Partagez
 

 [Mission] D'une pierre deux dentiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nils Gratz
Pépé Péteux
Nils Gratz
Messages : 1818
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue39/75[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue288/350[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (288/350)
Berrys: 125.457.000 B

[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty
MessageSujet: [Mission] D'une pierre deux dentiers   [Mission] D'une pierre deux dentiers Icon_minitimeJeu 5 Sep - 13:56




D'une pierre, deux dentiers



Le voyage n’avait pas été très long. En effet, plusieurs petites iles grouillaient de potentiels différents et la conquête de l’ile de Toroa n’avait pas mis beaucoup de temps à se répandre au travers de tous les journaux locaux de West Blue. Ainsi, l’équipage, bien que restreint, s’était retrouvé en l’espace de deux jours à quai d’une petite ile assez méconnue de la zone. Il s’agissait d’une ile tout à fait basique où de nombreuses vieilles personnes venaient couler des jours heureux… par ailleurs, un nombre impressionnant de maisons de retraites et de résidences séniors avaient fleuri sur l’ile. Palnore fit accoster le navire et les premières manœuvres de débarquement commencèrent dans un silence religieux. Depuis quelques jours, les marins avaient tendance à avoir un peu peur de l’ancêtre.

Nils n’était pas dupe. Sentant son arrivée proche de l’ile, il attrapa sa canne pour rejoindre le pont. Affublé de son uniforme, il vit quelques membres se mettre au garde-à-vous tandis que Mama attendait en regardant au loin. La marmite et sa louche à la main, elle salua le grand-père avant de l’accompagner jusqu’au point de ralliement sur terre, juste devant le navire. Le groupe se diviserait donc en trois : Palnore resterait avec un groupe de soldats afin de rester sur le navire, il était évident que le vieil homme avait du sommeil en retard et sa narcolepsie ne l’aidait pas beaucoup. Jone Snow irait alors au village le plus proche afin de glaner des informations et aider les possibles vioques qui avaient besoin d’une toilette. Le personnel soignant étant souvent restreint ou en grève, le pauvre jeunot allait vite être mis à contribution.


Enfin, Shimura et Mama, nous irons ensemble explorer l’ile. Tiens ! On m’a donné ça il y a quelques heures, je pense que ça peut t’intéresser et j’ai besoin de te voir à l’œuvre !
Nils avait tendu un Wanted à son nouveau coéquipier. Il s’agissait d’une bouille particulièrement vieille et avec une jolie récompense à la clé. 12.000.000 de berrys pour un vieillard ancien révolutionnaire.

En vérité, le capitaine Gratz n’avait jamais vraiment rien eu contre les révolutionnaires, il se souvenait vaguement d’une rencontre alors qu’il se sentait au plus mal mais ça avait sauté de sa mémoire. Les souvenirs qu’il gardait du décès de sa femme étaient bien trop traumatiques pour envahir ses pensées. Non, le contre-amiral avait une autre idée en tête. Depuis quelques jours, il s’était promis de renforcer son équipage, de tout faire pour que le drame qui s’était produit sur l’ile artificielle ne se reproduise jamais. Ne connaissant pas beaucoup le jeune chasseur de prime ainsi que son ami, le vieillard avait eu en tête cette petite mission afin de l’observer combattre. Peut-être aurait-il lui aussi besoin d’une nouvelle puissance ? Pour le savoir, il devait le confronter à la réalité du terrain tout en s’assurant qu’il ne courait aucun danger, raison pour laquelle Mama et lui-même l’accompagnerait.


On commence par où alors ?
Nils affichait un air sérieux. En réalité, le pauvre vieux n’avait aucune idée de par où commencer. Il tentait simplement de donner le change pour essayer de camoufler le fait qu’il n’y connaissait rien. Se grattant la barbe, l’ancêtre attendit de suivre le jeune sabreur pour prendre sa suite avec Mama et le bruit infernal de la louche dans son chaudron.


[Mission] D'une pierre deux dentiers Jone_s10[Mission] D'une pierre deux dentiers 110



Hey ! T’as vu ?!
- Oh non… encore un type chelou. On nous avait pourtant dit que l’équipage de l’autre vieux allait venir… je m’attendais juste pas à ça quoi. Franchement c’est abusé !
- Non, c’est pas le même équipage. Celui-là est de la marine… rien à voir avec l’autre con mais j’en fais mon affaire.

Portant une bière à ses lèvres, la femme qui venait de répondre dévoila une gourmette étrange à son poignet. Dessus était inscrit « A – 4 ». Rien de bien folichon et qui ne portait aucune confusion quant à son appartenance à un groupe particulier encore inconnu du Gratz. Voyant le jeune renardeau entrer dans la salle, elle leva les sourcils avant de porter sa main à la ceinture. Quelque chose d’effroyable risquait d’arriver d’ici peu, c’était certain.



