Partagez | 
 

 Kanade is come back !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kanade Hitomi
Disparu
avatar
Messages : 110
Race : humaine ಠ_ಠ
Équipage : ಠ_ಠ

Feuille de personnage
Niveau:
13/75  (13/75)
Expériences:
61/80  (61/80)
Berrys: 19.045.500 B

MessageSujet: Kanade is come back !   Mar 3 Juil - 23:16




Kanade Hitomi
22 ans en 1506 ϟHumaine ϟNorth Blue ϟ ex-vendeuse de pain  ϟ • Buts / Rêves : Retrouver Daisuke ! (même si elle s’en souvient pas haha) No more dreaming like a girl so in love with the wrong world.

Présentation

Kanade Hitomi, une jeune femme humaine agée de 22 ans en 1506. Elle est née sur Nort Blue et est une civil anciennement révolutionnaire dans son passé. Devenue vendeuse de pain, elle ne pratique plus depuis. Ses armes favorites sont les guns et son rêve reste de retrouver la mémoire et surtout Daisuke même si elle ne s'en souvient pas. Elle ne possède pas d'équipage et en fait encore moins partie d'un.



Imaginez-vous, allongée sur un lit, dormant paisiblement, les muscles totalement détendus, le corps complètement inerte. Imaginez ce point de vue tournant lentement en reculant de plus en plus, un plan fondu, du plus près au plus loin, comme pour avoir un ensemble de vue. C'est ainsi que l'on peut le voir, calme, endormi, paisible, simplement.Ce corps en léthargie semble fragile. Aucune imperfection, comme s'il avait été créé à l'instant. Cette chair pâle, délicate, douce ; cette finesse, perfection, mince, mais pourtant bien sculptée est celui d'une jeune femme.

Des formes où il faut, comme il faut, sans pour autant faire trop. Un bon bout de femme. Délicatement, des mèches de cheveux glissent le long de ce corps en sommeil. Fins, soyeux et d'une élégance invraisemblable, la plupart du temps, ils sont attachés en deux couettes basses avec quelques mèches lâchées et une barrette rouge glissée dans cette chevelure. Cependant, lorsqu'ils ne sont pas attachés, comme à cet instant, on remarque que la chevelure est plutôt longue et forme de jolies boucles très souples. D'un rose vraiment pâle, la couleur complète l'ensemble parfaitement.

Peu à peu le sommeil devient éveil et des mouvements lents se font ressentir. Un effort et doucement les yeux s'ouvrent, laissant apparaitre des iris d'un rubis flamboyant, sur ce visage encore somnolent. Les traits fins, le visage d'une poupée complète enfin le tout et peu importe ce qu'elle peut bien porter au quotidien, ce physique reste le même. C'est ainsi que l'on peut reconnaitre la jeune fille au nom de Kanade.

« Évasion massive à Impel Down !
Un petit groupe de révolutionnaire a réussi à rentrer dans la très célèbre prison d’Impel Down afin de libérer massivement des criminels de grande envergure. Ce groupe composé d’Erwin Dog, Kanäe Toupex, Mike Tay, connut à ce jour par deux primés au gouvernement, a été aidé par le célèbre Shischibukai Nakata Fenice et son second Kyoshiro… »


Parfois, lorsque que je lis les journaux, certain nom me semble familier… c’est dingue…comme je n’ai pas de souvenir d’eux, mais cette sensation est tellement bizarre. C’est comme si une image floue est toujours présente lorsque j’essaye de me souvenir, des données corrompues, dont je n’ai pas accès, ou plutôt que mon cerveau ne veut pas que je me souvienne. Pourtant, je sais bien qu’ils sont là, quelque part enfuis, bien profondément certes, mais ils sont là.

J'ai commencé vaguement à me souvenir de certaines choses lors de cette bataille à East Blue et depuis je suis à la recherche d'autres souvenirs. Qu'est-ce que me souvenir de mon passé m'apporterait ? Sincèrement je n'en sais trop rien, mais j'ai le sentiment qu'il faut que j'arrive à retrouver ce que j'ai perdu. Je dois me souvenir de qui je suis... Qui suis-je ?

Kanade de l'archipel d'Orgao, vendeuse de pain, c'est ce que je suis, enfin c'est ce que je pense être. Je ne sais plus vraiment ce que je dois réellement penser. Jusqu'à ce combat, j'étais cette vendeuse de pain aux souvenirs perdus et maintenant, j'ai l'impression d'être encore plus perdu que je ne le suis réellement. Ce passé me tiraille chaque jour, chaque nuit. Je suis torturé entre la personne que je suis, celle que j'étais et celle que je serais si jamais je venais à me souvenir.

J’ai peur de découvrir qui je suis et en même temps je ne peux pas m’empêcher de chercher à savoir. Trouver quelqu’un, quelque chose, pour retrouver cette partie qui me manque, un puzzle complexe et incomplet. Un casse-tête chinois, c’est actuellement ce que je suis.

L’envie, la peur, l’angoisse, la joie, chaque jour, j’avance à petit pas jusqu’à mon but final, ce que j’y trouverais, je ne sais pas, ce que je ne veux pas, c’est changer. J’ai peur de changer et de ne plus être cette fille au service des autres. Aujourd’hui, je suis à la recherche d’une personne, un homme… Ou un petit garçon, je ne sais pas vraiment, c’est flou, tout ce que je sais, c’est qu’il est blond et que son sourire me réchauffe le cœur. Peut-être que si j’arrive à le retrouver, il saura me dire qui je suis…
Je dois le retrouver…

Mais comment retrouver quelqu’un lorsqu’on n’a pas vraiment de souvenir d’à quoi il ressemble ? Ni comment il se nomme ? Est-ce que je fais le bon choix en cherchant qui je suis ? Je le saurais tôt ou tard…



- Je t’ai déjà dit de nous faire confiance…
- Comment ça confiance ? Alors que tu veux envoyer Daisuke à la mort !? Je…
- Non. Le plan a été élaboré depuis des années. Ce sera une mission dangereuse, mais c’est pour le bien de la révolution, pour le bien du peuple.

Les claquements de talon résonnaient dans le long couloir du quartier général, jamais une dispute n’avait été aussi violente entre les deux protagonistes. Cela faisait déjà quelques temps qu’elle souhaitait le confronter, elle s’était donc dépêchée de terminer ses missions pour avoir certaines explications sur ses récentes découverte. Par chance, rien n’avait été encore fait, elle pouvait encore empêcher l’évènement.

- Et le bien de Daisuke ?! Il est où ?! Je te rappelle que c’est ton frère. T’es pas censé le protéger ?! Pourquoi tu ne prends pas sa place, toi ?!
- Pour la simple raison que je suis connu des services du gouvernement. Et puis, je suis à la tête de la section scientifique, je ne peux pas simplement m’en aller. Daisuke est le parfait élément pour cette mission, il est…
- Il est rien du tout ! C’en est assez, je vais prévenir Daisuke ! Tu peux pas décider pour lui.

La tension montait de plus en plus, Kanade était hors d’elle, elle ne pensait pas que Shigure était capable de sacrifier sa propre famille au dépend de la révolution. Il y avait sûrement d’autres moyens pour parvenir à la même conclusion, faire tomber le gouvernement. Elle commença à s’éloigner de Shigure, n’attendant aucune réaction de sa part. Cependant, contrecarrer les plans du jeune homme allait lui couter plus qu’une simple objection.

« Arrête-ça tout de suite. » Ajouta Shigure, en la laissant partir.

Elle était remontée, on pouvait le voir, elle ruminait sur le tout le chemin. D’un pas vif et assuré, elle se dirigeait vers la salle de tir, Daisuke s’y trouvait sûrement, il était toujours fourré là-bas entre deux missions. Elle ne pouvait pas accepter que son « frère » soit utilisé comme un simple pion, obligé d’infiltrer la marine sur simple ordre de Shigure. L’idée même de laisser Daisuke seul dans la marine était inconcevable, s’il était découvert, elle ne payait pas cher de sa vie. Et si cela devait arriver, elle ne pourrait jamais pardonner à son grand-frère. C’était décidé, Daisuke devait savoir.

 "Mais qu'est-ce que ...
   'fallait écouter Shigure, Kanade. On ne peut pas se permettre de compromettre le plan."
   
  Deux hommes avaient attrapé Kanade par surprise dès qu'elle était rentrée dans la salle de tir, sans lui laisser la moindre occasion d'attirer l'attention de Daisuke. L'empêchant de crier et de se détacher de leur emprise, ils la tirèrent assez loin, dans un endroit calme, ils devaient simplement la calmer et la raisonner, mais les moyens utilisés n'étaient pas forcément les meilleurs et Kanade se braqua immédiatement. Comment pouvaient-ils croire réussir à lui démontrer la viabilité de la stratégie de Shigure sans qu'elle ne pense de suite au danger que représentait cette mission ? C'était impossible, tout simplement. La révolutionnaire ne tarda pas à leur faire comprendre, elle se débattait, essayait de se libérer d'eux, mais rien n'y faisait, ils la tenaient bien et la traînèrent de force dans un endroit qu'elle n'avait vu qu'en photo : une pièce tenue secrète, même pour certains des plus hauts gradés du groupuscule. Un coin où seuls les membres importants de la section scientifique avaient autorisation d'entrer : La salle de la machine à effacer la mémoire.

   Sur les photos, elle paraissait plus grande, mais c'était sans doute un effet d'optique qui la rendait inquiétante. Incertaine, la jeune Hitomi ne tarda pas à s'inquiéter plus qu'avant et ne pouvant plus parler, à cause d'un bâillon de tissus, elle se démenait pour se libérer des prises de ses ravisseurs. Il l'amenait dans la machine, la déposant avec le moins de délicatesse qu'il pouvait avoir alors - probablement avaient-ils quelque chose à lui reprocher ? - et l'attachèrent là, avant de lancer la machine...
   
"T'es sûr que c'est une bonne idée ?"
"Il nous a bien dit de la faire taire, non. C'est ce qu'on fait. Lance la machine."
"Mais je sais pas comment ça fonctionne, moi."

Il appuya quand même sur plusieurs boutons, démarrant cette fameuse machine. Au départ, rien ne se passait, mais cela ne tarda pas. Des lumières, assez vives, parurent et un bruit assourdissant s'en suivit. Elle se débattait toujours, mais c'était trop tard, le dispositif était déclenché, ils ne pouvaient plus faire marche arrière...

Les lumières m'aveuglaient, il y avait ce résonnement dans mes tympans, ce bruit étourdissant me rendait sourde, je n'étendais plus rien, comme si je vivais la scène de l’extérieur, mes yeux étaient lourds et j'avais beau lutter, j'avais l'impression de tomber de sommeil. Je luttais, mais c'était plus fort que moi, je perdais peu à peu connaissance et les seuls souvenirs qui me restaient, c'étaient ceux de Shigure qui entrait dans la pièce, énervé, je ne l'ai jamais vu ainsi...que pouvait-il dire ? Je ne sais pas, je n'entendais plus rien et tout se faisait sombre.

Shigure...mon grand frère...il a toujours été là pour moi et Daisuke. J'ai toujours adoré Shigure, il prenait toujours les bonnes décisions, même si parfois je ne le comprenais pas. Je me souviens quand on était petit, il m'aidait toujours à me cacher dans des endroits improbables pour que Daisuke ne me trouve pas et que je puisse gagner. C'est bête, mais je me suis toujours senti protégé avec lui, c'est mon grand frère en même temps, même si on a jamais eu de lien de sang. Je me souviens aussi de la fois ou je suis rentré avec Daisuke dans la révolution, il était là, planté comme un piqué, haut et fier. Je l'avais jamais vu aussi sérieux, mais au fond je pense qu'il était content de nous voir. Il y a toujours eu des fou rire...ces rires à tout va...ces sourires, ces regards complices. J'ai toujours été une enfant à ses yeux...il a...

"Bon sang. J'en reviens pas. Dans quel merdier vous nous avez mis !"

Shigure était, et c'était rare, sorti de ses gongs. Jamais il n’aurait imaginé avoir à gérer ce genre de situation. Ça ne faisait pas longtemps qu'il était devenu chef de la section scientifique et voilà qu'il avait déjà une crise de cette envergure à manœuvrer. Que penseraient ses parents s'ils apprenaient un jour ce qu'il avait fait endurer à sa petite sœur ? Il n'avait pu arriver à temps, il sentait pourtant que quelque chose n'allait pas, mais c'était trop tard. Quand il entendit la machine tourner, son cœur s'était arrêté, mais quand il vit Kanade à l'intérieur, son battement reprit de plus belle. Il tenta le tout pour le tout, en arrêtant le processus en court de route. Il connaissait les risques, pourtant, et même s'ils s'étaient disputés quelques minutes plus tôt, il ne pouvait pas se permettre de la perdre. Pourtant, la sentence était irrévocable, et dans son désespoir, il n'avait pu qu'empirer les choses. En arrêtant le fonctionnement, il n'avait pu faire qu'une seule chose, arrêter la création de nouveaux souvenirs.

"Il faut d’abord l'éloigner de l'île. Surtout, Daisuke ne doit pas être au courant. Emmenez-là au QG du nord. Dites à Jon que je viendrais m'occuper d'elle dès que la mission "initial A" sera lancée.
"Oui. On se met en route de suite."
"Dépêchez-vous et faites attention sur le trajet !"

Il se détourna du bateau, les laissant s'occuper de sa frangine. Piquant dans sa poche arrière un paquet de cigarette, il en apporta une dans sa bouche, l'allumant tout en observant le ciel. Avait-il fait les bons choix pour Kanade, pour Daisuke ? Sa famille d'antan, était-il vraiment prêt à tout sacrifier pour réaliser ses objectifs ? Seul le temps le lui dirait, mais il savait que son devoir envers la révolution était plus important que de simples sentiments fraternels. Souhaitant bonne chance à Kanade par la pensée, il n'allait pas tarder à rentrer à l'intérieur de l'ile.

"Maman. Papa. J'espère qu'un jour vous comprendrez pourquoi j'ai fait tout ça. Je suis..."

Désolé.

J'ai toujours vu cet endroit très lumineux, même par temps de pluie cela restait quelque chose de clair à croire que j'aimais tellement ce lieu, après tout c'était ma maison. C'était vaste et verdoyant, immense et infiniment merveilleux en vrai. Je n'arrive plus vraiment à me souvenir des détails exacts, tout ce que je sais c'est que j'étais bien dans cette maison et je me sentais aimé. J'avais une chambre pour moi, peut être grande, ou alors elle me paraissait grande parce que j'étais petite ? Il y avait des photos de moi, de Daisuke et...de lui...rah...son nom m'échappe. Il y en avait une aussi avec mes parents. Enfin c'était pas vraiment mes parents, les miens je ne les ai jamais connus, j'ai toujours vécu dans leur maison et je suis comme leur fille.

Elle était tellement jolie maman, blonde, grande, souriante. Délicate comme une fleur, elle sentait même la fleur...enfin je crois que c'était la fleur. Son sourire c'était le plus beau sourire de tous les temps, j'aurais tué pour qu'elle garde son sourire éternellement sur son visage. Magnifique. Papa aussi était beau, il faisait un peu rude d'un premier abord, mais c'était un agneau. Il aimait maman, plus que tout au monde et ils nous aimaient tous les tr...deux...

Cette grande maison était leur demeure, ils avaient tout fait pour que cela reste sublime, verdoyant, respirant la pureté et le bien-être. C'était merveilleux, ils étaient merveilleux. Je les vois jouer avec nous dans le jardin par un beau temps de printemps, leurs rires étaient cristallins, cela me réchauffait le cœur de les voir... ils me tendirent la main, tous deux souriant....

Pourquoi je n'arrive plus à les voir... ?

Plus que quelques heures et ils seraient arrivé. Ça faisait déjà plusieurs jours qu'ils voguaient en direction du QG du nord, mais le temps n'était pas propice à un voyage rapide, peu ou prou de vent, le temps le plus désagréable pour naviguer. Pourtant, le timonier leur avait dit que c'était plutôt rare, ce genre de météo sur North Blue. "Le calme avant la tempête" ricana l'un des matelots. Si seulement il avait pu avoir tort.

"On a vraiment merdé, cette fois."
"Qu'est ce que tu veux, il n'avait qu'à être plus précis. Je pensais qu'il fallait simplement la faire taire, pas juste la retenir quelques temps. C'est sa faute, pas la nôtre."
"Ouais, t'as raison. C'est pas notre faute."
"Vous avez fini de flemmarder ?! Y a du boulot !!

Le capitaine n'était pas ce qu'on pourrait qualifier de révolutionnaire, mais il travaillait de concert avec le groupuscule, car il y trouvait son compte. Il était bien payé, il ne faisait pas de long voyage, et grâce à Meka Island, il pouvait facilement retourner voir sa femme sur la terre ferme quand il le souhaitait. Pour lui, c'était tout bénef, cependant il n'acceptait que les missions de transport. En aucun cas il devait être affilié à la révolution, ni même être contrôlé avec des armes sur son navire. Dans l'absolu, ce n'était qu'un simple brick marchand et le capitaine ne vivait que grâce à ses gains, il n'avait pas besoin de plus de toute façon.

"J'aime pas ce type. Il se prend pour le chef alors qu'il n'est qu'un simple capitaine.

"Capitaine ! Le vent a changé !"

Un vent plus humide et venant du Nord se faisait sentir. Une tempête approchait, même si la plupart des membres de l'équipage ne pouvait, alors, pas s'en douter.

"Qu'est-ce que vous attendez alors pour régler la voilure ?! Il est temps de prendre le vent !"

La mission la plus périlleuse, c'est quand j'avais dû faire confiance en mes talents de charmeuse vocale. C'était notre mission à moi et à Julien : trouver le Lieutenant Ledwig Kurtis, voler ses papiers, les remettre à notre QG pour qu'il puisse usurper son identité et avoir accès à tous les plans de sa compagnie par la même occasion. En soi, la mission était simple comme bonjour, mais Julien avait toujours eu une façon bien à lui de travailler et j'avais dû faire avec ses choix personnels. J'étais là, sur la scène encore sombre, mal à l'aise. D'ailleurs j'ai maudit Julien quarante fois avant d'enfiler cette petite tenue de cabaret. Il disait : "Tu verras c'est simple, tu use de tes charmes et hop ses papiers". Sauf qu'il 'avait pas prévenue que je serais sur scène. Savoir chanter, quelle idée aussi, pourquoi je pouvais pas être comme certaines personnes et ne pas sortir une seule note bonne ?

La musique commença, c'était le grand moment, c'était à moi de réussir sinon la mission tombait à l'eau. Mon cœur battait, j'avais mal au ventre. Pourtant, dès les premières notes, le public fut subjugué et à ma grande surprise, je n'étais pas si mauvaise que ça. Alors que la chanson avançait, j'avais repéré ma cible et tout en restant dans mon rôle, j'approchais du Lieutenant, charmeuse, murmurant en chantant comme si la chanson s’adressait à lui. Bras autour du cou, posée sur ses genoux, je glissai une main dans ses cheveux, tandis que l'autre glissa le long de son dos et discrètement je sortie notre saint Graal du moment et les envoya sur mon très cher partenaire habillait en serveur. Je me relevai et allai de nouveau sur scène. La chanson se finit incessamment sous peu et sous les applaudissements je quittai la scène et les lieux par la même occasion. Julien m'attendait à l'arrière du bar, papiers en main, il nous restait plus qu'une chose à faire : aller apporter ces jolies pièces d'identités au QG.

Cependant, rien ne c'était passé comme prévu pour la deuxième partie. Le lieutenant avait remarqué mon vol et ce fut très vite qu'on se fit débusquer par un groupe de cinq marines accompagnés du Lieutenant Ledwig Kurtis. La donne avait changé, il n'était plus question de simplement usurper une identité, mais de sauver simplement notre peau. Un échange simple et très poli commença entre nos deux parties. Très vite ça dégénéra et tout en prenant le gun que Julien gardait sous sa ceinture dans son dos, un échange de coup de feu commençait. Tous deux reclus derrière des grosses caisses, en face le lieutenant hurla à l'attaque et en regardant mon coéquipier, je compris tout de suite que Julien avait en tête, il sortit de sa cachette tirant dans le tas, je sortis...

Le bateau tanguait beaucoup. Les choses n'allaient pas à s'arrangeant, car l'on pouvait voir des vagues de plusieurs mètres s'écraser contre le bateau. La plupart des membres d'équipage étaient habitués à naviguer en mer, mais même eux semblaient décontenancés par la puissance dominatrice des océans. Le vent qui, jusqu'alors n'avait pas osé pointer le bout de son nez, était maintenant des plus violents. Personne n'était prêt pour ce genre de situation et le capitaine du bateau ne tarda guère à faire ses adieux au portrait de sa femme dans sa cabine. Le temps était venu pour lui de rejoindre Neptune et les abysses, plus rien ne les retenait dans ce monde et une déferlante frappa le bateau.

"J'ai pas signé pour ça, lança un des gars de Shigure, si j'avais su dans quel merdier il nous amenait, je l'aurais envoyé se faire voir. Putain... Qu'est-ce qu'on va faire !?"

Les membres d'équipage les moins téméraires avaient déjà abandonné l'idée de s'en sortir indemne et les autres, qui tentaient tant bien que mal de stabiliser le navire pour le faire adopter des positions adéquates en fonction des vagues n'arrêtaient pas de leur hurler dessus pour qu'ils viennent les aider. Le bateau se retourna presque lorsqu'une lame d'eau le frappa violemment sans que personne n'y puisse quoi que ce soit. Trois hommes, au moins, avaient alors été éjecté sans aucun moyen de les retrouver. Ce furent les premiers à rejoindre Davy Jones dans les profondeurs de l'océan.

North Blue. Un brick marchand. Trois passagers... Dix-sept membres d'équipage. Aucun survivant...

Ce sourire m'a toujours rendu heureuse. Il est unique et simplement beau. Ces pommettes saillantes, ce regard émeraude intense, doux et attentionné. Ce visage était merveilleux, Daisuke était merveilleux, je l'ai toujours aimé, j'ai toujours aimé tout chez lui. De son sourire à ses yeux, en passant par son caractère. Il était unique à mes yeux, c'était la personne la plus précieuse au monde et j'aurais fait toujours tout ce que je pouvais pour qu'il ne lui arrive jamais rien. J'aime Daisuke, je l'ai toujours aimé du plus profond de mon cœur et parfois je me demande ce qu'il pense de moi. M'aime-t-il lui aussi ? Me voit-il autrement que sa sœur ? Si un jour j’avais le courage de lui avouer...j'aimerais tellement que son sourire continue à briller de mille feux...

...mais...qui est-ce ?

Les oiseaux sifflaient à tue-tête, le soleil rayonnait de mille feu, un petit vent discret mais rafraichissant, un calme plat, paisible et reposant. Le son de la pendule résonnait simplement, mais c’était presque lointain. C’était dans cette atmosphère que les yeux s’ouvrirent lentement. Deux clignements, puis avec peine, le corps se redressa, frottant par la même occasion les yeux encore endormis. Le regard se posa alors sur la pièce, ce n’était pas bien grand, des couleurs plutôt douces dominaient dans cette pièce. C’était une chambre, avec la commode, les photos et une peluche reposant sur une chaise à bascule et le lit ou était installée la jeune fille, cela ne pouvait être qu’une chambre.
Le regard se tourna alors vers la fenêtre présente juste à côté du lit, elle laissa place à un petit jardin verdoyant et fleurit, avec sur le côté un très gros arbre, surement là depuis des lustres et laissait pendre à sa branche une balançoire tout aussi âgée que l’arbre sûrement.

« Oh…tu es enfin réveillée. »

La jeune fille surprise d’entendre une voix, tourna immédiatement la tête vers l’entrée de la chambre. Une vielle dame se tenait à la porte, une théière à la main droite et une tasse de l’autre. Qui était cette femme ? La jeune fille n’en savait rien, elle resta silencieuse et immobile, laissant son interlocutrice avancer vers elle, tout en lui parlant.

« Je commençais à m’inquiéter, cela fait une semaine que tu dormais sans te réveiller… »
Cela faisait donc une semaine que la jeune fille était ici.
« Quand je t‘ai vu sur la plage, inerte, je me suis dis que tu t’étais sûrement échouée. Malheureusement, je crois que tu es la seule à avoir atterrie ici. Comment tu t’appelles ma jeune enfant ? »

Un silence s’installa alors, la vielle dame avait posé sur la table de chevet tout son attirail et après avoir servi une tasse de thé, elle tendit celle-ci à la jeune fille toujours assise et muette. Attendant une réponse, la vielle femme sourit pour encourager l’inconnue à se présenter.

« Je…je m’appelle… »

Rien. Aucun prénom ne sorti entre les lèvres de la rescapée. Elle ne savait pas. Elle ne se souvenait pas. Voyant la détresse de l’inconnue, la vielle dame lui prit alors la main et lui dit d’une voix claire et rassurante.

« Ne t’en fais pas. Ce n’est rien. Tu as dû être secouée, ça va revenir. Ca prendra le temps que ça prendra, mais tu t’en souviendras. »

Quelques jours passèrent à la suite du réveil de l’amnésique. Ne se souvenant de rien, elle resta vivre avec Miss Agathe, en même temps elle ne pouvait aller nulle part, se souvenant absolument pas d’où elle venait, ni même qui elle était. Pourtant, ce n’était pas faute d’avoir essayé, miss Agathe l’avait questionné plusieurs fois, mais apparemment c’était comme si elle venait tout juste de naitre, aucun souvenir et c’était pour le peu étrange comme situation. Cependant, cela n’empêcha pas la vielle femme d’accueillir à bras ouvert la jeune. Elle lui racontait chaque jour comment était sa vie avant la retraite, le départ de ses enfants et de son défunt mari il y avait de ça quelques années. Agathe lui montra le village d’orange, là où elle vivait depuis plus de 77 ans maintenant, La dame lui raconta l’histoire de l’archipel Orgao et de son village. C’était un village plutôt calme dans l’ensemble, jamais de grosse histoire, on pourrait même dire que le village était une bonne escale pour quelques jours de vacances.

C’est en jardinant toutes les deux que la jeune fille eue une illumination.

« Kanade. »
« Pardon ? »
« Je m’appelle Kanade. »
« Eh bien…enchantée Kanade. »

La vie était simple dans le village d’orange, Kanade avait pris assez rapidement ses repères et quand miss Agathe lui avait présenté Harsh, le boulanger du coin, et qu’on lui proposa d’aider l’homme à la vente de son pain, la jeune femme n’avait pas refusé. Malgré le fait qu’elle ne se souvenait d’absolument rien, Kanade ne voulait pas rester à ruminer chaque jour, donc devenir vendeuse de pain, c’était la meilleure chose qu’elle pouvait faire. Une routine s’installa alors dans la vie de l’amnésique, une vie qui se résumait à se lever, aller travailler toute la journée, livrer le pain aux plus lointains de la boulangerie et aux personnes dans le besoin, rentrer et ainsi de suite.

Kanade adorait sa nouvelle vie. Enfin elle ne pouvait pas comparer, mais pour elle, c’était sûrement mieux que sa vie d’avant son naufrage sur la plage. La jeune femme était appréciée des habitants pour sa joie de vivre, sa gentillesse et sa serviabilité. Kanade pensait vraiment finir sa vie ainsi, dans cette vie paisible, sans histoire et peu importait son amnésie, elle ne cherchait pas à savoir d’où elle venait, ni qui elle était…jusqu’au jour ou tout bascula.

Tout c’était passé lorsque Harsh avait demandé à Kanade d’aller livrer du pain sur une autre île d’East blue. Jusque-là rien n’avait été compliqué, prendre un bateau, panier de pain au coude… Cependant lorsque la jeune fille arriva à destination rien ne c’était vraiment passé comme prévu. La guerre avait éclaté et la jeune amnésique s’était retrouvée au beau milieu d’un conflit dont elle ignorait les raisons. De là, certaines bribes de souvenir lui revinrent lorsqu’elle aida une femme prête à se faire violer par des malfrats. Surprise par ses propres capacités de combat, l’aide d’un certain Drake ne fut pas de refus, car la jeune fille fut réellement dépassée par la situation et par le fait de s’être souvenue qu’elle avait déjà vécus ce genre de situation. La suite des événements fut rapide, Kanade décida d’aider les civils à évacuer le village et une fois les évènements calmés, la jeune fille rentra chez elle avec un sentiment d’impuissance. Elle n’avait pas vraiment pu aider et après le carnage, elle était dans l’incapacité de rendre aux gens, ce qu’ils avaient perdu dans ce conflit.  

Plusieurs jours étaient passés depuis cette fameuse journée, la boulangerie était fermée, personne n’avait vu cela auparavant. Le pain avait toujours été livré et fournie et là, du jour au lendemain, plus rien. Les habitants commençaient à s’inquiéter et lorsque la question d’une éventuelle réouverture était posée, Harsh assurait que cela ne tarderait pas plus, que sa vendeuse était indisposée à travailler pour le moment, mais qu’elle irait mieux dans les prochains jours. Cependant, le vieil homme mentait, Kanade n’était pas malade et il savait qu’elle commençait à se rappeler, après tout, il avait été envoyé pour la protéger et la surveiller.

« Elle est en train de retrouver la mémoire.
- Déjà ? Je pensais que ce serait plus long. »

Le faux boulanger prit le temps pour reprendre la parole, tandis que le grand blond restait dans ses pensées. Il avait mis du temps à s’habituer à cette petite vie tranquille et même s’il était avant tout un homme de terrain, sa mission le rendait quelque peu anxieux. Il pensait qu’il devait juste la protéger, car elle avait perdu la mémoire, mais il comprit vite que ce n’était pas si anodin. Il voulut en savoir plus, mais l’idée de remettre en cause le travail de son supérieur revenait tout simplement à revoir ses ambitions. Tout ce qu’il voulait, maintenant, c’était de trouver un endroit calme ou finir sa carrière, chose qui devenait, avec toute cette histoire, impossible.

« Ne t’inquiète pas, Harsh. Explique-moi en détail ce qui s’est passé.
- Elle a dû quitter l’ile pour du travail et c’est à ce moment-là qu’il y a eu l’attaque de Marineford et tout le bordel qui en a découlait. Justement, des pirates ont profités de la « panique » gouvernementale pour attaquer cette même ile et je crois que c’est comme ça qu’elle a dû voir des scènes similaires à son passé.
-Je vois, ajouta Shigure dans un soupir.
- Vous avez dit que vous lui aviez effacé toute sa mémoire… Comment ça se fait ?
- Hum… Jouer avec la mémoire est quelque chose de difficile, à vrai dire. Ça aurait été plus efficace si on avait pu lui écrire un passé inventé – comme avec Daisuke –, ses souvenirs se seraient mélangés et elle n’aurait pas eu ce genre de réminiscence… On n’avait pas le temps. »

Il écoutait avec attention, sans vraiment comprendre de quoi il parlait. Après tout, le jeune chef parlait dans sa barbe – même s’il n’en avait pas en soi – et faisait ces remarques plutôt à lui-même qu’à un de ses proches subordonnés. Depuis qu’il était à la tête de sa petite armée, il ne prenait plus les choses avec autant d’attachement qu’à l’époque et cela faisait plusieurs mois que Daisuke et elle lui avait été retiré et il était devenu encore plus renfermé qu’à l’époque. Maintenant, il n’était plus qu’un simple stratège, ordonnant en synergie plus d’une centaine de soldats.

Il hésita un moment à reprendre la jeune femme à ses côtés. Après tout, ce serait sans doute l’endroit le plus simple et le plus appréciable pour la garder sous contrôle. Néanmoins, il avait encore une part d’humanité en lui et décida de laisser le soin à son homme la supervision de sa sœur cadette.

« Continue de la surveiller et… Fais juste en sorte que… Non. Surveille-la et protège-la, s’il te plait.
- Très bien Shigure. »

La discussion se termina sur ces mots. Pas un seul mot de salutation, seul le « katcha » emblématique des escargophones.

Le vent soufflait doucement, tout en se glissant à travers la chevelure rose, et une chanson résonnait comme un murmure. Assise contre l’arbre, la jeune fille observait le ciel, ressassant sans cesse la même chose dans sa tête. Des souvenirs, ou quelque chose du genre, auxquels elle ne pouvait pas s’empêcher de penser. A vrai dire, c’était devenu une vraie obsession. Lorsque la chanson cessa, Kanade ferma les yeux un court instant avant de prendre enfin sa décision. Elle ne pouvait pas reprendre sa vie, pas ainsi, alors, puisqu’elle ne pouvait revenir en arrière, autant aller de l’avant et découvrir enfin qui elle était vraiment.

Ce fut difficile d’annoncer la nouvelle à miss Aghate. La vielle femme comprenait l’envie de la jeune amnésique de retrouver ses souvenirs et de comprendre ce qui lui était arrivé, mais elle perdait aussi une très bonne compagnie et même si la vielle dame ne pouvait pas être un tant soit peu égoïste, elle accepta sans hésitation le départ de Kanade. Il ne manquait plus qu’à donner sa démission à Harsh et c’est avec une boule au ventre que la jeune femme emboita le seuil de la porte pour découvrir l’homme au fourneau. L’observant un moment en silence, celui-cu fut brisé par le travailleur, dos à la jeune femme.

« Tu pars donc ? »
Kanade fut un peu surprise. Comment avait-il deviné ? Surement dû à son absence pensa-t-elle après un moment de réflexion.
« Oui…
« Hm… »
« Je….je vous remercie vraiment de m’avoir permise de travailler avec vous…mais je dois…
« Partir. Je le sais, tu dois te retrouver, apprendre enfin la vérité. »

Harsh se tourna vers la jeune fille, la regardant un instant. Malgré le fait qu’il était en mission pour la protéger, il s’était pris d’affection pour celle-ci et il savait qu’il ne pouvait pas la retenir, qu’il devait la laisser partir faire son propre chemin. Fermant les yeux et hochant la tête comme pour s’approuver lui-même, il regarda de nouveau Kanade.

« Fais bien attention à toi petite et si jamais ta quête ne te mène nulle part, tu pourras toujours revenir ici et reprendre ta place de vendeuse. »

Les paroles du vieux boulanger réchauffèrent le cœur de l’amnésique, et sans vraiment crier gare, elle alla le prendre dans ses bras pour le remercier. L’homme fut surpris, mais ne repoussa pas celle-ci. Soufflant un dernier merci, Kanade se pressa de partir. Elle n’emporta pas grand-chose avec elle. Un sac et surtout un dernier élément : l’espoir. L’espoir de retrouver sa mémoire, de comprendre qui elle était et surtout de trouver enfin le pourquoi de la raison de sa perte de mémoire.

Lors de son voyage, Kanade rencontra différentes personnes, des personnes formidables et lorsque ceux-ci lui posèrent la question du pourquoi elle avait quitté son Archipel, elle répondait simplement parce qu’elle l’avait fait. La jeune femme ne savait pas où aller, elle récupérait au fil du temps quelques souvenirs et quand elle se souvint enfin de ce petit garçon blond, l’amnésique décida de retrouver ce garçon, même si elle se doutait bien qu’il avait grandi. Guidée par son cœur, Kanade trouva toujours un moyen d’arriver à ses fins et le jour ou elle décida de rejoindre North Blue de nouveau, ce n’était pas seulement parce qu’elle voulait y aller, mais elle sentait vraiment qu’elle devait s’y rendre.

Rejoindre North blue ne fut pas une chose si aisée, la jeune fille passa trois longues années à franchir ce qu’on appelait Red Line. L’escalade, la traversée… des années où Kanade doutait parfois de ses choix, mais elle n’avait rien lâché, jusqu’au bout et quand le bout du chemin pointa le bout de son nez, c’était comme un soulagement.
Un souffle nouveau soufflait devant la jeune femme, le chemin n’était pas fini, au contraire, il ne faisait que commencer, mais elle avait la certitude que tous ses efforts paieraient un jour. Elle s’en faisait la promesse.




ϟ PERSONNAGE SUR L'AVATAR Inori Yuzuriha ϟ PETIT MOT DE LA FIN  I'm back ! 

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1662
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: Kanade is come back !   Mar 3 Juil - 23:56

Comme dit, tonton s'occupe de toi demain !
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1662
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: Kanade is come back !   Mer 4 Juil - 10:54



Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations

La présentation sera toujours cotée sur 15 comme ceci:

La qualité du texte sur 9.5/10

L'originalité 1.5/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 2/2
La narration 2/2
L'avis personnel 2/2

Le respect du français 9/10

Le vocabulaire 2/2
La grammaire 1.5/2
L'orthographe 2/2
La conjugaison 1.5/2
La ponctuation 2/2

La quantité du récit 5.5/6

Un peu moins de 5 300 mots d’histoire et des descri de petite taille !

Points bonus 4/6

Score final 28/32


28/32*15= 13.12  = 13 lvl


Dois-je réellement te souhaiter la bienvenue ? Disons que oui ! Salut et bienvenue à toi sur OPS, c’est donc moi, comme tu le sais, qui vais prendre en charge ta présentation. Je te propose d’entrer dans le vif du sujet !

Je vais donc commencer avec une remarque générale : TU ES UNE MENTEUSE ! T’avais dit que c’était tout pourri ! Bah moi, j’ai bien aimé ! Eternel romantique qui aime les histoires d’amour dramatiques, j’en ai retrouvé une dans cette présentation qui t’a donné quelques premiers points dans la première rubrique que nous abordons : l’originalité. Perte de mémoire sur fond de tractation révolutionnaire, amour caché puis oublié mais retrouvé, reconversion en vendeuse de pain, départ de l’île et Redline en escalade : sympa. Le seul truc un peu classique, enfin les deux seules choses classiques : la tempête et le combat Marine/Pirate qui aide à retrouver les souvenirs. Mais c’est bien enrobé dans le complexe de guerre globale de Marineford.

Pour la mise en page, j’ai pu te le dire, j’aime beaucoup le code et les petites fenêtres me dérange pas. Deux choses néanmoins, plus des conseils hein, essaye de coder plus gros pour tes RP (la fenêtre est un poil petite) et seconde chose (qui relève plus de mon appréciation perso, que personne ne me flagelle) Peut être resté en minuscule comme dans ton histoire et pas en MAJ comme dans les descri. Après, ce sont seulement des conseils de moi XD

Pour la cohérence, une petite chose possible mais un peu grosse : l’escalade de Redline (ça OK) en trois ans, ça fait beaucoup XD. Seule chose, non sanctionnée donc.

Pour la narration : gros point fort. Tu alternes les phases au présent avec les souvenirs, de très bonnes introspections tout du long, un changement de style 3e/1ere personne pour les différents phases bien maîtrisé, un suspens assez large laissé sur la fin. En fait tu abordes pas mal de chose sans trop en dire mais ça ne donne pas une impression d’insuffisance, c’est donc très bon !

Avis perso… Sans surprise vu ce que j’ai pu dire au-dessus : j’ai adoré. C’est pas hyper long mais on vit pas mal de chose. Un truc con, je pense que la petite fenêtre nourrit ta présentation dans le sens où on picore petit à petit et on ne voit pas le bloc total. Bon perso, j’aime les histoires d’amour donc celle de Kanade et Dai, sur ce fond de tractation interfactionnaire et d’amnésie me plait ENORMEMENT ! Ajoutons à cela des PNJ comme Harsh ou Shigure bien mené malgré leur « petite  présence… Enfin, j’ai pas beaucoup de commentaires négatifs, beaucoup de positif donc voilà, je voyais pas pourquoi je n’allais pas mettre 2.

Pour le français, je vais aller bien plus rapidement. 9/10 donc pour la globalité. J’ai retiré 0.5 en grammaire pour les quelques accords féminins manquants (surtout à la première personne étrangement) et en conjugaison pour les petites confusions imparfait/participé passé notamment. Pour le reste, quelques coquilles mais ça ne valait pas plus d’un point de retrait. En ponctuation, des phrases courtes et simples, efficaces.

Pour le bonus que je détaille rarement en présentation, je vais ici en parler un peu. La présentation m’a beaucoup plu, donc pas en dessous de 3.5/4. Cependant, je vais ici parler des quelques petites remarques négatives que je pourrais avoir et que je n’ai pas sanctionné dans la qualité car cela ne me paraissait pas opportun. Tout d’abord, même si c’est assez convaincant, certaines phases d’histoire laissent sur sa faim. Je voulais savoir quelle était cette histoire de sauvetage de la civile ! Ou encore pourquoi Harsh laisse Kana partir alors qu’il doit la surveiller. C’est pas incohérent, loin de là, mais ça pousse à la curiosité et du coup, on reste un peu sur les crocs.

Seconde chose, et j’en finirai ici, tu as fait une Kana, et Kana, c’est moi : -10 lvl.


Tu atteins le niveau 3 avec le malus « Kana », dommage. Pour des raisons administratives, je me dois également de te dire que tu as atteint le niveau 13 (officiellement), félicitation !

Tu peux à présent faire un choix parmi les suivants :
-> Corriger ta présentation et gagner quelques niveaux.
-> Entrer directement dans le monde du RP au niveau 13.
-> Passer directement au test RP pour gagner jusqu'à 5 niveaux supplémentaires.





© Copyright Propriété de One Piece Seken

Revenir en haut Aller en bas
Kanade Hitomi
Disparu
avatar
Messages : 110
Race : humaine ಠ_ಠ
Équipage : ಠ_ಠ

Feuille de personnage
Niveau:
13/75  (13/75)
Expériences:
61/80  (61/80)
Berrys: 19.045.500 B

MessageSujet: Re: Kanade is come back !   Lun 9 Juil - 19:39

Hop là ! Je viens par ici pour dire que je vais prendre le Test RP.
Merci pour la note, Kana²
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1662
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: Kanade is come back !   Mar 10 Juil - 13:44

Citation :
Une fois RedLine passée et au gré de tes déplacements sur North Blue, tu finies par tomber sur la petite île enneigée de "Kikafroi". Chalets de montagne, ambiance cocooning, neige à perte de vue, un mouvement révolutionnaire local en charge de l'île : tout pour satisfaire les amoureux cherchant un peu de confort à la montagne. En arrivant, tu remarques donc que sur l'île, c'est la révolution qui fait la loi et tu finis pas rencontrer leur chef (de la façon que tu veux). L'homme Daisura et il est la copie conforme de Daisuke mais en un peu plus petit, sinon c'est quasiment le même. Au premier regard, Daisura tombe amoureux, un coup de foudre total pour Kanade. Comment vas tu prendre les choses ? A toi de me raconter tout ça à ta convenance !

Petites précisions:

- Tu peux utiliser ton FDD ou tes capacités comme si tu le possédais déjà dans ce RP, étant donné qu'il se situe généralement en dehors de la trame du RP sur le forum. C'est un HS quoi.
- Tu peux utiliser toutes les techniques que tu veux dans ce RP. Plus tard, il faudra les faire valider dans la section appropriée pour les utiliser dans le "vrai" RP.
- Tu peux créer et contrôler tous les PNJs que tu veux, veille seulement à ce que ce soit cohérent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Kanade is come back !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kanade is come back !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Préface - Les Bases :: Personnage :: Présentations-