Partagez | 
 

 [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Lun 25 Juin - 23:46




Résolutions parricides

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
A l’écart de la ville, cachée dans les forêts de l’île de Trader, se tenait une imposante bâtisse entourée de grilles hautes et hérissés et devant laquelle se trouvait gravée dans la roche le blason d’une famille bien particulière. Ce blason était constitué d’un visage allongé et creusé aux canines si proéminentes qu’elles dépassaient de la bouche de la représentation et desquelles s’écoulaient un léger filet de liquide, du sang si l’on imaginait la chose correctement. Cette maison imposante accueillait des vampires depuis de longues décennies et avait finalement été prise quelques années auparavant par un certain « Valdor », un vampire de sang-pur particulièrement dur et dédaigneux envers la race humaine. Il avait magnifié la demeure, avait fait construire des extensions, avait bâti une cour honorable remplie de vampire de sang pur et de lignage intéressant. Tout cela avait été possible grâce aux affaires de cet être monstrueux, des affaires tellement sombres que son entourage le plus proche n’en connaissait pas les tenants et les aboutissants. Pendant des années, sa femme, son fils et ses suivants n’avaient donc pas la moindre idée de l’origine de la fortune de ce mâle vampirique à l’allure hautaine et aux habitudes morbides.

Puis, enfin, ses affaires avaient commencé à attirer l’attention, il avait été trop gourmand et trop rapidement de telle sorte que sa participation à certains réseaux d’esclavagisme lui avait valu d’être sur la sellette. L’on disait que le gouvernement ne pouvait accepter de tels agissements surtout que certaines rumeurs racontaient que Valdor capturait des soldats pour les revendre aux plus offrants en tant que gardes personnels. Le manipulateur avait ses astuces pour vider un homme de toute volonté et de tout souvenir, quelque chose que son fils lui avait emprunté malgré lui bien des années plus tard.

Ce fils se trouvait par ailleurs en pleine période de doutes. A peine revenu d’une mission qui s’était avérée bien trop peu fructueuse, le vampire junior avait finalement décidé de jeter un œil du côté de son patriarche. Il vivait dans l’ombre de cet homme depuis bien trop longtemps et ne supportait plus de partager la même terre que cette raclure qui ne méritait aucunement le sang qui coulait dans ses veines. Ce fut donc en faisant quelques recherches que l’intéressé découvrit le poteau rose : son paternel œuvrait dans le domaine qu’il visait depuis tant d’années. Alors qu’il faisait tout pour se détacher de ce dernier, Reo ne faisait que suivre ses traces toujours un peu plus. Ce n’était plus possible. Pendant deux jours entiers, Reo décida qu’il était temps de changer de vie, de partir vers quelque chose qui marquerait une scission définitive entre lui et sa famille paternelle. Il coupa tous les ponts avec ses contacts et en assassina quelques-uns qui pourraient devenir problématiques à l’avenir. Il ne fit aucun cadeau et massacra des humains avant de se jeter sur sa proie principale.

***


Dans ce manoir, perdu au milieu de la forêt, un trou béant avait été ouvert au niveau du grand salon, à l’extrémité Est de l’aile Nord. En extérieur, une petite dizaine de cadavres jonchait les allées de verdure alors qu’à l’intérieur, dans la pièce ouverte sur l’extérieur par ce morceau de mur brisé, plus d’une vingtaine de corps étaient disséminés. Le sang recouvrait le sol et un homme seul demeurait encore en vie. A ces pieds, les corps inertes de plusieurs vampires déversaient inexorablement leur sang sur le sol de marbre blanc. Les briques du mur tombaient de temps à autre, montrant bien que l’œuvre de la personne qui l’avait éventré n’était pas nette mais transcrivait un coup brutal d’une puissance plus que correcte.

Cet homme, celui qui avait tué ce joli petit monde, qui avait ouvert ce passage sur l’extérieur, était le même que celui qui regardait les corps des sang-pur de haut. Grand d’un bon mètre quatre-vingt-cinq, le corps de cet inconnu était parsemé de tatouages précis et magnifiquement agencés. Il se trouvait là, haletant après un combat si rude et si long, fier d’en avoir été le vainqueur mais frustré de ne pas avoir trouvé là ce qu’il était venu chercher. L’oroshi leva alors les yeux et jeta un coup d’œil en direction de l’extérieur. Il en était certain, il avait senti quelque chose.

- Toi dehors, montre toi, si tu restes cache, je viendrai moi-même te chercher.


Reo était en colère. Il était venu détruire son père mais ce dernier n’était plus là. Alerté par ses récents mauvais coups financiers, le patriarche avait eu la bonne idée de quitter son domicile pour se réfugier ailleurs sur Trader. Son fils le savait, il n’était pas parti bien loin, trop d’affaires encore en cours ici pour dégager. Alors l’inconnu, s’il y en avait réellement un, aurait mieux fait de se présenter, à défaut, il risquait d’engager la colère du fils de la famille qui avait habité ces lieux.

Le crane martelé par une douleur merveilleuse causé par son haki de l’observation s’étant réveillé suite à sa déception, le nocturne ne semblait pas être dans un bon jour et la patience n’avait jamais été l’une de ses vertus.



CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 3:26







La Fin d'une Lignée


Frappe Chirurgicale. Voilà le rôle que l’on associait au Cipher Pol 9 pour le peu de gens qui étaient au courant de son existence. Il était dans l’ordre des tâches de la jeune agente, Vénus Nostradame, de participer à cette mission sur South Blue, bien loin d’Enies Lobby. Au moins, parmi les quatre océans cardinaux berçant les bords de ce monde et qui se trouvait bien éloigné de l’influence sacré de l’Olympe même, la divine Marijoa, c’était la mer qui était la plus clairvoyante vis-à-vis de la vérité absolue du Constantinisme. Elle avait donc davantage de chance de croiser une personne sensée admettant la supériorité naturelle de la classe divine sans se morfondre en médiocrité en cherchant une quelconque forme de pseudo liberté illusoire. Tout ces anarchistes hérétiques tel que les pirates, les révolutionnaires ou ces démons de valets de Centes ne pourraient jamais être témoin d’une mystagogie. Ils n’avaient donc aucune chance de rédemption, puisque la demoiselle ne se voyait en aucun cas mystagogue, mais exécutrice céleste exécutant ceux qui profitaient bien trop de leur anathème. Aujourd’hui, la proie de la Fleur de la Mort était un vampire qui aurait péché plus que de raison contre les diktats inviolables des dieux de ce monde, les Dragons Célestes, ayant le pouvoir d’imposer leurs oukases selon leur bon vouloir en toute légitimité aux vues de leur nature de déité et de représentants des voix de leurs ancêtres devenu entités à part entière de ce monde qu’ils ont forgé au fil des générations. S’il existait une ambroisie, se serait leur sang.

La Nostradame, arborant une tenue assez sobre jouant entre une chemise blanche et une petite veste noire, s’avançait dans le domaine vampirique au cœur des bois de Trader. Mettre la main sur ce « Valdor » serait-il aussi facile ? Il n’y avait que peu de raisons d’y croire. La jeune femme était ainsi sur ses gardes afin de faire face à d’éventuelles pièges où asseyant gardant la demeure au nom de leur maître. Cela la dégouttait d’ailleurs. Comment certaines personnes pouvaient oser s’identifier aux majestueux et divins Dragons Célestes en prenant des esclaves à leur service, ces misérables satrapes ! C’était aberrant de vouloir s’accorder un privilège céleste. Malheureusement il fallait laisser faire afin que ce monde puisse tourner en cette période de chaos. Même ces marchands improvisés qui ne vendaient pas aux régents de Marijoa étaient des hérésiarques aux yeux de Vénus qui ne tarda pas à tomber sur plusieurs corps. Alors qu’elle touchait le sang avec ses doigts pour constater que la mort avait survenu il y a peu, elle jeta un regard au travers du trou béant dont elle s’approcha alors qu’une voix résonnait à l’intérieur. Pénétrant dans le lieu, elle usa de son corps entrainé depuis sa plus tendre enfance pour qu’elle maîtrise le rokushiki comme une experte, pas comme ces amateurs de la Marine, afin de sauter à l’intérieur sans risquer aucunes blessures.

Le regard de la demoiselle à la chevelure de cuivre se posa sur cette personne à la peau éburnéenne digne des plus belles odalisques qu’elle avait pu voir achetés par des Dragons Célestes… Cependant, il manquait la pureté pour pouvoir user d’un qualificatif comme « lilial », vu son état de seul survivant au cœur de ce carnage et certainement son responsable. De plus, ses tatouages obscurs débordant de mysticisme rompaient avec le caractère coruscant et adamantin qu’aurait pu avoir sa peau en d’autre lieux et avec d’autres traitements. Assurément, une personne se tenant ainsi au cœur d’un pandémonium où régnaient peut-être la concupiscence sans aucunes origines lascives. En tout cas, il était l’heure de prendre la parole et il fallait qu'elle se débarrasse de ce langage soutenue qu'elle apprenait afin de pouvoir répondre de la meilleur manière qui soit si elle avait le privilège un jour d'intégrer le Cipher Pol 0.

-Pareil cénacle a souvent une fin aussi tragique lorsqu’elle se fait ennemi de bien des gens. Je suis Anna Labbaye, enchanté. Je ne m’attendais pas à ce que le ménage soit ainsi fait avant mon arrivée.

Même si elle n’avait pas la tenue approprié, la membre des Cipher Pol jugeait cela plus sûr d’user de sa couverture de lieutenante de la Marine que celles de membre des autres Cipher Pol.

-Puis-je vous demandé qui vous êtes et la raison qui vous à poussé à faire ceci ?demanda-t-elle en conservant, mine de rien, une distance conséquente et en se préparant à contrer une éventuelle attaque.

Codage par Libella sur Graphiorum



Dernière édition par Vénus Nostradame le Mar 26 Juin - 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 10:32




Nouvelle intervenante

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Lorsque la jeune femme se présenta à la vue du vampire, celui-ci fut distrait et tituba légèrement avant de se rattraper au dossier d’une banquette occupée par le corps sans vie de Vrasleg, une saloperie de tueur au sang pur qui avait toujours été dans les bonnes grâces de son paternel. Contrairement aux autres représentants de sa race morts aujourd’hui, Reo avait pris un très grand plaisir et une attention particulière à faire souffrir ce chien de Vrasleg. Traitement de faveur explicable par les quelques années de moquerie qu’il avait imposé au jeune Ashugari, le suivant était maintenant reparti pour un pays bien moins sympathique : les enfers. S’ils existaient tout du moins.

Reprenant donc son équilibre après une décharge de douleur un peu trop soutenu imposée par son cher haki encore largement incontrôlé, le serpent jeta un coup d’œil rouge à sa détractrice qui pourrait alors commencer à comprendre l’engeance à laquelle appartenait le seul être encore en vie. De grandes canines, des yeux rouges, un filet de sang aux commissures des lèvres : Reo ressemblait presque trait pour trait au blason de sa famille en cette soirée chaude et sanglante. Malgré le handicap de cette douleur horrible qui lui plaisait tellement et l’envie d’hurler de plaisir, le noiraud se contint et entreprit de répondre autant que possible à son interlocutrice. De toute évidence, cette Mademoiselle Labbaye n’était pas une esclave, elle n’en avait pas la tenue ni l’odeur. Alors elle avait gagné encore quelques instants de vie avant qu’un choix définitif soit fait sur l’avenir de cette visiteuse impromptue. Ainsi donc, dans une révérence maladroite et déséquilibrée, le vampire se présenta.

- Reo Ashugari, fils du chien nocturne à qui appartient cette demeure. Pour les raisons de ce… cénacle comme vous dites, j’avais pour ambition de commettre un parricide mais il semblerait que mon cher géniteur ne soit pas présent. Je me suis donc rabattu sur sa cour d’êtres inférieurs qui ne méritaient pas de vivre. J’espère que le spectacle ne vous incommode pas.


Certes, ils étaient des vampires, et en tant que tels valaient plus que bon nombre d’humains. Mais ils n’en restaient pas moins les amis et proches d’un homme qui devait mourir alors à quoi bon leur permettre de vivre plus longtemps ? Il accompagna donc le tout d’un sourire sadique à souhait et d’un regard prédateur.

- Et vous ma chère, quelle est la raison de votre présence ici-bas ? Feriez-vous partie des personnes chargées de défendre mon géniteur ? Ou de le tuer au contraire ? Inutile de vous dire que l’une de ces réponses entrainera ma plus grande sympathie alors que la seconde… mon plus grand désarroi.


S’allier avec elle pour tuer son père ? Evidemment que Reo le ferait ! Tous les moyens étaient bons pour faire payer à cet homme les années de mauvais traitements et, plus encore, le gâchis de l’investissement de l’Oroshi sur les huit dernières années. Il avait tout tenté pour devenir un homme vertueux, vertu étant synonyme de richesse dans cette phrase, par le biais du trafic de chair pour finalement découvrir qu’il s’agissait là de la filière où exerçait également son paternel. Alors à quoi bon ? Il avait toujours eu pour principe premier de ne pas suivre les pas de Valdor, quel chemin lui restait-il pour vivre une vie de souffrance et de violence si le monde criminel était tâché par la marque d’un être ô combien détestable ? Il devait penser à sa réinsertion mais par quel biais ? La révolution ? Peut-être Sayouri qui attirait clairement son attention par ces méthodes élégantes et radicales…

Enfin, l’heure n’était pas aux réflexions mais bel et bien à l’action. Si la rouquine choisissait la mauvaise réponse, une nouvelle danse mortelle débuterait entre eux, une de plus pour Reo dans cette journée déjà fortement chargée en échange sanglants.




CODE BY AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 12:03







La Fin d'une Lignée


Une harmonie incongrue résidait dans ce spectacle macabre où sang et sol se mêlaient pour former un tapis de cadavre clinquant. Le seul problème que la Nostradame avait avec ce génocide du clan de sa proie était qu’il ne lui restait plus aucune cible vivante dont elle aurait pu extraire les souvenirs pour retracer le fameux Valdor. La seule option restante était donc la collaboration avec cette personne qui s’affirmait futur parricide. S’il faisait partie de cette famille, pourquoi diable voulait-il l’éradiquer et se rendre assurément fratricide en plus de cela ? Mystère bien singulier pour la vision pragmatique qu’avait la demoiselle de prime abord, les véritables conclusions devant attendre de s’être plus rapproché de cet homme…

-Ne vous inquiétez pas, ce spectacle surprenant me ravi. Comme je le disais je ne m’attendais pas au fait que le ménage soit fait à mon arrivée… Tout bonnement car je suis également en chasse du maître des lieux qui, si je m’en fis à vos dires, est votre père. En tout cas, je constate que vous avez fait du travail efficace et je ne m’attendais pas à trouver un allié en de pareils circonstances. Je me moque bien de la manière dont mourra votre père… Alors je vous propose un marché…

Elle n’avait pas le choix, c’était la seule piste qui lui restait pour mettre la main sur Valdor, puis un petit effacement de souvenirs efficace et rapide ne ferait pas de mal à cet être malgré son extraction des plus hétérodoxes. C’est ainsi que la demoiselle disparaissait des mémoires ou supprimait des choses que des gens n’auraient pas dû voir, comme son pouvoir par exemple. En effet, la jeune agente des Cipher Pol tenait à garder secret à la fois son existence, puisqu’elle n’était répertoriée dans aucuns registres ou recensements, et sa malédiction qui demeurait un atout incroyable pour les Constantiniste et, par la même occasion, pour le monarque suprême messie de tout un monde, à savoir Saint Constantin lui-même que Vénus rêvait de servir en personne. L’utilité de la manipulation des souvenirs était telle que l’on pouvait faire appel à elle rien que pour cela sans qu’elle n’ait participé au reste d’une mission et que la cible était mise hors de toutes possibilités de rebellions par ses pairs ou ses collègues des Cipher Pol. Oui, le pouvoir de la Nostradame pouvait s’avérer effrayant et elle n’était qu’au périgée de son utilisation.

L’agente demeura malgré tout encore en retrait, surveillant chaque fait et geste de ce vampire, fit donc sa proposition, prête à bondir, puis se détourner afin de créer une ouverture vers la tête qu’elle pourrait effleurer avec ses doigts pour dérouler la bobine mémorielle de Reo.

-Concluons une alliance pour avancer mutuellement vers votre père. Partageons nos informations et allions-nous le temps d’un assaut. Je vous laisserai lui porter le coup final, sauf s’il est sur le point de s’échapper et que je n’ai d’autres choix que l’arrêter. Enfin, aux vues de votre travail ici, je ne pense pas que cela arrivera. Qu’en pensez vous ?

De toutes manières, il ne fallait pas perdre davantage de temps, dès que la réponse serait donné, si elle était positive, Vénus enjoindrait son camarade temporaire à partir directement sur la piste du paternel. La fille de Marijoa préférait éviter que les travails d’éliminations pure et simple ne traine trop car cela exposait l’agent à un empirement de la situation.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 12:56




Alliance

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Hum… intéressant cette rouquine. Si Reo s’attendait d’abord à la voir pleurer devant le massacre ou à le considérer, comme beaucoup d’humains, comme un monstre sans cœur ni raison, le tatoué fut heureux de voir que sa nouvelle comparse était peut-être aussi insensible que lui. D’ailleurs, qualité encore plus indéniable de cette illustre inconnue, elle semblait contente du résultat, se disant même ravie de ce dernier ; chose assez rare lorsque l’on gardait à l’esprit que la chose qui contentait autant les deux membres de ce duo improbable était finalement la mise à mort pur un simple de près d’une trentaine de personne. Enfin, si cela amusait l’Ashugari, il semblait évident qu’une autre personne pouvait le rejoindre dans son contentement. Il écouta donc religieusement la grenouille de bénitier parler et lui proposer ce marché qu’elle avait évoqué, un marché qui ne le surprit pas réellement.

Souhaitant effectivement faire alliance avec le vampire, la croyante laissait même la possibilité à son partenaire probable de porter le coup final, seul le résultat semblait importer pour elle. Ça tombait plutôt bien, c’était également le cas pour le fils de la proie. Si l’on pouvait croire que Reo souhaitait étriper son paternel en personne, cela n’était que pure allégation et, au final, seule la mort du géniteur était importante : peu en importait les circonstances. Qu’il se fasse piétiner par un géant, noyé par une nonne, décapité par le Sword Master ou simplement planté par un gamin trop audacieux n’avait aucune importance pour l’assassin qui ne rêvait que d’une chose : savoir que son père avait eu peur avant de mourir. Par ailleurs, il avait eu une envie soudaine en entendant la proposition de la rousse.

- Voyez-vous, chère amie, porter le coup mortel à mon salaud de géniteur ne m’intéresse que très peu. Notre cible commune, et vous le savez peut-être, entretient une aversion suprême pour la race humaine, chose que j’ai partagé pendant de nombreuses années et dont j’essaye de me détacher pour ne pas ressembler à cette raclure, bien que les vieilles habitudes ont la peau dure n’est-ce pas ? Je me permettrai donc de vous faire à mon tour une demande. Si nous coopérons, que nous attrapons Valdor et que nous le tuons, j’aimerais que vous portiez le coup décisif. Il n’y aura aucune torture plus grande pour lui que de perdre la vie lentement de la main d’une humaine.


Si Valdor était un sadique, il s’agissait là d’un domaine où son fils l’avait plus que largement surpassé. Reo se plaisait à observer la douleur des autres et à profiter de sa propre douleur, masochiste à ses heures, il aimait la souffrance dans toutes ses acceptions. En vertu de cette adoration, il voulait voir cette souffrance ultime sur les traits de son géniteur qui resteraient alors figés par-delà la mort dans une expression horrifique plus que délectable. S’il le tuait lui-même, ce vieux fumier serait encore capable de sourire en guise d’ultime défi, mais de la main d’une représentante de la race qu’il haïssait, il ne pourrait contenir sa frustration et sa rage. Rien que d’y penser, l’Oroshi sentait déjà le plaisir monté en lui comme une source intarissable pour finirait par jaillir hors des terres au moment du dernier souffle de son père.

Se ressaisissant un peu, et notant alors que la douleur due à son haki avait disparu, le sang-pur s’avança lentement, sans le moindre signe d’agressivité et vint se planter devant l’agente sous couverture. En temps normal, il ne lui aurait pas serré la main, pas à une simple humaine. Mais celle-ci pouvait finalement être d’une utilité plus que cruciale et, plus encore, il devait surmonter son aversion pour se détacher des plus grandes idéologies de son père. Il tendit donc une main amicale à sa cadette en répondant à sa proposition.

- Bien, j’accepte de faire front commun avec vous. Simple curiosité logique, pourquoi souhaitez-vous abattre mon père ?


Qu’elle soit gouvernementale ne le gênait absolument pas, elle aurait pu même être vendeuse de babouches que cela n’aurait rien changé : tant qu’elle voulait abattre Valdor, ils seraient camarades. D’ailleurs, qu’elle lui dise la vérité en pensant supprimer sa mémoire plus tard ou qu’elle conserve sa couverture ne dérangeait pas non plus le vampire et ne changerait rien au fond de l’affaire. La participation est belle certes, mais seul le résultat avait une valeur suffisante ici. Alors, une fois les éclaircissements tirés, Reo ferait profité sa collègue de l’heure de son savoir sur la société vampirique de Trader ; un sujet qu’il maîtrisait un peu malgré lui.

- Mon père a des alliés, des amis et des larbins dans l’underground de Trader. Je n’en connais qu’une petite partie mais l’un d’entre eux saura peut-être nous renseigner, en plus c’est un couard donc le faire parler ne sera pas une affaire compliquée. Cependant, avant de nous y rendre, j’aimerais que nous nous mettions d’accord sur un point sujet à débat : je suis pour l’élimination pure et simple que tous les laquais de Valdor, aucun ne mérite la vie. Cela vous convient-il ?





CODE BY AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 13:57







La Fin d'une Lignée


Voilà une réponse des plus étonnantes pour Vénus qui s’attendait à ce qu’une personne désireuse de commettre un parricide tienne à mettre la personne à mort elle-même, mais la raison donnée pour ce choix paraissait cohérente à la Nostradame qui se retrouva intéressé par la situation. Néanmoins, elle devrait éviter d’user du rokushiki en présence de cette engeance pour ne pas se dévoiler. Pour porter le coup final, elle devrait certainement s’abaisser à utiliser une vulgaire arme primaire comme une épée ou un pistolet. En tout cas, le souhait de s’éloigner de l’héritage spirituel de son père ravissait le Nostradame qui espérait que Reo finisse par choisir le droit chemin de l’absolutisme du Gouvernement Mondial. Pour cela, il était évident qu’elle devait se faire représentante de celui-ci, au-travers de sa couverture de membre de la Marine, en tant que première humaine avec qui l’Ashugari collaborait. Cela pourrait ainsi coordonner les deux premiers pas effectués par le vampire.

-Et bien vous me voyez surprise par cette décision, mais cela demeure un choix judicieux et particulièrement sadique. Je n’ai pas pour habitude de faire souffrir plus que de raison mes ennemis avant de leur donner le coup de grâce, j’ai d’autres priorités qui ne tiennent qu’à ma considération de mon rôle, mais si cela vous satisfait je n’ai aucune raison de refuser votre aimable demande.

En effet, l’agente était plus du genre à chercher l’efficacité plutôt que le plaisir. Cela venait de sa nature d’assassine qui se superposait à son état d’espionne. Le travail devait être fait vite et bien sans qu’aucune pensée ne vienne retarder l’échéance. Le seul moment où elle faisait souffrir une personne, c’était lors de séance de tortures visant à obtenir des informations, ce qui arrivait rarement puisqu’avec son pouvoir elle pouvait aller chercher une information à la source, dans la mémoire de la victime. Au fond, elle prenait quand même un certain plaisir à éliminer les ennemis du Constantinisme, ces misérables hérétiques irrécupérables, mais cela ne venait jamais occulter ses motivations premières d’exécutrice céleste froide se cachant derrière un masque d’actrice conçu depuis bien longtemps. Le Cipher Pol 9 était la Faucheuse au service du Gouvernement Mondial, il était hors de question de faillir.

La Nostradame continua à observer Reo s’approcher, prêt à user des reflexes de son corps surentrainé pour intercepter une éventuelle attaque en traitre, car dans son métier il fallait s’attendre à une trahison de collaborateurs extérieurs à tout instant et ceux même après des années d’entraide… même parmi ses camarades à vrai dire. Ce qu’il c’était passé avec Dash, son mentor grâce à qui elle pouvait aujourd’hui être membre de la branche secrète des Cipher Pol dont elle avait elle-même dirigé l’arrestation sans faire preuve du moindre sentiment, étant clairement un avertissement de cela. Après quelques secondes d’hésitation, elle saisit la main de l’Ashugari.

-Je suis une lieutenante du Quartier Général de la Marine envoyé en mission afin d’enquêter sur un marché d’esclave. Je suis remontée jusqu’à Valdor et je collabore avec les Cipher Pol afin de mettre fin au trafic. J’ai reçu l’autorisation de tuer votre père pendant que les agents habilités s’occupent de démanteler, ou en tout cas d’essayer, le réseau qui s’étends au-delà de Trader. C’est pour cela que l’on m’a demandé de ne pas me balader dans ma tenue d’officier de la Marine. Voilà vous savez tout.

Vénus savait que les Cipher Pol 2, 3, 6 et 7 avaient envoyé chacun au moins un agent pour cette mission, l’expert stratège devant gérer ses collaborateurs dans cette opération de démantèlement progressif pendant que l’assassine avait été envoyé en secret pour tuer l’homme à la tête du réseau qui s’était fait découvrir en étant trop gourmand. S’il était demeuré plus prudent, précautionneux et avare, il n’aurait peut-être jamais été inquiété, sa trace et son trafic ne se faisant pas découvrir aussi bêtement. De plus, s’il avait mieux géré ses usages, il n’aurait peut-être pas été contre les objectifs du Gouvernement Mondial qui aurait pu tolérer cela comme c’était fait pour certains réseaux souterrains, comme la vente d’esclave de Sabaody qui avait la bénédiction et la protection sacré des Dragons Célestes.

-Je suis en connaissance de quelques noms de la pègre de Trader qui serait mêlés à cette affaire. Il est donc possible que je connaisse aussi la personne que vous souhaiteriez aller voir. Quant-au démantèlement, Trader sera la dernière ciblée à ce que j’ai compris, donc il n’y aucun risque les Cipher Pol s’en soit déjà occupé. Si nous l’éliminons, ainsi que d’autre sbires de Valdor, ce ne sera que mâcher le travail de mes collègues. Je n’ai ainsi, bien évidemment, aucune objection à leur anéantissement.

