Le Deal du moment : -38%
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
Voir le deal
19.91 €

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence]
Invité
Invité
avatar
Lun 20 Nov - 2:45
~ Nova ~

~ Quand les paris s'en mêlent ~

La nuit était sombre, le ciel et la lune cachés par de nombreux nuages noirs et ternes. Seules quelques lumières écartées sporadiquement éclairaient les rues ça et là. Nova était arrivée tardivement dans la journée et avait passé sa journée occupée à ne rien faire du tout, n'ayant même pas eu la motivation de quitter le port. Elle avait eu vent, lors de ces quelques heures de repos, de la réputation du lieu dans lequel elle se trouvait. Elle était sur l’île de Nighty Town, plus précisément à l’orée de la ville de Téresse, apparemment gorgée de brigands dans tous les coins. Peu lui importait de toute façon, elle n’avait pas peur d’être abordée par des bandits et n’avait de toute façon rien à se faire voler. La majeure partie du peu de berry’s qu’elle portait sur elle venait déjà d’être dépensée en nourriture.

Joyeuse, comme à son habitude, Nova se pavanait dans les dédales de pavé en pas de danse rythmés à la vitesse de la musique d’elle chantonnait. Elle entendait régulièrement des sifflements, compliments peu subtils et demandes de s’approcher qu’elle s’occupait d’ignorer, les laissant à chaque fois s’éteindre dans la pénombre de la nuit.

Soudainement, elle entendit un brouhaha sourd, au loin. Intriguée, elle se rapprocha de l’origine du bruit pour découvrir, en plein milieu de la Grand Place de la ville, un rassemblement de bandits et brigand de tout genre agglutinés autour de ce qui semblait être un combat de coq, devina Nova suite aux cris des animaux qu’elle pouvait percevoir au-delà des voix masculines qui hurlaient d’amusement. Outrée, elle avança jusqu’à la scène, se préparant déjà à se cacher les yeux pour ne pas avoir à regarder les corps ensanglantés des pauvres animaux. Contre toute attente, une fois le stade atteint, elle découvrit avec stupeur une course de chèvres à la place de ce qu’elle avait cru être un combat à mort. Les animaux couraient en rond, suivant des lignes blanches hasardeusement dessinées au sol. Ce qu’elle avait pris pour des cris de coq sur le trépas étaient en fait les étranges gloussements de certains bandits.

Captivée par la scène, ce n’est qu’au début de la seconde course qu’elle remarqua le stand de paris, sur le côté. Un rapide coup d’œil sur les paris posés lui permit de constater que certaines chèvres avaient davantage fait leurs preuves que d’autres. Elle fouilla ses poches et y découvrit avec désarroi les 1000 derniers berry’s qu’il lui restait. Haussant les épaules, elle rejoignit le stand, déposa la bourse entière sur le comptoir à hauteur de ses épaules et paria sur nouvelle chèvre, inconnue, numéro 12, faisant sa première course. Elle alla ensuite s’assoir à l’écart, sur la hauteur d’un banc pour pouvoir observer la scène au-dessus des têtes des individus devant elle et, une fois le signal de départ lancé, hurla à répétition le nom de la chèvre qu’elle venait de lui donner, puisque son maître n’avait à l’évidence pas daigné le faire lui-même : « Allez, Speedie ! ».

Une fois la course terminée, tout le monde se rua vers le stand pour voir le résultat. A la stupéfaction générale, la nouvelle chèvre, la numéro 12, qui n’avait reçu que trois paris à son bénéfice, avait remporté la course. Le maître de l’animal vint chercher son dû, fier d’avoir prouvé la valeur de sa biquette, suivi de près par Nova, fixée par une vingtaine de paire d’yeux ébahis.

« Voilà vos retours ma petite dame, 10 000 berry’s tous frais payés, vous avez eu de la veine ! »

Elle remercia le comptable et tourna le dos en stand, puis afficha une petite moue pouvant se traduire par « je n’ai pas fait exprès » lorsqu’elle remarqua que tout le monde la regardait. Les premiers mouvements se firent et l’un d’eux attrapa Nova par le bras, pour lui demander ce qu’une si jolie fille pouvait bien faire aux paris. Un second suivit et lui demanda si elle ne désirait pas partager sa somme autour d’un verre. Enervée par toute cette convalescence, Nova sauta sur le comptoir des paris, pointa la foule réunie devant elle, et hurla :

« Ce n’est pas avec vos commentaires de vieux pervers à deux berry’s que vous pourrez séduire le cœur d’une fille, bande d’ignares ! Offrez-lui des fleurs ou de la nourriture, citez-lui des poèmes, emmenez-la en balade, je ne sais pas moi, ce n’est pas à moi de vous apprendre à faire votre boulot, quand même ! »

Le jeu était lancé. S'ils en avaient après son argent, elle avait l'avantage de la hauteur pour s'enfuir par l'arrière de stand. Dans le cas contraire, elle risquait très fortement de passer une nuit particulièrement intéressante.


luckyred.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 886
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] Left_bar_bleue41/75[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] Left_bar_bleue289/500[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] Empty_bar_bleue  (289/500)
Berrys: 329.486.797.000 B
Lun 20 Nov - 12:20





Nighty Town ~ Début 1506





Ils s’étaient tous rassemblés. C’était une grosse occasion, après tout. Un affrontement incroyable était sur le point de débuter sous le regard de nombreux spectateurs. La tension était palpable : déjà, plusieurs personnes retenaient leur souffle. D’autres ne parvenaient plus à déglutir. La sueur perlait sur leurs visages stressés. Le résultat de combat tant attendu allait sans aucun doute chambouler l’ordre du monde. Plus rien ne serait comme avant, pensaient même quelques-uns. Et puis, les différents protagonistes s’avancèrent, se présentant avec charisme à l’assemblée tandis que quelques retardataires se pressaient encore sur le stand dédié aux jeux sportifs.

Et puis, elle s’avança dans le cercle, imposant sa présence aux autres, écrasant le sol de ses puissants sabots. La chèvre numéro 8 était arrivée. La fameuse « Mab Iket » provoqua un tumulte dans la foule de par sa présence : elle était la star de ces jeux de rues, ces derniers temps. Pas une seule course ne lui résistait et elle présentait le nombre ahurissant de... onze victoires d’affilée ! Une rumeur établissait même qu’il s’agissait d’un record depuis la création de cette discipline. Son regard hautain toisa ses concurrentes, dont certaines furent même intimidées. L’animal semblait même inspirer le respect parmi ses semblables. Et puis, il fut temps de démarrer les hostilités.

La première course allait avoir lieu. Elle se présentait plutôt comme un échauffement pour le numéro 8, étant donné le faible niveau de ses concurrents. Le challenge viendrait après, lors des courses suivantes. C’était la stratégie adoptée par ses rivales, pour espérer insuffler un peu de suspens : si la reine était fatiguée, il serait plus facile de décrocher une victoire. Le départ fut donné, et très vite, le suspens fut tué dans l’œuf. Les pattes surpuissantes de Mab Iket vinrent la propulser avec une puissance et une agilité déconcertante comparée à ses rivales, des nocives encore bien trop tendres. Elle acheva ses tours avec une avance plutôt légère, mais maitrisée. La bête avait été bien dressée : elle savait s’économiser. Certains parieurs braillèrent d’insatisfaction, déçus que leurs folles prédictions ne fussent pas exaucées.

La foule se dispersa alors l’espace d’un instant, avide de miser sur la prochaine course, qui serait bien plus disputée. Trois sérieuses concurrentes se détachaient : les numéros 3, 7 et 2. La première d’entre elles était elle aussi invaincue : avec six victoires consécutives, elle représentait l’outsider principale et était donc favorite pour briser l’incroyable règne de Mab Iket. La numéro 7 quant à elle était connue pour sa capacité et sa force à désarçonner ses adversaires. Enfin, la numéro 2 était forte de son expérience : pas moins d’une quarantaine de courses menées pour de nombreuses victoires. Malgré son âge avancé, elle pouvait créer la surprise. Et puis, d’autres chèvres étaient également présentes, pour faire le nombre. Certains parieurs téméraires se risquaient à miser leurs maigres butins sur elles. Pourtant, une telle issue demeurait des plus improbables.

Et puis, il fut temps de lancer l’incroyable affrontement que tout le monde attendait avec impatience. La foule en délire s’extasiait, les chèvres armaient leur volonté tandis que leurs dresseurs leur soufflaient des mots destinés à galvaniser leurs esprits combatifs. Le départ fut donné et les herbivores terrassèrent rageusement la terre de leurs sabots et se propulsèrent.

Un silence lourd flotta dans l’air lorsque la numéro 12 fut déclaré vainqueur. Personne ne s’attendait à un tel dénouement. Cette petite biquette qui paraissait plus frêle que ses rivales vaincues était bien plus vive, finalement. Sa jeunesse et sa fraîcheur avaient peut-être joué en sa faveur. Les regards déconfits des nombreux perdants se tournèrent vers les trois personnes qui avaient empoché le pactole. Le maitre, un vieil homme rabougri, vint alors chercher sa mallette pleine de billets avec une immense fierté. Il fut suivi d’une jeune fille aux cheveux pâles qui fut immédiatement agressée par des regards soupçonneux et inquisiteurs. Il s’agissait de celle qui avait affublé le numéro 12 d’un sobriquet : « Speedie ». Certains avaient flairé le coup monté. Ils s’approchèrent donc de la jeune fille avec leurs yeux avides. La demoiselle rétorqua en se hissant sur la table dédiée aux paris et captiva l’assemblée par ses piaillements. Ce fut le moment choisi par une silhouette pour s’approcher du comptable et réclamer ses gains dans l’indifférence générale. Les vils bandits réunis n’avaient alors d’yeux que pour la jeune femme au regard azuré. Une proie intéressante, songeaient même certains.


[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] 218634VieillardChevre
Vieil homme dompteur de chèvres

Le vieil homme s’arma d’un sourire narquois. Cette jeune fille était de nature plutôt rebelle, extravertie. Il aimait sa façon de s’exprimer haut et fort, son petit visage angélique et sa perspicacité à miser sur son poulain. Était-ce un hasard ? Peut-être. Intrigué par la demoiselle à la chance insolente, l’ancien se décida à émettre une proposition. Après tout, il venait de devenir riche et le poids des Berrys lui donnait des ailes.

« Eh bien, jolie demoiselle… permets-moi de t’inviter en un lieu plus raffiné. Je connais les meilleurs coins de cette ville délabrée. Ne perds pas ton temps avec tous ces loosers… »

Cette provocation irrita une bonne partie des prétendants. Pourtant, aucun ne daigna réellement réagir physiquement, comme convaincu par sa longueur d’avance sur la question. Après tout, il était maintenant riche et avait gagné leur respect en faisant gagner sa chèvre. Supposant que la jeune chanceuse avait accepté sa proposition, le vieil homme se retira en compagnie de sa chêvres vers une ruelle plus sombre, là où se trouvait un petit restaurant.


_______________




_________________
[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Lun 20 Nov - 19:08
~ Nova ~

~ Le vieux n'est pas sénile ~


Le vieillard gâteux à qui appartenait Speedie était intervenu avant tous les autres, d’un ton aussi fier que hautain. Nova s’attendait au mieux à une course poursuite, au pire à une bagarre générale, mais voilà que son intervention venait de faire mouche et bien qu’agaçant les jeunes brigands fougueux, personne n’osa broncher. Le vieillard n’attendit pas la réponse et se retourna, traversant la foule immobile. Nova prit une seconde avant de le suivre ; il avait tout même l’air louche, cet aïeul, presqu’encore plus que les bandits. D’un autre côté, il proposait de lui offrir de la nourriture gratuite, ce qui était bien au-delà d’une raison suffisante pour le suivre.

En chemin, les bras joints derrière le dos, il avait déjà l’air plus grand. Les rues plus calmes pouvaient laisser découvrir son visage parsemé d’une même quantité de rides que de cheveux, affublé en son centre d’un immense nez boutonneux rougit par ce que Nova devinait être une trop grande quantité d’alcool. Il se retourna enfin pour la première fois, sourit en remarquant qu’elle l’avait en effet suivie, puis commença enfin le dialogue :

« Je me présente, très chère, mon nom est Lapy. Iket, Lapy. Quel est le tien ? »
« Pourquoi votre nom est le même que celui d’une des chèvres de course, papy ? »

L’homme se buta lorsqu’il entendit son surnom mais sourit, tombé dans ses pensées, en réfléchissant à la réponse. Finalement, il répondit simplement que cette histoire était bien longue et qu’il valait mieux attendre d’être correctement installés si elle voulait vraiment l’entendre.

« Le Tonton Flingueur » était un nom parfait pour une taverne, au vu des récents événements. L’intérieur y était chaleureux, quoique toujours aussi mal fréquenté. La lumière tamisée et la musique jouée dans le fond laissaient une ambiance d’apaisement. En s’asseyant, Lap expliqua qu’au contraire de chaque autre taverne dans cette ville, celle-ci était appréciée pour sa fine cuisine. Les plats furent rapidement servis et se sont en effet révélés être un pur régal dès la première bouchée.

« Au fait, je m’appelle Nova. » lança-t-elle, d’une voix fluette, pour ne pas laisser trop traîner le silence qui s’était installé, entre deux bouchées goulues. « Vous me racontez votre histoire de nom avec la chèvre, maintenant ? »

Le vieil homme déposa ses couverts tandis qu’il laissait vagabonder son regard, dans ses pensées. Il prit alors lentement la parole après un long soupir pour lui expliquer que Mab Iket était la chèvre de son frère, Léty, avec lequel il ne s’entendait pas très bien.

« C’est tout ? Pour sûr, c’est une longue histoire... » s’amusa Nova.

Soudain, alors qu’il voulait reprendre la parole, la porte s’ouvrit violemment, laissant entrer un autre vieillard, ainsi qu’une courant d’air qui fit frissonner Nova de froid, dans la pièce. L’homme avait une peau tachetée par les années de vie et s’attela à fouiller chaque table du regard.

[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] 1511201235-lety-iket
Léty Iket

Une fois les yeux posés sur Nova et son étrange ami, il s’approcha d'eux dans un calme olympien. Arrivé à leur hauteur, il pointa Lapy du doigt et hurla :

« COMMENT AS-TU OSE ? »



luckyred.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 886
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Yonkou Erika - Edward's Pirates

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] Left_bar_bleue41/75[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] Empty_bar_bleue  (41/75)
Expériences:
[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] Left_bar_bleue289/500[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] Empty_bar_bleue  (289/500)
Berrys: 329.486.797.000 B
Mar 21 Nov - 0:09





Nighty Town ~ Début 1506





La silhouette encapuchonnée continuait de progresser dans les sombres ruelles gangrénées par le banditisme. Un cliquetis métallique venait accompagner chacun de ses pas. Un bruit que les forbans les plus avides reconnaitraient entre mille : le son des pièces qui s’entrechoquaient entre elles. Pourtant, personne ne semblait faire attention à lui. L’individu ne transportait la bourse que depuis peu de temps : elle lui avait été transmise quelques instants plus tôt, par un comptable. Son pas était tranquille, comme s’il ne se sentait nullement inquiété par une éventuelle agression. Lorsqu’il fut éreinté, il se stoppa avant de s’affaisser non loin de la devanture d’un hôtel. Il tendit ses mains en avant et se recroquevilla sur lui-même, comme pour se protéger du froid de la nuit. De loin, il présentait toutes les caractéristiques d’un vulgaire mendiant.

_______________


[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] 218634VieillardChevre
Lapy Iket, vieux dompteur de chèvres


Lapy Iket se frottait les mains vigoureusement. Ses petits yeux étincelaient d’une lueur lubrique, comme si son esprit était sondé de mille et une pensées impures. Il ne pensait pas qu’il serait si facile d’attirer une aussi jolie jeune femme avec lui. Il avait opté pour une taverne spécialisée dans la restauration afin de lui faire baisser un peu plus sa garde. S’il avait vanté les mérites des mets de cet établissement, « le Tonton Flingueur », pour le vieillard, son véritable atout était sans doute sa position géographique : excentré des quartiers centraux de la ville et moins fréquenté par les raclures, curieusement.

L’homme d’expérience plissa les yeux tandis qu’il servait une chope d’alcool à son invitée du soir. L’alcool était un puissant poison auquel il avait succombé depuis bien des années, si bien qu’il en maitrisait maintenant tous les fondamentaux. Son plan était simple : attendrir sa dulcinée afin de mieux la cueillir plus tard. Lorsqu’elle se sentirait un peu pompette, ils prendraient une chambre dans la bâtisse d’en face, sobrement baptisée : « Maison des roses enchantées ». Un rictus déplaisant ajouta encore plus de rides au visage flétri de l’ancien à ces pensées.

Le repas se déroula tranquillement et Lapy se contenta de discuter un peu avec la fille qui lui tenait compagnie. Celle-ci semblait apprécier le repas et se montrait plutôt curieuse. Lentement, le « papy » essayait de placer ses pions : tout viendrait à point s’il se montrait patient, se disait-il. Encore un peu de temps… se répétait-il. C’était pour bientôt… Il allait finir par l’avoir…

_______________


[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] 411616mrH
" H " ???


Plus loin dans la taverne, un homme massif était attablé. Il dévorait goulument les différents mets qui trônaient devant lui, sans vraiment prendre le temps de les apprécier. Il était affublé d’amples vêtements qui dissimulaient son corps endurci par les nombreux combats qu’il avait menés. Son visage était partiellement recouvert d’un masque, ce qui le gênait à peine dans son repas. Sur les tables voisines, un intense sentiment de peur régnait, un malaise grandissant. Les quelques clients l’avaient reconnu, lui et son masque. Et surtout, l’insigne qu’il portait autour de son bras. Une sorte de drap blanc noué, entaché de bâtons rouge sombre. Le tout ressemblait à s’y méprendre à un H inscrit avec du sang.

_______________


[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] 218634VieillardChevre
Lapy Iket, vieux dompteur de chèvres


Dès que la porte s’était ouverte, Lapy avait senti que les problèmes comptaient s’inviter à sa table. Après tout, il fallait le reconnaitre : jusqu’à présent, tout s’était déroulé trop facilement. La fille était avec lui, et bientôt, serait sous son emprise. Et son intuition n’allait pas le tromper : une brise légère s’était immiscée dans la pièce, répandant le froid au détriment de ses chaleureux desseins. Le vieillard grimaça.

« Petit frère… Et toi ?! Comment oses-tu troubler nos ébats ! »
« Regarde-toi ! Maintenant je te retrouve au milieu d’un plan à trois ?! »

En effet, trois personnes étaient attablées autour d’un bon repas. La chèvre, hébétée par cette agitation, leva la tête de son saladier rempli de verdure. Elle bégueta d’indignation à l’attention des agitateurs et poursuivit goulument son repas. Le regard du cadet s’attarda alors sur l’animal, installé royalement parmi les deux êtres humains. Ses yeux se plissèrent, comme pour transpercer la bête de course, comme s’il l’analysait. Mais il fut coupé dans sa lente étude par son frère, visiblement indigné par sa présence.

« Laisse-moi profiter de ma vie ! Et va-t’en ! »
« Salaud ! Qu’as-tu fait ?! Où est ma chèvre ?! RENDS L’ARGEEEEENT !!! »
« Il est temps de mettre un terme à nos différends qui trainent depuis trop longtemps ! »
« Allons dehors ! »

La chaise qui soutenait jusqu’alors l’ancien alla s’écraser sur le sol. Le point de non-retour venait d’être franchi. Lapy était furieux contre celui qui partageait son nom : il était en train de tout gâcher ! Il s’était donc levé, décidé à régler ses comptes une bonne fois pour toutes. Ils se dirigèrent donc vers la sortie, encouragés par les cris des autres clients excités à cette idée. En réalité, ces derniers profitaient surtout de l’instant pour s’éloigner de cette présence hostile qui empoisonnait les lieux.


_______________




_________________
[FB] La saison des bandits [PV : Edward Lawrence] 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Edward Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Mar 21 Nov - 16:02
~ Nova ~

~ Une dispute dans les règles de l'art ~


En plus des mets délicieux, le vieillard offrit de nombreuses bières à Nova. N’ayant pas pour tradition, ni pour passion de boire de l’alcool, mais ne voulant pas gâcher l’ambiance, elle en donna la plupart discrètement à la chèvre dès que l’homme ne regardait pas, se disant qu’elle en avait certainement l’habitude, elle.

« Regarde-toi ! Maintenant je te retrouve au milieu d’un plan à trois ?! »
« Hem, je ne suis pas sûre que ... » commença Nova en regardant d'un œil la chèvre, une feuille de salade dépassant de la bouche.

Elle laissa sa phrase tomber dans le vide, remarqua qu’ils ne l’écoutaient visiblement pas du tout. Elle ne savait pas vraiment comment prendre ce commentaire, autant la chèvre était plutôt mignonne, autant le vieillard était un peu trop... vieux. La situation était partie en vrille beaucoup trop rapidement, Nova n’eût même pas le temps de terminer son assiette avant que son ami du quatrième âge ne soit sorti avec son frère pour ce qui s’annonçait être la bagarre la plus amusante de sa vie.

Avant de sortir les rejoindre, elle prit tout de même le temps de finir son assiette, empilant dans sa bouche tout ce qu’elle pouvait puis, remarquant qu’il restait de la place, en fit de même avec l’assiette de Lapy. Alors qu’elle s’apprêtait à sortir, la main sur la poignée de porte, un frisson lui parcourut l’échine, venant de l’autre côté de la pièce, comme si un souffle glacial provenait de l’une des tables. Inquiète par cette sensation qui, comme celles qu’elle avait déjà vécue auparavant, n’était pas de bon augure, elle fronça un sourcil sans forcément regarder de plus près l’origine de cette sensation de peur au ventre. Après tout, tant qu’elle ne s’en approchait pas, elle ne risquait pas de s’attirer des ennuis et puis elle avait une bataille épique à regarder.

Elle ouvrit la porte, les yeux pétillants d’impatience à l’idée de voir deux personnes aussi âgées en plein combat à feu et à sang.
« D’accord, d’accord, mais si je gagne celui-là, tu me laisses terminer ton rencard avec la gamine ! » enquit Léty.
« Hors de question, j’ai dibs* ! »
« C’est elle ou la chèvre !! »
« ALORS CA SERA LA CHEVRE », répondit Lapy, haussant le ton.
« AH ! Tu ne tiens pas à la biquette, je le savais ! »
« BON ! » en vint sèchement Lapy. « Mais si je gagne, tu dois faire le tour du village nu ! »
« Argh ! Marché conclu ! »

Ils sortirent leur main de leurs poches et, à la surprise de tous, s'empoignèrent chacun de menton de leur adversaire. Les doigts emmêlés dans les poils de bouc de l'autre, ils commèrent alors à chanter en chœur "Je te tiens, tu me tiens par la barbichette ..." et, une fois leur chanson terminée, se fixèrent en silence avec un regard sombre et incroyablement sérieux. La déception et le blasement de Nova se lisait clairement sur son visage. Non seulement ils réglaient leur conflit grâce à un jeu que même les enfants trouvaient ringard, mais elle faisait en plus partie des lots pariés, sans oublier le fait qu’elle était « échangée » contre un tour du village nu, ce qui était parfaitement ridicule (quoiqu’amusant). Elle avait désormais un peu de difficultés à comprendre s'il étaient vraiment sérieux où s'ils avaient tout manigancé depuis le début.

Elle remarqua que la foule se dispersait rapidement, assez peu intéressée par les ébats physiques des deux vieux frères. Ils semblaient curieusement vouloir s'éloigner du lieu le plus vite possible. Il apparut à Nova qu’il était peut-être temps pour elle également de prendre la poudre d’escampette à son tour, puisque la situation n’avait pas l’air d’être tournée de façon à bien se terminer ni pour elle, ni pour Speedie.



*Dibs = preum’s
*Quand tu veux pour entrer en scène, surtout ! hahaha


luckyred.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: