Partagez | 
 

 L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
PNJ (Pirate)

PNJ (Pirate)
Messages : 366

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Mer 2 Jan - 22:10




Les combats continuaient de faire rage. Peu à peu, les deux masses organisées qui formaient les flottes se désolidarisaient, que ce fut à cause de la tempête ou des manoeuvres engagées, malgré les précautions de nombreux marins avisés. Nul n'était dupe ici... la nuit s'annonçait sanglante. Peu à peu, au centre des deux flottes, l'eau commençait à former des cercles menaçants et à changer de niveau, présageant un phénomène météorologique des plus destructeurs. Néanmoins, le système de stabilisation faisait un travail fort satisfaisant en limitant les secousses et en évitant la dérive des navires dans la grande majorité des cas. Du reste... ce n'était qu'une question de jugeote et de bon sens : les quelques idiots qui avaient voulu braver la tempête s'étaient vite retrouvés balancés par dessus bord.

Les Nebula se battaient avec hargne : qui ne l'aurait pas fait, à leur place ? Ils avaient tous des motivations et des attentes différentes, mais ils servaient tous le même Empereur : un Empereur qui n'aimait pas l'échec, mais savait récompenser la victoire par la gloire. Cruella accueillit le revers imprévisible d'une parade douloureuse, mais efficace, avant de repartir à l'assaut de plus belle. Le Remorqueur, de son côté, ne fut sauvé que par l'intervention de Long Rive lui-même : lorsque son ancre commença à l'entraîner dans l'eau, alors même qu'il parvenait à la lâcher sans pour autant stopper sa progression, ce fut son capitaine qui le cloua au sol d'un coup de sabre bien étrange... qui n'occasionna pas de dégâts. Mevin Domo s'agaça rapidement de voir le Pacifista disparaître dans les flots, mais il n'y pouvait rien : poursuivre la machine aurait été une folie. Il fallait attendre qu'elle revienne d'elle même à la surface... chose à laquelle Vindex se préparait placidement. Dans l'eau, les monstres marins parvinrent à s'attaquer à plusieurs navires qui commencèrent à couler ou se fragiliser, mais l'assaut fut de courte durée : les X-Edition présents mobilisèrent bientôt toute leur attention, les abattant en grands nombres.

Le mouvement du maudit de la Lumière était trop rapide pour être contenu, d'autant plus que sa composition même en faisait une véritable peine à traiter pour Ragnarock : il était des éléments qui nécessitaient un effort bien trop audacieux pour se plier à son pouvoir, aussi irrationnel fut-il. Bientôt, les balles de lumières vinrent rebondirent en tous sens sur les miroirs du navire de la Triade, dont l'équipage n'avait pas eu le temps de manoeuvrer les mécanismes de camouflage. Pris de vitesse, ils assistèrent impuissants à un déluge qui coula de nombreux navires, alors que l'homme lumière était déjà reparti. Mais cela ne suffirait certainement pas à faire battre en retraite la marée de voiles pirates hissées bien haut...



Synchrone, Tour Decima


Lorsque les coups de feu se mirent à pleuvoir à son encontre, Synchrone fut relativement surpris de voir que son pouvoir avait été combattu par le jeune Yamaka... ou plutôt vaincu par une réaction qu'il ne comprenait pas. Tout semblait pourtant bien se passer. Alors pourquoi ? Il eut le temps de réfléchir quelques secondes à cette question, tandis que Branch s'interposait sans dommages visibles. Ces forbans se montraient coriaces, en plus d'être complètement imprévus dans l'équation... mais il y parviendrait. Il ferait entendre la voix de la raison à ces gens. La paix était une priorité : qu'elle fut induite par une manipulation n'était pas une tare, à ses yeux.

- Vous êtes moins raisonnables que votre amie. Nous pourrions cependant encore nous entendre...

Du moins, c'est ce qu'il pensait lorsque le bras lumineux du second de Tengoku no Seigi s'enfonça sur le sommet de son crâne, subitement. Le choc fut d'une violence rare, tant et si bien qu'un craquement sinistre se fit entendre dans son cou. Il s'écroula, inconscient, sur le plancher de son navire : néanmoins, il était encore vivant... même s'il était impossible de juger de la gravité de sa blessure en l'état.



Cara Lroft, Branch



Le funeste sort réservé à l'individu aux cheveux de jais sembla déclencher une réaction immédiate chez les deux pions : de concert, ils se retournèrent vers un Kyoshiro désormais esseulé au dessus du corps de celui qui semblait avoir le privilège de les commander. Défendre Synchrone et combattre quiconque s'en prendrait à lui : une commande qui prit effet immédiatement. Néanmoins, tandis que la suivante de Eko Taka fonçait déjà vers le lumineux, Branch s'était avancé dans la direction du Yamaka suite à son déluge de balles et avait donc plus de distance à parcourir. Le coup de la Crown semblait presque offert... un dos qu'il ne tarda cependant pas à protéger : une main puissante vint se saisir de la lame d'une des dagues et, juste avant que l'ancienne chasseuse de prime ne vienne rencontrer une déconfiture certaine, le pied de Groogal Madoka dévia le poing du primé en transe, le forçant à reculer. La Vouivre jeta un regard sans équivoque à la rousse : cette attaque aurait pu la tuer.



Mendela Yorkshire


- Intéressant !

Ce fut le seul mot du Yorkshire, avant qu'une première vague de vent ne les percute, son protégé d'infortune et lui. Sa progression s'atténua drastiquement, avant qu'une nouvelle vague de feu ne vienne les engloutir. Liao Hojo. C'était un véritable cadeau et, déjà, un plan sordide naissait dans son esprit. Si la puissance de l'onde de choc lui fit momentanément lâcher Lawrence, il n'y accorda que peu d'intérêt : il avait côtoyé ce plaisantin assez longtemps et, s'il aurait pu grandement accélérer son plan initial, ce dernier restait inchangé. De plus, ils avaient pris des précautions pour ce genre de difficulté... ainsi, même s'il n'était pas dit qu'il se serait donné la peine de le sauver en d'autres circonstances, il n'avait pas à s'en soucier.

Ils chutèrent vers l'océan de concert. Du moins le sembla-t-il. Une attaque suicide, au delà de la mer, menée de front par deux maudits sans échappatoire... cela avait l'air d'une mauvaise plaisanterie et, à dire vrai, Mendela appréciait l'idée même d'imaginer la tête de ses adversaires qui ne trouveraient ni queue ni tête à ce comportement. Leur joie allait être de courte durée : tandis que l'ancien Corsaire s'approchait dangereusement de l'eau, une forme brava le reste des flammes et il s'y accrocha avec brio. Une sorte d'oiseau mécanique étrange, de la taille d'un rapace gigantesque, assez grand pour porter une personne... peut-être deux. Un autre rapace se dirigeait en direction du Edward, mais il ne parvint pas à remplir sa mission : l'homme gigantesque fut happé par une matière étrange, avant d'être rapatrié sur un navire de chasseurs de prime en pointe ouest du croissant formé par la flotte... dans un grand fracas.

- Voilà qui est déplaisant. Mais on s'adaptera.

Sur ces mots, il continua en direction de sa destination initiale, avec de la suite dans les idées.



Saul


Il s'en était fallu de peu, mais ses calculs s'étaient avérés exacts. La vitesse de ses créations, il la connaissait à la perfection : comme toutes leurs fonctionnalités, au passage. Le génie de l'équipage du Trappeur sourit en voyant son capitaine être rattrapé, comme prévu, par l'un des rapaces mécaniques de sa conception. Les Stymphales étaient des outils très utiles... tous différents les uns des autres. Il avait obtenu assez de ressources pour s'en donner à cœur joie et, tandis que des ombres s'avançaient dans son dos sur le pont, une véritable myriade de ces petits oiseaux de métal aux formes variables s'envola du navire pour se diriger haut dans le ciel, en direction de la flotte. Certes, la tempête serait un obstacle de taille... mais les pertes matérielles en vaudraient vite la chandelle.



Ragnarock, Jörmungand



La félicité apportée par la protection indéfectible de Jormungand toucha bientôt à son terme : l'ennemie était habile et bien équipée, tant et si bien que lorsque la première gerbe de flamme engloutit le navire, ce fut le bras droit de Hadès qui réagit avec une rapidité impressionnante. Annulant la pesanteur du navire, il le plaça dans un état de lévitation qui lui permit de rapidement rebattre les cartes. Après tout, il n'était pas un simple utilisateur de fruit du démon : il avait été entraîné, longuement, par celui que l'on pouvait aisément considérer comme le meilleur pugiliste du monde actuel. Le navire des Décima était une cause perdue, pour laquelle il n'éprouvait que peu d'intérêt. Leur position était dangereuse, surtout avec cette tempête en train de rager au dessus d'eux. D'un coup de poing puissant dans la coque de leur propre navire, Ragnarock viendrait donc le propulser en direction de la flotte mère et du vaisseau de Hadès, avant de faire retrouver à l'objet l'attraction terrestre pour le faire amerrir tant bien que mal, tandis que Jormungand tenterait de son côté de couvrir son compagnon des flammes. Thonus avait peut-être encore un rôle à jouer.

Ce dernier, mis à mal par l'attaque du Fenice, ne semblait plus dans son assiette : un élément ayant poussé le second de Hadès à la prudence. Le Phoenix semblait en avoir dans le ventre... pas assez pour inquiéter réellement l'Empereur, à première vue, mais bien assez pour pousser les deux lieutenants à une posture plus sereine.



Agrid Maslow Jr.


- Putain de chien... comment il ose m'ignorer comme ça ?!

Se retournant vers ses hommes, il en attrapa un au hasard et lui infligea un coup de tête d'une puissance spectaculaire. Le pauvre s'écroula sans demander son reste, inconscient d'entrée de jeu. Le caractère explosif du Maslow lui allait particulièrement bien, mais il arrivait parfois qu'il dépasse légèrement les bornes : des excès qui étaient pardonnés par son sens aigu de la réussite et de la violence magnifiée. Hadès plaçait beaucoup d'espoirs en lui et, en tout état de cause, il s'était toujours montré digne de ces attentes. Sa voix retentit à nouveau, tandis qu'il semblait prêt à ravager Red Line même.

- ABORDEZ MOI CES TROUS DU CUL ! EN AVANT !

L'ordre fut bientôt relayé et, malgré les appréhensions des navigateurs, le mouvement s'accéléra bientôt. Fini, les escargophones débiles et les provocations vides de sens. Il allait rompre le cou de ces foutus abrutis... le panneau solaire en premier.



Hadès Tenryon, Empereur Pirate


Cela prenait du temps. Trop. D'un oeil acéré, le Tenryon scrutait la bataille. Il allait écraser la résistance qui lui était opposée, avec force et sans pitié. De toutes parts, des mouvements le laissaient satisfaits : certains, en revanche, le laissaient songeur et parfois clairement agacé. Il comptait sur Ragnarock pour se repositionner intelligemment. Il était après tout son second et son homme de confiance le plus proche. En revanche, le Yorkshire semblait pour l'heure tenu en échec... quant au navire de la Triade, il s'était révélé plus gênant qu'autre chose dans les dernières secondes. Secondes cruciales car, aux yeux de l'Empereur connu pour sa gestion de flotte logistique comme stratégique, chaque seconde comptait dans un affrontement. Même s'il durait des jours, des semaines mêmes.

Se déplaçant vers la figure de proue, on l'informa en chemin de la formation avérée d'un tourbillon en plein milieu de l'océan leur faisant face. Un obstacle que les chasseurs de prime espéraient sans doute utiliser pour le rendre inapte à les approcher... pour sauver leurs nombres malingres de sa fureur. Ils se trompaient, et il allait leur prouver bien assez tôt.

- Avancez. Sans hésitation. Sans crainte. Sans réfléchir.

Sa voix, sévère, ne laissait aucune place à la discussion. Une chose qu'il confirma rapidement tandis que ces mots résonnaient dans l'escargophone, à l'attention de ses troupes.

- Déversez-vous sur leurs rangs. Bravez la tempête. Bravez le feu, la mort et le sang. Déversez-vous sur leurs navires, leurs formations, leurs corps inertes. Ceux qui s'opposent à nous seront réduits en poussière. Ceux qui s'opposent à moi seront réduits à néant.

Le message était clair : il attendait une victoire, ni plus ni moins... et ceux qui tenteraient de l'entraver, furent-ils des traqueurs de Mijushike ou des couards tentant de le trahir, connaîtraient un sort terrible. Il semblait se ficher complètement de la rage des éléments. Folie, orgueil... ou mouvement précisément mesuré et planifié ? La question restait entière, mais même l'audace et la vanité amenées par un rajeunissement aussi avantageux ne pouvaient pas handicaper à ce point la réflexion d'un homme connu comme étant l'un des meilleurs chefs militaires de son époque.



En avant propos : comme cela a été dit récemment, Erwin laisse l'animation pour se concentrer sur Alabasta, ce qui correspond mieux à ses disponibilités. C'est donc Heziel qui poste actuellement. Je vais reprendre l'animation au tour prochain dans un seul post qui sera bien plus conséquent : de fait, il est possible que ce post-ci ne traite pas tous les mouvements effectués sur le champ de bataille, comme vous pouvez vous en douter. Si d'aventure j'ai oublié quelque chose, n'hésitez pas à m'en faire part ! Si besoin, je remettrai d'équerre à mon prochain post également.

Voici pour le résumé :

- Le combat entre les Nébulas et Pacifista est éludé rapidement, il poursuit son cours.
- Les Monstres Marins sont principalement massacrés par les Pacifista sous l'eau, mais parviennent à occasionner des dégâts à la flotte de par leur nombre.
- Agrid s'énerve et sonne la charge. Hadès, de son côté, motive ses troupes et ne semble pas inquiété par la tempête.
- Ragnarock profite de l'état de lévitation du navire pour le frapper, de son corps à corps puissant : cela amènera le navire à retourner auprès de celui de Hadès si rien n'est fait (il va moduler son emprise sur lui, petit à petit, pour le faire amerrir comme il peut). Cette décision est principalement motivée par la tempête et la prudence. Jormungand protège comme il peut avec son tranche-espace, mais les premières gerbes de flamme font leur petit effet car imprévisibles.
- Mendela tombe sans subir de dégâts et est récupéré par un oiseau mécanique créé par Saul : il s'agit d'un Stymphale, une des créations du membre de l'équipage du Yorkshire.
- Lawrence tombe dans un navire de CdP. Il subit une chute peu agréable, mais rien d'insurmontable à son niveau. Je t'invite à me contacter en PV si tu veux des informations sur ce que tu y trouveras et comment tu peux y réagir : pour l'heure, l'action s'arrête à l'impact de Edward sur le navire.
- Synchrone est protégé de l'attaque de Nook par Branch, qui ne semble pas vraiment ressentir quoi que ce soit, mais le Décima est mis KO par Kyoshiro. Ce dernier est attaqué par Cara. Branch tente de s'en prendre à Kari mais est repoussé par Groogal.

Vous pouvez considérer dans vos réponses, côté TnS, que les pirates de Hadès arrivent à une portée raisonnable du navire de Synchrone durant la fin de votre tour (comme ils étaient déjà globalement en mouvement, et pour accélérer l'action). N'hésitez pas à me contacter si vous voulez aller à leur rencontre, afin de connaître les tenants et aboutissants de votre mouvement.

Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 50++ (???) - Corps à corps
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 45+ (697.000.000)
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)
Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30 (/)
Branch est niveau 35+ (320.000.000)
Cara Lroft est niveau 30+ (205.000.000)

Du côté de la Triade :

Quing Beltegeuse est niveau 45+ (/)

Du côté d'Edward :

Mendela Yorshire est niveau 40+ (530.000.000)
Saul est lvl ??? (95.000.000)
Enora est niveau ??? (30.000.000)
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 466
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Pirates d'Hadès le Yonkou

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
221/250  (221/250)
Berrys: 282.736.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Sam 5 Jan - 20:30







Début 1506 ~ Quelque part sur Grand Line






Et puis, une puissante bourrasque vint heurter le convoi aérien qui fuyait tant bien que mal leurs semblables. Une première turbulence qui était venue confirmer mes pires craintes et qui annonçait l’apocalypse. Dès lors, d’épaisses langues de feu vinrent nous lécher dans un impact détonnant et le pilote dut se délester de son fardeau. Et c’est ainsi que débuta mon inexorable chute vers le néant.



______________________


Le fardeau de la pesanteur vient ankyloser mon être et me dirige lentement mais surement vers mon tombeau. Pourtant, le temps semble ralentir, comme pour prolonger mes ultimes instants. Mais déjà, tout mon être se vide de toute émotion, de toute palpitation. Et je ne puis m’empêcher de frissonner à l’approche de ma destination finale, comme le froid de l’enfer commençait déjà à me ronger.

Mes yeux se ferment. À quoi bon continuer à regarder ce monde détestable ?

Des bribes de souvenirs viennent colorer mes pensées d’une infinie tristesse. Des remords imbibés de regrets desquels il ne reste que mon impuissance et ma colère. Mais il est trop tard maintenant, n’est-ce pas ? Il est temps de laisser tomber. Tout comme ce corps qui ne cesse de chuter. Alors, je me déleste de mes peines et de mes sanglots. Mais pourtant, je continue inlassablement à chuter.  

Mes yeux se ferment de nouveaux. À quoi bon continuer à regarder cet horrible monde qui m’a tout pris ?

Alors, mes pensées vacillent tandis que ma conscience titube, toutes deux noyées dans des flots d’images qui défilent. Un spasme ironique semble me parcourir. Est-là ce fameux cliché ? Mon insidieuse vie qui se déroule sous mes yeux avant que la mort ne vienne me happer ? Mais je frissonne. Les doutes me tiraillent, soudainement. Ce n’est pas si simple de renoncer à vivre.

Je sens le vent fouetter mon corps qui tombe à une vitesse vertigineuse. Combien de temps me reste-t-il à vivre ? L’anxiété me ronge, le désespoir m’empoisonne, la peur me brûle. Mes derniers espoirs essaient de s’envoler, pourtant, je m’efforce de les retenir. Ne partez pas, pas tout de suite… Laissez-moi encore un peu de temps… Pourtant, cela ne suffira pas pour m’empêcher de tomber. Mon fardeau est devenu trop lourd.

Où sont mes ailes ?

Où sont les ailes qui sont censées me porter vers les sommets ? Où sont les plumes qui doivent alléger mes tourments ? Où est ce rire cristallin qui virevolte au gré des vents ? Sans mes ailes, je ne peux plus voler. Sans mes ailes, je suis forcé de tomber. Ce n’était pas ce qui était convenu : elles devaient être le tremplin qui me permettrait de me hisser tout là-haut… Elles devaient être les marches qui me permettraient de toucher le ciel ! Alors pourquoi ? Pourquoi n’es-tu plus là lorsque j’ai besoin de toi ? Où sont mes ailes ? Dis-moi, Mio, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Alors, je vois la sombre étendue aqueuse se rapprocher dangereusement de mon corps. Et je peux voir ses tripes s’agiter tels des tentacules prêts à me happer goulument. Combien de temps me reste-t-il à vivre ? La peur m’éventre tandis la mort bleue me guète. Mes poumons s’obstruent, comme s’ils étaient déjà noyés par des hectolitres de ce poison. Je ne peux pas laisser cette malédiction m’emporter au fond. Pas après tout ce qui s’est passé. Je ne veux pas mourir noyé.

Où sont mes nageoires ?

Où sont les nageoires qui sont censées m’empêcher de sombrer ? Où sont les écailles qui m’éloignent des abysses et de leurs ténèbres ? Où ce regard médusant et ce doigté urticant aussi envoutant qu’électrique ? Sans mes nageoires, je ne peux pas nager. Sans mes nageoires, je suis forcé de me noyer. Ce n’était pas ce qui était convenu, n’est-ce pas ? Ne devais-tu m’empêcher de crouler sous mes tourments ? Ne devais-tu pas m’aider à respirer ? Ne devais-tu pas me repêcher si par malheur je venais à basculer ? Et maintenant, je suis seul face à la mer et son immensité. Alors pourquoi ? Pourquoi n’es-tu plus là lorsque j’ai besoin de toi ? Où sont mes nageoires ? Dis-moi Helly, pourquoi toi aussi tu m’as abandonné ?

Et puis, mes derniers instants s’amenuisent, si bien que je vois apparaitre devant moi les traits taciturnes d’un homme faible et détestable. Un homme rongé par le remords et la colère, un homme écrasé par son héritage, torturé par d’éternels paradoxes. Mais surtout, un homme qui frissonne, non parce qu’il a froid, mais parce qu’il a peur. Tiraillé par les doutes, effrayé par l’avenir et ses déceptions, terrorisé à l’idée de perdre ce qui est si précieux pour lui. Après tout, peut-être que ce qu'il redoute par-dessus, c'est la vie.

Mes yeux se ferment de nouveau, désireux de chasser cette image pathétique. Enfin, un ultime souvenir émerge du désespoir, celui qui marquera ce dernier soupir avant le grand plongeon. Alors, un intense sourire vient garnir mon faciès juste avant que les ténèbres viennent me happer.



______________________


Des paroles douces viennent bercer le silence qui pesait jusqu’alors, tandis que ma main vient s’apposer chaleureusement sur la tête de cet enfant terrorisé. Je tente de l’apaiser et essaie de comprendre ce qui l’effraie et pourquoi il en a peur. Et puis, dans un soupire, je lui glisse ces quelques mots :

« Ne laisse pas la peur prendre les décisions à ta place, ne la laisse pas te gouverner. Ne crains pas la mort ! Tu es destiné à être roi. Et si tu meurs avant, c’est que tu ne pouvais pas aller plus loin. »

Alors, le gamin cracha une gerbe de sang et se releva difficilement, toisant son instructeur d’un regard ardent. Peut-être qu’il ne mourrait pas aujourd’hui, finalement.



______________________


L’imposant bras composé de l’étrange substance vint se saisir de l’individu abandonné par ses pairs dans un mouvement aussi violent que salvateur, projetant le primé violemment dans une embarcation ennemie dans un fracas assourdissant. Écartant les quelques planches de bois et autres gravats, l’artificier se releva péniblement tandis qu'un filet de sang s'extirpait de son crâne. Et puis, il se déploya sur toute sa hauteur, ouvrant ses bras vers le haut. Sa tête pivota vers la voûte céleste tandis que les bourrasques de la tempête naissante venaient le fouetter. Alors, son ricanement aussi dément que lugubre claqua tandis qu’il savourait l’instant présent.

« Le destin a parlé… Je suis en vie et je le resterais ! »

Edward Lawrence était revenu de l’enfer, armé d’une nouvelle conviction : il ne mourrait pas aujourd’hui.





______________________







Bonjour !
Outre le blabla introspectif... permettez-moi de vous présenter...

Ed et la démence, volume 79 !



_________________


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14970
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Dim 6 Jan - 10:36

img_rp
Bitch say my name, you know who I am.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent




Pas sans réfléchir, Kari ! Même quand on te couvre ! Kaze to tetsu !


Cela avait été laconique, comme d'habitude lorsqu'on considérait des interactions qui mettaient en scène la très taciturne Alidia, mais c'était probablement cela qui conférait à cette sommation un impact d'autant plus poignant. L'ancienne chasseuse de prime avait encore beaucoup à apprendre, et la prudence était sans doute ironiquement l'une des qualités qui l'avait subitement déserté lors de son intégration à l'équipage des fieffés forbans. De solitaire, elle était passée à solidement encadrée par tout un tas de combattants qui étaient non seulement susceptible de sublimer ses propres talents, mais aussi et surtout de la sortir de toute impasse dans laquelle elle se fourrait d'elle-même en un claquement de doigts. Bien sûr, ce qui devait advenir arriva nécessairement : elle prenait confiance, en elle comme en ses compagnons... Une chose qui n'était assurément pas foncièrement mauvaise, mais qui risquait envers et contre tout de lui jouer des tours. La lanceuse de couteaux ne le savait que trop bien : l'entraide n'interdisait pas la prudence. Lorsqu'ils s'élançaient au devant d'ennuis colossaux, ils devaient toujours, systématiquement prendre le parti de l'observation assidue, de la prise d'informations et de renseignements... C'était d'autant plus vrai lorsqu'ils tenaient tête à des combattants disposants de pouvoirs et d'aptitudes dont ils ne comprenaient pas les rouages. Or, qu'étaient Synchrone et son caniche végétal, sinon deux machines aux fonctionnements qui leur étaient absolument impénétrables ? Pour l'heure, les membres de Tengoku no Seigi devaient demeurer sur la défensive : une ironie mordante si l'on considérait que l'ordre avait été donné d'aborder le navire Decima... Mais une ironie qui, finalement, prenait tout son sens et puisait ses racines jusque dans le comportement du capitaine. Le Phoenix avait l'air d'une tête brûlée impertinente et irrationnelle au possible, mais ça n'était pas le cas : il jouait plus finement qu'on ne l'estimait à vue de nez. Il était un capitaine-poule, en cela qu'il n'envoyait jamais ses subordonnés au casse-pipe. Il aurait préféré mourir plutôt que d'avoir à supporter la défaite de l'un d'entre eux tout en demeurant inactif et impuissant... Lui était tout-à-fait capable de se placer en péril : en revanche, il ne supportait pas de miser les vies des siens avec légèreté. Leur sécurité était son absolue priorité, et elle régissait la majorité de ses prises de décisions : eux devaient, de leur côté, faire en sorte de ne pas l'inquiéter déraisonnablement.

Tandis que son cerveau prolongeait ces considérations, la blondinette vint se saisir de quelques uns de ses couteaux de lancers qu'elle expédia en direction de Branch, en prenant garde bien sûr à ne menacer ni la Vouivre, ni la rouquine. Ces couteaux avaient été expédié d'une main de maître : en témoignaient limpidement les lames d'air quasiment imperceptibles qui les précédaient, pourtant bel et bien présentes. La pêcheuse n'entendait pas terrasser l'ennemi par le biais de cette offensive : elle suivait simplement les ordres. Elle couvrait et secondait les exploits de l'équipe qui avait été choisie pour mener l'attaque frontalement... Elle agissait comme un support utile. Elle espérait donc simplement distraire cet adversaire léthargique, le temps que Groogal ou Kari puissent lui régler son compte une bonne fois pour toute. Ne resteraient alors, considérant la victoire éclatante de Kyoshiro sur Synchrone, qu'une poignée de matelots à évincer... Tâche que Nook et Lara seraient largement à même de remplir, avec un coup de main optionnel de l'une ou de l'autre des compagnons qui avaient été expédié à leurs côtés. Tandis, bien sûr, que le bras-droit des Tengoku se chargerait de celle des deux pions qu'il semblait connaître...


Ce n'est pas une question de confiance.


Sa voix avait claqué, sèche. Il était tranchant, possiblement froid : à son insu, bien sûr. Même s'il tâchait de demeurer imperturbable, voire amusé par la situation dans la mesure du possible, le Fenice était sans nul doute celui qui, parmi tous les protagonistes de cette bataille aux dimensions infernales, prenait le plus au sérieux le bourbier dans lequel ils avaient été fourré dès leur arrivée remarquée sur cette mer impétueuse. Son impuissance sur Grand Line, lorsque son équipage avait pris part envers et contre ses recommandations à la Grande Guerre, l'épaulant afin de mettre à terre les subordonnés d'Harushige, il ne l'avait pas oubliée. La nouvelle de la mort d'Hato hantait continuellement ses nuits, lorsqu'elle ne l'empêchait pas simplement de trouver le sommeil. Et, bien sûr, ses songes le portaient encore trop souvent jusqu'à ce jour fatidique où il avait rencontré Lilianna : celui-là même durant lequel Raphaël, Element, Jack, Hate, Perséphone et Johnny avaient trouvé la mort en haute mer, fauchés par une armada de vaisseaux de la Marine. Il en avait pleinement conscience : leurs destins unis pouvaient unanimement basculé dans la tragédie en un claquement de doigts si l'une de leurs décisions les exposait à de regrettables conséquences. Tengoku no Seigi était un équipage solidaire : ses membres agissaient comme un bloc soudé, cimenté, comme un tout uni et indivisible. C'était une force, et ils avaient longtemps pu le prouver à quiconque en doutait... Mais toute force possédait ses revers. Si pour une raison ou pour une autre l'un d'entre eux se trouvait être exposé au danger, les autres tenteraient de l'épauler avec une fougue qui tenait de la folie furieuse, quitte à se placer eux aussi en péril. En somme, si un seul maillon de leur chaîne se brisait, tous risquaient de suivre : la flotte d'Hadès, cruelle et pragmatique, était sans nul doute moins résistante que la leur, mais autrement plus libre de ses mouvements. L'Empereur l'avait déjà prouvé : que l'un de ses subordonnés finisse par trouver la mort dans une horrible noyade, il n'en avait que cure... Là où le Phoenix, lui, aurait été susceptible de se jeter à la mer en espérant pouvoir acheter quelques secondes à la malheureuse âme en détresse.

Voilà pourquoi l'artiste se montrait plus ferme et virulent qu'il ne l'entendait dans ses interactions qu'il conduisait à l'égard de Lilianna : voilà pourquoi aussi, par la même, il avait récusé sa conduite sans même lui laisser le temps de l'approfondir. Elle ne devait pas l'ignorer : si elle se mettait en danger, tous se jetteraient dans la gueule de loup pour lui prêter main forte... Quitte à tous y perdre leurs bras.

Tu penses que c'est la confiance qui me pousse à laisser Kyoshiro agir à sa guise ? Quelle force Kari ou Nook posséderaient-ils que tu n'aurais pas déjà ? Son fruit du démon offre simplement un brin de versatilité à Nook : Kari, quant à elle, n'est rien de plus que toi. Je suis réaliste, Lilianna. J'agis peut-être comme un bouffon, voire comme un touriste, mais tout est pensé et réfléchi mûrement. Et je refuse de jouer votre vie sur une hypothèse fébrile, qui prend en compte trop d'équations inconnues. Tu veux te rendre utile et c'est vraiment tout à ton honneur : mais cela ne justifie pas l’irrationalité. Tu ne peux pas prendre une décision quand tu ignores tout de nos opposants : cela, même Groogal ne se le permet pas. Ce n'est pas une question de confiance : c'est une question d'autorité.


Le mot était lancé. Alors que la tempête faisait rage, alors que la mer commençait à se creuser en formant un périlleux sillage auquel le Kibo, de part sa taille, parvenait encore à se soustraire, le musicien avait prononcé un mot qu'il avait rarement placé sur la table. Les faits étaient là, sans équivoque : il exécrait sa condition actuelle. Il n'était pas devenu capitaine par ambition, pas plus qu'il n'était devenu gérant de Graou Island par lubie des grandeurs... Il était un homme que les responsabilités accablaient et harassaient toujours davantage. Un homme qui, semblait-il, était fait pour embrasser de douloureuses obligations... Raphaël l'avait chargé, à sa mort, de perpétuer leur idéologie et de la faire croître. Il l'avait fait, plus que quiconque auparavant, plus que son ancien supérieur et modèle lui-même. Et il en était désormais à un point d'orgue, une apothéose où tout pouvait chavirer et virer à la débâcle en un fragment de secondes. S'il laissait ses subordonnés agir à leur guise sans le concerter ni même l'avertir, ils couraient tous au fiasco : les ambitions personnelles et les initiatives ne pouvaient décemment pas engager la responsabilité de tout cet équipage au demeurant uni sans que le blondinet n'ait jamais son mot à dire. Qu'elle en ait conscience ou non, elle avait employé le mot à juste titre : Lilianna faisait désormais partie d'une famille. Et cette famille disposait d'un patriarche tout trouvé, vibrait grâce aux battements d'un cœur unique. Si elle mettait ce cœur, leur union à tous, en jeu à la moindre occasion... Elle risquait de provoquer leur ruine plus promptement qu'elle ne le redoutait elle-même.
Alors qu'un navire à bord duquel se trouvait Agrid se détachait de la masse afin de venir à leur rencontre, alors que l'Empereur et le maître des Chasseurs semblaient apprêter leurs plus puissants arcanes, le Phoenix, quant à lui, demeurait sur la défensive. Cela ne tarda guère, toutefois : constatant que Ragnarock et les siens s'en étaient allés, et que la tension qui pesait sur les Tengoku no Seigi s'était amplement atténuée de la sorte, l'ancien capitaine corsaire prit une décision radicale. On le voyait encore comme un outsider, comme un débutant, voire comme un simple importun qui courrait à sa propre perte : il devait prouver que ça n'était pas le cas et que ses exploits réitérés maintes fois face à Satan, Akainu ou Wakai Tsuki n'étaient pas dus au hasard. Il se dirigea donc droit vers la figure de proue du Kibo, le brise-glace démesuré, non sans prendre une dernière fois la parole à l'intention de l'effervescente doctoresse.



Tu peux rejoindre Kyoshiro et les autres, si tu le souhaites. Mais n'oublie jamais que tes actions les impliquent, que tu le veuilles ou non. C'est notre malédiction à tous, mais c'est ça qui nous permet d'être heureux. C'est à ce prix que nous sommes proches les uns des autres...


On aurait pu croire naïvement que ces dires lourds l'amèneraient à se courber, à se recroqueviller, à affaisser ses épaules... Mais ce fut l'inverse qui se produisit. Une lueur de détermination et de courage se mit à briller au fond de ses prunelles : il bomba son torse et se dressa, comme s'il revendiquait cette faiblesse, comme s'il l'assumait de toute son âme. Il était un musicien, il était un philanthrope, il était une personne charitable et douce, aimante et tendre... Il avait compris depuis belle lurette que ses scrupules ne lui offriraient ni gloire ni félicité, mais il s'en fichait. Car il avait en tout temps et à toute époque cultivé le plus beau des fruits, grâce à ce terreau original : l'amour des siens.



Et eux, putain, ils vont prendre cher.


Agrid s'avançait toujours impunément. Les autres les ignoraient. C'était une situation intolérable et qui ne pouvait pas perdurer : une situation à laquelle il allait remédier avec toute sa fougue. Combien de temps avait la rencontre frontale et fatidique entre le Kibo et la flotte ? Quelques minutes, tout au plus. Des minutes qui lui suffiraient pour récupérer ce qu'il aurait dépensé jusqu'alors. Il n'avait pas besoin de certitude supplémentaire : cette plaisanterie n'avait que trop duré. Ses deux coups de poings, entrées en matière imparfaites, n'avaient eu qu'un impact dérisoire sur le champ de bataille dans sa globalité. Les canons à foudre avaient parlé, sans convaincre quiconque. Les Pacifistas et les Nebulas échangeaient des coups vains; et Kyoshiro éliminait de simples chiens errants. Les pieds du mythique le hissèrent jusqu'au sommet de la lame titanesque qui garnissait la coque de son navire, promettant une jolie fin aux quelques embarcations frêles qui auraient ou pour folle ambition de leur couper la route. Il y demeura, en équilibre, tandis qu'une étrange aura était extériorisée de son corps. Elle animait sa chevelure dorée, ses vêtements et son manteau lourd, celui-là même qui symbolisait son grade de meneur. Et elle sonnait comme un sinistre présage pour tous ceux qui osaient le toiser sans un brin de défiance dans le regard.



Sasayaku... HŌGEKI !


C'était la deuxième fois qu'il utilisait cette technique. La première ? Elle avait causé la mort de Red, avait poussé Akainu à la faute après l'avoir pris de court, avait poussé Konan à le craindre prématurément. Cette technique n'était pas sa technique fétiche... Mais elle était dotée d'un pouvoir destructeur telle que tous comprendraient ce message éclatant : ils devaient le craindre, et ils allaient le faire. Ses poings battirent la cadence à un rythme effréné, d'abord sans conséquences. Puis, petit-à-petit, inexorablement, des orbes destructrices semblèrent être générées alors que ses bras se faisaient de plus en plus secs, de plus en plus vifs : un déluge d'ondes de choc condensées, de véritables bombes de haki, se déversèrent alors sur l'ensemble des navires qui osaient se dresser sur son chemin. Il n'était pas devenu l'impétueux Phoenix par hasard : il disposait d'une force colossale et, une fois de plus, il le démontrait. Combien ? Combien d'entre eux seraient susceptibles de bloquer la moindre de ces orbes, ou même de l'éviter ? Et combien pourraient tenter d'en encaisser plusieurs sans passer l'arme à gauche ? Il avait hâte d'en connaître le nombre : c'étaient ceux de ses ennemis qui pourraient finalement le divertir.





En gros :
Alidia engueule un peu Kari, et s'en prend à Branch. Nak finit de discuter avec Lilianna et prend la décision d'arroser la flotte d'Hadès par un mélange force brute + détonation de haki particulièrement savoureux !

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."


Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1704
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Dim 6 Jan - 15:35

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             

             


Le jeune lumineux ici présent était sans doute le bras-droit et le samouraï le plus désintéressé de sa génération, celui qui avait réduit au silence son individualité et ses désirs les plus profonds avec le plus de facilité parce qu'il savait ce qui était en jeu, parce qu'il savait que pour apporter un véritablement changement il fallait parfois faire des compromis. Il ne s'était jamais vraiment penché sur ce qu'il désirait, sur ses aspirations profondes et avait enfoui au plus profond de lui ses doutes et ses souhaits pour continuer d'avancer, un pas après l'autre, car c'était sans doute plus simple d'ignorer ce que lui disait son cœur plutôt que d'affronter ces douloureuses vérités. Était-ce la meilleure façon de procéder ? Pas le moins du monde mais c'était la seule qu'il connaissait car il était un homme qui avait choisi de dédier sa vie aux autres, car il était un homme vivant pour et à travers les gens qu'il aidait, parce que se pencher sur ce qu'il ressentait réellement n'avait jamais fait partie de son éducation. Devoir, sacrifice et dévouement : telles avaient été les pierres angulaires de sa vie depuis qu'il avait pris la voie de la mer, plus d'une décennie plus tôt.
Si le formidable Phénix derrière lui pouvait être considéré comme le père de cette petite famille, comme le patriarche veillant avec attention sur ses ouailles, son bras-droit récemment promu pouvait à coup sûr être considéré comme le frère aîné de la famille. Le premier, le plus grand, le plus expérimenté et le plus sage, celui qui devait ouvrir la voie afin que ses cadets puissent le prendre pour exemple : tel était son rôle et il l'avait désormais très bien compris. Accepter cette responsabilité avait été difficile pour un homme profondément modeste comme lui, pour un homme abhorrant le simple fait d'attirer l'attention sur lui mais cela faisait partie des compromis mentionnés plus tôt, des efforts et sacrifices qu'il allait devoir faire pour le bien de sa nouvelle famille.

Ils ne le disaient pas et ne le savaient peut-être pas eux-même mais tous ici avaient besoin d'un grand-frère, d'un pilier sur lequel s'adosser, d'une épaule sur laquelle se reposer, d'une oreille à laquelle murmurer leurs doutes les plus inavouables. Le capitaine était bien au-dessus d'eux, il était la voile qui permettait au navire d'avancer même dans la plus terrible tempête mais il ne pouvait pas être au fur et au moulin, il ne pouvait pas constamment se retourner vers ses subordonnés pour s'assurer de leur cohésion et de leur bien-être. Cela c'était le rôle de l'armature du navire, cela était le rôle de Kyoshiro.

Mais malgré le fait qu'il ait rangé ses désirs profonds dans un coin de sa tête, la nature même du jeune homme ne pouvait jamais être complètement réduite au silence. Le jeune homme ici présent avait passé plus de la moitié de sa vie à éprouver son corps et son esprit pour résister au pire, à apprendre à manier le sabre afin de défendre les plus nécessiteux contre la barbarie et la tyrannie : qu'il l'avoue ou non, il avait passé plus de la moitié de sa vie à apprendre à sa battre, à être un guerrier. Tous les guerriers – quelles que puissent être leurs raisons de prendre les armes – ressentaient tous la même montée d'adrénaline à l'approche d'un combat, le même froid silence qui s'installait dans leur esprit pendant que le monde était réduit en miette tout autour d'eux et, enfin, le même grisant sentiment de puissance et d'invincibilité en posant les yeux sur leur adversaire brisé à leurs pieds. Tous ressentaient la même chose mais c'était ce qu'ils faisaient de ces sensations qui déterminait la voie qu'ils allaient prendre, qui déterminaient s'ils n'allaient qu'être un jouet de leur profond désir de violence, un froid tueur sans une once de compassion ou bien un instrument du bien.

Plus jeune l'ancien naïf avait enfoui ces sensations avec toutes les autres en les confondant avec de la barbarie pure et simple, mais avec du temps et un peu plus d'expérience il avait compris que ce qu'il sentait brûler dans ses veines n'était pas un poison, pas une pulsion meurtrière à repousser du pied jusqu'à ce qu'elle se calme. Il s'agissait simplement d'une information transmise par son cerveau qui voulait lui rappelait l'importance de cette situation et le risque encouru, il s'agissait de son corps qui se préparait simplement aux intenses efforts que l'ancien candide allait devoir bientôt déployer. Il lui suffisait d'être attentif, calme et posé comme il en avait l'habitude et tout se passerait bien.

Avec une discipline de fer à ses côtés il ne risquait rien, il ne devait rien risquer : il devait simplement rester calme afin de ne pas se laisser emporter. Afin de ne pas laisser les flammes de la guerre le brûler jusqu'à en perdre la raison. S'il faisait cela et qu'il prenait une profonde inspiration, tout devrait bien se passer.

Contrairement à son capitaine le jeune homme n'avait pas énormément d'expérience en combat ou du moins le pensait-il, il s'était beaucoup battu durant ces derniers mois mais jamais il ne pourrait rattraper la figure de proue de l'équipage. Le lumineux était bon pour garder la tête froide et pour agir promptement, c'était une évidence, mais il n'avait pas encore le recul suffisant pour jauger la puissance d'un adversaire du premier regard. Peut-être que s'il avait été moins ignare et plus informé des grands noms de ce monde ce fossé aurait-il été plus rempli, mais ce travail-là ne faisait que commencer, pour le moment il devait donc redoubler de prudence en attendant d'avoir l'expérience suffisante pour jauger le potentiel de dangerosité d'un adversaire.
Pas assez de recul, pas assez de vue d'ensemble.

C'était pour cela qu'il n'avait pas pris le dos de la cuillère en arrivant sur le navire, parce qu'il ne savait pas si ce Synchrone avait d'autres atouts dans sa moche et qu'il ne voulait donc prendre aucun risque. L'instant 'après le lumineux se trouvait là, droit et digne là où son capitaine était grand et majestueux, posant son regard sur l'homme brisé qui avait tenté en vain de s'opposer à lui. Mais aujourd’hui le samouraï ne ressentait aucune once de fierté face à ce qu'il venait de faire, d'une part parce qu'il avait choisi de ne ressentir aucune joie ou fierté par l'usage de la violence, parce qu'il considérait toujours que la diplomatie était la voie de la raison, mais aussi parce qu'il devait garder un œil sur ses camarades non loin de lui. Ils voulaient apporter leur contribution et c'était admirable, vraiment, mais cela voulait aussi dire que l'attention de Kyoshiro ne pouvait plus être uniquement concentrée sur son adversaire.

Sur ses adversaires, apparemment, d'ailleurs. En effet alors que le haki avancé du garçon était toujours activé, ressentant absolument tout autour de lui comme le plus perfectionné des sonars, le digne leva les yeux pour croiser deux formes dont l'une attira particulièrement son attention. Cara...pourquoi ici ? Leur dernière rencontre remontait à Wa no Kuni, de nombreux mois plus tôt, mais que faisait-elle ici ? Pourquoi se dirigeait-elle vers lui avec d'évidences intentions hostiles ?

 « Cara ? Vous me reconnaissez ? »


Il avait espoir qu'elle le reconnaisse, qu'elle se souvienne qu'il s'agissait du poulain qui avait attiré l'attention d'Eko Taka jusqu'à nécessiter une entrevue, qu'elle se souvienne qu'elle était venue elle-même le chercher dans ce Colisée jusqu'à l'amener à son seigneur. Lui qui s'était toujours efforcé d'user de ses mots comme première arme se trouvait désemparé devant une Cara restant sourde, insensible, comme si ses souvenirs et sa volonté avaient été brisées.
Sa volonté ? Était-elle tombée entre les mains du pouvoir de l'ennemi ? Cela ne pouvait être que cela, cela devait forcément être la raison. Les yeux toujours rivés vers la demoiselle, sentant sa carapace de concentration se craqueler quelque peu à l'idée de ce qu'il allait devoir faire, à l'idée de se battre contre l'une des premières personnes en ce monde à avoir véritablement reconnu sa valeur, ce fut sur un ton plus doux que Kyoshiro en appela à ce qu'il restait de raison chez sa camarade :

 « Cara, s'il vous plaît. Je ne veux pas me battre contre vous.»


Il savait que c'était vain, il le voyait bien mais ne pouvait pas abandonner l'idée de résoudre ce conflit pacifiquement. Juste celui-là. Juste elle. Sentant son cœur se serrer un peu plus devant inéluctabilité de ce qui allait suivre, Kyoshiro ferma ses poings jusqu'à en blanchir les extrémités avant de laisser à Cara une toute dernière fois.

 « Ne m'obligez pas. Par pitié. »


Non, c'était fichu, elle ne voulait rien entendre. Il allait devoir faire ce qu'il détestait le plus mais n'avait pas le choix, car s'il ne faisait rien il mettrait en danger ses camarades et cette chose-là était impensable. Prenant une dernière inspiration pour clarifier son esprit et consolider sa carapace, le jeune homme leva ses mains ouvertes de part et d'autre de son corps avant de finalement déclarer :

 « Je suis désolé. »


L'instant d'après deux énormes mains lumineuses prirent forme comme le prolongement des bras du jeune homme et, dans un mouvement aussi rapide que sec, le jeune homme fit rejoindre ses deux mains juste devant lui. Les deux constructions géantes recouvertes de son haki allaient venir percuter Cara et l'autre chose inconnue avant de les écraser l'une contre l'autre, au centre du navire. Bien entendu le mât en souffrirait aussi certainement mais cela n'avait guère d'importance, les deux pions allaient recevoir deux chocs consécutifs qui les plongeraient probablement dans l'inconscience. Il le fallait, il fallait que ce soit suffisant car le maudit ne voulait pas avoir à frapper de nouveau cette chère Cara.

Cela devait suffire. Il le fallait.

Une fois que cela serait terminé, Kyoshiro se permettrait alors de tourner sa tête vers ses compagnons pour s'assurer de leur bien-être et, ensuite, vers son majestueux capitaine qui en mettait encore une fois plein la vue.


   
   
© ANARCISS sur epicode
           



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nook Yamaka
Pervcook
Nook Yamaka
Messages : 204
Race : Humain âgé de 15 ans
Équipage : Tengoku No Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
99/200  (99/200)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Mar 8 Jan - 20:52

L’île au secret
feat. TnS


Ls tirs du jeunot étaient précis, nul doute que son oeil entrainé par des années de voyeurisme ne souffrirait pas le moindre doute quant à l'exactitude de sa vision. Dans son idée, et dans ses rêves apparemment, Pervcook aurait criblé le crâne du pacifiste d'un nombre de balle conséquent. Malheureusement, et alors que tous ses projectiles fusaient en direction du décima, alors que la folie amoureuse avait surpassé la raison pacifique, alors que Nook avait plongé Lara dans un état de transe merveilleux, les balles furent toutes bloquées par un homme étrange. Nook le détailla rapidement de son oeil affuté, bien qu'il l'avait majoritairement entraîné sur des corps féminins et non masculins, et fut relativement étonné par la chose qui sautait aux yeux et que même un malvoyant pouvait remarqué : la constitution végétale de cet ennemi inconnu.

Car oui, bien qu'il soit un forban fortement primé et connu pour être rattaché directement à l'homme le plus fort du monde, Nook ne le connaissait pas et, pire encore, il se foutait totalement de l'identité du bonhomme. Pour lui, le représentant de Tengen n'était qu'un obstacle que Kyoshiro avait effacé en mettant à mort le fan de la paix. Alors, si dans son dos Nakata engueulait Lilianna, si devant lui, Kyoshiro s'attaquait déjà à la petite brune, si le Madoka venait de sauver les miches de Kari, une seule chose importait pour le pervers en chef : il fallait avancer. Cela commençait évidemment par un déblayage de la zone et la mise hors d'état du végétal qui se trouvait face à lui et aux siens.

Le Yamaka sembla alors déployer toute sa stature, imposant bientôt le mètre quatre vingt dix qu'il venait de dépasser et soulignant cette dernière grâce à plusieurs bras de laine massif, il jeta un regard mauvais en direction du corsaire.

- Je sais pas qui t'es le pétunia mais t'as voulu me prendre ma femme et mes amies, je vais te fumer.


S'il était chaud comme la braise, peut-être même tout aussi chaud que lorsqu'il échangeait un baiser avec sa douce, le cuisinier en chef des Tengoku No Seigi n'en était pas moins relativement terre à terre, il avait bien remarqué que le Ficus devant lui n'avait pas subi le moindre dommage lors des coups de feu qui l'avaient pourtant impacté. Il s'agissait sans doute là d'un mec appartenant à, en citant Nook le poète : "une saloperie de race qui résiste aux trucs normaux". Ici, l'homme plante avait de quoi soutenir le feu nourrit du gosse sur la totalité de son corps mais bientôt, Nook y repéra un point faible, une zone non couverte pour l'heure : son seul oeil visible.

Rechargeant avec rapidité et dégainant une nouvelle fois, il enquit à ses alliées de lui offrir une meilleure zone de tir.

- Groogy, pousse toi, Kari, Lara, on y retourne !


Les coups de feu se firent alors entendre, tous en direction de l'oeil en question. Lara tenterait alors de s'approcher sur la gauche, profitant de la couverture de Groogal avant d'envoyer un coup de faux au niveau de l'épaule gauche du colosse de racine. Si Kari attaquait également, le trio pouvait tenter un combo à toute épreuve.

©️ Codé par Kari Crown


Nook est toujours colère, il veut fumer Branch maintenant. Il lui tire des balles en direction de son oeil, Lara attaque à la faux sur l'épaule en passant derrière Groogy
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 592
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
115/200  (115/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Jeu 10 Jan - 22:57

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Journey's End - TES V : Skyrim OST
Elle avait eu tort. Et elle ne le comprit que lorsque sa lame, prête à trancher le dos de l’homme-arbre, fut stoppée à pleine main. Une seconde de stupeur, qui lui fit écarquiller momentanément les yeux, suspendue dans le temps, qui sembla lui paraître une éternité. Une éternité et pourtant, elle ne vit aucunement la menace qui pointait rapidement à l’horizon. Un mouvement, et le coup de poing qui lui était destiné dévia de sa trajectoire initiale.

Elle avait tout gâché. Le corps massif de Branch fut forcé de reculer tandis que la rouquine reprenait une position stable et que sa dague s’abaissait lentement. La Vouivre l’avait sauvée, si ce n’était d’une mort certaine, au moins d’une blessure plutôt grave. Kari eut le malheur de croiser le regard du vieil homme et le message sans équivoque qu’il transmettait. La demoiselle baissa la tête un court instant, ses yeux couleur émeraude trouvant soudainement un intérêt pour la contemplation du bois garnissant le pont.

Elle avait failli. La remontrance de la douce Alidia alla plus qu’en ce sens. La Crown recula. Où était passée sa grande prudence ? Qu’est-ce qui s’était passé, dans son cerveau, pour qu’elle en oublie ses plus vieux principes ? Prudence était mère de sûreté. Oh, combien de fois avait-elle pu entendre cette maxime ?

Qu’avait-elle ? Sa main, toujours crispée sur sa dague, commençait à trembler légèrement. Etait-ce… la suite de ce qui se passait depuis son arrivée dans l’équipage ? Ces choses, ces ressentis, ces envies et ces sentiments, parfois nouveaux, qu’elle ressentait ? Qu’est-ce qu’il lui arrivait exactement ?
Elle n’avait pas le temps de se laisser aller. Elle n’avait pas le temps de se montrer comme une proie facile à venir tuer. Elle avait échoué. Elle avait précipité les choses. Mais elle ne pouvait pas faire la même erreur une deuxième fois. Pas à la suite.

Alors Kari recula encore, le plus discrètement possible. Et, se rappelant les dernières paroles de Groogal, elle regarda plus attentivement Cara et Branch en fronçant les sourcils. Comment ça, quelque chose clochait ?

Elle n’eut cependant pas le loisir de les observer très longtemps. Ses camarades s’activaient eux aussi. Si elle vit la formation de l’attaque de Kyoshiro, elle entendit également son homologue cuisinier l’interpeler. Si l’échec de son attaque lui avait servi de leçon, le Yamaka ne semblait pas saisir le danger que représentait Branch.
- Nook ! Non !
Le cri qui sortit de la bouche de la Crown la surprit elle-même. Qu’avait-elle à l’avertir du danger imminent ? Que se passait-il dans sa tête, alors que quelques semaines à peine auparavant elle n’aurait eu aucune peine à s’enfuir en laissant le jeune homme se faire pulvériser, pour qu’elle émette un avertissement à son encontre ? Aurait-elle peur… qu’il lui arrive quelque chose ?
Codé par Kari Crown


Kari ne fait pas grand-chose... pour changer.

PNJs :
Aldero Crown, lvl 21
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 28
Molly, lvl 25
Pat, lvl 24

_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Jeu 17 Jan - 23:52






Manson, Serge

- Mais j'veuuux paaaaas...
- Arrête de faire l'enfant. Ce type vient littéralement de s'écraser sur notre pont, et en plus de ça il s'est relevé.
- J'la sens pas, cette bataille, Serge...
- C'est toi qui a voulu qu'on participe, je te signale.
- Ouai ben je veux plus... puis j'aime pas sa tête...

Tandis que le dénommé Serge soupirait longuement, laissant sa poitrine se soulever puis redescendre sous la cravate impeccablement attachée qui ponctuait ses vêtements classieux et dignes d'un véritablement homme d'affaire, son capitaine pointait d'un doigt immaculé et sec le grand Edward en pleine expansion vers le ciel. Autour d'eux, différents individus toisaient la scène, circonspects : après tout, ils n'avaient rejoint l'alliance que depuis peu de temps. Participer à cette bataille même, pour des combattants de leur envergure, était un véritable défi qui se rapprochait fortement d'une valse avec la faucheuse. Ils étaient prometteurs, mais ils avaient encore tout à prouver : heureusement, ils pouvaient compter sur les deux têtes de l'équipage pour les mener au sommet.

- Pis il est grand... grand et laid... je peux rentrer, maintenant ?
- On doit le capturer.
- Mais on peut le faire plus taaaaard...
- Manson.

Il le sentirent tous les deux. Ce quelque chose. Quelque chose qui, dans le regard de Lawrence, leur avait véhiculé un sentiment d'urgence. Il était seul. Il saignait. Il avait été bazardé là comme un sac de pommes de terre gâtées... et pourtant, il était assez fier pour leur insuffler l'étrange sensation que d'un instant à l'autre, cet endroit allait devenir bien plus mouvementé qu'ils n'auraient pu le penser. Prenant un air à mi-chemin entre déception et indifférence, le leader des White Slumber fit un pas vers Edward tandis que son second remettait sa cravate en place.

- Je hais ce boulot.
- Tu hais tous les boulots.
- Pas fauuuux...

Puis, sans crier gare, Serge se jeta vers l'avant avec une vitesse surprenante pour la plupart de l'audience, mais qui ne pourrait tout au mieux que sembler digne de précautions à l'homme explosif. Il attaquerait de front, d'une sorte de glissade grossière, tentant de faucher l'utilisateur du Bomu Bomu no Mi et de ramener sa figure trop haut perchée au niveau du sol. Alors qu'ils entreraient presque en contact, l'excentrique traqueur de primé ferait un mouvement de jet en sa direction, presque similaire à celui d'un lanceur de Baseball mal dans ses baskets. Le plus surprenant serait sans doute le résultat : un simple avion en papier.




Liao Hojo, dit "Le Tueur de Supernova" et Mendela Yorkshire, dit "Le Trappeur"


Là-haut, dans le ciel, le manipulateur souriait. Certes, il avait pour l'instant perdu le Edward dans la bataille : après tout, il n'était pas dit qu'on lui viendrait en aide à temps, s'il n'était pas capable de s'occuper de sa propre sécurité... ce qui, en tout état de cause, le privait d'une grosse bombe à faire exploser à sa convenance. La première approche, ridicule, n'avait eu pour but que de tester la ligne de défense ennemie. Le fils de Mijushike Hojo était là, fringuant, sans doute désireux de montrer que son titre n'était pas usurpé. Comme c'était mignon. Petit chasseur marchant dans les traces de son père... Un petit chasseur qui, en contrebas, se tournait désormais vers lui, courroucé, alors que son compatriote arrêtait une salve de boulets de canon grâce à sa malédiction.

- Qu'est-ce que tu prépares, Yorkshire ?!
- Oh, rien, Prince des Chasseurs ! Rien du tout ! Serais-tu inquiet ?

C'était faux. C'était évidemment faux. Mais le fait que cela paraisse si évident, lui, n'était pas rassurant. Liao n'oublia pas la réputation de l'homme qui tournoyait dans les cieux, au départ : qu'il resta sur sa grosse dinde mécanique lui plaisait, car il avait au moins une façon de le garder à l’œil. Il avait donc tempéré ses ardeurs, dans un premier temps... alors que l'ancien Corsaire, de son côté, savait qu'il allait ferrer le poisson. Piquant droit vers le descendant de la lignée la plus éminente de chasseurs de prime de l'ère moderne, le Yorkshire se mit à ricaner.

- Quel dommage que tu te sois dressé sur mon chemin... ton père va être tellement déçu d'apprendre ton échec, GAMIN !
- Espèce de... !

Lorsque l'éventail titanesque du combattant balaya l'air avec une vitesse hors du commun, la lame d'air dégagée vint frapper de plein fouet l'oiseau mécanique. Scié en deux : c'était un euphémisme. La puissance de cette attaque aérienne surprit Mendela, sans pour autant le dérouter. Tandis que son corps, repoussé puissamment vers l'arrière par cette frappe qui aurait pu sérieusement l'entamer s'il n'avait pas été invulnérable, arrivait au point culminant de son mouvement... un simple rire bref quitta ses lèvres.

- Si ardent.

C'est à cet instant que le Hojo discerna son erreur : il n'avait pas cherché à repousser le Nebula. Il avait tenté de l'abattre, de le sectionner, de l'endommager. De le percuter. Il avait voulu mettre le paquet pour répondre à l'injure. Pour montrer qu'il n'avait plus rien à prouver. Et, tandis que la carcasse du Stymphale chutait en deux parts distinctes, délivrant un amas de ses congénères plus petits qui foncèrent sur la flotte dans une nuée crissante de métal, il comprit sans connaître l'issue de cet énième subterfuge que la gravité de la situation venait d'augmenter. Drastiquement.

Puis vint la chaîne de déflagrations, assourdissantes et aveuglantes, dans laquelle le rire de Mendela se perdit comme une provocation de plus à ses adversaires auxquels il avait apporté l'enfer.



Marshall "L'Extensible", Samira "La Brute" & Cain "Le Poète"

- C'est le moment, Samira.
- Pas besoin de me le dire !

Sautant dans l'eau sans craindre l'orage, soufflant aussi fort qu'un bœuf, la demoiselle connue pour tout sauf sa subtilité effectua un plongeon remarquable. Elle savait les risques qu'elle encourait et cela ne l'avait jamais arrêtée : après tout, sa puissance même avait longtemps été une véritable malédiction pour elle. Aujourd'hui, grâce à Saul, elle pouvait profiter pleinement de ce que son cerveau n'avait jamais su limiter : sa propre force, qui l'avait souvent envoyée aux brancards avant ses adversaires eux-mêmes. D'une poussée titanesque, battant des pieds avec férocité, la membre de l'équipage du Trappeur fit accélérer le navire d'un coup d'un seul, tandis que les derniers monstres marins dressés par les soins de l'une des pirates du Yorkshire servaient la cause d'une mort expéditive aux mains de leurs ennemis mécaniques et sans émotions. Une collision directe ? C'était de la folie, à première vue. Certes, une partie de la Révolution de l'Ombre suivait, ainsi que quelques pavillons pirates aventureux... mais ouvrir le bal était la meilleure façon de finir au tapis !

Sauf quand, comme Mendela, on prenait ses précautions.

Entre deux vagues gigantesques, et tandis que la Brute n'en finissait pas de faire accélérer le bâtiment naval de ses bras extraordinaires, l'éperon sinistre et démesuré dont était équipé le navire renforcé pour l'occasion fit son apparition, avant de retourner sous les flots tandis que la fumée des explosions occultait complètement la vision des chasseurs de prime. Un fait que Marshall n'ignorait pas : se basant sur son Haki de l'observation, il observait l'avancée des pirates avec une certaine anxiété. Certes, ils étaient forts... mais ils étaient en sous-nombre. Aveuglés. Désorientés. Pris au dépourvu. Son pouvoir était inefficace contre une menace de cet acabit, quand bien même il l'avait intégralement protégé des explosions successives : il maudit le Yorkshire tandis qu'il sentait sa voix et celle de Liao se rapprochait dans le voile opaque, indiquant un combat imminent. Puis vint une secousse si terrible qu'elle manqua de le faire tomber, alors que Samira s'écrasait contre le cul du bateau qu'elle venait d'enfoncer dans le blocus avec tant de rage qu'elle avait tout simplement traversé une caravelle et bousculé toutes celles aux alentours dans le procédé... avant de venir s'empaffer dans le navire, plus gros, qui accueillait actuellement les lieutenants de Mijushike.

Elle ne resta pas là longtemps : bientôt, elle escalada l'arrière du rafiot qui les avait portés jusque là, profitant du chaos pour se jeter droit à l'abordage. Son poing s'enfonça dans les planches à son point d'atterrissage, dispersant des échardes de bois en tous sens dans une nuée de cris. Des cris... comme autant qui s'élevaient partout en mer, en cet instant terrible de l'histoire du monde. Mais ça, elle s'en fichait : lorsqu'elle se jeta sur le chasseur de prime avec la ferme intention de lui asséner un puissant coup de poing insufflé d'un haki de l'armement invisible, elle confirma qu'elle n'était pas venue parler politique.

- OORRRRAAAAA !

L'impact fut spectaculaire et le maudit du chewing-gum, s'il eut la décence de protéger son plexus solaire en croisant les bras, fut néanmoins pris de court par la force phénoménale de son opposante. Il s'envola donc dans les cieux, mais n'alla pas bien loin. Quelque chose le retint, quelque chose que la demoiselle n'avait pas anticipé, tête brûlée comme elle était. Un mince filin de matière visqueuse, pourtant d'une solidité exceptionnelle, qui le retenait au sol de par ses propriétés élastiques. Et qui disait élastique disait détente.

- Ora toi même, espèce de garce !

D'un impact puissant, Marshall revint comme une balle destructrice sur celle qui avait tenté de l'éjecter, laquelle essaya à son tour de parer l'assaut. Le logia vint s'enfoncer dans le pont, provoquant en partie l'effondrement de celui-ci, tandis que la guerrière emplie d'adrénaline et lui même descendaient d'un niveau dans cette arène improvisée qui était la leur. Plus loin, profitant des instants faiblissants de cette brume noire aux odeurs de poudre, une lame tranchait la chair des chasseurs dans une série de mélodies étranges.




Cara Lroft, Branch


Dépossédés : voilà ce qu'ils étaient. Ils n'étaient que des coquilles vides, qui suivaient un ordre précis et ultime. Incontournable. La puissance du Monarque avait frappé et ces deux lieutenants, ces deux fidèles amis de leurs Empereurs respectifs, n'avaient pu que se plier à Ses exigences. Leur enthousiasme s'était changé en silence. Leur loyauté s'était effacée au profit d'une servitude sans remède en ces lieux. Leur force, discrète et dispensée avec soin, était désormais étalée. Des pions, voilà ce qu'ils étaient. Des pions dont les âmes endormies et scellées par le fruit du Roi Décima ne pouvaient qu'attendre la libération. Lorsque le lumineux se décida finalement à passer à l'action, la menace qu'il incarnait devint si tangible aux yeux de l'homme arbre qu'il décida mécaniquement d'utiliser les pouvoirs de son fruit du démon. Une lueur étrange l'enveloppa, tandis qu'une couleur similaire se condensait au bout de son doigt. Le rayon étrange vint frapper la lieutenante hypnotisée de Eko Taka dans le dos, alors que les mains lumineuses s'écrasaient sur les deux esclaves mentaux. Le mât céda tandis qu'ils disparaissaient dans la masse lumineuse, avant qu'ils n'apparaissent finalement à nouveau...

... dans une vision à vous refroidir le sang. Si Branch, de par sa nature végétale, avait une anatomie relativement semblable et pourtant assez différente de celle d'un humain pour camoufler les blessures, ce n'était pas le cas de la fluette jeune femme qui se trouvait à ses côtés. Son épaule déboîtée et son genou brisés apparaîtraient clairement aux yeux du logia de la lumière, comme une accusation muette et pourtant retentissante. Le Supernova au pouvoir du Temps biologique figé, comme on l'appelait, montrait quant à lui de sévères impacts sur la surface de son corps. Pourtant, il venait de déclencher un pouvoir que, de son conscient, il n'utilisait qu'avec une parcimonie toute particulière : celui de permettre aux blessés et aux épuisés de continuer à combattre, encore et encore.

À nouveau, la demoiselle en piteux état se saisit d'un couteau qu'elle tenait désormais faiblement, avant de se jeter vers l'avant. Malgré le bruit de l'os qui craquait, elle ne semblait pas incommodée : le pouvoir surnaturel de Branch la maintenait dans un état apte, qui ne ferait qu'empirer au cours du combat... jusqu'à ce qu'éventuellement, la mort ne récupère son dû. Tandis qu'elle courrait vers Kyoshiro, pour continuer là où elle s'était arrêtée, l'homme-arbre encaissa les tirs à nouveaux, protégeant son visage par réflexe. Les couteaux se plantèrent dans sa chair et il se recula d'un nouveau pas, sans émettre le moindre son. Les blessures s'accumulaient, mais il restait aussi stoïque qu'un homme au plus sain de sa forme. Si cela permit à la jeune Lara d'effectuer un mouvement pour se rapprocher de lui, si sa faux entailla même une partie de l'épaule du colosse, elle serait atterrée de constater que le vieillard n'était plus là. Alors, lorsque sa main gauche saisirait la hampe de la faux pour ramener brusquement la demoiselle vers lui, lorsqu'il la balaierait d'un coup de pied cinglant... les forbans se rendraient compte que rien n'était acquis, dans une bataille. Rien.

Ils risquaient d'avoir besoin d'un médecin...




Groogal Madoka, Agrid Maslow Jr.


Car à l'instant où les jeunots s'attendaient sans doute à le voir les épauler, la Vouivre s'était envolée vers les cieux, jusqu'à se placer entre le bâtiment naval surdimensionné de la Triade et celui, plus humble malgré sa taille, des forbans. Tandis que le Phoenix arrosait la flotte de Hadès de ses attaques enragées, tandis que son second serait sans doute aux prises avec une vision et un choix qui le laisseraient en difficulté et tandis que le reste de l'équipage devrait veiller à la sécurité de tout un chacun, l'assaut viendrait. Tandis que chacun serait occupé à poursuivre son combat, la rétribution pour les explosions lumineuses se ferait entendre, suite à un ordre simple : il était inutile de s'occuper du navire de Mijushike. Autre chose était prévu. Comme demandé, le type du canon avait été changé : la foudre était un élément difficile à canaliser, en plus de présenter ici un clair désavantage. Les dials permettaient certainement une charge plus équilibrée, mais ils privaient l'arme d'une certaine puissance... au profit d'une stabilité améliorée. Pourtant, pour l'air, ce genre de traitement n'était pas nécessaire. Aussi la Triade avait-elle longuement négocié et produit un armement qui, s'il n'était pas destiné à renverser le cours de la guerre, ne manquerait pas de la marquer.

Lorsque le tir quitta le canon, décalant l'énorme bateau d'une bonne trentaine de mètres vers l'arrière malgré sa taille gargantuesque, un rugissement emplit les cieux. Les ailes au cuir tanné par l'âge se déployèrent, la gueule aux crocs acérés lâcha un cri de défi primaire, et le poitrail écailleux et puissant virevolta pour finalement présenter un dos hérissé de pointes au projectile d'air comprimé à l'extrême. Utilisant son fruit du démon pour adopter sa forme totale, Groogal déploya son haki de l'armement. Le choc terrifiant balaya l'eau sous l'énorme animal semblable à un dragon dénué de pattes antérieures autonomes, alors que l'ancêtre serrait les dents. Quelle puissance ! Tombant vers le pont du Kibo no Felicity, il adopta à nouveau sa forme humaine avant de se réceptionner agilement, quoique légèrement douloureusement, sur le bois humide. Il ne pouvait pas laisser une attaque aussi brusque balayer l'avenir de ces jeunes pousses et, s'il regrettait de ne pas pouvoir leur prêter main forte, un sentiment mauvais se saisissait désormais de ses tripes. Quelque chose qui émanait du devant de la flotte de l'Empereur. Quelque chose... de dangereux.

De son côté, alors que son navire s'approchait de plus en plus de celui de Synchrone et de l'appareil de Tengoku no Seigi, suivi par une flotte dont une partie subissait les assauts effrénés de ce satané Nakata Fenice, le lieutenant du Yonkou esquissa un sourire malsain en sondant son adversaire. Quoi, il tenait à cette gonzesse ? Sérieusement ? Sa voix hurlait littéralement sa détresse ! C'était risible. Putain, ça lui donnait l'envie de vomir. Alors, quand il eut un visuel assez correct sur cet abruti de sabreur et sa dulcinée, il se saisit d'une large barre en acier qui trônait à son côté. Normalement, ces harpons étaient utilisés pour aborder les navires avec une virulence monstrueuses, ou pour tuer des créatures d'un gabarit surprenant. Le soulevant avec l'aisance d'un gamin qui joue avec un bâton, il adopta une posture athlétique alors que son Haki de l'armement s'insufflait dans l'arme improvisée. Ils étaient alignés... parfait.

- J'vais t'montrer comment on s'y prend avec les nanas, trou de balle !

Une détente parfaite et surpuissante plus loin, et le harpon était devenu un danger tangible non seulement pour le lumineux... mais surtout la Lroft, qui était directement sur la trajectoire de l'assaut qu'Agrid réservait à celui qui s'était attiré son ire de par ce qu'il considérait, du haut de son tempérament fougueux et explosif, comme de l'arrogance. Si l'épéiste ne faisait rien pour tuer l'attaque dans l’œuf, alors les conséquences risquaient directement d'être dramatiques... ainsi transpercée, Cara n'aurait plus à attendre grand chose de l'avenir, même avec une lourde prise en charge médicale.




Hadès Tenryon, Empereur Pirate, et ses lieutenants Ragnarock et Jormungand


Tout cela le lassait. La résistance vaine des chasseurs de prime lui faisait perdre un temps et des ressources précieuses. Malgré l'avantage présenté par les subterfuges dont il disposait, Mijushike Hojo semblait s'être également fourni de cordes à ajouter à son arc. Cela risquait d'être long : en tant que généraux, ils étaient les pièces maîtresses de cet échiquier ensanglanté et hurlant. Malgré leur valeur, ni Ragnarock, qui soulevait actuellement une partie de la première ligne brisée par le Phoenix comme une couverture de fortune destinée non seulement aux éclairs et à l'assaut de l'ancien capitaine Corsaire, ni Jormungand, qui continuait à arrêter des tirs venus de l'autre bout de la mer, n'avaient le dixième de son poids dans l'échiquier. Certes... ils étaient ses camarades. Il tenait à eux. Mais cette guerre serait irrémédiablement perdue s'il se mettait stupidement en danger.

C'est sans doute ce que l'ancien lui aurait pensé. Le vieux lui, affaibli par l'âge et rendu anxieux par l'idée profonde d'une mort pouvant le cueillir un peu plus facilement chaque jour. Car si l'Empereur avait compris quelque chose, c'était que tel quel, l'affrontement allait s'enliser. Les chasseurs de prime tiendraient bon, aidés des aberrations technologiques de la Marine et de ces jeunes sots de pirates rêveurs et naïfs. La foudre aurait raison de nombreux navires, les canons électriques continueraient de combler un désavantage flagrant, et même l'énorme arsenal de la Triade ne serait d'aucune utilité dans une telle configuration. Une boucherie vide de sens, voilà ce que cette bataille allait devenir. Devoir sonner la retraite au bout d'une éternité de combats ne l'intéressait pas. Il avait un Empire à tenir, une puissance hégémonique à établir. Il ne pouvait pas le faire en partant des cendres encore chaudes d'un territoire ravagé par son absence. Pire encore, les Décimas, sans doute pour faire preuve de bonne volonté, lui avaient offert des esclaves dont il se serait bien passé : il s'était de toute manière arrangé pour que leurs morts éventuelles retombent sur le bon fautif. Courroucer plus que nécessaire un rival était déjà idiot. Alors deux d'un coup...

S'approchant de la proue de son navire, il remit ses lunettes en place d'un geste mesuré. Il n'était pas encore totalement habitué à la vivacité naturelle de ses mouvements, à la puissance intrinsèque à chaque cellule de son corps devenu légendaire. Il aurait sans doute pu affronter Tengen, là, maintenant, si cela avait été nécessaire : le potentiel de ce présomptueux macaque ne comblait pas son manque d'expérience et, sur le terrain du corps à corps, il était persuadé d'avoir retrouvé sa place dominante. Folie ou réalité ? On ne le saurait sans doute pas avant un moment... mais il était certain qu'aujourd'hui, le monde allait entendre parler de son retour fracassant.

- Ragnarock.
- ... Capitaine ?
- Je te confie la suite des opérations. Jormungand, reste avec lui et protège-le, sauf s'il t'en donne l'ordre inverse.
- Oui.
- Capitaine, est-ce bien prudent ?

Hadès leva la main, coupant la parole à son second. Il pivota lentement de la tête, puis donna un sourire à son subalterne, qui s'en trouva surpris. Il y avait une sincérité spéciale dans ce rictus. Une confiance en ce qu'il croyait qui dépassait l'étape des simples doutes. Puis, presque bénignement, l'un des quatre plus puissants pirates au monde déclara ces quelques mots.

- Je vous fais confiance. Après tout, vous êtes mes compagnons... et même si je n'en ai plus l'air, je reste un vieil homme qui a besoin de se défouler.

Sir ces mots, il se laissa tomber à l'eau, malgré la tempête, malgré les vagues et le vent. Il offrit son corps à la mer, comme il l'avait fait plus de cinquante années auparavant. Il avait aimé des femmes. Il avait apprécié la lascivité des corps, goûté aux sons exquis du désir, reposé son corps fourbu par les combats dans les délicates courbes de conquêtes délicieuses. Pourtant, il n'était qu'une maîtresse qu'il ne désavouerait jamais... et aujourd'hui encore, il réitérait ses vœux les plus secrets par ce geste pourtant si simple. Puis, son corps pénétra l'eau, tandis que Groogal se crispait à des centaines de mètres de là, se tournant vers le Fenice pour lui hurler quelque chose.

"C'est lui."

Trop tard.




Mijushike Hojo, Elria Shiva

- Gardez la formation ! Ne perdez pas de vue l'objectif !

Hurlant dans le Den Den Mushi de façon autoritaire, le leader de l'Alliance parvenait tant bien que mal à garder le contrôle du flanc ouest de la flotte, désormais pris d'assaut par la malice de Mendela Yorkshire et de ses suivants. À droite et à gauche, la situation ne se présentait guère sous son meilleur jour : malgré les pertes subies dans un assaut frontal, les forces du Tenryon avançaient inexorablement. Celles qu'ils n'avaient pas encore fini leur trajet arriveraient bientôt, alors que certains de ses navires étaient déjà engagés dans un bras de fer musclé. Il devait..!

Une sensation, une seule, suffit à le faire se retourner. Tous ses sens, physiques comme éthérés, hurlaient.

Il croisa les bras devant lui, recouverts d'une plaque de Haki de l'armement, avant de dégringoler dans son navire qu'il traversa de part en part dans le sens de la longueur, dans un choc qui secoua tout l'avant de sa flotte. Il fallut plusieurs caravelles pour que sa course folle s'arrête, tandis que là où il s'était tenu précédemment, une silhouette menaçante qu'il avait cessé de surveiller pendant quelques maigres secondes se tenait désormais placidement. Elria Shiva, non loin, sentit une goutte de sueur perler sur son front tandis qu'elle observait le mythe qui prenait vie devant elle : le mythe d'une époque qu'on pensait révolue, durant laquelle il était un combattant que peu auraient osé défier. Or, alors qu'aujourd'hui les opportunistes et les prétentieux se sentaient pousser des ailes, il avait passé un pacte qui lui assurerait un retour au devant de la scène : Hadès en personne se tenait devant elle, aussi indifférent à l'acte qu'il venait d'entreprendre que s'il avait balayé une mouche.

Dans le dos de la chasseuse de prime, l'océan sembla retomber dans son lit, tandis que le tracé d'une course sonique laissait retomber ses gerbes salées de plus d'une trentaine de mètres de haut dans leur corps d'origine. Il avait traversé l'espace entre les deux flottes en un clin d’œil, comme si de rien n'était. Depuis le début, il avait attendu patiemment, sagement, leurrant son adversaire dans un faux sentiment de sécurité précaire. Il n'y avait aucune sécurité, aucune barrière. Elle le comprenait, maintenant. Cet homme... cet homme était un véritable monstre. Le maelstrom, tranché par son trajet, s'était recroquevillé sur lui même, calmé comme un gamin qu'on gronde. Si la tempête continuait, ce simple fait de puissance physique emplissait les veines de la tireuses d'un poison glacé.

Elle hésita, un instant. Mais son corps trahit les intentions néfastes qu'elle entretenait, motivées par une peur qui commençait à croître. L'instant d'après, ses pieds ne touchaient plus le sol. Elle n'arrivait plus à respirer. La poigne d'acier de l'Ancien était en train de broyer son cou, lentement mais sûrement. Son regard, froid comme celui de la faucheuse, se riva dans des yeux qui peinaient à voir tandis que sa voix sonnait comme le glas funeste qu'elle représentait.

- Je vous avais prévenus.

Il sentait le Tueur de Yonkou revenir à la charge, déjà, au loin. Bien. Il allait au moins lui opposer la résistance qu'il attendait : le prendre par surprise n'avait pas été très propre de sa part, mais il était certain d'avoir transmis le message. Dommage pour le chef d'une nation à naître motivée par le gain : sa chère amie ne serait certainement plus de ce monde lorsqu'il parviendrait jusqu'à eux...


Hadès Tenryon, Empereur Pirate, Meilleur pugiliste au Monde.




Ordre de réponse :
MJ CDP - MJ Decima - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari - Lilianna
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :

Aloooooors... je vais essayer de faire ça proprement, car il se passe pas mal de choses ! Dans l'ordre du post :


  • Edward atterit donc sur un navire de CdP où se trouvent Manson et Serge. Ils sont intrigués par ta résolution et cessent leurs comportements déplacés pour s'en prendre à toi. Serge attaque le premier, d'une sorte de glissade destinée à te faucher les chevilles. Lorsqu'il va te toucher, Manson te jette un avion en papier.
  • Mendela piège Liao en le poussant à attaquer le Stymphale, qui était bourré de versions plus petites et explosives : le flanc Ouest de la flotte des CdP est pris dans une chaîne d'explosions assez virulentes, dont le reste de l'équipage de Mendela profite pour aborder violemment le blocus en éperonnant dans le tas, le navire étant poussé par Samira. Cette dernière part à l'abordage et affronte donc Marshall, tandis que Mendela et Liao en viennent aux mains.
  • Les pions. Les petits pions. Grâce au fruit de Branch, ni Cara, ni lui-même ne tombent ! Il permet effectivement d'ignorer fatigue et blessures tant que les gens sont sous l'effet de son pouvoir. J'ai adapté le fruit (qui est assez nébuleux) pour le rendre relativement fair, mais... le fait est que Cara repart à l'attaque, avec une épaule visiblement déboîtée et un genou visiblement brisé, sur Kyoshiro. Branch, lui, subit les assauts de Nook, Lara et Alidia, mais est également protégé par son fruit : il contre-attaque sur Lara d'une façon très brutale. Si personne n'est capable de la tirer de là, elle subira une blessure relativement grave compte tenu de la situation. Lilianna, tu comprends aisément qu'ils ont besoin avant tout de soutien (et peut-être d'un médecin ?).
  • Car Groogal n'était pas là ! Ben oui, le navire de la Triade ne fait pas seulement partie du décor... et comme Kyoshiro représente un danger tangible pour la flotte, en premier lieu, ils ont tiré sur le Kibo (et peu ou prou sur le navire de Synchrone dans la foulée, en considérant que vous avez continué de vous rapprocher) et Groogal est passé en forme totale pour encaisser le choc. Quel papy de choc, ce Groogy. En parallèle, Agrid lance un harpon à mains nues sur Cara : vos positions respectives font qu'il cherche à t'atteindre, Kyoshiro, au travers d'elle, dans un lancer prodigieux qu'il sera difficile de tout simplement esquiver, considérant qu'elle court vers toi comme un zombie qui n'attend qu'une chose : que tu la tues...
  • Hadès passe les rennes à Ragnarock. Ce dernier utilise les carcasses de navire déjà frappés par la foudre/détruits par Nakata pour tanker tant bien que mal le reste de l'attaque de ce dernier et les éclairs qui continuent de tomber (en plaçant les navires plus hauts dans le ciel et en comptant sur les mats.
  • Hadès passe finalement à l'action. Il traverse l'océan en un seul coup, assénant un choc si brutal à Mijushike qu'il secoue l'intégralité de son avant-garde. Peu après le début de son mouvement, Nakata, Groogal te crie que c'est lui. C'est l'Empereur. Hadès commence à étrangler Elria (les pensées de cette dernière se passent en un instant) tandis que Mijushike se remet du choc et revient à la charge... mais pourra-t-il la sauver ?



Navire central :
Mijushike Hojo est lvl 53
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu.
Tégée Deimos est lvl ??
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - ???
Serge est lvl 32

Navire TNS :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.

Sous l'eau et face aux Nebula (toujours) :
Les Pacifista X-Edition sont lvl 45.
> un contre Cruella.
> un contre Le Remorqueur et Long Rive.
> un contre l'équipage de Mevin Domo.
> deux contre les monstres marins, qui viennent de finir le travail.

Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 45+ (697.000.000)
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)
Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 (205.000.000)

Du côté de la Triade :

Quing Beltegeuse est niveau 45+ (/)

Du côté d'Edward :

Mendela Yorshire est niveau 45+ (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000)
Enora est niveau ??? (30.000.000)
Cain est lvl ??? (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 466
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Pirates d'Hadès le Yonkou

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
221/250  (221/250)
Berrys: 282.736.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Dim 20 Jan - 20:59







Début 1506 ~ Quelque part sur le Nouveau Monde






Mes yeux se balancèrent de gauche à droite, comme pour transmettre au monde qui m’entourait cette pointe d’intérêt éphémère : un regard dédaigneux, acerbe, hautain porté sur ce houleux affrontement. Un rictus vint aiguiser mes traits alors que Mendela semblait s’éloigner tandis que les vents semblaient vouloir m’extirper de la pesanteur terrestre. La liberté semblait me tendre les bras, derrière les intempéries qui se dressaient encore sur ma route. Mais ils ne seraient sans doute pas les seuls obstacles vers mon havre de paix. La hauteur et la superbe de mon piédestal faisait inévitablement des envieux. Immondes cafards, putrides insectes gangrénés par la jalousie ! L’espace d’un instant, mes mains tentèrent de se saisir de mes armes. Mais en vain. Mes convictions s’étaient renforcées, précisées. Si bien que mes instruments ensanglantés demeurèrent introuvables.


Un sarcasme vint ébranler ma torpeur actuelle lorsque les voix des deux énergumènes me parvinrent. Un élan de sympathie tenta de s’insinuer en moi alors que l’un des deux semblait partager mes tourments. Mais je pestais intérieurement : il y avait toujours des nuisibles qui venaient ronger notre bien-être personnel, souiller nos convictions. D’horripilants personnages qui refusaient de plier devant notre volonté. Mon corps fut pris d’un spasme alors que je me remémorais douloureusement des revendications adressées personnellement à Mendela. Ce chien de Mendela qui n’avait rien voulu entendre… Ce chien de Mendela contre qui tant de charges pesaient… Puis, je chassai mes ressentiments dans une petite grimace et j’entrepris de clarifier le fond de mes pensées : après tout, j’étais en territoire hostile.


« J’ai refusé de combattre, mais ces chiens m’ont tout de même trainé jusqu’ici. Mes intentions n’ont pas changé, vous n’av… »


Trop tard.


L’homme qui venait de soigneusement redresser sa cravate venait de se ruer subitement dans ma direction dans une sorte de tacle. Une pointe de contrariété vint empoisonner le flot de mes pensées. L’espace d’un court instant, je voulus réagir. Bloquer le coup ? Ou simplement l’esquiver ? Je balayai rapidement ces éventualités : un combattant du Nouveau Monde aurait sans doute prévu ma réaction. Alors, lorsque les pieds de mon vis-à-vis vinrent percuter mes appuis, le sol se déroba et je fus arraché de mon piédestal.


La puissance du coup m’arracha un grognement de douleur et me projeta allégrement contre le plancher de bois. Mais cette fois-ci, je resterais au tapis, comme alourdi par mes propres convictions. Je continuerais de refuser de me battre. Alors, si les chasseurs de prime me le permettaient, je tenterais de glisser quelques mots, d’une voix forte et sans la moindre hésitation :


« Je compte sur vous. Centes ne doit pas gagner cette guerre. »



______________________







Bonjour !
Ed revient sur son idée de base : ne pas se battre.
Ed prend donc le tacle/glissade et tombe comme une merde.
Ed ne se relève pas : Ed ne veut pas se battre.
Ed essaie de faire une déclaration, s'il en a l'occasion...


Ed, une énigme, volume 6 !



_________________


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14970
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Lun 21 Jan - 11:17

img_rp
Bitch say my name, you know who I am.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent




Lara !


La situation était plus mauvaise pour les forbans du Kibo que ceux-ci ne semblaient l'avoir imaginé de prime abord : Groogal s'était senti obligé de s'interposer lorsqu'une menace venue du ciel avait manqué de percuter leur navire en bois d'adam, abandonnant de ce fait les jeunes pousses de l'équipage à leur sort. Kyoshiro lui-même était occupé, suffisamment pour ne pas pouvoir les seconder... Et Lara, qui venait d'endurer un choc pour le moins frontal, risquait de ne pas pouvoir retourner sur le front avant quelques minutes même si l'on regardait la chose avec optimisme. Nook était trop impulsif, et le serait sans doute encore davantage lorsqu'il constaterait avec effroi la blessure que sa jeune collègue et amante venait d'endurer. Kari n'était assurément pas prête à tenir tête à un tel adversaire, pas seule et encore moins sur le long terme afin de le contenir. Quant à Lilianna, Alidia ne savait pas grand chose d'elle mais n'avait pas la moindre raison de demeurer confiante à son sujet, dans la mesure où rien ne semblait démarquer la doctoresse comme étant une combattante d'élite. A contrario, ses capacités certaines et indéniables dans le monde de la médecine allait faire d'elle un atout irremplaçable afin de venir en aide à la blessée : elle ne pouvait donc elle-même pas prendre le risque de s'exposer à un revers de la part du gigantesque homme-arbre. Ne restait dès lors plus qu'une seule et unique solution... La pêcheuse devait prendre part à ce conflit directement, quitte à désobéir à Nakata : il comprendrait. Deux de ses couteaux s'élevèrent jusqu'au bôme qui barrait le mât de façon transversale : ils étaient reliés à des fils, et la demoiselle en usa tout en bondissant prestement, s'élevant loin au-dessus des flots fulminants et se guidant à l'aide de ses armes de jet. Quiconque l'épierait alors avec attention remarquerait un détail étrange... Elle semblait se métamorphoser, dans les airs.

L'étrange malédiction de Graou se manifesta subitement, plaçant sur la peau de la séduisante blondinette un pelage brun et dru. Sa tête se déforma progressivement, ses crocs s'affûtèrent et ses mains s’aplatirent tandis qu'une queue lui poussait dans le bas dos. Finalement, ce n'était plus une pirate ordinaire mais une femme-loutre qui fendait les cieux, et qui se réceptionna habilement sur le chemin de Branch, entre lui et les nouvelles recrues de l'équipage en péril apparent. Elle n'allait pas le laisser avancer d'un cheveu...



Ressho !


Sa force, c'était la vitesse. Elle s'en doutait : elle aurait un mal de chien à venir à bout d'un Branch, cette espèce de colosse manifestement résistant et possédant selon toute vraisemblance un pouvoir étonnant, dont elle ne comprenait pas vraiment les tenants et les aboutissants... En revanche, elle pouvait elle aussi lui échapper continuellement, à condition de demeurer prudente et hors de portée de ses paluches démesurées. Ressho, c'était exactement le genre de techniques qui lui permettrait de parvenir à ses fins : le lancer semblait banal et innocent, mais elle allait en vérité enrouler un fil accroché au couteau autour du mollet de cet être surnaturel afin de tirer dessus d'un coup sec. Dans le meilleur des cas, elle le ferait choir, gagnant de ce fait de très précieuses secondes. Dans le pire des cas... Et bien, il commencerait à lutter pour la faire tomber elle, et elle lâcherait le fil sans résister outre-mesure : chose qui, peut-être, pourrait également l'amener à tomber. Dans tous les cas, elle n'allait pas faire dans la témérité, car elle savait pertinemment que même sous sa forme de garou, sa force ne lui permettait guère d'engager un tel bras de fer...



Himitsu no buki : Ryū !


Depuis la position qui lui avait été attitrée, Damon ne pouvait pas faire grand chose afin de venir en aide à ses petits camarades... Mais il ne pouvait décemment pas se permettre de les laisser dans un bourbier pareil sans piper mot pour autant. Hiko et lui étaient des combattants au corps-à-corps majoritairement, mais ils disposaient envers et contre tout de techniques leur permettant d'abattre des cibles à distance : c'était exactement ce sur quoi il misait afin d'atteindre Cara Lroft. Sauf si elle disposait d'un haki de l'observation particulièrement précis, elle risquait fort de ne voir arriver ce dragon rougeoyant qu'au tout dernier instant : Damon l'avait projeté à son encontre sans attendre lorsqu'il avait constaté le danger qui pesait sur Kyoshiro. Le dragon n'avait rien à voir avec la lance d'Agrid, toutefois : il ne la tuerait pas, la blesserait au mieux, l'occuperait simplement, au pire. L'idée, c'était précisément de la tenir occupée, loin d'Alidia et surtout loin de Lara. Il ne doutait pas un seul instant que Nook ou Kari pourraient joindre à son initiative leurs propres signatures, mais il ne comptait pas nécessairement dessus pour autant : l'urgence était surtout de ramener la jeune charpentière à l'abri, là où on pourrait lui dispenser les soins dont elle avait besoin sans être nullement inquiétés.



Bon... On tire... Ou on attend ?


Cela faisait un bon moment que les canons étaient remplis, prêts à décharger sur les ennemis des Tengoku une première volée de boulets. Cependant, l'heure n'était pas vraiment propice à ce type de déchaînements : quelques membres de l'équipage s'étaient lancés dans un abordage périlleux, et empêchaient de ce fait Ruthven et ses collègues de tirer à vue sur le navire de Synchrone, le seul encore à portée. D'autres ne tarderaient guère à leur apparaître, sans nul doute, mais en attendant, l'ancien noble devait se contenter de se tourner les pouces en dévisageant tour-à-tour toutes les personnes qui se trouvaient à ses côtés, et dont il avait officiellement la charge. Il ne les connaissait pas trop... Pas assez, en fait. A part Lapis, la jeune sirène les ayant rejoint à Shabondy, en tout cas : elle était d'un naturel plus loquace qu'Aldero, et moins timide qu'Hinami. Restaient ceux des pirates qui les avaient rejoint lors de leur incursion sous-marine, alors qu'ils s'aventuraient sur l'île des prestigieux peuples amphibiens... Et dont il ne savait pas grand chose, pour ne pas dire rien. Aussi cherchait-il désespérément un moyen de briser la glace afin de pouvoir tuer un peu de temps : il n'était pas doué pour cela, manifestement, malgré les airs qu'il se donnait constamment. La question qu'il avait prononcé était davantage rhétorique que prononcé à l'attention de ses pairs : il savait pertinemment qu'ils devaient attendre... Mais il cherchait simplement à provoquer chez eux une réaction quelconque.

---

Il martelait toujours les airs avec une virulence époustouflante, répandant le chaos sur les positions de la flotte de l'Empereur Hadès, lorsque Groogal se jeta sur la trajectoire d'un tir qui les visait frontalement. Avaient-ils attiré l'attention plus que de raison ? C'était manifestement le cas, mais l'offensive de la Triade était vouée à l'échec, comme le prouva bien assez tôt l'épaisse cuirasse du monstre volant qui retomba par la suite sur le pont du Kibo. Celle du Phoenix, quant à elle, continua à causer d'immenses dommages aux multiples navires qui lui faisaient l'affront de demeurer à leur place, stoïquement : aucun pirate ne semblait être en mesure de s'interposer physiquement, condamnant de ce fait le moindre des mâts, la moindre des coques, la moindre des voiles qui se retrouvait exposée aux vents furieux que l'ancien corsaire générait abondamment. Un événement hors norme, toutefois, l'empêcha de persévérer sur ce déferlement prodigieux : l'espèce de typhon qui naissait alors aux côtés du Kibo fut fendu en deux d'un coup sec par quelque chose de terriblement rapide. Sans son haki de l'observation, le Fenice aurait probablement eu un mal fou à se figurer ce qui avait bien pu traverser cette mer aussi promptement : avec, il savait pertinemment qu'il s'agissait là d'un homme... Et d'un homme d'une certaine trempe. S'il n'entendit pas distinctement les mots que prononça Groogal, il comprit néanmoins que son aide était requise du côté des chasseurs de primes lorsque le maître de ces derniers fut projeté à vive allure : la flotte des chasseurs était à cette allure aussi vite damnée que celle de l'Empereur ne l'était face aux assauts de haki du mythique... Sinon plus encore. Les yeux de Nakata se plissèrent, et il jeta un regard prompt à Alidia qui, de son côté, prenait le parti d'affronter Branch dans l'optique de couvrir Kari, Nook et surtout Lara. Il remarqua la lance qui menaçait Kyoshiro, et estima que ce dernier saurait y trouver une réponse adéquate. Puis il adressa à Damon un regard déterminé ainsi que des paroles fortes, qui en laissaient aucun doute quant à la décision qu'il avait prise.


Damon ! Pour l'instant, tu es capitaine à bord, jusqu'au retour de Kyoshiro. A ce moment-là, il s'occupera de tout. Je reviens dès que possible ! Groogal ! Je compte sur toi.


L'ancêtre allait désormais, devant Kyoshiro lui-même, devoir endosser le rôle de premier bouclier des Tengoku no Seigi : il serait à même d'endurer ce rôle avec brio, le blondinet en était convaincu. Dans la foulée de cette prise de parole, il se dirigea en courant vers l'arrière du navire, revêtant sa forme d'ange, deux ailes lui poussant sur les omoplates, avant de freiner des quatre fers. Il fronça les sourcils, comme perplexe, puis fit volte-face et revint à la charge... Droit vers le mât du Kibo, sur lequel il sauta à pieds joints. Il ne lui fallut alors guère plus qu'une poignée d'instants pour courber ses jambes et se recroqueviller sur ses appuis, dans l'optique de bénéficier d'une détente monstrueuse. Si l'édifice longiligne tint bon, formé dans le plus robuste des bois, le navire tangua envers et contre son formidable gabarit. Le blondinet, lancé à vive allure, se mit bientôt à battre des ailes furieusement afin de conserver son élan intact : il se mit à frôler les vagues à une vitesse ahurissante, quasiment similaire à celle dont le Yonkou venait d'user, à ceci près que lui n'était pas ralenti par la résistance physique qu'opposait l'eau aux corps plongés en son sein. Tant et si bien qu'il fut dans le dos de son nouvel ennemi en moins de temps qu'il n'en fallait pour briser la nuque d'une malheureuse trop peu réactive : si Mijushike n'était pas en mesure de fournir protection à ses propres subordonnés, le Phoenix allait s'en charger.



Nijū no dageki !


Ses réserves de haki n'étaient pas totalement renouvelées, puisqu'il venait tout juste de les mettre à rude épreuve : il savait qu'il était à deux doigts d'en manquer cruellement. Toutefois, il ne sous-estimait pas son adversaire actuel et savait qu'un assaut manquant de cette précieuse denrée n'aurait pas le moindre effet... Voilà pourquoi il appliqua momentanément la petite leçon que lui avait inculqué Groogal, sur l'Archipel Shabondy. Il ne couvrit de la plaque noirâtre que le bout de son pied droit, à l'instant où celui-ci semblait se dédoubler pour frapper le quarantenaire au niveau de la tempe et du buste. L'assaut ne manquait assurément pas de fougue : un assaillant commun aurait vu sa cage thoracique et son crâne exploser d'un coup d'un seul... mais celui-ci lui offrirait sans nul doute une résistance acharnée. Il fallait l'espérer, en tout cas : sinon, une partie de la flotte des chasseurs allait sombrer, tant la puissance que déployait le blondinet était cataclysmique. Il n'y avait aucune chance pour qu'une frêle embarcation survive à l'onde de choc que son assaut allait générer, et qui risquait de traverser des dizaines de mètres avant de seulement faiblir...






Alidia prend les choses en main quand Lara est blessée : elle s'élance vers Branch en prenant sa forme garou.
Damon couvre le reste de la clique en attaquant Cara.
Ruthven et les autres ont fini de charger les canons, et attendent désormais une occasion ou, à défaut, un ordre.
Nakata arrête de tirer sur la flotte d'Hadès lorsque Mijushike est envoyé boulé. Il utilise son fruit et le mât du Kibo pour arriver dans le dos d'Hadès et tenter de le percuter d'un coup double.

Les techniques :

Alidia :
Virus de la loutre :
Le virus infligé par le Conte de Graou Island est celui de la loutre. Les nuits, Alidia devient donc une loutre-garou, capable de nager à une vitesse élevée, et de rester en apnée plus longtemps qu'un humain banal. Sa vitesse et son agilité au combat en sont également accrues, tout comme ses sens comme l'odorat.
Niveaux 38+ : Utilisation possible en toutes circonstances et parfaitement contrôlée.

Ressho : Alidia envoie un couteau enrouler un membre ennemi grâce au fil auquel il est accroché. Elle tire ensuite sur celui-ci. Au mieux pour l'adversaire, celui-ci glisse et ne fait que le couper avant de voir le couteau revenir vers sa lanceuse. Au pire, il coupe le membre accroché. (N'est pas valable si la cible porte une protection par exemple)
(Ici, utilisé de façon à bloquer le couteau contre Branch, pour le faire tomber)

Damon :
Himitsu no buki : Ryū : Damon lève son épée en direction du ciel et fait un geste vertical. C'est un dragon qui est projeté en direction de l'adversaire. Il est plus gros que le lion et plus foudroyant que l'aigle, tout en gardant la capacité de voler. C'est l'arcane ultime qu'à apprit Damon dans son école de sabreur.

Nak :
→Tori Tori no Mi : Forme hybride ailes : Tenshi (Gain d'une forme, level 32)
La forme ultime de Nakata. Deux ailes bleues prennent place sur son dos, le transformant en une sorte d'ange. Son pouvoir de soin est extrêmement puissant, même s'il n'égale toujours pas la forme complète. Il peut utiliser ses bras et ses jambes, et donc toutes les techniques de corps-à-corps, mais avec un gain de vitesse incroyable et la capacité de voler.

Lvl 30 : Nijū no dageki : Nakata se met devant l'ennemi et frappe son crâne et son ventre de la même jambe, horizontalement, jouant en fait sur la rapidité de son membre. Les actions s'effectuent presque en même temps.

Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."


Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1704
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Lun 21 Jan - 19:28

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             

             


Même alors qu'il était concentré sur la frêle silhouette devant lui, même alors que ses yeux de braise étaient rivés sur cette forme privée de volonté avec qui il s'était autrefois entretenu, le jeune homme ne ratait absolument rien de ce qu'il se passait autour de lui, sans trop savoir s'il s'agissait d'une bénédiction ou d'une malédiction. Par le passé lorsqu'il fermait son esprit au monde qui l'entourait il ne ressentait plus rien, ne sentait plus rien, n'entendait plus rien mais depuis que sa capacité dénommée haki s'était élevée à un tout autre niveau, alors il avait perdu ce privilège, perdu le droit de s'isoler seul avec ses pensées lorsque la bataille criait rage tout autour de lui. Cette capacité avait été une bénédiction en de nombreuses occasions, car il pouvait réellement ressentait le bois sous ses pieds et les projectiles qui fusaient autour de lui, des éléments inertes qui lui auraient échappés par le passé, mais en cet instant précis il aurait souhaité ne jamais avoir développé cette capacité.
Sans fausse modestie le jeune homme se savait être l'un des pirates les plus altruistes de sa génération, un homme avec la main toujours sur le cœur et, disons-le clairement, qui s'inquiétait beaucoup trop pour ses congénères. Au prix de sa propre sécurité, la plupart du temps. D'aussi loin qu'il s'en souvienne il s'était toujours donné comme mission d'aider son prochain, parce que c'était la chose à faire, sans que personne ne le lui ait spécifiquement demandé, mais ses convictions avaient été quelque peu ébranlées lorsqu'il avait fait la connaissance du Phénix. Depuis ce jour il avait appris que certains étaient prêt à se battre, à attaquer plutôt que se défendre pour faire bouger les choses, pour empêcher une tragédie ou pour asseoir leur domination sur telle ou telle peuplade. Pour un pacifiste comme le jeune homme cautionner une telle pratique avait tout d'abord été impensable, révulsant même, mais les liens forgés avec ses camarades durant ces derniers mois eurent tôt fait de retirer ses œillères pour l'ouvrir à une nouvelle vision des choses.

En côtoyant son capitaine de plus près, surtout depuis sa nouvelle prise de fonction, le bretteur avait réalisé que le blondinet n'aspirait pas à la violence et n'y éprouvait d'ailleurs aucun plaisir. Il avait juste compris que les mots avaient une portée limitée et que, parfois, un homme était tellement fermé à la discussion que le seul moyen de lui faire rentrer une idée dans le crâne c'était à la force des points. Cela n'avait rien de juste, rien de sain ou de raisonnable mais c'était diablement nécessaire dans quelques situations. Kyoshiro avait désespérément lutté pour nager contre le courant durant ces derniers mois  mais, lorsqu'ils avaient retourné leur veste contre le gouvernement mondial, les membres de cet équipage s'étaient attirés toute une flopée d'ennuis.

Et puis vint un jour où il décida de cesser de lutter, de cesser d'imposer au monde une vision utopique qui ne se réaliserait peut-être jamais, peut-être pas de son vivant. Depuis le jour de cette horrible vente aux enchères, depuis le jour où il avait condamné à mort une innocente pour que celle-ci puisse être libre de l'autre côté du voile, il avait compris que même si c'était malheureux il venait un temps où il fallait être prêt à se battre pour défendre ses convictions. Comme le faisait son capitaine. Comme tous ici le faisaient.
Mais aujourd'hui, alors qu'il avait jeté aux orties son individualité et sacrifié ses rêves au profit de ceux d'un autre, on lui demandait l'impensable : frapper une personne qui avait été gentille envers lui. Frapper un ennemi était déjà compliqué pour un être aussi pacifiste que lui, mais frapper cette jeune femme ? La lieutenante d'un homme qu'il admirait et respectait ? C'était tout bonnement impensable, cette seule idée lui donnait littéralement la nausée mais, devant le danger auquel ses compagnons faisaient face, il fit ce qu'il pensait incapable d'accomplir : lever la main sur cette douce femme.

Presque incapable de jauger sa puissance et celle de l'ennemi, Kyoshiro usa de l'énergie qu'il supposait être nécessaire pour neutraliser sa camarade et la créature étrange qui se trouvait à ses côtés, en croisant les doigts pour ne pas en avoir trop fait. Arquant un sourcil de surprise en voyant une très étrange lumière jaillir, le logia ne stoppa pas son attaque pour autant et sentit son cœur s'arrêta l'espace d'une micro-seconde lorsqu'il ressentit le fracas de l'impact. Il voulu détourner le regard, comme pour éviter d'avoir à poser les yeux sur les conséquences de ses actes, comme pour fuir la réalité, mais il ne put s'y résigner lorsqu'une frêle créature émergea du lieu de l'impact. Pendant un instant il se sentit le désir de sourire, sentit une chaleur monter en lui en espérant que Cara ait pu bloquer ou esquiver l'attaque par quelques artifices qui lui étaient inconnus, mais l'horreur le frappa au visage en réalisant qu'il n'en était rien.

Pendant longtemps le jeune naïf avait été enfermé dans une bulle pour son propre bien, cloîtré dans une version idéalisée de la réalité où le négatif n'avait pas sa place, aussi n'avait-il jamais été confronté au concept de peur, de colère ou de désespoir, mais aujourd'hui il put en ressentir un avant-goût. À cet instant précis, en posant les yeux sur cette silhouette brisée, en posant les yeux sur le résultat de son action, le jeune homme sentit le feu s'éteindre dans ses prunelles alors que les flammes étaient remplacées par les plus profondes des abysses. Petit à petit le serpent de la peur commençait à se faire un chemin jusque dans ses entrailles, corrompant son être tout entier morceau par morceau, sapant toute trace d'esprit combatif qu'il avait encore en lui. Oh oui il la sentait arriver face à lui armée de ce couteau, il savait qu'il allait se faire embrocher s'il ne bougeait pas et pourtant ses jambes refusaient de répondre, ses bras refusaient de se mouvoir ne serait-ce que pour bloquer la lame qui arrivait, tétanisé devant ce qu'il venait de faire.

Alors c'était cela de se battre pour ses idéaux ? C'était ce qu'il provoquait lorsqu'il était persuadé de se battre pour la bonne cause ? Et son capitaine voulait lui faire croire qu'agir ainsi était pour le mieux et que le monde s'en trouverait amélioré ? Grandi ? Non, non non non. Tétanisé, sans même s'en rendre compte, le jeune homme fit ce qu'aucun samouraï au monde ne s'autoriserait à faire : reculer. Ce fut au moment où il posa un pied en arrière, où il sentit le bois craquer sous son poids, que Kyoshiro sentit quelque chose à la périphérie de son esprit. Au départ il fut incapable de s'en rendre compte, noyé sous la terreur et la culpabilité, mais ce fut lorsque ses bribes de conditionnement mental reprirent le dessus qu'il identifia la menace : quelqu'un essayait de finir ce qu'il avait peiné à réaliser.

Une décennie entière de conditionnement mental et une vie passée au service des autres balayèrent sa terreur en un instant, comme un grain de sable dans la tempête, alors que ses yeux reprenaient leur vivacité habituelle et que ses mains se posaient instinctivement sur ses sabres. S'en était-il seulement rendu compte ? Non, le naturel finissait toujours par revenir au galop. En d'autres circonstances il aurait donné des ordres, il aurait alerté ses camarades de ce qu'il allait faire mais aujourd'hui il ne le fit pas, il laissa son corps et son cœur parler à la place de son cerveau, car l'instant d'après il avait déjà disparu du pont.

Silencieux, ses yeux reflétant l'ardeur qui l'animait de nouveau, le logia apparut sur le pont de ce lanceur de harpon, devant ce dernier, ses deux sabres de renoms fermement maintenus dans ses puissantes mains. Comme à son habitude le maudit débarqua en brillant de milles feux non pas dans le but d'en mettre plein la vue mais de bloquer celle de son opposant du jour, afin de l'empêcher de tirer et de commettre l'irréparable. Pas de remarque acerbe, pas de cri de défiance : ses sabres recouverts de haki parlèrent pour lui en se mettant à danser dans l'air comme lui seul savait le faire, en se mettant à danser pour aller trancher la chair de ce lanceur de harpon. Une fois que l'attaque serait passée, qu'elle porte ou non, alors le bretteur bondirait sur le côté pour rester à bonne distance de cet individu dont il ne savait rien.

Il était l'heure. L'heure de régler ses comptes et de défendre les siens.





   
   
© ANARCISS sur epicode
           



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nook Yamaka
Pervcook
Nook Yamaka
Messages : 204
Race : Humain âgé de 15 ans
Équipage : Tengoku No Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
99/200  (99/200)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Mer 23 Jan - 18:37

L’île au secret
feat. TnS


Ce monde était le repaire d'un nombre incommensurable d'immondice, des choses horribles se passaient partout et en tout temps alors que les plus vertueux recherchaient la paix totale, des utopistes ou des rêveurs, au mieux. Ces fous, pour certains, ne valaient guère plus qu'une demi bouchée de pain et le Yamaka en avait bien conscience. Il les avait vu, tous ces biens pensant, ces débiles qui prônait la dominance d'un être ou l'égalité entre tous. Decimas, révolutionnaire, gouvernementaux, certaines pirates : il y avait de tout et surtout du n'importe quoi. Nakata n'était pas un homme belliqueux, ou Nook ne le voyait pas comme cela en tous les cas, mais il n'en restait pas moins un personnage conscient de la réalité de ce monde, une conscience qu'il avait su transcrire dans ses mots au départ de Shabondy et dont Nook avait pesé le sens depuis peu. Les événements de l'île des Hommes-poissons, encore nébuleux pour le jeunot qui était resté en retrait, l'attachement à une personne en particulier, le contexte du Nouveau Monde, cette bataille soudaine... Lentement, Pervcook prenait conscience des immondices du monde, de ses dangers et de ses menaces.

La voix de la colombe maintenant morte, happée par un coup lumineux, n'avait été qu'un témoignage supplémentaire et illusoire de la parole d'un blondinet à la malédiction ridiculement puissante, une tentative vaine immédiatement sanctionnée par le second de Tengoku No Seigi. Et si ce dernier était maintenant rongé de l'intérieur, Nook ne l'était plus. La paix l'avait attiré avant que la violence et le sentiment de protection ne le submerge mais depuis, la donne avait changé. Il s'était investi lui-même de la mission de protéger les femmes de l'équipage, à commencer par Lara. Alors, lorsque l'homme qu'il harcelait de ses tirs depuis quelques minutes décrocha un coup qui amocha salement sa chère et tendre, une chose se brisa au fond du coeur du jeune forban. Déjà soumis à la colère suite aux mots de Synchrone, le cuistot devint soudainement placide, son seul regard traduisait la froideur intense qui avait envahi son coeur, il ne perdit pas l'esprit sous la colère et traita l'information avec un calme qui ne lui était pas habituel.

Nook Yamaka, toujours si imprudent, impulsif, excité et impliqué était devenu un homme calculateur. Loin d'être stratège, l'adolescent étudiait la situation pour trouver la solution la plus propice, non pas à la victoire mais à la survie de sa douce Lara. Presque instinctivement suite au coup, la laine compactée depuis le début de la bataille dans le dos de Nook se mit à s'élancer le plus rapidement possible en direction de Lara, pour l'entourer, la récupérer et l'emmener près de lui, et a fortiori, le plus proche de Lilianna.

- Lili, je te le demande en ami, prend soin de Lara.  


Qu'il s'agisse de Lilianna, de Kari, de Lara ou de n'importe quel membre de l'équipage, aucun d'entre eux n'aurait entendu autant de froideur et de détermination dans la voix du gamin depuis son intégration dans la bande du phénix. Le coup, la blessure corrélative de Lara : quelque chose s'était brisé. Il regarda Alidia foncer sur Branch et jeta un coup d'oeil à la femme que Kyoshiro n'avait pas daigné terminer.

- Kari, on doit réduire les forces, qu'en dis-tu ?


Dès l'instant où sa partenaire de bataille confirmait, dès l'instant où sa laine avait pu mettre Lara à l'écart, les détonations reprendraient, des tirs d'arme à feu tous dirigés vers Cara, cette femme totalement inconnue pour le Yamaka. Mettre à mort une femme de sang froid, cela relevait de l'impossible pour le jeune pervers. Mais cela, c'était avant. Hades, Centes ... Ils avaient osé blesser son amour naissant, Pervcook avait le courage de les abattre tous les deux, à défaut d'en avoir la force.

Son oeil froid réagirait au quart de tour au moindre mouvement de la Lroft, la canardant toujours plus, cherchant à l'immobiliser avec sa laine, le tout en respectant parfaitement les trajectoires prises par Kari : à deux, ils allaient la battre, la tuer.

Lara ne devait plus être blessée.

©️ Codé par Kari Crown


Petit post. Nook voit Lara prendre un coup et devient très froid, il prend Lara avec sa laine pour l'amener à Lili et organise l'attaque contre Cara avec Kari en tirant sur Cara et cherchant à la bloquer avec sa laine pour ouvrir des voies à Kari.
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 592
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
115/200  (115/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Sam 26 Jan - 18:29

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Bishop Knife Trick - Fall Out Boy
- Bon… On tire… ou on attend ?
Les paroles de Ruthven passèrent inaperçues auprès d’Hinami. La minuscule tontatta n’en menait pas large du tout : prostrée sur l’épaule d’Aldero, la tête se tournant au moindre bruit trop sourd à son goût, elle avait complètement perdu de vue sa conviction de devenir une femme forte.

Aldero Crown, l’ancien chasseur de primes, restait quant à lui bien silencieux. Il n’avait pas traîné pour aider à charger les canons. La poudre, ça le connaissait. Son désormais unique œil lorgnait le métal brillant de l’une des pièces d’artillerie.
- Ils sont encore sur le navire.
La voix d’Alicia venait de résonner, d’une douceur sans pareille, légèrement détachée. Inquiète, son esprit était accaparé par autre chose : la tempête, qui était apparue d’un coup, et qui ne présageait rien de bon… Etrangement, c’était celle du trio de nouveaux venus qui tentait de s’intégrer le mieux possible, enfin à aider ces voyageurs pirates, même si ce n’était pas encore gagné.

Pat, lui, serrait les dents. Il n’aimait pas ça. Pas du tout. Plutôt réservé pour l’instant, méfiant, il était dur de connaître son histoire. Même Molly et Alicia, qui étaient les deux personnes avec qui il avait le plus échangé pour l’instant, ne savaient pas pourquoi il s’était retrouvé à errer seul dans les îles célestes. Il ne bouillait pas de rage, au contraire, pourtant il était loin d’être serein. Après tout, il avait déjà une certaine rancune envers l’un des Empereurs, et ce qu’il se passait en ce moment ne faisait que lui rappeler avec amertume de très mauvais souvenirs. Oh… qu’est-ce qu’il pouvait bien la détester… Elle… et ceux qui avaient été ses amis.
- On attend. Dès qu’ils ne sont plus à portée, on tire. Le gros navire du fond si il est à portée. Plus la cible est grande, mieux c’est.
Molly avait parlé d’une voix ferme, sans trop réfléchir. Son regard voulut croiser celui de Ruthven, à qui l’on avait donné la charge de toute cette petite troupe. Les habitudes passées de la femme-poisson revenaient au galop : ancienne capitaine d’un équipage pirate, elle avait été habituée à être sollicitée en situation critique par ses subordonnées. Le de Lioncourt n’allait peut-être pas aimer ce soudain ordre. Ou au contraire, les événements actuels ne lui permettaient peut-être pas de se formaliser de l’attitude de Molly : par ces mots, elle allait l’aider à diriger toute la petite clique.

*

La pirate darda un regard médusé sur les deux lieutenants d’Empereur. Ils étaient encore debout, tous deux, après avoir encaissés de plein fouet l’attaque lumineuse de Kyoshiro. Si, pour Branch, du fait de sa silhouette très massive, Kari était un peu moins surprise, elle avait en revanche du mal à croire que Cara Lroft n’avait pas subi le moindre dégât.

La rouquine fronça les sourcils. Elle avait peine à croire que son corps, aussi fluet que le sien, n’aie pas été broyé. L’avait-elle sous-estimée ? Possible. Possible qu’elle ait encore fait l’erreur d’un jugement trop hâtif. Un bref instant, l’affaire d’une demi-seconde, l’ancienne chasseuse de primes ferma les yeux.
Puis elle entendit les détonations du côté de Nook et vit l’ombre de Lara se faufiler jusqu’à hauteur de l’homme-arbre. Ainsi, ils engageaient quand même le combat…

Un mouvement. Imperceptible pour eux, bien trop rapide. Branch était nettement au-dessus de leur niveau à tous les trois. Et après un sauvetage in extremis de la part de Groogal, ce fut à Lara d’en faire les frais… sans avoir quiconque pour intervenir. Elle se fit balayer d’un coup puissant, n’étant rien de plus qu’un simple fétu de paille l’espace de quelques instants.

Les yeux de Kari avaient eu bien du mal à suivre et son cerveau à comprendre. Ce n’était que lorsque la demoiselle à la chevelure blanche se retrouva à terre que son esprit comprit que quelque chose s’était mal passé.

Elle les avait prévenus. Ils y étaient allés quand même… Ses mâchoires se refermèrent l’une sur l’autre et les dents se serrèrent. Elle se sentait impuissante. Une légère brise de panique s’insinua en elle. Qu’est-ce qu’ils pouvaient faire contre eux ? Qu’est-ce qu’ils devaient faire ?

Les deux orbes verts qui lui servaient d’yeux sautèrent de la silhouette de Lara à Nook. Ils devaient… Soudainement, ce fut une autre pensée qui accapara son esprit dans une situation aussi critique. Que se passerait-il si l’un de ces deux lieutenants venait à mourir ? Les Tengoku no Seigi auraient-ils un énième Empereur sur le dos ? Après tout, Groogal avait dit qu’ils n’étaient pas dans leur état normal… Cela leur ôtait-il le droit de les voir comme ennemis ? Certes, ils les avaient attaquées et allaient sûrement continuer. Mais qu’adviendrait-il s’ils commettaient l’irréparable ? La faute leur serait-elle mise sur le dos ?
- Il faut qu’on les garde en vie, Nook. On n’a pas le choix.
Cela lui paraissait soudainement évident, et la tâche n’allait sans doute pas être des plus simples. Parti comme c’était, soit Lara ou l’un de ses camarades y passait, soit… c’étaient Cara et Branch. Soit. Ils allaient faire avec.

L’attaque de Damon lui apparut comme une ouverture. Deux de ses dagues se levèrent, tenues par ses deux mains, avant de fendre l’air la séparant de Cara à de multiples reprises. Ce furent tout autant de lames d’air qui furent propulsées vers la Lroft, visant principalement les jambes et les bras. Fidèle à son plan, Kari espérait ainsi l’immobiliser, ou à défaut l’handicaper un peu dans ses mouvements.
Codé par Kari Crown


Kari profite de l'attaque de Damon pour lancer des lames d'air en direction des membres de Cara. Et elle n'a pas encore capté le pouvoir de Branch. Du côté des pnjs, ils discutent, pour certains, avec Ruthven.

Techiques:
 

PNJs :
Aldero Crown, lvl 21
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 28
Molly, lvl 25
Pat, lvl 24

_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
Lilianna Windspell
Messages : 227
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 1.010.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Lun 28 Jan - 22:10

With TnS, Edward et MJs



L'histoire est écrite par les
vainqueurs





La réponse du Phénix à ses propos parvint bien aux oreilles de la doctoresse. Mais une fois de plus, malgré elle, la demoiselle peinait à lui faire entendre de son côté, ce que son esprit lui soufflait. Un jour peut-être y parviendrait-elle avec plus d'aisance. À défaut d'avoir pu exprimer ses intentions convenablement à son capitaine et à ses pairs, la blondinette estimait au moins avoir en partie atteint son objectif et n'insista pas plus longuement car lui comme elle avaient à l'heure actuelle bien autre chose qui les attendait au menu.

- Je comprends. Je tâcherai de ne plus l'omettre à l'avenir.

En effet, cette "malédiction" comme il venait de la citer risquait de leur causer beaucoup de soucis aujourd'hui comme dans le futur si elle en sous-estimait la puissance. Cela faisait-il d'elle un membre à part entière de cet équipage pirate ? Si l'on excluait les personnes qu'elle connaissait depuis plus longtemps, ses autres camarades auraient-ils réellement risqués leur vie pour sauver la sienne ? Qu'en était-il de la réciproque ? Finalement une question sur laquelle Lilianna éprouvait peu de doutes. Si elle devait leur porter secours, ce ne serait pas uniquement dans le but de répondre l'appel de sa profession. Et si elle levait son arme, ce ne serait pas pour défendre seulement sa propre vie. Les TnS ressortiraient de cette bataille. Tous. La doctoresse ferait son possible pour faire de cette affirmation une réalité. Tandis que Nakata prenait la direction de son propre combat, l'amnésique aux yeux framboises reporta son attention sur la navire de Synchrone non sans donner quelques directives à son Elanion.

- Mistral, va me chercher la trousse de secours.

Plutôt heureux de retrouver sa maîtresse et un comportement qui lui était autrement plus familier, le rapace s'empressa de répondre à sa demande et décolla agilement de l'épaule de la blondinette pour s'engouffrer à vive allure dans les couloirs du Kibo. Pendant ce temps, le médecin détailla la situation qui avait évolué très rapidement sur le bateau de la colombe. L'instigateur de la paix sur le sol de son propre navire et la lutte engagée entre les compagnons de la jeune femme d'un côté et les marionnettes de Centes de l'autre.

La paire de bottes blanches émit quelques légers claquements sur le bois d'adam, étouffés par les sonorités de la tempête naissante accompagnant la chorale des hommes et des armes. Puis, cette paire de bottes rencontra le plancher du bateau ennemi. À peine réceptionnée, Lilianna releva la tête. Le vent agité cherchait à entourer son cou de ses longs cheveux blonds passant sans gêne devant son visage et l'obligeant à les ramener derrière ses oreilles. Les sifflements de l'élément, de même que ses fourberies, ne la privèrent pas d'assister à ce qu'il se passait entre Kyoshiro et la femme brune. Pour des raisons qui lui étaient propres, il ne semblait pas vouloir l'attaquer. En revanche, cette seconde n'avait aucunement l'air de s'émouvoir de ses états d'âme. En même temps, difficile lorsque l'on était une coquille dépourvue de volonté propre. La Windspell nota ce regard vitreux, absent, contrastant avec la vivacité de ses mouvements, ce qui en partie la fit tilter sur le caractère "possédé" de la personne qui leur faisait face. Tournant la tête en direction de Branch, elle chercha à savoir si le phénomène était partagé. Un poil plus difficile à relever étant donné la nature semi-végétale de l'adversaire et d'un unique œil de visible. Cependant, une première brève observation fit pencher la balance en faveur d'une hypothèse sur un état similaire. Quelle que fut la cause de cet état, celui-ci ne pouvait être qualifier de parfaitement normal. Existait-il un remède à ce mal ? Un remède que la doctoresse serait capable de leur procurer ? Tout était bien trop flou pour qu'un début de réponse lui apparaisse. La première chose, par contre, sur laquelle peu auraient trouvé à redire, c'était de les empêcher de nuire d'une manière ou d'une autre.

Trop tard. Lara, leur chère charpentière fut la première à subir la violence ennemie de plein fouet. Lilianna qui avait encore les yeux rivés sur le duo de bruns ne fut témoin que de l'action une fois amorcée. Elle écarquilla ses yeux vermeilles, et ne put s'empêcher d'imaginer le pire scénario possible. Cependant, son expérience reprenant le dessus, elle inspira pour interdire à toute bouffée de panique d'obscurcir ses pensées. Puis, elle se rapprocha prestement du groupe qui faisait face à Branch, tandis que le Yamaka, qui n'avait pas trainé à réagir, lui demandait de prendre soin de la blessée. Hochant la tête, l'interpellée lui répondit d'une fois audible et certaine.

- Compte sur moi. Elle est entre de bonnes mains. Personne ne touchera à un seul de ses cheveux.

La Windspell avait bien conscience que de voir un ami ou un être cher tomber devant soi n'avait rien de facile mais c'était justement dans ce genre de situation qu'il leur fallait garder la tête froide. Car c'est dans ce genre de situation que l'on devenait une cible plus facile par manque de concentration, par emportement. Même si l'on avait le sentiment de savoir gérer ces émotions, les faits parfois venaient troublés cette certitude. La doctoresse voulait au moins offrir à son ami un peu plus de tranquillité d'esprit, lui faire savoir qu'il pouvait se consacrer pleinement au combat car Lara était en sûreté. Ou alors, c'est qu'il y aurait une autre personne rendue inapte à se battre.

Patiemment, épée en main et prête à intervenir si quelqu'un esquissait la moindre intention d'enrayer l'évacuation de la faucheuse, la blondinette accompagnerait le mouvement de la laine jusqu'à ce que celle-ci dépose la patiente délicatement à ses pieds. Alors, Lilianna s'agenouillerait auprès de sa camarade du côté lui permettant de garder un oeil sur les affrontements et par la même de réagir si un danger se présentait pour les en protéger au besoin. Ensuite, elle se pencherait sur Lara pour déjà se lancer dans le premier diagnostique sur son état. De peau naturellement claire, celle-ci semblait néanmoins avoir perdu quelques couleurs et ses lèvres prenant de légères teintes bleutées tremblotaient. Mais au moins, elle respirait et était vivante. Tout en prenant la température de sa collègue, elle tenta d'évaluer son niveau de conscience.

- Lara ? Lara ? C'est moi, Lilianna. Est-ce que tu m'entends ? Si oui, touche ma jambe.

En plus de savoir si la charpentière l'entendait et avoir conscience de sa propre identité et se rappelait de celles de ses nakamas, lui donner une directive plus précise de surcroit permettait à la jeune femme d'évaluer jusqu'à quel point le coup porté avait sonné cet être à l'allure délicate.

De la température, tout en continuant à parler à la demoiselle, l'amnésique passa ensuite à la blessure, entamant une série de palpations d'abord délicates là où elle avait vu Branch frapper. Celui-ci d'ailleurs n'en avait pas fini de faire des siennes et pendant ce temps révélait un peu plus de ses capacités qui utilisées de la sorte en était assez révulsant. Jetant un coup d’œil de temps à autre, Lilianna ne captait les images que par intermittence mais la vue de la brune lui fit esquisser une moue désapprobatrice. Une vision qui n'atteignit pas la détermination de Nook qui se relançait dans de nouveaux assauts. La blondinette ne savait ce qui trottait dans la tête de ce dernier mais approuvait la remarque qui suivit sortit des lèvres de Kari.

- Je partage l'avis de Kari. À moins d'y être contraints, ne les tuons pas. Mistral ne va pas tarder à revenir avec ma trousse. Je peux essayer de préparer quelque chose qui nous aidera. Vous pensez pouvoir les tenir sans les achever d'ici là ?



Codage réalisé par Lilianna
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Mar 5 Fév - 21:06






Manson, Serge

- Comme si on allait te croire.
- Seeeeerge... il dit peut-être la vérité... nan ?

Perplexes. Voilà comment étaient les deux chasseurs de prime, en cet instant. Ils s'étaient attendus à voir une résistance farouche, un combat palpitant et difficile, un affrontement qui aurait tout à la fois pu mettre en péril leurs vies et valider leurs compétences et leur appartenance à cette flotte. Mais rien. Le regard de défi de cet homme qui avait instillé en eux une once de crainte s'était évanoui alors qu'il se rendait subitement, encaissant l'assaut du premier traqueur sans même tenter de s'y soustraire. Courroucé, Serge restait sur ses gardes, ses mains décrivant quelques mouvements dans le dos du Edward que ce dernier ne pourrait certainement pas voir. Manson, lui, avait l'air aussi pathétique que d'habitude et se rongeait les ongles, soumis à un dilemme moral. L'avion en papier, quant à lui... ne fit aucun effet.

- Nan mais... en vrai... on doit vraiment le faire ?
- Putain, Manson !
- Maiiiis... Ok, Ok...

D'un pas chétif, le chasseur blanchâtre s'approcha de l'énorme masse que constituait Lawrence, étalé sur le pont de son navire. Autour de lui, de petits cristaux semblaient s'évaporer dans l'air, happés par la chaleur des canons et le souffle des explosions. Il se mordillait toujours le pouce, soucieux. Pourtant, il n'avait aucun doute quant à ce qu'il allait faire, mais préféra malgré tout l'annoncer à voix haute.

- Bouge pas... ça te fera pas mal... tu vas juste dormir... un peu...

Sur ces mots, tandis que son équipage l'observait, que son second se tenait prêt à réagir... le Yonkou traversa les flots comme une torpille insensée, happant l'attention de la majorité des combattants capables de le voir. Les deux traqueurs semblèrent distraits l'espace d'un instant. Qui ne l'aurait pas été ? De là où il se trouvait, il ne subirait certainement pas la même inattention, incapable de voir le spectacle en entier. Manson, lui, resterait quelques instants immobile, la bouche formant un "O", avant de reprendre sa route vers le Supernova. Resterait à voir si ses convictions étaient fondées...




Liao Hojo, dit "Le Tueur de Supernova" et Mendela Yorkshire, dit "Le Trappeur"

- Enfoiré !
- Ahahahah ! Eh bien, petit prince ! Eh bien !

Une nouvelle vague de flammes vint ronger l'épave d'un navire qui coulait déjà, tandis que le champ de bataille autour des deux pointures s'approchait de plus en plus de l'enfer. Entre les Stymphales et le fils du Tueur de Yonkou, il ne faisait pas bon rester dans les parages... d'autant plus que Mendela, s'il n'avait pas forcément l'avantage, restait un guerrier plus que compétent et risiblement dangereux : son invulnérabilité lui permettait de gagner un temps outrageant, qu'il mettait à l'usage pour établir des plans toujours plus terribles. Si ses calculs étaient exacts, alors ils n'en auraient plus pour très longtemps. Bientôt, la flotte de Hadès percuterait celle des chasseurs de prime comme une déferlante rugissante et vorace. La fin viendrait... elle viendrait bien assez vite. Le déplacement de l'Empereur sur la première ligne avait sonné le glas de ces chiens. Quant à lui, il ne partirait pas sans un cadeau qu'il comptait utiliser pour renflouer quelques dettes.

- Est-ce tout ce que tu peux faire ? De la pyrotechnie de bas étage en criant très fort ? Tu me déçois !
- Tch..!

L'éventail passa non loin de sa gorge, dans un sifflement à la fois doux et létal. Enfin, pas pour lui... normalement. Il avait cependant appris depuis un moment que toute invulnérabilité avait ses limites. S'il raillait le Tueur de Supernova, il était loin de le sous-estimer. Il devait juste le retenir assez longtemps. L'éventail, refermé, s'enfonça dans son flanc et il sourit avant de disparaître au travers d'un mât, suivi de près par un Liao furibond dont les vêtements partiellement en lambeaux traduisaient de l'enfer qu'il avait subit précédemment.



Marshall "L'Extensible", Samira "La Brute" & Cain "Le Poète"

- Abandonne !

D'un trait sec du poignet, Marshall rabattit la demoiselle contre le sol avec une vigueur insoupçonnée. Elle était forte, oui : forte et robuste. Mais elle manquait clairement de tactique et, en tout état de cause, être fort ne suffisait pas à gagner dans le Nouveau Monde... sauf pour quelques rares exceptions. La nuque de Samira rencontra le plancher du navire dans un choc puissant et elle grogna, avant de se redresser sauvagement dans un bond. Son poing souleva les mèches blanches de son ennemi tandis que ce dernier en profitait pour la fixer au sol de sa matière rosâtre, son genou suivant de près. L'effet de Punching Ball fut néfaste à la pirate qui, bientôt, se rendit compte que ses contre-attaques ne servaient à rien : le maudit était compétent, très compétent. Un ultime coup de poing dans le nez vint l'en assurer. Elle se laissa choir sur son derrière, sonnée.

- Abandonne.
- T'as raison... j'abandonne...

Un sourire mesquin passa sur son visage.

- Fini le fair-play, connard !

Une lame le traversa brusquement, sans un bruit. Progressant jusqu'à lui en camouflant sa voix dans celle des gens auxquels il administrait la mort, inaudible comme un chat, Caïn n'avait pas perdu de temps : Samira était en mauvaise posture, même s'ils auraient sans doute pu continuer à combattre un moment. Alors autant intervenir... c'était ce qu'il se dit, tandis que son épée traversait Marshall sans lui occasionner le moindre dégât. Le chasseur de prime, surprit, plissa les yeux et entama une riposte... qui fut coupée dans son élan. Tandis que Samira se saisissait de la lame à mains nues, occasionnant un saignement dans sa paume, le casque en granit marin de Caïn vint percuter le torse de Marshall. Une seconde. Une seconde qui suffit à faire basculer la vapeur, tandis que Samira lui lacérait brutalement le dos d'une épée désormais recouverte du Haki de l'armement. Les yeux des pirates brillaient d'une malice sans borne : ils étaient les membres de l'équipage du trappeur, après tout... et leur proie commençait seulement à comprendre la signification de ce fait.

- Fils de... !
- Tu aimes la musique, Marshall ?




Cara Lroft, Branch


Lorsque le sabreur disparut de son champ de vision, Cara se retrouva désœuvrée. Elle qui avait trouvé sa cible... tout le calcul était à refaire. Mécaniquement, elle se tourna donc vers Nook et Kari, qui semblaient être les cibles les plus proches et susceptibles d'obtenir son attention. Ignorante de tout ce que le lumineux mettait en ligne de compte pour la sauver, allant jusqu'à se jeter dans la gueule du loup, jusqu'entre les dents de l'enfer, la pionne reprit sa charge. Elle devait éliminer ces cibles qui s'étaient identifiées comme étant ennemies. Pourtant, l'assaut de Damon porta ses fruits : malgré son Haki de l'observation, l'automate fut incapable d'esquiver l'attaque qu'elle para maigrement, obtenant le craquement de quelques os supplémentaires qui avaient été précédemment endommagés. Les lames d'air de la Crown, qui n'auraient normalement pas su toucher leur cible, frappèrent donc en plusieurs giclées de sang qui témoignaient de l'incapacité de la Lroft à assurer sa défense. Qui savait réellement ce qu'elle pourrait endurer de plus ? Pas elle, en tout cas. Se rattrapant maladroitement sur le pont, elle parvint à bondir en direction de Kari, dans une sorte de déplacement rapide qui n'était percevable des jeunes forbans lui faisant face qu'à cause de son handicap. En joignant leurs forces, ils pourraient peut-être faire la différence... mais seraient-ils capable de frapper assez justement pour sauver la vie de la demoiselle ?

Branch, de son côté, était tristement digne de sa réputation : l'indéracinable ne semblait pas affecté par la moindre des actions se déroulant autour de lui. L'assaut même de Kyoshiro, pourtant dévastateur de très loin, n'avait laissé que des marques malingres sur son corps... sans doute du fait de sa malédiction hors normes. Pourtant, il était là dans une situation qui aurait pu déplaire à quelqu'un conscient de ses actes : lorsque le couteau vint s'enrouler autour de l'un de ses mollets, il se laissa faire, ne considérant pas l'action comme offensive ni susceptible de le retenir. La tension sèche dont il fut victime ne le déstabilisa pas suffisamment pour le faire choir, mais il se mit effectivement à lutter en sens inverse, manquant de perdre l'équilibre lorsque la femme-loutre laissa son propre mouvement jouer contre lui. faisant quelques pas en arrière, durant lesquels il s'ouvrit à une attaque, il s'emparerait ensuite d'une caisse qui ornait le pont avant de la jeter violemment vers la Garou... suite à quoi il se jetterait vers elle de toute sa force. De son côté, Lara confirmerait certainement à Lilianna sa présence entière et complète : le coup avait été plus brutal et surprenant qu'autre chose, la laissant avec une vilaine blessure dont elle se remettrait avec les soins appropriés.




Agrid Maslow Jr.


Comme prévu, l'ampoule ne s'était pas laissée faire. Incapable de voir la femme lui faisant face passer l'arme à gauche, le chevalier servant s'était projeté vers l'avant, se matérialisant devant Agrid dans le but de... l'éblouir ? Souriant à pleines dents, le Maslow laissa son harpon continuer sa route, fermant les yeux assez vite pour n'être qu'aveuglé par nécessité et non désorienté par obligation, non sans bientôt sentir l'assaut de l'homme-lumière percuter le sien. La lame mordit dans sa chair plusieurs fois tandis qu'il se dandinait habilement malgré tout, avant que le sabreur ne prenne de la distance. La lumière retomba et, tandis que d'autres forbans approchaient, le lieutenant de flotte d'Hadès esquissa un sourire de loup tout en levant une main vers eux.

- Il est à moi ! Celui qui s'interpose, je le bute ! Compris ?!

Les regards se tournèrent les uns vers les autres, mais aucun n'osa défier cet ordre. Le harpon se brisa bientôt, découpé par endroits... au même moment où l'épéiste de lumière sentirait une douleur cuisante lui entamer le flanc gauche. Au même moment où le sang s'extirperait des blessures de Agrid qui, pourtant, ne semblait pas inquiété le moins du monde. Il n'avait usé que d'une dose modérée de Haki pour pouvoir toucher le corps de son adversaire : du reste, il était bien plus efficace sans ce simulacre d'arme qu'avec. Le bruit de la ferraille accompagna celui des gouttes carmines touchant le bois mouillé.

- C'est ça... c'est pour ça que je voulais t'affronter... putain, c'est bon ! Réveille toi, l'homme lumière ! Montre moi ce que c'est ! D'affronter quelque chose que personne ne peut attraper !

D'un impulsion puissante, il fonça vers son ennemi. Malgré la vitesse de ce dernier, il serait sans doute surpris par la vélocité animale dont ferait preuve Agrid. Il comprendrait rapidement qu'il ne se déferait pas de cet adversaire rapidement... car malheureusement, il venait de gagner toute son attention. Dans la flotte de Hadès, avoir toute l'attention de ce psychopathe signifiait souvent la mort.

- FAIS MOI SAIGNER, PUTAIN ! FAIS MOI SAIGNER OU CRÈVE !

Dans un mouvement circulaire d'une vitesse ahurissante, le Nébula commencerait à tourner sur lui même, avec l'intention de décocher un coup de talon au haki de l'armement particulièrement corsé à son adversaire. Le genre de coup qui l'enverrait paître six lieues sous la mer, s'il le décevait. La blessure sur son flanc n'était qu'un début. Il allait l'attraper. Il allait l'attraper et le réduire en miettes. Il allait l'écraser.

Aux alentours du Kibo no Felicity, malgré la protection d'un Groogal en pleine forme, de nombreux navires viendraient bientôt pilonner la vaisseau mère des Tengoku no Seigi, avant que les plus audacieux ne tentent un abordage expéditif : ces pirates étaient ceux du Nouveau Monde et non ceux de Grand Line... un fait qui viendrait rapidement frapper les membres de l'équipage tout récemment arrivé sur le plus terrible des océans.




Hadès Tenryon, Empereur Pirate, Elria Shiva


Sa poigne se resserrait, millimètre par millimètre, devant les yeux injectés de sang de la chasseuse de prime. Une résistance admirable, si l'on considérait qu'elle n'aurait de toute façon pas pu lui survivre. Elle s'accrochait à l'étincelle vacillante de sa vie avec une véhémence folle. Pourtant, c'était sans espoir. Bientôt, ses poumons vides d'air cesseraient de fonctionner. Son cerveau se perdrait dans l'inconscience. Ses jambes et ses mains, tremblantes, cesseraient de se débattre vainement. Il ne prenait guère de plaisir à cela... et pourtant. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi vivant. Il voulait un défi, un challenge, une raison de considérer cette bataille comme difficile pour lui. La voix tonnante du Phoenix qui s'approchait à toute berzingue ne lui ne lui offrit guère cette sensation de tension, mais il fut forcé de constater que son intérêt avait été piqué.

Il lâcha le corps quasiment sans vie de la Shiva, qui s'échoua sur le pont, avant de pivoter en un éclair vers la source de l'assaut. Ce rookie prétentieux et bavard ? Ce clown ? Oh, il ne manquait ni de cran, ni de verve. Peut-être était-ce la bêtise qui lui donnait autant d'aplomb ? Il se le demandait. Après tout, à une époque, il avait été jeune, lui aussi. Une pensée qui le laissait étrangement pensif, ces derniers jours : qu'était la jeunesse, au final, si ce n'était un panthéon aux erreurs de la naïveté ? Le premier coup de pied rata, tout comme le second. Il s'était écarté avec une vivacité sans commune mesure, qui ne manquerait pas de laisser au Phoenix l'occasion de réviser son approche. Il sentit le Haki déferler dans son dos avec la terrible puissance d'une lame de fond, ravageant les environs dans une nuée de cris. Le blond était-il sûr de son coup au point d'employer une telle arcane sur une personne unique, ou se fichait-il des conséquences s'il échouait ? Il déployait pourtant une force non négligeable... en d'autres temps...

- Idiot.

Entendrait-il cela ? Il n'en était pas certain. Peut-être que son poing, enfoncé avec une virulence qu'il n'aurait alors jamais expérimenté en plein dans l'estomac, accaparerait toute son attention avant que les mots n'arrivent à ses oreilles. S'il venait à parer, il sentirait aisément ses os se craquer et ses muscles se tordre. L'esquive, elle, était proscrite : Hadès avait passé sa vie à combattre et il avait désormais un corps assez puissant pour sublimer toute cette expérience. Les petits tours de Zoan ne fonctionneraient pas sur lui. L'impact renverrait Nakata dans l'océan, où l'Empereur comptait bien lui offrir un repos éternel : pas tout de suite, cependant. Le crépitement statique du canon électrique dans son dos récupérerait le regard du Tenryon, qui effectuerait un pas rapide en sa direction. Détruire cette arme était une priorité s'il voulait offrir du répit à ses troupes. C'est précisément à cet instant, qu'il sentit un contact sur sa cheville droite.




Mijushike Hojo, Le Tueur de Yonkou

- Hey.

Les deux regards se croisèrent, dans un instant qui aurait pu durer une infinité... mais qui ne constitué qu'une quantité infinitésimale de millisecondes. Les pupilles sauvages se croisèrent, tandis qu'un défi tacite prenait place entre les deux hommes. Le coup sec que Mijushike effectua sur la chaîne qu'il venait de créer ramena le Yonkou à lui, à une vitesse effarante : pas assez pour empêcher ce dernier de réaliser une garde impeccable lorsque le pied du chef de l'Alliance tenta de se faufiler jusqu'à son abdomen. Malgré tout, l'Empereur fut surpris d'une prévoyance aussi grande. Il se doutait que son adversaire n'était pas un nourrisson né de la dernière pluie... mais en se concentrant, il les vit. Ces dessins à même le bois, qui parsemaient la moindre planche du bateau. Il ne reconnaissait même pas certaines formes, tant les gribouillis semblaient incompréhensibles pour quiconque n'arrivait pas à avoir une vue d'ensemble. Pourtant, tout avait été préparé. Le canon était parsemé de pièges que le Hojo n'avait qu'à activer via son pouvoir, qui était l'un des plus terribles : son imagination toute entière était une arme. Sa voix rugit des ordres aux rares survivants de l'hécatombe.

- Occupez-vous d'Elria et contactez Tégée !

Le pugiliste fut propulsé dans les airs, où un jeu de main habile du traqueur força la chaîne à se tendre sournoisement et violemment, amenant quelques millimètres de déséquilibre dans la posture de son ennemi. Ce serait suffisant. faisant passer la chaîne dans son dos, Mijushike la fracassa contre le pont d'un coup de talon puissant, avant de se baisser hâtivement pour effleurer du bout des doigts une forme plus grosses que les autres. Le bois usé commença à onduler, à prendre vie, tandis qu'une multitudes de formes polygonales reflétaient la lueur des torches et des explosions environnantes. Le navire trembla, tandis qu'une forme ondulante semblait faire le tour de toute sa coque, sur plusieurs niveaux. Puis, dans un grognement, la forme s'élança sur un Hadès qui restait dans l'expectative : l'heure de son challenge était peut-être arrivée... et il ne fut pas déçu lorsque, agrippant à une crête massive qui prenait forme de façon nette, son opposant fonça en sa direction avec un véritable dragon chinois comme monture.

L'impact fut puissant entre les mâchoires de la bête et les bras et jambes du Yonkou, mais il ne céda pas. lorsque le feu commença à se répandre dans la gorge de la bête qui grimpait dans le ciel, il esquissa un sourire. L'explosion de flammes qui engloba la gueule de la bête laissa un nuage épais de souffre et de fumée cacher sa vue tandis que le chef de chasseurs de prime s'enfonçait dans la tourmente, prêt à donner tout ce qu'il avait : il savait que le dragon ne ferait pas long feu, surtout dans une tempête pareille. Mais il devait emmener le vieillard ressuscité dans sa gloire d'antan loin de ses troupes... et prendre sa tête. Cependant, il n'était pas le seul à la vouloir.

- Ici commence ta fin, Hojo !
- J'attendais ce moment, Tenryon !




Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari - Lilianna
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :

Aloooooors... je vais essayer de faire ça proprement, car il se passe pas mal de choses ! Dans l'ordre du post :


  • Manson prend du temps, mais vient finalement apposer sa main contre la nuque de Lawrence, si ce dernier ne fait rien pour l'en empêcher. Serge se tient sur ses gardes.
  • Mendela vs Liao continue. Marshall est en difficulté, pris par surprise à cause d'une ruse de Caïn et Samira. Les autres membres de l'équipage du Yorkshire.
  • Cara est frappée par l'assaut de Damon et, par ce biais, par celui de Kari. Je considère que si Nook tire malgré tout, la somme de ces assauts l'empêche de toucher réellement Cara. Elle fonce ensuite sur Kari avec une sorte de Soru, dans le but de lui infliger un coup de dague vicieux. Elle est néanmoins handicapée (ce qui se retranscrit dans son lvl plus bas) et semble bien plus abordable pour votre duo désormais. Branch manque de tomber et s'ouvre à un assaut, puis balance une lourde caisse de marchandise/machins sur Alidia avant de foncer sur elle.
  • Kyoshiro sauve effectivement Cara. L'impact entre les deux combattants se fait en un éclair. Agrid est couvert de coupures qui ne semblent pas le gêner. Kyoshiro, tu subis une entaille assez sale au flanc. Agrid te fonce dessus et tente un coup de pied circulaire, de haut en bas. Il à l'air d'être assez costaud.
  • Groogal protège le Kibo des navires pirate, pour le moment sous forme humaine. Néanmoins, votre navire est pilonné et un abordage commence pour les plus audacieux (ils arrivent de loin et tentent le diable). Une dizaine de pirates converge vers le Kibo, ils sont lvl 20-25 environ. Bien entendu, vous arrivez quand même à tirer des boulets de canon dans les navires qui vous entourent. Lilianna, tu sais que tu peux rétablir Lara de façon à ce qu'elle soit opérationnelle dans quelques tours, comme discuté HRP.
  • Hadès lâche Elria, forcé par l'assaut de Nakata qu'il esquive copieusement avant de répliquer avec un coup de poing en plein estomac. Cette attaque n'est pas esquivable, mais elle est éventuellement parable : dans tous les cas, elle renverra Nakata vers l'océan.
  • Mijushike intervient alors, empêchant Hadès de détruire le canon de son vaisseau mère avant de le propulser dans les cieux. Il invoque un énorme dragon de dessin qui force le Yonkou à reculer. Leur combat semble destiné à continuer plus loin.



Navire central :
Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement.
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu.
Tégée Deimos est lvl ??
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - ???
Serge est lvl 32

Navire TNS :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Les pirates arrivant sont lvl 20-25 (une dizaine pour le moment)

Sous l'eau et face aux Nebula (toujours) :
Les Pacifista X-Edition sont lvl 45.
> un contre Cruella.
> un contre Le Remorqueur et Long Rive.
> un contre l'équipage de Mevin Domo.
> deux contre les forbans et hors-la-loi accompagnant l'équipage de Mendela.

Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)
Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 31 (handicapée par les assauts) (205.000.000)

Du côté de la Triade :

Quing Beltegeuse est niveau 45+ (/)

Du côté d'Edward :

Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000)
Enora est niveau ??? (30.000.000)
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14970
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Jeu 7 Fév - 11:50

img_rp
Bitch say my name, you know who I am.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent


Alidia toisait l'homme-arbre avec toute la défiance qu'elle pouvait abriter en son sein : c'était la première fois qu'elle affrontait un adversaire de cette engeance et elle savait que la tâche serait ardue, périlleuse. Cela étant, elle bénéficiait de son côté d'atouts indéniables... Sa vitesse, son agilité, ses gênes manipulées par le comte Jekyll de Graou Island, tout cela pouvait lui permettre de l'emporter si elle n'était pas avare en actes de prudence. Elle combattait à distance, là où son imposant ennemi était une cible facile... Le seul problème qui se dressait sur le chemin de la blondinette, c'était précisément la carrure de cette proie. Il allait être très long de dépecer cet esclave des Decimas petit bout par petit bout... Son style de combat lui permettait habituellement d'infliger de légères estafilades afin d'épuiser, de pousser à la détresse, de forcer son ennemi à réaliser une erreur grotesque pour en tirer profit. Contre un pirate de cet acabit, incapable de ressentir la moindre émotion et donc hermétique à l'idée d'affolement, la tâche allait cependant s'avérer effrontément complexe... Et le temps jouait contre eux. Bien sûr, si la pêcheuse avait décidé de demeurer constamment sur ses gardes, à harceler les positions de son adversaire sans le laisser s'approcher, elle avait pleinement conscience du fait qu'elle aurait fini par l'emporter. Sauf qu'elle ne pouvait pas se payer le luxe d'agir de la sorte. Et pour cause : elle n'était pas aveugle et constatait de ses propres yeux l'avancée fatidique et inexorable de la flotte d'Hadès Tenryon. Tôt ou tard, ses hordes sanguinaires seraient suffisamment proches pour passer à l'abordage, ou pour harceler le Kibo de projectiles en tout genre. A cet instant précis, la présence de Groogal serait salvatrice, sans nul doute, mais il était illusoire de considérer qu'il serait suffisant pour les tirer de ce guêpier seul... Ses couteaux de lancers pouvaient permettre à la blondinette de bloquer le moindre projectile qu'on leur destinait, à condition qu'elle soit en mesure de le percevoir en temps et en heure : un avantage qu'elle ne pouvait pas sous-estimer. Là où il était à peu près évident qu'Hiko rejoindrait la première ligne pour repousser les assaillants les plus intrépides, ceux qui se jetteraient sur leur pont avec l'idée d'en découdre d'une façon musclée, elle serait nécessairement en retrait, à veiller sur le moindre de ses camarades pour éviter un drame. Pour toutes ces raisons, elle devait veiller à sa propre sécurité... Et vaincre Branch dans les délais les plus brefs. Pas une sinécure, donc.

Comme elle avait réussi à le déstabiliser momentanément, Alidia prit la peine d'envoyer dans la direction de l'homme-arbre quelques couteaux en usant de sa technique Kaze no tetsu, générant une lame d'air tout en lançant ses dagues pour améliorer leur potentiel de pénétration. Malheureusement, cela n'allait pas suffire, comme Branch put le prouver par la suite en soulevant une caisse monumentale comme s'il s'était agi d'un fétu de paille. Les yeux de la blondinette se plissèrent et elle décida de se fléchir sur ses appuis, se doutant de ce qui allait advenir par la suite : ces choses étaient prévisibles, et il ne fallait pas nécessairement chercher dans les hypothèses les plus farfelues et les plus improbables pour deviner leurs ambitions... Lorsque la caisse parvint à son niveau, ses capacités sensitives l'avaient déjà tenue informée de la menace Branch : cette créature du Nouveau Monde s'était élancée à la suite de son projectile improvisé, comme pouvait en témoigner les tremblements du pont adverse. Pas un problème : mise sur l'audace, et privilégier la prudence... En somme ? Rester suffisamment à distance pour éviter un revers de situation, mais ne pas hésiter à harasser l'ennemi tant qu'elle en était capable. Pour sûr, la blondinette ne faisait pas partie des combattants légendaires dont on parlait à tout va dans les journaux, contrairement à son capitaine et à son bras-droit. En revanche, elle faisait partie de Tengoku no Seigi depuis aussi longtemps que Kyoshiro... Et si elle n'avait eu qu'une poignée d'occasions pour démontrer ce dont elle était capable, elle avait toujours été dotée d'un don en matière de combat. Elle était inventive, réactive, et s'était entraînée toute son existence durant pour lutter contre la tyrannie du comte Jekyll : elle n'était pas une amatrice, contrairement à ce que le Gouvernement Mondial semblait croire, en ne lui ayant attribué pas la moindre prime. Et il était grand temps de le prouver. Ses pattes velues prirent un appui sec sur le pont, et elle s'élança sur la caisse qu'on lui expédiait où elle ne prit qu'un appui très provisoire, fébrile, quasiment inexistant. Elle sembla danser dans les airs lorsque ses deux mains expédièrent sur le sommet de la caisse deux couteaux, reliés par des fils qu'elle tenait dans sa main droite : elle réalisa par la suite une série d'accrobaties qui la portèrent à quelques mètres au-dessus de son agresseur... Puis elle se laissa retomber dans son dos, où elle tira sèchement sur les fils précédemment reliés à la caisse. Si tout se déroulait comme elle l'espérait, la caisse allait revenir sur le torse de Branch, et le repousser d'un pas ou deux vers l'arrière... Le rapprocher d'elle, en somme. Et elle serait prête à le cueillir.



Saikuron !


Elle allait tournoyer sur elle-même en utilisant tous les couteaux qu'il lui restait encore : elle générerait une tornade tranchante gigantesque, dans laquelle elle impliquerait le pauvre Branch sans une once de pitié. Elle savait que cet homme n'était plus maître de ses mouvements, connaissant plus ou moins parfaitement le pouvoir dont était affublé le Decima, mais elle était envers et contre tout une pirate. Si elle faisait preuve de miséricorde à l'égard de cette chose qui n'en aurait pas, elle se compromettait... Et elle compromettait, de ce fait, tout le reste de l'équipage. Tengoku no Seigi ne pouvait pas se le permettre. Elle était la seule à pouvoir terrasser l'homme-arbre, de tous ceux qui s'étaient invités sur le navire de Synchrone... Et elle entendait bien le faire avec brio.

(>°-°)>



Tss... Ils arrivent...



Effectivement... Reste avec Natalia. Je m'en charge.



Hiko...

Tu es plus imposant que moi. Tu étais connu avant que Nakata ne devienne Schichibukai, ceux qui connaissent l'équipage doivent se méfier de toi et savoir que tu es plus puissant que le Gouvernement ne le croit. Tu les dissuaderas mieux d'attaquer Natalia que moi, et tu es meilleur à distance, grâce à tes lames d'air. Et puis... je ne vais pas laisser le vieil homme se débrouiller seul. Moi aussi, j'ai des choses à prouver.


Plaçant sa gigantesque hache à deux mains sur ses épaules larges, le botaniste courut spontanément et sauta jusqu'à l'endroit où les intrus commençaient à s'amasser, sur le pont du Kibo, à l'aide de grappins et de cordages en tout genre. Ces pirates étaient décidément bien impétueux, pour croire que le navire d'un ancien capitaine corsaire était laissé sans surveillance, d'autant plus lorsqu'on considérait qu'il s'agissait d'un navire de cette facture... Considérant le prix qu'il avait coûté au Phoenix, il aurait même été réaliste de considérer qu'il valait aux yeux de son possesseur autant que la vie du moindre de ses subordonnés. Certains capitaines moins vertueux que lui l'auraient même potentiellement fait passer avant... Alors, l'abandonner aux mains de la flotte d'Hadès ? C'était hors de question. Hiko attendit patiemment que quelques uns des forbans parviennent enfin à sa hauteur... Pour déchaîner sur eux l'enfer. Son faciès, habituellement enjoué et bienveillant, retrouva bien vite ses vieilles habitudes de guerrier : il se rembrunit, se renfrogna, et darda les envahisseurs d'un regard froid, menaçant. Il n'était plus là pour jouer et pour protéger : il était là pour tuer, pour blesser, pour faire souffrir... Pour combattre. Le plat de sa hache bloqua le premier coup d'épée qu'on lui expédiait, et une simple poussée lui permit de projeter l'inconscient par-dessus bord, prouvant qu'il était doté d'une force tout bonnement phénoménale. Il enchaîna sans plus attendre en expédiant le manche de son arme en plein dans le nez d'un autre importun, lui réservant le même sort que son collègue une seconde plus tôt, et réalisa un geste particulièrement ample qui lui permit de chasser plusieurs des adversaires simultanément, ou de répandre leur sang abondamment. Une fois cet assaut horizontal achevé, il le réitéra... mais prit cette fois-ci la peine de viser grossièrement l'un des navires qui s'approchait, dans le dos des envahisseurs, et où une poignée de forbans semblaient s'évertuer à se rapprocher du galion titanesque pour rejoindre leurs frères imprudents.



Skriker Vind !


La lame d'air allait balayer ses ultimes opposants présents sur le navire, les repousser pour les envoyer paître dans l'océan, et probablement s'en aller jusqu'au bateau où abondaient les envahisseurs pour réserver à ceux-ci un sort bien peu enviable. Les mâts risquaient également d'être tranchés nets, si personne ne se donnait la peine de contrer cette offensive titanesque, cette lame d'air large et déformée qui semblait hurler à la mort... Dès lors, le borgne replacerait sa hache sur le promontoire qu'elle avait quitté quelques instants auparavant, à savoir ses épaules, et ferait montre d'un sourire tout particulièrement dissuasif :



Si vous voulez vous inviter à notre bord sans notre consentement, vous allez devoir me passer dessus... Et je vous souhaite bon courage pour ce faire.


<(°-°<)



Bon, bah du coup, on la ferme et on tire !


Si Molly avait été la seule à lui répondre et s'il aurait en temps normal accueilli l'autorité avec autrui sans contestations, considérant le peu d'estime qu'il portait aux responsabilités qu'on pouvait lui confier, pour le coup, la situation forçait l'anxiété : les navires étaient désormais à portée, et plusieurs ennemis venaient même de s'élancer sur le pont, à la recherche d'adversaires à abattre. Hiko et Damon étaient des brutes, et Groogal leur était encore mille fois supérieur, mais combien de temps pourraient-ils tenir à trois contre des cohortes armées innombrables ? Le vampire n'était pas stupide, il savait qu'Alidia, Nook et les autres finiraient par revenir à la charge, auréolés de triomphe et de courage... mais en attendant leur retour, il fallait immanquablement se concentrer sur la riposte, pour permettre au Kibo de n'essuyer que peu de tirs, et surtout de n'être envahi que par un nombre modéré d'assaillants. C'était le nombre qui pouvait leur porter préjudice... Car même si le botaniste et le vigie demeuraient invaincus, un trop grand nombre d'adversaires finiraient tôt ou tard par outrepasser leurs vigilances respectives et se répandre en nombre, par exemple, dans le couloir menant jusqu'aux cales... Ou jusqu'aux canons. Pour leur salut à tous, il valait donc mieux mettre les bouchées doubles, et Ruthven fut à ce titre un exemple indéniable : il déploya la totalité de ses forces au rechargement et au tir, sachant que le nombre des navires ennemis jouait contre eux. Il était pratiquement impossible de louper son coup, tant la mer était drapée de cibles ambulantes... Il fallait les arroser généreusement pour pousser les moins téméraires d'entre eux à dérouter vers la flotte des chasseurs, où des affrontements plus équitables les attendaient de pied ferme. Ils devaient comprendre qu'attaquer Tengoku no Seigi serait pour la majorité d'entre eux synonyme de souffrances et, par extension, de mort... C'était bien le minimum que le vampire et l'équipe de tirs étaient tenus de réaliser, compte tenu du peu de risques qu'ils encourraient, en l'état des choses. Et même si le de Lioncourt n'était pas forcément fébrile à l'idée de se jeter dans la mêlée, il savait que ces types qui voulaient se déchaîner sur eux, à l'extérieur, n'avaient rien des saints impuissants qu'ils avaient pu balayer nonchalamment sur la première partie de Grand Line. Ils venaient de pénétrer l'antre des démons, et ses nuées difformes se précipitaient pour leur souhaiter la bienvenue... à leur violente manière.

^(°-°)^


Une esquive ? C'était à la fois hautement improbable et déstabilisant, tant et si bien que le Phoenix lorgna du côté de son opposant, un quarantenaire à l'apparence soignée, avec incrédulité. Il avait attaqué avec une telle vitesse, une telle soudaineté... Il était convaincu de n'avoir jamais approché quiconque avec une véhémence similaire. Cela étant, son ennemi d'infortune ne semblait pas vouloir s'encombrer de politesses supplémentaires : un seul mot vint le cueillir, au moment même où un coup de poing terriblement ferme menaçait son abdomen. Nakata, vigoureux et encore réactif, porta ses avants-bras sur la trajectoire de cet action, se privant momentanément du haki de l'armement dans la précipitation... Et comprit qu'il était encore loin, très loin de pouvoir se targuer sur le vaste monde des baroudeurs. Ses os craquèrent de concert tandis que ses bras se tordaient dans un angle improbable, là où ils auraient a contrario dû demeurer impeccablement droits. Son visage fut traversé d'une expression franche d'une souffrance indescriptible, qu'il n'avait de son côté que trop fréquemment goûtée. Malgré sa résistance fiévreuse, il fut balayé comme un insecte : ses ailes ne lui furent que d'une utilité risible et il fut projeté vers l'arrière, d'où il venait, le cœur embrumé par l'incertitude, la hargne et la douleur. Quelques battements d'ailes lui permirent de réorienter sa course, évitant de faire un plongeon dans l'eau agitée du Nouveau Monde, et il eut besoin d'une bonne centaine de mètres supplémentaires pour cesser d'être ballotté comme un enfant : dès lors, il retrouva un peu de son aplomb, droit entre les deux flottes qui menaçaient de se fracasser l'une contre l'autre. Qui diable était ce type ? Il ne correspondait pas au signalement qu'on lui avait fait d'Hadès Tenryon, mais il aurait été naïf de considérer qu'il n'était pas doté de sa force... Il s'en était pris à Mijushike sans coup férir, et semblait être suffisamment robuste pour lui tenir tête, voire pour le terrasser... Pas de doute, il était un combattant de légende.

Un léger rictus déforma les coins de la bouche du mythique, qui s'apprêta à repartir à l'assaut de plus belle, ses bras à nouveau intacts malgré l'aspect pitoyable de ses manche parsemées de sang : il en faudrait plus pour le mettre à terre, et il savait désormais qu'il aurait grand besoin de son ardeur coutumière pour avoir la moindre chance de marquer l'histoire ce jour-ci... Toutefois, il tua son ambition dans l’œuf lorsque des détonations se firent entendre, à quelques encablures de là, dans son dos. Il tournoya, fort de son aisance aérienne, et jeta au Kibo un regard où s'entremêlaient appréhension et sens du devoir. Il avait parfaitement conscience du fait que pour l'heure, le forban qui s'en prenait au maître des chasseurs était la première de leurs priorités, mais il ne pouvait décemment pas fouler du pied le moindre de ses sentiments. Il était un homme, et il avait toujours été gouverné par son cœur... C'était cela qui lui avait offert l'amitié d'hommes vertueux, et la haine des pires raclures que ces mers portaient. Et, à cet instant précis, le Fenice avait peur. Il imaginait que la bande expédiée sur le navire de Synchrone serait suffisamment tenace pour tenir ses positions, et il se doutait que Groogal serait également d'une aide salvatrice, mais pour la première fois depuis sa naissance, Tengoku no Seigi devait s'en prendre à une flotte entière, celle d'un Empereur. Comment aurait-il pu décemment se libérer de toute crainte, eut égard du fiasco auquel cette situation inédite pouvait donner naissance ? Finalement, le musicien comprit que l'appréhension ne serait pas productive et, qu'au contraire, elle risquait de lui coûter cher : il devait par conséquent s'en délester... Au plus vite. Mijushike Hojo, perché sur son dragon, semblait être apte à gagner du temps : l'ancien corsaire allait donc le mettre à profit.



Voie finale, seiatsu ! Quatrième voie, chikara ! Cinquième voie, sokudo !


Ces arcanes, il n'en avait pas usé depuis belle lurette : elles étaient imparfaites, car elles consommaient trop d'énergie. Cependant, le musicien se sentait dans une forme olympique. Il n'avait pas combattu depuis quelques mois, pas sérieusement en tout cas, et il était apte à réaliser des prouesses... Son corps n'avait jamais été aussi solide, aussi endurant qu'à cet instant précis. Voilà pourquoi il décida de malmener ses muscles d'entrée de jeu. S'il devait finir cette bataille sur les rotules, et passer trois semaines à dormir, alors il le ferait, mais il refusait de se contenter de demies-mesures et d'offensives timides pour répondre à la menace qui pesait sur leur tête à tous. Ils étaient au centre des enfers, et il devait briller plus puissamment que jamais s'il entendait bien guider les siens jusqu'à la victoire. S'il ne prit appui nulle part, cette fois-ci, le maudit du Tori Tori n'eut pas besoin de longtemps pour se ruer sur l'un des navires ennemis... Mais, contre toute attention, il ne se jeta pas à la rencontre de ses occupants, qui peuplaient le pont : il se focalisa plutôt sur la quille, juste en-dessous de la proue, là où les vagues ne pouvaient pas venir le lécher, là où l'édifice flottant était le plus résistant, et là où aucun tireur ne serait en mesure de cribler son dos de plombs. Ses mains se placèrent sur le bois qui constituait le navire adverse, et un souvenir ému lui revint en mémoire tandis qu'il repensait à la première et seule fois où il avait tenté pareille prouesse. C'était encore avec le MoT, à Volcano Island, alors qu'ils menaçaient de s'écraser sur les récifs côtiers... Et il avait eu toutes les peines du monde à arrêter la charge suicidaire de leur embarcation fétiche. Sauf qu'il n'était plus le même homme, et cela, le monde entier allait pouvoir en prendre conscience : il était dix, cent, mille fois plus fort qu'il ne l'avait jamais été.



Si vous voulez aborder un autre équipage...


Ses muscles se tendirent et son corps s'aggloméra contre le géant de bois, qui stoppa brutalement son avancée. La secousse risquait d'alerter ses occupants, mais ça n'était pas grave : il était déjà trop tard pour eux. Les dents du blondinet se crispèrent tandis qu'il développait un effort incommensurable. Ses ailes s'agitèrent avec une virulence effarante tandis que son regard se focalisait sur la plante qui embrassait son front : il n'éprouvait aucune espèce d'antipathie pour ce navire, mais il allait y passer. Lentement, mais inexorablement, la quille se souleva de sa ligne de flottaison habituellement et les vagues n'eurent plus la même emprise sur l'équilibre du bateau ennemi. Au contraire, il reposa bientôt majoritairement sur les muscles tendus du Phoenix, qui s'évertuait à grimper toujours plus haut, à le pencher toujours davantage vers l'arrière.



Allez donc emmerder celui-là !


Une impulsion sèche permit au pugiliste de parachever l'exploit qu'il réalisait à cet instant précis : sous les yeux incrédules de son vieil ami, Damon, et sous l'expression ahurie d'Hiko, le Fenice poussa un rugissement impétueux et projeta le navire de la flotte d'Hadès sur une autre embarcation qui, elle aussi, risquait de menacer le Kibo d'une seconde à l'autre. Il venait d'utiliser un navire pour en éclater un autre, et ce sans la moindre pitié pour toutes les personnes qui allaient de ce fait se retrouver plongées dans un grand bas aussi glacé que houleux : la tempête allait se charger de noyer ceux qui ne mourraient pas simplement à cause de la collision. Une fois cette action folle réalisée, le blondinet reprit un tantinet de hauteur afin de jouir d'une vision d'ensemble sur l'avancée de la flotte ennemie. Kyoshiro était loin, à livrer sa propre bataille, mais Groogal demeurait auprès des siens, conformément à la demande du jeune meneur... Et, considérant la charge qui venait d'être réalisée par l'ancien corsaire, il y avait fort à parier qu'un nombre conséquent de forbans préféreraient s'attaquer aux chasseurs de primes plutôt que de risquer de s'attirer son courroux. Un bref signe de la tête à l'attention du vieillard plus tard, un bref regard sur le navire de Synchrone et les combats qui s'y déroulaient, et le maudit faisait volte face pour disparaître en un éclair, si rapidement qu'il sembla distordre l'atmosphère lui-même : Mijushike Hojo avait suffisamment attendu son secours, et il était grand temps de le lui offrir. Le barbu avait eu l'audace de lui offrir un coup de plus douloureux ? Bien. Il allait désormais s'assurer de lui rendre la pareille. Sans quitter sa forme d'ange, Nakata se rua dans la direction où l'explosion avait eu lieu. Lorsqu'il apercevrait distinctement les deux silhouettes, il n'hésiterait pas : il foncerait à en perdre haleine sur son adversaire du jour... Et il le cueillerait avec toute la folle vitesse qu'il aurait pu emmagasiner jusqu'à présent. Mijushike voulait éloigner l'affrontement de sa flotte ? Très bien. Pour être loin, ils allaient être loin...



Doraggu !


Habituellement, il utilisait ses serres pour rajouter un potentiel de pénétration à cette offensive musclée : cette fois-ci, il n'en avait que cure. Il présenterait la plante de ses pieds à l'adversaire, où qu'il puisse l'atteindre, et recouvrirait bien sûr celles-ci d'une généreuse couche du haki de l'armement. Pour un choc dont l'ennemi allait se souvenir encore longtemps...





J'ai reçu l'accord du MJ pour l'affaire de la caisse d'Alidia, le nettoyage du grouillot de Hiko et le lancer de bateau !
Alidia saute au-dessus de la caisse que Branch lui destine, y plante deux couteaux, puis saute au-dessus de Branch. Elle ramène la caisse sur lui et essaye de le taillader par l'arrière avec l'une de ses techniques fétiches.
Hiko décide de se charger des intrus pendant que Damon reste aux côtés de la chère navigatrice. Il s'occupe de quelques pirates puis nettoie le reste du pont avec une gigantesque lame d'air, qui vise également l'un des navires qui s'approche, dans le but de prévenir une intrusion supplémentaire.
Ruthven tire, et tire, et tire encore.
Nak prend le coup, et douille, mais soigne (j'adore ce fruit). Ensuite, il fait demi-tour et comprend que le Kibo est en danger. Il décide de faire un crochet pour leur filer un coup de main en envoyant un navire sur un autre navire, histoire de libérer le Kibo d'une partie de la pression qui lui pèse dessus et de dissuader quelques uns de leurs assaillants. Puis il retourne pour attaquer Hadès, en fin de poste, avec un coup de pieds joints. Si Hez considère que ça fait trop pour un poste, je lui laisse évidemment la possibilité de couper avant ça, mais la charge de Nak sera de toute façon effective (il voulait juste un peu de temps pour aider ses amis, il l'a eu).

Les techniques :

Alidia :
Virus de la loutre :
Le virus infligé par le Conte de Graou Island est celui de la loutre. Les nuits, Alidia devient donc une loutre-garou, capable de nager à une vitesse élevée, et de rester en apnée plus longtemps qu'un humain banal. Sa vitesse et son agilité au combat en sont également accrues, tout comme ses sens comme l'odorat.
Niveaux 38+ : Utilisation possible en toutes circonstances et parfaitement contrôlée.

Saikuron : Lvl 28 : Alidia utilise une nouvelle fois tous ses couteaux. Elle se met à tourner en les plaçant tout autour d'elle et crée ainsi une sorte de tornade tranchante.

Hiko :
Skriker Vind : Lvl 30 : D'un puissant geste, Hiko génère une large lame d'air. Celle-ci, vorace, peut parfois atteindre des dimensions magistrales. Elle est si grande qu'elle fait du bruit et semble crépiter.

Nak :
Lvl 40 : Voie finale, seiatsu : Technique ultime de Nakata. Grâce à celle ci, il peut utiliser deux voies en même temps, comblant ainsi les défauts de la vitesse, par exemple, par la quatrième voie, celle de la force. Il agrandit ainsi largement ses capacités physiques et devient capables de véritables prouesse. Évidemment, s'il utilise cette technique plus de dix minutes, ses os et ses muscles sont en danger. Mais son fruit du démon est là pour ça, non ?
→ utilisée avec :
Lvl 29 : Quatrième voie, chikara : Technique spéciale de Nakata. Ses muscles deviennent plus performants et il gagne en force. Il peut ainsi soulever de lourdes charges ou donner de plus puissants coups. En contrepartie, sa vitesse baisse.
Lvl 30 : Cinquième voie, sokudo : Technique spéciale de Nakata. Il gagne, grâce à cette technique, beaucoup de vitesse. Il peut ainsi attaquer une cible sans qu'elle ne s'en rende compte et prendre l'avantage sur un combat. Cependant, sa force baisse.


Lvl 45 : Doraggu : Nakata plie ses jambes au maximum, se fléchissant sur celles-ci, condensant ses muscles avant de se propulser avec virulence, comme un missile. La vitesse qu'il peut atteindre est vertigineuse, et un coup de pied expédié pouvant jouir de ce bonus d'énergie cinétique est sans conteste extrêmement destructeur...
→ Cette fois, il utilise la vitesse de son vol pour frapper de la sorte, avec ses jambes sous forme humaine.


Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."


Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 466
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Pirates d'Hadès le Yonkou

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
221/250  (221/250)
Berrys: 282.736.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Dim 10 Fév - 9:59







Début 1506 ~ Quelque part sur le Nouveau Monde






« C’est donc là votre réponse, chasseurs de prime ? »

Malgré l’hésitation qui secouait l’individu à l’apparence négligée, son acolyte élégamment vêtu venait d’imposer leur choix. Dès lors, le ciel sembla davantage se couvrir, comme si un voile sombre s’était glissé au-dessus de mes globes oculaires. Et, lorsque ma déclaration d’une voix calme et mesurée prit fin, mes traits se durcirent. Mes dents vinrent lentement déchirer mes lèvres tandis que le venin s’insinuait doucement dans mon être, à mesure que les secondes défilaient. Peu à peu, ma crispation enflait, mes muscles se figeaient. Alors, le poison tenta de s’insinuer dans mon cœur et dans ma tête, comme pour me faire succomber. Peu à peu, la frustration grandissait.

Je soupirai, alors que l’un des deux hérétiques tentait de s’approcher. Pourquoi ? Pourquoi avaient-ils balayé mes déclarations comme l’on chasserait un insecte ? Je venais de leur ouvrir mon cœur, de leur transmettre certaines de mes convictions, désavouant à haute voix les intentions de l’Empire pirate. Mais eux… Ils s’en fichaient éperdument. Ou du moins, leurs yeux ne pouvaient voir l’être humain qui était étendu devant eux. Ils ne voyaient en moi qu’une pancarte défraichie, une suite de chiffres sans aucune couleur. Une étiquette de paria, de criminel. C’était là ce qu’ils avaient choisi de voir. Et puis, ils figèrent durant un instant.  

Des frissons, gargantuesques, vinrent déformer mon épiderme tandis que tout mon être fut secoué par un froid indescriptible. Une onde de choc, un éclair qui venait de faire vaciller tout mon être. Tout mon corps tremblait, comme désorienté par le cataclysme qui venait de se produire. Mes sens étaient en ébullition, subjugués par cette force impérieuse. Mes dents claquèrent plusieurs fois.

J’eus un rire nerveux, tandis que mes yeux roulaient, tandis que mon faciès se décomposait. Un vent de panique venait de balayer mes pensées, me conduisant à une certaine démence. Mais surtout, il y avait cette sensation qui ne cessait de me dévorer. La peur. La peur de cet homme, tout puissant.

Hadès Tenryon venait prendre part personnellement à cette bataille.

Je me redressai, tentant de recouvrer mes esprits. Une page de l’histoire était en train de s’écrire, peut-être même qu’une porte allait s’ouvrir vers une nouvelle ère. Il fallait que je voie ça de mes propres yeux, que j’assiste à cet affrontement mythique. Mon sang était en ébullition.

Je pestai.

La frustration reprit sa course de plus belle, galvanisée par cet évènement catastrophique. L’intervention du plus expérimenté des Yonkou était une très mauvaise chose. En ouvrant ainsi les hostilités, il s’offrait le luxe de choisir où les deux combattants légendaires s’affronteraient. La flotte des chasseurs de prime serait noyée sous leurs échanges de coups. Dès lors, la flotte pirate aurait l’ascendant, et n’aurait plus qu’à écraser ce qui resterait de la flotte ennemie.

Ma frustration gagna encore en intensité alors que l’hérétique avait repris froidement sa progression dans ma direction. Ce misérable insecte, comme ses congénères, était gangréné par l’appât du gain. Son refus de m’accorder la rédemption m’était inacceptable : il avait choisi d’échanger ma liberté contre des liasses de billets plutôt que d’accepter la main que je venais de lui tendre : il serait bien plus lucratif de me prendre tout le bras, après tout.

« Votre cupidité sonnera votre glas, chasseurs de prime. »

Et puis, ma frustration sembla se stabiliser, alors qu’une certaine quiétude venait de s’installer dans mon cœur. Des enfers avait émergé une nouvelle certitude. Une sorte de vision qui me réconfortait allégrement. Mon regard s’embrasa de nouveau de cette lueur sombre et insidieuse. Je n’aurais pas à bouger le petit doigt : leur destin était tracé, ils étaient condamnés.

« Haïssez votre destinée. »

J’eus un rictus sinistre. Partout où je passais, tout finissait inévitablement par s’effondrer. Ma vie tout entière était érigée sur des gravats. Quelque part, j’étais un peu comme un Soleil : tous ceux qui s’approchaient trop finissaient par bruler. Alors, en instant, il serait inutile de chercher à me battre ou à me défendre. Le destin s’en chargerait. Alors, ma voix d’un ton grave, neutre résonna de nouveau, comme pour transmettre la volonté des cieux.
 
« Haïssez votre destinée, celle qui m’a conduit sur votre navire tel le fléau de la mort. »


______________________







Bonjour !
Ed est déçu par les fd.. euh cdp !
Ed est impressionné par Papi Hadès, mais aussi effrayé.
Ed est frustré mais décide de devenir prophète.
Ed reste donc assis les bras croisés parce qu'un prophète, ça ne combat pas.

Ed et les prophéties, volume 2



_________________


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1704
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Dim 10 Fév - 19:00

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




Tout individu naissait avec une petite voix à l'arrière de sa tête, ce qui commençait comme un simple murmure et qui guidait cette personne au travers de ses choix et, cela, tout au long de sa vie. Elle était ce que certains appelaient la voix de la raison ou, plus généralement, la conscience et charge à la personne concernée d'écouter ou non cette petite voix au fil des années qui allaient s'écouler. Si cette voix avait la même intensité pour tout le monde dés que leur conscience émergeait, dés qu'ils étaient capables de raisonnement et cela dés leur plus jeune homme, l'intensité pouvait varier en fonction des choix futurs. En effet certaines personnes à la moralité douteuses pouvaient prendre la décision d'éteindre définitivement le volume, de réduire à néant ce soupir tandis que d'autres, à force de bonnes actions ou d'une éducation pure et juste, revoyaient le volume à la hausse jusqu'à couvrir tous les autres bruits.
Ce choix n'était en rien définitif ou conscient, en naissant dans certains environnements particulièrement difficiles certaines personnes pouvaient naître sans avoir conscience de l'existence de cette petite voix et, de ce fait, n'apprenaient jamais vraiment à l'écouter. En revanche rien n'était perdu, rien n'était gravé dans le marbre et, contrairement à ce qu'on pouvait croire, même dans les heures les plus sombres le volume pouvait toujours être monté pour qu'une personne réponde à deux questions : avait-elle fait ce qui était juste ? Avait-elle de quoi être satisfaite de ses choix de vie ?

Le cas de Kyoshiro était assez spécial car s'il était né avec la conscience de cette petite voix dans sa tête, c'était en un claquement de doigt qu'il avait fait le choix presque inconscient de monter le volume le plus haut possible jusqu'à ce qu'il couvre tout le reste, le volume était devenu si assourdissant qu'il avait fini par couvrir celui de ses désirs les plus profonds. Dés l'âge de dix ans il était donc devenu  un garçon dédiant sa vie aux autres, vivant pour et par l'intermédiaire de ceux qu'il avait décidé d'aider et, pendant plusieurs longues années d'abnégation, il avait même oublié ce que cela faisait de s'autoriser à désirer quelque chose. On pourrait croire qu'avec l'arrivée chez les Tengokus il avait été forcé de diminuer le volume de sa conscience pour faire des concessions, mais en réalité ce n'était pas tout à fait vrai. Certes il avait fini par diminuer le volume en étant conscient que son nouveau mode de vie ne lui permettait plus d'être aussi absolu, cela il l'avouait volontiers, mais il avait surtout baissé le volume de cette voix afin de pouvoir entendre celle de ses nouveaux compagnons.
Sa propre voix était toujours là, quelque part dans un coin de sa tête mais après plus d'une décennie à ne plus l'écouter il n'y faisait plus attention. Elle essayait de remonter à la surface de temps à autres, quand la situation l'exigeait ou quand on lui demandait ce qu'il désirait réellement, ce qui était très rare depuis son entrée dans l'équipage, mais même grandement diminuée sa voix personnelle n'avait jamais totalement été réduite au silence. Elle était restée à son plus bas volume, remontant de temps à autres comme lorsque le sabreur avait été nommé second de l'équipage ou quand il s'était ouvert à celle qui avait jadis fait battre son cœur.

En arrivant ici, sur ce champ de bataille aux proportions dantesques le jeune homme avait coupé le volume de sa conscience pour qu'elle n'interfère pas avec son sens du devoir, pour qu'il ne soit pas ralenti au moment de porter le coup fatal à des racailles qui, de leur côté, n'hésiteraient certainement pas autant que lui. Mais en voyant cet homme au harpon préparer son attaque, en imaginant sans difficulté ce qui allait se passer s'il n'était pas interrompu, toutes les voix présentes dans la tête du bretteur se turent pour laisser place à une musique, à la seule mélodie qu'il ne pourrait jamais couper : l'instinct.

Il n'était pas né guerrier mais l'était devenu par nécessité autant que par choix, il n'y avait qu'à voir ses mains caleuses pour le savoir et, outre les réflexes et mouvements nécessaires au maniement du sabre, c'était surtout un conditionnement mental et une discipline qui avaient été enseignés à l'ancien naïf. La voix du sabre ne consistait pas simplement à utiliser cet instrument de mort, c'était un mode de vie qui allait faire de lui un samouraï pour qui l'honneur et la droiture étaient des concepts aussi fondamentaux que le simple fait de respirer. Kyoshiro avait appris à se battre et son corps s'était souvenu de chaque douleur, de chaque mouvement, de chaque parade, comme tout guerrier assez expérimenté si bien qu'il pouvait agir par instinct plus rapidement que si son propriétaire faisait le choix conscient de réfléchir à une tactique. Le bretteur n'en avait jamais vraiment eu conscience, ou du moins pas à cette intensité mais désormais, alors que ses sabres venaient mordre la chair de son opposant comme autant de fauves avides de dévorer leur proie, il réalisait pleinement à quel point ce mode de vie était fermement ancré dans sa tête.

Non, pas seulement ancré dans sa tête. Dans sa tête, dans son corps, dans son esprit, dans son âme. Il était un homme vivant par le sabre, un guerrier, un gardien, un protecteur et son corps avait compris et accepté ce constat bien plus rapidement que son esprit.

Alors que le samouraï retombait sur le sol boisé de ce navire inconnu, peinant à réaliser ce qu'il venait d'accomplir sans même en avoir pleinement conscience, la douleur de l'assaut de son opposant le ramena à la réalité avec la virulence d'une claque au haki de l'armement. Son instinct était toujours bien présent, fermement ancré et décidé à rester, mais sa propre réflexion était désormais de la partie car foncer tête baissée ne lui serait d'aucune utilité. Pas face un individu de cette trempe qui, en plus de pouvoir attraper ses attaques lumineuses à mains nues, sembler capable de faire au moins jeu égal avec le logia. Au moins.

Alors qu'il sentait ses mains caleuses se refermer autour de ses sabres de renoms, des sabres portés par un autre plus vertueux et illustre que lui, le jeune homme arqua un sourcil de surprise devant l'insistance de son opposant à ce que personne ne s'interpose. Pourquoi ? S'il désirait la victoire alors fondre tous en même temps sur le logia aurait été la méthode la plus simple, mais pourtant telle ne semblait pas être la volonté de cet inconnu. Alors que l'ancien naïf allait poser la question à voix haute, allait demander pourquoi cet homme désirait en faire une affaire personnelle, la réponse le frappa au visage au moment où cet inconnu lui jeta à sa face le désir de l'affronter. Lui et personne d'autre.
Jusqu'à présent le protecteur s'était toujours interposé entre des innocents et la barbarie humaine, s'était posé comme un bouclier pour ceux qui ne pouvaient se défendre eux-même et, de ce fait, n'avait jamais vraiment été la cible directe du bellicisme d'un individu. En observant les prunelles de cet homme, en l'étudiant et en le sentant venir à lui le jeune homme réalisa ce que cela faisait d'être la cible de quelqu'un, d'être jugé comme une menace suffisante pour faire un adversaire de valeur et, alors qu'il prenait conscience de ce fait et de son apparente puissance, le jeune samouraï fit quelque chose d'impensable.

Il sourit.

Il sourit. Il sourit en se sentant plus vivant que jamais. Il sourit face au combat dantesque à venir. Il sourit face à ce sentiment grisant d'avoir de l'importance et, enfin, il sourit car c'était la première fois qu'un puissant combattant désirait le combattre plus ardemment qu'aucun autre dans les environs. Il était la cible de choix de cet inconnu, de ce terrible combattant et il fallut à Kyoshiro plusieurs secondes avant d'identifier la sensation qui grandissait en lui.

De la fierté.

 « Alors approche ! »

Tel fut le cri de défi d'un jeune homme avide de combattre, non pas par bellicisme mais pour honorer l'invitation qui lui était lancé, pour répondre à cette fierté grandissante qui lui faisait se sentir plus vivant et plus important qu'il ne l'avait jamais été. Un sourire fasciné et ravi sur ses lèvres, un de ceux qu'on ne s'attendait pas à voir chez lui en de pareilles circonstances, le logia sentit l'attaque arriver et, bien que surpris par la vivacité de son opposant, répondit à cette tirade par un rugissement de la même intensité. Suffisant ? Non, pas le moins du monde mais c'était surtout sa façon à lui de répondre à l'invitation de ce puissant guerrier.

 « APPROCHE ! »

Recouvrant ses deux lames du fluide de l'armement, le jeune homme bondit en diagonale sur le côté opposant à celui du pied qui menaçait de le fracasser,  profitant de cette fenêtre pour labourer le flanc ouvert de son opposant de ses deux lames en un coup de tranche horizontale.

Dépassant cet inconnu d'un bond sans le perdre de vue, Kyoshiro tendit un doigt en direction de cette puissance bête avant qu'une corde lumineuse ne vienne l'enserrer tout en poursuivant sa course. Sentant ses chaussures s'écraser et riper contre les planches en bol du pont de ce navire, le logia pivota et tendit sa seconde main libre vers le dos de son opposant ou toute autre partie qui serait visible à ce moment-là. Désireux de ne pas y aller avec le dos de la cuillère, ne serait-ce que par respect pour cet homme l'ayant choisi pour adversaire, le samouraï usa de ses pouvoirs sur la lumière pour contracter et rétracter sa lame encore et encore à une vitesse folle, jusqu'à faire pleuvoir une averse de coups d'estoc sur son adversaire.

Il n'aurait jamais cru être un jour heureux et fier de combattre, mais aujourd'hui il pouvait remercier cet Agrid de lui avoir fait découvrir cette grisante sensation.

Il était content d'être ici, fier d'être sur ce navire, humble mais enjoué d'avoir été reconnu par cet homme.




   
   
© ANARCISS sur epicode
           



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 592
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
115/200  (115/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Mar 12 Fév - 23:14

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

S.C.A.V.A. - Hollywood Undead

When the end is getting closer
And the earth has burned the sky
Now repent ‘cause it’s all over
Just let me die
Elle continuait d’avancer. Encore. Inarrêtable. Que voulait-elle, à part leur mort ? Alors que les combats faisaient rage de part et d’autre du champ de bataille, elle s’entêtait à cibler ces quelques âmes. Pourquoi ? Pourquoi se retrouvait-elle là, en compagnie d’un autre lieutenant qui n’avait rien à faire ici non plus ? Quel piège s’était rabattu sur eux, quelle bête monstrueuse avait refermé sournoisement ses mâchoires sur ces deux êtres ? Autant de questions qui s’accumulaient dans un coin de l’esprit de l’ancienne chasseuse de primes, pour si peu de réponses qu’elle était capable d’apporter. Elle était loin d’avoir toutes les cartes en main, de pouvoir juger la situation sous un œil presque omnipotent. Elle se nourrissait seulement des indices éparpillés çà et là, que ses yeux pouvaient détecter.

As my body lies here broken
And I’m carried to the light
Now my heart is finally open
Just let me die
Son corps… son corps semblait hurler à la mort. Ses membres criaient leur souffrance à chacun de ses gestes, et pourtant elle continuait. Quelle était cette volonté de fer qui l’animait, lui faisant oublier les dégâts qu’elle avait subi ? Le concert de craquements de certains de ses os horrifia la Crown. Comment Cara pouvait-elle endurer tout ça sans sourciller ? Comment ce pantin, désarticulé, tenait encore debout avec toutes ces blessures ?

Elle voulait les tuer. C’était une certitude, du point de vue de Kari. Elle vit l’air de ses attaques embrasser la chair ennemie, entailler la peau et les vaisseaux sanguins, projeter des perles de sang dans l’air. Rien. Rien ne l’arrêtait. Pas même la douleur. Cara sembla se briser un peu plus dans son mouvement pour se rattraper. Ou du moins, c’est ce que perçut la demoiselle aux yeux verts. Si d’ordinaire, elle ne faisait pas dans la charité, la scène, et surtout la poupée aux fausses allures désarticulées qui servait d’antagoniste, lui serraient un peu le cœur.

Where do we go ?
We go, oh, Lord, I don’t know
Where we go
We don’t know
La rousse serra les dents. Comment pouvaient-ils affronter quelqu’un incapable de ciller ? Et elle qui avait, atteinte très certainement d’une lueur d’espoir naïf, conseillé à Nook de ne pas essayer de la tuer… Dans quoi s’engageaient-ils ? Où allaient-ils ? Elle ne savait pas. Et elle n’aurait pas la réponse.

Cara venait à l’attaque dans un bond étonnamment rapide vu l’état dans lequel son corps se trouvait. Kari, de par les multiples assauts qu’avait pu subir dans les dernières instants leur adversaire, avait au moins compris une chose : la Lroft semblait sourde à la douleur, comme si elle n’était rien de plus qu’un automate. Un automate au corps de chair, mortel mais capable de mourir.

La rouquine lâcha sa dague alors que Cara arrivait sur elle. Dans le même temps, elle vit une vague de laine déferler en direction de la lieutenante d’Empereur, et dont le but était d’entraver ce pantin sans émotion. Nook était là. Nook l’aidait. Encore une fois. Si cela fonctionnait, la laine allait se resserrer sur elle, encore et encore, pour l’immobiliser, en priorité les bras. Pourvu que le Yamaka tienne bon.

Si la Lroft avait décidé de venir au contact, soit, la Crown allait essayer de tirer avantage de ce rapprochement. Si elle voyait que l’immobilisation de Nook avait dû mal à fonctionner, elle tenterait dans un premier temps de saisir le bras de son opposante qui tenait lui aussi une lame courte, une main au niveau du poignet, une main sur le haut du bras, histoire que la lame n’entaille personne. Ensuite, dans tous les cas, elle passerait sous le bras de Cara avant de pivoter, pour lâcher le haut du bras de la jeune femme et tenter de forcer, avec la main toujours sur le poignet, à mettre le bras dans le dos de l’ennemie pour entraver ses mouvements. Dans le même temps, Kari passerait son bras libre autour du coup de Cara, collant le coude le plus possible à la gorge dans l’optique de la priver d’air.

C’était la seule idée que la rousse avait trouvé dans la précipitation : si la brune ne semblait plus ressentir plus la douleur, il fallait jouer plus finement. Son corps, lui, pouvait lâcher à la moindre lame d’air, du moins c’est l’hypothèse que faisait l’ancienne chasseuse de primes. La seule chose qui lui était venue en tête, c’était de la faire sombrer dans l’inconscience, ce qui permettrait à la fois de la mettre hors combat un certain temps mais aussi de la garder en vie… Encore fallait-il qu’elle y arrive.

(>°-°)>


Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
- Tirez !
La voix de Molly avait résonné dans la partie du navire où elle se trouvait, en compagnie de quelques autres de ses camarades. Si Ruthven avait été plutôt réactif alors qu’un détachement de la flotte ennemie approchait, les quelques autres restants étaient un peu moins prompt à la bataille. Si Hinami trépignait sur place, toujours juchée sur l’épaule d’Aldero, l’ancien chasseur de primes obéit sans broncher à la femme-poisson, avec un léger retard par rapport à Ruthven. Il était bien plus habitué à manipuler son précieux fusil qu’un canon, de par sa qualité de tireur. C’était donc sans surprise qu’il prit son temps et observa le premier boulet s’envoler afin d’ajuster le tir pour les prochains projectiles qu’il enverrait.

Alicia, elle, avait un peu de mal. Sa stature fluette avait un peu de mal à porter les boulets de canon, aussi était-elle encore plus lente que ses compères à recharger la gueule noire du canon dont elle se servait.

Le seul qui se débrouillait bien de ce groupe, hormis Molly et le de Lioncourt, c’était Pat. Il chargeait et tirait sans interruption. Charger. Tirer. Les gestes se voulaient les plus rapides qu’on leur permettait. La rancune qu’il s’était remémorée quelques instants plus tôt s’était métamorphosée en une hargne passagère. Il donnait ce qu’il pouvait, s’agitait, non pas pour tous ceux qui se trouvaient encore sur le Kibo, mais bien pour lui. Le maudit de l’atèle n’avait certainement pas envie de mourir ici, pas avant d’avoir mis le dernier point à son histoire. Et il allait tout faire pour rester en vie.
Codé par Kari Crown


Je passe à la place de Nook ! Et pour la PNJisation, c'est vu avec lui.

Kari fait quelque chose (ouaiiiiiiiiiis !). Nook intervient en tentant d'envoyer une vague de laine pour immobiliser Cara lors de son rapprochement. De son côté, Kari lâche la dague qu'elle tenait et s'approche de Cara.
Si elle remarque que l'attaque de Nook ne fonctionne pas, elle tente de lui bloquer le bras qui tient la dague. Ensuite (dans tous les cas) elle tente de passer derrière et de lui ramener le bras dans le dos, tout en essayant de l'étrangler avec son bras libre. (Je me suis arrêtée là parce que ça faisait déjà beaucoup comme enchaînement, mais le MJ pourra bien évidemment le stopper.)

Et du côté des PNJs, ils tirent.

PNJs :
Aldero Crown, lvl 21
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 28
Molly, lvl 25
Pat, lvl 24

_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Lun 25 Fév - 22:04






Manson, Serge

Pour un retournement de situation, c'en était un... la charge terrifiante de Hadès Tenryon les avait coupés dans leur élan, mais ils n'en restaient pas moins obligés de traiter le soucis potentiellement épineux qu'ils avaient sur les bras : Manson restait assez circonspect. Il ne désirait pas foncièrement se battre et, même s'il était tout à fait responsable de sa présence ici, il se trouvait des excuses pour tenter de s'extirper de la mêlée. Son second, de son côté, était accablé d'une lucidité bien plus pertinente : ils ne pouvaient plus s'extraire de l'enfer dans lequel ils étaient plongés. Aussi, quand Lawrence commença à déblatérer des inepties, l'homme en costard serra le poing et s'approcha rapidement, dans l'objectif de le faire taire... et de faire taire la menace qu'il représentait. Son pied s'éleva rapidement au dessus de la tête du Edward. Une série de claquements mécaniques retentit dans les airs... et le coup ne porta pas ses fruits.

Une légère explosion engloutit la proximité immédiate du Supernova, tandis que Serge était projeté sur le côté. Il retomba assez lourdement, avant de serrer les dents tout en se redressant. Son capitaine, de son côté, déglutit tout en écarquillant les yeux. Une silhouette fluette effectua son atterrissage sur le pont du navire tandis que les flottes s'éperonnaient avec virulence, les pirates se déversant sur les navires des chasseurs comme un seul homme. La cavalerie était-elle arrivée ?

- Qu'est-ce que tu fous, Edward ?!



Enora "La Sage"

Foncièrement, elle ne l'appréciait pas. À dire vrai, à en voir l'enfer qui se répandait désormais sur le flanc de la flotte de l'Alliance attaqué par Mendela, elle restait hautement circonspecte quant aux raisons ayant poussé le Yorkshire à seulement tenter de l'inclure dans son plan. Il était instable. Il était instable, indigne de confiance, capricieux et potentiellement dangereux. Les débris de la stymphale à son côté témoignaient certes d'une envie de le sortir de ce mauvais pas, mais elle n'était pas à l'origine de cette initiative. Il devait cela à Saul... qui suivait les consignes, sans plus. Enora souffla lourdement.

- Seeeeeerge...
- Bordel de...
- Qu'est-ce que tu attends ? Lève toi, avant qu'ils ne te fassent la peau !

D'un côté, un équipage de pirate qu'il n'appréciait pas, prêt à l'employer comme une arme de circonstances. De l'autre, des traqueurs, appâtés par le gain, entraînés dans ce chaos duquel ils comptaient jusque là ressortir avec sa prime... Lawrence ne pourrait pas conserver son pacifisme bien longtemps. Il n'était pas tombé dans le bon endroit pour ça. C'était une guerre : une guerre dans laquelle seuls les actes parleraient. Personne n'écouterait ce qu'il avait à dire, ici. Pas tant qu'il ne serait pas assez fort pour faire entendre ses convictions. Pas tant qu'il ne donnerait pas aux gens une raison réelle de lui laisser de l'espace.

L'horloge tournait. L'affrontement entre Liao et Mendela était étouffé dans les ravages qu'ils produisaient. La fumée emplissait l'air d'une odeur âcre de chair brulée, de mort et de catastrophe. Aux quatre coins du champ de bataille, chaque instant pouvait être porteur d'un coup décisif... restait à voir qui abattrait son arme dans les failles en premier.




Cara Lroft, Branch


Restait-il seulement quelqu'un, là dedans ? Y'avait-il, quelque part, une étincelle d'humanité dans la carcasse qui s'avançait désormais vers Kari avec véhémence ? Il était difficile d'y croire. Il était difficile d'espérer. Peut-être parce que ce n'était pas le cas... qui pouvait vraiment savoir ? Un pion méritait-il la mort parce qu'on l'avait réduit au silence et à la servitude ? Etait-il plus facile de tuer un automate sans émotions qu'un individu dont on pouvait lire la détresse dans le regard ? Le sang d'un tel meurtre était-il moins difficile à laver, le souvenir en était-il moins douloureux sans cri ou supplique ? Autant de questions auxquelles les Tengoku no Seigi avaient décidé d'opposer un refus net d'en apprendre les réponses. Lorsque la vague de laine vint s'enserrer autour de Cara, cette dernière s'échina à découper la matière douce et volumineuse afin de s'en défaire. C'était sans compter sur l'intervention de la Crown qui, malgré toutes ses précautions, sentirait forcément le bras de son adversaire craquer à son tour suite à l'immobilisation forcée dont elle serait la victime. Son corps était à deux doigts de lâcher. Pourtant, son expression restait neutre. Ses yeux vides. Elle se débattit avec panache, tandis que l'air commençait à manquer. Son absence de réaction la rendait encore plus effrayante. La fraiche et enthousiaste Cara, réduite à l'état d'une poupée meurtrière, commença lentement à réduire ses interactions dans les bras potentiellement salvateurs de la Renarde. La question restait cependant entière... parviendraient-ils à la sauver, après l'avoir neutralisée ?

De son côté, Branch s'en sortait nettement mieux. La caisse vint se fracasser la masse de son corps, qui l'oblitéra sans la moindre difficulté. Son ennemie bougeait habilement et gagnait du temps : ce n'était pas la meilleure façon de se débarrasser de lui, mais avait-elle réellement le choix ? Il représentait une menace tangible pour tous ceux qui croiseraient sa route, dans le sillage de Alidia : l'heure était à la protection des siens, et elle le savait... néanmoins, l'étau se resserrait. Les lames d'air de Hiko ne seraient bientôt plus suffisantes pour protéger le navire. Groogal lui même semblait mis en difficulté, en toute relativité : si la majorité du menu fretin n'avait aucune résistance à lui opposer, il n'en restait pas moins qu'il n'y avait pas besoin de droiture pour être un prodige du combat... ce que certains jeunes, dans les rangs adverses, ne manquaient pas de lui rappeler. L'aide qu'il pouvait apporter était toute relative : bientôt, il ne pourrait que difficilement garder un œil sur eux pour prévenir le pire des cas. Alors même que les efforts combinés de la Crown et du Yamaka parvenaient à neutraliser la suivante de Eko Taka, alors même que le dos de l'homme arbre se retrouvait lacéré puissamment dans une décharge de lames avant de se retourner pour tenter un nouveau coup de poing, alors même que les canons commençaient à rugir... la gueule du loup se refermait. Tiendraient-ils assez longtemps pour que les pavillons des chasseurs de prime, si proches et lointains à la fois, ne viennent à leur rencontre ? Pour l'heure, la crainte inspirée par le Phoenix leur sauvegarderait peut-être une poignée de minutes... mais ils étaient sous les ordres d'un homme autrement bien plus craint que Nakata ne le serait peut-être jamais : la loyauté, noyée par les vagues, serait rapidement remplacée par la peur de l'échec.

Un nouvel enfer de poudre et de feu vint bientôt jaillir des gueules noirâtres des canons de la plus grand flotte pirate au monde, en direction du Kibo, tandis que de nouveaux pirates tentaient un abordage renouvelé, mais plus timide que le précédent. Cependant, dans le sillage des criminels, des têtes plus connues commencèrent à faire leur apparition... ce répit malingre serait le dernier dont disposeraient les forbans pour se regrouper et s'organiser avant la tourmente.




Agrid Maslow Jr.


- AAAAHAHAHAHA !

Le plancher du navire éclata à nouveau tandis que le pied de Agrid s'enfonçait dans la matière comme dans une orange trop mûre. Les étincelles provoquées par la rencontre de son bras enduit d'un fluide sombre et bien connu des combattants les plus expérimentés et des sabres de son ennemi ne firent qu'augmenter son excitation. Putain, c'était le pied ! Il bougeait vite... très vite ! Il frappait juste, avec une sorte d'intelligence froide et martiale ! Cet homme... cet homme savait tuer. Il n'avait peut-être pas l'air d'un meurtrier, mais son corps parlait autrement. N'était-ce au final pas le cas de beaucoup de monde ici ? Oui et non. Car personne d'autre ne lui donnait autant d'adrénaline pour l'heure !

- FAIS UN EFFORT, PUTAIN !

Arrachant la corde qui était venue s'enserrer autour de lui, à l'image du rayon de lumière d'un peu plus tôt, il lâcha un sourire encore plus bestial lorsque l'épée de Kyoshiro vint mordre plusieurs fois sa chair. Un véritable déluge de coups, qu'il accepta avec une sorte d'exaltation. Prenait-il du plaisir dans la douleur ? Peut-être bien. Peut-être qu'il désirait jauger la force de cet épéiste jusqu'au bout. Pour l'heure, il n'était pas déçu... mais cela manquait encore un peu de piquant à son goût. Il s'extirpa finalement avec plusieurs coupures supplémentaires de la pluie d'attaques, tout en s'armant d'une chaîne qu'il recouvrit de son puissant Haki avant de la projeter vers le maudit. Il comptait clairement lui rendre la monnaie de sa pièce et, pourquoi pas, le fouetter puissamment au passage. Néanmoins, l'action était double : si le lumineux esquivait, alors le Maslow Jr. fracasserait certainement plusieurs poulies dans son dos, ce qui aurait pour effet de faire tomber la voile et plusieurs cordes sur le second de l'équipage du Phoenix... un trouble passager, pour quelqu'un comme lui, certes : mais bien plus dangereux s'il venait à être exploité par un Agrid qui semblait gagner en précision au fur et à mesure des secondes.

- Prends ça !




Hadès Tenryon, Mijushike Hojo


- Je serai l'unique Empereur !
- Alors ta tête sera la seule que je récupérerai !

Le point de l'Empereur rencontra l'arme fétiche et peu conventionnelle du Chasseur de Yonkou dans un choc terrifiant, qui vint faire trembler l'air aux alentours. Un souffle puissant se répandit dans le sillage du dragon colossal, qui peinait à conserver un vol fonctionnel. Puis, comme une vague invisible dont il était impossible de se prémunir, la prestance imposante des deux chefs de guerre s'étala sur tout le champ de bataille dans une montagne de frissons et de sueurs froides qui ne manqueraient pas de déstabiliser la majorité des combattants. Dans les cieux, les deux Rois s'affrontaient avec une véhémence renouvelée. L'un d'eux jouait sa position, son titre, ses acquisitions et l'espoir d'un futur faste et glorieux qui restait à construire. L'autre se battait pour un renouveau, un retour au devant de la scène, une résurrection qui commençait à peine à dévoiler ses pleins miracles. Deux êtres à la destinée épique et rare, qui s'étaient hissés aux sommets de leurs arts respectifs : des arts qui s'affrontaient maintenant avec une virulence sacrée. Les bras du Hojo, dansants et tournoyants, dessinaient des merveilles insoupçonnées en un temps record tandis que le plus ancien des souverains du Nouveau Monde cherchait sans relâche  à l'acculer, ne devant sa relative mise en échec qu'à une maîtrise experte de son adversaire. Pourtant, Mijushike n'était pas dupe : il avait affaire à un individu qui, même pour un être comme lui, représentait un vrai danger. Certes, son corps pourrait encaisser de nombreux châtiments avant de tomber. La lune et le soleil pourraient se croiser sans jamais s'enlacer, de nombreuses fois, alors que la rage de leur combat retentirait encore dans les cieux. Pourtant... pourtant, il avait l'intime conviction que laisser gagner du terrain à cet homme, dont les poings brisaient aisément le mur du son à chaque attaque, était la meilleure façon de perdre une lutte qui s'apprêtait déjà âpre et longue.

Effectuant un saut en arrière, sa perception ouverte aux alentours, le leader de l'Alliance sentit la présence fulgurante du Phoenix en pleine approche. Il ne se permit pas le moindre coup d’œil, le moindre rictus : il devait rester concentré exclusivement sur le Tenryon, pour pousser ce dernier à en faire de même. Encaissant plusieurs coups qui le firent reculer, il parvint néanmoins à s'extraire tandis que l'homme désormais revenu à un âge éclatant subissait de justesse le double coup de pied du jeune prétendant à la gloire. Il ne serra pas les dents, ne poussa pas de cri. En réalité, il ne dit rien : il se laissa entraîner sur une bonne centaine de mètres, non sans au préalable s'accrocher aux pieds désormais offerts de Nakata.

- Tu n'apprends donc rien ?

Puis, intervertissant rapidement leurs positions, il commencerait une pluie de coups sans pareille au monde pour infliger au jeune coq des sévices plus douloureux les uns que les autres : dans un puissant final, il balancerait le Phoenix dans une petite île bien éloignée des combats, où il risquait fortement de s'écraser à pertes et fracas. Derrière, Mijushike suivrait rapidement : l'occasion de coincer l'Empereur dans cet endroit était trop belle, la chance inespérée. S'ils pouvaient le retenir, ou même le vaincre... alors la bataille serait gagnée !



Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari - Lilianna
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Edward se retrouve entre Manson/Serge et Enora, qui arrive avec des pirates.
  • Cara est neutralisée avec succès, considérant l'effort d'équipe, les dégâts infligés par Kyoshiro précédemment et la tactique employée. Branch subit l'attaque de plein fouet, réplique avec un coup de poing. Dans son cas, beaucoup plus dur de déterminer son état.
  • Groogal est toujours en soutien en arrière plan, mais il commence à avoir une marge de manœuvre très réduite, car il n'y a pas que des enfants de cœur en face. Les Chasseurs de prime arrivent. Dans un ou deux tours, selon les actions (entendre la longueur des actions). Cette fois, c'est le déluge de boulets de canon qui menace tout le monde. Les tirs vont s'intensifier avec le temps et l'abordage reprend peu à peu.
  • Kyoshiro parvient à blesser plusieurs fois Agrid, qui ne semble pas fuir la douleur. Ce dernier lui assène un coup puissant d'une chaîne qu'il a ramassé sur le pont, enduite d'un haki de l'armement puissant. Si Kyoshiro esquive malgré tout, il devrait gérer une pluie de débris dans son sillage, dont Agrid profitera assurément. Agrid semble de plus en plus à l'aise.
  • Hadès et Mijushike se rencontrent dans un formidable clash qui laisse s'échapper leurs haki des rois respectifs. Le champ de bataille entier peut ressentir des frissons désagréables, mais c'est assez maîtrisé et les distances sont assez grandes pour éviter les évanouissements. L'attaque de Nakata porte dans le sens où il percute bien Hadès... qui en profite pour passer en mode Ape Shit sur le blondinet, qui a malgré tout du sentir passer ce choc de Haki. Mijushike suit avec son dragon.



Navire central :
Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement.
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu.
Tégée Deimos est lvl ??
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - ???
Serge est lvl 32

Navire TNS :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Les pirates arrivant sont lvl 20-25 (une nouvelle dizaine pour le moment)

Sous l'eau et face aux Nebula (toujours) :
Les Pacifista X-Edition sont lvl 45.
> un contre Cruella.
> un contre Le Remorqueur et Long Rive.
> un contre l'équipage de Mevin Domo.
> deux contre les forbans et hors-la-loi accompagnant l'équipage de Mendela.

Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)
Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 31 (handicapée par les assauts) (205.000.000)

Du côté de la Triade :

Quing Beltegeuse est niveau 45+ (/)

Du côté d'Edward :

Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000)
Enora est niveau ??? (30.000.000)
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
Edward Lawrence
Messages : 466
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Pirates d'Hadès le Yonkou

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
221/250  (221/250)
Berrys: 282.736.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Jeu 28 Fév - 16:39







Début 1506 ~ Quelque part sur Grand Line






Dès que le poing du chasseur de prime se resserra, comme pour communiquer son hostilité et l’imminence de sa frappe, mon visage se crispa et mes veines se gorgèrent de sang, tels des serpents qui se faufilaient sous mon épiderme. Les velléités de l’affrontement m’inquiétaient, me tourmentaient. À vrai dire, mes propos et mon attitude avaient sans doute été un peu trop brusques pour être considérés comme pacifiques. Mais il était difficile de convaincre un auditoire sans s’affirmer, sans montrer les crocs. Pour autant, je me sentais menacé par cet homme belliqueux. Il bougeait vite, d’après ce que j’avais pu entrevoir un peu plus tôt. Et mon instinct, ma chaire et mon sang me criaient de réagir, de me prémunir contre cette menace, de m’abandonner à la violence. D’écraser violemment sa tête contre la coque de son navire, de teinter son costume impeccable d’une nuance écarlate. Tout deviendrait bien plus simple, n’est-ce pas ?

J’eus un rire nerveux, cynique, tandis qu’un frisson parcourait mon échine. Mes convictions semblaient brûler avec encore plus d’intensité, chassant par leurs fumées le doute et l’hésitation. Aujourd’hui, je me sentais fort, enraciné fermement dans mes idéaux, comme si nul ne saurait entraver ma marche vers mes objectifs. Le destin était mon ange gardien, aussi il me protégerait de tous les coups de mes adversaires. Désormais, je savais que la violence n’avait plus lieu d’être, que mon corps ne dérogerait pas à mes principes. Encore un peu de patience, et tout me serait bientôt acquis.

Alors, l’étincelle jaillit, la foudre détonna, implacable, et vint transpercer mon âme d’une bien profonde contrariété. La voix pourtant d’ordinaire si douce et agréable s’était changée en un immonde crissement, hostile et détestable, vénéneux à souhait. La frustration semblait dérégler mon âme, agitant une multitude d’émotions contradictoires. J’étais en train de perdre pied, littéralement secoué, malmené par cette apparition aussi inopinée que non désiré. Mon poing se resserra silencieusement, comme pour exprimer mon profond mécontentement. Alors, mon faciès s’anima et les premiers mots sifflèrent, secs et chargés de contrariété.

« Tu n’as rien à faire ici, Enora… »

Puis, les smogs encore chaleureux se dissipèrent peu à peu, découvrant un Edward Lawrence tendu, aussi déconcerté que désabusé. Mais surtout trahi. Trahi par cette garce et son équipage de crapules qui n’avaient de cesse de remuer la chaine qu’ils m’avaient accrochée au cou. Et cette absence de liberté croissante nourrissait ma rancœur.  


Et si j’explosais, là, maintenant, sans prévenir ?


Quelles seraient les conséquences ? Ne serait-ce pas le moyen idéal d’en finir avec ces conneries ? L’occasion de faire disparaitre tous ces hérétiques qui n’avaient de cesse d’endiguer ma route vers le plus haut des sommets ? J’eus de nouveau un rire cynique. Hérésie, foutaise, mensonge et calomnie ! Je n’étais plus l’esclave de ces pulsions belliqueuses, colériques et destructrices. J’étais un homme libre. Mes yeux se fermèrent tandis que je tentais de reprendre mon calme et le contrôle de la situation.

« Je suis un homme libre. Libre vivre ma vie comme je l'entends. Allez-vous-en et foutez-moi la paix, pirates ! Je ne me battrais pas pour votre cause. »

Déclarais-je d’un ton froid et rocailleux, avant de me laisser aller à des émotions plus apaisantes, agréables. Ma propre souveraineté se devait d’être inexorable, mon pouvoir décisionnel, infaillible. Si tel était le fardeau qu’imposait la couronne, alors je m’en saisirais sans aucune hésitation. Car cette fois, j’étais bien décidé à affirmer mes choix et à les imposer à tous ces plébéiens qui empoisonnaient mon environnement proche.

Et puis, l’atmosphère se chargea d’une nouvelle tension qui me fit frissonner. Sans doute les effluves sacrés de ce combat tonitruant, déjà légendaire, entre les deux forces de la nature. Un arc-en-ciel d’émotions vint caresser mon âme : de l’admiration à la peur, en passant par l’envie. Mes yeux se plissèrent, comme pour tenter de sonder ce que le destin me réservait. Alors, toujours à la merci des autres occupants du navire, mes cordes vocales vrombirent d’un ton assuré, délivrant à mes vis-à-vis quelle était le fond de mes pensées.

« Le sort de cette guerre repose entre les mains des deux légendes qui s’affrontent. Alors, à quoi bon continuer à guerroyer ? À quoi bon continuer à faire couler le sang et répandre la destruction parmi vous ? À quoi bon noyer vos forces et vos hommes dans un combat qui à la base n’est pas le vôtre ? Au nom de quels idéaux ? Vous êtes les instruments du Gouvernement Mondial et des Décimas. »



______________________







Bonjour !

Euh...

Ouais.

Fin voilà, quoi.

Ouais.

Allez, vous avez compris... :c

Ed et la camaraderie, volume 9 !



_________________


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 14970
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Sam 2 Mar - 17:01

img_rp
Bitch say my name, you know who I am.
feat. TnS, Ed, MJ*2
Présent




Retournez sur le Kibo ! Tout de suite !


La victoire de Kari et de Nook sur Cara était peu ou prou inespérée. Elle offrait aux membres de Tengoku no Seigi une chance de repli qu'il leur fallait saisir, qui risquait fort de s'avérer unique : les ennemis s'amassaient autour de leur embarcation monumentale, quand bien même le tour de force spectaculaire du mythique leur avait permis de gagner quelques secondes. La pêcheuse ne savait que trop bien que le capitaine ne serait plus à même de revenir à la charge avant de longues et éreintantes minutes... Ils ne pouvaient désormais plus compter que sur leurs propres forces, et celle de Kyoshiro, à la rigueur. Il avait lui-même un adversaire de taille à terrasser... Mais il en viendrait à bout avec l'éclat qu'on lui connaissait, afin de remplir la mission dont l'ancien corsaire avait pu le pourvoir à son insu. En attendant, le vrai danger sur le pont du Kibo, ce serait tôt ou tard le nombre : Groogal et, dans une moindre mesure, Hiko et Damon étaient de véritables brutes, des tornades qui pourraient emporter des centaines et des centaines de forbans sans jamais faiblir... Mais s'ils étaient noyés sous des vagues innombrables, il en serait qui parviendraient à se frayer un chemin jusqu'aux jeunes pousses, planquées dans les cales depuis lesquelles elles devaient canarder à tout rompre. Natalia elle-même serait foncièrement exposée à l'ire de la flotte ennemie, considérant son rôle clé en tant que navigatrice. Si les subordonnés d'Hadès souhaitaient avant toute autre chose les repousser, les éloigner du conflit sans pour autant chercher à les éradiquer purement et simplement, ils allaient procéder de la sorte : tuer leurs navigateurs et les personnes susceptibles de leur permettre de tenir le cap y compris au milieu d'une tempête, endommager les parties clés du Kibo et garnir le tout de quelques volées de boulets aptes à les contraindre à demeurer sur la défensive. Il fallait à tout prix tenir bon, leur offrir du fil à retordre : cela ne se ferait pas s'ils continuaient à demeurer séparés.

Un mouvement habile de la main permit à la jeune femme de récupérer la quasi-totalité de ses couteaux tandis qu'elle bondissait vers l'avant, évitant in extremis le coup de poing d'un Branch trop lent pour l'atteindre de la sorte. Sa réactivité et sa ténacité, toutefois, inquiétèrent la blondinette qui se surprit à songer qu'il aurait même potentiellement pu la défaire, s'il avait été en mesure d'user de son intellect... Même grandement diminué, il était une menace qu'elle ne pouvait décemment pas sous-estimer. L'idée était donc la suivante, pour l'heure : permettre à Kari, à Nook et à Lilianna de s'en retourner auprès du reste de l'équipage, en emportant avec eux Lara et Cara, si l'envie leur en piquait, puis les suivre de très près, si possible en empêchant l'homme-arbre de les poursuivre outre-mesure. Cela étant, en fonction des prérogatives qui étaient les siennes, le décérébré pouvait éventuellement demeurer benêt si tous les ennemis étaient amenés à déserter le navire de Synchrone : peut-être lui avait-on demandé de veiller à exterminer tous les intrus... Ce qu'ils ne seraient plus, dès lors qu'ils s'en retournaient là d'où ils venaient initialement. Alidia venait par conséquent de faire une croix sur une victoire glorieuse, de sa part : elle allait plutôt continuer à gagner du temps, et retourner par la suite se confronter à de véritables menaces, de celles qui risquaient d'exterminer les siens si elle ne leur portait pas secours en temps et en heure.  



Ressho !


Elle ne pouvait pas se contenter de bondir au-dessus de Branch, quand bien même elle était à la fois plus vigoureuse et plus agile que lui. Il pouvait, sur un geste brusque et bienheureux, la cueillir violemment et lui faire regretter son imprudence... Elle devait prioriser les actes précautionneux tant qu'elle n'était pas absolument certaine de pouvoir l'emporter. L'une de ses dagues fondit donc en direction du mât, autour duquel elle s'enroula grâce au câble auquel elle était accrochée. Là-dessus, la blondinette put tirer d'un coup sec. Elle ne put bien sûr pas faire s'effondrer le mât sur la silhouette adverse... Mais elle put en revanche se projeter dans les cieux, par la seule force de ses bras. Et ce bien plus haut qu'elle n'aurait été en mesure de le faire en sautant via ses seules pattes antérieurs : si l'attention de l'homme-arbre était focalisée sur elle, un tel mouvement déraisonnable aurait immanquablement fait face à une riposte virulente au possible.



Aika !


Elle allait retomber dans son dos, mais pas sans multiplier les lacérations et les estafilades. Si la jeune combattante n'était absolument pas certaine de pouvoir terrasser le colossal ennemi en procédant de la sorte, elle savait en revanche qu'elle finirait tôt ou tard par l'affaiblir... Si elle ne connaissait pas vraiment le système immunitaire qui était le sien, elle doutait sérieusement qu'une race susceptible de générer du sang à volonté existe sur ce globe, y compris sur le Nouveau Monde. Et sans sang, même le plus immense des géants finissait par tomber en léthargie... Ainsi, elle avait projeté sur le pirate de Tengen une nuée de couteaux qui ne manqueraient pas d'offrir à son corps couvert d'écorces des plaies à ne plus savoir les compter. Par la suite, elle retomberait donc sur le pont, prestement, puis jaugerait la réaction ennemie d'un regard inquisiteur. Elle aussi ne devrait pas manquer le coche de retourner sur le Kibo en temps et en heure : elle ne doutait pas du fait qu'une horde de forbans tenteraient de la maîtriser si ils l'apercevaient, isolée, et aux prises avec un autre criminel d'envergure... Elle pouvait nager, pour sûr, et avec une aisance rare, que seules les sirènes pourraient éventuellement surclasser implacablement, mais elle préférait éviter d'avoir à se mouiller, littéralement, avant de rejoindre ses camarades. Dans le cas contraire, ce seraient autant d'efforts qu'elle ne serait plus en mesure de produire lorsque le conflit le plus âpre s'annoncerait enfin...

(>°-°)>



Skriker Vind !


Il réitéra le même geste que précédemment, projetant une lame d'air aux dimensions cataclysmiques droit vers des ennemis dont la charge éreintée sonnait le glas. Les premières hordes savaient pertinemment qu'elles allaient y passer, mais ne vivaient et n'attaquaient que grâce à une seule espérance : celle de défaire l'un des subordonnés du Phoenix afin d'être grassement récompensés par les ténors de la flotte du Tenryon. Hiko imaginait cet état de fait, à défaut d'être convaincu de sa véracité, et cela le poussait par conséquent à se montrer d'autant plus impitoyable : ces types avaient choisi leur camp, jusqu'à la mort, et ils étaient prêts à tout pour éprouver un soupçon de force et de domination sur les civils, marchands et autres victimes idéales que cet océan portait. Ils ne valaient rien, ne vaudraient jamais rien et, à ce titre, ne pouvaient assurément pas bénéficier d'une miséricorde quelconque... Voilà pourquoi le botaniste n'était-il pas resté éberlué bien longtemps face à l'exploit mémorable du Phoenix, qui laisserait ses marques dans l'histoire, à n'en pas douter. Les deux épaves en devenir n'avaient toujours pas sombré dans l'écume que leur choc avait produit qu'il reprenait ses assauts avec une fougue redoublée : suivre un capitaine pareil offrait forcément un regain d'ardeur des plus conséquents... Un regard bref en direction des jeunes pousses qui s'étaient aventurées sur le navire de Synchrone parvint à le rassurer quant à leur sort : ils avaient su se tirer du guêpier dans lequel ils s'étaient eux-mêmes fourrées, et ils allaient pouvoir revenir sur le Kibo en temps et en heure pour lui offrir un semblant d'aide... En attendant, il allait continuer à se donner à fond et, manifestement, il n'était pas le seul : Damon, dans son dos, avait également dégainé son arme fétiche, le Wado Ichimonji, et arrosait les embarcations les plus proches de retombées mortifères et incessantes.



Chimamire no Ame !


S'ils survivaient tous à cet enfer, il allait sans dire qu'Hiko et Damon auraient eu l'occasion de se forger une réputation neuve et solide en un rien de temps : d'autant plus qu'ils allaient probablement avoir de quoi faire d'ici quelques minutes, tout au plus. L’œil unique du botaniste était largement en mesure de localiser les têtes d'affiches les plus proches, celles-là même qui, primées, risquaient de miser sur un abordage en règle afin de les terrasser. Rares seraient les équipages qui seraient en mesure de tenter un assaut unilatéral sans voir leur navire fendu en deux par le titanesque brise-glace installé à l'avant du Kibo, et aux allures de guillotine évidentes... Mais ceux qui y parviendraient leur offriraient à coup sûr un fil à retordre conséquent. En l'état, les lames d'air des deux combattants s'unissaient donc, ciblant tantôt les embarcations adverses, tantôt leurs occupants... Mais, bientôt, les attaques à distance ne seraient plus suffisantes et l'un comme l'autre commençaient à se douter du fait que cet instant fatidique s'annonçait de plus en plus ouvertement.

<(°-°<)



C'est sans fin, bon sang !


Lapis acquiesça piteusement en serrant les dents face à l'assertion de son collègue, mais replongea bien vite sur l'un des canons frontaux qui venait d'être vidé de sa munition explosive, laquelle avait manqué de peu de fracasser le poste de navigation d'un navire ennemi trop audacieux. Elle n'allait pas se manquer une deuxième fois, pour sûr, mais elle savait pertinemment que son expertise plus que discutable en matière de tir leur coûtait cher... Et elle n'était pas la seule à posséder d'insuffisantes compétences en la matière. C'était d'autant plus cuisant pour Tengoku no Seigi qu'ils ne disposaient même pas d'une main d'oeuvre susceptible de gommer quelque peu leur nullité originelle... Certes, à force de manquer, ils finiraient tôt ou tard par réaliser des prouesses, mais il fallait avant toute autre chose savoir combien de temps leur serait nécessaire avant que leurs tirs grossiers et approximatifs deviennent véritablement meurtriers. Ruthven se débrouillait toutefois bien mieux que la sirène, qui n'avait jamais réellement eu d'arme de cet acabit entre les mains. Elle était charpentière de profession, et elle était évidemment capable de concevoir des postes de tir optimaux... Mais de là à les utiliser ? On quittait le terrain de la théorie, celui qu'elle appréciait le plus. Le vampire, toutefois, n'était pas aussi balbutiant qu'elle en la matière : il était même plutôt à son opposé. Certes, il n'était pas nécessairement fort d'une expérience dantesque en ce qui concernait les batailles navales, mais il n'en était pas à son premier voyage. A contrario, sa carrière déjà plutôt dense pour un jeune homme à l'ascendance noble tel que lui... Et elle continuerait à l'être. Il s'en faisait le serment : ce jour-ci ne les verrait pas défaits, et ils continueraient à voyager, tous, ensemble, côte-à-côte. Y compris ce stupide cuisinier lubrique et prépubère...


Si ça se corse en haut, je remonte illico ! Molly, je te laisserai organiser tout ça comme tu le peux... Je vais pas rester enfermé ici pendant que les autres se battent.


Il n'était pas aussi fort que Damon ou qu'Hiko, ça, c'était indubitable... Mais, comparé à Nook ou à Kari, il était loin d'être à la ramasse. Si eux avaient leur place sur le champ de bataille, en personnes, alors avec tout le respect qu'il leur devait, il s'y rendrait également. Et puis, il serait plus utile en haut à repousser leurs assaillants qu'en bas, à viser plus ou moins précisément les coques des navires qui s'approchaient et qui, de toute façon, allaient atteindre leur position tôt ou tard...

^(°-°)^




T'es mauvais prof ! Yoroi !


Il fanfaronnait, comme toujours, mais il se savait en danger : le conflit des deux hakis l'avait désarçonné temporairement, et il aurait éventuellement perdu en mordant s'il n'avait pas été lancé à toute allure, de telle sorte qu'il lui était impossible de perdre en efficacité en étant simplement décontenancé. Il opta toutefois sans attendre une seule seconde pour une posture défensive, qui apparut dans l'éclat de ses flammes aux prunelles de son ennemi et de son allié de circonstances. Si ses deux ailes dorsales moururent, des flammèches ne tardèrent pas en revanche à l'embraser, de la tête aux pieds : il sembla de facto plus large de carrure, comme si son fruit du démon lui octroyait la possibilité de s'empâter drastiquement, en un claquement de doigts. Il n'en était rien, mais cette forme hybride était en revanche nettement plus adaptée au déferlement de coups de poings qu'il eut à subir l'instant suivant... Si, en temps normal, chaque choc qui le percutait aurait dû lui arracher un cri de douleur et le déboussoler au moins quelques secondes durant, cette fois-ci, il n'en fut rien. Hadès put remarquer avec une surprise que le mythique devinait authentique que les capacités de régénération du mythique avaient été poussées à leur paroxysme : tant et si bien que, sans son haki de l'armement, l'Empereur lui-même aurait été absolument incapable d'apporter ne fut-ce qu'une once de souffrance chez le rookie impétueux. En l'état, toutefois, il lui restait son haki pour tourmenter quelque peu le blondinet qui, néanmoins, avait déjà vécu pires sévices : il n'avait en l'état qu'à se concentrer sur la parade et la déviation des coups qu'il était en mesure de repousser momentanément... Ce qui ne tint bien évidemment pas éternellement. Car cette forme hybride, toute salvatrice qu'elle était afin de tenir tête aux plus acharnés des combattants, n'était pas utilisable sur le très long terme. Or, leur bataille commençait tout juste et le Fenice ne savait que trop pertinemment qu'il ne pouvait décemment pas se permettre de s'affaiblir d'entrée de jeu... Ainsi, lui et le Yonkou rencontraient tout juste l'îlot qui se trouvait sur la trajectoire de leur projection qu'il changeait momentanément de stratégie, passant par conséquent du tout au tout en un rien de temps.



Shinpuku  ! Nyūbō  !


Combien de temps s'était-il écoulé entre la myriade de coups dont l'opposant l'avait gratifié et cette riposte musculeuse ? Rien, quasiment rien : c'était potentiellement là-dessus que le blondinet pouvait espérer miser afin de prendre l'avantage. Sa maîtrise de sa malédiction de type zoan n'était plus à prouver : il figurait sans nul doute parmi les meilleurs utilisateurs de ce type de fruits du démon au Monde, devant Groogal lui-même, à titre d'exemple. C'était cette compétence qui pouvait faire de lui un Empereur fiable et solide... Cette compétence qui lui permit de séparer son corps du torrent de flammes qui le noyait jusqu'à présent, alors d'en allonger ses jambes et ses bras. L'île qu'ils s'apprêtaient à rencontrer brutalement leur tendait les bras... Et l'artiste essaya donc de pousser son ennemi à la rencontrer avant lui, en jouant sur la vitesse et l'imprévisibilité de son assaut. Il était resté sur une posture défensive, jusqu'à présent : pourquoi diable aurait-il tenté sa chance avec une audace pareille ? Pourtant, ce fut bel et bien ce qui advint : le Phoenix venait tout juste de se transformer que son poing droit menaçait de s'abattre sur le sommet du crâne de son assaillant. Bien sûr, le Fenice se doutait qu'un tel assaut n'aurait pas de conséquences dramatiques sur l'envelopper charnelle de son adversaire, dont la solidité n'était plus à prouver, mais il s'agissait davantage de s'octroyer un instant de répit. Mijushike Hojo n'allait lui-même pas tarder à débarquer, si Nakata osait se fier à son haki de l'observation et à l'acharnement du maître des chasseurs de primes... Il devait donc simplement faire en sorte de gagner du temps.





Alidia continue le combat, en misant principalement sur la prudence. Elle sait que vaincre Branch de la sorte lui prendra une éternité mais elle souhaite surtout se prémunir de blessures éventuelles : elle passe donc par-dessus Branch en utilisant l'un des mâts comme accroche pour l'une de ses dagues de lancer, et lui balance une nouvelle fournée de lames histoire de voir ce qu'il en dit !

Hiko a repris ses offensives larges et Damon ne tarde pas à l'épauler comme il le peut, depuis sa position, aux côtés de Natalia donc : ils harcèlent les navires les plus proches de dizaines et de dizaines de lames d'air, tantôt violentes au possible, tantôt extrêmement nombreuses.

Au niveau des canons, Ruthven continue à se donner un mal de chien à faire le travail qu'une vingtaine d'hommes devraient normalement abattre. Lapis a clairement plus de mal, notamment à cause de sa condition de sirène, mais elle fait de son mieux également. Ruthven envisage sérieusement de remonter, lorsqu'ils constateront que leur utilité n'est plus vraiment optimale ici !

Dans un premier temps, Nak encaisse, non sans utiliser une forme hybride basée sur la défense, laquelle lui évite les désagréments d'une succession de coups portés par un adversaire lvl 55+. Il tente cependant de récupérer l'ascendant durant un instant lorsqu'ils arrivent au niveau de l'île : en changeant de forme, d'abord, et en attaquant d'un coup de poing descendant, ensuite, grâce à l'envergure de ses bras plus conséquente qu'habituellement. Si ça porte, d'ailleurs, il en profite pour se reposer tranquillou : pas d'urgence pour l'heure.

Les techniques :

Alidia :
Virus de la loutre :
Le virus infligé par le Conte de Graou Island est celui de la loutre. Les nuits, Alidia devient donc une loutre-garou, capable de nager à une vitesse élevée, et de rester en apnée plus longtemps qu'un humain banal. Sa vitesse et son agilité au combat en sont également accrues, tout comme ses sens comme l'odorat.
Niveaux 38+ : Utilisation possible en toutes circonstances et parfaitement contrôlée.

Ressho : Alidia envoie un couteau enrouler un membre ennemi grâce au fil auquel il est accroché. Elle tire ensuite sur celui-ci. Au mieux pour l'adversaire, celui-ci glisse et ne fait que le couper avant de voir le couteau revenir vers sa lanceuse. Au pire, il coupe le membre accroché. (N'est pas valable si la cible porte une protection par exemple)

Aika : Alidia saute et se place au-dessus de ses ennemis avant d'envoyer tous les couteaux qu'elle possède. Ceux qui se trouvent sous elle sont lacérés à plusieurs endroits et meurent des suites des blessures la plupart du temps.

Hiko :
Skriker Vind : Lvl 30 : D'un puissant geste, Hiko génère une large lame d'air. Celle-ci, vorace, peut parfois atteindre des dimensions magistrales. Elle est si grande qu'elle fait du bruit et semble crépiter.

Damon :
Chimamire no ame : Damon envoie des lames d'ondes dans les airs et celles ci retombent sur la zone de combat sans cible précises, dans le but de découper les ennemis. Il y en a une vingtaine.

Nak :
→Tori Tori no Mi : Forme hybride armure : Yoroi (Gain d'une forme, level 43)
Celle-ci est la plus défensive des formes de Nakata. Les flammes se déploient en effet constamment tout autour de son corps, donnant l'impression qu'il revêt une armure azure et dorée. Elle lui donne également un air un peu plus massif, mais il n'en est rien. Si sa force brute est toujours la même, sa vitesse est lésée. En revanche, les coups qui lui sont infligés sont guéris instantanément, ne lui laissant même pas le temps de ressentir la douleur. C'est également la forme qui lui demande une concentration énorme : s'il se fait déstabiliser, elle peut se rompre. Elle le fatigue également grandement, à terme. Elle n'est donc utile que dans les situations les plus désespérées.

→Tori Tori no Mi : Forme hybride amplitude : Shinpuku (Gain d'une forme, level 49)
L'une des formes martiales les plus avancées et les plus travaillées de Nakata. S'il ressemble à un homme, il prend des proportions colossales en se basant sur un fait simple : l'envergure de ses ailes sous forme totale. L'idée est la suivante : il allonge ses bras et ses jambes pour que sa morphologie, sans se transformer du tout au tout, ressemble davantage à celle d'un oiseau. Ses bras et ses jambes triplent donc de taille en terme de longueur : ses jambes, d'une longueur habituelle d'environ 85cm, passent à 2m20 et ses bras, d'environ 70cm, passent à plus d'1m80. Le reste de son corps ne bouge pas mais cela lui confère non seulement une portée plus conséquente, mais aussi et surtout une envergure dans ses coups susceptible d'améliorer grandement la puissance des coups portés.

Lvl 30 : Nyūbō : Nakata frappe sa cible d'un coup ascendant, de haut en bas, de son poing. Le but est de frapper le haut du crâne et d'écraser le corps adverse. En fonction du sol, celui-là éclatera : si le corps adverse n'est pas en mesure d'encaisser, la colonne vertébrale et le crâne écoperont de solides dommages.


Liste des lvls (mise à jour)
Alidia, lvl 40.
Hiko, lvl 39.
Damon, lvl 38.
Lara, lvl 34.
Natalia, lvl 33.
Lapis, lvl 32.
Ruthven, lvl 28.

_________________
"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."


Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro
Pirate
Kyoshiro
Messages : 1704
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
46/75  (46/75)
Expériences:
42/750  (42/750)
Berrys: 66.560.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Sam 2 Mar - 20:14

L'histoire est écrite par les vainqueurs
 Event  | Nouveau Monde

             




Il était difficile pour le jeune homme d'ignorer le tambour qui martelait sa tête à un rythme effréné, comme s'il était presque capable de sentir le sang pulser à travers ses veines à chacun de ses mouvements, mais à la lisière de cette nuisance sonore se trouvait autre chose de plus réconfortant, de plus rassurant d'une certaine façon. Lorsque sonnaient les trompettes de la bataille la plupart des civils fuyaient dans la direction opposée, guidés par un instinct de survie primaire qu'ils partageaient avec les plus dociles des animaux, quant aux hommes taillés pour le combat ces derniers se tenaient bien droit et faisaient face à la charge adverse. Après tout tel était leur rôle et, si certains d'entre eux laissaient la peur de mourir venir corrompre leurs cœurs, ils ne seraient plus dignes de reprendre les armes de nouveau. Telle était la façon dont le jeune homme avait été formé, les samouraïs étaient d'honorables guerriers et, qu'importent les compromis qu'ils étaient amenés à faire tout au long de leur vie, les plus déterminés d'entre eux ne renonceraient jamais aux sept vertus fondamentales qui régissaient leurs vies.

Droiture, courage, bienveillance, politesse, sincérité, honneur et loyauté.

Sans fausse modestie Kyoshiro se savait imprégné de toutes ces vertus et, comme il avait pu le dire à Element quelques jours plus tôt, il avait depuis longtemps accepté l'éventualité de mourir, le sabre à la main. Il était en paix avec cela mais cette acceptation n'avait pas toujours été aussi facile, il se rappelait aisément d'un temps où il avait la nausée rien qu'à la seule pensée de devoir extirper cet instrument de mort de son fourreau, quelle que puisse en être la raison, mais désormais ce simple geste était devenu aussi naturel que de respirer. Il avait toujours ressenti l'appel du combat, cette chaleur suffocante qui prenait racine au fin fond de sa cage thoracique et, jusqu'à présent, il avait toujours essayé de fuir cette chaleur par crainte de mourir d'asphyxie. Mais aujourd'hui, face à un adversaire tenace et qui reconnaissait enfin sa valeur, le samouraï avait accepté cette chaleur en la laissant remplir chaque parcelle de son corps, de la pointe de ses orteils jusqu'au sommet de son crâne.

Il se sentait bien, puissant et incroyablement plus vivant qu'il ne l'avait jamais été, alors même que sa vie ne tenait qu'à un fil. Plus vivant que lors de sa nuit avec Element, plus vivant que lors des soirées au coin du feu avec ses compagnons d'armes, plus vivant que lorsque Eko Taka avait posé ses yeux et son intérêt sur lui. L'ancien Kyoshiro aurait repoussé cette seule pensée mais le nouveau n'en fit rien, car il avait enfin ouvert les yeux sur ce monde et sur l'impossibilité de fuir celui qu'il était réellement : un guerrier. Alors même qu'il bondissait sur le côté, esquivant de peu l'attaque tombante de son adversaire, son esprit plongea dans les souvenirs d'une décennie passée à maîtriser son corps et son sabre, comme un rappel inutile des efforts réalisés jusqu'à présent. Les mains caleuses, le dos puissant, les jambes fermes et la prise parfaite sur son sabre : tous ces éléments tendaient à rappeler au jeune sabreur que, s'il n'était pas la plus fine lame qui existait sur ces mers, prendre ce titre était une idée qui persistait dans le fond de son crâne. Comment pourrai-il en être autrement ? Lui et son frère, Drake, avaient autrefois partagé cette même volonté et, d'une certaine façon, être le plus puissant épéiste de ce monde ne serait que rendre justice à la grandeur de son capitaine.

Il était le meilleur suzerain que Kyoshiro pourrait espérer avoir et, à ce titre, il ne pouvait viser rien d'autre que l'excellence. Juste retour des choses.

Ses attaques portaient mais, d'une certaine façon, le maudit ne savait pas si cela était grâce à sa propre puissance ou parce que son adversaire accueillait cette douleur avec joie. Qu'y était-il pour juger, de toute façon ? Il était bien assez content que quelqu'un le reconnaisse fièrement, sans pouvoir se permettre d'être étroit d'esprit sur les croyances de son opposant du jour. Bientôt le bretteur  se retrouva à quelques mètres de son opposant en position de garde, attendant une éventuelle contre-attaque de son fier opposant, ce qui ne tarda pas à arriver. Souriant face à l'injonction de son adversaire, cette invitation à donner le meilleur de lui-même, ce fut avec la même détermination que le maudit fit connaître sa réponse.


 « J'Y COMPTE BIEN !»


Il était content, plus content qu'il ne l'avait jamais été lors d'un combat, amical ou mortel et aujourd'hui il n'avait aucun désir de repousser cette pensée loin de son esprit. Il n'était pas guidé par une quelconque soif de sang ou un désir de faire souffrir son opposant, telle n'était pas sa volonté, mais comme tout combattant qui se respectait il accueillait bien volontiers l'occasion de grandir davantage en affrontant un féroce opposant qui saurait le repousser dans ses derniers retranchements. Cela n'avait rien de barbare ou de brutal, simplement la manifestation de son esprit combatif qui guidait à présent son corps.
Bientôt l'attaque vint, ou du moins le maudit la sentit venir grâce à son précieux haki et, d'instinct, il sut immédiatement quoi faire. Bloquer la chaîne ? L'esquiver ? Ces tactiques prudentes lui conviendraient bien en d'autres circonstances mais aujourd'hui, pour la première fois, Kyoshiro choisit de passer à l'offensive plutôt que de laisser l'assaut venir à lui. De la pointe de son sabre de gauche naquit une boule lumineuse compacte qui se rua vers Agrid à une vitesse proprement époustouflante, elle arriverait probablement à destination avant que la chaîne n'atteigne son but, mais le maudit avait une autre idée en tête. L'instant d'après il disparut dans un flash lumineuse pour réapparaître à la place où se trouvait la boule la seconde d'avant, juste devant son glorieux opposant.

Le sabre levé au-dessus de sa tête, sa lame recouverte de cette fameuse couche noire qu'il avait appris à maîtriser, le samouraï puisa dans ses tripes et poussa un féroce rugissement pour hurler sa détermination à la face du monde. La seconde d'après la lame s'abattit et, de la pointe de celle-ci, prit vie une gigantesque lame qui viendrait creuser la mer et caresser les cieux, car elle était la matérialisation même de l'immense esprit combatif qui habitait le bretteur. Par le passé il avait toujours eu peur d'exécuter cette technique, autant pour la destruction qu'elle causait que pour l'énergie qu'elle exigeait de lui, mais en ce jour Kyoshiro n'hésita pas un seul instant. Il n'était plus le frêle combattant de jadis, plus l'homme qui courbait l'échine à l'idée de devoir se battre au lieu de résoudre pacifiquement un conflit, il était devenu assez fort et endurant pour encaisser l'énergie demander par cette attaque absolue et terrifiante.

Tous sur cet immense champ de bataille verraient cette lame émerger du navire et venir traverser les nuages, tous pourraient assister à ce témoignage de monumentale puissance mais seul Agrid aurait à en supporter le poids. Seul Agrid encaisserait fièrement cet assaut.

Il voulait que le bretteur se donne à fond ? Cela ressemble à ça, quand Kyoshiro se donnait à fond.



   
   
© ANARCISS sur epicode
           


Spoiler:
 


Dernière édition par Kyoshiro le Ven 8 Mar - 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nook Yamaka
Pervcook
Nook Yamaka
Messages : 204
Race : Humain âgé de 15 ans
Équipage : Tengoku No Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
99/200  (99/200)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Mer 6 Mar - 7:07

L’île au secret
feat. TnS


La scène globale devenait une véritable épreuve à suivre, même pour un oeil aussi affuté que celui du jeune tireur d'élite. De toute part, des combats éclataient, des titans se mesuraient les uns au autres sans que l'un ne semble prendre l'ascendant. Pourtant, devant lui, la scène était limpide et calme : la victoire. Kari et lui, dans un mouvement d'équipe maintenant habituel, étaient parvenus à en finir avec cette jeune femme brune dont il ne connaissait même plus le nom. L'ampoule de TnS, Kyoshiro, avait semblé accordé une certaine importance à la vie de la donzelle et la vaincre sans la tuer avait été une priorité pour bon nombre des forbans, un objectif accompli.

Alors que Kari la restreignait et qu'Alidia sonnait l'ordre de repli pour la rousse et je jeune brun, la laine de ce dernier qui avait été lancée à l'assaut plutôt se mit à se mouvoir de nouveau et vint enserrer le corps fatigué de la subordonnée du Yonkou aveugle. Après une telle victoire, après s'être cassé le cul à la laisser en vie, il était hors de question de laisser leur ancienne adversaire, livrée à elle-même et aux portes de la mort, seule sur ce navire ennemi.

- Kari, je m'occupe de la ramener sur le Kibo. On y va !


Un ordre ? Non, loin de là. Une inquiétude palpable ? Sans aucun doute. Les attaques, mêmes combinées, des deux membres de Tengoku no Seigi n'avaient pas inquiété le subordonné de Tengen le moins du monde, il avait tout encaissé sans broncher et si Alidia gérait ce front, Kari et Nook semblait bien loin du niveau de l'homme en question. Rester près de lui était une erreur certaine, a fortiori lorsque le Kibo menait d'être prit par l'ennemi devenu trop insistant. Tournant donc les talons, le corps de Lara dans une large main de laine sur son sillage, le cuisinier s'en retourna sur le navire géant commandé par le Phénix et comprit alors que le repos n'était pas pour maintenant.

Balayant la ligne d'horizon du regard, le nombre massif d'ennemis cherchant à aborder le Kibo lui sauta rapidement aux yeux. Il déposa alors Cara à côté de la porte du pont menant aux entrailles du navire et récupéra la laine utilisée pour son transport avait d'en générer encore davantage. En un contre un, son fruit était utile mais pas déterminant. Dans un combat de masse, la production de matière revêtait un aspect bien plus intéressant, il pouvait déverser un flot colossal de sa laine partout autour de lui pour se charger des ennemis et laisser à ses balles, et à Kari, le soin d'administrer le dernier sacrement.

- J'essaye de les immobiliser au maximum, tu peux passer dans ma laine, je te créerai un chemin.


Si la rousse posait le pied sur le pont, où la matière duveteuse du Yamaka commençait à prendre tous les droits, elle se verrait octroyer une zone de confort autour d'elle, la laine se retirant dans un rayon suffisant pour qu'elle puisse agir. Pendant ce temps, les ennemis que Nook aurait réussi à restreindre par sa laine seraient les cibles de tirs nourris de sa part. Le Kibo ne tomberait pas.

©️ Codé par Kari Crown
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
Kari Crown
Messages : 592
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
115/200  (115/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Ven 8 Mar - 22:51

L’histoire est écrite
par les vainqueurs
Feat. Tengoku no Seigi, Edward Lawrence et MJ x2

Interlude - Tristan Barton


Aldero Crown, Hinami, Molly, Pat & Alicia
- Plus à droite.
Aldero murmura ces quelques mots à sa voisine, en l’occurrence Alicia, qui venait de rater une nouvelle fois son lancer de boulet de canon. La jeune navigatrice acquiesça timidement et le chasseur soupira. Elle était plus lente que lui et se débrouillait moins bien. Lui, avait réussi à prendre le coup en quelques coups de canon. Nul doute que le Crown était celui qui s’en sortait le mieux avec Ruthven.

Hinami sauta sur le canon que venait de recharger Pat. Elle croisa le regard de l’homme un court instant avant de s’exclamer :
- Il faut tirer, allez !
Encourager les troupes, c’était la seule occupation qu’elle s’était donnée. Au fond d’elle, elle était morte de peur. Mais la peur, pour l’avenir de courageuse guerrière qu’elle souhaitait, n’avait pas sa place au sein de son être.

Molly hocha la tête aux paroles du de Lioncourt. Elle comprenait son envie de ne pas rester inactif… encore qu’ils ne l’étaient pas puisqu’ils avaient réussi à grappiller quelques précieuses secondes de répit aux autres membres des Tengoku no Seigi avant l’abordage qui se faisait actuellement. Néanmoins, ils commençaient à être surpassés par l’afflux de navires ennemis.
- D’accord, finit par dire la femme-poisson.

<(°-°<)

Alors qu’elle s’évertuait à éloigner le moindre danger pouvant provenir de l’automate qu’était devenue Cara Lroft, Kari entendit un énième craquement sinistre qui repoussait au loin les lois de la douleur. Rien. Une fois encore, la lieutenante n’avait pas réagi outre mesure… Pourtant, son corps, à présent aussi fragile que du verre, souffrait, c’était une certitude.

Le bras de la Crown ne tarda pas à se refermer sur le cou de l’autre jeune femme dans une étreinte qui pouvait s’avérer mortelle. La rousse sentit de la résistance qu’elle mit sur le compte de l’instinct de survie, en partie à cause du peu de réaction émotionnelle que daignait leur montrer celle qu’ils pouvaient considérer comme une poupée de porcelaine. Même si son cœur battait et qu’elle respirait, c’était presque tout comme…

Les mouvements réfractaires s’amenuisèrent jusqu’à paraître imperceptibles. Elle lâchait prise. Ou plutôt, son corps lâchait prise. Doucement, la Crown relâcha son étreinte. Après tout, il n’en fallait sans doute pas beaucoup plus pour précipiter Cara dans les bras de la mort, et c’était tout ce qu’elle ne voulait pas. Tout aussi précautionneusement, l’ancienne chasseuse de primes accompagna le corps de l’autre jeune femme dans sa chute, la retenant le mieux possible pour qu’elle ne heurte pas violemment le sol et ne prenne pas de dégâts supplémentaires.

Un frisson désagréable parcourut soudainement Kari de la tête aux pieds. Un frisson, qui l’espace d’un instant, fit refaire surface à la peur qu’elle s’étreignait à enfouir au fond d’elle-même. Et qui disparut quelques instants plus tard, comme si il ne s’était jamais rien passé. Et pourtant, plus loin au sein de ce gigantesque champ de bataille, des monstres s’affrontaient, et dont le combat déciderait sans doute de l’issue de cet affrontement maritime.

Kari ne put que hocher la tête quant à l’exclamation de la douce Alidia. Son regard émeraude ne tarda pas à se poser sur les contours du Kibo, qui semblait être le théâtre d’une agitation excessive. Suivant de près Nook, la rousse, au passage, se baissa afin de ramasser la dague qu’elle avait fait tomber avant d’attaquer Cara au corps-à-corps.

Son pied se posa sur le pont. Le deuxième suivit de près, tandis que les yeux verts tentèrent de suivre le spectacle de vie grouillante qui s’y déroulait. Une nouvelle fois, la rouquine hocha à la tête, à l’encontre de Nook cette fois. D’un geste mesuré, elle traça une ligne horizontale avec la dague qu’elle tenait, bien au-dessus de la rambarde du bastingage, prenant le soin d’éviter les mâts et les cordages, ainsi que les quelques objets appartenant aux Tengoku no Seigi sur le pont et ses quelques camarades qui pourraient y être présents. C’était pour cela qu’elle avait choisi de viser une zone du pont peu encombrée, afin de dégager le maximum des opposants en un coup tout en faisant attention au navire qui les supportait. La lame d’air créée par le mouvement avait pour but de tout bêtement faucher sur son passage.

Sa main libre vint chercher une seconde dague à sa ceinture. Et la demoiselle s’avança, suivant le chemin que lui traçait la laine générée par le Yamaka, qui, semblait-il, voulait restreindre les ennemis de la même façon qu’il avait piégé le corps de la Lroft dans une chape de laine. Dès lors, Kari n’aurait qu’à user de ses lames au corps à corps pour mettre hors d’état les opposants. Enfin, si tout se passait bien…
Codé par Kari Crown



Du côté des pnjs > ils continuent de tirer, Molly est prête à reprendre les rênes si Ruthven décide de monter aider les autres.

Du côté de Kari > elle retourne sur le pont du Kibo avec Nook. Elle lance une lame d'air horizontale dans une zone dégagée (là où il n'y a pas de mât ou de cordage sur le chemin, par exemple, ça serait con d'abîmer un bateau tout neuf =X) histoire de faucher le plus d'ennemis possible en un coup. Ensuite, elle profite du manège de Nook et de sa laine pour achever avec ses dagues les types enchevêtrés dans la laine si ça fonctionne évidemment.

Techniques:
 

PNJs :
Aldero Crown, lvl 21
Hinami, lvl 14
Alicia, lvl 28
Molly, lvl 25
Pat, lvl 24

_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1601

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   Lun 11 Mar - 23:42






Manson, Serge, Enora « La Sage »

- Putain, qu'est-ce qu'il...
- Serge... Ferme la...

Il était peu de choses qui le désarçonnaient, mais voir son capitaine et ami adopter une posture plus sérieuse faisait partie de ces dernières. La tension était à son comble, car les combattants pirates étaient désormais massés devant eux, dans l'expectative d'un affrontement qui n'avait que trop attendu. Enora, de son côté, toisait le Edward avec un certain dédain qu'elle camouflait cependant assez adroitement : ce type... c'était une caricature. Il progressait au travers de cette guerre, allant de coup de chance en coup de chance. Il était encore en vie... pourtant, il ne semblait pas comprendre qu'il ne le devait sans doute qu'à une bonne étoile, ainsi qu'à son arrivée. Son audace n'avait pas de limite. Et puis, quel était ce discours ?

Elle avait un mauvais pressentiment.

- Il a raison, Seeeeeerge...
- Et quoi ? S'enfuir ?! On nous crachera dessus ! C'était notre objectif, Manson !
- Courir après un objectif n'a aucun sens si l'on meurt ici !

Pour la première fois, sa voix n'avait pas trainé. Son regard, bien qu'aussi fou qu'auparavant, traduisait paradoxalement une certaine lucidité. Il ne s'attendait pas à ça. Il avait eu tort. Il avait eu tort de penser qu'ils auraient leur place ici. Ce combat les dépassait... et bientôt, ils en paieraient les conséquences les plus sordides, Ils étaient en première ligne, pourtant si loin du commandement : des morts en sursis. Sauf s'ils mettaient toutes les chances de leur côté... aussi l'homme aussi pâle que la lune se tourna-t-il vers Lawrence. Il zieuta au passage ses hommes : ils étaient au moins autant apeurés que lui, même beaucoup plus. Serge, de son côté, pestait. Avoir fait tout ce chemin et le voir se débiner maintenant... putain, ça le rendait dingue.

- Hééé, toi... je crois que t'as raison. Alors voilà ce que je te propose... on se serre les coudes ... et on sort de ce merdier vivants... si tu peux faire ça, t'as ma parole qu'on te cherchera pas de noises.
- Putain, c'est pas vrai...
- Ridicule.

La voix d'Enora avait tranché le sujet. Voir ce chasseur de prime si pathétique prêt à une extremité pareille, c'était véritablement ridicule. Pourtant, elle savait que ce qu'il disait ne tomberait pas dans l'oreille d'un sourd... elle savait, elle sentait, que tout cela pourrait trouver un sens aux yeux de l'homme explosif. Elle avait l'impression que si elle n'agissait pas vite pour rappeler quelques informations élémentaires, il risquerait de lui filer entre les doigts. Ou pire...

- Réfléchis bien, Lawrence... tu peux mourir ici aujourd'hui. Tu peux aussi vivre en fugitif, traqué par ceux qui maintiennent l'ordre et par ceux qui s'y opposent tout à la fois. Ou tu peux être victorieux... triomphant.

Elle disait vrai. Le choix qu'il s'apprêterait à faire conditionnerait son futur, d'une manière ou d'une autre. Pour l'heure, les deux camps avaient retenu leur animosité, tout simplement car cet homme en plein milieu du champ de bataille improvisé dégageait quelque chose de profondément menaçant. Ils voulaient savoir à qui irait sa fidélité... ceux qui reconnaissaient l'avis de recherche, parmi tous les autres, ainsi que ceux qui connaissaient ses capacités, avaient les yeux rivés sur lui. Il était temps pour Edward Lawrence de choisir comment il engagerait la lutte ultime : celle pour s'imposer au monde.




Branch


Sa résistance était des plus surnaturelles. Le fruit dont il était doté le rendait, en temps normal, d'une dangerosité qui dépassait de loin le niveau qu'on lui prêtait : une chance pour les Tengoku no Seigi, le bretteur avait eu la présence d'esprit de se débarrasser de celui qui le manipulait jusque là. Il aurait pu, si les circonstances avaient été plus favorables, protéger l'assaut mené contre le Kibo no Felicity de sa malédiction terrible. Une armée de pirates était déjà un problème gigantesque : une armée de pirates incapables d'arrêter de se battre, grisés par une immortalité factice ? C'était inimaginable. Pourtant, les faits étaient là. La Lroft était encore vivante, acheminée fébrilement sur le pont des forbans, car sa malédiction la maintenait dans un état de flottement salvateur. Quant à lui... il semblait ignorer les coups, malgré les entailles de plus en plus visibles dans son écorce.

Néanmoins, il était ultimement inapte à attraper son adversaire, qui dansait autour de lui avec la ferme intention de le mettre à mal. Lorsqu'elle sauta en direction du mât, il infligea à ce dernier un coup de pied circulaire puissant qui pulvérisa le bois sans difficulté, malgré tout avec une latence trop grande pour la mettre à mal. Plusieurs couteaux vinrent se ficher dans son dos et il pivota, entraînant avec lui les fils qui reliaient les lames aux mains expertes de Alidia. Il tenterait alors de tirer sèchement sur ces derniers, le peu de jugeote lui étant acquis lui permettant de faire le lien entre ces fils et une opportunité de ramener à lui sa cible. Une fois cela fait, il tenterait d'asséner un nouveau coup, profitant de la traction pour amplifier son attaque.

La question restait cependant entière : qu'arriverait-il, lorsqu'il serait défait... ou qu'il cesserait de combattre ?




Umi no Kiba : Akai, Bara, Aoi, Ki

- Ne vous mettez pas dans mes pattes.
- Essaie de ne pas nous couvrir de honte, Bara.
- Répète un peu, traînée ?
- ...
- Taisez -vous.

Ils avaient l'air de se débrouiller, abattant les assaillants par paquets, que ce fut à cause de ces lames d'air incessantes ou d'un travail d'équipe bien huilé. Ces fichus rookies. Et dire que ce devait être un promenade de santé... foncer dans la mêlée, profiter du chaos pour faire ce qu'elles savaient faire de mieux, sortir. Des chasseurs de prime enorgueillis par l'idée d'une alliance aussi fébrile qu'un nouveau né, voilà ce qu'elles étaient venues trouver. En lieu et place, elles étaient aux premières loges d'un spectacle déroutant : des forbans complètement malvenus qui s'opposaient avec une force certaine à l'avancée de la flotte de Hadès. Pourtant, elles avaient besoin de faire bonne impression si elles voulaient obtenir ce qu'elles désiraient.

Les navires arrivaient finalement à portée d'abordage, et les pirates se massaient aux abords des vieilles coques, comme des chiens fous parés à traverser l'enfer. La peur d'être rattrapé par Hadès était plus grande que celle d'être frappé en toute virulence par les nouveaux venus. Ce n'était pas étonnant... même si l'état frénétique dans lequel ces simples d'esprit se plongeaient pour se donner du courage avait de quoi les faire vomir. Ajustant son ample boken rouge, Akai cacha ses yeux, un fin sourire aux lèvres. C'était l'heure de passer à l'action... et bientôt, elles ne seraient plus les seules, c'était certain. Bara était gonflée à bloc, comme à son habitude. Ki était concentrée, et Aoi... et bien, elle était aussi taciturne que de coutume. Akai se fichait de tout cela, tant qu'elles faisaient ce pour quoi elles avaient toutes été formées.

- Dispersion.

Elles disparurent alors de concert du navire sur lequel elles avaient élu domicile et sur lequel elles se trouvaient jusque là silencieuses et discrètes, laissant les ignares auxquels elles avaient du infliger quelques leçons sur le trajet le loisir de se sacrifier pour camoufler leur avancée. Si la majeure partie du quatuor sembla s'être évanouie, la demoiselle habillée de rouge, elle, atteint le mât avec grâce, avant de lorgner en contrebas de ses yeux. Ces deux hommes et leurs lames d'air allaient poser problème... il était temps d'être pragmatique. Passant sa main dans son yukata, elle en extirpa de nombreuses aiguilles. Ses yeux brillèrent alors qu'elle envoyait une salve de projectile en direction de Hiko, qui continuait d'enchaîner les assauts.




Groogal Madoka


Il n'avait eu d'autre choix que de laisser les jeunes pousses seules, à nouveau. Ce navire gigantesque représentait un véritable danger et, tant qu'il ne se serait pas assuré d'en prendre l'attention toute entière, il continuerait de répandre la mort et la destruction. Filant au travers des navires avec une vitesse retentissante, le vieillard s'était élancé haut dans le ciel, loin de l'emprise terrible de Ragnarock qui aurait pu le rabattre au sol comme un fruit trop mûr. Tant que le général de Hadès était forcé de prendre les décisions, alors il se tiendrait relativement tranquille... Jormungand, de son côté, était un garde comme on en faisait plus : fidèle au poste en toute circonstance.

Usant de sa forme totale, il avait incendié une bonne dizaine de navires de son souffle terrifiant, avant de vriller vers les nuages. Il voyait toute la bataille, de là où il se trouvait. C'était mauvais... malgré les pertes conséquentes qu'elle avait du endurer, l'armada de Hadès restait drastiquement supérieure en nombre. La mêlée avait déjà éclaté sur le flanc ouest, tandis que le flanc est s'approchait à grande vitesse du navire des jeunes pirates. Une bonne chose, se dit-il. Restait le soucis de ce navire, qu'il du contourner allègrement, non sans essuyer plusieurs tirs élémentaires. Ses flammes, voraces, répondirent aux assauts dont il était la cible tandis qu'en contrebas, une lame furetait au travers des ponts avec une vitesse insoupçonnée.

Le navire de Mijushike, malgré les dégâts qu'il avait subits, était encore fonctionnel : et bientôt, il ferait feu à nouveau... et pour de bon, cette fois. La tempête faisait rage et l'ancêtre savait pertinemment qu'il ne pourrait conserver sa stature imposante bien longtemps avant que la foudre ne décide de l'envoyer au fond de l'océan. Il devait faire vite.




Agrid Maslow Jr.


Alors que la chaîne s'approchait dangereusement du forban, ce dernier sembla opter pour une contre-offensive directe, ce qui ne fut pas pour déplaire au primé. Il ne manquait pas de ressource, l'enfoiré ! Lorsque son Haki de l'observation l'informa de la volonté de Kyoshiro de se rapprocher de lui, non sans le laisser avec une marge de manœuvre très maigre, il lâcha immédiatement la chaîne et opta, pour une fois, pour un mouvement à visée défensive. Il interposa sa propre main dans l'axe de celle qui tenait le sabre, tuant le mouvement dans l’œuf, pourtant bien conscient de ce qu'il aurait pu endurer s'il l'avait laissé se dérouler. Son autre main se dirigea sauvagement vers le bretteur, vers son torse, avant de le percuter d'un coup de paume puissant.

- Tch !

Une onde puissante viendrait alors frapper le corps du maudit à bout portant. Une onde contre laquelle il ne pourrait pas se prémunir. Sa nature de logia ne lui serait d'aucune utilisé... son haki de l'armement non plus. La force sauvage l'impacterait puissamment, tout en ravageant le bois du navire dans son dos, avant de le repousser vers l'arrière avec perte et fracas. Une arcane du Maslow Jr. qui faisait indubitablement sa dangerosité. Il n'était pas seulement capable d'encaisser... il était aussi capable de rendre, avec une virulence qui ne manquerait pas de couper le souffle à l'homme lumière.

- Putain, tu fais chier ! C'est tout ou rien avec toi !

Il comptait attendre le moment propice pour faire sa fête en un et un seul coup à ce néon des mers, mais il se rendait désormais compte que ce ne serait pas aussi facile que prévu. Alors, il allait devoir  sortir l'artillerie, lui aussi... bordel. Une part de lui aurait voulu subir cette attaque, encaisser toute la rage de son opposant. Mais son instinct de survie, lui, restait assez éveillé pour comprendre que ce n'était pas la plus brillante des idées. Il ricana un instant, non sans souffler un coup. Ce n'était jamais gratuit, ce genre de technique... sa langue passa sur ses lèvres, goûtant son propre sang. Il voulait que ça dure. L'adrénaline n'était pas montée chez lui de cette façon depuis un moment. La peur que tout homme normal aurait pu ressentir était remplacée par une excitation malsaine, celle d'un lion déchaîné ayant trouvé un autre félin assez gros pour contester son hégémonie. Il comptait bien atteindre le sommet, et ce bretteur était un obstacle sur sa route.

- T'es fort. Je te reconnais ça. Alors je vais te traiter comme tel. Et la prochaine fois que tu veux précipiter la fin de notre petite danse, t'as intérêt à pas louper ton coup ! PARCE QUE SI TU ME TUES PAS, JE VAIS ARRACHER TA PETITE GUEULE ET CHIER DANS TA NUQUE !

Il se projeta alors sur lui. Il avait de la réserve, tout comme son ennemi. Leur combat pourrait durer des minutes assassines, des heures éreintantes ou des jours épuisants. À partir de là, la seule expérience martiale des deux combattants compterait. L'utilisation de leur matière grise jouerait pour beaucoup dans l'ascendant de l'un ou de l'autre. Mais une chose était certaine : celui qui gagnerait risquait d'âprement arracher la victoire au corps inerte de son opposant... non sans atteindre lui aussi ses limites.

- KYOSHIROOOO !




Hadès Tenryon, Mijushike Hojo


- Intéressant. Je t'ai peut-être sous estimé.

Le déluge de coup continuait, inlassable, tandis que l'Empereur constatait avec un calme effarant les capacités d'adaptation de son adversaire. Ce jeunot était-il donc digne de la réputation qu'on lui prêtait ? Celle d'une force colossale, doublée d'une grande bravoure et d'une pugnacité remarquable... les journaux et les esprits avaient tendance à s'échauder pour un rien, sur Paradise. Aussi le Tenryon ne prêtait-il que peu de crédit aux nouvelles réputations qui montaient jusqu'à sa connaissance. Le Phoenix n'y avait pas fait exception... mais il semblait au moins capable de subir une partie de son courroux sans coup férir, ce qui était en soi un exploit remarquable. Il continua pour autant à frapper, plus pour son plaisir que pour entamer la résistance du zoan mythique : chaque attaque le rappelait à ses jeunes années, chaque geste dérouillait ses muscles. Bientôt... il serait pleinement capable de l'utiliser.

Concentrant son haki de l'observation sur Mijushike, Hadès observa avec intérêt la transformation du fanfaron devant lui. Il était rapide, agile. Bien. Il l'ennuierait peut-être moins que ce qu'il avait pensé de prime abord. L'île s'approchait, et avec elle, un terrain bien plus stable pour faire usage de ses terrifiants talents. Il interposa l'un de ses bras sur la trajectoire du coup, sentant la pression s'exercer sur tout son corps, alors qu'il accélérait vertigineusement en direction de la terre ferme. Il glissa sur une distance effarante avant de se stabiliser, tandis que le Phoenix se posait dans son champ de vision. Le tueur de Yonkou, lui, arrivait à peine. Un léger sourire se figea sur les lèvres du pugiliste le plus puissant au monde. Combien de temps cela faisait-il ? Des adversaires de cette trempe... un corps aussi libre. Il se délectait de chaque seconde. Sa victoire était indiscutable, se disait-il. Il n'avait peut-être pas tort. Dans tous les cas, ces deux pointures seraient les premières à pouvoir témoigner de sa force, lorsqu'il les aurait réduites à une défaite cuisante.

- Reste à savoir si tu mords aussi fort que tu n'aboies.

Il se baissa cérémonieusement, attrapant une grosse pierre de sa main. Il la soupesa, comme si son poids lui importait vraiment. Le dragon approchait, et il n'avait pas prévu de le garder dans l'équation bien plus longtemps. D'un geste prodigieusement rapide, il balança la simple pierre infusée de son puissant fluide offensif dans la direction du lézard volant. Ce dernier serait fort certainement touché et traversé comme du beurre s'il n'était pas couvert... Mijushike, encore juché sur son cou et ne disposant que du Haki pour pressentir l'assaut, aurait bien du mal à contrer ce projectile dont le potentiel létal était passé de nul à ridiculement élevé. Restait à voir ce que le blondinet déciderait de faire... sa cible semblait offerte. Était-ce seulement le cas ?

De son côté, cependant, le plus puissant chasseur de prime au monde n'avait pas chômé... restait à savoir s'il pourrait tirer un profit satisfaisant de ses multiples manoeuvres. En tout cas, si le Yonkou qui lui faisait face voulait se frotter à un défi, il allait assurément trouver chez lui de quoi lui donner beaucoup, beaucoup de fil à retordre.




Ordre de réponse :
MJ - Edward - Nakata - Kyoshiro - Nook - Kari
Vous disposez de 72h pour répondre. Une fois ce délai écoulé, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles que vous pouvez utiliser, exceptionnellement, pour étendre votre tour si besoin.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir au préalable, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour, mais en ayant prévenu au préalable, il n'y aura aucune incidence sur votre event.

Résumé :


  • Edward reçoit une proposition de Manson, un rappel de Enora. C'est le dernier moment de battement.
  • Branch tente d'abattre le mât, puis subit l'attaque. Si j'ai bien compris, les dagues sont reliées par des fils à Alidia : il pivote vers elle dans tous les cas et tente de l'attirer à lui avant de frapper en profitant de la traction. (Si j'ai mal saisi, j'éditerai !)
  • Kari et Nook font un bon travail d'équipe. Alors que l'afflux de pirates continue, de nouveaux challengers entrent en scène. Les navires des CDP se rapprochent... mais ça ne va pas aller en s'améliorant du côté des pirates ennemis ! Akai arrive jusqu'au mât et elle tire sur Hiko avec des aiguilles. Les trois autres se fondent dans les assaillants et dans le navire en général. Je vous laisse PNJser Lilianna qui était en train de soigner Lara, si vous voulez qu'elle reparte à l'assaut !
  • Groogal a de nouveau adopté sa forme totale et occupe le navire de la Triade après avoir fait flamber un paquet de navires, considérant que les dégâts qu'il peut infliger sont énormes.
  • Agrid ne parvient pas à toucher avec la chaine, mais il tue l'attaque ultime dans l'oeuf (bien entendu, tu n'as donc aucun contrecoup et autre). Il frappe Kyoshiro avec un coup puissant, doublé d'une onde de choc très douloureuse dont il est impossible de se prémunir. Ce coup fait très mal et projette Kyoshiro plus loin. Il parle ensuite avant de repartir à l'assaut.
  • Hadès pare mais est projeté sur l'île. Il soulève une pierre qu'il transforme en projectile mortel, tiré en direction du dragon de Mijushike.



Mijushike Hojo est lvl 53 - Paramécia du Dessin, Haki de l'armement.
Elria Shiva est lvl 44 – Tireuse d’élite hors pair.

Flotte CDP :
Liao Hojo est lvl 46 - Style pur Souffle-Feu.
Tégée Deimos est lvl ??
Marshall est lvl 44 - Logia du Chewing-Gum.
Bethany est lvl 40+ - Malédiction liée au climat
Oreo est lvl ???
Manson est lvl 33 - ???
Serge est lvl 32

Navire TNS :
Groogal est lvl 49 - Zoan Mythique de la Vouivre.
Les pirates arrivant sont lvl 20-25 (ça commence à flooder un peu)
Akai est lvl 35+.
Bara est lvl ??.
Aoi est lvl ??.
Ki est lvl ??.

Sous l'eau et face aux Nebula (toujours) :
Les Pacifista X-Edition sont lvl 45.
> un contre Cruella.
> un contre Le Remorqueur et Long Rive.
> un contre l'équipage de Mevin Domo.
> deux contre les forbans et hors-la-loi accompagnant l'équipage de Mendela.

Du côté de Hadès :

Hadès Tenryon est niveau 56 (???) - Corps à corps dévastateur. Haki de l'armement et de l'observation.
Ragnarock est niveau 48 (930.000.000) - Paramecia de la Pesanteur, Corps à Corps
Jormungand est niveau 40+ (670.000.000) - Tranche-Espace
Agrid Maslow Jr est niveau 48 (697.000.000) - Haki de l'armement avancé, Haki de l'observation.
Cruella Evil est niveau 44 (374.500.000) - Vampire (Connu)
Mevin Domo est niveau 43 (360.000.000) - Corps à corps (Connu)
Long Rive est niveau 42 (290.000.000) - ???
Le Remorqueur est niveau 41 (139.000.000) - Ancre parfaitement maniée (désarmé)
Vindex est niveau 40 (155.000.000) - Paramécia du Souffle
Thonus est niveau ??? (112.000.000) - Paramécia de l'ébullition

Du côté des Decimas :

Synchrone est niveau 30
Branch est niveau 38 (320.000.000) – Fruit du Temps Biologique Figé
Cara Lroft est niveau 34 31 (handicapée par les assauts) (205.000.000)

Du côté de la Triade :

Quing Beltegeuse est niveau 45+ (/)

Du côté d'Edward :

Mendela Yorshire est niveau 46 (530.000.000) - Fruit de l'invulnérabilité
Saul est lvl ??? (95.000.000)
Enora est niveau ??? (30.000.000)
Cain est lvl 42 (177.000.000)
Samira est lvl 40 (145.000.000) - Force titanesque
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe NM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Pour l'histoire
» Haiti : Cazal une ville , une histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Le Nouveau Monde-