De plus, l’agente se gardait bien de dire qu’éliminer des crapules satanistes se délectant de leur propre hérésie comportemental qui s’opposait de manière aussi détestable à l’universalité et absolutisme du Gouvernement Mondial était quelque chose de très souhaitable à ses yeux, quelque chose qui lui procurait le plaisir d’éradiquer des gens osant se lever contre la vérité du Constantinisme.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 18:07




Dénicher l'intermédiaire

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Une agente du gouvernement émissaire au sein d'une opération de plus grande envergure destinée à éradiquer le réseau que le paternel avait pris plusieurs années, voir plusieurs décennies à mettre en place : définitivement la haute instance mondiale gagnait de plus en plus de point dans le cœur de l'Ashugari. S'il appréciait déjà certains caractères dépeints comme... furieux, au sein de l'instance, à l'image de Ronald Ezra, de Karast ou encore plus récemment et selon les rumeurs de l'amiral Sergueï, il ne pensait pas que de telles personnalités se retrouvaient à l'étage le plus bas de la hiérarchie. Apparemment pro massacre et autres bains sanglants, la petite lieutenante en réalité membre du Cipher Pol attirait de plus en plus la sympathie du noiraud et lui faisait réflechir à une nouvelle orientation professionnelle, notamment du fait de l'échec de sa précédente escapade en compagnie d'un duo de fou furieux.

Après tout pourquoi pas ? Le gouvernement en imposait pas mal, pouvait justifier les pires des comportements sur de simples raisons de cohésion sociale ou d'intérêt supérieurs. Tuer des pirates, assassiner du marine véreux, massacrer du révolutionnaire ou détruire du terroriste ; l'idée plaisait bien à l'Oroshi qui pourrait éventuellement reparler de cette possibilité de carrière à sa nouvelle camarade de mission. En plus de cela, savoir que son fils avait rejoint les forces du gouvernement ferait se retourner son père dans sa tombe, enfin plutôt dans son tas de cendre étant donné qu'aucunes funérailles autre qu'un petit brasier ne semblait prévues pour la dépouille immortelle de cet saloperie de géniteur. Reo marchait à la violence, au chaos et au sang, si le gouvernement ne semblait pas de prime abord le premier à pouvoir lui en donner, il s'agissait peut-être là d'un choix final de carrière assez intéressant. Et tant qu'il pourrait tuer et massacrer, il n'aurait pas de raisons de partir ou de trahir. Le plus intéressant était finalement les récents bouleversements de ce monde et, par exemple, l'émergence de la religion de Constantin. Ceux-ci faisaient tout passer au nom d'une autorité suprême et divine sans fondements véridiques : le summum de la classe internationale. Peut-être devrait-il se rapprocher de ce mouvement en faisant croire à une adhésion aux préceptes du saint.

En attendant de pouvoir deviser avec la miss Labbaye sur ce point précis, il rebondit sur le point qu'elle avait fini par soulever : le contact à aller voir pour se mettre sur la piste, et sur ce point, Reo ne ferait pas de cadeaux pour connaître la destination de Valdor.

- Le contact en question est un semi-vampire du nom de Balford. Ce déchet est un spécialiste pour jouer d'intermédiaire entre les fournisseurs et les clients, et ce pour tout type de denrées. J'ai moi-même eu recours à ses services par le passé et pour sortir de cette ancienne vie, sa disparition m'intéresserait aussi à titre personnel. Je peux donc vous proposer de faire une pierre deux coups en dénichant ce cher Balford, en extirpant les informations utiles et l'exterminant.


Ponctuant finalement sa fin de phrase d'un sourire bardé de dents blanches dont deux étaient particulièrement aiguisées, le tatoué essaya de faire passer le chose en douceur. Durant ses années de trafic d'organes, il avait eu recours à l'expertise de Balford un bon nombre de fois. Le sang-mêlé était efficace, discret et ne demandait qu'une part minime des profits résultant de l'opération où il opérait en tant qu'intermédiaire. En soit, et à une échelle plus grande, la disparition de cet entremetteur porterait un coup correct au marché des certains criminels de Trader. A ce titre, il y avait non seulement de fortes chances de la Nostradame connaisse le vampire en question, mais aussi qu'elle soit plus que satisfaite de sa disparition : ce n'était pas seulement le réseau de Valdor qui souffrirait mais bien celui de nombreux hérétiques comme elle pouvait les nommer.

- En principe Balford exerce dans les quartiers Nord de la ville, aux entrepôts abandonnés. Il ne se cache pas, c'est mauvais pour son business, nous devrions le trouver rapidement. Ne soyez pas étonnée chère amie, je suis légèrement connu dans ces coins là, vieux reliquats d'une vie que je tente de laisser derrière moi.
.


Vie récente néanmoins... mais ça, il se garda de le préciser. Si elle était d'accord avec ce plan, Reo la mènerait jusqu'à la zone précitée pour y dénicher le dénommé Balford.




CODE BY AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 19:15







La Fin d'une Lignée


Balford ?! Ah oui. Elle connaissait ce nom, même plutôt bien. Implanter dans la pègre de Trader sous couverture depuis des années, l’agent du Cipher Pol 2, Jules Makavien, charger de récolter les renseignements en vue du projet de démantèlement avait recontacté ce demi-vampire qui s’était avéré fort loquace sur certains sujets tout en sachant se montrer avare en informations sur d’autres. Néanmoins, grâce aux liens que le Makavien avait tissé durant ses années au sein de différents trafics, dans le but de transmettre des renseignements aux Cipher Pol sur ses partenaires criminelles ou, comme ici, obtenir plus facilement des informations, il avait pu briser le silence et obtenir davantage de précision sur certains membres du réseau du vampire… D’ailleurs, cela se recoupait avec ce que cogitait la demoiselle. En effet, Reo Ashugari avait été l’un des noms cités mais sans que son rôle dans le trafic de Valdor n’ait pas pu être déterminé. Elle pouvait ainsi l’extraire de la liste des cibles. Il y avait juste à prévenir les autres agents de cela

-Mettons-nous en route sans plus tarder, lâcha la Nostradame avant de s’élancer tout en répondant. Je ne vois pas pourquoi vous me posez cette question alors que je vous ai dis que l’élimination d’intermédiaire ne me gêné pas. Tant que cela ne s’inscrit pas contre l’intérêt de la mission et que l’on élimine des antagonistes au régime du Gouvernement Mondial, il n’y a pas de problèmes.

Elle n’avait pas envie de devoir répondre à nouveau à chaque fois pour chaque cible que son allié temporaire voulait éliminer. L’éradication de pareils scélérats était bénéfique de manière général. Même dans ce cas précis, les informations qui était perdu avec cet vie, ainsi que le contact qu’il représentait, était assez négligeable au vu de la quantité de contacts et d’infiltrés au sein de la pègre très dense de Trader. Dans d’autre circonstance, sur une autre île cela aurait été débattable, surtout aux vues du pouvoir de la jeune femme, extrêmement précieux pour la collecte d’information et un atout qui pourrait s’avérer majeur pour les Constantinistes.

-Balford habite au quatre Rue des Onglettes officiellement, mais change fréquemment de lieu de vie afin d’user de différentes caves pour les trafics et ne pas se faire trop facilement repérer si on menait une enquête officielle sur lui. Je crois avoir lu ça dans les dossiers des différents membres du réseau déjà repérés ainsi que les informateurs. Cependant, en effet à cette heure ci il devrait être de sortie pour ses business.

Vénus marqua une pause.

-Au fait, Reo c'es ça ? Si jamais je devais faire un rapport sur vous à l’avenir, que voudriez vous que je fasse? Bien sûr, je ne songe pas retranscrire votre participation à cet assassinat de manière clair et précise, mais si vous décidiez, pour changer complétement de voie, de rejoindre le Gouvernement Mondial, cela pourrait être une aide à votre insertion dans les armées de la Marine. Même s’ils prennent beaucoup de monde aux vues des nécessités de l’ère actuel, c’est un plus qui pourrait potentiellement convaincre à vous faire gravir d’emblé un ou deux échelons.

La recommandation d’une lieutenante n’aurait que peu d’incidence, mais si une membre du Cipher Pol 9 glissait un mot à un examinateur de candidature, il y avait fort à parier que cela soit différent. Même si l’agente n’aimait pas particulièrement l’idée de faire rentrer un hérétique de plus dans la Marine, cette époque impliquait effectivement des besoins militaires conséquents et ce genre d’aides étaient à prendre, surtout si la personne se montrait efficace comme pour éliminer un ennemi comme Valdor… Et puis… Peut-être parviendrait-elle à le convertir et, dans ce cas-là, elle aurait une vraie raison de promouvoir Reo afin que les Constantiniste gagne un peu plus d’affluence.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 20:23




Nouvelles perspectives

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
La rouquine était bien informée, peut-être même trop bien informée pour être une simple lieutenante mais ça, Reo ne pouvait pas s’en douter, lui qui ne connaissait pas que très peu la hiérarchie militaire. Ainsi, dans son esprit, il dessina une carte des rues de Trader pour finalement situer cette rue des Onglettes, un coin pas si pourri. Comme quoi le boulot d’intermédiaire qui prenait pas grand-chose sur chaque transaction était une activité plutôt frugifère et intéressante, le petit malin privilégiant la quantité à la qualité et au chiffre. Il avait bien compris qu’un petit peu de beaucoup valait mieux que beaucoup mais peu souvent : un revenu constant et habituel qui permettait à l’énergumène de maintenir un certain style de vie. Petit salopard…

- Rue des onglettes, le coin est pas mal sympa, il est malin le Balford, je savais pas qu’il était propriétaire là-bas.


Il laissa la remarque là, sans trop développer mais en gardant une petite idée en tête. Le truc bien avec les quartiers les moins pourris, ou les meilleurs en fonction du point de vue, c’était encore le fait qu’on n’avait pas de combat de soulard sous les fenêtres, de vendeur de drogues dans les coins de rue ou de prostitués devant sa porte. Le truc super sympa dans les très beaux quartiers c’était la milice privée qui faisait des rondes toute la nuit et qui protégeait les habitants de toute intrusion criminelle. Le truc bien dans les quartiers pourris, c’est qu’on avait toujours de l’ambiance et des témoins. En gros, si l’on devait faire un petit constat général, il fallait se souvenir d’une chose : les quartiers médians avaient bien trop peu d’activités et donc, bien trop peu de protections. La rue des Onglettes faisaient justement partie de ces quartiers médians, trop riche pour ne pas avoir de déchets dans la rue, pas assez pour assurer une milice personnelle. Donc s’ils ne le trouvaient pas aux entrepôts, le duo pourrait toujours lui rendre une petite visite à domicile, voire même le buter devant son éventuelle famille.

Pendant qu’il réfléchissait à ce plan B et qu’il imaginait déjà un plan C où il ferait lui-même appel à cet intermédiaire pour le faire venir à lui et donc le choper sans le moindre effort, il fut de nouveau interpelé par la petite gouvernementale à ses côtés. Celle-ci le questionnait sur un sujet déjà soumis à un débat interne : l’avenir et l’affiliation.

- Reo effectivement. Chère amie, soyez honnête et complete dans votre rapport, ça ne me pose aucune difficulté d’être catalogué comme l’assassin de ces déchets du vampirisme, au contraire c’est même une source de fierté. Pour mon avenir, disons simplement que la question est à l’étude.


Il regarda devant lui et vit alors et enfin la ville de Trader se dessiner sous ses yeux, ils ne tarderaient plus à arriver aux zones d’entrepôts et donc à confondre ce cher Belford, s’il se trouvait encore sur place. Au milieu de ses tergiversations tactiques, les paroles de l’agente sous couverture retentirent encore dans son esprit. Le gouvernement, hein ?

- Le gouvernement est un choix possible mais je ne peux qu’avouer être … difficile. Certaines personnalités de votre organisation me semblent intéressantes, comme l’amiral Sergueï notamment. Enfin, de ce que j’en sais. Je ne sais pas, peut-être devrais-je m’engager, cela fera enrager mon père par-delà la mort : perspective intéressante.




CODE BY AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 20:53







La Fin d'une Lignée


-Rue des Onglettes oui. C’est du moins ce qui était écris dans le dossier que ma montré l’agent du Cipher Pol 2 en me présentant la situation.

Vénus écouta par la suite les réponses qu’elle attendait. Le vampire était donc tiraillé et ne savait pas encore quelle serait la voie de sa rédemption… Pourtant pour la Nostradame, qui pensait pouvoir offrir à Re la clairvoyance de la vérité universelle offerte par Saint Constantin, c’était le choix le plus logique à prendre. S’il hésitait cela voulait plus ou moins dire qu’il comprenait l’intérêt de se placer sous l’égide de l’entité politique suprême et à la légitimité sacrée. Une dévotion aux Dragons Célestes pouvait le libérer de ses péchés passés lui assurer le repos de son âme loin des limbes du tourment infernal, si tant est qu’il ne soit jamais envoyé à Impel Down à cause d’une quelconque malversation montrant une trahison des vertus gouvernementales. Seul un haut grade pouvait sauver dans ces cas-là, une nouvelle fois du fait la géopolitique mondiale chaotique de cette ère. En tout cas l’honnêteté que Reo proposait pour le rapport était appréciable et montrait bien qu’une rédemption était envisageable… À moins bien sûr que c’était un comportement barbare et je-m’en-foutiste des pires acabits…

-Si des personnalités de la Marine tel que le très respectable et admirable Serguei dévoué à la cause des Dragons Célestes est l’une des personnes qui vous intéresse le plus au sein de la Marine, sachez que les Constantinistes sont ravis d’accueillir en leurs seins de nouveaux initiés qui défendrons les valeurs de Marijoa envers et contre toute, même face aux sentiments et aux populations. Pour nous… Seul sauvegardé l’absolutisme des Dragons Célestes compte, peu importe ce que cela entraine et quelles méthodes doivent être déployés dans ce but. Oui, je suis une adepte du Constantinisme.

Un sourire aux lèvres, Vénus jeta un regard vers son camarade du jour en attendant de voir comment il allait réagir à cela, espérant que cela le séduise et lui permette de nouer avec la ferveur dû aux déités de ce monde souillé par les désirs de liberté des hérésiarques criminels, révolutionnaires et autres decimas en tout genre. Amené de nouvelles recrues vers la lumière de Constantin n’était pas chose aisé généralement, alors trouver quelqu’un qui pourrait s’ouvrir à cela était jouissif pour la fanatique. De plus, s’il avait une certaine fascination pour le grand Serguei, ancien directeur du Cipher Pol 0 que la jeune agente rêvait d’intégrer, cela collait encore mieux. Restait à voir si Reo était réceptif aux propos et enclin à se soumettre aux dogmes universels pour répandre la volonté céleste des olympiens de ce monde au travers de sa brutalité, mettant son vampirisme à contribution de la noblesse divine qui pourrait à terme voir en cet être de longue longévité un atout pour protéger Marijoa au travers du temps.

-Encore quelques minutes et nous devrions toucher au but, lancerait l’espionne et assassine alors qu’il pénétrerait dans Trader à la recherche de Balford qui ne serait pas très compliqué à trouver…

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 21:33




Balford

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
- Pas quelques minutes, ma chère, voici l’entrepôt.


Désignant alors un bâtiment à une vingtaine de mètres devant eux, l’Ashugari expliqua à la rouquine qu’il s’agissait là de l’endroit où l’informateur exerçait son activité de « consulting » comme il aimait la nommer. Petit abruti vantard qu’il était, il n’avait pas mis suffisamment de gardes dans son lieu de travail, croyant qu’il était bien trop indispensable à la communauté des bas-fonds de Trader. En soit, ce n’était pas totalement faux, dommage que celui qu’il connaissait comme Oroshi ait décidé de tirer un trait sur cette vie. Alors, d’un pas lent et mesuré, le noiraud interpella sa collègue aussi bien sur ce qu’elle avait pu dire que sur la suite des événements.

- Jouons cartes sur table, cette possibilité d’intégration au gouvernement m’intéresse au plus haut point. Pour la religion, je ne sais pas si cela peut me toucher, je me pense être bien trop terre à terre pour épouser une quelconque croyance mais la protection des dragons celestes est une objectif qui pourrait me convenir plus que largement. J’aime la façon de vivre et de penser de ces gens, leur supériorité est … enviable. Malheureusement, il semblerait que nous devions remettre cette discussion à plus tard. Pour continuer sur l’honnêteté, j’ai été un marchand de chair quelques années de ma vie, pour tout type de personne et peut-être même, qui sait, pour un dragon céleste : je ne travaillais qu’avec des intermédiaires. Balford me connait et a déjà travaillé avec moi, infiltrons nous et nous pourrons mettre un terme à sa vie bien plus facilement tout en lui soutirant quelques informations.  


Alors, en arrivant devant la zone de transit des informations, devant la porte principale gardée par deux gros bras, le vampire afficha un sourire radieux aux gorilles qui lui adressèrent un signe de la tête. Contrairement à la majorité des marchands de l’île, Balford n’avait pas misé que sur les gros bras mais aussi sur la mémoire photographique de ses portes-flingues.

- Basile, Boris, heureux de vous revoir. Le patron est-il dans le coin, j’ai de la marchandise à écouler en masse et je pense que la demande est toujours aussi… imposante.


L’un des balourds, celui de gauche, le dénommé Basile, zieuta du côté de la petite rousse qu’il ne connaissait pas avant de reporter son attention sur les pupilles rouges de celui qui venait de s’adresser à eux. D’une voix puissante et lourde, le gardien fit montre d’une certaine classe et souhaita la bienvenue à ces deux visiteurs : Balford faisait en sorte que le client soit rapidement mise à l’aise.

- Monsieur Oroshi, ça faisait un bail, heureux de vous revoir également. Vous avez une nouvelle collègue de travail à ce que je vois.


Reo s’amusa de la situation et de la mémoire toujours aussi aiguisée du monstre se trouvant devant lui avant de clarifier la situation, notamment sur la présence de l’agente.

- Oui, la demande s’intensifiant, j’ai eu besoin de quelques bras supplémentaires pour dénicher les produits intéressants. Elle m’a été chaudement recommandée par un ami et je dois avouer que je suis très satisfait. Petite et menue, on ne croirait pas qu’elle dispose d’une telle puissance, je suis sûr qu’elle pourrait vous prendre tous les deux en même temps.


Accompagnant sa plaisanterie d’un rire factice, le vampire entraina l’hilarité des deux gardiens qui ne voyaient pas comment une petite crevette comme elle pouvait être d’une quelconque utilité dans le trafic d’organes, mais soit. Peut-être encore une Zoan ou une gosse élevée aux coups de poing dans une fosse dégueulasse. Sur ces entrefaites, Bros avait ouvert la porte pour laisser les visiteurs passer. Le patron serait heureux de revoir ce si bon client.

Le duo pourrait alors avancer tranquillement dans un petit dédale de couloir pour finalement aboutir à une grande salle au centre de laquelle se trouvait un bureau esseulé et un homme assis confortablement derrière.



Souriant devant l'arrivée de son client, il salua rapidement le duo et demanda ce qui pouvait bien les amener aujourd'hui. D'un geste de la main, Reo invita sa camarade à expliquer la situation, lui-même prêt à sauter sur le consultant au moindre geste brusque de ce dernier. Il était imposant mais Reo était plus rapide et plus fort, rien à craindre de lui, beaucoup plus des deux à l'extérieur.



CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 26 Juin - 22:29







La Fin d'une Lignée


Les voilà donc déjà arrivé au fameux entrepôt du sang-mêlé. Il était plus en périphérie de la ville que ce qu’elle pensait, mais elle avait principalement étudié les quartiers intermédiaires, certainement la source de son erreur et de son pronostic hâtif. Enfin, cela n’était que très peu important. Sans attendre son reste, Reo fit à nouveau preuve de franchise et expliqua sa vision de la chose. Il était donc de ces êtres qui enviaient les dieux sans s’intéresser à les vénérer. C’était bien un type d’égoïsme que se transmettait les bourgeois et autres nobles se croyant suffisement supérieure pour reproduire à leur échelle le mode de vie des entités monarchiques absolues régnant depuis leur promontoire au firmament. De plus, commettre le péché du désir n’était pas quelque chose de particulièrement pardonnable lorsque la cible de ceux-ci étaient les êtres supérieures de cette dimension de la réalité. Vu qu’ils arrivaient à destination, Vénus n’eut pas le temps de rétorquer, mais cela ne s’avérait pas dramatique au final puisque, contrairement à son acolyte du moment, elle n’était pas prête à jouer carte sur table où à répandre son opinion. Son métier d’espionne et d’assassine nécessitait de savoir choisir l’avis que l’on allait émettre tout en conservant les intérêts de l’organisation ainsi que le secret de l’existence du Cipher Pol 9 à l’abri des regards. Elle serait donc restée sur sa position sans lancer d’injures ou de jugement sur le vampire afin de maintenir l’alliance ni dévoiler quoi que ce soit de particulier sur les Constantinistes. Si l’Ashugari avait déjà travailler avec Balford cela leurs facilitaient la vie, usant des quelques secondes restantes, elle répondit donc sommairement à la fin des propos de Reo.

-Je me moque bien du marché dans lequel vous étiez impliqué si vous changez de voie, d’autant plus que la vente aux Dragons Célestes peut justifier, par leurs bénédictions et leur légitimité divine, le maintien de certains réseaux d’esclavages. Pour le reste, je vous laisse vous occuper de l’infiltration. Je jouerai le rôle d’une nouvelle associée.

Sur ces mots elle se tût et demeura en retrait lorsque l’homme en quête de rédemption interpella les deux molosses servant de gardes qui, s’ils semblaient imposant physiquement, ne devait pas avoir une force surhumaine. C’était un constat que la demoiselle avait put faire par le passé, les gens avec une grande force naturelle repoussant la compréhension de la plèbe n’avait pas besoin de développer leur musculature à un tel point. Parfois ils avaient un corps standart cachant une puissance insoupçonnée ou dans d’autres cas ils avaient de base une stature naturelle imposante qui ne nécessitait aucun travail particulier pour l’entretenir. Cela voulait dire que les fameux Basil et Boris devait certainement avoir donné de leur corps et de leur âme pour atteindre cet état physique qui leur offrait une force supérieure, mais pouvant facilement être supplanter par des experts dans le domaine ou des personnes ayant entrainées leur corps des années durant à un haut niveau avec une grande rigueur martiale, bien plus loin que de la musculation. Cependant, il ne fallait pas les prendre à la légère pour autant et ils auraient peut-être l’occasion de montrer s’ils avaient une utilité réelle ou si leur seul intérêt était décoratif.

Se confortant dans son rôle d’associé, elle croisa les bras en attendant que son acolyte ait terminé son explication et que le binôme puisse rentrer dans l’antre de Balford. Elle suivit ainsi le vampire au milieu des couloirs agencés de façon labyrinthique, certainement une précaution pour se prémunir des assauts de concurrents ou d’ennemis divers. La silhouette de l’homme qu’elle ne connaissait qu’à travers un dossier et un rapport se dessina alors que la discussion aller débuter. Reo demanda de manière discrète à sa collaboratrice de prendre la parole pour expliquer la situation, à la surprise de la Nostradame qui s’attendait à voir l’engeance prendre les rênes de la discussion.

-Bonjour Balford. Ravi de vous rencontrer. Si nous sommes ici, mon associé et moi-même, c’est car nous cherchons à prendre contact avec Valdor pour établir un lien commercial. Nous voudrions savoir où il pourrait se trouver en ce moment même vu qu’il n’est pas dans son domaine.

Vénus avait hâte de voir s’il mordrait à l’hameçon où s’il faudrait user d’une méthode bien moins diplomatique et sournoise pour obtenir l’information tant convoité.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mer 27 Juin - 16:19




Jeu de dupes

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.


Après avoir vu Reo inviter sa collègue nouvellement embauchée à prendre la parole, le semi-vampire écouta religieusement pour finalement sourire d’amusement, découvrant par là-même ses grandes canines de sang-mêlé. Le plan était bon, la technique intéressante et la couverture parfaite ; malheureusement, le duo d’acteur avait oublié un détail capital Balford était avant tout un intermédiaire entre marchands. Qui dit intermédiaire compétent disait aussi parfaite connaissance de ses relations commerciales ainsi que des casseroles que ces dernières se trimballaient aux fesses. Relâchant un rire discret et rauque, il planta son regard carnivore dans les petits iris de la rouquine envoyée par le gouvernement mondial.



- Je vois, Valdor hein...


Il se tourna alors vers Reo, toujours tout sourire et lui posa une simple question.

- Dis-moi, Oroshi, sais-tu pourquoi je ne t’ai jamais mis en contact avec Valdor malgré la connexité de vos activités ?  


Par cette simple question, le sang-pur comprit qu’il avait sous-estimé la source informative que pouvait être le riche intermédiaire. Ce fumier de Balford jouait le petit entremetteur de campagne en ne demandant presque rien et en jouant les ignares mais la vérité apparaissait enfin à l’œil rouge du vampire. Ce fumier ne faisait pas son argent sur ses activités d'entremetteur mais bel et bien sur une autre marchandise souvent vendue à prix d'or : l'information. En travaillant beaucoup, partout et avec tout le monde, le blond s'assurait d'avoir un œil et une oreille dans toutes les transactions du coin et de ses clients. De cette façon, au moindre signe de déclin de l'un de ses habitués, il le vendait aux autres, peut-être même au gouvernement. Ainsi, sans même prendre le temps de lui expliquer dans les détails, le noiraud adressa un simple mot à sa camarade sans chercher à être discret.

- Plus besoin d’y mettre les formes, il sait.


Sans trop chercher une réponse de son acolyte gouvernementale, l’Oroshi reprit la parole à l’intention de son quasi-compatriote mais cette fois sur un ton très léger, presque amusé. Venus comprendrait alors qu’elle se trouvait en présence de deux sadiques déjà heureux à la possibilité que cette scène se termine en un bain de sang. Pourtant, l’un comme l’autre prenait encore le temps de discuter pour tenter de trouver une fin amiable. Aux vues de sa question, le consultant ne savait finalement pas grand-chose à part le lien de parenté qui unissait les deux vampires, chose finalement facilement décelable lorsque l’on avait un réseau comme le sien.

- Balford, tu sais où est mon père ? Si oui, combien pour l’info ?  


Devant cette nouvelle interrogation, ce fut un rire tonitruant et passablement gras et inélégant qui fut produit par ce piètre marchand qui commençait passablement à énerver l’Ashugari. S’il osait encore lui résister, la mort viendrait le cueillir bien plus rapidement que prévu.

- Tu ne comprends décidemment vraiment rien mon petit Reo. L’empire de ton père est bien plus grand et lucratif que le tien, d’où la raison pour laquelle cet idiot à attirer l’attention des chiens du gouvernement alors qu’ils se moquent totalement de tes petites magouilles. Bien sûr que j’ai l’information. Pour combien te la donnerais-je ? Tu n’en as pas les moyens, j’en ai bien peur.    


Alors, à peine termina-t-il qui appuya sur un bouton posé sur son bureau entrainant un départ immédiat du suceur de sang dans sa direction. Si elle ne comprenait pas immédiatement, la rousse entendrait une sirène sonner dans l’entrepôt au moment exact où son collègue attrapait le col de leur interlocuteur pour venir attirer sa face vers le sol. Parti à ce rythme-là, et étant certain qu’il ne dirait rien, le tatoué allait le tuer avant même que Basile et Boris n’arrivent pour défendre leur maître.

Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mer 27 Juin - 18:14







La Fin d'une Lignée


Faisant mine de ne rien savoir, la demoiselle au service du Constantinisme se tourna vers son acolyte, l’air renfrogné.

-Qu’est ce que cela veut dire ? Qu’est ce que tu me cache encore ? Je t’ai dit que je te faisais confiance si on jouait carte sur table ! Sérieusement quoi…

Soupirant, elle prit sa tête entre ses deux mains. Les potentiels mises en scènes furent balayés d’une simple phrase par le vampire, au grand dam de l’agente du Gouvernement Mondial qui était prêt à rattraper plus ou moins la chose, mais elle n’était pas prête à s’enfoncer pour autant.

-Les formes ? T’es marrants-toi. Tu m’explique rien et après tu le balance une phrase énigmatique sans que je puisse savoir ce qu’il sait et que nous savons.

Elle fit plusieurs pas sur le côté en grommelant. Situation pourrie. Vénus pourrait très bien laisser Reo s’en sortir tout seul, surtout après ses propos quasi anti-religieux qu’il avait débité un peu plus tôt… Mais le Gouvernement Mondial avait besoin de toute l’aide disponible en cette période troublé comme elle l’avait abordé mentalement plus tôt.

-Ton père ?! Valdor est ton père ?! C’est la meilleure… répondit finalement la Nostradame avant de se diriger vers un mur contre lequel elle s’adossa. Notre association ne prenait pas en compte tout ces paramètres, j’ai besoin de réfléchir désolé Reo.

L’espionne espérait juste que son acolyte comprendrait qu’il ne s’agissait là ni plus ni moins que de la comédie. L’assassine et prétendue lieutenante de la Marine se mettait à l’écart et essayer de se rapprocher d’un angle mort du couloir de l’entrée afin de pouvoir sauter sur les deux brutes qui pouvaient débarqués en cas de pépin. Devait-elle user de son pouvoir en pareille situation, ce qui la conduirait à devoir altérer celle de Reo qui pourrait dès lors se prémunir des contacts physiques de la Nostradame, ou juste les affronter au corps à corps. Du coin de l’œil, elle vit l’informateur appuyer sur un bouton et repéra immédiatement le départ de l’Ashugari qui focalisait certainement l’attention du sang-mêlé, permettant à l’assassine de se déplacer directement sur le côté de la porte afin de pouvoir attaquer par derrière les deux molosses qui ne tarderaient certainement pas a rappliqué aux vues du boucan engendré par l’alarme. Basile et Boris ne tardèrent en effet pas à venir, mais avec une surprise…




Voïvode Ujlaki Báthory,  Mina le Porte-Bagage
Comtesse Vampire et Esclave Vampirique

-Et bien, je viens à la pêche aux infos et je trouve un poisson hors de l’eau, lança la voïvode en s’arrêtant juste dans l’encadrement.

Ujlaki Báthory, qui était accompagné d’une certaine Mina qui portait ses affaires, était une maîtresse vampirique d’East Blue se faisant plutôt discrète, mais qui conservait néanmoins bon nombre de contacts avec ses camarades. Faisant partie du réseau de Valdor, même si elle était loin d’être un pivot de l’organisation, elle s’inquiétait de la disparition de certains intermédiaires et était venu en personne à Trader afin de tirer ça au clair. N’ayant pas encore rallier le domaine du seigneur vampire, elle n’avait pas pris connaissance du massacre qui y avait été proféré, mais la scène se déroulant sous ses yeux lui indiquait qu’un nouveau conflit semblait se jouer aux milieux des habituels trafics. La femme à l’apparence de jeune femme, dont la peau d’ivoire et la chevelure immaculé contrasté avec ses iris d’un rouge étincelant, toisait narquoisement le misérable sang-mêlé qui se retrouvait soumis à la volonté de Reo. Les deux hommes musclés la bousculèrent afin de se diriger vers leurs patrons, mais un sifflement de la Báthory les arrêta net.

-Alors ?! Pourquoi te retrouves-tu dans une telle position mon petit Balfordinou ? Que veulent ces deux personnes ? déclara-t-elle tout en sous-entendant avoir repéré Vénus qui comprenait l’étendue des sens aiguisés des vampires, l’Ashugari et cette comtesse l’ayant tout deux repérés facilement et rapidement en dépit de sa discrétion. Tu as besoin d’un coup de main ? Sinon je peux envoyer Mina pour t’aider, ajouta la voïvode en lâchant légèrement sa tête sur le côté droit.

D’un simple sifflement, elle ordonna au porte-bagage ambulant de laisser tomber ses affaires. Le regard vide, sans vie, de celle qui avait été une paysanne heureuse vivant de poteries se dirigea vers le vampire de sang-pur avant que ses veines ne gonflent et que ses canines se mettent à grossir, sa silhouette se métamorphosant. Alors… Qu’allait faire l’Ashugari.

Codage par Libella sur Graphiorum


Ujlaki Báthory lvl ??
Mina lvl 14 Fruit zoan du Lycaon
Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Ven 29 Juin - 8:50




Comédie  

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Maîtrisant finalement le marchand d’information sans trop de difficultés, le pauvre étant plus au fait des techniques de vente que de celles de combat, Reo accueillit les nouvelles arrivées avec une certaine colère. S’il s’attendait à voir débarquer les gardes et à jouer de vieilles histoires pour empêcher Boris, et éventuellement Basile, de venir le chatouiller, il fut contrarier de voir qu’ils n’étaient malheureusement pas seuls. Accompagnés de deux jeunes dames, l’une probablement moins jeune que son apparence le laissait imaginer, l’Ashugari tiqua et décida d’agir de façon.... drastique. Un combat à deux contre deux, voire un si Vénus ne gérait pas tellement l’art de la guerre, très bien. A deux contre quatre avec les deux balourds, cela devenait difficile, mais s’il fallait encore ajouter ce vampire sournois et pourtant peu puissant, la donne changeait encore davantage.

Tuer l’informateur, Reo ne pouvait pas vraiment se le permettre, mais l’amocher salement, cela ne représentait pas un véritable souci. Il affirma donc sa prise sur lui pendant que la porteuse de bagage lâchait les effets de sa maîtresse, le pencha en arrière sèchement pour le déséquilibrer et attrapa son crane à une main pour venir brusquement le balancer vers l’avant, face la première vers le sol.  Et alors que d’un oeil il voyait la petite blonde se transformer en une espèce de loup-garou, le sang-pur vit surtout la tête du pauvre Belford heurter le bêton de l’entrepôt avec une violence inouïe, peut-être même un peu trop forte. Pris par l’élan et la violance de l’impact, le corps de la pauvre victime se souleva tandis que sa tête semblait bel et bien encastrée dans la dalle.

- Bon bah ça, c’est fait. On peut parler maintenant.


Il se détourna sa nouvelle victime, toujours vivante mais peu vaillante, pour s’intéresser à la maîtresse de la petite chienne en pleine transformation, il n’allait quand même pas traiter avec l’esclave qui empestait le chien mouillé non ? Fixant ses iris rouges sang dans ceux d’une couleur identique, Reo ne put qu’en tirer une conclusion évidente : une autre sang-pur. Faisant donc avec ce peu d’informations, l’Oroshi décida de jouer le tout pour le tout et, comme sa camarade plus tôt, de faire de la comédie, ou presque de la tragédie dans son cas. Elle était une vampire de sang-pur, qu’il ne connaissait pas donc peu probable qu’elle arrive de Trader, pour venir à la pèche aux infos. Avec de la chance, elle était là pour la même raison qu’eux : trouver Valdor, peu importe ce qu’elle désirait en faire.

- Votre ... ami, beurk, ne souhaitait pas me communiquer des informations s’agissant de l’endroit où pouvait se cacher mon père. Je suis passé au manoir avec ma collègue ici présente et nous l’avons trouvé en ruine, la cour de mon père ravagée. J’ai donc imaginé que le gouvernement mondial nous avait pris de vitesse et je compte bien le retrouver avant que ses déchets ne le retrouve lui et ma mère.


Mimer l’aversion à l’égard d’un sang-mêlé, tenter de jouer le fils a minima inquiet, au mieux terrifié pour l’état de ses parents ou, au contraire, pressé de les retrouver pour leur ôter la vie lui-même : Reo tentait de couvrir toutes les pistes pour finalement savoir à qui il avait à faire. Il termina donc avec quelque chose de typiquement “Valdorien” :

- Et rappelez votre chienne, je ne souffrirai pas de toucher un déchet humain pareil.


Plus qu’à espérer que la machination fonctionne, de toute façon, Belford était trop mal en point pour commenter quoique ce soit. Si la vampirette connaissait bien le géniteur du sadique, elle parviendrait facilement à faire le lien. Et s’il lui avait parlé de son fils maudit, il aurait sans doute employé des termes comme “cette erreur”, “ce calvaire” ou encore “cette nuisance”... Oui, le père de Reo était un homme plein de douceur pour son seul enfant...





CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Ven 29 Juin - 14:22







La Fin d'une Lignée




Voïvode Ujlaki Báthory, Mina le Porte-Bagage
Comtesse Vampire et Esclave Vampirique

Le regard de la voïvode d'East Blue scruta le fils renié de Valdor. La violence dont il fit preuve pour amocher Balford n’émeut en rien la comtesse qui caressait le museau de sa bête. Ujlaki était une adepte des esclaves qui avaient cette capacité de se transformer en animaux. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’elle participait au trafic d’esclave, pour nourrir ses créatures et recevoir des informations sur des fruits zoan grâce à ses collaborateurs comme Valdor. Elle n’avait ensuite qu’à rendre une visite chez un habitant de son île qui lui plaisait bien qu’elle emporterait dans une illusion avant de lui faire manger le dit fruit et en faire l’un de ses chiens de chasse. À l’heure actuelle, elle n’avait que quatre esclaves « garou », comme elle aimait les appeler, dans sa collection.

De son côté Vénus, restait silencieuse et attentive, prête à réagir aux prochaines actions qui allaient se passer. L’agente pestait intérieurement d’être entouré de dépravés qui faisaient leurs petites affaires envers et contre les lois universelles instaurés par les divins créateurs du monde actuelle, fondateurs du Gouvernement Mondial et de son universalité…. Bien sûr, si un des esclaves passaient entre leur main avait finalement était racheté par un Dragon Céleste, cela expiait leur péché par la bénédiction sacré, mais en dehors de cela ce n’était que des viles monstruosités méritant de brûler dans les flammes incandescentes des profondeurs embrasés d’Impel Down ! Si seulement elle pouvait tous les envoyer là-bas… Malheureusement, non seulement elle sentait clairement la supériorité de la maîtresse vampire, mais elle avait besoin de garder Reo vivant pour qu’il rejoigne les rangs de la Marine et lutte pour la vérité de cette réalité en cette époque d’anarchie. La Nostradame retint donc un soupir tout en demeurant concentré, à la fois sur Ujlaki, sa bête et les deux mastodontes qui ne savait pas quoi faire à première vue.

Ayant terminé d’écouter le très court monologue de l’Ashugari, la Báthory inspira lourdement avant de répondre avec un certain air las.

-Vous me dites de rappeler ma Mina-garouninette… lança-t-elle en tirant subitement sur les joues de la femme en forme hybride comme une grand-mère avec ses petits-enfants avant de reprendre son sérieux. …mais votre « collègue » est pourtant une humaine pure souche. C’est très dissonant monsieur… Et j’ignorais qui vous étiez, mais si tu dis que Valdor est ton père, tu ne peux qu’être le fameux Reo ! Il m’avait parlé de toi lors de certaines de nos conversations escargophoniques, enfin du fameux « déchet », mais je n’avais jamais eu l’occasion de voir à quoi tu ressemblais.

La voïvode tapa alors frénétiquement quatre fois dans ses mains en affichant un joli sourire.

-Tu es décidément surprenant et beau garçon. Je ne m’y attendais pas avec les dires de ton paternel. M’enfin ! Dis-moi jeune Reo… Je veux bien croire que le Gouvernement Mondial a attaqué le domaine vu que nombre d’intermédiaires ont disparu de la circulation… Mais quelque chose me chiffonne… Pourquoi es-tu allé au manoir ? Pourquoi retourner voir Valdor aux vues de votre relation ? Et t’inquiète-tu vraiment au point de vouloir le retrouver maintenant que tu ne sais pas où il pourrait se trouver ?

Sur ces mots, Ujlaki usa du dos de Mina comme siège. Ricannant, elle tendit un doigt à l’horizontal devant elle, accueillant sept ou huit mouches qui débarquèrent de l’extérieur spécifiquement pour se poser sur son doigt.

-Quoi qu’il en soit, j’étais venu voir Balfordounet pour justement savoir où se trouve Valdor afin de lui parler des problèmes que nous rencontrons, apparament à cause du Gouvernement Mondial.

La suite dépendrait de ce que Reo répondrait à ses interrogations. Un nuage de mouche débarquait petit à petit dans la salle en décrivant des cercles en l’air. Vénus, quant à elle, gardait les deux gardes en joug pour attendre leurs réactions.

Codage par Libella sur Graphiorum


Ujlaki Báthory lvl 22 Hypnose du Vampire, Sang des Báthory
Mina lvl 14 Fruit zoan du Lycaon
Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Dim 1 Juil - 17:11




Machinations maternelles

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Reo fit donc face à sa comparse vampire de sang-pur avec une certaine ténacité et, plus encore, une certaine aisance. S’il était contrarié de la voir là, il aurait sans doute été très heureux de converser avec une semblable dans d’autres circonstances, pourtant, en ce moment précis, en ce temps si délicat, il n’était pas temps de jouer. Malgré tout, et bien que détestant ce que pouvait représenter son vieux, l’héritier de Valdor décida de revêtir le caractère paternel et supérieur pour s’imposer sur sa compatriote qui connaissait apparemment plus que bien le géniteur. Lorsque le sujet de l’origine de Venus fut abordé, un sourire déforma le visage jusqu’alors légèrement crispé du suceur de sang. Il s’amusait de la situation en apparence mais ne pouvait que chercher une échappatoire à cette issue dans laquelle venait de la placer cette pouffe de vampirette.

- Que voulez-vous ma chère, notre race n’est pas la plus représentée et il faut parfois savoir faire fi des races pour avancer. Ma collègue, humaine, ici présente n’est peut-être pas aussi pure que nous mais n’en reste pas moins titulaire de talents…. insoupçonnés. Sur ce point, il semblerait que votre chienne ne soit pas dépourvue de tout intérêt pratique. Mon père lui-même a su mettre de côté notre supériorité pour se servir des talents d’autrui, à commencer par ce déchet immonde…  


Désignant alors le corps vivant mais passablement amoché de Balford à ses pieds, l’Oroshi lui envoya encore un coup de pied magistral dans les côtes histoire de corroborer ses propos. La victime en question avait été tellement sonnée par la première empoignade qu’il ne réagit qu’à peine à ce nouveau coup d’un simple souffle prolongé agrémenté de nombreuses bulles de sang.

Puis enfin vint le temps de chercher le pourquoi du comment, la titulaire des iris rouges  cuisinait gentiment son interlocuteur nocturne pour savoir pourquoi un enfant tant détesté pouvait désirer revoir son géniteur tyrannique. La question poussa Reo à afficher cette fois un sourire sadique et particulièrement sincère. La raison, elle semblait évidente pourtant : il voulait le massacrer, lui retirer chaque os de sa misérable cage thoracique pour venir les lui planter dans les poumons avant qu’enfin, la petite humaine rousse qui l’accompagnait vienne lui prendre la vie. S’il pensa d’abord à expliquer ceci, l’éventualité qu’une subordonnée de son père n’apprécierait pas le frappa de plein fouet. Il durcit alors encore plus sa mine, toujours un sourire dérangeant fiché sur les lèvres.

- S’agissant de mon physique, je vous remercie, et je dois avouer que vous êtes vous-même très attrayante. Plus tard nous pourrions envisager de nous reproduire, nos enfants seraient des êtres parfaits. Pour le second point, la recherche de mon cher père, il semblerait que je me sois mal fait comprendre. Comme vous l’avez soulevé, mon géniteur et moi-même avons des relations… compliquées et de fait, son destin ne m’importe que très minoritairement, s’il meurt, il meurt, s’il survit, il survit…


S’approchant alors de l’immortelle et de sa monture, ainsi que du ballet d’insecte qui se formait près d’elle, d’un pas lent et mesuré, un sourire toujours fiché sur la face, le masochiste termina juste devant la bête, aucun signe d’animosité en vue.

- Soyons clairs ma tender amie, mon père ne m’intéresse pas, malheureusement, ma mère est en sa compagnie et je ne peux la laisser à un éventuel triste sort. Je dois donc m’assurer de sa sécurité. En tout état de cause, Valdor est plus simple à trouver que ma mère.  


L’idée semblait bien plus crédible finalement, il ne restait plus qu’à espérer que la rousse reste tranquille.




CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Lun 2 Juil - 1:08







La Fin d'une Lignée




Voïvode Ujlaki Báthory,  Mina le Porte-Bagage
Comtesse Vampire et Esclave Vampirique

-Si vous le dite… Je suis plus cliente que trafiquante alors ce genre de considérations pour les humains n’est pas quelque chose qui me saute aux yeux comme naturels. Si elle démontre son utilité, je comprends qu’elle puisse vous être digne d’intérêt.

La vampiresse marqua un temps de pause avant de se relever et s’approcher davantage de son interlocuteur porteur d’une pureté de sang similaire à la sienne.

-Et bien écoutez… Si vous tenez tant à votre mère c’est honorable, mais il m’apparait étrange que vous ne désiriez pas mettre vous-même un terme à son existence… Je vous aurais alors demander pourquoi je vous laisserais en vie alors que son réseau et plus intéressant que le vôtre... Cependant...

La voïvode semblait vouloir se rapprocher physiquement de la progéniture de Valdor.

-Si vous preniez la place de votre père… Ce serait tellement intéressant… Au-delà de la procréation pour nous assurer des héritiers de notre trempe, nous pourrions partager bien plus. Je pourrais même me faire votre femme et assurer à votre successeur de posséder le sang des Báthory.

Si l’Ashugari se laissait aller, les lèvres d’Ujlaki s’approcherait des siennes pour déposer un tendre baiser, une sorte de pacte pour sceller leur accouplement future.

-Allons donc chercher dans les affaires de Balfordounet pour découvrir s’il n’aurait pas noté la position de ce cher Valdorounet !

C’était la première fois de la conversation qu’elle utilisait ce surnom pour désigner le père de Reo. Alors que les deux gardes du corps du sang-mêlé étaient étonnés de la tournure des choses et allaient certainement protester, Ujlaki claqua des doigts, ses yeux brillants d’un rouge d’une pureté rarement égalé et les veines de son visage grossissant pendant que ses cheveux flottaient autour d’elle. Mina, toujours sous forme hybride, sauta sur le garde le plus proche d’elle afin de lui broyer le visage pendant que la nuée de mouche se dirigea droit vers le second, grouillant sur son corps jusqu’à pénétrer en lui, par la bouche et le nez, se répandant encore et encore jusqu’à l’asphyxie une fois que les poumons furent complétement remplis. Un sourire de satisfaction orna alors le visage de la demoiselle qui frappa dans ses mains d’excitation, comme une adolescente qui attendait de savoir qu’elle cadeau son petit ami allait lui offrir. Elle se dirigea alors vers le bureau afin de fouiller ce dernier.

De son côté, Vénus observa la scène, interloqué, béate face à l’ignominie d’un tel blasphème ! C’était répugnant ! Dégoutant ! On aurait dit une version infernale des Dragons Célestes ! Pour elle, la pureté des dieux de Marijoa était ici remplacée par l’hérésie sous une forme naturelle et complétement immonde. C’est ainsi que pour le bien de la mission, elle resta en retrait, muré dans un silence religieux alors qu’elle menait intérieurement une prière afin de sauver son âme pendant qu’elle assistait à un spectacle qui aurait pu souiller sa ferveur et sa foi. Comment ces êtres pouvaient ils se complaire dans l’horreur de cette corruption. Il méritait bien leur dénomination d’engeance. L’agente ne pouvait donc rien faire d’autre que rester immobile et cela amuserait peut-être Reo de le constatait. En tout cas, la Nostradame se souviendrait de ce cette scène encore pour longtemps !


Codage par Libella sur Graphiorum


Ujlaki Báthory lvl 22 Hypnose du Vampire, Sang des Báthory
Mina lvl 14 Fruit zoan du Lycaon


Dernière édition par Vénus Nostradame le Lun 2 Juil - 12:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Lun 2 Juil - 12:44




Dominant

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Finalement, bien qu’elle connaisse la famille de Reo, la vampirette sexy ne partageait apparemment pas l’aversion de Valdor pour les membres de la race humaine, finalement une chose normale lorsqu’elle acceptait de monter directement sur le dos de l’un d’eux, transformé en bête qui plus est. Si Valdor se servait d’esclave humain, jamais il n’aurait été assez désespéré pour grimper sur le dos de l’un d’entre eux, de peur d’attraper des virus humains peut-être. Quoiqu’il en soit, la question de la présence de la rouquine fut rapidement réglée et le vampire n’eut plus qu’à se concentrer sur l’autre problème : son mensonge.

Sur ce second point, la Bathory semblait le croire mais à demi-mot seulement, voire même à quart de mot. Elle avait parfaitement compris que le jeune ex-trafiquant n’était pas un grand fan du paternel et, à la place de le condamner pour cela, elle y vit une opportunité : celle de profiter de toute cette scène pour gagner elle-même en puissance et en influence. Lorsque qu’elle fit sa proposition à Reo tout en s’approchant de lui, le sourire de ce dernier ne fit que grandir, apparemment il venait de s’offrir les services d’une alliée plus que compétente pour la suite de l’opération. Il la suivrait donc pour profiter au maximum de ses pouvoirs et de son toutou avant de voir ce qu’il ferait de cette pauvre jeune femme en mal d’enfant de sang pur. Après tout, procréer avec Reo revenait à s’offrir des gênes de qualité supérieure et pas celle d’un vulgaire vampire de basse extraction simplement bon à hypnotiser le premier fermier venu. Non, Reo était un combattant à la force largement supérieure à la moyenne et titulaire de ce haki de l’observation si destructeur qui lui arrachait souvent plaisir et contentement.

Alors, comme pour sceller ce pacte de suceur de sang, et au moment où la maîtresse de la chienne approchait ses lèvres des siennes, l’Ashugari vint saisir la vampirette à la gorge tout en serrant d’une main ferme mais douce : il était un dominant et certainement pas un dominé. Alors, fort de sa position, il approcherait son éventuel future conquête de lui et viendrait lui arracher une baiser fougueux et assez peu retenu. Si elle avait prévu de gratifier Oroshi d’un « tendre baiser », la seconde représentante des sangs purs se trouverait donc face à un vampire autrement moins mesuré et autrement plus entreprenant. Si la rousse n’aimait pas voir ce genre de démonstration, celle-ci pourrait bien la mettre particulièrement mal à l’aise.

Par la suite, les choses amusèrent grandement Reo qui observa la possible future mère de sa progéniture massacrer les deux gardes avec une violence rare. Le premier périt rapidement sous les coups de griffe et de crocs d’une Zoan docile alors que le second… Reo en pleurait de rire tellement la mise à mort était belle. Voir un homme se faire tuer par une nuée de mouche avait effectivement quelque chose de rafraichissant et de distrayant. Séchant ses larmes de rire, le pugiliste nocturne se retourna finalement en compagnie de sa nouvelle compagne faire le petit bureau du vendeur d’information tout en intimant à sa comparse de rejoindre le groupe.

- Ma chère, vous devriez nous rejoindre, des fois que ma tendre amie trouve une nouvelle cible à son courroux.


En réalité, il préférait avoir son alliée la plus … digne de confiance dirons-nous, à ses côtés. Ne serait-ce que si la maîtresse des mouches décidait de s’en prendre à l’un d’eux. Qu’elle le rejoigne ou non, il irait fouiller les petites affaires de Balfordounet avec une précaution religieuse. D’ailleurs, celui-ci semblait totalement K.O sur le béton froid de l’entrepôt qui était le sien.

Quoiqu’il en soit, après une recherche minutieuse des lieux, il apparut que les documents se trouvaient dans un tiroir fermé à clé mais qui ne put résister bien longtemps à la force supérieure du suceur de sang, démontrant un peu plus à sa semblable qu’il était un choix viable pour la descendance. Reo tendit alors les papiers, sans même les lire, à destination de ses divers acolytes et de la rousse en particulier. Sur ces derniers apparaitraient l’absence temporaire de Valdor de Powder Island qui avait rejoint une île voisine pour quelques jours, date de retour prévue : le lendemain. Etant de nuit maintenant, les vampires pourraient donc dormir toute la journée du lendemain pour être parfaitement en forme une fois la nuit tombée. A cet effet, Reo proposa un hébergement plutôt sympa.

- Nous devrions passer la nuit chez Balford, il habite un bon quartier alors ne nous gênons, qu’en pensez-vous ma tendre amie ?


Il s’adressait à sa semblable, évidemment, tout en se dirigeant vers l’informateur à qui il rompit la nuque d’un coup sec, toujours avec ce sourire charmeur et sadique. Si le reste du groupe acceptait, ils iraient tous dans la demeure du l’informateur pour se reposer, à moins que l’agente ne préfère user de la journée pour tout autre activité.




CODE BY AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Lun 2 Juil - 14:15







La Fin d'une Lignée




Voïvode Ujlaki Báthory,  Mina le Porte-Bagage
Comtesse Vampire et Esclave Vampirique

La voïvode se laissa soumettre à la domination impulsive de Reo. Il allait falloir dompter cette bête sauvage, mais pour l’heure il valait mieux le laisser le déchaîner le temps qu’un rapprochement ait lieu pour ensuite essayer de le dompter. Ce serait une danse tribale qui auraient lieu en tant voulut, si l’Ashugari sortait victorieux de tout cette histoire. Dans le même temps, la constantiniste eu un frisson de dégout, une envie de vomir lui prenant aux trippes devant ce spectacle des plus morbides à ses yeux. Ils faisaient bien de se reproduire entre eux, ça leur évitait d’infecter leur reste du monde avec leur corruption et leur impureté. Faisant mine de rien, elle rejoignit le vampire qu’elle avait pris comme associé afin de fouiller le bureau avec les deux engeances. Si elle supportait tout ça, c’était pour la mission qu’elle n’avait pas l’intention d’échouer. Acceptant les papiers tendus par son compère, l’agente jeta un regard vers Ujlaki qui avait rassemblé une pile de dossier à côté d’elle que Mina, retransformer en humaine, portait désormais. La maîtresse vampire n’avait l’intention de laisser ces informations dans la nature, elle en collectait le maximum pour son propre profit. La Nostradame nota dans un coin de sa tête que la possibilité de rendre une visite à la Báthory pour récupérer cela, ainsi que ses souvenirs, permettrait au Cipher Pol 9 de gagner quelques informations précieuses sur le monde criminelle. Alors que Reo proposait de dormir chez Balford, Ujlaki déposa un morceau de papier recouvert d’une inscription devant le potentiel père de ses enfants.

-À aucun moment je n’ai dit que je vous aiderais. Le pacte ne comprenait que la procréation future. Si tu sors vivant de toute cette histoire, appelle-moi à ce numéro. Ce sera la preuve que tu auras mérité les enfants que je peux t’offrir, lâcha la voïvode Báthory en se dirigeant vers la sortie, entouré d’un nuage de mouches qui vinrent entourer son corps pour former un manteau noir.

Saluant de la main le binôme, en guise d’au revoir ou d’adieu, elle disparu dans le dédale de Balford avec Mina qui emportait de nombreuses informations recueillis par le sang-mêlé. De son côté, Vénus n’était pas enthousiaste à l’idée de dormir chez une de ces immondices de vampire hors-la-loi faisant leurs profits sur le dos de réseaux souterrains qui devraient servir les seigneurs de Marijoa. Elle ne pouvait décemment pas. Non. Ce serait clairement un blasphème et jamais elle ne pourrait se présenter devant Saint Constantin pour le servir, si elle parvenait à intégrer le Cipher Pol 0, en portant la souillure que Trader semblait vouloir lui offrir. Secouant la tête, elle répondit à son camarade.

-J’ai déjà un logement temporaire en ville. Je te propose de se retrouver devant la demeure de ton paternel demain. Je vais en profiter pour commencer à rédiger mon rapport et me tenir informé de l’évolution du démantèlement du côté des agents de Cipher Pol.

Elle saluerait ainsi à son tour l’Ashugari avant de quitter l’entrepôt. Après une vingtaine de minutes de marches, elle grimperait sur le toit d’un immeuble en centre-ville, y retrouvant ses effets personnels cachés dans un conduit d’aération. Sortant l’escargophone, elle contacta ses collègues afin de prendre connaissance de la situation. Une fois cela fait, elle s’assaillit au bord du toit afin d’observer la ville s’animer petit à petit. Il lui faudrait dormir d’ici quelques heures afin de pouvoir aborder l’affrontement avec Valdor en toute sérénité.


Codage par Libella sur Graphiorum


Ujlaki Báthory lvl 22 Hypnose du Vampire, Sang des Báthory
Mina lvl 14 Fruit zoan du Lycaon[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 3 Juil - 13:36




Sentiment inconnu

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Après sa petite fouille de meuble, l’Ashugari accepta le départ de tous ses acolytes pour finalement se retrouver seul au milieu de cet entrepôt vide, enfin seul, pas vraiment. Restait encore ce cher Balford, aussi énergique qu’une courgette en pleine pousse qui commençait néanmoins à repousser quelques petites plaintes de douleur : un vrai plaisir pour les oreilles du vampire sadique qui vint s’accroupir aux côtés de sa victime récente. Souriant innocemment, il tourna finalement la tête du légume pour qu’il puisse bien voir à qui il devait cet état lamentable.

- Ah Balford, tu te croyais si puissant, si intouchable, si bien protégé et pourtant... Basile et Boris sont morts, je suis vivant, tu es aux portes des enfers et Valdor te rejoindra très bientôt. Plus encore, je ressors de tout ça avec une amie … intéressante.


Reo s’amusa lui-même avant de dévoiler ses canines à son interlocuteur et de lui adresser un regard hautain et destructeur. Il s’agissait de ce genre de regard qui ne laissait aucune illusion, de ce type de regard par lequel autrui comprenait qu’il ne réchapperait pas à sa dernière rencontre. Pourtant, ce regard se mua en une moue étrange, en un visage empli de doutes et d’hésitations, un visage que l’Oroshi n’avait jamais adopté auparavant. Aucune larme ne coulait sur le visage du vampire mais il n’en restait pas moins qu’une certaine mélancolie qu’il finit par matérialiser par la parole.

- Penses-tu que je serai un bon père déchet ? Après tout, la figure paternelle qui était celle que j’ai eu n’était pas…. Optimale. Alors comment pourrais-je espérer avoir une vie de père normal ? Enfin, tu ne dois pas comprendre. Si tu as des enfants, ne t’inquiètes pas, je compte bien dormir chez toi ce soir, ils te rejoindront rapidement.


Alors, sans crier gare, sans attendre la réaction de sa victime devant cette menace, le vampire exerça une pression bien connue au niveau de la nuque du sang-mêlé pour emmener cet abruti dans les limbes de la mort. Enfin l’agent Balford trouvait la mort sur l’île de Trader, celle où il se croyait indispensable, celle où il avait fait fortune. Reo lui adressa un dernier regard plein de haine et de mépris, il n’avait été qu’une ordure toute sa vie et il n’avait pas fait mieux dans sa mort… Se redressant finalement, le suceur de sang délesta le défunt des clés qu’il portait sur lui, sûr d’y trouver celles de sa demeure et commença à emprunter le chemin de la sortie. Pourtant, lorsque devant lui les portes apparurent, une douleur vive vint frapper Reo. Une douleur intérieur si puissante que le noiraud manqua de perdre l’équilibre et se rattrapa difficilement au mur à sa gauche. Son haki de l’observation se réveillait mais pour la première fois, la douleur qu’il provoquait ne procurait aucun plaisir à l’Ashugari qui continua sa route, titubant dans le hall de l’entrepôt puis dans les rues crasseuses de Trader. Handicapé par le concert sans queue ni tête qui prenait forme dans son esprit, le pugiliste n’avançait qu’à un rythme limité. Il tombait, de temps à autre, gratifiant ainsi la pourriture humaine présente dans les rues d’un spectacle qui les amusait alors lui souffrait.

La souffrance, elle n’était pas seulement physique, pas due à son haki mais bel et bien à la situation qui était maintenant la sienne. Il avait quitté ses parents en n’espérant ne plus jamais les revoir. Il s’était lancé dans le commerce de chair en estimant qu’il s’agissait là de la voie qu’il devait suivre. Il avait monté son petit réseau en pensant qu’il serait un pilier de l’économie occulte de tout South Blue un jour ou l’autre. Et pourtant. Son père refaisait surface sous un jour plus beau encore que celui de Reo, la vie de hors-la-loi le dégoutait et on lui vantait maintenant les mérites du gouvernement mondial. Par-dessus cela, il avait eu un cas de conscience relatif à la paternité à la suite de sa rencontre avec la Bathory et il en venait à lui-même se remettre en cause. Pardonnerait-il à son père ? Evidemment pas, il le tuerait, ça ne faisait aucun doute. Allait-il reproduire le schéma familial ? Evidemment pas non plus.

Finalement, il arriva à la maison de Balford, glissa difficilement la clé dans la porte et l’ouvrit avant de la claquer après son passage. Son haki lui détruisait toujours la tête et la tatoué finit par y céder. Se laissant tomber à genoux sur le tapis de l’entrée, il frappa du poing le parquet lisse et exotique de son hôte prédécédé par rage. Le sol encaissa le coup avec violence à tel point que quelques lattes de plancher se soulevèrent autour de la zone d’impact. Puis, il entendit un bruit, une voix qui demandait simplement « Chéri, c’est toi ? ».

Alors, son haki se dissipa, comme effrayé par la nouvelle intervenante qui venait de passer sa tête dans l’encadrement de la porte. Une femme accompagnée d’un petit garçon, une humaine et un petit humain au sang mitigé. Devant ses facultés retrouvées, l’Oroshi se releva et avança lentement d’un pas mesuré vers la petite famille…

Une heure plus tard, Reo Ashugari profitait du lit douillet de ses hôtes, le cœur allégé par la scène qu’il avait mis en place à l’étage inférieur. En bas, dans le salon, deux cadavres jonchaient le sol.




CODE BY AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 3 Juil - 14:49







La Fin d'une Lignée


Le Soleil crépitait à l’horizon, le crépuscule faisant son œuvre répandant dans le ciel des rayons orangers, émissaires et messagers de l’astre du jour qui informait le monde que la lune ne tarderait pas à faire son apparition, amenant la nuit sur ces contrées pour que les vampires s’éveillent à leurs capacités et que l’échos du sang tombant de la gorge des victimes signe le requiem des vies humaines. Valdor était-il déjà retourné dans sa demeure ou était-il en chemin, la Nostradame l’ignorait, mais progressait malgré tout à travers la forêt, les sens en alerte prête à contré une attaque. Elle attendrait Reo afin de mener un assaut collégial contre le tyran se faisant passer pour un maître au rang semblable à celui des héritiers des fondateurs du Gouvernement Mondial. L’agente ne savait pas si l’Ashugari était déjà là où si elle devrait l’attendre, mais le fait est qu’elle était presque arrivée au portail où le fameux blason semblait plus sombre dans cette ambiance mortuaire précédant la nocturne domination lunaire. Vénus se plaça derrière un arbre, s’assaillant à même le sol. Ce repos mérité lui avait fait grand bien. Cela lui avait permis de chasser de son esprit ces visions d’horreur de ces vampires ignobles qui s’amusaient de manière horrible en se moquant éperdument de l’autorité suprême de Marijoa. Si seulement le jugement divin pouvait s’abattre comme la foudre sur tout ces blasphémateurs. C’était tout ce qu’il manquait aux saints, la capacité de faire mourir toute personne qui se dressant contre leurs lois. Bien évidemment, ils pouvaient faire pleuvoir la mort comme bon leur semblait. Pour cela, il n’avait qu’à appeler le Cipher Pol 0 ou demander l’intervention d’un amiral, mais il devait encore avoir conscience de la violation des règles qui était effectué. Ce qui se passait de par le monde, il ne pouvait l’arrêter eux même à l’heure actuelle. L’un des fantasmes de la Nostradame était de devenir cette punition venant châtier ce qui menait des hérésies à l’insu des autorités dirigeantes du monde.

La demoiselle leva la tête vers la voûte céleste où les brasiers crépusculaires, les nuages qui prenait la teinte des rayons astraux à cette heure avancé, continuaient de flotter à la manière de vaisseaux qui fendait les cieux, naviguant sur les flots du vent. Tout ceci était la possession légitime des Dragons Célestes… Ce monde leur appartenait et le fait que leur autorité soit contestée était d’une injustice flagrante. Des fois, Vénus se demandait si les révolutionnaires n’étaient pas juste des imbéciles aveuglés par leur foutu « liberté » qui ne pouvait pas s’empêcher de se rendre intéressant en contestant l’universalité de la volonté gouvernementale. Ils étaient si pathétiques dans le fond. De véritables moucherons qui se transformait en arme sous l’impulsion d’hérésiarque. En fait, c’était comme avec la voïvode Ujlaki qui manipulait cette horde grouillante de petit être pour en faire de créature quasiment inoffensive une arme mortelle. Voilà un raisonnement clairvoyant qui la dégoutait encore plus de ces « maîtres » vampires. Ils étaient comme les autres profiteurs qui se croyait puissant… Ridicule. Elle espérait bien sortir Reo de cette illusion pour en faire un membre de la Marine, même s’il portait de la souillure et de la corruption en lui. Comme elle y avait pensé précédemment, le Gouvernement Mondial avait besoin de main d’œuvre en cette ère d’anarchie.


Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 3 Juil - 16:33




Réunion de famille

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Le soleil commençait seulement sa course descendante que l’Ashugari claqua la porte de son hôte dans l’autre sens, un bidon à la main et une boite d’allumette dans l’autre. Il avait bien dormi, avait profité des joies que pouvait offrir la maison de Balford en prenant un bain de plusieurs heures et avait fini par décider que tout cela devait être éphémère. De plus, il avait pris une décision s’agissant de son avenir et laissait encore deux cadavres derrière lui. Alors, certes, en vertu du décret décima, la famille d’un criminel n’était pas des innocents, mais tout de même, il ne voulait pas de tâche sur son passé. Balançant donc le reste du contenu du bidon de bois sur la porte du même matériau, le vampire finit par craquer une allumette qu’il lança sur ladite porte en bois. Immédiatement, le contenu anciennement présent dans le contenant prit feu avec une vivacité exemplaire avant de lentement se propager au reste de la bâtisse. Quelques minutes seulement plus tard, c’était tout l’édifice qui cramait sous les cris apeurés des voisins et des passants.

Dans la foule, aucun vampire, mais une femme aurait juré voir un homme avec des canines particulièrement développées au bout de la rue, un sourire satisfait marquant son visage sadique. Fallait-il ajouter pyromane à la liste des qualités de l’Ashugari ? Evidemment, et depuis bien des années en plus de cela. En effet, dès ses douze ans, le petit suceur de sang avait pris pour habitude d’emmerder son père de toutes les façons possibles et imaginables. Parmi ces « emmerdements » il y avait eu la mise en feu de la grange où les esclaves humains dormaient puis, quelques années plus tard, l’incendie criminel de l’aile Ouest du manoir. La deuxième occurrence avait été circonscrite bien plus rapidement que la première et si aucun esclave n’avait survécu, seuls deux vampires avaient trouvé la mort dans l’aile Ouest. Seulement deux invités purs de North Blue, des abrutis venus parler business… tant pis.

Quoiqu’il en soit, c’était le cœur bien plus léger que la veille que l’héritier de Valdor avançait en direction de sa vieille demeure en espérant bien y retrouver sa chère camarade gouvernementale, sans qu’il sache réellement qui elle était. Il exultait, ne pouvant plus attendre une seconde de plus pour revoir son géniteur et la flopée de petits toutous qui ne le quittait jamais. Tous des vampires, mais tous faibles et engraissés par une existence oisive et pernicieuse. Devant un pugiliste comme le fils non-prodige, il ne ferait pas le poids et les seules unités de valeur étaient les gardes esclaves, le géniteur et sa mère. En effet, à travers les années, Valdor avait fait le choix de former une protectrice personnelle, celle qui pourrait le sauver au dernier moment, là où personne ne l’attendait : sa femme. Cependant, manque de chance, Reo savait pertinemment que sa propre mère était le danger principal. Et contre elle, il espérait bien jouer sur les sentiments. En repensant au couple parental, le vampire eut un goût de vomi qui lui remonta dans la bouche, dire que ses vieux le dégoutaient n’était pas seulement une image dans le cas de l’Oroshi. Pour se soulager de ce mal, il n’y avait finalement qu’une seule et unique solution.

Et alors qu’il ravalait ce vomi au goût de sang, il aperçut enfin le manoir qui l’avait vu grandir.

- Toi aussi je vais te raser, saloperie de baraque...


Il compléta la distance qui le séparait des lieux et tomba finalement sur une personne qu’il connaissait et qui avait dû le voir arriver de loin : Venus. Enfin, pas Venus, mais la gouvernementale au nom d’emprunt que l’Ashugari avait de toute façon oublié.

- Ah ma chère, vous êtes bien matinale ! Nous avons encore quelques temps, mon géniteur ne viendra ici que lorsque la nuit sera aussi noir que l’encre. Une précision néanmoins, évitez de croiser son regard. Il n’est pas un excellent combattant mais utilise fort bien l’hypnose de notre race. Les effets sont moindres sur moi s’agissant de ses facultés, étant donné que j’y ai été exposé un certain nombre de fois mais vous, méfiez-vous.


Le vampire proposerait alors à l’humaine de franchir la grille pour rejoindre l’intérieur du manoir où il comptait bien mettre en scène les retrouvailles. Que Venus soit d’accord ou non, pas d’effet de surprise pour lui, il allait s’asseoir au milieu des cadavres des vampires qu’il avait d’ores et déjà massacrés la veille et afficherait un sourire radieux en apercevant enfin ses pourritures de parent.

***


Quelques heures passeraient alors dans un calme religieux. Que la rousse parle ou non, Reo ne lui répondrait que de façon lapidaire sans jamais chercher à poursuivre la discussion. Il était concentré sur son plan et ne voulait pas en oublier la moindre parcelle. Puis tout à coup, quelques éclats de voix se firent entendre puis, plus rien. Les vampires avaient dû sentir le sang. Si elle était inquiète sur une éventuelle fuite et voulait les poursuivre, Reo intimerait à Venus d’attendre d’un simple geste de la main, ils allaient venir. Puis, après quelques dizaines de secondes, le visage de deux gardes en armure passa à travers le trou ouvert dans le mur, immédiatement suivi de deux personnes au teint pâle.



Valdor et Perna, parents de Reo


- Père, mère, quelle joie de vous revoir !


Lorsqu’ils comprirent qui se trouvaient devant eux, les gardes affichèrent des mines effrayées. Valdor prenait le temps de sélectionner sa garde d’esclaves humains et avaient ces deux-là depuis un bail. Ils connaissaient tous les deux le fils de la famille et avaient perdu des frères d’arme sous les farces puériles de cet enfant. S’ils avaient peur du père, ils avaient au moins autant peur du fils.

De leur côté, les parents de Reo restèrent silencieux devant le visage souriant d’ironie de leur progéniture. Dans quelques instants, les festivités allaient être déclarées, à voir qui allait sauter le premier.




CODE BY AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Vénus Nostradame
La Fleur de la Mort
avatar
Messages : 127
Race : Constantiniste
Équipage : CP9

Feuille de personnage
Niveau:
21/75  (21/75)
Expériences:
78/120  (78/120)
Berrys: 4.453.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mar 3 Juil - 19:38







La Fin d'une Lignée


L'agente du Cipher Pol 9 se trouvait assise sur un lustre de la pièce où Reo s’était assit au milieu des corps ensanglantés de putrides vampires plagiant un style de vie qui ne leur appartenait pas. On aurait pu croire que ce spectacle infame aurait répugné la demoiselle, mais non c’était le contraire. Elle voyait dans ce sang et ces chairs en début de décomposition de l’espoir. L’espoir de l’éradication des vies qui osaient occulter l’importance de la noblesse mondiale… L’espoirs de réduire à néant les rêves de mouches suivant comme du bétail un maître à penser qui les manipule en se prenant pour l’égal des dieux… L’espoir de voir enfin le terme de cette époque de chaos, le Gouvernement Mondial émergeant des monticules de cadavres pour affirmait son omnipotence, omniprésence et omniscience. Une vision du paradis sur terre en somme.

Le fait que l’ennemi utilise l’hypnose ne la rassurait pas, mais elle avait pris la décision d’agir uniquement que si l’Ashugari était en difficulté. Elle avait essayé de lui parler afin de tenter l’amener sur la voie de la raison du Constantinisme, en vain. Monsieur était plongé dans son plan et voulait diriger la mission. Son caractère dominant plaisait de moins en moins la demoiselle qui se mura finalement dans le silence en attendant l’arrivée des cibles et le potentiel spectacle qui allait en découler. Comment le jeune vampire allait-il s’y prendre pour affronter ses parents ? Il les connaissait et savait quelles étaient leurs capacités, il devait donc avoir une idée précise pour prendre le dessus sur ces sang-purs qui n’avait de pur que le nom. Ces dépravés méritaient bien de crever des mains sales de leur progéniture. Ils mourraient comme ils avaient vécu, des pourritures se vidant de leur contenu dans la pourriture.

Bientôt, des voix se firent entendre. Ils arrivaient. Se mettant en tailleur, l’espionne attendit donc de voir arriver les deux énergumènes et leurs gardes qu’Ujlaki aurait certainement exécuté de la manière que les deux importuns protégeant le Balford… C’était quoi leur nom déjà ? Il y avait un Basile non ? L’autre s’appelait comment ? Un truc en B aussi… Boris c’est cela ! Bref, cela n’avait pas d’importance. Ils ressemblaient donc à ça en vraie. On retrouvait un peu d’eux chez Reo, mais ce dernier avait choisi un style vestimentaire et capillaire tout à fait différent. Si sa haine de son père en était à l’origine, ils avaient dû ne jamais s’entendre ces deux-là. La Nostradame n’avait que très peu entendue parler de la mère. Vénus, aka Anna Labbaye, avait donc hâte de voir se dont elle était capable. Alors ! Est-ce que son camarade allait d’abord exécuter les deux esclaves ? Leur faire peur ? Charger l’un de ses deux parents ? Les prendre à revers ? Créer une illusion ? Discuter ? Provoquer ? L’objectif du suceur de sang était actuellement inconnu de la représentante du Gouvernement Mondial et fidèle fanatique de Saint Constantin. Posant son coude sur son genou, elle attendit de voir la suite.


Codage par Libella sur Graphiorum

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Reo Ashugari
Trafiquant
avatar
Messages : 62
Race : Vampire
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
80/100  (80/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   Mer 4 Juil - 8:59




Drame cliché

Je ne le fais pas par plaisir, enfin pas uniquement.
Après quelques instants de silence, le père de Reo avança d’un pas et vit qu’il n’était pas imité par ses gardes. Tournant à peine la tête, et d’un signe sans équivoque, il leur intima d’avancer sans que cela ne change réellement grand-chose : seul l’un deux faisant un pas en avant ; pas de petite longueur par ailleurs. Il ne fallait pas être un expert mental pour voir que les deux gardes expérimentés commençaient sérieusement à flipper. Près de dix ans auparavant, alors que Reo vivait encore au manoir, l’héritier était déjà doté d’une force particulièrement grande, il imaginait donc que comme le vampire, sa force avait encore grandi. En d’autres termes, s’ils ouvraient les hostilités contre lui, ils perdraient et le savaient pertinemment. Mais soudain, alors que les hésitations étaient à leur paroxysme, la voix du plus jeune des suceurs de sang résonna de nouveau dans l’écho de ce salon sanglant.

- Johnsy, Douguy, je vous conseille de vite dégager si vous ne voulez pas y passer.


John et Doug prirent le temps de la réflexion, environ quatre secondes avant de faire le choix de suivre les conseils de l’Oroshi. Pourtant, à peine avaient-ils tourné les talons que le père claqua des doigts. Les deux portes flingues se figèrent alors et se retournèrent en chargeant le pauvre fils du maître, la face inexpressive. Amusé par la situation, et par des pouvoirs qu’il n’avait eu à l’œuvre depuis bien longtemps, la cible de cette double charge afficha un sourire toujours plus radieux, au bord de l’éclat de rire. Puis, lorsqu’il jugea la distance bonne, il se leva lui-même rapidement avant de fondre en direction des deux petits esclaves vampiriques manipulés par les dons du père. Pauvre Johnsy et Douguy, ils avaient fait le bon choix mais celui-ci n’avait pu perdurer bien longtemps devant la force persuasive de Valdor. Alors, lorsque Douguy, arrivé avant Johnsy, tenta un coup d’estoc vers la droite, il ne put que voir le corps de sa cible se dérober à son offensive avant de sentir une douleur intense au niveau de son estomac. En même temps que le poing percutant son abdomen, l’esclave venait de retrouver un semblant de conscience, la douleur étant le meilleur moyen de se libérer de l’emprise mentale. Malheureusement pour lui, il était trop tard et lorsque la hache de Johnsy visa Reo et que le corps de ce pauvre Douguy fut mis en opposition, le froid de la lame vint cueillir sa vie.

Une chance pour lui, le chemin vers l’au-delà ne serait pas solitaire. Bien qu’hypnotisé et inconscient, Johnsy eut un geste de recul lorsqu’il vit qu’il avait manqué sa cible. Un mouvement inutile pour sauver la vie de son collègue déjà mort mais bien trop utile pour leur opposant qui s’insinua dans la faille tel un torrent bouillonnant entre les roches d’une rivière et vint simplement entourer la tête du second garde de ses bras puissants. Presque une étreinte amicale, celle-ci se mua en un geste mortel lorsque l’assaillant prit appui sur le sol et sauta par-dessus sa victime en devenir, lui brisant alors la nuque dans la hauteur, plus rare comme mouvement mortifère. Johnsy retrouva donc son fidèle compagnon dans ce chemin vers la mort qu’ils arpenteraient donc ensemble.

Dans le monde des vivants, Reo avait retrouvé un parfait équilibre à la suite de sa petite manœuvre et se retrouvait maintenant plus près de son père qu’il ne l’avait été depuis plus de dix ans. Il souriait toujours et affichait un air sadique qu’il avait maintenu tout au long du combat. S’adressant finalement à la cible commune du duo rouquine-noiraud, le vampire ne put contenir son excitation morbide.

- Si vous saviez, père, depuis combien de temps j’attends ce moment. Plus encore, votre hypnose m’inquiétait un peu mais apparemment, le temps a fait son œuvre et votre rappel ne fonctionne plus sur moi, dommage de m’y avoir maintenu de nombreux mois par le passé n’est-ce-pas ? On s’habitue à tout ! Enfin, nous savons tous les trois pourquoi je suis là, n’est-ce pas mère ! Je vais tuer votre époux mère ! On verra pour vous ensuite !


Haussant la voix s’agissant des quelques répliques adressées à la matriarche, l’héritier avait noté que celle-ci était ailleurs, pétrifiée par la vision de celle qu’elle n’avait pu aimer par peur de son époux. A la fuite de son fils, elle avait été heureuse, il vivrait selon ses choix et Valdor ne pourrait pas le blesser. Elle les aimait, l’un comme l’autre, mais le vieux vampire un peu plus. Alors, en cette nuit sombre, la pire de ses appréhensions prenait forme : Reo avait retrouvé Valdor pour une autre raison qu’une entente cordiale. Que devait-elle faire, elle l’ignorait mais il fallait faire vite. Du côté du paternel, on jouait davantage la carte de la manipulation. Il connaissait la force de son fils, qui tenait de sa mère de ce côté, et ne savait donc pas s’il pourrait tenir tête à son propre sang : il était hautain mais idiot.

- Fils, une joie de te revoir pour moi aussi. Cependant, je te conseille de cesser ses enfantillages. T’affilier à une… Humaine...


Dit-il en levant les yeux au ciel vers le lustre où était assise Venus.

- Quelle horreur, quelle infamie… Et tout cela pour nous tuer, nous, tes propres parents. Voyons Reo, je sais que nos relations n’ont pas toujours été les meilleures mais il est temps de rattraper les choses, de vivre une vie de famille accomplie entre nous, de te trouver une épouse de notre caste.


La dernière proposition, Reo ne put y résister et enfin, il ria à gorge déployée. Cette situation, ces retrouvailles et maintenant le petit jeu de son père, tout cela était si cliché des pièces les plus dramatiques alors que l’issue était déjà toute trouvée.

- Ah père… C’est impossible, vous le savez bien. Et pour la dernière proposition, je n’aurai besoin de vous, Mademoiselle Bathory et moi nous sommes entendus sur ce sujet.


En plus de devoir essuyer le refus du fils, il apprenait par la même la trahison de l’une de ses collaboratrices… Peste était de cette vampirette à mouche, il prendrait sa vie lorsqu’il en aurait fini avec sa progéniture et l’agente du gouvernement. Se résignant donc, il recula d’un simple pas et prononça un nom qui déclencha toutes les hostilités.

- Perna...


Il s’attendait à voir son épouse surgir dans son dos pour sauter sur leur fils mais il ne vit d’abord que ce dernier se jeter dans sa direction pour venir lui proposer un énorme coup de talon au niveau de la nuque. Si Reo touchait, Valdor allait passer un exécrable quart d’heure. Mais au moment où le choc devait avoir lieu, ce fut la jambe la matriarche qui contra le coup du fils. Souriant devant la mine dépitée de sa mère, Reo poursuivit son offensive et finit par obliger son père à reculer, laissant ainsi son épouse et son fils se mener un combat serré. Dans les entrefaites, il en avait presque oublié la présence de Venus à qui l’Oroshi jetait quelques regards le tout pour un message clair : si elle avait une ouverture pour abattre l’un des deux, elle devait la saisir.





CODE BY AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent] La fin d'une lignée (Pv Venus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Voyage vers Dol Amroth, l'héritage d'une lignée
» Palais de Caras Galadhon
» Tauril de la lignée de Valelìl [Soldat]
» Enfin arrivé! (suite)
» Arthurus Rahl [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue :: Royaume de Trader-