Partagez
 

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15116
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeVen 10 Mai - 21:58

img_rp
A Light to burn all the Empires,
So bright the Sun is ashamed.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent




Diamant... Opale !


Alors que les canons n'en finissaient plus de laisser parler la poudre, alors que certains affrontements laissant libre cours à la puissance démesurée d'un petit nombre de combattants expérimentés semblaient peser plus lourd dans la balance que les efforts considérables déployés par la masse grouillante, alors que les vagues tonitruaient en percutant les coques fébriles qui sillonnaient cet océan au proie au chaos, il était une femme qui continuait, obstinée, à assouvir sa besogne sans prêter attention au Phoenix et à son chevaucheur qui dansaient, loin, là haut, en proie à des assauts qui auraient pu détruire des îles, et qui l'avaient certainement déjà fait. Il était une femme qui ignorait de son mieux le gigantesque bâtiment naval apporté par la Triade, dont la grandeur écrasait le reste du champ de bataille et dont l'avancée irrépressible n'en finirait plus de semer pêle-mêle les cadavres des hommes et des bateaux. Il était une femme qui ne cherchait ni la gloire, ni l'argent, ni la puissance, ni l'affection des siens : juste leur sécurité... Leur protection. Ses gestes experts et habiles plus que puissants lui permirent de catapulter une nouvelle fois une large colonne d'eau jusqu'au Kibo, et la majeure partie de ce flot s'infiltra par la meurtrière comme les fois précédentes, rajoutant encore un peu d'eau à la pataugeoire qui se formait déjà, aux pieds des combattants qui séjournaient là, et qui se déversait petit-à-petit dans les niveaux inférieurs de la cale pour y stagner jusqu'à ce qu'on la chasse. Ne laissant pas le temps à cette ressource précieuse de s'enfuir davantage, la femme à queue de poisson surgit d'un bond gracieux que les flots capricieux rendirent possible : à peine fut-elle à nouveau aux côtés de ses pairs qu'elle chercha d'un regard acéré la présence responsable du grabuge qui avait régné ici bas, lors même que leurs canons semblaient leur offrir une protection salvatrice contre l'affluence hideuse de ces bandes infinies. Ses gestes vindicatifs impliquèrent alors une riposte imminente : la délicate et frêle sirène devenait un monstre impitoyable, et elle libérait bien malgré elle la hargne entretenue contre la personne d'Erika Orato sur la première personne qui était à ses yeux digne de servir de réceptacle à sa folie furieuse.



Saphir !


Il n'y avait pas assez d'eau sous elle pour qu'elle puisse utiliser son art au summum de sa puissance. Mais elle n'en avait pas besoin. L'ennemi était une maudite : elle était en espace clos, et en infériorité numérique. Les deux mains de Lapis agrippèrent les vaguelettes timides sous sa queue et la transformèrent alors en une projection à haute vitesse, qui se dirigea vers Bara pour la percuter de plein fouet et la retenir contre le mur sur lequel elle avait eu le malheur de prendre appui. Lapis, qui venait d'arriver, avait la chance de ne pas avoir été déséquilibrée par l'irruption remarquable et remarquée de Baldr : elle entendait bien en tirer profit. Aussi continuerait-elle à utiliser Saphir aussi longtemps qu'il le faudrait : elle malmènerait l'intruse en la fracassant contre le mur encore et encore, sachant pertinemment que le bois d'adam céderait après ses os, après ses muscles, après sa chaire.
Elle allait réduire cet odieux serpent à l'état de bouillie sanguinolente. On ne lui prendrait jamais plus personne.

(>°-°)>



Il a pas l'air commode...



Comme tu es observateur...


Pouic avait été balayé facilement. Trop facilement, même : c'était à la limite de l'irrespect, du point de vue des pirates de Tengoku no Seigi, qui voyaient la quasi intégralité de leurs envahisseurs s'effacer derrière une seule et unique silhouette. Comme s'ils ne méritaient pas davantage d'assaillants, comme s'ils n'avaient, en l'état, pas la moindre chance de triompher... y compris s'ils jouissaient du support apparemment désintéressé et loyal des chasseurs de primes. Hiko et Alidia se mirent immédiatement en garde, sachant qu'ils seraient nécessairement les proies privilégiées de cet agresseur au gabarit hors norme, et cela même du point de vue du médecin borgne : ils étaient non seulement en première ligne, mais ils s'étaient également clairement démarqués jusqu'à présent grâce à leur combativité remarquable, et à leurs compétences certes très différentes mais néanmoins peu ou prou égales... et surprenantes. Aussi s'attendaient-ils à la charge de Baldr lorsqu'elle arriva : cela ne leur rendit pas la tâche aisée pour autant. Si la blondinette, qui n'était pas ciblée, n'eut aucun mal à se dégager de là d'un bond, balançant par la même un de ses couteaux en direction de la cheville droite du pirate pour commencer à endiguer ses mouvements et à restreindre ses possibilités à venir, le botaniste fit l'erreur de privilégier une posture statique et robuste, plaçant simplement sur la trajectoire de l'ennemi une hache fermement maintenue et renforcée par le haki de l'armement qu'il invoquait abondamment depuis le début des festivités. Si cela lui permit d'amortir partiellement la férocité du coup qui menaça de l'atteindre, lui évitant de l'encaisser frontalement, il n'en fut pas moins soufflé par la force magistrale dont disposait le lieutenant du Yonkou. Il fut projeté vers l'arrière, et seule la solidité du bastingage fut l'auteur de son salut, au prix d'une quinte de toux à demie-étouffée.



Hiko !



Concentre-toi, Alidia ! Himitsu āmu : Raion !



Damon, tu...


Damon avait quitté son poste, pour la première fois depuis le début du conflit : il semblait avoir estimé que les menaces qui pesaient sur Natalia n'étaient plus prioritaires... Voire qu'elles étaient quasiment inexistantes. En l'état, le plus gros risque pour l'équipage, c'était évidemment Baldr : voilà pourquoi il venait d'envoyer dans sa direction un lion rugissant, formé d'un revers maîtrisé de son épée. La créature n'allait probablement avoir aucun effet, sinon celui de causer une légère distraction qui leur ferait gagner du temps... Chose nécessaire pour permettre à Hiko de se redresser et de retrouver un semblant de sa contenance. Il avait été malmené et franchement secoué, c'était indubitable, mais il était aussi solide qu'il semblait l'être : il lui en faudrait plus pour tomber...



Ça va être à nous trois, on dirait...



Son revers est plutôt bon, je dois admettre...



Ne vous faîtes pas tuer.


Hiko devant. Alidia derrière. Damon sur sa droite. Le colosse et sa force explosive allaient avoir de quoi faire : trois des fers de lance de Tengoku no Seigi l'encadraient dorénavant, et à leurs visages figés dans le sérieux et la concentration, on pouvait facilement deviner qu'ils ne plaisantaient plus...




Un poste sans "partie de Nak", qui se bat juste en arrière-plan. C'est convenu avec Hez !

Lapis a enfin suffisamment d'eau pour agir. Elle revient à la charge et essaye de fracasser Bara contre le mur, encore et encore !

Alidia essaye de toucher Baldr au niveau de la cheville quand il attaque Hiko. Hiko essaye de bloquer... avec un succès plus que relatif. Il est projeté en arrière, incapable de lutter contre la force de Baldr, et ne doit sa survie qu'à l'intervention de Damon, qui projette un lion sur Baldr. 3v1 incoming.

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 861
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue123/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (123/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeDim 12 Mai - 22:55

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

The Catalyst - Linkin Park

Quand elle sentit sa dague s'enfoncer dans le corps de son adversaire, Kari sut qu'elle tenait une seconde victoire, même infime. Si elle était capable de la blesser ainsi, elle serait capable de recommencer encore et encore, jusqu'à l’affaiblir totalement. Ou... Peut-être qu'elle n'en aurait pas besoin. Ki avait été touchée au poumon, blessure dont elle pourrait sans doute s'en tirer assez difficilement, à en croire le sang qui se mêlait à l'air et qu'elle tentait d'évacuer en crachant derrière son masque, ce que la Crown ne put voir de suite.

Elle venait de pousser Ki à mettre un pied dans la tombe. La rousse chercha à retirer son autre dague, celle qu'elle n'avait pas réussi à tourner dans la chair de son ennemie, mais la blonde la retenait encore.

Lorsque l'assassine lui jeta un compliment, sorti presque de nulle part, Kari allait répondre, mais avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, elle fut, avec stupeur, tirée en arrière par les jambes, la faisant tomber de tout son long alors qu'elle tenait fermement ses armes.

Une manœuvre d'un nouvel ennemi qui avait aperçu l'état de Ki ? Dans le même temps, un léger souffle d'air lui frôla le haut de la tête et qui fit bouger quelques-uns de ses cheveux.

Est-ce qu'on venait de la faire tomber sciemment pour qu'elle esquive le projectile qui avait failli se planter dans son crâne ? La Crown n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il lui était arrivé qu'une voix inconnue s'identifia comme alliée. Kari tourna la tête dans la direction de l'homme-chien, dardant un unique œil vert sur lui, avant de se retourner dans la direction des désormais deux assassines.
- Je te retourne le compliment, finit par lâcher Kari à l'attention de Ki, pendant que les deux jeunes femmes disparaissaient derrière un écran de fumée.
Car la demoiselle masquée l'avait tout aussi bien visée. L'adrénaline n'était pas encore retombée et la douleur était déjà cuisante. Elle sentait le sang couler, ruisseler le long de son visage en compagnie des nombreuses gouttes de pluie qui venaient le diluer. Toutes deux avaient planté leurs courtes lames dans la chair de l'autre, et toutes deux seraient marquées à vie.

Kari finit par attraper la main tendue de Walker tout en le remerciant, surtout pour lui avoir sauvé la vie. Mais elle n'eut pas le temps d'être complètement debout qu'elle se retrouva déséquilibrée par une violente secousse.

L'ancienne chasseuse de primes, après finalement s'être entièrement remise sur ses deux jambes, tourna derechef la tête dans la direction d'où venait le choc qui avait ébranlé le navire entier. Son œil s'écarquilla quand elle découvrit la silhouette massive de Baldr, dont elle reconnut le visage patibulaire presque immédiatement pour l'avoir maintes fois croisé sur des avis de recherche. Baldr, au service d'Hadès. Un colosse que la rouquine aurait espéré ne pas croiser, surtout dans son état.

Se ressaisissant, elle prit la décision de fuir à l'intérieur du navire en quête de la doctoresse. Mais avant, elle chercha Ruthven du regard, et une fois trouvé, lui cria quelques mots :
- Rentre aussi Ruthven ! Ce combat n'est pas pour nous.
Une fois cela dit, Kari  se faufila pour rejoindre  la porte menant à l'antre du navire sans plus se préoccuper de savoir si le vampire la suivait ou non. Une fois la porte fermée, la demoiselle prit le temps de souffler une seconde et de ranger ses dagues dans leurs fourreaux. Elle passa lentement une main sur la paupière abîmée, tentant de ne pas appuyer sur la plaie inutilement. Ce qu'elle souhaitait, c'était enlever le sang pour enfin pouvoir ouvrir l'œil et connaître les dégâts. Elle serra les dents, un doigt passa sur ses cils et sa paupière se souleva très peu. Assez néanmoins pour que, l'espace d'un instant, l'œil capte des couleurs et des formes. La paupière se rabaissa immédiatement et un maigre soupir de soulagement fendit les lèvres de la manieuse de dagues. Son œil était intact.

Pour autant, ce n'était pas la fin du calvaire. Alors qu'elle avait repris son chemin en direction de l'infirmerie, pensant trouver Lilianna là-bas, l'adrénaline retombait petit à petit, et la douleur se faisait de plus en plus présente. Pour couronner le tout, le sang coulait encore, et la main qu'elle avait passé sur son œil en avait étalé, lui donnant un drôle d'air.

Kari finit par baisser le regarder et lorgner sur le t-shirt blanc qu'elle portait et qui dépassait de sous sa veste. Elle sortit l'une de ses dagues, tira de l'autre main sur le vêtement qui dépassait et l'entailla avec sa lame pour en prélever une large bande qu'elle roula en boule après avoir rangé sa dague.

Sans plus tarder, toujours à la recherche de Lilianna, elle commença à tamponner une partie de sa blessure à l'aide du tissu, qui originellement blanc commença à se teinter de rouge. Ça allait au moins lui permettre de pouvoir éponger un peu. Puis elle finit par laisser le tissu appuyer sur la partie de la blessure qui laissait sortir le plus de sang pour colmater.

C'est donc ainsi qu'elle finit par tomber sur la doctoresse, en compagnie du corps de Cara. Tout de suite, le regard de la Crown glissa sur la lieutenante d'Eko Taka. Et se révéla à elle, devant l'immobilité, les traces que commençaient à laisser la mort sur sa proie et l'inactivité de Lilianna, le sort de Cara. Elle n'avait pas survécu. Kari resta un instant interdite et en oublia presque sa blessure. Elle n'était pas attristée par sa mort, elle ne la connaissait même pas. Non, ce qu'elle voyait déjà, c'était les représailles d'un Empereur sur eux, et franchement, ils s'en passeraient bien. Surtout elle, qui avait tout fait pour la maintenir en vie tout en s'assurant qu'elle ne les tuerait pas.

Puis la vie reprit son cours. L'ancienne chasseuse de primes héla la doctoresse.
- Lilianna ! Laisse tomber ça pour l'instant, j'ai besoin de toi. Occupe-toi des vivants, tu ne peux plus rien pour elle.
Dès lors, elle s'adossa au mur et se laissa tomber au sol, enlevant avec soin le morceau de tissu qu'elle avait compressé sur une partie de sa plaie.

Il fallait qu'elle y retourne. Chaque combattant comptait, et elle était toujours apte à faire quelque chose de ses dix doigts.
- Fais le minimum, il faut que j'y retourne le plus vite possible. C'est le bazar dehors.
Ce faisant, elle laissa la blondinette faire son œuvre. Pendant ce laps de temps, son esprit commença à vagabonder, pas sur la guerre qui faisait rage au moment même, mais sur quelque chose à l'opposé, quelque chose qu'elle voulut calme et reposant.
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer."
C'étaient les seuls vers qu'elle se rappelait. La mer était enragée ce soir. La mer se déchaînait, comme eux.
Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.
Les vagues frappaient la coque, la douceur du bruit contrastant avec la bataille que les humains se livraient. Elle était là, prête à les embrasser, prête à les cueillir dès qu'ils tomberaient, prête à les voir se tordre pendant qu'ils sombraient. Tout était dangereux ici, aussi bien l'environnement que les hommes.

La Crown chassa cette vision de son esprit, se concentrant et tentant de s'imaginer le son apaisant des vagues s'échouant sur une plage. Ses muscles se décontractèrent petit à petit, et bientôt son âme fut aussi lisse que l'eau dormante. Jusqu'à ce que, avec un léger sursaut, revint à elle une image qui la fit frissonner : elle, se penchant au bord d'une eau calme en apparence, et qui voulait la happer. La même image qui l'avait fait sortir de sa torpeur avant tout ça.
Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !
Qu'est-ce que tout ça pouvait bien vouloir dire ? Qu'est-ce que son cerveau lui faisait imaginer, quel travers sombre la guettait ? Était-ce seulement une sorte de présage, ou bien une imagination qui ne lui voulait pas que du bien ?


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
Au milieu de cette eau tumultueuse, une chose semblait être à contre-courant. Une créature, qui se baladait avec habilité dans cet environnement marin, dotée d'une puissante queue de poisson qui lui permettait de nager avec efficacité. Lapis œuvrait, manœuvrant avec agilité le liquide qui l'avait vu naître. Nul doute qu'elle était dans son élément, comme aurait pu l'être Molly. Après tout, elles étaient toutes deux originaires de l'île des hommes-poissons, peuple sous-marin qui recelait encore bien des secrets pour le commun des mortels.

Le fusil d'Aldero ne put encaisser le sol et vint appuyer violemment contre le torse de son propriétaire, en dépit de toute la volonté qu'avait mis ce dernier à retenir le coup. L'air s'échappa de sa trachée une seconde, une seconde qui suffit pourtant, avec la rudesse du choc, à lui faire écarquiller l'oeil. Sur cet oeil grand ouvert, la pupille finit par monter, doucement, entraînant avec elle l'esprit du pauvre homme dans les limbes de l'inconscience. Le corps bascula en arrière, beaucoup plus loin que sa position, suivi par un mouvement ample du manteau qu'il portait et un bruit d'étoffe. Les mains restèrent légèrement crispées sur le fusil.

Pat regarda la scène avant de croiser le regard de Molly. Il ne restait plus qu'eux deux. D'un geste rapide, il déposa Hinami sur un canon, la mettant ainsi hors de portée de l'au pour l'instant. Et il ne réfléchit pas. En un clin d'oeil il se transforma en atèle, se retrouva sur le canon sur lequel il venait de déposer la tontatta et se prépara à sauter. D'une détente agile, il décida de bondir sur Bara, utilisant sa queue de singe comme d'un balancier pour garder une trajectoire maîtrisée. Et peu avant l’atterrissage, il se transformerait en humain, afin de mettre tout son poids sur la jeune femme et de pouvoir la faire tomber dans l'eau. Lui aussi était maudit, il savait qu'il se condamnait également par ce geste. Mais affaiblir la femme-serpent était la priorité. Molly pourrait se charger d'elle après... Voire Lapis si elle revenait. Ses pieds frôlèrent le sol avant l’atterrissage, au moment de la gigantesque secousse qui ébranlait le navire. Si Bara pouvait se raccrocher au mur, Pat en serait incapable et basculerait donc vers l'avant avant de pouvoir réellement se réceptionner. A voir s'il emportait quand même l'intruse avec lui.

L'arrivée de Baldr ne provoqua pas que des problèmes. Un clignement d'yeux. Puis un deuxième. Son regard se fit papillonnant, dévoilant par intermittence deux yeux bleus. Son premier réflexe fut de se décoincer. Un gémissement de mauvais augure sortit de sa bouche et elle arrêta son mouvement. Où se trouvait-elle ? Que lui était-elle arrivée ? Son esprit était encore flou pour l'instant.

Elle l'avait touchée avec ses pointes d'air. Le début d'une victoire assez maigre. Elle vit une nouvelle fois l'eau s'engouffrer par une meurtrière, et cette fois, elle n'eut pas besoin de regarder qui en était la cause, elle le savait déjà.
- Lapis !
L'exclamation fusa, signalant à la sirène qu'elle était plus que la bienvenue dans cette bataille. L'eau... la femme-poisson n'avait pas le talent de Lapis pour la diriger, la modeler et naviguer en son sein. Mais elle pouvait quand même si mouvoir, plus aisément qu'un humain en tout cas. Molly tint bon lors de la secousse, se rattrapant sur son trident qui heurta le plancher sur les pointes avec un "toc" bruyant. Molly ne perdit pas un instant. Elle réitéra ses pointes d'air, troublée un instant par le précédent mouvement de Pat. Puis, elle suivit son attaque, avançant jusqu'à Bara dans le but de l'embrocher dans le même temps que Lapis, à côté d'elle, cherchait à la broyer contre la coque. Elle tiendrait bon, elle. Elle le pouvait. Elle était née au sein des courants.
Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !
C'était désormais une bataille entre la mer, ses occupants et les hommes, dans l'antre du Kibo. Voilà des siècles que les humains dénigraient leurs semblables mi-hommes, mi-poissons. Il était temps de leur montrer qu'ils n'étaient ce que l'on avait dit d'eux. Il était temps, pour ces deux créatures, de se battre côte-à-côte, comme ce à quoi elles auraient pu être destinées. Et de sauver leurs compagnons, leurs compagnons humains. Il était temps de montrer la puissance dont était capable le peuple sous-marin, de montrer aussi leur bienveillance et leur indulgence qui n'avait pas forcément lieu d'être au gré de leur histoire. ll était une histoire d'amour, de fraternité et de haine, entre l'homme et la mer.
L'homme et la mer, Charles Baudelaire
Codé par Kari Crown




Du côté des pnjs > La coordination c'est pas leur fort. Aldero fait un bon dodo. Alicia se réveille à cause de la secousse provoquée par Baldr. Elle est néanmoins encore dans le cirage et toujours encastrée dans le mur. Pat, lui, se transforme en Atèle après avoir déposé Hinami et tente de bondir en direction de Bara, avant de se retransformer avant l'arrivée. Ses pieds touchent quasiment le sol (ça se joue à un cheveu quoi, c'est pour ça que ça le déstabilise quand même), l'arrivée de Baldr le déstabilise et il bascule vers l'avant. Molly attaque Bara avec des pointes d'air, puis fonce sur la madame-serpent dans le but de l'embrocher. Comme Lapis est à côté d'elle (enfin pas directement derrière quoi), j'imagine que l'attaque de Lapis ne devrait toucher Molly que lorsque celle-ci sera sur Bara, sauf si elle se décale entre temps (mais c'est pas encore fait, tout ça tout ça).
Je considère que Pat est le long de la coque, contrairement à Molly qui se trouve plus 90 degrés à côté, vers la meurtrière, si ça vous va.

Du côté de Kari > repli stratégique à l'intérieur du navire. Elle trouve Lilianna et lui dit de s'occuper rapidement d'elle, pour qu'elle puisse retourner prêter main forte aussi vite que possible.

Techniques:
 

PNJs (lvl màj fraîchement):
Aldero Crown, lvl 22
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 29
Molly, lvl 26
Pat, lvl 25

_________________


We are the warriors, who learned to love the pain
We come from different places but have the same name
'Cause we were born for this
We are the broken ones, who chose to spark a flame
Watch as our fire rages, our hearts are never tame


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1746

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMer 15 Mai - 21:02




L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556042724-bara

Bara

- Ah, putain !

Un seul moment qui avait échappé à son contrôle, un seul... et elle perdait déjà l'occasion de finir ce qu'elle avait commencé. Certes, le chasseur était dans les choux, la demoiselle à la rapière encore toute groggy, mais ils avaient tous les deux un problème aux yeux de Bara : ils respiraient encore. Elle s'apprêtait à résoudre ce soucis concernant Aldero lorsque le simiesque s'élança sur elle avant de reprendre forme humaine. Quoi, il venait la percuter de front, elle ? N'avait-il pas compris la situation dans laquelle ils se trouvaient ? Elle amorça un geste rageur pour le percuter d'un coup de poing noirci par les arcanes du fluide, avant que la secousse ne l'envoie choir contre un mur... passablement bousculée par un Pat qui risquait fortement de prendre un petit bain.

Tout s'enchaîna, très rapidement. Une forme s’immisça dans la salle des canons et un déluge d'eau se concrétisa dans la direction de l'assassin, qui retint un hoquet de surprise alors qu'elle était percutée de plein fouet et propulsée contre la coque. La douleur lui secoua l'échine alors que sa respiration se coupait. Cette salope ! Cette salope de femme poisson ! Elle allait... une nouvelle attaque. Son corps percuta à nouveau le bois et elle sentit sa conscience défaillir l'espace d'un éclat de milliseconde. Sa colère céda la place à un sentiment d'urgence certain alors qu'elle se laissait retomber et adoptait sa forme totale dans le but d'esquiver, ne fut-ce qu'un instant, le contact puissant de la nouvelle trombe d'eau qui lui était destinée. Cela ne fut que partiellement utile et bientôt, son corps retrouva une forme humaine alors qu'elle était projetée sur le côté, heurtée de flanc, se réceptionnant de façon maladroite. Elle en appela à toutes les ressources dont elle pouvait faire preuve et se releva assez vite... assez vite pour subir l'impact consécutif d'un trio de pointes d'air, puis du trio de pics qui en était à l'origine. Les pointes s'enfoncèrent dans son abdomen et elle lâcha un râle avant de cracher un peu de bile, cessant néanmoins la progression perforante.

Elle resta immobile un instant, avant de lever un regard meurtrier en direction de la femme poisson qui venait de l'embrocher. Aucune menace n'aurait pu être exprimée plus clairement. En l'état, elle avait deux choix : quitter ce navire les deux pieds devants... ou sur ses deux pieds. La première situation ne l'enchantait guère, notamment car ces autres pouffiasses qui lui servaient de soeur y verraient une occasion parfaite de la railler. Surtout cette catin de Akai... non, c'était hors de question. L'autre solution, en revanche... elle lui plaisait bien. C'est sans doute pour cela que son cou se déforma subitement alors qu'elle puisait dans ses réserves pour venir l'enrouler autour de la nuque de la femme poisson. Adoptant une forme hybride qu'elle utilisait la plupart du temps pour les assassinats plus expéditifs, elle approcha dangereusement ses crocs de la gorge de la demoiselle. Elle s'assurerait également de la désarmer ou, à défaut, de la forcer à pointer son trident dans une direction ne représentant pas un axe de menace.

- Un seul geste de travers, et je la poinçonne comme on agrafe un faire-part de décès.

Son objectif ? Il était simple : rester vivante... car si ravaler sa fierté était difficile, il semblait évident qu'aucun mort ne savait réparer les affronts lui ayant été faits. Une leçon que même elle avait fini par comprendre, dans les salles froides de cette "chapelle" dans laquelle on avait fait d'elle une tueuse malgré son caractère contraire. Vacillante mais encore capable du pire, la demoiselle ne détournerait pas le regard de ses hôtes, non sans oublier la sortie du niveau qu'elle avait pu remarquer en s'infiltrant pernicieusement dans le bâtiment naval. Si on la laissait parler, elle continuerait donc.

- Ça me fait chier, vraiment. Mais je vais vous concéder la victoire, et tranquillement faire une balade avec votre copine jusqu'à la sortie de ce trou à rat. Puis je vous la rendrai, sans une égratignure. Autrement...

L'étaut se resserrerait, en guise d'avertissement. Il y avait plusieurs façons de mourir et elle était certaine que Molly ne voudrait en expérimenter aucune. Elle l'espérait, du moins... autrement, ce serait un baroud d'honneur plus qu'autre chose.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1557253616-baldr2

Baldr, Garde du corps de Hadès, primé à 473.000.000 Berrys

- ...

Il n'était pas mort. Bien. Quitte à avoir fait tout ce chemin, le colosse espérait au moins que ses cibles se montreraient à la hauteur du déplacement. Le couteau projeté par la demoiselle ne fut pas seulement écarté de sa cible alors qu'il s'apprêtait à la toucher : il fut attrapé, purement et simplement, n'occasionnant qu'une maigre entaille dans la paume massive du géant... avant d'être réduit en miettes dans sa main. Alors qu'il s'apprêtait à presser l'assaut sur l'impudent médecin, pour lui faire goûter sévèrement au bois d'Adam qui constituait le bastingage, le garde du corps de Hadès pivota prestement avant de percuter le lion éthéré d'un poing virulent. La forme s'évapora sur sa peau, sur la forme de ses muscles dessinés de façon exagérée, alors même qu'il observait les trois forbans prendre place devant lui. Ils avaient l'air si valeureux... si enclins à se hisser entre lui et ce qui devait se cacher dans ce navire. C'était dommage, car il ne comptait pas les ménager, pas le moins du monde. Toujours silencieux, il observa cette petite formation qui se faisait devant lui... avant d'adopter un comportement tout à fait surprenant.

Se jetant vers le trio, il se mit à marteler le pont du navire de coups puissants et voraces. Parviendrait-il seulement à briser le pont ? Sans doute pas, en considérant la résistance ahurissante de ce matériau que le Phoenix avait payé au prix d'or et auquel l'équipage devait indéniablement une partie non négligeable de sa survie dans cette cohue de poudre, de feu et de sang. Cependant, il y avait un autre paramètre à prendre en compte... le fait que les secousses générées, si elles étaient moins importantes que les précédentes, seraient tout à fait suffisantes pour affaiblir ou saper les appuis des combattants présents. Cela allait les forcer à bouger... et c'est là qu'il frapperait. La cible la plus proche ferait l'affaire : il n'avait pas assez d'informations pour privilégier méthodiquement ses ennemis, alors il irait au petit bonheur la chance. Il agripperait le premier fuyard cherchant à sortir de sa proximité... ou le premier fou assez audacieux pour s'y jeter, avant de se mettre à le fracasser sans répit sur le bois à leurs pieds. Oh, les deux autres, quelques ils furent, tenteraient sans doute de sauver le troisième. Ils se heurteraient alors à un autre problème autrement plus alarmant : des coquilles dorées à la résistance hors du commun, qui arrêteraient les assauts aussi facilement qu'un mur de brique arrête une balle de tennis de table. Une malédiction qui le rendait, de l'aveu de beaucoup, plus solide que la montagne la plus dense... une arme offerte par son Empereur pour le récompenser de ses loyaux services, une arme qui le rendait monstrueux.

Autour d'eux, la situation retombait, ne laissant qu'à leur poursuite le soin d'animer les environs : le Kibo sortait finalement de la masse gluante de navires qu'il avait du éventrer pour fuir vers l'océan et se repositionner de façon plus avantageuse. Le peu de forbans qui parvenaient encore hasardeusement à monter sur le Kibo no Felicity étaient majoritairement repoussés par un Power bien en forme. Dans son coin, Pouic tressaillait doucement, portant une main lourde sur sa tête en grimaçant. Plus loin, des coups de feu et des explosions se faisaient entendre tandis que le troisième membre des Ranger à être grimpé ici faisait son office. Walker, lui, se fraya un chemin jusqu'à Natalia après avoir rapidement analysé la situation et laissé la Crown le quitter pour les entrailles du navire.

- Je vous couvre, alors sortez vous de ce merdier !

Utilisant deux de ses arcanes favorites, il entourerait la navigatrice d'une couche épaisse de fourrure tout en lui laissant assez de champ de vision pour manoeuvrer le navire complètement hors de la masse, avant d'adopter un tekkai puissant pour encaisser la tempête... car s'ils sortaient de la mêlée, ils n'étaient pas à l'abris des ennemis qui, à distance, continuaient de les harceler savamment. Dans les cales, face à une Lilianna sans doute désemparée, la Crown avait fait le choix judicieux de commencer à panser ses plaies et récupérer son souffle : dehors, l'enfer l'attendrait dès qu'elle oserait sortir à nouveau... et fort heureusement, deux yeux ne seraient pas de trop pour gérer les menaces l'entourant, si elle pouvait au moins prendre le temps de traiter convenablement la plaie.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556044214-deimos2L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556644634-ragnarock-et-jormungand

Tégée Deimos, Ragnarock & Jormungand

- Qu'est-ce que Hadès espère accomplir, Ragnarock ?!
- Ne le vois-tu pas, vieux chasseur ? Il me semble qu'il a été très clair à ce sujet.

Le poing du second d'Hadès manqua de peu le visage de son aîné, éclatant une partie de la rambarde dans laquelle il se ficha, tandis qu'il s'approchait d'un nouveau pas. Il avait été séparé de Jormungand, qui combattait désormais les deux X-Edition avec assez d'aisance pour ne pas craindre une défaite immédiate, mais assez de difficulté pour comprendre qu'il ne pouvait pas sous-estimer les deux créatures d'acier. Intelligentes et pragmatiques, elles formaient un duo horrible : celle qui était en meilleur état prenait les devants, couvrant la deuxième de ses rayons d'énergie lorsqu'il le fallait... une distraction dont le Deimos avait décidé de faire bon usage, se jetant immédiatement sur la tête pensante actuelle de la flotte. Une chance pour eux, Heimdall était toujours aux commandes, bien à l'abri dans le navire de la Triade. Un constat qui tendait cependant à se détériorer...

- Il a retrouvé sa force d'antan et, avec son expérience, il écrasera ses rivaux !
- En s'en prenant à Marijoa ? Vous avez perdu l'esprit !

Alourdissant l'une des lames du Tégée, Ragnarock força cette dernière à se ficher dans le bois lourd et épais du pont, alors qu'une deuxième manquait déjà de le percuter de plein flanc. Il contra avec une plaque du Haki de l'armement et un coup de pied bien placé, avant de faire reculer à nouveau le vieil homme qui esquiva de peu la pression démentielle de son fruit du démon. Cet homme... "L’exécuteur au service du Diable", comme on l'appelait. Il n'avait pas démérité.

- Un simple contretemps. Il n'a jamais été vraiment question de la Ville-Sainte... juste de rembourser une dette, en vous maintenant ici. C'est chose faite et il ne nous reste plus qu'à vous envoyer au fin fond de l'océan pour boucler la boucle.

Le coude du maudit percuta la lame de Tégée, le faisant reculer sur plusieurs mètres. Quelle plaie... il était à un âge où l'on ne connaissait pas sa chance : trop vieux pour prétendre plus longtemps semer éternellement la fougue des jeunes en train de le rattraper, pas assez pour devoir subir la déconfiture de les voir le dépasser. Si seulement il avait lui même eu vingt ans de plus... ah, ce n'était pas la peine d'y penser. Rengainant son katana à une vitesse impressionnante, il s'équipa d'une paire de Wakizashi avec lesquels il décrivit deux courbes gracieuses, dans un mouvement qui lui permit de prendre de cours le pugiliste l'espace d'un instant. Une petite estafilade sur le torse de Ragnarock plus tard, celui-ci élargit son sourire. Il était temps pour le vieux loup de pousser son dernier hurlement.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556046585-liaoL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556644698-agrid-mendela

Liao Hojo, Agrid Maslow Jr. & Mendela Yorkshire

- Je vois... je ne saurais quoi te dire. Prévisible ? Décevant ? Idiot ?

Cela ne l'arrangeait pas. Pas du tout, non... il s'attendait à pouvoir finir ce qu'il avait commencé en restant largement en tête des pronostics, et voilà que l'épéiste lumineux décidait de faire preuve de la même effronterie insensée que son capitaine. Était-ce une maladie ? Une sorte d'infection qui se répandait en côtoyant le Phoenix, changeant les priorités en un concept abstrait, changeant les urgences en risibles petites farces ? Comprenait-il vraiment ce que sa présence ici impliquait pour ses camarades ? Non, visiblement non. Lorsqu'il reviendrait à son navire, s'il y revenait un jour, Mendela ne lui souhaitait qu'une chose : que les responsabilités de son absence l'accablent à un tel point qu'il s'en écroule, effondré. Il n'avait aucune sympathie pour lui, tout du contraire... et il n'hésitait pas à secrètement lui souhaiter les pires maux, sans savoir qu'il avait déjà gagné sur ce terrain-ci.

C'était... ça ? Sa stratégie ? Le frapper, de tous les côtés ? Lui infliger autant de coups que possible de façon directe ? Le faire reculer ? Oh, il comprenait parfaitement où le maudit voulait en venir... c'était l'évidence même. Ils se battaient sur un navire en ruine qui ne tarderait pas à rejoindre les flots si on continuait à ainsi le malmener. Tout ce qui les entourait n'était que destruction moribonde et furie de feu, un feu que le fils de Liao utilisait encore et toujours contre un Agrid qui sortait littéralement de ses gonds. Les lames du lumineux frappaient, encore et toujours, face à un Mendela qui n'égalait certainement pas le Maslow Jr. en termes de réflexes et de précision, mais qui continuait cependant de frapper avec avidité dès qu'une parcelle du corps du sabreur semblait à sa portée. Et ainsi, les deux forces se tiraillaient sans jamais céder  : l'objet impossible à briser, subissant les courants d'un vent impossible à saisir. Pourtant, après un impact surpuissant, le Yorkshire fut repoussé sans dommages visible jusqu'au bastingage, où il sembla cependant cesser de bouger quelques instants. Une ouverture ? Le brillant épéiste n'aurait pas le temps de réellement y réfléchir : son allié de circonstance, s'écrasant non loin de lui dans les décombres d'une cabine, venait lui même de laisser la route jusqu'au sabreur libre. Une route qu'un Agrid furibond empruntait désormais, ne laissant qu'un seul choix viable à sa cible.

- RRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !

Finir ce qu'il avait commencé avec le Yorkshire, ou accueillir avec fougue la charge enragée de son adversaire si particulier ?


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1547761707-hadesL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542050781-mijushike

Hadès Tenryon, Mijushike Hojo


- Kobushi : Amegekirin !*

Le poing de Hadès, descendant des nuages comme un petit astéroïde, percuta avec une violence inouïe l'arme du leader de l'Alliance. Cela faisait plusieurs minutes déjà que leur ballet aérien durait, dans une myriade de mouvements complexes qui n'enlevaient rien à la dangerosité qu'ils transportaient : dans les airs, le Tenryon se déplaçait avec la vigueur d'un oiseau de proie lancé à pleine allure, cela malgré le désavantage évident qu'il avait sur le Phoenix pour les arts aériens. Pourtant, ce dernier portait non seulement Mijushike Hojo sur le dos, mais il était également forcé de l'appuyer dans ses mouvements ou de le soustraire aux contre-attaques trop importantes. En d'autres termes ? Il perdait beaucoup de ses capacités au profit d'une posture de soutien inexpugnable... ce qui n'était pas pour déplaire à Hadès. Serrant les dents, le chasseur de prime juché sur le dos de Nakata résista dignement à l'onde de choc qui les secoua tous les deux tandis que son arme volait en éclat.

- Attention !

En un éclair, l'Empereur fut sur eux et le chasseur de prime comprit rapidement qu'une esquive ne les sauverait pas, cette fois. Non pas que le Phoenix était incapable d'éviter l'assaut, mais un autre élément risquait de jouer en leur défaveur : la rougeur évidente de la jambe du martialiste le plus efficace de son époque, qui indiquait qu'une nouvelle secousse de son Haki de l'armement surpuissant risquait fortement de les envoyer dans l'océan s'ils se contentaient d'une simple incartade salvatrice. D'un coup puissant, le chasseur de prime prit la décision de frapper le dos de l'ancien Capitaine Corsaire : cela aurait l'effet de le propulser plus bas, tandis que lui même se retrouverait dans les airs... livré à lui même, laissant l'ancien vieillard passer entre eux-deux et déclencher une onde de choc se répandant dans les airs avec autant de puissance qu'un mur d'acier progressant à la vitesse d'un train des mers.

- C'est mauvais...
- C'est un euphémisme.

Alors que le Tenryon se jetait de nouveau sur lui, prêt à l'engager dans un duel aérien au cours duquel il aurait un avantage certain sur la maniabilité, le chasseur de prime activa quatre dessins effectués sur ses jambières et ses avant-bras : quatre petites fusées qui le maintinrent dans les cieux avant de rapidement supporter aisément son poids. Une première esquive maladroite lui permit d'éviter la douleur cuisante des poings du Tenryon, mais il fut forcé de parer la deuxième offensive de ses poignets recouverts du fluide offensif. Hadès le savait : il était à deux doigts de l'envoyer rejoindre les poissons, en l'état.




*Poings : Fureur des Cieux



Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Bara encaisse, encore. Elle parvient à se soustraire à la rage de Lapis, mais se fait embrocher par Molly... qu'elle essaie cependant de prendre en otage : elle est bien mal en point mais sa capacité à passer à l'acte semble plus d'actualité que jamais.
  • Moment de battement pour Kari. Elle peut se soigner de façon appropriée auprès de Lilianna si c'est ce que vous voulez.
  • Pouic se frotte la tête. Pouic a mal.
  • Baldr se jette sur le trio en fracassant le sol de façon répétée. Ce n'est guère aussi puissant qu'avant, mais ça peut déséquilibrer à son approche et pousser à une esquive précipitée... dans tous les cas, qu'on reste près de lui ou non, il essaiera de ce saisir de l'un des trois larrons pour le fracasser plusieurs fois d'affilée sur le navire, tout en se protégeant des représailles avec sa malédiction.
  • Tégée affronte Ragnarock, tandis que Jormungand se bat contre les Pacifista.
  • Mendela n'est pas surpris par la réponse désagréable et tient son terrain vaillamment. Finalement, Kyoshiro le repousse jusqu'à une rambarde. De là, Liao s'écrase dans une cabine et un Agrid couvert de brûlures et de sang se jette sur Kyoshiro en ne lui laissant visiblement qu'une marge de manœuvre restreinte : finir ce qu'il a commencé avec Mendela, ou faire face à son ennemi originel et contrer son assaut.
  • Hadès brise l'arme de Mijushike et se jette sur le duo, pied rouge pétant. Mijushike pousse Nakata vers l'eau pour l'écarter et prendre appui, sans pour autant y mettre assez de force pour t'envoyer dans l'océan, tandis qu'il gagne de la hauteur. Hadès passe entre vous deux en provoquant une onde de choc qui vous aurait certainement envoyés compter les étoiles chacun de votre côté puis il décide de s'attaquer à Mijushike, considérant qu'il doit vider ses réserves d'astuce et qu'il sera plus facile à faire vaciller que Nakata dans cette situation.

    Nous entamons les derniers tours de votre event ! Ça risque de swinger prochainement !





Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement et de l'observation.
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Tégée Deimos est lvl 47 - Manipule de nombreuses lames.
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu, Armement avancé.
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - état inconnu ?
Serge est lvl 32 - état inconnu ?


Navire TNS :
Baldr est lvl 46 (473.000.000) - Corps à corps, Paramecia des Coquilles
Akai est lvl 38.
Aoi est lvl 34.

Bara est lvl 32 - Zoan de la Vipère Heurtante, Haki de l'armement.
Ki est lvl 31.

Pouic est lvl 40 - Pouic (Mâchoire capable de broyer le titane façon éclair, rapide et compact). - A mangé un très mauvais coup.

Power est lvl 36 - Brise Feu.
Walker est lvl 33 - Retour à la vie de la fourrure.

Titia Lae est lvl ???
King est lvl ???

Côté X-Edition, il reste quatre pimpins (lvl 45) :
> Deux du côté ouest de la flotte (Liao, Mendela, etc) qui repoussent les envahisseurs.
> Deux autres qui attaquent Jormungand.


Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)

Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000)

Navire de la Triade :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Quing Beltegeuse est niveau 48 - (/)
Barbaros est niveau 48 - (/)
Les Vouivres sont lvl 35

Du côté d'Edward :
Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000) - état inconnu ?
Enora est niveau ??? (30.000.000) - état inconnu ?
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 861
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue123/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (123/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Mai - 18:24

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Down - Trella feat. SIMON
- Allez !
Elle pressa une nouvelle fois la doctoresse, lui dévoilant la plaie sanglante qui tranchait une bonne partie de son visage. Lilianna avait peut-être de quoi être désemparée, entre Lara, le corps de Cara, et Kari qui arrivait pour se faire soigner rapidement. Pour autant, la Crown ne chercha pas à avoir un peu de tact : dans cette situation, dans cet empressement, c’était un effort superflu, d’autant plus que la Windspell devrait bien s’habituer à ce climat. Si elle pensait juste devoir recoudre quelques plaies après une tempête, peut-être aurait-elle mieux fait de ne pas monter à bord du Kibo no Felicity. Ils étaient en guerre, et en qualité de médecin, la blonde se devait d’assurer la charge que lui incombait son métier : être rapide, efficace, soigner en nombre quand il le fallait, ne pas loucher sur chaque blessure. Peut-être que l’adrénaline lui viendrait en aide.

Dès que les doigts de la doctoresse commencèrent à s’agiter autour de son visage, la rouquine put enfin véritablement souffler. Enfin… façon de parler. Elle serra les dents et les poings, expirant brusquement de l’air tandis que sa blessure sembla l’irradier l’espace d’un instant, encore plus fort qu’avant. Elle sentit quelques gouttes d’un liquide froid couler le long de sa joue, la cause à cette brusque montée de souffrance. Au moins, la douleur normale lui semblait presque une piqûre de moustique à côté.
- Pas besoin de points de suture maintenant, ça sera trop long, on fera ça proprement une fois que tout sera fini. Des compresses et des pansements devraient suffire à freiner la perte de sang, non ? Je vais avoir besoin de mon œil, par contre donc ne me le cache pas.
Kari ignorait si Lilianna appréciait les directives qu’elle lui donnait d’une voix ferme. Elle n’était pas médecin, elle. En même temps, elle sentait que la doctoresse avait besoin d’être remuée, elle avait besoin d’être guidée pour ne plus avoir à réfléchir de la situation.

Une fois que la manieuse de dagues aurait ce qu’elle était venue chercher, à savoir une première désinfection et de quoi compresser ses blessures, elle se lèverait et repartirait en remerciant rapidement Lilianna. Le pas décidé et pressé, elle ravalerait la distance la séparant de la porte menant au pont, prête à rempiler pour un second round.

^(°-°)^

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
- Aaaaah !
Il voyait le coup de poing que lui destinait la femme maudite du serpent lui arriver droit dessus. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même, puisqu’il était parti d’un bond. En même temps, il n’avait pas eu besoin de réfléchir longtemps : il était là pour offrir une ouverture éventuelle à Molly notamment, il savait que l’eau allait le condamner tout autant que l’autre zoan. Il fallait voir cela comme son dernier acte de bravoure dans ce combat. Et le premier, aussi.

Il fut tout aussi déstabilisé que Bara, perdant l’équilibre dès lors que ses pieds touchèrent le sol, la percutant non pas comme il l’aurait souhaité, avant de finir étalé de tout son long, la tête dans l’eau.

Ce fut Hinami qui hurla de terreur, perchée sur son canon. Si personne ne le relevait et que l’eau venait encore à monter, il allait boire la tasse, comme elle aurait dû le faire si Pat ne l’avait pas sauvée. Finalement, un soupir de soulagement passa entre ses lèvres lorsqu’elle vit la tête de Pat émerger. Il n’avait pas encore la force de se relever totalement, pas après cette embardée, mais assez pour forcer sur ses bras pour maintenir sa tête et tout conduit nasal hors de l’eau. De toute façon, l’eau de mer l’affaiblissait. Il sentit le bas de son corps, qui se trouvait plus près de l’intruse que sa tête et plongé dans l’eau, se faire doucement ballotter, et pour cause : Lapis déchargeait rageusement des vagues, l’une après l’autre, sur la maudite de la vipère, les trombes d’eau, quand elles se brisaient, retombaient avec agitation dans l’élément duquel elles avaient été prélevé. Une vaguelette suffit pour, un instant, supplanter l’air et provoquer une quinte de toux au charpentier. Si la salle continuait à se remplir d’eau, il n’allait pas tenir très longtemps dans cette position.

Molly s’était jointe aux attaques véhémentes et déchaînées de Lapis, usant de son arme venue du fond des mers, née au même endroit qu’elle : son trident, qui l’accompagnait en permanence, trois dents étincelantes qui prenaient naissance sur un coquillage. C’était du moins l’ouvrage qui avait été fait à la base des dents.

Bara semblait avoir du mal à encaisser la ferveur des vagues lancées à son encontre. Les pointes d’air lancées par Molly la touchèrent, et à peine quelques instants plus tard, ce furent les pointes de l’arme elles-mêmes qui suivirent et se fichèrent dans sa chair. Le regard de Molly croisa celui de l’assassine. Celui qu’elle eut en retour se passa des mots les plus sinistres qu’on aurait pu lui dire, il était aussi perforant que son trident. Un léger tressaillement assaillit la demoiselle et ses deux mains se refermèrent avec encore plus de poigne sur le manche de l’arme. Dans l’instant qui suivit, deux crocs vinrent près de son cou. La femme-poisson n’eut quasiment pas le temps de réagir. Son précieux trident lui glissa des doigts, elle tenta de le rattraper, en vain. Il tomba dans l’eau et se posa doucement au sol.

De son côté, Molly, à la fois momentanément surprise et désemparée, reprit doucement le contrôle d’elle-même. Surtout, ne pas montrer la moindre peur. Elle osa un rapide coup d’œil à la tête de Bara et de ses redoutables crocs. Ne pas faire le moindre geste agressif. Lentement, elle laissa ses bras se détendre le long de son corps, signe qu’elle ne ferait rien d’idiot. Elle laissa Bara parler.

Alicia comprit où elle se trouvait, et instantanément son regard tomba sur les corps de Molly et Bara dans une proximité déconcertante. Immobile, elle ne chercha pas à bouger plus. Elle tenta vaguement de laisser son haki arpenter son environnement, mais ne fut même pas sûre de ce qu’elle sentit dans la salle, tellement le coup qu’elle s’était pris l’avait secouée.

A part Lapis, tous étaient en incapacité d’agir. Les yeux de Molly finirent donc par se diriger vers sa consœur sirène. Si la femme-poisson avait du mal à s’ouvrir avec les habitants de ce navire, avec Lapis, c’était différent. Elle sentait une certaine affinité, elles venaient toutes deux du même monde, avaient grandi en entendant les mêmes légendes et les mêmes horreurs, avec un peu de temps, elles pourraient devenir de très bonnes amies. Silencieusement, seulement avec son regard, elle tenta de la rassurer. Dans cette situation, il n’y avait rien à tenter de toute façon.
- Ils ne tenteront rien, promis.
Avaient-ils vraiment le choix ? Non. Aussi les paroles de Molly se voulaient rassurantes envers l’intruse. Avait-elle confiance ? Non plus. Elle comprenait pourtant son choix de tenir à la vie, et elle respectait le fait qu’elle ne veuille pas mourir dans un combat inutile. Sans doute avait-elle été projetée là-dedans avec un seul ordre : tuer tous ceux qu’elle trouvait. Elle avait malheureusement manqué de chance, puisque ceux-là lui avaient vaillamment tenu tête.

Molly allait donc se résoudre à suivre le mouvement de Bara jusqu’à la sortie, comme celle-ci l’avait énoncé. Dès qu’elle se retrouverait seule dans les couloirs avec elle, elle lui lancerait néanmoins calmement un avertissement :
- Si tu me tues, tu tomberas avec moi, sois-en sûre.
Codé par Kari Crown




Et je passe devant tout le monde ! /o/


Du côté des pnjs > Pat... tombe dans l'eau et boit un peu la tasse. Alicia se réveille vraiment, mais ne bouge pas et voit Bara tenir en otage Molly. Elle tente d'utiliser son obs, à défaut de pouvoir faire quelque chose, mais vu la patate qu'elle s'est prise, elle doute de ce qu'elle sent.
Du côté de Molly, ben... elle se laisse faire ? Enfin, son trident lui glisse des mains et elle ne tente rien d'agressif avec Bara, elle est plutôt compréhensive. Si Bara veut se barrer, Molly suit sans rechigner et lui réserve un avertissement quand elles seront seules.

Du côté de Kari > elle se fait soigner au strict minimum, et est prête à repartir ! Au mieux elle arrive à la moitié du tour prochain, je crois.

PNJs (lvl màj fraîchement):
Aldero Crown, lvl 22
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 29
Molly, lvl 26
Pat, lvl 25

_________________


We are the warriors, who learned to love the pain
We come from different places but have the same name
'Cause we were born for this
We are the broken ones, who chose to spark a flame
Watch as our fire rages, our hearts are never tame


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1795
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue46/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (46/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue161/750L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (161/750)
Berrys: 66.560.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeDim 19 Mai - 11:25

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




Il ne s'en était pas rendu compte pendant un moment, trop aveuglé par ses nouvelles responsabilités pour regarder derrière mais maintenant qu'il avait ouvert les yeux, maintenant qu'il rassemblait dans son esprit passé et présent en une forme commune et harmonieuse, le jeune épéiste réalisait qu'il s'était perdu durant ces derniers mois. Non, pire encore que cela, il s'était oublié en jetant aux toilettes celui qu'il avait été jadis et, avec lui, les valeurs et les croyances qui avaient fait sa force..ou sa faiblesse. Il avait été tellement préoccupé par le fait de se rendre utile aux autres, par le fait d'apporter à l'édifice qu'il avait totalement oublié la seule question qui importait réellement : que voulait-il, au fond de lui ? Être heureux...être heureux était la seule réponse qui lui parvenait en tête mais celle-ci était loin d'être suffisante, car il y avait autant de façon d'être heureux que de personnes qui cherchaient à l'être. Aider les gens était une chose, cela flattait son ego et lui donnait l'impression d'être utile mais cela n'avait rien à avoir avec la joie, quelle qu'en puisse être la forme. Il avait besoin de plus, d'un sentiment d'importance qui ne soit flouté par son ego et, à titre plus personnel, il ne serait réellement heureux qu'en étant persuadé d'avoir fait le bon choix, d'avoir choisi la bonne voie.
Pendant des mois et des mois il avait réduit au silence cette petite voix lui murmurant que ce qu'il faisait était mal, que se battre n'était pas la solution et il avait fini par se mentir à lui-même, en se disant que ce n'était pas grave, en se disant que si son capitaine était convaincu du bien-fondé de ses méthodes alors il devait forcément avec raison. Comme tout bon subordonné, comme tout bon bras-droit depuis peu, il s'était donc contenté de se taire avec l'espoir que, un jour, il partagerait les mêmes convictions que le Fenice mais ce jour ne vint jamais.
Mais aujourd'hui, face à cette bête du nom de Agrid, le jeune homme avait réalisé son erreur : il avait tenté pendant si longtemps de se battre en avançant à reculons, d'aller contre ses convictions, qu'il n'avait pas pensé à la possibilité de s'ouvrir à l'éventualité qu'il puisse aimer cela, juste pour le défi que cela pouvait représenter. Il avait été tellement obnubilé par le fait de prêcher la paix et de bannir toute forme de violence qu'il avait effacé l'idée qu'il puisse se battre sans être guidé par un plaisir sadique, par une volonté de faire couler le sang.

Il n'était pas trop tard pour ouvrir les yeux, pas trop par pour s'accepter entièrement et laisser cette volonté guerrière fusionner avec l'homme qu'il était déjà. Si son capitaine trouvait quelque chose de positif dans le fait de se battre pour ce en quoi il croyait, pourquoi son bras-droit ne pourrait-il pas en faire de même ?

Il avait donc écouté la proposition et l'avait rejeté en bloc car, comme son capitaine, il ne voulait pas être de ceux qui reculaient à la moindre difficulté. Regrettait-il son choix ? Probablement car il s'était suffisamment battu pour savoir qu'un théâtre de combat aussi immense ne pouvait se finir sans victime et sang versé, il espérait simplement que parmi toutes ces victimes aucune ne lui soit familière. Pourrait-il le supporter, si cela se produisait ? Non, il savait bien que non et préférait lutter pour oublier cette éventualité, pour s'occuper du combat auquel il avait pris part. Mais bientôt Mendela revint à la charge en pointant du doigt la stupidité de sa décision. Fallait-il vraiment que ce pugiliste enfonce des portes ouvertes ? La réplique de Kyoshiro ne se fit pas attendre.


 « Tu connaissais la réponse avant même de me faire ta proposition. Alors, qui est le plus idiot des deux ? »

Il ne voulait pas croire que son adversaire était encore plus naïf que lui, qu'il ne le connaisse pas assez pour espérer qu'il accepte de s'enfuir à la première opportunité. Le jeune épéiste ne réalisait pas que sa fuite pourrait aider le pugiliste d'une quelconque façon, mis à part écraser le manieur de flammes bien entendu, mais il s'en fichait pas mal au final. Il se remit donc en route, frapper encore et encore son opposant en oubliant tout le reste, en repoussant la douleur qui martelait son corps, en oubliant ses compagnons qui risquaient leur vie : seul ce combat lui importait. Chaque fois que sa lame s'écrasait en vain sur la peau du pugiliste sa frustration augmentation, mais pourtant le jeune homme ne laissait pas tomber avec le main espoir que, peut-être, il finirait par percer. Enfin, malgré la douleur et la fatigue, le jeune samouraï continua son assaut jusqu'à acculer son opposant jusqu'au bord du navire et là, l'espace d'un instant, malgré le maintien et le sang-froid dont il faisait preuve, il se laissa griser par sa proximité avec la victoire.

L'idée d'un piège lui traversa l'esprit car Mendela n'était pas du genre à rester immobile au milieu d'un combat, il était un homme qu'on disait indestructible alors pourquoi cette immobile ? Kyoshiro n'y pensa pas, la seule chose qui lui traversa la tête fut le fait d'expédier l'homme par-dessus bord grâce à un seul puissant coup de pied frontal. Il n'y avait que cela à faire, juste cela et il remportait la victoire mais, alors qu'il allait s'avancer, son haki l'avertit de l'état de son camarade et de son bestial adversaire. Non, non, non, non ! Pas si près du but !


 « Tch. T'as de la chance. »

Une grimace mauvaise vint enlaidir le visage du samouraï alors qu'il sentait Agrid lui foncer dessus. S'il sentait qu'il avait le temps d'agir alors il expédierait le coup de pied lumière dans le buste de Mendela pour l'envoyer par-dessus bord mais, suivant la vitesse d'Agrid, il devrait peut-être réviser ses plans. Ainsi, si Agrid devenait sa priorité, ce qui risquait d'être fortement le cas, le jeune homme utiliserait une de ses techniques de déplacement favorite afin de disparaître tel un fantôme, pour se subtiliser à la charge de son opposant. Passant sur le côté, il en profiterait pour faire en sorte que ses deux lames – toujours recouvertes de haki – mordent dans la chair de son adversaire, au niveau de son flanc gauche afin de faire couler encore un peu plus de sang. Suffisant ? Non, pas le moins du monde et si le jeune homme se savait à peu près en meilleur état physique que la bête qui lui faisait face, il savait que le mental d'acier de son adversaire compensait largement cette différence.
Un autre combattant moins endurant et moins féroce aurait déjà courbé l'échine mais pas lui, évidemment pas lui.



 « Agrid !! Et si nous en finissions ?? »

Kyoshiro avait mal, très mal, chaque nouveau mouvement de son épaule le lançait terriblement mais il ne pouvait se permettre de perdre, ne pouvait se perdre d'être moins déterminé qu'Agrid. Ainsi, après s'être écarté de lui, lui lançant un défi afin qu'ils finissent ce qu'ils avaient commencé, le bretteur bondit en arrière et, ouvrant la bouche, expulsa un barrage de tirs lumineux qui viendraient toujours probablement son opposant tout autour que Mendela juste derrière.

Il avait envie d'en faire avec Agrid, d'en finir en beauté. Ils le méritaient bien, tous les deux.

   
   
:copyright: ANARCISS sur epicode
           


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15116
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMar 21 Mai - 12:16

img_rp
A Light to burn all the Empires,
So bright the Sun is ashamed.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent


Les premiers chocs furent fiévreux et virulents au possible, mais insuffisants pour mettre à mort cette intruse qui méritait assurément le pire des châtiments. Dans les yeux de Lapis brillait une lueur malsaine, qu'on n'avait jamais pu voir en elle. Comme une étincelle de sauvagerie et de bestialité, comme une agressivité hors norme qu'elle avait jusqu'à présent soigneusement tenue dissimulée en elle, soucieuse de ne pas trancher avec l'apparence de poupée délicate qu'elle avait pu se forger au fil des ans. La vérité était toute autre : cette brutalité n'avait pas toujours existé en elle. Elle était née du rapt de sa sœur, de l'agression impardonnable qu'Erika avait menée à l'encontre de l'île des Hommes-Poissons, encore une fois victime de la rareté de ses habitants et du prix qu'ils atteignaient parfois sur les marchés les moins vertueux de la planète. Ses craintes de ne jamais la retrouver, ses peurs de la savoir esclave et d'imaginer qu'elle ait à finir sa vie derrière la vitre d'un aquarium, à divertir un maître débauché et libidineux n'ayant pour lui que le mérite de la richesse, ses craintes avaient fini par susciter en elle la naissance d'une hargne, d'une rage finalement décuplée par l'agression dont Bara était la sanguinaire auteure, et qui faisait en elle écho à l'impuissance qu'elle avait pu ressentir en se confrontant au fait accompli. Tout cela s'était finalement cristallisé de manière à se transformer en une violence inouïe et sans borne, qu'elle n'était pas même certaine de voir apaisée lorsque le corps de cette zoan ne serait guère plus qu'un tas de chaire et d'os brisés, entremêlés étrangement, imbriqués comme ils n'auraient jamais dû l'être. Elle allait continuer comme elle avait commencé, elle allait offrir à cette intruse le goût amer de sa vengeance, allait lui offrir un avant-goût de ce qu'elle réservait aux hordes hideuses, infectes d'Erika Orato. Ce n'était que le début, et sa violence serait croissante, à n'en pas douter.

Mais tout cela prit fin trop vite, trop sèchement, lui laissant dans la bouche un arrière-goût de frustration qui se fit croissant tandis qu'elle comprenait que Molly était désormais à la merci de cette ennemie déloyale. Les gestes de la sirène moururent brutalement, mais son visage se déforma davantage encore, si telle chose était possible. Dans ses yeux se gravèrent une étincelle d'un sadisme qu'elle semblait souhaiter ardemment, comme si on pouvait limpidement deviner la rage qui l'habitait et les sombres desseins qu'elle réservait à cette garce inopportune dès lors qu'elle aurait la possibilité d'éloigner la femme-poisson d'elle. Les menaces assumées de Bara n'arrangèrent assurément pas la situation, et elle se sentit bouillir d'une hargne insoutenable. Ses mains se mirent à trembler tandis qu'elle jouait lentement, presque langoureusement avec l'eau qui se trouvait sous elle, à l'instar d'un prédateur se pourléchant les babines à l'aube d'une mise-à-mort. Sa voix, elle aussi tremblante, tâcha de rappeler l'intruse à l'ordre, de manière à lui faire comprendre qu'un geste indélicat risquait fort de lui coûter la vie.


Si tu la tues, tu n'auras plus de bouclier. Et même si tu l'attaques, elle a plus de chance de s'en sortir de toi. Combien de médecins compétents a-t-on à bord, à ton avis ? Moins que de pirates prêts à te faire la peau, en tout cas.


Le regard de Molly et les mots qui suivirent, en revanche, contribuèrent grandement à générer une accalmie. Le regard de Lapis se fit plus doux, s'embuant même de quelques larmes tandis qu'elle soutenait celui de sa consœur, refusant manifestement catégoriquement d'avoir à la perdre à son tour. L'idée de voir l'un des membres de Tengoku no Seigi succomber lui était insoutenable, quand bien même elle ne les connaissait pas encore tant que ça : ils avaient simplement été bons, humbles et adroits à son encontre, tâchant de lui faire oublier ses peines, même durant une poignée de secondes seulement, pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas seule et qu'elle ne le serait jamais plus. Ils avaient bon cœur, tous, même les plus maladroits et les plus pragmatiques d'entre eux. Ils ne méritaient pas de se heurter à la dureté du monde qu'elle connaissait depuis sa plus tendre enfance : ils étaient destinés à le changer, à l'embellir... Pas à en souffrir. Ils n'en avaient que trop souffert, et elle le devinait sans peine : elle le voyait à la nostalgie affligée dont leur capitaine était accablé lors de ses moments de solitude, sur le pont, dans la bibliothèque ou dans son bureau. Elle le remarquait à l'attitude taciturne et discrète du bras-droit, du vigie et de la pêcheuse, comme si le fait de renouer des contacts intimes leur était pénible, comme si le fait de se rapprocher d'autres personnes susceptibles de disparaître au bout du compte était éprouvant. Elle le remarquait à l'ambiance générale qui régnait sur le Kibo, à mi-chemin entre joie sincère et resplendissante et entre tristesse morne et torve, de laquelle semblait naître leur ambition démesurée, leur impétuosité si remarquable. Elle imaginait sans peine que Nakata n'avait pas toujours été aussi audacieux, et qu'il l'était devenu par la force des choses, par orgueil, sans doute. Et elle trouvait leurs vies d'autant plus injustes qu'ils comptaient indubitablement parmi les âmes les plus pures et les plus agnégatives qui furent.



Tu sors par là, d'où tu viens. Hors de question que tu arpentes les couloirs librement.


La sirène, d'un geste machinal, désigna l'une des ouvertures béantes qui permettaient originellement aux canons de dégueuler leurs projectiles sur les embarcations en approche, ces mêmes canons qui s'étaient tus depuis de trop nombreuses secondes. L'offre de Lapis semblait être inacceptable, mais elle était en vérité plus optimiste tout de même que le fait de se confronter à nouveau à la rage froide et indicible de la pirate. Bara ne sortirait pas vivante de cette cale si elle s'obstinait, cela allait sans dire. Restait à voir si la criminelle intruse allait accepter cette condition, ou si elle allait tenter de grappiller une sécurité supplémentaire. Dans un cas comme dans l'autre, Lapis semblait peu disposée aux tractations interminables, en l'état : mieux valait donc miser sur une résolution de ces pourparlers plutôt prompte.


Ils étaient en position, prêts à combattre face à l'adversaire le plus redoutable qu'ils aient jamais eu à confronter personnellement. Ils savaient, au fond d'eux-mêmes, que Nakata, Groogal et même assurément Kyoshiro auraient pu débouter cet étrange pugiliste débordant de force en un claquement de doigts, qu'ils auraient pu le contraindre à la fuite ou, a minima, le balancer par-dessus bord... Mais aucun de ces trois cadors ne se trouvait actuellement sur le Kibo. Voilà pourquoi ils prenaient humblement ce rôle, voilà pourquoi ils s'apprêtaient à s'exposer aux périls les plus dantesques qu'ils aient jamais eu à soutenir du regard... Voilà pourquoi ils se tenaient droits et fiers, inébranlables comme ils se devaient de l'être, dans l'optique solidaire de protéger leurs nouveaux compagnons d'infortune, trop inexpérimentés pour pouvoir espérer survivre face à un colosse de cette envergure. Les chasseurs de primes et Titia n'étaient pas exclus des plans de Damon : pour le bras gauche du Fenice, le plus important était simplement de parvenir à gagner du temps. A trois, ils pouvaient jongler de telle sorte que l'ennemi soit déboussolé, qu'il ne parvienne pas à se saisir de l'un d'entre eux... Du moins l'espérait-il de tout cœur. Ses dents grincèrent tandis qu'il brandissait le Wado Ichimonji d'autant plus fermement, ses yeux se baladant promptement de l'endroit où le Phoenix livrait bataille jusqu'à celui ou la Lumière se déchaînait incessamment. Ils avaient leurs combats... Il avait le sien. Ils l'avaient distancé, l'un comme l'autre, prenant le pas sur lui quant au plan martial, reléguant ses propres exploits au rang d'actes insignifiants, lui enseignant l'humilité de la plus brutale et indélicate des manières. Il ne leur en voulait pas, n'avait pas à leur en vouloir, et destinait plutôt cette frustration à un sentiment d'auto-flagellation : il exécrait sa propre faiblesse, sa propre condition trop modeste. Il aurait aimé être capable de faits d'armes héroïques, de prouesses historiques, afin de délester Nakata d'un semblant de ses responsabilités, au moins une seule et unique fois. Mais il ne le pouvait pas. Il n'était qu'un bretteur, certes fin et habile, certes intelligent et pertinent, certes précis et réactif, mais trop lent, trop faible, trop imparfait. Il devait prendre des responsabilités à la mesure de ses compétences : il devait faire en sorte d'encadrer les progrès ahurissants de ses frères d'armes et de les soutenir au mieux...

Quand le lieutenant d'Hadès menaça de passer à l'attaque, quand son haki de l'observation prévint le désormais borgne du danger qui planait au-dessus d'eux, aussi tangible qu'inexistant, il prit une décision radicale qui coupa purement et simplement l'herbe sous le pied de ses camarades. Hiko était blessé au pied, et avait déjà eu grand peine à contenir un seul et unique malheureux assaut de la part de leur adversaire... Alidia était trop fragile, et ses esquives seraient rendues quasiment impossible si on partait du principe que cette armoire à glace disposait du haki. Il était le seul. Le seul en mesure de jouer le rôle de l'appât.



Viens par là, enflure !


Il projeta une lame d'air en direction de son agresseur, sachant pertinemment qu'elle ne le retiendrait guère : il voulait simplement attirer son attention... et cela fonctionna au-delà de ses attentes. La brute épaisse se jeta à sa rencontre, avec une vélocité qu'il ne soupçonnait guère jusqu'alors : il fit en sorte de retarder le moment fatidique de leur confrontation en faisant volte-face, et en se précipitant jusqu'au bastingage le plus proche. Il était habile, sans doute plus que leur ennemi dont le corps patibulaire devait être contraignant : il pouvait user les cordages comme une voie de secours que l'adversaire n'était potentiellement pas à même d'emprunter.



Damon ! Abruti ! Non !


Ils était sourd aux injures qu'Alidia proférait, car il savait pertinemment qu'elle aurait préféré que ce rôle d'appât lui soit attribué. Il comprenait sa posture, car il commençait à la connaître, et car ils étaient, lui et Hiko, tous les deux d'ores et déjà blessé. Néanmoins, le vigie ne regrettait en rien son audace : son œil perdu était dérisoire, lorsqu'on prenait son haki de l'observation en considération. Sa vue n'était plus le sens privilégié qu'il était des mois auparavant... Il pouvait s'en passer, a fortiori face à un monstre de cet acabit, car il devait privilégier son sixième sens. Sixième sens qui ne lui fut d'aucune espèce d'utilité lorsque les poings brutaux de Baldr heurtèrent le pont trop robuste du Kibo : il s'attendait à ce que cette brute idiote veuille le faire choir jusqu'à l'étage inférieur de la plus abrupte des manières... Et il comprit un instant trop tard qu'il s'était montré affreusement hautain, d'une manière qui risquait de lui nuire bientôt. Son appui dérobé, il glissa et plaça un genou à terre, après une roulade certes adroite, mais trop lente : l'ennemi était quasiment sur lui. Il le sentait, à peut-être cinq ou six mètres, grand maximum... Il n'avait plus le temps de s'enfuir. Une sueur froide l'harassa tandis qu'il voyait au ralenti l'éclat de la foudre briller sur le Wado Ichimonji, tandis que les pétarades tournaient au ralenti, tandis que le vent se faisait moins violent, tandis que les capitaines eux-mêmes semblaient se montrer moins véloces, moins rapides. Puis il comprit avec horreur que toute la scène semblait ralentir, témoin indubitable du fait que son adrénaline prenait le pas, que son organisme tout entier avait pris conscience du fait que c'était la mort qui, là, à quelques pas, le toisait déjà.
S'il ne bougeait pas, il était mort.



Aika !


La voix d'Alidia claironna, dans son dos, insufflant à son cœur un semblant d'espoir, un semblant d'ardeur. Elle était là. Ils étaient là. Le souvenir de leurs rencontres se fit plus ferme, plus présent. Les couteaux plurent sur Baldr, même si la pêcheuse eut l'intelligence de ne pas tous les gaspiller de la sorte, sachant que cet agissement ne serait guère plus qu'une diversion : elle avait été projetée à vive allure par la hache d'Hiko, sur laquelle elle avait pris appui, et elle usa des cordages pour se réceptionner adroitement et retomber au sol non loin du Nebula, le tout en utilisant une autre de ses techniques et en revêtant sa forme hybride.



Ressho !


Son objectif était limpide : enrouler un fil autour de la main gauche de Baldr, et tirer dessus aussi virulemment que possible. Elle savait que sa propre force serait insuffisante pour parvenir à cette fin durablement, mais elle estimait possible de déstabiliser cette brute épaisse au moins un dixième de seconde... Dixième de seconde qu'Hiko, un peu plus loin, tâcha de mettre à profit. Il était trop lent pour imiter les agissements de la belle, a fortiori au regard de sa cheville certes superficiellement touchée, mais touchée toutefois : il se cantonna donc à une offensive à distance, qui menaçait les mollets de l'intrus belliqueux.



Skriker Vind !


Leurs deux actions pouvaient déconcentrer ce colosse, ou, a priori, lui faire perdre une ou deux précieuses secondes. Alidia ne se risquerait pas à engager un bras de fer avec ce membre de la flotte d'Hadès : dès qu'elle le sentirait opposer résistance, elle lâcherait le fil et décamperait au besoin. Hiko, quant à lui, tenterait de se rapprocher encore un peu : il était certes absolument incapable de survivre à une déferlante de coups de la part de ce cador, mais il pouvait au moins le tourmenter grâce à l'allonge de son arme, et grâce à son haki de l'armement.
Et Damon, de son côté, sentit son cœur battre brutalement. Ce fut comme le coup qu'il attendait qu'on délivre docilement, comme le déclencheur d'une nouvelle vie, comme le signal qu'il lui fallait pour comprendre que tout n'était pas perdu. Il était faible, certes. Loin de pouvoir briller avec la même efficacité que Kyoshiro ou que Nakata, loin de pouvoir traverser les âges avec la sagesse de Groogal, loin de pouvoir seconder son capitaine avec l'audace d'Hato... Mais il était là. Il était devenu un homme qu'il aurait sans doute respecté, au cours de son enfance : et il avait toutes les cartes en main pour prouver qu'il ne déméritait pas. Qu'il n'était pas devenu le bras gauche du Phoenix uniquement par accointances. Qu'il était, à sa manière, un guerrier.



Satsujin-sha wa ishi...


Une aura rouge se manifesta, suintant de tous les pores de sa peau, l'enveloppant finalement comme le témoin d'une renaissance, comme le héraut d'une nouvelle peau pour ce vigie, qui avait jusqu'à présent toujours choisi l'ombre, qui avait jusqu'à présent toujours privilégié la discrétion. Il ne serait jamais à la hauteur de Nakata, et il avait pris conscience de ce fait indéniable dès lors leur première rencontre, des années plus tôt, alors qu'ils servaient tout deux au sein de la révolution d'Arias.
Cela ne le destinait pas à devenir un boulet, un homme inutile, à la présence dérisoire et dispensable.
Il n'était pas qu'un conseiller adroit, que le ciment provisoire d'une stratégie bégayante.
Il était le bras-gauche du Phoenix, son plus fidèle et ancien porte-parole... Il était Damon Hasabusa.

Ses gestes, plus rapides, plus adroits et plus virulents que jamais, lui permirent de se redresser et de tournoyer, plantant ses yeux dans ceux de cet immonde grossièreté venue spécialement pour les abattre : ses appuis fermes ne faiblirent pas tandis que le Wado Ichimonji dansait, dans le but d'harceler le torse du Nebula et de l'ouvrir de part en part, grâce à une multitude d'entailles toutes plus profondes les unes que les autres. Pour la première fois depuis longtemps, Damon attaquait pour exterminer, sans la moindre retenue ni le moindre pardon.
Ce type devait mourir.



Hosō !





Oï ! Le chasseur !


Il avait été repoussé, prodigieusement évincé de ce conflit opposant deux Rois, tandis que le Peintre prenait la décision de se confronter au Yonkou en solitaire. Pourquoi telle décision ? Nakata avait un mal fou à en comprendre les tenants et les aboutissants, mais il savait également, d'instinct autant que de raison, que l'heure n'en était pas encore aux calculs et à la réflexion. Peu importaient, dans le fond, les états d'âmes de Mijushike et les raisonnements les plus complexes derrière ses agissements. Ils se devaient de vaincre Hadès, ou a minima de graver dans sa chaire et dans ses muscles une leçon d'humilité qu'il n'oublierait pas de si tôt... Car s'ils n'en étaient pas capables, personne ne réaliserait tel exploit en leur lieu et place. Le musicien devinait la situation inextricable, sur le Kibo, mais il tâchait de l'ignorer aussi ardemment que possible en se basant sur une idée aussi horrible que limpide : s'ils ne parvenaient pas à défaire le Tenryon, la situation y serait de toute manière inqualifiablement pire. Ses dents, métamorphosées sous l'aspect d'un bec, se crispèrent tandis qu'il se stabilisait péniblement, quelques mètres sous la confrontation fatidique qui s'annonçait. Un bref contrôle du haki de l'armement qui tournoyait autour de ses ailes lui permit de comprendre qu'il n'en avait jamais généré et condensé autant : mais c'était encore trop peu. Trop peu pour mettre un terme indélébile à cette confrontation, trop peu pour faire choir l'Empereur de son piédestal, trop peu pour lui enseigner cette cuisante leçon qui lui tenait tant à cœur... Frustré, l'ancien corsaire troqua sa forme totale contre sa forme hybride reprenant l'aspect divin d'un ange : ses ailes battirent les airs, furibondes... Et en un éclair, il se retrouva sous les pieds du chasseur, qu'il repoussa du dos de sa main gauche, le projetant dans les airs et prenant inévitablement sa place face à la vindicte revancharde du vieil homme rajeuni.



Quoi qu'il arrive, finis-le ! HADES ! Je suis ton ennemi ! Frappe-moi avec tout ce que tu as, parce que si tu ne le fais pas...


Ils n'avaient pas le choix. Ils ne l'avaient jamais eu. Hadès ne pouvait pas être vaincu sans sacrifices, sans encourir de véritables risques. Le musicien savait qu'il jouait gros, qu'il pouvait finir sa course dans l'autre monde, qu'il s'exposait à des périls qui, cette fois-ci, risquaient bien d'avoir raison de son invulnérabilité salvatrice à plus d'un titre... Mais il était pieds et poings liés. La bataille navale, devenue anxiogène au possible depuis que les éclats provoqués par Kyoshiro et les rugissements de Groogal s'étaient faits remarquer loin du titan de bois d'adam qu'était le Kibo, le poussait à cette extrémité aussi héroïque que stupide. C'était ici et maintenant que l'issue de cette guerre devait se jouer, car ils n'auraient rien à tirer d'un prolongement qui se déroulerait assurément en leur défaveur.
La totalité de son haki de l'armement se mit à vrombir, à persifler, et à tournoyer autour de son seul bras droit, puis de son seul poing serré. Condensé de la sorte, il apparaissait clairement, tranchant singulièrement avec l'aspect sanguin du haki du Tenryon grâce à sa blancheur immaculée et neigeuse, comme le reflet de la pureté éthique et morale du Fenice, comme le témoin indubitable de sa grandeur d'âme. Il le savait : il n'allait pas pouvoir relâcher sur Hadès l'enfer qu'il aurait aimé invoquer. Il était trop tôt pour cela, même si le fait de se porter au corps-à-corps lui offrait la certitude de faire mouche, quitte à s'exposer lui-même. Restait à savoir s'ils allaient survivre à cette confrontation qui, à coup sûr, demeurerait longtemps gravée dans la légende... Ou si deux tombes allaient pouvoir s'ajouter à celles que l'Histoire avait pu empiler jusqu'à eux.



JE ME RELÈVERAI ENCORE ! JISATSU !


La tornade condensée se mit à hurler tandis que son poing se dirigeait tout droit vers le haki avancé d'Hadès, cherchant une confrontation qui pourrait éventuellement flatter l'orgueil du Roi... Ou provoquer sa perte.
Nakata le savait pertinemment : même son fruit ne le sauverait pas, considérant la dose de haki colossal qu'il s'apprêtait à relâcher, considérant les flots qui s'agitaient sous eux, considérant la virulence du vieillard. Il allait choir... Et finirait par se noyer si nul ne lui portait assistance. Mais c'était la vie qu'il avait choisi de mener. Il avait été forcé de choisir entre sa survie personnelle, celle de son équipage, ou la sécurité de milliers d'âmes. Car nul ne pouvait l'ignorer : Hadès ne s'arrêterait pas à la seule flotte des chasseurs de primes. Son courroux allait prendre des formes bien diverses, autant de formes qui seraient susceptibles de nuire tragiquement au plus grand nombre... Autant de formes qui ne sauraient naître, pas du vivant du Phoenix, pas tant que sa veille bienveillante s'éternisait. S'il devait choisir entre sa vie et celle de millions d'âmes innocentes...

Il avait choisi, depuis toujours.




Lapis s'interrompt mais sème son grain de sel.

Pour le combat sur le pont je ne mets que les tech de Damon, les autres étant déjà intervenues plus tôt dans le RP (et la narration faisant le café, je l'espère !)

Lvl 28 :
Satsujin-sha wa ishi : Une enveloppe rouge sang se dessine autour de Damon. Sa vitesse et la puissance de ses coups grandissent alors considérablement pendant une minute. Cette technique l'épuise cependant singulièrement et il ne peut la faire que trois fois pendant un combat avant de s'évanouir.
Lvl 30 :
Hosō : Damon donne une succession de coups d'épées horizontaux et verticaux face à lui, parfaitement perpendiculaires. La cible devant lui se retrouve alors quadrillée d'estafilades, en une seconde.

Nak joue le tout pour le tout et utilise Jisatsu après avoir éjecté Mijushike vers le haut.
Lvl 50 : Jisatsu : Nakata utilise Raphaël no Yuutsu... Au corps-à-corps. Il bondit sur l'ennemi et tente de le percuter frontalement en plus de relâcher une densité extraordinaire de haki, libérant ainsi une explosion cataclysmique dont il est l'épicentre. Pratique pour toucher un ennemi avec cette arcane destructrice, beaucoup moins pour engager un combat sur le long terme : l'utilisation de cette technique le rend léthargique pendant près d'une minute.


Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1746

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMar 4 Juin - 22:44




L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556042724-bara

Bara

- Hmpf.

Elle le sentait. Elle le lisait dans ses yeux, elle le voyait dans son regard. Cette sirène... il y avait autre chose dans ses prunelles qu'une simple crainte pour son amie. Qu'une simple peur de voir quelqu'un pour qui elle avait visiblement un minimum d'affection céder à un sort funeste. Non, elle avait soif. Elle était possédée par une soif inextinguible, une soif que Bara connaissait en ses heures et avait connue pas plus tard que quelques minutes auparavant. Une envie de sang. Elle savait que dès l'instant où elle donnerait une ouverture, cette aquatique créature n'hésiterait pas à lui jeter toutes ses foudres et ses arcanes les plus malveillantes au visage, possédée, enhardie par le désir simple de causer sa mort. Pourtant, cela n'allait pas pour autant la pousser à se laisser marcher sur les pieds : si un silence tendu s'était emparé du reste de cette petite équipe, la demoiselle des mers semblait presque la défier de passer à l'acte. Elle la connaissait mal.

- Vous avez beaucoup de médecins qui savent réparer une nuque brisée ?

Elle ne resserra pas sa prise, ne bougea pas. Ses yeux étaient tous simplement froids, perçants, intransigeants. Elle n'attendait pas de réponse particulière et jetant un rapide coup d'oeil dans son dos, vers les ouvertures par lesquelles les canons avait précédemment rugit au dehors. Sortir en pleine tempête, en risquant potentiellement une attaque en traître... ou pousser le vice et ne rien céder, prenant également le risque de voir la manipulation des eaux se retourner contre elle ? Dans son cas, aucune porte de sortie n'était plus reluisante que l'autre. Mais il y en avait néanmoins une qui lui permettait de garder un bouclier humain entre ses adversaires et elle, non sans pouvoir profiter de la coque absurdement résistante de ce mastodonte des mers dans le ventre duquel elle jouait sa vie pour se mettre à couvert rapidement. Ensuite ? Elle s'extirperait comme elle était venue.

- Tout doux.

Elle commença à repartir en direction d'une des ouvertures dans le bois d'Adam, à pas lents et mesurés, prête à extirper la vie de Molly d'un instant à l'autre. Si personne ne l'en empêchait, elle se dirigerait donc jusqu'à la fenêtre, où elle commencerait à se mettre dans de bonnes conditions pour passer à l'extérieur... non sans garder son cou serpentin enroulé autour de celui de Molly, jaugeant les réactions des membres de l'équipage de forbans encore en train de l'observer.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1557253616-baldr2

Baldr, Garde du corps de Hadès, primé à 473.000.000 Berrys

- ...

Il restait immobile devant les réactions diverses de ses adversaires. Etait-il simplet, trop taciturne pour dialoguer ou simplement muet ? De nombreuses rumeurs contraires circulaient à son sujet, mais elles se rassemblaient tous en un point : il était une véritable machine de guerre... une machine de guerre que, bientôt, on tenta tout à la fois de restreindre, d'attaquer sur ses appuis et de lacérer au niveau du torse. Si le fil d'Alidia le priva d'un court instant de mobilité, elle sentirait effectivement dans la foulée qu'il était crucial pour elle de lâcher prise avant d'être emportée par la force du colosse. Si Hiko projeta bien une lame vorace en direction de ses pieds, cette dernière ne fut malheureusement qu'une maigre bravade sur la musculature saillante de Baldr. Quant à Damon... le déluge de coups qu'il destina au garde du corps de Hadès, accompagné d'une vindicte renouvelée, préleva quelques filets de sang encourageants... des filets de sang qui signifiaient qu'il pouvait être blessé. Qu'il pouvait être tué. Une croyance que Damon risquait fortement de nourrir, avant qu'une main gigantesque ne vienne le baffer tout en s'emparant de son visage. Dans le même mouvement, alors qu'Alidia serait elle-même en train de reconsidérer ses options et qu'Hiko s'approcherait certainement pour le tourmenter de son arme massive, il s'emparerait de cette dernière d'une main caparaçonnée du Haki de l'armement avant de forcer le médecin à lâcher prise... ou de lui infliger un violent revers qui le forcerait à le faire.

Il était là, comme une muraille infranchissable. Peut-être était-ce le destin ? Peut-être qu'après tout, les beautés et la magie d'un voyage dans lequel chaque forban présent dans cet équipage de nouveaux venus du Nouveau Monde n'étaient qu'autant d'échéances d'avant l'heure finale, qu'autant de mensonges délicieux, qu'autant d'espoirs aussi vains qu'essentiels ? La mort soulevait désormais l'épéiste de ses pieds, silencieusement, inéluctablement. Impérieuse et insensible à toutes les attaques qu'on semblait pouvoir lui envoyer. Trop puissante pour être vaincue. Sans alternative. C'était injuste. Mais la vie ne l'état-elle pas, sur cet océan tout particulièrement ? C'était une question à laquelle Damon aurait bientôt une réponse claire. Car en l'état, les chasseurs de prime n'allaient pas pouvoir intervenir. Allaient-ils le faire ? Fort certainement. Mais la tête du bras-gauche de Nakata Fenice, dans la main du monstrueux et brutal lieutenant de Hadès, ne serait qu'une pastèque trop mûre et cédant à la pression bien avant qu'on le sauve...

Le craquement retentit, sinistre.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1555194067-pouic2

Pouic

Mais ce n'était pas le crâne de Damon.

- 'Ouiiiiic !

D'un geste brusque, Baldr lâcha le corps passablement engourdi et assommé de Damon au profit d'une gigue soudaine et inexplicable. lorsqu'il se retourna finalement, tous les forbans et chasseurs de prime présents sur le pont furent clairement en mesure de voir un petit humanoïde accroché à son fessier... par les dents. Du moins, la dentition qui lui restait : avec une vélocité surprenante, le nabot s'était projeté en direction du cul du gros balourd, qui l'avait en tout état de cause balayé comme une brindille. Il lui en voulait... et il avait donc frappé vers ce qui semblait être le point faible du géant. Maintenant, il virevoltait dans tous les sens en poussant des cris gutturaux et inexplicables, tandis que la masse silencieux jetait puissamment ses bras dans son dos pour l'agripper. Très brièvement, cependant : saisissant finalement le petit importun, il le retira cuisamment de son fessier avant de le jeter lourdement dans le sol, sur lequel il rebondit avant de décrire plusieurs roulés boulés jusqu'à un mur, sonné.

Un air mauvais sur le visage, le Nébula se tourna donc vers les trois membres de l'équipage qui tentaient encore et toujours de lui barrer la route. Des morts en sursis, à en croire ce qu'il venait d'arriver au bras gauche. C'est justement lorsqu'il se jeta vers eux que son corps s'écrasa brusquement sous une masse discrète mais puissante, qui fit craquer le pont du Kibo no Felicity lorsqu'elle percuta le haut du dos de Baldr dans le sens descendant, de toute sa puissance.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1541782810-titia

Titia Lae, Nebula primée à 520.000.000B


- Baldr, tu ne m'avais pas manqué !

Elle était heureuse d'être enfin arrivée : et pour cause ! Dès qu'elle avait senti l'aura désagréable du serviteur d'Hadès qui comptait parmi ses plus dévoués, sa peau avait été prise de frissons. Non pas qu'elle le craignait... pas plus qu'il ne le fallait. Mais elle était certaine d'une chose : la cruauté dont il pouvait faire preuve et les massacres qu'il était en mesure de perpétrer. Aussi s'était-elle hâtée de convaincre son second de lui offrir un "coup de main" magistral pour la sortir de ce mauvais pas et lui donner l'occasion de payer sa dette. Elle ne pouvait pas laisser ces joyeux pirates mourir dans des conditions aussi sombres... pas après ce que le Phoenix avait fait pour elle. D'une détente rapide, elle esquiva le retour d'un colosse qui commençait à perdre patience, manquant de peu d'attraper sa cheville.

- Vous allez bien, les Tengoku no Seigi ? Rien de cassé ?

Un simple examen sommaire de la situation lui permit aisément de comprendre que les choses n'étaient pas aussi dramatiques qu'elles auraient pu l'être... mais qu'elles n'étaient pas roses non plus. Le grand gaillard était blessé à une cheville, tandis que l'autre était privé d'un œil et semblait hagard. Si les pirates avaient cessé d'affluer, Baldr était tout ce dont ils avaient à ce soucier. Baldr, qui la dardait désormais d'un regard rouge de haine. Elle faisait partie des forces mêmes qu'elle allait affronter, autrefois... oui, elle avait combattu pour Hadès, elle avait même tué pour lui. Autant de souvenirs qu'elle voulait désormais éponger et qui l'avaient menée à Impel Down, avant de faire grimper sa prime suite à sa sortie en fanfare de cette dernière. Elle avait autrefois été des leurs... et cela, il s'en souvenait. Une trahison envers son Empereur était l'une des choses qu'il ne pouvait pas pardonner et, bientôt, son corps sembla se densifier tandis qu'il bandait tous ses muscles.

- Tenez bon encore un peu. On va se débarrasser de lui !

Elle adopta elle même une forme spéciale : peu à peu, une chitine dense et solide comme l'alliage le plus travaillé recouvrit ses membres en une multitude de plaques épaisses, qui vinrent se ficher sur son corps sans entraver ses mouvements pour autant. Ses poings se couvrirent d'épaisses pinces tandis qu'elle se propulsait vers l'avant, droit vers Baldr qui sembla prêt à l'accueillir d'un coup puissant de haut en bas, comme pour l’aplatir dans le bois d'Adam.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556044214-deimos2L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556644634-ragnarock-et-jormungand

Tégée Deimos, Ragnarock & Jormungand

- Dokujaha* !

D'un geste leste, Tégée se faufila dans la garde de son adversaire et lui infligea plusieurs taillades bénignes en s'armant de deux lames courbes finement ouvragée. Pourtant, Ragnarock n'était pas dupe. Il voyait clairement le scintillement le long de ces lames : le fluide qui semblait s'en écouler, pernicieux et discret. Du venin ? Sans doute... le Deimos était connu pour son maniement excellent d'une multitude d'armes et s'il arrivait à bout d'outils à présenter, il semblait loin d'avoir démontré toutes les astuces dont il savait faire preuve. Pourtant, ils combattaient chacun avec une férocité renouvelée. L'exterminateur au service de Hadès, son plus proche lieutenant et conseiller, utilisait avec hargne ses capacités de manipulation de la pesanteur pour prendre de cours le sabreur. Ce dernier n'était pas en reste : d'une série de gestes experts, il se montrait souvent capable d'intervertir ses armes avec une précision effarante, utilisant précisément celle qu'il voulait utiliser au moment prévu... avant de s'extraire de toute prise. Un coup de pied puissant percuta la garde de ses deux armes, forçant le vieux chasseur à reculer brièvement. Tandis que Ragnarock soufflait.

Un signe de faiblesse qui s'étira sur une seconde de plus... inhabituel.

L'instant d'après, le Deimos revenait à la charge, cette fois en s'équipant d'une rapière qu'il affectionnait tout particulièrement : Kyoufuu était une arme équilibrée, gracieuse et d'une puissance surprenante lorsque l'on savait l'utiliser à bon escient... et c'est alors même qu'il se jetait vers l'avant, prêt à empaler le bras-droit de l'Empereur le plus expérimenté du Nouveau Monde comme un vulgaire sac de viande, qu'il comprit que quelque chose ne tournait pas rond.

- Stasis* !

Faisant signe de s'emparer même de l'épée à distance, cette dernier s'alourdit subitement, d'une façon si soudaine et impérieuse que le chasseur de prime fut pris dans son propre élan et cibla le sol du navire... lequel, avant même que l'épée ne le touche, éclata en mille débris en suivant le tracé d'une estocade qui n'avait pas eu lieu. L'ancêtre s'agenouilla quelques instants, le temps de reprendre une posture : quelques instants de trop. Levant ses deux mains, le diable qui lui faisait face ne souriait pas de sa réussite. Il n'était enhardi par aucune joie, aucune vanité mal placée. Il savait juste une chose : c'était sa chance de momentanément se débarrasser de cet adversaire trop coriace à son goût. Ce vieillard ne l'avait que trop retenu !

- HAIKI* !

D'une double frappe puissante, sur chaque épaule, il força le Deimos à se mettre à genoux de façon sévère. Ses rotules s'enfoncèrent dans le bois, son poids lui même décupla encore, et encore, jusqu'à friser l'irrationnel. Puis, dans un choc terrible, il traversa l'intégralité du navire dont il sépara la proue du pont avant de disparaître dans les eaux noires et ensanglantées du Nouveau Monde. Il était libéré de ce combat... bien. Il souffla un instant avant de se tourner vers Jormungand qui, non loin de là, parvenait à tenir son terrain sans réussir à prendre l'ascendant sur la technologie effarante de ces monstres mécaniques. Rayons lasers, boucliers d'énergie, capacité à voir tout autour d'eux, armement intégré et poings en granit marin... des créatures de boulons et de données tout à fait terrifiantes, mais pas assez pour vaincre deux lieutenants de Yonkou à la fois. Ainsi, une fois débarrassés d'elles, ils pourraient massacrer tout ce qui se trouvait derrière. Sa main fixa l'un des robots, qui s'éleva soudainement et sembla s'envoler, sans pour autant comprendre assez rapidement ce qui lui arrivait pour répliquer. Esquivant le deuxième, le sabreur se tourna vers son collègue immobile et, d'une frappe nette et sans bavure, parvint à achever ce qui avait été commencé par Cruella : il taillada dans le buste de la bête de fer avec une telle puissance qu'il la sépara en deux.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542749869-groogalL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1559677912-barbaros-betelgeuse

Groogal Madoka, Barbaros & Betelgeuse Quing

Silencieusement, il toisait ses adversaires. Son corps n'était pas exempt de blessures, comme celui de ses adversaires, mais il tenait bon... même s'il ne savait qu'il ne faisait que repousser l'échéance. Grâce à sa présence, le navire de la Triade s'était révélé d'une certaine inutilité durant ces derniers temps : ces canons étaient pris d'assaut sans la moindre hésitation, ses matelots subissaient les secousses du combat et même ses systèmes de stabilisation les plus perfectionnés n'étaient que des joués simplistes face aux ondes dégagées par le trio qui combattait avec hargne. À vue de nez, l'ancien aurait été en mesure de continuer cette rixe pendant des heures, des jours même peut-être. Il aurait pu continuer à se battre pendant encore un moment... mais il savait, en son âme et conscience, que la vérité était toute autre. Si ce n'était pas son propre état physique, c'était tout simplement la raison qui le lui indiquait.

Ce navire était un bastion et un symbole. Poussés par l'ombre gargantuesque de ce bâtiment de guerre, les forces de Hadès ne pouvaient qu'être galvanisées, qu'être encouragées. Celles de la Triade, elles, résidaient principalement en ce lieu : elles se déversaient de ses ouvertures, prêtes à prêter main forte à l'armada du Tenryon dans sa conquête de la flotte adverse, comme une armée minuscule prête à être employée à tout instant. Son armement tonnait sans cesse, même s'il en avait détruit une grande partie, et sa progression inexorable faisait qu'il finirait forcément par entrer en collision avec la flotte de Mijushike... qu'il fendrait en deux, comme une brindille si on lui en laissant l'occasion. Esquivant un nouveau coup de l'albinos qui l'érafla presque au visage, adoptant une nouvelle fois une forme malingre et destinée à augmenter drastiquement sa vitesse face à ces deux adversaires plus forts que réactifs, le Madoka scella son objectif.

Il allait détruire ce navire, même si c'était la dernière chose qu'il faisait. Même si cela faisait de lui une cible.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556046585-liaoL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556644698-agrid-mendela

Liao Hojo, Agrid Maslow Jr. & Mendela Yorkshire


Il avait donc choisi d'ignorer Mendela, de le laisser en paix pendant quelques instants qu'il aurait pu mettre à profit pour en finir une bonne fois pour toute avec la menace qu'il représentait. C'était un choix, un choix qui était désormais clos. Si son premier mouvement lui permit de mordre les chaires de son opposant, qui venait de le priver de toute interaction avec le Yorkshire, se dernier se retourna avec des réflexes et démoniaque. Agrid vint alors frapper dans l'un des poignets du Samurai de son pied, mobilisant son attention et ses capacités de réaction... avant de foncer de nouveau sur lui sans se soucier de savoir s'il l'avait désarmé ou non.

Il sentait son coeur battre dans sa poitrine, son sang pomper dans ses veines de toute sa viscosité guerrière, chaque nerf de son corps se remplir d'électricité alors que le sabreur lumineux tirait en sa direction et en celle présumée de l'ancien Corsaire un barrage de missiles lumineux. Plusieurs vinrent se ficher dans ses épaules et ses abdominaux, une vint même poinçonner sa cuisse, mais la bête folle de combat et de destruction continuait sa lancée en direction de l'épéiste. Son sourire s'élargit alors que sa langue goûtait un goût qu'elle n'avait pas eu l'occasion de savourer depuis un long moment : celui d'un combat délicieux prenant fin, celui d'une rixe d'une qualité rare arrivant finalement à sa conclusion la plus guerrière et la plus sanglante possible. Il s'élança, poing vers l'avant, prêt à percuter le torse de ce foutu manieur de katana pour envoyer ses côtes brisées s'enfoncer dans ses poumons et dans son coeur.

- PUTAIN ! METS-Y TOUT CE QUE T'AS ! FINISSONS-EN !

Comment Kyoshiro contrerait-il cet assaut ? L'accueillerait-il à bras ouverts, offrant à son opposant toute la force dont il était capable de faire preuve ? Tenterait-il de s'y dérober, de prendre l'ascendant sur un autre de ses atouts ? Le craindrait-il ? L'attendrait-il avec impatience ? Autant de questions qui restaient en suspend alors que les simples mouvements du Maslow Jr. changeait l'épave qui leur servait d'arène en une ruine sans queue ni tête, alors même que les jointures de ses doigts blanchies s'apprêtaient à rencontrer le corps de son grand rival.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1547761707-hadesL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542050781-mijushike

Hadès Tenryon, Mijushike Hojo

- Mais qu'est-ce que...
- Oh ? Tu veux donc mourir en premier ? Soit !

Le geste du Phoenix marqua le visage du chasseur de prime d'une surprise consternée, celui de l'Empereur d'une réjouissance avérée. Son sourire désormais embelli par un âge revenu à sa fleur la plus belle, le chef de guerre qui avait marché droit sur la flotte de son opposant mercenaire ne trahissait qu'une excitation certaine. Il n'y avait pas de piège, pas d'entourloupe, pas de message en sous-main dans la déclaration du blondinet : seulement la volonté de frapper de toutes ses forces... et l'espoir, l'espoir de voir Hadès assez secoué par cette expérience pour être vaincu par un Mijushike qui, s'il était encore en bon état, n'en était pas moins en territoire horriblement désavantageux face à un adversaire capable de le harceler constamment et de le noyer à la moindre erreur. Se stabilisant, le Hojo serra les dents. Ce n'était pas le fait d'être tiré d'affaire par ce jeune coq, ni même le fait de le voir prendre sa place dans le combat. Il y avait autre chose. Le sentiment primaire et simple de voir quelqu'un foncer droit vers la mort.

L'ombre de Hadès s'avança, dévorant la distance qui les séparait, déchirant le ciel, imprimant dans les airs son mouvement aussi impérieux qu'impossible à arrêter. Une force qui se voulait de détruire toute limite, de briser toute logique, d'écraser tous les espoirs. Contre elle, seule l'abnégation du Phoenix résidait désormais, tandis que Mijushike pestait en se dirigeant vers l'un des larges pans de roche qui s'enfonçaient encore dans l'océan. Le bras droit du Yonkou s'arma de sa teinte écarlate alors que tous ses muscles se contractaient, que toute sa puissance se canalisait, que la frustration d'années à voir son corps décrépir allait finalement être évacuée dans cette première victoire. D'abord, le Fenice... puis le Hojo. Il était inéluctable qu'il gagnerait. Il le savait. Il était temps pour lui de réaliser cette ambition. Alors, quand il arriva à portée, sa voix explosa dans les airs en répondant au cri de son adversaire.

- TENCHUU !*

Les deux corps se rencontrèrent avec une violence inouïe, qui provoqua un son désagréable et si lourd qu'on aurait pu croire qu'un explosif de plusieurs tonnes venait d'exploser dans le lointain. À leurs pieds, les ruines de l'île se fissurèrent et, si le leader de l'Alliance était assez solide pour tenir son terrain, une grande partie des énormes blocs qui coulaient paresseusement fut soufflée par le choc, répandant une pluie de roche hasardeuse et meurtrière dans les alentours, poinçonnant le manteau bleuté et agité comme autant de coups de couteau. Une sorte de creuset, précisément sous les deux combattants, se format dans le corps aqueux qui recouvrait le monde par la simple pression de leurs attaques combinées. Les vagues se levèrent bientôt de façon anarchique, avant de déferler en direction des deux flottes qui se mirent à tanguer comme si la tempête venait de redoubler d'ardeur. Dans le ciel, les nuages s'écartèrent vivement, comme s'ils craignaient la colère de ces deux hommes... de ces deux astres d'un monde différent, animés de volontés différentes, qui s'étaient lancés dans un combat qui ne pouvait que se terminer dans la gravité la plus totale. S'ils restèrent quelques instants à se repousser mutuellement, le haki du Phoenix explosa finalement alors que le bras de l'ancien vieillard triomphait dans cette lutte directe, s'enfonçant dans son corps l'espace d'un instant fatidique, enfonçant sa cage thoracique et tout le courage qui aurait pu se trouver dans son coeur... projetant l'ancien Capitaine Corsaire droit en direction de l'océan à une vitesse telle que sa conscience risquait fortement de vaciller trop longtemps pour lui permettre de revenir à lui assez promptement pour éviter le pire. Les abysses s'apprêtaient à prélever un nouveau tribut.

De son côté, cependant, Hadès sentit clairement les muscles de son bras se nouer et les os vrombirent dans sa chair alors que toute l'opposition véhémente qui avait été conçue à son encontre lui était désormais pleinement imposée. Son sourire triomphant se changea en rictus de douleur alors qu'il était lui aussi violemment envoyée vers l'arrière, abattu à nouveau vers le désastre qu'il avait créé, s'enfonçant à moitié dans l'océan avant de continuer sa route et de percuter plusieurs rochers sous-marins qui vinrent finalement le faire s'échouer sur un maigre îlot de sa création. Il grogna alors qu'il se retournait, trempé, le bras et l'épaule ensanglantés, le corps tout entier encore sous l'effet de cette onde de choc monstrueuse dont il avait été la victime. Il ne pouvait pas rester là à rien faire... il restait le chasseur de prime. Il se redressa tout en cherchant le Hojo du regard.

Ce dernier, de son côté, semblerait dessiner quelque chose de particulier en voyant le Fenice tomber dans les profondeurs... avant de terminer autre chose.



*Dent du Serpent Venimeux, *Stase, *À genoux (dans le sens de la prière), *Châtiment du ciel



Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Rien de spécial pour toi ce tour-ci Kari, comme tu es avec Lilianna. Tu peux un peu intervenir où tu veux sur le Kibo.
  • Bara essaie de se montrer raisonnable, mais elle ne laisse aucun doute sur sa capacité à tuer Molly si on venait à essayer de lui jouer un sale coup.
  • Baldr subit les différentes représailles, sans grand succès. Il subit quelques coupures bénignes de la part de Damon, qu'il saisit par le visage tout en le baffant sévèrement. Il se retourne tout en attrapant l'épée de Hiko d'une main recouverte du Haki de l'armement, Hiko qu'il va tenter de désarmer ou de repousser d'un revers s'il refuse de se laisser faire. Quand il tente finalement de finir Damon...
  • ... Pouic lui mord les fesses, avant de se faire violemment éjecter ! Cela libère néanmoins Damon, qui est passablement assommé, et laisse l'occasion à Titia d'arrivée en fanfare sur le dos de Baldr qui s'apprêtait à repartir à l'assaut sur Hiko.
  • Le combat entre Tégée et Ragnarock se fait plus serré, jusqu'à ce que Ragnarock parvienne à expédier Tégée par le fond, ce qui l'en débarrasse momentanément. Il a le temps de prêter main forte à Jormungand en immobilisant un Pacifista.
  • Groogal prépare quelque chose.
  • Agrid se jette donc sur Kyoshiro avec hargne et subit de nouvelles blessures. Il lui lance un ultime défi.
  • Hadès répond, semble-t-il, positivement au défi... et l'impact, prodigieux à plus d'in titre, secoue les ruines de l'île en dessous de voue, la flotte au loin, et envoie Nakata tout droit vers l'océan. Hadès, pour sa part, est repoussé en arrière vigoureusement, s'écrasant dans les ruines de l'île. Mijushike fait quelque chose.




Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement et de l'observation.
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Tégée Deimos est lvl 47 - Manipule de nombreuses lames.
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu, Armement avancé.
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - état inconnu ?
Serge est lvl 32 - état inconnu ?


Navire TNS :
Baldr est lvl 46 (473.000.000) - Corps à corps, Paramecia des Coquilles, Capacité de densification de sa peau et de ses muscles.
Akai est lvl 38.
Aoi est lvl 34.

Bara est lvl 32 - Zoan de la Vipère Heurtante, Haki de l'armement.
Ki est lvl 31.

Pouic est lvl 40 - Pouic (Mâchoire capable de broyer le titane façon éclair, rapide et compact).

Power est lvl 36 - Brise Feu.
Walker est lvl 33 - Retour à la vie de la fourrure.

Titia Lae est lvl 45 (520.000.000B) - Zoan du Crabe Kamchatka, Haki de l'observation.
King est lvl ???

Côté X-Edition, il reste trois pimpins (lvl 45) :
> Deux du côté ouest de la flotte (Liao, Mendela, etc) qui repoussent les envahisseurs.
> Un autre qui attaque Jormungand.


Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement avancé (condensation) et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)

Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000)

Navire de la Triade :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Quing Beltegeuse est niveau 48 - (/)
Barbaros est niveau 48 - (/)
Les Vouivres sont lvl 35

Du côté d'Edward :
Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000) - état inconnu ?
Enora est niveau ??? (30.000.000) - état inconnu ?
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15116
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMer 5 Juin - 16:24

img_rp
The Long Night.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent


Les conséquences cataclysmiques de leur rencontre ne le heurtèrent jamais. Il ne lorgna jamais du côté de cette mer de nuages qui, dense et épaisse jusqu'alors, s'était éventrée face au spectacle de leur violence comme si elle avait soudain été éprise d'un simulacre d'instinct de survie. Il n'apprécia jamais l'évanouissement des vestiges de l'île, laquelle, déjà partiellement noyée par l'Empereur, s'enfonça brusquement sous une houle à l'intensité décuplée. Il n'eut jamais vent du cratère titanesque que la pression de leurs assauts combinés creusa jusqu'à la surface des eaux impétueuses du Nouveau Monde, et ne se rendit pas compte de l'orbe rouge et blanche qui les entourait tout deux, zébrant les cieux obscurs et orageux qui couvraient cette bataille navale d'un éclat divin et infernal à la fois, d'une manifestation qui transcendait tout ce à quoi leurs spectateurs avaient pu assister jusqu'à présent. La douleur, seule, résuma son être et son ressenti quant aux instants qui suivirent. Sa cage thoracique, à demie-enfoncée; ses côtes, brisées, fragmentées, éparpillées au gré des bourrasques que son propre haki avait contribué à générer ou, à tout le moins, à intensifier. Son cœur, malmené, son bras, fracassé et repoussé vers l'arrière... Une douleur si vive et si lancinante lui traversa le torse qu'il crut même, l'espace d'un instant, que l'un de ses poumons s'en était allé. Il n'eut ni la force ni le loisir de mirer du côté de ses entrailles, qui manquèrent de peu de se répandre à mille pieds sous lui, dans les eaux obscures qui à nouveau s'agitaient, reprenant leur place initiale, ragaillardies par la faiblesse soudaine qui semblait ébranler ces deux monstres de puissance. Sa conscience vacilla, tant par la faute de son épuisement que par celle de la douleur, laquelle aurait pu coûter la vie à plus d'un homme : et il fut, comme une poupée désarticulée, comme un cadavre brisé, comme une ruine décrépite, projeté vers l'arrière sans que son corps ni son esprit ne puissent s'y opposer, sans qu'ils ne parviennent même à lutter.

Ses pensées s'agitèrent, et sa volonté se mit en branle : il tâcha de condenser toute la force qui restait encore en lui, de l'invoquer pour se ressaisir enfin. Il voulut se transformer, même simplement partiellement, pour parvenir à dompter les rafales qui battaient son corps et ses vêtements, pour se laisser porter jusqu'à une embarcation alliée, seul refuge qui pourrait lui permettre de se remettre de la fatigue accablante dont il était empreint. Mais jamais il n'y parvint. A contrario, Nakata ne sentit que trop lucidement la gravité remplir son office, et l'attirer jusqu'à la surface de l'eau, cette amante mortelle, inexorablement. Si quelques flammèches vinrent bientôt couvrir son buste, soudant à nouveau ses os et refermant les plaies les unes après les autres, avec la régularité machinale d'un automate incapable de comprendre le sens du mot futile, elles ne lui permirent pas pour autant de transformer ses bras en panaches lumineux et flamboyants. Elles ne lui permirent pas, en somme, de lutter contre l'inévitable, contre l'inéluctable, contre le fatidique funeste destin qui semblait l'attendre patiemment, au bout de cette chute interminable. Tant et si bien que ce ne fut à son goût que trop tôt que son dos, le premier, se fracassa contre la surface des vagues qui, comme une nuée de démons, ne tardèrent pas à le recouvrir intégralement, à l'englober dans leur sein, à l'engloutir pour mieux le gommer de la surface de ce monde qu'il avait trop longtemps fasciné. Il manqua de peu de suffoquer et de toussoter, chose qui aurait pu précipiter sa mort manifestement déjà actée, et il se contenta méthodiquement de couper sa respiration tandis que le peu de force qui lui restait encore s'évanouissait inévitablement, maintenant que son corps tout entier avait été happé par les eaux glacées du Nouveau Monde.

Cette sensation était presque réconfortante. Il ne lui fallut qu'une poignée de secondes pour enfin recouvrir l'étendue pleine de ses fonctions cognitives : quelques secondes de trop, qui le virent s'enfoncer encore davantage, durant lesquelles il perçut de plus en plus péniblement les éclats de lumière et les détonations qui lui parvenaient partiellement, témoins de la bataille âpre qui s'éternisait à quelques encablures de là. Quelques secondes durant lesquelles ses vêtements imbibés de sang et d'eau flottèrent, l'enveloppant comme une masse informe, à demie-flottante, à l'instar de sa chevelure qui semblait incarner tout ce qui lui restait de combativité. Il n'essayait même plus de lutter, tandis qu'il se sentait progressivement chuter jusqu'aux confins de cet océan sur lequel il venait tout juste de s'inviter, et il se contenta d'apprécier à sa juste valeur le calme rassérénant que semblait comporter ce tombeau singulier. Il avait toujours vécu en guerrier et avait toujours cru qu'il mourrait de la sorte, confronté à une malédiction plus performante que la sienne, emporté par une salve de balles en granit marin, foudroyé par un coup mortel qu'il n'aurait su anticiper, et dont il n'aurait su se prémunir... Il comprenait qu'il s'était jusqu'à présent grossièrement fourvoyé. Il avait été un musicien, un artiste, un écrivain, un peintre, un virtuose complet, aux facettes multiples, à l'inventivité certaine, au talent insolent. Il avait été un combattant, un guerrier, un meneur d'hommes, un pugiliste aux poings acérés, aux sens aiguisés, à la vitesse assommante et irrationnelle. Mais il avait aussi et surtout été un marin, un amoureux de la mer, un forban, un matelot... un corsaire. Il avait vécu par la mer. Il mourrait par elle. Elle était la seule amante qu'il n'avait jamais pu se résoudre à quitter, la seule qu'il n'ait jamais pu oublier éternellement. Elle lui revenait toujours, avec une fidélité intacte, une loyauté pudique. Il la craignait autant qu'elle le fascinait : et sans doute cela était-il parfaitement réciproque. Sans doute l'avait-elle toujours lorgné voler au-dessus d'elle, la surplomber inconséquemment, rire de son emprise avec légèreté. Sans doute avait-elle toujours rêvé de l'étreindre, et de lui délivrer son ultime baiser... La froideur de ces eaux sembla alors nettement plus hospitalière aux yeux du Phoenix, dont les lèvres se délièrent lentement, mais qui ne put se résoudre à inspirer profondément. Il aimait trop la vie. Il aimait trop la liberté. Il aimait trop la sensation bénigne d'un filet de vent courant sur sa joue, entremêlant deux mèches rebelles de sa toison sauvage. Il aimait trop le goût brûlant du curry se déversant dans sa bouche, accompagné d'un carré d'une viande terriblement tendre. Il aimait trop l'odeur du savon qu'il avait fait sien et avec lequel il se toilettait chaque jour, religieusement et précautionneusement. Il aimait trop entendre le rire de ses camarades qui, toujours plus candides, toujours plus naïfs, toujours plus sots, redoublaient de bêtise pour s'ennuyer les uns les autres. Il aimait trop le sentiment de travail accompli lorsque, à la suite d'un dur labeur, les regards émerveillés des petites gens se portaient sur lui, le remerciant silencieusement, avec le ravissement puéril qu'ils semblaient généralement avoir oublié depuis la plus tendre enfance, mais qui revenait brusquement à la charge lorsqu'ils étaient confrontés à un être qu'ils jugeaient proprement sensationnel. Il aimait trop la son de sa vieille guitare, malmenée par le temps mais toujours claire, toujours douce. Il aimait trop la proximité d'Element, son vieux faucon, qui ne le quittait pas d'une semelle lorsqu'il arpentait les couloirs du Kibo, comme s'il avait toutes les peines du monde à s'acclimater à ce nouvel environnement gargantuesque.
Il aimait trop, en somme, tout ce qui ponctuait ses moments d'ivresse et de tristesse, de félicité et de mélancolie : il aimait trop la vie, et ne pouvait pas encore se résoudre, volontairement, à rejoindre ceux qui avaient d'ores et déjà donné la leur. Quelques larmes s'échappèrent de ses cils, se mêlant à l'eau salée et s'y abandonnant : puis il ferma ses paupières et, gourd, se laissa aller.


Il se crut mort. Damon crut qu'il n'avait plus que quelques secondes d'espérance de vie lorsqu'il constata que la précaution prise par Alidia était proprement inutile : elle n'était pas assez forte pour retenir ce titan, même quelques instants durant. Il constata de surcroît que Hiko lui-même ne semblait pas doté d'une force suffisante pour restreindre les mouvements de ce monstre : la hache du botaniste vola et alla choir sur le pont, à quelques mètres de là, tandis que ce dernier subissait un revers cuisant qui l'expédia contre l'un des immenses mâts longiligne du Kibo. Ruthven, qui n'avait pas pris le luxe de s'en retourner dans les entrailles du navire, se figea sans oser s'interposer. Le vampire le savait, au fond de lui : il n'avait pas la moindre chance de peser dans la balance et il risquait au contraire de signer sa fin et celle d'un autre de ses camarades s'il en venait à les encombrer inconsidérément. Ce qui rendait, par conséquent, le vigie totalement isolé... Totalement vulnérable. Les blessures maigrelettes infligées par l'équipage et ce trio fier à l'envahisseur ne pesaient pas suffisamment dans la balance, et ne rééquilibraient en aucun cas cette lutte injustement défavorable à Tengoku no Seigi... Le Nouveau Monde n'avait véritablement rien à voir avec toutes les menaces dont pouvait regorger la première partie de Grand Line, et il était convaincu qu'il n'allait pas tarder à en payer le prix fort. Et pourtant, cela ne fut pas le cas : bientôt, le gigantesque adversaire qui l'opprimait fermement le relâcha, le laissant retomber lourdement au sol, laissant à l'épéiste l'opportunité de récupérer son souffle et un semblant de contenance. Alidia se jeta à sa rencontre, l'aidant à se redresser et l'amener à s'éloigner promptement de l'envahisseur tandis que le botaniste, non loin, s'en retournait quérir sa hache. Leur combat n'était pas encore achevé, et pour cause... Pouic venait d'y prendre part, en leur faveur. Lorsque l'étrange créature à la mâchoire proéminente fut une nouvelle fois sèchement balayée, Hiko fut le premier à réagir : il voulut crier le nom de cet allié de circonstances improbable, mais se rata en constatant qu'il ne le connaissait pas.



... Glouton, ou quoi que ce soit d'autre !


Était-il devenu leur allié, incompréhensiblement ? Il avait toutes les raisons d'en vouloir à Baldr, considérant la déculottée qu'il lui avait filé au moment de son arrivée sur le Kibo... Mais cela ne signifiait pas pour autant que Pouic était leur ami, et il valait mieux continuer à le tenir à l’œil tant que cet aspect-ci de la situation n'était pas clarifié. Cela amena le botaniste à lever sa main gauche dans la direction de Ruthven, l'empêchant de se précipiter à la rencontre de Pouic pour l'aider à se relever et vérifier l'étendue de ses blessures. Il était totalement stupide de se rapprocher de leur premier ennemi de la sorte, à la première occasion : ils auraient sans nul doute à l'avenir l'occasion d'échanger davantage, s'ils ne se contentaient pas de le balancer par-dessus bord. Le botaniste, tandis qu'Alidia faisait en sorte de redresser un Damon des plus fébriles, se plaça à l'avant du contingent de forbans, souhaitant faire rempart aussi vaillamment que possible, tout en sachant que sa résistance ne serait qu'éphémère... Mais il n'eut finalement pas la nécessité de se montrer aussi téméraire. Car une nouvelle silhouette s'invita à leur bord, sans leur demander leur avis : mais considérant la teneur de ses propos et l'objet de ses agissements, Hiko ne put rien lui décerner d'autre qu'un sourire de soulagement. Sourire qui se fana bien vite lorsque l'explosion titanesque eut lieu, à quelques encablures de là, au-dessus de la surface de l'océan, et lorsqu'il vit une silhouette malingre s'enfoncer dans les eaux, impuissante et brisée...



Nakata... Alidia... Vite !


S'il n'avait pu s'exprimer que par bribes, encore à demi hébété par le choc enduré, il n'en fallut pas davantage pour que la pêcheuse pétrifiée comprenne que le sort de leur capitaine résidait certainement entre ses mains. En un éclair, elle se métamorphosa et laissa une fourrure dense prendre place sur sa peau : elle prit sa respiration et, d'un plongeon gracieux, se jeta à la rencontre des eaux impitoyables du Nouveau Monde et s'y enfonça avec vigueur, pointant droit vers l'endroit où l'ancien corsaire devait s'enfoncer inexorablement, commençant d'ores et déjà à plonger afin de gagner du temps, sachant qu'il ne saurait lutter contre les éléments une fois totalement immergé.
De son côté, Hiko comprit bien évidemment qu'il était par conséquent le dernier des trois combattants de Tengoku no Seigi capable de prolonger l'affrontement qui les opposait à Baldr, en la compagnie musclée de cette jeune femme virulente : il ne perdit pas une seule seconde, et se jeta sur le lieutenant d'Hadès qui lui tournait le dos, dans l'optique de profiter d'une brèche qu'elle ouvrirait pour lui ou, à défaut, de le divertir pour permettre à la Nebula de porter un coup plus ou moins décisif. Pour ce faire, il allait bien sûr miser sur l'allonge dont il bénéficiait, sur son haki de l'armement, dont il allait généreusement recouvrir la lame de sa hache à double tranchants, et sur sa technique Förlängning, qui lui permettrait encore et toujours d'invoquer les fidèles lames d'air qui suivaient le moindre de ses mouvements de taille. Il savait pertinemment désormais qu'il n'était pas en mesure de faire chanceler ce colosse : il allait donc s'y prendre autrement. Plus que de viser des parties du corps isolées et simples à protéger... il allait directement viser les organes ou le buste, de manière à contraindre Baldr à lui prêter un maximum de son attention. Cela ne serait jamais suffisant pour en venir à bout s'il était seul, ou si leur trois contre un avait dû s'éterniser, mais considérant la férocité et la force prodigieuse de Titia, cela pouvait éventuellement se montrer fructueux...




Rt.

Natalia reste sur ses gardes, je n'écris pas sa partie parce que je vois pas trop quoi en dire ce tour-ci (Kari va sans doute résumer ce qu'il se passe et puis... mon poste est déjà bien assez long =X)

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1795
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue46/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (46/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue161/750L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (161/750)
Berrys: 66.560.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeVen 7 Juin - 20:51

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




Certains pourraient croire qu'un homme lumineux comme Kyoshiro essayerait de s'attirer la gloire en brillant de milles feux, d'attirer l'attention sur lui pour que son nom résonne sur toutes les mers, mais cette constatation n'aurait pas plus être plus fausse que cela. Dans son équipe, du moins l'équipage dont il faisait pleinement partie, c'était son capitaine qui était la tête de proue du navire, son capitaine qui était l'image du groupe, son capitaine dont le nom résonnerait dans les années à venir et, si cela fut difficile pour Kyoshiro de grandir dans l'ombre d'une si auguste personne, il avait fini par l'accepter jusqu'à être en paix avec cette idée. Pourquoi ? Parce qu'il était trop humble et modeste pour essayer de voler la vedette à qui que ce soit et, à sa plus grande surprise, ses faits d'armes trop peu nombreux avaient réussi à attirer sur lui l'attention de quelques combattants de qualité. Que pouvait-il demander plus que cela ? Jamais, Ö grand jamais, il n'avait osé espéré que son nom soit un jour connu par qui que ce soit. Pourquoi ? Parce que son but était d'aider son prochain, d'apporter la lumière au milieu de cet océan de ténèbres, pas de flatter son ego en attendant un quelconque remerciement de la part de ceux à qui il tendait bienveillamment la main.
Même si le jeune homme n'avait pas le temps de jeter un œil à droite et à gauche il était conscient que son capitaine avait son propre combat à mener et, si par le passé l'épéiste aurait pu jalouser la puissance et le charisme du maudit, Agrid avait su lui ouvrir les yeux à toutes les possibilités qui s'offraient à lui, maintenant qu'il acceptait l'idée qu'un combat puisse être agréable...puisse être épanouissant à bien des égards. Encore un drôle de concept pour lui, bien sûr, mais continuer de se battre encore et encore était la façon qu'il avait de remerciement son bestial adversaire, de lui prouver qu'il n'avait pas eu tort de jeter son attention sur lui. Il aurait pu en choisir bien d'autres sur cet immense champ de bataille et pourtant il avait choisi ce navire sortant de la mer comme un cheveux sur la soupe, il avait choisi un bras-droit parmi beaucoup d'autres : ce choix remplissait le torse du jeune homme d'une fierté sans limites.

Pouvait-il oser toutes ces choses ? Oser demander sa part du gâteau ? En d'autres circonstances il aurait répondu par la négative mais désormais il pouvait se le permettre, il avait assez combattu et souffert pour mériter une récompense et, aujourd'hui, la plus grande récompense de toutes serait la victoire. Il la méritait. Chaque muscle, chaque goutte de sang versée, chaque spasme de douleur était là pour lui rappeler le chemin parcouru par ce petit garçon malingre, pour lui rappeler qu'il devait s'accrocher à cette idée de victoire, aussi impossible puisse t-elle lui paraître au milieu de ce chaos.

Il était Kyoshiro Tadake. L'épéiste lumineux. Le bras-droit du phénix. L'homme dont peut-être personne ne se souviendrait aujourd'hui mais qui, pourtant, s'était battu comme un démon au-delà de ce qui était humainement possible. La retraite n'avait jamais été une option pour lui  et ici, sur ce pont, même s'il sentait son épaule de désagréger et ses muscles se déchirer à chacun de ses mouvements, il avait bien l'intention de mettre un terme au plus bon combat de sa jeune carrière.


 « AAAAAAAGRIIIIIIIIIIIIID !!!!!!!!»

Les deux hommes se firent de nouveau face, ignorant leurs deux nouveaux adversaires comme si plus rien n'avait plus d'importance que l'homme situé en face d'eux. Et c'était le cas. Le monde pouvait bien s'embraser, le Kibo pouvait bien être détruit dans une gigantesque explosion, plus rien n'avait autant d'importance – pour Kyoshiro – que ce fabuleux opposant qu'il se devait de vaincre. Il devait gagner, gagner pour combattre un autre jour, gagnant pour connaître d'autres moments comme celui-ci.

Gagner pour se sentir plus vivant que jamais.

Le jeune maudit recula donc d'un pas devant son assaut réduit à néant, accueillant la férocité de son adversaire avec un évident sourire, son cri faisant trembler chaque fibre de son corps plus intensément que jamais. Pourquoi cette réaction ? Parce que tous deux savaient à quel point du combat ils en étaient, parce que tous deux savaient bien que la fin de dessinait et, l'espace d'un instant, cette seule perspective fit flancher les jambes du garçon. Il leur en avait trop demandé, bien trop demandé et le sabreur connaissait assez son corps pour savoir qu'il avait dépassé ses limites depuis longtemps, pour savoir qu'il n'y avait que jusqu'à un certain point que son esprit pourrait le mener. Et ce point, justement, il y était arrivé.

L'espace d'un instant une peur vint s'insinuer dans son esprit sous la forme d'une petite aiguille et, là où d'autres s'y seraient abandonné, le sabreur broya cette aiguille entre ses mains en sentant son épaule le lancer de nouveau. Non, pas ici. Pas maintenant. Pas après tous ces efforts ! Jamais ! Serrant les dents, abandonnant  tout instinct de survie au profit de la seule illustre victoire qui brillait devant ses yeux, l'homme puisa dans les toutes dernières gouttes d'énergie qui restaient et força ses jambes à le porter un instant de plus, une seconde de plus, un pas de plus vers son glorieux opposant. C'était tout ce qu'il demandait, tout ce qu'il osait exiger.

La bête arrivait vers lui, il pouvait la sentir par tous les pores de sa peau et, vaillamment, le samouraï releva le défi en se ruelle sur elle à son tour. Sabres dans les mains, lames recouvertes de son fluide de l'armement, l'homme attendit d'être à portée avant de mimer un coup, de feinter le fait d'accueillir Agrid de front ce qui, à coup sûr, précipiterait sa propre perte. Au dernier moment il fit briller de milles feux la pointe de sa lame pour aveugler la bête, pour lui offrir une seule seconde de répit car c'était bien tout ce dont il avait besoin. L'instant d'après ses frêles jambes le portèrent dans un dernier assaut, contournant les défenses d'Agrid en se déportant sur le côté où sa cuisse était la plus affaiblie par son dernier assaut. Pivotant après le contournement, ses sens toujours en alerte, l'homme serra ses mains jusqu'à en faire blanchir ses jointures avant d'emmagasiner tout l'esprit combattif et le pouvoir qui lui restait en une seule, une seule monstrueuse attaque. Celle-ci avait été un échec plus tôt car elle avait été mal calculée, lancée bien trop tôt alors les deux transpiraient encore l'énergie et la motivation mais, à présent que le temps et la fatigue avaient fait leur office, il n'y avait pas de meilleur moment que celui-ci pour finir ce combat de la plus éclatante façon possible.


 « SAYONARA , AGRID ! »

L'espace d'un instant, alors qu'il avait probablement contourné son adversaire, l'homme généra une colossalement grande lame formée par son esprit combatif sous l'aspect le plus pur, le plus brutal. Cette lame viendrait caresser le ciel et la mer mais, par-dessus tout, elle viendrait percuter la bête de plein fouet qui devrait y faire face, qui devrait encaisser la plus puissante attaque de Kyoshiro Tadake.

Ce dernier pourrait mourir, pourrait laisser sa fatigue l'emporter, cela lui importait peu. Tout ce qu'il désirait, quel que puisse en être le prix, serait de vaincre ce glorieux adversaire une fois pour tous.

Ils s'étaient battus comme des démons, comme des titans. Il était temps de mettre un terme à cette folle danse.

Il était temps pour le maudit de briller une dernière fois.

Une attaque. Une toute dernière  attaque et ensuite...ensuite il se battrait encore contre ceux qui resteraient. Tel était son rôle.

   
   
:copyright: ANARCISS sur epicode
           


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 861
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue123/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (123/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeLun 10 Juin - 14:46

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Stay - The Score

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
Molly serrait les dents. Intérieurement, elle bouillonnait de rage. Pas contre la zoan, mais contre elle-même. Elle se retrouvait prise en otage, par sa propre faute et négligence. Le chaos que l’arrivée de l’assassine et sa supériorité sur leurs capacités en combat avaient engendré n’avait pas épargné la femme-poisson. Si elle avait… si… Avec des si elle aurait refait le monde. Sa mâchoire se décrispa lentement. Avec des si, elle aurait peut-être toujours ses compagnons. Ses anciens compagnons.

Elle devait apprendre de ses erreurs. De cette erreur, notamment, comme elle avait pu le faire par le passé. Elle n’avait pas su veiller sur les siens, elle n’avait pas pu empêcher la destruction de son équipage par le Gouvernement Mondial. Ce jour-là, elle avait été trop bornée, trop têtue.

En tout cas, sa priorité n’était pas de nuire à la maudite de la vipère. Cette dernière était clairement en position de force pour le moment. Aussi elle suivrait le mouvement, se reculant gentiment vers l’une des ouvertures permettant de faire passer les canons. Qu’elle s’en aille, cette vipère !

Alicia bougea les doigts. Un à un. Puis lentement, précautionneusement, un poignet, un coude, une épaule. Son corps s’activa, remuant ce qu’il pouvait, cherchant à identifier les lésions, sans malheureusement avoir le pouvoir du phénix pour les réparer presque instantanément. Lorsque le torse commença à bouger, hors respiration, la jeune navigatrice esquissa une grimace. Un pic de douleur la frappa, avant de diminuer en intensité. Son regard coula vers ses camarades. Avait-elle vraiment le temps de rester dans cette position, accrochée miraculeusement au bois ?

Elle poussa sur ses mains et ses jambes, se dégageant et tombant doucement au sol, n’ignorant pas la douleur qui se diffusait dans ses muscles et ses os. De là elle, elle analysa la situation, laissant son haki œuvrer pour percevoir les intentions de Bara… et si ce qu’elle disait allait s’avérer être vrai. Parce qu’elle pouvait toujours mentir, non ?

Dans son dos, le mur, constitué du même bois que l’ensemble du navire, semblait presque indemne en dépit du choc reçu. Il semblait surtout bosselé et moulé légèrement sur la silhouette d’Alicia. Un bon charpentier pourrait sans doute distordre le bois d'Adam avec douceur pour qu’il reprenne sa forme originelle.

Du côté de Pat, il relâcha soudainement ses muscles, tombant au sol, épuisé. Comme Lapis n’avait pas renchéri en continuant ses attaques aqueuses, l’eau s’en allait vers les cales. Et le niveau descendait, laissant un goût amer au charpentier, las et fatigué. En un sens, il pouvait même remercier l’intruse, qui si elle n’avait pas pris Molly en otage, aurait sûrement encore subi les foudres de la sirène et de son eau. Et lui aurait fini par boire la tasse par la même occasion…

^(°-°)^

Elle se dépêchait comme elle pouvait, alternant ente marche rapide et début de pas de course. De temps à autre, des échos sourds, provenant de dehors, lui parvenaient. Finalement, la porte fut en vue. Kari marqua un bref temps d’hésitation. Et si Baldr était juste derrière, s’apprêtant à poser un poing solide sur la première personne venant à surgir des entrailles du navire ?

Non… il ne pouvait pas. Damon ne l’aurait pas permis, elle en était certaine. Elle ne le connaissait que très peu, mais avait vite compris que le Fenice le tenait en très haute estime : après tout, il lui confiait l’entièreté du navire et ses occupants. Ou alors… peut-être qu’il était mort ? C’était la seule solution qu’elle voyait pour que Baldr l’attende comme ça. Dépitée, elle secoua légèrement la tête. Elle n’avait pas le temps de songer à ces macabres idioties.

La nuit noire vint la happer, brusquement, alors qu’elle ouvrait le battant la séparant du champ de bataille. Puis la silhouette massive accapara toute son attention. Non, Baldr n’attendait pas sa proie comme elle l’avait pensé. Il semblait bien affairer, en tout cas, ou allait l’être. Kari vit distinctement une seconde silhouette, perchée sur son dos, qu’elle ne reconnut pas tout de suite. La rousse aperçut également Hiko, Damon et Ruthven. En revanche, Alidia manquait à l’appel.

L’ancienne chasseuse resta figée un instant dans l’encadrement de porte. Il ne fallait pas être devin, ce combat n’était pas pour elle. Elle avait sûrement déjà assez donné contre Ki.
Codé par Kari Crown



Rien de notable ce tour-ci, c'est surtout de l'observation. Kari débarque sur le pont à la fin du poste MJ.

PNJs (lvl màj fraîchement):
Aldero Crown, lvl 22
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 29
Molly, lvl 26
Pat, lvl 25

_________________


We are the warriors, who learned to love the pain
We come from different places but have the same name
'Cause we were born for this
We are the broken ones, who chose to spark a flame
Watch as our fire rages, our hearts are never tame


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1746

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeLun 24 Juin - 0:02




L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1557253616-baldr2L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1541782810-titia

Baldr, Garde du corps de Hadès, primé à 473.000.000B & Titia Lae, Nebula primée à 520.000.000B

- ...
- C'est tout ce que t'as, mon grand ?

Malgré son sourire rassurant, Titia était inquiète : il frappait fort et était solide. Jusque là, rien de nouveau sur les eaux troubles du Nouveau Monde... elle avait déjà eu l'occasion de le voir à l'oeuvre et savait pertinemment que si les Tengoku No Seigi avaient fait preuve jusque là d'une extraordinaire volonté, ils n'auraient pas eu l'honneur de vivre une fin glorieuse entre les mains de cette brute épaisse. Un genou fléchi, les bras placés en croix au dessus de sa tête, la carapace qui recouvrait ses membres provoquait des étincelles sur celle, plus surnaturelle encore, de l'exécuteur et garde du corps de Hadès Tenryon. Cela l'avait d'ailleurs surprise, tant et si bien qu'elle était désormais dans une position légèrement désavantageuse : où et quand avait-il dégoté ça ? Une malédiction ? Avant qu'elle ne puisse réagir, un second poing vengeur percuta sa ceinture abdominale. Serrant les dents, elle recula de quelques précieux mètres. Elle avait pêché d'imprudence... elle n'avait plus l'habitude de se battre, plus autant qu'avant en tout cas. L'urgence de la situation n'aidait pas : elle se sentait pressée, forcée de s'ériger en égide entre ce monstre broyeur de crânes et les amis de son sauveur. Malgré sa forme blindée, il l'avait repoussée de cette manière et ça en disait long sur sa force : le gros ours n'avait pas chômé, lui non plus.

Pourtant, là où elle s'attendait à une charge vindicative, rien ne vint. L'attention du colosse avait été attirée ailleurs : l'intervention de Hiko, à la fois téméraire et cruciale, l'avait amené à se retourner. Un rictus de colère déforma la bouge passive de Baldr, mais aucun son n'en sortit : il en avait plus qu'assez de ces petites pestes. Les Tengoku no Seigi, cette traîtresse de Titia... et alors qu'il s'apprêtait à enfoncer le médecin dans l'Outre-Monde d'un violent coup de poing, il sentit distinctement les pinces de la femme-crabe crisser sur son avant bras alors qu'elle le retenait fermement. Le tirant fermement vers elle, elle esquiva de peu le coup de coude qu'il lui réserva. Elle ressemblait à une sorte de boxeuse : souple sur ses appuis, solide, avec une rotation d'épaule qui ne laissait aucun doute quant à la sévérité des mandales qu'elle infligeait. Ses pinces s'enfoncèrent plusieurs fois dans les abdominaux du géant alors qu'elle se redressait d'une extension des jambes, puis la mâchoire du colosse fut percutée immédiatement après sa joue. Bien que sa tête fut projetée vers l'arrière, il tenta de l'attraper au jugé, aidé d'un Haki de l'observation qu'elle parvint à contrer grâce au sien. Elle passa sous sa main massive, puis son pied alla percuter la cheville gauche terriblement dense du chien de garde avant de furieusement remonter dans sa rotule et dans son flanc gauche. Elle recula de justesse pour esquiver un revers surprenant, laissant un souffle quitter ses lèvres... avant de repartir à l'assaut.

Elle offrait indéniablement du temps aux personne en présence, qu'elles voulurent continuer de l'assister ou pas : c'était tout ce dont elle avait besoin. Cette pensée ne la quittait pas : elle ne la quitta pas lorsqu'elle esquiva de justesse le premier poing de Baldr... et elle ne la quitta pas lorsque le deuxième la percuta en plein visage, la faisant reculer de quelques pas avant qu'il ne se saisisse d'elle pour l'empaffer dans le sol. Son coude percuta le crâne énorme qu'elle visait, mais elle serra les dents malgré tout. Elle enviait parfois les Zoan de petites bêtes, ceux qui pouvaient échapper aisément à une étreinte. Entre les mains de ce gorille... c'était une autre paire de manche. Et en parlant de gorille, que faisait l'autre balourd poilu ?!

D'un coup de genou sévère, elle envoya paître son adversaire sur le côté, esquivant sa réciproque d'un bond avant de le culbuter de plein fouet : il était grand... et alors ? Elle avait passé sa vie à faire tomber plus grand qu'elle.

Kari, de son côté, pourrait rapidement se rendre compte que la situation excluait toute interaction directe de sa part avec le combat qui se déroulait là : cependant, il était peut-être d'autres choses qui pouvaient bénéficier de son attention... le petit Pouic, qui gesticulait au sol en se massant douloureusement la mâchoire, était un exemple. Quant au Kibo no Felicity, il recelait peut-être d'astuces qui aideraient le géant à chuter ?

Dans la salle des canons, alors que nos forbans reprenaient leur souffle, une nouvelle secousse vint ébranler l'une des parois du navire. Quoi, encore ? Un nouveau danger ? De nouveaux alliés ? Le silence de la cale, uniquement brisé par les coups de canon à l'extérieur, ne viendrait assurément pas les rassurer... jusqu'à ce qu'une paire de mains velues ne s'agrippe à l'un des rebords, y amenant par traction un tronc massif et une tête du même acabit qui ne pouvaient assurément pas rentrer par un orifice aussi timoré. Les deux yeux noirs dardèrent le groupe d'un sérieux avéré, jusqu'à ce qu'une voix rauque ne vienne soulever un questionnement fondamental.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1541782810-kuraisaru
Kuraisaru "King" Kong

- Excusez-moi... mais travaillez-vous pour Hadès Tenryon ?

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542749869-groogalL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1559677912-barbaros-betelgeuse

Groogal Madoka, Barbaros & Betelgeuse Quing


Le vieillard observa ses blessures, qui s'accumulaient petit à petit. Malgré toute sa versatilité, il ne pouvait totalement tenir à l'écart ces deux opposants. Si la jeune femme semblait maudite d'un Zoan, elle aussi, son camarade était un condensé de technique et de puissance brute... un duo qui se dévoilait aussi simple qu'efficace. La foudre frappa à quelques encablures de là, dans un hurlement céleste et assourdissant. Les yeux voilés par l'âge du Madoka observèrent le chaos dans lequel ils étaient tous perdus depuis un temps qu'il ne savait pas définir. Il y avait beaucoup réfléchi, mais l'heure était venue de s'abandonner à la conclusion de sa propre aventure : il semblait évident qu'il ne pourrait pas gagner assez vite pour que cette victoire compte, encore moins détruire le mastodonte sur lequel il s'était échoué. Il allait donc devoir y aller à fond.

Alors que ses deux adversaires s'approchaient à nouveau, une expression interdite barra leurs visages alors qu'un mince sourire de coin s'étirait sur les lèvres parcheminées de l'ancêtre. Puis, alors qu'ils s'esquivaient rapidement, une forme titanesque ébranla l'intégralité du pont du navire de la Triade, ainsi que ses niveaux inférieurs. Tout fut balayé par l'expansion gigantesque et spectaculaire dont le chasseur de prime fut le centre, le noyau. Des ailes aussi larges et épaisses que les voiles des plus grands galions, articulées autour de bras puissants et griffus, s'étirèrent en repoussant et éclatant tout ce qui se trouvait sur leur route. Comme un fouet apporté par une divinité mécontente, une énorme queue reptilienne serpentait désormais le long de la coque. Lorsque Betelgeuse porta enfin son regard sur son adversaire, comprenant ce qu'il venait de réaliser, deux yeux noirs l'accueillirent et elle se perdit dans les profondeurs de ces sphères aussi sages que sauvages. L'énorme crâne se redressa, toisant les deux membres de la Triade d'une hauteur irrationnelle. Bipède, la créature qu'était devenue Groogal était absolument massive. Si la Quing sembla prendre avec une prudence absolue ce qu'elle voyait, Barbaros tenta de prendre le pas sur son ennemi : le pousser sous pression pour l'empêcher de dévoiler ses talents. La parade dont il bénéficia l'instant d'après lui évita d'être scié en deux par la détente formidable de l'appendice draconique sinuant, mais elle ne lui évita pas de se faire projeter au travers du plancher. La forme éveillée de Groogal Madoka était une légende pour une très bonne raison : les seules personnes à l'avoir affronté dans cet état étaient soit devenues des légendes, soit trop mortes pour en parler. Mais alors, pourquoi ici, maintenant ? Pourquoi pas plus tôt, pour prendre l'avantage sur eux ? Était-ce à cause de la tempête ?

Oui. Pas seulement, cependant.

Lorsqu'il prit son envol, s'élevant à une hauteur vertigineuse et offrant à tout le champ de bataille la vision de son corps gigantesque, vision qui provoqua même un tonnerre de rugissement de la part des Vouivres encore en train de mettre à feu et à sang certains pans de la flotte du Tenryon, Betelgeuse comprit. Il les avait affrontés jusque là, mais il n'avait jamais eu l'intention de l'emporter contre eux. Il avait feinté, menti, il avait fait semblant de combattre, d'être en difficulté. Il avait joué avec eux durant tout ce temps, non pas pour un quelconque plaisir inutile et prétentieux : il s'était assuré qu'ils ne seraient pas en mesure de l'arrêter lorsqu'il ferait ce qu'il s'apprêtait à faire. Maintenant qu'il avait cette réponse, il ne jouait plus.

L'énorme visage draconique du Madoka se cabra vers l'arrière, comme le reste de son corps, dans le vent et la rage de la tempête. Il savait qu'il pouvait subir la colère des éléments à tout instant : il savait également que cette tempête n'était pas naturelle et, à ce titre, avait espéré pouvoir y échapper. Mais il ne pouvait plus reculer, désormais... le temps lui manquait. Alors, lorsque le rouge incandescent commença à souligner ses côtes, à traverser l'intérieur de sa cage thoracique comme une sorte de liquide en fusion prêt à exploser à l'air libre, l'ancien ne cilla pas. Alors que Betelgeuse se repliait à l'intérieur du navire, sans doute pour en extraire ce qui pouvait encore s'y trouver, pour tirer une sonnette d'alarme qui n'avait que trop tardé, il continua à se concentrer sur les flammes de sa poitrine. Lorsqu'un premier éclair le frappa, dans un bruit assourdissant, avant que les vouivres n'entament une plainte commune et rugissante... il se maintint dans les airs, tout en continuant à accumuler l'enfer qu'il destinait à cette monstruosité navale, en dessous de lui.

Et l'enfer se produisit.

Lorsque Groogal relâcha l'apocalypse qu'il avait prévu de déployer, ce fut comme si une mer de flamme venait se superposer à l'océan déchaîner. Le torrent incandescent déploya toute sa luminosité malsaine et meurtrière alors qu'il percutait voracement le bois, les voiles, l'armature même du navire de la Triade. Car même si ce navire restait une exceptionnelle construction... il était un navire. Trop gros pour être construit entièrement en bois d'Adam, trop gros pour être défendu proprement contre une créature aux capacités de destruction aussi importantes que l'ancien Chasseur. Les flammes léchèrent le plancher et s'infiltrèrent de niveau en niveau, éclatant les poutres, rompant les cordages, explosant les barils de poudre et brisant les miroirs qui recouvraient la coque. Dans cet ultime assaut, le vieil homme déposa tout l'espoir dont il disposait pour le futur. Pour les jeunes pousses qui pénétreraient bientôt sur cette mer, pour celles qui l'avaient déjà fait... pour tous les hommes, toutes les femmes, tous les enfants qui respiraient encore et qui devraient choisir du monde de demain lorsque la folie des puissants se seraient éteinte, tue l'espace d'un brève instant. Et tandis que le feu emplissait les couloirs et les pièces du titanesque monstre d'ingénierie navale, rôtissant menu ses occupants, celui dans le coeur du Madoka se raviva de façon brillante.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556044214-deimos2L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1556644634-ragnarock-et-jormungand

Tégée Deimos, Ragnarock & Jormungand

- Saleté mécanique... Jormungand !


Bloqué dans les manipulations mentales du second de Hadès, le Pacifista résistait tant bien que mal via une utilisation judicieuse de sa vision à trois-cent-soixante degrés et de sa capacité à monter des barrières d'énergie aux assauts de l'épéiste. Ce dernier, cependant, savait pertinemment qu'il arriverait bientôt à finir de tailler en miettes cette horripilante création du Gouvernement Mondial. Déjà, la bête d'acier souffrait de nombreux dysfonctionnements, marqués par des éclats d'étincelles suintant de ses parties détruites comme du sang giclait d'une carotide tranchée. Ragnarock, de son côté, ne l'aidait qu'à moitié : il avait d'ores et déjà enfoncé la ligne de front avec ses pouvoirs terribles, provoquant la disparition de navires qui n'avaient eu qu'une maigre occasion de profiter de l'air de la surface avant de sombrer violemment. Le Deimos n'avait pas encore refait surface, Mijushike et ses généraux étaient principalement occupés et malgré leurs capacités, les chasseurs de prime étaient en désavantage depuis que les deux flottes s'étaient percutées... aucun tour de passe passe ne les sauverait, cette fois.

Puis, vint le déluge de flammes dans son dos, qui attira clairement son attention.

Son visage se tordit en un rictus de courroux intense, tandis qu'il observait l'énorme être hybride déverser sa puissance sur le navire que la Triade avait proposé d'utiliser comme point de focalisation et comme support d'artillerie. Car si ses plus terribles canons n'avaient été que d'une utilité relative, notamment à cause de l'intervention du Madoka, ses autres batteries avaient fait pleuvoir le plomb et le feu avec une terrible efficacité : désormais, cet atout incendié coulait lentement dans les abysses, à l'image de beaucoup d'autres... ce vieillard en avait fait assez comme cela : il allait l'arrêter, ici et maintenant, avant qu'il ne provoque la fin de l'arrière garde de la flotte de son Empereur. D'un bond, il fit marche arrière et se dirigea vers l'énorme forme ailée, non sans appesantir au passage une vouivre avec une telle violence qu'elle se fracassa sur le mât d'un navire avant de s'échouer, désarticulée, dans l'océan.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1561326733-agrid

Agrid Maslow Jr.


Une nouvelle fois, il hurla à pleins poumons le cri de son adversaire. Il l'hurla au travers de l'océan et du ciel, au travers des flammes et de la mort, au travers du voile de la guerre qui avait envahi cette partie aqueuse du monde pour la changer en un charnier dénué de sens et de raison, un immense cimetière en devenir dont les pierres tombales ne faisaient que s'accumuler les unes après les autres, comme des pousses de mauvaises herbes n'ayant de cesse de se multiplier dans un décor de cauchemar. Les poumons d'Agrid le faisaient souffrir. Chaque mouvement de son corps lui en cuisait fortement : les conséquences des châtiments corporels qu'il avait jusque là encaissés ne faisaient aucun doute. Les brûlures, les coupures, les hématomes et peut-être même quelques os endommagés... ils ne mentaient pas. Son enveloppe physique atteignait ses limites. Son regard se renforça, comme si une nouvelle couche d'acier était venue se superposer au bastion de son âme.

Tu es faible, Agrid.

Non.

Tu es faible.

- NON !

La lumière l'aveugla : un coup bas. Un coup bas, mais un coup qui pouvait causer sa chute : un coup de vainqueur. Sa vision ne devint plus qu'un voile blanc douloureux alors qu'il reculait instinctivement, cherchant à localiser l'homme lumière avec son fluide perceptif. Lorsqu'il le trouva finalement, il tenta une rotation pour le prendre de vitesse, pour le cueillir en plein assaut, pour le briser.

Tu es faible, mon fils. Si faible.

Son esprit perdit le fil, comme cela lui arrivait parfois. Car à l'autre bout de cette voix, à l'autre bout de cette présence qu'il voulait éliminer, il n'était plus certain de ce qu'il trouverait. Il revit le visage dur de son père, à moitié camouflé dans l'ombre de cette cave où il l'avait "forgé", jour après jour. Il revit la froideur, le jugement, le dédain. La douleur lui revient. Non... elle ne l'avait jamais quitté : elle était là, constante, sa plus douce amie et son amante la plus féroce. Il avait été modulé par cette douleur, des années durant. Lorsqu'il avait finalement réussi à devenir quelqu'un, réussi à devenir fort, son déchet de paternel avait cru bon de tirer sa révérence : Impel Down était sa demeure, et le Jr. s'était promis une chose.

- RRRAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHH !

Sa paume ouverte fila à toute vitesse dans la direction de Kyoshiro, alors que la lame lumineuse de ce dernier percutait finalement sa chair. Il sentit la souffrance le transcender alors que ce marteau du divin le percutait comme une simple marionnette. Pourtant... il tint bon. Sa mâchoire se crispa à s'en fracturer les dents, ses yeux encore privés de vision se fixèrent à son insu dans un ciel qui pleurait continuellement. Puis, la paume de sa main s'arrêta à quelques centimètres de Kyoshiro. Kyoshiro Tadake... Kyoshiro Tadake...

Tu n'es qu'un échec.

- JE... !

La lame s'enfonça encore plus dans son flanc, laissant le sang jaillir tandis que ses os se brisaient au point d'impact, que ses muscles se tordaient, que la douleur prenait le pas sur tout le reste à un point qu'il n'avait jamais connu jusque là. Puis, finalement, dans une ultime supplique, il accepta la clôture titanesque que lui offrait son ennemi... même si le véritable destinataire de ses derniers mots restait inconnu.

- JE TE TUERAI !

Alors, il relâcha tout.

Toutes ses blessures, tous les coups que son corps avait pu enregistrer depuis la dernière utilisation de son Haki de l'armement avancé. Toutes les punitions du corps qu'il avait endurées, toutes les égratignures comme tous les os fissurés, toute la douleur, tout le mal. Là où sa main s'était arrêtée à une dizaine de centimètres du torse de Kyoshiro, une intense explosion invisible se produisit, comme une onde de choc qui ravagea les alentours sur une cinquantaine de mètres de rayon autour de lui. Il ne vit pas les navires voler en éclat, il ne vit pas les flammes se faire souffler par sa colère, il ne vit même pas les résultats de sa technique qui était plus que capable d'envoyer au tapis l'épéiste lumineux en bout de course : dès l'instant où il déploya ce qu'il restait de ses forces, il sentit la lame du Tadake terminer son travail. Il sentit son corps s'élever et s'envoler, flotter dans le temps et l'espace, avant que la conscience ne vienne à lui manquer. Il sentit son esprit s'éteindre alors que la surface glacée de l'océan l'accueillait comme un voile... ou comme un cercueil.

Je ne suis pas faible.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1547761707-hadesL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542050781-mijushike

Hadès Tenryon, Mijushike Hojo

- Ah... c'est donc là que tu te trouves.

Faisant volte-face, Hadès se plaça dans la direction de son ennemi. Il avait senti sa voix... il l'avait sentie très clairement. Ce débrouillard de chasseur de prime avait voyagé dans les blocs encore solidaires de l'île qu'il était en train de couler... comme un mineur, esquivant ainsi la furie de l'océan. Il était malin, mais pas assez pour le surprendre totalement. Une telle manoeuvre était d'une évidence telle que la volonté d'approcher d'une manière si directe sautait aux yeux. Mijushike ne pouvait pas décemment vouloir faire quelque chose d'aussi prévisible sans avoir un plan en tête... et si le Tenryon se prépara à affronter toute sorte d'arme étrange sortie de l'esprit ingénieux du Leader de l'Alliance, voir une taupe géante extirper sa tête de la terre dans son dos alors que la présence du Hojo était clairement dans le terrain lui faisant face constitua malgré tout une surprise satisfaisante.

Le choc le repoussa sèchement tandis que l'énorme bête s'extirpait de sa tanière avec une agilité relativement surprenante. D'un bond, elle se retrouva à son niveau et fractura le sol à ses pieds, lui faisant perdre ses appuis avant d'asséner un coup circulaire de sa patte postérieure gauche qui lui fit à nouveau perdre un peu plus de terrain. Les chocs étaient ce qu'ils étaient : suffisants pour mettre à mal des Nébula trop prétentieux, certes. Mais il était l'Empereur Hadès Tenryon, et il ne laisserait pas une telle mascarade continuer bien longtemps !

- Une taupe géante pratiquant les arts martiaux ? C'est tout ce que tu avais de mieux à offrir, chasseur de prime ?

Une série de coups fut projetée en sa direction et il la dévia sans le moindre inconvénient. Cette bestiole l'avait peut-être surpris, en plus d'offrir un couvert évident au chasseur de prime qui se cachait désormais à l'intérieur... mais c'était tout. C'était tout ce que cela pouvait offrir à Mijushike. Arrêtant sèchement l'une des pattes de la créature géante, il se faufila jusqu'à on estomac et ramena ses deux poings contre ses côtes, avant d'adopter une posture stoïque et puissante. D'une grande enjambée vers l'avant, il clôtura la distance qui les séparait avant de percuter de façon virulente la panse de la créature imaginaire dessinée par le Tueur de Yonkou. 

- Hajoutsui* !

Ses mains s'enfoncèrent dans l'épaisse peau inventée, laissant la créature exprimer une douleur qui n'existait pas avant de tomber vers l'arrière dans un grand fracas. Une silhouette s'extirpa bientôt de sa gueule béante tandis qu'elle poussait un dernier hurlement... c'était lui. D'un bond, Hadès se précipita à la rencontre du dessinateur, qui semblait pris au dépourvu, ainsi obligé de quitter si rapidement le corps de sa création. Il parvint à le percuter d'une épaule avant de se saisir de son col, poing levé, prêt à faire s'abattre sa sentence impériale sur son ennemi qui ne l'avait que trop gêné déjà. Un sourire marqua ses lèvres tandis qu'en cet instant, alors qu'ils étaient encore à plusieurs mètres au dessus du sol et que la bête inventée gesticulait de façon incohérente, il pouvait sentir la victoire. Il la sentait clairement.

- Tes supercheries ne te sauveront pas, Mijushike. Je te tiens. Tu vas rejoindre ce jeune fou dans l'océan... mais sois sans crainte : on se souviendra de vous comme les deux hommes assez braves pour vous opposer à moi en ce jour.

Il arma son poing, constatant qu'aucune réplique ne venait, avant qu'une mince grimace ne vienne s'installer sur le visage du traqueur. Ce dernier resta silencieux quelques instants de plus... avant d'éclater d'un rire malicieux.

- Tu me tiens ? Bonne chance pour tous les autres, alors.
- Que...

La taupe cessa finalement de gesticuler, avant de se mettre à vomir une marée de dessins, plus petits. Son ventre gonflé reprit une forme normale, comme un ballon dont on extirpe l'air, avant qu'elle ne vole finalement en une gerbe d'encre inerte. Le Hojo, de son côté, repoussa son ennemi d'un coup de pied, profitant de sa surprise évidente pour prendre ses distances. La prochaine chose que Hadès fut en mesure de voir, ce fut l'armée Mijushike Hojo qui se tenait devant lui, prête à lui bondir dessus. Une véritable armée miniature, qui s'était répartie sur tous les rochers, sur tous les plans de terre praticables, sur toute la surface qui les entourait encore et continuait de descendre dans l'océan, lentement mais sûrement. Autour de lui, il n'y avait qu'une éternelle ribambelle de son adversaire et chacun semblait aussi authentique que le suivant. Ils étaient impossibles à discerner les uns des autres visuellement. Il souffla, avant d'activer son Haki de l'observation...

En vain.

Car en face de lui, chaque Mijushike Hojo avait une voix.

- Ce "jeune fou"... je crains de ne pas pouvoir te laisser le tuer aussi aisément. Tu m'excuseras de lui avoir rendu un petit service. En attendant, c'est sur moi que tu devrais te concentrer.

L'Empereur ne répondit rien : il était tout à fait conscient du tournant que venait de prendre la situation dans laquelle il se trouvait désormais. L'un des Mijushike s'avança, avec le sourire narquois qu'on lui connaissait, tandis que les autres se plaçaient en position.

- Alors, on y va ?


-----


Un peu plus loin, dans l'océan, une masse froide et insensible traversait les eaux à la recherche de quelque chose... ou quelqu'un, en tout cas. Oreo n'avait pas totalement compris ce que son boss voulait sur ce coup, mais il était question de filer un coup de main à un allié assez fort pour l'aider contre Hadès... en d'autres termes, de sauvegarder un atout certain dans cette guerre. Aussi, dans les ténèbres froides des eaux du Nouveau Monde, l'une des bêtes d'acier avait été assignée à la recherche et au sauvetage de celui que l'on appelait le Phoenix.


*Bélier (machine de guerre)



Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Kari, tu peux aider Pouic, aider sur le navire, tenter d'utiliser l'environnement contre Baldr, essayer autre chose encore si tu le veux... à toi de voir !
  • Les gens dans la cale voient un gros singe avec un chapeau et des lunettes qui leur demande leur affiliation.
  • Groogal termine le navire de la Triade déjà bien entamé, mais il subit un éclair au passage.
  • Kyoshiro, tu mets Agrid KO mais il te démolit aussi au passage, te mettant certainement hors combat ! C'est sur un match nul tendu que se termine votre duel. Merci à toi !
  • Mijushike et Hadès continuent leurs affaires et Mijushike active sa carte piège. Nakata, un Pacifista te cherche dans l'océan. S'il voit Alidia, il ne lui fera aucun mal.



Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement, Haki de l'observation avancé (Réplication de voix).
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Tégée Deimos est lvl 47 - Manipule de nombreuses lames.
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu, Armement avancé.
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - état inconnu ?
Serge est lvl 32 - état inconnu ?


Navire TNS :
Baldr est lvl 46 (473.000.000) - Corps à corps, Paramecia des Coquilles, Capacité de densification de sa peau et de ses muscles.
Akai est lvl 38.
Aoi est lvl 34.

Bara est lvl 32 - Zoan de la Vipère Heurtante, Haki de l'armement.
Ki est lvl 31.

Pouic est lvl 40 - Pouic (Mâchoire capable de broyer le titane façon éclair, rapide et compact).

Power est lvl 36 - Brise Feu.
Walker est lvl 33 - Retour à la vie de la fourrure.

Titia Lae est lvl 45 (520.000.000B) - Zoan du Crabe Kamchatka, Haki de l'observation.
King est lvl ???

Côté X-Edition, il reste trois pimpins (lvl 45) :
> Un du côté Ouest contre les envahisseurs, un autre parti chercher Nakata.
> Un autre qui attaque Jormungand.


Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement avancé (condensation) et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)

Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000)

Navire de la Triade :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Quing Beltegeuse est niveau 48 - (/)
Barbaros est niveau 48 - (/)
Les Vouivres sont lvl 35

Du côté d'Edward :
Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000) - état inconnu ?
Enora est niveau ??? (30.000.000) - état inconnu ?
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1795
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue46/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (46/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue161/750L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (161/750)
Berrys: 66.560.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMar 25 Juin - 19:17

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




Un combat était bien plus qu'un affrontement entre deux hommes ne vivant que pour la guerre, bien plus qu'une opposition de deux styles, deux personnalités, deux volontés, mais bien l'opposition entre deux rêves. Deux désirs. Deux objectifs. Deux modes de vie et, avant ce jour, Kyoshiro n'avait jamais cru qu'une telle bataille pouvait atteindre des sommets d'intensité comme celle d'aujourd'hui. Était-ce donc ce côté enivrant qui plaisait autant au capitaine de son équipage ? Peut-être, pas uniquement en tout cas, mais grâce à Agrid le jeune épéiste venait de découvrir un tout nouveau monde qu'il lui tardait d'arpenter. Cela faisait au moins plusieurs minutes qu'ils se ruaient l'un sur l'autre avec une intensité toujours plus grande et, si leurs corps respectifs semblaient avoir atteint leurs limites depuis bien longtemps, le combat ne se poursuivit que grâce à leur volonté inébranlable.
Oh oui Kyoshiro n'était pas le plus fort du lot, pas le plus malin ou le meilleur tacticien qui existait mais, s'il avait bien deux choses pour lui, elles s'appelaient discipline et ténacité. Il aurait dû abandonner depuis longtemps pour sauver sa vie, pour combattre un jour supplémentaire mais, malheureusement, il ne put retenir l'adrénaline pompant à travers ses veines. Il avait envie de se battre, pas pour faire couler le sang mais bien pour montrer à son bestial adversaire qui était le plus fort et, avec le risque que cela recelait, il avait décidé que ce prochain assaut serait son dernier. Qu'il gagne ou qu'il perde importait assez peu au fond, il devait tout donner pour quitter ce combat en laissant ses regrets derrière lui.

Il empoigna donc ses lames et y rassembla toute une vie dédiée au bushido, dédiée aux autres, dédiée à l'art du sabre pour former une gigantesque lame qui balayerait tout devant lui. Ou du moins était-ce l'idée de départ car, alors que son coup était sur le point d'atteindre sa cible, les yeux de Kyoshiro s'écarquillèrent en sentant la répliquer d'Agrid venir à lui. De toute sa vie il n'avait jamais autant souhaité qu'en cet instant être plus rapide qu'il ne l'était déjà, être bien plus rapide que son opposant mais, en sentant l'attaque venir, il sut que ce souhait ne serait jamais réaliser. Son expression de fureur prit un ton plus mauvais, teinté de frustration et de colère lorsqu'il sut qu'il n'échapperait pas à cette attaque mais, malgré la proximité de sa mort – ou de sa défaite – il ne stoppa pas son attaque pour autant. Il déversa ce qui lui restait d'énergie sur son coriace adversaire et, même s'il sentit son coup porter, toutes ses pensées furent balayées par l'immense vague de douleur qui vint le cueillir au vol.

Se faire planter par une lame était une chose peu surprenante pour lui, la fatigue musculaire lui était aussi très familière, mais jamais Ô grand jamais il n'avait eu l'impression que la douleur pourrait le terrasser pour de bon. Jamais avant aujourd'hui. Ses os se brisèrent, sa cage thoracique sembla prête à s'enfoncer dans son corps pour venir écraser son cœur et sa colonne vertébrale mais, alors qu'une flopée de gouttes rougeâtres s'échappaient de sa bouche, le samouraï ne parvint qu'à balbutier un début de réponse.


 « PUT...»

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, car déjà l'explosion l'éjecta au loin en emportant avec elle ce qui lui restait de conscience. Il aurait dû être content de cette fin, content d'avoir tout donné sans savoir si ce jour serait teinté de victoire ou de défaite mais, à ce moment-là, alors que son corps volait bien au-dessus des flots à la recherche d'un obstacle pour l'arrêter, il ne ressentit qu'une seule émotion : de la frustration. Ne pouvait-il pas mériter une victoire éclatante, comme son capitaine en avait le secret ? Ne méritait-il donc pas de se trouver au-dessus du corps d'un adversaire brisé ? Apparemment non et, s'il pensait avoir fait des progrès ces derniers temps, cette victoire volée balaya en un instant toute la confiance qu'il avait en ses capacités.

Faible, il était faible.

Il avait mérité que cette victoire lui passe sous le nez.


   
   
:copyright: ANARCISS sur epicode
           


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15116
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeJeu 27 Juin - 16:47

img_rp
The Long Night.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent

Elle n'avait jamais nagé aussi vite. Et pourtant, il lui semblait que la distance à parcourir était encore infiniment trop grande : au-dessus d'elle, chaque vague défilait et rugissait au ralenti depuis qu'elle avait pénétré cette étendue tumultueuse d'un plongeon gracieux, lui permettant de gagner en vitesse de croisière d'entrée de jeu. Elle savait que les premières secondes étaient primordiales car elles étaient ce qui allait à la fois lui permettre d'opter ou non pour la bonne direction, et lui permettre ou non de gagner suffisamment de temps pour extirper son capitaine de la prison aqueuse dans laquelle il avait été précipité contre son gré, par la force trop imposante de son assaillant. Elle se doutait qu'il ne se laisserait pas aller dans les bras de la mort dès lors qu'il sentirait son corps gourd échapper à son contrôle, mais son souffle n'était toutefois que trop sévèrement limité... D'autant plus qu'elle l'imaginait brisé, fracassé, si brutalement malmené qu'une bouffée d'air pur n'aurait pu que lui être d'un grand secours. Le trouver n'allait pas être une tâche trop âpre, considérant le calme divin qui régnait sous la surface de cet océan. Les bruits des combats, la foudre, l'ébullition de Thonus, tout cela contribuait à cantonner les créatures vivantes dans les fonds abyssaux, loin en-dessous de leur position actuelle. La majeure partie des monstres marins avait du se volatiliser depuis belle lurette, ou succomber... Et par conséquent, mis-à-part quelques cadavres ou quelques débris trop lourds pour flotter, peu d'obstacles obstruaient réellement sa vision et empêchaient Alidia de localiser la silhouette brisée et reconnaissable entre mille du prétendant au titre d'Empereur. Néanmoins, ce ne fut pas lui qu'elle trouva en premier : elle avait beau user de toute sa vélocité, elle n'avait traversé que la moitié de la distance qui la séparait du blond qu'elle remarqua du coin de l’œil une autre forme, nettement plus massive que l'ex-corsaire et qui, elle, ne se cantonnait pas à une posture statique, impuissante, lourde. Un X-Edition surgissait, fonçant dans la même direction qu'elle, quoi qu'un peu moins rapidement : et elle déglutit, en imaginant les desseins qui pouvaient être ceux de cet immonde bête d'acier. Son cœur manqua un battement tandis qu'elle envisagea qu'il s'en prenne même à elle, dans l'optique de la ralentir et d'empêcher le sauvetage du Phoenix... mais il n'en fut rien. Si la créature sembla bel et bien la remarquer, du moins ne lui destina-t-elle rien de plus qu'une série de signaux sonores sans réelle signification apparente. Se pouvait-il que l'armée des chasseurs de primes ait réellement développé un semblant de gratitude à leur encontre, au point de vouloir sauver la vie du mythique, envers et contre la menace qu'il pourrait devenir à l'avenir, si on lui laissait le temps de mûrir davantage encore ? Elle ne se posa pas cette question éternellement et, d'une impulsion soudaine grâce à ses pattes palmées, la femme-loutre se projeta en avant avec une vigueur redoublée, déterminée à l'idée de tirer le musicien de ce terrible cercueil.

Et, finalement, elle parvint effectivement à le trouve. D'abord qu'un point à l'horizon, étrangement luminescent, elle remarqua le sang qui flottait, obscurcissant l'eau en lui conférant une aura orangée, brumeuse. Puis, en se rapprochant, elle distingua dûment le manteau de son capitaine, ou plutôt ce qu'il en restait d'encore reconnaissable, et sa toison dorée, toujours aussi rebelle, toujours aussi emmêlée. Quelques mouvements énergiques de plus lui furent suffisants pour l'atteindre tandis qu'elle ne cessait de formuler foultitude de prières en son for intérieur, espérant qu'il n'était pas trop tard tout en demeurant estomaquée par les distances gargantuesques que lui et les deux hommes combattants avaient parcourues en un éclair, comme s'ils n'avaient réalisé guère plus qu'un pas. Lorsqu'elle parvint à son niveau, elle ne réfléchit pas une seule seconde : même s'il avait eu le temps de s'enfoncer profondément dans les entrailles de l'océan, elle imaginait qu'un outrage aux paliers de décompression ne serait qu'une formalité au regard de ce que son fruit lui avait déjà permis d'encaisser et d'éponger. Aussi usa-t-elle de sa propre condition métamorphosée, lui permettant une résistance hors-norme à ce type de désagréments, et empoigna-t-elle le mythique directement au niveau du buste, glissant une main le long de son torse jusqu'à sous son aisselle, avant de se mettre à le tracter dans une ligne parfaitement verticale, le tout dans l'optique de les remonter aussi promptement que possible vers la surface. Si le mythique ne bougea pas, l'ombre d'un instant, tandis que les mètres défilaient sous leur nage fiévreuse, elle ne fit que se débattre davantage et il ne leur fallut qu'une seconde supplémentaire pour enfin percer la surface des vagues sèches, où l'air s'infiltra à nouveau dans leurs poumons. Le mythique, apparemment inconscient, ne retrouva pas son souffle immédiatement : aussi se glissa-t-elle dans son dos et appuya-t-elle vigoureusement sur son abdomen, tâchant d'expulser l'eau qu'il aurait pu avaler durant l'attente qu'il avait dû trouver interminable.



Nakata... Nakata ! Je t'en supplie, réponds-moi !


Et elle eut sa réponse, alors qu'elle s'égosillait à l'invoquer : une quinte de toux, d'abord, puis quelques mouvements saccadés, déboussolés, mais dénués de toute force. Il était encore trop immergé, bien trop pour pouvoir se soustraire de la sorte à la poigne surprenante de cette jeune blondinette étrangement velue, bien trop même pour prononcer la moindre phrase avec le panache qui lui était coutumier. A la place, il se contenta de quelques syllabes qu'elle n'entendit que trop partiellement pour en saisir le sens global, à cause des canons qui continuaient à tonitruer, à quelques centaines de mètres de là. Une chose était sûre : pour lui, la bataille était finie. Il était impensable de le renvoyer sur le front, tenir tête à un Hadès Tenryon encore capable de prouesses stupéfiantes... Le Kibo. Il leur fallait retourner sur le Kibo, en toute hâte. Sans hésiter une seule seconde, Alidia se mit en mouvement, se plaçant sur le dos afin de maintenir son capitaine hors de l'eau. Elle avança aussi promptement et discrètement que possible, de manière à demeurer inaperçue aux yeux adverses, qui risquaient d'avoir autre chose à faire que d'observer les silhouettes progressant à la hauteur des décombres en tout genre. Il ne lui faudrait à cette allure qu'une minute ou deux, tout au plus, afin de parvenir à l'endroit où le mastodonte progressait sereinement, nullement inquiété par les détonations qui ne le menaçaient déjà plus. Elle ignora le crachat flamboyant de Groogal, autant que l'explosion de puissance brute qui résultat de la confrontation entre Kyoshiro et Agrid : elle demeura focalisée sur le Fenice et sur son bien-être, jusqu'au moment où la coque en bois d'adam fut à portée, jusqu'au moment où elle put se glisser dans les eaux afin de prendre une impulsion et de bondir, directement, jusqu'au niveau du poste de navigation.

<(°-°<)



Si on travaille pour Hadès ? Tu plaisantes ? C'est à toi qu'on devrait poser cette question !


Lapis avait rongé son frein en attendant que l'assassine envoyée les liquider leur lâche enfin le grappin, non sans libérer Molly au préalable : elle avait hésité à se jeter dans l'océan dans l'optique de harceler leur ennemie et de la noyer, mais elle s'était finalement contenue, préférant se jeter à la rencontre de la femme-poisson afin de s'assurer de son bon état. Mais ils n'avaient même pas le temps de compter leurs blessures qu'un nouvel intrus venait de pointer le bout de son nez... Et voilà qu'il leur demandait avec nonchalance et naïveté s'ils étaient du côté d'Hadès, alors qu'ils séjournaient tous à l'intérieur du navire du Phoenix ! Certes, plusieurs ennemis avaient su se frayer un chemin jusque sur le Kibo et certes, aucun d'entre eux n'était officiellement considéré comme étant un comparse de Nakata... Mais n'était-ce pas plutôt à lui de se présenter en premier lieu ? La sirène hésita, une fois de plus, à engager les hostilités sans piper mot. Mais elle se retint, à nouveau : cette fois-ci pas par inquiétude, mais par intelligence. Cette entracte lui avait permis de calmer ses ardeurs et de revoir sa rage à la baisse : elle comprenait désormais la situation et ne savait que trop bien qu'ils s'étaient drastiquement éloignés des positions initiales de la flotte d'Hadès. Lorsqu'elle avait plongé, elle avait déjà constaté le changement de cap et avait pu en comprendre les tenants et les aboutissants, au moins vaguement : maintenant, il était peu probable que des ennemis continuent encore à les aborder. Les dernier qui se trouvaient là devaient s'être invités à leur bord depuis un petit moment... Mais alors, qui était-il ? Un chasseur de primes ou un entremetteur supplémentaire ? Dans un cas comme dans l'autre, il avait plutôt intérêt à décliner son identité : si pour l'heure la jeune femme demeurait sur la défensive, il allait sans dire qu'il ne faudrait pas grand chose pour qu'elle bascule à nouveau vers l'hostilité assumée et exagérée...

(>°-°)>



Qu'est-ce que je dois faire... Bon dieu...


Il hésitait. Comment aurait-il pu en être autrement ? Même l'aide d'Hiko était franchement relative afin de se débarrasser de ce colosse à la résistance incommensurable. Titia était encore la mieux placer afin de l'éloigner momentanément du Kibo... Et s'il tentait de lui prêter main forte, il risquait davantage de la gêner que de l'aider réellement. Alors, que faire ? Un coup d'oeil circulaire le renseigna partiellement. Damon avait titubé jusqu'à un mur, contre lequel il s'était adossé pour reprendre son souffle : sa tête devait lui tourner, d'autant plus qu'il continuait apparemment à user de son haki de l'observation abondamment, pour s'assurer que rien n'échappait au contrôle de Tengoku no Seigi. Il avait besoin d'assistance... Mais il n'était pas le seul. A quelques pas de là se trouvait un Pouic déconfit, qui avait perdu une bonne partie de sa mâchoire et qui semblait souffrant. Au dernier moment, il avait tenté de s'en prendre à Baldr, attirant immanquablement son ire... Et rendant un grand service aux forbans du Phoenix. Était-il de ce fait devenu leur allié ? Difficile à dire. Et la décision, a priori, ne leur revenait pas réellement. Cette chose dotée d'une mâchoire à la force aberrante avait en tout cas grand besoin d'un coup de man elle aussi. Ruthven songea à lui prêter main forte, fit un pas dans sa direction, puis s'immobilisa. Une erreur de jugement ou de précipitation pouvait lui coûter la vie. Et si l'envahisseur décidait de demeuré prostrer dans une posture agressive, y compris si on tentait de lui prêter main forte ? Le vampire n'était pas suffisamment véloce pour lui échapper, pas s'il se rapprochait de son propre gré. Ses dents grincèrent tandis qu'il demeurait là, figé et débile : mais finalement, les mots de Damon qui lui parvinrent tranchèrent à sa place.




Kyoshiro... Lapis... Doit aller le chercher...


Oui. Cela, il pouvait le faire. Il pouvait aller chercher la sirène afin de lui demander de foncer jusqu'à Kyoshiro, lequel semblait également s'être mis en bien mauvaise posture... Il fallait que quelqu'un le fasse, d'autant plus qu'Alidia, la deuxième meilleure nageuse de l'équipage, était d'ores et déjà occupée avec leur capitaine. Le vampire se précipita par conséquent droit vers la porte qui menait vers l'intérieur du navire : il lui fallait retourner auprès de la salle principale des canons, pour prévenir la sirène de toute urgence.




Alidia retrouve Nak et tente de l'acheminer jusqu'au Kibo, pour finalement retourner à côté de Natalia.

Lapis parle avec le gorille.

Ruthven fonce vers Lapis.

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 861
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue123/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (123/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeVen 28 Juin - 22:38

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

From Past To Present - TES V : Skyrim OST

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
Bara s’en était allée. Aussi simplement qu’elle était venue et tout aussi silencieusement. Molly, enfin libérée, se tourna instinctivement vers Lapis, sa camarade sirène. Puis son regard dévia sur le reste de ses compagnons, mesurant maladroitement l’étendue des dégâts sur ses troupes.

Pat finit par s’asseoir doucement, puis se relever, légèrement hagard, avant de se rassembler avec ses quelques camarades encore en état, se cherchant tous plus ou moins du regard.

Alicia s’avança également. Dès que la menace de la maudite de la vipère s’évanouit comme elle était arrivée, elle relâcha son haki de l’observation, ne sentant donc pas la présence inconnue qui venait à l’encontre des membres du petit groupe. Non, tou ce qu’elle sentait, c’était les multiples douleurs liées à l’attaque de Bara.

Dès lors que l’homme-gorille pointa le bout de son nez et parla, tous les regards se tournèrent vers lui. Molly s’apprêta à répondre négativement à sa question mais Lapis fut plus rapide. Et oui, qui était-il, lui ? De toute évidence, il ne faisait pas partie de l’armada du Yonkou. Un chasseur de primes venu en renfort, alors ?

^(°-°)^

Elle resta un instant à contempler le monstre colossal et son opposante, sortie d’elle ne savait où, tout aussi puissante. Puis Kari finit par accorder davantage d’attention au reste de son environnement. Au loin, l’enfer sembla se déchainer sur l’immense navire de la Triade, accaparant un instant l’œil émeraude de la pirate. Devait-elle craindre quelque chose ? Très probablement, c’est ce que lui dicta son cœur. Pour autant, elle chercha à se ressaisir une énième fois : ce n’était pas le moment pour s’inquiéter de ce qui se passait au large. Mieux valait d’abord s’occuper de ce qui se trouvait sur le Kibo. Elle s’approcha donc de Ruthven, qui paraissait indécis, jetant ensuite son regard sur la petite silhouette de Pouic. Elle s’attarda sur lui, le voyant commencer à gesticuler, ignorant tout de lui et du combat qui l’avait opposé à Alidia et Hiko.

Etait-il un ennemi ? Il, enfin cette chose à l’air humanoïde, était peut-être dangereux. Aussi, ne valait-il pas mieux de ne pas se hâter à lui porter secours, même si il semblait en difficulté. Et si, tout bêtement, cela était un piège ?

L’ancienne chasseuse de primes se tourna un instant vers l’herboriste de l’équipage, Hiko, avant de lui demander, presque de nouveau insensible à l’affrontement de Titia et du garde-du-corps d’Hadès, en pointant Pouic du doigt :
- Qu’est-ce qu’on fait de celui-là ?
Elle n’osait pas s’approcher de trop près, optant pour la prudence dont elle avait cruellement manqué lors de son affrontement contre Branch.

Codé par Kari Crown



Pas grand-chose ce tour-ci, petit poste donc. Du côté des PNJs, rien du tout. Du côté de Kari, elle s'approche un peu de Pouic et demande ce qu'ils doivent en faire à Hiko.

PNJs (lvl màj fraîchement):
Aldero Crown, lvl 22
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 29
Molly, lvl 26
Pat, lvl 25

_________________


We are the warriors, who learned to love the pain
We come from different places but have the same name
'Cause we were born for this
We are the broken ones, who chose to spark a flame
Watch as our fire rages, our hearts are never tame


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1746

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMar 2 Juil - 21:42




L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1562004394-oreo

Oreo "Cabunk" Nabisco

- J'espère que vous savez ce que vous faites, boss...

Suite à cette pensée vaguement énoncée, avec sa propre personne comme seul témoin, le tontatta se concentra à nouveau sur sa mission. Et elle était simple : monitorer l'un des X-Edition jusqu'à l'emplacement où le blondinet avait rencontré l'océan, le trouver, et l'empêcher de couler comme une pierre. De son point de vue, c'était assez fou : il était de notoriété publique que Nakata Fenice n'était pas le pirate le plus paisible de ce monde, qu'il n'avait pas peur de se salir les mains lorsqu'il avait décidé d'entrer en guerre... et qu'il était, à son âge, l'une des têtes d'affiche prodigieuses de la nouvelle génération de piraterie. En d'autres termes ? Le laisser glisser dans les bras de la mort était une décision tout à fait raisonnable pour quiconque aurait un jour été amené à l'affronter, y compris le Tueur de Yonkou qui n'avait pas décidé de s'implanter dans le Nouveau Monde pour cueillir des pâquerettes.

Alors pourquoi ?

Mijushike Hojo était un planificateur, un chef de guerre et un stratège dont la réputation n'avait à souffrir d'aucune forme particulière d'ombrage à ce jour. Il était connu pour patiemment tirer les ficelles, fussent-elles celles de ses traques les plus longues comme de ses combats les plus ardents. L'ingénieur ne voyait qu'une seule réponse : le Fenice lui était actuellement plus utile en vie que mort. Après tout, il s'était dressé contre Hadès, de front, sans hésiter : peut-être avait-il gagné une sorte de grâce aux yeux du chasseur de prime... ou peut-être qu'il estimait qu'en l'instant, le conserver en vie était la bonne chose à faire. Il évita de se plonger dans les raisons sous-jacentes de cette prise de décision, car elles ne pouvaient pas être rassurantes. Lorsque la bête mécanique croisa finalement la femme-loutre, il s'étonna quelques instants : venait-on s'assurer que le forban ne regagne pas la surface ? Les données auxquelles il fut en mesure d'accéder, bien que maigres, le convainquirent du contraire : il était effectivement pareille créature dans la bande hétéroclite de l'ancien Shichibukai. Alidia... une femme qui, si elle n'était pas primée, avait maintes fois été vue en compagnie du pirate. Elle faisait partie de sa bande : c'était une bonne nouvelle.

Alors, le Pacifista adopta un comportement tout à fait surprenant. Au lieu de s'interposer et d'abattre la demoiselle sur place, il resta passif, à une distance raisonnable, tandis qu'elle remontait son capitaine au travers des flots éplorés du Nouveau Monde. Lorsque la demoiselle fonça vers le Kibo no Felicity avec l'espoir d'y ramener en vie cet homme en qui elle croyait, le robot la suivit sans provoquer de grabuge. Elle l'escortait. Un Pacifista X-Edition escortait deux criminels. L'absurdité de cette situation n'interloqua pas longtemps le maître des machines : ils étaient en guerre. Il n'y avait, au final, que peu de rationalité dans tout ce massacre... aussi continua-t-il à exhorter le colosse de titane à coller au train de la Miyamoto, jusqu'à ce qu'elle arrive à une distance rassurante du géant de bois d'Adam qui fendait les flots à une faible encablure de là. Alors, comme un fantôme, l'automate se retira dans les tréfonds, empruntant une autre route, un autre objectif.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1541782810-kuraisaru

Kuraisaru "King" Kong


Lorsque la réponse acerbe de la sirène lui parvint, aussi tranchante qu'un sabre, le singe ne cilla pas. Il l'observa juste, comme on observe un tableau, conservant un silence éloquent. Le groupe qui se présentait à lui semblait fourbu, pacifié. Cherchaient-ils une accalmie bienfaisante dans cet enfer ? Il était vrai que maintenant était sans doute le moment le plus propice à leurs yeux... après tout, leur navire s'était déjà éloigné de la masse grouillante des embarcations plus petites, lesquelles continuaient de se livrer à un combat terrible dans l'océan. Quant à son interlocutrice... eh bien, sa réaction ne semblait trahir qu'une pression intense. En tout état de cause, il doutait d'avoir affaire à des ennemis. Il avait senti la volonté de la demoiselle de s'en prendre à lui, l'espace d'un instant... tout comme il n'était pas difficile de voir que tout un chacun attendait sa réponse. Si les forces de Nakata Fenice, que Titia avait plusieurs fois présenté au Kuraisaru comme un ami, étaient bien connues... celles du Yonkou étaient multiples. Autrement dit ? Des hommes d'Hadès auraient sans doute eu tôt fait de prôner leur appartenance à la flotte de l'ancien, partant du principe très raisonnable que ce nouvel invité était bien plus probablement de leur côté que de celui des assiégés.

- Votre colère est authentique. J'imagine que vous n'êtes pas de son côté. Excusez moi du dérangement.

Sans dire rien de plus, il commença à escalader la façade à nouveau, disparaissant quelques instants avant que sa tête massive ne repasse dans l'ouverture...  à l'envers, cette fois.

- Vous vous éloignez des combats. Les vôtres vont sans doute avoir besoin d'aide sur le pont. Cependant, il y a d'abord un indésirable dont je dois me débarrasser, si vous le permettez.

Il n'attendit pas de réponse et s'évapora à nouveau. La situation, pour lui, était très claire : une connaissance dont il se serait bien passé était là, semant le chaos sur le pont... et il allait aider sa capitaine à la renvoyer d'où elle était venue.

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1557253616-baldr2L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1541782810-titia
Baldr, Garde du corps de Hadès, primé à 473.000.000B & Titia Lae, Nebula primée à 520.000.000B

- Mais tu vas tomber, oui ?!

Cette nouvelle attaque n'avait pas été foncièrement plus fructueuse que les précédentes. Non... c'était même pire : elle était définitivement plus efficace en adoptant sa forme blindée. Le problème n'était pas de savoir si elle pouvait faire tourner en bourrique Baldr suffisamment longtemps pour provoquer une faille : c'était de savoir combien de temps il lui faudrait pour arriver à ce résultat. D'un geste avisé, elle recula et esquiva un nouveau revers. Ce fruit dont il était désormais le possesseur... quel genre de plaie pouvait-ce bien être ? À chaque fois qu'elle passait la défense massive de ses bras, qu'elle pensait pénétrer sa peau pourtant déjà solide comme du titane, elle se heurtait à cette carapace dorée étrange qui annulait impérieusement ses avancées. Au moins avait-elle réussi à atteindre son objectif premier : l'attention du lieutenant de Hadès lui était désormais toute acquise, car même si elle n'était pas capable de le mettre clairement en péril, il ne pouvait décemment se contenter de la considérer comme un moustique dont la piqûre ne serait qu'une énième injure.

Leur ballet continua pendant quelques instants qui semblèrent durer une éternité, alors qu'elle se concentrait sur ses mouvements pour réussir à conserver une posture assez menaçante pour le captiver. Elle frôlait ses membre brutaux et puissants, épousait les courbes de ses coups, avant de lui rendre une série d'attaques dont il se prémunissait aisément. Du temps, c'était tout ce dont elle avait besoin... pourtant, lorsqu'elle vit la silhouette d'Alidia atterrir en urgence dans le poste de navigation, un simple coup d'oeil lui permit de remarquer un détail saisissant. Son fluide se brouilla un instant, poussé par un pressentiment, partagé entre deux points d'intérêts.

- Nakata... !

Cette seconde d'inattention fut finalement néfaste : le nettoyeur de Hadès n'était pas connu pour sa silhouette gracile, mais il avait été doté par le destin d'une force terrible... et la puissance de sa détente n'avait rien à envier à celle de la loutre, un peu plus loin. D'un bond, il percuta violemment Titia et l'entraîna dans le sillage de sa massive carrure, la plaquant sur le sol avant de lui asséner un coup de poing virulent au visage. La demoiselle sentit le monde tourner quelques instants, avant que des mains massives ne vienne s'emparer de sa nuque. Elles n'attrapèrent finalement que du vide, alors que la demoiselle rétrécissait pour atteindre la taille de son animal : un gros crabe, certes, mais un crabe malgré tout. Elle ne tarda pas à se métamorphoser à nouveau, parvenant à s'extirper de la puissante poigne de son ennemi, avant que sa cheville ne soit finalement prise en étau. Un coup de pied à la mâchoire de Baldr ne fut pas suffisant pour lui faire lâcher prise, et il la ramena à elle avant de la matraquer de coups... des coups qu'elle parait difficilement. Le déluge ne semblait pas être destiné à s'arrêter... et sa conscience, elle, peinait à rester indemne, dans une posture aussi précaire.

- La demoiselle a dit non, maraud !

Sur ces mots, une masse égale à celle du forban le percuta, l'envoyant paître sur quelques mètres supplémentaires, tandis que la pirate tâtonnait mécaniquement au sol pour tenter de gagner maladroitement un peu de distance. Lorsqu'elle se retourna finalement vers la position de son ennemi, elle n'y trouva qu'une fourrure noire rassurante, dans une posture qui signifiait clairement que son propriétaire n'était pas là pour faire du porte à porte.

- King...
- Tu t'es ramollie, ma fille. Depuis quand un balourd pareil peut-il te poser problème ?

Elle sourit sous son oeil au beurre noir, tout en se redressant en titubant légèrement. Un soupir lourd de satisfaction accompagna un sourire sincère et enthousiaste alors qu'elle rétorquait simplement.

- T'as qu'à être à l'heure, gros babouin. Toujours peur de l'eau.
- Je ne suis PAS un babouin...
- Et je sors pas d'Impel Down.

Il lui adressa tout d'abord une moue sévère, avant de lâcher un souffle nasal de rire bref. Plus loin, Baldr se redressait en frottant sa caboche. Il aurait sans doute juré s'il avait brisé son silence, mais il restait muet comme une tombe... ce qui le rendait encore plus dérangeant. Finalement, la Lae claqua son poing droit dans sa main gauche, se mettant aux côtés de son ami de toujours.

- Alors, on se le fait ?
- Carrément qu'on se le fait.

Et ils s'élancèrent de concert, pour une ultime danse : celle dans laquelle il faudrait mettre le paquet pour repousser l'intrus au plus vite, avant qu'il ne provoque quelque chose d'irréparable.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1555194067-pouic2

Pouic

- Fouiiic...

Il avait l'air assez misérable, ainsi au sol en train de gigoter, une partie de sa dentition éclatée par l'assaut furieux de Baldr. Il ne semblait pas vraiment comprendre ce qu'il se passait, encore dans les vapes, mais il était certain qu'il n'était pas en très bon état : du sang coulait de sa mâchoire et il semblait ne même plus être capable de prononcer son nom correctement... ses yeux se baladaient inlassablement entre les débris des combats qui s'étalaient devant lui et qui garnissaient le pont d'un tas d'ordures qu'il faudrait débarrasser tôt ou tard. Sa langue passa sur le parquet dans un nouveau "Fouiiiic", tandis qu'il mirait inlassablement quelques boules d'acier à moitié digérées qu'il avait lui même recrachées un peu plus tôt.

N'arrivant pas à se rapprocher de lui même, encore endolori et brusqué, il tenta d'attraper l'un des déchets avec sa langue, ne parvenant qu'à le faire rouler un peu plus loin. Une larme perla de l'un de ses yeux vides, accompagnée d'un "Eeeeeehhh" qui sonnait comme une déception. Il semblait de toute évidence vouloir remettre le couvert... après tout, ravaler son vomi n'était peut-être pas un tabou chez tout le monde...


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542749869-groogal

Groogal Madoka


Les flammes descendaient comme une cascade sur l'énorme embarcation qui ne ressemblait désormais plus qu'à une braise rougeoyante que l'on avivait sans cesse. D'énormes débris s'écrasaient dans l'océan, sur les caravelles minuscules dans les parages, ou explosaient en vol dans les tentatives des forbans de bombarder l'énorme créature à la vague ressemblance avec un dragon. Concentré sur la tâche, Groogal continuait de souffler en ignorant la tempête qui l'avait déjà frappé une fois. Il avait senti sa conscience faiblir tandis que le courant électrique dévastateur traversait son corps, tandis que le choc détruisait ses écailles et brûlait sa chair aussi épaisse et solide qu'un bloc de pierre... et pourtant, il continuait sans relâche. Et il continua ainsi jusqu'à ce que l'intégralité de l'édifice ne commence à sombrer dans le corps aqueux à la gourmandise pour toujours impossible à combler.

Un rugissement victorieux marqua la plongée du titan de rouages et de bois dans les profondeurs, alors que le Madoka déployait ses ailes. Il sentait clairement les voix s'éloigner, sous le niveau de l'océan, au travers d'un moyen technologique encore relativement rare... mais ce n'était pas grave : son objectif avait été atteint et maintenant, il allait pouvoir continuer à prêter assistance comme il le pouvait. Et il commença immédiatement : ses ailes, comme deux voiles tranchant le ciel, s'abattirent dans une même direction avec une puissance inouïe. Bientôt, le vent se leva dans la trajectoire de sa puissance colossale, emmenant  les navires dans une tourmente sans merci alors que les hommes et les mâts tous confondus s'envolaient dans le vide du ciel dans des hurlements de terreur et de bois brisé. Il plana quelques instants de toute sa stature, les boulets de canon s'écrasant parfois sur ses écailles avec l'efficacité de pétards insignifiants, tournoyant dans les airs avec une souveraineté rarement vue. Car telle était la vraie forme de Groogal Madoka : une forme qui n'avait été vue qu'au travers de rares événements de l'histoire... une apparition qui avait donné naissance à des légendes fantastiques. Après tout, sur les histoires de cette ère parlant de créatures ailées et reptiliennes, qui savait combien pouvaient lui être attribuées ?

Il fit volte face après avoir renversés plusieurs navires de ses pattes antérieures puissantes, les éclaboussures de la mer étant clairement insuffisantes pour saper la puissance titanesque dont ce corps gigantesque faisait l'étalage. Reprenant un peu de hauteur, une nouvelle bouffée de flammes se mélangea à un poison engourdissant vicieux. Sa respiration mortelle se déversa comme la lave d'une forge, comme une mixture folle d'alchimiste détraqué, allant même jusqu'à incendier la surface de l'océan l'espace d'un instant qui ne semblait que trop durer pour ses victimes. Les rares survivants de l'assaut initial perdaient rapidement l'usage total de leur corps, s'échouant dans les ruines des navires qui avaient été leurs durant des semaines, des mois ou des années, ruines supplémentaires au tableau de cette grande folie.

En contrebas, les hommes et les femmes s'affairaient, la poudre emplissait l'air, les mains faisaient défiler tout ce qui pourrait abattre le colosse avec une hâte fébrile. Les espoirs vains et maigres poussés par la peur de la mort exhortaient les insignifiantes créatures sous l'ombre massive du plus vénérable des chasseurs de prime à donner le pire d'elles même pour tenter de l'amener au sol. La puissance de feu de toute une partie de la flotte de Hadès encore en arrière garde fut bientôt redirigée vers cette énormité de la nature, avec un objectif simple : la tuer. Pourtant, au travers de vrilles puissantes et d'attaques spectaculaires, le maudit du Zoan mythique de la Vouivre ne faisait qu'augmenter l'addition de l'hécatombe, aller retour par aller retour. Bientôt, la voix métamorphosée et pesante du vénérable animal résonna dans les airs, semblant même faire vibrer le bois des bateaux soulevés les uns après les autres comme on ramassait des poupées de lin du sol pour mieux les jeter dans les airs.

- Pirates de Hadès ! Vous n'êtes pas ce dont demain sera fait !

Une nouvelle bourrasque de vent vint faucher une paire d'embarcations supplémentaire alors que la queue massive de la Vouivre colossale fracassait de nouvelles embarcations, les éclatant en morceaux comme le verre cède au marteau. Il semblait délibérément s'abandonner à la destruction dont il était capable de faire preuve... car son objectif n'était pas celui d'un guerrier, en ce jour. Il avait d'autres idées en tête... des idées dans lesquelles il ne pouvait que placer les espoirs d'un vieil homme. Son carnage continua ainsi jusqu'à ce que soudain, son corps ne ralentisse brusquement dans les airs, comme contenu par une force invisible. Ce ralentissement soudain entraîna une bourrasque tour autour de lui tandis qu'il était secoué par le choc virulent. Ses sens se concentrèrent et il trouva bientôt la cause de tout ceci lorsque son regard se posa sur la silhouette noirâtre et funeste de l'un des seuls hommes présents capable de véritablement lui causer du tort : Ragnarock lui même. Un silence passa... puis il comprit.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1562091527-ragnarock

Ragnarock

- Je te tiens...

Tendu, les veines saillantes, l'Exécuteur au service du Diable tremblait légèrement sous la pression exercée par son propre pouvoir. Il lui avait fallu déployer une force conséquente pour arrêter pareil adversaire, mais il le tenait désormais là où il le voulait : le ciel gronda, une chape blanche passant dans les nuages obscurs comme un avertissement. Le Madoka observa le champ de bataille un instant, observant la situation. Le Kibo no Felicity semblait hors de danger... quant aux chasseurs de prime, malgré une situation précaire, ils tenaient vaillamment contre la marée monstrueuse que constituait la flotte de l'Empereur. La voix du Fenice, bien que faible, se trouvait sur son navire. Celle d'Hadès, perdue dans un dédales de voix identiques, faisait écho à la présence insoutenable de Mijushike dans un affrontement qui continuait d'ébranler l'océan. Le vieillard se tourna difficilement dans son intégralité vers son geôlier, lequel souffla lourdement. Puis, sur sa tête massive, l'ombre inhumaine de ce qui pouvait se rapprocher le plus d'un fin sourire se dessina alors qu'il fermait lentement les yeux.

Le ciel rugit une nouvelle fois, un peu plus loin, perdant l'un de ses traits d'énergie dans la mer.

Il était vieux. Si vieux... il avait vécu, sans doute plus vécu que l'on ne vivrait jamais. Il avait expérimente la vie sous de nombreuses coutures. Peut-être trop, d'ailleurs. Il était las. Las et fatigué... et même s'il savait que rester ici n'avait rien d'une bonne idée, il n'était pas idiot. La vie avait déjà décidé de l'abandonner, de longs mois plus tôt. Lentement, la pente descendante s'était changée en un précipice qui ne faisait que s'accentuer. Un mal l'affligeait, un mal qui ne demandait qu'à le ronger jusqu'à la fin de son être. Un mal qu'il n'avait peut-être pas eu la volonté de combattre, trop perdu dans la monotonie d'une existence qui n'avait que trop duré. Du beurre, étalé sur une tartine trop grande... une peinture qui s'écaillait malgré toutes les retouches que l'on pourrait lui apporter. Mais il n'y avait pas de tristesse dans son coeur : pas de rancoeur dans ses veines. Si sa poitrine se gonflait encore, c'était d'un sentiment mixte de fierté et de confiance. Sous sa silhouette figée, de nombreuses âmes s'affairaient. Mais celles qui l'intéressaient étaient désormais entre de bonnes mains... et il savait qu'il n'avait plus qu'une chose à faire : leur laisser le reste.

Son cou massif se tendit et, dans un rugissement tonitruant, il intima à celles qui étaient venues pour l'épauler de partir, de laisser cet endroit, de retourner là où elles le devaient. Le long cri guttural s'étendit sur la surface mouvante, gonfla les voiles et interloqua les combattants qui étaient jusque là concentrés dans leurs combats. Alors, la plupart assistèrent à ce que l'on ne voyait que très rarement dans une vie.

Les cieux rugirent une nouvelle fois, avant qu'un trait blanc ne zigzague jusqu'à sa position pour le foudroyer à nouveau avec une puissance renouvelée. La douleur se mêla à l'ordre de ses cordes vocales, tandis que son corps tout entier s'illuminait sous l'effet du choc ultime. L'odeur de brûlé se mêla aux effluves des combats et aux vents agités, portant partout les prémices de son destin. Il l'avait accepté depuis longtemps... et pourtant. Une once de regret s'installa dans son esprit tandis qu'il réalisait qu'il ne verrait sans doute pas les pousses qu'il avait voulu aider à mûrir arriver à leurs termes. Mais si toute chose faisait son temps, le sien était sans doute révolu : ses ailes tremblèrent, son corps se se crispa intégralement, avant qu'un deuxième assaut du divin ne vienne accentuer son dernier hurlement. Lorsque la lumière s'estompa, Ragnarock estompa son pouvoir, un sourire cruel sur les lèvres. Alors, la Vouivre chuta... lentement, sûrement. Elle s’abîma dans l'océan dans une gerbe titanesque qui secoua les navires, provoquant les dernières vagues de son existence vénérable. Bientôt, les formes rapetissèrent pour ne plus adopter que celle, humble et simplette, d'un vieil homme partiellement calciné.

Son corps s'enfonça dans l'océan alors que la conscience le quittait.

Je compte sur vous.

Son coeur cessa de battre.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1547761707-hadesL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542050781-mijushike

Hadès Tenryon, Mijushike Hojo


Un nouveau coup vint le cueillir dans les côtes, auquel il répondit par un coup de pied rotatif de toute beauté. Le clone s'étala de tout son long dans la masse de ses congénères, en emportant plusieurs sur son passage. C'était donc ça... le vrai pouvoir de Mijushike Hojo. Cela faisait plusieurs longues minutes déjà que Hadès dansait au travers des coups, sans pouvoir tous les intercepter. Les doubles arrivaient toujours à le prendre en défaut à un moment ou à un autre, bénignement, pour lui infliger un outrage supplémentaire. Il avait pu constater, heureusement pour lui, que ces faux chasseurs n'avaient pas la puissance de celui qui leur avait donné la vie : cependant, ils ne manquaient pas de la ténacité qui caractérisait le véritable chef de l'Alliance des chasseurs de prime, dont la voix était masquée parmi la masse grouillante. L'avait-il seulement rencontré une fois, durant l'échange ? Il ne le savait pas. Cet homme était très efficace pour couvrir ses traces. Pourtant, l'Empereur était loin de se laisser abattre. Toute technique avait une faille et il ne lui fallait que tenir le temps de découvrir celle de ce prodigieux pouvoir.

il encaissait avec une solidité impériale, ce qui lui permettait de répliquer avec tout autant de hargne. Pourtant, chaque coup qui le débarrassait d'un ennemi voyait deux autres de ses confrères prendre sa place, attaquant d'angles différent, tentant sans cesse de lui couper toute retraite, de jouer sur ses faiblesses, de le harceler comme une meute de loups affamés devant une proie plus imposante et brutale. Grognant, il vit un nouveau poing percuter sa joue tandis qu'il réagissait d'une frappe vive et incisive dans la poitrine de cet assaillant surprise. Le ballet terrible l'emmenait aux quatre coins de l'arène, qui jouait parfois en sa faveur lorsque sa position lui permettait d'envoyer un tas de ces faux adversaires dans l'océan, où ils redevenaient de simples dessins brouillés destinés à disparaître dans le néant. Il pouvait remercier son endurance légendaire, ses capacités au corps-à-corps hors normes et ses actions précédentes. Sans cela... eh bien, il comprenait aisément en quoi son adversaire était digne de son respect.

- Vas-tu te cacher encore longtemps, Mijushike ?
- Je suis là, Hadès !

Un réflexe l'amena à briser l'homme devant lui, qu'il renvoya à l'état d'encre inerte. Bien sûr... il n'allait pas apparaître aussi facilement. Il était plus malin que cela. Réalisant froidement que l'avantage lui avait échappé, le Yonkou pesta. Si seulement ce jeune coq n'était pas intervenu... mais il ne pouvait plus faire machine arrière, désormais. Le combat n'était pas encore perdu, loin s'en fallait, ce qui le poussait à tenir son terrain. Ses yeux, acérés, scrutaient la foule dès qu'ils en avaient l'occasion. Il avait pour lui la vitesse et la puissance corporelle, qu'il utilisait pour limiter la condensation des clones dans son sillage. Une main s'agrippa à son pied, l'entraînant sur le dos, mais il se réceptionna aisément et se débarrassa de ses ennemis proches d'un mouvement technique. Son corps vrilla dans les airs et il se réceptionna sur ses pieds, avant de reprendre une posture de garde. Un des clones s'approcha de trop près et il lui envoya un direct qui le propulsa contre le sol, avant de rétracter son bras...

... seulement pour sentir une douleur lancinante s'emparer de tout ce qui se situait entre le bout de ses doigts et son épaule.

Un rictus maquilla les traits de l'Empereur d'une douleur très réelle tandis que son corps soulevait les sévices de l'affrontement d'un peu plus tôt avec le Phoenix. Il ragea intérieurement lorsqu'il sentit l'un des Mijushike s'emparer de son bras inerte l'espace d'un instant, avant que ses camarades ne le rejoignent. S'il parvint à se débarrasser de quelques-un d'entre eux, la marée l'enveloppa bientôt et il se retrouva bloqué, ses membres saisis de toute part. Les dessins vivants faisaient preuve d'une cohésion surprenante, leur permettant de s'entraider physiquement dans la tâche lourde qu'était la restriction de Hadès Tenryon. Soudain, ses bras furent tirés de toute part, ses jambes immobilisés, la tension dans son corps raviva la douleur temporaire... et il ne pu que serrer les dents lorsque la tête massive d'un marteau lui arriva en plein visage.

Le choc dégagea une partie de la foule, restée stoïque dans l'objectif de le contenir, alors que son corps volait à une centaine de mètres de là en percutant plusieurs rochers et effectuant plusieurs rebonds dans l'eau. Sa course folle s'arrêta dans la terre même, avant qu'il ne se relève avec une certaine hâte qui montrait pour la première fois des signes de faiblesse. Oh, il était loin d'en avoir fini... il n'allait pas en finir ainsi. Mais son corps ne le fourvoyait pas, même s'il peinait encore à y croire : l'assaut précédent de Nakata l'avait réellement diminué, même temporairement. Une diminution dont un Mijushike provocateur usait et abusait désormais sans vergogne pour le contraindre dans une posture défensive et précaire... la même qu'il lui avait infligée plus tôt, alors qu'il le privait des supports dont il faisait désormais l'étalage. Quelques sourires dans les rangs adverses ne firent que renforcer son indignation muette, jusqu'à ce qu'il ne lui donne finalement voix.

- Ricane donc... tu ne fais que gagner du temps.
- J'en ai gagné beaucoup, en effet ! Veux-tu le partager avec moi ? Tu en aurais bien besoin pour souffler.

La bravade le fit sourciller, mais il garda un calme relativement éloquent.

- Même si je reste relativement stupéfait... dans quelle cure de jeunesse es-tu allé te fourrer, Hadès ?
- J'ai fait affaire.

Peut-être que Mijushike en savait plus qu'il ne le disait. Après tout, c'était dans ses prérogatives de se renseigner sur ses cibles avant de les abattre : en multipliant cette simple compétence par les moyens financiers dont il disposait, ainsi que par la foultitude de talents qui avaient offert leurs armes à sa cause, il n'était pas idiot de penser qu'il profitait d'un réseau d'information terrible... mais Hadès s'était assuré que l'acte même de son rajeunissement soit le plus discret possible, aussi doutait-il d'avoir affaire à une question n'attendant guère de réponse. Les clones s'approchèrent à nouveau, tandis que le Yonkou sentait son Haki revenir à un niveau bien plus agréable. Il allait pouvoir abattre ces pâles copies comme des fétus de paille... c'était parfait.

Et alors que le combat allait reprendre, un puissant cor retentit à l'horizon, n’entraînant que la surprise de l'ancien vieillard et de son adversaire... avant que ce dernier ne se pare finalement d'un sourire enthousiaste. Il s'y était attendu... il avait même prévu que cela arrive. L'heure était venue de passer à la phase suivante.

- Il est venu.

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1562095036-kuroitora

Kuroitora Shadou, Lieutenant de Eko Taka primé à 628.000.000B

- Kira... le temps est venu.

Placé sur la proue du navire, les bras ballants le long du corps, le sabreur observait la mer de feu et de navires détruits qui se présentait devant eux. Comme l'avait prévu son Empereur, ils allaient se jeter dans une bataille dans laquelle on ne les désirait certainement pas : une bataille dans laquelle ils allaient avoir l'occasion de faire la différence. Cette décision avait été difficile à prendre, mettant à mal l'honneur légendaire de nombreux guerriers, dont certains n'avait accepté qu'à reculons de se présenter en ce jour pour porter un coup qu'ils espéraient fatal aux forces combinées de leurs deux adversaires les plus mortels. Le Yonkou Hadès Tenryon, avec son avidité monstrueuse et sans vergogne, sa cruauté froide et sa soif de pouvoir implacable. Le Leader de l'Alliance, Mijushike Hojo, avec son opportunisme décadent et son absence totale de codes et de principes. Ces deux aberrations devaient être éliminées, ici et maintenant, pour le bien des générations futures et l'avenir de Wa no Kuni. Resserrant sa poigne de fer sur son sabre encore au fourreau, celui qui se classait parmi les meilleurs combattants de Eko Taka tâcha de se souvenir de pourquoi ils faisaient ce qu'ils faisaient.

Car il ne faisait assurément pas partie des réticents.

Depuis de longs mois déjà, une bête noire rongeait son coeur. Une maladie insidieuse qui ne s'étendait que dans son esprit sans marquer son corps, un parasite qui respirait quand il respirait, qui se délectait de ses souvenirs. La vengeance était une amante doucereuse qu'il n'avait pas réussi à repousser et, maintenant, il sentait que l'heure était arrivé de lui donner ce qu'elle désirait vraiment. Il se souvint. Il se souvint du vertige saisissant qui l'avait pris lorsqu'il avait appris la mort de Kira Yukihana, l'une des égides de l'Aveugle, une femme que Mijushike Hojo n'avait pas épargnée et à laquelle il devait tant. Il se souvint de son impuissance alors qu'il ressassait son absence pour affaires de l'Empereur, alors qu'il réalisait que s'il avait été là, elle serait peut-être encore en vie. Il se souvint... et cela ne fit qu'enfler le ressentiment qu'il éprouvait pour les deux partis en train de s'entre-déchirer sans la moindre once de pitié. Il allait leur faire payer. Le Traqueur, l'Empereur, le Chasseur. Pour ce qu'ils avaient fait à son pays, à sa patrie. Pour ce qu'ils lui avaient fait...

Inconsciemment, il avait déjà sorti son sabre de plusieurs bons centimètres lorsqu'une voix qui imposait le respect le ramena à lui, mêlant un sempiternel sentiment de honte à l'expression inconsciente qu'il faisait de ce que son coeur renfermait.

- N'oublie pas pourquoi nous sommes là, Kuroitora. Nous ne pouvons nous permettre d'agir imprudemment.

Il se tourna vers la personne dans son dos, tandis qu'elle s'approchait. Un signe respectueux de tête marqua son accord alors que la chevelure d'ébène passait non loin de lui, encadrant un visage fermé et taciturne qui avait fait le tour du monde. On lui donnait de nombreux noms, mais "Monstre" n'en faisait pas partie. Ce pirate s'était élevé dans la grâce et la dignité, offrant sa protection à ceux qui la nécessitaient, élevant en bannière de pensée les principes les plus vénérables de l'art du sabre et de la vie des gens de Wa no Kuni. Il avait décidé, accompagné de ses plus fidèles et avisés conseillers et combattants, de tenter un pari qui pourrait changer le cours de leur histoire et offrir aux siens le souffle pour lesquels ils désespéraient tant. Un piège ? Il en doutait. Mijushike et Hadès avaient autre chose à penser et si l'on pouvait les imaginer assez vils pour provoquer toute cette scène, cela relevait du plus fou des paris. Non... ils imaginaient sans doute que dans sa passivité usuelle, il se contenterait d'espérer que les loups lèchent assez longtemps leurs blessures pour qu'il puisse les prendre à revers après la bataille.

Ils avaient eu tort. Il ne resterait plus passif alors que son peuple hurlait. Il n'attendrait pas patiemment que les bestiales créatures aux apparats d'hommes ne se remettent sur pied pour les tourmenter à nouveau. Le sang allait couler... il coulait déjà et cela le peinait, en tout état de cause. Mais il avait fait un choix sur lequel il ne comptait pas revenir.

- Aujourd'hui, les chasseurs deviennent les chassés.

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1562096255-eko-taka
Eko Taka dit "l'Aveugle", Empereur Pirate




Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Alidia ramène Nakata avec succès, un Pacifista l'escorte sur une partie du chemin avant de retourner ailleurs.
  • Pouic semble essayer de manger quelque chose, il est mal en point, il pleure.
  • King abandonne nos loupiots et remonte sur le pont avant de se jeter sur Baldr. Lui et Titia l'attaquent de concert pour le faire reculer et, ultimement, le jeter à la mer.
  • Groogal achève le mastodonte de la Triade puis s'en prend violemment à la flotte de Hadès. Finalement, Ragnarock parvient à l'immobiliser en pleine tempête... jusqu'à ce qu'un éclair le frappe, puis un autre. Il s'écroule dans l'océan et sa voix faiblit drastiquement. Il disparaît dans les flots. Ce qu'il reste des Vouivres commencent à se retirer.
  • Mijushike mène la danse contre Hadès, qui subit les contrecoups de son choc frontal en all-in avec Nakata. Alors que le chasseur marque son avantage, un cor retentit à l'horizon.
  • Eko Taka arrive avec une flotte qui n'a qu'un but : écraser ce qu'il reste de ses deux ennemis jurés.



Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement, Haki de l'observation avancé (Réplication de voix).
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Tégée Deimos est lvl 47 - Manipule de nombreuses lames.
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu, Armement avancé.
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - état inconnu ?
Serge est lvl 32 - état inconnu ?


Navire TNS :
Baldr est lvl 46 (473.000.000) - Corps à corps, Paramecia des Coquilles, Capacité de densification de sa peau et de ses muscles.
Akai est lvl 38.
Aoi est lvl 34.

Bara est lvl 32 - Zoan de la Vipère Heurtante, Haki de l'armement.
Ki est lvl 31.

Pouic est lvl 40 - Pouic (Mâchoire capable de broyer le titane façon éclair, rapide et compact).

Power est lvl 36 - Brise Feu.
Walker est lvl 33 - Retour à la vie de la fourrure.

Titia Lae est lvl 45 (520.000.000B) - Zoan du Crabe Kamchatka, Haki de l'observation.
King est lvl ???

Côté X-Edition, il reste trois pimpins (lvl 45) :
> Un du côté Ouest contre les envahisseurs, un autre parti chercher Nakata.
> Un autre qui attaque Jormungand.


Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement avancé (condensation) et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)

Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000)

Navire de la Triade :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Quing Beltegeuse est niveau 48 - (/)
Barbaros est niveau 48 - (/)
Les Vouivres sont lvl 35

Du côté d'Edward :
Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000) - état inconnu ?
Enora est niveau ??? (30.000.000) - état inconnu ?
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15116
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeJeu 4 Juil - 17:42

img_rp
The Long Night.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent




Bon sang... Qu'est-ce que c'était que...



LAPIS ! Kyoshiro, il faut que tu ailles le chercher ! Tout de suite !


La sirène était encore toute estomaquée de l'apparition et de la disparition du gorille que le vampire pointa à son tour le bout de son nez, réalisant une entrée plus traditionnelle mais néanmoins aussi remarquée que celle de l'homme-bête précédemment. Le regard de l'amphibienne se tourna vers elle et elle demeura interdite une fraction de seconde durant : le temps qu'elle parvienne à encaisser l'urgence que ces propos semblaient retranscrire à la perfection. Sans une seule seconde de plus, estimant que ses collègues seraient à même de s'en retourner sur le pont sans son secours et considérant que les combats de plus en plus lointains témoignaient de la véracité des propos tenus par le visiteur adepte d'escalade extrême, la jeune ingénieure se jeta à la rencontre de l'océan par l’entrebâillement de l'une des meurtrières, réalisant une nouvelle fois un plongeon impeccable pour profiter d'une propulsion des plus fluides. Elle ne devait pas perdre une seule seconde, ne pouvait pas se laisser aller au relâchement sous le simple prétexte que la majeure partie des menaces s'en étaient d'ores et déjà allées. Certes, Molly était à nouveau libre de ses mouvements : certes, le vampire s'en était retourné dans la cale, pouvant de ce fait la rassurer quant à une éventuelle intrusion supplémentaire. Toutefois, si le bras-droit de l'équipage était effectivement en grand péril, comme cela semblait être le cas, elle n'avait pas la moindre seconde à perdre... Sa queue s'agita fiévreusement et elle s'en retourna à la surface, détaillant aisément les environs afin de prendre la direction approximative que Ruthven lui avait pointé préalablement. Elle n'allait pas rentrer sur le Kibo tant qu'elle n'aurait pas récupéré le corps inanimé du logia : la bataille n'était pas encore finie, pour elle. Il ne fallait plus qu'un petit effort de sa part...

(>°-°)>



Alors là... Je n'en ai pas la moindre idée.


Il était inutile. Baldr n'était pas à sa portée et s'il continuait à se démener en gesticulant sottement, le médecin risquait davantage de courir à sa perte ou d'entraver les mouvements de la Nebula que de nuire à leur détestable intrus. Il n'avait donc d'autre choix que celui d'offrir ses modestes compétences de médecins à ceux qui, souffrants, en éprouvaient le besoin. Et Pouic, envers et contre tout, semblait être dans ce cas de figure... Hébété, le borgne jeta un regard à Kari qui se tenait à ses côtés et qui, en l'occurrence, ne semblait guère être plus avancée que lui. Ce type de décisions ne leur incombait pas, naturellement : c'étaient plutôt à Nakata, à Kyoshiro ou éventuellement à Damon, les figures d'autorité, de tirer ce type d'épineux soucis au clair. Pour autant, les trois hommes étaient actuellement trop exténués ou simplement absents : ils ne pouvaient pas se reposer éternellement sur leur expertise, de toute manière. C'étaient à eux de choisir ce qu'ils devaient faire de cet allié improbable, potentiellement plus camarade maladroit grâce à un merveilleux coup du sort qu'allié fiable à cent pourcent. L'homme à la hache reposa le manche de son imposante arme sur son épaule tandis qu'il observait ce monstre à la gueule éclatée tenter vainement de se sustenter de l'un des projectiles qu'il avait été contraint de repousser, quelques minutes auparavant. C'était un spectacle des plus pitoyables, en l'état... Spectacle qui ne pouvait que susciter un brin de pitié et d'affection à l'égard de ce criminel qui, si tout s'était déroulé tel que les pirates à la solde d'Hadès l'envisageaient de prime abord, aurait pu terminer avec le tibia d'un des membres de Tengoku no Seigi en guise de cure-dents. Grossière ironie... Si grossière qu'elle pétrifiait Hiko, en l'occurrence. Pas par crainte : quand bien même il se sentait épuisé et avait eu à endurer quelques menues blessures, il estimait sobrement et objectivement que Pouic n'était plus un ennemi à sa hauteur, en l'occurrence. Non, c'était la surprise et l'incrédulité qui poussaient actuellement l'homme de sciences à demeurer débile... Restait à savoir si Kari se montrerait plus intrépide qu'il en l'était, confronté à pareil retournement de situation.

<(°-°<)



Nakata...


Ce fut un soulagement infiniment intense qui imprégna ce nom isolé lorsqu'Alidia le prononça : quelques mouvements erratiques puis une quinte de toux animèrent finalement le capitaine de l'équipage, prouvant qu'il n'était pas encore passé dans l'autre monde. Elle en sentit des larmes assaillirent ses paupières mais, digne, se contenta de les chasser d'un revers de la main avant de se pencher au-dessus du blondinet, lequel tentait d'ores et déjà de se redresser, à peine éveillé et encore manifestement sous le choc. Cette fichue tête brûlée n'en faisait qu'à sa tête... La pêcheuse s'apprêtait à le rabrouer sèchement en lui intimant l'ordre de ne pas produire davantage d'efforts lorsque les éclairs zébrèrent le siècle pour s'abattre sur un Groogal dantesque mais immobilisé. Le choc fut tel qu'il parvint à éblouir la jeune femme, laquelle se redressa instinctivement, le cœur en suspend, face à ce qu'elle comprit être la mort d'un vieil homme ayant temporairement été leur compagnon de route. Un compagnon de route certes taciturne et énigmatique mais cependant affable, cordial, et bienveillant... Un frisson l'ébranla, et elle se rendit compte que l'ancien corsaire, à ses pieds, n'était déjà plus allongé : il se redressait, péniblement, à tâtons, tremblant et crachotant, son regard rivé sur la chute inexorable du corps inarticulé du vieillard. Abasourdi, le Fenice parvint finalement à se redresser et la loutre se glissa sous son bras gauche, l'empêchant de choir aussi sec : il lui en aurait su gré s'il n'avait pas vu toute son attention happée par cette fin tragique et inévitable, contre laquelle il ne pouvait rien. Sa voix, comme un éclat fébrile, se brisa tandis qu'il tentait de prononcer son nom et, finalement, il se contenta d'une supplique marmonnée, comme s'il refusait de se résigner à cette morose réalité.



Vieil homme...


Ses lèvres se soudèrent puis, brutalement, ses paupières s'écarquillèrent. Il s'agita frénétiquement et balaya le pont du Kibo avec un empressement évident, son haki de l'observation s'élargissant sèchement dans l'optique de le renseigner quant à un doute qui l'imprégnait soudain. Nulle part n'apparaissait la silhouette de Kyoshiro, son bras-droit... Il crut apercevoir celle d'Hato, à demi-camouflée derrière un mât, mais demeura dans l'expectative : du moins jusqu'à ce que Damon, devinant le trouble qui l'habitait actuellement, ne le rassure en intervenant et en s'approchant à pas timides, incertains, son propre équilibre encore franchement déficient.



C'est bon, Nakata. Ruthven a envoyé Lapis le chercher. Elle va le ramener.



Damon... Qu'est-ce que...


S'il s'était contenté de passer son regard sur lui précipitamment, la première fois, il pouvait désormais prendre le temps de le détailler de tout son saoul... Et ce qu'il découvrit ne lui plut guère. Du sang à demi-coagulé courait par plaques noirâtres sur le corps de son plus vieil ami, notamment sur son front ou sur sa joue droite. Il se tenait le bras gauche en grimaçant et semblait traîner des pieds, indiquant par la même un nombre incalculables de lésions invisibles à l’œil nu, qui mettraient peut-être des semaines à se résorber pleinement. Mais il y avait pire. Largement pire. Au-dessus de la joue meurtrie du vigie figurait une paupière qui tombait sur une orbite vide, où ne trônait guère plus que les vestiges d'un œil, crevé et dégonflé, à jamais rendu inopérant. Le sang du Phoenix ne fit qu'un tour dans ses veines, et il sembla se ragaillardir nettement : il reprit un brin d'assurance, redressa son buste, se planta plus fermement sur ses appuis en délaissant le soutien de la jeune femme qui demeurait flanquée à ses côtés, et usa d'un ton plus autoritaire, plus sec, plus intransigeant... Plus rageur.



Damon... Qui ? Dis-moi. Qui ?



Ça n'a aucune importance. Repose-toi, Nakata. Tu as fait ce qu'il y avait à faire. Le reste ne t'appartient plus.


Le mythique se crispa soudain, sa mâchoire et ses poings se fermant avec une hardiesse qui semblait témoigner de toute l'énergie dont il était encore imprégné, malgré le choc enduré et le séjour dans l'océan qu'il avait récemment vécus. Finalement, l'ancien marine sembla comprendre qu'il ne tirerait rien de plus de son compagnon d'infortune tant qu'ils demeuraient plongés au beau milieu de cette effervescente bataille : il connaissait son tempérament obstiné, puisqu'il était à peu de choses près doté de la même opiniâtreté. Cela étant, il ne pouvait pas se contenter de baisser les épaules et d'enterrer la haine qu'on venait d'éveiller en lui : c'était au-delà de ses forces, et il le prouva bientôt en repoussant délicatement mais résolument la pêcheuse, qui s'éloigna de lui à contre-cœur. Le zoan, de moins en moins fébrile, de plus en plus froid, fit deux pas en direction du dernier affrontement qui se prolongeait encore à bord de son navire : puis, sans un regard ou une parole pour Titia ainsi que pour son collègue, il cracha à l'attention de Baldr un ultimatum impitoyable, lequel aurait pu effrayer plus d'un forban émérite, a fortiori après les tours de force dont il venait de se rendre coupable.



Toi. Je te laisse cinq secondes pour dégager de mon pont. Si tu ne le fais pas... Je m'en chargerai à ta place.


Dans ses yeux brillait une lueur folle, imposante, altière. Il ne demandait pas : il exigeait. En tant que capitaine de ce navire, en tant qu'ami d'un combattant meurtris, en tant qu'héritier de la volonté du vieux Groogal, dont la dépouille demeurerait perdue dans les vagues à tout jamais. En tant qu'impétueux entremetteur, en tant que chef de guerre impudent, en tant qu'effronté garnement. En tant qu'homme, et, enfin, en tant que Roi. Sa volonté était là, à deux doigts de s'éveiller pour déferler sur ceux qui l'entouraient, à deux doigts de marquer les esprits et de signer l'issue de cette bataille d'une révélation glaçante supplémentaire. Mais sans doute sa volonté ne s'imposerait-elle pas, ce jour-ci : sans doute lui préférerait-il la violence et la puissance, comme il l'avait toujours fait, jusqu'à présent. S'il sentait que son haki lui faisait encore défaut, Nakata n'en était pas rendu à un état d'impuissance pour autant... Il lui restait de la force. Il lui restait de la vigueur. Et surtout, il lui restait suffisamment d'ardeur pour massacrer l'impudent Nebula qui, à bord de son navire, menaçait l'intégrité de ses subordonnés et alliés. Ni Damon, ni Alidia, ni Titia ne pourraient l'en empêcher, si Baldr ne faisait pas, pour la première fois de sa vie, preuve d'un semblant d'intelligence et de rationalisme : il l'écharperait, le fracasserait, le malmènerait, le tourmenterait, le battrait jusqu'à ce qu'un coup, plus virulent que les autres, ne parvienne à l'expédier dans les eaux troubles du Nouveau Monde.

Il se jetterait dans sa direction, vif et vigoureux, s'abandonnant à l'adrénaline pour la dernière fois en ce jour : il glisserait sous le poing qu'on lui enverrait sans doute, frapperait le genou, remonterait en sautant dans le dos de l'ennemi pour le harceler d'une série de coups de pieds entre les omoplates, userait d'une apparition brusque de ses ailes dans son dos pour se désaxer et, suite à une rotation, frapper en plein visage. Il se laisserait retomber et, d'un revers de la main, frapperait l'abdomen : puis il glisserait, insaisissable comme une anguille, pour atteindre l'autre flanc d'un coup de coude. Son talon se frayerait un chemin jusqu'au tibia qu'il percuterait avec rage, et des serres lui pousseraient au niveau du poing droit, caractéristique de sa forme de démon qu'il emprunterait de plus en plus. Une première taillade serait tentée, suivie d'une pirouette risquant d'en invoquer une série d'autres, lesquelles se prolongeraient tout le long du dos du criminel. Dans le même temps, le talon ferait à nouveau des siennes, tâchant de rendre fébrile l'équilibre de son opposant d'un coup sec mais en lui-même inoffensif : coup qui serait bientôt suppléé d'un tranchant en direction du visage, qui tenterait d'emporter un œil à cet immondice corpulent. Puis, dans une explosion de flammèches bleutées et des sangs mêlés de son ennemi et de lui-même, prodiguant des efforts dont lui seul était susceptible d'accoucher, il laisserait libre court à sa furie vindicative, haïssant plus que jamais ce qu'il considérait être sa propre faiblesse. Il deviendrait une tornade mortelle, il harcèlerait l'ennemi jusqu'à répandre son sang dans des quantités astronomiques : puis, une fois de plus, ses réserves partiellement renflouées, il bondirait en retrouvant sa forme humaine et condenserait son haki avancé au niveau de sa voûte plantaire pour diriger vers le torse de Baldr un coup d'une sauvagerie inouïe. Ce serait probablement le coup qui suffirait à le faire basculer par-dessus bord, voire à le renvoyer d'où il venait : le coup qui signerait la fin de cette crise hargneuse de la part du forban virtuose.




Blablabla !
Le dernier paragraphe est évidemment à 100% conditionnel, c'est pour donner le ton plus qu'autre chose !

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 861
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue123/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (123/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeDim 7 Juil - 17:16

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Judgement Day - Blues Saraceno

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
Molly fixait l’homme-singe qui avait passé la tête par l’une des meurtrières avec intérêt, et peut-être une pointe de curiosité. Presque bouche bée, sans réellement comprendre son identité, elle le regarda partir comme il était venu. Décidément, c’était dans les mœurs des inconnus de disparaître et d’apparaître presque comme par enchantement.

Et ce fut au vampire de jour de débarquer, par la porte d’entrée cette fois. L’état d’alerte avec lequel il était venu ne plut pas à la femme-poisson, pour autant elle ne comprenait pas ce qu’il se passait. Et c’est donc sans surprise qu’elle demanda plus d’informations, tandis que Lapis s’exécutait et sautait déjà dans l’océan.
- Qu’est-ce qu’il se passe avec Kyoshiro ?

^(°-°)^

Il n’avait pas plus d’idée qu’elle, tout aussi sidéré par le comportement, presque larmoyant, de la pauvre bête abandonnée et défigurée qu’était Pouic. Les yeux de la Crown suivirent le moindre de ses mouvements, y compris lorsqu’il tenta d’avaler les petites boules de métal qu’il avait recraché un petit moment auparavant. Il faisait pitié. C’était encore plus flagrant quand on avait pu avoir un bref aperçu de ses talents monstres dans un combat. Il avait donné bien du fil à retordre à Hiko et Alidia, mais ça Kari ne le savait pas, elle était trop restée concentrée dans son propre échange musclé avec Ki pour en attester.

Pouic avait fait des miracles pour eux notamment en croquant le derrière de Baldr, et ça, la demoiselle n’en avait pas connaissance non plus. En revanche, son attirance pour le métal la perturba quelques secondes. Seulement quelques secondes, puisqu’au-delà de ça, des gens coupaient bien des montagnes ou étaient dotés de pouvoirs étranges. Une bestiole adepte du goût du fer ? A moins qu’il ne veuille simplement récupérer son précieux, comme un chien veut garder son os ?

Du bout du pied, elle ramena ce que cherchait à récupérer Pouic vers elle, avant de mettre un petit coup de pied pour le faire avancer vers le petit monstre. L’objet roula doucement, mais pas assez pour que le pirate d’Hadès puisse le récupérer. L’ancienne chasseuse de primes s’avança donc précautionneusement, n’oubliant pas que ce curieux être pouvait se retourner contre eux. Etait-il seulement avec eux déjà ?

La rousse s’accroupit, laissant son regard se fixer sur Pouic. Un regard calme, méthodique, pas vraiment effrayé et pas vraiment empreint de pitié. Elle saisit l’objet délicatement, sans même savoir que Pouic l’avait précédemment régurgité, le cala au creux de sa paume avant de tendre doucement le bras vers le petit être, paume bien à plat. C’est comme ça qu’on donnait à manger aux chevaux quand on le faisait à la main, pour pas se faire mordre. Peut-être que sa précaution serait utile ici.

Parallèlement, Nakata semblait reprendre du poil de la bête de sa petite baignade. Le ciel gronda, une énième fois, emportant sur le chemin de l’éclair, le corps massif de la forme éveillée de Groogal, dans un roulement de tonnerre des plus sourds et avec une intensité incroyable. Le regard de Kari fut happé par ce soudain éclat lumineux, comme beaucoup d’autres sûrement. Elle laissa la balle de métal à Pouic avant de se relever et de se tourner en direction du précédent éclair. Le corps de vouivre monstrueux semblait tomber inéluctablement vers l’eau sombre de la mer.

Elle ignorait s’il était encore vivant ou non. Mais si personne n’allait le chercher, il était condamné, ça elle le savait. Puis elle comprit quand elle vit l’absence de réaction de ses pairs, tous figés et sidérés, le regard rivé sur cette silhouette qui avait fait un ultime plongeon.

Groogal Madoka. Les dernières interactions qu’elle avait eu avec lui…C’était un sauvetage de sa part, pour une erreur qu’elle avait commise. De quoi lui laisser, pour la première fois, les prémices d’un goût amer dans la bouche.

Elle se rapprocha. Doucement, silencieusement, demeurant quand même en retrait et effacée par rapport au solide trio qui se trouvait devant elle. Alidia, Nakata et Damon. Damon, qui d’ailleurs… L’esprit du Phénix commençait à s’échauffer alors même que la rousse posait le regard sur la tache rouge et sanglante qui ornait l’un des côtés du visage du sabreur.

Et Kari resta muette. Ce qu’elle avait craint pour son propre œil, Damon l’avait véritablement eu. Et si lui, restait calme, Nakata semblait déjà partir dans une vengeance incandescente. Si, sur l’île des hommes-poissons, à des lieues sous la mer, la Crown s’était mise en travers du chemin du capitaine des Tengoku no Seigi, elle n’osa pas réitérer. Il avait l’air encore plus vindicatif, et bien plus dangereux. Ce constat, l’espace d’un instant, alors qu’il semblait s’en aller vers Baldr, lui fit froid dans le dos.

La porte menant aux entrailles du Kibo s’ouvrit brusquement. En sortirent, aussi abattus que des soldats à la fin d’une guerre, Molly, soutenant avec douceur et grande prudence Alicia, qui prenait appui sur une seule jambe, de peur de se faire plus de mal, Hinami sur la tête de la femme-poisson, Pat, qui avait retrouvé ses quelques forces, portait en travers de ses épaules la carcasse du vieux chasseur Aldero Crown, encore dans les vapes.

Ils s’arrêtèrent tous presque aussi après être sortis, contemplant, pour la première fois depuis qu’ils étaient partis, le champ de bataille, ou ce qu’il en restait, depuis le pont.
Codé par Kari Crown



Kari donne à manger à Pouic Pouic.

PNJs (lvl màj fraîchement):
Aldero Crown, lvl 22
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 29
Molly, lvl 26
Pat, lvl 25

_________________


We are the warriors, who learned to love the pain
We come from different places but have the same name
'Cause we were born for this
We are the broken ones, who chose to spark a flame
Watch as our fire rages, our hearts are never tame


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1746

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeLun 15 Juil - 20:51




L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1557253616-baldr2L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1562780273-titia-king

Baldr, Garde du corps de Hadès, Titia Lae & Kuraisaru "King" Kong

- On va le faire, King.
- T'es sûre ? Tu as vu son Haki ? Titia, tu es sûre de toi ?

Ils toisaient à nouveau Baldr qui, quelques mètres plus loin, reculait à nouveau suite à un assaut qui, pourtant, n'était pas suffisant. Oh, ils étaient confiant en leur capacité à le bouter de là... mais les gestes tantôt erratiques, tantôt volontairement destinés à blesser quelqu'un d'autre que les deux combattants lui faisant face inquiétaient les deux primés. Plusieurs fois déjà, l'un des deux avait barré la route de justesse au colosse dans une ruée franche vers les membres de l'équipage du Phoenix, exténués ou désarmés face à sa menace. Maintenant, en pesant le pour et le contre, les deux Nebulas préféraient utiliser les grosses options que se retrouver à court d'idée au moment fatidique. Car pour le moment, tout ce que Baldr voyait, c'était une mission qu'il pouvait encore remplir : éliminer l'équipage du Fenice. Leur leader était faible, abattu, et il serait une cible prioritaire dès que le chemin serait ouvert. Puis le reste suivrait naturellement... s'il parvenait à prendre Titia par surprise et la jeter par dessus bord, son ami n'aurait d'autre choix que la secourir, lui laissant amplement le temps de remplir sa sale besogne. Un plan audacieux, fou même... mais quel plan était assez fou pour être délaissé au profit de la colère de l'Empereur ? Car Baldr était ce qu'il était : un chien obéissant, par traumas ou par loyauté véritable... un chien qui ne s'imaginait que difficilement briser les souhaits de son maître.

Alors que les esprits s'échauffaient à nouveau et qu'une série d'éclairs zébrait le ciel, comme autant de provocations suite à la chute de la vouivre dans l'océan, quelque chose de surprenant pour l'exécuteur de Hadès se produisit... quelque chose qui ne manqua pas d'envoyer un soupçon d'alerte dans son échine. La voix impérieuse et débordante d'une colère amèrement contenue ne pouvait être ignorée.

Nakata Fenice s'était relevé.

Comment était-ce seulement possible ? Cela n'avait pas été difficile à manquer. D'abord, il avait traversé l'océan à la rencontre de son capitaine... un capitaine revenu à une fougue sans pareille, à une forme de puissance si altière et indiscutable que l'affronter lui avait alors paru encore plus dingue qu'autrefois. Il y était allé... et il était revenu, ramené par sa subordonnée, perdu dans les vagues suite à un fracas imposant qui avait témoigné de toute la puissance brute et directe du pugiliste le plus habile et expérimenté au monde. Alors pourquoi ? Pourquoi se relevait-il déjà ? Pourquoi était-il déjà capable d'exiger de lui quelque chose, pourquoi tenait-il ainsi sur ses deux jambes comme si respirer lui avait rendu un semblant d'intégrité physique ? Oh, il connaissait son fruit du démon... mais le voir en application dans pareilles circonstances était une toute autre chose. Car désormais, il était non seulement en infériorité numérique... mais de surcroît, le camp adverse comptait un homme qui avait survécu à son capitaine dans ce qui avait le potentiel de devenir ses plus grands jours. Un exploit impensable.

Et quelle était cette étrange sensation dans son épine dorsale, lorsqu'il observait cet homme qui revenait de la mort avec assez de hargne pour demander un second tour à qui aurait bien voulu lui accorder ?

Le silence régna une seconde. Deux secondes. Trois secondes.

Le craquement du bois marqua un premier pas de Baldr. Il ne pouvait pas...

Quatre secondes.

L'ultimatum allait tomber. Il était temps d'agir. Il se propulsa donc...

... Loin du Kibo no Felicity, en direction d'une embarcation qui supporterait certainement très mal l'atterrissage, ne lui faisant office que de tremplin pour regagner le coeur de la flotte monstrueuse qui progressait dans la tempête comme le venin dans une plaie.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1562781107-titiaL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1541782810-kuraisaru

Titia Lae, Kuraisaru "King" Kong

- Il s'est... enfui ?

Si le simiesque énorme resta pantois, non sans conserver jalousement le soulagement qui se répandit dans le moindre de ses muscles, la Zoan se précipita en direction de Nakata avec un air inquiet. Elle n'avait que peu eu le temps de se concentrer sur lui durant cet événement, mais l'on ne pouvait pas dire qu'il avait réellement fait dans la dentelle... son corps, bien que régénérant, était empreint d'une posture différente que celle qu'elle avait eu l'occasion d'apprendre à connaître.

- Est-ce que ça va ?

Une question stupide, mais qu'elle ne pouvait décemment pas oublier de poser. Après tout, son état faisait partie des choses qui comptaient bénignement à ses yeux. Comment aurait-il pu en être autrement ?

- Il faut partir d'ici... et vite. On va vous donner un coup de main.

Elle observa l'horizon, au travers de la mer de flammes et du ciel changeant, discernant à grande peine les silhouettes multiples des caravelles et des navires de guerre de Wa no Kuni qui progressaient désormais avec vindicte dans les flots. Il n'était pas difficile de deviner qui pouvait se trouver à bord... et en haute mer, ses capacités prenaient une tournure autrement plus drastiques qu'il était affublé de ressources illimitées pour les exprimer pleinement. Posant une main sur l'épaule de Nakata, elle lui offrirait un sourire réconfortant avant d'aider là où elle le pourrait : les menaces avaient été écartées du géant de l'équipage des Tengoku no Seigi pour de bon... il était temps de mettre à profit cette brève ouverture pour sortir de cet enfer et s'assurer que tous allaient bien.

Aux alentours, le feu et le sang continuaient de couler. Les deux flottes s'étaient percutées et fracassées, avant que la haine et la rage de centaines d'hommes ne déferlent dans toutes les directions. Des talents prometteurs avait brillé avant de s'éteindre, des pouvoirs spectaculaires avaient été mis en jeu, des cœurs aussi vaillants que fragiles avaient été balancés les uns contre les autres avec une seule consigne : tuer. Tuer pour leur faction, tuer car on leur avait demandé, tuer pour survivre, tuer parce qu'ils aimaient cela. Des centaines d'âmes jetées en pâture à la nature vorace d'un concept invisible et virulent, des centaines de futurs brisés et piétinés sans une once de respect, des centaines de jours, de semaines ou de mois à venir à craindre l'ombre même des souvenirs impies qui avaient pris racine dans cet endroit.

C'était la guerre.

C'était le Nouveau Monde, dans son atour le plus salissant et vil.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1555194067-pouic2
Pouic

- Eeeh... ?

Il ne comprenait pas. Tout le monde avait été si méchant avec lui... d'abord la dame qui n'avait pas voulu qu'il la goûte, puis le monsieur qui l'avait frappé et privé de dîner. Puis le gros tas musclé qui l'avait propulsé comme une balle de tennis et lui avait cassé les dents... il avait mal. Il avait mal et il se sentait fatigué. Pourtant, cette dame là ne semblait pas pouvoir lui faire du mal. Au contraire, elle s'était approchée de lui avec une certaine douceur et, s'il avait au départ crû qu'elle était là pour lui voler le peu de réconfort qu'il pouvait trouver dans cette bille irrégulière de métal à moitié fondu, il s'était vite détrompé. Alors qu'elle approchait doucement sa main, comme si elle avait saisi son inaptitude à se nourrir lui même, il était resté calme et l'avait observée de ses deux yeux.

Des yeux dans lesquels avait peut-être brillé, à un moment, l'éclat de quelque chose de plus profond que le banal instinct gourmand que sa nature hybride lui imposait.

Alors, il ne se précipita pas sur la boule de ferraille, même si ses tripes le sommaient de le faire. Il se contenta d'ouvrir la bouche et d'attendre, jusqu'à ce que la petite friande ne soit assez proche de lui et ne tombe dans sa proximité immédiate. Il observa Kari pendant encore quelques instants avant de souffler d'aise, se relâchant quelque peu contre le sol du navire, encore bien mal en point et incapable de faire quoi que ce fut d'autre que gigoter péniblement comme un asticot tuméfié.

- Fouic Fouic...

Ses mâchoires, sans doute brisées et douloureuses, ne l'empêchèrent pas de se mettre à la tâche... et ainsi, ignorant cette douleur qu'il avait de toute manière déjà ressentie de nombreuses fois dans un Nouveau Monde cruel pour les imbéciles, il ponctua l'arrière plan sonore du navire d'un bruit régulier d'acier broyé tandis que son estomac se remplissait très lentement, lui offrant un regain d'énergie timoré mais insoupçonné malgré tout.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1547761707-hadesL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1542050781-mijushike
Hadès Tenryon, Mijushike Hojo

- Ce gamin...

Oh, il frémissait de mécontentement rien qu'à la vue de ces pavillons. Ce couard de Eko Taka, aveugle physiquement autant que de décision, avait pris le parti de sortir de sa tanière ? Certes, il avait voulu s'enquérir de ses mouvements au préalable, mais tout portait à croire qu'il ne jouerait pas ce coup de poker... qu'il était trop faible, trop abattu et ses soldats trop divisés par leurs pertes récentes pour s'unir à nouveau de la sorte avant plusieurs mois. Pourtant... il était là. L'épéiste avait pris les armes et rassemblé ses suivants, dans l'optique de venir à leur rencontre, de se joindre à cette bataille qui n'en finissait plus d'écrire sa propre légende. Il se rappelait de leur affrontement, devenu digne de contes. Il se rappelait de chaque coups, de chaque injure... de cette déclaration de guerre qu'il avait osé lancer à son encontre. Ces souvenirs n'améliorèrent pas son humeur et il grogna ostensiblement, tandis que Mijushike, lui, souriait.

- Qu'est-ce qui te fait autant sourire, chasseur ? Il ne fera pas de différence et tu le sais.
- Je le sais bien. Mais il attaquera ceux sur lesquels il tombera en premier...

Sur ces mots, il s'équipa d'un Den Den Mushi et observa le tyran lui faisant face avec un rictus espiègle, avant de le jeter à l'un des clones qui attendaient dans son dos. Ce dernier s'empressa de composer un numéro, à l'abri de ces pairs, sous le regard mauvais de Hadès qui savait pertinemment à quoi tout cela rimait pour lui... et, sans surprise, la flotte du Tueur de Yonkou fut contactée dans les plus brefs délais. De son côté, le dessinateur ne se contentait pas d'une passivité crasse : il réfléchissait, à dire vrai, à la manœuvre navale à laquelle ils allaient devoir se livrer pour se tirer de là. Heureusement, cela avait été partiellement prévu : il était parti du simple postulat que même un pacifiste comme le Taka ne pourrait résister à l'envie de se saisir d'une pareille opportunité. Ces deux ennemis mortels, enferrés dans leur propre étau, prêts à la cueillette par des hommes qu'il se devait impérativement de galvaniser et d'unir au travers d'un semblant de victoire... dans le meilleur des cas, il aurait abandonné l'idée et le combat se serait déroulé sans interférence, si l'on admettait qu'il prendrait ainsi l'avantage sur son adversaire. Dans le pire des cas... Eko Taka était tout simplement sa porte de sortie, son échappatoire.

- Restons en là, Hadès. Tu ferais bien de retourner auprès des tiens... avant que l'océan ne les emporte.
- Pourquoi devrais-je t'écouter ?
- Parce que tu es arrogant, mais pas stupide.

Il vit le pugiliste serrer les poings, d'une vindicte rare. Il sentit le mal dans son regard, la frustration et l'orgueil qui se mêlaient dans un cocktail hautement indigeste. Il ressentit même son intention fugace de se jeter à sa rencontre, de le retenir d'une quelconque façon... mais finalement, ses manigances payèrent : l'ancien vieillard, bien que revenu à un état de grâce, entendit la raison. Ses pertes avaient été trop importantes et elles le seraient encore plus s'il s'entêtait à affronter le chasseur de prime, encore assez fringant et maître de la situation pour lui opposer une résistance concrète et tenace. L'Aveugle se mêlerait alors à la danse, encore immaculé des combats... tandis que ses troupes percuteraient les siennes, elles aussi en avantage contre des marées humaines fourbues, terrifiées parfois, blessées pour la plupart. Ses yeux brillèrent d'une lueur mauvaise alors qu'il se tournait légèrement vers sa flotte.

- Ce n'est pas terminé, Mijushike.
- J'y compte bien.

Sa silhouette imposante se volatilisa dans un déplacement d'une puissance souveraine. Mijushike soupira et observa les navires qui s'approchaient, sentant clairement la présence de l'Empereur de Wa no Kuni, bien au fait de ses intentions et de ce qui allait s'en suivre. Eko Taka n'était pas un homme dont on chantait les louanges au combat, car il se faisait connaître pour d'autres qualités : cela ne rendait pas les dîtes louanges inexistantes... et en haute mer, ce manipulateur d'éléments n'avait absolument rien d'un adversaire que l'on pouvait se permettre de sous-estimer.

Un dessin plus tard, le leader de l'Alliance des chasseurs de prime s'envolait vers sa propre flotte, laissant là une nuée de ses créations qui risquaient de disparaître dans la marée montante... ou d'offrir un maigre temps au reste des chasseurs pour tourner les talons et panser leurs blessures.

Il était temps de battre en retraite.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1563214336-groogal

Groogal Madoka


Les eaux étaient si calmes, une fois que l'on atteignait un certain niveau dans leurs insondables profondeurs. Un constat simple que le vieillard n'était plus en état de faire... son coeur s'était arrêté. Ses poumons se remplissaient déjà d'eau. Son cerveau ne pouvait pas continuer. Un corps destiné à sombrer et disparaître dans ces eaux qu'il avait arpentées avec tant de majesté, d'élégance et d'aura. Il avait marqué les esprits de la plupart des légendes qui faisaient le monde d'aujourd'hui. Il avait affronté des pointures à ne plus pouvoir les compter... et aujourd'hui, il tirait finalement sa révérence. La dernière. Alors que la très bientôt dépouille tranquille du Madoka continuait son ultime voyage vers le plancher de l'océan, où une quelconque créature vorace l'aiderait sans doute à boucler la boucle de la disparition, un petit objet simple glissait parfois paresseusement sur le bureau qu'il avait entrepris d'occuper dans la bibliothèque du Kibo no Felicity...

... une lettre, sans fioritures ni ornements, qu'il destinait à ces jeunes gens dont il attendait tant. Une lettre qui allait peut-être lui permettre, au final, de léguer quelque chose à ce monde qu'il quittait.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1562091527-ragnarockL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1563212912-jormungand
Ragnarock & Jormungand

- C'est mauvais.

Ce n'était assurément pas prévu au programme... la flotte de Eko Taka. L'absence d'expression sur le visage de l'Exterminateur au service du Diable ne trahissait rien, mais ceux qui le connaissaient assez savaient y voir tout le dépit dont il était capable de faire preuve. Il n'aurait même pas l'occasion de fêter, pas même quelques temps, la chute de la Vouivre dans l'océan... même si le manque de réaction de la part du vieillard le courrouçait, d'une certaine façon : il s'était jeté dans le danger comme un imbécile et il en était mort. Sauf qu'il n'avait rien d'un imbécile... alors pourquoi ? Une flopée de théories aurait pu envahir l'esprit du second de Hadès Tenryon, mais il n'avait pas le temps de s'y attarder.

L'Empereur et le Chasseur étaient-ils de mèche ? Il en doutait, car le passif qui les liait n'avait rien d'une bagarre d'enfants : le dessinateur était responsable de nombreux malheurs à Wa no Kuni et son dernier raid, bien que repoussé vaillamment, avait signé le début du déclin d'un Empire qui n'avait que trop été tourné vers ses propres terres. Pourtant, le positionnement des armées n'était pas en faveur de celle du Yonkou le plus experimenté... ce qui signifiait, ultimement, qu'ils subiraient sans doute l'ire du sabreur en premier. Attrapant son propre Den Den Mushi, il composa un raccourci rapidement.

- Heimdall. Ordonne à la flotte de se préparer. Nous ne pouvons pas affronter les chasseurs de front et Eko Taka de flanc. Que toutes les machines s'activent : nous reculons.
- C'est entendu...

Il raccrocha sans plus de cérémonie, avant qu'une série de craquements et de détonations ne parvienne de la ligne de front. Il se retourna vivement, comprenant que les chasseurs n'étaient pas à un sacrifice près pour assurer leur survie. Des rats restaient des rats... des rats qu'il aurait voulu éradiquer sans retenue, mais le destin semblait décidé à retenir la puissance de l'Empire du Tenryon. Non loin de lui, la silhouette silencieuse de Jormungand fit son apparition peu de temps après. Il était aussi taciturne qu'à son habitude, mais une blessure marquait son flanc et son air maussade indiquait que sa retraite n'avait rien d'hasardeuse... la curiosité ne l'avait pas poussé à reculer, mais plutôt la prudence.

- Que s'est-il passé ?
- Le vieillard a de la ressource.

Il clos les paupières un instant et sentit distinctement l'aura de Tégée, affairée sur la ligne de collision des deux flottes qui se séparait désormais comme une craquelure béante. Il était plus robuste qu'il en avait l'air... et il n'était pas maudit : le repousser à l'océan n'avait effectivement été que temporaire, chose à laquelle Ragnarock s'était préparé. Il pesta finalement avant de se tourner vers le flanc menacé par les troupes des Samurai, comprenant que la survie de leur flotte se jouerait désormais là. Sans un mot de plus, il disparu au travers des navires, tandis que la voix de Heimdall retentissait dans de nombreux escargophones : le plan avait changé de façon drastique.

Dans l'ombre des navires menaçants de Hadès, un quatuor particulier évoluait avec peine. L'une d'elle, gravement blessée, tentait de tenir bon... sous les regards divers de ses comparses. Dédain, frustration, douleur... elles avaient été flouées et elles ne l'oublieraient pas, mais elles ne pouvaient s'en prendre qu'à elles mêmes. En attendant, elles devaient se concentrer sur celle qui était la plus proche de rendre l'âme : car si la nature de leurs lien semblait conflictuelle de prime abord, elles avaient avant tout été élevées ensemble... et une inquiétude sincère perçait parfois dans leurs regards. Les crocs de la mer n'en avaient pas fini avec ce monde... à l'instar des équipages de Nébula encore debout, qui risquaient de subir des modifications drastiques au détour de quelques morts fortuites.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1554237839-betelgeuseL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1554237839-barbaros

Betelgeuse Quing, Barbaros


Un silence de mort régnait dans la coquille d'acier qui empruntait les profondeurs du Nouveau Monde de façon presque fébrile. Droits comme des I, les deux combattants ne pipaient mot, observant l'ombre de la personne qui se tenait devant eux et leur offrait son dos. Elle ne disait rien, mais sa déception était palpable. Ce combat devait être une occasion de prouver à Hadès leur fiabilité... et si le navire titanesque construit pour l'occasion avait été une arme terrible, il n'avait pas été ne fut-ce que proche de l'utilité qu'il devait apporter. Un soupir las s'extirpa des lèvres de l'homme qui était là, escorté par les deux combattants. Un représentant de leur mouvance, un officiel de leur organisation ? En tout cas, il allait avoir des comptes à rendre... car malgré l'emploi de mercenaires, la Triade risquait fortement de souffrir de cette mésaventure, bien plus qu'elle n'aurait pu espérer y gagner.

C'était un fiasco...

- Rentrons.

Le sous-marin s'enfonça dans les eaux noires, laissant derrière lui la folie du combat.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1563213093-oreoL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1563213086-bethany-ashvane
Oreo "Cabunk" Nabisco, Bethany Ashvane

- Oh punaise oh punaise oh punaise oh punaise... AAAAH !

Surpris par un patibulaire forban qui l'avait pris de court, sans doute désireux de perdre la vie en faisant quelque chose d'utile pour les siens, le tontatta tomba à la renverse dans un bruit de boite de conserve vide. Alors qu'il tentait de se redresser, son assaillant passa de l'expression la plus noire à un choc soudain et s'écroula au sol sur le flanc dans un râle, laissant apparaître l'épée ensanglantée de Bethany. Observant les alentours, celle-ci analysa rapidement la situation avant de reprendre d'une voix claire.

- Ne les laissez pas nous entraver ! Couvrez le mouvement de repli !

Quelques passes d'arme plus loin, la maudite se débarrassait d'assaillant supplémentaires tandis que le nabot s'affairait lui aussi : il passait en revue ses astuces... car il allait en avoir besoin. La direction qu'emprunterait désormais la flotte de Mijushike était claire : le plus loin possible de ce foutoir. Facilement impressionnable malgré tout ce qu'il avait pu voir, le petit être avait une tendance malheureuse à perdre ses moyens en situation de crise, raison pour laquelle la pragmatique et froide faiseuse de tempête travaillait avec lui depuis de nombreuses années déjà... c'était un génie, mais il avait tendance à s'oublier. Il se mit à l'abri et reprit ses comptes : les Pacifista ? Oula, pas glop... il en restait encore trois, dont deux en état relativement critique. Heureusement que celui qu'il avait dispatché pour escorter le Phoenix avait eu l'occasion de servir à autre chose... il n'avait pas été de trop pour déloger l'épéiste de Hadès en supportant le Deimos dans son affrontement. Ils avaient encore des explosifs, pas mal de poudre, mais les canons électriques avaient fait leur temps... notamment parce qu'ils étaient en grande partie placés sur la ligne de front, qui avait sauté comme un fruit trop mûr tombant d'un arbre. Le canon principal était une ruine flottant sur une ruine encore plus grosse... heureusement que le patron était riche, se disait-il. Parce qu'il risquait de débourser une fortune pour remettre son navire dans un état suffisamment satisfaisant, si seulement il parvenait à le sortir de cet enfer. Finalement, il reprit la communication aux quatre coins de la flotte

- Allez les gens, on se tire ! C'est l'heure de quitter la fête, on a des indésirables ! Activez les turbines, faites chauffer les moteurs, donnez vous des coups de fouet s'il faut ! ON-SE-CASSE !

Alors, tous suivirent l'ordre, tous s'activèrent. D'un dernier regard, un groupe d'hommes-bêtes salua presque le mastodonte de bois d'Adam qui avait apporté tant à l'affrontement, par sa simple présence et la barrière qu'il avait représenté. Ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait offrir ses respects à une bande de pirates... mais ils n'avaient jamais été trop mauvais envers les forbans : ils restaient des ennemis, mais ça ne les empêchait pas de reconnaître leur valeur. L'un d'entre eux rappela ses comparses à l'ordre et ils se dirigèrent comme un seul homme vers leurs postes diverses. Il était temps de mettre les bouchées doubles.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1563211948-elria-shivaL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1563211942-marshall
Elria Shiva & Marshall


Elle n'aurait su dire si sa fierté était ce qui lui faisait le plus mal, où si son corps entier encore gourd et inutile était la plus grande source de sa détresse : elle avait été balayée comme une fourmi par la puissance de l'Empereur et, sans l'intervention fortuite d'un forban, elle n'aurait pas survécu. Elle devait sa vie à un pirate... quelle ironie. Toussotant, elle tenta de se redresser et on lui intima une énième fois de rester dans ce lit de camp improvisé qui l'avait accueillie, mais elle n'y tenait plus. Elle se redressa et manqua de chuter, mais elle s'accrocha fébrilement à la partie intérieure de la coque qui la secouait depuis un temps qui n'avait été que trop long. On avait besoin d'elle... elle n'était peut-être plus en état de se battre, mais les nouvelles étaient ce qu'elles étaient : il fallait au moins qu'elle fasse acte de présence, qu'elle donne le tempo à ceux qu'elle pourrait fédérer sous sa notoriété. Chacun devait mettre la main à la pâte s'ils voulaient sortir vivants de cet enfer.

De son côté, Marshall se laissa quasiment tomber à genou dans les décombres noircis du flanc Ouest qui l'avait vu livrer bataille. C'était passé près... trop près. Les blessures sur son torse, ses avant-bras et ses jambes en témoignaient aisément. Deux contre un, pris par surprise... ces foutus chien de l'équipage de Mendela ne respectaient réellement rien. Il se redressa finalement tandis qu'une douleur lancinante labourait ses muscles, avant d'observer le massacre autour de lui : un Pacifista bien cabossé continuait de mettre hors d'état de nuire les derniers malheureux qui restaient là, tandis que les explosifs placés dans les navires de la première ligne avec le consentement de leurs propriétaires finissaient de faire leur travail. Une stratégie dure, coûteuse, mais gagnante... car désormais, il leur était possible de se détacher de leurs ennemis pour reculer prudemment et s'extirper de ce conflit qui tournait au vinaigre le plus total. Il devait juste rejoindre Liao et...

... il se figea.

Il ne ressentait plus sa voix. Plus là où il aurait du la ressentir... alors il commença à se déplacer péniblement vers le dernier lieu où il avait eu l'occasion de sentir la présence de son camarade, avec lequel il avait souvent chassé. Il n'y trouva qu'une zone ravagée et réduite en miettes, un trou béant dans l'océan au dessus duquel des carcasses de navire brisées flottaient difficilement, ballottées par les flots irascibles. Le théâtre de l'affrontement entre Liao Hojo, Agrid Maslow Jr., Mendela et Kyoshiro... qui n'était plus qu'un cimetière silencieux dans la tempête. Finalement, ses sens alertes exploités à leur maximum lui permirent de capter une faible trace et il tourna la tête... vers la flotte de Hadès, encore bien trop opaque pour qu'il n'espère pouvoir s'y aventurer dans un état comme le sien. Un malaise s'empara de son être entier.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1563214795-mendela

Mendela Yorkshire

- Edward... Lawrence...

Il observait l'océan de deux yeux fixes et brûlant de haine. Il était rare que le trappeur laisse libre court à ses émotions : on le connaissait sous les traits d'un chasseur méticuleux, trompeur et prudent, qui ne laissait jamais la moindre faille apparaître dans l'armure de ses railleries soupesées et de son calme insultant. Pourtant, chacun se tenait actuellement à l'écart de ce capitaine qu'il ne fallait pas courroucer. Malgré l'eau qui suintait encore de ses vêtements, signe d'un voyage marin qui l'avait hautement affaibli en compagnie de ses compagnons encore capable de cette simple activité aquatique, nul n'osa répondre à cette évocation... nul n'osa piper mot. Ils n'étaient pas au complet : c'était là tout ce qui les chagrinait, tout ce qui nourrissait leur rancœur. Si Saul était blessé mais vivant... Enora n'avait pas survécu à l'explosion. Sa voix s'était éteinte et, comme de nombreux autres avant et après elle, elle s'était sans doute évanouie sous la surface de l'océan, loin dans les eaux, profondément entourée du voile aqueux et mortel que représentait ce corps d'eau dans une guerre navale. Affairés contre les chasseurs de prime, ses camarades avaient été incapables de lui porter assistance... tout cela à cause du caprice d'un fou emporté par sa propre instabilité.

Mendela cracha dans l'eau, proférant silencieusement les pires menaces et malédictions qu'un homme puisse porter. Il valait mieux pour le Lawrence qu'il fut réellement mort... car s'il venait à refaire surface...

... alors, il aurait une nouvelle proie à traquer.

Il se retourna, presque avec dédain, vers un autre paquetage qu'il avait pu retirer de cet affrontement. Il aurait du rire aux éclats, sourire d'une telle prise. Il aurait du ricaner à la face de la guerre, ricaner face à la flotte du Yonkou et face à ses ennemis traqueurs, se rire de tout ce qui l'entourait. Il aurait du être rasséréné comme jamais... mais à quel prix avait-il pu obtenir ce qu'il était venu chercher depuis le début ? Un moyen de laver ses dettes... d'effacer les ardoises avec une organisation qui pouvait faire de sa vie un enfer et le lui avait clairement fait comprendre. Alors, toujours sans sourire, il s'approcha lentement du corps inanimé qui reposait là, lui aussi trempé. Il l'avait pris par surprise lorsque Kyoshiro avait décidé de l'épargner, de le laisser respirer... lorsqu'il avait pensé naïvement que sa posture corporelle n'avait rien d'un jeu, rien d'un mensonge. Il s'était jeté sur lui et l'avait promptement mis hors d'état de nuire, profitant de la rage d'un Agrid bestial qui l'avait fracassé sans ménagement sur une erreur de jugement, sur un excès de confiance. Mendela soupira en observant le vide qui l'entourait, ses compagnons s'en étant retournés à la manœuvre avec une morosité si profonde et palpable qu'il aurait pu mordre dedans. Le navire qu'ils avaient accosté n'avait pas fait long feu, sous la surprise d'être pris d'assaut par des pirates qui devaient pourtant être leurs alliés. Aussi, lorsqu'il s'accroupit devant l'homme inconscient, le bruit lointain des combats qu'ils fuyaient déjà plus astucieusement que la moyenne fut le seul accompagnement dont ses oreilles disposèrent. Il passa une main qui contrôlait mal ses tremblements dans la chevelure de sa proie, ne pouvant qu'admettre que le choix du Tadake lui avait été salutaire.

- Tu as intérêt à me rapporter gros, Petit Prince. Très... très... gros.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 1563215762-liao
Liao Hojo, fils de Mijushike Hojo





Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé : L'arrivée de Eko reconfigure toute la bataille et des manœuvres commencent à être effectuées pour pallier son arrivée... seront-elles fructueuses ou non, et pour qui ? Vous le saurez à l'avenir ! Baldr quitte le Kibo, dans la bibliothèque duquel vous pourrez trouver une lettre laissée par Groogal à votre attention. Pouic se laisse faire docilement, Titia et King vous aident à la manoeuvre... c'est l'heure de mettre les voiles ! De son côté, Mendela a bien profité du choix de Kyoshiro et s'en va avec un bonus... mais il a essuyé une perte qu'il ne pardonnera pas.

C'est très certainement mon dernier post ici ! En attendant, vous êtes bien entendu libres de poster une nouvelle fois pour régler vos dernières affaires. Je ne pense pas répondre à nouveau par dessus. Merci à tous pour cet event et pour votre patience, vous avez été géniaux.


Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement, Haki de l'observation avancé (Réplication de voix).
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Tégée Deimos est lvl 47 - Manipule de nombreuses lames.
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu, Armement avancé.
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - état inconnu ?
Serge est lvl 32 - état inconnu ?


Navire TNS :
Baldr est lvl 46 (473.000.000) - Corps à corps, Paramecia des Coquilles, Capacité de densification de sa peau et de ses muscles.
Akai est lvl 38.
Aoi est lvl 34.

Bara est lvl 32 - Zoan de la Vipère Heurtante, Haki de l'armement.
Ki est lvl 31.

Pouic est lvl 40 - Pouic (Mâchoire capable de broyer le titane façon éclair, rapide et compact).

Power est lvl 36 - Brise Feu.
Walker est lvl 33 - Retour à la vie de la fourrure.

Titia Lae est lvl 45 (520.000.000B) - Zoan du Crabe Kamchatka, Haki de l'observation.
King est lvl ???

Côté X-Edition, il reste trois pimpins qui suivent le mouvement.


Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement avancé (condensation) et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)

Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000)

Navire de la Triade :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Quing Beltegeuse est niveau 48 - (/)
Barbaros est niveau 48 - (/)
Les Vouivres sont lvl 35

Du côté d'Edward :
Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000) - état inconnu ?
Enora est niveau ??? (30.000.000) - décédée
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15116
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMer 17 Juil - 12:47

img_rp
The Long Night.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent


C'était terminé. Cette bataille était désormais de l'ordre du passé, pour l'équipage de Tengoku no Seigi : et le moins que l'on put dire, c'était qu'elle avait été coûteuse, sans pour autant s'avérer totalement désastreuse. En un instant, Nakata prit pleine mesure des conséquences de cet affrontement naval hors norme, pour lui comme pour la totalité de la joyeuse bande qu'il menait avec fierté et affection. Ils avaient perdu un simulacre de guide, ce vieillard affable mais discret qui les avait accompagné depuis Shabondy, surveillant leurs comportements et les estimant apparemment avec manifestement suffisamment de bonté pour se sacrifier en leur nom. Grâce à ce sacrifice, entre autres, ainsi qu'aux efforts magistraux déployés par tout un chacun, le pire avait pu être évité et leur route semblait désormais plus clémente, moins inhospitalière. Alors que Titia lui offrait un semblant de soutien et de réconfort en posant sur son épaule une main bienveillante et en s'enquérant de son état global, le mythique mira les silhouettes extirpées des entrailles du Kibo et qui, elles aussi, semblaient en avoir bavé plus qu'assez. Un usage bref de son haki de l'observation put le rassurer quant à la survie du moindre de ses subordonnés, Groogal mis-à-part, et son corps se détendit pleinement lorsqu'il perçut les voix de Lapis et de Kyoshiro, qui surgissaient à vive allure et parviendraient à leur hauteur d'une seconde à l'autre. Le conflit commençait à s'éloigner et à mourir, à la lueur des nouveaux arrivants qui induisaient une débâcle généralisée et relativement désordonnée pour les chasseurs de primes comme pour les Nebulas. Le titan de bois d'adam était, comme annoncé par le Phoenix, le dernier titan encore debout : celui qui accompagnait la flotte d'Hadès avait coulé par le fond et, à l'instar de son destructeur, ne serait jamais plus. Le Fenice chassa bientôt de son esprit ces silhouettes lointaines qui continuaient à échanger des coups de canons et des hurlements enragés : il se concentra davantage sur ses pairs et, avec un sang-froid qu'il savait indispensable, commença à dicter quelques ordres, notamment à l'intention d'Hiko.

Rejoins Lilianna, et prenez tous les blessés en charge, du plus grave au plus bénin. Titia, désolé de te demander ça, tu en as déjà bien assez fait... mais aurais-tu à ton bord un médecin susceptible de les épauler ? Ils risquent d'avoir beaucoup à faire. Damon, tu es le premier à te faire soigner. Et ne me contredis pas, c'est un ordre et il est intraitable. Natalia ! Suis le navire de Titia à allure modérée, éloigne-toi du conflit tranquillement. Nous allons nous reposer un moment, puis...


La tension et l'adrénaline se dissipèrent, brutalement, tandis que son angoisse diminuait drastiquement. La sirène et le logia reparurent durant son bref monologue, et Kyoshiro, inconscient mais bien vivant, put alors être acheminé jusqu'à l'infirmerie où il subirait des soins bienvenus. Néanmoins, le Phoenix n'eut jamais le loisir d'assister à cette scène : il s'effondra purement et simplement, sans donner le moindre signe de faiblesse, comme s'il lui aurait été intolérable de seulement fléchir face à ses camarades. L'anxiété s'invita brutalement sur les visages alentours mais tous semblèrent se dérider lorsque le constat d'Alidia s'imposa de lui-même : la pêcheuse s'était évidemment jetée à la rencontre de l'ancien corsaire lorsqu'il s'était effondré, et quelques mots lui suffirent pour résumer son état avec une lassitude qu'elle ne camouflait même plus.



Cet abruti... Il s'est endormi. Il en a trop fait...


Sans en rajouter, fidèle à sa nature taciturne et silencieuse, la blondinette se glissa sous le bras gauche de son capitaine et se redressa, le hissant péniblement jusqu'à pouvoir l'évacuer vers l'intérieur du navire. La voyant faire, Ruthven se jeta à sa rencontre afin de la soutenir comme il le pouvait : il leur fallait maintenant panser leurs plaies et prolonger leur croisière à ce rythme délicat jusqu'à ce que de nouvelles occasions de briller se présente à eux. En l'état, une détermination infaillible brûlait dans leurs rétines : tous avaient accusé le coup de la disparition tragique de Groogal, même si tous n'avaient pas eu le loisir d'échanger réellement avec lui, ou même seulement de le côtoyer au cours de leur périple commun. En revanche, il n'était pas un seul pirate qui ignorait le répit qu'il leur avait offert en s'exposant de la sorte : sans son sacrifice, d'autres auraient sûrement dû y laisser leur peau et cette bataille aurait promptement viré au fiasco... Ils manquaient d'entraînement, manquaient de rigueur, manquaient de sérieux. Tout cela allait changer radicalement, parce qu'ils venaient de comprendre, d'un coup d'un seul, que le Nouveau Monde était effectivement aux antipodes de la première partie de Grand Line, qu'ils avaient tous survolé sans jamais se trouver tangiblement en péril. Non sans de nouveaux remerciements à l'égard de Titia, plus solennels et plus sereins que ceux formulés par le Phoenix assoupi, les pirates se mirent alors au travail, conformément aux ultimes directives de leur capitaine. Ceux qui avaient encore la chance d'être indemnes prirent rapidement en charge les blessés légers qui, eux-mêmes, déployèrent toute leur énergie afin d'aider à stabiliser l'état de ceux qui avaient été les plus malmenés. Les jours à venir seraient sans nul doute d'un calme indispensable afin de leur laisser à tous l'opportunité de se reposer convenablement : la suite des événements, en revanche, risquait de s'avérer plus brutale et plus redoutable que jamais. Tous le savaient pertinemment : après ce premier affront, Hadès ne s'arrêterait pas là et tenterait de les laminer les uns après les autres s'ils lui en offraient l'opportunité... Les souvenirs de l'île des hommes-poissons, eux aussi, leur revinrent aisément en mémoire. Si l'Impératrice était réellement du même acabit que le vieillard rajeuni, alors il allait sans dire que les confronter simultanément revenait à un suicide en règle... Cette bataille allait-elle corriger le sens des priorités du Phoenix ou allait-elle, au contraire, le galvaniser ? En l'état, nul ne pouvait le savoir et, à en croire l'épuisement qui était le sien, nul n'aurait la réponse avant de nombreux jours...





Dernier poste pour ma part ! Plus court que les autres, c'est surtout un résumé quoi. Thanks à/aux l'/animateur/s et à mes compagnons d'infortune !

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 861
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Left_bar_bleue123/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty_bar_bleue  (123/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitimeMer 17 Juil - 21:54

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Big Freeze - Muse

Il l’avait flairée. Cette attitude de vainqueur, de celui qui se relèverait tant que son corps le pourrait, d’un homme, maudit de l’océan, qui venait d’approcher la mort et les fonds marins, dont la fougue et la hargne étaient encore intactes. Il l’avait sûrement senti, en même temps que Kari l’avait compris, c’était pour ça qu’il avait choisi la fuite plutôt que l’affrontement, et c’était pour ça qu’elle avait choisi le silence plutôt que de se mettre en travers de son chemin.

Le Phénix semblait plutôt vif, presque trop vif pour un homme qui venait de faire un plongeon dans l’eau, à quelques souffles près dans les bras de la mort. Et encore, ça c’était seulement ce que Kari pouvait deviner grâce aux vêtements et aux cheveux trempés, et elle serait sans doute incapable d’imaginer la portée de l’affrontement entre Mijushike, le Fenice et Hadès. Mais était-il un homme comme les autres ?

Son regard vert émeraude se porta sur cette silhouette aux cheveux blonds qui se détachait des autres. Déjà, des ordres fusaient de ses lèvres, veillant à la bonne santé des siens et à leur rétablissement. Ils étaient inégaux devant les pertes. Groogal, lui, ne reviendrait pas, et on ne pouvait que lui souhaiter une belle vie, si celle-ci existait après la mort. Damon, quant à lui, avait perdu une partie de lui-même, rejoignant les éborgnés Hiko et Aldero. Pour Alicia… le temps ferait son œuvre à réparer ce qui avait été cassé, broyé, mais avec de bons soins, tout finirait par revenir comme avant. Pour Kyoshiro et Aldero, il en allait sûrement de même. Quant à Kari, sa blessure serait sans doute vite refermée, mais la cicatrice resterait, indélébile, marquant à jamais, taillant une ligne tranchante sur son délicat visage.

Il était bien comme les autres, du moins en cet instant, tandis qu’il tombait sur le plancher du pont, sans doute de fatigue. Un surhomme en d’autres occasions peut-être, mais un homme avant tout, avec ses faiblesses, les plus humaines ou les plus animales soient-elles.

Les mots prononcés par Alidia tandis qu’elle tâchait de relever le corps inerte du capitaine des Tengoku no Seigi ne provoquèrent même pas un sourire sur le visage de l’ancienne chasseuse de primes. Non, son regard, en revanche, en profita pour se tourner ailleurs et cibler d’autres points d’intérêt. D’abord Kyoshiro, tout aussi inerte que l’ancien capitaine Corsaire, ensuite Pouic, ce petit être dont elle ne connaissait rien, pas même le nom, si il en avait un. Elle s’avança de nouveau vers lui, l’observa quelques instants et se demanda s’il était un humain ou un animal plus primitif. Lui, qui en avait fait voir de belles au borgne herboriste et à la femme-loutre de l’équipage, semblait si chétif à présent.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
Enfin, ses yeux se posèrent sur les plus discrets acteurs de cet affrontement. En voyant la silhouette de son mentor reposant, tant bien que mal sur les épaules du charpentier, le cœur de la rousse manqua un battement, perdu dans la surprise. La jeune femme s’approcha rapidement, survola rapidement du regard les autres, et sans un mot, plaqua deux doigts au creux de son cou pour prendre son pouls. Elle finit par sentir une légère pression, signifiant que le cœur faisait encore son office de pompe à sang.

Ses compagnons, Molly, Hinami, Alicia et Pat la regardèrent faire silencieusement, à la fois dans l’inconfort et dans la surprise, ne sachant pas trop comment réagir face à la Crown et son comportement.

Kari finit par lâcher un soupir en même temps que ses doigts relâchaient la pression. Sa façon d’agir, sur le moment, était plus qu’étrange. Qui faisait ça, de cette façon-là, mesurée, pragmatique, froide ? Qui était-il ? N’était-il pas un camarade, un compagnon, un mentor, un semblant de figure paternelle ?

Elle l’avait détesté de tout son être, il l’avait fait souffrir, ils avaient fait la paix, ils tentaient de reconstruire ce lien qu’il avait brisé. Il était encore tôt, trop tôt pour qu’elle l’apprécie réellement, même si elle savait qu’elle pouvait se confier modérément. Ils étaient à la fois distants et proches, et c’était dans ce genre de moments critiques, que l’on distinguait ce qui semblait être l’ombre d’un problème entre eux, que le masque tombait pour dévoiler aux yeux de tous un semblant de réalité.

Le reste de la troupe, hormis Molly, semblait passablement désorienté. Elle avait vu des choses semblables, les restes d’un abordage mortel, le sang dont les taches, tenaces, ornaient le pont malgré les frottements de brosses.

Kari finit par venir en aide à Pat et attrapa le buste de buste de son mentor avant de le faire basculer, le faisant ainsi prendre appui sur le dos de la jeune femme. A deux, ils le soutinrent avant de faire demi-tour pour l’emmener à l’intérieur du navire, en compagnie de Molly, Hinami et Alicia. Avant de franchir la porte, la rouquine jeta un dernier coup d’œil en direction du petit Pouic.
- Toi, je crois que tu vas aussi avoir besoin de soins et de repos.
Codé par Kari Crown



Nakata ilébo, Nakata iléfor.

Et voilà, clap de fin pour moi ! Merci à tous les copains pour l'event, je me suis plutôt bien amusée (surtout à éclater la tronche de Ki) !

PNJs (lvl màj fraîchement):
Aldero Crown, lvl 22
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 29
Molly, lvl 26
Pat, lvl 25

_________________


We are the warriors, who learned to love the pain
We come from different places but have the same name
'Cause we were born for this
We are the broken ones, who chose to spark a flame
Watch as our fire rages, our hearts are never tame


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» La longue histoire d'un Ange...
» Shogun2 breve histoire féodale du japon nlle version

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Le Nouveau Monde-