Partagez | 
 

 [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mer 4 Juil - 14:19







La Fin d'une Lignée


Vénus demeurait sur son lustre, observant la situation, le sourire aux lèvres. Les deux hommes de mains étaient bien clairvoyants, mais si le maître des lieux était doué en hypnose, il ne s’arrêterait certainement pas à leur consentement. Malgré une sage décision du binôme humain, la pensée de la gouvernementale se réalisa. Elle ferma les yeux en comprenant les intentions de Valdor, histoire d’éviter de se faire hypnotiser par mégarde, puis souleva ses paupières pour admirer la joute qui commençait. Reo commença à démontrer toute sa maîtrise qui serait assurément un avantage d’un équipage de la Marine, même si, bien évidemment, cela restait une efficacité propre à son niveau et qui n’était pas essentiel dans les hautes strates en vues des capacités des vice-amiraux et amiraux suppléants, la conscience des véritables porteurs de la justice de l’amirauté ayant été volé par Centes qui les avaient transformés en pion pour le plus grand malheur du Gouvernement Mondial et des Dragons Célestes. Elle exécrait ce vil monarque encore plus que tout autres hérétiques, ce roi des usurpateurs prétendant pouvoir remplacer les dieux s’était offert le luxe de voler aux Dragons Célestes leurs serviteurs et plus puissants servant armés.

La démonstration de force du vampire était assez belle dans la brutalité. Massacré avec sauvagerie les ennemis la Marine serait une juste punition pour ses adversaires s’il rejoignait les rangs de la seule faction ayant une légitimité à prétendre au pouvoir absolu. C’était une qualité qu’elle ne pouvait qu’accorder aux serviteurs de la cause gouvernementale qui était virulent et ne s’adonnait pas au Constantinisme. C’était la preuve que même en refusant la réalité des choses, la personne qui avait fait le bon pouvait développer des aptitudes bénéfiques pour les saints souverains de cette terre. C’est ainsi que l’Ashugari mit rapidement fin à l’existence des deux pantins sacrifiés pour le bien du plus grand nombre sur l’autel de la justice céleste et de la cause de la noblesse mondiale. La petite conversation insipide entre les deux êtres se nourrissant du sang de leurs victimes commença. Il fut soudain question d’elle, alors la Nostradame agita frénétiquement la main pour faire signe à Valdor qui regardait dans sa direction. Suivant vaguement la discussion, elle oublia bien vite ces sujets non interessant et non pertinent pour sa mission. Enfin ! Ils arrivaient à un désaccord. Ce n’était pas trop tôt. Que des créatures de ce genre se dispute vainement n’était pas étonnant, au point que Vénus ne pouvait émettre un autre jugement que l’ignorance de tous ces mots futiles.

La mère vint bientôt parer l’attaque que Reo semblait vouloir porter à son paternel. L’assassine regarda son comparse jeter des regards vers elle. Il voulait qu’elle intervienne ? Il ne voulait pas s’occuper de ses parents lui-même ? Il n’avait pas de plan pour ça ? Son plan était juste d’attendre et exterminer les deux gardes ? Qu’est-ce qu’elle foutait cette engeance suceuse de sang ! Soupirant et se disant qu’elle devait ignorer le fait que l’Oroshi semblait se prendre pour son supérieur, l’agente se leva sur le lustre, puis plia les jambes. S’élançant en usant d’une vitesse plus élevée qu’au naturel, le résultat actuel de son entrainement au soru, elle contourna très largement le duel entre mère et fils afin d’arriver vers le géniteur en décrivant un arc de cercle tout en fermant les yeux pour éviter d’être hypnotiser. Baissant la tête vers le sol, elle attendit d’entendre du bruit provenant de la femme vampire afin de partir en arrière. Son objectif n’était pas d’attaquer Valdor, c’était de contraindre Perna à venir arrêter ce qui, en apparence, était un coup vers son cher et tendre afin d’offrir une ouverture à Reo, la mère n’étant certainement plus focalisé sur celui-ci durant ces quelques instants. La Nostradame ne s’arrêta pas là et continua à tourner autour de Valdor en conservant une distance de plusieurs mètres afin de se préparer à autre chose en fonction du résultat de cette tactique de test afin de voir les capacités de Perna en combat ainsi qu’obtenir la victoire si ces dernières n’étaient pas à la hauteur.


Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mer 4 Juil - 15:08




Précieux liquide

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Lorsque la rousse descendit du lustre et fonça sur Valdor avec une rapidité plus qu’honorable, la mère de l’Ashugari détourna son attention de son chérubin l’espace de quelques instants. Depuis le début de leur échange, elle ne s’était contentée que de contrer les assauts du pugiliste qui commençait à affaiblir sa mère. La pauvre Perna commençait réellement à souffrir des bras et son amour pour son fils apparaissait finalement comme l’unique barrière qui l’empêchait de le vaincre. En combat ouvert contre un inconnu du niveau de l’héritier, Perna aurait misé sur sa vitesse pour porter des coups et contrer les assauts répétés, ne pouvant tout simplement pas se contenter d’esquiver.  Malheureusement pour Valdor, son épouse n’avait coupé les liens avec leur fils comme elle l’avait toujours prétexté, au fond d’elle, son amour de mère la taraudait, la chamboulait. Alors, quand elle vit que la rouquine menaçait son cher et tendre, elle ne fut plus bloquer par cette amour, elle ne connaissait pas la gouvernementale et pouvait donc totalement se lâcher.

Mais au moment où elle s’apprêtait à s’élancer sur elle, un main ferme et puissante la retint par les cheveux et lui arracha un cri de gêne. Elle ne se faisait absolument aucune illusion s’agissant de l’identité de la personne à l’origine de cette prise et ne fut donc pas surprise lorsqu’elle fut violemment retournée par la chair de sa chair. En effet, profitant de la distraction offerte, Reo avait attrapé sa mère, in extremis, par les cheveux, l’avait ramené à lui et l’avait gratifié d’une merveilleuse souplesse qui avait fini par faire rencontrer le sol au crane de Perna.  Reo se relevant immédiatement alors que la matriarche prenait un peu de temps, abandonna la brune pour foncer sans délai sur son géniteur, armant de nouveau son pied pour le sonner à coup de talon, cette fois-ci encore, ma mère intervint mais ne put pas parer totalement, seulement dévier à l’aide de son corps. Aussi, le coup de Reo ne fit pas une mais bien deux victimes. En effet, le coup de talon fut encaissé par la mère qui fut alors propulser à une vitesse modérée en direction de son époux qui ne put l’esquiver, ils s’heurtèrent de façon légère mais suffisante pour causer l’irréparable : Valdor venait de s’ouvrir l’arcade.

Bien que son épouse ait perdu davantage de sang, deux coulures prenant forme de chaque côté de ses lèvres, et bien qu’elle soit d’un rang de pureté équivalent au sien, Valdor ne prit la moindre peine à se plaindre pour sa femme mais fixa toute son attention sur sa propre situation, égoïste qu’il était. Tout comme son fils unique, le vieux vampire accordait une importance majeure au fluide vital parcourant ses veines, peut-être plus encore que celui qui venait de lui causer la dite blessure. Ainsi, devant les quelques gouttes de sang perdues, il ne put conserver son calme : personne ne l’avait blessé depuis plus d’une vingtaine d’année.

- Comment as-tu osé !? Fils indigne ! Je vais te faire payer ! Je boirai ton sang pour remplacer celui dont tu viens de me priver. Perna, extermine-le immédiatement !


L’ordre ne fut suivi d’aucune réaction immédiate, ce qui renforça la colère du père qui vint saisir sa femme par la chevelure et présenta son visage à la vue de son fils : la mère et sa progéniture pouvant alors se regarder dans les yeux, le second pouvant contempler les résultats de son coup sur le visage légèrement ensanglanté de sa mère.  Valdor voulait probablement attendrir son enfant mais remarqua alors l’impossible : Oroshi riait.

- ES-TU FOU !? TU FAIS COULER LE SANG PUR ET TU EN PLAISANTES ! QUI ES-TU ? CERTAINEMENT PAS MON FILS !


Le sourire de Reo disparut alors instantanément, le vampire adoptant alors une mine diablement sérieuse, une première pour la rouquine qui n’avait vu son partenaire que sourire et se moquer de la mort depuis le début de leur collaboration.

- Voyons, père, évidemment que je ne suis pas ton fils, je ne le suis plus depuis tellement d’années. Récemment, j’ai compris une chose, le sang pur n’est pas celui des vampires, enfin, pas celui de tous, pas le vôtre père. Soyez en sûr, je vous délesterai de la moindre goutte de votre si précieux liquide. Puis, je rejoindrai votre pire ennemi, le gouvernement mondial, et je me ferai une joie de traquer les ordures dans votre genre, de les massacrer jusqu’au dernier.  


L’instant suivant, Reo se jetait sur le couple parental, la mère affaiblie fut poussée en avant par son époux, en guise de bouclier et le jeune Ashugari n’hésita pas une seconde : son poing vint totalement enfoncer le visage de sa mère, l’accompagnant et brisant son crâne contre le sol. Prit de quelques soubresauts nerveux après l’impact, la matriarche perdit connaissance mais pas la vie, pas encore. Alors, le sadique se tourna vers sa collègue humaine, un sourire retrouvé sur les lèvres.

- Ma chère, voulez-vous bien prendre la vie de ma chère mère ?  


Valdor n’y résisterait pas, il foncerait tête baissée pour empêcher une telle hérésie. Alors il serait réceptionné par celui qu’il avait toujours considéré comme un déchet et qui le repousserait pendant que Venus œuvrait sur son épouse. Il le repousserait simplement, autant de fois qu’il le faudrait, sans le blesser davantage, pas encore.





CODE BY AMIANTE


Dernière édition par Reo Ashugari le Mer 4 Juil - 16:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mer 4 Juil - 15:54







La Fin d'une Lignée


Reo s’empara donc de la chevelure de sa mère pour venir abattre son courroux sur cette dernière et ainsi faire voler en éclat la barrière qu’elle représentait, le mur derrière lequel se cachait ce minable vampire de pacotille se prenant pour un seigneur tout puissant et intouchable. C’est ainsi que la vampiresse vola magistralement vers son mari afin d’offrir un spectacle aussi grotesque que leurs existences autant inutiles que sataniques. Un sourire en coin apparut sur le vissage de la gouvernementale alors que la blessure de Valdor laissa couler du sang. Il se prenait donc bien pour un Dragon Céleste ! Seul eux était suffisement divin pour mériter de demander vengeance pour une simple goutte de sang. Lui n’en était pas digne. Il n’avait rien à faire en vie. Il devait mourir écraser par le poids de ces années de vie monstrueusement démoniques. Comment osait-il après tout ?! Comment osait-il se prendre pour l’égal des dieux ?! Comment osait se croire de cette trempe héréditaire ? La transmission d’un sang supposément « pur » et bannissement des métissages avait certainement retourné le cerveau à cette race pour leur faire croire que cette similitude avec les Dragons Célestes faisait d’eux les égaux de ces souverains suprêmes. L’assassine serait les dents pour se retenir de venir fracasser le crâne de cet abruti fini et ignare complet sur le sol de cette demeure tout en arrachant le cœur de cette femme qui se faisait esclave de son mari tout comme si elle était une de ces nombreuses demoiselles ayant le bonheur d’être mariés aux maîtres de Marijoa alors qu’elle était supposément de la même putain de « pureté » souillé que ce crétin ignoble. C’est alors que retentirent les paroles de Reo qui affirma sa volonté de rejoindre les instances gouvernementales. Le sourire en coin se transforma soudainement en un véritable sourire machiavéliquement angélique, les anges du Gouvernement Mondial étant le Cipher Pol 0 aux yeux de la Nostradame. C’était inespéré ! Il avait donc véritablement choisi la seule véritable faction ! Splendide ! Il y avait donc une part de bon en lui !

L’Ashugari envoya le corps de sa mère vers la prétendue lieutenante qui s’approcha immédiatement sans même attendre que Reo ne lui dise de le faire. Elle sortit son ciseau avec lequel elle découpait les souvenirs des gens en l’associant à sa malédiction et le leva à deux mains alors qu’une lueur de satisfaction brillait dans les iris de la demoiselle à la chevelure de cuivre.

-Brûle dans les limbes éternelles usurpatrices ! lança-t-elle avant de raidir ses bras avec ce qui était l’aboutissement actuelle de son entrainement au tekkai.

La rousse abattit alors l’arme improvisé dans la poitrine de la vampiresse pour ouvrir celle-ci en deux tout en jetant un regard vers Valdor pour vérifier qu’il était fermement maintenu par Reo. La main sacrée bénit par le constantinisme et la ferveur de l’agente du Cipher Pol 9 s’enfonça dans l’abdomen ouvert en deux afin de venir saisir le cœur sur lequel elle referme sa main qui, comme ses bras juste avant, se raidit avec ce qui était l’aboutissement arbitraire de son entrainement au tekkai. D’un coup sec, elle arracha l’organe qu’elle leva dans les airs en rigolant pleinement.

-Je vous prie ! Ô Dragons Célestes ! Acceptez cet organe impie en offrande avec l’âme païenne de cette femme. Délectez-vous de voir la souillure disparaître de ce monde pour renaître en un néant plus utile que leur vile corruption !

Elle serra alors le poing pour éclater le cœur avant de s’approcher de Reo et Valdor en tenant fermement dans sa main l’organe dégoulinant.

-Sa prétendue majesté, souveraine de ces lieux, désirerait-elle profiter en dernier repas du sang de sa chère et tendre ?


Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mer 4 Juil - 16:30




Mindfuck

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Décidemment, cette rouquine avait le sens de la dramaturgie, enfin c’est surtout ce que pensais Reo entre deux bourrades pour repousser son pauvre père bien trop faible pour espérer le passer. S’il avait essayé à deux reprises, au moment où la lame était levée et ensuite au moment où elle s’était abattue, le père avait renoncé par la suite, bien conscient que sa chienne de garde avait perdu la vie. Dans le même temps donc, Reo avait arqué un sourcil devant le spectacle offert par la rousse, pas ému le moins du monde par la disparition de celle à qui il devait la vie. Le spectacle le distrayait mais il ne trouvait rien d’autre à penser : cette gouvernementale était quand même un peu bizarre avec son culte aux dragons célestes là… Bien qu’il sache que le constantinisme n’était pas une religion unanime au sein de l’armée, il espérait bien que tous les soldats n’avaient pas à faire cette pseudo prière ridicule, il en mourrait de honte. Pourtant, outre l’aspect poésie déclamée, il aimait bien le style de son acolyte, surtout la partie organe écrasé dehors avec proposition de cannibalisme à l’époux, un classique que Reo avait déjà effectué une ou deux fois. Quoiqu’il en soit, lorsque la proposition fut faite par l’humaine, le visage déjà fracturé d’une mimique disgracieuse de Valdor se mua dans un effroi total. Il en demeurait muet, ne pouvant comprendre ni même admettre qu’une saloperie de petite humaine sans la moindre importance ait pu prendre la vie d’une vampire de sang-pur, sa femme a fortiori.

Pourtant, si l’on pouvait pensé que son expression ne pouvait être pire, elle le fut lorsqu’il vit son propre fils passé un doigt sur l’organe écrasé dans la main de Venus pour simplement le porter à sa bouche.

- CA SUFFIT !!! PAUVRE FOU C’EST LE SANG DE TA MERE QUE TU DEVO...


Il n’eut pas le temps de finir que Reo avait completé la distance qui les séparait avant d’envoyer son poing solide une nouvelle fois dans le visage de son vieux. Cette fois, le sang coulerait un peu plus que pour la précédente blessure, fort à parier que l’humeur de Valdor allait encore empirer, peut-être même davantage lorsqu’il entendrait la remarque de son erreur.

- Tu vois père, je suis étonné, je pensais que mère avait meilleur goût.  Si elle a ce goût-là, je n’imagine même pas à quel point tu dois être infâme.


Se relevant finalement, Valdor ne présentait plus le même visage, il semblait ailleurs. La perte de sa femme était une chose mais il la considérait comme une chienne, ce n’était pas donc le souci. Non, voir la vie vampirique se faire extraite par une croyante humaine l’avait totalement pris de court et voir son enfant s’allier à cette folie parachevait un état de délabrement qu’était le sien. Il ne réagit même pas lorsque Reo envoya un son pied dans son bas ventre. Se contentant seulement de se plier en deux en silence, il se redressa après avoir craché une gerbe de sang. Ses yeux restèrent alors fixer sur la petite mare se trouvant à ses pieds, son propre sang, dans une quantité telle qu’il ne l’avait jamais vu extrait de son corps. C’était terminé, sa vie s’apprêtait à se terminer mais il ne s’en rendait pas compte, il ne voyait que son sang sur le sol, cherchant une façon de le faire réintégrer ses veines.

En face de lui, l’Oroshi afficha un sourire aussi radieux que possible, il venait de briser son père moralement comme lui avait pu le briser pendant son enfance. Cependant, ce n’était pas suffisant, pas encore.

- Ma chère, il est à vous.


Reo approcha de son géniteur en compagnie de Venus pour le maîtriser s’il reprenait un peu de consistance et le bloquer lorsqu’il verrait l’accessoire s’approcher de lui. Mourir de la main d’une humaine, il en serait totalement ravagé.




CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mer 4 Juil - 18:18







La Fin d'une Lignée


Le visage de cet énergumène qui se décomposait était jouissif ! Le maître vampire comprenait-il enfin qu’il s’était fourvoyé toute une vie durant, une misérable vie qui ne valait pas mieux que ce cœur écrasé qu’elle aurait bien enfourné dans la gueule de cet impertinent sauvage à l’attitude hautaine bien trop orgueilleuse. Se complaire dans le luxe et imiter les Tenryubitos sans posséder leur légitimité et les serviteurs à la hauteur comme pouvait l’être la Marine ou les Cipher Pol amenait tout être malodorant et misérable à ce châtiment où il prenait conscience de son impuissance. Une impuissance viscérale qui arrachait aux tripes du condamné face à la vague de mépris de la clairvoyance ecclésiastique que la loyale et religieuse exécutrice de la sacrosainte volonté céleste faisait déferler en son âme et conscience sur ce rebu de la vérité, de la réalité absolue qu’était le glorieux et invincible pouvoir sacré des dieux de ce monde qui ne les méritaient pas. Il fallait en finir avec cet être, cette crapule sans honneur, cette monstruosité spirituelle défiant toute forme d’autorité métaphysique pour préserver sa propre existence dans un oisiveté sans borne et sans frontière !

Le voilà qui roulait au sol comme la loque, l’immondice, l’absence d’utilité qu’était cet homme, cette crapule, cet usurpateur parmi les usurpateurs. Il était démuni de tout ce qu’il croyait, vierge de toute forme d’innocence ou de véritable pureté, la gouvernementale le dépucelant en lui faisant traversait cette lumineuse et angélique beauté clairvoyante à l’aube de sa mort en tenant le trophée d’un cœur de vampire de sang-pur dans sa main humaine recouverte de la souillure sanguinolente battant au sein de lui. Suivant Reo, elle s’agenouilla face à Valdor qui était maintenu par sa progéniture, le fils qu’il avait lui-même retourné contre lui de part son éducation qui ne pouvait mener à rien vue comment le paternel était dépravé. Priant, cette fois-ci intérieurement, elle ouvrit le ciseau afin d’avoir que l’une des deux lames affutées, offrant ainsi une arme plus fine, plus perforante. En un instant, elle enfonça l’outil dans la chair, entre les côtes. L’espionne vint ainsi perforer le poumon. Elle réitéra le geste, touchant ainsi le second. Elle plaça alors le tranchant sur le ventre du seigneur et fit défiler la lame sur le ventre en descendant de plus en plus bas jusqu’à aller perforer la vessie. Elle se demanda instant si elle ne pouvait pas lui retirer sa pseudo virilité pour que son orgueil se retrouve encore plus mis à mal. C’est ainsi que la lame se referma sur les bourses de celui qui fut si vindicatif auparavant. Pour achever le travail, l’assassine vint directement sectionner la gorge, laissant le sang se déverser dans les poumons du sombre inconscient qui aurait dut se faire plus discret pour s’éviter un pareil destin, Reo l’aurait en effet affronté seul sans elle et l’humiliation qu’il pouvait ressentir ne serait pas à un tel niveau. Devant ce spectacle réjouissant du vampire qui agonisait, elle sourit avant de venir essuyer la paire de ciseaux sur les vêtements du vieil homme.

-Et bien voilà ! Une hérésie de plus qui disparait ! ponctua la demoiselle avec un air réjouit devant les yeux du mourant en effectuant son geste.


Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Jeu 5 Juil - 11:18




La fin de la bête

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Le jour était enfin venu, après tant d’années de mauvais traitements, de torture mentale, d’enfermement et de mise en quarantaine, de privation d’amour maternel, de moquerie vampirique ; enfin, le jour de la vengeance était venue. Il avait senti le nez de son père se briser sous son poing, il voyait ce liquide carmin si précieux tomber de ses orifices nasaux, il vit son père abattu et sourit, tellement. Alors, lorsque l’agente se présenta devant le corps presque sans âme de son géniteur, et lorsqu’il vit celui-ci reprendre de la consistance pour tenter de se débattre devant la possibilité d’être tué par une simple humaine. Il hurlait, combattait l’emprise trop lourde de son fils et crachait son précieux liquide carmin là où il le pouvait pour essayer de perturber les choses ; Reo crut même voir une larme de peur. Puis, la rousse s’agenouilla pour se présenter à sa future victime, elle et l’instrument de la mort de ce dernier, elle terrifia encore davantage sa cible qui arrêta de se débattre pour simplement lancer un regard sanglant à cette humaine. Si le jeune Ashugari le lâchait, il planterait ses crocs dans le coup de la donzelle en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire. Malheureusement, Reo le tenait fermement, une main sur la nuque, l’autre maintenant ses deux bras dans son dos, sa jambe exerçant une pression majeure sur l’ensemble de l’édifice.

Puis, après un léger silence, Oroshi la vit : celle lame qui s’élevait pour venir s’abattre une première fois sur la cage thoracique de son vieux, emmenant avec elle sang et douleur. Il était médecin, chirurgien pour être plus exacte, alors il savait parfaitement ce que perforait la petite gouvernementale avec sa lame et à chaque coup, l’émerveillement. Le poumon, douloureux et handicapant ; le second, toujours douloureux et basiquement problématique pour respirer convenablement ;  la vessie, zone horrible qui permettrait au sang pur de ressentir la douleur primaire  puis… Reo n’en revenait plus. Cette jeune femme du gouvernement était une horreur à elle seule, une tortionnaire presque parfait qui s’appliquait à la tâche. Quelque chose qui enjoua tellement Reo que lorsque la gorge fut tranchée, il dut immédiatement lâcher prise pour se jeter au sol, les mains sur le crâne hurlant comme un dément. Pourtant, l’impression laissée par les cris étaient étranges, il ne s’agissait pas de cris de douleur comme on pouvait en entendre si souvent mais bien des cris de joie, des cris de plaisir. Dans le corps du tatoué se mêlait son haki de l’observation toujours omniprésent et qui exprimait la joie de son titulaire en lui martelant le crâne d’un brouhaha incessant, son excitation morbide créé par la Nostradame dans cette découpe si magnifique d’un corps qu’il haïssait, le plaisir d’avoir vu ce chien de Valdor supplier ses grands dieux pour ne pas finir dans l’oubli, pour ne pas rejoindre Perna. Non, le vampire n’en revenait tout simplement pas, cette histoire était enfin terminée, une page venait de se fermer ou, plus qu’une page, une véritable bible.

L’œil révulsé par le plaisir douloureux, il se concentra autant que possible pour relever le visage vers sa partenaire qui ne comprendrait probablement pas pourquoi son acolyte souffrait autant, à moins qu’elle se soit elle aussi éveillée au fluide perceptif. Il s’avancerait alors vers elle et, à mesure que son haki se refoulait en lui et qu’il retrouvait une certaine consistance, il s’approcherait également du cadavre de son père.

- C’est une première pour moi, je vais te remercier ma chère amie. Je n’ai jamais remercier un humain auparavant, jamais. Prend la mesure de cela… Ma chère, je vous remercie.


Alors, sans attendre le moindre instant de plus, le jeune vint planter ses crocs dans le corps sans vie du vieux afin de le vider de tout son sang, pour qu’il fasse le trajet vers l’au-delà plus léger mais aussi plus démuni que jamais. Se relevant alors, il toisa le cadavre sec de son géniteur d’un regard sadique et dérangeant, un regard que Venus avait pu afficher pendant l’exécution.

- Jusque dans la mort tu étais dégueulasse père.


Alors, il tournerait les talons en adressant simplement un signe de la main à la servante des dragons célestes.

- Ma chère, j’espère que nous aurons l’occasion de ne recroiser au sein du gouvernement mondial. Parlez de moi en termes élogieux, après tout, ils ne peuvent que l’être.


Ensuite, Reo emprunta le trou dans le mur et disparut, dans la nuit.





CODE BY AMIANTE


Voici donc ma conclusion, merci à toi pour ce Rp fast and furious !
Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Jeu 5 Juil - 12:51







La Fin d'une Lignée


Vénus fit quelque pas en arrière pour regarder le dirigeant de ce réseau esclavagiste rendre son dernier souffle de vie. Splendide. Une véritable œuvre d’art ecclésiastique à la hauteur de la sublime beauté du Constantinisme et de sa lumière sacrée. Devant cela, Reo sembla défaillir dans une complaisance malsaine, un plaisir indescriptible mélangé à une souffrance excessive. C’était peut-être là la rédemption qui se manifestait pour tenter de purifier son corps de l’intérieur. Constantin cherchait-il à lui offrir une bénédiction afin d’éliminer la souillure en lui pour qu’il s’élève en devenant l’un des soldats de ce Gouvernement Mondial ? Les paroles de l’Ashugari vinrent la conforter dans sa vision des choses. S’il faisait ce geste pour la première fois, c’était incontestablement grâce au changement opéré en lui. Profitant qu’il s’occupe de vider le paternel de son précieux liquide pourpre qu’elle aurait bien imaginé s’embrasé en sortant de ce corps impie, elle lui répondit.

-Je prends bonne note de votre considération. Sachez que si nos chemins se recroisent, je saurais vous rendre l’appareil pour notre collaboration d’aujourd’hui.

La Nostradame s’assaillit alors sur le sol en attendant que son acolyte finisse, ce qui ne tarda finalement pas. L’Ashugari lui adressa quelques mots en faisant volteface pour quitter les lieux.

-Ne vous inquiétez pas, j’apporterez mon soutien pour que vous puissiez rejoindre nos rangs via mon rapport. Vous avez prouvé votre efficacité. Je me charge de mettre le feu à ces lieux. Bonne retrouvaille avec la demoiselle vampire !

Aussitôt dit, aussitôt fait. En quelques minutes, Vénus arpentait déjà les couloirs de la grande bâtisse afin d’y répandre divers liquides inflammables, se servant dans les affaires de la propriété, afin que toute la demeure disparaisse dans un seul et unique incendie, un brasier aussi rouge que le sang de ces vampires qui gisait là où avait eu lieu la confrontation finale entre des parents et leur enfant. Craquant une allumette, elle mit en premier lieu feu aux habits des différents cadavre gisant aux quatre coins de la pièce qu’avait quitté Reo il y a déjà un moment. S’extirpant du bâtiment par le trou du sang-pur avec qui elle avait collaboré toute une journée durant, elle se dirigea vers le portail afin de pouvoir admirer la disparition de ce temple païen depuis la forêt. Les minutes défilèrent alors que petit à petit les flammes s’élevaient, gagnant en ampleur, en chaleur, en caractère purificateur. Tel un exorciste évangéliste, elle priait à haute voix devant son œuvre. C’était si beau. Elle aurait voulu que ce moment dure une éternité… Mais le feu est éphémère lorsqu’il se met à dévorer chair et troncs. Il s’estompa donc finalement, laissant une ruine sans âme, à l’image du maître de la demeure qui demeurait désormais à l’état de cendres. La Nostradame fit donc demi-tour, adressant une dernière litanie à Saint Constantin avant de s’en aller vers la ville, laissant le soin à la forêt d’engloutir les lieux grâce au temps. Il ne lui restait plus qu’à contacter ses collègues des Cipher Pol afin de leur annoncer la réussite de sa quête. Elle irait dès lors au port embarquer vers une autre destination où l’attendrait une autre mission qu’elle mènerait aussi bien qu’elle le pourrait, en tant qu’exécutrice céleste et fidèle servante des Dragons Célestes.


Codage par Libella sur Graphiorum



De rien de rien ! Merci à toi et que les Dragons Célestes te protège. Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Voyage vers Dol Amroth, l'héritage d'une lignée
» Palais de Caras Galadhon
» Tauril de la lignée de Valelìl [Soldat]
» Enfin arrivé! (suite)
» Arthurus Rahl [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue :: Royaume de Trader-