Le Deal du moment :
Carte graphique MSI Radeon RX 6700XT Gaming X 12 Go ...
Voir le deal
869.99 €
Le Deal du moment :
Manette Xbox Séries X avec adaptateur sans-fil ...
Voir le deal
52.99 €

Partagez
 

 Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2541

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeLun 4 Jan - 5:06



Bizbiz

Le réveil fut dur pour Bizbiz. La dernière chose dont il se souvenait, c'était Mammon, sa proposition et son aiguille. Depuis, plus rien, le néant. Le jeune homme, du haut de ses treize ans, ne comprenait toujours pas pourquoi il avait été sélectionné. Et à vrai dire il n'en avait que faire. Combien de temps s'était passé ? D'autres personnes étaient réveillées, d'autres criminels apparemment calmes. Ils étaient assis sur des sofas, ou sur la moquette. Lorsqu'il posa ses pieds nus sur la moquette, Bizbiz faillit pleurer. Cette texture, il ne l'avait plus senti depuis si longtemps...

Mais ce qu'il mit du temps à remarquer, ce fut sa liberté de mouvement. Il pouvait bouger les bras et les jambes comme si de rien n'était... Sans menottes, sans contraintes. Un souffle de vie sembla alors émaner de lui et il se mit à sautiller dans la pièce silencieuse. Apparemment, ses camarades n'étaient pas aussi joyeux que lui. Il reconnut rapidement les visages de Slick Meyers, Shima Kengitsu, Silvas Lierbert, tous condamnés à des sommes bien plus importantes que lui. Il y avait dans une autre partie de la salle Harlock Zora, Vivi Vanbert, Tom Erza et Agrou Grou, eux aussi primés. En dehors de ces sept personnes, deux illustres inconnus semblaient émerger de leur sommeil en même temps que lui. Ils étaient donc dix pour cette unité test...

La pièce était plutôt simple à décrire : de la moquette violette, des murs recouverts d'un papier peint beige pâle, des sofas, des tables basses sur lesquelles étaient posées... des corbeilles de fruits principalement, des pichets d'eau et quelques mets bien juteux auxquels les prisonniers n'avaient pas touchés, suspicieux. Bizbiz, lui, n'eut pas cette pudeur. Il engloutit un steak en un instant avant de reposer l'assiette qu'il avait léché goulûment.

    - Si vous ne voulez pas de votre part, je peux la prendre ! Lança-t-il avec un sourire insistant.

Mais à peine eut-il dit cela que la porte en métal qui menait à la salle s'ouvrit. Quiconque aurait tenté de l'ouvrir de l'intérieur aurait échoué de toutes les manières. Souriant, une femme entra dans la pièce, seule. Elle ne prit pas la peine de refermer la porte, confiante de la situation dans laquelle ils se trouvaient.

    - Les heureux gagnants ! Fit-elle en s'approchant du sofa sur lequel était assis Silvas Lierbert.

Celui-ci ne bougea pas d'un poil. Il semblait pourtant vouloir attaquer la femme, son regard ne mentait pas sur ce point-là, mais sa curiosité était trop grande.

    - Vous êtes tous incroyables, vos crimes, vos trahisons...

Elle regarda Harlock Zora et lui sourit.

    - Maintenant que vous avez acceptés notre marché, je vais vous dire comment ça va fonctionner.

Ses mains vinrent attraper un pichet d'eau et un verre à disposition sur la table. Ce fut à ce moment là qu'un des prisonniers se décida à agir. Il s'élança sur la femme, la prit par le cou et la souleva dans les airs. Vivi Vanbert n'avait après tout jamais été très patient. Sans perdre son sourire, l'intervenante regarda le prisonnier dans les yeux. Il resserra sa prise sur la gorge de la demoiselle qui, devant cette démonstration de force, soupira.

    - Un...

Qu'est-ce qu'elle prévoyait de faire ?

    - Deux...

Sa voix résonnait dans la salle, et la porte se ferma.

    - Trois.

Vivi Vanbert s'écroula sur le sol, mort. La femme atterrit sur la table en soupirant. Elle n'aimait pas cette position, ni cette situation. Et maintenant elle aurait un bleu autour du cou pendant des jours. Un peu de maquillage cependant... Secouant sa tête un instant, elle s'assit cette fois-ci sur la table. Le pichet d'eau s'était déversé sur le sol et le verre était encore à terre, mais elle allait pouvoir continuer de parler.

    - Je disais donc, voici comment les choses vont fonctionner. Vous avez dormi pendant à peu près un mois, pour la plupart d'entre vous. On vous a réparé, offert de nouveaux gadgets, et on a fait en sorte que toute sorte de trahison conduise à votre mort.

Elle bailla un coup.

    - Vous aurez le droit cependant à un confort suffisant pour faire en sorte que vous n'ayez pas envie de nous trahir, en échange de quoi vous devrez accomplir les missions que nous vous donnerons. Par ailleurs, une fois la mission terminée, vous disposerez d'une liberté surveillée. Aucun acte criminel et nous vous permettrons de vaquer à vos occupations. Des questions ?
Pour résumer la situation : tu te réveilles dans une salle qui t'est totalement inconnue mais qui est parfaitement confortable. Les parties manquantes de son corps peuvent avoir été transformées en parties cybernétiques. Les personnes autour de toi sont toutes des primés, sauf deux. La personne qui entre t'est strictement inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue38/75Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue127/350Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeLun 4 Jan - 14:57

Suicide Squad


1 : Mort Programmée


Le problème d’un sommeil artificiel est qu’il n’est pas du tout réparateur. Le réveil est généralement accompagné de cette désagréable impression d’avoir perdu un moment de sa vie. L’instant précédent notre détenue était en face à face avec le vice-directeur du pénitencier, qui avait subitement décidé de lui planter une aiguille et un battement de cils plus tard, elle se réveillait dans une toute autre situation. La première chose qu’elle remarqua fut la température normale de la pièce. Pas de chaleur étouffante ni de sol brûlant. Plus de menottes non plus d’ailleurs. Incrédule, elle baissa les yeux vers ses poignets et ses mollets, sur lesquels on devinait encore vaguement les traces de ses anciennes chaines.

Si c’était un rêve, il fallait en profiter aussi longtemps que possible. D2537 eut ainsi beaucoup de mal à abandonner sa place assise dans ce somptueux sofa pour aller explorer la pièce. Elle avait remarqué la présence d’autres individus dans la pièce mais n’y prêta que peu d’attention tant elle tenait à savourer chacun de ses instants. Chacun d’entre eux était seulement vêtu d’une de ces robes de chambres qu’on donnait aux patients d’hôpitaux. Dans son plus simple appareil en dessous de cette dernière, en passant ses mains sur son corps elle remarqua très rapidement que ses blessures avaient totalement cicatrisé. Soudain, alors que son doigts glissait le long de la ligne qui gravée à jamais sur son abdomen, elle fut frappé par cette autre nouvelle réalité qu’elle n’avait pas encore eu le temps de saisir : elle pouvait voir.

—Charmante attention, commenta-t-elle en enfonçant son doigt dans l’oeil artificiel sans en ressentir la moindre douleur.
Mais passé l’excitation des premières minutes, le plaisir de sentir la moquette sous la plante de ses pieds laissa place à la suspicion et doute. Concrètement, il pouvait toujours s’agir d’une sorte de traquenard, d’une machination destinée par exemple à laisser entrevoir à certains détenus un niveau de confort dont ils avaient oublié l’existence pour ensuite pouvoir mieux les torturer. Probablement la raison pour laquelle, en dehors du gamin, aucun des détenus n’avait osé toucher à la nourriture bien qu’ils devaient ardemment le désirer.

L’unique porte métallique s’ouvrit alors, dévoilant une inconnue venu lever les doutes et apporter des explications sur la nouvelle situation. D2537, qui s’était attendu à une surveillance bien plus musclée, se demanda alors – et elle n’était visiblement pas la seule, vu les regards interrogateurs que s’échangèrent la plupart d’entre eux à ce moment là – qu’est-ce qui, concrètement, les empêchaient d’agir en groupe, d’éliminer cette personne, puis de quitter la pièce pour ensuite s’évader ? La réponse ne mit pas beaucoup de temps à leur parvenir. L’un d’entre eux passa à l’acte et en paya le prix fort. Sa voix, qui jusque-là résonnait entremêlée à celle des autres dans un brouhaha incompréhensible, s’était subitement éteinte.

— Il est mort, dit-elle alors, non pas pour informer le groupe d’un fait évident, mais plutôt pour s’en convaincre elle-même.
Et la réalité d’Impel Down venait de les rattraper. Elle contempla ce corps inerte, ainsi que le matricule marqué au fer rouge sur son bras, réalisant brusquement que même sans menottes, ils étaient toujours dans la cage. Je regrette presque le collier explosif, songea-t-elle alors qu’elle réfléchissait déjà activement à la suite des évènements. En dépit de son aspect terrifiant, la nouveauté de cette situation avait quelque chose d’intéressant.

— Officiellement, quel est notre statut ? Je veux dire, de qui recevons nous les directives ? demanda-t-elle, curieuse de savoir comme le Gouvernement Mondial s’était organisé. Et de quel degré de liberté jouissons pour accomplir les missions ? Cette « mort programmée » s’enclenche sur commande ou automatiquement ?
A présent confiante à l’idée de manger ce qui était proposé sur la table, D2537 s’approcha de cette dernière en vitesse, y attrapant tout ce qu’elle put y trouver, sans se soucier de salir sa robe de chambre. Chaque bouchée était un pur bonheur et elle se surprit même à pleurer – seulement de l’œil droit par contre. Étrangement, elle ne sentait pas le moindre mouvement de son œil mécanique depuis son éveil.

_________________
C'est monsieur, hors-rp...
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1419787044-sign-impa-chibi Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1439104760-sign-from-hell-to-paradise
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2541

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeLun 4 Jan - 18:11



Bizbiz, Slick Meyers, Silvas Lierbert

Au moins l'un des prisonniers semblait lui porter de l'attention. C'était le matricule D2537, Harlock Zora, surnommée par les médias la « Traîtresse de Bartigo ». Le CP8 s'en était donné à cœur joie pour les mettre sur le devant de la scène, Dog Erwin et elle. Après tout, qui de plus mal vu par le peuple que deux traîtres à leurs camps, bien qu'ils aient été placés dans deux camps opposés. Souriant à son interlocutrice qui s'était approché de la table pour manger goulûment, elle s'empressa de répondre avec agitation :

    - Vous êtes considérés comme des forçats. Votre bagne, ce sont tous les territoires sur lesquels nous vous enverrons. « Nous », c'est Impel Down et le Cipher Pol. Vous répondrez aux actions conjointes de nos deux agences, ou pour être plus exact du CP5 et de moi-même.

Bizbiz tiqua en entendant qu'on parlait de ce Cipher Pol et s'intéressa tout à coup de plus près à la discussion. Il décida même de prendre la parole impunément :

    - Le vieux Chiba va bien ? Vous savez, c'est de sa faute si je suis ici, j'aimerais bien le revoir.

Son sourire carnassier montrait parfaitement que ce n'était pas pour prendre le thé qu'il voulait le côtoyer, mais le regard noir de la jeune femme le dissuada de poursuivre sur cette voie. Il se tue à nouveau, laissant cette femme reprendre son petit discours.

    - Discrétion et efficacité seront les maîtres mots. Vous disposerez de libertés suffisantes pour accomplir vos missions mais toute action à risque devra être au préalable présentée à vos superviseurs. Bien sûr, le meurtre de civils et de gouvernementaux est parfaitement IN-TER-DIT !

Elle insista bien sur ce dernier mot, comme si les personnes ici étaient des habitués des grands massacres. La plupart d'entre eux ne sembla cependant pas se défaire de leurs expressions inertes.

    - Quant à votre dernière question, vous voulez qu'on essaie pour que vous puissiez à nouveau l'observer ?

Cette fois-ci, plusieurs visages se crispèrent. Puis le rire de la femme, un peu bourru et forcé, brisa l'atmosphère pesante de la salle. Bizbiz lui-même pensa qu'il pouvait l'accompagner dans cet élan de folie. Chaque prisonnier avait à présent l'occasion de se déplacer librement dans la salle, et la plupart ne se privèrent pas pour aller casser la croûte. Slick Meyers en profita même pour prendre des nouvelles de l'extérieur. Alors la femme commença à raconter les événements de Bartigo, insistant sur le rôle décisif de Zora dans cette histoire, comme si elle était devenue le héro de l'histoire et éclipsait parfaitement les membres de la marine qui avaient sacrifié leur vie pour la mort d'Arias D. Knightwalker. En réalité, elle dit même d'une voix élégante que « sans cette femme, rien n'aurait été possible. ». Elle parla aussi des places vacantes chez les Shishibukais : Mozero déchu, Elisabeth aussi.

    - Intéressant, j'aurais aimé être là pour voir ça.

Enfin, lorsque la tension fut presque entièrement retombée dans la salle, la porte s'ouvrit à nouveau. Une demi-douzaine d'hommes habillés en costard-cravate entrèrent, les bras chargés de vêtements à l'attention des prisonniers. Sur les vêtements était posée une clef. Une chambre individuelle de toute évidence.

    - Chacun d'entre vous a ses propres quartiers. Votre numéro de chambre est sur votre clef. Le couloir y mène directement. La salle à manger se situe juste à côté de ce salon. Reposez-vous dans votre chambre jusqu'à ce soir, et rejoignez-moi dans la salle à manger pour qu'on puisse discuter des opérations à venir.

La femme de la situation était particulièrement attentionnée avec les prisonniers. Commençant à sortir de la salle, elle jeta un regard froid à un des hommes qui venaient d'entrer.

    - Débarrassez-moi du cadavre.

Il s'exécuta sans attendre, tandis que les prisonniers s'emparaient de leurs vêtements et se dirigeaient dans leurs locaux. Les pièces étaient plutôt grandes, une vingtaine de mètre carrés. Les lits semblaient confortables et les draps douillets, de même que les oreillers qui étaient bien rembourrés. Chaque chambre possédait un petit salon ainsi qu'une bibliothèque fournie de romans en tout genre, surtout parmi les classiques. Quelques journaux, dont certains datant du jour même, étaient posés sur la table basse à côté de quelques collations et biscuits.

En allant vers leurs chambres, les membres de la Suicide Squad pourraient remarquer quelques installations : une laverie, une cuisine et un terrain d'entraînement, entre autres. Au bout du couloir, une porte en métal et un point de passage surveillé par un simple garde – un grand causeur, appelons-le Jean-Charles – dont le principal rôle était de faire signer un registre d'entrée et de sortie.

Le soir-même, dans la salle à manger, la femme dont le nom était toujours inconnu aux prisonniers – parce qu'aucun ne l'avait alors demandé – attendait patiemment l'arrivée de ses invités. A ses côtés, ligotés par un fouet recouvert de morceaux de granit marin et assis en tailleur sur le parquet, boudait Liebert Silvas.
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue38/75Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue127/350Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeMar 5 Jan - 23:05

Suicide Squad


2 : Cage Dorée


Le meurtre de civil et de gouvernementaux était interdit. Sauf qu’il n’a même pas eu le temps de la tuer , pensa-t-elle en observant les marques de strangulations encore visibles sur son cou. L’intention peut-être ? Si ce n’était que ça, d’autres dans la pièce seraient déjà morts, rectifia-t-elle en se tournant vers ses futurs collègues. Ils avaient eu un mois, autrement dit, n’importe quelle méthode imaginable était possible. Si D2537 y réfléchissait ardemment – et elle ne devait probablement pas être la seule – c’était parce que cette « laisse » invisible qui les maintenaient encore au Cipher Pol 5 et a Impel Down était l’ultime rempart les séparant de la liberté. Etaient-ils d’ailleurs encore dans le pénitencier sous-marin ou non ? Difficile d’imaginer qu’une telle pièce puisse y exister, d’autant plus que l’existence même du groupe d’ex-criminels semblait secrète Pourquoi parlerait-elle de discrétion, sinon ? Bref, Enies Lobby semblait plus indiqué comme QG.

Le temps de questions arrivait à son terme et le plus naturellement du monde, chacun se mit à manger et discuter comme s’il s’agissait d’un apéro classique. Elle n’était pas d’humeur à bavarder mais se dirigea pourtant machinalement vers la table de victuaille, bien trop attirée par la nourriture que pour jouer les solitaires ténébreuses adossé au mur dans un coin de la pièce. C’est ainsi qu’elle intercepta des bribes de la conversation entre leur hôte et l’un des prisonniers. Deux Shichibukai en moins, je commence à comprendre la gravité de la situation. Ce qu’on pouvait dire à propos d’elle ne l’intéressait pas outre mesure, elle avait déjà entendu l’histoire. C’était par contre le moment idéal pour tenter d’en apprendre d’avantage sur les autres. 2537 s’approcha donc de l’un d’entre eux lorsque soudain la pièce fut envahie d’agents en noir.

L’idée d’abandonner la traditionnelle tenue noir rayée blanche – ou blanche rayée noire, on ne saura jamais – fit sourire la centenaire qui n’aurait jamais pu s’imaginer aussi heureuse à la simple vue de vêtements. Lorsque, quelques minutes plus tard, elle enfonça sa clé dans la serrure de sa chambre attitrée, elle oublia temporairement tous les mauvais aspects de sa situation actuelle. Cette chambre était…

— Un lit ! hurla-t-elle brusquement en courant pour prendre de l’élan.
Elle bondit puis atterrit tête la première dans les draps immaculés. Ils étaient doux, propres et frais. Tout le contraire du sol crasseux, rigide et brûlant du quatrième niveau. A ce moment précis, ce lit était la meilleure chose qui puisse exister au monde. Elle se voyait bien y rester des journées entières, à ne rien faire, à dormir, à se prélasser… Elle s’emmitoufla dans les couvertures, roulant d’une extrémité à l’autre en câlinant aussi fort que possible les différents oreillers à sa disposition. Une Zora de six ans se mit alors à sauter sur le matelas avec l’idée de rebondir le plus haut possible pour tenter d’attraper le jeu de lumières suspendu au plafond. Tout allait très bien jusqu’à ce que la petite fille remarque les tâches rouges sur les couvertures…

— Mon œil… ça fait mal ! grogna-t-elle de sa voix juvénile en se précipitant vers la salle de bain.
L’adolescente ausculta son visage dans le miroir pour y découvrir avec horreur que du sang avait coulé de son orbite gauche, à présent occupé par un œil artificiel. Il n’est pas organique, et donc pas soumis à son pouvoir, en conclut-elle. Les yeux ne grandissaient plus au-delà de dix-douze ans ; elle n’aurait pas de problème tant qu’elle restait au-dessus de cette tranche d’âge. Toutefois, cet épisode sanglant calma son excitation. Elle prit une douche silencieuse et enfila sa nouvelle tenue avant de retourner s’asseoir dans son salon.

Ce n’est qu’alors que la trentenaire remarqua la série de journaux mis à sa disposition. Ils étaient tous datés des mois courants (qu’elle avait passés derrière les barreaux ou dans le coma). Ainsi, elle entama la lecture, histoire d’être à jour pour le rendez-vous du soir ; même si n’avoir que les versions « officielles » des faits n’était pas la meilleure manière de s’informer. Le temps passa plus vite que prévu et il fut déjà l’heure d’y aller. D2537 laissa sa chambre en avance, histoire d’aller faire du repérage. A l’instar de la salle dans laquelle ils s’étaient réveillés, l’architecture des couloirs ne ressemblait en rien à ce qu’elle avait connu d’Impel Down. D’un autre côté, elle n’avait pas encore vu la moindre fenêtre, ce qui aurait pu confirmer ou infirmer son intuition.

— Tiens, fit-elle soudain en reculant de quelques pas.
Sur sa droite : un couloir. Au bout de ce couloir : une porte, bien moins « cosy » et bien plus résistante en apparence que les autres. Donc, probablement la sortie. Devant cette porte : un garde, bien évidemment. Derrière cette porte ? Rien que d’y penser, elle en eut des frissons… L’extérieur était là, à quelques mètres seulement.

[…]

D2537 entra dans la salle à manger sans réellement savoir à quoi s’attendre. Tous avaient troqué leur robe de patient contre des vêtements plus traditionnels, adaptés au style de chacun. L’un d’entre eux avait visiblement fait des bêtises et était retenu par leur mystérieuse hôte.

— Si nous sommes amenés à travailler ensemble dans l’avenir, on devrait peut-être chacun se présenter, déclara-t-elle en soutenant le regard de celle qui les avait accueillis. Je suis…
Et elle s’arrêta, hésitante. Elle n’était plus commandante révolutionnaire, ce rôle-là s’était achevé le jour où ils l’avaient attaché à cette table de torture. Qui était-elle alors, fallait-il reprendre son titre précédent ? Elle n’était plus exploratrice de Luvneel non plus, ce rôle avait pris fin le jour où elle s’était échappée de prison, pour rejoindre les rebelles. Elle n’était ni mère de, ni femme de, ni alliée de qui que ce soit. Que restait-il ? Qui l’attendrait dehors ? Tant de questions auxquelles elle n’avait jamais vraiment pris le temps de penser. Plutôt que de persister dans cette voie, elle tenta un subtil changement de sujet.

— … curieuse d’en apprendre d’avantage sur chacun d’entre vous, mais avant, vous devriez annoncer clairement ce que vous attendez de nous, déclara-t-elle, non sans cacher une certaine impatience.

Ouch, je reprends mes mauvaises habitudes... Mais le contexte est trop inspirant, j'aurais pu écrire encore plus !

_________________
C'est monsieur, hors-rp...
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1419787044-sign-impa-chibi Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1439104760-sign-from-hell-to-paradise
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2541

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeMer 6 Jan - 18:03


Tout le monde était arrivé. L'hôte regarda les différents participants alors que différents serveurs, ainsi que le chef des cuisines, entrait dans la salle et y déposa quelques plats. Si quelqu'un avait eu un peu de culture et portait un intérêt ces deux dernières années aux concours de cuisine, il aurait alors pu remarquer que le chef qui cuisinait ce soir n'était autre que Malcolm Cordonbleu. Avec sa chaîne de restaurants comportant plus d'un milliers de couverts et les listes d'attente interminable pour obtenir une place chez un de ses apprentis, il était sans conteste l'une des célébrités les plus en vogues de son domaine. Il avait même été deux fois en final de la Gourmet Cup de Pucci.

Pourtant, la plupart des prisonniers se contenta de regarder avec envie les plats qu'on posait devant eux. Certains n'attendirent pas que tout le monde soit servi pour commencer à engouffrer la nourriture dans leur bouche. C'était chaud, mais pas brûlant. La cuisson était parfaite, les arômes transformaient la pièce et le bruit des fourchettes et des couteaux qui rencontraient l'assiette apportaient un minimum de civilité.

Un œnologue qui faisait parti de l'équipe du chef Cordonbleu entra quelques secondes plus tard avec un chariot sur lequel des bouteilles de vin, des bières brassées avec attention et du champagne à ne plus pouvoir en boire trônaient, telles les promesses de lendemains douloureux. L'hôte abordait alors un sublime sourire. Malgré son jolie minois, quelque chose pouvait déranger en la regardant de près. Elle avait la peau étrangement pâle. Pas celle que l'on retrouve chez les vampires, peut-être un peu plus proche de celle des albinos mais avec un teint mieux traité.

    - Profitez de cette entrée, je vais répondre à votre question après, Zora.


Mina Mina


Elle employa familièrement le prénom de l'ancienne commandante de la Révolution, avant de se lever pour aller détacher l'homme à terre qui ronchonna. Lui aussi avait l'air faible, mais il se revigora bien vite en goûtant à une fabuleuse salade de chèvres chaud, laissant la salade de côté. Alors que le repas allait de bon train, la personne assise à la droite de D-2537 la fixa avec intensité avant de mettre sa main dans son assiette, dans l'intention de piquer la nourriture de sa camarade.

    - Soyez civilisée, Mina.

Celle-ci releva la tête en entendant son prénom et rapporta sa main vers elle. Soupirant, la femme claqua des doigts et un homme entra dans la salle, une boite en carton avec un ruban bien ficelé dessus dans les mains. Mina, qui jusqu'alors avait abordé un air mélancolique et absent, s'empara de la boite et déchira le ruban. A l'intérieur, deux marionnettes dormaient paisiblement. Alors la jeune femme s'empara de ses poupées, les enfila aux mains et sauta de joie dans toute la pièce. Son regard rempli de gratitude se dirigea vers l'hôte des lieux qu'elle enlaça doucement... avant de l'embrasser fougueusement sur la bouche.

Si certains furent surpris et choqués, ce fut surtout la femme aux commandes qui eut du mal à s'en remettre. Mina reprit naturellement sa place à table avant de commencer à marmonner à ses marionnettes. Rouge comme une tomate, l'hôtesse se caressa les lèvres, le regard perdu. Puis elle reprit son sourire et sa contenance sans interlude.

    - Vous posiez une question tout à l'heure, Zora. Je vais y répondre à présent, en attendant le plat principal. Nous allons vous envoyer dans des missions à risque et parfois dans des milieux illégaux, dans lesquelles nous ne pouvons pas envoyer d'agents. Vous avez tous de l'expérience dans certains domaines, une expérience qui nous intéresse fortement.

Elle but une gorgée de vin blanc avant de toussoter.

    - Pour ce faire, et pour protéger vos identités, vous êtes tous considérés comme morts aux yeux du monde actuel. Zora ici présente se chargera de modifier votre âge quand nous en aurons besoin pour cacher votre identité.

Elle sourit, désignant d'un élégant geste de la main la vieille femme. Ce n'était clairement pas une demande, mais une menace aurait été mal placée ici. Elle savait qu'elle parlait à une personne qui avait rencontré des situations beaucoup plus subtiles que celle-ci. Bizbiz, à la gauche de l'ancienne commandante, lui demanda subtilement de le faire grandir jusqu'à ses vingt-cinq ans quand elle le pourrait, « parce que c'est cool ». Les autres attribuèrent peu d'importance à l'information, même si certains s'imaginaient déjà vieillir jusqu'à en dépérir.

    - Votre première mission a déjà été choisie. Mais elle ne se déroulera pas avant plusieurs semaines, ce qui vous laisse le temps de vous reposer. Vous pourrez aussi participer aux expéditions de certaines équipes en attendant.

En attendant le plat principal, l'hôte se remit de ses émotions en s'éventant légèrement.
Plusieurs informations :
- Les entrées ne sont identiques. Si tu demandes une entrée en particulier à un serveur, il te la rapportera.
- Le chef apparaît dans les journaux que Zora a feuilleté si tu veux avoir des informations dessus.
- Après ce rp, tu pourras utiliser le prétexte des missions pour vaquer un peu partout sur Grand Line et les Blues, en dehors des îles révolutionnaires, de Graou Island et du Royaume d'Alabasta (Je crois que je n'en oublie pas). Des informations supplémentaires te seront données sur les modalités de ces sorties plus tard dans le rp.
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue38/75Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue127/350Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeDim 31 Jan - 2:42

Suicide Squad


3 : l'hôtesse



— Vous auriez du velouté ? Non, non, servez-moi plutôt des fruits de mers ! Pleins de fruits de mers ! Dans un grand plat !
Elle reconnut l’homme qui se tenait en retrait du premier coup d’œil et eut beaucoup de mal à réaliser qu’il s’agissait bel et bien de l’illustre chef Cordonbleu. C’était difficile à croire, mais ce chef de renom était à l’origine de ce qu’ils mangeraient ce soir – ça changeait des rations moisies dont devaient en général se contenter les révolutionnaires en mission à l’autre bout du monde, planqués dans un trou à rat, à l’abri des patrouilles gouvernementales. J’ai du mal à le reconnaitre, mais cette situation m’est de plus en plus agréable, pensa-t-elle en trempant ses lèvres dans le vin qu’on venait de lui servir. Elle n’avait jamais été portée sur l’alcool, mais considéra sérieusement l’idée d’enchainer les verres ; peut-être effacerait-elle alors de sa mémoire ces derniers mois de sa vie.

Cependant, son agitée de voisine en décida autrement. Profitant d’un moment d’inattention, la jeune fille tenta de subtiliser le contenue de l’assiette de notre centenaire. D’un geste vif du bras droit, D2537 interrompit l’action de la voleuse. A cet instant précis, la seule chose qui occupait son esprit était : manger. Là-bas en enfer, la nourriture était un bien précieux autour duquel se mettait en place la hiérarchie au sein d’une cellule. Pour pouvoir manger, il fallait se faire respecter des autres codétenus, ils ne devaient pas vous voir comme une proie facile, sinon ils vous attaquaient et prenaient votre part, systématiquement. Certes, les barreaux métalliques avaient cédés leur place à des murs tapissés de papier peint, mais cette réalité, la seule qui prévaut désormais, était toujours d’application.

D2537 n’eut toutefois pas l’opportunité de passer à l’acte. Mina fut très rapidement rappelée à l’ordre par leur hôte, suite à quoi elles … échangèrent un baiser ? Hum, rapide, se dit-elle en souriant, amusée par la gêne occasionnée chez leur nouvelle supérieure.

— Donc, on peut vous embrasser sans en mourir, je retiens.
C’était important. Toute information était bonne à prendre. D2537 s’assurait de graver dans sa mémoire chaque nouvel élément susceptible de lui servir dans l’avenir. Elle écouta donc avec attention ce qui suivit et découvrit ainsi la place qu’elle occuperait au sein de l’équipe. Je vois, les autres doivent avoir des aptitudes intéressantes. Dotée de cette nouvelle information, elle dévisagea chaque ex-détenu de la pièce. Tous étaient donc, à leur manière, exceptionnels, épithète qui pouvait qualifier au moins une autre personne. Pour certains, ça ne faisait aucun doutes, pour d’autres par contre – comme Mina ou le gamin à sa gauche – c’était plus difficile à croire.

— Vous devez être un sacré élément pour qu’on vous confie la responsabilité d’une telle équipe, non ? Lança-t-elle non pas pour flatter son interlocutrice gratuitement, mais plutôt dans l’unique but d’en apprendre d’avantage sur elle. Comment ça se passe si j’ai par exemple envie de me rendre sur l’archipel Boyn ?

_________________
C'est monsieur, hors-rp...
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1419787044-sign-impa-chibi Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1439104760-sign-from-hell-to-paradise
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2541

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeDim 14 Fév - 21:39


A la remarque de Harlock Zora, la femme au pouvoir redoubla de gêne et s'écarta très légèrement de sa chaise, avant de reprendre une position plus digne. Elle dut s'y reprendre plusieurs fois avant d'arriver au résultat qu'elle cherchait, mais ce ne fut pas en vain car enfin elle fut complimentée par Slick Meyers. Le vieil homme cherchait sûrement à entrer dans les bonnes grâces de cette hôtesse dont personne n'avait jusqu'alors entendu le nom ou l'histoire. Et lorsque l'ancienne prisonnière D-2537 prit la parole, ce fut encore pour s'intéresser à elle. Un sourire sur les lèvres, elle s'apprêta à répondre mais fut interrompue par l'arrivée du plat principal, encore une fois modelable au goût de chacun. Elle avait décidé de faire dans le raffiné : des œufs de triton sur un lit de légumes dont la rareté était certainement aussi impressionnante que le prix.

    - Milady, un appel.

Un homme d'une vingtaine d'année habillé en serveur s'approchait de la femme avec une rare élégance. Il lorgna sur Zora avant de lui faire un clin d’œil aguicheur.

    - Je le prendrai plus tard, veuillez ne pas me déranger pendant que je mange.
    - Ils demandent à vous parler d'urgence...
    - Qui « Ils » ?!

L'irritation était visible dans sa voix. Le vingtenaire déglutit avant de murmurer quelque chose dans l'oreille de la femme qui blêmit et se leva, laissant dans la salle un silence de plomb, bientôt brisé par le bruit des fourchettes et des couteaux qui arrachaient les mets de leurs assiettes. Aucun événement n'aurait pu perturbé la dégustation de l’œuvre gastronomique inespérée.

En revenant dans la pièce quelques instants plus tard, la jeune femme s'était calmée. Elle se touchait la peau avec un teint vermeil. Ce ne furent pas les trois verres d'alcool enchaînés par la suite qui vinrent l'aider à se pâlir. Elle expira alors et entama sa réponse à Harlock Zora :

    - Je m'appelle Veira de Titania. Je suis, ou j'étais selon certains, une des Dragons Célestes.



Veira de Titania

L'arrogance perçait dans sa voix. Le prestige d'un tel titre n'était pas donné à n'importe qui, et souvent beaucoup rêvaient d'atteindre cette place, pourtant follement inaccessible. Les dragons célestes étaient les rois et reines, ainsi que les descendants de ceux, des royaumes qui avaient fondés le Gouvernement Mondial. Le seul et unique cas où une personne était devenue 'Dragon Céleste' était lors de mariages. Uniquement avec des nobles sélectionnés sur le volet. Il ne fallait pas créer des impuretés après tout. Et c'était aussi, en partie, ce qui expliquait pourquoi les mariages entre cousins et cousines étaient si fréquent sur la Terre Sainte. Veira ne remarquait pas l'hostilité qui était née chez ses « invités ». Elle souriait comme une folle.

    - Mon statut est mis en suspens, finit-elle par dire en regardant autour d'elle. J'avais un projet... Le projet de voir les personnes ayant accomplis des exploits sans précédents se réunir autour d'une seule et même table... Je voulais vous voir, vous, les monstres des histoires qu'on nous racontait...

Les voir, et les manipuler. Elle reprit son souffle, écarquillant les yeux, avant de dire sur un ton plus sérieux :

    - Quand le sous-directeur d'Impel Down a posé son projet, j'ai décidé de tenter l'aventure.

Ce mot dans la bouche d'un Dragon Céleste semblait inadapté. Le confort d'une vie de luxe ou l'aventure ? Cette femme était sérieusement dérangée, pensait Slick Meyers en affichant un sourire crispé. Revenant à la seconde question de Harlock Zora, Veira dit d'un ton neutre, et alors que le dîner se poursuivait :

    - Vous n'avez qu'à m'en demander l'autorisation, et je vous signerai une décharge. La prison a une navette qui part pour Enies Lobby tous les jours, de là vous pouvez emprunter un bateau ou le train des mers. Vous serez surveillé H24, même si vous avez l'impression que vous ne l'êtes pas, alors pas de bêtise. Un Den Den Mushi blanc modifié vous sera donné pour communiquer avec le quartier en sortant d'ici. Ces bêtes ne retransmettent la conversation qu'à un seul escargophone en plus de celui appelé. Si vous recevez une mission, elle est prioritaire sur tout le reste. Ais-je répondu à votre question ?

Elle souriait toujours, et encore. Bizbiz déglutit. Il commençait à se sentir mal.
Le dîner se poursuit après cela.
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue38/75Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue127/350Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeLun 4 Avr - 1:13

Suicide Squad


4 : Je bosse pour un Dragon Céleste



Le mot déclencha chez les convives un brusque changement d’attitude, tant et si bien que la pièce passa d’une ambiance festive à un silence pesant. D2537 resserra instinctivement sa prise sur sa fourchette, consciente de ce que ce titre signifiait. Veira de Titania incarnait de tout ce qu’elle avait ardemment combattu durant les quatre-vingt dernières années de sa vie. Voilà qu’elle s’apprêtait à présent à obéir directement aux ordres de la Noblesse Mondiale. Elle se visualisait au début du siècle précédent, à courber l’échine devant le souverain de Luvneel de l’époque.

— Statut en suspend ou non, n’espérez pas que je me prosterne devant vous.
Elle n’avait pas voulu le dire à voix haute, mais c’était sorti sans qu’elle ne puisse le contrôler. Papa et maman n’ont pas aimé voir leur progéniture se mêler à la plèbe, pensa-t-elle alors en se détendant progressivement. Alors elle se tut et laissa la responsable raconter son histoire. Il était question de projet personnel, d’Impel Down, de fascination sordide et peut-être même d’ambition dissimulée. La situation de Veira semblait précaire, information qui pourrait s’avérer utile par la suite.

Mais très vite, la discussion revint sur un sujet moins croustillant. A l’instar d’un adolescent dans la fleur de l’âge, voilà qu’on les briefait sur les règles de sorties. On trouvera bien un moyen de faire le mur, se dit-elle en regardant le jeune blond assis à la table. Pour lui, recevoir ce genre de consigne ne devait pas être trop dépaysant ; il devait avoir douze ou treize ans, tout au plus.

— J’ai une dernière question, oui, déclara-t-elle soudain en se levant avec une attitude de défi, vous êtes notre supérieure. Nous obéissons aux directives d’Impel Down et du CP5, mais qu’en est-il de la hiérarchie interne ?
A ces mots, elle scruta du regard les autres membres présumés de la Suicide Squad, histoire de voir si l’un d’entre eux aurait l’audace de se dresser contre elle.

— Il faudra bien que quelqu’un dirige l’équipe une fois celle-ci lachée sur le terrain et je doute qu’un autre détenu soit mieux prédisposé que moi pour ce rôle.
S’ils avaient réellement le droit de partir en mission où bon leur semblait du moment que cela bénéficiait à leur institutions supérieure, alors il était hors de question de laisser sa vie dépendre d’un incompétent. D2537 comptait prendre les choses en main et ici où à Baltigo c’était pareil : pour s’attirer les bonnes grâces de ses supérieurs, il fallait d’abord être un bon soldat. Si s’acheter une crédibilité devait passer par la traque de pirates et la destruction de bases révolutionnaires, elle le ferait sans hésiter. Le plus important dans l’immédiat était de survivre.


_________________
C'est monsieur, hors-rp...
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1419787044-sign-impa-chibi Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1439104760-sign-from-hell-to-paradise
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2541

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue0/0Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeMer 6 Avr - 18:52



Veira de Titania

Lorsque la Harlock se mit à parler, le sourire de Veira devint subitement condescendant. C'était un défi ? Une demande ? Avait-elle besoin qu'on lui rappelle à quelle place elle se trouvait dans cette hiérarchie chaotique qu'était celle de cette prison ? Se levant brusquement, elle laissa la vieille révolutionnaire terminer son questionnement. Elle la laissa épuiser chacune de ses questions, chacun de ses mots. Puis, doucement, elle sortit une baguette de sa ceinture. Bois ancien, avec une base blanchâtre qui laissait penser qu'un système y avait été incrusté. Les « monstres de ses histoires d'enfance » étaient en face d'elle et elle n'aurait pas le plaisir de leur faire payer toutes ces nuits de sommeil perdu ? Brièvement, elle approcha une main douce de celle de la prisonnière.

Alors que dans sa paume se trouvait un léger pic en granit marin, elle enfonça ce dernier dans la peau de la vieille dame, incitant d'un regard les plus noires de ses pensées. Si l'ancien marine n'avait pas ressenti la peur depuis son réveil, elle aurait l'occasion de la sentir à nouveau. Dans la pièce, personne ne bougeait. La solidarité n'existait pas dans ce groupe disparate. Personne n'aurait l'orgueil de se dresser contre cette femme de sang royal, alors que les escarméras étaient braqués sur eux et que leur vie, comme ils l'avaient vu plus tôt, ne tenait qu'à un fil... ou à un mot.

    - Prosterne-toi... Maintenant.

La façon malveillante dont la Titania avait articulé ses paroles se voulait à la fois terrifiante et impitoyable. Elle la regardait avec cette même haine que pouvait se voir adresser un animal au bord de l'agonie, alors que sa condition mortelle simulait celle des humains. Prenant sa baguette, elle l'enfonça sur le front de Zora et tapota une fois. Une décharge électrique sortit alors, douce et inhumaine. Quelques dizaines de milliampères furent transférés à ce moment là dans le corps de la vieille femme. Contraction musculaire anormale... C'était le résultat qui devait en ressortir.

Après avoir obtenu ce qu'elle voulait, soit l'évanouissement de cette femme, soit son abdication, Veira retourna s'asseoir et continua à manger dans le silence le plus total. Personne n'osait plus toucher son assiette, à l'exception peut-être de Mina dont l'admiration envers cette femme n'avait pas vacillé d'un pouce, trop effacée dans son monde pour noter ce type d'événements.

    - Vous n'obéirez pas à la hiérarchie interne, sauf exception des grandes instances, Amiraux, Sous-directeurs et compagnie lança la femme, dévoilant leur statut en réalité équivalent à celui d'un Vice-Amiral dans l'état des faits. Vos missions ne sont pas celles des autres, et sauf ordre contraire, vous n'aurez pas à côtoyer les autres organisations.

Elle continua son repas un instant, but un verre de vin rouge, sûrement un des meilleurs crus qu'Impel Down ait accueilli, et sourit en répondant enfin à la dernière question de la révolutionnaire.

    - Tu veux le commandement ? Soit. Mais à la moindre erreur, c'est toi qui endossera les frasques de tous les autres. Tu es garante de leur utilité et accessoirement de leur survie.

Veira lança cela sur un ton désinvolte. Le repas touchait à sa fin, et les serveurs allaient commencer à débarrasser les assiettes. Priant les anciens détenus de rejoindre leurs chambres dans le calme, l'ancienne Dragon Céleste garda jusqu'à la fin son regard condescendant.

Ce post peut signifier la conclusion de ce rp si tu n'as rien à ajouter à part ta réponse. Comme dit durant le rp, tu peux partir pour l'Archipel de Boyn, si tu le sens. Une mission te sera envoyée au besoin, et si tu considères que ton déplacement amène à celui d'un autre membre de la Suicide Squad on verra en conséquence. Le bout de GM te serra retiré par un gars quelconque, dont tu ne pourras rien tirer si tu veux l'incarner.
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue38/75Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Left_bar_bleue127/350Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitimeMer 6 Avr - 22:57

Suicide Squad


5 : Les présentations sont faites…


Le décor avait beau avoir changé, une prison restait une prison, avec le lot de particularité que comprenait cette réalité. Survivre en prison par exemple dépendait d’avantage de la volonté et des relations sociales que de la force. Tout était une question d’image, comme D2537 l’avait rapidement appris à son arrivée. Ce ne fut qu’au prix d’un meurtre et d’une part de sa ration offerte à un protecteur qu’elle avait pu, après plusieurs semaines de séjour, manger sans crainte de se faire attaquer dans le dos. De la même manière, se lever au cours de ce repas et proclamer sa supériorité envoyait un message spécifique aux autres ex-détenus : dorénavant je prends les commandes et si l’un d’entre vous à un problème avec ça, qu’il vienne me le dire en face.

Dans un premier temps, son hold-up se déroula sans accroc et personne ne se leva pour confronter son expérience de vie à la sienne. Bien, s’était-elle alors dit avant que la chaise de Veira ne se mette soudain à glisser sur le sol. D2537 vit ainsi la main de la noble se poser sur la sienne qui fit soudain parcourue d’une douleur lancinante très vite accompagnée d’un engourdissement qui n’avait rien de naturel. Du poison ? La détenue vacilla et, incapable de soutenir son propre poids à l’aide de ses bras, manqua de se laissa tomber sur la tête, essoufflée sans raison apparente. Le visage orienté vers la droite de la table, elle leva les yeux vers le visage de sa tortionnaire qui la menaçait désormais de son bâton.

— …
Même en position de faiblesse évidente, elle ne lui donnerait pas cette satisfaction. D2537 s’efforça de soutenir le regard de Veira aussi longtemps qu’elle put avant que la puissante décharge ne lui fasse automatiquement fermer les yeux. Son corps convulsa un court instant avant de retomber inerte sur la table, le tout sans que personne dans la pièce ne fasse le moindre geste à leur égard. A titre dissuasif, l’ex Dragon Céleste la laissa plantée là jusqu’à ce que le repas se termine, moment auquel l’un des hommes affectés au service ôta le pieux en granit marin enfoncé dans sa main, comme on débarrasserait une assiette.

Quelques secondes plus tard, lorsqu’elle referma la porte de sa chambre, Zora regarda sa main et ne put s’empêcher de sourire. Qu’il s’agisse du trou béant au dos de sa paume ou même d’un choc électrique, dorénavant aucune blessure n’effleurerait la notion de douleur telle qu’elle l’avait expérimentée ici-bas, en enfer.

Et voilà, merci bien, chez animateur !

_________________
C'est monsieur, hors-rp...
Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1419787044-sign-impa-chibi Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] 1439104760-sign-from-hell-to-paradise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Empty
MessageSujet: Re: Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]   Suicide Squad [Pv : Harlock Zora] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Suicide Squad [Pv : Harlock Zora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Red Line :: Calm Belt :: Impel Down-