Partagez | 
 

 Vaincre la difficulté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Vaincre la difficulté   Mer 10 Oct - 11:40


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Vincent W. Turen – La question n’est pas si tu peux le faire, mais si tu veux le faire.

C’était là l’une des leçons les plus importantes que je devais donner à Johnattan. Être capable de l’impossible n’était qu’une question de volonté. Le corps, à lui seul, n’était pas capable de ce genre de prouesse et il fallait bien rentrer ça dans l’argumentaire du jeune homme qui était maintenant mon disciple. L’histoire reprend son court. Nous étions en 1501, quelques temps après ma disparition des tournois de Shabondy. Je venais de gagner le fruit du démon qui me permettrait d’augmenter encore mes capacités physiques. Néanmoins, l’idée de me reposer sur une malédiction ne m’enchantait guère. Encore, à l’époque, j’étais supervisé par Morihei.

Si aujourd’hui, la haine que j’éprouve pour cet homme est à son paroxysme, durant cette période – et même si j’avais en travers la gorge les mauvais coups qu’il avait pu me faire – je restais à ses côtés, car je pensais avoir encore à apprendre de lui et de son expérience. Il m’était en tout point supérieur. Il était clairement plus fort, plus charismatique et tellement plus « sage ». Sur ce point-là, j’émets quelques réserves, car le voir se plonger dans l’alcool nous avait mis à plusieurs reprises dans une panade pas possible. Pour dire, il était tellement con quand il buvait que même Johnattan, qui ne savait pas se battre, pouvait le mettre à terre sans sourciller. C’était un tel trou qu’il enfilait les verres sans discontinuer, comme s’il voulait oublier quelque chose dans l’ivresse. Autant dire que cette « sagesse » était à prendre avec des pincettes.

Vincent W. Turen – Je ne suis pas comme Morihei. Et quand bien même, je ne vois pas l’intérêt de certaines expériences. Tu n’es pas le même jeune homme que j’étais, cela ne te servirait pas de passer par les mêmes épreuves que moi.

Johnattan – Mais… Je comprends, mais comment pourrais-je devenir aussi fort que vous si je ne passe pas par le même chemin ?

Vincent W. Turen – Comme je te l’ai dit, tout est question de volonté. Si Morihei m’a laissé sur une ile préhistorique pendant une année, c’était pour forger ma personnalité, transformer le jeune homme fragile et frêle que j’étais en une personne plus robuste, ayant gagné en maturité et mental. Avant ça, je n’avais absolument pas confiance en moi, je ne faisais confiance en personne et Morihei m’a appris quelque chose de plus important que la force en m’abandonnant sur Little Garden. Et cette chose, c’est ce que j’essaie de t’enseigner aujourd’hui : l’esprit avant le corps.

Ça ne servait à rien de se forger un corps d’acier si on ne savait pas pourquoi l’utiliser. J’avais rapidement compris, durant mon passage sur l’ile aux animaux gargantuesques, quelles étaient mes raisons de devenir plus fort : la survie. C’était sans doute mon passage sur Little Garden qui avait forgé les prémices de ma lutte inexorable à la liberté… Ca et mon passage ultérieur à Impel Down… Mais c’était une toute autre histoire qui ne sert à rien de répéter aujourd’hui.

Durant notre voyage, avec Morihei, pour cacher mon fruit du démon à l’abri des regards indiscrets, nous avions fait la rencontre de ce jeune homme aux cheveux grisonnant. Il était à la fois frêle, comme moi à son âge, mais vivait dans une famille bien plus atypique. Le garçon était le septième fils de ses parents, comme son père l’était. Une facétie de la nature qui, selon certaines légendes, lui accordait une destiné des plus pétillantes. Pour autant, rien ne le prédestinait à cette vie, jusqu’à notre rencontre.

Je ne sais plus du tout où cette histoire m’était parvenue, je crois bien que c’était lorsque j’étais encore gamin, sur un recueil. « Le consternateur » ? « L’affolateur » ? Une histoire racontait qu’un jeune homme d’une famille plutôt traditionnelle recevait la visite d’un vieil homme à la barbe grisonnante venait prendre leur septième fils. Une histoire des plus morbides, me direz-vous, mais j’avais l’intuition qu’elle n’était pas basée que sur de l’imagination. Il devait y avoir une part de vérité, et c’est pour cette raison que ce jeune fermier, du nom de Johnattan, devint mon nouvel et premier apprenti. « L’apprenti Warlord ! »



 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Mer 10 Oct - 13:38




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté



La valeur de l’humanité n’est pas la face d’une pièce de monnaie. Croire en la richesse est-il pourtant un vice ? L’existence l’avance comme une des fausses vertus permettant de s’extraire de sa condition simpliste pour s’incarner en une figure d’autorité. L’argent est pouvoir. L’argent est corruption. L’argent est sang. Croire la véracité du blasphème engendre davantage de ténèbres. C’est ainsi que les flots, les hérésiarques et autres conspirateurs pullule afin de tirer leur épingle du jeu, de transcender leur vie par cet ingrédient extérieur pour qui ils donneraient leur vie durant un abordage. Si le souverain se fait percepteur, le bandit se fait « intercepteur ». Cette terre est une société civilisée par de nombreux aspects, mais certains d’eux implique également une part non négligeable de détournement conduisant à enrichir le mal au sein, l’alimentant jusque dans ses plus profondes racines dans les limbes de la conscience commune au cœur des landes de la décrépitude. Croyez-vous-en un éphémère jeu du destin dont le dé dictera votre réussite ? Chaque action se verra-t-elle récompensé par les doigts du hasard, grands décisionnaires qui décidera de la réponse à chacun de vos choix ? Si vous pensez pouvoir corrompre cette entité, pour ainsi dire cette déité, avec la même monnaie qui a mené votre esprit dans les plus profondes strates de la géhenne, vous êtes bien sot mon ami, puisque vous ne trouverez en réponse qu’un châtiment bien plus horrible, un courroux digne de vous. On ne peut acheter la Destinée. On ne peut l’altérer que par la préscience si le Destin juge cette métamorphose possible. Ne laissez donc pas un besoin matérialiste dicter votre vie, c’est à vous de contenir vos pulsions et vos désirs pour demeurer émissaire du bonheur.

Les paupières d’Ishtar se soulevèrent, révélant des iris argentés ayant des reflets lunaires. Sortant de sa méditation, elle décroisa les jambes afin de quitter sa position du lotus. Se retrouvant à nouveau debout sur ses deux jambes, elle révélait là sa taille bien au-dessus de la normal, presque trois mètres de hauteur. Dans son dos naissaient quatre ailes magnifiques qui s’étendait de chaque côté de son corps, faisant d’elle pour ainsi dire une archange par la malformation génétique, ou évolution positive selon ce que l’on voulait y voir,  qui lui valut une certaine discrimination toute son adolescence durant, l’amenant à se replier sur elle-même et sur ses affrontements avec la oiseaux tyrannisant la céleste Bilca, ce qui était au final l’origine de son inexpressivité naturelle contre laquelle elle avait appris à lutter en reproduisant de manière forcé les émotions qu’elle ressentait intérieurement sur son visage. Son regard sillonna le gaillard avant de déceler une trace de vie, sans succès. La De Lérhane pivota donc pour observer l’équipage du Centaurus s’affairer sur le pont afin d’amarrer le navire à quai. Sans perdre un instant, elle rejoignit ses camarades révolutionnaires afin de les aider autant que possible dans les manœuvres nécessaires au bon déroulement de cette approche. C’est ainsi que sous la direction de Janaffe « P’tit » Barne, fan absolu d’Arias, l’embarcation atteignit le port dans de bonnes conditions. C’est ainsi que les trois personnes les plus fortes de l’équipage derrière le capitaine lui-même, à savoir la bilcane, le chevalier et l’aventurier, le rejoignirent dans sa cabine une fois les instructions données au reste de leurs compagnons.

-Mes amis, prenez chacun deux personnes avec vous et descendez en ville. Ishtar tu cherchera un lieu où pour dîner ce soir. Levail, tu vas faire le tour du coin pour voir s’il n’y a aucune personne un craindre, un brigand ou un forban à la prime mirobolante ou tout simplement un navire de la Marine. Enfin Deylan, tu t’occupes de nous ravitailler. Je te fais confiance pour négocier et ne pas trop dépenser. Je m’occupe de protéger le navire en vous attendant.

Ceux que l’on pourrait sans doute nommer comme les officiers du Centaurus acquiescèrent et choisir deux membres de l’équipage avant de mettre pied à terre et prendre chacun une direction différente. La mission de la De Lérhane était loin d’être complexe au premier abord, il fallait trouvé un restaurant ou une auberge, mais il fallait prendre en compte les gouts de chacun des membres de l’équipage ainsi que certaines allergie, ce qui impliquait de regarder à l’avance la composition des repas proposés et servis, quitte à embêter quelques peu serveur ou barman avec des questions s’y rapportant. C’était également ce qui était à l’origine du choix d’une personne qualifier en termes de combat, et aussi imposante physiquement que cette ange de trois mètres aux quatre ailes anormalement grandes, pour la simple et bonne raison qu’il était tout à fait envisageable de tomber sur une personne récalcitrante à donner ce genre d’information, se sentant importuné par des clients trop emmerdants pour eux. Il fallait donc bien opposer une résistance tangible à ce genre de complaintes pour éviter que cela tourne à la bagarre de comptoir et ainsi passer à côté d’autres potentiels ennuis avec les autorités.






©️ By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Mer 10 Oct - 18:04


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

  Il s’en était passé des choses durant mon voyage avec Morihei et, bien que l’évênement le plus important de ma vie fut mon emprisonnement à Impel Down, ce n’en était qu’une partie. Au moment de cette histoire, je ne m’étais pas encore fait arrêter par la marine et je ne connaissais pas réellement son rôle dans ma vie. A vrai dire, je ne savais toujours pas que c’était un pirate. Je me voilais la face, car à voir son comportement on ne pouvait clairement pas penser que c’était une enfant de cœur. C’était l’image que je me faisais de lui qui faussait mon jugement, pour autant, je n’avais pas de lui la plus parfaite des admirations. Il y avait cependant quelque chose en lui qui me fascinait, qui m’attirait et qui me rendait chaque jour plus fort.

Morihei – Les gamins. J’vous laisse, j’vais voir un pote. On se voit demain.

Le trentenaire était parti dans la soirée, nous laissant tous les deux, dans un duel de force. On était assis, l’un face à l’autre, et on se disputait à coup de pierre, feuille, ciseau. Autant dire que la soirée avait été mouvementée. De ce que je me souviens, celui qui perdait trois fois se recevait une mandale de la part de l’autre et c’est quand Johnattan n’en put plus que nous avion arrêté. Une soirée banale au sein de notre petit groupuscule.

Évidemment, Morihei n’était pas rentré de la nuit et nous savions exactement où le trouver à l’heure où nous étions sortis de la chambre qu’on n’avait depuis plusieurs jours. Quelque part à roder ou à dormir à la belle étoile, dans un caniveau ou adossé à un mur d’une étroite ruelle, autant dire qu’on ne le reverrait pas avant que le soleil n’ai atteint son zénith. Pour autant, cela ne nous inquiéta pas le moins du monde. Nous sortîmes, comme prévu, pour nous diriger dans un terrain vague, à l’orée de la ville, à quelques encablures du port.

Vincent W. Turen – Comme je disais, l’esprit avant le corps. C’est bien vrai, mais pour cela il faut un corps endurci. Puisque tu ne sais pas encore très bien te battre, on va se concentrer sur le corps à corps. Tout d’abord, l’échauffement…

La rigueur de l’entrainement matinal quotidien m’avait été inculqué à l’époque où j’étais encore dans mon dojo. Tous les jours se ressemblaient, les entrainements aussi, d’ailleurs. Aucune originalité dans les exercices, on suivait bêtement les enseignements d’un « imposteur ». Il suffisait simplement de voir son affrontement avec Morihei pour se rendre compte d’à qu’el point c’était un baltringue. Je me demande bien quel était le but de notre maitre, à l’époque. Voulait-il vraiment nous apprendre le maniement du sabre ou profitait-il juste de l’argent versé par nos parents pour nos logements ?

Le fait d'échauffer son corps, ses muscles, avant un effort plus intense est une pratique rudimentaire, mais que l’on oubliait facilement. Elle permet simplement d’éviter d’éventuelles blessures au début de l’entrainement. C’est pour cette raison que je faisais toujours commencer Johnattan par une bonne partie de cardio, puis d’échauffement musculaire. De cette manière, même son corps habitué à des efforts brefs et violent – de par sa condition de fermier – pouvait augmenter son endurance et sa vivacité lors des exercices que je lui proposais ensuite.

Cette fois encore, c’était une éducation antérieure à « l’école » Morihei. En effet, jamais je n’avais vu le trentenaire s’étirer ou s’échauffer avant une rixe ou un entrainement. D’ailleurs, je ne l’avais jamais imaginé s’entrainer. Pour moi, c’était simplement inné chez lui et il partageait sa science infuse à mon humble personne.

Vincent W. Turen – Allé ! Plus vite, Joh’ ! On n’a pas toute la journée. Après ça, on ira au port boire un coup et on repartira pour s’entrainer.

Le fait de voir du monde nous permettait de garder un statut social plus ouvert. A vrai dire, c’était une demande express de Morihei. « Chaque fois que vous sortez, vous allez boire un coup ou vous achetez un truc dans une boutique. » avait-il dit. Je n’avais pas bien saisi le pourquoi de la question, mais je restais fidèle à ses demandes et on se dirigeait donc au pas de course à la taverne la plus proche du port, pour se prendre une petite collation bien glucidique pour nous mettre d’aplomb pour l’entrainement qui allait suivre.




 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Mer 10 Oct - 22:17




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté




Ushuul, Valgoon

Les bâtiments défilaient autour du petit groupe composé d’Ishtar et des deux membres de l’équipage qui avait accepté de l’accompagner dans ces pérégrinations à la recherche d’un point de restauration. La femme-poisson Ushuul, sauvé par Janaffe et Deylan il y a plusieurs années sur une place publique alors qu’elle se faisait martyriser par des soldats royaux, était caché sous un long bure marron alors que son visage était recouvert de maquillage pour éclaircir sa peau. Si la bilcane avait tenu à l’emmener avec elle malgré le danger de tomber sur une personne haïssant cette espèce puisque le palais de cette dernière était très aiguisé et qu’elle serait par conséquent parfaitement en mesure de déterminer si un plat et composé d’ingrédient qu’un de leur acolyte ne pourrait ingurgiter ou non. Le seul garçon de la petite troupe n’était autre que Valgoon, un baroudeur qui aimait boire, rire et draguer, au grand dam d’Ishtar qui n’appréciait guère cela. Il avait intégré l’équipage suite à une altercation avec des soldats de la Marine où il avait tenté de protéger l’un de ses voisins d’une appropriation de biens, ce qui l’avait conduit inexorablement à devoir quitter son île pour ne pas être arrêté. C’était également la raison pour laquelle il avait une petite prime de 170.000 berrys sur sa tête. Ses talents d’épéiste, en fait seulement sa vision affutée, seraient bien utile pour repérer efficacement les enseignes.

La raison de la présence du Centaurus en plein milieu de Grandline, le pavillon révolutionnaire caché au fond de la cale, était une réunion qui devait se tenir non loin de l’entrée du Nouveau Monde entre plusieurs officiers qui voulaient coordonner leurs actions. Si le capitaine Janaffe ne serait absolument pas décisionnaire dans l’histoire, il se devait de connaître les tenant et les aboutissements des plans afin d’agir efficacement et servir au mieux la cause d’Arias. Pourtant ce voyage était loin de mettre à l’aise l’équipage qui n’avait pas un niveau martiale suffisant pour évoluer sur les flots de cette mer de tous les périls. Seul Janaffe lui-même serait en mesure d’affronter des adversaires, mais seulement les moins puissants de toutes les personnes voguant dans ces eaux sombres. Autant dire que tout le monde appréhendait fortement l’issue d’un tel voyage et que la protection d’un groupe révolutionnaire plus puissant que le leur était espérer pour le petit bout de voyage qu’ils devaient faire dans le Nouveau Monde.

En tout cas, Ishtar et ses deux camarades contournèrent la cité après avoir traversé une des rues afin d’user de la périphérie pour retrouver une plus grande route où pourraient pulluler boutiques et autres commerces. C’est ainsi que Valgoon capta la présence de deux personnes qui s’entrainaient au milieu d’un terrain vague. Il en informa sa supérieure à l’oreille dans un murmure. Ils s’approchaient à tout allure à priori. Si c’était l’ancien chevalier Levail qui devait assurer la sécurité de l’équipage en cherchant les menaces potentielles dans les environs, la De Lérhane ne pouvait pas se contenter d’ignorer toutes personnes suspectes, d’autant plus que le fait que des révolutionnaires voguaient vers le Nouveau Monde par groupe ne devait pas se répandre pour protéger le secret de la réunion et qu’ils devaient donc demeurer suffisamment risquer. Si jamais les deux individus s’arrêtaient pour observer l’immense archange blonde qui sortait de l’ordinaire même pour la majorité des terres de Grandline, pour la simple est bonne raison qu’il s’agissait d’une anomalie, elle les saluerait mine de rien avant de continuer sa route. S’ils continuaient à pleine vitesse vers le port pour boire, elle les suivrait avec ses deux acolytes afin de vérifier qu’il n’y avait aucun risque pour le reste de leurs camarades, ce qui conduiraient le trio jusqu’à la taverne, puisqu’elle jugerait cette course particulièrement louche.






©️ By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Jeu 11 Oct - 11:19


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

  C’était vraiment un trou perdu, cette île. Je ne me souviens plus quel nom elle avait, mais pour sûr, je n’y retournerais pour rien au monde. A peine une dizaine de taverne se disputait l’ensemble de l’ile et les quelques villages qui composait l’endroit étaient identiques à s’y méprendre. Toutefois, il y avait bien un petit détail qui nous facilitait la vie. Comme l’endroit était la plupart du temps assez calme, on avait rapidement des nouvelles quand Morihei sortait torché d’un des débits de boisson. Au bout de quelques jours déjà, notre réputation était faite. C’était probablement pour cela qu’il avait insisté pour qu’on continue à aller les voir pour maintenir une bonne entente.

Sur le chemin, que l’on avait déjà pris l’habitude de prendre, nous accentuions la difficulté d’une telle course. A vrai dire, pour moi, l’échauffement que je faisais subir à Johnattan n’avait rien d’intéressant. Pour le coup, cette fois, j’ajoutai une épreuve supplémentaire à un exercice des plus simpliste.

Vincent W. Turen – Bon. On n’va pas se contenter de courir bêtement, hein. Premièrement, tu vas devoir éviter toutes mes attaques et deuxièmement, tu vas devoir éviter chaque obstacle que tu croiseras avec une technique différente. Concentre-toi bien, j’arrive !

Je ne lui laissais pas réellement le temps de répondre, d’ailleurs, il commençait déjà à rougir. Sa température corporelle avait déjà dû monter d’un ou deux crans, pourtant on venait à peine de débuter. Il avait de la force, le petit, du courage aussi ainsi qu’une bonne dose d’intelligence, mais il avait été éduqué dans un mauvais environnement. Sa vie était aussi calme que celle que menait la majorité des gens de l’ile où nous nous trouvions.

On m’avait souvent parlé de la route de tous les périls, mais après mon année, isolé, sur Little Garden, mes quelques années sur Shabondy et mes pérégrinations avec Morihei, tout le reste me semblait tellement fade. Il fallut attendre ma séparation avec ce maitre de pacotille pour que je rencontre des histoires encore plus farfelues, sur les Blues… C’était ironique, n’est-ce-pas ?

Pour autant, le jeune homme esquiva de justesse mon premier assaut et sauta avec une efficacité et une esthétique assez ambiguë. Bon, le principal c’est qu’il comprenne le but de l’exercice : toujours trouver plusieurs solutions pour un même problème. Ainsi, j’enchainai les attaques, tantôt puissantes, tantôt rapides ou vicieuses. D’un autre côté, je ne voulais pas non plus anéantir ses espoirs directement, je restais donc relativement professionnel, prenant en compte un maximum de ses caractéristiques pour le pousser à se dépasser sans pour autant le fatiguer dès le début de l’entrainement.

C’est, tandis qu’une de mes attaques fit mouche, que nous croisions un groupe de trois personnes bien plus atypiques que les habitants de l’île. En réalité, j’avais déjà croisé des gens ailés, même des gens mesurant deux fois ma taille, mais l’une des membres de ce trio avait ces deux attributs distinctifs. Les autres membres de la bande semblaient eux aussi peu ordinaire, mais bon. Johnattan était tellement concentré sur ses efforts que je ne réagis pas immédiatement à leur présence, profitant d’une de ses roulottes qui trainait sur le chemin pour le pousser à l’esquiver ingénieusement.

Alors qu’il glissa vivement sous le véhicule, je détournai le regard un peu en arrière, pour observer le groupe louche que l’on venait de dépasser. Immédiatement, je sentis une chaleur parcourir mon corps, ils nous suivaient. Ce n’étaient certainement pas des villageois de l’île. Mon esprit, toujours concentré sur l’entrainement de mon élève, laissa place à une recherche : qui étaient-ils ?

La seule conclusion plausible qui me vint à l’esprit fut que c’étaient des mercenaires. Payés pour nous retrouver, Morihei et moi. Encore une fois… La dernière fois, c’était pour récupérer le fruit du démon que j’avais caché. Qu’en était-il, alors ? En tout cas, je supposais qu’ils devaient d’abord nous suivre pour en apprendre plus sur nous. Sinon, pourquoi nous suivraient-ils. Je repris alors mon cours, jusqu’à ce que nous arrivions à destination.

Tandis que l’entrainement de Johnattan avait continué, je n’avais plus retourné la tête pour les observer. Un seul regard avait suffi pour me mettre la puce à l’oreille et, comme d’habitude, je n’avais pas été des plus discrets. Enfin, nous entrâmes dans la taverne pour nous déshydrater et, alors que mon élève se dirigeait vers le bar, j’approchai d’une table assez éloignée de l’entrée.

Vincent W. Turen – On va se poser un petit peu. Je voudrais te parler un petit peu de l’entrainement qu’on va faire ce matin. Tu nous ramène à boire ici, prends une grosse cruche d’eau, j’ai sacrément soif.

Faisant mine de paraitre le plus naturel possible, je savais pertinemment que mon jeu d’acteur était minable. Néanmoins, je savais qu’il obéirait et qu’il m’apporterait ce que je lui ai demandé.



 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 


Dernière édition par Vincent W. Turen le Jeu 11 Oct - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Jeu 11 Oct - 14:41




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté




Ushuul, Valgoon

Le regard de cet homme c’était tourné vers eux de manière assez ouverte, mais il ne s’était pourtant pas arrêté. La blonde aux pupilles lunaires avait senti durant ce bref instant qu’il leur portait un jugement, mais lequel. Est-ce qu’il suspectait quelque chose sur les révolutionnaires ou était-ce une toute autre chose ? La De Lérhane usa de ses jambes monumentalement grandes pour entamer la course poursuite sans allez au maximum de ses capacités, sinon elle aurait fini par les rattraper car plus d’envergure signifiait plus de marge de course. De toute manière, si elle l’avait fait elle aurait distancé petit à petit ses deux camarades qui se serait retrouvés perdus en plein milieu de cette ville de l’île Rikoya. Ainsi, la bilcane aux quatre grandes ailes ne donna aucune accélération, restant à une distance convenable du binôme qui s’affrontait de manière étrange. Puisque celui des hommes qui l’avait vu ne réitéra pas le mouvement, elle posa évidemment les deux hypothèses qui coulaient de source : il avait notifié leur présence sans penser qu’ils pourraient être suivit ou il avait compris qu’ils le seraient. L’instinct de la De Lérhane pencha pour la seconde hypothèse en raison de cet éclat qu’elle vit briller dans les yeux de cette personne, mais le doute était permis.

Le duo mit un terme à sa confrontation pour pénétrer dans une taverne. La révolutionnaire s’arrêta net, lançant un regard à ses deux camarades qui hochèrent la tête. Eux aussi voulait s’assurer que l’équipage ne serait pas mis en péril et l’établissement lui-même pourrait peut-être convenir à leur mission. Néanmoins, avant d’entrer dans la bâtisse, Ishtar voulait mettre les choses au clair sur ce qui allait se dérouler.

-Vous allez prendre une table et gouter chacun un plat. Pendant ce temps, je vais allez voir directement ces hommes pour voir s’ils peuvent nous nuire. Si jamais je vous dis de courir, quitter les lieux sur le champ et prévenait Janaffe le plus vite possible pendant que je ferais au mieux pour les retenir.

-Je me battrais avec toi…
commença Valgoon.

-C’est hors de question. Vous devez vous protégez l’un l’autre. Si vous vous sentez en difficulté et que la défaite est à votre porte, Ushuul usera de sa force de femme-poisson pour t’envoyer plus loin et t’offrir une chance d’atteindre le Centaurus.

Résigné, les deux révolutionnaires acquiescèrent au plan de leur supérieure. Inspirant, la fille de Bilca entra en première, courbant le dos, rétractant ses ailes et pliant ses jambes pour passer par la porte qui n’était pas à sa taille, comme la majorité des constructions humaines. Demeurant immobile le temps de balayer toute la pièce du regard, faisant fi des regards qui constataient l’existence d’une créature aussi inhabituelle qu’elle dont elle était habituée depuis quelques années déjà, elle repérerait finalement Vincent si celui-ci ne se cachait pas. En effet, si son camarade qui l’avait accompagné dans leur course état aussi présent, l’archange voulait rencontrer celui qui avait croisé son regard et non son acolyte même si ce dernier pouvait très bien s’avérer le chef des deux au final. C’était ça l’inconnu. En tout cas, elle s’approcherait du Turen sans chercher à être discrète. Pendant qu’Ushuul, toujours encapuchonnée, et Valgoon allaient au comptoir.

-Bonjour monsieur. J’aimerais vous posez deux ou trois questions. Bien évidemment, ce ne serait pas équitable qu’il n’y ai que moi qui parle, alors si vous en avez j’y répondrai, déclara-t-elle d’une voix clair, en modulant le son pour que cela ne soit pas un murmure mais que le moins de monde possible puisse entendre.

Elle allait droit au but car il n’y avait pas de temps à perdre en fioriture. Si l’équipage était menacé d’être découvert et que des ennemis de la Révolution voulaient les piller ou les tuer, il fallait agir vite quitte même à payer les informations. Le tout pour la bilcane était de savoir juger si ce qu’on lui disait était un mensonge ou non.






©️ By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Jeu 11 Oct - 16:50


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Johnattan – Deux pintes de bière bien pleines et une cruche d’eau, s’il vous plait.

Le jeune garçon n’avait toujours pas perdu sa politesse, ça n’aurait su tarder. Côtoyer Morihei effaçait peu à peu ce genre de trait de caractère et j’étais le plus en mesure d’en faire la remarque. Et, connaissant l’évolution du garçon aux cheveux grisonnants, teintés de reflets bleus, je pouvais assurer sans me tromper que la politesse ne survivrait pas à ses voyages.

C’est quand le barman se tourna pour aller servir sa commande que le trio décida de rentrer dans la taverne. Colossale, la jeune femme prit le temps d’observer l’endroit. Elle était grande, il ne fallait pas en douter et quand elle jeta un œil sur moi, je tressaillis d’impatience, allait-elle attaquer directement ?! Serrant les poings, j’attendais sa réaction avec fébrilité, mais elle n’en fit rien et approcha d’un air calme et nonchalant. A ce moment-là, leur groupe se scinda, comme s’ils avaient prévu de s’occuper de nous séparément. J’observais alors du coin de l’œil leurs agissements respectifs et surveillai mon pauvre élève qui vivrait sans doute l’une de ses premières escarmouches.

Je failli exploser de rire lorsqu’elle m’adressa la parole. « Monsieur » avait-elle dit. Ah ah. J’étais à la fois surpris et étonné, qu’est-ce qu’elle me voulait l’autre tarée !? Elle voulait simplement me poser des questions… M’ouais…

Vincent W. Turen – Alors là, tu m’en bouches un coin, la géante… Je veux pas être vulgaire en disant ça, mais tu fais clairement tache dans le tableau, là. J’sais pas trop quoi te dire… Arrache-toi d’là, j’en ai rien à faire de tes questions…

Et encore, j’en parlais un peu plus haut, j’avais été poli. Elle pouvait se les garder ses questions, en quoi cela pouvait m’intéresser, franchement. Si elle voulait se taper dessus, j’étais son homme, mais discuter, non… Très peu pour moi. De son côté, Johnattan n’allait pas tarder à faire la connaissance avec les deux autres membres du trio. Les mains pleines, il avait les pintes dans une main et la cruche dans l’autre et se déporta rapidement sur le côté, en direction de la table sur laquelle je m’étais installé. Il ne regardait pas ce qu’il faisait dès lors qu’il vit la blonde s’approchait de la table. Exaspéré par la taille et l’anormalité dont elle faisait preuve, il resta un instant scotché dans sa contemplation.

C’est ainsi qu’il allait percuter le duo restant. Vous allez me dire : « ouais, rien de bien original dans tout ça… » et je vous répondrais gentiment… Non. En fait, je vous explique. On ne rencontre pas tout le monde dans une taverne, ni même dans un combat super stylé ou une situation exacerbée par l’action. Non, en réalité, il est bien plus facile de nouer des contacts dans ce genre de lieux, enfin… Les rencontres dans les tavernes, c’est… un peu comme une boite de chocolat. On ne sait pas ce qu’on va trouver à l’intérieur avant d’avoir ouvert la porte. Et bien… Les deux acolytes que Johnattan allait percuter, c’était deux bons chocolats dont il ne connaissait pas encore le gout – le comportement dans ma métaphore. Pour autant, il n’y a que quatre ou cinq moments importants dans une vie, c’est dans ces moments-là qu’on découvre des gens vraiment importants pour nous…. Mais bon, je ne pensais vraiment pas que cette rencontre soit le déclencheur d’une relation durable, si vous voyez ce que je veux dire.

Johnattan – Oh la la… J’suis vraiment désolé… Je ne voulais vraiment pas. Je regardais pas où j’allais et.. Désolé…

Il le serait vraiment le pauvre si le choc se produisait et que les vêtements des deux compères se trouvaient imbibés de boisson alcoolisée. Il resterait néanmoins obnubilé par la présence de la géante ailée, à croire que sa présence était telle une apparition divine. Il déposerait la cruche d’eau sur une table voisine, faisant fi des commentaires des personnes déjà installés dessus et se rapprocheraient du duo pour essayer d’arranger sa bourde, me laissant seul avec la blonde géante.



 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Jeu 11 Oct - 18:06




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté




Les yeux de la bilcane s’assombrirent au fur et à mesure que parlait cet importun. Quel était cette façon de parler. « Arraches-toi » ? Il considérait que cela n’était pas vulgaire ? Si c’était un homme du bas monde qui n’avait pas eu une bonne éducation avec l’apprentissage de la politesse de manière correcte, il était peut-être sincère dans ses paroles. Elle inspira bruyamment, fermant les yeux, afin de gérer son calme et ne pas s’emporter inutilement. Il n’y avait pas de temps à perdre. Si cette personne refusait de coopérer, il fallait s’imposer. La guerrière céleste s’assaillit donc d’un seul coup à la table de cet inconnu qu’elle fixait dans les yeux.

-Et moi qu’est ce que j’en ait à faire de vos objections dans ce cas. Et je ne vois pas en quoi le fait que je fasse « tache dans le décor » est un quelconque rapport avec cette discussion. Dites-moi si vous avez une cible précise que vous comptez attaquer aujourd’hui. Plus vite vous me donnerez une réponse, plus vite je vous laisserez retournerez à vos affaires, quelle qu’elles soient.

La De Lerhane avait parlé fermement tout en laissant paraître une partie de la colère émanant d’elle à cause de ce qui avait été pour elle une marque d’impolitesse. Bien sûr, il avait tout le loisir de refuser de répondre, c’était sa vie après tout et elle ne pouvait pas dicter ses actions à sa place. En tout cas, il ne l’avait pas mise du tout dans des conditions adéquates à un refus d’obtempérer. Bien sûr, sa réponse été déterminante, mais Ishtar ferait au mieux pour éviter toutes confrontations, cela mettant en effet en danger leur voyage. En tout cas, elle était de mauvaise humeur désormais et elle retiendrait pendant longtemps le visage de cet homme pour y noter qu’il était irrespectueux et mériterait une correction si jamais elle le recroisait et qu’il n’avait pas changer.


Ushuul, Valgoon

Les deux membres de l’équipage du Centaurus percutèrent de plein fouet Jonhattan alors qu’ils se dirigeaient vers le comptoir pour demander une table. Le liquide se répandit sur leurs vêtements. La femme-poisson craignait que cela ne rende sa bure suffisamment transparente pour découvrir la supercherie, mais celle-ci était asse épaisse pour qu’il n’apparaisse qu’une simple tâche, de taille assez grande tout du moins. De son côté, Valgoon n’apprécia guère non plus la situation et grommela de mécontentement avant de tourner la tête pour procédé à la même vérification que sa camarade sur les vêtements de cette dernière. Soulagé, il découvrit alors l’identité de celui qui les avaient percutés et qui se répandait en excuses, même s’ils le reconnurent que grâce à ses habits puisqu’ils ne l’avaient pas vu en détail durant la « course poursuite ». Quand bien même il avait l’air sympathique, il fallait demeurer méfiant. Néanmoins, Ishtar avait bien dit qu’elle s’occuperait de ça, donc ils devaient simplement agir de manière naturelle pour procéder à leur propre tâche.

-Ce n’est rien, répondit Ushuul. Cela arrive. Excusez-nous, nous devons manger.

-C’est gentil à vous de vous préoccupez de ça, mais nous arrangerons ça une fois rentré, pour éviter d’agrandir la tâche
, ajouta Valgoon qui savait pertinemment qu’il devait restait prudent, ce qui allait à l’encontre de son impulsivité naturelle pour le bien de tout ses compagnons, lui inclut.

Evitant au mieux que Jonhattan tente de réparer sa bourde puisqu’ils ne voyaient pas de moyen dans l’immédiat de faire disparaître ces tâches en plein milieu d’une taverne, ils le remercieraient pour ses excuses avant de continuer jusqu’au comptoir afin de prendre enfin une table et commander au passage un repas afin de savoir si cela conviendrait pour le diner de l’équipage du Centaurus.






©️ By Halloween



-Ushuul lvl 15
-Valgoon lvl 16


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Ven 12 Oct - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Ven 12 Oct - 20:46


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Les deux rencontres se firent en même temps, mais l’atmosphère était totalement différente. Dans chaque coin de la taverne, la situation évoluait promptement et tandis que Johnattan se faisait remballer gentiment, je me voyais encore plus importuné par la belle blonde à la taille démesurée. Je ne savais pas si c’était de la couardise ou de la connerie, mais elle s’installa comme si on se connaissait et, insupportable qu’elle était, elle commença à me poser les questions auxquelles elle voulait que je réponde sans que mon avis ai une quelconque importance.

Elle se prenait pour qui, c’te fille là ?! Déjà elle venait m’emmerder et elle me prenait de haut parce qu’elle faisait deux fois ma taille. Je lui aurais bien appris le respect, si je n’avais pas mon élève sur les pattes. Pour autant, plus la conversation avançait, moins je la prenais pour une mercenaire venue me défier, au contraire, elle semblait inquiète par rapport à mes intentions. Je gardais le silence jusqu’à ce qu’elle termine son autopsie visuelle et je m’étalai un peu plus sur mon fauteuil. C’est qu’il était confortable, ce siège en cuir. Pour le coup, je pris le temps de réfléchir à ma réponse, chose que je ne fais que rarement. Si mes réponses lui convenaient, sans doute me lâcherait-elle la grappe. Enfin, elle n’avait pas vraiment l’air d’un mauvais bougre, même si elle faisait tout pour paraitre en colère.

Vincent W. Turen – Soit… Tu viens me faire chier alors qu’on se connait même pas. J’sais pas qui t’es la junkie, alors la ramène pas. Dis-moi qui t’es et peut-être que je répondrais à tes questions. En attendant, j’ai un entrainement à superviser avec mon élève. Si tu veux tes réponses, va falloir faire la causette d’une autre manière. On va faire simple, tu veux des réponses, donne-moi quelque chose en échange.

A l’instant, j’avais pris un air à la fois serein et fier, comme si ma réplique avait été dite par quelqu’un de sacrément cool alors qu’on pourrait aisément m’insulter de connard. Pourtant, j’étais plutôt content de mes dires, que j’avais murement réfléchis, ou au moins à moitié – à peine. Je la toisais du regard, comme elle avait pu le faire un peu plus tôt et tandis qu’elle me furetait, je sentis la présence de Johnattan approcher. Tss… Quelle connerie.

Il approcha, avec la cruche pleine d’eau, sans un seul verre. Je n’avais pas vu le choc qu’il avait eu avec les deux hurluberlus qu’il avait croisé. Sans réfléchir, je m’écartais pour qu’il puisse s’installer à côté de moi, mais il ne bougea pas. En réalité, il avait entendu la fin de la conversation et, en m’observant d’un œil intrigué, il se mit à déblatérer des conneries.

Johnattan – Mis à part mon entrainement, nous n’avons rien de prévu, non. On passe juste quelques jours ici avant de partir sur une autre île. Nous sommes simplement des voyageurs qui parcourent le monde. Pourquoi cette question, madame ?

La taille, la beauté et la typicité de la jeune femme l’éblouissait et, dans l’incompréhension, je n’avais pas réussi à le faire taire. Pourquoi avait-il balancé toutes ses informations sans aucune contrepartie !? Il fallait que je lui explique comment ça fonctionnait. A vrai dire, il n’avait pas encore eu l’occasion de se mesurer à des hors-la-loi qui en voulait à sa – ma – vie. Pourtant, son insouciance me plu beaucoup. A vrai dire, j’avais été de sa trempe à une époque et, si la réaction que j’avais eu n’était dû qu’à l’insupportable blonde, j’aurais sans doute pu réagir de la même manière face à une personne moins atypique. Je restais silencieux, tandis qu’il s’asseyait enfin. Un coup de pied dans le tibia plus tard, il gémissait comme un gamin. Tss…

Je supposais que le deal qu’elle m’avait proposé ne tiendrait plus. La merde. Si c’était réellement une mercenaire, le plus important était d’éviter qu’elle apprenne la présence de Morihei.

Vincent W. Turen – Du coup, tu peux répondre à ma question, qui êtes-vous, tes amis et toi ? Des gardes du corps ou un truc du genre ?


 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Ven 12 Oct - 21:36




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté



Le climat était tendu entre les deux personnes qui n’étaient pas faites pour s’entendre apparemment, une sorte de tension planant dans les airs alors que la façon de s’exprimer de l’un énerver l’autre qui avait alors montré une attitude plus dominatrice en réponse à cela ce qui ne plaisait pas non plus au premier protagoniste qui utilisa à nouveau un vocabulaire qui ne plaisait pas à la De Lérhane. Néanmoins, sa réponse était intéressante. Elle laissait filtrer une information importante qui était un entrainement. Le seul scénario compatible avec le fait que cet homme soit une menace serait en réalité le cas où ladite formation s’avérait être un raid sur le Centaurus, laissant ainsi planer un certain doute dans l’esprit de la bilcane qui jugeait le risque suffisamment minime pour ne pas mouiller plus le groupe de révolutionnaire et préserver la discrétion en se contentant de ces informations qu’elle transmettrait discrètement à Janaffe par escargophone en s’éclipsant aux toilettes en temps voulu. C’est ainsi qu’elle décrispa son visage et força un sourire avant de se lever, ignorant complétement l’attitude fier qu’il affichait, en répondant sobrement.

-Merci, ce sera suffisant.

Néanmoins, le camarade du Turen rappliqua bientôt et s’avéra étrangement loquace, bien trop étrangement. Malgré tout, elle sentait une certaine gentillesse et politesse émaner de ses paroles tandis qu’il semblait la décortiquer du regard. Habitué à tenir l’attention des gens en ayant un tel corps, elle ne lui en tint pas rigueur et espérait qu’il avait là une dose d’exotisme satisfaisante qui lui donnerait éventuellement envie de découvrir davantage de mystères de ce monde. Enfin, les voies de la destinée sont bien mystérieuses et il tenait qu’à cet homme de décider ce qu’il ferait de ses jours. Un sourire plus sincère s’immisça donc sur le visage de l’archange qui se montra alors plus tendre qu’auparavant avec cet homme bien trop vulgaire. Toute sa prise de parole était donc tournée vers Johnattan et elle ne laissa passer que de très vague coup d’œil vers Vincent de manière éparse.

-C’est très aimable à toi mon garçon. Pour répondre à ta question, nous sommes nous même en voyage, mais nous évoluons en terrain miné et j’ai bien cru que vous en aviez après mes camarades. Enfin, ce n’est rien. Désolé du dérangement. Pour te remercier de ta prévenance avec mes deux amis et d’avoir bien voulut me dire ceci alors que je suis une étrangère, prends ceci. C'est rare de croiser des gens comme toi de nos jours, et surtout sur Grandline.

Elle amena sa main à une sacoche à sa taille pour récupérer une bourse qu’elle déposa sur la table en face du jeune homme tout en l’ouvrant, révélant ainsi 800 000 berrys. Ce n’était pas une perte importante puisque ce petit sac bien mis en évidence servait en fait à appâter les potentiels voleurs pour qu’ils s’en emparent et ne cherche pas à s’accaparer la véritable réserve d’argent de la guerrière. La bilcane s’apprêtait à faire volteface quand vint la question du mauvais bougre.

-J’ai déjà répondu à cela en parlant à votre disciple. De plus, je n’ai aucune envie de discuter davantage avec quelqu’un qui me traite ainsi alors que je venais dialoguer poliment, lâcha-t-elle, glaciale, avant de continuer en s’adressant à Jonhattan. Bon entrainement à toi et bon courage.

La femme céleste se dirigea ainsi vers ses deux collègues que le maladroit jeune homme pourrait facilement reconnaître comme ceux qu’il avait bousculé si jamais il renvoyait un regard vers elle un peu plus tard. Elle s’assaillit et se contenta de hocher la tête aux deux autres révolutionnaires du Centaurus pour leur faire comprendre qu’elle avait la situation en main. Le doute était encore permis et elle espérait que si elle avait tort de croire qu’il disait la vérité, cela devrait les mettre en confiance et ainsi pouvoir les piéger plus facilement. La De Lérhane suivrait ainsi la discussion qu’avaient entamé ses deux compères en attendant l’arrivée du plat, ne lançant que rarement un regard rapide vers Johnattan et Vincent pour vérifier qu’ils étaient encore dans la taverne, même si elle serait bien plus dans la conversation qu’attentive à cette tâche. Néanmoins, comme d’habitude, elle demeurait alerte à ce qu’il se passait prêt d’elle pour éviter de se faire attaquer en traitre ou voler de manière trop grossière, les deux lui étant déjà arriver par le passé sans qu’il n’y ait de signe avant-coureur.






©️ By Halloween



-Ushuul lvl 15
-Valgoon lvl 16
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Sam 13 Oct - 0:35


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Elle m’agaçait, avec ses airs satisfaits, à croire que ça lui faisait plaisir de me clouer le bec à sa manière. Et l’autre imbécile qui lui expliqua sans aucun problème notre programme, autant dire qu’il me mettait dans une situation compliquée. Pour autant, elle sembla se satisfaire de son explication. S’ils voulaient apprendre nos intentions, c’était fait. Il faudrait alors que je fasse attention durant notre journée, à voir si on nous suivait ou autre, pour éviter qu’on se fasse avoir par mégarde.

J’écoutai alors leur conversation, qui se jouait à quelques centimètres de moi, et elle expliqua simplement qu’ils étaient, eux aussi, des voyageurs avec une quantité plus importantes de danger que nous. L’importance de son expédition lui importait tant que notre rencontre fut directement l’objet du questionnement. A l’entendre parler, elle ne faisait que nous juger, pour savoir si nous pouvions être un danger, chose qui, d’après son comportement, venait de se vérifier.

Ensuite… Je ne sais pas comment expliquer son comportement. Félicitant le gamin, elle lui offrit l’aumône, comme s’il méritait son dû. Une pensée funeste m’envahit alors. Pour qui nous prenait-elle, la gueuse. Serrant encore plus les poings qu’auparavant, je gardais en moi une impulsion qui aurait pu causer une guerre ouverte. Pourtant, je gardais le semblant de calme qui me retenait sur la chaise. Néanmoins, ce fut ses dernières paroles qui me firent sortir de mes gongs.

Vincent W. Turen – Non, mais elle se croit, l’autre pouf ! Elle fait, j’sais pas, trois mètres de haut et elle pète plus haut que son cul… !! Putain ! Elle parle de politesse, l’autre débile ! Pff… Et ne pas se présenter quand on s’adresse à quelqu’un, c’est poli, peut être !?

Dans mon délire, j’avais dû attendre qu’elle s’éloigne pour sortir tout ce que j’avais à lui dire. Elle ne m’avait pas laissé le temps d’en placer une. Néanmoins, je faisais bien en sorte qu’elle puisse m’entendre, et tous les gens présents aussi. A l’instant, on venait d’être servi, les deux pintes que Johnattan avait écrasées sur les deux « sujets » de madame.

Johnattan – Ca va pas, Vincent ? C’était qui cette femme ?
Vincent W. Turen – Elle est… J’en sais rien !! T’as réussi à avoir plus d’info que moi… Putain, ça m’saoule…

J’ingurgitai ma boisson comme de rien n’était et je me levai brusquement, targuant du regard la demoiselle qui jetai, de temps en temps, un coup d’œil dans notre direction. Maugréant dans ma barbe inexistante, je fracassais la porte violemment, l’esprit de Morihei devait m’habiter. De son côté, Johnattan perdit quelques secondes en excuse et en promesse de remboursement avant de me rejoindre, incrédule. Il allait apprendre à nous connaitre, mon maitre et moi. Il allait comprendre qu’il n’avait pas choisi les personnes les plus saines d’esprit au monde. Pourtant, je crois bien que cela ne le dérangeait pas vraiment.

Nous repartîmes alors en direction du terrain vague. Frustré, je ne pris même pas la peine de lui donner un nouvel exercice pour le retour. Même si lui avait prit la peine de se lancer un défi des plus impitoyables. Il déposa scrupuleusement la cruche remplie d’eau sur son crâne et avançait en tentant de le garder en équilibre. Sur sa tête reposait à la fois une quantité raisonnable de ce liquide vital, mais aussi une raison évidente d’une « punition » méritée s’il venait à la faire tomber.

Ce ne serait pas un simple aller-retour pour aller chercher de l’eau qu’il allait devoir effectuer, mais bel et bien une série d’exercice tous plus difficile les uns que les autres. Tout cela pour deux raisons. La première, car j’étais énervé. La seconde parce qu’il avait osé jouer les présomptueux.

Vincent W. Turen – Elle a pas intérêt à reparaitre devant moi, c’te fille-là… J’sais pas comment j’réagirais.
Johnattan – Je la trouvais plutôt jolie, moi. Et puis, c’est la première fois que j’vois une fille comme ça. Elle était… « élégante ».
Vincent W. Turen – Elégante ? Tu rigoles…

 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Sam 13 Oct - 5:25




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté




Ushuul, Valgoon

-Ouai, Saki avait même une feuille de salade coincé entre les dents ! lança le baroudeur tout en posant son valet de cœur.

-Tu lui as retiré j’espère ? demanda Ishtar en s’attendant à une réponse étrange de la part d’un tel énergumène alors qu’elle mettait son dix de pique avant qu’Ushuul ne place, en dépit de cause, sa plus faible carte, à savoir un sept de carreau.

Elle avait pris part la discussion après avoir traversé la salle en ignorant autant que possible les vociférations de l’autre cinglé qu’elle aurait bien affronter en duel si la situation lui permettait.

-Je voulais l’enlever avec mes lèvres, mais elle n’a pas voulut.

La De Lérhane leva les yeux en ciel pour soupirer même si elle affichait un sourire en coin puisque la bêtise naturelle de Valgoon détendait finalement très bien l’atmosphère. Au-delà du gros lourd qu’elle avait jugé à leur rencontre, il s’avérait que c’était surtout un déconneur qui assumait son côté burlesque pour faire l’assistance et ne pensez en réalité pas tant que ça à séduire les femmes puisqu’il savait à l’avance qu’il n’obtiendrait qu’un refus. D’ailleurs, aussi surprenant que cela pouvait paraître, avec un homme semblant ainsi courir après les femmes et surtout les belles beautés, il avait noué un lien assez intime avec la femme-poisson, ce qui n’était véritablement en adéquation avec les mœurs de certaines sociétés. Tout le monde sur le vaisseau révolutionnaire était ravi qu’une telle relation puisse voir le jour, mais cela n’en était qu’à ses balbutiements pour l’instant. Même si ce qu’Ishtar considérerait comme l’âge d’or du Centaurus était alors finit, les meilleurs souvenirs faisant alors déjà partit du passé puisqu’au final très peu de chose heureuse se passerait d’ici son départ de l’équipage, certains de ces moments là resterait en elle tout en faisant le pont avec des événements encore plus lointains dans sa mémoire, comme les soirées autour du feu sur la plage d’une île tropicale sauvage de South Blue où ils s’enfoncèrent dans les ruines d’une très vieille base pirate datant de plus d’un siècle. Malheureusement, petit à petit, l’ambiance au sein du groupe se ternissait, comme si le pressentiment des sombres heures auxquels ils devraient faire face quelques mois plus tard les hantaient déjà. Cela était loin d’être du niveau de l’ébranlement total qui secourait le Centaurus, et surtout Janaffe, lorsque la disparition d’Arias serait annoncée à la face du monde plusieurs années plus tard, mais de toutes ceci étaient d’autres histoires.

-Il vient de sortir, chuchota Valgoon tout en distribuant les cartes.

-J’avais entendu merci, déclara la bilcane en retenant un soupir las face à l’impulsivité de cet personne qui était tout aussi exaspéré qu’elle quant au cas de l’autre. Je vais au toilette, faites cette partie sans moi, conclut-elle, incitant ces derniers à faire une bataille plutôt

S’éclipsant ainsi pour rejoindre les cabinets, l’archange s’assaillit pour sortir un mini escargophone afin de contacter le capitaine et décrire les personnes qu’elle avait rencontré et qu’il fallait suspectait s’ils trainaient non loin du navire. Elle lui dévoilerait ainsi toutes les informations qu’elle avait put glaner durant le court échange nécessaire pour les jauger sans trop éveiller la curiosité de l’assemblée.

-Que dis-tu de ça ! Un roi de cœur ! lança Valgoon avec assurance, quasiment persuadé de pouvoir sauver sa peau avec son utlime carte.

-Désolé pour toi. As de trèfle.

Le sourire du baroudeur s’effaça en un instant et il laissa tomber sa tête sur la table en maudissant ses ancêtres de l’avoir rendu malchanceux aux jeux, tandis que la grande blonde aux yeux lunaires revenait à leur côté, ayant terminé sa communication, alors même que le plat leur était enfin apporté.






©️ By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Jeu 18 Oct - 14:25


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
L'entrainement pouvait reprendre. Après nous être lentement éloigné du port, nous retournâmes dans cette zone déserte, pour pouvoir profiter d’un maximum d’espace. Le calme plat de cet endroit défraichi rendait l’atmosphère agréable et propice à un retour aux sources plus que bienvenue. Tandis que nous nous accoutumions au silence ambiant, nous avancions avec tranquillité. Celle-là même qui m’avait fait défaut quelques minutes auparavant.

Comme prévu, Johnattan aurait sa punition, car – et c’était d’un prévisible affligeant – il avait réussi à faire tomber la cruche au sol, l’éclatant à une dizaine de morceaux plus ou moins important éparpillant ainsi le liquide vital au sol, créant une flaque de boue relativement solide. Dans un soupir, je le regardais s’esclaffer. A vrai dire, moi aussi je trouvais ça drôle, vu la situation. A bien y repenser, je pense qu’il avait fait tout cela pour me faire oublier les tourments que la jeune bilcane m’avait imposé. Pour autant, je ne lui avais pas fait de cadeau et, bien que je ne voulais pas lui imposer un aller-retour immédiat, il retournerait probablement, au cours de son entrainement, chercher une autre cruche d’eau.

Cela augmenterait inlassablement l’ardoise que l’on pouvait accumuler auprès des tenanciers de cette petite ile tranquille. Chose qui ne me posait absolument aucun problème, puisque je savais pertinemment que Morihei, et son art subtil de la négociation, avait réussi à améliorer drastiquement l’état de nos portefeuilles respectifs. J’avais donc compris une chose : il était plus facile de parlementer sur de grosses sommes plutôt que sur de multiples petites sommes. A vrai dire, un patron honnête et ayant bon cœur vous offrira sans doute, de temps à autres, un petit verre, voire même une tournée. Néanmoins, et cela arrive fréquemment, lorsque votre ardoise est bien remplie, il suffisait de discuter un peu, d’insister dans de bonnes circonstances, pour faire baisser votre du de quelques pourcentages non négligeables.

C’est de cette manière que procédait Morihei. A vrai dire, je ne l’avais vu avoir ce genre d’échange qu’une seule fois. Cela m’avait paru exagéré, mais il avait réussi là où je ne pensais pas voir de marge de manœuvre. Autant dire que cela m’avait pas mal impressionné et j’étais resté sur cette image. Mon idée de lui était véritablement loin de la réalité… Mais je ne l’avais saisi que « trop tard. »

Dans tous les cas, nous demeurâmes quelques secondes silencieux avant de reprendre notre conversation.

Johnattan – Non, franchement. Elle a quelque chose de particulier, outre sa taille et ses ailes. J’ai ressenti en elle une sorte de force hors-norme, bien plus qu’une simple force physique.
Vincent W. Turen – A part une force latente lui permettant de me faire chier plus que de raison, je ne vois pas de quoi tu veux parler… A moins que ce ne soit…

Et là, dans une des plus grandes éloquences et sans la moindre équivoque, j’insistais bien sur le geste que j’effectuais. Je pu alors voir une sorte de dégout apparaitre sur son visage, mais je le taquinais de la manière la plus rustre que je connaissais pour bien le décourager sur cette voie. Après tout, à quoi bon s’intéresser au femmes, mis à part si elles savaient se battre. Après tout, la seule chose qui nous importait était d’affronter des combattants toujours plus fort, toujours plus habile et, pour cela, il fallait que l’on devienne toujours plus fort. C’était un cercle vertueux, qui à bien des égards, pouvait être à tort comparé à un cercle vicieux. De mon point de vue, en tout cas, cela n’avait rien de vicieux. Battre les plus faibles les poussaient à s’endurcir, à vaincre leurs propres faiblesses et donc à devenir plus fort à leur tour. Ainsi, ils parvenaient à des hauteurs qu’ils n’auraient pu imaginer sans leur défaite. Et, pour le bonheur de tout combattant, ils revenaient, avec une ardeur nouvelle, une puissance éclatante et de nouveaux combats se profilaient alors.

Du coup, cela ne me dérangeait absolument pas de profiter de la faiblesse des uns et des autres, cela fabriquait, à terme, de nouveaux adversaires, toujours plus forts et vindictes. Je n’en attendais pas moins de la plupart de ceux dont j’avais profité, quelques années plus tôt. Quand reviendraient-ils à la charge ? Sauraient-ils me donner un défi digne de ce nom ? A voir…

 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Jeu 18 Oct - 16:51




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté




Ushuul, Valgoon

L’assiette était vide pour la simple et bonne raison que le trio avait terminé sa dégustation et qu’il rendait son verdict. Ils jugeaient que cela pouvait convenir à tout les membres de l’équipage. Ishtar n’avait donc plus qu’à envoyer un appel à Janaffe pour lui donner le nom et la position de l’établissement à rejoindre. Elle retournerait alors au vaisseau en compagnie de Valgoon et Ushuul afin de surveiller celui-ci, Levail et Deylan la rejoignant sûrement à ce moment-là, ces derniers allant se sustenter après le retour du reste de l’équipage du Centaurus afin que les trois plus forts combattant de l’équipage en dehors du capitaine lui-même assure la protection du navire au cas-où pendant que celui-ci était absent. Néanmoins, un événement inattendu empêcher cela de se passer ainsi. Une ombre planant sur le groupe dans la taverne s’était rapprochée petit à petit en cachant sa présence au milieu des flux de clients et des serveurs.

Le voleur atteignit enfin ceux qu’il prenait pour cible et fut surpris de ne plus retrouver la bourse qu’il avait vu à la ceinture d’Ishtar avant que celle-ci ne pénètre dans le bâtiment alors qu’elle poursuivait un autre binôme qui était sorti avant même que le brigand ne rentre dans la taverne, celui-ci patientant afin d’éviter d’être repéré et associé à ce trinôme humain. Il n’avait donc pas été témoin de la scène entre la De Lérhane et le Turen. Le scélérat fut donc contraint de se rabattre sur l’argent transporté par ses deux camarades. Néanmoins, le malandrin voyait mal où Ushuul, toujours cachée sous ses vêtements, pouvait conserver sa bourse. Il ne restait donc que Valgoon comme cible, ce qui générait une certaine déception dans le cœur du bandit puisqu’il avait justement repéré le trio en pleine course poursuite et avait espéré faire une belle prise. Quelle désillusion… Tant pis. La main habile se glissa dans la sacoche du baroudeur alors que le hors-la-loi faisait mine de passer pour rejoindre le comptoir. Sa main se referma sur le tissu au travers du quel on sentait le métal froid des berrys. Cependant se fut durant ce cours instant qu’il relâcha son attention et laissa apparaître un sourire. Les yeux argentés de la révolutionnaire profitèrent de cet instant pour se poser sur le bras et remarquer où la main était fourrée.




-Hey ! Toi ! commença-t-elle.

Comprenant qu’il avait était découvert, l’homme à la chevelure brune habillé comme un simple civil extirpa la bourse de Valgoon avant de prendre ses jambes à son cou pour se diriger vers la sortie, poussant les gens sur son passage afin qu’ils fassent obstacles à ses poursuivants si ceux-ci se mettait en action. Ishtar se leva donc rapidement et avait saisit la table qu’elle comptait balancer droit sur ce brigand, mais la population amassée dans la bâtisse ne lui permettait pas d’avoir le champ libre et elle abandonna donc son projet afin d’éviter de blesser des innocents.

-Restez là. Appelez Janaffe pour lui dire qu’on peut manger ici. Je m’occupe de celui-là pour toi Valg’, lança-t-elle en déposant l’escargophone devant ses camarades.

Se mettant à courir, enjambant tant bien que mal les personnes tombées au sol commençant à se relever, le mobilier ne faisant aucunement barrage aux vues de la taille des jambes de la femme céleste. Sortant dehors, elle vit le malandrin grimpé sur un bâtiment pour avancer de toit en toit, ce qui le maintiendrait hors de porté selon lui. Grognant un bref instant, elle se mit à le poursuive de ruelle en ruelle en conservant le regard rivé vers les hauteurs dans lesquelles évoluait le malandrin. Finalement, il atteignit la périphérie de la ville. Lançant un regard aux alentours, il ne remarqua que deux personnes dans un terrain vague et il ne trouvait aucune trace d’un des trois membres du trio qu’il avait pillé. Descendant donc au sol afin de rejoindre le repaire de la bande à laquelle il appartenait, il vit au dernier moment la silhouette massive de l’archange jaillir du coin de la rue où elle s’était cachée pour justement échapper au regard du voleur. Il ne put donc réagir avant que le coup de poing vienne s’enfoncer dans son ventre pour faire tressaillir sa conscience. Déglutissant, il effectua un vol plané sur de nombreux mètres grâce à la force surhumaine que possédait son assaillante, atteignant sans nul doute les deux hommes qu’elle avait rencontré plus tôt mais qu’elle n’avait pas reconnu, étant trop focalisé sur le hors-la-loi jusqu’alors.






©️ By Halloween



-Ishtar De Lérhane Lvl 23 Force Surhumaine
-Voleur lvl 10 Sans présence

Sans présence :
La personne est en mesure de diminuer sa présence et de passer inaperçu.
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Ven 19 Oct - 18:55


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Vincent W. Turen – Bon, et si on commençait.

A vrai dire, l’entrainement du gamin ne m’enchantait guère, sans doute parce que je savais pertinemment que je n’apprendrais rien de nouveau et que je ne m’améliorerais sans doute pas grâce à cela. Néanmoins, je le prenais à cœur, car il était mon apprenti. Chose assez étonnante quand on connaissait mon passé d’élève. Mais justement, je voulais lui éviter les erreurs de mon maitre et je voulais, entre autres, avoir la reconnaissance du gamin. Pour le coup, je restais conscient des progrès qu’il avait fait les dernières semaines ainsi que l’expérience que je pouvais accumuler en l’entrainant personnellement.

A ce moment-là, nous étions revenus de notre échauffement et de notre « collation » imposée par Morihei. Il était donc temps de commencer véritablement la partie intéressante. J’avais longuement hésité, la veille, à le faire travailler sa force physique ou partir sur une journée tranquille de méditation. Puis, comme ce fut la seconde solution que j’avais choisi pour le travail de veille, ce jour-là nous allions travailler le physique, plus précisément, le corps à corps.

Vincent W. Turen – On va reprendre les bases. Ca fait toujours du bien de reprendre les bases, même pour une puriste. Sache qu’il y aura toujours des gens plus fort que toi dans un domaine, mais la base de ton apprentissage c’est d’être au moins « bon » dans tous. Rien ne sert d’être exceptionnel au maniement du sabre… Si tu te retrouves face à un type qui arrive à te désarmer, tu ne seras rien si tu ne sais pas un minimum te défendre. Pareil, savoir combattre au corps à corps n’est pas une fin en soi, car il y aura toujours plus fort, toujours plus costaud. Je ne le répèterais jamais assez, mais c’est dans ta tête que se résout tous tes problèmes et tu dois préparer ton corps à toutes les situations.

J’en avais vraiment marre de me répéter, vraiment. Pourtant, je le faisais instinctivement, comme si cela me paraissait nécessaire, important, impératif. Cela valait aussi pour moi. Etait-ce mon expérience qui parlait à ma place ou bien mon vécu qui voulait approfondir ces domaines. Nous allions commencer et, dans mon élan, je l’incitai à déposer ses armes non loin d’un tronc d’arme déraciné, couché à même le sol, sorte de banc de fortune, déposé là de manière qu’on puisse s’y assoir.

Son bâton, d’une bonne longueur – de sa taille, presque – côtoyait alors mes sabres. A cette époque, déjà, mon arme de « prédilection » était le sabre. Après tout, ce fut l’arme avec lequel j’avais éduqué mon corps à l’art du combat. C’était un juste retour des choses que de lui renvoyer l’appareil. Néanmoins, aujourd’hui, je n’en usais pas. Un bon combat au corps à corps pour raviver des sentiments anciens, rien de mieux pour inculquer les bases à un gamin de son acabit.

Vincent W. Turen – Comme si on faisait un tutoriel d’un RPG, tu vas commencer par me frapper avec des coups de poing. Comme d’habitude, on commence doucement.

Et, comme d’habitude, on continuera jusqu’à qu’il n’en pourrait plus. En garde, il se rapprocha de moi d’un pas décidé et vif. Serrant les poings, il envoya le premier, puis un deuxième, encore et encore. Au début, ce n’était simplement que des coups singuliers, puis il les enchainait, une deux, une deux, une deux trois, etc… Quand l’enchainement de coup m’avait satisfait, nous passâmes au coup de pied. Il n’était pas encore prêt pour un Ultimawashi, néanmoins, c’était une technique qu’il ne méritait pas encore d’apprendre. C’était une attaque que je qualifierais d’aléatoire, inadapté pour un apprenti, mais il la connaitrait un jour et il comprendrait alors la puissance du corps à corps.

C’est quand nous sommes passés aux esquives que les gens lambdas pouvaient voir une énorme différence entre eux et nous. Si, au départ, mes attaques n’étaient que de simples coups, mes assauts s’intensifièrent rapidement et il ne mit pas longtemps à ne plus suivre le rythme. Lorsque je ressentis le besoin, je le ralentis justement, pour qu’il puisse apprendre et nous les enchainions rapidement quand il vit le gars glisser sur le sol. L’instant même où il tourna la tête pour voir ce qu’il se passait en contrebas, il se mangea une mandale qui l’envoya rouler bouler sur quelques mètres derrière lui.

Vincent W. Turen – Règle de base : toujours resté concentré sur ton adversaire… C’est pourtant simple, non… Si tu veux regarder ailleurs, tu t’éloignes ou tu fais en sorte d’avoir assez de temps pour pouvoir le faire…
Johnattan – Ouais… Je sais bien.
Vincent W. Turen – Dans tous les cas, on fait une pause. Va chercher de l’eau, je t’attends là.
Johnattan – Ouais. Ok !

Il quitta alors l’endroit aussi vite qu’on l’avait quitté quelques longues minutes avant, toujours dans la même direction. A cet instant, il croisa rapidement le gars qui, écroulé à terre, ne le vit pas passer, puis ce fut au tour de la femme géante de le voir passer.

Johnattan – J’ai oublié de vous remercier pour l’argent. Vous n’étiez vraiment pas obligé. Je me suis senti mal par rapport à mon maitre. Il m’a un peu expliqué, mais faut l’excuser, il n’est pas tout le temps comme ça. On l’apprécie mieux quand on apprend à le connaitre.
Vincent W. Turen – Tu vas rester là longtemps, à discuter ? L’eau ne va pas apparaitre toute seule.

Il répéta son « Ouais. Ok ! » et reprit sa course éfrénée jusqu’à la taverne.

Vincent W. Turen – Encore un qui a refusé de te répondre, je présume. T’avais plus d’argent pour forcer la main à ce type ? C’est pour ça qu’il dort par terre ?


 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Ven 19 Oct - 19:54




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté



S’approchant du voleur, Ishtar nota la présence des deux hommes croisés plus tôt à ce même endroit, même si, trop focalisé sur le chemin prit par le malandrin, elle n’avait pas remarqué ça plus tôt. Cela ne l’enchantait guère de retrouver ce méprisant personnage vulgaire et impoli. Même si l’archange comprenait qu’être ainsi suspecté par des étrangers pouvait s’avérer oppressant et énervant, elle ne pouvait pas supporter cette manière agressive de parler. Souriant à Johnattan tout en acceptant ses paroles tout en lui disant que ce n’était pas la peine de la remercier, la femme céleste se doutait que le Turen allait à nouveau l’affubler de nouveaux sujets d’accusation. Néanmoins, elle fut assez soulagée de découvrir des propos bien plus tangible que ses provocations de la taverne où il était parti du fait qu’elle ferait tâche dans le décor, rien de bien solide comme argumentaire. Cette fois il se reposait sur un apriori émanant de leur conversation pour tirer des conclusions assez plausibles aux vues de la tension qui régnait entre les deux personnes. Ses pas l’approchaient de plus en plus de la carcasse inconsciente tandis que sont visage reprenait son impassibilité naturelle et habituelle pour répondre à Vincent.

-Cet homme a volé l’argent d’un de mes camarades, ni plus ni moins. J’ai juste tapé trop fort. Libre à toi de ne pas me croire, mais cela m’est égale et ne changera rien à la situation. Néanmoins, nous sommes ici loin de toutes oreilles perdues et je peux donc parler plus facilement sans craindre d’être entendu. Je ne pense pas que vous en ayez après nous, même si je n’en ai pas la certitude, mais à ce stade c’est suffisant pour discuter plus ouvertement, déclara-t-elle tout en vérifiant d’un coup d’œil d’être suffisamment éloigné des limites du terrain vague pour réagir à l’apparition de personnes jaillissant de fourrés ou de la cité si elle demeurait attentive à ce qu’il se passait autour d’elle. Je me nomme Ishtar De Lérhane et je fais parti d’un équipage qui souhaite voyager discrètement puisque nous devons veiller au secret de notre objectif dans l’intérêt collectif d’un groupe bien plus large que le personnel de notre simple embarcation.

La De Lérhane se baissa alors pour récupérer la bourse volé à Valgoon tout en remarquant qu’étrangement il n’en transportait pas d’autres, ce qui insinuerait que le voleur ce soit contenté d’eux comme cible aujourd’hui… Non la journée était bien trop avancée pour cela à son goût.

-Il n’y a que l’argent de mon collègue, c’est surprenant pour un brigand de la sorte de ne pas faire davantage de prises. Vu qu’il est revenu vers ici, c’est peut-être là qu’il nous avait repéré… Il a peut-être un repaire dans le coin. Enfin, on verra ça sur le retour…

Elle serra le poing tout en se redressant et amena son coude contre son ventre, comme pour ériger une garde sommaire, pliant des jambes en ramenant des ailes autour d’elle en formant comme une cage thoracique de plumes ouverte en son milieu pour laisser paraître le vrai corps, les appendices angéliques servant ici de bouclier sommaire préventif. La passion pour le combat était trop forte.

-Je suis pressé et mes compagnons attende, alors si tu veux que l’on s’affronte, faisons vite. Cela nous défoulera de l’animosité qu’il y a entre nous je pense. Néanmoins, je ne pense pas pouvoir me permettre de perdre plus d’une ou deux minutes.

La voix calme et posée, ses prunelles d’acier lançaient un regard acéré en direction du Turen en attendant d’avoir sa réponse. La guerrière du firmament demeurait donc dans sa position, sans bouger ne serait-ce qu’un doigt, patientant le temps que Vincent se décide.






©️ By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Sam 20 Oct - 1:01


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Si on prenait en compte les derniers évènements, la course poursuite, la discussion dans le bar et la colère grandissante, je ne vois pas par quel moyen je pouvais refuser une demande si bien formuler. A moins que ce ne soit justement cette demande, formulée de telle manière qu’elle m’écœurait presque. A vrai dire, je ne saisissais pas les pensés de la blonde géante, à croire qu’elle venait clairement d’un autre monde. Pourtant, il y avait tout pour me plaire, un défi encore inconnu, un affrontement sans doute dantesque, un lieu propice à un combat sans limite… Quand bien même… Elle m’avait coupé la chique.

Vincent W. Turen – Non, t’embête pas… L’idée de me battre contre toi ne m’intéresse guère. Tu ne m’intéresse pas plus que ça… Tu devrais retourner voir tes « camarades » avant de les perdre, j’ai pas de temps à perdre, moi non plus.

Mais quel idiot je faisais ! Comment j’avais pu répondre comme ça à cette demande express ? Un combat en bonne et due forme s’offrait à moi et je le refusais sous un prétexte aussi pourri que « j’ai pas le temps » ?! Mais… Mais… Je n’arrivais même pas à me comprendre moi-même. Pourtant, et même si une raison, bien que valable, était présente, je n’arrivais pas à me faire à l’idée que j’avais refusé un affrontement gratuit.

En fait, pendant tout le temps de la conversation, j’avais zieuté tout autour de nous, afin de comprendre l’histoire. Sans doute que notre mésentente de la taverne avait réussi à nous délier les langues car elle se permit d’être plus expressive, se présentant par la même occasion, chose que je ne fis pas en retour. Non, à vrai dire, j’avais remarqué un signe chez le voleur qui me rappelait vaguement quelque chose. Je ne savais pas quoi exactement, mais cela me tarauda directement après l’avoir aperçu.

Ce petit dessin, en forme de G barré horizontalement me ramenait à une période faste de ma vie. Mes souvenirs de cette période était nombreux, épars et par moment pas très distinct. Il s’en était passé, c’est vrai, des choses sur Shabondy durant mon entrainement chez « Le Maitre ». Cette station underground où je participais, chaque jour, à des combats clandestins. C’était, selon les dires de Morihei, l’un des meilleurs endroits pour grandir. L’un de ses lieux où, si tu n’es pas à minima résistant, tu meurs dans la semaine.

Sans la regarder, j’approchai du corps inerte du brigand et observait avec plus d’attention l’inscription, faite au fer rouge son épaule. C’était bien ça. Accroupi à ses côtés, je me chuchotais « où est-ce que j’ai déjà vu ça auparavant ? » avant d’avoir un déclic qui du se remarquer. Je jetai alors un regard sur la bilcane pour lui donner le peu d’information que je me sentais de lui offrir.

Vincent W. Turen – Je m’appelle Vincent Turen, mieux connu sous le nom de « The Warlord », Warlord pour les intimes. Je ne connais pas ce type, mais je crois savoir pourquoi il était là, comme tu le pense… Et si tu veux te la jouer discrète, je pense que tu devrais te barrer de cette île fissa… Si c’est bien ce que je pense, le type pour qui il travaille n’est pas du genre à faire dans la modération.

C’était probablement Guth. Le type, un grand dadais, sans doute à peine plus petit que la dame en face de moi, mais genre trois fois plus large. J’avais du l’affronter plus d’une paire de fois, et je lui avais fait perdre gros. Encore une des stratégies lucratives de Mori’. On avait fait en sorte que je perde plusieurs fois face à lui, d’abord avec plus de difficulté, puis un peu plus facilement pour que les enchères, grimpantes et le mettant particulièrement en avant, soient à son avantage. Je me rappelle tout l’argent que son « agent » avait parié cette fois-là. Mori’, de son côté, avait fait plusieurs paris, via ses diverses connaissances et on avait eu le pactole lors de ma victoire éclatante.

Cette fois-là, en plus de perdre tout son argent et son agent, il perdit la face et nous ne l’avions pas revu. L’égocentrisme poussait à son paroxysme, le gars. Il avait un G, grand comme son torse, inscrit sur la partie haute de son corps. Ca me revenait maintenant, durant mon combat face à lui, j’avais réussi à le lui barrer d’une marque indélébile, un coup tranchant de mon sabre. Ce stigmate, il en avait fait sa marque de fabrique, un véritable abruti…

Anderson – C’est vrai que Guth ne fait pas dans la dentelle… Heureusement que je voulais voir ce que Bob faisait. Si j’étais pas passé par là, t’aurais sans doute pris la poudre d’escampette… Warlord.

A l’instant même où le type était entré dans mon champs de vision, il tira une salve de son arme gargantuesque dans notre direction. Un fusil mitrailleur, comportant un lance grenade ou un truc du genre. J’eu à peine le temps de m’élancer sur le côté, laissant le soin à la blonde de s’occuper du voleur, car après tout, j’en avais rien à faire.

Le type en face, une carrure tout aussi imposante que Guth, il devait dépasser allègrement les deux mètres et son arme avait une taillé démesurée, autant dire que j’étais mal barré sans mes sabres…
 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 


les deux gars en questions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Sam 20 Oct - 1:50




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté



La créature céleste fut surprise par le refus de cet opposant bien belliqueux qui voyait ses ardeurs disparaître sous prétexte qu’il était également pressé, ce qu’elle n’avait absolument pas remarqué dans son comportement mais qui pouvait plus ou moins correspondre à son humeur hargneuse si l’on faisait quelques interprétations. Néanmoins, Ishtar n’avait pas de temps à perdre des spéculations et devait se cantonner à la surprise et à une certaine déception elle qui n’avait pas bataillé depuis quelques semaines maintenant.

-Soit. Au revoir, répondit-elle avant de faire demi-tour pour quitter les lieux et retourner vers les siens à petite foulée, ce qui avait sa jambe incroyablement longue était bien suffisant pour aller au rythme de course de bien des humains.

Ishtar en profita pour réfléchir aux conséquences de cette poursuite qui ne devait pas être bien lourdes. Poursuivre un brigand nous ayant volé quelque chose est tout à fait légitime et n’attire pas l’attention plus qu’une femme ailée de trois mètres de haut se baladant en ville. Néanmoins, elle s’arrêta bientôt puisque la voix de son interlocuteur s’éleva à nouveau. Il se présenta. Maintenant ? Drôle de moment pour cela ? En tout cas, la mise en garde était fort appréciable et elle allait en tenir compte en informant Janaffe pour voir s’ils passaient ou non la nuit sur place, les informations que Levail donnerait sur sa ronde s’avérant déterminante dans cette décision puisque c’est lui qui avait justement était chargé de la sécurité aujourd’hui.

-Merci du conseil, c’est très aimable. Au revoir Vincent Turen, peut être un de ces jours sur les mers.

La De Lérhane allait se remettre en marche, mais un mauvais pressentiment là fit jeter un coup d’œil derrière elle, ce qui lui permit de voir Anderson arriver pour défier ce forban. Voyant la forte probabilité qu’une salve de tirs vienne dans sa direction, Ishtar planta sa main dans le sol et referma ses doigts sur la terre pour extraire un bloc solide, une plaque d’environ cinq mètres carrés qui allait servir d’écran. Elle le maintint à la verticale le temps de la salve de tir tour en demeurant derrière pour se protéger en se recroquevillant temporairement. Décidément, elle n’aimait pas ceux qui combattaient à distance. Fermant le poing, elle donna un uppercut dans le bouclier qu’elle avait érigé, propulsant ainsi ce dernier droit vers Anderson tandis qu’ils s’effritaient de toutes parts, les parties se détachant étant malgré tout emportées par la vague d’air généré par le coup de la puissance surhumaine de l’archange.

-Amuse-toi bien Warlord ! À un de ces jours ! lança-t-elle le plus sérieusement du monde tout en étant déçu de ne pas pouvoir davantage s’impliquer dans un tel conflit aux vues de ses priorités actuelles.

Elle se mit alors à courir, enfonçant son pied dans la terre à chaque pas pour se propulser vers l’avant à l’aide de sa puissance physique afin de rejoindre la ville en un minimum de foulés et de temps. Elle entreprit alors de rejoindre la taverne devant laquelle la révolutionnaire croisa tous les membres de l’équipage du Centaurus restés en stationnement au vaisseau et qui s’apprêtaient à aller manger, Valgoon et Ushuul étant, eux, prêt à retourner au bateau.

-Qui a-t-il Ishtar ? demanda le capitaine, intriguée par l’arrivée soudaine de la blonde alors qu’elle avait laissée ses camarades se débrouiller seuls en attendant.

-Je crains que cette île ne soit pas aussi paisible qu’il n’y paraisse et que se reposer en ville pourrait nous conduire à rencontrer des ennuis. Je pense donc que dès que tout le monde aura mangé il faudra lever les voiles. Bien évidemment, je sais que c’est Levail qui est censé s’occuper de cela, mais en attendant son rapport je peux vous expliquer ce qu’il vient de se passer.

C’est ainsi qu’elle commencerait à résumé cette petite escapade jusqu’à la clairière tandis que de l’autre côté l’affrontement devait certainement être palpitant.






©️ By Halloween

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Dim 21 Oct - 16:32


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
« Faire dans la dentelle, c’est pour les gueux ». C’était sans doute leur doctrine ou un truc du genre. Comment pouvait-imaginer se sentir normal avec une arme de mort aussi imposante, avait-il quelque chose à compenser ? Je serrais les dents, l’idée d’affronter un type de ce calibre m’enchantait vraiment peu, surtout dans ses conditions. Le gaillard était costaud et éloigné de ma position. Que pouvais-je faire d’autre que fuir. Alors que mon saut m’avait épargnée une mort vive, douloureuse et immédiate, je repris un semblant de forme quand je me relevais.

Les salutations de la blonde ne mirent pas longtemps à me parvenir et, grinçant des dents, je commençais à la maudire à nouveau. Mais je n’avais déjà plus le temps de ressasser notre entrevue. En effet, le tireur fou avait déjà repris sa course effrénée, il voulait clairement en terminer au plus vite.  Je courus avec tout l’élan que je pouvais prendre dans la direction de la forêt, mais j’étais certain d’une chose, je ne pouvais pas laisser cet individu ici. Johnattan n’allait pas tarder à revenir et il ne serait pas capable de s’en sortir face à un type ainsi armé.

Galopant à travers le terrain vague, je m’approchai rapidement de la première arborescence forestière, poursuivi de près par la folle salve meurtrière de l’arme du chaos. Celle-là même vint faucher, sans aucune pitié l’arbre d’au moins deux décennies. Dans le fracas des balles sur le bois, je pouvais entendre les cris stridents du résinifère, sorte de grincement incompréhensible mais pourtant si perturbant. Je continuais ma course et, après deux autres pins, épicéas ou autres séquoias, j’entrepris une contre-offensive.

D’un geste vif et audacieux, j’esquivai en passant par-dessus la décharge de mitraille d’un geste presque élégant, habile. Preste, je glissais comme sur de l’eau tandis que je voyais les arbres se transformer peu à peu en shrapnell boisé. Un seul de ses coups de feu tendait à rendre les projectiles aussi carnassier qu’une lame aiguisée et, si je m’étais retrouvé sur leur chemin, ce ne serait, ma foi, qu’un corps en lambeaux qui se tiendrait devant vous.

Pour autant, j’avais réussi dans mon adroite esquive et j’étais reparti à contre-courant, cherchant à me rapprocher de cet hurluberlu. Brouillon, son assaut n’avait rien de véritablement efficace, il ne cherchait qu’à m’atteindre en me suivant du regard, sans essayer d’imaginer un seul instant mes futurs déplacements. Il avait clairement l’avantage, mais il n’en profita pas, ce qui me permit de garder un certain contrôle sur la situation. Cette maitrise qui, tout en l’exaspérant, me donna la possibilité de me rapprocher furieusement.

Bien entendu, j’avais aussi pu profiter de son incompétence et d’un manque de munition avéré. Ainsi, dès lors que son arme fut vidée, deux seules options s’offraient à lui, la fuite ou la recharge. Stupide qu’il était il tenta de réapprovisionner son arme, erreur fatale. Je gagnai alors en distance, de manière démesurée et, arrivé à son encontre, il sentit le coup violent le séparer de son arme fétiche. J’en profitais alors pour entamer les hostilités plus personnelles. Un coup de poing, violent, au niveau de l’estomac pour commencer, puis un autre visant le visage. Néanmoins, il avait un peu de réactivité et pu éviter la seconde partie de mon assaut.

Vincent W. Turen – C’est quoi le but de Guth, dis-moi. Il veut simplement se venger ? Il est trop trouillard pour venir en personne ?


Je ne lui laissais aucun moment de répit, qu’il n’ait pas le temps de recharger convenablement son arme. Sans repos, j’attaquais sans cesse, mais il était plus doué pour s’évincer que pour viser, semblait-il. Alors, tandis que j’essayais de trouver une solution, j’approchai avec une fulgurance inavouée dans sa direction.

Anderson – Non, il n’a pas peur de toi, gamin. C’est de ton maitre, qu’il se méfie. Et de toute manière, après ce qu’on lui a mis cette nuit, il ne sera plus un souci ! Ah ah !!


C’était impensable qu’ils aient pu avoir Morihei, même bourré. Le gars était une force de la nature et, même si dans des situations où il était incapable de prendre la bonne décision, il n’aurait pas perdu un combat décent. Je ne pouvais croire que mon maitre s’était fait avoir cette nuit, mais le doute n’était pas permis. Je fondais encore une fois, avec l’espoir d’en finir rapidement. Je sautais dans sa direction, de manière à lui laissé croire qu’il avait le temps de recharger, puis dans un mouvement acrobatique, je l’enchainai avec un « Ultimawashi » bien placé qui l’envoya voltiger sur plusieurs mètres, s’écrasant ainsi sur un des arbres qu’il avait mutilé quelques secondes auparavant.

Vincent W. Turen – Je ne peux pas croire que vous ayez eu Morihei, pas avec votre niveau. Vous êtes pathétique.
Anderson (à moitié dans les vapes) – Pourtant, j’ai appris qu’il était encore inconscient et qu’un groupe l’amenait justement en ce moment-même loin de cette île.
Vincent W. Turen – Fous-toi de ma gueule, enfoiré. Va donc le rejoindre.

Une fois ma phrase lancée, je le frappai violemment avec un coup de pied au visage pour l’empêcher de nuire durant les prochaines heures.

Morihei. Il fallait que je le retrouve. Si ce que le gros tas m’avait dit était vrai, on était dans la merde…
 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Dim 21 Oct - 19:44




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté




Ushuul, Valgoon

-Merci de m’avoir tout raconté. Parlez-en avec Levail et lorsque je reviendrai au bateau je prendrai la décision finale, même si je doute que ce sois de rester sur cette île, déclara Janaffe après avoir écouté le résumé des quelques péripéties de la De Lérhane avec le binôme du Turen et de Johnattan.

Ishtar hocha la tête, puis le trio quitta le reste de l’équipage pour retourner au Centaurus pendant que les autres allaient se sustenter. Le trajet n’allait pas forcément se passer sans encombre et le groupe craignait qu’un ami du voleur et de l’homme à la mitraillette ne leur tombe dessus, néanmoins ils ne comptaient pas pour autant ne pas discuter.

-Vous avez remarqué des choses suspectes pendant mon absence ? demanda l’archange tout en rendant sa bourse à Valgoon qui allait justement lui répondre.

-Il y a seulement un homme avec un chapeau qui semblait surpris que tu ais remarqué le brigand que tu as poursuivi. Il a quitté la taverne peu après. Tu as dit au capitaine que tu ne pensais pas qu’ils en ont spécialement après nous. C’est mon avis également, mais si cet homme au chapeau venait à dire à ses chefs ce qu’il a vu, sans parler que tu as rattraper le fauteur de troubles, nous pourrions avoir des ennuis.

-Je suis aussi de cet avis
, répondit la De Lérhane en tournant la tête pour vérifier qu’ils n’étaient pas suivis.

-Je pense que de toute manière le capitaine à conscience de tout cela. Il l’a dit lui-même qu’il y avait peu de chance pour que rester soit envisageable, ajouta la femme-poisson. Si Levail et Deylan sont du même avis, nous pourrions même envisager de préparer le Centaurus à appareiller.

-Ce sera un gain de temps certain en effet. Nous verrons bien
, conclut finalement Ishtar en tournant à nouveau la tête afin de vérifier que personne ne les traquait depuis les toits. Sinon puisque vous n’avez pas attendu mon retour pour sortir de la taverne, j’imagine que vous avez payé avant l’arrivé de Janaffe. Puisque Val’ n’avait plus son argent, j’imagine qu’au final c’est toi Ush’ qui a perdu aux cartes et qui a payé.

-Non !
beugla le baroudeur en serrant le poing devant lui tandis qu’une veine grossissait sur son front. La prochaine fois je gagnerais !

Il sortit quelques pièces de la bourse que venait de lui rendre la bilcane et les envoya à la femme-poisson toujours encapuchonnée.

-Je l’ai avancé vu qu’on l’avait volé. On ne voulait pas rester à l’intérieure plus longtemps au cas où l’homme au chapeau serait revenu avec des renforts. Vu qu’ils ne savent pas à quoi ressemble le reste de l’équipage, ils ne doivent pas être en danger.

-Vous l’avez dit au capitaine quand même j’espère.

-Bien sûr
, répondit Valgoon.

-Bon et bien racontez moi ces parties de cartes.

C’est ainsi que le trio traversa les rues, le seul homme du groupe faisant de grands gestes avec les bras tout en expliquant ses défaites qui avaient suivi la dégustation du plat pendant qu’ils attendaient un peu le retour de leur supérieure tandis que les deux femmes vérifiaient de temps à autres qu’ils n’étaient pas poursuivis. Ainsi, ils arrivèrent bientôt au bateau. Deux silhouettes pouvaient se distinguer des quatre autres plus en arrière. L’un des deux hommes était debout, les deux pieds sur le bastingage tandis que le second se trouvait juste derrière à deux pas, la cape flottant au vent tandis qu’il regardait la rue en demeurant de profil, sa chevelure blanche porté par la brise.

-Je pense qu’il faut qu’on parle les gars, lança la fille de Bilca.


Deylan, Levail





©️ By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Lun 22 Oct - 10:40


 

 

 

  Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Les coups de feu avaient dû alerter les alliés potentiels de Guth, je devais donc me dépêcher de me barrer d’ici. Au milieu de ce terrain vide d’habitation, on pourrait croire qu’une guerre éclair avait eu lieu, avec des dizaines d’arbres décapités et gisant au sol, pour autant, le plus gros du dégât fut évité. Je me permis de faire un peu de zèle avant de quitter les lieux. J’attrapai l’arme à feu du gusse et l’éclata au sol à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’elle ne ressemble plus à rien. Ce fut néanmoins le sol qui récolta le plus, formant un petit cratère de quelques centimètres de large.

Je m’en allai juste après avoir récupéré nos armes et pris la direction de la taverne. J’avais opté sur le regroupement, de toute manière, je n’avais aucun moyen de retrouver Morihei directement, même en passant par un appel de Den-den. A vrai dire, il avait bel et bien un de ces animaux communicateurs, mais s’il était vrai qu’il s’était fait capturer, l’appeler ne m’avançait à rien, j’attendais encore un peu, donc.

Sur le chemin, j’essayais de me rappeler un maximum de chose concernant l’autre abruti de Guth. Sa manière de combattre, son comportement, tout un tas de paramètres qui me permettraient, peut-être, de trouver une raison et une explication à tout ce qui se passait à présent. De mes souvenirs, ce n’était qu’un gros tas qui profitait de sa taille exceptionnelle et sa force astronomique pour filer des tatanes de l’espace. Il avait tout de même quelques notions de combat rapproché et une vivacité assez importante pour quelqu’un de sa carrure. Pourtant, j’avais toujours eu le dessus sur lui, même dans mes défaites simulées, alors qu’avait-il pu faire durant les quelques mois qui séparaient notre confrontation ? Je ne pouvais pas croire qu’il soit devenu soudainement plus fort, non.

Il était clair qu’il avait un plan en tête et qu’il essayait de me séparer des autres, de m’éloigner de Morihei surtout. Apparemment, il avait dû apprendre de ses erreurs, il planifiait sans doute une revanche en bonne et due forme, de sorte à me faire souffrir. Comme je l’ai dit plus haut, c’est ce genre de sentiments que je surkiffais… Cependant, attendre d’être pris dans la toile qu’il tissait peu à peu autour de moi, très peu pour moi. J’allais le confronter, comme j’essayais de le faire toujours. C’est alors que je pensais à sa rage, le jour où il avait compris qu’on l’avait berné, que je retrouvais Johnattan.

Johnattan – Qu’est ce qui s’passe, Vincent ? Pourquoi t’es venu aussi ?
Vincent W. Turen – L’entrainement est terminé. Je sais pas c’qui s’passe aujourd’hui, mais je crois qu’ils l’ont tous choisis pour me faire chier. Faut que je t’explique. Un gars a qui on a fait un mauvais tour à l’époque de Shabondy veut se venger et il a envoyé plusieurs types s’occuper de Morihei.
Johnattan – « S’occuper de Morihei », ça me fait bien rire. Et c’est ça qui t’inquiète ? Je vois mal des sous-fifres d’un type que vous avez déjà eu réussir à faire quoi que ce soit à Mori’… Franchement…
Vincent W. Turen – Moi non plus, je comprends ton sentiment, mais… Tu sais dans quel état il est quand il vagabonde tout seul. De ce que j’ai compris, ils ne veulent pas lui faire quoi que ce soit à lui pour l’instant. Ils ont dit qu’ils l’envoyaient loin de cette ile. C’est clair, je suis la cible, cette fois.

J’insistai sur le « cette fois », car c’était vrai, d’habitude c’était bien évidemment Morihei la cible de ce genre d’attaque. Je lui demandai la cruche et je m’enfilai rapidement la moitié du contenant puis j’invitai le jeune homme à faire de même et à aller la rendre. Après sa lampée, nous nous rendîmes, de nouveau, à cette fameuse taverne. Nous marchions lentement, de toute manière nous n’étions pas réellement pressés, on savait qu’ils viendraient tôt ou tard. C’était assez contradictoire avec mon avis de les confronter directement, mais à ce moment-là, je n’avais aucune idée de comment réussir mon objectif.

Vincent W. Turen – Vas-y, je t’attends là. Pas besoin de trainer, après on retournera à l’auberge où on dort, peut être qu’on y retrouvera Morihei, finalement.
Johnattan – Ouais. Ok.
 

  ©️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Lun 22 Oct - 13:43




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté




Deylan, Levail

Les trois personnes considérées comme les officiers supérieurs de l’équipage étaient réunies sur le gaillard avant du Centaurus pour faire le point sur la situation pendant que les six autres camarades qui les avaient accompagnés à travers la ville discutaient tout en montant le ravitaillement obtenu par Deylan après une négociation laborieuse.

-Voilà ce qu’il m’est arrivé, termina l’archange après avoir fait le même topo qu’avec Janaffe. As-tu toi aussi remarqué des signes suspects Levail ?

-Oui effectivement. En dehors de quatre ou cinq primés sous les cinquante millions, j’ai en effet vu plusieurs personnes suspectes. J’ai jugé qu’il pouvait s’agir d’une bande organisée qui préparait un coup. Je demeurais incertain sur le jugement que je devais porter à cela, mais avec ce que tu viens de dire, on peut craindre fortement de se retrouver cibler par un tel groupuscule. S’ils ont envie de nous dépouiller, ils seront confrontés à l’obstacle que représente le capitaine, mais le plus embêtant est la perte de temps engendré ainsi que l’exposition que cela nous donne alors que nous étions faits remarquer exprès sur les Blues pour que les autorités nous croient encore là-bas.

-Tout à fait. C’est malheureux, mais nous ne pouvons effectivement pas nous permette de triompher d’une communauté criminelle. Ce serait bien trop risqué
, commenta Deylan l’ancien aventurier qui aurait pourtant bien aimer se confronter à pareil adversaire pour éprouver leur force.

-Il ne nous reste plus qu’à préparer le vaisseau au départ puisqu’il y a très peu de chance pour que Janaffe décide autre chose que de partir. Je m’occupe d’aider les gars à terminer le ravitaillement, je les aiderais pour préparer les gréements une fois que l’on aura fini. Je vous laisse voir entre vous ce que vous faite.

-Ça marche
, répondirent les deux autres en gardant leur sérieux.

Si la De Lérhane était naturellement prédisposé à cette tâche, c’était grâce à sa force surhumaine qui lui permettait de transporter plus rapidement tonneaux et autres contenants à bord, raison pour laquelle ses deux camarades n’avaient aucune objection à ce qu’elle s’occupe d’une telle tâche et concentre leurs responsabilités sur eux deux puisqu’au final cela faisait gagner du temps. Ainsi la bilcane aida ses petits camarades à terminer le ravitaillement avant de monter dans les cordages pour s’occuper du premier mat. Ils auraient assurément le temps de préparer le second avant que le capitaine et les autres ne reviennent de la taverne, ce qui arriverait incessamment sous peu.






©️ By Halloween

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Lun 22 Oct - 14:22


 

 

 

 Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Guth – Ils sont trop intelligents pour revenir dans leur baraquement, j’en étais sûr. Putain, faut pas que je le perde maintenant qu’on a réussi à endormir la vigilance de Morihei. Trouvez-moi cet enfoiré de Warlord !
Ferguson – Oui, j’y vais tout de suite.

L’homme bronzé sortit directement par la fenêtre, c’était l’un des rares hommes de Guth capable d’une telle prouesse. Évidemment, cela était dû uniquement au fait qu’il faisait parti de ceux qui ne mesuraient pas plus de deux mètres de haut. Ses deux guns rangés dans leur poche personnelle, il s’éloigna sans grande peine de l’auberge où l’on dormait.

Nous avions quitté la taverne quelques minutes plus tôt pour justement aller, sans le savoir, à leur rencontre. Néanmoins, nous ne croisions pas le type en question, qui était parti je ne sais où. Au contraire, notre balade nous avait paru relativement calme, mis à part les quelques personnes qui s’époumonaient pour avertir de la scène presque apocalyptique du terrain vague. C’est quand il entendu ces-mêmes paroles que Johnattan s’en inquiéta réellement. A vrai dire, je ne lui avais pas dit ce qu’il s’était passé après son départ.

Johnattan – Qu’est ce qu’il s’est passé, là-bas, réellement ?
Vincent W. Turen – Pas grand-chose. Un gars est apparu avec un fusil, qui mitraillait dans tous les sens. Par chance, il s’est présenté avant de tirer, l’abruti. Le branque a essayé de me tuer avant que je lui flanque une rouste, il ne sera plus un problème.
Johnattan – Tu… Tu l’as tué ?
Vincent W. Turen – Non… Non, non. Je l’ai… Contraint à un repos forcé. Il ne se réveillera pas avant quelques longues heures, juste assez pour nous foutre la paix le temps qu’on règle le problème.

Nous arrivions alors à destination. Le temps était plutôt clément et, pour le coup, ce n’était pas une chose que je remarquai habituellement, mais ce sentiment de traque ne me déplaisait pas, bien au contraire. Qui aurait cru qu’un jour je me plairais à être suivi, chassé de la sorte, me procurerait un sentiment de liberté hors-norme ? A vrai dire, c’était dans ses moments-là que je sentais l’appréhension d’un combat bien plus qu’à l’attente d’un combat décidé à l’avance. Même si j’affectionnais tout particulièrement les affrontements préparés, ceux pour lesquels de nombreux paris sont effectués, ils n’étaient en rien pareil à ceux, totalement aléatoires, qui provoquaient des changements concis chez moi.

Guth – Jefferson, appelle Jameson, il faut que je sache.
Jefferson – Oui, tout de suite.

L’homme arbre n’entendit pas une seconde pour décrocher son escargophone et composer le numéro qui menait à celui de son homologue. Je n’imaginais pas du tout comment ils avaient réussi à éloigner Morihei, mais si j’avais entendu leur conversation, j’aurais compris immédiatement.

Jefferson – Allo ? Jameson, des nouvelles ?
Dawson – Allo ! C’est Dawson a l’appareil. Tout se passe comme prévu. Jameson s’occupe bien de la cible. On arrive au port, tout va bien.

Jameson était occupé. A vrai dire, le monstre de la nature était un peu bourré, lui aussi, mais il n’était pas allé aussi loin que le pirate. Il s’était arrêté après plusieurs verres, mais avait laissé le primé se mettre la gueule à l’envers tout seul. Leur objectif était simple : « éloigner Morihei » et, comme je vous l’ai déjà dit, il était relativement facile de le torcher, l’abruti, alors ils avaient utilisé son point faible. Au moment où nous nous rapprochions de notre auberge, ils étaient, Dawson, Jameson et Morihei, en direction du port pour déposer leur colis.

Mon maitre était carrément posé sur le dos du gars à la carrure presque aussi imposante qu’Ishtar et, tandis qu’il avançait en titubant légèrement, la grosse brute continuait à discuter aimablement. C’était là son point fort au bougre, il était du genre à faire la causette facilement et son accent était tout particulièrement efficace pour entre en contact avec de nouvelles personnes. Jouant sur cet état de fait, il avait approché à plusieurs reprises Morihei pour tentait de l’amadouer et ce fut, en ce jour, le point de départ de l’attaque qui m’était destinée.

Jefferson – D’accord. C’est une bonne chose, faites-vite, nous avons perdus le Warlord de vu, il arrive peut-être vers vous, mais…

A l’instant où il avait terminé sa phrase il sentit une présence qu’il avait mis des heures à approcher, à mémoriser, la mienne. Il fut choqué, capable, à l’image de celui qui pouvait se séparer de la sienne, de ressentir celles des autres, il déglutit avant de raccrocher sans aucune forme de politesse. Il se rapprocha de la fenêtre par laquelle son collègue était parti pour avoir un visuel sur la route.

Jefferson – Hey, boss… Ce ne serait pas… le Warlord, là-bas ?
Guth – Arrête de te foutre de ma gueu…

C’était bien moi. Et j’arrivais, nonchalamment.
 

 ©️️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 


les personnages en action:
 

Dawson et Jameson approchent du port, avec Morihei sur le dos de Jameson.
Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 433
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
6/200  (6/200)
Berrys: 7.824.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Lun 22 Oct - 16:44




feat Vincent W. Turen

Vaincre la difficulté



Alors qu’elle descendait du mat et que Janaffe quittait la taverne, arrivant certainement sous peu, une main se posa sur l’épaule d’Ishtar. Levail, le visage sévère, semblait fortement inquiet. La bilcane fronça donc les sourcils, ne comprenant pas quel souci il pouvait bien rencontrer.

-Qu’est-ce qu’il y a ?

-Regarde par-dessus le bastingage. Tu vois cette personne sur le dos de l’autre ?

-Oui et bien ?


Marqué par les années, le vieux chevalier brandissant désormais fièrement l’étendard révolutionnaire avait conservé une très bonne mémoire, ce qui lui permettait de retenir de nombreux avis de recherche, raison pour laquelle il était régulièrement chargé de repérer s’il n’y avait aucun primé menaçant dans les environs ou des officiers de la Marine faisant partie de l’élite.

-Ce flibustier, Morihei, est recherché. Et pas pour une petite somme qui plus est, continu a-t-il dans ses murmures. C’est un supernova qui a une prime d’environ deux cents millions sur sa tête. Si les brigands de l’île ont réussi à le capturer, c’est pire que ce que nous imaginions. Nos craintes n’étaient pas assez élevées. Il faut lever l’ancre dès que le reste de l’équipage sera abord. Je vais en parler à Deylan et nous allons accélérer le rythme. Je compte sur toi pour guider les autres.

-Ayant déjà affronté un supernova il y a plusieurs années, je suis bien placé pour savoir le poids de la menace qui plane sur nous. Ne t’inquiète pas, je ferai au mieux.


La De Lérhane leva alors la voix pour interpeler ses six camarades.

-On a pas le temps de brayer au corneille ! Doublez la cadence ! Triplez-la si nécessaire. Nous devons quitter cette île au plus vite.

Durant quelques instants, c’est l’incompréhension qui se répandit sur les visages, notamment Valgoon qui levait un sourcil en se demandant si la femme ailée était réellement sérieusement. Néanmoins, en décryptant son attitude, il comprit bien vite que c’était le cas et tout le monde se pressa pour suivre les ordres même s’ils ignoraient le danger que représentait désormais les bandits aux yeux des trois officiers de l’équipage. S’ils avaient un adversaire d’un calibre suffisant pour triompher de Morihei parmi leurs rangs, le Centaurus n’avait aucune chance de s’en sortir indemne. Levail craignait même d’avoir rencontré celui qui pourrait être leur chef puisque toutes les personnes très fortes des mers n’étaient pas primées, il pouvait donc l’avoir rencontré sans pour autant pouvoir estimer sa dangerosité. Le meilleur exemple de cela était d’ailleurs Janaffe qui était relativement peu connu puisqu’il s’occupait principalement d’aborder des navires dirigés par des lieutenants de la Marine, ce qui ne l’avait pas exposé à une prime puisqu’il était rare qu’un marin en réchappe sans être fait prisonnier ou tué. C’était les lois de la guerre et de la Révolution face à la suprématie du Gouvernement Mondial après tout. Le temps défila tandis que l’équipage terminait d’apprêter le vaisseau et que leurs compagnons étaient sur le point de les rejoindre.






©️ By Halloween

Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 289
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 18.551.000 B

MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   Jeu 25 Oct - 10:24


 

 

 

 Vaincre la difficultéUne histoire originale avec Ishtar !

 

 

 
Le trio qui avançait vers le port, lentement, était presque arrivait à leur destination. La petite caravelle qui avait du mal à les supporter tous ensemble avait été préparé justement pour l’occasion. Seuls une poignée de personne allait quitter l’île emportant avec eux leur cible. Le primé, justement, encore assoupi, exténué par la soirée de folie qu’il avait passée, gigotait un peu sur le dos de son ami imaginaire. Néanmoins, il était facile d’apercevoir dans le visage des deux kidnappeurs l’angoisse d’un réveil prématuré de Morihei. Les deux hommes pressaient l’allure, sans pour autant bousculés leur charge et, tandis que Dawson venait d’être envoyé boulé par son supérieur, il tenta une petite discussion avec son collègue.

Dawson – C’est une mission plutôt facile, cette fois, hein ? Suffit juste de le surveiller un moment et a nous les millions.
Jameson – Tu as raison. On a bien fait de suivre G…
Morihei – T’es le meilleur Jimeson…

Le supernova se réveilla soudainement pour remercier son ami. A vrai dire, durant leur conversation de la veille, le brigand lui avait bien promis de le ramener sur son dos, mais la promesse était légèrement différente. Il lui avait dit qu’il le ramènerait volontiers à son auberge, pour éviter tout ennui. Cela avait conforté mon maitre dans son idée de se saouler et il l’avait fait sans ménagement.

Jameson – Ah ah. Pas de soucis, l’ami. En revanche, je m’appelle Jameson.
Morihei – Ah… Tu pinailles, copain. C’est très sympa de ta part quand même !!

La voix du pirate portait au loin et la détresse dans le regard des deux hommes étaient de plus en plus visibles, mais Morihei était encore trop inconscient pour comprendre la situation et le roux parvenait à garder son calme et à lui répondre le plus naturellement au monde. Les choses devenaient compliquées, il ne fallait surtout pas qu’il se réveille totalement, ils devaient trouver une solution !

De notre côté, nous arrivâmes enfin dans notre auberge. Je récupérais les clés auprès du tenancier qui, sans que je m’en rende compte, transpirait à grande goutte et nous montâmes à l’étage, rejoindre notre chambre. Espérant y retrouver un Morihei totalement assoupi, je ne m’attendais pas à la rencontre que j’allais faire. Je glissais la clé dans la porte, mais le verrou ne se débloqua pas, la porte était déjà ouverte. Soulagé, j’entrai sans hésiter et je fis la rencontre du second de Guth, Jefferson.

L’homme-arbre était le seul présent, pour le coup. Le chef des bandits, qui en avait après moi, n’était toujours pas là.

Vincent W. Turen – T’as vraiment fait la connerie de ta vie, en venant ici… Tout seul.
Jefferson – Je suis juste venu te…

Il n’eut pas le temps de finir que j’étais déjà sur lui, lame sortie. Je n’avais pas couru sur toute la pièce, non, j’avais bondi directement dans sa direction, prêt à l’exécuter sur place. Néanmoins, et il fallait s’en douter, il réussi à esquiver mon assaut directement, en se déportant sur le côté. La pièce n’était pas très grande, mais on pouvait clairement s’y battre sans imaginer se retrouver facilement acculé. Il esquivait aisément, le bougre et je ne ralentissais pas la cadence. Puis, au bout d’un moment, il se jeta sur la fenêtre et, l’espace d’un instant je crus voir un sourire sur son visage de bois.

Ce qu’il voulait me dire, au départ, était simple. Son but, tout aussi basique, avait été atteint de la manière la plus facile qu’il aurait pu imaginer. Il n’était resté là que pour me ralentir. Quand je sortis la tête par la fenêtre pour voir où il avait sauté, je ne le trouvai pas, mais je pu voir un groupe de villageois s’éloigner rapidement de l’auberge. Même le tenancier, que je venais de croiser, prenait ses jambes à son cou et s’en allait vivement de son commerce.

Juste après, dans une sorte d’écho, j’entendis le rire caractéristique de l’homme que je recherchais. Guth apparaissait alors, à son tour, non loin de l’auberge. Dépassant aisément la population qui fuyait, il regardait dans ma direction en rigolant à foison. Il avait l’air fier, l’air de ceux qui pensait avoir accompli leur méfait et il avait en parti raison.

Guth – Au revoir, Warlord. A plus tard dans l’autre monde !

Il baissa la tête pour envoyer un signe de la tête à quelqu’un présent dans l’auberge puis je sentis la détonation me prendre et l’explosion me propulser. J’avais senti le sol craquer sous mes pieds, les vitres se déchirer, mais je n’avais su réagir qu’à peine trop tard, le temps de m’occuper de moi, laissant mon apprenti derrière… Je ne le voyais déjà plus.
 

 ©️️ Jawilsia sur Never Utopia
 

 

Dawson et Jameson sont arrivés au port et Morihei se réveille un peu histoire de remercier Jameson (vous pouvez entendre leur conversation si vous tendez l'oreille, mais vous entendez sûrement Morihei qui parle très fort)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vaincre la difficulté   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vaincre la difficulté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Mes propositions (Système à 2 modes de difficultés
» Question difficulté... abusive ?
» Haïti Santé : Le Secteur Sanitaire Confronté à d’Enormes Difficultés
» retour de la droite dure en Suisse
» L’impunité au quotidien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line-