Partagez | 
 

 [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 158

MessageSujet: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Lun 18 Juin - 19:52



Kitamura Daedjin, Souverain actuel, et Kitamura Alerin, son frère.

C'était aisément la dixième fois qu'ils entretenaient cette conversation depuis deux mois, mais l'un comme l'autre n'en finissaient plus de ressasser éternellement les mêmes arguments, sans véritablement tenir compte de la vision des choses de son interlocuteur. Sourds aux points de vue contraires, ils étaient entrés dans une espèce de ronde infernale et entêtée dont ni l'un ni l'autre des deux frères ne semblait vouloir s'extraire. Force était d'admettre qu'ils n'avaient de toute manière jamais fait preuve d'une grande compréhension et d'une grande empathie, l'un envers l'autre : durant toute leur jeunesse, Alerin avait puissamment jalousé Daedjin, premier sur l'ordre de succession, et avait toujours tâché de se démarquer de lui un maximum pour éviter d'avoir à grandir dans son ombre. Daedjin, de son côté, avait toujours exécré celui qu'il considérait comme étant le petit chouchou de la famille... Et si leurs paternels étaient morts et enterrés depuis belle lurette, leur disparition n'avait guère suffit à calmer les tensions qui s'étaient toujours faites palpables et qui, ces dernières années, étaient devenues maladives et obsédantes. Plus le temps passait et plus ils se montraient, l'un comme l'autre, d'un égoïsme et d'une surdité désarçonnante. L'aîné avait son orgueil pour lui : son règne durait depuis quelques décennies, après tout, et il estimait qu'il avait toujours fait un si bon travail que nul n'était en mesure de le critiquer intelligemment. Le cadet était probablement frustré, agacé par la perspective de son impuissance et du fait qu'il ne parviendrait sans doute jamais au pouvoir, tout en ayant pu le miroiter de près jusqu'à présent. Il était désormais trop vieux, et ses rêves de succéder à son frère s'étaient envolés mais il n'en demeurait pas moins acerbe à son encontre... Comme s'il refusait de reconnaître qu'il n'aurait, à la vérité, jamais pu gouverner aussi efficacement que lui.

-Daedjin, par pitié ! On ne peut plus les ignorer ! Ils sont à notre porte ! Le vice-amiral Archer aura tôt fait de tout pacifier et lorsque ce sera terminé, c'est vers nous qu'il se tournera !
-Le Gouvernement Mondial n'est pas une menace et ne l'a jamais été. S'ils veulent venir converser et commercer, nous les accueillerons dignement. Ils n'ont aucune raison de bafouer notre autonomie, et notre indépendance.
-Qu'on les considère comme des ennemis ou des alliés importe peu, mais on doit les considérer ! On ne peut plus demeurer dans un status quo nébuleux et hasardeux ! Si on décide de les combattre, on doit faire appel à leurs ennemis ou organiser une résistance tant qu'on en a l'opportunité ! Et si on décide de les rejoindre, on doit leur en faire part maintenant, sans quoi ils nous traiteront d'opportunistes !
-Il suffit. J'ai écouté tes doléances. Pars, maintenant.

Les dents du vieux Alerin grincèrent, mais il ne s'échina pas davantage. Pourquoi faire, de toute manière ? Il était en fin de course. Les années s'étaient entassées bien plus vite qu'il n'aurait pu le croire... Ne demeuraient désormais qu'un épuisement et qu'une lassitude croissante. Kitamura n'était pas son Royaume, et ne l'avait jamais été. Il ne le serait jamais, à l'évidence... La destinée des petites gens, de son frère ou de ses neveux lui importait peu. Il redoutait, en revanche, l'avenir vis-à-vis de sa propre progéniture. Sa fille et ses trois enfants méritaient un monde stable et unifié, libre si possible... La conduite de son frère était proprement irresponsable et risquait de propulser Kitamura Island dans une spirale de brutalité sans fin. La Marine n'avait pas la moindre raison de converser avec eux sur un pied d'égalité : ils étaient plus fort, plus nombreux, disposaient de plus d'hommes, de plus de ressources et de bien plus de savoir faire qu'ils n'en auraient jamais. S'ils avaient su faire preuve d'humilité d'entrée de jeu, sans doute auraient-ils pu conserver un semblant d'autonomie tout en ralliant officiellement les nations subordonnés au Gouvernement Mondial... Dans le cas contraire, avec un brin d'ardeur et d'impétuosité, ils auraient dû prendre part aux conflits visant à débouter les troupes envoyés par Marineford avant que le vice-amiral Archer ne vienne y mettre son grain de sel. Il était trop robuste et trop compétent : aucun de leurs soldats n'était susceptible de lui tenir tête. Autrement dit, la seule solution des Kitamura, s'ils décidaient d'opter pour la guerre, restait encore de compter sur la myriade d'ennemis dont disposait encore la Marine... Mais combien seraient disposés à leur prêter main forte ? Les Empereurs Pirates et les Révolutionnaires n'accepteraient jamais de s'égarer jusque sur les îles célestes. Et les Decimas n'étaient pas vraiment le genre de bons samaritains qui agissaient sans la moindre contre-partie... Quant au reste, même Alerin n'en avait que des connaissances très éparses. L'isolement dont les mers blanches avaient eu à souffrir par le passé ne facilitaient guerre la bonne compréhension des mers bleues et de leur géopolitique si particulière. Il avait l'impression d'être démuni, et la conviction que leurs ennemis en savaient bien plus à leur sujet que l'inverse n'était vrai...

Il quitta donc la salle de trône de son frère à la hâte et, une fois dans les couloirs, prit un rythme moins soutenu. Allait-il finir par quitter Kitamura Island ? Il s'était souvent questionné, à ce sujet. Mais pour aller où ? C'était ici que son existence était attachée, ici que leurs ancêtres étaient arrivés, des décennies auparavant... Non, il ne s'en irait pas. Il finirait par mourir ici... Que ce soit à cause d'une maladie, de la vieillesse, ou à cause d'une purge quelconque.
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1895
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.939.252.528 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Lun 25 Juin - 16:26

White Road : Cloudland !

Ore Wa Kurohebi Da !





- Nous y voilà ! Les champs et le bétail de Kitamura Island sont déjà en vue. Le plan reste le même. Nous allons expulser ce despote de son trône.

C’était un Ghetis Archer franc sourire aux lèvres qui s’exprimait. Son pied posé sur la rambarde avant de son navire tout en observant la terre nuageuse qui s’approchait de plus d’eux. N’ayant pas encore reçu son armure, le Kurohebi n’arborait donc que le haut manche longue bleu marine qu’il portait toujours sous la fameuse armure pourpre, ainsi qu’un pantalon de même facture.  Le tout fut surmonté de son manteau de vice-amiral alors que son gunbai était encore sous sa forme de volatile, sagement assis sur son épaule, un petit guêpier et ses milles couleurs.

- Saku et Cali je vous ai fait préparer des oiseaux. On commence de façon fracassante n’est-ce pas ? Question rhétorique à souhait.

Il y avait sur le navire une bouchée de marines qui préparaient tous des petits sacs. Ils n’étaient pas très importants, mais il était bon de préciser leur présence. Néanmoins la présence la plus remarquable autour du navire de La Couronne était sans aucun doute cette quinzaine d’oiseaux géants et ce dragon qui volaient au rythme du navire. Le navire inspirait-il la terreur ou la puissance ? Bonne question… Les deux réponses emmenaient une réponse différente. La terreur rendrait difficile l’entente avec les locaux, ceux-ci étant trop effrayés pour s’ouvrir, alors que la puissance indiquait simplement une sorte de supériorité de l’individu sur autrui. Ceci constituait une différence indéniable que le Vairon n’ignorait pas. De ce fait il n’avait pas laissé cet escadron prendre son envol de cette façon sans raison apparente.

Dès l’instant où le navire foula le sol, tous les volatiles s’alignèrent le long de la côte. Quelques marines descendirent ainsi du bateau avec des sacs qu’ils posèrent au pied des oiseaux. Une chose se préparait…

- Aller en avant ! Nous allons d’abord nous occuper des villageois et ensuite nous irons à ce château. Pour l’instant restez tous dans le bateau, je pense que nous serons assez de trois pour prouver à ce village ce que nous lui proposons.

Descendant du navire Ghetis possédait dans sa main un sabre encore rangé dans son fourreau vert émeraude. S’approchant de son dragon, Kokuwo, Ghetis regarda les deux oiseaux à ces côtés, les plus robustes de la petite troupe.  Un léger sourire aux lèvres, il tapota un peu l’animal et lui dit avec amusement.

- Nous allons au milieu de l’île. D’après la description que m’ont faite les bilcans de l’île il y a là une stèle en hommage à ces monarques.



Madi Sky, femme arbre et colonelle, niveau 37


- Faîtes vite de lancer l’opération que je donne aux autres l’ordre de se préparer ! Mes oiseaux vont pas vous attendre dix ans bande d’escargots.

- Du calme Madi, on s’active on s’active. Sakuga attrape ça !


Dit le Vairon à son comparse en lui lançant le sabre qu’il tenait précédemment.

- D’après ce que m’a raconté le vendeur à Angel Island, c’est un meitou venant du ciel. Le Konasshu en référence au fruit Conache, un des fruits de Skypiea, mais je ne vais pas t’apprendre ça. C’est un emprunt, histoire que tu ais un vrai sabre.

Sans plus tarder Ghetis grimpa sur son dragon et l’animal prit son envol, passant au-dessus du village avec vigueur, il serait normalement suivi par les oiseaux de Sakuga et Caligula. Il n’avait produit aucun cri pour ne pas effrayer qui que ce soit, mais son arrivée allait malgré tout être fracassante !

Observant les environs, localisant donc le château et le grand bassin un peu en retrait de l’île, le Vairon localisa la stèle érigée en hommage aux premiers monarques ayant construit cette oligarchie et le pointa du doigt.

- Explose-moi cette preuve de dictature Kokuwo !

Ironiquement le dragon portait le nom du bourreau que l’Archer avait tué il y a peu, mais c’était là une mauvaise habitude du Vairon à donner des noms de personnes connus à ses animaux, on pouvait notamment penser à sa vache Zora ou ses kung-fu dugong de Jaya appelé Nak et Ata. Il y en aurait certainement d’autres dans le futur, mais qu’importe !

Le plus important serait ce qui allait suivre ! Le dragon pourpre s’écrasant de tout son poids sur la stèle pour briser celle-ci grossièrement ! La stèle qui trônait depuis toujours au centre du village, celle qui prouvait et légitimait l’existence de monarques venait d’être brisée. Par ce geste le Vice-Amiral Archer et son équipage attaquait de front l’oligarchie de l’île.

Ce vacarme allait à coup sûr attirer l’attention des autres villageois, ainsi il verrait cette homme à la chevelure de lion ébène se présenter debout sur la tête d’un reptile légendaire. Le guêpier à son épaule se transformant à nouveau en gunbai, il lèverait l’arme avec fierté et ainsi montrer à tous l’emblème du Gouvernement Mondial peint sur le métal de l’arme. Et ainsi il put commencer ce discours qu’il imaginait depuis si longtemps.

- Peuple de Kitamura Island !  C’est aujourd’hui la fin de votre esclavage ! Désormais vos ressources seront les vôtres ! Elles n’appartiendront plus à….. Le gunbai se dirigea d’un coup vers le château visible au loin.
- Ce Monarque !


Depuis le navire de La Couronne, la femme-arbre donna un ordre aux treize volatiles restés sur place et d’un coup ceux-ci prirent leur envol ! Passant au-dessus du village avec fougue, il laissait sur leur sillon quelques pop greens. Celle-ci faisant germer arbres fruitiers, arbres à viande et bien d’autres, tous prenant un volume les rendant bien visible.

- Tout comme Bilca, La Couronne vous propose aujourd’hui de retrouver votre Âge d’Or !

Les volatiles retournant vers le navire après ce petit tour de passe-passe imaginé par le Vairon. S’il pouvait prendre l’ascendant sur ses ennemis de cette façon alors il le ferait. C’était de cette façon qu’un héros devait se présenter. Son arrivée dans la mer blanche avait déjà fait grand bruit à n’en pas douter.

Les travaux effectués sur Bilca avaient ouvert l’île au tourisme et à sa première apparition à Angel Island, il avait laissé entendre son désir de s’occuper des autres îles. La preuve la plus flagrante de sa réussite était sans aucun doute les oiseaux sur lesquels se trouvaient Caligula et Sakuga. Créatures terrifiants jadis le peuple bilcan, elles étaient désormais sous les ordres de La Couronne.

Restait à voir si le village voulait réellement sortir de sa misère !

DEV NERD GIRL



Kokuwo lvl 28
Oiseaux de Cali et Saku lvl 28
Oiseaux : 12 de lvl 25 et 1 de lvl 28.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakuga Keigo
Pirate
avatar
Messages : 328
Race : Ange
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
81/200  (81/200)
Berrys: 8.280.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Jeu 28 Juin - 2:40

White Road : Kitamura nous voilà !
Quelques jours s’étaient passés depuis que Sakuga avait été pris en charge par l’équipage de La Couronne. C’était une bande plutôt atypique remplie de joyeux lurons mais tous avec des convictions fortes. Le nouveau « fils » de Ghetis Archer était tout heureux, une nouvelle bataille et un nouveau projet beaucoup plus noble lui souriait désormais.

Il allait se battre aujourd’hui pour la libération de Kitamura Island au côté de Caligula et de Ghetis. Il ne fallait que le bilcan soit réellement à la traîne et derrière les deux grosses pointures du gouvernement mondial. Sakuga avait un potentiel inexploité qu’il fallait, qu’il trouve comment le transformer en sa véritable force. Le Keigo devait trouver sa voie en accord avec sa passion pour le combat.

Ghetis lança alors un sabre d’une qualité supérieure à Sakuga que l’ange rattrapa d'une seule main

«  Un meitou ? Oh mais ce serait un ancien type de système pour Dial non fonctionnel. Il a du être forgé par un forgeron de qualité. Merci pour cet emprunt. »

Le blondican ne connaissait pas réellement les rumeurs qui tournaient autour de Kitamura Island. Enfin il n’en n’avait pas grand souvenirs, la première fois qu’il avait entendu parler de cette île c’était il y a plus d’une dizaine d’années après tout. Les ancêtres des habitants de cette île avaient choisi de s’exiler de la terre sacrée de Skypiea par choix. Il avait peut-être peur de subir la colère de l’Ancien Dieu d’Upper Yard comme l’avait souffert Bilca il y a très longtemps.

Quoiqu’il en était, Sakuga se mettait en position sur le dos de son oiseau. C’était la première fois qu’il allait participer à une opération de ce type et très sincèrement il en était déjà tout excité.

« Hé Cali’ suivons Ghetis avant qu’il s’emballe trop, j’aimerais quand même vous montrer à tous les deux qu’est-ce que j’ai réellement dans le ventre avec une véritable arme haha ! »

C’est ainsi que le jeune ange essayait de commander son oiseau pour suivre la direction du dragon de l’Archer. Il était prêt à suivre cet homme qui était comme la famille de Caligula son vieil ami. Après tout, il faut bien quelqu’un pour nous montrer la voie vers le succès !


Dernière édition par Sakuga Keigo le Lun 16 Juil - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

avatar
Messages : 441
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
68/350  (68/350)
Berrys: 4.574.509.498 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Ven 29 Juin - 0:45



Conquête de Kitamura
Le petit entrainement que s’était imposé le shandia dans sa propre cabine venait de prendre fin. Ce haki de l’armement, il se devait de le maitriser aussi vite que possible pour pouvoir se mettre au niveau des pointures qu’il allait rencontrer durant leur réunification des îles. En l’occurrence, La Couronne se dirigeait vers Kitamura Island dans le but de libérer le peuple de cette ile du joug de son monarque.

Sur ces mers blanches la marine n’était pas la seule force oppressante, bien qu’étant la plus grande, et aujourd’hui les membres de l’équipage de Ghetis allaient en destituer une autre. Sortant de sa cabine, Caligula fut accueilli par un des volatiles obtenus lors de leur passage chez les confrères de Sakuga. Madi avait donc finalement dressé ceux-ci les rendant apte à transporter des personnes. Vu les talents de la dresseuse, diriger ces derniers dans les airs se révèleraient assez facile aussi bien pour Saku que pour Cali qui testeraient tous les deux leur première fois.

Ghetis lui, en tant que chef, s’était mis sur le dos de son dragon Kokuwo et avait foncé laissant ses camarades derrière lui. Bien sûr, l’équipage de La Couronne aussi fou soit il ne se laisserait pas devancer par un homme aussi banal que l’Archer Senior et ainsi lorsque le shandia fut invité par Sakuga, il ne répondit que par un seul mot.

– GOOOOOO !
Et d’un coup, son oiseau fendit les airs pour tenter vainement de rattraper le Vairon et son dragon. Si il avait réussi à convaincre les bilcans grâce à ses origines et son histoire, il pousserait les habitants de cette île à se rebeller grâce à ses mêmes atouts et maintenant, La Couronne comptait deux anges déterminés et prêt à faire changer les choses…ainsi qu’un vaillant homme de la mer bleue.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 158

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Ven 29 Juin - 15:46



Kitamura Alerin, frère du Souverain, et Garlan, Garde.

-Alerin-dono ! Le vice-amiral est arrivé ! Ils ont détruit la stèle !
-Le vice-amiral ? Déjà ?! On ne doit pas perdre de temps... Venez avec moi, Garlan !
-Mais... Votre frère...
-On se fiche de Daedjin ! Son règne est terminé ! Il nous faut empêcher la situation de s'envenimer...

Oui, la priorité était là et elle était absolue. Sans perdre une seconde supplémentaire, Alerin s'élança à nouveau dans les couloirs, non sans montrer plus d'engouement et de précipitation que précédemment. Garlan, de son côté, demeuré stoïque un bref instant avant de s'élancer sur les talons du noble, conformément à ses ordres. Il n'était pas payé pour réfléchir, après tout : il devait protéger la famille Kitamura, et Alerin, en plus d'être l'une des personnes de l'île qu'il estimait le plus, en était l'un des plus hauts dignitaires. Tandis que son garde se mettait à le suivre, le Kitamura, de son côté, songea promptement à la raison de la venue de Ghetis Archer en ces terres si reculées. S'il avait effectivement pris la peine de détruire la stèle, c'était qu'il voulait d'une manière ou d'une autre envoyer un message clair à l'ensemble de la population locale : il voulait effectivement abattre la monarchie actuellement en place, et la remplacer par un pouvoir susceptible d'obéir plus docilement aux ordres du Gouvernement Mondial. C'était le pire des scénarii possibles, et le manque de sérieux de Daedjin risquait de leur coûter cher... Si les Marines voulaient passer pour des héros et obtenir l'affection de la population, ils n'allaient pas pouvoir se montrer très brutaux, au moins : c'était déjà une corde sur laquelle ils pouvaient tenter de jouer afin d'engager des négociations. C'était fin, mais c'était une piste autrement plus prometteuse que la reddition sans condition... En tant que haut-gradé, l'envoyé de la Marine n'avait aucune raison de miser sur un conflit armé. Il savait très bien que les habitants des îles célestes étaient pugnaces, et même si cette île ne comptait pas d'armée à proprement parlé, elle ne manquait pas de répondant pour leur offrir du fil à retordre... mais tout de même ! Les voir arriver si vite, et si soudainement, cela restait effrayant. A quel point les avaient-ils sous-estimés ? Il semblait que leur petite conquête s'était d'ores et déjà déroulée plus vivement que le vieillard n'aurait jamais pu l'envisager...

---

L'arrivée tapageuse de Ghetis Archer et de ses deux subordonnés avait fait forte impression : une troupe de badauds s'était bientôt rassemblée, quoi qu'à distance raisonnable. Ils demeuraient méfiants, et c'était plutôt compréhensible : l'arrivée de ces marines était si brusque qu'elle ne pouvait pas leur laisser présager qu'un avenir radieux... Ils n'avaient néanmoins, pour l'heure, pas la moindre raison de se montrer hostiles à ces nouveaux arrivants qu'ils se contentaient donc de lorgner bêtement. La stèle détruite, il allait sans dire que le souverain de l'île allait se faire entendre, tôt ou tard... En attendant, il n'y avait pas grand chose à faire. Quelques clameurs commencèrent toutefois à se faire entendre après quelques secondes : une personne venait à la rencontre de ces intrus, et elle semblait plutôt populaire. Les trois gouvernementaux purent bientôt se rendre compte du fait qu'il s'agissait apparemment d'un soldat : son corps était finement sculpté, ce qui dénotait d'un entraînement martial rigoureux, et il était accompagné d'hommes dotés de lances, sans aucun doute tous membres de la garde locale.


Doros, Chef de la Garde.

-Vice-amiral. Vous n'étiez pas attendus. Kitamura-sama n'a rien dit à propos de l'une de vos visites... Vous allez devoir patienter calmement en l'attente d'un ordre de sa part.

Si Doros menait la marche fermement, il marqua toutefois un arrêt une fois à une dizaine de mètres des trois agents de la Couronne. Il ne semblait pas spécialement craintif ou fébrile : il avait l'air d'en avoir vu d'autres, et dans l'absolu, un combat ne l'aurait probablement pas dérangé... Néanmoins, il posa sur les éclats de la stèle brisée un regard désolé et navré qui en tarda pas à se teinter d'une certaine hargne. C'était là un souvenir de temps anciens, et ce vice-amiral, en s'arrogeant le droit de le briser, venait de couvrir tout un peuple d'une offense infamante. Les petites gens se fichaient bien de l'histoire, certes, mais ils étaient tous, d'une certaine manière, des descendants de Fye D. Flowright et de Sotetsu Kitamura... Et si les plébéiens ne semblaient pas tenir compte de la portée symbolique de cette destruction, le chef de la garde, quant à lui, semblait être sur le point d'éclater de colère. Il tâcha toutefois de conserver son calme et se contenta d'ôter la partie supérieure de son manteau, dévoilant un torse colossal et nervuré de veines saillantes : l'âge avait commencé à l'atteindre, sans nul doute, mais il conservait de bons restes de sa force de jadis, que l'on pouvait facilement deviner olympienne. Il avait été, des décennies auparavant, l'un des meilleurs guerriers de la Mer Blanche... Et il n'avait jamais cédé ce titre, conservé jalousement au fil des années. Ce n'était certainement pas des blancs becs qui allaient l'effrayer...

-Vous avez donc bien brisé cette stèle... Vous n'avez donc aucun honneur, vous autres marines ? Surgir ici sans crier gare et entreprendre des actions belliqueuses à l'égard de notre souverain... Retournez sur les mers bleues, où vous appartenez. Notre peuple s'en sort très bien sans vos guerres.

Était-ce un conseil, un avertissement ou un ultimatum ? Ghetis et ses deux compères risquaient de le savoir dans peu de temps : en attendant, le vieil homme se contenta de faire craquer généreusement les os de ses bras et de ses épaules, réveillant progressivement son corps endormi depuis trop longtemps. S'il fallait inculquer une leçon de modestie à ces garnements, il était probablement le mieux placé pour le faire...


Doros n'est pas jouasse ! Il est accompagné d'une dizaine d'hommes dotés de lance. Les civils vous observent mais n'osent ni parler ni bouger. Ils ne prennent le parti de personne.
Revenir en haut Aller en bas
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

avatar
Messages : 441
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
68/350  (68/350)
Berrys: 4.574.509.498 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Sam 30 Juin - 4:16



Conquête de Kitamura
Sans grandes surprises, l’arrivée de La Couronne s’était littéralement fait entendre par les habitants qui ne tardèrent pas à venir voir l’origine de tout ceci. Ils ne furent cependant pas les seuls puisque c’est sans trop attendre qu’un petit escadron d’homme armé guidé par un autre vint aussi à la rencontre de l’équipage, dont ils connaissaient apparemment le capitaine.

Celui qui semblait être le chef de cette garde à priori local imposait par son corps taillé et sa prestance. Les paroles qu’il employa à l’égard de leurs invités témoignaient aussi d’une grande assurance et d’une rigueur implacable. En bref, cet homme était fort et l’on pouvait facilement supposer que les hommes à se trouvant juste derrière lui l’étaient aussi.
Néanmoins, la force, bien qu’étant une qualité très appréciée par le shandia, ne servirait peut-être pas en ce jour. L’usage de violence intimiderait la population locale qui pour l’instant n’avait presque aucune raison de suivre les gouvernementaux.

Caligula toujours sur son volatile à même pas 5 mètres du sol retira d’un seul coup son manteau de contre-amiral pour le laisser sur l’oiseau et sauta ensuite de ce dernier, atterrissant au sol juste à côté des éclats de stèle. D’un petit signe de la main, il indiqua à Ghetis et Sakuga de rester en retrait le temps qu’il finisse son tour.

– Je suis désolé pour la stèle…du moins, de l'éventuel surprise que ça a pu causer !
Sans le manteau de contre-amiral pausé sur les épaules, Caligula portait un débardeur noir en maille révélant aussi son corps teinté légèrement tracé. Mais aussi, plus le shandia s’approchait de Doros, et plus les spectateurs apercevraient les ailes du zoan préhistorique comprenant par la même occasion qu’il était bien originaire du ciel.

– Dommage pour toi, mais j’appartiens bel et bien à ces mers et je compte bien leur rendre toute leur splendeur.
A ce moment précis, le shandia venait de passer juste à coté du chef de la garde locale et alors qu’il se dirigeait vers un arbre à viande, il continua sa prise de parole à l’égard de toute la population cette fois-ci.

– Je suis né sur Upper Yard, terre sacré de notre dieu à nous shandia. En effet, le conflit avec la marine nous a poussé à fuir et fuir pendant de nombreuses années. L’arrivée des hommes de la mer bleue a semé le désordre et le chaos un peu partout sur les mers blanches. Mais aujourd’hui, La Couronne vient rectifier le tir !
Arrivé devant l’arbre de viande, Caligula prit une inspiration avant de bondir pour en arracher un morceau. Il avança après ça vers les habitants présents sans précipitation, de manière calme et posée pour ne pas prendre le risque de les brusquer.

– En tant que shandia, je peux vous dire que j’ai longtemps haï la mer bleue. Mais j’y suis allé et j’y ai découvert autant de merveilleuses choses que d’incroyables personnes. Les habitants d’en bas ne sont pas tous violent et avare de richesses et nous pouvons vous le démontrer.
Le groupe que nous formons s’est déjà occupé de Bilca et malgré la méfiance qu’ils avaient pour certains de mes camarades, c’est aujourd’hui main dans la main que nous travaillons dans le seul but de faire des mers blanches un havre de paix.

Il tendit ce morceau de viande à un des habitants et en piqua un bout qu’il mangea aussitôt en espérant rassurer ce dernier pouvant évidemment être réticent à un présent offert par un inconnu.
Caligula retourna en direction de Doros doucement finissant par la même occasion sa tirade.

– Notre but ici est d'aider le peuple un maximum et le pousser vers un avenir meilleur. Vous êtes un peuple avec d'importante ressources et il n'est pas normal qu'un seul homme se permette de tout récupérer. Chacun d'entre vous est autonome et vous méritez tous de vivre votre vie selon vos propres moyen.
Se trouvant de dos au chef des gardes, le shandia se tourna finalement pour être nez à nez face à ce guerrier plongeant par la même occasion son regard dans celui de l’homme qui les avait accueillis. Un regard non pas provocateur ou bien apeuré, mais celui d’un homme déterminé et réfléchi.

–Donc en clair, nous sommes venus ici pour supprimer la monarchie sur laquelle se repose votre seigneur depuis un moment.
Les peuples des mers blanches n’ont pas à être gouverné par un seul homme qu’ils n’ont pas choisi. Je ne manque pas de respect envers les premiers dirigeants et ceux qui leur ont succédé. Leur bravoure et le travail qu’ils ont fait a permis aux descendants actuels d’exister, mais je pense que désormais, votre peuple peut se débrouiller par lui-même.  

Il resta dans cette position l'espace de quelques secondes pour finalement tendre sa main vers le chef de la garde en attendant une poignée de main en retour.

– Quelque soit la suite des événements à venir, nous devrions nous connaître un minimum. Je suis Caligula Spown, guerrier shandia maitrisant l'un des cinq Gaya Dari.


Revenir en haut Aller en bas
Sakuga Keigo
Pirate
avatar
Messages : 328
Race : Ange
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
81/200  (81/200)
Berrys: 8.280.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Mer 4 Juil - 1:03

Reposez en paix..
Tout c’était enchaîné assez vite pour Kitamura Island, Ghetis avait comme on pouvait le remarquer fait une entrée assez fracassante en utilisant son dragon pour exploser la stèle de l’île. Kitamura était une île emplie d’histoire que Sakuga connaissait que très peu, on racontait que cette île avait été érigée en l’honneur de ceux qui avait formé la communauté de Kitamura Island. Cette île appartenait avant, il y a bien longtemps au Royaume de Skypiea. Si Sakuga pensait qu’il allait pouvoir tâter de sa lame , un signe de respect devait s’imposer avant toute chose.

Une fois que l’oiseau de l’ex-criminel fut posé à côté du dragon de Ghetis, l’ange de Bilca marcha un peu pour se mettre à genoux devant la stèle qui venait d’être écrasé par Ghetis. Tout ce qui allait suivre, était plus pour la symbolique qu’autre chose, pendant que Caligula montrait ses ailes de shandias avec fierté et que l’homme qui leur priait de retourner sur la mer bleu n’avait pas l’air d’apprécier le geste du Vice-Amiral. Fermant les yeux, Sakuga le sentait autour de lui, la méfiance des gens qui grandissait envers le petit groupe atypique qu’il formait avec le Vice-Amiral Archer et Caligula. L’originaire de Bilca, commença alors à psalmodier quelques paroles pour qu’elles soient audibles de tous, tout en se relevant pour faire face au peuple :

« Reposez en paix, Premiers Dirigeant de Kitamura Island. Nous avons peut-être détruit cette stèle mais il y a bien longtemps sur Bilca, l’île a été ravagé par la colère de l’ancien dieu d’Upper Yard.
Peut-être qu’un jour, l’homme que vous servez décidera de ravager son peuple qui l’aime et ce jour-là ce sera une belle catastrophe. Ce jour-là, ce sera bel et bien trop tard et vous les soldats de cet homme, vous devrez faire un choix entre la personne que vous servez et vos familles.

Nous ne voulons qu’une chose, redonner au peuple ce qui lui appartient, sa propre souveraineté. Nous voulons que la monarchie soit abolie et que vous viviez tous égaux, vous n’aurez pas à vous soucier des éventuels criminels ou de guerre comme vous le dites. Le Gouvernement Mondial fera tout pour vous aider et vous protéger, je vous le garantis. »


C’était des paroles sincères que le Keigo venait d’émettre, il ne voulais pas que le peuple soit affolé par une éventuelle bataille entre le gouvernement et la marine. Après tout, maintenant c’était un peu tard après ce que Ghetis venait de faire. Même si il espérait pouvoir tâter quelques combats à l’épée, Sakuga espérait ne pas devoir participer à une guerre.

«  Nous voulons votre bien, presque autant que vous voulez gardez votre tranquillité mais bientôt celle-ci sera troublé et violemment par des équipages pirates ? Ou des trafiquants d’esclaves ou que sais-je de menaces encore plus dangereuses qui viendront vous assujettir encore plus que ce monarque déjà en place… Laissez nous vous protéger du monde extérieur et vous aider à vous développer à vivre le rêve qui s’est réalisé pour mon île natale Bilca ! »



Dernière édition par Sakuga Keigo le Lun 16 Juil - 21:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1895
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.939.252.528 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Ven 6 Juil - 4:42

White Road : Cloudland Une Seule Nation !

Ore Wa Kurohebi Da !



L’entrée en scène de La Couronne avait eu l’effet escompté par Ghetis, il espérait montrer dès le début qu’il se dressait  contre la monarchie en place. Le moins qu’on puisse dire fut que l’apparition du Vairon fit réagir la royauté de façon assez vive, un membre de la Garde Royale se présenta aux protagonistes avec énormément de panache, sommant à l’équipage de retourner sur la mer blanche. L’homme semblait nier l’utilité du Gouvernement sur la Mer Blanche, pensant clairement que cette institution causerait plus de torts que de bien.

Néanmoins l’homme se fourvoyait complètement et Caligula allait le lui prouver ! Par son entrée en scène le fils écarlate dévoila d’emblée son appartenance au peuple shandia ! Cet acte allait sans aucun doute réveiller tous les membres de Kitamura ceux-ci ayant un lien direct avec ce peuple !

Cependant, les premiers mots du gamin fit Ghetis hocher un sourcil, le brun s’apprêtant à taper sa main sur son front lorsqu’il entendit « je suis désolé », jusqu’à ce que son fils ne le rassure, terminant par « la surprise que cela a pu causer ». C’était une bien meilleure réponse, même s’il avait bien inquiété son paternel à ses premiers mots !

Rassuré, Ghetis écouta la suite des paroles du shandia et hocha positivement la tête.

Kitamura Island possédait de précieuses ressources que ses habitants méritaient d’exploiter par eux-mêmes et non par un dirigeant qui les empêchait de jouir pleinement de leurs terres. Ils avaient versé sueur et sang sur ce sol, ils le méritaient et La Couronne se battrait pour cela !

La Monarchie ne devait plus exister !

Le fait que son fils tende cette nourriture aux civils fit sourire le paternel qui se sentit obliger d’imiter l’exemple de son garçon. Autant son haut à manche longue, il garda son manteau de Vice-Amiral, mais affichait désormais une musculature aussi vive que celle du garde, bien que dénué de nervures comme lui. Comme toujours, sur son pectoral gauche, un tatouage de l’emblème de la Marine et dans son dos la croix du Gouvernement Mondial, bien qu’elle était encore cachée par le manteau.

Ainsi, le brun sauta de son dragon et s’approcha de son fils, posant sa main sur son épaule un peu avant qu’il tente de tendre la main au garde. Cela allait permettre de désamorcer un geste qui était bien trop précoce. Evitant ainsi au shandia de, ne serait-ce que, lever la main.

On ne pouvait prédire la réaction du garde, alors il valait mieux éviter tout contact physique de ce genre. Ghetis connaissait bien le Spown, c’est pour cela qu’il put réagir avant qu’il ne tente d’offrir sa main, le rouquin ayant déjà fait le coup à Bilca justement. Il le laissa tout de même se présenter bien entendu.

Peu après, alors qu’il comptait prendre la parole, il fut promptement interrompu par Sakuga qui vint dépeindre une nouvelle explication à l’arrêt de cette monarchie.

Bilca avait été ravagée par un souverain devenu beaucoup trop omnipotent. C’était le fait que le peuple ait accepté une monarchie qui le conduisit à sa destruction. En acceptant d’être au moins protéger par la Marine en rejoignant sa bannière, les habitants de la Mer Blanche gagnaient leur liberté.

Esquissant un large sourire à la réponse du Keigo, son fils à temps partiel, le Kurohebi porta son regard sur le membre de la Garde Royale.

- Cette destruction n’a pas été faite pour manquer de respect à vos ancêtres, mais pour réveiller l’ambition que possède chaque habitant du ciel ! C’est le propre des nations de la Mer Blanche ! La ténacité !




S’approchant sans hésiter du Garde, Ghetis ôta alors son manteau, laissant trôner la croix à son dos. Le garde en face de lui avait retiré son manteau pour montrer la musculature fière qu’il avait acquis en protégeant Kitamura… Eh bien le Vice-Amiral lui montrait celle qu’il avait obtenu en faisant renaître Jaya et Bilca !

- La Monarchie se base sur le fait de bien naître. Les souverains dirigent comme bon leur semblent et le peuple doit s’y plier sans être libre. Les villageois cultivent un bétail, des champs, des ressources. Ils y versent sueur et sang, mais surtout ils y meurent sans jamais en avoir la propriété. Vous qui êtes un soldat, vous venez comme moi-même du peuple si je ne m’abuse. C’est en tout cas le cas de la plupart des soldats.

Ghetis balaya alors du regard le peuple qui l’entourait cherchant à les réveiller à leur faire partager sa vision des choses !

- Vous savez mieux que quiconque que nous autres guerriers avons eu la chance de posséder une grande force physique et ainsi bien vivre. Néanmoins, vous savez aussi que le peuple recèle d’autres talents ! Certains villageois sont doués pour cultiver la terre, élever le bétail, gérer des commerces !

Il pointa du doigt les champs visibles au loin et rétorqua d’une voix vive !

- Si la monarchie est abolie les habitants de Kitamura pourront posséder leur propre terre ! Chaque famille aura une portion de terre qui leur saura propre, une portion de terre à léguer à leurs descendants ! La vie ne sera plus dirigée par un monarque, mais par une communauté en cohésion ! Le peuple ne devra plus céder sa nourriture à un tyran, redistribuant inégalement les ressources.

Alors Ghetis planta son regard dans celui de Doros.

- Vous devez certainement avoir des enfants ou des proches auxquels vous tenez ! Vous n’aurez jamais la garantie qu’à votre mort le prochain souverain s’occupera d’eux de la meilleure des façons. Alors que sans monarchie, vos enfants et leurs descendants seront libres d’un destin qu’ils choisiront.

La main de Ghetis se leva et pointa d’un coup le grand château.

- Ce château est plus grand que le village ! Ceci n’est pas normal ! Des villageois honnêtes vivent dans la misère pour le plaisir d’un seul homme. Je ne vous propose pas de rejoindre le Gouvernement Mondial, mais bien La Couronne ! Nous avons permis à une île détruite comme Bilca de renaître de ses cendres, ces oiseaux en sont la preuve. Si vous, gardes, vous joignez à notre cause… Alors…

Le regard bicolore de l’Archer s’ancrant dans celui du garde, une conviction sans pareil se dégageant de lui.

- Vous Gardes, pourrez protéger un peuple libre ! Un peuple encore plus grand, encore plus prospère ! Vos enfants seront sûrs de vivre librement, le peuple vivra sans crainte. KItamura Island pourra s’ouvrir à un commerce avec les autres îles célestes ! Chacun sera réellement libre ! Et ce ne sera plus une stèle en l’honneur des ancêtres qui siègera en ces lieux.

Et d’un coup l’index du Kurohebi pointa le ciel !

- Ce sera une stèle en l’honneur du peuple ayant veillé à la prospérité de cette magnifique île bercer par les nuages de la mer comme ceux du ciel ! Pas la stèle d’une famille, mais la stèle d’une nation !


DEV NERD GIRL



Kokuwo lvl 28
Oiseaux de Cali et Saku lvl 28


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 158

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Lun 9 Juil - 10:51



Doros, Chef de la Garde.

Doros contracta puissamment ses mâchoires tandis que les marines entamaient librement leur plaidoyer, semblant prendre un malin plaisir à bafouer toutes les règles d'humilité et de docilité qui incombaient pourtant aux invités. En procédant de la sorte, ils asseyaient dûment leurs ambitions belliqueuses : ils étaient là pour chasser la Monarchie, ils le disaient eux-mêmes, et ils étaient probablement prêts à tuer pour y parvenir. Ils ambitionnaient de susciter un soulèvement populaire et espéraient manifestement que tout cela termine sur une issue simplement diplomatique... Mais ils n'allaient pas y arriver aussi aisément. Alors que les civils commençaient à échanger des regards interloqués et alors que le vice-amiral lui-même prenait part à l'échange, s'avançant jusqu'au niveau du chef de la garde pour lui destiner personnellement quelques paroles supplémentaires, le vieillard serra les poings et se retint de sauter sur ces envahisseurs pour leur faire comprendre sa propre vision des choses. Tant qu'il n'en avait pas reçu l'ordre, il se devait de demeurer tranquille : il devait simplement les retenir ici, sur la place, tant que personne ne lui ordonnait de les mettre à mort. Combien de temps faudrait-il attendre avant que le Roi ne décide d'éliminer ces nuisibles ? Plus le temps passait, et plus Doros oubliait qu'il n'avait probablement pas la moindre des chances de triompher face au plus haut-gradé des trois. Il était une forte tête, et il agissait généralement avec une bravoure incontestable, sans se soucier des conséquences et des répercussions des actions entreprises. Toutefois, il parvint cette fois-ci à se contenir : alors que les agents du Gouvernement cessaient enfin leurs billevesées, il n'eut en tout et pour tout qu'une seule et unique réaction à leur opposer : il cracha entre les pieds de Caligula et darda ce dernier d'un regard acerbe, ne tardant guère à lui expédier quelques paroles caustiques.

-Tu n'es qu'un parjure, gamin. Tu t'es prostitué auprès de l'envahisseur, ils ont su t'acheter et te dresser... Tu n'es qu'une chienne. Tu n'as rien d'un shandia, tu n'as rien d'un guerrier. Si tu avais eu ne serait-ce qu'une once de la valeur du Dieu Kalgara, et si tu avais eu la volonté de suivre ses enseignements, tu les aurais affronté, quitte à y périr. Je ne ferais pas ton erreur.

Son ton, dur et catégorique, poussa les villageois à s'écarter précautionneusement et à éviter tout contact direct avec les envoyés du Gouvernement Mondial. Pourtant, les locaux ne semblaient pas vraiment intimidés ou apeurés : ils avaient l'air de savoir pertinemment que Doros ne leur voulait aucun mal, mais ils craignaient plutôt d'être embrigadés dans un conflit dont l'intensité risquait de tous les surprendre. Toutefois, le chef de la garde ne passa pas d'emblée à l'offensive : il jeta plutôt un coup d’œil sur Sakuga, hésitant à lui répondre l'espace d'un instant, avant de se contenter de cracher également dans sa direction, toujours entre ses pieds. Il n'avait pas de mots supplémentaires à balancer à ce blondinet donneur de leçons, qui songeait manifestement que la Garde n'était, à elle seule, pas capable de protéger dignement les habitants de Kitamura Island. C'était manquer de respect à tout ce qu'incarnait Doros et à tout ce que ses pairs et ses prédécesseurs avaient également pu incarner... C'était impardonnable et, dans d'autres circonstances, le vieillard lui aurait probablement brisé la nuque pour lui montrer les compétences martiales dont il était affublé. Il se retint, toutefois, positionnant à nouveau son regard sur Ghetis Archer qui semblait être autrement plus digne de se voir apporter une réponse... parce que ses propos étaient encore plus injurieux et encore plus infamants. Sans perdre une seule seconde, l'ancêtre cracha donc une fois de plus, toujours entre les pieds du principal intéressé, et répondit avec verve et agressivité, ne se laissant pas démonter et semblant même se redresser quelque peu, devenant encore plus imposant que l'instant précédent.

-Nos enfants, libres ? Jusqu'à ce que vous décidiez de les enrôler au nom d'une guerre dont nous nous fichons ? Jusqu'à ce que vous exigiez un tribut ? Jusqu'à ce que vous pilliez nos ressources ? Quelle différence entre une monarchie et le Gouvernement Mondial ? Si vos gradés deviennent fous ou s'ils se corrompent, qu'est-ce qui les empêchera de raser notre île, de violer nos femmes et de livrer nos enfants aux plus offrants ? Vous demandez à notre peuple d'abandonner une prétendue oppression pour une autre. Vous n'êtes en rien différents de notre Monarque... Si, en fait. Lui est l'un d'entre nous. Vous, vous nous êtes étrangers. Qu'est-ce que vous connaissez de cette île ? Qu'est-ce que vous connaissez de ce peuple, et de ses souffrances ? Qu'est-ce que vous connaissez des prétendus privilèges de notre Monarchie ? Vous n'êtes qu'un pantin qu'on envoie réaliser des conquêtes pour le compte de puissants qui se contrefoutent de nos conditions de vie et qui auront tôt fait d'exiger de nous toujours plus de ressources et d'argent. Si vous me demandez encore une fois de penser à mes enfants, je pense effectivement que j'agirai dans leur intérêt... Et je vous tuerai.

Il demeura fier et droit après cette réponse, continuant de fixer Ghetis droit dans les yeux tandis que la cohorte de gardes, derrière lui, se raidissait quelque peu. Ils étaient prêts à livrer bataille, cela sautait aux yeux : ils étaient dans une posture défensive, toutefois, et n'allaient pas engager les hostilités à moins d'y être contraints. Voulait-il gagner du temps, pour l'heure ? C'était une façon de voir les choses... En tout cas, les lances s'agitèrent momentanément : les gardes, tous synchrones, les firent tourner dans leurs mains et se mirent en garde comme un seul homme, toujours positionnés derrière Doros qui ne bougea pas d'un pouce. La balle était dans le camp des envahisseurs du Gouvernement Mondial : allaient-ils décider de déclencher une rixe, ou allaient-ils se montrer plus raisonnables ? Ils avaient en tout cas tout intérêt à peser leurs mots avant de les prononcer. S'ils faisaient montre de trop de retenue, les villageois risquaient de percevoir leur comportement comme de la lâcheté. S'ils se montraient trop belliqueux, a contrario, les villageois risquaient de songer qu'ils n'étaient ni plus ni moins que des agresseurs... Il allait leur falloir une dose généreuse de sang froid pour répliquer de manière pertinente et intelligente. La moindre erreur risquait de leur coûter cher, car elle risquait de placer le peuple de l'île toute entière dans une position de conflit.
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1895
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.939.252.528 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Lun 9 Juil - 15:30

White Road : Cloudland !

Ore Wa Kurohebi Da !




Famille.

Ce concept de Ghetis avait subis de nombreuses évolutions au fil du temps, poussant le brun à revoir encore et encore sa vision de cette chose. D’abord restreinte à son frère défunt, la conception qu’il avait de la famille gagna en ampleur pour prendre en compte tout son équipage. Néanmoins, cette taille ne suffisait pas, il fallait protéger plus de personnes, il fallait étendre cette définition, il fallait la faire grandir ! C’est pour quoi elle s’élargit pour toucher tous les peuples que l’Archer placerait sous la protection de La Couronne.

Kitamura n’était pas encore conquise que Ghetis y voyait là une future famille à l’instar de Bilca ou Jaya. De ce fait, il ne pouvait laisser un homme empêcher à cette île d’évoluer, encore moins un individu mût par de viles pensées. Le paternel avait vécu une grande partie de son temps avec Caligula, considéré alors comme seul fils restant, face à un Sypher parti à l’aventure et une Kanae mécontente. Par la suite, le paternel perdit définitivement sa fille, mais retrouva Sypher. Il ajoutait désormais à cela un jeu Sakuga. Il aimait chacun de ses enfants comme un père le devait, mais il ne pouvait nier un certain « favoritisme » envers le shandia qui était sans doute le fls qui l’avait complètement accepté comme père de cœur.

La réaction du Kurohebi au geste de ce garde fut donc assez évidente ! Son poing se couvrant d’une plaque ébène de haki, son regard devenant perçant pour se river sur l’homme qui osait manquer de respect à sa descendance. Le second poing vint se couvrir d’une plaque tout aussi noirâtre quand l’homme prouva encore son manque d’honneur envers Sakuga.

Ghetis pouvait accepter qu’on crache sur lui, mais jamais sur un membre de son équipage, jamais sur un membre de sa famille. Cependant, une personne ici présente ne tolèrerait pas un seul instant qu’on crache aux pieds de son maître, ou qu’on hausse le ton de façon agressive sur son maître et c’était bien entendu Kokuwo dont la gueule se remplit de flammes et le regard s’assombrit.

Ghetis avait senti cette colère bouillonner et avait levé sa main ébène, l’ouvrant pour signifier au dragon de cesser. Il se tût un bref instant, observant les soldats passer en position de combat eux aussi. Bientôt le regard du Vairon devint plus lascif, comme si ce spectacle le répugnait au point de créer un certain dédain en lui.

- C’est donc ce que tu as à offrir. Une xénophobie stérile. Une monarchie meurtrière. Si tu souhaites me juger par mon apparence plutôt que par mes actes. Qu’il en soit ainsi. Le peuple de Kitamura mérite mieux.

Oui… Le peuple de Kitamura méritait beaucoup mieux et Ghetis allait le prouver !

L’Archer regard un bref instant les gardes derrière Doros et d’une voix implacable prit la parole.

- Vous n’êtes pas obligé de livrer une bataille perdue d’avance. Pensez à vos familles je vous prie.

Ghetis savait pertinemment que les hommes, derrière le garde belliqueux, agissaient par pur instinct militaire. Cependant, cela n’était pas nécessaire, ils avaient tous une famille et n’était pas obligé d’avoir un esprit aussi tranché. Il fallait qu’ils s’ouvrent eux aussi à la possibilité d’un avenir meilleur pour Kitamura Island sans cette monarchie.






- Caligula. Sakuga. Allez au château et faites savoir au Monarque qu’il est temps pour lui de capituler. Le peuple de Kitamura est désormais libre.

A ces mots le mantra de l’Archer grandit d’une traite ! Elle engloba brusquement Doros ainsi que les autres gardes, se concentrant uniquement sur ce périmètre pour épargner les civils ! Ce qui ne rendait cette précaution que plus dangereuse, la voix étant nettement plus concentrée et agressante pour autrui.

C’était un coup à briser directement le mantra de ses adversaires, le mantra restait le haki le plus courant dans le ciel et Ghetis le savait pertinemment.

Dès l’instant où il libéra ce mantra avancé, son soru le propulsa d’une traite en face de Doros, de quoi le prendre de vitesse pour lui offrir un uppercut ravageur ! Le coup risquait aussi bien de briser la mâchoire que de le propulser violemment dans les airs, laissant une bourrasque surprendre les spectateurs si la frappe portait ! Le haki de l’armement apporté au poing servirait à rendre le coup plus dévastateur et la suite n’en serait que plus radicale !

- Peuple de Kitamura !

Les jambes de l'Archer se fléchissant pour finalement se tendre en une vive propulsion dut à un puissant mélange entre le geppou et le soru, de façon à rejoindre son ennemi dans les airs ! Profitant alors de l'inertie et de son armement désormais distillé dans le pied, il fracassa de toutes ses forces son pied en un coup direct ! Une onde choc virulente résultant de cette puissante frappe risquant d’endommager les os du tas du muscles, mais surtout de le projeter sur une longue distance, sans doute aux limites du village ou à la mervu la superficie des lieux et la force du brun !

- Accompagnez-moi dans cette quête !

Retombant au sol, l’homme put ainsi relâcher son haki à une taille normale.

- Même avec toute ma volonté, sans vous je ne pourrai convaincre le reste de la garde à partager mes idéaux. Je serai l’épée vous offrant l’équité, sans un monarque pour voler vos biens. Je suis persuadé que vous êtes au courant du bien que j’ai offert au peuple de Bilca. Comme eux acceptez mon aide !

Ghetis possédait une volonté de fer, une force remarquable, mais il n’était qu’un homme. Un homme seul ne pouvait œuvrer pour tout un peuple. Tout homme avait besoin de personne pour l’épauler, c’est en cela qu’un bâtisseur se différenciait de destructeur.

Les mains du bâtisseur sont fortes et robustes, mais elles ne suffisent pas à construire une ville. Le soutien d’autrui est nécessaire. Pour un homme fier comme le Kurohebi, il était difficile de l’avouer, mais il ne pouvait avancer sans eux, il ne pouvait avancer seul.


DEV NERD GIRL



Kokuwo lvl 28
Oiseaux de Cali et Saku lvl 28


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakuga Keigo
Pirate
avatar
Messages : 328
Race : Ange
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
81/200  (81/200)
Berrys: 8.280.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Mer 11 Juil - 2:07

Au Château !
Doros semblait avoir un avis assez tranché sur l’avenir de Kitamura. Il semblait croire que la Couronne avait des projets belliqueux pour l’île et pour son peuple. Il pensait que le Vice-Amiral Archer ne voulait uniquement que dominer l’île et que faire partie du gouvernement était synonyme de participer à des guerres. Il n’avait pas idée que pacifier les îles célestes signifiaient les rendre paisibles et instaurer un tourisme entre elles, les faire grandir. Doros rappelait bien à Sakuga, son père Octavius, un homme assez belliqueux qui était même xenophobe envers les personnes de sa propre espèce.

Les ordres de Ghetis étaient claires, il fallait faire comprendre au Monarque que son règne était désormais terminé. C’était la mission que le Vice-Amiral avait confié au bretteur et à son ami Caligula. Il devait maintenant la mener à bien, il devait montrer sa véritable force et sa détermination à œuvrer pour le bien des projets du gouvernement mondial. C’était aujourd’hui ou jamais pour le Keigo. Le blondican approchait alors du shandia maudit, il lui tira légèrement un peu le débardeur pour lui faire comprendre qu’il fallait bouger. Le Keigo dégaina alors l’arme que Ghetis lui avait emprunté, il fallait maintenant avancer en direction du palais royal de la famille de Kitamura. Il commençait alors à prendre marche côte à côte avec Caligula pendant que Ghetis faisait son spectacle. Si un garde profiterais de la marche du Keigo pour essayer de l’abattre à une distance respectable, il le trancherais de manière à éviter de le blesser trop gravement. Si personne ne se mettait en travers de la route du Keigo, il foncerait en direction du château en compagnie de son ami Caligula.

Il ne savait pas quoi penser de tout cela, l’île avait vécu tranquille, le seul ennemi qu’il y avait eu jusqu’à maintenant à combattre n’était autre que les grandes tempêtes qui ravageaient souvent les récoltes ou les plantations des habitants. Il fallait pouvoir proposer quelque chose d’assez intéressant pour convaincre la royauté d’abdiquer, un conflit de sang était inutile. Si il avait bien un moyen de faire changer la mentalité des gens d’ici, c’était en changeant les choses d’une manière douce que l’on ne passait pas pour un tyran. Il fallait néanmoins prouver la force de la marine et surtout du gouvernement mondial à pouvoir faire ici comme ce qui se passe sur la Mer Bleue, une protection maximum...


Résumé : Sakuga dégaine son arme et fait signe à Cali' il se mets en route vers le château si il est attaqué, il utilisera un Hit Slash moins puissant pour éviter de blesser son éventuel adversaire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

avatar
Messages : 441
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
68/350  (68/350)
Berrys: 4.574.509.498 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Ven 13 Juil - 0:55



Conquête de Kitamura
Aussi respectueux et calme qu’avait su être le shandia, le comportement adopté par celui-ci n’avait pas su convaincre la brute qui lui faisait face. Doros était visiblement du genre têtu et la manière avec laquelle il campait sur ses positions en était la preuve. Le shandia respectait cette mentalité même si pour le coup elle faisait du garde une gêne au projet de « purification ». Le shandia comprenait bien entendu la réticence de son interlocuteur et il est vrai que la marine ne pouvait se permettre d’assurer une meilleure protection que leur monarque, mais Doros se devait de comprendre que pour le shandia, les habitants des mers blanches passeraient toujours avant n’importe lesquelles de ses priorités personnelles.

Ainsi, lorsque le garde se mit à cracher indirectement sur lui et ses collègues, Caligula se mit à serrer le poing non pas à cause de cet incroyable manque de respect, bien qu’il ne le laissât pas indifférent, mais surtout parce que l’obstination de Doros qui ne cherchait même pas à comprendre le groupe d’individus que formait La Couronne pousserait surement Ghetis à se « débarrasser » du garde pour s’adresser aux principaux concernés : les habitants de Kitamura. C’est à eux que revenait l’avenir de cette île.

– Je vois. Je félicite ton arrogance et ta persévérance vieil homme ! Mais je ne pense pas me tromper en disant que parfois, il faut savoir s’ouvrir ne serait-ce que pour écouter autrui.
Après ces mots et comme Ghetis le lui avait demandé, le shandia suivit Sakuga qui s’était déjà mis en marche vers le château. Le shandia n’avait pas pour mission de blesser les gardes aussi violents pouvaient-ils être à leur égards. Il se contenta donc d’user de cette armure humaine qu’il maitrisait depuis un moment déjà, le Tekkai. Sa maitrise lui permettait de se mouvoir tout en restant incroyablement dur et résistant à la plupart des attaques physiques. Il traverserait donc la foule ennemie en marchant, pas à pas, encaissant les attaques sans broncher, ni riposter. De cette manière, il pourrait peut-être effacer toute hostilité à son égard dans le cœur du public présent.

– Limite les blessures un maximum Sakuga. Ces gardes restent des citoyens de Kitamura et on ne doit donc leur faire aucun mal...enfin, le moins possible. Et pareil pour ceux qu’on va trouver au château hein.
Une fois cette chose dite et après avoir adressé un dernier pouce en l’air au capitaine, le shandia s’écarta des gens aux alentours pour se transformer en titanoboa complet, engloutir son acolyte et bondir vers le château en se servant de sa queue comme d’un ressort.
Si tout se passait comme prévu, un serpent de Troie géant défoncerait bientôt l’un des murs de la résidence du monarque en y relâchant un blondican déterminé.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 158

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Ven 13 Juil - 11:23



Doros, Chef de la Garde.

Pour le vieux Doros, cette intrusion et cette ingérence étaient des choses impardonnables et insupportables : ce genre d'exactions ne pouvaient être tolérées au sein d'un Royaume souverain et indépendant. Le Gouvernement Mondial, une fois de plus, prouvait qu'il n'était qu'un agrégat égocentrique qui ne supportait pas la diversité et l'autorité d'autrui. La suprématie des peuples devait être noyée, contrairement à ce que ce vice-amiral belliqueux sous-entendait. Tout devait appartenir à l'hégémonie, et viser à maintenir la suprématie de cette organisation pluriséculaire... Le Chef de la Garde ne pouvait pas tolérer qu'un petit homme des mers bleues puisse se montrer aussi irrespectueux vis-à-vis de son peuple et de son Histoire. Démettre le Roi de ses fonctions, partir du principe que c'était là ce que voulaient les citoyens... Fumisteries. S'il avait réellement voulu le bien-être des petites gens, il ne serait jamais arrivé aussi virulemment : il aurait tenté de les écouter plutôt que de décider en leur lieu et place et, surtout, il aurait admis que le Monarque de Kitamura n'était pas nécessairement un homme à évincer de toute urgence. Certains Rois étaient bons, œuvraient pour leur peuple et tâchaient de satisfaire les besoins de celui-ci. Si Kitamura Daedjin n'avait jamais réellement mené une politique semblable à celle d'un bon samaritain, il n'avait jamais non plus été un despote ou un tyran disposant de la vie de ses sujets comme bon lui semblait. Il n'avait jamais exigé plus de tribut que ce que son peuple pouvait bien lui fournir et, en fin de compte, alors que son règne arrivait petit-à-petit à son terme, au fil des ans, les civils se rendaient compte qu'ils n'avaient pas la moindre raison de déplorer son règne et qu'il leur avait permis de vivre sereinement, à défaut de se complaire dans la profusion et l'excès de toute sorte et de toute nature. Pour le chef de la Garde, le constat était encore plus absolu : cet homme, qu'il avait juré de protéger et au service duquel il s'était placé depuis plus de cinquante ans désormais, n'avait jamais réellement négliger le bien-être de ses siens et de ses sujets. Il renvoyait une espèce d'image de bienveillance et de mansuétude que Doros ne pouvait que révérer... Contrairement à cette silhouette appartenant aux forces de la Marine, qui, pour l'heure, n'était ni plus ni moins qu'un grossier intrus audacieux et à la langue bien pendue.

Lorsque l'Archer envoya ses deux hommes en direction du palais, Doros sembla se raidir légèrement mais, finalement, ne pipa mot. Cela ne le gênait pas que les deux sbires du vice-amiral prennent les devants : ils allaient forcément rencontrer une opposition farouche et, de toute façon, ils ne revêtaient aucune espèce d'importance. C'était Ghetis Archer qu'il fallait abattre afin de mettre fin à toute cette mascarade... Lui, et nul autre. Ses deux subordonnés étaient plus qu'anecdotiques. Aussi intima-t-il à ses hommes de les laisser passer et de se contenter de le seconder. Il était quasiment certain de n'avoir aucune chance de triompher, mais cela n'allait pas l'empêcher d'essayer : il avait toujours été un guerrier brave, depuis sa naissance, et il tâcherait de l'être jusqu'à sa mort. La supériorité numérique, dans une certaine mesure, pouvait également lui être utile et s'il parvenait à faire durer le conflit en longueur, il pouvait éventuellement compter sur l'arrivée de renforts compétents afin d'asseoir la domination des forces de défense de Kitamura Island... Malheureusement, ces considérations et ces prévisions furent bien vaines lorsque l'agresseur passa à l'offensive : l'utilisation agressive du haki de l'observation qu'il fit ne tarda guère à faire grimacer l'ensemble des soldats, leur chef y compris, et à les décontenancer puissamment. Avant que le moindre des gardes n'ait eu le temps de lever le petit doigt, le marine venait déjà de percuter leur supérieur. Si ce dernier parvint, de son côté, à conserver sa conscience éveillée à la suite de ce premier coup, il comprit avec douleur que le fossé qui le séparait de ce blanc bec était encore plus gargantuesque qu'il n'avait pu l'imaginer de prime abord. La conclusion de cette rixe, déjà cuisante, lui sautait aux yeux sans qu'il ne puisse prendre le risque de la nier... Et, à l'instant où les pieds le percutèrent, il se sentit vaciller avant de sombrer brutalement, incapable d'ériger la moindre défense face à cette offensive bien trop prompte.  

Un moment de flottement eut lieu, parmi les rangs des gardes qui étaient jusque-là restés en retrait. Ils échangèrent un regard inquiet, puis tentèrent de distinguer l'endroit où Doros allait finir par s'écraser, sans succès. Ils semblaient hésiter entre la mort valeureuse et le bon sens, mais il allait sans dire que la déconfiture que venait de subir leur supérieur ne les enhardissait guère. Toutefois, cela ne les poussait guère à l'adoration unilatérale du vice-amiral : plusieurs d'entre eux, d'ailleurs, lui lancèrent un regard froid sans pour autant trouver le courage de se précipiter dans sa direction. Finalement, et à contre-coeur, trois d'entre eux jetèrent leurs lances au sol... Au moment même où une voix résonnait derrière eux, leur ordonnant de se montrer plus vaillants.

-A quoi est-ce que vous jouez ?! En formation ! L'ennemi est devant vous !
-Attendez, Garlan ! N'attaquez pas tout de suite !


Kitamura Alerin, frère du Souverain, et Garlan, Garde.

Ils venaient d'arriver sur la place, au moment même où ils avaient vu une forme gigantesque et sombre s'élancer à vive allure en direction du palais. Ils avaient malgré tout décidé d'ignorer cette menace, considérant qu'il restait suffisamment de garde auprès du Monarque afin d'assurer sa sécurité, et ils parvenaient tout juste à observer la scène qu'ils avaient vu le corps brisé de Doros être catapulté à plusieurs dizaines de mètres de là. Si cela avait suffi à Garlan pour s'élancer au pas de course, prêt à bondir sur le vice-amiral, Alerin avait compris, quant à lui, que cela n'était ni plus ni moins qu'une vaste folie. Il avait donc intimé le calme, et le Garde, quoiqu'hésitant dans un premier temps, ne tarda guère à s'immobiliser en grommelant. Il cogna ses gants d'acier l'un contre l'autre en jetant à son ennemi un regard glacial tandis que le frère du Souverain, de son côté, comprenait lentement qu'ils avaient effectivement largement sous-estimé les forces du Gouvernement Mondial, et surtout leur impétuosité. Daedjin avait été stupide et il n'allait clairement pas le pleurer, si l'espèce de forme sombre en venait à le tuer... Son frère avait créé sa propre ruine, d'une certaine manière, et toute cette situation intervenait par sa seule faute. Le noble, l'air grave et désolé, tâcha de ne pas prêter trop attention aux badauds qui, certes, s'étaient éloignés au début des échauffourées, mais qui conservaient précieusement leur regard braqué sur cette scène. Les gens avaient besoin d'être rassurés : ils devaient remarquer que les figures d'autorité demeuraient droites et franches, comme s'il avait encore et toujours la situation sous contrôle. Vague illusion, bien sûr, mais il s'agissait pour l'heure de mettre les petites gens en confiance et de ne pas causer d'émeute... Cela n'aurait guère été profitable aux Marines non plus, après tout.

-Je suis Alerin Kitamura. Arrière petit-fils de Sotetsu Kitamura, et frère de Daejin Kitamura, actuel Roi. Vous êtes Ghetis Archer, n'est-ce pas ? J'aimerais qu'aucune effusion de sang n'ait lieu. Cela n'est pas nécessaire. Nous pouvons arriver à trouver un compromis juste et paisible, j'en suis convaincu.

Il s'était annoncé, avait donné son rôle, et venait dorénavant de tendre la main. Il avait pleinement conscience du fait, bien sûr, que Ghetis Archer pouvait le déchiqueter d'un instant à l'autre, sans crier gare, et sans lui laisser la moindre chance de répliquer... Mais il se devait de rester brave. S'il se montrait lâche et couard, le vice-amiral n'aurait strictement pas la moindre raison d'accepter de négocier et de parlementer : il se contenterait dans le meilleur des cas de l'éconduire sèchement. Alerin tâcha de ne pas prêter attention, non plus, au brouhaha qui émana du palais au moment où la masse sombre percuta l'un de ses murs. C'était l'instant de vérité : il devait savoir si son interlocuteur était effectivement pourvu de bonnes intentions, où s'il était simplement un mégalomane qui cherchait à se constituer un empire tout en bénéficiant du support du Gouvernement Mondial et de ses camarades de la Marine.


Falon.

-Je ne sais pas qui vous êtes mais je vous conseille de sortir rapidement par le trou que vous venez de causer. C'est une intrusion, et elle ne sera pas tolérée.

Falon savait que quelque chose de louche se tramait : il avait bien sûr entendu parler de l'arrivée fracassante et tonitruante des trois gradés de la Marine, et avait entendu dire que Doros s'en était allé à leur rencontre. Ensuite, il avait vu, du haut d'une fenêtre, les silhouettes d'Alerin et de Garlan s'en aller à leur tour... Puis il avait remarqué qu'une espèce de serpent géant venait de bondir en direction du palais. Un mur défoncé plus tard, et voilà qu'il se trouvait dans la salle de réception, où le reptile titanesque venait de faire son entrée. Et comme pour prouver son sérieux et sa résolution, l'ange ne tarda guère à lever sa jambe droite tout en la pliant, prenant une posture surprenante, mais qui s'apparentait à une espèce de garde. Son appui, désormais unique, semblait stable et sa jambe tendue, justement légèrement pliée, semblait être à même de lui offrir une impulsion conséquente en cas de stricte nécessité. Son regard, posé et serein, semblait hurler à l'intrus qu'il valait mieux qu'il fasse demi-tour sans plus tarder et qu'un geste brusque serait immédiatement considéré comme une agression. Le membre de la Garde de Kitamura n'oubliait pas, de surcroît, que d'autres soldats se trouvaient encore dans le château, même si les deux plus puissants, lui excepté, venaient de se rendre sur la place principale du village. Plus il parvenait à retenir cet espèce de serpent géant et plus il avait une chance tangible de recevoir de l'aide... En bref ? Il avait tout intérêt à batailler fiévreusement si cette chose se montrait agressive : il était convaincu d'avoir ses chances.



Doros est lvl 35.

Ghet > Tu défonces Doros. Alerin et Garlan arrivent.

Cali Saku > Vous passez au-dessus d'Alerin et Garlan. Vous défoncez un mur. Falon est dans la pièce, et vous demande de sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1895
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.939.252.528 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Sam 14 Juil - 16:25

White Road : Cloudland  !

Ore Wa Kurohebi Da !



C’était ce genre de démonstration de force qui suffisait à soumettre une population ou une communauté et permettait de démontrer la ferveur du personnage. En expulsant sans ménagement Doros de l’île, le brun montrait une chose claire et limpide : il était un puissant défenseur.

Son équipage l’était également et deviendrait encore plus puissant avec le temps. N’importe qui serait hostile à l’arrivée de nouveaux individus souhaitant briser le train-train quotidien, ce n’était pas la première île que notre homme plaçait sous sa main. De ce fait il misait principalement sur les moyens dont il disposait pour prouver son ambition, c’était, en quelque sorte, la preuve de ses propos.

Retombant lourdement au sol, l’Archer posa son regard bicolore sur chacun des soldats. Son esprit demeurait vif pour qu’aucune faille ne soit laissée à un quelconque attaquant et cela jusqu’à ce que les soldats n’abandonnent l’idée de l’affronter. C’est ainsi qu’il put soupirer brièvement, allant récupérer son manteau pour le poser à nouveau sur ses épaules. Certes, il demeurait buste nu sous cette sorte de cape, mais c’était déjà un bien meilleur apparat.

Désormais il ne lui restait plus qu’à s’adresser au peuple pour se faire comprendre, ou essayer. Cependant, il fut interrompu par un homme à l’allure guerrière et un autre à l’allure noble. Naturellement, le regard se riva bien plus sur le noble que le guerrier, le premier pouvant être le souverain actuel de l’île après tout.

Heureusement, l’homme se présenta assez rapidement au vice-amiral pour calmer toute ardeur et permettre une discussion scène que le Vairon apprécia.

Pour commencer sereinement, il accepta la poignée de main que lui proposa Alerin Kitamura et hocha la tête aux propos du kitamurien.

- Veuillez m’excuser quelques instants.

Retournant son attention vers les trois animaux, il tapota des mains et parla d’une voix étonnement plus reposée.

- Kokuwo assis, les autres rentrez.

Les imposants oiseaux bilcans s’envolèrent alors, laissant une bourrasque sur leur passage, tandis qu’ils filèrent vers le bateau, ne laissant plus que Kokuwo, sagement assit.

- Gun, viens-là.

Ce fut ensuite au tour d’un gunbai ailé de venir à son maître, avant de se changer complètement en un oiseau coloré allant se poser sur son épaule.

Ghetis se plaçait bien plus dans une optique de paix en rapatriant ses oiseaux et ne gardait Kokuwo présent qu’en cas d’extrême nécessité, reportant son attention sur Alerin.

- Je ne suis malheureusement pas ici pour la continuité de la noblesse actuelle. Je souhaite instaurer une équité entre chaque habitant. La noblesse et la paysannerie seront désormais égales l’une à l’autre.

Pointant du doigt un des arbres à nourriture planté dès leur arrivée, il reprit la parole.

- Il s’agit-là d’une agriculture révolutionnaire mis au point par mes soins. Elle pousse plus vite, plus durablement et peut même germer dans les nuages. Vous le savez comme moi-même, dans le ciel la terre se fait rare et est la seule chose dans laquelle pousse les végétaux.

Bien sûr Ghetis ne parlait pas ici des Pop Greens, mais d’un autre procédé qui n’était autre que son engrais d’une efficacité rare. Par la suite l’homme porta à nouveau son attention à Alerin.

- J’ai récemment relevé le peuple de Bilca et il s’ouvre désormais à un commerce pacifique. C’est également ce que je souhaite offrir à Kitamura Island. Permettre aux habitants de posséder leur terre et leur commerce que je financerai pour eux de façon à ce qu’ils puissent le lancer sereinement dans leurs projets futurs. Les mers blanches réunissent différents peuples tous unis par une même souche, leurs ailes. Elles sont la preuve qu’il existait jadis un seul et unique peuple du ciel. En réunissant à nouveau chaque île du ciel en un seul et grand royaume, c’est l’Âge d’Or du ciel qui sera réveillé.

Tournant pour s’orienter vers le château qu’il regarda fixement, il prit un ton plus calme.

- Vous voyez ce château Alerin ? Il pourrait être celui d’une milice de braves guerriers protégeant Kitamura Island. Je veux dire par-là, qu’il ne sera plus un château abritant la noblesse, mais un château où les guerriers pourront œuvrer pour ce à quoi ils aspirent tous : le bien commun. Un d’entre eux sera choisi pour diriger cette milice protectrice. Enfin, le rôle de ce château sera également de recevoir les doléances de chaque habitant, traité, les petites affaires. Et ainsi, le jour où la mer blanche sera un unique royaume. Ce château sera sans doute sa base la plus forte et Kitamura son île la plus prospère, car son peuple est déjà soudé.

Reprenant son souffle, l’Archer regarda cette fois-ci les villageois.

- Ne rêvez-vous pas de cela ? Gagner votre vie pour des biens qui seront vôtres ? Un conseil composé de cinq habitants de Kitamura sera créé pour faire entendre les voix de chaque classe. Un membre de l’ancienne noblesse, pourquoi pas Alerin s’il vous convient, un membre de la garde, un commerçant, un agriculteur et un éleveur. C’est ainsi que les décisions seront prises et que nous serons certains que le château s’occupera bien du peuple, mais aussi que le peuple ira bien.

Ghetis leur promettait-il la lune ? Pas le moins du monde. Les villageois étaient déjà soudés, en faisait foi l’homogénéité de leur réaction depuis son arrivée. Un peuple foncièrement ancré dans la monarchie actuelle aurait réagi avec véhémence, un peuple complètement contre la monarchie aurait rapidement prit le parti de La Couronne. Eux, étaient restés observateurs, prouvant une certaine ouverture aux changements, mais aussi de la sagesse.

De ce fait en voyant les moyens dépêchés par le vice-amiral en si peu de temps, en faisant une comparaison avec Bilca, ils verraient assez aisément que tout cela était possible.
La noblesse vivrait dans ce même village, n’ayant pas été une importante source de gêne, les villageois n’auraient pas l’idée de s’en prendre à elle. Chacun recevrait leur terre et chercherait à la faire fructifier. Le commerce s’ouvrirait et le conseil pourrait décider de la politique à suivre pour faire s’améliorer le village. Le chef du château s’occuperait alors du fonctionnement de la garde en ce sens.

- Vous le savez peut-être Alerin, les moyens du Gouvernement Mondial sont grands, je possède réellement les moyens de rendre votre communauté plus prospère que jamais. Pour cela, il faut que la noblesse accepte de vivre d’égal à égal avec le peuple, c’est ainsi que doit agir une vraie famille protectrice. Vous ne serez pas mis à la rue, vous aussi recevrez votre terre et vos habitations seront construites. Vous pourrez alors quitter le château une fois celle-ci faite. Les villageois et membres de la noblesse qui en ont les compétences pourront s’occuper de la maintenance du château. Il y a les finances, les ressources, la propreté et bien des choses à gérer. Plutôt que ce château appartienne à la royauté, il sera une source d’emplois pour les habitants de kitamura.

Ghetis frappait dans le tas par ses mots, mais il le devait, il devait réveiller les esprits, il fallait que cela fonctionne.

- C’est le moment pour vous de grandir en un nouveau peuple ! Encore meilleur que l’ancien !


DEV NERD GIRL



Kokuwo lvl 28

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

avatar
Messages : 441
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
68/350  (68/350)
Berrys: 4.574.509.498 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Sam 14 Juil - 20:49



Conquête de Kitamura
Sans grande surprise, la force titanesque offerte par son préhistorique permit au shandia de finir dans le château du monarque et plus précisément dans ce qui semblait être une salle de réception. Ce genre de vol plané n’était que très rarement utilisé par le guerrier ce qui expliqua son atterrissage raté bien qu’il avait su éviter de gros dégâts encore une fois grâce à sa malédiction.

Le shandia ne bougea que très peu pendant quelques secondes, un tantinet abasourdi par sa chute, quand il entendit soudainement une voix lui ordonner de quitter ces lieues. Un autre garde se dit-il et en effet, il s’agissait d’un garde qui n’avait visiblement pas peur de faire face à un titanoboa. Si l’homme en question était aussi borné que Doros, Caligula et Sakuga perdraient leur temps ici. C’est alors que Caligula eut l’idée du siècle, pour ne rien exagérer.

Le titanoboa commença à rassembler les débris de mur un peu partout pour les replacer approximativement au niveau du trou et il profita d’un instant ou sa tête se trouvait en direction de l’ouverture pour recracher son camarade par le trou, surement entouré d’un visqueux liquide, et lui faire un clin d’œil, suivi d’un signe de la tête lui indiquant de s’en aller.
Il reprit alors forme humaine et se retourna vers son hôte. Dans le cas ou le blondican n’avait pas compris ce qu’il voulait lui dire, les mots qui suivraient lui auraient peut-être la possibilité de lui faire comprendre le plan de son confrère ailé.

– Je suis désolé pour ceci. Je paierais les dédommagements si nécessaires pour le trou.  Je vais être bref : je suis un membre de La Couronne, équipage du Vice-Amiral Archer, et NOTRE mission est de parler avec le roi le plus rapidement possible. ON ne peut pas perdre plus de temps ici car ceci augmenterait les risques d’accidents et de quiproquo.
Caligula espérait que son allié ait pu assimiler son message et qu’il s’était déjà mis en route. Falon n’avait apparemment pas perçu qu’au moment où le serpent géant avait troué le mur, ce fut l’intrusion de deux énergumènes et non pas un. La Couronne allait donc jouer de cette carte pour faciliter les choses.
Quoiqu’il en soit, il fit quelques pas vers Falon, les bras en l’air pour montrer qu’il n’avait nulle intention de s’en prendre à lui, et s’arrêta à environ 5 mètres pour éviter aussi que celui-ci ne se sente agressé.

– Nous ne voulons pas de mal et ce à aucun habitant de cette île, le roi compris. Nous voulons simplement rendre la force au peuple et donc abolir la monarchie. Laisse-moi s’il te plait m’entretenir avec votre roi, je ne ferais rien de plus que lui parler. Tu peux me croire.
Aussi drôle que cela puisse-t-être, l’objectif qu’avait le shandia en ce moment était le même que celui de son interlocuteur : gagner un maximum de temps pour permettre a Sakuga de trouver le roi sans encombre.
Cependant, si le contre-amiral avait l’occasion de rencontrer le roi lui aussi, il la saisirait assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Sakuga Keigo
Pirate
avatar
Messages : 328
Race : Ange
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
81/200  (81/200)
Berrys: 8.280.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Dim 15 Juil - 1:35

Infiltration !



Le blondican avait pris un serpent express visiblement. C’était une sensation bien qu’étrange que venait d’expérimenter le Keigo, d’être transporté comme cela. La force et la puissance qu’avait acquit Caligula le surprenait tellement, c’était incroyable comment il avait progressé pendant ce temps où les deux amis ne s’étaient pas vu. Le criminel pensait vraiment qu’il fallait qu’il se dépasse à l’avenir pour montrer à quel point, il pourrait progresser.  Après une petite secousse dans la gueule du Titanoboa, Sakuga fut projeté dans l’air, le sabreur eut donc comme réflexe d’essayer de planter profondément son sabre dans le mur du palais royal de la famille Kitamura.

«  Préviens la prochaine fois que tu fais un truc pareil ! »

Il avait remarqué le clin d’œil amical du shandia, un obstacle de dernière minute a du se présenter en chemin pour le duo. Essayant de rester agrippé fortement à son arme, le Keigo écoutait un peu les dires que l’homme-serpent adressait à l’obstacle qu’il devait faire face. Discuter avec le Roi rapidement, compris ! Pensait alors le céleste. Il était temps pour lui de faire preuve de discrétion et d’attention, il avait bien l’intention de rencontrer ce fameux roi de Kitamura Island et de faire le plaidoyer des plans de la Couronne et du Gouvernement pour le futur de Kitamura Island.

Jetant un regard express au niveau de la façade du château où il était accroché, Sakuga repéra assez vite une fenêtre qu’il serait capable d’atteindre sans trop de difficultés avec un peu d’efforts. Sakuga se balançait alors encore un peu avant de projeter son corps tout en extirpant son arme du mur pour tenter d’attraper la fenêtre. Il eut un peu de mal à s’accrocher à cette fenêtre, un faux pas et c’était le décès. Utilisant la force de ses bras, pour hisser son arme dans la fente de la fenêtre et forçait alors un peu pour qu’elle puisse s’ouvrir. Une fois, glissé à l’intérieur du château de Kitamura Island, Sakuga commencerais alors à marcher discrètement , après avoir rengainé son épée, pour ne pas se faire remarquer par les gardes qui devaient patrouiller vu l’irruption de la Couronne sur ces terres…


Résumé : Sakuga s'accroche au mur à l'aide de son épée et se balance de manière à arriver sur la fenêtre la plus proche. Il rentre ensuite dans le château par celle-ci et range son arme avant de commencer à marcher discrètement afin de ne pas attirer l'attention des gardes.


Dernière édition par Sakuga Keigo le Lun 16 Juil - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 158

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Dim 15 Juil - 17:34



Kitamura Alerin, frère du Souverain, et Garlan, Garde.

C'était un simulacre de choix que l'envahisseur tentait de leur offrir : tous semblaient l'avoir bien compris, du côté des soldats à tout le moins. Pour les villageois, les propositions du vice-amiral étaient à la fois trop soudaines et trop brusques pour être crédibles, d'une certaine manières. Ils avaient bien sûr vu que Doros avait été éjecté sans la moindre difficulté, chose qu'ils n'auraient assurément pas cru possible a priori, mais ils n'oubliaient pas que le Roi disposait d'autres gardes compétents, dont Garlan faisait indéniablement partie. En fait, pour eux, ce changement de régime politique était tellement virulence qu'ils avaient peine à croire qu'il était réel : ils songeaient à un rêve, à un fantasme quelconque, croyaient bêtement qu'on allait tôt ou tard leur dire que cela n'était ni plus ni moins qu'une erreur ou qu'on allait leur supprimer ce droit aussi vivement qu'on venait de leur apporter. De surcroît, ils n'étaient même pas certains d'avoir une véritable raison de changer de régent politique, ou seulement de système politique. L'île vivait plutôt bien, à l'heure actuelle... Certes, elle ne resplendissait pas, mais elle leur offrait de quoi subsister modestement. Et c'était tout ce à quoi ils pouvaient vouloir prétendre, même si les rêves ambitieux que Ghetis semblait vouloir susciter et solliciter en eux avaient bien sûr pu prendre corps au fil des ans...
Alerin, de son côté, était donc naturellement plus caustique et plus pessimiste vis-à-vis de cette intrusion et de son avenir que le commun des villageois. Et c'était naturel, puisqu'il avait toujours fait partie de l'élite de Kitamura Island... Il ne voyait pas la moindre nécessité à modifier leur système de régence et, pire encore, il considérait que cela pouvait aboutir à des problèmes complexes, à d'autres crises que le vice-amiral disait pourtant vouloir éviter. Bien sûr, avec un système tel que le leur, ils n'étaient pas à l'abri de voir un fou furieux parvenir sur le trône et commencer à n'en faire qu'à sa tête... Mais c'était pourtant ce modèle-là que le Gouvernement Mondial encourageait largement à travers le monde. La majorité des îles affiliées à la Marine étaient effectivement des royautés... Une anomalie qu'il se sentit obligé de soulever, prenant son courage à deux mains pour offrir une vision aussi courageuse et vaillante de lui-même à ses contemporains.  

-Je comprends ce que vous voulez dire... Mais je ne comprends pas, en revanche, l'urgence de ces transformations que vous entendez mener. Vous ne connaissez pas notre île, notre peuple et notre lignée. Tout cela vous est étranger et pourtant, alors même que vous arrivez fraîchement, vous entendez déjà tout rénover... Comment pouvez-vous savoir que c'est précisément ce dont nous avons besoin, nous, habitants de Kitamura ? Peut-être allez-vous précipiter notre société vers une catastrophe sans précédent... Et même si ça n'est pas le cas, si votre successeur est un homme tyrannique et égoïste, peut-être réduira-t-il notre île en cendres afin d'en tirer quelques richesses. Vous nous demandez de vous adresser une confiance absolue alors que vous semblez douter de la légitimité de nos Rois... Comprenez que la situation est inconfortable, de notre point de vue.

Inconfortable... le mot était encore faible, mais Alerin faisait en sorte de demeurer modéré et tempéré, autant dans ses propos que dans sa posture. Il ne devait pas passer pour un vieillard aigri, accroché fermement à ses privilèges et à ce qu'il pouvait bien représenter à ses yeux. De toute manière, il ne le savait que trop pertinemment, depuis des années : il n'avait rien à gagner à demeurer affilié de la sorte à la Royauté que son frère aîné cultivait. Sa propre famille se portait comme un charme et, considérant son âge avancé, il aurait simplement pu se contenter de subsister tranquillement, dans son coin, sans jamais prêter attention ni à l'état de l'île, ni à celui de sa population. Pourtant, il avait conscience que la prise de pouvoir soudaine de Ghetis sur Kitamura et sur les îles célestes dans leur globalité risquait fatalement de leur causer du tort. Indirectement, bien sûr : il ne pensait pas que ce haut-gradé était le monstre qu'il venait de dépeindre et ne croyait pas qu'il tenterait d'abuser de son influence pour soutirer des combattants compétents à tour de bras. En revanche, son successeur, effectivement, était susceptible de le faire... Alors pourquoi cette espèce de vision sur le long terme, qu'il semblait pourtant entretenir, n'était-elle pas constante ? Pourquoi voulait-il éliminer la Royauté tout en prenant le risque d'exposer Kitamura Island à d'autres démons et à d'autres menaces ?

-Comprenez moi bien, vice-amiral. Je n'ai rien à perdre. J'ai aujourd'hui soixante-douze ans. Je suis un homme comblé, j'ai une fille adorable et deux petits-fils que j'aime tendrement. Mais ce n'est pas le cas de toutes ces personnes auxquelles vous vous adressez. Vous avez raison. Ce sont ces villageois qui ont fait la gloire de Kitamura, jusqu'à présent. Et vous avez raison également lorsque vous dîtes qu'ils devraient avoir droit à leur part... mais à quel prix ? La précipitation pourrait leur causer plus de tort que de bénéfices...


Falon.

A quoi jouait-il ? A l'instant où il avait repris forme humaine, Falon avait compris que quelque chose de louche lui avait échappé jusqu'à présent. Cet espèce de maudit d'un serpent gigantesque n'était pas seul : la voix qui s'était échappée de son corps, l'espace d'un instant, l'en avait informé. Il avait caché une personne à l'intérieur de son corps, jusqu'à présent, et il semblait maintenant lui adresser un message quelconque... Ce message était-il sincère ? Cet inconnu de la Marine voulait-il effectivement rencontrer le Roi afin de s'entretenir sereinement avec lui... Ou entendait-il simplement l'exécuter purement et simplement ? Les forces du Gouvernement Mondial n'étaient pas nécessairement auréolées d'une brutalité et d'un sadisme infinis, bien sûr, mais ils n'en étaient pas moins des envahisseurs dont tout bon garde devait se méfier. Ainsi, lorsque l'autre type se mit à avancer dans sa direction en levant les mains en signe pacifique, comme pour lui demander de ne pas attaquer dès à présent, le membre de la Garde comprit qu'il ne cherchait qu'à gagner du temps. Voulait-il que son collègue s'introduise discrètement dans le palais jusqu'à réussir à mettre la main sur le Roi ? Si tel était le cas, ils risquaient tous d'être déçus... Un sourire mauvais vint prendre place sur le visage du soldat de Kitamura qui ne tarda guère à répondre sans perdre une seule seconde, réitérant son avertissement inlassablement, demeurant alerte et aux aguets pour anticiper le moindre geste brusque et suspect qui pouvait être ébauché à son encontre.

-Dernier avertissement. Sortez tout de suite par le trou que vous venez de causer, ou je vous ferai sortir moi-même.

Il n'avait pas bougé d'un pouce, même si Caligula s'était approché, et pour cause : dans cette posture et considérant sa vitesse de frappe, il était quasiment certain de pouvoir cogner le premier même si son ennemi esquissait un geste agressif avant lui. Falon n'était pas du genre à prendre ses ennemis à la légère, au contraire même, mais il restait en revanche relativement confiant quant à ses propres compétences. Il imaginait sans peine que Ghetis Archer, le vice-amiral, était capable de le vaincre en combat singulier... Mais quant à ses sous-fifres, dont ce type semblait faire partie, c'était une toute autre paire de manches.



Doros est lvl 35.

Alerin parle, et Falon menace !
Sakuga, tu peux te balader dans le château et même dire que tu trouves la salle du trône. Par contre, j'ai pas précisé, mais y a deux gardes devant les portes, évidemment !
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1895
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.939.252.528 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Lun 16 Juil - 7:39

White Road : Cloudland  !

Ore Wa Kurohebi Da !




Ghetis n’allait pas perdre son temps à abreuver de belles paroles une bête qui ne souhaitait pas s’hydrater. Il ne perdrait pas davantage son temps en donnant de la confiture à une bandes de cochons.

Le peuple de Bilca avait été assez intelligent pour accepter immédiatement son aide, car il avait la preuve imminente de l’efficacité du brun. De ce fait, il ne perdrait pas éternellement son temps à palabrer. Il était même assez courtois pour le moment. Cependant, le plaidoyer du Kitamura l’avait passablement ennuyé et créa en lui une sorte d’ennui palpable.

Cet Alerin n’essayait même pas de défendre son frère ou autre, il expliquait simplement que changer de système n’était peut-être pas un avantage et serait un changement trop brutal pour le peuple. Par ailleurs, il mit en avant sa situation aisée et tenta de décrédibiliser l’Archer une énième fois… Un acte qui commençait à agacer de plus en plus le membre de l’amirauté.

Il n’était pas un noble et se contentait de s’adapter aux langages de la noblesse rien de plus. C’était un guerrier et uniquement un guerrier. Il fallait que ce roi guerrier se réveille, il ne pouvait demeurer silencieux, sinon le peuple le prendrait pour un beau parleur plus qu’autre chose.

C’est donc d’une main ferme qu’il saisit le col du noble et le souleva jusqu’à le décoller du sol, profitant de sa grande taille pour le surélever le plus que possible avant de poser un regard noir des plus sombres en lui.

- Cesse de me contredire si tu veux parlementer avec moi. Je n’aurais aucune difficulté à affronter l’ensemble de la Garde, seul. Note cette information dans ton crâne.

Il n’avait pas eu à parler fort pour cela, bien au contraire, il ne s’adressa qu’au noble. Ce dernier comprendrait assez vite que l’Archer pesait ses mots. Grâce à son fruit du démon il pouvait séparer chaque ennemi et les vaincre un à un de façon individuelle. Il ne craignait aucun deux et n’était pas qu’un bâtisseur, il pouvait détruire pour le bien de la reconstruction.

- Tu ne cherches pas à défendre ton frère, son nom n’a jamais franchis tes lèvres. J’ai eu un frère et un frère digne de ce nom protège toujours le nom de son frère. Comme tous les nobles tu convoites la place de celui qui est roi. C’est une constante chez vous.

Le regard de Ghetis s’ancrant bien plus encore dans celui du noble, une aura meurtrière se dégageant de ce regard vairon. Il y avait comme une haine pour ce frère qui ne défendait même pas le sien, il portait même une haine viscérale pour ce genre d’individu. Néanmoins, il fallait être intelligent. L’écraser uniquement à cause de sa lâcheté évidente ne rapporterait rien à La Couronne, alors, Ghetis prit la parole avec une voix plus forte cette fois-ci.

- Tu crains que le peuple soit déstabilisé par ce changement radical et moi je crains que la monarchie ne vole leur droit de plus en plus. Coupons la poire en deux. Lorsque j’aurais destitué le roi de sa position, il me faudra un homme connaissant encore assez le peuple pour m’offrir des indications fiables. Ce sera toi. Si le peuple l’accepte tu seras en charge du bon fonctionnement du château et de la ville.

Jetant un regard, redevenu calme sur le peuple, le Vairon attendait une réponse des spectateurs, concluant son propos par la suite.

- Tous recevront donc le droit à une terre à leur nom, mais une forme de direction perdurera sur le château. Je ne compte pas garder en place l’homme qui a permis à cette monarchie de perdurer. Si tu es capable de diriger un peuple libre cela me va.

Ghetis n’aimait absolument pas le fait qu’un frère puisse trahir le sien, mais cette homme avait lui aussi une famille et souhaitait la voir à l’aise. Vivre à ce poste garantissait à sa famille une certaine stabilité et permettrait au peuple de garder une certaine zone de confort. Il ne serait pas brusquement dirigé par des inconnus, mais à cheval sur les deux.

- C’est le seul compromis auquel je peux accéder. Il ne s’appliquera qu’à la branche de ta famille. Les autres devront abandonner leur titre de noblesse ou disparaître. Si tu refuses cette solution, alors il n’y aura plus de raison de discuter.

Il était hors de question pour le Vairon d’être tourné plus en bourrique que cela, si la noblesse était incapable de comprendre son fonctionnement, il passerait par l’ordre guerrier. Les soldats verraient bien que l’Archer était avant tout un seigneur de guerre et pas un phraseur.

- Dans le cas contraire je prouverai tout simplement à la Garde que je peux faire d’elle une garde bien plus puissante et ce sans l’aide de la noblesse. J’ai été capable d’envoyer au tapis un de leur ancien sans sourciller, alors il leur sera facile d’imaginer la force que je peux leur donner.

DEV NERD GIRL



Kokuwo lvl 28

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

avatar
Messages : 441
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
68/350  (68/350)
Berrys: 4.574.509.498 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Ven 20 Juil - 0:06



Conquête de Kitamura
Le plan semblait fonctionner et le comparse de Caligula ne tarda guère à s’immiscer dans le château à la recherche du roi. De son côté, le shandia tentait de discuter avec Falon mais sans compter sur le tempérament de ce dernier qui tout comme Doros, n’avait pas l’air très enclin à faire affaire avec des intrus. De plus, il ne montrait aucune once de faiblesse face à Caligula malgré la force utilisée par le shandia pour faire son entrée au sein de la demeure. Dans ce cas, il s’agissait surement d’un guerrier, et cette réflexion fit naitre en Caligula une idée.

– Dis-moi, tous les gardes de cet endroit sont-ils aussi bornés que le vieux qui nous a accueillis et toi ? Parce que parler avec des murs commence très clairement à me saouler.
La conquête de Bilca avait été très pacifique et le shandia avait su faire preuve d’assez d’éloquence pour persuader les bilcans de le suivre lui et La Couronne. Il avait estimé que les anges avaient assez souffert des multiples combats auxquels ils furent confrontés que se battre n’était pas toujours la solution. Néanmoins, avant d’être un combattant, Caligula était bel et bien un artiste. Le style de combat qu’on lui avait enseigné était une tradition, un art perpétuel au sein de son clan et ce n’est pas parce que certains hommes se servaient de ce genre d’art pour semer le chaos, qu’il devait avoir peur de s’en servir sur les terres de ces ancêtres. Après tout, c’est au cours d’un combat que le shandia apprend de plus belle.

De ce fait, le propriétaire d’un zoan préhistorique qui avait toujours les mains levées s’adressant une fois encore à Falon, tout juste avant de passer aux choses sérieuses.

– En tant que shandia il m’est impossible de refuser ton invitation au combat mais ne vois pas ça comme quelque chose de personnel. Si nous devons nous battre, ce n’est qu’une manière pour moi de mieux te cerner…guerrier !  
À la suite de cette phrase, le shandia se transforma instantanément en titanoboa total pour directement frapper son nouvel adversaire d’un coup de gueule pouvant le projeter sur une longue distance.
S’il se débarrassait vite Falon, ou encore s’il provoquait assez de boucan dans ces lieux, il amènerait à coup sur d’autres gardes ce qui laisserait plus de possibilités à Sakuga pour son infiltration vers le trône.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakuga Keigo
Pirate
avatar
Messages : 328
Race : Ange
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
81/200  (81/200)
Berrys: 8.280.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Dim 22 Juil - 19:37

Infiltration !



Discrétion devait être de mise dans cette mission qu’étais de rencontrer le Roi de Kitamura. Si le Keigo n’était pas spécialement un expert en discrétion, il avait bien l’intention de tirer un maximum partie de l’effet de surprise qu’il pourrait avoir pour s’approcher le plus facilement de la salle du trône. Marchant à pas de chats, Sakuga essayait d’être un maximum discret. Ce n’était pas une mince affaire après tout de s’infiltrer chez quelqu’un et d’éviter de faire du bruits.

L’habitude du Keigo était plutôt de foncer tête baissée en plein combat ou parfois d’user de la ruse pour parvenir à ses fins. Il avait décidé de cette fois, user de son cerveau pour autre chose qu’un combat ou qu’une de ses créations. Il fallait absolument qu’il trouve les bons mots pour convaincre ce roi ou plutôt pour le faire déguerpir du trône avant l’arrivée de Ghetis et de Caligula. Le Roi ne semblait pas être un dictateur ou plutôt pas encore, le pouvoir pouvait monter à la tête à tout moment. Il fallait éviter le conflit, les soldats de Kitamura Island était certes puissant mais devant la force de la Couronne, cela allait se transformer en bain de sang.

Pacifier les îles célestes était un projet qui se devait d’être pacifique ou plutôt limiter les combats les plus possible. Si l’objectif était de rendre sa fierté aux peuples du ciel, ils étaient aussi de réhabiliter l’image du gouvernement mondial sur la Mer Blanche. Sakuga ne pensait pas spécialement que le Gouvernement était mauvais ou qu’il était spécialement bon. Il pensait surtout que l’ordre en place ne devait pas être chamboulé, le monde était si fragile et le Gouvernement Mondial a su s’imposer comme les souverains qui ont réussi à tenir ce monde sous une main. Certes on pourrait penser que celui-ci était oppresseur ou qu’il était un véritable dictateur mais sans une politique forte, le monde serait un chaos total.

Un vacarme pouvait s’entendre au loin dans le château, quelques étages plus haut. Un combat avait sûrement démarré, le titanoboa serait certainement responsable. Sakuga essayait de se glisser de manière à être caché s’il y avait des gardes qui couraient en la direction du boucan. Il ne le savait pas encore mais la salle du trône se trouvait un couloir plus loin...


Résumé : Sakuga se promène un peu dans le château et il se cache quelque part entendant le vacarme que fais Caligula. Si il n'y a pas de vacarme il continue à se cacher pour ne pas se faire repérer par des gardes qui feraient des rondes
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 158

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Lun 23 Juil - 21:35



Kitamura Alerin, frère du Souverain, et Garlan, Garde.

-Alerin-dono ! Tu vas le payer, vermine... !

Lorsque Ghetis prit la décision d'empoigner Alerin, Garlan se mit à rugir, à vociférer : ses poings s'entrechoquèrent de plus belle et un mouvement de panique naquit au sein des spectateurs qui, une fois de plus, prirent momentanément la décision de se reculer précipitamment. Entre la violence que l'envahisseur commençait à exprimer en attrapant le frère du Roi de la sorte et la rétorque que le garde annonçait explicitement, la plupart des civils commençaient à craindre que cette place ne finisse par se recouvrir de leur sang, s'ils s'y attardaient... Pourtant, si le soldat semblait, de son côté, être prêt à s'élancer au combat sans plus tarder, ce n'était pas le cas du Kitamura qui, tout en soutenant péniblement le regard du vice-amiral, leva brusquement la main gauche en direction du colossal combattant qui se rapprochait déjà. Ce geste simple eut l'effet escompté : Garlan comprit que le noble lui ordonnait de ne pas se rapprocher davantage et il marqua un arrêt, non sans contracter puissamment les mâchoires. La frustration grimpait d'un cran et il commençait à avoir du mal à obéir, à faire profil bas. Il n'était pas réellement le type d'hommes à demeurer impassible devant la brutalité ou la violence : il s'était engagé pour protéger, pas pour assister les bras ballants à des scènes révoltantes. En l'occurrence, il ne concevait pas qu'on puisse de la sorte manque de respect à un membre de la noblesse locale et, de surcroît, le mettre en danger et le menacer aussi tangiblement, lors même qu'on déclarait ouvertement vouloir aider le peuple. L'irascibilité de cet envahisseur opportuniste, à ses yeux, n'était donc ni plus ni moins qu'un aveu terrible de son égoïsme et de la vacuité de ses propos. Il n'était pas là pour la gloire du petit peuple qu'il disait vouloir défendre : il était là pour la promotion des idéaux qu'il défendait conjointement avec le reste du Gouvernement Mondial. Il pouvait bien lui donner des allures de discussion, cette approche et cette arrivée n'étaient ni plus ni moins qu'un assujettissement en règle, qu'une déclaration de guerre à l'égard du Roi actuel.

A mille lieux de la colère indignée du garde, les citoyens demeuraient stupéfaits, en tout cas ceux qui n'avaient pas encore pris leurs jambes à leurs cous. Ainsi, quand le vice-amiral leur destina directement une interrogation, la plupart d'entre eux se contentèrent d'échanger un regard imbécile. La soudaineté de la chose les étouffait, et venait manifestement à bout de leur intelligence : ils étaient effarés autant par cette apparition soudaine et virulente que par ce qu'elle avait à leur proposer. L'opposition manifeste entre Ghetis, cet étranger qu'ils ne connaissaient nullement, et les figures emblématiques de la politique de leur île, contribuait amplement à leur couper l'herbe sous le pied et à les rendre incertains. Finalement, un homme s'avança d'un pas fébrile, se détachant quelque peu de la foule sans toutefois se rapprocher trop vaillamment de l'empoignade qui avait lieu, non loin : c'était comme s'il voulait avant toute autre chose s'assurer que Garlan aurait le temps de s'interposer, si le vice-amiral décidait de lui sauter à la gorge.

-Relâchez-le ! Alerin-dono a toujours été bon avec nous !
-Oui ! Si vous êtes vraiment là pour nous, alors relâchez-le et laissez-le en paix !

Une autre voix s'éleva dans la foule et, bientôt, la clameur se généralisa. Entre la réaction épidermique et viscérale du garde et l'unanimité actuelle de la foule, Ghetis pourrait rapidement comprendre qu'il ne tenait pas qu'un frère atteint d'une jalousie maladive à l'écart du Monarque auquel il aurait pu succéder : il tenait une figure locale, une espèce de célébrité que tout un chacun respectait amplement... Et probablement même plus que le Roi lui-même. Le reproche qu'il avait fait à Alerin, après tout, était valable pour l'ensemble des spectateurs qui, dorénavant, prenaient le parti de s'exprimer en faveur de ce vieil homme sans jamais chercher à s'inquiéter du destin de leur monarque...

Lorsque le vice-amiral s'exécuta et relâcha le noble, la foule sembla s'apaiser brutalement et Garlan, de son côté, contracta les mâchoires sans se montrer plus hostile pour autant, dans l'immédiat. Il respectait la volonté du Kitamura et ce dernier, preste, ne tarda guère à se redresser quelque peu, plantant son regard dans celui du Marine en tâchant de se montrer aussi vaillant et courageux que possible. Il comprenait, bien sûr, qu'il avait effectivement frôlé la fin et que son interlocuteur pouvait le massacrer d'un instant à l'autre s'il le décidait... Mais ceci, il en avait conscience depuis le début de leurs échanges. Accepter sa proposition, c'était quelque part comme capituler et cela, envers et contre tout, contribuait à installer dans la bouche d'Alerin une amertume des plus désagréables. Toutefois, le vieillard commençait à songer qu'il n'y avait aucune échappatoire digne de ce nom, exceptée celle-ci qu'on venait de lui tendre : il était évident que l'envoyé de la Marine ne ferait pas davantage de concessions et Daedjin, de son côté, avait participé et même construit sa propre ruine. Son frère ne voyait donc pas réellement l'intérêt de lui venir en aide... D'un air défait et déconfit, il acquiesça donc, non sans orienter son regard vers le sol, comme honteux, sous le regard incompréhensif de Garlan.

-Très bien. J'accepte d'endosser cette responsabilité. Simplement... J'aimerais que vous demandiez leur avis aux citoyens par le biais d'une consultation populaire où chacun pourrait s'exprimer. Vous dîtes agir dans leur intérêt... Vous n'avez aucune raison de refuser, n'est-ce pas ?

Une élection, un référendum : peu importait la forme que prendrait cette consultation, elle était à la fois nécessaire pour légitimer l'arrivée des marines et pour installer leur autorité durablement. De plus, elle pouvait permettre à Daedjin de rebondir et lui octroyer une chance, éventuellement, de retrouver quelques responsabilités si le peuple le décidait. Même si Alerin avait été pointé du doigt comme étant un frère médiocre par l'envahisseur, force était d'admettre qu'il ne pouvait pas pour autant balayer son aîné d'un revers de la main nonchalant, sans culpabiliser l'ombre d'un instant. Restait à voir si cette proposition soudaine allait plaire à l'Archer ou si elle allait, au contraire, contribuer à susciter son ire et à le pousser à la bestialité. Le vieil homme, de son côté, demeurait relativement fier de ce qu'il venait d'accomplir, puisqu'il était persuadé que nul, sur Kitamura Island, n'aurait pu faire mieux...


Falon.

-Allons donc. Le retour du gros serpent. Pour prendre par surprise, la vitesse, seule, ne suffit pas... Pas à notre niveau. Mais tu le sais déjà, pas vrai...

Lorsque le serpent avait bondi dans sa direction, Falon n'avait pas bougé d'un pouce... En tout cas pas dans l'immédiat. L'approche du zoan était étonnante. Même si son fruit du démon aurait dû le pousser à privilégier une offensive par les crocs ou par la constriction, il semblait, pour l'heure, vouloir miser sur une charge brutale et rude, à l'instar de ce qu'une espèce de bélier aurait pu tenter à son encontre... Malheureusement, il allait en falloir beaucoup plus pour venir à bout du plus agile des gardes de la Royauté de Kitamura Island. A l'instant à l'espèce de museau s'apprêtait à le percuter, le soldat sauta : il déplia sa jambe droite vers les cieux et s'arrangea pour présenter, sur les écailles du serpent, la plante de son pied gauche. Plutôt que de se laisser projeter bêtement, il usa de la charge de reptile intelligemment : il anticipa l'énergie cinétique déployée de la sorte et, les jambes étendues à l'opposé, l'une de l'autre, il se mit à rouler. En clair, il tâcha de laisser le corps maudit passer sous lui en glissant le long de ce dernier, en tournoyant brusquement et incessamment, à l'instar d'un moulin qui s'agiterait furieusement pour laisser les flots s'agiter à ses pieds. Cela, néanmoins, ne dura qu'un temps : lorsqu'il eut roulé de la sorte sur trois bons mètres, il prit une impulsion plus puissante sur la cuirasse écailleuse du gigantesque prédateur et se réceptionna d'une roulade habile, à quelques pas de là, avant de se redresser et de se placer à nouveau dans la même posture que précédemment, la jambe droite pliée et présentée devant lui. Ses dires mesquins furent alors soulignés d'un sourire impitoyable :

-Ton prochain assaut a tout intérêt à être plus inventif, ou il sera le dernier.

---

-C'est quoi ce bordel ?
-J'en sais rien, mais Falon y est... Si lui il peut pas gérer ça, je vois pas en quoi on pourrait lui être utiles !
-Ouais, okay, j'avoue...

Les deux gardes qui montaient la garde devant la porte du Roi s'étaient vus attribuer une mission à laquelle ils ne comptaient pas déroger : demeurer ici, quoi qu'il arrive, et se dresser sur le chemin de tout intrus qui parviendrait à atteindre cette dite porte. C'était un travail pénible et lassant, mais crucial pour permettre aux gardes les plus compétents, ceux qui avaient pris les devants, de se concentrer aussi ardemment que possible sur la traque de leurs ennemis et leur appréhension. Ces deux soldats, par ailleurs, n'avaient eu des informations que très parcellaires, jusqu'à présent. Et pour cause, aucun rapport digne de ce nom n'avait encore pu être ébauché... Seuls quelques ragots et quelques racontars avaient fini par atteindre le palais où le Roi demeurait cloîtré. Quelques gardes, bien sûr, se trouvaient également de l'autre côté de la porte : il s'agissait de veiller à la surveillance de la personne la plus importante de tout Kitamura, après tout... Cela permettait aux deux plantons d'être un peu moins sérieux et sévères qu'ils n'auraient dû l'être, en temps normal... Et de converser, entre autres. Il allait sans dire, en tout cas, qu'ils avaient confiance quant aux compétences du prénommé Falon : ils changèrent bien promptement de sujet, sans songer plus concrètement aux risques que ce dernier devait actuellement encourir afin de veiller à l'élimination des intrus.

-Je savais que j'aurais dû nettoyer ma tunique hier... Une trace de gras juste quand le Roi nous réquisitionne pour sa protection...
-Ben ouais. Vous me prenez pour un con à chaque fois que j'utilise une serviette... N'empêche que je suis impec', moi.



EDIT : PNJisation de Ghetis à sa demande.

Doros est lvl 35.
Falon est lvl 38.

Ghet > Alerin ne dit rien parce que ben.. Tu le soulèves, mais il empêche Garlan de te rentrer dedans. Et les gens implorent ta clémence (voire l'exigent, dans la mesure où ils te font comprendre qu'à leurs yeux, Alerin > toi).
Cali > En gros, c'est hyper chaud à expliquer en mode récit mais il utilise ça :
Spoiler:
 
Sauf que là il glisse sur toi et te laisse passer en dessous sans te faire mal. Tu le sens à peine, en fait. Ensuite il s'écarte et te taunt un chouïa !
Saku > Comme dit, y a deux gardes devant la porte. Personne ne va aider Falon !
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1895
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.939.252.528 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Mer 25 Juil - 23:46

White Road : Cloudland  !

Ore Wa Kurohebi Da !



Aussi orgueilleux soit-il, il existait bel et bien une situation dans laquelle l’Archer était heureux d’avoir tort. Il s’agissait de celle où il se trompait positivement sur une personne.
La réaction du peuple avait prouvé au Vairon qu’il avait sans doute jugé avec trop d’extrémisme la noblesse en place, le poussant à revoir son fonctionnement. Il fallait donc qu’il soit plus attentif à ce genre de détail. C’est la raison pour laquelle il reposa immédiatement le Kitamura, esquissant un léger sourire avant de dire d’une voix calme.

- Il semblerait que j’ai eu tort.

Il fallait savoir reconnaître ce genre de chose, ce que savait faire notre homme depuis peu. Néanmoins, il n’était pas au bout de ses surprises, Alerin acceptant avec humilité et respect la proposition du Vice-Amiral.

D’un point de vue militaire il était indéniable que l’Archer pouvait soumettre de force l’île entière, cela restait une issue envisageable, mais celle-ci n’arrangerait ni le partie de la Marine et encore moins le parti civil. L’aide que proposait Ghetis était « gratuite » et permettrait aux kitamuriens de trouver un peu plus de paix. Qui plus est, la noblesse de l’île ne pouvait nier l’avantage qu’elle gagnerait à être placer sous la coupe du Gouvernement Mondial.

De plus, Alerin démontra une habilité et une écoute du peuple remarquable en demandant uen sorte de référendum que le membre de l’amirauté ne pouvait qu’accepter. Quand bien même son entrée fut fracassante, il souhaitait avant tout l’aise du peuple. De ce fait, il ne pouvait qu’aller dans le sens de cette proposition.

- Bien évidemment, c’est ce que j’entendais faire lorsque j’ai émis l’idée de former un conseil. De ce fait je n’y vois aucune objection. Cependant, mes hommes sont déjà partis chercher votre monarque.

Croisant les bras pour réfléchir, Ghetis fini par claquer des doigts, ordonnant à son dragon de retourner au bateau, la grande masse écarlate s’exécutant promptement.

Restait une question qui intriguait quelque peu l’Archer.

- Comment vais-je prévenir tout le monde…. Oh bien sûr !

Tapotant ses mains, il laissa ainsi une arène se former sur l’ensemble du village, laissant le château hors de celle-ci. L’arène était identique à la ville actuelle et de simples petites tribunes entoureraient celle-ci. A l’intérieur, chaque habitant verrait apparaître à leurs pieds une papier sur lequel était écrit le fait qu’il y ait un référendum organisé pour permettre à l’île de Kitamura d’être placée sous la protection de la Marine, tout en mentionnant l’abolition de la monarchie pour un système plus égal. Il était également préciser que le référendum se déroulerait au niveau de la stèle.

- Je vous présente mon fruit du démon. Il me permet de créer ce que je désire dans un certain périmètre, sous quelques conditions.

Par ce geste, il montrait ainsi l’omnipotence même que sa malédiction lui offrait sur l’île et montrait la puissance du dirigeant qu’il serait. Ainsi, il haussa la voix et prit la parole.

- Habitants de Kitamura… Dans le but d’offrir à votre peuple un système plus avantageux pour tous, un référendum va avoir lieu  sous peu. Réunissez-vous, des sièges seront mis à votre disposition quand vous serez tous présents.

Intérieurement Ghetis préparait son plaidoirie, il savait qu’il devait phraser de façon assez correcte pour guider les citoyens de l’île dans son sens.
Néanmoins il ne pouvait pas alerter ses fils, déjà partis à la recherche du souverain. C’est pourquoi l’Archer attendit un instant avant de faire disparaître l’arène en glissant sa main dans sa sacoche. Comme toujours, il usait du granit marin.

Par la suite il porta son attention vers Garlan.
- Pardonnez mon côté rustre… Cependant l’heure est grave sur la Mer Blanche. Je n’ai pas souhaité en parler de façon directe, mais l’ensemble des îles est en danger. C’est également pour cette raison que je viens quérir votre attention. Je tâcherai de me montrer plus respectueux.

Il baissa légèrement la tête en signe de respect, tout simplement car il respectait autant les guerriers qu’il respectait ses propres soldats.  Il avait expulsé le Chef de la garde à cause de son manque de respect envers ses fils, mais à l’origine il ne comptait pas être aussi catégorique avec lui. Cependant il ne fallait pas être attaché à l’ancien système, les Décimas rôdaient sur la Mer Blanche et l’île de Kitamura devait donc être mise au courant de cela.

- Garlan, pouvez m’accompagner jusqu’au château que nous puissions faire venir l’ensemble de la garde et de la noblesse. Il serait préférable qu’une personne reste présente pour s’occuper du peuple, néanmoins je doute que vous souhaitez que je me dirige uniquement avec Alerin vers le château.

Si l’un des hommes acceptaient, Ghetis se dirigerait alors vers le château sans perdre davantage de temps.

DEV NERD GIRL



Kokuwo lvl 28


Dernière édition par Ghetis Archer le Jeu 26 Juil - 0:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caligula Spown
Contre-amiralContre-amiral

avatar
Messages : 441
Race : Shandia
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
68/350  (68/350)
Berrys: 4.574.509.498 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Jeu 26 Juil - 0:08



Conquête de Kitamura
L’attaque surprise de Caligula n’eut aucun effet sur son adversaire qui l’esquiva de manière plutôt atypique, quoique très efficace. Comme sa position et sa corpulence pouvait l’indiquer, Falon faisait preuve d’agilité et de souplesse et il était en ça, clairement différent à Doros qui lui ressemblait plus à une montagne de muscle humaine. Ce genre d’adversaire en général plus puissant et plus tenace, manquait cruellement d’originalité concernant l’attaque, mais ici, et comme l’avait souligné son ennemi, Caligula devrait faire preuve d’ingéniosité s’il voulait se débarrasser du garde royal.

Finissant donc son attaque encore une fois dans un mur, le shandia utilisa le temps que perdait Falon à parler pour réfléchir à son offensive. Le guerrier de Kitamura était encore une fois dans ce qui semblait être sa position de défense et il venait juste d’esquiver l’attaque de Caligula avec un timing parfait malgré le fait qu’elle soit « surprise ». Ainsi, il y avait fort à parier que ses réflexes combinés à sa position lui permettaient de réagir au quart de tour au combat rapproché. Dans ce cas, le shandia comptait bien tester Falon et voir comment ce dernier pouvait gérer un opposant à distance.

Le gros serpent vint alors changer de forme pour arborer une silhouette beaucoup plus humaine. Falon verrait alors le shandia sous une autre forme, celle avec laquelle il menait la plupart de ses batailles. Lorsque la peau du zoan se couvrait d’écaille et que ses pupilles changeaient de forme alors qu’il conservait tout de même sa bipédie, la forme utilisée n’était autre que celle du combattant, la seule lui permettant de gérer le combat à distance.

– Tu es apparemment plus fort que je ne le pensais. Donc je vais devoir te régler ton compte avec ce que j’ai. Mais dis-moi, comptes-tu me donner ton nom ou bien tu me haïs autant que le vieil homme venu à notre rencontre ?
Quelque soit sa réponse, le shandia s’en contenterait et comme d’habitude, il donnerait le sien par respect envers son opposant.

– Bien, je m’appelle Caligula Spown. Contre-amiral de la marine, fier guerrier shandia et…je suis celui qui va t’écraser Iahahaaa !  
Sans plus attendre les bras du rouquin se superposeraient sur eux-mêmes de manière à agir comme des ressorts et il les enverrait fuser son sa cible à toute vitesse de manière répétée et successive. Il allait sans dire que Falon ne finirait pas briser par une seule attaque et aussi bourrine qui plus est, donc le shandia prévit le coup et pendant que l’acrobate royal se focaliserait sur les membres du rouquin, il laissa sa jambe droite s’allonger à même le sol pour finalement attendre une esquive et s’enrouler autour des jambes de ce dernier subitement, suite à quoi il utiliserait le Kôtekkai sur sa jambe pour resserrer son étreinte.

Néanmoins Falon avait demandé à celui qui lui faisait face de faire preuve d’ingéniosité et malheureusement pour lui, le fruit du démon de Caligula lui permettait d’énormes possibilités quant à diverses attaques assez originales. Ainsi, que le shandia ait pu attraper fermement son adversaire ou pas, il recouvrit son front de haki et allongea son cou pour finalement se servir de sa tête comme d’un poing et la balancer avec son petit système du ressort en plein dans le plexus solaire du garde royal.

Il s’agissait donc non pas d’un combo feinte-attaque mais d’un combo encore plus redoutable : double feinte-attaque ! De quoi ravir son adversaire.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakuga Keigo
Pirate
avatar
Messages : 328
Race : Ange
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
81/200  (81/200)
Berrys: 8.280.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Jeu 26 Juil - 19:08

Infiltration !



Le combat semblait avoir éclaté pour Caligula, un véritable vacarme était sûrement audible dans tout le palais royal. Sakuga n’était inquiet ni pour le serpent ni pour le vice-amiral Archer, ces deux gars étaient des monstres bien loin de sa portée, pour le moment. Il fallait maintenant qu’il remplisse la mission qu’on lui avait confié, discuter avec le roi pour lui dire que son règne était désormais terminé. C’était une solution plutôt radicale mais elle se devait d’être efficace et puis le sang ne devait surtout pas couler pour que le peuple croit que les membres de la Couronne et du Gouvernement étaient des envahisseurs.

Entendant alors la conversation entre les deux gardes à l’entrée de la salle du trône, Sakuga avait alors une idée qui venait de lui traverser l’esprit aussi vite qu’une étoile filante. Il avait l’habitude qu’on le pensait vraiment terre à terre et assez direct. Il n’allait pas faire autrement, plutôt que le jouer fine, il allait rester lui même. Marchant de manière totalement nonchalante en direction des deux gardes, il ne se fit pas attendre avant de s’exclamer très fort de cette manière :

«  C’est vrai qu’il est mieux d’être propre quand on va voir quelqu’un de la royauté, désolé de l’état de mes vêtements j’ai du prendre un titanoboa express. », dit-alors le bilcan avec plein d’assurances.

Souriant à pleines dents attendant une réponse venant des gardes, Sakuga prit soin de détacher le meitou de sa ceinture. S’asseyant en tailleur devant les gardes et déposant son arme au sol, il n’avait pas réellement de temps à perdre mais c’était une carte qu’il devait jouer à fond.

« Bon j’vais pas passer par les sept mers. On m’a dépêché pour venir discuter avec votre souverain en tant que membre de l’équipage de La Couronne du Vice-Amiral Ghetis Archer. Le premier contact qu’on a eu sur cette île était certes explosif mais j’peux vous assurer que nous venons en paix, en espérant que vous soyez plus compréhensif que le vieil homme que mon capitaine a affronté. »

Le but de ces paroles étaient que les gardes le mènent directement au Roi de Kitamura Island. Il jouait sur les mots et sur la réputation de Ghetis Archer. Des personnes qui ne sortent pas de l’ordinaire seraient sûrement effrayés à cause de la réputation du Vice-Amiral et de ses grands faits d’armes….


Résumé : Sakuga se pose, assis devant les gardes pour discuter et les convaincre de le laisser aller discuter avec le roi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 158

MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   Lun 30 Juil - 10:45



Kitamura Alerin, frère du Souverain, et Garlan, Garde.

-De ce que je peux en constater, le danger qui plane sur nos îles, c'est vous, Marine.

Garlan avait répondu en aboyant à l'adresse du vice-amiral. Il ne semblait pas décontenancé par le pouvoir que celui-ci venait d'user, au contraire des quelques soldats qui, dans son dos, avaient blêmi en entendant ce verdict auquel ils n'avaient d'autres possibilités que celle d'y croire. Alors que les citoyens commençaient à échanger plus librement, comme s'ils semblaient considérer que la tension s'en était allée et que l'urgence, désormais, était de converser afin de savoir ce qu'ils allaient bien pouvoir décider quant au référendum qui allait leur être offert, Alerin se rapprocha quelque peu du garde aux poings d'acier, lequel demeurait continuellement sur le qui vive depuis qu'il avait posé son regard sur Ghetis Archer. Cette posture défensive risquait de leur nuire, en fin de compte : ils étaient parvenus à tempérer les ambitions de l'envahisseur et disposaient désormais d'une chance de s'en tirer indemnes et libres, sans faire couler de sang... Cette éventualité était à privilégier mais elle ne se réaliserait pas si les tensions continuaient à être exacerbées. Toutefois, le Kitamura n'eut pas l'occasion d'intimer à son garde le silence et la sérénité : la proposition du vice-amiral força Garlan à grommeler puis, sembla-t-il, à capituler. Effectivement, leur place n'était plus ici, parmi les citoyens... Ceux-ci avaient toutes les cartes en main pour décider de leur avenir. Il fallait désormais s'en retourner de toute urgence au château où, effectivement, les sbires du vice-amiral devaient se trouver. Le frère du Souverain songea, l'espace d'un instant, qu'ils étaient peut-être tombés dans un piège grossier : et si Ghetis Archer décidait de les éliminer en même temps que son frère et ce à l'abri des regards curieux et indiscrets ? Les membres de la garde étaient compétents et certains étaient même bien meilleurs que Doros, dont la puissance était sur le déclin depuis quelques décennies, à cause du poids des ans... Mais ledit Doros avait été balayé si aisément que le noble ne pouvait s'empêcher de craindre le pire. Enfin, ils n'avaient pas le choix, et le soldat massif ne tarda guère à le résumer avec ses propres mots, non sans darder le gouvernemental intrusif d'un regard cinglant et froid.

-Oui, je viens avec vous. Et je vous conseille de ne pas faire de gestes brusques.

Il ne se détendait pas, malgré le changement de comportement pour le moins radical de son interlocuteur. Au contraire, ce revirement de situation avait tendance à lui mettre la puce à l'oreille et à l'inquiéter, d'une certaine manière. Peut-être que Ghetis se montrait mielleux et obséquieux pour le forcer à baisser sa garde : si tel était le cas, le vice-amiral profiterait de la moindre opportunité pour le mettre à mort. Or, Garlan ne savait que trop pertinemment qu'il était, avec la défaite de Doros, l'un des plus redoutables guerriers de l'île et même potentiellement l'un des successeurs au titre de Chef de la Garde. Si lui se faisait abattre lâchement à son tour, Kitamura Island tomberait de toute manière... Sans vraiment laisser le temps aux deux soldats de se jauger davantage, Alerin décida de prendre les devants : plus la conversation entre ces deux brutes dans l'âme s'éternisait et plus elle risquait d'aboutir sur une rixe sanglante et intransigeante. Il se mit donc à marcher, forçant l'homme aux poings d'acier à le suivre sans piper mot, soudain docile, et ponctua cette marche forcée de quelques mots simples afin de recentrer la situation autour du nécessaire et de l'incontournable.

-Ne perdons pas plus de temps, si nous disposons d'un accord. Mon frère doit se trouver dans la salle du trône. Suivez-moi.


Falon.

-Falon. Membre de la Garde de Kitamura Island.

Il était assez imprudent, dans la mesure où ses assauts étaient constamment frontaux. Lorsqu'il se mit à allonger ses bras pour atteindre Falon tout en demeurant à distance, ce dernier se fendit d'un sourire railleur, quasiment provocateur, comme s'il narguait Caligula sans prononcer la moindre parole. Avec une vitesse extraordinaire, le membre de la Garde de Kitamura compensa la vigueur de coups de poings par la promptitude de sa jambe droite, qu'il déplia avec puissance pour contrer le moindre des assauts du gouvernemental. En fait, il mettait à profit la distance que le maudit avait à parcourir afin de le mettre en danger : les bras devaient avaler bien plus de mètres que la jambe du soldat qui, de son côté, se contentait donc pour l'heure de demeurer prostré dans une posture défensive. En repoussant et en déviant de la sorte les assauts qui le menaçaient, il montrait à son assaillant qu'il savait demeurer serein même sous une pluie d'assauts. L'objectif était assez simple : une prise d'ascendant psychologique. En combat, les corps n'étaient pas les seuls instruments que les deux partis comparaient : l'ardeur, le courage, l'intelligence étaient autant de facteurs qui pouvaient jouer un rôle crucial quant au déroulement d'un affrontement. Et lorsqu'un opposant parvenait à se montrer constamment plus vif que son ennemi, il pouvait prendre instinctivement les devants et apparaître sous un jour inébranlable : c'était précisément ce qu'il espérait réaliser face à cet ennemi gouvernemental. Avec un peu de chance, le contre-amiral allait se rendre compte du fait que son ennemi n'était pas du tout un amateur : il allait être impressionné par cette prouesse, allait se sentir impuissant et allait, envers et contre tout, finir par réaliser quelques erreurs, quelques bévues qui allaient le priver de la victoire et qui allaient permettre à Falon de lui coller la raclée infamante qu'il méritait.

Lorsque la jambe de Caligula s'enroula autour de son pied gauche, qu'il n'avait pas bougé d'un pouce et qu'il continuait d'utiliser comme un appui indispensable, Falon offrit à son ennemi un sourire supplémentaire, toujours plus provocant. Cette astuce était intéressante, mais elle risquait surtout de pousser le maudit à l'erreur : il risquait de croire qu'il disposait d'une longueur d'avance, et qu'il avait désormais le moyen d'atteindre le membre de la garde en le frappant aussi sèchement que possible... Et ce fut effectivement ce qui advint : lorsque le coup de boule commença à être articulé, le soldat de Kitamura comprit qu'il avait un coup à jouer pour en finir avec cet assaillant tenace... Grâce à son haki de l'observation, dont il avait fait une utilisation constante depuis le début du conflit, notamment lors de ses parades ou de l'esquive de la première attaque, il comprit avant qu'elle ait lieu que cette attaque disposait d'une faille majeure. Parce qu'il attaquait avec son front, le gouvernemental s'exposait dangereusement à une riposte en règle... Tant et si bien que Falon ne s'inquiéta pas même une seconde lorsque la tête fusa dans sa direction, manquant de le percuter d'un instant à l'autre. A contrario, il se contenta d'user de sa jambe droite qu'il déplia avec une virulence formidable dans un geste ascendant. L'objectif ? Cueillir Caligula en plein menton à l'instant même où sa tête serait à portée pour l'expédier vers le plafond et l'empêcher de réaliser son offensive dûment. S'il parvenait à ses fins, le garde du Royaume risquait de gratifier le marine d'une attaque si puissante qu'elle allait probablement le sonner momentanément : de quoi lui rappeler que s'en prendre à un Roi n'était pas chose aisée et que les îles célestes ne dérogeaient pas vraiment à cette règle élémentaire...

---

-Hey ! Qu'est-ce que vous foutez là ?!
-Il vient de le dire...

Les deux gardes échangèrent un regard incompréhensif tandis que l'intrus s'asseyait docilement et se désarmait de lui-même. Quel type d'envahisseur agissait de la sorte ? Un sourcil arqué plus tard, les deux soldats se mirent d'accord d'un simple hochement de la tête. Il voulait aller voir le Roi ? S'il était seul, après tout, il n'était peut-être pas une réelle menace... Pourtant, le fait que Falon n'ait pas réussi à l'intercepter était de bien mauvaise augure... Avait-il seulement essayé ? Les bruits des combats, les cognements sourds notamment, leur parvenaient encore et toujours. Si le conflit ne s'était pas interrompu, alors peut-être que leur collègue avait été contraint d'interrompre un autre assaillant... Ils étaient plusieurs. Oui, c'était là l'option la plus probable ! Lances en avant, les deux types s'accordèrent, donc, et se rapprochèrent quelque peu de l'inconnu en désertant momentanément leur poste. L'un des deux compères prit la décision d'informer le gouvernemental pour ne pas l'effrayer : le but, après tout, n'était pas de le pousser à la défiance...

-On va prendre votre arme et l'éloigner de vous. Et à ce moment-là, seulement, vous aurez le droit de rentrer dans la salle du trône.

Si Sakuga ne faisait rien pour empêcher les soldats, l'un d'entre eux ne tarderait guère à attraper l'épée et à l'éloigner précipitamment de son porteur originel. Dès lors, l'autre garde se glisserait dans le dos de Sakuga et déposerait la pointe de sa lance sur le dos de ce dernier, afin de lui rappeler que partout où il irait, à partir de maintenant, il serait à la merci de gardes qui, de leur côté, ne faisaient guère plus que répondre aux ordres. S'il se tenait à carreau, le blondinet pénétrerait bientôt dans la salle du trône où il découvrirait le Roi, confortablement installé sur son trône, précisément, et une cohorte d'une petite dizaine de gardes, tous dotés d'une lance similaire à celle des deux hommes postés à l'entrée de la salle. Il aurait alors l'occasion de se présenter sommairement : Daedjin serait trop décontenancé pour prendre les devants, ne s'attendant guère à une entrée de cette teneur.



Doros est lvl 35.
Falon est lvl 38.

Ghet > Garlan est toujours méfiant. Alerin prend les devants et vous emmène jusqu'au palais. Tu peux sauter ton tour si t'as rien à dire, l'arrivée au palais se fera au tour prochain (comme y a un combat au même moment, c'est pas possible de précipiter les choses ^^)
Cali > Et tadam, Falon a l'obs (ce qui explique sa facilité à contrer tes attaques depuis le début du combat, puisqu'il les anticipe facilement). Du coup, il comprend l'objectif de ton coup de boule et décide de t'intercepter en essayant de te frapper en plein menton, au dernier moment !
Saku > Si tu acceptes de te faire désarmer pour de bon, tu peux entrer dans ton poste et dire ce que tu veux à Daedjin !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Conquête] Répondre à la guerre. [PV La Couronne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Guerre coloniale] Conquête du Sahara Occidental par les armées espagnols. [VICTOIRE ESPAGNOLE]
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Les Îles Célestes :: Kitamura Island-