Partagez
 

  L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
PNJ (Decima)

PNJ (Decima)
Messages : 119

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 13 Nov - 0:06



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841346-colonel-andrew-wolten-2-marine
Colonel Wolten


Lorsqu'on regardait l'île de Bayangan on pouvait y voir un territoire aussi florissant et richesse de promesse que sa jumelle, le royaume de Trader, mais celle jumelle était plus effacée car elle n'avait pas eu la chance de se trouver en bordure des grands axes de navigation. Cette île avait donc survécu et prospéré en mangeant les miettes de sa jumelle, en profitant de ceux qui mettaient le désir de discrétion au-dessus de la variété de produits disponibles et, après des années et des années de vache maigre, les récents conflits avaient fait prospérer l'île au-delà de toute attente. Les rues étaient animées, de nouvelles maisons étaient construite semaine après semaine en repoussant un peu plus la forêt qui bordait l'unique ville de ce rocher isolé, les gens souriaient de nouveau et avaient enfin plus de pain sur la table que nécessaire.
Mais malheureusement lorsqu'une île prospérait elle attirait indéniablement les racailles de tous poils et, parmi toutes les sortes possibles, la pire d'entre elles avait élu domicile sur Bayangan. Fort de ce constat, la marine avait envoyé deux des rares navires qu'elle pouvait se permettre de détacher afin de faire le ménage sur cette île, car dans la bataille qui faisait rage en ce moment chaque petite victoire comptait.

Le colonel Wolten présent sur le pont du navire, regardant l'horizon de ses prunelles grisées, était un homme bien bâti et extrêmement bien conservé malgré son âge avancé. Il avait plusieurs générations de marines passer sous ses ordres et, même s'il savait qu'il n'évoluerait plus au sein de cette hiérarchie militaire, il avait continué de servir avec dévouement pendant plusieurs dizaines d'années. Fronçant légèrement les sourcils en posant son regard sur l'île qui se dessinait devant lui, légèrement déçu de ne pas participer aux affrontements majeurs de cette terrible guerre, l'officier empoigna un den den mushi d'une de ses puissantes mains.

- Vos hommes sont prêts, commandant ?
- Plus que jamais, colonel.
- Dans ce cas allons annihiler ces pantins pendant que leur marionnettiste regarde ailleurs.

À sa droite, à quelques centaines de mètres de son propre navire, avait été dépêché le jeune commandant William Scampton qui était son dernier subordonné en date. Serait-ce le tout dernier ? Il n'en savait rien car le concept de retraite était une idée floue qu'il n'avait pas encore acceptée. En tournant la tête vers la droite, le vieil officier pouvait à peine distinguer les formes des soldats évoluant sur l'autre navire, quant à repérer le commandant c'était une toute autre paire de manches. Mais le jeune blondinet était là et c'était tout ce qui comptait, car pour une telle opération plusieurs officiers compétents avaient été dépêches

- Et les civils, monsieur ?
- Mettons-nous à portée de canons et nous leur donnerons une chance de se rendre. En cas de refus, nous appliquerons le décret Décima.
- Très bien, monsieur.  

Le doute du jeune homme pouvait être perceptible même à travers l'appareil et c'était tout à fait compréhensible, il était encore un peu naïf et rêveur mais le Wolten espérait qu'une telle opération lui mettrait un peu de plomb dans la cervelle.


 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841340-kyusuke-sadaemon-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841344-samuel-wesson-decima
Kyusuke Sadaemon – Samuel Wesson

Comme n'importe quel autre jour de l'année la ville était en fête, les rues commerçantes étaient bondées et les tavernes étaient pleines à craquées de vieillards déterminés à se noyer dans plus de boisson qu'ils ne pouvaient en supporter. Mais au milieu de cette taverne il y avait un homme qui, bien que n'étant pas originaire d'ici, s'était fait une place avec une aisance bluffante si bien que personne ne s'étonnait de le voir dormir si tôt le matin. Certes lui et ses compagnons avaient reçu des directives de leur suzerain, l'ordre de rester ici jusqu'à nouvel ordre, jusqu'à ce que le maître Décima ait besoin de quelques renforts, mais ils s'étaient bien vite habitués à la vie ici.
Depuis combien de temps étaient-ils là ? Six mois ? Non, sans doute davantage et désormais ils faisaient pratiquement partie intégrante de cette communauté, si bien qu'il n'était pas rare que quelques braves gaillards viennent rejoindre le Wesson dans ses soirées de plus en plus arrosée. Il avait toujours eu le goût de la boisson et les ordres de son Roi n'y avaient rien changé, mais aujourd'hui le réveil semblait particulièrement difficile.

Il était là, avachi sur sa chaise, les pieds posés sur la table et son chapeau entièrement rabattu sur son visage comme pour le protéger du soleil, sous le regard amusé des quelques habitués qui n'avaient pas le cœur à le réveiller. Mais il y avait l'un d'eux qui ne semblait guère amusé par le spectacle, un homme discret et à la stature droite qui ne pouvait s'empêcher de ressentir de la honte face à cette dépravation, un homme qui faisait passer son devoir avant ses petits plaisirs et qui allait réveiller cet alcoolique pour cette même raison.

- Samuel-san ?

Bien que grand et relativement bien bâti, tout épéiste, qu'il était,  Kyusuke était assez discret et ne parlait que lorsque cela était réellement nécessaire, aussi était-ce assez inhabituel de le voir déranger l'un de ses collègues en plein sommeil. En d'autres circonstance il n'aurait pas insisté, il aurait laissé son compagnon dans cette misérable position mais lui aussi avait des ordres qui ne pouvaient attendre. Prenant une profonde inspiration, il s'approcha de l'oreille du poivrot avant de beugler :

- SAMUEL-SAN ?

Bien évidemment si on laissait de côté l'éventualité d'une attaque cardiaque, la surprise qui s'empara de l'homme perturba son équilibre et, battant des bras en l'air comme pour essayer de retrouver sa position initiale, il bascula en arrière jusqu'à se fracasser par terre. Bien entendu un tel spectacle provoqua l'hilarité des habitués, mais la cible de ces moqueries n'était guère d'humeur à rire.

- Qui est le connard qui...
- C'est moi. Navré de vous réveiller mais je crois que vous devriez voir ça.

Ravalant un juron en se redressant, se massant son crâne douloureux tout en rattrapant son chapeau, le pistolero se promit de rendre la pareille à son compagnon, un jour, tout en le suivant vers l'extérieur de la taverne. Tous deux marchèrent pendant quelques secondes, pour prendre de la hauteur, avant que l'épéiste ne pointe du doigt deux navires de la marine en train de prendre position à gauche et à droite de l'île. S'il restait absent de toute réaction quant à cette menace imminente, malgré le fait que ces Décimas avaient fait profil bas ces temps-ci, son compagnon était beaucoup plus expressif.

- Oh bordel de merde.
- J'en déduis qu'une telle visite n'était pas prévue.
- Tu penses que je serais en train de roupiller si c'était le cas ?
- Mais vous dormez tout le...
- Pas de commentaire ! Va prévenir les autres, plutôt. Les nouveaux aussi, et en vitesse.

Bien entendu ils étaient parés à toute éventualité et cela depuis leur arrivée ici, cela ne faisait aucun doute, mais serait-ce suffisant face à deux navires de la marine ? Ce n'était pas censé se passer ainsi, ils étaient censés être les renforts de leur suzerain. Ils étaient censés attaquer les premiers, pas l'inverse !




Voici l'ordre : Sairento Saitsujin, Tenshi Taya, Ishtar, Bonnie Sarments, Zeke, Mio Ronki

Vous avez 72h pour poster chacun. Votre tour commence quand celui de la personne qui vous précède s'achève ou qu'elle a posté. Vous pouvez demander un délai de 24h dans la partie adaptée.

À vos claviers !
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
Sairento Satsujin
Messages : 258
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue30/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue31/200 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (31/200)
Berrys: 329.476.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMer 14 Nov - 13:35


La Colère Silencieuse !


Le regard de l'assassin demeurait fixe, vide de vie et d'émotions tandis que les larges ailes de son destrier battaient l'air une nouvelle fois autour de lui. Cela faisait désormais plusieurs jours que les événements liés à la tentative de capture de la capitaine corsaire Kokoro Kururu avaient eut lieu pourtant ceux-ci demeuraient bien présents dans l'esprit du maudit. Si Sairento avait pu retenir les pulsions du Satsujin dès lors que les leaders des deux camps avaient annoncés la fin des combats cela n'avait pas duré longtemps. Il était parti dès que possible, la haine de ses adversaires se muant en colère contre ses prétendus alliés ! Seul il avait fait 99% du travail et ces incapables n'avaient pas su terminer le boulot, il leur avait laissé la Corsaire à peine deux minutes, ils devaient simplement la surveiller mais avaient échoués. A ce souvenir une nouvelle pulsion meurtrière monta en lui et il trancha le vide avec sa lame gauche, créant une lame d'air qui vint frapper un oiseau venu s'approcher un peu trop près du Volia. Le volatile émit un petit cri qui s'éteins presque aussitôt tandis que la sphère de silence qui entourait la Main Silencieuse l'englobait finalement. L'homme regarda à peine du coin de l'oeil la silhouette s'effondrer vers les flots qu'il survolait, cette action n'était rien d'autre qu'un coup d'épée dans l'eau face à sa soif de sang à présent. Il était prêt à tuer tout et n'importe quoi, il ne lui manquait que des cibles !

Alors ses yeux s'ouvrirent un peu plus tandis que le Satsujin reprenait place dans le corps du Sairento, il se redressa, son rictus meurtrier apparaissant sur son visage et son regard brillant devant ce qu'il voyait. Une bonne centaine d'oiseaux comme celui qu'il venait d'abattre le précédaient d'une cinquantaine de mètres, mais surtout derrière ceux-ci il pouvait apercevoir au loin la raison de leur présence, une île ! Il avait perdu la notion du temps et de l'espace, comme la plupart des fois où le Satsujin prenait le contrôle, et ne savait absolument pas où il se trouvait. Mais cela n'avait aucune importance, il n'avait jamais pinaillé sur les cibles qu'il devait tuer, qu'on le croit où non tous saignaient et souffraient de la même manière, et la jouissance qu'il ressentirait épancherait sa soif. En réalité une seule chose demeurait dans son esprit à cet instant, pourvu qu'il y ait des hommes à tuer. Il n'éprouvait aucun plaisir à torturer des animaux, tout juste une légère satisfaction en les tuant. Aucune empathie envers eux bien entendu mais seuls les humanoïdes, quelle que soit leur race, parvenaient à produire en lui le plaisir tant recherché. Comme pour s'ouvrir l'appétit il frappa une nouvelle fois l'air devant lui, deux oiseaux tombant par la lame d'air qui frappa le groupe. Une nouvelle fois de petits cris se répercutèrent chez les volatiles qui, appeurés semblèrent vouloir accélèrer. La nuée de plumes noires poursuivis par le gigantesque oiseau blanc fonça alors à toute vitesse vers l'île qui grossissait lentement.




Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
Zeke Lundren
Messages : 1659
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue38/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue50/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (50/350)
Berrys: 9.294.660.333 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeVen 16 Nov - 8:32

Seek &

Destroy


Se prélassant sur le toit de son hôtel, prenant bien le temps de savourer la température que lui offrait cette île tropicale, Zeke était parti dans un trip nostalgique presque malsain. Bien qu'un peu plus humide, le climat de South Blue était étrangement proche de celui de sa grande île natale mine de rien. Cette réalisation un peu tardive lui avait donné envie de savourer l'instant, se plaisant à s'imaginer qu'il était de retour dans les badlands où il avait vu le jour. Il lui suffisait de fermer les yeux et de se concentrer sur la chaleur pesante du soleil sur son torse pour s'y retrouver transporté, une sensation pour le moins plaisante... Mais aussi extrêmement désagréable.

Enfin, dans la mesure où son objectif sur cet île n'avait pas bougé depuis près de deux jours, il ne jugeait guère pertinent de se presser davantage. Après tout, depuis qu'il avait posé pied à terre avec ses camarades, l'ingénieur n'avait cessé de chercher ces soi-disant décimas ayant pris racine sur cette île. Ses recherches s'étaient avérés pour le moins... Infructueuses. À en croire ses informateurs, il aurait pourtant juré que ces types étaient du genre faciles à repérer. Malheureusement, les individus louches ce n'était pas ce qui manquait sur cette île reculé. À vrai dire, il en avait bien repéré une douzaine susceptibles de pouvoir appartenir à la petite troupe de Centes, et il ne pouvait décemment pas aller demander à chacun d'entre eux s'ils appréciaient les couronnes et le velours. Dans l'état des choses il avait essentiellement frappé un mur. Il ne possédait aucun moyen d'identifier ses cibles sans révéler du même coup sa présence... Déjà que le fait qu'il ai réussi à rester incognito jusqu'à maintenant tenait du miracle !

Se relevant de son lit improvisé, il jeta un coup d’œil aux alentours. S'il était inconfortable, au moins ce toit avait le mérite de lui offrir une vision non-négligeable du reste de l'île. Au loin, en bordure de la ville, il pouvait encore apercevoir vaguement la silhouette imposante des deux serpents chargé de tirer le navire kuja à bord duquel il était arrivé avec sa partenaire. Les deux créatures semblaient lutter contre le sommeil et l'ennui, comme si le fait de rester sans bouger pendant plus de 48 heures rongeait petit à petit leur moral habituellement si positif. Il pouvait également apercevoir en contrebas Graham, qui avait malheureusement insisté pour les accompagner en apprenant qu'il risquait d'y avoir du grabuge. Apparemment, son passage de plusieurs semaines à l'hôpital n'avait fait qu'accentuer son désir de plonger dans la mêlé et l'ingénieur n'avait aucune intention de refuser un coup de main... Du moment qu'il se tenait tranquille et laissait son vieux manteau de la marine sur le navire.

Toutefois, ce ne fut pas le tas de muscles en plein entraînement matinal qui capta le plus son attention, mais bien ce qui se dessinait lentement à l'horizon. Un navire de grande taille s'approchait presque subtilement de la côte de Bayangan, une constatation qui aurait pu lui faire croire à l'arrivé imminente d'un navire pirate si ce n'était de ces grandes voiles blanches affichant fièrement la croix du gouvernement mondial. Presque immédiatement, le Lundren avait sauté de son perchoir et s'était mis à courir en direction de la jeune Tenshi.

« Hé ! Bonne nouvelle, notre appât est arrivé ! » Presque excité à l'idée du joyeux bordel que cette offensive allait causer à travers toute la ville, l'ingénieur se posa un instant pour réfléchir à un plan. L'arrivée de la marine était un vrai cadeau du ciel dans pareille situation. Quoi de mieux pour débusquer quelques décimas terrés parmi la population qu'une bande de soldats faisant un excès de zèle ? Il ne leur restait plus qu'à attendre patiemment que leurs cibles montrent le bout de leur nez pour faire d'une pierre deux coups. En une offensive ils auraient l'occasion d'affaiblir simultanément la présence décima et marine sur cet océan qu'ils souhaitaient faire pencher en leur faveur. En somme, le reste n'était plus qu'une formalité !



_________________
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 8998923AF3427DC4EE76B15A042942E2104A665294B27F67C46F55E8pimgpshfullsizedistr


Dernière édition par Zeke Lundren le Lun 3 Déc - 4:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bonnie Sarments
Tinkerbell
Bonnie Sarments
Messages : 757
Race : Ange.

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue18/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (18/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue5/100 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (5/100)
Berrys: 3.448.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeLun 19 Nov - 6:52



L'histoire est écrite par les vainqueurs
Ft. Sairento, Zeke, Tenshi, Ishtar, Mio & MJ

"South Blue ✦ 1506 ✦ 1196 Mots"




Pardon… J’ai dû mal vous entendre. J’ai cru que vous disiez que ‘c’était pas le bon bateau’ ?! S’exclama la voix à l’autre bout du combiné. L’ange crissa discrètement des dents, levant avec précipitation ses mains de part et d’autre de son crâne pour venir planter ses index fins à l’orée de chacun de ses conduits auditifs. Geste tout à fait inutile, le ton strident de son interlocutrice venant tout de même agresser ses tympans. Même si les impressionnantes capacités d’imitation dont disposaient les escargophones étaient fort utiles pour avoir l’impression de converser directement avec les autres, l’ancienne gardienne d’Impel Down devait bien admettre qu’elle s’en serait bien passée en cet instant. Quelque part, la jeune femme ressentait tout de même une certaine forme d’admiration pour le pauvre animal qui, au-delà de retransmettre à la perfection la voix de sa comparse, jusque dans les aigus incontrôlés et les trémolos dus au stress, parvenait en plus à se faire entendre au milieu du brouhaha ambiant de la taverne dans laquelle elle se trouvait.
 
Abaissant ses bras, l’albinos adressa un sourire désolé au mollusque, avant de venir tapoter sa coquille torsadée du bout des doigts, comme pour l’encourager. Bien qu’il fût encore tôt, la ville semblait être animée à toute heure de la journée et l’endroit n’était pas exempt de l’exaltation locale. Qu’il s’agisse de poivrots du coin ou de voyageurs de passage, la brasserie comptait déjà quelques clients joyeusement alcoolisés qui n’hésitaient pas à partager leur bonne humeur avec leur voisin. En parcourant la salle du regard, la jeune femme réalisa que l’escargophone n’était pas le seul à faire fi du bruit, les orbes irisés de l’ange se posant sur un homme avachi sur sa chaise. Caché par son couvre-chef, la fée n’eu pas le loisir de détailler le visage de l’inconnu et n’aurait su dire s’il avait été emporté par Morphée ou par Bacchus, toutefois elle pu facilement deviner qu’il dormait.  
 
Bonnie ?! Plus exaspérée qu’inquiète du manque de réponse de l’ange, Salem rappela la jeune femme à l’ordre, l’arrachant à sa contemplation avec violence. Levant les yeux au ciel, cette dernière se redressa sur sa propre assise avant de venir jouer du bout de sa cuillère avec la part de gâteau qu’elle avait commandé un peu plus tôt pour justifier l’utilisation de l’escargophone de l’établissement. Observant avec fascination l’ustensile métallique briser l’appareil spongieux tout en expliquant d’un ton morne :Je pensais avoir pris le bon bateau, mais je me suis trompée…
 
Avec tout le respect que je vous dois… La blanche leva un sourcil dubitatif, cela faisait deux ans que l’ancienne membre de l’équipage de son père la suivait sans relâche, peu importe le nombre de fois où l’ange avait essayé de la semer. Elle ne savait toujours pas pourquoi, ni dans quel intérêt, mais il y avait bien une chose que la fée avait comprise. La noiraude avait à peu près autant de respect pour elle, qu’elle n’en avait pour les cuticules du vieillard accoudé au comptoir de la taverne où elle se trouvait actuellement : aucun.
Les gens ne se trompent pas de bateau, Bonnie. Repris le gastéropode, mimant le visage crispé de la noiraude. L’ange ferma les yeux, s’imaginant Salem, les sourcils froncés à l’extrême, une veine pulsant à sa tempe et ses cheveux ranimés par le retour à la vie de la jeune femme vibrant sous l’effet de la colère. Face à cette représentation mentale de sa compagne de voyage, elle ne put retenir un rire amusé.
Le son, bien que discret, n’échappa pas à sa partenaire qui laissa échapper un râle avant de hurler un transcendant : Je ne rigole pas ! Attirant sur l’ange des regards curieux… Du moins plus encore qu’elle n’en recevait déjà, les habitants des blues n’ayant pas vraiment pour habitude de croiser des individus originaires des îles célestes. Les gens se trompent parfois de chaussette le matin, ils se trompent d’heure à la limite... Mais ils ne se trompent. Pas. De. Bateau ! Surtout pas pour finir sur South Blue quand ils sont sensés retrouver quelqu’un sur Grand Line ! Vous n’allez pas me faire croire que vous n’avez pas réalisé que…
 
Officiellement blasée par la tirade de son interlocutrice, l’ancienne gardienne reporta son attention sur l’inconnu au chapeau. Considérer que, regarder un homme qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam dormir au milieu d’un bar était une activité tout à fait passionnante, était très certainement très inquiétant, mais Bonnie n’était plus vraiment à une bizarrerie près.
Bien évidemment qu’elle s’était rendue compte qu’elle n’était pas sur le bon bateau ! Mais, franchement, elle n’avait absolument aucune envie de se rendre sur l’île moribonde où Salem lui avait donné rendez-vous… Le soleil de la mer du Sud était bien plus attrayant ! Et puis… Elle avait entendu dire que le chef du navire faisait un sorbet à la violette à tomber. Il était vraiment bon… Laissa échapper l’ange, Salem lui répondant par un édifiant : Hein ?!
 
Bonnie ? Bonnie… Vous ne m’écoutez pas du tout, n’est-ce pas Bonnie ?Salem n’aurait pas pu être plus dans le vrai… Effectivement, un autre homme venait de s’approcher de celui qui accaparait à présent toute l’attention de la fée. Bizarrement, alors qu’elle observait les deux individus interagir, elle ne put s’empêcher de faire un certain parallèle entre la relation qu’ils semblaient entretenir et celle qu’elle partageait elle-même avec l’utilisatrice du retour à la vie.
 
