Partagez
 

 Lost - Les disparus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
avatar
Messages : 110

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue23/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue36/120Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (36/120)
Berrys: 516.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeSam 29 Déc - 19:00


- En pleine tempête -




Après son séjour agité sur l'île de Torino, Nojiko Fujita est partit sur l'île de Saint-Uréa pour trouver un navire capable de rejoindre Grand Line. Après quelques jours de repos et de prospection, elle embarque sur le navire du capitaine marchand Garlic. Garlic et ses hommes assurent une ligne commerciale de petite envergure entre Saint-Uréa et Grand Line, desservant de temps à autres quelques clients. Le retour par la calm belt est extrêmement difficile et les affaires ne sont très bonne. De ce fait, Garlic et son équipage ont décidé de diversifier dans le transport de personne. Mais le capitaine du "Yamamoto" est loin d'être un as de la navigation, du moins, il est plus compétent en alcool de riz qu'en nœuds, voile ; lecture du vent ou pour manier un sextant. Mais voici des raisons qui échappent encore à une Nojiko qui adopte des attitudes de moins en moins royales pour se fondre plus facilement dans la foule. Même si elle semble enchainer les victoires, entre son assaut sur la prison pour sauver Ren, son alliance avec "Papa" ou encore son récent coup d'éclat sur Torino, elle n'oublie pas le danger bel et bien réel du Glaive. Cet organisme militaro-religieux qui rôde et s'agite tous azimuts pour mettre la main sur la dernière héritière légitime de San Yobusa.

Après avoir fixé rendez-vous dans une taverne et s'être acquittée de la somme due auprès de Garlic, elle embarque sur la fameuse caravelle accompagnée de Mü et Jü qui s'étaient toutes deux illustrées au cours de la bataille contre les oiseaux géants. L'équipage à bord dispose d'un eternal pose pour aller en direction de Whisky Peak, une île inconnue pour la jeune Reine. La jeune et impétueuse reine de San Yobusa fait ses adieux à l'île de Saint-Uréa qu'elle semble étrangement bien connaître, ou du moins peut-être dans une vie antérieure. Les cris dans le port annoncent un départ imminent, les nœuds de bateliers sont défaits, la petite voile révèle ses plus belles et voilà que peu à peu, le Yamamoto se fraie un chemin en dehors du port. Rapidement, la caravelle se retrouve au large. C'est un moment de tranquillité et de quiétude qui s'installe dès lors, il faut dire que les dernières semaines avaient été mouvementées. La fuite de San Yobusa tout d'abord, puis l'assaut de la prison, la découverte d'une organisation tentaculaire, le coup d'éclat du royaume de Torino, puis maintenant ce départ pour Grand Line. La belle princesse n'a plus qu'une idée en tête, créer sa nouvelle armée et prendre d'assaut son île natale, mais qui sait combien d'obstacles et d'embûches pourraient lui barrer la route ? Kenji est en train de lire un livre démesurément grand par rapport à sa petitesse, Jü et Mü, elles, restent paisible et observe le coucher de soleil, en cette période de l'année, les rayons chaleureux de l'astre se font rares. Le petit quatuor profite ainsi de ce moment paisible pour prendre le temps de discuter, chose qui semblait presque impossible auparavant.


"Qu'est-ce que tu lis Kenji ?"

Le petit être ne répond pas, il se contente de faire le tour du livre et de soulever légèrement l'ouvrage, un épais titre en lettres dorées s'affiche devant les yeux de la Reine, "Stratégie innovante et combat naval". La jeune femme souffle un rire, Jü et Mü semblent elles aussi amusées par les goûts littéraires peu commun du conseiller royal.


"Pourquoi lire ça ? On n’a déjà pas de navire, et encore moins des canons. Tu ne peux pas t'occuper simplement avec des romans ou des livres de gestions de royaume ?"

Kenji prend un teint cramoisi, il referme tant bien quel mal son outil d'instruction avant de sautiller dessus et de s'éclaircir la voix.


"Ma reine.  Il n’y a rien qui ne m’intéresse plus que la navigation, c’est un sujet fascinant. Et je n’ai pas de syndrome ! "

La surdité du vieil homme frappe encore et amuse Nojiko et les filles. La nuit s’installe, tout comme la fraicheur de la pénombre, bercée par les vagues et une légère brise, la reine s’endort. Confortablement installée dans sa couche à même le pont principal, elle jouit d’un sommeil sans rêve. Quelques heures plus tard, le froid et un vent plus violent mais aussi l’agitation autour d’elle, la réveille d’une manière un peu brutale. Elle se lève avec difficulté avant d’attraper un ciré qui est accroché sur une rambarde, elle s’approche alors du Capitaine Garlic, celui-ci semble bien moins préoccuper que son équipage puisqu’il cuve son alcool dans un profond sommeil sur la barre du bateau. La panique est générale, pour deux raisons : la première, l’entrée de Reverse Mountain qui se profile, la deuxième, le temps change rapidement et le spectre glaçant d’une tempête se profil. Désemparés, les hommes de Garlic tentent d’ores et déjà de faire demi-tour, mais le courant de l’entrée de Grand Line en décide autrement et tracte la caravelle. C’est une course contre la montre qui se joue dès lors tandis que les premières gouttes de pluie tombent et que les bourrasques de vents se vont plus violentes. La foudre frappe non loin du navire, déchirant l’air, brûlant l’espoir des marins.
Le courant marin gagne en intensité, tout comme le cœur de la tempête qui est désormais sur le navire lui-même. L’affolement général met en danger l’intégrité du navire qui frôle déjà les dangereuses parois de Red Line. Nojiko est consciente du danger et jouit d’une petite expérience de navigation, elle avait participé à la bataille navale de San Yobusa, bataille qui avait permis de prendre l’ascendant sur le Glaive, du moins pendant un temps. Mais la jeune femme sent le danger, et si elle se veut plein d’assurance, ses compétences disent le contraire, il lui faut déployer la totalité de ses capacités de meneuse pour sortir le Yamamoto de ce mauvais tournant.
Elle se dirige alors vers la barre et pousse Garlic à l’aide d’un coup de pied bien placé. Il lui faut quelques instants pour prendre ses marques, un gouvernail branlant, une voile rigide et un mât chancelant. Cependant, l’équipage semble connaître du bout des doigts ce navire et sait aussi pallier à ses imperfections. Kenji s’installe lui aussi sur la barre pour donner des idées, des conseils à sa Reine. Jü et Mü, fidèles à elles même, restent en retrait, prêtes à bondir.

"Dame Nojiko ? Je crois que c’est la fin du voyage maintenant… "


Une certaine peur prend les tripes de Fujita, une peur qui lui offre un sens aigu des choses, une vision plus claire et sereine que celle de Kenji, bien sûr, elle aurait pu se laisser détruire par le stress et la peur. Mais Nojiko laisse son regard au loin, en direction de cet étroit conduit de roches qu’est l’entrée de Grand Line. Une nouvelle bourrasque vient souffler de travers dans la voile, le navire dévie largement de sa trajectoire et la proue en subit les conséquences, c’est le premier et dernier rappel pour la capitaine improvisée.

"Matelots! Branle-bas de combat! Si vous-voulez vous en sortir, il faut m’obéir ! Nous devons réduire notre vitesse, rentrer les voiles immédiatement.

Bouches bée, les marins se regardent perplexe avant de finalement écouter la jeune femme. Trois d’entre eux sautent aussitôt sur le mât principal pour rentrer les voiles, même si le courant reste puissant, le fait de rentrer les voiles lui permets de ralentir l’allure et ainsi mieux diriger les mouvements de son navire avec plus de fluidité, qui plus est, les bourrasques deviennent un danger mimine puisqu’il n’existe presque plus de prise au vent. Mais les vagues, le courant, et la montagne elle-même restent des dangers d’une puissance incommensurable. Voici donc la véritable nature de Grand Line, personne n’est plus effrayant que la nature. Pirate, révolutionnaire, décimas, marine, personne n’est assez puissant contre ça. La logia qui se sent invincible contre l’adversité, ressent soudainement un frisson lui parcourir l’échine. Les marins fixent solidement la contention des voiles avant de se retourner vers la capitaine. Mais la foudre vient frapper à nouveau, quelle ironie pour Nojiko. La décharge d’énergie frappe le haut de la falaise créant ainsi un terrible éboulis qui file droit en direction du navire. Nojiko doit manœuvrer avec finesse, un trop grand coup de barre la mènerait droit dans la falaise, un coup insuffisant lui octroierai le droit de couler sous le poids de la roche. Mais une autre solution est possible.

"Rameurs !”

Apeurés, les marins s’exécutent, ramant fébrilement comme demandé, l’écart réalisé est suffisant pour éviter la roche mais pas assez ample pour remettre en danger le navire. Mais le déferlement des éléments ne s’arrête pas ici. Au loin, deux petites lumières scintillent. Le Yamamoto poursuit sa route, presque sans encombre, comme si la tempête est vivante et se retranche pour revenir en force. L’ascension se termine, rapidement comme le veut l’usage, désormais, une nappe épaisse de brouillard entoure le navire, tout comme les vents plus puissants et une pluie plus violente, un véritable mur d’eau s’abat sur le navire. Nojiko voit clair, la tempête veut détruire l’équipage. L’un des marins s’approche de Nojiko pour lui montrer que l’eternal pose est désormais cassé. Sans moyen de s’orienté et avec la tempête, le navire pourrait se retrouver n’importe où, mais surtout nulle part. Comme prise de torpeur, Nojiko ne bouge plus, face à la grandeur de la nature. Mais au loin, une gigantesque vague pointe le bout de son nez. Nojiko hurle de tous ses poumons.


"VAGUE SCELERATE !"

La vague en question s’avance lentement, sa puissance doit dépasser l’entendement tant son bruit grondant prends le dessus sur celui de la pluie et du vent. Les marins se mettent alors à déployer les voiles, tandis que les rameurs tentent de réorienter le navire de façon à prendre la vague le plus droit possible. Une fois positionné, chacun se repose, ils savent pertinemment quels efforts ils devront déployer pour venir à bout d’une telle vague. Nojiko quant à elle, décide d’attendre la vague patiemment, telle une chasseuse prête à fondre sur sa proie. Une proie colossale.
Le bruit grondant est plus proche, devant le navire s’offre un spectacle rare, impressionnant et qui rappel à tout un chacun sa place auprès de mère nature. De simples pions… La muraille d’eau sombre et semblable à la mort, commence à soulever petit à petit la coquille de noix. Le dénivelé se fait de plus important, les rameurs s’agitent pour donner le maximum de puissance pour tenter de surmonter cette abomination de la nature. La nature est le pire ennemi que Nojiko peut avoir. La nature ? Une idée fuse dans l’esprit de Nojiko qui aboie de nouveaux ordres.

"Jü, Mü ! Prennez la barre !"
Si Nojiko ne fait rien, la gravité aurait bientôt raison du Yamamoto. Nojiko rejoint alors la poupe du navire et tend sa main. Un gigantesque éclair vient frapper la mer, il est presque en mesure de toucher le navire. La quantité de chaleur dégagée est phénoménale et vient s’engouffrer dans les voiles, approvisionnant ainsi de puissance les voiles qui se tendent. Ce n’est plus un simple bateau, mais bel et bien navire volant ! Rapidement, le navire se soulève, décolle de la mer pour surpasser cette terrible vague. Si le décollage est presque parfait, la question de l’atterrissage se pose. Le bateau manque de se retourner plusieurs fois sur lui-même si bien que la plupart des matelots sont obligés de partir à l’avant du navire pour faire contre-poids. Après quelques secondes interminables, le terrifiant vaisseau parvient à se poser dans un fracas assourdissant, mettant les planches à rude épreuve. Certains marins manquent sauter par-dessus-bord sous l’impact véloce et puissant de l’eau.
Les vents se font moins puissants, la mer moins agitée, un court instant de répit pour le Yamamoto, Garlic ronfle toujours comme un sonneur. Kenji essort péniblement sa barbe avant de prendre un air gêné pour s’adresser à sa patronne.

"Ma Reine vous savez ce qu’on dit ? Après la pluie vient… Les monstres marins ! "

Revenir en haut Aller en bas
Shinji Nakata
Simple Civil
Shinji Nakata
Messages : 67
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue19/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (19/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue5/100Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (5/100)
Berrys: 59.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeVen 11 Jan - 22:32




Lost - Les disparus


Feat Nojiko Fujita


  Shinji s'était décidé de partir. Même si l'île commençait à sérieusement lui plaire, ses ambitions étaient grandes, et le garçon ne devait pas se contenter de ce qu'il avait actuellement produit. Il n'avait qu'à peine seize ans, et s'était clairement imposé comme l'une des plus grosses influences de cette petite île. Il avait monté son propre réseau de distribution de drogue, engageant des enfants pour lui assurer une protection en gardant un œil sur la population. En effet, il utilisait des gamins comme guetteurs, afin de le prévenir d'une possible intervention de la marine, ou d'un concurrent. L'adolescent protégeait tout de même son identité, si bien qu'il n'avait jamais eu d'avis de recherche à son nom, le laissant passer pour le plus parfait des inconnus, en dehors de sa misérable cité.

  Dans tous les cas, la raison de son départ n'était pas due au danger qu'il puisse rencontrer. Au contraire, le garçon trouvait qu'il était nécessaire de voyager, car son train de vie était devenu insupportable, pas très passionnant. La richesse qu'il avait accumulée au fil de ses aventures n'avait pas grande utilité sur Kanazakura. Il fallait qu'il prenne le large, qu'il s'en aille sur une autre île, voir même sur Grand Line ! Heureusement, les bourgeois de l'île s'enrichissaient sur l'importation et l'exportation de divers produits. Le garçon avait réfléchi à partir, en demandant l'accord d'un capitaine de l'un des navires marchands qui logeaient au port de l'île.

  Le jeune homme s’était alors dirigé sur le port de l’île, en ayant emporté ses principales affaires. Il portait sur son dos un sac contenant de la drogue, ainsi que des munitions pour son revolver, qu’il avait dissimulé sous des vêtements de rechange. Il ne souhaitait pas se faire remarquer, et profiter d’un transport paisible. Il avait un choisit un bateau par hasard, qui menait en direction de Grand Line. Lorsqu’il grimpa sur le navire, il s’approcha d’un marin qui nettoyait le ponton. Lorsqu’il fut à proximité, il se racla la gorge avant de demander d’une voix froide :


« Excuse-moi, mais je cherche le capitaine de ce navire. J’aimerais lui faire part d’une de mes requêtes.  Pourrais-tu m’aider ? »



  L'homme qui se démenait pour nettoyer le plancher du véhicule marin, ne tourna pas la tête pour mener une discussion, mais brandit simplement le bras dans une direction. Le délinquant suivait alors du regard la direction que l'homme de ménage avait indiqué, avant d'apercevoir un homme ivre, qui n'avait pas attendu le départ pour vider de grandes bouteilles de vin. Shin' soupirait à la vue de l'état dans lequel l'homme se trouvait. Comment pouvait-il prétendre avoir le droit de diriger la barre ? Dans tous les cas, il fallait bien passer par lui pour pouvoir obtenir le droit de séjour sur le bateau. Le vendeur de substances illicites marcha donc en direction de l'alcoolique, d'un pas sûr.


« Dis-moi, ivrogne, puis-je obtenir une chambre ? Je te promets un bon montant d’or si tu m’assures mon transport jusqu’à ton point de destination. »

« Euks… De l’or tu dis ? Tu de-devrais trouver une cabine inutilisée près de l-la cale… »


« Dans ce cas, tu peux me la réserver. Et veille à ne pas me déranger, sinon…. »



  Shinji effectuait des menaces inutiles. D’une part car il ne savait même pas si l’homme était totalement conscient, et d’une autre car il n’avait pas l’intention de semer la pagaille sur le navire, préférant la discrétion. Il espérait profiter de la cabine pour pouvoir compter, et organiser sa drogue. Il prit alors la direction de la cale, devant passer par une petite trappe, afin de pouvoir rejoindre sa cabine.

  Il était face à son dortoir, il ne lui manquait plus qu’à ouvrir la porte. Ironiquement, celle-ci était légèrement bloquée, et força le garçon à user le peu de force qu’il avait dans ses bras pour espérer déposer ses affaires. La salle était très modeste, et ne contenait qu’un placard, à côté d’un petit lit. Le lit était lui-même collé à un bureau, où Shinji allait pouvoir s’organiser.

  Fatigué de ses dernières nuits blanches, le garçon aux cheveux insolites s’allongea dans sa couchette, avant de s’endormir immédiatement. Il faut dire que le garçon n’avait pas pu se reposer comme il l’aurait voulu. La criminalité de la cité ne cessait d’accroitre, tout comme le nombre de menace qu’il recevait. Contrairement à tous les gros bonnets de la zone, Shinji ne disposait d’aucun garde pour se protéger. Lors de son réveil, le garçon ne savait pas où il était. Il avait déduit que le brick était à l’arrêt, puisqu’il ne ressentait aucun mouvement. Il prit alors l’initiative de sortir de sa cellule, avant de prendre sortir de la cale également. Ne voyant pas le capitaine, ni l’équipage à bord, il quitta le bateau. Après tout, il avait très faim, et ne se voyait pas quémander du pain rassis au chef du transport.

  Un petit tour en ville lui suffit à prendre quelques provisions, des biscuits secs, du pain ainsi que des agrumes lui suffirait. L’adolescent n’était pas un goinfre, bien qu’il fût en pleine croissance.  Il ne lui fallut pas plus d’une heure, avant de rejoindre le navire, qui présentait un peu plus de membre sur le pont, mais toujours pas de capitaine. Le garçon ne s’en inquiétait pas, et réalisait qu’il n’avait même pas demandé le nom du commandant de bord.

  De nouveau dans son petit espace privé, le trafiquant s’occupait comme il pouvait. Premièrement, en calmant sa faim avec ce qu’il venait d’acheter. Puis, en préparant les sachets de drogues qu’il s’apprêtait à distiller, une fois arrivé à la destination finale.  Shin’ aimait profiter de ce calme afin de pouvoir travailler. Il n’avait pas vu le temps passer, c’est pourquoi il ne savait même pas que la nuit était déjà tombée. Il commençait à sentir ses yeux lourds, et s’apprêtait à aller trouver le sommeil. Le navire était très calme, la quasi-totalité des passagers devait vraisemblablement se reposer.

  C’est lorsque Shinji leva la jambe pour plonger son pied droit dans le lit qu’un choc se fit ressentir. L’adolescent perdit alors l’équilibre, avant de se retrouver la tête renversée. La bougie qui assurait l’éclairage c’était éteinte, plongeant la chambre dans la pénombre. Le calme s’était alors fait remplacer par l’agitation des marins, qui semblait perdus par la situation. Néanmoins, bien qu’il tendît l’oreille, le délinquant n’arrivait pas à distinguer la voix du commandant. Pour éviter tout accident, le gamin stocka sa drogue dans des petites fioles en verre, dans son sac.  Il voulait éviter à tout prix de perdre sa poudre blanche, son salaire.

  Le garçon revêtit son dos à l’aide de son bagage, avant de monter de s’échapper de la partie inférieure de l’arche.  Il avait rapidement conclu que le navire était en situation critique lorsqu’il ouït le vacarme provenant du pont principal. Une fois sur place, le dealer se sentait déterminé à apporter son aide à l’équipage, malgré son faible taux de connaissance dans le milieu. Il se voyait déjà grimper le mât, étendre les voiles, ramer de toutes ses forces.

  Néanmoins, Shinji se sentit rapidement perdu, et n’arrivait même pas à voir le capitaine. En effet, c’était une femme qui se trouvait à la barre. Malgré toutes les agitations, le garçon constatait le magnifique éclat que présentait le minois. Sa chevelure rousse contrastant la peau blanchâtre laissait sans réaction le délinquant qui avait choisi de fuir son île natale. Il était si concentrait qu’il arrivait à discerner les ordres qu’elle adjurait. Le trafiquant se retrouvait stoïque, au beau milieu de tout, le distinguant de tous les mathurins bouleversés par les évènements. Il n’avait pas fière allure face à la dulcinée qu’il admirait. Il était accoutré de son survêtement outremer, qui collait de plus en plus son frêle corps à cause des retombées d’eau de mer.

"VAGUE SCELERATE !"

  Ces paroles eues pour effet de réveiller l'adolescent, qui s'était retrouvé totalement hypnotisé, pourtant faiblement perçues par ses oreilles. Il tourna la tête dans tous les sens, cherchant un endroit où s'agripper. Il choisit rapidement l'un des mats où pendait une ficelle solidement attachée. Se ruant vers sa bouée de sauvetage, le garçon percuta l'un des membres du navire. Le choc était puissant, assez pour renverser les deux hommes. Lors de la collision, le revolver à six coups de Shinji s'était libéré de son emprise, avant de se claquer sur le sol. Un spectacle que le marin avait prit un malin plaisir à suivre. Le détenteur de l'arme se rua une nouvelle fois au sol afin de l'attraper, puis de la ranger. S'ensuivit une menace de la part du petit caïd de Kanazakura, d'une voix froide et plus sérieuse que jamais.


« N’en parle à personne, ou je te descends. Il n’y aura pas d’autre avertissement. »


  Le marin gomma le sourire de son visage, avant de hocher la tête, comme pour montrer qu'il acquiesçait. Le cœur du garçon ralentit, soulagé d'avoir résolu ce petit problème.

  Soudainement, une foudre assourdissante se fit entendre. L'éclair s'était écrasé si près que le garçon s'était retrouvé aveuglé durant quelques secondes. Une chaleur ardente s'était fait sentir, réchauffant le corps frigide qui supportait depuis quelques minutes le froid de la nuit. Le gamin était dépassé par les évènements, à peine la vue retrouvée qu'il sentit le sol se soulever. L'instinct lui donna le courage de se ruer sur la corde qu'il avait amplement mérité. Shinji s'était bien agrippé, et admirait le spectacle qu'il était en train de vivre. Il doutait de la manière dont le capitaine s'était débrouillé pour avoir ce résultat, mais le bateau survolait de peu la vague menaçante. La retombée fut elle plus violente que spectaculaire, si bien que notre jeune héros s'était forcé de fermer les yeux, afin de se concentrer sur sa prise. Entre deux chocs, il desserrait les paupières, apercevant quelques marins qui peinaient à s'accrocher, manquant de finir à la mer.

  Une fois l'épreuve terminée, la mer retrouva peu à peu son calme, l'air quant à elle était moins énervé, le garçon pouvait donc lâcher sa fichue ficelle qui le reliait au mât de l'embarcation. Il s'asseyait alors à même le sol, épuisé parce qu'il venait de vivre. Il braqua alors la tête à gauche, puis à droite, cherchant la dame qui l'avait sauvé lui, et le reste des passagers. Le garçon ne prit pas longtemps à le retrouver, et soupira à l'idée de devoir se redresser.

  Le margoulin ne souhaitait pas terminer le voyage sans devoir s’adresser à cette personne. Il devait au moins lui présenter ses plus fidèles remerciements. Nonobstant, le jeune était sceptique, pensant alors que la femme était la réelle propriétaire du véhicule marin. Alors qu’il s’orientait en direction de l’inconnue, le garçon réfléchissait à ce qu’il allait dire. C’était par ailleurs une particularité du mercanti. Il n’aimait pas ouvrir la bouche sans savoir ce qu’il allait dire, et s’imaginait différentes répliques intérieurement. Il tentait d’ailleurs d’être un peu plus présentable, en s’essuyant les cheveux à l’aide de sa main. Malheureusement, rien ne pouvait arranger la situation, la mer l’avait complètement trempé.

  Finalement arrivé à l’arrière du bateau, le garçon se mit à rougir, comme s’il était devenu timide. En réalité, le garçon avait honte de lui, de ce qu’il était.  Il était clair que les deux personnes ne venaient pas du même milieu social.  Il en venait presque à regretter son allure de voyou, qui l’avait pourtant défini depuis son enfance. Il finit par se rassurer en assumant, il était ce qu’il était, et rien ne pouvait le changer. Il n’osait pas regarder la dame dans les yeux, il se retrouvait intimidé, lui qui avait pourtant tenu tête aux grosses frappes de Kanazakura. Il passa sa main derrière la tête, un tic qu’il avait prit l’habitude de faire lorsqu’il se sentait embarrassé.


« E-Excusez-moi de vous déranger, madame. Je tenais à vous remercier, sans vos talents je serais sûrement plusieurs lieues sous la mer. Vous devez-être la propriétaire de ce bateau, non ? Je dois avouer que j’étais surpris et sceptique lorsque l’on m’avoua que cet ivrogne était le capitaine ! En tout cas, merci, sincèrement. Pourrais-je savoir votre nom, si ce n’est trop vous demander ?»



  Shinji n’avait pas hésité à désigner le véritable commandant du navire, à l’aide de son bras. Il n’avait, à contrario, pas osé regarder la dame dans les yeux. Néanmoins, la sincérité de ses remerciements n’en était pas plus réelle. Il s’était même penché en avant, pour montrer son respect. Il comptait bien rendre la pareille à la rouquine, d’une manière ou d’une autre.


©️ Code par Dehvi sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
avatar
Messages : 110

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue23/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue36/120Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (36/120)
Berrys: 516.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeSam 12 Jan - 18:33


-Monstre-




Les différents matelots installent quelques lanternes, les lumière blafardes diffusent un éclairage neutre et dispersé. Cette même clarté affichent les visages inquiets et fatigués des marins, la nuit est longue, et Grand Line montre une fois de plus tout son potentiel ravageur et furieux. Fujita se remets lentement de ses émotions, son visage est mêlé à la sueur et aux quelques gouttes d'eau salée, la faisant ainsi reluire. Elle se redresse, il est hors de question de perdre sa prestance royale même après une si difficile traversée. L'un des marins cours dans sa direction pour lui annoncer une terrible nouvelle.


"Madame ! L'eternal pose pour Whisky Peak n'a pas survécut à la traversée. Nous sommes perdus sur Grand Line sans moyen de nous orienté !"


Des mots lourd de sens sont prononcés. Sans Log pose ou eternal pose, il est impossible de savoir où se situe la prochaine île, le Yamamoto est donc condamné a erré sur l'océan jusqu'à la mort de son équipage. Kenji, le conseiller Tontatta, sors de la nuque de sa maitresse pour tenter de bien comprendre la situation. Aucune folie, aucune colère ne semble s'afficher sur le visage de la reine de Yobusa, pour elle, la panique est futile. Mais la situation n'en n'est pas moins critique voir fatale. La centaine de petites voix présentes dans son esprit commence toute à s'affoler, lui soufflant des idées, lui susurrant des mots meurtriers, sentant leur présence devenir de plus en plus imposante, elle sort sa lame et réalise une énième scarification sur son avant-bras, réduisant aussitôt au silence toute la pléthore vocale.
Se sentant observée, elle se retourne pour apercevoir un jeune homme, elle ne l'avait jamais vu auparavant et il se présente à elle avec une déférence et un protocole assez soutenu, chose plutôt rare au sein de la jeune génération. Nojiko jette alors sur lui un regard furtif et bienveillant.


"Je suis Nojiko Fujita, 52eme souveraine du royaume de San Yobusa. Je ne suis pas la propriétaire de ce navire, c'est ce fameux Garlic  qui est le Capitaine, bien qu'il n'en n'ait que le nom. Nous nous rencontrons en de bien étranges circonstances n'est-ce pas ?"

Kenji avait prononcé plutôt de sages paroles, la tempête a remué les fonds marins et permis aux planctons et autres petites poissons de se nourrir à la surface. De plus gros poissons risquent fort de se joindre au banquet, tout comme de potentiel monstre marin. La situation semble s'envenimer à mesure que le temps avance. La femme foudre avance alors vers le pont principal et s'adresse directement à la vigie qui semble avoir bien été secouer par le déferlement des éléments.


"Je veux un rapport sur la météo, tout ce qui est visible autour. Maintenant !"

La Reine de San Yobusa ne baisse jamais les bras, du moins pas si facilement. Même si l'issue peut sembler fatale, il est hors de question de mourir sans se battre. L'ordre parvient donc à la vigie qui utilise sa longue-vue et tous ses sens pour identifier le maximum d'informations. Au loin, une lumière à la clarté diffuse, s'éparpille comme une poussière scintillante en perpétuelle mouvement. A mesure que le point lumineux s'approche, la vigie identifie qu'il ne peut s'agir que d'un navire d'une taille minime. Il annonce aussitôt à la capitaine improvisée l'arrivée imminente d'un navire inconnu. Quelques minutes plus tard, alors que l'ensemble de l'équipage est sur les nerfs, un navire de la taille d'un jouet arrive à hauteur du Yamamoto. Les marins laissent un cordage pour permettre aux nouveaux arrivants de monté à bord. Deux Tontattas se posent sur la rambarde, vêtus tout deux de grosse parka avec d'énorme capuche en fourrure. Celui vêtu de bleu pose ses mains sur ses hanches et prends une pose fière et intrépide, tandis que le second reste un peu plus en retrait.


"Père Noël ! On t'as enfin trouvé ! On en as mis du temps ! Mais tu t'es trahis haha ! On as lu dans les journeaux que tu avais attaqué la prison pour sauver un de tes lutins ! On t'as suivi et nous voilà maintenant ! Du coup on a mérité notre place en tant que lutin du père noël ! On commence quand ?"

L'équipage, Kenji, Jü, Mü et même Nojiko, observent les deux tontatas, bouche bée. Grand Line est un endroit étrange, mais le cap de l'étrange venait d'être franchis. Comment avaient-ils pu survivre à la tempête dans un si petit navire ? Qui est le père noël ? Nojiko tente de reprendre difficilement ses esprits avant de s'adresser à ses deux étranges créatures.



"Qui...Qui êtes vous ? Comment avez-vous fait pour survivre à la tempête dans cette coquille de noix ?! Et qui appelez-vous père noël ?!"

Les deux tontatas échangent des regards d'incompréhension, et ils reprennent tout deux en cœur, pour que le message soit le plus clair possible.


"Père Noël enfin ! Tu sais bien ? On sait que t'as monté la légende du père noël de toute pièce ! Pour avoir la paix, personne ne serait aller chercher une femme en père noël. Mais c'est toi qui manie la foudre ! Comme le père noël ! Du coup on as tout de suite sût que c'était toi ! Alors on est là pour devenir des apprentis lutins ! Et pour survivre à la tempête, facile, on a accroché notre navire au tien. On vous a juste perdu quand le bateau s'est mis a plané."


"Ma reine. Je pense qu'ils sont complétement fou, mais aussi que nous ne pouvons pas les laisser seuls dans cette mer agitée. Et ils ont dit être bohème, leurs histoires doivent être passionnantes !


La surdité du vieil homme frappe encore une fois de plus. Le vent se lève à nouveau, laissant quelques cheveux blonds fouetter le visage de la reine, les embruns deviennent puissants et la mer semble s'agitée à nouveau.
Mais il n'en n'est rien, les remous ne sont pas provoqués par le vent, ni par une naissante tempête, mais bel et bien par le fait que le navire se retrouve peu à peu hors de l'eau. Il est désormais coincé entres les cornes d'un gigantesque monstre-marin qui vient de refaire surface ! En observant par-dessus bord, on peut voir sa tête de taureau et son corps de poulet, tandis que le tout est rattaché à des nageoires et une queue écailleuse. Il avance paisiblement dans l'eau et ne semble pas avoir repéré le navire qui est sur le sommet de son crâne en équilibre.


"Plus aucun bruits ! Je veux un silence absolu !

La situation est désormais dès plus instable, les marins s’asseyent de part et d'autres dans le navire, prêt à obéir à leur nouveau capitaine autoproclamé, la Reine de San Yobusa elle-même. Elle prend place à son tour auprès du nouveau venu, préférant ainsi lui adresser la parole, il semble être un garçon nimbé de mystères et d'interrogations. Elle lui adresse un vague sourire avant de prendre place tranquillement. La nuit semble encore longue, et les marins, conformément aux ordres, éteignent les lumières présentes sur le bateau, laissant ainsi les ténèbres prendre place tout autour d'eux.

Revenir en haut Aller en bas
Shinji Nakata
Simple Civil
Shinji Nakata
Messages : 67
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue19/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (19/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue5/100Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (5/100)
Berrys: 59.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeDim 13 Jan - 13:14




Lost - Les disparus


Feat Nojiko Fujita


 Shinji était angoissé. La demoiselle qu’il venait d’accoster lui mettait la pression, même s’il ne s’avait pas la raison. Il faut avouer que le garçon était toujours sur le choc des évènements récents, et que la rouquine venait de lui sauver la vie. A vrai dire, le délinquant n’avait jamais prit la mer, c’était sa première fois, une initiation plutôt mouvementée. La météo et la baille s’étaient calmées, tout comme l’équipage. La nuit semblait plus funèbre, malgré les torches éparpillées sur le plancher principal du vaisseau.

  Finalement, le mécréant pu obtenir une réponse. Un grand sentiment de soulagement se fit ressentir lorsque la dame s’accorda de répondre à Shinji. Visiblement, le jeune garçon avait eu raison de croire qu’un univers séparait leurs places sociales. La rouquine se présentait donc sous le nom de Nojiko Fujita, et sous la fonction de souveraine d’un certain royaume. Il est inutile de préciser que le blanc-bec n’en avait jamais entendu parler. Néanmoins, le mercanti cru cette despote sur le champ. Cela expliquerait les ordres donnés habilement, et même si le navire ne lui possédait pas.

  La femme ne porta cependant pas plus d’intérêt au garçon, en dépit de l’éloquence élégante qu’il avait tenté d’approcher. Il se retrouva intérieurement vexé, puisque la majesté ne prit pas la peine de démarrer une réelle conversation. Effectivement, Nojiko s’était simplement contenté de poser une question, que le dealer avait interprétée comme rhétorique. Ce n’est pas pour autant que l’adolescent laissa transparaître ses ressentis, au contraire, il se contentait d’afficher un sourire et de contempler le magnifique spectacle qu’offrait l’océan.

L’altesse quant à elle ne perdit pas son temps, et administra de nouveaux ordres à l’ensemble de l’équipage. Shinji était admiratif, et se demandait même si cette femme disait la vérité sur la fonction qu’elle administrait sur le véhicule marin. Toutefois, il ne pouvait pas passer son temps à contempler les moindres faits que Nojiko allait exécuter. Il se reprit en main et secoua sa tête. Alors, il fit glisser son sac le long de ses maigres bras. S’asseyant contre l’un des bords du navire, il sortit les fioles rangées auparavant. Quelle euphorie lorsqu’il décela l’impeccable état de la drogue qu’il avait transporté !

  Sempiternellement sous l’effet de l’adrénaline, le garçon hésita à tâter la substance qu’il avait pour but de commercialiser. Il déposa alors soigneusement une fine ligne sur le dos de sa main, tout en approchant son visage. Une lourde vague secoua le bateau, faisant dévier la main, et tomber un peu de poudre blanche. L’agitation redonna de la clarté dans l’esprit du gamin, qui s’était juré de ne jamais consommer, préférant l’argent à la débauche. Il reboucha alors l’ampoule en verre, à l’aide d’une boule de liège, avant de remettre tout le matériel dans son bagage.

  Retournant la tête vers la capitaine momentanée, Shinji remarqua que la dame tenait discussion seule. Ce n’était pourtant qu’un effet de la fatigue, puisqu’en réalité celle-ci parlementait avec deux êtres de très petites tailles. Aucun jugement hâtif ne fut fait puisque d’une voix basse, le délinquant prit pour coupable la fatigue.

« Je vois que tout le monde est fatiguée, même madame. Moi qui pensais pouvoir trouver de la tranquillité sur ce cercueil flottant, apparemment j’me suis bien trompé.  »

  Peu à peu, les yeux du garçon se mirent à se clore, sous le lourd poids de l’exténuation. Le garçon profitait d’un lourd mais court repos.  En effet, le garçon se prélassait contre un bord du bateau, mais fut toutefois secoué par la présence d’un colosse de la mer. Le garçon intrigué par la raison de ce désordre se leva, avant de scruter la mer qui exposait une allure indigo se camouflant dans la pénombre du reste de l’environnement. Malgré l’attention portée le garçon ne remarquait rien d’anormal, mise à part un important sillon généré par le navire.  

« Je ne comprends pas d’où provient le choc, la mer ne semble pas si agitée pourtant. C’est vrai, ça d’ailleurs, la seule agitation de l’eau provient de l’énorme sillon du bateau. Attends, mais… »


  Lorsque le garçon se pencha davantage pour examiner l’état de la partie basse du bateau, celui-ci ne put se retenir de bondir en arrière. Il n’avait jamais vu une telle abomination, le monstre était tout simplement horrible. Il dégaina son arme, avant d’appuyer sur le chien, la masse percutante servant à l’amorce de la cartouche. Le dealer se rua de nouveau sur le plat-bord de la caraque, avant de prendre en joue l’espèce de buffle marin.  Heureusement, le garçon réalisa rapidement que tirer n’aurait fait qu’énerver davantage la calamité, sans lui provoquer ne serait-ce qu’une seule séquelle.

  C’est à ce moment que la nouvelle connaissance hurla au silence, ce qui semblait ironique. Néanmoins, l’ensemble du bateau montra son accord, et plus aucun bruit ne pouvait alors être discerné. Alors, à cet instant, le garçon se rapprocha de nouveau de la supérieure. Rien à faire, le garçon était encore plus gêné qu’auparavant. Il ne put s’empêcher de rougir en tournant le regard lorsque la femme lui offrit un sourire. Cependant, il se força à prendre la parole, chuchotant doucement à la noble.

« Ehm, heureux de vous rencontrer dame Fujita, je me nomme Shinji, Shinji Nakata. Pour tout vous avouer, je doute fortement que vous n’occupez pas de fonction autre que souveraine. Votre connaissance en navigation, votre franc-parler ainsi que vos capacités me font légèrement penser aux pirates, qui prenaient l’habitude de monopoliser l’embarcadère de mon île natale. »  

  Shinji se mit alors à regarder de nouveau la femme, lui offrant un sourire mettant en valeur ses fières dents blanches.

« Pour être franc, vous m’impressionnez madame. Avant d’entamer ce périple, je n’étais pas un noble comme vous. J’occupais mes journées à écouler de la drogue, afin de pouvoir survivre, dans le misérable quartier qui m’abritait.  La vie était dure, mais je travaillais dans ce milieu en relativisant, et pensant qu’au moins, j’ai pu naître en ayant la santé tout de même. Je prends le risque de vous l’avouer, à vrai dire c’est ma manière de vous remercier, pour nous avoir sauvé la vie, à nous tous. »

  L’adolescent baissa alors la tête, attendant une réplique de la part de la rouquine. C’était d’ailleurs la première personne à qui Shinji avait avoué sa vocation professionnelle. Il ne redoutait rien, sur le coup, de plus que la réaction que celle-ci allait avoir. Néanmoins, le garçon espérait obtenir un retour positif de Nojiko, pour avoir fait preuve de franchise sur son passe-temps principal.  


©️ Code par Dehvi sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
avatar
Messages : 110

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue23/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue36/120Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (36/120)
Berrys: 516.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeMer 16 Jan - 20:21


- En pleine tempête -



Plus aucuns bruits, plus aucune lumière. Les marins sont presque tous pour la plupart, à genoux, maudissant Garlic et ses combines fugaces. Jü et Mü sont murées dans un silence qui leur est propre, une sorte de calme et de quiétude qui n’affole en rien. Kenji, le conseiller royal de la famille Fujita discute non loin de la chaleur d’une petite bougie avec les deux étranges lutins du père noël. Un froid polaire s’installe sur le pont, forçant quelques officiers de pont à sortir des couvertures, des duvets, des plaids. L’un d’eux s’approche de Fujita, elle décline aussitôt jugeant que d’autres sont plus nécessiteux. Puis les confessions du jeune homme arrivent à leur tour, offrant à la Reine de Yobusa plusieurs aveux croustillants. Elle n’apprend pas que son nom, son prénom ou ses rêves, mais elle apprendre bel et bien à connaître ce nouveau protagoniste. Elle prend soin d’écouter chacun des mots du jeune homme, troublée par tant de maturité et de clairvoyance, elle décide de répondre avec sa sagesse royale. Elle peut, dans un premier temps, demandé conseil à Kenji, mais serait-ce là des mots du cœur et de l’esprit ? Ou un simple message dicté ? Devant cette bataille de mœurs insoutenable, Nojiko décide de prendre la parole, posément, tout en enlevant son tour de cou aux couleurs de pirates.


« C’est dans ce cas, un honneur, Shinji Nakata. Je me dois d’être sincère avec toi, puisque tu es transparent avec moi. Je suis effectivement une Reine issue d’un royaume en crise. Je suis en quête sur Grand Line, je dois rassembler une armée assez puissante pour reprendre le contrôle de mon fief. J’ai déjà bafoué la loi à plusieurs reprises et ma tête sera sûrement mise à prix sous peu. Je comprends tes doutes et tes inquiétudes, tu n’as pas à être impressionné. Je reste une personne on ne peut plus normale, j’ai plus d’admiration pour toi à vrai dire. Toi, tu es parti de rien, tu as connu la vie et ses difficultés, moi, je n’ai connu que le luxe et une vie nantie. Je ne sais rien de la misère, de la souffrance, ni de la folie des hommes, bien que j’aie pu en avoir un arrière-goût amer. »

Après ces quelques paroles souffler contre le vent qui s’engouffre contre le bois humide du navire, même si la mort et l’incertitude semblent prête à sortir des ombres pour emporter l’ensemble de la troupe, la souveraine reste positive et d’un calme absolu, presque dérangeant, perturbant même. Elle déporte son regard à nouveau dans la direction de son comparse, ruminant mentalement ses propos sur la drogue.


« Tu dis t’occuper de drogue c’est cela ? Sur mon île natale à moi, nous avons une fleur de lotus noir qui pousse sur nos montagnes, sa poudre est hautement addictive et hallucinogène. J’espère pouvoir commercer avec toi un jour, qui sait. Mais quel vent te conduit ici Shinji ? Et pour toi, et seulement pour toi, inutile de donner dans le protocole. Appelle-moi donc Nojiko. »

La jeune femme jette un énième regard vers le jeune homme. La séduisante dame de la noblesse, croise ses longues jambes avec sensualité, comme à son habitude. Son attitude la qualifie toujours de véritable veuve-noire, tout chez elle est destiné à vous séduire pour mieux vous détruire ou au mieux, vous utilisez. Elle remet en place sa chevelure dorée avant qu’un nouveau matelot ne s’approche pour lui annoncer de sombres nouvelles.

« - Madame, Garlic est toujours hors d’état de commander ! La créature marine ne semble pas nous avoir remarqué pour l’heure. Elle avance en des eaux qui nous sont inconnus et il est impossible de se repérer pour le moment. Le ciel de plomb et la mer d’huile n’offrent aucun repère visuel. J’ai fais fouiller le navire de fond en comble, aucune trace de Log Pose. Les gars commencent à perdre espoirs… Mais moi et une partie des gars… Bah… On place des espoirs en vous. »

Fujita plonge son regard bleuté dans celui du marin, lui offrant un large sourire, le même genre de sourire ravageur qui peut provoquer de puissants saignements de nez. Elle s’accroupi, orientant son visage entre Shinji et le matelot.


"« Pour le moment, mieux vaut attendre que… »

Nojiko ne peut pas finir sa phrase que des hurlements au loin se font entendre. Trois navires de la Marine approche en direction de la créature, le doute n’est pas permis, ils sont sûrement ici pour venir s’occuper de la créature marine qui doit sévir sur une île voisine.  Le camouflage nocturne du Yamamoto ne permet en aucun cas à la Marine de l’apercevoir. Aussi, les premiers coups de canons retentissent, affectant l’humeur générale de la créature qui s’agite désormais dans tous les sens. Le navire de Nojiko et de Shinji est rapidement catapulté dans les airs, si un certain calme s’était installé, la panique est désormais seule maîtresse du navire. Ce dernier s’écrase dans un bruit assourdissant, pesant. Il ne faut pas longtemps pour s’apercevoir que quelques planches du pont ont sautés durant le choc. La formation serrée des navires de la Marine se sépare subitement, les deux navires de têtes prennent en chasse la créature, tandis que le plus petit s’approche lentement de la zone d’impact du Yamamoto. Nojiko tente de se remettre péniblement de ses émotions, c’est qu’elle a bien failli passer par-dessus bord. D’abord hésitante, elle observe le navire en approche, si l’ensemble du navire n’as rien à se reprocher, Nojiko, Kenji, Jü et Mü, restent des criminels notoires, et qui sait ce que cache réellement Shinji ? L’étau se resserre, la Marine approche.

Revenir en haut Aller en bas
Shinji Nakata
Simple Civil
Shinji Nakata
Messages : 67
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue19/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (19/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue5/100Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (5/100)
Berrys: 59.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeJeu 17 Jan - 19:50




Lost - Les disparus


Feat Nojiko Fujita


Le jeune délinquant ne savourait plus sa croisière. Le voyage était presque aussi misérable que sa vie au milieu des favelas. Le froid mordant, la mer agitée, les monstres marins. Des facteurs inconnus pour Shinji, qui n’avait pour le moment jamais eu à s’en méfier, puisque ce voyage était une première pour lui. Cette première traversée marine se trouvait au final bien plus complexe que ses attentes. Son moral était fortement affaibli, par la température, par les évènements récents, par Nojiko qui malgré tout exerçait une pression non négligeable. Le physique ne pouvait pas être au top avec un tel état d’esprit.

Le garçon se demandait s’il n’était pas soumis à l’amorce d’un semblant de dépression. Il savait que son mental était plus faible que ses conditions physiques, bien qu’il n’était pas vraiment un tas de muscle. Il s’auto-soutenait avec quelques mots encourageant dans la tête, en soufflant dans ses propres mains. Il admirait également la souveraine, il faut dire qu’un si beau physique ne pouvait pas l’attrister.

C’est soudainement que la femme répondit à Shin’, qui s’était déjà dispersé. Le garçon se sentait honoré de la réponse. C’était une réplique positive, qui faisait chaud au cœur. La femme s’était à son tour confiée, comme l’avait fait le gamin auparavant. Plusieurs points étaient soulevés par la dame, comme l’ambition de former une armée. Elle confia également avoir une potentielle prime sur sa tête. Shinji ne put s’empêcher d’être surpris, affichant un haussement des sourcils prononcés sur son visage. Finalement, les deux êtres ne semblaient pas si différents malgré leurs conditions de vie.

Le brigand souriait fièrement, à pleine dents. Il est vrai qu’il venait de la misère, et n’en était pas très fier. Cependant, cette honte ne prit pas longtemps avant de se retourner en une fierté, lorsque la dame avoua avoir de l’admiration. Une impératrice qui lui montrait de l’ébahissement, aussi faible soit-il. Le garçon n’avait pas les mots, et n’exprima sa gratitude qu’envers un geste de la tête. Sa gorge était nouée, la fatigue accentuant les émotions du passeur.

Shinji ne savait pas quoi dire, comme à son habitude. Il avait cette fâcheuse manie d’avoir une belle répartie lors de conflits, mais de la perdre lorsqu’il était flatté. Il réfléchissait, frottant l’arrière de son crâne, un tic qui commençait à devenir récurrent.
Visiblement, la dame savait se montrer convaincante. Elle n’avait pas hésité à charmer Shinji, à l’aide d’une intrigue portant sur une plante addictive. Si ce produit existait bel et bien, pourquoi ne pas faire un détour ?

« Je vous remercie m’dame Nojiko ! Vos mots ne passent pas inaperçus, et j’en suis vraiment ému.  Pour être honnête, c’est bien la première fois que je suis fier de mon parcours, si cela me permet de recevoir vos compliments. Comme vous l’avez bien compris, je suis lié au trafic de drogue. Même si je n’ai pas de grandes connaissances en chimie, je me suis toujours débrouillé pour avoir des substances à distiller. L’argent était très important sur mon île natale. Kanazakura m’a tellement fait souffrir, mais me manque tellement. J’espère pouvoir un jour la libérer de sa misère, que ce soit par l’argent ou par la force. »

Le garçon avait du mal à s’exprimer, dû à son large sourire. Il était fier des compliments reçus, et se sentait presque capable de proposer ses services à la dame. Après tout, la souveraine l’avait sauvé d’un naufrage certain. Le garçon trouvait logique de lui dévouer un peu de son temps. Néanmoins le garçon n’eut pas le temps d’avouer le fond de sa pensée qu’un marin s’amena. Celui-ci n’était venu que pour un simple rapport. Apparemment, le délinquant n’était pas le seul à dévouer sa confiance auprès de la commandante temporaire.  

Soudainement, le calme qui s’était imposé disparu. Un énorme vrombissement se fut entendre, avant de laisser apparaître quelques vaisseaux. Aucun doute n’était possible, il s’agissait bien des sbires du gouvernement mondial. Shinji craignait que ceux-ci ne s’attaque à la bête rôdant autour du Yamamoto. La crainte fut vaine, puisque l’idiote marine n’hésita pas à tirer à l’aide de gros crapouillots. Le délinquant se rua alors vers le bord du bateau, hurlant d’arrêter, mais ce fut inutile.

Le bateau marchand se retrouva rapidement cible de nombreuses voltiges. Shinji s’accrochait tant bien que mal, sur le bord du navire. Il risqua même de passer plusieurs fois par-dessus bord, avant de se claquer le crâne contre la poutre de bois latéral servant de barrière. Le coup n’était pas assez puissant pour assommer, mais suffisant pour provoquer une rougeur.
Le navire n’était pas passé inaperçu, l’impact étant important, attirant une frégate marine. Shinji serrait les dents, il n’était pas à l’aise avec la marine, et voulait éviter un conflit. Après tout, les matelots n’étaient sûrement pas préparés. De plus, la dame semblait avoir souligné le fait qu’elle était recherchée. Il ne pouvait pas prendre le risque, si la dame avait prouvé sa valeur, le délinquant pouvait en faire de même. Il se rua sur la reine déchue, avant de prendre rapidement la parole.

« Dame Nojiko, j’ai aperçu une frégate de la Marine sur les traces du Yamamoto ! Il serait préférable de laisser quelqu’un d’autre prendre la parole, si le gouvernement mondial compte vous attribuer une prime ! Il peut-être préférable de passer inaperçu puisque des civils se trouvent à bord. Néanmoins, si vous souhaitez faire usage de la force, je suis prêt à vous suivre. De toute manière, je compte bien participer à votre projet cité plus haut. Vous avez sauvé le navire entier, je compte bien rembourser ma dette. »


Shinji montra tout à coup son assurance, et regardait pour la première fois la souveraine dans les yeux. Il s’amusa à dégainer son arme, avant d’ouvrir le barillet, vérifiant que toutes les munitions étaient présentes. Le mercanti attendait sagement la réponse de la femme, arme à la main, tout en inspectant le convoi potentiellement dangereux.  


©️ Code par Dehvi sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
avatar
Messages : 110

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue23/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue36/120Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (36/120)
Berrys: 516.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeSam 2 Fév - 9:14


- En pleine tempête -




Tandis que les autres navires partent en chasse de la monstruosité marine, une des frégates de la marine s'approche dangereusement du Yamamoto. Une fois à hauteur, ce dernier dresse même une planche, autorisant ainsi le capitaine de la frégate et ces hommes de prendre place à bord du navire marchand. Fujita semblait avoir disparu durant ce laps de temps, laissant Garlic ivre mort, Shinji était donc désormais le porte-parole désigné d'office pour s'adresser au capitaine du vaisseau. Nojiko, de son côté, avait un plan. Tout ce déroule dans la cale, elle cherche sur le flanc du Yamamoto une brèche ou un trou assez fin tandis qu'elle s'était armée d'un grappin à chaîne utilisé pour la pêche aux baleines. La tempête avait sacrément mis à l'épreuve le bateau, et quelques planches supérieures vers le pont avaient volées en éclats, offrant le fameux et infime espace tant désirer par Fujita. Il ne lui fallut alors pas longtemps pour prendre sa visée et faire feu en direction du navire ennemi. Le pic se plante sans problème dans la coque de l'adversité, la chaîne est parfaitement tendue désormais. La souveraine se transforme alors en foudre, pour ne faire plus qu'un dans la chaîne et ainsi se diriger vers le navire ennemi, elle ressort ainsi par l'élément conducteur dans le bateau de la Marine. Après un furtif regard autour d'elle, force est de constater que la totalité de l'équipage est affairé sur le pont, sûrement pour contrôler le Yamamoto, ce qui laisse donc le champ libre à la jeune femme pour trouver l'objet de ses convoitises, à savoir, un log pose. Kenji et les deux autres tonttas étaient quant à deux rester sur le navire, conformément aux ordres de la reine. Il fallait maintenant que Shinji joue son rôle pour offrir du temps à une Fujita impatiente de partir loin d'ici et de rejoindre Grand Line définitivement.

Après avoir fouillé plusieurs cabines en vain, la Reine se dirige vers ce qui semble être la cabine du capitaine, la boussole magnétique est posée sur le bureau à la vue de tous. La jeune femme s'en accapare et tourne alors les talons. Mais, elle savait pertinemment que la Marine comprendrait rapidement le pot-aux-roses, il fallait donc créer une diversion assez puissante pour que le capitaine de la marine ne soupçonne en aucun cas le navire marchand. Elle se rend donc dans la cale, sans être inquiétée par quiconque avant d'observer les lieux. Les vis de métal qui supportent l'armature de la nef semblent bien solides, mais l'ensemble permet de maintenir une cohérence dans la structure. Elle appose alors ses deux sur les vis en question, les faisant partielle fondre, créant des voies d'eaux de petites importances. Le but n'était pas de couler le navire, mais bel et bien les occuper assez longtemps pour que le Yamamoto rejoigne la terre ferme. Une fois l'action accomplie, la jeune femme retourne au grappin et répète l'opération pour se retrouver à bord du navire de Garlic. Elle prend alors soin d'enlever le grappin en espérant que le trou formé par ce dernier, aussi infime soit-il, ne soit pas détecté.

Si Shinji parvient à faire fuir la marine, Nojiko et les autres pourraient enfin reprendre la mer et mettre enfin le pied sur la terre ferme. Tout dépend désormais du nouveau compagnon de la jeune femme. Pendant ce temps, elle reste cachée au fond de la cale du Yamamoto, derrière quelques barils et filets de pêches lui permettant de rester discrète. Elle observe alors le Log Pose, ce dernier se met à tourbillonner dans tous les sens avant que l'aiguille ne se fixe vers une direction précise. Elle n'avait aucune idée de l'endroit ou peut mener cet étrange outil. Une chose est sûre cependant, Grand Line s'offre enfin à elle.

Revenir en haut Aller en bas
Shinji Nakata
Simple Civil
Shinji Nakata
Messages : 67
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue19/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (19/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue5/100Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (5/100)
Berrys: 59.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeSam 2 Fév - 14:40




Lost - Les disparus


Feat Nojiko Fujita



Il était clair que le jeune Nakata n’était pas à l’aise sur ce navire. Cependant, Shinji était parvenu à s’affirmer auprès de la femme qui avait réussi à s’autoproclamer capitaine par nécessité.  Le jeune délinquant ne montrait aucun signe de rébellion face à la souveraine, puisqu’au contraire, celui-ci s’était porté garant de la communication avec la frégate appartenant aux autorités gouvernementales. Un choix judicieux, puisque malgré ses nombreux crimes commit sur Kanazakura, le jeune homme avait toujours réussi à garder son anonymat, que ce soit par chance ou précaution.

Le navire ennemi approchait, et même si le jeune homme aux cheveux bicolores n’avait rien à craindre, il ne pouvait s’empêcher de ressentir une petite anxiété. Cette femme lui avait sauvé la vie, il était donc clair que le garçon devait mener à bien son rôle de porte-parole. Une mission pouvant paraître simple, mais demandant une concentration totale, pour ne pas paraître suspect. Le garçon soufflait dans le vide pour évacuer la pression qu’il pouvait ressentir, laissant apparaître des nuages de fumée blanche, dû à la température qui ne cessait de chuter.

Les voiles du navire s’étaient fait relever, de manière à ce qu’il ne puisse plus bouger. La fuite n’étant pas une option envisageable, quelques marins prirent l’initiative d’hisser les cacatois, les perroquets, les bonnettes ainsi que toutes autres voiles. Le Yamamoto était désormais immobile, attendant de se faire accoster par le brick qui semblait naviguer à toute allure.  

Il était temps de se bouger, Shinji s’élança donc sur le côté du navire où il pourrait discuter avec le chef de l’autre vaisseau. Il espérait ne pas avoir à faire visiter le bateau à cet homme du gouvernement, puisqu’il transportait toujours de la drogue sur son dos. Le jeune mercanti n’était finalement pas si innocent qu’il pensait l’être. Au fur et à mesure de la progression de sa marche, le jeune homme modelait l’expression de son visage. Passant d’une face froide et sérieuse, à un visage doux et souriant.

Contre la rambarde du navire, le jeune garçon leva la main, faisant signe qu’il était d’accord pour tenir une discussion.  De son point de vue, le brigand pouvait admirer la totalité du véhicule adjacent. Une discipline incroyable s’était installée à bord, puisque les soldats présents sur le pont supérieur s’étaient alignés, de sorte à faire une haie d’honneur.

« Garde-à-vous ! »


Lost - Les disparus 1549115025-pnj1-opt


Une voix grave, masculine avait résonné sur l’ensemble des deux bateaux. Un ordre simple, qui n’avait pas été hurlé, mais qui avait tout de même suscité de l’attention, que ce soit sur cette frégate, ou sur le Yamamoto. Shinji haussait les sourcils, affichant toujours son fier sourire. C’est sur cet ordre que les soldats s’étaient amusés à produire un salut militaire synchronisé. Puis quelques secondes suffirent à laisser entendre des bruits de pas, avant de laisser apercevoir l’homme qui semblait être le capitaine de ce navire.

Un homme grand, atteignant presque les deux mètres. Un profil assez intimidant puisqu’il s’agissait d’une personne aux cheveux sombres, portant une grosse barbe. Une tenue assez décontractée cependant, puisque celui-ci ne portait pas l’uniforme traditionnel. Des vêtements qui restaient classes, et propres. Cet homme allait être difficile à berner, puisqu’il avait sûrement passé la quarantaine. Un âge conséquent qui laissait pensait à Shinji qu’il devait sûrement avoir de l’expérience, ce qui justifierait également sa place au sein de la Marine.

Malgré tout, le jeune voleur se devait d’assurer. Il fallait avoir confiance en soi, c’était une obligation. Le jeune homme se dégagea alors la gorge, pour avoir un ton certain. Puis d’une voix forte, Shinji prit la parole, s’adressant directement au commandant.

« Ola monsieur ! Laissez-moi me présenter, je suis Shinji et je viens de Kanazakura ! Avez-vous besoin d’une quelconque aide ? »


Le jeune Nakata prenait finalement du plaisir à jouer ce rôle. Il avait été clair, et sur de lui. Pour lui, rien ne pouvait le trahir. Il fallait qu’il réussisse à tenir ces hommes à l’écart, afin de protéger Nojiko qui devait se tapir dans la cale.

« Je suis Afton Butler, capitaine de la marine, ainsi que capitaine de ce navire. Je suis enchanté de te rencontrer Shinji, néanmoins tu sembles un peu jeune pour diriger ce navire, non ? »

Le garçon évoquait un léger froncement des sourcils. Non seulement, ce capitaine s’était permis de le tutoyer, mais en plus, il s’était également autorisé à le juger sur son âge. Il était clair que cet homme se sentait supérieur. Néanmoins, celui-ci ne semblait pas avoir de doute sur la légitimité du garçon, puisqu’il s’était adressé au garçon avec un minimum de respect.

« Oulah ! C’est vrai que je suis jeune, mais je pense être assez responsable, sans vouloir offenser votre jugement monsieur Butler ! Néanmoins, je ne suis pas le responsable du Yamamoto, comme vous l’aviez deviné. Je prends néanmoins la parole, puisque notre bon vieux capitaine est hors d’état. Sans vouloir limiter mes propos, il a un peu trop forcé sur la bouteille, et ceux depuis mon embarcation ! D’ailleurs je ne suis qu’un voyageur, et comme je l’ai dit auparavant, je viens de Kanazakura ! Cependant, les évènements m’ont légèrement forcé à mettre la main à la patte ! On a failli finir à la flotte au fait… Mais tous ensemble, on a réussi à redresser la barre, pas vrai les gars ? »

« Ouaaaais ! »

Le jeune garçon ne souhaitait pas mentir. Cependant, il ne racontait pas toute la vérité. Il souhaitait éviter les mensonges, pour ne pas s’y perdre et créer le doute chez cet homme, qui semblait sympathique finalement. Pour couronner le tout, le garçon avait décidé d’interagir avec l’équipage. Des hommes qui n’étaient pas des bandits, mais simplement reconnaissant d’avoir eu un navigateur remplaçant. Ces ouvriers marins s'étaient d'ailleurs impliqués, en répondant fièrement en chœur.

« Je vois ! Pour tout vous dire, au loin nous avons bien vu que vous étiez en mauvaise posture. Nous sommes venus pour nous assurer que tout aller bien, ainsi que pour repêcher d’éventuels naufragés. »

Finalement, la marine n’est pas remplie de pourris. Même s’il s’avérait être fanatique de la discipline, cet homme n’était pas malintentionné, ou cachait bien son jeu. Il n’empêchait que le dealer restait tout de même agréablement surpris. Il n’avait pas vraiment eu l’habitude de voir ce genre de comportement venant de la marine, en tout cas pas sur Kanazakura.

« Heureusement pour nous, ce navire a pu supporter les nombreux chocs, nous permettant de tous nous en sortir ! »

Shinji voulait écourter la discussion le plus possible, et avait hésité à souligner les tirs de canons que la flotte militaire n’avait pas hésité à effectuer, alors que le bateau se trouvait à proximité du monstre marin. Néanmoins, il ne voulait pas être provocateur, et ne souhaitait encore moins faire dégénérer la situation. Lorsqu’un souci pouvait être résolu par la communication, Shinji n’hésitait pas et prenait la parole.

« Par ailleurs capitaine, je vous aurais bien invité à bord afin de vous offrir un petit quelque chose, afin de vous remerciez de vos services ! Malheureusement, j’ai bien peur que toute notre nourriture soit fichue à cause de tout ce remue-ménage ! »

« Gardez  vos biens ! Nous ne sommes pas des pirates après tout ! Ahahah ! »

Le garçon était mal à l’aise, bien qu’il n’était pas officiellement un voleur des mers, sa description n’en était pas loin. Se forçant pour, le jeune homme répliqua par un sourire. Quelques minutes s’étaient écoulées depuis le début de la conversation et il faut dire que plus la conversation s’éternisait, plus Shinji avait du mal à garder son calme et assurance. Néanmoins, il essayait de ne pas laisser paraître cette émotion, si ce n’est par un grattement de la tête.

« Eheh ! Capitaine, si ce n’était qu’un simple contrôle, puis-je moi et ces hommes, reprendre notre voyage ? Nous sommes déjà bien retardés, que ce soit pour mon rendez-vous, ou pour la livraison de la marchandise, enfin de ce qu’il en reste… »

Bien que cela puisse paraître louche, le jeune homme souhaitait partir. En effet, discuter avec des membres de la marine n’était pas son souhait le plus prononcé, loin de là. De plus, il n’était pas certain que cet homme le croyait sur parole. Son attitude semblait particulière, puisqu’il s’agissait tout de même d’un marin gradé expérimenté, se faisant mener en bourrique par un presque adulte.  


©️ Code par Dehvi sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
avatar
Messages : 110

Feuille de personnage
Niveau:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue23/75Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
Lost - Les disparus Left_bar_bleue36/120Lost - Les disparus Empty_bar_bleue  (36/120)
Berrys: 516.000 B

Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitimeSam 2 Fév - 15:50


- En pleine tempête -





De nouveaux coups de feu résonnent au loin. C'est le signal tant attendu pour Buttler. Il avait été parfaitement duper par le jeune Shinji qui avait créé une puissante diversion. Diversion qui avait permis à la reine de San Yobusa de parfaire le vol d'un Log Pose. Si le spectre de la tempête semble encore proche, le départ du Yamamoto semble imminent. Le Capitaine de la Marine salue poliment les différents protagonistes avant de retourner dans son navire. Le jeune Nakata avait sût se montrer convaincant, assez pour octroyer à l'ensemble de l'équipage un temps de sursis qui permettrait de rejoindre la prochaine île sans encombre. Alors que la marine vogue en direction de ses alliés et de la créature marine, Nojiko remonte progressivement sur le pont en arborant fièrement l'outil de navigation. Elle s'approchait alors de son nouveau compagnon avec un large sourire.


« Je ne sais pas comment tu as fais... Mais je crois que tu m'as sauvé, peut-être que la Marine ne m'aurait pas reconnue mais dans le cas contraire j'étais cuite. Si tu veux bien rejoindre le pont principal j'aimerais faire une annonce à l'ensemble de l'équipage et il faudrait que tu sois à mes côtés pour donner une image forte.»

Nojiko se dirige alors en direction du pont supérieur, quelques temps après son arrivée et sa prise de position, Kenji, Jü, Mü et les deux jumeaux tontattas, prennent place aux côtés de la reine de San Yobusa. Malgré la fatigue, la tempête et les autres péripéties, elle arrive à garder une attitude royale, un tenu droit presque arrogant qui pourrait faire courber la volonté d'un Dragon céleste. Elle réarrange ses cheveux qu'elle attache avant d'observer l'équipage qui se masse sur le pont inférieur. Garlic est déposé dans un coin du navire, toujours entre de cuver son alcool, à aucun moment ce dernier ne s'est senti dépassé par les événements.


« Je sais que nous venons de vivre de drôles d’événements. Que des concours de circonstances se sont acharnés sur nos personnes. Je sais aussi que vous vous êtes tous illustrés. Il est peut-être temps de vous dire la vérité, je vous le dois. Je suis Nojiko Fujita, Reine déchue du royaume de San Yobusa. Mon trône m'a été volé par un ordre politico-religieux qui porte le nom du "Glaive". J'ai pu m'échapper et je cherche aujourd'hui à créer une armée pour libérer mon peuple. Aussi, en tant que souveraine, je me mets à genoux devant vous pour implorer vos services. Vous êtes tous des valeureux, la tempête, le monstre et la Marine ne vous ont pas effrayés, en aucun cas. Je vous demande de rejoindre la première flotte guerrière de San Yobua, plus communément appelée "La Dynastie". Mettez-vous bien dans la tête qu'un soldat n'a jamais gagné une guerre en mourant pour son équipage. On gagne une guerre en faisant ce qu'il faut pour que les soldats d'en face meurent pour leur équipage. Je suis pas censé vous dire que la Dynastie n'est pas du genre à se battre, qu'elle aurait du rester en dehors de cette guerre qui se prépare. Tout ça, c'est du baratin et je refuse de vous mentir. Le peuple de San Yobusa, de tout temps, a aimé se battre. Tous les vrais gars de la première flotte royale aiment se battre. Ils aiment se battre, ils sont comme ça. Quand j'étais enfant, ils m'impressionnaient, les champions de de Davyback Fight, les champions de boxe, les grands joueurs et vous les admiriez vous aussi. Les marins de la Dynastie aiment les vainqueurs. Les perdants, chez nous, on n'en veut pas. Les gars de la Dynastie se battent pour gagner quelque soit le prix, et nous ne paierons jamais assez cher pour rester des hommes libres. Quoi qu'il arrive. C'est pour ça que les gars de la Dynastie n'ont jamais perdu un combat. Et c'est pour ça que jamais ils n'en perdront. Tout simplement parce que l'idée de perdre est intolérable à la Dynastie. Autre chose, un équipage c'est une équipe. Vous devrez vivre et vous battre comme dans une équipe. Et ce qu'on vous a raconté sur l'individualisme est faux. Ceux qui pensent que l'individualisme est sacré peuvent tous sortir de ce navire.
Ils ne savent pas plus ce que c'est qu'une bataille qu'ils ne savent que c'est que faire l'amour. Nous avons tout d'abord la meilleure réputation, un moral à toute épreuve et nos troupes sont les meilleures ! Regardez cette tempête, elle est ou maintenant ?! Entre nous, je vous assure, j'ai vraiment pitié de ces soldats du Glaive contre qui on va se battre. C'est vrai, je trouve ça triste. On ne va pas se contenter de leur tirer dessus. On va aussi leur faire sortir les tripes et les boyaux du ventre, et ça vous servira à graisser les planches du bateau. Et à montrer à tous les valeurs de San Yobusa.

Il faut qu'on leur montre ce qu'on vaut à ces pantins. Pas de pitié. Je sais, il y en a parmi vous qui ne sont pas rassurés et se demandent, quand ça chauffera, s'ils n'auront pas la trouille, s'ils ne ficheront pas le camp. Je suis sûr que non. Dieu sait que vous ferez votre devoir. Les soldats du Glaive sont nos pires ennemis, rentrés-leur dedans, massacrez-les sans pitié, écrasez-les comme des punaises. Et ce ne sera pas encore assez. Vous savez ce qui vous reste à faire. Il y a une chose dont vous faudra vous souvenir. Je ne veux pas entendre " On est en train de perdre ". Nous ne restons perdrons rien du tout, nous laissons ça aux Marines et au Gouvernement Mondial. Nous n'arrêterons pas d'avancer, et nous ferons ce qu'il faut pour ça. Nous refusons de quoi que ce soit, exceptés de saigner nos ennemis. Et si avec ça, ils n'ont pas compris, nous frapperons plus fort. Bon, vous avez de la chance, quels beaux souvenirs pour plus tard, quand cette guerre sera fini. Et il faudra me remercier pour ça. Quand vous serez des vieux et que vous fumerez votre pipe au coin du feu, vos petits-fils assis sur vos genoux, et qu'ils vous diront " où est-ce que tu étais au cours de la bataille de Yobusa ? ", vous n'aurez pas à répondre " Eh ben, moi, j'étais timonier sur un navire marchand.". Je vous ai tout dit. Vous savez ce que je pense. Et je vous en donne ma parole, je serai heureuse et fier de vous conduire au combat, n'importe où, n'importe quand... C'est tout. Maintenant bougez-vous ! Vos airs fatigués de mes deux je veux plus le voir ! Vous êtes la Dynastie ! Vous êtes l'histoire ! Je n'oblige personne à rester. Ceux qui veulent partir sont libres de le faire lors de notre prochaine escale, pour les autres, vous serez anoblis au rang de Chevalier de Yobusa et vous serez la première armée d'un nouveau règne." »


L'ensemble de l'équipage, haranguer par ce discours cinglant se met à hurler et chacun reprend rapidement place à son poste. Il s'agit désormais de faire voguer le Yamamoto, qui vient de devenir le vaisseau-mère de la première flotte de San Yobusa. La Dynastie est en marche vers sa première aventure sur Grand Line.
Il est désormais question de reconstituer la flotte dans son intégralité et de recruter d'avantage de soldats et de généraux. Mais avant toute chose, le navire doit accosté pour les réparations et laisser d'éventuels déserteurs quitter le navire. L'aube d'une nouvelle ère est sur le point de sonner, celle où San Yobusa revit sur les mers.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Lost - Les disparus Empty
MessageSujet: Re: Lost - Les disparus   Lost - Les disparus Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Lost - Les disparus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Red Line :: Reverse Mountain-