Partagez
 

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 467
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Pirates d'Hadès le Yonkou

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue35/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (35/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue221/250L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (221/250)
Berrys: 338.296.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeSam 16 Mar - 11:24







Début 1506 ~ Quelque part sur le Nouveau Monde






Une fois mon discours achevé, mon attention fut ballotée entre les deux camps qui tentaient jusqu’alors de s’opposer à ma liberté. D’un côté Manson et les chasseurs de prime, de l’autre les pirates commandés par Enora. La présence de cette dernière me filait la migraine.

« Qu’est-ce que tu fous encore là, Enora ? Va-t’en ! »

Pourtant, je conservais l’espoir de vivre de meilleurs lendemains : c’était là mon pari sur l’avenir. Et le symbole de cet espoir semblait pourtant empli de doutes : à tout moment, il pouvait se joindre à ma cause, et contribuer à m’accorder le souhait que j’écumais depuis les premiers instants de cette guerre. Un mince sourire tenta de s’extirper de mon être alors que le chasseur rembarrait sèchement son second. L’attitude du dénommé Manson était en train de changer : le vent était en train de tourner. Il était lucide, il prenait la pleine mesure du merdier dans lequel nous étions fourrés. Derrière lui, ses camarades avaient l’air effrayés. C’était normal, vu la situation. Je grimaçai de douleur. Mais qu’importe : c’était décidément très bien parti.

« Mais bordel vous êtes chiants, bougez votre cul et cassez-vous bande de sous merdes ! »

Mais il demeurait toujours cette abjecte anomalie qui venait obscurcir mon idyllique dessein. Cette poufiasse, cette guenon qui restait irrémédiablement enracinée sur ses convictions et empoisonnait mes espoirs. Enora et ses sbires… ils ne bougeaient pas.

« Mais putain Enora, tu piges que dalle ! T’es conne ou quoi ?! Je te dis de te barrer et de me foutre la paix bordel de merde ! »

Je pestai intérieurement alors que s’éteignaient lentement mes naïves ambitions, progressivement piétinées par cette mégère. La tension ne cessait de croitre, et plus le temps s’écoulait, plus la situation se complexifiait, jusqu’à devenir inextricable. Et tout ça me donnait mal au crâne.

______________________





Au-dessous de l’implacable étendue azurée se trouvaient les contours raffinés d’un royaume chatoyant. Les rayons de l’astre solaire venaient se heurter sur les façades, si élégamment érigées que l’immense château resplendissait de mille feux. C’était le soleil de cette île, disaient même la plupart des habitants, tant cette place forte revêtait une importance capitale. La demeure des plus nobles et de la famille royale. Les élus, ceux qui étaient les plus à même d’effleurer le ciel.

Dans l’enceinte sacrée, à l’intérieur même des appartements dédiés à la famille royale, se trouvait concentrée toute la richesse du royaume. Les murs constitués d’un marbre lissé à l’extrême étaient ornés par des fresques scintillantes dont certaines étaient composées de pierres précieuses ou d’enluminures faites de lettrines dorées. Armures toutes d’or vêtues, lustres en diamant, vitrines exposant des bijoux en or blanc : tout semblait être conçu dans le but d’exhiber la richesse et la noblesse qui imprégnait les lieux. À tel point que même les domestiques et autres esclaves voyaient leur apparence façonner avec un soin religieux : ils faisaient partie du décor, après tout. Dans la cour intérieure se trouvait un petit parc tout aussi soigneusement érigé, qui venait apporter une touche naturelle et apaisante aux lieux. Les clapotis d’une eau cristalline, le chant enjoué des petits oiseaux qui batifolaient et les flagrances envoutantes de variétés de fleurs aussi magnifiques que rares. Un petit brin de paradis pour l’immense majorité des mortels. Et pour une poignée d’autres, une bien pâle copie de l’enceinte sacrée qui siégeait sur le monde.

Et puis, l’harmonie et la quiétude qui inondait les lieux furent troublées par l’excitation d’un petit être qui courait dans les luxueux couloirs. Son petit visage d’ange essoufflé rayonnait du plus radieux des sourires tandis que ses petits bras étreignaient fermement son fabuleux trésor. Aujourd’hui serait le grand jour : il s’apprêtait à le partager avec la personne qui comptait le plus pour lui. Et, après avoir toqué grossièrement sur les majestueuses portes, il entra.

Si les couloirs du château jouissaient d’une richesse indéniable, cette pièce semblait d’un tout autre niveau : chaque recoin semblait élaboré avec une minutie diabolique. Tout semblait infiniment précieux : des contours en or massif des meubles, à l’or blanc qui peignait le sol, en passant par les motifs d’émeraudes et de cristal qui jalonnaient la couronne qui siégeait sur la table. Et puis, au centre, la pièce maitresse. Plus belle que l’éclat de mille joyaux : la femme la plus belle et la plus puissante de tout le royaume. La Reine.

« Mère ! Mère ! »

Les doigts de fée serpentèrent à travers la chevelure ténébreuse et la souveraine du royaume de Nobtalia se détacha de ses occupations afin d’accorder un peu de son attention à l’enfant qui l’interpellait avec insistance. Sans son maquillage et autre accessoire, la première dame conservait son insidieuse beauté. Pourtant, aujourd’hui, son teint était plus pâle, sa mine plus terne, reflets des préoccupations qui la rongeaient de l’intérieur. Elle planta alors son regard émeraude et inquisiteur sur le jeune prince, songeant qu’il serait sans doute apte à lui changer les idées.

« Mère, j’ai un cadeau pour vous… »
« Qu’est-ce que c’est ? »
« Un dessin ! »

Alors, le petit garçon de cinq ans dévoila la feuille de papier qu’il tenait fermement. Ses yeux brillaient d’admiration et son virage irradiait la pièce d’un sourire si pur… Ce dessin était sa fierté, son trésor. Après tout, il s’agissait du résultat de tous ses efforts : son père était particulièrement exigeant avec lui et le garçonnet avait énormément de mal à répondre à ses attentes. Aussi il venait souvent chercher du soutien et de l’affection auprès de sa mère. Mais aujourd’hui, tout était différent. Cette fois, il avait compris, cette fois, il était parvenu à maitriser les enseignements du roi. Ah, sa mère serait si fière de lui ! Alors, l’héritier du trône lui tendit ce qui était sa représentation du bonheur, réaliser avec son tout son amour. Ah, son innocence était tellement touchante…





Les émeraudes vinrent effleurer le tracé grossier de l’enfant, évaluant les formes, les couleurs, les personnages. À droite se trouvait un homme, fort et contrarié. À gauche, une femme souriante. Tous deux couronnés, ils étaient entourés par un cœur et encadraient un enfant souriant aux cheveux noirs de jais. Et puis, en dessous, il y avait des gens en position allongés, enchainés, dessinés très grossièrement. Les traits qui les composaient semblaient converger vers une sorte de piédestal qui venait soutenir la famille royale.

« Et ça ? »
« J’ai fait comme père m’a appris : ce sont les autres gens insignifiants qui existent juste pour nous servir et qu’on vive heureux. »

Récita religieusement le bambin, toujours aussi innocemment. Alors, la feuille se déchira sans prévenir gare. Et puis, le revers de la main vint heurter violemment le jeune garçon qui fut projeté contre le sol.

« C’est abject ! Tu n’as donc aucune empathie ?! »
« M… m… mère… pourquoi… ? »
« Tous les hommes sont égaux entre eux… »
« Vous accordez toujours plus d’attention aux autres plébéiens qu’à moi, votre fils ! C’est injuste ! »
« LA FERME ! »

La reine était hors d’elle, son visage était déformé par une haine insoutenable, viscérale. Alors, horrifiée, elle continua à frapper sans retenue sa progéniture, comme pour le laver des immondices qui empoisonnaient son âme. Elle avait été constamment tiraillée entre ses convictions et l’amour qu’elle vouait à sa famille. Son mari, qu’elle avait tant aimé, était une cause perdue tant il s’était enlisé dans ses obscures convictions… Mais son fils représentait ses derniers espoirs en l’espèce humaine : il était encore pur… Mais il était trop tard, désormais : Norton avait répandu son poison, et son emprise sur le gamin était déjà trop forte. Alors, fatalement, les mots tombèrent finalement.





« Tu n’es pas mon fils… Je n’ai pas de fils… HORS DE MA VUE, CRÉATURE ABJECTE ! »

Alors, après avoir renié son propre fils, la souveraine lui véhicula son plus profond mépris en lui crachant dessus tandis que le môme demeura tétanisé, les yeux vides, le cœur brisé. Le bonheur, l’amour d’une mère, l’insouciance d’un enfant… Il n’en restait rien. Tout venait d’être balayé par un vent si froid, si glacial.

***

« L’enfer c’est les autres, n’est-ce pas ? C’est leur faute si mère ne m’aime plus… et ça ne pourra pas changer tant qu’ils existent. Mais je vais les réduire au silence, les écraser, les démembrer, les brûler. Et alors, elle ne pourra plus entendre leurs voix, elle ne pourra plus leur accorder son empathie. Père a dit que j’étais un élu des cieux, que les autres, ce sont tous des déchets, des êtres inférieurs. Ils n’ont pas le droit de me faire de l’ombre, de me faire souffrir… Je refuse ! Ils brûleront tous… Et j’imposerais ma volonté aux autres. »
« Oui, l’enfer, c’est les autres. »


Le moment où l’horloge a commencé à se détraquer.


______________________






Toc, toc, toc.

Toc, toc, toc, c’est le bruit causé par ces maux qui te frappent au crâne comme l’on cognerait à une porte. Ton faciès se tord alors que tu t’efforces de chasser ces houleux souvenirs qui t’assiègent. Mais tu t’obstines, tu persistes, tu t’accroches à cet infime espoir qui se fait peu à peu consumer. Autour de toi, la bataille continue de faire rage, confirmant l’hégémonie de la destruction. Et toi, tu restes là, à regarder le spectacle, emmuré dans ta suffisance. Comme s’il ne te concernait pas. Comme si tu n’avais cure des idéaux qui étaient défendus aujourd’hui. Oh comme tu te fourvoies, petit être chétif : mais ne t’en fais pas : la douleur est là pour te le rappeler.

« Taisez-vous. »

Alors tu te crispes davantage et tu es contraint de porter l’une de tes mains sur ton front. La douleur est comme l’animosité qui habitue les hommes : elle est tenace et grandissante. Et puis, Enora s’avance et d’une voix tranchante, elle vient souiller vos ambitions. Ridicule ? Tu te sens insulté, la frustration te gagne. Qui est-elle pour juger de tes choix de vie ? Qui est-elle pour critiquer ton plan si finement ficelé ? Elle n’a pas la lucidité nécessaire pour ça. Qu’elle aille au diable.

« La ferme ! Sortez de ma tête ! »

Et puis, des centaines d’aiguilles viennent se planter dans ton crâne, aiguisant cette souffrance qui continue à te malmener. Alors, ton regard désespéré balaie une nouvelle fois l’assemblée. Les pirates, Enora. Et puis Manson et les siens. La sueur perle sur ton faciès tremblant. Tu tentes de lutter, de résister, mais tu demeures impuissant. Un spectacle dont je ne cesserais jamais de me délecter.

« J’ai si mal bordel… arrêtez de parler… arrêtez de hurler… LA FERME ! »

Et puis, elle te rappelle à l’ordre, mais toi, tu prends ça comme une menace. Et tu ressens le poids de ces entraves qui t’empêchent de t’envoler. Alors tu essaies de débattre, de te libérer de tes tourments. Mais tu ne peux pas les ignorer, n’est-ce pas ? Toutes ces voix qui résonnent autour de toi, toutes ces existences qui fourmillent à tes pieds.

« LA FERME PUTAIN ! J’ai tellement mal… je ne peux plus le supporter… »

Alors, mille couteaux viennent pourfendre ton crâne. Tu portes tes mains sur tes oreilles, comme si cela suffirait à les faire taire. Ton équilibre vacille, tu titubes. Tu ne peux pas lutter, tu ne peux pas ignorer les autres occupants de ce navire. Tu es préoccupé par leur sort, ils occupent tes pensées, t’obliges à le considérer. Alors, cesse de lutter, Lawrence.

Oui, mon fils, accepte ton humanité, accepte l’existence des autres, ouvre-leur ton cœur et tes tourments cesseront.

______________________


« Je veux plus entendre toutes ces voix... LA FEEERMEEE !! WRAAAAAARGH !! »

Alors que la souffrance était à son paroxysme, ma tête pivota et mes yeux défièrent la voute céleste. Tout mon corps se crispa tandis que mon cœur stoppa son activité. Ma vue se flouta et ma conscience sembla vaciller. À l’exception d’une conviction solidement ancrée dans mon âme. S’il fallait naître roi ou fou pour faire ce que l’on veut, alors je serais les deux.

Oui je vivrais comme un roi, sans personne pour me dicter mes choix.

Un sourire apaisé sembla se tracer sur mon faciès alors que les voix dans ma tête s’étaient tues. Un soupire ironique s’extirpa de mon être.

« L’enfer c’est les autres. »

Et puis, l’explosion enveloppa le navire tout entier.


______________________









Ed et l'empathie, volume inédit !

[...]

Ed écoute les gens parler et souffre d'un mal de tête qui ne cesse de croïtre. Il hésite.
Il se souvient que l'enfer c'est les autres.

Et puis... il... craque ?!


Techniques utilisées :

+1 Utilisation Haki de l'Observation


« Hakaishin - End of World ! »
Ed accumule son pouvoir explosif et relâche une explosion d'une puissance démentielle.
Diamètre Puissance Max Lvl 35 → 500m

Edit Hez pour le Noteur : ne prendre en compte que les actions du post. Ne pas compter le post dans la notation : il a été accepté que Ed' poste afin de lui permettre d'agir, car il devait donner sa réaction pour la progression du RP.


_________________
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1718
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue46/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (46/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue42/750L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Mar - 19:26

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




Pendant longtemps le jeune homme s'était demandé comment son jeune capitaine pouvait foncer avec une telle ardeur dans les flammes de la bataille, presque le sourire aux lèvres, comme si ce recours à la violence gratuite était une sorte d’exutoire lui permettant d'expulser sa peine et la perte de ses camarades l'espace de quelques minutes. IL connaissait assez le blond pour savoir que ce dernier n'était pas sanguinaire, qu'il ne prenait aucun plaisir malsain à ôter la vie à autrui mais, puisqu'il n'avait jamais ressenti un tel attrait pour le combat, Kyoshiro s'était efforcé en vain de comprendre les motivations de son cher capitaine. Était-ce grâce aux formidables capacités de sa malédiction, lui permettant de se remettre d'à peu près n'importe quelle blessure, qu'il se jetait ainsi au devant du danger ? Qu'il ignorait l'éventualité de mourir ou de finir paralysé à tout jamais par une blessure dont son corps ne pourrait jamais s'en remettre ? Pendant un temps le samouraï avait cru que c'était le cas, que c'était la seule raison qui poussait son capitaine à agir comme il le faisait mais, alors que cette énergie brûlante grandissait dans son cœur, Kyoshiro commençait enfin à comprendre.
Certes cette malédiction y était pour beaucoup mais, lui qui n'avait aucun pouvoir de guérison, lui qui était l'un des hommes les plus rapides et destructeurs de ce onde, pourquoi ressentait-il le même besoin impériaux de prendre les armes ? Parce qu'il était un guerrier et, comme tous les hommes d'armes, il était guidé par le besoin de se prouver quelque chose, le besoin de relever des défis toujours plus grands pour donner un sens à sa vie...un sens à cette décennie dédiée à l'idée d'être un jour à la hauteur.

Bien sûr le samouraï savait très bien qu'un combat comme celui-ci ne pourrait se finir que d'une seule façon, par sa mort ou celle de son opposant, l'un comme l'autre avaient tous deux de très bonnes raisons de se battre et, ainsi, seuls leurs talents respectifs permettraient de les départager. Mais pour autant ce combat était bien différent des autres car pour la première fois de sa vie, pour la première fois depuis son entrée chez les Tengokus, Kyoshiro avait laissé de côté les besoins de l'équipe afin de se battre pour lui et lui seulement. Le temps s'était arrêté, il n'y avait plus la flotte d'Hadès, plus ce gigantesque champ de bataille, plus Cara, plus ses compagnons en danger, plus son capitaine qui était on ne savait pas trop : il n'y avait qu'Agrid et Kyoshiro.

Ainsi, ignorant le monde entier autour de lui, ne se concentrant que sur son glorieux adversaire, Kyoshiro repartit à la charge en ne réalisant que trop tard qu'il avait pêché par excès de confiance. Son attaque absolue ne parvint jamais à toucher sa cible et, pire encore, sa charge sans aucune possibilité de défense lui coûta bien trop cher. Son adversaire était bien meilleure au corps à corps qu'avec des instrument, l'ancien candide s'en rendait bien compte mais, se sentant pousser des ails par ce sentiment grisant de puissance, il avait pensé pouvoir le dominer avec son attaque la plus destructrice sans penser que son incroyable vitesse pourrait ne pas suffire cette fois.

Et non, cela ne fut pas suffisant.

Son sabre fut stoppé et, l'instant d'après, son monde sembla se retourner dans tous les sens lorsque la main libre du furieux frappa son torse, vidant les poumons du samouraï de tout l'oxygène qui y était stocké, le projetant en arrière avec une violence rarement éprouvée. Son râle de douleur fut étouffé lorsque son dos frappé le bord du navire, lorsque sa bouche laissa échapper une certaine quantité de ces perles rougeâtres qui représentaient son fluide vital. Quelques mois plus tôt il lui aurait fallut une bonne minute pour réaliser ce qu'il venait de se passer mais à présent Kyoshiro avait pris assez de mandales pour comprendre immédiatement son erreur, posant ses yeux sur la flaque qui vint rougir le bois sous ses pieds alors que ses bras se croisaient autour de son torse douloureux. Il avait fait une erreur, en avait payé le prix et, l'espace d'un instant, il aurait aimé posséder la même capacité que son capitaine mais revint bien vite à la réalité.

Il ne pouvait pas en vouloir à son adversaire d'être furieux face à cette pathétique tentative d'en finir précipitamment, Kyoshiro lui-même s'en voulait d'avoir été assez naïf et, alors qu'il crachait par terre les dernières gouttes de sang agglomérées au bord de ses lèvres, le samouraï s'essuya la bouche du revers de sa main droite.

 « Jamais encore je n'avais ressenti ça, pendant un combat. Jamais, et pour ça je te remercie. Plus que tu ne l'imagines. »

Il était content de participer à un tel combat, d'éprouver ainsi ses capacités contre un adversaire bien capable de le vaincre à la moindre erreur et, s'il savait ne pas connaître l'étendue des capacités de cet Agrid, le lumineux savait aussi qu'il ne devrait pas répéter une telle erreur au risque de voir la balance pencher en sa défaveur. Plantant sa lame sur le sol, il serra les dents en demandant à ses jambes de l'aider à se relever, en puisant dans ses réserver d'énergie pour se redresser afin de poursuivre le combat quelques minutes de plus. Il n'avait peut-être pas l'endurance de son opposant, pas la ferveur guerrière ou la maîtrise technique de son cher capitaine mais avait au moins confiance de son plus grand point fort : sa vitesse. Elle n'avait pas été suffisante car il avait été trop présomptueux, trop inconscient de l'éventualité qu'on puisse tuer dans l’œuf son assaut mais il ne s'y reprendrait pas à deux fois, il ne foncerait plus bêtement dans le tas en pensant qu'une seule attaque absolue serait suffisante pour mettre un terme à tout cela.

Le voulait-il seulement ? Bonne question.

Il était affaibli, il sentait ses os affaibli et supposés certains d'entre eux brisés mais cela ne faisait rien. La douleur était un prix bien trop mince à payer pour remporter la victoire. Pas à ce niveau, pas sur un champ de bataille d'une telle ampleur. Il jouait à présent dans la cour des très grands et devait accepter les risques qui allaient avec. Il ne pouvait plus espérer finir un combat indemne par une attaque rapide et absolue.

 « Je relève le défi. Aujourd'hui tu mourras de ma main, en signe de gratitude ! »

Son gardien avait déjà tué en prenant ses mains mais lui-même n'avait jamais vécu une telle expérience. Pendant longtemps il avait pensé qu'une telle volonté ne serait que l'aboutissement d'une intense rage, à la suite d'une défaite cuisante ou de la perte d'un de ses compagnons mais aujourd'hui il pensait différemment. Il ne ressentait pas une once d'animosité envers cet homme, si on mettait de côté sa tentative d'attaque sur Cara mais, par-dessus tout, il voyait cette volonté de tuer l'autre comme une preuve de sa détermination et de sa capacité à surmonter les obstacles. Agrid allait essayer de le tuer, pour montrer sa puissance, alors pourquoi ne pas en faire de même ? Pourquoi ne pas montrer à cet homme sa vraie valeur ? C'était le moins qu'il pouvait faire, une façon de le remercier pour lui avoir ouvert les yeux, pour lui avoir montrer qu'il pouvait aimer se battre sans être guidé par une volonté sadique de faire couler le sang.

C'était sans doute cela d'être un guerrier, un honorable guerrier.

Blessé mais digne, affaibli mais pas brisé, le jeune homme accueillit l'assaut de son opposant avec sagesse et déférence. De sa lame droite jaillirent une myriade de flèches lumineuses qui, tournoyante et et aveuglante, se ruèrent sur Agrid afin de le percer dans tous les endroits possibles de son anatomie. Au milieu de cette tempête lumineuse jaillirent un trait d'énergie tourbillonnant qui viendrait cueillir l'homme au milieu de son torse.

Kyoshiro n'était pas le plus fort du monde  mais avait la vitesse pour lui, de cela au moins il était conscient. Ainsi, alors que Agrid se dépêtrerait de cette marmelade d'attaques plus destructrices les unes que les autres, Kyoshiro lâcherait son assaut final. Recouverte de haki de l'armement, la lame du jeune homme s'étendit à une vitesse effroyable pour venir cueillir et trancher son opposant aussi rapidement que le lumineux en étant capable. Au mieux il éjecterait son opposant au loin, peut-être même hors du navire et au mieux...eh bien...il trancherait le premier membre qui se trouverait sur son chemin. Bras ou jambe, le samouraï n'était pas difficile.
   
   
© ANARCISS sur epicode
           


Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15029
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeMer 20 Mar - 17:30

img_rp
Bitch say my name, you know who I am.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent


C’était acté : elle était officiellement la dernière membre des Tengoku no Seigi à bord du navire de Synchrone. Kari et Nook s’en étaient allés, emportant avec eux les silhouettes inconscientes de Cara et de Lara qui pourraient bénéficier d’un répit pour le moins discutable à bord du Kibo : le reste était par conséquent entre ses mains. Elle en revint au calcul de probabilités et de stratégie dans lequel elle s’était lancée tandis que Branch tentait de l’attirer à lui, sans rencontrer de véritable succès. La femme-loutre préféra lâcher ses fils immédiatement plutôt que de courir le risque de se retrouver engagée au corps-à-corps avec lui sans appuis fiables et dignes de ce nom. Deux possibilités lui faisaient face, dorénavant. Elle pouvait partir du principe que l’homme-arbre tenterait de les poursuivre et de les causer du tort… Ou imaginer qu’il avait simplement été placé là dans une optique défensive, ce qui semblait concorder avec les intentions annoncées prétendument pacifistes du Decima. Dans le premier cas, elle devait faire en sorte de l’éliminer avant de rejoindre ses pairs : à moins qu’un coup de main salvateur ne vienne d’Hiko ou de Damon, ils ne seraient pas en mesure de le vaincre avant que d’autres ennemis entrent dans la danse et sa capacité étrange risquait de leur poser un gros problème. Dans le second, elle pouvait le délaisser sans réfléchir davantage : il n’aurait pas les moyens intellectuels de prendre une décision, et se contenterait donc de dériver tout bêtement… Alors quoi ? Déserter le navire… Ou s’échiner davantage contre ce forban végétal ?

L’instant suivant, la ligne de l’eau près du navire de Synchrone se déforma tandis que le corps velu d’Alidia y pénétrait franchement. Elle avait bondit avec une grâce rare pour se nicher dans l’eau que la tempête agitait crescendo. Elle n’avait pas pu choisir entre la première et la deuxième des éventualités : elle avait donc décidé de laisser Branch choisir à sa place.
Une fois encore, plusieurs hypothèses seraient envisageables. Le pion pouvait tenter de se jeter sur le Kibo, auquel cas la jeune femme ne manquerait pas le coche : usant de son aisance en milieu aquatique, elle surgirait des flots avec véhémence pour tenter de le faucher en pleine course, pour couper court à son élan et pour le renvoyer dans la mer où il se noierait immanquablement, considérant ses blessures et sa condition de maudit. Le pion pouvait également se contenter de la tenir à l’œil elle, sans la suivre évidemment, chose qui signerait son arrêt de mort, en se contentant de demeurer accoudé au bastingage. Si tel était le cas, il lui offrait un message des plus limpides : elle était sa proie, elle et nulle autre, et il ne se gênerait pas pour lui rendre la vie impossible. Si cela devait arriver, elle contournerait le bateau des Decimas pour fracasser tout ce qui pourrait céder sous la force de ses coups, à commencer par le système de navigation. Elle enverrait le maudit par le fond, quels que soient les efforts qu’il lui faudrait fournir. L’option la plus optimiste, néanmoins, consistait en une capitulation pure et dure de l’homme-arbre. S’il n’avait pas été pensé pour réagir à ce type de dilemmes tout-à-fait spécifique ou si on lui avait ordonné de demeurer cantonné à la défense, mis-à-part ordre contraires, il resterait bêtement à sa place et l’embarcation sur laquelle il se trouverait finirait tôt ou tard par dériver vers l’horizon, portée par quelques vagues plus virulentes que les autres. Il sortirait de ce champ de bataille, en somme, et la pêcheuse des Tengoku pourrait s’en retourner à des affaires plus urgents, requérant une intervention de sa part : elle n’ignorait pas les abordages qui s’enclenchaient, à quelques mètres de là seulement. Ils avaient beaucoup d’alliés à protéger… Et beaucoup d’ennemis à éloigner, frénétiquement.

(>°-°)>


Ne t’occupe pas de nous, Lilianna ! Fonce au bloc, stabilise leurs états ! Enchaîne l’ennemie avec des menottes en granit, il y en a dans le bureau de Nakata !


La doctoresse avait déjà bien assez à faire : le pont ne la verrait pas davantage. Tandis qu’elle s’enfonçait dans les entrailles du Kibo, accompagnée de Mistral, son fidèle élanion, le second médecin de l’équipage et botaniste multiplia les coups de haches, non sans apprécier néanmoins l’intervention de Kari et de Nook qui semblaient être revenus à la charge, eux aussi. Leur présence était rassurante, en un sens, même si Hiko savait pertinemment qu’ils étaient l’un comme l’autre à des années lumières de pouvoir les tirer de ce guêpier à eux seuls. Ils étaient deux paires de bras bienvenues qui permettaient de peupler un chouïa l’univers pour le moins hostile au sein duquel ils s’aventuraient de têtes amicales. Plus ils étaient nombreux, et plus ils disposaient d’opportunités de s’entraider les uns les autres… Et si le borgne était convaincu qu’il avait tout ce qu’il fallait pour résister aux hordes qui menaçaient de s’abattre de lui d’une seconde à l’autre, il estimait qu’il était plus que préférable de jouir du secours conséquent d’alliés fidèles.



Hiko ! Au-dessus !


Et il n’eut pas à attendre longtemps pour comprendre que la collaboration était effectivement de mise. Une plaque noire du haki de l’armement d’Hiko fut érigée dans son dos, là où les aiguilles adverses auraient dû s’inviter, en temps normal, si l’intervention de Damon ne l’avait pas prévenue au préalable des risques encourus. Cette pimbêche… Elle devait être sacrément adroite pour avoir réussi à se percher sur le mât en plein milieu d’une tempête. Et elle serait par conséquent un ennemi de premier ordre pour les membres de Tengoku no Seigi, qui devaient l’éliminer dans les délais les plus brefs. Considérant son style de combat, ou plutôt le peu que pouvait en analyser le botaniste sur cette offensive préliminaire, elle était férue du combat à distance et misait sur l’agilité, voire la vitesse : un profil sensiblement équivalent à celui d’Alidia, en somme. Tant que cette dernière était manquante, il fallait néanmoins s’occuper de cette pimbêche autrement… Damon était trop utile, en tant que coordinateur. Son haki de l’observation était une force indéniable, qui permettait aux forbans d’anticiper de quelques instants au moins les agissements adverses. Il devait rester en retrait : c’était le plus à même de protéger Natalia, en soi. Il ne restait donc plus que le massif docteur… Qui, pour autant, n’était pas du tout adapté à ce genre de rixe. Ah, si seulement le Phoenix, la Lumière ou la Vouivre s’étaient attardés seulement quelque secondes de plus…


J’imagine que je perds mon temps si je te demande gentiment de te rapprocher quelque peu…


En l’état, il allait devoir demeurer méfiant et mesuré. Sans cela, il risquait de courir au fiasco… D’autant plus que les ennemis allaient se multiplier à bord du Kibo d’une seconde à l’autre. Ce n’était pas le moment d’accumuler les blessures et les désagréments, y compris mineurs… Il n’avait par conséquent d’autre choix que d’attendre qu’elle vienne se jeter à sa rencontre. Si elle daignait le faire, bien sûr : tant qu’elle restait à distance, toutefois, elle n’était pas une menace. Il pourrait contrecarrer le moindre de ses assauts…

<(°-°<)



Et merde ! J’y vais, ils ont besoin de moi ! Continuez tant que vous le pouvez !


Un dernier coup de feu, et il déchargea le boulet qu’il venait d’envoyer rouler dans le canon qu’il occupait droit vers le pont d’un navire proche, largement plus bas que celui du Kibo. Il fit dès lors volte-face, survolté, et se précipita jusqu’à la porte qu’il referma à la volée. Lapis et les autres seraient à même de se défendre, il n’en doutait pas un seul instant : il n’allait en tout cas pas faire de grande différence s’ils en étaient eux-mêmes parfaitement incapables. En revanche, sur le pont, les choses risquaient de se gâter. Ils étaient trop peu nombreux pour affronter les tumultes du Nouveau Monde… C’était du suicide. Aucun de leurs alliés n’avaient été prévenus, à la connaissance du vampire. Ils étaient tombés dans la gueule du loup, et y avaient été engloutis aussi sec. Aucune échappatoire, aucune sortie de secours… Ils auraient dû demander au Roi des Amphibiens de leur offrir une armée, de la main d’œuvre en quantité. Ils auraient dû organiser une campagne de recrutement sur Shabondy. C’étaient ce que faisaient tous les criminels sensés : on y trouvait des navigateurs aguerris, rompus aux périples fastidieux, capables d’user d’une myriade d’armes différentes pour nuire à leurs assaillants hypothétiques… Pourquoi Nakata lui-même n’avait pas pu s’y résoudre ? Quelle espèce de fausse fierté le poussait à trier de la sorte les personnes qui jouissaient de l’auguste privilège de pouvoir vagabonder en sa présence ? Les dents serrées, Ruthven remonta les marches quatre à quatre, les remontant en ignorant son chapeau qui, sous les fracas de ses pas, chut et tomba en contrebas. Il n’avait pas besoin d’être propre sur lui, là où il se rendait… Et il s’en rendit compte à l’instant même où il ouvrit la porte, après avoir croisé Lilianna qui s’enfonçait dans les couloirs, à son contraire : les ennemis arrivaient, en masse.
Effectivement, ses bras seraient utiles.



Damon !



Ruthven ?! Qu’est-ce que tu fous là ?



Changement ! Je protège Natalia ! Défonce ces enculés !


Ils ne pouvaient clairement pas se passer de la présence du vigie sur la ligne de front. Il était l’un de leurs meilleurs combattants… Ruthven était un simple baroudeur. Pas aussi spectaculaire que Nakata, pas aussi robuste qu’Hadès : juste un baroudeur, assez agile, assez souple, assez réactif. Des compétences qui ne lui permettaient pas d’être fantastique une fois entouré de dizaines et de dizaines d’adversaires… Contrairement à Damon, dont les lames tranchaient si vite et si loin que nul, parmi les ennemis, n’était capable de lui opposer une résistance digne de ce nom éternellement. C’était en tout cas ce qu’ils devaient croire, ardemment : car s’il se trouvait dans le coin un assaillant susceptible de défaire le bras gauche de Nakata, alors ils étaient possiblement tous condamnés…

^(°-°)^

Sa forme humaine fut bientôt à nouveau visible tandis que Nakata s’étirait les bras et faisait craquer la jointure de ses doigts. Le sol de cette île, rocailleux, offrirait aux trois guerriers un terrain de jeu optimal pour leur permettre d’épancher leur soif de violence… Mais il risquait fort de perdre son caractère uni avant que les premiers coups fructueux ne pointent le bout de leur nez. L’ennemi était encore et toujours inconnu au bataillon, mais le blondinet en savait désormais suffisamment pour estimer vaguement son niveau de puissance… Et ça n’était pas une analyse très optimiste qui s’offrait à lui. Et dire qu’il pensait avoir atteint le haut du panier en se confrontant à William Lancaster… Certes, l’ancien amiral et ce pugiliste quarantenaire ne jouaient absolument pas dans les mêmes catégories, mais il semblait envers et contre tout au Phoenix qu’il était mille fois plus aisé de vaincre le suppôt de Centes que d’empocher une égalité face à cette brute-ci. Il ne se départissait néanmoins pas de son sourire importun, qu’il avait retrouvé dès que son coup avait pu porter : il était réactif et vif, plus en forme qu’il n’avait jamais pu l’être. Des années d’entraînement dans l’utilisation de son zoan pour aboutir à ce résultat… Il avait des armes. Par dizaines. Il les utiliserait, toutes, jusqu’à ce que cet ennemi finisse par tomber… Jusqu’à ce que d’autres le suivent dans la tombe. S’il ne savait pas précisément comment fonctionnait les équipages de Yonkou, le Fenice estimait que la réputation de vieillard grabataires d’Hadès n’avait peut-être pas été correctement estimée : à en croire l’apparence de son adversaire actuel, il avait peut-être affaire à son fils… Le vieux était-il désormais parfaitement incapable de mener sa propre flotte sur le champ de bataille ? Possible. La présence de Mijushike et l’inquiétude de Groogal semblaient en tout cas corroborer cette thèse : il n’y avait aucun ennemi plus dangereux que lui. Pas ici, en tout cas.



Mordre ? Putain, c’est pas ma came, ça.


Son haki de l’armement ? Inactif. Ou en chargement, plus précisément : l’espèce de brume agitée venait de réapparaître au niveau de ses deux poings, et elle commençait à tournoyer autour de ses avants-bras, s’y accumulant dans une vision des plus oniriques, que son opposant n’estimait peut-être pas justement en considérant la distance qui les séparait tout deux. Cela n’empêchait pas leurs provocations respectives de faire mouche… Et cela n’empêchait pas leurs carrures dantesques d’intervenir en un éclair. Lorsqu’une pierre fut projetée en direction de Mijushike, Nakata réagit en une seconde. Il savait qu’une telle opportunité ne reparaîtrait pas de si tôt… Mais il savait également qu’à la place du maître des chasseurs, il aurait eu toutes les peines du monde d’intercepter cette pierre avec aisance. La vitesse du projectile, sa précision, le haki qui le couvrait, tout était calculé et pensé par l’horreur qu’ils devaient combattre : et si un pugiliste pure souche doublé d’un zoan n’était pas en mesure d’interrompre facilement la course d’un tel projectile, un artiste doté d’un pinceau et monté sur le dos d’un dragon n’aurait absolument aucune chance d’y parvenir sans la moindre casse. Alors, l’ancien corsaire n’avait qu’une seule et unique chose à faire : s’assurer que la casse soit à son compte… Ses jambes purent se mouvoir à une allure affolante, et il se jeta littéralement sur la trajectoire de ce projectile farouche, lequel le traversa de part en part. Une effusion de sang s’envola pour retomber sur les rocailles sèches de cet îlot perdu, et, une pirouette plus tard, le zoan du Phoenix s’immobilisait face à l’ennemi, sourire aux lèvres… Buste impeccable. Les flammes bleues n’avaient besoin que d’un instant pour guérir d’une blessure de cet acabit. Il semblait n’avoir opposé aucune résistance au rocher… Et pourtant. En matière de haki, et malgré son jeune âge, le Fenice était un maître, et il ne savait que trop bien que le haki dont on recouvrait les objets avait tendance à se décharger sur le premier obstacle venu. En somme ? Ce n’était plus un caillou noir mais bel et bien banal qui fondait sur le chasseur de primes… Qui pourrait l’évincer en deux temps trois mouvements. Le majeur érigé, l’artiste offrit à son ennemi un sourire flamboyant, plus impertinent qu’il n’avait jamais pu l’être.



Moi, je suis la muselière. J’empêche les cabots de mordre… C’est ça, ce que je fais le mieux, tocard.





Alidia : changement de posture radical. Elle demeure sur la défensive et propose un dilemme à Branch : elle veut vérifier son comportement, et par conséquent les ordres qu’on a pu lui donner. Soit Branch la surveille, soit Branch attaque le Kibo, soit Branch bug : dans le premier cas elle tente de couler le navire de Synchrone, aidée par la tempête, dans le second elle tente d’intercepter le Pion histoire de le noyer, dans le troisième elle s’apprête à retourner sur le Kibo.

Damon aide Hiko à anticiper la menace qui plane sur lui. Hiko s’en débarrasse donc sans peine, et demande gentiment à la méchante de se rapprocher un peu histoire de combattre équitablement. =X

Ruthven surgit soudain des cales, et demande à Damon d’attaquer les ennemis. Je ne dis pas encore comment Damon réagit : surprise ! (En vrai ça dépend aussi du comportement des ennemis, et de la partie d’Alidia, c’est pour ça que je me mouille pas davantage pour ce poste-ci)

Côté Nak… on continue dans la provoc, pour pas changer ! Mais cette fois, Nak change de posture : il défend Mijushike en comprenant que c’est pour le moment à son avantage. Il veut en fait gagner du temps, car son haki de l’armement avancé est en cours de chargement. Et pour ça, un Mijushike entier, bah… C’est quand même bien mieux =X En bref : une pirouette, une blessure, et un caillou sans haki pour le chasseur. Et un taunt, comme d’hab !


Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 54673_s

Revenir en haut Aller en bas
Hinami Shinju

Hinami Shinju
Messages : 217
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue26/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (26/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue99/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (99/200)
Berrys: 100.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeSam 23 Mar - 12:39

L’île au secret
feat. TnS


Le jeune forban produisait sans interruption de la matière maudite sans que cela ne le fatigue outre mesure : les bienfaits de l'entrainement journalier de Damon se faisant enfin sentir sur les capacités du jeunot en terme d'endurance. Bientôt, la majeure partie du pont fut recouverte de la matière rose du cuistot et seuls ses amis et alliés bénéficieraient d'une zone de liberté, un petit diamètre autour de leur position où le bois seul soutenait encore leurs appuis.

La racaille arrivaient en masse mais par un habile duo, voire trio en compagnie du Docteur, les soldats ennemis ne revêtaient guerre plus que le statut peu enviable de "chair à canon" au sein des échanges entre les forces du Yonkou et celles du Phénix. Nook, jeune homme sans une grande expérience et aux rêves plein la tête, avait entendu de très nombreuses histoires sur le Nouveau Monde dont la dernière en date était probablement les avertissements de son capitaine avant de s'enfoncer vers les profondeurs en direction de l'île des Hommes-Poissons. Il venait d'y mettre les pieds et y avait déjà vu des monstres, parmi les plus puissants des lieux d'ailleurs.

Hades, méconnaissable ; Mijushike, qu'il ne connaissait pas plus d'un point de vue personnel ; tous ces lieutenants de légende, tout aussi inconnus au bataillon : des êtres à milles lieux de sa puissance actuels, des hommes et des femmes qui pouvaient le tuer d'un simple revers de main. Le gosse s'était fait une idée fixe selon laquelle il ne serait pas le moins du monde à sa place, que le moindre grouillot qui passait par là pourrait le défoncer en l'espace de quelques seconde, que le mec qui lavait les toilettes de l'équipage de n'importe quelque capitaine connu était capable d'abattre une flotte des Blues ou de GrandLine. Finalement, ces estimations apparurent comme légèrement surévaluées lorsque les hommes qui abordaient le Kibo tombaient sous leurs coups à lui et à la rouquine avec qui il partageait les fourneaux. Kari et Nook faisaient leur effet et semblaient suffisamment bons pour tenir tête à une bonne masse de gens : un pari impossible dans l'esprit du plus jeune des TnS avant d'arriver sur ces mers.

Se rassurant a minima de sa nullité relative, il rechargea une fois de plus ses armes et les pointa en direction de quelques futures victimes lorsqu'il entendit Damon crier à l'attention de Hiko. Son regard, vif et expérimenté par ses années de voyeurisme se porta rapidement sur la source de l'inquiétude du sabreur : une femme.... Merde... Une femme. Cara avait été un danger et il l'avait canardé, un épreuve pour lui qu'il avait pu surmonter par la violence des émotions, celle de voir Lara blessée. Mais maintenant c'était un autre problème. La colère passait à mesure que Lili s'affairait sur le corps de la faucheuse mais l'anxiété grandissait. Il regarda Hiko contrer mais connaissait son ami botaniste et médecin, ce balourd ne combattait pas à distance, pas lui.

Repensant au corps meurtri de sa chère et tendre, le Yamaka ne put que combattre ses démons, son amour des femmes et la volonté de toutes les protéger car, au final, il devait en protéger une plus que les autres.

La laine au sol tout autour de lui se mit à danser à former plusieurs bras de laine qui ne dépassèrent pas le mètre cinquante, cinq d'entre eux entourant le Nook pour qu'il puisse se défendre sur les indications de Damon en cas d'assaut surprise. Pour le reste, et plus par dépit que par volonté profonde, les bras du tireur d'élite s'animèrent d'eux-mêmes.

- Pardonne moi.


Ses deux armes levés, Nook appuya sur les eux gâchettes, libérant deux balles directement tirés en direction de la lanceuse d'aiguille debout sur le mât. Hiko pourrait être un soutien titanesque au sol et au corps à corps, un partenaire de duo parfait pour Kari. Quant à lui, s'il pouvait assister en distance, son domaine de prédilection, il ne pouvait le refuser à ses alliés.

©️ Codé par Kari Crown


Nook attaque la lanceuse d'aiguilles et prévoit une protection au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 655
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue29/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (29/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeSam 23 Mar - 18:54

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Black Dahlia - Hollywood Undead

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
Il était parti en un claquement de doigt. La silhouette de Ruthven disparut brusquement du champ de vision de la femme-poisson. Au sein du reste de la troupe, il n’y eut même pas un moment de flottement : le temps leur était bien trop précieux en cet instant pour s’octroyer une seule seconde de répit, même pour douter. Alors ils continuèrent encore et toujours les mêmes mouvements : charger et tirer.

Au-dessus de leurs têtes, le pont était déjà envahi. Les navires pirates déversaient leurs flots d’équipages à bord du Kibo. Et eux, des canons, tentaient, à défaut de pouvoir stopper, d’atténuer ce flux.
- On n’y arrivera jamais, finit par grogner l’ancien chasseur de primes.
Et il avait sans doute raison. La petite équipe formée sur le tas n’était pas la plus douée pour jouer les canonniers. Il avait eu l’occasion d’observer des hommes beaucoup plus expérimentés qu’eux, plus rapides, plus précis, et somme toute plus efficaces.
- Non. Mais on n’a pas le choix.
Le ton employé par Molly avait été on ne peut plus tranchant. Elle était têtue et avait décidé qu’aucun prétexte ne les ferait arrêter la tâche qu’on leur avait assignée. Elle ne verrait pas un autre équipage auquel elle appartenait être détruit.
- Il n’est pas question qu’on perde.
L’œil du Crown se posa sur le désormais second homme du groupe. Celui-ci semblait serrer les dents, le regard rivé sur ce que pointait la gueule béante de son canon. Il n’était pas question que tout s’arrête maintenant, pas après retrouvé un semblant de compagnie. Non, il ne ferait pas l’erreur de perdre une seconde fois face à un Empereur.

La première fois, il avait été trahi. Par tous ceux qu’il aimait, tous ceux avec qui il avait partagé ses aventures : ses camarades de fortune et d’infortune, ses compagnons de route. Ceux-là avaient préféré aller servir Erika Orato, en laissant Pat seul et sa confiance à jamais brisée. La deuxième fois n’arriverait pas, de n’importe quelle façon que ce soit.

La tempête qui s’abattait sur le champ de bataille paraissait aussi emporter ces quelques âmes dans son tourbillon, mais elle semblait également leur insuffler une hargne ardente.

(>°-°)>

Sur deux de ses lames glissaient quelques gouttes de liquide carmin. Le duo de choc formé avec Nook faisait encore des siennes, à croire que leur synergie fonctionnait plutôt bien depuis leur première rencontre.

Kari taillait, tranchait, coupait tout ce qui pouvait être à sa portée. Et elle avait de quoi faire. Un rapide coup d’œil sur le fond de son environnement lui permit de remarquer les silhouettes massées aux abords de leurs navires, prêtes à sauter sur le Kibo dès qu’il y aurait de la place pour elles. Une vraie bande de charognards…

La Crown ne s’éloignait jamais trop du Yamaka, essayant toujours d’être à proximité, au cas où. Il serait sans doute prompt à réagir, aussi bien avec ses pistolets qu’avec sa malédiction.

Si la manieuse de dagues arrivait à faire un certain ménage parmi les pirates d’Hadès Tenryon présents sur le navire des Tengoku no Seigi, ils continuaient hélas d’arriver comme une véritable meute assoiffée de sang.

La tempête qui faisait rage sur le champ de bataille n’aidait pas non plus. Chaque éclair qui pouvait tomber plus ou moins proche générait une tension supplémentaire sur la rouquine, qui s’efforçait d’être sur ses gardes. Chaque bruit, chaque mouvement, chaque lueur ou chaque impact pouvait se révéler être une attaque.

Ils devaient en dégager le plus possible rapidement. Et tandis qu’une partie du reste de l’équipage devait désormais s’occuper d’un nouvel arrivant armé d’aiguilles, ou plutôt une nouvelle arrivante, Kari opta pour une attaque avec plus d’ampleur.

Elle stabilisa sa main droite à presque hauteur de poitrine, lame sur le côté, et sembla se mettre en garde de la main gauche. Et elle avança, tentant de faire quelques pas en avant, en amorçant un geste horizontal de la main droite, essayant de se libérer de ce qui pouvait se mettre en travers de son chemin de la main gauche. Son pas devrait lui permettre d’accompagner le mouvement de sa lame, pour générer une lame d’air horizontale aussi grande que son déplacement. De quoi, si rien ne l’interrompait, nettoyer plusieurs ennemis à la fois… et peut-être éclaircir, l’espace d’un instant, le pont du Kibo no Felicity.
Codé par Kari Crown



Du côté des pnjs > surprise, ils continuent de tirer.

Du côté de Kari > elle tranche/taillade ce qu'elle peut dans la continuité de mon précédent poste. Puis, voyant qu'il y a toujours du monde pour aborder le Kibo malgré le ménage entrepris, elle tente de créer une longue lame d'air horizontale en se déplaçant, tout en écartant de l'autre main ce qui pourrait entraver son passage, histoire de nettoyer un peu plus le pont.

Techniques:
 

PNJs :
Aldero Crown, lvl 21
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 28
Molly, lvl 25
Pat, lvl 24

_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1633

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeMer 3 Avr - 0:10




L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1552341754-serge-mansonL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1551126508-enora

Manson, Serge, Enora « La Sage »

La tension commença à grimper, lentement, jusqu'à la culmination d'une folie que peu soupçonnaient avoir autant d'impact. Bientôt, l'interjection virulente de Lawrence força tous les interlocuteurs au silence, alors qu'Enora adoptait instinctivement un pas de recul comme seule motion salvatrice. Elle l'observa longuement, tout comme Manson qui ne savait que faire, ne comprenant plus la situation. Le comportement de cet homme n'avait aucune logique : il était erratique, imprévisible. Fou. Il commença à envisager l'éventualité de le tuer, de laisser son corps froid retomber sur le plancher de son navire tout en acceptant la fatalité qui incombait aux siens : un combat à mort qui n'avait pas été prévu pour être gagné. De son côté, Serge ne laissa pas de place au doute et fonça immédiatement sur le forban alors que son corps se crispait et fixait les étoiles de cette nuit pleine de sang.

- Serge, non !
- Crève !
- Reculez tous !

La dernière fois, celle de la pirate, avait été immédiatement suivie d'un début de retraite de la part de ses suivants. Elle semblait comprendre ce qui allait advenir : elle se trompait. Elle n'avait perçu qu'une infime étincelle du mal qui rongeait l'âme du Edward, qu'une particule de la colère qu'il s'apprêtait à laisser exploser. Elle connaissait à peine assez bien ses capacités pour savoir que ce serait virulent, rapide, sans bavure : c'était précisément pour la beauté morbide de son travail à Powder Island qu'il avait été sorti de sa geôle. Pourtant, un frisson froid parcourut le corps de la Sage lorsqu'elle effectua une ultime réalisation, la voix du Supernova perçant faiblement les airs dans une affirmation glaciale.

L'explosion fut d'une puissance telle qu'elle percuta l'ensemble du champ de bataille de son son éreintant et chaotique. Les flammes enveloppèrent tout sur des centaines de mètres à la ronde : tous disparurent dans l'éclat de rage du pirate, dans sa perte de raison. Les navires, indépendamment des couleurs qu'ils portaient fièrement, furent tous happés sans merci dans un diamètre titanesque. Des voix s'éteignirent en masse, d'autres poussèrent un cri qui se changerait en agonie longue et cruelle, tandis que les carcasses coulaient alors que les éclats de bois volaient encore dans l'enfer. Pirates, chasseurs de primes... Enora, Serge, Manson. Lawrence ne fit aucune distinction et il s'offrit le luxe qu'il recherchait : celui d'un silence plat autour de lui. Mais pas pour longtemps... car bientôt, alors que les râles de douleur des survivants viendraient lui poinçonner la tête, il comprendrait que le silence ne viendrait pas.

Tout ce qui viendrait, ce serait le sang sur ses mains, alors qu'il chuterait vers l'océan.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1547675709-branch

Branch


L'abandon de ses armes de la femme-loutre fut une action fort secoureuse, qui lui permis de s'en tirer indemne et sans contre-attaque. L'homme-arbre, de son côté, se jeta sur elle alors qu'elle quittait le navire, jusqu'à ce qu'elle tombe dans l'eau. Il la chercha quelques instants du regard, avant de reculer lentement jusqu'au centre du navire en ruine, là où le corps inanimé de Synchrone continuait de maculer le sol du sang qui avait coulé de sa blessure. Observant le Décima, le pion resta immobile un instant, avant de procéder à une autre action : il tira sur lui l'un de ses rayons violets, qui allait le stabiliser et empêcher son traumas de s'aggraver davantage. Il se plaça ensuite à côté de lui, immobile, non sans observer autour de lui si une autre menace devait surgir. Il semblait cependant avoir mis de côté le combat contre son adversaire, se concentrant sur la proximité avec le maître qui lui avait été donné. Il cessa alors une partie de l'utilisation de son fruit.

Sur le navire des Tengoku no Seigi, le sang gicla d'une multitude de blessures sur le corps de Cara Lroft, alors que certains de ses os se rompaient. Inconsciente, la demoiselle n'esquissa pas le moindre son. Elle cessa de respirer.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1552340828-umi-no-kiba

Umi no Kiba : Akai, Bara, Aoi, Ki

- Tu peux toujours essayer, tu sais.

Un petit souffle rieur marqua la fin de cette phrase, avant que deux coups de feu ne partent en sa direction. Elle laissa son sourire planait tandis qu'elle descendait rapidement du mât, indemne. Elle se réceptionna délicatement, laissant ses yeux traîner sur son adversaire, sans perdre de vue celui qui semblait l'avoir prévenu de sa présence ainsi que celui qui l'avait prise pour cible. Des capacités extra-sensorielles, ou un fluide ? Elle ne pouvait pas en être sûre et cela la taraudait pour le premier : pour le deuxième, elle ne laissa pas planer longtemps la question. Heureusement, elle n'était pas seule. Tandis qu'elle s'approchait de Hiko sensuellement, d'autres forbans montèrent à bord. Des têtes d'affiche apparaissaient dans le fond du décor, en un nombre qui aurait du mettre la puce à l'oreille des pirates nouveaux venus depuis un moment : ils étaient très, très loin d'être dans une position sereine. Bientôt, ils crouleraient sous le poids des assauts. Le fer de lance de leur arrivée s'était éparpillé sur des champs de batailles qui n'allaient pas se terminer de si tôt. Ils étaient livrés à eux mêmes... au moins jusqu'à ce que les chasseurs de prime, en sous-nombre, ne viennent les épauler.

Elle jeta un rapide regard au bastingage : ils s'approchaient. Elle persifla. Cela était loin de ressembler à un travail propre... tant pis. Souriant au médecin, elle trouva dommage de faire ce qu'elle devait faire. Il était bel homme, bien bâti. Quel gâchis. D'une impulsion, elle fila vers lui en lançant une première fournée d'aiguille, avant de se repositionner. Elle tournait autour de lui tout en gardant une distance raisonnable, avant de tirer une nouvelle fois, et ainsi de suite. Jusqu'au moment où elle se jeta à sa rencontre dans un temps mort.

De son côté, Damon aurait droit à une nouvelle plâtrée de visiteurs, qui ne s'embêteraient certainement pas à lui faire le plaisir de s'aligner bêtement : chaque coin du navire exploitable serait utilisé pour les faire venir, telle une masse grouillante qui se jetterait en sa direction avec la seule et unique intention d'attenter à sa vie. L'avantage du nombre et l'absence du Phoenix donnait des ailes aux boucaniers qui, de toute manière, craignaient bien plus la colère de Hadès que celle d'un Nébula, aussi fort fut-il. Puis, alors qu'ils tenteraient de le noyer dans leur assaut, alors qu'Hiko serait pris par sa nouvelle compagne, alors que le navire tanguerait légèrement, un tangage ressenti principalement par les canoniers, ce serait au tour de Ruthven de subir les conséquences de son imprudence.

Apparaissant dans son dos, non loin de la Crown et du Yamaka, la silhouette jaune de Ki s'empresserait de lui enfoncer une dague en pleine nuque, sans chercher à faire dans la fioriture. Elle n'était pas là pour combattre dignement ou faire preuve d'honneur : elle était là pour faire ce qu'on lui demandait de faire et, en l'occurrence, il s'agissait de réduire au silence quiconque elle pourrait prendre en charge dans cet équipage gênant...

Les pirates, pendant ce temps, continueraient d'affluer en direction de Kari, de Nook, et de toute personne pouvant faire office de cible sur le pont du Kibo no Felicity et cela malgré les tentatives de plus en plus ardentes de débarrasser la zone d'un maximum de sous-fifres. Car c'était là ce qu'ils affrontaient : du menu-fretin, des soldats, du grouillot. Le grouillot du Nouveau Monde, certes : mais ils pouvaient désormais percevoir la toute difficulté de l'aventure qui les attendait. Car lorsque les plus gros poissons arriveraient, même le flegme du médecin de l'équipage et le sérieux du bras gauche risquaient de s'effondrer...

Au large, des coups de feu commenceraient cependant à pilonner sèchement les forbans envahisseurs. De vieux ennemis se recroiseraient et recroiseraient le fer, de nouveaux antagonistes feraient leur apparition. Les pirates étaient au beau milieu d'une hécatombe dont ils risquaient d'être les premiers à faire les frais.

Encore plus loin, une terrible explosion qui étala sa ses couleurs voraces d'incendie à l'appétit sans fond emporta des centaines d'âmes dans son sillage, secouant l'océan alors que les corps s'entrechoquaient et que les lames crissaient dans d'ultimes tentatives de survie.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1547761707-ragnarock-et-jormungand
Ragnarock, Jormungand

- Accrochez-vous.

Déployant toute la force de sa malédiction, le terrible second du plus vieil Empereur engloba une grande partie de la première ligne dans son effort. Rapidement, des navires sortirent de l'eau, entraînés vers les étoiles par une attraction terrestre qui s'absentait de façon surnaturelle, alors que l'épéiste silencieux demeurait parfaitement stoïque. En face d'eux, à quelques minutes d'être à portée de la lame éthérée du sabreur de renom, le canon électrique du galion du leader de l'Alliance voyait sa gueule carnassière se doter d'un bleu électrique. Il trembla, tout comme l'intégralité du navire, alors que l'assaut partait pour la première fois de la bataille à sa puissance réelle et entière : le tir dantesque traversa l'océan avec encore plus de vitesse qu'Hadès lui même, dans une ligne droite qui ne laissait aucun doute quant à sa destination. Tout ce qui se trouvait sur sa route fut soit carbonisé, soit réduit en miettes. Le gigantesque monstre de métal et de bois qu'était le vaisseau de la Triade tangua sèchement alors que sa coque se perçait, se crevait sous la force du coup, sans rendre les armes pour autant. Les pertes étaient énormes : Ragnarock serra les dents et plissa les yeux. C'était là le tribut de la guerre... ils ne mourraient pas en vain. Bientôt, Jormungand serait à portée de cette machinerie démoniaque. S'il mettait autant de temps à charger que la dernière fois, alors ils n'avaient pas besoin de pêcher d'orgueil. À cet instant, les chasseurs de prime abandonneraient leurs espoirs futiles. La technologie savamment utilisée jusque là ne les sauverait pas de l'enfer qui allait s'abattre sur eux. La déflagration terrible qui emporta une partie du flanc Est le laissa songeur, mais il se concentra rapidement sur la tâche qui lui incombait.

Pour l'heure, les survivants qui devaient leur salut à l'homme de confiance du Yonkou devraient se réorganiser, retrouver leurs esprits et repartir à l'attaque. Dans cette optique, les caravelles, galions et frégates descendirent à nouveau sur la mer pour y retrouver le contact de l'océan, alors que l'impact final se préparait. Observant une forme dans son dos, qui était jusque là restée bêtement en attente, le maudit de la pesanteur observa les effusions de lumière qui se jouaient, plus loin, ainsi que l'agglomération de leurs navires sur les maudits suivants du Fenice. Ils allaient leur faire perdre un temps précieux... et Agrid, si ce dernier continuait de se comporter comme un adolescent frustré. Il ne comprenait pas l'intérêt que portait son capitaine à ce jeune entêté, outre sa puissance qui était effectivement louable. Enfin. Ce n'était pas de son ressors.

- Vas-y et réduis les en poussière.

Une respiration lourde marqua une première réponse, tandis que le quinquagénaire fustigeait d'un regard sévère la masse dans son dos. Il connaissait ce soupir de refus bref et agaçant. Il avait été un garde du corps pendant si longtemps qu'il n'aimait plus agir seul : pourtant, force était de constater que son Empereur n'avait plus besoin d'être protégé. Plus autant qu'avant, en tout cas.

- C'est un ordre.

Un nouveau souffle inarticulé, plus véhément, marqua l'acceptation. Puis la lourdeur de la carcasse s'extirpa du navire dans une suite de pas lourds, suivis d'un premier bond. Il était en route... bien.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1542749869-groogal

Groogal Madoka


Un coup d'aile judicieux lui permit non seulement d'esquiver une batterie de canons qui le prenait pour cible, mais elle le décala également de l'assaut fabuleux de la flotte des chasseurs de prime. Prenant une seconde pour observer son environnement, la Vouivre détailla les forces en présence : l'Alliance perdait du terrain. Certes, elle rognait sèchement dans les navires pirates, mais elle régressait, petit à petit. Les canons électriques n'étaient plus suffisants, maintenant que les monstres de puissance qui composaient la flotte du Yonkou étaient en mesure de répondre. Les Pacifista continuaient de combattre inlassablement, mais ils ne pouvaient retenir qu'une partie relativement infime des forces déployées. Mijushike se battait, loin de là... et le Kibo était en proie à la mort planante qui souhaitait enserrer ses doigts osseux autour de chaque nuque à bord. Il hésita un instant lorsque la déflagration provoquée par Lawrence retentit dans les airs, et un boulet de canon percuta son aile, le forçant à un petit planage pour retrouver l'équilibre. Le navire de la Triade arma son canon une nouvelle fois et, cette fois, il se jeta à sa rencontre.

Profitant de la panique instillée par l'impact colossal de l'éclair technologique d'un peu plus tôt, il adopta une forme bien plus adaptée : son corps s'élança, ses ailes s'allongèrent et s'affinèrent et il retrouva une forme humanoïde tandis que la vitesse dont il était capable augmentait de façon prodigieuse. Filant vers le canon, il parvint à y asséner un coup de pied qui le heurta si durement qu'il le désaxa sèchement, les gonds sautant de la structure métallique tandis qu'elle pointait désormais vers le vide. L'instant d'après, il se recouvrit cependant d'une multitude d'écailles qui l'alourdirent et adopta une posture défensive, parant un coup qui n'était pas encore arrivé : il serra les dents alors que son corps s'envolait sur le pont démesurément grand du titan de la Triade, percutant le bois à plusieurs reprises. Lorsqu'il se récupéra finalement, il sentit l'air siffler non loin de lui et se baissa franchement, laissant le scintillement d'une lame éclairer son regard l'espace d'un instant alors que son ennemie se réceptionnait habilement non loin.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1554237839-betelgeuseL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1554237839-barbaros
Betelgeuse Quing, Barbaros


Qui étaient ces gens ? Il n'en avait pas la moindre idée, pour la simple et bonne raison qu'ils étaient restés dans l'ombre pendant si longtemps qu'on ne leur avait jamais donné la moindre prime, qu'on ne leur avait jamais offerte la moindre once de gloire aussi triste fut-elle dans les journaux... que même lui, le chasseur de prime le plus vieux et expérimenté de son ère, ne les avait pas rencontrés. La demoiselle équipa de nouveau sa lame, tandis que l'homme, un sourire mesquin aux lèvres, tâtait fébrilement du doigt deux épées courtes. Autant d'acier... c'était mauvais. Le coup qu'il lui avait porté, s'il n'avait pas transpercé sa carapace, n'avait pas manqué de le propulser allègrement en arrière. Ils étaient forts... tous les deux. Il soupira alors que les deux hors-la-loi se rapprochaient en décrivant une ronde autour de lui. Même dans un avantage comme le leur, se jeter aveuglément sur une légende comme Groogal Madoka relevait de l'inconscience.

Alors qu'ils progressaient vers lui, un sourire triste s'afficha sur ses traits, alors qu'ils adoptaient peu à peu une forme draconique bien plus marquée : d'un rugissement puissant qui retentit sur tout le champ de bataille, il lança une unique supplique au ciel, avant que ses adversaires ne fondent sur lui. Ce combat serait peut-être le dernier.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1547759806-agrid

Agrid Maslow Jr.


Qu'est-ce qu'il foutait ? Il fonçait sur lui, et lui le remerciait ? Il allait subir toute l'étendue de son animosité et pourtant, il semblait... heureux ? Serrant les dents, Agrid interpréta faussement ce comportement comme une bravade. Ou le fit-il vraiment ? Peut-être que c'était l'humilité de cet homme, pourtant capable de l'affronter, qui le criblait d'agacement ? Il avait en face de lui un épéiste aux pouvoirs prodigieux, qui aurait pu trouver sa place dans les plus grandes flottes de ce monde. Pourtant, il continuait d'agir comme s'il n'était qu'un passant, un lambda, un individu sans valeur aucune autre que sa propre vie... cette respiration qui continuait d'animer sa poitrine. Il le remerciait de lui offrir l'excitation d'un vrai combat, l'ardeur de l'échange entre deux hommes prêts à se sauter à la gorge pour s'arracher la carotide.

- TU PARLES TROP !

Comme si son vœu sous-jacent avait été exécuté, une myriade de flèches de lumière s'abattit sur lui alors qu'il fonçait. Il en esquiva une partie, en para une autre de ses bras recouverts de Haki de l'armement, mais certains impacts se gravèrent dans sa chair. Les brûlures cautérisèrent rapidement les plaies, qui deviendraient les stigmates de cette expérience vivifiante. Se rapprochant du lumineux avec une animosité sauvage, le commandant de la flotte de Hadès aux cheveux bleutés poussa un rugissement guerrier avant de se baisser pour esquiver le rayon qui se perdit dans le lointain, éventrant un navire en deux. Chaque nouveau mouvement des protagonistes provoquait son lot de dégâts et, déjà, les pirates s'étaient majoritairement retirés dans les lieux les plus sûrs à leur disposition pour survivre à cette folie.

Alors, il vit la nouvelle attaque du sabreur. Rapide, précise, puissante. Il se rendit compte qu'il était au pied du mur, car malgré son Haki de l'observation, le sabreur le prenait de vitesse et parvenait à le pousser à la faute. La faute ? Pas exactement. Il pouvait parer cette attaque. Difficilement, certes : cela l'enverrait certainement paître ailleurs dans la flotte... mais il s'en sortirait relativement indemne, si l'on considérait la force du coup. Mais s'il faisait cela, il ne pouvait pas attaquer... et il s'était élancé avec trop de volonté pour annuler son mouvement. D'un coup de poing recouvert de Haki de l'armement, il ragea et balança sa main vers l'épaule la plus proche de l'épéiste, l'impactant avec force avant que son épée ne se fraie un chemin sous ses côtes. La plaque de Haki qu'il déploya remplit son office, à première vue : l'impact initial le balança à plusieurs navires de là... tandis que l'épée, elle, continuait de trancher en arc de cercle. Finalement, ce fut l'extrémité extérieure qui passa sa défense, dans une giclée de sang qui provoqua un râle de douleur.

Il s'encastra dans la cabine d'un navire, avant de se redresser en grommelant. Du sang quitta ses lèvres et il observa le liquide carmin dans ses mains avec une fureur renouvelée. Une fureur, mêlée au plaisir de ressentir pareil défi, pareille souffrance liée au passage d'un obstacle. Il était sérieux, alors ? Il envoyait vraiment tout ce qu'il avait ? Il rit, il éclata de rire follement, alors que sa main se portait à son flanc qui saignait encore. Ils étaient tous les deux blessés, mais ils n'abandonneraient pas le combat, pas maintenant. Il s'extirpa des débris et prit une grande bouffée d'air.

- KYOOOOSHIIIROOOOOO !

Ses pieds s'enfoncèrent dans le plancher du navire qui l'avait accueillit et il décolla avec une force telle qu'il fit presque dévier l'embarcation de quelques mètres, l'amenant quasiment à s'enfoncer dans un autre navire non loin. Il fila au travers des airs, avec un seul but : retourner à l'affrontement, un sourire carnassier aux lèvres, une force trépidante en lui. Les bonnes choses avaient tendance à passer très vite et il le savait : malgré leur puissance respective, ils ne combattraient pas longtemps à un tel rythme. Ils étaient tous les deux trop fougueux, trop ardents, trop prêts à sacrifier d'eux-mêmes pour atteindre la victoire. Son pouvoir en était la parfaite représentation... et bientôt, il ferait goûter au sabreur la toute étendue de la douleur qui incombait à ceux qui voulaient arriver au sommet de la Piraterie.

Il ne fit même pas attention à l'explosion qui rasa une partie du flanc Est de la flotte des chasseurs de prime, ni à tous les navires pirates qu'elle emmena avec elle.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1547761707-hadesL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1542050781-mijushike

Hadès Tenryon, Mijushike Hojo


Son attaque se perdit dans le vide, déjouée aisément par un Mijushike qui avait profité de l'impact initial avec le corps de ce Phénix à la vantardise sans borne. Hadès ne savait pas exactement sur quel pied danser : devait-il rire de la stupidité de ce jeune coq, ou s'agacer d'une pareille effronterie ? Les deux étaient possibles, mais il finalement d'opter pour une simple ignorance de ses bravades. Le temps dévoilerait bien assez tôt l'unique vérité : ils ne gagneraient pas. Il allait les pulvériser, même s'ils tenaient des heures, des jours entiers. Sa flotte allait renverser celle qui lui faisait barrage et, bientôt, Mijushike n'aurait plus que ses yeux pour pleurer la sienne. Était-ce un excès d'assurance ? Un regain de la confiance effrontée de la jeunesse ? Peut-être. Après tout, il avait attaqué de front, concentrant la puissance de son armada au lieu de la disséminer. Il s'était jeté dans la bataille, directement sur le Hojo, au lieu de le pousser à le rejoindre dans la carcasse fumante de ses navires laissés sans défenses convenables. Mais en cet instant, son cœur battait d'une véritable force, d'un souffle nouveau. Un souffle qu'il allait utiliser pour faire taire ce plaisantin.

- Tes pitreries ne fourvoient personne, jeune homme. À moins que tu ne les récites pour tromper tes inquiétudes ?

Un sourire se dessina sur son visage alors qu'il scannait le champ de bataille, aussi loin que cela lui était possible. Il n'était pas un grand manipulateur du fluide perceptif : au contraire, c'était même une capacité qu'il avait tendance à délaisser, si l'on le comparait à ses homologues impériaux. Pourtant, il était tout à fait capable de ressentir ce qui se passait à plusieurs centaines de mètres de là... et la situation était tout sauf rassurante pour ce capitaine, s'il tenait réellement à ses compagnons. Aujourd'hui, il allait apprendre que sa force ne sauverait éternellement qu'une personne : lui même. Tandis qu'une explosion terrible retentissait à l'horizon, le Tueur de Yonkou se figea rapidement, avant de scanner à son tour cette partie de la flotte qui était encore à portée : ce qu'il apprit le soulagea et le rendit tout à la fois très anxieux.

- Si jeunes. Quel gâchis.
- Allez, finissons-en, Hadès !

La voix de Mijushike avait tonné dans le ciel, alors qu'il pointait ses deux bras en direction du Yonkou dans une série de cliquètements. De longues chaînes de munitions dansaient autour de lui alors qu'il pointait des deux bras le pugiliste, dotés de canons que le Cabunk lui avait présenté un peu plus tôt. Il avait été capable de les reproduire et, désormais, il comptait les utiliser. Le calcul était simple : cette pluie de projectiles ne cesserait d'inquiéter le vieux martialiste, tandis que le Fenice pourrait la supporter avec brio tout en se jetant sans cesse sur son vis-à-vis. En d'autres termes ? Il pourrait lui apporter un soutien fort appréciable, bien que dangereux, en espérant qu'ils puissent tenir à distance l'Empereur et le pousser au moins à la retraite.

En cet instant, la victoire lui importait moins que la sauvegarde de la seule chose qui serait éternellement sienne.

Le roulement des batteries s'enclencha et, dans un déluge de feu et d'acier, les balles fusèrent jusqu'à un Hadès qui dansait au travers du rideau meurtrier. De son côté, le Dragon sembla faire demi-tour, s'en retournant vers la flotte. Il était trop gros pour être utile ici, d'autant plus qu'il risquait d'être frappé par la foudre à tout moment : il avait une mission pour lui, une mission qu'il pourrait peut-être remplir avec brio... ou dans laquelle il échouerait tristement. Dans un cas comme dans l'autre, il ne pouvait rien faire de plus dans l'immédiat. De son côté, l'Empereur pirate avait un objectif très simple : attendre la première erreur, la première perte de concentration, pour dévoiler ce dont il était capable.

L'échauffement était fini.




Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Edward explose et balaie tout sur un diamètre de cinq cent mètres, toute loyauté confondue. Il chute ensuite vers l'océan.
  • Branch s'en retourne du côté de Synchrone, tout bêtement. Il utilise ensuite son fruit sur lui, étant dans de bonnes conditions pour le faire, les ennemis s'étant éloignés. Il cesse ensuite de l'utiliser sur lui même, encaissant avec une aisance relative ses blessures du fait de son anatomie végétale. Il cesse aussi de l'utiliser sur Cara qui, elle, cesse de respirer et entre dans un état réellement critique.
  • Bon, sur le navire c'est pas la joie. Akai esquive les tirs de Nook avant de se laisser tomber sur le pont, où elle tourne autour de Hiko tout en balançant des aiguilles avant de foncer sur lui. Les pirates floodent à nouveau le navire, plus nombreux cette fois, se focalisant pour beaucoup sur Damon (mais vous êtes tous concernés). Alors qu'ils attaquent Damon, Ruthven se fait attaquer par Ki qui cherche simplement à le tuer, non loin de Kari et Nook. Bara et Aoi restent introuvables, car cela dépend de la réaction de Damon, ainsi que de Kari et Nook. Le navire tangue également une première fois. Je ne vous cache pas que là, ça va plus être une question de limiter la casse que de l'empêcher, sauf si vous me surprenez, bien sûr !
  • Ragnarock soulève la première ligne de la flotte, qui esquive le trait tiré par le canon électrique de Mijushike. Ce qui est derrière, par contre, se fait principalement carboniser. Le navire de la Triade prend très cher mais ne coule pas.
  • Groogal prend ses distances du navire de la Triade lorsque ce dernier est frappé par le canon électrique. Il revient cependant à la charge, mais se heurte à une défense farouche de Betelgeuse et Barbaros, non sans endommager le canon principal. Il hurle ensuite, un rugissement très puissant et audible par tous.
  • Agrid se défend comme il peut, encaissant certaines attaques. Il frappe Kyoshiro à l'épaule, décidant d'encaisser (avec l'aide de son Haki) l'attaque puissante réalisée par le sabreur qui occasionne de nombreux dégâts dans la flotte de Hadès. Repoussé sur plusieurs navires, il semble prêt à continuer la danse, même si cela ne l'a pas laissé indifférent !
  • Hadès répond simplement. Mijushike passe en mode agressif avec deux gantelets gatling (car c'est cool, et je vous emmerde) et renvoie le dragon vers la flotte. Hadès esquive pour l'heure la pluie de balles, il a fini de s'échauffer.
  • Vous voyez tous l'explosion de Ed', vous entendez tous le rugissement de Groogy.



Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement.
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu.
Tégée Deimos est lvl ??
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - état inconnu ?
Serge est lvl 32 - état inconnu ?

Navire TNS :
Les pirates arrivant sont lvl 20-25 (ça commence à flooder un peu)
Akai est lvl 38.
Bara est lvl ??.
Aoi est lvl ??.
Ki est lvl 31.

Sous l'eau et face aux Nebula (toujours) :
Les Pacifista X-Edition sont lvl 45.
> un contre Cruella.
> un contre Le Remorqueur et Long Rive.
> un contre l'équipage de Mevin Domo.
> deux contre les forbans et hors-la-loi accompagnant l'équipage de Mendela.

Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)
Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000) - Mourante.

Navire de la Triade :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Quing Beltegeuse est niveau 48 - (/)
Barbaros est niveau 48 - (/)

Du côté d'Edward :
Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000)
Enora est niveau ??? (30.000.000) - état inconnu ?
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 467
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Pirates d'Hadès le Yonkou

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue35/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (35/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue221/250L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (221/250)
Berrys: 338.296.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeJeu 4 Avr - 16:43







Début 1506 ~ Quelque part sur le Nouveau Monde






Et puis, le silence fut.

Alors, mes yeux s’ouvrirent sur un monde nouveau, plus léger et plus agréable à côtoyer, comme s’il s’était délesté de tous ses tourments. Les tumultes des batailles et de toutes ces guerres chargées de destruction n’avaient plus lieu d’être. Non, bien au contraire, c’était une douce accalmie libératrice qui faisait alors virevolter mon âme.

Le calme après la tempête.

Et j’avais appris à savourer ces rares instants où je me sentais libéré de toutes mes entraves, mais qui ne duraient jamais bien longtemps. Mes pensées redevenaient claires, mes émotions recouvraient leur quiétude originelle et mes véritables objectifs refaisaient surface.

Pourtant, il y avait toujours ces ombres qui venaient noircir le tableau : des bribes de cette réalité que je n’avais de cesse de fuir tant elle assombrissait mon cœur et mon âme. Je fermai les yeux, et me laissai envahir par des torrents de pensées, aussi limpides que tranchants de vérité. Comme à la fin de chaque rêve, il allait falloir faire face à la réalité.

Le plan avait été un échec.

Ce douloureux constat s’insinua jusqu’au plus profond de mon être, semant sur son passage un profond désarroi et une insidieuse amertume. Je voulus pester, crier, me débattre et réfuter cette finalité, mais il était déjà trop tard.

Le plan avait été un échec.

« J’t’explique le plan. On rapplique, Mendy te prend sur le navire, tu l’exploses, tu passes au suivant avec lui. Il ne subira pas ton explosion, d’accord ? »

Les paroles de la pirate résonnèrent dans ma tête. Les mots martelaient douloureusement mon âme tels une pluie de couteaux. Ils m’avaient pourtant affirmé que tout serait simple, qu’il n’y aurait pas lieu de réfléchir… Et puis, le destin nous séparâmes et je fus isolé de tous mes alliés pirates. Seul contre tous. Et seul contre moi-même.

Je n’avais jamais voulu prendre part à cette guerre.

Et puis, je fus encerclé par une horde de ces immondes chasseurs de prime, ces ennemis de la liberté. Sans doute étais-je supposé prendre les armes et me jeter à corps perdu dans cette bataille afin d’alimenter davantage cette guerre insensée. Alors, je refusai de me soumettre et de piétiner mes propres convictions. Je décidai donc de stopper cette guerre en trahissant mes alliés pirates.

Un sourire vint fendre mon faciès.

Refuser de prendre les armes et rejoindre la cause des chasseurs de prime. Dès lors, j’aurais pu convaincre mes nouveaux compagnons d’armes de nous éloigner du champ de bataille et nous rapprocher du navire du chasseur de Yonkou. Et ainsi m’octroyer l’opportunité de couler le navire amiral de la flotte ennemie et mettre un terme à cette guerre.

Mais il avait fallu qu’Enora et les siens viennent enrayer mes machinations. Quel gâchis ! Je pestai. Si près du but…

Des frissons parcoururent mon corps alors que je regagnais peu à peu le monde réel et que continuait mon inlassable chute vers les abysses. Mais bientôt, Sinclair et Alois viendraient me secourir. C’étaient les ordres qu’ils avaient reçus. Mon faciès se crispa alors que la surface azurée se rapprochait dangereusement.

Il ne me restait plus qu’à déployer mes ailes, une nouvelle fois.



______________________






_________________
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 597921Signature


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15029
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeVen 5 Avr - 21:46

img_rp
A Light to burn all the Empires,
So bright the Sun is ashamed.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent



Tu ne devrais pas faire ça. C'est l'Empereur qui t'effraye ? Si tel est le cas... Tu devrais nous rejoindre. Notre capitaine n'est pas n'importe qui...


Elle était véloce. Plus que lui, a priori. Ils n'étaient pas faits pour s'affronter, et cela agaçait le botaniste qui se débarrassa des premières nuées d'aiguilles en jouant de la largeur de sa hache. Il ne lui était pas difficile d'éloigner une poignée de projectiles d'un coup d'un seul, mais il savait que cette solution n'était qu'une rustine de qualité piètre appliquée sur un trou béant : il n'allait pas pouvoir la contenir éternellement, à ce rythme... Et elle était, par ailleurs, le cadet de ses soucis. Combien de temps avant que ses camarades n'aient eu aussi affaire à une figure de cet acabit ? Damon pourrait s'en sortir, Alidia aussi... Mais les autres ? Le retour de Kyoshiro ne semblait pas imminent. Celui de Groogal non plus, à en croire le rugissement que le médecin avait très distinctement pu ouïr... Et celui de Nakata était d'autant plus improbable. Ils devaient compter sur leurs propres forces, et leurs propres forces étaient restreintes. Ils avaient tous réalisé d'énormes progrès depuis que le Kibo s'était enfoncé dans les flots de Paradise, et a fortiori depuis qu'ils avaient rejoint l'équipage au compte-goutte... mais était-ce seulement suffisant pour s'épargner des désagréments majeurs ? Difficile de l'avancer. D'autant plus que les chasseurs de primes semblaient davantage tenir de l'union de bras cassés que de l'union de prédateurs... Les pirates les malmenaient, et la succession d'explosions qui retentirent loin de là parvint sans peine à convaincre le borgne à ce sujet. Ils n'allaient pas pouvoir compter sur les sbires de Mijushike Hojo pour se tirer d'un hypothétique faux pas : ces gars étaient probablement déjà trop occupés à se demander comment déserter pour s'en tirer indemne sans s'attirer l'ire de leur supérieur et maître... Et c'était avec cette flotte que le Gouvernement Mondial espérait apaiser ou pacifier le Nouveau Monde ? L'ironie de la chose fit ricaner le botaniste tandis que la silhouette gracile virevoltait tout autour de lui. Tant pis pour les chasseurs : ils étaient seuls, l'avaient toujours été, et le seraient toujours... Car il était hautement improbable qu'un allié du Phoenix pointe le bout de son nez. Elisabeth, Kernoza et Danaé étaient à des encablures de là, sur un autre océan. Andromède Elpa, la patronne de la Révolution du Nouveau Monde, devait être occupée à garantir la sécurité de ses propres sujets. Quant aux autres capitaines alliés, pour l'essentiel des vétérans voguant sur ce même océan, ils ne devaient pas être au courant de ce qui se déroulait actuellement... Oui, seuls. Ils étaient seuls.



Nous ne somme pas n'importe qui.


Il tournoya sèchement, sachant pertinemment que son adversaire allait profiter de la moindre occasion afin de l'attaquer dans le dos, et qu'elle était du genre rapide. Il allait tenter de la cueillir en l'anticipant, et en lui présentant le plat de sa hache afin de l'éjecter au loin : il n'imaginait pas possible de pouvoir la trancher en deux aussi aisément, donc il voulait plutôt l'éloigner du Kibo en toute hâte. Quant à son haki de l'armement, il le conservait jalousement en réserve : si elle le surpassait, elle se heurterait à une plaque défensive quasiment impénétrable... Et il tenterait de profiter de sa stupeur pour lui infliger un coup des plus douloureux. Elle était plus rapide ? Certes. Il était nettement plus fort, à en croire leurs gabarits respectifs...



Ruthven ! Derrière toi !


Le vigie fit grincer ses dents, hésitant une seconde durant à rejoindre le vampire afin de lui prêter main forte. Il était en danger, cela allait sans dire, et il risquait même de ne pas s'en sortir seul... Il lui fallait un coup de main. Il se figea néanmoins, lorsqu'il se rendit compte que d'autres allaient agir à sa place. Il leur fit confiance... et pivota plutôt pour planter son regard sur la myriade de silhouettes qui, après un nouvel abordage réussi, se ruaient dans leur direction à lui et à Natalia afin de les atteindre. Une troupe de quidams aventureux, qui voulaient profiter de ce qu'ils estimaient être une occasion inespérée afin de s'attirer les faveurs de leur capitaine... En vérité un groupe de brigands des mers usés et désabusés, trop inexpérimentés pour l'effrayer, trop sots pour constater leur propre impuissance. Il allait leur faire payer leur manque de lucidité... Sa main droite se posa sur le pommeau du Wado Ichimonji, son sabre favori, jusqu'à ce qu'il n'ait une fois de plus l'opportunité de s'immobiliser. Ses lèvres esquissèrent bientôt un sourire narquois, et il reprit une posture plus sobre, plus sereine. Il n'allait pas avoir à intervenir sur ce troupeau de crapules, vraisemblablement... Car, là aussi, une autre allait s'en charger. Une forme velue s'extirpa des flots avec virulence : elle retomba sur le pont entre le vigie et les envahisseurs, et fracassa les premiers qui se présentèrent à elles d'un coup de pied horizontal d'une violence inouïe. Il ne fallut pas longtemps à Alidia pour se débarrasser de ce grouillot informe et incapable... mais elle comprit bientôt que ses armes risquaient de lui faire défaut si un ennemi d'envergure se présentait à elle. Fort heureusement, Branch semblait s'être décidé à lui lâcher la grappe... C'était déjà un ennui qui ne se présenterait plus à eux.



Que quelqu'un m'amène des couteaux ! Vite !


Damon se détourna momentanément de cette silhouette aussi familière que rassurante lorsqu'une voix souffrante se mit mourante, à l'intérieur du navire, là où Lilianna et Mistral avaient trouvé refuge. Cara était sur le point de rendre l'âme, même si la doctoresse s'échinait à améliorer son état... Une fois encore, ils manquaient cruellement de main d'oeuvre : sans cela, Hiko aurait pu se rendre aux côtés de la demoiselle afin de lui offrir une aide non négligeable. Malheureusement, la vie d'une étrangère, y compris chère à Kyoshiro, passait après la sécurité des membres de Tengoku no Seigi... Ils allaient devoir croiser les doigts sans intervenir d'aucune sorte. Les sourcils du brun se froncèrent à nouveau tandis qu'il estimait promptement le nombre des assaillants qui interviendraient à leur encontre dans les secondes ou les minutes à venir. De nombreux bâtiments se dressaient sur leur route, et d'autres les suivaient à la trace... Le Kibo était une arme de destruction massive, mais il était relativement lent comparé au gros des navires qui constituaient la flotte d'Hadès Tenryon. En somme, il était une cible de choix et nombre de ses poursuivants devaient d'ores et déjà s'imaginer à son gouvernail... C'était au moins une chose que les forbans allaient épargner, s'ils parvenaient à éradiquer ceux qui l'occupaient actuellement. Une nouvelle fois, l'épéiste s'apprêta à dégainer... Mais il fut coupé dans son élan par un éclat de voix aussi imprévisible que courroucé, qui émana d'une personne à ses côtés. Natalia venait de s'éveiller de la torpeur imposée par Synchrone et de l'anxiété qui l'avait grignotée depuis le retour du Phoenix à bord...



Bougez de mon pont, tas de connards ! Allez vous faire enculer !



Natalia ?! Qu'est-ce que tu...



Toi, tu la fermes ! Je te dis pas comment te pignoler en haut du mât, alors me dis pas comment manœuvrer mon bijou, sale con !


La "seconde personnalité" de Natalia, telle que les autres membres de l'équipage l'appelaient secrètement, venait de se manifester. Elle était redevenue tyran... Et elle n'hésita pas à prendre une décision des plus drastiques afin d'assurer la sécurité de ses pairs et collègues, mais aussi et surtout celle de l'embarcation qu'elle guidait jusqu'alors d'une main fébrile. Nul ne pourrait anticiper ce changement radical, et certainement pas leurs ennemis : une embardée violente porterait la coque flambant neuve et indestructible du Kibo sur un autre navire, plus fébrile... qui volerait alors en éclats, trop fragile pour supporter un tel choc, pour endurer une collision frontale avec un tel rouleau compresseur. Puis une seconde embardée ramènerait le brise glace en plein milieu d'un autre bateau, qu'il pourrait alors séparer en deux moitiés nettes. Jusqu'à présent, la navigatrice s'était contentée de faire son travail passivement : maintenant, elle devenait agressive... Et désaxait leur trajectoire initiale. Cap à tribord toute. Si les pirates d'Hadès voulaient maintenir la pression, ils allaient devoir se séparer, et s'éloigner de facto des chasseurs de primes...



On se barre ! Si le piaf a quoique ce soit à redire, il viendra défoncer ces tocards à votre place ! Putain !


^(°-°)^



Atchoum ! Putain, c'est bien le moment de m'enrhumer...


Il grommela dans sa barbe tout en écoutant distraitement les palabres dont l’inondait son interlocuteur principal. Des banalités, dont il aurait allègrement pu se passer... Lentement, le Phoenix fit craquer les jointures de ses doigts et se mit en garde, tandis que les deux autres belligérants semblaient en avoir assez de converser inutilement. Pas si bavards que ça, finalement... Les pétarades ne tardèrent pas à commencer, mais le mythique, sur le coup, demeura immobile. Il se contenta de lorgner du côté du forban, qui se défendait plus qu'habilement, tout en songeant aux mots qui venaient de lui être destinés, et qui avaient dans un premier temps simplement glissé sur lui. Lui, s'inquiéter ? A quel titre ? Sa propre sécurité ? C'était une folie que d'imaginer seulement que Nakata était encore en mesure de craindre pour sa petite personne. Il savait pertinemment qu'il représentait une cause plus grande, et que des sacrifices devaient être conduits afin de la mener à bien. S'il devait en être un, alors il le serait sans la moindre hésitation. Il devait passer le flambeau à d'autres, faire croître la flamme qu'Hato et Raphaël lui avaient légué. Considérant le parcours qu'il avait derrière lui, il savait sans l'ombre d'un doute que cela serait chose faite. Alors quoi ? Pour les siens, restés sur le Kibo, et qui devaient faire face à une cohorte d'incapables trop nombreux ? Pour Groogal ou Kyoshiro qui, téméraires, avaient poussé le vice au point de s'exposer directement ? Non, cela n'avait aucun sens. Groogal était un vieillard honorable, et le Fenice s'était accoutumé à sa présence taciturne, comme à celle d'un livre poussiéreux qu'on n'ouvrirait jamais mais qui serait là, prêt à distiller son savoir à la moindre opportunité de le faire. Cependant, il n'était pas l'un des membres de son équipage, et ne le serait jamais. A quoi bon le materner, par conséquent ? S'il entendait mourir au combat, aujourd'hui ou demain, alors le musicien ne l'en empêcherait pas. Il le pleurerait, peut-être, chanterait ses louanges, sans doute, tenterait d'honorer ses derniers souhaits, assurément, mais il ne l'empêcherait pas. Kyoshiro, quant à lui, était devenu son digne bras-droit. Plus loyal, plus fort et plus sagace qu'Hato, il était également doué d'une puissance que trop sous-estimaient dangereusement. Sa prime en était la preuve : celle du Phoenix était bien sûr trop basse... Mais celle du logia était risible, quant à elle.

Alors, aurait-il dû s'inquiéter pour les autres ? Pour Damon, pour Alidia, pour Kari, pour Nook, pour Ruthven, pour Hiko ? Pour toutes les nouvelles têtes qui s'étaient invitées sur le Kibo, pour toutes les nouvelles têtes qui peinaient à se confronter à un envahisseur non seulement innombrable, mais aussi et surtout largement plus sanguinaire ? A cet instant précis, encore, le blondinet n'éprouvait pas une once de conviction inébranlable à ce sujet. Certes, il aurait pu douter. C'était même sans doute ce qu'on attendait d'un homme de sa prestance, de son envergure, censé être pourvu d'incommensurables responsabilités... Mais il avait trop l'impression de stagner dans une posture paternaliste, lorsqu'il se permettait une telle paranoïa. Il ne pouvait pas continuer à croire qu'il était unique, qu'il était légendaire, et que nul ne pourrait jamais, à sa manière, protéger sa propre intégrité. Tous les membres de Tengoku no Seigi étaient de fiers pirates. Tous, sans la moindre exception, méritaient qu'on les respecte. Et il devait le faire, en leur adressant une confiance absolue.



Oh, le chasseur ! Tire sans discontinuer, même si je me fous devant ! Sanbanme no kokoromi !



Ses bras s'enflammèrent, et s'allongèrent drastiquement : il bondit, et battit des ailes avec une violence et une ardeur renouvelées. Il s'éleva, s'éleva encore, jusqu'à dominer la scène qui se déroulait en contrebas... Puis il inversa sa piquée et se rua droit dans la direction d'Hadès, lui présentant un pied qui ne tarda guère à se recouvrir de son haki de l'armement avancé. Il le savait : il devait multiplier les actions imprévisibles, les déplacements vastes, afin d'offrir à son allié du jour d'innombrables fenêtres de tir. Il devait, en somme, éviter d'agir comme il semblait le faire actuellement... Les ruées fantasques ne lui seraient d'absolument aucune utilité, contre un forban de cet acabit. Non, il devait le prendre de court... Et il le fit. Alors que son coup de pied s'avançait dangereusement, le haki transparent condensée sur son plat détonna soudain. C'était la première fois qu'il utilisait son haki avancé de la sorte... Et certainement pas la dernière.



Chōyaku !


Il prit un appui, aussi prompt qu'invraisemblable, alors qu'il était élancé à pleine vitesse. Sa projection, toutefois, ne s'interrompit pas : il se contenta de la dévier... En faisant basculer son corps de haut en bas. Ses pieds, par conséquent, se trouvèrent bientôt derrière lui et il présenta ses ailes à l'Empereur, qui devinrent bien sûr ses bras dans la seconde qui précéda le coup qu'il porta ensuite. Il avait cassé le rythme de son offensive... Tant et si bien que si l'ennemi s'y était trop préparé, s'il l'avait sous-estimé, en somme, en estimant qu'il ne serait pas en mesure de le surprendre, et s'il avait esquissé un geste ou une posture pour y répondre, alors Nakata allait en vérité avoir un boulevard à exploiter...



Dégage de mon chemin, je vais poutrer ton capitaine ! Furoa !


Le but ? Utiliser sa rapidité phénoménale pour accompagner un coup de poing descendant, lequel viendrait cueillir son adversaire en plein front. En agissant de la sorte, il pourrait le plaquer au sol avec fracas : une offensive imaginative qui ne manquait pas de panache... Et qui cumulait tout ce que le Fenice avait pu apprendre au cours de ses années de combat et d'entraînement.





Hiko gère la madame comme il peut : il bloque puis, quand elle l'attaque dans le dos, il tente de la prendre de court d'un coup du plat de sa hache. Son haki reste en réserve, au cas où.
Damon s'apprête à intervenir pour sauver Ruthven mais... Finalement, non. Puis il s'apprête à attaquer le grouillot, quand Alidia le fait soudainement à sa place. Puis il s'apprête à rien du tout en fait, mais il est coupé quand même par Natalia qui fait une crise de navigatrice-aiguë. Première embardée, seconde embardée, changement de cap. Direction, bah... La sortie !

Pour le Nak vs Hadès, c'est plus technique.

En fait, Nak commence par s'élever en forme hybride banale. Il utilise ensuite :
Lvl 45 : Sanbanme no kokoromi : Evolution de Nibanme no kokoromi : en utilisant l'une de ses formes hybrides lui permettant de s'envoler, le jeune homme prend beaucoup plus d'élan et devient semblable à une véritable météorite. Il fracasse alors le sol sur un rayon de 50 mètres (longueur d'un terrain de foot), et ce sans compter l'onde de choc qui peut naître de cette frappe.

L'idée est initialement de fracasser la cible d'un coup de pied assez vénère... Mais il charge son haki de l'armement depuis le début et, du coup, il l'utilise grâce à :
Lvl 48 : Chōyaku : Nakata utilise son haki avancé au niveau de ses pieds : il le fait "détonner" et utilise l'effet de propulsion pour se déplacer brusquement, sans que son corps ne trahisse ce mouvement inattendu de quelque manière que ce soit. Marche aussi avec les mains, les genoux, les coudes...

De ce fait, ses jambes "s'arrêtent" et son corps pivote. Il se retrouve à l'envers, et attaque avec :
Lvl 35 : Furoa : Nakata donne un puissant coup de poing à son adversaire en plein visage. Le coup part ensuite sur le bas, rabattant l'ennemi sur le sol avec violence, provoquant même la plupart du temps un cratère au choc.

L'idée, c'est de jouer sur la pression que Mijushike maintient. En voyant Nak se ruer sur lui inconsidérément, considérant que ça n'est pas la première fois qu'il agit de la sorte, Hadès aura peut-être prévu un timing très serré pour lui répondre/l'envoyer péter avant de reprendre sa danse initiale. Si tel est le cas, alors lorsque son haki le préviendra, il sera trop tard : ses premiers plans tomberont à l'eau, parce que Nak nique son propre timing, et parce qu'il attaque finalement différemment. D'autres balles le menaceront, de le coup de poing de Nak ne suivra pas la même trajectoire que Mijushike. En gros, c'est juste un bon gros "Si tu me sous-estimes, tu prends cher", puisque si de base Hadès imagine que Nak a un coup fumeux derrière la tête, il prendra plus le temps de s'adapter et y répondra mieux.
Vwala c tou poure mwa.

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 54673_s

Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1718
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue46/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (46/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue42/750L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeSam 6 Avr - 23:08

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




La vie d'un homme commençait le jour où il prenait la décision de prendre les armes et elle ne prenait vraiment du sens que lorsqu'il comprenait pourquoi, lorsqu'il parvenait à mettre le doigt sur ce qu'il voulait défendre ou détruire avec ses outils. Kyoshiro avait entendu cette phrase par le passé, il ne se rappelait plus trop où ni quand mais ces mots étaient restés gravés dans son esprit parce qu'il n'avait pas tout de suite compris leur sens. Maintenant il comprenait, maintenant il voyait clair et ne regardait plus derrière lui, ne trimballait plus avec lui une valise de remords et de regrets. C'était la curiosité qui l'avait poussé à prendre la voie des mers, cela au moins il s'en souvenait, mais il était tout bonnement incapable de se souvenir quel événement particulier l'avait poussé à vouloir défendre les plus misérables, les plus nécessiteux. Était-ce l'accumulation d'une série de tragédie ou cette voie s'était-elle imposée à lui, sous la forme du mot destin comme certains aimaient l'appeler ? Il n'en savait rien, foutrement rien mais il s'était accroché à cette idée car, à l'époque, c'était la seule chose dans sa vie qui avait du sens. Il était seul sur cette barque branlante, voguant d'une île à île sans trop savoir ce qu'il allait y trouver, avec le vain espoir de pouvoir effectuer au moins une bonne action à même de flatter son ego ou de lui donner un quelconque sentiment d'importance.
En ce temps-là aider les gens était tout ce qui importait, il avait été jusqu'à jeter son individualité aux orties pour cette cause aussi obscure que floue, pour le regard d'une enfant sauvée des flammes ou le sourire d'une grand-mère trimant à ramener ses courses jusqu'à chez elle et, pendant un temps, il se contenta de cela. Il se contenta de ces actions dérisoires car il s'était convaincu que c'était tout ce qu'il pouvait accomplir avec ses petites mains, que chaque homme en ce monde devait agir à son propre niveau et que ce n'était que la somme de ces actions qui pourrait amener un réel changement dans ce monde brutal et injuste.
Oh qu'il avait eu tort, oh qu'il avait été stupide, aveuglé par sa vision étriquée de la réalité. Il ne s'en était rendu compte que lorsque l'ombre du Fenice s'était posée sur lui, il ne s'était rendu compte qu'après plus de  deux décennies d'existence que de grands hommes pouvaient accomplir de grandes choses pour peu qu'ils s'en donnent les moyens. Il n'était pas un grand homme, non, mais il avait choisi d'en suivre un en espérant qu'ainsi la parole de son capitaine pourrait toucher bien plus de monde qu'il n'aurait jamais pu le faire dans toute sa vie. Mais ce changement n'était pas sans difficulté, sans une certaine violence nécessaire et l'acceptation de cette horrible réalité fut la plus difficile à accepter pour un homme profondément diplomate et pacifiste. Alors oui il avait ravalé ses idéaux pour servir une cause qu'il n'était pas sûr de comprendre, avait combattu alors que cette seule idée lui donnait la nausée et, bien qu'il ait des difficultés à l'admettre, avait fait couler le sang pour ce qu'on lui affirmait être la bonne cause. L'était-ce vraiment ? Il n'appréciait pas se battre, alors pourquoi se mettre dans une telle position ? Pourquoi son cœur le poussait-il à aller à l'encontre de sa raison d'être ?

Il n'avait pas compris. Il n'avait pas compris à cette époque que venir en aider aux gens n'était pas la véritable raison pour laquelle il avait pris les armes, mais depuis son entrée au Nouveau Monde ses yeux s'étaient ouverts sur un constat qui lui enleva un énorme poids des épaules. Il était un samouraï, rien au monde ne saurait changer cela mais son allégence n'allait qu'à un homme et un seul : Nakata Fenice. Sa raison d'être n'était pas d'aider les petites gens, son but dans la vie n'était pas de voguer d'île en île pour espérer apporter un changement mineur, local. Sa raison d'être était de devenir le fourreau qui tempérerait la fougue de son capitaine, sa raison d'être était d'offrir ses deux sabres au Phénix afin d'ajouter poids et puissance au propre objectif de ce dernier.

Oui, sa raison d'être était de le soutenir dans sa cause, aussi insensée et suicidaire pourrait-elle paraître.

Même en sachant cela le jeune homme n'avait accepté l'idée de prendre du plaisir à se battre, de s'amuser à faire couler le sang d'autrui car telle n'était pas sa façon d'être, mais alors qu'il faisait face à ce féroce pugiliste il réalisait enfin son erreur. Une parmi une longue liste d'autres aveuglements. Il ne s'agissait pas de sadisme ou de barbarie, pas de monstruosité ou d'arrogance mais bien de confronter les fruits de son travail à ceux d'un autre homme vivant, tout comme lui, pour et par le combat. Certes la plupart de ces confrontation ne finissaient que d'une seule façon, il avait accepté cet amer constat, mais cela ne voulait pas dire que ces moments revêtaient une certaine importance. S'entraîner toute sa vie était une chose, mais quel était l'intérêt s'il se refusait à réellement tester en situation réelle le fruit d'une décennie de sacrifice et de dévouement ? Il n'avait pas à avoir honte de chercher à se mettre en difficulté, de chercher à éprouver ses talents face à autre combattant du même acabit que lui et, aujourd'hui, il semblait avoir trouvé le parfait adversaire pour cela. Si Kyoshiro était calme et maîtrisé, son adversaire était sauvage et féroce mais, pourtant, malgré ces caractères diamétralement opposés, le dénommé Agrid était arrivé à faire ressortir de son adversaire ce que ce dernier ignorait posséder : une pure volonté guerrière.

Il souriait, il souriait sans trop savoir pourquoi, il souriait en se battre car pour la première fois de sa vie un combattant parvenait à reconnaître sa puissance et l'acculer au-delà de toute espérance. Son esprit aurait dû lui dire de fuir, de sauver sa propre vie mais son esprit guerrier maintint ses pieds fermement au sol avant de porter une nouvelle attaque, avant que la maîtrise de son fruit et de son sabre ne projettent au loin ce combattant. Était-ce de la fierté qu'il ressentait en voyait son opposant s'écraser contre un autre navire, plus loin ? Oui, oui c'était de la fierté et en ce jour il n'aurait aucune honte à l'admettre. Oui il avait encore mal à la poitrine du fait de l'attaque précédente, il chancelait en sentant son épaule fragilisée par la toute dernière attaque de son opposant, conscient qu'un autre coup comme celui-ci mettrait sans doute son bras hors d'état de nuire, mais son sourire ne disparut pas pour autant.
Tous les deux étaient des combattants d'exception dont le mental surpassait largement les limites de leurs corps, tous les deux étaient certains que leur combattant dantesque se poursuivrait aussi longtemps qu'une étincelle d'esprit combattif brillerait dans leurs têtes : il ne pouvait en être autrement. La massive explosion non loin de là aurait dû attirer l'attention du maudit, le ramener à la réalité avant de s'enquérir de l'état de ses compagnons mais c'était peine perdue : ce combat passait avant tout le reste.

Avant ses camarades, avant ses compagnons.

Avant sa propre vie.

Puis revint l'assaut, revint la bête sauvage qui semblait loin d'être rassasiée : revint l'homme qui lui avait ouvert les yeux. Kyoshiro savait qu'affronter ce pugiliste à la force pure n'était que folie, il était aussi conscient qu'il ne pouvait pas répéter les attaques précédentes au risque qu'elles soient réduites à néant, mais le fait que son opposant soit en plein vol lui donnait peut-être un certain avantage : sans contact avec le sol il lui serait moins aisé d'esquiver toute attaque directe. Répondant à la provocation de son bestial adversaire, le jeune homme raffermit sa prise sur ses sabres et se penchant légèrement en avant, forçant sur ses appuis avant de hurler :


 « TU POURRAIS AU MOINS ME DIRE TON NOM ! »

L'homme ne s'était pas présenté et Kyoshiro se sentait mal de ne pas pouvoir hurler son nom en retour, tout simplement. Serrant les dents en sentant une nouvelle vague de douleur l'envahir, sentant son épaule gauche trembler de nouveau, sentant son fluide de l'armement couvrant toujours ses lames, il puisa dans ses maigres ressources d'énergie et bondit à la rencontre de son opposant. Pointant ses deux lames en avant, il utilisa la maîtrise de ses lames et de son fruit pour faire pleuvoir une pluie d'attaques d'estoc sur une cible qui fonçait en ligne droite et, potentiellement, aurait plus de difficulté à esquiver ces attaques consécutives  que la dernière fois. Mais avant même que son attaque ne soit réellement terminée, avant même que la dernière lame n'ait mordu la chair du féroce pugiliste, l'épéiste lumineuse se matérialisa dans les airs, quelques dizaines de mètres au-dessus, quelques dizaines de mètres derrière son opposant. De la pointe de sa lame gauche jaillit une boule d'énergie concentrée qui viendrait, un clin d'oeil plus tard, frappa le dénommé Agrid dans le dos : assurément l'explosion l'éjecterait dans l'eau ou sur son propre navire.

Le samouraï savait que ce n'était pas terminé, que tous deux arrivaient au point culminant de cet affrontement et, alors qu'il cherchait déjà du regard un navire sur lequel se rematérialiser, il pointa son lame droite dans la direction qu'avait pris son glorieux adversaire pour lui lancer un ultime défi.


 « ALLEZ, VIENS ! Il EST TEMPS D'EN FINIR ! EN BEAUTÉ !! »

Le défi était lancé, les paroles étaient prononcées.

Bientôt le combat prendrait fin, d'une façon ou d'une autre.

   
   
© ANARCISS sur epicode
           


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hinami Shinju

Hinami Shinju
Messages : 217
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue26/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (26/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue99/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (99/200)
Berrys: 100.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeDim 7 Avr - 20:31

L’île au secret
feat. TnS


Voir la vérité en face était une qualité selon beaucoup, l'on appelait ça "la conscience de son environnement" ou "la perspicacité". Sans nul doute, et s'il fallait enlever ses phases de voyeurisme au cours desquels il n'avait plus la moindre logique ou le moindre sens de la mesure, le Yamaka avait la chance d'être un garçon pragmatique, surtout conscient de son état lorsqu'il se trouvait dans une situation que l'on qualifiait souvent :

- On est dans la merde.


Le pont du Kibo n'arrêtait d'accueillir toute sorte de tête de con, des mecs qui avaient l'air aussi sales que cons mais qui avaient pour principal avantage un nombre indécent en comparaison des membres de Tengoku no Seigi. Dans un premier temps, les forbans étaient parvenus à maintenir leur force et à contenir ce flot ininterrompu de débile. Maintenant, le constat n'était plus le même à cause d'une donnée qui ne pouvait échapper à l'oeil expert et pervers du jeune cuisinier.

- Des ... femmes ...


En plus de celle qui balançait des aiguilles sur son ami médecin et herboriste, une femme qui avait déjà éveillé un semblant de désir en l'homme qui s'était promis d'être fidèle à sa faucheuse, voilà qu'une seconde belle se présentait. Plus encore, comble de la jouissance, la belle jeune femme semblait en avoir après Ed, le vampire de jour des TnS que Nook considérait plus ou moins comme ... Comme pas grand chose en réalité. Malheureusement, et il s'agissait là d'une grande malédiction, le jeunot s'était promis et avait promis à son capitaine de sauver les siens, tous les siens, même ce con de vampire. Enfin... Nakata ne s'était entouré que d'un seul gogole, Ruthven représentait un peu le quota de personnes à facultés mentales réduites au sein de leur groupe, après tout.

Ainsi, devant deux femmes aussi jolie l'une que l'autre, le maudit de la laine se mit à balayer l'horizon du regard alors que sa malédiction prenait forme en son dos. Ici l'objectif était double : plaisir des yeux en essayant de trouver d'autres belles et jolies jeunes femmes grâce à sa vue acérée et experte en matière de détection de courbes féminines. Dans le même temps, la génération de laine pourrait lui permettre d'adapter la situation à l'évolution des choses et, a fortiori, de tenter de sauver l'autre con.

En effet, alors que Nook allait tenter de sauver le vampire, il s'abstint d'un coup en voyant que sa collègue rouquine s'était dirigée vers lui, le tout dans un choc qui ébranla tout le navire.

- Putain Natalia qu'est ce que tu f...


Le pervers croisa le regard de la navigatrice, elle n'était plus la même, elle avait cédé à sa part obscur.

- Heu nan rien, continues, championne !


Dans la merde... ils l'étaient vraiment. Natalia venait de vriller et commençait à enchainer les navires comme un alcoolique enchainait les bouteilles, partant plus loin des affrontements et exposant seulement l'arrière du Kibo pour permettre aux ennemis d'aborder. Nook projeta alors sa laine sur l'arrière de leur maison pour créer une sorte de mur de laine qui bloquerait la vue et restreindrait l'accès au navire, le tout en coupant des possibilités de repli. Enfin, toujours dans le même mouvement, et suivant son regard, le Yamaka balancerait des tirs sur tous les hommes ennemis présents sur leur embarcation chérie.

©️ Codé par Kari Crown
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 655
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue30/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (30/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue29/200L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (29/200)
Berrys: 37.964.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeMer 10 Avr - 8:31

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Emperor's New Clothes  - Panic! At The Disco

Rien. Rien ne passait le mur de corps qui semblait tout bonnement infranchissable. Des coups d'épée dans l'eau, voilà ce qu'ils donnaient. Le regard de la Crown se porta simplement sur les ennemis les plus près. Toujours plus nombreux, toujours plus ravagés par l'excitation des combats et du sang. Les lames avaient pourtant la capacité de tailler la chair, alors pourquoi elles semblaient si inutiles en cet instant ? Pourquoi, quoi qu'ils fassent, tous, rien ne semblait pouvoir transpercer et disperser cette marée humaine ?

Un mince filet d'air passa entre ses dents serrées les unes contre les autres, provoquant un sifflement ténu. Rien n'allait. Ses yeux verts allèrent à la rencontre de la silhouette plus que familière de l'autre cuisinier de l'équipage et peut-être ô combien rassurante dans ce genre de situation.

Son regard alla ensuite chercher l'horizon, ou tout du moins essaya-t-il. La vue était obstruée par des masses informes, assemblages de corps humains trépignants sur place. Que des pirates. En effet, aucun chasseur de primes ne semblait avoir encore pointé le bout de son nez dans les environs. Et leur absence se faisait cruellement sentir : pour une fois, l'ancienne chasseuse de primes n'aurait pas dit non à un peu d'aide extérieure... Ils étaient là pour ça non ?

Et soudainement, au loin, une détonation effroyable et grondante, qui paraissait aussi bien proche : le reflet de flammes s'imprima quelques secondes sur la rétine de la rouquine, qui, si elle comprit à peu près ce qui venait de se dérouler, n'eut pas vraiment le loisir de réfléchir à l'identité de l'auteur ni des raisons de cette si soudaine explosion.

Et très peu de temps après, un rugissement perpétré par les cordes vocales d'un vieil homme qu'elle avait côtoyé vint lui glacer le sang.

Si le champ de bataille ressemblait vraiment à un terrain de guerre, il empruntait de plus en plus des allures aux Enfers.

Passé le temps des quelques distractions, ses yeux cherchèrent de nouveau les siens. Ils tombèrent sur la chevelure sombre d'Hiko, puis sur les traits délicats Natalia. Son regard glissa jusqu'à Ruthven et alors même que ses yeux se posaient sur lui, elle entendit Damon interpeller le vampire. Elle était aux premières loges pour voir ce qu'il se tramait, ou plutôt, ce qui allait se tramer. Car le vigie semblait soudainement frapper d'un don de prescience... à moins que cela ne soit son haki de l'observation.

Sans hésiter, et sans avoir toutes les informations en main, Kari s'élança en direction du de Lioncourt à quelques pas d'elle seulement, alors même que le navire commençait à faire des embardées spectaculaires sous la direction de Natalia. Elle remarqua une silhouette féminine, tout près du vampire, trop près même, une lame tout aussi petite que les siennes prête à cueillir la peau de la nuque du pauvre Ruthven.

La Crown allongea le bras pour venir chercher la lame avec l'une des siennes, cherchant ainsi à parer le coup assassin dans un tintement d'acier.
- Attaquer dans le dos... je vois quel genre de personne on est, dit-elle à l'adresse de cette inconnue.

^(°-°)^

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 19012606514720420416093547
Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
- Attention !
A peine le cri prononcé qu'Hinami, la petite tontatta, tomba de son perchoir sous le choc brusque pendant qu'Aldero Crown se rattrapait en posant les deux paumes contre la coque du bateau.

Des boulets commencèrent à rouler à droite à gauche, suivant les coups francs donnés au gouvernail qui faisait tourner abruptement le Kibo no Felicity. Là où se trouvait toujours toute une petite équipe, encore à l'abri du gros de l'abordage, l’incompréhension planait. Un canon se mit doucement à reculer avant de se caler de nouveau contre la coque du navire.

Alicia, la jeune navigatrice, semblait encore garder son calme. Elle activa son haki de l'observation, et au milieu de ce méli-mélo de voix, ne tarda pas à reconnaître celles qui lui étaient désormais familières. Dont une, qui l'intéressa particulièrement. Alors un léger sourire étira un instant ses lèvres.
- Ne vous inquiétez pas, Natalia a les choses en main.
Codé par Kari Crown




Kari entend Damon prévenir Ruthven du danger. Comme elle n'est pas loin et qu'elle était justement en train de regarder le vampire, elle s'avance vers lui et tente de bloquer la lame de la demoiselle avec l'une de ses dagues.

PNJs :
Aldero Crown, lvl 21
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 28
Molly, lvl 25
Pat, lvl 24

_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1633

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeDim 14 Avr - 12:56



L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1554404271-fire


Un massacre.

Un carnage.

Une catastrophe.

Partout, autour de la carcasse éclatée du navire des chasseurs de prime, les flammes montaient vers le ciel au delà de l'océan. Les cadavres éventrés et éclatés des navires emmenaient dans l'ultime repos les silhouette tantôt carbonisées, tantôt brisées de ceux qui les avaient autrefois conduits. Personne n'avait vu venir un choc d'une telle virulence : personne ne l'avait prévu, pour être plus exact. Pourtant, les étincelles qui rougeoyaient dans un souffle surnaturel n'étaient pas des illusions : autour de Lawrence, sur une distance qui dépassait aisément les deux-cent-mètres, le champ de bataille s'était changé en cimetière.

Les combattants les plus forts et les plus aguerris se souviendraient sans doute de ce jour pendant longtemps. De cette déflagration qui les avait épargnés, car ils étaient assez puissants pour y survivre... mais qui avait pris tout le reste. Plusieurs mâts cédèrent et s'enfoncèrent dans les eaux noiraudes et rougeâtres du Nouveau Monde, qui accueillait un nouveau spectacle morbide sur sa surface, une nouvelle litanie de perdition en son sein. Qu'était-il advenu du navire de Mendela Yorkshire ? De Marshall, en plein affrontement contre un duo qui voulait sa mort ? Liao Hojo lui même avait-il été touché ?

Qu'en était-il de Saul, de Enora ? De Serge, de Manson ? Qu'en était-il, de tous ces gens qui s'étaient trouvés là, dans la portée du courroux de l'homme gigantesque ? Combien y avaient perdu la vie ? Combien en porteraient les stigmates ? Qui pleurerait qui ?

On pouvait se le demander. Mais le forban lui même n'aurait pas l'occasion.

Bientôt, son corps entier heurta la surface qu'il craignait de rencontrer. Dans un éclat et une gerbe d'eau, il s'y enfonça lourdement, happé par les vagues de la tempête toujours en cours, l'océan se striant de zébrures qui venaient parfois détruire un navire malchanceux. Alors, la descente commença, inexorable. La malédiction préleva son dû : un corps se changeant en enclume une fois immergé dans un volume d'eau suffisant. Le Supernova aurait pu s'échiner, s'enrager... le résultat ne changea pas, de toute manière.

Quelles furent ses dernières pensées conscientes ?

Bonne question.

Bientôt, l'oxygène lui manqua et il perdit finalement connaissance, continuant de s'enfoncer dans les abysses sombres, loin de toute lumière, loin de toute vie, loin de toute délivrance. Et cette inexorable chute allait laisser des séquelles.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1547675709-caraL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1547675709-branch

Cara Lroft, Branch


Ainsi abandonné à son sort, Branch était redevenu immobile, amorphe. Il gardait la silhouette inanimée de Synchrone, qui reprendrait sans doute conscience à un moment ou à un autre... si leur navire ne coulait pas avant. Dans un tel cas de figure, la malédiction du Monarque ferait encore son office : pour protéger son maître de la noyade, l'homme végétal terminerait son séjour sur une autre embarcation, ou sur des débris susceptibles de l'accueillir. Malheureusement, si l'action le prenait de court, il pouvait tout aussi bien sombrer comme une enclume... une mort tragique, bercée par l'illusion de paix imposée par les pouvoirs hypnotiques et autoritaires de Centes. Combien, comme lui, auraient alors subi ce sort ? Des dizaines ? Des centaines ? Combien, privés de leur libre arbitre, seraient morts sous l'emprise de la malédiction de Centes Décima, à son niveau le plus inhumain ?

Dans les mains de Lilianna, la situation s'aggravait à vue d’œil. Malgré ses compétences, l'agitation environnante était de trop. Les chocs des boulets de canon sur la coque, qu'ils ne parvenaient pas à percer malgré un feu nourri. Les embardées, provoquées par une Natalia fiévreuse et décidée à sauver les siens. Les cris, le son, le sang. L'aide de Hiko, en tout état de cause, aurait en effet pu être salvatrice : la question était de savoir s'il parviendrait à se dégager de son affrontement pour stabiliser la situation... ce que la demoiselle faisait pour l'heure avec un certain brio, mais malheureusement pas assez de bras pour gérer la colossale tâche qui lui incombait alors : garder en vie une Cara aux portes du trépas, qui luttait encore malgré le voile qui réduisait son âme au silence.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1552340828-umi-no-kiba

Umi no Kiba : Akai, Bara, Aoi, Ki


Il était réactif. Elle devait le lui reconnaître. En réalité, il était même plutôt doué. Si sa remarque concernant l'Empereur ne provoqua qu'un sourire léger sur son visage, elle s'étonna de voir le grand gaillard proposer aussi sereinement la chose. Quoi, les rejoindre, ici, maintenant ? Alors même qu'ils se retrouvaient assaillis de toute part ? Il ne manquait pas d'air, c'était certain. Le tournoiement qu'il utilisa se heurta à la silhouette de la jeune femme, qui s'évapora. Une image rémanente, sans plus. Elle fut néanmoins positivement étonnée, en passant sous la lame alors qu'elle fonçait dans son dos, de voir qu'il avait anticipé cette manœuvre : l'espace d'un instant, elle remercia son entraînement de l'avoir également dotée d'une certaine expertise. Un coup dans les omoplates ou à la nuque était trop évident : cela avait été, sans doute, la première idée du médecin... auquel cas, elle aurait sans doute pu ramasser ses dents un peu plus loin. En lieu et place, elle s'était directement jetée au niveau du sol dans un mouvement gracieux, en direction de la cheville droite du grand homme qui lui faisait face : le priver de sa mobilité était la première étape. Une fois qu'elle pourrait le prendre de vitesse, alors... elle ferait ce qu'on attendait d'elle. Si le médecin parvenait, à temps, à utiliser son Haki, elle lui laisserait une mince ouverture dans laquelle la repousser. Autrement, elle trancherait dans la chair avant de s'écarter, reprenant en tout les cas un peu de distance.

Pendant ce temps, Damon pourrait sentir une voix s'infiltrer à l'étage inférieur, par le biais même des trappes utilisées jusque là par l'équipage pour bombarder leurs multiples assaillants... tandis qu'Alicia aurait l'occasion de non seulement le ressentir, mais également de voir une forme sinueuse se glisser entre les boulets et les objets glissant chaotiquement au niveau du sol.

De son côté, Ki était déçue. Sa lame, si elle avait fait mouche, n'avait provoqué qu'un risible sillon rougeâtre dans l'épaule du Vampire de jour. Si ce dernier était fort certainement, en plus de la surprise, mis mal à l'aise par la présence de la nuit, il semblait avoir un ange gardien. Les yeux froids de la tueuse croisèrent ceux de la rousse. Elle avait dévié son coup... et cela l'agaçait. Ce coup là devait être propre, sans bavure. Une estocade, un homme à terre. C'était ce qu'on leur avait appris, depuis leur plus tendre enfance. Elle n'avait pas passé des années à s'évertuer à le faire pour voir ses assauts contrés de la sorte. Grinçante, elle ne tarda pas à répondre.

- Le genre efficace.

Vif et précis, son pied droit se leva et alla droit vers le plexus du suceur de sang, dans le but de le repousser plus que de lui infliger une véritable peine. Par la suite, elle se jetterait en direction de la rouquine, dans le but de l'entailler le plus rapidement possible. Elle maniait des lames courtes, comme elle : leur échange se ferait donc de près... et si elle ne parvenait pas à passer sa garde assez vite, viser les poignets serait un incontournable. Incapaciter la cible, puis la terminer. C'était ce qu'on apprenait, au Couvent Noir.

Le vaisseau mère de l'équipage, dont les embardées virulentes avaient provoqué le trépas de plusieurs navires incapables de tenir le choc, était une cible de choix qui survivait malgré tout dans l'enfer. Les projectiles, incapables de briser le bois d'Adam, laissaient des traces noires sur la structure du titan inébranlable. Natalia avait, en tout état de cause, pris une décision salvatrice : celle de permettre  à l'équipage de réduire le flux des assaillants et de prendre du recul, de la distance. Une partie des poursuivants fut bloquée par les carcasses des navires projetés plus tôt par le Fenice lui même, qui s'agitaient dans l'océan déchaîné. Non loin d'Alidia, qui pourrait d'ailleurs trouver des armes blanches à foison dans le sillage des pirates enhardis qu'elle venait de chasser, deux mains assez lourdes s'agrippèrent au bastingage avant de hisser une masse pour le moins inédite.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1555194067-pouic2

Pouic

- Pouic.
- Reviens là, putain !
- Nom de dieu, qu'est-ce qu'il est con !
- CANONS ! CANONS !

Une série d'explosions noya les insultes tandis que ceux qui tentaient de rattraper l’énergumène finissaient fort certainement à l'eau, dans le meilleur des cas. La créature étrange, de son côté, fut projetée vers le haut et retomba bêtement sur la tête, dans un "eeeeeeeeeeeeeeeeeh" guttural. Principalement humanoïde, il était difficile de la qualifier directement d'être humain... notamment à cause de la mâchoire proéminente, figée dans une sorte de sourire crispé, qui semblait capable de broyer n'importe quoi. Agitant ses jambes disproportionnées et trop courtes, le machin se retrouva finalement à l'endroit avant de se gratter le crâne, du haut de son mètre soixante pourtant passablement bien musclé et trappu. Il avait voulu venir sur ce bateau, car il était gros. Il aimait les bateaux. Les bateaux, c'était bon. Un peu moins que les maisons, mais assurément plus que les fusils. Les gens aussi, c'était très bon. Plus que les bateaux. Mais celui là était gros, donc il devait être meilleur que les gens qu'il y avait dessus. Sauf que... il était dur, même pour lui. Il n'avait pas pu le boulotter correctement, et maintenant, il avait faim. Il avait faim depuis longtemps, malgré la ferraille qu'on lui servait. Tout ça à cause de l'autre gros bateau, mais on lui avait dit qu'il n'avait pas le droit de le manger. Celui là, non. Et il y avait des gens. Il jeta un regard vide à Alidia, avant de saliver.

- Pouic Pouic.

Il fit quelques pas en avant.

À l'arrière du navire, le Yamaka était parvenu à monter une protection de laine qui pourrait couvrir légèrement le cul du navire, sans pour autant être destinée à durer bien longtemps. Ses coups de feu vinrent cueillir de nouveaux pions de l'armée de Hadès, qui s'échouèrent dans l'océan. Ses efforts furent récompensés par une attaque soudaine, un coup sur l'arrière du crâne qui fit tourner ses yeux au blanc quasiment immédiatement. Son corps se figea, avant de s'écrouler : dans son dos, Aoi se tenait, droite et silencieuse. Elle considéra l'utilité toute relative de le prendre comme otage pour tenter de calmer ses pairs : ils étaient des pirates, et ils étaient déjà aux abois, sans compter la synchronisation avec la horde décérébrée du Tenryon à obtenir... non, c'était perdre du temps. De toute manière, ils n'étaient pas supposés survivre après s'être interposés sur le chemin de l'Empereur, un Empereur duquel elles attendaient toutes les quatre une faveur. Sa deuxième main se leva, la lueur de la lune se reflétant dans l'arme qui ceignait ses doigts. Un homme à terre, un homme mort. La lame exécuta sa sentence.

Pas tout à fait...

Alors que l'acier tranchait vers le bas, une lumière vivace attira l'attention de l'assassin, sur sa droite. Ses instincts firent un choix forcé et, bientôt, elle s'évada sur le côté. La température monta de plusieurs degrés dans sa proximité immédiate alors qu'elle se réceptionnait au mieux quelques mètres plus loin. La langue de feu qui avait manqué de lui caresser le visage s'enroula autour des moulures en bois de la rambarde opposée, sans pour autant parvenir à y allumer un feu. Béni fut le fameux bois rarissime qui la composait.

- WOOOOTOOOO !


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1555232889-power2

Power


Atterrissant non loin de Nook, l'homme bête qui venait de le sauver se redressa de toute sa hauteur. Sautillant sur place, il semblait gonflé à bloc. Et pour cause : lui et ses camarades allaient enfin pouvoir passer à l'action de façon tangible... certes, manœuvrer les canons et synchroniser la flotte était un effort de tous les instants et pour tout le monde, mais il préférait largement la sensation de ses poings qui s'enfonçaient dans quelque chose à la fastidieuse tâche de faire rugir les gueules de fonte cracheuses de poudre et de boulets. Maintenant que la mêlée allait s'engager, il pouvait s'amuser tout son saoul... à sa ceinture, un bébé escargophone se mit à hurler d'une voix rauque.

- On avait dit qu'on y allait ensemble, mec !
- Désolé les gars, vous preniez tellement de temps que j'ai décidé de vous devancer un peu !
- Ouai, bah laisse nous en un peu, clampin !
- T'as vu la gueule de la flotte de Hadès ? J'sais que je suis bon, mais quand même...

Tout ce qu'il savait, c'était que ce navire là était un navire allié : il n'avait pas d'état d'âme particulier à travailler avec des forbans, alors ça lui convenait. Dans la direction d'où il venait, des navires étaient en approche imminente et ne manqueraient pas de venir percuter ceux des pirates une fois que le Kibo se serait avancé, clôturant sa route de fuite. Les chasseurs avaient pris du temps, mais ils étaient finalement arrivés... et ils avaient plus d'un tour dans leur sac. Car si Ragnarock menait désormais la flotte dans une optique simple de noyer les traqueurs de primés sous le nombre dans une mêlée les privant de leurs atouts principaux, il était un fait que lui même avait du considérer.

Ce que Mijushike perdait en quantité, il le rattrapait largement en qualité... et pour chaque chasseur qui tomberait, plus de cinq pirates risquaient de le suivre dans l'au-delà. Sans compter les têtes d'affiche qui restaient en réserve. Observant le garçon au sol, il s'interposa ensuite entre lui et la tueuse, qui le dardait d'un regard froid et méprisant. Elle détestait être interrompue dans son travail... d'autant plus par quelqu'un capable de la prendre par surprise, et quasiment de vitesse. Toujours en sautillant sur place, l'homme-chien afficha un rictus.

- Hé, les pirates ! Enfin... ceux qui sont avec nous, quoi ! Vous feriez bien de mettre votre gars en sécurité !

Il était avant tout là pour casser du primé, pas pour en secourir. Malgré tout, il devait reconnaître qu'il avait vu le jeunot se battre avec une admirable détermination : il semblait maudit d'un pouvoir générateur et savait se débrouiller avec un pistolet. Autant dire que cela avait grandement conditionné sa survie : sans cela, Power n'aurait peut-être même pas réussi à le distinguer de ses cibles... mais tant qu'à faire, autant conserver un maximum de têtes en vie. Il fit craquer ses poings et riva ses yeux dans ceux de Aoi, alors que quelques coups de poing dans le vide "pour s'échauffer" dégageaient déjà de petites langues de flamme.

- Alors, on est timide ?
- ...


------------------

- C'est quoi, ces trucs ?
- J'sais pas, abattez les !

Les tireurs s'exécutèrent, sur plusieurs navires, tandis que les balles pleuvaient en direction des petites formes dans les airs. Des petits paquetages portés par une hélice et un moteur... à première vue rien de bien méchant. Aucun n'était passé au dessus du Kibo no Felicity et, en réalité, ceux qui avaient progressé depuis les navires des chasseurs de prime jusqu'à la flotte de Hadès semblaient même avoir eu un comportement relativement intelligent. Lorsque les boites s'échouèrent sur les navires en contrebas, lorsque les hélices se brisèrent et que tout danger sembla être écarté, un message enregistré dans un tone dial s'activa dans un déclic.

- Ça enregistre, là ? Ah... ouai ! Heu, bah, C'EST UN PRANK !

Deux pirates se regardèrent, indécis.

Leur navire fut ponctué d'une large explosion, pas assez pour le couler mais bien assez pour ravager sa surface et mettre en déroute son équipage... comme une multitude d'autres dans les environs.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1542050781-oreo
Oreo "Cabunk" Nabisco

- CABUNK ! Mangez ça, bande de pas beaux !

Sautillant sur place, le petit ingénieur affichait un sourire satisfait. La situation, au global, était assez mauvaise pour l'heure : en l'absence de Mijushike, avec Elria à l'infirmerie, Tégée avait du se déplacer jusqu'au navire amiral pour reprendre les rennes de l'opération. Si le chercheur ne doutait pas de la capacité du vieil homme à faire rentrer la foultitude de chasseurs impétueux ou paniqués dans le rang, il avait plus de mal à imaginer une fin sereine pour le flanc Ouest... cette explosion était très inquiétante. Mais si les boucaniers de l'Empereur pugiliste voulaient jouer à faire exploser des choses, ils avaient définitivement trouvé des concurrents solides. De toute part, les éclairs continuaient de pleuvoir et d'être renvoyés par les canons électriques, qui prélevaient un tribut lourd dans la flotte du Tenryon. Même s'il gagnait cette bataille... à quel prix ? Le Nabisco avait du mal à le comprendre, mais il n'était pas là pour ça. Bientôt, le canon principal serait en mesure de tirer à nouveau. Et ils avaient encore un autre atout dans leur manche, maintenant que l'océan avait été "normalement" lavé de ses obstacles...

- Préparez les mines de proximité ! Avant qu'ils ne nous percutent, on les enverra par le fond !

Lorsque les deux flottes se rencontreraient, dans les minutes qui suivraient, d'un côté comme de l'autre l'addition risquait d'être salée. Néanmoins, la situation à l'Ouest semblait tendre à se stabiliser : la déflagration gigantesque semblait avoir pris tout le monde de court et, un peu plus loin, le dragon géant que Mijushike avait préparé avant la bataille sur son vaisseau mère revenait à la charge... une créature qui, si elle n'était pas du niveau de son maître, ne manquerait pas de ravager les rangs d'Hadès tant qu'une tête d'affiche ne s'assurait pas de sa mort, ou de la faire tomber dans l'océan. Car dans le sillage des antennes installées en prévision de la tempête, la bête risquait fortement de se protéger des éclairs.


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1547759806-agrid

Agrid Maslow Jr.

- AGRID MASLOW JR. ! SOUVIENS-T'EN !

En plein vol plané vers le lumineux, le combattant sentait son coeur pulser, balancer le sang dans ses veines avec une furie inébranlable. Il n'avait pas eu de combat comme ça depuis un bail et ça le rendait vivant, de la façon la plus dégueulasse et satisfaisante possible. Le sang coulait de ses blessures, ses vêtements étaient entaillés et déchirés de toute part, son corps était marqué de toute part. Pourtant, il se sentait capable de continuer cette danse pendant des jours entiers... mais il savait que ce ne serait pas le cas. Ils étaient trop passionnés et acharnés par leurs échanges. Alors il allait devoir s'assurer que des deux combattants, il serait le seul à repartir sur ses deux jambes. Une réalité qu'il comptait couler dans le béton historique de cette bataille dans les minutes qui suivraient.

Lorsque la multitude de lames se dirigea vers lui, il para avec dextérité la majorité d'entre elles grâce à un haki de l'armement savamment maîtrisé et un jeu de bras expert. Quelques entailles supplémentaires vinrent s'ajouter au compteur global alors qu'il souriait. Il y était presque ! D'un coup de bassin puissant, il effectua une rotation et recouvrit son pied de Haki de l'armement avant de frapper. Il l'avait ! Son tibia s'enfonça dans quelque chose... mais ce n'était qu'une chimère, car l'homme-lumière s'était effacé à l'instant même où il pensait pouvoir le percuter. Il avait pensé pouvoir le prendre de vitesse... et il avait eu tort. Ses yeux s'écarquillèrent et il tourna son regard vers les cieux, où l'assaut inattendu se produisait déjà.

Il encaissa la sphère avec un cri enragé, tandis qu'il était projeté en direction d'un navire en contrebas dans lequel il s'encastra. L'explosion résultant de l'impact ravagea la surface de la caravelle, la laissant à l'état de bois calciné et embrasé. La silhouette du lieutenant de Hadès, cependant, se redressa à nouveau en lorgnant en la direction de l'épéiste. Ce dernier le pointa de son épée, le défiant une nouvelle fois. Ils étaient fourbus, roués de coups et assurément dans un état impliqué par leur propre imprudence. Pourtant... la vitalité qui emplissait les muscles de Agrid était exceptionnelle. Il était un combattant, un guerrier, une bête. Jour et nuit, il vivait pour se battre. Qu'il pleuve, vente, ou fasse grand soleil. La rage qui l'animait ne s'éteindrait jamais. Car c'était là ce qui risquait de se produire pour celui qui échouerait : la mort, seule chose pouvant les empêcher de s’évertuer dans cette chevauchée martiale qu'était devenue leur vie. Il fit craquer ses poings avant d'éclater le mât brûlant à sa gauche, enfonçant ses doigts dans le bois avant de l'infuser de son fluide de l'armement.

- TU L'AS DIT !

Il projetterait ensuite le mât, avant de se se catapulter dans la direction que son Haki de l'observation lui indiquerait, dans le but limpide de fracasser à nouveau le corps de l'épéiste de ses poings ou de ses pieds. Il éviterait cependant de jouer dans les airs : il était visiblement perdant sur ce plan et ce n'était pas une erreur qu'il comptait réitérer...


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1547761707-hadesL'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 1542050781-mijushike

Hadès Tenryon, Mijushike Hojo


Ce chasseur de prime était agaçant. Ses tirs continus empêchaient le pirate d'agir à sa guise, tandis que le maudit mythique se permettait pour sa part une marge de manoeuvre bien plus large du fait de sa malédiction régénératrice. Etait-ce à cause de ce pouvoir qu'il affichait autant d'impertinence et d'irrespect ? Sans doute. La sensation d'immortalité, qu'il devait souvent effleurer du bout des doigts, avait de quoi être grisante. Le Tenryon ne pouvait lui même que le reconnaître : échapper à la vieillesse avait été un épisode récent de sa vie haut en couleur, dans lequel il s'était vu frappé d'un plaisir indescriptible. Rare était l'homme qui ne craignait pas la mort ou le déclin et, en tout état de cause, trouver une parade à ces deux concepts était une quête que beaucoup désiraient entreprendre...

déviant les balles avec une maîtrise suprême de son Haki de l'armement et une série de gesticulations millimétrées, tout en continuant à se déplacer pour forcer le Hojo à user d'un maximum de ses balles qu'il imaginait aisément être limitées, l'ancien vieillard observa l'attaque en piquée du Phoenix avec un certain dédain. Essayait-il de le prendre de court de façon aussi grossière ? Considérait-il que, maintenant que le chef de l'Alliance le soutenait de façon active, il était possible pour lui de simplement foncer bêtement en sa direction ? La leçon d'un peu plus tôt ne lui avait pas suffit... ou du moins le pensa-t-il. Car lorsque son poing se décala sèchement dans le but de rencontrer la plante des pieds de l'oiseau azuré, il n'y trouva qu'un vide qui l'alerta.

L'instant d'après, il avait réagi avec une dextérité fascinante, mais cela n'était pas suffisant. Si le poing de Nakata ne percuta pas son visage, il ne manqua pas de s'enfoncer dans sa clavicule droite en lui arrachant un regard colérique. La puissance du coup fit dégringoler l'Empereur de ses appuis tandis qu'il poussait sur ses jambes pour atténuer l'impact. Bientôt, il dévala une bonne centaine de mètres avant de s'arrêter dans une montagne dans laquelle il s'encastra sèchement. Mijushike, de son côté, ne rata pas l'occasion qui s'offrait à lui : ses munitions s'asséchaient à vue d'oeil, alors il fallait passer à la vitesse supérieure. Déroulant un large parchemin, il y apposa sa main avant d'en extirper un large canon qu'il plaça sur son épaule avant de tirer en direction de la poussière. Bientôt, une partie impressionnante de la surface rocheuse s'écroula là où Hadès se trouvait toujours... en témoignait sa voix qui semblait toujours au même endroit.

Malgré un moment de battement, Mijushike profita de l'occasion pour se débarrasser de ses armes devenues inutiles, les renvoyant à l'état d'encre amorphe, tandis qu'il se dotait de son pinceau fétiche pour dessiner une multitude de schémas sur le sol et dans ses parchemins. Il devait profiter de l'air que lui offrait le Nébula à ses côtés pour reprendre l'avantage du terrain. Hadès était meilleur que lui en combat pur et direct : c'était un fait qu'il reconnaissait aisément. Mais avec un peu d'astuce...

- "Mon Capitaine" ?

Suite à ces mots, une large fissure ravagea l'intégralité de la zone entre les deux combattants qui faisaient rempart au prestigieux pirate et lui même. Pestant, Mijushike se jeta sur le côté et effleura la roche des doigts, semblant y faire prendre forme une chaîne terminée par une lourde et dense boule en titane. Pendant ce temps, les débris de la montagne qui avaient commencé à s'évacuer suite à l'attaque surprenante explosèrent tout simplement dans un mouvement prodigieux, avant qu'Hadès ne se retrouve droit devant le Phoenix dont il voulait se débarrasser momentanément.

- Je suis le Capitaine, idiot.

Son poing, semblant luire sous la lune, s'enfoncerait alors sèchement dans l'estomac du maudit... sauf s'il tentait de s'en prémunir : avec une vitesse ahurissante et une précision monstrueuse, le pugiliste adapterait sa posture et son mouvement pour finalement frapper en plein visage, alors même que le Zoan protégerait avidement ses abdominaux. S'il tentait de s'esquiver plus que de faire face, alors il se saisirait sans doute de la partie de son corps la plus proche pour profiter de son mouvement et le projeter au loin. Le but était de pouvoir revenir sur Mijushike, qui gagnait en force à chaque seconde lui permettant de dessiner : pourtant, malgré le déluge de coups précédents, Hadès semblait en pleine forme... car c'était la réalité d'un combat d'un niveau de ce type : à ce stade, les protagonistes n'étaient plus que des monstres, et les échanges pouvaient continuer éperdument, s'étaler sur des jours entiers, sans qu'un vainqueur ne soit même décidé...

Mijushike, de son côté, se dirigea en direction du duo en amorça un coup dans le dos d'Hadès : ainsi, même s'il parvenait à écarter le Fenice, il devrait faire montre d'une adresse notable pour encaisser l'assaut du maître des chasseurs de prime sans broncher. Le Hojo savait bien que cette arme ne lui servirait qu'une fois, car dès que le Tenryon l'aurait en main, il la lâcherait... mais pas exactement tout de suite.


------------------

Au large, dans la direction qu'empruntait le Kibo, la silhouette d'un navire tranchait dans l'horizon droit et limpide formé par le ciel de nuit et l'océan. Cette embarcation inconnue ne serait pas là avant de très longues minutes... amie, ennemie ? Un énième suivant de Hadès se jetant dans une bataille dont il avait loupé le départ ? Des alliés de circonstance ? Il était impossible de le savoir tant que la rencontre n'aurait pas eu lieu...

Dans le lointain, quelques rugissements semblables à celui poussé par le Madoka s'échouèrent dans les oreilles des plus avertis et des plus éloignés des affrontements qui faisaient rage. L'influence du vieux chasseur était loin de s'arrêter à sa simple renommée... surtout dans le Nouveau Monde, un territoire qu'il avait appris à apprivoiser grâce à sa longévité exceptionnelle et sa malédiction terrible.





Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Edward tombe à l'eau et commence à se noyer. Personne ne vient et il perd connaissance. C'est la fin de ton event ! Tu peux néanmoins faire un ultime post si tu as des choses à dire. Tu vas être contacté en PV pour la suite.
  • Branch reste inactif et vous le distancez, son avenir incertain en jeu. Cara a besoin d'être stabilisée, une chose que Lilianna tente de faire tant bien que mal. L'aide de Hiko serait effectivement salvatrice.
  • Du côté du docteur, la demoiselle s'efface en une sorte d'image rémanente. Elle tente de lui sectionner une cheville, consciente qu'un assaut direct dans le dos serait prévisible et que s'exposer de façon trop agressive serait une mauvaise idée avec un gabarit pareil, tout en se rapprochant du niveau du sol. Elle peut ainsi éviter le tournoiement, mais son assaut est un échec si Hiko utilise son Haki à temps. Elle lui laissera alors une mince ouverture pour contre-attaquer.
  • Damon peut sentir une voix s'infiltrer à l'étage des canonniers, par une des trappes latérales pour les canons. Alicia également, en plus de voir une forme sinueuse slalomer entre les objets qui dégringolent.
  • Ki ne parvient qu'à entailler une épaule de Ruthven, de façon bénigne, grâce à l'intervention de Kari. Elle répond, puis envoie un coup de pied à Ruthven pour l'éloigner quelques peu avant de s'en prendre à Kari directement.
  • Pouic fait Pouic en direction de Alidia. Il est gentil Pouic.
  • Aoi met KO Nook (c'est vu avec le joueur), mais ne peut pas l'achever car elle est repoussée par Power. Les chasseurs de prime arrivent !
  • Une autre invention de Oreo fait quelques ravages aux alentours du Kibo. Il prépare quelque chose pour leurs amis les pirates. Petit résumé de la situation globale au passage.
  • Agrid hurle, parvient à se défendre, tout relativement, mais se fait projeter dans un navire en contrebas par la sphère de lumière. Il semble prêt à donner tout ce qu'il peut, gonflé à bloc. Il se saisit d'un mât qu'il infuse de Haki avant de le jeter sur Kyoshiro, dans le but de le suivre dans son esquive (ou de le forcer à rester sur place pour parer) et de profiter de son mouvement. La fin approche !
  • La stratégie mise en place par Nakata marche, bien que Hadès parvienne à se décaler légèrement. Le coup le projette au loin, et Mijushike en profite pour le canarder dans la fumée. Il se dépose non loin de Nak et dessine à une vitesse ahurissante au sol. De son côté, Hadès se décide à passer à la vitesse supérieure. Son style pur est purement passif : une maîtrise ahurissante de ses poings et de son corps. Dans le RP, ça se traduit par le fait qu'il est capable de passer d'un mouvement à l'autre et de s'adapter à la posture de son adversaire avec une telle dextérité et une telle vitesse que même le Haki de l'observation devient d'une utilité toute relative pour contrer ses coups. Il se jette sur Nakata avec l'intention de lui donner un coup de poing dans l'estomac, qui arrivera finalement en plein visage. Si Nakata esquive plus qu'autre chose, il tentera de profiter de son esquive pour l'accompagner dans son mouvement et le projeter au loin, de préférence vers l'océan. Mijushike, de son côté, profite de cela pour attaquer Hadès dans le dos.
  • Au large, un navire apparaît. Un bruit lointain répond au rugissement de Groogal.




Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement et de l'observation.
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu.
Tégée Deimos est lvl ??
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - état inconnu ?
Serge est lvl 32 - état inconnu ?


Navire TNS :
Les pirates attaquant depuis le large sont lvl 20-25.
Akai est lvl 38.
Bara est lvl ??.
Aoi est lvl 34.
Ki est lvl 31.

Pouic est lvl ?? - Pouic.

Power est lvl 36 - Brise Feu.

Sous l'eau et face aux Nebula (toujours) :
Les Pacifista X-Edition sont lvl 45.
> un contre Cruella.
> un contre Le Remorqueur et Long Rive.
> un contre l'équipage de Mevin Domo.
> deux contre les forbans et hors-la-loi accompagnant l'équipage de Mendela.

Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)
Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000) - Mourante.

Navire de la Triade :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Quing Beltegeuse est niveau 48 - (/)
Barbaros est niveau 48 - (/)

Du côté d'Edward :
Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000) - état inconnu ?
Enora est niveau ??? (30.000.000) - état inconnu ?
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15029
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue52/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue175/1000L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeMar 16 Avr - 19:00

img_rp
A Light to burn all the Empires,
So bright the Sun is ashamed.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent


Sa hache monumentale ne rencontra rien d'autre que du vide, et son œil unique s'écarquilla tandis qu'il remarquait la silhouette avachie de son ennemie, décidément bien vive et réactive. Il avait cru que cette gamine tenterait de l'éliminer aussi promptement que possible, en considérant qu'il était une source d'ennuis potentielle et que la résistance du Kibo finirait fatalement par s'organiser autour de lui, entre autres. Mais elle était assurément plus patiente : elle voulait lui nuire petit-à-petit, car elle savait que le temps jouait contre Tengoku no Seigi. Même si les chasseurs semblaient s'organiser petit-à-petit et retrouver de leur panache, même si Nakata ou Kyoshiro finiraient tôt ou tard par revenir à la charge afin de leur fournir de l'aide, les intrus étaient à la fois de plus en plus nombreux et de plus en plus pugnaces. Les forbans du Phoenix, quant à eux, s'essoufflaient à s'échiner, à tenir bon coûte que coûte... De plus, une autre donnée ne pouvait qu'angoisser le docteur, et le pousser à manquer d'un sérieux qui lui était pourtant indispensable, en l'état : Nook était en position plus que périlleuse, et ses compagnons étaient peu ou prou tous tenus en joue par un adversaire compétent. Tout cela amena le botaniste à répondre moins vite qu'il n'aurait dû le faire, en temps normal : la lame lui zébra donc la cheville, mais, fort heureusement, sans atteindre le tendon qu'il parvint à décaler d'un rapide mouvement de la jambe. Il s'en était fallu de peu pour que son propre combat ne prenne une tournure des plus déplorables, en une seule seconde d'inattention : ils étaient bel et bien sur le Nouveau Monde, et plus personne ne leur ferait de cadeaux, à ce titre... Un grommellement quitta ses lèvres tandis qu'il se redressait, dardant son ennemie d'un regard plus froid qu'auparavant. Il ne pouvait pas se retenir, contre une femme pareille. Il allait devoir donner tout ce qu'il avait, même si faucher la vie lui répugnait toujours autant, en tant qu'homme de sciences et de médecine... L'arrivée en fanfare des chasseurs qui permirent à Nook de survivre encore un peu rasséréna grandement le forban à la hache, qui se redressa en bombant le torse. Il allait pouvoir continuer à jouer statique... Ou du moins l'envisagea-t-il, jusqu'à ce qu'un événement imprévisible n'ait lieu.



Salope ! Si t'amoches encore une fois cette bête de sexe, je t'éventre sur le champ ! Vodopád !


Natalia, une main sur la barre, dégaina son épée et réalisa un geste ample, en direction Akai qui demeurait pourtant hors de portée. La réponse à cette énigme ne tarda guère à se faire connaître : premièrement, l'épée sembla se séparer en une foultitude d'éléments distincts, à peine reliés entre eux par une chaîne apparemment extensible. Deuxièmement, alors même que cette chaîne semblait insuffisante, de la vitesse accumulée par la pointe de cette lame naquit une projection d'air tranchante qui fonçait droit vers l'ennemie du botaniste... Lequel ne manqua pas le coche. Il se savait plus lent que l'intruse, et imaginait qu'il finirait par payer chère une attitude trop défensive. Il lui fallait rendre la monnaie de sa pièce à cette pirate, donc... Chose encore possible, par chance, car sa cheville ne souffrait pas encore exagérément du coup enduré précédemment. Il pouvait se mouvoir, vite même, à condition de prendre appui sur l'autre jambe en priorité. Ce qu'il fit, bien sûr : il avala la distance qui le séparait de la demoiselle et arriva un instant après la lame d'air de Natalia. Il imaginait que l'offensive de la navigatrice serait en soi inutile, et que la subordonnée d'Hadès y échapperait sans peine, mais il ne lui laisserait pas la luxe de recouvrer sa stabilité pour autant. Il allait la harceler, autant qu'il le faudrait pour la pousser à la faute, grâce à cette chance offerte par sa collègue décidément bien embarrassante lorsqu'elle était plongée dans cet état exubérant... Un coup de hache horizontal tenterait donc de cueillir la criminelle non invitée au niveau des mollets. De quoi la priver de ses pieds séance tenante si elle manquait à son tour de prudence ou de réflexion... mais le docteur n'allait pas s'arrêter en si bon chemin, pour sûr. C'était sa main droite qui, seule, guidait son arme titanesque : la gauche, elle, s'était fermement serrée et son poing tenterait de cueillir Akai en pleine tête si elle s'avisait d'esquiver en sautant, se privant de ce fait d'appui pour se dérober une fois de plus. Le haki de l'armement suivrait ce coup de poing, mais une part du haki demeurerait vacante, en cas de nécessité défensive. Le borgne savait qu'il n'excellait pas dans ce domaine autant que son capitaine, et si cette incompétence le faisait fulminer, il savait qu'il lui fallait composer avec aussi efficacement que possible... Ce qu'il faisait, donc.



Gh...


Il avait évité le pire grâce à l'intervention bienheureuse de Kari, mais il n'avait pas pu empêcher la lame adverse de tracer un fin sillon sur son propre corps. Bon sang, il exécrait sa propre faiblesse... La nuit tombée, la majeure partie de ses réflexes et de ses atouts disparaissaient, fondaient, pour ne laisser plus qu'un corps rongé par la fatigue. C'était là pire qu'une malédiction, et c'était terriblement complexe à porter, dans de telles circonstances... Il parvint à se protéger lorsque le coup de pied le visa sèchement, en croisant ses bras sur la trajectoire de cette offensive virulente, mais ne parvint pas à tenir bon pour autant. Il fut repoussé vers l'arrière, et seule une roulade preste lui évita les désagréments d'une chute lourde et désarticulée. Il demeura une seconde à genoux, évaluant la situation froidement, non sans entendre les cris et les détonations qui leur provenaient encore distinctement, malgré les foudroiements et les hurlements de la tempête qui les englobait de plus en plus férocement. La rouquine risquait d'avoir besoin d'un coup de main contre cette assassine... Mais c'était encore plus vrai pour Nook, qui gisait inconscient aux pieds d'un chasseur arrivé avec un excellent sens du timing. Le cuisinier ne pouvait pas rester exposé aux vents et aux intrus de cette manière, pas s'il était incapable de se mouvoir de lui-même : il fallait de ce fait le mettre en sécurité, et ce de toute urgence. Pire encore, Alidia ne pouvait disposer que d'armes imparfaites, tant qu'on ne lui rendait pas les couteaux qu'elle avait l'habitude d'utiliser, et qu'elle avait pu préparer en vue d'une bataille de cette teneur. Il fallait en conclusion que l'un d'entre eux se rende à l'intérieur du navire, pour y déposer le gamin imprudent et pour y récupérer des armes en grand nombre... Et ce quelqu'un ne pouvait être que lui.



Tiens bon, Kari ! Je reviens vite ! Toi aussi, Alidia !


Il se redressa et se précipita droit vers le corps inanimé, qu'il tenta de cueillir tout en réalisant une glissade contrôlée, permise grâce à l'humidité accumulée sur le pont à la suite des vagues et des gouttes qui y pleuvaient constamment. Il attrapa le maudit d'une main et, sans attendre davantage, bifurqua pour se jeter dans la direction de la porte, qu'il franchirait à la hâte. Il ne pouvait pas perdre plus de temps : il devait agir au plus vite...

De son côté, Alidia faisait face à un adversaire à l'allure étrange. Cet olibrius n'était pas un quidam, sa démarche et l'atmosphère carnassière qu'il dégageait en attestaient suffisamment... Fort heureusement, la femme loutre avait eu le temps de récupérer à la hâte quelques couteaux et épées courtes qu'elle tenait désormais dans ses mains, pour l'essentiel. Elle allait avoir une quantité de munitions assez restreinte pour faire face à cet intrus d'un nouveau genre, mais il allait sans dire qu'elle ne pouvait pas se permettre de faiblir. Elle venait tout juste de revenir sur le pont du Kibo... Damon et Natalia, qui se trouvaient juste derrière elle, ne devaient pas se mêler de cet affrontement. Elle allait devoir s'en occuper seule. Aussi fit-elle en sorte d'entamer les festivités avec virulence, afin de maximiser ses chances d'en finir d'un coup d'un seul, dans le cas de figure où cet assaillant ne serait pas aussi redoutable qu'il y paraissait : elle utilisa Kaze to tetsu en projetant un couteau droit vers le tibia gauche de son ennemi, projetant donc la lame en précédant celle-ci d'une projection d'air tranchante. La pêcheuse, ensuite, ne demeurerait pas éternellement inutile : elle se mettrait à courir droit vers l'adversaire, qu'elle tenterait de taillader d'un coup de dague en plein torse. Ses sens demeureraient particulièrement aux aguets, tandis qu'elle prendrait pleine mesure de la force et de la vitesse de son opposant, afin de savoir s'il lui était possible d'en finir promptement ou s'il allait s'avérer plus problématique que cela. Dans un cas comme dans l'autre, elle ferait en sorte de s'éloigner précipitamment aussi vite que possible, dès que son coup aurait été portée. Elle n'était pas du genre à s'approcher inconsidérément d'une créature aussi singulière... Et surtout pas de demeurer dans les parages inconséquemment.

<(°-°)>




Qu...


Rapide. Beaucoup trop rapide, à la vérité. Les sourcils du Phoenix eurent tout juste le temps de se froncer que la silhouette inébranlable de l'ancien vieillard se dressait sur sa route, implacable et violente. Ce qui l'attendait risquait d'être particulièrement douloureux, et il ne l'ignorait pas, mais l'artiste ne pouvait pas empêcher ses pensées de divaguer, tout interloqué qu'il avait été par les dires révélateurs de l'Empereur. C'était lui, Hadès ? Cet homme d'une quarantaine d'années bien tassée, tout au plus ? Il aurait dû sembler quasiment deux fois plus âgé ! L'incompréhension n'émoussa guère les sens du mythique, qui se mit en branle à l'instant même où la gestuelle ennemie n'augurait rien de bon. Le coup de poing qui visait son abdomen allait être sèchement repoussé. Il devait l'être. La main gauche de l'ancien corsaire, couverte de l'armement, lui permettrait de dévier le coup d'estoc ravageur pour permettre à sa morphologie fine d'éviter cette confrontation trop fracassante. Son poing droit se crisperait, quant à lui, et apporterait à l'ennemi une riposte qu'il ne semblait pas pressentir, comme s'il sous-estimait encore grièvement le Phoenix, même après le coup qui venait de lui être porté... Ou peut-être était-ce le Fenice qui manquait de prudence ? Ce dernier se rendit compte trop tard de son erreur aberrante : ses songes s'agitant venaient de lui faire perdre un temps précieux, et il se rendait tout juste compte du fait que l'assaut terrible de son adversaire ne ciblait finalement pas son ventre, mais son crâne. Il devait se protéger, sans quoi il risquait fort de traverser à nouveau une distance hallucinante en un clin d’œil... Il devait rester au contact. C'était là sa seule et unique mission, le seul devoir auquel il ne pouvait pas déroger. Il devait tenir cet ennemi occupé. Sa main droite se fit aussi vive que possible, et tenta de cueillir le bras du Tenryon par le bas. Il y parvint, mais pas assez fermement pour que son geste ait l'incidence escompté : la main du Yonkou était trop assurée, trop déterminée, trop vindicative pour qu'il puisse la décaler drastiquement. Le haki de l'armement qui vint s'apposer sur son front lui sauva momentanément la mise : le choc fut aussi brutal qu'on aurait pu l'imaginer, et son corps se tordit vers l'arrière dans un claquement épouvantable qui résonna à des lustres à la ronde. Sa conscience vacilla une seconde, le temps que sa malédiction le ramène à lui, comme un coup de défibrillateur salvateur. Et il se retrouva à cinq ou six bons mètres de l'Empereur, tordu dans les airs, la distance défilant sous lui à une vitesse proprement ahurissante.

Sa réaction fut si impulsive et sanguine qu'elle ne fut quasiment pas visible à l’œil nue. S'il avait bien quelque chose pour lui, dans ce conflit légendaire qui l'opposait à deux pointures mille fois plus expérimentés qu'il ne l'était à son jeune âge, c'était sa malédiction et la maîtrise dantesque qu'il avait d'elle. Et il en apporta la preuve à quiconque en doutait encore, en passant d'une forme hybride à l'autre comme si c'était aussi naturel que de cligner des yeux, aussi évident que d'inspirer profondément. La forme Tenshi fit apparaître des ailes dans son dos, qu'il utilisa pour se rapprocher aussi vigoureusement du sol qu'il le pouvait, tout en retrouvant un semblant de contrôle dans sa projection et dans sa posture. La forme Kashi lui permit de transformer ses jambes en pattes flamboyantes, et ses serres, qu'il planta dans le roc avec impétuosité, purent mettre fin à la course folle qui était la sienne prématurément... Les pattes tâchèrent ensuite de l'inverser, lui permettant de revenir à la charge plus promptement qu'on n'aurait pu s'y attendre et qu'un homme normal n'aurait pu le faire. Il allait sans doute arriver un peu après Mijushike : il entendait contraindre Hadès à se focaliser sur lui plutôt que sur le chasseur, dont la démarche audacieuse pouvait leur profiter conséquemment.



Bōseki !


Il tournoya sur lui-même, tout en fonçant, et tâcha de percuter le prétendant au titre de Seigneur en plein dans la cage thoracique, si possible au niveau du flanc. S'il y parvenait, il pourrait non seulement prendre Hadès de court et l'éloigner momentanément de Mijushike, mais aussi et surtout offrir à celui-là une fenêtre de tir durant laquelle il pourrait utiliser l'arme à moyenne portée qu'il semblait avoir peinte sur mesure. Restait à savoir si leur collaboration naissante toucherait au but, ou si ces balbutiements maladroits d'entraide demeureraient infructueux. En l'état, en tout cas, le blondinet conserverait jalousement son haki de l'armement : s'il le maîtrisait désormais à la perfection, il savait que ses réserves en la matière n'étaient pas infaillibles... Et même certainement moins infinies que celles des deux cadors qui se trouvaient là, à deux pas.




Hiko reçoit un peu d'aide, grâce à l'intervention de Natalia, et il essaye d'en profiter malgré sa légère blessure. Coup de hache horizontal, coup de poing infusé au haki : un programme simple mais "percutant".
Ruthven endure le coup de pied aussi fermement qu'il le peut, mais il est décalé tout de même. Il utilise ce léger répit pour foncer sur Nook, qu'il entend ramener à l'intérieur aussi rapidement que possible, puis il fonce vers la chambre d'Alidia pour y récupérer ses couteaux.
Alidia, justement, fait face à Pouic. Elle essaye de l'atteindre d'un lancer de dague au niveau du tibia gauche, puis d'un coup de dague au corps-à-corps en plein torse.

Nakata se fait avoir, mais réussit à minimiser les dégâts, quand même. Il inverse sa projection grâce à ça :
→Tori Tori no Mi : Forme hybride ailes : Tenshi (Gain d'une forme, level 32)
La forme ultime de Nakata. Deux ailes bleues prennent place sur son dos, le transformant en une sorte d'ange. Son pouvoir de soin est extrêmement puissant, même s'il n'égale toujours pas la forme complète. Il peut utiliser ses bras et ses jambes, et donc toutes les techniques de corps-à-corps, mais avec un gain de vitesse incroyable et la capacité de voler.

Puis :
→Tori Tori no Mi : Forme hybride pattes : Kashi (Transformation des membres, level 27)
C'est une autre forme hybride obtenue à force d'entraînement. A ce stade-là, les jambes de Nakata deviennent celles du Phoenix, bleutés. Elle possèdent des serres et lui permettent d'obtenir un gain offensif conséquent. En effet, en plus des techniques de base, il pourra utiliser certaines techniques utilisant les griffes. Il pourra gravir des murs, ou se propulser avec plus d'efficacité que normalement. En revanche, son pouvoir curatif reste celui de la forme basique.
Lvl 30 : Bōseki : Nakata, une fois devant son ennemi, se propulse dans sa direction et se met à tourner, une patte en avant, tel une toupie. Il lacère efficacement l'adversaire avec ses serres et finit par l'éjecter d'un coup de tibia.


Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 54673_s

Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1718
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue46/75L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (46/75)
Expériences:
L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Left_bar_bleue42/750L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty_bar_bleue  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitimeHier à 23:07

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




La plupart des guerriers de ce monde ne voyaient les fruits du démon que comme une source supplémentaire de puissance, un outil de plus à leur disposition pour les aider à attendre les objectifs auxquels ils tenaient tellement, ainsi qu'une évidente malédiction leur interdisant tout contact avec une quelconque source d'eau, mais le jeune épéiste avait appris à apprécier le caractère précieux d'un tel cadeau. Il savait qu'il avait eu de la chance d'obtenir un fruit aussi versatile et puissant que le sien, un fruit qui allait de paire avec sa volonté de ramener la lumière dans le cœur de tellement de gens saturés par les ténèbres, mais ce n'était pas tout. Combien d'hommes dans ce monde pouvaient se vanter de pouvoir traverser un océan tout entier en un clien d'oeil ? Combien pouvaient affirmer que le ciel n'était même pas une limite pour eux ? Combien avaient senti la puissance du soleil au creux de leur cage thoracique, pulsant à chacun de leurs mouvements sans ressentir peur on un faux sentiment de divinité ? Kyoshiro était cette exception, il possédait en lui une puissance incommensurable et ne s'était jamais laissé emporter par cette dernière, grâce à une éducation stricte et une modestie naturelle sans nul doute. On pourrait croire que traverser les nuages sous cette forme éblouissante serait le summum du bonheur, le pinacle de la joie ou de la satisfaction qu'un être humain pouvait jamais ressentir mais ce n'était pas le cas pour lui, pas du tout.
Il avait appris à maîtriser cette puissance, à l'utiliser avec précaution par crainte de ce qu'il pourrait détruire en tendance de protéger autrui mais, au fond de lui, il ne se sentait jamais aussi complet et parfait que lorsqu'il avait ses deux armes maudites entre les mains. Étrange, non ?Avoir la puissance du soleil et préférer deux couteaux semblait stupide, comme choisir de se battre avec un pistolet à eau plutôt qu'un gigantesque canon de la taille d'un galion, et pourtant c'était bien le cas du samouraï. Utiliser sa malédiction était une chose aisée, presque naturelle comme respirer ou mettre un pied devant l'autre à tel point que cela en était effrayant, mais manier ses sabres était une toute autre paire de manches.
Ses lames étaient lourdes, tellement lourdes et parfois aussi maniables qu'une gigantesque masse lorsque la fatigue pointait le bout de son nez et pourtant l'ancien candide n'aurait échangé ces instrument de mort pour rien au monde. Elles étaient ce qui le définissait, ce qui résumait sa vie toute entière et, un beau jour, Kyoshiro mourrait avec ces deux merveilles entre ses puissantes mains. Mais comment faire pour conjuguer cette voie du sabre avec les risques qu'il prenait en étant au côté de son capitaine ? Il ne pouvait décemment pas se permettre de brider sa propre puissance juste pour satisfaire ses croyances profondes, au risque de mettre ses compagnons en danger, mais il devait trouver un moyen d'établir un petit compromis. C'était ainsi qu'il était arrivé à la création de son propre style de combat qui conjuguait parfois sa maîtrise du sabre avec son maniement et la création de lumière mais, si ce style n'en était encore qu'à ses balbutiements et nécessitait une bonne dose d'amélioration, le maudit savait qu'il tenait quelque chose de solide. Était-ce sa façon de se battre ? Oui, il ne pouvait pas se permettre d'y aller avec le dos de la cuillère et devait apprendre à mixer la puissance et la vitesse de son fruit avec la finesse et l'agressivité que lui conférait sa maîtrise des lames.

Oui, il devait affiner ses talents mais devrait reporter cet exercice à demain, en supposant que ses yeux se lèvent sur un soleil nouveau. En effet alors que le jeune épéiste prenait appuyer en direction de son bestial adversaire, alors qu'il serrait les dents pour faire fi de la douleur et de la fatigue inhérentes à un combat aussi grandiose, aussi éblouissant, aussi magnifique et terrible, il ne pouvait oublier ce qui se trouvait au bout du chemin : une mort de guerrier. Cet homme ne cessait de le défier, de l'appeler à sortir le meilleur ou le pire de lui-même mais, enfin, Kyoshiro put mettre un nom sur ce prodigieux opposant.


 « Je ne risque pas de l'oublier ! AGRID !   »

Agrid. Agrid. Un nom qui serait gravé à tout jamais au fer rouge dans l'esprit du jeune homme, un nom qui serait synonyme de révélation face à un nouveau moyen d'aborder un combat autrement que par dégoût et douleur, une nom qui serait synonyme de renouveau pour un garçon qui sentait s'être enlisé dans une routine guerrière depuis bien trop longtemps. Un nom qui serait synonyme de gratitude, aussi longtemps que le cœur de Kyoshiro continuerait de battre...ce qui pourrait ne pas être pour si longtemps que cela.

L'espace d'un instant, en sentant le pied du pugiliste arriver sur lui, Kyoshiro fut tenté de bloquer l'attaque pour en ressentir la pleine puissance mais fit le choix d'une voie plus sage, plus logique, en esquivant le coup avant d'éjecter son opposant au loin. Ce n'était pas fini, pas fini du tout et ledit Agrid le lui rappela en éjectant un mât vers lui à une vitesse époustouflante. Bloquer ? Trancher le mât ? Il pourrait le faire mais son esprit y voyait-là une autre opportunité, une autre voie, une invitation à son opposant de poursuivre le combat sur un tout autre terrain. Ainsi, usant de son fruit, le jeune homme posa ses pieds sur le mât en mouvement et, s'il lui fallut quelques bonnes secondes pour regagner un semblant de stabilité et s'habituer au mouvement continué de ce nouveau sol, ce fut avec une excitation certaine que l'épéiste observa son adversaire le rejoindre sur ce sol plus qu'instable. Il était là, devant, lui, prêt à bondir et cette seule idée fit briller une lueur renouvelée dans les prunelles du jeune guerrier.
Le monde  défilait à une vitesse folle sous leurs pieds et, pourtant, plus rien n'avait d'importance que le guerrier à l'autre bout du mât. Ils restèrent là à se regarder, l'espace d'un instant, puis la nature reprit ses droits quand les deux guerriers se jetèrent l'un sur l'autre dans une mêlée aussi chaotique que surhumaine. Poings contre lames, férocité contre discipline, les deux hommes échangèrent coup après coup avec une violence croissante et, alors que l'épaule du jeune se faisait de plus en plus douloureuse à chaque nouveau mouvement, il se sentit étrangement de mieux en mieux. Il avait longtemps lutté pour se chercher, pour trouver sa voie mais ici, sur ce massif projectile perçant l'air, il ne s'était jamais sentit plus à sa place.  Frappant le sol à répétition pour augmenter sa vitesse, le samouraï fut repoussé en arrière et repartit à l'assaut aussitôt, positionnant ses deux sabres à l'horizontal en un mouvement de tranche qui fut bloqué par la maîtrise experte de son opposant. Les deux hakis s'opposèrent, lames contres poings et, alors que ses sabres maudits ne trouvèrent que du haki de l'armement comme seule cible, il leva les yeux et échangea un regard rempli d'excitation avec son adversaire.

Ils auraient pu rester dans cette position pendant une éternité, l'un contre l'autre, se jaugeant du regard alors leurs énergies combatives s'opposaient avec vigueur, mais la douleur les rappela à la réalité et, à regret, Kyoshiro brisa le contact en bondissant en arrière. Rengainant ses deux lames, sentant une nouvelle pulsion d'énergie se déverser dans ses bras alors qu'il appuyait un peu plus sur ses jambes, il bondit avec la ferme intention de dégainer, trancher son opposant et rengainer son arme juste après.

Il se savait épuisé, voyant ses réserves d'énergie diminuer à vue d'oeil et pourtant il ne put envisager de lever le pied ne serait-ce qu'un instant. Y aller à 150 % de ses capacités était le moins qu'il pouvait faire pour cet homme qui lui avait ouvert les yeux et, même si cet affrontement ne durerait plus très longtemps, il comptait bien profiter de chaque instant sans se soucier du lendemain.

Le chaos régnait à quelques dizaines de mètres en-dessous mais, ici, deux surhommes s'affrontaient avec rage et ferveur.

Ils étaient des bêtes, des guerriers, des démons. Ils étaient nés pour se battre.

Ils étaient nés pour cet instant.


   
© ANARCISS sur epicode
           

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM] - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Le forumhaiti face à l'histoire d'Haiti de 1986 à 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Le Nouveau Monde-