Partagez
 

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15074
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeVen 10 Mai - 21:58

img_rp
A Light to burn all the Empires,
So bright the Sun is ashamed.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent




Diamant... Opale !


Alors que les canons n'en finissaient plus de laisser parler la poudre, alors que certains affrontements laissant libre cours à la puissance démesurée d'un petit nombre de combattants expérimentés semblaient peser plus lourd dans la balance que les efforts considérables déployés par la masse grouillante, alors que les vagues tonitruaient en percutant les coques fébriles qui sillonnaient cet océan au proie au chaos, il était une femme qui continuait, obstinée, à assouvir sa besogne sans prêter attention au Phoenix et à son chevaucheur qui dansaient, loin, là haut, en proie à des assauts qui auraient pu détruire des îles, et qui l'avaient certainement déjà fait. Il était une femme qui ignorait de son mieux le gigantesque bâtiment naval apporté par la Triade, dont la grandeur écrasait le reste du champ de bataille et dont l'avancée irrépressible n'en finirait plus de semer pêle-mêle les cadavres des hommes et des bateaux. Il était une femme qui ne cherchait ni la gloire, ni l'argent, ni la puissance, ni l'affection des siens : juste leur sécurité... Leur protection. Ses gestes experts et habiles plus que puissants lui permirent de catapulter une nouvelle fois une large colonne d'eau jusqu'au Kibo, et la majeure partie de ce flot s'infiltra par la meurtrière comme les fois précédentes, rajoutant encore un peu d'eau à la pataugeoire qui se formait déjà, aux pieds des combattants qui séjournaient là, et qui se déversait petit-à-petit dans les niveaux inférieurs de la cale pour y stagner jusqu'à ce qu'on la chasse. Ne laissant pas le temps à cette ressource précieuse de s'enfuir davantage, la femme à queue de poisson surgit d'un bond gracieux que les flots capricieux rendirent possible : à peine fut-elle à nouveau aux côtés de ses pairs qu'elle chercha d'un regard acéré la présence responsable du grabuge qui avait régné ici bas, lors même que leurs canons semblaient leur offrir une protection salvatrice contre l'affluence hideuse de ces bandes infinies. Ses gestes vindicatifs impliquèrent alors une riposte imminente : la délicate et frêle sirène devenait un monstre impitoyable, et elle libérait bien malgré elle la hargne entretenue contre la personne d'Erika Orato sur la première personne qui était à ses yeux digne de servir de réceptacle à sa folie furieuse.



Saphir !


Il n'y avait pas assez d'eau sous elle pour qu'elle puisse utiliser son art au summum de sa puissance. Mais elle n'en avait pas besoin. L'ennemi était une maudite : elle était en espace clos, et en infériorité numérique. Les deux mains de Lapis agrippèrent les vaguelettes timides sous sa queue et la transformèrent alors en une projection à haute vitesse, qui se dirigea vers Bara pour la percuter de plein fouet et la retenir contre le mur sur lequel elle avait eu le malheur de prendre appui. Lapis, qui venait d'arriver, avait la chance de ne pas avoir été déséquilibrée par l'irruption remarquable et remarquée de Baldr : elle entendait bien en tirer profit. Aussi continuerait-elle à utiliser Saphir aussi longtemps qu'il le faudrait : elle malmènerait l'intruse en la fracassant contre le mur encore et encore, sachant pertinemment que le bois d'adam céderait après ses os, après ses muscles, après sa chaire.
Elle allait réduire cet odieux serpent à l'état de bouillie sanguinolente. On ne lui prendrait jamais plus personne.

(>°-°)>



Il a pas l'air commode...



Comme tu es observateur...


Pouic avait été balayé facilement. Trop facilement, même : c'était à la limite de l'irrespect, du point de vue des pirates de Tengoku no Seigi, qui voyaient la quasi intégralité de leurs envahisseurs s'effacer derrière une seule et unique silhouette. Comme s'ils ne méritaient pas davantage d'assaillants, comme s'ils n'avaient, en l'état, pas la moindre chance de triompher... y compris s'ils jouissaient du support apparemment désintéressé et loyal des chasseurs de primes. Hiko et Alidia se mirent immédiatement en garde, sachant qu'ils seraient nécessairement les proies privilégiées de cet agresseur au gabarit hors norme, et cela même du point de vue du médecin borgne : ils étaient non seulement en première ligne, mais ils s'étaient également clairement démarqués jusqu'à présent grâce à leur combativité remarquable, et à leurs compétences certes très différentes mais néanmoins peu ou prou égales... et surprenantes. Aussi s'attendaient-ils à la charge de Baldr lorsqu'elle arriva : cela ne leur rendit pas la tâche aisée pour autant. Si la blondinette, qui n'était pas ciblée, n'eut aucun mal à se dégager de là d'un bond, balançant par la même un de ses couteaux en direction de la cheville droite du pirate pour commencer à endiguer ses mouvements et à restreindre ses possibilités à venir, le botaniste fit l'erreur de privilégier une posture statique et robuste, plaçant simplement sur la trajectoire de l'ennemi une hache fermement maintenue et renforcée par le haki de l'armement qu'il invoquait abondamment depuis le début des festivités. Si cela lui permit d'amortir partiellement la férocité du coup qui menaça de l'atteindre, lui évitant de l'encaisser frontalement, il n'en fut pas moins soufflé par la force magistrale dont disposait le lieutenant du Yonkou. Il fut projeté vers l'arrière, et seule la solidité du bastingage fut l'auteur de son salut, au prix d'une quinte de toux à demie-étouffée.



Hiko !



Concentre-toi, Alidia ! Himitsu āmu : Raion !



Damon, tu...


Damon avait quitté son poste, pour la première fois depuis le début du conflit : il semblait avoir estimé que les menaces qui pesaient sur Natalia n'étaient plus prioritaires... Voire qu'elles étaient quasiment inexistantes. En l'état, le plus gros risque pour l'équipage, c'était évidemment Baldr : voilà pourquoi il venait d'envoyer dans sa direction un lion rugissant, formé d'un revers maîtrisé de son épée. La créature n'allait probablement avoir aucun effet, sinon celui de causer une légère distraction qui leur ferait gagner du temps... Chose nécessaire pour permettre à Hiko de se redresser et de retrouver un semblant de sa contenance. Il avait été malmené et franchement secoué, c'était indubitable, mais il était aussi solide qu'il semblait l'être : il lui en faudrait plus pour tomber...



Ça va être à nous trois, on dirait...



Son revers est plutôt bon, je dois admettre...



Ne vous faîtes pas tuer.


Hiko devant. Alidia derrière. Damon sur sa droite. Le colosse et sa force explosive allaient avoir de quoi faire : trois des fers de lance de Tengoku no Seigi l'encadraient dorénavant, et à leurs visages figés dans le sérieux et la concentration, on pouvait facilement deviner qu'ils ne plaisantaient plus...




Un poste sans "partie de Nak", qui se bat juste en arrière-plan. C'est convenu avec Hez !

Lapis a enfin suffisamment d'eau pour agir. Elle revient à la charge et essaye de fracasser Bara contre le mur, encore et encore !

Alidia essaye de toucher Baldr au niveau de la cheville quand il attaque Hiko. Hiko essaye de bloquer... avec un succès plus que relatif. Il est projeté en arrière, incapable de lutter contre la force de Baldr, et ne doit sa survie qu'à l'intervention de Damon, qui projette un lion sur Baldr. 3v1 incoming.

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 752
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue123/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (123/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeDim 12 Mai - 22:55

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

The Catalyst - Linkin Park

Quand elle sentit sa dague s'enfoncer dans le corps de son adversaire, Kari sut qu'elle tenait une seconde victoire, même infime. Si elle était capable de la blesser ainsi, elle serait capable de recommencer encore et encore, jusqu'à l’affaiblir totalement. Ou... Peut-être qu'elle n'en aurait pas besoin. Ki avait été touchée au poumon, blessure dont elle pourrait sans doute s'en tirer assez difficilement, à en croire le sang qui se mêlait à l'air et qu'elle tentait d'évacuer en crachant derrière son masque, ce que la Crown ne put voir de suite.

Elle venait de pousser Ki à mettre un pied dans la tombe. La rousse chercha à retirer son autre dague, celle qu'elle n'avait pas réussi à tourner dans la chair de son ennemie, mais la blonde la retenait encore.

Lorsque l'assassine lui jeta un compliment, sorti presque de nulle part, Kari allait répondre, mais avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, elle fut, avec stupeur, tirée en arrière par les jambes, la faisant tomber de tout son long alors qu'elle tenait fermement ses armes.

Une manœuvre d'un nouvel ennemi qui avait aperçu l'état de Ki ? Dans le même temps, un léger souffle d'air lui frôla le haut de la tête et qui fit bouger quelques-uns de ses cheveux.

Est-ce qu'on venait de la faire tomber sciemment pour qu'elle esquive le projectile qui avait failli se planter dans son crâne ? La Crown n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il lui était arrivé qu'une voix inconnue s'identifia comme alliée. Kari tourna la tête dans la direction de l'homme-chien, dardant un unique œil vert sur lui, avant de se retourner dans la direction des désormais deux assassines.
- Je te retourne le compliment, finit par lâcher Kari à l'attention de Ki, pendant que les deux jeunes femmes disparaissaient derrière un écran de fumée.
Car la demoiselle masquée l'avait tout aussi bien visée. L'adrénaline n'était pas encore retombée et la douleur était déjà cuisante. Elle sentait le sang couler, ruisseler le long de son visage en compagnie des nombreuses gouttes de pluie qui venaient le diluer. Toutes deux avaient planté leurs courtes lames dans la chair de l'autre, et toutes deux seraient marquées à vie.

Kari finit par attraper la main tendue de Walker tout en le remerciant, surtout pour lui avoir sauvé la vie. Mais elle n'eut pas le temps d'être complètement debout qu'elle se retrouva déséquilibrée par une violente secousse.

L'ancienne chasseuse de primes, après finalement s'être entièrement remise sur ses deux jambes, tourna derechef la tête dans la direction d'où venait le choc qui avait ébranlé le navire entier. Son œil s'écarquilla quand elle découvrit la silhouette massive de Baldr, dont elle reconnut le visage patibulaire presque immédiatement pour l'avoir maintes fois croisé sur des avis de recherche. Baldr, au service d'Hadès. Un colosse que la rouquine aurait espéré ne pas croiser, surtout dans son état.

Se ressaisissant, elle prit la décision de fuir à l'intérieur du navire en quête de la doctoresse. Mais avant, elle chercha Ruthven du regard, et une fois trouvé, lui cria quelques mots :
- Rentre aussi Ruthven ! Ce combat n'est pas pour nous.
Une fois cela dit, Kari  se faufila pour rejoindre  la porte menant à l'antre du navire sans plus se préoccuper de savoir si le vampire la suivait ou non. Une fois la porte fermée, la demoiselle prit le temps de souffler une seconde et de ranger ses dagues dans leurs fourreaux. Elle passa lentement une main sur la paupière abîmée, tentant de ne pas appuyer sur la plaie inutilement. Ce qu'elle souhaitait, c'était enlever le sang pour enfin pouvoir ouvrir l'œil et connaître les dégâts. Elle serra les dents, un doigt passa sur ses cils et sa paupière se souleva très peu. Assez néanmoins pour que, l'espace d'un instant, l'œil capte des couleurs et des formes. La paupière se rabaissa immédiatement et un maigre soupir de soulagement fendit les lèvres de la manieuse de dagues. Son œil était intact.

Pour autant, ce n'était pas la fin du calvaire. Alors qu'elle avait repris son chemin en direction de l'infirmerie, pensant trouver Lilianna là-bas, l'adrénaline retombait petit à petit, et la douleur se faisait de plus en plus présente. Pour couronner le tout, le sang coulait encore, et la main qu'elle avait passé sur son œil en avait étalé, lui donnant un drôle d'air.

Kari finit par baisser le regarder et lorgner sur le t-shirt blanc qu'elle portait et qui dépassait de sous sa veste. Elle sortit l'une de ses dagues, tira de l'autre main sur le vêtement qui dépassait et l'entailla avec sa lame pour en prélever une large bande qu'elle roula en boule après avoir rangé sa dague.

Sans plus tarder, toujours à la recherche de Lilianna, elle commença à tamponner une partie de sa blessure à l'aide du tissu, qui originellement blanc commença à se teinter de rouge. Ça allait au moins lui permettre de pouvoir éponger un peu. Puis elle finit par laisser le tissu appuyer sur la partie de la blessure qui laissait sortir le plus de sang pour colmater.

C'est donc ainsi qu'elle finit par tomber sur la doctoresse, en compagnie du corps de Cara. Tout de suite, le regard de la Crown glissa sur la lieutenante d'Eko Taka. Et se révéla à elle, devant l'immobilité, les traces que commençaient à laisser la mort sur sa proie et l'inactivité de Lilianna, le sort de Cara. Elle n'avait pas survécu. Kari resta un instant interdite et en oublia presque sa blessure. Elle n'était pas attristée par sa mort, elle ne la connaissait même pas. Non, ce qu'elle voyait déjà, c'était les représailles d'un Empereur sur eux, et franchement, ils s'en passeraient bien. Surtout elle, qui avait tout fait pour la maintenir en vie tout en s'assurant qu'elle ne les tuerait pas.

Puis la vie reprit son cours. L'ancienne chasseuse de primes héla la doctoresse.
- Lilianna ! Laisse tomber ça pour l'instant, j'ai besoin de toi. Occupe-toi des vivants, tu ne peux plus rien pour elle.
Dès lors, elle s'adossa au mur et se laissa tomber au sol, enlevant avec soin le morceau de tissu qu'elle avait compressé sur une partie de sa plaie.

Il fallait qu'elle y retourne. Chaque combattant comptait, et elle était toujours apte à faire quelque chose de ses dix doigts.
- Fais le minimum, il faut que j'y retourne le plus vite possible. C'est le bazar dehors.
Ce faisant, elle laissa la blondinette faire son œuvre. Pendant ce laps de temps, son esprit commença à vagabonder, pas sur la guerre qui faisait rage au moment même, mais sur quelque chose à l'opposé, quelque chose qu'elle voulut calme et reposant.
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer."
C'étaient les seuls vers qu'elle se rappelait. La mer était enragée ce soir. La mer se déchaînait, comme eux.
Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.
Les vagues frappaient la coque, la douceur du bruit contrastant avec la bataille que les humains se livraient. Elle était là, prête à les embrasser, prête à les cueillir dès qu'ils tomberaient, prête à les voir se tordre pendant qu'ils sombraient. Tout était dangereux ici, aussi bien l'environnement que les hommes.

La Crown chassa cette vision de son esprit, se concentrant et tentant de s'imaginer le son apaisant des vagues s'échouant sur une plage. Ses muscles se décontractèrent petit à petit, et bientôt son âme fut aussi lisse que l'eau dormante. Jusqu'à ce que, avec un léger sursaut, revint à elle une image qui la fit frissonner : elle, se penchant au bord d'une eau calme en apparence, et qui voulait la happer. La même image qui l'avait fait sortir de sa torpeur avant tout ça.
Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !
Qu'est-ce que tout ça pouvait bien vouloir dire ? Qu'est-ce que son cerveau lui faisait imaginer, quel travers sombre la guettait ? Était-ce seulement une sorte de présage, ou bien une imagination qui ne lui voulait pas que du bien ?


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
Au milieu de cette eau tumultueuse, une chose semblait être à contre-courant. Une créature, qui se baladait avec habilité dans cet environnement marin, dotée d'une puissante queue de poisson qui lui permettait de nager avec efficacité. Lapis œuvrait, manœuvrant avec agilité le liquide qui l'avait vu naître. Nul doute qu'elle était dans son élément, comme aurait pu l'être Molly. Après tout, elles étaient toutes deux originaires de l'île des hommes-poissons, peuple sous-marin qui recelait encore bien des secrets pour le commun des mortels.

Le fusil d'Aldero ne put encaisser le sol et vint appuyer violemment contre le torse de son propriétaire, en dépit de toute la volonté qu'avait mis ce dernier à retenir le coup. L'air s'échappa de sa trachée une seconde, une seconde qui suffit pourtant, avec la rudesse du choc, à lui faire écarquiller l'oeil. Sur cet oeil grand ouvert, la pupille finit par monter, doucement, entraînant avec elle l'esprit du pauvre homme dans les limbes de l'inconscience. Le corps bascula en arrière, beaucoup plus loin que sa position, suivi par un mouvement ample du manteau qu'il portait et un bruit d'étoffe. Les mains restèrent légèrement crispées sur le fusil.

Pat regarda la scène avant de croiser le regard de Molly. Il ne restait plus qu'eux deux. D'un geste rapide, il déposa Hinami sur un canon, la mettant ainsi hors de portée de l'au pour l'instant. Et il ne réfléchit pas. En un clin d'oeil il se transforma en atèle, se retrouva sur le canon sur lequel il venait de déposer la tontatta et se prépara à sauter. D'une détente agile, il décida de bondir sur Bara, utilisant sa queue de singe comme d'un balancier pour garder une trajectoire maîtrisée. Et peu avant l’atterrissage, il se transformerait en humain, afin de mettre tout son poids sur la jeune femme et de pouvoir la faire tomber dans l'eau. Lui aussi était maudit, il savait qu'il se condamnait également par ce geste. Mais affaiblir la femme-serpent était la priorité. Molly pourrait se charger d'elle après... Voire Lapis si elle revenait. Ses pieds frôlèrent le sol avant l’atterrissage, au moment de la gigantesque secousse qui ébranlait le navire. Si Bara pouvait se raccrocher au mur, Pat en serait incapable et basculerait donc vers l'avant avant de pouvoir réellement se réceptionner. A voir s'il emportait quand même l'intruse avec lui.

L'arrivée de Baldr ne provoqua pas que des problèmes. Un clignement d'yeux. Puis un deuxième. Son regard se fit papillonnant, dévoilant par intermittence deux yeux bleus. Son premier réflexe fut de se décoincer. Un gémissement de mauvais augure sortit de sa bouche et elle arrêta son mouvement. Où se trouvait-elle ? Que lui était-elle arrivée ? Son esprit était encore flou pour l'instant.

Elle l'avait touchée avec ses pointes d'air. Le début d'une victoire assez maigre. Elle vit une nouvelle fois l'eau s'engouffrer par une meurtrière, et cette fois, elle n'eut pas besoin de regarder qui en était la cause, elle le savait déjà.
- Lapis !
L'exclamation fusa, signalant à la sirène qu'elle était plus que la bienvenue dans cette bataille. L'eau... la femme-poisson n'avait pas le talent de Lapis pour la diriger, la modeler et naviguer en son sein. Mais elle pouvait quand même si mouvoir, plus aisément qu'un humain en tout cas. Molly tint bon lors de la secousse, se rattrapant sur son trident qui heurta le plancher sur les pointes avec un "toc" bruyant. Molly ne perdit pas un instant. Elle réitéra ses pointes d'air, troublée un instant par le précédent mouvement de Pat. Puis, elle suivit son attaque, avançant jusqu'à Bara dans le but de l'embrocher dans le même temps que Lapis, à côté d'elle, cherchait à la broyer contre la coque. Elle tiendrait bon, elle. Elle le pouvait. Elle était née au sein des courants.
Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !
C'était désormais une bataille entre la mer, ses occupants et les hommes, dans l'antre du Kibo. Voilà des siècles que les humains dénigraient leurs semblables mi-hommes, mi-poissons. Il était temps de leur montrer qu'ils n'étaient ce que l'on avait dit d'eux. Il était temps, pour ces deux créatures, de se battre côte-à-côte, comme ce à quoi elles auraient pu être destinées. Et de sauver leurs compagnons, leurs compagnons humains. Il était temps de montrer la puissance dont était capable le peuple sous-marin, de montrer aussi leur bienveillance et leur indulgence qui n'avait pas forcément lieu d'être au gré de leur histoire. ll était une histoire d'amour, de fraternité et de haine, entre l'homme et la mer.
L'homme et la mer, Charles Baudelaire
Codé par Kari Crown




Du côté des pnjs > La coordination c'est pas leur fort. Aldero fait un bon dodo. Alicia se réveille à cause de la secousse provoquée par Baldr. Elle est néanmoins encore dans le cirage et toujours encastrée dans le mur. Pat, lui, se transforme en Atèle après avoir déposé Hinami et tente de bondir en direction de Bara, avant de se retransformer avant l'arrivée. Ses pieds touchent quasiment le sol (ça se joue à un cheveu quoi, c'est pour ça que ça le déstabilise quand même), l'arrivée de Baldr le déstabilise et il bascule vers l'avant. Molly attaque Bara avec des pointes d'air, puis fonce sur la madame-serpent dans le but de l'embrocher. Comme Lapis est à côté d'elle (enfin pas directement derrière quoi), j'imagine que l'attaque de Lapis ne devrait toucher Molly que lorsque celle-ci sera sur Bara, sauf si elle se décale entre temps (mais c'est pas encore fait, tout ça tout ça).
Je considère que Pat est le long de la coque, contrairement à Molly qui se trouve plus 90 degrés à côté, vers la meurtrière, si ça vous va.

Du côté de Kari > repli stratégique à l'intérieur du navire. Elle trouve Lilianna et lui dit de s'occuper rapidement d'elle, pour qu'elle puisse retourner prêter main forte aussi vite que possible.

Techniques:
 

PNJs (lvl màj fraîchement):
Aldero Crown, lvl 22
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 29
Molly, lvl 26
Pat, lvl 25

_________________


We are the warriors, who learned to love the pain
We come from different places but have the same name
'Cause we were born for this
We are the broken ones, who chose to spark a flame
Watch as our fire rages, our hearts are never tame


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1688

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMer 15 Mai - 21:02




L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556042724-bara

Bara

- Ah, putain !

Un seul moment qui avait échappé à son contrôle, un seul... et elle perdait déjà l'occasion de finir ce qu'elle avait commencé. Certes, le chasseur était dans les choux, la demoiselle à la rapière encore toute groggy, mais ils avaient tous les deux un problème aux yeux de Bara : ils respiraient encore. Elle s'apprêtait à résoudre ce soucis concernant Aldero lorsque le simiesque s'élança sur elle avant de reprendre forme humaine. Quoi, il venait la percuter de front, elle ? N'avait-il pas compris la situation dans laquelle ils se trouvaient ? Elle amorça un geste rageur pour le percuter d'un coup de poing noirci par les arcanes du fluide, avant que la secousse ne l'envoie choir contre un mur... passablement bousculée par un Pat qui risquait fortement de prendre un petit bain.

Tout s'enchaîna, très rapidement. Une forme s’immisça dans la salle des canons et un déluge d'eau se concrétisa dans la direction de l'assassin, qui retint un hoquet de surprise alors qu'elle était percutée de plein fouet et propulsée contre la coque. La douleur lui secoua l'échine alors que sa respiration se coupait. Cette salope ! Cette salope de femme poisson ! Elle allait... une nouvelle attaque. Son corps percuta à nouveau le bois et elle sentit sa conscience défaillir l'espace d'un éclat de milliseconde. Sa colère céda la place à un sentiment d'urgence certain alors qu'elle se laissait retomber et adoptait sa forme totale dans le but d'esquiver, ne fut-ce qu'un instant, le contact puissant de la nouvelle trombe d'eau qui lui était destinée. Cela ne fut que partiellement utile et bientôt, son corps retrouva une forme humaine alors qu'elle était projetée sur le côté, heurtée de flanc, se réceptionnant de façon maladroite. Elle en appela à toutes les ressources dont elle pouvait faire preuve et se releva assez vite... assez vite pour subir l'impact consécutif d'un trio de pointes d'air, puis du trio de pics qui en était à l'origine. Les pointes s'enfoncèrent dans son abdomen et elle lâcha un râle avant de cracher un peu de bile, cessant néanmoins la progression perforante.

Elle resta immobile un instant, avant de lever un regard meurtrier en direction de la femme poisson qui venait de l'embrocher. Aucune menace n'aurait pu être exprimée plus clairement. En l'état, elle avait deux choix : quitter ce navire les deux pieds devants... ou sur ses deux pieds. La première situation ne l'enchantait guère, notamment car ces autres pouffiasses qui lui servaient de soeur y verraient une occasion parfaite de la railler. Surtout cette catin de Akai... non, c'était hors de question. L'autre solution, en revanche... elle lui plaisait bien. C'est sans doute pour cela que son cou se déforma subitement alors qu'elle puisait dans ses réserves pour venir l'enrouler autour de la nuque de la femme poisson. Adoptant une forme hybride qu'elle utilisait la plupart du temps pour les assassinats plus expéditifs, elle approcha dangereusement ses crocs de la gorge de la demoiselle. Elle s'assurerait également de la désarmer ou, à défaut, de la forcer à pointer son trident dans une direction ne représentant pas un axe de menace.

- Un seul geste de travers, et je la poinçonne comme on agrafe un faire-part de décès.

Son objectif ? Il était simple : rester vivante... car si ravaler sa fierté était difficile, il semblait évident qu'aucun mort ne savait réparer les affronts lui ayant été faits. Une leçon que même elle avait fini par comprendre, dans les salles froides de cette "chapelle" dans laquelle on avait fait d'elle une tueuse malgré son caractère contraire. Vacillante mais encore capable du pire, la demoiselle ne détournerait pas le regard de ses hôtes, non sans oublier la sortie du niveau qu'elle avait pu remarquer en s'infiltrant pernicieusement dans le bâtiment naval. Si on la laissait parler, elle continuerait donc.

- Ça me fait chier, vraiment. Mais je vais vous concéder la victoire, et tranquillement faire une balade avec votre copine jusqu'à la sortie de ce trou à rat. Puis je vous la rendrai, sans une égratignure. Autrement...

L'étaut se resserrerait, en guise d'avertissement. Il y avait plusieurs façons de mourir et elle était certaine que Molly ne voudrait en expérimenter aucune. Elle l'espérait, du moins... autrement, ce serait un baroud d'honneur plus qu'autre chose.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1557253616-baldr2

Baldr, Garde du corps de Hadès, primé à 473.000.000 Berrys

- ...

Il n'était pas mort. Bien. Quitte à avoir fait tout ce chemin, le colosse espérait au moins que ses cibles se montreraient à la hauteur du déplacement. Le couteau projeté par la demoiselle ne fut pas seulement écarté de sa cible alors qu'il s'apprêtait à la toucher : il fut attrapé, purement et simplement, n'occasionnant qu'une maigre entaille dans la paume massive du géant... avant d'être réduit en miettes dans sa main. Alors qu'il s'apprêtait à presser l'assaut sur l'impudent médecin, pour lui faire goûter sévèrement au bois d'Adam qui constituait le bastingage, le garde du corps de Hadès pivota prestement avant de percuter le lion éthéré d'un poing virulent. La forme s'évapora sur sa peau, sur la forme de ses muscles dessinés de façon exagérée, alors même qu'il observait les trois forbans prendre place devant lui. Ils avaient l'air si valeureux... si enclins à se hisser entre lui et ce qui devait se cacher dans ce navire. C'était dommage, car il ne comptait pas les ménager, pas le moins du monde. Toujours silencieux, il observa cette petite formation qui se faisait devant lui... avant d'adopter un comportement tout à fait surprenant.

Se jetant vers le trio, il se mit à marteler le pont du navire de coups puissants et voraces. Parviendrait-il seulement à briser le pont ? Sans doute pas, en considérant la résistance ahurissante de ce matériau que le Phoenix avait payé au prix d'or et auquel l'équipage devait indéniablement une partie non négligeable de sa survie dans cette cohue de poudre, de feu et de sang. Cependant, il y avait un autre paramètre à prendre en compte... le fait que les secousses générées, si elles étaient moins importantes que les précédentes, seraient tout à fait suffisantes pour affaiblir ou saper les appuis des combattants présents. Cela allait les forcer à bouger... et c'est là qu'il frapperait. La cible la plus proche ferait l'affaire : il n'avait pas assez d'informations pour privilégier méthodiquement ses ennemis, alors il irait au petit bonheur la chance. Il agripperait le premier fuyard cherchant à sortir de sa proximité... ou le premier fou assez audacieux pour s'y jeter, avant de se mettre à le fracasser sans répit sur le bois à leurs pieds. Oh, les deux autres, quelques ils furent, tenteraient sans doute de sauver le troisième. Ils se heurteraient alors à un autre problème autrement plus alarmant : des coquilles dorées à la résistance hors du commun, qui arrêteraient les assauts aussi facilement qu'un mur de brique arrête une balle de tennis de table. Une malédiction qui le rendait, de l'aveu de beaucoup, plus solide que la montagne la plus dense... une arme offerte par son Empereur pour le récompenser de ses loyaux services, une arme qui le rendait monstrueux.

Autour d'eux, la situation retombait, ne laissant qu'à leur poursuite le soin d'animer les environs : le Kibo sortait finalement de la masse gluante de navires qu'il avait du éventrer pour fuir vers l'océan et se repositionner de façon plus avantageuse. Le peu de forbans qui parvenaient encore hasardeusement à monter sur le Kibo no Felicity étaient majoritairement repoussés par un Power bien en forme. Dans son coin, Pouic tressaillait doucement, portant une main lourde sur sa tête en grimaçant. Plus loin, des coups de feu et des explosions se faisaient entendre tandis que le troisième membre des Ranger à être grimpé ici faisait son office. Walker, lui, se fraya un chemin jusqu'à Natalia après avoir rapidement analysé la situation et laissé la Crown le quitter pour les entrailles du navire.

- Je vous couvre, alors sortez vous de ce merdier !

Utilisant deux de ses arcanes favorites, il entourerait la navigatrice d'une couche épaisse de fourrure tout en lui laissant assez de champ de vision pour manoeuvrer le navire complètement hors de la masse, avant d'adopter un tekkai puissant pour encaisser la tempête... car s'ils sortaient de la mêlée, ils n'étaient pas à l'abris des ennemis qui, à distance, continuaient de les harceler savamment. Dans les cales, face à une Lilianna sans doute désemparée, la Crown avait fait le choix judicieux de commencer à panser ses plaies et récupérer son souffle : dehors, l'enfer l'attendrait dès qu'elle oserait sortir à nouveau... et fort heureusement, deux yeux ne seraient pas de trop pour gérer les menaces l'entourant, si elle pouvait au moins prendre le temps de traiter convenablement la plaie.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556044214-deimos2L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556644634-ragnarock-et-jormungand

Tégée Deimos, Ragnarock & Jormungand

- Qu'est-ce que Hadès espère accomplir, Ragnarock ?!
- Ne le vois-tu pas, vieux chasseur ? Il me semble qu'il a été très clair à ce sujet.

Le poing du second d'Hadès manqua de peu le visage de son aîné, éclatant une partie de la rambarde dans laquelle il se ficha, tandis qu'il s'approchait d'un nouveau pas. Il avait été séparé de Jormungand, qui combattait désormais les deux X-Edition avec assez d'aisance pour ne pas craindre une défaite immédiate, mais assez de difficulté pour comprendre qu'il ne pouvait pas sous-estimer les deux créatures d'acier. Intelligentes et pragmatiques, elles formaient un duo horrible : celle qui était en meilleur état prenait les devants, couvrant la deuxième de ses rayons d'énergie lorsqu'il le fallait... une distraction dont le Deimos avait décidé de faire bon usage, se jetant immédiatement sur la tête pensante actuelle de la flotte. Une chance pour eux, Heimdall était toujours aux commandes, bien à l'abri dans le navire de la Triade. Un constat qui tendait cependant à se détériorer...

- Il a retrouvé sa force d'antan et, avec son expérience, il écrasera ses rivaux !
- En s'en prenant à Marijoa ? Vous avez perdu l'esprit !

Alourdissant l'une des lames du Tégée, Ragnarock força cette dernière à se ficher dans le bois lourd et épais du pont, alors qu'une deuxième manquait déjà de le percuter de plein flanc. Il contra avec une plaque du Haki de l'armement et un coup de pied bien placé, avant de faire reculer à nouveau le vieil homme qui esquiva de peu la pression démentielle de son fruit du démon. Cet homme... "L’exécuteur au service du Diable", comme on l'appelait. Il n'avait pas démérité.

- Un simple contretemps. Il n'a jamais été vraiment question de la Ville-Sainte... juste de rembourser une dette, en vous maintenant ici. C'est chose faite et il ne nous reste plus qu'à vous envoyer au fin fond de l'océan pour boucler la boucle.

Le coude du maudit percuta la lame de Tégée, le faisant reculer sur plusieurs mètres. Quelle plaie... il était à un âge où l'on ne connaissait pas sa chance : trop vieux pour prétendre plus longtemps semer éternellement la fougue des jeunes en train de le rattraper, pas assez pour devoir subir la déconfiture de les voir le dépasser. Si seulement il avait lui même eu vingt ans de plus... ah, ce n'était pas la peine d'y penser. Rengainant son katana à une vitesse impressionnante, il s'équipa d'une paire de Wakizashi avec lesquels il décrivit deux courbes gracieuses, dans un mouvement qui lui permit de prendre de cours le pugiliste l'espace d'un instant. Une petite estafilade sur le torse de Ragnarock plus tard, celui-ci élargit son sourire. Il était temps pour le vieux loup de pousser son dernier hurlement.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556046585-liaoL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556644698-agrid-mendela

Liao Hojo, Agrid Maslow Jr. & Mendela Yorkshire

- Je vois... je ne saurais quoi te dire. Prévisible ? Décevant ? Idiot ?

Cela ne l'arrangeait pas. Pas du tout, non... il s'attendait à pouvoir finir ce qu'il avait commencé en restant largement en tête des pronostics, et voilà que l'épéiste lumineux décidait de faire preuve de la même effronterie insensée que son capitaine. Était-ce une maladie ? Une sorte d'infection qui se répandait en côtoyant le Phoenix, changeant les priorités en un concept abstrait, changeant les urgences en risibles petites farces ? Comprenait-il vraiment ce que sa présence ici impliquait pour ses camarades ? Non, visiblement non. Lorsqu'il reviendrait à son navire, s'il y revenait un jour, Mendela ne lui souhaitait qu'une chose : que les responsabilités de son absence l'accablent à un tel point qu'il s'en écroule, effondré. Il n'avait aucune sympathie pour lui, tout du contraire... et il n'hésitait pas à secrètement lui souhaiter les pires maux, sans savoir qu'il avait déjà gagné sur ce terrain-ci.

C'était... ça ? Sa stratégie ? Le frapper, de tous les côtés ? Lui infliger autant de coups que possible de façon directe ? Le faire reculer ? Oh, il comprenait parfaitement où le maudit voulait en venir... c'était l'évidence même. Ils se battaient sur un navire en ruine qui ne tarderait pas à rejoindre les flots si on continuait à ainsi le malmener. Tout ce qui les entourait n'était que destruction moribonde et furie de feu, un feu que le fils de Liao utilisait encore et toujours contre un Agrid qui sortait littéralement de ses gonds. Les lames du lumineux frappaient, encore et toujours, face à un Mendela qui n'égalait certainement pas le Maslow Jr. en termes de réflexes et de précision, mais qui continuait cependant de frapper avec avidité dès qu'une parcelle du corps du sabreur semblait à sa portée. Et ainsi, les deux forces se tiraillaient sans jamais céder  : l'objet impossible à briser, subissant les courants d'un vent impossible à saisir. Pourtant, après un impact surpuissant, le Yorkshire fut repoussé sans dommages visible jusqu'au bastingage, où il sembla cependant cesser de bouger quelques instants. Une ouverture ? Le brillant épéiste n'aurait pas le temps de réellement y réfléchir : son allié de circonstance, s'écrasant non loin de lui dans les décombres d'une cabine, venait lui même de laisser la route jusqu'au sabreur libre. Une route qu'un Agrid furibond empruntait désormais, ne laissant qu'un seul choix viable à sa cible.

- RRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !

Finir ce qu'il avait commencé avec le Yorkshire, ou accueillir avec fougue la charge enragée de son adversaire si particulier ?


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1547761707-hadesL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542050781-mijushike

Hadès Tenryon, Mijushike Hojo


- Kobushi : Amegekirin !*

Le poing de Hadès, descendant des nuages comme un petit astéroïde, percuta avec une violence inouïe l'arme du leader de l'Alliance. Cela faisait plusieurs minutes déjà que leur ballet aérien durait, dans une myriade de mouvements complexes qui n'enlevaient rien à la dangerosité qu'ils transportaient : dans les airs, le Tenryon se déplaçait avec la vigueur d'un oiseau de proie lancé à pleine allure, cela malgré le désavantage évident qu'il avait sur le Phoenix pour les arts aériens. Pourtant, ce dernier portait non seulement Mijushike Hojo sur le dos, mais il était également forcé de l'appuyer dans ses mouvements ou de le soustraire aux contre-attaques trop importantes. En d'autres termes ? Il perdait beaucoup de ses capacités au profit d'une posture de soutien inexpugnable... ce qui n'était pas pour déplaire à Hadès. Serrant les dents, le chasseur de prime juché sur le dos de Nakata résista dignement à l'onde de choc qui les secoua tous les deux tandis que son arme volait en éclat.

- Attention !

En un éclair, l'Empereur fut sur eux et le chasseur de prime comprit rapidement qu'une esquive ne les sauverait pas, cette fois. Non pas que le Phoenix était incapable d'éviter l'assaut, mais un autre élément risquait de jouer en leur défaveur : la rougeur évidente de la jambe du martialiste le plus efficace de son époque, qui indiquait qu'une nouvelle secousse de son Haki de l'armement surpuissant risquait fortement de les envoyer dans l'océan s'ils se contentaient d'une simple incartade salvatrice. D'un coup puissant, le chasseur de prime prit la décision de frapper le dos de l'ancien Capitaine Corsaire : cela aurait l'effet de le propulser plus bas, tandis que lui même se retrouverait dans les airs... livré à lui même, laissant l'ancien vieillard passer entre eux-deux et déclencher une onde de choc se répandant dans les airs avec autant de puissance qu'un mur d'acier progressant à la vitesse d'un train des mers.

- C'est mauvais...
- C'est un euphémisme.

Alors que le Tenryon se jetait de nouveau sur lui, prêt à l'engager dans un duel aérien au cours duquel il aurait un avantage certain sur la maniabilité, le chasseur de prime activa quatre dessins effectués sur ses jambières et ses avant-bras : quatre petites fusées qui le maintinrent dans les cieux avant de rapidement supporter aisément son poids. Une première esquive maladroite lui permit d'éviter la douleur cuisante des poings du Tenryon, mais il fut forcé de parer la deuxième offensive de ses poignets recouverts du fluide offensif. Hadès le savait : il était à deux doigts de l'envoyer rejoindre les poissons, en l'état.




*Poings : Fureur des Cieux



Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Bara encaisse, encore. Elle parvient à se soustraire à la rage de Lapis, mais se fait embrocher par Molly... qu'elle essaie cependant de prendre en otage : elle est bien mal en point mais sa capacité à passer à l'acte semble plus d'actualité que jamais.
  • Moment de battement pour Kari. Elle peut se soigner de façon appropriée auprès de Lilianna si c'est ce que vous voulez.
  • Pouic se frotte la tête. Pouic a mal.
  • Baldr se jette sur le trio en fracassant le sol de façon répétée. Ce n'est guère aussi puissant qu'avant, mais ça peut déséquilibrer à son approche et pousser à une esquive précipitée... dans tous les cas, qu'on reste près de lui ou non, il essaiera de ce saisir de l'un des trois larrons pour le fracasser plusieurs fois d'affilée sur le navire, tout en se protégeant des représailles avec sa malédiction.
  • Tégée affronte Ragnarock, tandis que Jormungand se bat contre les Pacifista.
  • Mendela n'est pas surpris par la réponse désagréable et tient son terrain vaillamment. Finalement, Kyoshiro le repousse jusqu'à une rambarde. De là, Liao s'écrase dans une cabine et un Agrid couvert de brûlures et de sang se jette sur Kyoshiro en ne lui laissant visiblement qu'une marge de manœuvre restreinte : finir ce qu'il a commencé avec Mendela, ou faire face à son ennemi originel et contrer son assaut.
  • Hadès brise l'arme de Mijushike et se jette sur le duo, pied rouge pétant. Mijushike pousse Nakata vers l'eau pour l'écarter et prendre appui, sans pour autant y mettre assez de force pour t'envoyer dans l'océan, tandis qu'il gagne de la hauteur. Hadès passe entre vous deux en provoquant une onde de choc qui vous aurait certainement envoyés compter les étoiles chacun de votre côté puis il décide de s'attaquer à Mijushike, considérant qu'il doit vider ses réserves d'astuce et qu'il sera plus facile à faire vaciller que Nakata dans cette situation.

    Nous entamons les derniers tours de votre event ! Ça risque de swinger prochainement !





Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement et de l'observation.
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Tégée Deimos est lvl 47 - Manipule de nombreuses lames.
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu, Armement avancé.
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - état inconnu ?
Serge est lvl 32 - état inconnu ?


Navire TNS :
Baldr est lvl 46 (473.000.000) - Corps à corps, Paramecia des Coquilles
Akai est lvl 38.
Aoi est lvl 34.

Bara est lvl 32 - Zoan de la Vipère Heurtante, Haki de l'armement.
Ki est lvl 31.

Pouic est lvl 40 - Pouic (Mâchoire capable de broyer le titane façon éclair, rapide et compact). - A mangé un très mauvais coup.

Power est lvl 36 - Brise Feu.
Walker est lvl 33 - Retour à la vie de la fourrure.

Titia Lae est lvl ???
King est lvl ???

Côté X-Edition, il reste quatre pimpins (lvl 45) :
> Deux du côté ouest de la flotte (Liao, Mendela, etc) qui repoussent les envahisseurs.
> Deux autres qui attaquent Jormungand.


Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)

Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000)

Navire de la Triade :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Quing Beltegeuse est niveau 48 - (/)
Barbaros est niveau 48 - (/)
Les Vouivres sont lvl 35

Du côté d'Edward :
Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000) - état inconnu ?
Enora est niveau ??? (30.000.000) - état inconnu ?
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 752
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue123/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (123/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Mai - 18:24

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Down - Trella feat. SIMON
- Allez !
Elle pressa une nouvelle fois la doctoresse, lui dévoilant la plaie sanglante qui tranchait une bonne partie de son visage. Lilianna avait peut-être de quoi être désemparée, entre Lara, le corps de Cara, et Kari qui arrivait pour se faire soigner rapidement. Pour autant, la Crown ne chercha pas à avoir un peu de tact : dans cette situation, dans cet empressement, c’était un effort superflu, d’autant plus que la Windspell devrait bien s’habituer à ce climat. Si elle pensait juste devoir recoudre quelques plaies après une tempête, peut-être aurait-elle mieux fait de ne pas monter à bord du Kibo no Felicity. Ils étaient en guerre, et en qualité de médecin, la blonde se devait d’assurer la charge que lui incombait son métier : être rapide, efficace, soigner en nombre quand il le fallait, ne pas loucher sur chaque blessure. Peut-être que l’adrénaline lui viendrait en aide.

Dès que les doigts de la doctoresse commencèrent à s’agiter autour de son visage, la rouquine put enfin véritablement souffler. Enfin… façon de parler. Elle serra les dents et les poings, expirant brusquement de l’air tandis que sa blessure sembla l’irradier l’espace d’un instant, encore plus fort qu’avant. Elle sentit quelques gouttes d’un liquide froid couler le long de sa joue, la cause à cette brusque montée de souffrance. Au moins, la douleur normale lui semblait presque une piqûre de moustique à côté.
- Pas besoin de points de suture maintenant, ça sera trop long, on fera ça proprement une fois que tout sera fini. Des compresses et des pansements devraient suffire à freiner la perte de sang, non ? Je vais avoir besoin de mon œil, par contre donc ne me le cache pas.
Kari ignorait si Lilianna appréciait les directives qu’elle lui donnait d’une voix ferme. Elle n’était pas médecin, elle. En même temps, elle sentait que la doctoresse avait besoin d’être remuée, elle avait besoin d’être guidée pour ne plus avoir à réfléchir de la situation.

Une fois que la manieuse de dagues aurait ce qu’elle était venue chercher, à savoir une première désinfection et de quoi compresser ses blessures, elle se lèverait et repartirait en remerciant rapidement Lilianna. Le pas décidé et pressé, elle ravalerait la distance la séparant de la porte menant au pont, prête à rempiler pour un second round.

^(°-°)^

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
- Aaaaah !
Il voyait le coup de poing que lui destinait la femme maudite du serpent lui arriver droit dessus. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même, puisqu’il était parti d’un bond. En même temps, il n’avait pas eu besoin de réfléchir longtemps : il était là pour offrir une ouverture éventuelle à Molly notamment, il savait que l’eau allait le condamner tout autant que l’autre zoan. Il fallait voir cela comme son dernier acte de bravoure dans ce combat. Et le premier, aussi.

Il fut tout aussi déstabilisé que Bara, perdant l’équilibre dès lors que ses pieds touchèrent le sol, la percutant non pas comme il l’aurait souhaité, avant de finir étalé de tout son long, la tête dans l’eau.

Ce fut Hinami qui hurla de terreur, perchée sur son canon. Si personne ne le relevait et que l’eau venait encore à monter, il allait boire la tasse, comme elle aurait dû le faire si Pat ne l’avait pas sauvée. Finalement, un soupir de soulagement passa entre ses lèvres lorsqu’elle vit la tête de Pat émerger. Il n’avait pas encore la force de se relever totalement, pas après cette embardée, mais assez pour forcer sur ses bras pour maintenir sa tête et tout conduit nasal hors de l’eau. De toute façon, l’eau de mer l’affaiblissait. Il sentit le bas de son corps, qui se trouvait plus près de l’intruse que sa tête et plongé dans l’eau, se faire doucement ballotter, et pour cause : Lapis déchargeait rageusement des vagues, l’une après l’autre, sur la maudite de la vipère, les trombes d’eau, quand elles se brisaient, retombaient avec agitation dans l’élément duquel elles avaient été prélevé. Une vaguelette suffit pour, un instant, supplanter l’air et provoquer une quinte de toux au charpentier. Si la salle continuait à se remplir d’eau, il n’allait pas tenir très longtemps dans cette position.

Molly s’était jointe aux attaques véhémentes et déchaînées de Lapis, usant de son arme venue du fond des mers, née au même endroit qu’elle : son trident, qui l’accompagnait en permanence, trois dents étincelantes qui prenaient naissance sur un coquillage. C’était du moins l’ouvrage qui avait été fait à la base des dents.

Bara semblait avoir du mal à encaisser la ferveur des vagues lancées à son encontre. Les pointes d’air lancées par Molly la touchèrent, et à peine quelques instants plus tard, ce furent les pointes de l’arme elles-mêmes qui suivirent et se fichèrent dans sa chair. Le regard de Molly croisa celui de l’assassine. Celui qu’elle eut en retour se passa des mots les plus sinistres qu’on aurait pu lui dire, il était aussi perforant que son trident. Un léger tressaillement assaillit la demoiselle et ses deux mains se refermèrent avec encore plus de poigne sur le manche de l’arme. Dans l’instant qui suivit, deux crocs vinrent près de son cou. La femme-poisson n’eut quasiment pas le temps de réagir. Son précieux trident lui glissa des doigts, elle tenta de le rattraper, en vain. Il tomba dans l’eau et se posa doucement au sol.

De son côté, Molly, à la fois momentanément surprise et désemparée, reprit doucement le contrôle d’elle-même. Surtout, ne pas montrer la moindre peur. Elle osa un rapide coup d’œil à la tête de Bara et de ses redoutables crocs. Ne pas faire le moindre geste agressif. Lentement, elle laissa ses bras se détendre le long de son corps, signe qu’elle ne ferait rien d’idiot. Elle laissa Bara parler.

Alicia comprit où elle se trouvait, et instantanément son regard tomba sur les corps de Molly et Bara dans une proximité déconcertante. Immobile, elle ne chercha pas à bouger plus. Elle tenta vaguement de laisser son haki arpenter son environnement, mais ne fut même pas sûre de ce qu’elle sentit dans la salle, tellement le coup qu’elle s’était pris l’avait secouée.

A part Lapis, tous étaient en incapacité d’agir. Les yeux de Molly finirent donc par se diriger vers sa consœur sirène. Si la femme-poisson avait du mal à s’ouvrir avec les habitants de ce navire, avec Lapis, c’était différent. Elle sentait une certaine affinité, elles venaient toutes deux du même monde, avaient grandi en entendant les mêmes légendes et les mêmes horreurs, avec un peu de temps, elles pourraient devenir de très bonnes amies. Silencieusement, seulement avec son regard, elle tenta de la rassurer. Dans cette situation, il n’y avait rien à tenter de toute façon.
- Ils ne tenteront rien, promis.
Avaient-ils vraiment le choix ? Non. Aussi les paroles de Molly se voulaient rassurantes envers l’intruse. Avait-elle confiance ? Non plus. Elle comprenait pourtant son choix de tenir à la vie, et elle respectait le fait qu’elle ne veuille pas mourir dans un combat inutile. Sans doute avait-elle été projetée là-dedans avec un seul ordre : tuer tous ceux qu’elle trouvait. Elle avait malheureusement manqué de chance, puisque ceux-là lui avaient vaillamment tenu tête.

Molly allait donc se résoudre à suivre le mouvement de Bara jusqu’à la sortie, comme celle-ci l’avait énoncé. Dès qu’elle se retrouverait seule dans les couloirs avec elle, elle lui lancerait néanmoins calmement un avertissement :
- Si tu me tues, tu tomberas avec moi, sois-en sûre.
Codé par Kari Crown




Et je passe devant tout le monde ! /o/


Du côté des pnjs > Pat... tombe dans l'eau et boit un peu la tasse. Alicia se réveille vraiment, mais ne bouge pas et voit Bara tenir en otage Molly. Elle tente d'utiliser son obs, à défaut de pouvoir faire quelque chose, mais vu la patate qu'elle s'est prise, elle doute de ce qu'elle sent.
Du côté de Molly, ben... elle se laisse faire ? Enfin, son trident lui glisse des mains et elle ne tente rien d'agressif avec Bara, elle est plutôt compréhensive. Si Bara veut se barrer, Molly suit sans rechigner et lui réserve un avertissement quand elles seront seules.

Du côté de Kari > elle se fait soigner au strict minimum, et est prête à repartir ! Au mieux elle arrive à la moitié du tour prochain, je crois.

PNJs (lvl màj fraîchement):
Aldero Crown, lvl 22
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 29
Molly, lvl 26
Pat, lvl 25

_________________


We are the warriors, who learned to love the pain
We come from different places but have the same name
'Cause we were born for this
We are the broken ones, who chose to spark a flame
Watch as our fire rages, our hearts are never tame


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1768
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue46/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (46/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue161/750L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (161/750)
Berrys: 66.560.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeDim 19 Mai - 11:25

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




Il ne s'en était pas rendu compte pendant un moment, trop aveuglé par ses nouvelles responsabilités pour regarder derrière mais maintenant qu'il avait ouvert les yeux, maintenant qu'il rassemblait dans son esprit passé et présent en une forme commune et harmonieuse, le jeune épéiste réalisait qu'il s'était perdu durant ces derniers mois. Non, pire encore que cela, il s'était oublié en jetant aux toilettes celui qu'il avait été jadis et, avec lui, les valeurs et les croyances qui avaient fait sa force..ou sa faiblesse. Il avait été tellement préoccupé par le fait de se rendre utile aux autres, par le fait d'apporter à l'édifice qu'il avait totalement oublié la seule question qui importait réellement : que voulait-il, au fond de lui ? Être heureux...être heureux était la seule réponse qui lui parvenait en tête mais celle-ci était loin d'être suffisante, car il y avait autant de façon d'être heureux que de personnes qui cherchaient à l'être. Aider les gens était une chose, cela flattait son ego et lui donnait l'impression d'être utile mais cela n'avait rien à avoir avec la joie, quelle qu'en puisse être la forme. Il avait besoin de plus, d'un sentiment d'importance qui ne soit flouté par son ego et, à titre plus personnel, il ne serait réellement heureux qu'en étant persuadé d'avoir fait le bon choix, d'avoir choisi la bonne voie.
Pendant des mois et des mois il avait réduit au silence cette petite voix lui murmurant que ce qu'il faisait était mal, que se battre n'était pas la solution et il avait fini par se mentir à lui-même, en se disant que ce n'était pas grave, en se disant que si son capitaine était convaincu du bien-fondé de ses méthodes alors il devait forcément avec raison. Comme tout bon subordonné, comme tout bon bras-droit depuis peu, il s'était donc contenté de se taire avec l'espoir que, un jour, il partagerait les mêmes convictions que le Fenice mais ce jour ne vint jamais.
Mais aujourd'hui, face à cette bête du nom de Agrid, le jeune homme avait réalisé son erreur : il avait tenté pendant si longtemps de se battre en avançant à reculons, d'aller contre ses convictions, qu'il n'avait pas pensé à la possibilité de s'ouvrir à l'éventualité qu'il puisse aimer cela, juste pour le défi que cela pouvait représenter. Il avait été tellement obnubilé par le fait de prêcher la paix et de bannir toute forme de violence qu'il avait effacé l'idée qu'il puisse se battre sans être guidé par un plaisir sadique, par une volonté de faire couler le sang.

Il n'était pas trop tard pour ouvrir les yeux, pas trop par pour s'accepter entièrement et laisser cette volonté guerrière fusionner avec l'homme qu'il était déjà. Si son capitaine trouvait quelque chose de positif dans le fait de se battre pour ce en quoi il croyait, pourquoi son bras-droit ne pourrait-il pas en faire de même ?

Il avait donc écouté la proposition et l'avait rejeté en bloc car, comme son capitaine, il ne voulait pas être de ceux qui reculaient à la moindre difficulté. Regrettait-il son choix ? Probablement car il s'était suffisamment battu pour savoir qu'un théâtre de combat aussi immense ne pouvait se finir sans victime et sang versé, il espérait simplement que parmi toutes ces victimes aucune ne lui soit familière. Pourrait-il le supporter, si cela se produisait ? Non, il savait bien que non et préférait lutter pour oublier cette éventualité, pour s'occuper du combat auquel il avait pris part. Mais bientôt Mendela revint à la charge en pointant du doigt la stupidité de sa décision. Fallait-il vraiment que ce pugiliste enfonce des portes ouvertes ? La réplique de Kyoshiro ne se fit pas attendre.


 « Tu connaissais la réponse avant même de me faire ta proposition. Alors, qui est le plus idiot des deux ? »

Il ne voulait pas croire que son adversaire était encore plus naïf que lui, qu'il ne le connaisse pas assez pour espérer qu'il accepte de s'enfuir à la première opportunité. Le jeune épéiste ne réalisait pas que sa fuite pourrait aider le pugiliste d'une quelconque façon, mis à part écraser le manieur de flammes bien entendu, mais il s'en fichait pas mal au final. Il se remit donc en route, frapper encore et encore son opposant en oubliant tout le reste, en repoussant la douleur qui martelait son corps, en oubliant ses compagnons qui risquaient leur vie : seul ce combat lui importait. Chaque fois que sa lame s'écrasait en vain sur la peau du pugiliste sa frustration augmentation, mais pourtant le jeune homme ne laissait pas tomber avec le main espoir que, peut-être, il finirait par percer. Enfin, malgré la douleur et la fatigue, le jeune samouraï continua son assaut jusqu'à acculer son opposant jusqu'au bord du navire et là, l'espace d'un instant, malgré le maintien et le sang-froid dont il faisait preuve, il se laissa griser par sa proximité avec la victoire.

L'idée d'un piège lui traversa l'esprit car Mendela n'était pas du genre à rester immobile au milieu d'un combat, il était un homme qu'on disait indestructible alors pourquoi cette immobile ? Kyoshiro n'y pensa pas, la seule chose qui lui traversa la tête fut le fait d'expédier l'homme par-dessus bord grâce à un seul puissant coup de pied frontal. Il n'y avait que cela à faire, juste cela et il remportait la victoire mais, alors qu'il allait s'avancer, son haki l'avertit de l'état de son camarade et de son bestial adversaire. Non, non, non, non ! Pas si près du but !


 « Tch. T'as de la chance. »

Une grimace mauvaise vint enlaidir le visage du samouraï alors qu'il sentait Agrid lui foncer dessus. S'il sentait qu'il avait le temps d'agir alors il expédierait le coup de pied lumière dans le buste de Mendela pour l'envoyer par-dessus bord mais, suivant la vitesse d'Agrid, il devrait peut-être réviser ses plans. Ainsi, si Agrid devenait sa priorité, ce qui risquait d'être fortement le cas, le jeune homme utiliserait une de ses techniques de déplacement favorite afin de disparaître tel un fantôme, pour se subtiliser à la charge de son opposant. Passant sur le côté, il en profiterait pour faire en sorte que ses deux lames – toujours recouvertes de haki – mordent dans la chair de son adversaire, au niveau de son flanc gauche afin de faire couler encore un peu plus de sang. Suffisant ? Non, pas le moins du monde et si le jeune homme se savait à peu près en meilleur état physique que la bête qui lui faisait face, il savait que le mental d'acier de son adversaire compensait largement cette différence.
Un autre combattant moins endurant et moins féroce aurait déjà courbé l'échine mais pas lui, évidemment pas lui.



 « Agrid !! Et si nous en finissions ?? »

Kyoshiro avait mal, très mal, chaque nouveau mouvement de son épaule le lançait terriblement mais il ne pouvait se permettre de perdre, ne pouvait se perdre d'être moins déterminé qu'Agrid. Ainsi, après s'être écarté de lui, lui lançant un défi afin qu'ils finissent ce qu'ils avaient commencé, le bretteur bondit en arrière et, ouvrant la bouche, expulsa un barrage de tirs lumineux qui viendraient toujours probablement son opposant tout autour que Mendela juste derrière.

Il avait envie d'en faire avec Agrid, d'en finir en beauté. Ils le méritaient bien, tous les deux.

   
   
:copyright: ANARCISS sur epicode
           


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15074
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeHier à 12:16

img_rp
A Light to burn all the Empires,
So bright the Sun is ashamed.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent


Les premiers chocs furent fiévreux et virulents au possible, mais insuffisants pour mettre à mort cette intruse qui méritait assurément le pire des châtiments. Dans les yeux de Lapis brillait une lueur malsaine, qu'on n'avait jamais pu voir en elle. Comme une étincelle de sauvagerie et de bestialité, comme une agressivité hors norme qu'elle avait jusqu'à présent soigneusement tenue dissimulée en elle, soucieuse de ne pas trancher avec l'apparence de poupée délicate qu'elle avait pu se forger au fil des ans. La vérité était toute autre : cette brutalité n'avait pas toujours existé en elle. Elle était née du rapt de sa sœur, de l'agression impardonnable qu'Erika avait menée à l'encontre de l'île des Hommes-Poissons, encore une fois victime de la rareté de ses habitants et du prix qu'ils atteignaient parfois sur les marchés les moins vertueux de la planète. Ses craintes de ne jamais la retrouver, ses peurs de la savoir esclave et d'imaginer qu'elle ait à finir sa vie derrière la vitre d'un aquarium, à divertir un maître débauché et libidineux n'ayant pour lui que le mérite de la richesse, ses craintes avaient fini par susciter en elle la naissance d'une hargne, d'une rage finalement décuplée par l'agression dont Bara était la sanguinaire auteure, et qui faisait en elle écho à l'impuissance qu'elle avait pu ressentir en se confrontant au fait accompli. Tout cela s'était finalement cristallisé de manière à se transformer en une violence inouïe et sans borne, qu'elle n'était pas même certaine de voir apaisée lorsque le corps de cette zoan ne serait guère plus qu'un tas de chaire et d'os brisés, entremêlés étrangement, imbriqués comme ils n'auraient jamais dû l'être. Elle allait continuer comme elle avait commencé, elle allait offrir à cette intruse le goût amer de sa vengeance, allait lui offrir un avant-goût de ce qu'elle réservait aux hordes hideuses, infectes d'Erika Orato. Ce n'était que le début, et sa violence serait croissante, à n'en pas douter.

Mais tout cela prit fin trop vite, trop sèchement, lui laissant dans la bouche un arrière-goût de frustration qui se fit croissant tandis qu'elle comprenait que Molly était désormais à la merci de cette ennemie déloyale. Les gestes de la sirène moururent brutalement, mais son visage se déforma davantage encore, si telle chose était possible. Dans ses yeux se gravèrent une étincelle d'un sadisme qu'elle semblait souhaiter ardemment, comme si on pouvait limpidement deviner la rage qui l'habitait et les sombres desseins qu'elle réservait à cette garce inopportune dès lors qu'elle aurait la possibilité d'éloigner la femme-poisson d'elle. Les menaces assumées de Bara n'arrangèrent assurément pas la situation, et elle se sentit bouillir d'une hargne insoutenable. Ses mains se mirent à trembler tandis qu'elle jouait lentement, presque langoureusement avec l'eau qui se trouvait sous elle, à l'instar d'un prédateur se pourléchant les babines à l'aube d'une mise-à-mort. Sa voix, elle aussi tremblante, tâcha de rappeler l'intruse à l'ordre, de manière à lui faire comprendre qu'un geste indélicat risquait fort de lui coûter la vie.


Si tu la tues, tu n'auras plus de bouclier. Et même si tu l'attaques, elle a plus de chance de s'en sortir de toi. Combien de médecins compétents a-t-on à bord, à ton avis ? Moins que de pirates prêts à te faire la peau, en tout cas.


Le regard de Molly et les mots qui suivirent, en revanche, contribuèrent grandement à générer une accalmie. Le regard de Lapis se fit plus doux, s'embuant même de quelques larmes tandis qu'elle soutenait celui de sa consœur, refusant manifestement catégoriquement d'avoir à la perdre à son tour. L'idée de voir l'un des membres de Tengoku no Seigi succomber lui était insoutenable, quand bien même elle ne les connaissait pas encore tant que ça : ils avaient simplement été bons, humbles et adroits à son encontre, tâchant de lui faire oublier ses peines, même durant une poignée de secondes seulement, pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas seule et qu'elle ne le serait jamais plus. Ils avaient bon cœur, tous, même les plus maladroits et les plus pragmatiques d'entre eux. Ils ne méritaient pas de se heurter à la dureté du monde qu'elle connaissait depuis sa plus tendre enfance : ils étaient destinés à le changer, à l'embellir... Pas à en souffrir. Ils n'en avaient que trop souffert, et elle le devinait sans peine : elle le voyait à la nostalgie affligée dont leur capitaine était accablé lors de ses moments de solitude, sur le pont, dans la bibliothèque ou dans son bureau. Elle le remarquait à l'attitude taciturne et discrète du bras-droit, du vigie et de la pêcheuse, comme si le fait de renouer des contacts intimes leur était pénible, comme si le fait de se rapprocher d'autres personnes susceptibles de disparaître au bout du compte était éprouvant. Elle le remarquait à l'ambiance générale qui régnait sur le Kibo, à mi-chemin entre joie sincère et resplendissante et entre tristesse morne et torve, de laquelle semblait naître leur ambition démesurée, leur impétuosité si remarquable. Elle imaginait sans peine que Nakata n'avait pas toujours été aussi audacieux, et qu'il l'était devenu par la force des choses, par orgueil, sans doute. Et elle trouvait leurs vies d'autant plus injustes qu'ils comptaient indubitablement parmi les âmes les plus pures et les plus agnégatives qui furent.



Tu sors par là, d'où tu viens. Hors de question que tu arpentes les couloirs librement.


La sirène, d'un geste machinal, désigna l'une des ouvertures béantes qui permettaient originellement aux canons de dégueuler leurs projectiles sur les embarcations en approche, ces mêmes canons qui s'étaient tus depuis de trop nombreuses secondes. L'offre de Lapis semblait être inacceptable, mais elle était en vérité plus optimiste tout de même que le fait de se confronter à nouveau à la rage froide et indicible de la pirate. Bara ne sortirait pas vivante de cette cale si elle s'obstinait, cela allait sans dire. Restait à voir si la criminelle intruse allait accepter cette condition, ou si elle allait tenter de grappiller une sécurité supplémentaire. Dans un cas comme dans l'autre, Lapis semblait peu disposée aux tractations interminables, en l'état : mieux valait donc miser sur une résolution de ces pourparlers plutôt prompte.


Ils étaient en position, prêts à combattre face à l'adversaire le plus redoutable qu'ils aient jamais eu à confronter personnellement. Ils savaient, au fond d'eux-mêmes, que Nakata, Groogal et même assurément Kyoshiro auraient pu débouter cet étrange pugiliste débordant de force en un claquement de doigts, qu'ils auraient pu le contraindre à la fuite ou, a minima, le balancer par-dessus bord... Mais aucun de ces trois cadors ne se trouvait actuellement sur le Kibo. Voilà pourquoi ils prenaient humblement ce rôle, voilà pourquoi ils s'apprêtaient à s'exposer aux périls les plus dantesques qu'ils aient jamais eu à soutenir du regard... Voilà pourquoi ils se tenaient droits et fiers, inébranlables comme ils se devaient de l'être, dans l'optique solidaire de protéger leurs nouveaux compagnons d'infortune, trop inexpérimentés pour pouvoir espérer survivre face à un colosse de cette envergure. Les chasseurs de primes et Titia n'étaient pas exclus des plans de Damon : pour le bras gauche du Fenice, le plus important était simplement de parvenir à gagner du temps. A trois, ils pouvaient jongler de telle sorte que l'ennemi soit déboussolé, qu'il ne parvienne pas à se saisir de l'un d'entre eux... Du moins l'espérait-il de tout cœur. Ses dents grincèrent tandis qu'il brandissait le Wado Ichimonji d'autant plus fermement, ses yeux se baladant promptement de l'endroit où le Phoenix livrait bataille jusqu'à celui ou la Lumière se déchaînait incessamment. Ils avaient leurs combats... Il avait le sien. Ils l'avaient distancé, l'un comme l'autre, prenant le pas sur lui quant au plan martial, reléguant ses propres exploits au rang d'actes insignifiants, lui enseignant l'humilité de la plus brutale et indélicate des manières. Il ne leur en voulait pas, n'avait pas à leur en vouloir, et destinait plutôt cette frustration à un sentiment d'auto-flagellation : il exécrait sa propre faiblesse, sa propre condition trop modeste. Il aurait aimé être capable de faits d'armes héroïques, de prouesses historiques, afin de délester Nakata d'un semblant de ses responsabilités, au moins une seule et unique fois. Mais il ne le pouvait pas. Il n'était qu'un bretteur, certes fin et habile, certes intelligent et pertinent, certes précis et réactif, mais trop lent, trop faible, trop imparfait. Il devait prendre des responsabilités à la mesure de ses compétences : il devait faire en sorte d'encadrer les progrès ahurissants de ses frères d'armes et de les soutenir au mieux...

Quand le lieutenant d'Hadès menaça de passer à l'attaque, quand son haki de l'observation prévint le désormais borgne du danger qui planait au-dessus d'eux, aussi tangible qu'inexistant, il prit une décision radicale qui coupa purement et simplement l'herbe sous le pied de ses camarades. Hiko était blessé au pied, et avait déjà eu grand peine à contenir un seul et unique malheureux assaut de la part de leur adversaire... Alidia était trop fragile, et ses esquives seraient rendues quasiment impossible si on partait du principe que cette armoire à glace disposait du haki. Il était le seul. Le seul en mesure de jouer le rôle de l'appât.



Viens par là, enflure !


Il projeta une lame d'air en direction de son agresseur, sachant pertinemment qu'elle ne le retiendrait guère : il voulait simplement attirer son attention... et cela fonctionna au-delà de ses attentes. La brute épaisse se jeta à sa rencontre, avec une vélocité qu'il ne soupçonnait guère jusqu'alors : il fit en sorte de retarder le moment fatidique de leur confrontation en faisant volte-face, et en se précipitant jusqu'au bastingage le plus proche. Il était habile, sans doute plus que leur ennemi dont le corps patibulaire devait être contraignant : il pouvait user les cordages comme une voie de secours que l'adversaire n'était potentiellement pas à même d'emprunter.



Damon ! Abruti ! Non !


Ils était sourd aux injures qu'Alidia proférait, car il savait pertinemment qu'elle aurait préféré que ce rôle d'appât lui soit attribué. Il comprenait sa posture, car il commençait à la connaître, et car ils étaient, lui et Hiko, tous les deux d'ores et déjà blessé. Néanmoins, le vigie ne regrettait en rien son audace : son œil perdu était dérisoire, lorsqu'on prenait son haki de l'observation en considération. Sa vue n'était plus le sens privilégié qu'il était des mois auparavant... Il pouvait s'en passer, a fortiori face à un monstre de cet acabit, car il devait privilégier son sixième sens. Sixième sens qui ne lui fut d'aucune espèce d'utilité lorsque les poings brutaux de Baldr heurtèrent le pont trop robuste du Kibo : il s'attendait à ce que cette brute idiote veuille le faire choir jusqu'à l'étage inférieur de la plus abrupte des manières... Et il comprit un instant trop tard qu'il s'était montré affreusement hautain, d'une manière qui risquait de lui nuire bientôt. Son appui dérobé, il glissa et plaça un genou à terre, après une roulade certes adroite, mais trop lente : l'ennemi était quasiment sur lui. Il le sentait, à peut-être cinq ou six mètres, grand maximum... Il n'avait plus le temps de s'enfuir. Une sueur froide l'harassa tandis qu'il voyait au ralenti l'éclat de la foudre briller sur le Wado Ichimonji, tandis que les pétarades tournaient au ralenti, tandis que le vent se faisait moins violent, tandis que les capitaines eux-mêmes semblaient se montrer moins véloces, moins rapides. Puis il comprit avec horreur que toute la scène semblait ralentir, témoin indubitable du fait que son adrénaline prenait le pas, que son organisme tout entier avait pris conscience du fait que c'était la mort qui, là, à quelques pas, le toisait déjà.
S'il ne bougeait pas, il était mort.



Aika !


La voix d'Alidia claironna, dans son dos, insufflant à son cœur un semblant d'espoir, un semblant d'ardeur. Elle était là. Ils étaient là. Le souvenir de leurs rencontres se fit plus ferme, plus présent. Les couteaux plurent sur Baldr, même si la pêcheuse eut l'intelligence de ne pas tous les gaspiller de la sorte, sachant que cet agissement ne serait guère plus qu'une diversion : elle avait été projetée à vive allure par la hache d'Hiko, sur laquelle elle avait pris appui, et elle usa des cordages pour se réceptionner adroitement et retomber au sol non loin du Nebula, le tout en utilisant une autre de ses techniques et en revêtant sa forme hybride.



Ressho !


Son objectif était limpide : enrouler un fil autour de la main gauche de Baldr, et tirer dessus aussi virulemment que possible. Elle savait que sa propre force serait insuffisante pour parvenir à cette fin durablement, mais elle estimait possible de déstabiliser cette brute épaisse au moins un dixième de seconde... Dixième de seconde qu'Hiko, un peu plus loin, tâcha de mettre à profit. Il était trop lent pour imiter les agissements de la belle, a fortiori au regard de sa cheville certes superficiellement touchée, mais touchée toutefois : il se cantonna donc à une offensive à distance, qui menaçait les mollets de l'intrus belliqueux.



Skriker Vind !


Leurs deux actions pouvaient déconcentrer ce colosse, ou, a priori, lui faire perdre une ou deux précieuses secondes. Alidia ne se risquerait pas à engager un bras de fer avec ce membre de la flotte d'Hadès : dès qu'elle le sentirait opposer résistance, elle lâcherait le fil et décamperait au besoin. Hiko, quant à lui, tenterait de se rapprocher encore un peu : il était certes absolument incapable de survivre à une déferlante de coups de la part de ce cador, mais il pouvait au moins le tourmenter grâce à l'allonge de son arme, et grâce à son haki de l'armement.
Et Damon, de son côté, sentit son cœur battre brutalement. Ce fut comme le coup qu'il attendait qu'on délivre docilement, comme le déclencheur d'une nouvelle vie, comme le signal qu'il lui fallait pour comprendre que tout n'était pas perdu. Il était faible, certes. Loin de pouvoir briller avec la même efficacité que Kyoshiro ou que Nakata, loin de pouvoir traverser les âges avec la sagesse de Groogal, loin de pouvoir seconder son capitaine avec l'audace d'Hato... Mais il était là. Il était devenu un homme qu'il aurait sans doute respecté, au cours de son enfance : et il avait toutes les cartes en main pour prouver qu'il ne déméritait pas. Qu'il n'était pas devenu le bras gauche du Phoenix uniquement par accointances. Qu'il était, à sa manière, un guerrier.



Satsujin-sha wa ishi...


Une aura rouge se manifesta, suintant de tous les pores de sa peau, l'enveloppant finalement comme le témoin d'une renaissance, comme le héraut d'une nouvelle peau pour ce vigie, qui avait jusqu'à présent toujours choisi l'ombre, qui avait jusqu'à présent toujours privilégié la discrétion. Il ne serait jamais à la hauteur de Nakata, et il avait pris conscience de ce fait indéniable dès lors leur première rencontre, des années plus tôt, alors qu'ils servaient tout deux au sein de la révolution d'Arias.
Cela ne le destinait pas à devenir un boulet, un homme inutile, à la présence dérisoire et dispensable.
Il n'était pas qu'un conseiller adroit, que le ciment provisoire d'une stratégie bégayante.
Il était le bras-gauche du Phoenix, son plus fidèle et ancien porte-parole... Il était Damon Hasabusa.

Ses gestes, plus rapides, plus adroits et plus virulents que jamais, lui permirent de se redresser et de tournoyer, plantant ses yeux dans ceux de cet immonde grossièreté venue spécialement pour les abattre : ses appuis fermes ne faiblirent pas tandis que le Wado Ichimonji dansait, dans le but d'harceler le torse du Nebula et de l'ouvrir de part en part, grâce à une multitude d'entailles toutes plus profondes les unes que les autres. Pour la première fois depuis longtemps, Damon attaquait pour exterminer, sans la moindre retenue ni le moindre pardon.
Ce type devait mourir.



Hosō !





Oï ! Le chasseur !


Il avait été repoussé, prodigieusement évincé de ce conflit opposant deux Rois, tandis que le Peintre prenait la décision de se confronter au Yonkou en solitaire. Pourquoi telle décision ? Nakata avait un mal fou à en comprendre les tenants et les aboutissants, mais il savait également, d'instinct autant que de raison, que l'heure n'en était pas encore aux calculs et à la réflexion. Peu importaient, dans le fond, les états d'âmes de Mijushike et les raisonnements les plus complexes derrière ses agissements. Ils se devaient de vaincre Hadès, ou a minima de graver dans sa chaire et dans ses muscles une leçon d'humilité qu'il n'oublierait pas de si tôt... Car s'ils n'en étaient pas capables, personne ne réaliserait tel exploit en leur lieu et place. Le musicien devinait la situation inextricable, sur le Kibo, mais il tâchait de l'ignorer aussi ardemment que possible en se basant sur une idée aussi horrible que limpide : s'ils ne parvenaient pas à défaire le Tenryon, la situation y serait de toute manière inqualifiablement pire. Ses dents, métamorphosées sous l'aspect d'un bec, se crispèrent tandis qu'il se stabilisait péniblement, quelques mètres sous la confrontation fatidique qui s'annonçait. Un bref contrôle du haki de l'armement qui tournoyait autour de ses ailes lui permit de comprendre qu'il n'en avait jamais généré et condensé autant : mais c'était encore trop peu. Trop peu pour mettre un terme indélébile à cette confrontation, trop peu pour faire choir l'Empereur de son piédestal, trop peu pour lui enseigner cette cuisante leçon qui lui tenait tant à cœur... Frustré, l'ancien corsaire troqua sa forme totale contre sa forme hybride reprenant l'aspect divin d'un ange : ses ailes battirent les airs, furibondes... Et en un éclair, il se retrouva sous les pieds du chasseur, qu'il repoussa du dos de sa main gauche, le projetant dans les airs et prenant inévitablement sa place face à la vindicte revancharde du vieil homme rajeuni.



Quoi qu'il arrive, finis-le ! HADES ! Je suis ton ennemi ! Frappe-moi avec tout ce que tu as, parce que si tu ne le fais pas...


Ils n'avaient pas le choix. Ils ne l'avaient jamais eu. Hadès ne pouvait pas être vaincu sans sacrifices, sans encourir de véritables risques. Le musicien savait qu'il jouait gros, qu'il pouvait finir sa course dans l'autre monde, qu'il s'exposait à des périls qui, cette fois-ci, risquaient bien d'avoir raison de son invulnérabilité salvatrice à plus d'un titre... Mais il était pieds et poings liés. La bataille navale, devenue anxiogène au possible depuis que les éclats provoqués par Kyoshiro et les rugissements de Groogal s'étaient faits remarquer loin du titan de bois d'adam qu'était le Kibo, le poussait à cette extrémité aussi héroïque que stupide. C'était ici et maintenant que l'issue de cette guerre devait se jouer, car ils n'auraient rien à tirer d'un prolongement qui se déroulerait assurément en leur défaveur.
La totalité de son haki de l'armement se mit à vrombir, à persifler, et à tournoyer autour de son seul bras droit, puis de son seul poing serré. Condensé de la sorte, il apparaissait clairement, tranchant singulièrement avec l'aspect sanguin du haki du Tenryon grâce à sa blancheur immaculée et neigeuse, comme le reflet de la pureté éthique et morale du Fenice, comme le témoin indubitable de sa grandeur d'âme. Il le savait : il n'allait pas pouvoir relâcher sur Hadès l'enfer qu'il aurait aimé invoquer. Il était trop tôt pour cela, même si le fait de se porter au corps-à-corps lui offrait la certitude de faire mouche, quitte à s'exposer lui-même. Restait à savoir s'ils allaient survivre à cette confrontation qui, à coup sûr, demeurerait longtemps gravée dans la légende... Ou si deux tombes allaient pouvoir s'ajouter à celles que l'Histoire avait pu empiler jusqu'à eux.



JE ME RELÈVERAI ENCORE ! JISATSU !


La tornade condensée se mit à hurler tandis que son poing se dirigeait tout droit vers le haki avancé d'Hadès, cherchant une confrontation qui pourrait éventuellement flatter l'orgueil du Roi... Ou provoquer sa perte.
Nakata le savait pertinemment : même son fruit ne le sauverait pas, considérant la dose de haki colossal qu'il s'apprêtait à relâcher, considérant les flots qui s'agitaient sous eux, considérant la virulence du vieillard. Il allait choir... Et finirait par se noyer si nul ne lui portait assistance. Mais c'était la vie qu'il avait choisi de mener. Il avait été forcé de choisir entre sa survie personnelle, celle de son équipage, ou la sécurité de milliers d'âmes. Car nul ne pouvait l'ignorer : Hadès ne s'arrêterait pas à la seule flotte des chasseurs de primes. Son courroux allait prendre des formes bien diverses, autant de formes qui seraient susceptibles de nuire tragiquement au plus grand nombre... Autant de formes qui ne sauraient naître, pas du vivant du Phoenix, pas tant que sa veille bienveillante s'éternisait. S'il devait choisir entre sa vie et celle de millions d'âmes innocentes...

Il avait choisi, depuis toujours.




Lapis s'interrompt mais sème son grain de sel.

Pour le combat sur le pont je ne mets que les tech de Damon, les autres étant déjà intervenues plus tôt dans le RP (et la narration faisant le café, je l'espère !)

Lvl 28 :
Satsujin-sha wa ishi : Une enveloppe rouge sang se dessine autour de Damon. Sa vitesse et la puissance de ses coups grandissent alors considérablement pendant une minute. Cette technique l'épuise cependant singulièrement et il ne peut la faire que trois fois pendant un combat avant de s'évanouir.
Lvl 30 :
Hosō : Damon donne une succession de coups d'épées horizontaux et verticaux face à lui, parfaitement perpendiculaires. La cible devant lui se retrouve alors quadrillée d'estafilades, en une seconde.

Nak joue le tout pour le tout et utilise Jisatsu après avoir éjecté Mijushike vers le haut.
Lvl 50 : Jisatsu : Nakata utilise Raphaël no Yuutsu... Au corps-à-corps. Il bondit sur l'ennemi et tente de le percuter frontalement en plus de relâcher une densité extraordinaire de haki, libérant ainsi une explosion cataclysmique dont il est l'épicentre. Pratique pour toucher un ennemi avec cette arcane destructrice, beaucoup moins pour engager un combat sur le long terme : l'utilisation de cette technique le rend léthargique pendant près d'une minute.


Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Le forumhaiti face à l'histoire d'Haiti de 1986 à 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Le Nouveau Monde-