Partagez
 

 [En cours] - Erwin Stormblood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwin

Erwin
Messages : 3964
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[En cours] - Erwin Stormblood Left_bar_bleue56/75[En cours] - Erwin Stormblood Empty_bar_bleue  (56/75)
Expériences:
[En cours] - Erwin Stormblood Left_bar_bleue663/1250[En cours] - Erwin Stormblood Empty_bar_bleue  (663/1250)
Berrys: 124.271.640.666 B

[En cours] - Erwin Stormblood Empty
MessageSujet: [En cours] - Erwin Stormblood   [En cours] - Erwin Stormblood Icon_minitimeMer 31 Juil - 18:36


Erwin Stormblood



  • Nom : Stormblood
  • Prénom : Erwin
  • Surnoms : La Lame, Le Septième Saint, Le Prodige, La Tempête de Sang
  • Âge : 16 ans
  • Sexe : Masculin
  • Race : Humain
  • Lieu de naissance : Inconnu
  • Camp : Gouvernement Mondial
  • Métier : Epéiste / Mousse dans la marine
  • FDD / Arme : Une épée en bois
  • Équipage : Compost
  • Buts / Rêves : Actuellement, aucun.



Description Physique

C'était un beau garçon. On le lui avait toujours dit, même s'il ne l'entendait jamais de cette oreille. En réalité, il mettait une indifférence assez incroyable à ne pas entendre les compliments qu'on lui faisait. C'était l'un de ses vices : celui de ne pas remarquer qu'il était fait pour plaire. Ses beaux blonds étaient assez fins pour être soyeux, mais assez épais pour donner une petite impression d'épaisseur, pas déplaisante à l’œil. Ils lui arrivaient jusqu'aux épaules, et même un peu en-dessous quand il les détachait. Deux mèches tombaient nonchalamment devant, comme pour encadrer son visage angélique.

Et quel visage angélique était-ce ! On aurait pu y croiser moult interrogations : la première était la parfaite symétrique qui y régnait grâce à une expression autrefois stoïque, aujourd'hui juste bête. Il avait deux yeux d'un bleu parfaitement serein, comme le ciel dégagé de ses nuages. Ses deux oreilles en pointe apportaient cette touche d'exotisme qu'on ne retrouvait pas ailleurs. Certains auraient pu dire qu'elles étaient difformes, mais la plupart du temps c'était l'élégance harmonieuse de ses traits qui ressortait de cette constatation. Son nez discret était d'une simplicité enfantine, de même que ses lèvres fines.

En descendant, on pouvait largement prendre plaisir à observer ses muscles saillants. Ceux-ci avaient été forgés par des années d'entraînement, et quelques cicatrices de ses plus violentes blessures étaient encore là pour en témoigner. Il ne les exposait, ni ne les cachait. Son corps était celui d'un guerrier expérimenté, pour quiconque y aurait porté attention : mieux encore, un sabreur expérimenté. Ses muscles fins étaient pourtant puissants, ses jambes sculptées comme le reste de son corps étaient habiles.

Enfin son allure était souvent simplement le plus naturel possible. Il était sûr de lui, sans obstacle. Ses principales armes avaient été faites sur le Nouveau Monde, et rares étaient les ennemis qui pouvaient tenter de lui tenir tête en dehors de celui-ci. Aujourd'hui, son allure avait changé. Suite à sa perte de mémoire, il était devenu plus innocent, enfantin. On aurait dit qu'il obtenait une enfance qu'il n'avait jamais eu, en toute quiétude.


Description Mental

- On avait construit une machine de guerre, prête à tout pour détruire, prête à tout pour accomplir la mission qu'on lui avait donné.

Le vieillard tremblait encore. Cet homme avait été l'entraîneur du garçon qui, dès son plus jeune âge, l'avait rapidement déplacé. En connaissance de cause, il avait été un frein au déploiement de tout son potentiel, et il aurait aimé pouvoir l'être encore plus. On lui avait confié la mission de formater Erwin, et ça avait été une réussite. Ce garçon était devenu tout ce qu'on attendait de lui : stoïque, sans pitié, sérieux, adaptable. Il avait rempli toutes les missions qu'on lui avait donné avec brio. Quelques accrochages, mais rien de bien grave...

C'était un véritable prodige. Il était pourtant encore un jeune homme : malgré ses airs de machine de guerre, il restait taquin, familier avec tout le monde et incroyablement perspicace. Entre autre, il avait aussi le diable au corps comme diraient certains : après chaque mission, il déployait une énergie folle à se défouler. Rien ne semblait réellement le contenter, car rien ne lui opposait de réelle résistance. Ce démon qu'il était devenu, il l'avait accepté. Il avait accepté d'être tout ce qu'on demandait de lui, et bien plus encore... Jusqu'au jour où sa mémoire avait disparu.

Ce jour-là, deux choses se produisirent simultanément : son esprit se divisa d'abord en deux parties. L'une était éveillée, et l'autre en sommeil. Malheureusement, celle en sommeil était la partie qui connaissait tout de ce monde, tandis que l'autre s'avérait être l'insupportable moitié. La deuxième chose qui se produisit, ce fut la naissance de cette deuxième personnalité. On pourrait la surnom : "L'Innocence". Sans aucun péché derrière elle, elle gardait une forme volatile de qu'on pouvait trouver dans ce monde. L'innocence au sens le plus pur du terme.

En outre, cette seconde personnalité avait deux caractéristiques principales : une absence de vocabulaire qui l'obligeait à pousser des "Ah !" incessants et un émerveillement quotidien pour toutes les choses. Sous cette forme, sans contrôler sa puissance, Erwin était devenu une autre forme de bombe à retardement... Un idiot.


Histoire

Chapitre 1 : Le Prodige

- Tu sais où il est né ?
- Non.
- Et ses parents ?
- Morts.
- Bien.


L’échange ne fut pas plus long que cela. Il était rare de voir un bébé dans ce genre. Douze potentiels enfants avaient été sélectionnés pour remplir le rôle qui devait incomber à ce seul et unique prétendant. La « Lame » était en cours de fabrication : il fallait la forger à partir du matériau brut qu’on leur ramenait années après années. Douze enfants avaient cette année été choisi. Ils avaient entre deux et quatre ans : tous pouvaient se mouvoir mieux que les garnements de leur âge. Parmi eux, aucun ne semblait sortir du lot. Enfin… Presque. A trois ans, l’un d’entre eux était plus doué que les autres. Son regard était vide, mais il n’avait pas froid aux yeux. Ce fut lors des premiers affrontements, lorsqu’on leur dit qu’un seul repas était disponible par paire d’enfants qu’il démontra son potentiel.

L’audience fut choquée. La main du garçon de trente-huit mois était recouverte d’une plaque noire et il semblait arborer sans soucis cette maîtrise. Une maîtrise du Haki de l’Armement… Cela faisait froid dans le dos, pourtant on l’ajouta juste à son dossier. Pas de parents, pas d’origines, il serait parfait. A une exception près. Le combat se termina sur sa victoire, son adversaire immobilisé. Il se leva, alla chercher le repas et revint à son emplacement d’origine. D’un geste bienveillant, il scinda le plat en deux et en donna la moitié à son adversaire.

« Il est trop tendre. » se disait l’Instructeur. « Je vais le briser. ». Les pensées de cet homme étaient clairement à l’opposé de ce qu’un adulte aurait dû imaginer face à cette situation. Il fermait les poings, arborant la colère sur ses traits. S’il avait pu, il aurait cassé le cou à ce gamin sans lui demander son avis, mais en enlevant ce simple défaut, cette simple « bonté » il pouvait le transformer en un monstre de guerre, en l’arme la plus efficace que les Saints aient eu depuis longtemps. Lors du tournoi qui déterminerait qui prendra la place de la « Lame », son poulain serait à l’homme de la situation. Il n’hésiterait pas à employer tous les moyens pour arriver à ses fins… C’est ainsi que, contrairement aux années précédentes, les autres enfants survécurent.

Douze enfants dans une seule structure implémentée sur Noctilia. L’île était parsemée de ténèbres, comme si les ombres léchaient les corps à toute heure de la journée pour les dévorer. Les lieux étaient faits pour faire peur, jouant sur la psyché des humains. Au départ, les enfants étaient terrifiés, à l’exception de Numéro Un. Il n’avait pas besoin d’avoir de nom, juste un numéro serait suffisant. « Numéro Un ». La future « Lame ». L’Instructeur se voyait déjà richissime.

Il ne comprenait pas cependant. Quelque chose lui échappait. Pourquoi les enfants ne mourraient pas ? Pourquoi survivaient-ils aux épreuves ? Là où certains auraient dû forcément mourir, Numéro Un intervenait pour les sauver. C’est rapidement que les choses se mirent en place, deux ans après leur arrivée. Il comprit que ce garçon n’était pas seulement doué du Haki de l’Armement, mais aussi de celui de l’Observation, et qu’il avait réussi à le cacher tout ce temps. Que cachait-il d’autre ? Il lui fallait le savoir. Il le lui fallait à tout prix…

C’est ainsi que vint ce jour. Ce jour où le Prodige devait prouver sa vraie valeur.

- Un combat à mort ! Lâcha l’Instructeur en riant. Je ne peux pas tous vous garder indéfiniment, alors la moitié d’entre vous mourra aujourd’hui. Soit cela, soit vous mourrez tous aujourd’hui.
- Hors de question.


La réponse était aussi froide que possible, et elle glaça le sang à l’homme ventru. Celui-ci eut une expression de défiance à l’égard du petit homme blond, mais il lui tint tête. C’était lui l’adulte, à lui de choisir qui vivait, qui mourrait. Il n’avait pas élevé ces gosses pendant deux ans pour qu’on remette ses commandes en cause. Dégainant son épée, la colère prit le dessus sur la raison. Il allait tuer ce gamin, vite fait, bien fait. Ses pas se firent pressants, les enfants regardaient la lame qui menaçait de la s’abattre sur Numéro Un sans intervenir. Soudain, la lame s’arrêta.

L’Instructeur écarquilla le regard. L’enfant tenait sa lame dans sa main, une très fine couche de Haki de l’Armement recouvrant le bout de ses doigts. Il était arrivé à une telle précision en si peu de temps ? C’était quoi ? Un monstre putain… Il avait élevé un monstre. Brusquement, l’alliage grésilla et se fendit en deux, tandis que le reste de la lame finit son chemin, déséquilibrant l’Instructeur. Celui-ci sentit alors son flanc se faire transpercer. Numéro Un avant utilisé le bout de métal qu’il venait de briser pour planter l’homme ventripotent, sans prévenir.

- Ah… Merde, lâcha-t-il en s’écroulant.

Pas un cri de joie. Les machines de guerre qu’il avait créées étaient loin de pouvoir ressentir ce genre de sentiments. Ils avaient devant eux un acte qui était loin d’être anodin. Rapidement, des gardes viendraient et leur tireraient dessus. C’était donc maintenant qu’il fallait partir. Numéro Un observa les autres enfants dont les regards étaient tournés vers le sol. Il fronça les sourcils : un discours de bravoure ne serait pas de trop, et pourtant il ne versait pas dans ce type d’excès. Il était plutôt laconique comme garçon.

- Allons-y.

L’assurance qu’il dégageait suffit à emmener les enfants jusqu’à l’extérieur de la base. L’Instructeur ne les suivrait pas jusqu’ici, surtout vu l’état dans lequel il avait été laissé. Noctilia semblait bien douce : l’île était cependant démunie de population, et il n’y avait pas de navire à proximité. Les enfants étaient coincés ici… A moins qu’ils ne fassent preuve d’ingéniosité.

Chapitre 2 : La Lame

Chapitre 3 : Le Septième Saint

Chapitre 4 : La Tempête de Sang

Chapitre 5 : L'Innocent

- Aaaaah !

Le réveil fut brutal. Le garçon aux cheveux blonds se cogna le front contre la poutre du navire sous laquelle il dormait. Les ballotements de l’embarcation, le bruit des vagues contre la coque… Tout lui indiquait qu’il se trouvait dans la partie inférieure d’un bâtiment naval. Son regard se porta sur les autres marins à demi-endormis qui le regardaient avec un air un peu paumés. Il tenta de se lever, mais quelque chose le retenait… Des chaînes. Il était fait prisonnier, apparemment. Prenant les chaînes dans sa main, il eut envie de les briser, mais comment mettre de la force dans son corps ? Il ne savait plus comment faire. Il ne se souvenait plus de la manière dont il pouvait se protéger.

Quel était son dernier souvenir ? « Cette plage ». Il se souvenait de la sensation du sable chaud, du soleil qui venait saccader les images et de cet homme qui s’approchait, un appareil dans les mains. Un dernier flash et plus rien, il se retrouvait ici. Son regard était certes perdu, mais c’était surtout son rythme cardiaque effréné qui venait s’occuper de le faire se sentir mal. Il sentit que les ballotements ne lui faisaient pas du bien… Vraiment pas du…

La couleur jaunâtre qui vint tapisser une partie de l’intérieur de la coque permettait de déterminer qu’il n’avait pas mangé depuis quelques jours déjà. Son corps avait trahi ses intentions. Quelqu’un arriva, un fouet à la main, et commença à grogner quelques paroles inaudibles. Il leva son martinet, et l’abattit brusquement sur le jeune homme. Ce dernier réagit si rapidement que personne ne comprit son geste : un instant plus tard, ses chaînes étaient sectionnées, l’épée à la ceinture de l’homme avait disparu, et son martinet jonchait sur le sol à côté de sa main.

- Hein ? Qu’est-ce que… Aaaaaaaaaaah !
- Ah ! Ah, ah ! Ah !


Il regardait autour de lui, perdu, sans comprendre ce qu’il venait de se passer. Comment cette main avait-elle pu se retrouver là ? Est-ce qu’il s’agissait d’un corps en kit ? Allait-il la remettre comme par magie ? S’affolant un peu, il entendit le bruit d’une cohue, au-dessus de lui, puis une boule arriva à ses côtés et libéra un gaz. Il sentit à nouveau son corps vaciller… Et s’étendit sur le sol.

Les heures avaient sûrement encore passé et ce fut son estomac criant famine qui le ramena à la réalité. Il ouvrit les yeux et les cligna. Sa respiration était à nouveau devenue normale, tandis que ses mains venaient s’apposer contre son torse. Les chaînes avaient disparu. Il se trouvait dans une salle fermée par d’épais barreaux : une cellule. Avait-il fait quelque chose de mal ? Il se leva et se dirigea vers les tiges de fer, en attrapant une. Alors qu’il s’apprêtait à tirer dessus, une voix douce et posée l’interpella :

- Oh, vous êtes réveillé ! Attendez un instant, je vais vous chercher de quoi manger, vous avez l’air affamé !

Etait-ce à cause de la bave qui coulait ou de ses dents qui s’étaient approchées du métal comme pour le dévorer ? En tout cas elle avait visé juste, et pouvait certainement se vanter de ses talents d’analyse. Quelques minutes plus tard, la jeune femme revint près de la cellule… Et la vit étrangement vide. Elle fut interpellée par cela, recula légèrement en fronçant les sourcils et aperçut le garçon à son bureau, assis en train d’attendre patiemment, en tailleur.

- Qu’est-ce que… Comment ?

Elle s’approcha de lui, et tendit le plateau repas qu’il saisit. Il dévora son contenu en un rien de temps, se léchant les babines avant de se tenir l’estomac tout en tapotant sur le bureau pour exprimer qu’il avait un peu mal à l’estomac. Il souffla quelques instants et revint à son état normal.

- Ah ! Dit-il en souriant à la demoiselle qui se gratta la tête avant de hausser les épaules.
- Tu es un sacré numéro, toi, hein ? Enfin, qu’importe. Je t’explique la situation, donc : nous t’avons retrouvé dans un transport d’esclaves, en direction de Shabondy. Le Colonel t’a libéré avec ses hommes, et vous a mené jusqu’à notre base actuelle, la grande base de Toroa. Ici, on te propose de rejoindre les rangs de la marine, pour combattre les méchants et défendre les opprimés !

Elle était convaincue par son discours basique, mais une chose était certaine : cette demoiselle n’avait elle-même pas choisi de faire carrière. Sa place dans les bureaux lui allait parfaitement. Ici, elle était à l’abri des plus grands criminels de cette mer, grâce aux fortifications imprenables de  l’île. On aurait pu dire que la base militaire en elle-même était composée de plusieurs milliers de soldats qui  s’occupaient jours et nuits de protéger les lieux et d’assurer les connexions avec les autres mers. On avait sûrement longtemps hésité avant de nommer Nighty Town quartier général de la marine, mais… Il fallait évidemment penser à l’impact politique, et Toroa n’était pas exactement un modèle en ce sens-là.

Après avoir accepté et signé ce qu’elle voulait – des accords de confidentialité, probablement inutile avec ce garçon monosyllabique, et des accords de mise en danger – la demoiselle l’amena sur le terrain d’entraînement où les autres esclaves l’observèrent arriver. Sa maladresse sembla toucher au cœur la plupart des hommes présents qui tentaient d’aider cette pauvre âme perdue avec le plus de gentillesse possible. Ils l’amenaient à tenir correctement le sabre en bois, sans remarquer que ses attaques semblaient n’avoir aucun effet. Ainsi, alors même qu’il apprenait les bases de l’épée, le maitre d’entraînement arriva, l’air aigri et passablement énervé.

- Ma femme vient d’me larguer ! J’suis pas commode aujourd’hui, alors…
- AH !
Hurla le garçon en s’éloignant de sa position.

Un vers de terre venait de sortir, lui donnant une sueur froide avant qu’il ne se baisse pour le ramasser et le toucher dans tous les sens. Il fronça les sourcils avant de sentir une présence derrière lui qui n’augurait rien de bon.

- Tu te fous de ma gueule, petit enfoiré ? J’vais te…
- Monsieur, l’entraînement !
Dit un garçon en déglutissant.

Le vieillard maugréa quelque chose dans sa barbe avant de se retourner. Commença alors non pas un entraînement mais une évaluation des compétences que le blondinet ne réussit absolument pas. Il échoua sur presque tous les tests, ce qui n’était vraiment pas très encourageant pour son avenir dans la marine. Pourtant, le vieil homme avait une idée… Une excellente idée, même. Un déchet pareil n’avait  sa place qu’à un seul et unique endroit :

- Je vois… beaucoup de stupidité et de propensions à la gaffe… Des compétences douteuses… Tu seras… Dans le Compost !

Revenir en haut Aller en bas
 

[En cours] - Erwin Stormblood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» 1er cours de 3é année : L'introduction à la matière [Close]
» Un cours d'Initiation au Quidditch pour toutes les années ?
» Inscription au cours d'Etude des Moldus
» Tyler Gin [en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Préface - Les Bases :: Personnage :: Présentations-