Partagez | 
 

 Les cerveaux de demain (Pv Etsu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ (Gouvernement)

PNJ (Gouvernement)
Messages : 669

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Lun 3 Sep - 17:50





Marijoa n’était pas considérée comme la ville la plus belle à travers toutes les mers pour rien. Berceau et lieu de vie des grands Dragons Célestes, la Cité des Anges avait pour elle de rassembler ce qu’on faisait de mieux en terme d’art, de culture, de nourriture et de tout autre domaine qui pouvait trouver grâce aux yeux des maîtres de ces lieux. Parmi tout cela, parmi toutes ces activités aussi diverses que variées, il y en avait une que les Dragons Célestes ne régissaient pas, enfin, pas totalement. Si elle était la ville du bon goût, Marijoa était également le lieu qui accueillait le siège d’une des instances les plus secrètes mais aussi les plus efficaces de tout le gouvernement mondial : la section scientifique. Les plus grands cerveaux de cette ère, ou l’extrême majorité d’entre eux en tous les cas, avaient trouvé place sous l’égide des savants gouvernementaux les plus fous, les plus créatifs, les plus ingénieux, ou plus simplement, les plus intelligents. L’on trouvait dans les rangs de cette organisation des hommes et des femmes capables de créer des machines de guerre capable d’anéantir des criminels que certains Vices-Amiraux, voire Amiraux, peineraient à combattre.

Pacifistas, armes technologiques supérieures, fruit du démon artificiels, formule chimique secrète, explosifs de pointe, création d’objets maudits : rien ne semblait inaccessible à ces surhommes. Le programme de développement évoluait sans cesse, permettait tout ou presque et dans tous les domaines intéressants aux yeux des étoiles et des scientifiques en charge de cette institution. Alors, pour rester au top, pour ne pas perdre la primauté du monopole créatif, pour toujours actualiser les stocks de connaissances et, plus largement, pour faire tourner l’effectif et repérer les nouveaux talents, le corps de la section scientifique avait le choix de lancer un grand mouvement de recrutement. La chose, d’une simplicité enfantine, chose rare pour ce groupe, se caractérisait en un concours d’entré, un examen ouvert aux gouvernementaux de tous les horizons, aux chasseurs de prime intelligent et même à tout civil qui se sentait assez costaud des méninges pour intégrer ce groupe prestigieux.

Le jour J, devant les portes d’un grand bâtiment d’un blanc immaculé, un peu à l’écart de Marijoa et sur un site qui ne semblait pas être le quartier général de la section scientifique, des dizaines et des dizaines de candidats patientaient, silencieux. Parmi eux, une jeune femme aux cheveux roses apparemment affiliée au Vice-Amiral Ghetis Archer, une personne qui bénéficiait d’un appui de poids. Elle n’était pas la seule dans ce cas et une autre avait de meilleures recommandations encore mais il s’agissait là d’un potentiel atout face au civil inconnu du grand nombre. Devant ce bâtiment si neutre, les blouses blanches semblaient fleurir comme les champs à l’arrivée du printemps et toute finirent par s’engouffrer par la même ouverture lorsque les portes massives se séparèrent.

A l’intérieur, un grand hall se trouvait là, blanc, totalement et désespérément blanc. Allié aux blouses que portaient la plupart des candidats, un vêtement pourtant non-obligatoire en ces lieux,  le bâtiment dégageait une grande sérénité mais aussi une grande tristesse. Si l’on pouvait croire à un fourmillement de discussion entre quelques individus, il régnait en prime un silence religieux, la grande majorité des candidats stressant trop pour parler. Il y avait évidemment quelques exceptions, mais bien rares, souvent des candidats non-habillés de leur fidèle blouse blanche: des audacieux trop confiants ou trop idiots. Puis, au milieu de ce grand silence, de ce calme, de cette blancheur, une nouvelle blouse fit son apparition à l’étage supérieur, bien visible par la totalité des aspirants.





Une fois bien en place, le silence étant devenu absolu, la jeune brune commença son speech de bienvenue d’une voix aussi lasse que l’expression de son visage.

- Salut les jeunes, je suis Minerva Hijima, membre de la section scientifique du gouvernement mondial, coordinatrice de programmes de développement section explosif. En gros, et parce que je pense déjà en avoir perdu la moitié, je gère une équipe parmi plusieurs chargée du développement de bombes. Voilà. Bon sinon, pour cet examen, on va faire court, le temps est précieux dans notre… dans mon métier. Bon, on va commencer par les entretiens personnels et après… On verra à ce moment là.   

La jeune femme claqua alors des doigts et quatre portes s’ouvrir dans le hall des candidats, deux sur le mur Nord et deux sur le mur Sud. Soufflant une fois de plus, donnant l’impression d’être ennuyée par sa présence en ces lieux à la place de bosser dans son labo, la scientifique confirmée compléta ses instructions.

- Bon, quand on vous appelle, vous vous dirigez vers la porte indiquée, bonne chance et peut-être à toute à l’heure les jeunes.  

Sans plus attendre et sans le moindre suspens, la brune détala et disparut derrière une porte située au premier étage. Bientôt, quasi immédiatement d’ailleurs, les premiers noms furent appelés. Puis, tous les dix minutes environ, d’autres noms étaient scandés. Au bout d’une trentaine de minutes, un nouveau nom fut appelé.

- Etsu Ogawa, porte C.   

La rose verrait alors que la seconde porte du mur Sud portait cette indication, elle pourrait emprunter le couloir qui déboucherait finalement sur une petite salle d’attente où se trouvait quatre nouvelles portes et dans laquelle poireautaient trois autres candidats. Deux blouses blanches plus que traditionnelles et une candidate plus… différente.





Cette jeune femme trifouillait une sorte de cristal dans lequel semblait se trouver un mécanisme composé de différentes roues à dents, de l’inconnu total pour une chimiste. Quoiqu’il en soit, pas trente-six solutions, plus qu’à attendre son tour, comme les autres.



Et c'est parti pour toi donc ! Tu es convoquée dans un lieu situé un peu à l'écart de MJ, et tu finis devant un grand bâtiment avec beaucoup de scientifiques "amateurs" comme toi. Vous êtes invités à entrer et les festivités commencent !
Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Lun 3 Sep - 20:13



Piston pas piston


Merde. Merde. Merde.

De l’archipel Konomi à Marijoa, j’avais passé mon trajet à rentrer le ventre, ou, quand je n’y pensais pas, à déposer machinalement ma main dessus. Vraiment ? Maintenant ? A moi ? Plein de femmes rêvaient de ça dans le monde ; je leur aurais donné ma place volontiers. Moi, tout ce que je désirais, c’était nourrir mon savoir, pas un… eurk. Je venais d’obtenir mon plus grand souhait, un billet pour la section scientifique, et il fallait qu’un accident empiète mon bonheur. J’imaginais déjà le pire : on allait me renvoyer pour inaptitude au travail, ou parce que ça n’aurait rien à faire au sein du plus grand laboratoire du monde. Mais de toutes les réactions, c’était celle de Ghetis Archer que je redoutais le plus. Comment lui apprendre la nouvelle, et comment le prendrait-il ? Incapable de répondre à mes propres inquiétudes, tout ce que je pus faire pour me consoler fut de me caresser l’abdomen.

Sans que son existence ne puisse s’effacer de mes pensées, je m’étais extasiée face à la beauté de la capitale. L’endroit n’avait rien à envier à toutes les îles que j’avais pu voir sur les Blues. Si la ville était déjà magnifique, le château qui la surplombait, lui, demeurait la plus impressionnante œuvre de la cité. Je peinais à accepter que la Terre rescelle d’assez de matière pour bâtir un édifice de cette taille – certainement celle d’un pays entier. Malheureusement, il fut impossible de m’arrêter ou de pavaner à travers les rues pour découvrir toute la magnificence des lieux ; l’escorte qui m’avait menée jusqu’ici semblait pressée. Comme si on l’était ! De toute façon, depuis l’appel de mon Maître, l’affaire était réglée. J’allais faire la rencontre des plus grands savants du monde, et me mettre au boulot à leurs côtés. Nous aurions aussi bien fait de prendre un peu de bon temps, avant de passer aux choses sérieuses. Alors, tandis qu’ils me sommaient d’avancer plus vite, je tournais la tête à droite, à gauche, profitant tranquillement du paysage fantastique qui s’offrait à ma vue.

Pour autant, nous ne tardâmes pas à rejoindre un grand bâtiment blanc, rempli d’une foule de blouses blanches. Je commençais à avancer tranquillement parmi elles, cherchant un guide d’accueil pour l’humble serviteuse du vice-amiral Ghetis Archer. Cependant, le hasard tira mon oreille vers les chuchotements, qui me rapportèrent que l’immensité de la populace présente attendait tout simplement son tour pour passer l’examen.

L’examen. Ah ben oui, l’exa-QUOI ?!

Il y avait anguille sous roche. Une grosse anguille même, ou une grosse roche, je sais pas. Tout ce dont j’étais sûre, c’était qu’on m’avait vendu un poste dans la Section Scientifique tout frais et sur-mesure. Là, on était encore loin du « Etsu va rejoindre la Section Scientifique au nom de Ghetis Archer ». Tout ce que je voyais, c’était qu’Etsu allait passer des tests, certainement très longs et angoissants, assez compliqués pour sélectionner la pointe des scientifiques, au même titre que tout un tas d’autres personnes peut-être plus douées qu’elle. Et surtout, Etsu était à présent encombrée d’un putain de… de… de truc qui allait la déconcentrer, comme si elle avait une bonne grosse constipation, et que tous les éléments étaient réunis pour lui faire foirer les fameux tests. Au milieu de la foule, je baissai la tête vers mon ventre.

JE TE HAIS !

Non, non, je devais me calmais. Je fermai les yeux, inspirai sereinement, expirai…

PUTAIN, POURQUOI CES CONNARDS M’ONT PAS DIT POUR L’EXAMEN ?!

Je sanglotais intérieurement, désireuse de mourir sur le champ et de ne plus jamais avoir besoin de faire face à la dure réalité de la vie.

Non, non, non. T’es une battante, Etsu. Jusqu’ici, tu as eu d’excellents professeurs : Pépé Bunmei, Mamie Miu et Ogawa. C’est pas le moment de flancher. Ils veulent te tester ? Ok, parfait. Tu vas leur montrer ce que c’est, d’être née dans la chimie. Tu viens de nulle part, c’est sûr, et tu es arrivée ici par piston, c’est vrai. Mais tu vas prouver à tous ceux qui doutent de toi que t’as ni besoin d’être bourgeoise, ni besoin de l’influence de Ghetis pour te faire une place dans le monde.

Il y a que moi qui doute de moi…

Ta gueule. On va passer ces examens, et on va les réussir.


Je me parlais seule. Géniale. La folie m’emportait. Ou peut-être le stress. Bon, je faisais ce que je pouvais pour me motiver. Me retrouver dans un tel lieu était impressionnant, et le nombre de candidats pour rejoindre la plus grande instance savante du monde était intimidant. Je n’étais pas sûre d’être meilleure qu’eux, alors il allait falloir, à défaut de m’élever au-dessus du groupe, me défaire de celui-ci pour montrer qu’à niveau égal, j’étais capable de proposer de l’extraordinaire. Sans avoir aucune idée des épreuves qui m’attendaient, je me préparais mentalement à les affronter.

La réponse vint assez vite... en partie. Une brune à moitié endormie nous apprit qu’en premier lieu, nous passerions des entretiens personnels. La suite viendrait en temps et en heure. En quoi consistaient les entretiens ? Nous n’en savions rien. J’attendis impatiemment que mon nom vienne, pour m’indiquer de passer la porte C.


Tenue d'Etsu
Il fallait faire bonne impression. Je rentrai le ventre, ayant bien du mal à cacher la petite rondeur qui s’étouffait dans ma blouse un peu trop serrée, et partis pour l’entrée C. M’excusant à chaque pied écrasé sur mon chemin – cinquante-six fois environ, je réussis à rejoindre la porte en question. Si je m’attendais à rejoindre directement un bureau pour l’entretien, j’eus bien du mal à cacher ma surprise en atterrissant dans une seconde salle d’attente. Mais ici, au moins, je me sentais un peu plus à ma place. Je n’étais pas la seule à ne pas porter l’uniforme standard du scientifique. Parmi tout le blanc de la salle, je faisais un peu tâche dans mon coton brun. C’était la tenue qu’utilisait Mamie Miu, lorsqu’elle était plus jeune, et je la trouvais confortable, tout en étant assez sécuritaire pour les travaux de laboratoire. En tout cas, dans cette petite salle, je pris directement place à côté de la seconde demoiselle colorée, remarquant le drôle d’objet qu’elle avait entre les mains. Rompant sans honte le silence qui régnait jusqu’alors, je lui demandai :
 
C’est quoi, ton engin ?

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Etsu arrive à Marijoa, découvre qu'elle doit passer et réussir des tests pour entrer dans la SS, et attend son tour comme les autres. Elle tente une approche avec la demoiselle à la boule de cristal.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Gouvernement)

PNJ (Gouvernement)
Messages : 669

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Lun 3 Sep - 21:56







La jeune blonde leva les yeux de son petit cristal mécanique pour les poser sur la rose avant de la détailler, de bas en haut. Elle s'attarda sur son visage, évidemment et sembla le scruter sous toutes les coutures avant de descendre d'un cran pour bloquer sur la poitrine de la jeune rose. Une fois la zone détaillée quelques secondes, elle réadressa un signe de d'oeil et arqua un sourcil aguicheur. Elle descendit encore de l'oeil pour finir sur le ventre de la jeune femme avant de simplement faire un petit bruit de bouche particulièrement agaçant qui pouvait tout et rien dire à la fois. Elle y resta, encore un peu, en continuant à tripoter instinctivement le cristal qu'elle n'avait pas lâché. Puis, alors, tranquillement, elle descendit encore le regard pour s'arrêter, une nouvelle et dernière fois sur les hanches de la logia. Elle n'y resta que peu et passa rapidement sur ses jambes avant de reporter son attention sur son petit jouet.

Elle manipula alors d'une façon un peu différente jusqu'à ce que deux pans de cristaux, les deux plus gros, se divisent comme pour former deux bras flottants au-dessous d'une petite tête cristalline. A l'intérieur de ce petit corps semblant si précieux, le mécanisme bougeait sans cesse et deux petits jambes métalliques se laissèrent échapper et vinrent terminer la forme ouverte de cette création maison.

- C'est ça, un de mes bébés. Et toi, c'est quoi ton truc ?  

Le plus étonnant chez cette jeune femme, si ce n'était pas son art, était davantage le timbre de sa voix. Spécial au possible, ce dernier dérangeait, il n'inspirait pas la confiance mais davantage la peur. Eraillée, cette voix semblait être celle d'une démente, d'une folle qui ne vivait que pour ses petites machines et qui ne prêtait aucun intérêt à l'âme humaine. D'ailleurs, ce n'était pas totalement faux s'agissant de son cas personnel mais elle s'ennuyait alors autant se divertir en voyant pourquoi son interlocutrice était présente. Ici, les candidats n'étaient pas classés selon leurs capacités, Etsu était chimiste, la poupée aux apparences sadiques ne semblait pas partager sa passion, préférant les choses robotiques ; de toute évidence.

Une fois qu'Est aurait répondu, la blondinette se mettrait à sourire, peu important la réponse et s'apprêterait à continuer lorsqu'une énième blouse blanche débarque de l'une des portes et appelle une nouvelle personne.

- Mademoiselle Nini Zaka.  

La jeune femme assise à côté de la gazeuse se mit à soupirer et à simplement remballer sa petite création avant de se lever.

- Bon, bah c'est à moi. A plus la rose. On se recroisera peut-être à la prochaine étape si tu passes.  

Un doute sur ses réussites ? Pas le moindre, Nini était totalement persuadée de passer à la suite, l'entretien n'était qu'une formalité pour elle, une simple entrée en contact qu'elle allait expédier ilicci-presto.

De son côté, Etsu verrait les deux autres partir puis trois autres arriver, que des blouses banches inutiles et aussi peu intéressantes que toutes les autres aperçus plus tôt. Puis, finalement, enfin, le nom de "Ogawa" revint dans la bouche de l'un des examinateurs, celui qui avait appelé Nini quelques minutes auparavant, un entretien éclair donc. Etsu fut alors invitée à entrer dans un petit bureau où se trouvait une table et deux chaises. Le questionneur, un homme aux cheveux grisonnants, pris place sur l'une des assises alors qu'il laissait l'autre libre pour celle qu'il allait cuisiner.

- Mademoiselle Ogawa, assez-vous, je vous en prie. Entrons rapidement dans le vif du sujet. Votre dossier mentionne une affiliation au Vice-Amiral Archer, qu'en est-il ? Puis, j'aimerais que vous abordiez votre domaine d'expertise et retraçant votre parcours dans ce dernier.

La première question ne visait pas les compétences mais bien les relations qui avaient amené la petite rose à se présenter ici. Dans un second temps, ils entreraient dans le gros de la bête et aborderaient le domaine d'activité de la logia.

Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Mer 5 Sep - 20:17



Un excellent outil


Je ne savais pas à quoi cette fille bizarroïde jouait, en me dévisageant de la sorte, mais je m’étais mise à l’imiter. Si ça l’amusait de dévisager les inconnus de cette façon, ça l’amuserait peut-être autant de l’être à son tour. Je passais mes yeux sur les siens, puis sur tout son visage. Même si elle avait un air un peu flippant, je devais lui reconnaître une beauté juvénile. Elle passa à ma poitrine – qui commençait à peine à se bomber – et je fis de même, pour elle. Elle n’avait pas les seins très développés, mais je les imaginais déjà petits et roses, mignons, idéaux pour quelques douceurs intimes. Ah, si seulement j’avais connu plus de femmes ! A vrai dire, je n’avais jamais eu aucune relation avec d’autres demoiselles, et ce n’était pas faute d’avoir essayé. Ça m’aurait évité des emmerdes.

Son bruit de bouche m’extirpa hors de mes songes, et je réalisai que son attention s’était alors déposée sur mon ventre. Par réflexe, je le rentrai, mal à l’aise, avant de me demander si elle avait compris. Sa réaction était étrange. Angoissante, plutôt. Elle avait compris, c’était certain. Ca se voyait à ce point ? Lui adressant un rictus complexé, je croisai les bras autour de mon ventre, le corps tout raide. Puis je baissai la tête, fixant le sol sans plus prêter aucune attention à celle qui m’avait démasquée.

Elle a compris directement. Ca se voit trop. On pourrait en rentrer trois comme toi, dans ton bide. Faut que tu te caches. Finis les petites jupes taille haute, les crop-tops, la lingerie sexy. Prépare-toi à porter des jogging-sweat pendant des mois… ou toute ta vie.

 
C'est ça, un de mes bébés. Et toi, c'est quoi ton truc ?  

Je relevais la tête d’un coup, alertée par les mots de la demoiselle. Là, elle me cherchait. Je ne lui répondis que par un regard noir, souligné d’un silence lourd de sens, parce qu’elle me faisait trop flipper pour que j’ose lui adresser encore la parole. Mais bordel, « mon truc », c’était un ventre, un ventre tout ce qu’il y avait de plus normal, et si elle y voyait quelque chose à redire, bah… bah… Elle pouvait se le garder. Si elle voulait. De toute façon, je lui aurais pas dit. J’hésitai un instant à lui répondre quand même, à lui faire remarquer à quel point c’était une connasse, mais elle fut appelée pour l’entretien, et me salua avant de partir.

« Si je passe » ? Ben… au moins, cette fois, j’ai trouvé quelqu’un qui ne croyait pas en moi. Wouhou.

Enfin, si mes sentiments pour elle tiraient entre peur, haine et attirance, cette Nini Zaka m’intriguait. Je la détestais assez pour vouloir l’étriper, mais, je devais l’avouer, quelque chose en elle me fascinait. Son petit objet, et la passion qu’elle avait pour lui, peut-être ? En tout cas, ma curiosité vis-à-vis d’elle me donnait le courage de passer cette première épreuve, quelle qu’elle fût.

Je n’attendis pas longtemps mon tour. L’examinateur de Nini m’appela, et sans un mot, je le suivis jusqu’à une pièce épurée, meublé d’une seule table et de chaises. Je pris place face à lui, me demandant si la courte durée du précédent entretien n’était pas signe d’un échec. Mais je n’étais pas là pour m’occuper de Nini. Cette fois, c’était à mon tour de prouver mes talents. J’attendis sagement la première question, concentrant tout mon savoir pour pouvoir répondre aussi vite que possible à la demande. Chimie organique, inorganique, thermodynamique et autres aspects de chimie physique, pourquoi pas un peu de mathématiques : j’étais prête pour n’importe quelle interrogation. Mon cerveau n’était plus qu’une banque de données et une calculatrice, un robot en somme, prêt à servir les sciences du mieux que possible.

Ghetis Archer ? Mon domaine d’expertise ? Mon parcours ? FACILE !

Je toussotai avant de prendre la parole :
 
Ghetis Archer est mon Maître, c’est lui qui a demandé que je sois envoyée ici. Si vous voulez vérifier ça, j’ai son numéro sur les fesses. On s’est rencontré à Powder Island, il y a… deux ans, je dirais. Là-bas, j’ai servi de cobaye à lui et une de ses subordonnés, pour tester quelques… Quelques… médicaments ? A vrai dire, je n’ai pas beaucoup de souvenirs de cet après-midi-là !

Je souris, prenant une pause pour respirer et reprendre de plus belle :
 
Sinon, je suis chimiste. J’apprends la chimie depuis que je suis toute petite ! Mes grands-parents étaient chercheurs. Pépé Bunmei s’intéressait plutôt à la chimie organique, et Mamie Miu à la chimie physique. Du coup, ils m’ont appris tout ce qu’ils savaient. Puis, lorsqu’ils nous ont quittés, j’ai eu mon premier Maître, qui m’a plutôt inculqué la dextérité de l’expérience. Mais aucun d’eux n’a jamais fait partie de la Section Scientifique. Du moins, pas à ce que je sache. Moi, ce qui m’intéresserait le plus, ce serait de tout savoir des fruits du démon ! D’ailleurs, j’en ai mangé un. Le Gasu Gasu no Mi ! Je ne le maîtrise pas encore parfaitement, et j’ai certainement des tonnes de gaz à découvrir encore, mais je peux faire plein de choses avec. Par exemple…


Je pointai l’index vers mon propre nez ; le doigt sembla se fendre au bout, laissant s’échapper un gaz rouge aux odeurs sucrées, et j’en reniflai un grand filet, tout sourire. Je tendis la main vers l’homme, l’invitant à faire de même, et patientant quelques secondes pour que les effets du gaz apparaissent.
 
Ahahah… Ca… AHAHAHAH ! C’est un… pffffrhihihi ! C’est un gaz hilarant ! AHAHAHAHAHAHAH ! J’adore ce gaz ! J’ai les larmes aux yeux ! Ahahahouhouhouh ooouuuuh ! Où est-ce que j’en étais hihihihi ? Ahah… Ah oui, le Gasu Gasu no Mihihihihihi ! C’est un pouvoir vraiment fantastihihihihi… AHAHAHAHAH ! Personne ne m’a jamais appris à m’en servihihihihir ! Mais c’est quand même un… ouhouhouh ! Un très bon outil, pour une chimiste !

Et jusqu’à ce que les effets du gaz se calment, si rien ne m’en empêchait, je continuerais à raconter mes exploits avec le Gasu Gasu, notamment comment éviter de mourir d’une chute de quelques dizaines de mètres, comment imiter l’odeur et le bruit d’un pet.

Une fois calme, je toussoterais pour reprendre du sérieux, et expliquerais qu’il était aussi possible de créer des gaz explosifs, suffocants, ou tout autre chose pas très amusante mais utile en temps de guerre.

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Nini intrigue Etsu. Cette dernière répond aux questions de l'examinateur, s'égare un peu dans son discours, et propose une démonstration du Gasu Gasu.

Technique utilisée :
LAG ►
Caractéristiques - Couleur rouge, odeur de barbe à papa.
Action - Gare aux crampes ! Le gaz hilarant, comme son nom l’indique, provoque des fous rires chez quiconque le respire.
Niveau 10
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Gouvernement)

PNJ (Gouvernement)
Messages : 669

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Mer 5 Sep - 21:14






Ces jeunes … Un scientifique comme l’était l’examinateur, maintenant âgé de cinquante six ans, ne comprenait pas tout aux subtilités de la décadente jeunesse et pourtant, les sciences sociales faisaient parties de son domaine de compétence. Ainsi, il afficha une mine légèrement circonspecte lorsque la jeune interrogée aborda le sujet de ses parties privées. Le vieil homme n’imaginait pas avoir une journée comme celle qu’il passait aujourd’hui. Avant la rose, il avait eu affaire à une gamine complètement déglinguée mais au talent robotique indéniable. Il avait creusé, en profondeur, et avait finalement découvert que le caractère de cette créatrice ne serait pas en opposition avec l’esprit général de la section scientifique. Après quelques questions de routine, des précisions sur son domaine et ses compétences et un exposé de sa vie sociale actuelle, la jeune blonde était passée, comme elle s’y attendait. Maintenant, après la timbrée, il semblait être tombé sur un nymphomane, ou quelque chose du genre. En tout cas, elle était l’esclave ou le jouet du Vice-Amiral Archer.

La question quant à son affiliation ne valait pourtant pas grand chose, simplement une mention à confirmer, celle que le vairon qui faisait beaucoup parlé de lui récemment était le bienfaiteur de cette jeune femme si étrange.

- Heu, je vous remercie mais ça ne sera pas nécessaire. Non seulement, je vous crois sur parole et nous détenons une note du Vice-Amiral Cruz confirmant l’information.  

La question de l’affiliation était réglée et bien qu’elle soit… étrange, ce n’était pas quelque chose qui pourrait porter préjudice, enfin, pas au poste d’aspirant externe à la section. Dans les échelons plus importants, la dépendance à un gradé de la marine pourrait s’avérer être une difficulté non-négligeable, un réel souci pouvant entrainer un conflit d’intérêt mais pour l’heure, la question ne se posait pas. De la même façon, le grisonnant ne s’attarda pas sur l’épisode de test de médicament, l’Archer disposait de scientifiques dans ses forces selon les rumeurs donc il fallait bien tester sur quelqu’un : une activité normale. La suite l’intéressa bien plus, enfin les discussions professionnelles revenaient sur le devant de la scène et le voile sur les capacités et l’expertise de la jeune rose se leva.

Une chimiste, il y en avait beaucoup. Mais il y avait beaucoup de médecins, énormément d’artificiers, des botanistes, des savants à la mémoire et aux capacités de mémoire magistrales ou encore des créateurs de robots. Finalement, au milieu de tout ça, les chimistes n’étaient peut-être pas plus représentés que les autres, et bien moins que les médecins dans tous les cas. Ces débiles pensaient que savoir réparer un coeur ferait d’eux les nouveaux prodiges de la section alors qu’un simple chirurgien n’avait rien à faire parmi eux. Bref, une chimiste. Une chimiste de famille qui avait appris avec ses grands-parents, les choses semblaient de moins en moins prometteuse. Oh, elle avait trouvé un maître expérimenté par la suite, quelle originalité, probablement que les vieux avaient passé l’arme à gauche. Plus le récit avançait et moins l’examinateur semblait convaincu. Il y avait encore une éventuelle phase de pratique à aborder mais pour l’heure, l’apriori n’était pas des meilleurs.

Pourtant, d’un coup, le visage du grisonnant trouva un intérêt nouveau, un élément inattendu étant venu se glisser dans le récit, un élément plus qu’intéressant surtout lorsqu’il était mis en relation avec les compétences de l’examinée : un fruit du démon. Si elle avait eu un Zoan ou le paramécia des balles, la chose n’aurait pas été bien intéressante mais là, un logia. Quoi de plus utile pour une chimiste que de bénéficier d’une ressource en quantité illimitée ? Quoi de plus irréel et de plus merveilleux que cette ressource soit le gaz, ou plutôt les gaz si l’on en croyait la jeune femme. Il s’apprêta à en demander plus mais il fut coupé dans son élan par la fougue de cette jeunette. Son faciès s’éclaira d’un intérêt renouvelé lorsque le doigt de son interlocutrice se fendit en libérant un gaz inconnu. Sans trop le vouloir, il s’approcha par curiosité et un sourire naquit aux commissures de ses lèvres, il en avait respiré.

Ainsi, ne pouvant réellement gardé son sérieux, il se mit à ricaner d’un rire aigu ne convenant pas vraiment à l’image du personnage. Il s’excusa et comprit rapidement la cause de son hilarité. Il attendit quelques instants, le temps que les effets se dissipent, au moins de façon mineure et reprit son analyse.

- Il s’agit d’un précieux pouvoir et d’une précieuse ressource dont vous bénéficiez là. J’imagine sans peine qu’à l’image des autres maudits, votre maîtrise s’améliorera avec le temps et l’exercice. Sans me faire de démonstration, pour des raisons évidentes, quel type de gaz pouvez-vous produire à l’heure actuelle ?  

Il écouterait alors la réponse, un véritable intérêt renouvelé maintenant présent pour cette nouvelle perspective. A l’issue de ces informations, il aborderait un sujet de fond car, finalement, l’intérêt n’était pas de faire des gaz mais de s’en servir.

- D’un point de vue théorique, dans quel domaine vos connaissances portent-elles, si possible, dites m’en davantage.  

Ici, il s’attendait à entrer dans du dur, dans de la théorie que lui, spécialiste en médecine innovatrice, ne comprendrait probablement pas : ce serait parfait. De toute façon, la Ogawa ne savait pas qu’il n’était pas chimiste, alors pourquoi lui faire croire le contraire ?

Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Sam 8 Sep - 14:34



Du gaz au solide


Idiote, idiote, idiote ! Tu peux générer des gaz de guerre à volonté, des gaz qui intéresseraient la Marine, et tout ce que tu trouves à lui montrer c’est un « hahaha gaz hihilarant ». Ahahahah. Pauvre conne.

C’était terminé, cette fois, c’était certain. Un homme de son statut qui se met à rire comme un adolescent sous l’effet des gaz d’une adolescente, ça allait pas lui plaire. « Merci, au revoir, à jamais. » Bon sang, mais qu’est-ce qui m’avait pris ? Il y avait la tension de l’entretien, et même de tout l’examen. Après tout, cette entrevue n’était que le début ; je ne savais pas quand la totalité terminerait.

J’avais le sentiment de devoir réussir, que l’échec n’était pas envisageable. D’une certaine manière, c’était déjà pour mes défunts professeurs. Pas vraiment pour eux, en fait, puisqu’ils n’étaient plus de ce monde et que je leur imaginais mal une existence parallèle dans laquelle ils pourraient veiller sur moi. J’avais seulement besoin de me prouver que tous leurs enseignements avaient portés leurs fruits. Que, même s’ils n’avaient jamais été reconnus comme les plus grands cerveaux de ce monde, ils en avaient fait partie. Et que, mieux que ça, je n’aurais pu avoir meilleurs professeurs. Ainsi, entrer dans la Section Scientifique nourrirait l’estime que j’avais d’eux.

Surtout, il y avait Ghetis Archer. Il semblait placer un désir prononcé à me voir intégrer la Section Scientifique, et je craignais la réaction de mon Maître en cas d’insuccès. Serait-il encore mon Maître ? Devrais-je retourner à l’errance, et attendre qu’une telle occasion se présente à nouveau ? Impossible, ça ne pourrait pas se reproduire. Ghetis était mon Maître et je ne comptais pas en changer. S’il voulait me voir au sein de cette instance scientifique, s’il me l’ordonnait, alors je le ferais. Pas le choix.

Reprenant un peu de sérieux et de confiance, rassurée par la poursuite de l’entretien et l’intérêt de l’examinateur pour mon fruit, je soufflai. Le stress descendait petit à petit, demeurant en quantité convenable pour passer la suite des événements sereinement. Je fermai un œil, comme pour mieux viser de celui qui restait ouvert mes poings fermés, posés devant moi sur la table. Pour répondre à la première question, j’ouvris mes doigts un par un, à mesure que je nommais mes gaz :
 
Alors… il y a ceux qui provoquent des blessures ou des maladies par contact ou inhalation. Et plus généralement, tous les gaz dont les effets sont directement dus au gaz en question. Par exemple, il y a le TOEKOMS. Il cause des maladies cutanées et respiratoires sur le long terme.

Dès qu’il fut nommé, je pointai mon pouce en l’air. A peine le geste fut-il exécuté qu’un gaz blanc s’en échappa. Me rappelant soudainement des consignes de l’examinateur, je secouai ma main dans le gaz, soufflant dessus pour le dissiper au mieux. Heureusement, je n’en avais pas produit assez pour qu’il fasse effet.
 
Oups, pardon pardon pardon ! Je… euh… Je continue ! Il y a… euh… Le TRAANGAS, un gaz lacrymogène. Le PIMENTO, assez violent pour faire suffoquer quiconque le respire. Le KORWE : il donne de l’urticaire. Le BRAND, qui provoque des brûlures chimiques. Le VERLAM, un gaz paralysant ; le LAG, c’est un gaz hilarant, on vient de le tester ; le STINK, il sent très mauvais, mais j’en ai déjà parlé ; le VERVORM donne le tournis, et déforme un peu tout ce que voit la personne qui le respire ; et enfin, le PYNLOOS pour atténuer la sensation de douleur. Mais ce n’est qu’illusoire, ça ne guérit pas. Ensuite, il y a les gaz qui… utilisent certains principes physiques pour avoir une action.

Là, je pris une pause, observant mes dix doigts ouverts et réfléchissant un instant. Il allait falloir compter avec les pieds. J’en levai un pour le poser sur la table, mais avant même que celui-ci n’atteigne les trois quarts du meuble, il se stoppa net pour atterrir lourdement sur le sol. Je lançai un regard noir à mon ventre. Mais je ne devais pas me faire regarder. Je ne devais pas LE faire remarquer. Je secouai la tête et souris à l’examinateur, sans lui expliquer ce que j’étais en train de faire, et m’excusai :
 
Ahahah, je ne suis pas assez souple, on dirait !

Ta gueule.

J’attrapai alors une mèche de mes cheveux, en comptai dix, et poursuivit le plus naturellement du monde en énumérant les gaz sur mes cheveux.
 
Le BANG explose au contact d’une étincelle ; le VUUR permet d’amplifier des flammes ; le VERTRAAG est un gaz très dense, si bien que l’on pourrait penser traverser un liquide, quand on passer au travers ; le ROES est un agent oxydant, il permet d’émousser la plupart des métaux et alliages. Pour l’instant, je n’ai pas trouvé d’espèce gazeuse assez puissante pour les rouiller. Le OMPAD dévie un peu la lumière, de telle façon qu’on ne voit plus une personne à sa réelle place, si elle se trouve derrière le gaz.

Je réfléchis un instant aux gaz que je n’avais pas encore donné, et repris :
 
Et il y a le LUG. C’est juste de l’air. J’ai en tête quelques autres gaz à créer, mais je n’ai pas encore trouvé de formules. C’est un peu dû à un manque de moyens financiers, et surtout de connaissances dans d’autres domaines. Avec des biologistes ou des médecins, je suis persuadée qu’on pourrait inventer des gaz beaucoup plus impressionnants !

Mais je n’osais pas m’aventurer dans des explications qui n’étaient encore qu’à l’état d’hypothèses. J’attendis quelques secondes de connaître la suite, et relâchant les seize cheveux qui m’avaient permis de compter mes gaz, je pris un instant pour réfléchir à la réponse. Je n’avais aucune idée des connaissances en la matière de celui qui me faisait face, et ne souhaitait pas le perdre avec des précisions trop détaillées. Je ne voyais pas l’intérêt de partager mon savoir s’il ne comprenait rien.
 
Je m’intéresse plutôt aux solides. C’est peut-être paradoxal, pour quelqu’un qui manipule les gaz. Mais c’est ainsi, la matière solide m’attire plus. En fait, j’étudie plutôt la structure des solides au niveau microscopique. A cette échelle, tous les atomes et molécules de tous les solides ne s’organisent pas de la même manière. Pour certains, elles se rangeront de façon à former des cubes. C’est par exemple le cas du chlorure de sodium, le sel ! Et parmi ces structures cubiques, on en trouve de diverses sortes. Après, on peut trouver d’autres formes : des pavés, des hexagones… En clair, les possibilités sont nombreuses.

A nouveau, je laissai un petit silence s’installer pour trouver par où continuer.
 
Je vous épargne toute la théorie de la chose, même si, faute de laboratoire, je me suis beaucoup plus intéressée à celle-ci qu’à la pratique. Mais la maîtrise de ces structures, les connaître et les comprendre permet de façonner des objets dans un matériau adapté à leurs fonctions. Par exemple, pour une personne chétive qui se bat au sabre, il sera plus intéressant de travailler son arme dans une matière peu dense, légère, mais solide, pour qu’elle puisse la porter sans difficulté et que l’arme ne cède pas pour autant au moindre coup. Pour faire ça, il peut être intéressant de connaître la structure microscopique du métal qui compose le sabre.

Et comme je me doutais qu’une logia du gaz qui n’étudie pas les gaz, ce n’était pas si utile que ça, je poursuivis sur mes projets en cours :
 
Je n’ai pas encore réussi à le faire, mais… Je cherche un moyen de générer plusieurs gaz en même temps et de les faire réagir entre eux, pour qu’ils produisent des solides.

Si l’examinateur en demandait plus, je lui parlerais de mes petites créations personnelles. Pour le moment, j’attendais de voir sa réaction, et me tus pour accueillir ses éventuelles questions.

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Etsu énumère TOUUUUUUUUUS les gaz qu'elle sait produire. Puis elle avoue que la chimie du solide l'intéresse plus.

Technique utilisée (mais annulée direct):
TOEKOMS ►
Caractéristiques - Couleur blanche, odeur de rose.
Action - Le TOEKOMS ne provoque ni la mort, ni de douleur. Malgré une action très lente, il n’en reste pas moins dangereux sur la distance. Il laisse des traces pour le futur : maladies de la peau, maladies respiratoires… Seul un bon médecin pourra venir à bout de ces blessures !
Niveau 15
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Gouvernement)

PNJ (Gouvernement)
Messages : 669

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Lun 10 Sep - 18:58





Le monologue était long, très long, trop long mais le vieux l'écouta avec une patience et une attention particulière. Après tout, il était un scientifique et le monologue était une habitude pour ses savants lorsqu'il s'agissait d'expliquer leur domaine d'activité et leurs recherches plus en détail. Au fond, elle prouvait un peu plus, ne serait-ce que par la forme, elle se comportait en réelle chercheuse. De cette façon, elle méritait l'attention du grisonnant qui s'était déjà ennuyé pas mal de fois dans la journée et qui avait dégagé un bon nombre de candidat.

Quoiqu'il en soit, quant au fond, le vieux écouta l'énumération des gars d'ores et déjà disponibles en prenant quelques notes sur le côté. Il ne garda pas trace des noms donnés mais davantage des propriétés de chacun énoncés par leur créatrice. Il y avait beaucoup de choses, une belle diversité plus qu'intéressante en vue de futurs projets de la section explosif, arme chimique ou autre ressource insoupçonnée de la section scientifique. Pourtant, une remarque lui à l'esprit, quelque chose qui le titilla et qui le fit interrompre la rose à peine celle-ci avait fini son monologue.

- Je vous remercie pour ces précisions, s'agissant des gaz de votre création et sauf erreur de ma part, vous ne m'avez pas parlé de moyen de donner la mort. Un gaz asphyxiant, un gaz mortifère, un gaz destructeur d'organe ; quelque chose dans ce genre. Ma question est donc simple, avez-vous un moyen de donner la mort par simple utilisation de votre fruit ?  

S'agissant des pouvoirs actuels de la Logia, l'expérimenté scientifique n'avait pas davantage de questions. il était maintenant temps de venir aborder l'autre grand thème : le domaine de recherche de cette jeune femme. Sur ce nouveau point, il avoua être légèrement désemparé mais incroyablement étonné. Il s'attendait à l'entendre parler de chimie gazeuse en utilisant des termes pompeux qu'il ne comprendrait pas. Cela lui aurait pu lui convenir mais là, pas du tout. Elle aborda le contrepied total, les solides. Elle parlait en termes relativement simple d'un domaine compliqué, elle se mettait à la hauteur de son interlocuteur, quelque chose de rare dans le monde de la science. Même s'il comprenait le vocabulaire, le fond des expériences de cette femme restait un mystère pour l'examinateur : une bonne chose.

Si elle avait parlé de volcan en papier entrant éruption par une simple réaction chimique, son intégration aurait été compromise mais cette relation spéciale entre solide et gazeux, la transformation de l'un en l'autre, de l'autre en l'un : ce n'était pas quelque chose d'anodin et cela impliquait un grand nombre d'acceptions pratiques. Barrières éclaires, projectiles d'urgence, ciel solide ou autre : le gouvernement mondial pouvait grandement bénéficier d'idées telles que celles-ci.

- Je vois, il s'agit là d'un projet ambitieux pour lequel la section scientifique pourrait investir de grands moyens humains comme techniques. Aucun doute que certains chimistes seraient heureux de participer à ce projet.  

Dans le monde scientifique, la course à l'innovation était loin de n'être qu'une légende et mettre son nom sur un projet important était synonyme d'une belle évolution de carrière, la garantie d'attirer l'oeil des plus grands savants, des hautes strates de la section. Sur ce point précis, il ne pouvait en espérer davantage et, sur son petit carnet, il cocha un coin de page en griffonnant quelques mots de plus. Puis, il reporta son intérêt sur la jeune femme pour venir lui poser des questions complémentaires.

- S'agissant de votre vie personnelle, vous devez comprendre que la section scientifique a besoin de savants entièrement dévoués à leur art. Aussi, il faut ajouter quelque chose, vous pouvez être parent, mariée, avoir une vie de famille mais toujours faire passer cette dernière après votre vie professionnelle. Ma question est donc simple, la chimie est-elle la chose la plus importante dans votre vie Mademoiselle Ogawa ?  

Il était un homme marié, un père mais un jour, il avait dû faire un choix entre rendre visite à son fils blessé ou assurer une veille importante au travail, il avait le choix professionnel et ne l'avait jamais regretté.

Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Lun 10 Sep - 20:56



Scientia


Un gaz létal. Ils avaient vraiment tous un putain de problème, avec ça. Mourir, ça n’avait rien d’intéressant, ça n’apprenait rien. Pourtant, c’était visiblement le gaz qui intéressait le plus le Gouvernement Mondial. Ghetis Archer, lors de notre première rencontre, m’avait aussi fait la demande d’une telle arme. En soit, le créer ne me dérangeait pas, à ceci près que je n’y trouvais aucun intérêt personnel. Seulement, il s’agissait là plus que de le créer ; il s’agissait d’être capable de le produire en quantités illimitées. Je pouvais remettre une telle vapeur entre les mains de la Marine, car ce qu’elle en ferait ne dépendrait que d’elle. Je n’étais pas responsable des actes terroristes des soldats qui l’occupaient. Moi, je n’avais qu’à trouver une raison de le faire – simplement comprendre son action sur le corps… Ce qui m’inquiétait réellement, c’était d’en disposer pleinement. Je ne l’utiliserais certainement jamais de ma vie, et pourtant, il suffisait d’un petit ébranlement de ma foi, un toutes sur les principes qui m’avaient été inculqués, ceux qui prônaient l’importance des vies d’autrui, et le sang sur mes mains ne s’effacerait jamais. Après tout, qui n’avait jamais souhaité, même un instant, effacer l’existence d’un être ?

Je serrai mes mains sur mon ventre, et après une petite hésitation, accompagnée d’un frisson de terreur, je répondis en fuyant le regard de l’homme :
 
Pour l’instant, non, je n’ai aucun moyen de donner la mort. A moins d’insister des heures et des heures avec un gaz, peut-être… mais j’imagine que vous parlez de quelque chose un poil plus rapide. Ça ne faisait pas partie de mes projets, mais je pourrai faire quelques recherches pour vous dégoter ça.

Je poursuivis mon discours sur les solides et l’intérêt que je leur portais. Bien que passionnée par mes recherches, j’avais peur que mon engouement ne contamine pas mon interlocuteur et que mes histoires l’ennuient. Ainsi, lorsque je me tus et qu’il m’intima que la Section Scientifique elle-même serait capable d’investir dans mes petites idées farfelues, je ne pus m’empêcher de sourire, le remerciant avec une petite larme à l’œil. Il n’aurait pas pu faire femme plus heureuse. Moi, petite chimiste sortie des rues de Trader, on me proposait de payer pour mes recherches. Je m’imaginais déjà dans un laboratoire spécialement dédié à mes études, dans une équipe de grands savants, sous la direction du scientifique-en-chef lui-même. Et puis, grâce à nos travaux, nous rendrions le monde tellement parfait que les peuples de toutes les îles crieraient pour nous, et que des écoles, universités ou instituts de recherchent porteraient nos noms.

- C’est en ce jour que nous ouvrons notre école, au nom de notre héroïne, chevalière, mère et protectrice des connaissances : Etsu Ogawa !
- Oh merci, merci, il ne fallait pas en faire tant, voyons…


Woooh, woh, woh. Calme-toi, il a dit que la section scientifique « pourrait » investir dans ce projet. « Pourrait », conditionnel. Descends d’un étage, remplis toutes les conditions et là on signera le contrat. Si tu réussis. Nini doute de toi. Sale merde.

Une deuxième larme glissa sous mon autre œil tandis que je réalisais que la route était encore longue avant que je ne rejoigne les plus grands cerveaux du monde. Ou que je ne sois à leurs pieds. Peu importait cette nuance, les deux m’allaient. Le seul interdit était l’échec. Et alors que je séchais mes larmes en reniflant bruyamment, l’examinateur poursuivit.

« La chimie est-elle la chose la plus importante dans votre vie Mademoiselle Ogawa ? »

Je n’avais pas vu ma propre famille depuis plusieurs mois. Rien au monde ne pourrait me détourner de la chimie. Jamais. Après une seconde de silence, durant laquelle la détermination dans mes yeux se leva vers ceux du scientifique, j’apportai certainement la réponse la plus sincère de ma vie :
 
Non. Ce n’est pas seulement la chimie. C’est au savoir tout entier que je dévoue ma vie.

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Etsu ne possède pas de gaz mortel, mais elle propose de faire des recherches là-dessus. Après le compliment de l'examinateur, elle s'imagine déjà aux côtés des plus grands cerveaux du monde. En tous les cas, elle est complètement dévouée au savoir.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Gouvernement)

PNJ (Gouvernement)
Messages : 669

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Lun 10 Sep - 21:41





- Je vois, j'imagine que cette demande relève donc du possible. Soyons honnête, parlons entre scientifiques : la curiosité m'impose de vous poser cette question et j'imagine que votre curiosité scientifique vous obligera un jour à développer vos possibilités. 

Le grisonnant abordait évidemment le thème des gaz mortels et semblait ne pas y tenir particulièrement. Il la vit ensuite très émotive suite à ses compliments et compris que cette jeune femme avait des rêves plein la tête, des rêves de grandeur scientifique. Evidemment, sa réponse finale le porta plus loin dans cette conviction lorsqu'il vit le regard totalement emporté de la rose. Il griffonna enfin une dernière chose dans son carnet et le ferma délicatement avant de le déposer dans un petit casier métallique à sa droite. Il reporta ensuite son attention sur l'examinée et reprit d'une voix calme et posée.

- Vous semblez déterminée Mademoiselle Ogawa. Votre fruit du démon et vos connaissances semblent être de belles armes pouvant apporté de belles choses à la section scientifique. Je terminerai donc cet entretien en vous posant quelques dernières questions, ensuite, je vous donnerai mon verdict.  

L'ancêtre redevint alors sérieux et fixa son regard totalement neutre dans les iris si spéciales d'Etsu avant de lancer sa salve de question.

- Appartenez-vous à un groupuscule ennemi du gouvernement mondial actuellement ? Prévoyez-vous de trahir le gouvernement mondial en vous servant de votre éventuelle position au sein de la section scientifique ? Revendrez-vous les connaissances qui pourraient vous être offertes au sein de notre agence ? Avez-vous pour ambition de porter atteinte à l'intégrité de la section scientifique par quelque manière que ce soit ? N'êtes-vous présente qu'en vertu de votre passion pour la science ? Jurez-vous avoir dit la vérité Mademoiselle Ogawa ?  

Il attendrait chacune des réponses pour donner son ultime verdict : réussite ou échec ?

Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Lun 10 Sep - 22:50



Pas une traîtresse


Dead-End. Je les imaginais mal amis du gouvernement. J’avais participé à la conquête d’un territoire apparemment abandonné, Gaimon, pour qu’ils puissent y bâtir un laboratoire secret. Puis ils m’avaient demandé de me rendre à l’archipel Konomi, sûrement pour le contrôle du territoire, là aussi. J’avais tout accepté, sans trop poser de questions. Mais à Konomi, lorsque la Marine s’en était mêlée, j’avais fait un choix. Je n’étais plus agente de Dead-End. A présent, j’appartenais seulement à Ghetis Archer, et, par conséquent, au Gouvernement Mondial.
 
Non.

Toutes ces questions me paraissaient étranges. Comme s’il savait quelque chose. Ou comme s’il savait tout. Elles n’étaient pas anodines. Ou, au contraire, elles ne l’étaient que trop. Le problème, c’était moi. J’avais quelques culpabilités, celles de n’avoir vécu qu’auprès de potentiels ennemis du Gouvernement Mondial. De petits ennemis. Je me rassurais en me disant qu’ils ne devaient pas être connus des forces de l’ordre, puisqu’aucun d’eux n’avait été primé. A part Gamma, mais je m’étais retournée contre lui avant de subir le même sort. Je n’étais pas une ennemie du gouvernement.

Ainsi, je n’envisageais, ni n’avais envisagé aucune trahison envers la Section Scientifique. Si jusqu’ici, j’avais hésité à la rejoindre, ce n’était qu’une question de savoir. Pendant longtemps, j’avais pensé que d’apprendre les sciences en dehors de toute faction était le meilleur moyen d’apprendre. Sans être entachée d’une idéologie – celle du gouvernement mondial, en l’occurrence -, mes études bénéficiaient d’une certaine pureté. Elles n’étaient pas dirigées pour correspondre à l’image que se faisait le gouvernement des connaissances. C’était le savoir pour le savoir. Mais je n’avais ni professeur, ni laboratoire, et les financements étaient compliqués à trouver. Finalement, même si la Section Scientifique servait la Marine, c’était elle qui détenait le plus de connaissances. La rejoindre était le moyen le plus rapide et le plus efficace de donner un peu de moi dans la conquête du savoir.

Trahir la Section Scientifique, ça allait à l’encontre du bon sens. C’était me fermer les portes de la connaissance. Alors, non, ça n’était pas dans mes plans.
 
Je ne suis là que par amour des connaissances. C’est la vérité.

Dès qu’il m’y autoriserait, je me lèverais et lui tournerais le dos pour sortir là où il me dirait d’aller. Quelle que serait sa réponse, je pivoterais seulement le visage vers lui, et, soit d’un air satisfait, soit d’un air déçu, demanderais :
 
Vous pensez que si quelqu’un vient avec de mauvaises intentions, il répondra sincèrement à vos questions ?

En réalité, l’interrogation aurait dû être : « ce n’est pas un peu léger, comme protection ? ». A moins que ces simples questions, auxquelles tout un chacun se devait de répondre correctement pour entrer dans la Section Scientifique, ne cachent en apparence un bouclier plus puissant.

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Etsu dit qu'elle ne rejoint la SS que par amour du savoir.


Dernière édition par Etsu Ogawa le Dim 4 Nov - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Gouvernement)

PNJ (Gouvernement)
Messages : 669

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Mar 11 Sep - 0:23




Le vieux l'écouta, encore une fois avec un silence monacale et un respect sans faille. Sa détermination et sa concentration étaient à l'image de la motivation apparente de la jeune rose lui faisant face : totale. Elle répondit simplement à ces simples questions paraissant totalement bateau et qui l'étaient, peu-être. Son carnet, il l'avait remisé et ne prenait plus de note, son attention totalement focalisée sur la jeune femme sans que rien puisse troubler son entretien. D'ailleurs, l'entretien touchait à sa fin et au moment où elle terminait ses réponses avouant qu'elle se trouvait ici uniquement que pour l'amour du savoir, la bouche du scientifique se fendit d'un sourire et d'un air amusé.

- L'amour du savoir... Le plus beau de tous évidemment.  


Il s'assit plus confortablement au fond de sa chaise et croisa les doigts en réfléchissant, les yeux un peu plus perdu que précédemment. Cette attitude n'était que du suspens, la décision était déjà prise mais il était bon de faire tenir les recrues un peu plus longtemps, surtout les recrues avec le sort qui attendait la Ogawa.

- Félicitations, vous passez Mademoiselle Ogawa. Veuillez vous dirigez vers la porte à votre gauche pour la suite.  


Mais alors qu'elle se levait pour rejoindre la direction indiquée, endroit où attendaient les candidats déjà sélectionnés, le grisonnant examinateur eut à faire à un questionnement inattendu, celui de son examinée qui s'interrogeait sur l'utilité des dernières questions et la sincérité des sondés.

- Qui sait Mademoiselle Ogawa ? La science est l'art de rechercher des réponses, aux scientifiques de les donner.  


Il en resterait là et n'irait pas pus loin en attendant qu'elle disparaisse derrière la porte indiquée. Alors, un sourire amusé prendrait place sur le visage de l'homme qui se lèverait en allant chercher son prochain candidat. Il avançait vite et avec ces Nini et Etsu, il tenait deux profils atypiques mais réellement intéressant.

S'agissant d'Etsu justement, en ouvrant la porte, elle découvrirait un long couloir chichement décoré qui aboutirait sur une salle de plus petite taille que le hall d'entrée, une salle où il n'y avait que peu de monde, une petite trentaine de personne à tout casser, une majorité de visage inconnu et surtout, surtout une extrême majorité de blouses blanches. Pourtant, au milieu des blouses assises sur les canapés prévus à cet effet, l'on trouvait des atypiques, dont une en particulier assise dans un coin, directement sur le sol, adossée à un pilier.





La dénommée Nini Zaka s'amusait avec deux de ses pétales robotiques, elle les bidouillait, les manipulait en les ouvrant, les fermant, sans jamais les activer, sans montrer aux autres de quoi il s'agissait réellement : une chose que la Ogawa savait déjà. Elle leva la tête, nota la présence de son acolyte d'attente et lui adressa un simple coucou de la main, cet air si dérangeant fiché sur les lèvres.





Plus à l'écart des groupes, lui aussi, se tenait un homme, debout contre un des piliers massifs de la salle, les yeux jaunes félins oscillant sur toutes les têtes présentes. Parfaitement placés sur son crâne se trouvaient deux oreilles félines et une queue se laissait voir dans son dos, battant le rythme des arrivées dans la salle, toujours suivie de ce regard animal. L'inconnu analysait tout et tout le monde, il ne loupait rien des visages présents et pourrait sans doute les décrire tous les yeux fermés. Finalement, comme toutes les nouvelles têtes, l'homme aux innombrables traits félins dévisagea longuement la nouvelle arrivante, Etsu, sous toutes les coutures. Cette dernière, si elle le remarquerait, serait peut-être dérangée par un bruit de pas qui venait dans son dos, une nouvelle qualifiée.





En se retournant, Etsu pourrait voir cette femme passée près d'elle sans même lui adresser un regard de son seul oeil visible et avancer directement vers le félin qui venait de lever les yeux au ciel. Les deux débuteraient alors une conversation de leur côté, à voix trop basse pour que l'on puisse les entendre si l'on ne se trouvait pas à côté d'eux : le cas de personne pour l'heure. La nouvelle arrivante semblait hautaine plus que toute autre personne ici.

Quoiqu'il en soit, les minutes passèrent et Etsu aurait eu tout le loisir de choisir une place ou de se rapprocher de telle ou telle personne lorsqu'enfin, les deux derniers candidats franchirent les portes.





Si elle s'était rapproché de Nini, elle l'entendrait réagir à l'arrivée double mais ne visait que la petite brunette, l'homme la désintéressant totalement. Si la rose était restée seule, Nini se serait dirigée vers elle en voyant les derniers arrivants et aurait prononcé les mêmes mots.

- La brune, tu la reconnais ? C'est une gouvernementale connue, une commandante je crois bien. Davi Natali... Elle est pistonnée, je la déteste cette garce... Le piston, je m'en fous mais elle... Qu'elle brûle. 


De toute évidence, Nini n'aimait pas beaucoup la brune connue de la plupart. En effet, se présentait devant cette assemblée la commandante Davi Natali, renommée à quelques trente-huit millions de Berrys et reconnue pour ses talents en terme de destruction brute. Sa renommée provenait du fait qu'elle avait totalement détruit la base d'un petit caïd de l'underground, seule. Après son passage, il ne restait plus rien des lieux, sauf des débris.

A ses côtés, l'homme des plus efféminés n'attirait l'oeil que du félin qui regardait toujours les têtes présentes, le pauvre ne semblait pas déchaîner les passions. Quoiqu'il en soit, et à peine les deux derniers avaient fait leur apparition qu'une tête connue ouvrit la porte du fond de la salle, la seule présente et fermée jusqu'alors.



Minerva Hijima, membre de la section scientifique


- Salut les jeunes, enfin... Re-salut. Bon, vous étiez beaucoup, vraiment beaucoup. Vous êtes encore quarante-sept. On va pas se mentir, c'est énorme. On va donc continuer l'écrémage avec une phase plus sympa. Vous le savez tous si vous êtes ici, la vie d'un scientifique se divise en deux temps : la recherche théorique et l'application pratique. Là, vous avez passé la théorie avec succès, on va passer à la pratique. Vous allez former des binômes tirés au hasard et vous devrez passer une épreuve de base. Ensuite... Bah vous verrez après, on restera dans de la pratique. Venez me voir pour tirer mon numéro. 


Dans les bras de la membre séniore de la section se trouvait un petit cylindre apparemment rempli de boules portant un numéro contenu entre un et vingt-quatre. Si l'on faisait les comptes, il y avait un candidat qui se retrouverait seul ou un binôme qui serait un trio. Etsu devait s'avancer et tirer au sort son numéro.



Alors alors alors, les choses avancent et ici, tu rencontres plus de monde. Tu peux aller vers qui tu veux sauf les deux derniers arrivés, logique. Si t'es avec Nini, elle te parle de la nouvelle arrivante dans les termes définis, sinon elle viendra t'en parler quand même.

Pour le tirage au sort, on va procéder d'une façon rigolote vu que t'es toute seule dans l'animation : tu choisies ton numéro. Tu peux donc l'annoncer dans ton prochain poste et clôturer sur ça où je reprendrai la main. Si tu as des questions, n'hésites pas.
Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Dim 4 Nov - 18:04



Super binôme


Je passe ?! Je passe ! JE PASSE ! Ai-je douté de moi à un seul instant ? Noooon, jamais. Je suis géniale.

Un petit cri aigu – « hiiiii » - et un sourire en guise de remerciement, j’avançais vers la porte désignée par le bonhomme, toute guillerette. J’allais atteindre le but d’une vie, ou, plutôt, le début d’une vie. Après tout, l’entrée dans la Section Scientifique n’était qu’un commencement. Tout le déroulement, toutes les aventures et péripéties qui y étaient liées débutaient à l’admission. J’avais passé avec succès la première épreuve, et étais prête à exceller pour les autres. Et tant pis pour la bêtise qui me chatouillait le ventre. Si je devenais une véritable scientifique, toutes ces petites gourdes ne seraient que poussière face à ma réussite, à mes yeux comme à ceux de mon Maître. En fait, si j’avais quelques peu perdu la face plusieurs fois avant de passer l’entretien, si j’avais craint de faillir, à présent je n’y pensais même plus. J’avais uniquement la rage de vaincre. S’il n’y avait qu’une place à la fin des épreuves, ce serait la mienne.

Quant à cette histoire d’intentions, j’en oubliai la raison même pour laquelle je m’y étais intéressée. Je n’avais aucune idée du caractère bon ou mauvais de mes intentions. En me présentant à Marijoa, je servais Ghetis Archer, que l’idée d’une sbire dans la Section Scientifique ne déplaisait pas, et mon propre intérêt, c’est-à-dire le règne du Savoir. Ce n’était ni bien, ni mal, et je m’en moquais.

Arrivée à l’autre bout du couloir, une salle minuscule, en comparaison à la première, s’offrit à moi. Une trentaine de personnes la peuplait. C’était peu, très peu par rapport à mon arrivée. Je n’étais pas une très bonne statisticienne, mais je mesurais sans peine la chance que j’avais d’être là. Je n’étais pas encore au bout de mes peines, et je faisais déjà partie d’une élite. Etrangement, cette constatation me fit sentir plus seule que jamais. Et mon rapport à la solitude n’ayant jamais été des plus enviables, mes yeux ne tardèrent pas à parcourir la salle pour trouver une figure connue. Nini. Bon, il faut le dire, je ne la connaissais pas depuis des lustres. En fait, je lui avais parlé dix secondes avant son entretien. Mais c’était toujours mieux que rien. La repérant sans soucis, je me dirigeais vers elle, croisant le regard d’une grande perche brune à l’air un peu peste. Ou je ne croisais pas son regard, puisqu’elle ne daigna même pas m’en accorder un. Je détestais que l’on m’ignore de la sorte. Sale p… Peu importait. Je la dézinguerais plus tard.

Je revenais à Nini. Qui me souriait si bizarrement. En fait, j’aurais sûrement préféré rencontrer quelqu’un d’autre, pendant ces dix secondes d’attente. Quelqu’un d’un peu moins… original. Et flippant. Surtout flippant. Pourtant, dès mon arrivée, elle me parla comme à une vieille amie, avec qui on critique les connasses insupportables. Peut-être nous apprécions-nous finalement, ou que, par dépit, un semblant d’amitié s’était créé. Je passais un regard vers la fameuse connasse insupportable, une petite demoiselle toute mignonne. Pas si mignonne, en fait. Si les dires de Nini s’avéraient, cette Davi Natali ne devait pas être une brindille fragile. Commandante, ce n’était pas un titre que l’on offrait aux petites filles.

J’aurais voulu lui demander ce qu’avait fait la gouvernementale, pour être tant haïe, mais la dame qui nous accueillait ne m’en laissa pas le temps. J’haussais les épaules, faisant la moue, pour répondre à Nini, alors que la voix de la première s’élevait.

Place à la pratique, enfin ! Si j’avais approfondi la théorie avec mes grands-parents, mon premier Maître avait été un excellent professeur en ce qui concernait l’expérience. Tout le temps passé à ses côtés payait enfin. Le seul hic, c’était le binôme. J’espérais qu’il ne me freinerait pas. Ouais, c’était surtout de ça que j’avais peur. Le travail d’équipe, ça n’était pas mon fort. Après tout, le dernier en date s’était plutôt mal terminé. Pas pour moi, en fait, mais Gamma me manquera.

J’avançais vers le tirage, et attrapais mon numéro. Au bout de quelques minutes, je compris que mon acolyte serait Davi Natali. Une commandante primée, détestée de la seule amie que je m’étais faite ici. Super. Quoi que… super en vrai ? Après tout, c’était peut-être un atout. Adressant à Nini un regard d’excuse, je m’avançais vers la gouvernementale, souriant par politesse et pour la saluer.
 
Ben… on dirait qu’on est ensemble. Davi Natali, c’est ça ? Je crois que j’ai entendu parler de toi… Tu as sûrement fait des trucs grandioses. Maaiiis j’ai oublié quoi, tu peux me le rappeler ? Ahah…

Comme approche pour en apprendre un peu sur elle, on faisait plus discret. Tant pis, la discrétion n’avait jamais été mon fort.


©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
A cause du tirage au sort, Etsu se retrouve avec Davi Natali (tirage vu en PV avec Kana). Elle essaye de comprendre comment sa binôme est devenu commandante.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ (Gouvernement)

PNJ (Gouvernement)
Messages : 669

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Dim 4 Nov - 23:10





Les jeunes gens allèrent tous chercher leur numéro au tirage au sort, ils cherchaient leur binôme jusqu’à ce qu’enfin il le trouve tous, en commençant par une jeune femme brune qui vit une petite rose se pointé devant elle.



Davi Natali, commandante de la marine, renommée à 38.000.000 B


La jeune commandante regarda celle qui se présentait comme sa nouvelle coéquipière et se mit à sourire simplement, lui tendant une main amicale qui ne tenait qu'à être serrée. Elle semblait volontaire, sympathique, assez loin de l'image que Nini avait pu dépeindre de cette illustre inconnue.

- Apparemment oui, je suis heureuse de faire ta connaissance Mademoiselle Ogawa. J'ai eu la chance de lire quelques lignes rapides sur toi. Tu es affiliée au Vice-Amiral Archer il me semble ? Je suis quant à moi sous les ordres du Vice-Amiral Iliena. Nous sommes donc des privilégiées si l'on peut dire.


La jeune femme réajusta ses lunettes de soleil sur le sommet de son crâne et chercha du regard la suite des événements, la porte qui pourraient les mener, elle et son binôme vers de nouvelles aventures, toujours plus loin vers la section scientifique.

- Des choses grandioses ? Non, rien de cela, quelques petites captures et une spécialité pour les objets explosifs. J'ai détruit le QG d'un criminel, cela m'a valu quelques reconnaissances et la confiance de la Vice-Amirale Iliena. Je suis très heureuse d'oeuvrer à son bord, pour son compte. J'imagine que la même relation de confiance existe entre vous et l'Archer.  
 

Sur le tirage des filles, c'était le numéro 7 qui avait accueilli ce duo et le chiffre s'afficha au-dessus de l'une des portes. Signe que les épreuves allaient commencer.

- Eh bien, il semblerait que nous devions y aller.  


Elle emboita le pas d'Etsu et resterait silencieuse en parcourant les différents couloirs. Enfin, les deux parviendraient à une salle d'attente blanche au centre de laquelle se trouvait deux chaises où pourraient patienter les deux femmes. Davi s'assit et regarda Etsu en l'invitant à la rejoindre.  

- Dis-moi, quel est ton style de combat ? La science que tu maîtrises ? Il nous faut des informations pour travailler ensemble. Comme je te l'ai dit, de mon côté, j'utilise des explosifs de forte puissance en majorité. Je couple cela à un haki de l'armement qui me permet de me prémunir des parties... dangereuses de mon art. D'ailleurs, pour notre collaboration, je ne peux que te conseiller de te mettre à l'abri régulièrement.  


Si elle apprenait qu'elle avait affaire à une logia, elle serait largement soulagée et pourrait oeuvrer avec un maximum de puissance. Peu importait l'obstacle, elle le détruirait, tout simplement. Cette équipe pouvait fonctionner, elle pouvait renverser des ennemis, être complémentaire, mitiger entre gaz et explosions.

Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Jeu 27 Déc - 21:55



Faisons connaissance


Pleine des préjugés que Nini avait fait naître en moi, je m’étonnais que la petite dame me saluât avec autant d’entrain, attendant plutôt un bonjour froid, même hautain. Je lui tendis distraitement une main maladroite, mais un petit hochement de tête me suffit à reprendre mes esprits. Je lui souris à mon tour ; la surprise était plutôt agréable. Je ne devais pas laissais les a priori vaincre le bon sens. Quel genre de scientifique j’aurais été, sinon ? Je n’effaçais pas totalement les dires de Nini, mais combattais la méfiance gratuite que j’aurais pu adresser à la commandante. Après tout, nous allions faire équipe, autant commencer sur de bonnes bases.

Par contre, qu’elle sache autant de choses sur moi avant d’avoir pu échanger ne serait-ce que mots, ça, c’était flippant. « Mademoiselle Ogawa », « Vice-amiral Archer », « tu chausses du 37 ». Elle avait peut-être simplement discuté avec d’autres personnes, mais ce cas-là était encore plus étonnant, car je ne connaissais personne à Marijoa. J’eus bien du mal à cacher l’inquiétude qui m’habitait à cet instant, plissant légèrement les yeux. Ce ne fus qu’après quelques secondes, durant lesquelles je m’efforçais à espérer qu’elle n’en sache pas plus, que je lui souris, accompagnant le geste d’un rire niais.
 
Aaaahahah, oui, des privilégiées.

La savoir aux ordres d’une vice-amirale me rassurait. C’était peut-être par du bouche-à-oreille, qu’elle avait été mise au courant. Que mon Maître eût parlé de moi à des collègues était assez surprenant, car je n’avais accepté de rejoindre les rangs de la Marine que depuis peu. En tout cas, ça ne semblait pas être le cas de Davi, qui me racontait ses exploits non-grandioses. J’osais espérer que c’était de la fausse-modestie, ça faisait moins peur. J’avais du mal à imaginer une personne aussi sympathique et mignonne avoir un attrait quelconque pour les explosifs.

Mais à la deuxième annonce du nom de Ghetis, j’oubliais tous ces petits tracas.
 
Oui, mon Maître a une… énooorme… confiance en moi… Huhu. Et j’admire ses qualités de capitaine ! Il dirige ses troupes d’une main de fer. Littéralement, pour certains. Certaines. Moi.

Je passai la main dans ma poche arrière droite, l’épaule gauche appuyée contre le mur. Je souris en repensant à cette première rencontre, quelque peu mouvementée et originale, qui avait donné naissance à une sacrée « relation de confiance », comme disait l’autre.

Elle avait raison, totalement, lorsqu’elle disait qu’on était des privilégiées. Je n’aurais jamais mis un pied ici, sans l’amiral Archer. J’aurais été, à ce moment, aux côtés de Gamma – paix à son âme – pour me battre… Eurk. Une perte de temps. Oui, j’étais une privilégiée, et je ne mesurais que mal la chance que j’avais d’être ici. A vrai dire, je n’étais pas sûre de réaliser ce qui était en train de se produire. Marchant d’une lenteur extrême, les yeux perdus dans la blancheur immaculée des lieux, je me demandais si ma présence ici était légitime. Merde, je m’en battais les reins, de la légitimité. J’avais trimé toute ma vie, et d’un petit coup de pouce, d’une pincée de chance, je me retrouvais à passer les tests pour la section scientifique. La légitimité, le mérite, ça ne voulait rien dire. La vie, ça ne marchait pas comme ça, il n’y avait pas de liens linéaires entre les efforts et les résultats. Alors j’étais là, j’allais passer ces tests, et les réussir. Je ne me laissais pas d’autre option.

Quand nous arrivâmes au bout du couloir, deux chaises nous attendaient, et je vins m’asseoir à côté de la commandante, laquelle reprenait la discussion.

Ha…koi ?
 
Oh, ne t’en fais pas pour moi, ça ne risque rien. A moins que tu n’utilises des bombes ultra-développées, les explosions ne peuvent que me secouer un peu, au pire. C’est mon fruit du démon, qui me permet ça. Je suis la logia du gaz. Sinon… Je ne me bats pas vraiment, ou j’évite au possible. Ca ne m’intéresse pas, et je ne pense pas avoir les épaules d’une stratège. En fait, j’osais espérer que le prochain test serait une épreuve pratique. Je suis chimiste, alors, les expériences, ça me connaît !

Je m’apprêtai à faire silence, mais ne marquai qu’une courte pause avant de réaliser :
 
Cela dit, si on doit vraiment se battre, j’ai quelques gaz en réserve qui pourraient te plaire.

Un large sourire souleva mes joues, alors que j’adressais un regard espiègle à la commandante. Si elle en demandait plus, je me ferais un plaisir de lui présenter le BANG et le VUUR. C’était sans compter le souffle des explosions, qui pourraient élargir la surface d’action de tous mes gaz, en les dispersant dans l’espace. Finalement, avec cette fille à mes côtés, même un combat serait du gâteau.

Si elle est à mes côtés…


©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Etsu fait connaissance avec Davi Natali.



Désolée pour le temps de réponse, encore, mais ça devrait s'arranger mi-janvier ! Peut-être !
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1603

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Jeu 10 Jan - 19:52





Les jeunes gens allèrent tous chercher leur numéro au tirage au sort, ils cherchaient leur binôme jusqu’à ce qu’enfin il le trouve tous, en commençant par une jeune femme brune qui vit une petite rose se pointé devant elle.



Davi Natali, commandante de la marine, renommée à 38.000.000 B


Devant les révélations de sa comparse, la jeune commandante ne put que joindre ses deux mains en guise de victoire, agrémentant le tout d'un sourire peu timide et assez révélateur de la nature profonde de la jeune brune. La nature immatérielle de la Ogawa représentait pour la Natali une véritable aubaine. Les logias étaient les maudits les plus rares à travers ce monde et finissaient souvent à des niveaux de puissance très évolué. Elle pensait avant tous aux membres de l'ancienne amirauté qui, pour l'extrême majorité, étaient tous des représentants de cette "race maudite". Mendes, Jabob ou Lancaster, s'ils avaient changé de bord depuis, de gré ou de force, étaient trois monstres de puissance, ça ne faisait pas le moindre doute alors pourquoi se priver d'être joyeuse devant la présence d'une nouvelle logia dans les rangs du gouvernement mondial. Par ailleurs, et cela retentissait encore davantage dans l'esprit de l'artificier, l'élément composant le corps de la rose était atypique et pouvait receler bon nombre de secret.

- Parfait ! Je suis certaine que quelques-uns de tes gaz se marieront à merveille avec mes étincelles brutales. Pour le reste, je te mets en garde quand même. Je ne connais pas la sensibilité de ta matière mais, étant formée de gaz quand tu le désires, le souffle de mes explosions pourrait te balayer et t'éloigner de la zone d'intérêt. Je préfère prévenir.  


Elle n'avait pas relevé les commentaires lourds de sens vis-à-vis de l'Archer pour la simple et bonne raison que Davi était bien trop pure pour en saisir le sens profond. La Vice-Amirale Iliena était un modèle de vertu et de puissance pour elle, elle ne pouvait donc pas imaginer que Etsu voit son supérieur d'une autre façon que celle-ci. Prenant une grande inspiration, la renommée attendit un peu avant de préparer quelques engins étranges. Elle sortit en effet de ses poches quatre petites boules de métal qu'elle fit tourner entre ses doigts maintenant recouverts d'une sorte de plaque noire.

- Ah oui ! S'il te venait l'idée de former un écran devant moi avec ton corps, je te le déconseille. Si j'ai mis mon haki dans mon coup, tu souffrirais d'une blessure possiblement sérieuse.  


Il était clair pour elle que la jeune maudite connaissait les implications d'un tel haki, elle était la subordonnée d'un Vice-Amiral reconnu après tout. Elle ne développa donc pas et s'apprêtait à partir sur des questions plus personnelles et notamment orientées vers la relation entre la chimiste et son capitaine lorsqu'un bruit attira son attention dans son dos. Se relevant précipitamment, la brune vit alors que le mur s'esquivait vers la droite, coulissant sur un système mécanique et dévoilant alors peu à peu une grande salle lumineuse, au sol de métal et totalement vide. Une fois le mur totalement retiré, deux tourelles émergèrent du fond de la salle et commencèrent à tirer en direction des deux jeunes femmes et, plus majoritairement, en direction de la Natali qui ne demanda pas son reste pour se mettre en mouvement et éviter les balles qui lui étaient destinées.

Dans le même temps, et comme pour leur faire comprendre que les tourelles n'étaient pas suffisante, une épaisse trape s'ouvrit et fit monter trois nouveaux invités. Les deux premiers, massifs, mesuraient environ cinq mètres de haut et semblaient posséder un blindage relativement costaud.



Robot d'entrainement XP9


Monstrueux, ils l'étaient mais Davi n'avait d'yeux que pour le dernier invité, bien plus petit, à peine plus grand qu'un gros chien.

- Bordel... Il est vieux mais ça craint quand même... 






- Un Cy-Wolf première gén. 


Effectivement, l'animal robotique n'avait rien de comparable aux derniers modèles récemment mobilisés pour le soutien des gradés mais il n'en restait pas moins une arme formidable, le premier témoin d'un engin de mort dont l'efficacité n'était plus à prouver. Etsu et Davi avaient donc leur test pratique : elles devaient venir à bout de deux tourelles de combat, deux XP9 et un Cy-Wolf old school, de toute évidence.



Bon bah l'épreuve commence. Un des murs de la salle coulisse et vous vous retrouver donc devant une salle plus grande où se trouve, pour le moment, diverses petites choses. Il y a des tourelles qui vous canardent, deux robots relativement massifs et présentant un blindage assez sérieux et ce qui ressemble plus ou moins à un gros chien méchant. Davi connait le bestiau. Have fun.

PS : A partir de ce tour, je repasse les images en 200x400 sinon Hezie insulte ma famille.

Davi Natali est lvl 26 (haki de l'armement + explosifs)
Les XP9 sont équivalents à un lvl 22
Le Cy Wolf est lvl 28
Les tourelles n'ont pas de lvl, leur blindage est assez faible
Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Sam 12 Jan - 2:59



Deuxième épreuve




 
Jamais devant toi, compris !

J’avais lancé cette phrase en vitesse, juste après avoir découvert ce qui nous attendait pour cette épreuve. Alors qu’un bruit sourd retentissait, signalant l’ouverture d’un mur, Natali s’était retournée d’un coup. J’en avais fait de même, quoi qu’un peu en retrait, par rapport à la commandante. Une épreuve pratique, hein ? Un combat. C’était pas des sciences, ça ! Qu’est-ce qu’une épreuve comme celle-là venait foutre au milieu d’une recrutement de scientifiques ? Bon, tant pis. J’avais plus trop le choix, de toute manière. Et comme Natali semblait s’y attendre, j’étais plus ou moins prévenue de ce qu’il allait se passer.

A peine avais-je eu le temps de réaliser tout cela que deux tourelles, sorties de je-ne-sais-où, s’étaient mise à nous canarder avec acharnement. La petite commandante avait dû fuir. Evidemment, sans logia, c’était plus compliqué. Quant à moi, j’avais laissé les balles me traverser, tandis que de petites nébuleuses roses s’ouvraient et se refermaient à chaque passage. Et, durant les quelques secondes qui suivirent, la pression monta peu à peu. Ce n’était pas par peur de mourir. Non, l’adrénaline ne montait pas par crainte du trépas, car je savais qu’il ne pouvait m’atteindre, grâce à mes pouvoirs. Ce n’était pas la première fois que je me trouvais dans cette situation. Le léger accrochage que Gamma et moi avions eu avec les hommes-poissons était encore frais, dans mes souvenirs. Ils avaient été plusieurs, bien meilleurs combattants que moi, et j’en étais sortie vivante – paix à l’âme de Gamma. Je ne m’étais même pas vraiment battue contre eux. Et c’était là le problème : toute ma vie, j’avais pu échapper aux situations périlleuses sans me battre. Mais là, les recruteurs semblaient attendre de nous un certain génie guerrier, que je n’avais pas. Je restais immobile ; seuls mes yeux se baladaient dans la salle pour en découvrir les trois nouveaux venus.

Putain, cinq contre deux, ça se faisait pas. Même contre des machines. Et c’était quoi, ce cy-truc ? Un loup croisé avec un robot ? Bon, dans l’idée, c’était quand même vachement cool, mais la bête avait pas l’air si sympathique que ça. En tout cas, contre les cinq machines, il fallait faire un choix. Si j’avais été avec Nini, qui connaissait la robotique comme son propre enfant, ça aurait été simple. Tout devait être si prévisible pour elle, dans cette épreuve. Mais pour moi, ce n’était pas le cas. Je n’étais pas roboticienne, j’étais chimiste. Je devais et ne pouvais que penser comme une chimiste. Si pour Nini, les robots représentaient plus que quelques mécanismes plus ou moins complexes, pour moi, ils n’étaient que de la ferraille, du métal, de la matière. Mon travail, c’était de transformer la matière. Je comptais bien faire de ces machines un tas de limaille.

Brusquement, longeant par la gauche le mur arrondi de la salle, fusant à travers les balles qui me transperçaient, je me jetai dans la direction des tourelles. Si rien ne m’empêchait de les atteindre, je bondirais sur la première, m’accrochant par les mains et les pieds à sa base, avant de réaliser que j’étais bien incapable de me soulever à plus d’un mètre du sol. Mes jambes s’enroulèrent alors l’une autour de l’autre, dans une vapeur qui se répandit autour de moi. Tout le reste de mon corps suivit, jusqu’à ce qu’il ne reste de moi qu’une brume rose informe. De cet amas gazeux se forma un bras, qui s’enroula autour du socle qui retenait la partie armée de la tourelle, jusqu’à atteindre son sommet. Du nuage au tentacule qui s’étendait, le gaz vira du rose à l’orange, et l’odeur métallique qui régnait déjà de par la présence des robots ne fut que plus forte. Une fois le haut de la machine atteinte, le bras écumeux se plaça devant les orifices d’où partaient les balles. De là, je produisis autant de gaz que possible, inlassablement, bien qu’handicapée par les balles qui fusaient dans la pièce, pour le faire entrer dans la machine. Si tout se passait bien, chaque partie de la machine recouverte par le ROES devrait, dans quelques instants, être assez abimée pour bloquer la projection des balles.

Je ne savais pas ce qu’avait prévu Natali de son côté, mais, en attendant, je m’occuperais des tourelles. Même si leurs attaques ne me dérangeaient en rien, elles étaient dangereuses pour ma binôme. Et, sans elle, impossible de réussir cette épreuve. J’espérais avoir fait le bon choix pour la protéger.

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Début de la deuxième épreuve : Etsu décide d'attaquer la tourelle de gauche pour protéger Natali des balles.

Technique utilisée :
ROES►
Caractéristiques - Couleur rouille, odeur de ferraille.
Action - Le ROES, agent oxydant, est capable d’abîmer tous les objets métalliques, à part l’or et l’argent. En théorie, il pourrait faire rouiller les métaux, mais ça pendrait un temps fou. Alors, à moins de rester exposé au gaz assez longtemps, l’objet visé ne sera en général qu’émoussé.
Niveau 20
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1603

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Sam 12 Jan - 21:25







Davi Natali, commandante de la marine, renommée à 38.000.000 B


Longeant le mur arrondi par la droite de la pièce, à l'exact opposé de sa comparse de l'heure, la jeune commandante à l'avenir prometteur s'évertuait à esquiver le maximum de balles possibles alors que les trois autres invités ne s'étaient pas encore mis en marche. Tous étaient activités, cela se voyait aux lueurs rouges dans les appareils oculaires des XP9 et à la respiration bestialement lente du vieux modèle de loup cybernétique. Tous semblaient davantage suivre la course de l'artificière plutôt que celle d'une ennemie passablement plus dure à abattre du fait de cette malédiction de type logia. Les deux tourelles concentraient la majorité des tirs sur la femme palpable bien que quelques projectiles étaient destinés à celle qui ne souffrait pas de l'ennui de la tangibilité. Plus une façon de la tenir en joug de la menace, l'intelligence artificielle derrière la répartition des attaques semblait vouloir rappeler à la Ogawa que les armes étaient présentes, prête à la déchiqueter au moindre faux pas. Davi Natali avançait relativement efficacement et bien plus rapidement que sa camarade, probablement plus habituée aux rushs physiques que la chimiste.Pour faire, utiliser et se prémunir d'explosifs, il fallait avoir un cerveau ingénieux et un cardio de qualité, la protégée de Iliena en avait parfaitement conscience.

Elle opposa donc une nouvelle fois sa paume recouverte d'une plaque noire à une nouvelle balle la menaçant et s'élança soudainement vers sa tourelle, elle comptait bien la détruire avant même que le Cy-Wolf n'entre en combat.



Robot d'entrainement XP9


Si la rose avait pu avancer sereinement en face d'une Davi qui oscillait entre esquives et contres grâce à son haki, elle vit que l'XP9 le plus proche d'elle se mit en mouvement dès l'instant où elle se changea en gaz. D'un geste lent mais ample, l'appareil d'entrainement balaya une grande masse d'air qui aurait pour principal effet de balayer le gaz qui commençait à recouvrir la zone, protégeant alors avec efficacité la tourelle qui continuait à canarder Davi. Etsu, sous forme gazeuse, ne pourrait pas combattre efficacement la bourrasque et, si elle reprenait forme humaine pour la combattre, elle devrait sentir la froide morsure de balles chemisées.

Plus loin, Davi s'approchait de sa propre tourelle, elle l'avait à portée de lancer, elle allait la faire exploser avec ses petits joujoux lorsque son XP9 chercha à la faucher. Lentement mais massivement, la bête mécanique subit une explosion sur le blindage de son bras mais n'en souffrit pas le moins du monde. La Natali s'esquiva du coup et bientôt se rapprocha encore de sa cible. A portée, sans ennemi, elle lança mais sa petite boule destructrice reçu un coup de patte envoyant l'engin vers la masse de gaz précédemment repoussée.





- Saloperie ! 


Un vieux modèle, certes, mais néanmoins suffisamment perfectionné et utile pour dévier le danger qui pesait sur l'une des unités de soutien. Le Cy-wolf avait agi avec une certaine intelligence, il avait calculé les probabilités et les issues possibles pour finalement intervenir au moment le plus propice. Déviation de la bombe vers Etsu, et contre-attaque sur Davi. Les épaules de la bêtes se soulevèrent pour laisser échapper deux mini-fusées qui vinrent cueillir la commandante en plein vol. Se protégeant aussi bien qu'elle le pouvait avec ses bras toujours recouverts de haki, elle dut encaisser une choc néanmoins sérieux.

- Etsu ! On les aura pas comme ça, ils sont plus nombreux, on doit bosser en équipe. 


L'exploit individuel ou le travail d'équipe : les deux seuls moyens tout à fait logique et apparent de s'en sortir au sein de cette épreuve.



Etsu, une fois sous forme de gaz, tu te fais balayer par un des xp 9, Davi esquive un coup de sien mais prend un contre du Cy-Wolf. Elle est repoussée et blessée légèrement.

Davi Natali est lvl 26 (haki de l'armement + explosifs)
Les XP9 sont équivalents à un lvl 22
Le Cy Wolf est lvl 28
Les tourelles n'ont pas de lvl, leur blindage est assez faible
Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Dim 13 Jan - 15:45



Boum




Fais chieeer, putain de robot !

Que ces machines semblaient passionnantes, mais que je les haïssais, à cet instant. Natali semblait déjà s’y connaître mieux que moi. J’aurais encore énormément d’efforts à faire pour être à jour niveau technologies, même après avoir été admise au sein de la Section Scientifique… si je l’étais. Je le serais. Même si les doutes me poursuivaient, je ne devais pas les laisser prendre le dessus. Je gardais mon unique objectif en tête : devenir une véritable scientifique.

Trop obnubilée par la tourelle, j’en avais oublié que les trois autres adversaires n’attendraient pas sagement que je vienne à bout de cette première pour passer à l’offensive. Bien que d’une lenteur notable, l’un des deux gros robots, d’un coup puissant, m’avait envoyée balader au fond de la pièce, avant même que je n’eus pu toucher la tourelle. Je lançais intérieurement un juron à l’attention de mon assaillant, alors que mon gaz, malgré moi, s’éparpillait dans l’espace. Pour couronner le tout, une petite grenade, qui venait de sauter vers moi, explosant et amplifia le phénomène. Réagissant aussi vite qu’il m’était donné de le faire, chaque particule de gaz qui s’était envolée çà et là se rapprocha des autres. Il me fallut tout de même quelques secondes pour me reconstituer totalement, dans une masse nébuleuse rose.

Je pris le temps de réfléchir rapidement, alors que je rassemblais mes molécules. J’avais certainement fait une erreur de jugement. Les tourelles m’avaient semblé être les plus simples à atteindre, mais tout ce qu’elles faisaient, c’était tirer partout. Elles étaient chiantes au possible, je ne changeais pas d’avis là-dessus. Seulement, ce n’était peut-être rien à côté des deux gros robots, qui protégeaient les tourelles. Je n’avais pas encore pris le temps de m’attarder sur le loup, mais j’avais une idée pour les deux autres. De toute façon, le loup restait encore un être vivant. Un gaz paralysant, soporifique ou je-ne-savais-quoi pourrait nous mettre hors de danger. En tout cas, j’en étais persuadée.

La commandante avait raison. Nous devions travailler en équipe. Attaquer chacune de notre côté, ça n’avait peut-être pas été très malin. Toujours sous phase gazeuse, je finis par me modeler dans une forme etsuoïde. Pour lui signifier que j’avais compris, je tendis un pouce rose en l’air, avant que tout mon corps ne devienne limpide. Le BANG était un gaz transparent, mais était de nature différente de l’air, sa présence déformait un peu l’espace, si bien qu’il était possible de l’apercevoir dans la salle. Un instant, me souvenant qu’il sentait la viande cuite, je me demandais s’il n’attirerait pas la bestiole. Si c’était le cas, c’était tant mieux : on pourrait l’avoir avec les deux autres.
 
Balance… euh… n’importe quel explosif vers moi, dès que je redeviens rose. Et protège-toi à ce moment-là !

J’allais me mettre à courir autour des deux robots, mais comme de bonnes conditions physiques ne faisaient pas partie de mes qualités, je m’étais à nouveau changée en nuage, flottant juste au-dessus du sol. Alors, aussi vite que je le pouvais, je me mis à tournoyer à proximité des deux robots, lâchant derrière-moi du gaz au possible. Je misais sur plusieurs faits. D’abord, dès le premier cercle vaporeux tracé autour des machines, mon corps se confondrait avec le gaz produit. Avec un peu de chance, ainsi, elles ne me repéreraient pas et ne sauraient pas où frapper pour m’envoyer boulet. Ensuite, je les savais lentes. Si elles cherchaient à me poursuivre malgré tout, j’espérais passer assez vite pour qu’elles ne puissent jamais m’atteindre.

Je ne connaissais pas assez la technologie pour savoir de quoi étaient réellement capables ces machines. Il me manquait l’expérience et les connaissances, alors j’essayais, petit à petit, d’apprendre par empirisme, sur le tas. Ca n’était absolument pas des conditions accommodantes pour découvrir le fonctionnement de ces robots, mais je n’avais pas vraiment le choix. Je devais rester concentrer. Finalement, ce test n’avait pas de grandes différences avec les expériences que je menais habituellement. Mise à part des attaques de robots. Dans l’idée, ça restait identique : je devais rester attentive au moindre détail, trouver les raisons de mes échecs, et essayer de contourner les difficultés ou d’améliorer mes procédés pour arriver à mon but. Merde. Faire des tours me rendait bizarre : je trouvais ce combat presque intéressant.

Après quelques tours, si j’avais pu les faire, je reprendrais ma couleur naturelle, devenant à nouveau un gaz qui ne craignait de l’explosion que le souffle. Au cas-où Davi ne l’aurait pas vu, je la préviendrais :
 
Davi, à toi !

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Après s'être fait tej par les robots, Etsu se met à tournoyer avec le BANG autour des XP-9. Si elle réussit à le faire, elle dira à Davi de balancer un explosif au milieu de la salle, tout en changeant de gaz pour ne pas être elle-même blessée.

Technique utilisée :
BANG ►
Caractéristiques - Incolore, odeur de grillades.
Action - Le BANG est un gaz explosif, prévu pour les grandes occasions. Il n’a aucun impact direct sur les êtres vivants, mais une étincelle suffit à décimer un village. Sa force est d’autant plus forte que le gaz est dense et étendu, et que l’origine de l’explosion est puissante.
Niveau 15
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1603

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Lun 14 Jan - 21:30







Davi Natali, commandante de la marine, renommée à 38.000.000 B


La jeune commandante devait donner le change, sa camarade prévoyait quelque chose, elle allait préparer le terrain pour que ses explosifs fassent mouche d'un coup unique, incommensurable et impérieux qui ne laisserait aucune chance aux machines de la section. En tant qu'émissaire de la puissante et influente Iliena, la femme ne pouvait être un élément mauvais, elle se devait de briller aussi bien dans les phases de sélection qu'au sein même de la section. Des rumeurs existaient sur les phases de passage, des histoires selon lesquelles certains candidats avaient survoler les tests les plus compliqués avec une facilité absolument déconcertante. Si l'on écoutait les suppositions, la propre fille de l'actuel directeur, aujourd'hui l'un des piliers et espoir de la section, avait été d'une efficacité à toute épreuve, elle avait massacré ses ennemis d'entrainement par son intellect et sa technique, le tout en quelques secondes seulement. Si Davi ne pouvait se vanter d'être au niveau de la Benz, il n'en restait pas moins qu'elle espérait marquer les esprits, cela commençait dans cette salle, en compagnie de Etsu.

Elle fut rassurée en voyant que son alliée n'avait subi de dégâts suite à l'explosion de sa grenade et à l'attaque du monstre de métal, elle était encore davantage heureuse en entendant les indications de la beauté rose. Cette chimiste folle n'était pas comme les autres, pas comme ceux qui attendaient, qui calculaient, elle était audacieuse et jouait pour sa propre patrie, elle était réellement une folle, au sens propre... Il s'agissait d'une force, à n'en pas douter.

Soudain, et alors qu'elle enchainait les esquives et les contres face aux assauts XP9 et au vieux Cy-Wolf, elle perdu son alliée de vue, elle avait disparu, tout simplement. Au milieu de la salle, une ondulation de l'air gagnait en volume, elle englobait le XP9 le plus proche de l'ancienne position de la Ogawa avant de passer au second. Le nuage grandissait toujours, imperceptible par des yeux robotiques, le Cy-Wolf pouvait voir le phénomène mais n'y répondait pas, comment le pouvait-il ? On attrape pas du gaz avec les griffes après tout.

Concentrant son effort toujours soutenu, Davi chercha à se prémunir. La stratégie d'Etsu semblait prometteuse mais avait un inconvénient majeur : elle exposait totalement l'autre partie. La Natali était seule, exposé. Elle essuya un nouveau coup difficile, les griffes de ce monstre cybernétique pénétrant la chair de la cuisse de la principale intéressée. Serrant la dents malgré la blessure, elle vit son alliée soudainement réapparaitre.

Souriant à son bourreau bestial, La jeune commandant libéra deux de ses bombes, une devant chacun des monstres de métal, déclenchant un véritable cataclysme.



Robot d'entrainement XP9


Les bombes explosèrent, relayées par le gaz, englobant les deux titans mécaniques, causant des bruits métalliques d'une profondeur assez exceptionnelle. Les explosifs de la brune était d'une puissance assez exceptionnelle pour une personne créant seule et sans les ressources technologiques de la section scientifique. Le relai parfait qu'offrait le gaz de la logia était une sorte de combustible d'une qualité rare, quelque chose d'exceptionnelle aussi bien pour les spectateurs de la scène que pour l'artificière elle-même. Le souffle coupé, cette dernière observa le mouvement de recul du pacifista dont un certain instinct de survie lui intima de quitter la zone, de s'éloigner de ce cataclysme à grande échelle.

Peu à peu, le nuage explosif se dissipa, dévoilant alors l'état des deux machines d'entraînement. Le premier, le plus proche d'Etsu, avait subi des dommages simplement démentiels. Le gaz avait eu davantage de temps pour s'infiltrer naturellement sous les blindages du monstre qui avait nagé longtemps dans la zone invisible alors que le second était simplement enrobé et non pas simplement noyé. Le premier était en morceaux, plus ou moins, mais il était avant tout hors d'usage, ses principaux membres étant passablement amochés, les lueurs rouges de ses yeux s'étant éteintes suite à l'assaut.

Pour le second, les blindages avaient tenu et s'il n'était pas des plus vaillant, il était encore en état de marche et semblait passer la seconde, levant une main massive en direction de la jeune Davi, il devait l'écraser.





Suite à son mouvement de recul, le chien cybernétique vit que l'un de ses alliés venait de tomber, il comprenait aussi que la jeune Ogawa avait les moyens de devenir un support fantastique pour une destructrice comme la Natali. Il devait réussir à les séparer, et pour cela, il bénéficiait d'arme utile. Ouvrant la gueule en direction d'Etsu, un souffle d'une puissance ahurissante se mit à souffler vers la logia, la repoussant, repoussant son gaz pour unique objectif de la tenir loin de la seconde tête.

Dans leur coin, les tourelles continuaient leur oeuvre mais avaient changé de cible, les deux ne se concentrant exclusivement que sur la logia. Si elle prenait consistance humaine pour troubler et résister au souffle du Cy-Wolf, elle se ferait simplement cribler de balles.





Davi Natali est lvl 26 (haki de l'armement + explosifs)
Les XP9 sont équivalents à un lvl 22 (un est KO, le second est amoché)
Le Cy Wolf est lvl 28
Les tourelles n'ont pas de lvl, leur blindage est assez faible
Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Mar 15 Jan - 4:02



Boum




 
Touché ! COULE ! PRENDS CA DANS TA GUEULE, SALE MER… Hum… pardon… youhou… ! On l’a eu, le sacripan… !

On ne me permit pas d’exulter de cette petite victoire bien longtemps. Nous avions éliminé l’un de nos adversaires, mais la partie était loin d’être finie. Je le compris lorsque mon gaz fut expulsé vers le mur rond de la salle par le souffle puissant de la bête. Je comptais reprendre forme humaine pour échapper à son assaut, mais les tourelles, jusqu’alors occupées par Davi Natali, détournèrent leur attention vers moi et centrèrent les tirs seulement vers le nuage qui me formait.

Merde, chiotte, fait chier !

Bon, l’avantage, c’était que la commandante pouvait terminer le deuxième robot tranquillement, ainsi. Il avait déjà dû encaisser un bon bombardement et ne semblait plus en très bon état. Quelques attaques supplémentaires suffiraient certainement à venir à bout de lui. Mais, pendant ce temps, moi, j’étais bloquée, résistant en vain au vent qui n’eut aucun mal à m’entraîner au fond de la salle. Je vis, lentement, une à une, de petites affluences gazeuses se dissiper tout autour de moi. Alors, sans savoir à quoi me mènerait exactement la suite des événements, j’arrêtai toute résistance. Contre le mur arrondi d’une salle sphérique, mon gaz roulait, glissait, s’éparpillait tout autour du vent qui l’avait poussé jusque-là. Evidemment, les particules séparées par la tempête générée par le loup ne pouvaient se joindre.

Alors j’attendis. Après tout, ne disait-on pas « Patience et longueur de temps font mieux que force ni que rage ? ». Je n’étais pas patiente, mais j’étais encore moins forte. Donc, d’un calcul simple et rapide, j’avais misé sur quelques secondes d’inaction. Non, cette phrase est fausse. Certes, je n’avais pas agi, tentant d’esquiver, de contrattaquer ou de mourir sous les balles des tourelles. Mais le souffle du loup, lui, agit pour moi. Une fois contre le mur, mon gaz s’était retrouvé expulsé vers les côtés, si bien qu’après un peu d’attente, je pus joindre, de chaque côté du tourbillon qui m’avait repoussée, deux amas de gaz. J’imaginais qu’à présent, le loup devrait faire un choix. Attaquer l’un ou l’autre de mes nuages.

Et puisque rien ne disait qu’on avait besoin d’un corps entier pour vivre – du moins pas moi – j’envoyai l’une des parties de mon corps vers le loup. Je n’avais aucune idée des réactions que pourraient avoir le semi-engin, mais je n’avais qu’un espoir : ça devait fonctionner ! La nuée gazeuse, qui avait maintenant pris la forme du haut de mon corps, un bras manquant, se dirigea à toute vitesse vers le loup.

J’avais alors le choix : l’attaquer à même la peau, ou de l’intérieur. La première option me sembla d’abord la plus simple. Il suffisait que je me dépose sur lui pour qu’il souffre des effets du gaz que j’aurais choisi. Seulement, je craignais que sa peau ne fut en réalité qu’une large plaque de métal. Comme je n’avais que peu de temps pour agir, s’il remuait trop, j’aurais bien du mal à rester près de lui pour envisager une autre attaque. Alors il faudrait attaquer de l’intérieur. Au moment de l’atteindre – si je l’atteignais – je passai sur son dos, comme pour que le seul tronc qui restait de mon corps chevauche la bête. Et, mon bras s’allongeant et s’affinant pour atteindre le museau de la bestiole, ma main s’élargit brusquement dans une vapeur sombre, signe qu’un nouveau gaz était en train d’être produit. Deux doigts gazeux se plantèrent dans les nasaux de la bête, pour m’assurer de l’inhalation du gaz.

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Bon, il aurait fallu que j'écrive tout le post au conditionnel tellement je sais pas si ça peut marcher, mais en gros, le souffle du cy-wolf repousse Etsu contre le mur, et finit par le dissiper sur les côtés. Etsu en profite pour rassembler son gaz en partie, et essaye de grimper sur le dos du loup. Toujours sous forme gazeuse, elle tente de lui planter les doigts dans le nez pour l'obliger à respirer le VERLAM.

Technique utilisée :
VERLAM►
Caractéristiques - Couleur bleu nuit, sans odeur.
Action - Ce gaz permet de paralyser ceux qui le respirent. Son action est plus ou moins longue, selon le temps d’exposition.
Niveau 17
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1603

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Mar 15 Jan - 20:37







Davi Natali, commandante de la marine, renommée à 38.000.000 B


Finir en une flaque rouge n'était pas dans les projets de l'envoyée de la Vice-Amirale Iliena et pourtant, peut-être n'aurait-elle pas le choix ? Peut-Être la section scientifique était un projet ou un objectif bien trop grand pour un si petit bout de femme, une simple petite fanatique des engins explosifs, avait-elle vraiment le niveau ? En voyant la main gigantesque du XP9 s'abattre dans sa direction, Davi se pas ses questions, doutant un instant de sa place, de son potentiel et, pire encore, de ses créations. Pourtant, les doutes s'en allèrent comment ils étaient venus, subitement, la mine de l'artificière se durcit et ses mains plongèrent dans ses sacoches, en ressortant des engins de la taille d'un poing, bien plus gros que les petites bombes qu'elle avait utilisé juste avant.

Lorgnant rapidement du côté de la maudite du gaz, le commandante se rendit compte qu'elle ne pourrait participer à l'offensive, toute bloquée qu'elle était contre son pan de mur, il fallait donc qu'elle gère la chose seule. S'esquivant sur la droite avec une rapidité renouvelée, la brune parvint à s'en sortir de justesse, lâchant dans son sillage deux de ses engins fait maison. Lorsque le membre métallique du monstre entra en contact avec le sol, il déclencha les explosifs qui libérèrent immédiatement une grande masse jaune pâle qui vint recouvrir la main cuirassée qui avait tenté de prendre la vie de la belle Natali. Initiant un mouvement inverse, forçant sur ses suspensions hydrauliques avec puissance, le monstre releva son bras pour l'abattre une seconde fois, malheureusement pour lui, il n'y parvint pas. Cette masse jaune, elle le bloquait totalement, obligeant le XP9 à rester courber vers l'avant, permettant à son adversaire une ascension dangereuse pour le modèle d'entrainement, Davi progressant le long de son bras, se rapprochant de sa tête.

Elle atteint l'équivalent du coup du mastodonte et, en le "survolant", lâcha une des bombes qu'elle avait encore dans la main, recouvrant ainsi, à l'explosion, plus des deux tiers de la tête de sa victime avec sa mousse expansive jaune. Ce furent alors deux bombes miniatures qui furent lancées et "incorporées" à cette masse entravante. Un sourire, une explosion plus tard, l'ensemble de la mousse obstruante se mit à relayer la détonation, déformant les traits de la machine blindée. Toujours au sol, et si elle était encore fonctionnelle malgré les chocs, le XP 9 semblait inutile, pour l'heure du moins.

Davi avait enfin le champ libre, elle pourrait aller détruire l'une des tourelles.





Le plan fonctionnait, jusqu'à à un certain point du moins. L'air expulsé par le Cy-Wolf avait une bonne portée mais certainement pas une grand diamètre, il ne parvenait pas à englober totalement le corps nuageux de Etsu mais seulement à repousser ce dernier en basant le tout sur une force de pression intense. Cette pression aurait été parfaite contre un ennemi solide, un ennemi contraint définitivement à garder le fond de la pièce, un ennemi trop léger pour avancer mais, solide, la logia ne l'était pas. Le gaz se répandait effectivement, scindant la maudite en deux selon son plan. Le vieux robot changea de cible plusieurs fois, tour à tour, il repoussait les parties de corps qui gagnaient du terrain mais rapidement, la solution apparut comme non-viable. Inlassablement, celle maudite gagnait de la place, le Cy-Wolf abandonna sa position et recula pour rester hors de portée du gaz de la Ogawa, il était rapide,bien plus que la rose.

De loin, le vieux engin devait se battre, il comptait atomiser la brune avant de pouvoir se concentrer sur la seconde, ses épaules se soulevèrent et deux mini-fusées se jetèrent en direction de la Natali, dans son dos, menaçant de la tuer, purement et simplement.





Davi Natali est lvl 26 (haki de l'armement + explosifs)
Les XP9 sont équivalents à un lvl 22  (un est KO, le second est amoché)
Le Cy Wolf est lvl 28
Les tourelles n'ont pas de lvl, leur blindage est assez faible
Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Mer 16 Jan - 19:53



Au loup !


J’avais peine à y croire : ça fonctionnait ! Hésitant, le Cy-Wolf repoussait l’une de mes moitiés, et remarquant que l’autre grignotait un peu de distance, tentait de repousser cette seconde. Et, même si son souffle ralentissait considérablement mon avancée, il ne l’empêchait pas. Je me voyais déjà le mettre à terre, en finir avec lui, en finir avec les tourelles, et en finir avec cette épreuve qui, justement, n’en finissait pas. Enfin, pour un premier vrai combat, je m’en sortais pas trop mal. Du moins, c’était ce que je pensais, jusqu’à ce que le loup arrête de tenter de me repousser. C’était vain, et il l’avait compris. Je me jetais alors sur lui, à toute vitesse, prête à l’attraper pour le mettre hors d’état de nuire.

Tout ce que j’attrapai, c’était le vent. Plus agile, et de loin plus rapide que moi, le loup s’échappa puis fila en direction de la commandante, que je vis vers les tourelles. Par réflexe, je le poursuivis sans espoir, avant de voir ses épaules se soulever. Si quelqu’un nous observait, il aurait pu, sur mon visage sculpté dans la vapeur, voir distinctement mes paupières s’écarquiller et mes pupilles se rétracter. Me faisant plus sauvage et moins calculatrice que ne l’était la bête, j’hurlai à m’en arracher la gorge :
 
DAVI !!

Sans mon autre moitié, impossible de redevenir humaine. Peut-être était-ce une chance. Ou peut-être en aurait-ce était une, si mon esprit embrumé n’avait pas agi d’instinct. J’avais pu alerter Davi du danger, mais sans la savoir saine et sauve, j’avais dû agir. Le second nuage se jeta alors sur le passage du loup, aussi vite que possible, devant Davi. Au dernier moment, il abandonna le rose pour ne présenter que quelques irisations bleuâtres, produisant de ce même gaz autant que possible tout autour de lui. Le VERTRAAG ne resta pas longtemps à la hauteur à laquelle il avait été, du fait de son poids. Bien plus dense que l’air, le gaz se retrouva bien vite plaqué à quelques dizaines de centimètres du sol. Je n’avais aucune idée des effets qu’aurait mon gaz. Avais-je agi à temps ? Le gaz avait-il pu les intercepter ? La vapeur lourde entraînerait-elle avait lui les fusées ? Les dévierait-elles ? C’était peu probable. Ça ne restait qu’un gaz. J’avais agi dans la panique, et je ne pouvais prévoir la conséquence de mes actes. Tout ce que je pouvais encore faire, c’était espérer que Davi réussisse à éviter l’assaut qui lui était destiné.

Quel que fût le sort de Davi, avec du retard, je projetai la nuée gazeuse initiale vers le monstre, profitant que son attention soit détournée pour passer à nouveau à l’action. Devenant bleu, le gaz se rua vers la bête, et si celle-ci ne m’évitait pas, j’agirais exactement de la manière que j’avais prévue : sur son dos, j’enfoncerais deux doigts dans ses narines, produisant du gaz en quantité considérable pour la paralyser.

A deux, nous avions pu venir à bout de l’un des robots. Les autres subiraient le même sort. A ce moment du combat, je n’avais plus que comme préoccupation de le terminer au plus vite. Nous n’en étions qu’au deuxième test, et nous risquions déjà nos vies contre des pantins. A quoi devions nous nous attendre, pour la suite ?


©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Etsu est séparée en deux. La moitié qui n'attaquait pas le loup est projetée entre lui et Davi, pour former un gaz dense et essayer de dévier les fusées (mais j'ai pas d'espoir là-dedans, vraiment :'( ). Et la première moitié attaque par derrière, un peu plus tard pck l'urgence était de sauver Davi, avec le VERLAM.

Techniques utilisées :
VERTRAAG►
Caractéristiques - Inodore, translucide aux reflets bleus.
Action - Gaz très dense, plus lourd que l’air, le VERTRAAG est condamné à ne pas se soulever à plus d’un demi-mètre. Il n’est d’aucun danger immédiat, mais sa densité est telle que se mouvoir dedans requiert plus de force que dans l’air. Plus simplement, c’est comme marcher dans l’eau.
Niveau 15

VERLAM►
Caractéristiques - Couleur bleu nuit, sans odeur.
Action - Ce gaz permet de paralyser ceux qui le respirent. Son action est plus ou moins longue, selon le temps d’exposition.
Niveau 17
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1603

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Sam 19 Jan - 12:33







Davi Natali, commandante de la marine, renommée à 38.000.000 B et R-014


Les explosifs de Davi n'avait finalement rien à envier aux explosifs anciens dont était encore équipé le vieux modèle de loup robotique, au contraire, la brune avait un catalogue bien plus fourni et hétéroclite que cet engin de mort désuet pour ses créateurs mais encore capable de belles choses. Moins efficaces, moins variés mais terriblement utiles et mortels, à n'en pas douter. La Natali, juste après en avoir fini avec la tourelle la plus proche de sa position, avait envoyé une de ces créations collantes en renfort de la première, toujours dans le but de conserver le XP9 au sol. Ce mastodonte ne bougerait plus, elle en ferait sa mission première. Finalement, et après une réflexion rapide, elle avait fait le choix de ne pas l'éliminer, de le garder sous la main en cas de besoin, comme bouclier contre le Cy-Wolf notamment. Etsu ne craignait que peu de chose, elle était hors de portée de toute attaque physique et occupait la bête de haute mais vieille technologie, du moins, c'était ce qu'elle pensait.

Bombe en main, déjà destinée à la seconde tourelle, la brunette entendit la voix de son alliée déchirer l'air autour d'elle, un avertissement désespéré qui entraina la mise en garde la plus logique. Se retournant avec le peu d'aplomb qui lui restait encore après ces combats, Davi fut mise face à son destin et à la main de la faucheuse qui semblait s'approcher. Des candidats avaient perdu la vie dans ces tests, à tous les rassemblements, il y avait des morts. Parfois, les aspirants en herbe se tuaient eux-mêmes : un explosif mal calibré, une drogue trop puissante, une mécanique mal huilée ou une réaction trop incontrôlée. Parfois, le candidat mourrait de la main même de son allié, pour des raisons similaires. Mais enfin, parfois, les épreuves elle-même étaient la cause du décès, Davi Natali ne serait donc qu'un nom de plus sur une liste déjà bien longue, une déception pour la marine et une perte pour la Vice-Amirale Iliena.

Par réflexe, l'artificière voulut lancer ses propres bombes pour annihiler les fusées mais elle n'aura pas le temps, la trajectoire de ses dernières était bien trop franche, trop stable, elles seraient sur elle avant l'explosion à n'en pas douter. Pourtant, alors qu'elle ne s'attendait plus à rien, un gaz sombre apparut sur la course des missiles et vint couper leur route. Le système de projection des projectiles, trop perfectionné, ne permit pas au gaz de les faire tomber mais permit de légèrement dévier leur course vers le bas, surtout s'agissant de la première fusée. Davi n'en demanda pas plus pour sauter sur l'occasion et se jeta derrière Le Bras massif sur XP9 non loin d'elle, l'instant suivant, les deux fusées explosaient sur elle et sur le blindage du mastodonte. Un épais nuage de fumée se leva, sans signe de vie de la Natali.

A l'autre bout de la salle, Etsu, déjà affairée sur le Cy-Wolf, ne pouvait connaitre l'état de son alliée mais elle avait ses propres chats à fouetter, et son chien surtout. Contrairement à l'épisode précédent, le toutou ne s'écartait plus, il attendait patiemment que la masse de gaz devant lui s'approche, comme s'il avait reçu un nouvel ordre, celui de ne plus temporiser mais bel et bien d'attaquer. Une fois que la masse de gaz fut sur lui, et alors qu'elle essayait de passer sur son dos, la bête blindée se retourna brusquement et envoya un coup de patte bien trop rapide à Etsu pour que cette dernière ne puisse l'esquiver. Pourtant, si la suprématie en terme de vitesse était clairement du côté de la création de la section scientifique, cette dernière ne poussa que très peu son attaque et ne fit qu'effleurer la joue gazeuse de la Ogawa qui, au moment de l'impact, perdit tous ses pouvoirs de logia et redevint, l'espace d'un instant, une simple humaine à la joue très légèrement entaillée. De cette blessure mineure perlait déjà une goutte de sang unique et solitaire, la preuve que l'intangibilité des logia n'était pas toute puissante.

La rose se retrouverait alors devant un adversaire montrant les crocs, prêt à la dévorer lorsque, au sein de la salle d'attente, la porte s'ouvrit, dévoilant une figure maintenant connue.



Minerva Hijima, membre de la section scientifique


- R-014, au pied. 


Sans plus de cérémonies, le Cy-Wolf redevint d'une douceur assez exceptionnelle et contre-nature pour un loup. L'animal se faufila au pas de course jusqu'à l'examinatrice alors que la seule tourelle encore valide rentrait dans le sol et que le XP9 bloqué se désactivait de lui-même. S'extirpant des entrailles de son bras en se tenant les côtes, Davi réapparut, présentant une blessure saignant abondamment au niveau de l'abdomen, les risques du métier.

- L'épreuve est terminée pour vous Mesdemoiselles. Vous passez, de justesse. L'une doit remercier l'autre je pense.  


En effet, le but de cet exercice n'était pas la victoire, quasi-impossible pour des femmes de ce niveau face à R-014 qui n'était pas encore au maximum de ses capacités malgré sa vétusté. Non, le but était de mettre son art au service de la cause commune, de faire front commun et de faire profité de ses connaissances la généralité dans un contexte combattif. Souvent, dans les équipes de ce genre, se distinguait un élément de soutien et un élément offensif. Ici, le soutien avait été Etsu et si les offensifs étaient bien souvent ceux qui recueillaient la gloire, dans cette épreuve la Ogawa avait jouer pour l'équipe, moins que Davi selon l'examinatrice.

- Deuxième chose, pas de soins externes avant la fin de la totalité des épreuves. Vous pouvez vous retaper vous même avec ce que vous avez emmener avant la prochaine mais aucune aide ne vous sera apportée.  


La loi était dure, mais c'était la politique de la maison, la Natali devrait donc se soigner seule sous peine d'être disqualifiée.

Bientôt, les deux anciennes alliées se verraient conduire à la grande salle, ce grand hall qui accueillait l'entracte entre chaque épreuve, une salle où Davi s'isolerait rapidement pour penser ses blessures et où Etsu retrouverait un visage amical, ou non-ennemi tout du moins, tranquillement assise dans un coin de la salle en compagnie d'une autre candidate.



Nini Zaka et ???





Davi Natali est lvl 26 (haki de l'armement + explosifs)
Nini Zaka est lvl ??? (robots miniatures)
Kurumi est lvl ???
Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 173
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
10/120  (10/120)
Berrys: 6.880.000 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Dim 20 Jan - 23:21



Côtoyons la mort


Il m’a touchée.

Que la bête mesurât la force de son coup ne lui enleva aucunement sa violence. Je déposai une main sur ma joue éraflée, mes yeux tremblant dans leurs orbites, mon corps frêle et vide de force tombant à genoux. Egarée, je voyais à peine le monstre, pourtant immense face à moi, les crocs saillants, menaçant.  Son haleine effleurait mon visage comme un souffle de mort. J’étais tétanisée, horrifiée par l’évidence : je n’étais pas invincible. Mon pouvoir, qui, à travers les Blues et à de multiples reprises, m’avait extraite de périlleuses situations, possédait des faiblesses. Je les avais niées jusque-là, et voilà que j’allais périr de mon ignorance. Mais je ne voulais pas mourir. Je n’avais jamais voulu mourir. Seulement, cette fois, j’avais peur.

Est-ce que j’avais parcouru tout ce chemin pour m’arrêter là ? Visiblement, non. La providence venait me sauver. Ou la dame des recrutements : soudain, le Cy-Wolf s’était mis à haleter comme un jeune chiot pour retourner vers sa maîtresse. Je soupirai, laissant mon corps choir totalement, soulagée mais vidée et encore sous le choc. J’étais en vie, c’était déjà un bon début. Mais la blessure qui semblait palpiter, certainement plus à cause du stress que de sa gravité, m’empêchait d’oublier que je venais de passer aux portes de la mort. Je vis distraitement Davi, au loin, revenir vivante mais grièvement blessée, alors que la scientifique s’adressait à nous. Toutes les actions extérieures me paraissaient à des lieux de moi, comme si j’avais été projetée dans un monde autocentré infini. Je répondis pensivement à la brune :
 
Oui, oui… merci.

Je n’avais plus qu’une obsession en tête : combattre cette nouvelle faiblesse. Cette fois, j’avais pu survivre, mais je ne le devais qu’à la miséricorde d’une scientifique confirmée. Si ce combat avait eu lieu ailleurs, je n’aurais pas donné cher de mon corps. Mais, grâce à ces événements, j’avais eu un déclic. Je devais apprendre à me battre, et étudier encore pour mieux connaître le monde.

Après un moment, je secouai la tête. Tout ça viendrait plus tard. Nous n’avions passé que la deuxième épreuve, et je ne savais pas combien d’autres étaient prévues pour la suite. Encore un peu tremblante, incapable de cacher les émotions qui m’avaient traversée lors du combat, je me redressai, et partis avec Davi vers le grand hall où nous attendrions les prochains examens. Alors que Davi s’éloignait dans un coin de la salle pour se soigner, je la suivis machinalement. Je l’observai durant quelques secondes panser ses blessures. Devais-je prendre le risque de l’aider ? Pour la précédente épreuve, nous travaillions en binôme. Mais qu’en serait-il de la suite ? Si je me retrouvais en face d’elle, ne valait-il pas mieux qu’elle fût blessée ?

Maman dirait… qu’il faut prendre soin des autres.

Mais je ne m’étais jamais réellement souciée de l’état des inconnus. Mon premier Maître m’avait même soutenue dans cette voie, me rabâchant sans cesse qu’on avait déjà bien assez à faire en s’inquiétant pour soi. Seulement, entre l’enseignement de Maman et celle d’un homme qui avait tenté de m'assassiner, le choix était simple. Ainsi, l’acte qui suivi fut dicté par les connaissances que j’avais de l’éducation de ma mère, et non par principe ou par bonté :
 
Tiens, respire ça. Tu devrais avoir moins mal. Si ça peut t’aider...

De ma main naquit un brouillard limpide, tout juste visible comme l’était le BANG, mais dont l’odeur caractéristique rappelait celle des hôpitaux. Le PYNLOOS ne pourrait pas guérir Davi, mais la souffrance de ses balafres deviendrait moindre. Quoi qu’elle décidât de faire, je la laisserai ensuite tranquille, soupirant en m’éloignant. Il y avait des blessures qu’on ne soignait pas : la vulnérabilité des Hommes ne pouvait leur être arrachée. Il existait une fin qui les menait fatalement devant leur destin commun, la mort. Cette blessure, c’était la mienne. Je m’étais imaginée invincible durant de trop nombreuses années, et la dure réalité m’avait ramenée à ma condition de mortelle.

Apercevant Nini au loin, je m’approchai d’elle, espérant trouver de quoi me changer les idées. J’avais bien moins d’entrain qu’au début des épreuves, et étrangement mal au ventre, mais parvint à lui adresser un petit sourire. Je découvris à côté d’elle une nouvelle demoiselle, que j’interrogeai d’un regard comme pour connaître son identité, et finis par la saluer :
 
Hey, enchantée. Vous êtes binômes, toutes les deux ?

©️ By Halloween sur Never-Utopia



Résumé :
Etsu est en PLS de s'être fait touchée malgré son intangibilité. Elle propose à Davi de l'aider un peu puis va parler à Nini et sa binôme.

Techniques utilisées :
PYNLOOS►
Caractéristiques - Incolore, odeur de médicament.
Action - Toute personne en contact avec ce gaz voit sa sensation de douleur grandement atténuée. Nécessite au moins trois grandes inspirations.
Niveau 15
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 1603

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   Mer 30 Jan - 18:59







Davi Natali, commandante de la marine, renommée à 38.000.000 B


Sortant de la salle, la tête basse, la mine relativement agacée et un regard furtif et mauvais vers son ancienne collègue d'infortune. Les mots de la représentante de la section scientifique tournaient en boucle dans sa tête, elle avait été le maillon faible alors même que les robots avaient été mis hors d'état par ses explosifs. Etsu n'avait été, à son sens, qu'un catalyseur de ses capacités, un moyen de rendre les explosions plus efficace, un soutien donc. Elle ne voyait pas comment on pouvait encenser un soutien et discréditer une tête d'affiche. Iliena, sa mentor et supérieure directe, avait une renommée retentissante parce qu'elle était, justement, l'une de ses têtes d'affiche. Vice-Amirale en vogue, elle était une coqueluche, un rôle que devait s'efforcer de prendre l'aspirante à la section scientifique. La Ogawa l'avait humilié, simplement, elle ne le supportait pas.

Ainsi, quand vint le temps de la proposition d'aide au soin provenant de logia, la jeune commandante opposa la paume de sa main à son ex-partenaire, ne la gratifiant que d'un ton des plus froids.

- Tu ne l'as pas entendu ? Pas de soins extérieurs. Tu as assez briller comme ça, tu es comme ton supérieur, tu aimes la lumière. Je me débrouillerai seule. 


Seule, c'est ainsi qu'elle gagna donc l'un des coins de la salle, boudeuse, et commençant à bander dans bien que mal une bonne partie de son abdomen maintenant ensanglanté.



Nini Zaka et Kurumi

Dans un autre coin d'une salle de plus en plus vide, les participants étant écumés au fur et à mesure de leur avancée, se tenaient donc deux jeunes femmes au profils relativement opposés. La première, Nini, bien connue maintenant par la Ogawa, semblait aussi démente, un regard fou et sadique figé sur les lèvres alors que son corps ne portait pas le moindre stigmate des éventuels combats qu'elle avait du traverser. A ses côtés, une brune à la chevelure impressionnante souriait bêtement, toute once d'intelligence semblait avoir quitter ce corps frêle et la simple niaiserie transpirait de cette femme inconnue. Contrairement à la blondinette, une trace d'affrontement se remarquait sur elle, un léger morceau de sa robe manquait à l'appel : un indice infiniment superficiel s'il en était seulement un.

Quoiqu'il en soit, lors que la gazeuse se pointa devant l'ingénieure robotique, cette dernière afficha une mine plus réjouie, signe qu'elle s'habituait clairement à la présence de la représentante de la couronne.

- On était ouais. Mais depuis qu'on a fini, elle me colle, elle parle pas, rien. Je pense qu'elle est un peu conne.


A côté d'elle, l'insultée ne releva pas la remarque et ne se départit pas le moins du monde de son sourire simplet, heureuse d'être là sans pour autant le montrer de façon ostensible.

- Au moins, elle gère, une vraie ouf, faut le reconnaitre. On a dû fritter des criminels, des vrais, des mecs sortis d'Imper Down je pense ou d'un autre trou. Ils ont du tenir, je sais pas... 

- Une minute et quarante sept secondes.


La voix cristalline de la pseudo débile venait de briser le silence mais déjà son sourire désincarné refaisait surface, renvoyant la compteuse à ce sentiment d'idiotie profond. Nini souffla de lassitude et reprit.

- Ouais voilà. A peu près. Elle s'appelle Kurumi, c'est une Cyborg, elle s'est blindée elle-même. Du bon boulot honnêtement.  


Si la discussion semblait bien partir, si Etsu avait une porte ouverte à l'amitié d'une fille passablement dérangée, le trio serait rapidement interrompu par l'arrivée d'un homme que tous auraient pu apercevoir plus tôt.



Donas Iberis

- C'est toi la chienne de l'Archer ? Et l'autre là-bas celle de Iliena ? Alors, ça fait quoi d'être repêchée au piston ?  


L'air amusé par son côté sadique, l'homme à lunette attendait de voir si son offensive avait fonctionné, s'il pouvait semé le doute dans l'esprit simpliste d'une gamine ayant des facilités et des connaissances trop poussées.





Davi Natali est lvl 26 (haki de l'armement + explosifs)
Nini Zaka est lvl ??? (robots miniatures)
Kurumi est lvl ??? (Cyborg)
Donas Iberis est lvl ???
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les cerveaux de demain (Pv Etsu)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les cerveaux de demain (Pv Etsu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Demain sera toujours un autre jour.
» Rêver à Demain
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17
» Haiti de demain !
» QUI QUI VA AU K'FÉE DEMAIN SOIR POUR LA TEUF DE LA ZIC ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Red Line :: Marijoa-