Cette dernière poussa un soupir à l’autre bout du fil, comprenant qu’elle avait définitivement perdu toute chance de dialoguer avec l’albinos. Bref… Avec ce qu’il se passe à Marineford ce n’est peut-être pas plus mal, au moins vous ne risquez rien sur les Blues. Je ne me le pardonnerais pas s’il vous arrivait quoi que ce soit. Comme toujours, l’inquiétude de sa comparse à son égard sonnait faux… Ne bougez pas de l’île et évitez de vous faire remarquer, je vous y retrouve dès que possible.
 
Après, quelques secondes de silence, les yeux clairs de la fée se détournèrent des deux clients pour se poser de nouveau sur l’escargophone. Ce dernier, les lèvres pincées et paupières closes, arborait dorénavant un visage paisible. Une moue boudeuse pris place sur le visage de Bonnie tandis qu’elle raccrochait à son tour. Adieu tranquillité… Ses orbes irisés survolant une nouvelle fois la brasserie, elle constata que les deux inconnus étaient partis. Adieu divertissement…
L’ancienne marine se leva avec dépit de sa chaise tout en fouillant l’une de ses poches pour en sortir quelques Berrys qu’elle laissa rouler avec paraisse sur la table en bois. Puis, d’un pas las, elle sortit de l’établissement. 

Quelle ne fut pas surprise, à peine sortie, de capter du regard l’homme au chapeau et son compère, positionné légèrement en amont. Dardant ses iris dans la direction que semblait pointer ce dernier, Bonnie eut un moment d’arrêt. Bien qu’elle ne soit pas idéalement placée étant donné la foule présente dans la rue, elle pu tout de même distinguer la bannière du gouvernement flottant au vent. Se rapprochant de l’île, deux bateaux aux couleurs de la Marine se dégageaient à l’horizon. Qu’avait dit Salem déjà ? Ah oui… Qu’au moins elle ne risquait rien sur les Blues…

///
— ///



HRP:
 


Dernière édition par Bonnie Sarments le Ven 7 Déc - 9:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
Tenshi Taya
Messages : 1385
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws / Kujas

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue44/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (44/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue434/500 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (434/500)
Berrys: 82.110.500 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 20 Nov - 23:12



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 638287YoumuDDAnnouncementHeader
L'histoire est écrite par les vainqueurs.

    Cela faisait déjà deux journées. Deux longues journées que nous étions arrivés sur cette île au climat chaud. Deux longues journées que nous étions en train de tuer l’ennui tant bien que mal. Zeke m’avait adressé un appel, me demandant de l’accompagner sur cette île sur laquelle il pouvait dénicher quelques Décimas. Cette clique ne m’intéressait pas particulièrement, et je n’étais pas vraiment en froid avec ces derniers. Bien au contraire, je n’étais pas intéressée par leurs actions dans la mesure où ces dernières n’affectaient pas mes agissements. Ils occupaient d’ailleurs l’esprit de la Marine plus qu’autre chose. Cela me permettait de faire mon petit bout de chemin tranquillement.

    En réalité, plus que pour des Décimas, si j’étais venue, c’était plutôt dans l’espoir de croiser quelques membres du Gouvernement. Quelques navires à affaiblir et profiter de la situation pour abattre quelques têtes. C’était bien ma ferme intention en acceptant la proposition de mon ancien Capitaine. Nous n’étions désormais que des égaux. Il n’avait plus d’ordre à me donner et je pouvais lui désobéir sans avoir l’impression de trahir l’organisation que j’avais intégrée. Nous étions des alliés, des amis. Peut-être l’un des seuls amis qui me restait au jour d’aujourd’hui.

    J’avais emporté avec moi Ishtar, une nouvelle recrue fortement intéressante que j’avais découverte au détour d’une rue, par pur hasard. Elle avait démontré une certaine aisance dans le combat. Elle se débrouillait plutôt bien et semblait réellement vouloir faire partie de la troupe des Amazones. Toutefois, ne la connaissant pour le moment que très peu, je ne pouvais réellement affirmer que j’avais une entière confiance en elle. Elle avait simplement été mise au courant de notre destination vers South Blue et de mon alliance avec Zeke. Elle savait simplement que nous étions ici pour lui, mais elle ne connaissait pas encore tous les tenants et aboutissants de ce qui allait se dérouler. La mettre face à des Décimas serait un moyen simple pour moi de vérifier vers qui son cœur penchait le plus. Son ancienne faction devait encore avoir une importance et je voulais vérifier que sa nouvelle famille en avait une plus grande.

    J'étais également accompagnée, comme à mon habitude, de la jeune Orphen. Toujours visiblement aussi fidèle, le Gouvernement la croyait encore morte. Il était peut-être temps que sa survie et son allégeance pour les Amazones soient dévoilés au grand jour. Il fallait bien qu'elle n'ait plus à craindre d'être découverte par ses anciens compagnons d'arme.

    Alors que cette journée semblait similaire à toutes les autres, c’est-à-dire sans nouvelle de nos amis Décimas ou d’un quelconque événement sur l’île, un imprévu allait s’ajouter à la liste. Ou plutôt une arrivée bienvenue. En effet, alors que j’étais restée assise sur un canapé de l’hôtel que nous occupions pour jouer aux cartes depuis le début de la journée. Il était clair que je m’ennuyais comme jamais. Je n’en pouvais plus de rester statique, de ne rien faire. J’avais lancé ma dernière carte sur la table d’un air maussade, prenant la décision de me lever pour partir visiter l’île ou, du moins, faire autre chose de ma journée.

    Je fus arrêtée par le cri de mon ancien compagnon de voyage. Zeke m’indiqua en effet que « l’appât » était enfin arrivé. Il devait sans nul doute parler d’un navire du Gouvernement Mondial. Là où la Marine mettait son nez, les Décimas n’auraient pas de mal à répondre. Ainsi, nous faisions sortir deux poissons en un et personne n’allait réellement s’attendre aux joyeusetés qui s’annonçaient. Il fallait désormais réfléchir à la meilleure façon de répondre à la future offensive de la Marine et à la réponse des Décimas. Cela risquait de causer pas mal de grabuges.

    - Parfait, on va enfin pouvoir s’amuser un peu, je commençais à réellement m’ennuyer. Où sont-ils ?

    Je m’adressais directement à Zeke, nous ne devions pas traîner et trouver rapidement un endroit stratégique où se poser pour attaquer efficacement. Après une aussi longue attente, je n’allais pas rester à attendre une seconde de plus. Je trépignais d’impatience. La plupart des Amazones était là et elles devaient être aussi réjouies que moi de pouvoir enfin vivre un peu d’action après ce long voyage et ces deux journées interminables.




Résumé:
 

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 760105TenshiSigna4

Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 659
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue33/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (33/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue136/250 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (136/250)
Berrys: 32.395.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 20 Nov - 23:28




L'Histoire est Écrite par les Vainqueurs

Si Vis Pacem Para Bellum



Le vaisseau des amazones voguait sur South Blue, mer qu’Ishtar avait justement quittée pour franchir Reverse Mountain et rejoindre l’équipage des Kuja dirigé par la célèbre Tenshi Taya qu’elle avait dû convaincre pour que cette dernière accepte qu’une étrangère intègre l’équipage. Cela n’avait pas été des plus simples et ce n’était pas encore finit puisque même si elle voyageait avec cette grande tribu de guerrière, l’ange devait encore prouver qu’elle était digne de confiance. La De Lérhane était une fille de Bilca qui avait chuté du ciel pour être recueillit par la Révolution d’Arias une décennie auparavant. Elle rallia les rangs de Centes quand il commença à peine à se faire connaître. N’approuvant au final aucunement l’idéologie du monarque de Merveille, la demoiselle qui mesurait trois mètres de haut et avait quatre ailes majestueuses dans le dos avait finalement décider d’y rester temporairement pour réaliser des missions en lieu et place d’autres potentiels décimas qui auraient pu n’avoir que faire des populations civiles. Néanmoins, après avoir réussi à convaincre sa supérieure de quitter l’Ordre, Ishtar l’avait quitté à son tour avant de partir à la recherche des amazones. L’Archange du Typhon n’était pas certaine que l’île vers laquelle se dirigeait le bateau abritait des hommes qui quelques temps plus tôt aurait pu être ses alliés.

Ishtar avait bien évidemment remarqué de la présence sur le bateau d’un étranger pas si inconnu que cela puisqu’il s’agissait de Zeke Lundren, recherché pour pas moins de cent soixante-sept millions de berrys, une tête connue qui avait certainement participé à plus d’opérations que ce qu’avait rapporté les divers médias comme beaucoup de criminels et à l’origine de l’appel qui les avaient amenés à partir pour Bayangan. La fille de Bilca espérait que si l'impératrice tolérait sa présence et l'acceptait à son bord, c'était car il était d'une toute autre trempe que Ren Tao dont elle avait pu expérimenter "la clémence" l'année précédente. Néanmoins, étant donné que la maudite mythologique ne jouissait pas de la confiance totale de l’impératrice Kuja, puisque son intégration était pour l’heure temporaire et non officielle, elle n’avait guère eu le droit de pouvoir connaître les raisons de sa présence ni l’objectif de ce trajet sur les Blues. La demoiselle ailée comprenait parfaitement que l’on pouvait lui cacher des choses étant donné sa filiation tout juste révolue avec le mouvement du mal-aimé seigneur de Merveille. Cela voulait-il dire que c’était précisément des sbires qu’elle aurait bien pu côtoyer au court d’une mission qui était visés ? La blonde ne pouvait pas en être certaine, lui cacher la raison de ce voyage pouvait être juste une précaution prise naturellement par la femme qu’elle devait servir. Être aussi proche de son dirigeant changeait énormément par rapport à la Révolution et à l’Ordre Décima où elle n’avait jamais rencontré ni Arias ni Centes. Cela lui donnait de la satisfaction tout en augmentant les responsabilités de chacun.

Même si la grande blonde aux yeux lunaires n’était pas encore une véritable amazone, elle considérait déjà Tenshi comme l’impératrice qu’elle devait servir et guider. À la différence de l’époque où elle était sur le Centaurus, la De Lérhane comptait bien se donner corps et âmes dans cette équipage qui représentait le fleuron guerrier de tout une tribu. Non seulement il fallait obéir aux ordres, mais cette fois-ci il fallait faire honneur aux amazones et pas seulement à ses propres capacités de combattante. Elle devait mettre ses aptitudes aux services des autres pour les aider autant que ces derniers pourraient l’aider, pour le bien et la gloire des Kuja. Ce devait être une véritable troupe faisait front commun contre l’adversité puisque contrairement à une faction disparate comme la Révolution d’Arias de jadis, la Marine ou même les Décimas, un échec pouvait s’avérer être l’ultime défaite. De plus, contrairement à ses affiliations précédentes, c’était l’occasion de sortir de l’ombre des plus bas échelons des armées. Il était hors de question qu’elle laisse les autres la distancer. Ce n’était pas de la vanité, mais de la rivalité, chose qui pouvait exister même au sein de l’amitié. C’était un bon moteur pour évoluer. Ainsi, la bilcane avait beau avoir un but personnel qui l’avait amené à tenter de rejoindre les amazones, la maudite avait pleinement conscience que pour progresser au sein de cette troupe elle devait se soumettre à toutes ces règles pour que la communauté puisse être le plus solide possible, la résistance d’une chaîne pouvant s’évaluer au plus faible de ses maillons. L’individualité au service du groupe et le groupe au service de l’individualité. Ce ne pouvait être que bénéfique à terme, ne serait-ce que dans un apprentissage de haki, les Kuja étant familières avec la chose, même si pour l’heure elle n’en avait pas éveillé. Dix ans qu’elle naviguait et guerroyer sur les mers bleues et voilà qu’aujourd’hui elle tenait sa chance grâce aux célèbres guerrières parmi lesquels elle évoluait sur le pont du navire en cette journée.

Pendant une bonne partie du trajet, Ishtar avait participé aux diverses tâches nécessaires pour le bon déroulement de la traversé, à savoir la gestion des gréements, autant les cordages que les voiles en eux même, selon les ordres du navigateur, l’entretien du pont, les nœuds à vérifier et d’autres joyeuseté tandis que le vent marin fouetté gaiement le visage de la demoiselle de vingt-huit ans. L’archange était habituée à cela puisqu’elle avait découvert le monde des mers bleues par le prisme de l’équipage révolutionnaire où elle avait servi et avait continué à participer aux manœuvres de navires lorsqu’elle montait à bord d’un vaisseau marchand pour se rendre utile à bord. La zoan mythique appréciait naviguer en vérité. Être ainsi porté par les flots et les vents avait quelque chose d’apaisant tandis que les batailles navales étaient le théâtre de combats d’orchestre, l’équipage étant une assemblée de musicien devant surpasser l’ennemi. En tant que passionnée des combats et de la guerre, cela ne pouvait que l’intéresser. C’est d’ailleurs ce centre d’intérêt qu’était la Bataille qui faisait qu’elle était là aujourd’hui, non seulement par rapport à son rêve et l’attractivité qu’avaient les amazones par rapport à cette passion, mais aussi puisqu’elle avait choisi l’année précédente de rester dans le monde d’en bas plutôt que de remonter à la mer blanche pour retrouver Bilca et les siens. Cela c’était passé à Jaya où elle avait rencontré le vice-amiral Archer et son équipage, la Couronne. L’officier confirma les rumeurs que la blonde aux quatre appendices emplumés avait entendu sur un moyen de rejoindre les flots célestes et avait même exposé ce qu’il envisageait de faire là-haut. Au terme de plusieurs jours de réflexion, avec un certain regret sur le cœur, elle avait pris cette lourde décision qu’elle savait assez égoïste de demeurer sur ces océans pour vivre comme elle le voulait plutôt que de vivre à nouveau auprès de sa famille. Il lui arrivé de repenser à ce choix de temps à autres, néanmoins elle avait beaucoup de mal à s’imaginer la vie qu’elle aurait là-haut, dans ce village en autarcie où les seuls choses à faire viser à vivre par soit même, après avoir connu l’effervescence de ce monde ci.




Pourquoi la De Lérhane aimait tant combattre ? Question bien délicate. Pourquoi un joueur de tennis est passionné par le tennis ? Qu’est ce qui attire une personne dans un sport ou un art ? Quelle pouvait être l’origine des goûts de chacun ? Un sujet bien vaste. En ce qui concerne l’anormale ange de l’autarcique Bilca, même le combat cataclysmique entre Octavius Rémus, père de Sakuga Keigo, et Janus Icarus, paternel d’Omnis et Eva, l’avait fasciné alors qu’elle était très jeune, la confrontation galvanisante avec le jeune oiseau céleste mené par ces quatre enfants ci, alors même que le Rémus finirait par se retourner contre le village après en avoir eu assez de maltraiter les siens. Les événements tragiques de cette journée qui avait vu mourir Janus et le départ du Keigo qui s’était sacrifié et fut emmené par son père étaient encore marqué en elle, étant un lien profond entre les quatre enfants formant jadis une joyeuse bande d’ami, néanmoins cette confrontation fantastique continuait à générer un écho mémoriel en dépit de toute la lourdeur de sens dont ces instants horribles jouissaient. En parlant de ce passé, elle avait été amenée à revoir Sakuga lors de ses pérégrinations à North Blue. L’Archange du Typhon n’avait pu que remarquer le changement au sein de cet homme qui avait subit de biens lourdes épreuves, dont la perte de ses ailettes. Un jour ils s’affronteraient et elle voulait devenir encore plus forte pour faire honneur à son ami d’enfance. Pour cela, elle devait franchir d’autres étapes, avancer malgré les défis qui allaient se dresser devant elle, vaincre de nouveaux adversaires.

Aujourd’hui, alors qu’elle voguait aux côtés d’une personne aussi éminente que l’impératrice des Kuja, l’incroyable Tenshi Taya à la chevelure aussi blanche que les neiges de la Gorge Polaire recherchée pour la modique somme de deux cents quatre-vingts millions de berry, la De Lérhane savait parfaitement qu’elle serait désormais confrontée à de véritables dangers et que toutes ces longues heures à jouer les membres lambdas, que ce soit en tant que soldate, pour ne pas dire sbire de bas étages, ou au sein d’un équipage ne s’occupant guère que de petits bataillons dirigés par un lieutenant, arrivaient bels et bien à leur terme. Aujourd’hui elle pourrait peut-être enfin assister à un affrontement d’une personnalité de l’élite. Elle avait bien pu voir ce dont pouvait être capable Ghetis Archer, le supernova Mystcik contre qui elle avait perdu aux côtés de Karim Ookami ou même Ren Tao qui avait complètement pulvérisé une base de la pègre sur une tierce île de la mer équatoriale, mais cette fois-ci elle serait véritablement impliqué dans la chose. Dire que cela faisait dix ans qu’Ishtar voguait sur ces flots bleus magnifique, une décennie durant laquelle elle avait vécue et entendu parler de beaucoup d’événements : l’arrestation et l’exécution du Seigneur des Pirates Gol D. Roger, la célèbre vente aux enchères de Silver Circus ayant vue émergé Centes, le terrible et injuste Buster Call d’Ohara, la publication du Décret Décima, la fameuse Guerre de Marineford entre la Révolution, la Marine et les pirates de Tengen, l’invasion d’Impel Down par l’impératrice Erika Orato et son frère Slay, le duel entre Eko Taka et Hadès Tenryon, la crise de Merveille, Mars, la bataille de Baltigo, la fin d’Arias et la dislocation de la Révolution en réminiscences dont émergea l’Inquisition, les batailles d’Alabasta et de Drum, la montée en force des Dokugan no Ichimi et des Tengoku no Seigi, la naissance du Constantinisme, la grande attaque d’Impel Down orchestré par Fenice Nakata et Erwin Dog, l’affrontement entre le vice-amiral Ezra Ronald et deux des plus solides ruines de la Révolution, l’appel de Mijushike Hojo pour construire une alliance en mesure de renverser un Yonkou pour le remplacer par un empire de chasseurs de primes…

Ceci n’était que les événements majeurs, bien d’autres pouvant se retrouver occulter par ceux-ci. Et pendant tout ce temps Ishtar n’avait pu qu’observer défiler les articles, ne pouvant que rêver assister à pareil événements. Au sein des ombres de l’anonymat, loin de pouvoir s’élancer sur de prestigieux champs de batailles, elle avait mené ses propres combats pour respecter ses idéaux et s’améliorer en vue d’un jour prochain où elle aurait l’occasion de se joindre à ces batailles fantastiques décrites dans les médias. Ça y est ! Elle y était. La simple lieutenante d’un capitaine révolutionnaire non primé avait évoluée, tout comme la soldate décima qui s’était associé à la Marine ainsi qu’à un garde du corps, Tylor V. Alexander, Seppen Town, pour lutter contre une attaque pirate. En revanche ses convictions, son idéologie et son but n’avait guère était altéré par le passage du temps. La moine-guerrière qui s’était rapproché de la spiritualité et entrer en quête de sagesse sur l’île aux prières se battrait de toute ses forces avec sérénité et recul, l’esprit tranquille comme l’eau tandis que les poings devaient recevoir toutes les émotions qui traversait l’être durant le combat.

Observant les vagues mourir sur la coque, la maudite sentit une certaine pression venir se poser sur ses épaules. Tout ceci voulait aussi dire que les erreurs trouveraient des punitions bien pires qu’auparavant, contraignant la demoiselle à redoubler de vigilance. Que c’était excitant tout en étant très pesant.




Une pensée traversa soudainement l’esprit de la zoan du Serpent à Plumes tandis que l’île de Bayangan était en train d’éclore à l’horizon, entre les vagues mouvantes de l’océan méridionale portant actuellement la majestueuse embarcation des Kuja. C’était une sorte de déclic. Un éclair terrifiant traversant sa psyché pour l’accabler d’un doute empreint d’un mysticisme certain. C’était ce genre d’instant où l’on faisait face à une révélation troublante qui pouvait tout à fait résulter du hasard, une simple coïncidence, mais qui se retrouvait saupoudrée d’un « Et si ? ». La guerrière blonde au regard d’acier faisait un rapprochement entre son départ de la Révolution et sa désertion des Décimas.

C’était surtout le message que le grand stratège connu de tous comme étant l’Amirale-en-chef Chairoka, Asya Lyda pour ceux qui s’intéressait réellement aux personnes se cachant derrière les surnoms de l’amirauté, qui avait amené la bilcane à se demander si la tête de Centes allait réellement rouler sur le sol du bastion de la Justice Gouvernementale, Marineford. La coïncidence que l’esprit de l’Archange du Typhon découvrit, à la manière d’un éclair de génie, en se remémorant l’annonce de la Louve Brune était le petit laps de temps entre le moment où elle avait quitté le Centaurus et la chute d’Arias qui s’avérait être tout aussi court que la période entre le moment où Ishtar avait postulé auprès de la Taya pour intégrer les amazones et la fameuse déclaration de conflit centralisé autour de la mise à mort de Jude Himitsu, proche ami du monarque de Merveille dont il était le septième chevalier et qui fut jadis attrapé par la Marine et emprisonné à la plus célèbre et sombre des prisons : Impel Down. D’ailleurs il n’y avait pas à faire d’effort pour s’en souvenir puisque le lieu de détention et son directeur était directement nommé dans l’annonce. Chairoka avait même révélé le décès de la main de Albrecht Madman, le Satan d’Impel Down, du dixième chevalier et autre camarade du maudit monarque : Mukimo Natao. Il avait élément centrale du plan de Centes ayant mené à la transformation en pions d’un bon nombre de hauts-gradés membres de la Marine, l'amiral en chef Jacob Reis dit Kizaru, les amiraux William Lancaster connu sous le nom d'Akainu et Anna Mendez surnommée Aokiji en tête aux côtés du puissant ancien chef des armées gouvernementale Winch Alucard aka Kamiji, celui-là même qui s'était confronté en simultané à Marineford au dirigeant de la Révolution unie Knightwalker D. Arias ainsi qu'à l'empereur Liga D. Tengen, le pirate considéré comme le plus fort du monde depuis un long moment déjà. Le groupuscule royaliste y avait même gagné des officiers de toute première classe, l'élite de l'élite, comme Mark Robinson, Matochika Cho ou bien sûr Wakai Tsuki qui fut libéré de l’emprise des décimas et récupéra par la suite le poste d’amiral temporaire, sous le surnom de Sorafuka, laissée par la chasseuse de prime Jasmine ainsi que la tête du bataillon anti-décima il y a quelque temps lors des événements de Tesk où était d'ailleurs apparut un nouvel atout du Gouvernement Mondial, à savoir Heziel Coffe, ancien second de l’équipage des Dokugan qui avait été annoncé comme nouveau membre de l'ordre des sept capitaines corsaires il y a un ou deux jours. Comment le souverain s’y prenait-il pour soumettre des êtres aussi puissants ? C’était l’œuvre d’une malédiction bien sûr, l’un de ces fameux fruits du démon.

Si la De Lérhane était quelqu’un qui se tenait très informée pour connaître les noms et les visages des figures célèbres de toutes les factions, le fait qu’elle ait été une soldate décima aidait grandement quant à la connaissance du plus grand coup de maître que l’Ordre avait su mener même si c’était il y a un long moment. D’ailleurs ils n’avaient guère su renouveler l’exploit puisque les divers actions de l’année précédente avaient été avortés. On pouvait d'ailleurs noter que l’ancien vice-amiral Kokuwo Makui, leader de Mars et allié de Centes, jadis vaincu par le corsaire Rasgarat Abel avait été tué par le fameux Ghetis Archer au début de cette année alors que le traître avait été amené à réussir pour le souverain de Merveille des missions à Drum et Whiskey Peak, information qu’elle détenait de son passé au sein de l’Ordre aux vues du camouflage médiatique sur ces événements certainement dû aux Cipher Pol et plus particulièrement le huitième. Ce qui était certain, c’était que malgré ses récentes défaites l’Ordre de Merveille était à l’origine d’un grand affaiblissement de la Marine qui s’était retrouvé privé de la majorité de ses dirigeants, la seule amirale rescapée devant prendre la tête de l’armée navale de Marijoa afin de nommée des membres temporaires de l’amirauté et se préparer à contrer des assauts de ce mouvement qui, né des ombres, avait à ce moment-là réussit à se propulser dans la strate des pires ennemis de l’union des nations.

Ishtar pouvait donc parfaitement comprendre tous les enjeux de la bataille opposant ces deux camps. De plus, il était certain qu’en libérant les anciens amiraux la Marine gagnerait en puissance au niveau de l’élite, même si la De Lérhane semblait se rappeler qu’on lui avait dit que finalement Akainu était dans leur camp de sa propre volonté à moins qu’il s’agissait d’Aokiji - ces rumeurs internes aux basses classes n’étaient pas toujours fiables de toutes manières - , mais cela compenserait peut-être uniquement des pertes qui surviendrait durant ce conflit qui déterminerait l’avenir du monde vu les répercussions que la victoire d’une des deux factions pourrait avoir. Néanmoins, la guerrière prétendant à être l’une des rares étrangères à devenir une amazone n’imaginait pas que certains des fronts hors de celui de Marineford verraient des confrontations importantes même si la bilcane se doutait bien que ce ne serait pas là-bas que ce déroulerait la seule bataille entre les deux faction. De plus, elle était loin de penser que l’un des membres du quatuor des plus puissants pirates de la planète, Hadès Tenryon le plus vieux et expérimentés des quatre empereurs du Nouveau Monde, avait retrouvé sa jeunesse, grâce à Harlock Zora, au prix d’un accord avec Centes qui l’amenait à se confronter aux chasseurs de primes du célèbre Mijushike Hojo non loin des pieds des falaises pourpres du continent en forme d’anneau nommé Redline, les troupes du plus puissant maître des chasseurs et la plus grande flotte de flibustiers de la planète devant s'occuper l'une l'autre pour ne pas servir de renforts, sans parler de l’irruption de l’ancien corsaire Fenice Nakata, capitaine des Tengoku no Seigi, durant cette bataille tandis que le mouvement révolutionnaire de premier plan connu sous le nom de l’Inquisition allait faire son apparition à l’archipel Shabondy où les Thalassa, les sbires de Konan, l'indomptable Narseh, les hommes de Jasmine et les troupes décimas se préparaient déjà. Si jamais toutes ces événements été comptés le lendemain dans les journaux, il était certain qu’en découvrant l’ampleur de cette guerre ainsi que ses événements elle déciderait de conserver à vie cette édition spéciale.




Enfin, tout cela était une digression partant de sa remarque disant que cette similitude à propos de ses départs et des chutes des dirigeants des armées qu’elle avait quitté qui suivait peu après pouvait indiquer d’une certaine façon qu’elle offrait le malheur en cadeau d’adieu à un groupe dont elle sortait. Si elle voulait naviguer seule et délaisser les amazones, est-ce que l’impératrice Tenshi serait menacée ? Non ! Tout ceci n’était que de la superstition ! Il ne pouvait en être autrement ! Enfin, c’est ce dont elle se convainquait pour oublier cet étrange lien entre les deux camps qu’elle avait servi depuis sa chute céleste. Deux jours passèrent sur l’île que le vaisseau avait atteint sans mal et les paroles de l’impératrice et du criminel semblaient indiqué l’approche des affrontements. Si la De Lérhane c’était remémorer le contexte de cette guerre avant le débarquement, la fille de Bilca ne s’attendait pas à ce que toute la planète soit prise dans une telle tempête, une tempête si dantesque que même avec ses pouvoirs météorologiques mythologiques elle ne parviendrait jamais à l'imiter. La Guerre allait engloutir le monde entier, sous des formes diverses et variés, et pas uniquement Grandline. L’œuvre qui allait s’écrire aujourd’hui passerait certainement à la postérité : une épopée mythique et épique méritant son propre chant - à la manière du Poème d’Ilion ou du récit Odysseus – et qui retentirait à travers les siècles au travers des corps, au travers des vers, au travers des âmes. Quel rôle allait jouer les Amazones au beau milieu de cette tornade, très loin de l’épicentre du séisme ? C’était là la question à laquelle il allait falloir répondre par le sang et par l’épée.

« Reviens avec ton bouclier, ou sur lui »






©️ By Halloween



Ishtar pense et se fait un point sur le lore autour des Décima au passage durant le voyage du navire Kuja l'amenant sur l’île aux côtés des deux grands primés que sont la capitaine Tenshi Taya et le criminel Zeke Lundren. Arrivée à terre, elle reste avec les autres amazones durant les deux jours.

Edit : Ishtar est niveau 31 dans ce RP.


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Mar 16 Avr - 23:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mio R. Konki
Pirate
Mio R. Konki
Messages : 101
Race : Humaine
Équipage : /

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue22/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (22/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue32/120 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (32/120)
Berrys: 2.322.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMer 21 Nov - 23:05


    EVENT : L'HISTOIRE EST ECRITE PAR LES VAINQUEURS






    South Blue

    1506


    Rp avec
    Sairento SatsujinZeke Laundren
    ♣️ Trafiquant - Tueur
    ♣️ Blouse - Paresse - Chaos
    Bonnie SarmentsTaya Tenshi
    ♣️ Beauté - Ange
    ♣️ Impératrice - Puissante
    Ishtar De Lérhane
    ♣️  Guerrière Elegante
     
    ♣️  ++


    « Bombe »




    Sur une des plages chaudes d’une île de South Blue, une jeune fille se promenait sur le bord de la mer. Tandis que le soleil commençait à s’abaisser, diffusant une vive lumière sur la rive, elle ramassait des coquillages. La brise était douce, accompagnée par l’éclatement des petites vagues sur le sable. La délicate enfant suivit cet air marin, y accordant harmonieusement le son de sa voix. Les mains pleines de coquillages, elle s’agenouilla sur le sable et les disposa. Un rond en haut et deux en bas, formant un triangle qu’elle traça avec son doigt. Elle continua son œuvre, puis s’arrêta net, silencieuse, les yeux fermés et les deux mains posées sur son sternum.


    « Puisse cette âme reposer en paix dans l’oubli éternel du monde des morts. »


    Une larme sembla couler le long de sa joue. La brise devenait plus forte et plus glaciale, faisant frissonner sa peau nue. Le sable clair s’assombrissait d’un bleu terne. La rouquine finit par se lever et partir plus loin. Le soleil éclairait encore les inscriptions gravées au milieu du triangle :


    EDWARD LAWRENCE

    « Je ne suis pas triste. Qui était Edward Lawrence ? Une bombe. Physiquement parlant je veux dire. Il était éclatant, cela va sans dire, personne ne pouvait y échapper. Au moment même où il décidait d’exploser sa présence … Je veux dire d’exposer sa présence, il était tout à fait remarquable à des kilomètres, de son puissant grondement. Un personnage aussi savoureux qu’une grenade, tachant les vêtements d’un jus rouge. Aussi implosant qu’un canon, il n’avait rien d’un boulet. Il savait mettre la pression, vous mettre ce petit choc d’un claquement de doigt, et acceptait librement de sauter n’importe qui. Il n’était pas le genre, néanmoins, à aimer les obus. De ce que je connaissais de lui, il préférait davantage prendre la poudre d’escampette, en bon artificier. Malgré tout, il était tel un magicien : ll apparaissait toujours en un BOOM ! déclenchant une magnifique nébuleuse, qui, par ses puissantes radiations, fragmentait mon cœur en de milliers de petits feux. Oui il était ainsi, une bombe. Une bombe devenue une véritable une bombe et qui, telle une bombe, a disparu dans une dernière explosion… »

    Alors que Mio récrivait son histoire dans la pénombre de la nuit, le monde continuait à tourner dans une longue page monotone. Tandis que certains se prélassaient dans leur quotidien luxueux ou dans leur alcool, d’autres faisaient leur entrée, arrivant du ciel et de la terre. La page ne semblait pas encore remplie, quelques écrits manquaient encore à l’appel. Le temps de la paix subsistait, mais était aussi fragile et léger que cette feuille. Demain, un navire au symbole bien trop connu fera son apparition.  Il va sans dire que son arrivée sera brutale et déclenchera de terribles conséquences. Les mots et les lettres pourraient s’envoler, s’arracher du blanc immaculé. La page pourrait même se brûler, se déchirer, se dégrader sous l’eau ou même … perdre quelques fragments. Et personne ne pourrait y faire grand-chose, même les gros noms en gras : rien ne pouvait ébranler la fatalité. Et même la chance de cette petite rouquine innocente n’avait pas ce pouvoir. Peut-être pouvait-on croire qu’elle l’avait déjà sauvée une fois, mais peut-être que c'était juste une manipulation, dans l’ombre.

    Cette même jeune fille, Mio R. Konki réfléchissait donc au cours des évènements. Alors qu’elle pensait que la mort d’Edward Lawrence apprise quelques jours auparavant serait insurmontable, elle se sentait étrangement calme. La quête de liberté de sa sœur, les travers de ce monde, ses innombrables défaites et l’amazone qu’elle avait rencontrée… Ses évènements avaient fait jaillir en elle un feu nouveau. Il était différent de ces milliers de petits feu rouges et flamboyants déclenchés par Edward. Ce feu-là semblait plus fort, plus sombre, plus robuste. Il brûlait d’une seule et grande flamme, si lumineuse qu’elle pouvait aveugler n’importe qui. Son rouge éclatant était menaçant et se rependait aisément dans les yeux de son possesseur. Plus elle y faisait attention, plus son cœur semblait brûler à son tour, tel le cœur de R'hllor. Et ce qu’elle voyait à travers la lumière était un futur nouveau bercé par un sentiment tout aussi nouveau : l’ambition.

    Ainsi, dès demain, elle partirait à la rencontre de Tenshi Taya, l’impératrice des Amazones.

    Du brasier qui s’était doucement éteint sortait une légère fumée qui planait sur l’esprit de la rouquine assoupie. Une fumée aux senteurs de folie.


Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Decima)

PNJ (Decima)
Messages : 119

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 27 Nov - 19:56



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841346-colonel-andrew-wolten-2-marine
Colonel Wolten


Cette île qui se dressait ici n'était pas la première que le colonel assiégeait. Certes d'habitude il avait un peu plus d'effectif que cela mais malheureusement les autres conflits avaient réquisitionnés ailleurs tous les hauts-gradés des environs si bien qu'il se retrouvait avec une poignée d'officier pour faire face à cette racaille. Certes il n'avait pas eu son mot à dire sur la totalité de ses compagnons du jour mais, au moins, il se réjouissait d'avoir le commandant Scampton à ses côtés. Ce dernier en était encore à ses balbutiements dans la hiérarchie militaire mais, après avoir passé plusieurs mois en sa compagnie, le vieux gradé savait que le jeune officier suivrait ses directives sans broncher. Normal ? Oui cela l'était pour tout militaire qui se respectait, l'obéissance était la clé de voûte de chacune de leurs opérations, mais ici la situation était autrement plus délicate. Ici il ne s'agissait pas simplement de faire pleuvoir boulet après boulet sur une île jusqu'à ce que plus aucun de ces pourceau ne puisse jamais se relever, car aucun marine présent sur les deux marines ne pouvait oublier qu'au milieu de ces loups vivaient d'innombrables moutons.

Le Wolten n'était pas du genre à s’embarrasser de ces considérations, se justifiant par le fait que la fin justifiait toujours les moyens et que, dans le cas présent, la perte malheureuse de dizaines de civils était un bien mince prix à payer pour débarrasser le suzerain de pacotille de certains de ses subordonnés. Les autres officiers étaient-ils d'accord avec cette sèche vision des choses ? Pas vraiment mais, pour le moment, c'était lui qui était en charge de cette opération. Fort de cette responsabilité, il empoigna le den-den mushi devant lui et les hauts-parleurs firent s'élever sa puissante voix jusqu'aux confins de l'île devant lui.

- Racailles Décimas, l'heure de votre jugement est venue !  

La plupart des habitants de cette île étaient de fervents adeptes de la justice, ceux qui n'avaient rien à se reprocher en tout cas, aussi la surprise fut de taille bon non nombre de badauds. Les mouettes s'adressaient-elles à eux ? Cela ne pouvait qu'être une erreur, telle fut la première impression d'incrédulité qui se diffusa à travers la foule silencieuse.

- Vous avez fait le choix de vous cacher au milieu de moutons, de vous recroqueviller dans l'ombre comme des enfants apeurés. L'heure est venue de payer pour vos crimes. Voici mon premier et dernier ultimatum : cessez de vous cacher, rendez-vous sur le port et peut-être aurez-vous le droit de finir vos jours derrière des barreaux plutôt qu'entre quatre planches.  

Lorsque ce avertissement prit une forme beaucoup plus réel et que toute trace de doute semblait disparaître, lorsque tous commencèrent à se convaincre qu'il ne s’agissait pas d'une erreur, un murmure traversa la foule pour agiter les esprits et semer les graines de la peur la plus primaire. Mourir ? Eux qui n'avaient rien fait pour mériter un tel courroux ? La graine se transforma rapidement en panique et, déjà, les rues principales furent remplies d'hommes et de femmes plus pressés que jamais de rentrer se terrer chez eux par crainte de représailles inévitables.

- Refusez et nous vous ferons sortir de votre terrier. En rasant cette île au nom du Décret Décimas. Vous avez cinq minutes, pas une de plus.

Le Wolten n'était pas fier de ce qu'il était prêt à faire, il savait que le rôle de bourreau ne devrait pas être le sien mais malheureusement ces pourceaux ne lui laissaient pas vraiment le choix. Leur seul existence était un véritable affront à l'Ordre Mondial et, fort de ce constat, le marine raffermit sa résolution en se tournant vers un marine anonyme derrière lui.

- Armez les canons.  

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1543341433-commandant-william-scampton-kyoukou-2-marine
Commandant Scampton

- Commandant, regardez !  

Le jeune commandant avait le regard perdu dans l'île devant lui jusqu'à ce que l'un de ses subordonnés ne vienne le sortir de sa torpeur, pointant d'un doigt inquiet une masse de volatiles se dirigeant droit vers l'île. Sérieusement ? N'avaient-ils donc pas assez à gérer avec ces Décimas pour avoir quelques intrus supplémentaires ? Cela ne pouvait pas être une coïncidence, c'était trop gros. Stressé et désireux de bien faire les choses pour l'une de ses premières grosses affectations, le jeune commandant se tourna vers une rangée de fusiliers de l'autre côté du pont avant de leur donner un ordre aussi simple que clair :

- En joue ! S'ils s'approchent davantage, faites feu. Ne prenez aucun risque.

Qu'il s'agisse de simples oiseaux ou autre chose ne faisait aucune espèce de différence, il savait que son colonel ne laisserait passer aucun écart. La seule menace qui comptait aujourd'hui était celle qui se cachait là-bas, dans ces habitations, au milieu de cette foule et tout le reste était relégué au second plan. Encore quelques secondes et ces oiseaux seraient transformés en passoire par une volée de balles, par la visée juste de quelques tireurs triés sur le volet.

] L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841344-samuel-wesson-decima
Samuel Wesson

Merde, merde, merde, merde merde. Pourquoi fallait-il que cela arrive avant qu'ils ne soient convoqués ? Comment avaient-ils su  où les trouver ? L'un des nouveaux avait-il eu la langue trop bien pendue, après quelques verres ? Pourtant si le Wesson était capable de garder secrète son affiliation, même après avoir vidé la moitié de la réserve de n'importe quelle taverne du coin, les autres ne devraient-ils pas être capables d'en faire autant ? Non, finalement savoir comment l'information avait fuitait importait bien moins que de se débarrasser de ces mouettes. Le pouvaient-ils ? Pas lui tout seul, bien sûr, mais heureusement il avait amené avec lui quelques compagnons qui sauraient trèsbien faire face à ces guignols en uniforme.
Aussi, alors que la ville commençait doucement à céder au chaos le plus total et que les autres Décimas se réveillaient les uns après les autres, le pisgtolero s'enfonçant dans les profondeurs d'une habitation anonyme pour armer les bombes qui avaient été éparpillées sous l'île. Qu'ils approchent ces défenseurs de la Justice, qu'ils essayent de les déloger d'ici et l'explosion les emporterait en même temps que le reste de l'île.

Si c'était ainsi que cela devait se terminer, ainsi soit-il.





Voici l'ordre : Sairento Saitsujin, Tenshi Taya, Ishtar, Bonnie Sarments, Zeke, Mio Ronki

Vous avez 72h pour poster chacun. Votre tour commence quand celui de la personne qui vous précède s'achève ou qu'elle a posté. Vous pouvez demander un délai de 24h dans la partie adaptée.

Dernière petite information. S'il vous prend l'envie de changer l'ordre de post pour quelque raison que ce soit, la moindre des choses c'est de me le demander ou, à défaut, de m'en informer au préalable. Merci pour les prochaines fois.
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
Sairento Satsujin
Messages : 258
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue30/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue31/200 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (31/200)
Berrys: 329.476.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeVen 30 Nov - 13:46


Oiseau de Malheur !

Le large sourire de l'assassin, inébranlable comme toujours, paraissait être la seule partie de son corps encore stable à cet instant. Chaque centimètre de sa peau pris de tremblements compulsifs comme s'il n'était désormais plus qu'un junkie en manque à la recherche de sa dose. Ses yeux exorbités sondaient d'ores et déjà l'île du regard pour tenter d'y déceler le moindre mouvement, la moindre silhouette humaine. La proximité du sang, plus forte à chaque seconde, le faisait rentrer dans une véritable transe meurtrière même s'il n'avait pas encore commencé à tuer. Il resserra son emprise sur sa lame, se retenant de frapper une nouvelle fois la nuée de volatiles qui le précédaient, les tuer n'aurait fait que donner un gout amer au massacre grandiose qu'il allait perpétrer aujourd'hui. Sa langue passa lentement sur ses lèvres sans qu'il ne referme celle-ci ne serait-ce qu'un instant, laissant toujours apparante une dentition inquiétante. Son regard parcouru une nouvelle fois les contours rocheux de la terre vers laquelle il se dirigeait, lorsqu'il capta alors les navires qui s'en approchaient. Un drapeau gouvernemental flottait au dessus de ceux-ci mais il ne sembla pas même le remarquer, peu importait l'identité de ces pauvres hères, ils mourraient comme tous les autres. Centes lui-même aurait pu se trouver sur ces embarcations qu'il aurait vu la Main Silencieuse s'abattre sur lui. Il était impossible de raisonner avec le Satsujin, les sentiments ou la loyauté ne faisaient pas partie de son monde. Le seul moyen de le calmer passait par le sang et la mort qu'il répandait sur son passage, il fallait étancher sa soif !

D'un mouvement du bras il tira sur les rênes de son destrier volant, celui-ci quittant subitement la masse d'oiseaux noirs qui le masquait jusqu'alors pour s'élever dans les airs, dévoilant ses plumes blanches à la vue des marines. Rapidement il gagna en altitude, passant en quelques secondes à plus d'une centaine de mètre au-dessus de l'océan, les navires et l'île qu'il voyait clairement un instant auparavant se rapetissant de plus en plus. Finalement alors que le souffle du vent venait mordre sa peau, lui donnant un sentiment de froid soudain malgré son manteau il stabilisa l'animal qui le portait, jetant un nouveau regard vers le bas. Il avait largement dépassé la portée d'un fusil normal et devait désormais être à peine perceptible pour un observateur avisé. Lentement il plaça ses mains dans son manteau pour en ressortir deux objets qu'il appréciait particulièrement, laissant par la même occasion le froid pénétrer son manteau et frapper sa peau. Le frisson qui s'ensuivit parcouru tout son corps jusqu'à ses extrémités d'une manière qui sembla amplifier sa transe, vivifiante. Alors tel un oiseau observant sa proie il prit juste quelques mètres d'avance sur le navires en contre-bas puis, plaçant ses mains de chaque côté de son oiseau, il lâcha les petites bombes rondes dans le ciel. Ses petits bijoux iraient exploser sur le navire gouvernemental qu'il survolait, répendant le feu et la terreur à son bord et annonçant son arrivée sur l'île. Il adorait provoquer la panique et la peur chez ceux qu'il allait égorger comme des bêtes. Ce sentiment de terreur extrême qu'il pouvait lire dans leurs yeux avant de leur ôter le moindre souffle de vie, rien ne pouvait le remplacer. Sans attendre de voir les flammes venir ravager le bateau qu'il venait de viser il talonna son Volia qui plongea aussitôt vers l'île, prenant rapidement une vitesse impressionante, la Mort arrivait sur l'île de Bayangan sur son fier cheval blanc, bientôt teinté de rouge.




Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
Zeke Lundren
Messages : 1659
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue38/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue50/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (50/350)
Berrys: 9.294.660.333 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeLun 3 Déc - 4:06

Seek &

Destroy


Ayant laissé entrouverte la porte de sa spacieuse chambre d'hôtel, l'ingénieur s'était accoudé sur le cadre de porte afin de mieux observer la scène. Si sa partenaire semblait déjà avoir retrouvé des couleurs suite à son annonce, il ne faisait nul doute qu'il l'avait surpris en plein élan de léthargie. Posé avec ses quelques camarades, que Zeke n'avait pas pris le temps d'apprendre à connaître, elle avait semblé dépérir à peine quelques secondes auparavant. Au moins, la question assez directe qu'elle lui avait lancé avait eu pour mérite de communiquer clairement qu'elle était prête pour un peu d'action.

L'ingénieur n'eut toutefois pas l'occasion de répondre, celui-ci étant plutôt interrompu inopinément par le sujet de leur conversation. La voix du marine avait résonné à travers toute la ville comme un mauvais présage ou encore une condamnation d'un être supérieur. À travers la fenêtre grande ouverte, le hors-la-loi pouvait déjà voir la population commencer à s'agiter et à se réfugier. Apparemment le vieux avait fait son effet... Tu parle d'un connard se dit-il un sourire aux lèvres...

« Bon bah c'est parfait, il nous donne même une justification morale pour le buter ! Même pas de remords à avoir, c'est sympa de sa part non ? » Faisant de l'ironie comme à son habitude, l'inventeur détourna son attention de la foule dont il s'était rapidement désintéresse afin de mieux répondre à sa partenaire. « Du coup, on a deux navires qui arrivent par le port et un nombre inconnu d'emmerdeurs qui se cachent dans la ville. On peux prendre encore un peu notre temps j'imagine, au moins le temps que ça morde à l'hameçon... On y va en marchant ? » Les mains plongées dans ses poches, l'ingénieur tourna les talons et se dirigea doucement vers l'escalier menant au rez-de-chaussée.

La situation était critique... En théorie. Et pourtant il ne semblait pas s'en soucier plus que ça. Lui qui avait pourtant toujours eu une certaine nervosité lorsque venait le temps de se plonger dans le feu de l'action, voilà qu'il était calme comme jamais. Certes, il avait toujours su garder la tête froide quand venait le temps de se frotter à un ennemi plus fort que lui, mais cette fois c'était l'entièreté de sa personne qui affichait une sérénité incomparable. Peut-être ses récents succès lui avaient-ils fait enfler les chevilles ? Difficile à dire. Toujours est-il qu'il marchait maintenant avec une assurance qu'il n'avait pas l'habitude d'exprimer face à l'adversité. C'était comme si à force de combat son esprit avait su percer les nuages du chaos régnant habituellement dans sa tête. Comme si cette fois il se tenait au-dessus de le mêlé. Cette considération grandissante pour l'aspect plus global de ses actions, c'était ça qui lui permettait maintenant d'avancer avec conviction. Quoique ces marines soient prêts à lui balancer, il s'assurerait de le leur rendre au centuple. Et s'il venait à crever au milieu de cette bataille, et bien soit. Ce n'était pas comme s'il pourrait s'en plaindre une fois mort.

Ayant atteint la porte de sortie du rez-de-chaussée sans problèmes, il repris le temps de considérer la situation dans laquelle le monde se trouvait présentement. Les décimas allaient agir, ça personne ne semblait en douter. La guerre avait officiellement été déclaré et, si ça se trouve, les combats avaient déjà commencés à Marineford. Qu'est-ce que ça donnerait ? À quel résultat pouvait-on s'attendre dans un tel déferlement de chaos ? La réponse, en elle-même, était relativement simple : Une instabilité. Que celle-ci se présente chez le gouvernement ou chez les décimas importait peu au final. Ce qui importait était plutôt de profiter de l'occasion pour servir ses intérêts et ceux de son organisation. C'était pour ça qu'il était là après tout.

Poussant la grande porte de l'hôtel débouchant sur la rue principale de Bayangan, l'ingénieur se demanda un bref instant si sa partenaire avait retenu ses paroles lors de leur séparation à Whiskey Peak. C'était pour ce genre de situation qu'il lui avait dit de se préparer. Un bon gros bordel dont elle pourrait profiter éhontément pour accroître sa puissance, c'est tout ce qu'elle pouvait espérer faire pour le moment. Faire tomber le Gouvernement Mondial ne serait pas pour aujourd'hui, mais ça ne voulait pas dire qu'elle n'avancerait pas vers ses objectifs. De toute façon ce n'était plus qu'une question de temps maintenant. Le gouvernement, comme toute institution, finirait inévitablement par s'écrouler. La question n'était plus que de savoir combien de temps cela prendrait encore et surtout, qui en profiterait le plus durant leur chute lente et maladroite. Pas les décimas en tout cas...



_________________
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 8998923AF3427DC4EE76B15A042942E2104A665294B27F67C46F55E8pimgpshfullsizedistr
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
Tenshi Taya
Messages : 1385
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws / Kujas

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue44/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (44/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue434/500 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (434/500)
Berrys: 82.110.500 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 4 Déc - 8:52



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 638287YoumuDDAnnouncementHeader
L'histoire est écrite par les vainqueurs

    Alors que je venais tout juste de demander à Zeke où se trouvaient tous les navires de la marine, prête à frapper sur quelques membres du Gouvernement, une voix retentit à travers la ville. Impérieuse, elle ordonnait aux Décimas de se rendre immédiatement sur le port pour espérer avoir le droit de vivre enfermé plutôt que mort. À choisir, j’aurais pris la deuxième option et je n’émettais aucune doute quant à ce que les Décimas la choisisse également. Personne ne voudrait vivre sa vie enfermé, c’était une réaction naturelle.

    La voix de l’homme indiqua également que, si les Décimas refusaient de se rendre sur le port, il n’aurait de cesse de fouiller la ville et d’en extraire le moindre individu caché. Cela impliquait également que nous serions affectés. Être débusquée, cela ne me posait pas vraiment problème… Sauf si les forces de la Marine étaient bien trop nombreuses pour s’opposer à nous. Il valait mieux qu’ils trouvent, dans un premier temps, quelques Décimas qui se chargeront de commencer le travail. Nous n’aurions plus qu’à l’achever avec brio.

    Zeke m’indiqua que deux navires arrivaient par le port. Deux ? Seulement. Cela ne serait pas suffisant à faire pencher significativement la balance en notre faveur. Il y avait également un certain nombre de Décimas dans la ville qui se cachaient. Allaient-ils sortir de leur cachette ? Etablir un plan machiavélique dans leur coin et le mettre en application ? Zeke suggérait que nous marchions simplement pour attendre que les Décimas entrent en phase de combat. Une fois que chacun allait être occupé dans son combat, prendre l’avantage serait bien plus simple.

    Si la guerre entre les Décimas et le Gouvernement avait déjà été déclarée, cela n’était qu’à mon avantage car, qu’elle que soit l’issue de cette guerre, le Gouvernement en ressortirait affaibli et j’aurais maintes occasions de profiter de cette opportunité en or. Offerte sur un plateau par mes ennemis eux-mêmes.

    Zeke commença alors à se diriger vers le rez-de-chaussée, et en particulier vers la sortie. J’indiquai aux Amazones présentes de se lever et de me suivre, tout en leur disant :

    - N’oubliez pas que notre objectif principal est d’affaiblir la Marine. Les Décimas sont toutefois également nos ennemis. Ne loupez pas une occasion d’attaquer l’un ou l’autre. Si l’un des deux doit sortir vainqueur de cette guerre, il faut qu’il en sorte si affaibli que nous pourrons reprendre l’avantage dans l’avenir.

    Je jetai un rapide coup d’œil vers Ishtar. Elle qui était anciennement membre des Décimas aurait à se confronter à ses anciens alliés. Comment allait-elle réagir ? Qu’allait-elle faire ? Il était encore difficile de le savoir. J’espérais qu’elle ne servirait que les intérêts des Amazones et que nous pouvions réellement la considérer comme notre alliée.

    Je jetai également un coup d’œil vers Orphen. Elle était un peu dans la même situation qu’Ishtar sauf que, dans son cas, ses anciens alliés n’étaient pas les Décimas, mais la Marine. Elle allait devoir, aujourd’hui, leur tourner le dos définitivement. Elle m’avait délivré nombres d’informations précieuses sur l’institution mondiale et je n’allais pas hésiter à user de ces dernières de façon intelligente. Le moment n’était simplement pas encore venu.

    Tournant les talons pour prendre la direction de la sortie, je suivis discrètement Zeke, commençant à marcher dans la ville discrètement, constatant que les gens commençaient peu à peu à s’enfermer chez eux. Une bien sage décision. Personne ne voulait se retrouver coincé dans une guerre qui n’était pas la sienne et qui risquait de faire des dommages collatéraux. Glissant doucement mes doigts sur le fourreau de mes armes, je savais qu’elles seraient là pour me protéger dans toutes les situations, notamment Akimitsu. Je n’avais plus qu’à montrer le meilleur de moi-même.

    Je regardai attentivement autour de moi, analysant l’environnement pour détecter le moindre bruit, le moindre mouvement suspect. Il fallait se tenir prêt à l’assaut à tout moment.



_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 760105TenshiSigna4

Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 659
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue33/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (33/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue136/250 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (136/250)
Berrys: 32.395.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 4 Déc - 11:04




L'Histoire est Écrite par les Vainqueurs

Surge et Ambula



Une voix s’éleva dans les arcades célestes, une voix solennelle et froide qui trouvait son écho dans sa propre propagation à travers l’espace surplombant cette île. Clair et précise, elle afficha ses intentions dès ses premières paroles. Les Décimas étaient de la partie, comme la bilcane l’avait envisagée. L’expression de son visage ne changea nullement pour sonner le clairon de la surprise, non c’était un sérieux plus profond qui façonna les traits de son faciès en une sculpture mouvante de guerrière prête à un combat non pas pour la vie, mais pour la mort. Il ne fallut guère plus d’informations à la De Lérhane pour conjecturer que l’auteur de cet ultimatum était un membre de la Marine, ce qui ne tarda pourtant pas à être confirmer par l’invocation du Décret Décima sur l’autel de la sainte justice du Gouvernement Mondial. C’était empreint de convictions que l’homme déclarait avec fermeté qu’il était prêt à raser toute l’île pour trouver les décimas qui y croupissait. Il y avait donc de grandes chances pour qu’il s’agisse d’un extrémiste, ou tout du moins d’une personne penchant plus pour l’absolutisme que pour la miséricorde. S’il fallait se confronter aux troupes gouvernementales, elle pourrait ainsi se battre sans regret. En tout cas, il y avait peu de chance pour que les décimas réponde à l’offre de cet officier. Beaucoup d’entre eux avaient sacrifiés leur passé pour embrasser la vie que leur offrait la Cour. Si la majorité d’entre eux n’étaient pas prêt à mourir pour leur monarque suprême, jamais Centes n’aurait pu aller si loin. Bien sûr, Ishtar était en elle-même une preuve qu’il pouvait y avoir des exceptions, des personnes s’étant fourvoyés sur le chemin de leur destinée et qui persistait à apporter leur aide au souverain de Merveille pour une raison ou une autre.

Restant en retrait au cœur du groupe d’amazones présentes en ces lieux doucement rongés par les dents d’Arès, l’ange se préparait à livrer bataille incessamment sous peu. Ce serait bien plus qu’une mise à l’épreuve, ce serait un baptême. C’était le moment d’achever la transition de Décima à Kuja, scellant à jamais derrière ce passé et cette filiation qu’elle avait continué à porter, caché derrière une non divulgation, pour le bien de peuplade sans pour autant pouvoir se faire à l’idée qu’elle travaillait pour une entité concrète aussi déplaisante qu’un homme qui voulait abattre toutes formes de libertés. Elle devait prouver sa loyauté, tracer un trait de sang sur l’Ordre et se montrer à la hauteur. Elle ne tremblerait pas. Elle ne ploierait pas. Si elle voulait faire partie du groupe, elle devait raisonner en faveur du groupe. Ce n’était pas l’individu qui prédominait, mais la communauté. Chaque hésitation pouvait être fatale, chaque réflexion sur la faisabilité d’un acte moral devait être écarté avec une relative prudence, dans la limite de ce qui est acceptable, afin de ne pas faire incomber à toutes le choix d’une seule. Ses paupières se plissèrent, ses iris d’argent brillèrent de leur éclat lunaire, sa main se serra sur le pommeau d’Ashunera. Ainsi, l’impératrice elle-même prit la parole pour donner ses instructions et les objectifs qui seraient à remplir durant ces affrontements. Il fallait donc principalement combattre la Marine, mais les Décimas étaient des cibles d’une importante presque équivalente. Ne voulant que la réussite des plans des amazones, Ishtar prit la parole pour s’adresser à sa potentielle nouvelle capitaine afin de rappeler à ses bons souvenirs qu’elle pouvait lui faire une demande météorologique à tout moment si cela pouvait faire pencher la balance en leur faveur.

-Mon Impératrice, je voudrais seulement vous dire que si jamais vous voulez faire pleuvoir la glace, la canicule ou même la foudre sur nos ennemis, je demeure à votre disposition pour réaliser ce genre de souhait.

À l’image de ses nouvelles camarades, l’Archange du Typhon se mit en marche, suivant sa dirigeante vers le futur front, là où attendait la gloire derrière les remparts de la Faucheuse. Néanmoins, il faudrait d’abord traverser la ville d’un pas lent mais pas pour autant vide de détermination. Il fallait attendre que le sablier marque le début des hostilités pour pouvoir s’interposer au milieu de cette guerre d’envergure mondial qui atteignait en ce jour historique son paroxysme. Serait-ce la fin de Centes ou la Marine allait-elle tomber, leur quartier-général croulant face à une puissance inattendue ? Si les forces en présence en cet océan méridional étaient loin d’égaler le prestige rassemblé à l’exécution d’Himitsu Jude, au Blocus de Shabondy ou à la bataille navale entre Hadès et Hojo, ce n’était pas pour autant que le combat ne serait pas tout aussi intense pour les participants. Il fallait même dire que lorsqu’on ne disposait du champ tactique qu’offrait tout une armée à des tacticiens comme l’étaient Chairoka et Centes, l’ardeur de la bataille et les affres de la souffrance n’en étaient que plus prononcés. La martialiste dégaina l’héritage de son père, claymore longue de deux mètres, et posa l’arme sur son épaule, la maintenant brandit dans cette position d’une seule main. Si elle ne se battait pas avec, ce n’était pas pour autant qu’elle ne pouvait s’en servir hors-combat pour solliciter son corps, provoquer l’adversaire par la manifestation de son opérationnalité ou défier un ennemi. En l’occurrence, l’usage qu’elle en faisait ici était un échauffement de ses muscles en attendant que l’heure sonne.

Nul ne peut se soustraire au jugement de la Guerre, nul ne peut entraver la marche d’acier des armées en ces temps de crise, nul ne peut vaincre la fureur venant abreuver les combattants car il n’y a qu’une vérité : la Guerre fait couler le sang. Seul ceux qui sont prêt à payer le prix de leur vaillance peuvent arracher à la carcasse du vice le bonheur d’une victoire enivrante. Lever son arme c’est déjà accepter la loi du combat, alors il faut assumer ses choix et se battre avec la hargne du condamné, le plaisir du guerrier et l’insouciance de la bête sauvage.

« Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. »






©️ By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Bonnie Sarments
Tinkerbell
Bonnie Sarments
Messages : 757
Race : Ange.

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue18/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (18/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue5/100 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (5/100)
Berrys: 3.448.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeVen 7 Déc - 9:24



L'histoire est écrite par les vainqueurs
Ft. Sairento, Zeke, Tenshi, Ishtar, Mio & MJ

"South Blue ✦ 1506 ✦ 753 Mots"



Cinq minutes. Pas une de plus... La voix grave avait tranché l'air, résonnant à travers l'île, ne laissant derrière son passage que les échos incrédules et les murmures inquiets des badauds. Comme venue de nulle part, tel un message divin. Un message intimant l'ordre aux partisans du Roi de se rendre, mais l'ange ne savait que trop bien que ce dernier ne serait pas écouté. Autour d'elle, les gens commençaient déjà à s'alarmer, certains émettant l'hypothèse d'un canular mal placé ou d'une erreur, préférant se réfugier dans le déni plutôt que d'affronter la vérité. Malheureusement, l'ange n'avait plus le loisir de se permettre de telles fantaisies. Elle ne connaissait que trop bien le pouvoir et la menace on ne peut plus sérieuse que représentait le décret, celui-là même qui l'avait mené au cœur de la prison la plus imprenable de toutes les mers. Enfin... En théorie, pensa-t-elle tandis qu'elle se remémorait les événements qui s'y étaient déroulés il n'y a pas si longtemps encore. La blanche ne put empêcher un rictus, quelque peu malvenu étant donné la situation nous en conviendrons, de s’emparer de ses lèvres fines alors que le souvenir de Salem manquant de s'étouffer avec son croissant tandis qu'elle lisait l'article relatant les actes animés d'une insolente audace du chef de l'Inquisition et du Phoenix, ainsi que leurs camarades respectifs.
Contrairement à elle, qui avait pu rentrer par la grande porte de l'établissement lugubre, ces derniers avaient pénétré les murs inébranlables d'Impel Down via des moyens bien plus cocasse. Toutefois et très ironiquement, ils l'avaient fait de leur plein grès. Il n'en était pas tout à fait de même pour Bonnie. Si elle n'était pas restée derrière les barreaux de granite, elle n’en était cependant pas moins prisonnière. Envoyée dans les profondeurs sombres du lieu de pénitence parce qu'elle avait osé remettre en question la pertinence du Décret Décima.

Une pertinence qui n'était vraisemblablement toujours pas au rendez-vous... Se laissant aller quelques instants à contempler les étendards marqués de la mouette flottant au vent, bien qu'ils fussent à peine visibles à cette distance, la fée serra imperceptiblement le poing. Quel était donc l'intérêt de poser un tel ultimatum ? Jamais les Décimas n’obtempéreraient. Guidés, parfois même aveuglés, par leur foi en leur suzerain, les chances pour que ne serait-ce que l'un d'eux ne trahisse la couronne étaient si infimes qu'elles rejoignaient presque l'impossible.
Et cinq minutes ? Sérieusement ?! Qu'espéraient-ils récolté en un laps de temps aussi court. Peu importe la façon dont elle le prenait, l'albinos ne voyait là qu'une nouvelle preuve de la bêtise d'hommes à l'esprit étriqué et manquant cruellement d'imagination.

Reportant son attention sur l'homme qui avait quitté la taverne peu avant elle, la jeune femme fronça des sourcils. Il semblait agité... Rien d'anormal étant donné la situation cela dit. Une vague de panique commençait déjà à gronder à travers les rues bondées de la ville. La plupart des habitants avaient sans doute déjà compris que leur survie était fortement compromise. Toutefois, bien qu'elle n'arrivât pas à mettre le doigt dessus, quelque chose dans son attitude perturbait grandement l'ancienne gardienne. Sa curiosité, déjà bien piquée à vif, grandit encore un peu plus quand l'inconnu tourna les talons, plongeant dans le chaos de la foule, mais n'y prenant vraisemblablement pas part.
Ne le quittant pas des yeux, la fée para son visage d'un sourire. Peu importe ce qu'il tramait, peu importe qui il était, l'ange avait senti dès l'instant où ses pupilles irisées s'étaient posées sur lui qu'elle ne pourrait s'empêcher de vouloir élucider le mystère entourant cet homme. Aussi, profitant de la cohue, la jeune femme laissa son pouvoir faire son œuvre. Tandis que son corps rapetissait à vue d’œil et que ses ailes d'ange s’allongeaient pour prendre la forme de celles d'une libellule, la blanche pris une impulsion, s'élevant de quelques beaux centimètres dans les airs. Achevant sa transformation à l'apogée de son saut, la petite fée prit son envol, suivant l'homme au chapeau tout en rasant les toits de la cité, usant des cheminées et des gouttières pour rester la plus discrète possible.

Observant l'homme pénétrer dans une des habitions de l'île, sans vraiment réfléchir avouons-le, Bonnie amorça une descente, filant vers la porte de la battisse pour s'y infiltrer de justesse avant qu'elle ne se referme. Au diable la discrétion finalement ! Qui avait besoin de discrétion après tout ?! Bon... Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle sortirait indemne de cette situation maintenant.


Bonnie n'est pas des plus heureuse d'apprendre que la Marine n'hésitera pas à transformer les habitants de l'île en chair à canon dans le cas où les Décimas refuseraient d'obtempérer. Un refus dont elle ne doute pas qu'il aura lieu. Remarquant le comportement étrange de Samuel, elle décide de le suivre sous sa forme totale et pénètre à sa suite dans l'habitation.
Clochette : Lorsqu'elle active cette forme, deux paires d'ailes semblables à celles d'une libellule remplacent les petites ailes d'ange de Bonnie, ses oreilles s'allongent, adoptant une apparence plus elfique, et ses cheveux poussent sensiblement. Sa peau ainsi que ses vêtements blanchissent et se recouvrent d'une fine pellicule de Poussière de Fée qui, en raison de ses propriétés luminescentes, entoure la fée d'un léger halo lumineux. Par ailleurs, chacun de ses mouvements est généralement suivi par une traînée de poudre brillante. Ne mesurant pas plus d'une vingtaine de centimètres, certains racontent, à tort, qu'elle serait si petite qu'elle ne pourrait ressentir qu'une émotion à la fois.
Peu discrète et peu pratique en combat frontal, cette apparence offre néanmoins à Bonnie la possibilité de générer de la poussière de fée en quantité suffisante pour créer toute sorte d'illusions. De plus, la vitesse ainsi que la force de la jeune femme sont grandement améliorées rejoignant celle d'un Tonttata.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mio R. Konki
Pirate
Mio R. Konki
Messages : 101
Race : Humaine
Équipage : /

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue22/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (22/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue32/120 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (32/120)
Berrys: 2.322.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeVen 7 Déc - 23:31


    EVENT : L'HISTOIRE EST ECRITE PAR LES VAINQUEURS






    South Blue

    1506


    Rp avec
    Sairento SatsujinZeke Laundren
    ♣️ Trafiquant - Tueur
    ♣️ Blouse - Paresse - Chaos
    Bonnie SarmentsTaya Tenshi
    ♣️ Beauté - Ange
    ♣️ Impératrice - Puissante
    Ishtar De Lérhane
    ♣️  Guerrière Elegante
     
    ♣️  ++


    « Aaah, lâche moi un peu ! C’est …»




    Le décret Decima. Centes. La cour Decima. La tyrannie. La Guerre.
    Tout ça semblait si loin. Si factice. Des choses dont elle ignorait tout il y a peu, et même après en avoir pris connaissance, cela lui semblait irréel, impossible. Y a-t-il vraiment des gens qui meurent tous les jours ? Le gouvernement use-t-il vraiment de la violence envers ses concitoyens ? Les Marines censés protéger et le peuple, défendeurs de la justice, sont-ils vraiment en train de massacrer des populations désarmées de façon injuste ? AH AH AH ! Non, cela c’était impossible, une bien belle blague, une histoire absurde. Comme on rit, des fois, des choses affreuses parce qu’on est heureux, qu’en réalité, elles ne se passent pas du tout ! Alors vraiment ? Ce sont les règles ici ? C’est comme ça que ça se passe ? Un bouton, un ordre, une seconde, et c’est le chaos ?
    Oui cela existait réellement. Tout se passait devant ses yeux. La ville, précédemment animée et joyeuse, s’était entièrement dérobée, dans un élan de panique. Les bateaux, armés de leur canon restaient là, menaçants.
    Alors oui. Même si on ne voulait pas y croire, même si on fermait les yeux, qu’on se bouchait les oreilles et qu’on se blottissait quelque part dans un coin sombre, la réalité finissait toujours par nous rattraper. Il ne tenait qu’à elle, cette bête mythique qui s’était retirée dans le ciel, à l’abri, de faire un choix. Fuir pour l’éternité ou participer à la bataille.



    Quelques heures auparavant.

    « Comment tu as pu mettre mon denden dans l’eau bouillante ?!! »

    « Ben… J’avais faim… Et je me demandais ce qui allait se passer si … »

    « QUOI … Mais… Mais… NON ! »


    Spoiler:
     


    L’amazone n’en revenait pas. Elle hésitait de plus en plus à présenter cette jeune recrue à Tenshi. En effet, elle avait vu un potentiel immense lors de son combat à Podwer Island. En plus d’être une excellente archère, elle avait de très bons enseignements en matière de chasse. Elle savait traquer un ennemi avec précaution et ingéniosité, tout en ayant également cette rage et cette persévérance pour obtenir la victoire. Sa détermination devant cet ennemi bien trop fort pour elle l’avait convaincue : cette fille était remarquable. D’autant plus que son fruit du démon était impressionnant, lui permettant de se métamorphoser en une énorme et puissante bête volante. Cependant sa bêtise était à la hauteur de son potentiel : sa naïveté était navrante et elle était d’une débilité incommensurable. En plus de cela, elle avait d’étranges manies, comme ce rituel d’hier soir, et une attitude irrationnelle et impulsive. En d’autres termes, il lui serait surement difficile d’agir sous un commandement, de suivre des ordres et des les effectuer en bonne et due forme.

    « Ma foi, un peu d’éducation et … OH ! MON SERPENT NE SE MANGE PAS !!! »

    Après deux trois claques, les deux combattantes se dirigèrent en ville. La première étape pour élever un animal était de lui acheter à manger et de lui faire comprendre que s’il agissait comme il fallait, il aurait sa récompense. Ainsi, son but n’était pas de nourrir l’impulsif estomac de cette bête, mais de plutôt de lui remuer la carotte devant le nez. Une stratégie simple mais efficace, surtout contre un tel âne.
    La ville était très animée, apportant une ambiance chaleureuse et agréable. Il y avait un large choix de victuailles, le commerce semblait prospère.

    « Waaah ! C’est super ici ! Tu as vu tout ce qu’il y a à manger ? »

    « Oui mais attention, pas touche ! »

    « Ca sent si boooooooooooooooon »


    Mio ne pouvait contenir son émerveillement. A chaque lieu qu’elle découvrait, c’était la même chose. Mais elle ne s’en lassait pas. Ce sentiment la rendait heureuse d’être en vie, d’être dans ce monde. Tout semblait magique et irréel : comment un tel monde a-t-il pu être façonné par les humains ? En comparaison de son village, tout était une technologie extrêmement avancée. Les fruits se vendaient par milliers ; des artisans vendaient des armes et des armures par centaines, dans une qualité indéniable ; les femmes vendaient des tissus aux broderies remarquables.  On ne pouvait manquer de rien, surtout si…

    « Ne t’inquiète pas… je sais bien qu’il faut pas toucher si on n’a pas d’argent… »

    « Grrrrrr »


    La rouquine sentait bien que l’amazone avait mal digéré la mort subite de son escargophone. Et c’était également une grande perte pour elle, car il était maintenant impossible de contacter l’impératrice. Et concernant la manière de la rencontrer, où et quand, la grande guerrière n’avait plus du tout abordé le sujet, laissant la jeune fille perplexe. En plus d’avoir faim, elle se demandait vraiment si les pirates Kujas voudraient bien d’elle parmi leur rang… Cependant, rien ne pouvait ébranler sa détermination : elle serait prête à harceler la pauvre guerrière jusqu’à qu’elle lui donne ce qu’elle veut.

    « Bon dis-moi, qu’est-ce que tu veux manger ? »

    « Oooooooh ! Tu me laisses choisir ! Si gentille ! Si gentille !
    Elle se jeta sur l’amazone pour lui témoigner de son affection et sa reconnaissance. « Tu es si adorable … Ah tiens, ça me rappelle que je connais toujours pas ton nom. »

    « Aaah, lâche moi un peu ! C’est … »

    « RACAILLES DECIMAS, L’HEURE DE VOTRE JUGEMENT EST VENUE »


    Toute la foule se figea net, en même temps que les deux jeunes femmes. Puis quelques murmures se firent entendre.

    « Ah ? Qu’est-ce qui se passe ? »

    « C’est une erreur ? Pourquoi la Marine nous apporte un tel message ? »

    « Maman, il parle de quoi le monsieur ? »

    « Deci… ma … ? »

    « Chut, tais-toi, c’est important »


    L’étrange voix masculine continua son annonce, sur un ton encore plus menaçant. La foule devint alors de plus en plus agitée pour céder à un grand mouvement de panique. Les commerçants abandonnaient leur étalage, les mères appelaient leurs enfants, les hommes aidaient leurs proches à s’enfuir, … En temps normal, Mio aurait profité de l’occasion pour manger tranquillement sur les étalages libérés, le regard de son amie changea la donne. Un regard sombre et grave. Mio sentait qu’elle ne pouvait pas tranquillement se laisser aller dans l’insouciance et la légèreté comme d’habitude. Ainsi elle entreprit d’agir. Prenant sa forme de griffon, elle pria l’amazone de la suivre.

    « Viens, ne restons pas là, et allons voir ce qu’il en est d’en haut ! »

    Les deux comparses s’élancèrent dans le ciel. Ainsi, sur le dos de Mio, la grande femme avait une très bonne vue de la situation, lui permettant d’estimer les forces ennemies. Elle n’avait cependant pas la possibilité de voir quelles personnalités se trouvaient sur les bateaux de la Marine : pour éviter d’être prises pour cibles, Mio avait pris le soin de les emmener assez haut pour éviter d’être à portée.

    « Mio, tu peux me décrire les personnes aux commandes ? Ceux qui ont l’air de donner des ordres, tu vois ? »

    « Ah… On a un problème je crois… »

    « Hein ? Lequel ? »

    « Un peu plus haut, vers les bateaux, je peux voir un homme chevauchant un oiseau bleu énorme. Et mon instinct me dit qu’il fait peur… »

    « Oh merde … »






    Pendant un instant, un semblant de réflexion traversa le cerveau de la rouquine.

    « Fuir ou participer à la bataille ? Dans tous les cas, c’est pareil. Il faut juste survivre ! »



Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Decima)

PNJ (Decima)
Messages : 119

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeDim 9 Déc - 14:39



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1543341433-commandant-william-scampton-kyoukou-2-marine
Commandant Scampton

Tout tendu qu'il était, conscient de l'importance du rôle qu'il avait aujourd'hui, le jeune officier ne perdait pas de vue la masse de volatiles qui évoluait dans sa direction, ayant appris de son mentor qu'il valait mieux toujours attendre le pire afin de ne jamais être surpris. Ses hommes étaient prêts, il n'en doutait pas le moins du monde, mais l'était-il lui-même ? Ce n'était pas sa première fois sur le terrain mais bien la première fois contre le plus grand ennemi de la Justice, la première fois contre ces pantins dépourvus de toute volonté qui n'en restaient pas moins de terribles adversaires car pourvus de la certitude du bien-fondé de leur cause. Pourrait-il lui-même faire preuve d'autant de détermination lorsque le moment serait venu de prendre les armes ? Il aimait à penser que oui, supposant que ce ne serait guère différent de tous ses précédents combats, mais comment en être certain avant que les hostilités ne commencent vraiment ? Il ne le pouvait pas, c'était bien là le cœur du problème. Fort heureusement ses quelques questions furent balayées lorsque ses yeux se levèrent sur des projectiles descendant vers son navire. Qu’est-ce que cela pouvait être ? Pas besoin de prendre de risques, l'officier leva la main pour appeler les tireurs non loin de lui.

- Ouvrez le feu !  

Un chapelet de projectiles fut extirpé des quelques fusils, venant percuter les bombes, provoquant ainsi une explosion qui viendrait colorer le ciel et rappeler aux habitants de l'île que le message de tout à l'heure n'avait rien d'un simple exercice. Finalement le combat allait peut-être commencer bien plus tôt que prévu.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841344-samuel-wesson-decima
Samuel Wesson

Ne sachant pas si les marines allaient respecter le délai annoncer, ne sachant pas si ses propres compagnons allaient vouloir patienter aussi longtemps, le pistolero arpenta en quatrième vitesse les couloirs de cette battisse avant de plonger dans les ténèbres. Habitué à la pénombre qui régnait dans ce réseau de tunnels qui courrait sous toute l surface de l'île, habitué à se battre dans des environnements bien trop peu éclairés, le tireur se repéra facilement jusqu’à une large pièce remplie de tout un tas de machines dont les câbles continuaient de se déverser dans les coursives un peu plus loin. C'était là que se trouvait le cœur de leur piège, le système permettant d'armer toutes les bombes réparties sous la majorité de l'île.
Alors qu'il s'approchait d'une machine pour commencer à rentrer une complexe série de codes, puisant dans une grande partie de sa concentration pour ne pas se planter car le temps jouait contre lui à présent, l'homme fut alerté par son haki qu'il ne coupait jamais vraiment. Surtout depuis que les mouettes avaient fait leur entrée. Sa main gauche tapotant sur le clavier à un rythme moins important, le pistolero usa de l'autre main pour lever son pistolet dans la direction où il avait senti cette petit voix juste avant. La nature de cette voix important finalement assez peu, il n'était jamais du genre à s’embarrasser de gêneurs et préférait faire le ménage pour que cela fasse propre.

- Personne n'aime les curieux. Dégage ou crève, au choix.

Un seul tir suffirait mais, pour le moment, il préférait autant se concentrer sur l'activation des machines que sur cet indésirable intrus. Cela ne faisait guère de différence, d'ici quelques petites secondes le système serait activé.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841340-kyusuke-sadaemon-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1544319028-rankuro-decima
Kyusuke Sadaemon – Rankuro

Le bretteur courrait depuis un petit moment à travers la ville à vive allure, tentant de retrouver ses quelques compagnons éparpillés à droite et à gauche au cas où ils ne seraient pas déjà au courant de l'arrivée des mouettes. Fort heureusement, conscient que l'arrivée de ce grand volatile dans les airs ne pouvait que correspondre à Sairento – ou du moins le supposait-il – l'épéiste eut la chance de tomber rapidement sur un autre genre de volatile. Rankuro, un maudit préférant pour des raisons personnelles garder sa forme hybride de volatile plutôt que son visage humain, apparut rapidement sur son chemin. Le Sadaemon pointa du doigt le Sairento avant de demander :

- Rankuro-san, peux-tu aller le chercher ? Nous aurons besoin de tout le monde.
- Bien sûr.   

Sautant sur le toit de la petite maison juste derrière-lui, le jeune maudit prit de l'élan et s'élança gracieusement dans les airs. En quelques mouvements d’aile seulement il se trouva au même niveau que le dernier arrivé que plus personne n'attendait, avant de l'accueillir d'un :
- C'est bon de te voir, Sairento. Tu tombes à pic. Suis-moi, je t'emmène voir les autres.

Supposant que les deux volants ne tarderaient pas à arriver à son niveau au vu de leurs vitesses respectives, le samouraï prit des escaliers d'une large maison sur sa droite, grimpant jusqu'au toit où se trouvait une silhouette élancée qu'il n'avait aucun mal à reconnaître.

- Lahmar-sama, vos ordres ?


 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1544319026-lahmar-decima
Lahmar

Alors que les moutons s'agitaient et paniquaient juste en bas, à seulement quelques mètres des fervents partisans du vrai régent de ce monde, un homme restait imperturbablement calme sur le toit de cette maison anonyme, se servant de sa hauteur pour observer tour à tour les deux navires qui se mettaient déjà en position. Qui était-il ? Autrefois il avait été un fier guerrier né sur une île par delà le Nouveau Monde, un homme né pour servir une puissante caste de moines-guerriers, autant guidés par leurs talents martiaux que par leur foi inébranlable. Mais aujourd'hui si ses talents étaient demeurés intacts, son ancienne foi avait été remplacée par une autre bien plus forte et écrasante. Il avait été un protecteur, un père, un mentor mais aujourd'hui il était l'instrument d'une cause bien plus grande que la sienne : une cause qui changerait à jamais la face du monde entier. Comment refuser ? Cela avait été un honneur que de recevoir le titre de fou, que de recevoir l'attention du véritable suzerain de ce monde et aujourd'hui il ferait honneur à ce dernier en écrasant ces quelques mouettes.

Immobile, tournant son dos à son subordonné bien volontaire, son grand et solide bâton  reposant en partie contre son épaule droite, le guerrier de la foi sortit de son mutisme pour briser son silence d'une voix rauque et étonnement calme.

- Laissez-les venir. Laissez-les approcher et mourir.

Il savait que le système avait été enclenché par Samuel, qu'il ne faudrait que quelques minutes pour que tout explose. Il allait rester ici pour repousser les marines s'ils osaient venir, il allait les laisser venir car ces mouettes voudraient vérifier par elles-mêmes que ces Décimas avaient été éradiqués avant de partir. Bientôt, cela ne tarderait plus à présent.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841346-colonel-andrew-wolten-2-marine
Colonel Wolten

Combien de temps ? Combien de secondes ou de minutes s'étaient écoulées depuis le premier avertissement ? Pour être franc il n'avait même pas commencer à compter depuis le départ, parce qu'il était certain que son ultimatum tomberait dans l'oreille d'un sourd. Non il ne leur ferait pas ce plaisir finalement, ils n'avaient pas mérité ce marché que le colonel jugeait équitable. Dans un mouvement rageur il attrapa le den den mushi avant de s'adresser sur un ton sec à son subordonné :

- Commandant ?
- Oui, colonel ?
- Feu. 
- Pardon ?
- FAITES FEU !

Même s'il était surpris par la soudaineté de cette demande le jeune officier n'avait pas le cœur à refuser, car le respecter de la hiérarchie était la base du bon fonctionnement de la marine. Son mentor devait pouvoir compter sur lui dans  un moment aussi critique. L'instant d'après les canons des deux navires se mirent en place, le tonnerre sembla gronder et une pluie de larges boulet alla se déverser sur la ville.

Le décret Décima : la seule justification dont le colonel avait vraiment besoin.




Le compte à rebours est lancé, le chaos se déverse enfin sur l'île. À vous de choisir votre camp.

Voici l'ordre : Sairento Saitsujin, Zeke, Tenshi Taya, Ishtar, Bonnie Sarments, Mio Ronki

Vous avez 72h pour poster chacun. Votre tour commence quand celui de la personne qui vous précède s'achève ou qu'elle a posté. Vous pouvez demander un délai de 24h dans la partie adaptée.
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
Sairento Satsujin
Messages : 258
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue30/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue31/200 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (31/200)
Berrys: 329.476.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeJeu 13 Déc - 3:48


Perdre la Tête !


L'explosion des bombes qu'il avait lâché sur le navire gouvernemental retentit quelques secondes plus tôt que prévu mais l'assassin n'y porta pas la moindre attention. Les quelques mouvements de paniques qu'il pouvait d'ores et déjà percevoir dans la plupart des rues de l'île captaient la totalité de son attention. Son Volia descendait à toute vitesse vers la terre ferme, laissant les cheveux du cavalier couvrant habituellement une partie de son visage en dévoiler subitement la majorité. Ses yeux aux iris luisant d'un rouge carmin ne donnaient ainsi que plus d'intensité au regard qu'il braquait sur les pauvres moutons qui venaient finalement de lui être jeté en pâture. Ses dents s'ouvrirent légèrement, laissant passer un faible interstice au milieu de son sourire duquel surgit une langue habile qui vint se promener sur sa lèvre supérieure avant de rapidement disparaître dans l'obscurité qui l'abritait. Puis soudain une forme sembla venir à sa rencontre, venant briser la descente meurtrière qui venait abreuver les rues de Bayangan du sang de ses habitants. Il parut hésiter un court instant, son épée prête à frapper avant que ses yeux ne distinguent finalement la forme d'un grand oiseau. Certes un aspect humanoïde semblait s'en dégager mais les ailes ornées de plumes ne laissaient aucun doute, quand bien même cela aurait-il été un être mi-homme mi-oiseau il n'en avait que faire. Ses véritables cibles étaient bien plus bas.

L'étrange créature sembla vouloir ralentir en se plaçant sur sa route, son énorme bec s'actionnant sans qu'aucun son ne transperce le cocon de silence de l'assassin, il se fichait totalement des caquettements inutiles de cet animal. Néanmoins son regard capta une autre forme sur l'un des toits de la ville, une personne dont il était assez prêt désormais pour la reconnaître, même sous l'influence du Satsujin. Alors sans prévenir il s'applatit d'un seul coup contre le dos du Volia qui plongea subitement à pic vers le sol, laissant là le drôle d'oiseau sans la moindre réponse. Il tomba de cette manière avec son destrier quelques secondes avant de redresser son vol juste avant de venir heurter les pavés de la rue, l'oiseau remontant sur quelques mètres une rue annexe ou il paraissait à peine pouvoir passer. Finalement la Main Silencieuse se redressa, se tenant à présent debout sur le volatile qui déboulait encore à toute vitesse tandis que les civils déjà affolés s'écartaient de justesse ou se jetaient au sol sur son passage. Levant le bras droit dans les airs il le ramena vers lui, se positionnant comme s'il allait frapper une balle de baseball avec son arme. Puis d'un coup sec il frappa, tranchant au niveau du cou une femme qui avait cru pouvoir échapper à la mort in-extremis en s'écartant à son arrivée, envoyant alors sa tête coupée dans les airs. Aussitôt sa monture s'éleva de nouveau, reprenant rapidement de l'altitude pour dépasser à nouveau les toits. Alors dans un geste d'une fluidité surprenante au vu de sa position peu stable le Satsujin lança sa lame vers le bas avant de sauter du dos de l'animal, retirant alors seulement sa sphère de silence pour laisser les bruits de paniques venir à lui. Il se réceptionna sur le toit en dessous de lui avec une aisance gracieuse et fit quelques pas pour récupérer sa lame dont le pommeau pointait vers le ciel. Son arme traversait désormais la tête de la malheureuse qu'il venait de décapiter, celle-ci suivant le fer lorsqu'il tira dessus. D'un geste il secoua son épée pour en déloger l'encombrant crâne qu'il envoya alors rouler vers les pieds de celui qui restait à observer les événements, telle une offrande morbide.

A quelle heure commence le massacre ?

La simple voix de l'assassin semblait emplie d'un ricanement constant mais surtout d'une aura qui transpirait sa soif de sang toujours plus présente. Il aurait probablement céder à ses pulsions et commencé à tuer en masse les individus qui ne s'étaient pas encore barricadés dans leurs maisons s'il n'avait pas vu ce visage. Lui savait qui était le Fou qui se tenait devant lui bien que le contraire ne soit probablement pas vrai.





Quoi qu'il n'en savait rien, au final ses informations concernant sa position personnelle au sein des Decimas demeuraient très limitées. Il se considérait malgré tout comme encore et toujours le soldat de Konan bien qu'il ne l'ait pas vu depuis des lustres. Il était toujours étonné de voir que la plupart des gradés de l'organisation connaissait son identité là ou l'inverse était assez rare, excepté les plus éminents. A titre personnel il s'était toujours dit qu'à la place de Centes si un pouvoir tel que celui du Sairento existait, capable de rendre le sien totalement inutile, il aurait fait en sorte de ne pas trop l'ébruiter de peur que ses ennemis ne le manipulent contre lui. Après tout compter simplement sur la loyauté d'un assassin tel que lui, ou même tenter de le manipuler mieux que pourraient le faire d'autres paraissait demeurer un appel à la trahison, une porte ouverte vers sa propre décadence. Chassant les pensées du Sairento qui revenaient en force le regard bestial du Satsujin sembla redoubler d'ardeur tandis qu'il se posait sur Lahmar. L'homme avait assez d'aura pour qu'une seule tête suffise à calmer un court instant la transe meurtrière du maudit, mais s'il ne se mettait pas à massacrer très vite il finirait par tenter de massacrer ses propres alliés.




Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
Tenshi Taya
Messages : 1385
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws / Kujas

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue44/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (44/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue434/500 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (434/500)
Berrys: 82.110.500 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 18 Déc - 14:20



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 638287YoumuDDAnnouncementHeader
L'histoire est écrite par les vainqueurs

    Juste avant de me diriger vers la ville, j’écoutai les paroles de la jeune nouvelle recrue qui avait rejoint les rangs des Amazones très récemment, à savoir Ishtar. Elle me rappela qu’elle avait des capacités particulières qui lui permettaient de contrôler en partie la météo aux alentours. Un atout que je pouvais user à bon escient et pour le bien des femmes qui suivaient mes pas. Hochant positivement la tête à ses paroles, je pris la direction de la ville et de l’extérieur. Je ne connaissais pas exactement le plan de Zeke, mais il savait probablement ce qu’il faisait.

    Un grand bruit se fit entendre. Levant les yeux vers les cieux, je constatai qu’une explosion venait de s’y produire. Plusieurs minutes passèrent. Rien de notable ne s’était passé, jusqu’à ce que de nouveaux sons commencent à fuser dans les airs. Nous avions eu le temps de nous rapprocher du port et des navires, une décision qui n’était pas la plus sensée. Les premiers boulets de canon fendaient l’air, en direction de la ville et ses habitations. Ecarquillant les yeux de surprise, je ne portais pas dans mon cœur les membres du Gouvernement, mais je ne les savais pas aussi virulent. Biens des civils s’étaient abrités dans leurs maisons et, j’espérais pour eux qu’ils avaient investis les sous-sols de ces dernières. Les habitations n’allaient pas tarder à se faire faucher. La force dévastatrice de ces boules gargantuesques déferlèrent et explosèrent fenêtres et toitures. Le chaos commençait.

    Jetant un coup d’œil vers Zeke, je ne doutais pas une seconde que ce joyeux bordel le mettait de bonne humeur. Il avait toujours apprécié se mêler à ce genre d’affaires, à en profiter pour envenimer encore plus les choses. Les Décimas devaient servir d’appât pour que la Marine baisse sa garde, s’approche. Mais les cinq minutes étaient déjà passées et, visiblement, aucun Décima n’avait suivi les ordres du Gouvernement, sans grande surprise. Toutefois, les Décimas n’allaient pas tarder à contre-attaquer. Demeurer statique et caché dans une telle situation relevait du suicide. Toute la ville ne tarderait pas à finir à feu et à sang.

    - Restez sur vos gardes, la Marine a commencé à faire feu, les Décimas ne devraient pas tarder à montrer le bout de leur nez. Nous en profiterons pour lancer à notre tour l’offensive contre les forces du Gouvernement une fois qu’ils auront baissé leur garde. Nous devons profiter de l’occasion pour prendre l’avantage sur le Gouvernement et les Décimas. L’objectif est de sortir seuls vainqueurs de cette bataille. Restez unies et gardez à l’esprit nos objectifs.

    Je repris alors la direction du port pour m’en approcher le plus possible. Si des boulets de canon partaient des navires, ils étaient plutôt envoyés vers le fond de la ville que juste devant le port. C’était encore l’endroit où nous serions plus en sécurité, du moment que nous ne nous montrions pas. Ce serait également ici que le plus intéressant allait se produire. Je restais attentive aux mouvements dans les alentours, ne voulant pas que notre petit troupe ne se fasse repérer trop tôt.




Résumé:
 

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 760105TenshiSigna4

Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 659
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue33/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (33/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue136/250 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (136/250)
Berrys: 32.395.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 18 Déc - 16:42




L'Histoire est Écrite par les Vainqueurs

Et lux in tenebris lucet



Le silence planait. Le calme avant la tempête. Une platitude sans constance s’agitait dans le vide, une tension punitive incriminant la horde du monarque factice se dressait comme un pilier reliant l’esprit de la nuée grouillantes d’innocents ne comprenant certainement guère pourquoi la menace se tenait à leur porte prête à fondre vers eux afin d’appliquer un châtiment au nom d’un décret maudit devenu l’édit maudit de l’injustice pour l’instance qui était censé en représentait l’antithèse. Le crépitement incandescent du sang bouillonnant ronronnait au cœur d’une effervescence muette clamant le prix du fluide pourpre et organique. La sentence se ferait autant globale que précise car les vers rongeant la pomme étaient considérés comme le plus grand des dangers. Pauvres civils qui faisaient face à une incompréhension légitime. Ils étaient livrés au destin, leurs existences dépendant de l’affrontement, non seulement de son issue, mais également de sa durée, de ses mouvements. Leur faiblesse s’étendait au domaine de l’espace-temps et leur seul recours était de prier à une victoire aussi foudroyante que la subite apparition de cette situation apocalyptique. La peur saisissait les cœurs. C’était assurément une terreur viscérale qui s’infiltrait dans l’âme par les mots, par la prise de parole cinglante et tonitruante d’un colonel qui pouvait être autant ange justicier que démon exterminateur. La gorge se resserrée, les doigts crochus de l’occulte grande Faucheuse sortant de leur torpeur au cœur des ombres pour infligés à ses cous l’étreinte spectrale de la terreur et le souffle glaciale de la mort.

La croisée des chemins s’étendant, tentaculaire, jusqu’à gagner toutes les strates, son enseignement fatal était l’un des fardeaux que les soldats du front devaient assumer à chaque instant. Cette horreur entraînant la conscience dans l’abîme était en effet le lot quotidien de ceux qui à chaque instant devait brandir leurs armes. C’était là les lois de la guerre que devait accepter l’honnête être qui désirait protéger les siens, le mystère de l’Au-Delà pesant continuellement à sa cheville tandis que le moment présent pouvait s’avérait être la conclusion d’une histoire s’écrivant au passé. Les larmes séchées et dévergondés s’écoulait dans l’abysse pour former le recueil des prières, la pensée étant le vecteur de leurs espoirs rémanents alors que, encerclé par la terre boueuse, l’épée perd petit à petit toute intention pour s’immobiliser dans l’éternité, trouvant en ce champ de bataille un mausolée fait de chair putréfiée par l’écoulement du sablier et de métal rouillé par les liquides faisant battre la vie. La lacrimosa des mains jointes du doux foyer ne serviront qu’à accompagner le dévoué combattant dans l’autre monde alors qu’ils croient toujours en son retour. Ce chaos cyclique, c’est le cyclone du désespoir qui arrache aux familles l’allégresse niaise d’un avenir pour lui offrir la douleur lunatique d’un passé. Les souvenirs sont l’écho. Le portrait est la voix. L’absence est la mort.

Le jeune enfant peut-il croire à la chaleur d’une main assurée qu’il soit en sécurité ? Qu’est ce que ce monde agonisant peut-il offrir à ces nouveaux arrivants qui doivent se confronter à la rudesse d’un monde soumis au plus grand des chaos ? Nul habitant n’est à l’abri en ces mers, nulle jeunesse n’est à l’abri sous ces cieux, nul arc en ciel ne peut subsister en ces existences… C’est pour cela que l’on ne peut laisser le temps faire son office, qu’il faut lutter contre cette prophétie pour qu’un jour chacun puisse croire en son avenir, le poing fermement serré, le regard plein de rêves. C’est pour cela que l’Archange du Typhon était restée chez les Décimas pendant tant d’années : pour ravivez la flamme et empêcher d’autre hommes du souverain de Merveille se permettre de la piétiner. Même si en ces heures sombres elle devait accorder la priorité à un seul et unique groupe qui était l’équipage des amazones, elle n’avait pas renoncé à cet objectif d’assurer à ceux qui n’ont rien demander une tranquillité qu’ils pourront savourer alors qu’ils échappent à une funeste fin. Il fallait que ceci prenne fin. Il fallait que Centes tombe en ce jour à Marineford pour qu’il y ait moins de factions, pour qu’il y ait davantage de stabilité et que hommes, femmes, enfants puisse croire en un futur. Il fallait brandir le flambeau au milieu de cette ère, être en mesure de raviver la lumière au milieu des ténèbres, d’éclairer à la manière d’un phare avant que l’humanité ne succombe dans ce miasme de terreur.




Plane silence. Plane. Envole-toi de tes ailes invisibles. Suis les ordres de cet émissaire de la bataille. Chute, sombre comme tant d’autres avant toi. Le juge est Loi, la foi est meurtrie. Mille éclats de mille périls frémissent le long des doigts incisifs de l’inconnu connu que par sa voix. Rupture. Cassure. Brisure. Fusant à travers le ciel, le feu céleste ravage l’espace sonore. Tonnerre grondant. Explosion fracassante. Les affres de la guerre atteignent la société en son sein le plus sacré. C’est ainsi que chante le clairon d’Arès. Les canons sont les trompettes qui transforme le moindre petit village en autel de Mars. C’est au cœur de cette cacophonie naissante que les Kujas avancent inexorablement, sans entraves, sans chaînes, sans ennemis. L’adversité était toujours autant absente que ce soit pour la Marine ou pour ces femmes de Grandline qui avaient rejoins South Blue pour vivre ce jour précis. Les paroles de l’impératrice se perdait au milieu de ce requiem aussi titanesque qu’inharmonique. Pourtant, la meute de ces fières combattantes étaient parés à combattre, prêtes à faire déferler leur puissance sur les adversaires qui pouvaient se dresser en ces lieux pour s’opposer à leur volonté. Visant à ne pas être repéré de ces envoyés de l’enfer faisant pleuvoir le brasier sur cette contrée qui non content de semer les graines de la discorde se terraient sur leurs bâtiments navals, la fille de Bilca descendu du firmament il y a désormais une décennie amorça sa métamorphose. Du haut de ses trois mètres et aux vues des ailes de grande envergure dont elle était pourvue, l’ancienne révolutionnaire était bien trop visible et menaçait ainsi l’approche des Kujas. Pour remédier à cela, la blonde aux prunelles argentés usa de sa malédiction. Ses iris prirent la couleur de l’ambre dorée tandis que ses pupilles s’allongèrent verticalement pour lui conférer un regard reptilien. Sa langue bifide passa entre ses dents qui se rarifièrent tout en devenant bien plus acérés. De face, sa peau se transformait en écailles ventrales tandis que son dos voyait pousser des plumes vertes aux reflets d’émeraude alors que sa chevelure devenait un plumage jaune fin, souple et long. Ses jambes se rassemblèrent pour former une queue tandis que ses quatre fameux appendices emplumés prirent un peu plus de largeur. Ainsi, l’Archange du Typhon avait revêtu sa forme hybride, elle qui était l’incarnation du Serpent à Plumes, cette créature mythologique de la jungle profonde. De ce fait, elle pouvait sans peine glisser sur le sol à la manière de ces créatures rampantes dont elle était une des représentations ultimes de par sa nature purement légendaire. C’est de cette manière que ce corps long de huit mètres avançait en se tortillant prudemment, afin de ne pas trop s’étaler sur le sol est demeurait le plus serrer possible, tandis que ses sens animaux étaient en alerte, en particulier sa capacité à sentir les vibrations dans le sol. Il était difficile d’en user pour cartographier les présences mouvantes en fonctions de leurs déplacements, néanmoins cela lui permettrait de sentir un assaillant qui se rueraient sur eux.

Le brasier céleste ne cessait pas de s’accroître, grandissant au fur et à mesure que la frénésie gouvernementale renforçait son emprise sur l’île. Plus elle s’approchait du port, plus la De Lérhane sentait sa conscience vibrée sous les impulsions générées par les canons expulsant leurs contenus en faisant hurler la poudre. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus ressentie ce courroux incendiaire, ce véritablement étouffement sonore typique des batailles navales en pleine mer. Cela n’aidait pas à la rassurer quant au sujet des citoyens. Subir la violence véhémente des conflits maritimes en pleine ville était une expérience extrêmement brutale, même s’il y avait encore de la marge avec l’usage de vaisseaux sacrifiés comme les brûlots, mais surtout les navires remplis de poudre qui pouvaient être sources d’explosions gargantuesques. Leur utilité dévastatrice pouvait d’ailleurs se montrer capitale dans la prise de cité portuaire dont il fallait détruire des défenses gênantes, c’est-à-dire qu’ils pouvaient viser les constructions terrestres en plus des cibles navales. Vu la situation, il n’y avait aucun intérêt apparent d’en utiliser et c’était une bonne nouvelle pour tous les innocents prit dans cette tornade incontrôlable dans laquelle ils s’étaient engouffrés bien malgré eux. L’ancienne membre de l’équipage du Centaurus rejoignait l’avis de sa potentielle nouvelle capitaine : les décimas ne pourraient se terrer dans leur cachette bien longtemps. Aux vues de la situation, les risques d’être atteint par ce déploiement de puissance de feu étaient bien trop grand pour que le fait de demeurer en lieu secret ne leur soit profitable… À moins qu’ils n’aient réussit à s’assurer une issue de secours, qu’ils aient une protection suffisante à la manière d’un bunker souterrain ou qu’ils aient une contre-mesure tout aussi annihilante. Cette dernière conjecture était la plus grande crainte de la recrue, non seulement car cela signifiait que la population se verraient pour ainsi dire condamné mais aussi car la troupe amazone pouvait sans le savoir et sans qu’elles soient viser se trouver dans la zone d’application de la stratégie décima ce qui impliquerait qu’il serait très difficile de sauver ses nouvelles camarades grâce à ses capacités de vol. C’est ainsi que, craintive, la De Lérhane concentra ses sensations sur les vibrations pour essayer de sentir s’il y avait des souterrains, s’il y avait du mouvement dans ces entrailles, que ce soit d’origine humaine ou des tremblements d’une machinerie, ou si elle à l'inverse elle ne pouvait rien déterminer de probant. Cela permettrait de déterminer des zones à risques qu’elle indiquerait à l’impératrice. La guerre est sauvage. La guerre est surprenante. Il faut parfois s’attendre au pire pour pouvoir s’en prémunir.

« L'abîme appelle l'abîme. »






©️ By Halloween



Résumé :
 
Revenir en haut Aller en bas
Bonnie Sarments
Tinkerbell
Bonnie Sarments
Messages : 757
Race : Ange.

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue18/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (18/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue5/100 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (5/100)
Berrys: 3.448.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeSam 22 Déc - 17:01



L'histoire est écrite par les vainqueurs
Ft. Sairento, Zeke, Tenshi, Ishtar, Mio & MJ

"South Blue ✦ 1506 ✦ 753 Mots"





La porte claqua doucement derrière elle, un petit nuage de poussière brillante accompagnant son entrée tandis que le battant frôlait l’une des petites ailes irisées de la fée. Les particules luminescentes s’engagèrent dans une danse hypnotique, animées par l’appel d’air provoqué par la fermeture de ce dernier. Bonnie resta immobile quelques instants, ses pupilles absorbées par les arabesques brillantes, saisie d’un étrange sentiment nostalgique cet étrange spectacle lui rappelant les mouvements des nuages de son île natale. « As-tu déjà mangé un nuage ? », les mots de son père adoptif raisonnaient dans sa tête encore et encore. Voilà deux ans que l’homme avait été exécuté, deux ans que Bonnie s’était résolue à retrouver l’instinct de liberté qu’elle avait sacrifié au profit de son désir de vengeance et ses obligations envers l’étendard de la justice. Deux longues années à voguer sur les mers du Monde entier au côté de Salem. Elle avait vu plus qu’elle n’aurait cru pouvoir en voir, vécu tant d’aventures et rencontré tant de gens différents. Mais elle n’avait toujours pas réussi à retrouver cette sensation. La sensation de « Manger un nuage », de vivre pleinement. Certains racontaient que les petits être qu’étaient les fées manquaient de concentration du fait de leur taille, dans le cas de l’ange cette théorie semblait on ne peut plus véridique, même s’il était raisonnable d’affirmer que la nature lunatique de Bonnie n’était pas non plus étrangère à son incapacité à garder son esprit en ordre.

Suivant des yeux les volutes, la jeune femme observa sans vraiment les voire les murs de la bâtisse dans laquelle elle avait suivi l’inconnu. L’inconnu ! Sursautant, si tant est que l’on puisse sursauter lorsque l’on vole, l’ancienne gardienne d’Impel Down se souvint soudainement de la raison de sa venue dans ces lieux. Elle secoua vivement la tête pour reprendre contenance à la suite de quoi, ses deux petites mains vinrent claquer avec force ses joues. Un picotement désagréable parcouru la peau fragile de son visage, devenue rouge du fait du choc, la ramenant efficacement au moment présent. Elle reporta son intention sur l’homme au chapeau, juste à temps avant qu’il ne disparaisse au détour d’un couloir.

Prenant une grande inspiration, soulagée de ne pas l’avoir perdu de vu à cause de son moment d’absence, la Sarments s’élança à sa suite, tentant de camoufler sa présence en volant d’une applique lumineuse l’autre. Étrangement, et ce malgré l’étroitesse des couloirs de l’habitation, l’homme ne sembla pas une fois s’inquiéter du fait d’être suivi. Bonnie pour sa part commençait à s’amuser de ce petit jeu de filature, se sentant grandir l’âme d’un détective privé tandis qu’elle décryptait avec attention la démarche de ce mystérieux inconnu. Bien que l’endroit tienne plus du labyrinthe qu’autre chose aux yeux de la jeune femme - qui aurait été bien incapable de rebrousser chemin et de sortir sans se perdre dans l’un des multiples corridors où elle s’était laissé mener -, il marchait d’un pas assuré, presque automatique. Toutefois elle nota dans son attitude que l’urgence qu’elle avait décelée par avant était toujours bien présente. Encore une fois cela n’était pas si anormal de la part d’un local qui subissait en cet instant même la menace imminente d’une extinction pure et simple des mains du Gouvernement qu’il chérissait. Mais… Quelque chose ne collait pas. Quelque chose chez cet individu l’avait fascinée dès l’instant où l’ancienne marine avait remarqué sa présence. Une curiosité mêlée à une étrange sensation de malaise, comme s’il manquait un maillon à la chaîne. Outre son apparence quelque peu impressionnante, il semblait pourtant n’être qu’un poivrot du coin. Cependant, la fée ne pouvait s’empêcher de le suivre, comme par instinct. Comme s’il avait été inondé par la lumière d’un projecteur au beau milieu de la scène qu’était cette île.
Soudainement, l’obscurité. La fée se stoppa net. Quand avaient-ils rejoint les sous-sols exactement ? Ses sourcils blancs se froncèrent perceptiblement, créant un pli peu flatteur au niveau de son front. Que personne ne verrait cependant au sein de ces ténèbres… Enfin… N’aurait dû voir. Car du fait de son pouvoir et de l’apparence qu’elle revêtait actuellement, Bonnie était telle un phare dans la nuit, tel l’astre lunaire au milieu de l’océan obscur du ciel nocturne, telle… Bref… Il était plutôt difficile de ne pas la voir. Elle sentit soudain son pouls s’accélérer à cette constation, même si on ne pouvait pas vraiment la qualifier de discrète jusque-là, même la fée disposait de suffisamment de bon sens pour savoir que seul un aveugle pourrait la manquer dans de pareilles conditions. Pourtant, cela ne sembla pas inquiéter l’homme qui continua à tracer son petit bout de chemin, arpentant les tunnels ténébreux comme il avait parcouru les couloirs baignés de lumières : avec assurance et détermination.

La jeune femme le suivi ainsi jusqu’à une étrange pièce, au centre de laquelle trônait une machine qu’elle n’aurait su identifier. La technologie n’était clairement pas sa spécialité. Plus perdue qu’autre chose face à cette situation improbable, elle jeta un regard circulaire à l’endroit. Ils avaient marché pendant ce qui, pour Bonnie qui n’avait pas vraiment été forgée dans la patience, une éternité interminable, rien que ça. Si la jeune femme n’avait pas été de ceux qui trouvent de l’amusement dans toutes circonstances, nul doute qu’elle serait morte d’ennui. C’était bien beau de filer un parfait inconnu au sein de tunnels tout ce qu’il y a de plus suspects, creusés sous une île en pleine attaque gouvernementale était, mais pourquoi fallait-il que ce soit si… long ?

Personne n'aime les curieux. Dégage ou crève, au choix. S’éleva une voix qu’elle ne connaissait pas… Reportant son attention sur l’homme, l’ange manqua de s’étouffer en constatant qu’il la braquait de son arme tout en pianotant quelque chose sur l’appareil. Ok, il n’était clairement pas un habitant lambda. Elle ne savait pas ce qu’il se passait ici, mais… Elle avait vraiment vraiment vraiiiiment très envie de le savoir. Ses yeux irisés se remplissant d’un éclat curieux à cette pensée.

Elle s’apprêtait à répondre lorsqu’une faible détonation lui parvint aux oreilles, le bruit étouffé par la terre qui les séparait de la surface ne permettait pas de deviner clairement de quoi il s’agissait, cela ressemblait quelque peu au son d’un orage, mais la jeune femme avait un très mauvais pressentiment. Marines idiots, dites moi que vous n’avait rien fait de stupide par pitié… Murmura-t-elle dans sa barbe.

La curiosité est un vilain défaut, mais sans elle, nous serions passés à côté de bien des choses. J’aime bien la curiosité moi ! Elle pinça son menton entre son pouce et son index, emprise à une profonde réflexion. Est-ce que ça veut dire que ce que vous avez donc faux ? Ou que nos vérités sont différentes ? Secouant à nouveau la tête, de la poussière s’envolant autour d’elle à ce geste elle reprit : Quoi qu’il en soit, disons que je suis votre marraine la bonne fée ! Tout le monde veut une marraine la bonne fée. On ne tire pas sur sa marraine la bonne fée pas vraie ? Enfin… C’est vrai qu’elles font de la discrimination contre les citrouilles… Mais, si Cendrillon n’avait pas eu son carrosse elle ne serait pas devenue reine… Donc… Ce que je veux dire, c’est : voulez-vous être ma Cendrillon ? Ne s’inquiétant pas vraiment de l’absurde de sa demande, Bonnie se contenta de hausser les épaules et de jeter un regard enflammé à son interlocuteur. S’il disait oui, elle promettait de faire lui la plus belle des Cendrillons !

Pour faire simple : Bonnie est clairement en manque de rebondissement dans sa vie et un peu suicidaire du coup elle suit Samuel, plutôt que de paniquer en voyant la machine dont elle ne comprend pas le fonctionnement, elle est de plus en plus intriguée par cet inconnu et lui propose son aide. À sa façon.
Clochette : Lorsqu'elle active cette forme, deux paires d'ailes semblables à celles d'une libellule remplacent les petites ailes d'ange de Bonnie, ses oreilles s'allongent, adoptant une apparence plus elfique, et ses cheveux poussent sensiblement. Sa peau ainsi que ses vêtements blanchissent et se recouvrent d'une fine pellicule de Poussière de Fée qui, en raison de ses propriétés luminescentes, entoure la fée d'un léger halo lumineux. Par ailleurs, chacun de ses mouvements est généralement suivi par une traînée de poudre brillante. Ne mesurant pas plus d'une vingtaine de centimètres, certains racontent, à tort, qu'elle serait si petite qu'elle ne pourrait ressentir qu'une émotion à la fois.
Peu discrète et peu pratique en combat frontal, cette apparence offre néanmoins à Bonnie la possibilité de générer de la poussière de fée en quantité suffisante pour créer toute sorte d'illusions. De plus, la vitesse ainsi que la force de la jeune femme sont grandement améliorées rejoignant celle d'un Tonttata.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mio R. Konki
Pirate
Mio R. Konki
Messages : 101
Race : Humaine
Équipage : /

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue22/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (22/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue32/120 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (32/120)
Berrys: 2.322.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeDim 23 Déc - 20:20


    EVENT : L'HISTOIRE EST ECRITE PAR LES VAINQUEURS






    South Blue

    1506


    Rp avec
    Sairento SatsujinZeke Laundren
    ♣️ Trafiquant - Tueur
    ♣️ Blouse - Paresse - Chaos
    Bonnie SarmentsTaya Tenshi
    ♣️ Beauté - Ange
    ♣️ Impératrice - Puissante
    Ishtar De Lérhane
    ♣️  Guerrière Elegante
     
    ♣️  ++


    « Quel est mon rôle ici ? »




    Ignorance et indifférence

    Ne pas savoir et ne pas ressentir, ne pas voir et être inattentif.

    Deux cartes différentes qui s’entremêlaient dans cet étrange sentiment. C’était une sorte de désespoir certain, pourtant de bon augure. Malgré tout, cette tristesse infinie qui se déversait en elle l’engouffrait dans un espace sans lumières, ni sons où chacun de ses gestes semblaient lents et inutiles. Tout autour elle, l’environnement semblait irréel. Elle ne sentait rien, ou juste sa piètre présence dans la froideur de cet univers. Puis, inlassablement, elle se sentait aspiré vers le fond. Tout son être se déformait, convergeant vers un point d’insignifiance. L’oubli l’enlaçait, tendrement apathique.

    JE SUIS DANS LE DESESPOIR !!!!


    « COMMENT ILS PEUVENT NOUS IGNORER COMME CA ?!! HEIN MIO ?! COMMENT ?! » Cria l’amazone en pointant du doigt dans la direction où se trouvait le dernier homme-volatile, blessée dans sa fierté.

    « Heeeeeu … »

    « ET LES MARINES LÀ-BAS ?! ILS SONT PAS CAPABLES DE VOIR DES GENS DANS LE CIEL ?! Elle mit ses mains devant sa bouche, comme pour simuler un haut parleur. BANDE DE MOUETTES BIGLEUSES !!! VOTRE EXPLOSION VAUT RIEN ! »

    « Maaaais euuuuuuuuuh… !!! Ne bouge pas comme ça ! »

    « NON MIO. Je veux du combat … Du combaaaaaaaaaaaaat… ET JE DETESTE ETRE IGNOREE PAR MES ADVERSAIRES !! » Une terrible aura de frustration émanait de la jeune femme, mêlée à des envies de frapper quelqu’un de la plus belle des manières qu’il soit. Il semblerait qu’elle ait, en effet, perdue tous ses moyens. L’affront était de taille, bien qu’elle n’eût aucun moyen de savoir s’il s’agissait là d’ignorance ou d’indifférence.

    « D’un côté, c’est une bonne chose non ? Il avait l’air très fort de loin … »

    « DEPUIS QUAND TU ES AUSSI LACHE ??! Tu ne deviendras pas une bonne guerrière comme ça Mio ! Je suis déçue !!! »

    Mais Mio avait raison. C’était plus une bonne chose, que, malgré leur position assez voyante, elles ne soient pas du tout prises pour cibles. D’après les informations de la rouquine, il se tramait quelque chose avec cet homme. Alors qu’il semblait prendre pour cible les Marines, un homme volant serait soudainement venu à sa rencontre… Un message, sans doute, de rassemblement, car l’étrange homme sur sa bête n’attendit pas une seconde pour s’élancer dans la ville, pour rejoindre un autre groupe. Grâce à sa vue, Mio était capable d’observer toute la situation.



    « Cet homme me fait un peu peur … Je crois qu’il a fait du mal à une femme… Je ne vois pas très bien d’ici… Et… AAH … AAAAAAAAAH… »

    Le corps de Mio trembla. Ses instincts de bête ne pouvaient pas la tromper. L’amazone en ressentit tout le frisson, au contact de sa peau. Mais elle ne pouvait pas comprendre la réelle peur qui submergeait la rouquine. Jamais elle ne vit de personnes aussi effrayantes, malgré les puissants adversaires qu’elle avait pu rencontrer. Malgré son courage et son audace, elle se sentait tel un lion chétif face à un puissant démon bien charpenté. La seule chose qu’elle désirait à présent était de fuir loin de cet endroit : il allait se passer de terribles évènements.

    Au même moment, la Marine commença à faire feu.



      * Qui je suis ? Qui sont ces gens ? Pourquoi je ne suis pas là-bas, auprès de ma famille, où tout est si en paix et si tranquille ? Pourquoi je suis partie ? Je suis impuissante ici, et ces gens ne veulent que la destruction. Est-ce que cet homme en valait la peine ? Lui-même a péri dans sa propre destruction. Quel est mon rôle ici ? *



    Et tandis que la jeune fille se plongeait à son tour dans un autre désespoir, l’amazone réfléchissait à la situation. Malgré son sang bouillonnant, elle n’était pas stupide au point de se suicider dans un combat sans espoir de victoire. Et même sa puissance le lui permettait, Mio en aurait été incapable. D’un côté, la guerrière ressentait fortement l’envie de rejoindre son impératrice, ne serait-ce que pour l’informer des ennemis qui les attendent et de leur nombre, mais, aux yeux de Mio, elle demeurait introuvable. D’autant plus qu’elle ignorait l’objectif et la véritable raison de la venue de cette dernière ici. Au début, La jeune femme pensait à une envie de repos, de prendre du bon temps de la part de sa souveraine. Mais maintenant, à la vue des évènements qui frappaient l’île, elle se sentait naïve. Autre fait de sa naïveté : avec sa seule tenue, elle pourrait vertir de la présence de l’impératrice sur cette île. Une catastrophe. Cependant, elle avait un plan.

    « Bon du nerf, Mio. Tu vois l’homme volant là-bas ? Il fait peur ? »

    « Non… ça va… Je crois… »

    « Alors tu vas le voir. Et tu vas t’en faire un ami, parce que vous êtes pareils, tu vois ? C’est important de bien s’entendre entre volatiles de la même espèce »

    « Oh oui oui. Je m’entends bien avec les mouettes ! »

    « Alors fonce vers lui ! Dépêche-toi, avant qu’il rejoigne ses camarades. (Mais ne dis pas que tu t’entends bien avec les mouettes…). Avant ça, tu vas me déposer quelque part dans la ville. S’il le faut, tu rejoins le groupe des hommes qui font peur. Moi je vais aller prévenir l’impératrice.

    « KUAAAAAAAAAAAAAAAAA ! Mais je veux pas !! »

    « Ne croasse pas ! On n’a pas le temps pour ça. Si tu fais ce que je te dis, tu pourras venir dans notre équipage, c’est sûr ! »

    « D’accord … »

    Tandis qu’elle courrait dans les rues, l’amazone ne pouvait pas s’empêcher d’esquisser un petit sourire. Cette petite rouquine était facile à manipuler finalement. Le plan qu’elle avait en tête était risqué, mais l’amazone avait la conviction que, grâce à la nature de cette enfant, cela pouvait fonctionner. Peut-être.

    Mio avait peur, il n’y avait pas de doutes là-dessus. Son cœur battait la chamade, ses plumes s’hérissaient. Elle se sentait presque amoureuse.  Cela aurait été en effet plus beau. Mais c’était davantage la peur de mourir qu’elle ressentait. Cependant, le griffon ne flancherait pas. Devant ce nouveau rôle qui lui avait été attribuée, devant cette nouvelle page qui se remplissait, devant cette scène magistrale, elle avait retrouvé l’espoir.



    Les jeux étaient faits !
    Ainsi avait commencé les birder games !

    Tel un fébrile tuit tuit – mais rapide – Mio reprit sa forme hybride et s’élança en direction du Geai des chaines, un homme oiseau, enchainé à la fois à sa condition d’homme se battant pour une cause, et d’oiseau qui aspire à la liberté … d’être un oiseau. Et même si le terrifiant et sombre Casoar, le plus gros oiseau du groupe, guettait de son œil rouge les environs, le petit tuit tuit ne s’empêcha pas de chanter ses belles paroles :

    « Salut ! Mio afficha un large sourire innocent. Je … Je n’étais pas sûre de venir pour te saluer ! Mais moi aussi, je fais partie de la même fratrie que toi ! J’avais juste un peu peur de … Tu vois, celui sur le toit… Et de l’autre qui était avec toi avant aussi ! Un vrai rapace ! Elle lui tendit la main. Soyons camarades ! »

    Le tuit tuit orangé n’était pas sûr de ces agissements, mais il était conscient de la situation et de ce qui l’entourait. Le casoar à part, les deux autres zoziaux restants étaient impressionnants. L’un était un épéiste noir, tel un sankouchou, l’oiseau des trois lumières. Venant sans nul doute d’une fratrie loyale et honorable, on pouvait distinguer sa longue queue noire tranchante. L’autre, aperçu plutôt dans le ciel, était un majestueux gypaète barbu aux yeux rouges, dont les ailes noires semblaient pouvoir engloutir toute formes de vie, et dont le bec crochu pouvait pourfendre n’importe quelle âme.

    Un groupe vorace, le petit tuit tuit y trouvera-t-il sa place, ou servira-t-il de pitance ?


    Spoiler:
     


    C’était peut-être méchant finalement.

    A vrai dire, cette jeune femme n’avait jamais été très fabuleuse en ce qui concernait la conception de plan. Bien que stratège quand il le fallait, un bon coup de poing, c’était toujours le mieux ! Alors oui, ce n’était peut-être pas très rusé d’utiliser Mio comme un appât pour pouvoir s’éclipser et rejoindre son camp en toute tranquillité. Pourtant voilà, l’envie de rejoindre ses compères était plus forte. Si la rouquine valait tant que ça le coup, elle le saurait bien assez tôt. Alors qu’elle se rapprochait du port, elle aperçue un groupe, au loin. Celui qu’elle cherchait ? Elle espérait bien délivrer toutes les informations obtenues dans les airs sur les effectifs de la Marine et sur celui qui était sans nul doute visés par ces derniers : les Decima.

    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Decima)

PNJ (Decima)
Messages : 119

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeMar 25 Déc - 0:51



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841344-samuel-wesson-decima
Samuel Wesson

Samuel n'avait cherché à cacher qu'il avait été un cruel homme par le passé, une pourriture de la pire espèce qui prêtait ses flingues aux bourses les plus remplies pour exécuter les plus basses besognes, pour se salir les mains afin que celles de quelques arrogants friqués puissent garder les leurs propres comme un sous neuf et, pour être franc, il avait apprécié cette vie simple et brutale. Pas de question de morale à sa poser, pas d'état d'âme à avoir : s'il était payé pour flinguer un abruti, il lui logeait une balle entre les deux yeux avant que le concerné n'ait eu le temps de comprendre ce qu'il se passe. Quoi de plus direct, sans prise de tête ? On aurait pu penser que cette vie n'aurait pas beaucoup changé avec sa rencontre avec le vrai suzerain de ce monde, ce qui était seulement en partie vraie, mais désormais le pistolero avait à réfléchir un minimum. Pourquoi ? Parce qu'il devait éliminer toute personne pouvant être une menace pour l'accomplissement de sa tête ou pour sa faction, certes, mais avant d'éliminer ladite cible il fallait savoir si elle était considérée comme une vraie menace ou non.
Voyez-vous cette jeune femme qui était entrée dans le champ de perception du tireur, par exemple ? Elle ne payait pas de mine et semblait être plus perdue qu'autre chose, guidée par une curiosité mal placée, mais c'était le rôle du Wesson que de déterminer si la flinguer ici et maintenant servirait mieux ses intérêts que de la laisser tranquille. Certes ce n'était pas pour le temps que cela lui coûterait de tirer une seule fois, car à cette distance il ne pouvait guère rater sa cible, mais il avait bien d'autres chats à fouetter en ce moment. Les bombes avaient été armées et resteraient silencieuses jusqu'au tout dernier moment, jusque durant la dernière minute précédant la détonation, mais Wesson avait lui aussi entendu la faible détonation au-dessus de lui et savait que cela ne présageait rien de bon.

Bien entendu il n'eut pas vraiment le temps de se concentrer sur les évènements au-dessus de sa tête car la demoiselle, en plus d'être curieuse, était incroyablement bavarde. Non mais sans rire, y avait-il un bouton d'arrêt quelque part sur elle ? Parce que ce n'était pas qu'il avait besoin de toute sa concentration, mais un peu quand même.

- Tu parles beaucoup. J'en ai flingué pour moins que ça, tu sais ?

Il avait flingué son propre père quand il avait l'âge de tenir un flingue sans se démonter le poignet avec le recul, alors vous vous doutez bien que flingué une espèce de fée ne lui poserait aucun cas de conscience si elle devenait trop gênante. Mais alors que le tireur pensait avoir eu sa dose de surprises pour la journée, pensant enfin pouvoir se reconcentrer sur sa mission, il fut ébranlé par la plus absurde proposition qu'on lui ait fait de toute sa vie. Le transformer en cendrillon ? Sérieusement ?  Avait-il la gueule à porter robe et talons aiguilles ? Non, pas de réponse nécessaire ici. Outre le mauvais timing, la demande elle-même était suffisamment absurde pour nécessité l'intervention du concerné.

- T'es au courant de ce qu'il se passe au-dessus ? T'es mignonne mais je n'ai pas le temps de jouer.  Alors je vais remonter m'occuper des gentils marines qui assiègent l'île, tu vas être une bonne fée et me suivre gentiment comme ça je n'aurai pas à te transformer en passoire. Okay ?  

Il n'y avait pas grand chose qui pourrait arrêter le compte à rebours à présent, de toute façon. Agitant son pistolet toujours braqué vers la sortie, pour signifier à la demoiselle d'ouvrir la marche, Samuel ne tarderait pas à regagner la surface afin de rejoindre ses alliés qui, de toute évidence, allaient avoir bientôt besoin de son adresse au tir. De ses réflexes surhumains.

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1544319028-rankuro-decima
Rankuro

L'enfer se déchaînait à présent sur cette île sans grande importance, les boulets éventraient bon nombre d'habitations et la panique avait remplacé l'inquiétude dans le cœur de tous les citoyens de ce coin paumé. Mais au milieu de ce chaos, Rankuro avait choisi la voie des airs et, bien qu'il fut vexé d'être ignoré de la sorte par l'assassin, il fit le choix de rester dans les airs afin d'avoir une meilleure vue sur le chaos qui régnait juste en-dessous. Les marines avaient commencé à faire feu mais ses alliés n'avaient pas encore été touchés, par contre il ne pouvait s'empêcher de se demander si ces soit-disant défenseurs de la Justice allaient oser quitter la sécurité de leurs navires ou non.
Il n'eut pas vraiment le temps de se poser davantage de questions car, déjà, une inconnue s'approchait de lui sans vraiment s'annoncer. Qui ? Pourquoi ?  Si son apparence n'en disait pas suffisamment long, le ton de sa voix laissait supposer qu'elle était jeune, trop jeune pour avoir le malheur de se trouver au milieu d'un champ de bataille en devenir.

-  Mais que... ?  

Il était trop gentil et c'était cela son plus gros problème,  car malgré ses ordres il ne pouvait considérer cette inconnue comme une réelle menace car elle était simplement trop curieuse pour son propre bien. Ne voyait-elle pas ?   N'entendait-elle pas le bruit des canons juste au-dessous d'elle ? Non, ce n'était pas possible d'être aussi aveugle ou sourde. Battant toujours des ailes pour maintenir sa position dans les cieux, braquant ses prunelles jaunâtres sur la demoiselle en espérant s'en débarrasser rapidement, le jeune zoan coupa court à la conversation en  la tranchant d'un :
-  Que fais-tu ici, jeune fille ? Ne vois-tu pas que c'est dangereux ? Rentre chez toi !  

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1544319026-lahmar-decima L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 1540841340-kyusuke-sadaemon-decima
Lahmar – Kyusuke Sadaemon

Le monde était en feu tout autour de lui mais le moine-guerrier ne bronchait pas, il ne bougea pas même d'un centimètre lorsque l''assassin se présenta non loin de lui, ne lui offrait pas  le moindre regard pour le moment car son attention était appelée ailleurs. Oh oui le Satsujin appréciait la violence et aujourd'hui il serait servi. Il voulait savoir quand le massacre pourrait enfin commencer ? La réponse fut sèche et sans appel.

- Maintenant. J'ai une invitée dont je dois m'occuper, tu as ton rôle à jouer.

Enfin le moine-guerrier pivota pour braquer ses yeux sur le nouveau venu, plantant son regard de braiser sur lui comme s'il essayait de le jauger, avant de décrire le rôle qu'allait jouer l'assassin le plus simplement du monde.

- Ramène moi la tête du l'officier en charge de l’opération. Kysuuke, avec moi.  

Empoignant son large et solide bâton d'une poigne ferme, laissant l'assassin allait remplir sa part du travail pour aujourd'hui, Lahmar croisa le regard de l'épéiste et tous deux bondirent du toi pour se diriger vers le port de la ville, vers le dernier lieu où ses agents avaient repéré une invité de marque qui allait être sans doute plus qu'une simple épine dans leur pied. Bondissant de toit en toit en esquivant de justesse les explosions, laissant Kyusuke trancher  un boulet en deux occasions pour éviter un impact direct et douloureux, les deux agents forcèrent sur leurs jambes pour avaler les distances à une vitesse impressionnante. Puis enfin, au détour d'une rue, Lahmar capta plusieurs présences et ses yeux de braisèrent confirmèrent le reste.

Retombant avec une légèreté impressionnante sur le toit d'une chaumière juste à la gauche de cette illustre épéiste, l'homme au bâton laissa son lourd instrument retomber sur le toit, fracassant quelques tuiles au passage pour capter l'attention de son invitée de marque. Sentant Kyusuke juste derrière lui, la main fermement posée sur son fidèle sabre, aussi concentré et silencieux qu'il pouvait l'être dans pareil moment, ce fut avec une voix toujours aussi rauque et calme que Lahmar donna la ton de cette rencontre fortuite.

- Impératrice. Votre chemin s'arrête ici.  

Il n'y aurait pas de pour-parler, pas de négociation : juste la guerre sous sa forme la plus pure.





Voici l'ordre : Sairento Saitsujin, Zeke, Tenshi Taya, Ishtar, Bonnie Sarments, Mio Ronki

Lahmar est lvl 45
Kyusuke est lvl 30 +

Les niveaux des autres arriveront au fur et à mesure.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
Sairento Satsujin
Messages : 258
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue30/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue31/200 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (31/200)
Berrys: 329.476.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeDim 30 Déc - 0:14


Chasse à la Tête !

Le regard de l'assassin se perdit dans l'horizon que contemplait Lahmar sans bouger. Là où la quiétude règnait encore quelques secondes auparavant les bruits d'explosions, d'incendies et de cris de terreur mêlés prenaient désormais place. Le bruit était assourdissant et le Silencieux mourrait d'envie d'y mettre fin, juste pour lui ou même pour tout le bloc de bâtiments qui l'entourait. Néanmoins il demeurait ici forcé d'attendre la réponse du Decima devant lui tandis que le capharnaüm ambiant l'irritait au possible. Heureusement le Fou paraissait en cet instant encore moins patient que lui-même et lui adressa sa mission du jour en quelques mots avant de sauter dans la bataille avec son accolyte, laissant le Satsujin seul sur le toit. Aussitôt le silence se fit autour du maudit dont la totalité du corps sembla se détendre enfin tandis qu'une joie certaine se peignait sur son visage. Tranquillement il avança de quelques pas, sans se presser, jusqu'à parvenir à celle occupée quelques secondes plus tôt par le moine-guerrier. Il demeura là quelques secondes, immobile, à observer le chaos qui se déversait à ses pieds avant de finalement pencher la tête à gauche puis à droite, faisant craquer son cou. D'un geste mécanique qui trahissait son habitude à l'utiliser il sortit son fusil à longue distance qu'il prépara rapidement tandis que son regard demeurait fixé sur la mer. Lahmar était parti sur la droite, là où l'un des deux navires avait accosté, il doutait donc que qui que ce soit puisse y avoir le moindre impact. Reculant alors légèrement son épaule droite il y appuya son arme, pointant celle-ci sur le navire à sa gauche il observa quelques instants à travers sa lunette tandis que les boules de plomb continuaient à se déverser sur la ville. Il sentit le bâtiment sur lequel il se trouvait trembler jusque dans ses fondations lorsqu'un boulet le frappa mais il ne bougea pas d'un pouce. Puis sans crier gare il stoppa sa respiration, demeurant parfaitement immobile un court instant, juste assez pour s'assurer que la tête du blondinet qui semblait commander ce navire se trouve bien dans sa ligne de mire. Alors d'une pression courte et forte il laissa partir le plomb à son tour dans un silence absolu. Ni détonation, ni sifflement ne parviendraient aux riverains s'ils étaient encore vivant, un observateur aurait alors tout juste vu le fusil se redresser vers le haut avant de redescendre en guise de coup de recul. Mais son cône de silence allait couvrir cette balle pendant cent-quarante cinq mètres, cela ne suffirait peut-être pas à la rendre silencieuse jusqu'à son destinataire, mais lorsque l'homme l'entendrait il serait déjà trop tard.

Sans plus attendre l'assassin rangea son fusil et sauta à son tour dans la tourmente, prêt à se diriger vers le navire qu'il venait de viser. Dégainant ses Saïs il se mit à courir vers son objectif, il avait des têtes à ramener. Tout en avançant il jeta un rapide coup d'oeil au massacre qui avait commencé et aux rares formes qu'il pouvait encore voir bouger dans cet enfer. Dans un sens il était presque contrarié par ce résultat, il aurait du être celui qui les mettait dans un tel état, on lui volait la vedette ! Mais son sourire sembla soudainement reprendre de l'ampleur tandis que ses yeux fixaient les uniformes qu'il pouvait apercevoir à travers les explosions diverses sur le navire quasiment à quai. Ils n'allaient pas tarder à avoir peur de lui !




Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
Zeke Lundren
Messages : 1659
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue38/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue50/350 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (50/350)
Berrys: 9.294.660.333 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeJeu 3 Jan - 14:00

Seek &

Destroy


Posé confortablement sur le siège de sa moto fraîchement sortie de sa poche, l'ingénieur restait là, immobile. La tête posé sur le guidon de sa bécane il restait figé, comme s'il attendait quelques chose au milieu de la panique se calmant peu à peu. Les portes claquant et les hurlements furent vite place à un silence presque total, destiné à ne durer qu'un instant. Le calme avant la tempête. Il ne restait plus qu'à localiser ces premières gouttes de pluie en somme. Restant là, avachi, le Lundren ne bougea pas un long moment, du moins pas avant d'avoir entendu un son spécifique. Ce n'est qu'une fois que le bruit retentissant de la première explosion lui parvint aux oreilles qu'il se redressa finalement. L'habitude qu'il avait d'entendre des détonations lui avait immédiatement permis de dresser un bref portrait de ce qu'il venait d'entendre. Deux bombes a un peu plus d'une centaine de mètres... Probablement au-dessus du bateau marine à en juger la direction et la distance. Une piste immédiatement intéressante pour un homme qui cherchait des décimas. Ce qui suivit en revanche ne fut pas aussi pertinent. En effet, la volé de boulets qui s’abattit sur la ville enterra immédiatement toute chance de repérer un quelconque autre son qui lui soit utile.

Le problème dans cette situation était qu'il aurait évidemment du mal à identifier un décima simplement en le voyant. Sa seule piste était le profil type d'un individu armé et combattant les marines, rien qui ne puisse pas laisser place à l'erreur en somme. Cherchant plus d'indices, il resta là quelques secondes à ne pas bouger au milieu du déluge d'explosions. Plusieurs éclats de bois manquèrent presque de lui passer en travers de la tête, mais l'ingénieur était trop concentré pour s'en apercevoir. Il était concentré sur les voix. Autour de lui, les cris et les sentiments d'horreur se multipliaient à chaque impact de boulet, mais au travers ce brouhaha il cherchait quelque chose de spécifique. Une irrégularité pour être plus précis. Une voix n'étant pas à sa place. Cette voix, ou plutôt « ces » voix, il les trouva bien assez tôt. Apparaissant presque comme par magie sur un toit non-loin de sa position, les deux individus ne se cachèrent même pas. Bien au contraire, ils s'annoncèrent ouvertement en s'adressant à sa partenaire... Enfin c'est ce qu'il cru comprendre au milieu du déluge d'explosion. Qu'importe. Ces types ne semblaient pas être des marines, ce qui signifiait qu'ils avaient probablement déjà pu retracer deux de leurs cibles. Parfait. Plus qu'à trouver le reste de la bande et le reste ne serait que formalités.

-Bon bah il semble être intéressé par vous, alors si vous n'y voyez pas d'inconvénient je vais-

Figeant un bref instant en voyant l'étrange reptile géant se trouvant maintenant aux côtés de sa partenaire, il compris que ce machin se trouvais derrière lui depuis quelques dizaines de secondes déjà. Enfin au vu de l'amazone manquant à l'appel et du manque de réaction de l'impératrice, il se dit que ça devait être normal... Bien qu'absolument étrange.

-Heu... Ouais, bon on rediscutera de... « ça » plus tard ok ? Je vais aller faire un tour moi. Quand vous aurez fini de leur botter le cul retrouvez moi au port si vous le voulez bien.

Pour le coup, il avait présumé que les deux énergumènes ne tenteraient pas de l'arrêter. Après tout, aucun d'entre eux n'avait semblé spécialement intéressé par sa pomme et son départ ne pouvait que les avantager. C'est motivé par ce raisonnement qu'il fit vrombir le moteur de sa moto pour mieux filer dans la rue sous le nez des deux présumés décimas. Fonçant d'abord en ligne droite en direction du port, il fit presque aussitôt un crochet sur sa gauche pour passer entre deux maisons suffisamment éloignées des deux inconnus. Ce n'est qu'une fois cette manœuvre faite qu'il poussa le bouton rouge situé près de son index, acte qui eu pour effet d'activer les jet-dials situés à l'arrière du châssis de son véhicule. Si de base il allait normalement à la vitesse d'un bon cheval, cette propulsion supplémentaire multiplia cette dernière par deux, voir trois. Bien vite, il aurait disparu dans le village explosant de partout et pourrait dénicher le responsable de cette explosion initiale... En supposant bien sûr qu'il soit encore là-dehors.




_________________
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 8998923AF3427DC4EE76B15A042942E2104A665294B27F67C46F55E8pimgpshfullsizedistr
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
Tenshi Taya
Messages : 1385
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws / Kujas

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue44/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (44/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue434/500 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (434/500)
Berrys: 82.110.500 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeSam 5 Jan - 23:25



 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 638287YoumuDDAnnouncementHeader
L'histoire est écrite par les vainqueurs

    L’emplacement me semblait idéal et, je n’avais qu’un espoir, que les Décimas ne prêtent pas attention à cet amas de personne. J’avais bien conscience que nos voix ne passeraient pas inaperçues pour les individus maîtrisant le Haki de l’Observation, toutefois, j’avais en tête qu’ils ne nous prendraient que pour de pauvres villageois égarés et se réfugiant dans une maison des environs. Toutefois, j’étais peut-être quelque peu trop candide.

    En effet, un homme, totalement inconnu, venait tout juste de bondir sur un toit à proximité. Il n’avait pas l’air d’accueillir notre présence avec beaucoup de chaleur, bien au contraire. Il montrait beaucoup d’hostilité et je lui adressais un léger sourire, comme pour essayer de paraître sympathique, voire légèrement perdue. Feindre l’ignorance, cela pouvait peut-être marcher. Toutefois, j’avais oublié un détail de taille. Mon visage n’était plus étranger. Désormais, la plupart des gens le reconnaissaient, ils savaient qui j’étais. Et moi, dans tout ceci, je ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam, tous ces gens qui voulaient ma peau et qui me poursuivaient pour une raison incompréhensible. Pour la justice, pour leur chef, pour les ordres. Pour autre chose.

    Cet homme, armé d’un bâton, fit un grand fracas en atterrissant. Son comparse n’était pas loin derrière. Il ne prononça qu’une seule phrase qui semblait sans équivoque. Il voulait probablement mettre fin à mes jours au plus vite. Qu’avais-je bien pu lui faire ? Je ne comprenais pas vraiment. Il était temps d’essayer de faire parler mes talents de diplomate… et d’actrice peut-être. Mon sourire quitta immédiatement mon visage et ma main se posa prestement sur l’un de mes sabres, sans pour autant le dégainer. J’adoptais une position offensive sans pour autant lancer l’attaque.

    À mes côtés, Zeke avait lui aussi, semble-t-il, préparé son petit spectacle. Visiblement, il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre. Alors que s’en prendre aux Décimas était son idée, il était en train de partir, tout simplement. De prendre la fuite le plus tranquillement du monde, faisant comme si tout ceci ne le concernait pas. Je ne cherchais pas à le retenir, il devait savoir ce qu’ils faisaient et ces deux hommes ne m’effrayaient pas vraiment. Il pouvait bien partir, si je devais me coltiner ces deux ennemis inconnus, je le ferais, sans pour autant réellement m’en réjouir.

    Dans ce paysage de chaos, mon allié venait tout simplement de partir et, si l’un de ces hommes tentait de suivre ces pas, je serais la première à tenter d’arrêter ce geste. Si Zeke souhaitait partir, il avait ses raisons et je ne pouvais me permettre de laisser ces deux nuisances interférer dans ces plans. Je répondis alors enfin à mes interlocuteurs :

    - Nous voilà enfin tranquilles. Écoutez, je ne sais pas vraiment qui vous êtes, mais, à l’entente du discours de vos amis sur mer, vous devez probablement être des Décimas prêt à affronter quelques jolis Marines. Je ne vais pas vous mentir, je ne les porte pas particulièrement dans mon cœur. Quant à vous… Sans vouloir vous vexer, vous ne m’intéressez que très peu. J’aimerais éviter les combats inutiles.

    Je pris une pause, espérant que mes adversaires du moment allaient tout de même prendre la peine d’écouter mes paroles.

    - Je vous propose ceci, c’est assez simple. Vous voulez vous assurer la victoire contre la Marine ? Laissez-nous combattre à vos côtés contre leurs navires pour le moment et, ensuite, si vous en avez vraiment envie, on pourra se taper dessus. Mais il est inutile de s’affaiblir alors que nous avons un ennemi commun, non ?

    Je me tus, cette fois-ci de façon définitive. J’étais prête à attaquer dès le moment où un refus serait prononcé de la part de cet homme et de son comparse.




Résumé:
 

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] 760105TenshiSigna4

Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
Ishtar De Lérhane
Messages : 659
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue33/75 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (33/75)
Expériences:
 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Left_bar_bleue136/250 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty_bar_bleue  (136/250)
Berrys: 32.395.000 B

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitimeDim 6 Jan - 16:25




L'Histoire est Écrite par les Vainqueurs

Μία χελιδὼν ἔαρ οὐ ποιεῖ



Aussi concentré qu’elle pût l’être, l’Archange du Typhon n’avait absolument aucune chance de sentir les deux adversaires s’approcher d’eux. Les vibrations étaient bien trop dispersées avec ce déplacement de toit en toit, ces dernières étant éparpillés depuis tous les murs et autres structure essentielle au support de la toiture, et elle pût juste ressentir une anomalie. Néanmoins, ses yeux ne tardèrent pas à apercevoir ces deux êtres imposants au-dessus d’une maisonnée. Elle ne reprit pourtant pas forme humaine, conservant ainsi sa vision thermique et ses sens reptiliens. Plissant les paupières écailleuses, elle chercha à reconnaître ces deux redoutables adversaires qui avaient de grande chance d’être leurs premiers antagonistes. Le constat vint bien vite. Même si c’était certainement des Décimas, la De Lérhane ne les reconnût pas. Ce qui l’avait poussé à rester assez à l’écart du reste des serviteurs du monarque de Merveille était également la raison qui expliquait pourquoi elle ne connaissait en vérité que très peu de ses anciens collègues, ce qui faisait qu’en ces circonstances il y avait peu de chance qu’elle connaisse les capacités de ces deux hommes. Cela s’avéra vraie, étant donné qu’elle avait mémoriser les visages des chevaliers de l’Ordre grâce à leurs avis de recherche et que c’était les seules haut placés dont elle avait entendu des rumeurs sur leurs capacités. Cependant, cela pouvait être un avantage dans l’autre sens : il y avait de plus forte chance qu’ils ne la connaissent pas et donc qu’ils ne sachent pas qu’elle avait déserté il y a peu. Ils devaient également être ignorant de ses capacités météorologiques si c’était le cas, ce qui pouvait servir d’élément de surprise en temps et en heure. Et ceci était encore plus vraie si elle se fourvoyait et qu’il ne s’agissait pas de fidèles de Centes mais des responsables gouvernementales de cet assaut. Néanmoins, c’était à l’impératrice de décider ce qui devait être fait et si les deux ennemis attaquaient, qu’ils soient Décimas ou membres de la Marine, les amazones pourraient certainement tirer partie de leur plus grand nombre pour prendre l’ascendant. Cela dépendait également du niveau de ces deux combattants, mais l’ange avait confiance dans l’équipage Kuja.




Tenshi prit la parole et fit alors une proposition qui surpris assez la fille de Bilca. Une coopération temporaire ? La souveraine des amazones avait-elle vraiment suffisamment confiance en ce binôme pour penser qu’il pouvait accepter l’accord et le respecter ? Vu la fermeté avec laquelle le flamboyant c’était exprimé au milieu de ce déluge de brasier infernale et de cette atmosphère volcanique crépusculaire, il ne devait guère penser à laisser l’équipage de la Taya agir à sa guise. Elle devait certainement le faire en connaissance de cause. Peut-être avait-elle un plan pour se prémunir d’une trahison… Peut-être même était-ce pour les inciter à attaquer les amazones dans le dos afin de les conduire dans un piège. La De Lérhane n’avait pas encore prit pleinement connaissance de la pluralité des caractéristiques de ces potentielles futures consœurs Kujas et ne pouvaient donc pas savoir lesquelles d’entre elles pouvaient s’avérer utile dans une telle configuration. Faire partie d’un groupe était en cela un bien bel avantage comparé à ses expéditions solitaires sur les mers, elle pouvait se reposer sur des pouvoirs plus adaptés que les siens pour certaines situations. Même si la confiance prendrait peut-être du temps à naître, cela s’avérerait certainement bénéfique à toutes. En attendant qu’elle puisse parfaitement s’intégrer, l’ancienne révolutionnaire ne pouvait que croire sans pour autant forcément comprendre le plein potentiel de chacune de ses camarades. Néanmoins, ces deux inconnus pouvaient tout à fait décider de s’impliquer sans pour autant donner de réponses à l’impératrice d’Amazon Lily. Ils pouvaient même ne pas l’écouter du tout et se jeter à l’assaut du groupe de femmes sans attendre. C’est pour cela qu’il fallait demeurer prêt à passer à l’action. L’Archange du Typhon n’hésiterait pas à se servir de sa queue et de ses capacités de constriction pour attraper à la jambe ou au bras un des ennemis afin de se préparer à lui faire réaliser un arc de cercle en l’air avant de lui faire rencontrer le sol tout en comptant sur les autres amazones pour l’occuper en même temps que le mouvement. De plus, si elle se faisait distancer par une autre Kuja qui prendrait une option plus efficace rapidement, la demoiselle ailée changerait ses plans pour user de sa queue au mieux en fonction des circonstances. Enfin, tout ceci tenait de la conjecture et il fallait attendre la réaction de ces deux êtres qui les toisaient depuis une toiture afin de sélectionner la possibilité la plus efficace toute en faisant attention à ce que l’échec de la tentative engendre le moins de dommages possibles. En effet, envisager quelques choses, que ce soit une action, des soupçons, une réponse, une trahison, ne faisait pas de ceux-ci des réalités effectives, alors il fallait essayer d’anticiper encore plus de cas pour être préparer au mieux aux situations qui offraient souvent leur lot de surprises inattendues.

Ce sont les humains qui font la Guerre, donc la Guerre peut se montrer tout aussi implacable que ceux qui la mène. Quel tempérament avait Lahmar ? Sa froideur brulante cachait-elle une exceptionnelle maîtrise de soi ? Une fureur constante ? Une volonté inébranlable ? Une raison clairvoyante ? La réponse à cet échange permettrait sans doute de déterminer certains des aspects de sa psyché. L’épéiste à ses côtés était-il un fidèle serviteur, un bon collaborateur, un frère de cœur ou même son supérieur ? Si les mots ne pouvaient permettre de tout décrypter quand, bien que profonds, ils étaient peu nombreux, c’était par le combat que le guerrier lisait dans son adversaire, que ce soit par les chocs entre les lames ou par la rencontre des coups. Néanmoins, quand était-il quand plusieurs personnes étaient sur une seule ? L’ange n’avait eu que très peu de fois l’occasion d’expérimenter cela. Si le duel demeurait la forme la plus respectueuse et honorable de confrontation, les aléas de la Guerre et des comportements humains faisaient qu’il était parfois nécessaire, pour la survie ou pour la victoire pleine d’enjeux, de choisir une option un peu moins vertueuse, surtout lorsque le pacte a été signé. Un affrontement en un contre un aurait été un caprice et de l’égoïsme, un manque de respect envers les autres Kujas, ce qui était encore pire qu’autre chose. En ces circonstances où il fallait triompher à tout prix, mettre de côté des camarades pouvaient s’avérer tout aussi bien suicidaire que contre-productif. Il fallait tout bonnement privilégier le travail de groupe, quand bien même le duel était ce à quoi elle aspirait, surtout si elle voulait tisser des liens avec les autres amazones. C’était là un impératif de ce combat en groupe.

« Ab esse ad posse valet, a posse ad esse non valet consequentia. »






©️ By Halloween



Résumé :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]    L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Le forumhaiti face à l'histoire d'Haiti de 1986 à 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue-