Partagez
 

 La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 191
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Left_bar_bleue24/75La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty_bar_bleue  (24/75)
Expériences:
La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Left_bar_bleue11/120La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty_bar_bleue  (11/120)
Berrys: 7.374.000 B

La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty
MessageSujet: La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako]   La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Icon_minitimeVen 3 Aoû - 19:14



Et demain ?


Assise au beau milieu d’une prairie déserte, les bras enroulant mes genoux serrés contre ma poitrine, je perdais mon regard sur les doux flots de la mer. Seul un marin léger soufflait, emportant quelques mèches de mes cheveux, caressant l’herbe qui s’étendait autour de moi, portant à la côte de l’île l’humidité brumeuse qui la longeait. Dans le silence de la plaine, je soupirai, incapable de quitter de mes yeux mi-clos l’astre du jour qui s’élevait au loin. Son reflet rampait sur les eaux infinies de West Blue, et je détachai mes mains l’une de l’autre pour les poser au sol, derrière moi. Retenant ainsi mon dos, je profitai encore un peu de l’aube estivale, avant de penser à m’abriter de la chaleur.

A vrai dire, je n’avais pas beaucoup dormi. J’avais été prise, en pleine nuit, de ce que l’on pourrait appeler une « crise du devenir ». Ce genre de chose doit certainement porter un nom, mais je laisse aux experts le soin de l’utiliser. Moi, je m’en fous, peu importe. J’imaginais que c’était le type de réflexion que tout le monde devait avoir, dans sa vie. Se demander « Qu’est-ce que je serai, demain ? », ce devait être normal. Mais qu’est-ce que c’était chiant ! Ca aussi, à vrai dire, je m’en foutais. Je serais ce que je serais, et alors ? Si ça se trouvait, j’allais m’étouffer avec du jus d’orange dans deux heures, et je n’aurais plus de questions à me poser. Pourtant, la question, elle restait, elle trottinait, elle chantonnait, dans mon esprit.

Qu’est-ce que je serai, demain ?

Après la mort d’Ogawa, mon premier Maître et l’homme m’ayant prouvé que je pourrais devenir une chimiste de talent, j’avais continué à tenir son petit commerce, vendant quelques petites armes chimiques à des particuliers. C’était la méthode Ogawa, d’apprendre en fabriquant. On analysait le monde en créant quelques petites inventions, et pour faire vivre son savoir, on les revendait. Le meilleur marché, c’était celui des armes, celui qui rapportait le plus, et qui, par conséquent, nous permettait de nourrir au mieux notre désir de connaissances. On se moquait bien des personnes à qui on le vendait. L’important, c’était d’en vendre aux personnes les plus intéressantes. Ou à tout le monde, selon les besoins financiers. Peu importait les origines de l’acheteur. Nous n’étions l’ennemi de personne.

Mais j’avais rencontré, depuis peu, Ghetis Archer, qui s’était imposé comme nouveau Maître. Et l’idée n’avait rien pour me déplaire… si ce n’était qu’il était contre-amiral à la solde du Gouvernement Mondial. En acceptant de me dévouer à lui, je me jetais inévitablement dans les crocs de la Marine. Et, poursuivant dans cette voie, je ferais voler en éclat tout ce qu’avait construit Ogawa. Etait-ce ce que je souhaitais réellement ? Je n’en étais pas sûre. Je ne savais pas ce que le futur me réserverait, mais Ogawa était encore bien trop présent dans mes pensées pour que je puisse m’imaginer sérieusement aux côtés de Ghetis. Et pourtant, l’idée ne me quittait pas. Après tout, une esclave sans Maître, ça n’avait pas de sens. Et Ghetis Archer me l’avait prouvé lors de notre petite entrevue : il avait l’étoffe du Maître parfait.

Qu’est-ce que je serai, demain ?

Je me relevai, incapable de peser le pour et le contre. Pour l’instant, je restais une hors-la-loi jouissant encore de son anonymat. Tant que je n’écopais d’aucune prime, toutes les versions de l’avenir étaient encore envisageables. Je fis dos au soleil qui s’élevait encore, ma robe ondulant à travers l’air venteux, et pris le chemin retour vers le village de Kage Berg. Aucune idée des raisons qui m’avaient poussée à venir me perdre ici. Le calme, peut-être. Non, j’en doutais : je détestais être seule. En quelques minutes seulement, je rejoignis une auberge pour fuir la solitude qui m’avait habitée jusqu’au matin, réclamant dès mon arrivée un jus d’orange bien frais.

©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Monrow Hisako
SergentSergent

Monrow Hisako
Messages : 17

Feuille de personnage
Niveau:
La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Left_bar_bleue8/75La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty_bar_bleue  (8/75)
Expériences:
La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Left_bar_bleue0/50La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty_bar_bleue  (0/50)
Berrys: 1.300.000 B

La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty
MessageSujet: Re: La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako]   La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Icon_minitimeLun 6 Aoû - 8:15

Ce matin les rayons du soleil frappaient mo visage de sorte que lorsque j’ouvrai les yeux un flash aveuglant émanait de la fenêtre. Je refermais les yeux et cherchait à tâtons mes vêtements. J’avais toujours le désir de m’engager dans la marine et j’allais bientôt passer à l’acte. Mais il fallait d’abord que je me fasse un pécule histoire de ne pas arriver les mains vides en tant que marins. J’avais décidé de travailler dans une auberge pour pouvoir avoir un salaire convenable ou j’étais le sous chef. Le chef au dessus de moi était un dur à cuire qui avait déjà sillonné les mers. C’était plaisant de travailler en sa compagnie surtout qu’il connaissait pas mal de chose. Il créer lui-même les plats que les clients mangeaient et pas une seule fois un client ne s’était plaint.

Enfin si une fois mais il s’était tellement pris une raclée que l’autre a fini à l’hôpital. Il était un peu soupe-au-lait. Il me traiter un peu de la même façon si j’osais lui tenir tête. Lorsqu’il a su que je voulais rentrer dans la marine il n’hésitait pas à me faire des leçons de morales. Lui aussi avait était dans la marine et il arrêta un beau jour pour ouvrir ce restaurant. Les rayons commençaient sérieusement à chauffer la pièce. Il fallait que je me dépêche si je ne voulais pas arriver en retard et du coup dégoulinant de sueur. J’enfilais ma chemise et mon pantalon, puis je fonçais droit sur le restaurant.

J’entrais à l’intérieur et l’air était frais. Ils avaient mis la clim pour que la chaleur ne se fasse pas sentir. Il n’y a qu’en cuisine où elle était absente et c’était normal du à l’hygiène. Je saluais les serveurs et le chef et commençait à préparer les plats. Du moins faire la mise en place. Puis une fois terminé j’avais décidé de donner un coup de main aux serveurs même si ceux-ci était en nombre suffisant, mais ca faisait toujours plaisir un coup de main. J’avais enlevé ma toque pour avoir moins chaud et profiter de la clim pour rester le maximum au frais avant que je ne rejoigne l’air irrespirable des feux de cuisine en pleine été. La température approchait souvent les 40° dans la cuisine. Et comme nous bougions non stop, nous étions trempés à la fin du service.

La clochette retentit dans le restaurant. Déjà un client qui arrivait d’on ne sais où. Il était tôt mais le petit déjeuner pouvait être pris au restaurant. La commande arriva et un jus d’oranges était marquer sur le bon. Je prenais les plus belles oranges et les plus sucrées et je m’en chargeais moi-même. Ce n’était pas si compliquer. Je mettais quelques glaçons dedans histoire de refroidir la boisson et l’apportait moi-même tandis que les serveurs finissaient leurs mises en places. Une dame était assise. Cheveux violets coupé au carré avec une frange sur le front. Des pupilles jaunes et un grand manteau. Je la fixais et lui remit son jus d’orange devant elle en prenant le soin de placer un bock

-Voila mademoiselle. Bonne dégustation

Je retournais en cuisine pour continuer à m’affairer. Ces yeux jaunes étaient intriguant.
Revenir en haut Aller en bas
Etsu Ogawa
Ghetis Archer's Property
Etsu Ogawa
Messages : 191
Race : Humaine
Équipage : La Couronne (sauf si je meurs)

Feuille de personnage
Niveau:
La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Left_bar_bleue24/75La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty_bar_bleue  (24/75)
Expériences:
La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Left_bar_bleue11/120La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty_bar_bleue  (11/120)
Berrys: 7.374.000 B

La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty
MessageSujet: Re: La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako]   La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Icon_minitimeJeu 9 Aoû - 10:57



Ode à l'orange




Sans prêter attention au serveur qui déposa le précieux liquide sur le comptoir, mon regard se dirigea vers l’orange liquide, comme si la seule vision du jus suffisait à me remettre d’aplomb. Mon nez pointa le verre, mes yeux s’agrandirent et tremblèrent d’extase en louchant dessus, et la joie apparut au coin de mes lèvres. Je remerciai à mi-voix le serveur, ignorant sa présence ou non dans les lieux. Absorbée par la beauté de la boisson, je niais le monde qui m’entourait pour qu’elle et moi fûmes dans l’intimité la plus grande ; des yeux, je la dévorais amoureusement et admirais sa tenue.

Comme si je l’invitais à danser, je lui tendis la main pour saisir ses hanches, et la soulever au-dessus de moi. D’une roue souple du poignet, je la fis tanguer pour dresser sa robe sur les parois du contenant limpide. Sa couleur, proche du ciel couchant de l’été, s’illuminait sous les petites lumières de l’auberge, brillant comme le Soleil. Le fluide lisse était entaillé de quelques fibres rugueuses, qui

Apportant le liquide à mes lèvres, je profitai un instant de son parfum, les arômes venant chatouiller mes narines et nourrir un peu plus mon désir d’y goûter. Biologie et chimie avaient fait leur affaire : l’odorat, sens sous-estimé, était le premier agent d’appréciation d’un goût. Ainsi, lorsque la première gorgée glissa dans ma bouche, le gros du travail était déjà effectué. Les saveurs sucrées du jus avaient déjà été dégustées par l’intermédiaire de leurs senteurs, et le contact avec la langue ne fit qu’amplifier la délicieuse sensation de l’orange fraiche sur mes papilles frémissantes. La pulpe, elle, vint frotter ma langue pour ajouter au goût le toucher, sa texture fine roulant jusque dans ma gorge. Je fermai les yeux, pensant à l’oranger de mes grands-parents. A peu de choses près, c’était mes souvenirs que je buvais à l’instant.

J’entamai une seconde goulée, laissant le temps au jus de parcourir tous mes sens. Puis une troisième, pour confirmer mes pensées. J’engloutis le reste de la boisson d’un cul-sec, posant brutalement le verre sur le comptoir et essuyant ma bouche du dos de ma main. Un jus d’orange, et j’étais à nouveau pimpante, étincelante de toute la vivacité qui m’animait. Je me jetais alors vers la cuisine, déterminée à donner un nom et un visage à celui ou celle qui avait préparé la boisson. Ce n’était pas un simple cuisinier, non. C’était un sauveur, un héros !

Brusquement, ouvrant en grand les portes de la cuisine sans ressentir le moindre besoin d’une autorisation, je me précipitai vers les ouvriers, levant le menton sous chacun pour tirer la vérité de leurs yeux, transperçant leurs crânes d’un regard.
 
Qui ? Qui ?!

Je voulais, je devais savoir. Je levai mon verre vide au ciel, mes prunelles scintillantes face à cette relique divine.
 
Qui m’a servi ce jus d’orange ?! Il… Il était si parfait… Allez, qui l'a fait ?! Je… veux… apprendre à cuisiner avec lui.

J’avais lancé cette dernière phrase au hasard, mais, après tout, pourquoi pas ?

©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Monrow Hisako
SergentSergent

Monrow Hisako
Messages : 17

Feuille de personnage
Niveau:
La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Left_bar_bleue8/75La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty_bar_bleue  (8/75)
Expériences:
La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Left_bar_bleue0/50La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty_bar_bleue  (0/50)
Berrys: 1.300.000 B

La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty
MessageSujet: Re: La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako]   La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Icon_minitimeVen 10 Aoû - 8:01

A peine le temps de servir le verre que la jeune demoiselle le gouta. J’entendis en repartant dans la cuisine un merci à demi-mot. Je ne pris presque pas le temps de répondre que j’étais déjà en train de pousser la porte de la cuisine L’odeur des plats qui cuisent me souleva les narines en une odeur agréable au parfum subtil d’huile d’olive et de beurre fondu. Je reprenais ma place et quelques personnes rentraient ça et là dans le restaurant. Il allait y avoir du monde aujourd’hui et il fallait s’activer pour la mise en place.

Je décidais de confectionner un plat à base de fromage, de bière, de pain et de jambon. J’avais appris ca il y à quelques années auprès d’un chef de passage dans ma ville natale et je voulais le refaire à la perfection. Ce serait un plat si gouteux que les personnes aux alentours feraient tout pour revenir. Je voulais en faire une addiction. Je commençais la mis en place des ingrédients et j’avais le temps avant de lancer vraiment tout ce qu’il fallait. Je voulais un plat test en premier lieu pour voir si tout concordait et si le plat était réellement exquis comme dans mes souvenirs.

Je posais le tout devant moi lorsque soudain la porte vola. La jeune demoiselle que j’avais servie juste avant venait de pénétrer dans notre intimité. Elle regardait chacun de nous fixement et répétais en boucle le mot qui. Elle voulait probablement savoir qui avait fait ce jus d’orange. Nous étions tous encore béat. On ne savait pas quoi dire ni que faire, c’était la première fois qu’une intrusion de la sorte arrivait. Elle arrivait vers moi et me regardait dans les yeux. Elle du lire au premier abord un regard interloqué mais qui se changea en sourire. La fixant à mon tour dans les yeux je lui dis

-C’est moi qui vous ai fait ce jus d’orange. Monrow Hisako pour vous servir.

Puis elle nous dit qu’elle voulait apprendre à cuisiner avec moi de ce fait. C’était vraiment incongru comme situation et je me tournais vers le chef n’étant que le second. Je lui fis une tête un peu bizarre un mélange entre l’AVC et le sourire. A son tour il leva le menton qui voulait dire : Vas-y tu peux. Je me dirigeais vers la demoiselle qui regardait a présent les autres et lui dit

-Si vous voulez mademoiselle je peux vous apprendre. Que voudriez-vous faire ?

Mes ingrédients étaient prêts au cas où mais je les rangerais si elle voulait faire un plat particulier. Je me préparais à toute éventualité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Empty
MessageSujet: Re: La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako]   La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La cuisine, c'est aussi de la chimie ! [PV Monrow Hisako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LA CUISINE DU MAGHREB ET MOYEN-ORIENT
» La cuisine du bonheur
» [UploadHero ] La Cuisine au beurre [DVDRiP]
» . le business reste le business . aussi agréable soit-il . [Dess']
» « Le premier point dans un ménage, c’est la cuisine. » Patin ♠ Amadeus & Matvei

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue-