Partagez
 

 L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Daisuke Aurola
ColonelColonel

Daisuke Aurola
Messages : 1245
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue103/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (103/350)
Berrys: 115.598.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeVen 18 Jan - 11:09

« L'histoire est écrite par les vainqueurs. »
Event




Le bruit des combats, celui de la guerre, il y était habitué et il lui arrivait même d’en rêver, de l’attendre et même de l’espérer. Cette guerre, même s’il ne se l’attribuait pas, revenait sans cesse dans ses pensées et dans son for intérieur il savait qu’il était un être de combat, même s’il prônait le pacifisme… C’était un guerrier avant tout. Le son des gueules qui se fracassaient, du sol qui se déchirait sous la puissance des coups, des attaques qui fusaient, tout se mélangeait pour créer un brouhaha incompréhensible, assourdissant, rendant le commun des mortels bien petit face à ce genre de monstruosité féroce. Ce n’était en rien un combat de boue, c’était bel et bien un affrontement entre deux forces de la nature, bien décidé à régner sur la terre actuelle. Décima contre Marine.

Si, comme Daisuke, certains ne voyaient en cette guerre qu’un moyen d’expiation, de remord ou même de vengeance, d’autres luttaient pour des principes et des valeurs qu’ils croyaient justes. Pour autant, même s’ils prêchaient la justice et la liberté pour certains, ce n’était avant tout que de bons soldats au service d’être tachés du sang de leur fidèle. Alors, quand la factice discussion entre Akainu et lui se termina, le combat commença abruptement, ne laissant plus la place aux mots, mais aux poings. Les attaques de l’escouade anti-décima étaient précises, chirurgicales, cela se voyaient que les hauts-gradés avaient l’habitude de travailler de concert. Néanmoins, la force adverse, solitaire, était bien au-delà des espérances et alors que les attaques atteignez leur cible, celui-ci n’en démordait pas, au contraire. Il avait réussi à contrer la majorité des attaques et esquiva même l’assaut le plus meurtrier de l’Aurola.

Ayant bien repris ses esprits, Daisuke prit un instant pour voir ce qui se passait à proximité de leur affrontement, bien qu’il sût pertinemment que le plus grand danger était en face de lui, pour l’heure. Il fit un tour d’horizon, captant en un clin d’œil les différents affrontements qui se jouaient à quelques dizaines de mètres de lui. Alors que les géants apparaissaient clairement dans son esprit, il put voir le contre-amiral Wenham se battre contre l’un d’eux. C’était véritablement l’une des guerres les plus conséquentes à laquelle il participait, c’était presque hallucinant. Se gainant, il entreprit de protéger son supérieur avec une nouvelle salve de tir de sniper. Il savait bien que son attaque n’était rien, en comparaison avec la puissance monstrueuse de l’ex-amiral, mais il ne pouvait se permettre de laisser l’amiral Sorafuka seul face à cet homme.

Alors que les deux têtes d’affiches venaient se confronter l’un l’autre avec leur sabre respectif, le blond trouva une brèche, une ouverture, qu’il saisit instantanément. Visant le pectoral du maintenant Décima, il tira une nouvelle balle foudroyante sur William Lancaster. Il ne put savoir si l’attaque fit mouche ou non. Arrivé à proximité des deux hommes, le temps se fissura un instant, pour faire comme machine arrière.


Il ne fut pas le seul à être pris de court par l’attaque presque divine d’un des pions de Centes. L’attaque visait simplement à faire une marche arrière sur les évènements passés, depuis le premier assaut. Parmi les voix qu’il pouvait entendre, l’Aurola put entendre celle d’une Chairoka qui transmettait encore les messages importants via son réseau psychique, et ceux de ses proches de l’escouade anti-décima. La roue tourne, le gambit décima n’était véritablement qu’un leurre et avait transformé le champs de bataille en véritable répétition avant le grand soir. Finalement, tout ceci n’avait servi que de préambule, mettant en exergue la majorité des plans de l’amirale-en-chef. Si le gradé pensait à tout ceci, il ne demeura pas moins concentré sur sa tâche, quasi-similaire à la première fois. Cette fois, il ne s’agissait plus de protéger ses amis des attaques des Pacifista, mais bel et bien de leur destruction.

Plus aucun mouvement ennemi n’était le même, cela faisait clairement parti de leur plan. Dérouté, le blond saisit sa malédiction pour entourer ses proches de l’escouade anti-décima et ainsi les protéger des déflagrations, réduisant la puissance des flammes à néant grâce à la faible présence d’oxygène. S’en suivit maintes remises en question, mais il n’était pas l’heure. Pendant qu’il se posait toutes ces questions, il œuvra pour attirer son regard sur son ennemi d’il y a peu. Heurtant sa sensibilité, William Lancaster avait bafoué ce respect que l’on éprouvait quelquefois pour un adversaire, en usant d’un subterfuge aussi pénible.

Ressentant, grâce au partage d’informations de la chef d’armée, il put retrouver quasiment immédiatement la position dudit adversaire. S’il était entouré d’une armée de dévoreur, il n’avait aucun mal à le retrouver dans la masse. Au contraire, il dénotait tellement dans cette petite équipe qu’il semblait dire « je suis là. Venez à moi. ». Néanmoins, sa cible était claire. Tandis que les Pacifista avaient visé le bateau l’instant d’avant, lui visait sans aucun doute la plateforme où se trouvait l’amirale Elkens, sans doute l’un des points les moins défendus de MarineFord pour l’heure.

N’hésitant pas, comme mu par une force autre que les siennes, il sortit son chargeur Loki de sa tenue spéciale, il inséra vivement dans son sniper, suivi avec une vitesse inouïe par deux de ses compères, pour ensuite viser l’ennemi. L’ancien amiral avait pu voir la puissance dévastatrice du chargeur Thor en action, il allait connaitre l’envergure que son sniper pouvait avoir. Ajoutant au sniper les deux chargeurs de Frey et Freyja, mesurant la distance qui les séparaient, lui et William, Daisuke inséra un dernier chargeur dans le dernier orifice prévu à cet effet et balança la sauce.

« Twin Burst ! »

La balle fusa, certes beaucoup moins rapidement que ceux que le chargeur Thor pouvait prétendre, mais elle serait là à temps, si tout se passait bien. Evidemment, le jeune homme avait pris en compte le courant d’air créé par l’un des siens, et même la possibilité que les balles puissent être déviés par l’un des dévoreurs, c’était pour cette raison que la cible prioritaire était restée William Lancaster. Si celui-ci pouvait, au moins, percevoir l’attaque, il pourrait éventuellement ralentir sa course et ainsi laissé plus de temps à l’amirale de se défaire de ce guet-à-pans.

Le jeune gradé avait visé à quelques décimètres de sa supérieure. Un peu à la manière qu’il avait failli sur Baltigo, il utilisait d’une technique dangereuse, mais fatalement efficace. Comme un prédateur savait trouver le moment où sa proie lâchait sa concentration sur le monde extérieur lorsqu’elle-même fondait sur la sienne, Daisuke saisissait ce moment pour atteindre l’ancien amiral.

Si l’explosion pouvait être mineure pour les deux hauts-gradés, l’amirale aurait au moins la primeur de connaitre les intentions de Daisuke grâce au partage de Chairoka…
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


résumé:
 

techniques utilisées:
 
[/quote]

_________________
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 1382813805-daisuke

Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1631

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeSam 19 Jan - 15:34


L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 633974Pion4L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 952616Devoreur

William Lancaster, ancien amiral Akainu, et les Dévoreurs.

Évidemment, il y avait toujours des imprévus : le vice-amiral Archer était effectivement une épine dans leur pied, qu'il convenait d'éliminer au plus vite. Lancaster épia ses hauts-faits, muet, tandis qu'un mur de diamant s'érigeait subitement entre le navire lévitant et les missiles projetés par les Pacifistas, tous promis à une auto-destruction impitoyable. Il avait pris du galon, depuis Drum, ainsi qu'une sacré dose d'assurance manifestement... Puisqu'il décidait de prendre le taureau par les cornes sans réclamer d'aide de la part de ses collègues. Lorsque le vent se mit à souffler, le logia arqua un sourcil mais riposta avec une aisance qui contribuait grandement à rappeler au moindre de ses ennemis qu'il était d'un autre acabit que les amiraux intérimaires : ce n'était pas une petite brise qui allait compromettre leurs plans... Loin de là. Une dizaine, puis une vingtaine, une trentaine de tentacules émergèrent de ses épaules. Les membres de mercure s'étendirent à une vitesse affolante pour attraper tantôt une main, tantôt un pied des petits Dévoreurs maladroitement ballottés par les rafales. Seuls quelques uns, les plus éloignés d'Akainu, furent déplacés de la façon dont l'entendait l'Archer. De ceux-ci, l'homme n'en fit pas grand cas : de toute manière, il n'avait pas besoin de la troupe au grand complet pour mettre à mort les tireurs d'élite de Marineford... Ils ne lui opposeraient, à lui seul, pas grande résistance. Les Dévoreurs étaient davantage une sécurité : un moyen d'être sûr qu'aucun marine n'en réchapperait vivant ou, à défaut, entier. Alors qu'il avait répondu avec brio à ce premier imprévu, William se rendit compte que Ghetis lui destinait une autre politesse : il venait de bondir dans sa direction et souhaitait manifestement précipiter leur rencontre, qui arriverait à n'en point douter. Il avait progressé depuis Drum, c'était un fait... il n'était même plus le même homme. Néanmoins, c'était également chose valable pour l'ancien pion qui avait su retrouver son libre-arbitre. Si un affrontement finirait tôt ou tard par les opposer, il ne devait pas se produire, pour l'heure : l'Akainu n'avait pas de temps à perdre avec ce vice-amiral trop téméraire. Dans le même temps, son haki l'alerta d'autres menaces que ses yeux pouvaient tout juste déceler : des tirs. On lui tirait dessus. Qui ? Il s'en fichait. Un léger sourire, légèrement peiné, vint teinter son visage. Il était attristé, parce que le Gouvernement Mondial, lorsqu'il était désarçonné, répondait exactement tel que Centes avait pu l'imaginer. En le voyant apparaître, tous les regards allaient être braqués sur lui : ils étaient trop prompts à la panique... Et à l'oubli.

Il ne prit pas la peine de répondre aux tirs, ou à la charge de Ghetis en elle-même : il se contenta de répondre aux mots de ce dernier tandis que l'un de ses tentacules montait haut, haut dans le ciel... Pour finalement laisser une fermeture émerger à sa surface, comme si elle s'extirpait des entrailles du mercure lui-même.

-Nous aurons tout le temps d'en discuter à l'avenir, vice-amiral Archer. Pour l'heure, divertissez-vous loin de moi, s'il vous plaît.

Simultanément, deux choses eurent lieu : d'abord, l'un des tentacules balança dans la direction d'Archer l'un des Dévoreurs... pas n'importe lequel. Le chef des Dévoreurs fut élancé à une vitesse extraordinaire droit vers Ghetis : sa gueule béante, ses crocs semblaient être en quête avide d'une chaire dont il pourrait se sustenter. Il semblait peu recommandé de donner un coup de poing à un missile de cet acabit : sauf, bien sûr, si le chef de la Couronne était prêt à risquer sa main dans cette forêt de dents acérées.
Ensuite, la fermeture gigantesque ayant pris place sur le tentacule vertical s'ouvrit, et dévoila une silhouette qu'Heziel Coffe serait l'un des premiers à reconnaître : le gigantesque Azer Ty, l'air las, sauta littéralement de cette ouverture récente tout en se couvrant de son fidèle haki de l'armement. Les divers projectiles le rencontrèrent, mais n'eurent aucun effet sur lui, de part sa carrure effarante et la résistance prodigieuse de la cuirasse noirâtre qui semblait le recouvrir.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 H1qr

Maître de Célestia, Azer Ty.

Un grognement rauque racla sa gorge et se répandit dans les airs, jusqu'au navire flottant où les officiers de la Marine se surprirent, pour les moins courageux d'entre eux, à frémir. Dans la main d'Azer Ty se trouvait un sac : un sac de toile brun, gigantesque, probablement grand d'une contenance pouvant tous les engloutir... Mais d'ores et déjà plein. Que s'y trouvait-il ? La réponse leur fut bientôt apportée : alors que William Lancaster et les Dévoreurs continuaient leur chute inexorable, le géant à la taille démesurée attrapa le sac à demain et tira puissamment sur la toile qui le composait tout en faisant un mouvement ample visant à en projeter le contenu sur la troupe qui lui faisait face. Des gravats s'élevèrent, en très grand nombre : une partie des décombres de Mars s'élevait, menaçant de retomber sur le navire et ses occupants d'un instant à l'autre... Une plus petite partie de ces décombres, bien sûr, échouèrent dans leur tentative de parvenir jusqu'à l'embarcation flottante : ils s'écrasèrent plutôt à mi-chemin, à quelques dizaines sinon centaines de mètres de l'escouade anti-Decima. Ghetis Archer serait le seul observateur privilégié de ce lancer, malgré la présence antipathique du Dévoreur qui voulait manifestement s'amuser à sucer sa moelle. Il pourrait alors retransmettre une information cruciale à l'ensemble de ses collègues, par le biais du système mental mis-en-place et maintenu par l'amirale-en-chef : il avait probablement vu des mines... Celles-là même que Noda avait pu mettre au service du Monarque, lors de la première version de cet événement ayant été abrogée. Ce n'était donc pas qu'une pluie de vulgaires cailloux qui menaçaient la position des hauts-gradés : mais bien une pluie explosive, telle que celle que Centes entendait leur diriger lors du premier assaut.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 525035Elkens
Amirale Elkens Camille, alias Midoritaka.

-Suivez le vice-amiral ! Feu ! Feu à volonté !

L'amirale s'était ressaisie en observant le vice-amiral Nowaki décharger sa colère sur les Dévoreurs qui chutaient encore, malgré l'ombre jetée par l'apparition soudaine d'Azer Ty. Elle ne pouvait pas se permettre de céder au désespoir : elle ne pouvait même pas trembler d'effroi, tout en sachant pertinemment qu'elle était trop faible pour tenir tête à William Lancaster en combat singulier. Ce type était un monstre, et il aurait pu placer toute l'escouade menée par Tsuki dans un péril sérieux si leur affrontement avait dû s'éterniser sans intervention extérieure... Alors comment pouvait-elle espérer en venir à bout avec son équipe de tireurs, a fortiori s'il était appuyé par la présence de ces petites créatures aussi intrigantes qu'horrifiques ? Néanmoins, elle savait qu'ils n'étaient pas seuls : des gradés tenteraient forcément de leur prêter main forte, à l'instar de Ghetis Archer... Ils allaient recevoir de l'aide : l'urgence, c'était avant tout de maintenir les assaillants à distance raisonnable, de ne jamais relâcher la pression qui pesait sur eux. Les balles s'élevèrent en grand nombre, ce jour-là, et les Dévoreurs furent maintes et maintes fois percutés. Quelques fois, le corps du logia s'ouvrait pour laisser passer l'un des projectiles expédié vainement dans sa direction, dans la précipitation de l'instant... Si quelques Dévoreurs semblèrent rapidement mis-à-mal, et détruits, d'autres, plus robustes ou simplement plus chanceux, parvinrent à survivre à cette hécatombe, les premiers instants durant. Combien de temps cela serait-il valable ? Malheureusement pour les agents du Gouvernement Mondial, ils n'avaient pas besoin de survivre plus longtemps : ils ne seraient bientôt plus les proies... Mais les chasseurs.  

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 876849Shishi2
Capitaine Corsaire Rasgarat Abel.

Il n'avait pipé mot, comme à son habitude, mais il avait donné un signal clair : il se chargeait de cette menace. D'un simple pas, il avait pris les devants, se plaçant en première ligne, loin devant les Turoi Nagate et les Kisa Mojoni projetés dans l'impuissance. Un vecteur s'émancipait déjà, dans sa main, prêt à s'élancer à la rencontre de ces obstacles impromptus, lorsqu'une apparition déconcertante força Rasgarat Abel à la retenue. Parmi les gravats se trouvaient des fermetures... Et ces fermetures-ci s'ouvrirent à leur tour, sans qu'aucune silhouette ne semblât jamais en jaillir. En fait, par un tour de passe-passe probablement très simple, toutes ces silhouettes donnaient un visuel sur une seule et même personne : l'ancienne amirale Anna Mendez. Celle-ci, le visage figé dans une expression de neutralité, se contenta de tendre une main vers la multitude de fermetures qui s'étaient amassées et ouvertes devant elle. Son fruit du démon se matérialisa, se couvrit du haki de l'armement et jailli à maintes reprises, passant au travers de la moindre des fermetures : une multitude d'offensives générées par l'ancienne amirale et teintées de son haki se mêlaient donc aux gravats et aux mines, provenant de toutes part. Face à cette vision, Abel fronça les sourcils et eut un mouvement de recul : il savait pertinemment que son haki de l'armement risquait d'être mis-à-mal par celui de l'amirale, et qu'il n'était donc pas en mesure de contrer cette offensive, contrairement à ce qu'il avait pu imaginer de prime abord... Chairoka, décontenancée, fronça les sourcils en réfléchissant à toute allure aux alternatives qui s'offraient à eux. Il n'y en avait qu'une seule qui, parmi toutes, semblait jouir de chances de succès décentes...

-Tout le monde !

Trois mots, une idée globale qui serait facilement saisie au vol par tous les occupants du navire : l'entraide. Si un seul membre du Gouvernement se chargeait de cet assaut, ils allaient au casse-pipe : en revanche, à plusieurs, il semblait envisageable de réussir cet acte de résistance... Alors que Dereto se plaçait mécaniquement devant Jasmine, comme pour assurer sa protection, alors que Pacifique laissait tomber son manteau en faisant bander ses muscles, alors qu'Aston Finley retirait l'un de ses gants et se plaçait en garde, l'air sombre, Azer Ty eut, de son côté, un rictus carnassier. Bien : ils tombaient dans le panneau.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 948731WakaiL'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Okita_10

Amiral Wakai Tsuki, alias Sorafuka, et vice-amiral Keternel Alion.

Dans la foulée du sourire patibulaire de cet être démesuré, les premiers débris tombèrent à quelques dizaines de mètres de l'escouade anti-Decima, à qui Wakai Tsuki avait ordonné de ne pas se précipiter à l'assaut de la tour de guet : il était inutile de se mettre en danger en faisant fi des règles élémentaires de prudence. Camille allait gagner du temps : il avait confiance en elle... Eux seraient suffisamment rapides, quoi qu'il arrivât sur la route, pour lui sauver la mise. Même s'il leur fallait jeter ce géant à terre, Sorafuka ne doutait aucunement de leurs chances de réussite... Il leur fallait donc, pour l'heure, veiller à ce que l'intégralité de leur force de frappe soit saine et sauve jusqu'au moment où le conflit démarrerait pour eux : ce qui signifiait, bien sûr, ne pas se jeter bêtement sous une pluie de mines explosives générées par l'un des plus redoutables pirates du Nouveau Monde. Lorsque les détonations eurent lieu, plusieurs rochers roulèrent et le sol de Marineford trembla, mais l'édifice en question tint bon : ce fut alors que l'épéiste destina à ses quelques subordonnés un simple signe de la tête, les invitant à reprendre la route tous ensemble... Jusqu'au moment où plusieurs fermetures s'ouvrirent, sur les gravats ayant chu lourdement jusqu'à eux. Sorafuka ne dût alors sa survie qu'à ses réflexes légendaires : il dégaina sa lame à l'instant même où une main couverte d'éclairs menaçait de l'embrocher au niveau du torse. Bon sang, après Narseh, voilà qu'il devait se coltiner un autre bâtard électrisé...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Nezu_j10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 733334NuWa1

Mozero, Nebula primé à 480.000.000 berrys, et Nu Wa, criminelle primée à 500.000.000 berrys.

-Putain, j'ai les boules ! Il nous a roulé, l'enculé !

Mozero fulminait : et ça n'était ni la faute de Chairoka, ni celle de Wakai Tsuki... La cible de ses invectives, contre toute attente, n'était nulle autre que Centes lui-même. Le monarque avait fait appel à un certain nombre de mercenaires, sachant ses forces personnelles trop rachitiques pour pouvoir ébranler une place forte de la stature de Marineford. Ces mercenaires s'étaient battus vaillamment, une première fois, jusqu'à ce que le cours du temps soit inversé. Mozero lui-même y avait perdu une main, saisie par cette foutue chienne de Chairoka... Ils avaient donc légitimement fait corps, tous ensemble, lorsqu'il leur avait demandé de remettre le couver. Ils avaient refusé, pour la plupart : une partie plus modeste d'entre eux avait accepté, à condition de voir leur solde doublée, sous prétexte qu'il s'agissait au final d'une seconde bataille... Et Centes Decima avait coupé court au débat en utilisant son fruit du démon. Il avait contraint Mozero et Nu Wa à s'engouffrer dans l'une des fermetures, et voilà qu'ils étaient de retour sur Marineford, face à de nouveaux ennemis, en plein milieu du bastion ennemi. Le message était clair : ils voulaient survivre ? Ils allaient devoir s'enfuir. Et il allait sans dire que la Marine ne les laisserait pas fuir sans combattre : en somme, ils étaient obligés de combattre aux côtés des sbires du Monarque s'ils entendaient réchapper à cet enfer indemnes.

-Rah ! Gobeur de chibres !

Sa main libre se dirigea vers la tempe de Sorafuka, qui eut à nouveau le réflexe de parer à temps : il fut néanmoins repoussé vers l'arrière brutalement, à l'écart de ses troupes, poursuivit par un éclair vert plus courroucé que jamais. Avant qu'Alion ne se ruât à son secours, une autre personne lui barra la route : Nu Wa, d'un coup d'épée, le força à couper court à son élan de solidarité. Le jeune prodige épéiste serra les dents, sachant que cette bataille risquait d'être plus âpre encore que la précédente : car il était évident que les Decimas avaient compris. Ils avaient compris que l'escouade anti-Decima, si elle agissait dans l'union, pouvait s'avérer être extrêmement problématique... Mais que ses membres, isolés, perdaient pour la plupart les trois quart de leur valeur initiale. Mozero avait éloigné Wakai Tsuki pour l'empêcher de venir au secours de ses subordonnés : Alion, qui avait été justement analysé comme étant le bras-droit de l'escouade, allait également être isolé. Et un troisième personnage allait suivre de près...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Wld7
Shérif Bürmingom, mercenaire primé à 78.000.000 berrys.

-Cette fois, c'est la bonne...

Il se souvenait de la fois précédente. Pas glorieuse, pour sûr. Il était même certain d'avoir passé l'arme à gauche avant Zakka Li : il était le premier mort de la première bataille de Marineford, donc. S'il n'avait pas été couvert d'un pelage dense, il en aurait rougi de honte : en l'occurrence, il était l'un des rares mercenaires qui n'était pas énervé à l'idée de devoir rempiler bénévolement. Au moins, il ne pouvait pas faire pire... Ce fut la pensée pessimiste qui l'habita tandis qu'il visait Daisuke Aurola grâce à son fusil, précautionneusement planqué derrière l'un des gravats. Il allait lui tirer directement dans la main droite, histoire de l'handicaper sauvagement : balle couverte de haki, bien sûr. Le logia, une fois touché, serait déjà un adversaire nettement moins pénible à combattre : s'il perdait la possibilité de riposter à distance, la suite n'en serait que plus aisée.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Bleach10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 244428Pion1
Vice-amirale Ortenssia Emy et ancien vice-amiral Matochika Cho.

-Bordel ! Keternel, tiens-la, je vais m'occuper de...

Emy s'était à peine élancée en direction de Wakai Tsuki que sa route fut barrée par l'arrivée soudaine d'un ancien vice-amiral, également revenu d'entre les morts : Matochika Cho. Leurs poings droits respectifs se rencontrèrent brutalement, les dalles à leurs pieds cédant et éclatant les unes après les autres. Elle aussi était contre-carrée, mais d'une manière moins ferme que son collègue et son supérieur. En fait, elle était même clairement perçue par les Decimas comme étant la quatrième roue du carrosse, après ces deux-là et Daisuke Aurola, lequel était à la fois plus imprévisible et plus inventif. Elle était forte, bien sûr, sans nul doute, bien plus que le colonel d'ailleurs, mais elle n'était absolument pas vitale quant à la formation de l'escouade en tant que telle. Si Alion et Tsuki cristallisaient l'autorité, Daisuke, quant à lui, possédait une larme gamme de pouvoirs lui permettant d'être complémentaire avec tout un tas de ses collègues : de quoi lui donner la priorité, donc. Alors que Lochal, Mark, Eileena, Daar-San et surtout Jeffer s'apprêtaient à rejoindre les autres membres de l'escouade déjà aux prises avec leurs ennemis, ils furent tous empêchés par d'autres ennemis émergents des fermetures : d'autres pions. Ceux qu'Ezra Ronald et Tanaka Ysaac avaient su terrasser, lors du cours du temps ayant été abrogé... Ils venaient à leur rencontre, manifestement prêts à les terrasser une bonne fois pour toutes. Autant dire que tous les membres de l'escouade allaient avoir fort à faire...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 456074PNJ1

Kali Nomade, criminelle primée à 809.000.000 berrys.

-Tout ceci n'a qu'assez duré.

La voix provenait de William Lancaster, mais elle était clairement féminine : l'instant suivant, une nouvelle fermeture émergea, au niveau de l'abdomen du logia. Elle était ouverte, et un buste féminin s'en échappa : juste le buste. Kali Nomade jeta un regard aux gouvernementaux qui, plus bas, s'échinaient dans le vain espoir de détruire tous les Dévoreurs avant qu'ils n'arrivent à leur hauteur. Ils perdaient du temps... Et des munitions. Mais force était d'admettre que si les choses continuaient ainsi, un certain nombre de Dévoreurs supplémentaires y resteraient. Or, ce n'était pas là l'objectif de la manœuvre : Centes risquait d'avoir encore besoin de ces petites choses, à l'avenir. Elle les trouvait franchement superflues, mais qui était-elle pour juger les décisions du prestigieux Monarque ? Elle s'appliqua donc plutôt à obéir à ses directives : elle percuta les airs d'un coup de poing d'une virulence phénoménale, qui sembla tordre l'espace lui-même. La distance qui semblait jusqu'alors séparer l'Akainu et les Dévoreurs de leurs proies se contracta, encore et encore... Jusqu'à ce qu'ils se retrouvent au sommet de la tour, les pieds posés au sol. A cet instant, Kali disparut : elle retourna dans la fermeture, laquelle se referma pour de bon. Ce petit tour de passe-passe leur avait, à nouveau, permis de gagner du temps... Et ils étaient maintenant prêts à faire un carnage.



Ordre de réponse :
Ghetis - Taito - Caligula - Sypher - Daisuke - Heziel - PNJ Decima
Vous disposez de 72h pour répondre. Écoulé ce délai, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles exceptionnellement, que vous pouvez utiliser au besoin afin d'étendre votre tour.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir personne en amont, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour mais que vous prévenez les MJs et vos compagnons, ça n'aura aucune incidence et vous pourrez reprendre tranquillement !


HRP :
On va refaire comme la fois précédente, donc, et prendre l'ordre chronologie !
Akainu et les Dévoreurs tombent. Ils font face à une résistance de la part de Ghetis, et des tireurs. Les tireurs parviennent à détruire certains Dévoreurs et quelques uns sont éloignés par le vent de Ghetis mais la plupart sont maintenus prêts d'Akainu et survivent au tir, grâce à leur résistance (ou à la chance).
Ghetis et intercepté pendant sa charge par l'envoi du chef des Dévoreurs dans sa direction... Et par l'arrivée en fanfare d'Azer Ty, qui s'interpose entre Akainu et le navire flottant. Il bloque les balles qui lui étaient destinées, autant celles de Syph que celles de Daisuke. Là-dessus, il projette des gravats et des mines en direction du navire : une quantité énormes, en fait.
Abel pensait pouvoir counter cette attaque facilement mais il déchante quand il remarque que plusieurs fermetures s'ouvrent. Toutes donnent sur le même endroit de Mars : une pièce où se trouve Aokiji. Elle projette de multiples attaques, infusées de haki, qui fusent donc de toutes part dans votre direction. Elles s'additionnent aux gravats et aux mines, et risquent de faire bien des blessés... Voire des morts.
Devant l'escouade Anti-Decimas tombent des gravats. Parmi ces gravats s'ouvrent quelques fermetures. Mozero attaque Wakai Tsuki et l'écarte du reste de l'escouade. Nu Wa attaque Alion. Bürmingon tire sur Daisuke. Cho attaque Emy. D'autres pions arrivent à leur tour.
Le ventre d'Akainu dévoile une fermeture depuis laquelle Kali frappe : elle peut contracter la distance qui sépare Akainu des tireurs... Et Akainu se retrouve donc, avec les Dévoreurs, au milieu d'eux.

Et donc :

Tour de guet :

William Lancaster (Akainu) → Niveau 50+ (?), primé à 1.150.000.000 berrys.
Possède le Logia du Mercure, les hakis de l'observation et de l'armement.
Dévoreurs → Niveau 35.
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).

Camille Elkens (Midoritaka) → Niveau 46.
Maîtrise parfaite des armes à feu, hakis de l'observation et de l'armement.


Aux abords de la tour de guet :

Azer Ty → Niveau 45.
Corps-à-corps, taille démesurée, haki de l'armement avancé (armure totale).
Anubis (Chef des Dévoreurs) → Niveau 40+ (?).
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).


Au sol :

Mozero → Niveau 48, primé à 480.000.000 berrys.
Corps-à-corps brut, haki de l'armement avancé, haki de l'observation standard.
Nu Wa → Niveau 47, primée à 500.000.000 berrys.
Logia de l'aluminium, combat à l'épée.
Shérif Bürmingon → Niveau 38, primé à 78.000.000 berrys.
Homme-bête tireur.
Matochika Cho → Niveau 41.
Corps-à-corps, musique de combat.
Autres pions, contre-amiraux ou colonels.

Wakai Tsuki (Sorafuka) → Niveau 48.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Keternel Alion → Niveau 45.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Ortenssia Emy → Niveau 44.
Corps-à-corps pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Bartheo Jeffer → Niveau 39.
Corps-à-corps pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Cuthvine Mark → Niveau 36.
Paramecia de la vélocité, corps-à-corps, haki de l'armement.
Roncia Lochal → Niveau 36.
Zoan de l'araignée modèle Nephila komaci, corps-à-corps, haki de l'armement.
Tempesky Eileena → Niveau 33.
Colors Trap, corps-à-corps.
Daar-San → Niveau 31.
Retour à la vie des cordes vocales, corps-à-corps.
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

Ghetis Archer
Messages : 1956
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue47/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue718/750L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (718/750)
Berrys: 18.533.208.528 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeLun 21 Jan - 4:01

God of Sky

Ore Wa Kurohebi Da !




C’était là le problème majeur de toutes les guerres, en une fraction de seconde il pouvait se dérouler un florilège d’actions, laissant un Archer pantois, n’ayant que peu de marge de manœuvre pour gérer au mieux les situations se présentant à sa personne. Malgré tout, il gardait un certain sans froid et tentait d’être le plus carré possible. Il fallait limiter la casse autant que faire se pouvait.

La réussite de sa manœuvre avait été relative vis-à-vis des dévoreurs, mais très concluante pour protéger ses troupes. Ghetis ne possédait pas une puissance de frappe ahurissante comme certains logias, mais son pouvoir défensif était toujours surprenant. Les possibilités, dont il disposait, se limitait à son imagination pure et à ses stratégies d’ordre variable. En un sens, le fruit de l’arène se voulait complètement imprévisible et difficile à gérer. Il ne constituait pas nécessairement un énorme moyen de pression en temps normal, mais dans une guerre de ce genre, contrôler parfaitement la topographie du terrain était un avantage sans non.

Le seul problème à pareil mouvement était principalement le fait que Ghetis ne puisse agir seul éternellement ! Cette guerre demandait du travail d’équipe et il en avait bien conscience. Il se voulait paternaliste et protecteur au possible, mais savait pertinemment qu’il ne pourrait pas éternellement protéger ses enfants à l’aide de ses ressources personnelles ! Le geste de Lancaster le lui rappela avec habilité !

En voyant le dévoreur surgir de la sorte, Ghetis comprit qu’il devait réfléchir bien plus loin encore ! Il ne lui fallut pas plus de temps pour réagir ! Bombant le torse au lieu d’offrir son poing, il dit d’une voix puissante.

- Burn !

Le buste de son armure prenant vaguement les traits d’une taupe, ou du moins le visage, avant de libérer une terrible langue de feu sur l’ennemi ! Ce petit cadeau de la section scientifique prenait tout son intérêt ! Il offrait à l’homme une plus grande mobilité et des possibilités nouvelles !

Ce déluge de flamme allait, pour sûr, surprendre le chef des dévoreurs qui risquait de s’embraser de l’intérieur comme de l’extérieur de la pire des façons qui soit. Il venait littéralement de se jeter dans la fournaise ! Dans un agencement produit par le kamisori, il se déplaça avec puissance sur le flanc du primitif et lui infligea un violent coup de son gunbai couvert de fluide ! Le propulsant comme un malpropre en direction de la mer ! L’attaque aurait sans mal briser plusieurs os, tout en l’éloignant suffisamment du champ de bataille !

* Je l’avais oublié lui !*

Pensa le Vairon en voyant Azerty se libérer et déployer rapidement son potentiel affolant ! Cet être avait une puissance sans commune mesure et représenterait une véritable muraille protectrice pour les îles célestes s’il rejoignait le projet White Road ; sa vie revêtait une importance incalculable pour le serpent noir.

Pourtant, il allait devoir s’en détacher un instant ! L’assaut qui venait de fuser sur ses camarades était sans pareille ! De suite la pensée de l’Archer fusa pour tous ses alliés, mais plus précisément Jasmine.

Lui qui avait été un véritable goujat avec elle se retrouvait à lui « parler » directement pour pouvoir mener à bien un projet commun. Il fallait le reconnaître, l’union de leurs deux malédictions pouvait offrir une polyvalence déconcertante et une maîtrise presque qu’hallucinante. Le gouvernemental l’avait compris et comptait mettre cela à profit !

* Jasmine tu dois faire descendre le navire, Cali aide là ! Sypher un mur !*

Ce n’était pas une « pensée » mais un condenser brut d’information que le père venait de diffuser ! L’assaut était imminent, alors d’un coup il produisit une arène ! Cependant, il n’y avait pas l’ombre d’un mur de diamant cette fois-ci, il avait réalisé un coup bien plus surprenant !

Dans cette arène il y avait tout, la tour de guet, l’échafaud, quasiment tout Marineford… Pourtant il manquait bel et bien une chose ! Le navire et la parcelle de Marineford où il se trouvait n’avait pas été happé dans l’arène ! Et in extremis !

La salve d’attaques n’allait pas se heurter à un frêle mur de diamant, mais iraient démolir les gradins de l’arène pour finalement se cogner violemment contre la « paroi » dimensionnelle de l’arène ! Toutes les arènes possédaient leurs gradins, petits ou grands, longs ou larges, les gradins étaient toujours présents ! Derrière eux, trônait l’assurance qu’une arène demeure inviolable ! La paroi de la dimension dans laquelle se trouvait l’arène !

L’arène constituait une dimension superposée au monde réel, et c’était sur cet aspect qu’avait décidé de jouer l’Archer ! Il ne s’était pas permis de surestimer son diamant et fit une chose plus simple, mais aussi plus efficace.

Pourquoi avoir réclamé un mur de la part de Sypher alors ? Par précaution !

La manœuvre de Jasmine pouvait être vigoureuse et permettre au navire de descendre vigoureusement jusqu’au sol, permettant ainsi aux gouvernementaux de fuser sur le champ de bataille. Néanmoins, il fallait imaginer la possibilité qu’une fermeture éclair ouvre une partie des projectiles ! Ghetis avait fait apparaître l’arène à la dernière minute. De ce fait, les projectiles avaient certainement rejoint le mur de dimensionnel dans la seconde où l’arène était apparue. Mais dans le doute, il valait mieux un renfort ! Voir même l’aide des autres occupants du navire ! C’est pourquoi il réclama l’aide de Caligula également. En prenant sa forme de Titanoboa le garçon pouvait diriger directement le navire contre sol, Jasmine n’aurait alors qu’à stabiliser le tout !

Après quoi le vice-amiral annula la création en glissant ses mains dans sa sacoche, s’armant de ses poings américains. Le granit marin fit ainsi son effet plus qu’utile pour le Vairon et devint ensuite sa nouvelle arme.

Son corps chutant lentement, il lorgna sur Taito, puis sur Azerty, avant de regarder plus sérieusement en direction de Wakai Tsuki…

Heziel pouvait s’occuper d’Azerty, Taito et Elkens pouvait résister un minimum à Akainu. Mozero et Nu Wa n’étaient pas d’énormes menaces en théorie, mais ils gênaient d’une façon toute singulière !

Leur présence empêchait le bon fonctionnement de l’escouade anti-décima ! Akainu était un énorme poisson qui prendrait du temps à être vaincu… En revanche, le brun se sentait capable d’évincer rapidement Mozero ou Nu Wa s’il venait en aide à ses collègues. De plus il n’était pas le seul gradé présent, alors il décida à contrecœur de laisser le Nowai, tout en lui faisant confiance, lui laissant donc la protection d’Elkens !

De suite il fusa en direction de Nu Wa, un virulent kamisori le menant à un déplacement effréné dans les cieux ! Il avait jadis traqué la piste de la petite sœur et pouvait désormais défier la grande !




La bonne célérité de son déplacement le mena, non pas à côté de la jeune femme, mais légèrement au-dessus de son dos ! Fracassant alors ses puissants poings de granit, renforcer par  son haki de l’armement contre son dos ! Le coup viendrait ainsi l’enfoncer dans un brusque cratère, tandis que les os essuieraient bons nombres de cassures !

La frappe des milles géants.

Une technique mise au point à  Drum, alors qu’il affrontait Aokiji, sans doute le plus puissant coup qu’il put délivrer à l’ancien pion. La vitesse du déplacement, combinée à la force du coup, rendait l’attaque destructrice, le haki et le granit rendant cela encore plus affolant !

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 C16f550fbe8cb258d106ac1c146942e5de056874_hq

Elle était un logia, ce même type de fruit contre lequel le marine avait appris à exceller, face à des ennemis tels qu’Akainu ou encore Makui.

- Aide Wakai ! Sans vous nous ne vaincront pas ! S’écria-t-il à l’attention d’Alion, qu’il ne connaissait pas outre mesure.

Contrairement au Nowaki, le capitaine de La Couronne ignorait tout d’Alion, tout de son caractère parfois prétentieux, alors il l’avait considéré comme le binôme du Sorafuka et de ce fait cherchait à réunir ce duo pour rapidement éliminer Mozero.

Il ignorait encore s’il pourrait vaincre Nu Wa, mais il savait une chose : il pouvait la retenir !
Au fond de lui il n’espérait qu’une chose, que l’un de ses fils viennent l’aider le plus rapidement possible et pour cela, il savait déjà sur lequel des deux compter pour ce genre de chose ! Sypher était un jeune homme très rapide et prompt aux actions multiples, c’est sans danger qu’il viendrait aider son père spirituel.

La guerre battait son plein et risquait d’être particulièrement belle !

DEV NERD GIRL


Résumé,Techniques,Pnjisations,Explications:
 
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
Taito Nowaki
Messages : 525
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue246/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (246/350)
Berrys: 180.532.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMar 22 Jan - 3:01

Start Again




Marinford venait de retrouver un aspect potable à vue d’oeil. Mais il ne s’agissait là que d’une illusion. Le temps s’était rembobiné comme un film et désormais, l’ennemi était à nos portes mais avec un avantage : celui de connaitre nos forces et ruses. Cette stratégie était la plus impensable qui soit et c’est donc ainsi que nous nous étions tous fait avoir. Il y avait du bon dans cette histoire comme le fait que les morts ne soient plus si inertes, mais il y a surtout le mauvais côté comme quoi l’ennemi sait toutes nos magouilles. Terminé l’effet de surprise, il allait falloir vraiment cogiter pour s’en sortir et pour cause, désormais ce n’est plus un déluge de pierres face à nous, mais bel et bien une menace encore plus importante qui nous faisait face : William Lancaster, alias Akainu, le chien rouge. En l’état, il fallait se rendre à l’évidence : nos chances étaient de 0%.  Mais face à l’adversité, nous ne pouvions nous laisser aller. C’est donc mes canons qui criaient ma rage et mes hurlement ordonnaient de faire feu. Fier guerrier de Wa, sans doute est-ce le premier apprentissage de mon père que j’applique à ce jour : même quand tout semble perdu, ne jamais abandonner. Mourir en guerrier est sans doute notre plus grande récompense, plutôt que des médailles qui rouillent avec le temps. Si nous ne pouvons être un rouage permanent de cette ère, alors devenons des légendes qui forgeront l’avenir. Telle était ma pensée première.

Mais qu’en est-il de la seconde ? Au fin fond de mon esprit, est-ce ça que je veux ? Mourir au combat fièrement ? Oui... Et non. Si L’Amirale en Chef lisait les pensées de ses subordonnés pour éventuellement les recadrer, alors elle pourrait y voir la détermination implacable dont je faisais preuve, mais aussi un regret. Celui de ne pouvoir lui dire. De ne pouvoir prendre le temps, arrêter ce dernier et simplement lâcher ce leste dont j’ai besoin de me séparer. Si seulement je pouvais lui dire mes songes avant qu’il arrive possiblement un drame ?

“ Continuez de tirer !!! Que le Vice-Amiral Archer ait une zone libre pour agir et surtout ne laissez en aucun cas l’Amiral s’approcher !!! Usez de vos balles, vos moindres projectiles, vos propres dents s’il le faut ! Kitara , fume ces petites saloperies. “

Sortant un gant de ma poche, je l’enfilais pour alors prendre une sorte de petite boite. Nul doute que le faucon verre verrait de quoi il s’agit là : des balles en granit. Il existe bien des moyens pour arrêter des utilisateur de fruits, mais outre la logique naturelle, il existait surtout le haki et le granit marin. Insérant ces balles dans mes armes à feux, je n’aurais droit qu’à douze tirs précis qui pourraient peut-être influencer la bataille. Ou nous faire gagner du temps. Le feu et le fer se mêlait dans un déluge chaotique où la survie du monde se jouait... Et les mots de l’Amirale en chef raisonnant dans nos têtes résumaient bien la marche à suivre. Mon regard se dirigea vers la verte supérieur de tous ici sur cette tour.


L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 14635110
Violet Nowaki, soeur de Taito


Tenant sa lame fermement, la demoiselle le savait. Une fois de plus, il allait falloir être fort, ne point trembler devant l’ennemi, aussi impitoyable soit-il, car c’est ça l’art de la guerre. Une bataille tant physique que psychologique. Ce coup dans le temps était un coup de maître, mais il fallait tenir bon, qu’importe les coups bas de l’ennemi. Elle le savait et en était persuadé : c’est maintenant qu’il faut rester debout et combattre. Passé, présent et futur... Qu’importe. Le gouvernement ne tombait, tombe et ne tombera jamais.

Face au géant qui était apparu, ils n’étaient rien en terme de taille, mais ils ne pouvaient se permettre d’abandonner. Tandis que certains étaient déjà prêt à agir face à une véritable pluie de face de cailloux minés, voilà qu’un imprévu stoppa nette certaines interventions. Il ne s’agissait plus d’une simple pluie de gravats mais un chaos d’attaques toutes plus dangereuses les unes que les autres. Mais il fallait faire face. Et donc avant que la protection de l’Archer ne prenne effet, la demoiselle tenta sa chance. Prenant de l’élan, elle dégaina sa lame comme lors de son ex-premier assaut dans cette bataille. Avec une idée ferme en tête, elle s’élança dans la bataille. Le corps droit, les idées claires bien que les entrailles tiraillées par ses peurs les plus folles, la demoiselle dégaina sa lame ainsi que son courage.
La lame noire de part son métal voyait le jour et c’est ainsi que la guerrière affirmait sa possession à l’île des plus grands escrimeurs du monde. La fière guerrière de Wa entrait en jeu. Rassemblant ses envies, ses passions, ses craintes et son courage, sa main fit plusieurs coups semblant presque aléatoires, mais il n’en était rien. L’Amirale en chef comprendrait sans doute l’offensive et aurait tout le loisir de juger de l’utilité. Les lames d’air envoyées n’avaient guère un but de trancher mais bien heurter violemment et potentiellement dévier certains rochers. L’idée était simple : faire un coup de billard. Si ce coup marchait, le but serait de faire percuter entre eux certains projectiles et les faire exploser, neutralisant tant l’offensive du géant que peut-être ceux de l’ancienne Amirale Mendez. Mais tout ça n’est que théorique... Bien trop de facteurs entraient en jeu pour imaginer un potentiel succès. Pire encore, il y avait plus de chances que ça échoue qu’autre chose, mais la battante refusait de baisser les bras. Peu importe que l’ennemi soit des amiraux, des géants eux-même géants, ou même le monarque en personne. Elle refusait simplement ce monde que le faux roi proposait à autrui. Tant qu’il y aurait de la vie en elle, sa lame serait au service de la justice véritable. Tout comme les balles de son frères seront là pour trouer les ennemis de la justice. Ensemble, ils y arriveront, entrevoir ce monde juste que la planète mérite. Cette paix utopique, mais pas impossible. C’est donc avec toutes ces émotions qu’elle frappa. Sa force semblait provenir d’ailleurs, se matérialiser, s’accumuler et se déchaîner. Une fois de plus, ce sentiment d’éruption explosa au grand jour, un véritable déluge de rage contrôlée, une soif de justice intarissable, celle qui définie les Nowakis d’aujourd’hui.

Et cela, jusqu’à l’intervention du manieur d’arènes qui offrit une protection non négligeable.

-------------

Les coups de feux ne cessaient pas. Rien ni personne n’étaient décidés à abandonner. Tant part ma présence que celle du faucon vert. Aucun subordonné n’était permit de baisser les yeux, épaules ou bras. Ceci serait interprété comme un véritable affront tant par moi que par les autorités compétentes ici même. Mais ce qui suivit dépassa tout entendement. Suite à un coup impossible à stopper, la distance entre l’ennemi tant craint et nous fut réduit à néant. L’adversaire venait de pénétrer notre zone de confort d’un claquement de doigt, sans exploser la porte principale si on peut dire et d’une certaine manière, mes sens se mirent en éveil. Écarquillant les yeux,tout mon corps le sentait : ce danger mortel. Telle une sonnette d’alarme en tête, cette dernière s’affolait comme jamais. Un véritable vacarme qui manquait de faire exploser mes neurones. Entre deux feux, mon bras fit un mouvement horizontal, intimant aux tireurs non préparés de ne pas se précipiter, pire encore pour ma dignité :

“ Reculez !!! “

Ils étaient là. Ceux qui autrefois avaient de l’espace entre nous étaient désormais là. Trop près de nous pour être maintenu indéfiniment. Surtout l’homme à la tenue qui collait à son nom : rouge. Jamais avant maintenant je n’avais ressentis telle sensation. Les sens en éveil, totalement hors de contrôle, je ressentais un mélange de désespoir, de haine, d’envie de vaincre et une sauvagerie sans nom prendre possession de moi. Tout ceci se traduisait par une sueur froide qui ne dément pas quant à mon état mental. Personne ici n’a le temps d’avoir peur et pourtant, on le ressens au plus profond de soit. Peut-être même sommes nous face à la mort elle-même. Là encore, j’étais mis au pied du mur, injustement incapable de dire ce que je désirais tant dire à cette femme se tenant proche de moi. Naturellement, sans doute comme d’autres avant moi, je me mis plus proche de la faucon verte sans empiéter sur sa ligne de mire. De façon improvisée, je m’imposais comme garde du corps si on peut dire. Le message pour le Lancaster serait clair, ainsi que l’Amirale. Nul ne pourrait l’approcher tant que je serais debout. Tel était mon rôle pour cette bataille. Affronter l’ennemi certes, le dérouter ou le retenir, mais surtout ... En tant que pion - ou peut-être fou - je me devais de protéger la reine de cette partie de l’échiquier. Si elle tombait, ce serais une lourde perte pour nos forces et ce serais comme perdre la tour de guet. Nous ne pouvions nous le permettre. Même si la vérité était aussi effarante : nous avions peu de chance de s’en sortir. Mais tel est notre boulot.

“ ... Elkens-Taishō .. “

Je me taisais pendant un moment et bêtement, ma gorge fut comme asséchée. Incapable de sortir le moindre mot. Le moindre aveux devenant sans doute évident depuis le temps. Serrant fermement mes armes, finalement, alors que je jetais un bref regard vers elle, finalement , je me mordis la lèvre à sang et retournais mon attention vers le Chien rouge.

“ ... FUMONS LES !!! “


Nous n’avions guère le choix. Mourir sans se battre, ou se battre et potentiellement mourir. Si nous étions vaincu, c’est main dans la main et non seul chacun de son côté. Si l’histoire doit se finir ainsi, alors ... Soit. Mon choix était fait quant à mes intentions. A défaut de faire part d’un sentiment fort et profonds pour la dame, autant travailler avec elle et entrer dans la légende. Celles de ceux qui n’auront rien lâchés, même face aux pires monstres qui soient. C’est donc rapidement que le doigts appuya sur la gâchette et les mots sortirent d’eux-même. Un appel à la victoire, une demande d’être courageux. Qu’importe si nos entrailles nous brûlent. Le regard planté sur le Lancaster, c’est une puissance de feu non négligeable qui fut relâché sur lui et ses sbires du moment. Kitara, moi, sans doute l’Amirale et les personnes aptes. Ce fut un brouhaha dantesque digne du troisième concert des Kraft Punk qui eu lieu. Une sérénade ordonnant aux gens du gouvernement de ne rien lâcher. Bien au contraire, se battre jusqu’au bout, quoi qu’il arrive. Car comme a dit Chairoka : Tout le monde.
Les grands noms présents, les amiraux, L’Archer, moi, le Wenham, le Spown, le Coffe et même l’Aurola ne lâcheraient rien. Ni ici, ni jamais. Car il en va du destin du monde qu’on connait à ce jour.



Codage par Libella sur Graphiorum



résumé:
 

Tech utilisées:
 

Taito est lv 38
Violet est lv 34 /!\ Tentative d'éveil armement
Kitara est lv 34
Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
ColonelColonel

Daisuke Aurola
Messages : 1245
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue103/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (103/350)
Berrys: 115.598.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMar 22 Jan - 15:12

« L'histoire est écrite par les vainqueurs. »
Event




Il n’était jamais véritablement maitre de ses émotions. A défaut de savoir les cacher, il restait néanmoins calme et prévenant la majorité du temps. Et même s’il avait l’habitude de laisser ses humeurs le contrôler de temps à autres, il savait que dans des situations extrêmes comme celle-ci, les émotions n’étaient pas les bienvenues. Il l’avait pu le remarquer à maintes reprises et, bien récemment lors de sa discussion avec le Lancaster, qui l’avait carrément entourloupé avec ses manigances.

Clairement, l’amiral Sorafuka avait totalement raison, il ne fallait pas foncer tête baissée et c’est avec humilité qu’il suivit les pas de son supérieur. Concentré sur toutes les pensées qui pouvaient affluer dans sa tête, il n’en demeura pas moins sceptique sur la finalité des combats. Le revers qu’ils avaient reçu avait été calculé et s’ils avaient décidé d’agir à cet instant, c’était parce qu’il leur était favorable. La preuve était qu’ils avaient visé directement les points faibles visibles dans le plan de l’amirale-en-chef qui semblait désormais piétiner dans ses actions passées. Les combats d’avant le retour en arrière étaient clairement en la faveur du gouvernement mondial, pourtant tout avait changé en quelques actions millimétrées, pensées pour faire le plus mal et le plan si « parfait » de Chairoka se retournait maintenant contre eux.

Séparés, les marines au sol et sur la tour de guet se retrouvaient à la merci des attaques vindicatives des Décimas. Si la plus grosse force de frappe visait l’amirale Elkens, une poignée de mercenaires s’élança sur l’escouade prévue pour la destruction du groupuscule adverse. En tête de file, Alion et Wakai Tsuki furent attaquer en premier. Si la tension n’était pas à son comble, Daisuke n’aurait pas senti la balle fondre sur lui. En effet, il fut visé au même titre que ses supérieurs et il trouva rapidement la source de cette attaque. En attendant, il ne put éviter la balle pour autant, l’ayant eu quelques peu par surprise. Dans son élan, il sentit la balle percuter son gant au niveau de l’encolure, le désarmant au passage. Son sniper glissa sur plusieurs mètres avant de s’arrêter, bloqué par une pierre qui dépassait du sol.

Il ne s’en inquiéta pas pour l’instant. A vrai dire, il était bien plus inquiet de la situation générale de l’escouade que de la sienne. Et c’était peu dire, en quelques instants ils avaient été séparés en plusieurs compartiments. Si les deux plus hautes têtes de l’équipe avaient maintenant un adversaire réputé désigné, les autres n’en demeuraient pas moins équitablement servi. Ils savaient pertinemment quels étaient nos forces. Si séparer l’amirauté des autres membres de l’escouade pouvait être une évidence, la mettre en œuvre d’une manière si explicite rendait le colonel interrogateur. Ne laissant pas une nouvelle chance à son adversaire tireur d’élite, il transforma son champ de vision en un nuage de fumée quasiment instantanément.

Pour le coup, la situation était bien trop avantageuse pour les décimas et mettait l’escouade dans une position de faiblesse démesurée. Les binômes avaient été travaillés pour correspondre au mieux aux différentes dispositions des membres du groupe anti-décima. Ils les avaient étudiés, tout comme ils s’étaient entrainés à se battre contre les pions. Les deux côtés connaissaient les faiblesses de l’autre et c’était avec ce fardeau que le petit groupe de marine s’était retrouvé séparé. Instinctivement, Daisuke eut envie de s’occuper de celui qui lui avait tiré dessus, mais c’était bien trop compliqué. Il aurait pu demander de l’aide à Eillena et son Color Trap, pour que le tireur ne puisse l’atteindre, mais c’était bien trop demander à la jeune colonelle qui ne saurait pas tarder à être encerclé, avec les contre-amiraux et Daar-san par une armée de pions.

Cette petite armée avait à sa tête un homme déjà mort, Matochika Cho. Il avait été le premier à être sacrifié par le monarque lors du « premier jet », pourtant il était là, sur ses deux jambes, comme si de rien n’était. Pour autant, il n’explosa pas comme lors de la première attaque. Daisuke réfléchissait tandis que le temps semblait passer extrêmement lentement.

Alors qu’il questionna Daar-san sur ses habiletés vocales – il espérait les utiliser pour détruire le système explosif présent dans le pauvre marine contrôlé. Daisuke ne connaissait pas cet homme, mais les humeurs excessives de sa mort lui avaient prouvé qu’il en était plusieurs qui lui portait une affection particulière. S’il avait un moyen de le sauver, il tenterait. Il se reporta alors vers deux autres de ses collègues. Lors de leur entrainement, il avait pu voir de près les capacités de Mark et espérait qu’il accepterait ce défi.

« Mark… Il faut que vous profitiez de mon nuage de fumée pour atteindre Matochika Cho, je pense avoir une idée. »

Ouvrant de manière béante son esprit à Chairoka, il espérait passer un message à l’ensemble de son équipe. Il ne fallait pas se laisser enfermer dans des combats éternisés et âpres. Ce n’était que le début de la guerre, à défaut de devoir la recommencer. Il proposa donc de profiter de l’épaisse fumée qu’il engendrait avec soin pour échanger les places de certaines personnes. Les trois contre-amiraux devraient prendre la place d’Emy Ortenssia tandis qu’elle reviendrait à proximité des deux colonels restants. Pour lui, elle serait plus apte que lui pour affronter un sniper de cet acabit.


Quant à lui, il savait que les deux plus puissants membres de l’escouade – et il avait pu s’y confronter – étaient visés plus que quiconque, il irait donc à la « rescousse » de l’un d’eux et se dirigea vivement en direction du Keternel.

Alors qu’il approchait, il sentit une vibration dans l’air, sans ressentir envers lui aucune menace, c’était une attaque alliée qui visait l’ennemie d’Alion. Si le blond ne reconnut pas immédiatement la carrure de l’homme, il ne tarda pas à trouver la situation plaisante. Il osait donner des consignes au vice-amiral. Il allait aimer cet homme qui s’avérait être lui aussi un vice-amiral. Un homme dont il ne connaissait pas le nom mais qui venait d’aider l’escouade.

Que le sabreur accepte ou non la proposition du troisième homme, Daisuke était déterminé à affronter la femme qui lui faisait face. Qu’importe son nom ou sa réputation, elle était capable de rivaliser avec Alion, ce n’était pas n’importe qui, mais il n’avait pas peur. Il avait déjà pu affronter le Keternel et il avait compris, bien qu’il se sût bien inférieur à lui, que la force seule ne suffisait pas dans un affrontement. Il ferait tout pour retourner le plan des Décimas contre eux.

« Je ne connais pas cet homme, Alion, mais il ne faut pas nous laisser avoir dans le piège qu’on nous tend. Il faut aider l’amiral, quoique vous pensez de moi, essayez de me faire confiance, pour cette fois… »

Au côté de l’Archer, je regardais avec insistance vers mon supérieur, l’incita à rejoindre l’affrontement entre Wakai Tsuki et l’ancien corsaire…

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


résumé:
 

techniques utilisées:
 

_________________
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 1382813805-daisuke

Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sypher Wenham
Contre-amiralContre-amiral

Sypher Wenham
Messages : 373
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue39/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue9/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (9/350)
Berrys: 51.068.521 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMar 22 Jan - 15:13

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Tumblr_p10yqeMrxA1wzb0pfo2_500

L'Histoire est écrite par les vainqueurs

Feat Event - Groupe 10

Mince, voilà que mes tirs venaient totalement d’échouer dans leur objectif premier. En effet, Azer Ty, le géant.. géant, était arrivé sur le champ de bataille en se dressant entre l’ex-Amiral et nous. De cette façon, il avait été en mesure de bloquer chacun des projectiles avec une facilité déconcertante. Pour le coup, c’était bien dommage. Mais bon, je n’avais pas placé tous mes espoirs dans ces tirs, loin de là. Et j’aurais été bien naïf de le faire d’ailleurs.

En revanche, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je m’aperçus de ce que son arrivée signifiait réellement. Celui-ci avait amené avec lui un immense sac rempli de je-ne-sais-quoi. Clairement, ça n’annonçait rien de bon. Effectivement, il l’utilisa juste après pour en balancer son contenu : des centaines, voire des milliers de gravats et autres projectiles. L’attaque était bien évidemment dirigée vers le navire du Gouvernement Mondial et nous pouvions de ce fait constater la présence de nouvelles fermetures sur ces même projectiles, libérant de nombreux tirs aqueux d’Aokiji.

Toutefois, Violet Nowaki, la sœur de Taito, prit l’initiative de frapper pour tenter de dévier les gravats et les obliger à se percuter et ainsi déclencher une explosion en chaîne. Rapidement après, Ghetis mit son grain de sel en utilisant les capacités de sa malédiction pour créer comme une zone de protection dimensionnelle pour nous. Bien, tant mieux. Ces deux choses seraient sans doute suffisante dans une situation telle que celle-ci. Mais, par précaution, je décidai tout de même de dresser une large protection de sève au cas-où certains débris parviendraient à passer malgré tout. Styff me vint en aide en diffusant une plaque d’Armement sur une zone certes restreinte, mais qui se situait là où la concentration de projectiles serait la plus dense.

« Ça ne peut plus durer, si nous restons sur le navire, nous allons être une cible privilégiée pendant toute la bataille. Donc.. Il va falloir le faire descendre plus vite ! Jasmine, si vous êtes d’accord, j’aimerais que vous fassiez en sorte de nous stabiliser lors de la descente brusque. L’idéal serait de poser le navire à terre sans encombre. »

Sur ces mots, je balançai un obus explosif dans les airs, à plusieurs mètres au-dessus de nous, avant de le faire exploser d’une balle. Le but de la manœuvre était de pousser le navire vers le bas à l’aide du souffle de l’explosion, créant ainsi un phénomène de « chute libre » pour augmenter la vitesse de descente.

Dès lors, je n’avais plus rien à faire sur l’embarcation, je devais me rendre directement sur le champ de bataille pour venir en aide à nos camarades. M’élançant donc en direction de la nouvelle position de Ghetis et Daisuke je tirai une balle explosive en Granit Marin sur Nu Wa lorsqu’elle serait stabilisée. Styff me suivait, usant lui aussi du Kamisoppu.

*Amirale-en-Chef, si je puis me permettre, je pense qu’il serait intéressant d’envoyer une équipe sur Azer Ty. Il est embêtant et risque de faire de gros dégâts si personne ne s’en occupe. Que dîtes-vous d’Heziel Coffe et Yamamoto Eracless pour la force brute, et d’Exalva Flais et Milosephko Yonass pour le support tactique, notamment en terme d’immobilisation et d’épuisement ?*

Ce n’était bien sûr qu’une idée, et tout le monde pourrait l’entendre grâce aux pouvoirs de Chairoka, mais cela pourrait potentiellement nous permettre de reprendre l’avantage en quelque sorte.

awful pour Epicode


Styff → Niveau 35 : Càc pur, Haki de l'armement et Rokushiki.

Résumé:
 

Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

Caligula Spown
Messages : 464
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue196/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (196/350)
Berrys: 7.789.389.498 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeJeu 24 Jan - 22:06



Acte final : Décima

Les affrontements reprenaient désormais avec un zoan préhistorique plus déterminé et prêt que jamais. C'est alors que le frère ainé de son précédent adversaire apparu soudainement sur le champ de bataille, et plus précisément entre le navire et l'ex amiral Lancaster qui en profita pour continuer sa chute vers le sol tranquillement. Cette intervention surprise, en plus de gêner Ghetis et Sypher, était suivi d'une contre-attaque ennemie assez redoutable : le géant balança vers les marines une grande quantité de gravats risquant d'en blesser plus d'un.

L'ensemble de ses coéquipiers furent assez réactifs ce qui permit d'enchainer 3 défenses successives avec Violet et son sabre, l'arène instantanée de Ghetis et le mur de sève créé par Sypher auquel Styff vint ajouter une plaque noirâtre d'armement. Celle-ci avait été appliquée au niveau de la zone la plus ciblée permettant donc de compenser la petite taille de celle-ci. Caligula qui n'avait pas non plus pour intention d'attendre son tour bondit en direction du mur et pris sa forme totale pour entrer en contact avec le mur et ajouter son haki de l'armement. La taille qu'il occupait en titanoboa lui permettait donc d'élargir la plaque de Styff et renforça encore plus la défense gouvernementale.
Se transformer avait aussi pour mission d'alourdir le navire et donc, de précipiter sa chute grâce aux efforts de son aîné et aux pouvoirs gravitationnels dont était doté l'ancienne amirale Jasmine qui avait surtout pour but de contrôler l'atterrissage un minimum.

Ainsi si tous ceux-ci se passait sans trop d'encombres, le navire rempli de marines ne tarderait à entrer en contact avec la surface ce qui permettrait au shandia d'aussitôt se diriger vers le champ de bataille à l'aide d'un puissant bond effectué avec sa queue.
Analysant brièvement la situation, le zoan avait déjà une petite idée de sa prochaine action : une escouade alliée avait apparemment été bloqué par quelques pions dont l'ancien membre de l'amirauté : Matochika Cho. Il prit alors sa forme hybride combattante en plein air et usa le principal atout de celle-ci, l'extensibilité de ses membres.

Si sa cible principale était le pion musicien, les autres colonels et contre-amiraux gênant le groupe de Jeffer & Co et ne se trouvant pas trop loin des deux vices amiraux pouvaient aussi se retrouver pris dans l'offensive. Ses bras, avec les poings couverts d'armements, vinrent se superposés sur eux-mêmes menaçant de fracasser violemment les pions et de briser la zone osseuse touchée.
Il balança alors successivement un poing, puis l'autre et ainsi de suite vers Cho et ses camarades pions se trouvant dans la zone ciblée. Il comptait par ailleurs prendre avantage du nuage de fumée de monsieur Aurola qui obstruait surement la vue de ses cibles tandis que les capacités de son zoan lui permettait de voire à travers cette épaisse fumée. En cas de réussite, l'offensive permettrait ainsi, en plus de blesser les forces ennemies, aux membres de l'escouade d'effectuer leur tactique et changement de positon comme convenu.

Le shandia atterrit ensuite à quelques mètres de Matochika et, arbora son habituel sourire arrogant et provocant. Il aurait bien aimé affronter à nouveau son camarade le géant, mais il devait reconnaître que faire affaire avec un vice-amiral n'était pas plus mal en soit.

– Ramènes-toi musicien, et si d'autres pions sont intéressés, n'hésitez pas. Après tout plus on est fou…et plus je ris !


Résumé et Techs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
Heziel Coffe
Messages : 1854
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue44/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (44/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue383/500L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (383/500)
Berrys: 67.386.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeVen 25 Jan - 11:26





Aux premières loges du désastre.


Quelque chose clochait.

Ce sentiment devenait obsédant au fil des secondes, comme l'impression désagréable d'avoir oublié quelque chose d'essentiel.

Quand cela avait-il commencé ? Peu de temps auparavant. Alors que le nouveau plan des Décima se mettait en branle, alors que les pièces de l'échiquier s'intervertissaient dans une configuration bien plus avantageuse pour le Monarque. La voix de Akainu indiquait que ce dernier tombait toujours bel et bien en direction de la tour de guet, accompagné de la foultitude de présences que représentaient les dévoreurs avides de se mettre quelque chose d'appétissant sous la dent. Pire encore, il semblait avoir pris un train d'avance qui priverait certainement les représentants de la Justice d'une agréable marge de sécurité. Dans ces conditions, le destin des défenseurs de l'ordre qui se trouvaient dans l'édifice semblait funeste...

Mais ce n'était pas ce qui l'inquiétait le plus.

Lorsque le colossal Azer Ty s'était extirpé d'une fermeture éclair géante avant de venir déverser sa stature digne des légendes les plus folles sur le champ de bataille, le Corsaire avait pensé un instant qu'il allait devoir à nouveau endosser la charge de gérer le mastodonte afin de limiter les dégâts que ses membres titanesques pourraient causer. Une idée qui ne l'enchantait guère, en réalité : il savait que ce jeu du chat et de la souri pourrait durer des jours durant, jusqu'à ce qu'il ne pêche d'orgueil en tentant un mouvement trop ambitieux et puni drastiquement... ou jusqu'à ce que, finalement, le géant ne finisse par tomber de lui même. Pourtant, là encore, Centes semblait avoir prévu un nouveau plan de bataille. Le meneur des grands êtres de Celestia s'était cette fois muni d'un sac de toile proportionnel à sa propre taille gargantuesque : un sac à malice ? C'était mauvais. Une intuition qu'il n'était pas difficile d'avoir, certes. Mais elle était poignante. Bientôt, une pluie de débris sur lesquels des formes peu engageantes se détachaient de la roche inerte s'était abattue sur le navire volant. À première vue simple à contrer, l'ouverture d'une multitude de fermetures éclair supplémentaires était rapidement venue démentir ce fait, alors qu'au travers d'elles l'ancienne Amirale Aokiji déversait un torrent d'attaques sur le pont du bateau flottant.

Alors, tout le monde s'était mis en branle. Chacun avait donné de sa personne pour contrer l'offensive meurtrière, sur l'injonction d'une Chairoka qui réagissait du mieux qu'elle pouvait considérant les variables métamorphes de la situation. Chaque gradé s'était armé de courage afin de se préparer à l'impact. Ses deux homologues corsaires s'étaient également mis en position. L'amirauté toute entière était obnubilée par un coup qui, dans le positionnement actuel des forces, pouvait se révélait cataclysmique s'il venait à porter. Jasmine était occupée à maintenir le bâtiment aérien et le manipulerait certainement d'un instant à l'autre. Le plus logique était de descendre le navire, le faire reculer... ou les deux. Des propositions qui furent bientôt énoncées mentalement par plusieurs justiciers. C'était en effet le mouvement le plus sage. S'apprêtant à participer à la défense, le Coffe avait alors remarqué, en arrière plan, le sourire étrange de son adversaire d'un peu plus tôt.

Pourquoi souriait-il comme ça ? Il y avait quelque chose d'étrange dans son rictus. Une sorte d'irritation, mêlée à de la déception, peut-être. Mais il souriait. Il souriait à pleines dents, il souriait comme un prédateur se délectant de voir sa proie tomber dans ses filets. Il n'avait pas exhibé ce comportement auparavant. Pas même alors qu'il s'en prenait à Janz par surprise : à dire vrai, Heziel pensait que malgré ce geste peu honorable, Azer Ty avait certainement des standards. En d'autres circonstances, ils auraient pu s'entendre. Alors pourquoi semblait-il si approbateur du front combiné qui accueillait l'attaque d'Anna Mendez ?

"Amirale-en-Chef... quelque chose cloche !"

Cette pensée n'était partie qu'à la Louve Brune, et uniquement elle. Hors de question de créer un mouvement chaotique en glissant dans la tête du groupe qu'un danger hypothétique les guettait. Ce n'était pas à lui de prendre ce genre de décision : aussi la Asya aurait tout le loisir de traiter le sujet, étant donné que les communications mentales étaient instantanées. À l'extérieur, pourtant, le barrage était déjà érigé. S'ils devaient marcher dans un piège... alors ils avaient déjà un bon pied dedans, assurément.

"Le géant ne se comporte pas d'une façon normale ! Je l'ai vu faire preuve de malice lors de notre combat et il n'en tire aucune satisfaction. Pourtant, notre défense l'enthousiasme ! C'est comme si..."

La suite de ses pensées le figèrent. Il réalisa plusieurs choses, que la meneuse du camp gouvernemental ne manquerait pas de réaliser en même temps que lui si ce n'était pas déjà fait. Ils étaient tous en train de contrer le même assaut. L'intégralité de leurs forces était obnubilée par la même frappe, que tous pensaient décisive. Le chemin de retraite du navire était évident : même un enfant aurait pu déterminer où il irait, dans ces conditions. Ce qui voulait dire deux choses : non seulement la route qu'ils emprunteraient était connue, car elle était la seule à être viable...

... mais personne n'était ni position pour la couvrir, ni en mesure de le faire.

Il fit alors volte-face, les sens en alerte.


ⒸHeziel Coffe


HRP:
 


_________________





"Are you a man... or a monster ?"

Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1631

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeDim 27 Jan - 18:43


L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 633974Pion4L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 952616Devoreur

William Lancaster, ancien amiral Akainu, et les Dévoreurs.

Anubis fendait les cieux avec une vitesse anormale, y compris pour un petit monstre de son envergure : ce n'était pas le type de promptitude à laquelle il aurait pu prétendre naturellement. Pour autant, il semblait que son opposant était en mesure de lui répondre... Avec quelle efficacité, toutefois ? Cette dite efficacité fut à relativiser, diantrement. Les flammes qui vinrent lécher la bestiole du Nouveau Monde ne semblèrent avoir pas la moindre utilité. Si elles l'atteignirent bel et bien et si elle ne sembla pas pouvoir s'en repaître, contrairement à la majorité des projectiles qu'on aurait pu lui projeter dessus, cette créature étrange n'hurla ni ne se débattit un seul instant. Il allait vraisemblablement falloir un enfer aride pour en venir à bout par le biais de la chaleur... Quant à la force brute, l'effet du choc délivré par Ghetis eut au moins le mérite de repousser son assaillant convenablement, tout comme escompté. En revanche, pour les os brisés, c'était sans nul doute, là aussi, à nuancer : le vice-amiral pourrait comprendre d'un coup d'un seul que cette chose était solide, peut-être même quasiment autant que le géant Azer Ty... Sans posséder sa force, bien entendu. Anubis fut néanmoins balayé, et projeté à des dizaines de mètres de là : sa projection embrassa la course d'un ricochet et il lui fallut quelques rebonds incontrôlés avant d'enfin stabiliser sa position, non sans jeter un regard placide et hébété autour de lui. Il devait retrouver ses pairs, maintenant... Sans doute allait-il perdre un peu de temps avant de rejoindre le reste des Dévoreurs. Temps durant lequel ces créatures seraient désorganisées, certes... Mais toujours aussi furieuses et avides de repas.

Alors que William Lancaster réservait aux deux grands noms qui figuraient parmi les membres de cette équipe de tireurs d'élite un avant-goût de sa propre force, les Dévoreurs, quant à eux, se précipitèrent vers le reste de la piétaille qui avait jusqu'à présent tenté de vendre sa peau chèrement. Le verdict fut sans appel : déjà de loin, l'efficacité des fusils était franchement modérée... Mais au corps-à-corps, les canons n'étaient plus de la moindre efficacité. Deux fusiliers, plus intrépides que les autres, tentèrent leur chance au close combat. Ils furent bientôt submergés par ces immondes créatures, qui répandirent leurs bras et les entrailles sur la tour de guet, avec une abondance qui manquait grossièrement de retenue. Si la première ligne tomba promptement, les créatures étranges du Nouveau Monde reportèrent bientôt leur attention sur le reste des marines... parmi lesquels figurait Kitara. Des balles et des explosifs tentèrent de ralentir leur course, y compris tirés par le vice-amiral Nowaki en personne... Sans rencontrer de franc succès, malheureusement. La plupart des carnassiers furent certes ralentis, mais demeurèrent peu ou prou en parfait état : les tirs individuels manquaient de puissance pour en venir à bout... D'une seconde à l'autre, les Dévoreurs seraient à portée de crocs de leurs opposants et ils pourraient dès lors s'en donner à cœur joie : sans renfort imminent, la plupart des tireurs couraient à leur perte et il allait sans dire que seul le zoan ancien et l'amirale elle-même auraient les moyens de retarder l'inévitable... A fortiori quant à Akainu qui, d'un pas lent, commençait à se rapprocher de Midoritaka en laissant les projectiles tirés par celle-ci et par ses subordonnés traverser son corps, sans jamais véritablement l'atteindre. Son haki de l'observation était trop affûté, et son intangibilité en faisant un adversaire insaisissable... Il semblait compromis de seulement le faire flancher.

-Évacuez ! Je vais vous gagner du temps !

Camille Elkens était consciente du fait que leur résistance était futile : ils ne pouvaient pas espérer triompher d'un adversaire aussi coriace... pas même lui résister. Si l'envie lui piquait, ici et maintenant, de lui foncer dessus sans crier gare, elle savait même qu'elle n'aurait pas l'ombre d'une chance d'en réchapper indéfiniment et que personne, pas même le vice-amiral Nowaki qui avait pourtant tâché de rendre sa présence rassurante, ne pourrait lui prêter main forte. Le niveau de combat de ce monstre était tout bêtement trop élevé, trop déraisonnable... En l'état, seule une poignée très restreinte de combattants liés à Marineford auraient pu lui tenir tête, et ils n'en faisaient clairement pas partie. Devait-elle, cependant, se contenter de courber l'échine et d'implorer miséricorde ? Quiconque l'aurait côtoyé une seule minute durant aurait pu jurer que ça n'était pas son genre... Et il ne se serait pas trompé. Midoritaka était le type de femme qui vivait droite, franche, fidèle à ses convictions, quelles que soient les circonstances. Elle en apporta la preuve, alors que les Dévoreurs avançaient encore et toujours : elle enfonça sa main droite dans son manteau ample, symbole de l'amirauté, et en retira plusieurs petites sphères, toutes reliées entre elles par un fil unique, manifestement en acier. La chose, dépliée, semblait pouvoir couvrir plusieurs mètres... mais en l'état, elle n'était ni plus ni moins qu'une boule grossière, imparfaite, d'une quarantaine de centimètres de diamètre, tout au plus. Taito, grâce à son expertise, pourrait comprendre ce dont il s'agissait : des mines. Leur effet était probablement réduit, compte tenu de leur petite taille... Mais pour l'heure, la demoiselle considérait qu'elle n'avait pas besoin de davantage de puissance. Elle lança cette arme improvisée dans la direction d'Akainu et des Dévoreurs, précipitamment... Puis la visa par le biais de son arme, et fit feu sans réfléchir.

La balle, somme toute basique, percuta l'une des mines et l'enclencha en la détruisant sommairement. D'autres suivirent, puis toutes simultanément... Et des éclairs se mirent à en jaillir. Ces choses vinrent pourlécher les premiers Dévoreurs, mais pas le Chien Rouge qui, réactif et clairvoyant, avait anticipé la menace sans jamais la sous-estimer. Il savait qu'il avait largement l'ascendant vis-à-vis de son ancienne collègue, mais elle ne lui avait pas succédé par hasard : lui manquer de respect de la sorte aurait été s'exposer à un grave danger. Or, William Lancaster savait pertinemment qu'il était l'un des plus grands atouts de l'armée de Centes Decima... Il ne pouvait de ce fait pas se laisser blesser sottement, lors même que la bataille débutait tout juste.
Quelques tireurs, dociles et peu enclins à renoncer à leur existence dans un simulacre de résistance, exécutèrent l'ordre de l'amirale sans piper mot : ils firent volte-face et s'engagèrent dans l'escalier, souhaitant corps et âme déserter la tour de guet, quitte à l'abandonner à l'ennemi. D'autres, plus retentissants, tentèrent avant d'obéir de laisser un ultime présent audit ennemi : par exemple en mitraillant généreusement l'un ou l'autre des Dévoreurs qui, touchés par les éclairs de plein fouet, semblaient être blessés. Restait à savoir quelle serait la posture embrassée par Taito... mais il lui fallait faire vite : le Lancaster n'allait pas tarder à revenir à la charge, et il y avait fort à parier qu'un deuxième tour de passe-passe de cet acabit ne fonctionnerait pas.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 H1qrL'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 192585Pion3

Maître de Célestia, Azer Ty et Anna Mendez, ancienne amirale Aokiji.

L'attaque combinée d'Azer Ty, d'Anna Mendez et de Noda filait bon train, survolant le terrain obscurci par le ciel nuageux de Marineford. D'ici quelques instants, elle parviendrait au navire où elle risquait fort de commettre un carnage : peu nombreux étaient les gradés qui seraient en mesure de se tirer d'affaire par leurs propres moyens, et il semblait peu probable qu'un glorieux héraut sorte de l'ombre au moment propice pour couper court à cette offensive cataclysmique. Pourtant, ce fut la posture que tenta d'aborder Ghetis Archer, en érigeant l'une des arènes dont il avait le secret. La muraille extérieure fut inexpugnable, effectivement, mais seulement durant quelques secondes : si les premières mines, les premiers rochers et les premières lances aqueuses s'y écrasèrent lourdement, des fermetures eurent tôt fait d'en entrouvrir la paroi, de telle sorte qu'une portion toujours généreuse de cette offensive put se frayer un chemin au travers de cette arène salvatrice. Dès lors, les iniatives furent multiples, mais toutes ne rencontrèrent pas nécessairement un franc succès : Violet Nowaki fut en mesure de détruire certains gravats et une ou deux mines, mais le reste de l'assaut continua invariablement son petit bonhomme de chemin. Sypher Wenham, Styff et Caligula Spown tentèrent bien de construire un mur, lequel pourrait prendre appui sur le navire flottant afin de résister à l'impact, mais ils furent empêchés par John Pacifique qui chassa la création du logia d'un coup de poing vigoureux : ils ne devaient pas se contenter d'attendre en obstruant leur vision. Il allait sans dire qu'aucune espèce de muraille ne suffirait à bloquer le reste des attaques si Ghetis Archer lui-même n'avait pas été en mesure de le faire... Et il allait sans dire, par ailleurs, que l'efficacité du haki de Styff et de Caligula était dérisoire comparée à celui de l'ancienne amirale. En somme, s'ils procédaient de la sorte, ils courraient au désastre : ils allaient devoir l'anticiper, et pas l'attendre. Et c'est ce qu'ils firent : l'amiral Shirokuma usa d'un autre coup de poing afin de projeter vers les rochers une masse d'air colossale, Rasgarat Abel envoya plusieurs de ses vecteurs à la rencontre des projectiles, Jasmine fit s'envoler plusieurs dalles qui vinrent se joindre à la danse, depuis le sol de Marineford, John John cracha une boule de feu gigantesque tandis que Flais générait abondamment le plomb dont il était le maître, Nagate, Mojoni et Malia libérèrent les lames d'air les plus vastes qu'ils étaient susceptibles d'invoquer... Aston Finley lui-même vint donner de sa personne, en imitant Exalva Flais mais en laissant à Yonass l'opportunité de recouvrir ses créations de haki à mesure qu'il les projetait. Tout ce beau monde, en somme, œuvrait main dans la main face à l'adversité... Et ils réussirent l'impensable, miraculés, en contrant la majorité des assauts qui leur étaient destinés. Seules quelques lances projetées par la logia, trop virulentes, parvinrent au navire contre lequel elles s'écrasèrent sans tuer quiconque. Le Gouvernement Mondial venait de le prouver : la solidarité et l'entraide pouvaient permettre à une faction dûment préparée de soulever des montagnes. Asya Lida demeura en retrait, et se contenta de coordonner les actions, en tout en conseillant au contre-amiral Wenham de ne pas user de son projectile explosif : considérant le peu de stabilité du navire flottant et le danger que représentaient les lances aqueuses, précipiter le bateau tout entier dans une chute incontrôlée, c'était encore le meilleur moyen de tuer des gradés trop peu réactifs... Voire de tous les jeter par-dessus bord.

L'euphorie, plantée comme une graine dans le terreau de leurs cœurs, semblait être prête à éclore... Jusqu'au moment où la douche froide s'annonça. L'intuition d'Heziel Coffe était bonne, et Sakuraba Yu eut la même : ce fut à cet instant précis qu'Asya Lida comprit qu'ils s'étaient tous fourvoyés. Centes Decima avait attiré leur attention sur plusieurs points : la tour de Guet, avec la présence d'Akainu, ou encore l'escouade anti-Decima, avec les assauts désespérés de Mozero et de Nu Wa... Tant et si bien qu'ils avaient cru que tout cela n'était ni plus ni moins qu'une grossière diversion, destinée à précipiter leurs erreurs et à offrir à Aokiji une ouverture exploitable dans leurs défenses. C'était tout l'inverse. La véritable diversion, c'était l'ancienne amirale qui l'avait constituée : et la véritable menace se trouvait dans leur dos. L'amirale-en-chef, prompte, fit demi-tour à l'instant où des lames d'airs gigantesques vociféraient, à quelques centimètres seulement de la coque du navire. Elle tenta bien sûr d'alerter l'ensemble de ses pairs et subordonnés... Mais elle sut, au fond d'elle-même, qu'il était trop tard pour des avertissements.


Le bois fut tranché net. La coque en granit marin n'interrompit en rien l'assaut, et les planches, les poutres de bois qui soutenaient l'ensemble de l'édifice en l'absence de la malédiction de Jasmine éclatèrent en des nuées d'échardes. Des cris s'élevèrent de toutes part, et seule une poignée de combattants eurent la réactivité et la vitesse nécessaire pour se tirer d'affaire. Heziel Coffe aurait tout loisir de pousser brutalement la vice-amirale Focker Lim, laquelle aurait fini, sans son intervention, tranchée en deux de l'épaule droite jusqu'à la hanche gauche. D'autres pourraient se faire les héros d'un instant : John Pacifique, à titre d'exemple, empoignerait fermement les contre-amiraux Wenham et Spown, qu'ils plaqueraient au sol dans un coin épargné par cette furie tranchante. Rasgarat Abel, plus utile qu'on n'aurait pu le redouter de prime abord, et moins égoïste qu'on ne le disait des pirates, usa de l'un de ses vecteurs qu'il projeta vers John John, puis vers Himan : il les tira tout deux d'affaire avant de se recroqueviller à son tour, l'une de ses mèches de cheveux sombre se dispersant au gré du vent. Il avait manqué la mort d'un chouïa, et il n'était pas le seul : Jasmine aurait été décapitée net si Dereto ne l'avait pas agrippée par le col pour la rabattre sur le sol, sans le moindre ménagement, en même temps que Tanaka Ysaak. Asya Lida, à son tour, démontra l'étendue de sa vélocité en plaquant Sakuraba Yu au sol : lui aussi était l'une des cibles privilégiées de cette attaque, à en croire les deux offensives qui auraient dû séparer son intégrité physique en trois morceaux distincts. Elle entraîna également Violet Nowaki, qui aurait pu subir le même sort, sans intervention extérieure. Aston Finley, enfin, fut en mesure de mettre Flais et Yonass en sécurité : ils étaient également plutôt proches de lui, grâce à l'entraide qu'ils avaient mis en pratique afin de répondre à l'attaque d'Aokiji. Quant aux autres ? La chose se déroula de façon moins optimiste.

Eracless, Ronald et Voltaire étaient trois combattants bien différents, sous bien des aspects, mais ils avaient un point commun qui leur fut salvateur : leurs fruits du démon respectifs appartenaient à la gamme des zoans... Et ils purent de ce fait emprunter une forme moins volumineuse, échappant à leur tour à l'enfer qu'on semblait pourtant leur promis. Ils ne purent néanmoins pas empêcher le sang de couler... Le sang, et les larmes. Le navire flottant fit une embardée, déséquilibrée par le choc que Jasmine venait de subir : elle parvint néanmoins à se ressaisir avant que la moitié de ses occupants ne manque de passer par-dessus bord. Une fois cela fait, Asya Lida se redressa précipitamment... Et son cœur manqua un battement tandis que ses yeux, exorbités, fixaient le moindre de ses subordonnés avec incrédulité, et un soupçon de terreur. On devinait distinctement les plaintes qui provenaient des entrailles du navire : ses occupants n'avaient pas eu la chance d'anticiper les lames d'air par le biais desquelles l'Incontrôlable avait quadrillé le bateau volant, et la majorité avaient donc pu connaître un sort peu enviable. Ils n'étaient toutefois pas les seuls à plaindre, quand bien même leurs cris et leurs râles rajoutaient à l'ambiance générale une dose conséquente d'anxiété et d'angoisse. Kisa Mojoni, véritable miraculée, se tenait simplement l'épaule droite, laquelle suintait de sang, en grimaçant de douleur. La plupart de ses lames avaient été rompues, tranchées nettes, mais son corps en lui-même avait été globalement épargné... Contrairement à Hijime Malia, qui tenait son coude gauche en pestant, son avant-bras à ses pieds. Styff, le fidèle comparse de Sypher Wenham, s'était quant à lui vu amputer d'un bras entier... Alors que Barber Janz, de son côté, demeurait avachi contre le grand mât tout en se tenant le moignon au bout duquel aurait dû trouver place son pied droit.

Poisseroy Voltaire, une fois à nouveau en forme humaine, fut ébranlé d'un soupir soulagé... Puis d'un frissonnement de mauvaise augure. Il pivota, interdit, puis se mit à blêmir à vue d’œil lorsque son regard se posa finalement sur la silhouette sanguinolente de son comparse de toujours, Joshua Flamingo. Les larmes lui montèrent aux yeux tandis qu'il tombait à genoux, sa respiration saccadée. Flais, non loin, se mit à vociférer en se précipitant sur Wolst Maya, dont les jambes et la taille avaient été séparés du buste : elle avait d'ores et déjà perdu connaissance, son corps préférant la douceur de l'inconscience à la lente agonie qui aurait dû être sienne... mais Turoi Nagate n'avait pas eu autant de chance. Il lui manquait son bras gauche, et même une partie de son torse. Pourtant, il respirait encore lorsque Kisa Mojoni, décomposée, vint s'agenouiller à ses côtés : il lui murmura quelques paroles qu'elle fut la seule à entendre, tandis que l'amirale-en-chef, chancelante, titubait jusqu'au corps inanimé de Jean-Bart Nonoha, coupé en deux dans le sens de la profondeur. Une tranche nette, dont une seule personne actuellement affiliée aux Decimas pouvait être l'auteure...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Zaraki10

L'Incontrôlable, primé à 928.000.000 B.

Le galion de l'Incontrôlable, qui affichait ostensiblement le pavillon d'Erika Orato, mouillait au large de Marineford. En vérité, il avançait : sans se presser, certes, mais il avançait bel et bien. A son bord figurait l'un des plus redoutables pirates au service de l'unique Impératrice du Nouveau Monde... Et l'un des plus puissants sabreurs, à n'en pas douter. De ceux qui pouvait sans doute offrir à Mifune un beau combat... Combien de gouvernementaux ici présents pouvaient se targuer de pouvoir accomplir pareil exploit ? La réponse était claire : trop peu. Et ce petit nombre trop restreint étaient les seuls en mesure de le vaincre, de le bouter hors de cette terre symbolique au possible... Autant dire qu'il allait falloir y mettre les moyens. Le redoutable sabreur fit craquer les os de sa nuque en penchant brutalement sa tête sur la gauche, puis fit tournoyer son épée édentée dans ses mains aux doigts crochus. Ses attaques n'auraient plus jamais le même impact, car elles ne bénéficieraient plus jamais de l'effet de surprise, il en avait conscience. Sauf qu'il n'avait pas nécessairement besoin de faire un carton plein à chaque offensive : en l'état, l'important était surtout de montrer aux justiciers qu'ils étaient faits comme des rats. William Lancaster devant, l'Incontrôlable derrière, et tout une cohorte de guerriers redoutables à leurs côtés, de l'envergure de Mozero, de Nu Wa ou encore d'Azer Ty : en somme, suffisamment de bras pour leur creuser des tombes, et pour les y précipiter.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Ishida10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 50669010

Vices-Amiraux Sakuraba Yu et Kisa Mojoni.

-Amirale-en-chef ! Donnez l'ordre ! Appelons les renforts, maintenant !
-Non ! C'est hors de question !
-Quoi ? On n'a pas encore assez de morts sur les bras, selon toi !
-Ce n'est pas une question de morts ! Si les renforts interviennent maintenant, Centes pliera bagage et c'en sera fini de cette guerre !
-Tant pis ! On tuera ceux qui resteront en retrait, et...
-Qui, Mojoni ? Qui ? Lancaster a déjà prouvé qu'il avait des fermetures à l'intérieur de son corps ! Tu crois vraiment qu'un pirate affilié à Erika n'aurait pris aucune précaution avant de s'engager dans un conflit ouvert avec le Gouvernement Mondial ? Alors quoi ? On aurait perdu plusieurs de nos camarades simplement pour capturer Mozero et Nu Wa, au mieux ? C'est de la folie !
-Parce que c'est beaucoup plus sain, de rester ici ? On va se faire trucider ! Ça va être une boucherie ! Camille et Taito vont mourir les premiers, et...
-Il suffit, vous deux ! Arrêter de vous chamailler !

Si les deux vices-amiraux disposaient chacun d'un certain ego, il ne fut pas de taille face au sentiment oppressant qui s'empara d'eux, généré par Chairoka. Cette dernière avait grand besoin de silence : pour penser, bien sûr, mais aussi et surtout pour chasser momentanément les visions de désespoir qu'elle avait capté par l'intermédiaire de toutes les personnes auxquelles elle avait relié son subconscient. Mojoni n'avait pas tort : la situation était terrible, bien plus qu'ils n'auraient pu l'envisager de prime abord. Centes les avait mené à la baguette, jusqu'à présent, et si les forces du Gouvernement ne manquaient pas de répondant, s'ils avaient encore de quoi lui offrir une défaite éclatante, le constat était dorénavant incontournable : cela ne se ferait pas sans perte. Quatre hauts-gradés venaient de périr, simultanément, alors que la bataille débutait tout juste dans de nouvelles dispositions, dans une nouvelle conjoncture... Combien d'autres suivraient ? Ils allaient devoir coordonner les efforts de guerre s'ils entendaient réduire les pertes à venir... Et ça n'allait pas être mince affaire. Bientôt, la terreur et le désarroi se changeraient en haine, un puissant moteur s'il était utilisé à bon escient, mais un moteur qui risquait fort de ternir l'efficacité et la pertinence des gradés qui se jetteraient à l'assaut de leurs ennemis... Ils devaient donc faire en sorte de rendre cette haine productive. Aux yeux de Chairoka, la façon la plus simple de triompher, c'était encore d'utiliser son pouvoir, à elle. Mais une personne l'en empêchait encore, temporairement : Sayouri Taka. En somme, la prochaine cible à abattre, c'était elle... Sauf qu'elle demeurait évidemment précieusement planquée dans la dimension de Mars. Peut-être jouissait-elle même de la protection exceptionnelle de Kamiji : si tel était le cas, les chances de lui mettre la main dessus passaient de minces à quasiment nulles. Il fallait s'infiltrer dans cette dimension, trouver sa trace, la vaincre sans succomber aux hordes Decimas que le Monarque devait réserver à la protection de son fief habituellement... Autant dire qu'ils ne pouvaient pas réussir un tel exploit en un claquement de doigts. Ils devaient d'abord prendre de solides dispositions.

Tandis que Focker Lim, toujours soumise à l'hébétement successif au choc, retrouvait un semblant de sa superbe et repoussait farouchement Heziel Coffe sans lui décerner le moindre remerciement, Chairoka pointa du doigt le navire pirate qui s'avançait paresseusement, à l'horizon.

-Nous devons commencer par repousser ces types-là. Ils ne sont pas affiliés à Centes, pas directement, à moins d'être ses pions... Ce dont je doute, selon les voix que je peux percevoir d'ici. Autrement dit ? A la première réelle difficulté, ils risquent de s'enfuir. Ils ne sont pas là pour mourir... Rasgarat, Coffe. Chargez-vous en. Il faut également aider la tour de guet à tenir bon, au moins jusqu'à ce qu'on soit en mesure d'envoyer des renforts plus conséquents... Le géant nous gêne, pour l'heure... Aston ? Téléportez John Pacifique, et revenez avec un tireur d'élite aussi vite que possible. N'importe lequel. John John, occupez-vous de distraire le géant. Faîtes-nous gagner du temps. Jasmine, rapprochez le navire de l'escouade anti-Decima.

L'amirale-en-chef avait retrouvé un peu de son aplomb naturel : elle commençait donc à donner des directives, suite auxquelles les principaux intéressés purent acquiescer. Bien sûr, elle n'interdisait pas les initiatives, mais il y avait fort à parier qu'elle serait très critique vis-à-vis des décisions inconsidérées ou trop imprudentes... Les justiciers ne pouvaient pas se permettre de perdre davantage d'éléments, pas tant qu'ils ne possédaient ni Sayouri, ni Nala.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Okita_10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 733334NuWa1
Vice-Amiral Keternel Alion et Nu Wa, criminelle primée à 500.000.000 berrys.

Leurs lames dansaient à une vitesse effarante, aussi assoiffées de sang l'une que l'autre. il était difficile de savoir précisément qui avait l'avantage : les deux bretteurs jouaient littéralement dans la même cour... Et ils y excellaient, l'un comme l'autre. Tout en vitesse, en fluidité, en grâce et en souplesse, ils répondaient aux assauts virulents de l'autre avec une agressivité contenue. Ils étaient des maîtres de l'épéisme, cela allait sans dire, et ils soutenaient leur maîtrise de leurs sabres respectifs grâce aux arcanes qui leur étaient propres. Alion usait du rokushiki à tout va, passant du kami-e au geppou en un centième de seconde, tâchant de rendre le moindre de ses mouvements parfaitement imprévisible, tandis que Nu Wa usait de son logia avec parcimonie et retenue, seulement lorsque cela pouvait lui permettre d'éviter un coup en traître, de dévier une épée, d'assurer sa survie, en somme. Il semblait néanmoins évident que si elle avait seulement pris la peine d'utiliser son fruit du démon d'une façon plus belliqueuse, la criminelle aurait pu prendre l'ascendant en un clin d’œil... Sauf que ça n'était pas son objectif. Pour l'heure, elle préférait éviter de s'épuiser contre le premier badaud venu. Le Keternel faisait partie des priorités de Centes, pour sûr, mais c'était à cause du fait qu'il incarnait un obstacle aux plans du Monarque... L'ancienne membre du CP9, quant à elle, se fichait bien de savoir s'il allait mettre des bâtons dans les roues du blondinet prétentieux. Son but, à elle, c'était de survivre au sein de cet enfer qui semblait se refermer autour d'elle, inextricable, inexorable... Et pour ce faire, il allait sans dire qu'il allait lui falloir une sacrée dose de patience, et d'opportunisme. Tant et si bien que l'approche semi-furtive de l'Archer ne l'étonna pas : elle s'en accommoda même parfaitement, éloignant Alion d'un bond en générant une large vague d'aluminium et tournoyant pour faire face à son nouvel opposant.

Le vice-amiral n'était pas si rapide que ça : pas, en tout cas, pour une jeune femme de son acabit. Lui excellait dans la force, brute et primaire, dans la puissance de ses muscles et dans leur résistance effrontée. Elle avait toujours fait de la vitesse son fond de commerce : autant dire qu'elle était non seulement capable de le voir venir... mais aussi et riposter. Et elle le fit, mais en demeurant sur la défensive : pas de risque inutile. Son épée percuta les poings de Ghetis Archer en se recouvrant du haki de l'armement, l'empêchant de céder. Elle sentit néanmoins que la pression était trop grande, et que ses bras allaient ployer sous le choc. Craignant de le recevoir dans le ventre, elle fortifia donc ses membres en les transformant en aluminium et en créant tout une série de barres qui vinrent les soutenir, comme un tuteur aux côtés d'un jeune arbre. Cette création soudaine tint bon, mais la maudite se contraignit tout de même à reculer de quelques pas : simple précaution, une fois de plus, tandis que sa peau retrouvait sa couleur habituelle, un doux rose tendant sur le beige. Elle afficha un léger sourire, plus amusé qu'arrogant, tandis qu'elle déposait sur Ghetis Archer un regard fier. Il était bon, bien trop : elle n'aimait pas combattre contre des hommes qui avaient une chance de la terrasser... Et encore moins contre deux d'entre eux, simultanément. Autant dire qu'elle fut soulagée de les entendre, lui et Daisuke, implorer Alion d'aller aider Wakai Tsuki, ce que le vice-amiral fit sans piper mot : il comprenait qu'il était urgent de prêter main forte à l'amiral, que Mozero était plus dangereux que Nu Wa... Et elle possédait donc une chance inouïe de se faire la malle.

-Soyons clairs, vice-amiral. Je ne combats pas pour Centes. Je combats pour l'argent, pour une meilleure condition... J'avais tout intérêt à accepter l'offre des Decimas. Pas pour qu'ils gagnent. Mais pour que vos deux forces s'affaiblissent mutuellement. J'ai toujours pu échapper à la Marine, jusqu'à présent, mais je n'ai pas vraiment envie que les poursuites se multiplient et qu'elles s'accentuent... Vous voyez où je veux en venir ? Ce combat est une perte de temps. J'ai eu ce que je voulais. Vos forces vont subir une sacrée déconvenue. Laissez-moi fuir. Vous n'avez pas besoin de moi, contre vous. Laissez-moi fuir, et capturez ce chien galeux de Mozero. Capturez les pions, et les autres mercenaires. Vous en avez le pouvoir, largement.

Qu'allait-il faire ? La question demeurait entière. S'il acceptait, la jeune femme ne se ferait pas prier et déguerpirait sans demander son reste : elle trouverait bien un moyen de quitter cette fichue île sans qu'on ne lui tombe dessus à nouveau. S'il refusait, et bien... Elle se taillerait un passage par la force de son épée.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Bleach10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Bambie10
Vice-Amirale Ortenssia Emy et Colonelle Tempesky Eileena.

-Restez près de moi, les deux ahuris, mais pas dans mes pattes !

Elle aimait l'idée de ne pas avoir à s'occuper de Matochika Cho... Et elle aimait l'idée d'avoir de multiples cibles face à elle, afin de leur éclater le crâne. Elle se rua dans la direction du premier contre-amiral qui avait le malheur de se trouver dans sa ligne de mire : elle le balaya d'un coup de pied prompt qui, s'il ne fut pas suffisant pour le mettre hors d'état de nuire, eut au moins le mérite de le sonner durablement. La vice-amirale n'était pas stupide, en dépit des apparences... pas totalement, en tout cas. Elle savait qu'elle risquait gros, si elle demeurait trop longtemps aux côtés de ces pions : elle devait faire en sorte de s'éloigner, ou de les éloigner avant qu'ils n'aient l'occasion de faire des leurs. Pas chose aisée, pour sûr... Mais au moins, il y avait de quoi s'occuper l'esprit pendant que le reste de l'escouade retrouvait un semblant de liberté grâce à l'intervention du vice-amiral Archer. Les colonels Tempesky et Daar-San ne se firent pas priés, et firent effectivement en sorte de demeurer en retrait, précieusement planqués dans le dos de la folle furieuse qui distribuait les coups de poings avec une générosité abondante. Pour l'heure, ils n'étaient pas en danger, cela allait sans dire... Mais pour combien de temps ? Non loin, les trois contre-amiraux avaient entamé le conflit qu'ils devaient gérer contre le vice-amiral Matochika Cho, qui semblait pouvoir user du haki de l'observation. S'ils étaient tous les trois relativement optimistes quant à leurs chances de victoire, ils gardaient à l'esprit que la moindre erreur risquait de leur coûter cher... Fort heureusement, Mark et Lochal travaillaient ensemble depuis des années et des années, et Jeffer avait su se greffer à leur duo avec brio au fil des entraînements consécutifs. Un trio bien rodé, donc, pour une tâche de taille : éviter au vice-amiral Matochika la fin qui lui avait été destinée, lors de la première version de l'événement s'étant écoulée.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Wld7L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 A0827b10
Shérif Bürmingom, mercenaire primé à 78.000.000 berrys, et Ex-Exécutrice de Mars Frija Syrilia.

Pouvait-on cependant affirmer que les membres de l'escouade anti-Decima étaient tirés d'affaire ? Assurément pas. Bürmingom veillait au grain, de son côté, un sourire candide, enfantin sur le visage. Il avait touché. Bon sang, il avait touché... Et sans mourir ! C'était inespéré, considérant la première fin qui avait été la sienne : et il entendait bien continuer de la sorte. Toutefois, il n'eut pas le temps de faire mouche une seconde fois que la fermeture par laquelle il était arrivé dégueula trois nouvelles silhouettes. Syrilia était la première d'entre elles : le regard aussi affûtée que l'épée, elle détaillait les environs avec l'espoir de revenir à la charge plus puissamment que lors des combats s'étant écoulés dans une courbe du temps alternative. Elle était suivie de près par Dream Vespier et Iris Vermillon : l'un comme l'autre étaient également prêts à en découdre, même si Iris affichait un sourire frustré. Jean-Bart Nonoha avait péri : il avait été difficile de rater les jubilations de Centes Decima lorsque les lames de l'Incontrôlable avaient pu atteindre cette cible. Elle n'allait donc pas pouvoir prendre sa revanche... Elle ne le pourrait jamais plus. Elle n'avait qu'à envoyer à ses côtés, dans le trépas, un bon nombre de ses collègues : c'était le moins qu'elle pouvait faire, afin de peupler le repos éternel de cet ennemi de lamentations supplémentaires.
Non loin d'eux, d'autres silhouettes s'approchaient à leur tour, nettement plus massives. Les géants, menés par Qwer Ty, risquaient manifestement de faire leur apparition à leur tour. Il était grand temps pour le Gouvernement Mondial d'enclencher la vitesse supérieure... Sinon, ils courraient effectivement à leur perte.



Ordre de réponse :
Ghetis - Taito - Caligula - Sypher - Daisuke - Heziel - PNJ Decima
Vous disposez de 72h pour répondre. Écoulé ce délai, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles exceptionnellement, que vous pouvez utiliser au besoin afin d'étendre votre tour.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir personne en amont, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour mais que vous prévenez les MJs et vos compagnons, ça n'aura aucune incidence et vous pourrez reprendre tranquillement !


HRP :
Anubis a été repoussé, mais pas tué. Elkens réussi l'exploit de faire reculer Lancaster un petit moment, mais ce dernier menace de revenir à la charge, accompagné bien sûr des sempiternels Dévoreurs, qui menacent grandement les tireurs dans leur ensemble.

L'attaque combinée Noda - Azer Ty - Aokiji est finalement bloquée, mais l'Incontrôlable, dans le dos des troupes de la Marine, fait des siennes. Son attaque tue Jean-Bart, Joshua, Nagate et Maya. Malia, Styff et Janz sont de leur côté sévèrement blessés. Les gens qui se trouvaient à l'intérieur du navire, bah... C'est une hécatombe, entre vous et moi.

Chairoka songe à un grossier plan de bataille, mais l'évidence est là : il faut tenir bon jusqu'à ce que Nala ou Sayouri, ou les deux, soient vaincues ou capturées. En attendant, il faut se passer de renforts...

Alion va aider Wakai Tsuki. Nu Wa discute avec Ghetis.

L'escouade anti-Decima se confronte aux pions.

Et donc :

Tour de guet :

William Lancaster (Akainu) → Niveau 50+ (?), primé à 1.150.000.000 berrys.
Possède le Logia du Mercure, les hakis de l'observation et de l'armement.
Dévoreurs → Niveau 35.
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).

Camille Elkens (Midoritaka) → Niveau 46.
Maîtrise parfaite des armes à feu, hakis de l'observation et de l'armement.
Tireurs lambdas → Niveau 30.
Armés de fusils, certains possèdent des balles spéciales, d'autres se contentent de faire feu avec une précision remarquable.


Aux abords de la tour de guet :

Azer Ty → Niveau 45.
Corps-à-corps, taille démesurée, haki de l'armement avancé (armure totale).
Anubis (Chef des Dévoreurs) → Niveau 42+ (?).
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).


Au sol :

Mozero → Niveau 48, primé à 480.000.000 berrys.
Corps-à-corps brut, haki de l'armement avancé, haki de l'observation standard.
Nu Wa → Niveau 47, primée à 500.000.000 berrys.
Logia de l'aluminium, combat à l'épée., haki de l'armement.
Syrilia Frija → Niveau 41, primée à 150.000.000 berrys.
Sabreuse pure, haki de l'armement.
Dream Vespier → Niveau 40.
Zoan mythique du yéti.
Iris Vermillon → Niveau 38.
Combat avec des bourses étranges, geppou.
Shérif Bürmingon → Niveau 38, primé à 78.000.000 berrys.
Homme-bête tireur, haki de l'armement.
Matochika Cho → Niveau 41.
Corps-à-corps, musique de combat, haki de l'observation.
Autres pions, contre-amiraux ou colonels.

Wakai Tsuki (Sorafuka) → Niveau 48.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Keternel Alion → Niveau 45.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Ortenssia Emy → Niveau 44.
Corps-à-corps pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Bartheo Jeffer → Niveau 39.
Corps-à-corps pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Cuthvine Mark → Niveau 36.
Paramecia de la vélocité, corps-à-corps, haki de l'armement.
Roncia Lochal → Niveau 36.
Zoan de l'araignée modèle Nephila komaci, corps-à-corps, haki de l'armement.
Tempesky Eileena → Niveau 33.
Colors Trap, corps-à-corps.
Daar-San → Niveau 31.
Retour à la vie des cordes vocales, corps-à-corps.


Sur le navire :
Asya Lida (Chairoka) → Niveau 55.
Paramecia du mental, corps-à-corps, hakis de l'armement et de l'observation.
Aston Finley → Niveau 55.
Paramecia de l'assimilation, hakis de l'armement et de l'observation.
Rasgarat Abel → Niveau 49.
Paramecia des vecteurs, hakis de l'armement et de l'observation.
John Pacifique (Shirokuma) → Niveau 48.
Corps-à-corps pur, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.
Jasmine → Niveau 48.
Paramecia de la gravité, hakis de l'armement et de l'observation.
Yamamoto Eracless → Niveau 46.
Zoan du lion des cavernes, hakis de l'armement et de l'observation.  
Dereto → Niveau 45.
Corps-à-corps, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.
Ezra Ronald → Niveau 43.
Zoan de la hyène, hakis de l'armement et de l'observation.
Hijime Malia → Niveau 43.
Sabre et corps-à-corps, hakis de l'armement et de l'observation.
Milosephko Yonass → Niveau 43.
Zoan de la grenouille kokoi, haki de l'armement.
Exalva Flais → Niveau 43.
Logia du plomb, haki de l'observation.
Tanaka Ysaac → Niveau 40.
Corps-à-corps, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.
Jean-Bart Nonoha → Niveau 40.
Paramecia du formatage, rokushiki, tir, hakis de l'armement et de l'observation.

Kisa Mojoni → Niveau 39.
Hachitoryu, rankyaku et soru, hakis de l'armement et de l'observation.
Poisseroy Voltaire → Niveau 39.
Zoan du Raton-laveur, haki de l'observation.
Flamingo Joshua → Niveau 39.
Corps-à-corps, haki de l'armement.

Turoi Nagate → Niveau 38.
Combat à la lance, soru et tekai, hakis de l'armement et de l'observation.

Focker Lim → Niveau 38.
Corps-à-corps pur frappe-terre, gants en granit marin, haki de l'observation standard, haki de l'armement éveil.
Wolst Maya → Niveau 35.
Fruit BEAST artificiel.

Sakuraba Yu → Niveau 30.
Ichitoryu, haki de l'observation.
Gringo Himan → Niveau 20.
Paramecia de la console.


Au large :
L'Incontrôlable → Niveau 48.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
ColonelColonel

Daisuke Aurola
Messages : 1245
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue103/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (103/350)
Berrys: 115.598.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeLun 28 Jan - 0:05

« L'histoire est écrite par les vainqueurs. »
Event




Les combats s’intensifiaient à vue d’œil et sans qu’il puisse y faire quoique ce soit. Sa demande formulée d’une main manifestement diplomatique fut acceptée sans discuter par son supérieur. Etait-ce dû aux calamités qui se passaient un peu plus haut ou à la logique dont il faisait preuve ? Il ne le savait pas, et il préférait ne pas se tarauder l’esprit de ce genre de question existentielle. En réalité, il préférait rester concentrer sur son affrontement à venir. Cette femme était sans doute exceptionnelle, elle avait réussi à résister à Alion Keternel – et même à le repousser. Elle n’était pas à sous-estimer, mais il pouvait faire confiance en son nouvel allié.

Il ne pu parvenir à saisir l’importance qu’avec le vice-amiral Archer, néanmoins, il restait persuadé qu’ils auraient tout deux la capacité de la retenir, au moins jusqu’à ce que Wakai Tsuki et l’autre sabreur en finisse avec leur adversaire ou que le trio de contre-amiraux réussisse à défaire Matochika Cho de l’emprise de la bombe incrustée dans son corps. Autant dire que son objectif principal était clairement d’éloigner la jeune femme de ses alliés. Cependant, en aucun cas il ne ferait que jouer la montre, il donnerait toute son énergie à la défaire.

Il était à la fois fier et assez étonné que l’ensemble de l’équipe, à laquelle il avait donné des consignes, se soient pliés à sa volonté. A vrai dire, il s’était longtemps posé la question de la confiance qu’il portait à ces hommes et ces femmes, mais il n’avait pas réellement pensé à l’image qu’ils avaient, eux, de lui. Pourtant, bien que sa stratégie soit ce qui lui semblait le plus intéressant sur le moment, il ne s’était pas imaginé la voir mise en place de cette manière. Aucune remontrance de la part des plus haut gradés, comme s’ils acceptaient sa parole.

Maintenant qu’il n’avait plus son sniper, il se retrouvait avec une force de frappe amoindrie. Pour autant, malgré cette perte de puissance brute, il retrouvait ainsi son habituel mode de combat, à la fois basé sur la vitesse et sur ses attaques à mi-distance. La portée que lui offrait son fusil de précision était tout autant handicapante qu’elle lui permettait une plus grande palette de possibilités. Possibilités dont il n’avait pas l’utilité dans un combat de cette ampleur, finalement. Il n’aurait pas le temps de viser des adversaires lointains s’il devait affronter une sabreuse au corps-à-corps. En fin de compte, c’était plutôt une bonne nouvelle de s’être séparé – momentanément – de sa nouvelle arme.

Il eut une pensée pour Eilenna avant de passer à l’action. Il faisait confiance à Emy pour la protéger, mais il ne pouvait s’empêcher de penser à la jeune colonelle qui risquait fort d’être rapidement en difficulté si personne d’autre ne pouvait se détacher pour leur prêter main forte. Il pensait notamment à son nouveau collègue. Le Cuthvine était pour Daisuke la deuxième personne en qui il avait le plus confiance au sein de l’escouade anti-décima et probablement du gouvernement entier en réalité. Notamment depuis leur entrainement contre le Keternel et le sauvetage des civils sur Tesk. Autant dire qu’il restait tout de même anxieux vis-à-vis de la stratégie mise en place, car il en restait l’instigateur principal.


C’est avec cet état d’esprit qu’il se précipita alors que la jeune femme finissait son joli discours. Elle voulait s’enfuir ? Elle ne l’aurait pas ! Il ne se ferait pas avoir une nouvelle fois par des subterfuges aussi pernicieux. Il se rappelait encore le gout amer de la désillusion qu’il avait vécu avec Sardegna. Il ne reculerait pas face à un hors-la-loi…

Communiquant avec son allié du jour, ils allaient profiter de leur synergie possible pour atteindre la sabreuse d’une manière méthodique et efficace. Relayant chacun ses pensées, ils échafaudaient un plan des plus simples, mais des plus plausibles. Dans un premier temps, il devait réduire le champ de vision de la femme avec sa fumée. Continuellement, dans son élan, il évacuait une quantité importante de fumée, de sorte à embuer la zone entière. Dans cette course effrénée, il tenterait le tout pour le tout, en tirant deux balles de feu – du chargeur Ullr – dans sa direction, histoire de la désorienter un maximum avant de l’atteindre par le flanc.

Oui, s’enfouissant dans la fumée qu’il continuait à générer, il s’approcherait, usant de ses rollers, eux aussi usant du même chargeur de feu. La vitesse accumulée n’était probablement pas au niveau de la jeune femme, mais son but n’était absolument pas de l’atteindre physiquement. Enfin, qu’à moitié. Alors qu’il se déportait sur sa droite, faisant en sorte d’approcher, il délèguerait à une partie de son corps, son bras gauche, à l’attaquer. L’ayant lui aussi transformer en fumée, il se déplaçait dans une direction différente, visant clairement les jambes de leur adversaire. Ainsi, lorsque le nuage de fumée invisible dans l’atmosphère actuelle entourerait les membres de la hors-la-loi, il figerait son bras grâce au Tekkai de sorte à la paralyser à ce niveau. Il en profiterait aussi pour donner une forme plus incisive à son confinement, ajoutant quelques pics visant les parties supérieures de son corps.

Il restait conscient que la jeune femme était capable de riposter à cette offensive, mais il avait aussi, par le biais communiquant de l’amirale-en-chef, compris que son collègue avait lui aussi plus d’un tour dans son sac et qu’il pouvait avancer la tête haute. Quitte à y perdre des plumes, il pourrait reprendre l’avantage.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


résumé:
 

techniques utilisées:
 

_________________
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 1382813805-daisuke

Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
Taito Nowaki
Messages : 525
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue246/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (246/350)
Berrys: 180.532.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeLun 28 Jan - 0:20

Love ?




L’air ambiant était tout bonnement terrible à respirer. L’odeur de poudre était une note plaisante, mais le sang était de trop ici. En un clin d’oeil, la situation était passée de difficile à désespérée. Les chances actuelles étaient tellement mauvaise que selon mes sens animal, nous étions dans du négatif. Pourtant, il était interdit de déposer les armes. Moi et mes compagnons refusions de baisser les bras face à cette menace bien trop grande pour nous. Le chien rouge et ces créatures étaient un danger sans précédent qui nous mettait dans une merde plus noire que la couleur noire elle-même. Mais encore et toujours, je refusais d’abandonner. Si la mort devait être la finalité de cette bataille, qu’il en soit ainsi. Nous mourrions en héros et non en lâche. Serrant les dents, je tirais sur tout ce qui bougeais jusqu’à réaliser l’horrible vérité. Même ces petites créatures étaient coriaces et le nombre ne jouais pas en notre faveur. Entre deux feux, quelques téméraires fonçaient vers ces bêtes sans doute pour jouer les héros...

“ RECULEZ !!! “

Mais il était trop tard. Ces petites choses transformaient ces deux personnes trop intrépides en bout de chaire... Incapable de les aider, je prenais sur moi essayant de relativiser en pensant que c’est leur faute et non la notre de ne pas avoir été écouté. Jouer au héros ici ne nous mènera à rien... Mourir en héros et stupidement ne tient qu’à un pas après tout.
Dans ma tête, toutes ces choses se mélangeaient. La peur, le stress, la rage, le tristesse. Le cocktail que cela donnais était aussi grisant que désagréable, nouvelle contradiction que je me devais de supporter. Nous étions prit au piège et il fallait faire avec, prier que des renforts arrivent, ou alors, combattre jusqu’au moment fatidique où notre coeur cessera de battre. N’imaginant pas l’horreur qui se déroulait plus bas, nous étions tous sur ce champs de bataille livrés à nous-même. Restais à voir quoi faire. Trouver un subterfuge ? Foncer en espérant faire bélier ? Négocier ?
Le chien rouge n’est pas n’importe qui, et ses compagnons ne semblent pas très doués de parole... Bref, nos options étaient plus que limitées. Il fallait accepter son sort.

Fixant Akainu approcher, il était terrible pour moi de me sentir impuissant de la sorte. En terme de comparaison, même lors de la mort de mes parents la sensation n’avait pas été si forte. La tension qu’invoquait le combattant ennemi était si intense qu’elle en était écrasante. Même mon fruit du démon de type prédateur me faisait sentir être comme un chiot face à un dragon... Impossible de décrocher mon regard de ce dernier, sa menace était la plus dangereuse qui soit et tout mes muscles étaient bandés, signe qu’au moindre mouvement palpable, je tenterais d’agir et pour cause... Menacer Midoritaka représentait l’une des pires choses qui soit à mes yeux, avec le fait de s’en prendre à ma soeur ou à des compagnons que je respecte. J’avais beau grogner, cela ne semblais faire aucune différence pour lui, cet homme anciennement amiral et qui a lâchement rejoins le monarque de son plein grès. Yeux dans les yeux, je me demandais le pourquoi du comment d’un tel acte. Pourquoi l’avoir rejoins ? Pourquoi diable changer de camps ?

C’est alors que le faucon vert donna un ordre des plus inattendu. Ainsi donc, nous devions quitter les lieux ? Abandonner la tour de guet ? Fuir signifiait l’abandonner et ça, quand mon cerveau le compris, mon coeur se comprima comme s’il était aussi conscient que mon cerveau l’était. La laisser elle derrière ? Certes elle était amirale et cela signifie être un bouclier contre le mal. Mais en aucun cas je n’allais la laisser derrière et pour bien des raisons. La celle que je rejetais pour rester professionnel prenait peu à peu le dessus face à la possibilité la plus morbide qui soit. La mort était possible pour elle et moi, mais la logique voulait qu’avant toute chose, ce soit elle en tête de liste. Autant le dire, le pire scénario qui soit serait de la voir fermer les yeux définitivement et moi être encore vivant à cet instant. Ce crève coeur me fit écarquiller les yeux et froncer aussitôt les sourcils tandis qu’elle nous gagnait du temps. Une ceinture spéciale pour mine ? Les explosions en chaîne devraient en effet offrir une porte de sortie pour s’en aller de là. Du moins, pour ceux décidés à s’enfuir. Jetant un bref regards à Kitara, je hochais la tête comme quoi elle aussi devait suivre les ordres et non se montrer bornée.

Celle-ci combattait et tentait de repousser la moindre bête qui aurait pu se faufiler jusqu’à elle et ses alliés, usant de ses bras mécaniques pour frapper les créatures alors qu’elle tirait ici et là.

Suite à cela, tandis que les explosions retentissaient, offrant un laps de temps durant lequel potentiellement fuir, Kitara partit avec ses collègues avec amertume. Laisser derrière elle des compagnons n’est pas son genre, mais les ordres sont les ordres. Il valait mieux ne pas être des boulets et rester en vie plutôt que causer la mort de tous de part sa simple présence. Ne pleurant guère, elle essayait de mettre de côté ces émotions tristes qu’elle ressentait pour cet homme qui était son capitaine.

De mon côté, je vins à rester auprès de la demoiselle à la chevelure verte. Le brouhaha était pire que celui occasionné par le batteur des “ Slop Note “ mais cela ne m’empêcherait pas de dire ce que j’avais à dire. Admirant le feu d’artifice avoir lieu, je vins à me mordre la lèvre à sang et m’adresser à la demoiselle avant qu’elle ne gueule d’éventuellement me barrer. Après tout, rester était une désobéissance non ?

“ ... Je n’ai jamais réellement eu l’occasion de vous rendre la pareil pour ce que vous avez fait pour moi à l’époque où vous nous aviez sauver moi et ma soeur... Ni même dire une chose que j’aurais du vous avouer il y a longtemps... Mid.. Camille... “

Au diable les formalités, là, il s’agissait d’une discussion qui touchait Taito Nowaki et Camille Elkens et non Vice-Amiral Nowaki et Midoritaka. M’adressant directement à la trentenaire à la chevelure verte qu’elle était, je vins à la regarder du coin de l’oeil et revenir à ce feu d’artifice. S’était si facile dans les films ou les livres. Dans ces bouquins où les gentils s’en sortent toujours c’est si simple. Pourquoi ma gorge était sèche hein ? Pourquoi mon esprit embrumé alors que je savais mot pour mot ce que je voulais dire ? Non... Là aussi, je ne pouvais pas me louper. Il me fallait le dire et c’est contre cette douleur insoutenable que je bataillais, réussissant enfin à la vaincre pendant quelques secondes. Ces secondes durant laquelle le monde était en suspend. Qu’importe que l’Amirale en chef soit “ témoin “ d’un tel discours, j’assumais mes paroles qui étaient durement méditées depuis toutes ces années.

“ Je t'aime ! “

Ce n’était guère le moment pour une telle déclaration. Mais n’importe qui, y compris l’Amirale en chef pourrait comprendre l’enjeu. Si aujourd’hui était le jour de notre fin, alors autant vider son sac plutôt qu’aller au ciel sans avoir dit ce que nous avions à dire.
Sans doute que des gens ont déjà eu le cran de lui dire ça, et sans doute aussi qu’ils ont eu droit à une balle en plein tête dans le pire des cas ou une invitation à aller ailleurs pour les plus chanceux, mais ça, cette suite, je m’en foutais car j’étais résigné. Il fallait se battre et je le ferais, au nom du gouvernement mondial, en mon nom, au nom de cette femme et tout ce qu’elle représente avec ma soeur et mes souvenirs : mon monde.

“ Avec le temps, j’ai trouver une raison de me battre autre que cette utopie, la justice, celle que vous les amiraux inspirez. Et si aujourd’hui est notre fin... Alors c’est à vos côtés que je veux la vivre. Si je dois me sacrifier pour le bien et l’avenir de ce que nous protégeons, alors qu’il en soit ainsi. “

Le message était clair. Même si un sentiment fort pouvant corrompre ma façon de penser était présent, à cet instant c’est avec elle que je me battrais. Je laissais entre ses mains mon sort et celui de bien des gens. Une pensée allait à ma soeur toujours en cas de pire scénario possible où celle-ci s’en sortirait mais ... Seule. Une sorte de demande indirecte à l’Amirale en chef si il devait m’arriver une chose : transmettre que je resterais toujours avec elle. Mais ça, ce n’est que s’il m’arrive quelque chose non ? Reposant mon regard sur le champs de bataille, j’étais déterminé à aller jusqu’au bout.

Rapidement, mon corps changea, gagnant en masse musculaire. Prenant l’apparence d’un lézard imposant, je prenais ma forme hybride d’attaque et défense pour booster ces deux données et éventuellement servir de bouclier. En effet, son ordre était simple, servir de soutient, de bras droit et je comptais bien assurer ce rôle. Mais une autre chose était sûre, si un danger se montrait trop grand, il ne fait aucun doute que je serais prêt à sacrifier de ma personne ou ma propre vie pour lui faire gagner du temps. Car il s’agissait là de notre but premier pour le moment : gagner du temps, survivre et jouer la défense. Aussi implacable soit l’ennemi,   nous nous devions de résister et attendre un miracle, des renforts, un coup du destin. Ou peut-être ... Accueillir la mort. Une chose était certaine, c’est que quoi qu’il arrive, ce sera “ ensemble “ et non seul de notre côté.


L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 14635110
Violet Nowaki, soeur de Taito

Une réussite. Seul nous sommes forts, mais ensembles nous formions un bastion invincible. Telle était la preuve de la défense déployée et qui réussit à vaincre l’offensive supposée mortelle de l’ennemi. Mais alors que la victoire était officielle sur ce tour de passe-passe, voilà qu’un doute prit de court les plus grands guerriers de cet air. Et si...
Comprenant sans doute en dernier, la guerrière de Wa se retourna pour alors être attrapé la louve et se fit plaquer au sol, échappant à un cheveux - au sens propre - à la mort. Celle-ci constata avec effroi qu’ils s’étaient tous fait bernés. Tout ceci n’était que poudre aux yeux. La qualité gargantuesque de cet assaut n’était qu’un piège destiné à attirer notre attention et ainsi nous montrer de dos au véritable ennemi de cette bataille sans merci. Un ennemi redoutable venait de littéralement faire mettre un genoux à terre aux plus hautes instances du gouvernement mondial et nul doute que l’égo de ce dernier en serait touché pendant un long moment.

Constatant les dégâts avec horreur, la demoiselle se força à ne rien montrer, bien que son coeur était facile à sonder par la télépathe du groupe. Elle était aussi triste et frustrée que ses camarades de combat. Voir mourir des compagnons n’est jamais une chose agréable. Il fallait se reprendre, ne pas laisser le mal nous ronger de l’intérieur. Même si l’envie de trancher la moindre personne ennemie était forte, la Nowaki aussi devait garder la tête froide comme son frère lui-même aux mains d’un terrible danger en haut de cette tour. Regardant l’Amirale en Chef, la femme cherchait en elle une sorte de réconfort, un espoir de s’en sortir, une force supplémentaire à la sienne qui la pousserait au delà de ses limites. Serrant sa lame, la demoiselle se tourna alors vers les ennemis qui étaient une horde. Géants, amiraux, créatures, criminel... L’armée ennemie était peut-être moindre en théorie, mais son efficacité n’était guère à sous estimer. Et si tel était le cas, s’était trop tard.. Les pertes ne pourraient pas être effacées à moins d’un éventuel retour dans le temps supplémentaire. Peut-être est-ce une chose à faire... Pousser l’ennemi à recommencer un tel acte en faisant une chose qu’il doit éviter à tout prix. Mais ce ne serait que recommencer de nouveau cette bataille et qui sait combien de versions possibles existent vu les forces déployées ? Tel un jeu d’échec, le moindre mouvement a une conséquence. Le pouvoir du temps était véritablement effrayant, tout comme celui de la téléportation du Dog. S’il était présent, pour sûr qu’il aurait changer les choses. Ce constat mina la mine de la demoiselle qui n’abandonnait pas pour autant. Pourtant, en terme de morts, Jean-Bart avait pour elle une certaine amertume et pour cause, dans l’ancienne version de cette bataille, un coup surprise pour l’aider avait permit à ce dernier de porter un coup crucial... Là, elle ne pourrait plus aider à quoi que ce soit ce dernier. Finalement, malgré ses convictions de femme forte porteur de lame, elle ne pu retenir une perle couler le long de sa joue avant d’être effacée par son minois qui s’assombrissait.

“ ... Ils paieront... Pour chaque compagnons tombés au combat... “

Une promesse comme il devait y en avoir des centaines à l’heure actuelle de ce genre. Mais la belle la tiendrait. Cherchant où combattre, la demoiselle interpella alors l’Amirale en chef. Son plan à elle était presque suicidaire, mais la moindre action a son importance et si elle pouvait être utile, la télépathe le savait mieux que quiconque, la demoiselle était dévouée et prêt à tout pour faire avancer le gouvernement.

“ Amirale Chairoka, pensez vous pouvoir me faire me propulser ou téléporter au plus près des yeux de ce géant ? A moins de trouver un lieu où je serais selon vous plus efficace, je pense qu’à défaut de neutraliser dans l’immédiat cet ennemi, l’aveugler serait une idée à ne pas négliger. “

Et pour cause, il a beau être énorme, qu’importe si sa force et sa résistance est démentielle, sans vision partielle ou totale, il serait amoindrit drastiquement et serait dépendant de quelqu’un ou quelque chose pour le guider. Il faisait partit de ces gens à abattre et la Nowaki comptait bien mettre sa vie en jeu pour sauver autant de monde qu’elle le peut. Toujours dans l’optique de ne point gâcher sa vie alors que l’Amirale en personne l’avait sauvée quelques minutes plus tôt.

“ Son armure est sans doute imprenable, mais si nous arrivions à créer une fenêtre pendant laquelle agir sur ses yeux... Envoyez moi y s’il vous plait. Ma lame est votre ! “

Preuve de fidélité et dévouement, cela n’était que pure normalité, mais pour la guerrière, il s’agissait là d’une chose importante et jamais elle ne cracherait dessus.



Codage par Libella sur Graphiorum



résumé:
 

Tech utilisées:
 

Taito est lv 38
Violet est lv 34
Kitara est lv 34[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

Ghetis Archer
Messages : 1956
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue47/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue718/750L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (718/750)
Berrys: 18.533.208.528 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeLun 28 Jan - 13:32

God of Sky

Ore Wa Kurohebi Da !



Encore….

Encore une fois il ne suffisait pas pour protéger tout le monde. L’Archer avait déjà connu ce sentiment lors de diverses batailles et le ressenti se voulait toujours similaire, il était un homme et non le dieu qu’il devait être pour Kitamura par exemple. Il ne possédait clairement pas une malédiction lui permettant d’être infaillible et la situation le lui montrait bien. Il possédait de bonnes compétences défensives, mais cela s’arrêtait ici, il ne pouvait pas aller outre certaines malédictions, en particulier celles qui brisaient purement et simplement la dimension de son arène.

C’est avec amertume qu’il entrevit l’assaut d’Azerty passer outre son arène après une légère réduction. Cependant, un sourire se dessina sur ses lèvres lorsque l’arène disparu pour laisser place à la contre-attaque monumentale de ses partenaires ! Ils avaient littéralement explosé l’assaut ennemi, permettant ainsi à Ghetis d’exprimer sa pleine puissance face à une Nu Wa manifestement sur passer par sa force physique, allant jusqu’à user de son logia d’une façon assez originale, sans pour autant la protéger d’un quelconque rejet.  

Un sourire plus carnassier c’était dès lors emparé du visage du Vairon, pensant avoir parfaitement géré la situation jusque-là, jusqu’à ce que l’inévitable ne survienne… Il n’aurait rien pu faire, rien pu prévoir…

- Qhh…..

C’est dans un mouvement rapide qu’il détourna le regard vers l’arrière, ses yeux s’écarquillant, ses sourcils s’élevant, alors que toutes les veines de son corps vinrent à se compresser les unes après les autres… Il avait perçu plusieurs voix disparaitre d’une traite, sans jamais percevoir celles de ses fils.

De ce fait, il les savait hors de danger, mais il ressentait aisément l’importance des pertes subites et comprenait une chose plus horripilante encore ! Les Décimas ne joueraient jamais fair-play. Ils n’étaient pas là pour avoir une honorable bataille, mais bel et bien une victoire de chiens. Ils cherchaient la couronne, qu’importe la façon de l’obtenir. L’ennemi était dénué de toute loyauté. Ils l’avaient déjà prouvé en retournant le gouvernement contre le gouvernement par l’utilisation de pions, mais aujourd’hui ils prouvaient avec horreur la portée de leur bassesse.

- Ça… Un Monarque… C’est moi qui vais le tuer ce foutu monarque !

Les yeux de l’Archer avaient alors changé du tout au tout, allant se planter directement sur la Nu Wa qui commençait dès lors à lui offrir tout un charabia ridicule et inutile. Ghetis éliminait depuis toujours les traitres, jamais il ne la laisserait en vie. En fait, il ne laisserait personne en vie. L’Archer ne se battait plus pour vaincre, mais pour tuer…

Son bras se contractant avec virulence, les muscles allant tous se comprimer les uns contre les autres.





- Ferme donc ta sale gueule. Catin.

Il perçut alors les pensées du membre de l’amirauté Aurola, un nom qu’il connaissait brièvement, mais contre lequel il n’avait aucun ressentiment. Son esprit embrumé par une colère saine acquiesça tout naturellement à l’idée, y apporta sa touche personnellement.

D’un coup ils se retrouvèrent, lui, Nu Wa et Daisuke, enfermés dans un épais dôme de fumée où l’Archer ne voyait plus rien, seule son observation lui permettait de détecter encore les deux individus. Il percevait deux silhouettes plus ou moins précises.

L’Aurola avait dès lors projeté deux assauts enflammés sur l’escrimeuse Ghetis se déplaçant furtivement dans la fumée, ce fut en un pas chassé véhément, qu’il apparut sur le flanc gauche de son adversaire, dénué d’armure pour gagner en vitesse !

La scène se fit alors brève et expéditive !

Le pied du brun se collant contre la construction de fumée durcie, et la recouvrit promptement de l’armement ébène, les pics sans danger qui fusaient initialement vers Nu Wa allait devenir des pics qui risquaient de la transpercer de part en part, mais surtout, la construction de fumée désormais enrober de haki allait bloquer son vrai corps ! L’idée des pics étaient un grossier emprunt du Vairon à  Kokuwo Makui, ces mêmes pics qui avaient percé le vice-amiral comme un bout de fromage !  

Ne laissant aucune chance à son adversaire, le haki avancé du démon explosa d’un coup dans une zone restreinte à elle et lui et quelques mètres, l’enfermant dans une voix si brutale, si amère et si puissante qu’elle en subirait une puissante attaque psychique, venant briser son inertie et sa réactivité !

La main gauche vint quant à elle attraper grossièrement l’épaule de son ennemie, s’enfonçant dans ses chairs à la façon de crocs ! Couverts non pas de l’armement ébène, mais bien translucide pour saisir sa peau, la feinte serait sans doute imperceptible ! Dans le même intervalle, l’énorme poing précédemment contracté depuis l’insulte du Vairon,  vient se déployer avec puissance sur les côtes gauches de la demoiselle, le poing américain étant ici la seule zone couverte de haki ! Ghetis ne possédait pas un armement avancé, mais il savait depuis longtemps utiliser avec parcimonie la quantité de haki dont il disposait.

Il avait ainsi placé une certaine quantité sur la fumée perçante et paralysante, une faible partie sur la main qui saisissait l’épaule de Nu et tout le reste sur le poing américain pour en maximiser les dégâts !

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Giphy


Le choc du poing ne délivrerait pas un seul coup, mais bel et bien une quinzaine de coups intenses, le premier irait briser l’ensemble des cotes de la demoiselle, mettant son cœur à rude épreuves également, puis les autres ondes iraient explosés tout ce qu’il y avait dans leur tracée, c’est une bonne partie de  l’ossature de l’escrimeuse qui était en danger, pour une raison précise ! Le poing était en granit marin et c’est donc son vrai corps, sans possibilité d’user de sa malédiction qui serait brisé de toute part avant d’être projetée sans ménagement.

Il s’agissait là de la raison pour laquelle son poing fut contracté si promptement : délivrer son assaut le plus meurtrier.

En agrippant son vrai corps le Kurohebi avait cherché à empêcher toute fuite, la blesser, mais aussi éviter qu’elle ne soit projetée par son attaque, il fallait qu’elle en subisse l’entièreté ! Ainsi lorsqu’il la relâcherait, une fois son coup arrivé contre sa cible, elle serait projetée certes, mais sur une courte distance, la majorité de la capacité de projection ayant été réduite.

- Il est temps d’arrêter… D’arrêter de jouer au gentil marine.

Jusqu’à maintenant Ghetis se battait par plaisir et avait mis de côté l’éventualité de la mort, mais désormais il ne se battait plus comme un enfant, mais bien comme un serpent. C’était le moment de forgé sa légende !


DEV NERD GIRL


Résumé,Techniques,Pnjisations,Explications:
 


Dernière édition par Ghetis Archer le Lun 28 Jan - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sypher Wenham
Contre-amiralContre-amiral

Sypher Wenham
Messages : 373
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue39/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue9/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (9/350)
Berrys: 51.068.521 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeLun 28 Jan - 13:33

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Tumblr_p10yqeMrxA1wzb0pfo2_500

L'Histoire est écrite par les vainqueurs

Feat Event - Groupe 10

Une hécatombe.

Du bruit, beaucoup de bruit.

Des cris.

Que venait-il de se passer ? Tout s’était déroulé si vite que je n’avais moi-même pas réellement conscience des événements. Mon attention focalisée sur le champ de bataille, je ne pus remarquer ce qu’il se tramait droit derrière nous. Si bien qu’un nouvel intervenant eut tout le loisir de nous attaquer avec une puissance inouïe, et ce par surprise.

Dès lors, le navire Gouvernemental se mit à subir de nombreux et rapides assauts qui le tranchèrent à divers endroits. Caligula et moi-même fûmes immédiatement mis à terre d’un coup de bras par l’Amiral Pacifique, nous empêchant à première vue de comprendre l’offensive. A ce moment-là, mon instinct de survie se déclencha sans que je ne puisse contrôler quoi que ce soit, me poussant à ériger une pseudo-protection venant directement de mon âme. Du moins, c’est ce que mon corps souhaitait faire : se protéger coûte que coûte. Mais qu'est-ce que cela pouvait-il bien être ? Ca ressemblait presque à cette aura que j'avais pu ressentir en tentant de frapper le tympan de Goliath, avant le rembobinage.. Était-ce la seconde forme du Haki qui se manifestait ? Celui de l'Armement ? Malheureusement, dans les faits, rien d’apparent ne se produisit. Un sentiment de peur mêlé à l’adrénaline me donnait un instant l’impression d’être invincible. Ce n’était qu’une impression.

C’est ce qui vint ensuite qui atteint mon esprit, me faisant irrémédiablement prendre conscience de la dure réalité. Il y avait des morts parmi les soldats, énormément de morts. Et ils n’étaient pas les seuls malheureusement. En relevant la tête, je pus constater des corps tranchés, de différentes façons, des membres étalés sur le pont du navire. D’autres défunts, des blessés.

Une vision d’horreur.

« Styff..? »

Lui lançant un regard presque apeuré, comme je n’en avais jamais affiché depuis bien la mort de Noctis, je ne pus parler davantage, mon corps tremblotant. Pour autant, je m’approchais de lui, autant que possible, en restant près du sol.

« J’ai pas pu me protéger de ça.. Mais.. Sypher, ce n’est pas grave. Ce n’est qu’un bras. Si nous vainquons les Decima, il y aura bien des façons de réparer ça, tu le sais. Mais ça ne pourra arriver que dans ce seul et unique cas. »

Attrapant ma nuque pour approcher ma tête près de son torse, le combattant me murmura quelques mots, dans l’espoir de me sortir de cette crainte. De cet enfer.

« Sois fort. C’est le moment de l’être plus que jamais. La guerre est une chose horrible, mais parfois nécessaire. Des morts et des blessés, il y en a forcément. Tout comme il y a un vainqueur et un perdant. L’un n’existe pas sans l’autre. Alors reprends-toi, agis comme tu l’as toujours fait, car même si tu restes un enfant à mes yeux, pour le monde entier tu es.. Un héros ! »

Je comprenais bien ses mots, ses paroles. Je savais tout ça. Mais c’était bien la première fois que je voyais une scène aussi.. sombre. Cela me renvoyait bien trop à l’Archer qui avait perdu la vie pendant les événements de Mars. Les Decimas... Tout était de leur faute, après tout. Essuyant donc une fine larme s’étant libérée elle-même de mon œil, je décidai de me relever pour me battre, tel un soldat. Tel un héros.  

C’est en voyant l’organisation du champ de bataille d’un coup d’œil et par les informations transmises à travers l’Amirale-en-Chef que je compris qu’il y avait bien une chose que je pouvais faire là-bas moi aussi. En effet, trois personnes venaient tout juste de sortir à leur tour d’une fermeture, rejoignant ainsi le Shérif. Ils étaient donc quatre désormais, et personne pour les retenir à l’heure actuelle. C’était donc là que je devais intervenir. Fixant le sol en essayant de retrouver mes facultés de réflexion, je pris simplement la parole à l’égard de Chairoka et du reste de la flotte.

« Je vais épauler l’escouade anti-Decima. Mais il va falloir du renfort pour tenir les nouveaux arrivants. Quelqu’un serait à prêt à me suivre ? Caligula, tu te joins à moi ? Montrons au Monde ce que valent les frères Archer. »

« Moi, je vais venir avec vous également. Je ne me battrai pas, c’est promis, mais laisse-moi au moins te porter assistance du mieux que je le peux, Sypher. »

« C'est hors de question. Quelqu'un doit s'occuper de toi. Prends un peu de repos, tu en as besoin. »

Je n’étais pas vraiment pour. Clairement. Même je pouvais parfaitement comprendre son désir car j’aurais probablement fait de même si je m’étais trouvé dans la même situation, je ne pouvais pas le laisser venir dans un tel état. Son hémorragie le conduirait simplement à une mort certaine si elle n'était pas arrêtée. Par conséquent, je pris les devants en m’élançant dans les airs à l’aide d’un Kamisoppu. Sans trop m’approcher des quatre assaillants, je me dis qu’il était sans doute préférable d’handicaper leurs mouvements pour l’heure : tourner le terrain à mon avantage en somme. Par conséquent, je fis en sorte de tirer plusieurs projectiles de sève extrêmement collante sans viser qui que ce soit, mais seulement pour les laisser se répandre à divers endroits sur le sol dans la zone. Cela créa ainsi de larges flaques, diminuant indubitablement le champ d’action des Decima. La cible de mon futur atterrissage serait Ortenssia Emy. De cette façon, je me retrouverais au plus près de l'escouade, au cas-où quelque chose tournerait mal.

awful pour Epicode


PS : Tentative d'éveil du Haki de l'Armement !

Styff → Niveau 35 : Càc pur, Haki de l'armement et Rokushiki.

Résumé:
 

Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
Heziel Coffe
Messages : 1854
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue44/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (44/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue383/500L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (383/500)
Berrys: 67.386.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMar 29 Jan - 8:35





Aux premières loges du désastre.

Lorsque son intuition s'avéra exacte, le Corsaire sentit une masse froide, étrangère et malicieuse lui enserrer les tripes. C'était comme si le temps passait au ralenti... cette fois, sans intervention extérieure. Il les voyait clairement, désormais, tout en sachant qu'il était trop tard. Ces lames dans l'air qui progressaient comme si elles ne rencontraient pas le moindre obstacle. Il sentit ses pieds amorcer un mouvement tandis que, mécaniquement, il se tournait vers la voix de Lim Focker. Il n'émit pas le moindre son, ne cligna pas des paupières un seul instant. Alors que l'attaque dévastatrice commençait à faire éclater le bois du pont dans un tracé impeccable, projetant le début d'un shrapnel d'échardes aux alentours, son pied droit quitta le sol. Son bras droit commença à s'étendre en direction de la Vice-Amirale. L'assaut progressait, descellant les planches, faisant sauter les rivets, tranchant dans tout ce qui se présentait sur sa route. Un nouveau battement de coeur. Il avait parcouru la distance en un éclair. Sa main se referma sur l'épaule droite de la demoiselle aux cheveux couleur océan. Il poussa sur tout son corps, tandis qu'une carnassière émanation d'air pur se rapprochait dangereusement de la justicière. Elle quitta le sol quelques instants, tandis que le pugiliste se repliait sur lui même. Il sentit la mort le toiser, des quelques centimètres qui auraient suffit à le sectionner en deux au niveau de la taille. Il lui rendit un regard froid, implacable et silencieux. Comme une machine.

Il tenait encore la femme qu'il aimait dans ses bras lorsque ses yeux, toujours fixes comme ceux d'un félin sauvage en alerte, découvraient l'ampleur du massacre. Une partie de lui aurait sans doute préféré le faire dans d'autres circonstances, mais la gravité de la situation écrasa sans peine toutes ces pensées secondaires et inutiles. Un massacre. Il avait distinctement sentit deux voix s'éteindre sur le coup. Deux autres peinaient à remonter à la surface : des morts en sursis, qui n'en avaient plus que pour une petite minute, dans le meilleur des cas. Quant à celles à l'intérieur du bâtiment volant... mieux valait ne pas aborder le sujet. Il plaignait celui qui descendrait à la cale et aux compartiments en premier. Les résidus des vagues d'air sauvages, en train de s'éparpiller, soulevèrent une dernière fois sa tignasse alors qu'il fixait les dégâts. Il tourna son regard vers Lim. Elle était vivante. C'était ce qui lui importait le plus, en cet instant. Quant au carnage... il avait déjà eu son lot de sang et vécu trop de choses pour en être décontenancé, à fortiori en observant des inconnus perdre la vie. Il n'en restait pas moins que cette boucherie n'avait rien d'un événement agréable à vivre.

Lorsque la demoiselle reprit ses esprits, le repoussant sans lui adresser la parole, il ne s'en formalisa pas. L'heure n'était pas à ces bêtises et, quand bien même elle l'eut été, il savait pertinemment d'où venait cette réaction. Il se redressa donc de toute sa hauteur, observant encore une fois les coupes nettes qui avaient provoqué cette hécatombe. Un travail d'artiste... qui venait du large. Ses iris d'émeraude se verrouillèrent sur le navire pirate qui approchait paresseusement, tandis que les gradés commençaient à se quereller. Le fait que la pavillon affiché fut celui de Erika ne l'alarma pas outre mesure : tout au mieux, cela aurait pu le rendre curieux, avec une pointe d'appréhension, en temps normal. Qui ne l'aurait pas ressenti ? Les couleurs brandies par la navire, couplées à l'assaut démoniaque dont ils avaient été victimes, ne laissait que peu de doutes quant à la puissance du ou des adversaires qu'ils y trouveraient... mais il s'en fichait. Une colère froide s'insinuait dans ses entrailles alors qu'il restait immobile, comme coincé sur cette vision. Puis, comme si la providence avait entendu son souhait, on lui accorda le droit légitime d'user de cette fureur glaciale à bon escient. Chairoka, après avoir instauré un silence aussi rigoureux qu'on pouvait en attendre d'elle, lui ordonna de gérer cette menace.

- Reçu, répondit-il sombrement.

Il fit un pas vers l'avant, observant certainement Abel prendre les rênes de leur petit duo improvisé, avant de s'arrêter. Il se tourna vers la pugiliste, dont la vie serait sans doute encore mis en danger maintes fois durant le reste de cette bataille. Il n'aimait pas cette sensation. Il avait le sentiment de l'abandonner, même si personne ne lui avait demandé de veiller sur elle. Il lui devait bien au moins ça, pourtant. À dire vrai, il n'attendait pas de remerciements, car il ne les méritait pas. Pourtant... pourtant, il devait suivre les ordres s'ils voulaient sortir vivants de cet enfer. Centes menait la danse, clairement. Et quelque fut l'ennemi barbare qui se trouvait sous les pavillons de l'Impératrice, ils ne pouvaient pas le laisser agir plus longtemps... autrement, ces meurtres en série recommenceraient dès qu'ils auraient le dos tourné. Il serra le poing, la mâchoire, puis fit preuve de résolution.

- Ne meurs pas, dit-il à la gradée.

Sur ces mots, il reprit sa route et s'engagea vers le bastingage, avant d'en sauter allégrement, quittant le bois souillé par le sang de ses alliés au profit du vide qui le séparait de la terre ferme de Marineford. Il fit quelques pas dans les airs, s'éloignant du bateau céleste, avant de prendre une impulsion plus conséquente qui claqua sèchement dans l'air. Comme une comète, il gagna alors une vitesse considérable : il utilisait usuellement ce mouvement pour voyager au travers de Grand Line. Il avait erré par ce biais,  des jours durant. Maintenant, il allait l'employer pour rejoindre son collègue sur une lancée qui promettait d'être virulente au possible. Le duo de Shichibukai allait entrer en jeu d'un instant à l'autre et, s'il était évident que l'on attendait pas d'eux une victoire propre et loyale à raconter dans les journaux, il n'en manquait pas moins que leur intervention serait cruciale pour le bon déroulement de la bataille. Trop de sang avait déjà coulé, pourtant... beaucoup plus de sang coulerait à l'avenir. C'était la réalité de la guerre. Un vaste buffet de violence dans lequel chaque mort était une saignée supplémentaire. Son esprit se tourna vers le Rasgarat, avec lequel ils allaient devoir communiquer pour être efficace.

"Voyons de quoi ils sont capables. On avisera ensuite."

Il était inutile de foncer tête baissée, même si une partie de lui voulait simplement s'écraser sur le pont de ce galion avec toute la puissance dont il disposait. Pour une fois, la rage qui l'habitait résonnait en accord avec ses pensées, au lieu d'aller contre. Il ne cherchait pas à se calmer, car il n'était pas agité à proprement parler. Il ne cherchait pas désespérément la sérénité, car celle-ci viendrait avec la déroute de cet équipage de forbans. Il allait méthodiquement s'assurer que ces antagonistes regrettent leur geste. Cela impliquait de connaître leurs capacités et leurs réactions. Aussi, de son point de vue, attendre une première salve d'assauts destinés à les égarer ou les abattre était nécessaire. Le défouloir viendrait ensuite. Ses sens physiques et mentaux étaient pour l'instant tournés vers le navire pirate qui s'approchait rapidement.

ⒸHeziel Coffe


HRP:
 


_________________





"Are you a man... or a monster ?"



Dernière édition par Heziel Coffe le Mer 30 Jan - 10:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

Caligula Spown
Messages : 464
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue196/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (196/350)
Berrys: 7.789.389.498 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMer 30 Jan - 1:09



Acte final : Décima

Le mur auquel il avait participé en y insufflant de son haki n'avait finalement pas fait long feu. Il se retrouva alors aussitôt détruit et ce non pas à cause de la puissante offensive ennemie qui leur fonçait dessus, mais simplement dû à l'intervention du célèbre Pacifique qui détruit ce dernier avec la force de ses poings et l'incroyable pression d'air que ceux-ci pouvaient envoyer.
Le héros de guerre avait préféré jouer la sécurité et pour ça, attendre que les attaques ennemies leur arrivent dessus n'était pas envisageable. C'est ainsi que les membres du gouvernement travaillèrent à l'unisson pour repousser la menace ce qui permit de retarder le massacre. Oui, retarder. Pas plus. Cette fois-ci les décimas avaient agis avec ruse et c'est par derrière que le navire composé de soldats gouvernemental fut tailladé de toute part.

Par chance, le shandia fut sauvé in-extremis grâce au contre-amiral Pacifique qui eut le réflexe de le mettre à l'abri lui et son frère Archer Sypher. Et bien que cet acte leur permît de prolonger un peu plus leur séjour sur la mer, ce ne fut pas le cas de tout le monde : une fois la vague de lames d'air passée, le shandia balaya du regard le navire et y vit de nombreux corps et membres séparés le tout dans un bain de sang. On y retrouvait majoritairement des silhouettes incomplètes dont s'échappait un flot sanguin ou, dans le pire des cas, des corps inertes eux aussi séparés. Cette fois encore, les décimas avaient été plus malin et bien que les plus coriaces des marines s'en étaient sortis, leur contre-attaque avait le mérite d'avoir réduit l'effectif.

Ceci ne suffit néanmoins pas à affecter le moral de la bleusaille qui ne se laissa pas abattre pour autant. Il s'agissait d'une guerre. Aucun repos ne leur était accordé pour le moment et ça, Sypher l'avait bien compris. Malgré la perte du membre supérieur de son ami Styff, celui-ci s'était montré vaillant et proposa à Caligula d'y aller. De montrer de quoi la famille Archer était capable et donc, de laisser leur trace dans cette guerre.


Il n'en fallu pas plus au shandia qui bondit alors du navire en kamisori et hurla à son jeune frère n'étant autre que son supérieur au sein de la famille Archer.

– Allons-y Syph-senpai, je n'aurais pas dit mieux ! Au passage, montrez-moi donc la voie qui fera de moi un aussi grand héros que vous Iahahaa.
La touche d'ironie dont il faisait preuve servait de motivation et d'encouragement. Le dernier de ses collègues avec lequel il avait agit en duo lors d'une bataille avait disparu. Néanmoins le travail d'équipé exemplaire avait su être mémorable. Réitérer ceci avec cette fois-ci son niveau actuel et l'expérience de son partenaire paraissait fort prometteur.

Le shandia quitta alors le navire en kamisori et s'approcha rapidement de la zone ou se trouvait Syrilia et ses acolytes, le tout en gardant une certaine distance avec eux comme le faisait le jeune Wenham. Il balança alors à grande vitesse avec la force conférée par sa forme hybride combattante deux boules blanches dans la zone quadrillée par son collègue. Ces dernières allaient libérer un nuage de fumée opaque qui obstruerait la vue des ennemis.

Il fusa ensuite vers le sol, toujours à un peu moins de 10 mètres de la zone, et y enfonça directement ses deux avant-bras qu'il avait couvert d'haki de l'armement et de tekkai pour rendre ceux-ci plus dur et solides. Et maintenant que le groupe ennemi venait de perdre en vision et en champ d'action, Caligula allait se charger de les faire danser un peu : ses bras ne tarderaient pas à ressortir de la terre à maintes reprises, sortant et y retournant tel une taupe juste en dessous de Syrillia & co qu'il localiserait à l'aide des vibrations du sol et de ses capteurs thermiques. Il harcèlerait un peu plus l'homme bête Shérif qui étant un tireur risquait de poser plus de problème pour un corps à corps tel que lui pour la suite des évènements. Chacun de ses coups avait la force nécessaire pour briser les os de la zone touchée en plus de violemment projeté la cible en plein air, ce qui offrirait à d'autres combattants aptes à se battre dans ce milieu la possibilité d'aller s'amuser avec la pauvre victime.

Il comptait ainsi jouer sur l'effet de surprise en espérant que ceux qui arriveraient à esquiver ses attaques finiraient dans la sève son senpai.


Résumé et Techs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1631

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMer 30 Jan - 16:49


L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 572826Chairoka

Amirale-en-chef Asya Lida, Chairoka.

-C'est hors de question.

Se tenir occupé. C'était le secret, pour tenir bon, pour demeurer inébranlable même lorsque les conditions les plus apocalyptiques semblaient réunies, même lorsque tout semblait pousser au désespoir et à l'abandon. Il fallait à tout prix tenir éloignés les peurs et l'incertitude, il fallait consacrer la moindre des parcelles du cerveau tourmenté à un effort soutenu. A ce petit jeu-là, l'amirale-en-chef excellait depuis belle lurette. Ceux qui la connaissaient bien admettaient à tout va qu'elle était un exemple de sobriété et de pragmatisme, qu'elle ne s'autorisait jamais le moindre état d'âme et qu'elle était comme une machine au service de la liberté, incapable de subir la moindre défaillance. Ceux qui la connaissaient très bien savaient qu'il n'en était rien, qu'elle aussi était faite de chaire et d'os, qu'elle aussi disposait de ses faiblesses et de ses forces, et qu'elle aussi jouissait d'une montagne d'astuces afin d'inspirer à ses collègues et subordonnés le respect qui lui était dû. Aussi sauta-t-elle sur l'occasion que Violet lui tendit dès lors qu'elle la lui tendit, alors que Jasmine aiguillait encore le titanesque navire en direction de l'escouade anti-Decima. Si le plan d'action devait être rapidement mis en oeuvre pour permettre aux sacrifices d'être minimisés, au moins le temps que les deux corsaires, s'ils y parvenaient, puissent mettre en déroute le navire sur lequel siégeait le sanguinaire Incontrôlable de la flotte d'Erika, l'objectif de la louve brune n'était pas de pousser le moindre de ses subordonnés à la confrontation. Azer Ty était problématique, sans nul doute, mais un assaut de ce calibre ne serait d'aucune utilité : et même si l'épée de la Nowaki parvenait par un miracle quelconque à atteindre son objectif, elle y trouverait immanquablement la mort, à la merci d'une riposte sauvage de ce géant disproportionné.

-John John et Himan se chargent de le tenir occupés. Vous n'êtes pas de taille. Et je ne peux pas me permettre d'envoyer davantage d'éléments tenir en respect un géant haut de quarante mètres, doté d'un haki de l'armement avancé et pour l'heure placide quand d'autres Decimas passent à l'assaut. Si vous voulez vous en prendre à des ennemis, Nowaki, alors attaquez les bons ennemis.

D'un signe du menton, Asya Lida pointa la direction du conflit qui avait été prématurément lancé à la rencontre de l'escouade anti-Decima. De premières têtes connues s'étaient extirpées des failles diverses, des fermetures ouvertes par Nala, mais d'autres n'allaient pas tarder à suivre, en témoignaient les tremblements qui ébranlaient les décombres de Mars d'instant en instant. Les géants approchaient, et lorsqu'ils seraient face aux membres de l'équipe de Wakai Tsuki, ce ne serait pas une poignée de gradés intrépides qui suffiraient à les repousser éternellement. Ils étaient, pour l'heure, la véritable menace... Parce que si on leur laissait l'opportunité de se répandre sur le reste des troupes gouvernementales, ils allaient y commettre un massacre unilatéral.
Sans plus attendre, estimant cette affaire close, la prestigieuse louve fit volte-face et darda Voltaire d'un regard où s'entremêlaient compassion et autorité. Elle savait ce qu'il ressentait, à cet instant précis, mais elle savait également qu'ils ne pouvaient décemment pas se permettre de se passer des deux seuls cadres que la Section Scientifique leur avait envoyé. Sa demande sembla raviver quelque chose au fin fond des prunelles du zoan, comme une étincelle de détermination : et il y répondit avec une conviction qui la fit frissonner.

-Voltaire, je sais que je vous en demande beaucoup, mais vous êtes le seul ici présent capable de soigner les blessés. Vous devez vous occuper d'eux, je vous les remets.
-Ce sera fait, amirale-en-chef.
-Vous. Aidez-le. Rapatriez les blessés dans un coin tranquille avant de vous rendre sur le champ de bataille.

Il se redressa, délaissant momentanément le cadavre de son frère d'arme, tandis que les premiers gradés se mettaient en branle. Kisa Mojoni s'élança aux côtés de Malia, qu'elle aida à marcher non sans récupérer au préalable la moitié du membre dont elle avait été dépourvue. Yonass et Flais attrapèrent chacun un bras de Janz, et ils l'entraînèrent près de Voltaire en ignorant savamment les jurons qu'il poussait à intervalles réguliers. Yu, enfin, se rapprocha de Styff afin de lui venir en aide. Ces trois combattants étaient dans un piètre état, mais s'il y avait une chance, même infime, pour qu'ils puissent à terme revenir à la charge au cours de cette bataille, alors tout devait être mis en oeuvre afin de le leur permettre. Chairoka elle-même mit la main à la pâte en se rapprochant de la dépouille de Jean-Bart, particulièrement répugnante : elle fit en sorte de rapprocher les deux parts de son corps qui avaient été sauvagement séparées, sans le moindre égard pour son uniforme désormais maculé de sang, et elle le tira à l'écart, de sorte à ce que ses amis n'aient pas à soutenir éternellement la vision pitoyable de son cadavre fendu en deux. Elle-même fit en sorte d'enterrer la tristesse et la colère qu'elle ressentit à cet instant présent, allant même jusqu'à user de son fruit du démon pour refouler ses propres sentiments : elle n'avait pas besoin d'être une amie, mais une supérieure. Une machine. Dans le même temps, la volée d'ordres qu'elle avait distribué furent exécutés : John John s'envola, preste et prompt, droit dans la direction d'Azer Ty tandis qu'Himan malmenait sa manette, apparemment conscient d'être miraculé, et angoissé d'avoir frôlé sa fin de si près. Aston disparut après s'être approché de John Pacifique, et revint une demie-seconde plus tard avec un tireur, dont la moitié de l'épaule avait été arrachée à son corps par la charge d'un Dévoreur. Un vecteur naquit sous les pieds d'Abel, qui s'envola à son tour, sans demander son reste... Et Lim jeta un regard curieux à Heziel, loin de la rage sempiternelle qu'elle lui avait réservé jusqu'à présent.

Elle aussi était en état de choc, cela pouvait se lire jusque dans ses prunelles. Jean-Bart et Nagate avaient été davantage que des collègues : d'excellents compagnons, les quelques fois durant lesquelles elle avait eu l'occasion de s'entretenir avec eux. Ils avaient été tantôt de bon conseils, tantôt aimables et cordiaux : ils étaient l'un comme l'autre de grandes âmes, et quiconque avait eu la chance de les côtoyer durant quelques jours seulement pouvait en témoigner sans équivoque. La Focker comprenait sans peine que son cadavre aurait pu figurer aux côtés de ceux de ces deux grands hommes, donc... Et elle n'était pas sotte, savait pertinemment que c'étaient les agissements du Coffe, et de lui seul, qui lui avaient permis de s'en tirer indemne. Pourquoi ? Le souvenir des lettres, qu'elle avait à l'origine prise pour une provocation puérile, lui revint à l'esprit. Si sa main droite gantée se crispa, ce ne fut cette fois-ci pas sous le coup de la colère, mais sous celui de l'impuissance. Elle avait conscience du fait que cette bataille n'avait rien à voir avec toutes celles par lesquelles elle avait pu passer : le fait qu'elle ait été obligé de reposer sur un monstre pareil en était la preuve la plus éclatante. Car elle n'oubliait pas les exactions dont il s'était rendu coupable, sur Namakura. Elle se contenta donc de le laisser partir, ne sachant véritablement si elle l'abhorrait plus encore, ou si elle commençait à déceler un semblant d'humanité au fin fond de ce forban qui l'avait longtemps répugnée.

Ils n'étaient pas encore au niveau de la place où s'affrontaient déjà les prestigieux guerriers que deux d'entre eux se sentirent obligés d'intervenir. Tanaka Ysaac suivit Caligula et Sypher de très près, en utilisant également du rokushiki. Il prenait toutefois la direction d'Emy Ortenssia, à vue de nez : les pions étaient en surnombre et comme il avait déjà affronté ceux-ci lors de l'édition précédente, abrogée par Kamiji, il savait comment s'y prendre afin de les réduire au silence sans encourir de risques. Ezra Ronald, de son côté, prit un peu de retard compte tenu du fait qu'il décida de ne pas recourir au geppou. Il le maîtrisait, bien sûr, mais ça n'était pas la technique qu'il lui fallait, en l'occurrence : trop prévisible, trop lent, on aurait eu le temps de le voir venir et de réagir en conséquence. Il lui fallait quelque chose de plus agressif... Et ses jambes, qui se transformèrent bientôt en pattes tandis qu'il se laissait choir, lui fournirent cette approche : il allait toucher le sol lorsqu'elles se détendirent brutalement, projetant le vice-amiral dans la direction de ses opposants à une vitesse tout bonnement sidérante. De cette manière, il allait arriver après ses trois collègues... Mais allait en revanche bénéficier d'une entrée en matière remarquable, et remarquée. Le dernier à agir fut Aston Finley. Le Directeur de l'AOI ne se dirigea pas vers le conflit, non : il s'approcha plutôt de son collègue, Yamamoto Eracless, sur lequel il déposa une main. Les deux hommes disparurent... Puis réapparurent, en compagnie d'un médecin en uniforme qui se précipita à la rencontre des blessés, afin de suivre les directives de Voltaire. Il réitéra cette manœuvre encore deux fois : de telle sorte que bientôt trois hommes en blouse suivirent les indications du zoan, prenant en charge ceux qui avaient été touché par la barbarie de l'Incontrôlable sans pour autant y succomber. Le Directeur maudissait son impuissance. Ramener des chirurgiens compétents, c'était bien la seule chose qui était en son pouvoir pour améliorer la condition des souffrants... Et il ne pouvait malheureusement pas abuser de son pouvoir de téléportation, sans quoi Centes finirait tôt ou tard par tenter d'en tirer profit. Il alla donc se placer aux côtés de l'Amirale-en-chef et du vice-amiral Sakuraba, qu'il n'allait dorénavant plus quitter d'une semelle.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 525035ElkensL'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 633974Pion4

Amirale Elkens Camille, alias Midoritaka, et William Lancaster, ancien amiral Akainu.

-Qu'est-ce que... Vous venez de dire, vice-amiral ?

Bien entendu, Camille avait compris le moindre des mots de Taito : c'était le sens global de sa prise de parole qui continuait à lui échapper, insaisissable au possible. Elle était une jolie jeune femme, puissante et influente, et elle était bonne vivante, de surcroît... Autant dire qu'elle avait son lot d'admirateurs, secrets ou confirmés, qu'elle se contentait généralement de botter en touche. Cependant, il n'était jamais arrivé qu'un haut-gradé lui fasse une déclaration aussi sincère, spontanée et directe... Et encore moins dans un pareil moment. Un léger rose vint piquer ses joues tandis qu'elle se faisait violence pour ne pas quitter Akainu du regard. Si elle faisait l'erreur de baisser sa garde, cela allait leur coûter cher, trop cher... Ils ne pouvaient pas se le permettre, et surtout pas pour une histoire de cœur. Elle bégaya encore un peu, non sans tenir l'amiral en joue : ce dernier, peut-être pas pudeur ou par surprise, n'avait pas encore bougé un cheveu à la suite de cette improbable déclaration, et il se contenta de demeurer impassible tandis que la jeune femme continuait d'y répondre.

-V...v... vous pensez vraiment que c'est le bon moment ? Bon sang !

Finalement, le Decima soupira, las, tandis qu'il déposait sur le Nowaki un regard empli d'une pitié palpable. Il n'aimait pas l'idée de devoir mettre à mort un homme et la femme qu'il désirait à l'instant même où le premier décidait de déclarer sa flamme à la seconde... Mais il se devait de le faire. Parce qu'ils représentaient une menace pour Centes, l'un comme l'autre. Parce qu'ils faisaient partie des rares éléments présents à Marineford qui pouvaient demeurer problématiques tout en restant précautionneusement en retrait, à une distance folle. La Midoritaka était sans nul doute sa priorité, mais si le vice-amiral souhaitait mettre sa vie en jeu afin de lui offrir quelques secondes, il serait le premier à succomber. William Lancaster n'allait pas se donner la peine de le contourner délicatement, afin de ne pas le brusquer : et puis, il était légitime de le tuer en premier, puisqu'il semblait éprouver d'honnêtes sentiments à l'égard de Camille. Il aurait été d'une cruauté superflue de lui ôter la vie à elle, devant les yeux de son admirateur... Et s'il agissait avec conviction, l'ancien chien rouge ne souhaitait pas pour autant tomber dans les écueils de la barbarie. Voilà donc qui était décidé : le zoan antique serait le premier à tomber. Une impulsion virulente projeta soudainement le logia dans la direction du tireur qui, en l'état des choses, serait réduit à l'impuissance. Il le comprendrait tard, trop tard... L'ancien amiral était trop rapide, et sa forme hybride ne lui serait d'aucune utilité. Il allait être broyé, transpercé, brisé sans même que ses écailles ne puissent servir à atténuer sa souffrance. Il était fini. Ou plutôt... il aurait dû l'être.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 German10

Amiral John Pacifique, alias Shirokuma.

-TU NE TOUCHERAS PAS A UN SEUL DE LEURS CHEVEUX !

Une partie de la tour de guet vola en éclats après que Pacifique ait apparu inopinément, prenant un appui furibond sur le sol pour s'élancer à la rencontre d'Akainu. Ce dernier, les paupières écarquillées, eut tout juste le temps de voir le poing du baroudeur menacer de s'encastrer dans sa cage thoracique et de recouvrir cette dernière d'une généreuse plaque du haki de l'armement que le choc eut lieu, le projetant sur le côté avec soudaineté. Il lui fallut plusieurs mètres afin d'interrompre la projection dont il avait à souffrir : il y parvint, néanmoins, non sans une succession de roulés-boulés. Puis il se redressa, en dardant le boxeur d'un regard mauvais. Le premier sermon qu'il lui avait adressé, c'était une chose... Mais cette intervention que personne n'attendait, c'en était une autre. Shirokuma et Miroditaka étaient des légendes vers lesquelles il avait longtemps durant jeté un regard plein d'admiration et d'espoir : il était leur cadet, de plusieurs dizaines d'années, et si Camille et John avaient également un certain écart générationnel pour les séparer, ils étaient réputés pour avoir à de très nombreuses reprises œuvré main dans la main, depuis la mort de Roger, et même légèrement avant. A titre d'exemple, c'étaient eux deux qui avaient su repousser Doji, le redoutable Nebula, et le renvoyer sur le Nouveau Monde... Autant dire que la menace qu'ils représentaient, s'ils se confrontaient à lui conjointement, n'avait rien à voir avec la menace que la Elkens et le Nowaki incarnaient de leur côté. Semblant en avoir conscience, John Pacifique destina un ordre au vice-amiral. Il ignorait tout de la déclaration que celui-ci avait formulée l'instant précédent son arrivée tapageuse...

-Vous devriez partir, vice-amiral. Les choses vont se gâter, ici. Et les tireurs auront besoin de vous pour être rapatriés en sécurité. Vous êtes le seul à pouvoir tenir les Dévoreurs en respect longuement, parmi eux.
-Ou... oui... Allez-y... Taito. Et survivez. Nous discuterons posément quand tout cela sera achevé.

Elle l'avait vouvoyé, mais elle avait néanmoins utilisé son prénom pour s'adresser à lui. Pourquoi ? Elle-même l'ignorait, et préférait continuer à demeurer dans l'incertitude, pour l'heure. C'était quelque chose qui risquait de lui peser, et d'obscurcir son jugement, si elle laissait cette affaire prendre en relief et en importance : il valait donc mieux, pour l'heure, la condamner à l'arrière-plan du fil de ses pensées... Au moins jusqu'à ce qu'au beau milieu du front de William Lancaster figure la balle qu'il méritait en guise de juste châtiment.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 952616Devoreur
Les Dévoreurs.

-Bon sang... Ils sont partout ! On va tous crever !

L'amiral avait vu juste, au moins sur un point : les tireurs risquaient fort d'avoir besoin d'un sauveur pour s'extirper de cette terrible situation au plus vite. Ils étaient à peine arrivés au pied de la tour que les bestioles baladées par les rafales de vent de Ghetis et qu'Akainu n'avait pas pu récupérer à temps se présentaient devant eux, sur leur chemin, leur barrant de ce fait la route et les empêchant de progresser davantage. Pire encore, un Dévoreur légèrement plus grand que la moyenne observait la scène, à une trentaine de mètres de là : leur chef, à n'en pas douter. Anubis avait eu le temps de récupérer, et venait de se poster aux abords de la tour de guet afin de coordonner les efforts de ses sujets. Si leur première charge avait été désynchronisée à cause de l'absence de leur bienheureux meneur, les petites bêtes issues du Nouveau Monde risquaient, cette fois-ci, de se montrer plus voraces que jamais. Un miracle ne se produirait pas... Pas cette fois. Et les quelques miraculés qui réussiraient à se glisser entre les mailles du filet risquaient fort, par ailleurs, de finir écrasés non loin : John John venait d'engager le combat avec Azer Ty, autour duquel il volait à une vitesse prodigieuse, sans jamais s'arrêter. Les mains du géant tentaient de le chasser, comme s'il s'était agi là d'un vulgaire moustique, mais le colonel ne se laissait jamais saisir : il redoublait d'embardées sèches pour continuer à attirer l'attention du gigantesque combattu, maître de Célestia. Pour combien de temps encore, toutefois ? Tôt ou tard, le géant haut de quarante mètres finirait par se lasser... Et, dès lors, il serait difficile pour John John de continuer à s'accaparer sa pleine attention.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 733334NuWa1

Nu Wa, criminelle primée à 500.000.000 berrys.

-Quelle grossièreté... Et quelle bêtise. C'en est risible.

Elle avait persiflé, en affichant un air contrarié : le vice-amiral Archer lui avait semblé plus intelligent, de prime abord. Tant pis. Elle comprit rapidement que les deux hommes, le vice-amiral et l'Aurola, à ses côtés, souhaitaient engager les hostilités fermement, en ayant recours à un enchaînement particulièrement huilé et rodé. Il allait sans dire que si elle demeurait sur ses gardes, sagement, la criminelle allait effectivement passer un sale quart d'heure. Sa condition de logia avait ses limites, et personne n'avait besoin de le lui apprendre. Elle n'était plus grisée par ce pouvoir depuis des années et des années, au contraire de Makui, que Ghetis avait su défaire des semaines auparavant. Elle avait dû passer de conflit en conflit, alors que les gouvernementaux se jetaient à sa suite pour la précipiter derrière les barreaux froids d'Impel Down : elle était une mine d'informations confidentielles, à l'instar de sa sœur... Et, à ce titre, l'une comme l'autre devaient trouver la mort. La Section Scientifique et les Pacifistas Alphabetos, la Marine et ses vices-amiraux, le Cipher Pol, toutes les institutions que la jeune femme connaissaient plus ou moins bien avaient d'ores et déjà tentées leur chance... Et toutes s'étaient ratées, lamentablement. L'Archer n'avait pas l'air de comprendre. Nu Wa n'était en aucun cas l'égale de Kokuwo Makui : elle le surplombait, dix, vingt, mille fois. Elle aurait été largement éligible au poste de Capitaine Corsaire, si on avait consenti à lui offrir ce poste.. Mais la vérité, c'est qu'elle aurait même pu régner sur son propre Empire criminel, voire servir l'un des Yonkous du Nouveau Monde en tant que deuxième ou troisième figure de son équipage. Et surtout, plus important que toute autre donnée, que tout autre artifice, que toute autre compétence... Contrairement à tous les ennemis que Ghetis avait eu à combattre, jusqu'à présent, elle était un puits insondable de fourberie, de lâcheté et de sournoiserie. Autrement plus profond que Kokuwo Makui, autrement plus profond que William Lancaster... Au moins aussi profond que Centes Decima.

De fait, elle n'attendit pas que l'un ou l'autre des gradés vienne à elle : la fumée de Daisuke Aurola commençait à peine à se former qu'elle disparut. Grossière erreur : le paramecia avait voulu laisser l'initiative à son collègue, dont il voulait utiliser les pouvoirs, en tirer profit au maximum. Pourquoi Nu Wa se serait-elle contentée d'attendre sagement, à sa place, alors qu'elle avait les moyens d'empêcher le logia de la fumée de l'entraver en attaquant directement la source de son pouvoir ? Pire encore... La logia avait passé sa vie à courir, à fuir. Elle combattait grâce à son agilité, grâce à sa vitesse. Elle ne misait pas sur la force, loin de là : elle et l'Archer ne misaient pas sur le même tableau. Autrement dit ? Elle n'était pas seulement plus rapide que Daisuke : elle était également plus rapide que Ghetis. Alors, ce dernier déciderait sans nul doute de corriger son comportement pour tenter de l'attaquer, envers et contre tout... Il n'empêchait qu'il arriverait trop tard, car un seul soru suffit à la demoiselle pour se retrouver face à la silhouette blonde de son homologue logia. Dès lors, elle conserva son épée dans sa main droite, couverte du haki de l'armement : elle allait en avoir besoin, pour contrer un assaut de Ghetis Archer, si ce dernier décidait effectivement de lui sauter dessus. En attendant, sa main gauche se déforma en une espèce de morgenstern couvertes de piques, elle aussi enrobée d'une dose de haki noirâtre. Le but ? Fracasser le premier bras qu'elle pourrait atteindre, au niveau du coude... Et autant dire qu'elle y parvint sans peine. Daisuke Aurola était faible et lent, à ses yeux, et elle aurait même pu le tuer... Sauf que cela n'aurait guère servi la cause de la hors-la-loi, qui souhaitait encore fuir.

-Alors, prenez cela pour un avertissement, vice-amiral. Vous voulez m'attaquer ? Très bien. combattez-moi seul. Le prochain de vos sous-fifre qui essaye de vous aider, je l'étripe.

Et elle ne mentait pas. Si quelqu'un voulait prêter main forte à Ghetis, il avait au moins l'intérêt d'être capable de subvenir à sa propre défense : en l'état, ça n'était clairement pas le cas de l'homme-fumée.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Wld7L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 A0827b10
Shérif Bürmingom, mercenaire primé à 78.000.000 berrys, et Ex-Exécutrice de Mars Frija Syrilia.

Les quelques flaques de sève ne les gênaient pas du tout, mais le nuage que le zoan antique vint générer, en revanche, avait le don de masque leur vue. Sans perdre un seul instant, la rescapée de Mars projeta une série de minuscules lames d'air au-dessus d'elle, afin de disperser ce brouillard intense, leur permettant enfin de voir clair. Ainsi eurent-ils l'opportunité de détailler Caligula, à quelques mètres de là, les bras enfoncés dans le sol... Avant que l'un d'entre eux n'ait pu comprendre à quoi il jouait, ses poings surgirent brusquement à leurs pieds, les prenant véritablement de court. Syrilia eut à subir un coup de poing au niveau de la hanche, et grimaça sous le coup de la douleur. Elle fut repoussé en arrière, mais semblait avoir enduré l'offensive sans trop de difficulté : il allait lui en falloir davantage pour la réduire en morceaux. Iris et Dream furent insaisissables, mais Bürmingom, en revanche, fut de son côté incapable d'éviter les deux premiers coups qui lui furent destinés. Le premier le délesta de son fusil en lui frappant le poignet droit, l'ankylosant de ce fait, et le second lui percuta le tibia gauche, le faisant chanceler et manquant, de peu, de l'expédier au sol lamentablement. Il se laissa rouler sur le sol brusquement, sans crier gare, et évita ensuite les attaques suivantes : il récupéra son fusil, de sa main indemne, et grommela en dardant le contre-amiral d'un regard mauvais. Il n'allait plus pouvoir utiliser son arme féticher à longue distance, pas tant qu'il sentait son bras le lancer de la sorte... En revanche, il pouvait toujours combattre au corps-à-corps, au plus près de ses ennemis, là où la précision n'était qu'une donnée auxiliaire quant à la réussite de ses tirs. Il s'apprêtait à faire cela lorsqu'une tierce personne leur parvint, en braillant. Il pivota juste à temps pour remarquer la charge d'Ezra Ronald... Et il crut une fois de plus qu'il allait mourir, avant qu'il ne se rende compte que l'assaut de la hyène ne le ciblait pas directement lui, mais plutôt Syrilia Fryja.

Les deux épées de cette dernières rencontrèrent de front les deux mains griffues du vice-amiral. Les quatre armes étaient recouvertes du haki de l'armement, tant et si bien que des éclairs naquirent de cette altercation hors-normes. La rouquine fut toutefois puissamment repoussé vers l'arrière : le zoan la dominait manifestement, non seulement sur le terrain de la force physique pure et dure... Mais aussi sur le plan du haki de l'armement. Comprenant que la situation risquait fort d'échapper à tout contrôlé, le Shérif prit la décision de tirer... Et, contre toute attente, fit mouche. Deux balles filèrent droit vers le front d'Erza Ronald... Pour s'y encastrer sans lui causer le moindre dommage. Une plaque du haki venait de garnir l'occipital du maudit blond qui, le regard outré, acerbe et méprisant, adressa à Bürmingom une menace silencieuse : lorsque la sabreuse aurait passé l'arme à gauche, ce serait lui, l'homme-bête, qui aurait à souffrir de ses sévices impitoyables.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Image10

Dream Vespier.

-Je m'occupe de ces deux-là, Iris.

Les flaques de sèves ne servirent jamais, mais pas sans raison. Alors que Syrilia et Bürmingom demeuraient en retrait afin de se charger du vice-amiral Ezra qui aurait tôt fait de tomber, à son tour, lorsque les géants commenceraient à s'acharner sur lui, Dream Vespier décida de revêtir sa forme totale sans plus attendre. Sa corpulence se mit à croître drastiquement, comme cela avait déjà été le cas lors de sa première approche, et il déchaîna dans les environs un véritable blizzard, tel qu'il contraignit bientôt Iris à s'en éloigner précipitamment si elle ne voulait pas finir bêtement engourdie. Le zoan mythique s'approcha de Caligula et de Sypher d'un pas d'abord lent, qui transpirait la méfiance, puis il semblait se ragaillardir : il était seul contre deux, certes, mais il était convaincu qu'il pourrait tenir au moins jusqu'à l'arrivée des renforts, qui semblait imminente... Voire simplement triompher de ses deux opposants, dont les aptitudes respectives n'étaient pas vraiment faites pour s'en prendre à lui. Un logia susceptible de geler, et un zoan d'animal à sang froid, incapable de survivre à des températures négatives et sous un climat rigoureux... Il était seul, et il cristallisait pourtant leur même faiblesse. Sans perdre une seule seconde, il s'élança à leur rencontre, en se ruant d'abord droit vers le Spown, qu'il redoutait davantage, a priori : il était bien placé pour savoir ce qu'un zoan bien maîtrisé était capable de produire. Il fallait donc éradiquer toute prouesse avant qu'elle n'ait lieu... Il s'élança sur l'homme-serpent, auquel il tenta d'octroyer un coup de poing féroce, à l'image de sa force physique plus que respectable. Mais, au-delà de la puissance brute de cet assaut, c'était surtout le froid qu'il allait répandre qui allait menacer son adversaire gouvernemental...
Iris, quant à elle, se détourna pour se ruer dans la direction des trois contre-amiraux aux prises avec Matochika Cho. Les trois hommes avaient l'avantage, en dépit de leurs compétences individuelles un brin inférieures à celles du pion. Ils étaient capable de compenser par la collaboration, et par l'intellect... De quoi leur fournir une avance généreuse, qu'ils mettaient en pratique actuellement. Elle devait les empêcher de parvenir à leur fin... En s'en prenant à l'un d'entre eux, donc. Le vice-amiral Ysaac Tanaka, quant à lui, fondit droit vers l'un des anciens contre-amiraux qui échappait à la poigne d'Emy Ortenssia : à deux, ils allaient régler le compte de ces pions à une vitesse extrême, a fortiori s'ils jouissaient du soutien des deux colonels maladroits mais aux pouvoirs intéressants.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Cozy_f10
Qwer Ty.

Leur arrivée jeta une ombre sur l'ensemble des combattants qui fournissaient des efforts considérables, du côté des Decimas autant que du côté des gouvernementaux. Les géants venaient de débarquer, s'extirpant des fermetures pour venir offrir leur force colossale au Monarque... Et ils risquaient d'avoir un impact encore plus grand que lors de la première édition. Qwer Ty, leur actuel meneur, en l'absence de son frère qui figurait à quelques centaines de mètres de là, se fendit d'un rictus jaune en remarquant que Caligula était d'ores et déjà aux prises avec un autre assaillant, dont il aurait un mal fou pour se dépêtrer. Tant pis, il pouvait toujours jeter son dévolu sur d'autres marines... Après tout, ça n'était pas ça qui manquait et, à en croire le navire qui fendait les cieux pour leur parvenir au plus vite, ils n'allaient pas tarder à recevoir de la visite supplémentaire. Cela signifiait sans nul doute que l'Incontrôlable n'avait pas été en mesure d'exterminer la totalité des gradés... Prévisible. Dommage, mais prévisible. Ils allaient devoir faire sans l'aide du monstre du Nouveau Monde, désormais, et compter sur leur propre force. Autant dire que Marineford n'en avait pas fini de trembler...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Zaraki10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 876849Shishi2

L'Incontrôlable, primé à 928.000.000 B, et Capitaine Corsaire Rasgarat Abel.

-On a de la visite, les gars ! Deux chiens pour le prix d'un ! Haha !

Les têtes fameuses étaient nombreuses, aux côtés de l'Incontrôlable, mais il était celui qui focalisait sur lui la lumière de tous les projecteurs. Il était à la fois la menace la plus conséquente et le meneur d'hommes, ici... Celui qui se substituait à l'autorité d'Erika Orato, en somme. L'Impératrice ne supporterait pas une débâcle : il y jouait sa vie, et il semblait en avoir conscience. Pourtant, il ne frémissait pas, ne montrait pas le moindre signe de crainte ou d'incertitude. Il était simplement là, prêt à répandre les tripes des agents du Gouvernement Mondial qui oseraient se dresser sur sa route... ou, à défaut, celles de ces pirates ayant vendu leur liberté au plus offrant. Il expédia dans leur direction deux lames d'air, similaires à celles qui avaient pu trancher leurs collègues quelques secondes auparavant. Ces créations translucides étaient rapides, certes, mais pas inesquivables... A fortiori s'ils les voyaient venir. Rasgarat Abel n'eut qu'à se décaler au moment opportun pour la laisser filer, volant toujours grâce à un vecteur placé sous ses pieds. Il semblait jouir d'une grâce telle qu'aucun projectile n'aurait probablement pu l'inquiéter : son vol était plus souple et plus imprévisible que celui d'un oiseau, à la vérité. Sans piper mot, le taciturne forban généra un autre vecteur, il projeta sur son assaillant... Droit vers le sol, sous les pieds de ce dernier. Si rien n'était fait, la petite flèche aux allures innocentes repousserait le navire jusque dans l'eau : de quoi provoquer la noyade d'un bon paquet de forbans, d'un coup d'un seul. Sauf que, comme prévu, cela n'arriva pas... Et pour cause : le redoutable primé fendit le vecteur en deux, d'un coup d'épée. Abel murmura deux mots, davantage pour lui que pour son collègue, même si ce dernier pourrait évidemment en prendre bonne note.

-Armement avancé...

Cela expliquait pourquoi les offensives à distance de l'Incontrôlable étaient capables de traverser les vecteurs sans jamais être détruites, ou repoussées. Et cela signifiait également que, sur le long terme, il était possible de le pousser à la faute. Un sourire mauvais vint s'inviter sur les lèvres du capitaine corsaire tandis que son opposant cédait à l'euphorie, trop heureux de pouvoir croiser le fer avec deux têtes reconnues et au service des Cinq Étoiles. Rien que pour ça, ce trajet interminable et ennuyeux à l'extrême valait la peine d'être vécu... Ce fut à cet instant précis que le Rasgarat comprit que ce combat pouvait tout-à-fait être le dernier, pour lui comme pour le Coffe : ils avaient affaire à une bête sauvage, de celles qu'on ne pouvait trouver que sur le Nouveau Monde. Une bête sauvage qui ne se rendrait pas, même privée de ses bras et de ses jambes... Comme un seul homme, les pirates aux côtés de la tête d'affiche de l'équipage d'Erika s'éloignèrent, firent place nette : ils n'avaient pas l'air de vouloir être pris dans un combat opposant leur chef actuel à ces deux monstres de puissance, dont même le plus périlleux des océans avait entendu parler. Tout semblait mener à un affrontement à deux contre un...



Ordre de réponse :
Ghetis - Taito - Caligula - Sypher - Daisuke - Heziel - PNJ Decima
Vous disposez de 72h pour répondre. Écoulé ce délai, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles exceptionnellement, que vous pouvez utiliser au besoin afin d'étendre votre tour.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir personne en amont, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour mais que vous prévenez les MJs et vos compagnons, ça n'aura aucune incidence et vous pourrez reprendre tranquillement !

HRP :
Résumé :
Taito > Camille a l'air de prendre bonne note de ton aveu. Au moment où tu vas mourir (parce que tu sais qu'Akainu va te tuer, pour le coup), Pacifique te sauve et te demande de partir, d'aider les tireurs à s'enfuir. Des Dévoreurs se présentent à eux. Anubis est non loin, Kitara peut le voir. John John et Azer Ty "s'affrontent" aussi, juste à côté... Ou c'est plutôt John John qui joue à l'hélico autour de King Kong, en l'état.
Dans le même temps, Chairoka refuse la demande de Violet et lui propose plutôt de s'orienter vers l'escouade, qu'il faut soutenir. Elle organise ensuite les efforts, sur le pont, afin de subvenir aux besoin des blessés. Violet peut aussi aider, sur ce plan-là, si l'envie lui en prend !

Sypher/Caligula > Les flaques de sève ne servent à rien puisqu'elles sont gelées par Dream, qui passe à l'action en attaquant d'abord Caligula, mais qui veut en découdre avec vous deux. Les coups de poings ont touché Syrilia (efficace, sans plus) et Bürmingom (très efficace, puisqu'il est pour l'instant privé de l'une de ses mains). Ronald intervient, vous voyez aussi Iris se diriger vers l'autre combat, les géants arriver... Bref, tout ce fameux foutoir, en somme.

Ghet/Dai > J'ai pas compris. J'ai dit textuellement sur la convo groupée (je suis pas fou, j'ai vérifié) que là, c'était bête de tenter de s'en prendre à Nu Wa avec le support de Daisuke, qui n'est même pas lvl 40... Et qui tente de prendre l'ascendant au corps-à-corps. Ce qui devait arriver arriva : Nu Wa ne se laisse pas faire, loin de là. Elle est plus rapide, a toutes les cartes en main pour prendre l'initiative et, pire encore, Ghet a du granit marin au poing : y a rien qui vous permet de l'interrompre. J'suis navré, mais Daisuke, tu perds l'usage de l'un de tes deux bras (tu choisis lequel) jusqu'à la fin de l'event. Là-dessus, Ghet, Nu Wa te propose de continuer en 1v1 si tu tiens à continuer : sinon elle tuera le prochain qui tentera de lui nuire, s'il est incapable de se protéger seul. Et elle ne ment pas. Tu peux aussi tenter de l'attaquer pendant qu'elle attaque Daisuke, évidemment, mais ça empêchera pas du tout la blessure de Dai : elle a gardé son épée de côté juste pour palier à cette éventualité-là.
Vous avez également, au même titre que Syph/Cali, une vision d'ensemble sur le reste de la zone.

Hez > Vous arrivez à peine, avec Abel. Ça grouille de primés (entre 50M et 450M, environ) aux côtés de l'Incontrôlable, mais ils font place nette quand vous commencez le combat. Abel, le premier, entame par une petite information pas piquée des hannetons : l'ennemi dispose d'un haki avancé. Abel a l'air de vouloir rester à distance raisonnable, pour l'heure.


Tour de guet :

William Lancaster (Akainu) → Niveau 50+ (?), primé à 1.150.000.000 berrys.
Possède le Logia du Mercure, les hakis de l'observation et de l'armement.
Dévoreurs → Niveau 35.
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).

John Pacifique (Shirokuma) → Niveau 48.
Corps-à-corps pur, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.
Camille Elkens (Midoritaka) → Niveau 46.
Maîtrise parfaite des armes à feu, hakis de l'observation et de l'armement.


Aux abords de la tour de guet :

Azer Ty → Niveau 45.
Corps-à-corps, taille démesurée, haki de l'armement avancé (armure totale).
Anubis (Chef des Dévoreurs) → Niveau 42+ (?).
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).
Dévoreurs → Niveau 35.
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).

Tireurs lambdas → Niveau 30.
Armés de fusils, certains possèdent des balles spéciales, d'autres se contentent de faire feu avec une précision remarquable.
John John → Niveau ?
Aptitudes ?


Au sol :

Mozero → Niveau 48, primé à 480.000.000 berrys.
Corps-à-corps brut, haki de l'armement avancé, haki de l'observation standard.
Nu Wa → Niveau 47, primée à 500.000.000 berrys.
Logia de l'aluminium, combat à l'épée, haki de l'armement.
Qwer Ty → Niveau 41.
Corps-à-corps, haki de l'observation.
Syrilia Frija → Niveau 41, primée à 150.000.000 berrys.
Sabreuse pure, haki de l'armement.
Dream Vespier → Niveau 40.
Zoan mythique du yéti.
Iris Vermillon → Niveau 38.
Combat avec des bourses étranges, geppou.
Shérif Bürmingon → Niveau 38, primé à 78.000.000 berrys.
Homme-bête tireur, haki de l'armement.
Les géants → Niveau 35.
Corps-à-corps, armes en tout genre.
Matochika Cho → Niveau 41.
Corps-à-corps, musique de combat, haki de l'observation.
Autres pions, contre-amiraux ou colonels.



Wakai Tsuki (Sorafuka) → Niveau 48.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Keternel Alion → Niveau 45.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Ortenssia Emy → Niveau 44.
Corps-à-corps pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Bartheo Jeffer → Niveau 39.
Corps-à-corps pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Cuthvine Mark → Niveau 36.
Paramecia de la vélocité, corps-à-corps, haki de l'armement.
Roncia Lochal → Niveau 36.
Zoan de l'araignée modèle Nephila komaci, corps-à-corps, haki de l'armement.
Tempesky Eileena → Niveau 33.
Colors Trap, corps-à-corps.
Daar-San → Niveau 31.
Retour à la vie des cordes vocales, corps-à-corps.

Ezra Ronald → Niveau 43.
Zoan de la hyène, hakis de l'armement et de l'observation.
Tanaka Ysaac → Niveau 40.
Corps-à-corps, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.


Sur le navire :
Asya Lida (Chairoka) → Niveau 55.
Paramecia du mental, corps-à-corps, hakis de l'armement et de l'observation.
Aston Finley → Niveau 55.
Paramecia de l'assimilation, hakis de l'armement et de l'observation.
Jasmine → Niveau 48.
Paramecia de la gravité, hakis de l'armement et de l'observation.
Yamamoto Eracless → Niveau 46.
Zoan du lion des cavernes, hakis de l'armement et de l'observation.  
Dereto → Niveau 45.
Corps-à-corps, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.
Hijime Malia → Niveau 43.
Sabre et corps-à-corps, hakis de l'armement et de l'observation.
Milosephko Yonass → Niveau 43.
Zoan de la grenouille kokoi, haki de l'armement.
Exalva Flais → Niveau 43.
Logia du plomb, haki de l'observation.
Jean-Bart Nonoha → Niveau 40.
Paramecia du formatage, rokushiki, tir, hakis de l'armement et de l'observation.

Kisa Mojoni → Niveau 39.
Hachitoryu, rankyaku et soru, hakis de l'armement et de l'observation.
Poisseroy Voltaire → Niveau 39.
Zoan du Raton-laveur, haki de l'observation.
Flamingo Joshua → Niveau 39.
Corps-à-corps, haki de l'armement.

Turoi Nagate → Niveau 38.
Combat à la lance, soru et tekai, hakis de l'armement et de l'observation.

Focker Lim → Niveau 38.
Corps-à-corps pur frappe-terre, gants en granit marin, haki de l'observation standard, haki de l'armement éveil.
Wolst Maya → Niveau 35.
Fruit BEAST artificiel.

Sakuraba Yu → Niveau 30.
Ichitoryu, haki de l'observation.
Gringo Himan → Niveau 20.
Paramecia de la console.


Au large :
Rasgarat Abel → Niveau 49.
Paramecia des vecteurs, hakis de l'armement et de l'observation.

L'Incontrôlable → Niveau 48.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
Taito Nowaki
Messages : 525
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue246/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (246/350)
Berrys: 180.532.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeVen 1 Fév - 1:07

Never give up




Tant d’années se sont écoulées.... Tant de temps depuis cette soirée où cette femme m’a sauvée une première fois avec ma soeur. Combien ? Je ne m’en souviens même pas et pourtant, je n’oubliais pas ce qui était le commencement de tout. Ni moi ni ma soeur ne le pouvions et pour cause, dans un premier temps s’était pour remercier ce miracle que nous avions décidés de nous engager. Maintenant, voyez le chemin parcourus en ces quelques années. Un Vice-Amiral et une Colonelle. Peut-être pas les plus gros “ pions “ sur cet échiquier, mais des joueurs qui avaient un rôle à jouer et qui le joueraient jusqu’à la fin.

Fin qui semblait se présenter plus tôt que prévu pour moi...
Les mots étaient sortis. Après tant d’années à réfléchir, j’avais officiellement mis des mots officiel à ce ressentis que j’avais pour la sniper de génie. Au départ une simple admiration, au fil de ses apparitions, de ses opérations et ses succès, c’est autre chose qui est né. Mais maintenant que je combattais avec, j’en étais certain. La graine que j’avais planté avais laisser place à une fleur qui portais le nom de “ Amour “. Un sentiment fort qui me poussais toujours dans mes derniers retranchements en temps dur. Par envie d’attirer son attention, obtenir sa fierté, voir peut-être même un jour sa jalousie. Rêves plein la tête, au final peut-être ne suis-je pas si rasoir qu’on le croirais ? Je l’avais dis, ici et maintenant, alors qu’en face de nous se trouvait le chien rouge, un des plus grandes menaces qui soient ici présent. Qu’importe, quand on a des choses à dires aussi importantes, il ne faut pas hésiter à les dires. Vider son sac et je venais de le faire. Me foutant de la réaction du Lancaster qui pourtant semblait ne pas avoir vu venir ce discours ( dans tes dents le haki de l’observation ), je posais plus d’observation sur la demoiselle qui semblait... Ne pas avoir entendu ? Tiquant un bref moment alors qu’elle semblait ne vraiment pas avoir prit le train en route, je me demandais si le destin était contre moi ou non. Mais malheureusement, je n’ai pas la chance de pouvoir réitérer si ? Encaissant sa “ réprimande “ si on peut appeler ça ainsi, je vins à me retourner pour alors voir l’ombre me surplomber.

Malgré ma carrure sous cette forme, celle de William semblait si écrasante. Le terme qui se qualifierais serait sans doute : démoniaque. Les sens en alerte maximale voir même au dessus, si j’avais des poils ces derniers seraient tous dressés au point de tomber à la prochaine seconde. Il était là, face à moi, à bout portant et c’est avec frustration que le cerveau fit le travail que les muscles ne réussissaient pas. La seule information qui m’arrivait était celle-ci : la mort approche, elle est là. J’avais beau souhaiter me protéger, la plaque noire qui irait à la rencontre de l’assaut du chien rouge était trop lente.. Au mieux je bloquerais un doigt sur dix ? Ou trois millimètres de son poing ? La vérité était là : j’étais terminé. Ainsi finissais mon chemin sur cette route sinueuse. Sans peines mais non sans regrets... J’avais dis ce que je pensais à Camille sans avoir son retour... Et ma soeur, au final je ne l’aurais pas enlacé une dernière fois dans mes bras. Tant de choses à faire, pas de temps devant moi. Serrant les dents, même les prénoms que je voulais citer ne sortaient pas de ma bouche, s’était trop tard, la menace avait enfoncé mes portes, je ne pouvais que subir, accepter mon sort.

-TU NE TOUCHERAS PAS A UN SEUL DE LEURS CHEVEUX !

Cette voix, rauque et ferme. Cette intonation. Comme pétrifié juste avant ça, je revenais à moi aussitôt comme un gong qu’on venais de sonner. Le bruit de l’impact entre l’ours blanc et le chien rouge avait fait effet de réveil et je revenais à moi. J’étais en vie, la mort me refuse, la vie me retiens. Tandis que le corps de l’ex amiral vola au loin sur une certaine distance, c’est un buste musclé malgré l’uniforme qui se montrait là. John Pacifique, le baroudeur en personne venait s’allier pour prêter main forte, re équilibrer le jeu. L’ours blanc, le faucon vert et le chien rouge étaient sur ce lieu. La zone devenait aussi dangereuse que n’importe où ailleurs. Le baroudeur, la pro et Akainu, réunis pour un combat sanglant. Et moi ? Que suis-je ? Restant en retrait, je me rendais compte du principal soucis : ils combattaient dans un autre monde, une autre catégorie. En terme d’image, leur niveau actuel était comme une lueur que je ne pouvais que espérer atteindre en tendant la main, mais jamais la toucher réellement à l’heure actuelle. Perdu dans ce mélange de contemplation forte et de peur minime malgré la gravité de cette scène la voix autoritaire mais rassurante de l’implacable ours blanc retentit.

Il m’offrait une porte de sortie, une possibilité d’être utile autrement. Voyant les choses ainsi, je le prenais aussi sous un autre angle que je n’aurais pu discerner autrefois. En effet, mon premier regards se dirigea vers la femme à la crinière verte comme pour avoir son avis et c’est avec un bredouillement mignon qu’elle m’invita aussi à prêter main forte ailleurs. J’aurais pu être vexé, mais à l’heure actuelle je m’en rendais compte : former un trio aurait pu être “ stylé “, mais j’aurais plus été un boulet qu’autre chose. Au pire, je pourrais jouer les appâts ... Bref, serrant les dents, la pro pourrait vite comprendre que mes sentiments risquaient de m’aveugler, mais contre toute attente, après quelques secondes de flottement, alors que le chien rouge se redressait, je m’inclinais légèrement, acceptant cette offre avec regret. Encore une fois, seule personne actuellement pourrait comprendre le pourquoi du comment et cela ne faisait que renforcer le fait que mes dires étaient sincère et non simplement pour impressionner.

“ ... Entendu !!! “

Portant une de mes mains à une de mes poches, je vins alors à jeter au faucon vert une petite bourse. Une bague ? Ne poussons pas le bouchon trop loin... Rien qu’en appuyant avec les doigts, elle comprendrait qu’à l’intérieur se trouvait là des balles. Lesquelles ? Le fruit de mes recherches, de mon imagination. Certes, elles devenaient être que des jouets face aux gadgets de la Section Scientifique, mais entre tireurs, s’était une manière à moi de “ rester “ à ses côtés dans cette bataille. Si durant la bataille elle examinerais ces munitions, elle pourrait voir que le modèle semblait universel, capable d’aller sur tout les gros calibres. Le design affiné offrait une pénétration dans l’air monstrueuse à la limite du ridicule, favorisant une percée. Pourtant, sur ce modèle se trouvait une minuscule pictogramme imprimé à la main comme pour me faire un mémo à moi-même : attention. Ces balles étaient explosives et hautement dangereuse de part leur efficacité à ce jour. Un prototype, mais qui regroupait la plupart de mes invention. Une balle censée être meurtrière d’après mes recherches personnelles.

Ce “ cadeau “ fait - en espérant que peut-être l’une d’elle servirait à abattre le chien rouge - je me dirigeais à toute vitesse vers le bord de la tour pour user de ma maîtrise du geppou et soru pour me diriger vers le bas afin d’aider mes camarades. Un bref regard en arrière, des lèvres qui bougent mais qui ne laissent entendre aucun mot, plus un message inaudible tant pour la pro que le baroudeur, il s’agissait là d’une histoire de sensibilité pour capter le message : Survivez. Encouragement simple, mais qui malgré tout mes bons espoirs étaient mérités. Car duo légendaire ou non, il s’agissait là d’un ennemi redoutable à n’en point douté. J’espérais que le baroudeur protégerait jusqu’à la mort sa comparse, car cette femme était Midoritaka, cette femme qui possède la seconde moitié de mon coeur, la première étant à ma soeur. S’il arrivait quoi que ce soit à la Pro ou au Baroudeur, je m’en voudrais pour longtemps, car eux m’avaient permis de vivre plus longtemps.


L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 14635110
Violet Nowaki, soeur de Taito


La demoiselle obéissante se laissait guider par la patronne de cette armée. Recadrée, dirigée vers des options plus favorables, celle-ci avait un choix à faire. Un champs de bataille ou les combats se multipliaient ou une zone stratégique à maintenir  ? Pour la guerrière, il ne faisait aucun doute que ses gallons seraient revus à la hausse si elle combattait et éliminait des adversaires. Mais la studieuse marine pensait aussi au côté logistique des choses... Soigner des gens signifiait les remettre d’aplomb et si certains éléments pouvaient être remis sur pied, elle se devait d’agir pour être sûr que les soins soient donnés sans accroches. Ainsi donc, après quelques secondes d’hésitation ; la demoiselle aux cheveux courts approcha du fameux Voltaire, cet homme souvent reconnu pour porter un drôle de masque.

“ Laissez moi vous apporter mon aide ! “

Ainsi donc, sa lame en main, la demoiselle aidait comme elle pouvait. Que ce soit déplacer des corps, former une zone, elle se recula ensuite pour jouer les observatrice. Jouant les faucons, elle tentait de noter le moindre débordement qui pourrait menacer de près ou de loin cette zone qui devrait être inviolable. Observant brièvement les blessés, pour une fois, même pour les pirates elle ressentait de l’empathie. Vivement que les choses cessent, que la victoire soit obtenue. Il fallait que ce chantier cesse au plus vite.Aux aguets donc, la Nowaki comptait bien protéger ces combattants valeureux qui pouvaient encore jouer un rôle.


---------------------------


En bas de la tour de guet, les tireurs arrivaient à peine que déjà les ennuis revenaient à la charge. Kitara en “ leader “ improvisé “ essaya de maintenir les troupes de façon logique : groupées. S’ils se dispersaient, sans nul doute que ces choses viendraient faire les goinfres et eux deviendraient des apéricubes immédiatement. Céder à la panique serait la fin de tout et ce n’est pas le regard d’une plus grosse bête à l’aspect similaire qui disait le contraire. Le chef ?
Essayant de demeurer calme, l’officier habituellement sous les ordres du Nowaki se demandait comment se sortir de ce mauvais pas. Elle ouvrit donc le feu pour occuper ces petites bestioles, ou plutôt... Les amuser ? Leur résistance était telle que ça en devenais risible. Quelle était leur faiblesse hein ? Il fallait voir les choses en face, à ce rythme, ils étaient foutus. Jurant dans sa barbe imaginaire, la demoiselle ravala sa salive et ordonnait que les gens se serrent. Ils gagnaient du terrain... Ces saloperies étaient pire que des poux, impossible de s’en défaire. La fin était-elle là ?

Alors que l’espoir diminuait drastiquement, voilà qu’un hurlement semblait gagner en puissance. Malgré les bruits environnants, le hurlement bestial ne laissait aucun doute aux oreilles de la demoiselle. Sans doute plus pour les dévoreurs ou les collègues non habitués.

Venant du ciel, du sommet de la tour de guet plus précisément, je m’étais élancé en voyant mes compagnons en difficulté. À l’instar du baroudeur qui m’avait sauver la vie, je tentais de reproduire l’exploit à ma sauce. Telle une comète, je fonçais vers ce qui semblait être le plus gourmand de tous en apparence - puisque le plus gros - et tentais de le fracasser poings et crocs dehors renforcés au haki. Si l’impact avait lieu, c’est une véritable onde de choc importante qui aurait lieu et ne manquerait pas d’attiser l’attention des grignoteurs intempestif. Peu à peu, si rien n’interrompait ce moment, la poussière laisserait place à une silhouette connue et un manteau flottant au grès du vent capricieux. Droit, clairement sur l’offensive et la défensive, j’observais mon environnement, mes sens en éveil.

“ Kitara !!! Je vais ouvrir la voie. Rendez-vous en lieu sûr au plus vite, je vous couvre. “

Opinant de la tête, la demoiselle ouvrit de plus belle le feu sur certaines charogne du coin tandis que moi, je poussais un râle intense, un cri de guerre censé intimider l’ennemi, mais aussi montrer que les choses sérieuses commençaient. Des “ dévoreurs “ ? Peut-être qu’au milieu de ces batailles à différents thèmes allait naître celle du plus gros prédateur ? Eux ou moi  Quel serait le résultat ? La queue battant l’air, les sens aux aguets, la voix portant sur le champs de bataille, il était clair de comprendre une chose : le gouvernement n’avait pas encore dit son dernier mot, ni rendu son dernier souffle.



Codage par Libella sur Graphiorum



résumé:
 

Tech utilisées:
 

Taito est lv 38
Violet est lv 34
Kitara est lv 34
Revenir en haut Aller en bas
Sypher Wenham
Contre-amiralContre-amiral

Sypher Wenham
Messages : 373
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue39/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (39/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue9/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (9/350)
Berrys: 51.068.521 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeVen 1 Fév - 7:22

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Tumblr_p10yqeMrxA1wzb0pfo2_500

L'Histoire est écrite par les vainqueurs

Feat Event - Groupe 10

Caligula et moi étions à présent en plein cœur du champ de bataille, sur le sol de Marineford. Tous s’affrontaient pour la victoire d’un idéal différent, quoi qu’il advienne, au risque d’en perdre la vie. C’était ça la guerre. Cependant, je n’étais personnellement pas dans cette optique là. La mort ne devait pas être une option, non, elle ne pouvait être qu’une abomination dans mon existence. Je ne pouvais pas passer l’arme à gauche aujourd’hui : mon père ne me le pardonnerait pas, et Noctis non plus, d’où ils pouvaient me regarder.

Faisant donc désormais face à de nouveaux adversaires, je me rendis compte bien vite d’une chose à première vue relativement embêtante. Un Zoan venait de se dévoiler parmi ses pairs, gelant sans aucune crainte les flaques de sève laissées par-ci par-là. Il s’agissait donc d’une créature ayant un certain contrôle sur le froid, et les blizzards notamment, à en voir ce qu’il venait de déclencher autour de lui. Caligula avait été de son côté en mesure de blesser le canidé grâce à son offensive « invisible », si bien qu’il l’avait apparemment rendu incapable de maintenant son fusil pour s’en servir comme d’un sniper. C’était déjà une bonne chose. De plus, Ezra Ronald nous avait rejoint, peu après, s’opposant ainsi férocement à la combattante de Mars. Enfin, la seconde femme sembla vouloir se joindre au pion musicien pour lui apporter son soutien.

Nous étions par conséquent deux contre deux, si l’on comptait le Shérif un peu plus à l’écart. Toutefois, seul le Zoan se mit à s’approcher de nos positions avec la ferme intention d’en découdre. Malheureusement pour lui, il n’était pas le seul. L’objectif de nous autres, Archer, était bel et bien de triompher de cette guerre et nous comptions bien y arriver par tous les moyens, même les plus vicieux.

Vice-Amiral Ronald, Caligula, vous êtes les plus proches de ma position donc vous risquez d’être directement touchés par l’objet que je vais utiliser. Par conséquent, je vous recommande de ne pas utiliser votre Zoan, seulement pour quelques poignées de secondes : en tout cas, n’adoptez pas de forme hybride ou totale, privilégiez seulement la transformation de vos membres en cas de besoin !

Je ne pouvais me résoudre à ne pas l’utiliser dans une situation comme celle-ci. Le sifflet que j’avais obtenu il y avait de cela déjà un long moment avait la particularité de faire fuir tout animal et de véritablement perturber les Zoan. C’était donc parfait dans notre configuration.

Ainsi, dès lors que le Yéti eut l’intention de s’élancer en direction du Spown, je le prévins par la pensée afin qu’il puisse se préparer pour un contre dantesque. C’est ensuite lorsqu’il fut suffisamment près pour tenter d’infliger un violent coup de poing que je fis en sorte d’utiliser « l’instrument » sonore en soufflant bruyamment à l’intérieur. Cela avait été fait de telle façon que le Decima ne pouvait revenir en arrière puisqu’il s’apprêtait à toucher Caligula presque dans la seconde. Pour le coup, c’était mon Haki de l’Observation qui m’avait permis d’exécuter une telle prouesse. Tout allait donc désormais reposer sur l’efficacité du sifflet et la réactivité du Contre-Amiral.

En effet, si le Zoan se retrouvait perturbé au point de ne plus pouvoir mener son attaque à bien, l’Archer aurait toutes les chances de l’envoyer valser grâce à l’une de ses plus puissantes techniques. Si c’était le cas, je serais en mesure de le prévoir et de bondir à toute vitesse en Kamisori pour arriver derrière le Yéti et lui infliger un coup tranchant brutal à l’aide de mon Axe Dial chargé.

Enfin, alors que cette dernière action serait exécutée sans même m’arrêter de siffler totalement, j’aviserais en fonction de la résistance de l’ennemi. S’il venait à reprendre forme humaine pour ne plus avoir à endurer cette souffrance sonore, je m’empresserais alors d’enchaîner avec un large déferlement de sève extrêmement liquide et corrosive, pour l’en recouvrir entièrement. Le but de cette dernière manœuvre serait simple : s’il décidait de reprendre sa forme de bête en créant un nouveau blizzard, il se retrouverait sans doute lui-même gelé et incapable de bouger.

awful pour Epicode


Styff → Niveau 35 : Càc pur, Haki de l'armement et Rokushiki.

Résumé:
 

Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

Caligula Spown
Messages : 464
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue196/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (196/350)
Berrys: 7.789.389.498 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeSam 2 Fév - 0:36



Acte final : Décima

La sensation que lui procurait le choc entre ses poings et le corps de son opposant était toujours aussi plaisante. Bien évidemment, il allait en falloir plus pour que le shandia puisse vaincre les décimas et être fier de lui, mais comme on dit : chaque chose en son temps. Pour l'heure, il avait pu toucher la sabreuse ainsi que le tireur qui avait quant à lui subit deux attaques risquant de l'handicaper pour un petit moment.
En plus de ça, les deux individus ayant été touché par le zoan eurent la chance d'être attaquer par le grand Ezra Ronald qui n'attendit pas plus longtemps pour s'immiscer dans la bataille. Se débrouillant plutôt bien, il semblait pour l'heure s'occuper de ces deux-là laissant donc au shandia et au logia les deux qui avaient pu esquiver leur assaut combiné.

L'un d'entre eux se transforma alors en une sorte de bête imposante et effrayante qui semblait en plus de ça dégager un important blizzard dont la dangerosité semblait évidente, et d'autant plus pour Caligula sous sa forme hybride. Le zoan qu'il s'apprêtait à affronter était dangereux et s'il y avait de quoi s'inquiéter à prime abord, ce fut sans compter sur l'idée qu'eut Sypher et qu'il communiqua au shandia par le pouvoir de l'amirale en chef.

Ainsi, la première chose que fit le shandia fut de reprendre forme humaine et ce aussi bien pour le plan à venir que pour résister le plus possible au froid émergeant du corps de Dream. Lorsque la bête lui fonça dessus le shandia ne réagit pas plus que ça : la seule chose qu'il fit sur le coup fut de se concentrer, gonflant ses muscles et préparant son attaque. Dès lors que Syph aurait agi et utiliser son sifflet, le shandia se servirait de ce cours moment où Dream serait déstabilisé pour balancer une imposante masse d'air prenant la forme d'une tête de lion et le propulsant au loin. Il avait pour ça user de ses deux bras qu'il avait recouvert d'écaille, avec une transformation partielle, et de Kôtekkai sans oublier d'insuffler son haki de l'armement au sein de sa création.

Le pire scénario était celui où le yéti ne serait pas soumis au sifflet pour une quelconque raison, auquel cas la réaction du shandia serait d'immédiatement appliquer du haki et d'user son tekkai sur la zone ciblée. Ceci ne l'empêcherait pas de subir de lourds dégâts, mais lui permettrait d'éviter la casse au maximum.

– Une bonne chose de faite, et maintenant !
Selon comment se déroulerait le plan, le Yéti se retrouverait lourdement blessé voire hors-service dans le meilleur des cas, mais en tout cas celui-ci ne reviendrait pas immédiatement sur le zoan ce qui lui laissait la possibilité de s'en prendre à quelqu'un d'autre : l'Arcane du Rugissement avait balancé la source du blizzard assez loin, de quoi éviter au zoan de geler aussitôt. Il en profita donc pour reprendre sa forme hybride, et usant de sa souplesse ainsi que de ses membres extensibles il s'immisça dans le trou qu'il avait causé juste avant.

Il traversa le tunnel que ses poings avaient creusés et prolongea celui-ci pour arriver non loin en dessous du tireur Shérif. Ses jambes sortirent brusquement du sol pour le saisir au niveau des jambes et le tirer violemment vers le sol, encastrant donc celui-ci dedans, ne laissant ressortir que sa tête. À la suite de ceci, le shandia regagnerait l'air en se créant un trou par lequel sortir puis il enroulerait ses bras l'un sur l'autre, joindrait ses mains couvertes de haki pour balancer la masse sur le crâne du tireur qui subirait comme l'impact d'un énorme coup de marteau concassant une noix sans rencontrer la moindre difficulté.

Dans le meilleur des cas, le tag team CalSyph éliminerait deux opposants d'un seul coup, permettant donc de gérer les nouveaux arrivants qu'étaient les géants, toujours guidés par le nouvel ami du zoan antique : Qwer Ty.


Résumé et Techs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

Ghetis Archer
Messages : 1956
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue47/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue718/750L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (718/750)
Berrys: 18.533.208.528 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeLun 4 Fév - 5:21

God of Sky

Ore Wa Kurohebi Da !






L’enchainement du Kurohebi et de l’Aurola n’avait servi à rien, sinon à prouver que Nu Wa jouait dans une cour bien différente de celle du tireur d’élite qui avait momentanément rejoint l’ex-Masque Vairon. On ne pouvait en démordre, la bretteuse était puissante et l’affronter serait particulièrement difficile dans pareille guerre.

Les grands militaires ne s’évaluaient pas uniquement par leur puissance, mais aussi par leur capacité à se montrer stratégique. S’évertuer à attaquer un seul ennemi qui ferait perdre un temps précieux était une véritable erreur militaire et le brun ne pouvait se la permettre.

Alors, quand il perçut les mouvements de son adversaire, mais surtout la vitesse à laquelle elle s’occupa de l’Aurola il comprit. Elle était exactement comme lui à Kitamura Island. Les guerriers de l’île étaient certes puissants, mais l’écart entre eux et le vice-amiral fut bien trop important pour qu’ils puissent le gêner. Malheureusement il avait surestimé son coéquipier et le laissa se placer dans une position des plus gênantes !

Ghetis ne pouvait plus sourire, la guerre n’était plus en la faveur du Gouvernement Mondial et la jeune femme le lui prouvait, c’est pourquoi il ne désamorça pas son coup initial et laissa son quintuple coup de poing fusé sur elle, s’abattant brutalement sur sa lame couverte de haki ! L’impact violent des hakis venant produire un fin impact presque électrique avant que la demoiselle ne soit vigoureusement projetée au loin de quoi libérer le tireur d’élite et sécuriser la zone.

- Nous combattrons une autre fois Nu Wa !

Et cette fois-ci il eut un rictus.

- Quand je serai un des trois amiraux.

La situation n’offrait guère plus de possibilité que celle-ci, il fallait espérer que l’escrimeuse profite de la possibilité de fuir et rien d’autres…. Il y avait énormément de choses en jeu, alors dès l’instant où elle le libéra, il observa la situation autour de lui… Son coéquipier de fortune semblait dans un bien piètre état.

- Je te revaudrais ça Aurola, sois prudent pour la suite.

Il ne lui fallut guère de temps pour remarquer la présence de Syrlia son ancien adversaire, accompagnée d’une sorte de renard. Malheureusement, la hyène avait commencé à s’occuper d’elle, ce qui fit le brun grincer des dents. Mars était à lui.

Profitant de l’assaut que lui avait imposé le renard, Ghetis fusa donc sur Syrilia dans un véhément Kamisori ! Son haki était toujours focalisé en un point très restreint, ainsi le corps à corps avec l’Archer signifiait une baignade dans son haki tonitruant ! La migraine était assurée ! C’est notamment ce qui guettait la bretteuse.

Le kamisori faisant l’Archer arriver juste derrière elle, pour porter un brutal coup de pied à sa nuque, le membre chargé d’un haki ébène pour la projeter telle une malpropre dans la direction de Qwerty et des autres géants. Un choix bien étrange !

Peut-être que non au final, puisqu’il la poursuivit de son mouvement hargneux, le mélange du soru et du geppou le menant facilement au-dessus de sa cible encore en pleine projection pour abattre ses deux poings armés contre elle ! Comme toujours le fluide venait rendre l’assaut véloce, mais aussi la force brute et la vitesse du guerrier ! Le coup irait ainsi projeter violemment la guerrière au sol dans un grossier cratère.

Si elle ne bloquait pas l’assaut, l’ensemble des os de son buste subirait de graves cassures ! De plus, son dos risquait lui aussi d’être fragilisé par ce choc brutal.

- Je ne t’ai pas oublié Syrilia !

Le Vairon se reposerait à nouveau sur la terre ferme non loin d’elle après cet assaut imprévisible. Il n’avait pas oublié son adversaire avant le roll back de Kamiji, pas plus qu’il n’avait oublié les évènements de Mars.

- Je ne comprends pas pourquoi toi et Nala vous vous êtes retournées contre Makui. Entre sa sœur qui me projette avec tous mes alliés dans un affrontement face à lui, alors que même lui ne s’y attendait pas. Maintenant toi combattante du côté Décima… Je pensais que vous étiez un trio soudé.

Lors de la bataille de Mars, Makui avait exprimé une certaine stupeur en voyant l’Archer arrivé en compagnie de ses autres collègues. Il ne semblait pas comprendre pourquoi son bourreau était venu en si bonne compagnie, alors qu’il devait s’agir d’un guet-apens.

Qui plus est, Nala avait déjà montré par le passé sa capacité à venir sauver son frère en cas de problème, alors pourquoi n’avait-elle pas sauvé son frère qui devait être son dernier rempart sur terre ?

Cela n’avait aucun sens et Ghetis avait murement réfléchit à la chose, la retournant dans tous les sens, pour finalement arriver à une conclusion amère. Lui qui affectionnait d’une certaine façon le gouvernement ne souhaitait pas que cela lui arrive un jour… La faction du Kokuwo avait organisé son exécution.

- Bien sûr, ça parait évident. Les Décimas ont organisé l’exécution de Makui avec la complicité du pouvoir de Nala, de gré ou de force.

Il pesta un peu à cette conclusion qui n’était pas exactement la réalité, mais en était assez proche malgré tout. Il ne souhaitait comprendre qu’une seule chose, pourquoi Syrilia était de leur côté dans ce cas ? Pourquoi ne luttait-elle pas contre ceux qui avaient brisé sa faction. Rangeant les poings américains dans sa sacoche arrière, le brun planta son regard le plus franc dans celui de la lionne.

- Vous autres, ceux de Mars vous n’étiez pas sous l’influence de Centes aux dernières nouvelles, alors pourquoi tu ne profites pas de cette guerre pour vaincre ceux qui ont brisé ton groupe ? Je ne suis pas le mieux placé pour servir de coéquipier…. Mais si tu es la fière guerrière que l’on raconte je pense que tu accepteras de momentanément combattre à nos côtés.

Ghetis ne bluffait même pas, il était d’un sérieux glaçant, tant il semblait agacé par l’idée que Centes ait pu réellement faire exécuter Makui. D’un côté Ghetis n’appréciait guère le logia lumineux, car il représentait l’opposé de sa carrière au sein de la Marine. Cependant, il ne pouvait s’empêcher d’être enragé pour ce guerrier qui avait simplement été déçu du système en place. De plus, il maudissait Centes pour l’avoir utilisé comme instrument de l’exécution du Kokuwo.

- Tu auras tout le loisir de t’acharner sur moi ensuite si tu le désires. Nous savons bien que la lignée Archer a servi d’instrument pour attaquer Mars, mais nous pouvons gérer cela plus tard. La balle est dans ton camp.

Le Vairon jetant alors son regard sur Qwerty et les géants qui l’accompagnaient ! Pour parler à voix haute.

- Vous aussi ! Centes a envoyé plusieurs de ses troupes dans le ciel prêché plusieurs mensonges sur la Marine de façon à les retourner contre la Marine ! Cet homme vous utilise comme de la chair à canon et aura tôt fait de coloniser le ciel après cette guerre. Le peuple des géants va donc se soumettre à un lâche ? Je ne peux croire cela de vous ! Vous avez vu la façon dont cet homme a sacrifié des hommes pour en faire des bombes humaines !

Et d’un coup la vue des géants, de Syrilia, de Qwerty et de Ghetis se brouilla, une arène de petite taille venait de prendre place dans leur zone. A l’intérieur il n’y avait rien d’extraordinaire, simplement les gradins et un rocheux.

- Je prends sans doute un risque en m’enfermant ici avec vous tous…. Mais je ne peux laisser un faux monarque vous vendre du rêve. Acharnez-vous sur moi aussi longtemps qu’il le faudra, puis, participer à cette guerre de mon côté ! Pas celui de la Marine, mais le mien !

A Kitamura, Angel Island ou encore Bilca, Ghetis était déjà un homme connu pour sa reprise partielle de la mer blanche et était déjà le nouveau « dieu » d’île comme Bilca ou kitamura. Comme le voulait la coutume, ce titre était honorifique et ne représentait aucune prétention divine bien entendu, mais ça les géants le savaient déjà puisqu’ils vivaient dans le ciel. Il y avait fort à parier que l’ensemble des géants le connaissent donc, tout comme il y avait fort à parier qu’ils sachent que l’homme pacifiait la mer blanche et l’unifiait autour de valeurs nouvelles. De la même

Son haki se relâchant alors pour redevenir normal, Ghetis était prêt à en découdre avec cette masse d’ennemis, ou convaincre cette masse d’alliés.

DEV NERD GIRL




Résumé,Techniques,Pnjisations,Explications:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
Heziel Coffe
Messages : 1854
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue44/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (44/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue383/500L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (383/500)
Berrys: 67.386.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMer 6 Fév - 14:45





Aux premières loges du désastre.

Comme on pouvait s'y attendre, l'animal qui rôdait sur le pont du galion ne tarda guère à montrer les crocs d'une façon plus incisive et tranchante qu'escomptée.

Heziel frappa puissamment dans les airs, dévoilant en partie la maitrise bien plus complexe de son pas céleste, montrant qu'il n'était pas seulement capable de voyager à une vitesse impressionnante mais également de faire preuve d'une maniabilité experte. Il n'égalait cependant pas la grâce de Abel qui, juché sur l'un de ses vecteurs, semblait traverser l'espace sans rencontrer aucune entrave autre que son imagination. Décidément, le Corsaire était aussi intriguant dans son comportement que dans ses capacités... car s'il ne l'avait jamais vu directement combattre jusqu'à aujourd'hui, il connaissait sa réputation monstrueuse. On le disait terrifiant au combat, doté d'un pouvoir unique et surprenant. Il allait bientôt en avoir le cœur net : les forbans qui s'apprêtaient à leur faire face ne le feraient pas avec le dos de la cuillère. Les deux Shichibukai risquaient fortement de faire face à une solide compagnie de boucaniers expérimentés. Quelque part, l'idée de se frotter à autant de combattants du Nouveau Monde était stimulante. La rage qui sommeillait dans le corps de Heziel vibrait sourdement, prête à se déchaîner sur le champ de bataille. Pourtant, ce n'était pas là la première chose qui le préoccupait.

Ce salopard avait failli prendre la vie de Lim... et c'était volontaire. Les lames avaient été lancées avec précision, adresse, dextérité. Elles avaient frappé en sectionnant nettement les membres, en tranchant les corps de façon calculée. Ce primé, cette pointure, avait tenté d'arracher la vie à l'une des seules personnes qui donnait encore un sens au monde du Juggernaut. C'était un affront qu'il ne pardonnerait pas. C'était un affront qu'il ne pourrait pas pardonner... et s'il devait faire un peu de zèle pour réduire définitivement au silence cette ordure, il ne manquerait pas de perpétuer la terrible réputation des Shichibukai fougueux et irascibles auxquels on prêtait un manque de discipline presque aussi effarant que la puissance dont ils étaient capables de faire preuve. Mais il ne ferait pas l'erreur de céder à la hâte, à la colère et à la pression de son esprit combattif. Ici, il ne combattait pas par plaisir. Pour lui, obtenir la tête de l'Incontrôlable était plus une question de meurtre que de défi.

Le Rasgarat entama les hostilités, testant les défenses de leurs ennemis, effectuant ses observations, établissant ses théories et ses hypothèses. Lorsque le vecteur fila dans le bois du navire, le Coffe plissa les yeux et observa la force commencer à entraîner le bâtiment naval tout entier vers les eaux... avant de constater que la lame dentelée du lieutenant de Erika Orato était plus que capable d'en venir à bout. La remarque de son collègue, dans son sillage, lui fit comprendre deux choses : premièrement, il était possible d'épuiser cet ennemi en le poussant à abuser de son fluide. Le pugiliste aux yeux d'émeraude était bien placé pour connaître cette leçon de combat, étant lui même fortement soumis à cette règle lorsqu'il faisait usage de son armure totale. Deuxièmement... cette dernière ne lui serait que d'une utilité maigre : le sabreur avait l'air de posséder un Haki puissant, au moins assez pour forcer l'énigmatique pirate qui l'accompagnait à une prise de parole brève mais pertinente. Il valait mieux qu'il évite de se faire toucher, en tout état de cause. Si cela devait arriver... il aviserait, sans doute douloureusement.

Pour l'heure, les bandits des mers semblaient s'être élargis en un cercle vaste, dans lequel l'Incontrôlable était le seul combattant visible. Il s'agissait peut-être d'un ordre direct... ou craignaient-ils la colère de celui qui semblait les guider ? En tout cas, cela ne voulait pas dire qu'ils s'en tiendraient à une telle formation si l'un des deux Capitaines Corsaires venaient à se glisser dans leurs rangs... il était donc proscrit de s'avancer à ce point. Après tout, les pirates n'étaient pas connus pour leur sens de l'honneur. Ils volaient, pillaient, mentaient, trompaient allégrement leurs semblables à la première occasion. Le constat était encore pire pour les gens comme lui : Heziel se savait membre d'une caste haïe par ses pairs, qui ne comprenaient pas comment un fieffé forban pouvait vendre sa liberté contre un peu de tranquillité. S'il n'avait que faire de leurs opinions, il ne pouvait s'accorder la bêtise de sous-estimer le vice d'un être humain armé de malice et d'une occasion de l'utiliser.

Narseh le lui avait appris, gravant la leçon au fer rouge dans son âme.

"Je vais m'approcher pour tester les réactions. La tête de proue fera l'affaire."

Une fois la pensée distribuée à Abel, Heziel continuerait donc sa route jusqu'au galion de l'Incontrôlable, abandonnant définitivement Marineford de son Haki de l'observation s'il était encore seulement à portée... comme à regrets. Il ne pouvait se permettre d'être distrait, pas pendant cet affrontement-ci. Esquivant les éventuelles autres lames d'air, le noiraud prendrait garde aux éventuels coups fourrés et serait très attentif à son environnement durant sa progression. Si l'invitation se révélait effectivement être en tout bien tout honneur, Heziel viendrait sauvagement se poser sur la tête de proue du navire si elle était assez solide pour supporter son atterrissage -la proue elle-même, à défaut-, ne manquant pas de faire trembler le bâtiment naval par la même occasion. Tous pourraient aisément s'en rendre compte : si le vide qui émanait de Abel le rendait froid et effrayant à sa façon, c'est l'impression de faire face à un féroce prédateur prêt à bondir qui retranscrirait le plus l'apparition du martialiste. En ce sens, ils se ressemblaient peut-être, tristement, lui et son ennemi du jour... mais il avait un but, une mission, une raison d'endosser sa véritable nature autre que son propre gain. Il ne pouvait et ne devait pas échouer. C'était une affaire de guerre... et une affaire personnelle.

- Qui appelles-tu chien, déchet ? Répondit-il.

Son adversaire était une bête sauvage, une brute, un ennemi viscéral qui semblait prendre goût à la bataille. Bien. Il était temps de voir à quel point ils étaient semblables.

ⒸHeziel Coffe


HRP:
 


_________________





"Are you a man... or a monster ?"

Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
ColonelColonel

Daisuke Aurola
Messages : 1245
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue38/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (38/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue103/350L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (103/350)
Berrys: 115.598.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeSam 9 Fév - 13:19

« L'histoire est écrite par les vainqueurs. »
Event




A aucun moment il ne se serait douté de la complexité de la tâche. A vrai dire, il avait pris confiance récemment. Que ce soit face au vice-amiral Alion, l’amiral Sorafuka ou même face aux hors-la-loi au royaume de Tesk, il n’avait pas éprouvé de réelle difficulté. C’était bien évidemment totalement différent d’une rixe entre une poignée de personne ou un entrainement supervisé par des pointure, mais il s’était clairement avoué intérieurement qu’il était devenu plus fort. Et c’était clairement le cas. Que ce soit physiquement ou mentalement, il avait dépassé certaines strates qu’il pensait suffisante pour affronter une femme de ce calibre. Une erreur monumentale. La confiance en lui n’était pas la seule fautive, bien au contraire. Dans les faits, c’était surtout en l’amirauté – qu’il commençait à mettre en lumière – que sa confiance augmentait. Pour le coup, lorsqu’il se savait à proximité d’un vice-amiral, il ne daigna pas se morfondre dans un état de catatonie et tenta une astuce qui ne marcherait finalement jamais.

C’était le prix à payer lorsqu’on se surestimait...

« Aaaaaaaaargh !! »

Le coup avait été si rapide que le blond n’avait pu ni tenter d’esquiver ni de contre-attaquer. En réalité, la chance n’avait été de son côté que lors du simili de parade qu’il effectua. En effet, ce fut son bras gauche qui parti en miette le temps d’un instant. Sans même pouvoir se protéger avec un de ses gants, il sentit son coude s’écailler en un rien de temps le laissant ballant pour le reste de l’action. Il hurla de douleur, une souffrance vive et implacable le prit pendant quelques instants, mais il prit quand même la peine de s’éloigner de quelques pas de la femme. Il ne pouvait pas faire autrement, l’attaque l’avait percé sans vraiment de difficulté. Il se sentait tellement dominé par la femme qu’il ne pouvait rien faire d’autre que fuir, malgré la douleur.

Qu’aurait dit Foxy, Kazuma et les autres en voyant leur ancien capitaine dans cette posture ? Certain de pouvoir jouer sur le destin d’une guerre de cette ampleur, le jeune homme avait pris la grosse tête en l’espace de quelques semaines. Non, comme toujours il n’était rien. Rien de plus qu’un rouage insignifiant dans cette horloge géante que le monde représentait. Il serrait les dents, il connaissait une méthode pour se priver de la mobilité entravante et douloureuse de son bras. Il l’avait déjà vécu pareille situation, il n’y avait que quelques mois auparavant. S’il connaissait les risques en arrivant, il n’aurait pas imaginé une seconde revivre ce trauma aussi rapidement.

Souvenez-vous, lors de ses pérégrinations, sa compagne n’était pas la simple douleur physique, mais bien morale et il s’était perdu dans un engrenage des plus mortifiant. Cependant, il lui restait quelques notions de survie et grâce à cette histoire, il avait appris à se défaire de sa propre condition physique. Dégoupillant dans ses poches une petite capsule, il ingéra une paire de calmant tout en s’éloignant de la figure criminelle. Encore un peu perdu, il ne vit pas l’apparition de son homologue ni même le coup qu’il donna à la femme qui lui avait brisé le bras. Il pu entendre la voix de l’homme qui venait d’éloigner le danger s’adresser à lui. Alors comme ça il lui revaudrait ça… Quoi exactement ? En réalité, il n’avait pas bien saisi les mots d’encouragement de son homologue, mais il prit soit de les garder dans son esprit. Il ne prit pas le temps de lui répondre, ou tout du moins il n’en eu pas réellement le temps. Aussi vif qu’il pût l’être, le vice-amiral s’éloigna à toute vitesse de la scène précédente, laissant alors l’Aurola seul au milieu de ses pensées. A vrai dire, il n’aurait pas eu le temps de trouver ses mots pour le remercier à son tour, mais déjà il reprenait le contrôle de son humeur.

Ce n’était pas le moment de s’apitoyer sur son sort, entendant les voix atterrées des différents gradés sur le bateau. Combien était déjà mort ? Il ne fallait pas se laisser affliger par ce genre de dénouement funeste, après tout, ils n’étaient qu’au début des hostilités. Le vrai combat commençait à peine et voilà qu’il était déjà handicapé d’un bras. Un fardeau de plus avec lequel composer. Daisuke ne prit pas la peine d’analyser la situation dans son ensemble. A vrai dire, il le fit de manière non exhaustive en se rapprochant des combats que menaient le reste de sa troupe. Il se rappela alors tristement la mort de son ami Yasuyoshi. C’était dans un affrontement d’une ampleur nettement inférieure, mais qui lui rappelait pourtant la scène qui se jouait devant lui.

Une horde de guerrier en affrontant une autre. Comment le monde pouvait-il être aussi cruel ?! Il le savait pertinemment pourtant, aucun des deux groupes n’avaient la réponse à tous les problèmes et que ce soit Centes ou le gouvernement, aucun d’eux n’étaient parfait. Cependant, il avait décidé de s’allier aux membres de l’escouade anti-décima. Il s’était rapproché d’eux et ses sentiments jouaient contre ses idéaux. Il ne voulait pas prendre parti pour qui que ce soit, mais il ne pouvait simplement pas laisser ses amis mourir devant ses yeux. Tandis qu’il se rapprochait, il comprit – en son for intérieur – qu’il faisait parti sans vraiment le vouloir du parti gouvernemental. Il avait fait ses choix, à plusieurs reprises et il ne l’avait jamais réellement quitté. C’était une rancœur qu’il avait au fond de lui, mais il continuait à se persuader qu’il n’était là que pour un but plus grand… Se fourvoyait-il ?

En revenant vers ses alliés, il pu voir une émergence importante de combattant. Si quelques secondes plus tôt il gardait espoir dans sa tactique, il commençait à en voir les signes de déclin. Le nombre d’ennemi ne faisait que croitre et tandis qu’Emy était épaulé par un nouveau vice-amiral, Mark et les deux autres contre-amiraux combattaient toujours le pion qu’il avait décidé de « sauver ». Si d’autres renforts étaient arrivés pour se charger du groupe de mercenaire approchant, il pu néanmoins voir une tête ennemie approcher du groupe de contre-amiraux. Ce serait elle sa cible principale, pour l’heure. Il ne la connaissait pas réellement. Ce qu’il savait, c’est qu’elle se battait d’une manière atypique et qu’elle privilégiait les attaques à distance. C’était pour le coup le seul bon côté de la situation, lui aussi. En se rapprochant des hostilités, il put retrouver son arme qu’il avait abandonné peu de temps avant et l’attrapa avec son dernier bras disponible transformé en fumée, ne dérivant ainsi pas sur le côté et ne perdant pas un instant.

Il passa à quelques mètres de ses alliés envoyant un tout petit nuage de fumée sur le visage de Cho pour tenter de le déstabiliser sans pour autant avoir un impact plus important sur leur combat. En réalité, il utilisait déjà une technique qu’il avait l’habitude d’utiliser lorsqu’il était pénalisé par des membres inutilisables normalement. Son bras gauche, déjà meurtris, ne pourrait pas le rendre inapte plus qu’il ne l’était. Il userait alors de sa main gauche, transformée en fumée pour atteindre le pion, tandis qu’il s’interposerait entre eux et la jeune femme aux cheveux verts.

De cette manière, il laisserait du temps à ses trois collègues pour prendre l’avantage sur l’ancien marine. En ajoutant sa petite prestation, il espérait accélérer les choses dans la bonne direction. Il prenait aussi soin à garder un œil sur les nouveaux arrivants, les géants et prit la parole en direction de la jeune femme.

« Je ne peux vous laisser avancer, mademoiselle. Je vous donne deux choix : Fuir ou mourir. »

Une détermination qu’il feintait presque. Il n’était pas aussi catégorique, mais il savait que s’il l’arrêtait, elle ne saurait s’en aller en vie, d’autres ne l’épargneraient pas, qu’il soit d’accord ou non. Il tira alors une salve de deux balles de feu dans sa direction. Des balles sommes toute classique dans l’inventaire du jeune homme, mais qui avait pour but de mettre en avant les techniques défensives de la jeune femme. Il avait déjà deux trois idées pour l’avoir à son tour, mais il préférait garder ses idées pour plus tard dans le combat qui les opposerait peut-être. Déjà l’empêcher d’approcher des trois contre-amiraux étaient prioritaires, ensuite, il verrait pour l’en éloigner et pourquoi pas aider ses trois comparses… En attendant, il resterait sur ses positions en attendant une riposte éventuelle de la jeune femme.



Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


résumé:
 

techniques utilisées:
 

_________________
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 1382813805-daisuke

Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1631

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue0/0L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeLun 11 Fév - 19:57


L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Kabura10

Poisseroy Voltaire, Soldat de la Section Scientifique.

-Asseyez-vous ici, vice-amirale.

Voltaire s'épongea le front d'un revers de la main fébrile. Il tremblait, tant de nervosité que d'émotion, et il tâchait de réprimer ses états d'âme aussi fièrement qu'il en était capable. Joshua n'était plus, il l'avait constaté de ses yeux propres, mais il ne pouvait décemment pas se permettre de se laisser abattre pour autant. On avait besoin de lui, de son expertise médicale et de l'efficacité de ses connaissances : s'il agissait promptement, les trois blessés pourraient reprendre le combat en temps et en heure, avant que la situation n'ait à dégénérer davantage. En cela, l'aide des différents gradés qui avaient décidé de rester sur place pour articuler la prise en charge des blessés lui était salvatrice. Il lui fallait gagner un maximum de temps, et s'éviter par conséquent les tâches qu'il n'était pas obligé de réaliser lui-même... Les trois médecins rapatriés par Aston Finley lui étaient également d'un grand secours. Ils étaient compétents, et ils allaient sans dire qu'ils faisaient parti des plus éminents membres du corps médical de l'AOI. Cela étant, ils n'avaient pas franchement l'habitude des champs de bataille : ils étaient désemparés, même s'ils tentaient également de le cacher au mieux. Ils avaient peur des conséquences à venir de l'assaut qui se déroulait actuellement sur le bastion pluriséculaire de Marineford, et ils savaient qu'en se trouvant ici, ils s'exposaient involontairement. Les Decimas n'allaient pas hésiter à les prendre pour cible s'ils en avaient l'opportunité : ils étaient ce genre de pleutres qui ne respectaient pas la moindre règle. C'était potentiellement pour cela qu'ils voyaient leur détermination redoublée, d'une certaine manière... S'ils arrivaient à mener leur tâche à bien, on leur permettrait peut-être de quitter cet enfer au plus vite afin de s'en retourner à la quiétude actuelle de Mariejoa. Ils retrouveraient leurs familles, leurs amis, leurs obligations routinières et joyeusement banales... Ils échapperaient au pire, en somme. L'un d'entre eux se dirigea momentanément vers Styff pour le prendre en charge, alors même que le cas de la vice-amirale Malia était encore en traitement. Ils risquaient de se tirer dans les pattes, s'ils restaient accolés les uns aux autres, bêtement... Mieux valait prendre de l'avance sur les autres cas à traiter. Il commença les examens de routine et nettoya la plaie au mieux en l'empêchant de saigner abondamment. S'il ne pouvait pas recoller le bras seul, il pouvait au moins faire en sorte de stabiliser l'état du patient, ça oui...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Legend10
Vice-Amirale Horoji Julia, alias Wave, civile présumée.

Alors que plusieurs gradés s'apprêtaient à s'élancer à l'assaut de leurs ennemis, ayant réalisé le peu de travail qu'ils étaient en mesure de mener à bien sans posséder de réelles connaissances dans le domaine médical, deux silhouettes s'extirpèrent péniblement des entrailles du navire tailladé de part en part. Wave était une véritable miraculée : seule deux de ses doigts avaient été tranchés net par l'assaut enragé de l'Incontrôlable, et la douleur avait rapidement été réprimée au profit de l'efficacité et de l'utilité. Le pauvre bougre qu'elle transportait à ses côtés avait été moins chanceux : il était un membre de l'AOI, nouvellement intégré à des fonctions d'exécuteur, et avait vu son pied gauche ainsi que le bas de sa jambe droite être happés par cette offensive impardonnable. Il avait perdu connaissance depuis quelques secondes, mais l'ancienne Légende semblait vouloir faire tout ce qui était en son pouvoir pour fournir à Voltaire un soutien de taille... Elle aurait immanquablement été utile sur le champ de bataille, comme semblait en témoigner le manteau de vice-amirale qui trônait sur ses épaules, mais elle ne pouvait décemment pas laisser ses pairs dans un bourbier pareil sans leur offrir un semblant de soulagement. Le pauvre homme de la Section Scientifique ne possédait pas le don d'ubiquité et les trois seuls médecins qui se trouvaient à ses côtés n'étaient pas non plus en mesure de réaliser des miracles... Il allait sans dire que certains des blessés allaient nécessairement trépasser dans les minutes qui viendraient, sans que nul ne puisse alléger leur agonie d'aucune manière, mais l'important était avant toute autre chose de se donner du mal pour sauver le plus possible de ces condamnés en sursis. D'ailleurs, l'ancienne civile avait à peine déposé le blessé à même les lattes du pont qu'elle disparut à nouveau par la porte qu'elle venait d'ouvrir, ses doigts tranchés marquant son sillage de gouttes éparses. Elle avait usé d'un bandage de fortune pour en limiter les saignements, mais c'était une précaution risible : elle aurait, elle aussi, grand besoin d'une auscultation en règles... Plus tard. Lorsqu'elle pourrait se le permettre... Lorsque les plus grands blessés seraient définitivement tirés d'affaire, ou lorsqu'ils auraient tous passé l'arme à gauche.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 German10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 633974Pion4

Amiral John Pacifique, alias Shirokuma, et William Lancaster, ancien amiral Akainu.

-Vous auriez bien eu besoin de son aide, pourtant.
-Ne nous prend pas pour plus idiots que nous ne le sommes. Tu l'aurais utilisé, William. Contre nous, comme un talon d'Achilles.
-Possible.

S'il était peiné que son ancien aîné ait une si basse estime de lui, William Lancaster ne se donna pas la peine de le contredire pour autant. Il y avait du vrai, dans cette phrase : chaque moyen fiable pour abattre ce duo mythique était à étudier, du plus glorieux au plus infamant. De toute manière, il ne resterait rien de la Marine, une fois le conflit achevé... Akainu allait en tout cas tout faire pour enterrer définitivement ce système pourri jusqu'à l'os, et père de toutes les insanités et illégalités qui harassaient les petites gens, les destinant au crime afin d'assurer leur subsistance. Ils étaient devenus les artisans du crime qu'ils entendaient combattre, ils façonnaient les hors-la-loi qu'ils voulaient par la suite emprisonner... C'était cela qui le poussait à piétiner sa fierté. Contrairement à ce que l'Ours semblait imaginer, le Chien ne tirait pas la moindre satisfaction à se trouver ici, pour leur tenir tête à tous. C'était même plutôt l'inverse, mais il y avait des choses que lui seul pouvait faire...
Comme évincer ces deux nouveaux amiraux.
Lorsqu'une balle manqua de s'incruster entre ses deux yeux, le logia la laissa le transpercer de part en part avant de grimacer, contrarié. Il espérait qu'ils auraient davantage de temps pour échanger, cette fois-ci, étant donné que Wakai Tsuki ne se trouvait pas là pour le pousser à se taire... mais il semblait qu'il s'était fourvoyé. Camille était aussi prompte à la violence que l'intraitable sabreur. Il ne pouvait à ce titre pas vraiment leur en vouloir, par ailleurs : il avait été le premier à faire montre de véhémence, en soi... Tant pis. S'ils voulaient passer aux choses sérieuses sans plus attendre, ils allaient être servis. D'une impulsion vive, immédiatement imitée par John Pacifique, le renégat tenta d'atteindre la position de la tireuse mais fut malheureusement intercepté par le baroudeur. Leurs poings droits, couverts de haki, se percutèrent frontalement et un choc dantesque en naquit, faisant trembler les environs et invoquant de noirs éclairs qui zébrèrent les cieux enragés dans un hurlement strident. Il était difficile de savoir qui prendrait l'ascendant, lors de cet affrontement aux dimensions historiques, mais il allait sans dire que Marineford allait en porter quelques stigmates...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 H1qrL'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Yang_w10

Maître de Célestia Azer Ty et Colonel John John.

-Tu es encore plus lassant que le petit corsaire...
-Ki no bariya !

Une barrière de ki se forma autour de John John à l'instant même où la main dantesque de son adversaire s'apprêtait à se refermer sur lui. Azer Ty sentit une chaleur féroce manquer de lui dévorer la paume, et il recula donc précautionneusement tandis que John John cessait de former l'étrange bouclier qui l'avait protégé quelques instants durant. Le colonel agissait étrangement : il ne semblait pas être très convaincu des pouvoirs cataclysmiques dont il était affublé, et il n'avait pas fallu très longtemps au gigantesque géant pour comprendre qu'il jouissait plutôt de compétences octroyées par un autre. En tout cas, force était d'admettre que l'heure était encore une fois au statu quo... D'un côté, il était impossible pour le colonel de venir à bout de la cuirasse inexpugnable du maître des cieux, bien trop épais et solide pour qu'il puisse être mis-à-mal par les déferlements de puissance certes époustouflants de l'homme en bleu, mais néanmoins trop imprécis, trop mal contrôlés. De l'autre, l'adversaire du combattant affilié aux Decimas semblait être particulièrement irritant. Il trouvait à chaque fois un échappatoire lui permettant d'éviter le pire d'un cheveu, et il volait à une vitesse parfois si ahurissante qu'il était même seulement compliqué de le suivre des yeux. Néanmoins, Azer Ty avait la sensation nette de progresser : car il savait désormais que cet inconnu était contrôlé par un autre... Et que cet autre n'était nul autre que le petit gros qui se trouvait encore à bord du navire. La raison à cette certitude ? Jusqu'à présent, John John n'était jamais dans son dos : il restait constamment sur la route du monstre à la carrure trop gigantesque, entre lui et le navire flottant où le petit gros tapotait sur des touches avec empressement, tout en les lorgnant pesamment. Il y avait donc fort à parier que mettre ce petit gros hors d'état de nuire le libérerait dans le même temps de la menace John John... Mais pour ce faire, il fallait déjà l'atteindre, ce petit gros. Et avec l'amirale-en-chef sur le même navire, il y avait fort à parier que ce ne serait pas chose aisée.

-Katon : Goukakyu no jutsu !
-Va jouer ailleurs, bon sang...

Le géant prit une inspiration sèche et expira si violemment qu'une rafale de vent en naquit : elle contra les flammes qui menaçaient de lui dévorer le visage, et le pauvre colonel fut lui-même ballotté par cette bourrasque imprévisible durant une poignée de secondes. Ce combat-ci risquait de s'éterniser encore un moment... En tout cas tant qu'Himan était libre d'interférer, bien sûr.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 952616Devoreur

Anubis et les Dévoreurs.

L'arrivée en fanfare du vice-amiral Nowaki, particulièrement remarquée, avait laissé place à un élan de soulagement auprès des tireurs qui accompagnaient Hotaru avec l'espoir candide de sortir de cet enfer en un seul et unique morceau. Ils avaient grand besoin d'un symbole auquel se rapprocher, d'un héros en lequel place le plus infime de leurs espoirs : ce héros, Taito Nowaki le personnifiait mieux que quiconque, ou presque. Jeune officier brillant à plus d'un titre, doté d'un début de carrière aussi flamboyant que prometteur, depuis vice-amiral à un âge particulièrement prématuré, il faisait partie intégrante de cette nouvelle ère qui promettait bien des remous dans le monde de la piraterie. Finirait-il par atteindre l'amirauté ? Tuerait-il un Yonkou de ses propres mains ? Révolutionnerait-il le Gouvernement Mondial et conduirait-il ses subordonnés officiers vers des lendemains plus heureux, plus chantants ? Ces questions optimistes demeuraient pour l'heure en suspend, et risquaient d'être fortement compromises : s'il avait réussi à percuter Anubis sans trop de mal, notamment grâce à un effet de surprise pour le moins indubitable, il allait sans dire que les autres carnassiers étaient encore indemnes... Autant ceux qui se dressaient sur leur chemin que ceux qui risquaient de déboucher dans leur dos, depuis les escaliers de la tour de guet qu'ils venaient de quitter. Le miracle, il fallait encore le provoquer... Et les membres de l'équipe de tir ne semblaient à ce titre pas forcément aptes à le faire d'eux-mêmes. La plupart étaient fébriles, malgré l'arrivée encourageante et rassurante de leur supérieur, ainsi que ses mots qui forçaient le respect. Et ils le furent encore plus lorsque la bête percutée par le zoan se redressa, à quelques généreux mètres de là... Manifestement intacte.

Anubis lorgna du côté de la troupe, de ses pairs Dévoreurs, puis du vice-amiral Nowaki sur lequel il déposa son regard morose, inexpressif au possible. S'il était difficile de savoir quelle était la nature des pensées qu'il élaborait dans son cerveau primitif, il semblait pour l'heure tempérer sa hargne et sa rancune. S'il avait mal pris l'entrée en matière tapageuse du vice-amiral Nowaki, du moins n'en montrait-il absolument rien... Pour le moment. Car bientôt, il se mit à réaliser un premier, puis un second pas en direction du zoan antique... Avant de finalement se ruer dans sa direction à une vitesse tout bonnement ahurissante pour une créature dotée de jambes si minuscules. Lorsqu'il parviendrait à portée, le chef des Dévoreurs ne prendrait pas la décision d'attaquer comme le reste de ses compagnons avaient pour coutume de le faire. Il allait étrangement décider de délaisser ses crocs et ses griffes... Pour simplement bondit au niveau de l'abdomen de Taito, qu'il souhaitait percuter avec une véhémence spectaculaire. Un retour à l'envoyeur : c'était ce que son cerveau simplet avait manifestement souhaité opérer, comme afin de rappeler à l'officier qu'il n'était pas du tout le seul à disposer de compétences martiales littéralement solides. Si le pauvre zoan encaissait de front, il risquait de voir des étoiles durant quelques instants, car même si la petite bestiole n'était pas volumineuse, elle n'y était pas allée avec le dos de la cuillère... Pour les tireurs, le message serait limpide. Ils devaient, à tout prix, éviter de s'embourber dans un conflit interminable avec le moindre des congénères d'Anubis. Effectivement, ils allaient devoir s'ouvrir une voie afin de battre en retraite temporairement... Et ils allaient devoir prier. Car s'ils n'étaient pas assez rapides pour semer les Dévoreurs par la seule force de leurs jambes, ils risquaient de finir en casse-croûtes d'une seconde à l'autre. Plusieurs gradés saisirent leurs armes, et tinrent en joue les bestioles les plus proches, prêts à obéir aux ordres dès qu'on leur en offrirait. Ce n'était pas le moment de se laisser abattre... Même si le moral n'était pas franchement au beau fixe.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 733334NuWa1
Nu Wa, criminelle primée à 500.000.000 berrys.

Problème réglé ? Si seulement. Cette fois, Nu Wa affichait un sourire narquois avec une satisfaction qu'elle savourait tout juste. Daisuke Aurola s'était montré imprudent, et il avait été châtié pour cela : l'Archer semblait de son côté prendre conscience de la puissance qui résidait en elle, et du danger qu'elle incarnait non pas pour lui mais pour l'ensemble de ses collègues et subordonnés. Bien sûr, Ghetis était largement assez puissant pour lui tenir tête dans un combat singulier qui risquait de s'éterniser durant des heures, sinon des jours... sauf qu'elle n'avait rien à perdre, de son côté. Lui ? Si. Il avait ses plus proches compagnons réunis à ses côtés : des hommes valeureux, certes, mais d'une puissance dérisoire comparée à la leur. Si la traîtresse du CP9 et l'ancien chasseur de primes décidaient de croiser le fer, Marineford serait tout juste assez étendue pour accueillir leurs échanges : ceux qui s'y trouvaient risquaient tôt ou tard d'y être confrontés... Et d'en subir les conséquences. Le vice-amiral n'était pas assez puissant, pas encore, pour l'empêcher de causer des dommages collatéraux. Autrement dit, il n'avait strictement aucun intérêt à laisser la situation dégénérer davantage : voilà pourquoi il laissa à la criminelle haute primée une chance de se faire la malle, après qu'elle eut croisé le fer très brièvement avec le possesseur du logia de la fumée. De son côté, la demoiselle ne se fit pas prier. Sa liberté recouvrée, elle n'avait plus qu'à prendre la tangente : Calm Belt n'était pas loin après tout, et une fois là-bas, elle n'aurait qu'à user des différentes techniques du rokushiki dont elle avait connaissance afin d'assurer sa survie. Elle retournerait sur les Seas Blues en un clin d’œil, et elle pourrait s'y établir à nouveau de façon pérenne... A moins qu'elle ne décide d'élire domicile ailleurs, après des années à sillonner West Blue ? Difficile à dire, en l'état des choses : car il lui restait une ultime tâche à réaliser, sur Marineford. Si elle prit ses distances avec le reste des conflits, dans un premier temps, elle bifurqua finalement pour longer la côte, se rapprochant quelque peu du navire flottant qui arrivait en renfort... Là, elle marqua un arrêt et ouvrit son bras gauche en deux tronçons d'aluminium, qu'elle sépara. Elle extirpa de sa chaire de métal une fermeture éclaire, qu'elle ouvrit, sans se départir de son habituel rictus de bien mauvais présage : puis elle jeta à Emy Ortenssia et à Tanaka Ysaac, les deux gradés les plus proches, quelques paroles provocatrices qui ne manquèrent pas de les irriter, l'un comme l'autre.

-Insultez le vice-amiral Archer de catin de ma part, je vous prie ! Et remerciez-le pour cet ultime cadeau de ma part !

Elle était vicieuse, et elle ne supportait pas qu'on puisse la prendre à la légère. En l'attaquant de la sorte, accompagné d'un amateur, Ghetis Archer l'avait dénigrée, insultée, et avait évidemment tenté de la blesser, de la capturer, sinon de la tuer. Elle ne pouvait pas se permettre de s'enfuir sans demander son reste dans de telles conditions : elle ne supportait pas ce vice-amiral, et elle allait le lui faire comprendre. Le meneur de la Couronne s'était fait un ennemi bien opiniâtre...
Sur ces entrefaites, la jeune femme fit volte-face tandis que de la fermeture ouverte s'échappait d'autres silhouettes. Elle courut jusqu'à la berge, où elle prit son appui avant de bondir... Et elle réitéra dans les airs, une fois, deux fois, trois fois, jusqu'à prendre son envol, jusqu'à n'être rien de plus qu'un petit point à l'horizon, allant se perdre dans les nuages. Nu Wa avait été infiniment moins utile que Centes Decima n'avait pu l'espérer, en son for intérieur... Mais elle avait envers et contre tout été nettement plus coopérative qu'elle-même ne souhaitait l'être de prime abord.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 A0827b10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 580363VA3

Ex-Exécutrice de Mars Frija Syrilia et Vice-Amiral Ronald Ezra.

Il la surclassait... Ce n'était pas un officier de pacotille qu'elle avait à affronter, et elle en avait pleinement conscience. D'un autre côté, Syrilia n'était pas venue pour récolter les miettes. Elle était une combattante à part entière, fière et compétente, et elle savait qu'elle avait ses chances même contre un monstre de l'acabit d'Ezra Ronald, autrefois considéré comme étant l'égal de Kokuwo Makui, son ancien chef. Les deux hommes avaient longtemps été uni par une rivalité palpable et compréhensible : tous les deux étaient réputés et prometteurs, mais ils jouissaient également d'un tempérament arrogant, et prompt aux excès de violence. Ils jouaient à la fois dans une cour similaire et différente... Car là où le logia demeurait généralement tranquille et froid, le zoan, quant à lui, pouvait se montrer impulsif et sanglant. La Frija, de son côté, en savait donc suffisamment pour comprendre que cet ennemi risquait de s'avérer complexe à évincer. Elle allait pourtant faire de son mieux lorsqu'une présence hostile s'érigea dans son dos, et la menaça directement : si elle sentit la menace et si elle tenta d'y réagir, elle n'y parvint pas, pour la seconde fois, même si la première avait été annulée après tout. Attaquée en traître, elle fut tout juste capable d'endurer le choc et d'être projetée à vive allure : il lui fallut quelques dizaines de mètres avant de récupérer le plein contrôle de son propre corps, et ce fut le cas juste à temps pour qu'elle distingue la silhouette du vice-amiral Archer, qui essayait manifestement de l'écraser d'un coup de poing pour le moins impitoyable. Elle croisa ses lames au-dessus d'elle, sans ôter le haki qu'elle avait placé sur ces dernières. Elle tenta de tenir bon... Mais n'y parvint qu'à un lourd tribut : les os de ses bras grincèrent d'une façon inquiétante et elle ne dut son salut qu'à la miséricorde de Ghetis, qui se recula finalement en les englobant, elle et les géants, dans une arène de sa conception. Tout ce beau monde réuni eut l'occasion d'échanger quelques regards circonspects après la proposition insensée de l'Archer, qui semblait vouloir profiter d'une guerre ouverte pour recruter ses ennemis. Ce n'était définitivement pas un tempérament courant, sur un champ de bataille... Et cela invoqua à ce titre une colère sourde chez la rouquin sabreuse, qui ne supportait ni la proposition de l'Archer, ni le caractère dominant qu'il se conférait à son égard : elle avait son orgueil, envers et contre toutes les désillusions qui avaient récemment été siennes...

-Je me fous de Makui ! Il ne voulait même pas venger mon maître... Ce sale chien ! Qu'il pourrisse, où qu'il soit !

Elle avait craché aux pieds de l'Archer, comme pour appuyer ses dires : elle ne s'était alliée à Centes que par défaut, d'une certaine manière, c'était vrai... Mais elle avait petit-à-petit surtout appris à comprendre quel genre d'homme était Makui. Le Monarque était doué pour embrigader et manipuler autrui, elle le savait pertinemment. Néanmoins, à ce petit jeu-là, le logia du neutrino avait toujours eu un coup d'avance. Si Syrilia n'avait plus parlé à Nala depuis belle lurette et si elle ignorait tout des motivations de la cadette du Kokuwo, elle, de son côté, n'était qu'ivre de revanche. Elle avait failli une fois contre Lundren, mais elle ne faillirait pas une seconde : elle allait offrir à Centes ce qu'il voulait, à savoir ses lames, elle allait satisfaire sa volonté exceptionnellement... Puis il lui permettrait de s'entraîner plus durement que jamais, jusqu'à ce qu'elle soit à même de réduire en charpie le moindre de ses adversaires. Et parmi ceux-ci, Ghetis Archer venait à n'en pas manquer de se faire une place de choix : elle le lorgnait avec une bestialité évidente, et elle aurait été capable de lui sauter à la gorge dans la seconde si elle n'avait pas su pertinemment qu'il s'agissait là d'une perte de temps. Elle avait beaucoup mûri, depuis la fin de Mars, et elle avait notamment gagné un brin de jugeote et de réalisme. Elle n'était plus aussi tête brûlée, même si elle restait très généralement guidée par ses instincts... Le naturel ne changeait pas drastiquement du jour au lendemain, après tout.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Cozy_f10
Qwer Ty.

-Tu t'adresses aux mauvaises personnes. Nous avons eu quelques échos de ta personne, petit homme. Je ne pensais pas te rencontrer dans de telles circonstances, mais le destin est parfois rieur.

Qwer Ty déposa sur Ghetis un regard serein, coupant court aux hésitations de ses pairs et à la furie hargneuse de Syrilia. L'inimitié qui sévissait entre la rouquine et le vice-amiral ne le regardait pas le moins du monde, et par ailleurs, le géant se fichait éperdument de cette alliée de circonstance qu'il ne connaissait ni d’Ève, ni d'Adam. En revanche, le vice-amiral avait fait parler de lui en de maintes occasion, y compris jusque sur Celestia. Et dire qu'il les intéressait, lui et son frère, aurait été un grossier euphémisme... Mais il ne les intéressait pas forcément de la bonne manière. Lorsqu'ils entendaient parler de lui, lorsqu'ils songeaient à cet homme, ils le percevaient davantage comme étant un étranger, un agresseur, un intrus belliqueux qu'à un éventuel camarade de beuverie et de bataille. Le second de Celestia ne portait pas l'Archer dans son cœur, cela allait sans dire : pas pour des raisons aussi personnelles que Syrilia, sans nul doute... mais pas sans raison non plus. D'ailleurs, il ne manqua guère d'exposer au vice-amiral les raisons de la défiance que son peuple de géants entretenait à son égard, en faisant fi des dires qui ciblaient la lâcheté de Centes Decima : s'il était vrai que ce prétentieux Monarque manquait cruellement de bravoure, là n'était pas le sujet, car il n'était en aucun cas un ami proche du peuple des géants. Pour les géants des mers blanches aussi, il n'était ni plus ni moins qu'un moyen d'assouvir leur vengeance...

-Ma nièce s'est aventurée sur les Mers Bleues, il y a des années de cela. Et elle en est morte. Tuée par le Gouvernement Mondial... Par tes collègues. Nous nous fichons des raisons qui vous ont poussé à une telle extrémité. Nous ne sommes pas assez forts pour vous opposer une résistance éternelle, seuls. Si vous vous en donnez les moyens, Celestia tombera. Alors nous faisons en sorte de conserver notre indépendance. S'il nous faut mourir, autant mourir libres. Nous ne sommes pas ici sur ordre d'un monarque quelconque : nous sommes ici selon notre volonté propre, et...
-Blablabla... Sa race, abrégez, vous êtes venus vous battre, j'vous tanche, fin de l'histoire. Dégage de là, Archer. Laisse faire les pros.

Ezra Ronald était énervé. Passablement énervé. Il ne supportait pas qu'on puisse lui voler sa proie, et encore moins sans l'en prévenir au préalable. Le comportement de Ghetis était irrespectueux, voire insultant... D'autant plus si on considérait qu'il se permettait de discutailler avec eux, alors que d'autres gouvernementaux étaient aux prises avec des ennemis en surnombre, et trop puissants. Combien de morts faudrait-il de plus pour que l'Archer comprenne qu'aucune diplomatie n'était viable, au milieu d'un chaos de cet acabit ? Peu importait à la hyène qui ne perdit pas une seule seconde de plus. Les mains toujours sous forme de pattes griffues, le maudit s'élança dans la direction d'un géant qui se trouvait aux côtés de Qwer Ty. Lors du précédent écoulement du temps, il n'avait pas eu l'occasion de combattre les géants puisqu'on l'en avait empêché, en dressant des pions sur son chemin afin de le ralentir... Cette fois, personne ne l'empêcherait de commettre un massacre.
Il allait trucider ces guerriers, jusqu'au dernier.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Image10

Dream Vespier.

S'il s'attendait à ça ! Lorsque le coup de sifflet cingla, Dream grogna et vit sa concentration être puissamment altérée. Il grimaça, et sa corpulence fut divisée progressivement par deux, a minima : il retrouva un corps plus banal, quelconque même, et seule sa chevelure encore blanche et drue semblait attester du fait qu'il s'agissait bien du yéti gigantesque et menaçant prit pour cible une seconde auparavant. Finalement, l'assaut de Caligula s'annonça et le zoan mythique, bien que suffisamment rapide pour réagir, put comprendre précisément quel était l'objectif derrière le sifflement en continu qui lui vrillait les tympans : il ne pouvait pas reprendre une forme totale, en l'état des choses, sans s'exposer à une violente migraine. Il allait donc devoir résister sans ses attributs les plus spectaculaires... Dans la précipitation, il croisa les bras devant son buste et attendit patiemment qu'un coup vienne le cueillir : comme prévu, celui-là ne fut pas long à venir. Le choc le secoua sans ménagement aucun et il fut repoussé vers l'arrière avec une virulence excessive, qui ne le terrassa pas pour autant d'un coup d'un seul. Le contre-amiral était bon, sans l'ombre d'un doute... Et à deux contre un, il risquait fort de conserver un avantage, tant qu'ils misaient sur la prudence. Le Vespier comprit une seconde plus tard que c'était potentiellement ce que les deux marines entendaient bien faire : puisqu'il remarqua une présence qui, dans son dos, souhaitait lui rendre un coup supplémentaire... Comme pour l'enfoncer davantage encore. Une fois de plus, le premier réflexe prévalut. Dream s'orienta dans la direction de ce nouveau danger, et interposa son bras gauche sur la trajectoire de l'assaut... Qui s'avéra tranchant, sans qu'il n'ait aucun moyen pour anticiper cela. L'attaque qui avait creusé un sillon dans le bras de Goliath fut cette fois-ci assez ample pour réaliser pire : l'avant-bras du maudit chut au sol dans un bruit sourd, le tout accompagné d'un cri entremêlant rage et douleur.

Le logia s'attendait sans doute à pouvoir savourer sa victoire, sur cette lancée : d'ailleurs, il invoqua bientôt sa capacité de génération pour noyer le zoan sous une épaisse couche de sève... mais il put bientôt comprendre que Dream n'était pas enterré aussi aisément. De la main droite du Vespier, encore indemne, naquit soudain un vortex de glace et de givre qu'il projeta, quasiment à bout portant, sur le torse du logia. La sève allait geler instantanément, sans risquer de mettre le yéti sous forme humaine en danger d'aucune manière. A contrario, le froid mordant risquait d'engourdir le Wenham, et surtout de l'empêcher d'utiliser l'intangibilité de son fruit du démon : de quoi permettre au zoan de lui filer un puissant coup de pied en plein abdomen. Le coup était puissant et sec : pas assez pour mettre le gradé hors-course, bien sûr... Mais suffisamment pour lui faire comprendre qu'un homme blessé n'était pas à sous-estimer pour autant.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Wld7
Shérif Bürmingom, mercenaire primé à 78.000.000 berrys.

-Qu'est-ce que c'est que... Waaah !

Le réflexe du Shérif, lorsque deux mains lui saisirent les pieds pour l'entraîner vers le bas ? Tendre les bras en l'air. Aussi stupide qu'illusoire, bien sûr : il s'enfonça par conséquent dans le sol jusqu'à la tête, ne laissant que ses mains, son fusil et son visage dépasser des dalles de Marineford. Il s'attendait à être pris pour cible tôt ou tard, bien sûr... Mais pas de cette manière, à n'en pas douter ! Lorsqu'une silhouette s'extirpa à son tour des dalles pour prendre son envol, et pour le menacer d'un puissant coup de poing, le tireur du Nouveau Monde comprit que sa véritable heure allait peut-être sonner. Triste destin que celui de mourir deux fois ! Puis il remarqua que la silhouette qui lui faisait face, si elle était relativement connue, n'était pas celle d'un très haut gradé de la marine. Le contre-amiral Spown était respecté et combattant fringant, pour sûr... Mais il ne jouissait pas encore de la réputation d'un Ezra Ronald, à titre de comparaison. De facto, l'homme-chien envisagea qu'il avait peut-être encore une chance de s'en tirer entier. Une chance ridicule, mais une chance tout de même... Et la première chose qu'il devait faire pour cela, c'était endurer le coup qu'on lui destinait. Sa tête se couvrit d'une plaque opaque du haki de l'armement à l'instant même où les poings de Caligula s'abattait sur lui : le choc fiévreux brisa les dalles alentours et le sol déjà fragilisé de Marineford céda, sur les environs, libérant effectivement Bürmingon de sa prison de pierre. Cependant, cette réussite fut rapidement à nuancer : le haki avait seulement atténué la force du choc, et l'homme-bête était envers et contre tout dans un piteux état... Comme il le prouva lorsqu'il tituba après s'être sorti du sol, pas glorieux pour un sou.

-Attends, pause... Pause... Laisse-moi reprendre...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Ace_tr10
Folle Decima Vermillon Iris.

Si elle avait eu l'occasion de rejoindre Matochika Cho et les trois membres de l'escouade qui lui tenaient tête, elle aurait pu tuer l'un de ces contre-amiraux en un instant. L'effet de surprise aurait été de son côté, et la force du pion lui aurait offert une couverture des plus efficaces pour approcher sans attirer la méfiance de ces trois gradés... Elle avait pour ambition de tuer Jeffer Bartheo en premier : s'il n'était assurément pas celui des trois hommes qui disposait des compétences les plus redoutables, il était à l'heure actuelle le bouclier de ses deux collègues. C'était grâce à lui qu'ils disposaient d'une liberté d'entreprendre, qu'ils étaient capables de fomenter des stratégies de toutes sortes... C'était donc celui des trois hommes qui devait mourir, le premier. Cependant, tout ne se déroula pas comme prévu, bien sûr : le colonel Aurola avait certes bien souffert de l'agression dont il avait été la malencontreuse victime... Mais il était néanmoins capable de s'interposer sur la trajectoire de la folle pour lui barrer la route et l'empêcher de mener son dangereux projet à son terme. Les noirs desseins de la demoiselle furent donc interrompus en même temps qu'elle, lorsque deux balles fendirent les cieux dans sa direction : des balles incendiaires... Mais des balles tout de même. Si la demoiselle grimaça, ce fut parce qu'elle était agacée de devoir encore une fois faire face à un tireur. C'était le genre de personnes contre lesquels elle excellait, et elle trouvait cela ironique qu'ils soient directement capables de se jeter à sa rencontre, comme pour se sacrifier de la sorte... Elle expédia sans plus tarder deux bourses en direction des balles, et celles-ci disparurent à l'intérieur des deux projectiles en relâchant leurs flammes loin de leur cible : ce n'était pas des menaces de cet acabit qui allaient mettre la Vermillon en péril, force était de le constater. Par ailleurs, elle ne manqua pas de sermonner le colonel Aurola, comme pour tenter de le dissuader de demeurer sur sa route : il était gravement blessé, en l'état des choses... Et il n'allait rien pouvoir faire d'autre qu'économiser du temps.

-Éloignez-vous. Ce sera l'unique sommation. Vous n'êtes pas en suffisamment bon état pour me tenir tête, alors allez-vous en. Maintenant.

S'il refusait, une fois de plus, elle n'allait pas perdre son temps en tergiversation. Elle allait envoyer une bourse dans sa direction, une petite bourse brune qui commencerait à grandir, à grandir et à grandir encore : tant et si bien qu'elle semblerait ne jamais s'arrêter de croître. Elle menacerait bientôt d'englober le logia tout entier... Si rien n'était fait pour le protéger de cette sphère aux propriétés incompréhensibles.

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 1854716echevalierL'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 804316Angel

Zakka Li, primé à 170.000.000 berrys, et Majô Bexinos, primé à 130.000.000 berrys.

Il s'était sacrifié une première fois pour la gloire de son Monarque et ami, et il se sentait capable de réitérer ce don de soi absolu une fois de plus, pour de bon si nécessaire. Rien n'avait ébranlé la foi de Zakka Li : ni la mort, ni la résurrection. Tout cela faisait parti des plans de Centes, qu'il n'était ni capable de contester, ni capable de comprendre pleinement. Il ne faisait que suivre les ordres... Et les ordres, cette fois-ci, étaient limpides. Bexinos, Goliath et Agamemnon, à ses côtés, lorgnèrent en même temps que lui du côté du navire flottant qui s'approchait à toute berzingue, menaçant de répandre des hauts-gradés supplémentaires sur les combats effervescents qui grouillaient déjà de soldats en bleu. Ils étaient quatre chevaliers, et ils allaient devoir s'assurer du fait que personne ne viendrait interrompre le travail formidable que les petites frappes et les mercenaires étaient actuellement en train d'accomplir. L'idée ? Continuer à pousser les Marines à se disperser, à étaler leurs forces sur un front large... En l'état des choses, plusieurs affrontements se déroulant étaient à leur avantage. Pacifique et Elkens seraient de redoutables adversaires pour William Lancaster, pour sûr, mais il fallait être stupide pour estimer qu'ils avaient une chance de l'emporter. Ils pouvaient jouer à l'égalité... Pas mieux. Pas en restant entiers, l'un comme l'autre, en tout cas... Azer Ty finirait par balayer la résistance futile qu'il rencontrait, et les tireurs finiraient dans les estomacs des Dévoreurs. Une fois la tour de guet jetée à terre, la place suivrait bien assez vite : avec un peu de chance, les Decimas l'emporteraient même sans avoir à jouer de leurs principaux atouts et stratagèmes... Mais pas sans se mouiller, bien sûr. C'était pour cela qu'ils étaient là, et qu'ils se mettaient en danger directement, eux, les plus proches et loyaux alliés de Centes. Pour prendre des risques. Et ils comprirent qu'ils allaient effectivement être en situation redoutable lorsque quatre silhouettes bondirent à leur rencontre... Yamamoto Eracless, Milosephko Yonass, Exalva Flais et Focker Lim allaient être leurs ennemis. Et quels ennemis...

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Zaraki10L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 876849Shishi2

L'Incontrôlable, primé à 928.000.000 B, et Capitaine Corsaire Rasgarat Abel.

-Grande gueule ? C'est pas pour me déplaire !

Un puissant coup d'épée horizontal projeta en direction d'Heziel une lame d'air vive et enragée, qui risquait fort de le couper en deux s'il ne se donnait pas la peine d'éviter l'assaut. Pour l'heure, personne ne l'avait empêché d'approcher, et il semblait même qu'on attendait précisément qu'il le fasse... Le cercle n'en finissait plus de s'élargir autour de l'Incontrôlable, comme si tout un chacun savait pertinemment sur ce navire que la spécialité du corsaire était le combat rapproché. Voulait-on lui permettre de donner sereinement libre cours à sa rage, contre l'un des plus proches forbans d'Erika Orato ? C'était fort plausible, et le même traitement semblait être réservé à Abel Rasgarat, qui lorgnait du côté du borgne avec méfiance. Il était un maudit, et pouvait à ce titre se contenter de demeurer à distance pour harceler son ennemi et le pousser à la faute... Mais combien de temps cela lui prendrait-il avant d'obtenir enfin un résultat encourageant ? Le pirate taciturne le savait, ils ne pouvaient pas se permettre, lui et son collègue, de perdre des heures et des heures à affronter ce chien galeux. Les Marines avaient besoin d'eux, et même si le Rasgarat n'en avait pas grand chose à foutre, il savait que son rôle et ses privilèges pouvaient lui être ôtés selon le comportement qui était le sien. En admettant que Centes parvienne à triompher de Chairoka, de surcroît, l'Incontrôlable allait sans nul doute recevoir de l'aide et il était hors de question, en l'état des choses, de tourner les talons pour aller voir sur d'autres mers si les flots étaient plus calmes et la température plus agréable. De toute manière, le Nebula ne les laisserait pas s'enfuir sans intervenir... Et ce type était une plaie, cela se voyait à la hargne qu'il affichait si ostensiblement. Un soupir, encore un, quitta les lèvres d'Abel. Tant pis : il allait devoir prendre des risques... une fois de plus. Tout cela était d'un redondant...

Le vecteur sous ses pieds s'affina et s'allongea drastiquement, sans crier gare. Il fut projeté à une vitesse effarante en direction du sabreur, dont l'attention était jusque-là accaparée par l'insulte provocatrice du cuisinier. Si l'Incontrôlable avait d'aventure vu la menace surgir, du moins n'y opposa-t-il pas la moindre résistance : le coup de pied du corsaire le cueillit en plein visage et l'expédia traverser l'un des mâts de l'embarcation, qui s'effondra sur le champ. Le corps projeté du haut-primé s'encastra dans un mur, non loin de là... Et l'homme s'en extirpa pesamment en grommelant, comme contrarié. Il darda Abel d'un regard froid et, soudainement, explicita la raison de ce mécontentement.

-On m'avait dit que t'étais le deuxième meilleur clébard, après Mifune... Putain. Vous êtes décevants.

Le Rasgarat regarda son adversaire, surprit, puis morne et las. Il leva ses index au niveau de ses oreilles, et désactiva les appareils auditifs qui suppléaient ses tympans brisés dans leurs fonctions coutumières. Le message était simple : il valait mieux être sourd que d'entendre ça... Et il fit jubiler le suivant d'Erika, qui s'approcha du noiraud lame dégainée.

-Ce qu'on va se marrer, bordel, vous et moi !
-Et moi aussi !
-Putain, Skratch, tu crois faire quoi ?

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Ravana10
Skratch, primé à 605.000.000 berrys.

-Les cogner ! Là, j'me fais chi...
-DIS PAS CA, SKRATCH !

Le mot du forban demeura en suspend face à l'unisson de ses collègues, et il en vint finalement à opiner du chef, comme s'il réalisait quelque chose dans un éclair de génie. Finalement, il planta son regard dans celui d'Heziel Coffe, malgré la désapprobation évidente de l'Incontrôlable. Tant pis si son supérieur n'était pas d'accord : il était hors de question qu'un combattant de son calibre demeure en retrait éternellement... Alors, avant qu'ils rejoignent enfin Marineford pour y semer le chaos et tuer de la bleusaille à tout va, il allait s'en prendre à ce blanc bec récemment promu au titre de corsaire pour voir ce qu'il avait dans le ventre.

-Yosh ! Toi et moi, on va être bons potes, crois-moi !

Ses poings gantés se couvrirent du haki de l'armement tandis qu'il poussait un cri de guerre, en s'approchant de Heziel à une vitesse ahurissante... D'environ vingt kilomètres à l'heure. En vérité, Skratch était incroyablement lent, pour un combattant de son calibre : c'était comme s'il disposait d'un corps tout-à-fait banal... Pourtant, sa prime et sa réputation étaient assez claires à ce sujet : il était un combattant du Nouveau Monde et il n'avait en aucun cas usurpé la renommée brutale dont il jouissait. Il était un monstre... Et s'il le sous-estimait, Heziel allait franchement s'en mordre les doigts.



Ordre de réponse :
Ghetis - Taito - Caligula - Sypher - Daisuke - Heziel - PNJ Decima
Vous disposez de 72h pour répondre. Écoulé ce délai, votre tour sera automatiquement passé. Vous disposez d'un délai de 24h additionnelles exceptionnellement, que vous pouvez utiliser au besoin afin d'étendre votre tour.
Si vous ratez deux tours consécutivement sans prévenir personne en amont, vous serez exclus de l'event. Si vous ratez un tour mais que vous prévenez les MJs et vos compagnons, ça n'aura aucune incidence et vous pourrez reprendre tranquillement !

HRP :
Résumé :
Sur le navire, les soins s'organisent maintenant que les blessés ont pour la plupart été ramenés au même endroit afin de faciliter leur prise en charge. Malia est évidemment la première soignée. Julia apparaît : elle quitte l'intérieur du navire en portant un blessé grave et y retourne sans plus attendre. Elle porte le manteau de la vice-amirauté.

Akainu vs Pacifique et Elkens commence. Pratiquement tout le monde à Marineford peut entendre/ressentir la force qui émane du premier contre de John face à l'assaut de William.

Azer Ty vs John John continue et s'embourbe. Ils ne jouent pas vraiment dans la même cour : impossible de savoir qui finira, en l'état, par prendre l'ascendant.

Taito réussit à percuter Anubis mais celui-là revient à la charge, indemne, et fait un petit retour à l'envoyeur. Il n'attaque pas à fond mais il a tout de même de quoi faire mal. Les tireurs s'apprêtent à ouvrir une brèche pour s'y engouffrer afin de s'éloigner de la tour de guet mais ils ne le feront pas sans ordre. Ils ont peur des répercussions dont ils pourraient souffrir s'ils tiraient inconsidérément, considérant que pour le moment, les Dévoreurs ont l'air de se tenir à peu près tranquilles.

Nu Wa contourne les combats, passe de l'autre côté de l'affrontement Emy - Ysaac - Eileena - Darr-san vs Pions, et ouvre une fermeture éclaire face au navire flottant qui s'approche. Puis elle fait demi-tour et s'en va sans davantage de cérémonie : elle quitte l'event.

Syrilia est malmenée et comme prévu, le dialogue s'ouvre entre Qwer Ty et Ghetis. Qwer commence à expliquer les reproches qu'il destine au gouvernement quand Ronald fait son apparition et attaque un premier géant, sans perdre de temps en bavardages.

Le duo Cali-Syph fonctionne bien dans un premier temps, et Dream est pris de court. Il est percuté par Cali, sous forme humaine, et voit son bras gauche tranché par le dial. Sauf que là-dessus, une donnée que Syph a apparemment mésestimée intervient : il peut utiliser le froid sous forme humaine. Il génère donc une vague de froid pour geler la sève et empêcher Syph d'utiliser son intangibilité : s'il le fait, il gèle. Puis Dream lui envoie un coup de pied en plein ventre, en utilisant leur proximité, instaurée par Syph avec son dial.

Cali réussit à frapper Bürmingon qui encaisse avec le haki. Le choc libère Bürmingon qui sort du sol fragilisé. Là, il... Demande un moment de calme.

Iris bloque les deux balles que Daisuke lui envoie et l'appelle au calme. S'il refuse, elle envoie dans sa direction une bourse qui grandit, comme pour tenter de l'avaler tout entier. Pendant ce temps (je ne l'écris pas parce que le poste sera déjà suffisamment long comme ça), les trois contre-amiraux (donc Mark, Lochal et Jeffer) prennent l'avantage sur le vice-amiral Matochika, pion de son état !

De la fermeture ouverte par Nu Wa sortent quatre chevaliers : Li, Bexinos, Agamemnon et Goliath. Du navire sautent immédiatement Eracless, Yonass, Flais et Lim, qu'ils vont devoir combattre, selon toute vraisemblance !

L'Incontrôlable accueille Hez d'une lame d'air. Profitant de l'occasion, Abel se rapproche et lui file un coup de pied. L'Incontrôlable douille... pas beaucoup, manifestement. Il revient vite à la charge mais est finalement coupé par l'un de ses subordonnés, Skratch, qui semble vouloir s'en prendre à Heziel. On se dirige donc tout naturellement vers un double un contre un, à cette allure.

Tour de guet :

William Lancaster (Akainu) → Niveau 50+ (?), primé à 1.150.000.000 berrys.
Possède le Logia du Mercure, les hakis de l'observation et de l'armement.
Dévoreurs → Niveau 35.
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).

John Pacifique (Shirokuma) → Niveau 48.
Corps-à-corps pur, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.
Camille Elkens (Midoritaka) → Niveau 46.
Maîtrise parfaite des armes à feu, hakis de l'observation et de l'armement.


Aux abords de la tour de guet :

Azer Ty → Niveau 45.
Corps-à-corps, taille démesurée, haki de l'armement avancé (armure totale).
Anubis (Chef des Dévoreurs) → Niveau 45.
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).
Dévoreurs → Niveau 35.
Résistance extraordinaire, combat au corps-à-corps avec leurs attributs naturels (griffes, crocs).

Tireurs lambdas → Niveau 30.
Armés de fusils, certains possèdent des balles spéciales, d'autres se contentent de faire feu avec une précision remarquable.
John John → Niveau ?
Aptitudes ?


Au sol :

Agamemnon → Niveau 50, primé à 240.000.000 berrys.
Zoan du Lion éveillé, haki de l'armement.
Mozero → Niveau 48, primé à 480.000.000 berrys.
Corps-à-corps brut, haki de l'armement avancé, haki de l'observation standard.
Qwer Ty → Niveau 41.
Corps-à-corps, haki de l'observation.
Syrilia Frija → Niveau 41, primée à 150.000.000 berrys.
Sabreuse pure, haki de l'armement.
Dream Vespier → Niveau 40.
Zoan mythique du yéti et corps-à-corps.
Li Zakka → Niveau 40, primé à 170.000.000 berrys.
Wind Gear.
Goliath → Niveau 39, primé à 195.000.000 berrys.
Force colossale, un marteau et un bouclier, haki de l'armement avancé.
Bexinos Majô → Niveau 38, primé à 130.000.000 berrys.
Corps-à-corps très brutal.
Iris Vermillon → Niveau 38.
Combat avec des bourses étranges, geppou.
Shérif Bürmingon → Niveau 38, primé à 78.000.000 berrys.
Homme-bête tireur, haki de l'armement.
Les géants → Niveau 35.
Corps-à-corps, armes en tout genre.
Matochika Cho → Niveau 41.
Corps-à-corps, musique de combat, haki de l'observation.
Autres pions, contre-amiraux ou colonels.



Wakai Tsuki (Sorafuka) → Niveau 48.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Keternel Alion → Niveau 45.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Ortenssia Emy → Niveau 44.
Corps-à-corps pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Bartheo Jeffer → Niveau 39.
Corps-à-corps pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Cuthvine Mark → Niveau 36.
Paramecia de la vélocité, corps-à-corps, haki de l'armement.
Roncia Lochal → Niveau 36.
Zoan de l'araignée modèle Nephila komaci, corps-à-corps, haki de l'armement.
Tempesky Eileena → Niveau 33.
Colors Trap, corps-à-corps.
Daar-San → Niveau 31.
Retour à la vie des cordes vocales, corps-à-corps.

Yamamoto Eracless → Niveau 46.
Zoan du lion des cavernes, hakis de l'armement et de l'observation.
Milosephko Yonass → Niveau 43.
Zoan de la grenouille kokoi, haki de l'armement.   
Ezra Ronald → Niveau 43.
Zoan de la hyène, hakis de l'armement et de l'observation.
Exalva Flais → Niveau 43.
Logia du plomb, haki de l'observation.
Tanaka Ysaac → Niveau 40.
Corps-à-corps, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.
Focker Lim → Niveau 38.
Corps-à-corps pur frappe-terre, gants en granit marin, haki de l'observation standard, haki de l'armement éveil.


Sur le navire :
Asya Lida (Chairoka) → Niveau 55.
Paramecia du mental, corps-à-corps, hakis de l'armement et de l'observation.
Aston Finley → Niveau 55.
Paramecia de l'assimilation, hakis de l'armement et de l'observation.
Jasmine → Niveau 48.
Paramecia de la gravité, hakis de l'armement et de l'observation.
Dereto → Niveau 45.
Corps-à-corps, rokushiki, hakis de l'armement et de l'observation.
Hijime Malia → Niveau 43.
Sabre et corps-à-corps, hakis de l'armement et de l'observation.
Wave Julia → Niveau ?
Paramecia de l'amortisseur, hakis de l'armement et de l'observation, corps-à-corps.
Jean-Bart Nonoha → Niveau 40.
Paramecia du formatage, rokushiki, tir, hakis de l'armement et de l'observation.

Kisa Mojoni → Niveau 39.
Hachitoryu, rankyaku et soru, hakis de l'armement et de l'observation.
Poisseroy Voltaire → Niveau 39.
Zoan du Raton-laveur, haki de l'observation.
Flamingo Joshua → Niveau 39.
Corps-à-corps, haki de l'armement.

Turoi Nagate → Niveau 38.
Combat à la lance, soru et tekai, hakis de l'armement et de l'observation.

Wolst Maya → Niveau 35.
Fruit BEAST artificiel.

Sakuraba Yu → Niveau 30.
Ichitoryu, haki de l'observation.
Gringo Himan → Niveau 20.
Paramecia de la console.


Au large :
Rasgarat Abel → Niveau 49.
Paramecia des vecteurs, hakis de l'armement et de l'observation.

L'Incontrôlable → Niveau 48, primé à 928.000.000 berrys.
Sabreur pur, hakis de l'armement et de l'observation.
Skratch → Niveau ?, primé à 605.000.000 berrys.
Il a des gants ! Et le haki de l'armement.
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
Heziel Coffe
Messages : 1854
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue44/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (44/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue383/500L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (383/500)
Berrys: 67.386.000 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Fév - 17:32





Aux premières loges du désastre.


Grande gueule ? Peut-être. Après tout, l'homme qui lui faisait face était une pointure de la piraterie actuelle. Un épéiste plus que capable de donner du sacré fil à retordre à Sorafuka, ou même au Sword Master lui même. Un forban au sommet de sa gloire, une bête sauvage et indomptée, dont le surnom même rappelait à son indiscipline rendue uniquement possible par sa puissance : l'Incontrôlable. Nom évocateur, s'il en était. Pourtant, en cet instant, Heziel ne ressentait pas d'intimidation. Il y avait au fond de lui cette envie d'en découdre et de s'assurer qu'il n'attenterait plus jamais à la vie de son inaccessible amour. Lorsque la lame d'air arriva sur lui en hurlant et en sifflant son chaos, le Corsaire s'écarta vivement sur le côté et la laissa passer, faisant fi du sillon terrible qu'elle traça dans la tête de proue.

- Grande gueule ? Attends un peu que je te fasse ravaler la ti-... Commença-t-il sur le même ton.

Il n'eut pas le loisir de terminer : son collègue passa à l'acte, vif comme l'éclair, le prenant clairement de court. Il s'était propulsé dans la direction du boucanier de renom avec la vélocité d'un éclair, avant de lui offrir un coup de pied d'une violence rare. Propulsé par l'assaut, le sabreur "aux ordres" de Erika Orato s'encastra dans le mât de son galion avant de terminer sa course dans une paroi, plus loin, tandis que le souffle de l'attaque retombait mollement dans la chevelure du Coffe. Le taciturne combattant des mers n'avait certainement pas volé sa réputation... une offensive de cette envergure était digne de louanges, la plupart du temps. Pourtant, ce ne fut pas le sentiment de leur adversaire qui annonça bien vite sa déception. Il s'attendait à mieux ? Putain. Un premier pas porta Heziel dans la direction du duo, tandis que le sabre dentelé de l’équarrisseur tranchait gaiment l'air dans un geste d'échauffement. Un nouveau pas, une nouvelle provocation de la part du Nebula... et l'arrivée impromptue d'un quatrième larron dans l'équation.

Skratch. Skratch... le noiraud plissa les yeux. Il était des hommes dont la réputation les précédait et les propulsait sur le devant de la scène, à n'en pas douter. Même s'il n'était pas dans une position de leader, on le disait assez proche de l'Impératrice pour être cité lorsqu'il s'agissait de compter ses atouts. Les raids sur l'île des Hommes-Poissons, les expéditions punitives, les assauts contre les chasseurs de prime ou encore d'autres forbans concurrents... il trempait dans tous ces actes, dans lesquels, au demeurant, il semblait exceller. Le pugiliste n'en savait pas plus sur lui : on lui prêtait simplement une réputation monstrueuse. Un deuxième ennui, donc... quoi, ils allaient tous se jeter sur eux les uns après les autres ? Une fois que Abel et lui-même auraient les mains pleines, décideraient-ils de passer à l'acte ? Ce n'était pas une idée plaisante, mais... la gueule du loup s'était déjà refermée. Restait à lui casser les dents de l'intérieur pour pouvoir sortir, et ce ne serait pas aisé, loin de là.

Car malgré la désormais évidente pression imposée par la présence de l'Incontrôlable, son cadet en termes de renommée et de puissance ne semblait pas décidé à laisser filer l'opportunité de combattre un Capitaine Corsaire... quelle plaie. Le Juggernaut ne le sous-estimait pas, tout du contraire : c'était justement sa réputation terrible qui en faisait, dans cette situation, un obstacle très dérangeant. Il ne pourrait pas l'écraser comme une bonne partie des primés qui attendaient patiemment sur les côtés... et s'il parvenait, combien d'autres prendraient sa place ? Car s'il lui semblait évident qu'une victoire sur l'Incontrôlable avait des chances de briser le moral des troupes, de les pousser à la fuite et à la lâcheté, d'invoquer leurs instincts de survie les plus primitifs et bas... il doutait de voir la même chose se produire si cette autre pointure, sans doute respectée à son niveau mais pas au commande, rendait les armes. Lorsque le cri de guerre quitta la gorge de cet homme qui semblait prêt à défier sa hiérarchie pour un peu de sang, le puissant forban resta stoïque. Il ne sentait aucune volonté de fuser vers lui, de la part de son adversaire. Non... il... prenait son temps ? C'était... original. Le noiraud réfléchit quelques instants et se rendit compte que cela devait faire plus d'un an qu'il n'avait pas affronté quelqu'un d'aussi lent en combat singulier. Ce n'était qu'une façade, bien sûr. Ça ne pouvait être qu'une façade. Et de toute façon, au fond, il s'en fichait.

Un autre haut primé, un autre défi... si la guerre avait pu se départir de son horreur terrible, Heziel aurait pu bénignement apprécier cet instant. Mais ce n'était pas le cas. Il n'était pas là pour profiter d'une compétition ahurissante et sévère : il était là pour endiguer l'avancée de troupes ennemies, pour les renvoyer à l'horizon où elles ne blesseraient personne d'autre. Pourtant, cela ne l'empêchait pas d'entrer de plus en plus en résonance avec la bestialité qui rampait dans les tréfonds de son être.

- Amène toi ! Répliqua-t-il avec un air de défi.

- Je suis chaud bouillant ! Rétorqua son vis-à-vis.

Il n'avait aucune idée de la signification réelle de cette phrase... mais il la découvrit vite, et non sans une surprise avérée.

Malgré la vitesse basse à laquelle ils évoluaient, les deux combattants s'offrirent un choc de coup de poing d'une virulence rare, à l'instar de deux masses de granit s'éclatant l'une sur l'autre. Intéressant, se dit Heziel. Très intéressant, de prime abord : ils semblaient taillés pour s'affronter. Leur puissance brute était similaire et, bientôt, il sentit l'envie de surpasser son adversaire grimper en lui. Mais c'était sans compter la lueur rougeâtre qui s'extirpa bientôt de son corps, alors que l'air montait en température. Puis, ce fut l'incandescence. Les yeux de Heziel s'écarquillèrent. Il sentit les premiers picotements de la peau qui roussit venir torturer son poing au travers de son gant. Le réflexe salutaire d'activer son armure noirâtre de fluide de l'armement suivit de près la sensation urgente de danger. Et il ne s'était pas trompé.

Bientôt, sa casquette, son gant droit et une partie de sa veste commencèrent à roussir alors qu'une vague de chaleur irrationnelle irradiait autour d'eux, dans un rayon qu'il n'aurait pas su définir. Le plancher prit feu à leurs pieds. Il peinait à garder les yeux ouverts. Tout ce qu'il voyait, de toute manière, c'était la silhouette enflammée de Skratch qui continuait leur bras de fer. Ce fou furieux... qu'est-ce que c'était que cette arcane ? Son armure, elle, tenait cependant bon. Profitant de ce fait, cherchant une échappatoire, le Shichibukai asséna un puissant coup de paume à son adversaire, le repoussant allègrement vers l'arrière avant de reculer à nouveau. Laissant à son ennemi les fracas de sa propre chute, il prit une respiration pour s'observer : il était majoritairement intact, si l'on ignorait les brûlures légères sur main directrice. Il n'était cependant pas dupe : sans ses capacités en matière de Haki, il s'en serait tiré avec, à minima, une véritable brûlure sur le torse et peut-être même le visage. Rôti, comme la dernière des dindes. Voilà ce qu'il avait manqué d'être pendant cette cruciale seconde où son expérience et sa réactivité avaient été ses seules armes.

- Toi... qu'est-ce que... murmura le pugiliste, perplexe.

Non loin de là, le pirate de Erika se roulait au sol en hurlant. Avait-il souffert de l'impact puissant délivré par son opposant ? Non... non, ça n'avait pas de sens. Ils avaient frappé, l'un contre l'autre ! Et si Heziel s'était senti défié mais pas mal à l'aise pour autant, il savait reconnaître un individu aussi puissant que lui. Si leur force différait, ce n'était que de peu. Il y avait autre chose, et...

- J'ai chaud, putain ! Hurlait Skratch.

Lorsqu'un misérable seau d'eau calma les complaintes de cet homme en train de se rouler par terre comme le premier des crétins, le noiraud ne fut plus certain de la façon dont il devait réagir. Se moquait-on de lui ? Était-ce une sorte de farce ? Etait-il réellement tombé sur un adversaire à la réputation si effarante, pour découvrir qu'il était affublé d'une faiblesse aussi ridicule ? Il ne parvenait pas à y croire. Malgré sa volonté de penser que c'était une vilaine blague, tout lui indiquait le constat suivant : il affrontait un pugiliste doué, puissant et assez solide pour encaisser ses coups sans férir. Là où la donne se corsait, c'était dès lors qu'il prenait en compte la capacité de Skratch à produire cette chaleur incandescente et sortie de nulle part. Nulle part... pas tout à fait, en réalité. Son corps semblait être le malheureux support de cette force destructrice. Alors que les pirates, comme un seul homme, éteignaient les départs d'incendies provoqués par leur camarade dans une série de regards consternés et passablement las, le Corsaire connu pour ses ravages resta silencieux. Retirant sa casquette, il la laissa tomber mollement au sol, avant de retirer ses gants avec la même lenteur. Puis vint le tour de sa veste et de la partie haute de son habillage. Son torse, ses bras et son visage seraient les cibles les plus visées et ciblées par son ennemi : il le savait. Il était inutile de prendre le risque qu'en fondant, les fibres de ses vêtements ne viennent provoquer des brûlures supplémentaires. Il aurait déjà bien assez à faire... putain. Dans quoi était-il encore tombé ?

- Tu me dois des fringues, "mon pote", grommela-t-il en avançant à nouveau vers son ennemi d'un pas pesant.

Que faire ? Attirer son adversaire dans l'eau, où il serait incapable d'user de cette chaleur et permettrait donc au Coffe d'économiser son haki, malgré le fait que cette température infernale semblait constituer sa faiblesse la plus facile à exploiter ? L'affronter sur le pont de ce navire, en usant et abusant de son Haki par des intervalles aussi courts que possibles, afin de retourner sa douleur contre lui tout en empêchant ses amis d'intervenir ? Changer complètement de décor ou de hauteur ? Il fit craquer sa nuque et ses épaules, dévoilant ses cicatrices. Il s'était évertué depuis longtemps à devenir un adversaire que personne ne sous-estimerait et, depuis que Narseh l'avait utilisé comme un jouet, cette envie autrefois pure et fière tournait régulièrement à l'obsession. Quelques furent les atouts dont disposait le primé, il s'acharnerait à en venir à bout.

Il n'avait pas le droit de perdre.

ⒸHeziel Coffe


HRP:
 


_________________





"Are you a man... or a monster ?"

Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

Ghetis Archer
Messages : 1956
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue47/75L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Left_bar_bleue718/750L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty_bar_bleue  (718/750)
Berrys: 18.533.208.528 B

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitimeMer 13 Fév - 23:30

God of Sky

Ore Wa Kurohebi Da !






Laisser Nu Wa s’échapper fut certainement l’une des meilleures solutions que prit l’Archer depuis le début de cette bataille. Jusqu’à maintenant ses actes avaient été assez réfléchis et en accord avec ce que l’on attendait de lui. Il était un électron libre au sein du Gouvernement Mondial et on ne laissait agir librement que pour une seule raison : sa dévotion n’était pas à prouver.

L’attaque portée sur Syrilia en était une preuve, en peu de temps le brun pouvait démontrer à quel point il était utile à la cause mondiale. Cependant, il restait un électron libre comme le voulait sa condition d’origine, le poussant à des gestes parfois insoupçonnés ou non désirés. Ces mêmes gestes le portaient naturellement vers des situations imprévues pour autrui. Les membres de La Couronne comprendraient sans grande difficulté la raison de pareils gestes, mais pour les individus externes à l’équipage, cela restait occulte.

Ainsi, il n’était guère surprenant qu’une personne décide de pénétrer dans son monde tôt ou tard. Il avait notamment put s’abreuver des paroles de Qwerty, comprenant assez rapidement le raisonnement du géant.

Manifestement, sa nièce avait été abattue par un officier inconnu du Gouvernement et il n’y avait pas besoin d’être un véritable génie pour supposer que les Décimas avaient guidé le peuple de géants vers cette inconnu. D’abord pour assouvir un désir de vengeance, puis pour obtenir de puissants alliés.

La suite du discours piqua davantage le Vairon, si la raison de ce meurtre était désormais de l’ordre du passé, un profond désir de liberté sommeillait dans l’esprit de ce peuple. Les géants luttait principalement pur faire perdurer leur indépendance, par crainte que l’ordre mondial y mette un terme un jour ou l’autre.

Il paraissait assez clair que le géant ignorait ou n’avait que faire du statut de l’Archer au sein de ce conflit maritime. Il avait été fait régent du ciel par un membre des Cinq Etoile en personne et commençait à gravir les échelons au sein de la Marine. Son impact sur la mer blanche était donc sans appel et le serait bien plus encore le jour où il deviendrait amiral. Il allait de ce pas répondre au géant, jusqu’à ce qu’une voix ne vienne pénétrer dans l’arène sans son autorisation.

Le concept de ce fruit voulait que les « invités » apparaissent directement dans un gradin… Dans la précipitation l’Archer n’avait pas condamné toute entrée en ce lieu et le regrettait déjà…

- La hyène….

Une affaire remontée dans les oreilles de l’Archer lors de sa descente sur la mer bleue… Suite aux actes de Mars et son désir d’éradiquer Kaiten-Su, le Vairon avait recommencé à s’informer davantage sur les affaires des mers bleues, chose qu’il avait arrêté depuis qu’il se consacrait aux îles célestes. C’est notamment une affaire mêlant cet homme qui permit au Kurohebi d’apprendre la survie de sa fille désormais reniée.

Ghetis n’avait éprouvé aucune difficulté à écraser la verte et ce en un temps record, il la plaça inconsciemment au même niveau que des personnes comme Caligula ou Sakuga. Ils s’agissaient de ces enfants les plus « jeunes » dans la chronologie de l’équipage.

- Incapable de balayer une révolutionnaire de bas étage et tu oses te présenter dans mon arène ?

D’une main puissante le brun vint saisir son gunbai, frappant l’air brutalement avec l’objet pour en faire naître une violente bourrasque, celle-ci viendrait sans mal happer le vice-amiral et le repousser sur le côté, si cela ne suffisait pas, sa seconde main irait frapper l'air en une énorme balle d'air, provoquant une onde de choc assez violente pour l'envoyer plus loin encore dans les gradins.

- Tu n’as aucune chance face au peuple des géants. Ne t’avises plus de revenir dans mon arène ou tu y seras bloquée.

Le regard du virulent du Vairon se plantant sur son collègue, alors que sa main libre entra dans sa sacoche, annulant l’arène d’un simple touché pour qu’elle ne tarde à réapparaître, plus petite que la précédente. Le changement fut d’une vitesse des plus surprenantes, Ghetis n’ayant pas eu à réfléchir pour reformer ce lieu.

Ezra ne s’y trouvait plus, et se trouvait plutôt en face du « cube noir » que le vice-amiral avait choisi pour décoration extérieure. L’arène fut identique à la précédente, si ce n’est le fait que les gradins étaient entièrement entourés de murs de diamants se refermant en un toit au-dessus d’eux. Ghetis portant à nouveau son attention sur les autres.

- Syrilia... Qui est l’assassin de ton maître ? Makui et moi sommes diamétralement opposés, il le savait, alors si lui n’a pas su t’aider à venger ton maître, cela est en mon pouvoir sans nulle hésitation.

Il regarda autour de lui un bref instant gardant son haki en alerte.

- Mon équipage accepte également les criminels, ma condition dans la Marine me permettrait de t’aider à vivre sans avoir le Gouvernement aux trousses si tu nous rejoignais. Mais pour cela il faut mettre ta haine envers nous de côté pour cette bataille et alors je pourrais pleinement t’aider. Si malgré mon offre tu décides de te retourner contre moi, alors j’honorerais ce privilège.

Il vint finalement porter son attention au second interlocuteur. La différence de taille entre eux était flagrante et être appelé « petit homme » eu le don de faire sourire le guerrier qui voyait là sa petitesse dans ce monde.

- Loin de moi l’idée de dédouaner le Gouvernement, mais Centes vous a prouvé qu’il pouvait aisément contrôler les gouvernementaux grâce à son pouvoir. De plus il possède un homme à ses côtés qui possède une malédiction similaire. Ce qui fait deux personnes capables de réaliser une telle prouesse au sein du même ordre. Ne pensez-vous pas que Centes a fait manipulé un officier de la marine pour le retourner contre votre nièce et ainsi avoir votre peuple de son côté ? Laissez-moi deviner, il vous a fait parvenir cet officier sur un plateau, comme par hasard ou vous a trouvé sa piste sans difficulté ?

Aucun ton moqueur, le vice-amiral gardait un ton parfaitement sérieux alors qu’il démontrait de fâcheuses coïncidences.

- J’ai été déclaré régent de la mer blanche par une instance de loin supérieure à la Marine. Mes fils spirituels viennent des peuples shandias et bilcans. Pour eux j’ai souhaité réunifier tous les peuples ailés sous une même bannière, dans le respect de leur coutume. J’ai déjà commencé l’expulsion d’anciens marines du ciel. Autant le dire les pouvoirs de la Marine à l’encontre de votre île est entre les mains d’une seule personne : moi.

Il venait d’annoncer une chose assez lourde de sens et devait donc étayer son propos.

- Vous avez en face de vous une personne qui a donc commencé à moderniser le ciel, favoriser les commerces et libérer la population du joug de la Marine. Vous souhaitez votre indépendance ? Joignez-vous à moi. Je ne vous demande pas de devenir une île grouillant de marines, mais une île allié à mon organisation. En tissant ce lien avec moi, jamais votre île n’aura d’envahisseur à craindre. Et sur le nom de mes fils, je jure de prendre part à la moindre des défenses de votre île.

A ces mots Ghetis enroba son gunbai d’une plaque noirâtre de haki et regarda avec assurance Qwer Ty.

- Tout comme votre peuple, ma famille est une famille guerrière. Si vous n’avez pas confiance en la loyauté d’un natif du Nouveau Monde, ayez confiance en la loyauté des shandias et des bilcans qui sont à mes côtés. Si vous préférez vous battre face à l’unique homme de cette instance mondiale qui souhaite le bien de votre mer et de votre île, alors qu’il en soit ainsi. Cela ne m’enchantera pas le moins du monde, mais je respecterai votre choix. L’alliance ici-même ou la guerre.


Par ces mots le Vairon avait conclu sa proposition, il offrait à Syrilia l’occasion de venger son maître, sans aucune condition. De plus il assurait au peuple de Celestia une vie indépendante, il avait largement le pouvoir d’aider cette île et le ferait sans hésiter, sa détermination vis-à-vis de la mer blanche n’était plus à prouver.


DEV NERD GIRL




Résumé,Techniques,Pnjisations,Explications:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]   L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10] - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Histoire est écrite par les vainqueurs. [Groupe 10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Le forumhaiti face à l'histoire d'Haiti de 1986 à 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Red Line :: Marine Ford-