_________________
[Mission] D'une pierre deux dentiers 1436021033-gratzousignv2
Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Shimura
Chasseur de pirates
Shimura
Messages : 25

Feuille de personnage
Niveau:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue12/75[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (12/75)
Expériences:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue40/80[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (40/80)
Berrys: 100.000 B

[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty
MessageSujet: Re: [Mission] D'une pierre deux dentiers   [Mission] D'une pierre deux dentiers Icon_minitimeDim 8 Sep - 5:37




Un village ordinaire





Après quelques jours de voyages, Shimura avait fait plus en plus connaissance avec ses nouveaux compagnons. Il se rendit vite compte de la puissance des membres du compost, ce qui lui paraissait étrange cet équipage de réputation était tous des mauvais. Pour Shimura qui pensait avoir une place de choix dans le compost, se mettait le doigt dans l'œil il n'avait même pas la puissance de la plupart des officiers. Lui et son compagnon décidèrent de devenir plus fort, et d'atteindre un niveau qui le placerait dans les forces de l'équipage. Une fois arrivée sur l'île, Mama et Nils descendirent du bateau. Suivi du bretteur et de son comparse, ils arrivèrent sur une plage immense avec des coquillages et des crustacés. Les deux hommes étaient fascinés par une telle beauté, William se mit a pleurait.

- Il n'y avait pas d'aussi beau spectacle sur toutes les îles que j'ai vu.

Shimura aussi se mit a pleurait, en brandissant son poing.

- On voyage depuis toutes ses années en oubliant qu'il existe de telle merveille, j'aime cet endroit.

Tandis que les deux abrutis versaient toutes les larmes de leur corps, l'ancien s'adressa à Shimura. Lui faisait remarquer qu'il serait dans la même équipe que le vieux, ce qui fit frissonner le sabreur. L'équipage s'était divisé en trois groupes, l'un pour restait sur le navire, un pour faire un tour dans le village le plus proche et celui du vieux qui avait pour but de choper un hors-la-loi. En parlant de hors-la-loi, Nils annonça qu'un homme avec une prime de 12.000.000 de Berry était sur l'île ce qui fit sortir nos deux amis de leur moment dramatique.

- 12 000 000, ça fait un beau paquet de Berry ?

- Environs 12 fois plus que ce qu'on attrapé l'année dernière.

Nils tendit un Wanted, le sabreur le regarda il y avait un vieil homme dessus. William rigola en voyant la tête du gars, et se disait qu'il serait facile de mettre la main sur une vieille canaille. Nils demanda à Shimura où ils devaient commencer, le bretteur essaya de se mettre à la place du gars.

- Je suis un vieille homme, et je suis venu sur cette île inconnue pour coulait des jours paisibles sans présence de la marine ou toutes autres autorités du gouvernement. Je suis loin de la ville, car je suis recherché mais je passe quand même de temps en temps pour ne pas éveiller les soupçons sur mes activités au sein du village. Donc je dois vivre dans une cabane loin des villages, et je dois me faire discret et paraître le plus amical et serviable sans attirer l'attention....Hm

Pendant que Shimura réfléchissait William regarda Mama qui faisait un bruit des plus avec ses louches, ce qui rendait le tigre un peu nerveux.

- Oh ! J'ai trouvé, nous allons nous rendre dans les zones naturelles habitées. Comme des maisonnettes et des cabanes autour des villages, on y va.

Shimura partit avec son équipe pour les plaines, il monta avec son équipe sur les plaines qui recouvraient l'île. Il n'y avait pas mal de grimpette, le bretteur se demandait est-ce que cela ne serait-il pas un peu trop pour le chef. C'était pour cela qu'il ralentissait, il ne voulait pas que l'ancien tombe et se tue. Les plaines qu'ils traversaient, étaient couvertes d'herbe entourée par des arbres et quelques fleurs. Le tigre était heureux de prendre l'air frais, Shimura lui profitait d'être sur une île avec un soi beau climat pour sentir les fleurs. Non loin de leur position, il y avait déjà quelques maisonnettes et des fermes.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Viktor Rosenbaum

Viktor Rosenbaum
Messages : 10
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue15/75[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (15/75)
Expériences:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue16/80[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (16/80)
Berrys: 100.000 B

[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty
MessageSujet: Re: [Mission] D'une pierre deux dentiers   [Mission] D'une pierre deux dentiers Icon_minitimeDim 8 Sep - 14:56

D'une pierre deux dentiers


Imbéciles....


Imbéciles!


J'avais pourtant demandé à être emporté jusqu'à une des iles principales de West Blue. P.R.I.N.C.I.P.A.L.E.S

Non mais j'y crois pas!
Ils ont eu le cocasse de m'abandonner sur cette ile de retraités! Moi! Le Marquis de Rosenbaum!
Je leur crasherai à la figure si je pouvais. De quel droit?! De quel folie autodestructrice?!
Car oui, je vais leur en faire voir moi, d'avoir décidé de me foutre sur cette ile à la con!

Alors, Jeunôt, elle marche ta serpière à fumée?
Je m'essuie le visage avec un mouchoir un peu recouvert de graisses et d'huile alors que je travaille sur mon petit moyen de transport.
Retournez compter vos champignons Papy, ça sera aussi utile que vôtre naissance!
Ces jeunes et leur manque de respect....

Manque de respect? Tu devrais commencer à l'appliquer toi même le fossile baveux! Non mais!
Serpière à fumée, j'y crois pas. Comment j'ai pu finir sur cette ile de crétins? J'aurais pas du quitter Mariejoie, quel con quand même.

Je tourne quelques écrous et je réajuste quelques valves. J'ai du me débrouiller avec ce que j'ai trouvé sur cette misérable ile pour fabriquer cet engin. La production d'électricitée fut très difficile à accomplir mais j'ai pu m'en sortir avec une machine utilisant l'huile de cuisine usée ainsi que de l'eau de mer et des bouts de métaux comme le cuivre ou le zinc. J'ai passé mon temps à magnétiser des métaux sans Magnétite à ma portée mais je crois l'avoir enfin fait à peu près fonctionner.

Je m'était fabriqué une sorte de vélocipède motorisé. J'ai du le rendre assez bas de manière à pouvoir facilement mettre le pied à terre et à cause de ma limitation à de simple roues de charette que j'ai tenté de renforcer du mieux que j'ai pu. Ce n'est pas idéal mais ça me servira de meilleur moyen de transport sur cette ile infame. Probablement que je pourrais le vendre en échange d'un navire.


Hé, Gamin! Hé! T'arrive à cuire un steak sur ton "moteur"?
Haha!
De mon temps....

Oh qu'il m'énerve ce cadavre ambulant!
Oui, j'ai bien compris. De votre temps on vivait dans les caverne et Ougah Bougah allait chasser cochon poilu. Vous êtes peut-être trop vieux pour avoir l'énergie d'essayer autre chose, mais rassurez-vous: nous les jeunes on est là pour changer le monde à votre place, surtout si ce "Jeune" s'appelle Rosenbaum.

Non mais il me tappe sur les nerfs! Je ferme le boitier sur lequel je travaillait et je serre les visses qui le tiennent fermé. Après tout, je voudrais éviter de tomber sur mon chemin.
Je monte sur mon nouveau véhicule posé au bord de la route et je démare mon moteur à l'aide d'une clée en forme de croix gouvernementale. Le mécanisme fait tourner des petits silex et cause des éteincelles dans des chambres où répose un gaz venant du réservoir. Avec quelques impulsions assez fortes, le moteur commence à démarrer, causant un bourdonnement d'abeille aussi fort qu'un canon. Le vieillard sursaute.

Qu'est ce que?!
J'enfile mes lunnettes de protection et j'attache mon haut de forme à l'arrière de mon vélocipède motorisé.
Le futur, vieillard! Le futur qui nous attends!

Avec un petit mouvement de pied, je baisse un levier qui relie le moteur à une boite d'engrenages et je commence à avancer.

Wohoh, doucement!
Je manque un peu d'équilibre au début mais plus j'appuie mon levier compresseur et prends de la vitesse, plus je me sens à l'aise avec.
Haha, ça marche! Je l'avais bien dit! Mes machines sont parfaites!

Adieu vieille croute pourrisant sous ce maudit arbre, je suis libre! Libre de me promener à travers les routes de terre de ces champs où vivent des personnes en attente de la mort.
Moi, je pars vers le futur!

Ah!


Le bonheur que de voir ces champs de blé défiler, danceant dans le vent alors que je passe avec ma machine au doux son de mécanique et de futur. La chaleur du soleil frappe mon visage avec la douceur d'un lit de plumes alors que le vent qui emporte mes cheveux me caresse la tête avec une sensation de libertée absolue. Je descend les petites collines douces de cette ile de Morphée avec une emphorie qui m'emporte vers les cieux.

Les petits villages passent dans le paysage comme les étoiles fillantes, un simple regard avant de disparaître. Les pétales de fleurs s'envolent à mon passage tout comme les papillons. Je pourrais presque comprendre pourquoi les vieux apprécient bien cet endroit, c'est vrai que c'est agréable. Sauf bien entendu les vieux en question, qui sont toujours de véritable têtes à claques. Mais je peux compatir, c'est un bel endroit en effet.
Enfin il commence à arriver vers une région plus côtière, un autre port apparait au loin.

Je m'arrête un instant sur une zone assez tranquille, faisant un peu tourner mon véhicule pour aider au frainage et m'arrêtant de travers. Un nuage de poussière s'envole à mes pieds alors que je me concentre pour regarder au loin.
Oui!
Oui c'est exactement ce que j'ai cru voir!
Un navire!
Un bien grand navire en plus!
Il est doté d'un drapeau blanchâtre, sûrement la marine mais j'arrive pas à y voir mieux depuis là où je me trouve.

Un sourire apparait sur mon visage, je suis sauvé! Ah oui! Sauvé! Sauvé de cette ile de cadavres où je n'ai que souffert! Sauvé de cet endroit où l'on m'a abandonné, faute d'avoir mal choisi le navire que j'allais employer.

Sans plus attendre je me suis pressé de reprendre mon chemin, tournant la clée mécanique à nouveau et descendant un chemin plus dangereux et raide. Emporté par mes émotions, je n'ai pas fait assez attention et j'ai rencontré un groupe d'individus au millieu de la route. Mince!
Mais, mais ils m'ignorent en plus!
Rapidement je presse mon ballon d'air pour faire sonner mon petit "avertisseur" comme je l'ai appellé. Faute d'avoir été trop en avance sur mon temps, ces imbéciles ne font que regarder autours d'eux.

Dégagez! Attention! ATTENTION J'AI DIT!

Au dernier moment je les évite de peu, en particulier le type avec des longs cheveux. Je souffle mais mon soulagement est vécu que trop rapidement. Un obstacle plus imposant bloque mon chemin, un fossé suivi d'un petit champ. Je crie en horreur alors que la roue avant de ma machine tombe dedans et me jette dans le champ. Je chute sur mon dos, ayant fait une rotation complete en l'air.

Ah quelle douleur!
J'aurais du inventer du matériel de protection aussi!

Alors que la roue arrière de mon vélocipède motorisé tourne dans le vide et que le bourdonnement cesse petit à petit, je me force à me relever.
La douleur au bras me fait flanchir un instant, mais j'arrive à me trainer hors du blé pour faire face au groupe et au tas de ferraille et bois brisé qu'est devenu mon véhicule.

Je fronce les sourcils en regardant ma machine ainsi dévastée. J'y ai passé des heures en plus!
De colère je donne un coup de pied à un roc juste à côté avant de me faire bien plus mal que ce que je pensais.
Putain! Salle fossé de merde! AGH! MERDE!
Je soupire aux cieux. Je vais faire quoi maintenant? Il y a un navire, certes, mais il faut bien payer son transport non?
Oh et puis zut!

Non.
C'est pas ma faute!
C'est à cause de ces lourdeaux qui voulaient pas dégager la route!
Ils auraient pu causer un accident plus grâve!
Je me tourne vers eux, les pointant du doigt.

Vous aurez pu faire attention, bordel! Regardez l'état de ma machine maintenant! Elle ne roulera plus jamais!

Ce qui n'est pas faux, la roue avant de charette est totalement brisée, les maigres renforts en acier tiennent à peine en place les miettes qui restent. Avec dédain, je récupère mon haut de forme et ma canne qui restaient attachés à l'arrière de l'appareil.

Vous savez combien de temps ça prends pour fabriquer un de ces vehicules? C'est inconcevable pour des cervelles de moineaux comme les vôtres je suppose.

J'enfile mon haut de forme, je range mes lunnetes de protection qui n'ont à présent nulle utilitée.
Je gromelle encore un peu de frustration.

A qui ai-je donc le déshonneur?
Bien entendu que j'ai mis cette tournure par colère. Je l'ai dit avec le ton le plus sacrastique que je pouvais, presque prêt à déclencher un combat car soyons honnêtes, c'est tout ce qu'il faudrait pour me défouller de cette catastrophe.

Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
Nils Gratz
Messages : 1818
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue39/75[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue288/350[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (288/350)
Berrys: 125.457.000 B

[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty
MessageSujet: Re: [Mission] D'une pierre deux dentiers   [Mission] D'une pierre deux dentiers Icon_minitimeLun 9 Sep - 11:07




D'une pierre, deux dentiers



Le raisonnement du jeune chasseur de prime était parfait. Etre capable de se fondre dans le décor et penser comme un vieillard eut le don d’étonner l’ancêtre qui félicita intérieurement sa jeune recrue. Nils n’aurait jamais été capable d’agir de la sorte : pouvoir se penser vieux était tout bonnement devenu hors du champ des possibles pour l’ancêtre. Ainsi, le trio démarra sa quête en arpentant quelques sentiers pour le moins difficiles. Encore faudrait-il que les maisonnettes en dehors des villes et éventuelles cabanes dans les champs existent. Appuyé sur son bâton de bois, le vieillard commença tout bonnement à râler sur le fait que c’était un peu long : chasser le naturel, il revient au galop ! Si Nils avait gagné en maturité et en sérieux depuis quelques temps, le pauvre grand-père n’en restait pas moins toujours aussi faussement débile et peu pensif.

Une première cabane apparut alors dans le champ de vision du petit groupe, son inspection fut vite réalisée et rien de bien folichon ne permit de déterminer quoique ce puisse être : les meubles étaient recouverts de poussière signe qu’aucun humain n’avait foulé ce lieu depuis plusieurs années. Avec une légère tape amicale, le capitaine proposa de trouver une autre battisse. La marche reprendrait alors en se reculant encore davantage dans les champs et les jardins divers.

Un bruit sourd commença alors à gronder dans le ciel et se rapprochait petit à petit. Nils n’y prêta pas grande attention mais un véhicule étrange finit par émerger des différents jardins. Arquant un sourcil, le vieillard plissa les yeux pour comprendre ce qui était en train de se passer. Plaçant sa main gauche en guise de visière, Mama chercherait aussi à comprendre ce qui arrivait droit sur eux ! Le jeune chasseur de prime avait-il finalement vu juste ? S’agissait-il du primé qu’ils étaient venus chercher sur cette ile ? Dans un bruit assourdissant, la machine vint s’écraser dans un fracas monstre en évitant de peu le petit groupe. Nils marqua un temps d’arrêt en voyant un tel engin voler avant d’exploser tel un débris. Un être étrange sortit des décombres et commença à venir invectiver le petit groupe. Mama Ité se gratta la tête tandis que Nils était visiblement totalement déstabilisé. Depuis quand les mioches n’en faisaient qu’à leur tête !? La décadence de la jeunesse était en route, il n’y avait plus aucun doute là-dessus.


Meh ?
Voila la seule réponse qu’avait pu faire Nils. Ce qu’il ne comprenait pas, Nils laissait de côté. Se retournant vers Shimura qui venait sans doute d’échapper de peu à la mort, Nils glissa un doigt dans son nez d’un air totalement nonchalant et sans se préoccuper de savoir si on le regardait ou non.


C’est lui ?
La question était claire. Bien que cette dernière puisse avoir le don de flatter l’égo de l’inventeur, le vieillard ne cherchait qu’à savoir s’il s’agissait du primé ou non. Ne laissant pas le temps au jeune chasseur de prime de répondre, Mama prit la parole dans un léger soupir.


Non… c’est juste un gosse capitaine.
Le Gratz haussa les épaules dans un signe d’indifférence. Sortant un véritable mickey de son nez, il s’en débarrasserait sans vraiment faire attention. Malheureusement, l’adresse du vieillard laissait clairement à désirer et le projectile passerait alors non loin du visage du génie civil. Mama avancerait alors en direction de la machine écrasée un peu plus loin. La soulevant à une seule main, sa marmite dans l’autre, elle demanderait simplement à Viktor plus d’informations :


C’est cassé alors ? Poubelle ?
La facilité de la grosse dame à soulever l’engin motorisé laissa perplexe Nils qui ferait alors un simple non de la tête. Le pauvre jeune garçon risquait de se mettre en colère mais en un coup d’œil, il verrait un rapport de force inégal entre le groupe et lui-même. Nils, n’ayant pas vraiment compris un traitre mot de ce que l’aristocrate lui voulait, posa tout simplement sa question, sans véhémence ni même intérêt.


Tu veux quoi du coup gamin ?
Après tout, on venait le déranger dans sa traque ! Soudain, un bruit de bâtiment qui s’effondre viendrait gâcher la discussion du groupe. Si Shimura avait l’œil, il pourrait alors voir un épais nuage de fumée grandir dans le ciel : le primé devait sans doute être dans les parages, à moins que ce ne soit autre chose ? Alors que les regards se tourneraient en direction du bruit, une autre volute de fumée commencerait également à s’épaissir en provenance de la ville, elle aussi accompagné d’une légère explosion. Deux possibles objectifs, il restait à savoir quel chemin Shimura choisirait d’emprunter.




Alors alors ! Attaque de crotte de nez et discussion tandis que deux explosions retentissent. La première est en provenance de la ville, la seconde est en provenance d'un endroit un peu plus isolé.

Viktor => RAS, do as you wish

Shimura => Dis moi quelle direction tu prends (si tu en prends une) et je te donnerai un peu plus d'informations HRP pour ton post !

_________________
[Mission] D'une pierre deux dentiers 1436021033-gratzousignv2
Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Viktor Rosenbaum

Viktor Rosenbaum
Messages : 10
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue15/75[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (15/75)
Expériences:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue16/80[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (16/80)
Berrys: 100.000 B

[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty
MessageSujet: Re: [Mission] D'une pierre deux dentiers   [Mission] D'une pierre deux dentiers Icon_minitimeVen 13 Sep - 18:29

D'une pierre deux dentiers



Je passe un coup de main sur mes épaules pour me débarasser de la terre qui serait resté après cette malheureuse collision. Qu'est ce que donc ces gens détestables? Sûrement des barbares des provinces comme l'on me racontait à la capitale, des personnes à peine civilisés et incapables de la plus basse des manières.
Ma parole il se met le doigt dans le nez! Devant tout le monde! Quelle barbarerie, quelle dégénéressence provinciale sans tact ni respect. Je ne peut me retenir de le foudroyer du regard pour une telle action qui tient de l'insulte. Non, je devrais me calmer, ce n'est pas sa faute au pauvre imbécile, après tout ils ne sont que trop loin de la lumière de la civilisation et leurs cervelles sont sûrement bien moins développées. Après tout, n'était-ce pas le cas selon les études de mon collègues sur la morphologie du crâne de ces pauvres hommes dont la race est sûrement inférieure?
Je me retient quoique la moutarde me monte au nez. Ces... provinciaux... pourraient-ils me servir?
Alors qu'ils sembleraient qu'ils se consultent entre eux à mon sujet je range ma canne sous mon épaule gauche, reposant ainsi à l'horizontale avec le manche vers l'avant. Peut-être sont ils venus à ma rescousse? Non, ils m'ignorent encore, plus concerné par une quelquonque mission.

Pfft!

J'en grincerait presque mes dents. Ne sont-ils pas censés me protéger? Moi! Je suis un noble de Marijoie par tous les saints! Oh quelle misère que d'avoir quitté la capitale. J'ai l'impression que de tomber uniquement sur des personnes barbaresques ou malhonnêtes voir sans le moindre concept d'étiquette ou savoir-vivre.
Une demoiselle assez enveloppée se dirige vers mon invention et commence à me parler.

Poubelle? Ah que neni, le moteur est encore récupérable mais la roue avant rend le véhicule innutilis... Mais que diable faites vous! Posez ma machine immédiatement!

Elle soulève l'engin avec une seule main?! Certes ce n'est pas un objet très lourd mais une telle force est assez considérable. Brutes sans cervelles? C'est donc ça à quoi j'ai affaire?
N'est-elle donc pas capable de comprendre la valeur qui est entre ses... sa main? C'est une pièce unique dans son genre! Comment est-ce que une cervelle d'oisillon comme elle pense pouvoir comprendre l'importance de ce velocipède motorisé? Ah, les provenciaux! Décidément des personnes sans délicatesse ou manières, tel que l'on me l'avait dit!

Maintenant le fossile s'y met aussi!

Gamin? Je pourrais vous poser la même question l'ancêtre!
Quel manque de respect, ma parole... Est-ce que la capitale est donc la seule lumière de civilisation en ces mers obscures?


Je regarde de haut en bas cet individu. Sûrement un vaurien comme les autres retraités ici, une relique incapable de comprendre que le monde continue et pas à son rythme de molusque à patates.
Hé.
C'est pas un uniforme de contre-amiral ça?
Mais oui, un officier supérieur de la marine gouvernementale. Le navire dans le port doit donc être le sien, quelle chance... ou malchance plutôt.

Un lunatique, c'est de ça que je vais devoir me contenter?
Je soupire d'exaspération.

Je cherche un navire pour fuir de cette ile. Je vois que vous êtes contre-amiral. Peut-être que nous pourrions trouver un arran...

La conversation fut rapidement interrompue par le bruit de deux explosions. L'un vennait des champs et l'autre de la ville. De la fumée se soulève à l'horizon. Je regarde les sources puis le vieil homme.

Et bien, je suppose que vous avez besoin d'assistance. Splendide, cela payera mon... voyage, jusqu'à bon port bien entendu.

Je me tourne vers la demoiselle qui avait porté mon véhicule avec une seule main.

Vous savez quoi, continuez à le porter, j'aimerai bien pouvoir le récuperer une fois à bord du navire.

Je ne vais pas laisser à ce chenapan de temps de répondre ou éviter mes demandes, un petit coup dans la porte fera vite de l'obliger moralement à me laisser à bord. Après tout, il peut pas laisser un aristocrate qui plus l'a aidé dans sa mission sur une ile aussi vile et mourante que celle-ci?

Avec un sourire et un petit mouvement respectueux de mon chapeau, je m'emploie donc à aller arracher des mains d'un jeune homme doté d'un sabre ce parchemin fort étrange. Je tourne et retourne momentanément la feuille où se trouve donc le visage d'un certain révolutionaire avec les mots "Wanted" et "12.000.000 Berrys" dessus. Ils chassent une prime? Un autre retraité en plus? Oh, moi qui pensait donc voir l'ancêtre chercher sa future tombe ici avant de laisser nous, plus énergétiques personnages, repartir avec le navire.
Je ne cache pas ma déception, mais il faut bien payer son voyage après tout, c'est comme ça que le monde fonctionne.

Un vieux shnoc? Assez difficile, il y a pas un mêtre carré où leur présence ne saurait exister, à mon plus grand déplaisir. Vous êtes donc à la recherche de ce type et après vous pourrez enfin partir et donc moi avec vous. Parfait.

Je me retourne, reniflant un peu l'air autour, une certaine odeur touchant mes narines et les irritant.

D'ailleurs je pense qu'on sent presque la décomposition d'ici... Oh non, c'est vous, pardonnez moi. Ahem. Allons-y alors, je présume qu'il doit être dans les champs avec ses champignons ou ses papillions comme la pluspart des fossiles de cette ile.

Je jette le parchemin derrière moi, un individu va bien le ramasser. Je commence à marcher vers la fumée des champs, vérifiant que je suis bien suivi.
Chop, Chop! Je n'ai pas toute la journée après tout et je présume que vous non plus.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
Nils Gratz
Messages : 1818
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue39/75[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue288/350[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (288/350)
Berrys: 125.457.000 B

[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty
MessageSujet: Re: [Mission] D'une pierre deux dentiers   [Mission] D'une pierre deux dentiers Icon_minitimeHier à 10:52




D'une pierre, deux dentiers



Il devait certainement y avoir quelque chose de plus dans le corps de l’ancêtre qui le poussa à réagir une nouvelle fois tel un gros dégueulasse. Portant son auriculaire  son oreille, il écouta d’une oreille distraite toutes les informations du jeune noble. Il n’y avait pas de doute, il était assez mal élevé : ce qui entrait d’une oreille avait une facheuse tendance à ressortir de l’autre pour le contre-amiral. Ainsi, l’explosion le sortit de sa torpeur et il dirigea finalement son regard vers les deux sources des bruits. Avec un haussement d’épaule, le vieil homme tourna d’abord son regard vers Shimura avant de se rediriger vers le champs. A peine avait-il eu le temps de se retourner que le jeune nobliaux était parti de l’avant avec Mama derrière lui. Poussant un soupir, il se décida finalement à suivre le duo avec une lenteur non dissimulée. Depuis quand les gens étaient-ils si pressés d’arriver vers des endroits dangereux ?

Mama avait l’engin motorisé sous le bras gauche tandis qu’elle jouait avec la marmite de son autre main. La grosse dame se désintéressait royalement de ce qu’elle était en train de porter. Voyant le jeune homme jeter le bout de papier à terre, la cuistancière râla sommairement mais ne se baissa pas pour le ramasser : après tout, elle était déjà pleine comme une barique. Nils arriverait alors derrière pour reprendre le bout de papier et pester comme à son habitude.


Naméoh ! L’écologie ! De mon temps on gardait tous ces bouts de papiers pour les réutiliser et les petits cons on les bâillonnait avec du foin, j’me souviens dans le temps…
Et voilà, le vieillard était parti dans un monologue. Ce qui était en train de se passer avec les explosions semblaient lui être sorti de la tête et Nils n’arrêterait visiblement pas avant de se retrouver face aux sources des problèmes. En quelques minutes un nuage de fumée s’élèverait devant le duo et Mama s’arrêterait sur place. Nils, toujours perdu dans son long monologue n’aurait alors pas perçu l’arrêt de la grosse dame et lui serait rentrée dedans tout en pestant. Après tout, on ne changeait pas une équipe qui gagne.

[Mission] D'une pierre deux dentiers Salomon-muto-grand-pere-yugi[Mission] D'une pierre deux dentiers Sawada_tsunayoshi_by_oxaider-d516ocn


- Non… pépé… sérieusement, je t’ai déjà dit que je savais me débrouiller tout seul et puis…
- Que nenni ! Les gamins dans ton genre c’est juste de la bleusaille ! Moi de mon temps !

Devant le duo assez improbable d’un grand-père avec son petit-fils se tenait une maison qui venait sans doute de s’effondrer. Quelques flammes léchait encore des tuiles effondrées. Sans doute qu’une explosion de gaz avait due se produire lors de l’effondrement. Le grand père animait des yoyos autour de lui dans des gestes assez imprécis, néanmoins, ce dernier semblait garder énormément de force pour son âge avancé.

Le regard tourné vers le trio nouvellement arrivé, le vieil homme toisa du regard la grosse dame avant de s’en retourner avec un coup de coude à son chérubin pour lui glisser quelques mots.

- Tiens ! En voila une bien en chair ! Hey ! Il est célibataire !
- Papy !

Le cœur de Mama commença à battre la chamade tandis qu’elle rougissait à vue d’œil. Le grand-père n’était autre que le primé tandis que sa descendance restait plutôt inonnue. Jetant un regard outré à son paternel, le jeune garçon ne put s’empêcher d’ajouter quelques mots.

- Elle est moche… tu sais bien que j’attends un minimum de standing !

Un rire tonitruant s’échappa du primé alors que Mama venait simplement de changer de tout au tout. Totalement vexée par les paroles de son amour du jour, elle n’hésita pas une seule seconde et lança la pseudo moto en direction du petit con qui venait de s’en prendre à elle. Le jeune, avec des réflexes particulièrement affutés sauta en l’air pour esquiver sans problème alors que l’engin s’écrasait dans un fracas monstre à même le sol à quelques centimètres à peine de Say Nils.

- Oh et c’est qu’elle a du caractère en plus !

Nils resta encore en retrait, il ne savait pas vraiment quoi en penser. Il connaissait la fureur que pouvait montrer Mama et il avait bien envie d’avoir sa soupe le soir, il n’était donc pas question de la mettre en rogne et encore moins d’intervenir. Après tout : pas vu, pas pris !

[Mission] D'une pierre deux dentiers Jone_s10[Mission] D'une pierre deux dentiers 110


En ville, une agitation toute particulière rendait la vie des habitants difficile. Certains couraient dans un sens tandis que d’autres étaient en train de baricader leurs maisons et les différentes maisons de retraites. Les petits vieux étaient dans une forme de confinement tandis qu’un brouhaha improbable avait lieu dans la rue. Deux protagonistes semblaient s’affronter et l’un d’eux paraissait plus amoché que l’autre. Seules quelques rumeurs passaient d’une rue à l’autre : quelqu’un ou quelque chose était en train d’arriver et ça n’allait pas donner que du bon. Au loin, à l’horizon, un bâtiment semblait s’approcher… à moins que ce ne soit une illusion ?




_________________
[Mission] D'une pierre deux dentiers 1436021033-gratzousignv2
Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Viktor Rosenbaum

Viktor Rosenbaum
Messages : 10
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue15/75[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (15/75)
Expériences:
[Mission] D'une pierre deux dentiers Left_bar_bleue16/80[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty_bar_bleue  (16/80)
Berrys: 100.000 B

[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty
MessageSujet: Re: [Mission] D'une pierre deux dentiers   [Mission] D'une pierre deux dentiers Icon_minitimeAujourd'hui à 11:47

D'une pierre deux dentiers


Je suis tout bonnement étonné de mon fameux nez pour ce genre de choses. Voilà donc l'homme recherché et avec ce qui semble être son petit-fils. L'on reconnait dans ses mouvements imprécis et tremblant une relique, un artéfact digne d'un musée, une gloire passée qui ne brille plus. Oui, voilà donc un rouage sans but et sans fonction, au moins il a eu la politesse de trouver un lieu où mourrir, pour le bien de tous et de la sociétée. Il semble donc éduquer son petit-fils sur certaines techniques, accomplissant son devoir de transmètre à la génération suivante. Dommage qu'on ne soit pas dans le même camp, il parraîtrait presque assez raisonable pour être capable de diner correctement.

Cette impression favorable vient de se briser quand je l'entends parler avec une telle grossièretée.
Pff, un sauvage comme tous les autres.
Dommage.


Je ne jette qu'un regard du coin de l'oeil sur le vieux contre-amiral. Le voilà donc à se curer les oreilles, barbaresque! Qu'est-ce que la marine peut bien avoir trouvé à cette croûte sorti tout droit de l'ile la plus reculée du fion des mers?

J'en fronce les sourcils et je masse un peu le haut du nez, juste entre les yeux, avec une main. Visiblement je n'ai pas pu tomber sur pire personnage mais je n'ai pas le choix.
Oh Julia, j'aurais dû t'écouter, tu avais bien raison! Le monde n'est pas aussi civilisé que la capitale, visiblement ils ont au moins deux siècles de retard.
J'aurais préféré avoir à travailler avec mes domestiques dans les cuisines que de subir cette mésaventure!


Voilà qu'en plus la vieille s'énerve, je sens une brise me frapper doucement le visage, elle a du jetter quelquechose. Je relève la tête pour constater mon invention qui vole lentement en direction des deux provinçaux.
Que diable...
Mes battements de coeur s'accèlerent, le temps ralentit jusqu'a ressembler à un tableau comme ceux des grands artistes qui ont peint mon visage et l'ont ajouté aux portraits Rosenbaum qui ornent ma cage d'escalier. Mes yeux s'ouvrent comme les portes des enfers, j'ai envie de crier mais le souffle vital ne me vient pas. Non, il est enchaîné au fond de ma gorge, effrayé et choqué par l'horreur qui vient d'être commis.

Enfin je tombe à terre, chutant en avant avec la douce lenteur d'un papillon qui bat des ailes ou des tendres mélodies que joue ma femme sous les étoiles de la véranda sur ce beau piano en chêne noir que j'ai acheté suite à notre marriage. mes genoux se font caressés par les tiges des herbes avant que je reste posé ainsi, sur mes genoux, regardant en désespoir et choc ma magnifique machine tomber et se briser en mille morceaux.

Chaque son me tord le coeur un peu plus. Les tiges de fer qui se tournent et de brisent, les tubes qui éclattent, le liquide pneumatique qui échappe de ses entrailles comme le sang d'un être suprême, le gaz qui enfin s'enflamme lentement dans les airs et pousse le dernier souffle d'une création expirante. Plus rien, la mort s'est emparée de ses os froids et métaliques, aucun éclair ne le pourra me le ramener. Il est brisé, comme le cadavre d'un homme qu'on jette d'une falaise.

Je parvient à pousser à peine quelques mots, le son s'enfermant dans ma gorge qui devient sèche.
Qu...Qu'avez vous fait....
Une larme singulière descend de mon oeil gauche, salée comme les sables d'un lac sans vie. On vient de la tuer, de l'assasiner, de l'écarteller, de la massacrer comme un simple morceau de chair et de sang! Quel âme sombre et noire pourrait commètre un tel crime, un acte aussi odieux, une atrocitée comparable?
Oh par tous les saints!
Qu'avez vous fait...

Je suis incapable de dire autrechose, emprisoné dans mon propre esprit. Une prison de ma création, remplie de chambres noires et de murs en béton où mes invention et mes calculs recouvrent les surfaces d'une écriture en craie blanche usée par le vent. Oui, un légèr vent qui entre par la petite fenêtre de l'âme et qui donne sur un monde moche et tragique où la cruelle réalitée happe tout ce qui tient à coeur.

Qu'est ce que vous avez fait?!
Je hurle, la colère me libérant de mes chaines et me relevant avec toutes les flammes de mon âme.
Réalisez vous simplement la valeur de ce que vous avez détruit? Oh non, désolé, j'ai oublié que votre cervelle de petit oisillon dégéneré est peut-être à peine capable de comprendre comment on fait une soupe potable! Quelle tragédie d'ailleurs, d'être née avec ni l'intelligence ni le charme ou la délicatesse qui fait une femme, je vous plaint presque.

Je ne me retient pas, tout sort comme d'un fleuve en crue. Il n'y a aucune barrière qui retient ma fureur alors que je me tourne vers le vieux contre-amiral.

Et vous, le fossile baveux, vous auriez pu au moins vous décaller. Ou est-ce que l'âge vous a rendu tellement sourd que même les cris agonisant de vôtre famille ne pourrait vous réveiller? Avec une telle incompétence je ne suis pas étonné que les pirates et les révolutionaires sévissent encore! Qui sait, ils pourraient brûler vôtre misérable ile et tout ce qui y vit et je ne serais pas plus étonné que ça! C'est presque un miracle que notre civilisation soit encore en vie!

Je frappe le sol de mon pied comme si je terrassait un géant mathusalem qui dormait en dessous.

Ile de merde! Pays de merde! Océan de merde!

Enfin je me tourne vers le couple d'abrutis qui trainent sur leur petite ferme à la con.

Et vous, "Papy"
Je prononce ce surnom avec tellement de dédain et de haine que ça me vide et me calme petit à petit.

Vous et votre révolution étaient contre des merdes comme ça et vous n'êtes même pas foutus de gagner une seule bataille? Mais à quel point vous devez être mauvais? Je n'arriverait pas à vivre avec la honte que d'avoir perdu une guerre face à des bêtes aussi stupides qu'elles ne peuvent même pas être considérés comme humains!

Je souffle, ayant enfin vidé mon esprit de tout ces reproches, cette rage et cette colère qui s'accumulait comme dans une bouteille sous pression. Ah, ça fait du bien que d'être libre de tout ça. C'est comme avoir perdu un lourd fardeau, on se sent tellement lèger qu'on pourrait voler.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[Mission] D'une pierre deux dentiers Empty
MessageSujet: Re: [Mission] D'une pierre deux dentiers   [Mission] D'une pierre deux dentiers Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission] D'une pierre deux dentiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand Mme Michèle D. Pierre-Louis remettra-t-elle sa démission à Fokal ?
» Chalbari dèryè Pharès Pierre ansyen minis Aristide kom Komisè Imigrasyon Kanada
» Première mission
» Discours du PM lors de la Mission Economique Canada-Haiti
» Le projet de Michele Pierre-Louis.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue-