Partagez | 
 

 Un kangourou à Toroa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Massy Umbra
Death Shade
avatar
Messages : 274
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
81/120  (81/120)
Berrys: 5.580.000 B

MessageSujet: Un kangourou à Toroa   Sam 14 Juil - 14:58



Un kangourou à Toroa
Massy bailla ostensiblement. Qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir faire de sa journée, tiens ? Lui, Bell, et Erik venaient tout juste de se séparer. Ils avaient accosté sur l’île de Toroa un peu plus tôt dans la matinée, et il devait avouer que cet endroit ne semblait pas très intéressant de prime abord. Certes, il y avait une base marine dans le coin, et alors ? Cela ne rendait pas les environs dignes d'intérêt pour autant, ça les rendait juste un peu plus sûrs pour la population civile… D’un autre côté, ce n’était pas plus mal. Ils avaient enchaîné les mésaventures récemment. Entre la rencontre avec Hugo, l’homme primitif à qui il devait quelques cicatrices, et les événements suivant leur petit séjour à Greenfield… Oui, une pause s’imposait clairement. Aussi, chacun des trois voyageurs avait sa propre façon de décompresser. Pour Bell, cela voulait dire une petite séance shopping. Pour Erik, rien de mieux qu’une journée entière à picoler à la taverne locale. Quant au leader du groupe… Il ne savait trop que faire, en vérité.

Déambulant dans les rues en quête d’une façon d’égayer sa journée, le kangourou se rendit bien vite compte qu’il n’était pas plus avancé. Il avait un peu sommeil, aussi… Peut-être aurait-il dû rester sur leur navire histoire de faire une petite sieste ? Remarque… Est-ce que quelque chose l’empêchait de le faire quelque part dans les environs ? Il devait bien y avoir un petit coin à l’ombre un peu éloigné de l’animation de la ville, non ? La réponse : effectivement. Il ne tarda pas à trouver une ruelle déserte, bien à l’ombre. Certes, des rires d’enfants et des bribes de discussion en tous genres arrivaient quand même en ce lieu, mais c’était probablement le meilleur emplacement qu’il pourrait trouver dans le coin pour faire un somme. S’adossant contre le mur et étendant confortablement ses jambes, le sabreur ajusta quelque peu son couvre-chef. Ce dernier était à mi-chemin entre un chapeau de paille classique et un béret, c’était un cadeau de celle qu’il considérait encore aujourd’hui comme sa mère : Estelle Harper.

Une petite pointe de nostalgie naquit dans ses yeux en se remémorant les bons moments passés avec elle. Leurs petites plaisanteries, ses petits cours privilégiés de stratégie, sa manie de toujours le prendre de haut, et sa façon de toujours anticiper le moindre de ses faits et gestes… Oui, tout cela lui manquait tellement, il aurait tout donné pour revenir à cette période de sa vie. Certains disaient qu’on ne réalisait la véritable valeur de quelque chose qu’après l’avoir perdu. Même avec toute la mauvaise foi du monde, l’Umbra n’aurait pas pu dire le contraire. Toutes ces choses qu’il aimait à propos de sa vie dans l’équipage Freewill, il pensait qu’elles étaient acquises et ne s’en souciait pas tellement que ça. Désormais, il réalisait à quel point ces moments comptaient pour lui réellement pour lui. Malheureusement, il était bien trop tard… En tout cas, s’il y avait bien une chose qu’il regrettait plus que les autres, c’était les parties d’échec contre la capitaine pirate. Esquissant un léger sourire, il se rappela avec un certain amusement qu’il n’avait jamais réussi à la battre ne serait-ce qu’une seule fois. Toutefois, cela ne voulait pas dire qu'il était mauvais. Pour être franc, il avait même un très bon niveau à ce jeu. Quel dommage qu'il ne puisse plus vraiment y jouer.

-« Ce serait bien de retrouver un adversaire à ma hauteur… » Pensa-t-il avant de sombrer peu à peu dans un sommeil modérément profond.



Code by Edward Lawrence

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3564
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Mar 17 Juil - 12:33

Un kangourou à Toroa [1]

- C'est beau ici.
- On dirait presque des vacances....


Erwin observait les alentours, méconnaissables. Ces dernières semaines, Toroa avait subi quelques travaux pour diverses et obscures raisons. Sa mère, une femme qu'il ne connaissait pas énormément, lui avait avoué être venue sur cette île lorsqu'il était encore un bébé. Il n'y était revenu que quelques fois depuis, toujours dans l'optique des voyages ou d'une quête d'information. Aujourd'hui, primé, il devait masquer son visage et oublier le plaisir de vaquer dans ces rues en toute liberté, s'habiller d'une capuche et éviter de déclencher l'alerte des gardes. Son pouvoir était évidemment très pratique, mais il n'aimait pas en abuser à outrance quand il était dans un contexte d'île marine avec de potentiels Hakis de l'Observation. Cela était relativement rare sur les Blues, mais il trouvait que ça se démocratisait pas mal... L'information arrivait particulièrement aux oreilles des gradés qui trouvaient des moyens de le développer à force de fieffés entraînements.

Un air absent, il abandonné finalement sa discussion avec sa mère et sa sœur. Les deux étaient venues avec lui. La première se nommait Vivianne Ray. Elle portait le nom de son second époux, après avoir quitté le premier lors de l'enfance du rouquin... Si elle l'avait abandonné, il avait inévitablement fini par lui pardonner. C'était pour son bien à l'époque... Il avait suffisamment questionné ses souvenirs pour savoir la vérité. Quant à la seconde, il s'agissait de Katia L. Ray. Stratège de l'Inquisition inconnue au bataillon, elle possédait un grand nombre de capacités dont le Zoan Mythique du Bastet, un fruit bien utile quand on considérait que cela lui donnait quasiment neuf vies.

- Je voulais te montrer quelque chose, fit finalement la mère du roux à Katia en le dirigeant vers la périphérie de la ville. C'est la maison d'un homme qui nous a beaucoup aid...

Elle observa un instant de silence. Finalement son pas s'accéléra et elle observa, sidérée, un endroit où une zone avait été délimitée par des bandeaux. Il s'agissait d'une maison de campagne, très belle autrefois, mais qui n'était aujourd'hui plus qu'un tas de ruine. Cela fendit le cœur à la jeune femme dont le regard se porta sur les contours de l'endroit. Là-bas, un jeune garçon et une demoiselle y avaient partagé de premiers sourires. Elle s'y était abritée de la pluie et on lui avait offert le couvert et l'hospitalité. Ces personnes étaient-elles mortes ?

- C'était ici...
- Je vois,
fit la Zoan.

Quelques minutes passèrent dans un silence de plomb. Katia comprit que les événements qui s'étaient déroulés ici étaient exceptionnels, mais... Lorsqu'elle se retourna pour prendre la direction de la ville, cette dernière était toujours marquée par la pénombre. Le lendemain en fin de journée, ils auraient rendez-vous avec un agent de l'Inquisition infiltré sur l'île. Elle souhaitait faire l'état des lieux, observer les différentes fortifications pour prendre des informations. Pour cela, il allait falloir se séparer. Leur mère était la seule à avoir un statut de civile complet, et elle s'en servirait. Katia se transformerait en chat pour vaquer dans les rues, quant à Erwin...

Une nouvelle flopée d'heures passa. Erwin avançait sur l'île avec sagacité, n'usant de son pouvoir que lorsqu'il estimait cela nécessaire. Il était habile, discret et efficace, cependant lorsqu'il observa la personne en contrebas de l'endroit où il se trouvait, il ne put s'empêcher de la trouver pensive. Ce fut cela qui l'interpella et le poussa à arrêter ses repérages quelques instants. Il sauta du haut de son toit, atterrit dans la ruelle calme et fit avec une capuche et un sourire énigmatique qui lui n'était pas masqué :

- C'est un endroit étrange pour faire une pause... Que fais-tu donc ici, si cela n'est pas indiscret ?

Il aurait pu s'en ficher, mais... Pour l'instant, il préférait interpeller cet étranger, spontanément, comme il le faisait si souvent autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Massy Umbra
Death Shade
avatar
Messages : 274
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
81/120  (81/120)
Berrys: 5.580.000 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Mar 17 Juil - 19:51



Un inconnu venant du toit
Massy se releva d’un bond, prêt à dégainer un de ses sabres au quart de tour. À peine avait-il fini sa dernière pensée qu’un homme était tombé du ciel pour atterrir devant lui. Qu’est-ce que c’était que ce délire ? La personne en question était encapuchonnée et on ne voyait que son sourire assez… indescriptible ? Oui, c’était le mot. Le kangourou n’arrivait tout simplement pas à définir pourquoi ce type souriait. Un sentiment d’incompréhension accentué par deux choses : le fait que l’inconnu ne semblait pas du tout affecté par sa chute, et les questions qui suivirent. Plissant les yeux et regardant de droite à gauche pour s’assurer que ce n’était pas une sorte de canular, le maudit résuma sommairement la situation :

-« Donc… Si j’ai bien compris, vous vous promenez sur les toits et vous sautez de tout en haut juste pour accoster les gens, c’est ça ? Eh bien... On peut dire que c’est… original ? Je ne crois pas me tromper en disant que vous n'êtes pas monsieur tout le monde. »

Bien sûr, le zoan se garda de dire qu’il fallait en tenir une sacrée couche pour faire ce genre de choses. Faisant quelques étirements, il décida finalement de répondre aux interrogations de son interlocuteur. Après tout, ce dernier ne semblait pas avoir de mauvaises intentions… Enfin, ça restait à prouver, mais bon. Le sabreur pâle était convaincu de pouvoir mettre une raclée à ce gars si jamais il tentait quoi que ce soit contre lui. Et puis, il n’avait pas l’air bien dangereux de prime abord, en toute franchise... Il semblait juste un peu fêlé, par contre.

-« Pour en revenir à ta question, j’essayais de faire une sieste. Ce n’est pas comme si j’avais mieux à faire dans cette ville paumée. Je ne suis ici que depuis quelques heures et je peux déjà te dire que c’est ennuyeux à mourir. Il ne doit pas se passer grand-chose dans le coin avec la marine qui veille au grain. Maintenant, à mon tour de te demander quelque chose. »

Passer du vouvoiement au tutoiement aussi rapidement, c’était assez rare pour l’Umbra. Toutefois, il partait du principe que lui et cette espèce de ninja avaient une ou deux choses en commun, la première étant bien évidemment le fait qu’ils ne soient pas très amis avec les forces de l’ordre. C’était plutôt évident pour l’ancien esclave. Vous pourrez lui fournir toutes les preuves possibles et imaginables pour prouver l’innocence de cet homme, le bretteur vous dirait simplement que vous le prenez pour un imbécile. Soyons réalistes : si son interlocuteur n’avait rien à se reprocher, il n’aurait pas besoin de recourir à un tel mode de déplacement ou bien à un accoutrement aussi peu discret. C’était comme s’il criait sur tous les toits qu’il était un criminel en cavale… Enfin, s’il ne s’était pas déjà fait prendre sur une île pourvue de gouvernementaux aussi coincés et protocolaires que ceux de Toroa, c’était qu’il devait quand même posséder un certain talent. À moins que ce ne soit un membre de la marine faisant une sorte de ronde pour s’assurer que tout allait bien en ville ? Aussi farfelue que l’idée puisse paraître à première vue, cela restait tout de même envisageable. Ce ne serait pas tout à fait illogique que les forces de l’ordre tachent d’œuvrer sans leurs uniformes pour s’occuper des hors-la-loi faisant profil bas. De plus, cela expliquerait le fait que cet homme ne soit pas derrière des barreaux malgré son attitude suspicieuse… Bah. Il n’y avait qu’un seul moyen d’en avoir le cœur net :

-« Si ce n’est pas indiscret, comment t’appelles-tu ? Moi, je suis Massy Umbra. »

Une fois les politesses échangées, viendrait la question fatidique :

-« Sinon, as-tu une raison particulière pour te balader sur les toits ? »



Code by Edward Lawrence

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3564
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Mer 18 Juil - 19:22

Un kangourou à Toroa [2]

Réponse courte. Le rouquin n'avait rien de vraiment intéressant à raconter sur sa propre personne, mais il entendit bien les paroles de ce jeune interlocuteur – qui était peut-être malgré tout plus âgé que lui. Il semblait relativement impressionné par la dextérité du rouquin, dont les exploits à visage découvert n'étaient plus à prouver. Sa prime, il n'en avait cure. Il ne la connaissait d'ailleurs pas sur le bout des doigts et savait simplement qu'elle dépassait les cinq cent millions de berrys. Il pouvait provoquer un tollé rien qu'en enlevant son vêtement, mais comme bon nombre de criminels dans ce monde. Du point de vue de la marine, il ne valait pas plus qu'un Tao à l'heure actuelle : il avait indirectement causé plus de morts que ce dernier. On se souvenait en évoquant son nom des événements de Baltigo, ou de ceux de Kaiten-Su. La marine avait rapidement tenté de mettre fin aux jours de la Révolution qu'il avait sauvé au prix de milliers de vies. Arias Knightwalker avait atteint les fonds marins par sa faute, par l'alerte qu'il avait donné et les défenses qu'ils avaient mises en place, ralentissant le gros des troupes.

Se laissant donc bercé par la voix de Massy, le jeune homme ne répondit pas à sa première prise de parole. Il se contenta de laisser échapper un petit rire amusé et innocent. De toute évidence, son interlocuteur avait des capacités d'analyse intéressantes. Il répondit à la question qui lui était posée, ne dévoilant pas d'informations capitales, avant de tutoyer le rouquin qui n'avait aucune intention de le vouvoyer de toutes les manières.

Puis vint la question fatale. Celle qui demande de laisser tomber les masques. Le rouquin regarda Massy, et au moment où il porta sa main vers sa capuche en commençant un :

- Je suis...

Une alarme résonna sur l'île. Erwin se retourna, fronçant les sourcils et observant une ombre qui s'élevait dans le ciel et tomba à leurs côtés à tous les deux. C'était une jeune femme, très svelte, élégante. Sa chevelure noire laissait penser à un savant mélange de fils de soie. Elle portait des flingues à sa ceinture. Se retournant vers les deux hommes, elle fronça les sourcils et lâcha un :

- Ça fera l'affaire.

Alors une autre personne ne tarda pas à arriver, suivant la jeune femme avec une tenue de marine. C'était un Lieutenant à en croire l'inscription sur son dos. Il observa le groupe qui venait tout juste de se rencontrer et, d'une voix tonitruante, beugla :

- Qu'est-ce que ça veut dire, Sidney ?! Petite peste, tu vas arrêter de fuir !
- Je ne te demande pas ton avis, grand-père. Je voulais rejoindre mes amis !


Elle semblait désigner les deux jeunes hommes au fond de la rue. Le rouquin fut pris par surprise, mais Massy aurait peut-être une réaction spontanée. Quand le lieutenant tourna son regard en direction des deux hommes, il semblait suspicieux. Effectivement, c'était bien du type de sa petite-fille, en vacances sur Toroa, de donner rendez-vous dans des lieux incongrus. Il ne releva pas leurs accoutrements qui ne semblaient pas correspondre au style actuel de l'île, mais après tout, il n'y connaissait rien à la mode.

- Vous êtes ses amis alors ?! Lâcha-t-il en poussant une nouvelle gueulante désagréable.

La chatte avait grimpé les murs les uns après les autres auprès du port. Elle aimait se balader, mais ici c'était une mission d'espionnage qui lui prenait tout son temps. Les fortifications n'auraient bientôt plus de secrets pour elle. Alors qu'elle s'apprêtait à quitter les lieux, un navire attira cependant son attention. Elle fronça les yeux et y remarqua une incroyable proposition de... gardes civils. Il s'agissait des gardes d'un autre pays que celui-ci... Cela voulait dire qu'une famille royale était présente en ces lieux ? Ça risquait de leur compliquer la tâche...
Revenir en haut Aller en bas
Massy Umbra
Death Shade
avatar
Messages : 274
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
81/120  (81/120)
Berrys: 5.580.000 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Jeu 19 Juil - 2:27



Encore une inconnue venant du toit ?
-« Je retire ce que j’ai dit… » Soupira le kangourou. « Il se passe bel et bien des choses sur cette île de temps en temps, on dirait… »

Il lui arrivait tellement de trucs ces temps-ci que ça commençait à en devenir redondant. De plus, il avait remarqué une fâcheuse tendance qu’avait l’univers à prouver le contraire de ce qu’il pensait. Aussi, sa réaction face à l’alarme ne fut pas forcément celle à laquelle on s’attendait. Il n’afficha pas une grande surprise ni ne sursauta face aux sons désagréables qui venaient agresser ses tympans. Massy souffla juste bruyamment en laissant entrevoir une mine blasée. Lui qui pensait pouvoir passer une journée tranquille pour une fois… Il s’était vraisemblablement gouré. Encore. Il allait finir par croire que le monde avait une dent contre lui, à force… Alors, une jolie jeune femme fit son apparition en tombant du ciel. Qu’est-ce qu’ils avaient tous à faire ça dans cette ville, d'ailleurs ? Le zoan croirait presque que c’était une coutume locale. En tout cas, la brune ne semblait pas sans défense puisqu’elle portait deux pistolets à la ceinture. Enfin… Ça aussi, ça restait à prouver. Il y avait une grande différence entre porter des armes et savoir s’en servir, après tout.

-« Plait-il ? » Fit l’Umbra devant les dires énigmatiques de la nouvelle venue.

C’est à ce moment précis qu’un autre inconnu fit son apparition, cette fois-ci par la voie terrestre. Cela faisait au moins un être humain à peu près normal dans cette ville. Cependant, un problème se posait, et pas des moindres : il s’agissait d’un lieutenant de la marine si on en croyait ses vêtements. Sublime ! C’était juste parfait ! Pile au moment où ils étaient trois dans un endroit sombre, dont un gars hyper suspicieux et deux personnes armées. Si cela ne suffisait pas à interpeller le gradé, le bretteur ne savait pas ce qui le ferait… Toutefois, il semblerait que le représentant de l’ordre ne se soit pas rendu dans le coin par hasard. C’était la jeune femme, répondant visiblement au nom de Sidney, qui l’intéressait… Très bien. Peut-être ne ferait-il pas attention aux deux figurants derrière elle, du coup ? Encore raté, et pour cause : la brune ne tarda pas à souligner leur présence d’une manière assez… surprenante.

-« De quoi ? » S’étonna Massy devant la déclaration de la tireuse.

Une fois la surprise passée, le marsupial fronça les sourcils. L'acrobate voilé était aussi interloqué que lui, à vue de nez. C’était on ne peut plus édifiant. Le sabreur aux pupilles particulières en concluait que cette fille ne voulait vraiment pas partir avec le lieutenant. Pourquoi exactement ? Serait-elle une hors-la-loi ? Peu probable. La façon que ces deux-là avaient de se parler était bien trop familière. Ils se connaissaient, ça crevait les yeux. Donc, qu’est-ce qui pourrait bien la pousser à recourir à un mensonge aussi facilement démontable ? Il suffisait qu’un seul d’entre eux dise que c'était faux pour que son plan entier tombe à l’eau, après tout… Elle devait franchement être désespérée. Alors, vint la question du gradé.

-« Bah… » Hésita l’épéiste.

Il fallait réfléchir, et vite. Deux possibilités s’offraient au maudit : dire la vérité ou mentir. La première était évidente puisque le kangourou n’avait aucune raison d’aider de la sorte une personne dont il ne savait absolument rien. Néanmoins, force était de constater qu’il n’avait pas trop le choix, au final. Nier les dires de cette jeune femme amènerait forcément d’autres questions de la part de l’homme en bleu. Ultimement, il demanderait sans aucun doute des explications quant à leur présence dans cette ruelle, ce qui pourrait potentiellement dégénérer si le gars voilé était effectivement recherché. Ce serait ballot de se retrouver affilié à un gars peu recommandable... Ainsi, il valait mieux jouer le jeu.

-« Bien sûr ! » Acquiescerait-il exagérément avec un sourire nerveux. « Qu’est-ce qu’on pourrait bien faire seuls dans une ruelle sombre à part attendre cette bonne vieille Sidney ? Je vous le demande ! »

Vous l’aurez compris, Massy n’était pas prêt de gagner l’oscar du meilleur acteur de l’année. Le fait est que même s’il pensait que la meilleure solution ici serait une réponse positive à la déclaration de l’inconnue, il ne savait tout simplement pas mentir. En effet, depuis sa plus tendre enfance, le pirate possédait un certain tic qui se manifestait justement dans ce genre de situations. Pour être plus précis, lorsqu’il tachait de dissimuler la vérité, un sourire pas très naturel se dessinait systématiquement sur son visage. Voilà pourquoi il n'aurait sans doute jamais recours au bluff. C’était aussi peut-être pour ça qu’Estelle perçait à jour si facilement ses stratégies lorsqu’ils jouaient ensemble… Enfin, ce n’était clairement pas le sujet.



Code by Edward Lawrence

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3564
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Jeu 19 Juil - 15:14

Un kangourou à Toroa [3]

Le regard du vieillard se dérida au moment où Massy donna son ultime réponse, après une succession de regards interrogatifs et terrifiés. « Cette bonne vieille Sidney » ! Mais bien sûr, c'était évident ! Le rire rocailleux du vieil homme finit par résonner tandis qu'il prenait son escargophone. Il lâcha sur un ton extrêmement satisfait :

- C'est bon, les gars, je l'ai retrouvée.

Et il raccrocha. L'alarme s'était arrêté à ce moment-là, provoquant la surprise d'Erwin dont les traits étaient toujours dissimulés sous sa cape. Alors même que le vieil homme semblait impatient de laisser sa petite-fille, celle-ci eut un sourire victorieux en direction de Massy, et le remercia du regard. Elle désespérait à quitter le vioque, comme elle l'appelait si souvent, et sa surveillance draconienne.

Les rues de la ville semblèrent bien plus calme une fois que le marine eut quitté la rue en confiant sa petite-fille à ses deux amis. Au moins, il était compréhensif... C'était rassurant pour elle qui semblait avoir regagné du peps. Une fois le vieux bien à l'écart, elle se tourna finalement direction des garçons. Quelque chose se dégageait d'elle, quelque chose de majestueux et d'agréable. Elle souriait avec une simplicité pourtant déconcertante.

- Merci de m'avoir aidé... Je m'appelle Sydney...

Elle regarda le début de la ruelle dans laquelle elle s'était engouffrée. De toute évidence, elle n'était pas une criminelle se dit Erwin, mais on avait déclenché les alarmes pour elle... Cela signifiait au moins qu'elle était assez importante pour qu'un regard ne se pose sur elle. Celui des forces de l'ordre... Une alliance donc ? Le rouquin se permit de ne pas retirer sa capuche sans en savoir plus. La jeune femme ne le demanda pas d'ailleurs, et elle lâcha un petit rire amusé :

- La tête de grand-père était amusante. J'aime bien être un peu libre de mes mouvements mais il veut constamment que je sois avec des personnes de confiance.

« De confiance » pour elle et pas pour lui. Le vieillard crédule n'en était pas moins quelqu'un d'attentionné envers sa petite-fille. Le rouquin ne put s'empêcher d'acquiescer poliment à cette affirmation, même si elle ne savait rien d'eux. De toute évidence, elle croyait suffisamment en elle pour ne pas s'inquiéter d'être agressée par deux personnes. Elle ne les connaissait pourtant pas... Qu'est-ce qui la rendait si confiante ?

Lorgnant sur elle, le rouquin se contenta finalement de hausser les épaules. Il élargit alors son Haki. Celui-ci lui indiqua qu'une présence familière était en route, et arrivait à toute allure. Brusquement, débarquant dans la rue, une jeune chatte noire se dévoila. Elle lâcha sur un ton pressé au rouquin :

- Il y a des navires d'une famille roy... Oh bonjour !

Le chat avait parlé. C'était assez cocasse que le chat ait parlé, se dit Sydney. Elle sourit et finalement se dirigea vers la boule de poils à une vitesse folle... Tout ça pour la câliner avec la plus intense des tendresses, voyant l'animal se débattre dans ses bras. Erwin fut sidéré de cet état de faits, mais il se contenta de laisser faire, sachant que sa sœur serait suffisamment forte pour se dépêtrer de ce bourbier si elle le désirait.

- J'adore les chats ! Oh, oui, j'avais oublié, je m'excuse de vous déranger... Voulez-vous bien venir avec moi ? Je pense que je peux vous montrer quelque chose d'intéressant.

Elle sourit à pleines dents et invita les deux jeunes hommes à la suivre dans ses déambulations, dans les rues de Toroa. Haussant les épaules avec désinvolture, le jeune homme se contenta de suivre la demoiselle sans enlever sa capuche. Il était curieux de voir ce qu'elle souhaitait leur dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Massy Umbra
Death Shade
avatar
Messages : 274
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
81/120  (81/120)
Berrys: 5.580.000 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Ven 20 Juil - 21:13



Un kangourou à Toroa
-« Il n’y a pas de quoi… » Lâcha l’épéiste pâle, tout simplement sidéré.

Et l’oscar du meilleur acteur de l’année 1504 est officiellement remis à Massy Umbra pour sa prestation on ne peut plus convaincante ! Non, sérieusement ? Le maudit lui-même se savait nul à ce petit jeu-là, mais il avait quand-même réussi à berner quelqu’un ? Ça commençait à devenir bizarre, tiens… D’abord, un type faisant tranquillement un saut de l’ange pour venir le questionner ; ensuite, une fille descendant du ciel avec un marine à ses trousses ; et maintenant, un chat qui parle… Attendez, quoi ? Le sabreur se frotta les yeux, comme si cela allait miraculeusement débarrasser ses oreilles des parasites potentiels auxquels elles devaient vraisemblablement faire face. Cependant, il se rendit bien vite compte que ni son ouïe ni sa vision ne lui jouaient des tours… Il avait bel et bien affaire à un animal doué de parole…

-« Ok… » Souffla-t-il en regardant de chaque côté pour s’assurer que ce n’était vraiment pas une plaisanterie.

De toute évidence, ce n’en était effectivement pas une… Quelle était la conclusion logique à retirer de toute cette histoire ? Élémentaire : le kangourou était au beau milieu d’un rêve très réaliste. Maintenant qu’il y pensait, tout concordait à la perfection ! Le gars hyper suspicieux qui encaisse sans broncher une chute potentiellement mortelle, la jeune femme qui leur fait confiance si facilement, l’alarme éphémère, le félidé parlant, et - de loin le plus frappant - le jeu d’acteur pertinent du pirate… C’étaient beaucoup trop de choses extraordinaires en un laps de temps si court. Oui, à ce stade-là, aucun doute possible. Tout ceci faisait partie d’un de ces fameux songes lucides dont lui avait parlé Bell l’autre jour. Autre preuve s’il en fallait : le fait que Sidney et l’inconnu ne fassent pas le moindre commentaire sur les capacités uniques de chat noir. Alors, vint la proposition de la jeune femme. Massy se tourna vers le second fruit de son imagination et haussa pareillement les épaules en voyant sa réaction.

-« Quitte à rêver, autant le faire hors d’une ruelle. » Se dit-il en suivant les fruits de son imagination. « De toute façon, je me réveillerais ici. Je n’ai rien à perdre. »

Baillant ostensiblement, ce qui était assez ironique pour quelqu’un d’endormi, le jeune homme se demanda quelles aventures pouvait bien lui réserver son subconscient. D’ailleurs, il fallait croire qu’il avait développé un goût prononcé pour les péripéties en tous genres puisque même ses rêves en étaient remplis, désormais… Était-ce une bonne chose ou bien une mauvaise ? L’Umbra ne saurait trop se prononcer là-dessus. Au moins, ça passait un peu le temps. Et puis… Ça serait la parfaite excuse pour dormir plus souvent, tiens ! Bon, ok, Bell lui demanderait sans doute de faire deux ou trois expériences pour élargir ses connaissances personnelles. Mais bon, cela ne l’empêcherait pas de pioncer, en fin de compte. Ce serait même tout le contraire, en vérité. Souriant devant cette fabuleuse réalisation, le maudit ne pourrait s’empêcher de s’exclamer :

-« Ah, qu’est-ce que je suis chanceux ! »



Code by Edward Lawrence

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3564
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Dim 22 Juil - 11:22

Un kangourou à Toroa [4]

La scène aurait pu être comique si Sydney n'avait pas commencé à afficher un regard si prompt au sérieux. Elle était suivie par l'épéiste, le chat et l'encapuchonné. Les trois personnes étaient en effet apparemment décidés à suivre comme il se devait la jeune femme aux allures princières... Et durant leur petite escapade, le rouquin finit par se demander dans quelle direction elle les emmenait. Il ne connaissait pas Toroa à la perfection, loin là. Cet endroit était à peu près dans la norme en ce qui concernait la richesse moyenne des habitants. Sur les îles marines, il n'y avait pas de sans-abris : ceux-ci étaient en général mal vu et souvent porté au crime, ce qui les rendait... peu enclins à la survie. Bien sûr, il y avait l'exemple de Military Island où, même si la marine était installée, l'île était touchée par une pauvreté extrême... Comme Shivering Island avant l'arrivée de l'Inquisition et l'implant de commerces par le Dog. Celui-ci se dit que malgré les solutions trouvées par le Gouvernement Mondial, il était plus dans une optique de trouver à chacun un équilibre en essayant de répartir le mieux possible les richesses.

- On est arrivé.

Un... bar ? Est-ce que cela allait être une autre de ces rencontres barbantes autour d'un verre, qui se finissait sur un combat ? Erwin faillit lâcher un soupir quand il entendit brusquement :

- Le code ?
- Tulipe Noire.


La porte s'ouvrit. Pas celle de l'entrée, mais une porte cachée sans poignée de l'extérieur. Fronçant les sourcils, le jeune homme vit effectivement la trace au sol qui indiquait que l'endroit était parfois emprunté. Cela aurait pu se confondre avec les pas des gamins mais bon... Apparemment, ils venaient de trouver un « club », un endroit où les privilégiés pouvaient se retrouver. À moins que ce ne soit un lieu underground, chose beaucoup moins plaisante.

Quand ils entrèrent cependant, le lieu semblait huppé. Au fond, il y avait un bar à cocktail dans une ambiance tamisée. Ce n'était cependant pas ce qui retint l'attention du rouquin dont le regard s'arrêta sur une table de poker et... une zone où plusieurs plateaux d'échecs étaient disposés. Il se dirigea instinctivement vers ce lieu en étudiant la quelque demi-douzaine de parties qu'il y avait en cours. C'était d'une complexité infini pour le jeune homme qui ne comprenait pas grand chose aux règles de ce jeu. Il savait qu'il fallait avancer les pions, il connaissait les règles de base, mais est-ce qu'il en savait plus ? À vrai dire, Katia était bien plus une experte que lui et la petite féline reprit forme humaine en se dirigeant gaiement vers les lieux, vêtue d'une robe noire.

- Regarde ! On peut jouer ici !
- Je... vais te regarder.


Il sourit avec un certain recul et observa le reste de la salle ainsi que les personnes qui la composaient. Personne ne semblait faire attention à lui. Il y avait ici des hommes-animaux, des hommes-poissons, des originalités de toute sorte en soit pour les Blues. Sydney avait invité les jeunes gens à profiter du lieu à son compte, et à commander ce qui leur plairait, puis les avait abandonné à leur sort. Finalement, le jeune homme s'était approché d'une table vide et avait dit à haute voix, sans vraiment le remarquer :

- Comment on joue à ça déjà ?

Il y a longtemps, on avait tenté de lui enseigner les règles, et s'il se souvenait du nom des pièces, le reste était enveloppé d'un mystère tout relatif.
Revenir en haut Aller en bas
Massy Umbra
Death Shade
avatar
Messages : 274
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
81/120  (81/120)
Berrys: 5.580.000 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Dim 29 Juil - 0:53



Un kangourou à Toroa
Massy devait reconnaître au moins une chose : son esprit était très fort pour simuler les choses. Tout lui paraissait si réel… Les rires des enfants jouant dans la rue, les bribes des discussions menées par les passants, les éloges des marchands vantant leurs produits,… Le maudit s’y serait vraiment cru sans la présence du chat parlant et des deux autres. Il se demanda vaguement si tout ceci n’était pas une sorte de réplique exacte du souvenir qu’il avait de ses rues, ou en tout cas une variante de l’image retenue en se dirigeant vers la ruelle. À moins que tout ceci ne soit pas véritablement la ville où il s’est endormi, mais juste une cité quelconque lui donnant l’illusion d’être à Toroa ? Ça aurait été plus que probable vu le peu de temps passé à déambuler dans cette dernière. Cependant, si c’était effectivement le cas, alors où se trouvait-il ? De quel endroit se remémorerait-il donc ? Et tout ceci était-il vraiment important compte tenu de sa situation ?

-« Raaaah, c’est compliqué les rêves lucides ! » Pensa le kangourou en se grattant frénétiquement la tête. « J’aurais préféré faire un rêve normal, on s’y pose moins de questions ! »

Ce fut à peu près à ce moment-là que le petit groupe arriva devant ce qui ressemblait bien à un bar… Cela n’étonnait même pas le jeune homme. Après tout, il passait la moitié de sa vie dans ce genre d’endroits pour récupérer ce vieux soûlard d’Erik… Dans ces conditions, il était logique que le sabreur en vienne même à rêver de ces gargotes pourries et mal famées. Bien sûr, il s’attendait tout de même à quelque chose d’un peu plus… fantaisiste. Il fallait dire que son subconscient s’était montré assez original jusque-là avec le chat parlant et les adeptes du saut de l’ange… Une pauvre taverne miteuse, c’était fade et ennuyeux en comparaison. Heureusement, son guide onirique, aussi connu sous le nom de Sidney, ne tarda pas à insuffler un peu de mystère dans ce songe qui s’annonçait aussi simple que prévisible. Un passage secret… Ça, c’était excitant ! Toutefois, le jeune homme n’était pas au bout de ses surprises.

Le lieu dans lequel il venait de pénétrer avec les créatures issues de son imagination était une sorte de club privé ou quelque chose du genre. Ou en tout cas, c’était l’impression donnée au bretteur par la lumière tamisée. Quoi qu’il en soit, ce qui retint véritablement l’attention de Massy, ce fut le nombre de tables de jeu disséminées un peu partout dans la pièce. Le forban s’avança, les yeux rivés sur les échiquiers. Il ne tiqua même pas lorsque le félidé doué de parole prit forme humaine. Après tout, pourquoi se serait-il arrêté pour si peu ? Il ne s’agissait que d’un rêve, tout était possible ! Leur présence en ces lieux en était une preuve parmi tant d’autres. Avant de s’endormir, il se souvenait clairement avoir fait le vœu de trouver un adversaire digne de ce nom. Voilà que son souhait avait été réalisé ! Une heureuse coïncidence impossible dans la vraie vie, mais qui s’en soucie ? L’important, c’était que le kangourou allait enfin pouvoir déstresser un peu… Plus le temps passait, et plus le maudit commençait à apprécier ce rêve à sa juste valeur ! Alors, l’encapuchonné fit une remarque qui força l’Umbra à tourner la tête.

-« Tu veux apprendre à jouer ? Pas de problème, assieds-toi, l’ami ! »

Il ne connaissait toujours pas le nom de cet inconnu, mais bon, à quoi ça lui servirait ? Il l’oublierait sans doute au réveil, de toute façon. Donc autant entrer directement dans le vif du sujet ! Le pâlot avait toujours voulu se trouver un disciple, un peu à la manière d’Estelle qui l’avait pris sous son aile. C’était l’occasion rêvée, littéralement. Aussi, il prendrait place sur une des tables vides et inciterait son interlocuteur à en faire de même. Si l’acrobate refusait, le maudit - étonné que ses songes aillent contre sa propre volonté - froncerait les sourcils et irait chercher quelqu’un avec qui jouer. Autrement, il commencerait son explication, qui était grosso modo la même que celle que lui avait exposé la Harper quelques années auparavant :

-« Ceci est un échiquier classique, comme tu peux le voir. On y trouve soixante-quatre cases classées dans des colonnes portant une lettre allant de A à H ou un chiffre allant de 1 à 8. Dit comme ça, ça à l’air compliqué, mais c’est simple comme bonjour, en toute franchise. Celle-là, par exemple, c’est la case A-1 parce qu’elle correspond simultanément aux colonnes A et 1. Celle-ci, c’est B-1, là il s’agit de C-2, et ainsi de suite. Je ne vais pas te faire un dessin, il suffit juste de se référer aux lettres et aux chiffres de l’échiquier. Là, tu seras tenté de me demander à quoi ça sert. Élémentaire : grâce à ces coordonnées, tu peux situer exactement tes pièces. C’est aussi très utile pour visualiser des stratégies, rejouer des parties ardues, ou faire des simulations. Enfin, cela permet aux malvoyants de participer quand même, si tant est que la personne d’en face soit intègre ou qu’il y ait quelqu’un pour arbitrer. Dans ce cas-là, toi comme ton adversaire devrez énoncer clairement vos déplacements. Après, je te dis ça juste pour info. Les joueurs aveugles, ça ne court pas vraiment les rues. Bref. As-tu des questions ? Si tu n’en as pas, nous pourrons passer directement au plus important : les pièces. »



Code by Edward Lawrence

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 3564
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
54/75  (54/75)
Expériences:
49/1000  (49/1000)
Berrys: 31.576.874.666 B

MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   Jeu 2 Aoû - 17:19

Un kangourou à Toroa [5]

Ainsi allait la vie, faîte de petits apprentissages et de grandes découvertes. Le rouquin était piégé, dans les pensées de son interlocuteur, dans un rêve qui était pourtant bien réel. Il souriait avec un air un peu absent, et posait son regard progressivement sur les pièces de la table d’échec. S’installant, le révolutionnaire se mit en tailleur et attendit un court instant avant le début des explications. Il sourit, sous sa capuche, tout en remerciant la personne en face de lui qui avait décidé de lui enseigner les bases de ce jeu d’une incroyable complexité. Cela lui rappelait quelque chose : autrefois, il avait dû savoir y jouer. Il avait dû bouger les pièces sur la table d’échec, dans un ordre précis, utilisant une stratégie qu’il avait aujourd’hui oublié. Même avec sa bonne mémoire, il était amené à oublier certaines choses. Un soupir, comme amené par la tristesse de ne pas avoir une mémoire parfaite.

Il opina du chef en écoutant les explications de Massy, et à leurs côtés, l’ancien chat acquiescerait à chacune de ses paroles, s’étant joint à la scène. Elle était impressionnée par la clarté de ces explications. Avec un air amusé, elle ciblait quelques-unes des pièces au fur et à mesure des explications… Et quand la « sentence » fut tombée, celle de l’explication des différents morceaux de bois taillés, elle se mit à nouveau à l’écart.

Plus loin, tandis que les explications allaient de plus belle, la jeune femme qui avait amené le petit groupe ici se noyait dans l’alcool. Elle venait déjà d’enchaîner une douzaine de verres, comme si de rien n’était, alors que le barman lui recommandait fortement de ralentir. Impossible de la raisonner, car on la connaissait  ici comme étant une noble, une princesse venue d’un autre royaume, dont le grand-père travaillait dans les forces marines. Cependant, ce bar, c’était en quelques sortes un endroit hors-la-lois. Il permettait à des gens qui ne voulaient pas qu’on les voit de boire un verre sans être inquiété. Les hommes-bêtes mais aussi quelques chanceux comme les trois aventuriers du dimanche.

- Je comprends ! Fit le rouquin à Massy. Je crois que je me souviens de quelques pièces…

Il prit l’une d’entre elle entre les mains. C’était celle qu’on retrouvait le plus sur l’échiquier… Malgré tout vif d’esprit, il ne mit pas longtemps à se souvenir du nom de cette pièce et il l’évoqua à haute voix : « Le Pion » ! C’était une arme redoutable, mais sans capacité spéciale. Son grand nombre en faisait quelque chose de tout à fait exceptionnel… Il était sûr que plus tard, il pourrait comprendre en quoi les pions étaient un intérêt si stratégique.

- En soit, « Pion », « Roi », « Reine », « Chevalier »… Hum, je ne connais pas les autres.
- Il faut aussi connaître leurs fonctions,
soupira Katia.

Il acquiesça, et se tourna vers son « maître » en matière d’échec. Il aurait tôt fait de pouvoir lui expliquer les fonctions de ces pièces… Et ce sur quoi le rouquin enchaînerait en demandant comment être stratégique dans une partie d’échecs. Suite à cela, un bruit viendrait du bar. La princesse semblait s’être énervée, et hurlait contre le barman quelque chose d’incompréhensible. Elle était saoule, ce qui attirait le regard d’une partie de la salle…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un kangourou à Toroa   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un kangourou à Toroa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kangourou !!!
» ONE YEAR ▬ discours d'un kangourou bourru
» Les Chimères
» Everybody was Kung-Fu Fighting ♪ [Mission : Des Kangourous Boxer?]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Île de Toroa-