Partagez | 
 

 [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Ven 31 Aoû - 18:44

Abnégation sous la lune [1]

- Shi… ki… Shi… ki…

Le crâne en sang, Komari agonisait sur une plage de Grand Line. Son corps avait été repêché dans un filet le matin même, et les hommes s’étaient alors empressés de déposer la poiscaille sur le sol. Ils avaient peur, et ne souhaitaient pas être mêlés à des histoires d’hommes-poissons. Même si sur East Blue, Hérail leur avait montré une sévère répression, les forces de la loi de cette partie de Paradise n’étaient pas forcément aussi investies dans leur rôle. Elle marmonnait alors en boucle le nom d’un homme, d’un seul homme.

Quelques minutes après le retour des pêcheurs au village, un homme avait couru en panique vers la plage pour y apercevoir la douce Komari. Il avait écarquillé les yeux, suffoqué un instant avant de composer un numéro de Den Den Mushi. On l’avait posé ici en tant que contact permanent de l’Inquisition, et il connaissait au moins le nom des primés de l’organisation. Shiki Eiki en faisait partie, cela lui avait mis la puce à l’oreille. S’approchant de la jeune femme, une fois qu’il eut raccroché, il lui mit son manteau sur le corps. Qu’allait-il pouvoir faire ? Merde… C’était insensé, il ne savait pas comment…

- Éloignez-vous d’elle, s’il-vous-plaît, je m’en occupe.

Une silhouette efféminée mais un grain de voix relativement bas. Il reconnut un Okama qui venait de surgir, une trousse de médecin à la main. Comment était-il arrivé là ? L’homme se retourna et croisa un regard inquiet. Il ne réalisa pas dans un premier temps à qui il avait affaire, les bras croisés et l’œil vif, la réflexion en pleine ébullition. Puis il comprit. La personne était apparue immédiatement derrière lui, et… C’était Erwin Dog. Le révolutionnaire en vogue. Commençant à bafouiller, l’homme se sentit incapable de prononcer le moindre mot correct en direction de son interlocuteur.

- Vous… vous…
- Merci de nous avoir prévenus. Nous prenons la suite. Je m’assurerai que tu sois récompensé et que personne ne sache que tu nous as prévenus…
- Je… Merci, Monsieur… Euh… Pour la récompense, gardez la et investissez la dans vos efforts de guerre… Je soutiens la Révolution comme je peux… Monsieur.
- Merci.


Il lui laissa un dernier sourire tandis que l’homme repartait à son poste. Il avait été engagé pour aider les révolutionnaires, mais il les aimait de toutes les manières bien. L’argent, c’était le nerf de la guerre, et il ne voulait pas coupé la moelle épinière.

________________

La prison était humide. Les lieux semblaient répondre à la définition d’un « trou à rats ». Des pavés froids, craquelés, des animaux putrides, quelques cadavres que les charognards avaient depuis longtemps terminés… Des barreaux aussi. Résistant, tout du moins. Il n’y avait pas grand-chose qui correspondait mieux que « trou à rats »… Si tant est que ce n’en était pas un. Les lumières du plafond étaient des lampes à huiles, allumées et alimentées par un système de poulies. On pourrait apercevoir en dehors de la cellule une table moisie sur laquelle trainaient un paquet de cartes, ouvert, et quelques jetons. Les râles d’un autre homme prisonnier ne se taisaient qu’à la nuit tombée, et recommençaient le matin. Sa gangrène lui rongeait le pied, mais personne n’était là pour l’aider.

- Réveillez-vous, les poivrots ! J’vous apporte à bouffer.

Un homme avançait. Il avait le visage boursouflé. Ses yeux étaient rouges, et son cou parsemé de petites marques de crocs. Il était suivi par un homme sombre d’apparence, le regard vide mais profond. Alors même que le geôlier ouvrait les cages pour y apporter à manger, celui qu’on aurait pu nommer « vampire » se contentait d’éloigner les prisonniers récalcitrants, et faibles. Il le faisait sans une once de méchanceté, simplement par pur devoir. Quand ils auraient fini, le plateau repas des six prisonniers, composé de pois cassés, d’un morceau de viande sec, d’un verre d’eau à moitié renversé et de pain serait déposé dans les cellules.

- Et mangez ! Ah ah…
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Sam 1 Sep - 3:10

Tout c’est passé si rapidement ... Un navire nous avait embarqué et nous nous dirigions vers une île appartenant à l’Inquisition. Le trajet se passait sans accroches et ne laissait pas présager ce qui c’est passé. Pire encore, je me reposais paisiblement aux côtés de mon amie. Discutant et faisant part de mes péripéties, je me sentais pousser des ailes et qui sait si je n’allais pas avouer mon maux ? Mais voilà, alors que l’opportunité se montrait, nous avons été attaqué. Des entités sombres avaient débarqués et ont vite commencés à commettre un massacre en bonne forme. Pas à 100% de nos capacités, ni moins ni Komari n’avions pu protéger les autres et c’est impuissant que nous nous étions rejoins pour combattre côte à côte. Mais ce qui devais arriver arriva... Après de nombreux assauts, l’un d’eux nous sépara et tout ce dont je me souviens avant d’être assommé, c’est de voir la femme poisson tomber à l’eau suite à une blessure à la tête.

Lentement, mon esprit revoyait le jour, ou du moins la lumière. Une odeur nauséabonde me fit clairement hésiter à vomir immédiatement. Portant mon regard sur ma personne pour commencer, je remarquais un saignement lent au niveau du bras. Je déchirais donc habilement une de mes manches pour bander la chose et éviter une perte de sang abondante et dangereuse. Gémissant de douleur, je regardais ensuite autour de moi pour voir que je n’étais pas seul. Nous étions dans une prison, un cachot misérable qui semblait réservé à la pire espèce. Que faisions nous ici ?

Gardant mon calme, je revoyais le corps de Komari tomber à l’eau et le sang qui s’écoulait de sa blessure. Je priais qu’elle s’en soit sortit, car je ne me le pardonnerais jamais de ne pas avoir pu me confier avant... Baissant le regard je ravalais ma salive avant d’entendre des gens approcher. Notre tortionnaire pensait au repas ? Comme c’est aimable. Boudant le repas, je revenais perdre mon regard sur notre “ maître “ et vis qu’il semblait accompagné. Cet homme... Se pourrait-il que ?

“ Z... Zayne ? “

Me redressant un peu, je sentais mes jambes me porter quelques secondes avant de lâchement me délaisser. Tombant à genoux, je produisais un bruit sourd tel le corps impuissant que j’étais. Pourtant, je voulais vérifier... Est-ce bien lui ? Est-ce l’homme avec qui je me suis battu férocement et qui a faillit tuer Komari ? Et dire qu’il était un membre de l’Inquisition. Comment peut-il tourner ainsi ? Il y a forcément quelque chose derrière ce changement de comportement. Je me devais de tirer cette histoire au clair. Rampant comme une larve, je vins à m’adresser à lui.

“ ... Zayne... Akimura ? ... Est-ce toi ? Q.... Que fais tu ? Pourquoi... Avoir trahis l’Inquisition ? “

De ce que j’avais entendu sur lui, il n’y avait pas de raison pour le faire. Du jour au lendemain, on ne peut pas changer d’allégeance comme ça. Quel est ce mal qui plane autour de lui au point de tourner le dos à son bienfaiteur : Erwin ? Malgré le mal qu’il avait causé, je ne le jugeais pas et aucune lueur de haine brillait en moi. Seule une colère maîtrisait était présente.
Je me devais de comprendre où je suis et ce qui va se dérouler, sans quoi, peut-être que mes jours sont comptés ? Tentant de ne pas y penser, je me rendis compte que j’étais bien entendu privé de tout mes outils. Livré à moi-même, qu’allait-il se passer ? Arrivant à hauteur des barreaux, je tentais d’attirer son attention, laissant mon regard se perdre sur sa carrure. Est-il l’homme qu’il prétends être ? Ou un autre secret se cache derrière ce comportement lunatique ?
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Mer 5 Sep - 0:31

Abnégation sous la lune [2]

- Tu as vu ce qu’il s’était passé ?
- Non…


La voix de Komari était faible. Elle avait perdu une partie de la mémoire des événements traumatisants. Après s’être réveillée d’une heure de sommeil intensif, et grâce aux soins prodigués par Katia et Pita, elle avait retrouvé l’usage d’une parole à peu près cohérente. Sa main venait timidement se frotter contre ses bras. Elle voulut dire quelque chose, mais fut interrompue par le médecin dont les regards étaient tantôt portés sur l’ampleur des blessures de la femme-poisson, tantôt sur la tête pensante de leur groupe qui usait de pouvoirs surnaturels dans le domaine médical : une guérison des blessures superficielles qu’elle était lentement sur plusieurs couches.

Quand bien même aurait-il pu avoir les mêmes pouvoirs qu’il n’aurait pas autant apprécié être médecin. Ce qu’il adorait dans son métier, c’était de voir l’évolution progressive de l’état de ses patients. Le miracle de la vie était bien plus complexe qu’un simple halo qui venait réparer les torts faits au corps.

- Tu ne peux pas fouiller dans sa mémoire ?
- Je pourrais… Si ses souvenirs sont encore présents. Il faut qu’ils lui apparaissent, même si elle les refoule inconsciemment. Est-ce que tu m’y autorises, Komari ?


La femme-poisson acquiesça lentement. Alors quelques images, diffuses et violentes, lui revinrent malgré elle. Le sang qui coulait entre les lattes du navire, un coup trop puissant pour elle, des visages effrayés, des coéquipiers morts… Et elle qui sautait par-dessus bord pour s’enfuir, chercher de l’aide sûrement. Elle essayait de ne pas se rappeler d’autres détails, et pourtant le sourire de Shiki lui revint en mémoire. Elle se tint plus fermement le bras, et tenta de refouler cette inquiétude et cette pensée. Katia lui caressa l’épaule avant de relever le visage en direction d’Erwin.

- Alors ?
- J’ai reconnu quelqu’un… Je crois que ça a été orchestré par mon père. On doit le retrouver… Encore...


Il chercha dans un dossier qui se trouvait non loin de là : une pochette grise dans laquelle on pouvait trouver des avis de recherche pliés. Parmi eux, l’un des hommes sur le navire, « Cowy John », primé à 14.000.000 de Berrys, homme à tout faire dans le milieu hors-la-loi… Et donc ennemi notoire. Il était affilié à son père, c’était pour ça qu’il faisait partie de ce fichier.

Le rouquin le froissa un instant en refermant sa poigne dessus. Puis il souffla, redressa le dos et décrocha son escargophone. Il avait besoin d’informations.

_________________

Zayne Akimura. Premier vampire affilié à l’Inquisition. Il avait disparu quelques mois auparavant, et avait retrouvé Erwin sur Bulgemore, avant de s’éclipser à nouveau. Depuis, plus aucunes nouvelles : pas le moindre signe de trahison pourtant. Il avait changé de vie, ou de camps, le rouquin n’en savait rien. A vrai dire, personne n’était certain de ce qu’il se passait.

- Tais-toi, morveux, lâcha le geôlier.

Le vampire ne répondit pas, se contentant de s’asseoir à la table avec les cartes et de les triturer. Il était simplement apathique, comme si rien n’avait d’importance à ses yeux. Ce qui le distinguait de l’homme boursoufflé, c’était peut-être son intérêt régulier pour la nourriture qui n’était pas mangée. Il demandait aux prisonniers de se nourrir : peut-être était pour entretenir ses futurs repas, pour peu qu’ils soient désignés à cela. Il tournait la tête, ainsi, de temps à autre. Les paroles ne le faisaient pas réagir.

Quand il releva le regard, il sentit que ce « Shiki » était loin d’être un véritable inconnu. Ils avaient quelque chose en commun… Quelque chose de son passé. Le geôlier arrêta de prêter attention et finit même pas s’endormir. Alors, le vampire s’approcha, un regard toujours vide. Pourtant, ses paroles étaient pleines de compassion, de sens…

- Tu es qui ?

Une pointe d’intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Mer 5 Sep - 12:44

Prisonnier je ne sais où, pour l'heure, je me devais de laisser faire le destin. Peut-être sera-t-il clément ? Ou au contraire se montrera-t-il injuste. Quoi qu'il en soit, je me devais de retrouver mes esprits et chercher un moyen de sortir. Mais ceci était repoussé à plus tard quand je vis cet homme, ce vampire. Je n'avais fais que lire son " dossier ", je n'avais qu'effleurer la surface à son sujet, pourtant... Aussi étrange cela soit-il, je ne pouvais pas le considérer comme un ennemi. Pas tant que le mystère qui l'entoure ne sera pas résolu. Il était dit être médecin de l'Inquisition. Son parcours était assez flou et pour cause, il s'agissait d'un ex chasseur de prime. Visiblement, il avait ouvert les yeux sur ce monde et après moult aventures, il avait fait le choix de rejoindre le dog. D'après les dires sur le dossier, il était dit discret, avec une tendance à s'isoler. Sans doute est-ce à cause de sa nature vampirique ? Pour ma part, je ne le jugeais pas. Deux fois plus d'ailleurs quand je réalise que peut-être il s'isolait pour éviter de laisser ses pulsions primaires prendre le dessus ? Il n'est pas rare qu'un vampire pète les plombs et boive le sang de son entourage pour survivrre. Se sustenter est une chose importante dans la vie après tout... Quelle que soit la race de la personne.

Tentant d'enter en contact avec lui, le premier vigile m'invita à me taire et mes paroles n'étaient qu'un coup d'épée dans l'eau. C'est donc fatigué que je regardais ces gens jouer aux cartes. Boudant mon " repas " qui n'enviait en rien le classique combo pain et eau, je vins à attendre une opportunité. Par chance, celle-ci semblait se présenter assez tôt. En effet, alors que je pensais que j'allais rester là des mois, voilà que le geolier s'endormait, laissant son comparse seul. Pas très cool pour jouer aux cartes...
C'est là qu'à mon grand étonnement, le suceur de sang se redressa vers moi. M'approchant à pas de loup, malgré son apparence livide il s'adressa à moi d'un ton clair. Est-il dans un état second ? Ou est-il en train de lutter justement ? Tant de questions...

" ... Personne... "

Qui suis-je hein ? Comparé à Erwin, je ne jouis d'aucune réelle réputation qui traverse les mers. Je suis ... Moi. Je suis le supposé tueur blanc, mais ça n'est que poudre aux yeux. Une histoire ou j'ai pris le rôle du méchant pour sauver des innocents le jour J. Mais outre cette petite erreur sur mon cas, je suis encore un simple homme comme les autres, qui se bat pour ses convictions.

" Juste Shiki Maximus Eiki. "

Mon regard chercha le sien. Je n'y vois rien, comme s'il était mort, et pourtant, il est là, à m'avoir parler. Tentant de m'asseoir, je grimace un peu à cause de la douleur qui me taraude et je vins essayer de trouver une position confortable, en vain. Respirant comme je pouvais, je tentais de m'expliquer un peu plus, cherchant une réaction, une faille à exploiter.

" ... Un ami et compagnon d'Erwin. Membre de l'Inquisition. Tout.... Comme toi autrefois. "

Le regard vers le sien, là encore je ne portais aucun jugement. Mes paroles n'étaient en rien accusatrices, ni même mon regard. Je tentais un possible déclic venant de lui. Peut-être que de simples mots comme " Inquisition " et " Erwin " allaient lui permettre de revenir à lui en partie ? Ou délier sa langue... Quoi qu'il en soit, j'espérais vraiment pouvoir communiquer avec lui.

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Sam 22 Sep - 10:01

Abnégation sous la lune [3]

La mémoire est faillible. « Nous l’avons toujours su. ». Le rouquin observait les souvenirs de l’homme en face de lui, cherchant quelque chose. Il posait des questions pointues auxquelles répondaient des évocations anormalement précises. Ses yeux se fronçaient, tandis qu’à certains moments les souvenirs semblaient faux. Ils étaient amenés à disparaître rapidement : son ennemi était malade, et les si belles images se transformaient parfois en un flou artistique digne des peintres pointillistes. Il commença à s’énerver, tandis que son enquête patinait. Cela faisait deux jours qu’il était sur la piste de son ami. Il avait passé tout ce temps à chercher… « Putain ».

- Encore une fausse piste, marmonna-t-il en libérant l’homme, le lâchant subitement sur le sol.

Un petit gémissement de douleur le ramena à la réalité. Il se retourna, le regard noir, tandis que des esclaves craignaient avec impatience leur libération. D’un geste simple, il coupa leurs liens et tenta de se calmer en les menant vers la sortie. Six fausses pistes, on aurait dit que son père essayait de gagner du temps et de le perdre. Il avait envoyé des hommes qui n’étaient pas au courant d’où se rendait le convoi. Ses hommes avaient été mis en pièce, sur un de ses navires, avec deux de ses alliés les plus proches… Il secoua la tête : qu’importe à présent.

Avec un solide regard arqué sur le sol, il finit par céder à la colère quand plus personne ne fut présent. C’était un fait rare. Ses émotions reprenaient le dessus tandis qu’il sentait son impuissance face à la situation. Sa lame vint éventrer l’endroit où il se trouvait, masquant ses injures sous les éboulis.

Il entendit à peine la sonnerie d’escargophone qui résonnait dans sa poche. Quand il décrocha, celui-ci grésilla légèrement, comme s’il renvoyait l’écho du carnage qui se trouvait autour de lui. Puis il haussa un sourcil au son de la voix de Maow Rockal. L’informateur en charge des informations sur Grand Line était de toute évidence assez impliqué dans son travail. En deux jours, il avait réussi à dénicher ce que le rouquin désirait, et avait cherché dans la tête de multiples criminels.

- Je sais où se trouve le navire de l’Inquisition. Il n’a pas été coulé. Je l’ai retrouvé, Erwin…

Le révolutionnaire eut alors un simple sourire carnassier.

- Où est-il ?

Son père allait payer.

« Erwin. ». « Inquisition ». Si le premier arracha un rictus au vampire, le dernier ne sembla pas le faire broncher. Il attachait moins d’importance à l’organisation qu’au personnage à sa tête. Peut-être pas pour les bonnes raisons cependant. Un mouvement de recul l’obligea à reprendre ses appuis. Il faillit répondre, mais aucun mot ne sortit. Alors que sa gorge se serrait, il sentait quelque chose poindre. Etait-ce… une émotion ? Impossible. Il n’en était pas – plus – capable. Cela faisait partie du contrat. Soudain, elle fut avalée par le devoir qu’il devait accomplir. Alors, il redevint stoïque. Sa main se serra, et il l’approcha du cou de Shiki comme pour l’étrangler pour son impertinence.

La porte s’ouvrit. Une faible lumière naturelle s’infiltra dans la pièce, tandis que le vampire regagnait le mur à près du garde. Il semblait fuir non pas l’amas de photons mais bien la personne qui descendait. L’homme s’avança, le pas lourd. Il dominait de tout son corps, et son absence de regard. Le visage ravagé, il ne semblait plus avoir qu’un semblant d’humanité. Sa bouche était masquée par un foulard, et tandis qu’il avançait, celle-ci, sûrement difforme, commença à bouger pour articuler des sons.

- Alors, Shiki Maximus Eiki… Comme ça, tu es toujours debout.

Il s’approcha, angoissant. On aurait dit qu’il était… guilleret. C’était à ne pas s’y tromper un homme effrayant. Le garde et le vampire avaient soudain presque cessés de respirer. Ils étaient soumis à cette abomination. La main de celui-ci, marquée par de nombreuses brûlures, ouvrit la cellule et s’approcha doucement de Shiki. Il passa le dos de sa main contre sa joue, toujours plus oppressant, toujours angoissant.

- Je vais te briser, Shiki… Je vais te briser à tel point qu’Erwin ne saura plus qui tu es…

Brusquement, le foulard tomba, dévoilant une bouche difforme, des lèvres inexistantes et un contour sec. Il était sérieux… Vraiment sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Sam 22 Sep - 17:40

Discuter avec ce vampire avait quelque chose de presque “ reposant “. Du moins... J’espérais. En effet, il était vide d’émotions, pourtant, plus je discutais avec lui et plus j’avais l’impression que les choses allaient bien se dérouler. À moins que ce soit moi qui soit bercé dans une illusion ? Tout comme le fait que je me disais qu’Erwin arriverait prochainement, je ne comptais même pas les jours et cela me jouerais des tours... Je fus surpris quand le vampire finit par laisser libre court à une pulsions sanguinaire et attrapa mon cou... Sa poigne était forte, digne d’un grand combattant ou d’un membre de sa race, mais je tentais de ne pas broncher. Grimaçant, je posais mes mains sur les siennes et tentais de desserrer l’étreinte qu’il avait sur ma nuque.

Mais sans qu’il puisse continuer, quelque chose se produit. Une présence clairement malsaine entra dans les lieux. Si des oiseaux il y avait ici... Ces derniers se seraient enfuis. Et au final, ce sont les rats qui le firent... Quittant les lieux, ils affichaient clairement un danger qui venait de descendre dans cet enfer. Et sans le savoir, je me trouvais devant mon bourreaux. Il semblait ... Effrayant. Il instaurait la peur tel l’homme que l’on nomme : croquemitaine. Son allure n’annonçait rien de bon et quand il entra pour m’approcher, je pu distinguer de plus en plus son physique peu ... Engageant. Je ravalais ma salive sur le coup. Me briser ? L’homme allait avoir du travail, mais je ne fanfaronnais guère...

“ Qui... Êtes vous ? “

Une simple question qui n’eut pas de réponse... Le début d’un cauchemar commença. Mis sous capuche, on me retira la vue et me transporta sans mon accord ailleurs. La zone était froide, et cela ne s’arrangea pas quand on me frappa pour me mettre hors d’état de nuire. Me laissant avec cette sorte de poche sur le crâne - où j’avais du mal à respirer - je fus déshabillé et laisser là pendant ... Un certain temps. Sans soleil ou vue, aucun moyen de compter les heures et les jours. Je fus délaissé à mon triste sort pendant une journée. Une journée dans le froid et l’incompréhension totale, faisant grimper des appréhensions.

Un temps après avoir attendu, une porte semblait s’ouvrir, grinçant et me faisant mal aux oreilles... Des pas avançaient et ... Je fus mis sur le ventre, écrasé par un poids. Ils étaient au moins deux... L’un me tenait et l’autre alors ? Sans que je puisse le deviner, un fer chauffé à blanc vint mordre la chaire de mon dos. Le métal brûlant pénétra ma peau sur environ quelques centimètres sans toucher d’organes... Mais la peau se déchirait et cramait suite au passage de l’arme. Un cri retentit dans la pièce, le mien... La souffrance.. Il comptait ainsi me torturer via cette souffrance ? Ma tête emprisonnée, je hurlais mon mal dans l’espoir que ça amoindrisse ma douleur, mais rien n’y fais... Des larmes coulaient de mes yeux, car même si je suis un homme, ce genre de douleur n’était pas commune. Ils se faisaient un malin plaisir à laisser la lame cuire ma chaire comme un vulgaire morceau de viande sur un grill. L’odeur nauséabonde de cet acte me montait à la tête et je manquais de vomir à même ma prison sur la tête...

Ils me laissèrent par la suite “ respirer “ pendant je ne sais combien de temps. Meurtris par cette brûlure, mais aussi ce froid, j’étais tiraillé. Aussi, cessant de pleurer, je tentais de reprendre espoir via des pensées positives et comme toujours, deux visages virent le jour dans ma tête : Komari et Erwin. Tout deux étaient mes lumières à cette heure actuelle et je m’accrochais à eux.

Quelques jours passaient et les violences continuaient, bien moindre à mon goût que cette torture au fer rouge. Mais cette pensée allait vite me punir... En effet, alors que cela faisait six jours qu’on me gardais captif, le septième jour allait être... Un jour spécial. Celui où l’homme allait vraiment mettre son plan à exécution.

Emmené toujours nu dans une pièce que je ne connaissais pas... On retira enfin le petit sac sur ma tête. Pas de lumière, juste de l’ombre et une faible lueur servant d’éclairage. Je compris pourquoi je ne ressentais pas bien la chaire, le dessous au niveau de mon postérieur était découpé... Qu’allaient-ils donc faire ? Observant les silhouettes dans la pièce, je pouvais remarquer un sbire toujours aussi impassible armé d’une corde nouée. Mais le plus préoccupant était ... Le fameux être sinistre qui se tenait face à moi, l’air de vouloir discuter. Son regard sombre me déshabillait du regard bien que je sois déjà nu... Six jours de maltraitances et mon corps autrefois “ sculpté “ par mes aventures ne semblait être que du passé. La fatigue se lisait sur mes lèvres et plutôt qu’être silencieux... J’osais l’ouvrir.

“ ... Je ... Ne suis pas brisé... “

Ces paroles ne plaisaient pas à l'homme mais son désagrément fut de courte durée. En effet, son sbire fit claquer la corde contre un endroit sacré et cela m'arracha un gémissement de douleur intense. Punition ? Celle-ci était la plus cruelle qui soit... Même après le coup, la sensation durait telle une lame qui reste plantée en vous. Mais alors que je pensais le supplice terminé, voilà qu'un nouveau coup claqua, plus fort cet fois, laissant un hurlement se faire entendre.
L'homme observait, s'amusait, se délectait. Suant de peur, je tentais malgré tout de garder la tête haute, malgré mon souffle très court, laissant penser à une évanouissement proche, mais je me faisais mal pour rester éveillé et cela semblait plaire au vieil homme. Ce dernier se leva, prenant un air impérial...

Théâtrale, l'homme faisant preuve d'un grand sadisme. Ordonnant qu'on me frappe de nouveau, mes cris et gémissements de douleurs étaient une symphonie qui s'ajoutait à son monologue, sans doute censé m'effrayer.

" Tu ne te demande pas pourquoi tes amis ne sont pas déjà là ? "

Ne répondant rien, je reprenais difficilement mon souffle, mais une fois de plus on me le retire en frappant mes bijoux de famille. L'homme riait de façon narquoise avant de reprendre son sinistre dialogue.

" ... Ils sont morts récemment... Tu n'avais pas tort sur le fait qu'ils viendraient... Mais seulement en sous nombre... Tu les auras mener dans la gueule du loup... "

Ces paroles ne me touchaient pas, car je les savais fausses. Un tel mensonge ne peut pas être vrai. Je retrouvais enfin mon souffle et tentais de rester sérieux, mais cela traduisait le fait de ne pas le croire. N'aimant guère cela, l'homme abattait ses nouvelles cartes, censées me faire flancher. Faisant amener un sac, il déballa son contenu et ce que je vis me fis tiquer.. Ces habits... Certains m'étaient pas inconnu. Loin de me rendre compte de la vérité, je me faisais bouleverser par ces possibles preuves. Serrant les dents, l'homme fit apporter un escargophone qui avait enregistré un contenu visuel et je ne pouvais m'empêcher de voir le contenu de la " vidéo ". L'appareil semblait avoir été bousculé, il était tombé et ne filmais rien de concret... Cependant, les sons étaient bien là. Nul doute, à défaut de croire ma vue, mon ouïe ne me trompait pas et je cru reconnaitre la voix d'Erwin... Puis Katia... puis d'autres connaissances se faisaient entendre jusqu'à ce qu'une voix me fasse frémir.  Le son se coupa ainsi que la vidéo, me laissant sur un élément perturbateur dans cette séance de torture. L'homme voyant qu'il avait visé juste se mit à sourire de plus belle et joua de ses atouts. Sa connaissance perverse et sa facilité à manipuler rendait ce moment insupportable, surtout quand la suite fut annoncée.

" Oh ? Tu étais attachée à elle ? Attends un peu.... "

Faisant venir un nouvel appareil, celui-ci ne faisait qu'émettre du son, mais incapable de m'en défaire, j'écoutais et laissais mon imagination faire le reste. La sonorité était mauvaise, mais suffisante pour me laisser croire en la scène qui se décrivait. Des gens hurlaient lors de leurs batailles... Balles et épées se croisent sur ce qui semble être un vrai champs de bataille. Puis des mots fusent, proclamant que j'allais être libéré coûte que coûte. Erwin avait lancer un assaut pour venir me récupérer ? Jusque là, j'étais peu étonné, ou du moins rassuré.. Mais plus le temps s'écoulait et plus... l'imagination devenait sombre.
Des gens tombaient et pas que des ennemis... Hope... Ken... Et vint le moment où une fois se fit entendre. Cette voix... Ce son... Il s'agissait de ...

" K... Komari ? "

Le sourire de l'homme grandissait alors qu'il lisait une belle expression chez moi : du désespoir. L'audio continuait et voilà que je comprenais la vérité qu'il me faisait entendre. La demoiselle mourrait au combat, donnant tout ce qu'elle avait dans l'espoir de me sauver. Refusant d'y croire, l'être sinistre fit tourner en boucle le récit audio jusqu'à me rendre malade. Ces cris... Cette voix... Je pouvais presque imaginer l'image de la lame qui semblait percer son être et la tuer à petit feu jusqu'à ce que vienne le coup de grâce alors qu'elle semblait ramper au sol.
Alors que je commençais à me noyer dans ces possibles vérités, voilà qu'il continua avec un autre audio qui cette fois-ci me fit très mal. Ou du moins, additionné au précédent, il ne me laissait pas de marbre. Erwin jurait de revenir... mais ordonna la retraite. Lui qui ne fuyait jamais pour ses amis, il m'abandonnait à mon triste sort. Même la voix de Katia retentit demandant ce qu'on faisais de Komari et ... il l'abandonnait aussi. Il m'avait abandonné.

L'homme se mit alors à entamer un monologue sur le sujet de la trahison. Commençant à blablater sur Erwin et son ingratitude, j'encaissais comme je pouvais ces anecdotes à son sujet. Aucun filtre, la mort de Komari et de mes autres compagnons me pesaient sur la conscience et finalement... Des larmes s'écoulaient sur mes joues. Par ma faute, des gens que j'aurais du protéger sont mort. Cette triste réalité me mit dans tout mes états... Quoi de mieux pour balancer l'atout final.

" ... Impuissant... Voilà ce que tu es... Tout comme l'a été ton père lors de sa mort. "

Retenant mon souffle, je jetais un regard vers la personne qui me faisait face. Que venait-il de dire ? Mes lèvres commençaient à trembler alors que mes sanglots se retenaient de peu. Mon... père avait-il dit ? C'est alors qu'il fit entendre son plus gros mensonge, mais qui sonnais comme une vérité : il était celui qui avait tué mon père. Serrant les dents un moment, finalement, je vins à essayer de me redresser et l'attaquer, mais on m'en empêcha, m'enroulant la corde nouée autour du cou avant de me mettre au sol violemment. Posant son pied sur ma tête, l'homme vint alors appuyer ses dires, décrivant l'homme qu'était mon père physiquement... Tout semblait si authentique... Je n'y voyais que du feu.

Me mettant face à mes anciens démon, le choc fut si brutal que je ressentis comme quelque chose craquer en moi.  Par ma faute, trop de gens sont morts... Je culpabilisais à cause de la mort de mes proches mais surtout... Komari. Plongé dans un état second, je ne voyais plus rien, outre le vide.. Un noir absolu qui me faisait croire au néant.  Et puis... Elle apparue. Me tendant sa main, elle m'appelait, m'intimant de prendre sa main, accepter son aide. Quand je tendis la main et que je la frôlais, je vis alors une lame la transpercer et lui couper le souffle.  je la voyais mourir sous mes yeux et tomber à genoux devant moi.
Me ruant vers elle, je perdais totalement la tête. La prenant dans mes bras, je ressentais le sang couler sur ma peau, mes mains qui la tenait fermement et le picotement dû à sa race... De toutes les personnes que je ne voulais pas voir mourir, elle était bien la première et le pourquoi du comment était enfin officiel : l'amour. Cette femme qui se bat pour ses convictions, qui donne sa vie pour ses idéaux.. Elle est le genre de personne qui saura changer le monde à nos côtés.
Mais là, elle se vidait de son sang, sans que je puisse faire quoi que ce soit. Impuissant, désarmé, je perdais ma raison d'être. Ne remarquant pas qu'il s'agissait d'illusion, l'homme se délectait de ce spectacle . Moi, je sombrais dans une certaine folie où quelque chose naissait de cette dernière. Une vive douleur, plus aigüe que les autres vit le jour. Comme si des milliers de murmures se mettaient à me harceler. Des sons inaudibles qui envahissaient ma tête au point de me faire hurler et me tordre de douleur.

Satisfait de son travail, l'homme me laissait là, alors que moi je semblais presque avoir des spasmes. Ces sons.. Ces images que j'avais en tête... Tout déconnais à l'heure actuelle. Mes neurones s'emballaient et cela dura pendant un bon quart d'heure avant d'à peine s'atténuer. Brisé ? ... En quelque sorte. Quelque chose avait vu le jour, mais moi, je restais plongé dans les ténèbres les plus sombres qui soit.

/!\ Tentative d'éveil de l'observation /!\



Dernière édition par Shiki M. Eiki le Mar 25 Sep - 1:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Sam 22 Sep - 19:46

Abnégation sous la lune [4]

- Aidez-moi… Aidez-moi… Pitié…

L’homme regardait quelques images qui défilaient devant ses yeux à grandes vitesses. Des images de sa vie, des images de sa famille, de leur mort. Il était en train d’être torturé, lui qui fut autrefois un si grand marine était aujourd’hui une loque sans pareille. Sa fin était proche, et il n’avait de toutes les manières plus rien à quoi s’accrocher. Des larmes coulaient le long de ses joues, tandis que sa peine immense semblait réellement prendre toute son ampleur en cet instant. Que la mort vienne le faucher, se dit-il un instant… Et brusquement, son vœu sembla exaucé. Une puissante explosion retentit, une intense lumière survint. Un bref instant plus tard, une main vint se poser sur son épaule et il se sentit soulevé. Sa tête se posa sur l’épaule réconfortante de l’homme qui venait de l’aider. Des larmes coulaient encore le long de ses joues tandis que le contact chaleureux lui semblait plus douloureux que jamais.

- Ca va aller, fit la voix masculine en le portant.

Il n’arrivait plus à ouvrir les yeux. Trop d’images, trop de peine. Brusquement, une voix familière retentit à ses oreilles. Un cri de joie, un immense soulagement. Il rouvrit ses paupières, et il les aperçut. Sa femme, sa fille. Elles étaient mortes pourtant. Mais non… Elles étaient bien là. La première portait les stigmates d’une difficile journée, tandis que la seconde avec été bandée au niveau du torse.

- Comment… comment ?
- Je ne suis pas venu pour ça, répondit la voix. Mais je ne pouvais pas vous laisser ainsi.

Il sourit, et ce sourire sembla si sincère… Puis, il regarda les traits de son visage et se figea. Le Colonel balbutia un instant, et eut un mouvement de protection envers sa fille. Il se calma ensuite, prenant les choses avec plus de recul. Déglutissant, il finit par inspirer.

- Erwin… Dog… Que faîtes-vous sur cette île ?
- Je viens mettre fin à une mascarade qui dure depuis trop longtemps… Mes hommes vont vous prendre en charge et vont remettre vous renvoyer vers une île gouvernementale, en toute sécurité.
- Vous avez tué mes amis… à Baltigo…
- Ce n’était pas le but.


Il eut un sourire triste, et la jeune fille vint serrer sa jambe un instant, le regardant dans les yeux. Il se retourna enfin pour s’éloigner. Les yeux de la demoiselle brillaient, et elle retourna vers ses parents. Quand il quitta leur champ de vision, Hope Stanley les prit en charge. L’île sur laquelle ils se trouvaient était une zone de guerre : un lieu où résidait une non-loi. Chacun pouvait faire comme il lui semblait, et c’est pour cela que nombre de hors-la-lois avaient élu domicile ici, pour y pratiquer des expériences ignobles. Souvent, les informations ne sortaient pas d’ici. Les champs de mine, les explosifs cachés, toutes les armes étaient incroyablement bien disséminées.

Erwin s’avançait tranquillement. Il ratissait la zone en suivant les insectes que son Haki localisait. Quelques fois, il s’arrêtait en chemin. Il fermait les yeux et étendait son pouvoir à sa frontière. Derrière lui, le pas lourd, la femme-poisson qui l’accompagnait semblait s’impatienter dans son petit monde. Elle fermait le poing… Et soudain, elle sentit qu’une pression de dingue s’abattit sur elle. Ses genoux se plièrent : c’était le Haki des Rois…

- Il est là, Erwin, fit-elle en soufflant.

Lui-même avait arrêté de bouger. Il sentait la pression. Il pouvait encore se mouvoir, mais il n’en faisait rien pour ne pas montrer sa faiblesse. Soudain, la pression se libéra.

- Mon père tente de nous décontenancer… C’est une manière de nous dire bonjour…
- Shiki est par ici, lui aussi ?
- Je n’entends pas sa voix…
- S’il lui est arrivé quelque chose, je…


Le rouquin l’avait compris à présent. Il avait compris la haine qu’elle ressentait pour les personnes qui blessaient l’épéiste. Leur relation s’était si approfondie… Il soupira, et reprit sa route.

Zayne ouvrit la porte grinçante. Shiki était là, affaibli. Il était certainement aux précipices d’une mort certaine. Une semaine s’était écoulée depuis que le jeune homme était arrivé dans les geôles. Une semaine à observer ce corps subir ce que lui avait subi, à éveiller une douleur vive et innommable. Il avait souhaité à chaque instant que cela s’arrête… Et quelque chose en lui s’était débloqué. Pendant cette semaine, quelque chose d’imprévisible, que même le père d’Erwin n’avait pas vu venir : un semblant d’humanité. Il s’approcha du révolutionnaire et brisa ses chaines à mains nues.

- Tu peux marcher ? On se barre.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Dim 23 Sep - 22:16

Froid... Il fait tellement froid... Cette pièce, mon corps, je ne saurais dire si on peut appeler cet état “ être vivant “. Face contre terre, je me laissais mourir doucement, ou du moins je le pensais. Mon “ monde “ que j’avais prit soin de créer venait de partir en éclat à cause de ces hommes et je n’avais même pas pu lever le petit doigt. Pendant un bref instant, je repensais à toutes ces épreuves. Que ce soit avec mon sensei, ou avec les moines, ils m’avaient apprit à aller de l’avant, mais là, leurs enseignements ne m’aidaient pas, j’apportais la honte sur eux à finir ainsi après avoir passé leurs examens pourtant difficiles. Erwin m’avait abandonné préférant sa vie à la mienne. Komari et d’autres amis étaient morts pour moi et je ne pouvais même pas les venger d’une quelconque façon. Entre quelques sanglots, parfois des murmures se faisaient entendre. Me recroquevillant en position foetale, c’est comme si je tentais de me réchauffer moi-même et m’octroyer un surplus de quelques minutes avant la fin fatale...

La situation actuelle me faisait croire que j’étais dans un blizzard. L’air froid fouettait ma peau et ma seule source de vie se comparait à une flamme qui s’éteignait doucement. Je tentais de la protéger, mais l’inévitable ne peut pas être évité. Je priais donc, simplement contre ce feu, essayant de me laver de mes échecs trop nombreux à mon goût. Je regrette tant de choses... Dans ma tête, je faisais un monologue intérieur comme si j’étais convaincu que la fin était proche.

“ ... Père... Désolé d’avoir ... Déçu vos attentes.... Peut-être ne suis-je pas fait pour être un épéiste, ou un homme comme vous l’auriez espéré...
Erwin... P... Pourquoi hein ? J’avais donner ma vie contre celle des autres... T. Tu aurais du les protéger comme je l’aurais fait..
... K... Komari... Pardonne moi...
Maman... “


Des remords, du regret... Bien des choses qui me rendaient malade. J’aurais voulu être à ses côtés, cette femme si spéciale qui nous est tous si chère : ma mère. Elle qui est seule à Wa, elle doit s’ennuyer, elle doit me regretter et moi, je parcours le monde de façon égoiste... Quel fils suis-je pour infliger ça à ma mère ? Si seulement je pouvais au moins changer le monde en son honneur ? Là, pour sûr qu’elle serait la plus fière - et pas la seule - mais à l’heure actuelle... Je ne savais pas si mon futur était assuré.

Fermant doucement les yeux, c’est un grincement de porte qui me me fit rester éveillé. Une fine lueur trancha les ténèbres qui occupaient la pièce. Une silhouette approchait et je sentis mon corps devenu poids mort se soulever. Quelqu’un me soutient ? Essayant de comprendre ce qui se passais, j’analysais les paroles de l’homme et vit de qui il s’agissait. Que faisait-il ici ? Les mots sortaient difficilement de ma bouche alors que j’étais nu, le corps meurtris de toutes parts.

“ Z.. Zayne... “

Cet homme que je ne connaissais que de vue et via des papiers. Pourquoi venait-il m’aider ? Est-ce encore un stratagème de l’homme pagé pour me déstabiliser ? Sûr de rien, je tentais de bouger, mais le jeune homme allait plus me trainer qu’autre chose. Posant une main sur ma tête; je ressentais toujours ces douleurs au crâne, comme une symphonie désordonnée. Marchant dans des couloirs qui me paraissaient interminables, j’osais articuler quelques mots.

“ P... Pourquoi ? .... Q... Que fais tu ? ... “

Je gémissais de douleur difficilement,. Mon corps était comme un véritable poids mort tant pour moi-même que pour lui. Comptait-il me faire sortir de là ? Si oui, quelle utilité ? J’avais tout perdu... Et même si Erwin venait, qu’est-ce que ça changerais ? A l’heure actuelle, les rôles étaient échangés... M’étant mis en tête l’idée de l’aider au début de mon séjour... À l’heure actuelle, c’est lui qui devait me tendre la main, me montrer l’espoir que j’ai voulu lui montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Mer 26 Sep - 9:46

Abnégation sous la lune [5]

La lune arborait son plus bel éclat. Dans sa plénitude la plus totale, la nuit venait de commencer à s’installer doucement. Le rouquin l’observa dans le ciel, et il sentit ses rayons lui caresser le visage. C’était doux, et c’était triste. Quelle triste fin pour cette relation entre un père et un fils… Il observa les alentours, tandis que son Haki ne lui permettait toujours pas de localiser ses ennemis. Qu’ils soient proches ou non, ils pouvaient toujours manipuler leur voix s’ils étaient dotés d’un avancé, et cela le mettait sur ses gardes. Le nombre de prouesses dans ce monde était impressionnant. Il posa une main ferme sur Excalibur, dont la lueur bleutée commençait à percer dans la nuit. A cet instant, il savait qu’il allait devoir prendre l’une des plus difficiles décisions de sa vie : tuer cet homme.

Quand il continua d’avancer, une sonnerie retentit. Celle d’un escargophone. Il jeta un coup d’œil à Komari, dubitatif, mais celle-ci n’était pas responsable du son. Elle se retourna lentement, tandis qu’elle tentait de comprendre la provenance de cet appel… Et une puissance pression la projeta une dizaine de mètres plus loin contre un rocher. Elle s’y écrasa violemment, perdant conscience sur le. Les yeux du rouquin s’écarquillèrent tandis qu’il se retourna en direction de l’origine de cette attaque. Quelqu’un apparut alors dans son champ de vision, muni de lunettes, sûrement des loupes qui lui permettaient de voir de loin et qu’elle retira de sa tête. La femme de petite taille portait sur elle un marteau, dont les proportions étaient encore à revoir.

- Comment… Ca faisait longtemps.

Cette femme, c’était Salomé, une des personnes qui avait été avec lui lorsqu’il était assassin sous le contrôle de son père. La terrible et puissante Salomé, capable de déformer l’espace avec son marteau. Cette technique, son père l’avait sûrement créée spécialement pour le contrer. Il était terrible… Terriblement prévoyant. Et s’il la faisait venir ici, c’est qu’elle avait son utilité. Se mordillant la langue, il observa à nouveau Komari. « Elle n’est pas morte. ». Ils allaient pouvoir « discuter ». Tirant sa lame il s’élança.

Les deux hommes avançaient dans le couloir, l’un titubant, l’autre servant de soutien. Il était déterminé à dépasser ce froid couloir, à ouvrir ces impassibles portes et à rejoindre cette inhumaine lumière. Le vampire n’appréciait pas le jour, alors il avait choisi la nuit pour orchestrer son acte. Un acte de trahison dont il ne se serait jamais pensé capable, mais qui allait parfaitement avec cette situation et les déclencheurs émotionnels. Il en avait besoin, pour revenir à la réalité. Il se souvenait de beaucoup de choses : Erwin, l’Inquisition, ses amis. Même certaines choses qui auraient dû être éradiquées.

- Je t’aide… Tu es un ami d’Erwin… Je suis désolé pour ce qu’il t’a fait subir…

Il s’avança. L’Arsenal avait été une pourriture pour le coup : ce n’était cependant pas anormal dans son monde, où avancer était synonyme de gain de pouvoir. Or, il était toujours dans cette continuelle quête de puissance. Les couloirs étaient assez vides. Le garde, vidé de son sang, gisait à côté des cellules et ne pourrait pas donner l’alerte. Son cadavre était déjà livide, mais les babines de Zayne n’étaient pas tâchées de sang : il avait su se montrer digne en s’essuyant.

Continuant son avancée, le tueur écouta les sons autour de lui et se figea. Il avait gagné en puissance grâce à leur ennemi commun…

- Quelqu’un arrive, lâcha-t-il doucement. Cachons-nous.

Plaquant le Eiki contre une porte, il l’ouvrit et le fit entrer dans un placard étriqué. Alors qu’il y entrait, se collant à lui pour l’aider à se mouvoir, il referma la porte. Leur respiration avait beau être saccadée, ils ne pouvaient pas faire autrement que d’attendre. La proximité de la carotide de Shiki était tentante, cependant dans son état cela aurait sûrement signifié la mort… Alors il résisterait.

- Quelle est ta relation avec Erwin ? Demanda à mi-voix le vampire, en entendant les bruits de pas s’éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Mer 26 Sep - 17:39

L’homme autrefois inconnu semblait m’aider. Pourquoi ? Et à quoi bon ? Je venais de perdre une de mes principales raisons de vivre. Il me restait la vengeanc, oh oui... Quand on n’a plus rien à perdre, peut-être peut-elle être une amie de choix, mais je m’y refusais pour l’heure. Le mal que représentait cet homme était bien trop grand pour être touché par mes bonnes intentions. Pour l’heure, je me devais de “ revivre “ avant de penser à quoi que ce soit. Je regagnais à peine des forces et me laissais traîner par cet inconnu. Il s’excusait, semblant plus “ humain “ que les autrefois. Avant, j’aurais analysé son comportement, mais là, je luttais contre la fatigue plus qu’autre chose. Même si je n’étais pas un squelette sur patte, j’avais clairement perdu en vivacité et muscle...

Mes yeux se posèrent sur un cadavre et en voyant les deux marques sur lui, je ne pu m’empêcher de comprendre. Le vampire l’avait réduit au silence ? Se pourrait-il que ceci ne soit pas une mascarade destinée à me broyer un peu plus ? Regardant le vampire, je lu dans son regard une certaine détermination et ne pouvais m’empêcher de vouloir l’aider dans ce cas.. J’étais troublé, mais peut-être pouvais-je lui donner le bénéfice du doute. Mais alors que cette pensée logique arrivait à mon cerveau, l’impact de la mort de Komari et la “ trahison “ d’Erwin me fit reculer en arrière dans ma tête ne faisant pas d’effort surhumain comme j’aurais pu en être capable. Je gardais une mine figée.

Soudain, il me manipula comme une poupée de chiffon et me mis dans une sorte de placard. Plaqué contre le mur et prit en sandwich avec lui devant, je perdis presque mon souffle mais compris le pourquoi du comment. Un ennemi ? Une silhouette massive marchant tel un zombi semblait errer dans le couloir. Tandis qu’on l’entendais s’approcher, je retenais mon souffle malgré mes battements de coeur. Ma respiration aussi basse soit-elle était trop audible selon moi, alors... Aussi étrange cela soit-il, je vins déposer mes lèvres sur l’épaule du vampire. L’idée de simplement “ embrasser “ pour échanger les souffles et taire le bruit m’avait traversé l’esprit, mais je n’avais pas eu assez de temps pour agir. Laissant la chose passer, je vins à reprendre mon souffle quand il fut passé. Qu’est-ce que cette chose ? Il fallait partir d’ici au plus vite me dis-je. Pourtant, avant de sortir et reprendre la route... Je ne pouvais m’empêcher de répondre à ses paroles malgré ma fatigue tant mentale que physique.

“ Je... Je le pensais un peu idéaliste... Mais finalement est-ce ça qui m’a intrigué et poussé à le suivre. Il désire changer le monde tout comme moi et sa vision des choses est différente de toutes les factions révolutionnaires. A... Avec le temps.. Je l’ai considéré comme un ami... M... Mais... Il a échoué à... À la protéger.. “

Me mordant la lèvre, ma prise sur ses côtes se serra fébrilement. Les émotions ne meurent jamais, même si la fatigue était là. Erwin... Cet ami et leader que je respectais. Même si mon respect était encore là, une rancoeur naissait à chaque fois que j’y pense.. Il a échoué à protéger Komari alors que je l’ai rejoins à la base pour la protéger moi-même. Il est “ logique “ que pendant mon absence, il obtient ce rôle... Je retenais des larmes de douleur mentale et physique, relâchant lentement le vampire.

“ Et ... A fuit... “

J’avais gobé le mensonge du père certes, mais tout semblait si réel... J’avais perdu mes forces... L’espoir n’existait plus et la dernière fois que je m’étais sentis ainsi, s’était quand j’ai appris la nouvelle pour mon père. Je m’étais relevé certes, mais là... Il s’agissait d’un amour. Aussi enfantin peut être considéré le comportement, je vins à respirer grandement.

“ I... Il... Il faut bouger... “

Et ainsi nous reprenions notre route dans le couloir, priant que la chose ne revienne pas vers nous en ayant découvert le cadavre. L’heure tournait et le temps nous était compté.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Jeu 27 Sep - 18:33

Abnégation sous la lune [6]

Shiki était interrogé du regard par un vampire bien loquace. Il semblait projeter ses interrogations sur le jeune homme : celles concernant Erwin, principalement. Et tandis que son interlocuteur coupa court à la conversation, il arrêta de le « restreindre » en sortant de leur petit nid, avant de reprendre la route en direction de la sortie. « S’enfuir » c’était là leur seul enjeu. Ils devaient, qu’importe les rancoeurs qui pouvaient s’installer. Sans commenter ce que lui avait dit l’épéiste, il continua donc sa route. Soudain, il s’arrêta en sentant les vibrations de l’air. Quelqu’un semblait bouger rapidement… C’était mauvais – comment le dire autrement : leurs ennemis étaient partout et le moindre mouvement de l’un d’entre eux pouvait détruire leur équilibre.

- J’ose à peine imaginer ce que tu dois ressentir, Shiki, fit il avec compassion.

Il continuait à marcher. La haine que ressentait l’épéiste pour Erwin était réelle. Haine ? Non, c’était sûrement une autre émotion. Il était si déçu par un homme qu’il idéalisait autrefois… la peine qu’il ressentait à cet instant, réelle, ne remplacerait pas les sentiments qu’il éprouvait. Cette sensation serait sûrement passagère… Mais elle s’inscrivait au pire moment pour lui. Au moment propice, il ne pourrait pas réagir.

Avec l’air cette fois-ci sérieux, il arrêta ses murmures tandis que la pression dans l’air diminuait. C’était peut-être un effet du Haki Royal du père de Erwin ? Non, ils auraient été pliés en deux, écrasés par une telle puissance. Après quelques secondes à patienter, il sourit au révolutionnaire en lui indiquant de suivre le chemin. Les bruits d’affrontement retentiraient alors, tonitruants.

- Pressons-nous, il reste peu de temps.

Il presserait le pas, essayant d’obliger Shiki à en faire de même si son corps le supportait. Il le pousserait à aller jusqu’au bout de leur opératoin… Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien d’autre.

Le marteau s’abbattit sur le sol et réduisit une partie du terrain en miettes. La terre se souleva, dévoilant des toits métalliques d’une base souterraine – mais inhabitée. Qu’y avait-il à cacher maintenant que le meilleur soldat de l’Arsenal était là ? Celle-ci sourit et s’élança avec son arme, menaçant de l’abattre à tout instant sur un Eriwn sans défenses, selon elles. Il ne pouvait pas prévoir sa trajectoire, ce qui le rendait obsolètes dans ses esquives. Alors il se décida à fermer les yeux.

D’un geste simple sur le côté, il esquiva les premiers écueils de son adversaire. Ceux-ci étaient largement visibles : elle avait mal orchestré l’enchaînement de son attaque.  Trop sûre d’elle depuis leur dernier affrontement, Salomé, une pourtant bonne combattante, faisait de nombreuses erreurs. Elle avait apparemment envie d’en finir vite, mais ses attaques destructrices étaient peu précises. Il ne pouvait peut-être pas user de téléportation sur une courte distance, à cause de la déformation de l’espace, mais en soit il pouvait toujours s’approprier un jonglage plus précis, en se concentrant sur ses sens et sur son Haki : combiner les deux permettait d’avoir une marge de manœuvre plus grande. Avec un air concentré, il continua d’esquiver… Encore et encore.

- On dirait que tu es trop sûre de toi, Salomé.
- Ne donne pas de conseils à ton ennemie, abruti !


Elle s’éleva dans les airs et frappa l’espace sous elle. Celui-ci se compressa avant de brusquement reprendre sa place. Erwin sentit une explosion qui vint lui lécher les vêtements tandis qu’il s’éloignait d’un simple bon. Les différences de pressions avaient vraiment la côte en ce qui concernait les explosions. Le rouquin serra son poing sur Excalibur et repartit à l’assaut avec panache.

- Abruti, abruti, abruti ! Qu’est-ce que tu crois pouvoir faire ?
- Te battre… Et sauver mes amis.


Il disparut sur ces mots pour donner un coup d’épée transversal d’une vivacité extrême dans le dos de son ancienne ami, d’où des gerbes de sang s’élevèrent dans un tourbillon hivernal dans les airs.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Ven 28 Sep - 5:31

Il faisait preuve de compassion... D’ordinaire j’en serais touché, mais là, je n’arrivais pas émettre le moindre son. Oui, il ne pouvais pas imaginer et comprendre ma douleur. Moi, en revanche, je comprenais ceux que j’avais aider autrefois. Passer de l’autre côté de la barrière peut avoir du bon, et même si je comprenais certains principes... Au final, je me demandais comment ne pas sombrer ? Ma lumière - ou du moins une parmi celles qui sont importantes - s’était éteinte sans que je puisse y faire quoi que ce soit ? Cette fois-ci, le mal ne disparaitre pas avant un moment, ou peut-être jamais même. Tout comme la mort de mon père, si la blessure se referme, il restera à jamais des cicatrices.

Me faisant traîner dans ce couloir, je tentais d’aider aussi minime soit l’effort. L’air pur me fera peut-être du bien ? Fatigué, ma vue se brouillait à chaque pas de plus, menaçant de tomber dans les pommes. Trop d’émotions d’un coup, trop de choses à gérer pour un seul homme. Perdre l’être qu’on aime, c’est quelque chose de trop spécial pour mériter être vécu trop tôt. Je regrette ne pas avoir pu éviter la mort de Komari, mais peut-être est-ce mieux pour moi que de ne pas avoir vu cela. Qui sait ce qui se serais passé ... Serais-je devenu fou ? Fou de rage sans doute.

“ Hnnn... “

Mon dos me brûlait... Les plaies se ravivaient d’elles-même. Mon corps me pesait et le bout du couloir semblait être une route éternelle. Une lumière qu’on ne peut jamais atteindre. Que c’est frustrant... Et aussi idiot cela soit-il, je tendis la main vers celle-ci. Sans doute qu’une part de moi reste et restera à jamais égale à moi-même : attaché à la vie. Une vive douleur m’assaillant, je me cambrais légèrement puis donna un dernier coup de collier pour avancer et approcher de cette sortir. Malheureusement, des bruits d’affrontements se faisaient entendre et avant même que je m’en inquiète, je vins à repenser à une chose toute bête.

“ ... M... Mes ... Armes... Où sont ... Mes armes ? “

J’avais été dénudé, torturé mais aussi et surtout privé de mes armes... Je ne pouvais pas partir sans elle vu leurs importances. Aucune de mes lames n’avait d’importance supérieur à l’autre. Chacune d’elles étaient ma vie, une part de moi. Je ne pouvais pas me permettre de sortir de là sans elles. J’avais assez perdu comme ça...

“ ... Il me les faut... “

Me détachant de lui, je basculais contre un mur alors que nous étions à cinquante mètres de la sortie. Glissant presque contre la paroi, je regardais l’homme dans les yeux. Ceci est non négociable... Je préférerais de loin mourir que perdre désormais mes lames. Le corps endoloris, je faisais clairement peine à voire ... Loin de me douter de qui il s’agissait dehors, je vins à fermer un oeil puis le reouvrir. Je ne pouvais pas dormir... Soufflant de lassitude, une silhouette à l’autre bout du couloir semblait faire son apparition. La “ chose “ allait-elle faire surface ? Essayant de me relever, ce fut un échec et ce ne sont pas mes maux de têtes qui allaient m’y aider. Ils s’atténuent mais restent assez douloureux, comme un bourdonnement continu.

“ A... Arrêtez.... S.. S’il vous plait... “
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Mer 3 Oct - 10:43

Abnégation sous la lune [7]

- Tes… armes ?

Il regarda l’épéiste. C’était vrai qu’un homme désarmé était en général plus à même de réclamer à ce qu’on le réarme. Mais… Cette volonté n’était-elle pas qu’un moyen de reculer le moment où il rejoindrait le Dog ? Où il apprendrait la vérité ? Zayne ne pouvait pas dire que l’opération était sans risques, cependant il allait faire de son mieux. Un bruit sourd résonna au loin, comme un combat qui se produisait et provoquait des ondes sonores sur des kilomètres à la ronde. C’était comme ça quand deux monstres s’affrontaient. Ils avaient en général de quoi détruire des îles, dans un monde comme celui-ci où la puissance était sans limites…

L’homme le plus fort du monde lui-même, Tengen, se serrait mordu les doigts à affronter les titans qui résidaient en ces lieux. Le père d’Erwin n’était qu’un homme puissant parmi tant d’autres, mais il était sûrement l'un des plus puissants de Grand Line actuellement. Seule Marineford lui faisait de l’ombre, et encore… Du point de vue du vampire, la terreur de ces mers, c’était l’Arsenal. Il n’avait juste pas encore montré son vrai pouvoir au reste du monde.

Soufflant tranquillement, l’ancien révolutionnaire tenta d’aider son camarade à rester debout, mais abandonna rapidement en voyant qu’il se débattait. Il n’était qu’une loque à présent, le fantôme d’un passé déjà bien grignoté. Avec un haussement d’épaules, il décida finalement de laisser passer et pointa une direction qui, si elle semblait hasardeuse, ne l’était pas du tout.

- Tes sabres sont par là. Allons les chercher.

Il se dirigea dans la direction de ces fameuses armes. Elles se trouvaient dans une sorte d’armurerie où étaient entreposées d’autres armes, de différents types. Les lieux étaient presque déserts, à l’exception de deux gardes qui se hissaient en fiers protecteurs devant la porte. Ils semblaient somnoler un peu, comme si leur travail était d’un ennui fou. Bientôt, ils recevraient de la visite, et si Shiki le demandait, Zayne les neutraliserait rapidement.

Un nouveau bruit sourd. Une partie de l’espace venait de se déformer et d’exploser, libérant sur le sol une puissance attaque. Erwin était vif, puissant et destructeur, mais ce n’était rien comparé au pouvoir de Salomé qui lui offrait une plus grande force de frappe, bien que moins précise. Elle avait donc subi le premier coup de son adversaire sans rechigner, et avait rapidement compris que le rouquin l’avait surpassé en maîtrise d’arme. C’était catastrophique, pour elle.

- Tu ne me… vaincras… pas… Espèce de…

Elle s’élança en direction de son ennemi et tenta de le faire tourbillonner dans tous les sens avec son marteau. Lorsqu’elle arriva à sa hauteur, il avait déjà disparu, alors même qu’elle avait déformé l’espace. Comment c’était possible ? Il utilisait son pouvoir comment ? L’espace se reforma, et il apparut derrière la jeune femme qui sentit son corps balancer vers l’avant.

- Comment…
- Qui sait,
fit le jeune homme avec un sourire malicieux.

« Il a compris. » se dit-elle. Il avait saisi les limites de son pouvoir. Sa capacité spéciale lui permettait d’aplatir l’espace et de le libérer rapidement, plus ou moins. Mais elle avait une limite de deux secondes : après cela, l’espace reprenait sa forme initiale et elle ne pouvait plus changer l’emplacement le temps que tout se remette réellement en place. Grognant, elle se retourna et tenta d’abattre son arme une nouvelle fois… Mais elle la sentit se dérober de ses mains, tandis que celle de son adversaire venait de la saisir, et de s’éclipser avec.

- Tu es une vraie plaie…
- Je prends ça pour un compliment,
dit-il en soulevant le marteau.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Jeu 4 Oct - 16:53

Retrouver mes armes était ma dernière opportunité d'être un minimum " moi " en sortant d'ici. La lame d'un épéiste est une prolongation de soit, une part de lui-même. Séparé d'elles, l'homme n'est rien autant que les lames aussi.. Pas question de fuir sans elles, ou alors je ne serais qu'une ombre sans origine. Heureusement que le vampire semblait se montrer compréhensif. Une seule demande, retrouver mes armes... Le reste n'avait plus d'importance. Mon passé, mon présent et mon avenir ... Ils n'étaient que secondaire, ou du moins je pense...

Laissant l'homme me désigner la zone, nous commencions donc à y aller jusqu'à arriver et voir deux gardes. Impossible de ne pas passer, prendre mon bien et m'en aller. Me mordant la lèvre, je réfléchissais à comment m'en sortir mais en l'état actuel, cela m'étais impossible. D'ordinaire je chercherais à y arriver seul pour risquer le moins possible pour les autres, mais là... Difficile. Ainsi, d'un ton presque honteux, je demandais l'aide du vampire pour se charger de ces deux gars. Pendant que lui s'en chargerait... J'irais prendre les lames qui reposaient ici même.
Optant pour ce plan donc, pendant que Zayne se chargeait d'occuper les deux gardes, je me faufilais avec mal dans la pièce et cherchais mes armes. Cette véritable petite armurerie cachait bien des choses. Un trafiquant trouverait son bonheur ici... Mais moi; je cherchais juste mes part de moi-même. Finissant par les trouver, je les retiraient de leurs cages pour alors les dégainer. Intact... Ils n'avaient pas touchés à cela fort heureusement. Rengainant, je vins à me diriger vers la sortie désormais " clean ".

" On.... Peut y aller... "

Les bruits sourds de dehors continuaient de retentir et n'évoquaient rien de bon. Mais en plus de ceux-ci, un hurlement se fit entendre. Se pourrait-il que la " chose " de tout à l'heure se soit rendue compte de mon évasion ? Je regardais le vampire, me demandant bien ce qui allait se produire. Il fallait y aller.

" Partons... V... Vite. "

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Ven 5 Oct - 20:55

Abnégation sous la lune [8]

Finalement, ce fut lors de cet affrontement que Erwin apprit qui était réellement Salomé : une femme pleine de volontés. Celle de détruire son adversaire, celle de surpasser quiconque se mettrait sur son chemin, et surtout celle de satisfaire son maître, Arsenal. Il ne portait à présent plus que ce nom de famille qu’ils détestaient comme si son prénom s’était effacé. Sur sa pierre tombale, s’il avait droit à un semblant de reconnaissance de quiconque, il ne serait marqué que les quelques mots qui désignaient le mieux son exécrable personnalité. Erwin ne l’aimait pas, ses subalternes l’adulaient sans le connaitre, et c’était finalement Salomé qui était sa plus fidèle alliée. Le rouquin secoua la tête, et finit par porter le coup final à son adversaire. Entre deux escarmouches, il s’était montré si vindicatif qu’il n’était plus qu’un bourreau. Vindicatif dans son désir de gagner… De surpasser… Et de haïr l’homme qui l’avait mis au monde.

- J’imagine que tu es quelqu’un d’incroyablement puissant, Erwin Dog, dit finalement la jeune femme avec mépris, son torse transpercé avec une épée froide qui n’avait que trop donné la mort. Nous sommes de la même espèce : nous nous battons pour quelque chose de plus grand qui nous échappe parfois. Jamais tu ne comprendras le vrai sens de tes combats. Ce sera les personnes qui te succéderont qui sauront pourquoi toi, un révolutionnaire parmi tant d’autres, tu te battais.

D’un geste sec, elle laissa l’épée se glisser hors de son corps. Du sang commença à couler à flots, comme si la mort n’était qu’une poche qu’on vidait, rempli de ce qui nous maintenait « pleins ». Le rouquin ne jeta qu’un regard empli de pathétique, qui croisa celui de Salomé. Soudain, la colère se dessina sur les traits de la jeune femme. Elle était une de ses innombrables victimes, et pourtant… Pourtant… N’était-elle pas spéciale ?!

- Putain, ne m’accorde pas un regard comme ça alors que je suis sur le point de crever ! Laisse-moi au moins ça ! La dignité de mourir. L’écart qui nous sépare ne te permet pas de me regarder comme ça !

Il fut stupéfait par de telles paroles, mais ne put répondre. Qu’aurait-il pu dire ? « Je suis désolé » ? Cela aurait été encore pire. Ç’aurait été reconnaitre qu’il ne lui portait pas d’égard. En réalité, et il le savait au plus profond de lui, il ne pouvait pas la respecter. Elle était dédiée à un homme qu’il exécrait. Soudain, la jeune femme tomba à terre. Son marteau roula sur le sol, et le rouquin l’éloigna du cadavre dont la voix s’était éteinte progressivement. Il s’agenouilla aux côtés de la demoiselle, et ne parla pas.

Zayne avançait dans les couloirs, écoutant attentivement ce qui se trouvait là. Un air contraint, il se demanda s’il pouvait vraiment s’enfuir aussi facilement. La voie était ouverte, et les ennemis trop faciles à tuer. Encore une partie d’un plan de l’Arsenal, sûrement. Pourtant, cette voie ouverte était la seule qu’ils pouvaient suivre s’ils voulaient avoir une chance de s’en sortir. S’essuyant le front, il se tourna vers Shiki : c’était bien la première fois depuis un moment que le vampire transpirait.

- Je crois que c’est la fin d’un combat… Ou alors…

Il se figea. Quelque chose venait vers eux. Quelque chose de grand. Quelque chose d’effrayant. Une massue dans les mains, une créature gigantesque, d’environ trois mètres, souleva son arme et l’abattit avec vivacité. Le combat allait être âpre. Impossible à gagner ? Peut-être. Mais il fallait qu’il soit mené, au moins en attendant les renforts. Quelle créature ? On aurait dit un ogre. Peut-être un humain « modifié » ? En tout cas, c’était un monstre de force brute puisque son premier coup, qui visait Zayne, fit trembler la bâtisse pourtant enfouie dans le sol.

- Il faut se battre ! Ou fuir ! Peu importe ! Hurla Zayne.

Il suivrait le choix de Shiki, encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Sam 6 Oct - 16:53


Les armes en main, il ne nous restais plus qu'à partir. Du moins s'était une chose facile à dire, mais moins à faire... Marcher est deja difficile, alors courir était impensable pour moi à l'heure actuelle. Malheureusement, le destin semble s'écharner sur nous... Alors que je me pensais victorieux d'avoir retrouvé mes katanas voilà qu'un bruit se faisait entendre. La chose que nous avions évité revenait à la charge et cette fois-ci, impossible d'y échapper. Une chose énorme arrivait vers nous avec la ferme intention de nous saluer. Pour ma part, l'option à prendre était claire : partir.

Alors que le vampire affichait son réel souci, moi, je tentais de rester calme. Quelque peu ailleurs, je me disais que même le vampire ne pourrait pas retenir cette chose longtemps. Nous nous devions de partir, ne serait-ce que pour que j'aille me recueillir sur la tombe de Komari et revenir auprès de ma mère à Wa....
Titubant jusqu'au couloir où la chose arrivait, je me mis difficilement en position. Prenant appuie sur mes jambes, je tenais fermement une de mes lames et vins à jeter un regard vers le vampire.

" ...T... Traine moi rapidement a... Après ça... "

En effet, il fallait sortir de là. Mon idée était simple et risquée, mais c'est le seul moyen que je voyais là pour arriver à nos fins. Prenant toutes les forces qui me restaient, je vins à dégainer mon sabre noir et blanc pour alors créer une lame d'air plutôt conséquente bien qu'elle ne soit pas parfaite. L'objectif était de briser et sectionner net le plafond et le faire s'écrouler. Aussi forte cette chose soit, elle ne pourrait pas " enfoncer " les gravas si simplement.

Une fois l'attaque réalisée, alors que le plafond s'effondrait et bouchait la route, je tentais de me reculer, mais en vain. Mes forces n'étaient plus là... Il me fallait du repos et cela relevait aussi du miracle que je sois encore conscient. Restais à voir si le vampire allait pouvoir assurer jusqu'à la sortie. Pour ma part, je tentais de lutter contre le sommeil, priant que je re ouvrirais les yeux une fois dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Dim 7 Oct - 21:48

Abnégation sous la lune [9]

La mort était une paisible récompense pour les pêcheurs. L’Ogre avait subi pire que la mort, alors même qu’il venait de tuer sa femme et sa fille. Les mains de l’Arsenal étaient venues le cueillir, et il avait alors subi toute une suite d’expériences plus habiles, plus tristes les unes que les autres. Son corps avait encore en lui la peur de ces aiguilles qu’il redoutait tant, et la tristesse d’avoir tué sa famille, la seule chose qui comptait réellement à ses yeux. Mais il était fou. Fou à lier. La mort n’était qu’une paisible passade dont tout le monde reviendrait un jour, il en était persuadé. La mort c’était juste… Ah, il sentait que quelque chose s’écroulait. Agir, vite. Il se protégea, déblaya rapidement les gravats, mais les personnes en face de lui avaient disparu. Ils avaient juste tourné, quelques mètres plus loin. Le vampire portait le gamin épéiste et ses lames. Il semblait prêt à tout pour le protéger.

La douleur continuait à faire se mouvoir l’ogre. Lorsqu’il était immobile, c’était pire, alors il fallait bouger, toujours. Le garde « parfait » à l’exception qu’il ne distinguait ni alliés, ni ennemis. Il était juste là, avec sa pauvre douleur et ses pauvres regrets. Aurait-il pu s’épargner tout ce temps qu’il l’aurait fait. La tristesse qui était la sienne était immense. Ses pas grands le portèrent rapidement

- Shiki, j’arrive pas à te por… porter… Argh…

Zayne aussi faiblissait. Il sentait qu’étrangement ses forces le quittaient, comme si quelque chose venait à manquer. Ce pauvre et crédule vampire ne se souvenait pas de ce que lui-même avait exactement subi. Il avait été le pire. Un monstre assoiffé de sang, de celui des personnes qui s’étaient éveillées autour de lui, de ces femmes, de ces hommes, maltraités, morts pour rien. Simplement pour contenir sa soif, le faire devenir docile. « Si tu acceptes, je te ferai oublier les atrocités que tu as commises. ». Les larmes aux yeux, le vampire avait fini par accepter sa pénitence, et il y était toujours soumis. Les ordres de l’Arsenal étaient suprêmes. La massue se leva, arracha un nouveau pan de mur et menaça de s’abattre sur les deux hommes. Zayne se mit en boule autour de Shiki, comme pour amortir la chute, et…

- NE TOUCHE PAS A SHIKI ! Hurla une voix féminine.

La paume de la femme-poisson, projetée à haute vitesse, vint percuter le dos de l’ogre. Celui-ci sentit qu’il se déplaçait à l’autre bout de la pièce, sur plusieurs mètres. La force mise dans cette attaque était incroyable, elle dépassait de loin ce qu’il avait pu sentir. C’était la force d’un amour sincère. Celui de Komari, dont le corps courut vers Shiki et Zayne. Ce dernier fut le premier à l’apercevoir, et il libéra l’épéiste, lâchant ses lames à ses côtés.

Il s’éloigna, titubant, tandis que Komari s’avançait à grands pas vers Shiki. Elle n’attendit pas, et le prit dans ses bras, vêtue d’une combinaison créée pour empêcher son poison de venir s’étendre au contact. Elle avait les larmes aux yeux, et finalement elle céda.

- Tu m’as fait si peur ! J’ai cru que je ne te reverrais pas. J’ai vraiment cru que je ne te reverrais pas, Shiki !

Elle l’éloigna légèrement de lui, le regardant dans les yeux. Son sourire était sincère. Elle le regarda, quand soudain elle sentit la présence d’Erwin derrière elle. Le roux venait d’arriver, après avoir dû se débarrasser d’un autre adversaire sur le chemin. Il regarda d’abord Shiki, puis Zayne. Son regard s’écarquilla, et il se mit en position de défense, mais le vampire sourit.

- Je ne suis plus sous le contrôle de ton père… Le voir torturer Shiki m’a réveillé. Je suis désolé, Erwin, je…
- Je suis content de te revoir, Zayne,
fit Erwin en souriant et en le prenant dans ses bras légèrement.
- Je suis de retour...

Il s’arrêta, se muselant dans le silence. Le rouquin soupira, il était prêt à partir loin d’ici, et à revenir seul finir le travail. Il se tourna vers l’épéiste, lui sourit et dit :

- Nous sommes enfin arrivés.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Lun 8 Oct - 12:43

Fuir pour survivre, j'espérais  avoir réussis à gagner du temps, mais nous nous rendions vite compte que non. Pour la première fois depuis le début, le vampire semblait faiblir. Au plus mauvais moment qui plus est ... La créature réussit à s'échapper de mon acte plus rapidement que prévu et le tout faisait que la situation était plus sombre que jamais... Se pourrait-il que nous échouions ? Pendant quelques minutes j'avais oublié que la réalité pouvait être cruelle. La forme inhumaine approchait à grand pas et réduisait nos espoirs à zéro. Visiblement, c'est la fin du jeu pour nous. Nous avons jouer, mais nous avons surtout perdu... N'ayant plus assez de forces pour riposter tant verbalement que physiquement, je fermais les yeux sans me rendre compte que le vampire tentait une ultime fois de me protéger.

Attends moi Komari... J'arrive te rejoindre.. Père... Et toutes les personnes qui doivent m'attendre dans l'au dela.. Pardonne moi mère de ne pouvoir te prendre dans mes bras une dernière fois et te dire que je suis fier d'être ton fils... Fermant les yeux, pour la première fois, j'abandonnais tel un guerrier qui accepte de faire face à son destin. Si je dois mourir aujourd'hui, qu'il en soit ainsi, mais au moins je me serais battu jusqu'à la fin me disais-je. Les abysses commencent à m'envahir, est-ce donc ça la mort ? Ou est-ce moi qui m'enferme dans cette illusion pour " adoucir " ma sentence ? J'ai froid.. Terriblement froid. Et plongé dans le noir de la sorte, je trouve cela presque angoissant.

- NE TOUCHE PAS A SHIKI !

Quelle est cette voix ? Pourquoi me semble-t-elle presque familière ? J'aimerais re ouvrir les yeux mais la force me manque. J'entends des bruits, un brouhaha et j'ai l'impression qu'on me soulève légèrement. Quelle est cette douce chaleur qui m'enlace comme pour me rassurer Cette chaleur me donnant de la force, je tente d'ouvrir les yeux et les entre ouvre pour avoir distinguer quelques éléments... Une chevelure un peu en pétard, des cornes assez petites et tordues... Des yeux d'un or pur, cerclés d'un noir abyssale. Serait-ce ? ... Non... C'est faux... J'aurais du m'en douter, c'est un mensonge, encore quelque chose pour me faire craquer, torturer mon esprit et me rendre malade.

Mes yeux tentent de s'évader de cet enfer. Si mon corps ne peut pas traduire cet état de détresse, mes globes oculaires le font. La porte de sortie, vite ... Je me mouvai tel un asticot pour ramper au sol difficilement avant de finalement croiser son regard. Erwin ? Lui aussi fait partit de ce cauchemar ? ... Me perdant dans mes méandres de mes pensées et de cette " maladie " qui gangrène mon esprit, je tends la main vers lui montrant mon statut d'homme qui a été un jouet pour son père. On ne m'a pas coupé les membres, mais on a jouer avec mon esprit, mes sentiments et mes émotions. Et tandis que mon corps est encore dans un simple appareil, je laisse le monde admirer mon dos en charpie, décoré de cicatrices à peine refermées et ma voix sanglotante s'échappe d'entre mes lèvres.

" ... T... Tu... L'a laisse mourir... Erwin... K... Komari.... "

Et sur ces paroles qui ont peu de sens sorties de leur contexte, je m'évanouis. Tel un engin sans énergie, je me met en veille et tombe totalement au sol. Les trois spectateurs peuvent donc prendre pleinement conscience de mon état et notamment Erwin. Il peut une fois de plus admirer l'oeuvre de son paternel qui n'a aucun scrupule à jouer avec les gens. Réduire les plus nobles à l'état de simple loque. Sans doute que du côté de la femme poisson un choc est possible et pour cause, cela s'était vu dans mon regard, je ne l'avais pas reconnu, la pensant sincèrement morte. Mon monde s'était écroulé et il faudrait sans doute plus que des soins physiques pour me reconstruire.

Il fait noir... Est-ce la fin ?   Allongé au sol, j'ouvre les yeux sur cet enfer qui m'envahit en sa totalité. Quand on est mort on ne ressens rien n'est-ce pas ? Alors pourquoi ais-je l'impression qu'un froid de canard mord ma chaire ? Différent de ce froid dans lequel j'ai été plongé pendant plusieurs jours. Cette fois, cette basse température tente de m'emporter je ne sais trop où. Est-ce le vent de la mort qui me tends la main ? Usant de mes forces, je me redresse difficilement pour alors voir mes deux armes au loin. Traversant ce néant imaginaire, je vins alors à saisir mes lames qui sont la seule lumière dans ces ténèbres et soudain j'ai l'impression de ressentir une présence. Me retournant, je vins à voir une silhouette. Au début méconnaissable, les traits se font en plus en plus fins et précis. Mes yeux s'écarquillent alors que je pense reconnaitre cette silhouette.


" P... Père ? "

Alors que je m'avance vers lui, sa silhouette reste figée. Seul le " vent " de la mort semble le rendre vivant. Sa chevelure blanche avec l'âge et sa barbe le rendent toujours aussi sévère... Et alors que j'allais l'approcher d'assez prêt pour oser m'incliner, celui-ci dégainer un boken et me repousse avec ce dernier. La douleur semble si réelle... Tombant au sol, je perds doucement mon souffle alors que l'homme approche de moi, m'écrasant de part son charisme et sa grandeur.

" ... Ta voie n'est pas celle-ci... Fils. "
" ... Mais... J'ai perdu... J'ai traverser bien des épreuves, mais cette fois-ci la nature a été plus forte... "
" Est-ce donc ça que je t'ai appris ? Est-ce ainsi qu'on abandonne ses convictions et qu'on abaisse son arme face à la difficulté ? "

Son ton est tranchant. Tel le souvenir que je m'en fais, il est intransigeant.  Autrefois, je l'aurais détesté et pourtant, à l'heure actuelle, dans cette situation j'accepte son jugement. Me mordant la lèvre, alors que je devrais rester silencieux je réponds d'une voix peureuse.

" Non... Vous ne m'ave..."
" Silence enfant ... "

Son boken s'appuie sur ma tête et plaque mon visage au sol. Voilà la définition de " mordre la poussière " à mes yeux. Même dans la mort mon paternel m'humilie ? Quelle cruauté est-ce là ? Tandis que je cherche à comprendre la leçon que je devrais en tirer, l'homme fait son discours.

" Tu as refusé mon enseignement pour laisser libre court à ton imagination. J'ai presque fini par accepter tes revendication aussi loin sois-tu à cet instant Et que vois-je ? De part ma mort tu veux me ressembler ? En maniant une épée ou plus ? Quelle directions est-ce ? Quelle voie empruntes-tu ? "
" Je ... voulais vous honorer père .. changer ce monde. "
" Et tu crois qu'une lame peut le faire ? Tu es encore plus idiot que je le pensais fils... "

Son bout de bois frappe mon crâne et sa voix raisonne de plus belle.

" Ma lame n'avait pas pour but de changer ce monde. Pas de rendre meilleur mon environnement, mais deux choses que je ne perdais pas de vue fils... Me rendre fort et surtout... Protéger celle qui m'est chère. Et c'est pour cela que je suis mort d'ailleurs. Toi... Pour qui es tu mort ? "

Le silence raisonne. Je me mords la lèvre et vins à oser montrer mes larmes. Elles ne se voient pas dans ce néant absolu, mais l'homme ressens, le vieillard comprends. Finalement il retire son arme et pose son pied sur ma tête, me maintenant au plus profond des abysses qui sont celles-ci.

" La voie du sabre ne se choisit pas pour honorer qui que ce soit fils... Tu es un rêveur fils... Pas un samouraï. Mais malgré tout, cette voie ne t'es pas fermée. Aussi idiot sois-tu, tu restes mon fils, et surtout, un enfant de Wa. L'art de la guerre et le métal sont deux choses que ton coeur a en lui depuis ta naissance... Si tu veux prendre cette voix fils... Alors arme toi des bonnes raisons. Tu es un rêveur ? Alors tranche ces rêves et fait les devenir réalité. Soit un lion face à ton ennemi et montre toi aussi doux que la brise du matin avec tes proches. Et si tu n'es pas un lion... Alors montre moi ce que tu es Fils.. Relève toi avec ta force, celle que tu as accumulée pour ... M'honorer. "

Entendant ses paroles à la fois réalistes, humiliantes et encourageantes je vins à forcer sur mes bras pour alors me redresser. Je dégageais son pied en me décalant et forçais sur mes membres pour me redresser. Aussi grande soit la fatigue, je vins à saisir mon arme. L'homme face à moi se faisait impassible. Il jugeait, analysait...

" Vient à moi fils... "

Se mettant en garde, l'aura de l'homme semblait laisser transparaître un lion derrière lui. Sa force, sa résistance.. Je voyais de mes propres yeux la grandeur de cet homme que j'admirais autant que je craignais dans mon plus jeune âge. Sa lame d'une taille imposante s'éleva dans les ciel. Cela ne durerais que quelque secondes, mais celles-ci seraient les plus importantes de ma vie. Faisant un premier pas vers lui, l'homme perdit patience et hurla.

" Laisse moi voir cette chose qui te représente ! Montre à ton paternel que tu n'es pas ce qu'il pense que tu es ! Lion ? Tigre ? Lionceau ? Chaton ? Montre le moi où ta mort sera inutile !!! "

D'un bond, je me propulsais vers lui et lui m'attendait. Les lames se clashaient et l'instant semblait durer une éternité. Pendant cette bulle temporelle, les lames s'entrechoquent et seule la force de nos personnes peut nous départager. L'aura de l'homme est écrasante, violente et sûre d'elle. Un lion à l'état pur. Pendant quelques secondes, j'ai l'impression que tout est terminé, mais je fixe ses yeux et remarque cette étincelle qui l'anime. Se pourrait-il que ... Pourquoi ais-je l'impression de me voir moi et ma mère dans ses prunelles si sauvages ? Serait-ce ça sa force ? Ce qui le pousse depuis toujours ? Il ne pipe pas un mot et continue de presser sa lame contre la mienne et s'apprête à me vaincre.

" ... Seul... Je n'ai aucune chance de vous vaincre... Mais à défaut de vaincre, je peux survivre... Grâce à eux... "

Aussi imperceptible cela soit-il, c'est comme si tout ceux qui représentent ma famille apparaissaient derrière moi, tel des fantômes. Erwin, Komari, Hope, Blue, Kanae, ma mère .... Bien des inconnus et pourtant que j'ai juré de protéger ou d'aider. Puis finalement, l'homme peut aussi distinguer la silhouette de sa propre femme ainsi que lui-même. Un sourire discret peint ses lèvres. Avant que mon genoux ne touche le sol, je semble reprendre le contrôle. Ma lame repousse la sienne et toutes ces " silhouettes " semblent prendre une nouvelle forme. Devant l'homme, sa réponse apparait et l'émerveille. Se serait-il trompé sur mes " racines " ? Quoi qu'il en soit, un simple murmure s'échappe d'entre ses lèvres.

" .... Magnifique. "

Les épées passent outre chacune l'une de l'autre et nos corps aussi. D'ordinaire, l'un des deux tombe à cet instant, mais il n'en est rien. Le but était de montrer sa force après tout. Reprenant mon souffle, l'homme derrière moi se contente de ranger sa lame alors qu'il semble disparaitre.

" ... Je me suis peut-être trompé sur ton compte Fils.. Choisis ta voie et suit tes convictions... N'oublie jamais qui tu es... Et ne perds jamais ces personnes qui font de toi ce que tu es. Protège les, protège là. Et ne baisse plus jamais ta lame face à l'ennemi... "

Alors que je réalisais à peine ses dires, celui-ci disparaissait comme emporté par le vent devenu brume. Et des dernières paroles semblaient être soufflées par le vent de cet enfer entre mort et réalité.

" Je suis fier de toi... Akairyuu. Ne reviens que quand ton devoir sera réalisé.  "  


Tandis que j'étais replongé dans ces abysses, une lumière vive semblait m'attirer. Plutôt que de rester là, je me devais d'avancer, alors j'approchais de cette porte de sortie.

Lentement, je re ouvrais les yeux, revenant à moi; affaiblis certes, mais vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Lun 8 Oct - 21:38

Abnégation sous la lune [10]

Le regard du rouquin se portait sur le corps tuméfié de son ami. Il s’avançait, n’osant pas croire ce qu’il voyait. « Je suis arrivé trop tard. » se dit-il. Ses yeux, son pouls, son corps tout entier lui faisaient défaut. Il déglutit, s’approcha et se demanda si Katia serait en mesure de réparer ça. Mori pourrait, mais il fallait que le révolutionnaire leur donne pour cela des nouvelles prochainement, avec cet envoi sur une autre île, en quête de ponéglyphes. Le rouquin passa une main près du visage de l’épéiste, et un sombre sanglot apparut sur son visage. « Merde. ». Il regarda Komari qui n’avait d’yeux que pour Shiki. Elle le tenait près d’elle, près de sa propre personne, comme si c’était là le seul réconfort qu’elle pouvait offrir. Sa main passait dans ses cheveux. La tristesse infini qu’elle ressentait était d’une puissance terrible.

- C’est ton père qui a fait ça.

La voix de Zayne retentit, comme le nouveau déclencheur d’une colère sans noms. Le rouquin se releva. Il réfléchissait à toutes vitesses : ce n’était certes pas l’homme le plus intelligent du monde, mais les plans s’échafaudaient dans la pièce avec une certaine facilité. Et là, il imaginait la manière la plus directe de se débarrasser de cet homme. Maintenant qu’il avait retrouvé le vampire de son côté, celui-ci pourrait l’aider. Ils étaient amis : leurs aventures avaient créé un lien d’amitié qui, aujourd’hui, pouvait reprendre tout son sens. Erwin se tourna en direction de celui qui avait disparu des mois plus tôt, et qu’il avait cru, à tort, perdu à tout jamais.

- Shiki va mourir.

Les yeux de Komari s’écarquillèrent. Ceux de Erwin se figèrent. La voix de la femme poisson devenait tantôt un peu plus sourde, tantôt un peu plus forte. « - Comment ça, Shiki va mourir ? Ne dis pas n’importe quoi. ». Shiki allait mourir ? De ses blessures ? Sa voix était faible, certes, mais… Il fallait qu’il trouve Mori, qu’il l’emmène… Mais où était Mori ? Où était-il ?

- Erwin ! Fais quelque chose ! Putain, Erwin !

Elle se montrait vulgaire. Ce n’était pas son genre. Pas le temps de penser à ça, maintenant. Il devait… Non, il pouvait… Ouais, il devait le faire. Vite. Son premier pas le dirigea vers l’épéiste, mais il sentit une pression s’exercer sur lui. Le Haki Royal. Brusquement, ses pas s’arrêtèrent. Erwin se retourna lentement, et aperçut cette silhouette sombre, sinistre. L’homme, debout, avançait comme le tueur qu’il était, avec une complaisance certaine, et un dédain incarné. « Je vais le tuer. ». Il mit sa main sur Excalibur, combattant la pression.

- Tu ne peux sauver tes amis, fils ? Voyons voir, tu es impuissant. Shiki va mourir.
- Es..pè…ce…de…
- Ne t’énerve pas, fils. Tu le rejoindras un jour. Nous le rejoindrons tous, un jour.


Il s’avançait. Sa ligne était droite. Le révolutionnaire impuissant ne pouvait pas lire ses intentions, non pas qu’elles fussent masquées, mais il semblait si puissant, si intouchable… Le rouquin ne l’acceptait pas. Il allait protéger ses amis. « Bouge. ». « Bouge. ». Il ne pouvait pas, il était piégé. Il était dans une situation où le monde continuait de tourner, mais où il ne pouvait rien faire. Il sentait cette pression s’exercer sur son corps tout entier. Son père était la pire pourriture de l’univers, et il voulait lui enlever ceux à qui il tenait. Il s’enorgueillait à chaque instant de l’évolution de son fils, de ses progrès. « Incapable. Bouge. Bouge toi. »

Les ordres ne cessaient pas dans cet esprit qui combattait le Haki Royal à même le sang. L’homme continuait d’avancer. Il continuait de se mouvoir avec une telle nonchalance que c’en était insolent. Komari observait la scène, impuissante, tenant toujours le corps de son bien-aimé entre les bras. Elle ne voulait pas qu’il meurt : ni ici, ni ailleurs. Pas maintenant. Pas maintenant. L’homme changea alors de direction, au moment où il arrivait à hauteur de Zayne. Le vampire le regarda, consterné. Il attendit un instant, mais pendant que l’homme parlait, il sentit son esprit revenir enfin à lui. Ses yeux redevinrent clairs et tous les souvenirs des actes qu’il avait commis lui revinrent. Un flot continu de larmes suivit.

- Je comprends. Je comprends la douleur que tu ressens. Tu m’es inutile à présent, alors… Je vais te faire un cadeau.

« Ne le touche pas. ».

- Ne le touche pas !

« Bouge. »

- Bouge !

Le bras s’avança, comme une lame tranchante, en direction du thorax de Zayne, menaçant de lui arracher la vie à chaque instant. Il attendait cet instant avec une telle impatience, cette libération, cette punition pour ses crimes.

« Mon corps, bouge ! »

- Mon corps, bouge !

« Je te hais, père. »

- Zayne, survis !

Le regard du vampire s’illumina d’une lueur. Quelqu’un voulait encore de lui. Erwin voulait encore de lui. Il ne voulait pas mourir. Il voulait vivre.

- Je veux vivre, fit-il avec les larmes aux yeux.

La main s’apprêta à transpercer le corps.

Puis une pression nouvelle apparut. Une pression qui n’existait pas jusqu’alors et qui vint, dans un torrent, une déferlante, remplacer celui qui existait déjà. L’excitation se lisait sur le visage de l’Arsenal. Ce n’était plus lui. Il se tourna vers son fils, sentant que la pression commençait à se faire insoutenable. Il sentit ses hommes, les plus proches, s’effondrer. Il vit la femme-poisson s’effondrer sur le moribond.

- Enf-

Son bras vola dans les airs. Il vit la chose se produire avec une vivacité hors du commun. La pression venait de disparaître, fugace, comme si Erwin s’était simplement contenté de l’utiliser au moment opportun. Non, ça avait été purement hasardeux. Purement prémédité.

- Tu te dresses pour ceux à qui tu tiens. Tu es leur bouclier.
- Ne touche plus jamais un cheveu de mes amis. Ne t’avises plus… à un seul instant… de faire ça.
- Trop tard, acheva l'Arsenal, baissant son doigt vers le sol.


Brusquement, derrière le rouquin, le vampire se transperça le cœur, et tomba.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Mar 9 Oct - 15:34

Cette “ rencontre “ avait été bénéfique en soit, bien que je me rendais compte que je n’avais pas eu une réponse sur un sujet que je n’ai pas abordé avec lui. La lumière m’attirait brutalement comme une gravité implacable. Lentement mais sûrement, la sensation de vivre me revenait bien que toujours affaiblis. Je sentais mes membres engourdis, mais aussi et surtout une pression sur moi, comme si quelqu’un s’était écroulé sur moi. Usant du peu de force que j’avais pour me défaire de cette étreinte, je vins à laisser le corps glisser contre le mur pour alors voir de qui il s’agissait.

“ ... K... Komari ? “


Est-ce que je rêve ? Ou est-ce encore ce cauchemar ? Elle était là, endormie pour une raison que j’ignore. Sa chevelure rose faisait contraste avec sa peau presque mauve et ses petites cornes... Posant une main sur son visage, je ressentis immédiatement un picotement. C’est... Bien elle. Mais comment est-ce possible ? Elle est censée être morte ? Me mordant la lèvre, je la pris dans mes bras comme pour la protéger de tout le mal du monde avant de regarder autour de nous.

Et plutôt que voir Erwin en premier lieu, je vis ... Un homme, une silhouette connue avec une main à travers son torse. Sa propre main ... Q... Que faisait-il ? Pourquoi Mes yeux s’écarquillaient alors que l’homme meurtris tombait à genoux. Il n’y a pas de vie qui part lentement dans ce genre de cas, il était déjà bel et bien partit. Après quelques secondes d’équilibre, le corps finit par s’allonger et laisser le liquide carmin s’étaler sur le sol. Zayne était mort pour une raison que j’ignore. Pourquoi se donner la mort de cette façon ? Est-ce son choix ?

C’est alors que mon regard se tourna vers la personne proche de lui : Erwin. Et en face de lui, l’homme angoissant qui était responsable de tout ce mal. Un frisson de terreur parcourant mon échine, je serrais plus fermement Komari comme pour éviter toute attaque ou servir de bouclier.

“ E... Erwin.. Q... Que se passe-t-il ? “

Quel est cet enfer ? Qu’a-t-on fait pour mériter ça ? Pendant un moment, je repense à toutes nos aventures et me dis que rien n’avait été pire que maintenant...

“ Q.. Quel est cet enfer ? “
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Mer 10 Oct - 11:41

Abnégation sous la lune [11]

Il était fou de rage. La colère se lisait dans ses yeux, et pour une fois il haïssait quelqu’un. Il voulait le tuer, lui arracher le cœur avec son épée. C’était fini pour son ennemi qui, le temps de s’en rendre compte, aurait déjà rejoint les tréfonds de la terre. Il allait pourrir en enfer, il allait rôtir dans les limbes infernales avec pour seul regret de n’avoir pu surpasser son fils. Ce dernier tint son épée vers l’Arsenal, dont la blessure avait déjà cautérisé grâce à son Heat-Dial. Il jeta l’appareil à terre, comme s’il se fichait pas mal de ne plus pouvoir greffer son bras. La satisfaction d’avoir obtenu ce qu’il désirait était lisible. Ses lèvres commencèrent à bouger, mais le bruit du rouquin qui s’élançait sur lui couvrit ses mots. Il sentit que la vitesse d’Erwin avait augmenté. Son épée s’abattit sur l’homme d’un simple jeu transversal, mais il dégagea en même temps une lame d’air qui étendit son coup et menaçait de trancher en deux le père maudit.

Celui-ci s’élança en arrière, sachant que son corps ne pourrait pas résister à cela. Il fronça les sourcils et tenta d’utiliser son Haki de l’Armement pour se protéger d’une nouvelle série d’attaques. Celle-ci fut cependant bien brusque, et les changements de paradigmes du rouquin étaient instantanés. La seule chose qui sauvait l’Arsenal, c’était les coups désordonnés sous le coup de la haine. Il voyait quelques ouvertures, mais s’y engouffrer voulait dire perdre potentiellement un autre membre… Et s’il voulait gagner le combat, il allait devoir être plus réfléchi que son idiot de fils.

- Sa mort était nécessaire ! Pour ton éveil ! En tant que roi ! Ahah.

L’homme sourit, utilisant son bras valide pour saisir la garde de l’épée. Il haussa un sourcil en voyant qu’Erwin n’avait pas arrêté ses intentions hostiles. Brusquement, le coup de poing vint cueillir le visage de l’Arsenal qui sentit son corps voler tandis que sa main lâchait l’épée. Il fit le tour de l’ancien couloir avant de s’étaler quelques minutes plus loin dans une salle annexe. Une lame d’air vint dévaster la pierre qui s’effondra sur elle-même, tout en mettant à ciel ouvert le lieu encore couvert.

Le rouquin avançait, le regard fixe. Il était clairement en train de perdre la boule. Il allait tuer cet homme, tuer l’homme qui avait fait ça à Zayne. Il l’exécuterait, lui arracherait le cœur. Cette seule pensée venait encore et encore dans son esprit, tandis que sa main commettait l’irréparable parricide. Oh, il ne s’en voudrait pas. Il s’en voudrait seulement d’avoir été trop faible pour protéger ceux qui méritaient de l’être.

- Arrête-toi, Erwin ! Tu devrais être abattu, là ! Tu ne devrais pas être capable de b-

Une lame vint créer sur le torse de l’Arsenal la même blessure que celle que son fils avait pris à Satan. En arrière-plan, les ténèbres semblaient prendre forme dans l’esprit du rouquin. La petite voix qui avait commencé à lui murmurer sur High West d’être la personne qu’il devait devenir continuait dans son immonde superbe à faire son œuvre. Sur cette ile, il avait tué par conviction. Aujourd’hui, il continuerait son œuvre macabre en retirant la vie de l’homme qui souffrait de la perte de son bras dans l’utilisation de ses techniques.

Pourquoi ne pas lui enlever les jambes à présent ? Oh, oui, il n’attendait que cela. Il le voulait. Il le ferait.

Les yeux de Komari s’ouvrirent tandis qu’elle se relevait progressivement, regardant Shiki, apeurée. Elle tourna la tête de gauche à droite, et put apercevoir le corps de Zayne. Son souffle se coupa, tandis qu’elle détournait le regard. C’était insoutenable. Erwin avait agi trop tard ? Non, cette fois-ci, le champ était libre. Il était là, s’acharnant comme un forcené sur son père. Celui-ci… Oh, il était si horrible qu’il méritait la mort.

- Shiki… Il ne faut pas que ce soit Erwin… Si Erwin le tue… Il ne sera plus jamais comme avant.

« Il ne sera plus jamais l’homme bon et doux qu’il était capable d’être. La noirceur prendra place. » pensa-t-elle. Preuve en était qu’il n’avait pas répondu à l’épéiste, ignorant totalement son réveil et ce qui assurait peut-être sa survie à court terme. D’ailleurs, Komari le remarqua sans le soulever, au cas où la mort serait à retardement. Elle prendrait le temps d’expliquer plus tard. Pour l’instant, Shiki était sûrement le seul qui pouvait empêcher Erwin de faire ce qu’il risquait de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Jeu 11 Oct - 15:17

Un enfer, voilà dans quoi nous étions. Komari, moi et Erwin n’étions plus sur terre. L’air ambiant était malsain et les actes qui se déroulaient ici en cet instant n’étaient plus corrects. Il fallait sortir de là et s’échapper au plus vite. Mais à a grande surprise, Erwin ne semblait plus répondre à mes appels. Mes questions passaient aux oubliettes et il retourna à l’assaut. Tel un fléau qu’on ne peut pas arrêter, il harcelait son paternel pour le mettre à mort ? Les coups ne laissaient aucun doute. S’il continuaient il allait tuer son père et cette simple idée me glaçait le sang. Mais que pouvais-je faire hein ?

Lentement, je sentis le corps de la femme poisson bouger. Regardant celle-ci, elle semblait s’éveiller comme une fleur au milieu de cet enfer, elle se redressait et vint à admirer l’environnement autour d’elle. Le combat titanesque d’Erwin, la mort de Zayne et mon possible sursit quant à ma survie. C’est alors qu’elle me demanda de stopper Erwin. Redressant le regard vers elle, je cherchais à comprendre et vins à ouvrir les yeux.

Tuer, c’est mettre du sang sur ses mains et à ce niveau là, le jeune homme ne semblait pas être innocent. Mais tuer son père... C’est autre chose actuellement. Il y a des choses qui sont nécessaires, et la mort de cet homme par la main de son fils n’en était pas le cas... Regardant la demoiselle, je tentais de me redresser totalement et me diriger vers l’homme que j’appréciais. Il semblait tellement différent.. Ses coups pleuvaient et il n’allait pas le lâcher.
Titubant, je vins à tenter de l’immobiliser, passant mes mains sous ses bras pour qu’il arrête de porter des coups, mais s’était pas facile, oh que non...

“ Arrête toi Erwin... Tu n’as pas à faire ça ... Arrête ... “

Mais le fait de se débattre me fit lâcher prise. Comme tout à l’heure, j’avais pas l’impression qu’il m’avait entendu. Tombant au sol, je le regardais être un véritable “ juggernaut “. Il allait le tuer, rien ne peux l’en empêcher outre sa raison. Elle est là, cachée, partiellement absente... Il ne tenait qu’à moi ou Komari de poser la bonne question pour peut-être causer une réaction chez le rouquin.

Forçant sur mes muscles pour me redresser, je vins cette fois-ci  entourer sa taille avec mes bras. Un “ câlin “ ? En quelque sorte. Mais à laquelle j’ajoutais ma force masculine. Tentant de le stopper, je laissais ma voix se faire entendre.

“ Arrête ... Ce n’est pas toi Erwin... Ce n’est pas à toi de faire ça... Ce n’est pas ce que Zayne aurait voulu... Il a donner sa vie pour tenter de me sauver... N... Ne réduit pas au néant ses efforts en te laissant consumer par ta rage... Cela ne fera qu’aider les desseins de cet homme. P.. Partons.. Partons avec le corps de Zayne...
L.. Le temps te donnera ta vengeance, mais ne fais pas ça... Ça ne changera rien. Ça ne fera pas revenir Zayne... “


Le serrant encore et toujours dans mes bras, je me faisais du mal pour ne pas le lâcher. Aussi, je me décidais de continuer.

“ Ne déçois pas ces personnes qui sont encore à tes côtés... Ne te salis pas les mains de cette façon Erwin. Ce n’est pas toi !!! “

Serrant à m'en rompre les bras, je ressentais comme un picotement durer. En plus de ces maux de crânes qui s'atténuaient depuis tout l'heure, cette sensation pas si étrangère que ça semblait m'envahir, comme si elle me donnait ce qui me manque pour l'arrêter. Si seulement il pouvait la ressentir... J'espérais qu'il se laisse atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Sam 13 Oct - 12:36

Abnégation sous la lune [12]

Le premier contact fut si succinct qu’il n’éveilla rien chez le rouquin dont les coups pleuvaient enfin sur un père absent, un père à terre. Celui-ci pouvait mourir à tout instant, mais il usait d’une impressionnante maîtrise de l’armement pour se protéger. Le vert était en quelques sortes à la frontière qui lui aurait permis d’abattre cet enfoiré de paternel. Il n’avait pas à se justifier, il n’avait pas à parler de son enfance malheureuse, de sa haine envers la manipulation, la mort… « Arrête. ». Il n’arrêterait pas. Il finirait le sale boulot, il ferait le travail, quitte à y perdre une part de son âme. Celle-ci était de toutes les manières déjà fissurées, elle ne représentait plus que l’ombre de la bonté qu’il avait jadis eu. Ces éclats se fissuraient, offraient au monde l’invisible vision d’un homme fort en train de s’écrouler.

Enfin, les paroles de Shiki, son contact, tout arrêta le mouvement du rouquin à quelques centimètres de la mort de l’Arsenal. Ce dernier avait pour la première fois depuis longtemps ressenti l’affreuse peur de la mort. Il détestait ce « fils » qu’il avait élevé et qui n’était capable que du pire. Il aimait la puissance qu’il avait obtenu, et un jour viendrait où le rouquin serait à nouveau sien. Où il lui obéirait aveuglément.

- Shiki ? Fit Erwin en baissant son arme.

Brusquement le corps de l’Arsenal se mit à bouger et il prit une grande distance. Le révolutionnaire se tourna vers son homologue, légèrement, tout en gardant en vue l’homme qui risquait de vouloir encore leur en faire baver. Il avait un sourire satisfait malgré son bras perdu et ses multiples contusions. Les choses s’étaient passées presque comme il l’avait prévu. C’était dommage, se dit Erwin. Il aurait aimé pouvoir avoir un impact plus important, mettre un terme à cela, aujourd’hui. Mais ses forces le quittaient. Il était fatigué de se battre.

- Un jour viendra, fils. Un jour viendra où tu remarqueras dans quel camps tu dois réellement te situer.
- J’ai choisi ma famille,
rétorqua le Dog avec un air hargneux. J’ai choisi les personnes avec qui je ferai ma vie.

Il vit la silhouette sombre, le visage sans yeux de son père, s’éloigner. Le monstre était parti, tandis que son empire avait commencé à s’effondrer. Le rouquin jeta des regards intéressés sur les côtés. Il observait avec intérêt les ruines, et chercha les voix des personnes qui s’y trouvaient. Il y avait des personnes évanouies, sûrement à cause de la pression qu’il avait fait naître un peu plus tôt. D’autres encore en mouvement, prudentes, effrayées. Des mercenaires, des soldats, et même des prisonniers. Le rouquin observa Shiki, il le regarda un instant et finit par avoir un maigre sourire.

- Merci… Shiki. C’est une frontière dont je ne serais jamais revenu.

Il aurait sombré, sombré dans la folie et la haine. Le jeune homme soupira un instant, et soudain son corps lâcha. Toute la pression accumulée retombait, tandis qu’il s’écroulait, le cul par terre. Il regarda l’épéiste, sourit, tandis que la femme-poisson s’avançait.

- J’ai cru que tu mourrais, toi aussi. J’ai eu si peur. Ah, j’ai eu si peur, répéta-t-il en essuyant un début de larmes. Ne me refais plus jamais ça.

Il se releva et prit l’épéiste dans ses bras avant de se tourner vers le cadavre du vampire. Se dirigeant vers ce dernier, le rouquin lui ferma les yeux. Il expira fortement, sentant que la voix était totalement éteinte. Le fil qui contrôlait sa main était toujours attaché à cette dernière, invisible. L’Arsenal avait plus d’un tour dans son sac. Il l’avait sûrement accroché quand il s’était approché de Zayne. Sa mort était « nécessaire » selon lui. Peut-être avait-il seulement peur qu’avec le vampire, ils puissent gagner aisément un combat contre lui. Qu’importe.

- On lui donnera un enterrement digne de ce nom.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 398
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
144/250  (144/250)
Berrys: 650.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Sam 13 Oct - 17:11

J'espérais que le jeune homme s'arrête. S'il franchissait cette frontière, qui sait ce qui naîtrait de cette balade interdite ? L'esprit est une chose fragile qui qu'on soit... Un pas de travers et les dégâts peuvent être irréversible. Priant que le jeune homme reprenne ses esprits, je me sentis immédiatement soulagé quand il prononça mon nom. Je lui affirmais que j'étais là comme pour être sûr qu'il ne retourne pas à l'assaut. Le maintenant fermement contre moi, je laissais la pression retomber jusqu'à ce qu'enfin Erwin revienne à lui.

Visiblement, le mal de ces lieux décidait de battre en retraite. Sans doute avions nous perdu une chance d'en finir, mais à choisir... Il valait mieux peut-être cela que détruire nos amis au passage... Ce sacrifice ne devait pas être une potion plausible. Le rouquin avait reprit un regard vivant. Aussi affaiblis et triste soit-il, il était bel et bien humain à cette heure Il me remerciait et j'en rougis presque sur le coup. Il n'y avait pas de quoi, à mes yeux c'est normal ce que j'ai fais..
La tension chutait drastiquement et nous nous remettions de nos émotions, bien que d'autre pointaient le bout de leur nez. En effet, alors que j'approchais de Komari pour saisir une de ses mains, je mis de côté le fait que cela me brûlais pour alors voir le rouquin aller vers le corps inerte du vampire. Laissant le leader de l'Inquisition fermer les yeux de cet ami tomber au combat. Mon coeur se serra quelque peu et je ressentis la main de Komari serrer la mienne. Et avant qu'elle ne laisse échapper d'autre paroles, je me retirais de sa prise pour aller vers le rouquin. Il promettait un enterrement digne. Posant une main sur son épaule, je vins à tenter de rester calme et regardais le corps inerte au sol.

" ... S... sa mort ne sera pas vain... "

Une part de moi s'en voulait. Il est mort en voulant m'aider, en voulant me sauver. Indirectement, c'est donc ma faute... Autrefois, je me serais jeté la pierre, mais désormais, je me devais de penser comme un guerrier. Il est mort de part ses choix.. Mais il ne fallait pas salir sa réputation. Une vie pour une autre, je me devais donc de vivre pour lui. Un simple murmure s'échappa d'entre mes lèvres à l'attention du rouquin.

" ... Je le vengerais Erwin... J'en fais la promesse... Il reposera en paix. "


D'ordinaire, la vengeance n'est pas une solution, mais là, il s'agissait d'une vendetta juste. Une colère dirigée vers une seule personne mais qui n'influerait pas sur mes choix de tout les jours. Le chemin de la vengeance est sombre, mais je ne comptais pas m'u perdre, tel était ma promesse. Me reculant, je vins à revenir proche de la femme poisson et regarder ses yeux. Elle avait eu si peur... Il fallait partir de là.

" Erwin... Pourrais tu .. tous nous rapatrier et ... Nous expliquer tout ça ? "

Qui est cet homme ? Quel est son but ? Que désirait-il accomplir ? Il était temps de cesser nos secrets, jouer carte sur table. Au fond, nous sommes alliés, alors pourquoi se cacher de la sorte ? Entre temps, je glissais à la demoiselle à mes côtés - prenant mon courage à deux mains - j'aimerais... te parler en privé... Une fois remis sur pieds...
Ne remarquant pas ses rougeurs, elle acceptait, visiblement prêt elle aussi pour ce genre de discussion.

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3566
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   Dim 14 Oct - 10:34

Abnégation sous la lune [13]

- Tu mérites d’entendre la vérité… Toute la vérité.

Le rouquin souleva le corps de Zayne. La lune brillait encore dans le ciel d’un éclat puissant. Elle était comme la douce mère qui veillait sur ses petits. L’enfant de la nuit qui venait de la quitter ne serait plus jamais à ses côtés, lorsqu’elle lui redonnerait ses pouvoirs. S’approchant de Shiki et Komari, il les fit disparaître avec lui. Un instant plus tard, il reviendrait pour capturer lui-même, succinctement, les ennemis sous le contrôle de son père, et sauver les dernières personnes qui se trouvaient dans les ruines. Puis il repartirait sur Micqueot où les deux « tourtereaux » se trouvaient, dans la pièce principale de la mairie.

La grande salle avait fait office de réception quelques jours plus tôt, et on pouvait encore voir des confettis au sol, laissés ça et là par l’ennui du personnel de ménage. Le rouquin n’y pensa pas. Des fauteuils et canapés étaient placés dans un coin, autour d’une table basse où une tête connue s’était empressée de ramener des tasses de thé.

Une minute après leur arrivée, Pita et Katia déboulèrent dans la salle, soufflant fortement tandis qu’elles allaient finalement soigner l’épéiste. Le pouvoir de la Zoan mythique permit de faire disparaître la plupart des traces de torture, souhaitant avant toujours rendre celles-ci obsolètes. Malheureusement, celles qui avaient trop cicatrisées resteraient. Elle s’en excusa d’ailleurs, plaignant sans le vouloir le pauvre homme.

« Qui est réellement cet homme ? ».

- Je te dois la vérité. Cet homme, « Arsenal », le Sans-Visage, c’est mon père. Il m’a « élevé », ou du moins a joué le rôle de père absent avec brio. Il était à la tête d’une secte, le Culte de Skarn, sur une île de Grand Line. Quand j’étais jeune, il a tout fait pour m’isoler et m’éloigner des autres, il capturait, tuait sans soucis. Puis, à mes onze ans, j’ai voulu partir suite à une révolte sanglante sur l’île… Et j’ai été capturé. Il m’a brisé mentalement, avant de faire de moi une marionnette. Je suis devenu un assassin pour son compte, prenant la vie d’hommes politiques qui étaient néfastes à son égard…

Il s’arrêta un instant. Les souvenirs de ces actions involontaires étaient encore gravés dans sa mémoire. Il haïssait cela. Encore une fois, il se fustigeait. La main de Hope vint soudain se poser sur l’épaule de son fiancé, tandis qu’il finissait de servir le thé ou n’importe quelle boisson chaude demandée. Il était calme, comme s’il avait eu confiance en la réussite de son camarade. Il avait brièvement compris, grâce à Komari, que le père s’était enfui. C’était malheureux…

- Il a monté ensuite une organisation criminelle. Son corps s’est affaibli avec les années, mais il semble qu’il a prémédité nombre de mes rencontres. Il voulait que je devienne l’homme que je suis aujourd’hui…
- Il veut sûrement te contrôler à nouveau,
fit Katia en abaissant la tête. C’est un homme cruel.

Erwin acquiesça. Il était capable de voir la noirceur de son père, mais pas encore de la combattre. Il fallait qu’il soit plus fort. Ses alliés aussi allaient devenir plus forts. Un jour, l’Arsenal reviendrait peut-être. Aujourd’hui ses alliés étaient tombés, mais rien ne laissait penser qu’il n’y en aurait pas de nouveaux qui viendraient s’ajouter à sa collection. Erwin était dans cette optique de destruction quelques instants plus tard, mais il savait surtout qu’il faudrait que lui, ou quelqu’un d’autre, abatte son père…

- Faites parvenir les informations à Maow, et doublez la vigilance. Je veux que chacun de nos alliés sache. Je veux que tous nos alliés soient au courant que nous cherchons cet homme.

Enfin, il se lèverait.

- Shiki, Komari, reposez-vous. Je vais vous faire préparer des appartements, si vous n’avez pas d’autres questions. Je suis heureux que tu sois de retour, Shiki.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent] - Abnégation sous la lune [Pv : Shiki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Solitude sous la Lune (PV Miriane Lonira) [ ABANDON ]
» Sous la lune éclatante [Libre]
» Cynthia
» Rendez-vous sous la lune (PV Mymy =3)
» Chanter sous la lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line-