Partagez | 
 

 La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 324
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Dim 4 Nov - 2:36

Promesse véritable


Non de dieu... J’allais retourner ce bureau, mais rien n’y fais, il n’y a rien. Soufflant de lassitude, je grogne et vins à doucement à me dire que j’allais devoir faire avec. Tsss, ces menottes bidons me font un mal de chien, dans le sens physique. Je me sens comme vidé et même si jusqu’à maintenant c’est la colère qui m’a donner de l’énergie, je commence à croire que je vais finir par faire une sieste... Soufflant de lassitude, je cherche quoi fouiller, mais rien n’y fais, c’est un bordel monstre. Rho puis merde, je vais en cuisine m’expliquer avec le chef, voilà. Commençant à sortir, voilà que je percute quelqu’un, ou plutôt quelque chose. “ Boing “ aurait été le bruit qu’on aurais pu entendre si on étais dans un cartoon, mais il n’en est rien. Je venais de percuter un truc imposant et moelleux avec malgré tout une pointe de dureté... Comme si quelqu’un se trouvait là ? Quoi qu’il en soit, il n’en fallait pas moins pour que je finisse sur le cul et que je redresse mon regard pour voir alors la responsable.

“ Hein ?!!! “

De toutes les personnes présentes ici et possibles, elle est là ? Nojiko ? Sérieusement ? Que fait-elle ici ?Admirant sa superbe chevelure de feu similaire à la mienne, je ne peux m’empêcher de flirter avec le reste de son corps, mais trêve de choses plaisantes, ce sont ses yeux qui me captivent et ses lèvres qui ont raison de mon esprit. Essayer quoi ? Alors que j’imaginais le pire, voilà qu’elle sort une clé. Attendez ? Une clé ? Depuis quand elle est une marine elle ? Penchant la tête, je la laisse enfoncer la clé et tourner quand soudain elle se retire, intrigué par le bruit du combat. Alors que de mon côté les menottes s’ouvrent miraculeusement, elle est déjà partie visiblement. Plissant les yeux, je me demande ce qu’elle va encore faire... C’est pas n’importe qui cette fille après tout.

Me frottant les poignets, je me sens déjà mieux et ce n’est pas ma propre personne qui dira le contraire. Faisant quelques échauffements, je vins à essayer un truc, mais voilà... C’est totalement que je me transforme. Poussant un petit cri mignon comme diraient certains, je me plains en vérité et vins à reprendre forme humaine. Me dirigeant vers le couloir, c’est alors que la situation semble vite dégénérer. Papa prends l’ascendant sur ma voisine de cellule et Nojiko semble s’occuper du rouquin. Hey !!! C’est ma cible ça. Fronçant les sourcils, ne voyant ou ne devinant pas la suite de ce que papa allait faire, c’est une promesse que j’allais devoir réaliser.

D’ordinaire, je m’en foutrais et devrais aller en cuisine comme mon instinct me le dis, mais j’avais une parole à respecter moi... Après tout, le rouquin dit des mensonges, mais moi, je lui ais juré une vérité non ? Ainsi donc, prenant une forme hybride rapidement, au moment où papa s’apprêtait à mettre un coup de grâce à ma voisine , moi je m’étais roulé en boule et déboulais dans les lieux avec la ferme intention de m’en prendre au rouquin et si rien n’était fait, alors c’est d’un coup que le rouquin se retrouverait écrasé et roulé dessus comme une crêpe. Fracassé de la sorte, si le coup était un succès, c’est avec joie que je me “ déplierais “ de mon état de boule pour alors m’exclamer à lui de façon assez sombre en le regardant avec un air arrogant et lui dirais.

“ Jt’avais pas dis que je t’en foutrais une ? “


Puis un sourire mesquin viendrait décorer mon visage. Quoi ? Qui a dit que je suis de mauvaise foi ?


Codage par Libella sur Graphiorum



techs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
Nojiko Fujita
Messages : 77

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
65/100  (65/100)
Berrys: 370.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Dim 4 Nov - 13:25


- Impasse -






"Ca alors ! C'est un Zoan ! Je n'en n'avais jamais vu d'aussi près auparavant !"

L'heure n'est pas à la discussion et Nojiko ne réagit pas à l'exclamation de son conseiller. Elle le savait pertinemment, car les voix sont de retours, plus présentes, plus audibles, plus nombreuses. Il faut dire que la situation actuelle est particulièrement complexe. Il faut maintenant déployer des trésors de volonté et de détermination pour sortir un plan correct. La reine de San Yobusa n'est sûrement pas la meilleure des combattantes, mais elle savait utilisée son intelligence. Les sœurs jumelles obtiennent un cours sursis et repos pour réorganiser et coordonner leurs attaques, leur style de combat semble reposer uniquement sur cette force coordonnée semblable à une danse. Etowau quant à lui, manifeste son intérêt pour le jeune officier. Combattre à quatre contre un ? Aussi fort soit-il, Nojiko ne peut se résoudre à un tel parjure. Au même instant, le vieil homme assène un coup de lance assez puissant pour mettre un nouveau personnage au sol. Serait-ce donc la grande sœur dont les jumelles avaient parlé avec tant d'éloges ? La fulgurante noble profite de son avantage de rapidité pour s'interposer entre la jeune femme au sol et la lance du vieil homme. Elle distribue un violent coup de pied à la rouquine qui roule sur elle-même plus loin tandis que la lance traverse de part en part Nojiko qui en profite pour concentrer son élément dans la lance. L'énergie foudroyante émane du corps de la jeune femme et remonte lentement l'élément conducteur pour venir se propager dans tout le corps du vieil homme, à moins que celui-ci n'use d'une quelconque parade. Mais Nojiko doit profiter de cet ascendant pour prendre le dessus ou tenter une percée ! Elle tente de lancer un coup de poing dans l'abdomen du soldat et de laisser une décharge électrique assez puissante pour lui provoquer une brûlure. Elle n'a aucune idée de la réelle identité de son ennemi.


"Bande de misérables. Vous croyez sincèrement pouvoir gagner ?! Nous sommes cinq désormais et vous n'êtes que deux. Votre soldat en charge de ce bloc est mort. Vous n'avez pas la moindre chance, restons en ici et tout le monde peut continuer tranquillement sa vie. Faute de quoi, en vertu de mon statut royal, je serai dans l'obligation de faire appliquer les lois de San Yobusa, et de tous vous tuez. Alors, que choisir ? C'est plutôt simple non ?"

Mais dans l'esprit de Nojiko, la confusion est totale. Quel est donc ce mystérieux escargophone à bouton ? Que pourrait-il se passer après ? Le vieil homme est-il une personne puissante ? Qui est-il vraiment ? La froudrayante reine de Yobusa est en proie aux doutes et sa psychose prend peu à peu le dessus sur-elle. Si jamais le stress venait à monter davantage, sa personnalité toute entière risque d'être altéré et elle le sait.

"Stupide ! Tues-les au lieu de parler ! Pourquoi, elle ne nous laisse pas prendre le contrôle ? Pourquoi elle retient ses coups ? Elle s'économise voilà tout ! Mais non, elle doit les supprimer !"



Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1600

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Dim 4 Nov - 20:44





Commandant Mako Ryori et Rima

Rima ne pouvait plus esquiver, seulement se décaler autant que possible mais elle le savait, elle perdrait un membre dans la manoeuvre, a minima. Pourtant, alors qu'elle s'apprêtait à sentir le métal mordre sa chair, elle sentit un choc au niveau de son abdomen, une sorte de tacle violent qu'elle perçut néanmoins comme salvateur à mesure qu'elle voyait le danger du lancer s'éloigner d'elle. Elle était sauve mais finit par suivre le mouvement de la lame jusqu'à percevoir la cause de son trouble, sa sauveuse inespérée, celle qui prenait maintenant sa place maintenant sous la lame, celle qui se fit transpercer. La rouquine eut une mine de terreur, elle ne comprenait pas tout mais savait avant tout que celle à qui elle devait sa survie allait perdre la vie. Pauvre femme... Elle ne put que lui glisser que quelques mots avant la sentence finale :

    - Merci...


La lame frappait et heurta le sol avec violence tout en ayant transpercé le corps de l'inconnue. Rima regarda la scène, ne détourna pas le regard, elle s'attendait à voir une gerbe de sang mais telle ne fut pas le cas, la rouquine ne fut pas transpercée mais plutôt traversée. Une certaine énergie blanche, comme électrique, se propageant sur l'arme...

    - Une logia...  


Rima se mit à sourire, la jeune femme était toujours en vie, le vieux n'avait pas fait preuve de démonstration du haki de l'armement depuis le début du combat, il ne le maitrisait très probablement pas. Cette femme était un danger majeur pour ces gradés. Pourtant, le vieil homme ne se découragea pas, il se contenta d'extraire son arme du corps de la maudite, l'énergie se dissiperait après que la première charge se soit perdu dans la garde en cuir de la lance. Certes, son arme était conductrice mais il pouvait toujours compter sur l'isolant unique par lequel il manipulait sa chère compagne de bataille. Il s'écarta, en même temps que le métal quittait le sol et la logia. Il toisa la femme d'un regard mauvais alors que son subordonné était lui-même en danger, il s'en moquait.

    - Une logia hein ? Rare... Voyons cela.  


L'homme se mit en position mais fut interrompu parce qu'il se passa non loin de lui.


Jü et Mü

Lorsque sa jumelle retrouva la belle suspendue au dessus du vide, que cette dernière lui toucha l'épaule, elle fut sortie brutalement de l'illusion, retrouvant une pièce parfaitement normale, baignée dans les combats. Ce touché était-il la raison de la fin de cet état ? Ca ou la perte de concentration d'un maudit qui pensait se faire rouler dessus par une boule étrange ? En tous les cas, les deux se retrouvèrent et se mirent à l'écart des affrontements, un instant supplémentaire. Leur soeur rousse était au sol, elle allait bien, c'était le principal.


Sergent Kiko Jito

    - Merde !


Le gamin était relativement bien concentré sur son combat, sur l'exécution qu'il devait mené pour abattre la femme de foudre, dans un premier temps ; puis les jumelles. Rapidement, sa première adversaire s'était soustraite pour porter assistance dans un autre combat et les jumelles s'étaient retrouvées. Il voulait intervenir, persister avec son illusion mais une nouvelle menace pesait sur lui. Une sorte de boule gigantesque avançait à toute allure et s'apprêtait à lui faire du mal, à le percuter avec violence. Pourtant, dans l'assemblée, quelque chose troubla tout le monde : une double arrivée.


Colonelle Lucy Kihoka et Commandant Ichigo Shoujo

Devant la boule Zoan, un homme à la tenue très... inventive se présenta et l'accueillir d'un bon coup de pied des familles, quelque chose qui ébranlerait le Zoan malgré ses capacités défensives. Bien que le coup ne le blesserait, Etowaru ne pourrait toucher au menteur, pour le moment tout du moins. Il ferait face à un nouvel ennemi bien plus haut en couleur.

Derrière le groupe, debout dans le couloir, une femme se tenait en figure de proue et applaudissait lentement, un sourire léger aux lèvres. Elle était la colonelle en charge des lieux, la personne la plus puissante ici et pourtant, elle ne prenait pas part aux combats. Elle semblait confiante, regardant dans une direction où personne ne se trouvait, dans un coin de la pièce, sombre.

    - Sors de là, je n'affronterai pas le menu fretin. 


Dans l'ombre, une forme humaine commença à se dessiner puis un homme sortit de l'ombre sous les yeux émerveillés de Rima, Jü et Mü.


Papa

L'homme masqué apparut et jeta son seul oeil visible en direction de la plus gradée, de la nouvelle arrivante. Il s'amusait de la situation, cela se confirma à son ton.

    - Impressionnant, je ne pensais pas qu'une quelconque personne puisse me percevoir... Je suis venue chercher mes fifilles. Je partirai aussi avec cette jeune femme rousse qui a sauvé ma chère enfant.  


Il était sur de lu, une aura de mystère semblait se dégager de lui. Les affrontements avaient tous cessés pour l'heure. Nojiko et Etowaru, comme les autres, pourraient trouver un peu de repos avant la bataille, les cartes étaient redistribuées. Papa et la colonelle allaient sans doute s'affronter l'un l'autre, Rima aidera bientôt Nojiko contre le Ryori perd, Etowaru affrontera la plus belle magical girl du gouvernement et les jumelles pourraient sereinement affronter le menteur. Enfin, si personne ne changeait d'idées.



C'est le bordel. Triple arrivée dans ce post.

Eto, ton coup manque, tu es bloqué par une belle jeune fe...homme. Attention, sa tenue est pimpante mais il ne plaisante pas.

Nono, ton intervention passe mais pas ton coup, papa Ryori est malin. Si tu attaques de nouveau, tu bénéficieras de l'aide de Rima. Papa t'en doit une par ailleurs.

Colonelle Lucy Kihoka est lvl ??? (renommée à 190.000.000 B)
Commandant Ichigo Shoujo est lvl ...
Commandant Mako Ryori est lvl 31 (Haki de l'observation)
Sergent Kiko Jito est lvl 17
Lieutenant Haruneti est lvl 16
Papa est lvl ???
Jü et Mü sont lvl 18 chacune, 23 si elles combattent ensemble
Rima est lvl 29 (haki de l'armement)
Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 324
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Lun 5 Nov - 1:40

Promesse véritable


Roule, roule, roule et ... Un deux trois ... Paf. Wow.. Je pensais pas que rouler sur lui me ferait tellement “ bouger “. J’avais l’impression d’avoir roulé sur un gros objet. Ne captant en rien qu’il s’agissait là d’un coup de pied, je m’arrêtais et restais en boule quelque secondes avant de me déplier et voir ce qui venais de se passer. Plissant les yeux, je vis que bien du monde venait de s’inviter. Attendez une minute, c’est quoi ce petit bordel là ? Un trans’ ? Toisant cette personne du regard qui semblait avoir protégé le rouquin en qui j’avais une belle rancune, je vins simplement à soupirer et lâcher une simple remarque venant du coeur.

“ ... Si j’étais aussi pointilleux sur la mode que je le suis en terme de cuisine, sans nul doute que j’affirmerais que tes habits sont de mauvais goûts... “

Non mais sérieusement, c’est quoi cet accoutrement ? Monsieur c’est trompé de garde-robe ? Ou il veut juste me faire mourir de rire ? Intrigué malgré tout par cette tenue, je m’approchais d’un pas nullement menaçant. Mon regard avait beau être “ animal “, je l’analysais pour alors manquer de lui souffler au visage. Presque collé à lui, seul quelques centimètres nous séparaient. Que faire que faire hein ? Regardant un bref instant autour de nous, je vis que ma comparse rousse était en prise avec papa ? Ah... Me grattant la nuque presque gêné, je vins à dire sans modération en m’adressant à la grande reine de San-machin.

“ Hey Nojiko... On peut échanger ? J’ai ... Des choses à régler avec cet homme. Au passage... Je te présente Mako Ryori... Mon père. Soit gentille tu veux, il commence à se faire âgé. “

Rigolant faussement, je vins à revenir à cet homme-femme puis fixer ses yeux. Redressant à peine la tête, je regardais vers le rouquin qui allait prendre cher.

“ Toi... Je t’oublie pas. “

Sans prévenir, je tirais la langue de façon à “ poker “ l’oeil droit du bonhomme qui faisait barrage. S’il se laissait avoir par la surprise, ma large queue viendrait s’écharner sur lui pour le frapper mais aussi l’inviter à se décaler brutalement. Le but du combo était bien sûr de le prendre en dépourvu, car avouons le, qui peut rester impassible quand on vient de toucher l’oeil ? Bref, ma queue massive recouverte d’écailles frappa un premier coup de droite à gauche puis de bas en haut avant de recommencer de droite à gauche. Sans relâche, je lui offrais une multitude de coups en un temps record histoire de dire “ hors de mon chemin “. Et si par chance cela fonctionnais, ce serais sans tarder que je reviendrais me rouler en boule, rouler comme un fou furieux et tenter de percuter de plein fouet mon petit ami rouquin. Entre lui, papa et les cuisinier... Il y avait vraiment du monde à qui je devais apprendre des choses... Rien que d’y penser ça m’épuise.


Codage par Libella sur Graphiorum



techs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
Nojiko Fujita
Messages : 77

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
65/100  (65/100)
Berrys: 370.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Mer 7 Nov - 16:59


- Impasse -




La jeune femme est sauvée de justesse. Etowaru demande aussitôt à combattre son père, mais Nojiko n'est pas dupe. S'il affronte son paternel, il sera sûrement obligé de faire un choix qui risque fort d'impacter toute sa vie entière. Par ailleurs, il n'est pas coutume sur San Yobusa de commencer un combat sans connaître son issue, elle ne répond donc pas à son compagnon, préférant se focalisé sur sa lecture du combat. Prendre trop souvent la parole en combat est une faiblesse, on laisse ainsi à l'ennemi la possibilité d'en apprendre plus, de déceler des failles. C'est ce que son père lui avait enseigné du moins. Mais un nouveau problème fait peu à peu surface, l'ombre du stress, le spectre de la détermination et de la volonté font eux aussi leurs apparitions dans l'esprit torturé de la jeune reine. Si bien que son corps se met à trembler comme une feuille, quelques secondes seulement, ces quelques instants suffisent à sa psychose pour prendre le contrôle total de tout son être. Ses mains se transforment en foudre, sa chevelure devient peu à peu de fin fils lumineux et électriques tandis que ses mimiques et son faciès semblent eux aussi changer du tout au tout. L'apparition de tous les nouveaux protagonistes, ce combat acharné qui pouvait lui causé une peine de prison, retarder ainsi par la suite sa vengeance, non, son corps ne le permettrait pas ! Et Nojiko n'est plus elle-même, mais bel et bien une toute autre entité.


"Rampez devant la Déesse des vents et des foudres de San Yobusa. Vous êtes en présence de  Raijuko !"

Cette fois-ci, plus aucune voix ne résonne dans l'esprit troublé et défaillant de la jeune femme, les autres voix savent parfaitement qu'elles ne font pas le poids contre la déesse. Et pourtant, une seule voix s'élève contre elle, dans on esprit, instillant et distillant des idées improbables pour Raijuko.

"Rends moi mon corps ! Je suis Nojiko, Reine et unique détentrice de la foudre ! Tu n'as aucun pouvoir !"


Mais la fausse déesse, pure invention fantaisiste de l'esprit et du mental, m'écoute pas et préfère observer les nouveaux arrivants uns à uns. Elle regarde tout d'abord les jumelles, qui avaient pu un court instant se retrouver, leur réelle force réside dans leurs combos et leur style de combat quasi symbiotique. Elles devraient, avec l'aide d'Etowaru prendre le dessus sur la vermine. Raijuko quant à elle, n'agit jamais dans la demi-mesure contrairement à Nojiko, cette fois-ci, elle doit montrer toute la puissance du logia de la foudre et faire comprendre aux soldats présents que rien ne peut se dresser sur son passage et sa haine.
Elle lève ses mains en l'air, laissant des éclairs venir lécher le plafond pour démontrer toute sa puissance, l'assurance de Raijuko est hors-norme, dangereuse même. Mais, ni elle, ni Nojiko ne connaissent le pouvoir des hakis. Elle s'avance dès lors vers le vieil homme, un ennemi à la fois ! Après quoi, elle rejoindrait sûrement celui qui se fait surnommé "Père". Rima se relève elle aussi, se dirigeant vers Etowaru et ses sœurs, le véritable danger reste le pouvoir passif, mais extrêmement puissant du Sergent. A eux quatre, ils ne leur faudrait pas longtemps pour en venir à bout et venir ensuite prêter main forte à une Nojiko qui aller tenter d'occuper le vieil homme le plus longtemps possible.



Le vieil homme relance un assaut en direction de la Logia, comme si il voulait être sûr que cette dernière soit bien intangible, elle le prends dès lors de vitesse pour le prendre par surprise et lui asséner un uppercut électrique qui lui ferait sûrement un choc électrique. Si toutefois elle parvient à placer un tel coup. L'heure n'est plus à l'honneur et aux belles danses de combats, mais bel et bien à la démonstration de puissance pure et simple.

Techniques:
 


Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1600

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Mer 7 Nov - 20:53





Commandant Mako Ryori et Rima

Lorsque la logia de la foudre se transforma en quelque chose de colérique, scandant alors ne plus être Nojiko mais Raijiko, les réactions furent nombreuses et variées, à commencer par ceux avec qui elle échangeait des coups. Rima, son allié face au père Ryori, se mit à sourire en jetant un coup d'oeil à son petit papa. Ce dernier ne manquait rien du spectacle malgré le combat qu'il venait d'engager face à la colonelle et malgré les esquives qu'il enchainait devant les coups de feu de la gradée. Son masque cachait son expression mais la rouquine le savait : papa devait sourire de toutes ses dents, il aimait les personnes différentes et avait déjà parlé de son intérêt pour cette rouquine. Rima croisait les doigts pour que la maudite poursuive ce combat à leur côté, elle savait ce qu'il se passerait alors.

En face des deux rousses, le commandant Mako Ryori ne put qu'afficher une mine particulièrement sévère. Ce genre de double personnalité, ou quelque chose dans le genre, n'était pas spécialement une chose rare sur les mers, l'on y trouvait de nombreux combattants aux aptitudes Berserk. Dans ce dernier cas, les hommes gagnaient en puissance mais perdaient en intellect. Ici, elle ne gagnait pas forcement en puissance mais elle semblait parfaitement consciente, toujours capable de pensées construites mais aussi bien plus violente, rien de bon pour lui. La différence entre eux était abyssale, le commandant n'aurait pris que quelques secondes pour se défaire d'un ennemi comme cette rouquine s'il n'y avait ce souci d'intangibilité ou s'il disposait du haki de l'armement. Ce n'était malheureusement pas le cas.

Lorsque son fils avait proposé un échange d'adversaire, le père aurait apprécié, il aurait pu recarder son marmot mais là... il aurait des difficultés. Quand elle chargea de nouveau en réponse à son coup, il s'esquiva sur la gauche, maintenant ses mains uniquement sur la zone isolée de son arme mais son haki de l'observation le prévint d'un danger supplémentaire, plus dangereux. Rima, toute maligne qu'elle était, avait profité de l'ouverture pour plonger sur le père. Blindant sa main droite de haki de l'armement, elle adressait un coup vers l'abdomen du combattant de la marine, un coup qu'il ne put que ralentir en plaçant son bras en opposition. Il fut repoussé par le coup mais chassé immédiatement par la rouquine. Ce logia était un souci, s'il ne l'esquivait pas, la foudre le blesserait mais lorsqu'il esquivait, il avait affaire au contrecoup puissant. Il se releva en prenant appui sur sa lance et chercha l'esquive de tout assaut, la colonelle allait venir en soutien. Il l'espérait plus que tout, elle maîtrisait ce fluide offensif, elle.


Sergent Kiko Jito et les jumelles

En jetant quelques coups d'oeil vers son supérieur, le menteur voyait bien que ce dernier était en difficulté et il n'allait pas forcément mieux. Il avait encore placé l'une des jumelles sous son pouvoir, la sabreuse, la rendant ainsi inactive. Malgré tout, il restait la seconde, hargneuse, prête à tout pour découper l'homme qui gênait sa moitié. Pour l'heure, elle avait le dessus et il ne tiendrait pas bien longtemps, la colonelle devait arriver, pour le commandant Shoujo à tout le moins.


Commandant Ichigo Shoujo

L'homme avait peut-être un look étonnant mais il n'était pas un idiot, loin de là. Son grade témoignait d'une certaine expérience, d'un certain savoir faire et son corps attestait de sa force. Depuis quelques années, le puissant Ichigo avait décidé d'adopté un style de vie différent, en dehors de ses heures de travail, il revêtait son costume favori et allait en ville pour rejoindre sa troupe. Tout le monde savait en ville mais ça ne dérangeait personne. L'on disait même que la puissance du gradé était décuplé lorsqu'il se battait en tenue de magical girl.

Lorsque l'alerte avait été donnée, quelques dizaines de minutes plus tôt, lorsqu'il avait rejoint son poste, sa supérieure l'avait engueulé, elle n'aimait pas le voir chasser le criminel dans cette tenue. Il n'avait pas eu le temps de se changer mais cela ne changerait rien au final, il n'avait reçu qu'un seul ordre : "Tu es en tenue, tu te dois donc d'être irréprochable, détruis nos adversaires".

Un Okama, il n'en était pas un, pas vraiment, mais il aimait l'art de vivre des magical girl. Quand le fils de Mako Ryori se permit un commentaire en s'approchant, il fut reçu par une baffe lourde, puissante, l'empêchant d'approcher plus encore. Soit il encaissait le coup apparemment léger et se rendrait compte de la puissance surhumaine de cette belle, soit il esquivait et n'aurait pas l'occasion de tenter son coup. Quoiqu'il en soit, devant lui, la magical girl attrapa son bâton et commença à le faire tourner autour de son bras. Il accompagna le tout d'une voix... surjouée à l'extrême dans la féminité.

    - Puru Puru !  


Après sa formule magique, rien ne se passa, sauf une charge brutale et tonitruante, bâton en avant, il s'apprêtait à envoyer le coeur dans l'abdomen d'Etowaru et il allait sentir la vraie force rose d'une magical girl.


Papa et Colonelle Lucy Kihoka

A l'image de tous les autres, les deux têtes d'affiche venaient de se lancer dans les hostilités. La jeune femme en charge de la base gouvernementale n'était ps une combattante comme les autres ici, elle n'usait pas de son corps mais bien d'armes à feu. L'on pouvait penser qu'à l'intérieur, l'usage des armes serait un désavantage mais elle n'était pas une tireuse d'élite ; elle était spécialisée dans le combat rapprochée. Au jour de sa promotion au titre de colonelle -, elle avait sollicité de la section scientifique qu'elle lui prépare deux armes, deux armes expulsant des balles plus rapidement. De cette façon, aujourd'hui, la tueuse avait trois armes sur elle. La première était normale, la seconde disposait d'une puissance permettant aux balles d'aller plus rapidement et la dernière était plus perfectionnée encore dans cette spécialité. Elle pouvait ainsi gérer la vitesse de ses balles entre elle avec plaisir.

En face, Papa était un assassin, un tueur pur. Silencieux, rapide, précis et impitoyable, il semblait tout pouvoir esquiver et profitait du temps pour jeter quelques clins d'œil à ses fifilles chéries. Il esquiva une fois de plus pour venir se placer dans un angle de tir impossible mais il pesta immédiatement lorsqu'il entendit les intentions de la tireuse à l'aide de son haki. De la bouche de son arme la plus perfectionnée, une balle noire d'ébène fut explosé et adopta une trajectoire courbe complexe pour venir droit sur l'assassin. Il ne pouvait pas esquiver mais réceptionna la balle en opposant une paume blindée sur le chemin du projectile.

    - Pas mal...  


Papa souriant de plus belle, il pourrait s'amuser un peu.



Eto, ton coup est avorté par une tarte, tu peux encaisser ou esquiver mais tu devras reculer, alors il te charge avec violence.

Nono, le vieux esquive mais tu bénéficies d'un appui précis et violent. Votre adversaire va jouer la montre, il se concentre sur l'esquive.

La colonelle et Papa se frittent, ils sont au-dessus en terme de lvl.

Colonelle Lucy Kihoka est lvl 35+ (renommée à 190.000.000 B) (haki de l'armement et aptitude de tir pur)
Commandant Ichigo Shoujo est lvl 33
Commandant Mako Ryori est lvl 31 (Haki de l'observation)
Sergent Kiko Jito est lvl 17
Lieutenant Haruneti est lvl 16
Papa est lvl 35+ (haki de l'armement et observation)
Jü et Mü sont lvl 18 chacune, 23 si elles combattent ensemble
Rima est lvl 29 (haki de l'armement)


Dernière édition par Maître-Jeu le Jeu 8 Nov - 22:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 324
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Jeu 8 Nov - 13:41

Luck


S’il y a bien un truc qui me lasse dans la vie, c’est les contre-temps. Dans tout mes projets, j’ai une ligne de conduite. Je m’organise, j’arrange les choses et fais en sorte que ça file droit. La chose dont j’ai horreur, c’est quand un grain de sable vient emmerder l’engrenage que je me fais chier à huiler pour que ça tourne bien... Et devinez quoi ? Dans mes projets de représailles, cette majorette en était un... Sérieusement rien que en y repensant ça tombais mal. En temps normal rien ni personne n’aurait pu m’empêcher d’écraser l’autre rouquin... Alors pourquoi cet homme vient précisément à cet instant m’affronter moi ? On se le demande bien...

PAF... Une baffe dans la gueule. Dit ainsi, ça sonne comme rien , et pourtant, malgré mes écailles au visage qui me protègent allégrement tel un casque, je recule de quelques pas avant de secouer la tête. Blblblbl.. Hey, il a beau être habillé comme une fillette fan de Chakura la voleuse de cartes, il tape pas si mal. Il me faut bien quelques secondes pour que ce raisonnement arrive à mon cerveau et que j’en prenne conscience. Suffisamment pour ne pas remarquer les troubles mentaux de ma chère comparse rousse du jour...

Voilà que l’autre me montre sa dextérité au bâton en semblant réciter un nom de formule magique. Il me fait quoi lui ? Il allait m’attaquer à coup de bâtonnet ? Trouvant cela ridicule, ma queue se lève et tandis que je devine où il va me frapper j’en profite pour fanfaronner.

“ Tsss... Ce qui est bien avec les gens comme toi, c’est que vous êtes prévisibles... “

Pour cause, mes écailles recouvrent environ 90% de mon corps et m’offrent une protection assez complète. Seules quelques zones sont à découvert quand je suis debout et cela signifie donc une faiblesse. Les gens ayant tendance à vouloir frapper les zones faibles, cela ne laisse donc que deux chances pour mes adversaires : le bas du visage et l’intérieur du ventre... Comme je le dis donc, prévisible. Soit... S’il veut m’affronter de face, qu’il en soit ainsi. On verra qui de son bâton ou de ma queue sera le plus résistant !!!

Le clash allait avoir lieu et j’allais sans doute avoir satisfaction - me disais-je - mais voilà... Quelque chose d’inattendu se produit. D’un coup, mon corps rétrécit et ce n’est plus un corps humanoïde qui fonçait droit vers l’homme, mais un tout petit animal à l’allure toute mignonne. Réalisant la chose, je vins à couiner simplement, voulant dire “ hein ? “ et je sautais sur son épaule pour passer outre le monsieur. Toute cette excitation et énervement m’empêche de bien maîtriser mon fruit moi... Pourtant, il y a du bon à cela, c’est que si l’ennemi peut lire dans mes pensées pour prédire ce que je vais faire, peut-il en faire autant si moi-même je ne peux pas prédire mes propres mouvements ? Voyant cela finalement comme une opportunité, je vins à retomber sur le sol et d’un coup d’oeil voir où était le fameux rouquin. Je priais que cette majorette n’aurait pas des réflexes surhumains et serait capable de se rendre compte de ce qui venais de se passer, reprendre son équilibre après sa charge, se retourner, me voir et m’attaquer, tout ça en un clin d’oeil, sans quoi... Je devrais sérieusement réfléchir à un moyen de me débarrasser de cet obstacle un peu trop envahissant.

Moi en tout cas, j’agissais dans la continuité et vins alors à bondir vers l’affrontement entre le roux occupé par une des jumelles. Si rien ne se met en travers de ma route, alors voilà l’opportunité de ma vie : Ni une ni deux, je fonçais vers le roux et tout en me re transformant en forme hybride, je m’apprêtais à lui donner un coup de queue pour l’enfoncer dans le sol comme un vulgaire clou.

L’avantage d’un tel assaut à mon sens, s’était que si l’homme-femme voulait m’atteindre, il devrait prendre le risque de taper aussi son compagnon. Dans l’hypothèse que je le vois venir, un assaut latéral serait contré avec ma queue, et un frontal risquerait de me propulser vers son collègue. Joyeux dilemme non ? Restais à voir s’il était doué que de force brute ?


Codage par Libella sur Graphiorum



techs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
Nojiko Fujita
Messages : 77

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
65/100  (65/100)
Berrys: 370.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Dim 11 Nov - 11:25


- Arts -




Le vieil homme est un ennemi redoutable, et la déesse de la foudre prend conscience de la portée de son adversaire en le voyant lire le combat. Il est capable de prouesses défensive inespérée, c'est un problème pour la Logia qui mise la plupart de ses actions sur des attaques pures. Elle ne s'était jamais réellement préoccupé de l'aspect défensif dans son style de combat, elle est persuadée que rien ne peut carrer l'intangibilité après tout. Rima s'illustre elle aussi brillamment au combat, des coups précis et ravageurs ! Raijuko ne peut pas rester simple spectatrice d'un tel affrontement, elle doit se remettre en question à son tour pour pouvoir prendre le dessus sur son ennemi ou offrir une ouverture à Rima. En toute logique, le vieil homme n'avait fait que se défendre, une technique tout à fait cohérente lorsque l'on s'attaque à deux adversaires. Il sait d'ores et déjà qu'il ne peut pas toucher la femme foudre, il concentrera donc en toute logique ses contres-attaques sur la seconde rouquine, l'une des filles du père. En prenant en compte ce paramètre, Raijuko planifie ses prochaines actions. La première ce joue sur un coup de poker, pur et simple. L'obscurité règne en maître ici et les yeux de tous ce sont habitués à cette pénombre et au manque de lumière, il est donc temps de surprendre tout le monde. D'épaisses boules de foudre se chargent dans les mains de la folle, elle vient alors les joindre pour laisser un épais rayon d’énergie venir frapper de plein fouet le mur nord, non loin du père d'Etowaru, avec un peu de chance, l'attaque serait assez puissante pour faire un trou assez large pour que la lumière du jour s'infiltre dans l'arène de fortune et n'éblouisse tout le monde. Profitant de ce probable chaos, Rima pourrait elle aussi effectué une charge d'assaut avec son haki -Si elle n'est pas elle aussi éblouie- pour obligé le viel homme à tourné le dos et préparer son contre coup. Pendant ce temps, l'épine dorsale du soldat serait totalement exposé, permettant ainsi à la logia d'infliger un nouveau coup dévastateur ! Elle utilise l'avantage tactique de son fruit pour se retrouver rapidement dans son dos avant d'apposer ses deux mains et de former un arc électrique qui viendrait parcourir son corps. Même si il parvient à esquiver, Raijuko est assez proche par la suite pour enchaîner sur une seconde attaque. Reste à voir maintenant, si son plan est efficace ou non, il pourrait même avoir un impact sur les autres qui sait.

"Un coup dans le dos ! Tu es lâche pour une déesse !"



Raijuko n'avait que faire des pensées de Nojiko, bien sûr qu'elle n'aurait pas agit de la sorte, elle est bien trop portée sur son héritage et sur les faiblesses de ses traditions ancestrales. Raijuko avait un but, être une déesse et prendre le pas sur la personnalité et le corps de Nojiko, la prétendue Reine de San Yobusa n'est qu'un frein à son expansion et leurs volontés, leurs objectifs ainsi que tout ce qui les lie, divergent en tout point.
Mais tout en pensant à ses rêves de gloire et de grandeur, Raijuko laisse son regard se promener autour d'elle et ne pu s'empêcher de remarquer la présence de toilettes dans la geôle. Qui dit toilettes dit aussi eau, elle envoi dès lors un épais rayon dans sa direction, ce dernier s'encastre et ricoche dans les barreaux tout en continuant sa folle course, faisant imploser l'objet en faïence, avec un peu de chance, la conduite d'eau sous pression apporterait d'ici quelques temps, une marre d'eau aux pieds des combattants, permettant à Raijuko de prendre l'avantage. Ce combat ne pouvait pas se gagner de manière frontale, tous les individus ici présents, sont rompus aux combats, ils sont forts d'expérience et de volonté, il faut donc utiliser les subterfuges et des arts de spectacle pour surprendre, pour étonner et ainsi créer des occasions. Raijuko l'avait compris, la science du combat à elle seule ne suffirait pas. Mais elle ne plierait pas devant l'adversité pour autant.



Techniques:
 


Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1600

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Dim 11 Nov - 19:11





Commandant Mako Ryori et Rima

    - Bordel de merde...  


Depuis peu, le haki de l'observation de Mako Ryori agissait comme une véritable sirène qui ne cessait de mettre en garde son utilisateur. Un coup à droite, une décharge là, un coup de pied dans le dos... Les filles se fatiguaient mais à ce rythme, il serait celui qui tomberait le premier. De temps à autre, et comme l'avait correctement imaginé Nojiko, il tentait une contre-attaque à l'attention de Rima mais cette dernière s'esquivait toujours, sauf peut-être une fois où la lame de la lance fut déviée de sa trajectoire par une pulsion invisible sans qu'aucun des trois membres partageant les coups ne puisse comprendre pourquoi. La colonelle savait, Papa également étant donné qu'il était à l'origine de ce coup dissimulé.

Quoiqu'il en soit, pour l'heure, le vieil homme ne se contentait que d'esquiver les coups basiques comme il le pouvait jusqu'à ce qu'enfin, la logia passe à quelque chose de plus construit. La foudre chargée dans ses mains explosa le mur dans nulle autre forme de délai, aveuglant alors la grande majorité des combattants à l'exception de la magical girl, alors de dos et de Rima, elle aussi de dos. Mako eut la vue coupée et perdit sa concentration l'espace d'un instant, son haki de l'observation devant alors moins précis. Par miracle, il parvint à lire le coup de la rouquine foudroyante et se jeta au sol avant d'être touché mais il était trop tard, Rima était déjà sur lui et lui envoya un coup de talon monumentale sur le dos. Blindé au haki de l'armement, le paternel Ryori sentirait le coup passé et s'en souviendrait très longtemps, le sang s'échappant de la commissure de ses lèvres en attestant.

Rima, et probablement Raijiko ou Nojiko pourraient souhaiter en finir mais une dernière personne décida que le temps était venu, les premiers sang coulaient un peu partout dans ce sous-sol, il fallait être prudent. Bientôt, celui-ci serait mêlé à l'eau de la logia avait commencé à répandre sur le sol grâce à une stratégie astucieuse, une stratégie qu'elle n'aurait probablement pas le temps de mettre à l'oeuvre.


Sergent Kiko Jito et les jumelles

Si la sabreuse semblait toujours coincée dans les mensonges du paramécia, la faucheuse acculait toujours plus son adversaire, elle le travaillait au corps en attendant le moment parfait. Ce moment se présenta, elle lèverait alors sa faux, prête à l'abattre mais elle fut dérangée. D'abord, un flash lumineux lui fit perdre sa constance et l'empêcha de frapper. Puis, un homme déguisé vint lui prendre sa cible en le frappant avec ses deux pieds pour l'éloigner d'un danger plus grand. Enfin, la magical girl fut percutée à son tour par la queue d'un animal étrange. Tout s'était passé très vite mais au final, le menteur crachait du sang, le coup d'éloignement étant été trop fort pour sa faible constitution, le "demi-okawa" présentait quelques éraflures sur l'abdomen, là où il avait été frappé et un vieux gouvernemental saignait au sol. Plus encore, le pouvoir du menteur semblait avoir disparu, la jumelle piégée reprenant un peu de consistance.

Elles voulurent repartir au combat mais une voix leur en coupa la possibilité.


Commandant Ichigo Shoujo

Le combattant à la tenue sans concession avait été surpris, il n'avait pas vu le coup venir, comme son adversaire Zoan d'ailleurs, mais avait néanmoins réussi à suivre l'action tant bien que mal. Protégé du flash lumineux, il utilisa son bâton magique comme une canne et le délaissa pour se faire une impulsion dans le sens contraire. Il n'avait que peu de vitesse et un coup sur le Zoan ne stopperait pas le coup qu'il lançait sur le sergent Jito... Il fallait donc prévoir autre chose.

Rapidement, presque par réflexe, il se dirigea vers le subordonné et le faucha aussi gentiment que possible, prenant alors sa place sous le coup de queue du Zoan. Le tout sous le regard intéressé de Papa, celui des filles ; le sien étant au sol. Etowaru avait frappé un joli coup mais n'avait pour autant pas remporté la guerre, son adversaire se relevant déjà. Pourtant, s'il voulait tenter un nouvel assaut, il serait coupé par la colonelle qui était projetée exactement sur la magical girl. La voix de "Papa" retentissant alors d'abord à l'attention de ses jumelles.


Papa et Colonelle Lucy Kihoka

La colonelle engageait de grandes forces dans la bataille, rivalisant de coups impossibles, de balles à effet et de coups détournés pour parvenir à atteindre cet assassin. Malgré tout, malgré son acharnement, rien n'y faisait, il semblait parfaitement infatigable pour elle. Elle ajusta la prise sur son arme alors qu'elle rechargeait d'un geste et sûr et fluide mais pas assez rapide. Lorsqu'elle releva le visage, elle fut mise devant le fait accompli : elle ne gagnerait pas. A quelques centimètres à peine d'elle se tenait son adversaire, parfaitement silencieux qui la gratifia d'un coup de pied à l'abdomen, un coup qui projeta la plus gradée sur le commandant Shoujo.

Pendant ce temps, enfin, "Papa" put jauger la situation.

    -  Mü, Jü, sortez.  


Presque par instinct, les jumelles ne portèrent pas le moindre regard sur leur père avant de sortir par le trou formé plus tôt par la logia. Sous les yeux de tous, "Papa"disparut alors, bien trop rapide pour des yeux trop lents, et réapparu entre Rima et Nojiko.

    - Majestée il me semble ? Je vous propose de nous suivre, il est temps de déguerpir. 


Rima s'exécuta à son tour et fondit vers le trou dans le mur. Nojiko pourrait répondre à son nouvel interlocuteur alors que celui-ci s'intéressait finalement au Zoan présent.

    - L'ami, si j'étais vous, je profiterais du moment.   


Les criminels avaient quelques instants, tous les gouvernementaux étant pour leur au sol. L'eau ne s'était pas propagée suffisamment et ne touchait aucune des mouettes pour le moment. Les deux rouquins encore présents avaient donc un choix : profiter de l'état de faiblesse des marines pour en vaincre quelques-uns, se retrouvant alors seuls contre les survivants ou fuir en compagnie de l'homme le plus puissant des lieux.



Nono, ta stratégie d'aveuglement est un succès mais ton coup manque, par contre, Rima profite de l'ouverture et frappe très violemment notre cher Ryori père.

Eto, ton coup porte mais pas sur le bon adversaire.

Vous deux > Un choix s'offre à vous : partir ou rester pour tenter de tuer les gouv. Si vous attaquez le moindre gouv, vous n'aurez pas forcement le temps de fuir avec Papa et il ne vous attendra pas. Vous pouvez néanmoins vous adressez à vos chers anciens ennemis pendant votre fuite (je pense surtout à un fils qui pourrait dire au revoir à son papa).

Colonelle Lucy Kihoka est lvl 35+ (renommée à 190.000.000 B) (haki de l'armement et aptitude de tir pur)
Commandant Ichigo Shoujo est lvl 33
Commandant Mako Ryori est lvl 31 (Haki de l'observation)
Sergent Kiko Jito est lvl 17
Lieutenant Haruneti est lvl 16
Papa est lvl 40+ (haki de l'armement et observation)
Jü et Mü sont lvl 18 chacune, 23 si elles combattent ensemble
Rima est lvl 29 (haki de l'armement)
Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 324
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Lun 12 Nov - 16:25

Sayonara


Propulsé vers le rouquin, j’allais enfin le voir cracher ses tripes. Une promesse est une promesse et je n’ai qu’une parole. Les centimètres se mourraient et finalement ... Hein ?!!! Ma queue frappa brutalement cette pétasse déguisée ? Attendez, c’est un mec ou une fille ? Je me perds dans mes réflexions dans cette chose m’intrigue autant qu’elle m’ennuie dans tout les sens du terme. Comment se fait-il qu’il soit encore sur mon chemin ? C’est à croire que quoi que je fasse, cette saloperie sera dans mes pâtes comme un chewing-gum qui colle aux chaussures. Bordel de zut !!! Je serrais les dents alors que ma queue se redressait pour lui asséner un nouveau coup. En effet, il avait “ sauver “ son camarade mais semblait en plus ne pas avoir succombé. Pire que la peste ce gars... Pire qu’un commis qui est trop déterminé dans sa connerie. Pestant, j’allais m’acharner sur lui jusqu’à ce que j’ai “ enfin “ gain de cause, mais voilà, il semblerait que monsieur “ imprévu “ ait décidé de me gâter aujourd’hui. Un corps vole et fauche le corps de cet homme-femme. Hm ? Est-ce que tout le monde ici est complice pour éviter de m’en laisser placer une ? Faut croire que oui... Pourtant, une belle occasion se présentait : fuir.

Alors que l’homme me signalait qu’il était temps de fuir si tel était mon souhait, je vins à regarder vers le groupe de marine étalé au sol dont notamment un... Père... Cherchant son regard, je savais ce que j’allais y trouver. Ce regard colérique, honteux, presque haineux, ou du moins telle est mon interprétation. Si je pouvais parler avec lui, au moins expliquer mon point de vue pour sûr que je le ferais... Mais vu la situation, impossible de discuter comme deux êtres civilisés. De toute manière, on en reviendrais au même, je devrais faire un choix : le suivre et abandonner mes rêves ou être libre.
Regardant l’homme malgré mon apparence animal, je vins à regarder cette joyeuse assemblée puis finalement laisser échapper quelques mots.

“ ... Je choisis ma liberté... Je suis désolé ... Papa... Mais mon rêve est de parcourir les mers et régaler les bouches de ce monde. Que tu le veuilles ou non. “

Sur ces mots, je vins à tenter une chose que j’avais faite autrefois : Croisant mes bras, je les dépliaient brutalement pour envoyer ce qui ressemble à une lame d’air. Le but n’était pas de les tuer, mais simplement faire “ douiller “ le petit rouquin. Malheureusement, dans mon élan de vengeance, la force déployée était plus puissante et la précision nulle... Alors que deux lames croisées auraient du se diriger vers le rouquin, une partit vers le plafond alors que l’autre allait vers toute l’assemblée menaçant de les toucher. Si aucun imprévu ne se déroulait, alors je ne saurais pas ce qui se passerais de leur côté puisque du mien, le plafond s’effondrerait en partie, bloquant l’accès et le champs de vision.

Si je n’étais guère stoppé donc, j’hésiterais un bref instant à détruire les cuisines, mais ne connaissant pas leurs positions exactes, je me contenterais de soupirer et remettre à plus tard ma leçon... Ni une ni deux, je me barrerais de cet endroit en passant par le trou formé par Nojiko tout à l’heure. Et d’ailleurs, en parlant de celle-ci, je me devais de la rattraper, ou simplement lui mettre la main dessus. Que foutait-elle ici celle-là ?

Une nouvelle vie allait commencer et pour cause, je ne pourrais sans doute plus être “ tranquille “ outre via mon métier. N’est-ce pas ?


Codage par Libella sur Graphiorum



techs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
Nojiko Fujita
Messages : 77

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
65/100  (65/100)
Berrys: 370.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Sam 17 Nov - 9:08


- Espoir -




Aucun souvenir. Et pourtant Raijuko, déesse de la foudre et des vents dans une mythologie qui lui est propre, vient de disparaître. Nojiko n'a aucun souvenir du court laps de temps où cette dernière était possédée. Mais la situation qui l'entoure est bien réelle, Raijuko avait su inverser la vapeur par son comportement plus belliqueux, mais sans doute moins honorable. Les pires luttes ne sont pas celle du corps, mais bel et bien de la pensée, de l'esprit. Le Père et ses filles se faufilent à leurs tours dans la brèche creusée un peu plus tôt tout en alarmant Nojiko. Etowaru a déjà fait son choix après une courte tirade adressée à son père, lui aussi voulait en finir avec ces combats. Nojiko prit l'ascendant avec la fulgurance de son fruit pour se retrouver à hauteur du trou, mais tout est loin d'être simple. Le problème stratégique d'une fuite, c'est que l'ennemi peut se regrouper, récupérer et tendre des pièges aussi gros qu'un nez au milieu de la figure sans pour autant que l'on s'en rendes comptes dans l'excitation et dans l'action de la retraite. Perchée sur le rebord du trou béant, Nojiko observe l'eau qui s'écoule lentement aux pieds de ses ennemis et lâche quelques éclairs au niveau de la mare, elle espère ainsi une brève paralysie des membres ennemis pour offrir une avance au petit groupe.

Tandis qu'elle se met à courir pour rattraper les autres, elle ne cesse de ressasser ce qui a bien pu se produire dans la prison. Possédée ? Habitée ? Malade ? Elle n'a aucune explication cohérente, mais, une fois à hauteur du père, cette dernière ne peut qu'émettre quelques réserves et doutes, même si ce dernier à su démontré à plusieurs reprises son sens du timing et ses forces.


"Euh ! Monsieur le Père ? Vous avez un plan j'espère, car je pense que d'ici quelques instants toute l'île sera en alerte, bien que j'avoue une certaine ignorance sur les forces en présences ici. Ce serait regrettable qu'il arrive quelques choses, d'autant plus que mon royal minois ne peut pas finir en prison soyons cohérent voulez-vous ? Oh Etowaru, ça va au fait ? Mais tu ne m'avais pas dis que tu étais de la race des prisonniers ? C'était comment ? Tu en avais marre ?"


"Ma reine, pardonnez-moi, mais je ne pense pas que suivre cette bande de hors-la-loi, de malotrus et de prisonniers soit une chose qu'un conseiller royal puisse recommandé ! Puis-je donc suggérer de partir de notre côté !

Un large sourire s'affiche sur le visage de la Reine. Partir ? Alors que le mystère s'épaissit autour de cette curieuse réunion de famille ? Il n'en n'est pas question, et comme à son habitude, elle n'avait pas répondit à Kenji, préférant agir dans son sens et faire fi des conseils avisés du Tontatta. Ils sont tous les six à deux marches des portes de l'enfer, il est donc naturel que la reine se précipite vers la destruction. Elle a comprit que, même si elle est loin de son royaume, qui court un grand danger sous le règne du terrible dictateur du Glaive. Elle peut par ses actions, redonner de l'espoir à son peuple en montrant toute sa folie destructrice, toutes ses actions sur les autres îles pour revenir au summum de sa puissance par la suite et délivré un peuple entier. La leçon qu'elle a retenue ici, c'est l'espoir.

Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1600

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Lun 19 Nov - 16:54





Papa

Le père était dans le trou après le passage de tous, il était l'arrière garde, le dernier protecteur, celui qui allait repoussé les gouvernementaux qui pourraient se relever. Cependant, dans la pièce, les gouvernementaux ne bougeaient pas sauf la colonelle qui se relevait difficilement. L'eau ne s'était pas encore assez répandue pour arriver au niveau des gouvernementaux, pas en quantité suffisante à tout le moins et la colonelle était hors de danger à ce niveau. La plus gradée des lieux jeta un regard noir à son adversaire, celui qui la surpassait sous tous les aspects. Sous son masque, elle crut le voir sourire et elle avait raison, l'assassin moqueur dardait sa cible d'un oeil malin.

    - Ce fut un plaisir ma chère.  


Les lames d'air de l'homme-zona avait fait du mal, elles auraient pu détruire le plafond si elles n'avaient pas été stoppé par des balles de la colonelle. Percées, les lames d'air avaient ainsi perdues de leur puissance et n'avait que fragilisé la structure. L'assassin se rire avec une certaine retenu et leva la jambe brusquement, faisant ainsi partir une sorte de lame d'énergie qui explosa le plafond et couvrit le trou provoqué par la logia plus tôt. Il suivit alors les autres d'une course parfaite, rapide, presque invisible par laquelle il put rapidement rattrapé son groupe de fuyards. Il prit ses filles dans ses bras, les une après les autres avant de se retourner vers la souveraine autoproclamée de Son Yobusa.

    - Ne vous inquiétez pas ma chère, nous allons simplement disparaitre. Mes filles et moi-même disposons d'un moyen de transport sûr, nous allons nous y rendre et disparaitre. Je vous propose de nous accompagnez. Lorsque Rima était menacée, vous n'avez pas hésité à la sauver en risquant votre propre vie. Si le lancier était titulaire d'un haki de l'armement, il vous aurait tué. Pour cela, je vous suis redevable et je compte payer ma dette lorsque nous serons plus tranquilles. Acceptez-vous de nous suivre ?


Nojiko avait gagné les faveurs du "Papa" mais ce n'était pas le cas de tous, pas dans les mêmes mesures du moins. Le masqué se tourna vers Etowaru, le laissant répondre à la rouquine avant de les interrompre. Considérant la situation globale, le tueur ne semblait pas pressé le moins du monde malgré les sirènes qui retentissaient partout sur l'île.

    - Quant à vous l'ami, je ne peux être redevable dans la même intensité. Nous avons partagé des intérêts communs, vous avez profité de cette évasion et c'est tant mieux pour nous tous. Rima vous a apprécié je crois, pour cela, je vous ai aider et je compte vous donner une voie de sortie, mais je ne peux vous proposer de nous suivre. Le comprenez-vous ?  


Etowaru avait gagné sa liberté et les faveurs de Rima, dans une mesure limitée, il bénéficierait en plus d'un traitement de faveur pour quitter l'île pour avoir combattu les gouvernementaux. Cependant, au moment venu, il avait préférer attaquer le menteur plutôt que sauver la rousse, les dettes n'étaient donc pas les mêmes.


Colonelle Lucy Kihoka

Dans les décombres, la colonelle bougeaient un rocher en compagnie de sa magical girl préférée.

    - Commandant Ryori, vous allez bien ?


Un simple grognement pour réponse, le vieil homme semblait perdu dans ses souvenirs. Il avait perdu son fils, encore une fois...



Blabla... On s'approche de la fin.

Colonelle Lucy Kihoka est lvl 35+ (renommée à 190.000.000 B) (haki de l'armement et aptitude de tir pur)
Commandant Ichigo Shoujo est lvl 33
Commandant Mako Ryori est lvl 31 (Haki de l'observation)
Sergent Kiko Jito est lvl 17
Lieutenant Haruneti est lvl 16
Papa est lvl 40+ (haki de l'armement et observation)
Jü et Mü sont lvl 18 chacune, 23 si elles combattent ensemble
Rima est lvl 29 (haki de l'armement)
Revenir en haut Aller en bas
Nojiko Fujita
Reine de Yobusa
Nojiko Fujita
Messages : 77

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
65/100  (65/100)
Berrys: 370.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Lun 19 Nov - 17:47


- Nid d'aigle -




Le petit numéro du père permet une fuite sans encombre, ou presque. Nojiko est toujours sur le qui-vive, peut-être que l'adversité avait des moyens autres pour bloquer leur fuite de l'île pénitencier. Elle reste impressionnée par les techniques avisées du père, qui avait su parfaitement prendre l'ascendant sur ses adversaires pour protéger ses jeunes femmes. Nojiko elle, avait beaucoup de mérite. Son bilan n'est pas déplaisant, mais la mort du Lieutenant reste peu honorable et elle n'avait pu déployer sa puissance à son maximum sans l'aide de la mystérieuse nouvelle voix qui s'ajoute à une collection bien garnie. Celle de Raijuko, déesse des vents et de la foudre. C'est un bilan en demi-teinte donc, elle sait d’expérience que les moments difficiles, les obstacles et la difficulté permet de progression, un travail sur soi. Mais aucun ennemi ne l'a réellement inquiété, par inconscience du danger peut-être ? Après tout, elle n'a pas connaissance du Haki et de ses subtilités. Le Haki, justement, le Père s'adresse à la jeune femme à plusieurs reprises, et chaque mot sonnent comme des découvertes aux oreilles de la jeune reine.



"Le Haki de l'armement ? Qu'est-ce donc ? Je suis une Logia, personne ne peut m'atteindre enfin ! Soyons logique un instant voulez-vous ? Vous ne me devez rien, j'ai fais ce que j'avais à faire voilà tout. Et mon "ami" ici présent mérite tout autant que moi votre gratitude Monsieur le Père, c'est avant tout un travail collectif que nous avons réalisé ici, nous faisons tous parti d'un tout."


"Ma reine ! Je vous en conjure, nous ne devrions vraiment pas les suivre ! J'ai un très mauvais pressentiment cette fois-ci !


"Silence Kenji ! Pour qui te prends-tu pour m'apostropher de la sorte ?! Je suis ta Reine tu es à mon service ne l'oubli pas petit homme. Et tu pourrais froisser Monsieur le Père avec tes insultes à répétitions ! Tu crois que Yobusa a besoin de nouveaux ennemis peut-être ?! Tu parleras quand je le dirais désormais ! Et tu ferais mieux de tenter de contacter Yokai maintenant."

Ce que craint la jeune femme arrive enfin, les sirènes se mettent à retentir un peu partout sur l'île, annonçant le glas de la fin d'une fuite qui sera sûrement écourtée par la Marine. Mais le Père ne semble pas préoccuper le moins du monde par de tels concertos d'embarras. Non, il reste impassible et d'un calme perturbant devant une situation qui pourrait rapidement dégénérer, Nojiko lui offre un certain degré de  confiance, du moins pour le moment, son intuition lui dit qu'il peut lui apporté beaucoup.

Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 324
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Lun 19 Nov - 18:19

Sayonara


Ainsi donc, parfois on se doit d’aller conte son “ destin “. J’ai toujours appris à aimer ma famille, pire encore la considérer avant toutes choses, mais là... Il s’agissait d’un truc de trop. Entre ma passion et ma famille, je devais faire un choix et je choisissais celui-ci : mon métier. Oh que papa allait être en colère, pour sûr, quand il sera valide il retournera la base, mais c’est mon choix et uniquement le mien. En aucun a il n’a ce droit que de m’ordonner de choisir telle ou telle voie. Je suis le seul maître de mon destin, telle était ma philosophie. C’est donc aujourd’hui que je prenais le chemin de pirate pour vivre de ma passion. Cela allait être difficile à assumer, mais au pire des cas, peut-être pouvais-je tenter de devenir un “ shichibukai “ afin d’être ainsi tranquille ? Mettant la petite idée en tête, je vins à rejoindre les autres pour alors tomber nez à nez avec la charmante rousse.

J’allais me montrer doux et gentil, mais voilà qu’elle recommence avec ses histoires. Plissant les yeux, je me rendais compte que comme toujours, elle n’a pas compris ce qu’est la vie. Alala... Les reines ou rois... C’est vraiment des gens à part. Quoi qu’il en soit, je n’allais pas la snober, bien au contraire, fixant ses yeux d’une couleur fort charmante, je croisais doucement les bras et lui fit face.

“ Je me porte à merveille... Cela ne se voit pas ? Et... Rho puis non, rien, laisse tomber... Je t’expliquerais plus tard. A moins que ton gnome l’ait fait ? “

Osant regarder vers la poitrine assez importante de la miss, je cherchais le fameux “ conseiller “ de cette dernière. Il est censé être un peu une sorte de guide, alors peut-être faisait-il aussi la morale sur ce qu’est quoi dans ce bas monde ? Avouons le, de manière générale la reine de San-machin est assez pommée...

“ Vous lui avez expliqué ce qu’un prisonnier et tout ce qu’il y a à savoir sur le monde non ? Ou même ça elle l’ignore ? Non parce que quand j’entends ‘ race ‘ ... Ça me fais un peu peur pour elle.. “

Regardant la miss, j’espérais qu’elle n’interpréterait pas mal les choses, aussi donc, je me décidais à répondre à ses autres questions plus personnelles.

“ Oh... Mise à part le fait d’être enfermé et être empoisonné avec de la bouffe dégueulasse... C’est relativement ennuyeux. Oui j’en avais marre... Mais heureusement, tu es venue. D’ailleurs, comment tu as su que j’étais là hein ? Tu m’as suivis ? Ou je suis attractif à ce point ? “

Essayant de mêler un peu de douceur à la conversation, malheureusement, le grand Papa revint à la charge avec diverses propositions. Bah voyons... Aussi véridiques soient ses arguments, à mes yeux il privilégiait la rousse car c’est une femme et c’est tout à son honneur. Réfléchissant quelque peu, je vins à me faire simple quant à ma réponse.

“ Si vous pouvez me déposer ailleurs cela me va. Sinon... Je me débrouillerais. Si vous pou... “

Reniflant l’air, je vins alors à sentir quelque chose d’assez étrange. Une odeur de friture dégueulasse qui me rappelais justement ce qu’on nous avais donner il y a quelques temps. Se pourrait-il que ? Levant un doigt comme pour faire taire la possible audience, je vins à m’exclamer principalement envers la plus belle rousse qui soit.

“ Nono... Pardonne moi, mais je vais me diriger par-là, j’ai une petite affaire à régler et promis je reviens. Si tu veux pas attendre ou que nos chemins se séparent, alors je souhaite de tout coeur qu’on se revoit au plus vite. “

Lui faisant un signe de main, je me mis à courir vers ce qui semblait être ... Les cuisine ? Une fenêtre tout du moins. Ainsi donc, m’y rendant brièvement, je me devais d’agir avec rapidité. Luttant contre la fatigue, poussé par la rage de régler ça, je vins alors à hurler proche de la fenêtre.

“ HEY... Il est où le chef ? “


Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1600

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Lun 19 Nov - 19:11





Papa

Le seul oeil visible du paternel oscillait sans cesse entre elles deux rouquins qui ne faisaient pas parti de sa famille, il assistait à un match de tennis où l'une distribuait les questions alors que l'autre renvoyait les réponses avec un aplomb sans égal. Au final, l'homme avait senti quelque chose, une chose que son odorat de Zoan lui permettait, une chose que le masqué ne pouvait ressentir malgré ses nombreux talents. Le maudit animal quittait finalement les lieux sous les regards amusés des jumelles, interloqué de Rima et passif du père qui lui adressait un geste de la main long et lassé.

    - Que la chance te sourit l'ami !


Apparemment, le forban comptait s'occuper de lui-même pour partir. Le père n'était pas stressé, toujours pas le moins du monde, mais il n'avait certainement pas le temps de gérer les complexes culinaires de telle ou telle personne. Il savait donc qu'il n'attendrait pas l'homme en quête des cuisines et jeta un regard à ses petites, à ses précieuses jumelles.

    - Mes filles, prenez de l'avance et préparez le sous-marin, nous partons. Rima, suis les. Nous arrivons avec notre chère reine, je dois simplement lui parler de quelques petites choses.


Les trois ne discutèrent pas, elles n'opposèrent pas la moindre résistance et partirent ensemble, les deux soeurs jumelles sautillant de joie à l'idée d'en retrouver leur petit nid douillet, enfin, grand nid si l'on considérait le bâtiment sous marin de "Papa". Au final, et enfin, alors qu'Etowaru se rapprochait des cuisines à l'est de la base, le duo, situé au Sud, se retrouvait donc en tête-à-tête. Le père fit un pas en direction de celle pour qui il avait de grands projets et tourna autour d'elle, d'un pas lent et parfaitement mesuré.

    - Ma chère, ce monde est un kaléidoscope merveilleux, il est parsemé de milles nuances de teintes et de couleurs qu'une personne ne pourra jamais observer en une vie. Les géants eux-mêmes, dotés d'une vie incroyablement longues, n'auront jamais la chance de découvrir toutes les facettes de ce monde. Les immortels, ils sont des êtes bénis mais en profite-t-il ? Je ne le sais pas.


Il revint face à la maudite de la foudre et leva sa main devant le visage de la logia pour qu'elle devienne le centre de l'attention de tous. Alors, progressivement, son membre se couvre d'une sorte de couche noirâtre pour finir par recouvrir l'intégralité de ses doigts et de sa paume.

    - Ma chère, me feriez-vous le plaisir d'activer votre pouvoir sur votre main ?


Une fois la chose faite, et la main tendue vers lui, Papa se contenta de claquer le dessus de la main de l'héritière. Il n'y pas la moindre force, ne cherchant absolument pas à blesser ou heurter sa cible mais seulement à illustrer son propos.

    - Voyez-vous, les malédictions induites par les fruits du démon sont d'une complexité incroyable. Comme vous le savez d'expérience, les logias ont la capacité de se transformer entièrement en leur élément, devenant alors invincible. J'imagine que vous le savez également, l'eau a le pouvoir de bloquer cette faculté. Mais ce n'est pas tout, deux autres éléments sont susceptibles d'impacter le corps d'un maudit. Le premier est un élément naturel, le granit marin. Au contact d'un maudit il annule ses pouvoirs. Le second est cela, le haki de l'armement. Nous en parlerons plus en profondeur plus tard si vous le voulez bien. D'ailleurs, peut-être pourrions nous tutoyer ?


Il inviterait alors la belle à forte poitrine à le suivre vers le bord de mer, vers son sous-marin. Une fois à l'intérieur, Nojiko pourrait comprendre qu'elle ne se trouvait en présence d'un assassin de misère à la solde d'un petit groupe honteux. Le sous-marin de l'homme n'avait rien à envier aux plus beaux palaces, tout confort et d'une taille impressionnante. Elle serait invitée à faire comme chez elle, ils se retrouveraient alors plus tard pour parler, parler de l'avenir.

***


Le cuisinier de la base était dans tous ses états. Les sirènes gueulaient depuis une blinde et maintenant l'alerte se propageait à toute l'île, il devait évacuer, se barrer. Pourtant, alors qu'il allait claquer la porte, il entendit une voix sollicitent le chef, dehors.

D'un pas nonchalant, il se présenta à la fenêtre et vit une tête de con, enfin, quelqu'un qu'il qualifia comme une tête de con.

    - Il est là ! T'es quoi pignouf ?


Il allait se prendre une énorme claque, ce pauvre homme sans la moindre capacité défensive, ou offensive d'ailleurs, il serait balayé, purement et simplement en cas d'attaque. Pauvre cuistot...



Nono > Si tu suis papa, l'anim est conclue pour toi. Tu pars donc avec la petite troupe.

Eto > Avant dernier tour en principe.
Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 324
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Mar 20 Nov - 10:24

Sayonara


Cette odeur ne trompait pas... Il s’agissait bien d’huile un peu trop chauffée. Pfff, même ça ils sont pas capables de le faire ? D’ordinaire, je prendrais le temps de combler l’incompétence de ces gens, mais là, entre la bouffe misérable et la journée de merde qui venais de se dérouler, autant le dire que ça sera vite réglé. Me dirigeant vers la zone donc, j’espérais qu’un gars me répondrait et ferait venir le responsable de cette “ cuisine “. Peut-on vraiment appeler cela de la cuisine ? Des mets dont on ne prends pas soin, des ingrédients salement préparés... Autant le dire, mon esprit en ébullition imaginait une zone de préparation sale, où les gens peuvent fumer par exemple. Autant le dire, si les “ services sanitaires “ passent par-là, même eux seraient choqués. À moins que les événements mondiaux permettent de tolérer ces écarts ? Quoi qu’il en soit, la finalité est la même : je suis en pétard.

De ce fait, quand miraculeusement quelqu’un se pointe à la fenêtre et ose me répondre de façon presque dure, mon sang ne fait qu’un tour. Baissant la tête, mon chapeau cache mon regard devenu aussi noir que les ténèbres les plus profondes des enfers. Qu’est-ce que je suis ? Non mais pour qui il se prends lui ? Ma main se serre alors que je tente de rester calme. Nez-Bouche... On inspire et on expire... Ça va aller. Un, deux... Rho et puis merde. Redressant la tête, je fusille cet homme du regard et pris ma forme hybride. Prenant en taille et masse musculaire, c’est une bête couverte d’écaille qui se dressait proche de la fenêtre.

“ Ce que je suis hein ? “

Ni une ni deux, je me propulsais vers cette foutu fenêtre et frappais un grand coup dans l’espoir de briser aisément la paroi et percuter la face de cet abruti. Mon poing ou les gravas, peu importante tant que la douleur était proportionnelle à son manque d’expérience. Et tandis que sa face était en cours de reconstruction, mes paroles étaient aussi enragées que limpides.

“ TA CONSCIENCE CONNARD !!! “

Une fois l’assaut réalisé, je ne prendrais même pas le temps d’admirer le résultat. Que ce soit le K.O du cuisinier, la fragilité nouvelle de la structure touchée ou l’alerte qui pourrait en être donner, c’est sans attendre une seconde de plus que je me roule en boule et traçais ma route au sens propre. Mur, petit rempart... C’est comme s’ils n’étaient pas là, quant aux possibles troupes qui rappliquaient, c’est le même sort qui les attendaient : un boulet de canon qui allait tout droit. Le but ? Aller au port tout simplement, à différence que là, je ne comptais pas me laisser stopper par un quelconque filet. Une fois... Mais pas deux.


Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1600

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Mar 20 Nov - 18:06




Les sirènes d'alerte retentissaient partout autour de l'île mais cela ne servirait à rien pour ce qui était de la traque de la petite famille accompagnée de la souveraine autoproclamée de Son Yobusa. Papa avait stationné son sous-marin non-loin de la base, au pied d'une falaise, là où personne n'aurait l'idée de monter la garde. En tous les cas, si quelqu'un avait eu cette présence d'esprit, il aurait simplement été transpercé par la main experte du tueur professionnel. Le bruit était partout sur l'ile, mais une bonne partie des fuyards était déjà hors de portée. Une partie seulement.

Aux alentours de la base, les forces de la marine s'organisaient hors la présence de la gradée en charge qui était introuvable pour le moment. Des hommes avaient envoyé au bloc de détention où les passions s'étaient déchainées mais étaient bloqués par l'effondrement du couloir. Papa avait fait en sorte de faire tomber le plafond devant le trou mais aussi au niveau du couloir, de telle sorte que les gradés emprisonnés prennent un certain temps à se libérer de la poche où ils se trouvaient. Quoiqu'il en soit, les forces encore disponibles s'organisaient lorsqu'un nouveau bruit du destruction se fit entendre, l'instant suivant, un vigie reportait une phénomène étrange : une sorte de boule d'écailles descendait en direction de la ville et, a fortiori, du port.

Au milieu de la cohue, un homme, un lieutenant, prit les choses en main du mieux qu'il le pouvait pour essayer d'arrêter ce fuyard là, au moins il pourrait se consoler avec la mise à mort de ce salaud.

    - Prévenez les forces en ville, prévenez le commandant Shoujo, ils doivent l'arrêter. 


Non loin, un officier de liaison s'approcha, la mine dépitée.

    - Lieutenant... Le commandant est rentré sur ordre de notre colonelle. Il est actuellement bloqué avec elle. 


Le lieutenant de put que porter la paume de sa main à son front, un geste s'accompagnement d'un bruit de claque caractéristique. Les officiers de soutien présents en ville ne parviendraient sans doute pas à arrêter un Zoan a minima expérimenté. Les gradés étaient emprisonnés, les forces disponibles étaient insuffisamment puissantes depuis le départ d'une partie d'entre elles vers Marineford et, au final, il allait perdre celui-ci aussi. Plus tard, en faisant le tour de la base, les soldats verraient que le mur de la cuisine était défoncé, il trouverait leur fidèle cuisinier au milieux des décombres, évanoui et dans un état peu enviable.

***

Sur son chemin, la boule mi-animale, mi humaine rencontreraient quelques cordons de gouvernementaux cherchant à le stopper en lui tirant dessus. Aucun ne disposait de balle en granit marin, un privilège réservé à la colonelle en personne. Ils échoueraient tous jusqu'à ce qu'enfin la boulle n'atteignent le port. Sur place se trouvait quelques bâtiments désertés suite à l'alerte, de toutes tailles, certains nécessitait la présence d'un équipage absent pour être manoeuvrés alors que d'autres se contentait d'une seule paire de bras. Une caravelle, difficilement maniable à un mais jouable, un navire de guerre nécessitant une dizaine de paire de bras, quelques barques et un bateau de pêche parfait pour les escapades en solitaire. Il y avait là le choix du roi, tous semblaient parfaitement vides, sur le pont à tout le moins.



Bon, dernier tour très probablement, sinon avant dernier.  A toi de choisir le navire, dis moi en MP ce que tu choisies, je te dirai la conséquence que cela entraine, avec éventuellement un autre tour pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Etowaru Ryori

Etowaru Ryori
Messages : 324
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   Mar 20 Nov - 19:55

Wrong choice


Ainsi donc, je roulais dans le but de m’échapper. Ces marines étaient incapables de me stopper visiblement sans “ gradés “ compétents et de ce fait, tout obstacle se transformaient en quille que je balayais joyeusement. Après donc quelques minutes à rouler et pulvériser ce qui se trouve sur mon passage, vint le moment crucial de la fuite. Arrivé au port, ce n’est pas un, mais bien plusieurs bateaux qui se trouvent là, demandant - de part le manque de personnel sur le pont visible - d’être emprunté à durée indéterminée. Hm ? Bizarre... Mon instinct me dit que ça sent le piège...

D’un côté, des barques, idéales pour des balades sur quelques mètres... Un bateau de pêche, super pour se déplacer sans aucune classe et enfin des choses plus à mon goût. Une caravelle, moyennement maniable seul, mais qui a défaut d’avoir du style pourrait me correspondre et enfin, la cerise sur le gateau : un navire de guerre marine. Activant le pas, j’allais me précipiter vers le gros navire quand je me dis : “ allons... Un bateau de cette taille ça ne se manie pas tout seul, et en plus de ça, il doit bien y avoir des patrouilles dedans. Loin d’imaginer le groupuscule de criminels à l’intérieur qui auraient pu m’aider, je me dirige donc vers le second navire, plus petit mais malgré tout plaisant. Cela fera un bon début pour naviguer sur les mers.

Bref... La prise de se fait assez normalement... Je casse l’encre pour gagner du temps, je déploie les voiles et commence à manœuvrer. Mais, voilà que les marines font feu. Bordel, les canons arrivent à m’atteindre ? Un boulet, deux boulets... Une pluie de boulets qui me menace à tout instant. Putain, mais ils allaient me mener par le fond ces salops...

Finalement, après des manœuvres hasardeuses, finalement, le navire s’en va et c’est avec un trou à l’arrière et une figure de proue détruire que je m’en vais. On dira que jusque là ce n’est pas trop mal n’est-ce pas ? Le sort en a décidé autrement... Malgré que le trou soit au dessus de l’eau et que ce ne soit pas dangereux, ce n’est qu’une fois arrivé sur l’île la plus proche qu’un charpentier m’annonce que moi et mon navire on ne pourra pas repartir avant quinze jours. Pourquoi donc ? Après tout, le trou ne menace en rien la flottaison du navire ? L’homme envieux de voir naviguer ce navire m’annonce que toute la structure a été fragilisée par ce choc - une belle histoire de merde quoi - et que donc il lui faudra du temps à réparer ça. Problème... Je n’ai pas ce temps. Je tente malgré tout de reprendre le navire, mais voilà que monsieur demande de l’aide à ses copains... On dira que mon manque de temps m’a empêché de les dézinguer un par un et c’est ainsi que je me retrouvais seul avec “ Célia “.

Ah !!! Oui, car au passage, dans ce petit bateau se trouvait une ex-esclave sexuelle. Ex ? Oui, car je ne comptais pas m’en servir comme tel. C’est donc après une brève introduction que je l’invitais à me suivre, lui cachant ce que je venais de faire. Elle et moi allions débuter cette histoire ensemble. Ou pas ? En effet, sans doute n'avais-je pas réussis à convaincre celle-ci de me suivre, en effet dès qu'elle a apprit pour le fait que je sois pirate, celle-ci a prit la fuite, aussi déroutant cela soit-il...

Au final quelle était la finalité de tout ça ? Sans doute ma liberté amplement méritée.


Codage par Libella sur Graphiorum



( Doooonc, la fin, les choix et les conséquences ont été validées par ce cher Anim )
Voilà voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La famille, c'est important (PV Etowaru et Nojiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Personnalités de Terrassanta (Famille Delacroix)
» Nuage de Givre : recherche famille du Clan de la rivière
» Réveillon de Noël 2009 [Famille Torres/Keller/Leserman]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line-