Le deal à ne pas rater :
12 + 6 gratuites = 18 bouteilles – Vin rosé de Languedoc-Roussillon
59.99 €
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Quête] Le Léviathan [Clos]
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
38/75[Quête] Le Léviathan [Clos] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
127/350[Quête] Le Léviathan [Clos] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B
Sam 1 Oct - 21:22
[Quête] Le Léviathan

Episode 1 : Kalas, la ville portuaire



Illusia avait été le théâtre d’un évènement majeur, pour la première fois depuis près d’un siècle, Harlock Zora s’était fait remarquer en plein méfait lors d’un épique combat dans le port désaffecté de la ville au terme duquel elle terrassa deux agents du gouvernement. Elle s’était tant bien que mal efforcée à ne pas attirer l’attention, comme pour chacune de ses missions, mais son combat avait débuté devant une foule de témoins, en plein milieu du marché… On connaissait son nom, on connaissait son visage… Finit les voyages par transports commun, incognito, partout dans le monde, elle devait être vigilante maintenant. Manque de chance ce jour-là, on peut le dire, car parmi les différents témoins du marché se trouvait un illustrateur de livre pour enfants. Lorsque la marine débarqua sur l’île et l’interrogea, il révéla avoir vu une jeune demoiselle avec un sabre ayant eu une violente altercation avec deux hommes vêtus de noir, avant de la voir courir vers l’ancien port. Par le plus grand des hasards, il avait vu cette fille assez longtemps que pour établir lui-même un portrait-robot, le résultat était malheureusement plutôt bon, logique, ce n’était pas compliqué d’être plus doué en dessin que n’importe lequel de ces soldats du gouvernement.

Ainsi, afin de fuir cette île sans prendre le risque de se faire repérer, Zora prit l’apparence d’une enfant de six ans et traversa la ville avant de monter clandestinement à bord d’un navire marchand. Cachée dans la soute, elle parvenait à peine à entendre les discussions, mais elle réussit tout de même à connaître la destination du navire : Kalas, une petite ville portuaire située près de Calm Belt, au Nord de West Blue. Zora ne savait pas combien de temps s’était écoulé depuis qu’elle s’était faufilée dans le navire. Elle s’endormait, bercée par les légers houlements du bateau, puis se réveillait, dans un rythme sans fin…Pour ne pas se faire repérer par les mousses envoyés dans la cale pour prendre des provisions, la révolutionnaire s’était cachée dans l’une des nombreuses caisses en bois. A un moment, on la poussa pendant environ cinq minutes… Quelqu’un devait déplacer la caisse pour la ranger autre part, sauf, qu’à l’intérieur, la demoiselle était secouée dans tous les sens. Tout cela commençait réellement à devenir agaçant lorsque soudain, plus de secousse, le calme plat. Il fallait jeter un coup d’œil pour savoir ce qu’il en était. A l’aide du petit trou qu’elle perça dans le bois de la caisse avec son sabre, la « jeune femme » constata qu’on l’avait amenée dans une pièce sombre et apparemment vide. Parfait, c’était le moment idéal pour sortir de la caisse qui d’ailleurs n’était pas très confortable. Golbat appréciait les endroits sombres, car ses yeux très fragiles l’obligeaient à fuir toute lumière. Contrairement à une idée reçue, les chauves-souris possédaient une bonne vue nocturne. Bref, le mammifère voleta dans la pièce en poussant de petits cris.

D’après les bruits de pas et la musique qui provenaient de l’étage supérieur, on pouvait aisément deviner qu’il y avait une fête. Fallait-il prendre le risque de monter pour s’en assurer ou alors rester caché dans cette pièce sombre pendant une durée indéterminée ? De toute façon, Zora n’allait pas se faire dénoncer à la Marine ici, Kalas était une petite ville portuaire où les habitants vivaient principalement de la pêche… Lorsqu’elle était venue pour la première fois à West Blue, lors d’une importante mission, les révolutionnaires avaient évoqué cette ville comme étant une base potentielle, mais le projet fut abandonné car Kalas manquait de ressources et n’était pas idéalement située… Mais revenons-en à nos moutons.
S’aventurant hors de sa caisse, Zora aperçut des escaliers dans un coin de la pièce. Soudain, alors qu’elle montait les marches, prudente, le navire entier tangua violemment, comme s’il venait de percuter quelque chose. La demoiselle fut éjectée et s’étala six marches plus bas. Oubliant alors qu’elle était passagère clandestine. La révolutionnaire se releva d’un bond, monta les marches quatre à quatre et déboula sur le pont supérieur. Les marins ne furent qu’à moitié étonné de la voir abord, l’un d’entre eux avait expliqué qu’il avait poussé une caisse anormalement lourde, censé être légère justement.


En vérité, si les marins ne manifestaient pas vraiment d’étonnement à l’égard de la demoiselle, c’était parce que leur esprits étaient mobilisés pour autre chose. Le navire avait percuté une masse apparemment assez grande, cependant impossible de savoir ce que c’était. Maintenant qu’elle était sur pont, Zora put constater que le navire n’était plus sur Calm Belt. Toute voile tendue, le bateau se dirigeait vers Kalas qui devenait de plus en plus visible. Subitement, l’eau autour du navire se mit à s’agiter et un énorme monstre en sortit. Il était deux fois plus grand que le bateau, son corps était mauve, parcouru de petites tâche et il poussa un puissant hurlement. Voilà ce qui avait percuté le bateau… Les Marins se mirent tous à paniquer, ils positionnèrent les canons ainsi que les harpons et en une fraction de seconde, la révolutionnaire se trouvait seule sur le pont. La créature hurlait tellement fort que les planches en bois vibraient. Elle était vraiment énorme, pour regarder son visage il fallait littéralement se tordre le cou. A vrai dire, elle faisait minimum six fois la hauteur du navire et que dire de ses dents… Le monstre marin se déchaîna et se projeta littéralement vers l’embarcation, gueule grande ouverte… Par réflexe, la jeune femme courut se mettre à l’abri dans les cuisines situées sur l’avant du bateau. Le grand mat se brisa sous la force déployée par les deux maxillaires de la bête. Il en recracha une partie dans l’eau avant de passer une seconde fois à l’attaque.
Cette fois, des tirs de canon le stoppèrent, les marins s’étant réfugiés dans les compartiments inférieurs en profitaient pour canarder l’animal avec tout ce qu’ils avaient. Les boulets ne l’endommageaient que très peu.


Cette diversion permit toutefois à Zora de se hisser au sommet du second mat. Corde à la main, elle s’élança dans les airs, lâcha la corde et exécuta un magnifique salto arrière avant de retomber sur la tête du monstre marin, sabre en main. Elle s’empressa de le perforer de toute part, ainsi que dans son œil. Hurlant de douleur, l’animal se tortillait dans tous les sens pour tenter d’éjecter l’humain sur sa tête, mais la révolutionnaire tenait bon. Dans une ultime lamentation, le monstre se replia sous l’eau emportant avec elle la jeune femme maudite ! Par chance, juste avant de sombrer dans l’eau, elle parvint à s’agripper à la corde qu’un marin lui avait lancé, une fois le monstre partit, ils remontèrent celle qui les avait sauvés….
Quelques minutes plus tard, amarré au port de Kalas, Zora discutait avec le capitaine du navire marchand, il avait accepté de fermer les yeux concernant la fraude de la belle et ils parlaient de ce qu’ils venaient de se passer. Sur le port, certains avaient assistés de loin au terrible combat…


- C’est étrange, nous avions déjà emprunter cet itinéraire, pourtant nous n’étions jamais tombés sur pareille créature…

- Je trouve cela anormal... Si je ne me trompe pas, le monstre qui nous a attaqués était un Roi des Mers, ou plutôt, un bébé roi des mers… Normalement ils vivent sur Calm Belt,…

- Mais nous étions bien sur l’une des mers bleues ! Comment se fait-il qu’il nous ait attaqué ?

- Je n’en sais rien, mais nous pouvons nous estimer heureux de ne pas avoir de victimes à déplorer. Fit-elle en prenant son sac, prête à descendre du navire.

Bah, elle n’allait tout de même pas laisser un monstre marin lui pourrir sa journée… Il fallait tout d’abord chercher à manger. Sur ce point, on ne pouvait pas mieux tomber, le marché juste à côté du port proposait une farandole de viande et de fruit pour un prix abordable. Malheureusement, ces mets étaient destinés à être cuisinés et à ce niveau, Zora n’était pas vraiment une experte. Elle se tourna donc vers un petit restaurant possédant néanmoins vue sur l’océan,… Restaurant était un trop grand mot, il s’agissait plutôt d’une taverne, …. Le genre d’endroit où la majorité des marins et des pêcheurs prenaient un verre après une journée mouvementée, se racontant des histoires et chantant en chœur ou discutaient autour d’une partie de carte. On aurait presque dit des pirates. C’en était troublant au point de se demander pourquoi dans le mondes, des hommes pourtant semblables en arrivaient à se faire la guerre… Non, pas maintenant, d’abord manger, après penser à un monde meilleur. Souvent, la jeune femme rêvassait, s’imaginant une multitude de choses que l’on pourrait changer pour améliorer le monde… Ne trouvant pas de table libre, elle décida de s’asseoir au comptoir du barman et commanda.

- Vous avez de la viande ?

- Non ma petite, ici on n’a que du poisson et des fruits de mer.

- D’accord,… Je vais prendre à boire alors… Donnez-moi un jus de fruit alors.


Le barman la regarda d’un air étonné, pas seulement lui, mais toutes les personnes assises aux table voisines, qui avaient entendu la conversation. Harlock Zora venait de commander un jus de fruit dans une taverne ! A cause de son grand âge, elle ne pouvait pas boire ce qu’elle voulait et puis elle avait eu toute sa jeunesse pour se saouler, ce qui l’importait c’était de rester en vie… Ignorant les moqueries des marins, la demoiselle sirota son verre dans son coin, jusqu’à ce qu’une vieille dame vienne l’accoster.
La révolutionnaire ne pouvait le savoir, mais cette vieille était surnommée « la verrue », tout d’abord parce qu’elle en était recouverte et également parce qu’on avait beau la chasser, elle revenait toujours. Bref, cette vieille personne, qui en réalité était beaucoup plus jeune que son interlocutrice, s’approcha et sans qu’on lui demande, commença à lui raconter une étrange légende…


- Il y a très longtemps, un terrible monstre est apparu et a complètement dévasté l’île. Aucune arme n’était capable de venir about de sa carapace et il pouvait faire couler les navires en quelques secondes seulement, sans même avant besoin de les toucher. Il était tellement grand qu’il inspirait la crainte des plus féroces créatures sous-marines. Cette abomination se nomme le Léviathan. ..

- Pourquoi me racontez-vous cette vieille légende ? Tous les marins savent que le Léviathan n’existe pas.

Sans même prendre le temps de répondre. La vieille femme se leva et s’en alla… Tout ça était très bizarre, qui était cette dame et pourquoi avoir raconté cette vieille légende ? Zora commanda un autre jus de fruit, elle garda sa paille en bouche en attendant qu’on lui serve un autre verre. Sirotant un nouveau jus de fruit, elle se remémora l’attaque du bébé roi des mers. Avec du recul, la situation lui paraissait vraiment étrange. Au début de son attaque, le monstre marin avait percuté le navire marchand sous l’eau… Pourquoi ne l’avait-il pas mordu ? Avec sa mâchoire, il aurait pu mordre le navire et occasionner ainsi des dégâts plus importants… De plus, comment se fait-il que ce bébé se trouvait là, seul ? Normalement, les rois des mers se situaient exclusivement sur Calm Belt et n’étaient jamais très loin de leur parents.
Harlock ne voulait pas le reconnaitre, mais la seule solution possible était que ce bébé était partit… Il avait quitté sa famille et son habitat.
Les animaux ainsi que certaines personnes possèdent un sixième sens leur permettant de pressentir le danger, ainsi ils pouvaient éviter les chamboulements climatiques en fuyant au moment opportun. Ce roi des mers avait-il fuit lui aussi ? Qu’est-ce qui pourrait inquiéter une bête pareille ?


Inquiète, la jeune femme fila vers le port pour y interroger marins et pêcheurs.


_________________
C'est monsieur, hors-rp...
[Quête] Le Léviathan [Clos] 1419787044-sign-impa-chibi [Quête] Le Léviathan [Clos] 1439104760-sign-from-hell-to-paradise
Harlock Zora
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
38/75[Quête] Le Léviathan [Clos] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
127/350[Quête] Le Léviathan [Clos] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B
Sam 1 Oct - 21:23
[Quête] Le Léviathan

Episode 2 : Nous partons !



Il n’y a pas si longtemps que ça, lors d’une réunion de révolutionnaires, on cita l’île de Kalas comme base potentielle. L’île était en effet très bien placée, petite discrète et aisément défendable. Sa proximité avec Calm Belt lui donnait un rempart naturel. Seulement, le projet fut abandonné car on avait récemment aperçu au large de l’île de dangereuses créatures marines, comme si quelque chose les attiraient à Kalas. Avoir des monstres marins prêt de l’île pouvait s’avérer utile, cela dissuaderait les voyageurs trop curieux ou les soldats épris de justice. Mais dans une telle situation, les révolutionnaires n’auraient aucun contrôle sur ces monstres et ceux-ci pourraient attaquer l’île à tout moment. Zora n’avait pas tout de suite remarqué que l’ile sur laquelle elle se trouvait fût cette fameuse île sur laquelle la révolution avait débattu.
Cependant, pour avoir eut affaire à l’une de ces bêtes, la demoiselle pouvait affirmer que les révolutionnaires s’étaient trompés à leur sujet. Le fait que beaucoup de monstres marins avaient été aperçus près de Kalas n’avait rien à voir avec un quelconque attrait pour l’île… Non, ces créatures fuyait quelque chose qui avait du les chasser de leur habitat naturel… Si l’armée révolutionnaire comptait un jour faire main basse sur cette vile portuaire, il fallait se rendre sur Calm Belt, et découvrir l’origine de ce mal…


Assise des escaliers en pierre menant à plusieurs pontons de bois, Zora regardait l’océan, l’air pensive. Un navire de pêcheur venait d’amarrer et l’équipage qui en descendit semblait avoir essuyé un cataclysme. D’après ce qu’elle entendit, ils avaient été attaqués par un monstre marin gigantesque et ce n’était guère la première fois. Elle ne le remarqua pas de suite, mais sur un autre ponton, assis un tailleur, un homme pleurait en regardant l’océan. Il tenait dans ses mains un étrange foulard… La jeune femme hésita un instant, mais finit par s’approcher de lui. Assis au bord du ponton, les pieds dans le vide, il se lamentait et avait enfuit son visage dans ses mains….

- Est-ce que... ça va ? Demanda-t-elle, n’ayant rien trouvé de mieux à dire

- Vous... Vous avez des enfants ? Répondit-il sans détourner son regard de l’immensité bleue

- Je...

- Suis-je bête, vous êtes bien trop jeune…Ah, mais je ne voudrais pas vous embêter avec mes problèmes…

- Vous ne m’embêtez pas du tout et puis, c’est moi qui suis venue vous trouver non ? Vous étiez déjà là lorsque je suis arrivée sur l’île… Qu’est-ce qui vous tracasse ?

Desch était un homme heureux. Chez lui, on était marin de père en fils. Il avait pris le large pour la première fois à ses quatre ans. Il avait rencontré sa femme à bord d’un bateau de croisière et ils s’étaient même mariés sur un navire de la marine. Il était vraiment passionné de l’océan…
Voila qu’un beau jour, il dépensa toutes ses économies pour s’acheter un magnifique bateau de luxe et partir en voyage avec sa bien aimé. Pour égayer le tout, la veille du départ, dans la salle du médecin, le couple apprenait qu’un troisième membre viendrait agrandir la famille… Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Puis arriva le fameux jour du départ, toutes les affaires étaient déjà prêtes depuis des mois. Sur le ponton de Kalas, ils embarquèrent droit vers l’horizon… Peut-être était-ce la malchance, ou le destin, mais ce jour là, le vent soufflait, il soufflait tellement fort qu’il était tout simplement impossible de naviguer… Malgré ses capacités à naviguer, Desch était incapable de manœuvrer convenablement son embarcation pour la ramener au port… Il était trop avancé dans l’eau et du replier la voile pour ne pas se faire emporter par le vent…. Cependant, ce simple vent se transforma bientôt en une véritable bourrasque… Que la voile soit tendue ou pas n’y changea rien, le bateau était tout simplement emporté par la force du vent… Il n’avait plus qu’à prier et espérer s’en sortir….
Tout s’était passé très vite et en instant, le couple s’était retrouvé sur une mer anormalement calme rien à voir avec la tempête précédente… Et là, il la vit…


- Quoi ? Qu’y avait-il ?

- Une vague... Une vague énorme qui balaya toute ma vie en un instant...

- Une vague, sur Calm Belt ? Pensa-t-elle à voix haute

- Je..Je n’ai rien pu faire pour elle, pour eux… J’étais impuissant... Il y a des jours où je me demande pourquoi je ne suis pas mort là bas, pourquoi suis-je encore en vie… J’ai tout perdu !!

A ces mots, l’homme fonda en larmes. Gênée et ne sachant que faire, Zora se contenta de lui tapoter l’épaule d’un geste amical. En fait elle réfléchissait à ce qu’il venait de lui raconter, il était tout simplement impossible qu’il y ait des vagues sur Calm Belt, cet endroit était tellement spécial…D’un autre côté, elle ne pouvait pas rejeter ce que Desch venait de lui raconter, il n’avait aucun intérêt à mentir, il fallait donc réfléchir, savoir comment étaient apparues ces vagues ? C’est alors que, sortant de la taverne, la vieille dame surnommée « la verrue » fit un clin d’œil avant de partir comme si de rien était… D’un coup, tout se bouscula dans la tête de la jeune femme, les vagues sur Calm Belt, les monstres marins près de l’île, chassés de leur milieu naturel… L’origine de ces fléaux était commune, cela semblait peut-être incroyable, mais c’était la seule explication possible, …
Sans crier gare, Zora bondit et courut vers un autre ponton où un pêcheur amarrait sa petite caravelle. Pour régler cette affaire, il fallait se rendre au cœur du problème, Zora réussit ainsi à obtenir un moyen de navigation et s’entreprit de partir vers Calm Belt lorsque soudain, Desch manifesta son envie de monter à bord…


Epris à la fois de rancune vis-à-vis de la mer, ce gosse cruel qui jouait avec la vie des marins et d’une grande tristesse, le pauvre Desch n’avait plus rien à perdre, continuer à vivre lui était tout simplement insupportable… Plutôt mourir… C’était ce qu’il lui avait traversé l’esprit quand il avait proposé à Zora de l’accompagner. Il la prenait - à tord - pour une de ces aventurières qui partaient, les rêves plein la tête, à la recherche de sensations nouvelles. La vérité était tout autre, la révolutionnaire comptait bien découvrir le fléau à la base de toutes ces catastrophes. La petite caravelle qu’ils empruntèrent possédaient une grande voile, une plus petite ainsi qu’une paire de grandes rames… Il n’était pas encore midi et le soleil continuait lentement mais surement son ascension dans le ciel… Le vent ne soufflait pas très fort, mais au moins, il était orienté vers le nord, direction vers laquelle se trouvait Calm Belt…
Se rendre à deux sur cette mer dangereuse, l’entreprise semblait peut-être dangereuse, mais rien n’allait les empêcher ce jour-là de prendre le large…








_________________
C'est monsieur, hors-rp...
[Quête] Le Léviathan [Clos] 1419787044-sign-impa-chibi [Quête] Le Léviathan [Clos] 1439104760-sign-from-hell-to-paradise
Harlock Zora
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
38/75[Quête] Le Léviathan [Clos] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
127/350[Quête] Le Léviathan [Clos] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B
Sam 1 Oct - 21:31
[Quête] Le Léviathan

Episode 3 : Matelot navigue sur les flots



Le silence régnait sur caravelle, hormis les quelques mouettes et goélands qui voletaient au-dessus des têtes, pleurant inlassablement (oui, on dit que le goéland pleure), ainsi que le remous des vagues, il n’y avait aucun autre bruit, une sorte de pseudo-silence s’était installé. En même temps, ils avaient déjà bien parlé tous les deux au début du voyage, Zora ne pouvait pas en dire trop long sur sa vie, elle avait certains secrets qu’il valait mieux ne pas révéler, pour sa propre sécurité ainsi que pour celle de son interlocuteur. De son côté, Desch, le regard perdu dans le vide, se remémorait sans le vouloir le tragique événement... Rien ne semblait pouvoir briser cette monotonie qui s’était installée au fur et à mesure que le voyage continuait… La mer était assez calme, il faisait même beau, un temps idéal pour naviguer, peut-être le karma ?

Zora ne le remarqua pas immédiatement, mais la caravelle était en perte de vitesse depuis une bonne minute... Elle s’était assuré qu’ils avaient gardés le cap avec sa boussole. Dans son sac, Golbat sa chauve-souris se reposait comme à son habitude dans le sac de sa maîtresse, bien au chaud… Soudain, elle remarqua que la voile n’était plus aussi tendue qu’auparavant. Paniquée, elle regarda autour d’elle, aucun signe distinctif ne lui permettait de déterminer si elle se trouvait ou non, sur Calm Belt… C’est vrai que c’était absurde, mais elle s’attendait à voir quelque chose, un panneau indiquant l’entrée ou quelque chose du style…Il fallait absolument rester mobile à partir de maintenant, même si le fléau avait chassé la majorité des monstres à Calm Belt, on était jamais assez trop prudent. Desch prit ainsi les deux rames et se mit à exécuter d’amples mouvements avec ses bras pour faire avancer l’embarcation. La caravelle avançait à nouveau, peut-être moins vite, mais il fallait faire avec…

L’exploratrice appréhendait la navigation sur Calm Belt, se déplacer en mer, sans vent, mais assez rapidement que pour ne pas se faire dévorer semblait complètement impossible…Heureusement pour elle, pas un seul monstre se profilait à l’horizon… Le bateau pénétra dans une zone recouverte d’un brouillard dense, tellement dense qu’il bloquait en grande partie les rayons du soleil, plongeant la mer dans les ténèbres… Par sécurité, Zora sortit sa chauve-souris de son sac… Elle lui donna des instructions précises et l’animal voleta deux mètres devant le navire avant de tourner sa tête vers l’eau et d’ouvrir grand la bouche. Les grands pavillons de ses oreilles frétillaient avec rythme. Desch ne comprenait pas trop ce qu’il se passait, mais il faisait confiance à la navigatrice… Soudain, Golbat se mit à émettre une série de cris identiques. Chaque gémissement était court, mais relativement espacé du précédent. La demoiselle semblait visiblement soulagée, intrigué par le spectacle auquel il venait d’assister, l’homme ne put s’empêcher de demander une explication.

- Qu’est-ce que votre chauve-souris vient de faire ?

- Avez-vous déjà entendu parler de echolocation ?

- Euh… C’est un moyen utilisé par certains animaux pour se déplacer, en utilisant les ultrasons si je me souviens bien…

- Exact, en captant les ultrasons qu’il a lui-même envoyé, Golbat peut connaitre la position de tout obstacle autour de lui…. Je lui ai demandé d’utiliser cette capacité afin de sonder les fonds marins… Le cri qu’il émet par la suite est un code que nous avons mis au point, ainsi je peux repérer toute masse se trouvant sous l’eau à environ 200 m… J’ai baptisé cette technique le Sonar… Expliqua-t-elle d’un air enjoué qui ne collait pas du tout avec la situation.

Desch était subjugé. Son esprit de marin était réellement fascine par ce que la belle venait de lui expliquer… Ce Sonar était capable de repérer toute masse submergée à environ 200m ! Le son se propage beaucoup plus vite sous l’eau qu’en surface, raison pour laquelle les ultrasons qui en général ne dépassaient pas la dizaine de mètre, pouvait aller jusqu’à 200 mètres sous l’eau. Quelque chose vint percuter la coque de la caravelle, Zora se pencha et vit une planche de bois d’où provenait-elle ? Elle n’allait pas tarder à le savoir. Devant eux se dévoilait un spectacle traumatisant, ils venaient de pénétrer dans un cimetière d’épave. Flottant à la surface et dérivant sur l’océan, s’étendaient à perte de vue divers morceaux de navires complétements détruits. C’était troublant, il y en avait tellement qu’on aurait dit une mer de bois…La caravelle progressa lentement entre les épaves, au rythme des rames.
Parmi les différents bateaux, certains semblaient extrêmement vieux, même pour Zora… Elles avaient dû rester ici depuis longtemps, il n’y avait pas de vent sur Calm Belt, les épaves ne pouvaient pas dériver très loin. De plus, avec l’épais brouillard qui regroupait toute la zone, peu de personnes devaient en connaitre l’existence.


En observant plus attentivement ce brouillard, on pouvait remarquer qu’il était de moins en moins dense au fur et à mesure que l’on progressait à l’intérieur, un peu comme s’il entourait l’endroit comme une bulle protectrice. Golbat ne se sentait vraiment pas bien. Son instinct animal lui disait de partir le plus loin possible, mais il ne pouvait pas abandonner Zora comme ça, alors il se contenta de se réfugier dans le sac et ferma les yeux. La révolutionnaire était inquiète vis-à-vis du comportement de son partenaire depuis qu’ils étaient entrés dans ce cimetière… Cela ne faisait que confirmer ses doutes, une présence ici faisait fuir les animaux. A vrai dire, elle-même se sentait observée depuis un petit temps déjà.
Soudain, un léger houlement secoua l’embarcation. Rien de bien dangereux, sauf que jusqu’à présent, il n’y avait pas eu la moindre vaguelette… Le houlement s’intensifia rapidement et se transforma en petites vagues. La caravelle tanguait dans tous les sens. Immédiatement conclut que c’était ce fameux fléau, cette chose venait de les trouver… Desch voyait bien l’expression tendue du visage de sa partenaire, mais il garda son calme grâce à son expérience de marin. Faisant preuve d’un sang-froid incroyable, la navigatrice attrapa la barre et braqua de façon à orienter le bateau perpendiculairement aux vagues. C’était le meilleur moyen d’encaisser des vagues sans chavirer. La caravelle était un petit bateau possédant habituellement de grandes voiles… Sur Calm belt, ces voiles étaient inutiles alors Desch les replia, cela donnerait également une meilleure stabilité.


Les vagues gagnaient dangereusement en puissances, atteignant maintenant les deux voire trois mètres de hauteur. Le bateau était orienté de façon à prendre les vagues de face. Avec ces vagues, il devenait impossible de ramer pour avancer, la seule solution dans ce genre de cas, était de se débrouiller pour les esquiver en les contournant. Les deux marins s’attelèrent à la tâche avec ardeur, ils firent ainsi une grande boucle pour finalement atteindre l’épave d’un énorme galion. Ce dernier amorçait l’impact des vagues, permettant à la petite caravelle de continuer sa progression…
Zora remarqua un détail intéressant : Les vagues décrivaient un arc de cercle, comme s’il s’agissait d’une ondulation causée par un objet géant qui serait tombé dans l’eau… L’idée était bonne mais tout simplement impossible, quel objet serait assez grand et assez lourd que pour provoquer des vagues de trois mètres ? La jeune femme se remémora alors de ce que Willy Galon disait tout le temps : « Tout ce que le cerveau de l’être humain est capable d’imaginer peut se produire dans la réalité. » Dans ce monde, on ne pouvait pas se permettre une théorie de par son improbabilité. Sur ces mers, celui qui navigue avec sa seule raison courra à sa perte…


><)))°>

Encore plus incroyable ! En quelques seconds, de légers houlements s’étaient transformés en vagues de trois mètres et maintenant, il n’y avait plus rien ! Le calme plat ! L’eau ne bougeait pas d’un chouïa…Golbat se mit alors à trembler de peur au fond du sac… Zora lui demanda de sonder les fonds marins, mais hormis quelques objets de masse moyenne - identifiés comme des morceaux d’épaves en train de couler- il n’y avait rien… De petites vagues qui devenaient de grosses vagues, puis tout qui s’arrêtait d’un seul coup, une chauve-souris complètement terrorisée… MAIS BIEN SÛR ! Le visage da la jeune femme se figea dans une expression de terreur, bouche étroitement ouverte et les yeux écarquillés, elle venait de comprendre ce qu’il était en train de se passer… Elle venait de comprendre que cette fois, ce serait surement la fin…

- Pourquoi ce visage ? Les vagues se sont arrêtées et vous trembler comme une feuille…

- Desch… vous…Vous êtes marins n’est-ce pas ? A votre avis, comment de telles vagues ont-elles put s’arrêter d’un coup ? Fit-elle en se retournant lentement

- Un reflux ? Mais enfin, c’est impossible ! Nous sommes en plein milieu de l’océan, comment le niveau aurait-il pu baisser ?

- Vous ne comprenez pas… Ce reflux a été cause par quelque chose… Et vu le temps qu’il dure, ce qui va nous tomber dessus risque d’être…

A l’instant, un bruit, non une vibration… faible, à peine perceptible, mais bien réelle. L’air venait de vibrer, comme s’il y avait eu un puissant impact à quelque mètre… Sauf qu’il n’y avait rien…
Subitement, un grondement bruyant semblait émaner des fonds marins, un grondement inquiétant, l’eau semblait grogner de rage, Desch observait paniqué Golbat qui émettait des cris de terreur étouffée par le bruit de l’eau….C’est alors qu’au loin, la ligne d’horizon semblait s’élever… Oui, elle s’élevait de plus en plus dangereusement… L’homme comprenait ce qu’il était en train de lui arriver, en face d’eau, à peut-être un kilomètre, venait de se former un véritable Tsunami, cette même vague qui lui avait pris sa femme et son enfant, il allait bientôt les rejoindre…La demoiselle se sentait mal, sur son épaule, Golbat qui hurlait à la mort et derrière elle, Desch sur le point de se faire dessus… Elle avait lu qu’il était important pour des parents de ne pas montrer leur peur à leur enfant… La peur est quelque chose de très contagieux, si un enfant voit ses parents – symbole suprême de l’autorité et de la puissance – avoir peur, il aura lui aussi peur… La jeune femme redressa le menton et se rendit à l’avant du bateau avant de croiser les bras en regardant cette vague titanesque, d’un air de défi ! Elle avait peur, surtout que pour elle, une chute symbolisait la fin de tout, mais elle se força à ne pas montrer la moindre hésitation… Golbat sembla rassuré, il arrêta ses cri et regarda autour de lui si un insecte volait dans les parages…


Spoiler:
 

Ce terrible raz-de-marée emportait tous les débris de bois avec lui,ce qui donnait un spectacle époustouflant, c’était à la fois magnifique et terrifiant, le genre de spectacle que Zora recherchait, quand la nature nous montre ce qu’elle a de plus beau… Voilà ce que sont les véritables trésors…

*Cette vague doit bien faire dix mètre… Si je ne parviens pas à la prendre sans briser le bateau, ce sera terminé pour moi… *



_________________
C'est monsieur, hors-rp...
[Quête] Le Léviathan [Clos] 1419787044-sign-impa-chibi [Quête] Le Léviathan [Clos] 1439104760-sign-from-hell-to-paradise
Harlock Zora
Revenir en haut Aller en bas
Harlock Zora
D-2537
Harlock Zora
Messages : 3315
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
38/75[Quête] Le Léviathan [Clos] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
127/350[Quête] Le Léviathan [Clos] Empty_bar_bleue  (127/350)
Berrys: 51.026.050 B
Sam 1 Oct - 21:36
[Quête] Le Léviathan

Episode 4 : L’abominable rejeton de la mer



Harlock Zora
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: