Partagez
 

 [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2129

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeVen 26 Juil - 17:58


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) 2nd_to10
Léon Winter, ancien décima.

Le changement de décor fut soudain et aurait sans doute suffi à en déconcerter plus d’un, mais pas Léon. Ce dernier avait largement eu le temps de s’acclimater à l’utilisation des fermetures éclair pendant les derniers jours. Quoi de plus normal ? Lui ainsi que sa chère et tendre étaient passés à plusieurs reprises dans la dimension parallèle de Mars pour peaufiner leur plan d'attaque. Malheureusement, force était de constater que tous ces efforts avaient été vains : ils avaient perdu. Cependant, l’homme à lunettes se fichait éperdument du résultat de cette bataille maudite menée pour un monarque mégalomane dont il ne respecterait plus jamais l’autorité. En vérité, il n’avait même jamais donné la moindre importance à cet affrontement avec la marine de North Blue, hormis la joie qu’une victoire aurait pu procurer à Syrianna. Malheureusement, cette dernière avait trouvé la mort bien avant de pouvoir jouer le rôle qui lui était destiné. Elle avait été fauchée par deux hommes dont la fourberie mettait l’ancien décima hors de lui. Eux et la femme araignée… Ils allaient payer tôt ou tard. Le Winter n’aurait de repos avant d’avoir vu leurs corps mutilés et sans vie. M’enfin, ce n’était pas le moment de fomenter une vengeance… Le pugiliste était las de cette horrible journée, las de la vie, même. Sa revanche, il pourrait toujours la préparer plus tard. Pour l’heure, il devait panser ses blessures, aussi bien physiques que… psychologiques. Alors qu’il s’aventurait sans doute pour la dernière fois dans une fermeture, son esprit s’attarda sur les derniers moments passés avec l’amour de sa vie. Comment ? Comment en étaient-ils arrivés là ? Si seulement il avait su que cela se terminerait ainsi… Si seulement.

La seconde d’après, lui et son passager inconscient apparaîtraient sur une île à la forêt luxuriante. Elle n’avait pas vraiment de nom, ou en tout cas pas à la connaissance de Léon. C’était un endroit que lui et sa douce avaient découvert au gré de leurs voyages. Sa belle s’était vite entichée des paysages d’une rare beauté que recelaient les environs, tant et si bien qu’elle revenait ici à chaque fois qu’elle avait envie de se détendre. Elle appréciait tellement les lieux qu’elle avait demandé au larbin à lunettes de lui construire une petite maison dans le plus joli coin de l’île. Le jeune homme ne pouvait compter les fois où ils étaient venus par ici pour profiter d’un climat assez doux et des merveilles de la nature. Parmi ces dernières, des fruits délicieux et diverses plantes aux vertus curatives. En plus, il n’y avait rien de vraiment dangereux pour quelqu’un comme lui dans les parages, et c’était un coin relativement isolé. Ce fut donc tout naturellement que le pugiliste s’était dit que ce serait l’endroit rêvé pour prendre quelques jours de repos… et se remémorer des jours heureux semblant bien lointains. Il était évident que Léon espérait pouvoir profiter de l’attachement de son tendre amour à cette île pour faire son deuil plus facilement. Il n’était pas sûr que cela fonctionnait comme ça, cependant. Il était bon de noter que c’était la première fois que le binoclard perdait quelqu’un de vraiment important à ses yeux. Naturellement blasé, il n’avait jamais jugé bon de se rapprocher de qui que ce soit avant son coup de foudre pour Syrianna. En un sens, il regrettait d’être tombé amoureux. Il ne serait pas en train de souffrir comme ça s’il avait gardé la même distance de sécurité avec elle qu’avec tous les autres. Un douloureux soupir s’extirpa de sa bouche, un soupir bien plus prononcé que ceux dont il avait l’habitude. Déposant le vieillard au sol, il l’attacherait avec les moyens du bord, c’est-à-dire des lianes.

-« Qu’est-ce que je suis censé faire de ce type, au juste ? » Se demanda-t-il vaguement en le dévisageant du regard. « Bof, on verra bien. »

Sur ces mots, il hausserait les épaules et s’en irait chercher ce dont il avait besoin. En théorie, ce vieux n’était pas un ennemi. Ou en tout cas, il leur était plus venu en aide qu’autre chose lors de la récente bataille sur la mer du nord. Il n’était sans doute pas un décima, toutefois. C’était pour cette raison que le Winter l’avait emmené avec lui plutôt que de le déposer à Mars. Qui qu’il fût, le brun ne manquerait pas de l’interroger à son retour. En attendant, il l’avait attaché pour s’assurer qu’il ne vagabonde pas à son réveil. Il serait dommage que ce vieux se perde dans le coin… Notamment parce que cela ferait savamment chier la personne qui serait obligée de se mettre à sa recherche. Et puis, c’était aussi une mesure de sécurité. Si cette île n’était absolument pas dangereuse pour Léon, elle n’en restait pas moins une île de Grand Line avec tout ce que cela impliquait. La zone dans laquelle Chapter se trouvait était sûre parce que les animaux avaient appris à la fuir comme la peste pour leur propre sécurité. L’ancien larbin de Hika avait fait le nécessaire pour s'assurer que sa maîtresse ne soit pas importunée par des bêtes sauvages. En quelques jours seulement, la population de prédateurs de l’île avait été drastiquement réduite, d’où la réticence des survivants à s’aventurer sur ce qu’ils considéraient être le territoire d'une créature terrifiante




Résumé : Léon t'attaches avec des lianes et te laisse dans une zone sûre de l'île. Tu es entouré d'arbres et de fleurs exotiques, l'endroit est joli et plutôt tranquille à vue de nez. N'hésites pas si tu as des questions à poser !
Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 359
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue23/75[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue66/80[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (66/80)
Berrys: 18.923.000 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeLun 29 Juil - 18:38

Chérir rime avec souffrir
Feat. MJ


La chaleur était accablante.

Il avait vécu longtemps, bien plus longtemps que la plupart des héros qui marquaient ce monde-ci ou le suivant. Jamais il n’avait été inquiété par le froid ou le chaud. Son corps fonctionnait simplement ainsi – se rouler dans la neige ou marcher dans le désert ne changeait rien ou presque à ses yeux. Il ne s’essoufflait pas plus, ne dépensait pas plus que le peu d’énergie qui lui était nécessaire à déplacer son corps squelettique, ne se fatiguait pas.

Et pourtant, aujourd’hui, il exsudait plus abondamment que jamais. Il sentait d’épaisses gouttes s’écouler sur son front, et le tissu dans son dos était trempé d’un mélange de neige fondue et de sueur brûlante, hérissant sa peau de tremblements fiévreux et indécis.

Tout était noir.

Les ténèbres l’englobaient, et pourtant il savait. Il était au coeur de son environnement ; tout était là. Les poils de ses bras étaient dressés, et le léger vent qui les parcourait portait tant de nouvelles que c’en devenait douloureux. Rien ne lui échappait.

Partout autour de lui, des stèles de bois se dressaient et pourrissaient. Des années passaient en une seconde. Au sol, l’herbe douce fleurissait et se couvrait d’un épais manteau neigeux en l’espace d’un claquement de doigt. Les mémoriaux les plus anciens, ceux apparus une minute plus tôt, s’effondraient sous leur propre masse.

Il voulait se lever. Il voulait approcher les monuments, les toucher, les écouter, connaître leur histoire. Il voulait les soigner, empêcher leur déclin brutal. Il voulait les maintenir, les préserver, leur permettre de conter leur récit, pour des siècles et des siècles encore.

Il n’y parvenait pas. Dans le gouffre brûlant au fond duquel il s’était enfoncé, plus rien ne dépendait de lui. Sa volonté n’avait plus d’essence. Son corps ne lui répondait plus. C’était comme s’il avait oublié comment commander ses muscles ; peu importe la concentration qu’il plaçait sur un membre, peu importe ses tentatives, il lui semblait tout bonnement impossible de le déplacer ne serait-ce que d’un seul millimètre. Il était prisonnier de son propre corps, et il ne pouvait qu’être spectateur de l’acte morbide qui se déroulait autour de lui.




Il n’avait d’influence sur rien.



__________

Allongé dans la forêt luxuriante, le vieil homme semblait mal en point. D’épaisses traînées de transpiration sillonnaient la crasse et la suie de son front. Sous ses paupières clauses, ses yeux roulaient frénétiquement, au rythme des légers tremblements, presque imperceptibles, qui parcouraient l’ensemble de son corps. A chaque crispation, la tâche de liquide carmin qui maculait son pantalon de toile et couvrait maintenant le sol sous sa jambe droite s’étendait un peu plus. Entre les tissus de cette jambe, bien à l’abri sous les muscles, le granit marin continuait, inexorablement, à le priver de ses forces. Et sous les lianes, son poignet gauche avait douloureusement enflé, prenant une teinte violacée, laissant reposer sa main dans un angle peu naturel.

Il n’y avait aucun doute, le vieillard avait subi une journée éprouvante. Et il mettrait bien du temps à s’en remettre.





_________________
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2129

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeMar 30 Juil - 19:23


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) 2nd_to10

Le cœur du jeune homme à lunettes manqua un battement lorsque la porte de la cabane s’ouvrit avec un grincement, soulevant un léger nuage de poussière qui laissa bien vite place à un décor familier. Absolument rien ne semblait avoir changé depuis sa dernière visite. En un sens, ça le rassurait puisque cet endroit lui rappellerait à jamais sa dulcinée. Cependant, d’un autre côté, cela le remplissait d’une profonde tristesse alors qu’il songeait au fait que Syrianna ne remettrait plus jamais les pieds ici. Il voulut rester digne, se retenir de souiller de par ses larmes ce lieu presque sacré à ses yeux. Mais malgré toute sa bonne volonté, il y avait des choses contre nul ne pouvait lutter, pas même un être aussi peu émotif que lui. Ainsi, le liquide cristallin coula le long de ses joues tel un torrent incontrôlable tandis que son esprit vagabondait à l’époque de la construction de cette modeste habitation. C’était il y a un peu plus d’une année, lui et Hika venaient tout juste de découvrir cette île. La belle s’était très vite entichée des paysages somptueux et variés qu’elle avait à offrir et, dans une énième tentative de gagner ses faveurs, le binoclard avait entreprit de lui construire cette cabane. Il l’avait alors naïvement imaginée comme un havre de paix, un petit nid douillet où ils pourraient roucouler joyeusement jusqu’à la fin de leurs jours. Malheureusement, comme bien souvent, sa tentative de se rapprocher de l’amour de sa vie n’avait pas aboutie. La jeune femme avait bien sûr apprécié le cadeau, mais cela n’avait pas du tout contribué à faire évoluer leur relation. À défaut de dormir à l’étage dans le même lit que sa douce, Léon avait dû se contenter du canapé, et cela jusqu’au bout. Il soupira, défait, en s’essuyant le visage d’un revers de la manche. Puis, dans un élan nostalgique, s’en alla en haut dans l’espoir de s’imprégner un peu plus de l’image de l’être aimé.

Normalement, l’homme aurait déjà dû se rendre à son bureau pour prendre ce dont il avait besoin. Toutefois, il ne pouvait tout simplement pas le faire, pas encore… Une fois à l’étage, il se dirigea machinalement vers la troisième porte à gauche, se remémorant toutes les fois où il avait ramené le petit déjeuner au lit à Syrianna. Un sourire désabusé s’empara du Winter. Il croyait réellement que cela lui attirerait les faveurs de sa belle, qu’elle finirait par céder à son charme, et qu’ils couleraient finalement des jours heureux sur cette île, loin des horreurs de ce monde pourri jusqu’à l’os. Résultat ? Rien de tout cela n’était arrivé. À la place, il était là, essayant tant bien que mal de surmonter une douleur qu’il n’aurait jamais cru ressentir de sa triste et morne vie. Léon entra dans la chambre de celle qu’il aurait voulu épouser et ne tarda pas à remarquer l’état des lieux. Tout était sens dessus dessous, on aurait dit qu’une tornade était passée par- là. Il baissa brièvement la tête – s’empêchant cette fois-ci de se laisser aller au sentimentalisme – avant de se mettre à ranger méthodiquement les affaires d’Hika. Cette dernière ne nettoyait jamais rien, elle disait toujours qu’elle était au-dessus de ce genre de considérations. De ce fait, l’ancien décima était parfaitement habitué à ce genre de corvées, si bien qu’il connaissait jusqu’au bout des doigts la place habituelle de chaque chose. Une certaine mélancolie s’insinua dans son cœur pendant qu’il s’attelait à cette tâche. Ce serait sans doute la dernière fois qu’il ferait cela… Peut-être devrait-il tout laisser tel quel en souvenir de sa dulcinée ? Pris de doute un certain moment, il se résigna à tout nettoyer. Quel genre d’hommage serait une pièce bordélique ? Exténué, le garçon à lunettes s’allongea sur le lit double lorsqu’il eut terminé. Il s’y blottit alors dans une vaine tentative de se rapprocher de celle qu’il aimait. Son odeur était encore présente, mais il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un douloureux rappel.

-« Je suis pathétique… » Se dit-il en se laissant encore submerger par son profond mal-être.

Sur ces mots, le pugiliste resta dans cette position un moment avant de se lever. Il ne savait pas exactement combien de temps il était resté-là, mais le poids des souvenirs commençait réellement à peser sur ses épaules. Il était grand temps pour lui de partir, il ne supporterait pas de rester plus longtemps. Ainsi, il sortit de maisonnée avec tout le matériel nécessaire pour faire des onguents et autres substances médicinales. Tout ce qu’il restait à faire, c’était trouver des plantes aux vertus curatives. Dit comme ça, cela semblait plutôt compliqué vu la densité relative de cette forêt. Heureusement, Léon Winter avait beau être taciturne et blasé, il n’en était pas moins un homme méticuleux et prévoyant. Il avait donc tout naturellement cultivé les végétaux dont il avait besoin à proximité, dans l’optique de soigner sa maîtresse si nécessaire. Ironiquement, les seuls à en bénéficier seraient sans doute lui-même et un vieillard… C’était bien loin de ce qu’il avait prévu. Hochant la tête de droite à gauche pour s’ôter cette pensée futile de la tête, le binoclard se mit en route. Il avançait plutôt rapidement pour le commun des mortels, mais il était loin de se déplacer à toute vitesse. Pourquoi l’aurait-il fait, au final ? Après tout, qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire que ce vieil homme s’en tire vivant ou non ? S’il l’avait ramené avec lui, c’était plus par dépit qu’autre chose puisqu’il ne savait pas quoi en faire. Et puis, même si ce type survivait à ses blessures, il finirait ultimement par mourir. Comme toutes les créatures peuplant cette pitoyable planète, sa vie ne tenait qu’à un fil et il serait ultimement emporté par la vieillesse s’il ne se faisait pas faucher avant par autre chose. Dans le fond, cela ne changeait rien de le soigner, cela ne ferait que lui donner un sursis dérisoire. Cette logique s’appliquait aussi à Léon lui-même.

-« Alors pourquoi est-ce que je m’obstine ? » Pensa-t-il. « Ne serait-ce pas le bon moment pour tirer ma révérence ? Ce n’est pas comme si qui que ce soit tenait à moi… »

Le larbin de la défunte Hika s’arrêta abruptement devant cette idée si tentante. Il regarda longuement sa trousse de soin, se rappelant avec exactitude son contenu. Un silence de mort régnait en ces lieux et l’atmosphère était tout d’un coup devenue oppressante. Soudain, le Winter secoua vivement la tête, il était temps qu’il se reprenne. Il ne pouvait tout simplement pas mourir, pas comme cela, en tout cas. Ce serait une insulte à sa douce Syrianna qui n’avait pas eu la chance de s’en sortir. Il devait vivre pour elle, pour perpétuer sa mémoire. En temps normal, ce ne serait pas le genre de choses auxquelles penserait un blasé de service tel que lui, mais il y avait bien une première fois à tout. De plus…  Qui donc serait à même de la venger s’il disparaissait ? Qui ferait payer leur crime à ses assassins et à leur complice arachnéenne, hein ? La mine jusqu’alors inexpressive du jeune homme se teinta à nouveau d’une rage et d’une détermination sans limites. Raki, Akira et Elina ne le savaient peut-être pas encore, mais ils s’étaient fait un ennemi pour la vie. Reprenant son chemin une fois un tant soit peu calmé, Léon revint enfin auprès de Chapter. Il put constater sans difficulté que celui-ci s’accrochait toujours à sa vaine existence pour une raison ou une autre. Silencieusement, il s’attela à la confection de ces fameux onguents en se disant vaguement que tous les êtres vivants étaient pareils, au fond. Une fois prêt, il détacherait le vieillard et le soignerait en commençant par sa jambe qui semblait salement amochée.




Résumé : Léon prend son temps pour revenir vu que Chapter n’est pas vraiment sa priorité. Cependant, quand il arrive, il prépare ce dont il a besoin et commence à le soigner. Il est très méticuleux sur ce point, d'ailleurs.

Ps= Tu as carte blanche pour PNJiser Léon lors des soins si tu le désires.
Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 359
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue23/75[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue66/80[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (66/80)
Berrys: 18.923.000 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeDim 3 Nov - 16:32

Chérir rime avec souffrir
Feat. MJ


Il continuait d’assister, immobile, à l’oeuvre cruelle du temps. Chaque stèle qui s’effondrait sous son propre poids était un rappel de plus de son impuissance, de son inutilité. Chacune l’accusait, tristement : il les avait abandonné. Jamais le vieil homme ne s’était senti si fatigué, ni aussi faible ; tout à coup, le poids des années, qui semblait l’avoir si longtemps épargné, s’abattait sur lui comme autant de pelletées de terre sur la tombe dans laquelle il avait laissé passer sa jeunesse.

Il n’était qu’un vieillard pathétique.

Sa confiance, ses convictions, son talent, tout cela semblait si dérisoire.
Il les avait abandonné.




Le vent avait cessé de souffler. La Terre avait cessé de tourner. Les saisons avaient cessé de défiler. Tout était à nouveau figé, comme dans un bloc de glace qui préserverait à jamais la preuve de ses erreurs.

Il se trouvait à nouveau sur Izaria, allongé au coeur de la plaine. Mais autour de lui, ce n’était plus la neige qui couvrait le sol. Le froid qui parcourait sa peau n’était pas celui de l’hiver.

L’épais manteau blanc avait été remplacé par un amonscellement de corps mutilés, dépéris, oubliés. Laissés à la merci des charognards.

La fraîcheur de l’air de North Blue avait cédé sa place à une atmosphère étouffante et une odeur amère. Une odeur qu’il connaissait bien. Une odeur qui annonçait Sa présence.

Et Elle était là. Il grogna lorsqu’Elle l’empoigna, Ses doigts sévères s’enfonçant dans les muscles de sa cuisse. Une douleur cinglante s’empara de lui tandis qu’Elle foullait les chairs, le forçant à plonger ses yeux dans les Siens… ou ce qui aurait dû l’être. L’abîme de Son regard, noir comme une nuit sans lune, manqua de le happer. Son message était limpide. Elle ne disait rien, et pourtant Sa voix résonnait dans l’esprit du vieillard comme si c’était la seule chose existante au monde.

Il avait échoué. Voilà la vérité qu’Elle lui transmettait. Elle lui avait confié une mission, la plus importante qui soit. Elle lui avait accordé Sa confiance… et il avait échoué, lamentablement. A présent, il était temps pour lui de se racheter.

Elle lui laisserait une ultime chance de réparer ses erreurs, de Lui prouver qu’il n’était pas si incompétent qu’il ne l’avait montré jusqu’à présent. Et il ferait mieux de s’en montrer digne, sans quoi…

Un cri rauque retentit brièvement entre les arbres de la forêt luxuriante, avant de se briser en une quinte de toux sèche.

Il était revenu.





_________________
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2129

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeDim 1 Mar - 17:42


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) 2nd_to10

Et si tout ça n’était finalement que le regain du survivant ? Léon appliquait presque mécaniquement les bandages malgré un soin certainement égalé que par quelques médecins et infirmières attentionnées. Toutes ses pensées étaient dirigées vers la défunte et bien qu’il eut un regain quelques instants, cette fois-ci, il n’éprouvait qu’une tristesse sans nom. Une larme coula le long de sa joue sur un visage sans émotion, comme si la coquille qui renfermait la perle de son cœur se retrouvait percée et asséchée.

Finalement, le cri rauque et la quinte de toux ramenèrent heureusement l’ex décima à la réalité et à son patient bien trop vieux pour être vivant bien longtemps… et si finalement… oui, cette entreprise pouvait possiblement être bien inutile.

- A quoi bon hein ?
C’était un sourire presque forcé mais sincère qui ornait maintenant le visage du jeune homme. Ayant à la base retiré ses mains, il demanderait l’autorisation au vieil homme de continuer, simplement.

- Je peux ?
Il faudrait sans doute plusieurs minutes au Winter pour prendre en soin complètement le vieil homme ; ce vieux débris. Ainsi, le jeune garçon aurait tout le loisir pour laisser ses pensées le guider. Le soin, si le fossoyeur n’intervenait pas, se passerait dans un long silence, un peu comme une toilette en maison de retraite mal adaptée finalement.

« A quoi bon », cette pensée revenait sans cesse dans son esprit ne laissant alors place qu’à des actes médicaux basiques. « Elle est partie », « elle ne viendra plus », « elle ne sourira plus », seul un sentiment de déprise l’envahissait peu à peu comme si son corps et son esprit n’étaient qu’un puzzle géant qui s’effritait, pièce après pièce, morceau après morceau. Pas de soupir, pas de manifestation autre, juste un masque inexpressif déguisait les véritables sentiments du jeune garçon en cet instant. Il restait à voir ce que pourrait percevoir le vieil ours rachitique.




Petit post pour que je reprenne tranquillement afin de faire la transition. Have fun et letsgo !
Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 359
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue23/75[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue66/80[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (66/80)
Berrys: 18.923.000 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeMar 3 Mar - 18:46

Chérir rime avec souffrir
Feat. MJ


Il s’était assis en un sursaut, les deux paumes toujours posées au sol, et la douleur avait une fois de plus envahi son être. Une douleur cruelle, cinglante, ne servant qu’à lui rappeler une réalité sordide : il avait échoué. Non seulement il s’était ridiculisé, mais il avait en plus l’audace d’être encore en vie pour s’en souvenir.

A quoi bon?

Le vieillard posa les yeux sur le garçon accroupi devant lui, et qui s’était instinctivement reculé. Il haussa un sourcil. De près, il paraissait tellement plus jeune. Et tellement familier. Ce teint pâle, ces cheveux de jais, et surtout ce regard morne, vide, presque éteint, qui ne laissait aucun doute sur la véracité d’un sourire sans joie. Il se revit, une éternité plus tôt, avant l’enfermement, creusant des tombes sur les montagnes de Whiskey Peak… Si l’on excluait la taille du Decima, qui devait à peine dépasser en hauteur le fossoyeur assis, ils étaient dans son esprit comme deux gouttes d’eau. Perturbant.

A quoi bon?

Ses traits hantaient encore son esprit, Sa menace omniprésente. Elle le surveillait. Ou peut-être l’avait-il imaginé. Peut-être l’avait-Elle abandonné depuis bien longtemps. Peut-être s’était-Elle trouvé un autre champion. Qui était-il, après tout ? En quoi était-il spécial ?

A quoi bon?

Peut-être ne lui restait-il plus qu’à baisser les bras. Peut-être devait-il cesser de se démener, et enfin passer le flambeau, comme il avait tenté de le faire tant d’années auparavant.

La demande de permission du Decima provoqua un hochement de tête distrait, mais eut pour effet de focaliser son attention. Pour la première fois, il remarqua le décor : il se trouvait dans une forêt dense, verdoyante, fleurie. Bien loin du paysage hivernal dans lequel il avait tenté de mener bataille.

-Où…?

Il secoua mollement la tête, tentant de libérer son esprit. A quoi bon ? Quelle importance avait ce lieu ? Pourquoi se trouvait-il ici ? Que faisait-il, à présent ?

Tandis que ses yeux parcouraient son entourage, ils s’arrêtèrent au niveau du sol, sur ses jambes longues et décharnées. Ses jambes tordues, blessées, enserrées par des bandages frais. Des jambes qui ne semblaient pas être les siennes.

A côté de celles-ci, sur un linge blanc, reposaient trois balles métalliques ensanglantées. Les trois munitions qui avaient précipité sa chute, qui avaient provoqué son échec. L’une d’entre elle semblait parfaitement intacte, comme si elle n’avait jamais été tirée par quelque arme que ce soit.

Le vieil homme pencha légèrement la tête de côté, fixant les munitions. Brutalement, les images de la bataille lui revinrent. La lumière, le fracas, les morts… Ce loup. Ce marine. Et ce petit Decima aux cheveux noirs, si insignifiant. Son esprit se clarifia, d’un seul coup, comme si un voile translucide l’avait recouvert jusque là et en avait été ôté.

-On doit y r’tourner, t’sais?

Son timbre était rugueux, bourru, mais sa voix transparaissait une certaine mélancolie. De deux doigts squelettiques, avec une délicatesse infinie, il saisit la bille noire qui avait jusqu’il y a peu saigné ses chairs pour l’observer… et la relâcher aussitôt, choqué par la sensation détestable que son contact lui causait. Cette même sensation d’impuissance, de vide, de perte qui lui avait été imposée sur Izaria. Fascinant.

A quoi bon ? C’était pourtant évident.

-Toi comme moi, on a du boulot à y terminer, nan?

Si ses souvenirs fiévreux de la fin de la guerre s’avérait corrects, le jeune homme lui aussi avait laissé des affaires non closes sur la mer du Nord… Il s’agissait d’y remédier.







J'ai pris des libertés concernant les balles + considéré que celle en GM était intacte vu les propriétés du matériau, hésite pas à me recadrer au besoin!

_________________
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2129

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeDim 22 Mar - 12:20


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) 2nd_to10

- Pour quoi faire ? Est-ce que ça a une réelle utilité ?
La réponse était laconique, les yeux vides, il semblait que le jeune garçon avait déjà pleuré suffisamment pour toute une vie. Tout ce qui semblait lui être important avait simplement disparu. Des affaires à régler ? Et si finalement il ne s’agissait que d’une étape de plus pour se rapprocher de la mort ? Chaque jour, on cherche à lutter pour une raison ou une autre, tous les jours, les humains esquissent des mouvements dans un sens ou dans l’autre mais ce n’est qu’un moyen comme un autre pour ne pas penser à ce qui est inéluctable : la mort. Qu’avait bien pu laissé comme trace celle qu’il avait tant aimé ? Rien, si ce n’est de la souffrance pour les gens qui l’aimaient. Que laisserait-il s’il venait à disparaitre ? Rien non plus, comme si tous ses choix, tous ses mouvements ne servaient qu’à retarder un peu plus longtemps l’inévitable. Tout n’était en réalité qu’une tromperie de l’esprit, comme s’il s’agissait de changer le monde… mais ce monde n’était-il pas lui aussi voué à disparaitre ?

- On est bloqués ici…
Si la phrase pouvait correspondre à la situation présente, elle était un poil plus profonde dans l’esprit du jeune homme, comme s’il exprimait purement et simplement l’idée d’un enfermement dans son corps, dans son esprit. Petit à petit, Léon percevait enfin la vie comme un tout, comme une suite inutile qui n’avançait absolument à rien. Le jeune garçon aux lunettes ne regarda même pas son acolyte du jour pour évoquer ces éléments. Il continuerait simplement les soins avant de se reposer un peu plus loin sur une branche. Léon était bien trop loin pour évoquer des futilités ou des projets, c’était comme si c’était de trop pour lui. Néanmoins, nul doute qu’il répondrait aux questions de Chapter sans ambiguïté : de toute façon, l’ambiguïté n’était encore qu’une futilité de plus.

Adossé contre un arbre, il lèverait alors le menton sans pour autant réagir plus que ça. Léon ne faisait que se questionner purement et simplement. Finalement, il serait alors possible de comprendre qu’il ne faisait qu’attendre, attendre l’inéluctable. Etait-ce la fin ? Et si tout s’arrêtait là ? Et si plus rien ne se passait ? Plusieurs secondes passeraient ainsi si le vieillard n’interrompait pas le flot de pensées du jeune garçon. Les bruits ambiants ne témoigneraient que d’une faune tranquille, la végétation dense semblait plutôt inoffensive elle aussi. Impossible de distinguer quoique ce puisse être en dehors de ce petit espace forestier. Ainsi, beaucoup de possibilités étaient à la portée du vieil ourson : tout reposait sur ses prochaines actions.





Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 359
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue23/75[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue66/80[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (66/80)
Berrys: 18.923.000 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeDim 19 Avr - 14:15

Chérir rime avec souffrir
Feat. MJ



-Parce que c’comme ça.

La réponse avait été immédiate, et si elle ne résolvait nullement la situation elle avait le mérite d’être claire. Son rôle n’était pas de remonter le moral d’un gamin laconique ; même s’il l’avait voulu, il en aurait été incapable. Tout le talent qu’il avait pour l’accompagnement des âmes errantes lui était parfaitement inutile lors qu’il s’agissait de la psyché et des émotions des vivants. Son métier, transmis de père en fils depuis plus de générations qu’il ne pouvait en compter, n’était pas un hasard : c’était le Destin. Comme ses aïeux avant lui, il avait été enfanté par la Montagne dans ce but précis. Quelque chose que Page n’avait jamais été capable de comprendre. Comment lui en vouloir ? Lui-même ne l’avait pas été, au même âge. Il avait d’autres aspirations, et si le monde ne lui avait pas forcé la main, peut-être ne tiendrait-il pas une pelle à l’heure qu’il était. Pourtant, chacun avait ses attaches. Chacun avait une raison d’être là. Chacun avait un rôle. Il l’avait compris, bien trop tard. Page aussi. Le petit Décima n’avait d’autre choix que de le comprendre à son tour.

Arrachant une feuille dépassant d’un buisson proche, il s’en servit pour cueillir l’étrange munition qu’il venait de laisser tomber ; le contact indirect lui provoqua encore une fois un inconfort notoire, mais moins puissant que précédemment. Fixant la petite sphère un instant, il la glissa dans la poche de son imperméable orange, dont la couleur semblait à présent un rien plus terne que la veille. Avant Izaria, avant…

Il écarquilla les yeux, son regard parcourant les alentours avec une précipitation certaine, ses mains palpant l’herbe fraîche. Peut-être ne tiendrait-il pas une pelle, à l’heure qu’il était. Où était-elle ? Introuvable. Son plus fidèle compagnon, évaporé.

Sa tête tombant entre ses mains, il s’efforça de faire renaître les souvenirs. Le loup. L’explosion. Les gravats. Son corps qui tombait. Les gravats. Les gravats. Les gravats.

Pour la première fois depuis que son pouvoir lui avait été rendu, il se concentra sur lui-même. Il sentit le château, le parcourut mentalement. Le grand hall, vide. Les couloirs, vides. Les cuisines, vides. Tous ces lieux qui avaient grouillé de traces de vie, de livres, de meubles, de bibelots, de verreries. Ces lieux qui avaient abrité Bongs, les enfants, les ours, la jeune lieutenante, ses loups. Ces lieux dans lesquels il avait prié pour le calme, le silence, la solitude, ne se doutant pas qu’il les obtiendrait un jour. Ces lieux qui l’avait si longtemps représenté, gardant la mémoire de celui qu’était Eden Chapter.

Disparus, envolés, explosés. Gisant calcinés sur une plaine enneigée, quelque part loin d’ici.

Et lui?

Son rôle était évident, contrairement à tout le reste. A quoi bon était la question facile. Le petit Decima ne se posait pas celles qui importaient réellement. Il grogna.

-Reste bloqué s’tu veux. Tu comprendras p’têtre plus tard. Moi j’dois y aller.

Son ton était bourru, mais nullement agressif. Il ne faisait qu’énoncer des vérités.

Faisant mine de se relever, il posa un pied au sol, prenant appui sur son genou. Aussitôt la douleur déforma son visage à nouveau, et il roula sur lui-même, s’écrasant à nouveau au sol en un gémissement plaintif. Serrant les dents et se tenant la cuisse, il fixa le jeune homme durant quelques instants d’un regard fiévreux. Finalement ses traits s’adoucirent et il soupira, hochant faiblement la tête.

-Dès qu’tu m’auras trouvé une béquille.





_________________
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2129

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeDim 19 Avr - 15:47


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) 2nd_to10

Oui c’était simplement comme ça. C’était pourtant la simple réponse évidente et le vieil homme chétif la lui servait sur un plateau, ça ne pouvait tout bonnement pas être autrement. La question facile du décima n’était pourtant qu’une tentative désespérée de panser ses blessures les plus profondes et le remède initial risquait de prendre bien trop longtemps. Pourquoi ne pas prendre cette option de facilité ? Pourquoi ne pas choisir de se délivrer de ces maux ? Pourquoi toujours vouloir prendre l’option la plus difficile alors que bien souvent il suffisait simplement de fermer les yeux ?

Rester bloquer… dans l’hésitation la plus pure, dans l’inaction, telle était la situation dans laquelle se trouvait le jeune Leon. Chapter avait profondément raison et son âge avancé n’était que le témoin d’une longue expérience qui l’aurait sans doute amené au même raisonnement. Ce n’est que lorsque ce dernier évoqua son besoin d’une béquille que le jeune décima laissa ses pensées noires s’envahir. Oui, le fossoyeur avait compris lui aussi et c’était ensemble qu’ils devaient réagir. Un sourire et un visage nouveau illumina le jeune décima qui acquiesça aux paroles de l’ancêtre. Avec un regain d’énergie des plus flagrant et une modification comportementale des plus effarantes, Léon s’était redressé de tout son long pour aller soutenir le vieil homme.

- Tu as raison, tu as besoin d’aide. Faisons-le ensemble !
C’était presque un ton enjoué qu’il présentait. Sans crier gare, le jeune garçon s’éloigna de plusieurs mètres et se mit à fouiller les bois : il récupéra ainsi un bâton solide qui servirait sans doute de canne solide pour son dernier ami. A côté de ça, il prendrait le temps de bien sélectionner une sorte de liane qu’il tendrait au maximum pour en vérifier la solidité avant de revenir : tous les outils seraient donc là pour aider le vieil homme à se maintenir et Léon se mit à travailler.

Regardant les branches, il tendit le bâton et créa un système de poulies pour maintenir le vieil homme et lui-même. Son but échapperait sans doute à l’ancêtre dans un premier temps mais le mécanisme finirait par prendre tout son sens lorsqu’à l’aide d’un nœud coulant, le jeune garçon viendrait l’installer autour de son cou. Sans pour autant chercher à aller plus loin, Chapter avait été clair dans ses paroles : cette béquille, cette aide qu’il désirait tant, il fallait qu’il la lui offre lui aussi, qu’il l’aide à se libérer. Ainsi, si rien n’était fait pour l’en empêcher, Léon réaliserait un second nœud pour le mettre autour du cou de Chapter.

- Voilà ! On pourra y repenser plus tard…
Comment aurait-il pu en être autrement ? A deux, Léon était bien plus fort et Chapter aurait ainsi lui aussi droit à sa délivrance. Tournant son regard vers le caillou qui feraient s’élever les corps, le jeune garçon se sentirait alors comme pousser des ailes si aucune intervention n’arrivait de la part du vieil homme bien évidemment.



Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 359
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue23/75[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue66/80[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (66/80)
Berrys: 18.923.000 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeLun 20 Avr - 11:38

Chérir rime avec souffrir
Feat. MJ


L’énergie soudaine déployée par le garçon l’étonna, mais ne l’inquiéta pas outre mesure. Le vieillard était-il soudainement devenu fin psychologue ? Avait-il plus d’influence qu’il ne l’avait cru toutes ces années ? L’idée n’était pas déplaisante.

Il remercia le Decima d’un sobre hochement du menton, lorsque celui-ci lui amena une cane improvisée, et se servit tant bien que mal de celle-ci pour se tenir à peu près droit une fois que le jeune homme l’aurait aidé à se relever. Il fit un pas, s’apprêtant à quitter les lieux comme annoncé malgré la douleur qui lui dévorait la jambe… mais ce fut la curiosité qui l’emporta. Quel étrange mécanisme le petit homme était-il en train de construire ? Son influence sur son humeur avait-elle été telle qu’il l’avait convaincu de l’aider, créant avec deux souches et une liane une façon de retourner sur Izaria ? Le vieux fossoyeur scruta longuement et attentivement les mouvements du combattant qui avait eu l’air si sérieux et stable il y a quelques heures, sans parvenir à y trouver un sens. Même le premier nœud coulant n’amena pas à une compréhension, tant la réponse qu’il cherchait était dans une direction diamétralement opposée à la réalité. Il ne fit qu’attiser ses questionnements et son intérêt. Et ce n’est que lorsque le garçon s’approcha, pour passer une seconde corde autour de son cou maigre et pâle, que la réalisation le frappa soudainement.

Ses yeux s’écarquillèrent à nouveau, et dans sa voix résonna la stupeur, pourtant sans la moindre once de peur.

-Mais… T’es complètement con en fait !

Il était atterré. Atterré, et complètement incapable de la moindre réaction tant l’absurdité de la situation. C’était donc ça, les choix qu’il avait fait ? Il aurait dû se contenter de la proposition de la petite barbare. L’espace d’un instant, sur cette plaine enneigée, il avait été le fossoyeur officiel de la marine de North Blue. A l’heure qu’il était, il aurait pu être sur Seppen Town, à siroter une bière avec Piso Burmeister en préparant les funérailles des plus grands noms de cet océan. D’ici quelques mois, son talent reconnu à sa juste valeur aurait étendu son influence sur l’entièreté du gouvernement mondial… et il aurait rempli sa tâche, avec sérieux et conviction.

Au lieu de cela, la gamine était morte, emportant avec elle leur contrat. Et lui avait sacrifié sa jambe, son statut, ses compagnons, sa liberté, jusqu’à son identité propre. Tout cela pour se retrouver coincé sur une île inconnue, dans une forêt moisie, avec un gamin capricieux, instable, suicidaire… et complètement con.

C’était bien sa veine.




_________________
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2129

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeLun 20 Avr - 15:25


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) 2nd_to10

Léon écarquilla tout bonnement les yeux à la réflexion du vieil estropié. Il ne comprenait pas, n’était-ce pas ce qu’il voulait depuis le début ? N’était-ce pas l’aide qu’il avait demandé quelques secondes auparavant seulement ? Le jeune garçon dut alors arrêter son procédé abruptement, la liane toujours autour du cou comme si elle n’avait purement et jamais existé. Il devait comprendre, il devait verbaliser ses doutes.

- Mais pourquoi ? N’était-ce pas ce que tu voulais depuis le début ?
La question était sincère, comme si c’était tout ce qui lui restait. Comme si la solution était tout bonnement là, autour de son cou. Il expliciterait alors son point de vue, non pas pour convaincre le maudit mais simplement pour lui faire part de ce qu’il ressentait. Léon était un livre ouvert en quelques secondes seulement.

- C’est pourtant la solution ! Tout sera terminé, plus de problèmes, plus de souffrances, plus de douleur, juste l’opportunité d’avoir un sourire éternel et de retrouver ceux que l’on aime dans un rêve infini !
Léon agitait les bras presque surexcités à l’idée, tout était là. En revanche, sa voix tremblait sur la fin, comme s’il savait que tout ce qu’il disait n’avait finalement aucun sens. Ses lèvres tressautaient et il étai alors possible de voir que le jeune garçon était au bord des larmes… était-ce là un processus simple de deuil ? Le jeune garçon avait observé la mort de sa dulcinée en face, il le réalisait et c’était finalement un marchandage tout à fait logique pour lui que de proposer cette solution. Malheureusement, le pauvre était aux bord des portes de la tristesse, des yeux humides risquaient de couler à flot d’une minute à l’autre. Comme pour se rattraper, pour ne pas entrer dans cette mélancolie grave et profonde, le regard du jeune garçon se durcit alors d’un seul coup, un poing agressif pour appuyer ses mots.

- De toute façon t’en as plus pour très longtemps toi aussi !
Voila. Léon faisait de l’âgisme, discriminant de fait sa vision du vieil homme actuel… un faible type chétif que la mort aurait pu délivrer en quelques secondes s’il l’avait laissé faire. Chapter réaliserait-il le chemin que prenait finalement le décima ? Sous le couvert du doux nom de fossoyeur, ce dernier avait souvent du être confronté à la mort et aux résultantes psychiques de ces dernières.


Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 359
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue23/75[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue66/80[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (66/80)
Berrys: 18.923.000 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeLun 20 Avr - 21:56

Chérir rime avec souffrir
Feat. MJ


Une fragilité presque enfantine transparut dans les traits du garçon, qui cessa brusquement son occupation. Ainsi le vieil homme ne s’était pas trompé, il était bel et bien en mesure d’avoir un impact direct sur l’état d’esprit de son nouvel ami.

-Pourquoi j’me s’rais fait chier à t’sauver les miches, alors ?

L’irritation était réelle, mais elle ne dura pas bien longtemps. Le jeune homme avait souffert, même lui était capable de le comprendre. Sans aller jusqu’à l’attendrir, sa douleur évidente calma le vieil homme. Il savait ce que c’était de perdre des êtres chers, et il savait que c’était loin d’être aussi grave que le gamin semblait le croire. On s’y faisait.

-Tu mérites pas ça.

Si le jeune Decima pourrait y voir une tentative de le consoler, il n’en était rien. Il ne faisait qu’énoncer des faits. Le bonheur éternel n’était pas un dû ; il se méritait. Il était offert à celles et ceux qui passaient dans l’au-delà au sommet de leur gloire, après avoir accompli tout ce qu’ils avaient à faire en ce bas monde. Ce n’était pas le cas du vieil homme, et certainement pas celui du garçon non plus. Il était trop tôt, pour lui. Et il y avait d’autres conditions.

-Et qui va s’occuper d’nos dépouilles ? Comment tu crois qu’tu vas être accueilli par ceux qu’t’aimes si ton corps pourrit sur une corde à la merci des corbeaux ? Quand tu vas rendre visite à ta mère le dimanche, t’y vas en bleu d’travail crasseux ? Ben là c’pareil.

Le croque-mort soupira, attristé par l’ignorance généralisée à ce sujet. Il porta une main à sa nuque pour en retirer la corde sans la moindre précipitation. Laissant le gamin là, il s’éloignerait alors de quelques pas en clopinant, s’appuyant lourdement sur son bâton, avant de s’asseoir sur une large pierre en grimaçant.

-S’pour ça qu’on doit y r’tourner, aussi, annonça-t-il alors en pointant l’index dans une direction aléatoire. Y a des gens importants là-bas qui ont b’soin d’être aidés à s’mettre dans leurs habits du dimanche. C’est mon boulot. Et toi, tu vas m’aider à y aller. Tu m’dois bien ça.

Le vieil homme était d’une éloquence rare ; le petit Decima était peut-être bien déjà l’une des personnes à avoir le plus entendu le son de sa voix. C’était normal : le sujet s’y prêtait, et la situation était d’importance capitale. Il n’avait d’autre choix que de délier sa langue, puisqu’il avait bien compris que le gamin taciturne y était particulièrement sensible, dans son état actuel. Serait-il parvenu à toucher une corde sensible ? Rien n’était moins sûr, mais si le bien-être des défunts ne suffisait pas à lui faire changer d’avis, rien ne le pourrait.

-Et t’as d’autres tâches à finir, aussi. Tu peux pas laisser des trucs inachevés. Une fois qu’ce s’ra fait, p’tetre bien qu’t’auras gagné ton droit de départ. Pas avant.

Quant au temps qu’il lui restait à lui, le petit homme n’avait pas à s’en soucier, et le vieillard ne s’en formalisa pas le moins du monde. Il avait côtoyé la Faucheuse toute sa vie, et il était déjà mort une fois ; la seconde viendrait, dans pas si longtemps, et elle serait bienvenue.

Seulement, lui aussi avait des affaires à conclure, avant de pouvoir se permettre ce luxe.




_________________
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2129

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeDim 26 Avr - 20:55


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) 2nd_to10

Après la joie, c’était la colère qui envahissait le jeune Léon. Décidément, le deuil était une chose particulièrement difficile à accepter pour un homme traumatisé. Bougeant les bras dans tous les sens, comme s’il devait évacuer un trop plein d’énergie, il continua sur un ton peu amical bien que dénué de violence envers Chapter.

- Et je mérite quoi alors ? Hein ?!
Il n’écoutait pas, ou tout au moins trop peu mais fut coupé par le discours du vieil homme… c’était donc ça la sagesse des anciens ? Les mots coulaient sur le cœur de Léon qui ne savait pertinemment plus où se placer. Ce qu’il avait commencé à évoquer dans les premiers temps perdait peu à peu tout son sens et les mots du vieil homme semblaient être en revanche bien plus pertinents, comme si c’était ce dont il avait besoin… sans pour autant l’accepter.

- Je ne te dois rien du tout !
On aurait tout bonnement dit un gamin : une sorte de prépubère qui ne voulait pas reconnaitre la vérité lorsqu’elle se présentait devant lui. Tournant le dos au vieil homme, il continuait néanmoins d’écouter ce qu’il lui racontait et oui… il avait des choses à conclure… un matou à défriser. La colère qu’il éprouvait dans un premier temps et qui n’était pas dirigé venait de trouver une cible, quelque chose qu’il devait assouvir. En réalité, ce n’était qu’une défense nouvelle que venait de mettre en place son esprit : s’il pensait de prime abord à celle qu’il avait perdu, il avait fini par se rendre compte qu’effectivement, elle ne voulait elle aussi que son bien. Tout ce que disait Chapter était censé mais il refusait de l’entendre, de le percevoir et lorsque le déni est présent, il ne reste plus qu’à trouver une nouvelle échappatoire et vite… très vite.

Le poing serré, il ne se passa plusieurs secondes avant que le jeune garçon ne réponde. Le dos tourné, le vieil homme aurait pu voir quelques hoquets, signes de pleurs qu’il désirait très certainement cacher. La réalité était toujours bien dure à accepter.

- Ok.
La réponse était sans appel et surtout pas plus longue que ça : Léon acceptait mais il mettrait bien évidemment ses conditions. Peut-être était-ce parce que sa colère n’était dirigée que vers un seul membre en cet instant mais une nouvelle rage l’animait. Se retournant finalement, il ouvrirait la voie en invitant Chapter à le suivre mais à ne jamais passer devant : les rechutes thymiques risquaient d’être nombreuses mais il avait raison, il lui restait encore quelque chose à accomplir.

- Allons bouffer du matou cancéreux.
Le chemin serait alors assez long à parcourir pour les deux hommes mais l’activité permettrait à Léon de mettre de côté tous ses états d’âme. Il avait dit oui, il ne pouvait pas revenir en arrière, il devrait alors s’y faire.

Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Le Passeur
Eden Chapter
Messages : 359
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue23/75[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue66/80[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (66/80)
Berrys: 18.923.000 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeMer 6 Mai - 18:55

Chérir rime avec souffrir
Feat. MJ



Sale gosse.

Plus il passait de temps avec lui, plus cela devenait clair. Il ne s’agissait que d’un gamin capricieux. Un gamin persuadé que tout lui était dû, incapable ne serait-ce que de tendre le bras. Puissant, oui. Mais sans la moindre force de caractère. Sans le moindre signe d’ambition ou de détermination. Comment croire encore qu’il était destiné à de grandes choses, à un avenir prestigieux ? Comment croire… qu’il avait été le bon choix ?

L’affrontement entre les deux hommes avait été si équilibré, il ne signifiait qu’une chose : l’un des deux avait fait son temps. Les deux étaient passés à un souffle de la mort, et la faucheuse avait espéré ; à présent elle réclamait son dû. Si l’égalité presque parfaite qui avait transparu entre les deux combattants était annonciatrice de grandeur future pour l’un, elle sonnait le glas pour l’autre. Restait à jeter la pièce. Le vieux fossoyeur, naïf peut-être, avait choisi la jeunesse. Tout comme il avait choisi ce nouveau petit monarque si prometteur, face à la suprématie décadente d’un gouvernement décrépi.

A présent, il ne parvenait plus à penser qu’il avait eu raison. Que ce petit criminel aux cheveux de jais était promis à autre chose qu’à une vie terne de contemplation. Que l’apogée de son existence n’avait pas été cette île enneigée, qui avait témoigné de sa si courte gloire face à un homme dont le nom continuerait de résonner encore longtemps.

Peut-être n’était-il pas encore temps de fermer le livre de la légende de Burmeister Piso.

Quelle déception.

Si son poignet gauche, mutilé, était plaqué contre son torse, la main droite alla se caler dans la large poche de son pardessus orange, en un vieux réflexe qui pouvait à présent ressurgir. Le contact froid du métal le soulagea ; il se focalisa pleinement dessus. Ses doigts décharnés coururent, presque tendrement, sur l’acier noir. Il se réappropriait l’objet, comme s’il en faisait retrouvait un vieil ami après bien des années. Plusieurs secondes se passèrent, avant que sa paume ne se décide à se poser sur la crosse du revolver, son index trouvant immédiatement la place qui était sienne. En tandis que, de dos, le gamin sanglotait, le vieil homme reposa son regard sur lui, tandis que son pouce s’apprêtait à presser le chien…

« Ok »

Juste ça.

« Ok », et le doute revint. Le pouce se leva, la prise se desserra. Il hésitait ; comment savoir ? Et s’il se trompait, à nouveau ? Il n’avait plus le droit à l’erreur. Il savait qu’Elle ne lui laisserait pas d’autre chance.

La main quitta sa poche, y laissant l’arme tant convoitée, pour se saisir à nouveau de la béquille. C’est au prix d’un effort conséquent et d’une douleur à nouveau éveillée qu’il se redressa, prêt à suivre le jeune homme, décidé à se laisser le temps de la certitude. Décidé, au moins, à le placer à nouveau dans la balance de Sa sagesse face à…

-Quoi ?

Il avançait tant bien que mal, boitant lentement sur le sol meuble de la foret, secouant mollement la tête pour tenter de décrypter cet esprit retors. Il ne comprenait pas. Il n’avait même pas l’ombre d’une idée de ce dont le garçon pouvait bien parler.




_________________
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) WUPhkz9
"Avant moi rien n'était, nul ne fut enfanté,
Hors les êtres crées d'éternelle substance,
Et moi je suis comme eux, car j'ai l'éternité,
Vous qui passez le seuil, laissez toute espérance."

Dante Alighieri, La Divine Comédie
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2129

Feuille de personnage
Niveau:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Left_bar_bleue0/0[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitimeLun 21 Sep - 11:38


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) 2nd_to10

Mu par une nouvelle volonté presque divine, le jeune garçon ne répliqua même pas lorsque le vieillard ne comprit pas sa réponse. Il ne faudrait que peu de temps pour qu’il comprenne de toute façon… l’activité lui permettait de ne plus penser et il prit les devants pour l’amener petit à petit en direction de la berge.

En sortant des plantes envahissantes de la forêt, le vieillard, qui devrait se débrouiller seul, constaterait une sublime caravelle en contrebas. Léon avait toujours été un homme prévoyant et, même s’il se laissait aller à son deuil, il pouvait toujours prendre les devants pour certaines missions… il ne lui serait ainsi pas venu à l’idée d’être sur une ile sans aucun moyen d’en partir.

- Traine pas.
C’était bon. Une confiance simple et tacite venait de naitre… après tout : il venait tout simplement de mutuellement se sauver la vie. Continuant son chemin, Léon préparerait nonchalamment le navire en attendant Chapter. De loin, le vieil homme pourrait alors voir que le jeune garçon était particulièrement agile et fort, réussissant à tout faire seul là où plusieurs personnes auraient mis à la fois plus de temps et moins d’entrain.

En réalité, Léon était à la base quelqu’un de feignant : il aimait n’en faire que le minimum et le naturel risquait de revenir au galop d’ici quelques jours, lorsque son état mental se serait stabilisé. Pauvre Chapter, avoir une telle recrue avec lui était une chance… pour combien de temps ? Trop peu et il s’en rendrait vite compte…




Je t'envoie la fiche PNJ dès que possible avec toutes les informations - La caravelle est pour toi aussi =). Fin !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Empty
MessageSujet: Re: [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)   [Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Post-Event] Chérir rime avec souffrir (PV Chapter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line-