gâté, appelle l'hôpital...

Son corps virerait alors en un amas de particules roses, celles-ci s'éleveraient peu à peu pour reformer le corps du pirate. Le Melrose D. avait le palpitant, un qu'il connaissait bien : celui qu'il pouvait avoir une fois alcoolisé, cinq grammes dans chaque bras, et qu'il s'apprêtait à s'enfiler dix mètres de shot.

-Je suis tombé love.

Son visage aurait fini de se recomposer, si personne ne l'avait interrompu. L'arrivée de protagonistes secondaires auraient peut-être permi au logia d'avoir du répit.

-Ouais, puis si tu me refais ça sans prévenir, je te goume tes morts et tu finis sur une civière.

Ses mains irait essuyer son débardeur comme pour s'époussiérer. Il niait simplement la rouste qu'il venait de se prendre. S'il s'était fait avoir devant cette femme, c'était uniquement parce qu'il avait été touché plein coeur : déstabilisé un instant.

Alors un boug encapuchoné s'aventurerait dangeureusement d'une simple question.

-ORORORORORORO ! QUI JE SUIS ?!

Ses bras s'éleveraient vers les cieux avant que ses pouces se pointent vers lui dans une double contraction des biceps.

-JE SUIS MELROSE D. MINGO, VOYONS !

L'Alabastien n'avait aucune foutue idée de là où il se trouvait. Ses connaissances limitées ne lui permettait en rien de saisir qui était qui dans cette pièce. Cela avait-il de l'importance ? Peut-être bien que oui. Mingo n'en avait que faire. Il était le protagoniste et le monde devait se sentir reconnaissant de le compter parmi le commun. Des Parish, des supernovas ou nebulas, cela avait peu d'importance. Mais, puisque le monde ne jurait qu'au travers de titres ridicules, le pirate s'amuserait à en balancer un qu'il trouvait stylé. Cela lui faisait penser à son ancien collègue de cellule, à Tequila Wolf.

-Bientôt le meilleur Corsaire qui n'ayant jamais existé ! ORORORORORO


Melrose D. Mingo
Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 407
Race : Humain
Équipage : Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
30/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
74/120[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (74/120)
Berrys: 24.378.000 B
Jeu 29 Avr 2021 - 10:17
Les Armes de l’Impératrice
Feat. MJ, Mingo, Agote, Ed




La main se serra instinctivement sur les deux flancs du large col de son imperméable orange sali par des semaines de mer lorsque la créature canine leur adressa la parole. Il fronça les sourcils et lui adressa un regard méfiant. Il n’allait pas se laisser délester de ses affaires aussi simplement.

- Rien pour moi.

Il avait tout ce qu’il lui fallait sur lui. S’il souhaitait boire un café, il n’aurait pas attendu qu’un larbin ne lui donne l’idée.

La somptuosité des lieux le laissait tout aussi perplexe qu’à l’extérieur. Ses yeux se perdaient sur les riches décorations d’un air absent, sans savoir sur quoi s’arrêter. Jusqu’à ce qu’ils n’arrivent à la piscine.

Son regard se fixa sur l’une des sirènes se prélassant dans l’eau, affichant pour la première fois depuis son arrivée sur l’île un certain intérêt. Voilà qui était plus notable. Etait-ce cela qu’elle avait vu ? Ou à nouveau, un simple coup de pouce du destin ?

Il n’entendait que de très loin les conversations autour de lui. Une musique douce et envoûtante se déversait dans son esprit, ce visage lisse et fin accaparant le reste de son attention. Il avança d’un pas vers l’étrange humanoïde.

Eden Chapter… Le Prodige de Time End

La mention de son nom le ramena à la réalité. Il cligna des yeux, puis se retourna vers celui qui était depuis peu son supérieur. Il sembla enfin remarquer la présence de la voluptueuse jeune femme dont l’oeil unique tentait de capter les siens.

- Salut.

Les nouvelles circulaient vite. L’affiche avait atterri sur le pont du navire, accompagnée du dernier journal. Il lui avait fallu un certain temps, avant de reconnaître la personne sur l’avis de recherche. Ca n’avait pas de sens.

En l’espace de quelques jours, le vieil homme était devenu une cible prioritaire pour le gouvernement mondial. Un pilier de Grand Line. Quatre à cinq fois plus précieux que les forbans les plus recherchés que les vautours qui lui servaient de compagnons ne rêvaient de capturer, durant sa jeunesse. Il aurait payé sa propre prime pour voir la tête du vieux Cantus, en ce moment.

Et pourtant, ça n’avait pas de sens. Qu’avait-il fait, pour mériter une telle attention ? Mis à mal un vulgaire colonel ? Ce n’était pas à son époque que cela lui aurait conféré une telle valeur. Soudain, les mises à prix démesurées de ceux qui l’entouraient prenaient une nouvelle perspective.
Et puis, il y avait les autres. Les sourcils blancs du nouveau Supernova se froncèrent, puis se rehaussèrent avec amusement, devant la présentation de l’homme au débardeur rose. Tentant de passer sur son menton rugueux, il se souvint enfin de la présence de la cigarette fumant entre ses doigts et en tira une longue bouffée d’un air pensif.

- Un Corsaire, hé ? Faudra que j’t’enterre alors… Shirororororo...

Beaucoup se promettaient à une grandiose existence. Et même en ces temps où la grandeur semblait bradée, peu y parvenaient. Le Melrose ferait-il partie de ceux qui, à en croire V, étaient tirés en avant par les fils invisibles de la Destinée ? Ferait-il partie des rares élus, qui, à la fin de leur voyage, auraient gagné le privilège de trouver leur dernière demeure de sa propre main ?


Le doute semblait permis.









Techniques:
 

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Eden Chapter
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Pirate)
PNJ (Pirate)
Messages : 456

Feuille de personnage
Niveau:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B
Ven 30 Avr 2021 - 4:48




Parish Milton, la Manageuse de Talents, primée à 319.000.000 B & Jawnice, le Majodorme de la Messagère


La recruteuse d’Erika écoutait attentivement les paroles de la jeune fille. Toutes les informations sur le fameux Zifukoro Max étaient bonnes à prendre, surtout pour une femme comme elle. Si parmi les hommes de chaque empereur qui se trouvait sur Grand Line, Stanislas était au sommet de la chaîne alimentaire, elle était certainement la recruteuse avec le meilleur réseau d’informateurs. Elle retrouverait Zifukoro Max qui se terrait sur South Blue certainement à l’heure qu’il est, elle avait promis à son Impératrice une armée de chimères elle le lui donnerait. Le scientifique n’aurait pas le choix de travailler pour la femme la plus forte du monde qu’il le veuille ou non.

    - Tu es une très bonne fille. Dans quelques années quand tu grandiras tu pourras peut-être devenir une belle femme qui sait manipuler ce genre de sots comme moi. Sache néanmoins que ce Zifukoro.


Dirait-alors Parish en pointant du doigt le logia du sel qui ne s’était pas encore reformé à ce moment-là. La femme écarquilla les yeux quand elle entendit le pouvoir de la petite fille, c’était une malédiction bien rare capable de transformer les gens en de petites poupées. L’utilité au combat des poupées serait à voir mais l’élimination des ennemis en les lobotomisant simplement des soldats. Ce serait sûrement un bon moyen d’infiltrer certains royaumes et de gagner tout simplement des territoires supplémentaires pour son impératrice. Faisant alors un signe discret à Jawnice qui se trouvait encore là, la Loxosceles se rapprochait de la jeune petite fille.

    - Tu vas t’asseoir à côté de moi. Tu es encore une petite fille mais tu as le sens des affaires et des priorités, que dirais-tu donc de me servir ? Comme tu dois le savoir,  je suis missionné par la plus grande femme du monde, la plus grande beauté et la plus dangereuse, Erika Orato. Mon Impératrice aimera tout particulièrement ton pouvoir une fois que celui-ci aura gagné en puissance. Nous développerons ton commerce ici sur Grand Line avant que tu ailles rejoindre le Nouveau Monde d’accord ?


Ainsi Jawnice arriverait avec plusieurs assistants, ils portaient dans leurs bras plusieurs robes et vêtements différents. Il y avait même certains d’entre eux portant des fauteuils et une table plutôt grande. Parish ferait alors comprendre à Agote qu’elle pouvait choisir les vêtements qu’elle souhaitait parmi ceux qui étaient tendus par les assistants de Jawnice, il avait également installé de quoi cacher les yeux indiscrets pour que la jeune fille prenne un vêtement un peu moins improvisé.


Horatio Belzébuth, primé à 291.000.000B


    - Merci de votre expertise Architecte de la Destruction, les flammes de l’enfer se déversaient suffisamment bien sur mes dernières proies. On ne m’avait pas menti, tes connaissances en la matière sont vraiment hors du commun.


Dirait-alors Horatio buvant son café ignorant grandement la provocation de Mingo et en s’asseyant sur le fauteuil qui lui était proposé. Chien qui aboie ne mords comme on dit. Le mafioso croisait alors les jambes et invitait d’un geste les membres des Edward’s Pirate à s’asseoir eux aussi. C’était les habitudes de la maison Milton, il fallait joindre l’utile à l’agréable et pouvoir faire une réunion tout en prenant un plaisir exquis au soleil.

    - Merci Edward, c’est un plaisir, je l’ai directement importé depuis l’île des hommes-poissons.


La Milton fit alors un signe qu’on lui apporte les journaux pour qu’elle puisse lire les informations sur ce fameux prodige de Time End. C’est ainsi qu’elle put lire qu’Eden Chapter était une étoile montante du monde de la piraterie sur Grand Line. Le sourire aux lèvres, elle fut surprise que celui qu’on surnommait l’Architecte de la Destruction ou la Bombe Humaine était aussi bon à recruter qu’à détruire.


Zola Max & Tucker Law, Le Faiseur de Vie, primé à 150.000.000 B


    - Tu es donc celui qui a aidé ce Tucker Law, le deuxième dirigeant d’Extinction à libérer cette créature Pickles sur les eaux. Bienvenue dans les rangs de l’empire en espérant que tu t’y plaises. Concernant cette créature Pickles, elle n’a toujours pas refait surface. J’espère que tu sais en recréer Zola Max cela ravirait mon impératrice.
    - Non c’est le domaine de compétence de mes maîtres Tucker et Zifukoro.
    - Pffff


A l’intérieur du château du vieillard, un homme s’agitait à l’instant où il avait entendu la voix de Zola Max et la mention de Pickles. Tucker était encore déprimé et blessé mais il ne ratait pas une miette du spectacle que lui proposait les personnes ici présentes. L’homme s’adressait alors à celui qui l’avait recueilli depuis quelques jours.

    - Cet homme Zola Max est lui aussi une chimère crée par Zifukoro. Je veux lui parler, je veux savoir où se trouve Zifukoro. Pourrais-tu me laisser sortir ?


Une demande si simple et pourtant si dangereuse. Le temps ne pressait pas pour le scientifique mais il exigeait une réponse. Il savait que Zola lui répondrait honnêtement à cause du culte que le scientifique vouait à ses créateurs.

Parish se mit à rire alors que le Melrose dévoilait ses véritables intentions. Devenir Corsaire ? Une ambition qu’énormément d’idiots pensait être une solution quand ils étaient devenus pirates par défaut, il y avait bien pourtant des manières d’être tranquille lorsque l’on menait une vie de pirate. Parish en était l’exemple même, elle avait même reçu avant de rejoindre l’équipage de l’Impératrice, l’offre pour devenir Corsaire à son époque. En vérité elle avait eu le passé d’une véritable star de la mode et c’était la principale raison de sa richesse et de sa villa sur Holiday Island, tout ceci était les vestiges de son ancienne vie. Souriant elle y voyait un certain potentiel chez cet imbécile, il était vrai qu’il n’était pas très beau à regarder ni séduisant. Il n’aurait certainement aucun avenir dans le monde de la beauté mais il pourrait assurément devenir Corsaire surtout si il maîtrisait bien son fruit du démon qui était d’un type Logia. C’était plutôt facile pour des combattants de la première partie de Grand Line d’atteindre les grandes strates du monde et d’avoir une prime élevée car le haki se faisait rare dans ses eaux, Agrias Melem en était par exemple la preuve. Buvant alors son verre de champagne, la recruteuse s’adressait alors à l’homme salé avec les paroles suivantes :

    - Très bien si tu souhaites devenir Corsaire, je connais le moyen d’y parvenir. Si tu souhaites que je t’en dise plus et que tu aies mon attention jeune déchet, je peux faire de toi une icône comme je l’ai été. Enfin pour ça il faudra que tu fasses preuve de discipline. Peut-être que tu réussiras à gagner mon cœur si tu y arrives…


Dirait-elle en masquant une comédie certaine pour attendrir cet homme. Il faisait partie de la catégorie de personnes sur qui les charmes naturelles dont elle était dotée agissait avec perfection. C’était un homme-chien qui n’en avait pas l’apparence, quelqu’un qui se laissait guider par ses pulsions primaires, quelqu’un de manipulable. Si il avait vraiment attiré la sympathie de Zifukoro alors cet homme pourrait mener le scientifique à collaborer avec son Impératrice et la Milton pourrait profiter d’une vie encore plus belle sur Holiday Island. Elle frappa alors dans ses mains avant de faire signe à la plupart des musiciens et des sirènes de s’en aller. Il était temps pour elle d’ouvrir cette réunion si importante. A sa connaissance,  les recruteurs d’Hadès et d’Eko Taka agissaient eux toujours en compagnie d’un équipage complet tandis qu’elle agissait de concerts avec d’autres Loxosceles afin de coordonner efficacement les informations qu’elle pouvait obtenir à l’aide de ses contacts réguliers avec des informateurs venant des quatre coins de Grand Line. C’est ce qui permettait à Parish de se démarquer par son réseau d’informateurs hors du commun bien ancrée dans la pègre.

    - Commençons cette réunion des Loxosceles,  je la présiderais, moi Parish Milton. Sont autorisés à parler à partir de maintenant, les Loxosceles et les membres de leur équipage respectifs.
    - Horatio Belzébuth, le Transporteur ainsi que son homme de main Hyroto à la machette, nous sommes ravis d’être accueillis encore une fois dans votre merveilleuse demeure Parish.


Si Agote et Mingo avaient tout les deux acceptés la proposition de Parish, ils seraient tout deux considérés comme membre de l’équipage de la recruteuse et seraient invités à prendre place aux côtés de la belle femme derrière elle pour Mingo au côté de Jawnice et pour Agote ce serait sur le siège à côté de la femme. Parish laisserait alors le Lawrence se présenter en compagnie de son équipage en bonne et due forme…  



_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 274333EssaiSignaPirate
PNJ (Pirate)
Revenir en haut Aller en bas
Melrose D. Mingo
Melrose D. Mingo
Messages : 49

Feuille de personnage
Niveau:
27/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (27/75)
Expériences:
40/120[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (40/120)
Berrys: 18.100.000 B
Ven 30 Avr 2021 - 7:56
Les armes de l'impératrice



Le Melrose D. avait fièrement finalisé son annonce, il se fichait pas mal de ce qu'il se déroulait ici bas : qui étaient tous ces types trop sérieux pour la vie qu'il menait, qu'est-ce qu'était un loxobidule ou même qui était Erika. Mingo avait une vision du monde très arrêtée sur lui-même et s'en accomodait complètement.

A quoi cela lui aurait servi de s'intéresser aux autres ? Se soucier de si un pirate ou un autre se torchait de la main gauche, si un homme caniche était roi ou encore qui était le plus fort de ce monde. Qu'importait oui, lui était là pour mener sa vie et atteindre ses ambitions dictées par trois choses : la bagarre, le sexe et l'alcool. La sainte trinité de l'homme sel, le plaisir d'une vie de vices.

Ses yeux s'éclairciraient alors quand Parish lui répondit sans aucune attente. Elle lui proposait un deal bien alléchant, le triple 7 : faire de lui un Corsaire et la mettre dans son lit. Un rictus fendrait ainsi l'esprit du forban tandis qu'il se frottait les mains.

-Fais pas genre, ton petit coeur m'appartient déjà. Je suis l'avenir de ce monde, Melrose D. putain de Mingo. La piraterie incarnée.

Il entendait déjà le bruit d'un coupe choux tailler les restes d'une pilosité entretenue, contourant le sexe de cette femme. Oui, Mingo s'imaginait déjà la scène, cette femme se préparant à le recevoir dans son lit. Ca lui donnerait presque le barreau, le ferait saliver.

Bientôt elle l'aurait appelé daddy et attendrait que le rose lui propose une alliance.

-C'est un deal, Risha ! Oh, oh, oh !

Un nouvel objectif en tête, un bien plus alléchant que ce pari stupide qu'il avait perdu avec Jacky dans sa cellule à Tequila Wolf. Cette femme si fiere et forte, cette personne si hautaine et arrogante, cette déesse si harmonieuse : il allait mettre la main dessus tout en s'érigeant en tant que figure de ce monde.

Il était tant pour tous de s'agenouiller devant Melrose D. Mingo, le pirate originel, l'OP.

La lumière dans ses yeux s'éteignit ainsi, son visage muant dans une expression de marbre. Un air malsain se dégagerait du logia, la mécanique détestable de sa pensée se mettrait en marche. Il aurait fait de cette femme sa propriété.

L'Alabastien se posterait donc sur le fauteuil qu'on lui proposa, fixant son regard sur Parish avant de fusiller Belzébuth et les autres à leur tour. Il les écraserait bien assez tôt.

-Melrose D. Mingo, l'OP. Original Pirate, my man. Le Corsaire, que dis-je, je ferai de ce titre un nouveau pour souligner ma supériorité: le DUC. Après tout, on ne mélange pas serviettes et torchons, whisky et manzanita, aigles et pigeons.

Il s'était présenté avant tous. Puis se tournetait vers Belzébuth.

-D'ailleurs, t'aurais pas un whisky à siroter ? Mon gosier est sec.

C'était qu'il avait bien vite pris ses aises.


Melrose D. Mingo
Revenir en haut Aller en bas
Agote Edel Dukke
Agote Edel Dukke
Messages : 62
Race : Humain
Équipage : Equipage des poupées

Feuille de personnage
Niveau:
25/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
33/80[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (33/80)
Berrys: 150.650.000 B
Sam 1 Mai 2021 - 18:03



Agote

Edel Dukke






LES ARMES DE L'IMPERATRICE

Avec Melrose D. Mingo, Eden Chapter, Edward Lawrence

1507 - Villa de Parish Milton - Animation Post-Event




La première réponse de Parish Milton était positive. Les informations qu’elles lui avait conférées semblaient avoir été suffisantes. Ou alors leur sincérité et leur bonne volonté avait permis d’établir une relation de confiance. Cependant, la duchesse déchue tiqua sur une de ses phrases. Il lui arrivait souvent d’oublier que son apparence ne correspondait pas à son âge, et ce rappel pouvait l’étonner parfois. Mais le problème n’était pas là : avoir 10 ans ou 16 ans avait une différence. Agote n’avait pas encore décidé quelle partie elle souhaitait montrer, car chacune avait ses avantages comme ses inconvénients. Si cette précision tardait, leur confiance pouvait également être remise en jeu. La blondinette décida de baser ce choix sur la personnalité de Parish Milton, en fonction des avantages que cela apportait avec elle : en effet, il semblerait qu’elles allaient devoir se côtoyer tout particulièrement à partir de maintenant. Mais si elle devait avoir un avis sur le fait de devenir une belle femme, elle préférerait éviter si ça lui attirait des foules de Mingo.

La suite l’enchanta. Score parfait, tous les points avait été obtenus. Agote Edel Dukke était à présent enrôlée par l’équipage de la Yonkou Erika Orato, obtenant sécurité et soutien. Il n’y avait plus rien à dire, souhaiter davantage n’apporterait rien de bon. La suite des évènements était encore trop floue et ne méritait pas quelques suppositions stériles.

« C’est parfait merci » - accompagné d’une révérence, comme d’habitude.

Cependant. Tout ceci était régit sous la tutelle du profit. Eux, pour sa capacité, elle, pour leur pouvoir. Il n’y avait pas d’illusions ici, pas de camaraderies, ce n’était pas un recrutement basé sur l’amitié ou sur la famille. A moins d’être complètement naïf ou stupide, personne ici n’ignorait sa prochaine trahison, au moment même où sa puissance le lui permettrait. C’était une chance, mais accompagnée d’une malédiction, car jamais plus la duchesse ne serait libre comme avant. L’ombre de ses pirates planerait toujours derrière elle, ne laissant aucune échappatoire. Ses membres seraient toujours reliés par cette trace sombre qui guiderait chacune de ses actions, comme si son reflet la contrôlait à sa place. Pourtant cette sensation ne serait pas si détestable pour cette enfant qui considérait sa propre existence comme celle d’une poupée sans libre arbitre.

En effet, le temps était venu pour elle de revêtir de nouveaux vêtements, offerts par sa nouvelle maîtresse. Quoi de plus beau, d’autant plus que ces tissus étaient d’une qualité très appréciable. Ainsi, son corps fut recouvert d’une belle robe orangée en velours. Une couleur parfaitement choisie pour le moment selon elle. Un couleur dynamique et agréable, mais dont il ne fallait pas oublier l’amertume ou les couleurs qui la composent, comme le jaune de la trahison et le rouge du danger.Mais peut être que ce n’était qu’un rappel de sa nouvelle condition de captive ? Bien apprêtée, elle irait se placer aux côtés de Parish. Elle ordonnera à Tamme de se placer debout, à côté d'elle.





Assises sur son siège, l’enfant observa la scène et ses occupants, cette fois ci avec plus de calme. L’homme salement vêtu et d’un certain âge et le second semblait être affilié à l’homme puissant encapuchonné. Sûrement un capitaine pirate affilié à Erika et quelques hommes de son équipage ou bien une sorte de lieutenant accompagné de ses hommes. Cependant la différence de puissance entre leur chef et eux était flagrante. Le reste de l’assemblée était déjà connu. Ses yeux furent soudain salis par une présence nauséabonde dont le rose ne lui était pas inconnu : encore cet odieux personnage. Il mériterait bien d’être transformés en jouet, pour qu’il soit réduit au silence tout en obtenant une apparence un peu plus agréable.

-Fais pas genre, ton petit coeur m'appartient déjà. Je suis l'avenir de ce monde, Melrose D. putain de Mingo. La piraterie incarnée.

« La médiocrité incarnée oui … »

Murmura la petite fille. Mais cela continua encore. Ennuyée, elle imagina tous les scénarios possibles de sa prochaine mort. Malheureusement, cela aurait été fait depuis longtemps si la belle jeune femme n’avait pas eu un intérêt pour lui. Son attention gravita sur des choses bien plus intéressantes : cette réunion entre Loxosceles et ces nouveaux arrivants.


Spoiler:
 






_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Signature3
Agote Edel Dukke
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 783
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
39/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
334/350[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (334/350)
Berrys: 24.214.007.000 B
Dim 2 Mai 2021 - 20:52


Les armes de l'impératrice

Milieu 1507 ~ Holiday Island - Grand Line voie 3





Un sourire viendrait s’insérer sur mon visage toujours dissimulé en entendant le doux phrasé de l’homme au teint pâle. Ce dernier s’installa alors et nous invita à faire de même, comme à l’accoutumée. Je me laissais alors tomber lourdement dans mon fauteuil habituel, suffisamment imposant pour me permettre de m’y loger confortablement et me mettre à l'aise.

Si Parish évoqua brièvement le nom de Zola Max lorsqu’elle s’adressa à un vieux scientifique décati, elle ne prit cependant pas la peine de me présenter les deux autres individus. Et pour l’un d’entre eux, même si elle en aurait eu l’intention, elle n’aurait pas eu à le faire : l’homme au physique douteux se manifesta de lui-même et se lança dans une présentation assez particulière de lui-même. Il projetait de devenir Corsaire ? Avant d’être moi-même écarté des prétendants par le Gouvernement Mondial, je visais le même titre. En cela, mes yeux se froncèrent lorsque le rire moqueur de Parish éclata, sa réaction ayant insinué une pointe d’indignation en mon for intérieur. Toutefois, je ne pris pas la peine de relever ce menu détail, laissant la recruteuse œuvrer comme elle le souhaitait.

Puis, les festivités finirent par s’estomper et les quelques éléments qui composaient le décor se retirèrent, sonnant l’ouverture officielle de la réunion des…

Loxosceles.

Le mot résonna durant quelques instants dans ma tête, tandis qu’un voile nostalgique viendrait recouvrir mon âme. Il n’y avait pas que le nom choisi pour ce titre, le symbole de l’Empire pirate lui-même partageait la même caractéristique. Les araignées, hein ? Une bribe de souvenirs défila dans un frisson mélancolique.

Où es-tu passée… Jorogumo ?

Un soupçon de frustration s’insinua dans mon cœur, à l’idée d’une nébuleuse union entre les figures montantes que nous étions, une nouvelle génération qui porterait l’étendard d’une nouvelle ère construite dans les ténèbres. Et une sainte Triade présidée par trois calamités : Jorogumo, le Roi Fou et l’Architecte de la Destruction, un tandem parfaitement désastreux , une association aux aspirations ignobles et au potentiel presque infini.

Mes douces pensées furent bientôt happées par les deux autres membres de mon trio, au potentiel évidemment bien moins exaltant. Dans un discours aussi solennel qu’ennuyeux, ils s’étaient présentés à tour de rôle et m’invitaient logiquement à faire de même, ce qui me lassait passablement. Après un petit silence, je me résignai et ôtai ma capuche.

« Edward Lawrence. Accompagné par Josh et Eden Chapter.  »


Répondis-je sobrement, omettant modestement ce titre qui n'était plus réellement d'actualité pour le moment puisque je profitais des rumeurs autour de ma mort pour me faire discret afin de continuer à agir dans l'ombre, ce qui pouvait d'ailleurs constituer un avantage non négligeable pour l'Empire.

Si le discours ridicule du pirate de bas étage, au même titre que sa présence, sonnait comme un cheveu sur la soupe au sein du rassemblement de pirates, ce ne fut pas l’une des deux choses que je choisis de relever.

« On recrute des gamines maintenant ? »


Ferais-je remarquer laconiquement, m’étonnant de la présence d’une enfant parmi nous, et de la confiance que Parish semblait lui accorder. De manière plus générale, sous la bannière de l’Impératrice, il y avait cette fâcheuse tendance à se montrer négligent et conciliant vis-à-vis des membres les plus récents et de certains invités. Qu’est-ce qui les empêchait de récupérer des informations et de les utiliser contre nous, concrètement ?

Toutefois, ceci n’était qu’un détail qui était plus proche de la taquinerie que de la véritable critique, considérant les talents et l’expérience de Parish Milton.

« A moins que... C'est ta fille ? »


Plaisanterais-je alors en mimant d'être surpris, bien qu'il existait sans doute une possibilité que ce soit réellement le cas. En réalité, j'étais curieux de ce que la recruteuse d'Erika avait pu trouver à cette petite fille.

Puis, je revins à un sujet un peu plus sérieux : le véritable point qui pouvait attiser quelques harassantes contrariétés avait visiblement été omis malgré sa criticité potentielle.

« Je ne vois pas Zifukoro Max, où est-il ? »


Questionnerais-je alors, rappelant à mes homologues que son absence constituait un problème auquel il nous faudrait remédier rapidement afin d’éviter de contraignantes conséquences.  


__________








Résumé / Explications :

Jorogumooooo !

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 407
Race : Humain
Équipage : Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
30/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
74/120[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (74/120)
Berrys: 24.378.000 B
Lun 3 Mai 2021 - 11:55
Les Armes de l’Impératrice
Feat. MJ, Mingo, Agote, Ed




Un fauteuil presque suffisamment large et à l’air confortable sur lequel il avait jeté son regard fut rapidement occupé par son capitaine. Haussant les épaules, il s’installa à ses côtés sur un siège dont la taille était beaucoup plus ordinaire. Ses genoux, repliés pratiquement au niveau de son menton, ne témoignaient pourtant pas d’un inconfort particulier ; il avait déjà vu bien pire.

- Ca tard’ra pas trop, annonça-t-il à l’évocation du Pickles. Il n’avait pas l’impression de s’immiscer dans une quelconque conversation qui ne le concernait pas, puisque la maîtresse des lieux venait de s’adresser à lui. Mais y en a des dizaines des comme lui, dans la glace. ‘Peuvent être réveillés aussi.

L’idée avait été évoquée par le père du géant préhistorique lui-même, comme un moyen potentiel de  s’attirer les faveurs de la créature. Il ne serait pas difficile à convaincre, malgré son état actuel. Cela allait dans le sens de ses objectifs ; il était de toute façon temps pour le jeune homme de sortir de son mutisme, s’il souhaitait un jour les atteindre. Il n’y aurait qu’à le secouer un peu.

… Ou peut-être n’était-ce même pas nécessaire. Le vieil homme fixa d’un air curieux le scientifique aux cheveux blancs. Une chimère, lui ?

Il hésita un instant. Ni lui, ni Tucker Law n’avaient de bonnes raisons de faire confiance à ces gens ; ils avaient même de bonnes raisons de ne pas le faire. Il ne pouvait pourtant pas lui opposer un refus raisonnable. Apparaissant aux côtés du Faiseur de Vie, il le regarda d’un air grave.

- C’est toi qui vois. Mais fais gaffe avec ces gars-là, ils s’foutront de c’que tu veux.

C’était une certitude absolue, et une réponse tout ce qu’il y avait de plus honnête. Les capacités et les connaissances du Tucker étaient bien trop précieuses pour que les fidèles de l’Impératrice ne le laissent s’en aller à la mort comme il le désirait. Ils le rongeraient jusqu’à la moelle, si on leur en laissait l’occasion.

Soupirant, il se tourna vers l’un des serviteurs.

- Eh machin, amène un aut’ fauteuil ici, steuplait!

Si le domestique obtempérait, le nouveau supernova lui indiquerait de l’index la place à sa droite, plaçant soigneusement le nouveau siège entre le sien et celui de l’Edward.

La réunion commencerait alors, chacun entamant les présentations. Pourquoi cela était-il nécessaire ? Ne se connaissaient-ils pas déjà tous ? Etait-ce à cela que serait réduite sa vie, à présent qu’il voguait sous le pavillon d’Erika Orato ? Une succession infinie de protocole creux ? Il ne l’espérait pas ; il attendait autre chose de celui qui lui avait promis les sommets de ce monde.

Leur tour vint. Pendant que le grand pirate dévoilait enfin son visage à l’assemblée, aussi dramatique et procédurier que les autres, le fossoyeur tendit la main au-dessus du siège vacant. Son pouvoir ne serait de toute façon pas un secret bien gardé, après la mise en lumière dont il avait bénéficié.

- …et par Tucker Law, ajouta sans attendre celui que l’on avait inexplicablement surnommé « Le Père Adoptif » aux paroles de son capitaine, tandis qu’un jeune homme aux cheveux noirs, dont l’apparence était également très récemment devenue connue de tous, faisait son apparition autour de la table.

Le message ne pouvait être plus clair : le jeune scientifique était présent à cette réunion sous l’égide de la Bombe et du Château. Il était alors sous leur responsabilité, et surtout, sous leur protection. Et à ce titre, si le nom de l’Eden n’aurait pas grand poids, celui de l’Architecte de la Destruction serait une assurance autrement plus sérieuse, qu’il avait pris la liberté de contracter de son chef.


Une liberté que l’explosif Nebula n’aurait d’autre choix que de lui pardonner.









Techniques:
 

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Eden Chapter
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Pirate)
PNJ (Pirate)
Messages : 456

Feuille de personnage
Niveau:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B
Lun 3 Mai 2021 - 17:54



Zola Max & Tucker Law, Le Faiseur de Vie, primé à 150.000.000 B


    - C’est vous maître Law vous êtes en vie.


C’était une émotion vive qui faisait couleur sur les joues des larmes chaudes. Le scientifique ne croyait jamais revoir celui qui était lui aussi son père tout comme Zifukoro Max. A la question sur Zifukoro Max d’Edward Lawrence, la chimère humaine savait qu’elle pouvait parler après tout cette personne faisait partie de ceux qui avait sauvé la vie de son deuxième maître Tucker Law

    - Zifukoro est encore dans la baleine sur l’océan de South Blue, je dirais. Je ne sais pas où il pourrait apparaître de nouveau, j’étais chargé de retenir tout le monde le temps qu’il prenne la fuite.


Le brun ténébreux gardait son calme en apparence, il était bel et bien conscient qu’il ne retrouverait pas son ami aussi facilement. Zifukoro, Pickles, Lila, il fallait tous les réunir pour atteindre ce qu’il considérait comme une mort digne de ce nom. Il allait donc rester auprès de l’équipage des Edward’s Pirate jusqu’au jour où il serait confronté de nouveau à son destin, confronté de nouveau à sa mort.


Parish Milton, la Manageuse de Talents, primée à 319.000.000 B & Horatio Belzébuth, primé à 291.000.000B


Parish avait observé toute la scène silencieusement avant d’agir, Edward cet homme qui était encore qu’une recrue il y a quelques temps avait réussi quelque chose de tout simplement prodigieux. Il avait rallié tant de personnes sous sa coupe que cela en était terriblement impressionnant. Elle même qui avait déjà plusieurs trophées à son actif n’avait pas réussi à faire cela. Il faudrait qu’elle se remette à être beaucoup plus active, la nouvelle génération se montrait bien plus dangereuse. C’était quand même une bonne nouvelle pour l’empire de compter cet homme parmi les alliés et non parmi les ennemis de l’Impératrice. Elle souffla un coup avant de prendre une forme un peu plus adéquats pour que ceux qui n’étaient pas autorisés à la parole sachent où il devrait se situer. Cela pouvait paraître horrifique pour chacun des personnes ne connaissant pas la malédiction de la belle. Revêtant une forme plus arachnoïde, elle approchait sans une once de mauvaise intention le Melrose. La bouche de la Manageuse se rapprochait plus en plus de l’homme-sel qui avait un peu trop pris ses aises vers son cou. C’est ainsi qu’elle le mordait laissant répandre son venin dans le corps de sa victime.

    - Tu apprendras ainsi à te tenir tranquille. Vulgaire rat.


Le venin de Parish était très particulier car celui-ci procurait plusieurs effets assez dangereux bien qu’il n’était pas mortel. Le primé pourrait voir ses membres grossir et durcir les uns après les autres jusqu’à l’empêcher de bouger. Il aurait également du mal à voir ce qui se passait et ne comprendrait pas réellement ce qui se passerait. Il avait été puni pour sa désobéissance, il devait se rappeler qu’il était un déchet pour Parish. C’était aussi une preuve pour Agote si elle n’avait pas encore peur devant ce rassemblement d’anomalies qu’elle était dans un endroit où la désobéissance n’avait pas lieu d’être.

    - Disons que c’est quelqu’un de prometteur tout comme ceux qui te rejoignent mon cher Ed. Dans ce cas, tu peux la considérer comme ma fille. Abordons alors un premier sujet très important pour cette réunion, Grand Line est en train de changer.


Marquant un temps de silence, les observateurs de la réunion pourraient voir qu’elle avait un carnet déposé sur la table qu’elle avait ouvert. Était-ce des informations que son réseau lui avait rapporté ou plutôt son propre journal ? Personne ne pouvait le savoir mise à part la femme en question. Ils pourraient aussi voir Horatio sortir un petit carnet avec une plume et de l’encre afin de lui aussi se mettre à écrire. C’était une ambiance plutôt inhabituelle pour des forbans avec une réputation aussi sanguinaire d’être aussi précautionneux.

    - Commençons par l’arrivée de Gareth sur Grand Line, c’est un Nebula de retour sur ces eaux. C’est une nouvelle plutôt étrange car il n’est pas le seul à le faire, ils sont nombreux à retourner ici sur Grand Line pour des raisons évidentes qu’ils n’arrivent pas à survivre sur le Nouveau Monde. Nous devrions éviter que ceux-ci n’entrent en conflit avec nos recrues, les détruire serait plus simple. Passons ensuite au point suivant, Horatio saura mieux expliquer le problème que moi n’est-ce pas ?
    - Merci de m’accorder la parole Parish. Comme vous le savez mes chers confrères Loxosceles, nous sommes au nombre de trois sur cet océan ainsi nous devons nous répartir les tâches qui nous ont été confiés par notre Impératrice. Voyez-vous ma mission est de m’occuper des transports des nouvelles recrues mais également d’entretenir nos liens particuliers avec notre marchand d’armes favori. J’ai nommé Konan Harishigawa. Cependant celui-ci semble être pris dans une guerre intense contre Ren Tao, ce terroriste un peu trop entreprenant. Devrions-nous mener une action contre Ren Tao afin de ne pas perdre notre fournisseur d’armes et ainsi perdre du terrain dans la guerre contre l’alliance de Kyo Kara ou avez-vous d’autres solutions ?


Cette question était lancée pour les autres membres de l’équipage d’Erika, c’était un premier facteur important. Ren Tao était un mystère complet pour le Transporteur qui n’avait jamais eu affaire avec cet homme lui qui était pourtant plongé dans la pègre comme personne d’autres parmi les Loxosceles de l’Impératrice.

    - Je ne suis pas prête à déplacer mes forces tant que je n’aurais pas plus d’informations sur la personne qu’est Ren Tao. Il pourrait éventuellement offrir de meilleures offres au niveau de l’armement que celle que l’Harishigawa nous propose. Enfin je me renseignerais sur la question avant de prendre une décision de mon côté et toi Edward ? Pourrais-tu mener un coup d’éclat dont seul toi qui possède le secret contre les hommes du Tao ?


C’était la première question d’une longue liste auquel le Lawrence devrait répondre avant que la réunion se poursuive. Agir contre Ren Tao faisait partie des priorités pour Horatio, il était évident d’agir pour ne pas perdre l’un des principaux fournisseurs d’armes de l’empire. Après que le Lawrence ait pris un parti, la Milton reprendrait alors la réunion en abordant un nouveau point.

    - Passons au point suivant, il y a quelques mois lors de la bataille du Nouveau Monde, Branch et Cara Lroft sont décédés ce qui nous a permis de gagner du terrain. Cependant Stanislas serait récemment revenu sur Grand Line ce qui est un problème immédiat car il est un danger imminent pour notre impératrice. Il serait actuellement de naviguer sur la voie numéro deux de Grand Line, il faudrait donc idéalement pouvoir l’handicaper ou le tuer afin de l’évincer totalement de l’équation. Du côté de l’aveugle, il a missionné un problème bien plus gros,  j’ai nommé Tekogana Maiyoru. C’est un samouraï réputé de Wa No Kuni qui aurait jadis été le rival de l’aveugle. On suppose qu’il est là pour remplacer Cara. Cependant mes informations s’arrêtent là, je n’ai pas été capable de le localiser. Concernant Tengen et le remplacement de Branch, j’ai pu entendre dire qu’une mystérieuse personne avait remplacé le vieux Branch cependant je n’ai aucune information sur son identité, ni sur son niveau de dangerosité. Edward que penses-tu qu’on devrait mener une action contre lequel d’entre eux en premier ? J’aimerais personnellement éliminer Stanislas cependant il faut admettre que sans une action conjointe de deux d’entre nous, il va être difficile de le vaincre ou même d’handicaper ses hommes et son équipage.


L’assemblée pourrait donc réfléchir ensemble avant de continuer la réunion aux solutions à adopter, la situation sur Paradise était complexe. Chaque personne se battait pour se répartir un gâteau bien assez disputé. Il fallait analyser chaque possibilité et chaque facteur.

    - Il y a aussi autre chose, Celsius Jones et Agrias Melem. Le premier est un Supernova voguant ici même sur la voie trois, il a autrefois refusé une de mes propositions pour rejoindre notre armée avant de prendre la fuite, j’aimerais personnellement l’éliminer je pense envoyer cet idiot qui se tient ici le temps qu’il s’endurcisse. Concernant Agrias Melem, c’est déjà plus fâcheux, c’est visiblement la cible principale de recrutement de Kyo Kara. Il faut l’éliminer et rapidement avant qu’il rejoigne le Nouveau Monde ou le rallier à notre cause. Je suis pour le faire disparaître personnellement.


Une fois qu’elle aurait lâché cette information aussi, elle laisserait sa place à Lawrence pour voir si il avait une proposition d’opérations à mener ou besoin d’aide sur des plans futurs qui aiderait l’armée d’Erika à grandir et à se renforcer…


Grünt, Le Génocide, primé à 970.000.000B & Rebecca Wolf, Héritière du complexe hôtelier d'Holiday Island.


    - Merde j’crois que je me suis perdu. T’es pas Parish toi ? Elle est pas blonde Parish aux dernières nouvelles en plus y’a pas d’homme-bêtes ici.
    - … Vous vous êtes trompés d’endroits.


Le Nebula venait tout simplement d’écraser sous son pied, le meilleur garde du corps de Rebecca Wolf pour s’être trompé de villa. Il était tout simplement allé à l’autre bout d’Holiday Island en se trompant de quartier résidentiel. Le corps d’Alister se trouvait au sol gisant presque sans vie, il respirait encore.  Rebecca Wolf quant à elle essayait tant bien que mal garder son calme. Son amant Alister, son plus fidèle garde du corps qui était certainement au dessus d’une bonne partie des combattants de Grand Line s’était fait balader par un seul vulgaire coup de pieds du Génocide. Grünt n’avait réellement rien à envier aux meilleurs pugilistes du monde, il était certainement le plus brutal d’entre eux.

    - Aaaaaah mais oui toi t’es la meuf qui gère cette île qui croit parce qu’elle a de l’argent elle a un sursis. Parish elle habite où déjà ?
    - Près du second port de l’île vous ne devriez pas rater sa villa, votre drapeau trône fièrement au dessus des lieux, monsieur l’Atrax.
    - Oh tu te permets de m’appeler par mon titre officiel, tu fais pas partie de l’Empire je te rappelle. La place de la femme c’est à la cuisine on t’a jamais dit ? Merci de l’indication en tout cas, j’y vais de ce pas. Si ton garde du corps est cassé,  remplace-le avec tout le fric que t’as j’suis sûr que tu peux en payer plus efficace.


Grünt quitta ainsi le palais de la Wolf avant de se mettre en route réellement cette fois pour la villa de la Milton. Il faisait des Quatre Atrax, les quatre combattants les plus dangereux d’Erika Orato, au côté de Slay, Carmilla et Tohil…  




Résumé : Beaucoup d'informations dans le poste, si certains (Agote/Mingo/Chapter) ne veulent pas poster ils peuvent !
Mingo > Tu peux encore parler mais le venin de Parish fait que tu as toute les parties de ton corps gonflés et tu as du mal à voir ce qu'il se passe autour de toi

Parish est lvl 37+
Belzébuth est lvl 35+
Grünt est lvl 45+

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 274333EssaiSignaPirate
PNJ (Pirate)
Revenir en haut Aller en bas
Agote Edel Dukke
Agote Edel Dukke
Messages : 62
Race : Humain
Équipage : Equipage des poupées

Feuille de personnage
Niveau:
25/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
33/80[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (33/80)
Berrys: 150.650.000 B
Mar 4 Mai 2021 - 20:06



Agote

Edel Dukke






LES ARMES DE L'IMPERATRICE

Avec Melrose D. Mingo, Eden Chapter, Edward Lawrence

1507 - Villa de Parish Milton - Animation Post-Event




« Edward Lawrence. Accompagné par Josh et Eden Chapter.  »

L’homme mystérieux s’était enfin dévoilé. Mais, l’enfant aurait préféré ne pas découvrir un tel visage. Elle en fut écœurée au point de vouloir elle-même cacher son propre faciès. Ce géant brun n’avait pourtant pas un physique si déplorable, au contraire. Dénué de tous défauts farfelus de conception, son visage était admirable. Mais ce qui rendait l’homme absolument charismatique et différent des autres : c’était son regard. Il se définissait par des yeux sombres captivant l’attention avec leur pupille écarlate et des sourcils étranges ajoutant un poids dans son expression. Mais ce qui pouvait être déconcertant, c’était le reste de son visage dont les traits étaient plus adoucis et semblaient souligner une sorte de gentillesse ou de bonté. Le genre de personne avec laquelle il était difficile de savoir sur quel pied danser, au point qu’au final, il serait agréable de se laisser guider par elle, dans une curieuse et entrainante valse. Mais c’était là le problème, car derrière toutes ces belles choses, une marque épaisse et répugnante venait s’inscrire sur sa peau lisse. Une brulure, une cicatrice, un affreux stigmate. De la même manière que la duchesse déchue ne supportait pas sa vue dans un miroir, lui rappelant sans cesse la disgrâce de son visage, la figure de l’homme explosif lui crevait les yeux.

« Quel gachis »

Pensa-t-elle. Il continua sur sa conversation avec Parish, mentionnant l’étrange présence de la blondinette en ces lieux. Détournant le regard, ses souvenirs se concentrèrent sur l’homme en même temps qu’il parlait. Il n’y avait rien de rassurant à sa présence. Des rumeurs qu’elle avait entendues, Edward Lawrence était la pire chose existante pour un équipage de pirate. Un être impulsif, dangereux, le genre de personne à foncer dans le tas, à décider d’une stratégie puis d’en décider autrement quelques secondes après. Le genre de personnes qui feraient mieux de travailler pour son propre compte, seule, à moins de n’avoir aucun souci à sacrifier ses propres alliés. Le pire, c’est qu’à première vue, il semblait être une personne équilibrée et censée. Il s’était donc rangé dans les rangs d’Erika Orato.

Mais l’homme accompagnant Edward Lawrence était tout aussi curieux. Du moins, à partir du moment où il fit apparaître une personne de nulle part. Le cœur de la petite fille s’exclama joyeusement :

« Je le veux lui ! C’est génial ! »

Plus la conversation avançait, et plus Agote Edel Dukke était heureuse. Des tonnes d’informations lui tombaient sur les bras, comme ça, sans qu’elle n’ait à lever le petit doigt. Bien sûr, la véritable forme de Parish Milton et l’intégralité des facultés bestiales de cet équipage la dégoutait au plus au point, mais frôler les hautes sphères était un sentiment exaltant. Beaucoup de choses échappaient à sa compréhension. Mais aujourd’hui ce n’était plus le cas. Elle comprit beaucoup mieux l’influence des yonkou sur Grand Line et le Nouveau Monde et cette tendance à « vouloir prendre la plus grosse part du gâteau », ainsi que pourquoi et comment, la consistance de leur Empire. Et également la façon injuste dont les nouvelles générations étaient repoussées : soit ils se faisaient détruire par les yonkou avant de prendre trop de puissance, soit ils devaient s’allier à eux pour survivre. Son choix n’était donc pas mauvais. Bien sûr, la façon « Erika » était intrinsèquement liée à elle, mais ça lui donnait le champ libre sur toutes les autres façons possibles. D’un autre côté, elle se demandait si les autres yonkou avaient vraiment cette prétention. Elle pensait principalement à Taka Eko qui semblait différent à ce niveau, du peu qu’elle savait.

Elle se concentra sur les deux problématiques soulevées par Parish Milton. Evidemment, elle ne comptait pas donner son avis. Humblement, elle ne surestimait pas ses capacités sur ce domaine-là, encore inconnu pour elle. Pour l’enfant, jeter trois types d’explosifs tels que Edward, Konan et Ren Tao au même endroit, ça n’irait déclencher qu’un inutile feux d’artifice. Jeter deux explosifs étaient possibles aussi, la puissance de l’un d’eux pourrait manquer. Se mettre à dos Konan en proposant une offre à Ren Tao – sans savoir s’il accepterait – était encore plus stupide. Même si l’offre pouvait être meilleure, ça ne valait sûrement pas le coup. A leur place, Agote aurait sûrement essayé de lui attirer des ennuis avec le gouvernement ou la Marine, voir d’autres ennemis s’il en avait. Il était plus simple de le mettre dans une situation périlleuse que de lutter en face à face. De cette façon, ils pourraient en profiter pour obtenir des informations sur lui, ou profiter de sa faiblesse pour l’achever.

Pour la deuxième question, Agote avait du mal, elle ne connaissait pas exactement la puissance des différents camps. Ni le niveau de dangerosité du samourai, ni l’identité de la dernière personne. Ce n’était clairement pas une cour dans laquelle elle avait l’habitude de jouer. Mais si Stanisla était si puissant, n’y avait-il pas d’autres combattants à lui envoyer ? Bien sûr, elle comprenait le rôle des Loxoceles sur Grand Line, mais agir ainsi semblait être très contraignant, voir risqué pour les cas particuliers. Cependant entre les deux dernières personnes, elle choisirait sans hésiter Agrias Melem. Et en y réfléchissant, encore une fois, elle préférait toujours une méthode moins frontale : il y avait moins de boulot entre déclencher un conflit entre deux personnes pour qu’elles s’entretuent et aller éliminer les deux personnes une par une.

Ainsi, la petite fille était impatiente d’entendre les réponses de l’assemblée et leur décision.


Spoiler:
 






_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Signature3
Agote Edel Dukke
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 783
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
39/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
334/350[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (334/350)
Berrys: 24.214.007.000 B
Mar 22 Juin 2021 - 18:10


Les armes de l'impératrice

Milieu 1507 ~ Holiday Island - Grand Line voie 3

[Cliquer pour accéder à l'OST]


Malgré la chaleur de l’astre solaire qui avait commencé à redonner des couleurs à ma peau, celle-ci sembla revenir au teint pâle qui lui avait été caractéristique ces derniers mois, lorsque je me trouvais encore enlisé sur Time End. Un ballet folklorique d’émotions se combattait férocement en moi, comme pour décider si j’étais écœuré, intimidé, fasciné ou bien effrayé par l’apparition de la monstrueuse créature qui me faisait face. Comment une si jolie femme pouvait-elle ainsi s’abandonner à devenir une pareille atrocité ? Était-ce donc cela, la rançon de la gloire ? Était-ce la véritable apparence de ceux qui livraient leur âme au diable dans le seul but d’acquérir de la puissance ? Était-ce donc cela la véritable nature de ces fruits, qui finalement portaient plutôt bien leurs noms ? Car une telle apparence ne pouvait qu’être le fruit d’une véritable malédiction.

Quelques instants me furent nécessaires pour reprendre l’entière maitrise de mon esprit embrumé par cette démonstration de pouvoir de la part de la maitresse des lieux. J’adressai moi aussi un regard inquisiteur à la petite fille qui ne semblait pas à sa place au milieu de ce rassemblement de raclures. Les questions de mon acolyte n’étaient pas anodines, pas plus que la réponse de son homologue : il était évident à mes yeux que tout cela avait sans doute contribué à éveiller l’intérêt du Nébula pour la dénommée Agote. Sous son visage placide et inexpressif, je le devinais envieux et désireux de la rallier à notre bannière. Mais comment pouvait-il être persuadé qu’elle en serait digne ? Ce n’était qu’une petite fille… Et cela faisait partie des choses que j’avais du mal à comprendre, malgré mon statut de recruteur des Edwards Pirates. Par rapport au maudit, il semblait me manquer quelque chose… peut-être une sorte de flair ou de talent ?

« Merci pour tes efforts, tu as fait du bon boulot, Zola Max. Vous êtes en sécurité, désormais puisque nous assurerons votre protection. »


Annoncerait le nébuleux forban, remerciant ainsi le scientifique aux traits presque psychédéliques pour la réussite de sa mission, d’un ton qui me semblait sincère et qui inspirait confiance. Mais je présumais que la portée de ses mots avait sans doute pour objectif d’aller plus loin : il l’avait remercié et lui avait offert sa protection comme l’aurait fait un capitaine à l’un de ses hommes, et parviendrait peut-être à établir tout naturellement cette idée dans l’esprit de ces scientifiques d’Extinction.

Je haussai les épaules sans m’épancher davantage sur ces quelques questions et supputations qui me perturbaient quelque peu : la réunion venait de commencer, et, déjà, notre hôte était entré dans le vif du sujet et nous abreuvait d’informations absolument fascinantes. Si d’abord je fus pris au dépourvu, manquant presque de paniquer face à son discours, je fus ensuite confronté à deux petits détails qui me ramenèrent bien vite à la réalité.

J’avais commis de regrettables erreurs de jugement.

C’était désormais un constat clair : Parish Milton, sous ses airs de dame raffinée était avant tout membre de longue date de l’équipage de celle que l’on nommait la Dangereuse. Et je venais de comprendre pourquoi : elle respirait la guerre et aspirait à faire couler le sang. Chacune de ses propositions allait en ce sens : détruire, piétiner, ravager ce qui pouvait se rapprocher de l’ennemi. Elle était brutale et catégorique et ne faisait pas dans la demi-mesure : c’était une femme redoutable et dangereuse. Celle de ceux qu’il ne valait mieux pas avoir contre soi.

Ce qui me laissait alors face à la plus grande de mes erreurs…



Un homme était avachi là, juste devant elle, et écoutait tranquillement tout ce que ses deux ainés avaient à lui dire. Il n’affichait aucune émotion particulière et ne manifestait aucune ambition belliqueuse ni de dessein meurtrier comparé à ses deux interlocuteurs. Lui, qui était pourtant un atout offensif considérable et destructeur, instable et imprévisible au possible. Fou, dangereux, meurtrier. S’il y avait bien un profil d’individus à qui il valait mieux éviter de donner des mauvaises idées de ce genre, c’était bien ceux dont il faisait inéluctablement partie : Edward Lawrence était définitivement une plaie, un poison.

Mais en vérité, ce n’était pas réellement pour les raisons énumérées juste avant : ceux avec qui il avait partagé ses rêves et ses aspirations le savaient, ceux qui l’avaient suffisamment observé et analysé pourraient peut-être effleurer une partie de la vérité. Et en l’instant, le fantasque pirate démontrait une nouvelle fois par ses agissements à quel point bon nombre d’individus se méprenaient à son égard et sous-estimaient la menace qu’il constituait.

Car là où n’importe quel psychopathe se serait extasié devant les possibilités aussi diverses que chaotiques qu’on lui proposait, là où un terroriste aurait fantasmé sur les désastres meurtriers qu’il aurait eu l’occasion de mener, lui... était sans doute au-dessus de ça : il se contentait de conserver sa posture calme et silencieuse, inexpressive, là où n’importe qui d’autre aurait été secoué par les projets des deux Loxosceles.

Un silence s’installa, établissant un certain suspens, une certaine tension quant à la réaction et aux réponses attendues de la part du moins expérimenté des trois Loxosceles. Je devinais à sa posture à la tranquillité qu’il affichait qu’il était concentré : il réfléchissait, analysait et décortiquait les possibilités qui lui avaient été présentées, les confrontaient avec nos propres prévisions et à ses objectifs personnels et enrichissaient ses cogitations avec de nouvelles informations. Mais, déjà, je ne parvenais plus à me focaliser sur ce que pourrait annoncer le Nébula à cause d’un détail qui ne m’avait pas échappé. Lorsque Parish avait prononcé le nom du plus recherché des hors-la-loi, un mince sourire en coin était apparu sur le visage du balafré. Un détail qui m’avait glacé le sang, me rappelant inévitablement de houleux évènements survenus il y a peu de temps.

« … cela intéressera fortement Konan-san… »

Les mots résonnèrent en boucle dans mon esprit qui fut rapidement submergé, cette facétieuse phrase aussi diabolique que salvatrice : peut-être lui devais-je la vie. Un insidieux paradoxe que je m’efforçai de réfuter, en vain. Time End et ces putains de scientifiques d’Extinction. Leurs agissements qui allaient à l’encontre de mes principes, mais qui étaient encouragés par l’homme que j’avais choisi de suivre parce que je respectais ses principes. Et comment ne pouvais-je pas adouber ses actes et sa volonté de préserver ces scientifiques dont je souhaitais initialement la mort ? Ne devais-je pas ma survie à la leur, finalement ? L’effroyable paradoxe se répétait inlassablement dans ma tête, effritant progressivement les chaines qui restreignaient jusqu’alors la folie qui couvait au plus profond de mon être. Était-ce donc cela, le prix de la survie ?  

Et puis, il y avait aussi ce « Konan-san » qui me tourmentait. Deux mots, d’apparence bénigne, mais dont les conséquences nous avaient sans doute permis de nous extraire avec succès du piège que les deux individus masqués semblaient nous avoir tendu. Comment avait-il su ? Comment avait-il pu ? Citer ce nom était aussi osé que magistral, aussi insensé que libérateur, aussi hasardeux qu’ingénieux. Était-ce vraiment le fruit du hasard ? Avec ce rictus, le maudit m’avait prouvé une fois de plus qu’il se jouait du hasard et du destin. Et il avait risqué ma vie, la réussite de la mission ainsi qu’une part de notre liberté sur cette annonce qui ne pouvait être rien de plus qu’un pari. L’information qui nous manquait, que nous pouvions au mieux supposer, lui l’avait établi comme un fait, sans l’ombre d’un doute. Et, désormais, les révélations de ses homologues lui donnaient entièrement raison. À quel point avait-il anticipé et calculé tout cela ? À quel point s’était-il reposé sur une part de chance ? Le dosage semblait inextricable, comme l’idée absurde de vouloir comprendre et prévoir les agissements de cet homme.

Je me mis à trembler tandis qu’une peur immuable et affamée avait entrepris de dévorer mon âme et mes convictions. Ces réflexions, ces hypothèses, ces doutes, ces contradictions, ces tourments… de la même façon qu’Edward Lawrence me donnait le vertige, ils me donnaient le tournis. Un mal de tête croissant vint s’ajouter à mes tourments actuels, alors que je continuais à prendre du recul et à questionner le sens de mon existence et de la vie elle-même. Tous les êtres vivants en ce monde semblèrent me hurler dessus, me houspillant pour la négligence et l’incompétence dont j’avais pu faire preuve jusqu’à maintenant. J’étais devenu médecin pour sauver des vies, mais les vies continuaient de se sauver sur le chemin que le destin m’avait fait emprunter. Mes mains vinrent bientôt se saisir de mon crâne qui semblait sur le point d’exploser, alors que mes maux devinrent insoutenables. Une maladie incurable… ? Ce serait un comble, pour un médecin.





« Détruire ou construire… ? »


La voix du nébuleux pirate résonna soudain, dévoilant d’ores et déjà les contours du débat qui avait lieu d’être à ses yeux autour de la posture à adopter face aux objectifs fixés.
 
« Écraser ses ennemis, détruire toute opposition afin d’imposer sa suprématie ? Ou bâtir ses forces et amener sa puissance au-delà de celles de ses rivaux afin de s’ériger naturellement comme leur étant supérieurs ? »


Réciterait-il religieusement alors que quelques souvenirs lointains lui revenaient en mémoire…

__________


« […] Et que ferais-tu dans le cas où tu disposerais d’un avantage par rapport à tes opposants ? »

« J’en profiterais pour tous les détruire ! »


Répondrait alors le jeune enfant de sa petite voix fluette et inoffensive qu’il tentait de compenser par une grimace agressive et un regard mauvais. L’homme qui avait enfilé le costume de professeur pour cette leçon soupira en entendant les paroles du bambin qui avait encore répondu à côté. Peut-être que les autres n’avaient pas tort finalement : il était sans doute encore un peu trop jeune pour appréhender des notions politiques et militaires. Pourtant, le pugiliste aux cheveux d’or ne renonça pas pour autant : en insistant encore et toujours, en forçant son héritier à baigner dans tout cela dès son plus jeune âge, il finirait par l’y habituer et par l’endoctriner avec les préceptes qu’il voulait lui transmettre.

« Détruire ou construire ? De tout temps les hommes ont cherché à s’ériger les uns au-dessus des autres, faisant se succéder nombre de conflits. S’il est admis, que seule la force brute permet réellement de s’imposer aux autres… cela n’est vrai qu’en tant qu’individualité ! »


Le monarque adressa un de ses habituels regards sévère et dominateur à l’enfant tandis qu’il brandissait son poing couvert d’une plaque noire, symbole de son esprit combatif et conquérant.

« Mais… si je les détruis, ils ne pourront plus… »

« Il suffit, Lawrence ! »


Réprimanda le régent du royaume d’une voix forte, autoritaire et catégorique, éteignant les vaines contestations de son futur successeur.

« Si tu lances tes forces dans des guerres, tu subiras des pertes qui t’affaibliront. Et tes autres rivaux, lâches et faibles qu’ils sont, seront les premiers à en profiter pour tenter de te faire tomber. À quand remontent nos dernières guerres ? Pourquoi les autres royaumes ne se risquent plus à nous attaquer depuis de nombreuses décennies ? Car en arrêtant nous-même de vouloir conquérir et guerroyer à outrance, nous avons consolidé et fait grandir nos forces, là où nos ennemis s’affaiblissent dans leurs continuels conflits. Là où ils entreprennent des conquêtes et des guerres, nous tissons des alliances et étendons notre influence. Là où ils cherchent à détruire, nous avons construit. Ils nous savent mieux armés, mieux lotis, mieux préparés : de fait, ils en sont venus à nous craindre. Ainsi, sans avoir à nous battre, nous leur avons imposé notre suprématie. »


Le souverain s’avança vers l’héritier de son sang et apposa la paume de sa main sur la chevelure ténébreuse de son protégé avec une certaine bienveillance, qui lui était particulièrement inhabituelle. Il s’adressa alors de nouveau à lui alors que son regard et sa voix semblaient s’être très légèrement adoucis.

« Fils, ne brûle pas les forces qui te soutiennent dans d’inutiles batailles, ne risque pas les fondations de notre royaume pour de si piètres gains : s’il n’y a plus personne pour ramper à nos pieds, comment pourrions-nous continuer à nous tenir au-dessus de ces insectes ? »


__________





Un nouveau frisson se répandit à travers mon corps tandis qu’un souffle fin et glacial s’extirpa de ma bouche. Mes doigts s’étaient joints entre eux alors que mon regard s’était perdu dans le sol, comme s’il sondait ses profondeurs. Le fil de mes pensées s’écoulait paisiblement, froid et limpide, me plaçant presque ce qui s’apparentait à une sorte de stase. Mon Haki coulait dans mes veines, venant refroidir les ardeurs et autres pulsions qui gangrénaient parfois mon être, agissant comme une sorte de tranquillisant. La quiétude et la concentration étaient les mots qui me caractérisaient le plus en ces instants qui ne cessaient de se prolonger : un silence s’était installé, succédant aux déclarations de la maitresse des lieux. Mais je restais interdit, continuant à soupeser chaque option qui se présentait et chacune de ses conséquences, de ses embranchements avec une pléthore d’autres variables, confrontant théories et faits, certitudes et prévisions dans un ballet chaotique de scénarios.

Pourtant, un critère phare finirait par défaire ce capharnaüm latent : parmi ces divers cheminements, quel était le scénario le plus optimal pour atteindre le sommet ?

Alors, lorsqu’enfin les conditions seraient réunies, le mutisme que j’avais affiché jusqu’alors prendrait fin et mes armes verbales se verraient dégainées.

« Nous avons pris de l’avance sur nos rivaux, c’est un fait. Mais devrions-nous réellement risquer cet avantage acquis patiemment dans des offensives périlleuses, couteuses, sans aucune garantie de résultat et ainsi, n’offrant pas une plus-value optimale pour asseoir notre domination ? »


En guise d’introduction, je formulai de manière synthétique mon avis global sur la stratégie abordée et proposée par mes deux comparses. Celle-ci servirait de base pour tenir toute l’argumentation nécessaire pour préciser ma pensée et exposer mes idées.  

« Pour rappel, depuis la guerre du Nouveau Monde, la stratégie mise en place au niveau de l’Empire d’Erika visait à étendre prudemment notre influence et de capitaliser sur notre avance sur nos rivaux en profitant de leurs difficultés. Les actions que vous proposez vont à contre-courant de cette politique de prudence que nous avons menée jusqu’à maintenant. »


C’était sans doute là la raison la plus simple de décliner les propositions énoncées par mes homologues : elles n’entraient pas dans la lignée ni dans la suite logique des actions et missions qui nous avaient été confiées. Prendre de telles initiatives pourrait donc déplaire aux décideurs de l’Empire, surtout en cas de déconvenue. Pour autant, ce n’était pas fondamentalement une mauvaise chose que de penser différemment et de s’affranchir partiellement de la vision de notre hiérarchie : c’était souvent par ce biais que les coups d’éclat et autres actes décisifs pouvaient parfois survenir. Mais étaient-ce vraiment les choix les plus judicieux à faire dans notre intérêt et compte tenu de la situation actuelle ?

« Le premier sujet que je vais aborder est celui des recruteurs, puisqu’il s’agit initialement de la raison de ma présence sur Grand Line. J’avais pour mission de les ralentir, voire de les détruire afin d’enrayer la reconstruction de leurs forces. »


Après avoir révélé mon opinion de manière globale, j’entrepris alors de rentrer dans le vif de sujet en m’intéressant spécifiquement à chaque projet précédemment énoncé. Et, pour le premier d’entre eux, un petit rappel me sembla nécessaire avant de totalement le réfuter : leurs propos étaient trop audacieux.

« Vaincre Stanislas, vous dîtes… ? Le Supernova n° 1 sur Grand Line ? Avec un duo de Loxosceles ? Voilà une idée bien téméraire… »


M’étonnerais-je en ironisant légèrement sur cette proposition que je jugeais un peu trop audacieuse pour être réalisable. Et, j’étais plutôt bien placé pour en jauger la difficulté, compte tenu de mon passif.

« À quand remonte sa dernière défaite ? Soyons raisonnables, je doute que nous soyons taillés pour nous en débarrasser aussi facilement. Et quand bien même nous aurions nos chances en nous y mettant à deux ou trois, la probabilité d’en sortir victorieux est risible, d’autant que nos pertes seraient nécessairement lourdes face à ce type d’adversaire. »


Stanislas avait prouvé par sa longévité qu’il n’était pas n’importe qui : nombreux étaient ceux qui le craignaient et très rares étaient ceux qui pouvaient l’inquiéter sur Paradise. Et nous ne faisions pas partie de ces quelques privilégiés.

« Quant aux deux autres recruteurs… L’un aurait été le rival de l’aveugle… ? Rien que ça ? Vous êtes sérieux ? Et nous, on est censés se débarrasser de ce… truc ? Je ne crois pas me tromper en affirmant que, à titre de comparaison, les seuls de chez nous qui pourraient survivre à un entrainement avec Erika-san sont… les Atrax. »


À quel point ces rumeurs étaient vraies ou ne l’étaient pas ? C’était difficile à déterminer, et d’autant plus dangereux pour nous de nous y risquer sans information fiable sur ces deux nouveaux rivaux. Pourtant, la simple rumeur qui circulait concernant ce Tekogana Maiyoru suffisait à dresser une tendance.

« De toute évidence, l’arrivée de ces deux nouveaux recruteurs, conjuguée au retour de Stanislas, met en lumière un changement de stratégie de la part de nos rivaux. Je pense qu’ils ont pris acte de l’avance que nous avons prise au cours des derniers mois et de la manière dont nous avons choisi de fonctionner : plutôt que de privilégier la puissance, nous misons sur notre influence, nos connexions avec la pègre, notre réseau d’information et d’un travail d’équipe qui fait ses preuves. Et pour contrecarrer ce dispositif et rattraper le retard qu’ils ont accumulé sur Paradise, je pense qu’ils ont choisi d’envoyer de très bons éléments contre lesquels nous ne pouvons rivaliser en termes de puissance brute. Ils veulent éviter une nouvelle déconvenue et une perte à nouveau préjudiciable alors qu’ils galèrent à recruter du sang neuf. Voilà pourquoi, selon moi, ils ont choisi des renforts de premier plan. »


Il restait également à évoquer le cas du recruteur envoyé par l’homme le plus fort du monde, qui restait pour l’heure totalement inconnu.

« Du côté de Tengen, on peut probablement partir du principe qu’il devrait user de la même stratégie, même si ses mouvements demeurent imprévisibles : on ne peut jamais vraiment savoir à quoi s’attendre avec lui. Je pense toutefois qu’il est bon de rappeler que Vermeil a pas mal circuler entre Grand Line et West Blue depuis un an. On peut donc raisonnablement supposer qu’il pourrait prendre la suite de Branch, ou alors qu’il remplit le même rôle que Belzébuth et qu’il sera un soutien de choix pour ce mystérieux nouveau recruteur. Il pourra également s’appuyer sur Salry qui est leur recruteur sur les Blues et dont les compétences ne sont pas à négliger puisqu’il était parvenu à l’époque à rallier le Supernova Kabayoshi.M.Kiru à leur cause. Ils sont alliés avec le Supernova Francesko Abrahan qui est déjà apparu sur West Blue, mais je n’ai pas plus d’info sur sa situation actuelle. Enfin, je pense que Marcus Armstrong pourrait être un candidat pertinent pour succéder à Branch. »


Il était complexe d’essayer d’anticiper l’identité du nouveau recruteur et par la même occasion d’appréhender la nouvelle organisation des pirates du Nouveau Monde, qui étaient connus pour leur liberté d’action et leurs mouvements assez imprévisibles.

« Quelle que soit la cible, le constat est donc le même : aux vues de nos forces et nos moyens actuels, j’estime que nous ne sommes pas de taille pour nous en prendre frontalement à eux. Ce serait anéantir l’avantage que nous avons acquis sur Paradise. »


Un aveu de faiblesse et d’impuissance, notre incapacité à vaincre les ennemis que nous avions pourtant mission de défaire. Une conclusion amère, mais néanmoins véridique. Une telle prise de position de ma part pouvait éventuellement heurter quelque peu la fierté de mes deux interlocuteurs puisque, d’une certaine façon, je pointais du doigt notre incapacité à venir à bout de nos rivaux par un constat qui leur serait sans doute désagréable : nous étions trop faibles pour nous frotter à eux.

« Ils nous sont supérieurs… en ce qui concerne la force brute. Certes nous ne brillons pas par nos forces individuelles respectives, mais nous avons d’autres atouts à faire valoir, d’autres domaines sur lesquels nous excellons : par notre influence, notre travail d’équipe, notre réseau d’information et nos liens avec l’Underground. »


Dans l’inextinguible guerre pour le plus haut trône du monde, tout ne se résumait pas qu’à la force brute, sinon nous aurions tous étés dominés par l’homme le plus fort du monde. Le pouvoir n’était pas réduit à une unique composante, mais il était quantifié par la capacité à réunir une pluralité de facteurs qui conduisaient à la supériorité.

« Pourquoi devrions-nous avoir à les affronter hors de notre terrain de prédilection ? Pourquoi ne pas plutôt mettre toutes les chances de notre côté et nous appuyer sur ce que nous faisons de mieux afin de prendre le dessus ? »


La réponse à cette question semblait évidente, la rendant caduque, et pourtant… force était de constater qu’il était pertinent de se questionner à ce propos puisque les propositions de mes comparses allaient à l’encontre de cela.

« L’information, c’est le pouvoir. Et le savoir est une arme. Alors, appuyons-nous sur notre réseau pour récolter plus d’informations sur nos ennemis, et basons-nous sur nos atouts pour définir la meilleure façon d’accueillir nos opposants. Quel est le point commun entre Tengen, Eko et Hadès ? »


Déclarais-je solennellement, amorçant d’ores et déjà par cette question rhétorique le plan que j’avais en tête afin de gérer au mieux les autres recruteurs.

« Une guerre, survenue il y a six mois. Une guerre lors de laquelle les deux premières cités ont perdu leurs recruteurs, dans des circonstances étranges : ils se battaient aux côtés des Décimas et défendaient les intérêts et l’avancé d’Hadès Tenryon, pourtant censé être leur ennemi. Et ils sont morts pour cette cause. »


Y’avait-il plus grand affront pour un Empereur pirate que de perdre ses propres hommes alors qu’ils combattaient sous la houlette de l’un de ses ennemis ?

« Il existait déjà une rancœur entre Eko et Hadès, en atteste son irruption lors de la guerre et son assaut contre les deux camps en même temps. C’est là-dessus que nous pouvons appuyer : nous pouvons utiliser ce point de convergence, diffuser des rumeurs et attiser animosité et rancœur entre ces trois empereurs, qui, désireux de venger la mort de leurs compagnons pourraient amener leurs recruteurs à s’entretuer. »


Ainsi, en nous appuyant sur nos connexions et notre présence dans la pègre, l’idée était de distribuer au compte-goutte quelques insinuations douteuses quant aux circonstances entourant la mort de Branch et de Cara Lroft. En s’appuyant sur les bonnes informations, il n’est pas difficile d’imaginer manipuler les opinions des deux camps endeuillés, afin de les conduire à demander des comptes au responsable désigné.

« Et si nous parvenons à identifier leurs cibles respectives, nous pourrions même anticiper leurs mouvements, afin de les attirer là où nous voulons qu’ils soient. »


S’ils ne mordaient pas à l’hameçon de la vengeance, ils pourraient se laisser tenter une fois qu’ils verraient leurs cibles privilégiées se faire anéantir par un de leurs antagonistes. Une multitude de possibilités pouvaient émerger des informations que nous pourrions récolter sur nos rivaux toujours dans le même objectif de les ralentir, de surveiller leurs déplacements, de réguler leurs recrutements, et voire même dans le meilleur de cas, de les pousser à se confronter.

« Alors, sans même lever le petit doigt, sans même gaspiller nos forces dans des combats que nous ne gagnerions pas, nous les contiendrons, nous les affaiblirons. Et puis, lorsque le temps sera venu, nous les balaierons. »


Lorsque je vins à conclure mon opinion concernant l’épineux sujet de nos antagonistes recruteurs, je sentis Josh s’effondrer sur lui-même, comme s’il contemplait pour la énième fois son insignifiance et de fait, son incapacité à me réguler. Son teint avait pâli lorsqu’il avait pris la pleine mesure des insidieuses suggestions que j’avais énumérées et sans doute s’efforçait-il de se rassurer en songeant qu’il s’était loti dans le bon camp.

« Gareth-qui ? »


Mes yeux se froncèrent tandis que j’énonçais le patronyme du Nébula sans masquer un certain dédain à son égard.

« Je ne m’attarderais pas sur le cas d’un prétendu pirate qui a renoncé à ses ambitions et ses rêves, choisissant de se retrancher au sein d’un océan où il espère retrouver un relatif sentiment de supériorité et de prospérité. Il finira par tomber de haut lorsqu’un simple rookie viendra le déloger… »


Un gros poisson dans une petite mare. Telle était l’image qui collait le plus à ce type d’individus qui n’avaient rien de grands pirates puisqu’ils choisissaient de se complaire dans leur infériorité et dans leur suffisance. Le monde des pirates, l’océan de la liberté, s’étendait au-delà de Red Line et c’était là où tout pirate digne de ce nom chercherait inévitablement à se rendre.

« Que ce soit ce Nébula de secondes zones ou les quelques Supernova auxquels nous sommes supposés prêter attention… Qui sont-ils au juste ? En quoi méritent-ils que nous leur accordions de l’importance ? Quelle plus-value apporteraient-ils à notre empire ? Quelle différence feraient-ils dans une guerre face à nos rivaux ? Ils ne seraient rien de plus qu’une tête d’affiche supplémentaire aux capacités limitées dans une armée qui en regorge déjà. Pour l’immense majorité, ils ne disposeront pas des qualités nécessaires pour faire basculer le cours d’une bataille. »


Telle était la limite de nos éventuels recrutements qui, dans une certaine mesure, n’étaient des paris sur l’avenir, ou des entraves adressées à nos concurrents. Pour autant, cette déplaisante et impertinente allusion avait le mérite de me laisser embrayer sur un sujet annexe qui m’apparaissait comme prioritaire : certains, par leurs talents, finiraient irrémédiablement par sortir du lot.



« Notre priorité se trouve ailleurs : il y a un homme dont nous devrions sécuriser le recrutement. Son nom : Zifukoro Max et ses compagnons, scientifiques d’Extinction. »


Un nom déjà énoncé à plusieurs reprises, mais sans actions suffisamment concrètes le concernant, ce qui n’était pas vraiment à mon gout. En vérité, je ressentais même une frustration latente à l’attention de mes deux collègues, et tout particulièrement à l’égard de Belzebuth, qui n’avait pas rempli sa mission et laissé filer le Constella. Une erreur qui pourrait s’avérer dramatique si certains scénarios pessimistes s’avéraient.

« La valeur ajoutée et le potentiel de ces scientifiques vont bien au-delà de n’importe lequel de ces pirates d’eau douce : Zifukoro et ses collègues possèdent des compétences remarquables et un talent indéniable. Avec seulement une vingtaine des chimères qu’ils ont conçues, ils peuvent se targuer de mettre en déroute presque n’importe quel Supernova. Alors maintenant, imaginez le potentiel d’une véritable armée, composée de plusieurs centaines de ces bêtes ? Des soldats remplaçables, innombrables, déferlant sauvagement sur nos ennemis. »


Il était aisé de se représenter la scène puisque c’était ce qui s’était produit lors de la déroute des marines sur Time End. Et puis, quoi de mieux pour épauler l’une des plus puissantes, si ce n’était la meilleure utilisatrice de Zoan, que d’une armée de chimères monstrueuses et belliqueuses ? Une vision des plus satisfaisantes, des plus enivrantes : « l’équipage de la Dangereuse : Erika aux mille bêtes ».

« Mais ce brillant scientifique ici présent, Tucker Law, ne s’est pas contenté de si peu et est allé encore plus loin : il a contribué à la renaissance du Pickles, un géant préhistorique récemment primé à 190M après s’être débarrassé en un instant d’une centaine de marines ainsi que du Vice-Amiral Machigan. »

« J’ai passé un accord avec Zifukoro lors de notre dernière prise de contact. Il nous a offert sa loyauté en échange d’un service de notre part : assurer la libération de Pickles, chose dont s’est chargé Ed. »


Ajouterait alors Josh, qui sous le pseudo de « Joshman », était parvenu à prendre contact avec le chef d’Extinction et même à le convaincre de se ranger sous la bannière de l’Impératrice Pirate.

« Il parait qu’un désastre n’arrive jamais seul. Chapter, rappelle-leur ce qu’il y avait, encore piégé dans la glace… »


Poursuivais-je, dans l’intention de rappeler un paramètre qui, lorsqu’il avait été présenté une première un peu plus tôt à Parish, ne semblait pas avoir été relevé par cette dernière.

« Time End est toujours sous notre juridiction, ce qui veut dire que nous avons encore le champ pour agir en ce sens et dresser une petite armée de géants préhistoriques ! Le monde n’a pas encore vu tout ton talent, Tucker Law. Montre-nous… montre-leur à tous ce que tu es capable d’accomplir… ! Et faisons trembler le monde grâce à ton génie. »


Car il s’agissait d’une information de taille et il ne faisait aucun doute que l’éventualité de disposer d’une telle armée était fort attractive. Time End revêtait ainsi une importance stratégique toute particulière, et nous gagnerions d’autant plus à nous intéresser et à nous appuyer les travaux d’Extinction pour accroitre notre puissance. D’autant que… une idée abominable n’avait de cesse de tenter de s’évader hors des murs emprisonnant mon esprit retors.  

« Mais… rêvons encore plus grand. Si nous leur donnons des moyens à la hauteur de leurs ambitions et des nôtres… nous pourrions aller encore plus loin en mettant en œuvre l’une des avancées scientifiques les plus incroyables… Légendaire, mystique : de tout temps, pour se rassurer, tous se sont accordés à dire que c’était impossible. Mais vous, Extinction, vous pouvez le faire. Ensemble, nous nous approprierons l’un des plus grands tabous de l’humanité : le secret de la géantification. »


Des chimères humaines étaient nées à partir de leurs études du code génétique du Pickles, alors pourquoi ne serait-il pas possible de s’appuyer sur son code génétique pour reproduire son physique démesuré ? Ne fallait-il pas au moins cela pour contenter des ambitions tout autant démesurées ?

Une vague d’effroi traversa Josh, qui avait sans doute tenté de quantifier la menace épouvantable qu’un tel projet pouvait constituer. Produire une armée de… géants antiques ? C’était ridicule, grotesque… Mais surtout, absolument terrifiant. Alors, après quelques instants laissés aux différents protagonistes pour éventuellement se ressaisir après avoir dévoilé de telles ambitions, je poursuivis sur une perspective tout autre :




« En revanche… je dois admettre que Melem Agrias devrait également faire partie de nos cibles prioritaires. La raison à cela est très simple : Kyo Kara. »


Déclarais-je d’un ton laconique, presque agacé par cette peine que je devais me donner. Si pour moi, il ne faisait aucun doute qu’il n’y avait certainement en ce bas monde aucun autre élément aussi prometteur que Zifukoro Max et Tucker Law, Melem Agrias méritait toutefois notre attention pour une raison qui nous était plutôt désagréable.

« Kyo Kara, ce nuisible, continue de nous narguer : son existence est une insulte à l’encontre de notre empire. Il symbolise l’opposition à notre règne, le refus de reconnaitre notre évidente suprématie. Les gens parlent de guerre entre nos forces respectives… mais peut-on vraiment parler d’opposition armée alors que lui et les siens ne sont que des insectes comparés à nous ? Ils ne peuvent rivaliser de front, alors ils mènent de lâches tentatives de nous affaiblir en usant de ses petites manigances… »


Le Nébula ne devait sa longévité en tant qu’ennemi d’Erika qu’à ses alliances judicieuses et ses machinations douteuses caractérisées par des actions indirectes, qui compensaient pour l’instant son infériorité face à notre Empire.

« S’il s’intéresse à Melem Agrias, c’est que ce dernier doit représenter un atout dans son illusoire tentative de nous renverser. Notre devoir devrait donc être d’enrayer ce recrutement, comme tu l’as judicieusement fait remarquer, Parish. Mais je suggère également d’en profiter pour nous en prendre directement à ses émissaires. Ces cafards ne peuvent pas continuer à nous narguer de la sorte… nous devons les ramener à la place qui revient à ceux qui s’opposent à nous : la tombe. »
   

Kyo Kara était, contrairement aux Empereurs, un véritable ennemi qui méritait d’être détruit dès que possible, étant donné que sa survie portait attente à notre réputation. Mais si pour l’heure son opposition se prolongeait, ce n’était pas nécessairement une si mauvaise chose du moment que nous exploitions correctement ce facteur. En nous renforçant encore et toujours plus et en régulant en même temps sa progression, nous creuserions l’écart qui le séparait de nous et ainsi nous favoriserions une victoire totale, tonitruante et unilatérale lorsque le jour viendrait. Car une victoire qui n’était pas aisée n’aurait absolument pas l’impact et les retombées d’une victoire écrasante : quoi de mieux pour symboliser la future domination d’Erika sur ses rivaux.

« Enfin, pour en venir au sujet qui m’interpelle le plus : cette fameuse guerre entre Ren Tao et Konan… »


Je soufflai du nez. Je ne m’étais pas attendu à ce qu’un tel sujet soit mis sur la table… Mais il fallait reconnaitre qu’il soulevait plusieurs questions sous-jacentes, qu’il était potentiellement nécessaire de traiter.

« Cette opposition est connue mondialement, tout comme le sont l’importance et l’influence de l’empereur de la pègre. Nombreux sont ceux qui ont des intérêts avec lui, nombreux sont ceux qui le jalousent et rêvent de le voir chuter. Vous pensez réellement que nous serons les seuls à nous déplacer et à vouloir tenter quelque chose ? Que nous sommes les seuls à songer à nous mêler de leurs affaires ? Et si nous ne le sommes pas, qu’adviendra-t-il ? Je pense que si nous nous jetons à corps perdu dans une bataille pour défendre ce genre d’intérêts indirects, nous deviendrons nous-même une cible privilégiée pour nos propres antagonistes. Les forces d’Erika venant en aide à Konan ? Quel pain bénit pour ces chiens de Constantinistes, ces insectes de chasseurs de prime, ou même ces autres Empereurs qui n’auraient aucun scrupule à saisir l’opportunité de nous décimer et d’affaiblir nos forces. »


Les jeux de pouvoir, à cette échelle, n’étaient qu’un enchainement de faits de causalités, entrainant une succession d’opportunités d’affaiblir les uns et les autres. La compréhension de ce flux, l’organisation de ses forces et le timing de ses actions pouvaient permettre de tirer son épingle du jeu.

« Ren Tao ? Cet homme a vaincu un des lieutenants de Konan, et s’il compte l’attaquer de front, c’est qu’il dispose probablement des forces pour le faire, et qu’il est surement lui-même épaulé par des lieutenants de qualité. Et d’après les rumeurs, il aurait même tenu tête à un Amiral… Alors en quoi nous, Loxosceles, pourrions-nous prétendre pouvoir faire pencher le cours de la bataille en notre faveur ? »


Comment ces figures de la piraterie de Grand Line avaient-elles fait pour rester aussi longtemps dans le métier avec de telles idées et une telle appétence aux prises de risques ? Il était risible de penser que nos modestes forces pouvaient constituer un quelconque apport dans une guerre d’une telle envergure, ou même lors d’un assaut en amont afin de l’affaiblir. Une telle sous-évaluation de Ren Tao était-elle due à une méconnaissance de l’un des combattants les plus en vue parmi les hors-la-loi, et donc un reflet d’une certaine incompétence de leur part ou bien étaient simplement totalement inconscients et suicidaires devant leurs velléités de semer le chaos ?

« Pour l’heure, Ren Tao s’apparente plus à un combattant qu’à un véritable régent du monde hors-la-loi : il mène des assauts frontaux contre ses cibles, mais ne capitalise pas sur ses victoires et ses conquêtes. Comme tu t’en es surement rendu compte, Belz-B, malgré ses faits retentissants, il n’a développé que peu d’influence au sein de l’Underground là où de plus modestes malfrats y sont bien plus enracinés. »


C’était un constat aisé à dresser si l’on s’était intéressé à ses quelques coups d’éclat et que l’on était connecté avec le monde souterrain. Et de ses faits émergerait alors une évidence :

« Qu’importe l’issue de cet affrontement, Ren Tao n’est pas taillé pour prendre la place de l’Empereur de la Pègre. Et s’il dispose de nombreux soutiens de son côté, c’est simplement parce qu’ils sont nombreux à fantasmer sur la chute de Konan. Et une fois ce fait accompli, ces vautours se détourneront de lui et se disputeront l’héritage de Konan tandis que l’empire volera en éclat, car Ren Tao ne sera pas capable de l’unifier. »


Mes prévisions permettaient ainsi de répondre aux interrogations de Parish : l’option de soutenir Ren Tao offrait trop peu de garanties au regard des investissements et du travail à consentir, puisqu’après une éventuelle victoire, il resterait encore à consolider un réseau et des positions sur lesquelles se jetteraient bon nombre d’opportunistes.  



« Mais pour en revenir à Konan… Notre principal fournisseur d’armes, vous dites ? »


Si cela corroborait les informations et les conjectures que j’avais pu élaborer au regard des informations dont je disposais, il y eut dans cette confirmation comme une résonnance des plus déplaisantes. Une lueur écarlate embrasa alors pupilles tandis qu’une veine vint ébranler la surface balafrée de mon front.

« Donc… nous, l’Empire d’Erika Orato, la femme la plus puissante du monde… nous dépendons des armes fournies par… un autre ? Suis-je le seul à trouver cette situation… indigne de notre statut ? »


Des mots prononcés d’un ton plus ferme qu’à l’accoutumée, mais aussi plus lent, insistant sur chaque terme, comme pour mieux les appuyer. Il y avait une sorte de colère, de frustration, d’indignation qui semblait s’en dégager. S’était-on aventuré sur un sujet qui me tenait à cœur ?

« Il suffirait donc à nos ennemis de soutenir Ren Tao afin de faire chuter Konan… ? C’est donc si facile que ça, de nous affaiblir ?! »


La probable confrontation directe entre les deux criminels constituait une aubaine pour n’importe qui de suffisamment informé pour connaitre notre lien et désireux de nous affaiblir. Mais, contrairement aux idées reçues, le meilleur moyen de s’affranchir de cette supposée faiblesse n’était pas l’affrontement direct, bien au contraire…

« Qu’importe si Konan vient à être vaincu ou pas : avec un second fournisseur, selon les cas de figure, nous pourrons compenser un éventuel ralentissement de la production, voire carrément remplacer le premier fournisseur. »


Viendrait alors le moment de dévoiler les évidentes ambitions qui avaient embrasé mes yeux en révélant mes projets actuels. Si la conception de mes armes navales commençait à être plébiscitée au sein de l’Empire, cela ne représentait pas l’intégralité de ce que je désirais couvrir avec mes compétences.

« Après m’être lancé avec succès dans l’armement naval, je suis désormais propriétaire de deux immenses armureries sur Powder Island et Volcano Island. Je peux le devenir… le second fournisseur d’armes de l’Empire. »


Cela constituait donc trois manières différentes de concevoir l’armement, toutes trois disséminées dans les trois régions du monde : Armes à feu sur West Blue, Armes blanches sur Grand Line, Armes navales sur le Nouveau Monde. Et les deux positions citées étaient avant tout stratégiques de par la qualité à laquelle elles renvoyaient : Powder Island était célèbre pour son excellente poudre tandis que la renommée des forgerons de Volcano ne cessait d’augmenter.

« Et bien plus encore… si je parviens à y rassembler nos différents atouts, à les développer, à les faire fructifier… Alors… si rien ne vient entraver mon ascension… »


Car à cela viendrait s’ajouter avec le temps d’autres ingrédients tout à fait remarquables : la folie et la dangerosité de l’armée d’Erika, la science d’Extinction et mon talent destructeur. Un mélange au potentiel vertigineux, un cocktail prodigieusement explosif, avec en ligne de mire la possibilité de faire bien plus que de combler l’une des lacunes de l’Empire : il s’agirait d’un atout pour prendre l’ascendant sur les autres.

« JE DEVIENDRAIS LE PLUS GRAND FABRIQUANT D'ARMES DU MONDE ! »



__________








Résumé / Explications :

Eveil de l'obs pour Josh.

Pour le reste pas de résumé, vous n'avez qu'à lire.

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 407
Race : Humain
Équipage : Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
30/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
74/120[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (74/120)
Berrys: 24.378.000 B
Jeu 1 Juil 2021 - 12:53
Les Armes de l’Impératrice
Feat. MJ, Mingo, Agote, Ed





- Détruire ou construire… ?

Il haussa un sourcil d’un air peensif, grattant son menton taillé dans le grès d’un doigt squelettique. La simplicité d’une telle dichotomie avait quelque chose d’étrangement apaisant.

- Nan Eddy-boy, détruire c’est construire.

Et construire, c’est détruire.

Edward Lawrence était certainement trop jeune, trop fougueux, trop inexpérimenté pour le comprendre : rien n’était définitif. Chaque fin était un commencement ; chaque commencement, une fin. Chaque corps rendant son dernier souffle, fut-il ami ou ennemi, laissait s’ériger une nouvelle stèle, un nouveau monument sacré ; une nouvelle marque de beauté pure. Chaque pierre tombale dressée marquait le début d’une nouvelle existence dans l’au-delà, libérée des contraintes terrestres. Chaque âme ayant atteint la félicité dans son repos éternel laissait des traces dans ce monde-ci, et ces fragments donnaient naissance à de nouvelles vies, destinées à frôler la grandeur avant de rejoindre la Montagne.

Détruire, c’est construire.

Rien n’était laissé au hasard ; V avait compris cela, bien que leurs vues de l’Existence et de ce qu’elle appelait le Destin ne convergent pas parfaitement. Elle avait au moins cette sagesse propre à sa génération, à celles et ceux qui avaient vu défiler les vies, toutes plus lumineuses les unes que les autres. Chacune construisait et détruisait, sans même en être consciente. Ceux qui n’aspiraient qu’à brûler ignoraient les jeunes pousses qui émergeaient des cendres dans leur sillage. Ceux qui prétendaient créer fermaient les yeux aux possibilités que leur œuvre écrasait.

Détruire, c’est construire.

Il n’y avait pas de choix entre deux alternatives opposées ; il y avait ce que l’on choisissait de voir, et ce que l’on choisissait d’oublier. Il y avait l’équilibre, seul éternel et omniprésent. Chacun pouvait en déplacer le centre, nul ne le renverserait jamais. Le rôle qu’ils avaient à jouer, le rôle qu’ils pouvaient jouer, n’était pas celui là ; voilà ce que ces jeunes étoiles, aveuglées par leur propre brillance, ne parvenaient pas à voir. Tous poursuivaient des mirages.

Quel rôle avaient-ils alors à jouer ? Que pouvaient-ils se targuer d’accomplir ?

Du vent.

Le vent déplaçait les vagues qui venaient s’échouer sur la plage. Il faisait tomber des arbres les branches trop vieilles, les laissant revenir à la terre. Il ne renversait pas l’équilibre : il le maintenait.

Voilà ce qui les rendait si spéciaux, fussent-ils forbans, marines ou chasseurs. Ils étaient le moteur du Cycle. Ils étaient le vent, les flammes, les océans.

A l’image du jeune Tao, bourrasque éphémère et brutale qui déracinerait quelques vieux chênes avant de s’éteindre ; à l’image de l’explosif Nebula, que l’on voyait déjà trôner sur un tas de cendres ardentes qui le consumeraient à son tour ; à l’image de la Matriarche, qui ferait monter la marrée depuis les fonds avant, ne lui déplaise, de s’y noyer.

Leurs brefs instants de gloire, leurs châteaux de cartes laissés aux courants d’airs, leurs splendides statues de glace érigées au soleil, n’étaient que cela : des rouages minuscules dans une machinerie parfaitement huilée.

Ils n’en étaient pas moins indispensables.

L’interpellation de son capitaine le tira de ses réflexions. Un sourire satisfait parcourut ses lèvres ; finalement, le garçon avait peut-être comprit plus qu’il ne le pensait lui-même. Il lui restait simplement à le réaliser.

- Une armée. Une armée endormie, qu’attend sa deuxième vie.

Comme il l’avait été lui-même, il n’y a pas si longtemps que cela : prisonnier de la Montagne, du temps, de l’Existence, attendant simplement d’être à nouveau appelé à jouer son rôle. Et pourtant… Il chassa le doute d’un mouvement de la nuque.

Construire, c’est détruire. Quel effet aurait sur le monde le retour à la vie de ces créatures monstrueuses ? L’homme le savait pertinemment : c’était même un calcul assumé. Derrière l’ambition démesurée de l’Architecte de la Destruction se cachait un réalisme froid, précis, implacable. Elle ne s’était peut-être pas trompée sur ce qu’il représentait.

Il hocha la tête, fasciné par ce que le grand homme balafré amenait. Tout se mettait en place ; Zifukoro Max et Tucker Law seraient, eux aussi, des figurants centraux de la pièce.

Quant à Kyo Kara…

- Si vous voulez faire tomber le grimpeur, suffit d’couper la corde.

Il avait été lui aussi un candidat de choix. Un phénomène intéressant. Sans doute prématuré.

- Le p’tit a raison, pourquoi s’user pour rien ? Son cas est facile. Empêchez ses p’tits copains de l’rejoindre.

La négligence était si évidente qu’elle en devenait déroutante. Avaient-ils volontairement placé leurs œillères ?

- C’tait vous qui contrôliez la porte. Vous aviez l’pouvoir de choisir qui passait ou non. Vous l’avez laissé vous l’prendre. Pourquoi?

L’entrée du Nouveau Monde était possiblement la position stratégique la plus précieuse qu’il existait. Lorsqu’on avait la possibilité de boucher le seul trou dans la clôture, s’exténuer à courir après les brebis pour les empêcher de l’atteindre semblait tout bonnement ridicule.

- Reprenez-le. Le gamin est prometteur, mais il a pas assez d’ressources. Il pourra y faire quoi ? Coupez-lui les vivres, et laissez la faim faire son travail. Il s’retrouvera seul avant de s’en rendre compte. Et vous vous mouillez même pas.

La réalité étaient bien connue : moins d’un tiers des navires qui quittaient l’archipel pour s’enfoncer sous les profondeurs de Red Line parvenaient à émerger de l’autre côté. Les autres disparaissaient à jamais, victimes d’un hasard cruel. Si Agrias Melem, et d’autres jeunes figures menaçantes, s’empressaient de rejoindre la majorité, qui serait à blâmer à part la malchance ?


Construire, c'est détruire. Le prochain Empire qui verrait le jour, peu importe ses bannières, serait bâti sur des ruines.










Techniques:
 

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Eden Chapter
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Pirate)
PNJ (Pirate)
Messages : 456

Feuille de personnage
Niveau:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
0/0[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B
Dim 4 Juil 2021 - 23:22



Zola Max & Parish Milton, la Manageuse de Talents, primée à 319.000.000 B


Complètement muette, c’était sans voix que la propriétaire de la magnifique villa restait en écoutant son collègue parler. Il énonçait beaucoup de paroles et de propositions contestant presque les renseignements que la belle avait réussi à obtenir sur chacune des cibles potentielles de l’empire de la Dangereuse. Le Lawrence avait de bons arguments et une bonne façon d’énoncer les choses, cependant plus il avançait dans son discours, plus manquait-il de conscience de la géopolitique si particulière du monde entre les Empereurs. Il était peut-être bourré de talent en matière de recrutement et venait certainement de faire un coup d’éclat exceptionnel que rares ont eu dans la carrière. Elle soupirait un coup avant de prendre la parole, il fallait peut-être faire un petit cours à Edward pour qu’il prenne conscience du monde qu’il entourait. Encore quelqu’un d’inconscient que le monde n’était pas vraiment pas si simple que cela. Elle rigolait intérieurement de la vision des choses du jeune Nebula, il avait peut-être besoin de recevoir beaucoup plus de leçon sur le fonctionnement du monde. Elle ne comptait pas répondre de suite concernant les recruteurs de Yonkou qui pour elle restait une priorité pour garder une certaine avance sur ses rivaux. Elle avait plus important à parler dans l’immédiat.

    - As-tu simplement penser aux dépenses que l’Empire devrait engranger déjà pour financer ce projet scientifique ? Remettons les pierres sur terre un instant, Edward même si une armée est figée dans la glace pouvons-nous avoir l’assurance et être capable de les transférer sur notre territoire. C’est la principale question qui me taraude surtout que ce Zifukoro avait une porte de sortie toute trouvée et a préféré fuir par ses propres moyens, bien que tu aies un accord avec lui n’est-ce pas la preuve ici là qu’il n’est pas fiable ? Il s’est servi de nous pour s’offrir une porte de sortie au lieu de s’offrir une place de choix au cœur de notre Empire c’est une variable à ne pas oublier.
    - Pickles nous a coûté une dizaine de milliards de berrys sans compter les productions de liquide IAM nécessaire pour stabiliser une armée de chimères… Mon rôle a été autrefois dans l’organisation d’Extinction de gérer la comptabilité de l’organisation et pour le coup nous courions droit à notre perte. Notre objectif étant au départ d’essayer de vendre nos créations aux plus grands nombre pour essayer de combler les frais que nous avons engrangé avec toute nos recherches.


C’est ainsi que le silence prit place pour parler du financement d’Extinction, Zola Max laissant ainsi parler de son expertise faisait l’état des comptes de l’organisation criminelle. Si les membres des Edward’s Pirate essayeraient d’en savoir plus sur le sujet, Tucker Law aurait pu leur expliquer à quel point l’organisation dont il faisait partie avait des problèmes à se financer. Si Extinction n’avait pas organisé ce rassemblement elle serait certainement morte due aux problèmes d’argent auquel elle faisait face. C’est ainsi que se dressait une dure réalité certainement pour le Lawrence, l’argent est le nerf de la guerre. La recruteuse d’Erika Orato reprit alors la parole une fois que le scientifique eut fini de parler des dépenses de son ancienne organisation.


Horatio Belzébuth, primé à 291.000.000B


    - Ce n’est pas parce que tu diriges dans l’ombre des sociétés brassant de l’argent que tu pourras pour autant fournir l’empire en armes. C’est même plus complexe que cela en vérité, prenons mon exemple en tant que cas d’école. Ma fortune me permet de payer un réseau d’espions assez luxueux qu’on a pu placé grâce à nos divers mouvements sur Grand Line. Je paye en moyenne de quoi les entretenir et leur assurer une protection ainsi que l’acheminement des archives des informations diverses qu’ils ont réussi à collecter. L’entretien de ce réseau me demande déjà des sommes qui sont astronomiques si je devais faire une estimation, il me coûte environ entre 5 et 8 milliards de berrys en fonction des agents que j’ai à remplacer ou si je dois étendre mon réseau. Imaginons un instant les coûts de l’empire en matière d’armement sachant qu’on doit déjà rajouter les futures dépenses liés à la nouvelle unité de l’armée de notre Impératrice les Squinados.
    - Nous commandons en général à Sir Konan, pour 200 milliards de berrys par mois pour s’assurer un stock assez conséquent. Avec les revenus des ventes d’esclaves, nous arrivons à pouvoir combler toute nos dépenses, je pense qu’il faudra que Tohil recalcule toute les dépenses de l’Empire avant que le projet Squinado soit lancé pour trouver lancer la production des soldats chimériques ainsi que leur entretien grâce au liquide IAM. Ce n’est pas seulement de l’inconscience, c’est de la stupidité de vouloir se prétendre fournisseur en armes de l’Empire sans avoir un véritable empire commercial aussi grand que celui de Konan.
    - Du calme Horatio. Ce qu’il veut dire Edward, c’est que même si Konan est notre principal fournisseur, nous ne sommes pas sots qu’il fournit aussi notre concurrence, nous n’avons pas un contrat d’exclusivité avec lui et pourtant son Empire commercial par sa grandeur est certainement le plus important. Il est presque garant d’entretenir l’équilibre actuel des forces dans le Nouveau Monde en terme de batailles. Il faut bien se rendre compte que si son empire ne s’effondre pas et qu’il peut toujours nous vendre des armes c’est parce qu’il possède une grande clientèle. Voir Konan disparaître dans l’équation sans pouvoir se rapprocher d’un éventuel de ses héritiers ou approcher un nouveau fournisseur c’est risquer la pénurie d’armes mais aussi d’avoir des contrats moins avantageux pour nous.


Il fallait comprendre que si il perdait leur partenaire commercial avec un contrat si avantageux pour eux cela risquerait d’être un début de crise économique au sein de l’Empire et que le cas pourrait encore s’aggraver si le fournisseur était lui-même un membre de l’empire. Les deux autres Loxosceles pourraient encore passer des heures à expliquer au Lawrence à quel point son projet était impossible à réaliser, tout cela fut cependant interrompu par l’invité surprise. Il était considéré comme étant l’arme de destruction officielle de l’Empire, il était désigné comme étant l’un des meilleurs pugilistes du monde.


Grünt, Le Génocide, primé à 970.000.000B


    - Parish, la prochaine fois que je viens donne-moi un morceau de ta vivre card que je ne puisse pas me perdre.
    - Maître Grünt… Ravi de voir votre excellence, dans ses lieux.
    - Ouais ouais arrête de m’encenser stp, il est où Edward Lawrence ? Et c’est qui toute ces personnes ? Virez du passage ou mourrez c’est le premier et dernier avertissement.


D’un seul geste, Parish demandait à chaque membre n’ayant aucun grade dans l’équipage d’Erika de quitter la pièce immédiatement. Il était important de ne pas contrarier cet homme insouciant qu’était l’Atrax Grünt, il était capable après tout de détruire cette île sur un coup de sang. Une fois que le Lawrence serait présenté devant lui, le pirate tapoterait sur l’épaule de l’encapuchonné.

    - Félicitations mon gars même si j’aurais préféré que tu gagnes ce rang en commettant un carnage avec ta force mais par ton discernement Slay a voulu te récompenser et te voici promu au rang de Latrodectus. En plus de cela tu deviendras le chef des Squinados lors des prochaines batailles que nous ferons avec l’Empire. Hahahahaha j’suis sûr que Cocyte aurait adoré avoir ta place mais bon Slay a préféré te laisser la direction des troupes que tu as toi-même recruté !


L'élite des officiers de l'empire d'Erika sont nommés Latrodectus, ce sont tous des combattants émérites mais aussi les membres de l’équipage proche de la Dangereuse. Ils sont des noms plus connus les uns que les autres pour leurs capacités martiales. Edward venait de gagner ce titre grâce à son recrutement de Zola Max et ainsi fournir la science nécessaire à l’Empire d’Erika pour gagner un peu plus de terrains dans sa guerre avec les autres empires pirates. Il venait d’ores et déjà de faire un pas vers le sommet de l’empire de la Dangereuse et deviendrait le leader d’un groupe tout entier de guerriers chimériques…




Résumé : Ceux qui veulent quitter le RP peuvent ce tour-ci !

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 274333EssaiSignaPirate
PNJ (Pirate)
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 783
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
39/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
334/350[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (334/350)
Berrys: 24.214.007.000 B
Jeu 22 Juil 2021 - 15:50


Les armes de l'impératrice

Milieu 1507 ~ Holiday Island - Grand Line voie 3




« Les transférer sur notre territoire… ? Je ne vois pas où est le problème puisque Time End est mon territoire. »


Répondis-je net lorsque Parish évoqua ce soi-disant obstacle à ce projet qui visiblement les dépassait : sinon pourquoi s’aventurait-elle à trouver des raisons aussi maladroites de ne pas y adhérer ?

« Time End est idéalement placée puisqu’il s’agit de la dernière île de la voie 7. Les conditions y sont hostiles de par son climat et sa faune : peu s’y aventurent réellement. Le Gouvernement Mondial estime sans doute avoir démantelé le laboratoire, c’est donc une bonne occasion d’en reconstruire un sur ces ruines. »


Dans l’accroissement de notre influence, il ne faisait aucun doute que la possession de Time End s’avérait digne d’intérêt puisqu’il s’agissait de l’un des derniers bastions non gouvernementaux avant l’entrée dans le Nouveau Monde puisque Shabondy n’était plus un lieu de passage sûr. C’était pour cela que l’île avait vu émerger, sous la juridiction des Edwards Pirates, un chantier naval à même de faciliter les voyages maritimes entre Paradise et le Nouveau Monde.

« Zifukoro n’a pour l’heure jamais obtenu l’identité du pavillon sous lequel il était supposé se ranger : une information que Josh et moi avons choisi volontairement de taire pour éviter qu’elle ne se glisse dans certaines oreilles indiscrètes. C’est pourquoi il a prudemment préféré temporiser le temps que nous puissions remplir notre part du marché, donc libérer Pickles, et ainsi prouver notre identité et notre bonne foi. »


Une curieuse insinuation de la part de la maitresse des lieux attira mon attention.

« Il avait une porte de sortie toute trouvée, dis-tu ? Comment peux-tu affirmer qu’il ne se soit pas enfui avant votre arrivée sur les lieux ? L’avez-vous vu s’enfuir après qu’il ait vu notre étendard ? Si c’est le cas, alors pourquoi vous l’avez laissé filer ? »


Il était bien trop facile de faire porter le chapeau à Zifukoro qui ne pouvait pas connaitre notre allégeance alors que dans les faits, c’était bien Belzébuth qui l’avait distraitement laissé filer. Alors, jusqu’à preuve du contraire, nous devions lui accorder le bénéfice du doute. Le cas échéant, s’il avait délibérément pris la fuite, il devenait une cible prioritaire à abattre et c’était une nouvelle fois le Transporteur qui avait manqué son coup.

« Si ce n’est que ça, alors c’est largement à ma portée, surtout que maintenant, vous disposez de la procédure pour le remettre sur pied : cela sera donc moins complexe et coûteux à reproduire à l’avenir. »


Répondis-je suite au scientifique qui avait délivré quelques précisions sur les prétendus problèmes financiers de leur organisation : Zola Trix, avec qui j’avais tenté de négocier, avait en effet déclaré que l’argent n’était pas leur motivation principale et qu’ils visaient plutôt la diversité de leurs acheteurs ainsi que la renommée engendrée par leurs découvertes. Un son de cloche qui différait quelque peu.

« Mais justement ça nous coûterait moins cher de produire nos propres armes puisque nous économiserions chaque mois la marge commerciale que se fait Konan sur notre dos… »


Commençais-je à répondre à l’intention de Parish, sans toutefois pouvoir continuer à taire le doux agacement qui grignotait lentement ma patience. La conception des armes navales que j’avais mise en œuvre via le chantier de San Tulum constituait une belle démonstration du bien fondé de ma proposition, pourtant mes interlocuteurs campaient inexplicablement sur leurs positions.

« Vous parlez sans cesse de maintenir l’équilibre de nos comptes comme s’il s’agissait de l’objectif à remplir tous les mois… On est la guilde marchande ou un équipage pirate ?! Qu’est-ce que l’argent pour vous, une fin ou le moyen d’arriver à nos fins ? Pour moi, peu importe de plomber nos finances si cela peut nous permettre d’obtenir une puissance suffisante pour détruire tous nos ennemis. »


Tel était le dogme que je poursuivais à travers ce projet faramineux qu’ils voyaient comme sot et irréalisable… Mais en percevaient-ils réellement tout le potentiel ? S’étaient-ils rendu compte qu’avec de telles armes et de tels atouts, nous serions en mesure d’écraser toute concurrence ? N’était-ce pas le but que nous poursuivions ? Ces projets pouvaient peut-être paraitre grandiloquents, mais c’était justement le type d’idées qui pouvaient nous faire passer un cap et asseoir une domination envers nos rivaux. Car si Konan était considéré comme l’un des garants de l’équilibre du Nouveau Monde… alors ce n’était qu’une raison de plus de s’approprier ce pouvoir.  



Pourtant, cette discussion eut le mérite d’inséminer une hypothèse particulièrement problématique au sein de mon esprit malade. Car il était raisonnable de penser qu’il y avait sans doute là un nouvel angle d’attaque à exploiter dans l’insidieux projet que je fomentais.
 
« Qu’importe, une voix pour, deux voix contre. Nous abandonnons donc l’idée de faire de moi le successeur de Konan et renonçons à tous les avantages qui en découleraient. J’investirais donc mes propres moyens dans cette cause et à défaut de régner par la quantité et ainsi de nous octroyer l’autosuffisance dans ce domaine, je le surpasserais par la qualité de mes armes, même si cela signifie de me restreindre au seul domaine de la destruction. »


Ma réputation me précédait : lorsqu’il s’agissait de détruire, peu de personnes pouvaient prétendre surpasser mes talents, surtout depuis mon partenariat avec ce prometteur ingénieur, « Mc Steel ». Mais il fallait se rendre à l’évidence, nos opinions divergeaient et, forts de nos entêtements respectifs, nous pouvions continuer longtemps de débattre sur la question sans parvenir à nous accorder : il fut toutefois aisé de nous départager en s’appuyant logiquement sur la majorité et ainsi d’aller dans leur sens. Toutefois, avant d’embrayer sur l’autre sujet que je tenais à aborder, je m’attardai sur une petite incartade survenue un peu plus tôt :

« Cependant… Stupidité ? »


Josh, comprenant ce qui se tramait, crut faire une attaque. Les choses pouvaient-elles dégénérer au point que cela devienne dangereux ? Aurait-il encore le luxe d’espérer voir Lilith nue avant son trépas ?

« Alors… Horatio Belzébuth, toi qui es si intelligent, dis-moi… En quoi est-il stupide de vouloir devenir l’atout n° 1 d’Erika ? Pour faire d’elle la prochaine reine des pirates… être les meilleurs au monde dans nos domaines respectifs est le minimum que nous devrions accomplir. »  


Conjugué à leur refus de me soutenir, je n’avais que peu apprécié de m’être fait manquer de respect de la sorte. Et si en soi, cela n’était pas nécessairement dramatique, cette situation était tout de même l’occasion de m’imposer à eux, moi et mes idées et de ne pas me laisser marcher sur les pieds : une affirmation que j’estimais nécessaire au sein de cet équipage si je voulais aspirer à avoir suffisamment d’influence.

« Je ne suis pas venu ici pour jouer les seconds rôles. De quel droit oses-tu restreindre mon potentiel ? … à qui crois-tu parler ?! JE SUIS EDWARD LAWRENCE ! »


À ces mots, une pression sans pareille s’abattit sur tous les êtres présents dans la villa, comme appuyer davantage mon propos et pour communiquer l’insidieux mélange entre colère et ambition que je portais en moi. Une aura d’un azur sombre déferla et contraindrait les esprits les plus faibles à reconnaitre ma régence et à s’y soumettre.

Alors, après cette petite remise au point, lorsque la tension fut légèrement redescendue, je pus alors embrayer sur l’un des sujets phares que je me devais d’aborder.

« Nous avons parlé d’attaque… mais jamais de défense. Cela peut sembler superflu, mais je peux vous assurer qu’en l’état actuel des choses, j’estime que c’est nécessaire : le vent est en train de tourner. Et ce n’est peut-être pas des autres recruteurs que nous devons méfier : pour nous, il y a une menace encore plus grande que Kyo Kara à prendre en compte : Le Gouvernement Mondial. »


Si de prime la méfiance que j'éprouvais vis à vis de la plus grande institution du monde pouvait s'avérer risible pour mes compères, il y avait pourtant bon nombre d'arguments qui en faisaient une menace pertinente :

« Les faits parlent d’eux-mêmes, la Marine gagne du terrain et n’a jamais semblé aussi conquérante : leurs coups d’éclat se sont multipliés dernièrement. L’anéantissement des Décimas lors de la guerre de Marineford, la purge de Shabondy, et même la destruction de Kaiten Su qui était pourtant le bastion révolutionnaire de Grand Line. De grands noms de la piraterie sont tombés : Noda, Mozero, Mendela et même… Uxas. Ils s’en sont même pris à Doji par l’intermédiaire d’Ao Kiji, mais sans succès. Ils assoient leur domination sur Grand Line et gagnent du terrain dans le Nouveau Monde. Ils auraient dû être affaiblis après la guerre contre les Décimas, après la trahison de la Néo-Marine, après le massacre d’Enies Lobby… mais pourtant, ils n’ont jamais été aussi entreprenants. La nomination de Ghetis Archer en tant que quatrième amiral y est pour beaucoup… »


C’était le nom qui ressortait presque à chacun de ces coups d’éclat, et donc le plus susceptible de nous menacer à terme. Mais surtout, la création de ce quatrième poste d’Amiral leur donnait bien plus de latitude et augmentait drastiquement leur puissance de frappe.

« Je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que nous ne soyons à notre tour pris pour cible, que ce soit directement ou indirectement. Alors, en ce sens, j’aimerais que nous abordions la question de la défense de nos positions et que nous évaluions le risque engendré par ces potentielles pertes : par exemple, si demain ils venaient à nettoyer Holiday Island ? Pour ma part, à la base, je comptais m’emparer de Volcano Island afin d’appuyer mon projet d’armement et ainsi avoir la main mise sur leurs talents de forgerons : l’île serait alors devenue un territoire de plus à protéger. »


Quelque part, leur refus d’adhérer à ma proposition nous enlevait une épine du pied.

« Comme je doute que vous soyez disposés à m’aider à protéger Time End, j’estime que le meilleur moyen d’en assurer la protection est de faire profil bas : plutôt que d’afficher au grand jour notre emprise sur l’île, je m’assurerais d’y dissimuler notre présence et nos activités.


Après tout, avant qu’Extinction ne se dévoile aux yeux du monde, personne ne pouvait soupçonner son existence. Et maintenant que le Gouvernement avait retiré ses troupes, pensant sans doute que les ruines n’avaient plus vocation à être exploitées, il était grand temps de reconduire ce projet scientifique.

« Procéder ainsi peut sembler lâche au premier abord, mais mettre en évidence notre étendard signifie aussi indiquer à nos ennemis où ils peuvent nous frapper pour nous affaiblir… »


Je marquai alors une courte pause, comme tétanisé par un éclair qui venait de traverser mon esprit malade, instiguant une idée étriquée qu’il me tardait de voir être mise en œuvre, comme en attestait le rictus sinistre qui venait de scinder mon faciès.

« … mais on peut aussi retourner ce procédé contre nos assaillants afin d’espérer manipuler leurs déplacements et anticiper leurs initiatives. Et à condition d’y avoir préparé une embuscade digne de ce nom, nous pourrions alors les prendre au dépourvu et punir leur insolence. »


Une stratégie perfide qui associait défense et attaque et qui sur le papier pourrait contenter tout le monde. Encore fallait-il que mes deux homologues y perçoivent suffisamment de pertinence pour y adhérer également.

« Et de votre côté, comment envisagez-vous la défense ? »




Ma question ne trouva cependant pas de réponse, s’échouant sur un imprévu de taille qui interrompit net notre réunion. Une musculature saillante et une chevelure embrasée qui venait couronner celui qui s’était affirmé comme celui qu’il me faudrait un jour surpasser. Grunt le génocide, l’homme qui ne valait pas encore un milliard. Après la menace de l’Atrax, l’ensemble des non-gradés furent invités à se retirer. Je demeurai stoïque lorsqu’il évoqua mon nom, me contentant simplement de me lever lentement et de m’avancer à sa hauteur. Ma première impression était qu’il semblait aussi inhumain que sa réputation le laissait présager.

Ses paroles glissèrent alors jusqu’à moi et chacun de ses mots vint alimenter mon mutisme tandis qu’il tapotait mon épaule pour me féliciter. Mais me féliciter de quoi, au juste ? Peu à peu, l’inexpressivité qui dominait mon être laissa transparaitre une première réaction : mes sourcils s’affaissèrent tandis que mes yeux prirent une nuance plus sombre. Alors, ma langue se délia, et les mots sans équivoques détonnèrent.

« Non.»


__________


Citation :
« Non » ? Ah, il devait avoir mal entendu. Quelqu’un venait-il de braver son autorité presque suprême ? C’était assez drôle en réalité. « Non ». Cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas entendu ce nom hors de la bouche de l’Impératrice qu’il n’en reconnaissait presque plus la signification. Le guerrier au masque de jade fronça les sourcils. « Non ». Ses dents grincèrent, il ferma le poing et s’approcha de celui qui avait osé le défier.


Le présumé ex-futur Latrodectus goutterait alors à de doux souvenirs que cette scène venait de faire resurgir en lui : les éclats de rire de Lilith et de Cotehele qui s’étaient mises à rire jusqu’aux larmes face à un Tohil inhabituellement désarçonné.

Et ainsi, comme Tohil avant lui, Grunt serait alors confronté au refus catégorique d’Edward Lawrence de se conformer à ce qui était initialement prévu pour lui et démontrerait ainsi une nouvelle fois son côté imprévisible. Cet évènement marquerait-il dans l’équipage d’Erika le début de la légende d’Edward Lawrence, l’homme qui avait dit non à deux Atrax ?


__________








Résumé / Explications :

J'avais encore pas mal de trucs à dire donc j'ai rallongé un peu la réunion. J'en profite aussi pour réagir et...

Utilisation du Haki des Rois (Pallier 2)

Ensuite, une petite Ederie pour conclure.

_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Agote Edel Dukke
Agote Edel Dukke
Messages : 62
Race : Humain
Équipage : Equipage des poupées

Feuille de personnage
Niveau:
25/75[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
33/80[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Empty_bar_bleue  (33/80)
Berrys: 150.650.000 B
Dim 25 Juil 2021 - 12:24



Agote

Edel Dukke






LES ARMES DE L'IMPERATRICE

Avec Melrose D. Mingo, Eden Chapter, Edward Lawrence

1507 - Port de Holidays Island - Animation Post-Event




Agote Edel Dukke était satisfaite.
Assise dans son élégante robe orange, elle sirotait une dernière tasse de thé dans le luxueux salon de Parish. La journée avait été forte en émotions. L’enfant sentait que rester plus longtemps en ces lieux lui seraient défavorables. Malgré tout, elle n’avait pas l’intention de partir comme une voleuse. Jawnice, à sa demande, lui apporta un stylo et un papier. A l’intention de Parish Milton, elle écrivit cette petite lettre.

« Noble Parish Milton,

suite à l’arrivée imprévisible de ce nouvel arrivant et ma sortie impromptue, je prends l’initiative de retourner sur Berk Town où je réside. Mon équipage me prendra en charge. Je vous laisse ici mes coordonnées ainsi que le moyen de me contacter.

Sincères salutation,

Agote Edel Dukke, capitaine de l’Equipage des Poupées et alliée d’Erika Orato. »


La frustration la gagnait. Elle se sentait comme l’aventurier qui avait enfin trouvé son trésor sans avoir cependant le moyen de l’atteindre. Tout était trop fort, trop gros, trop puissant, trop haut. Mais se presser ne la ferait que trébucher. Et la fatigue la gagnait, ses pertes étaient grandes et les combler devenait primordial. Peu importe l’équipage de La Dangereuse pour le moment : après tout, ils avaient clairement d’autres chats que les leur à fouetter.

Ainsi, l’enfant prit le chemin du retour jusqu’au port où l’attendrait son bateau. Ses pensées se perdirent dans la réunion à laquelle elle avait assisté plus tôt. La réponse d’Edward Lawrence l’avait ravi. Cependant, il prenait peut-être trop de risques, et même si tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins, certains moyens restent douteux. Comme celui de Zifukoro. La duchesse déchue ne comprenait pas comment ce pirate au sang chaud pouvait discuter et avoir confiance en ce scientifique aux neurones glacées. Mais secrètement, elle espérait que ce dernier ne prendrait pas trop d’importance dans cet équipage, auquel cas, elle ne pourrait pas assouvir sa vengeance et restituer son honneur. A moins de se mettre tout l’équipage à dos. Ou à moins qu’elle le fasse dans leur dos. Et compte tenu du traitement et de l’importance qu’on lui avait donné dans cette réunion, elle avait bien plus de chance de voir leur dos qu’eux de voir le sien. Il était donc important qu’elle ne reste qu’une enfant à leur yeux, précision qui lui permettrait d’agir sans doute plus librement.



Spoiler:
 






_________________
[Post-Event] Les Armes de L'Impératrice Signature3
Agote Edel Dukke
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers: