Partagez | 
 

 L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Jeu 15 Nov - 7:00



Colonelle Duromur &  Commandant Uzo


Laissant ses doigts trépigner d'impatience sur le canon de sa carabine, Duromur fixait une petite escouade de soldats tentant désespérément de rassurer un groupe de citoyens inquiets. Si les explosions avaient déjà réussi à mettre la population sur les nerfs, la fermeture des routes et l'isolement imposé du district avaient achevé de les faire paniquer.

« Du coup... Percival va nous rejoindre ou ?... » L'épéiste semblait hésitant à déranger la colonelle visiblement à cran, mais le silence le rendait autrement plus inconfortable. Cela faisait bien dix minutes que le commandant Uzo se coiffait et, même si sa tignasse le tenait toujours occupé dans les moments où il devait se tourner les pouces, il devait bien admettre qu'il commençait un peu à s'emmerder.

« Hm? Non il est chargé du cordon de sécurité et de l'enquête en bordure de la zone. On attend juste les nouveaux pour commencer... Et évidemment ils sont en retard... » La blonde restait froide et son ton demeurait tranchant. Clairement elle n'était pas d'humeur à expliquer un plan simple à son partenaire peu attentif. À vrai dire elle regrettait encore de ne pas avoir pu être jumelée avec son partenaire habituel. Percival avait beau avoir le chic pour lui taper sur le système, lui au moins savait prendre son travail au sérieux. Malheureusement, partager le même grade que lui signifiait aussi qu'elle se retrouvait plus souvent séparé de sa personne. Après tout, en situation d'urgence le QG ne pouvait pas exactement se permettre d'assigner deux colonels à la même affectation...

« Ils se sont probablement perdus en chemin ! Ils sont pas d'ici non ? Ils auraient pu leur donner un guide...» Encore une fois ses paroles n'avaient eu que peu d'effet sur sa partenaire, celle-ci se contentant de soupirer et de jeter un regard au bâtiment brûlant encore derrière elle. Les chiffres les plus récents dénombraient déjà une vingtaine de victimes dans les six attentats ayant déjà eu lieu, un chiffre qui ne ferait que monter, encore plus s'ils échouaient leur mission...

Fixant les flammes, la chef d'escouade ne pouvait s'empêcher d'être ennuyé par l'atmosphère planant sur St-Urea. Alors que les habitants paniquaient de plus en plus, alors que la marine était attaqué et alors que c'était un vrai branle-bas de combat dans les rues de la ville, le soleil, lui, avait choisi de venir étinceler dans un doux ciel bleu. Un peu plus et Duromur aurait commencé à croire que l'univers se foutait de leur gueule. Et dire que le succès de leur mission aurait une influence directe sur les renforts que South Blue pourrait contribuer à Marineford... Elle sentait toute la pression des responsabilités mises sur ses épaules et ce stress n'était qu'accentué par le regard que lui avait jeté le Vice-Amiral Borderline quelques heures plus tôt. C'était très certainement la première fois depuis son arrivé au QG de South Blue qu'elle l'avait vu inquiet.

« Ah... Ils sont là je crois.  » Les mots du commandant avaient eu pour effet de sortir sa supérieure de sa torpeur. Comme prise par un choc électrique, elle se redressa soudainement et se dirigea vers le duo de marine qui venait d'arriver à la barricade. Le premier avec sa tignasse blanche devait être Choryo, un soi-disant hypnotiseur que le QG avait jugé bon de lui imposer. Le second, un brun au visage d'ange, semblait quant à lui à peine sorti de l'académie. Dans le genre "ressources limitées" on ne pouvait pas faire mieux. Elle allait devoir diriger un abruti, un charlatant et un gamin, le tout en croisant les doigts pour que tout se passe sans embûches...

« Bien, nous sommes déjà en retard alors vous m'excuserez si je m'en tiens à l'essentiel du briefing. » Posant la crosse de fusil de précision au sol, la chef d'escouade sorti de sa poche deux bouts de papier qu'elle tendit à ses interlocuteurs. « Vous aurez chacun une carte, de quoi au moins prendre vos repères. » Dit-elle en se retournant vers la rue bloqué.

« Les Décimas ont déjà commis une dizaine d'attentats à travers la ville. Le vice-amiral s'attend à ce qu'on ai déniché la source de ces attaques avant la fin de la journée. D'après les témoignages, ils seraient terrés dans ce district et l'un d'eux serait une femme aux cheveux pâles. Toutes les issues ont été bloqués, il ne nous reste plus qu'à finir le travail et à minimiser les victimes... Des questions ? »

Les cartes présentaient de manière relativement schématique l'agencement du district nord de St-Urea. L'endroit avait été relativement simple à confiner, ce dernier étant coincé entre un mur et l'océan, il avait suffit aux troupes marines de bloquer deux rues principales et de poster des gardes le long du secteur. Une part de la population s'était quant à elle réunie près des points de contrôle pour manifester leur énervement et leur inquiétude quant à la présente situation. Toutefois, cela ne voulait nullement dire que le reste du district était maintenant désert, la majorité de la population préférant nettement vaquer à ses occupations sans se mêler des histoires de sécurités ne les concernant pas. En ce sens, la colonelle savait pertinemment que leur travail serait loin d'être une partie de plaisir. Ils allaient devoir passer au peigne fin toue la zone et rester à l’affût de la moindre activité suspecte. Le moindre échec de leur part risquait d'entraîner la mort de plusieurs civils, une expérience qu'elle ne souhaitait pas exactement revivre. Et évidemment, pour couronner le tout, ils n'avaient pas la moindre idée de combien d'ennemis ils devaient traquer. Tu parle d'une situation de merde...



Ordre de passage: MJ - Choryo - Dorian - Tsusha - Kadan
Délai : 72h par rapport au post précédent.
Un délai supplémentaire de 24h vous est autorisé une fois, si vous prévenez sur le topic dédié à cet effet. Vous êtes également libres d'échanger vos tours si vous le souhaitez, en prévenant également sur le topic.

Je vous donne essentiellement le terrain à travers ce poste. Évidemment Choryo et Dorian vous devrez commencer avec Duromur. Pour ce qui est de Tsusha et Kadan, vous devrez commencer à l'intérieur du district en question étant donné qu'il y a présentement une "blocade" entourant tout le secteur. Vous ne pouvez pas sortir. Je vous laisse toutefois choisir votre point de départ en désignant vaguement le secteur dans lequel vous vous trouvez au moment où les soldats arrivent pour confiner la zone (vous avez moins de structure dans le premier post, mais plus de liberté en somme).

Je vous préviens également d'avance que pour cet event, les pnjs, leurs plans et leur emplacement ont tous été prédéterminés. Vous devrez donc choisir prudemment les zones sur lesquelles vous souhaitez enquêter, car vous n'aurez aucune garantie qu'un des coupable s'y trouve ! (Évidemment pour ce qui est des marines, vous recevrez des ordres plus clairs au prochain tour, je vous laisse déjà arriver. ^^) Bref, à vos claviers !

Carte:
 


Dernière édition par Maître-Jeu le Mar 20 Nov - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Choryo Supai
Matelot
Choryo Supai
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
73/120  (73/120)
Berrys: 12.950.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Dim 18 Nov - 4:17


Ennuis en Perspective !







Choryo avançait à petits pas derrière un Sergent-Chef aux cheveux bruns, se dirigeant vers une partie de la ville visiblement agitée. Il ne comprenait pas ce qu'il faisait là, lui simple matelot avait été directement envoyé de Marine Ford à Saint Urea suite à l'imbroglio avec le Contre-Amiral Wenham. Il l'avait d'abord pris comme une nouvelle assignation en tant que soldat, une manière de le replacer parmi la chaire à canon d'une nouvelle base après avoir épuisé la précédente. Néanmoins il avait été reçu comme une personne importante, comme s'il avait soudainement été promu mais que personne ne l'en avait averti. Ainsi depuis quelques jours il tachait surtout de ne pas se faire remarquer, afin d'éviter qu'on lui demande quoi que ce soit surtout. Il ne connaissait pas bien cette île mais de ce qu'il avait compris les batailles y étaient courantes, et il ne tenait pas réellement à y participer. Ainsi lorsque l'alerte avait sonné suite aux premiers attentats il s'était empressé de trouver un endroit où se faire oublier. Il s'était enfermé dans les archives, un lieu où il était déjà dans la journée un des seuls soldats présents, et qui se retrouvaient donc désertes en cette situation. Puis alors qu'il pensait avoir pu esquiver tout ce remue-ménage un autre soldat était entré essoufflé, le prenant par surprise sans qu'il ait le temps de se cacher l'homme lui avait foncé dessus pour lui débiter en quelques secondes qu'il était demandé par la Colonelle Duromur en personne. A cette nouvelle le matelot s'était tendu quelque peu, il ne pouvait pas trouver d'excuse si l'ordre venait directement d'un supérieur, surtout aussi gradé. Le visage bougon il avait donc acquiescé et était finalement sorti de sa cachette, rejoignant un autre retardataire qu'il n'avait jamais vu auparavant, un gradé dénommé Karmon visiblement, avec lequel il s'était dirigé vers le théâtre des opérations.

Cela leur avait pris moins d'une dizaine de minutes, mené par un soldat leur servant de guide, pour rejoindre le point de rassemblement des gouvernementaux. Choryo s'était torturé l'esprit pendant toute la marche sans dire un mot, tentant simplement de trouver le meilleur moyen de pouvoir retourner à l'abri le plus vite possible. Il se redressa en voyant la Colonelle les approcher, tentant encore de se bercer d'illusions. Si elle l'avait fait demander personnellement c'est qu'elle avait probablement besoin de son pouvoir, il pourrait donc rester à ses côtés dans la tente des opérations, loin des combats. Un frisson de frayeur parcouru son corps tandis que ses mensonges ne le convainquaient pas lui-même, il était un soldat et il serait renvoyé au front dès que possible. A cette idée il sentit ses jambes s'affaisser un court instant tandis qu'il perdait ses forces de peur. Il attrapa la carte qu'on lui tendait sans un bruit, laissant les gradés s'exprimer, espérant secrètement qu'ils l'oublient, ne parvenant pas à saisir pourquoi on semblait lui demander son avis sur l'organisation de tout cela. Des gouttes de sueur se mirent à perler le long de ses tempes tandis qu'il sentait la pression monter à chaque instant, finalement il craqua et s'avança d'un pas vers sa supérieure, tendant son bras vers elle pour déclarer :

Je suis prêt si vous voulez faire une annonce Colonelle.

Alors sur sa main grandit un Den Den Mushi de taille normale tandis qu'au niveau du casino apparaissait un immense Den Den Haut Parleur de plusieurs mètres de haut, facilement apercevable de leur position. Il demeura immobile, attendant simplement que la jeune femme lui dise quand démarrer la retransmission. Une fois qu'elle n'aurait plus besoin de lui spécifiquement il pourrait tenter de retrouver un coin tranquille ou éviter les problèmes.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dorian Karmon
The Steel Hunter
Dorian Karmon
Messages : 135
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
20/100  (20/100)
Berrys: 21.684.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Dim 18 Nov - 18:29

Si je pouvais résumer ce début de journée en trois mots? "Monde de fous".
Depuis le temps, je m'étais "habitué" à la violence et la destruction que je pouvais rencontrer sur les champs de bataille et le Royaume de Sturea n'y faisait pas exception, du peu que je pouvais voir depuis mon arrivée.
South Blue se fait écharper petit à petit par les multiples affrontements entre Révolutionnaires et Marines et comme toujours, ce sont les civils qui en font les frais. Décidément, des gens semblent ne pas comprendre le fait que des pays peuvent rester juste "indépendants" et se sentent obligés de massacrer toute personne ne pensant pas comme eux...

De ce que je sais de la situation actuelle, avant d'être envoyé sur le front, c'est que des explosions secouent régulièrement ce royaume et que les Révolutionnaires semblent être impliqués.
Je reste assez "évasif" sur le sujet, parce que ça reste quelques propos glanés à gauche à droite sur le chemin; autant attendre d'avoir confirmation de la part des supérieures qui seront sur place.

Sur le trajet, je me rends compte que je ne suis pas seul à être affecté à cette mission, en voyant un jeune homme m'accompagner vers les barricades. Hum... nous sommes vraiment supposés faire office de "renforts" pour cette mission? Je ne peux pas juger de cet inconnu, ne l'ayant jamais vu à l'action, mais pour ma part, je suis constamment sur l'entraînement de mon Fruit du Démon, mais je suis également tout juste habitué à mon grade de Sergent-chef et tout ce que ça pourrait impliquer...
Oui, très clairement, j'ai beaucoup d'appréhensions avec tout ça et je n'ai qu'une envie: me consacrer à une nouvelle mission, pour penser à autre chose.

Finalement, je me retrouve face à un des supérieurs affectés à l'opération, à savoir la Colonelle Duromur, avec un homme sur le coté que je devine être le Commandant Uzo. Je salue les deux gradés d'un bref salut militaire, avant de me concentrer sur le bref briefing, qui confirme les quelques "rumeurs" que j'ai pu entendre sur la route... Mais, nos supérieurs tiennent vraiment à ce que l'on boucle cette mission dans la journée, avec si peu d'effectifs et autant de chaos ambiant? Bon...

-Concernant le fait de "minimiser" les victimes, où en sont les évacuations de civils? On peut opérer sur le terrain sans risque d'abattre des innocents?
Sinon, ce serait plus une information qu'une question, mais je possède un Fruit du Démon qui me permet de découper et manipuler les surfaces solides. Si jamais vous avez besoin de mes quelques "facultés", n'hésitez pas à me le demander.


Vu la tournure que prend la mission, je préfère informer mes supérieurs de certains "détails" me concernant, dans le doute où ils ne seraient pas au courant.
Sinon, en attendant de quelconques ordres, j'étais déjà en train d'étudier attentivement le plan, ayant déjà une certaine idée du trajet que j'allais emprunter, dés l'instant où je pourrai opérer sur le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tsusha Nokunito

Tsusha Nokunito
Messages : 39
Race : Humaine
Équipage : Elle même

Feuille de personnage
Niveau:
13/75  (13/75)
Expériences:
16/80  (16/80)
Berrys: 103.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Dim 18 Nov - 20:19

L'histoire est écrite par les vainqueurs
Avec Choryo Supai, Dorian Karmon et Kadan Seitetsu
Saint Urea. Une île que Tsusha n’avait encore jamais visité, puisque c’est la première fois qu’elle venait ici. Et elle en était drôlement contente, d’ailleurs. Enfin, drôlement. Ce qui aurait été drôle, c’est qu’elle ne sautille pas de joie en découvrant de nouveaux horizons. Ce nouvel endroit encore inconnu était assez fermé pour l’instant aux yeux de la jeune femme, qui ne le connaissait pas très bien. Apparemment, des révolutionnaires et des marines se seraient battus pour le contrôle de l’île, mais Tsusha n’en savait pas vraiment plus que ces quelques informations transmises de la bouche de son grand-père.

Depuis qu’elle était là, la jeune fille s’était contentée d’explorer la ville de fond en comble, comme à son habitude. Après tout, elle voulait tout connaître de l’île ! Déambuler à travers artères passantes de la ville était un plaisir pour elle, qui découvrait de nouvelles têtes, des bâtiments étranges ou encore des objets fascinants. Un cornet de glace fraîchement acquis à la main, la rouquine continuait de parcourir les rues peuplées de la ville, s’attardant sur des détails la fascinant tout autant que le reste. Elle se demandait ce qu’elle allait encore pouvoir découvrir, lorsqu’elle fut rattrapée par la réalité : une explosion venait d’avoir lieu dans la ville, et plusieurs passants étaient partis en courant, paniqués.

Quoi qu’il en soit, à présent, le district était bouclé par la Marine. D’autres explosions avaient eu lieu, et Tsusha ne pouvait pas partir. Son sabre au côté, elle était prête à se défendre. Apparemment, lesdites explosions étaient l’oeuvre des Décimas, si les bruits de rues qu’elle avait entendu étaient exact. Les nombreuses échoppes tout autour d’elle avaient abaissé leur rideau de fer, et les quelques passants encore présents se dirigeaient pour la plupart vers la barricade de soldats afin d’avoir des informations. Tsusha, elle, restait là, marchant à travers les rues et observant les lieux. Non loin se trouvait le centre du quartier, un genre de place assez vaste. Tsusha restait sur ses gardes, observant et se préparant en cas d’éventualité fâcheuse.
Revenir en haut Aller en bas
Kadan Seitetsu
Toucher Mortel
Kadan Seitetsu
Messages : 118
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
170/200  (170/200)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Dim 18 Nov - 20:24



L'Histoire est écrite par les vainqueurs

Feat Event - Groupe 11

Drôle de journée au Royaume de St Urea. J’étais tranquillement en train de faire quelques petites emplettes dans mes boutiques de figurines préférées quand j’ai entendu un bruit sourd. Comme une explosion. En fait, non, pas « comme ». Ça avait vraiment l’air d’être une explosion. Que venait-il donc de se passer ? Sur le coup, et comme la majorité des civils se trouvant dans le quartier commerçant, j’ai pris peur, pensant irrémédiablement que nous étions victimes d’un attentat. Mais ensuite, ça s’est calmé. En tout cas, pendant quelques dizaines de minutes. Je crois que c’est réellement à ce moment-là que tout le monde a compris ce dont il s’agissait vraiment. Après tout, il ne fallait pas être un génie pour faire un lien rapide entre de tels bruits assourdissants et leur caractère récurrent.

Décidant alors de sortir du magasin pour voir s’il y avait quoi que ce soit de visible, je compris qu’il était déjà trop tard. Un pan de mur se décrocha d’un bâtiment à proximité, menaçant sans plus attendre de s’écraser sur le sol et tout ce qui pouvait se trouver entre les deux. Impuissant face à la situation compte tenu de la distance et de mes capacités physiques, je ne pus que détourner le regard en serrant les dents lorsqu’une vieille femme accompagnée d’une petite fille se mirent à crier en levant les yeux.

« Putain, putain, putain.. ! »

Une grande partie des personnes présentes commencèrent alors à courir dans toutes les directions pour tenter d’échapper à cet événement monstrueux, pendant que certaines s’approchèrent tant bien que mal des gravats dans l’espoir d’y trouver un souffle de vie, en vain. Il n’y avait rien à faire, des victimes avaient déjà été désignées pour décrire l’horrible réalité de cette attaque terroriste.

Moi-même pris de panique et ne sachant pas réellement comment réagir face à ce qui était en train de se dérouler sous mes yeux, je pris mon courage à deux mains, forçant sur mes jambes tremblantes pour chercher un endroit où me réfugier. Que pouvais-je faire ? Me tournant les méninges autant que possible, je ne pus que me résigner à laisser les sauvetages aux hommes et femmes compétents : les Marines. Courant ainsi en direction de l’océan pour au moins essayer de voir si ceux-ci avaient commencé à agir, je pus me rendre compte de la présence d’un bon nombre de soldats à l’est, au niveau des rues principales. Au moins, c’était déjà ça. Bientôt, ils trouveraient le ou les coupables et les mettrait sous les verrous afin qu’ils puissent purger leur peine.

Toutefois, même si j’étais persuadé de ne pas servir à quoi que ce soit dans cette affaire, je ne pouvais totalement me résoudre à abandonner. Après tout, il m’était peut-être possible de faire quelque chose : enquêter ou simplement faire un état des lieux. C’est pourquoi je pris la décision de revêtir une apparence différente, au cas-où les choses tourneraient mal. Dès lors, je serais..

*Hisuko Terumi. Je suis.. détective, et j’aimerais recenser autant d’informations que possible pour aider la Marine à arrêter les auteurs de cette attaque.*

En remontant la rue centrale par le sud, le Casino et ses alentours étaient ma destination pour mener cette enquête. Et pour cela, j'étais maintenant préparé psychologiquement - du moins autant que possible.


awful pour Epicode


Dernière édition par Kadan Seitetsu le Mer 21 Nov - 8:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Mar 20 Nov - 18:18



Colonelle Duromur & Commandant Uzo

Posé devant l'entrée de la barricade aux côté d'Uzo, la colonelle Duromur pris le temps d'écouter patiemment les interrogations de son unité avant de se décider à avancer davantage. Les deux jeunes hommes semblaient tous deux hésitants et leur commentaires n'avaient fait que confirmer à ses yeux leur manque d'expérience sur le terrain.

« Dites moi, quel avantage tactique gagnerais-t-on à prévenir les décimas de notre arrivé ? » laissa échapper sèchement la tireuse en regardant l'escargophone tendu par l'hypnotiseur. À première vue elle aurait pu sembler énervé, voir insulté, par la proposition de son subordonné, mais dans les faits sa question était relativement sincère. Elle avait pour but de pousser le matelot à s'interroger un minimum sur ce qu'il venait de suggérer et sur l'impact tactique que cela entraînerait. Après tout, il fallait bien commencer à éduquer un minimum la nouvelle génération si la marine souhaitait être prête à maintenir l'ordre après cette guerre.

« Je prend note de chacun de vos pouvoirs sergent-chef » dit-elle en se tournant vers le Karmon. « Mais pour ce qui est de votre question, comprenez bien qu'il n'y a aucune évacuation de prévue. Nous ignorons de quoi ont l'air nos cibles, une évacuation ne ferait donc que leur donner une sortie facile. Vous devrez opérer au milieu des civils et rester alerte. N'importe lequel d'entre eux pourrait être l'une de nos cibles, gardez le bien en tête. »

Sur ces mots, la colonelle fit signe aux soldats présents d'ouvrir la porte de la barricade pour les laisser passer et s’engageât dans le district avec ses hommes sans plus attendre. Les civils, malgré la panique et l'énervement ambiant, avaient instinctivement su se pousser sur les côtés pour faire un peu de place au petit groupe de marines. Ils savaient tous très bien que gueuler sur des matelots planqués derrière une barricade n'avait rien à voir avec le fait de bloquer le passage d'une colonelle.

À peine la petite foule fut-elle passé qu'une nouvelle explosion retentit. Cette fois, celle-ci avait eu lieu au sein du district nord lui-même non-loin de leur position et la foule était entré dans un état presque frénétique mêlant à la fois panique et terreur. Toutefois, la colonelle ne bougeât pas, elle se contenta plutôt de laisser les premiers répondants passer devant elle et son groupe, clairement enragé par la situation. Leur mission était de débusquer les responsables, pas d'aider les victimes, en ce sens elle ne pouvait que faire confiance aux soldats attitrés à la tâche.

« Ils ont clairement accéléré la cadence en réponse au barrage. Nous avons déjà trop de retard, il va falloir se séparer. Je vous laisse vous diriger vers le bar avec Uzo, commencez votre enquête là-bas et décidez comment vous allez procéder à partir de là. Pour ma part je vais m'occuper du secteur des commerces. » À peine la colonelle avait-elle terminé sa phrase qu'elle s'était engagé dans l'une des ruelles sur sa gauche, sans prendre le temps d'attendre une réponse de ses subordonnés.

« Attend, quoi ?! Alors c'est moi qui dirige l'unité maintenant ?! » N'obtenant aucune réponse à son cri presque affolé, Uzo serra son boken avant de reprendre ses esprits en se raclant la gorge. « Bon !... On va déjà suivre ses ordres, on pourra toujours rester en contact par escargophone au besoin je suppose. » Marchant avec le reste du groupe les quelques dizaines de mètres les séparant encore du bar local, Uzo poussa la porte d'entrée pour révéler l'intérieur des lieux.



Legato le musicien, Red voyageur #1, Faye voyageuse #2


La pièce était particulièrement grande et encore relativement bien éclairé étant donné l'élévation du soleil. Que ce soit en raison de l'heure ou de la situation de crise, le commandant constata que l'endroit était presque désert. Seul une dizaine de personnes demeuraient dans la grande sale, parmi eux se trouvaient le barman à son comptoir, deux voyageurs ayant posés leurs valises sous la table, un musicien à moitié endormi les pieds posés sur son étui de guitare, ainsi que six civils attablés ensemble dans un coin.

« Bon, je m'occupe d'interroger les six au fond, à vous de voir pour les autres. Surveiller l'entrée en même temps, compris ? » Le commandant avait laissé échapper des ordres comme si c'était une seconde nature pour lui, mais cette fausse assurance cachait surtout une nervosité non-négligeable. Se dirigeant vers le groupe de six hommes, il passa à côté des deux voyageurs dont la table était près de la sortie. Apparemment la jeune femme constituant la moitié e ce duo était énervé par son partenaire qui s'était moqué d'elle, tu parle d'un moment pour s'emporter pour un truc pareil.



Barman Loki


« Hé ! Bienvenue dans mon établissement ! Je vous sert un truc ? » Interpellant les deux jeunes marines à l'entrée, le barman tenta de les mettre à l'aise autant que possible histoire qu'ils arrêtent de bloquer la sortie...


-----------------------------------------------------------------------------------------------------




Marchande Cleo


Posé contre l'un des murs des commerces fermés, Cleo observait depuis déjà quelques minutes la jeune fille se baladant dans le secteur. Elle était plutôt... Intrigante. Une gamine de cet âge armée d'un katana de cette qualité ne pouvait qu'attirer l’œil de la marchande ambulante. Était-elle l'une de ces marines? Si c'était le cas elle n'en avait certainement pas l'uniforme. Peut-être une chasseuse de prime ou une civile restant sur ses gardes ? Dans tous les cas elle ne semblait pas plus affolé que ça par les récents événements...

« Dis moi jeune fille, tu es à la recherche d'un objet en particulier ? » La vendeuse s'était finalement décidé à aborder la jeune inconnue qui pouvait constituer une cliente potentielle. « Tu sais, au cours de ma vie j'ai eu l'occasion de voyager sur les six mers du globe. J'ai l’œil pour repérer l'article parfait pour mes clients et... Il se trouve que j'ai une boîte unique en son genre. Elle t'es destiné je crois, c'est ce qu'elle me répète du moins. Il ne t'en coûtera que dix milles berrys. »


-----------------------------------------------------------------------------------------------------



Cid Maes le croupier, Denary la joueuse


Brassant ses cartes frénétiquement, le regard de Maes quitta brièvement le commerçant fortuné faisant une partie de blackjack à sa table. Un nouveau client venait de faire son entrée dans le petit établissement de luxe et le croupier n'avait pu s'empêcher de sourire en le voyant. Apparemment les explosions n'avaient pas réussies à tuer l'esprit du jeu chez les habitants de la ville. Tant mieux pour eux, après tout tant qu'ils avaient encore envie de jouer c'est qu'ils étaient vivants. Créant un arc avec ses cartes volant de tous les côtés, le brasseur jeta un œil sur le reste de la salle. Les quelques joueurs compulsifs et gens trop riches pour se soucier du chaos ambiants semblaient tous profiter du moment, mais c'est la table d'à côté qui avaient attiré son attention. La jeune femme ayant entré il n'y avait pas deux heures venait encore de gagner le jackpot. Quelle chance !


Ordre de passage: MJ - Choryo - Dorian - Tsusha - Kadan
Délai : 72h par rapport au post précédent.
Un délai supplémentaire de 24h vous est autorisé une fois, si vous prévenez sur le topic dédié à cet effet. Vous êtes également libres d'échanger vos tours si vous le souhaitez, en prévenant également sur le topic.

Carte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kadan Seitetsu
Toucher Mortel
Kadan Seitetsu
Messages : 118
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
170/200  (170/200)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Jeu 22 Nov - 11:55



L'Histoire est écrite par les vainqueurs

Feat Event - Groupe 11

Décidément, la foule était vraiment trop préoccupée pour daigner répondre à mes questions. Bon, d’un côté, ça me semblait normal étant donnée la situation actuelle et la menace qui planait sur le Royaume. Mais cette personne qui ne m’avait même pas lancé le moindre regard n’avait pas semblé plus dérangée que ça. Elle marchait tranquillement, comme si rien ne se passait, dans un monde banal. Du coup, je n’avais guère eu d’autre choix que de continuer mon chemin jusqu’à rejoindre le lieu que j’avais en tête : ce fameux casino. Normalement, lors d’un attentat terroriste, tout lieu public serait immédiatement évacué. Toutefois, j’avais comme l’intention que celui-ci regrouperait encore quelques groupes trop intéressés par les potentiels gains qu’ils pourraient récupérer pour prendre peur et se mettre à l’abri.

C’est alors après quelques minutes de marche que je pus atteindre le grand bâtiment lumineux. Étrangement, personne ne se trouvait à l’entrée pour le surveiller. Les gardes étaient sans doute partis, comme la plupart des habitants après tout. En vérité, en prenant le risque de venir ici, je me mettais très clairement en danger. Parce que oui, si j’étais moi-même un terroriste, c’est ce genre d’endroit que je viserais en priorité. Grand, bondé de monde, couvrant de grandes sommes d’argent... Que pouvait-on rêver de mieux pour réaliser un grand coup ? Soufflant donc longuement pour bien évacuer l’air contenu dans mes poumons, je pris ensuite une profonde inspiration avant de passer la porte principale. Il m’en fallait du courage...

A partir de ce moment-là, je me devais impérativement de ne rien laisser transparaître de mes émotions, au risque que personne ne réponde à mes interrogations.

Arrivant ainsi dans la grande salle où étaient regroupées la majorité des tables de jeux, je jetai un œil avisé aux alentours pour correctement prendre connaissance de tout ce qui m’entourait. Tout avait l’air d’être en ordre apparemment. Pas de destruction, pas de corps ensanglanté ou je ne sais quoi d’autre de louche. Je pouvais donc m’avancer un peu plus. Dès lors, je pus constater la présence de quelques joueurs, toutefois assez peu nombreux en comparaison avec un jour comme les autres. En revanche, l’une d’entre elles retint particulièrement mon attention. Effectivement, plusieurs personnes étaient agglutinées autour et criaient soit de joie soit de mécontentement, tant sa chance était incroyable. Cela ne présageait rien de bon...

Généralement, les gens aussi chanceux n’avaient rien de normal. Il y avait bien souvent un traquenard quelque part qui pouvait expliquer leurs gains si fréquents. De la tricherie, en somme. Je pouvais peut-être commencer par là pour mener mon investigation. M’approchant alors de la jeune femme en prenant une attitude absolument « normale », je pris la peine de découvrir ma main droite sans que cela ne paraisse suspect pour ensuite l’apposer sur son épaule en avançant légèrement mon visage de la table.

« Quelle chance vous avez, mademoiselle, c’est incroyable ! Quel est votre secret ? Je n’ai jamais été capable de gagner.  »

awful pour Epicode

Résumé:
 

Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Choryo Supai
Matelot
Choryo Supai
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
73/120  (73/120)
Berrys: 12.950.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Ven 23 Nov - 1:59


Boum !







Choyo demeura tout d'abord quelque peu interdit devant la réponse de sa supérieure, pensait-elle vraiment que les Décimas n'avaient pas encore connaissance des barrages qui entouraient le quartier ? Qu'ils ne se doutaient pas que rapidement le Gouvernement Mondial tenterait d'intervenir pour les stopper ? Même lui n'était pas naïf à ce point là. De ce qu'il avait compris des méthodes recommandées lors des formations il était de bon ton de donner une chance aux civils d'évacuer les lieux, l'identité de potentiels adversaires pouvait alors facilement être contrôlée aux barricades. Il était sûr de cela car c'était toujours le moment où il accourait en dehors de la zone de danger. De cette manière ceux qui restaient dans la zone de combat étaient soit des ennemis soit des personnes ayant fait leur choix, cela demeurait toujours plus simple au moment de dénombrer les pertes civiles. L'hypnotiseur paru alors sur le point de rétorquer à la remarque de la colonelle mais se contenta finalement de faire disparaître le Den Den de sa main, l'immense sur le toit du casino s'évaporant de la même manière qu'il était apparu. Se faisant il recula d'un pas, se replaçant derrière l'inconnu qu'il accompagnait jusqu'alors, demeurant incompréhensif sur son utilité particulière en cet endroit. C'est alors que tout s'accéléra, poussé sans comprendre à suivre la joyeuse troupe il pénétra sans s'en apercevoir au cœur de l'action, l'endroit précis qu'il voulait fuir comme la peste. Lorsqu'il en prit conscience ils sortaient de la foule et il était désormais trop tard pour rebrousser chemin, la population s'étant à nouveau pressée près des barricades pour tenter de négocier une sortie.

Le visage du matelot devint alors livide, comme si on lui avait subitement fait voir un fantôme. Il sembla trébucher un court instant, des milliers de scénarios lui traversant l'esprit tandis qu'il paraissait déjà préparer l'excuse qui lui permettrait de rester en retrait, d'éviter la boucherie qui s'annonçait. Mais au moment même où sa bouche s'ouvrait pour intervenir la terre trembla et l'explosion qui retentit à travers les rues le propulsa au sol, coupant court à toutes paroles. Choryo se sentit ravaler sa salive puis se propulser vers les marines, bousculant presque le Sergent Chef pour coller aux basques du Commandant. Cela aurait pu paraître pour de la détermination mais la proximité qu'entretenait à présent le marine avec son supérieur hiérarchique tenait plus de l'instinct de survie surdéveloppé. La troupe passa à côté des ruines encore fumantes du bâtiment explosé à peine quelques secondes plus tôt sans que leur chef de troupe ne semble s'y attarder le moins du monde. L'hypnotiseur quant à lui détourna à peine le regard vers le résultat de ce carnage, faisant preuve d'une froideur étonnante. Et pour cause il n'avait plus peur, il ne ressentait plus rien, il n'était même plus présent dans le moment présent. Il avait dépassé le stade de la terreur, parvenu à un point où son esprit s'était évanoui purement et simplement, il voyait les images, sentait les odeurs mais aucun de ses sens n'était analysé par son cerveau. Il était passé en automatique, animé d'une seule volonté, suivre le plus fort et ne pas le lâcher, rester dans sa protection.

Ils parcoururent ainsi les quelques mètres les séparant du bar avec un Choryo à l'allure étrange, presque robotique dans ses déplacements et dégageant une attitude qu'on aurait pu méprendre pour de l'assurance. Néanmoins dès la porte du bar passée la chaleur ambiante et les odeurs de taverne sortirent brusquement le froussard de sa torpeur. Il se stoppa un instant, regardant autour de lui comme s'il cherchait à comprendre tandis que le Commandant donnait ses ordres. Sans s'attarder sur la pièce dans laquelle il se trouvait, encore perdu dans les événements il arqua un sourcil en se demandant s'il ne venait pas de s'auto-hypnotiser. Il força ses barrières mentales à la recherche des souvenirs, ne prêtant pas la moindre attention au barman qui les interpellait. Puis il les trouva ! Tout lui revint d'un seul coup ! L'explosion, les ruines, les odeurs, la peur ! Tout cela le frappa d'un seul coup tandis que ses jambes flageolaient et que son corps commençaient à le lâcher. Comme dans un réflexe il se jeta sur la première chaise à sa portée, s'asseyant dessus tout en s'avachissant sur la table où se trouvaient les deux voyageurs. Il n'y avait pas eu d'annonce ou de demande, il s'était juste installé là comme un fou, son corps tremblant de partout tandis que ses yeux exorbités se relevaient sur les deux inconnus qui devaient probablement se demander ce qui leur arrivait. Alors comme s'il prononçait ses dernières paroles dans un dernier souffle au crépuscule de sa vie il déclara un simple mot :

Boum.
Revenir en haut Aller en bas
Dorian Karmon
The Steel Hunter
Dorian Karmon
Messages : 135
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
20/100  (20/100)
Berrys: 21.684.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Ven 23 Nov - 20:07

La réponse du Colonel me laisse songeur un moment, avant que je ne comprenne précisément de quoi il était question.
C'est vrai que cette fois, l'ennemi ne semble pas avoir de visage connu; on ne peut donc pas aiguiller les recherches sur un individu particulier et donc, on ne peut se permettre de laisser échapper un potentiel coupable.
J'ignore si c'est la paperasse intempestive des dernières semaines qui m'a ramolli le cerveau où si je suis juste idiot...

J'incline finalement la tête, préférant passer à autre chose. Plus vite on retrouvera le ou les responsables des explosions, plus vite nous pourrons évacuer les habitants et éviter une émeute due à un mouvement de panique, avec les multiples explosions.
J'étais bien d'accord avec la Colonelle sur ce coup-là: il n'y avait pas d'avantage de temps à perdre et...

La nouvelle explosion me fait sursauter et dégainer mon épée double dans la direction du bâtiment qui venait de sauter à l'instant!
... De ce que j'en sais, il devait bien y avoir une dizaine d'explosions, avant mon arrivée sur place... Si chaque explosion concernée avait pris pour cible un bâtiment comme ce dernier... il pourrait bien y avoir des dizaines de blessés, voire pire...
Je ne me fais pas prier pour foncer dans la zone de blocus, à la suite du commandant, avec le matelot à mes cotés.
Sur l'instant, je n'avais pas vraiment réagi à son idée de prévenir les habitants à grand renforts de Den Den Mushi géants, mais j'avais trouvé que c'était une bonne idée, jusqu'à l'instant où la Colonelle m'a rappelé la difficulté de ne pas mettre de visage sur l'ennemi.

Le Commandant Uzo, le matelot et moi-même arrivons dans un bar, qui faisait face à un casino et était dans le même pâté de maisons que la zone des artisans/forgerons, où la dernière explosion semblait s'être produite.
J'imagine que je pourrai déjà commencer à réfléchir à faire une liste des différents endroits où les bombes auraient explosés, mais j'ai des ordres directs pour l'instant et je ne peux guère y déroger, surtout que je suis encore pas mal fébrile, suite à cette explosion.

-À vos ordres, Commandant.

Alors que je me faisais accoster par le barman de l'établissement, je vois du coin de l’œil le matelot (qui me semble s'appeler Choryo, d'après la liste d'effectifs que j'avais pu tenir entre les mains, quelques minutes avant d'aller au briefing) partir dans un coin, l'air complètement... hagard?
Je le vois s'affaisser sur une table, avec les deux voyageurs, me laissant seul avec le barman.

Je secoue doucement la tête, avec un sourire, m'effaçant quelque peu sur le coté gauche, pour laisser le passage libre à toute personne voulant entrer et sortir du bar, sans pour autant bloquer le passage.
Au pire des cas, je pourrai utiliser le Soru pour intercepter un fuyard.

-Désolé, je suis en service pour le moment, mais je garde votre proposition et votre adresse dans un coin de mon esprit, une fois que j'aurai terminé ma journée.

Tournant la tête à gauche à droite, je constate un certain calme dans le bar, malgré les explosions ambiantes, surtout la dernière qui était à peine deux trois maisons plus loin.

-Excusez-moi... mais vous semblez bien serein, malgré les multiples explosions survenues dernièrement dans le quartier.
Vous êtes tellement habitués aux explosions que ça vous parait "normal"? Cela fait combien de temps que des bombes explosent dans les environs?


Autant rester dans l'entrée avec le barman, pour l'interroger, tout en surveillant l'entrée. De ce que j'ai pu voir, le matelot et le commandant sont tous deux affairés avec leurs cibles.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tsusha Nokunito

Tsusha Nokunito
Messages : 39
Race : Humaine
Équipage : Elle même

Feuille de personnage
Niveau:
13/75  (13/75)
Expériences:
16/80  (16/80)
Berrys: 103.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Dim 25 Nov - 17:43

L'histoire est écrite par les vainqueurs
Avec Choryo Supai, Dorian Karmon et Kadan Seitetsu
Un quartier commerçant beaucoup moins peuplé qu’à l’accoutumée… Des explosions… De la panique… Des gens entassés devant une barricade pour quitter ce qui était devenu, à leurs yeux, un enfer… Une jeune fille, arme au côté, esseulée au milieu d’un endroit désolé… Une commerçante ne perdant pas le sens des affaires, même en plein attentat à la bombe… Des bâtiments effondrés, explosés… Des victimes coincées sous les décombres… Le vent transportant avec lui fumée des détonations passées… La poussière soulevée par la destruction… Un cornet de crème glacée tombé au sol autant qu’au combat...

Une ambiance presque apocalyptique s’était doucement installée ici, en plein Saint Urea.

Lorsqu’une énième explosion retentit, Tsusha perdit le calme qu’elle avait acquis jusque là, sursautant et cédant presque à la panique. Elle prit le temps de respirer pour se calmer légèrement, mais la jeune fille n’était clairement pas à l’aise au milieu d’un conflit qui la dépassait de toutes les manières. C’était certainement un miracle qu’elle soit encore assez alerte pour ne pas succomber à la panique, au vu de son jeune âge. Sans doute la présence de Mekatana l’apaisait-elle puisque la paire de main de la rouquine refusait de quitter la garde du sabre. Luttant pour garder le contrôle sur ses sentiments, la jeune fille marchait dans les rues commerçantes de la ville.

C’est à ce moment là qu’une étrange personne fit son apparition. Encapuchonnée de rouge, la jeune femme fort belle aborda la jeune fille en lui proposant une boite. Une boite ? La curiosité de la jeune fille fut piquée, mais dans une moindre mesure. En effet, la situation ne lui permettait que difficilement le calme, alors pour être extrêmement excitée par le frisson de l’inconnu… on repassera. Cela dit, la curiosité de la native de l’île du volcan mignon fut quand même piquée, et elle chercha à en savoir un peu plus sur l’objet, zappant presque le fait que la vendeuse mentionna ses voyages sur les six mers. Quelques trucs la chiffonnaient, ainsi, elle posa quelques questions tout en répondant à la commerçante.

Je ne recherche pas d’objet en particulier, non. Mais c’est quoi, comme boite ? Vous l’avez eu où ? Et comment une boite peut appeler quelqu’un ?

Trop d’interrogations. Les explosions ne l’avaient pas mise dans son assiette, ainsi, la rouquine était un peu à côté de la plaque par rapport à d’habitude. Mais l’objet l’intriguait, donc elle se devait de satisfaire cette curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Jeu 29 Nov - 12:12




Red voyageur #1, Faye voyageuse #2


« Hé... C'est occupé. » Regardant d'un air ennuyé le drôle d'énergumène s'étant affaissé à sa table, la jeune voyageuse ne savait guère comment aborder cette étrange situation. Son camarade, toujours aussi amusé, s'était quant à lui permis d'avancer une théorie qu'il ne semblait pas trop prendre au sérieux. « Soit plus compréhensive Faye, peut-être que monsieur a été pris dans une explosion. » Incapable de contenir un sourire moqueur, Red réajusta ses lunettes afin d'admirer l'énervement sur le visage de sa partenaire. Il était vraiment devenu un expert quand il s'agissait de pousser les boutons de la jeune femme, un jeu auquel il ne pouvait s'empêcher de s'adonner.

« Tsk, s'il n'a pas l'intention de dire ou faire quoique ce soit autant partir... On rentre à l'auberge ? » Prenant ses valises, la jeune femme se prépara à se lever de table, suivie de près par son partenaire s'étant contenté d'un haussement d'épaules pour toute réponse. Les deux voyageurs avaient déjà eu une grosse journée entre toutes ces explosions et la réaction de la marine, et ils étaient encore loin d'avoir terminé leurs tâches du jour.



Barman Loki


De son côté, le barman avait reporté toute son attention sur le jeune homme lui ayant posé quelques questions. S'il l'avait initialement pris pour un simple citoyen à la recherche d'un endroit où se poser le temps que les choses se calme, il s'avérait en fait qu'il était un marine. Qu'elle surprise ! En prime, d'après ses interrogations, il ne faisait nul doute qu'il venait d'arriver à St-Urea...

« Hé ben... Déjà, ça explose depuis ce matin donc même si ça se rapproche... On va pas se mentir on s'y habitue un peu... » Essuyant l'une de ses tasses assez vigoureusement comme pour faire passer un malaise, le barman hésita un bref instant à poursuivre, presque mal à l'aise. « En fait, c'est aussi que ce n'est pas la première attaque que subit St-Urea. C'est un peu embêtant à dire, mais une partie de la base de la marine a explosé il y a déjà quelques semaines... Pas que la marine ne fasse pas son job hein ! On sait que vous faites de votre mieux ! » Il se sentait un peu mal de partager des histoires d'échec de la marine auprès d'une jeune recrue, mais informer ses clients faisait un peu partie de sa définition de tâches.

« Enfin bon... Je veux pas me mêler de vos affaire, mais vous êtes à la recherche de ces criminels si je ne m'abuse ? » S'il s'avançait un peu dans ses déductions, Loki comprenait bien ce qu'un cordon de sécurité signifiait pour leur quartier. « Vous avez une idée de quoi on l'air les suspects au moins ? Une piste ? » Se ravisant presque immédiatement, l'homme-démon bafouilla un peu avant de laisser échapper quelques excuses. « Heu, pas que je veuille savoir hein. Je me doute que ce genre d'informations sont secrètes... » Hésitant un peu à poursuivre, il posa finalement sa tasse pour porter toute son attention sur son interlocuteur. « Écoutez, ce sont des informations de secondes... Voir de troisièmes mains hein, mais j'ai un pote qui a un commerce près des quais. L'autre jour il m'a raconté qu'un drôle de couple s'était pointé dans son établissement pour acheter du matos. Rien de trop suspect, il me disait juste qu'ils avaient pas le look à se promener dans des magasins de pièces spécialisés. Peut-être que ça vous sera utile ? » Griffonant l'adresse du commerce sur une serviette de table, il avait glissé les informations dans la direction du jeune marine. C'était un peu du n'importe quoi, mais le barman d'un naturel serviable ne put s'empêcher d'essayer d'aider un minimum...


-----------------------------------------------------------------------------------------------------



Marchande Cleo


Laissant échapper un rire amusé, l'étrange marchande ne put s'empêcher de trouver le barrage de question de la jeune fille quelque peu attendrissant. Si jeune et si curieuse... Comme pour offrir une réponse aux interrogations de la jeune sabreuse, la mystérieuse femme se contenta de plonger lentement sa main sous sa cape pour en ressortir doucement un objet. La boite qu'elle tenait semblait à la fois ancienne et luxueuse, celle-ci étant faite d'un bois d'excellente qualité et couvert d'engravures. À l'avant se trouvait le mécanisme de fermeture, un étrange loquet superposé à une sorte de cryptex en fer gardant la boite fermée solidement. De taille relativement compacte, la boîte ne devait guère faire plus d'une quinzaine de centimètres de diamètres et possédait une forme hexagonale pour le moins étrange. Il apparaissait maintenant relativement clair qu'il s'agissait d'une boite à puzzle, le genre d'objet étrange qui pouvait être relativement difficile à trouver sur les marchés traditionnels.

Boite:
 

« Dix milles et elle est à toi. Quant à sa provenance je ne pourrais pas te dire moi-même jeune fille. » Se tenant presque déjà prête à disparaître dans la ruelle derrière elle une fois que la transaction serait complété, la marchande n'attendait plus que son paiement pour pouvoir conclure cet échange en bonne et due forme. Elle se devait après tout de faire un profit, même lorsqu'il s'agissait d'assouvir son autre passe-temps... « Quelques précisions avant que tu ne la prenne évidemment. Tout d'abord, la solution se trouve sur la boite elle-même. Ensuite, à moins de vouloir en détruire le contenu, je te préviens que la force ne fonctionnera pas... » Elle restait relativement évasive, mais elle avait ses raisons après tout. Au final, St-Urea n'était qu'un arrêt parmi tant d'autre... Bientôt elle devrait poursuivre son business ailleurs comme à son habitude.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------



Cid Maes le croupier, Denary la joueuse


« Rouge ! Madame gagne encore. » Poussant une exclamation collective, le petit groupe qui s'était rassemblé autour de Danery célébra la victoire de cette jeune inconnue comme s'il s'agissait de la leur. Si chaque personne à la table se réjouissait, seul la joueuse et le croupier semblaient garder un visage relativement neutre. Ce fut lorsqu'un nouvel arrivant s'introduit au sein du petit groupe pour s'adresser à la jeune femme directement que la situation changea drastiquement. « De la chance ?! J'aurais au moins dû tripler mes gains si j'avais de la chance ! Tu parle d'une connerie ce jeu ! » Laissant planer un lourd silence autour de la table, le caractère explosif de la jeune fille jeta un certain froid sur la petite fête qui s'était organisé à l'improviste.

Poussant finalement un long soupire, la joueuse ramassa son sac à main au sol avant de commencer à rassembler ses gains devant elle. « Pardon, j'ai eu une grosse journée... Je vais en rester là pour aujourd'hui... » Constatant que son gros sac à main était malheureusement trop petit pour contenir la pile de jetons rassemblé sur la table, elle interpella l'un des croupiers à une table déserte pour qu'il lui apporte une valise visant à contenir ses gains. La commande s'était exécuté en un instant, l'homme arrivant même avec une seconde boite visant à convertir les jetons en berrys sur place, sans avoir à se déplacer jusqu'au comptoir.

La jeune femme était traité comme de la royauté, que ce soit en raison du respect qu'elle commandait ou simplement en raison des gains qu'elle avait fait. Qu'importe, elle était pressé ! Plaçant ses effets personnels ainsi que ses gains au sein de l'énorme valise, elle referma le tout avant de s'adresser une nouvelle fois à ceux qui étaient apparemment devenus ses larbins. « Bien. C'est un peu lourd. Je suppose que je peux compter sur les services de votre établissement pour me livrer mes gains ? Je suis à la chambre trois de l'auberge du coin. Je vous fais confiance messieurs... » Sur ces mots, elle n'hésita pas à tourner les talons et à se diriger vers la sortie. Elle avait snobbé tous ceux lui ayant donné un peu d'attention au cours des dernières heures et à vrai dire, elle n'en avait absolument rien à faire. À première vue elle aurait pu avoir l'air froide et hautaine, mais le fait est qu'elle avait relativement honte d'avoir laissé transparaître ses traits de caractère plus immatures...

De son côté Cid avait observé toute la situation sans broncher. Ce dernier avait réussi à suivre l'action des yeux sans jamais avoir à déposer son regard sur la table qu'il servait encore d'une main experte. Cette petite situation avait suffit à le faire sourire et, même s'il était curieux d'en apprendre plus sur la jeune donzelle, il venait tout juste de finir son quart de travail. C'était le signal qu'il était temps de remballer et d'aller discuter un peu avec ses camarades avant qu'ils ne démarrent leurs propres activités. « Bien monsieur, je vous laisse aux mains de mon remplaçant et vous souhaite une bonne soirée. » Sur ces mots, Maes se dirigea vers la porte de sortie arrière sans perdre davantage de temps sur son lieu de travail.



Ordre de passage: MJ - Choryo - Dorian - Tsusha - Kadan
Délai : 72h par rapport au post précédent.
Un délai supplémentaire de 24h vous est autorisé une fois, si vous prévenez sur le topic dédié à cet effet. Vous êtes également libres d'échanger vos tours si vous le souhaitez, en prévenant également sur le topic.

Carte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Choryo Supai
Matelot
Choryo Supai
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
73/120  (73/120)
Berrys: 12.950.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Lun 3 Déc - 9:56


Pantalon accroché !







Choryo paraissait comme dans un état second sur la table du bar. Pas de ceux qui décuplaient les forces et faisaient accomplir des exploits bien entendu, mais plutôt de ceux qui vous bloquaient purement et simplement, vous rendant présent et absent en même temps. Le Choryo apeuré guère plus utile qu'un gamin de huit ans était lui bel et bien présent, totalement terrorisé par ce qui venait de se passer. Celui adulte censé être responsable et aux capacités oratrices exceptionnelles semblaient quant à lui avoir disparu. Néanmoins il ne fallut pas grand chose pour sortir le marine de sa transe, un simple mot prononcé de manière presque banale et amusée par l'homme assis à cette même table, une explosion ! Un déclic se produit en lui-même tandis qu'il commençait à reprendre conscience, pétrifié par les souvenirs de cette explosion qui lui revenaient subitement. Un mouvement l'alerta sur le côté tandis que ses deux nouveaux convives se levaient de leurs sièges. Il les vu du coin de l'œil faire un pas et une nouvelle vague de panique pris place, ils l'abandonnaient ! Certes ils ne se connaissaient ni d'Eve ni d'Adam mais ils l'abandonnaient au milieu de ce chaos. Dans un élan de panique il se jeta en avant, cherchant à agripper la jambe de la jeune femme il se retrouva à tirer son pantalon vers le bas, manquant de la déshabiller aux yeux de tous. Sa tête frappa alors le sol, un choc qui paru enfin le ramener à la raison puisqu'il se redressa d'un coup sec, reculant d'un pas les deux mains devant lui d'un air désolé, se confondant en excuses. Il déclara alors simplement :

Milles pardon j'ai trébuché, je suis vraiment navré. Attendez je vais vous porter vos valises pour me faire pardonner.

Il commença à se pencher en avant dans le but de prendre les dites valises, bloquant la porte de sortie de tout son long puisque, en se relevant, il s'était finalement replacé devant celle-ci. Il rajouta alors l'air de rien à l'attention de la jeune femme tandis qu'il tendait les mains :

Vous permettez que je vous appelle ?

Cette question sur un ton interrogatif semblait vouloir lui demander son nom mais en réalité une réponse positive de sa part lui permettrait, puisqu'il venait déjà de la toucher, de faire apparaître un Den Den sur elle à sa convenance.


Résumé:
 


Dernière édition par Choryo Supai le Sam 15 Déc - 4:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dorian Karmon
The Steel Hunter
Dorian Karmon
Messages : 135
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
20/100  (20/100)
Berrys: 21.684.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Lun 3 Déc - 13:42

La réponse du barman me laisse quelque peu perplexe... On peut vraiment s'habituer à ce genre de choses, surtout lorsque ça remonte juste au matin?
Cependant, la réflexion qui me fait bien hausser un sourcil, c'est celle concernant la base de la Marine du secteur, qui avait explosé en partie, il y a quelques semaines?!? Mes supérieurs se sont bien gardés de me transmettre l'information.
Du coup quoi? Les Décimas se sentent pousser des ailes, quelques temps après que l'influence de la Marine soit "diminuée", avec la destruction partielle de notre base, allant jusqu'à balancer des bombes un peu partout dans la ville?

Je finis par secouer doucement la tête, pour rassurer le barman, qui devenait de plus en plus nerveux:

-Ça ira, rassurez-vous.
Malheureusement, je ne peux pas fournir de telles informations dans un lieu public; je ne voudrais pas que ces propos atterrissent malencontreusement dans les oreilles de l'ennemi, d'une manière ou d'une autre. Nous avons quelques informations éparses et nous sommes occupés à les vérifier une par une.


À la fois interloqué et rassuré, je récupère les informations du barman, à savoir une adresse sur une serviette, avec les quelques informations qui allaient avec.
L'histoire de ce fameux couple est intrigante, mais ça donne quelques nouveaux indices à suivre, ce qui est toujours bon à prendre, même si ce sont des "informations de troisième main", comme l'a justement dit le barman.

-Merci tout de même: la moindre information peut nous aider.

Empochant la serviette griffonnée dans ma poche intérieur de veste, je vais pour rejoindre le Commandant, pour lui indiquer ce que j'allai faire prochainement... lorsque mon regard se porte sur le matelot qui nous accompagne... Qu'est-ce que...
Déjà, je n'avais guère relevé son étrange approche du début, estimant qu'il devait contrôler la situation... mais le voir maintenant affalé par terre, agrippé au pantalon de la femme, manquant de la déshabiller en public, j'était tenté de l'attraper par le col et de le projeter dans un coin du bar, avant de me confondre en excuses devant ce... couple... et cette femme aux cheveux blancs...
Les quelques informations données à gauche à droite, que ce soit par le briefing ou par le barman me reviennent en tête... Le fait que le matelot reste avec ce couple ne serait pas une mauvaise idée, même si ses méthodes me donnent quelques sueurs froides...
J'ai déjà mes pistes à suivre et je pense clairement avoir passé trop de temps ici, alors que des bombes pourraient encore exploser d'un instant à l'autre.

Laissant donc le couple entre les mains du matelot, je fais un petit signe de la main au Commandant, avant de le rejoindre:

-Commandant, j'ai une piste qui me mène aux commerces du quai. Je vais enquêter sur place et poursuivre vers les entrepôts du quai.
N'hésitez pas à me prévenir par Den Den Mushi, en cas de nouvelles informations ou s'il y a des problèmes.


Sans attendre d'avantage, je vais pour sortir du bar, tapotant l'épaule du matelot au passage, lui glissant rapidement, dans un chuchotement:

-Soyez prudent.

Sans me répéter ou m'attarder plus, je sors du bar, empruntant la rue qui me faisant face, qui me semble mener directement aux quais, les commerces couvrant tout un coté de la rue.
Avec l'auberge et le casino au même carrefour, je quitte très clairement le centre-ville, mais bon, les barricades de la Marine et cette dernière sont encore suffisamment regroupés dans le secteur, pour pouvoir assurer la sécurité de ce quartier.
Pour ma part, j'ai déjà un programme d'établi dans mon esprit et je compte bien aller au bout de ce dernier.

Le trajet se fait sans trop d'encombre, même si j'étais assez dérangé de croiser tant de monde.
Oh non, je n'ai pas la phobie des foules, mais dans un climat si particulier, à savoir une ville en quasi état de siège, avec des bombes semblant exploser à gauche à droite depuis ce matin, j'ai un peu du mal à voir tant de civils traîner dans les environs.
Mais à coté, je dois me retenir de secouer ces gens et de leur dire de sortir du périmètre, sachant très bien que je ne peux pas me le permettre, ignorant tout des ennemis Décimas.
J'espère vraiment m'engager sur la bonne piste, avec ce barman... Il semble être un bon gars, même s'il semble particulièrement lésé du climat ambiant; j'espère pouvoir contribuer à ramener un peu de tranquillité et de paix sur cette île...

J'arrive finalement aux quais, observant un moment le navire de la Marine posté un peu plus loin, pour boucher une éventuelle porte de sortie pour l'ennemi semble-t-il.
Je me ravise rapidement et longe les quais et les divers commerces bordant ces derniers, jusqu'à arriver au commerce que je recherche, observant un moment les étals, jusqu'à trouver le commerçant dont m'a parlé le barman.

-Bonjour, monsieur. Sergent-chef Karmon, de la Marine.
Je mène une enquête de voisinage, concernant les multiples explosions survenues en ville, depuis le début de journée. Une connaissance commune, à savoir le barman situé en face du casino, m'a informé que vous auriez peut-être des informations, concernant un couple d'acheteurs, qui aurait fait quelques achats il y a quelques jours. Apparemment, ils n'auraient pas une allure à traîner dans des commerces de ce genre, de ce qu'à pu m'expliquer le barman?
Pourriez-vous m'aider à trouver ces gens, s'il-vous-plaît?


Dernière édition par Dorian Karmon le Mar 4 Déc - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tsusha Nokunito

Tsusha Nokunito
Messages : 39
Race : Humaine
Équipage : Elle même

Feuille de personnage
Niveau:
13/75  (13/75)
Expériences:
16/80  (16/80)
Berrys: 103.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Mar 4 Déc - 20:41

L'histoire est écrite par les vainqueurs
Avec Choryo Supai, Dorian Karmon et Kadan Seitetsu
La vendeuse était quand même bien étrange… Pourquoi chercher à vendre un objet si particulier dans un moment l’étant tout autan ? Voilà des questions que n’importe qui se poserait, mais Tsusha n’y était pas. Elle pensait plutôt à comment ouvrir la boite et quelle merveille contenait-elle. La question du piège traversa l’esprit confus de la jeune fille même si elle n’y demeura pas bien longtemps. La Nokunito était bien plus occupée avec avec la boîte en elle-même et la vendeuse qui la lui proposait. Dix-milles joyaux, et l’objet entrait en sa possession… N’ayant aucune idée de combien ce genre d’objet peut coûter, la jeune fille finit par considérer que cela devait être dans les prix. Un rapide coup d’œil imaginaire à l’argent qu’il lui restait, et elle conclu qu’elle pourrait s’offrir l’objet en question sans trop se faucher au vu de l’argent qu’elle avait économisé durant toutes ces années.

Un détail évoqué par la vendeuse alors que celle-ci montrait la boite à sa cliente termina d’intriguer la rouquine : c’était un genre de boîte à énigme, ou de casse-tête, dont la solution se trouvait sur sa surface même. En plus de cela, l’objet était d’une beauté frappante et finement ouvragé. Alors que l’aspect de la boite et le casse-tête à venir termina de convaincre la jeune naïve, celle-ci accepta ce qu’on lui proposait.

J’accepte ! répondit-elle sobrement.

Payant les dix milles joyaux comme demandé, la jeune femme récupéra sa boîte avant de laisser filer la vendeuse, qui reprit la route en entrant dans une petite ruelle, derrière elle. Sa nouvelle acquisition en main, la jeune femme se dirigea vers un endroit relativement dégagé afin de pouvoir l’observer en toute tranquillité.

C’est une fois arrivé à l’espèce de parc situé au milieu de la zone commerciale que Tsusha pris le temps de s’asseoir pour observer plus en détail la boite fermée par un espèce de loquet à code étrange et complexe. Si la boite était fermée par un code, il allait certainement être écrit quelque part sur la boite, n’est-ce pas ? La vendeuse lui avait dit que la solution se trouvait sur la boite, ainsi, elle commença à chercher un éventuel code, ou indice. En même temps, elle tenta de faire bouger certaines parties de la boite. Son grand-père, menuisier de son état, s’était amusé plusieurs fois à créer des boites casse-tête à sa petite fille, ainsi, Tsusha savait pertinemment qu’il fallait voir qu’est-ce qui bougeait dans un casse tête pour savoir comment le résoudre. C’est ainsi que la jeune fille se plongea dans l’ouverture de l’objet, cherchant code, indice ou autre pièce mobile de la structure complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Kadan Seitetsu
Toucher Mortel
Kadan Seitetsu
Messages : 118
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
170/200  (170/200)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Jeu 6 Déc - 11:03



L'Histoire est écrite par les vainqueurs

Feat Event - Groupe 11

Étonnamment, cette jeune femme avait vraiment la main chanceuse. Alors même que je la regardais jouer de mes propres yeux cette fois-ci, elle en vint à gagner une nouvelle fois avec la couleur rouge. A ce moment-là toutes les personnes présentes autour de la table se mirent à éclater de joie, comme si l’argent allait finir par leur revenir à la fin. C’était assez étonnant comme réaction, si bien que moi, de mon côté, j’avais seulement esquissé un sourire. Je ne comprenais pas vraiment que l’on puisse être aussi heureux pour quelqu’un d’autre, en particulier face à un sujet comme celui-ci. Bien des gens souhaitaient devenir aussi riches que les plus grands Nobles de ce monde, alors pourquoi se réjouir qu’une autre personne y parvienne à sa place ? Me faisant simplement cette réflexion personnelle sans pour autant laisser quoi que ce soit transparaître extérieurement, je continuais d’observer.

Cependant, la jeune femme quant à elle, prit un air sérieux en exprimant une certaine colère après mes paroles. Celle-ci semblait être très déçue de ne pas avoir gagné autant qu’elle l’aurait voulu. Mais après tout, c’était déjà pas mal, non ? Son comportement était vraiment étrange. Mais peu de temps après, elle décida tout de même de s’excuser tout en attrapant son sac pour y déposer ses gains. J’espérais qu’elle n’allait pas sortir du casino toute seule, ça pourrait poser problème et certains pourraient alors tenter de l’agresser pour lui voler l’argent. Du coup, il allait sûrement falloir que je fasse quelque chose. Mais d’un autre côté, je voulais rester le plus discret possible afin de ne pas trop attirer l’attention sur moi.

De l’autre côté, j’avais également pu remarquer le regard insistant d’un des croupiers se tenant à une autre table. Depuis un moment déjà, il fixait la joueuse comme s’il avait quelque chose derrière la tête. Était-il simplement impressionné par ses talents ? Je n’en savais rien sur le coup, mais cela ne pouvait qu’attirer mon attention. Mais quoi qu’il en soit, je me devais d’agir dès à présent. La jeune femme commença à se diriger vers la sortie après avoir demandé à des hommes de lui apporter le pactole directement dans sa chambre. Prenant alors un rapide temps pour réfléchir, je pris quelque chose dans ma poche : une grosse aiguille ressemblant à une sorte de punaise. Cela me dérangeait un peu de devoir agir de la sorte, mais sur le moment, je ne voyais pas d’autre chose à faire. La lâchant finalement or de ma veste, elle se mit à bouger instinctivement pour se diriger droit vers la joueuse tout en prenant de la vitesse. Tout le monde étant particulièrement concentré dans ses activités, je ne pourrais me faire remarquer.

Le croupier, lui, commençait à remballer. Ça se voyait. Son attitude avait changé et il semblait moins à son travail. Il devait sans doute être sur le départ également.

*Désolé..*

Dès lors, l’aiguille allait pouvoir se planter dans le corps de la demoiselle, la faisant potentiellement tomber dans l’inconscience, ou au moins s’arrêter en manifestant une vive douleur. Cela aurait ainsi pour but de l’empêcher de sortir pour le moment tout en attirant directement l’attention sur elle. Les personnes se trouvant autour de la table qu’elle venait de quitter chercheraient alors normalement à lui venir en aide, ne se préoccupant par conséquent plus de la valise remplie d’argent.

A partir de là, si le croupier venait à chercher à quitter les lieux, je m’écrierai tout en m’approchant de lui en courant pour tenter de le toucher de ma main encore « libre ».

« C’est lui le coupable, il veut s’enfuir ! Sécurité, attrapez-le ! »

En revanche, s’il décidait de rester, je me précipiterai vers lui, l’air particulièrement terrifié en le suppliant d’appeler un médecin, cherchant également à le toucher par la même occasion.

Mais dans tous les cas, je me dirigerais enfin vers l’issue de secours en prétextant aller chercher quelqu’un qui pourrait aider la victime tout en me touchant moi-même avec la main ayant auparavant marqué la joueuse. Toutefois, ce ne serait pas réellement le cas. En effet, en touchant ensuite la valise en partant, je ferais en sorte de laisser la porte ouverte un simple instant derrière moi pour permettre à celle-ci de m’atteindre une fois dehors.

awful pour Epicode

Résumé:
 

Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Mer 12 Déc - 13:38




Colonelle Duromur


Si la colonelle avait eu un peu de mal à trouver un commerce encore ouvert en pleine période de crise, cette dernière avait toutefois su dénicher quelques informations pertinentes auprès de commerçants ayant fait le choix de demeurer dans leur cour arrière jusqu'à ce que les choses se calmes. Logique, après tout il y avait fort à parier qu'il était plus facile de faire exploser un bâtiment que de s'attaquer à un espace ouvert. Cela ne voulait évidemment pas dire que les foules étaient à l'abris d'un attentat, mais statistiquement parlant la jeune femme pouvait au moins voir la pertinence de se tenir à l'extérieur avec un groupe restreint durant la crise. Un peu plus malins que la moyenne, le groupe avait su lui offrir quelques pistes pertinentes où commencer son enquête. Apparemment, quelques aller-retours suspects s'étaient produits entre les commerces et l'auberge depuis quelques jours déjà. Sa piste toute trouvé, celle-ci s'était naturellement élancé dans une course effréné vers le lieu de villégiature pour y poursuivre son enquête, passant par le fait même devant une jeune fille rousse jouant alors avec une bien étrange boîte...


-----------------------------------------------------------------------------------------------------


Faye voyageuse #2, Commandant Uzo


Ayant à peine eu le temps de se retourner, la jeune femme figea un instant. Quelque chose s'était accroché à sa jambe et elle cru un instant qu'un large animal avait réussit à s'infiltrer dans le bar et s’apprêtait maintenant à la déchiqueter sans autre forme de procès. Malheureusement, ce n'était pas un chien enragé qui s'attaquait à elle, mais plutôt cette plaie s'étant invité à sa table quelques secondes plus tôt.

« Mais merde lâche moi ! » Se débattant tant bien que mal, la jeune femme ne parvint qu'à faire glisser son assaillant le long de sa jambe comme une larve incapable de se tenir droite. Si elle avait réussit à se débarrasser de l'inconnu, son pantalon y était également passé, révélant par le fait même ses sous-vêtements aux quelques clients du bar presque aussi gênés qu'elle. La suite des choses s'enchaîna relativement rapidement. Alors que le plus jeune des marines s'éclipsait par la grande porte en quête de plus d'information, la voyageuse avait, quant à elle, remonté son pantalon, prête à exploser l'abruti la couvrant maintenant d'excuses pour camoufler sa maladresse. Malheureusement, l'honneur de lui fracasser le nez à grand coup de poing lui fut promptement retirer par l'homme qui préféra intervenir pendant qu'il était encore temps. En effet, Uzo, piqué au vif par le départ soudain de son équipier et par l'humiliation qui venait d'être infligé à une civile, avait choisi de s'en mêler sans plus attendre.

Son boken tenu fermement en main, il éclata promptement le genou du Choryo avant de lui en filer un grand coup au cul pour le corriger. « Mec, qu'on soit clair. On est ici en mission pour aider les civils, pas pour leur sauter dessus. Alors tu vas me rendre service et te ressaisir, sinon tu verras que je peux être bien pire qu'une explosion, je me fais comprendre ?! » Ayant pratiquement gueulé sa dernière phrase, le commandant jeta un regard assassin sur son partenaire pathétique. Durant ce bref instant, son passé de voyou semblait être remonté à la surface brièvement, au moins assez pour foutre un coup de frousse au pétochard lui faisant face. Il avait beau être commandant, il n'avait pas encore eu l'occasion de vraiment commander des hommes et encore moins pour une opération aussi importante que celle-ci. Pour couronner le tout il semblait s'être vu refiler un gamin aux jambes impatientes ainsi qu'un incompétent de première, quelle chance.

Passant en revue ce qu'il avait appris quelques secondes auparavant auprès des hommes qu'il avait interrogé, le Uzo hésita un instant sur la marche à suivre. Il venait de récupérer deux pistes potables, mais il lui apparaissait clair maintenant qu'il ne pouvait absolument pas faire confiance à son partenaire pour faire sa part. Réfléchissant encore à ses options, il pris le temps de s'excuser auprès de la voyageuse, laissant par le fait même passer le musicien qui avait choisi ce moment pour quitter le bar les mains dans les poches. Il ne savait toujours pas quoi faire, mais il apparaissait clair que l'immobilisme n'était pas une solution. Paré à donner de nouveaux ordres à son partenaire, le commandant fut toutefois interrompu par le son retentissant d'une nouvelle explosion, celle-ci à peine plus loin que la précédente. Cherchant la provenance du son depuis les portes entrouvertes du bar, il compris rapidement d'où la déflagration avait trouvé son origine... L'auberge.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------


Marchand Vinny


Le petit commerce sombre et étriqué débordait, comme à son habitude, de pièces détachées de toutes sortes. Depuis l'arrière de son comptoir, renforcé part un grillage improvisé, Vinny, trop occupé à fouiller l'une de ses caisses poussiéreuse, n'entendit pas le marine pénétrer sa boutique sans s'annoncer. Il était sur les nerfs, ça n'importe qui aurait pu le voir. En ce sens, le jeune homme eut à peine le temps de se présenter que le commerçant s'était déjà soudainement retourné comme une balle pour faire face à l'intrus. Les yeux ronds comme des billes, il avait sortit presque instantanément son arme de fortune de sous le comptoir pour pointer son lourd canon dans la direction de l'étranger s'étant introduit sur sa propriété. « Putain t'es qui ?! »

Ayant coupé subitement la parole au sergent-chef pour lui poser une question à laquelle il avait pourtant déjà donné une réponse, le commerçant s'était mis à trembler et à agiter le doigt à proximité de la gâchette de son arme. Les récents attentats avaient achevés de le mettre en état de paranoïa totale, lui qui était déjà sans arrêt méfiant des gens qu'il ne connaissait pas. La situation était pour le moins explosive, et elle n'avait pas fini de l'être, puisque c'est précisément à ce moment que le son d'une nouvelle bombe décida de retentir à travers toute la ville. Naturellement paniqué par le choc soudain, le commerçant appuya sans plus attendre sur la détente de son arme. Le vieux tuyau de métal rouillé qu'il tenait répondit quant à lui au quart de tour, crachant immédiatement une salve de boulons et d'écrous brûlant en direction de la tête du jeune marine qui lui faisait face. Entre les caisses de bordel et la taille réduite de la pièce, il y avait fort à parier que la carrière du sergent-chef risquerait de s'arrêter là s'il ne se démerdait pas pour esquiver.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------


Cid Maes le croupier, Denary la joueuse


S’apprêtant à sortir du casino d'un pas assuré, la joueuse se stoppa net lorsqu'elle sentit l'horrible pointe d'une aiguille venir se ficher dans son dos de manière subite. Croyant d'abord qu'elle avait été poignardé, celle-ci figea un bref instant avant de hurler de douleur en réalisant qu'il ne s'agissait d'une pointe bien moins dangereuse qu'une lame. « Qui est le connard qui à osé m'agresser avec une punaise ?! Vous êtes malades ?! » Piquant une crise à l'entrée du casino, la jeune femme ne manqua pas d'attirer l'attention des employés du casino, ainsi que de quelques-uns des clients s'étant rassemblés autour de sa table quelques minutes auparavant. Elle avait été attaqué et comptait bien découvrir par qui.

De son côté, le croupier s'était brièvement arrêté pour jeter un coup d’œil à la source de cette agitation, avant de simplement hausser les épaules et poursuivre son chemin vers la porte arrière. Du moins, c'est ce qu'il tenta de faire avant de se faire interpeller par l'énergumène efféminé qu'il avait vu pénétrer dans le casino quelques minutes plus tôt. Apparemment, le jeune homme s'était épris de la joueuse rapidement et se retrouvait maintenant en état de panique parce qu'elle avait été légèrement blessée. Étrange personnage. Sentant ce dernier l'attraper par les épaules et lui demander d'appeler un médecin, Cid ne pu s'empêcher d'esquisser un léger sourire devant tant de bonne volonté. Ça avait quelque chose de presque attendrissant, bien qu'un peu dramatique. Pour toute réponse, le croupier se contenta de poser une main sur l'épaule de l'inconnu et de le rassurer en lui indiquant que la jeune femme semblait déjà aller mieux et qu'il n'y avait pas de craintes à avoir. Sur cette note, il décida de s'éclipser sans plus attendre. Sa journée était terminé et il n'avait pas pour habitude de s'éterniser sur les lieux après tous...

De son côté, le Kadan s'était empressé d'aller toucher la valise mal surveillé par l'un des employé du casino, avant de promptement se diriger en direction d'une des portes de sortie latérale. Si sa panique initiale n'eut pas pour effet de faire réagir les occupants du casino initialement, sa fuite à grande vitesse suivie d'une valise volante acheva certainement de vendre la mèche sur ses réelles intentions. Apparemment l'homme cherchait à voler la valise. Ça où un homme invisible le suivait maintenant avec cette dernière. Dans tous les cas, les employés ne se prièrent pas pour se lancer à sa poursuite, poursuite qui s'acheva d'ailleurs presque instantanément lorsque le hors-la-loi eu mis les pieds dehors. En effet, qu'il s'agisse ou pas d'un coup du destin, le hors-la-loi avait su mettre les pieds dans la ruelle arrière du casino au moment précis où l'auberge vola en éclat. Le hasard était parfois cruel. Toujours est-il que le voleur à la petite semaine se retrouvait maintenant face à une violente explosion qui, si elle ne le tuait pas, ne manquerait certainement pas de le sonner un bon moment.



Ordre de passage: MJ - Choryo - Dorian - Tsusha - Kadan
Délai : 72h par rapport au post précédent.
Un délai supplémentaire de 24h vous est autorisé une fois, si vous prévenez sur le topic dédié à cet effet. Vous êtes également libres d'échanger vos tours si vous le souhaitez, en prévenant également sur le topic.

Carte:
 

Note pour le noteur : Toutes les actions ce tour-ci ont été préautorisés en privé.
Revenir en haut Aller en bas
Choryo Supai
Matelot
Choryo Supai
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
73/120  (73/120)
Berrys: 12.950.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Sam 15 Déc - 4:21


Un Traitre et un Oubli !







Tout s'était passé très vite, Choryo commençait à peine à s'excuser face à une jeune femme visiblement sur les nerfs lorsque ses genoux s'étaient dérobés sous son corps subitement. Rien à voir avec la peur ou la lâcheté cette fois néanmoins, il venait d'être frappé. Le marine tomba lourdement au sol, repoussé de deux mètres sur le côté sous la force du coup avant que la douleur ne se fasse sentir dans la jambe touchée, rapidement suivie par celle qui se manifestait dans son postérieur. Pour autant il ne demeura pas au sol à se plaindre, un réflexe de survie si rare pour lui le poussant à se relever aussitôt malgré la faiblesse d'une de ses jambes meurtries. Il dévisagea alors son assaillant qui paraissait lui en vouloir pour quelque chose, ne lui adressant en retour qu'une mine incompréhensive. N'avait-il pas mieux à faire qu'attaquer ses alliés au milieu d'un enchainement d'attentats au sein même de la capitale de Saint Urea ? Et c'était ce taré instable au point d'attaquer et crier sur ses soldats sans aucune raison apparente qui était censé les mener ? A cette idée aucune peur ne traversa l'esprit du matelot mais une simple vision amusante, comment cet idiot avait pu gagner le grade qu'il détenait en agissant ainsi ? Choryo paru hésiter un instant sur l'attitude à avoir tandis qu'Uzo avait reconcentré son attention sur la jeune femme. Il souleva l'hypothèse que l'homme puisse être un traître, un Decima infiltrer pour les faire tomber de l'intérieur qui venait protéger ses alliés démasqué par les qualités de détective de l'hypnotiseur. Oui ! Il voyait clair dans son jeu à présent, sans ce coup il aurait probablement pu voir au niveau des sous-vêtements de la dame une preuve irréfutable. Pour autant il ne pouvait leur laisser comprendre qu'il avait percé leur secret à jour, il n'avait rien d'un combattant et à trois contre un il ne ferait pas le poids.

C'est alors qu'il aperçut furtivement le musicien se diriger vers la sortie, les mains dans les poches tandis que l'attention de la salle était concentrée sur les quatre autres énergumènes. Aussitôt il tourna la tête vers la table où l'étui à guitare de l'homme demeurait. Il connu alors un éclair de clarté, il venait de tout comprendre, ses déductions premières étaient juste et les paroles que lui avait adressé le commandant n'étaient qu'un code pour ses alliés Decimas, il devait aller prévenir la Colonelle au plus vite et ce musicien venait de lui donner la porte de sortie parfaite. D'un bras il agrippa l'étui de guitare qu'il fut finalement obligé de porter à deux mains pour le soulever efficacement. Et aussitôt il profita de l'attention détournée des trois criminels qui avaient cru le berner pour se jeter à la suite de l'homme qui venait de sortir, déboulant dans la rue avec l'étui de guitare en lui criant :

Monsieur vous avez oublié votre guitare !

L'unique réponse qu'il eut alors fut le bruit puissant d'une explosion qui fit trembler le sol, mettant une nouvelle fois à mal les appuis peu efficaces du gouvernemental qui commença à tomber en avant. Ses mains lâchèrent par réflexe l'objet qu'il tenait qui se retrouva alors projeté vers celui qui l'avait laissé à l'intérieur du bar. Tandis que Choryo s'étalait sur le sol il y avait de fortes chances que l'étui s'ouvre violemment s'il rencontrait le sol avant que son propriétaire ne puisse le rattraper. Le nez dans la poussière le matelot s'apprêtait déjà à se relever, peut-être que sa sortie était passée inaperçue pour le moment, mais dans tous les cas cela ne lui donnerait que quelques secondes d'avance sur leurs cibles. Il était crucial qu'il agisse vite pour retrouver la Colonelle et lever le voile sur le traitre dans leurs rangs.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dorian Karmon
The Steel Hunter
Dorian Karmon
Messages : 135
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
20/100  (20/100)
Berrys: 21.684.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Sam 15 Déc - 12:05

C'est vraiment bizarre; je pensai avoir d'avantage parlé dans mon esprit, avant de me faire braquer par une arme semblant sortie de nulle part.
Avec du recul, je me dis que j'aurai sans doute pu y réfléchir à deux fois, avant d'entrer dans ce magasin comme ça, limite les mains dans les poches, pour questionner le commerçant sur une vente à-priori illégale.
Après, à voir la manière dont cet homme tremble, je ne saurai pas dire clairement si c'est de la peur ou si c'est parce qu'il est impliqué dans l'histoire des bombes...

Je lève doucement les mains devant moi, paumes tournées vers le marchand, faisant un léger mouvement de recul:

-Calmez-vous, je ne suis pas là pour vous cambrioler ou vous faire du mal. Je suis juste là pour...

L'explosion soudaine coupe net ma phrase et semble achever de mettre en stress mon interlocuteur, dont je vois le doigt sur la gâchette tressaillir une demi-seconde avant le tir, ce qui me permet d'éviter de me prendre un tir de shrapnel artisanal en pleine figure.

Je transforme mes mains en grandes lames de ciseaux, opposant un bouclier improvisé, pour que le tir ennemi s'écrase sur mes lames, dans un fracas métallique, les projectiles s'éparpillant à gauche à droite, sans me charcuter la figure au passage.

Cependant, je ne prend guère le temps de m'attarder d'avantage et me jette sur le marchand d'un rapide Soru, dé-transformant ma main droite, pour saisir fermement son poignet tenant l'arme, pour éviter qu'il ne recharge.

D'un signe de tête, je montre le peu de galons sur mes épaules:

-Du calme, regardez! Je suis sergent-chef de la Marine, pas un voleur!
Ecoutez-moi, on va commencer par se détendre et poser nos armes d'accord? Lâchez votre pistolet et je... "rangerai mes lames", d'accord?
Si vous êtes terrifiés par les multiples explosions survenant en ville, alors aidez-moi à arrêter les monstres qui font ça.
Parlez-moi d'un couple à qui vous auriez récemment vendu des marchandises.


Sur le coup, j'essayai de rester maître de la situation et de mes émotions, mais c'était compliqué...
Cette explosion... elle semble provenir du centre-ville, que j'ai quitté il y a quelques instants...
Techniques utilisées:
 


Dernière édition par Dorian Karmon le Mer 19 Déc - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tsusha Nokunito

Tsusha Nokunito
Messages : 39
Race : Humaine
Équipage : Elle même

Feuille de personnage
Niveau:
13/75  (13/75)
Expériences:
16/80  (16/80)
Berrys: 103.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Mar 18 Déc - 18:45

L'histoire est écrite par les vainqueurs
Avec Choryo Supai, Dorian Karmon et Kadan Seitetsu
La jeune fille n’était pas vraiment aidée par l’environnement. La jolie petite boite qu’elle avait récupérée pour la « modique » somme de dix-milles berrys ne se révélait pas facile à ouvrir, et au vu de la situation actuelle, elle jugea bon de remettre à plus tard l’expertise de son nouveau jouet. Après tout, calfeutrée dans une partie d’une ville au beau milieu de quartiers aux constructions explosant les unes après les autres, ce n’est pas la meilleure des situations pour ouvrir la boite casse-tête qu’elle venait de récupérer. C’est ainsi que la jeune fille rangea la boite dans son sac et se remis sur ses pieds pendant qu’une drôle de femme a l’air assez pressé passa devant elle. Elle était armée, mais si elle était terroriste, elle cacherait un minimum son armement, non ? Quoi qu’il en était, elle se dirigeait rapidement vers une autre zone. La direction générale semblait être celle de l’auberge et du casino, si la rapide carte mentale que la rouquine s’était faite était exacte.

Le bruit, le souffle et la fumée lointaine d’une explosion particulièrement puissante termina de décider la Nokunito sur ce qu’elle allait faire. Elle cherchait un ou des coupables, donc pourquoi est-ce qu’elle ne se dirigeait pas vers les lieux de l’explosion ? Bonne question. La jeune fille n’y avait pas pensé pour l’explosion précédente, mais alors que celle-ci retentissait, rasant un bâtiment pas si loin que ça de la jeune fille, la réalité revint encore une fois à la charge et la jeune fille couru vers l’auberge, l’adrénaline du moment sans doute trop forte pour le petit bout d’adolescente exploratrice qu’était Tsusha.
Revenir en haut Aller en bas
Kadan Seitetsu
Toucher Mortel
Kadan Seitetsu
Messages : 118
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
170/200  (170/200)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Mer 19 Déc - 10:07



L'Histoire est écrite par les vainqueurs

Feat Event - Groupe 11

Mon plan allait fonctionner, j’en étais sûr. Même s’il n’était pas sans faille, bien au contraire, j’avais confiance. L’aiguille avait pu démontrer son petit effet, blessant légèrement la jeune femme, mais suffisamment pour l’arrêter net. A ce moment-là, le regard ainsi que l’attention de la plupart des personnes présentes furent attirés sur elle. C’était parfait. De mon côté, j’avais eu la possibilité de toucher le croupier aux traits marqués pour le désigner comme cible potentielle par la suite. Tout se déroulait donc comme prévu jusqu’à maintenant. C’est ensuite, finalement, que les choses tournèrent assez mal. En effet, lorsque je parvins à poser le pied à l’extérieur du casino, rattrapant par la même occasion la valise qui me suivait, une puissante explosion retentit. Son souffle, bien que largement contenu par les façades du bâtiment touché, me poussa avec force contre le mur extérieur. Sur le coup, mon crâne le percuta, ce qui eut pour effet de me sonner quelques secondes. La détonation, elle, m’assourdit des deux oreilles, si bien que j’en perdis l’équilibre.

« Putain de merde, faut que ça s’arrête. Je vais finir par y laisser ma peau à ce train là ! »

Pris dans le moment et légèrement assommé, je ne m’en étais pas rendu compte jusque-là, mais un débris s’était échoué sur mon visage. Et en plus de m’égratigner suffisamment pour laisser ma chair à vif au niveau de la joue gauche, je compris bien assez vite que mon masque était par conséquent devenu inutilisable. Pourquoi tout ça devait m’arriver à moi ? Était-ce un juste retour de bâton ? Ce qu’on appelle plus généralement le « Karma » ? Peu importe, je ne devais pas rester là.

Alors que je sentais mon ouïe revenir peu à peu pendant que je me ressaisissais, je pus entendre des cris à l’intérieur du casino. C’était la panique là-dedans, et il y avait clairement des bruits de pas se dirigeant vers la porte que j’avais empruntée.

*C’est pas le moment de rêvasser. Allez Kadan, ressaisis-toi. Si tu bouges pas, tu vas te faire attraper.*

Oui, je n’avais plus le choix maintenant. Empoignant fermement la poignée de la valise qui, malheureusement, m’avait échappé lors de l’explosion, je fis en sorte de parcourir la ruelle en direction de l’Ouest sans même me retourner. Le visage abîmé et suggérant clairement une méthode de dissimulation à la vision de tous, j’allais réellement devoir me dépêcher. C’est pourquoi, tout en courant, je baissais la tête pour éviter que les personnes que je puisse croiser ne fassent attention à moi et se posent des questions.

En peu de temps, je pus constater la présence d’un entrepôt non loin du casino. C’est donc là-bas que je devais me rendre dans un premier temps.

« Ouais, ça devrait faire l’affaire. Au moins pour le moment... »

Une fois arrivé dans le plus proche, je posai la valise près de moi et m’agenouillai quelques instants pour reprendre un peu mon souffle et en profiter pour ôter mon déguisement. J’allais donc devoir faire sans, du moins tant que d’autres problèmes n’apparaissaient pas.

awful pour Epicode

Résumé:
 

Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Sam 5 Jan - 7:11



Legato le musicien

Figeant un bref instant, Legato se retourna au son de la voix du trouble fête. Ce sale petit c-... Il lui ramenait son étui ?! Passablement énervé, le soi-disant musicien conserva son habituelle poker face. Il n'avait rien laissé paraître, préférant simplement tendre la main attendant qu'on lui remette sa boîte. Le marine ne semblait pas avoir fait le lien, du coup si cette situation présentait un inconvénient non-négligeable, le décima savait qu'il lui suffirait de reprendre sa « guitare » et quitter les lieux sans se faire remarquer. Enfin, c'est ce qui se serait produit sans trop de problème si un bâtiment à proximité n'avait pas explosé au même moment.

« Et merde Joker... » Prononçant sa complainte à mi-voix, le poseur de bombes figea un bref instant lorsqu'il vit le gamin tomber face première et échapper l'étui. Trop tard pour le rattraper... Et comme pour couronner le tout, cette saloperie s'éventra sur le sol, révélant au grand jour son contenu. Un engin composé d'un cadran, un tuyau et un réservoir contenant un composant chimique inconnu glissa sur le sol pavé de la rue principale jusqu'à ses pieds. Son identité était révélée au grand jour... Tant pis, ça ne ferait que leur faire sauter quelques étapes dans leur plan.

Profitant du fait que les occupants du bar n'avaient pas encore remarqué la bombe, le décima se contenta prendre ses jambes à son cou dans la rue longeant le casino. Avec la panique dans les rues et l'explosion qui venait de se produire, il pouvait au moins compter sur le fait qu'une majorité d'individus seraient trop distraits pour remarquer sa fuite. Enfin dans tous les cas le gamin ne risquerait pas de se lancer à ses trousses, surtout étant donné qu'il avait fait détonner la bombe dès qu'il fut hors de porté de celle-ci...


-----------------------------------------------------------------------------------------------------


Colonelle Duromur, Second de St-Urea Lazar Pauvrebleu, Fitz le danseur

« Colonelle ? J'ai entendu une autre explosion. Colonelle ?! » Étalé au sol, inconsciente, Duromur aurait été bien incapable de répondre au den den mushi accroché à sa ceinture. Elle avait bien choisie son moment pour faire un rapport à son supérieur. Si elle avait pensé pouvoir trouver des indices à l'auberge du coin, elle n'eut pas l'occasion d'y pénétrer lorsque la façade de cette dernière vola en éclat. Voilà qu'elle se retrouvait inconsciente des suites d'une explosion pour la seconde fois en quelques mois. Allongé au milieu de la rue, de nouvelles brûlures parcourant son corps, elle était pour le moment ignorée de la populace s'excitant un peu partout. C'est toute la section avant de l'auberge qui s'était effondré, le reste des fondations brûlant maintenant ardemment. Il y avait fort à parier que personne à l'intérieur n'avait survécu. Ce détail n'empêcha toutefois pas la population de se positionner devant le bâtiment en ruine pour constater les pertes. Certains d'entre eux étaient des clients du casino s'étant empressés de venir sauver ce qu'ils pouvaient de leur établissement de résidence temporaire. D'autres, tristement, avaient plutôt perdu quelqu'un étant resté dans l'une de ces chambres.

« Colonelle, tenez bon, j'ai prévenu l'équipe médicale. » Toujours au bout du fil, Lazard avait amorcé les procédures habituelles de déplacement de soldats. Chaque explosion représentait une nouvelle situation d'urgence s'ajoutant au chaos de la gestion qu'il s'efforçait de faire. En attendant, cette opération semblait vastement compromise et le bras-droit du Vice-amiral allait devoir commencer à considérer la possibilité d'annuler les renforts prévus pour Grand Line.

« Shiiiet, c'est pas groovy ça ! » Planté devant ce brasier incandescent, Fitz se dit qu'il avait été plutôt chanceux de ne pas avoir eu les moyens de se payer une chambre dans l'établissement. Pourvu que toute cette histoire se termine vite, il avait des choses à faire au centre ville après tout !


-----------------------------------------------------------------------------------------------------


Marchand Vinny

Constatant que son tir accidentel avait été totalement inefficace, le marchand fut pris simultanément de panique et de soulagement. Il hésita même un bref instant à se saisir d'une autre arme pour tirer une seconde fois sur l'intrus et ce, malgré le fait qu'il n'ait pas voulu le faire la première fois. Enfin, cette idée s'envola relativement vite lorsque le jeune marine fonça droit vers lui pour saisir son poignet à travers la fente de service du grillage derrière lequel il se trouvait. Si cette action eut pour effet de le stresser davantage, le bombardement de questions qui suivit suffit à lui remettre les idées en place. Arrachant son bras aux mains du marine, il se planqua sous le comptoir renforcé avant de finalement se décider à répondre.

« HA ! Ouais pas de doute que le Gouvernement a le pouvoir de stopper ces explosions, c'est probablement vous qui les causez ! Vous croyez que je les remarque pas vos petits espions qui fouillent dans mes affaires chaque jours ?! » Se moquant ouvertement du jeune, le marchand s'enfonça dans son délire paranoïaque sans se soucier de son interlocuteur. « Ce couple. Ils sont passés il y a plus de deux semaines pour acheter quelques caisses de pièces. Mais ça vous le saviez déjà je présume !... » Rechargeant son arme, dans un cliquetis distinctif, le marchand laissa échapper une dernière information, croisant les doigts pour que ça suffise à ce chien du Gouvernement. « C'était un drôle de type avec une moustache et des marques sous les yeux. Sa femme avait l'air... Plus jeune ? Teint bronzé, peau basané. Ils s'engueulaient en parlant d'outils spécialisés et de livraison. Je sais rien de plus ! Foutez moi la paix ! »

-----------------------------------------------------------------------------------------------------


???

« Il est passé par ici ! » S'étant lancé à la poursuite du voleur, quelques employés du casino passèrent rapidement devant un entrepôt rempli d'équipement naval. Ils avaient définitivement perdu la trace du voleur, mais ça n'allait pas les empêcher de chercher. Pas de doute en revanche que si le gothique bien pâle repointait le bout de son nez ils lui mettraient la main au collet immédiatement. Enfin c'était en supposant que le pauvre voleur s'en sorte vivant. En effet, celui-ci découvrirait bien assez vite qu'il s'était emparé d'une valise contenant plusieurs milliers de berrys... Ainsi qu'un sac à main contenant une bombe a retardement sur le point d'exploser. Pas de bol, Danery était un peu plus qu'une simple joueuse insatisfaite par les résultats de son jet de dés. Et comme si ça ne suffisait pas, une silhouette relativement inquiétante fixait maintenant l'entrée de l'entrepôt, attendant patiemment que l'inconnu donne signe de vie depuis la toiture où il s'était posé. Quelles que soit ses intentions, l'homme n'inspirait certainement pas confiance.


Ordre de passage: MJ - Choryo - Dorian - Tsusha - Kadan
Délai : 72h par rapport au post précédent.
Un délai supplémentaire de 24h vous est autorisé une fois, si vous prévenez sur le topic dédié à cet effet. Vous êtes également libres d'échanger vos tours si vous le souhaitez, en prévenant également sur le topic.

Carte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Choryo Supai
Matelot
Choryo Supai
Messages : 68
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
73/120  (73/120)
Berrys: 12.950.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Mar 8 Jan - 0:55


Un Coussin Empoisonné !







Choryo se redressa rapidement, demeurant dans un premier temps sur ses genoux tandis que son regard captait le résultat de sa chute. Une sorte de machine complexe et bizarre gisait sur le sol au pied de l'homme à qui il avait tenté de la ramener. Laissant apparaître un simple air d'incompréhension sur son visage il grimaça tandis que le résultat de sa chute lui troublait les idées et que la douleur découlant du coup du Commandant quelques secondes plus tôt se manifestait en lui. Il voulu alors poser une question au musicien, tenter de savoir quel drôle d'instrument il avait dedans lui. Il n'avait jamais été un expert en musique mais cela n'était certainement pas une guitare et en réalité il ne voyait rien qui puisse indiquer que ce soit ni un instrument à cordes, ni un instrument à vent, ni une percussion. Néanmoins avant qu'il ne puisse prononcer la moindre syllabe l'individu se carapata en vitesse, quittant la rue principale pour bifurquer dans une autre sans demander son reste. Le gouvernemental fronça alors les sourcils en se mettant debout, essuyant du revers de sa main la poussière qui lui ornait le visage il observa un court instant l'étrange objet devant lui avant qu'il n'en saisisse subitement la teneur.

Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaargh

Un cri aigu à percer les tympans s'extirpa de sa gorge tandis qu'il comprenait qu'il ne se tenait qu'à quelques mètres d'une bombe, pire qu'il l'avait eut entre les mains ! Ses jambes parurent sur le point de le lâcher à nouveau tandis que la panique l'envahissait, pour autant son instinct de survie se révéla encore plus fort que le reste puisqu'il fonça sans demander son reste vers la porte du bar dont il venait justement de sortir. Dans la précipitation des événements il ne pensait plus du tout à la théorie de trahison de son supérieur qu'il croyait dur comme fer quelques secondes auparavant, et c'est sans la moindre hésitation qu'il pénétra dans l'établissement. Mais dès qu'il aperçut le visage du Commandant tout lui revint en mémoire en un instant, les informations qu'il s'était inventé et celles qu'il avait pu constater se mélangeant sans que son cerveau n'ait le temps de les analyser correctement. Se stoppant dans l'ouverture de la porte en regardant la salle qu'il avait devant les yeux avec un regard effrayé seuls deux mots parvenaient à résonner dans son esprit inlassablement, se répétant au milieu du flot de pensées incohérentes qui lui traversaient l'esprit. Se rendant compte qu'il s'était peut-être jeté dans la gueule du loup et se doutant que tous ici devaient observer l'homme à l'air de fou qui venait de faire irruption dans la pièce après l'avoir quitté avec précipitation il parvint seulement à bégayer les deux mots qui tournaient en rond dans sa tête :

Commandant... Bombe...

Alors comme une réponse à ses paroles incompréhensibles l'explosion eut lieu dans son dos, avant même que qui que ce soit dans le bar ne puisse agir. Il sentit le souffle chaud des flammes venir caresser son dos, venant probablement noircir et détruire en partie l'arrière de son uniforme. Mais surtout il se retrouva une nouvelle fois projeté en avant contre son gré, jeté comme s'il avait bondit soudainement avec une puissance qui l'empêchait de s'arrêter. Il n'eut que le temps d'écarquiller les yeux tandis qu'il se voyait déjà prêt à s'étaler sur la jeune femme qu'il avait déshabillé un peu plus tôt. S'il n'avait eut que ses vêtements la fois précédente il risquait fort de s'étaler sur elle de tout son long si rien n'était fait, la projetant probablement à terre avec lui. En réalité au vu de sa trajectoire actuelle il risquait fort de trouver un coussin particulièrement agréable pour amortir sa chute. Pour autant il grimaça en se rappelant ce qu'il avait eut à subir pour avoir dévoiler sa culotte, il avait mal d'avance à l'idée de ce qui lui serait fait lorsque sa tête finirait au milieu de ses deux seins.
Revenir en haut Aller en bas
Dorian Karmon
The Steel Hunter
Dorian Karmon
Messages : 135
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
20/100  (20/100)
Berrys: 21.684.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Mar 8 Jan - 22:00

Je grimace, en entendant le début de réponse du magasinier... C'est bien ma veine: voilà que je suis tombé sur un paranoïaque et complotiste sur les bords.
Malgré tout, au milieu de ses élucubrations, il me donne quelques informations qui ne sont pas forcément à jeter. L'histoire du couple suspect s'étoffe d'avantage et je sais maintenant que je dois chercher possiblement un endroit où on pourrait ranger des caisses de matériel.
Et puis... cette nouvelle description des suspects... Les marques sur le visage de l'homme... le musicien du bar avait bien des marques au-dessus des yeux! Sauf que la femme qui semblait l'accompagner n'a pas vraiment le teint basané... Après, dois-je vraiment fier à 100% aux déclarations de cet homme?
En le voyant recharger précipitamment son arme, je me dis que ça ne sert à rien d'insister et de ne surtout pas déclencher de conflit; la panique est déjà suffisante avec les bombes et je ne vais pas en rajouter avec des coups de feu et une possible destruction d'un magasin.

Je recule, en levant les mains, vers la sortie:

-Très bien, très bien, je m'en vais; je ne vais pas vous déranger d'avantage.

N'insistant clairement pas, mais gardant tout de même un œil sur le marchand, pour éviter un autre tir de panique, je me retrouve dans la rue, mon regard se posant sur le navire de la Marine stationné un peu plus loin...
Cet homme me parlait de "livraison"... Les suspects auraient donc besoin d'un endroit pour soit stocker des marchandises, soit en réceptionner de l'extérieur. Peut-être que les caisses achetées auprès de cet homme n'étaient pas les seuls outils dont les Décimas avaient besoin, pour fabriquer les explosifs? Difficile à dire et je peux difficilement échafauder une théorie fiable.
Cependant, je peux rester sur mon plan d'origine, à savoir fouiller la zone des entrepôts, qui me semble la meilleure option, pour stocker des caisses de matériel.

Fonçant le long des quais, je sors mon Den-Den Mushi, pour appeler le commandant Uzo.

-Commandant, ici le Sergent-chef Karmon! J'ai quelques information sur les suspects: l'homme aurait des marques au-dessus des yeux et la femme serait plus jeune que lui, avec le teint basané!
Je vais fouiller la zone des entrepôts, afin de chercher du matériel qui serait apparemment en possession des Décimas!


Je raccroche et presse d'avantage le pas, repartant sur mes pas, vers le centre-ville, avant de tourner à la première rue à gauche, pour commencer à fouiller les entrepôts. Je ne peux pas prendre le risque de passer à coté d'une piste, donc autant fouiller tous les entrepôts, même si ça va clairement me prendre du temps. Cependant, les entrepôts bordant directement les quais me semblent trop "évidents" comme cachettes... Ils ne pourraient quand même pas déplacer du matériel devant le navire de la Marine posté à la sortie du port...
Je commence donc par inspecter les trois entrepôts au sud du pâté de maisons situé juste au-dessus de l’entrepôt le plus au sud de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tsusha Nokunito

Tsusha Nokunito
Messages : 39
Race : Humaine
Équipage : Elle même

Feuille de personnage
Niveau:
13/75  (13/75)
Expériences:
16/80  (16/80)
Berrys: 103.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Jeu 10 Jan - 23:04

L'histoire est écrite par les vainqueurs
Avec Choryo Supai, Dorian Karmon et Kadan Seitetsu
C’était l’anarchie aux yeux de la pauvre petite Tsusha, qui se retrouvait projetée dans des évènements bien trop grands pour elle. Elle prenait réellement la mesure de la gravité des évènement seulement maintenant, alors que les restes fumants d’une auberge s’étalaient à la vue des passants, paniqués par les détonations s’effectuant sans aucune prévention dans tout et n’importe quel endroit de la ville. La rouquine, qui venait d’arriver à l’auberge, qui n’en serait malheureusement plus une désormais, détailla la scène d’un air choqué. Quelques personnes sanglotaient aux abords des décombres, pleurant un ami ou un membre de famille resté à l’intérieur du bâtiment lors de ce terrible évènement. A côté de cela, de nombreux passants s’affolaient, courant ou marchant dans la rue en fouillis à cause de l’explosion.

Là gisait la femme que Tsusha avait vu auparavant. Celle qui répondait au titre de Colonelle Duromur était évanouie, là, sur le sol de cette rue poussiéreuse de St-Urea. A la ceinture de la colonelle se trouvait un denden mushi crachotant quelque chose que Tsusha ne saurait comprendre à cause du bruit ambiant. Se rapprochant de la personne, Tsusha eu la chance de comprendre que des secours étaient en route. La carcasse encore brûlante de l’auberge dégageait une chaleur qui avait le don de mettre mal à l’aise la jeune femme. Cependant, maintenant qu’elle avait une blessée à côté d’elle et quelqu’un au bout du fil d’un denden mushi, la rouquine prit l’initiative de s'agenouiller prés du corps, puis de décrocher le combiné et d’y parler, histoire de proposer son aide. La voix tremblotante a cause du stress et de la situation, la jeune fille prit quand même son courage à deux mains pour paraître le plus calme possible.

- A-Allo ? Je m’appelle Tsusha Nokunito. Il y a cette femme, au sol, et j’ai cru comprendre que des secours allaient arriver. Comment puis-je aider le temps qu’ils arrivent ?

Tsusha attendit une réponse du dénommé Lazar, qu’elle n’avait pas encore entendu bien sur, mais qui ne tarderait certainement pas à répondre. Du haut de ses quatorze ans, la jeune femme faisait ce qu’elle pouvait pour aider les gens à se sortir indemne de cette situation, mais ici, la seule chose dont elle se croyait capable était d’aider cette pauvre femme gisant au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Kadan Seitetsu
Toucher Mortel
Kadan Seitetsu
Messages : 118
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
170/200  (170/200)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   Ven 11 Jan - 13:31



L'Histoire est écrite par les vainqueurs

Feat Event - Groupe 10

Voilà, j’étais enfin en lieu sûr. En tout cas pour le moment. En revanche, à cause de l’explosion de l’auberge, mon masque était vraiment fichu. Il m’allait être difficile de le reprendre sans avoir à le refaire entièrement. C’est pourquoi la seconde option me semblait malheureusement la plus logique à prendre. Mais dans tous les cas, j’étais actuellement dans une situation plutôt délicate. En effet, je ne pouvais guère me permettre de dévoiler mes deux autres identités qui devaient être utilisées dans des cas bien précis. Et d’un autre côté, voyager en pleine ville à visage découvert ne me ravissait pas plus. Mais je n’avais à vrai dire pas trop le choix désormais.

A peine quelques secondes après que je fus rentré dans l’entrepôt en prenant le soin de fermer la porte derrière moi, je pus entendre quelqu’un s’écrier « qu’il » était passé par ici. Ça ne pouvait être que moi, bien évidemment, ça ne serait pas drôle autrement... En revanche, les voix et les bruits de course se déplacèrent bien vite jusqu’à quitter la zone assez rapidement.

« Ouf. », laissais-je échapper d’entre mes lèvres, soulagé.

Qu’allais-je pouvoir faire maintenant ? Je ne pouvais pas non plus rester là à ne rien faire pour l’éternité.

*tic tac, tic tac, tic tac...*

Hein ? Quel était ce bruit ? En me posant la question et en essayant d’en trouver la source, je m’aperçus qu’il était d’autant plus fort que j’approchai mon oreille de la valise. Non, c’est pas possible... Prenant rapidement le réflexe d’ouvrir le contenant pour m’assurer de ce que je croyais, je ne fus absolument pas « déçu » de ma découverte. La valise en elle-même contenait à vue de nez quelques milliers de Berrys. Mais le bruit, lui, semblait provenir du sac laissé à l’intérieur. Il s’agissait de celui de la demoiselle, la joueuse du casino.

Très vite, le son s’accéléra, et là je n’avais plus le temps de réfléchir. Après tout, ça me paraissait évident. Il ne pouvait s’agir que d’une bombe. De ce fait, réalisant bien assez vite que je mourrais sans aucun doute si je ne faisais rien pour m’en séparer, je me levai d’un coup sec et attrapai la poignée de la porte pour l’ouvrir brutalement tout en touchant à peine le sac de mon autre main. A ce moment-même, il se souleva et commença à se déplacer de lui-même jusqu’à l’extérieur, partant directement sur la droite pour suivre la trace du croupier, mémorisé auparavant par cette main en tant que cible. S’il n’avait pas eu le temps de prendre suffisamment de distance juste avant, il se retrouverait peut-être victime d’une explosion. Mais de toute évidence, cela dépendrait de divers facteurs que je ne pouvais maîtriser. Au moins, j’étais sauvé.

*J'ai l'impression d'être abonné aux explosions ici, ma parole...*

Quoi qu’il en soit, le danger écarté, je pus reprendre mes esprits. Prenant ainsi une profonde inspiration avant d’expirer longuement, je me décidai à sortir à mon tour. Il n’y avait rien de bien alarmant dans cet entrepôt : seulement du matériel naval. De ce fait, laissant la valise à l’endroit où je l’avais déposée, je pris quand même la peine de me remplir les poches au maximum, histoire de ne pas tout perdre. Désormais, je n’avais plus qu’à fouiller les prochains entrepôts. Et pour cela, je pris la direction de l’ouest, visant donc  l’entrepôt d’à côté. Mon objectif était de tous les faire en redescendant, tant que je ne trouvais rien d’intéressant.

La joueuse était apparemment de mèche dans l’affaire terroriste. Mais elle ne devait sans doute pas être la seule. Et puis.. L’auberge dans laquelle elle disait résider venait d’exploser. De ce fait, je ne pouvais même pas savoir où elle déciderait de se rendre.

awful pour Epicode

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire est écrite par les vainqueurs [Groupe 11]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Pour l'histoire
» Haiti : Cazal une ville , une histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue :: Royaume de StUrea-