Partagez | 
 

 Blaze Trawley ϟ Itadakimasu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blaze Trawley

avatar
Messages : 6

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 4.473.000 B

MessageSujet: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   Jeu 28 Juin - 21:33



ϟ Blaze Trawley ϟ
« l'Appétit vient en Mangeant!!! »



ϟ Nom: Trawley
ϟ Prénom: Blaze
ϟ Surnom: Thunder
ϟ Âge: 16 ans
ϟ Lieu de Naissance: Big Mountain
ϟ Sexe: ♂
ϟ Race: Homme-Céleste
ϟ Camp: Pirate
ϟ Métier: Cuisinier
ϟ Aptitude / Arme: Gōro Gōro no Mi
ϟ Équipage: Satougashi no Kichigai
ϟ Buts / Rêves: Visiter All Blue! Retrouver les Nakamas de son Mentor! Devenir le Pirate Héros du Monde!
Identité


Ⓒ Blaze
Revenir en haut Aller en bas
Blaze Trawley

avatar
Messages : 6

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 4.473.000 B

MessageSujet: Re: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   Jeu 28 Juin - 21:34



l'Habit fait-il le Moine???!



Description Physique
« en Pleine Croissance!!! »
Personnellement, on m'a apprit à ne jamais juger un livre à sa couverture, mais comme il faut et bien voici ma description physique.

Pour commencer, sachez que je mesure un mètre soixante-dix très précisément. J'avais la taille qui était la plus commune sur la plupart des lieux que j'avais visité, ni trop grand pour ne pas avoir à me baisser constamment pour entrer ou sortir d'un endroit, ni trop petit me permettant d'être visible de tous, il faut vraiment être aveugle pour ne pas me voir. A côté de ça, je pesais entre soixante-cinq et soixante-dix kilos, ce qui était plus que le poids que devrais faire normalement, mais cela fut nécessaire pour obtenir la masse musculaire suffisante que mon mentor attendait de moi. Par contre, pas nombreux seront les jeunes de mon âge avec une musculature comme la mienne, ultra développés autant bras et jambes, que le reste du corps, bien que cela se voyait particulièrement sur mes abdominaux et mes pectoraux bien dessinés et visible à travers mes tee-shirts. En effet, je pouvais affirmer avec grande confiance, que même en regardant au microscope, vous ne trouveriez pas de graisse sur moi, uniquement des muscles bien saillant et prêt à en découdre comme jamais.

Mon visage, bien que personnellement je trouvais mon visage beau, il fallait avouer qu'il n'avait rien de spécial pour autant. Comme toutes les autres personnes vivant sur le globe, je possédais un front, des sourcils deux yeux, un nez avec deux narines, deux joues, deux oreilles, une bouche composée de deux lèvres et un menton.... rien de bien extraordinaire en somme. A la limite, peut-être que mes cheveux qui avaient pas une mais deux couleurs pouvaient vous intéresser, en effet, la partie juste au-dessus de la tête était noir, tandis que la seconde qui se situait donc sur haut de ma coupe, à savoir mes pics étaient vert foncé. Non après mûre réflexion, la seule vraie chose qui valait le coup d'être regardé était mes yeux, en effet je possédais deux sublimes pupilles d'une couleur verte étincelante, donnant l'impression d'avoir deux toutes petites émeraudes qui vous fixaient.

Étant le descendant d'un homme venant des îles célestes, j'avais hérité de leur peau, qui était mon rosâtre que les autres... mais ce n'était pas le seul avantage, en effet, je parvenais à bronze rapidement, n'ayant besoin que de quelques minute au soleil par jour pour permette à ma peau de prendre une belle couleur doré foncé  sans que je ne prenne jamais de coup de soleil. Et tout cela était tant mieux, car je n'étais pas du genre à apprécier rester dedans non, j'étais toujours le premier pour sortir sur le pont ou monter l a garde tout en haut du mat principal.

Piercings, bijoux en tout genre et tatouages , étaient un sujet qui me plaisait déjà plus. Cependant, bien que je trouvais les piercings bien classe, je n'en avais aucun, ne voulant pas percer ma peau et cela à n'importe quel endroit de mon corps, il était mieux ainsi au naturel. Cependant, si vous me regardiez de plus près, vous arriveriez à voir qu'en-dehors du travail, je portais un certain nombre de bijoux et a des endroits variés, tantôt aux poignets, tantôt autour du coup, mais principalement, c'était les bagues que j'appréciais le plus et bien qu'autrefois j'en avais en très grands nombres, il ne m'en restait qu'un désormais. Et ce n'était pas n'importe lequel, non il s'agissait là de l'anneau de mon mentor, qu'il m'avait semble-til offert, car je l'avais trouvé dans le livre qu'il m'avait envoyé en même temps que le fruit. Cette bague là, en plus d'être magnifique, elle était présente constamment sur mon pouce pour ce qu'elle représentait émotionnellement pour moi.

En continuant sur ce thème, j'étais dans l'obligation de vous parlez des deux tatouages qui se trouvaient sur mon corps. Le premier représentait la rose de l'Alliance qui adorait particulièrement cette couleur, mais ce n'était pas la véritable raison, pareillement pour le drapeau de Tengoku no Seigi... En effet, je les avait fais faire afin de pouvoir me rappeler en toutes circonstances, que j'avais prit la mer pour mes rêves, mais également pour tenir ma promesse envers Kilik et  bien un homme parmi le groupe de personnes qui étaient entrain de faire comme un pogo les uns sur les autres.

Au niveau des habits, il faut savoir que je ne suis pas du tout quelqu'un de difficile, je porte vraiment n''importe quoi... essayant juste par moment de trouver une tenu permettant de se fondre totalement sur l'île. Après, il y avait de très très grandes chances que je vous me croisiez un jour vêtu d'un simple petit jogging, simple mais confortable lorsque j'avais du sport à faire, tandis que le jour suivant, je porte un costume avec cravate, tout n'était qu'une question d'envie au moment de devoir m'habiller. Il faut savoir cependant, qu'il existe une tenue que je n'utilise désormais plus que lorsque je suis dans l'obligation de devoir affronter un quelqu'un, il s'agit en quelques sortes de mon ''Battle Costume'' quoi.

Promit, dernier petit point et pas des moindres, car je les ai depuis le jour de ma naissance. Il s'agit de ce qui me permet de me distinguer des hommes des mers bleues, elles sont élégantes et fines, magnifique et simple à la fois et le plus important, de la couleur de la pureté. Symbole attestant de mon appartenance aux royaumes céleste se trouvant quelques part dans les cieux à l'abri des regardes, ainsi que ma fierté, car sans origines il n'y aurait pas de lendemain. Bien que certaines viennent à le faire, sachez que moi, jamais ô grand jamais, je ne m’abaisserais à faire quelque chose d'aussi humiliant  que de les camoufler ou de les arracher, même si cela signifie attirer plus facilement l'attention qu'à l'accoutumé. A savoir qu'elles ne sont ni trop grandes et ni trop petites, s'accordant juste parfaitement avec le reste de mon corps, il s'agit, vous l'aurez bien comprit, qu'étant un Homme-Céleste, se trouvent dans le haut de mon dos, mes deux ailes blanches.



Ⓒ Blaze





Que puis-je bien penser???



Description Mentale
« On ne Peut Pas Faire de Cuisine si l'on Aime Pas les Gens!!! »
La mentalité de quelqu'un n'est pas vraiment définissable, car elle évolue constamment, changeant aux fils du temps et des expériences vécues par la personne. Ainsi quelqu'un de fondamentalement bon, peut tout d'un coup devenir le pire des démons possibles à cause d'un événement particulier et vice versa... après tout, il n'y a pas que l'avenir qui évolue aux grès de nos choix, nos sentiments, notre manière de voir le monde qui nous entoure, etc... Mais malgré cela, je vais m'efforcer de vous faire plaisir en vous donnant la mentalité qui est la mienne aujourd'hui, bien qu'elle pourrait avoir déjà changée demain... ou pas.


La toute première chose que je vais vous dévoiler est mon plus grand défaut, la Gourmandise. En effet, depuis mon plus jeune âge et jusqu'à maintenant, j'ai toujours été un grand gourmand et bien que les gens disent qu'il s'agit d'un des "Sept Péchés Capitaux", je m'en cogne complètement, car l'avis des autres sur qui je suis ne m'intéresse pas et donc je l'assume complètement.. sans oublier qu'il y a ce proverbe, si beau à mes oreilles et si véridique, enfin c'est là ce que moi je pense: «Il faut Manger pour Vivre et non pas Vivre pour Manger!», ainsi, je fais tout mon possible pour le respecter à chacun de mes repas de la journée. Cependant, ne croyez pas que je sois comme tous ses nobles qui se croient meilleurs que les autres en allant dans des restaurants plus chers les uns que les autres et qui osent faire des commentaires sur les plats qu'ils ont commandés... Non, pour moi ce qui compte n'est pas combien on paye son repas, ni combien l'établissement à d'étoiles, ce sont les sentiments que la personne à mit dans le plat qu'elle a cuisiné. Bien que je mange de grandes quantités de nourriture en un seul repas, je ne suis pas un goinfre qui dévore tout ce qui lui tombe sous la main comme s'il n'avait rien mangé pendant de nombreuses semaines. En effet, j'ai réussi à trouver le juste milieu entre la qualité de ce que je mange et la quantité dont mon corps à besoin, ce qui me permet de manger à ma faim, tout en savourant chaque bouchée. Est-ce que pour autant je ne suis qu'un petit joueur, ne pouvant pas manger pleins de gros plats à la suite?! Défiez-moi donc à un concours du ''Plus Gros Mangeur'' et je vous montrerai directement ce dont je suis réellement capable, vous subirez une belle humiliation... après tout, ne dit-on pas que: «la Gourmandise vide les Poches!»?! Enfin me concernant, j'ai vidé celles de ma famille en vidant le frigo remplit pour la semaine en deux jours maximum.

Continuons dans le même thème, car lié au ’Péché Capital’ qui me va si bien, j'adore faire de la cuisine. Depuis que je suis tout jeune, je suis attiré par tout ce qui est entrée, plat et dessert en tout genre et donc, quand je n'étais pas occupé par mon éducation ou mes entraînements physiques, je me rendais auprès du meilleur cuisinier de la ville afin d'apprendre auprès de lui cet art si merveilleux. Bon, il me faut vous avouer que je ne suis pas encore aussi doué qu'un vrai professionnel dans ce domaine... mais même si je n'abandonne pas l'idée de devenir le plus grand cuisinier un jour, ce qui compte le plus moi est de pouvoir satisfaire le palet de ma famille, de mes compagnons, de mes amis… mais surtout pour faire plaisir au mien hein. Entrées de toutes sortes, plats en grands nombres, ainsi que de nombreuses variétés de gâteaux, , j'ai passé de nombreuses heures afin de toujours mieux maîtriser mes créations.  «Quand on Aime, on ne Compte Pas!», voici mot pour mot l'état d'esprit que j'ai lorsque je me retrouve devant mon plan de travail, et bien que j'apprécie tout ce qui constitue un bon repas, j'avoue avoir une grande préférence pour tout ce qui est sucré.

Par contre, petit bémol à noter c'est que je n'ai jamais été tenté par l'alcool contrairement à tous les pirates que j'ai rencontré, ainsi, je n'en ai jamais bu et au vu d'un certain événement vécu, jamais je ne le ferais à l'avenir. Je préfère de loin les boissons riches en vitamines et/ou en sucre, comme de simples jus de fruits, même si la plupart du temps ce sera plus un ''Lait à la Fraise'' ou un ''Diabolo Grenadine'', vu que sont là mes breuvages préférés.


Non mais celui-là, son mental n'est que lié a de la nourriture et a de la boisson ou quoi?! Je suis sûr que c'est ce que vous vous demandez en ce moment-même, mais patience, vous saurez tout en temps voulu.

Protéger, voilà quelque chose que des personnes peuvent faire pour d'autres. Agir comme un bouclier avec leurs propres corps afin de protéger des inconnus en danger ou des personnes qu'elles aiment, au point de préférer se sacrifier plutôt que de voir l'autre décéder. Personnellement, je trouve que c'est quelque chose de beau, mais de totalement égoïste, car la personne ayant survécu grâce devra pleurer et vivre sans cette personne. Ainsi, me concernant, j'ai décidé d'être quelqu'un pouvant protéger les autres, tout en restant en vie, afin d'apprécier la vie à leurs côtés le plus longtemps possible.

La galanterie, qualité n'ayant plus que très peu d'intérêt dans le monde désormais, mais qui me fut inculqué dès mon plus jeune âge par ma génitrice. D'après ma maman, cela concernait particulièrement la 'Gent Féminine', avec laquelle elle me recommandait d'être le plus courtois possible, la moindre petite attention serait appréciée, comme aider une demoiselle à descendre de son carrosse, à porter des lourdes charges à sa place, etc... Mais ce n'était pas tout, en plus de m'avoir rapidement appris à tenir une porte ouverte pour quiconque voudrait entrer dans la même pièce que moi, on m'enseigna à laisser passer la personne en face de moi dans des passages étroits et même à aider les personnes âgées en portant leurs courses. Cependant, n'allez pas croire que je suis naïf au point de faire tout ce que me demanderait une jolie femme, car premièrement, les jeux de séductions ne fonctionnent pas sur moi, je suis loyal et fidèle à la seule fille que j'ai jamais aimé. Et deuxièmement, car je ne suis pas un valet, je veux bien être galant, mais: «Il ne faut pas pousser Mémé dans les Orties...», je suis un pirate libre, je n'aime pas recevoir d'ordres, à l'exception de celui que j'aurais reconnu comme mon capitaine.

Ouais c'est bien cool tout ça, mais tu n'as pas de faiblesse en gros?! Détrompez-vous, j'en ai bel et bien une, voir deux, commençons par la phobie que je traîne avec moi depuis de bien nombreuses années... les poupées. Tout allait bien jusqu'à que ma petite sœur obtiennent ses premières poupées qu'elle emmenait partout et ce fut le désastre total, je ne pouvais pas être en sa présence alors qu'elle avait ses trucs ressemblant à nous autres êtres humains dans les mains... sans parler de combien est devenu pénible pour moi d'acheter des vêtements, car dans les vitrines des magasins, il y a presque toujours des mannequins et les voir me bloquent, m'empêchant ainsi d'entrer à l'intérieur.

La seconde est encore plus risible en fait, car j'ai peur de ces touts petits animaux super mignon que l'on peut trouver un peu partout dans n'importe quel village. Oui, depuis que je suis tout petit, j'ai cette peur envers les chats, qui fait que je ne peux pas m'approcher de l'un d'eux sans être prit de frissons dans tout mon corps... la plupart du temps, dès que j'en vois, je finis par faire demi-tour pour trouver un autre chemin pour ne pas avoir à les croiser.


Bien, attaquons-nous désormais à la dernière partie, qui concerne mes manies, mes habitudes, mes tics, ▬appelez cela comme bon vous semble▬, que je vais dès à présent vous décrire.

Lorsque je me mets à cuisiner ou bien à faire des pâtisseries, surtout ne venez pas me parler. Non pas que vous allez me déranger en plein travail ou que je ne veux pas que vous m'adressiez la parole, je dis ça pour vous en faites, car étant quelqu'un de très minutieux, je suis littéralement absorbé par ce que je fais, faisant complètement abstraction de tout ce qui m'entoure alors. Cela me permet ainsi d'être le plus concentré possible sur ce que j'ai à créer, car rajouté à ça que je suis quelqu'un de perfectionniste, du coup, jamais je ne pourrais servir quelque chose à table si je ne suis pas pleinement satisfait du résultat final, autant par le goût que l'apparence.

Ayant passé une bonne partie de ma vie aux côtés de ma douce génitrice, j'ai pris un tic qui était à elle et maintenant, j'ai ainsi l'habitude de rajouter «-cchi» à la fin des prénoms appartenant aux personnes que je respecte autant que moi. Et sur ça, je ne vous laisserais pas me dire quoi faire, vous devrez l'accepter et puis point final hein, après tout, ce n'est pas la mer à boire non, au contraire, vous devriez en être heureux, car je tiens autant à vous qu'à moi-même.

En tant que parfait représentant de la gourmandise, j'ai une manie toute simple, qui consiste à tout le temps manger une sucette aux fruits, lorsque je ne suis pas à table pour manger un bon repas. Avoir cette friandise dans la bouche me permet notamment de ne pas me ronger les ongles, puis c'est nourrissant et cela m'apporte suffisamment de sucre lorsque j'ai besoin de réfléchir à telle ou telle chose.

Pour conclure, je vous présente un petit plaisir que j'ai depuis un long moment maintenant: ''Regarder le Ciel''. En effet, j'aime tellement ça que je pourrais rester allongé des heures et des heures sans jamais en ressentir la moindre lassitude. C'est mon moyen de décompresser après une réflexion intense ou lorsque j'ai envie de me remémorer mon passé, hop, je m'isole et je fixe cette immense étendue bleutée qui est hors de la portée des humains. Lié à cela, j'ai toujours été attiré par les endroits se trouvant en hauteur, car ce sont ceux qui offrent les meilleures vues et qui permettent d'être un peu plus proche du ciel. Ainsi, si vous me cherchez et que vous ne me trouvez pas, chercher le bâtiment ou l'arbre le plus grand de la zone et vous me verrez, tranquillement allongé sur le dos, les yeux pleins d'étoiles, devant ce spectacle magnifique qu'offre le lieu de vie des oiseaux.



Ⓒ Blaze
Revenir en haut Aller en bas
Blaze Trawley

avatar
Messages : 6

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 4.473.000 B

MessageSujet: Re: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   Mer 4 Juil - 1:41



Racontez nous une Belle Histoire!!!



Chapitre 1
« de Bilca à Big Mountain!!! »
Bilca, île céleste sur laquelle vivent en majorité de puissants guerriers, ces derniers étaient craints et respectés en même temps. Korimori était le nom d'un des leurs, ce dernier n'était pas le meilleur, mais il s'en rapprochait, souvent en rivalité avec le fameux numéro un, leurs duels étaient monnaies courantes et ils attiraient toujours un grand nombre de citoyens qui appréciaient de voir leurs échanges de coups, car c'était là des duels avec honneur, sans haine et sans désir de tuer son adversaire. Malgré le très nombreux combats que les deux hommes avaient livrés, jusqu'à maintenant, Korimori n'avait jamais réussi à gagner ne serait-ce qu'une fois... et bien que c'était jamais une victoire facile, le goût de la défaite avait un goût amer pour ce dernier. Cependant, il continuait de s'entraîner, toujours plus intensément à chaque fois, gardant l'espoir qu'un jour, ses efforts seraient récompensés et qu'il obtiendrait tôt ou tard cette victoire tant attendue.

Plusieurs années passèrent, le même schéma se déroula encore et encore... certains citoyens qui autrefois adoraient voir les duels en avait maintenant marre, car même si le combat était toujours compliqué, le résultat était le même à chaque fois et pour eux, connaître le nom du vainqueur avant même que ça ne commence les avaient grandement lasser. Il fallut attendre que Korimori fête son vingt-cinquième anniversaire pour le voir enfin triompher de son rival de toujours, le match dura bien plus longtemps que tous les autres et grâce à un réflexe placé au bon moment, il put parer son adversaire avant de contre-attaquer et enfin terrasser le numéro un. Son objectif maintenant atteint, le jeune guerrier décida de ne pas prendre la place de plus grand guerrier du village, afin de s'occuper de sa futur femme, car oui, en dehors de ses entraînements, ce dernier avait rencontré celle avec qui il voulait passer le reste de ses jours et fonder une famille.

Ainsi, alors qu'il était à l'apogée de sa puissance, Korimori prit sa retraite de guerrier. Dans la zone attribuée à son clan, il parvint à trouver une maison suffisamment grande pour l'accueillir ainsi que sa future épouse et ses futurs enfants, qui arriveraient tôt ou tard, vu qu'il désirait une descendance. Bien que les autres membres du clan trouvait très dommage qu'il se retire ainsi, mais ils acceptaient également le choix de fonder une famille et ils firent une immense fête lors de la cérémonie qui unifia pour le meilleur et le pire nos deux tourtereaux. La vie leur souriait, ils étaient heureux d'être ensemble et quelques mois après qu'ils eurent échangés les alliances, la dame annonça qu'elle était enceinte, tellement qu'il était content Korimori pleura de joie en attendant une aussi bonne nouvelle et le soir-même, il fêta dignement cela en tête à tête avec sa chère épouse.

Puis alors que la paix régnait depuis un moment entre les clans de Bilca, suite à une broutille, cette dernière se trouvait menacé. En effet, un membre d'un autre clan, sous influence de l'alcool, avait violé une jeune demoiselle du clan de notre futur père, ainsi, la famille de la victime se vengea en tuant le responsable et ça finit par déraper au point de devenir une bataille clan contre clan... Ainsi, contre toute attente, Korimori étant le meilleur guerrier de son clan, son aide fut bien entendu demandé et plus que sollicité par ses camarades et surtout son chef de clan, qui voulait défendre le groupe de la destruction et survivre au combat qui avait débuté. Cependant, notre guerrier qui allait bientôt être papa n'avait pas l'intention de reprendre les armes, ne voulant pas prendre le moindre petit risque de mettre la vie de sa femme et de son enfant en danger.


- Korimori, nous avons besoin de toi et de ta force pour remporter ce combat, aide-nous s'il-te-plaît.

- J'ai pris ma retraite de guerrier, je vais bientôt être papa, donc vous m'en voyez désolé, mais non, je ne me joindrais pas à vous.

- Sans toi, nous allons perdre et peut-être tous mourir, tu te moques de ce qui peut nous arriver à nous?

- Non du tout, mais pour moi, ma priorité va maintenant à ma femme et l'enfant qu'elle porte, je ne peux pas me risquer de les mettre en danger en prenant part à ce conflit.

- Très bien, sale lâcheur, je te bannis à vivre à tout jamais sur la mer bleue avec ta femme et ta descendance, part sur le champ, sinon c'est moi en personne qui viendrait vous tuez.

- Ainsi soit-il. – répondit notre héros, tout en cachant sa tristesse en lui-même.


Commença ainsi un long voyage vers la mer bleue pour Korimori et son épouse. Étant donné que la dame était enceinte de plusieurs mois, ce ne fut pas facile pour elle, aussi bien que la plupart du temps, son cher époux la portait sur son dos afin d'éviter qu'elle se fasse le moindre mal. Il fallut quelques jours à pied pour que notre guerrier parvienne à l'endroit connu pour être la fin de l'île céleste Bilca et le seul endroit qui permet aux anges Bilcien de pouvoir se rendre sur la mer d'en bas. Nos deux tourtereaux louèrent alors une embarcation avec tous l'argent qu'ils avaient et une fois sur le petit bateau, une créature du ciel vint l'attraper par les côtés et une fois qu'ils furent en chute libre, elle fit comme office de parachute. Ce qui eut pour effet de ralentir considérablement la vitesse à laquelle ils tombaient, ce qui nous permettaient de que les deux anges ne meurent pas écraser avant même de fouler le sol de la région se trouvant en-dessous les nuages.

Pendant les quelques jours qu'il fallut pour descendre les nombreux mètres séparant notre couple de la mer bleue, Korimori ne put s'empêcher de repenser à tous les moments qu'il avait vécu ici. Après tout, il était né ici, avait grandit ici et vécut toute sa jeune vit ici, il avait rencontré de puissants rivaux, dont qui sortait du lot, lui donnant envie de toujours se surpasser pour un jour le battre et c'était également ici qu'il avait fait connaissance avec son extraordinaire femme et qu'il l'avait épousé. Bien qu'il ne regrettait en rien son choix qui avait mené à cette situation, il regrettait d'avoir été bannis, il ne s'y était pas du tout attendu et il espérait qu'un jour peut-être, l'un de ses descendants pourrait retourner sur Bilca. Tout en réfléchissant à ces choses, il serait bien fort sa dulcinée et comme ils étaient que tous les deux à bord du navire, il se laissa aller en pleurant toutes les larmes de son corps, en signe d'au-revoir envers son pays natal.

Une fois qu'ils eurent atteint la mer d'en bas, il leur fallut quelques jours supplémentaire de navigation. En effet, bien que Korimori était bon navigateur, ce n'était pas du tout sa spécialité et comme il ne connaissait pas vraiment le lieu sur lequel il venait d'arriver, il faisait route un peu au hasard, espérant rencontrer assez rapidement un lieu habiter, sinon lui et sa femme n'auraient plus de nourriture d'ici quelques jours.  Mais le destin finit par leur sourire, en effet, plus rapidement que prévu, ils arrivèrent sur une île dont ils pouvaient voir de la fumée s'échapper, signifiant qu'il y avait de la vie dessus. Ni une ni deux, ils accostèrent, puis mettant sa chérie sur son dos, Korimori se mit en marche en direction de ce lieu inconnu, poussé par l'envie de trouver un endroit où poser ses valises et vivre en paix avec sa future famille. Ils atteignirent le petit village en moins d'une heure, remarquant alors l'immense montagne qui se trouvait derrière les petites maison, occupé par trouver le bon chemin, il l'avait vu mais seulement du coin de l’œil, mais la voir ainsi, était vraiment hallucinant... elle était vraiment énorme, autant en largeur qu'en hauteur ou en longueur. Sa femme le tira de sa petite rêverie momentanée afin de se concentrer sur le moment présent, en effet, il venait de pénétrer dans l'enceinte du village et les regards de ceux qui étaient dehors se tournèrent alors vers eux. Il continua d'avancer jusqu'au centre, puis il déposa sa compagne sur le sol avant d'élever la voix pour que tous puissent l'entendre, mais sans crier pour autant.


- Bonjour, je m'appelle Korimori et voici Valanika, mon épouse. Ayant perdu notre chez nous, cela fait plusieurs jours que nous naviguons à la recherche d'un nouveau lieu où pouvoir vivre en paix avec nos futurs enfants. – dit-il en posant les mains sur le ventre de son épouse


Le silence qui régnait était lourd et dura quelques minutes, avant qu'un bruit de porte qui s'ouvre se fasse entendre. Un homme plutôt âgé, accompagné de deux jeunes hommes, avançait dans leur direction, tout en marchant, il se frottait la barbe, ce qui marqua légèrement notre guerrier, car chez lui, personne ne le faisait, à vrai dire, dans son clan, personne ne possédait de barbes donc bon. Une fois à hauteur du couple, il s'arrêta et les deux autres firent de même.


- Bienvenue à Big Mountain, île qui tire le nom de la montagne que vous voyez derrière moi. Nous ne sommes que de modestes humains vivant au jour le jour de ce que la terre nous donne, ainsi, nous pouvons vous accueillir parmi nous quelques temps, après tout, nous ne pouvons pas laissez une femme enceinte accoucher n'importe où. – dit-il en leur souriant

- Merci Beaucoup à v...

- Cependant... – commença à dire le papy, interrompant Korimori au passage. Sachez que pour vivre complètement parmi nous, ce n'est pas moi qui le décidera, mais nous tous... – montrant les habitants du doigt. En effet, ce sera à vous, durant les quelques mois que vous serez ici de gagnez notre confiance et de nous montrez votre désir de passer le reste de votre vie dans le village.

- Très bien, je le comprends et nous ferons de notre mieux pour y arriver.


Ce fut ainsi que Korimori et sa femme commencèrent à vivre au sein de cette nouvelle communauté. Grâce à leurs bontés de cœur, les deux tourtereaux parvinrent plutôt rapidement à se faire une place parmi les villageois: Valanika par sa douceur et ses précieux conseils était très demandé auprès de la gent féminine et des mères au foyer, tandis que Korimori lui était constamment solliciter pour tout types de travaux physique, comme couper des arbres, faire des bûches pour le feux du village etc... Les mois passèrent à toute vitesse et leur garçon vit le jour, le chef du village, après concertation avec les habitants, vint les voir et leur annonça qu'ils étaient définitivement des membres de Big Mountain, de maintenant et jusqu'à jamais.



Chapitre 2
« Enfance Tranquille!!! »
Une enfance normale vécut sur une île tout aussi normale, enfin, maintenant que ces maudit vampires n'étaient plus. Bien que notre village n'était pas bien grand, nous avions une petite école et même si nous n'étions pas nombreux en classe, la maîtresse était très gentille, douce et ses explications étaient faciles à comprendre. Bien que je n'étais pas spécialement intéressé par aller en cours, préférant passer du temps avec ma maman que j'aimais tant, à apprendre comment faire de bons petits plats, en effet, alors même que j'avais seulement cinq ans, j'étais passionné par la cuisine... Mme Janette arriva à me faire apprécier petit à petit les sujets qu'elle enseignait et grâce à sa manière de nous faire apprendre, je parvins à me hisser en tête de la classe lors du classement du premier trimestre, ce qui attisa la jalousie de certains autres élèves.

En effet, malgré que nous ayons tous le même âge, à quelques mois près, nous étions tous différents physiquement parlant. Pour ma part je n'étais pas plus haut que trois pommes – pour reprendre l'expression de ma mère – et donc ceux qui l'étaient plus que moi, n’acceptaient pas que je sois meilleur qu'eux dans un domaine quel qu'il soit. Commencèrent ainsi pour moi des années pas spécialement plaisantes, car même si j'étais apprécié et chouchouté par la maîtresse pour ma première place dans toutes les matières, je me faisais maltraité chaque jours par ceux qui n'arrivaient pas à avoir de meilleurs notes que moi. Bien entendu, même si je rentrais toujours avec des marques de bagarre un peu partout sur le corps, je ne pouvais pas rien dire à ma mère, pour ne pas l'inquiéter, mais aussi et surtout parce que je ne pouvais pas lui dire que son fils n'était qu'un nul ne sachant pas se défendre tout seul.

Quelques mois passèrent, ma situation était toujours la même... top de la classe, le petit favoris de la maîtresse et maltraité par les camarades qui étaient jaloux de mon succès. Le seul vrai moment où je me sentais en paix était le soir, lorsque j'étais tranquillement chez moi, en compagnie de ma maman, prendre le goûter avec elle, faire mes devoirs pendant qu'elle faisait son travail quotidien qui nous permettait de nous nous nourrir, puis préparation ensemble du repas. Nous mangions en discutant de mes cours, des matières et des sujets que j'appréciais particulièrement, remarquant ainsi que ma génitrice et moi en avions pas mal en commun, notamment en ce qui concernait l'histoire de notre île, mais également de South Blue, la mer sur laquelle on se situait. Je trouvais ce sujet juste passionnant, apprendre qu'en plus de là où l'on vivait il existait plusieurs autres mers fut grandiose pour moi, ainsi, je me mis à rêver d'aventures dans lesquelles je parvenais à visiter la totalité du globe. Puis je prenais mon bain quotidien avant d'aller me mettre au lit et de m'endormir après que mère m'eut fait un bisou sur le front.

Et pardonnez-moi, en y repensant, il y avait bien une seule petite chose qui était différente depuis que j'étais entré à l'école... ma génitrice avec qui je passais pas mal de temps, voyait son ventre grossir un peu plus chaque jour. N'ayant que cinq ans, je crus dans un premier temps que c'était parce qu'elle mangeait trop... ce qui eut pour effet de la faire éclater de rire avant qu'elle ne me dise qu'en réalité elle était enceinte et que j'allais donc avoir un petit-frère ou une petite-sœur. Bien que j'étais ravi de cette nouvelle, après tout, qui n'aimerait pas devenir grand-frère... cependant, je n'avais jamais vu mon père, ne savait pas à quoi il ressemblait ni même ce qu'il faisait, seulement qu'il aimait mère et qu'il se nommait Siegfried Trawley. Bien entendu lorsque j'avais commencé à être un peu curieux, j'avais demandé à mère des explications sur cet homme, mais elle ne m'avait rien répondu, hormis qu'il était souvent en mission quelque part sur les mers... au point que maintenant, bien que j'aurais aimé savoir ce que ça faisait d'avoir un papa à la maison, je n'étais pas spécialement triste de son absence, maman était là et c'était tout ce qui comptait pour moi.


–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––


Ce fut ainsi que seulement quelques semaines après mon sixième anniversaire, mère commença à se sentir bizarre... elle criait fort, se tordait de douleur et je ne pouvais absolument rien faire, car je ne comprenais rien à la situation, ainsi, je partis chercher le docteur, qui lui saurait certainement comment guérir mère. Il entra dans la chambre avec son assistante et ils me dirent d'attendre dehors, ce que je fis bien entendu, je ne voulais pas déranger en quoique ce soit... les minutes défilaient, toujours d'horribles cris se faisaient entendre... puis soudain, le calme plat avant qu'une petite voix aiguë se fasse entendre. Je compris alors enfin de quoi il s'agissait, elle venait de mettre au monde celle qui se serait ma petite-sœur, tout content, je me levais afin d'aller la voir, elle était toute mignonne et la voir sourire en fit naître un sur mon visage.


- Blaze, voici Michella, ta sœur. Je compte sur toi pour la protéger, vu que tu es le grand-frère.


Ne sachant pas trop comment réagir, ni même quoi dire, je me contentais d'un petit hochement de tête en souriant. Tout en me rendant mon sourire mère me dit de tendre les bras, ce que je fis bien entendu, puis elle y déposa Michella, en me disant de bien regarder le visage de ma petite-sœur, car le lien unissant une fratrie était l'un des plus puissants. Ne comprenant pas vraiment les paroles de ma génitrice, je continuais simplement de sourire, complètement subjugué par ce petit bout de chou que je tenais dans mes mains, j'étais seulement content d'être devenu grand-frère, aussi bien que quelques larmes de joie coulèrent malgré moi. Début ainsi notre vie de famille avec non plus deux, mais trois personnes.


–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––


Quelques années s'étaient écoulés depuis la naissance de Michella. Elle était plus grande, avait de plus long cheveux, pouvait maintenant parler, marcher et même courir, mais elle était toujours aussi mignonne, du moins, c'était ce que voyais mes yeux de grand-frère. Passer du temps avec elle était devenu quelque chose que j'appréciais tout autant que d'en passer avec mère, faire la cuisine était devenue totalement une passion pour moi, mais ce que j'adorais particulièrement était les réactions que les deux faisaient lorsqu'elles mangeaient mes repas... ainsi, je désirais leur faire plaisir encore et encore, me poussant à me renseigner le plus possible sur ce noble métier qu'était cuisinier.

Hormis une grande joie, ma sœur fut celle qui me permit de découvrir mes deux phobies, plus honteuse l'une que l'autre. La première arriva lorsqu'elle remarqua un chat abandonné et qu'elle décida que c'était à elle de s'en occuper, alors elle le montra à mère qui l'accompagnait, après tout à deux ans, elle se baladait pas seule dehors hein et cette dernière accepta... et même si au début tout se passait normalement, le temps passa et l'animal semblait ne pas m'apprécier et se mit à me griffer sur les jambes ou les bras à chaque fois qu'il me voyait, faisant naître en moi la phobie des chats. Je me souviens encore le visage plié de rire de ma sœur lorsqu'elle avait su que j'avais peur d'une aussi mignonne petite boule de poils. La seconde est pas explicable, un jour alors que je faisais tranquillement mes devoirs, ma sœur qui avait reçu une poupée vint me la montrer toute contente et lorsque mes yeux se posèrent dessus, je ne pus m'empêcher de me cacher sous la table... Michella qui adorait son tout nouveau jouet se sentit très triste, mais malgré tout, elle continua plusieurs à débarquer à côté de moi en l'ayant dans les mains, comme-ci ma réaction l'amusait.

Sinon en ce qui concernait ma scolarité, rien à signaler de côté-là, après tout, je n'avais jamais cessé d'être le premier de la classe. Le seule changement qu'il y avait eu durant ma jeune scolarité, fut que les brutes avaient arrêtés de me maltraité malgré ma supériorité en classe... en effet, un jour la maîtresse, pour nous montrer certaines plantes de notre île, décida de nous emmener faire un pique-nique. Jusque là tout allait bien, mais après que nous ayons terminé le repas de midi et que nous attendions sagement que la maîtresse dise de reprendre notre excursion, mes bourreaux décidèrent d'aller se promener sans la prévenir, voulant partir à l'aventure par eux-même qu'ils disaient. N'étant pas un rapporteur, je gardais le silence, avant d'entendre un grognement impressionnant venant de la direction dans laquelle ils étaient allés et bien que j'étais le moins fort de nous tous, je ne pus pas m'empêcher de partir voir ce qu'il se passait. Peut-être que depuis que Michella était arrivé et qu'il était de mon devoir de la protéger, je ne pouvais plus laisser arriver quoique ce soit aux autres... une fois sur place, je vis un chien aux airs menaçant grogner en direction de mes camarades, ce qui les effrayaient. Ayant déjà eut un chien autrefois, je compris qu'il ne les menaçaient pas en fait, il voulait juste jouer avec eux, mais comme ils avaient peur, ça le rendait nerveux, car les animaux sont très sensibles aux sentiments de nous autres humains... ainsi, d'un pas assuré, je m'étais avancé vers lui et j'avais posé ma main sur son museau. - Du calme, allons jouer un peu toi et moi. – lui avait-je dis avant de ramasser une belle branche et de l'envoyer pour qu'il aille la chercher. Tout en m'amusant avec le clébard, j'avais gagné le respect de ces gosses qui s'amusaient à me taper depuis près de deux ans, ce qui n'était pas pour me déranger bien au contraire, ma vie n'allait qu'en être mieux.



Chapitre 3
« les Créatures de la Nuit!!! »
Âgé désormais de neuf ans, ma jeune vie continuait tranquillement son cours. Bien que je n'allais pas à l'école, ma génitrice m'avait apprit tout ce qui m'était nécessaire pour vivre, tel que lire et écrire convenablement ainsi que des mathématiques qu'elle expliquait avec facilité et grande clarté, vu qu'elle adorait cette matière. Ma petite sœur débordait d'énergie et n'arrêtait pas de me courir après afin que je joue avec elle, sans comprendre que je ne pouvais point le faire toute la journée, ayant d'autres choses à faire, comme aider maman pour les taches ménagères, faire les courses. Après tout, n'ayant jamais eu de père à la maison pour s'occuper de notre famille, j'avais dût mûrir plus vite que les autres afin de le remplacer tant bien que mal en soutenant ma génitrice du mieux que je le pouvais.

Malgré tout, j'avais toujours le temps pour profiter de ma vie d'enfant. Oui, lorsque je ne jouais pas avec Michella, je sortais rejoindre mes quelques amis du village, puis nous allions nous amuser hors de murs, profitant de la verdure qui nous entourait pour faire de grandes parties de cache-cache, faire des cabanes secrètes dans les arbres les plus hauts pour ne pas être repérés facilement par les adultes. D'ailleurs, lorsque je rentrais, la plupart du temps, mes habits ainsi que mon visage, mes bras et mes jambes étaient toujours sales, prouvant que j'avais fait le casse-cou dans la nature, ce qui rendait ma maman contente parce que je jouais avec mes amis et mécontente car je ne prenais pas soin de mes vêtements qu'elle disait... comme-ci s'était de ma faute si je n'avais pas d'habits spéciaux pour ces moments-là.

Ainsi, ma vie était pour moi parfaite. J'avais une mère géniale, une sœur adorable ainsi que de supers amis avec lesquels je m'adorais vraiment passer du temps à faire les quatre cents coups... la seule chose qui manquait était ce père absent que je n'avais encore jamais vu et dont j'ignorais tout... hormis son nom de famille que je portais: Trawley. Pardon, il y avait un détail que je connaissais de lui, son père était connu au sein de la Marine et il l'avait rejoint, ce qui expliquait ses voyages de droite à gauche, expliquant qu'il n'avait pas de temps à accorder à sa progéniture. En fait, plus j'y réfléchissais et plus je commençais à penser que ma vie était mieux sans lui, car s'il était là, il m'entraînerait sans relâche afin que je rejoigne moi aussi les rangs de soldats à la mouette... chose que je ne désirais pas du tout, après tout qui avait envie d'être un chien à la botte du gouvernement?! Enfin, il y avait sûrement des gens ici et là le voulant pour établir la justice... mais pas moi, la chose que je désirais le plus était garder ma liberté, bien que comme je n'étais pas encore très avancé en âge, je n'en avais pas autant qu'un adolescent ou un adulte.

Donc oui, tout allait vraiment pour le mieux... du moins jusqu'à ce qu'ils reviennent. En effet, alors que tout le monde pensait que les vampires avaient vaincus totalement lorsque la Marine avait secouru le village il y a de cela dix ans, la vérité était différente. Un ou plusieurs d'entre eux avaient réussis à survivre et durant toutes ses années, ils avaient préféraient se tenir à l'écart de nous dans le but de reconstruire leurs forces et nous anéantir complètement lorsqu'ils seraient suffisamment nombreux pour marcher sur notre village. Ainsi, alors que le soleil venait tout juste de se coucher, une vingtaine de vampires débarquèrent dans le village et en moins de temps qu'il n'en faut pour dire bonjour, ils avaient asservis toutes les familles, à l'exception de la mienne et de tous les enfants.

En effet, nous étions tous chez moi à écouter mère nous raconter une histoire après avoir eu un bon repas... puis nous entendîmes les bruits de batailles venant de dehors, ma génitrice regarda par la fenêtre et voyant que les ennemis se rapprochaient de notre maison, elle nous dévoila un passage secret dans le sol. Une fois que ce fut fait, elle prit Michella et moi-même à part quelques minutes, elle se mit à genoux devant nous, posant une de ses mains sur mon épaule droite et serrant fort ma sœur avec son autre bras, l'heure de se dire au-revoir était arrivé, je l'avais bien compris.


- Blaze, soit fort, tu es le plus grand du groupe, tu es le seul qui peut les guider actuellement et je sais que tu peux le faire, tu es mon fils après tout. – dit-elle en me souriant et m'agrippant fort l'épaule

- Entendu mère, je le ferais, pour ne pas te décevoir! – répondis-je en essuyant les larmes qui avaient coulés sur mes joues

- Michella ma chérie, reste le plus souvent possible avec ton grand-frère, sourit encore et toujours, surtout dans les moments tristes comme celui-ci, un sourire peut être une source d'espoir, ne l'oublie jamais. – dit-elle tout en lui faisant un câlin

- D'a... ccord Ma... man – répondit doucement Michella dont les larmes coulaient à flot

- Bien maintenant, allez-y!


Ravalant les larmes que je sentais prêtes à couler, je pris ma sœur sur mon dos avant de me mettre à ouvrir la voix aux autres. C'était là la mission laissé par ma chère génitrice et puis il fallait bien que quelqu'un se dévoue pour le bien du plus grand nombre et voyant la tristesse des autres, je compris pleinement les mots qu'elle m'avait dit auparavant, j'étais le seul en état de pouvoir le faire. Une fois que nous furent tous entrer dans le souterrain, je me tournais afin de la voir une dernière fois, je remarquais alors qu'elle aussi pleurait, mais malgré ça, elle me sourit et j'entendis au loin.

- N'oublie surtout pas mon Blaze, tu es le descendant des Trawley et d'un clan d'anges, si tu veux vraiment quelque chose, je suis sûre que tu parviendras à l'avoir... et surtout, vivez heureux mes amours, je vous aime. – sur ces paroles, elle referma la trappe


Bien que le chemin en lui-même n'était pas compliqué à prendre... mais nos sentiments envers nos parents perdus ainsi que notre passé complètement détruit en l'espace de quelques minutes par ses maudits vampires, semblaient nous mettre dans bâtons dans les roues. Devoir retourner en arrière pour soutenir ceux qui s'arrêtaient par découragement, toujours à crier des mots encourageant pour que tout le monde m'entende et le plus importe, garder le sourire en toutes circonstances tant que je n'étais pas tout seul, car si le leader se laissait aller dans la tristesse, nous serions tous perdus. Après tout, il y a avait aucune preuve que les vampires ne trouveraient pas le passage dans lequel nous étions... ainsi c'était un peu une course contre la montre, mais ce détail là, je préférais le garder rien que pour moi, il ne fallait pas que ça tourne à la panique générale. Il nous fallut bien plus d'une demi-heure pour enfin entrevoir le bâtiment naval qui allait nous permettre de survivre à cette horrible attaque nocturne.

Une fois sur place, les membres de l'équipage nous aidèrent gentiment à monter à bord, nous emmenant tous dans la grande salle à manger afin que nous puissions manger un peu avant d'aller dormir... sauf que personne n'arriva à toucher au moindre petit morceau de pain, le chagrin atteint son apogée et tous sans exception étaient en train de pleurer, crier pour évacuer tout ce qu'ils avaient vus. Ne voulant pas le montrer aux autres, je m'éclipsais discrètement de la salle, me rendant sur le pont, je me mis à regarder la mer qui s'étendait toujours plus loin à l'horizon et les larmes se mirent alors à couler à flot, comme pour rattraper tout ce temps où je m'étais retenu.



Chapitre 4
« Voyage en Mer!!! »
Naviguer en mer, voilà qui était quelque chose de totalement nouveau, autant pour moi que tous les autres enfants du village. Bien que la plupart pleurer leurs parents absents, d'autres tombèrent de fatigue, ce qui était normal après ce que nous avions vécus... et me concernant, je regardais droit devant moi cette immense étendue bleutée qui s'étendait en donnant cette impression de ne jamais finir, tout en serrant fort ma petite sœur dans mes bras pour qu'elle se sente pas triste. Enfin, je savais au fond de moi que c'était impossible, bien que j'étais là pour elle, à son âge, ne plus avoir sa mère était un choc et même si elle réagissait pas là – dur de faire quoique ce soit en dormant – ça arriverait une fois qu'elle ouvrirait les yeux.

Bref, tout avait basculer rapidement, trop même, j'avais moi-même du mal à encaisser le tout. Mais une fois encore, je me retrouvais dans une situation où je n'avais pas d'autre choix que d'agir, pour le bien des autres enfants, car j'étais le plus âgé de tous et sans vouloir me vanter, le plus mature également, grâce à ma situation familiale.  Heureusement, les membres de l'équipage que l'on ne connaissais pas, étaient tous très gentil, le médecin et la cuisinière particulièrement, elle nous préparait toutes sortes de bonnes choses afin de nous réconforter tant bien que mal. Mais alors que la situation reprenait des allures légèrement rassurantes, un drapeau noir avec une tête de mort blanche fit son apparition devant nous, se mettant à nous foncer dessus, l'équipage était armé jusqu'au dents et prêt à nous aborder dès que nos bâtiments seraient côte à côté... après tout, j'ai lu un proverbe qui expliquait cette situation: « un Malheur ne vient Jamais Seul! »

Notre équipage n'étant composé que d'enfants et des quelques membres nécessaire pour faire avancer le navire, il ne fut pas dur pour les pirates de nous maîtriser. La première chose qu'ils firent fut de tuer tous les adultes hommes et ils emmenèrent les femmes sur leur bateau, ainsi que toutes les richesses qu'il y avait à la cale. Une fois qu'ils eurent prit ce qu'ils voulaient, ils se retournèrent vers nous, comme-ci maintenant nous existions à nouveau, celui qui semblait être le chef de son charisme plus important que celui des autres, s'approcha de nous. Il nous regarda tous, certains avec plus d'attentions que d'autres, puis il recula légèrement avant de se mettre à faire les ''cents pas'', les secondes passaient devenant des minutes... ce fut au bout d'un bon quart d'heure environ qu'il s'arrêta enfin et avec un grand sourire sur le visage, il pointa Michella du doigt, signifiant qu'il désirait l'emmener. Ni une ni deux, sans réfléchir aux conséquences qui en découleraient, je me levais au même moment, faisant face à capitaine qui me regardait de haut au vu de ma petite taille actuelle.


- Attendez, prenez-moi à la place de ma sœur, je vous en prie.


Je n'eus pour réponse de la part des pirates qu'un simple rire moqueur, prouvant à quel point ils en avaient rien à faire de moi. Mais je ne pouvais pour autant reculer maintenant, ils s'apprêtaient à m'enlever l'unique famille qui me restait et c'était juste quelque chose que je pouvais pas tolérer, quitte à devoir me sacrifier pour l'empêcher de devenir l'esclave de quiconque. J'étais le grand-frère, il était de ma responsabilité que de protéger ma petite sœur en toutes circonstances et je vivais actuellement l'un de ses moments où c'était à moi d'encaisser à sa place.


- Si c'est faire le ménage, la vaisselle je suis tout à fait apte pour ses tâches. Je sais même me débrouiller dans la cuisine, je pourrais aider votre ''Cook'' afin que vos repas soient prêt plus rapidement.


Mon regard planté dans celui du capitaine ennemi, il était hors de question de les laisser partir avec Michella... mais allait-il cependant me prendre la place ou s'entêter à la vouloir elle. Dans le cas de son obstination, j'allais avoir besoin d'un plan pour montrer que j'étais déterminé à tout pour la protéger d'un avenir sans espoir à servir encore et encore d'horribles pirates comme eux, tuant et pillant à tout va sans se soucier des innocents qui seraient tués par leur faute. Le leader ennemi soupira bruyamment avant de commencer à marcher vers son navire, tout en ordonnant à ses sbires de rien oublier du trésor et d'emmener la petite demoiselle comme prévu depuis le début. Bien, je devais maintenant attendre que la plupart des pirates soient retourner sur leur bateau, puis je me lancerais sur celui qui tenait Michella et le forcerait à la lâcher d'une manière ou d'une autre... pas encore, toujours pas, encore peu, maintenant.


- NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON!!!


Tout en criant je fonçais tête baissé et bien en avant sur le vilain qui avait ma sœur. Le coup de tête ne lui pas grand-chose, juste suffisamment mal pour qu'il libère ma sœur, puis tout en lui souriant, je la pris dans ma bras et je la lançais rapidement sur l'autre navire avant d'aller vite faire tomber dans l'eau, l'espèce de planche qui reliaient les deux bateaux entre eux. N'ayant que neuf ans, je n'étais pas en mesure de battre ne serait-ce qu'une de ses fripouilles, qui pourraient facilement aller reprendre Michella s'il leur capitaine leur en donnait l'ordre... mais j'étais fier de moi, j'avais pu agir tel qu'un grand-frère était supposé le faire.


Gamiiiin de Merde!!!


A peine eut-il dit ses mots que le leader forban s'approcha de moi. Il m'attrapa alors par le coup, il me jeta contre l'un de murs du bateau, ce qui me fit hyper mal, je sentais la douleur parcourir tout mon petit corps, cependant, pour accomplir la dernière volonté de ma génitrice, je luttais pour ne pas tomber dans les pommes pour le moment.


- Capitaine, est-ce qu'on retourne chercher la gamine?

- Non pas la peine, il n'y a plus personne pour faire bouger leur bateau, ils mourront de faim dans quelques jours. Et puis, même s'il m'a fait chier sur le coup, il faut reconnaître que ce garnement à de la résolution, il prendra sa place en tant que commis et devra se plier aux ordres de Braskinov qui en aura l'entière responsabilité. Allez, sur ce, en route pour la prochaine île.


Sur ces mots, je me tournais vers Michella et mes amis qui semblaient pleurer tout en me fixant. Bien que j'étais sur le point de m'évanouir, je ne pouvais pas leur montrer mon côté faible, alors je continuais encore et toujours à leur sourire tout en leur faisant un grand signe de la main. Nous prenions désormais des chemins différents, mais j'étais sûr et certain, que tôt ou tard, nous aurions la grande joie de pouvoir nous revoir et contempler combien nous avions grandis et changés depuis ce jour fatidique... une fois que nous fûmes hors de leur champ de vision, je laissais les ténèbres m'envahir et je perdis conscience.



Chapitre 5
« la Liberté ça se Gagne!!! »
Deux longues années venaient de s'écouler. Vivre sur un navire allant d'île en île n'était pas spécialement désagréable, bien au contraire, cela me plaisait grandement et j'espérais tôt ou tard m'échapper de cet équipage et qui sait en trouver un qui ne serait pas aussi pourrit. En effet, ce que je n'appréciais pas chez ces forbans comme eux était qu'ils utilisaient leurs libertés pour saccager, piller et tuer des innocents par simple plaisir... combattre contre les enflures qui se mettaient en travers de leur chemin ou bien la marine, je le comprenais mais massacrer des citoyens qui n'avaient rien demander et qui ne pouvaient pas se défendre, je trouvais ça juste horrible.

Heureusement pour moi, je n'avais pas à participer à leurs assauts, préférant me laisser en cuisine pour préparer les repas de l'équipage. Bien que complètement différent, ce n'était pas une tâche facile pour autant, après tout, je n'avais encore que onze ans et qu'ils étaient plutôt nombreux, signifiant qu'il fallait une importante quantité de nourriture pour tous pouvoir les rassasier. Faire les marchés, trouver les meilleurs ingrédients possible et puis me mettre aux fourneaux, tout en étant surveiller par leur ''Cook'' qui adorait spécialement me taper sur les doigts lorsque je me trompais dans une recette.... voilà ce qu'était mon quotidien depuis que j'avais embarqué ici à la place de ma petite-sœur.

La seule véritable nouveauté pour moi était que nous avions quitté South Blue pour venir sur North Blue. Pourquoi est-ce qu'il avait soudainement décider de changer de mer comme ça? Je n'en avais pas la moindre idée, après tout, ils ne se donneraient pas la peine d'expliquer ce genre de situations à un petit gamin passant son temps derrière un plan de travail... Et puis, dans mon cas, que je fasse les marchés sur une île du Nord plutôt qu'une île du Sud n'était pas grandement différent au final... enfin c'était là ce que je pensais au début...


–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––


Plusieurs mois passés sur North Blue, la vie bien que pas parfaite pour moi, suivait doucement son cours. Certes j'appréciais la cuisine depuis que je n'était qu'un enfant, adorant aider ma mère à faire de petits plats, donc préparer ceux des pirates n'était pas une si mauvaise chose que ça... après tout, j'aurais pu être enchaîné et passer mes journées dans une cellule tout au fond de la cale, ne voyant plus le soleil pendant plusieurs mois... oui ma situation n'était pas la pire. Cependant, ce n'était pas moi qui avait choisit de me trouver ici, je n'avais pas eu d'autres choix que de monter à bord... mon seul désir actuel était de réussir à m'enfuir, mais bien que je fis de nombreuses tentatives, aucun d'elles ne fonctionnèrent et cela devint de plus en plus compliqué pour moi, parce que j'étais en permanence sous la surveillance de non pas un, mais bien deux ou trois gardes selon les situations.

Puis enfin, nous arrivâmes sur Luvneel, royaume qui était connu pour avoir naître la famille Montblanc. Nom très célèbre sur North Blue, autant pour ses grandes explorations fructueuses pour le compte du roi, que pour son ancêtre qui fut exécuté comme étant le ''Roi des Menteurs''. Bien que ce n'était pas la première île du nord que je visitais, voir autant de neige tomber et marcher sur un sol constamment blanc n'était pas quelque chose que dont j'avais l'habitude de vivre... après tout sur South Blue ma mer d'origine, parmi tous les îles que j'avais pu visiter de prêt ou de loin, il n'y en avait aucune de la sorte, bien au contraire, vu son climat bien plus chaud qu'ici.

Comme habituellement, je dus aller faire les provisions alimentaires avec mon escorte, mais ayant terminé avant le délai imposé, je fus autorisé à faire un peu de tourisme et visiter ce tout nouveau lieu. Il y avait toutes sortes de boutiques, comme un peu partout car, c'était le minimum pour pouvoir vivre, mais ce n'était pas le plus marquant, non, c'est une certaine place qui attira spécialement mon attention puis que je l'avais déjà vu... enfin, dans le livre comptant les histoires de Montblanc Norland. Oui il s'agissait de la grande place où il avait annoncé à toute la population de Luvneel qu'il ne mentait pas, que la citée d'or existait bel et bien, avant de se faire tuer par les bourreaux du roi. La seconde chose à laquelle on ne pouvait pas échapper en visitant un peu l'île était cet immense chantier naval, preuve que l'activité principale de l'île était maintenant de réparer et construire des bateaux.


- C'est l'heure, retournons au navire et vite – dit l'un de pirates


Une fois de retour sur le bateau, entre les préparations pour le repas du midi et du soir, sans oublier la collation de l'après-midi, je n'eus pas le temps de m'ennuyer. Lorsque je pus sortir sur le pont quelques minutes pour prendre l'air, je remarquais que le soleil avait commencé à descendre et la lune elle pointait petit à petit le bout de son nez, signifiant que la journée était sur le point de se clôturer... mais contrairement aux autres fois, nous ne levâmes pas l'ancre, apparemment, le capitaine semblait vouloir prendre un peu de repos bien mérité après avoir navigué jusqu'ici sans véritables haltes. Ce qui n'était pas pour me déplaire, bien au contraire, cela signifiait que j'aurais plus de temps pour ma familiariser avec les lieux et ainsi, peut-être que je parviendrais à trouver un moyen pour enfin me faire la malle.


- Capitaine, combien de jours allons-nous restés ici? – osais-je demander

- Pourquoi est-ce que ça t'intéresse stupide gamin?

- Afin de réfléchir aux menus des journées à venir, pour que vous ne mangiez pas la même chose repas après repas. Et aussi pour que je sache quel jour on partira pour faire le plein complet, histoire qu'on ne soit pas en manque de nourriture avant que l'on arrive sur la prochaine île.

- Je vois, nous lèverons l'ancre la soirée du cinquième jour, donc ça fait encore quatre jour à passer ici.

- Bien compris.


Maintenant que je savais combien de temps j'avais devant moi, je pus commencer à réfléchir à tout cela. Et dans l'optique de tirer ma révérence, je me mis à observer les moindres petits détails, que ce fusse dans les ruelles ou même dans les magasins, il ne fallait rien laisser au hasard. Après trois jours de recherches, il m'apparut que le bar de la ville, qui faisait aussi auberge et restaurant, serait ma meilleure chance pour fausser compagnie à ses pirates de pacotille... entre les nombreux clients, le désir de boire de mes surveillants, oui il n'y aurait pas mieux comme lieu. Le seul petit soucis, s'il devait y en avoir un, était que je n'avais plus que demain pour réussir à m'en aller, sinon, le navire pirate lèvera l'ancre dans la soirée et je pourrais alors dire adieu à mon envie de liberté. Une fois que tous furent bien rassasier et que j'eus terminé de nettoyer ma cuisine et mes ustensiles, je pris un bon bain et pris la direction de ma petite chambre, m’asseyant à mon bureau afin de bien réfléchir en détail à un plan pour lendemain... tellement concentré sur tout ça, je ne vis pas le temps passer que le soleil se levait déjà.

Bien que je n'avais pas dormi de toute la nuit, je ne me sentais pas spécialement fatigué, au contraire, j'étais excité à l'idée de retrouver enfin une totale liberté. L'heure d'aller faire les courses arriva plus rapidement que les autres – du moins j'en avais l'impression – et je ne pouvais pas m'empêcher de sourire bêtement, car si tout se passait bien, je n'aurais plus jamais besoin de revenir sur ce navire. Comme ils repartaient le soir-même, aujourd'hui était la dernière possibilité de réapprovisionnement, aussi nous passâmes plus de temps que les autres fois à tout regrouper, ainsi le temps s'écoula et il était déjà l'heure de l’apéritif lorsque nous arrivions à proximité de la taverne, tel que je l'avais envisagé durant ma nuit blanche.


- Messieurs, après un effort tel quel celui-ci, je boirais bien un petit lait à la fraise, ça ne vous direz pas de vous rafraîchir en nous arrêtant un petit moment ici? – demandais-je en pointant la taverne du doigt

- C'est vrai qu'un bon verre de rhum ne serait pas de refus après avoir passés autant de temps dans les magasins, bonne idée petit gamin. – répondit le ''leader'' du trio tout en me tapotant la tête


Le première étape était maintenant accomplie, il ne me restait plus qu'à prendre mon mal en patience et attendre le bon moment. Alors que nous arrivions à notre table, se situant le plus loin possible de la porte d'entrée, je remarquais que comme tous les autres jours, il y avait bien de la foule, notamment un grand groupe d'une dizaine de personnes, toujours assis au comptoir, à picoler et se fendre la poire. Après avoir passé ma commande, je laissais échapper un petit soupire de soulagement, ils étaient là et c'était tout ce qui comptait, après tout, ils étaient le moyen le plus sûr que mon plan réussisse. Une lait à la fraise, puis un second lait à la fraise et comme on dit: « Jamais Deux sans Trois! », un troisième lait à la fraise... puis il fut temps pour moi d'aller au toilette, le seul lieu où les trois idiots ne m'accompagnaient pas.

Une fois que je me fus laver les mains après avoir fait mon petit besoin, je revins discrètement dans la salle principale. Utilisant ma petite taille à mon avantage, je pus me cacher sous les tables ou autres meubles du même genre, tout en avançant ainsi, ce qui me permit de n'attirer aucun attention sur moi. Les trois idiots ne me voyaient pas, après tout je n'avais pas choisit l'endroit le plus éloignée pour rien, calme et serein, j'arrivais sous la tablette la plus proche de la sortie, il ne me restait plus qu'à ne plus bouger de là jusqu'à ce que le groupe de dix termine de boire. Ainsi le pire moment de mon plan commença, l'attente sans rien faire, chose que je n'appréciais pas vraiment, appréciant bouger en toutes circonstances, j'étais du genre actif... mais il fallait que je prenne sur moi, ma liberté était en jeu. Dix minutes... quinze minutes... vingt minutes... vingt-cinq minutes... le temps passait lentement, beaucoup trop lentement pour moi...

Angoissant, les adultes mettaient plus de temps que les autres jours pour boire... sûrement parce qu'une de leur conversation n'était pas terminé. Je vis alors au loin une tête apparaître dans mon champ de vision et je reconnus aussitôt l'un des pirates, ne me voyant pas revenir, il avait du se dire que j'étais enfuit et il se mit donc à marcher en direction des toilettes pour aller vérifier cela. Cela ne faisant pas partit du plan que j'avais échafaudé, je commençais à perdre espoir, à me dire que c'était là qu'une vaine lutte et que le trio allait finir par me remettre la main dessus pour me ramener à leur capitaine de merde... mais le hasard, ou le destin, selon les croyances allait me venir en aide. En effet alors que celui qui était à ma recherche avançait, deux types d'une table à côté commencèrent à se taper sur la gueule et dans l'action, un objet vola jusqu'au pirate qui se le prit en plein dans le visage, se retrouvant ainsi impliqué. Voyant leur camarade taper sur les responsables, les deux autres vinrent prêter main forte, ce qui devint un gros bordel dans la taverne et je ne pus pas m'empêcher de soupire devant la bêtise de certains pirates.

- Bien, allons-y avant d'être prit entre deux feux.


Tendant l'oreille, j'entendis les mots de celui qui semblait diriger le groupe d'adultes, ce qui était la meilleure nouvelle possible pour moi. Partir pile à ce moment fut une excellente idée de leur part, car peu de temps après, des tables et des chaises volèrent jusqu'au comptoir avant de se briser contre celui-ci, fichus types bourrés, ils se moquaient de qui ils visaient tant que ça finissait par toucher quelqu'un. Reportant mon attention sur mon moyen de m'échapper, je remarquais que les premiers adultes étaient déjà sortis, profitant de la pagaille générale, je me remis à marcher tout en restant sous les tables et profitant de ma taille, je parvins à m'incruster dans le groupe comme je l'avais prévu et ainsi, je sortis incognito de la taverne. A peine j'eus poser un pied hors du bâtiment, que je ne pus pas retenir la joie qui m'envahissait.

- ENFIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN LIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIBRE!!!



Ⓒ Blaze
Revenir en haut Aller en bas
Blaze Trawley

avatar
Messages : 6

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 4.473.000 B

MessageSujet: Re: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   Mer 4 Juil - 1:42



Racontez nous une Belle Histoire!!!



Chapitre 6
« Je veux devenir Plus Fort!!! »
La liberté, quelque chose que j'avais désiré depuis ce jour fatidique où l'équipage pirate avait pillé notre navire d'évacuation... et enfin, je l'avais obtenu. Cela faisait maintenant quelques mois que je me trouvais sur une autre île de North Blue du nom de: ''Yakoutie Island''. J'étais devenu l'apprenti cuisinier auprès du meilleur dans le domaine se trouvant en ce lieu.et chaque avec lui était vraiment génial, car j'apprenais toujours quelque chose de nouveau, ce qui me permettait de m'améliorer et de me rapprocher un peu plus de mon objectif.

La seconde chose qui avait changé et qui m'avait grandement manqué durant mes années en mer avec les pirates: l'espoir, le rêve. En effet jusqu'à maintenant, je n'avais jamais vraiment réfléchit à l'avenir, ni à ce que je désirais vivre ou devenir par la suite... mais cela n'était plus le cas grâce à Maître Murakibara, qui en plus de m'apprendre à mieux cuisiner, me parler sans cesse de ''All Blue'' la mer dites mystique.  Ainsi à force de l'entendre dire que c'était la mer de rêve de tous les cuisiniers, car elle possédait les poissons de tout le globe au même endroit, ce qui était vraiment l'idéal pour tous ceux de ma profession, naquit en moi une envie de la découvrir envers et contre tous. Certes jusqu'à maintenant personne n'avait réussi à la trouver, ce qui lui avait valu le titre de mer de légende, mais cela ne signifiait pas pour autant qu'elle n'existait pas... et vu la passion qui animait mon maître lorsqu'il parlait d'elle, j'étais sûr et certain qu'elle était bel et bien là quelque part. Désormais âgé de douze ans, je n'avais pas un mais deux rêves: le premier donc étant de devenir le meilleur cuisinier toutes mers confondues et le second d'être le premier aventurier qui réussira à trouver ''All Blue'' prouvant ainsi à tous son existence.

Oui c'est bien beau tout cela, mais comment est-ce que j'avais réussit à arriver sur cette île? Pour vous expliquer cela, il va nous falloir remonter quelques mois en arrière, plus précisément au merveilleux jour où j'obtins ma précieuse liberté tant attendue.


Flash Back!


- ENFIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN LIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIBRE!!!


A peine j'avais dit ces deux mots-là, que je me mis à sauter un peu partout en l'air, poussé par la joie d'avoir vu mon plan réussir... mais cela attira également l'attention des adultes que j'avais utilisé pour me dissimuler des trois idiots et qui se trouvaient autour de moi.Tous me regardaient, ce qui était tout à fait normal, après tout, je me trouvais là alors que ça n'aurait pas du être le cas, en plus de ça, je ne les connaissais pas le moins du monde et eux ne me connaissait pas non plus... après un petit silence de quelques secondes, celui qui avait parlé dans la taverne s'approcha de moi et il prit la parole.


- Euh, qui êtes-vous petit garçon? Et pourquoi êtes-vous au milieu de notre groupe?

- Chuuuuuuuuuuuuuuuuut! Je vous répondrais, mais s'il-vous-plaît, changeons d'endroit rapidement, sinon les trois idiots vont finir par me retrouver.

- Tu cherche à fuir quelqu'un intéressant. On va t'emmener sur notre navire, là-bas tu pourras parler librement.


A peine le monsieur eut terminé sa phrase que le costaud de leur groupe m'attrapa et me souleva sans la moindre difficulté et ils se mirent alors tous en route vers les quais. Avec leurs vitesse, il ne fallut pas bien longtemps avant que d'atteindre notre destination, nous ne restâmes pas longtemps sur le pont, allant directement dans la grande salle à manger, après tout personne n'avait encore pu manger et puis, d'après leur leader, il s'agissait de leur plus grande pièce. Une fois que tous se furent assit, hormis le cuisinier qui s'était mit aux fourneaux, nous en profitâmes pour tous nous présenter.


- Bien, je suis Jason le leader et canonnier de cette petite équipe. Voici Murakibara le cuistot, Warney le charpentier, Donald le médecin, Ivan le navigateur, Diane l'archéologue, Esméralda la musicienne, Juliana la bretteuse et pour terminer Sorina l'inventrice.


Au fur et à mesure qu'il m'indiquait les prénoms des personnes, je regardais bien qui était qui, même si il était sur que je n'arriverais pas retenir tout dès le début... hormis Murakibara qui était cuisinier comme moi et Warney, le type super costaud qui m'avait porté comme-ci je n'avais été qu'un simple sac de patates. Leur souriant à mon tour, il était temps que je me présente non?


- Enchanté vous tous. Moi c'est Trawley D. Blaze. – dis en inclinant légèrement la tête

- Maintenant que ça s'est fait, nous t'écoutons mon garçon.


Comme j'avais moi-même dit que je leur raconterais et qu'ils avaient l'air de vraiment vouloir le savoir, ben je me mis donc à leur parler de ce que j'avais vécu depuis la nuit où les vampires avaient anéanti mon village natal. Marquant quelques poses pour déguster le succulent repas fait par leur cuisinier, qui était vraiment très doué et au vu de son âge, il avait une très grande expérience, il savait vraiment comment faire pour assaisonner le plat ou comment faire plaisir à chacun de ses nakamas. Une fois que j'eus terminé mon histoire, je jetais un rapide coup d’œil aux gens autour de moi, ils avaient tous l'air triste... tout particulièrement l'un d'entre eux, qui était en train de pleurer, chose à laquelle je ne m'étais pas du tout attendu. Jason m'emmena dans sa chambre en disant que j'étais libre de prendre une douche aussi longue que je le voulais, car lui et les autres avaient apparemment besoin d'un moment seul pour discuter entre eux. Une vingtaine de minutes plus tard, après avoir bien profité de l'eau chaude, je m'étais séché et habillé avec des habits que l'on avait laissé là à mon attention et je retournais dans la salle à manger en marchant tranquillement, j'ouvris la porte et tous les regards pointèrent vers moi.


- Assis-toi Blaze! – demanda Jason

- Euh oui bien sûr. – répondis-je en regagnant la place que j'occupais tout à l'heure.

- Après de longues minutes à discuter entre nous, nous sommes arrivés à la conclusion suivante, que dirais-tu de te joindre à nous? Naviguer à nos côtés, découvrir de nouvelles îles, sans pour autant avoir à combattre la marine, après tout, nous ne sommes que des civils qui aimons être en mer et voir toutes sortes de nouveautés. Sans oublier que Murakibara serait bien content d'avoir un jeune apprenti. – conclut-il en me faisant un petit clin d’œil

- J'accepte!


Réponse directe et franche, en même temps, pourquoi refuserais-je pareille offre? Je pourrais voyager sur un bateau, apprendre à me perfectionner dans ce art que j'aimais particulièrement, tout en gardant ma liberté de mouvements, c'était tout ce dont j'avais rêvé, si ce n'était que j'aurais plus pensé que mon équipage serait plus jeune que ça. Pour conclure tout ça, il me mit un peu de saké dans une coupe, il en prit une également, puis après les avoir cognées l'une contre l'autre, nous bûmes cul sec.


Fin Flash Back


Me souvenir de ma rencontre avec eux me fit verser quelques petites larmes, tellement j'étais ravi d'avoir pu croiser leurs routes à tous. Leur bateau était grand et très beau, chacun en plus d'avoir une chambre à lui, avait une pièce appropriée à sa fonction au sein de l'équipage, ainsi que tout pleins d'ustensiles, ce qui permettait à chacun de faire de leur mieux lorsque la situation nécessitait l'intervention de telle ou telle profession. Ainsi, lorsque je n'étais pas en cuisine, c'était dans la salle d'entraînement et de musculation que je me trouvais, car en effet, s'il y avait bien une chose que j'avais apprise au cours de trois années qui venaient de s'écouler, c'était que j'étais faible... n'importe quel pirate de bas étage avait facilement sa chance pour me battre tandis que moi, je n'étais jamais parvenu à taper quoique ce soit jusqu'à maintenant. Mais cela n'allait changer sans que je ne soupçonne le comment du pourquoi.


–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––


Le temps passait extrêmement vite lorsqu'on était occupé et vu que je l'étais constamment chaque jour, je ne me rendais pas compte que cela faisait plus deux ans que j'avais rejoins l'équipage. Grâce à eux, j'avais obtenu de très grandes connaissances en cuisine, au point que parfois, Maître Murakibara me laissait m'occuper du repas tout seul, afin de montrer à tous les progrès que j'avais fait dans ce domaine qui me tenait tant à cœur. J'avais également prit pas mal en muscles, autant sur les bras que les jambes, mais là où c'était le plus visible étaient mes abdominaux et pectoraux, grâce à Warney, j'avais eu un planning bien précis, que j'avais suivit chaque jour et menant au résultat actuel, qui ne donnait pas du tout l'impression d'avoir un ado de moins de quatorze ans en face. Ainsi, il m'était arrivé sur certaines îles où nous nous étions arrivés d'avoir recourt à la force et contre des adversaires normaux, tel que le trio d'idiots qui me surveillaient autrefois, j'arrivais sans problème à me défendre, voir même à les battre à trois contre un, après tout, comme le disait si bien mon maître cuisinier: « Tout Effort est Récompensé! »

Cela faisait maintenant deux jours que nous avions accosté à ''Seppen Town'', la dernière île de North Blue. Oui c'était le lieu final pour tout aventurier désireux de changer de Blue ou pour ceux qui avaient envie de défis plus important, car c'était après que l'on trouvait l'entrée pour Grand Line en utilisant le courant ascendant de la ''Red Mountain''. Dans notre cas, il s'agissait d'une simple halte touristique, découvrir un peu à quoi ressemblait l'île et essayez de découvrir des endroits intéressants, tout en s'amusant et passant du bon temps tous ensembles entre nakamas... enfin c'était ce qui était prévu à la base, mais tout fut chamboulé lorsque je me perdis dans la ville. Comment avais-je réussis mon coup? Et bien, premièrement, la ville était plus grande que ce que j'avais imaginé en la voyant au loin et deuxièmement, c'était la faute des habitants d'avoir un magasin de sucrerie au milieu d'une ruelle qui était parallèle à une autre... ainsi ne pouvant pas ne pas suivre mon odorat qui me signaler ce bâtiment qui sentait un mélange de bonbon, de caramel et autres douceurs.


* Miiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiam *


Sur le moment, ça avait été une excellente idée, mais maintenant que je constatais que les autres n'étaient plus là, ça l'était un peu, beaucoup moins. Ne sachant pas vers où ils étaient tous allés, je décidais de rentrer au navire pour essayer de les contacter via le ''Den Den Mushi'' qui s'y trouvait... mais le destin en voulu autrement. Alors que je marchais d'un pas ferme pour arriver à ma destination, quand un cri perçant se fit entendre non loin de là où je me trouvais, ni une ni deux, je tournais sur ma droite afin de me rendre à la source et aider la personne qui était en danger. Une fois sur place, je remarquais qu'il s'agissait d'un petit garçon, qui était entouré par trois autres gamins, qui étaient plus grand que lui, voir cette scène me ramena en arrière lorsque les brutes de mon âge n'arrêtaient pas de me taper... alors que l'un d'eux allaient frapper la petite victime, j'interposais en lui attrapant le bras. Tout en gardant mon sourire, je me tournais alors vers l'enfant recroquevillé au sol.


- N'ai plus peur, tout va bien maintenant, lève-toi et rentre auprès de tes parents petit. – puis me tournant vers les autres je repris. Si vous voulez encore vous défouler, je serais votre adversaire petits garnements.

- Tu fais le malin car tu es plus grand, mais est-ce que tu le feras toujours en face de mon grand-frère? – dit l'un d'eux tout en explosant de rire


Quelques seconde plus tard, une silhouette qui était dans l'ombre en sortie et commença à s'avancer vers moi. Une fois pile en face il s'arrêta et baissa les yeux dans ma direction, je ne savais pas son âge, mais punaise qu'est-ce qu'il était grand... mais malgré tout, je ne pouvais pas reculer maintenant que j'avais fait tout cela. Comme il était certain que je pourrais échapper au combat, je décidais alors de donner mon maximum afin de ne rien regretter, aussi je me mis en position, jambes en équerre, étant droitier, ma main droit se trouvait plus en avant que la gauche. Après quelques secondes d'échanges de coups de poing, il décida apparemment d'augmenter la puissance de ses impacts, ce qui lui permit de prendre clairement le dessus sur moi, brisant totalement ma garde et alors qu'il préparait son coup final, je fermais les yeux en guise d'abandon.... mais rien ne se passa.


- Félicitation jeune-homme, tu as été très courageux.


Sur ces mots qui parvinrent doucement à mes oreilles, je rouvris mes pupilles afin de voir celui qui me parlait. Et là devant moi se trouvait un homme aux cheveux oranges, avec des yeux comme je n'en avais jamais vu auparavant, de couleurs violet avec des espèces de cercles qui semblaient diviser sa pupille et un grand nombres de piercing un peu partout sur le corps d'après ce que je pouvais voir. Il s'avança dans ma direction, puis mettant un genou à terre, il posa ses deux mains sur mes épaules avant de mettre son regard dans le mien et tout en me souriant, il prit la parole.


- J'ai observé ton comportement avec le petit garçon qui pleurait et ceux qui le maltraitaient, tu as bien agis, soit fier de toi. Cependant, j'ai l'impression que tu es frustré, qu'est-ce qui ne va pas?

- Je n'aime pas devoir compter sur les autres pour régler quelque chose, j'aimerais devenir plus fort pour arriver à aller jusqu'au bout d'une situation comme celle-ci la prochaine fois, mais avant tout, je hais ma faiblesse que je traîne depuis tant d'années, à cause de laquelle, j'ai dus dire adieu à tant de personnes qui m'étaient chères. – répondis-je en tout sincérité, tout en essuyant les quelques larmes qui s'étaient mises à couler sur mes joues

- Hum, voilà qui est très intéressant, je peux t'aider à réaliser tout ça. – dit-il en me montrant une espèce de fruit

- Qu'est-ce donc que ça?

- Si tu viens avec moi et que tu entraîne ton corps bien comme il faut durant les deux prochaines années, je te le donnerais et tu obtiendras d'incroyables pouvoirs. Je répondrais à toutes tes questions et t'enseignerais tout ce que tu voudras savoir également. Qu'en dis-tu?

- Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que je peux vous faire confiance et si vous pouvez vraiment réellement me rendre plus fort, je ne pourrais pas être plus content. Attendez-moi ici, je vais récupérer mes quelques affaires et laisser un mot d'au-revoir aux compagnons avec qui je voyageais jusqu'à maintenant.


Aussitôt dit aussitôt fait, je me rendis sur le navire pour prendre mes quelques habits et ustensiles que les autres m'avaient gentiment offert. Après avoir un tour de toutes les pièces, histoire de les voir une dernière fois, je m'assis à une table afin d'écrire un mot pour l'ensemble de l'équipe, les remerciant principalement pour tout ce qu'ils avaient fait pour moi durant ses années en leur compagnie, tout spécialement Maître Murakibara qui m'avait enseigné toutes ses connaissances culinaires acquises au fil de son expérience. Ce fut avec les larmes aux yeux que je posais ma lettre sur la table à manger et que je me rendis sur le pont, jetant un rapide dernier coup d’œil, je descendis la rampe et retournais auprès de l'homme aux cheveux oranges.

- Merci de l'attente, on peut y aller.



Chapitre 7
« Entraînement et Héritage!!! »
Miraï Kilik était le nom de cet étrange homme qui m'avait prit son aile suite à notre rencontre sur North Blue. Après ce jour-ci, nous avions embarqué sur petit bateau qu'il possédait et pouvait manœuvrer tout seul et le navigation ne fut pas de tout repos, faisant de mon mieux pour l'aider à gérer l'embarcation lorsque des tempêtes et autres événements naturels se présentaient à nous. Il nous fallut bien quinze jour pour arriver sur une île volcanique de South Blue, portant le doux nom de ''Kawaii Kazan Shima'', le jour où nous accostâmes resterait gravé dans ma mémoire, après tout, c'était également le jour qui m'avait vu naître quatorze années en arrière.  La première chose que nous fîmes une fois au sol, fut de planquer le petit navire, car apparemment, mon mentor vivait ici dans le plus grand secret, sans que personne, hormis son ami d'enfance et ancien membre de son ancien équipage pirate, ne le sache. Pour ce faire, il avait élu domicile dans une zone forestière et surtout, il n'allait jamais en ville, pour ne pas croiser quelqu'un pouvant le reconnaître. Une fois que nous atteignîmes sa cabane se trouvant dans la cime du plus haut des arbres, nous posâmes nos affaires et  comme la lune était en train de se coucher, nous déployâmes nos duvets dans lesquels nous entrions, mais maintenant que nous avions enfin un peu de calme, je n'arrivais pas à trouver le sommeil.


- Dit Kilik, pourquoi est-ce que tu cache de la sorte?

- Parce qu'autrefois, comme je te l'ai déjà dit, j'étais capitaine d'un équipage pirate et lors d'un événement précis, j'avais obtenu une prime sur ma tête. Jusque là rien de bien inquiétant pour un forban, mais quelques jours après que j'ai vu ma tête affiché en ville, un vielle homme avec de longs cheveux blancs m'attrapa et grâce à son pouvoir, il me priva du mien, je me retrouvais ainsi sans rien pour me défendre ou protéger qui que ce soit... ce qui conduit à la situation actuelle où je vis dans l'ombre.

- Je comprends. Sinon, en quoi va consister exactement mon entraînement?

- A te forger un corps pouvant être capable de supporter le pouvoir du fruit du démon que je t'ai montré lors de notre rencontre. Tu vas devoir faire de l'exercice physique chaque jours, en raison de deux séances par jours, afin de te faire gagner en masse musculaire un peu partout, même si tes abdominaux et tes pectoraux seront privilégiés. Avec ça, je t'apprendrais également la base du combat corps à corps, afin que tu puisse te défendre sans trop de soucis lorsque nous irons sur des îles avec des animaux sauvages, voir des tribus indigènes hostiles.

- Tout cela m'a l'air bien intéressant. – déclarais-je motivé comme jamais. Ah oui est-ce que j'aurais le temps, en plus de tout ça, de continuer à m'entraîner en cuisine? Après tout, lorsque les deux ans seront passés, je partirais sûrement à la recherche d'un équipage et je voudrais qu'ils puissent se régaler de mes plats.

- Tu es libre de ce côté-là, il y a une bibliothèque dans la ville principale, tu y trouveras sûrement ton bonheur.

- Entendu, merci pour tes réponses, bonne nuit.


Et elle serait bonne à n'en pas douter... après tout, même si j'avais pas de supers moments avec Jason et Maître Murakibara, pouvoir devenir plus fort et obtenir un pouvoir qui me permettrait de pouvoir protéger les gens que j'aimais était quelque chose que j'avais toujours désiré. Surtout lors de ces moments seuls où je ne pouvais pas m'empêcher de ressasser mon passé et la perte impuissant de mon village natal aux mains des vampires, ainsi que l'abandon de Michella et des autres enfants sur un bateau qui ne pouvait plus naviguer... tout était arrivé à cause de mon incompétence. Enfin, le passé ne pouvait pas être changé, je n'avais plus qu'à aller de l'avant et empêcher que ce genre de moments ne se reproduisent et j'avais trouvé le mentor qu'il fallait pour cela, fermant alors mes yeux, ce fut le sourire aux lèvres que je rejoignis le doux pays des rêves.


–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––


Mon planning fut tellement chargés que les deux années passèrent plus rapidement que jamais. Entre la musculation intensive, l'apprentissage des mouvements de corps à corps et la pratique en cuisine, je ne m'étais jamais ennuyer une seule petite minute, au contraire, j'avais presque eut l’impression de manquer de temps. Bien que j'avais grandement appréciés ce moments qui me rapprochaient plus de mon objectif d'un jour découvrir All Blue, ce que j'avais le plus aimé fut les instants histoire que nous avions le soir après notre dîner. J'avais ainsi apprit que Kilik avait eu un pouvoir phénoménale qu'était le ''Gōro Gōro no Mi'' et qu'il avait aider à détruire un ''Pacifista'' alors qu'il n'était encore que sur South Blue, ce qui indiquait la puissance qu'il avait possédé autrefois, mais aussi le comment du pourquoi il en était là aujourd'hui. En effet, perdre ce don si merveilleux n'avait pas du être chose facile, ne plus être mesure de protéger quiconque ou de continuer de partir à l'aventure avec ses nakamas, remplit de tristesse, j'avais alors affirmer que je ferais tout mon possible pour hériter de sa volonté et de son pouvoir, afin de voyager pour moi, mais aussi pour lui.

Ainsi, déjà qu'avec mon temps avec mon ancien équipage j'avais pu décider d'objectifs à atteindre... mais voilà que grâce à mon mentor, j'en avais encore découverts quelques uns: comme le suivant: vivre librement sans juger appartenance de quelqu'un à une faction comme base, mais apprendre à connaître une personne pour qui elle était réellement. Mais ceux qui me tenaient plus à cœur était de retrouver certains des amis de Kilik qui voyageaient encore et toujours sur le globe, tel que Kabayochi M. Kiru, ami qu'il avait rencontré par le passé avant de le croiser à nouveau il y a peu, Kuroro Kururu son ancienne nakama et Nakata Fenice son grand-frère de cœur. Pour prouver mon désir d'accomplir tout cela, je me fis faire deux tatouages, me permettant chaque jour lorsque je lave ou lorsque je me change, de me rappeler tout cela.

Arriva alors le jour final où il avait été prévu que je quitterais ''Kawaii Kazan'' une fois les objectifs fixés atteint. Ainsi, je me trouvais à côté de mon embarcation, mon sac était déjà à l'intérieur, j'étais fin près pour entamer ma folle aventure, il ne me restait plus qu'à attendre mon mentor qui avait dit venir me dire au-revoir... il avait juste oublié de préciser quand il viendrait, donc je devais prendre mon mal en patience.


- Me voilà Blaze, désolé du retard.

- Il était temps hein. – rétorquais-je en souriant

- Deux trois petites bricoles à régler. Enfin, maintenant que tu t'es forgé le corps qu'il faut, tu te sens prêt pour partir vivre tes rêves?!

- Physiquement prêt maintenant, mais mentalement, ça fait un moment que je le suis, j'attends ce moment depuis bien longtemps. – répondis-je en montant dans mon petit navire

- N'oublie pas ceci avant de t'en allez Blaze, je te souhaite bonne route et j'espère que tu pourras vivre ce que moi je n'ai pas pu. – dit-il en lançant délicatement le fameux fruit, que j'attrapais alors


Cela faisait deux ans que je ne l'avais pas vu cet étrange fruit et en y regardant de plus près, il était vraiment bizarre... du moins en apparence, peut-être que le goût lui serait différent. En plus de ça, Kilik m'avait également donné ce qui ressemblait à un petit livre, ce qui me surprit, car il ne m'avait jamais parlé de m'en donner un et puis, je ne savais pas du tout à quoi est-ce qu'il pourrait bien me servir, enfin, je le découvrirais bien tôt ou tard. Levant la petite ancre et me mettant au gouvernail, je sortis la carte que mon mentor m'avait donné et qui m'indiquait la route la plus simple pour rejoindre le ''Royaume de Trader'', l'île sur laquelle je devrais me réapprovisionner avant de prendre à nouveau Red Mountain et retourner sur North Blue. Tandis que mon bateau allait tout droit, j'en profitais pour me tourner et observer une dernière fois l'île volcanique et au loin, je fis un ultime geste de la main dans la direction de Kilik avant de regarder à nouveau droit devant moi.

- Blaze, surtout Vie Libre!!! – cria-t'il, me faisant verser une petite larme



Ⓒ Blaze
Revenir en haut Aller en bas
Blaze Trawley

avatar
Messages : 6

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 4.473.000 B

MessageSujet: Re: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   Mer 4 Juil - 1:44


Bonsoir - Bonjour

Je signale simplement que ma présentation est complète et que j'aimerais également obtenir le dernier D. après avoir vu qu'il y avait une place de libre.

Merci d'avance et bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   Mer 4 Juil - 15:59

Je m'occupe de ta présentation dans la soirée ou demain
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1662
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   Jeu 5 Juil - 16:28

Nota Blaze



Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations

La présentation sera toujours cotée sur 15 comme ceci:

La qualité du texte sur 3.5/10

L'originalité 0.5/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 0/2
La narration 0.5/2
L'avis personnel 0.5/2

Le respect du français 4.5/10

Le vocabulaire 1/2
La grammaire 0.5/2
L'orthographe 1/2
La conjugaison 0.5/2
La ponctuation 1.5/2

La quantité du récit 6/6

C’est très long !

Points bonus 1.5/6

Score final 15.5/32


15.5/32*15= 7.26  = 7 lvl


Plop, c’est donc moi qui ai pris en charge ta notation et je te propose directement d’entrer dans le vif du sujet pour cette présentation.

Pour l’originalité tout d’abord. Tu as dépeint de très nombreux tableaux autour de 7 chapitres qui parlent chacun de quelque chose de différent, d’une étape différente de la vie de ton perso. Pourtant, c’est très classique partout. Le chapitre un n’est original que parce qu’il se déroule sur les îles célestes, sinon on ne voit qu’un père fort qui devient le meilleur guerrier du village, qui va devenir père et abandonne cette vie… pour sa famille alors qu’après, dès le second chapitre, il les laisse toujours seuls. Ils sont donc exilés. Puis, un gamin qui grandit avec sa mère, un peu victimisé à l’école, on le retrouve dans énormément de manga. On enchaine avec une attaque sur un village et la mort de la mère, une fuite un peu incohérente, j’y reviendrai ; une attaque de pirate et quelques années de servitude avant une fuite ; des gens gentils et un entrainement. Sur le tout, c’est donc très classique, un peu trop. J’ai néanmoins accordé ce demi-point pour la relation intéressante avec les îles célestes du début et pour la mise en relation de deux des persos que tu as incarné dans le dernier chapitre.

Pour la mise en page, RAS, c’est bien, c’est beau etc…

Pour la cohérence, là j’ai eu quelques soucis et j’ai relevé cinq incohérences qui ont causé un retrait total des points. A l’occasion de l’attaque du village, Vous partez par un tunnel pour fuir une attaque sur le village où « tout le monde est asservi » et un bateau avec un équipage vous attend. Bah que fait-il là tout simplement ? Et pourquoi y’a-t-il un tunnel sous ta maison ?  Après tu libères ta sœur pour la sauver mais elle va rester en mer, sur un bateau où il n’y que des gamins qui n’ont jamais navigué, tu la condamnes donc c’est incohérent. Il faut encore ajouter à la même scène le passage où le capitaine forban veut clairement ta sœur, tu la récupères et tu enlèves la passerelle reliant les navires, ça suffit au capitaine pour laisser tomber. Alors qu’il a juste à faire remettre une planche ?. Ensuite, pendant ta captivité, tu es sous escorte de pirates sanguinaires et il te laisse faire du tourisme , ils sont donc plutôt sympas, dans la même scène tu pars 25 minutes aux toilettes avant que le premier garde s’inquiète. Enfin, Kilik t’explique qu’il perd son pouvoir de la foudre et que c’est à cause de ça qu’il se cache, mais il a le fruit en sa possession alors pourquoi ne le mange-t-il simplement pas ? Et en plus de cela, comment a-t-il fait pour perdre le fruit et après le retrouver aussi facilement ?

Pour la narration, en soit ton style n’est pas le problème mais c’est le soin qui est apporté à ce style qui pose souci. J’ai relevé plus d’une trentaine de phrases au sens ric/rac ou sans sens notamment du fait d’oublies de mots. Le tout est donc assez difficilement compréhensible. On retrouve également quelques phrases très longues ou d’autres où les parties ne la phrases ne vont pas ensemble (par exemple : Bien que les autres membres du clan trouvait très dommage qu'il se retire ainsi, mais ils acceptaient également le choix de fonder une famille) il y a un souci d’articulation des deux éléments de la phrases. Chose qui se retrouve une petite dizaine de fois dans la présentation. On retrouve également quelques négations absentes qui privent de sens certaines passages de l’histoire, des majuscules au milieu de phrases sans qu’il y ait de nom propre ou encore un « Mme » au lieu de « Madame » si on veut chipoter.

Pour mon avis perso, j’ai éprouvé quelques difficultés pour accrocher à certains passages du fait du mélange longueur/classicisme  et des soucis dans la présentation de la narration. Je pense qu’une relecture profonde s’impose et pourrait te faire gagner de nombreux points, et également sur le français dont nous allons parler. Il y a également des passages qui ne trouvent pas d’explications et qui laisse le lecteur dans le flou. Tu parles d’un premier conflit humain/vampire mais sans le développer donc, on n’en reste là. Le capitaine pirate réfléchit pendant 15 minutes avant de prendre une décision s’agissant des gosses, 15 minutes ! A marcher devant eux ! C’est énorme !Enfin, un truc plus léger qui m’a fait sourire, tu parles de « nombreux mètres » je crois entre Bilca et les mers bleues, oui y’en a effectivement beaucoup, mais vraiment beaucoup.

Je vais évacuer la ponctuation rapidement, il y a des phrases très longues passez coupées ou à l’inverse très saccadées mais à part ça, no souci.

Pour le reste, j’ai comptabilisé plus d’une centaine de fautes réparties dans un peu toutes les rubriques de notation mais notamment des fautes d’accord et surtout, des fautes de conjugaison. S’agissant de la conjugaison, beaucoup de 1ère personne du singulier du passé simple avec des terminaisons en –ais alors que c’est –ai, des mauvaises terminaisons sur ses participes passés (pourrit par exemple. Aide toi en disant qu’on ne dit pas « pourrite » donc c’est « pourri » ou éventuellement « pourrie » si on accorde) et des accords omniprésent avec l’auxiliaire avoir, que l’on n’accorde pas sauf exceptions. Pour les accords justement, la grammaire donc, il manque beaucoup d’accords féminins, assez peu de pluriels mais beaucoup de féminins.

Pour le vocabulaire, c’est assez simple mais on retrouve également des fautes de français : soupire/soupir par exemple. Il y en a moins que les autres mais elles sont présentes quand même.

Enfin, l’orthographe, on retrouve beaucoup de confusion : a/à, près/prêt, coup/cou,puis que/puisque ; entrain/ en train, palet/palais etc… Là aussi, une relecture s’impose et je te conseillerais de copier/coller ton texte dans word qui devrait éliminer un bon nombre de coquille.

Pour les points bonus, j’ai essayé de bonifier ton implication dans un texte quand même très volumineux. Et d’ailleurs, à ce titre, je sais que cette présentation impose des corrections mais cela ne passe pas forcement par de nouveaux développements mais plutôt par une refonte de ceux existant. La masse apporte des points en présentation mais n’est pas toujours une bonne chose.


Tu atteins le niveau 7.  

Tu peux à présent faire un choix parmi les suivants :
-> Corriger ta présentation et gagner quelques niveaux.
-> Entrer directement dans le monde du RP au niveau 7.





© Copyright Propriété de One Piece Seken

Revenir en haut Aller en bas
Blaze Trawley

avatar
Messages : 6

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 4.473.000 B

MessageSujet: Re: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   Dim 8 Juil - 18:14


Juste pour prévenir que mon histoire est actuellement en pleine refonte et qu'elle arrivera très certainement dans le courant de la semaine =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Blaze Trawley ϟ Itadakimasu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Blaze Trawley ϟ Itadakimasu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elzéar BLAZE
» Silver Blaze, la flamme
» Aristide n’est pas Obama . Obama n’est pas Aristide SE LANUIT ET LE JOUR !
» Fidel Castro blaze Obama pou lanmò Bin Laden
» Réservations diverses, Dépôt du TimeSkip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Préface - Les Bases :: Personnage :: Présentations-