Partagez | 
 

 Presentation de [ oguru waconda ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oguru Waconda

avatar
Messages : 1

MessageSujet: Presentation de [ oguru waconda ]    Jeu 5 Juil - 13:41

OGURU WACONDA



Informations


Nom : Waconda
Prénom : Oguru
Surnom : DIABLO
Âge : 25 ans
Sexe : M
Race : Cornu / Cyborg
Lieu de naissance : Zakan
Camp : Marine
Métier : Forgeron/ Ingénieur Naval
FDD / Arme : Corps modifié & un gros Marteau
Équipage : Aucun
Buts / Rêves : Exercer son art





Histoire



VULCANA - NOUVEAU MONDE


Chaque fois que j'y repense, je peux m'empêcher de ressentir une grande joie et une immense tristesse, Makka ,Yagi, père et mère.. Oui définitivement le souvenir le plus heureux était avec eux...

Je suis né sur une île nommé Vulcanna pour la plupart des gens. Une île que peu de gens connaissent vraiment, mon peuple la nommé Zakan. Une île de caractère, situé dans ce qu'on appelle le nouveau monde, à la fois généreuse et impitoyable, dangereuse et calme. Ganyou était le volcan au centre de cette île, vénéré et craint à juste titre, il est le centre de la culture de mon peuple, tel un dieu capricieux qui offrait richesse minérales par ses roches, fertilisé les sols grâce à sa sève en fusion, qui parfois déchaine sa force destructrice sur certains rives de l'île détruisant tout sur son passage. Ma famille avait appris à composer avec ses événements comme toutes les autres familles de Zakan.

Outre Ganyou, l'île dispose également du faune et flore luxuriante et primaire, ce qu'on peut appeler une île avec des espèces préhistorique, bien qu'habiter que par certains dinosaures, des petits et des volants, crocodiles et tortues géantes , varan et autres reptiles. Zakan est dangereuse pour les gens de l'extérieur par particulièrement pour la faune , mais pour ses maladies exotiques et difficilement curable pour les étrangers. Zakan est réputé pour ses médicaments, la flore locale offre une variété impressionnante pour la confection de soins et remèdes. D'ailleurs il n'est pas rare de voir des médecins, scientifique et autres chamans venir étudier sur l'île pour améliorer leur connaissance. Outre son Volcan et sa flore, Zukan attire également pour sa maitrise et sa taille de pierre volcanique qui est d'ailleurs le commerce majeur sur cette île et qui en faite toute sa valeur.

Mon père était d'ailleurs le plus digne représentant des tailleurs de pierres, il faut que vous compreniez une chose, la pierre volcanique est l'élément de base de toute constructions bijoux armes et autres objets fabriqué sur cette île. C'est un art ancestrale transmis uniquement aux aspirants et apprenti de cette île. Il y a longtemps qu'on pratique cet artisanat, car l'île ne possède pas de gisement des fers et d'autres métaux et trop pauvre pour pouvoir l'importer. L'utilisation de la pierre de feu est d'un si haut niveau qu'elle concurrence les meilleurs des aciers et alliage connu. Le secret est gardé par les tailleurs de pierre et par les Gardiens du temple de Ganyou. J'étais pour ma part destiné à suivre la voie de mon père, Makka ma petite soeur voulait devenir protectrice et gardienne du temple Ganyou, mon grand-frère Yagi était plus destiné à devenir un scientifique ou docteur de Zakan, sa curiosité naturelle son intellect vif pour toute chose allez faire surement de lui un des plus grands de Zakan. Ma mère, elle, botaniste, avait la passion comme Yagi. Ils n'étaient pas rare de ne plus les voir pendant plus deux semaines, partis tout deux au plus profond et le plus sauvage de l'île pour trouver la fleur ou l'herbe très spécifique.

[. . .]

Hum...Arrrg...

Cette fois je suis resté inconscient un sacré moment. C'est de pire en pire, ce fils de chienne de Cobra. C'est quoi, du sang, non impossible... Que ma t-il fait, pourquoi ma peau est rouge ? Enfoiré, je vais le tuer, le faire souffrir. AAarr ma peau, ça brûle , j'ai l'impression d'avoir été roué de coup par des géants ,ou écorché à vif, enfoiré, je vais le buter, arg, j'ai l'impression d'avoir été piqué par une colonie entière de fourmies-guerrières de Zakan.

-«Ah, on dirai que l'anesthésiant prend fin, tu dois souffris n'est pas ? J'en suis désolé, je vais augmenter les dose à partir de maintenant. Je ne laisserais pas mon cobaye préféré souffrir inutilement. C'est mon côté altruiste, ahha !»

ARRR!Je vais te(...) Tuer(...) Te faire(..) souffrir . Je vais (..)t'arracher ,aa,la têt(..) »

- Oguru interrompue par l'aiguille enfoncé dans son bras gauche -

[. . .]

Suis-je mort ? Il est dur de le dire, je ne sais pas si je délire, si je rêve, il est difficile de dire ce qui est réel ou non, le mur entre réalité ou songe est devenue étrangement mince. Tout ce que je sais, c'est que cet homme qui s'était présenté il y a déjà deux ans de ça, sous le nom de Jack, est le responsable de mes malheurs ainsi que celle de ma famille.

C'était l'époque où je venais de finir mon apprentissage, je venais de passer compagnon des tailleurs de pierres. Une grande fierté pour moi et ma famille, mon père était talentueux et reconnu dans cette profession. Il ne m'avait pas fait de cadeau, être son fils signifié être irréprochable et j'avais été assidu encore plus que les autres apprentis, une exigence que je m'étais moi-même imposé. J'étais heureux, vraiment heureux. J'allais enfin pouvoir exercer ce métier.

Ce reptile répugnant c'était tortiller, faufiler, sur île convoitant notre art ancestrale, enfin c'est ce que je pensai la première fois, il est vrai qu'il avait sacrement bien caché ses intentions. Je venais d'avoir dix-huit ans la première fois qu'il est venu lui et son équipe. Curieux de cette île, de sa culture et de ses habitants, il voulait faire des recherche sur la topographie de l'île, mais était curieux de ses particularités. Bien que quelque peu méfiant au début, le conseil des sages, avait fini par accepter sa présence de lui et de son équipe de façon indéterminé. En y repensant quelle naïveté, d'avoir cru que cet homme allé donner du crédit à cette île qui avait si longtemps méprisé et ignoré par le Gouvernement Mondial .Jugeant cette île habitait par un peuple arriéré et sauvage . Conseil de sages, conseil des naïf plutôt. En y repensant ,seule ma soeur Makka avait un doute sur les vraies attentions de ce Jack, sans pour autant pouvoir l'expliquer. Ma soeur avait toujours eu un sort de don pour pouvoir jaugé le véritable coeur des gens, j'ai toujours aimé ça chez elle. Sa force de caractère, sa franchise abrupte, qui déstabilisait la plupart des gens ,qui me faisait toujours sourire quand j'en ai été témoin.

Au début, Jack et son équipe était isolé de Volctown, la principale ville de Zakan, ils étaient en expédition au centre de l'île dans la jungle primaire ainsi que sur le littoral,d'ailleurs on avait pris les paris sur leurs survie dans cet environnement hostile, avec du recul j'aurais vraiment aimé qu'il se fasse croqué par un des crocodiles marins. Puis une fois étudié la faune et la flore de l'île, il commença à s'intéresse aux installations médicales et aux entrepôts de séchage et de transformation des plantes qu'ils allaient être transformé en pommade gélules et autres dérivés. Il était plutôt amical et respectueux, je pense même qu'il avait une sincère curiosité pour Zakan. Bien quand réalité il était plus intrigué par ses habitants... Survivre sur une île aussi hostile et prospéré malgré l'environnement, la flore vénimeuse, la faune, hostile et le climat tropicale rendant la zone habitée par de nombreux moustiques vecteur d'infection et de maladie. De plus il était intrigué par nos cornes notre constitution, qui, était pour lui inhabituelle. Mais c'est vrai que lui et les autres crânes- lisses étaient bien plus chétifs que ma tribu.


CENTRE DE RECHERCHE DE JACK - LIEU INCONNU


PROJET CHIMÈRE
SUJET N°80 : OGURU

MÂLE – 20 ANS – 2M15 - 100 KG - HUMANOÏDE CORNU

1X Jour DOSE STRÉOÏDE
1X Semaine ADRÉNALINE  
3 X Jour PROTÉINES ENRICHIES SYNTHÉTIQUE  

Remarque : Les protéines synthétisées à partir d'algue semble donné une coloration inhabituelle à l'épiderme, mais cela ne semble pas altéré les capacité du sujet 80.  


-« Que.. Bordel combien temps cette fois-ci ? Je vais le tuer, l'enfoiré... »

Jours après jours, ses équipes venaient me chercher, j'étais traîné dans son laboratoire, je me prenais une piqûre et me réveiller de nouveau dans cette cellule, avec juste un matelas plein de punaises et un seau . Que me faisais t'il vraiment pendant mon anesthésie ? Ma mère, mon frère et ma soeur , plus les autres personnes qu'ils avaient réussi à capturer subissaient t-il la même chose ? J'avais bien tenté d'échapper à mes tortionnaire, mais les menottes étaient électrifiées ils avaient des fusils et des matraque, j'avais bien réussi à arracher une oreille appartenant a un de mes gardes, ce qui m'a valu une bastonnade violente, je me réveillais trois jours plus tard .

Enfin j'en étais même pas sûr, après tout je n'avais aucun repère visuelle, aucune lumière venant de l'extérieur, ni dans la cellule ni dans le couloir ni encore dans laboratoire. Mes seules repères étaient ses rayures que je faisais pour essayer de ne pas perdre entièrement la tête. Mais qui sait peut-être, je marquais le mur une ou à deux fois par jour ou peut être tous les trois jours... Je perdais peu à peu la notion de temps, de réalité et d'humanité. D'ailleurs je n'étais pas considéré comme un humain, mais plus comme un rat, d'ailleurs mon corps changé étrangement ma peau prenait une couleur rouge , ma musculature se développai brutalement, même avec ça ,je n'ai pas pu me libérer de mes chaînes ni prendre le dessus sur mes geôliers.

PROJET CHIMÈRE
SUJET N°80 : OGURU
MÂLE – 20 ANS – 2M40 - 220 KG - HUMANOÏDE CORNU
Opération de 46  h  sur le sujet 80, Pose de 4 prothèses cybernétiques

-Oblitération des vaisseaux sanguins dans les membres inférieurs.
-Pouls irrégulier, pendant l'opération, arrêt cardiaque à deux reprises.

Les anticorps du sujet semble ne pas attaqué les greffons des pieds, ni de son bras gauche. La prothèse « type varan »de moelle osseuse ne semble pas avoir affecté ses fonctions motrices, réaction normale aux stimuli nerveux.

Remarque : Le projet chimère semble presque terminé, le sujet 80 semble avoir survécu à l'opération. Mise en place d'une camisole chimique, pour rendre le sujet docile et coopérant.


Je me suis réveillé, j'avais l'impression d'être parti longtemps dans ma forteresse de mon esprit, j'aurais préféré ne jamais émerger. Cette fois ce psychopathe m'avait charcuté, mon bras droit, je ne le sentais plus, comme mon dos ni même mes pieds. Il m'avai amputée les jambes, pour les remplacer par des sabots... Mais quel genre de tordu pouvais même penser à ça ! Mon bras droit était devenu une excroissance métallique froide et grossière, comment avais t-il osé ? MA MAIN ! ENFOIRÉ ! IL M'AVAIS PRIVÉ DE MON ART!Non, ça doit être une hallucination, j'ai... Une queue?!! Mais .. Comme un foutu lézard... Mais pourquoi ? Je ne comprends pas...

Pourquoi me fait t-il ça ? Pourquoi, je dois subir ça, qu'il me tue, par pitié faites que je ne survive plus à ce que me fait subir ce détraqué... Je vais .. Le... faire souffrir... Je lui briserais chaque os un par un ... Lui crèverais ses yeux globuleux... Il se videra lentement de son sang comme le mérite les gens de sa nature ... Makki, Yagi, Père , Mère, subissaient vous le même sort ? Pourvu que non, je ... Je préférais qu'ils soient mort, que de subir ça. Si la mort est proche faites que je parte vite... Non, je me laisserais plus emmener, mais si je dois me faire battre à mort je ne le laisserais plus rien faire, quitte en mourir où en souffrir. La prochaine fois, je tuerais les gardes, je les terrifierais, qu'ils tremblent, qu'il n'ose plus venir ici, je leur arracherais les yeux avec mes dents s'il le faut, AHAHA, peut importe les matraque les coups électriques et les fusils...OUI. Je les étranglerais avec leurs propres vicaires s'il le faut, ils ont fait de moi un monstre, je serais LEUR monstre.

[. . .]

Peut à peu, Oguru perdit de sa personnalité. Chaque jour un peu plus, il y laissait un peu de son humanité. Devenant plus violent, enragé, une rage insatiable, abstraite, illogique, Oguru ne voulait plus qu'une chose : tuer, tuer le plus de gens possibles avant d'être lui-même tué. Jack, le psychopathe en chef, continua d'envoyer des gardes dans sa cellule, mais Oguru pris dans sa démence, tuer, encorné, écrasé, arraché chaque personne qui venait dans la cellule. Il savait instinctivement que s'il retournait sous le bistouri du scientifique dément, il perdrait encore plus de son humanité, aussi bien que d'aspect que psychique, mais, ironiquement se constat le poussé chaque seconde dans une bestialité terrifiante. Les décharges électriques, les calmants envoyés depuis des fléchettes, ne faisaient plus réellement effet, même à moitié endolori Oguru se battait jusqu'à son dernier souffle. Les tentatives arrêtèrent subitement, laissant Oguru, seul dans cellule, les ténèbres alimentant sa démence, telle un ours acculé au fond de sa taverne ne luttant que pour sa survie.

Puis la rage, se ternit, allongé sur les dalles de sa cellule, en positon embryonnaire, mourant de fin et de fatigue, il ne survivait qu'en attrapant cafards et autres animaux rampant, qui passaient à côté de lui, se résignant à manger ses cloportes. De plus en plus faible, il se sentait partir, partir vers son île natale, au climat si chaud, sa forêt si dense, sa végétation colorée et luxuriante, son odeur d'iode et de lave. La vue de sa ville natale, ses murs en pierre du grand volcan Ganyou, le sourire de sa soeur, les discutions crépusculaires avec son grand-frère, les journées de travail à la forge avec son père, la bière qui suit après une harassante journée de travail, les repas de famille, les conversations gênantes avec sa mère à propos des filles, tout lui sembler si loin, mais si proche aller t-il rejoindre ses ancêtres ? Est-ce la fin tant attendue et si criante aussi ? La porte de sa cellule s'ouvrit brutalement, Oguru encore perdu entre délires et réalité, se résigna au sort qu'il l'attendait, il le savait, quoique se cinglé avait prévu, il le sentait, au plus profond de lui qu'il ne survivrait pas, résolu et presque en paix se laissa emmené, il retourna dans son monde doux et apaisant de rêverie.

Il resta quelque temps ainsi, entre conscience et inconscience. La réalité c'est que les gardes avaient commis une mutinerie contre Jack, les mercenaires avaient surement demandé plus d'argent, il avait pris ce qui avait de valeur dans le laboratoire en laissant, Jack et ses scalpels, seul. Manquant de main-oeuvre Jack avait décidé de foutre le camp lui aussi, heureusement pour Oguru, le départ des mercenaires avait été accompagne d'un pillage sur une île voisine, aiguillant la marine sur la micro-île laboratoire de Jack, qui n'avait pas eu le temps de fuir. Les marines, avaient débarqués pensant découvrir une planque et découvrir l'ampleur des horribles expériences effectués ici, un tas de cadavre, mutilé, changé, transformé, certains étaient en piteuse état, ils semblaient avoir subi beaucoup plus qu'Oguru. Parmi ses corps se trouvait le cadavre de Makki, celui de Yagi et de sa mère avait été brulé depuis fort longtemps... Jack était un ancien scientifique de la marine qui avait été banni et il n'avait pas tardé à être recherché pour enlèvements et trafique d'êtres humains et d'autres espèces... La marine avait réussi à le capturé avant qui ne puisse échapper, après tous les mercenaires avaient pris la seule embarcation de l'île. Oguru était le seul survivant, par chance ou malchance selon, les points de vues.


[. . .]

Je me sentais, étrangement bien, je n'avais pas connu ça depuis un moment, j'étais même « confortable ». J'émergeais, peu à peu, je n'étais pas dans ma cellule, ni dans le labo, c'était moelleux, chaud, rien n'àvoir avec les dalles humides de ma prison, ni la froideur métallique de la table d'opération. Tout ça semblait être un mauvais rêve. J'ouvris alors les yeux. J'étais sur un lit, mais pas enchaîné, j'avais toujours mal au crâne, mais je me sentais moins fatigué et la faim avait disparu. Un hôpital peut-être ? Non, tout semblait bougé, surement dans un bateau. J'étais dans une petite chambre, sobre, avec un hublot, qui laissait entrer la lumière du jour, cette lumière, douce et apaisante, j'avais oublié ce que c'était, rien à voir avec les néons électriques. J'ai eu presque les larmes à l'oeil en voyant ça... Je scannais rapidement la chambre, rien à remarquer, hormis une carafe d'eau et une lampe, je me relevais et m'assis sur le lit, je regarda ma main droite disproportionnée, mes pieds fendus et mon appendice qui dépassée de mon bas du dos qui sortait du lit touchant le sol, elle semblait avoir sa propre logique, et bouger de manière aléatoire, seul un effort de ma part me permettais de pouvoir la bouger à ma guise.

C'était la première fois que voyais ses modifications à la lumière du jour. M'imposer ses prothèses étaient inhumaines, mais mon regard d'artisan ne pouvais s'empêcher de constater le travail de finesse et de précision que représentaient ses excroissances de métal. Je senti alors iode, caractéristique de la mer. Où étais-je ? Je ne le savais pas vraiment, mais j'avais l'impression que ce n'était pas l'oeuvre du scientifique fou. La porte en face de moi, s'ouvrit, me coupant dans mes réflexions. Une femme, avec un tas de linge propre et une trousse de soin était là. Surprise dans un premier temps, puis me souris en voyant, elle se précipita, pour lester ce qu'elle avait apporté sur un tabouret, puis venu en direction de mon lit.


- « Ah ! Vous êtes réveillé ! C'est Merveilleux ça dis donc ! Comment vous sentez vous ? Vous dormez presque depuis deux semaines .»

- « Je vais... Bien. » dis-je un peu trop abasourdi

- « Je m'appelle Lyse, je suis médecin et également capitaine de la Marine, Oguru c'est ça ? »

- « Oui, je suis Oguru Waconda.» J'eu subitement un drôle d'effet en disant mon nom a pleine voix, comme un son creux, comme si je venais de retrouver quelque chose que j'avais perdu il y a fort longtemps.

- « Vous revenez de loin , hein . » elle afficha un sourire compatissant

- « Vous avez retrouvez d'autres personnes ? » Peut-être ma sœur ou mon frère, mon étant mort sur Zakan, ma mère n'avait pas survécu au voyage ...

- « Trois, mais tu es le seul survivant des expériences, les autres étaient trop sous-alimenté et les dommages physiques bien trop importants ils sont morts avant même que puisse essayé de les traité ... »

- « Je vois » Je suis donc orphelin

- « Le responsable, sera jugé et puni, la potence l'attend »

- « Il est ici ? »

- « Oui , en détention en cale »

Je me leva brusquement, me dirigeant, vers la porte, aveuglé par lumière, dehors des hommes et femmes en uniforme était sur le pont, je me dirigea instinctivement vers la cale , les quelques escaliers.

- « Halte là ! »Je bouscula le garde qui fût projeter ur le mur, s'écroulant. J'ouvris la porte, et je le vis dans sa  cage, tel un animal tapit dans l'ombre.

- « POURQUOI ! DIS-MOI ! POURQUOI TANT DE SOUFFRANCE ! »

J'avais du mal à me contenir ma rage montée en moi avec facilité, mon coeur battait le tambour de guerre, je sentais mes veines mes muscles se contracté, mes tempes tambouriné l'intérieur de mon crâne. Le tordu étais assis jusqu'ici se releva doucement et se rapprocha alors de la cage.

- « Pourquoi ? Ce n'est qu'un détail, pour mon projet je... »

BAaM

Le scientifique n'eu pas le temps de finir qu' Oguru l'attrapa avec son excroissance de reptile, tel un fouet s'enroula autour de son coup. Il l'avait frappé une première fois contre les barreaux, lui faisant saigné abondamment le nez et l'arcade.

- « UN DÉTAIL !!! JE VAIS TE TUER ENFOIRÉ ! »

Oguru n'eu guère le temps de le blesser d'avantage qu'il se fît frappé par Lyse ,tellele grand Ganyou, elle avait explosé de rage en voyant Oguru faire se ce qu'il était en train de faire.

Le coup de poing avait projeté le cyborg loin de la cage, elle le mis K.O en un coup. J'ai comme un trou noir, je me réveillai de nouveau dans la chambre, le visage en colère de Lyse contrasté avec son visage bienveillant que j'avais pu voir la première fois.Lyse me refrappa sur le haut de crâne.

- « Idiot. »

- « Mais, ce type ... » Dis-je un peu surpris.

- « La vengeance n'est pas la justice, en agissant comme un idiot, tu étais à deux doigts de finir en prison avec-lui ! Tu crois que tu es le seul à avoir souffert à cause de lui ? Tu as pensé à ça dans ton crâne d'oeuf ? Idiot ! »

- « Je... Je voulais qu'il souffre autant que-moi ! C'est tout , je n'ai pas réfléchi aux conséquences »

j'avais l'impression de me faire engueuler comme un enfant, ce qui commençait à me taper sur le système sérieusement. Lyse souffla comme pour se calmer elle-même

- « C'est justement le problème, figure-toi que Jack a aussi souffert dans sa jeunesse, c'est la vengeance et la haine qu'il la menait dans cette folie. Je peux te dire ça, car j'ai été son mentor et même si je dois même l'escorter moi-même à la potence, il sera jugé dans les règles... Trop de familles attendent justice »

Lyse resta un moment lui racontant l'histoire de son tortionnaire, pas pour que l'excuse, mais pour qu'il comprenne une chose fondamentale, peut importe ce que tu as subi dans la vie, il faut s'en remettre trouvé un moyen d'avancer. Jack avait vu sa famille se fît massacré devant ses yeux, sa soeur nouveau-né se faire piétine, ses parents battu à mort . Il avait ensuite décidé que tous les moyens étaient bons pour anéantir la criminalitée, même en devenant marine, sa névrose grandit avec le temps, il était devenu aigri puis de plus en délirant. Il avait fini par passé un cap dans son projet fou furieux. Très intelligent ,mais avec peu de force il réussit tout de même à capturé de nombreux fugueurs, tribu éloignait de la protection du GM, il acheta même quelques individus dans la pure légalités. Puis testa des techniques inédites sur ses cobayes, en créant de super soldats, au même titre qu'un sabre ou un pistolet plus que d'individus pensant. Oguru fût le seul survivant, hormis quelques cas complètement aliénés, le forgeron était le seul vivant et capable encore de cohérence.

Le bateau se diriger alors vers une base de la marine de South blue. Oguru était libre de faire ce qu'il voulait. Mais il était très loin de son île natale. D'ailleurs, il se demandait s'ils n'avaient pas succombé, les gardiens du temple avaient été en même temps que lui, les hauts dignitaires aussi, les résistants avaient été massacré sur place, dont son père, ma mère et comme beaucoup d'autres n'avaient pas survécu au voyage, entre privations et entassement dans la cale, beaucoup avaient suffoqués. Pouvais-je seulement y retournez ? Surtout avec ce changement de couleur, de forme, je n'avais plus rien à voir avec ce que j'étais avant. Il est de coutume de couper tailler ses cornes quand un proche meurt, je ne fis pas exception à la règle. Je l'ai garderaient ainsi le temps que je puisse me pardonner et que je retourne sur Zakan. Le syndrome du survivant, c'est comme cela que Lyse-sama appelé ça, cette culpabilité que je ressentais au plus profond de moi, j'étais vivant et pas eux.

- « Alors, tu vas faire quoi de ta vie maintenant ? Ton île est sur le nouveau monde, ça va prendre un certains temps avant que tu puisse t'y rendre .»

Que faire de ma vie ? Bien avant j'aurais dit que j'allais faire le métier de mon père, j'étais déjà compagnon tailleur de pierre , mais je devais apprendre auprès d'autres compagnons, pour passer maître... Pouvais-je encore le faire ? Je devais ma vie a Lyse-sama et à la marine. Mon peuple ne prend pas à la légère ce genre de chose, je leur devais une dette de vie . Peut-être pouvais-je rejoindre la marine ? Continué mon métier, tout en rendant service pour que personne ne vive ni même imagine ce que j'ai vécu.

- « Et bien, je vous dois une dette de vie, c'est important pour moi et mon peuple, je veux rembourser ma dette, en m'engageant dans la marine . »

- « Idiot ! J'ai juste fait mon devoir ! Ne rentre pas dans la marine pour un chose aussi tribale ! »

- « Vous pouvez me considéré comme un sauvage, mais je ne trahirait pas mon éducation et mes raisons de m'engager sont multiples et ne vous regarde pas. Mais je vous assure que la vengeance ne fait pas partit de mes motivations. Du moins plus maintenant...»



BASE DE LA MARINE - SOUTH BLUE


Journal de Bord - Oguru Waconda

1502

Jour -1 : Je suis arrivé aujourd'hui, à la base de south blue, les infrastructures sont impressionnantes. Je suis agréablement surpris, je m'attendais à quelque chose de plus rudimentaire. Lyse-sama à fait les démarches pour que je puisse intégrer la formation militaire.

Jour -3:Premier entrainement, pour moi aujourd'hui, physiquement facile, mes camarades sont à la fois intriguer et un peu inquiet de ma présence. Malgré quelques tentatives d'approche il semblerait que personne ne veule vraiment de moi ici. Peut-être que mon apparence les effraie, où qu'ils ont appris ce qu'il m'était arrivé et on peur que je redevienne furieux. Demain j'aurais quelques cours de navigation et de manoeuvre navales. C'est très étrange de retourner sur les bancs de l'apprentissage.

Jour -85: Je viens de revenir de trois jours du gnouf, j'ai « accidentellement » fait tomber les dents d'un gringalet qui se prenait pour un dur .Heureusement il m'a provoqué devant tout le monde et a frappé le premier. Je crois qu'on va me foutre la paix maintenant. Je suis toujours seul ici, je suis un peu déçu des gamineries de certaines personne ici.

Jour -127 : Je m'adapte de plus en plus, à mes prothèses, mon corps semblent avoir pris ses marques, mon centre de gravité est monté , mais ma queue me donne un sacré équilibre. Je saute très haut. J'essaye tous les jours de m'adapter à ma nouvelle main, mais je fais des exercices de la main gauche également pour pouvoir être aussi à l'aise que ma main d'autrefois.

Jour -279 Aujourd'hui au check-up médicale mensuel, Lyse-sama m'a confirmé ce que j'avais remarqué, il semblerait que ma peau rouge commence à décoloré pour redevenir comme elle était avant, je ne retrouverais peut-être jamais la couleur normale, mais c'est un bon point, cela me donne de l'espoir à redevenir moins monstrueux que je le suis déjà.

1503

Jour -365 : Déjà un an que je suis ici, j'ai appris énormément, les navires de la marine sont impressionnant, un navire est en train d'être réparé à la base. J'ai pas mal discuté avec les artisans civils et les charpentiers de la marine. J'ai discuté avec Lyse-Sama pour lui demander de m'intégrer dans le cursus d'ingénieur Naval de la marine. Otuku est le maître artisan, je le vois demain pour voir si je conviendrais pour cette formation.

Jour -367 : Otuku a décidé que j'étais tout à fait capable, mes compétences en forgeage et ma capacité en confection semble être un bon atout pour devenir ingénieur naval. J'ai hâte!Tout un nouveau monde qui s'ouvre à moi, un moyen de concilier mon ancienne vie et la nouvelle.

Jour - 424 : Les études se passent bien, j'arrive de plus en plus à utiliser ma main gauche, assez pour être assez précis pour écrire ou utilisé des outils assez fin, les calculs en hydrodynamisme sont plus durs que je le pensais ! Mais j'ai trouvé un compagnon d'apprentissage qui m'aide. Malako est un triton et il connait naturellement les courants marins, il m'aide énormément. Pour ma part je lui montre les astuces de mon peuple pour avoir un minerai de bonne qualité. L'acier est tellement simple, comparé à la friabilité de la pierre volcanique de Zakan !







Physique


J'avais passé une mauvaise nuit un peu trop dérangé par des visions du passé tantôt triste et joyeuse à la fois. Il était encore tôt, mais je ne pourrais pas me rendormir. Je me dirigeais alors vers le lavabo, me passant de l'eau sur le visage. Quand l'eau perla sur mon visage, je regardais dans la glace en face de moi. Il y n'y avait rien à faire j'avais encore du mal à accepter ce visage. Il était très différent de celui que j'avais autrefois. Mes yeux avaient perdu toute trace de blanc, pour laisser place à une couleur jaunâtre et ensanglanté maladif, le résultat de mes deux années à servir de cobaye. Je ressemblais à un alcoolique avec cette couleur bien spécifique. Seule restez la couleur émeraude de mon iris, bien qu'elle semblait plus clair qu'auparavant. Mes yeux avaient pris l'habitude de l'obscurité, résultat d'une privation de plus de deux ans sans lumière naturelle. Mais ce qui me dérange le plus était cette couleur écarlate de mon épiderme, elle n'était en rien naturelle, cette couleur d'un steak saignant me répugner au plus au point. Cependant la coloration disparaissait par petites taches, la couleur de ma peau reprenait peu à peu sa teinte originale, des taches de dépigmentation commençaient à apparaître sur mon torse , le dos, mes bras et sur ma nuque.

La prise d'hormone m'avais fait augmenter ma pilosité faciale, moi qui étais pratiquement imberbe, hormis la moustache je laissais poussé le reste sans grand soin particulier. Les hormones m'avaient également rendu à moitié chauve sur tout le haut de crane, j'avais l'air d'un vieux, je ne faisais pas vraiment vingt-cinq ans .Après avoir passé un coup d'eau, j'attachais mes cheveux à la manière des gardiens du temple de mon île natale, protecteur et guerrier, d'une certaine manière j'étais également devenu une sorte de gardien en entrant dans la marine. D'ailleurs, j'avais marqué cet engagement sur ma peau, des lignes spirales rituelles de mon peuple, elle commençaient à partir de mon bras droit à la base de ma prothèse et continuaient jusqu'au haut de mon dos et sur mon pectoral droit, un rappelle de mon serment de protection envers autrui et de ce que j'avais enduré pour en arriver là.



Caractère...


Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande. Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande. Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande. Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande. Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande. Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande. Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande. Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande. Zu viel saecke, des esels untergang. Was alt ist, brummt gern. Neu liedlein singt man gern. Besser alt mit ehren, als jung mit schande.

Revenir en haut Aller en bas
 

Presentation de [ oguru waconda ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti -Terrorisme: Presentation d'Omega Military Consultants
» Organes de l'Etat: Presentation du CFI
» Developpement local: Presentation de Marmelade
» Presentation de Kyoko ^^
» Presentation de Kaede Nagase

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Préface - Les Bases :: Personnage :: Présentations-