-29%
Le deal à ne pas rater :
Les Apple Airpods 2 avec boîtier de recharge en soldes sur Cdiscount
127 € 179 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Retour sur les Blues [solo]
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
Kabayochi.M.Kiru
Messages : 2841
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
43/75Retour sur les Blues [solo] Empty_bar_bleue  (43/75)
Expériences:
297/500Retour sur les Blues [solo] Empty_bar_bleue  (297/500)
Berrys: 341.428.650 B
Ven 14 Juin - 18:12

Retour sur les Blues

 
            Kiru parlait peu depuis qu’ils avaient quittés Ukkari. Il avait été directement à l’essentiel ne prenant même pas le soin d’annoncer son départ à la commandante Zora il avait pris possession du navire marine qui lui avait été préparé et avait ordonné de faire cap vers les Blues. Il ne voulait plus perdre un temps inutile et surtout ne pas rester là, sur cette mer qu’il ne pouvait plus supporter pour l’instant. A vrai dire il semblait vouloir complétement rayer ce passage de sa vie puisqu’il n’avait même pas cherché à retrouver ses anciens compagnons d’équipage. Son équipage n’était pas dissous mais Le Golem souhaitait tout reprendre à zéro, il était désormais le seul membre des Dorei No Hofuku. Il devait faire son deuil mais il souhaitait avoir le soutien des personnes à qui il tenait pour passer cette épreuve. Ces personnes qu’il avait quitté depuis trop longtemps déjà, plus d’un an avait passé et leur absence commençait à se faire vraiment ressentir dans ce moment difficile. Ils traversaient actuellement Calm Belt sans soucis grâce au mécanisme du navire marine et tandis qu’ils se rapprochaient de West Blue la nostalgie gagnait Le Golem et les souvenirs remontaient en lui. Il regardait la mer d’huile qui les entourait, comment pouvait-on imaginer tous les monstres marins qu’elle renfermait en la voyant ainsi? C’est sous ce calme apaisant que filait le navire et que Kiru commença à chantonner d’une voix nostalgique les poèmes que lui avait écrit Caril lorsqu’ils étaient ensemble :
 
            Elle monte puis elle redescend
            En un mouvement perpétuel
            Demeurant à jamais ininterrompu
            Ne laissant passer que le chahut
            Des vagues si belles
            Emportées par la marée et son chant.
 
            Il repensa au moment où elle lui avait conté ces quelque vers alors qu’ils étaient allongés sur le sable face à la mer, elle avait toujours rêvée de partir mais était effrayée à l’idée des dangers qui peuplaient le monde hors de Las Camp. C’était le seul moyen qu’elle avait donc trouvé pour s’échapper, la poésie, les vers. Et elle était douée, elle l’avait toujours ému avec ces poèmes qu’il adorait écouter, bercé par sa voix mélodieuse. Cela faisait partie des choses qui lui manquait et qu’il avait hâte de retrouver. Il était certain que de nombreux autres chefs d’œuvres l’attendraient à son retour et n’attendait que ce prétexte pour passer des heures à l’écouter parler. En attendant d’autres poèmes lui revenaient et avec eux la voix mélodieuse de celle qui lui avait conté :
 
            J’ai rencontré un Homme de Pierre
            Dont le cœur d’enfant
            M’a rappelé que naguère
            Vivait un Géant
            Mal-aimé des Hommes
            Repoussés des gens
            Qui trouvait une pomme
            Et en la mangeant
            Etait devenu si fort
            Que tout le monde le craignait
            Et pire que ça encore
            Que la foule le fuyait
            Le Géant solitaire
            Devint incontrôlable
            Laissant courir sa colère
            Il punit les coupables
            Du mal-être qui le hantait
            En son for intérieur
            Chaque personne qu’il croisait
            Devenait son malheur
            Mais un jour une petite fille
            Telle une ingénue
            Trouva sa seule famille
            En cet individu
            Aussitôt toute haine
            Du Géant disparue
            Etait-il possible qu’on l’aime
            Qu’on accepte ce qu’il fut
            Personne ne comprenait
            Ce qu’il lui avait pris
            Mais peu à peu rassurés
            Ils devinrent tous amis.
 
            Tandis qu’il finissait ce poème les larmes commencèrent à couler. Il se laissait aller à pleurer son ami disparu bien que toute les larmes de son corps n’eurent pas suffit cette action sembla le soulager d’un poids important. Il fixa une nouvelle fois l’horizon, murmurant tout bas "Je rentre à la maison!"


_________________
Retour sur les Blues [solo] 1386332635-sign-kiru2
Kabayochi.M.Kiru
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: