Partagez
 

 [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 1227
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Left_bar_bleue47/75[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Left_bar_bleue349/750[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty_bar_bleue  (349/750)
Berrys: 47.559.000 B

[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty
MessageSujet: [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé)   [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Icon_minitimeVen 8 Mai - 15:45




Solo

La Croisée des Lions



Comme de nombreuses autres fois, la Serpent à Plumes se déplaçait au milieu de la voûte céleste de Grandline afin de rejoindre une île non pas par la mer mais par le firmament. Néanmoins, il y avait quelque chose de différent. Il n’était pas question de vagabonder pour simplement voyager. Cette fois-ci elle avait un objectif précis. Lorsqu’elle c’était rendu au monastère des Wans sur l’île aux prières, les maîtres lui avaient communiqué leurs doutes sur la possibilité qu’Ishtar soit une psyjique, c’est-à-dire une sorte de guide pour cet ordre monastique dont il n’y eu que quatre itérations en pratiquement cinq siècles. C’était justement la dernière en date que la De Lérhane devait rencontrer afin que celle-ci juge d’elle-même si l’originaire de la mer blanche était bien une candidate potentielle au titre de Haut Sage de l’Ordre Psyjique. Dans ce but, la bilcane avait reçu les coordonnées de l’endroit où l’actuelle dirigeante des Wans vivait en ermite. La maudite zoan faisait donc grandement attention à la route qu’elle empruntait afin d’éviter de se perdre en route et d’être contrainte de recommencer depuis le dernier point localisable. C’est donc un certain soulagement qui se déversa en elle lorsque les contours de cette contrée forestière dressée au milieu des flots apparurent à sa vision aérienne, un sentiment doux qui fut bien vite écraser par un autre bien plus envahissant : la peur. Un stress immense se saisit de son esprit tandis qu’elle amorçait sa descente, un doute émanant des responsabilités intrinsèques au rôle de psyjique ainsi que du jugement qu’elle allait subir de la part d’une artiste martiale fortement douée si les dires des maîtres étaient vrais.

Devant l’émissaire du ciel se dressait donc les Terres de Sereynes, une île qui comparativement à bon nombre de celles visité par l’Archange du Typhpon durant sa décennie d’odyssée semblait ne pas se détacher du lot. Elle était recouverte d’une immense et dense jungle profonde qui s’étendait même sur une partie des falaises sortant de l’océan au nord de l’île. En dépit de son aspect général n’étant pas en mesure d’émerveiller la De Lérhane après tant d’années à s’aventurer un peu partout, il y avait une caractéristique singulière qui avait étonné la bilcane lorsqu’on lui avait donné la position de ces Terres de Sereynes. En effet, la moitié sud de la contrée empiétait sur le Calm Belt tandis que l’autre se trouvait encore sur la Route de tous les périls. Une configuration suffisamment rare pour être souligné. De plus, apparemment de nombreuses bêtes féroces se cachaient au fond de ces bois tout comme dans les eaux environnantes. L’Archange du Typhon n’avait pas encore compris pour celle qu’elle devait rencontrer se cachait au milieu de cette région reculée étant donné que d’après les dires de Yufina, l’ancienne supérieure d’Ishtar au sein des décimas ayant été convaincu par la fille du ciel de déserter, ce n’était pas simplement pour la méditation. Les maîtres n’en savaient malheureusement pas plus et laissaient le Haut Sage mener son existence en demeurant joignable par escargophone. Enfin, même s’il n’y avait aucune spécificité quasiment surnaturelle, le règne absolu de la nature demeurait une vision merveilleuse dont l’ancienne révolutionnaire allait se délecter tout du long de son séjour sur cette île qui serait bien plus loin qu’elle ne le croyait. Atterrissant au sommet d’une des falaises, la bilcane lança un regard vers l’étendue azurée infinie avant de pénétrer au cœur de cette jungle dont l’animal mythologique qu’elle incarnait pourrait être l’un des maîtres.

Alors qu’elle avançait à grands pas avec ses longues jambes, l’ancienne décima se remémora ce qu’elle avait vu depuis la voûte céleste. Il lui semblait avoir entraperçu des bâtiments bien plus au sud vers le centre de la forêt. Elle ne ce n’était d’ailleurs pas tromper étant donné qu’il y a bien longtemps un peuple avait migré jusqu’ici et construit une cité au sein des bois sous l’impulsion d’une cheffe protégeant les siens au prix de nombreux sacrifices. De la cité de Talreyga, construite dans un style architectural à dominance hellène, il ne restait aujourd’hui que des ruines dont certaines étaient branlante. Les bâtisses qui avaient le mieux survécus étaient les temples, dont un était fort proche d’un Parthénon tandis qu’un autre ressemblait étrangement à une pyramide précolombienne sans salle au sommet. Ces lieux abandonnés au milieu de la forêt était l’endroit où la De Lérhane jugeait avoir le plus de chance de retrouver la psyjique. Il ne lui restait donc plus qu’à marcher jusque là-bas en se souvenant de l’emplacement de ce qu’il restait de cet ancien peuple. Pourquoi ne s’envolait-elle pas ? Ce serait après tout beaucoup plus rapide et simple comme cela. En fait, il s’agissait d’une demande du Haut Sage qui connaissait la nature de la malédiction de la guerrière céleste et refusait que celle-ci use de ses pouvoirs pour venir à sa rencontre une fois qu’elle aurait atteint l’île. En fait, la bilcane avait bien comprit qu’il s’agissait là de sa toute première épreuve, ce qui n’allait pas l’aider à apaiser son stress.




L’océan végétal et sauvage s’étendait tout autour de l’ancienne décima qui s’enfonçait petit à petit entre les arbres. Cela lui rappelait divers souvenirs de voyage en forêt et ainsi beaucoup d’anciens visages dont certains avaient bien changés depuis qu’elle avait fait leur connaissance, à l’image d’Heziel Coffe le cuistancier rencontrer dans les bois surréalistes d’Uk-nuuha qui était devenu pirate et même corsaire depuis lors. Néanmoins chaque aventure au milieu d’une nature absolue lui donnait des frissons d’excitation. La beauté des paysages se mêlaient à l’environnement généralement très agréable, à cet air pur et frais, ces colonnes de bois aux innombrables feuillages, ces rivières sans pollution. Malgré le fait que l’environnement soit propice au laisser-aller, l’appréhension de la De Lérhane lui permit de demeurer vigilante et de ne pas se faire surprendre par le premier animal qui se jeta sur elle afin de se repaître de sa chair. Se laisser charmer par l’ambiance était en effet généralement très dangereux puisque si Dame Nature était magnifique, sa sauvagerie demeurait toujours présente. La menace des prédateurs d’îles sans présence humaine n’était pas à prendre à la légère puisque c’était littéralement eux les maîtres de ces terres. Ainsi, lorsqu’un sanglier mesurant deux mètres de hauteur et possédant tout une rangée de canines déboula à toute vitesse pour charger l’Archange du Typhon, en piétinant diverses plantes au passage, la bilcane réagit à temps et s’emparant des défenses assez longues de la bête afin de la stopper en concentrant sa force surhumaine. Un sanglier carnivore disposant d’atouts pour le combat… Les affrontements entre bêtes chasseresses devaient être nombreux pour que l’évolution offre de tels cadeaux à cette créature habituellement omnivore. Pliant sa force à sa volonté, l’originaire de la mer blanche envoya le prédateur sur un arbre plus loin, délogeant de ce fait une foultitude d’insectes ou d’animaux de petites tailles qui observaient la scène.

Le carnivore se releva en soufflant une décharge d’air d’une façon qui sous-entendait son énervement. Il allait revenir à la charge et Ishtar comptait bien l’accueillir avec un coup de poing recouvert d’une plaque de haki de l’armement. Il ne fallut attendre que quelques instants avant que l’animal sauvage se précipite sur elle et qu’elle enfonce sa main dans le front de la bête. C’est alors que, profitant de l’affrontement, un autre prédateur surgir des arbres pour venir refermer sa mâchoire sur le corps du sanglier destiné à la défaite. C’était un jaguar beaucoup plus musclé que ce qu’elle avait déjà pu rencontrer par le passé. Un hurlement quitta la bouche du prédateur agonisant avant que les griffes se son assassin ne vienne s’enfoncer en lui. Face à ce terrible spectacle, l’ancienne révolutionnaire recula de quelques pas. Elle préférait ne pas rester là et laisser la nature faire son œuvre. S’éloignant rapidement, il lui apparut qu’il ne s’agissait peut-être pas d’une si bonne idée que ça. En effet, alors qu’à peine une dizaine de minutes étaient passés, elle entendait les bruits de pas d’autres créatures qui étaient certainement elles aussi en chasse. Cette île était en fin de compte un empire sans maître où chaque prédateur tentait de s’imposer pour se repaître de la viande de ses adversaires et ainsi se nourrir quelques jours de plus.

Secrètement, l’amazone espérait pouvoir se rendre un jour sur Rusukaina et tenter de s’imposer aux créatures féroces régnant là-bas ce qui lui permettrait indéniablement de s’améliorer en tant que prédatrice. Il semblait que vue la résistance de certains des animaux de cette île serait un bon échauffement avant ce projet que la bilcane gardait pour elle pour l’instant. C’était le même genre d’écosystème où les chasseurs bestiaux font la loi. Alors le même moyen qu’elle avait de tracer son chemin au cœur de ce royaume verdoyant était de s’adapter aux règles du jeu prédominant en ces lieux. Son regard argenté s’embrasa d’une teinte dorée tandis que ses pupilles se déformèrent pour devenir bien plus verticales. Ecailles et plumes firent leur apparition pour remplacer la peau tandis que les dents se rarifièrent tout en devenant des crocs. Ses jambes se réunifièrent pour former une queue et achever la métamorphose de la De Lérhane qui revêtait là sa forme hybride. Le Serpent à Plumes était le seigneur mythologique de la jungle, alors il allait certainement pouvoir imposer sa volonté sur les autres espèces pour confirmer son statut de bête dominante. Arrêtant sa course, la maudite des cieux envoya un poing d’air à vive allure en direction d’un autre jaguar qui était à ses trousses. La panthère, l’anaconda, le crocodile et l’aigle qui se déplaçaient aux alentours se stoppèrent alors pour la puissance déferlant de ce nouvel animal qu’il n’avait jamais rencontré. De manière instinctive, voulant montrer leur puissance et leur domination, ils se jetèrent tous à l’unisson en direction d’Ishtar qui les remarqua sans problème.

Esquivant l’assaut de son cousin reptilien, le Serpent à Plumes envoya son aile percuter avec violence le crocodile qui roula sur le côté tandis que la mâchoire de l’ange se referma sur l’épaule de la panthère. La main recouverte d’une plumage émeraude fusa et saisit l’aigle au vol pour venir l’abattre sur le sol. Le caïman revint à la charge et fut accueillit par un coup de pied en plein visage tandis que le poing ascendant frappa le fauve sous la mâchoire pour l’envoyé voler deux mètres au-dessus du sol. Usant à nouveau de son appendice emplumé comme bouclier, elle repoussa l’anaconda qui tenta à nouveau de lui sauter dessus. Sa queue s’abattit ensuite sur le corps de l’animal avant de filer en direction du crocodile qui tentait une ultime attaque, ce qui lui couta d’être projeté plus loin où il roula sur la terre recouverte de végétation. Les différents animaux, émergeant de la douleur qui était venu les cueillir, lancèrent un regard en direction de l’Archange du Typhon qui les défiait. Conscient de leur impuissance, ils quittèrent les lieux en trombes pour partir à la recherche de proies plus simples. Un sourire se dessina au coin des lèvres de la bilcane qui repassa soudainement à un visage surpris.

-Merde. Les ruines sont dans quelle direction ?

En effet, ayant pivoté sur elle-même au cours de l’enchaînement, elle avait perdu sa trajectoire et tenta de chercher dans ses souvenirs des repères lui permettant de se rappeler par où elle était passé afin de revenir sur ses pas et pouvoir comme cela déterminé le chemin rectiligne qu’elle avait originellement prévu.




Les minutes défilèrent tout comme les affrontements avec les prédateurs. La fille de Séphiran et Leanne pensait qu’elle n’en finirait jamais. Certes il y avait des passages où elle était tranquille, mais la persistance des créatures sauvages à tenter de s’en prendre à elle la fatiguait. Elle comprenait parfaitement qu’ils tentent leur chance face à une nouvelle proie qu’ils n’avaient jamais rencontrés, mais ils pourraient se passer le mot non ? C’est donc davantage épuisé mentalement, à toujours resté à l’affut des attaques, que physiquement, les bêtes ne résistant en vérité que très peu à ses coups vus comment elle avait su s’améliorer depuis qu’elle avait rejoint les Kujas, que la bilcane parvint au sommet d’une falaise formant la rive d’un fleuve. De ce point en hauteur, elle avait une vue imprenable sur le reste des Terres de Sereynes. Un paysage fabuleux, tout ce qu’il a de plus magique et féérique. Les constructions de pierre qui se mêlait à la végétation et qu’elle apercevait un peu plus loin ajouter au charme de la scène. Les ruines anciennes donnaient toujours un plus à la vision magistrale d’un paysage, c’était incontestable, et avec le règne des plantes cela ne rendait que plus magnifique le décor de cette île. L’esprit de l’ange était bercé par le son de la rivière s’écoulant en contrebas et de l’eau qui s’éclatait sur une plateforme de rocher au milieu de celle-ci. C’est alors qu’Ishtar remarqua d’étrange attache faite dans un métal très résistant qui avait été cloué à même la pierre à droite et à gauche d’elle. Des nœuds de chaînes du même alliage assez gros pour ne pas passer dans le trou de l’attache, étaient reliés à d’immenses roches qui demeurait en partie plongés dans la rivière. Une chose des plus étranges était que l’ensemble des maillons n’était pas tendu. La blonde se demanda bien l’utilité de la chose, mais laissa ce questionnement de côté pour battre des ailes et descendre de cette façon la falaise tranquillement.

Le point de vue en hauteur lui avait permis de confirmer qu’elle ne s’était pas trompée en recherchant la trajectoire qu’elle avait défini et lui permettait donc de reprendre sa marche un peu plus sereinement. La guerrière se disait qu’au final c’était assez triste que les bêtes sauvages se montrent aussi agressive puisque cela gâchait réellement la contemplation de ces lieux. Malheureusement on ne pouvait pas modifier la Nature, il fallait donc faire avec. En soit, c’était également profitable à des combattantes comme elle puisque que cela pouvait permettre d’affuter leurs réflexes, leur instinct et leurs techniques. Un mal pour un bien en somme, même s’il était vrai que c’était davantage dangereux pour des aventuriers peu habitués aux dangers dont regorge ce vaste monde. Il n’était pas l’heure de davantage divagué, il fallait rester attentif à ce qu’il se passait aux alentours afin de prévoir les assauts des bêtes sauvages.

Au grand étonnement de la bilcane, les regards qui la fixait dans l’obscurité ne semblait pas se montrer offensif, demeurant dans un état d’observation attentive. Ils ne voulaient pas tentés le diable. Arrivaient-ils à sentir la puissance qui émanait de la monstruosité légendaire ? Ou leur comportement bien différent de ceux rencontrés plus tôt cachait une autre raison ? La De Lérhane penchait pour la seconde option même si c’était pour l’heure purement spéculatoire. Restant malgré tout sur ses gardes, l’Archange du Typhon passa encore de nombreuses minutes dans ces bois profonds avant d’atteindre le site de la cité en ruines de Talreyga.

Enfin l’originaire de la mer blanche pouvait admirer toute la splendeur de l’architecture déployé par le peuple ayant vécu ici. Les sculptures avaient malheureusement subi les affres du temps tous comme de nombreuses parties des structures, mais il était tout à fait possible de s’imaginer à quoi pouvait ressembler ce royaume antique perdue en pleine jambe lors de son apogée. Une véritable splendeur cachée au milieu d’une forêt des plus hostiles, ce qui signifiait qu’il y avait probablement de grands guerriers parmi eux pour tenir en respect la faune agressive. Arpentant les rues pavées recouvertes de mousses et de plantes en tout genre, la fille du firmament se questionna malgré tout sur l’origine de toutes ces pierres. Elle ne connaîtrait pas la réponse, mais elles provenaient d’une carrière construite dans la jungle et qui étaient ramenés à la ville par ces fameux combattants d’élite capable de gérer les prédateurs. Au milieu de tout ça, la blonde aux quatre ailes ayant reprit forme humaine en avait oublié durant un temps le but de sa venue en ces lieux. Il lui fallait découvrir où le Haut Sage de l’Ordre Psyjique l’attendait. L’ancienne décima se mit à chercher parmi les bâtiments dont le simili-Parthénon au centre de Talreyga, mais sans succès. C’est alors que son regard se tourna vers le monument de style mésoaméricain très semblable à la pyramide du Soleil. Oui, celle qu’elle cherchait était certainement là-haut.




L’amazone entama l’ascension des escaliers amenant au plateau culminant au sommet de la structure, le lieu où les habitants se réunissaient jadis afin de discuter de la gouvernance de la cité, chaque citoyen ayant droit d’apporter sa voix, son avis et son argumentaire, ouvrant la voie à de réguliers affrontements rhétoriques entre les meilleurs orateurs de toute la cité. Grâce à sa taille avoisinant les trois mètres, la De Lérhane pouvait monter plusieurs marches à la fois et ainsi arriver plus vite à son objectif. Son regard se baladait sur la grande construction qui, par sa simplicité géométrique, était celle qui souffrait le moins de l’érosion pour comprendre sa forme originelle. Ainsi que sur la forêt qui recommençait justement au niveau des pieds de la pyramide mésoaméricaine. En effet, il s’agissait du dernier édifice de Talreyga dans le sens où Ishtar l’avait traversé. Marquant une pause, l’Archange du Typhon se retourna et admira la cité dans une magnificence certaine. La bilcane se disait qu’elle aurait donné beaucoup pour pouvoir en savoir plus sur les gens qui vivait là autrefois. Peut-être faudrait-il que des expéditions archéologiques soient menés ici, mais le danger représenté par l’hostilité de la forêt les effraierait sûrement. Et dire que de tels trésors demeuraient cachés aux yeux du monde sur ce genre d’îles isolées. De plus, si jamais il y avait de l’or quelque part caché dans la cité, cela attirerait sans aucun doute l’avidité humaine et nuirait davantage au site qu’autre chose. Parfois, il vaut mieux que le passé demeure enterré, caché aux yeux du monde, pas pour le faire disparaître, mais pour le protéger.

La demoiselle ailée reprit son ascension qui ne tarda pas à toucher à sa fin. Arrivant au terme de l’escalier, l’ancienne révolutionnaire découvrit le paysage de la mer végétale s’étendant jusqu’au bout de l’île. Et devant ce paysage où la nature apparaît majestueuse à la manière d’un empereur, une femme rousse était assise en position du lotus, dos à la bilcane. Elle portait une toge d’un blanc étincelant ornée de quelques sobres motifs en spirales assemblés verticalement en une seule bande ne se trouvant pas du même côté sur le haut de tenue que sur le bas qui s’étendait à la manière d’une robe. Le tout était tenu par une bande de tissu violet conçu autour d’une ceinture plus ou moins doré fait du même métal que les artistiques épaulettes et l’armure décorative sur le bras, à savoir du bronze. C’était une tenue de méditation que la rousse portait de temps en temps lorsqu’elle se prêtait à cet exercice. Son haki de l’observation étant déployé, la psyjique n’eut aucun mal à noter la présence de la De Lérhane derrière elle et étant donné que c’était justement la blonde aux iris argentés, qu’elle avait jadis jugée à Saint Poplar en se faisant appelé Alexandra tandis qu’une chasse au primé avait lieu, que le Haut Sage attendait, il n’y avait pas de toute à avoir sur son identité.

-Bienvenue Ishtar. J’espère que ton voyage s’est bien passé et que tu as su te débrouiller avec les animaux de la forêt, déclara la femme à la chevelure de feu en se relevant avant de se tourner vers la nouvelle venue avant qu’elle ne puisse ouvrir la bouche pour signifier sa présence.



[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Becky_13
Rébéna Té Ra

La maudite eu un effet de déjà-vu, mais les événements où Rébéna l’avait observé pour déterminer si Yufina pouvait lui proposer de suivre l’enseignement des Wans remonté à il y a trop longtemps pour qu’une personne ayant été aussi discrète lui reste réellement en mémoire.

-Bonjour… Ravi de vous rencontrer, entama la bilcane un peu déboussolée, ne sachant pas vraiment quoi dire.

-Trêve de banalités ma chère. Si tu te trouve ici c’est pour me convaincre que tu peux être la cinquième psyjique.

-En effet…

-Cela ne vas pas être de tout repos. Es-tu réellement prête à te donner corps et âmes aux épreuves qui vont se dresser sur ta route durant la période où tu vas rester avec moi sur cette île ?


Les mains croisés derrière le dos, la position de la Té Ra était ferme. Il émanait d’elle une puissante assurance qui déstabilisa beaucoup la De Lérhane, déjà peu à l’aise, qui pourtant faisait presque deux fois sa taille. Une femme de trois mètres contre une d’un mètre soixante-huit, et c’était la grande asperge qui semblait être impressionné. La fille du ciel avait rarement ressenti cette sensation de soumission, mais ce n’était malgré tout pas la première fois qu’elle l’éprouvait. La force qui se dégageait de l’impératrice des amazones Tenshi Taya avait également poussé l’ange à se considérer comme inférieure par exemple. Néanmoins, il n’était pas dans la nature de la guerrière de céder face à l’adversité. L’exemple le plus évocateur était bien entendu son affrontement contre Kyusuke Sadaemon à Bayangan durant la guerre finale contre Centes, le bretteur ayant soumis la volonté de la bilcane avec la sienne avant qu’un déclic se déclenche dans l’esprit de la maudite céleste, un déclic qui lui permit de relever et d’imposer sa propre détermination face à celle de son opposant dont elle avait fini par triompher, déclic brutal qui lui permit d’ailleurs d’éveiller son haki de l’armement.

-Oui. Je peux vous assurer que je suis prête.

-… Bien. Les Psyjiques sont les héritiers du savoir de leurs prédécesseurs. Donc, je vais te soumettre à un test rude, mais simple. Je vais t’enseigner des choses que j’ai inscrit dans le livre de l’ordre. Comme tu le sais, je suis le Haut Sage ayant le plus développé l’aspect martial de l’enseignement au monastère. Tu te doutes donc que tu vas être soumise à des épreuves très physiques.

-Ne vous inquiétez pas, je suis combattante et je…

-Je le sais très bien. Yufina m’a rapporté les combats que tu lui as raconté. Cependant, il faut bien que tu comprennes une chose. Tu disposes d’un talent naturel pour te battre. Je suis certaine que tu as disposé très rapidement d’une force dépassant celle du commun des mortels. Vu les proportions de ton corps, ce ne serait guère étonnant de toute manière. De plus, tu dispose d’une malédiction, chose qui doit relativement te faciliter la vie, même si je t’accorde qu’en avoir la maîtrise est un travail en soit. J’imagine bien que tu as dû en baver à plusieurs reprises, que tu as rencontré des défis qui t’on poussé à te surpasser, mais pour me convaincre pleinement, il va falloir que tu me prouve que tu peux également te surpasser hors des combats. Tu n’es pas habitué à t’entraîner régulièrement.

-Et bien, pour maîtrisait les hakis si je me suis entraînée avec d’autres amazones, mais en dehors de cela pas très souvent non.

-Je m’en doutais. Cela ne va pas être simple pour toi alors puisque c’est ce que nous allons faire au moins durant deux semaines. Tu vas suivre mon quotidien pour forger ton corps comme tu as pu forger ta destinée. Je t’enseignerais également des katas et des mouvements spécifiques que j’ai ajouté dans le livre. Suite à cela, si tu n’as pas abandonné, nous passerons au cœur de ce que j’ai rédigé. Tu as compris ?


Ishtar hocha la tête tout en avalant sa salive. Elle venait d’être péniblement remise à sa place. Elle qui se réjouissait d’avoir progressé voyait que le chemin était tout sauf terminé. De nouveaux défis se dressait sur sa route, des défis lui permettant de prouver qu’elle mérite d’être aussi forte qu’elle l’ait aujourd’hui.

-Profite de la fin de journée pour te préparer mentalement. Nous commencerons demain à l’aube. À plus tard, déclara Rébéna en faisant volte-face pour se remettre en position de méditation.




Quelle journée… Ishtar avait encore du mal à digéré sa rencontre avec l’implacable psyjique. Se remémorant ce que les maîtres Wans lui avait dis à son sujet, elle comprenait un peu mieux la froideur et la sévérité dont il avait été question tout comme le fait que la Té Ra considérait que les gens devaient se sortir de leur situation par eux-mêmes, synthétiser ici avec la De Lérhane qui devait faire des efforts pour user pleinement des forces qu’elle avait acquise depuis qu’elle avait rejoint les Kujas. Il lui restait à voir si la sagacité sèche se cachant au milieu de l’attitude dominatrice du Haut Sage était bien réelle. Un long soupir quitta les lèvres de l’Archange du Typhon qui s’était installé dans les ruines d’une maison proche du temple hellénique, qui était là où habitait celle qui serait sa professeure et sa mentor pour les prochains jours. L’appréhension n’avait toujours pas quitté l’esprit de la blonde dont le regard se perdait dans les hauteurs célestes s’assombrissant petit à petit. Comment se passerait la journée du lendemain ? Cette simple question l’empêcha durant un bon moment de trouver le sommeil, mais finalement les paupières se refermèrent sur cette journée pour clore cette partie de sa vie. Demain serait un nouveau jour, le début d’une nouvelle périlleuse aventure.





© By Halloween



Toge de Méditation Psyjique:
 


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Ven 8 Mai - 16:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 1227
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Left_bar_bleue47/75[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Left_bar_bleue349/750[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty_bar_bleue  (349/750)
Berrys: 47.559.000 B

[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty
MessageSujet: Re: [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé)   [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Icon_minitimeVen 8 Mai - 15:46




Solo

La Croisée des Lions



Le soleil ne pointait pas encore à l’horizon, le ciel sombre commençant à peine à prendre une couleur orangée là où jaillirait l’astre, quand la bilcane s’étira dans son lit de fortune. Ouvrant un œil, elle remarqua la présence de Rébéna qui entra dans la pièce et s’avérait déjà être en tenue, bien différente de la toge de méditation de la veille. En effet, elle portait un t-shirt orang sans manche ornée d’un motif sur lequel était inscrit « Relent-Lass » ainsi qu’un short en jean dont tombait des résillés aux grosses mailles jusqu’aux bottes montant au niveau des genoux.

-Encore au lit ? Allez debout. Pour s’échauffer et bien commencer la journée, nous allons partir vers la plage en mangeant un fruit en route et faire deux fois le tour de l’île à une vitesse régulière. Je t’attends à côté de la pyramide.

Sur ces paroles, la coach se retourna et quitta les lieux tandis que la De Lérhane se levait pour troquer son pyjama contre sa combinaison grise habituelle. Elle avait bien fait d’être aller se laver la veille au soir à la rivière vu qu’elle ignorait si elle en aurait le temps le lendemain matin. Laissant le reste de ses affaires sur place, la bilcane rejoignit donc sa professeure qui se mit donc en marche en demeurant silencieuse.

-Alors comment êtes vous arrivez chez les Wans vous ?

-Garde ton souffle pour l’entraînement. On en parlera une autre fois
, répondit la rousse sur un ton neutre.

Bon… Eh bien, apparemment la fille du ciel ne pourrait pas profiter du trajet pour en apprendre davantage sur cette mystérieuse femme qui restait sur cette île loin des conflits. Ishtar espérait pouvoir faire un peu la conversation, mais il semblait assez clair que pour la concernée ce n’était pas le cas. Au fond, elle avait peut-être raison. N’étant pas habituée à des séances d’entraînement très intensives physiquement, il valait peut-être mieux qu’elle s’économise. Portant l’étrange fruit rouge granuleux à ses lèvres, l’Archange du Typhon demeura donc silencieuse le restant de la traversé de la forêt qui se fit assez rapidement en fin de compte. L’astre du jour commençait à émerger des flots à l’horizon quand les deux demoiselles atteignirent l’étendue sableuse où allait se dérouler le début de deux semaines intenses pour la bilcane.




-Tu es prête ? questionna la psyjique en faisant quelques mouvements avec les bras avant d’y aller.

-Oui, répondit l’originaire de la mer blanche avec une détermination palpable.

-Bien.

L’ancienne révolutionnaire comptait sur sa volonté qui lui avait permis de vaincre tant d’épreuves pour triompher du défi que lui imposait le Haut Sage de l’ordre monastique lui ayant permis de s’améliorer spirituellement. Il était hors de question d’échouer ! C’est dans cet état d’esprit que la demoiselle ailée s’élança sur l’étendue de sable fin pour commencer cette longue course qui allait durer un certain moment. Usant de ses membres immenses ayant pour origine sa taille démesurée, la De Lérhane pensait qu’elle finirait par distancer sa mentor, cependant cette dernière avait beaucoup plus de ressources que cela et comblait l’écart entre chaque pas grâce à sa puissance physique lui permettant de se propulser assez loin. Le temps défila tandis que les tours étaient accomplis et qu’Ishtar s’affaiblissait peu à peu. Avancer rapidement sur le sable était bien plus éreintant que sur la terre ferme puisque les pieds s’enfonçaient dedans à chaque pas, sans compter le fait qu’il fallait par moment grimper des pentes assez raides pour arriver en haut des falaises, le pourtour des Terres de Sereynes étant loin d’être uniforme et plat. Déjà au début du second tour de l’île, le souffle de l’ange se fit plus saccader et la sueur commençait à recouvrir petit à petit sa peau à de nombreux endroits Néanmoins, sur la course de fond tout se joue sur le mental et ça la bilcane en avait. Elle refusait que la fatigue l’emporte et lui impose une pause puisque cela signifierait qu’elle ne serait pas digne de suivre le reste de l’entraînement étant donné qu’elles en étaient encore qu’aux prémisses, au tout début de la journée, ce que Rébéna avait qualifié d’échauffement. Quelle honte ce serait de déjà s’écrouler au terme de ce premier exercice. Serrant les dents, l’Archange du Typhon maintint son allure en expirant et aspirant de manière régulière afin de maximiser l’arrivée d’oxygène dans ses muscles. La Té Ra lui lançait de temps en temps des regards en coin pour voir comment cette dernière supportait ce jogging.

-Nous allons faire un détour pour boire à la source. Il est important de s’hydrater après tout.

C’est ainsi qu’à la moitié de l’épreuve, les deux combattantes aguerris quittèrent la plage pour approcher d’une grotte d’où jaillissait l’eau d’une nappe phréatique et où elles purent se désaltérer durant quelques instants, néanmoins il était hors de question de se laisser envahir par le fait de s’arrêter. Ainsi, elles repartirent au galop pour reprendre leur course matinale. Ishtar tentait de focaliser son esprit sur des pensées afin d’essayer d’échapper à la fatigue physique qui apparaissait dans ses muscles vu l’activité ininterrompu à laquelle ils étaient soumis. Elle passa en revue ses différents projets à court terme comme à long terme, comme le fameux retour à Bilca, pour se motiver et reprendre du courage afin de continuer cette lutte contre elle-même qui s’éternisait. Chaque pas était plus difficile que le précèdent, le poids de son corps gargantuesque la faisant s’enfoncer un peu plus dans le sable doré qui brillait sous les rayons solaires émanant de l’astre montant petit à petit dans le ciel pour décrire son chemin quotidien. Les mouvements répétitifs qu’elle faisait avec ses bras commençaient à lui tirer au niveau de l’épaule. Mais il ne fallait rien lâcher. Elle y était presque. Il suffisait de terminer cet ultime tour ! Le temps s’allongeait, chaque minute qui passait lui semblant plus en plus longue alors que la chaleur s’imposait pour la faire transpirer davantage. Et enfin, elle arriva au terme de ce premier exercice.




-Voilà. Interdiction de t’allonger au sol ou de t’assoir. Il ne faut pas que ton corps croie qu’il passe dans une phase de repos, déclara Rébéna qui haletait très légèrement même s’il était clairement visible qu’elle était très loin de l’état de fatigue de la De Lérhane qui quant à elle avait pris appuis avec ses mains sur ses genoux plier pour reprendre sa respiration. Nous allons passer à la seconde partie et après nous irons déjeuner avant de méditer et repartir nous entraîner. Tu sais faire de l’escalade ?

-Pas vraiment… Vu que je vol je n’en ai pas besoin… Pourquoi ?
répondit la concernée en marquant des pauses pour respirer durant sa réponse.

-Puisque nous allons en faire jusqu’à midi. Du coup, je vais essayer de t’apprendre.

L’appréhension qui s’était dissipé suite à la fin de la course de fond face à son succès revint en galop avec cette révélation qui lui rappela plus ou moins qu’elle n’était au final qu’au tout début de ce parcours du combattant qui l’attendait. Hochant la tête, l’ancienne décima suivit sa professeure en direction des falaises avec la boule au ventre. Avec un professeur semblant aussi exigeant, apprendre quelque chose que l’on ne maîtrise pas du tout est en effet très stressant étant donné le nombre de représailles potentiels pouvant surgir à chaque erreur. En attendant, le regard de la guerrière céleste se baladait sur la nature et sur les animaux sauvages. Les prédateurs n’osaient pas s’approcher tandis que certaines créatures plus faibles et capable de reconnaissance s’approchait du binôme, enfin plus particulièrement de Rébéna, ce qui poussa Ishtar à s’interroger et à faire le lien avec les créatures qui ne l’avait pas attaqué aux abords de la cité antique. Même si elle disposait de sa propre conjecture, l’amazone préférait vérifier cela en s’adressant directement à la rousse.

-Pourquoi les animaux réagissent ainsi ?

-Oh ce n’est rien. Les prédateurs savent qu’ils n’ont aucune chance contre moi et les autres savent que je les protège des premiers. Je suis même parvenu sans vraiment le vouloir à dompter certaines bêtes que j’ai affronté à plusieurs reprises.


L’hypothèse de la blonde aux prunelles d’argent s’avérait donc exact. Au final, en dépit de sa sévérité, elle venait apparemment en aide à certains animaux qui en avait besoin et n’avaient aucunes chances contre les mastodontes arpentant la jungle, mastodontes qu’elle avait soumis par la force. Néanmoins, pour parvenir à dompter des créatures bestiales fonctionnant à l’instinct il fallait être en mesure de dégager quelque chose d’imposant, une aura capable de faire plier la volonté. C’est alors que la bilcane c’était remémoré leur rencontre la veille. En effet, dès les premiers instants la Té Ra lui avait fait une grosse impression et, avec le malaise qui l’habitait, c’était même sentit vulnérable face à tant d’assurance. Cette sensation de soumission naturelle devait avoir également son effet même sur des animaux, leur instinct les guidant sur le chemin de la survie et donc de la servitude de cette personne les dominant et qui serait en mesure des protéger s’ils se pliaient à ses ordres. Il n’y avait pas besoin d’être doter de raison pour comprendre ce genre de choses. L’Archange du Typhon secoua la tête et se reconcentra sur l’environnement puisque le duo arrivait au niveau des murailles de pierre naturelle s’élevant à une trentaine de mètres au-dessus du niveau de la mer.

-Nous y voilà, lança la psyjique tandis que sa disciple passait la tête par-dessus le bord de la falaise afin de visualiser ce qui se trouvait en contrebas, à savoir l’océan de Grandline. Ne t’inquiètes pas. Il n’y a pas de rochers en bas pour t’accueillir si tu tombes. Ainsi si tu te loupes tu pourras chuter en pleine sécurité dans l’eau, puis je sauterais à mon tour pour t’en extraire avant que tu ne coule comme une enclume.

-D’accord. Vous êtes certaines que … ?

-Mais oui. Et arrêtes de me vouvoyer s’il te plait. Allez, monte sur mon dos.

-Quoi ?!

-Fais ce que je te dis. Tu n’as pas confiance en moi ?
lança le Haut Sage avec un sourire en coin.

Assez inquiète, la De Lérhane s’approcha et laissa la femme à la chevelure de feu mesurant pratiquement la moitié de sa taille s’emparer de ses jambes pour la porter sur son dos tandis que les avant-bras de la colossale blonde se croisaient devant la gorge de l’ermite de cette contrée qui démontrait là qu’elle aussi disposait d’une musculature développé. Vu la position, l’ange avait l’impression d’être une gamine que sa maman emportait quelque part, ce qui était loin de la faire se sentir en confiance. C’est alors que Rébéna s’élança dans le vide, pivotant rapidement sur elle-même tandis qu’Ishtar lâchait un cri en croyant qu’elle allait s’écraser dans la mer, ce qui pour une maudite comme elle pouvant voyager en volant entre les îles représentaient quelque chose de terrifiant. La main de la rousse vint se rattraper à une roche à quatre mètres de la surface de l’eau, stoppant nette la chute. L’ancienne révolutionnaire avait eu le souffle coupé et se retrouvait à haleter pour se remettre de ses émotions.

-Si c’était pour faire ça je pouvais me transformer et voler jusque là pour m’accrocher à la paroi !s’emporta-t-elle, énervé par la frayeur qu’elle venait d’avoir en voyant l’eau se rapprocher inéluctablement.

-Ça n’aurait pas été marrant, répondit la sévère mentor qui affichait un large sourire en ricanant. Maintenant place tes mains sur ces roches-là.

La fille du firmament était assez surprise. Malgré son sérieux et sa fermeté, cette femme était donc en mesure de plaisanter ? Vu son comportement assez froid la majorité du temps, l’Archange du Typhon n’aurait pas cru pouvoir la voir décontracter à plaisanter en plein milieu d’un exercice comme celui-ci. Mais en fin de compte, il était vrai que s’entraîner c’était ce à quoi cette femme passait ses journées d’après ce qu’elle avait comprit de leurs échanges et de ceux qu’on lui avait dit au monastère. Donc que ce soit au travers de cela qu’elle trouve principalement de quoi s’amuser, de rompre un temps la rigueur pour se détendre un peu avant de se remettre à la tâche, semblait logique à la céleste maintenant qu’elle y réfléchissait. S’exécutant, elle se saisit de pierres qui sortait de la falaise et quitta ainsi le dos de sa professeure pour se retrouver à pendre via ces deux attaches, ses pieds touchant presque les flots. Prenant du temps pour expliquer, la Té Ra lui décrivit le chemin de points d’accroche dans la falaise dont elle pouvait se servir pour monter tout en haut tout en argumentant que cet exercice d’escalade en milieu naturelle développait les muscles, la capacité de traction ainsi que la fermeté de la poigne étant donné que la main s’habituait à saisir la roche. Ayant terminé de développé les enjeux et la façon de réussir ce nouveau défi, la psyjique entama son ascension tout en demeure attentive à la situation d’Ishtar pour sauter à l’eau au besoin. Si la De Lérhane peinait à grimper, débutant à peine, le Haut Sage était experte dans le domaine et user d’une seule main, l’autre demeurant dans son dos, pour se tracter et sauter durant un court laps de temps durant lequel son bras venait chercher l’accroche suivante.

-Merde…

La main de la bilcane s’était posé sur une pierre, mais n’avait pas réussit à en faire une prise suffisamment solide pour y demeurer accroché. Le corps immense de l’ange aux quatre ailes chuta donc en direction de l’océan où elle commença à s’enfoncer avant que la Té Ra ne plonge juste derrière pour refermer son bras au niveau de la ceinture pour ramener son élève hors de l’état s’accrochant à la paroi pour l’escalader en plongeant sa main dans la roche le temps d’être assez en hauteur pour permettre à la blonde aux iris argentés de s’accrocher à nouveau à son parcours, la rousse l’ayant ramené au tout début de celui-ci. Ce n’allait pas être l’unique fois où cette opération allait avoir lieu étant donné que les chutes se suivirent en se ressemblant et, contrairement à ce qu’elle craignait, Rébéna ne se montrait énervée par les échecs de l’ancienne décima. Certes, son visage était sec et elle parlait avec une grande autorité, mais elle lui donnait des conseils à chaque fois sur la manière de mieux abordés la chose et que c’était normal qu’elle ne parvienne pas immédiatement à grimper jusqu’en haut étant donné que son corps n’était pas encore habitué à ce travail, l’encourageant de ce fait sans pour autant quitter sa rigueur. La De Lérhane, commençant à comprendre un peu mieux la psyché de la personne en face d’elle, se satisfaisait de ces paroles qui la remotivèrent à chaque fois et lui permirent de continuer à essayer de grimper même si dans l’immédiat cela était voué à l’échec et, qu’à chaque fois qu’une de ses mains n’arrivait pas à avoir une emprise assez ferme sur la pierre, elle allait à nouveau pénétrer dans les eaux qui, de par sa malédiction, l’affaiblissait une fois qu’elle y était immergée.

Le temps défila à nouveau, mais de manière beaucoup plus rapide que précédemment. Emporté par son désir de réaliser cette ascension et non simplement de tenir tout le long des trois tours de l’île, Ishtar s’impliqua énormément à s’exercer, s’améliorant petit à petit de par la répétitivité qui accoutumait son corps à cette nouvelle utilisation de ses membres. La fatigue musculaire, qui se faisait plus présente qu’à la fin de l’échauffement, empêchant ses pensées de divaguer, l’appréhension disparut petit à petit pour laisser l’ange prendre du plaisir. C’était une sensation tout à fait intéressante que d’être tellement plongé dans cette activité. En vérité, c’était la voie sur laquelle il fallait s’aventurer pour expérimenter le Flow que la bilcane vivait quant à elle sur le chemin de la bataille, les combats étant en mesure de la plonger dans un état de concentration mental et de plaisir si intense que tout le reste disparait de l’existence. Le Flow n’était pas quelque chose de propre à un domaine, il s’étalait sur tous ceux qui existait. Du moment que le brasier de la passion était d’une ampleur suffisante, une personne pouvait se plonger dans cet état s’en même s’en rendre compte, que ce soit pour le dessin, l’écriture, les sciences, les arts martiaux, le sport, la cuisine et tout un tas d’autres choses. Certes, l’originaire de la mer blanche n’appréciait pas suffisamment les exercices physiques pour pouvoir atteindre cet état de conscience spécifique dans ce cas-ci, mais sa concentration était suffisante pour s’en approcher.

-Il est midi, releva la psyjique en levant le visage vers le firmament, sonnant ainsi la fin de ce second exercice. Nous reprendrons cela demain. Il faut aller manger maintenant pour être en forme pour cet après-midi.

Se laissant tomber, le Haut Sage récupéra la bilcane pour la remonter jusqu’au sommet de la falaise avant de prendre la route vers Talreyga.




Le midi passa rapidement pour la blonde aux yeux argentés qui sentait clairement le tiraillement dans ses muscles après s’être séché de ses multiples passages dans l’eau de mer. Mangeant de la viande issue d’un sanglier géant comme celui qu’elle avait rencontré la veille ainsi que des légumes cultivés par l’ermite des lieux, elle prit son temps pour se remettre un peu des exercices du matin. Rébéna l’amena ensuite au sommet de la pyramide où l’Archange du Typhon l’avait rencontré la veille afin de procéder à des exercices de méditation. Si pour Ishtar qui était habitué à ces pratiques où l’esprit se tourne vers lui-même pour faire le point et chercher à apaiser sereinement l’âme, pour la psyjique c’était avant tout le moment de la journée où elle s’exerçait à libérer son haki de l’observation afin de tenter de couvrir la plus large zone possible tout en s’attelant à analyser les voix qu’elle captait pour discerner au mieux les intentions de ceux-ci, plusieurs à la fois. C’était avant tout une experte en haki de l’armement, mais la rousse ne laissait pas de côté le perceptif qui avait lui aussi une place particulièrement importante dans les affrontements. De toute manière, arrêter de s’entraîner sur un domaine qu’elle avait réussi à maîtriser n’était absolument pas le genre de la Té Ra qui passait littéralement ses journées à cela.

Une fois le temps de la méditation terminé, le Haut Sage signifia à son élève de la suivre d’un simple geste de la main. Il ne fallut pas longtemps à la De Lérhane pour reconnaître le chemin et deviner où elles allaient. Elle allait enfin savoir à quoi servait ces gros rochers et ces chaînes. Arrivé au niveau du fleuve, Rébéna sauta sur la masse de roche qu’elle traversa avant de se mettre à escalader rapidement la falaise tandis que la bilcane revêtait sa forme hybride pour atteindre le sommet en quelques battements d’ailes. Les explications sur ce troisième exercice commencèrent donc.




-C’est un dispositif bien évidemment non naturel. Le principe est en soit assez simple. Tu vas enrouler les chaînes sur tes avant-bras de façon à ce que ce soit bien serré et bien noué pour être sûr que cela va tenir. Ensuite, tu vas sauter jusqu’au plateau de pierre au milieu de la rivière qui est très plat et parfait pour avancer. Etant donné la longueur de l’assemblage des maillons, tu vas devoir préalablement tirer sur les maillons pour faire lever les pierres parce que sinon tu n’auras pas assez de longueur pour atteindre le bas en sautant. Enfin, une fois que tu seras en bas, tu vas devoir tenir le plus longtemps possible en opposant ta force au poids des pierres qui sont plus lourdes que ce qu’elles sont l’air. De plus, il y aura encore trois ou quatre mètres entre l’attache et la roche, donc tu pourras aussi exercer les muscles de tes bras en les ramenant devant toi pour essayer de ramener les rochers jusqu’au niveau des attaches. Tu as compris ?

-Euh… Je crois.

-Bien ! Alors allons-y.


La psyjique noua les chaînes aux avant-bras de l’ancienne révolutionnaire avant de l’air à monter les grandes pierres servant en réalité de poids, soulever de la fonte n’étant plus réellement un problème pour des personnes avec une force physique comme la leur. Ishtar put ainsi constater qu’en effet ces roches pesaient leur poids, ce qui permettait de comprendre pourquoi un alliage aussi résistant avait été utilisé pour les maillons. L’Archange du Typhon se demandait surtout de quelle île elles provenaient, mais se garda de poser la question étant donner qu’elle était déjà en plein effort physique et que ce n’était guère optimal de parler dans ces conditions. Une fois les poids géants remonter presque aux attaches, la bilcane sauta jusqu’en bas et arriva sur le plateau rocheux au milieu du courant.

-Tu es prête ?

-Oui !


La rousse lâcha donc les chaînes qu’elle retenait et tout le poids de la roche vint peser sur les bras de la De Lérhane qui fut contrainte de se pencher vers l’avant, mettant une jambe plié en avant et une autre tendu derrière pour affirmer ses appuis en opposant une résistance à cette terrible tension qui se répandait déjà dans son corps et faisait déjà trembler ses triceps et biceps.

-Tu essaie de rester comme ça pendant deux heures. Si jamais tu n’y arrives pas, tu enchaîne avec deux mille abdominaux en attendant que je revienne. Moi, je vais faire un ou deux tours de l’île à la nage ! À tout à l’heure !




La céleste soufflait comme elle pouvait alors qu’elle demeurait là, dans une position fixe tout en étant mouvement étant donné les multiples tremblements qui arpentait son corps. Se remémorant les dires de Rébéna, la bilcane actionna son bras pour l’amener devant elle, tirant ainsi un peu plus les maillons pour remonter l’énorme poids petit à petit. La sueur recouvrait les membres de la demoiselle ailée, les happant dans un écrin luisant et bouillant rendant justice aux efforts qu’elle faisait pour réussir à résister à cette attraction. Tout ces tests possédaient en eux même un développement de l’endurance de celui qui les passaient en plus de l’entraînement pour certaines parties du corps, la propulsion des jambes pour le jogging, les capacités de saisie et la dextérité des mains pour l’escalade ainsi que le maintiens des bras à une tension constante durant un effort violent. Ainsi, ce qu’elle travaillait là était la possibilité de demeurer dans un déferlement de sa puissance physique lors d’un impact contre un adversaire en faisant de même pour résister. C’était ainsi pour les situations similaires à des bras de fers en plein combat, par exemple dans un cas de poing contre poing. Le premier qui ne parvenait plus à maintenir suffisamment sa force physique sur la zone de confrontation serait celui qui laisserait l’autre remporter la partie. Et comme toujours, la dimension psychologique avait une place importante dans cela. Si le mental lâchait, le corps suivait. Ainsi, serrant les dents, Ishtar lâcha un hurlement dans l’effort tandis qu’elle ramenait ses deux bras devant elle avant de les laisser repartir en arrière tout en enfonçant bien ses appuis dans le sol pour éviter d’être entrainé par le retour en arrière des avant-bras sur lesquels étaient fixés les chaînes qui pourraient tout à fait la faire remonter jusqu’en haut de la falaise, le dos frottant brutalement la paroi, si jamais elle se laissait emporté par le poids des pierres qui retomberaient alors dans le cours d’eau.

Il fallait tenir. Hors de question de se laisser vaincre par deux misérables cailloux. Elle avait su triompher de l’adversité à de nombreuses reprises, battu de puissants ennemis à l’image de Diksein ou Kyusuke, alors il était inconcevable que de la pierre triomphe d’elle, ce qui serait une insulte tout autant pour elle que pour les personnes dont elle avait triomphé. Les guerriers portaient en eux la mémoire de leurs affrontements passés, de ceux qu’ils avaient surpassés ou fait trépassés. La De Lérhane sentait le poids du regard de tous ces hommes et femmes qui la fixait dans son action, un poids abominablement lourd qui, au fur et à mesure que l’Archange du Typhon concentrait sa psyché sur sa tâche, surpassait celui qui tirait sur ses bras. Soufflant bruyamment à la manière d’un animal face au tiraillement de ses muscles, l’ancienne décima ferma ses poings et usa de sa force surhumaine dans sa jambe pliée afin de parvenir à faire un pas vers l’avant et, de par ce fait, ainsi tracter tout son corps et également les rochers. Lâchant un nouveau souffle lourd et sauvage, la bilcane s’appuya sur la solidité de sa psyché pour ne pas se laisser emporter. En dépit de ses efforts, la fatigue musculaire la contraignit à reculer de quelques centimètres. Pourtant, la blonde résidait du mieux qu’elle pouvait, ce qui se voyait sur son visage déformé par la douleur et l’effort, ses veines ressortant clairement, la peau semblant tendu à l’extrême et ses yeux ayant l’air d’être prêt à jaillir hors de leurs orbites. Un grognement mourut dans la gorge de la demoiselle ailée qui mobilisait tout ce dont elle était capable dans cette tâche. Ses paupières se refermèrent tout en se plissant de crispation physique et un cri plus puissant que les précédents sortit de sa bouche tandis que ses bras, au niveau de la chaîne, et la plante de ses pieds se recouvraient de haki de l’armement sans qu’elle ne le veuille réellement consciemment, son désir d’y arriver le faisant pour elle. Elle ramena ses membres supérieurs devant elle en croix, son corps tout entier se penchant un peu plus en avant.

Le temps passait et Ishtar n’avait aucune idée de la quantité de minutes qui avaient défilés durant cette lutte. Néanmoins, en dépit de la résistance de son mental, elle finit par lâcher durant une demi-seconde qui fut fatidique. Emporté par le poids l’attirant vers l’arrière, la bilcane vint percuter la paroi de la falaise.

-Je n’ai pas dit mon dernier mot, grommela-t-elle avant d’enfoncer ses pieds dans la roche pour redresser son corps à l’horizontal, face vers le fleuve.

La De Lérhane allait tenter de redescendre jusqu’en bras pour revenir sur la plateforme et poursuive l’entrainement. Chacun de ses pas était plus lente que le précédent, dans parler du fait que cette position dans l’espace était tout sauf naturelle et donc difficile à tenir. Cet exercice lui permettait au moins de se rendre compte qu’entre tirer sur un objet pour le faire remonter et maintenir la traction n’avaient pas du tout le même niveau d’exigence au niveau du physique. En effet, avant de se positionner, tirer la pierre n’avait pas été extrêmement éprouvant comparer au reste. Enfin, malgré tout ses efforts, la gravité l’emporta et le poids la fit remonter au sommet de la falaise où le corps de l’archange s’écrasa. Étalée sur le sol, Ishtar releva la tête avant de la laisser retomber. L’envie de se laisser submerger par le sommeil la gagne, mais elle fut bientôt tiré de cette douce rêverie par la voix de Rébéna qui revenait de l’océan.




-Tu as réussi à tenir assez longtemps à ce que je vois. Je ne m’y attendais pas en vérité. Tu me surprends. Bon relève toi vite et passons à la suite.

La bilcane tituba en se redressant, manquant même de chuter de la falaise. La psyjique ne l’emmena pas si loin que ça puisqu’elles firent environ une quarantaine de mètres avant de s’arrêter dans une clairière assez dégagée. La respiration de l’originaire de la mer blanche était assez lourde étant donné qu’elle ne s’était pas encore remise des efforts qu’elle venait de faire, et pourtant il n’était pas encore l’heure de s’arrêter.

-Nous allons faire divers petits travaux pour nous exercer sur plusieurs domaines. En premier lieu, nous allons sauter environ trois mille fois sur place, enfin surtout pour toi puisque de mon côté je vais le faire en utilisant le Sky Walk. Nous enchaînerons avec des étirements afin de s’atteler à la souplesse. Il me semble que c’est un terrain sur lequel tu ne t’es pas vraiment aventuré, alors je ne vais pas y aller avec des pincettes. Ensuite nous ferons des abdos et quelques centaines de pompes avec le corps à la verticale pour que tout le poids repose réellement sur les bras, comme pour faire des tractions mais dans l’autre sens. Après…

C’est à ce moment que l’esprit de la De Lérhane décrocha de la liste que lui faisait Rébéna sur la fin du programme pour la journée. C’était trop, beaucoup trop. L’entraînement durait donc bel et bien de l’aube au couché du soleil avec juste des pauses pour boire et manger ? Quel vie intense cette femme vivant en ermite menait ! Plus ou moins découragé face à la montagne de travail qui lui restait à abattre, la guerrière céleste se mit en position pour enchaîner des séries de sauts jusqu’à ne plus réussir à compter combien elle en avait fait. Ce qui était certains, c’est qu’après ce séjour dans les Terres de Sereynes elle disposerait d’une bien meilleure endurance qui lui fort utile pour les affrontements à venir. Cependant, pour arriver jusque-là, il fallait survivre à une quantité inimaginable d’exercices physiques qui mettrait à mal le moral de l’ange. Elle n’était qu’au premier jour et elle sentait déjà son corps se disloquer, ses muscles lui réclamer d’arrêter et son cerveau lui implorer de céder à la paresse. Pourtant, l’Archange du Typhon essayait de tenir bon et ignora donc ces requêtes de son corps pour s’impliquer dans le présent. La sueur dégoulinait à grosses gouttes en multiples endroits et certains de ses membres tremblaient. La blonde aux iris argentés refusait l’échec et comptait bien montrer à l’imposante rousse ce dont elle était capable, pour lui prouver qu’elle était digne de recevoir son enseignement, qu’elle ne la décevrait pas. Les difficultés étaient faites pour être surmonté et si elle se laissait à la faciliter, jamais la bilcane ne se montrait en mesure de réaliser ses ambitions en tant que combattante. C’est donc déterminé que la demoiselle ailée poursuivit ses exercices avec le plus de rigueur possible sous le regard observateur de celle qui la jugeait.






© By Halloween



Schéma de l'exercice 3 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 1227
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Left_bar_bleue47/75[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Left_bar_bleue349/750[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty_bar_bleue  (349/750)
Berrys: 47.559.000 B

[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty
MessageSujet: Re: [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé)   [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Icon_minitimeVen 8 Mai - 15:46




Solo

La Croisée des Lions



Les jours s’enchaînèrent et se ressemblèrent, le quotidien se transformant en un enfer de souffrance physique et de résistance psychologique. Cela semblait interminable à la De Lérhane qui avait effectué des exercices divers au court de cet entraînement intensif même si les plus important comme l’escalade et les rochers de la falaise furent très souvent au rendez-vous. Elle se sentait même légèrement plus résistante à l’interaction entre l’océan et sa malédiction grâce à ses innombrables chutes dans l’étendu azuré, certes toutes ses forces la quittait, mais elle parvenait à résister pour se mouvoir quelques peu dedans ce qui pourrait lui permettre de se débattre à défaut de réussir à nager. La bilcane était à bout. Chaque soir elle s’écroulait un peu plus tôt que la veille pour se lever le lendemain un peu plus tard. La native de la mer blanche était tiraillée par ses multiples douleurs physiques là où Rébéna semblait ne pas avoir de soucis à reproduire inlassablement les mêmes exercices éreintant sans jamais s’incliner face à la douleur. Pourtant c’était bel et bien le cas. En vérité, la Té Ra était tellement habituée depuis des années à souffrir physiquement pour toujours plus développer les capacités de son corps tant et si bien que c’était devenu son quotidien. Elle s’était faite à ces tiraillements, à ce que ses membres soient hantés par la souffrance. Elle était ainsi forgée, ne pliant pas le genou, demeurant dressé en direction du chemin qu’elle trace par ses propres moyens en éliminant tous les obstacles sur sa route. Ainsi, après deux semaines d’éreintants efforts, la blonde aux prunelles d’argent allez enfin pouvoir se mettre à apprendre une technique importante de sa professeure qui jugeait que cette fille du ciel avait les capacités et la force mentale nécessaire pour mériter la connaissance de cet arcane bien spécifique.

-Nous commencerons l’apprentissage en début d’après-midi, furent les paroles qui réveillèrent la De Lérhane en sursaut à l’aube, paroles émises par la rousse qui demeurait stoïque et adossé au mur sans réagir d’aucune façon à la réaction de surprise de sa céleste élève. D’ici là, repose toi pour être en pleine forme… Mais tu me feras quand même une fois le tour de l’île en courant quand tu seras levé histoire d’être échauffé pour passer aux choses sérieuses. À tout à l’heure.

Clignant des paupières, Ishtar écouta les dires de sa mentor avant que celle-ci ne s’éclipse pour aller suivre son entraînement quotidien pendant que l’ange se laissa retomber en arrière pour être accueillit par les bras réconfortant de Morphée. Un sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle se perdait dans un sommeil réconfortant.




L’ancienne révolutionnaire quitta son lit de fortune vers dix heures du matin et, conformément à la demande de la psyjique, partit effectuer un tour de l’île pour se mettre en jambe. Elle sentait à quelle point ce repos lui avait fait du bien puisque les courbatures, auxquels elle avait commencé à s’habituer même si elle souffrait toujours beaucoup, se faisait moins ressentir que la veille lorsqu’elle courrait sur cette même plage. L’exercice se passa sans accroc ce qui permit à la bilcane de rentrer aux ruines de Talreyga pour déjeuner. Rébéna avait laissé à la De Lérhane de quoi manger avant de partir méditer à la pyramide. L’Archange du Typhon mangea donc seule et attendit le retour de la femme à la chevelure écarlate. Celle-ci ne s’arrêta pas et fit un geste de la main pour dire à sa disciple de la suivre.

-Viens. Nous nous rendons dans la clairière non loin du sommet de la falaise.

La blonde hocha la tête et se plaça derrière le Haut Sage pour l’accompagner jusqu’à la destination désigné. À vraie dire, la demoiselle ailée n’était une nouvelle fois pas à ses aises. La présence écrasante de Rébéna, en dépit de ses encouragements et félicitations toujours assez froides, provoquait toujours une certaine appréhension chez la De Lérhane lorsque celle-ci n’était pas pleinement plongé dans l’un des multiples entraînements qu’elle suivait sur cette île. De plus, le fait que la Té Ra ne discutait que très peu ne la mettait pas davantage en confiance. À vraie dire, plus les jours passaient, plus l’originaire du monde au-dessus des nuages trouvait qu’une certaine hostilité envers elle grandissait au sein de l’âme de cette éminente martialiste. Elle avait pensé à plusieurs reprises aborder le sujet mais s’était retenue par peur d’envenimer la situation plutôt que de la résoudre. Tout cela se mélangeait pour former une ambiance de travail plus ou moins pesante qui ne plaisait pas véritablement à Ishtar habituée à bien s’entendre avec ses partenaires, comme par exemple Yufina ou même Kyoshiro lorsqu’elle était passé à Graou Island. Pour réussir à convaincre Rébéna, l’Archange du Typhon cherchait donc à mettre ses doutes de côté afin de pouvoir suivre efficacement les instructions de la Té Ra qui, elle le savait et le sentait déjà, lui permettait de s’améliorer grandement.

L’ascension de la falaise se fit aussi rapidement que d’habitude et la petite clairière s’offrit aux deux femmes sous le regard de certains animaux tournant dans les environs ou habitant dans les arbres alentours.

-Alors… Tu as déjà dû rencontrer des personnes qui usait de leur haki de l’armement d’une manière spécifique, poussant ce qui est à la base un blindage noir locale à d’autres extravagances encore plus utiles et puissantes.

-En effet.

-Ce que je vais t’enseigner et que j’ai retranscris dans le livre de l’Ordre Psyjique est ma façon de dompter cette puissance intérieure qu’est le haki pour lui offrir une nouvelle forme s’avérant assez explosive.


Ainsi donc le savoir dont Ishtar allait hériter n’était ni plus ni moins qu’un haki avancé ?! La bilcane ne s’attendait clairement pas à cela. Ce genre de pouvoir était en effet de haute volé et très compliqué à utiliser et manier. Il fallait de base une grande maîtrise dans le domaine pour réussir à concevoir un tel procédé, ce qui en disait long sur l’expérience de la Té Ra en la matière. La De Lérhane, quant à elle, s’était éveillé au haki assez récemment et était parvenu à canaliser cette puissance grâce aux conseils des autres amazones. Elle n’était pas sûr d’être prête à réussir à dompter un haki avancé, mais cela lui permettrait de s’exercer pour s’améliorer et peut-être finalement maîtriser ce pouvoir dans un futur relativement proche. Le renforcement de son corps engendré par les exercices de la psyjique la rendait optimiste à ce sujet.




-Cela ne va pas être un travail des plus facile puisque tu risque de te vider assez régulièrement de tout ton haki ce qui va te contraindre à faire une foultitude de pauses avant de t’y remettre. Il faudra donc bien que tu mémorise les sensations de chaque essai pour reprendre convenablement là où tu en étais avant d’épuiser tes réserves.

-D’accord. Qu’est ce que je dois faire alors ?
questionna Ishtar en se mettant en garde.

-Il va te falloir te concentrer et déplacer ton haki de manière continu dans un premier temps. Le but est de le faire converger dans une seule partie du corps afin de ne pas simplement recouvrir la peau d’un blindage, mais de remplir cette enveloppe avec davantage de haki.

-Cela va rendre mes coups plus puissants ?
demanda l’ange en arquant un sourcil.

-Bien sûr que non. Tu ne sais pas que le durcissement des attaques en lui-même provient du fait que l’on insuffle le haki dans l’épiderme ? Le haki ne fonctionne pas comme de l’air que l’on met dans un ballon, il faut considérer que le ballon est déjà rempli au maximum, cela représentant la partie du corps, et que le haki de l’armement est une enveloppe de métal que tu rajoute par-dessus pour en faire un véritable boulet de canon. Donc l’accumulation en un point n’est pas l’objectif final de cette technique, c’est une étape.

-Donc que devrais-je faire ensuite ?

-J’y viens, j’y viens. On arrive à la partie la plus compliqué que tu entameras quand tu réussiras à rassembler suffisamment de haki. Il s’agit d’expulser ce fluide particulier hors de ton corps par la zone recouverte du blindage et ce sous la forme d’une véritable explosion. Déjà nous nous en tiendrons à cela. La capacité à doser la quantité de haki que tu envois hors de ton corps viendra avec la pratique et la familiarisation avec cette aptitude avancée, mais voilà globalement en quoi cela consiste. Je te donnerai des explications et indications plus précises au fur et à mesure. Cela va demander du temps. Tu es assez doué de manière général de ce que j’ai entendu de Yufina et de ce que j’ai pu voir durant les deux dernières semaines, donc j’espère que tu y parviendras assez rapidement. À vrai dire, si dans un mois tu n’es pas arrivé à un stade concluant, je laisse tomber et te renvois au monastère. Certes cela ne voudra pas dire que tu ne maîtrisera jamais cette puissance explosive, mais qu’à mon goût c’est insuffisant pour une personne sensée me succéder au sein de l’Ordre Psyjique.





La De Lérhane serrait les dents tandis qu’un de ses avant-bras se recouvrait d’une épaisse plaque noire. Se concentrant pour essayer de canaliser le reste de l’énergie et l’envoyer en renfort de ce qui était déjà déployer, l’ange vécu à nouveau un échec pour son quatorzième essai, étant donné que la couche ténébreuse recouvrant sa peau s’étendit un peu plus au lieu de devenir le contenant d’une masse plus grande de haki de l’armement. Rébéna, dont le corps demeurait parfaitement vertical, la tête vers le bas, tandis qu’elle faisait ses pompes avec tout le poids de son corps reposant sur un seul de ses bras, se décida à donner quelques conseils supplémentaires pour aider la fille des cieux alors que celle-ci dissipait l’armure sombre qu’elle venait de faire apparaître sur elle.

-Tu es à l’aise avec la méditation, alors dis-toi que tu médite. Dans un premier temps, referme ton esprit pour devenir hermétique au reste et concentre-toi sur la sensation du fluide du renforcement se déplaçant dans ton corps, puis une fois que tu as bien mémorisé cela, tente de le faire converger vers le bras. Cela devrait te permettre de te détacher de l’usage standard que tu fais de manière naturelle en te servant seulement de ce pouvoir pour appliquer un blindage.

La bilcane hocha la tête et ferma les yeux. Elle commença à jouer avec le haki de l’armement, essayant de le faire se mouvoir en elle, l’invoquant ensuite à quelques endroits comme le ventre, l’épaule ou même la cuisse. C’est ainsi que la blonde aux iris argentés se créa des points de comparaison pour différencier la sensation du recouvrement et du déplacement. Pour l’instant, c’était très léger et l’Archange du Typhon comprenait bien qu’elle allait devoir poursuivre cela encore quelques heures avant de se familiariser suffisamment avec le ressentit pour que les différences soient suffisamment mises en valeur pour qu’elle les repaire facilement. Cela allait lui permettre de progresser sur la voie de la maîtrise de cette puissance mystérieuse dans laquelle elle n’était pas encore une experte. Néanmoins, l’ancienne révolutionnaire oubliait là que d’user d’autant de haki l’affaiblissait et qu’elle ne parviendrait pas à se maintenir éternellement dans cet état, la sueur commençant déjà perler par endroit. Il allait lui falloir une pause d’ici peu pour renouveler le fluide de l’armement. En dépit de cela, Ishtar se donnait pleinement à la tâche, s’investissant ardemment dans cet exercice. Les déplacements de cette substance étant tout aussi abstraite que concrète demeuraient encore sombre et il lui fallait multiplier ses utilisations ainsi que davantage se concentrer pour être certaine de bien cerner la sensation, à la manière de personnes ayant toujours mangés avec des couverts à la lumière et qui se retrouvaient à devoir reconnaître les aliments avec leurs doigts, manger étant la seule façon de créer une comparaison avec ce qui est connu afin d’affiner la réflexion sur la reconnaissance de la nourriture. Ici c’était exactement la même chose, le blindage étant l’usage standard à la lumière tandis que les mouvements du haki en elle sur lesquels elle ne s’était jamais réellement focaliser plus qu’une personne notant la texture des aliments une fois en bouche étaient absolument une tentative de reconnaître dans une obscurité totale la nourriture par de simples contacts physiques.

La native de la mer blanche se vidait progressivement de ses forces à mesure qu’elle faisait ses expérimentations. Son esprit étant replié sur lui-même, coupé du reste du monde, la De Lérhane était bien évidemment plus que consciente du fait qu’elle serait bientôt à court du fluide ténébreux. Tout comme la psyjique le lui avait proposé plus tôt, la bilcane se concentrait sur la sensation pour pouvoir ensuite reprendre là où elle en était sans revenir trop en arrière une fois qu’elle serait à nouveau en mesure d’user du haki. Son visage se crispa alors qu’elle faisait d’ultimes efforts pour poursuivre encore quelques instants, mais cela faisait beaucoup trop de temps qu’elle utilisait ce pouvoir de manière prolongé. Complètement vidée, l’Archange du Typhon chuta en arrière pour atterrir sur son fessier, haletante et transpirante. En face d’elle, la Té Ra était toujours aussi imperturbable.

-Je pense que tu pourras t’y remettre d’ici une bonne demi-heure. Profites-en pour faire le point sur ce que tu as ressenti, lui conseilla la rousse.




Le troisième jour de l’apprentissage était déjà bien entamé quand la voix de Rébéna s’éleva pour sortir Ishtar de son état de transe d’analyse des déplacements du fluide au sein de son être.

-Cela suffit. Tu y as passé suffisamment de temps. Maintenant que tu dois t’être habituée, essaye de faire converger le haki en le déplaçant jusque dans ta main déjà recouverte et de le maintenir là sans l’envoyer sur l’épiderme, déclarait la professeure en plein exercice de souplesse.

Une nouvelle fois, la demoiselle ailée hocha la tête et se plongea à nouveau dans une méditation profonde. Faisant apparaître une armure sombre partant de son poing pour s’étendre jusqu’à la majorité de l’avant-bras, la bilcane focalisa son attention sur le flux en elle qu’elle avait appris à ressentir et manipuler sommairement durant ces derniers jours. Cela variait beaucoup de l’usage standard et basique que l’ancienne décima maîtrisait parfaitement désormais, mais à force de s’exercer sous les conseils de sa nouvelle mentor la De Lérhane était parvenu à amadouer le haki. Désormais, Ishtar n’indiquait plus seulement la destination où il devait arriver pour s’incarner dans l’épiderme, elle parvenait plus ou moins à le faire se déplacer selon ses désirs même si la gestion de la quantité déplacée n’était pas encore à l’ordre du jour. En fait, c’était comme si une personne s’était suffisamment habituée à la conduite dans une grande ville qu’il ne connaissait pas à l’origine pour pouvoir désactiver le GPS et choisir lui-même son itinéraire, la quantité déplacée se matérialisant en tant que passagers du conducteur qui lui devra descendre pour aller travailler, à l’instar de la partie du haki se transformant en blindage, tandis que les autres demeurent dans la voiture à l’attendre. C’était exactement le but recherché et le travail actuelle de la native des îles célestes était de gérer la patience de ces passagers afin de les contenir dans la voiture, le fluide offensif ne devant pas rejoindre le reste de la peau sinon il n’y aurait aucune réserve dans le membre pour permettre l’expulsion de cette puissance hors du corps. Pour se faire, l’Archange du Typhon se représentait mentalement la masse de la substance de renforcement dans son avant-bras qui essayait d’exploser pour se projeter sur les parois, mais qu’elle contenait en tentant de lui donner une prison immatérielle plus ou moins sphérique par la force de son esprit allié à la manipulation interne du haki qu’elle avait commencée à développer depuis trois jours. Néanmoins, dans l’immédiat, elle échoua et le fluide offensif quitta la barrière intangible et purement psychique pour se répandre sur la peau en renfort de l’armure déjà présente. La bilcane fit un pas en arrière, surprise par la violence de la chose, et pesta contre son échec.

-Il est tout à fait normal que tu n’y parviennes pas immédiatement, lui rappela alors Rébéna. Tu t’es entraîné à dirigé le haki dans son mouvement, mais là il s’agit de l’arrêter pour le stabiliser pour à terme réussir à l’entasser sans qu’il ne cherche un endroit dans la peau où il pourrait se poser. Comme je te l’ai déjà dit, il te faudra beaucoup de pratique pour réussir à maîtriser pleinement ces actions diamétralement opposées. D’ailleurs, tu as beau réussir à déplacer le haki selon ta propre volonté, cela te demande beaucoup d’efforts et de concentration que tu n’arriveras pas forcément à avoir en combat. Même si nous passons assez rapidement – oui trois jours c’est peu – sur ces étapes primaires, il faut que tu gardes à l’esprit que tu devras continuer de t’y entraîner pour que cela finisse par devenir plus instinctif. C’est la seule manière pour parvenir à utiliser cette technique à son plein potentiel dans le feu de l’action, sinon la perte de l’attention que tu reportes sur le chargement de ton membre avec du haki pourrait être fatale puisque tu crées une grande ouverture béante dans laquelle l’adversaire peut s’engouffrer rapidement. Enfin bref ! Je te laisse retenter.




Une fois la phase de maîtrise du flux passé, l’entraînement devenait encore plus fatiguant. En effet, faire converger une masse de haki derrière le blindage utilisait beaucoup plus de fluide que les utilisations standards de celui-ci, ce qui vidait les réserves de la De Lérhane beaucoup plus rapidement, la contraignant à multiplier les poses durant les cinq jours où elle alterna l’exercice de déplacement de la substance de renforcement et d’emprisonnement de celle-ci dans un membre sans qu’elle ne s’applique à la peau. La Té Ra, ayant déjà donné la majorité de ses conseils, se faisait moins présente et laisser la bilcane trouvait sa façon de réussir ces étapes de la manière qui lui convenait le mieux. Finalement, Ishtar parvint à maintenir la masse de haki pendant plus de trois minutes sans qu’elle n’explose pour se projeter sur les parois internes du blindage, ce qui signifiait pour la psyjique qu’il était temps de passer à la dernière phase de cette technique, certainement la plus difficile et qui représentait la complexité de beaucoup de haki avancé qui mettaient cela en jeu, c’est-à-dire envoyer le haki hors de son corps. C’était en effet assez peu naturelle étant donné que le but premier du fluide offensif était de renforcer le corps afin de rendre des attaques plus puissantes ou d’augmenter sa défense grâce au blindage. C’était un pouvoir fortement attaché au corps de l’utilisateur dans lequel il se manifeste. Projeter cette substance mystique permettant de véritablement toucher les maudits était donc un défi que seul les experts accomplis en haki de l’armement ayant développé leur talent spécifiquement dans ce but parvenaient à surmonter. D’ailleurs grâce à l’enseignement de la rousse, la femme aux quatre ailes devenait petit à petit plus qu’une utilisatrice accomplie du fluide offensif, c’est-à-dire une maîtresse dans ce domaine, et cette étape finale pour user de la technique de Rébéna serait donc son épreuve pour basculer dans la catégorie des experts en haki de l’armement. La Té Ra le savait, voyant bien que la De Lérhane se débrouillait vraiment bien, et, étrangement, cela la rendait encore plus hostile et froide envers sa disciple.

-Le dernier objectif de ton apprentissage va être d’expulser la masse de haki que tu as stabiliser hors de ton poing en lui donnant une direction et une forme, à savoir une explosion, lança sèchement l’ermite des Terres de Sereynes sans donner davantage d’explication, laissant la céleste livrer à elle-même dans cet ultime défi à travers duquel elle pourrait s’élever en maître du fluide offensif.

La bilcane sentait bien la sévérité accrue de sa mentor, qui se dirigeait vers la falaise pour effectuer l’exercice avec les chaînes et les rochers, mais la guerrière céleste ne parvenait pas à en comprendre la raison. Ainsi, elle se cantonnait à simplement acquiescer et se donner pleinement à l’entraînement plutôt que de perdre du temps à élaborer des conjectures pour trouver une réponse qu’elle n’aurait de toute manière pas dans l’immédiat. Prenant une grande inspiration, pour une énième fois l’ancienne révolutionnaire rendit son esprit hermétique aux interactions externes. La méditation était un exercice de l’esprit nécessitant généralement de supprimer les pensées inutiles afin de se focaliser sur une certaine sérénité, ce qui impliquait généralement un certain immobilisme. Néanmoins, grâce à ses années de pratique l’Archange du Typhon avait su pousser cela jusqu’à être en mesure de méditer tout en se concentrant sur le flux ou le fait de contenir la masse de fluide offensif. Pour l’heure c’était suffisant, mais elle savait pertinemment que lorsqu’elle devrait combattre, faire appel à cette force, il lui faudrait pousser la transe encore plus loin. Elle devrait être en mesure d’entrer en méditation en restant alerte, les yeux ouverts, et en plein combat. Ce serait quelque chose de difficile et risqué, mais si elle parvenait à dompter le fluide perceptif en elle, la De Lérhane aurait éventuellement un moyen de coupler le tout pour atteindre une sérénité quasiment parfaite durant les phases de combat afin de concentrer sur les mouvements du haki de l’armement et ceux jusqu’à ce qu’elle parvienne à user de cette technique avancée de manière instinctive comme en parlait la rousse.

Ishtar amena donc le flux dans son poing déjà recouvert de blindage et le maintint en suspension dans le membre avant de donner un coup de poing dans le vide, accompagnant le mentalement le mouvement pour projeter la masse dans la direction qu’impliquait le mouvement. Le haki se contenta d’heurter la couche de blindage et demeura dans la main, ne sortant aucunement et s’éclatant en fragments pour se mêler à la couche recouvrant la peau. Un soupir quitta les lèvres de la native de la mer blanche qui enchaîna avec une succession de tentatives plus infructueuses les unes que les autres. Faisant finalement une pause pour laisser le temps à son organisme de renouveler le fluide offensif, la bilcane plongea dans quelques réflexions afin de chercher quelques comparaisons avec ce la tâche qui était la sienne. Qu’est ce qui se trouvait initialement dans un corps, que ce soit organique ou de manière plus métaphorique, et qui parfois était forcé de sortir dans que cela ne soit prévu. La première image qui lui vint ne fut pas la plus attirante puisqu’il s’agissait du vomi qui étonnamment correspondait bien à ce que devait faire l’Archange du Typhon, même si au final le vomissement est une action de défense de l’organisme… Et bien est ce que la De Lérhane ne pourrait essayer de faire de l’expulsion du haki un geste de défense ? C’est vrai que normalement le vomi contient ce qu’il faut extraire de l’organisme pour le préserver, ce qui diffère la localisation de la menace dans les deux mécanismes, mais cela pourrait demeurer intéressant à explorer, même pour aller en faire un réflexe et donc s’approcher du caractère instinctif qu’abordait la Té Ra.




Le premier soir de cette nouvelle étape, Ishtar était parvenu à un semblant de réussite en se concentrant sur la sensation autour et dans son poing avant de se focaliser pour rechercher à retrouver quelque chose de similaire au vomi qui remonte le long de la gorge pour être expulsé violemment hors du corps. En effet, une petite quantité de haki passa brutalement au travers du blindage pour se retrouver de l’autre côté en prenant la forme de quelques flammèches qui furent emporter par l’air dans les instants suivant. C’était loin de la déflagration attendue, mais cela impliquait que la bilcane se trouvait sur la bonne voie, ce qui la poussa à poursuivre la recherche de cette sensation peu agréable de vomissement non pas avec la gorge et le contenu de l’estomac, mais avec son bras et la substance mystique de renforcement. Le lendemain, le nombre de tentatives réussies se multiplia, néanmoins, n’étant pas habitué à ce pouvoir et étant physiquement affaiblit de ces semaines ardues pour elle, cela fit jaillir une horrible douleur dans l’avant-bras de la bilcane qui chuta au sol, à genoux, en tenant son membre en gémissant, littéralement foudroyée par l’émergence de cette réaction à cet entraînement intensif. La souffrance qui la tiraillait lui donnait l’impression d’être recouverte par un brasier incandescent s’enfonçant sous sa chair pour brûler aussi bien les muscles que les os. Le regard argenté de la De Lérhane se leva vers sa professeure qui l’observait dans un silence souverain, ses yeux muets ne retranscrivant rien des pensées de cette femme à la chevelure flamboyante qui demeurait monolithique du point de vue de la native de la mer blanche, cette dernière étant aussi glaciale que la pierre, aussi imperturbable qu’une muraille, aussi implacable qu’un titan toisant les mortels de sa grandeur divine. Les lèvres de Rébéna s’entrechoquèrent, faisant déferler un avis brutal sur la situation pour la plus grande terreur de l’ancienne décima.

-Alors ? Qu’est-ce que tu fais ? Tu vas laisser la douleur gagner ou tu vas te battre pour la surpasser ?

-Quoi ?! Mais c’est impossible de…

-Tu crois pouvoir hériter de mon savoir alors que tu n’es même pas en mesure de résister à cela ? Si tu plie le genou face à la douleur, qu’est-ce que ce sera face à un ennemi qui te mets en difficulté ?


L’Archange du Typhon resta tétanisé face à la scène que lui montra la Té Ra, le visage baissé, les yeux plongés dans l’ombre avec un sévérité toujours plus exemplaire. L’un de ses poings de recouvra de haki de libéra une puissante explosion en direction de l’autre bras qui s’embrasa alors. La rousse amena l’incandescent membre devant elle et referma son poing avant de finalement le recouvrir d’une couche de haki, qui si elle l’avait activé avant l’aurait protégé du feu, d’où jaillit une autre déflagration propulsant les flammes résultantes de la précédente en libérant ainsi le bras brûlé de l’étau infernal. Ne bronchant d’aucune façon, son visage n’avait pas changé d’expression à un seul moment si ce n’est son regard plongé dans la pénombre qui était plus sombre et déterminé qu’auparavant ainsi qu'un léger mouvement du coin de la bouche indiquant son encaissement des dégâts. Elle souffrait bel et bien. Ce n’était pas que la douleur n’avait pas rongé sa chair, cette dernière allant même devoir se remettre de cette blessure, c’était simplement que son implacable moral, sa volonté impériale et souveraine, surpassait la souffrance pour soumettre ce misérable sentiment. Oui, Rébéna traçait son chemin par elle-même en éliminant tous les obstacles qui se dressait sur sa route pour l’empêcher d’avancer, que ce soit des alliés, des ennemis ou la douleur elle-même. Tournant le dos à la demoiselle ailée, la rousse s’éclipsa pour ne plus reparaître par la suite à l’entraînement de la blonde qui demeura muette face à cet événement surréaliste. Bientôt la fureur s'inscrivit sur le visage de la De Lérhane qui releva le bras et qui, dans un hurlement de rage, déploya le haki sur son bras pour que ce dernier crache une gerbe de flammes. Haletant avec force, le visage déformée par l'énervement, l'Archange du Typhon était bien décider à montrer à cette femme qu'elle devait arrêter de la regarder de haut, que la bilcane était elle aussi en mesure de supporter la souffrance pour se relever. S'en était assez de ce conflit muet entre elles, Ishtar comptait bien montrer ce dont elle était capable quoi qu'il en coûte à la Té Ra.




Durant les deux jours qui suivirent, l’originaire des îles célestes se remit au travail, plus motivé que jamais, bossant d’arrache-pied pour parvenir à produire des flammes à chaque essaie et rendre de plus en plus important la déflagration jaillissant de son poing et ceux en dépit de la quantité ahurissante de haki de l’armement qu’elle dépensait et devait régénérer toute la journée durant. Sa motivation avait redoublé suite au rabaissement qu’elle avait subi de la part de la personne sensé l’instruire et qui observait ses progrès de loin sans venir superviser la fin de l’apprentissage de l’ange, cette mentor préférant continuait ses exercices d’entraînement en n’usant jamais du bras enroulé dans un bandage comme si de rien était. Rébéna lui avait pratiquement fait la morale alors qu’elle restait cloîtrée sur cette île à longueur de temps en menant une vie rude et absolument pas passionnante aux yeux de la De Lérhane. Dans chaque coup de poings qu’elle donnait dans le vide, la demoiselle ailée lâchait un peu plus de haki que dans les précédents, son envie de faire ses preuves et son énervement étant les moteurs de cette consommation toujours plus grande de fluide offensif.

-Je vais la dépasser ! Je vais la dépasser ! marmonnait l’élève entre plusieurs respirations lourdes.

En effet, Ishtar avait en quelque sorte accepter le défi qu’elle voyait dans l’attitude de la Té Ra, à savoir tenter de triompher de cette combattante émérite qui lui transmettait son propre haki de l’armement avancé. Oui, à chaque fois que l’ancienne révolutionnaire avait avancé dans la maîtrise de la technique, ou même durant les entraînements physiques, il y avait un air de défiance qui planait sur ce visage froid, comme si elle s’amusait à la défier en étant sûr et certaine de sa domination. La De Lérhane allait changer ça en faisant subir une défaite cuisante à la rousse. Elle maîtriserait mieux cette technique que son inventrice ! Elle en faisait la promesse. Emporté dans ses pensées, ignorant tant bien que mal le cri de ses membres qui subissaient inlassablement depuis des semaines les tourments des épreuves, chassant l’idée de quitter cette île pour retourner à la civilisation, la bilcane ne se rendit pas compte qu’elle était à court de haki et que ses bras n’étaient plus recouverts de cette fameuse armure noire. Le remarquant tout à coup, elle se laissa tomber au sol, assise en tailleur, attendant que le temps passe pour pouvoir s’y remettre.

Le corps massif de la titanesque combattante aux origines célestes se mouvait avec impétuosité et sauvagerie au milieu d’une clairière baignant sous les rayons crépusculaires du déclin de l’astre dorée. Elle n’avait pas l’attention de mettre un terme à son apprentissage et, coup après coup, perte de haki après perte de haki, pause après pause, se révélait de plus en plus motivé à ne pas flancher face à sa tâche, à l’épreuve qu’elle devait surmonter pour atteindre Rébéna. Son regard d’acier se baladait sur les arbres dont ils ne restaient pour certains plus que des cendres cadavériques après avoir subi des déflagrations tandis que son souffle saccadé commençait à lui imposer un point de côté. L’Archange du Typhon continuait sa lutte, envers et contre sa fatigue physique qui lui réclamait de s’arrêter pour se reposer. Malheureusement, ce n’était pas en remettant les choses en lendemain, en laissant la paresse ou la torpeur gagner l’âme, qu’elle pourrait se montrer comme une guerrière accomplie, cette faiblesse s’avérant en effet être particulièrement lourde comme l’insinuait, d’une manière beaucoup plus intraitable, la Té Ra en considérant que se laisser submerger par la douleur était une faiblesse qui en ferait naître d’autres face à des ennemis de haute volée.

L’air se tordait autour des uppercuts de la bilcane qui en faisait appel à sa fureur pour que ses mains vomissent le brasier avec la même violence qu’un estomac régurgitant du poison. Dans un mouvement ample et d’une violence incroyable, lâchant un cri gargantuesque alors que ses bras, raidis par les innombrables mouvements exécutés, hurlaient qu’on les laisse se reposer, l’Archange du Typhon fendit l’espace pour libérer une déflagration puissante et meurtrière qui engloutit quatre arbres en un instant avant de s’évaporer pour ne laisser qu’un feu lancinant rongeant ce qu’il restait de ces pauvres végétaux. Un des genoux de la De Lérhane tomba à terre, la forçant à se rattraper en posant une main sur le sol, pendant que sa respiration soulevait son dos à des intervalles réguliers. Le regard de la demoiselle ailée se releva vers son œuvre et un sourire en coin apparut sur ses lèvres.

-Je suis prête…

Le lendemain, elle affronterait la psyjique en combat singulier pour lui prouver sa force.






© By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 1227
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Left_bar_bleue47/75[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Left_bar_bleue349/750[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty_bar_bleue  (349/750)
Berrys: 47.559.000 B

[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty
MessageSujet: Re: [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé)   [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Icon_minitimeVen 8 Mai - 15:47




Solo

La Croisée des Lions



Le soleil resplendissait au cœur de la voûte céleste. Midi venait juste de passer. C’était le moment idéal pour que l’Archange du Typhon se confronte à sa professeure qui, au sommet de la pyramide, attendait paisiblement la venue de cette femme qui l’avait rejoint dans les Terres de Sereynes pour savoir si elle pouvait être l’une des psyjiques de l’ordre monastique des Wans vivant sur l’île aux prières depuis plusieurs siècles. Le haki de l’observation de la Té Ra lui avait permis de ressentir l’hostilité que dégageait la bilcane à son égard la veille au soir quand celle-ci effectuait ses préparatifs, se remettant des séances d’entraînements éprouvantes, avant de se coucher, ce qui faisait que la native d’Himitsu Shima savait ce qui l’attendait en cette journée et c’était vêtu en conséquence. Pour cet événement, elle portait l’une de ses tenues de rings, celle bleu et violette ornée de nombreux petits cercles et croix métalliques agrémenter de protections de genoux, prolongation de ses chaussures, et de poignets dans le même style visuel, le tout étant complété de résilles faisant la jonction entre les protections de genoux et la tenue. De son côté, la De Lérhane monta les marches en portant ses vêtements habituels. Dès qu’elle atteignit le plateau supérieur, elle aperçut le regard indomptable de l’ermite qui, en position du lotus, était tourné vers elle. Si le bras de cette dernière n’était pas encore pleinement guéri des quelques brûlures, elle était entièrement à même de l’utiliser et, de toute manière, la Té Ra jugeait que même avec un bras dans le dos elle arracherait la victoire. Ce serait d’ailleurs un challenge intéressant à faire un de ces jours.

-Nous y voilà. Es-tu prête Ishtar ?

-Pourquoi agissez-vous ainsi ? Pourquoi vous montrez-vous si ignoble ? Expliquez-moi pourquoi vous êtes si agressive et hostile avec moi ?

-Tu as accepté de voir si tu pouvais devenir Haut Sage de l’Ordre Psyjique…
commença la rousse en se levant. Le rôle des incarnations successives est de porter plus loin le savoir de ses prédécesseurs en plus de guider les Wans. Et toi, tu es une combattante comme moi. Certes tu es beaucoup plus spirituelle que moi, mais tu demeure avant tout une guerrière. Cela implique donc que tu es sensé me surpasser pour porter le savoir martial plus loin et, cela, je ne peux l’accepter, déclara-t-elle en lançant un regard ténébreux et impitoyable, excessivement bestial, vers sa disciple.

-Quoi ?

-Je n’accepterai en aucune façon de me soumettre à la défaite. Voilà des années que je trace ma voie en éliminant tous les obstacles qui se dresse sur ma route, qu’ils se prétendent alliés comme ennemis, et les rivaux qui pense pouvoir me surpasser en font partie. De plus, tu as suffisamment développé tes talents pour ne pas avoir besoin de moi pour te guider davantage que je l’ai fait. Ceux qui ont les moyens de s’extraire de leur situation et de mener leur barque par eux même doivent se débrouiller seuls. Par conséquent, il était hors de question que je t’aide une fois que tu te sois montré en mesure de maîtrisé ma technique de haki.

-C’est tout ! C’est juste pour cela que vous êtes comme cela avec moi ?
s’énerva l’Archange du Typhon.

-Je ne vois pas pourquoi je devrais prendre des pincettes pour m’adresser à quelqu’un, que ce soit toi ou quiconque. Je t’ai dit ce que j’avais à dire, alors maintenant il est temps de me montrer ce que tu vaux réellement en combat. Mais laisse de côté tout espoir, reprit Rébéna en resserrant ses doigts sur sa paume tout en levant le poing au niveau de sa poitrine. Tu n’arriveras pas à me surpasser. Je vais t’enseigner qui est le maître ici. Ce n’est pas car tu as mangé un fruit du démon qui te permet de te transformer en un prédateur mythologique prétendument divin et surpuissant que tu es pour autant l’animal dominant ici. Le Mâle Alpha, c’est moi.

La Té Ra voyait en l’originaire de la mer blanche une chalengeuse, une potentielle rivale, et comme toute ceux et celles qui avaient tenu un tel rôle avant, elle la provoquait tout en revendiquant avec une certitude absolu sa domination afin d’ensuite prouver en combat qui des deux opposants était le seul et unique champion, c’est-à-dire elle. Il était inutile de discuter davantage, la De Lérhane le comprenait parfaitement. La volonté inébranlable et impérial de cette femme au tempérament de conquérante ne vacillerait pas et si la bilcane était venu à elle en cet instant c’était pour prouver qu’il ne fallait pas la sous-estimer et qu’elle ne méritait pas les paroles blessantes ayant été prononcées par la personne sensée l’instruire. L’ancienne révolutionnaire s’avança, se mettant en garde tandis que son adversaire l’incitait à s’approcher.




Le silence plana durant quelques instants alors que les deux femmes radicalement différentes aussi bien physiquement que mentalement se toisaient dans les secondes précédant ce duel. C’est ainsi que la femme qui mesurait trois mètres de hauteur, prenant encore plus d’ampleur en apparence grâce à ses larges ailes qui s’étendaient de part et d’autre de son corps, abattit son poing en direction de la demoiselle mesurant un mètre soixante-huit. La main de celle-ci fendit l’air, recouverte d’une plaque de haki, pour intercepter l’uppercut de qui propulsa l’air à la manière d’une onde de choc dans les alentours. Pliant la jambe pour disperser dans ses appuis toute la pression exercée par la créature céleste, la rousse tira vers elle l’immense et large demoiselle ailée et déplia la jambe pour venir frapper avec une puissance brute stupéfiante le ventre de son ennemie qui virevolta sur plusieurs mètres avant de dégringoler l’un des versants de la pyramide en revêtant sa forme hybride pour ramper le long de la paroi sans subir trop violemment les frottements. Rébéna sauta du sommet pour atterrir en contrebas quelques instants avant que la De Lérhane ne l’atteigne. L’Archange du Typhon chercha à se redresser, mais offrit alors sa gorge à l’adversaire beaucoup plus agile et rapide qu’elle en n’ayant pas cette masse corporelle spectaculaire à traîner. Levant son bras vers le ciel, la Té Ra le ramena vers le sol comme si elle allait lancer une balle dans cette direction, alors qu’au final c’était bien le corps d’Ishtar qu’elle envoya percuter le sol avec une force brute plus importante que celle que la maudite pouvait déployer. La bilcane sentit sa colonne vertébrale percuter le sol et toussa alors brutalement avant de rouler sur le côté pour esquiver le coup de pied de la psyjique.

À peine la native du firmament fut elle redressée que la rousse revenait à la charge. Sautant littéralement sur la reptilienne, la lutteuse referma ses deux jambes sur la nuque de son opposante avant de pivoter autour de celle-ci afin que ses pieds se retrouve contre la gorge. Immédiatement, la Té Ra lâcha son buste qui partit en arrière et ceintura l’hybride Serpent à Plumes avec ses bras au niveau du ventre en étant dos à dos avec celle-ci. Usant de ses muscles pour littéralement se tracter encore plus dans la direction antérieure au dos de la maudite, les pieds de la combattante professionnelle effectuèrent une pression des plus violente sur le cou de l’Archange du Typhon qui se retrouva ainsi à être étranglée par sa professeure. Se laissant littéralement tomber dos contre terre, la De Lérhane vint écraser de tout son poids Rébéna qui quant à elle était face vers la terre dans cette configuration ce qui lui permit de lâcher l’entrelacement entre ses deux pieds, mais pas entre ses mains, pour pousser sur ses pieds et ainsi se retrouver à porter Ishtar. Imitant la dernière action de cette dernière, la lutteuse chuta vers l’arrière pour faire rencontrer le sol au visage de la zoan mythique avant d’effectuer une roulade sur le côté pour prendre appui et sauter avant que la bilcane n’ait le temps de se relever, lui permettant ainsi de lui asséner un coup de poing surpuissant encastrant littéralement la titanesque blonde dans le sol sous le regard d’animaux sauvages qui se mirent à fuir l’affrontement en pressentant le risque qui planait sur eux en demeurant là. Le sol se fractura aux alentours de l’impact, propulsant en l'air plusieurs morceaux de terre qui fusèrent aux alentours, avant que la psyjique ne se saisisse du cou de l’aspirante pour l’extraire de la terre et l’envoyer d’un geste vif et brute plusieurs mètres plus loin. Ishtar avait beau usé de son haki de l'observation, son corps ne parvenait pas à suivre.

-Allez. Offre-moi une résistance un minimum potable s’il te plait.

La provocation fit son effet et une fureur trouvant son origine dans l’humiliation jaillit des entrailles de la fille du ciel l’amenant à se relever pour se préciter droit en direction de la rousse qui l’accueillit avec une série d’uppercuts recouverts de haki de l’armement avant de passer sur le côté pour sauter et donner un coup de pied dans le visage de la bilcane. Effectuant une roulade dans les airs des suites de ce mouvement après avoir pris appui sur un arbre, qui se plia sous l'impulsion, et calculer la trajectoire de la chute de l’immense femme, la psyjique se laissa retomber sur le cou de la De Lérhane, les deux jambes tendues vers l’avant venant cueillir la gorge à la manière d’une guillotine. Basculant vers l’arrière, Rébéna posa ses deux mains au sol et envoya son corps pour se mettre en position du poirier avant de ramener ses deux pieds sur le sol entre ses mains pour ensuite sauter vers l’avant, tendant à nouveau les jambes pour que ses deux pieds viennent percuter la tête d’Ishtar pendant qu’elle se redressait, envoyant ainsi l’ancienne décima plusieurs mètres plus loin. Profitant de la distance créée, et voyant le sang commençait à couler sur son visage depuis une entaille dans le front, l’originaire de l’océan de nuages pu enfin se relever sans être stoppé par son ennemie revenant encore une fois rapidement à la charge qui déployait son fluide perceptif et anticipa donc les actions suivantes avec aisance. Cherchant à l’atteindre, l’Archange du Typhon joignit les doigts de ses mains pour viser au-dessus de l’épaule de l’adversaire afin d’enchaîner avec un mouvement rotatif dans l’optique de ramener le coude sur le visage avec une force suffisante pour propulser l’adversaire plus loin.

-Voyons Ishtar ! C’est moi qui ait inventé cette technique, déclara sèchement la Té Ra en arrêtant la Ligne du Troisième Trigramme en venant saisir l’avant-bras en plein vol pour déplier sa jambe et frapper dans le menton de la bilcane avec le genou.




Dominée. Elle était dominée. C’était la conclusion à laquelle était exposée l’ancienne révolutionnaire face au déluge de coups qu’elle se prenait, des coups incisifs, aussi perçant que des shigans couplés au fluide offensif, des assauts qui laissaient des marques, meurtrissant progressivement la demoiselle ailée. Certes son corps était fatiguée à cause de l’entraînement intensif, mais d’un point de vue technique et certainement grâce au haki de l’observation, la lutteuse prenait à chaque fois le dessus même lorsque l’Archange du Typhon avait le temps de réagir. L’ange avait beau se relever encore et encore, chaque assaut venait secouer son corps avec une grande violence et l’envoyait plusieurs mètres plus loin, tant et si bien que face à un nouvel enchaînement qu’elle subissait, la bilcane était contrainte de constater l’énorme distance qui la séparait désormais de la pyramide où la confrontation avait commencé ainsi que les énormes sillons que laissaient les attaques de sa professeure dans la terre. Comment une femme faisant pour ainsi dire la moitié de sa taille et qui était dépourvu du gain de force conféré par la forme hybride de la maudite pouvait elle rivaliser en termes de puissance physique avec la monstruosité mythologique régnant sur la météo ? Les minutes s’écoulaient et la De Lérhane se sentait impuissante face au déferlement d’enchaînements et d’esquives de la rousse dont le regard se faisait toujours plus sauvage et avide de victoire à mesure que l’affrontement se prolongeait, la demoiselle ailée refusant d’abandonner en dépit de sa position précaire, pour ne pas dire critique. La main posée sur son front la tracta vers le bas, amenant sa nuque sur un genou ce qui généra un impact faisant frémir tout le corps de l’ancienne décima qui se retrouva ainsi un peu plus démuni, ne parvenant plus à réfléchir dans les secondes qui suivirent. La douleur se répandait comme une onde, descendant les vertèbres comme s'il s'agissait d'un fleuve tout en ébranlant les forces tremblantes de la Kuja.

Parvenant finalement à se redresser, Rébéna attendant qu’elle reprenne conscience pour poursuivre le combat, l’hybride zoan s’élança vers son adversaire qui laissa ses jambes partir sur le côté tout en sautant, ce qui rapprocha son corps de l'horizontal avant d’envoyer sa jambe frapper à l’arrière de la colonne vertébrale de la reptilienne, ce qui fit chuter cette dernière vers l’avant. Se rattrapant en posant les deux mains au sol pour se relever rapidement, elle s’approcha avec un regard toujours plus sombre pour finalement abattre son pied recouvert de haki sur le dos de la mythologique qui tenta elle-même de recouvrir son dos du fluide offensif, mais le sien était bien moins fort que celui-ci de son adversaire qui continuait d’avoir l’ascendant. Posant son pied sur l’épaule du serpent, la Té Ra se mit à tirer sur le bras de celui-ci à l’extrême, faisant hurler de douleur son élève. Faisant en même temps pivoter le poignet, Rébéna termina en donnant un coup de pied dans l’avant-bras qui céda sous la brutalité du coup. La souffrance inondait de nouveau l’esprit de la De Lérhane à la manière d'un ras-de-marais, amenant cette dernière à lâcher alors un torrent de larmes.

-Nourris-toi de la douleur. Accepta-là, puis assujettis-là, commenta la psyjique qui avait connu ce genre de blessures à de biens nombreuses reprises par le passé.

-FERME-LÀ ! se contenta de répondre dans un grommellement la bilcane n’ayant pas connu de pareils douleurs depuis son affrontement contre Kyusuke à Bayangan ou contre le Chevalier Noir au Phare de Saint-Lucien.

Attrapant la chevelure, ou plutôt le plumage blond, de l’Archange du Typhon, la femme à la chevelure flamboyante redressa légèrement son ennemi pour venir lui porter un coup de genou en plein visage qui brisa le nez dont jaillit le sang de manière abondante. Serrant les dents, laissant la rage de vaincre la consumer, l’ancienne décima tenta d’encaisser pour se redresser et asséner un uppercut recouvert d’un blindage sombre dans le ventre de la lutteuse qui fut propulsé plusieurs mètres plus loin pour la plus grande satisfaction de la femme aux quatre ailes. Néanmoins, l’antagoniste n'eut même pas besoin de se relever, un tekkai bien maîtrisé associé au haki défensif la sauvant de tout dommage. La lutteuse revint à la charge en effectuant des pas de géant, sa force surhumaine lui permettant de se propulser un peu plus loin à chaque saut vers l’avant. Le poing de la Té Ra se recouvrit du fluide offensif et fusa vers la De Lérhane qui croisa les bras en les recouvrant d’une plaque défensive, essayant d’ignorer la douleur du membre en partie brisé. L’air trembla et vrombit autour du poing de Rébéna qui fendit l’espace pour venir percuter dans un choc herculéen la muraille défensive dressée par Ishtar qui ne fut pas suffisante pour résister au coup. Une pression extrême s'était exercé, une puissance pure et absolue de maîtresse du corps à corps face à laquelle la bilcane ne pouvait pas lutter. Cette dernière se retrouva propulser sur une vingtaine, une trentaine, voir peut-être même une quarantaine de mètres, passant au travers de plusieurs arbres avant se finir sa course en roulant sur le sol après avoir laissé dans celui-ci un long sillon interminable tandis que la zone où avait eu le choc s'étaient fissurés et avaient fusés en mille éclats pour encastrer la terre dans les végétaux sylvestres. Le temps que la rousse revienne au contact, l'ancienne décima ayant la rage de vaincre eut le temps de se redresser et de se préparer à la contrer. La lutteuse s’élança dans les airs pour revenir asséner un coup de poing à sa disciple, néanmoins cette dernière pivota sur elle-même et envoya sa queue percuter la professeure qui à son tour fendit le vent pour traverser un arbre, n'ayant pas jugé utile d'esquivé malgré le fait d'avoir vu l'attaque venir grâce au haki perceptif. Commençant à se redresser, un genou au sol et l’autre plié, Rébéna releva le regard en direction de l’ancienne révolutionnaire, le visage ornée d’un sourire en coin d’amusement tandis qu'un très léger filet sanglant descendait de la chevelure, semblant se mêler à cette toison de feu pour en être un cheveu.

-Tu n’as que des pichenettes en stock ou tu ne sais vraiment pas de battre ?

Encore de la provocation, encore de l’humiliation. Trop, s’en était trop. Le poing encore valide de l’Archange du Typhon se recouvrit d’une couche de ténèbres tandis qu’elle donnait plusieurs coups d’ailes pour s’approcher de sa cible tout en hurlant de colère. L’uppercut entama sa course, mais n’avait pas pour but de toucher l’ennemi. En effet, une déflagration tonitruante en jaillit. La demoiselle ailée avait décidé d’user de la technique que lui avait enseignée cette femme pour passer aux choses sérieuses. Malheureusement, c’était mettre de côté que personne ne connaissait mieux et maîtrisait mieux ce pouvoir que la personne qui l’avait développé. La déflagration jaillissant du poing de Rébéna traversa l’explosion d’Ishtar qui fut contrainte de reculer en plein vol pour y échapper. Le feu se dispersa en gerbes incandescentes, l'amazone devant constater que sa technique avait été étouffé par celle de son opposante, et révéla alors la rousse sous l’apparence qu’elle se donnait en décidant d’user de ce pouvoir de manière prolongé.




Visuellement, une différence nette était visible entre le blindage normal et celui qui englobait l’accumulation dans ce mode de combat. Dans un premier temps, les reflets du haki sombre n’étaient ni une teinte de violet, ni une teinte de bleu, mais s’avéraient être d’un rouge aussi profond qu’un brasier infernal, entourant le membre d’une légère aura incandescente retranscrivant la nature explosive de la technique. Un large trait de fluide offensif vint entourer les orbites oculaires de Rébéna et trois bandes, environ de la largueur d’un doigt, de haki de l’armement partirent de chaque côté, sous ses yeux, pour descendre tout le long des joues afin d’atteindre le bas de la mâchoire, à la manière de peintures de guerre. Une autre bande, ayant pour largeur la hauteur des yeux plus l’épaisseur du fluide qui l’entoure, partait de chaque œil pour se diriger horizontalement vers la chevelure où elle se perdait. Un triskélion dont les spirales généraient elles-mêmes un semblant de cercle entourant ce symbole vient compléter le tout sur le front. Toutes ces ornementations du visage possédaient aussi leurs reflets rouges. Enfin, si l’on s’attardait sur ces fameux reflets, on remarquait que ces derniers décrivaient des tatouages tribaux avec les ténèbres sombres du haki jouant le rôle d’encre et l’écarlate reflet celui de la peau. Sous cette apparence très guerrière, la Té Ra semblait toujours plus féroce, les traits noirs sur son visage faisant encore plus ressortir la bestialité conquérante, l’implacable volonté et l’assurance extrême qui se dégageait de son regard tandis que la couleur écarlate accentuait l’apparence flamboyante de cette lutteuse à la crinière rousse aussi magmatique que des braises volcaniques. Face à ce spectacle, l’Archange du Typhon eu un moment d’hésitation qui laissa la porte ouverte à la maîtresse en haki de l’armement pour exécuter un assaut que la De Lérhane pressentie grâce au fluide perceptif.

Accumulant du fluide au niveau du coude, elle arriva en quelques instants au niveau de la maudite. Expulsant la mystique substance de renforcement, elle généra une explosion qui ne toucha pas l’adversaire étant donné que c’était le poing, recouvert d’un blindage basique, qui dessinait la trajectoire. Néanmoins, la puissance de poussé d’offrait une telle déflagration propulsa à une vitesse ahurissante la main fermée en direction du corps de la bilcane surprise par une telle rapidité, emportant au passage l’air qui se compacta sous la pression. L’uppercut s’enfonça dans le ventre de l’ancienne décima qui recracha alors du sang, ses yeux s’exorbitant face à l’encaissement de la puissance du coup qui s’enfonçait dans ses écailles en les brisants. L’air se retrouva propulsé dans toutes les directions et la titanesque demoiselle ailée traversa l’espace à grande vitesse sur une énorme distance qu’elle n’était en aucune façon capable de calculer, terminant finalement sa course dans la paroi de la falaise s’élevant au milieu de la jungle en tant que rive du fleuve, même si elle était loin de l’endroit où se trouvaient les deux rochers servant de poids. C’était donc ça la puissance brute et absolu de cette technique avancé une fois maîtrisée et utiliser à son plein potentiel. L’ange avait encore du chemin à faire pour y parvenir et pouvait pour l’heure seulement constater l’ampleur des dégâts corporels que cela avait causé chez elle, ses pensées ne pouvant guère se montré très cohérentes à cause du trouble généré par le choc. Un grand nombre de côtes cassés, une irrépressible envie de vomir et d’aller aux toilettes, le coup ayant fait avancer ce qui se trouvait dans son système digestif dans les deux sens de celui-ci, une altération sérieuse de sa respiration sans parler de la douleur lancinante qui ne la quitterait pas avant plusieurs jours. Ouvrant grand les yeux, la De Lérhane vit la psyjique sauter dans sa direction pour lui asséner à nouveau un tel coup gargantuesque. Sortant de la pierre, la blonde échappa de justesse à son antagoniste qui générait une nouvelle déflagration titanesque au niveau de son coude.

Sous le regard de la bilcane propulsé en partie par la puissance de l’impact, les fissures se répandirent dans la falaise qui subit de plein fouet la pleine puissance de l’attaque. Des blocs entiers de roche chutèrent dans la rivière, tout ce pan de la muraille naturelle s’écroulant sur lui-même pour rejoindre les eaux, tandis que d'autres s'envolèrent avant de retomber avec une lourdeur certaines. Tentant de prendre de la distance, l’Archange du Typhon donnait des coups d’ailes pour s’éloigner, mais c’était sans compter sur Rébéna qui, quittant sa technique avancée pour garder des réserves de haki, fendait le vent pour rejoindre sa disciple des derniers jours.

-Ne pense pas être à l’abri dans le ciel. C’est un terrain de jeu comme un autre.

Rebondissant sur de multiples troncs autour de sa proie, la rousse arriva au niveau de la demoiselle ailée qui tenta d’user de son corps immense pour refermer son étau sur la psyjique. En effet, si sa taille immense faisait d’elle une cible facile à atteindre, cela lui permettait également de venir littéralement englober l’ennemi, faisant pleuvoir des assauts provenant de multiples directions pour capturer la cible au cœur du corps reptilien de l’hybride Serpent à Plumes. Ainsi, l’appendice tenta de venir enlever la taille tandis que le poing se dirigeait vers l’épaule, la gueule remplit de crocs vers l’autre épaule, une aile s’abattant sur l’un des bras tandis qu’un autre se dirigerait vers le ventre pour le percuter. Malheureusement pour la De Lérhane, le haki de l’observation et les réflexes de la Té Ra suffirent pour mettre en déroute cette tactique qui avait permis à l’Archange du Typhon de prendre l’ascendant sur Kyusuke Sadaemon en lui arrachant l’épaule du bras maniant l’arme du bretteur expérimenté. Les mains de Rébéna fusèrent, touchant l’intérieur du coude attaquant avant que la paume ne frappe le visage de la prédatrice mythologique, le pied venant percuter la queue pendant ce temps avant que finalement chacune des deux mains vinrent saisir une des deux ailes devant la frapper pour permettre à la lutteuse de retenir son aspirante avant d’enfoncer son pied dans le ventre, là où les écailles étaient fissurées. La bilcane entama donc sa chute vers la forêt où elle généra un petit cratère. La rousse atterrit à son tour, soulevant la terre autour d’elle lorsque ses pieds rencontrèrent le sol. L’originaire de la mer blanche se redressa douloureusement, tenant son bras endommagé avec celui valide tandis que le sang continuait à couler de son nez.

-Cela me rappelle les combats à mort d’Himitsu Shima, déclara avec une nostalgie peu palpable l’ermite des Terres de Sereynes, les souvenirs des membres brisés et du sang jaillissant en torrents de chaque protagoniste resurgissant du passé pour inonder son esprit de cette mélancolie brutale autour de sa jeunesse. Allez viens. Viens me frapper et montre-moi ta force !

Ne cherchant pas davantage à comprendre, Ishtar, désireuse de faire ses preuves aux yeux de cette terrible et implacable combattante, se précipita vers elle et l'assaillit de coups blindés au haki. Le poing venait percuter la joue de Rébéna en tekkai qui serrait les dents, générant une résistance de plus en plus tenace à la force colossale de la De Lérhane qui fut gagné par la terreur à mesure que le visage reculait de moins en moins face à ses coups et que le regard provocateur et insistant de la Té Ra se faisait de plus en plus pesant, transperçant littéralement l’esprit de la femme aux quatre ailes qui se sentait parfaitement démunis alors que c’était elle qui rouait de coups son adversaire. Après une tentative d'un coup de tête qui ne fit guère sourciller l'ennemi, elle finit par s’arrêter d’attaquer, bloquant son bras valide en l’air, l’être mesurant pratiquement deux fois la taille de la rousse se retrouvant tétanisé par la vue de ce regard et l’écoute des mots qui suivirent.

-Je te l’ai dit. Je suis le Mâle Alpha. Alors, apprends à rester à ta place dans la meute.

Une main ferme et sauvage, enduite de fluide offensif, se posa sur l’épaule de la bilcane qui ressentit alors une pression immense, un poids colossal, qui la força à chuter au sol, s’écroulant sur elle-même pour se retrouver les fesses par terre, voyant désormais en contre-plongée la psyjique qui la dominait de sa stature souveraine et de son inébranlable présence. La native de l’océan de nuage se sentait en danger, pour la première fois depuis qu’elle s’était sentit démuni face à Kyusuke l’ayant mis mentalement au pied du mur, la forçant à éveiller son haki de l’armement, la blonde aux prunelles d’argent se retrouvait à se sentir comme une proie soumise à la volonté du prédateur qui allait lui sauter dessus d’un instant à l’autre pour réclamer son dû, se repaître de la chair de sa victime qui ne pouvait pas se défendre. Cette sensation submergeait l’esprit de l’Archange du Typhon tandis que la main venait se resserrait autour de sa gorge pour soulever l’hybride massive reptilienne en tendant le bras. Rébéna l’observait à la lueur des rayons solaires. La terreur, l'affolement, gagnait Ishtar qui tentait sans espoir de se libérer, sans succès. Lâchant alors sa prise, la Té Ra déplia la jambe et frappa la De Lérhane en pleine poitrine. Cette dernière se retrouva propulsée quatre ou cinq mètres plus loin, le dos enfoncé dans le tronc d’un arbre dont la partie supérieure retomba sur elle au passage.

Cherchant au fond d’elle du courage, la zoan mythique se releva avant que l’ermite ne lui envoie une nouvelle réplique cinglante et provocatrice pour la pousser à continuer la bataille avec plus d’intensité. En effet, même si la Té Ra se savait supérieure, elle aimait voir les aspirants à sa place d’Alpha se donner à fond pour tenter d’accomplir leurs objectifs, cela permettant non seulement à cette dernière d’étaler toute sa puissance avant de triompher, mais également de faire comprendre à ses concurrents qu’ils n’ont aucune chance de la renverser, un impitoyable constat que ses anciens adversaires de la Salle de Combat d’Himitsu Shima qui étaient encore vivant avaient pu émettre, se sentant en proie à une fatalité injuste, en tentant leurs chances contre elle. Dans le lot de ces personnes se trouvaient les sœurs adoptives de Rébéna, celles-là même qui l’avait autrefois trahi. L’ancienne championne de lutte avait en effet vécu des déceptions, des trahisons et on l’avait même sous-estimé à cause des événements où ces filles qu’elle connaissait depuis toujours et dont elle était la cheffe jusque là c’étaient retournées contre elle. Humiliée, rabaissée, considérée comme trop faible pour méritée d’affronter de bons adversaires, Rébéna avait pris une décision qui avait guidée le reste de sa vie. Les liens n’avaient plus aucune importance. Tout ce qui comptait c’était la victoire, gagner par ses propres moyens et ne pas se laisser distraire par le reste. Ainsi, elle décida d’éradiquer tous ceux qui se tiendraient sur sa route, lui permettant petit à petit de tracer son chemin jusqu’au sommet d’où elle culminait depuis.

Les deux femmes s’élancèrent l’une vers l’autre et leurs deux poings s’entrechoquèrent dans un vrombissement furieux propulsant l’air aux alentours en soulevant la poussière. Le sol se factura sous leurs appuis tandis que la De Lérhane serrait les dents pour résister au déferlement de force brute de son adversaire. Néanmoins, cela ne lui permit pas d’éviter l’uppercut en plein menton que la Té Ra lui adressa avec sa seconde main qui, de son côté, ne souffrait pas d’une blessure incapacitante même s’il restait encore quelques brûlures visibles. Malgré cela, la bilcane chercha à maintenir l’opposition au poing de la psyjique, faisant appel à toute son énergie pour y parvenir. Souriant face à cet acte de bravoure, l’antagoniste concernée lâcha sa propre attaque, amenant la main d’Ishtar à entraîner le reste de son corps avec elle face à la disparition subite de la pression opposée à son assaut. Pivotant d’un quart de tour, la lutteuse abattit son coude sur celui de son ennemi, forçant celui-ci à se plier, générant de ce fait un mouvement rotatif dans le corps de la reptilienne qui partirait alors de manière naturelle dans une roulade. Usant de cette réaction anticipée, Rébéna attrapa à deux mains la chevelure de plumes de l’ancienne décima pour envoyer violemment le visage de cette dernière sur le genou de l’ermite des Terres de Sereynes qui enchaîna directement en attrapant le dos de la maudite, qui arrivait pour faire la roulade, juste avant que la tête de la native du firmament ne rencontre la jambe. Ainsi, la psyjique fit également s’abattre la colonne vertébrale de l’Archange du Typhon sur son genou, provoquant un hurlement de douleur extrême chez la De Lérhane qui retomba sur le côté.

Haletante, gémissante, Ishtar tentait tant bien que mal de gérer la douleur qui la traversait de part en part, de son ventre aux écailles brisés à son dos sur le point de se fracturer, de son avant-bras en piteux état à l’épaule malmené en passant par son nez cassé et les divers bleus ornant sa peau, un gonflement apparaissant au niveau de l’œil l’obligeant au passage à maintenir ses paupières closes. Elle devait se rendre à l’évidence, la terrible évidence. Elle avait perdu. Elle était dans un état misérable, couverte d’une multitude de blessures qui n’étaient pas d’une gravité extrême, c’est à dire non fatale, uniquement parce que Rébéna avait suffisamment retenu ses coups sur certaines prises spécifiques pour éviter à la bilcane de devoir renoncé à sa vie de guerrière. Oui, la Té Ra cachait encore des secrets martiaux qui auraient pu conduire la De Lérhane à la mort, cette dernière s’étant précipitée vers cet affrontement en dépit du bon sens, de la fatigue et la fragilité de son corps suite au long entraînement, de la supériorité évidente en haki de son opposante ainsi que du sentiment qu’elle avait ressentit face à cette femme implacable, négligeant tout ceci en se laissant emportée par les provocations en désirant montrer ce qu’elle valait et par la frénésie que lui procurait ses dernières victoires sur le champ de bataille qui lui avait fait oubliée qu’elle aussi était faillible. Quelques sanglots s’échappèrent. S'il n'avait pas été aussi lessivé par ces derniers semaines, elle aurait certainement pu se rendre compte qu'en l'état elle n'avait strictement aucune chance de l'emporter. Voilà le résultat...




Rébéna s’adossa à un arbre tandis que l’ancienne révolutionnaire rampa, fébrilement et très difficilement, jusqu’à un autre tronc contre lequel elle posa son dos pour se reposer.

-Normalement si tu attends une heure ou deux et que tu replace quelques vertèbres, tu devrais pouvoir à nouveau te mouvoir même si ce sera douloureux. Pour le reste de tes blessures, tu devrais pouvoir trouver de quoi appliquer les gestes de premier secours dans le bâtiment à côté duquel tu as érigé ton petit campement. Comme tu l’as vu durant nos courses autour de l’île, il y a trois barques possédant une voile vers la partie nord qui est tourné vers Grandline. Avec ton pouvoir météorologique, tu devrais pouvoir t’en servir pour regagner une île proche où tu pourrais terminer de te faire soigner.

Ishtar se contenta de lever un regard triste et anxieux en direction de la rousse avant d’avoir le courage de prendre la parole.

-Tu ne vas pas m’aider davantage j’imagine.

-En effet. Mon avis est que c’est à chacun d’user de ses propres moyens pour se sortir des situations dans laquelle on se trouve, je te l’ai déjà dit. C’est donc à toi de te débrouiller vu que tu as largement les moyens pour réussir et je suis sûr qu’une grande gaillarde comme toi va se remettre de ces blessures, même si j'espère pour toi que ce ne sera pas trop long.

-…

-Oh ne fait pas cette tête. Je te l’avais dit que tu ne pouvais pas me vaincre, mais c’est bien que tu ais essayé. On a besoin de challenge pour rester affûté. Enfin, maintenant tu le sais. Pour ce qui est des Wans, je vais appeler Harma et lui dire que je valide ta candidature pour tenter les épreuves psyjiques. Si jamais tu revenais me voir, tu auras tout le loisir pour t'entraîner, mais en l’état je pense que tu ne désire pas revenir dans l’immédiat. Sache que si jamais tu pense avoir suffisamment évoluer pour me tenir tête, reviens et défie-moi. Je t’écraserai une nouvelle fois.


Si le ton de sa voix était assez paisible, plus naturelle que la froideur agressive des derniers jours, les derniers mots avaient été prononcés avec une hostilité clair qui voulait tout dire. Si de son côté l’Archange du Typhon serait prête à se confronter à nouveau à la Té Ra, il était certain que ce ne serait pas pour tout de suite. Elle devait admettre la supériorité totale de l’ermite et si jamais elle revenait la défier, ce serait certainement davantage pour s’améliorer au travers du combat que de tenter de réellement la vaincre. Oui, la rousse avait raison. Chercher à la dépasser amènerait juste à souffrir encore plus qu’aujourd’hui. L’orgueil de Rébéna, cette assurance qui transparaissait lorsqu’on parlait avec elle, n’était pas de la vanité ou de la suffisance, mais une volonté impériale retranscrivant sa domination sur les autres combattants. Elle ne sous évaluait pas ses adversaires, elle était simplement plus forte que et acceptait certainement avec passion et amusement les grands challenges contre des personnes suffisamment fortes. Cette défaite faisait prendre conscience à l’ange qu’elle ne pouvait pas lutter, elle ne pouvait pas chercher à dominer des personnes qui comme celle-ci étaient en vérité les dominants. Elle avait beau être une prédatrice mythologique grâce à son fruit, c’était bel et bien la Té Ra qui était, comme elle le disait, le « Mâle Alpha ».

-Soit… déclara la bilcane.

-Bien je vais te laisser, répondit son interlocutrice en commençant à s’éloigner avant de marquer un arrêt et tourner la tête en direction de celle qui fut durant quelques jours son élève, ses lèvres s’ornant de son petit sourire en coin amusé et provocateur. Et surtout si jamais tu reviens sur l’île dans l’optique de me battre, pense à m’apporter du café et me faire un sandwich, histoire que tu ne te sois pas déplacer pour rien.

Sur ces paroles, la lutteuse s’éclipsa, disparaissant dans la forêt pour retourner à son entraînement. D’aucun diraient que si Rébéna se cachait sur cette île, c’est qu’au final elle avait peur de se confronter à des adversaires de son calibre qui pourrait la remettre à sa place. Ce serait bien mal la connaître. En vérité, elle se préparait à ce genre de rencontre pour que, le moment venu, elle s’élance sur la mer pour triompher de tous les affrontements qui se dresseraient devant elle, encore s’améliorer et devenir la championne absolue, la plus puissante pugiliste du monde.

Un soupire quitta les lèvres de la De Lérhane qui attendit le temps nécessaire avant de replacer son dos dans un coup sec et un hurlement lancinant. Suite à cela, elle suivit les instructions de la psyjique pour finalement quitter l’île sans la revoir. La barque s’éloignant petit à petit de la côte, Ishtar tourna une dernière fois le regard vers les Terres de Sereynes. La prochaine fois qu’elle y remettrait les pieds se serait pour montrer ses progrès sur le haki de l’armement avancé que cette femme lui avait enseignée. De multiples épreuves l’attendaient d’ici là et lui permettrait de s’approcher de la maîtrise de son propre fluide offensif qu’avait Rébéna.






© By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Empty
MessageSujet: Re: [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé)   [Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent] La Croisée des Lions (Solo Haki Avancé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Croix de fer [DVDRiP]
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» [Solo] Selantis Shya - Intro [Hentaï]
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line-