Partagez
 

  L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
PNJ (Decima)

PNJ (Decima)
Messages : 125

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeMer 13 Mar - 20:31



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1547404467-colonel-andrew-wolten-1-marine L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1547404469-commandant-william-scampton-kyoukou-1-marine
Colonel Wolten, Commandant Scampton

La bête était blessée...non, les deux bêtes étaient blessées et pourtant, même avec deux ailes inopérantes et un genou posé à terre les deux animaux savaient que leur volonté de combattre était intacte. Pourquoi ? Parce que telle était leur voie et que, d'une certaine façon, ils prenaient un plaisir coupable à briser le jeune parvenu devant eux. Peu importaient ses origines ou la raison qui l'avait fait prendre les armes, tout cela ne serait qu'un très lointain souvenir quand ce crétin serait six pieds sous terre ou derrière des barreaux. Le colonel préférait la première option évidemment, plus simple et plus rapide, mais il savait aussi que le combat finirait forcément par décider à sa place. Ainsi, alors que son adversaire était repoussé au loin grâce à son assaut précédent, le fauve serra les dents pour se redresser malgré la douleur et, alors que son subordonné rentrait dans son champ de vision, tous deux se ruèrent sur l'assassin.
L'un par la gauche bondit toutes griffes dehors tandis que l'autre, malgré sa mobilité réduite,  chargea en avant pour percuter la cible de plein fouet si elle décidait d'esquiver l'assaut du colonel. Attaque en sandwich, simple, directe, efficace.


 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1540841344-samuel-wesson-decima
Samuel Wesson

Comment avait-il fait pour se relever aussi facilement, semblant presque intact, malgré l'assaut à sens unique qu'il venait de subir ? Telle était la question se se posait le pistolero en voyant son adversaire repartir à l'assaut comme si absolument rien ne s'était passé. De la chance, ou ne faisait-il que bluffer ? Samuel n'eut pas le temps de répondre car, bien qu'il baissa son chapeau pour protéger ses yeux, l'attaque lumineuse fut assez rapide pour brouiller ses yeux pendant un instant, instant crucial qui laissa le temps à son adversaire de jeter deux projectiles. Alors que les deux grenades volaient dans sa direction et que son haki lui permettait de capter la position approximative de son adversaire, le tireur regagna un semblant de vision et abattit les deux projectiles avant qu'ils n'arrivent à ses pieds.
Bonne idée ? Pas vraiment, pas la meilleure en tout cas car un gaz s'échappa des trous et, s'ils ne gagnèrent pas tout de suite sa position, cela ne saurait tarder mais le tireur n'était pas assez inquiet pour stopper son assaut pour autant. Ses yeux allaient bientôt commencer à piquer malgré son masque respiratoire mais, pour le moment, il voyait encore assez clair pour localiser sa cible et apprendre de ses erreurs passées. Jusqu'à présent il avait mitraillé son opposant sans grands résultats mais savait que seule la précision comptait vraiment et, fort de ce constat, il rechargea son arme tout en laissant son haki guider son tir. Il tira trois balles à travers la fumée et, si la première rata sa cible de peu, les deux balles suivantes vinrent se loger respectivement dans la cheville et dans la cuisse droite de l'inventeur.

Content ? Si c'était le cas il ne le montra pas le moins du monde alors que le gaz commençait tout doucement à faire effet. Pas de réplique cinglante, pas de moquerie douteuse ou quoi que ce soit de ce genre : il ne pouvait pas se le permettre mais, malgré les lacrymogènes, il continuerait à rassembler ce qui lui resterait de contentration pour faire face et tirer avec la précision qu'on lui connaissait.

Le sang venait de couler et ce n'était que le début.



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1544319026-lahmar-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1540841340-kyusuke-sadaemon-decima
Lahmar – Kyusuke Sadaemon

Elle était forte, pas au sens physique du terme mais elle ne lâchait rien et, à défaut de mériter le respect du guerrier de la foi, cela lui valait au moins son entière et complète attention. Elle avait réussi à le faire saigner, ce qui n'était pas arrivé depuis plusieurs années mais elle allait tomber de haut car dans ses yeux, grâce à ce premier coup porté, Lahmar pouvait y lire un petit regain de confiance probablement concernant ses chances de victoires. Réaction logique face au premier sang versé, rien de véritablement surprenant, et pourtant cela aurait été une monumentale bêtise que de supposer que Lahmar avait assez de respect envers la demoiselle pour se donner à fond. Ce n'était pas le cas, c'était rarement le cas de manière générale pour être parfaitement franc.
Bien entendu le combattant arqua un sourcil de surprise lorsque le sabre de la demoiselle reprit forme humaine, n'étant pas préparé à une telle transformation, également un peu déçu que son attaque ne touche pas la cible désignée, mais il referma son esprit pour ne pas laisser le doute s'instiller en lui. Au lieu de cela, il laissa cette sabreuse venir à lui et, alors que son instrument était toujours recouvert de haki, prêt à frapper là où cela faisait mal, le guerrier à la crinière de feu s'élança à une vitesse époustouflante compte tenu de la lourde arme qu'il tenait.

- Puisque c'est ainsi...

Elle était confiante ? Elle revenait à la charge et encore et encore et encore ? Bien, qu'elle espère, qu'elle s'accroche à l'idée de pouvoir le vaincre : le désespoir n'en serait que plus profond. Le bâton dévia l'attaque sur le côté et, la seconde d'après, le coude disponible du guerrier percuta le plexus solaire de la demoiselle avec assez de haki pour lui couper le souffle. Sa main attrapa la tête de la sabreuse avant de la fracasser violemment sur le sol, tandis que bientôt, sans prendre une seule pose, le guerrier leva son bâton avec la ferme intense de le fracasser sur cette petite tête.
Y arriverait-il, ou avait-il assez d'énergie en elle pour lutter ?

Kyusuke n'avait pas l'habitude de combattre autre chose qu'un autre sabreur ou éventuellement un pugiliste, la faute à son style de combat qui ne lui permettait pas de véritablement combattre à distance, mais fort heureusement sortir de sa zone de confort n'était pas quelque chose qui le perturbait véritablement. Il avait mal et ne sentait plus du tout son bras gauche, cela au moins il pouvait l'avouer, mais combattre à une seule main ne diminuait pas assez ses capacités pour que l'inquiétude puisse s'installer dans un coin de sa tête : il en avait vu d'autres ! L'hybride eut d'ailleurs l'occasion de s'en rendre compte lorsque son assaut suivant fut un cuisant échec, car à la force de son seul bras droit, sa lame mordit la chair de la queue qui souhaitait le fouetter avant de la repousser violemment en arrière, gagnant ainsi quelques précieuses secondes.
L'assaut précédemment avait au moins eu le mérite de laisser tomber son chapeau et, alors que sa longue chevelure noire tombait, assujettie à la sainte gravité, Kyusuke ne put ignorer l'intense chaleur qui tentait d'avoir raison de lui. Il était un homme du froid et de la pluie, aussi ce chaleur croissante ne tarderait pas à avoir raison de lui mais, avant cela, il avait la ferme intention de montrer à cette hybride de quoi était fait un véritable samouraï.

- Honneur, force et courage !    

Il avait répondu à cet appel avec la force qu'il lui restait, avec l'esprit combatif dont il avait été doté depuis qu'il avait empoigné un sabre la toute première fois. Il était fort, sa lame était plus acérée que jamais et son esprit aussi vif et alerte que possible compte tenu de la situation, car c'était dans des instants de périls comme celui-ci qu'on pouvait tirer le meilleur de lui. Aussi, conscient que de périlleuse situation mais prêt à donner plus que son maximum, le samouraï s'élança furieusement vers son opposant. Puis il disparut, comme un fantôme transporté vers l'autre côté du voile avant qu'il ne réapparaisse en quatre exemplaire tout autour de la grande bête ailée. Comme un seul homme, les quatre samouraïs bondirent tous vers la bête en visant chacun une partie différente de cet énorme corps mais, au final, seule une de ces autre attaque ferait de véritables dégâts. Laquelle ? Cela restait à définir mais Kyusuke n'en était qu'à ses débuts car, dans l'éventualité ou ses quatre attaques ne porteraient pas, il formerait une gigantesque tornade d'énergie dans laquelle la bête serait piégée et broyée.

Ainsi elle voulait de la force ? Elle allait être servie.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1549998803-vergil-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1549998807-satsuki-decima
Vergil – Satsuki

- Oh oh oh, la belle bête !    

Même en ayant encore la gueule de bois l'épéiste était encore le plus expressif et joyeux du duo, assez pour vocaliser sa surprise autant face à l'esquive de ses opposants du jour que par la transformation de l'une d'entre elles en ce majestueux volatile qui n'était présent que dans certains mythes. Pas mal comme première vue après un réveil capricieux et pénible, non ? Bon d'accord sa tête lui faisait toujours un mal de chien mais il avait encore assez de jugeote et d'énergie en lui pour trancher en deux la lame qui lui fut envoyée très énergiquement, grâce à sa propre lame de son cru. Okay il était debout, encore capable de parler de mettre un pied devant l'autre mais était-ce une raison pour l'accueillir de cette façon? Hum, peut-être l'avait-il cherché en demandant à son collègue d'ouvrir le bal. Et en plus la bestiole n'y était pas allé de main morte !

- Je m'occupe de la bestiole, t'es pas en état
- J't'emmerde !
- Peut-être, mais t'es quand même une épave.  

Vergil était trop fatigué pour débattre d'un tel sujet avec un homme qui était autrement plus têtu que lui, il ravala donc sa fierté tout en resserrant sa main sur le manche de sa longue lame, posant les yeux sur l'autre donzelle qui ne semblait pas représenter un vrai danger. Était-ce à cela qu'il en était réduit ? Récupérer les miettes ? Oui, bon d'accord il n'avait pas vraiment les yeux en face des trous mais tout de même ! Se promettant d'arrêter de boire dés demain pour  ne plus jamais rater de telles opportunités
Alors que Satsuki bondissait sur le côté, éjectant ses deux projectiles vers le volatile pour que ses chaînes viennent entourer ses ailes, le plus sûr moyen de clouer la bête au sol, Vergil tendit la pointe de sa lame vers son adversaire avant de bondir dans sa direction. Son but ? La tranchant d'un coup coup d'estoc dont il avait le secret et, si cela ne fonctionnait pas, il enchaînerait avec une tranche horizontale.




Voici l'ordre : Sairento Saitsujin, Zeke, Tenshi Taya, Ishtar, Bonnie Sarments, Mio Ronki

Vous avez 72h pour poster chacun. Votre tour commence quand celui de la personne qui vous précède s'achève ou qu'elle a posté. Vous pouvez demander un délai de 24h dans la partie adaptée

Puisque Sairento a posté hors délai, comme indiqué, son post ne sera pas pris en compte ce tour-ci.

Lahmar est lvl 45
Samuel Wesson est lvl 38
Kyusuke est lvl 31 
Le Colonel Wolten est lvl 30
Le Commandant Scampton est lvl 25
Satsuki est lvl 22
Vergil est lvl  18

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
Sairento Satsujin
Messages : 258
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue32/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (32/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue41/250 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (41/250)
Berrys: 346.289.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeSam 16 Mar - 5:30


La Colère Silencieuse !


Le Satsujin se ramassa sur lui-même, crachant du sang au sol tandis qu'il se redressait à quelques mètres du fauve dont il venait de lacérer le flanc. La bête n'avait pu esquiver son attaque mais l'avait gratifié d'un violent coup de patte qui l'avait projeté à l'écart avec force. Encaisser des coups n'était pas réellement le talent principal de l'assassin, la plupart de ses adversaires étant mort avant même d'avoir pu l'approcher. Ainsi lorsque la force brute du gouvernemental l'avait frappé il n'avait rien pu y opposer en résistance, se contentant de prendre le coup et d'en subir les conséquences. Même si le combat semblait plutôt bien engagé en sa faveur à cet instant précis le Silencieux demeurait pourtant dans une configuration de combat qui ne lui était clairement pas adaptée. Il sembla hésiter sur l'attitude à avoir pour la suite, le fauve paraissait encore perdu mais le coup qu'il venait de lui infliger prouvait qu'il en demeurait tout de même particulièrement dangereux. D'ailleurs les quelques instants de réflexion et de remise au point que venait d'utiliser la Main Silencieuse semblait lui avoir permis de reprendre contenance. Déjà l'animal se redressait avant de s'élancer sur lui, sans que le silence qui l'entourait ne semble plus réellement l'affecter pour l'instant. S'essuyant la bouche du revers de la manche il s'élança alors en avant, mais cette fois-ci pas en direction du fauve !

Il avait facilement repéré l'animal volant qui l'avait pris pour cible en premier, dans un premier temps ramené au sol et les ailes rangées dans son dos il avait soudainement une allure bien plus humanoïde. De par sa condition et de ce qu'il avait pu en voir dans ces prémices du combat c'était lui le maillon faible du duo. Au sol la créature avait sans aucun doute perdu son atout le plus précieux et serait un adversaire bien moins coriace que son allié. Sairento jeta un rapide coup d'oeil vers le fauve justement à qui il avait donné une belle balafre sur le flanc, cette blessure quoique spectaculaire ne l'empêchait pas de se mouvoir et ses compétences félines le rendaient bien plus rapide que l'assassin. Pour autant il doutait qu'avec ses oreilles internes encore tout juste détraquées il puisse intervenir à temps. Sa dague en main il se rua sur le chemin de l'autre créature qui faisait l'erreur de venir à sa rencontre. Le choc fut lourd et puissant, coupant un instant la respiration du silencieux sans que celui-ci ne semble pour autant décontenancé, son corps se pliant simplement sous l'impact. Faisant fi de la douleur sa main gauche sorti du manteau où elle était venue se cacher un instant, dévoilant alors une seconde lame que le maudit leva finalement devant lui. La chauve souris ne lui avait pas réellement laissé d'échappatoire dès l'instant où il esquivait le fauve, mais par la même occasion elle ne s'en était pas donné à elle même. Alors même que le choc de la rencontre de leurs deux corps venait d'avoir lieu il abattit violemment les deux lames sur le dos sans défense que lui présentait alors son adversaire, se préparant à venir le déchirer en diagonale d'un coup sec. Il savait pertinemment qu'en une demi-seconde il serait finalement éjecté vers l'arrière et qu'il subirait finalement les contre-coups de son choix, mais s'il était parvenu à blesser lourdement l'un de ses adversaires cela pourrait changer la donne. Néanmoins s'il n'y parvenait pas cela risquait de vite tourner au désastre, encore réduit par les deux derniers coups encaissés et face à deux ennemis il ne tiendrait pas longtemps.


Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
Zeke Lundren
Messages : 1659
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue39/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue10/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (10/350)
Berrys: 7.275.879.733 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeMar 19 Mar - 5:28

Seek &

Destroy


Observant longuement la réaction de son adversaire, l'ingénieur constata rapidement que ce dernier avait choisi de tirer sur les grenades. Pas de surprise de ce côté donc, après tout son adversaire semblait quelque peu sur les nerfs et tirait littéralement sur tout ce qui bougeait. D'un coup un voile pâle et verdâtre s'était répandu entre lui et le tireur. Rien qui obstrue totalement son champ de vision, mais ça serait au moins suffisant pour tester les capacités de tir de l'homme... Et ces capacités il les testa bien assez vite.

Presque aussitôt le voile apparu, le cowboy entrepris de lui tirer dessus à trois reprises et, si l'ingénieur le senti venir, il n'arriva pas à l'esquiver proprement. Son déplacement brusque vers la gauche lui permis ainsi d'esquiver le premier projectile, mais pas les deux derniers qui visaient sa position future plutôt que sa position actuelle. Réalisant qu'il ne pourrait pas bouger assez vite pour esquiver les deux balles fonçant droit vers sa jambe, l'ingénieur n'eut d'autre choix que de les regarder s'approcher de lui au ralenti sans pouvoir faire quoique ce soit. Son clockwork system lui permettait de voir le coup arriver certes, mais pas de réagir dans ce cas-ci... Ce qui était probablement pire que de se faire prendre par surprise ironiquement.

Sentant les projectiles lui creuser lentement la jambe, l'inventeur eu une réaction presque viscérale. Inconsciemment, il avait accumulé la même énergie qu'il avait manifesté lors de son combat contre Karast pour se protéger. Ça n'avait eu aucun effet malheureusement. Son haki n'étant pas développé, cette réaction revenait à une gesticulation inutile de plus de sa part. Tant pis, il allait devoir encaisser... La douleur se faisait de plus en plus forte. Bien différente des brûlures causées par les explosions auxquelles il était maintenant habitué, la sensation de ce déchirement dans sa chair le faisait frémir. Le premier projectile lui déchira ainsi le bas du mollet, alors que le second s'enfonça dans sa cuisse bien profondément. De quoi laisser une marque.

*Et merde faudra vraiment que je commence à me traîner des médocs à l'avenir moi.*

Bon, au moins il était fixé maintenant. Son adversaire maîtrisait définitivement le haki de l'observation, il ne restait donc plus qu'à tester encore un peu son adversaire et il pourrait le mettre échec et mat. Première étape, modifier le terrain à son avantage. Pour ce faire, l'inventeur plongea une main dans sa poche pour en sortir l'un des wagon du train des mers avec lequel il se baladait. Le compartiment sorti avec violence, s'écrasant au sol devant lui et créant un léger vent dans toute la zone en raison du déplacement d'air causé par cette apparition soudaine. Une action calculée, car ce léger courant d'air allait pousser le gaz lacrymogène droit dans les yeux du cowboy de manière prématuré. Une petite attaque surprise qui s'ajouterait à cet énorme bouclier improvisé qu'il venait de sortir pour se protéger.

Voyant du mouvement sur sa gauche, le hors-la-loi se tourna légèrement pour apercevoir une troupe d'amazone prêtes à se jeter sur son adversaire. Apparemment Tenshi lui avait envoyé du renfort ? Tu parle d'un timing. Sentant une nouvelle vague de douleur lui prendre la jambe, il pointa la zone portuaire aux femmes. Si elles voulaient se battre elles pouvaient s'occuper des marines et décimas là-bas. Pas question qu'elles se mêlent de son combat, après tout il avait une blessure à lui repayer maintenant.

Saisissant deux de ses bâtons de dynamite à propulsion dans sa poche, l'ingénieur enchaîna en lançant ceux-ci par-dessus le morceau de train qui bloquait maintenant son champ de vision. Les bâtons de TNT semblaient en apparence ordinaire, mais leur particularité se situait dans leur capacité à changer de trajectoire en plein vol à l'aide des mini réacteurs posés  à l'arrière. Ainsi, les deux explosifs furent propulsés tel deux mini missiles en direction du tireur dès qu'ils arrivèrent au-dessus du wagon. Je quoi le surprendre son opposant qui risquait de ne pas arriver à bloquer une attaque aussi rapide et à la trajectoire aussi imprévisible. En attendant, l'ingénieur se contenterait de surveiller la voix de son adversaire, se préparant à se jeter au sol ou à se glisser sous le train si celui-ci tentait une riposte.



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 907
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue39/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue74/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (74/350)
Berrys: 5.334.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeJeu 21 Mar - 8:43




L'Histoire est Écrite par les Prédateurs

Sekhmet



L’ennemi avait de la ressource et ne manqua pas de le prouver. L’éminent bretteur, en dépit de la souffrance et de ses blessures, avait réussi à annihiler l’assaut que la guerrière des cieux bilcans à l’aide de son seul bras encore utilisable. L’ancienne révolutionnaire n’avait aucun doute sur la férocité et la puissance qui hantait ce corps usant d’acier pour trancher ses ennemis. C’était d’ailleurs ce qui était arrivé. L’outil de la mort s’était enfoncé dans l’appendice emplumée de la bête maudite afin de faire couler davantage de sang. Ce n’était pas un adversaire à prendre à la légère. D’autant plus qu’il possédait quelques choses que bien d’autres avant lui n’avait pas, quelque chose de précieux qui permettait de continuer à aller au fait de soit même aux portes de la défaite pour retourner la situation son avantage, pour défendre sa cause avec l’ardeur brutale et implacable qui déferle sur les certitudes de celui qui se trouve en face, prêt à le faire plier en dépit de tout ce qu’il avait subi.

Celle qui se tenait aujourd’hui face à lui, au milieu de l’incandescence du désert émis par la manipulation solaire du Serpent à Plumes, ne comptait pas se laisser faire. Elle ne devait pas se laisser abattre par cette assurance qui émanait de ce corps dans lequel ses crocs aussi acérés que les doigts squelettiques de la faucheuse c’étaient enfoncés. Pourtant, la voilà troubler. Il la déstabilisait. Ce regard qu’il portait vers elle, il était plein d’une rage de vaincre tout comme celui qu’elle lui avait lancé… Pourtant… Pourtant il y avait là quelque chose de différent… de fondamentalement différent. Les pupilles reptiliennes se dilatèrent avant de fixer à nouveau l’homme en face d’elle. Ce dernier se tenait inébranlable, avec une présence bien trop écrasante. Quoi ? Elle se sentait écrasé ? Comment était-ce possible ? Qu’est-ce qu’il lui manquait ? Qu’est ce qui faisait que lui, subitement, devenait quelque chose lui semblant inarrêtable ? C’était pourtant elle la monstruosité bestiale maudite. Un grognement passa sur sa langue bifide. Ce sentiment qui l’envahissait, c’était clairement de l’impuissance.

Voilà bien longtemps que l’ancienne révolutionnaire n’avait pas senti cela. S’étant progressivement amélioré d’années en années, elle n’avait pas participé à un affrontement avec une telle intensité, avec un enjeu mortel et un ennemi capable de la toucher au-delà du corps en atteignant son esprit, depuis bien longtemps. Même durant le final de la Royal Snow Battle l’Archange du Typhon ne s’était pas sentit exceptionnellement en danger, sentant bien que malgré les coups qu’elle prenait c’était elle qui avait l’avantage et non son adversaire. C’est alors que la demoiselle ailée se souvint de Rune, de la menace de cette vampire du clan Báthory et son armée de mouches, de cette certitude que la fin était proche, de cette tension qui envahissait chaque fibre musculaire du corps, chaque parcelle de l’âme, de la crainte d’un futur tranché par la main d’un ennemi inatteignable, de la fuite qui était nécessaire.

Inconsciemment, alors qu’elle faisait le bilan de ses émotions, peut-être de manière instinctive, l’hybride recula, comme si la peur avait pris le dessus. Serrant les dents, la bilcane pesta contre elle-même. Non, il n’était pas hors de portée. Elle l’avait touché. Elle l’avait mis dans une position précaire. Elle pouvait le vaincre ! Ses rétines se tournèrent à nouveau vers cette silhouette imperturbable qui, en dépit de tout ce qui l’accablait physiquement à cause du combat, se tenait là, imposante, rayonnante de fureur. L’appel que la vaillante guerrière lui avait lancé. C’était ça le déclencheur ? Ce qui l’avait conduit à renaître avec davantage de forces, à porter avec encore plus de force tout ce que son existence impliquait ? Un sourire sombre se dessina sur les lèvres de l’originaire du firmament. Elle avait toujours prôné le respect et l’honneur. Si jamais, elle devait périr aujourd’hui, ce n’était pas le moment de trahir ses principes. S’il allait la surpasser pour cueillir sa vie, l’ange ferait face à sa destinée avec la hargne d’une guerrière qui ne bronche pas une fois l’heure de l’ultime danse venu.




L’écho des affrontements et des bombardements se tut petit à petit dans l’esprit de l’ancienne décima qui faisait face à celui qui aurait pu être son camarade de bataille, sa conscience effaçant toutes ces données. C’était un instant suspendu dans le temps, se démultipliant pour marquer un silence, le fameux calme qui précède les moments décisifs. La respiration se faisait courte sous la chaleur tordante imposé par le climat désertique installé par la malédiction de la céleste. Les doigts de l’ange se crispèrent sous la tension. Elle sentait le vent passer dans ses plumes tandis que la combattante comprenait bien que le bretteur s’apprêtait à attaquer. C’était donc cela, la caresse, le doux baiser que la grande faucheuse portait au condamné pour qu’il profite une dernière fois des plaisirs terrestres ? L’ombre menaçante s’élança vers sa proie, s’étendant dans le champ de vision, menaçant de sa lame aiguisée la chevronnée recrue des amazones qui n’allait pas pour autant laisser cet adversaire mettre fin à son existence sans rien faire.

C’est alors qu’il disparut, comme s’il avait disparu de la réalité, comme s’il n’avait jamais appartenu à ce monde, laissant derrière lui une bilcane surprise qui ne tarda pas à nouveau à sentir le poids du destin assaillir ses épaules. Ce moment était comme l’instant de sérénité précédent, une pause dans la charge. Ce n’était pas fini. L’acier glacial allait s’abattre sur la De Lérhane d’un instant à l’autre. Le cœur de la zoan battait la chamade, augmentant légèrement la vitesse d’écoulement du flux pourpre qui quittait sa main en marquant le contour des écailles et son plumage aussi vert que la forêt tropicale.

C’est alors que l’épéiste reparut devant Ishtar, en quatre exemplaires de lui-même. Si elle ne douta pas un instant qu’il y avait trois illusions et un seul adversaire, prise de cours la fille de Séphiran et Leanne n’eut pas le temps de même voir si sa vision thermique de serpent lui permettait de faire la différence entre les faux et le vraie. Elle tenta une manœuvre d’extraction, battant des ailes vers l’avant pour se propulser vers l’arrière et tenter d’échapper à l’attaque tout en pivotant sur elle-même pour que son bras vienne s’abattre sur l’un des Kyusuke au passage. Ce ne serait pas le bon. Non, il y avait bien trop peu de chance. Fermant les yeux, comprenant que son action ne suffira pas à sortir de l’étau de cette technique, tout comme son ennemi n’avait pas pu gérer les mouvements simultanés du long corps de la maudite. La lame s’enfonça dans sa chair, arrachant un cri à la guerrière tandis qui se retrouvait là affublé d’une large plaie. Néanmoins cela ne s’arrêtait pas là, bientôt un véritable cyclone énergétique tailladant entoura le corps de l’aspirante Kuja dont la conscience avait tressailli sous la violence et la valeur punitive de la dernière attaque du servant de Centes. Son corps entier se retrouva compresser au milieu du flux torrentiel qui charcuta son corps d’un nombre considérable d’entailles. C’était la fin. Ishtar en était désormais persuadé. Le fidèle de l’ordre Décima allait triompher d’elle d’ici quelque instant. Néanmoins, elle resterait digne jusqu’au bout. Utilisant le battement de ses ailes, la De Lérhane recula de quelques mètres tout en tournant son regard ambré vers son bourreau.

-Je regarderai la mort en face. Je t’attends.

Progressivement, le sang commençait à dévaler les courbes de son visage depuis une plaie ouverte sur son front, recouvrant en partie ses pupilles pour teinter sa vue de la couleur des entrailles humaines tandis que la blonde aux yeux argentés choisissait de reprendre sa forme humaine. Néanmoins, alors que la combattante se sentait heureuse de tomber aux champs d’honneur, le doute submergea son esprit. Comment avait-elle pu être submergé ? Pourquoi avait-elle finalement baissé les bras durant l’ultime offensive ? Et surtout, pourquoi avait-elle cette sensation désagréable qui se trouvait au-delà sa propre souffrance physique ? Ne devrait-elle pas pourtant être satisfaite ? Qu'est ce qu'il lui manquait bon sang ?!




C’est alors qu’elle se trouvait au seuil de la défaite, alors qu’elle s’offrait quasiment à son adversaire, que l’ange plongea dans un moment de profonde introspection, faisant le point sur son existence juste avant que le glaive du bourreau ne fasse son office. Ishtar avait entamé sa vie sur les îles célestes où sa différence, ses quatre ailes et sa grande taille, lui avait valu des regards méfiants de la part des enfants comme des adultes. Malgré tout, elle avait fini par se faire des amis. Sakuga Keigo ainsi qu’Omnis et Eva Icarus. Avec eux, la jeune bilcane avait fait les quatre cents coups jusqu’au jour fatidique où le père du Keigo c’était retourné contre le village, sa soif de sang le conduisant à mettre un terme à la vie de son meilleur ami Janus, le père d’Omnis et Eva. Face au spectacle sanglant, morbide, angoissant qu’avait été le duel, Ishtar était restée admirative, admirative de ces coups puissants, de ce que dégageaient les adversaires, du souffle de la bataille qui venait toucher sa peau.

Si elle s’était bien vite ressaisit pour tenter de mettre Sakuga à l’abri, il n’en demeurait pas moins que ce moment précis restait l’un des instants marquant de son existence auquel elle repensait de temps à autre. Même le sacrifice du fils qui avait choisit de partir avec son géniteur pour protéger l’île céleste de la fureur de ce dernier ne lui revenait pas à l’esprit aussi régulièrement. Pourtant, à priori, le second devait être plus marquant puisqu’il consistait en la perte d’un ami proche alors que le premier était un échange d’attaques. Certes cela conduisait à la fin de Janus, mais c’était bien l’affrontement et non le décès qui hantait les pensées de la céleste tel un spectre depuis plus de vingt ans. C’était peut-être de là que venait son obsession pour le combat, son besoin de vivre des combats grandioses, pour ressentir cette frénésie incomparable qui habite les acteurs d’une bataille. C’était un moment si important, si captivant, que dans ses derniers instants il en éclipsait plein d’autres.

Pourtant ce n’était pas comme si l’originaire du firmament n’avait jamais vécu d’aventures marquantes, bien au contraire. L’Archange du Typhon avait affrontée le supernova Mystick avec Karim Ookami, découvert les secrets d’Uk-nuuha en compagnie d’Heziel Coffe qui n’était alors pas encore forban, vogué vers le Nouveau Monde pour une réunion avec d’autres révolutionnaires, confrontée la folie vengeresse d’une puissante organisation vampire aux côtés de tant de personnes, cultivé son esprit et sa force spirituelle au monastère de l’île aux prières chez les Wans, affrontée ses anciens compagnons d’arme, combattue avec Tylor V. Alexander l’assaut minutieusement préparé par Mareck et Facciorni pour finalement permettre leur arrestation, conclut un pacte avec le doge de Puerto Havana en triomphant d’Aggaddon Médixès qui lui voua dès lors une haine farouche, tentée d'apprendre à manier sa lame en compagnie de Kyoshiro tout juste intégré aux Tengoku no Seigi, débattue avec ni plus ni moins qu’un vice-amiral en la personne de Ghetis Archer au sujet de son projet pour la mer blanche, survécu à sa rencontre contre Ren Tao, remportée la Royal Snow Battle, découvert le sort du navire Centaurus en compagnie d’Erwin Dog pour finalement trouver Tenshi Taya afin de la persuader qu'elle pouvait intégrer l'équipage des femmes pirates, sans parler d’une foultitude d’autres rencontres et conflits.

Tout cela se faisait éclipser par un seul et simplement moment, un échange d’attaques ayant eu lieu alors que l’asexuelle n’était même pas encore pré-adolescente. Pourquoi cette scène était prédominante ? Pourquoi c’était ce qui jaillissait des tréfonds de sa conscience en cet instant précis. La De Lérhane cherchait à comprendre, mais il lui restait bien peu de temps, une poignée de secondes qui se dilapidait dans les longueurs sempiternelles de sa raison, la pensée fusant dans le temps pour tenter de la délivrer d’un châtiment final qu’elle avait accepté contre toute attente. Elle qui se pensait inébranlable, qui avait triomphé de tant d’épreuves, s’était laissée dominer par cette force implacable qui émanait de l’adversaire, lui permettant ainsi de prendre le dessus psychologiquement afin de la faire plier physiquement. Tout ça pour quoi ? Pourquoi avait-elle mené son existence ainsi ? Pourquoi avait-elle toujours recherché à se battre ? Pourquoi avait-elle besoin de livrer sa vie face à une menace contre laquelle elle avait sa chance à l’origine ? Elle s’était mise aux pieds du mur et le pire c’était qu’elle avait pensée devoir se considérer comme heureuse de trépasser. N’avait-elle pas vécu comme elle l’entendait : pour le combat ? Mais était-ce bien judicieux de dédier sa vie à une telle chose ?




C’est sous ses propres questionnements qui remettait toute sa façon de vivre en question qu’une envie qu’elle réprouvait fit à nouveau surface. Un désir que la blonde aux yeux d’argent avait enfoui au fond d'elle suite à la décision qu’elle avait prise l’année précédente à Jaya. Ses options étaient simples : demeurer sur les mers bleues pour continuer à se lutter ou remonter sur la mer blanche afin de retrouver les siens dans la quiétude de la tendre Bilca. Si l’Archange du Typhon se retrouvait ici aujourd’hui, c’était bien car elle avait choisi de demeurer sous les nuages. C’était l’aboutissement d’un long débat avec elle-même qui avait commencé avant même qu’elle parte pour Jaya, un débat que l’ancienne révolutionnaire n’avait en réalité jamais pu terminer, ayant finalement tranché face au constat qu’elle ne pouvait attendre indéfiniment que la décision tombe du ciel. Dès lors, de lourds regrets c’étaient entassés dans le cœur de la combattante, des regrets qu’elle avait étouffée sous encore plus de batailles, noyant son chagrin dans la sueur et l’acier. C’est ainsi que des larmes jaillirent des orbites de l’hybride pour se mélanger au sang qui déferlait depuis son front. Ce que la De Lérhane refusait d’admettre, évitant à tout prix d’y penser, c’était que sa famille et ses amis lui manquait. Et ce désir qui sortait de ses tripes suite à la mise en évidence de son égarement, c’était le désir de vivre, de continuer le chemin pour à nouveau pouvoir étreindre ses parents, poser ses lèvres sur le front de son petit frère, s'entraîner avec Omnis, aider Eva. Cela faisait dix ans, dix putains d’années, une décennie complète, qu’elle était partit.

Ces pensées se bousculaient dans son esprit et laissèrent également passer les liens qui l’unissait avec les Wans, les moments qu’elle avait passé avec les maîtres, à recevoir leurs conseils, à partager avec les autres moines-guerriers. Au milieu de tout ceci, des paroles ressortirent, une citation que Yufina lui avait rapporté de la haute sage psyjique partit vivre en ermite sur une île de Grandline. Une phrase dont elle ne capta pas immédiatement le sens, mais qui tout comme le souvenir du duel entre Janus et Rémus s’inscrivit soudainement profondément dans le cœur de sa conscience et qui se terminait sur une phrase pleine d’un sens que l’ange n’avait jusque-là pas compris.

« I wasn't born to be champion.
I fought to be champion. »

C’est ainsi que juste après avoir dit qu’elle était prête à rejoindre l’Hadès, les pleurs muets se mélangeant au liquide rouge, que l’ancienne décima lâcha dans un murmure adressé à elle-même :

-Non…

Son regard était perdu dans le décor. Si la nouvelle recrue de l’impératrice d’Amazon Lily se cherchait elle-même, cherchant le sens de sa vie, de son existence, la raison pour laquelle elle arpentait la terre, une seul certitude s’accrochait désormais à son esprit : elle devait survivre pour retrouver ceux qui lui sont cher, même si ce n’était rien qu’une fois.




Une étincelle. Oui une étincelle virevolta, fendant le magma chaotique de la pensée pour se métamorphoser en un arc électrique qui vint relier le tout, dans un élan qui fit renaître un concept, celui de l’espoir qui se répandit en une nuée lumineuse alors que la demoiselle commençait à comprendre. Comment avait-elle put être aussi aveugle durant tant de temps ? Comme n’avait-elle put jamais se rendre compte de cette aberration ? C’était pourtant quelque chose d’évident et qui lui permettait de trouver une voix au fond d’elle qui commençait à raviver son existence, à allumer sa véritable nature. Ce qui la rendait aussi vulnérable face à la soif de victoire implacable de Kyusuke c’était l'absence d'une volonté de triompher véritablement. Toute sa vie, l’Archange du Typhon avait chérit les batailles, se délectant de se confronter à quelqu’un d’autre et l’origine de son amour du combat provenait d’un seul et unique moment… Janus contre Rémus. Elle n’avait fait que courir après le passé, viser à reproduire cette intensité, retrouver la frénésie des ces moments perdus. Ainsi, Ishtar n’avait jamais aspiré à rien d’autre que se battre. La victoire n’était pas son but, c’était une nécessité pour continuer à vivre, de l’instinct de survie, que la menace soit sur elle ou sur les autres. Bien sûr, cela lui était arrivé de prétendre vouloir la victoire à tout prix, mais au fond ce n'était jamais que pour prolonger l'affrontement. C’était là son erreur. C’était là où elle s’était fourvoyée et où la phrase de la haute sage psyjique prenait tout son sens.

C’était par les efforts qu’on devenait un véritable champion. C’est en visant constamment à s’améliorer pour toujours surpasser son ennemi et ainsi gagner que l’on méritait d’être un champion et, dans un sens plus large, un guerrier digne de ce nom. Ceux, comme elle, qui se battait simplement pour se battre ne cherchait ni à s’améliorer ni à perfectionner l’art du combat, mais simplement à prendre du plaisir. Elle pensait être née avec un certain talent naturel illustré par ses anormalités. Elle pensait défendre des valeurs, des causes, mais tout ce qu’elle faisait c’est égoïstement considérer être la bonne vision de la guerre. La De Lérhane avait jusque là affronté les autres en pensant être « née championne », être née pour être une guerrière. De ce fait, même si son empathie lui permettait de comprendre les autres, jamais la céleste n’avait pu saisir comment les motivations influaient sur le déroulement de la bataille. Voilà le résultat de s’être transformée en une machine à guerroyer ne s’arrêtant jamais : son plein potentiel et ses émotions avaient été refoulées au fond d’elle années après années derrière sa muraille d'impassibilité, de la discrimination des autres anges jusqu'à s'achever sur la décision de Jaya, sa véritable force se retrouvant prisonnière d’un cocon fictif.




Il n’était plus question de se laisser marcher dessus. Une fière guerrière qui faisait face à la mort ? Tu parles ! Une pitoyable novice qui avait renoncé à faire autre chose que de se plonger dans un instant du temps jadis une fois lancé sur le champ de bataille plutôt ! Mourir avec honneur n’avait rien de glorieux, rien d’héroïque. Non, les véritables guerriers, ceux qui aspirent à devenir champions, doivent faire face à l’échec et tenter par tous les moyens de se relever, de se battre à chaque seconde, avec chaque partie de leur corps. C’est le guerrier qui de par sa soif de remporter la victoire rend son trépas immortel dans les consciences des gens présents en luttant sans relâche, forçant l’adversaire à user de moyens toujours plus grands pour essayer de le faire tomber, jusqu’au moment où le héros cède après avoir surmonter des obstacles tous plus insurmontable les uns que les autres mais que son esprit subsiste, dans les pensées de ses alliés, dans la crainte de ses ennemis et parfois même dans son corps.

Bien sûr, pour en arriver à ce stade, puisque seul les plus grands demeurant dans la légende atteignait ces strates épiques, il fallait continuer à se surpasser, à se relever de chaque échec sans perdre le rythme pour être en mesure de rebondir. Viser la réussite tout en sachant que la victoire ouvre la voie vers une autre victoire à atteindre et ainsi de suite pour évoluer, se dépasser, forger de ses mains sa propre existence et ne pas subir une destinée ou une vision de monde demeurant figé au travers du temps et des époques. C’est désormais la lourde tâche qu’il allait falloir relever, abattre les frontières de ses possibilités pour triompher… pour triompher de l’épéiste, pour vaincre les épreuves que l’impératrice des amazones mettrait entre elle et l’intégration officielle à l’équipage, pour aller conquérir le haki, ce pouvoir se trouvant au fond de chacun et qui lui avait échapper une décennie de conflits durant certainement à cause de son fourvoiement. La céleste allait certainement se traîner ce fardeau derrière elle encore un bon moment, mais l’heure était venue de renaître, de sortir de ce gouffre pour se relever et empêcher quiconque de la pousser dedans dans l'optique que cette fois ci elle atteigne l’abîme infernal et sombre du sommeil éternel. Face aux tempêtes, face aux incendies, face aux séismes, la fille du ciel tiendrait bon, posant parfois le genou à terre, mais se redressant toujours.

Ishtar sentait cette puissance nouvelle l’inonder, lui donner encore plus de courage. L’explosion lumineuse se propageait partout, chamboulant tout sur son passage. De la destruction née la création, de la création née la destruction. Le tout n’était pas de se délecter de cet espoir, mais de le déployer, de s’en servir pour renverser la situation comme Kyusuke venait de le faire dans son sens. Il fallait rediriger cette force vers un seul membre : son bras encore valide. Peu importait que cette puissance incendiaire intérieure soit le fruit de son imagination, le résultat de la rupture des sceaux qui contenait ses véritables sentiments, ou quelque chose d’avérée. Si cela n’affectait pas le plan physique, cela chamboulerait le plan psychologique sur lequel le manieur de lame l’avait fait ployer. Les larmes cessèrent donc, laissant leur place à une fureur muette s’exprimant par le regard foudroyant que les prunelles d’argent aux reflets lunaires envoyait en direction du bretteur qui était certainement en train d’exécuter le mouvement pour mettre un terme à son existence tandis que le cheminement de pensée explosif qui l’avait submergée en quelques secondes, la mort imminente agissant comme un déclic entraînant une réaction en chaîne de remises en questions et de prises de conscience, s’apprêtait à toucher à son terme.

C’est ainsi que dans sa mémoire les visages défilèrent. Janaffe et les membres du Centaurus avec qui elle avait passés tant de temps sur les eaux, pour de très bons comme de mauvais souvenir, et qu'elle devrait retrouver pour se faire pardonner. Ce bon vieux Minamoto Nobunaga Kosenjobi qui avait été un sage conseillé et un fidèle ami. Yufina Carbuncle, celle qui lui fit intégrer l’ordre décima et qui le quitta avec Ishtar, membre importante des Wans et une bonne confidente. Sakuga qu’elle devait aider à sortir de la voie sombre dans laquelle il semblait s’être engagé à leur dernière rencontre. Omnis et Eva qui avaient dû bien changer depuis que la demoiselle ailée avait chuté de Bilca. La blonde et pâle Leanne à l’apparence de porcelaine, sa mère chérie. Séphiran, l’élégant à la chevelure d’ébène qui cherchait toujours à protéger ses enfants. Et bien entendu, le dernier visage à apparaître n’était autre que celui de Naesala, son frère, qu’elle avait chouchouté, protégé des gamineries d’autres enfants de son âge en grande sœur protectrice qui ne voulait pas qu’il souffre, les souvenirs de discrimination l’empêchant d’être sereine à son sujet. Comment avait-elle pu mettre de côté, presque oublier, son petit-frère avec qui elle avait eut une relation fusionnelle. Comment avait-elle pu ?! Ce dernier souvenir acheva son évolution psychique. Oui, le moment était venu. Elle allait s’en sortir et aller tous les retrouver un par un pour renforcer leurs liens et qu’ils ne se souviennent pas d’elle pour être une amie, une sœur, une fille, qui les abandonnaient simplement pour se battre sans véritable but.




Oui, elle était prête. Il n’était qu’une étape. Cette silhouette armée de son instrument de mort n’avait rien d’invincible, il n’avait rien d’implacable, il n’avait rien qui lui permettrait de faire vaciller le brasier inextinguible qui ne faisait désormais plus qu’un avec elle. C’était à son tour. L’heure était venue non seulement de retrouver le gout de l’amitié, mais également de briller. Voilà dix ans que la bilcane se battait. Son bras avait servi la Révolution d’Arias, caché comme les autres parmi les membres de l’équipage du Centaurus généralement envoyé traquer des officiers de bas étages. Son poing avait servi Centes qui l’avait vite déçu, l’amenant à s’exclure de manière assez flagrante du reste de l’ordre Décima et donc à ne jamais se voir confier des tâches de première importance. Le vice-amiral Archer semblait être intéressé par le fait de l’intégrer à son équipage, cependant il avait déjà sous ses ordres Caligula et des tas d’autres officiers derrière qui elle serait toujours caché en rejoignant la Marine si tard par rapport à ses capacités et son affiliation à La Couronne. Et là voilà maintenant au sein de l’équipage des Kujas, sur le point d’être intégré.

Jusqu’à maintenant, l’originaire du firmament c’était faite discrète au sein de la troupe. Cela allait changer en commençant par ce combat. Elle ne serait pas une amazone parmi tant d’autres. Elle ne le permettrait plus. La demoiselle ailée allait se battre pour arriver sous les projecteurs. Après une décennie cacher dans la masse, l’heure était venue de passer sur le devant de la scène, de montrer de quoi elle était capable, de s’imposer et qu’on arrête de la considérer comme quelqu’un à l’arrière-plan. Ce n’était pas une subordonnée au sein d’un groupe chargée de basses besognes de second, voir troisième plan. Ce n’était pas une soldate se baladant sur les mers en effectuant des missions tous les trois mois et qui était prête à s’allier avec la Marine si cela permettait de réaliser l’objectif sans blesser de civils. Ce n’était pas une disciple d’un vice-amiral ayant une certaine fascination pour les anges et qui était intriguée par une double paire d’ailes proéminentes. Oui, cette femme n’était rien de tout cela.

La naissance de la véritable Archange du Typhon était venue.
Regardez le futur des guerrières amazones éclore et craignez sa fureur.




Si les yeux étaient les portes de l’âme, cela n’avait jamais autant été le cas, ces derniers ayant retranscrit tout ce qui c’était passé dans la tête de la De Lérhane. La douleur dans sa main blessée se fit plus grande que jamais tandis que la lourde blessure infligée par Kyusuke juste avant présageait qu’il faudrait qu’elle se fasse soigner le plus rapidement possible une fois le cas de cette muraille régler. Clairement, ce n’était plus le moment de démonter l’obstacle pierre par pierre. Il fallait y aller à grand coup pour défoncer la défense, faire s’effondrer la tour où bien la submerger jusqu’à ce qu’elle chute pour ne plus jamais se relever. Animée par son envie de vaincre, son esprit se trouvant être aussi agressif que celui d’un prédateur voulant arracher la tête d’un concurrent lorgnant sur la même proie, Ishtar ferma son poing porteur de tous ses espoirs, de tout son futur, de toute sa vie et dans lequel elle avait envoyé ce fameux espoir, ce pouvoir possiblement totalement fictif qui s'était allumée en elle. Elle le propulsa, l’envoyant droit en direction de l’abdomen de l’épéiste afin de lui asséner un uppercut monumental, un assaut dans lequel toute l’envergure de sa force surhumaine était condensé, sans parler du fait que tout en menant cette action, la maudite passait son bras, en commençant depuis l’extrémité des doigts, en forme hybride pour rajouter à sa puissance physique surnaturelle la musculature du Serpent à Plumes assez puissante pour effectuer des constrictions sur des animaux sauvages.

-JE NE MOURRAI PAS AUJOURD'HUI !!!!!! cria la combattante avec toute sa hargne.

Si l’adversaire se prenait le coup, il n’y avait aucun doute dans l’esprit de la céleste sur le fait que, vu son état, cela aurait des conséquences plutôt dramatiques pour celui-ci qui serait propulsé plus loin tout en devant gérer la douleur délivrer par le déploiement de la totalité de la force que possédait cette femme maudite d’un zoan et combattant quasiment exclusivement au corps à corps.




La maudite n’attendit pas un seul instant pour reprendre entièrement sa forme hybride, son visage ferme et déterminé fixant avec une sévérité incandescente l’adversaire. Sa main se saisit d’Ashunera, cette claymore qui appartenait à son père Séphiran et que la bilcane emportait partout depuis une décennie. D’un coup bref, elle envoya l’épée longue de deux mètres à travers la vitre d’une maison. Ce jouet n’était que l’artefact d’une absence de but, supposé symboliser un rêve sans définition tangible et tenable. Ce n’était guère plus qu’un bibelot qui la gênait dans la situation présente et, même si c’était tout ce qu’il lui restait matériellement de sa vie auprès de la mer blanche, la blonde ne voyait plus le besoin de posséder un objet pour avoir à se souvenir de personnes importantes. Peut-être son père tiendrait à la récupérée, donc elle la conserverait peut-être, mais pour l’heure ce n’était qu’une entrave. La demoiselle ailée leva alors sa main traversée un peu plus tôt par l’arme du bretteur, l’amenant à hauteur de poitrine. Il fallait se battre pour écrire son futur et bien cela passait également par se battre pour tenter de surmonter n’importe quelle douleur. C’est ainsi que ses doigts se refermèrent sur la paume tandis que le bras tremblait sous la souffrance que cela déclenchait. Serrant les dents, l’ancienne révolutionnaire ferma son poing depuis lequel le sang coulait. Elle ne pourrait toujours pas s’en servir pour attaquer, mais cette simple victoire augmentait encore d’un cran son niveau d’adrénaline.

Son esprit était loin d’être chancelant, plus agressif que jamais. Si par le passé, en se rapprochant du phénomène de Flow, l’ancienne décima avait pu s’approcher d’une conscience bestiale, dans le cas présent le côté bestial était encore plus accentué par la détermination meurtrière qui était né dans la guerrière des airs. C’était un affrontement entre deux prédateurs et il était hors de question d’avoir le moindre doute sur la survie d’un concurrent qui pourrait voler des proies. Certes, elle était blessée. Certes, elle ne pourrait pas tenir éternellement. Mais il n’y avait qu’une chose qui comptait en cet instant où les limites avaient cédés, l’annihilation pure et simple de l’obstacle sur le chemin de la victoire. Déployant ses ailes, elle s’éleva à quelques mètres du sol en gardant constamment les pupilles reptiliennes d’or rivés sur son adversaire, prête à réagir s’il lançait la charge. Peut-être pourrait-il sentir l’aura abstraite qui s’échappait de cette créature mythologique volante, un clair désir de meurtre des plus primaires, très sauvage, répondant quasiment à l’instinct.

-Je vais prouver aujourd’hui et maintenant que je ne me suis pas trompé de surnom. Aux cieux répondant à l’appel du serpent divin, faites éclater la colère de Typhon. QUE LA FOUDRE S’ABATTE SUR L’APOCALYPSE !!! lancerait l’archange en dressant sa main encore valide vers les hauteurs cosmiques.

Pourquoi faire appel à un orage alors qu’elle pourrait elle-même en être victime ? Tout simplement car l’électricité tombant des nuages se dirige de manière naturelle plus facilement vers des sommets de lignes droites, comme des paratonnerres, des clochers… ou des lames d’épée. C’était l’effet de pointe selon les recherches que la bilcane avait effectuée pour connaître davantage les états météorologiques qu’elle pouvait générer avec son fruit. En arrivant à envoyer Kyusuke dans les airs, garder son arme deviendrait assurément une décision fatale. C’est bien ce vers quoi la furieuse demoiselle voulait faire tendre le combat. De toute manière, qu’il soit foudroyé ou non, elle pourrait toujours venir lui arracher ses membres pour le mettre définitivement hors d’état de nuire avant de mettre un terme à ses jours. En plus, l’effet de chaleur généré auparavant été toujours compatible avec la nouvelle application de sa malédiction, donnant au tout une ambiance de mousson avec une forte chaleur marqué par l’humidité écrasante des nuages.

Cependant, l’Archange du Typhon n’allait certainement pas attendre que les éclairs fassent leur office. Plongeant en direction du sol, la brutale créature mythique s’approchait de son adversaire, toujours attentives, prête à utiliser sa queue pour saisir l’ennemi tout comme avec le bras valide tandis que le bras déjà blessée se chargerait du cas de la lame si jamais un coup d’aile à la perpendiculaire de l’acier ne suffisait pas à contrer son mouvement. De toute manière, si l’escrimeur ne passait pas à l’assaut dans les dix secondes suivant l’arrivée d’Ishtar au niveau du sol, celle-ci entamerait l’assaut dans un hurlement tonitruant qui serait à deux doigts de lui exploser les cordes vocales, délivrant alors toute la virulence avec laquelle elle essaierait de s’acharner sur cette muraille à faire plier pour continuer à avancer, toujours en cherchant une ouverture pour le projeter dans les cieux que ce ne soit pas la queue ou par un coup.

Vaincre un combattant de ce calibre n’était qu’une étape. Faillir n’était pas une option, même dans le cas de sa propre mort. L’embrasement de son âme et l'explosion de sa force étaient tels que, dans les sensations de ses membres hantés de milles souffrances, la toute nouvelle archange avait l’impression que, même une fois sa tête arrachée à son cou, celle-ci chercherait à refermer sa mâchoire acérée pour déchiqueter tout le corps de l’ennemi à la manière d’une horde de piranhas, en y allant jusqu’avec le fond des dents, tandis que le reste de son corps, encore animé par sa volonté persistante au-delà de la mort, devrait être envoyé à l’océan dans lequel il se débattrait en faisant trois fois le tour du vaisseau depuis lequel il aura été jeté avant de sombrer pour rejoindre les abysses. C'était cette puissance ascendante. Oui c'était là l'exaltation de tout son corps, de tout son être !

"Ô Ishtar, lorsque, comme un violent ouragan,
tu maintiens le dur nœud du combat,
lorsque, par la masse, la hache, le glaive et l'épieu,
tu rivalises par la force,
lorsque tu revêts la cuirasse furieuse,
que fasse rage le Déluge !"






© By Halloween



C'est une tentative d'éveil du haki de l'armement.
Au noteur : Tenshi sautant son tour, je post. ^^

Techniques utilisées :
 

Petite note :
 


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Ven 17 Mai - 2:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ishvara D. Karma
Tinkerbell
Ishvara D. Karma
Messages : 782
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue20/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue43/100 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeDim 24 Mar - 4:43



L'histoire est écrite par les vainqueurs
Ft. Sairento, Zeke, Tenshi, Ishtar, Mio & MJ


"South Blue ✦ 1506 ✦ Event"





Il fallut quelques secondes à Bonnie pour comprendre pourquoi sa nouvelle camarade de « jeu » l’avait repoussée si soudainement tandis qu’elles amorçaient leur descente vers la terre ferme. Un manque de réactivité qui aurait bien pu coûter quelques-unes de ses plumes à l’ange, peut-être même plus - soyons réalistes -, si elle avait été seule. Tout occupée qu’elle était à mettre en place un plan pour épargner aux habitants de cette île une mort certaine, elle en avait oublié de s’assurer de sa propre sûreté. Subjuguée par la surprise de cette attaque qu’elle n’avait pas sue anticiper, la jeune femme sentit son cœur s’emballer de nouveau. Il fallait être bien naïf pour croire que les combats les auraient épargnées le temps que sa partenaire se soit sustentée. Néanmoins, ses instincts primaires reprirent bien vite le contrôle de son corps. Ce dernier, après des années passées à voguer sur les mers de Grand Line et des Blues, était devenu une machine bien rodée après tout. Déjà, seul résonnait à ses tympans le battement régulier du sang allant et venant frénétiquement à travers son corps, abreuvant ses muscles de tout l’oxygène dont ils auraient besoin pour faire face à cet imprévu et couvrant la cacophonie des affrontements environnants.

Prenant une grande inspiration pour se recentrer sur son environnement proche, elle observa, non sans une certaine admiration, le corps de la rouquine - visiblement requinquée grâce aux pouvoirs de son illusion -, se déformer pour prendre une toute autre forme. En d’autres circonstances, l’ancienne gouvernementale se serait sans doute félicitée de tromper même des éléments aussi abstraits que la faim. Malheureusement, l’éclat métallique de l’arme qui avait manqué de l’éviscérer un peu plus tôt lui fit aisément ravaler sa fierté. Ses billes nacrées détaillant rapidement la noble créature qui avait remplacée la silhouette frêle de sa consort, Bonnie ne put cependant empêcher un petit rire extatique d’échapper à la barrière que constituaient ses lèvres pleines.
Les fruits mythiques ne portaient pas ce nom sans raison, issus de légendes et de folklores, il était impossible de croiser la version animale de ces derniers dans la nature. Et peu étaient les individus à en subir la malédiction. Les chances pour que deux d’entres eux se retrouvent au même endroit, au même moment ne devaient pas dépasser les deux ou trois pour-cents… Et encore… À ce stade, on pouvait presque parler de miracle. Aussi, la Sarments n’avait pas eu maintes occasions d’admirer d’autres bêtes extraordinaires au cours de son périple et, malgré son propre statut d’être « rare », ne pouvait rester indifférente face à un tel spectacle. Son amour des choses qui sortent de l'ordinaire et sa passion pour les légendes ne le lui auraient pas permis autrement.

Sentant la gravité commencer à faire dangereusement son œuvre, elle dut cependant se résoudre avec un pincement au cœur à détacher son regard de l’animal tandis qu’il ripostait d’un majestueux battement d’aile. Reportant son attention sur le sol qui se rapprochait doucement, mais sûrement, Bonnie devina plus qu’elle n’entendit le cœur de la discussion des deux individus lorsque le premier projeta ses armes en direction de la griffonne. L’ancienne gardienne n’eut cependant pas le loisir de s’enquérir du bien-être de cette dernière face à cette nouvelle offensive, leur second adversaire s’élançant dans sa propre direction, l’imposante lame de son épée pointant dramatiquement vers elle.

L’estomac de la Sarments se noua une microseconde, le bougre était rapide et de toute évidence un combattant aguerri. Bien qu’elle roule plutôt bien sa bosse en combat, elle était plus habituée à l’arrière-ligne et les bretteurs ne faisaient pas partie de ses adversaires de choix. Toutefois… Un léger rictus vint recourber délicatement la commissure des lèvres de Bonnie, celle-ci ne bougeait pas toute son attention orientée vers son adversaire, se laissant toujours tomber tout en laissant ce dernier venir vers elle à pleine vitesse. Patience était mère de vertu. S’il pensait avoir l’ascendant en ouvrant le combat, aux yeux de la blanche il s’agissait là d’une très mauvaise erreur de jugement de la part de son opposant. A cause de leur petit aparté avec son comparse, il avait perdu en grande partie l’élément de surprise. Même s’il n’était pas des plus lents, la blanche n’était pas en reste question rapidité et, à moins qu’il ne dispose lui aussi d’un fruit lui permettant de voler, elle avait l’avantage en combat aérien. Alors que l’épéiste arrivait à son niveau, Bonnie changea subitement de forme, son corps rapetissant pour adopter son apparence de fée tandis que le coup d’estoc ne rencontrait plus que de l’air.

Forte de sa nouvelle apparence et de la surprise qu’elle espérait avoir provoquée chez l’homme, la Sarments profita de sa petite taille et de la vitesse inhérente à sa malédiction pour contourner celui-ci tout en restant au plus près de son corps, espérant ainsi éviter un possible coup de lame supplémentaire à son encontre. Coup qui ne se fit pas prier pour arriver, l’épéiste faisant de nouveau danser sa lame.
Une fois dans le dos de son adversaire, la jeune femme essaya cependant de profiter de l’enchaînement d’attaque du bretteur et du temps qu’il perdrait sans doute à réaliser son erreur pour reprendre sa forme hybride. Ne laissant pas à l’homme le loisir de se remettre en position et misant sur son incapacité à se mouvoir librement dans les airs, la jeune femme amorça un mouvement pour le frapper avec force au niveau de la mâchoire.
Dans le même temps, le poing de l’ancienne gardienne d’Impel Down se mit à luire tandis qu’elle visualisait des piques métalliques, aussi brillantes qu’acérées, pousser sur la garde de l’épée du noirauds, perçant la main enroulée autour de cette dernière de part en part pour en extraire un liquide carmin. Face à l’urgence de la situation, elle n’avait pas le temps de créer une illusion visuellement parfaite, aussi décida-t-elle de se concentrer sur la douleur lancinante que cette dernière devrait provoquer chez sa victime. Une douleur suffisante pour le forcer, dans le meilleur des cas, à lâcher son arme ou, au moins, pour l’empêcher de se battre en pleine possession de ses moyens.

Si elle avait retenu sa poudre sur son derme pour créer l’illusion du sablé un peu plus tôt, Bonnie laissa cette fois cette dernière se propager aussi dans les airs afin qu'elle se fixe sur la peau nue de l'épéiste.
Ainsi, si tout se déroulait selon son plan, même si son adversaire venait à éviter son coup, il devrait normalement tout de même subir les effets de son pouvoir.

Le souffle court, la jeune fée commençait à ressentir le contre coup de ses changements consécutifs de formes. Comme si cela n’était pas suffisant, elle ne pouvait que ressentir la pression de plus en plus présente de l’épée de Damoclès qui flottait au-dessus d’elle et des personnes présentent sur cette île. Sans oublier sa camarade. Cette dernière ne semblait pas avoir réalisé qu’elle ne s’était pas réellement nourrie et si pour l’instant elle semblait avoir retrouvé la force suffisante pour se battre, la Sarments n’était pas sûre que l’effet placebo de son action ne dure bien longtemps.

Bonnie n’avait pas le choix, il fallait à tout prix qu’elle mette fin à ce combat au plus vite.



Bonnie évite le coup d'estoc de Vergil en reprenant sa forme totale et profite de la vitesse octroyée par cette forme pour contourner son adversaire par le flanc. Une fois dans son dos, la fée reprend sa forme hybride pour lui asséner un bon coup dans la mâchoire, laissant sa poudre activée voler librement autour de son poing pour  le piéger dans une illusion même s'il venait à éviter la riposte.
Clochette : Lorsqu'elle active cette forme, deux paires d'ailes semblables à celles d'une libellule remplacent les petites ailes d'ange de Bonnie, ses oreilles s'allongent, adoptant une apparence plus elfique, et ses cheveux poussent sensiblement. Sa peau ainsi que ses vêtements blanchissent et se recouvrent d'une fine pellicule de Poussière de Fée qui, en raison de ses propriétés luminescentes, entoure la fée d'un léger halo lumineux. Par ailleurs, chacun de ses mouvements est généralement suivi par une traînée de poudre brillante. Ne mesurant pas plus d'une vingtaine de centimètres, certains racontent, à tort, qu'elle serait si petite qu'elle ne pourrait ressentir qu'une émotion à la fois.
Peu discrète et peu pratique en combat frontal, cette apparence offre néanmoins à Bonnie la possibilité de générer de la poussière de fée en quantité suffisante pour créer toute sorte d'illusions. De plus, la vitesse ainsi que la force de la jeune femme sont grandement améliorées rejoignant celle d'un Tonttata.

Viviane : Forme hybride tout ce qu'il y a de plus basique, Viviane se révèle être le juste-milieu entre l'humain et la fée. Conservant sa taille et son apparence globale, Bonnie voit les plumes rattachées à son dos s'allonger progressivement et se diviser en deux pour finir en forme d'ailes de libellule parfaitement fonctionnelles. À l'image de sa forme totale, ses oreilles s'affinent et ses cheveux, ses ailes ainsi que ses mains brillent légèrement. Sous cette forme, seules ces dernières ont la faculté de générer de la poussière de fée en quantité suffisante pour provoquer des illusions. Néanmoins la jeune femme bénéficie tout de même d'un boost de vitesse et de force similaire à sa forme totale.

Biscara Bisacara : Bonnie peut à présent créer naturellement des illusions plus complexes, plus précises, et animées mécaniquement (porte, roue, etc…).

Revenir en haut Aller en bas
Mio R. Konki
Pirate
Mio R. Konki
Messages : 107
Race : Humaine
Équipage : /

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue23/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue143/120 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (143/120)
Berrys: 2.322.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeMar 26 Mar - 22:39


    EVENT : L'HISTOIRE EST ECRITE PAR LES VAINQUEURS






    South Blue

    1506


    Rp avec
    Sairento SatsujinZeke Laundren
    ♣️ Trafiquant - Tueur
    ♣️ Blouse - Paresse - Chaos
    Bonnie SarmentsTaya Tenshi
    ♣️ Beauté - Ange
    ♣️ Impératrice - Puissante
    Ishtar De Lérhane
    ♣️ Guerrière Elegante


    « Une organisation de malfaiteurs »




    Miogriff attaque lame d’air !

    Ce n’est pas très efficace …

    Quelle erreur du dresseur Mio ! Lancer une offensive contre les deux opposants par le biais d’une attaque de type vol n’était pas la meilleure des solutions… En effet, ces derniers étaient tous les deux de type acier. Si seulement Miogriff possédait la capacité ou l’attaque clairvoyance … Elle aurait pu le prévoir ! Satsuchaînes et Vergilame étaient deux pokémons issus de la ligue Decima, une organisation de malfaiteurs qui manipulaient les pokémons et les retournaient contre le gouvernement. Sous leur influence, ces pauvres bêtes commettaient d’affreux crimes, s’en prenant à des innocents. Mio était là pour les arrêter ! Elle et son acolyte aux pokémons de type fée allaient n’en faire qu’une bouchée !

    Ah ! Mais les fées n’ont aucune chance contre le type acier…

    PEU IMPORTE ! La victoire serait la leur parce que attrapez les tous !

    [pokémon inconnu] lance métamorphose ! Elle se transforme en Fée Clochette ! Cela rend Vergilame confus !

    Vergilame attaque Fulmifer !

    Spoiler:
     

    Vergilame est confus… Il rate son attaque !

    Yeah ! Une victoire pour l’équipes les filles ailées !

    [pokémon inconnu] attaque Vent féérique !

    Spoiler:
     

    Satsulame attaque Ancrage !

    Spoiler:
     

    Miogriff regardait ailleurs, elle se prend l’attaque de plein fouet !

    Que se passe-t-il ?! L’attaque ancrage l’empêchait de fuir et d’échanger avec son allié, il la ramenait au sol ! Le dresseur Mio était en difficulté. Elle avait bien trop été subjuguée par le talent au combat de sa coéquipière, elle avait totalement laissé de côté le combat, quelle catastrophe ! Mais Mio n’était pas n’importe quel dresseur. En effet, elle possédait le crystal Zoan ! Différent du crystal Z ou de la Méga Gemme, ce dernier lui permettait de changer la forme de son pokémon autant de fois qu’elle le voulait. Ce crystal surplombait toutes les pierres pokémon déjà connues ! Et alors que Miogriff était attiré vers le sol dû aux effets de l’attaque, il réussit à se détacher de ses chaînes en reprenant sa forme Myobride ! Ainsi, les chaînes flottaient dans les airs, sans but, après avoir perdu leur prise. Le dresseur Mio hésitait… Une chute libre serait une attaque plutôt intéressante, sa position était parfaite. Mais c’était une attaque de type vol, elle risquait de ne pas avoir beaucoup d’efficacité. De plus, une attaque physique de la sorte ne l’avantageait pas. Les pokémons de type acier avaient une fâcheuse tendance à être très résistant aux attaques physiques. Malgré tout, il lui restait deux possibilités très intéressantes : la première serait d’attraper l’adversaire et de le jeter brutalement au sol avec un terrible frappe atlas ; la deuxième serait de l’attaquer d’une bon de coup de pied voltige. Dans les deux cas, les attaques comprenaient d’énormes risques. Pied voltige était puissant mais s’il évitait l’attaque, Myobride prendrait énormément de dégâts et serait au sol, dans une position délicate. Plutôt que d’utiliser la vitesse de la chute pour frapper, le mieux était donc d’attraper le plus furtivement possible l’adversaire !

    Myobride attaque Frappe Atlas !

    Spoiler:
     

    Frappe Atlas était une attaque de sûreté, possédant 100% de précision – contrairement au pied voltige qui en comprenait 90%. Cependant, les statistiques du pokémon adverse possédait une valeur de 100% d’esquive. Si cette valeur ne dépassait pas les 100%, Myobride, n’aurait aucun problème. Mais rien ne disait qu’une de ses capacités avaient pu augmenter son esquive. Après tout, Myobride possédait lui-même l’attaque Reflet, étant un pokémon connu pour sa grande vitesse. S’il possédait Liliput, comment ferait-elle ? Egalement, Myobride était de nature pressé, augmentant radicalement sa vitesse mais baissant également sa défense. Un frêle papillon mais rapide. Le pire dans cette situation était davantage son talent : Lunatique. A quel point son attaque pourra-t-elle être précise si son talent s’active dans le pire des cas ?

    Pour augmenter ses chances, Myobride se concentra sur son action à venir. Pour parvenir à attraper son adversaire, la meilleure solution serait de voler à côté de lui, assez bas, au niveau de ses hanches. Ainsi, elle aurait l’avantage de la surprise en plaçant son bras au niveau de son ventre, le hissant de cette façon vers le haut. Il lui suffirait ensuite de ramener son autre bras pour l’attraper fermement et l’envoyer dans les cieux le plus vite possible. Frappe Atlas était une attaque complexe : pour être assez efficace, elle devait faire un tour dans les airs avant d’attraper l’adversaire par le bras et de le propulser vers le sol grâce à la force centrifuge.



    technique:
     
    résumé:
     




Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Decima)

PNJ (Decima)
Messages : 125

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeVen 29 Mar - 0:32



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1547404467-colonel-andrew-wolten-1-marine L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1547404469-commandant-william-scampton-kyoukou-1-marine
Colonel Wolten, Commandant Scampton

La peur. La peur était le pire ennemi de l'homme car elle était ancrée à la raison des instincts les plus primaires, elle était la seule émotion qui restait quand la douleur et le désespoir avaient éradiqué tous les autres et, malheureusement, elle était celle que le commun des mortels écoutaient le plus facilement. Pourquoi ? Parce qu'il était difficile de serrer les dents et de se relever, d'avoir la force de s'opposer à l'oppression alors que c'était tellement plus simple de laisser les bras et de subir sa vie. Enfin, si on pouvait appeler cela une vie.
Pourquoi est-ce que le jeune commandant pensait à cela maintenant ? Parce que l'espace d'un instant, lorsque les assauts de l'assassin avaient réduits sa capacité à voler à néant, il était à peu près sûr que c'était une pointe de cœur qu'il avait senti essayer de pénétrer son cœur. Il ne pouvait pas l'admettre à son mentor et supérieur, surtout pas dans un moment pareil mais, alors que la bataille faisait rage devant lui, surtout pas alors qu'il était censé être un modèle pour le citoyen moyen. Comment faire pour être aussi fort et féroce que son mentor ? Cela n'avait rien à voir avec son fruit, non, le Scampton savait de source sûre que le colonel avait été comme sa même après la première bouchée de ce fruit.
Mais alors pourquoi le jeune marine restait-il sous cette forme, affaibli, cloué au sol ? Parce qu'il espérait que d'une certaine façon l'animal en lui se réveillerait et qu'il pourrait, peut-être, égaler la férocité de son mentor ne serait-ce que pour quelques secondes. Assez pour faire la différence, en tout cas. Il n'eut pas le temps de réaliser la stupidité de son geste car, alors qu'il percutait l'assassin vigoureusement, le volatile cloué au sol fut transpercé par une douleur encore jamais ressenti auparavant. Les deux dagues se plantèrent dans le dos et, si elles ne touchèrent pas la colonne vertébrale pour autant, ébranlèrent le marine.

Vaincu ? Non, bien sûr que non. Dans un dernière acte rageur, ne pouvant plus se redresser, il entoura l'assassin de ses longs bras avec toute la force encore en stock, avant de tourner son visage balafré vers son mentor.

- Mainte...nant !

Le fauve reçut l'appel et, s'armant de toute la férocité qui lui restait, bondit en direction du ce jeune parvenu. Toutes griffes dehors, il avait bel et bien l'intention de lui ouvrir la gorge sur toute la largeur, pour voir si même en se vidant de son sang il pouvait toujours sourire.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1540841344-samuel-wesson-decima
Samuel Wesson

La précision, la précision était la clé et, en voyant cette île en proie à une bataille qui ne ferait que s’embourber, il avait fini par oublier cette règle simple que tout tireur se devait de connaître. Depuis quand un cancretat comme celui en face de lui était capable de lui embrouiller l'esprit de cette façon ? Peut-être devenait-il trop vieux pour ce travail ? Non, balivernes ! Mais oui, l'autre crétin commençait à jouer avec ses nerfs à force de refuser de coopérer et de mourir proprement.

- T'es pas mauvais, j'te l'accorde.

Tels furent les mots qui sortirent de la bouche du tireur lorsqu'il sentit une imposante masse sortir de nulle part...une maison ? Non, trop petit. Un...un putain de wagon ? Non mais d'où est-ce qu'il sortait cela ? Rassemblait ses pensées pour garder sa concentration intacte, le tireur recharga ses armes et les braqua sur le wagon, avant de tireur plusieurs rafales rapides de balles qui, l'une après l'autre, se creusèrent un chemin à travers la paroi métallique de ce satané wagon. À regret, seul la dernière parvint à trouver son chemin jusqu'à l'épaule gauche de l'inventeur, finissant sa course quelques mètres plus loin alors que le Lundren avait déjà lancé ses étranges projectiles.

- J'suis juste meilleur.

Arrogant ? Sur de lui ? Les deux, peut-être ? Cela importait peu, il avait de nouveau touché sa cible mais, alors qu'il pensait avoir gagné un répit, il vit cet étrange nuage se rapprocher dangereusement de lui. Malgré son masque il savait que ses yeux seraient affectés, il ne pouvait en être autrement et, alors qu'il bondissait en arrière, un massive détonation explosa non loin de lui, lui coupant le souffle et le projetant en arrière avec une violence rarement ressentie.

- Ah le fils de...

Il était là, face contre terre, les mains serrant fermement ses précieuses armes, à se demander ce qui avait bien pu se passer. Putain, cet inventeur était finalement peut-être un peu meilleur qu'il n'y paraissait.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1544319026-lahmar-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1540841340-kyusuke-sadaemon-decima
Lahmar – Kyusuke Sadaemon

En l'absence de résistance de la part de la sabreuse, le guerrier de la foi fracassa cette dernière contre le sol avec une violence rare et, au lieu de lui fracasser le bâton sur le crâne, l'attrapa par le cuir chevelu, la relevant une nouvelle fois. Il aurait pu la tuer, là, maintenant, lui briser la nuque sans que personne n'en sache rien mais il eut...pitié ? Non, elle était brisée et, pendant quelques secondes, il jugea que cela était suffisait. Il jugea que cet assaut avait enfin eu raison d'elle. Ainsi, sans un mot, sans une remarque acerbe dont Samuel avait le secret, lança vigoureusement la demoiselle au loin pour qu'elle vienne s'écraser contre quelques batisses anonymes.
Bien, c'était sans doute terminé. Il allait pouvoir retourner s'occuper des marines sur Sairento n'avait pas déjà fini le travail.


Jamais encore l'épéiste n'avait combattu une bête pareille mais, alors que le combat continuait, il fut surpris de la ténacité de son opposante du jour. Elle était blessée tout comme lui, c'était un fait, mais malgré cela sa blessure semblait presque lui donner un regard d'énergie venu de nulle part. Certes des combattants avec un mental d'acier il y en avait une pleine fournée ne serait-ce que sur les blues, ce n'étaient pas ces gens-là qui manquaient à l'appel, mais cela demandait une force de caractère impressionnante d'oublier l'éventualité de sa mort. Il en était capable, bien sûr, mais il ne s'était pas attendu à trouver son égal sur cette île. Pas ici, pas au milieu de nulle part, pas avant que la cloche du devoir n'ait résonné à ses oreilles.

Et pourtant cette bête était bien là, en chair et en crocs, devant lui à hurler sa détermination à la face du monde. Comme inspiré par ce regain de détermination, le jeune homme se sentit lui aussi investi d'une énergie qu'il ne connaissait que trop bien. Serrant les dents, tentant d'oublier la douleur qui lacérait son épaule, il serra sa main droite autour de la garde de sa fidèle lame tout en accueillant solidement le poing rageur qui lui fut expédié. Pas de fuite, pas d'esquive, il était trop fier pour cela. Puis vint le choc, le choc d'une puissance époustoufflante, le choc qui lui coupa une nouvelle fois le souffla, le choc qui le repoussa en arrière jusqu'à ce que ses pieds n'aient plus aucun contact avec la terre ferme. Mais pourtant, malgré ce coup semblable à un train qui le percutait, jamais le samouraï ne lâcha son arme ne serait-ce qu'un instant.

- Je...ne...plierai...devant...PERSONNE !

Le dernier mot fut craché comme une insulte alors que ses forces l'abandonnaient, alors qu'il était repoussé en arrière pour venir s'écraser dans les ruines de quelque bâtisse ravagée par ce combat d'un autre monde. Expulsant quantité de sang sur les briques désormais rougies, maudissant cette différence de puissance, maudissant cette fichue blessure à l'épaule qui l'ôtait d'une partie de sa puissance, Kyusuke s'aida de son sabre pour se relever et, dans un murmure, lança une invitation à la bête.

- Allez...viens.

Sa lame d'ébène fermement maintenue, le samouraï affaibli se redressa de toute sa hauteur et posa ses yeux chargés d'une rage guerrière à destination de la créature aîlée. Elle voulait le foudroyer, lui faire subir sa rage divine ? Qu'elle vienne ! Qu'elle approche, il n'avait pas peur et lui montrerait ce que représentait la fierté d'un véritable samouraï !

- MONTRE-MOI L'ÉTENDUE DE TA PUISSANCE ! JE L'ENCAISSERAI !


 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1549998803-vergil-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1549998807-satsuki-decima
Vergil – Satsuki

Alors que les grands se battaient dans leur coin, Vergil devait se contenter des restes et, dans sa grande arrogance, avait cru pouvoir se débarrasser de cette créature d'une seule attaque rapide et impitoyable. Un seul pique qui transpercerait le cœur de la bête et, bien sûr, permettrait à l'épéiste d'aller chasser de plus gros poissons. Mais comme d'habitude il avait pêché par excès de confiance et, alors que son attaque fut réduite à néant, il ne put que lever son coude disponible pour bloquer l'assaut qui lui était porté. Elle était rapide la bougresse, il pouvait au moins lui reconnaître cela. Bloquant l'assaut avec son coude, il pivota et, voulait prendre son arme en position inverse, mais des pics se formèrent sur son manche, le forçant à lâcher prise pour laisser tomber sous arme au sol.

- Saleté !  

Était-elle la responsable ? Était-ce cela son pouvoir ? Saleté de maudite ! Pourquoi ces misérables ne pouvaient-ils pas se battre à la loyale ? Qu'à cela ne tienne, si elle voulait la guerre alors elle l'aurait. Inconscient du fait que tout ceci n'était qu'une illusion, Vergil plongea la main dans sa veste pour en sortir une dague courbée avant de fondre sur sur adversaire. Pas besoin de déchiffrer ses intentions, il allait la clouer au sol d'un seul mouvement descendant.

Pas de temps à perdre avec elle.


D'habitude il suffisait de couper les ailes à un volatile pour qu'il devienne une simple facile et, l'espace d'un instant, Satsuki crut que ce serait plus que suffisant pour s débarrasser de cette maudite sans plus de cérémonie. Mais non, elle avait de la suite dans les idées et, en plus de changer de forme pour échapper à sa poigne, elle avait assez de cran pour passer à l'offensive. D'un mouvement de poignets le guerrier tenta de ramener ses lames vers lui mais, malheureusement, ses armes arrivèrent à lui bien après la jeune hybride. Il eut le souffle coupé lorsque l'hybride l'attrapa pour l'envoyer dans les airs mais, durant son ascension, alors que ses projectiles pendaient sous l'effet de la gravité, il retrouva ses esprits et expédié un moche coup de tête à la bête.

Lâcherait-elle prise ? Rude serait la chute.


Alors que le combat faisait rage sur l'île, à quelques centaines de mètres de là, au nord de cette bourgade, un mécanisme de mit en marche. Il était temps, temps pour le dispositif d'entrer en phase finale. Temps pour cette île d'être réduite à néant.



Voici l'ordre : Sairento Saitsujin, Zeke, Tenshi Taya, Ishtar, Bonnie Sarments, Mio Ronki

Vous avez 72h pour poster chacun. Votre tour commence quand celui de la personne qui vous précède s'achève ou qu'elle a posté. Vous pouvez demander un délai de 24h dans la partie adaptée


Lahmar est lvl 45
Samuel Wesson est lvl 38
Kyusuke est lvl 31 
Le Colonel Wolten est lvl 30
Le Commandant Scampton est lvl 25
Satsuki est lvl 22
Vergil est lvl  18

Spoiler:
 


Dernière édition par PNJ (Decima) le Mer 3 Avr - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 907
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue39/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue74/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (74/350)
Berrys: 5.334.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeVen 29 Mar - 13:44




L'Histoire est Écrite par les Prédateurs

Colère de Râ



L’air était chargé électriquement, la foudre menaçant de s’abattre d’instant en instant tandis que dans le corps massif de l’héritière du firmament le sang tourbillonnait, se répandant comme une marée en un simple déferlement trouvant pour origine ce cœur vaillant qui avait poussé la guerrière céleste à s’élever contre l’implacable tyrannie de la volonté adverse qui lui avait fait poser un genou contre le sol. Oui, la fin de leur confrontation approchait à grand pas, une confrontation tout aussi splendide qu’horrible. Lorsque l’on évolue sur le champ de bataille, nous nous impliquons de plus en plus à chaque seconde jusqu’au moment fatidique où nous nous confrontons à la mort, que ce soit sous la forme de la menace de cette dernière pour certains, qui parfois s’abandonneront au désespoir, ou lorsque la lame de la Grande Faucheuse vient mordre la chair pour arracher son dû. Les deux antagonistes se battait au milieu de cette apocalypse, entre les brasiers infernaux, les météores métalliques venant éventrer les bâtiments et cet orage impétueux prêt à délivrer le courroux du ciel, tous les trois s'avérant de la seconde catégorie. Chaque instant qui les rapprochaient du dénouement, du trépas d’un des deux adversaires, les poussaient à s’impliquer davantage, à déployer davantage de leurs capacités pour l’emporter, quoi qu’il en coûte. C’est avec toute leur puissance et toute leur volonté que ces ultimes assauts seraient partagés. Et il était hors de question de perdre. La valkyrie arracherait cette victoire à tout prix, quitte à venir refermer ses doigts sur le cœur de ce décima pour l’extraire de sa poitrine avant de le compresser avec sa poigne de monstre de la Nature jusqu’à ce qu’il éclate.

D’ordinaire, la De Lérhane n’était pas du genre à arracher la vie à un ennemi sans qu’il y ait une bonne raison, des exactions à charges prouvant le danger que représentait l’ennemi pour l’humanité, pour les populations. Pourtant ici, ce n’était absolument pas le cas. L’ange n’était pas en mesure de juger si cet adversaire était fondamentalement bon ou mauvais, s’il était une menace pour les peuples et elle était tout de même prête à apporter le jugement final. Pourquoi ? C’était car ici, en ces instants, la victoire importait plus que la vie. D'autant plus que perdre du temps avec cet adversaire c’était potentiellement condamner des civils, des amazones et bien plus encore. De plus, tout comme elle, c’était un guerrier, une personne qui dévouait sa vie aux arts de la bataille. Y avait-il plus beau trépas que de passer l’arme à gauche dans la rage des affrontements en ne cessant jamais de tenter d’obtenir la victoire, en ayant dépassé toutes les limites pour qu’au-delà de la mort notre esprit continue de se battre à jamais ? C’est dans l’honneur du combattant que l’un des deux antagonistes s’écroulerait et, pour la prise de conscience qu’elle venait d’avoir ainsi que pour le respect dont ils avaient fait preuves lors de leur duel, l’Archange du Typhon comptait bien lui offrir l’honneur d’une telle mort qu’elle connaîtrait sûrement elle-même un jour, mais pas aujourd’hui. Car elle ne fléchirait pas. Elle ne chuterait pas. Ishtar avancerait inéluctablement pour remporter la victoire au nom des habitants, au nom de Tenshi Taya, au nom des amazones et au nom de tout ceux qui avaient péri à cause de l’ordre de Centes. Il n’y aurait pas de défaite, ni pour l'un ni pour l'autre, il y aurait une victoire et une fin glorieuse au terme de cet assaut déterminé et hargneux.




Le regard incandescent des deux iris d’or crépitant tel l’astre solaire dont elles étaient le miroir transperçait l’espace pour se poser sur Kyusuke, ce bretteur émérite qui était son obstacle à franchir. En quelques instants, tous les épéistes qu’elle avait affrontés jadis, que ce soit dans l’adversité ou amicalement, de Vincent Turen à Kyoshiro, traversèrent son esprit. Ce n’était pas la première fois que la demoiselle ailée faisait face à un manieur de sabre et ce ne serait certainement pas la dernière. Alors que les expériences du passé triomphe du mur la séparant de l’avenir ! Les membres frémissant en permanence sous l’adrénaline et la douleur, la bilcane entama son nouvel enchaînement en tournant sur elle-même deux fois de suite, tournoyant avec brutalité dans cette dernière danse macabre et funèbre pour que sa queue arrive à grande vitesse sur le plat de la lame afin que l’impact déstabilise suffisamment le bras de Kyusuke, dans l’optique de lui faire effectuer un mouvement de recul qui serait parfait, créant une ouverture permettant à la valkyrie d’envoyer son poing à la rencontre du buste adverse.

Depuis cette position, la céleste demoiselle ouvrirait sa bouche pour venir mordre le cou du bretteur, avec une sauvagerie indescriptible, tandis que l’aile irait à la rencontre du bras propulsé afin de retenir un maximum celui-ci, la main ouverte de la maudite se dirigeant vers sa propre toison de plume afin de lui offrir une résistance supplémentaire. La queue, après avoir aussi subit un mouvement de recul suite à l’impact, irait chercher le pied du décima se trouvant du côté de l’épaule blessé et donc à l’opposé de la lame. De là, elle tenterait d’envoyer son adversaire en l’air pour y poursuivre l’affrontement en ayant pour optique de le faire grimper davantage à chaque coup, cherchant à en même temps utiliser le bras ayant frappé le buste pour donner un uppercut ascendant sous le menton afin d’entamer la propulsion et l’étau sur la jambe servant à lui faire d’écrire un arc de cercle pour l’envoyer avec une vitesse initiale encore plus élevé. Si jamais le bras était assez ferme pour subir la bourrasque vivante que représentait l’appendice après avoir joué à la tornade, l’ancienne révolutionnaire chercherait à profiter de la position de sa queue suite au choc, l’utilisant avec le plus de vivacité possible, pour venir s’enrouler autour du poignet, puis de l’avant-bras en usant de sa capacité de constriction. Il lui suffirait alors d’appliquer le même principe avec un coup de poing sous le menton avant de faire décrire un arc de cercle dans les airs via l’appendice.




La monstrueuse maudite mythologique prendrait directement son envol à la suite de cela pour retrouver son adversaire. Viendrait alors un enchaînement de frappes plus ou moins similaire visant à faire monter l’ennemi petit à petit dans la voûte céleste. Cela consistait principalement à tourner sur elle-même autour d’un axe horizontal en basculant en arrière afin de donner un coup de queue du bas vers le haut qui, en touchant Kyusuke, lui ferait grimper plusieurs autres mètres. Si jamais le décima semblait suffisamment maître de lui pour manier sa lame, s’il l’avait toujours en main, l’ange réutiliserait une tactique similaire à celle au sol en venant donner un uppercut dans la main tenant l’arme ou le plat de la lame lui-même s’il entamait une riposte, tout en commençant à envoyer son appendice dans le visage de l’épéiste pour le sonner avant qu’Ishtar ne lui redonne un coup de poing sous le menton et referme sa queue autour du bras dont l’épaule était blessée pour lui faire à nouveau dessiner un arc de cercle. Elle maintiendrait cette tactique quatre ou cinq fois, se stoppant si jamais elle voyait la foudre s’abattre sur l’arme afin de reprendre après que la décharge électrique ait potentiellement traversé le corps. Une fois ceci fait, elle arrêterait de grimper pour éviter d’être suffisamment haute pour devenir une cible naturelle des éclairs puisque la valkyrie laisserait alors le décima entamer une chute inexorable vers la terre située bien des mètres plus bas. En réalité, elle n’attendrait que quelques secondes avant de fondre dans sa direction pour venir lui décocher un nouvel uppercut imprégné de toute sa rage de vaincre qui accompagnait son trajet afin d’augmenter la vitesse ainsi que la pression, rendant la rencontre avec le sol encore plus sauvage, ce dernier se fissurant certainement autour d’un cratère généré par cet impact. Dans son action, l'avant bras emplumé compresserait beaucoup d'air qui accompagnerait le mouvement en ondulant autour du membre de l'hybride avant de rencontrer le corps de Kyusuke avec toute la volonté de vaincre qui explosait à l'intérieur de son être, se manifestant par un nouvel hurlement démentiel.






© By Halloween



Au noteur : Je passe avant Kiru à sa demande (vu avec le MJ).


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Ven 17 Mai - 3:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
Zeke Lundren
Messages : 1659
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue39/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue10/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (10/350)
Berrys: 7.275.879.733 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeLun 1 Avr - 9:56

Seek &

Destroy


Sentant une réplique de son adversaire, l'ingénieur calcula que ce dernier s'apprêtait à lui tirer de nouveau dessus... Au travers du wagon. Intéressant comme choix, surtout dans la mesure où le cowboy avait choisi de se frayer un chemin avec plusieurs balles. Évidemment, il aurait pu esquiver l'offensive. La stratégie était après tout, totalement ridicule. Le simple fait de tirer six fois pour passer du blindage signifiait qu'il ne pouvait pas altérer la trajectoire de ses tirs entre le premier et le sixième. Cela signifiait que l'ingénieur avait tout le loisir de sentir l'attaque venir et l'esquiver durant les quelques secondes qu'aurait besoin le tireur pour vider son chargeur... Mais il ne le fit pas. Il ne broncha pas, pour la simple et bonne raison qu'il avait bien l'intention de mener son attaque à bien.

Ainsi, choisissant de se prendre une troisième balle dans l'épaule, il compléta son attaque et balança ses bâtons de dynamite par dessus le wagon se trouvant devant lui. La douleur dans son épaule qui suivie fut particulièrement horrible, mais elle fut immédiatement compensé par l'explosion qui frappa son adversaire de plein fouet. Désactivant son clockwork system histoire d'éviter que les effets néfastes ne se manifestent, il saisit quelques bombes de plus dans ses poches et entrepris de clôturer ce petit échange.

-Parait que c'est celui qui parle le moins qui gagne les duels. Si c'est le cas, je crois que t'es baisé.

C'est sur ces paroles qu'il se décida à lancer ses bombes, une série de projectile qui achèverait sans nul doute l'emmerdeur qu'il affrontait. Balancés en arc au-dessus du wagon, la série de trois bombes visait à créer un petit combo infernal. La première, une bombe  de colle, viserait simplement à l'immobiliser. La seconde, une bombe incendiaire, le ferait brûler sur place sans qu'il puisse espérer bouger. La troisième, une bombe de dispersion, lui servirait d'assurance au cas où sa cible arriverait à esquiver. Et pour couronner le tout, les deux premiers explosifs rempliraient leur rôle, de par leur trajectoire, qu'elles se fassent abattre en plein vol ou pas.

Le combat était terminé à son sens. Certes il s'était pris encore du dégât lors de leur dernier échange, mais l'issue avait largement tournée en sa faveur. En un échange de tir il avait pu porter un coup puissant à son adversaire, le mettre dans une position compromettante, décharger ses armes et, plus important encore, il avait confirmé qu'il ne possédait ni le haki de l'armement, ni les capacités de tir pour contourner ce wagon. Son adversaire était fiché et ce dont il était capable défilait lentement dans la tête de l'ingénieur. Au final la clé d'un combat se résumait souvent à savoir qui aurait le dernier as dans sa manche, et dans son cas, autant dire qu'il avait les manches profondes.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 238626Orphen

Plantées là, les amazones observaient longuement l'affrontement devant lequel elles venaient d'arriver. Acceptant le choix de l'ingénieur, elles avaient choisies de le laisser à son combat pour plutôt se diriger vers le port comme il le leur avait demandé. Le seul problème était maintenant de déterminer qui était l'ennemi... Si les deux monstres atteints d'une malédiction zoan semblaient appartenir à la marine, les guerrières avaient malgré tout une certaine hésitation sur l'identité du troisième individu. Un autre de ces décimas peut-être ? Auquel cas devaient-elles l'éliminer en priorité ou se charger des marines d'abord ? Leur impératrice avait été relativement claire sur le fait qu'elle visait les agents du gouvernement en priorité, mais dans la mesure où elle leur avait ordonné de se battre aux côtés du Lundren, la marche à suivre était moins claire. Choisissant d'observer un peu plus longtemps, elles demeurèrent ainsi dans leur coin, détaillant la bataille qui faisait rage sous leurs yeux avant d'y prendre part.



Dito que Ishtar, mais j'ai pas confirmé avec le MJ parce que... Parce qu'il est 4h du mat' et j'ai posté dans l'urgence. Normalement c'est à Kiru maintenant. :v

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
Sairento Satsujin
Messages : 258
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue32/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (32/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue41/250 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (41/250)
Berrys: 346.289.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeJeu 4 Avr - 3:25


Le Balafré !


Le plan avait marché à la perfection, ses lames venant frapper le dos de la créature avec puissance tandis que l'assassin ressentait simplement par la tension de sa cible la douleur qui survenait brusquement en elle. Néanmoins alors qu'il aurait du se voir propulser au loin les bras du gouvernemental l'entourèrent finalement, venant le plaquer contre son corps dans un étau puissant. Un mot seul s'extirpa alors de la bouche de son assaillant, dans une difficulté extrême et aussitôt, sans même regarder son second adversaire, Sairento comprit ce qu'il se passait. Il avait marché dans un piège à moins que tout cela ne soit improvisé, dans tous les cas il avait donné l'opportunité à ses adversaires de le bloquer, et ainsi de pouvoir tenter de lui infliger le coup de grâce. Aussitôt par réflexe il tenta de se débattre, de trouver un espace dans la prise de la chauve-souris qui lui permettrait d'échapper à son issue funeste, sans y parvenir. Pour autant il comprenait que sa prison ne tenait qu'à un fil, l'homme avait jeté ses toutes dernières forces dans la bataille, il s'agissait là du coup ultime pour lui sans aucun doute. S'il parvenait à le fragiliser un peu plus, ne serait-ce qu'un instant, alors il s'ouvrirait un échappatoire.

Serrant les dents tandis que son sourire semblait disparaître dans la précipitation des événements ses mains lâchèrent ses armes, revenant rapidement vers son corps tandis que ses doigts venaient effectuer une légère pression sur ses poignets. Alors se dévoilèrent d'un coup vif ses deux lames secrètes, utilisées toujours avec parcimonie dans les cas extrêmes. Ramenant ses bras jusqu'à lui il lacéra ainsi les bras qui le maintenaient en place, tranchant la chair de son geôlier avec autant de force qu'il le pouvait. Ce dernier était bien trop crispé désormais pour ouvrir ses bras de douleur, ses muscles certainement dans un état de paralysie partielle, néanmoins cela créerait sans aucun doute un tressaillement dans ceux-ci, un léger moment de flottement ou son emprise se desserrerait, lui permettant de glisser vers le sol, et de se libérer. Pour autant son mouvement bien que salvateur arrivait trop tard pour lui permettre de s'en sortir indemne, la patte du fauve viendrait faucher le haut de son visage, frappant au niveau de la pommette pour remonter jusqu'à ses cheveux. Il roulerait alors par terre tandis que la douleur s'imprégnerait de son visage avant qu'il ne se relève. Finalement il se redresserait à quelques mètres de ces deux adversaires, cinq grandes balafres venant laisser leurs traces ensanglantées sur le visage du blondinet, ayant arraché la peau et quelques cheveux pour finalement laisser une moitié de visage totalement en sang. Alors la langue du Silencieux viendrait lécher le liquide carmin coulant abondamment le long de sa lèvre avant d'adresser à ses deux assaillants un nouveau sourire empreint de folie et de mort.


Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
Tenshi Taya
Messages : 1388
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws / Kujas

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue45/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (45/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue207/500 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (207/500)
Berrys: 82.110.500 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeSam 6 Avr - 15:16



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 638287YoumuDDAnnouncementHeader
L'histoire est écrite par les vainqueurs

    Le combat avait commencé à prendre une tournure visiblement favorable pour ma personne. Mais me sentir trop en confiance risquait de me faire perdre pied et de me conduire à la défaite. Il fallait que je demeure concentrée, je ne pouvais négliger l’importance que cela avait sur le résultat du combat. J’espérais que, du côté de Zeke et d’Ishtar, tout se passait également pour le mieux. Alors que j’étais partie à l’assaut de l’adversaire, ce dernier n’eut aucune difficulté à me contrer, ne paraissant pas perturbé plus que cela de la transformation de mon arme.

    Trop concentrée sur mes inquiétudes, je ne fus pas assez attentive à mon adversaire qui parvint à me frapper et à me faire chuter contre le sol. Mon visage heurta le sol. J’étais encore légèrement sonnée. Je n’eus pas l’opportunité de me relever et de riposter à l’instant voulu. À la place, mon corps vola quelques mètres plus loin pour s’écraser contre un bâtiment dans un violent fracas. Une violente douleur me traversa et en raviva une ancienne. Mon dos avait doucement commencé à se remettre de sa brûlure, mais n’allait jamais guérir totalement. Prendre un coup sur le dos était le meilleur moyen de me rappeler à cette difficile réalité.

    Je retombai au sol, sans opposer la moindre résistance. Mes oreilles sifflaient et la sueur, ou une perte de conscience proche, m’empêchait de voir. J’avais l’impression qu’il ne me restait que l’odorat. Mon nez s’était empli d’une odeur de sang qui me provoqua un haut le cœur. Il s’agissait de mon sang et l’odeur était trop forte pour être supportable. Peu à peu, tandis que je luttais contre la perte de conscience, mes sens commencèrent à revenir. Pourquoi étais-je en train de me battre contre cet individu ? Je me fichais royalement de sa personne, je n’étais pas intéressée par la victoire, j’en n’en voulais même pas. J’étais simplement en train de faire de l’auto-défense, en train d’essayer de lutter pour ne pas perdre trop de temps. J’aurais au moins voulu combattre pour quelque chose d’utile et qui me tenait à cœur. J’espérais au moins que les autres Amazones avaient trouvé le moyen de mieux servir notre cause. En tant qu’Impératrice, je devais probablement aussi parfois me farcir les plus gros désagréments. Je subissais. Je retournais en arrière. Allait-il partir ? Me laisser allongée sur le sol sans chercher à mettre fin à mes jours. J’y croyais très peu. Et où était Akimitsu ?

    Si je ne combattais pas cet homme, il risquait de devenir dangereux pour tout le reste de la mission et donc pour tout le reste des Amazones. Je ne pouvais l’accepter. Même si je n’aimais pas combattre une personne que je ne considérais pas comme mon ennemi, j’avais à le faire. C’était mon devoir. Grognant, je m’aidais d’un de mes sabres pour me relever avec difficulté. J’étais grandement ralentie encore, mais l’adrénaline avait un fort pouvoir. Dès le moment où elle retomberait, je risquais de m’écrouler, mais pour le moment, elle allait m’aider à combattre et à me tenir debout, plus ou moins droite.

    Relevant la tête, je cherchai du regard mon adversaire du moment et ne tardai pas à l’apercevoir. J’avais simplement réussi à lui arracher une blessure. Ce n’était pas par la force que je pouvais le combattre. Toutefois, il était moins rapide, moins agile que moi. Il savait user de son oreille pour détecter mes mouvements. Toutefois, les illusions visuelles, ce n’était pas que question de se dissimuler. On pouvait tout aussi bien donner la nausée à l’ennemi, s’il y était sensible.
    Toujours m’aidant d’un de mes katanas, je m’approchai péniblement de l’ennemi. Il aurait pu, à tout instant, se jeter sur moi pour m’attaquer. Auquel cas, je riposterai en esquivant ou en arrêtant le coup avec la force qui me restait. Dans le cas contraire, je continuerai à avancer paisiblement. Je ne pensais pas qu’il allait m’attaquer immédiatement. Après tout, il n’avait pas cherché à m’achever immédiatement, comme s’il voulait encore s’amuser encore un peu avec moi, ou qu’il avait eu pitié ? Non, cela me paraissait impossible.

    Une fois à une distance raisonnable, je quittai mon appui en cessant de m’appuyer sur mon arme pour progresser. Je ne m’écroulai pas. J’avais d’ores et déjà commencé à reprendre mes esprits. Encore quelques secondes. Je secouai ma tête et serrai mes armes un peu plus fermement faisant ressortir les jointures de mes poings.

    Décrivant plusieurs grands arcs dans l’air, ces derniers avaient pour effet de retourner totalement la vision de l’ennemi. Il devait désormais voir le monde à l’envers. Je reproduisais l’expérience à plusieurs reprises, souhaitant faire durer l’effet durant quelques secondes au moins. S’il cherchait à m’attaquer, sens risquaient d’être fortement perturbés. Si j’étais désormais vers le haut, il allait devoir attaquer vers le bas et si j’étais à droite, il allait devoir attaquer à gauche. Même s’il comprendrait rapidement l’astuce, convaincre l’entièreté de son corps qu’il fallait agir de la sorte ne serait pas une mince affaire.

    Au même instant, je m’approchai de l’ennemi d’un Soru, tentant de lui asséner plusieurs coups, souhaitant compter sur le fait qu’il soit perturbé pour le toucher et le blesser. Si cette technique fonctionnait, je n’aurais de cesse de l’utiliser, jusqu’à ce qu’il ne tienne plus debout, ou qu’il s’habitude à cette situation.



Résumé:
 

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 760105TenshiSigna4

Revenir en haut Aller en bas
Ishvara D. Karma
Tinkerbell
Ishvara D. Karma
Messages : 782
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue20/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue43/100 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeMar 9 Avr - 15:45



L'histoire est écrite par les vainqueurs
Ft. Sairento, Zeke, Tenshi, Ishtar, Mio & MJ


"South Blue ✦ 1506 ✦ Event"



Bonnie pu distinctement entendre le craquement de ses phalanges lorsque son poing vint percuter avec une force non contenue l’angle formé par le coude de son adversaire. Ses paupières se fermèrent instantanément lorsque ses nerfs envoyèrent l’information à son cerveau et elle ramena promptement son membre endolori, non sans laisser échapper un petit gémissement. Pliant et dépliant ses doigts pour s’assurer que rien n’était cassé, l’ange senti bien vite une sensation de chaleur s’emparer de sa main, s’étendant de ses ongles à sa paume tandis que les endorphines venaient prendre la relève sur le terrain.
Alors que la merveilleuse mécanique de son corps se mettait en marche, celle de sa poudre semblait à son tour s’activer, forçant son opposant à lâcher son arme. Les yeux clairs de la fée suivirent celle-ci pendant qu’elle venait choir sur le sol dans un claquement métallique quasiment imperceptible au cœur du brouhaha ambiant. Pensant avoir désarmé totalement le sabreur, la jeune fée fit l’erreur de relâcher son attention. Son torse se gonflant de fierté, ses lèvres se déformant en un sourire victorieux, elle ne comprit que bien trop tard ce qu’était l’éclat métallique que son regard capta au niveau du torse de l’autre combattant.

Aussi, seuls ses instincts les plus basiques et les plus primaires lui dictèrent les gestes qui suivirent. Et, lorsqu’elle comprit l’erreur que représentaient ces derniers, il était malheureusement trop tard. Son corps s’était mu sans qu’elle ne puisse le stopper, plaçant sa paume en rempart à l’attaque descendante, comme si l’espace d’un instant, elle n’en avait pas été le seul et unique maître. Un cri de douleur et de désespoir mêlés vint déchirer les airs, l’acier transperçant la chaire fine sans pitié. Le regard de la Sarments se posa sur sa main, suivant sans vraiment le voir le liquide carmin sillonner sa peau d’albâtre, telle une rivière pourpre prenant sa source au pied d’un mont d’argent. Elle aurait presque pu trouver le contraste artistique, si son esprit n’avait pas été obnubilé par la brûlure lancinante de la lame qui venait traverser sa dextre de part en part.
Une goutte de sang soumise à la gravité échappa au cours d’eau carmin, quittant le lit pour atterrir sur l’une de ses joues. Brisant ce moment qui n’avait duré qu’une micro seconde et forçant Bonnie à revenir à la réalité. Le moindre mauvais mouvement et elle y laisserait ses plumes. Si elle ne réagissait pas vite, son adversaire risquait d’engager une nouvelle attaque et d’emporter sa main avec. L’espace d’un instant, l’ange envisagea la fuite, elle avait mieux à faire. Prévenir la population du danger imminent à titre d’exemple.

Lançant un regard vers sa comparse qui se débattait elle aussi dans les airs avec le collègue de l’épéiste, la jeune femme leva un sourcil alors qu’une nouvelle idée germait dans son esprit. De toute évidence, elle ne pouvait échapper à ce combat. Et si elle ne pouvait fuir son opposant, alors soit, elle ne le fuirait pas. Bien au contraire, elle allait faire en sorte qu’il reste à proximité d’elle, qu’il le veuille… ou non. Le dicton ne disait-il pas « sois proche de tes amis, et encore plus proche de tes ennemis » après tout ? Tant qu’à avoir une dague plantée dans la paume, autant en tirer parti…

Sans même essayer de se dégager de l’arme, crissant des dents sous la sensation désagréable, presque insupportable que cela provoqua en elle, la jeune femme referma fermement ses doigts fins sur le membre armé de l’épéiste afin de l’empêcher de se défaire de sa poigne et vînt coller son corps à ce dernier. Son bras valide s'enroulant autours du torse du manieur de lame dans une étreinte aussi bien dérangeante émotionnellement que, l'ange l'espérait, physique. La plupart des gens pensaient que le meilleur moyen de survivre à un combat était de se tenir éloigné au maximum de son adversaire. Certes, face à des adversaires spécialisés dans les affrontements à courte et moyenne distance, cela pouvait s’avérer être une stratégie intéressante. Toutefois, beaucoup oubliaient un point essentiel : la liberté de mouvement. Plus Bonnie se rapprochait de son adversaire, plus elle espérait ainsi l’empêcher de mouvoir.

N’attendant pas d’être sûre que son plan d’entrave marchait, l'ancienne gardienne d'Impel Down commença à battre des ailes avec force, les emportant elle et l’inconnu à grande vitesse en direction de l’affrontement entre la rousse et l’homme aux chaînes. Malgré sa main qui la lançait atrocement, la Sarments força la commissure de ses lèvres à se courber en un rictus, avant de planter ses orbes irisés dans ceux plus sombres de son adversaire, masquant au mieux ses émotions. Puis, d’une voix chantante elle pris la parole : Ecoute, des choses vont se passer. Quatre choses. Enfin quatre et un griffon. Dit-elle simplement.

Ces mots, de même que son action, n’avaient aucun sens, aucune logique et n’étaient pas destinés à en avoir… Leur seul but était de détourner l’attention de l’épéiste, de lui faire croire qu’elle avait pour plan de le donner en pâture à sa nouvelle amie. Elle misait tout sur le fait que l’homme ne pouvait savoir que les deux jeunes femmes ne se connaissaient que depuis quelques minutes et que leur lien était loin d’être suffisant pour mettre en place une réelle stratégie commune. Tout cela n’était en réalité qu’une vaste diversion, une mascarade pour camoufler la seule et véritable « chose » qui était en train de se passer : au moment même où elle avait commencé à parler, les ailes de la fée avaient commencé à briller. Et, à chaque battement de ces dernières, s’échappait une large quantité de poudre. Poudre qui, portée par le vent, devrait normalement se répandre sur le sol de l’île situé en dessous d’eux, ainsi qu’aux alentours. Se posant, mine de rien, sur la peau des passants et combattants situés à proximité.
Si les seconds, à condition qu’ils soient plus forts que ne l’était Bonnie, ne verraient qu’une petite seconde l’illusion, la fée savait que les habitants, moins puissants, en subiraient les effets de façon bien plus conséquente. Ce mirage était tout ce qu’il y avait de plus simple : un message, un simple message aux couleurs suffisamment criarde pour attirer l’attention qui apparaîtrait aux yeux de tous ceux qui seraient touchés par son pouvoir, comme flottant devant leur yeux.


« FUYEZ.
Île en danger, machine étrange en sous-sol.
Allez au port, pont ouest loin des combats.
Avertir les personnes n’ayant pas vu ce message. »



Pas le temps sorry...
Vivianne : Forme hybride tout ce qu'il y a de plus basique, Viviane se révèle être le juste-milieu entre l'humain et la fée. Conservant sa taille et son apparence globale, Bonnie voit les plumes rattachées à son dos s'allonger progressivement et se diviser en deux pour finir en forme d'ailes de libellule parfaitement fonctionnelles. À l'image de sa forme totale, ses oreilles s'affinent et ses cheveux, ses ailes ainsi que ses mains brillent légèrement. Sous cette forme, seules ces dernières ont la faculté de générer de la poussière de fée en quantité suffisante pour provoquer des illusions. Néanmoins la jeune femme bénéficie tout de même d'un boost de vitesse et de force similaire à sa forme totale.

Biscara Bisacara : (lvl 15) Bonnie peut à présent créer naturellement des illusions plus complexes, plus précises, et animées mécaniquement (porte, roue, etc…).
Pour rappel : La durée de l'illusion dépend du type de contact et du niveau de la cible. Plus l'adversaire sera puissant comparé à Bonnie, plus l'illusion sera brève. A l'inverse un adversaire plus faible que l'ange subira les effets de son pouvoir plus longtemps.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mio R. Konki
Pirate
Mio R. Konki
Messages : 107
Race : Humaine
Équipage : /

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue23/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue143/120 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (143/120)
Berrys: 2.322.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeMar 9 Avr - 21:03


    EVENT : L'HISTOIRE EST ECRITE PAR LES VAINQUEURS






    South Blue

    1506


    Rp avec
    Sairento SatsujinZeke Laundren
    ♣️ Trafiquant - Tueur
    ♣️ Blouse - Paresse - Chaos
    Bonnie SarmentsTaya Tenshi
    ♣️ Beauté - Ange
    ♣️ Impératrice - Puissante
    Ishtar De Lérhane
    ♣️ Guerrière Elegante


    « Cela n’était donc pas arrivé par hasard. »




    Satsuki attaque Ecras’face !

    La riposte de l’adversaire était violente mais pas assez puissante pour rendre Miogriff confus. Et concernant Mio, un coup d’un homme de ce gabarit représentait un choc important. Cependant, même si elle restait une jeune fille, la violence avait souvent été monnaie courante dans sa vie passée. L’hybride ne comptait pas lâcher sa prise, quoi qu’il pût advenir. Une fois dans sa lancée, rien ne pouvait l’arrêter. Pourtant, les choses n’étaient pas aussi faciles.

    Au fond d’une masse géante aux multiples galeries et usines, une étrange entité menait une dure révolution. La révolution de la faim, qui demandait la fin de cette constitution diabolique. Le peuple était en colère. Leur labeur était conséquent mais la récompense était moindre, et leur vie n’était que souffrance. Devaient-ils réellement continuer ainsi à s’épuiser pour une incapable alors qu’EUX étaient les meilleurs, ceux qui étaient capables, ceux qui avaient le pouvoir faire tourner cette masse ? Longtemps, ils avaient fait ce choix pour leur survie et l’amour de leur leader. Mais ils avaient été trompés. Mensonges, duperies, une seule réponse : REVOLUTION.

    Mio était ainsi dans le désespoir de sentir à nouveau la faim lui monter au ventre. Et l’impact du précédent coup devenait difficile à supporter, ne serait-ce que pour sa volonté, son esprit. Tout devenait bien trop épuisant. Elle n’avait rien demandé, et tout semblait se retourner contre elle. Ses inconnus détruisaient tout, l’attaquait, sans qu’elle n’en comprenne vraiment la raison. Rien de tout cela n’avait de réel sens. Pourtant, quelque part, au fond de son cœur, elle se rappelait d’un personnage. Tout devenait plus clair, limpide. Le sens de tout cela… Si elle avait tant langui devant cette nouvelle arrivante, ce n’était pas tant pour sa beauté, mais surtout pour… SA POUDRE. Cela n’était donc pas arrivé par hasard. Cette fille était l’ange descendue du ciel, envoyé par le Dieu de la Poudre…

    EDO SAMA


    Il ne pouvait pas mourir. Dieu de son vivant, Dieu dans sa mort, un être transcendant capable surplomber toutes créatures sur Terre. Les gens qui étaient ici n’étaient pas là par hasard. Le motard à la bombe, un ange à la poudre…

    LES ENVOYES D’EDO SAMA !!!


    Mio ne pouvait donc pas lâcher prise. Pour son Dieu, le créateur tout puissant de la poudre et des explosions, elle se devait de mener sa mission à bien. Quelle mission ? Aucune idée, mais il était maintenant temps de montrer sa puissance !

    « HYAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »


    En rassemblant toutes les forces qui lui restaient, la jeune fille valeureuse s’apprêta à balancer son adversaire. Cependant, ce n’est pas le sol qu’elle visait.

    « PIIIING … »

    Mio avait remarqué l’autre adversaire qui fonçait en sa direction. Cela était sûrement une intervention d’Edo Sama depuis le ciel. Il était là, il veillait sur elle. Il lui permettrait de réussir son top spin, prenant la Satsuballe depuis le bas, la remontant et en l’envoyant vers l’adversaire avec fureur !

    « PONG ! »

    Ainsi, Mio lâcha son ennemi en direction de deuxième adversaire qui les avait attaquées et qui semblait se diriger vers elle. Epuisée, elle se laissa retomber, amortissant la chute comme elle pouvait par la force de ses ailes. Son corps frêle parvint à toucher le sol, dans un mélange de plumes virevoltant entre les fils fins de ses cheveux orangés qui flottaient encore. Apaisée dans ce repos mérité, le ciel brillant l’éblouissait. Il lui sembla apercevoir encore quelques particules de poudre scintillant au contact du soleil. Sa mission pleinement accomplie, le repos éternel lui était permis.

    « Amen. »

    Sauf si elle mangeait.




    technique:
     
    résumé:
     




Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Decima)

PNJ (Decima)
Messages : 125

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeMar 16 Avr - 23:19



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1547404467-colonel-andrew-wolten-1-marine L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1547404469-commandant-william-scampton-kyoukou-1-marine
Colonel Wolten, Commandant Scampton

Même avec l'acquisition de sa malédiction le jeune commandant n'avait jamais été un officier particulièrement brillant, malgré ses efforts il n'avait pu que se placer dans la moyenne des autres officiers de même rang sans vraiment accomplir d'importants faits d'armes. Bien sûr cette faiblesse évidente avait été mal reçue par son mentor ce qui rajoutait encore davantage de frustration mais aujourd'hui, alors qu'il était brisé et affaibli, il comprenait enfin le rôle qui était le sien. Son but n'était pas de devenir le plus fort ou de faire briller son nom parmi les étoiles, il n'était pas de la trempe de ces héros de légende mais pouvait tout de même apporter sa pierre à l'édifice en aidant son féroce mentor à faire son travail. Même s'il était défiguré, même si ses ailes étaient brisées, même s'il n'avait aucune chance contre cet assassin il pourrait au moins sacrifier son corps afin de permettre au colonel d'éliminer la menace.

Une menace de moins, il s'en contenterait.

Malheureusement les choses ne se passèrent pas comme prévu et, alors qu'il pensait offrir une fenêtre à son mentor, le zoan hurla de douleur en sentant ses bras s'ouvrir sous la caresse des lames acérées de cet assassin. Il avait tout donné, jusqu'à ses dernières gouttes d'énergie et cet exercice fut vain car, alors que le colonel se ruait sur la cible, le zoan ailé tombait à terre en observant d'un œil vide les gouttes de son fluide vital couler à travers ses plaies béantes. Il n'avait plus de forces, plus la force d'arrêter l'hémorragie et, alors qu'il sombrait doucement vers l'inconscience, son esprit capta le tout dernier discours du colonel Wolten.

- Ton chemin s'arrête ici, crapule. Viens. Viens mourir et débarrasser ce monde de ton odieuse présence.

Wolten n'était pas homme de compromis, il ne jeta qu'un regard discret à son subordonné brisé, sentant les gouttes de sang perler depuis ses griffes alors que l'assassin se moquait ouvertement de lui. Fou ? Probablement mais ce ne serait pas le dernier, bien d'autres avaient perdu la raison en empruntant la voie de la criminalité mais, pour aujourd'hui, le colonel se contenterait d'éliminer ce pourceau. Un combat après l'autre, une cible après l'autre : telle était la règle. Poussant un tout dernier rugissement sans comparaison avec les précédents, courant ventre à terre en se servant de ses quatre membres comme le faisaient tous les fauves, décuplant sa vitesse au-delà de ses espérances, le fauve bondit sur son adversaire et le faucha d'un coup de pied fouetté. S'il tentait de se subtiliser à cette attaque, de se dérober à son sort, l'assassin serait cloué au sol par une main griffue prête à frapper.

Un dernier assaut, une dernière mort.

Juste une dernière.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1540841344-samuel-wesson-decima
Samuel Wesson


- C'n'est pas un duel. C'est une guerre, tête de nœud.

Cette seule phrase claqua dans l'air alors que le tireur se redressait, serrant les dents en sentant ses membres trembler sous l'effort. Il n'avait pas l'habitude d'utiliser cette technique, ne la voyait que comme une tricherie de plus dans un monde où ses talents peinaient à être reconnus mais, face à un adversaire aussi récalcitrant, il n'eut d'autre choix que d'y avoir recours. Alors que son observation sentait l'évidente intention de l'inventaire fou, le pistolero braqua l'une de ses armes dans la direction de son opposant avant de souffler, vidant ses poumons et son esprit alors que son armement recouvrait la balle présente dans la chambre de tir. À quand remontait sa dernière utilisation de ce haki ? Longtemps, trop longtemps mais il n'avait pas perdu la main pour autant. Ainsi, alors que l'air quittait ses poumons à un rythme régulier, il redressa très légèrement la main et son doigt pressa la détente, faisait filer cette balle à toute vitesse en direction de Zeke.
Non, pas exactement. En direction de la main de Zeke qui tenait en son sein les trois bombes qui étaient destinées au Wesson. Le projectile renforcé traversa le métal sans peine et vint percer une des bombes qui explosa, la déflagration déclenchant avec elle les deux autres bombes et qui, toutes ensembles, vinrent faire exploser la main de l'inventeur comme une pastèque trop mure.

Qu'il essayait de lutter avec une main en moins, cela serait amusant à regarder. Posant un genou à terre alors que la douleur le rappelait à la réalité, alors que ses membres lui rappelaient qu'il n'était qu'un homme après tout, Samuel laissa son observation en alerte afin de voir ce qu'il adviendrait du nouveau manchot.

Il avait joué, il avait perdu.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1544319026-lahmar-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1540841340-kyusuke-sadaemon-decima
Lahmar – Kyusuke Sadaemon

Avait-il fait une erreur ? L'idée d'achever la demoiselle lui avait traversé l'esprit l'espace d'un instant mais, en la voyant ainsi brisé à ses pieds, il eut l'intime conviction que le combat était terminé avant même que cette femme n'ait pu réellement montrer l'étendue de sa puissance. C'était dommage, cela aurait pu donner un magnifique combat comme ceux qui étaient présents dans les contes et légendes, des combats qui inspireraient les générations futures à accomplir de terribles et époustouflants faits d'armes mais il devait se rendre à l'évidence : un tel événement n'aurait pas lieu aujourd'hui. C'était dommage, elle avait été une adversaire valeureuse et c'était justement ce même constat qui avait stoppé l'assaut final du guerrier de la foi, laissant à l'épéiste l'opportunité de lui faire face un jour prochain pour terminer ce qu'ils avaient commencé.
Il rejeta donc au loin le corps brisé de cette femme avant d'attraper son bâton, se dirigeant vers le théâtre de combat le plus proche mais ses oreilles captèrent un tintement métallique qui lui décocha un sourire presque imperceptible. Elle se relevait, elle faisait fi de la douleur pour combattre encore et encore et encore : exactement comme lui. Étaient-ils semblables ? Plus qu'il n'y paraissait ? Ils se battaient pour deux causes opposées mais se battaient tout de même car c'était tout ce qu'ils savaient faire.

Alors que le guerrier aux cheveux de feu se tourna vers la belle épéiste, dans ses yeux ne brûlait pas une seule once de pitié ou de condescendance mais quelque chose de plus pur, de plus honnête : du respect. Comment pouvait-il ne pas en avoir pour une personne avec une telle volonté ? Elle était fait du même métal que lui, du métallique qui forgeait les héros et monstres de demain.

- Très bien, fière guerrière. Tu auras ce que tu es venue chercher.

Empoignant son arme, la recouvrant de haki comme toujours, l'homme campa sur ses positions et fit face à la demoiselle avant de se rendre compte que quelque chose clochait. Pourquoi était-il à l'envers ? Pourquoi tout autour de lui semblait avoir subitement changé de position ? Était-ce un talent cachait de cette étonnante femme ? La surprise fut visib le sur ses yeux, bien sûr, mais il brandit son  bâton devant lui pour se protéger, une défense bien vaine face à des attaques qu'il ne vit pas venir. Une tranche, deux tranches, trois tranches, ses chairs s'ouvrir petit à petit au fil des attaques de la demoiselle mais, après chacune d'entre elles, Lahmar comprit chaque fois un peu plus ce qu'il se passait : on se jouait de ses sens.
Alors qu'un autre assaut était sur le point de l'affaiblir un peu plus, de faire couler son fluide vital sur le sol ravagé de cette île, le guerrier fit décrire plusieurs mouvements circulaires à son arme afin de repousser un peu plus loin l'épéiste, afin de lui laisser le temps de réfléchir. Les guerriers de la foi n'étaient pas les plus rapides mais ils connaissaient leurs corps à la perfection, travaillaient leurs sens à la perfection l'un après l'autre jusqu'à pouvoir se battre sans l'un d'entre eux.

Ainsi, fermant les yeux pour éviter à ses yeux de lui jouer plus de tour, se servant de son odorat, de son toucher et de son ouïe pour découvrir son environnement, l'homme esquivva un sourire et bondit vers la belle en éjecta son bâton renforcé en direction de son ventre, autant pour lui couper le souffle que pour lui montrer qui elle avait en face de lui.

Son égal.



L'épéiste vivait et mourrait par le sabre, il le savait pertinemment mais n'avait jamais été aussi proche de la fin de sa voie qu'aujourd'hui, face à cet adversaire qui ne connaissait rien au bushido et qui, pourtant, parvenait à le blesser plus qu'aucun autre avant lui. Devait-il se sentir déshonoré ? Non, la voie du bushido n'était pas la seule voie au monde mais elle était la plus noble, pour l'âme comme pour le corps. L'homme au sabre savait au fond de lui que son heure était comptée mais il ne pouvait se résigner à reculer, telle n'était pas sa façon de faire et ses ancêtres auraient honte de lui si cela était le cas.La bête arrivait vers lui, il le savait et décida d'aller à la rencontre de sa mort avec toute la rage guerrière dont il était encore investi : un guerrier sous sa forme la plus pure.
L'homme se baissa pour esquiver la large queue qui passa au-dessus de lui et brandit son sabre pour bloquer l'assaut suivant qui ne manqua pas de le faire chanceler, avec une main en moins il avait considérablement perdu de sa puissance et de sa stabilité, mais ne recula pas pour autant. Puis elle vint vers lui, cette bouche garnie de crocs, cette bouche de prédateur et il sut immédiatement ce qu'elle représentait. Peur ? Non, il était peut-être même heureux, quelque part, d'en finir ainsi. Rassemblement ses dernières forces, il bondit vers la bête et enfonça sa lame noire à l'endroit où aurait dû se trouver l'épaule gauche de la maudite en d'autres circonstances, appuyant aussi fort qu'il le pouvait jusqu'à ce que l'entièrement de la lame soit enfoncée dans la chair.

Il aurait pu continuer, il aurait voulu continuer le combat mais la bouche se referma sur lui et, étrangement, aucun cri de douleur ne s'extirpa de sa bouche. Un flot de sang sortit de cette cavité, évidemment mais, alors que ses toutes dernières forces l'abandonnaient enfin, Kyusuke sourit en sentant ses paupières se ferment lentement.

- Vis par..le sabre, meurs par...


Il avait gagné. Il s'était battu et avait gagné.

Gagné le droit de mourir, immobile, sa main toujours fermement serrée autour de la garde de sa fidèle partenaire.

Il était mort debout, le sourire aux lèvres.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1549998803-vergil-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1549998807-satsuki-decima
Vergil – Satsuki

Que faisait-il ici, à combattre cette créature dont il ne savait rien ? Les connaissances de Vergil en matière de fruit du démon étaient limitées, pour rester poli, aussi devrait-il normalement saisir cette occasion comme une chance d'agrandir ses connaissances mais ce n'était pas le cas. Il aurait préféré davantage se battre aux côtés de Kyusuke par exemple, ce dernier le surpassant largement, lame à la main, mais au lieu de cela il était cantonné à un combat de bien trop piètre envergure pour un homme tel que lui. Pour un homme promis à de si grandes choses, mais à qui on ne souhaitait pas donner sa chance. Dague à la main, il se rua donc sur cette bien étrange créature afin d'en finir au plus vite, de retourner à des combats plus palpitants mais le résultat de son assaut ne lui tira aucune satisfaction.
La main...il avait visé le torse, peut-être même bien le cœur pour en finir d'un seul coup mais tout ce qu'il avait réussi à planter c'était seulement la main de cette maudite. Certes elle ne pourrait plus utiliser ou serrer sa main, ce qui devrait être une petite victoire en soi, mais n'était-ce pas pathétique ? Si, il en avait même honte pour tout dire.  Si seulement il avait son épée...saleté de maudite ! Celle-ci osait même se rapprocher de lui pour l'emmener dans les airs et, alors que la menace fut vocalisée, l'épéiste réagit d'instinct en expédiant un coup de tête à la demoiselle, sur son nez qui ne manquerait pas de craquer sous l'impact.

Peu importait ce qu'elle essayait de faire ou non, il répéterait ces coups de tête autant de fois qu'il le faudrait jusqu'à ce qu'elle lâche prise. C'était tout ce qu'il lui restait à faire pour le moment.
De son côté l'homme aux projectiles poursuivit son attaque en vain et, sans réellement pouvoir agir autant qu'il le souhaitait, fut éjecté en direction de son camarade et...de son adversaire, car oui c'était bien cette fée qui amenait l'épéisrte dans les airs avec elle. L'impact fut aussi violent que supposé et tous les trois, Bonnie, Vergil et Satsuki se percutèrent mutuellement avant que la gravité ne reprenne enfin ses droits. Ils allaient être sonnés par ce coup, assurément, et le sol commençait à se rapprocher de plus en plus.

- Put...    

Allaient-ils tous finir comme des crêpes, ou y avait-il une alternative ? Les hommes du Décima avaient de la ressource, c'était certain, mais les airs n'étaient pas leur domaine de prédilection.



Au loin, au nord de l'île, une partie du mécanisme des Décimas se mit enfin en place. Une myriade de bombes se déclenchèrent en même temps et des entrailles même de la terre émergea une explosion gargantuesque qui réduit terre, bâtiments et être vivants à l'état de poussière qui se dispersèrent dans le vent. Oui les survivaient se dirigeaient à présent vers le port, les rares encore en vie en tout cas, mais le compte à rebours arrivait désormais à une phase critique : il ne restait plus beaucoup de plus aux combattants sur place.






Voici l'ordre : Sairento Saitsujin, Zeke, Tenshi Taya, Ishtar, Bonnie Sarments, Mio Ronki

Vous avez 72h pour poster chacun. Votre tour commence quand celui de la personne qui vous précède s'achève ou qu'elle a posté. Vous pouvez demander un délai de 24h dans la partie adaptée



Lahmar est lvl 45
Samuel Wesson est lvl 38
Kyusuke est lvl 31 
Le Colonel Wolten est lvl 30
Le Commandant Scampton est lvl 25
Satsuki est lvl 22
Vergil est lvl  18

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 907
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue39/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue74/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (74/350)
Berrys: 5.334.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeDim 21 Avr - 21:41




L'Histoire est Écrite par les Prédateurs

The Beast



Les ténèbres luisantes et métalliques, implacables et mordantes, étaient la lame de Kyusuke qui se frayait un chemin jusqu’aux plumes recouvrant l’épaule de la maudite amazone et s’enfonça dans celle-ci, faisant une fois de plus jaillir le fluide pourpre hors du corps de la reptilienne. Celle-ci sentit bel et bien l’acier traverser son corps, tranchant sans aucune pitié la matière qui se trouvait sur son chemin pour se retrouver de l’autre côté de l’espace organique. La demoiselle ailée lâcha un rugissement perturbé par la douleur et son action, un cri qui ressemblait à un feulement agressif qu’à un véritable hurlement de douleur, la blonde aux yeux d’argent étant bien trop impliqué dans ces instants d’affrontement sanglant pour laisser la souffrance submergé son esprit. Elle la domptait à sa manière tandis que l’arme s’enfonçait en elle jusqu’à la garde. Ceci créait une proximité de plus en plus grande entre les deux corps tant et si bien que la gorge du décima fut clairement exposé aux crocs acérées et ruisselantes du sang dégoulinant sur tout le visage de l’Archange du Typhon. La mâchoire se referma, intraitable, sur le cou du bretteur émérite, les dents semblant singer le comportement de la lame ayant pénétrée le corps de la De Lérhane. D’un mouvement de la tête plein de virulence, de fureur, de désir de victoire, Ishtar arracha la chair comme un fauve extirpant de la carcasse de sa proie la viande qu’il souhaite déguster.

Le liquide vital virevolta une nouvelle fois au milieu de ce combat entre la bête de guerre et le combattant de l’honneur avant que ce dernier ne prononce ses derniers mots, montrant à nouveau sa détermination face à la mort, ce qui était tout à son honneur. Son corps demeura immobile, ses muscles ne daignant guère bouger en dépit du trépas. Ceci poussa la bilcane prise dans la folie furieuse de l’affrontement, l’adrénaline ayant complètement prit possession de son cerveau à la suite de sa prise de conscience et au déploiement d’une puissance abstraite possiblement fictive ayant embrasé tout son être, à penser que son adversaire n’avait pas encore passer l’arme à gauche. La main fila à travers l’air pour saisir les vêtements de Kyusuke au niveau du torse et lui faire décrire un arc de cercle pour l’envoyer plusieurs mètres plus loin. S’élançant à nouveau vers lui, l’Archange du Typhon vit son visage être traversé de rictus douloureux, répercutions de l’épée demeurant figé dans son épaule. Cependant, l’ancienne révolutionnaire ne pouvait pas s’occuper de cela dans l’immédiat. Il lui fallait la victoire. Elle devait l’emporter. Ainsi, être en possession de l’outil de mort de l’adversaire donner un avantage non négligeable à la pugiliste sauvage qui abattit sa queue à la manière d’une guillotine sur le cadavre encore raide de l’épéiste. L’heure de l’assaut final était arrivé et la fille de Leanne et Séphiran allait mettre toute son âme dans cet ultime attaque visant à propulser le bretteur décima directement au cœur de l’Hadès, dans les enfers souterraines en lui faisant traverser la croûte terrestre, c’était du moins le désir premier de la recrue Kuja dans ces instants où elle était possédé par la furie d’Inanna. Elle devait se faire émissaire d’Huitzilopochtli et emporter l’âme du damné dans l’autre monde.




La main encore valide de la demoiselle ailée agrippa le tissu recouvrant la poitrine de son adversaire. Dans cette poigne ferme et plus que solide se trouvait enfermé la conscience foudroyante de la déesse de la victoire. D’un mouvement sec et brutale, la créature mythique usa de sa force surhumaine et de la puissance physique du Serpent à Plumes à pour envoyer le corps du mort en direction du firmament tourbillonnant où des éclairs fendaient les cieux noirs grondants au-dessus de l’infernal brasier créé par le bombardement. Il ne suffit que d’une seule impulsion pour que les ailes de la zoan se déploie avec suffisamment de puissance pour envoyer le corps massif de la De Lérhane dans les airs. Elle devait aller à la rencontre de Kyusuke qui commençait déjà retomber, tourbillonnant sur lui-même en dessinant une spirale cadavérique. Se propulsant avec une multitude de battements, l’amazone reptilienne vint ceinturer le Sadaemon dans l’optique de l’emporter encore plus haut, l’amenant toujours plus loin, le rapprochant de ce déferlement d’éclairs montrant tout le courroux de Typhon que la bilcane avait invoqué pour faire déferler le tonnerre sur leur arène de combat. Plus l’ami d’enfance de Sakuga Keigo emmenait son ennemi loin, plus la chute lui serait fatale. Dans le feu de l’action, elle occulta complètement la présence de cette lame dans son épaule qui à tout instant pouvait recevoir la colère de Zeus, retournant ainsi la stratégie de la mythique contre elle-même. Ne cherchant même pas à juger la hauteur qui la séparait de la terre ferme, distance qui excédait la centaine de mètres, Ishtar lâcha l’épéiste qui entama sa chute irrémédiable. Néanmoins, ce ne serai pas aussi simple pour lui puisque l’Archange du Typhon allait embarquer toutes les forces qui lui restait dans cette charge.

Se laissant à son tour choir, la recrue Kuja entama sa propre descente en dressant son buste vers le bas, se confrontant alors à l’air qui effectua ses frottements contre le visage d’écailles et de sang de la bilcane. Le poing de la demoiselle ailée se referma, prêt à donner son ultime frappe, à venir cueillir la victoire. C’est ainsi qu’elle l’envoya droit devant elle à la rencontre du visage de Kyusuke dans un choc concentrant toute la force dont était capable la De Lérhane. C’est alors que l’inévitable s’abattit. La foudre qui entourait la scène de bataille traversa celle-ci pour rejoindre la pointe d’acier de l’arme du décima. L’électricité se répandit en quelques instants dans tout l’être de la guerrière avant d’être transféré au cadavre.

Elle sentait sa conscience défaillir, ses muscles commençant à s’engourdir. Son cœur qui battait la chamade allait exploser d’un instant à l’autre et la douleur se fit plus vive que jamais. Cependant Ishtar ne lâcherait rien. Elle aurait la victoire. Elle vaincrait la Faucheuse s’il le faut, mais elle l’emporterait ! Luttant intérieurement avec l’aide de toute sa psyché, de toute sa volonté, tandis que l’électricité crépitante entourait son corps qui vrombissait en déplaçant l’air durant cette chute interminable, l’ancienne révolutionnaire lâche une nouvelle fois un cri tonitruant, gargantuesque, qui menaça à nouveau de rompre ses cordes vocales qui, paradoxalement, tenaient bon grâce aux impulsions électriques qui déferlaient. Les traits de l’Archange du Typhon se déformaient une ultime fois sous la couche de fluide pourpre et les plaies béantes recouverte par la foudre. Cependant les deux yeux d’or étaient grand ouvert, toujours aussi incandescent que l’astre solaire, semblant même imploser comme des supernovas, s’étendant encore en encore en écho dans l’espace, tout en fixant l’échéance, le sol qui se rapprochait rapidement, tout en décrivant avec une volonté inébranlable la sentence qu’elle faisait s’abattre sur l’existence du damné. L’impact eu lieu. La terre se souleva. Les rochers fusèrent. Les flammes s’élevèrent. Les éclairs tombèrent. L’apocalypse jouait un requiem.




La poussière retomba petit à petit sur le cratère se trouvant désormais au centre de l’aire de combat des deux antagonistes. Les fissures s’étendaient de part et d’autre tandis que quelques roches se dressaient par ci par là au milieu des maisons bombardés brillant de leurs plus belles flammes sous l’électricité qui dansait la tête à l’envers sur le tapis de nuages noirs. Le corps du Sadaemon était là, encastré au milieu du trou sensé descendre jusque l’Hadès selon la volonté de la demoiselle ailée, même si cela était bien entendu impossible. En face de lui, le genou posé par terre, la fille de Bilca haletait lourdement alors qu’elle avait reprit forme humaine. Son corps tout entier était parcouru de spasmes tandis que son regard demeurait rivé sur le cadavre immobile. Il était mort et d’après ce qu’elle voyait cela ne datait pas de cet instant. Son glas avait sonné avant que l’éclair ne les touchent. Face à cette conclusion ahurissante qui signifiait qu’en réalité la dernière action de la blonde aux yeux d’argent aurait pu ne pas être mené, la De Lérhane lâcha un rire nerveux mêlant soulagement et ébahissement. Sa main se posa sur la pierre lourde qu’elle ne tarda pas à recouvrir de liquide rouge en toussant douloureusement. Luttant contre la souffrance, la guerrière céleste extirpa l’épée de Kyusuke de son corps et la déposa aux côtés des restes de son valeureux adversaire.

-Merci pour ce glorieux combat. Tu fus l’un des plus grands adversaires que j’ai combattus et vu le changement que tu as su créer en moi, je ne serai jamais en mesure d’oublier cet affrontement. Je te dois beaucoup et j’espère avoir pu t’apporter une mort qui te convienne. J’aurais aimé davantage te connaître, mais tu as quand même gagné mon respect. Je suis fière d’avoir était celle qui t’a conduite aux bras de Thanatos. Je prie pour que tu trouve le repos éternel. Adieu.

Tressaillant, l’amazone se releva et s’attela à s’extirper de là. Elle aurait bien usée de sa malédiction pour mettre fin à l’orage, néanmoins cela aurait gâché beaucoup trop d’énergie et elle en avait besoin pour se transformer une dernière fois afin de rejoindre le vaisseau Kuja où elle pourrait se faire soigner. Trou dans une main et une épaule, nombreuses plaies dont une très large et béante, électrocution par la foudre, cela faisait beaucoup de choses à traiter et clairement, en l’état, la De Lérhane ne serait d’aucune utilité aux autres zones de combats de l’île même en parvenant à demeurer consciente. Néanmoins cela lui convenait, elle avait remportée le défi, surmontée l’obstacle, menée une confrontation qui était à ses yeux mémorable et les blessures subit n’étaient que des sacrifices utiles et sans gravité extrême, si elle se faisait soigner à temps en tout cas. L’ancienne décima avançait lentement, demeurant concentrée pour éviter que sa conscience ne la lâche à cause de toute la douleur qui la traversait. Cette lutte était similaire à une traversée à la nage des profondeurs océaniques en commençant à manquer d’oxygène. Le tout était de savoir économiser ses réserves et être assez fort mentalement pour avoir la volonté de surmonter cette épreuve. C’est d’un pas fébrile, mais pourtant déterminé, que l’ancienne révolutionnaire pénétra dans la demeure où elle avait envoyée Ashunera un peu plus tôt. Même si l'ancienne révolutionnaire n’en avait pas besoin pour penser à sa famille, il était important qu’elle rapporte la claymore à son père comme un témoin de son épopée et de sa survie.

Suite à cela, la demoiselle ailée sortit de la bâtisse et se prépara à utiliser sa malédiction dans l'optique de prendre son envol et quitter rapidement la zone orageuse avant de se diriger vers l’embarcation de l’équipage de Tenshi Taya, cependant la bilcane fut stoppée dans son élan par un tremblement incroyablement puissant qui la fit tomber en arrière. Tournant le visage, la blonde aux prunelles d’argent ouvrit ses yeux après les avoir maintenus clos avec intensité à cause de la douleur. C’est alors qu’elle la vit, cette immense colonne de fumée qui suivit une explosion dont les dernières flammes s’envolaient au milieu du nuage de cendres. Au nord, l’île commençait à être réduite à néant. Cela n’annonçait rien de bon et poussa la zoan à considérer qu’elle devait se dépêcher. Prenant une grande inspiration, l'ancienne décima se redressa et amorça sa transformation en partant de ses fameuses pupilles qui demeurèrent fixer en direction de la dernière explosion durant le processus. Encore quelques secondes et elle prendrait son envol.






© By Halloween



Je prends le tour de Zeke (vu avec le MJ)
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
Zeke Lundren
Messages : 1659
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue39/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue10/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (10/350)
Berrys: 7.275.879.733 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeMer 24 Avr - 20:17

Seek &

Destroy


La suite des événements s'enchaîna rapidement. Il avait senti une nouvelle attaque de son opposant sans vraiment pouvoir comprendre ce qu'il planifiait dans les temps. La première chose qui lui signala qu'il avait été touché par une nouvelle attaque fut le bruit assourdissant d'explosion. Il était désorienté et le sifflement dans ses oreilles ne semblait pas vouloir se calmer. Apparemment ce connard avait encore un as dans sa manche, et voilà qu'il avait été projeté au sol et se relevait avec difficulté. Son avant bras lui faisait un mal de chien, mais étrangement c'était surtout les brûlures qu'il s'était mangé sur le reste du corps qui lui faisaient le plus mal. Ce n'était pas la première explosion qu'il se mangeait, loin de là. Après tout ses multiples expériences avec les bombes l'avaient placé à de multiples reprises dans une situation similaire.

Étrangement, il avait toujours eu une chance étonnante à chaque fois que ça lui était arrivé. C'était toujours les petites charges qui explosaient et il était toujours à une distance suffisantes de ses déflagrations pour ne pas manger trop cher. L'habitude avait donc pris le dessus. Il croyait que les dommages avaient été relativement minimes et n'avait donc pas regardé son bras. D'un côté il n'y voyait pas d'intérêt, étant donné qu'il savait déjà qu'il ne pouvait plus utiliser sa main. De l'autre il ne voulait pas faire face à la possibilité de sérieux dégâts, pas dans une situation où il devait garder la tête froide du moins. Presque naturellement, il s'était donc relevé avec difficulté de terre, avant de laisser son long manteau glisser de ses épaules et tomber au sol. Aussi vite que possible, et en prenant toujours soin de ne pas regarder, il avait emballé son avant-bras dans le tissu, de telle façon qu'il ne saurait pas le résultat tant qu'il n'aurait pas jeté un œil.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 95152520140724172543AzraelStoryModeArtworkNormal
Graham Stanfield

-Hé ben merde, t'es vraiment dans un sale état toi !

La douleur le tiraillait, mais il commençait à retrouver ses esprits. À vrai dire, il avait perdu la notion du temps pendant un moment et n'avait pas compris ce qui venait de se dérouler autour de lui. Mais les paroles et cette voix familière l'avaient étrangement ramené sur terre plus tôt que prévu. C'était Graham, et derrière lui il ne pouvait voir que des flammes et de la fumée.

-Aller grouille, la moitié de cette île vient de sauter... C'était super ! Mais bon je crois qu'on ferait mieux de ne pas s'éterniser.

Redressant sa moto pour lui, le colosse l'avait rapidement enfourché, suivit de l'ingénieur juste derrière. Le Lundren avait encore du mal à comprendre ce que son partenaire lui disait, mais il semblait bien qu'il était temps de mettre les voiles. Toutefois, ne comprenant pas trop comment les deux complices avaient pu gagner autant de temps face au cow-boy du dimanche, l'inventeur tourna la tête une nouvelle fois en direction du wagon, remarquant cette fois un détail qui lui avait échappé quelques secondes plus tôt. Toute la zone derrière le véhicule avait été écrasé par un morceau de bâtiment ! Il avait mis quelques secondes à comprendre, mais avait finalement figuré que son partenaire était sûrement responsable pour cette attaque massive et dévastatrice. Difficile de savoir ce qu'il était advenu de son adversaire, mais il pouvait clairement voir comment un tel événement aurait pu ralentir son opposant.

Dans tous les cas, son partenaire avait raison. Il était temps de mettre les voiles... Ce qui s'avérait problématique étant donné que le navigateur n'avait aucune idée de comment piloter cette moto. Il s'était contenté de mettre les gaz, et voilà que le deux hommes fonçaient à pleine vitesse en direction du port en zig-zaggant et sans trop savoir comment s'arrêter. L'ingénieur se dit qu'il n'avait pas exactement besoin de plus d'émotions fortes, mais il se considéra au moins chanceux de voir que son partenaire avait trouvé les freins à temps. En quelques secondes à peine, le duo avait atteint le rivage situé entre les deux marines et, sachant clairement qu'il n'était pas en état de continuer, l'ingénieur avait décidé que ce serait leur point de sortie.

Se faisant aider un peu par son partenaire qui l'aida à guider son bras, l'ingénieur avait rangé sa moto et sorti aussi vite que possible son sous-marin. Les deux compères s'étaient par la suite jetés au fond du véhicule, l'ingénieur atterrissant au fond de sa capsule comme un sac de patate. Rendu là il se foutait éperdument de quitter avec style. Il s'était simplement contenté de frapper du pied le levier qui activait la marche avant. En un rien de temps, le sous-marin s'était jeté à l'eau et avait coulé comme une pierre au fond de l'océan. Il était sauf, mais encore une fois il repartait salement amoché d'une opération de routine.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 238626Orphen

Hésitant un peu à intervenir, le groupe de femme trouva finalement une opportunité lorsque l'une des deux bêtes perdit connaissance. Une fenêtre s'était ouverte et elles en avaient profité pour lancer une attaque surprise. Orphen avait été la première à se lancer sur le fauve restant, toutes griffes dehors dans sa forme hybride. Elle avait rapidement balancé une série de lames d'air sur le marine, à la fois pour le charcuter et le forcer à interrompre son mouvement en reculant. L'assaut était arrivé dans l'angle mort du décima, ce qui avait laissé amplement le temps à la brune de renchérir avec un bon coup de pied direct dans la tempe de l'assassin. Ce dernier avait rapidement perdu connaissance, une bonne chose étant donné qu'elle comptait fuir avec ce type sous le bras.Elle n'était pas certaine de sa faction et, dans le doute, elle préférait l'interroger avant de lui faire quoique ce soit de sérieux.

Ses partenaires n'étaient pas restées en reste non-plus. En effet, la première, tenant un fouet, avait rapidement attrapé le corps inerte du Satsujin pour le ramener dans ses bras. La dizaine d'amazones restante avait quant à elle tiré un déluge de flèches dans la direction du marine histoire de s'assurer qu'il ne tenterait pas une riposte. Son camarade était blessé et l'homme était en sous-effectif, un signe clair à leurs yeux qu'il ne tenterait probablement pas de prolonger le combat dans ces conditions.

L'explosion qui suivie altéra toutefois légèrement les plans du groupe. Si à la base elles souhaitaient capturer le jeune à la chevelure d'argent et nettoyer le navire marine un peu plus loin par la suite, leur plan changea du tout au tout. Visiblement tout partait en vrille et leur priorité numéro 1 demeurait la protection de leur impératrice. Balançant donc une nouvelle salve de projectiles et de lames d'air à leur opposant, elles tentèrent de battre en retraite et de revenir là où cette bataille avait commencé. Deux amazones filèrent en douce pour aller s'occuper du navire sur lequel elles étaient arrivées, alors que le reste entreprit de se diriger vers le dernier endroit où elles avaient laissé Tenshi Taya.



C'est mon dernier post à l'event, j'ai donc fait un peu long. Normalement les amazones retournent vers Tenshi avec Sairento sous le bras et elle en reprend le contrôle.

J'ai eu la permission de Kiru pour le sortir de l'event dès maintenant comme il ne peut plus poster.

Orphen est niveau 32 et les autres amazones oscillent autour du niveau 25-27 je crois ? À voir avec Tenshi.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
Tenshi Taya
Messages : 1388
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws / Kujas

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue45/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (45/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue207/500 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (207/500)
Berrys: 82.110.500 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeJeu 25 Avr - 22:58



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 638287YoumuDDAnnouncementHeader
L'histoire est écrite par les vainqueurs

    Le combat battait son plein. J’étais emportée dans ce dernier. L’adrénaline me faisait ignorer la douleur qui ne serait que plus importante d’ici peu. Mon attaque fit mouche. Je parvins à toucher à plusieurs reprises mon ennemi. Toutefois, ce dernier n’était pas sans réserve et il comprit rapidement la supercherie dont j’utilisais. Il parvint donc à ignorer totalement sa vue pour se concentrer sur ses autres sens. Je ne connaissais que très peu de personnes capables d’une telle prouesse. Cela m’impressionnait. La vue était un des sens les plus utilisés, au dépend, malheureusement, des autres. Il fallait une grande maîtrise et une profonde connaissance de son corps pour être capable de l’oublier.

    Surprise par ce retournement de situation, je n’eus pas le temps d’éviter le coup de bâton qu’il asséna dans mon ventre. J’encaissai ce dernier en recouvrant mon corps de Haki, mais cela ne fut pas suffisant à absorber l’entièreté du coup et je volai quelques mètres plus loin. Toutefois, j’étais déjà prête à me lever pour quitter les lieux. Un événement me stoppa. J’avais bien conscience que le nord de l’île venait de partir en fumée. Une troupe d’Amazones arriva proche de la zone de combat. Je fis tout d’abord le constat qu’elles n’avaient pas l’air blessées. Visiblement, les choses s’étaient bien passées. Jetant un regard dans leur direction, je ne cherchai pas à comprendre plus longtemps ce qu’elles voulaient.

    - Ce n’est que partie remise.

    Ces paroles furent prononcées pour mon adversaire. Il fallait partir et vite. En un Soru, j’arrivai au niveau d’Akimitsu que je ramassais nonchalamment avant d’engager une fuite stratégique. Je préférais ne pas mourir aujourd’hui pour une cause inutile. Mes premiers pas furent difficiles car la douleur venait de plus belle. Toutefois, mon ennemi était tout aussi blessé et n’aurait probablement pas la force de partir à ma poursuite. D’autant plus que toutes les Amazones présentes étaient prêtes à l’attaquer au moindre geste suspect. Nous n’avions pas de temps à perdre.

    Une fois assez à proximité, Orphen m’attrapa pour m’aider à marcher et la fuite se fit plus rapidement. Nous nous dirigions vers le sud-ouest pour prendre possession du navire de la Marine. Orphen me fit rapidement un bilan de la situation. Un inconnu capturé, un navire à prendre et des civils en fuite. Ishtar, quant à elle, n’était plus dans mon champ de vision, mais j’espérais qu’elle ne tarderait pas à arriver sur un des navires pour y fuir.

    Arrivant au niveau du navire de la Marine, les jeunes Amazones y pénétrèrent, prêtes à défaire l’équipage de Marines. Deux Amazones commencèrent à indiquer aux civils présents de prendre la direction du navire des Amazones qui allait partir sous peu. Je n’étais pas certaine que ce dernier puisse accueillir tout le monde, il allait probablement falloir se serrer.

    L’amazone qui me portait était partie pour attaquer le navire. Orphen, à la tête du petit groupe, avait lancé l’assaut. M’aidant de mon sabre pour avancer, je me dirigeai moi aussi vers le navire pour l’attaquer, m’attendant à ne pas être des plus efficaces.

    Au niveau du navire des Amazones, les femmes avaient commencé à s’affairer pour faire partir ce dernier, elles faisaient les derniers préparatifs et virent arriver une nuée de civils, certains étaient plutôt réticents à l’idée de monter sur le navire, mais savaient bien qu’ils n’avaient pas le choix. C’était mourir ici ou tenter sa chance sur le navire. Les Amazones n’eurent pas vraiment le temps de faire dans la diplomatie. Il fallait partir au plus vite.



Résumé:
 

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 760105TenshiSigna4

Revenir en haut Aller en bas
Ishvara D. Karma
Tinkerbell
Ishvara D. Karma
Messages : 782
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue20/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue43/100 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeDim 28 Avr - 23:17



L'histoire est écrite par les vainqueurs
Ft. Sairento, Zeke, Tenshi, Ishtar, Mio & MJ


"South Blue ✦ 1506 ✦ Event"




Un choc. Puis la douleur… Tout son corps hurlait. Le craquement de ses os raisonnant comme un appel au secours, comme un cri en quête d’une réponse, quelle qu’elle soit, auprès de l’esprit qu’il portait vaillamment lunes après lunes. Malheureusement, ce dernier n’était pas bien plus vaillant, sombrant doucement, mais sûrement dans les limbes de l’inconscience tandis que le flanc de son enveloppe percutait avec fracas l’argile des tuiles couvrant le toit sur lequel l’avait projeté le choc.

Soudain, le grondement sourd et sinistre d'une explosion vint faire écho aux hurlements de son contenant, semblant prendre la forme d’une main tendue à travers le brouillard. Instinctivement, Bonnie la saisit, rouvrant avec difficulté les paupières, papillonnant délicatement des yeux pour reprendre pied. Ce simple geste la gratifia d’une douleur lancinante, sa peau gonflée et violacée par les coups de tête de l’épéiste réclamant la clémence. La fée accéda bien vite à sa requête, se contentant de plisser les yeux pour observer la scène. Il s’agissait là d’une œuvre bien cruelle, celle d’un artiste qui avait choisi de peindre dans le ciel une sombre composition de flammes et de ténèbres. Ses poumons se manifestèrent, réclamant leur dû, par réflexe, ses narines partirent à la recherche du précieux gaz, mais seul un liquide chaud vînt à la rencontre de sa trachée. La jeune femme toussa violemment et, tandis que le goût ferreux de son propre sang agressait son palais, ses côtes émirent un râle de protestation. Dans un effort qui lui semblait incommensurable, la Sarments força ses bras à la soulever pour la remettre sur pied. Une fois cela fait, ses doigts fins vinrent palper avec délicatesse son nez. Le visage livide, elle put ainsi constater l’angle étrange que celui-ci avait adopté.

Serrant les dents pour contenir ses gémissements de douleur, Bonnie vin pincer l’appendice avant de le remettre en place d’un coup sec. Cependant, sans qu’elle ne puisse les contrôler, des perles salées vinrent fleurir le long de ses cils blancs en sentant la décharge désagréable que ce geste envoya dans l’ensemble des nerfs de son visage. Prenant en coupe son membre blessé dans un geste qui se voulait réconfortant, elle réalisa que la dague n’y était plus enfoncée. Que s’était-il passé ? Encore une fois, l’ange s’était laissé dépasser par les événements. Un sentiment d’impuissance, plus douloureux encore que toutes les blessures physiques qui lui avaient été faites, s'empara d'elle.
Les civils qui avaient survécu semblaient se diriger vers le port conformément à ses directives, mais nul doute que l’alerte était arrivée bien trop tard. Les ongles de sa main valide s’enfoncèrent dans la chaire fragile de sa paume blessée face à ce constat. Inutile. Elle avait été tout bonnement inutile.

Ses orbes irisés survolèrent le toit, constatant ainsi la présence des deux combattants qui les avaient attaquées, avant de se planter sur le corps inerte de sa compagne du jour en contre bas.
Bonnie était fatiguée de ce combat, de cette île, de la Marine et des Décimas. Elle était fatiguée de toute cette situation sans queue ni tête… Repensant à l’ensemble des événements, l’ombre d’un homme masqué pianotant sur l’écran d’une étrange machine s’imposa dans son esprit. Oh oui, elle était épuisée. Mais il lui restait encore quelque chose à faire sur cette île, pour que sa venue ici ne soit pas vaine, pour qu’il y ait un but à toute cette destruction… Elle avait rempli sa mission vis-à-vis des civils, mais il lui restait encore quelqu’un à sauver.
Portée par cette conviction qui l’avait animée depuis qu’elle l’avait vu, attablé à ce bar, Bonnie s’adressa aux deux hommes. Partez tant qu’il est encore temps… Je ne sais pas qui vous êtes, mais je pense que nous avons tous mieux à faire. Ce combat n’a aucun sens de toute façon. Le ton était las, bien qu’un peu étouffé par son nez bouché, laissant clairement transparaître que la fée n’avait plus aucune volonté de se battre. Sans même s’assurer qu’ils ne l’attaqueraient pas de nouveau, misant sur le fait qu’ils ne voudraient de toute façon pas s’éterniser sur une île qui allait bientôt connaître sa fin, la jeune femme vola jusqu’à la griffonne.

Une fois à son niveau, elle aida cette dernière à se relever. Est-ce que tu peux voler ? Je dois retrouver quelqu’un, un tireur avec un masque et un chapeau. Faisant fi de la douleur, Bonnie attendait la réponse de la jeune femme pour pouvoir reprendre les airs afin de partir à la recherche de son inconnu. En espérant qu’il serait plus ouvert à la discussion cette fois.


Alors, en gros : Bonnie s'écrase sur un toit, elle a mal. Très mal ! Son nez est cassé, ses côtes aussi, sa main est inutilisable mais au moins la dague n'est plus plantée dedans. So that's that...
Elle est fatiguée et se sent inutile... Puis elle repense à Samuel et veut le retrouver parce que c'était un peu ça le plan, à la base. Après avoir dit à Vergil et Satsuki que ce combat n'a aucun sens et qu'ils feraient mieux de fuir, elle vole au niveau de Mio et l'aide à se relever avant de lui expliquer la situation.
Vivianne : Forme hybride tout ce qu'il y a de plus basique, Viviane se révèle être le juste-milieu entre l'humain et la fée. Conservant sa taille et son apparence globale, Bonnie voit les plumes rattachées à son dos s'allonger progressivement et se diviser en deux pour finir en forme d'ailes de libellule parfaitement fonctionnelles. À l'image de sa forme totale, ses oreilles s'affinent et ses cheveux, ses ailes ainsi que ses mains brillent légèrement. Sous cette forme, seules ces dernières ont la faculté de générer de la poussière de fée en quantité suffisante pour provoquer des illusions. Néanmoins la jeune femme bénéficie tout de même d'un boost de vitesse et de force similaire à sa forme totale.



Dernière édition par Bonnie Sarments le Mar 14 Mai - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mio R. Konki
Pirate
Mio R. Konki
Messages : 107
Race : Humaine
Équipage : /

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue23/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (23/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue143/120 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (143/120)
Berrys: 2.322.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeJeu 2 Mai - 22:38


    EVENT : L'HISTOIRE EST ECRITE PAR LES VAINQUEURS






    South Blue

    1506


    Rp avec
    Sairento SatsujinZeke Laundren
    ♣ Trafiquant - Tueur
    ♣ Blouse - Paresse - Chaos
    Bonnie SarmentsTaya Tenshi
    ♣ Beauté - Ange
    ♣ Impératrice - Puissante
    Ishtar De Lérhane
    ♣ Guerrière Elegante


    « Et ils continuaient encore. »




    Est-ce que tu peux voler ? Je dois retrouver quelqu’un, un tireur avec un masque et un chapeau

    La jeune fille entendit une voix. Elle sortit ainsi de sa torpeur, se rendant compte des bras tremblants et blessés qui l’agrippaient. Cette inconnue aux allures d’ange n’était plus. La violence l’avait brisée. De sa peau immaculée, le sang s’écoulait désormais. Dans quel monde un ange devait-il subir de tels outrages ? Fervent de la paix, il ne participait pas aux combats. Ah, mais comment apporter la paix sans combattre ?
    La rouquine avait saisi le sens de ses paroles, d’une façon si limpide que cela tenait du miracle. Dans sa continuité, cette soudaine lueur dans ce sombre esprit brouillé ne cessa pas de briller. De ses grands yeux bleu clair, Mio vit les choses telles qu’elles étaient. Des débris sillonnaient la terre démolie, recouvert de poussières, tels des stigmates remémorant les cendres et la poudre de la destruction. Quelques effets personnels trainaient encore au sol, abandonnés et à moitié détruits. Une assiette, un linge, un carnet, … Leur valeur ne représentait plus rien, sauf peut être la misère.
    Et cette jeune personne, que reflétait-elle dans les yeux de Mio ? Son corps tremblait sous la douleur, ses blessures brûlaient au soleil, noires de saleté. Elle était si petite, et si mince. Avec ses si petits bras, qu’est-ce qu’elle voulait faire exactement ? Son corps subsistait, puissant, sa respiration s’échauffait, mais sa droiture ne tenait qu’à un fil. Si forte, mais à la fois si faible. Son cœur criait, produisant l’écho d’un espoir encore présent. Une volonté forte, inébranlable mais qui sonnait comme une alarme, annonçant un profond désespoir. Qu’est-ce qu’elle espérait ? Sauver le monde entier ? Son ardeur faisait peine à voir, aveuglée, cette âme était incapable de comprendre les souffrances de son propre corps. Mio le savait. La rouquine savait très bien qu’elle avait épuisé ses dernières forces, et que c’était fini. Notre esprit pouvait s’envoler, traverser le temps, se transcender pour atteindre des infinités de destinations. Mais toucher la plus belle des étoiles, sentir le vent transporter le doux parfum des fleurs, se délecter du gout profond de l’eau, voir le plus beau des paysages, entendre le choc des gouttes de pluie sur le métal, cela lui était impossible sans le corps.
    C’était la plus précieuse des choses. Et quiconque dirait que la volonté était plus forte que tout, qu’il fallait aller bout tant que la volonté le permettait encore, serait un idiot.
    Les yeux bleus se fermèrent un instant. Une voile semblait s’élever, dévoilant un sombre passé. Derrière les rires des enfants, une femme encore jeune frottait son dos tordu. Un homme plus âgé la regardait, le visage brûlé par le soleil. A côté de lui, un autre homme coupait du bois de ses mains rugueuses abimées par les ampoules et les écorchures. Sa femme était derrière lui, le visage terni par la fatigue de ses nuits envolées. Et ils continuaient encore.

    * Mais reposez-vous voyons ! Pourquoi vous ne cessez pas ? Pourquoi vous croyez que c’est normal de vivre en se mutilant ainsi ? *

    Il fallait se reposer dorénavant. Et au plus profond de son cœur, la jeune rouquine espérait que son ange blessé se calmerait. Elle ne croyait pas aux héros se sacrifiant pour le bien commun comme si c’était la plus noble des causes. Elle ne croyait pas à ses gens respectables pour leur générosité, tandis que cette dernière les faisait courir à leur perte. Faire le bien, elle y croyait. Mais, dans cette extrémité, cela lui semblait juste malsain. Il suffisait seulement que cette douce âme comprenne.

    Levant lentement la main, elle lui caressa le nez, parcourant sa bosse anormale. Puis, elle laissa glisser ses doigts le long de sa joue, l’enveloppant de toute sa paume.

    « Regarde, tu es si fatiguée. Et je le suis aussi. Si tu y vas, tu vas courir à ta perte. Ton corps cri de douleur, et tu veux encore le détruire ? On a chacun ses propres limites. Tu dois partir d’ici pour sauver ta vie. Moi, tu peux me laisser là…

    Mio s’interrompit un instant. Au fond d’elle, elle désirait plus que tout survivre, répondant à ses propres instincts. Mais l’enfant était lasse et fatiguée. Sa flamme avait brûlé pour l’amour, mais cet amour s’était volatilisé en cendre. Sa flamme avait alors disparu. Par la suite, Sa flamme s’était développée pour le pouvoir, mais ce monde la surplombait. Sa flamme s’était alors étouffée dans la poussière.

    « … ma vie finira surement ici, sous les explosions. Il n’y a rien de plus beau. »

    résumé:
     




Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Decima)

PNJ (Decima)
Messages : 125

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeDim 5 Mai - 23:19



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1549998803-vergil-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1549998807-satsuki-decima
Vergil – Satsuki

Vergil et son camarade de toujours n'étaient pas les figures de proue de cet équipage formé sur le tas, pas les plus fines lames ou les meilleurs assassins mais ils faisaient du mieux pour prouver leur valeur en espérant que, peut-être, un jour ils parviendraient à gravir les échelons. Peut-être pourraient-ils égaler la puissance de Lahmar un beau jour, non ? N'avaient-ils pas le droit de rêver ? Bon d'accord l'heure n'était pas aux rêveries mais cela ne faisait jamais de mal de garder quelques objectifs en tête. Le combat poursuivit son cours et, lorsque les deux furent percutés et projetés à terre, la seule voix qui parvint à leurs oreilles fut celle de la plus naïve d'entre eux qui leur intimait de cesser le combat. Si Vergil fut sur le point de lui dire à quel endroit de son anatomie elle pouvait se coller cette trêve, l'énorme explosion qui s'ensuivit fut pour lui et son collègue l'équivalent d'une gifle en plein tête. Ils avaient été si focalisés dans leur combat qu'ils en avaient oublié le plan de secours, les bombes et ce qui allait advenir d'ici peu : la destruction totale de l'île.
Se redressant difficilement, douloureusement, les deux hommes échangèrent un regard complice et silencieux, sachant pertinemment ce qui devait être fait. Ils n'avaient pas peur de mourir, pas le moins du monde mais avant de l'accepter ils devaient s'assurer qu'une autre option était viable. Délaissant leurs adversaires, ramassant leurs armes du mieux qu'ils le pouvaient, il tournèrent les talents et se dirigèrent vers le centre de l'île. Là ils trouveraient le patron et, là, ils pourraient savoir si aujourd'hui était le jour où ils allaient mourir.

Ou si la grande faucheuse attendrait un jour de plus.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1544319026-lahmar-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 1540841344-samuel-wesson-decima
Lahmar – Samuel Wesson

Depuis le toit de la bâtisse où il était Lahmar pouvait observer l'impératrice et ses alliées prendre la fuite, pouvait observer les civils fuir pour leur vie du mieux qu'ils le pouvaient en laissant leur vie, leur passé sur cette île partir en fumée. Ce jour-là n'était pas une victoire, pas aux yeux du guerrier de la foi mais ce n'était pas une défaite non plus. Pas entière en tout cas et il devrait s'en contenter pour le moment. Il avait mal, la bretteuse s'était avérée plus tenace que prévue mais elle avait eu le bon sens d'écouter son instinct de survie au lieu de s'entêter bêtement. Ce n'était que partie remise comme elle avait pu le dire, le destin pou son suzerain le mettrait forcément sur sa route tôt ou tard. Pour l'heure, alors que d'ici une bonne minute la seconde explosion allait retentir de nouveau, rasant une nouvelle partie de l'île, l'homme au bâton resta immobile en sentant une présence familière approcher.
C'était Samuel. Sa démarche lente trahissait sa fatigue évidente et, s'il avait failli de peu de se faire écraser par le bâtiment qui lui avait été lancé sur la gueule, quelques balles explosions avaient créé une brèche suffisante pour lui sauver les miches. Mais pour combien de temps ? Non il n'allait pas mourir, il avait ce qu'il fallait dans sa poche pour stopper cette destruction absolue mais il allait devoir attendre. Attendre qu'ils fuient tous, attendre que la peur fasse son petit effet et alors, seulement alors, il stopperait le mécanisme dont il connaissait le timing par cœur.

Le guerrier de la fois, immobile malgré ses blessures, tourna légèrement la tête vers son comparse alors que celui-ci fit vocalement connaître sa présence.

- Les rats quittent le navire.
- En effet. Les marines ?
- Juste là.

Le regard du guerrier s'attarda sur son camarade et, lorsque ses yeux descendirent, il put noter la présence de deux trophées qui n'y étaient pas à leur arrivée sur cette île. Des têtes ? Hum, Samuel n'était pas du genre à s'attarder à trancher les têtes de ses victimes, pas après leur avoir logé une balle entre les deux yeux comme c'était le cas ici mais, pour aujourd'hui, il avait choisi de le faire comme témoignage de sa réussite. Deux marines en moins dans le monde, une goutte d'eau dans l'océan mais ils s'en contenteraient pour aujourd'hui.

- Bien.
- On fait quoi maintenant ? Ces enfoirés ont eu Kyusuke.
- Nous sommes attendus ailleurs.

Le  tireur ravala sa fierté et grommela derrière son masque des remarques que Lahmar choisit d'ignorer, conscient que malgré son mécontentement il ne désobéirait pas. Ce n'était pas comme s'il le pouvait de toute façon, non ? Les amazones avaient fait leur travail, avaient criblé le colonel de flèches mais ce dernier s'était accroché à la vie, assez pour que Samuel puisse le regarder, souriant derrière son masque avant de faucher sa vie pour l'éternité. Ses camarades sur le bateau avaient dû voir la scène mais quelle différence cela pouvait-il bien faire ? D'ici peu les Décimas auraient quitté cette île et, dans ce vacarme assourdissant, dans ce déluge de feu et de mort, personne de sensé n'aurait l'idée de partir à leur poursuite. Personne souhaitant rester en vie en tout cas , car l'heure n'était plus à la miséricorde...si elle l'avait jamais été pour eux.

Ils n'avaient pas gagné mais cela importait peu. Même avec une tête en moins l'hydre pouvait toujours se battre.

Et elle le ferait.







Lahmar est lvl 45
Samuel Wesson est lvl 38
Satsuki est lvl 22
Vergil est lvl  18

Voici le poste de clôture pour moi. Vous pouvez décrire votre départ si vous le souhaitez mais je n'interviendrai plus.
J'ai bien apprécié m'occuper de votre groupe, je dois bien l'avouer. Je vous remercie en tout cas pour votre participation.

Pour résumer vous parvenez à vous échapper, les amazones font leur travail, s'emparent sans difficulté du navire marine peu défendu, mais Samuel passe derrière pour finir le travail concernant les deux officiers restés à terre. Vous pouvez désormais vous en aller et laisser cette île très loin derrière vous. Vous l'ignorez, mais Samuel a, sur lui, une télécommande pour stopper l'explosion, un coupe-circuit d'urgence, et  stoppera ce chaos quand il verra les bateaux quitter le port. Pas de mauvaise surprise.

Vous êtes en vie, c'est une victoire en soi.
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 907
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue39/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue74/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (74/350)
Berrys: 5.334.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeDim 5 Mai - 23:48




L'Histoire est Écrite par les Vainqueurs

Ἄνδρά μοι ἔννεπε...



Les restes des demeures crépitaient tandis que l’écho de la déflagration se perdait dans le tonnerre. Le monde entier semblait s’effondrer autour de la silhouette de la guerrière. Cependant, contrairement à ces structures qui chutaient sur elle-même, la fille du ciel demeurait droite, fièrement dressée après s’être relevée. L’enfer avait beau s’être déchaîné sur terre, elle se trouvait encore là, au milieu de ce que les civils pourraient considérer comme la fin du monde, ou en tout cas de leur monde. Pourtant, l'originaire de la mer blanche savait qu'elle ne saurait pas résister encore longtemps à son corps qui lui réclamait le repos après avoir tant subit. Bientôt, plus rien ne subsisterait de la cité qui avait été érigée sur cette terre s’étant avéré être si paisible jusqu’au déclenchement des hostilités un peu plus tôt. La guerre avait déferlé avec toute sa violence, son souffle emportant des vies damnées tandis que sa lame charcutait la chair des vaillants combattants de tous camp, de toutes factions, de tous horizons. C’étaient pourtant eux qui avaient ramenés le conflit, cet affrontement qui faisait rage à cet instant partout dans le monde, de Shabondy à Marineford, du Nouveau Monde à Alabasta en passant par Izaria ou encore Seppen Town. Au milieu de tous ces chocs armés, celle-ci tomberait certainement dans l’oubli. Après tout, qu’était cette bataille à côté du choc entre l’élite du Gouvernement Mondial et des Décimas ? Et ceci c'était même en ignorant encore pour l’instant ce qui se jouait au pied de Redline entre les Tengoku no Seigi, l’Alliance des Chasseurs de Primes et l’immense armada d’Hadès ou même l’alliance de l’Inquisition, des Thalassa et de Capitaines Corsaires face à la menace représentée par Niria et nul autre que l’ancien amiral-en-chef Kizaru, le plus puissant utilisateur de logia au monde et un des pions du monarque de Merveille. Oui, Bayangan sombrerait dans l’ignorance général sans que l’intérêt publique ne se tourne vers ces événements isolés au milieu d’une guerre d’ampleur internationale. Pourtant, cela resterait graver chaque jour de l’existence dans la mémoire des personnes ayant survécu à la triste chute de cette cité qui ne put être sauvé en dépit de l’implication de protagonistes extérieurs aux gouvernementaux et aux décimas.

Cela évoquait à la blonde un raisonnement qu’elle tenait depuis longtemps et qu’elle avait en commun avec Kyoshiro, devenu aujourd'hui second de Fenice Nakata alors qu’elle l’avait rencontré au moment de son intégration à la troupe de l’homme venant tout juste d’accepte une proposition au poste de corsaire, et quelques autres personnes à travers le monde comme Minamoto Nobunaga Kosenjobi. Chaque vie avait de l’importance. Sauver de simples habitants qui n’auront aucun impact à l’échelle planétaire pouvait être jugé inutile par certains, mais au final c’était tout aussi important qu’une autre action, tout comme rallumer la lumière dans un cœur ayant succombé au désespoir. Il était capital de ne pas renier l’importance de chaque vie, même lorsque l’on était prêt à répandre la mort comme l’Archange du Typhon l’était depuis sa prise de conscience un peu plus tôt. Et pour cette ville perdue au beau milieu de l’océan méridional c’était la même chose. Une simple bataille au milieu du conflit, c’était la même chose. L’échec de sa protection était quelque chose qui demeurerait tout autant en mémoire que les obstacles qu’il avait fallu dépasser. Pour Ishtar, c'était une leçon pour le futur, des souvenirs qui permettront peut-être d'empêcher que des civils ne soient à nouveau confronter à la destruction de leur quotidien.

Les deux pupilles dorées embrasèrent le regard de la De Lérhane qui observait avec défiance l’immense colonne de cendres, dont l’ampleur signifiait l’importance de l’explosion qui l’avait fait naître, qui venait finalement en partie se mêlait à l’orage que la bilcane avait déclenchée. S’adressant mentalement une ultime fois à Kyusuke, elle ferma un instant les paupières pour prier. Si l’île continuait de partir en fumée, il était certain que les restes du bretteur serait dispersés dans l’atmosphère pour retomber avec lourdeur sur les ruines cadavériques de cette contrée ayant subit sa fin en cette triste et douloureuse journée. L’Archange du Typhon se positionna aussi solidement qu’elle le pouvait en se tournant vers le foyer de la déflagration primaire. La créature sans âme ni vie faite de feu et de braises ne tarderait certainement pas à tendre ses bras pour venir avaler avec une faim démentielle tout ce qui se trouvait dans la zone. Ce monstre aussi incandescent que le brasier animant le regard de la guerrière céleste affaiblie ne l’aurait pas. Elle allait s’envoler et échapper à ses griffes. C’était l’ultime défi, le dernier obstacle entre la survie et la jeune amazone qui espérait bien que Tenshi et les autres avaient su triompher de leurs adversaires respectifs. Avec un peu de chance, elles seraient dans un meilleur état que la maudite. Les ailes de la demoiselle s’étendirent alors tandis que le reste du corps se métamorphosait pour reprendre la forme hybride de la créature mythologique dont l’ancienne décima était l’incarnation et ce en commençant par le visage, puis la chevelure et le cou, puis le torse avant de terminer par les jambes qui se réunifièrent ainsi que par les appendices emplumés qui reprirent la teinte verte de l’émeraude avant de se mettre à battre.

-J'accepte... ce combat... déclara-t-elle solennellement au feu de l'apocalypse qui allait surgir incessamment sous peu.




Les bourrasques de la tempête déferlaient sur le corps de la maudite qui s’élevait petit à petit au cœur de la danse des éclairs qui ralentissait sa cadence. Il lui fallait au plus vite quitter ce lieu où la foudre pourrait venir cueillir sa vie étant donné qu’il ne lui restait absolument pas les forces nécessaires pour survire à une seconde électrocution, sans parler des flammes qui ne tarderait pas à partir à sa poursuite. L’ancienne révolutionnaire aurait voulu avancer plus rapidement, filer droit en direction du navire Kuja pour être enfin plus ou moins hors de danger, néanmoins ce n’était guère possible. Avec ce qui lui restait d’énergie, l’engourdissement général dû au passage de l’éclair dans son corps et la perte de sang, les battements d’ailes étaient loin d’être rapides et sa faculté à se diriger dans les airs fortement altérée. Globalement ses réflexes allaient devenir de plus en plus lents et la douleur de plus en plus vive. Si jamais elle ne demeurait pas attentive, lutter contre l’envie de sombrer dans l’inconscience qui la submergeait ne serait même pas suffisant pour atteindre son objectif puisque la massive monstruosité mythologique chuterait vers le sol ou une bâtisse en ruines pour ne plus jamais s’envoler. Il était vital qu’elle force sur son corps pour au moins donner des battements d’ailes suffisamment puissants pour se maintenir à une altitude convenable. La métaphore de nage dans les profondeurs sans oxygène devenait de plus en plus proche de la réalité. Plus que jamais, c’était par le mental qu’était sa seule chance de survivre à cette journée. La raison devait guider son corps, le plier à ses ordres pour continuer la traversé du ciel. Le cœur de la De Lérhane battait moins rapidement qu’auparavant tout comme le reste de son organisme tournant pratiquement au ralenti. À vrai dire, si le métabolisme de serpent ne fonctionnait pas à plein régime grâce à la chaleur que la bilcane avait déployé dans le coin, il était fort possible que la demoiselle ailée ne parvienne pas à résister aussi longtemps à l'envie de dormir qui s’installait progressivement dans son être.

La foudre chuta, faisant presque sursauter la bête mythique avant que la détonation d’une nouvelle explosion se fasse entendre. L’effet de l’adrénaline avait beau s’estomper en même temps que la conscience de la recrue Kuja, cela demeurait quelque chose de suffisant pour rebooster la titanesque blonde le temps d’une poignée de secondes, l'amenant à procéder à une brève accélération. Elle ignorait la distance qui la séparait du brasier, alors il fallait qu’elle mobilise tout son corps pour parvenir à échapper à la gueule informe et absolue de l’entité incendiaire qui propulsait déjà une nouvelle colonne de fumée dans les airs, une fumée composer des cendres de ce qui se trouvait quelques instants plus tôt au niveau du sol. À la manière d’un fleuve sortant de son lit, l’enfer s’échappait des tréfonds terrestres pour engloutir directement à la source les âmes des victimes de la guerre. Lorsque l’Hadès s’invite à la fête, c’est que le glas des guerriers résonne dans l’éternité. La vocifération du feu jaillissant de la roche était au final l’appel de la mort qui réclamer son paiement. Pourtant l’archange avait contribué à nourrir la Faucheuse en triomphant de Kyusuke. Ce n’était malheureusement guère suffisant pour satisfaire son appétit. La faim de Thanatos était tout autant insatiable qu’éternel et même par une journée de guerre totale comme celle-ci, il ramène jusque dans l’au-delà des âmes supplémentaires dans une injustice complète. Les émissaires du chaos, ceux qui élimine sans aucun regret, ceux qui lance des attentats ou tue par plaisir, sont ses outils pour tracer la destinée funeste de certaines existences.

Si en temps normal l’Archange du Typhon se serait battu pour aller au secours de civils, ici elle n’était même plus en mesure de venir en attraper un pour l’emporter au loin. Tout ce qu’elle pouvait faire c’était observer les signatures thermiques se mouvoir depuis sa position alors qu’elle-même fuyait le courroux incendiaire des bombes disséminés aux quatre coins de Bayangan. Son cœur souffrait de ne pas pouvoir aider, mais elle ne put pas davantage y penser, remarquant que cela la faisait divaguer et lui faisait perdre en concentration. En effet, la maudite était déjà descendue d’un bon mètre d’altitude en raison de ses pensées qui vagabondaient. Même son regard c’était perdu durant un moment à la recherche des amazones, ainsi que de Tenshi et son opposant. Serrant les crocs dans ses lèvres, la demoiselle ailée concentra toutes ses forces mentales pour s’éloigner le plus possibles du torrent incinérateur qui déferlait un peu plus loin derrière elle. Elle n’avait pas triomphé du bretteur pour finir ainsi, cela aurait été une insulte à la mémoire de son adversaire qu’elle n’aurait pas pu porter. Elle devait tout autant survivre pour retrouver sa famille, ses amis, que pour transmettre l’héritage de cet honorable guerrier dont elle était la seule à pouvoir rapporter la mort. Vu le combattant émérite qu’il était, il ne fallait pas que la mémoire de son dernier affrontement périsse si vite. C’était hors de question. Il en allait de l'honneur respectif des deux adversaires du duel.




C’est ainsi que la bilcane, dans sa lutte contre la paralysie et la torpeur, chercha à se motiver, à exciter son cerveau de petits signaux ici et là pour le maintenir en éveil. C’était dur. Oh oui. La lourdeur des paupières, l’envie irrépressible de se laisser plonger dans les ténèbres rassurantes du repos, comme lorsqu’après une nuit excessivement courte on tente tant bien que mal de se lever et que le souhait de rester allonger demeure persistant pendant de longues minutes. Enfin, ici ce serait plutôt le cas où après une, voir plusieurs, nuit blanche on lutte contre le sommeil pour ne pas s’endormir sur place. La sensation était similaire, mais le contexte entre se lever et le maintien en éveil était effectivement important à faire. Pour maintenir une activité cérébrale, l’Archange du Typhon se donnait de petits coups alors que la focalisation sur la souffrance engendrée par ses multiples blessures s’additionner au signal nerveux pour maintenir l’esprit un temps soit peu en alerte. Voyant que malgré tout elle piquait du nez, la blonde envoya un de ses doigts dans la blessure béante dans sa main afin d’augmenter la douleur en frottant la plaie. C’est alors que la De Lérhane tenta de chantonner un air stimulant au milieu de ce capharnaüm et en dépit de ses propres gémissements, une autre façon de tenter de garder conscience.

L’ancienne décima avait quitté la zone des éclairs, néanmoins elle ne trouvait pas la force de remonter davantage en l’air malgré le fait que maintenant le danger que la foudre se dirige vers Ashunera était écarté. La fatigue était encore plus développée que ce qu’elle imaginait. La bilcane parvint à lever le regard pour apercevoir l’embarcation avec laquelle ils avaient débarqués à Bayangan, mais elle paraissait si lointaine. Et dire qu’en temps normal, la maudite aurait avaler la distance tranquillement avec autant d’aisance qu’elle avait traversée Grandline en volant d’île en île. La léthargie gagnait un peu plus de terrain. Le trajet semblait interminable, la vitesse plus lente qu’à l’accoutumée se mélangeant à la perception du temps ralentit par la torpeur, le fameux manque d’oxygène de la métaphore qui était venu à l’esprit de la guerrière céleste. Le visage d’écailles se contractait régulièrement tandis que la souffrance résultant des blessures revenait à l’assaut. Même bouger son visage devenait difficile au point que la recrue amazone conserva un œil fermé tandis que sa main valide vint soutenir son bras qui devenait tout aussi lourd que les paupières qui ne cessaient de se fermer avant d’être rouvert de force par la volonté de la maudite qui n’avait pas fait tout ceci pour perdre maintenant. Au final, même si elle s’était adressée à l’enfer issue des tréfonds, son dernier combat durant cette bataille était avant tout contre elle-même. Il lui fallait repousser sans cesse l’envie de se laisser porter par l'engourdissement et les ténèbres, ce qui devenait de plus en plus difficile au fur et à mesure que les secondes passaient.




Oui cela devenait réellement une tâche complexe de maintenir la trajectoire. L’empire des ombres s’étendaient impitoyablement, menaçant avec frénésie de faire tomber un couperet sur le destin de la fille du firmament qui se débattait avec elle-même pour arriver par tous les moyens à sa disposition à survivre à ce jour funeste. Malheureusement l’emprise de son ennemi intangible mais bien avide d’âmes à récolter se faisait un ennemi trop puissant pour elle. Doucement, sans parvenir à faire quoi que ce soit, alors que finalement elle n’avait parcouru qu’environ la moitié voir les deux tiers du chemin, son esprit se perdit dans les ombres abyssales et ses paupières se refermèrent pour ne plus s’ouvrir. Son corps commença donc à chuter inexorablement en conservant la vitesse de vol. Il n’y avait plus rien à faire. Elle était perdue. Elle n’avait pas su résister suffisamment longtemps et sans intervention extérieur la femme aux quatre ailes ne pourrait plus se réveiller. Elle serait alors condamnée aux flammes quittant les profondeurs pour happer toute vie sur l’île. C’était sans compter sur le hasard. Ce dernier était parfois salvateur, même si à de nombreuses reprises il n’avait apporté que le malheur à la bilcane, notamment avec ses rencontres avec les Báthory qui en étaient le pur fruit. Pour cette fois-ci, les lois du destin lui offraient une chance à saisir pour survivre, une ultime et dernière chance pour fuir se basant sur un lancer d’une pièce, une probabilité d’un sur deux, quant à ce qui allait l’accueillir en premier : le sol ou les tuiles.

Le corps de la colossale monstruosité mythologique percuta dans sa chute la toiture d’une des habitations qui explosa face à l’impact tonitruant bien trop violent pour une construction si peu solide. C’est ainsi que le choc secoua toute l’âme de l’Archange du Typhon pour la ramener des limbes qui semblaient avoir prit le dessus tandis que physiquement elle rebondissait sur la structure pour reprendre un peu d’altitude, même si son corps semblant sans-vie traversait l’air à la manière d’un pantin désarticulé. C’est ainsi que fébrilement son œil se rouvrit sur le monde et le spectacle de fin des temps qui se déroulait dans les alentours. C’était l’instant décisif de cette fuite, celui qui allait déterminer si elle allait vivre ou mourir. Un choix absolument colossal. Céder à l’abîme comme lorsque l’on se réveille d’une courte nuit en réclamant quelques minutes de sommeil en plus ou bien lutter pour se relever et refuser le repos éternel à laquelle elle serait condamné, un repos doux l’éloignant de l’inhumanité de la vie pour toujours, mais également de ses aspects les plus merveilleux. Elle focalisa sa pensée sur Naesala et serra les dents.

Dire que son visage était déformé serait désormais un euphémisme. Il n’était même plus humain. C’était celui d’une bête surnaturelle rongée par la lutte qu’elle menait, la douleur étant plus qu’apparente puisque transpirant au travers de chaque détail de son visage envahit par le sang, les plaies, les pleurs, les hématomes et bien d’autres choses. Les larmes de souffrance cherchaient à couler le long de ce dernier, affrontant les différents reliefs pour se soumettre à la gravité et chuter dans le vide. Elle était en train de réussi. Elle y parvint. Un premier coup d’aile fut donné malgré le cri absolument inhumain qui jaillit de sa … bouche ? Oui, à priori c’était là sa bouche. Puis un second coup d’aile fut arraché à la douleur au prix d’une grande bouffée d’oxygène. La De Lérhane tentait de reprendre le contrôle pour calibrer la trajectoire du nouveau vol qu’elle menait. À vraie dire, il semblait qu’elle ne parvenait plus à contrôler ses bras dans cette situation extrême puisqu’elle devait se focalisait exclusivement sur les ailes pour parvenir à terminer le trajet l’amenant au vaisseau, sa porte de sortie. Clairement, c’était tout ce qu’elle pouvait encore faire : battre des ailes et maintenir son esprit hors des flots. La vaillance avait triomphé. Elle avait réussi à ne pas succomber à la facilité. Il ne lui restait plus qu’à continuer encore et encore. Inlassablement, la bilcane poursuivait son chemin, essayant d’ignorer le fait qu’elle s’approchait bien trop lentement et que cela semblait interminable. Il fallait absolument enrayer cette pensée décourageante et c’est ce à quoi elle s’attelait pour l’instant avant que son esprit ne se focalise sur autre chose pour demeurer alerte.




Alors que les combats en étaient tous arrivés à leur conclusion, que ce soit à cause du contexte d’annihilation imminente ou non, la créature mythologique semi-consciente continuait son avancé dans le firmament, cherchant à se frayer un chemin jusqu’au vaisseau des Kujas. Petit à petit, le cœur de la créature céleste ralentissait, un doux sentiment de sécurité vint s’immiscer dans son être tandis qu’elle s’efforçait de demeurer aussi alerte que possible. L’adrénaline disparaissait également à mesure que son affrontement avec la Sadaemon et la fuite du fléau de flammes s’éloignait temporellement vers le passé. Les lésions internes, causées par le passage de la foudre, entourant l’ouverture à l’épaule la ramenèrent un instant à la réalité comme avait pu le faire plus tôt l’autre blessure béante. Ironiquement les multiples brûlures causées par l’électricité qui c’était répandu avait permis de légèrement cautériser les différentes petites plaies qui ornaient le corps de la bilcane et ainsi réduire le flux de sang qui quittait son corps, sans bien sûr compter le fait que le sang commençait à coaguler et donc empêchait davantage de liquide vital de quitter le corps de la bête des cieux. Si cela ne s’était pas encore fait ressentir depuis que la De Lérhane s’était envolée, sa vision embrumée par le fluide pourpre commença à s’améliorer en raison de l’arrêt du saignement intensif survenu certainement peu de temps avant. Cependant, cela n’aidait en rien l’Archange du Typhon qui n’était plus assez consciente pour remarquer la variation. Tout ce qui comptait c’était continué d’avancer, de ne pas se laisser choir, peu importe qu'elle arrive à déterminer si elle était toujours sur la bonne trajectoire ou non.

Le Serpent à Plumes continuait donc péniblement son avancé au milieu de la fin de la bataille qui elle-même se consumait, en proie au déferlement rougeoyant qui continuait de s’étendre en détruisant tout, absolument tout. Le fléau écarlate n’allait pas cesser d’imposer sa loi jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de la cité qui encore quelques heures plus tôt regorgeait de vie, même si elle portait alors déjà les acteurs de sa fin tragique, autant les bombes que les décimas qui étaient à l’origine du mécanisme. Tel le Soleil se couchant à l’horizon, ce brasier carmin imposait le crépuscule aux âmes et toutes les factions en présence en subissait plus ou moins durement les conséquences. Que resterait-il des décimas et des gouvernementaux ayant participé à l’affrontement ? Bien peu de choses au final. Les fidèles de Centes avaient su imposer leur volonté. Ils allaient tout emportés dans la tombe au nom du monarque de Merveille qu’Ishtar servait également jadis pour de tous autres raisons que les croyances de ces hommes en leur dirigeant qui pourtant ne les avaient pas sollicités pour ses plans à Marinford ou à Shabondy ou même au Nouveau Monde. C’était pourtant toute cette dévotion, cette loyauté particulière et dans un certain sens cet honneur qui rendait leur acte tout à fait mémorable. Ils avaient donnés jusqu’à leur vie pour leur cause en faisant tout ce qui était possible pour nuire à l’ennemi. Ils méritaient des honneurs de combattants puisqu’ils avaient agi en tant que vrais soldats, mais malheureusement seuls les personnes présentes pourraient leur rendre hommage, peu importe la forme de celui-ci, pour avoir portés leurs convictions jusqu’au bout, comme la De Lérhane comptait le faire en portant en elle l’affrontement contre Kyusuke. Enfin, ceci était le fruit du raisonnement de la femme aux quatre ailes qui n'aurait pas le loisir de voir la destruction s'arrêter une fois que les vaisseaux seraient assez éloignés.




Malheureusement, l’esprit de l’ancienne révolutionnaire était loin de cette réalité à l'heure actuelle, perdu aux portes des limbes dont elle tentait tant bien que mal de s’extraire. Elle se rattachait à quelque chose qui lui permettait de continuer, un lien qui la maintenait accroché à la vie comme une corde qu’elle ne devait pas lâcher au risque de tomber dans l’abîme ténébreuse, éternelle et glacée. Continuant de nager fébrilement au milieu des profondeurs, perdant peu à peu ce qui pourrait l’éclairer, la bilcane avançait désormais pratiquement à l’aveugle. Ses paupières étaient désormais trop lourdes pour être constamment maintenus ouvertes et la guerrière était contrainte de les forcer à s’écarter avant qu’elles ne se referment à jamais. Et pendant ce temps, dans sa conscience défilait les visages des gens chers à son cœur, les personnes qu’elle avait rencontré au cours de ces nombreuses années, les personnes pour qui elle devait se battre, pour qui elle devait survivre et, pour certains, dont elle devait obtenir le pardon. Tout naturellement, cela faisait référence à sa famille, celle qui depuis plus d’une décennie devait être sans nouvelle d’elle. La blonde titanesque leur avait imposée cela, n’étant pas remontée jusqu’à eux lorsqu’elle en avait eu l’occasion. Mais aujourd’hui la fille de Leanne et Séphiran, grande sœur de Naesala, avait pris sa décision et refusait le trépas. C’était là que commençait son odyssée pour rejoindre les siens et c’était cette lueur dans le royaume des ombres qui la faisait tenir, qui maintenait péniblement sa raison hors de l’eau pour continuer ce vol.

Bientôt la De Lérhane embarquerait avec les amazones vers Grandline et se lancerait à l’assaut du grand monde pour atteindre les siens et tenir ses promesses. Les vents la porteraient jusqu’aux confins de la route de tous les périls, ses ailes lui ferait franchir le continent rouge et elle s’élancerait peut-être même sur l’océan impitoyable se dressant au-delà avant de revenir à la maison pour s’excuser et se montrer digne d’être leur fierté, non seulement en s’imposant à ceux qui jadis la discriminait en faisant ses preuves en tant que combattantes mais également par son esprit et les connaissances que ce long voyage lui avait, lui a et lui aura permis d’amasser. Il lui aura fallu dix années, mais elle serait de retour. Enfin ! De plus, sa rencontre avec le vice-amiral Ghetis Archer lui permettrait peut-être de jouer les diplomates entre les locaux et la Marine si jamais celui-ci avait atteint sa natale Bilca, aussi autarcique qu’ensoleillé. Rien ne l’arrêterait plus avant qu’elle ne soit parvenu à mettre fin à ces pérégrinations. Elle abattrait tous les obstacles, franchirait tous les gouffres et échapperait au baiser mortel d’Helheim et aux envoyées du Valhalla. Aujourd’hui, c’était elle même qui s’était transformé en Valkyrie. Elle ne pouvait plus revenir en arrière. Il lui fallait se diriger vers la suite de sa route sans faillir, la victoire comme ambition, la demeure comme but, le combat comme terrain de jeu.

Une nouvelle fois, l’ange repoussa la léthargie en ouvrant les paupières et son but se présenta alors à elle. Le vaisseau était là. C’était la fin du trajet. Un maigre sourire se dessina sur ses lèvres tandis que le soulagement altéra durant un instant ses capacités de vol. Ayant un regain de motivation grâce à cette vision, l’ancienne décima alla chercher au fond de ses tripes ce qui lui restait d’énergie pour donner les ultimes battements d’ailes la ramenant à l’embarcation des amazones en espérant qu’elle pourrait être prise en charge. Il était hors de question d’abandonner maintenant, juste devant le but. La maudite entama donc sa descente, pour ne pas dire sa chute. Donnant tout ce qui lui restait pour actionner ses appendices emplumés, comme elle avait pu le faire concernant ses poings et ses bras lors de son assaut final, la monstruosité hybride essayait de soutenir la vision du pont du bateau. C’est l’aile gauche qui lâcha en première, rendant la trajectoire de la De Lérhane plus qu’incertaine. Les images défilèrent encore plus rapidement dans l’esprit de l’hybride. Il lui fallait se battre. Oui. Elle devait lutter. C’était presque fini, mais il fallait continuer. Si en cet instant elle abandonnait, c'était fini. Encore un peu. Encore un tout petit peu. Plus que quelques mètres. Ce n’était que l’histoire de quelques instants, seulement de quoi toucher au but. C’était tout sauf insurmontable alors c’était inadmissible de laisser la torpeur s’emparer des dernières parcelles de son être maintenant. Elle reverrait le sourire de Naesala, la dernière étincelle maintenant la corde au-dessus du vide alors qu’elle achevait son ascension. Oui, elle le reverrait. Il le fallait absolument !

Faisant des efforts aussi surhumains que la force qui l’habitait généralement, l’Archange du Typhon, grâce au courage qu'elle s'était donné durant ses dernières pensées, donna un dernier coup d’aile pour remonter légèrement. C’est alors que ses yeux se fermèrent et son corps continua la chute à la manière d’un cadavre pratiquement inanimé, la créature arrivant à toute vitesse à la façon d’un avion abattu qui effectuait sa course frénétique en direction du sol où il s’écraserait. L’incarnation du Serpent à Plumes vint percuter avec la vitesse de la descente le bastingage de l’embarcation qui vola en partie en éclats.




La brutalité de l’impact ne suffit pas à dissiper toute l’énergie dégagée par la chute. Le corps de la bilcane dessina un arc de cercle, plus précisément une parabole, suite à cette rencontre avec le bois avant de terminer sa course sur le pont, roulant quelques instants pour finalement se retrouver face contre terre. La nouvelle recrue leva le visage d’à peine quelques centimètres dans un dernier sursaut de conscience provoqué par le choc tandis qu'elle reprenait forme humaine. Ne parvenant même pas à voir s’il y avait quelqu’un dans son champ de vision, la tête de l’ange retomba sur le plancher. Le soulagement se répandit comme une donnée salvatrice qui fit lâcher prise à la fille du ciel, laissant alors son âme être submergé par la torpeur qu’elle refoulait depuis la fin du combat. Sa vie était désormais entre les mains des autres Kujas, notamment à cause du risque d'arrêt cardiaque intrinsèque à l'encaissement du passage de la foudre que l'organisme très résistant de l'animal mythologique lui avait permis de repousser jusque-là. Les combattantes d'Amazon Lily pourraient indéniablement voire là que cette femme ayant tout juste rejoint l’équipage et ce de manière non définitive c’était pleinement donné à la tâche que lui avait confié l’impératrice, en sortant victorieuse et avec des blessures prouvant certainement son implication. Si la demoiselle ailée était en mesure de penser, elle aurait certainement espérée que cela soit suffisant pour officialiser son intégration, pour qu’on l’adoube réellement en tant qu’amazone.

L’esprit sans oxygène au milieu des abysses se laissait porter par le courant dans les ténèbres absolues. Elle avait joué son rôle. L’heure du repos avait sonnée. Allongée sur le ventre au milieu du pont, portant des blessures de natures et gravités diverses, c’était comme cela que finissait cette bataille pour cette femme. C’était une journée à marquer d’une pierre blanche dans son existence, un tournant dans sa vie de voyageuse. Elle avait acquis un but. D’autres épreuves l’attendaient encore certainement, mais Ishtar méritait ce repos. C’était la victoire la plus importante de sa carrière de combattante jusqu’à ce jour, celle qui l’avait mis dans le pire des états, qui l’avait poussé à bout aussi bien physiquement que mentalement. D’autres jours comme celui-ci viendrait, mais désormais elle serait parée à les affronter en les soumettant à un implacable jugement. Le sien.






© By Halloween



Fin de l'event du coup pour moi aussi !
Je passe avant Tenshi pour qu’elle puisse y réagir dans son post.
Merci à tous ! De mon côté, j'ai adoré Smile


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Ven 17 Mai - 3:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
Tenshi Taya
Messages : 1388
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws / Kujas

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue45/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (45/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue207/500 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (207/500)
Berrys: 82.110.500 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeMer 8 Mai - 21:03



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 638287YoumuDDAnnouncementHeader
L'histoire est écrite par les vainqueurs

    Le bateau des Marines étaient désormais vide. Je m’empressais de monter sur ce dernier avec Orphen tandis que deux Amazones prenaient la direction du navire des Kujas pour lancer le départ. C’était le moment ou jamais. Ce n’était certainement pas la première fois que je foulais le sol d’un bateau du Gouvernement. Il me rappelait d’anciens souvenirs. Il me ramenait à cet instant où j’avais eu l’impression que mon reflet dans le miroir avait fière allure dans son uniforme. J’avais encore beaucoup à mettre en ordre par rapport à ce passé.

    Je donnais l’ordre de partir au plus vite une fois que tous les civils à proximité étaient montés. Ils nous fixaient tous avec crainte, ayant probablement l’impression d’être devenus des otages et que nous allions les torturer. Mais l’effroi face à la mort était plus fort que la crainte de la torture. J’aurais aimé être comme eux, n’avoir eu à affronter la mort qu’une seule fois dans ma vie. Y faire face régulièrement fatiguait le corps et l’esprit.

    Une partie des Amazones commencèrent à prendre en charge les civils. Certaines étaient blessés, d’autres fortement choqués par ce qu’ils venaient de voir. Quant à moi, je regardais l’île s’éloigner avec le sentiment de n’avoir fait que la moitié du travail. Soupirant, je vis également le navire des Amazones qui commençait à quitter le pont sans rencontrer de difficulté particulière, probablement également plein de civils. J’espérais que tout le monde allait bien et que personne ne manquait à l’appel. Si j’étais rassurée pour la plupart des Amazones, je ne savais pas encore ce qu’il était advenu d’Ishtar qui avait disparu après son combat et devait probablement être fortement blessée.
    Sur le bateau des Kujas, Ishtar venait tout juste d’arriver sur le pont blessée et à bout de force. Deux Amazones s’approchèrent d’elle pour la prendre en charge. Elle était une membre à part entière des Kujas.

    Les femmes qui venaient du navire de la Marine arrivèrent peu de temps après, indiquant que tout le monde était prêt au départ et qu’il ne fallait pas traîner sur l’île désormais. Personne ne voulait exploser et mourir aujourd’hui. L’équipage commença à s’affairer, préparant le départ.
    Aucune perte à déplorer du côté des Kujas, c’était un miracle. Le combat avait été fortement virulent et les premières explosions auraient pu toucher n’importe qui.

    Il fallait désormais réfléchir au futur. Mon projet d’étendre mon influence tout en me faisant de nouveaux alliés était toujours d’actualité. J’allais donc continuer sur cette lignée et espérer, un jour, avoir assez de puissance pour réaliser mon ambition. J’avais perdu des amis, des alliés, je comptais recréer tout ceci. Mais, cette fois-ci, je n’allais pas laisser ces alliés la possibilité de se passer de moi. Ils allaient devoir me faire une confiance aveugle et n’aurait jamais l’envie d’oser me trahir ou me mentir.

    Les Kujas m’étaient fidèles, elles n’oseraient jamais faire un pas de travers. Aujourd’hui, j’étais certaine d’avoir gagné une nouvelle alliée forte et puissante. Ishtar avait démontré sa puissance et sa capacité à combattre pour notre cause. Elle allait devoir lutter pour protéger son foyer car c’était ce que nous faisions toutes.



Résumé:
 

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 760105TenshiSigna4

Revenir en haut Aller en bas
Ishvara D. Karma
Tinkerbell
Ishvara D. Karma
Messages : 782
Race : Humaine.

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue20/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (20/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Left_bar_bleue43/100 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty_bar_bleue  (43/100)
Berrys: 16.460.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitimeLun 13 Mai - 3:33



L'histoire est écrite par les vainqueurs
Ft. Sairento, Zeke, Tenshi, Ishtar, Mio & MJ


"South Blue ✦ 1506 ✦ Event"




L’ange tressauta tandis que les doigts fins de la rouquine vinrent redessiner les traits de son nez blessé. Que faisait-elle ? Elle ne le comprenait pas totalement. Tout était si flou. Tout était si douloureux… Elle étouffa un gémissement, serrant les dents pour ne pas laisser sa partenaire entrevoir la souffrance qui la tenaillait suite à son geste. La maudite du griffon vint encadrer son visage de sa main, sa paume chaude se posant avec douceur sur sa joue salie par le sang et les cendres.
Elle fut parcouru d’un frisson à ce contact écoutant sans réellement les entendre les paroles réconfortantes qu’elle lui adressait, la sensation chaleureuse de sa peau sur la sienne faisant remonter en elle des souvenirs depuis si longtemps enfouis.

Le décor chaotique de l’île sur laquelle l’ange avait pensé pouvoir faire une escale tranquille laissant place aux paysages somptueux de Shangri-La. Le soleil s’apprêtait à disparaître derrière l’horizon, laissant sa place à sa consort la Lune et parant le ciel de mille couleurs. En l’espace d’un instant, la silhouette frêle de sa partenaire fut remplacée par une autre, sa chevelure de feu prenant une teinte plus forestière. Le rire cristallin d’une femme lui parvint aux oreilles, un nom prononcé sur un ton emplis de douceur prenant la place des tambours assourdissants des explosions, comme lointain écho de son passé.
Est-ce que c’était… De toute évidence, elle perdait la tête. Ou peut-être était-elle touchée par son propre pouvoir d’illusion ?

Aussi vite qu’elle lui était apparue, la scène s’évapora. La Sarments resta un moment interdite, repensant aux mots qu’elle avait entendus lors de son délire. Bonnie… La susnommée n’avait pas de réels souvenirs de sa mère, l’incendie qui avait dévasté les terres de son île natale les avaient emportés pour protéger son esprit fragile d’enfant. À vrai dire, jusqu’à cet instant, elle avait même oublié jusqu’au son de la voix de celle qui lui avait donné la vie. Aussi, les efforts mis en œuvre par son esprit pour mettre des formes sur le visage de celle qui lui avait donné le jour furent infructueux.

Sa gorge se serra, comme si son cœur voulait échapper à sa poitrine et que ses poumons tentaient désespérément de le retenir dans leur étreinte. Elle n’en pouvait plus. Ses genoux flanchèrent, la faisant tomber au sol son corps entier hurlant sous cette torture, les dernières barrières lui permettant de maintenir ses émotions en place se brisant sous le choc. Une première larme vint couler lentement sur sa joue. Puis une seconde. Et une troisième… Bientôt, suivie par un flot irrégulier et dévastateur. Elle revoyait Barrow assis derrière le barreau de sa cellule à Impel Down, si faible, si désespéré et pourtant toujours fier de ses idéaux. Puis l’image de cet homme qui sans ciller lui avait annoncé ce qu’il comptait faire de cette île, implacable.
Que cherchait-elle à faire en le sauvant ? La rédemption ? Quelle rédemption ? Barrow lui avait tant pris. Il lui avait pris sa mère, son île, son innocence, et même sa mémoire. Il lui avait pris son identité en l’éduquant dans un mensonge puis en la laissant sombrer dans un autre. Et pourtant… Pourtant, elle ne pouvait se défaire de sa culpabilité. Celle d’avoir fait partie de ses bourreaux. Et depuis que faisait-elle ? Vivre librement ? Quelle blague ! En l’espace de deux ans, qu’avait-elle accompli ? Elle avait passé son temps à malmener Salem tout en jouant aux apprentis explorateurs et à faire des promesses à la va-vite, sans même s’assurer qu’elle pourrait les remplir. Vivre librement ? Se laisser porter ? Sérieusement ?! Elle avait passé son temps à fuir. Son passé. Ses obligations. Ses remords. Sa rancune. Elle pensait avoir enterré tous ses problèmes en les ignorants. Oh… Qu’elle s’était fourvoyée ! Elle n’avait fait que construire une tranchée entre elle et la réalité. Et à présent elle était seule. Si seule, si faible et si las…

Barrow n’était plus. La rouquine avait raison. Si elle allait à la recherche de l’homme masqué, elle courrait à sa perte. Il n’y avait de toute façon que peu de chance pour qu’il abandonne ses pulsions meurtrières. Et même s’il le faisait… Cela ne changerait rien. La fée avait fait de très nombreux mauvais choix dans sa vie, tenter de les effacer n’avait aucun sens, pas plus que de les ignorer. À force de vouloir réparer le passé, elle avait sacrifié bien trop dans le présent. Qu’avait-elle gagné à courir après un inconnu qui venait de lui avouer ses intentions destructrices ? Si ce n’est de soulager sa conscience, pour se pardonner d’avoir laissé Barrow mourir de la main d’un gouvernement qu’elle savait corrompu. Elle aurait pu sauver tant de monde sur cette île, au lieu de cela tant de civils étaient morts... Elle avait bon dos sa « liberté ».

Après s’être vivement essuyé le visage d’un revers de bras, Bonnie releva la tête en direction de la maudite du griffon, ses yeux rougis et gonflés par le sel. Oh, elle n’était pas belle à voir, recroquevillée sur elle-même à même le sol terreux telle une enfant honteuse. Elle était là, face à elle, la seule et unique personne qu’elle pouvait réellement sauver là maintenant, tout de suite. Non pas pour un intérêt égoïste et coupable. La peine et le désarroi avaient laissé place à la rage et l’instinct de survie. Tendant sa main valide pour saisir l’autre mythique par les hanches tout en passant son autre bras sous ses genoux. La Sarments lui offrit un sourire crispé, ses côtes brisées n’appréciant que très peu cette nouvelle résolution, avant de hocher la tête avec conviction. Aucune de nous deux ne mourra aujourd’hui ! Puisant dans ces émotions nouvelles, la fée fit appel au peu de force qui lui restait pour faire vibrer la membrane nacrée de ses ailes. Ces dernières s’étendirent vers le ciel avec autant de majesté que son état le lui permettait, soit assez peu. Bonnie les porta ainsi toutes deux avec précarité jusqu’au port où elle se posa discrètement, à l’abri des regards, avant de se mêler à la foule en train d’évacuer l’île.


Vivianne : Forme hybride tout ce qu'il y a de plus basique, Viviane se révèle être le juste-milieu entre l'humain et la fée. Conservant sa taille et son apparence globale, Bonnie voit les plumes rattachées à son dos s'allonger progressivement et se diviser en deux pour finir en forme d'ailes de libellule parfaitement fonctionnelles. À l'image de sa forme totale, ses oreilles s'affinent et ses cheveux, ses ailes ainsi que ses mains brillent légèrement. Sous cette forme, seules ces dernières ont la faculté de générer de la poussière de fée en quantité suffisante pour provoquer des illusions. Néanmoins la jeune femme bénéficie tout de même d'un boost de vitesse et de force similaire à sa forme totale.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Shogun2 breve histoire féodale du japon nlle version
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» AGATE ♣ L'histoire d'une vie, l'histoire d'une envie.
» Musique et Histoire...
» Les génies précoces de l'Histoire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue-