Partagez | 
 

 Ozkan Archer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ozkan Archer
Lieutenant
avatar
Messages : 35
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
90/100  (90/100)
Berrys: 14.150.000 B

MessageSujet: Ozkan Archer   Dim 27 Mai - 17:16


Ozkan Archer



  • Nom : Archer
  • Prénom : Ozkan
  • Surnom : Le troubadour
  • Âge : 22 ans
  • Sexe : Homme
  • Race : Humain
  • Lieu de naissance : St-Poplar/Grand Line
  • Camp : Gouvernement Mondial
  • Métier : Ex-Chasseur de Prime/Marine
  • FDD / Arme : Arc et flèches/Flèche Zoan (FDD du colibri – Modèle Émeraude Orvert
  • Rang : Lieutenant
  • Buts / Rêves : Obtenir des montagnes d’or, partager la compagnie des plus jolies femmes, détenir les plus grands honneurs et être couvert de gloire. Et la vie éternelle pour profiter de tout ça le plus longtemps possible.



Description Physique

L’apparence physique de Ozkan demeure peu impressionnante, mais néanmoins mémorable. Si ce n’est pas l’individu qui attire la majorité des regards, ceux et celles ayant posé leurs globes oculaires sur cette personne peuvent aisément le décrire. Le troubadour ne se distingue aucunement par sa taille : mesurant à peine un mètre soixante, il est légèrement plus petit que la moyenne. Malgré plusieurs années d’entrainement, Ozkan demeure maigrichon sans posséder une musculature impressionnante. Qu’est-ce qui rend ce jeune homme mémorable dans ce cas ? Il s’agit peut-être de cette confiance qu’il possède en ses propres capacités, créant une aura de dignité exultant de chaque pores de sa peau ? Ou bien peut-être le luth qu’il transporte, quelquefois joué par son propriétaire ? Quelques précisions s’imposent.

Le visage de ce marine demeure dégagé, ce qui permet d’observer les traits fins le composant. Ses cheveux pourpres sont généralement soulevés par un bandeau blanc, afin de ne pas bloquer la vue de l’ancien Chasseur de Prime. Ne possédant aucune pilosité faciale, ses sourcils semblent n’être qu’une ligne très fine. Arborant généralement un large sourire, ce dernier ne semble pas refléter l’état d’esprit de son propriétaire. Que ce soit de la colère, de la joie, de la peine ou de l’extase, ce sourire ne change pas d’un centimètre. Plusieurs peuvent penser que le troubadour est d’un naturel railleur, mais il ne s’agit pas de la vérité. Cependant, l’élément le plus marquant de ce visage demeure son regard. Avec des yeux perçants couleur cyan, rien ne semble échapper à sa vision. Avec une vision aussi aiguisée, certains racontent qu’il lui serait possible de lire les pensées croisant son regard. Lorsqu’on lui pose la question, Ozkan répond simplement qu’il est incapable d’interpréter les différents courants électriques qu’il peut observer derrière les yeux vitreux d’une personne. On ne sait pas s’il s’agit d’une blague ou si le marine est sérieux…

Son accoutrement demeure l’élément le distinguant aisément dans une foule. De nos jours, ses habits sont très similaires à celui qu’il portait lorsqu’il chassait pirates et hors-la-loi possédant une prime. Une bonne paire de bottes brune à ses pieds, une paire de pantalons blancs en tissus et un chandail violacé sont les éléments les plus basiques qu’il arbore. Cependant, il lui arrive souvent de porter un manteau vert forêt. Contrairement à plusieurs de ses collègues de la Marine, Ozkan ne porte que très rarement son uniforme. Ce n’est que par obligation qu’il revêtira, à contrecœur, des tels vêtements. Peu importe le vêtement, il y a quelques éléments qui demeurent perpétuellement présents. Afin de simplifier son identification, l’ex-Chasseur de Prime porte en tout temps un long foulard bleu violet sur lequel se trouve discrètement l’effigie officielle de la Marine. En bandoulière sur son épaule, le jeune homme porte toujours un arc et un carquois rempli de flèche. On retrouve également des bandages dissimulant ses avant-bras.

La description ce marine ne serait pas complet sans parler du compagnon l’accompagnant. Se posant sur l’épaule de son maître, lorsqu’il ne se délecte pas du nectar des fleurs avoisinantes, cet oiseau répond au nom de Melody. Très petit, il possède un plumage vert émeraude très voyant. De la famille des colibris, le bec de couleur titane de ce petit oiseau est bien étrange. Beaucoup plus long que ses congénères, Melody possède également deux "bosses" triangulaires en haut et en bas de son bec. Un individu attentif pourrait voir la similarité entre ce bec et la pointe d’une flèche. Il n’est pas rare de voir Melody souffler de l’air dans l’oreille de son compagnon, que ce soit pour obtenir son attention, pour le distraire lorsqu’il tente de courtiser la gent féminine ou par simple envie.


Description Mental

Avec son éternel sourire, Ozkan se présente comme un éternel optimiste qui semble profiter allègrement de tous les plaisirs que la vie lui réserve. Il faut carrément admettre que cette manie de rechercher son amusement quotidien est presque une obsession pour le marine. Cette soi-disant névrose ne semble pas l’atteindre et fait de son mieux pour tenter de satisfaire ce besoin insatiable. À moins d’être surveillé et encadré, il est bien le premier à laisser tomber une mission en échange d’une fête inoubliable ! Cependant, une récompense similaire peut le motiver et faire ressortir le meilleur de lui-même. C’est d’ailleurs un trait qu’il n’a jamais tenté de cacher : autant être honnête sur ses forces et faiblesses après tout.

Dire qu’Ozkan Archer est ambitieux n’est pas très loin de la vérité. Après tout, le style de vie qu’il convoite demeure onéreux et très compliqué à maintenir. Il n’y a jamais assez de berrys dans son compte en banque et il n’y a jamais assez de journées dans une semaine pour faire la fête. Bien qu’une partie de lui considère que les délices de la vie se doivent de lui être offerts sur un plateau d’argent, la réalité est bien souvent décevante. C’est pour cette raison qu’il n’hésite pas à donner son 110% (à condition de ne pas être distrait ou simplement soudoyer convenablement pour qu’il demeure inactif) lors de son travail ! Il conserve cependant quelques mauvais traits liés à son ancienne profession de Chasseur de Prime, qui était beaucoup plus conciliant sur la quantité de pots-de-vin acceptable (c’est-à-dire plus que zéro). Cependant, contrairement à son ancienne vie, dépendante à l’apparition de haut primé, le salaire de la Marine demeure beaucoup plus stable. De son point de vue, le salaire mensuel est un flot constant de pots-de-vin qui permet au Gouvernement Mondial d’acheter les meilleurs efforts qu’il peut fournir. C’est grâce à cette mentalité qu’il a réussi à tranquillement monter en grade dans cette organisation.

L’ex-Chasseur de Prime possède une immense confiance en ses propres talents. Que ce soit au luth ou bien à l’arc, il se considère sans égal dans tout Grand Line. C’est avec ses deux outils à cordes qu’il a su se créer une réputation comme acteur indépendant avant de rejoindre un groupe bien plus vaste. Avec son regard aiguisé, il est capable de déceler un grand nombre de détails qui auraient échappé à l’observateur inexpérimenté. Plusieurs pensent, à tort, que son style de vie mène à la paresse et l’empêche donc d’accéder à son plein potentiel. Pourtant, prouver qu’on est le meilleur est l’une des plus grandes satisfactions que le Marine possède. Le privilège de se pavaner avec un tel titre nécessité cependant de l’entrainement et le maintien de ses capacités. Malgré une façade très décontractée, rien n’est plus sérieux que de protéger ses accomplissements ainsi que sa vie. Après tout, on ne peut plus profiter de la vie si l’on mange les pissenlits par la racine.

Orateur et conteur hors pair, le titre de troubadour n’est pas qu’une simple parure. Armé d’une lutte et d’une langue d’argent, il est un beau parleur qui n’hésite pas à se servir de ses talents. À la moindre occasion, il tentera de devenir le centre des conversations, peu importe qui s’adresse à lui. Ce qui peut être avantageux entre amis peut rapidement devenir énervant pendant les heures de travail. S’il est le premier à casser la glace lors des premières rencontres, plusieurs préfèreraient le refroidir par la suite. La gent féminine est également exposée à un excès de galanterie et quelques mots doux en sa présence. Sans nécessairement rechercher l’âme sœur, il demeure néanmoins toujours courtois envers ses nobles dames. En ce qui concerne les hommes, ils sont souvent accueillis par une sympathie hors du commun et invités à partager quelques histoires en sa compagnie. Formé des amitiés est un jeu d’enfant, les faire perdurer est un art que peu maitrise aussi bien que le troubadour de Saint-Poplar.

Malgré une attitude désinvolte envers la politique et tout ce qui a trait au militaire, Ozkan demeure un stratège compétent. Une fois sur le terrain, il peut aisément observer ses adversaires et réfléchir à une contre-attaque. Bien que ses plans soient souvent peu orthodoxes, ses stratégies demeurent néanmoins efficaces. L’impact de ses stratèges dépend entièrement de l’effet de surprise causé à ces adversaires. Chose qui peut, selon lui, facilement se produire si une flèche atteint la tête du chef adverse pendant ces attaques-surprises. Sans être craintif sur le champ de bataille, l’archer sait pertinemment que la distance demeure son meilleur allié. S’il doit être au cœur de la bataille, il est néanmoins capable de tirer un nombre incroyable de flèche en très peu de temps.


Histoire

L’histoire qui est la mienne ne commence évidemment pas avec ma naissance. C’est un fait qui peut en surprendre plus d’un, mais il est important de savoir qui est ma famille pour comprendre qui je suis réellement. Certains individus peuvent croire qu’ils sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui uniquement par leurs efforts et par leurs choix. Pourtant, peu réfléchissent aux décisions faites par leurs parents ni à l’influence que ses derniers possèdent sur leur développement. C’est une erreur que je vais sagement éviter. S’il y a une chose dans ma vie qui a su me former, c’est bel et bien mes racines. Je suis l’un des héritiers de la famille Archer, famille qui possède aujourd’hui une place sous les projecteurs grâce aux actions de Ghetis Archer. À l’exception de photo, je ne l’ai jamais rencontré personnellement. Et pourtant, il s’agit de l’un de mes cousins ! Mais je m’égare légèrement de mon récit… Mon père, Kanki Archer, était ce que l’on peut gentiment décrire comme un Chasseur de Prime ayant connu très peu de succès. Le Nouveau Monde est un endroit très cruel pour les individus pratiquant cette profession. Seuls les pirates les plus forts peuvent y survivre, que ce soit avec ou sans l’aide des Yonkous. Par conséquent, les Chasseurs de Prime parcourant ses mers sont également d’un calibre très élevé. La famille Archer se spécialise dans la traque des plus dangereux criminels. Il s’agit d’un travail difficile qui laisse très peu de place à l’incompétence et aux échecs. Tristement, Kanki Archer n’as jamais été le plus doué des Chasseurs de Prime. Vivant échec après échec, alors que son frère a été recouvert de succès, mon père a décidé de quitter l’île familiale afin de trouver une nouvelle vocation. Personnellement, je n’ai jamais considéré mon père comme un raté. Face aux adversaires les plus forts de ce monde, il a réussi à survivre tout en conservant ses bras et ses jambes. Je pense cependant qu’il était trop prudent, ce qui peut expliquer pourquoi ses cibles ont souvent évité la capture.

Mon père a donc fait le choix de partir de cette île pour s’établir quelque part sur Grand Line. Je ne lui ai jamais demandé ni comment ni pourquoi Saint-Poplar a été son choix. Est-ce lié au simple hasard ? Peut-être que les rumeurs d’une île d’artiste ont atteint les oreilles d’un ex-Chasseur de Prime cherchant une nouvelle vocation ? Ce n’est pas bien important au final… La motivation derrière un geste n’est rien lorsqu'il est comparé à ce qui a été accompli. C’est à Saint-Poplar qu’il a décidé de planter ses racines afin de fonder une famille. Pour tous les talents que ses paires lui ont reproché de ne pas posséder, Kanki a toujours possédé des aptitudes artistiques insoupçonnées et un charisme surprenant. Pas autant que le mien, bien entendu ! Ha ha ha ! Mais c’est ainsi qu’il a su devenir un marchand de sculptures relativement bien connu sur l’île. C’est également sur cette île qu’il a fait la rencontre de la femme de sa vie. Officiant comme Marine sur l’île, ma mère a toujours possédé une personnalité très forte. Si mes souvenirs sont bons, mes parents se sont rencontrés dans une taverne locale. On peut penser que cette relation a commencé avec une soirée trop arrosée, mais ce n’est pas le cas. Mais d’une simple rencontre est née une amitié qui a su fleurir par la suite. Je ne vais pas importuner avec plus de détails, mais c’est ainsi que la branche de la famille Archer fut créée dans cet endroit si loin du Nouveau Monde.

Cette famille a été officiellement concrétisée quelques années plus tard lorsque sont nés deux jumeaux. Le premier, avec des cheveux noirs et des yeux rougeâtres, est aujourd’hui connu sous le nom de Yashin. Le second, qui a toujours été mon préféré et qui est toujours le plus beau aujourd’hui, possède le magnifique nom d’Ozkan. Nous sommes peut-être jumeaux, mais nous avons toujours été très différents. Si mon frère Yashin avait obtenu certains traits physiques typiques de la famille Archer, de mon côté je ressemblais réellement à une version plus jeune de mon père. Si mon frère se considère comme l’ainé, moi je n’ai jamais vu de différence entre nous à ce niveau. J’ai toujours été quelqu’un de très calme, parfois un peu trop même, alors que Yashin est un peu plus terre à terre. Nos personnalités ont toujours divergé, mais ce n’est pas une mauvaise chose. Nos motivations sont très largement différentes, mais nos rêves sont similaires. Malgré nos divergences, je pense pouvoir dire que nous avons toujours été très proches. Bien avant notre naissance, notre père a toujours envisagé de nous éduquer comme de bons Chasseurs de Prime, tel que le dicte la coutume de notre famille. Avec son travail au sein de la Marine, notre mère a toujours prôner une certaine fermeté dans notre éducation et son but a été de nous discipliner dès notre plus jeune âge.

Notre éducation, et par conséquent les séances d’entrainement, a rapidement débuté. Je me souviens encore que les premières semaines d’entrainement furent très éprouvantes. Ce n’est pas du tout un camp de jour ! Et malgré mon jeune âge, les attentes de nos parents furent très claires : l’entrainement se termine lorsqu’il est complété ou lorsque je tombe inconscient ! Au final, il s’agit d’un régime de vie plutôt strict. Mes premières impressions sur ce mode de vie étaient très défavorables. Mais, lorsque je me suis adapté à de tels changements, j’ai simplement accepté son intégration dans mon train-train quotidien. Le bon terme a employé est peut-être le mot résignation, mais les avantages surplombaient les inconvénients. Pour remédier à un certain manque de motivation de ma part, ma mère m’avait fait la promesse de m’offrir quelques cadeaux et récompenses lorsque j’obtenais des résultats satisfaisants. Quand on y pense, c’est de cette façon que fonctionne le système de Chasseur de Prime. Pour un travail bien accompli, obtenir une récompense pour ses efforts est évident. Nos parents n’ont jamais été avares en ce qui concerne les félicitations. Je me souviens également des histoires que notre père nous a contées, nous inculquant ses connaissances et son savoir par la même occasion. Ce n’est pas pour nous vanter, mais nous avons tous les deux possédé un grand potentiel. Et notre style de vie a rapidement démontré ce qui fait de nous des individus d’exception. Je ne suis peut-être pas objectif, alors que je repense à mon passé, mais on nous a toujours dit que nous étions différents. Après quelques années, le mélange entre compliments et résultats a fait leur chemin dans ma psyché. Et ce n’est pas tout ! Après plusieurs tests, mes parents ont découvert que ma vision était bien différente à la norme. Mes yeux sont, en effet, beaucoup plus performants que la moyenne. En conjoncture avec mon affinité avec un arc, mon entrainement s’est adapté pour se concentrer sur cet aspect. C’est la voie qui m’est tracée, alors je l’ai suivi sans me poser trop de questions.

Saint-Poplar est également une île tout à fait merveilleuse, spécialement pour ceux et celles appréciant l’art. Tristement, j’ai toujours su que mon destin n’est pas dans le domaine de l’art. Si j’aime bien admirer les œuvres d’art et que mes capacités artistiques sont légèrement supérieures à la moyenne, elles sont néanmoins inférieures aux grands noms qui résident à Saint-Poplar. Pour moi, ce n’est qu’un loisir auquel je m’adonne à temps perdu. Je suis simplement incapable de rivaliser avec ceux et celles qui passent jours et nuits à embellir la ville. Que ce soit les peintures murales gigantesques, les sculptures de la place publique ou même l’architecture de la ville, l’île entière est la manifestation de l’art ! Comment rester indifférent devant un Metzinger ? Même si on n’apprécie pas nécessairement le cubisme, c’est super impressionnant ! Mais mon éducation et les valeurs que l’on m’a inculquées m’empêchent simplement d’accéder à ce genre de vie. Dans une autre vie, peut-être que mon nom est connu comme celui d’un grand artiste… Mais je suis un Chasseur de Prime de la famille Archer ! Tant que je possède tous mes membres, mon but dans la vie demeure le même. Tous mes talents sont orientés pour mon métier. Je ne peux simplement pas imaginer une vie différente. J’ai tout de même appris les bases du travail de sculpteur en regardant mon père travailler, mais je n’ai jamais reçu de formation officielle. On peut dire que cette période a été la plus agréable de toute ma jeunesse. Un toit sur nos têtes, un ventre bien rempli et une famille qui nous aime…

Une belle image, n’est-ce pas ? Laissez-moi vous raconter vers quel moment tout s’est gâché…

C’est vers l’âge de sept ans que tout a changé. Pendant une mission à l’extérieur de l’île, notre mère a été capturée et sommairement exécutée par la suite. Il y a eu un délégué de la Marine qui nous a annoncé la nouvelle, promettant de mettre ses meilleurs hommes sur cette affaire et que justice sera faite. Des mots bien vides au final… Notre famille ne s’est jamais réellement remise de cet évènement. Je n’ai jamais été entièrement en contrôle de mes émotions. Certaines personnes pensent que de posséder un côté émotif peut être négatif, mais je pense qu’il s’agit d’une partie de ma personnalité que je préfère conserver. Par contre, il faut se remettre dans le contexte. À cette époque, j’étais incapable de me contrôler et cette tristesse avait pris le contrôle pendant plusieurs mois. Aveuglé par ma tristesse, je n’ai compris que bien plus tard que la situation s’était envenimée. Tristesse et alcool ne font rarement bon ménage après tout. Je peux comprendre la douleur qui a rongé mon père, mais son choix m’a brisé le cœur. Plus jamais il n’a tenté de nous entrainer, comme si notre futur lui importait peu, et nos contacts sont devenus de plus en plus distants. Dans la résidence familiale, l’ambiance était aussi tendue qu’elle était malsaine. C’est dès ce moment que j’ai commencé à quitter de plus en plus la maison, cherchant un moyen de retrouver ce bonheur passé. C’est à cette époque que j’ai commencé à combler ce vide qui est en moi. Simplement un moyen de m’amuser et pour oublier que plus rien n’est comme avant. De toute façon, ce n’est pas comme si mes disparitions ont dérangé mon père. Je pense qu’il se moquait bien de ce que je pouvais faire… La seule raison pour laquelle je n’ai pas immédiatement quitté la maison, c’était pour aider mon frère du mieux que je le peux.

Les colères de notre père ne m’ont jamais affecté directement. Je me suis souvent demandé pourquoi, mais je pense que la réponse est finalement très simple. On m’a toujours dit que mon apparence est très similaire à celle de mon père lorsqu’il était plus jeune. Je ne possède peut-être pas le physique typique de la famille Archer, mais on peut facilement m’associer à mon géniteur grâce à mon apparence. Je possède un visage avec des traits fins, une chevelure hors du commun et des yeux qui sont reconnaissables entre mille. À ces yeux, je représente son passé. Un peu comme un reflet de sa jeunesse perdue. Il n’a jamais osé lever la main contre moi, mais Yashin n’a pas eu cette chance. Cependant, je pense que le sort qu’il m’a réservé n’est pas très agréable. Pour une personne comme moi, le manque d’interaction humaine est une torture. Alors, quoi de mieux que d’imposer le silence dans une maison ? Incapable de parler à mon propre frère et renié par mon père, j’avais l’impression d’être devenu un fantôme. Si Yashin subissait son courroux, moi j’étais simplement effacé de sa mémoire. Son objectif était de me faire quitter la maison une bonne fois pour toutes. Parfois il s’agissait de menaces pour me faire peur tandis que d’autres fois il s’agissait d’action très réelle. Je me souviens particulièrement de la fois où il avait réussi, avec un ami dans le QG de la Marine sur l’île, à m’enfermer dans une cellule pendant au moins une semaine. L’endroit était humide et il n’y avait presque aucune source de lumière. Les autres prisonniers, en majorité des pirates, ne cessaient pas de crier en tout temps. Avec à peine un repas par jour, un peu d’eau et de pain sec, j’avais bien l’impression que j’allais en mourir. Après un mois d’un tel traitement, peut-être que ce serait le cas. Heureusement, ce ne fut que sept jours. Lorsqu’il revint me chercher, c’était en disant que c’était pour mon bien… Que c’était pour m’entrainer ! Il n’avait plus rien appris de lui pendant près d’un an ! Et Yashin avait dégusté pendant ma semaine d’absence… Je pense d’ailleurs qu’il n’a jamais vraiment été le même après cette semaine. Je pense que l’on peut dire la même chose à mon sujet.

Mais la seule chose qu’il nous restait à faire, c’était de devenir plus fort. Nous entrainer sans relâche pour pouvoir quitter cet endroit pour de bon. Au final, nous ne pouvions faire confiance en personne. Je n’accusais pas Yashin de mes problèmes, tout comme il ne me blâmait pas pour les siens… Mais nous étions tous les deux conscients que, malgré notre entraide, nous devions tous les deux devenir nos propres maîtres. On ne pouvait pas toujours compter l’un sur l’autre, alors nos efforts étaient consacrés à nous fortifier. Je ne savais pas vraiment à qui faire confiance à cette époque. Tout me semblait si faux, alors que notre père s’était retourné contre nous… Mais je savais qu’il y avait au moins une personne qui ne cherchait pas ma perte : un frère en qui j’avais un minimum de confiance. Et à cette époque, c’était plus que je ne pouvais l’espérer. Lorsque les temps étaient durs, tous les moyens étaient bons pour obtenir de quoi manger. Alors que nous étions tous les deux à la rue, j’ai fait une trouvaille qui a changé notre vie. Dans les déchets d’un artisan, j’ai trouvé un instrument de musique bien amoché. Il s’agissait d’un luth au manche cassé auquel manquaient une ou deux cordes. J’ai fait de mon mieux pour le remettre en état. C’est à ce moment que fut créé notre premier véritable moyen d’assurer notre survie. Alors que je jouais de cet instrument, obtenant par la même occasion quelques pièces, Yashin en profitait pour vider les bourses des passants distraits. Bien sûr, on n’était pas des idiots. Pas question de voler un Marine ni de voler à chaque prestation. On s’assurait de couvrir nos arrières avant tout ! Parfois, lorsque l’argent se faisait rare, nous étions obligés de nous résoudre à des actions plus directes. Mais de toutes ces années, nous n’avons jamais été attrapés pour un de ces méfaits.

Ce furent de très longues années d’ailleurs. Mais plus le temps passait, plus nos capacités s’amélioraient. Notre désir pour nous sortir de cette vie de misère était plus fort que tout. Alors que nous avions environ treize ans, nous avons commencé à chasser. Nos premiers contrats étaient des primes bien maigres, à peine assez pour nous nourrir pour une journée. Yashin et moi n’allions pas faire la fine bouche, mais rapidement l’argent que nous gagnions n’était plus suffisant. C’est à ce moment que nous avons décidé de faire des chasses chacun de notre côté, partageant néanmoins nos ressources. Un contrat particulièrement juteux pouvait temporairement nous rassembler, mais généralement c’était bien plus rentable de chasser deux primés qu’un seul ! Si l’un de nous devait se reposer, causé par une blessure ou par surmenage, l’autre redoublait d’efforts pendant la période de rétablissement. Et encore, même une période de repos n’était pas relaxante. Je continuais d’affuter mes talents musicaux pour attirer de plus grandes foules, pour obtenir plus de berrys ! J’étais friand de ces prestations, appréciant obtenir l’attention de ces gentes dames et de ces gentilshommes. Il m’arrivait parfois d’offrir mes talents musicaux dans les tavernes et auberges. Travaillant vaillamment, il n’y avait jamais de réel repos pour nous. Mais pour la première fois depuis des années, j’avais l’impression de voir une échappatoire. C’était notre ticket pour une vie meilleure ! Terminé les jours de privation ! Terminé la crainte de ne plus avoir un toit sur nos têtes ! Terminé de vivre nos vies comme des ermites !

Et terminé de vivre une vie avec les menaces de notre père par-dessus nos têtes !

C’est vers l’âge de seize ans que l’on avait assez d’argent pour partir à notre compte. Après un énième conflit, c’était simplement la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Si ce n’était pas du fait que nous étions deux à lui faire têtes, qui sait s’il n’aurait pas tenté d’arrêter celui qui tentait de trouver sa liberté ? Avant de partir, je pense que nous nous sommes tous les deux vidé le cœur. Plusieurs insultes, et plusieurs constats furent dits. Peut-être que nos paroles avaient fini par l’atteindre, alors qu’il se retrouvait véritablement seul. Dans tous les cas, ce n’était pas l’un de nous qui allait vérifier son état. Le premier fardeau avait été levé de nos épaules, ce qui nous fit réellement sourire pour la première fois depuis bien des années. Je m’étais permis d’acheter une bouteille d’alcool pour l’occasion. Question de célébrer un nouveau départ ! Oh, c’était un alcool horrible, vinaigré et la bouteille la moins chère que j’avais dégottée… Mais c’était parfait pour cette soirée. Je souriais vraiment, pour la première fois depuis des lustres. La qualité de nos vies respectives s’améliorait grandement. Nos noms devenaient même connus par certaines personnes, ce qui était agréable. Nous avions franchi une étape cruciale : plutôt que de simplement survivre, nous pouvions envisager de vivre !

C’est après mon départ du nid familial que j’ai entrevu le mode de vie que je désirais. Lors d’une mission dans laquelle je devais traquer une cible et récupérer certains papiers, je devais m’infiltrer dans l’une de ces fêtes mondaines. Prenant la place de l’un des serveurs, j’observais ce mode de vie qui me semblait autrefois inconcevable. Une quantité incroyable de mets, tous aussi distingués les uns que les autres, étaient véhiculés dans la salle. Alors que je transportais les plateaux, me fondant dans le décor, j’entendais des choses qui me firent frémir. Ces gens étaient la crème de la crème de Saint-Poplar. Ils discutaient de la valeur faramineuse des œuvres d’arts qu’ils possédaient, de la richesse qui circulait sur les plateaux lors de cette soirée ainsi que du prix de leurs vêtements. Pour plusieurs, ces conversations semblaient superficielles. Et c’était probablement bien vrai, mais… C’était un idéal à atteindre. Je m’imaginais bien parmi eux, profitant de ce que la vie pouvait offrir de mieux. Je ne pouvais m’empêcher de regarder les jolies demoiselles dans la pièce. Alors que je leur offrais parfois un clin d’œil discret, ceux-ci provoquaient quelques moments d’hilarité. J’étais ici, entouré d’individus qui semblaient vivre dans un monde complètement différent. Une personne de mon rang ne pouvait être réellement remarquée. Cette mission s’est déroulée comme prévu, mais ma tête était remplie d’image que je conservais dans mon cœur. Un jour, ce serait moi qui participerais à ces soirées ! Que ce soit en devenant un Chasseur de Prime richissime ou revêtant toutes les honneurs, je rêvais maintenant devenir quelqu’un d’important. Célébrité, richesse, gloire… Tous les moyens étaient bons pour arriver à ce statut.

Quelques années passèrent alors que Yashin et moi persévérions dans notre travail. On pouvait même dire que l’on prospérait ! De mon côté, j’avais tout mis en œuvre pour que notre nom soit reconnu sur notre île. On pouvait dire que j’étais responsable de la promotion de nos services. Je visitais de nombreux établissements quotidiennement pour vanter nos talents à ceux et celles qui s’y intéressaient. J’étais plutôt du genre à rester du côté officiel de notre métier alors que Yashin acceptait des contrats qui l’étaient un peu moins. Dans tous les cas, j’attirais les contrats de notre côté, alors je considérais que mes efforts portaient leurs fruits. Mes liens avec certains officiers de la Marine étaient très forts, ce qui nous donnait aussi accès à des contrats en primeurs. Dans notre métier, c’était un avantage indéniable. Même s’il s’agissait uniquement de connaitre notre cible quelques heures avant son dévoilement au public, de bons chasseurs pouvaient aisément tirer profit de telles informations. De mon côté, j’étais un peu plus fourbe que la moyenne. Bien que mes talents de Chasseur de Prime ne fussent pas remis en question, j’étais beaucoup plus connu comme receleur d’information lorsque j’étais sur l’île. Ceux qui manipulent les réseaux d’informations ont toujours obtenu des profits immenses. Peu importe ce qui se produisait, je trouvais toujours un moyen de rentabiliser ce que j’entendais. Yashin était le premier à entendre mes pistes, lorsque je ne décidais pas de prendre le contrat moi-même. Mais nous n’étions que deux chasseurs… Parfois, il y avait simplement trop de primés ! Dans de telles situations, quoi de mieux que de vendre ce que je savais ? Lorsqu’un contrat n’était pas assez appétissant ou trop risquer, je n’avais aucune difficulté à délier ma langue. Parfois, j’acceptais même de faire taire une information pour le bon prix… Que l’argent provienne d’un officier de la Marine, d’un pirate ou d’un hors-la-loi, une pièce d’or possédait toujours la même couleur. J’avais développé une clientèle loyale, ce qui me permettait parfois de bien profiter de la vie. Yashin n’appréciait probablement pas vraiment mon nouveau goût pour tout ce qui était luxueux. Il me gardait toujours sur la bonne voie, m’évitant de faire des dépenses beaucoup trop onéreuses pour notre style de vie. Il est vrai que j’étais parfois irresponsable, mais qui n’avait pas un ou deux vices cachés ? Tant que j’apportais de l’argent sur la table, je ne me sentais pas coupable de mes actions. C’était mes dépenses après tout !

L’année 1502 fut une année bien remplie pour nous. Nous avions environ 19 ans lorsqu’une étrange nouvelle était tombée. La seule, et dernière, fois que l’on avait des nouvelles de notre père. Après notre départ, il semblerait que notre paternel s’était ressaisi en quelque sorte. Il avait quitté l’île pour traquer ceux qui avaient tué notre mère, probablement pour enfin mettre cette histoire en terre. Ainsi que les corps des criminels, très probablement. Bien sûr, il n’avait pas osé se présenter en personne. Il nous avait envoyé une lettre qui contenait deux choses. Le premier était un message disant qu’il quittait l’île pour un long moment et qu’il nous léguait son bien le plus précieux : une carte menant à un fruit du démon. Ce fruit avait été caché de la vue des curieux et protégé par la volonté de nos ancêtres. Nous n’étions pas inconnus avec la légende des fruits du démon. Mon frère avait déjà combattu l’un d’entre eux et j’avais eu l’occasion de rencontrer un bon nombre durant ma courte existence. Malgré tout, l’existence de cette carte était simplement incroyable. Ni moi ni Yashin ne comprenions pourquoi notre père n’avait pas pris ce fruit ni comment il n’avait obtenu cette carte. Cependant, une fois le choc initial passé, il n’y avait pas la moindre hésitation entre nous. Après la réception de la lettre, notre départ était imminent. Après tout, malgré la malédiction, une telle puissance pourrait se révéler cruciale. Assez pour accomplir tous nos rêves et pour vivre une vie loin de la pauvreté que l’on avait vécue. Yashin convoitait le fruit autant que moi, ce qui était très normal. Qui ne tenterait pas le coup pour tenter d’obtenir un tel fruit ? Malgré tout, nous étions tous les deux d’accords sur deux choses. La première était que cette tâche était difficile : ensemble, nous avions plus de chance de réussir et ainsi de nous emparer de notre héritage. La seconde était que le fruit serait consommé uniquement lorsqu’on aurait déterminé lequel d’entre nous le méritait le plus. Au moment du départ, nous avions tous les deux la chance de l’obtenir. Pour nous départager, nous avions tous les deux eu la même idée. Puisqu’il s’agissait d’un héritage de la famille Archer, le meilleur Chasseur de Prime mériterait l’honneur de consommer le fruit. Alors, quoi de mieux pour nous départager que de comptabiliser le total des primes obtenues ?

Notre voyage nous avait conduits sur une île presque déserte. À l’exception de la végétation, je ne voyais aucun humain à l’horizon. Yashin et moi savions pertinemment que l’île était dangereuse, alors nous restions aux aguets. Dès le premier pas sur le sol, quelque chose semblait clocher. Je pouvais déjà sentir le regard des créatures qui nous épiaient. La faune était anormalement agressive et nous étions souvent attaqués lors de notre trajet. Le seul avantage était que l’on ne manquait pas de nourriture pendant le voyage. L’endroit n’était pas très hospitalier : si une personne arrivait ici par hasard, la première réaction serait de quitter les lieux. Malgré tout, c’était étrangement paisible. Le soir, je glissais mes doigts sur les cordes de mon luth alors que nous étions autour du feu. Malgré les commentaires de mon frère, prédisant l’arrivée de bêtes attirer par ma musique, aucune bête n’avait eu l’audace de s’en prendre à nous lors de mes séances nocturnes. Après plusieurs jours de marche, nous avons atteint l’endroit indiqué par la carte. C’est dans une clairière qu’était dissimulée une entrée secrète. Avec notre carte, nous sommes parvenus à la trouver sans grande peine. Cependant, alors que le passage s’ouvrait, je ne pouvais m’empêcher de recouvrir mon nez. L’odeur était immonde ! Malgré cet inconvénient, Yashin et moi avons tous deux continué notre chemin dans ce qui ressemblait à un temple oublié. Nous tombions parfois tombés sur les ossements de quelques malheureux nous ayant précédés, ce qui nous obligeait à redoubler de prudence.

Les pièges de cet endroit étaient tantôt vulgaires, tantôt élaborés. Certains pièges cachaient d’autres pièges encore plus meurtriers ! Mais avec le temps, certains d’entre eux étaient également tombés en désuétude. Rien n’échappait à ma vision et tous les pièges furent évités sans problème ! Enfin, ça, c’est ce que la version officielle racontera… Ce serait honteux de raconter que notre survie n’avait parfois tenu qu’à un fil ! Une fléchette évitée à la dernière seconde, un nuage de suie qui avait remplacé le jet de flamme d’antan, un effondrement révélant les pièges de la pièce précédente… Une épopée dans laquelle chance et efforts s’étaient mélangés pour se transformer en succès. Certaines créatures semblaient avoir élu domicile dans certaines pièces, ce qui créa plusieurs confrontations également. Coopérer avec son frère n’était pas quelque chose de très difficile, particulier lorsque l’on savait ce que l’autre s’apprêtait à faire. Encore une fois, cette version est celle que je raconterais une fois de retour à Saint-Poplar. Notre travail d’équipe était parfois mis à rude épreuve et nos vêtements témoignaient des difficultés de notre traversée. Malgré tout, le plus grand défi demeurait celui trouvé dans la dernière pièce. Au centre de celle-ci se trouvait une statue qui possédait un coffre dans ses mains. De tous les pièges, ni moi ni Yashin ne nous doutions que celle-ci prendrait vie sous nos yeux ! Je bondissais rapidement hors de portée alors que Yashin avait évité le premier coup in extremis. Ce monstre de pierre et de mousse, causé par l’âge passé sous terre, se révéla être le plus grand défi que nous avions affronté à ce jour. Les tactiques que j’employais normalement n’étaient pas très efficaces contre un monstre insensible à mes flèches. Même si celles-ci atteignaient et perçaient les yeux de la statue, le monstre ne sentait pas la moindre douleur ni ne semblait vivre le moindre inconvénient. Yashin réussissait à fissurer la pierre, mais il devait faire attention. Un seul coup de poing avait éclaté les parois de pierre sans provoquer le moindre effort. C’était dans ce moment critique que je trouvais une solution à notre problème. Lançant le bout d’une corde à Yashin, je courrais vers le mastodonte de pierre. Cet adversaire était fort, mais très lent. Je le contournais plusieurs fois, toujours avec la corde dans mes mains, afin de lier ses jambes. J’attirais une nouvelle fois son attention, en tirant quelques flèches, tandis que Yashin tirait de toutes ses forces pour immobiliser ce monstre. Alors qu’il décidait de se retourner contre mon frère, je n’hésitais pas une seconde. Je bondissais sur le dos de la statue, obligeant à lever la tête alors que je plaçais mon arc sous sa gorge. Bien sûr, je ne pouvais pas étrangler une créature qui ne respirait pas, mais c’était tout ce dont nous avions besoin. Ses jambes étaient liées, son attention était dirigée vers moi… Il n’avait jamais pensé que mon frère pouvait le plaquer à terre. J’évitais d’être écrasé par une tonne de pierre, bien qu’un peu déstabilisé, pour apprécier le résultat de nos efforts. Les fractures administrées par mon frère avaient détruit l’un des bras de la créature. Maintenant à terre, Yashin avait saisi le membre de pierre sectionné pour l’utiliser comme massue improvisée. Après de nombreux coups, la tête du monstre était détruite et son corps avait cessé de bouger… Essoufflés, nous regardions le résultat de nos efforts .Ensemble, nous avions terrassé le gardien et nous pouvions clamer notre prix. Vérifiant que le fruit était dans le coffre, nous sommes retournés dans notre navire et nous attendions.

Nous savions tous les deux que, si l’occasion se présentait, l’un de nous sauterait sur le fruit. Nous étions peut-être encore blessés et fatigués du combat avec la statue, mais notre récompense était devant nous. C’était plus fort que nous, la tension était palpable ! Nous avions tous les deux mérité ce fruit et nous désirions tous les deux l’obtenir ! Par respect, nous attendions un appel. Avant de partir, j’avais demandé à un collègue de comptabiliser les primes recueillies par chacun d’entre nous. J’avais prétexté une compétition amicale entre nous. Je n’étais pas assez stupide pour dire la véritable raison ! Plus d’une semaine s’était écoulée depuis notre départ vers ces lieux. Par conséquent, une fois de retour sur le navire avec le fruit, nous n’avions que quelques heures avant que le den den mushi ne s’active. Rapidement, je le plaçais afin que nous puissions tous les deux entendre le verdict. Yashin et moi étions tous les deux convaincus d’avoir obtenu le plus grand nombre de primes. Avant aujourd’hui, nous avions toujours choisi les plus grosses primes selon nos besoins. Yashin avait peut-être chassé un plus grand nombre de cibles que moi, mais il s’agissait de contrats non officiels pour la majorité. Dans mon cas, j’avais créé un réseau d’information plutôt que de prendre tous les contrats qui me tombait sous la main. Rapidement, le vainqueur était déclaré. La différence n’était pas énorme, mais elle nommait clairement Yashin comme l’hérité méritant le fruit. Une partie de moi était en colère. Qui ne le serait pas après avoir raté la chance d’obtenir un tel fruit ? Mais ce n’était pas envers mon frère. Nous avions tout fait pour survivre jusqu’à ce jour, mais il avait su tirer son épingle du jeu selon nos traditions. J’ouvrais donc le coffre, dévoilant le prix à mon frère. Si ce n’était pas moi qui devenais le possesseur de ce fruit, je savais au moins que mon frère méritait ce don aussi bien que moi…

J’étais néanmoins très amère pendant le voyage de retour !

Une fois de retour, quelques semaines s’écoulèrent avant qu’une loi très importante soit annoncée. Le Décret Décima. Particulièrement l’article 9. C’était à la fois une bonne et une mauvaise chose. La bonne était que les Chasseurs de Primes obtenaient un salaire mensuel en plus des primes qu’ils récoltaient. La mauvaise, en revanche, était que chaque Chasseur de Prime devait au moins fournir un primé par mois. Si ce n’était pas le cas, l’individu en question obtiendrait une jolie prime sur sa tête ainsi que le statut de hors-la-loi. Une fois que l’information avait atteint mes oreilles, j’avais immédiatement informé mon frère de la nouvelle. Nous étions tous les deux affectés par ce changement, ce qui pouvait nous nuire sur le long terme. La solution la plus simple était de changer notre fusil d’épaule et de rejoindre les rangs de la Marine. Nous ne serions pas les premiers membres de la famille à faire ce pas après tout. Au final, le travail restait le même. Chasser des primés restait l’un des objectifs de la Marine et, avec notre savoir-faire, les hauts gradés seraient un peu bêtes de ne pas en profiter. Et puis, je ne cracherais pas sur un joli salaire mensuel. Après mûres réflexions, nous avons tous les deux fait le choix de poster notre candidature. On pouvait croire que je m’opposerais à de tels changements. Que je m’accrocherais aux traditions de la famille et que mes objectifs personnels ne concordaient pas avec un travail dans la Marine. Promesse d’un salaire mensuel, repas et logement payé… Sans parler de la renommée qui viendrait par la suite ! Rien ne m’empêchait de poursuivre les activités auxquels je m’adonnais, alors la stabilité de ce mode de vie me semblait idéale.

Honnêtement, c’était beaucoup plus facile de vivre sous ces conditions. Les séances d’entrainement étaient beaucoup plus simples que celles que mon frère et moi pratiquions. On avait peut-être commencé en bas de l’échelle, mais nous avions rapidement su nous distinguer des autres recrues. Yashin plus que moi, mais je ne me laissais pas abattre pour si peu. Après tout, il possède des pouvoirs dépassant l’entendement et moi, je n’avais qu’un arc et des flèches ! Je trouverais ma place au soleil à ma façon. Pendant cette période, et encore de nos jours, mon frère et moi avons continué de nous entraider pour gravir les échelons. Ce n’était pas simplement parce que nous étions reliés par le sang, mais par un respect mutuel de nos capacités et de nos convictions. Je ne rivalisais peut-être pas au niveau d’aptitudes physiques et je ne possédais pas de fruit du démon, mais je trouvais mon utilité en tant que négociateur. Bien que certains combats ne puissent pas être évités, parfois certains conflits étaient réglés grâce à mes capacités d’orateur. Les résultats de mes actions n’étaient pas tombés dans de sourdes oreilles. Environ un an après mon adhésion à la Marine, mes supérieurs avaient décidé de m’offrir une récompense pour tous mes efforts. J’étais capable de lire entre les lignes, ce qui m’accordait une énorme satisfaction. Ils considéraient que j’étais d’une trempe supérieure à celle des autres soldats. J’étais une recrue qui possédait un excellent potentiel et, par conséquent, j’étais une personne sur laquelle ils n’hésitaient pas à investir pour accroitre mes capacités. La nouvelle génération, peut-être ?

Et ce cadeau était vraiment différent ce que je pouvais attendre. On m’avait présenté une flèche qui était bien différente de celles que je possédais dans mon carquois. Elle était entièrement composée de métal, mais qui était à la fine pointe de la technologie. Aussi légère qu’une flèche normale, mais beaucoup plus résistante et beaucoup plus mortelle. Mais ce n’était pas tous les secrets que cette flèche possédait. Son plus grand secret, la raison même pour laquelle cette flèche a été créée, c’était l’inclusion d’un fruit du démon en son sein. À l’époque, je n’avais entendu que des rumeurs à propos d’objets possédant les capacités d’un fruit du démon. Lorsque j’ai vu la flèche prendre vie devant moi, la surprise était totale. Elle volait d’elle-même ! C’était un peu triste que j’ai été la première cible qu’elle ait tenté d’abattre, laissant une longue cicatrice sur mon bras. Mais je pouvais déjà concevoir que cette flèche, une fois maitrisée, serait un atout majeur pour ma carrière. Le domptage de Melody, car oui je lui avais donné un nom, n’était pas de tout repos. Elle semblait beaucoup plus intéresser par le parfum des fleurs que d’écouter mes ordres. C’était très énervant ! Mais la solution était très simple au final. Tout comme moi, la promesse de cadeaux était la meilleure façon de la motiver. C’était avec le plus délectable des nectars que notre relation avait commencé à prendre forme. Aujourd’hui, on ne pourrait pas croire que cette flèche refusait éperdument de m’obéir pendant plusieurs mois ! Nous étions inséparables et nous voyions toujours les choses du même œil. Bien sûr, ma personnalité a probablement déteint légèrement sur celle de mon compagnon. Cette petite boulle de plume était rapidement devenue mon meilleur atout et l’une de mes meilleures amies. Cette flèche était bien plus qu’un atout militaire à mes yeux…

Alors que j’avais atteint l’âge de 22 ans, ma carrière dans la Marine avançait à grands pas. Je devais monter en grade demain matin aux premières heures, rejoignant ainsi mon frère comme lieutenant. Melody restait en permanence à mes côtés, levant la tête fièrement. Ha ! Comme si c’était ses efforts qui m’avaient offert une promotion ! Je ne pouvais pas m’empêcher de lui caresser le cou avec le bout de mon doigt. Je n’hésitais pas à montrer mon affection pour cette petite boulle de plumes, même si Melody n’hésitait pas à me siffler dans les oreilles de temps à autre. J’étais bien content de la promotion, mais cette satisfaction ne resterait que pour un temps. Je ne visais pas un simple poste de lieutenant, je voulais bien plus que ce poste ! Yashin avait pris beaucoup d’avance, mais ce n’était qu’un inconvénient parmi tant d’autres. Nos ambitions respectives ne seraient jamais satisfaites sans que nous soyons reconnus comme les meilleurs des meilleurs! Mais pour l’heure, j’attendais patiemment mon tour. Alors que je jouais du luth, un modèle beaucoup plus joli que le premier que j’avais trouvé, j’attendais que mon frère sorte de son entrevue. Je me demandais de quelle façon je pourrais leur raconter ma vie… Peut-être avec de la musique ? Quelle chance nous avions ! J’étais tellement excité de leur parler ! Oh, ce serait fantastique !




Humming Melody:
 


Dernière édition par Ozkan Archer le Jeu 7 Juin - 21:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ozkan Archer
Lieutenant
avatar
Messages : 35
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
90/100  (90/100)
Berrys: 14.150.000 B

MessageSujet: Re: Ozkan Archer   Dim 27 Mai - 17:55

Voilà, j'ai ajouter les dernières touches pour le personnage, celle-ci peut être validé !

P.s Si c'est possible d'échanger mon nom pour que ce soit Ozkan Archer, j'apprécierais grandement ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1407
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: Ozkan Archer   Lun 28 Mai - 11:00

Je m'occupe de toi dans la soirée au plus tard

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1407
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: Ozkan Archer   Lun 28 Mai - 14:51



Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations

La présentation sera toujours cotée sur 15 comme ceci:

La qualité du texte sur 7/10

L'originalité 0.5/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 2/2
La narration 1.5/2
L'avis personnel 1/2

Le respect du français 7.5/10

Le vocabulaire 1/2
La grammaire 1.5/2
L'orthographe 2/2
La conjugaison 1/2
La ponctuation 2/2

La quantité du récit 4.5/6

4500 mots d’histoire environ et des descriptions de bonne taille.

Points bonus 2.5/6

Score final 21.5/32


21.5/32*15= 10.07 = 10 lvl

Salut Poulet, tu connais la musique, entrons dans le vif du sujet pour ce nouveau DC de la famille Archer.

Dans cette correction, je parlerai de temps en temps du DC de Fran que j’ai noté hier vu que vos histoires sont liées en guise de comparaison mais la note que tu as obtenu n’est pas mise en relief avec la sienne, pas de comparaison subjective entre vos notas. Je le précise simplement à titre liminaire.

Tout d’abord, allons sur le terrain du français. En soit, le nombre de faute n’est pas massif, d’où une note quand même très correct de 8/10. L’orthographe connait quelques coquilles mais c’est assez léger donc je n’ai pas sanctionné. La ponctuation, je n’ai rien à redire non plus.

Ensuite s’agissant du vocabulaire on se trouve ici sur une présentation au style très oral mais j’y reviendrai sur la note de narration. Pour le vocabulaire de fond, on a une base assez simple et compréhensible. On a malheureusement quelques répétitions, des phrases qui contiennent des mots additionnels (à trouver un moyen de trouver un moyen  ) ou encore certaines expressions qui perdent du sens. C’est dommage. Il y a également certains moments où tu te trompes de mot (père/mère). Enfin, on retrouve un nombre vraiment non négligeable de phrases ou d’expressions à la tournure assez maladroite, un souci de syntaxe donc (ce n’est qu’un loisir que je m’adonne qu’à temps perdu ; les seules personnes en qui on pouvait faire confiance ;  à trouver un moyen de trouver un moyen ; au manche cassé et qui lui manquait une ou deux cordes ; apportait aussi accède à des contrats en primeurs ; j’étais l’une des premières personnes à bénéficier ).

Pour la grammaire ensuite, il y a quelques fautes d’accord, notamment des pluriels lorsque tu parles de Ozkan et Yashin, quelques confusions entre ses/ces ou encore des accords sur l’auxiliaire avoir qui ne devraient pas être là.

Pour la conjugaison enfin, il s’agit du point qui a été le plus compliqué et ce en raison de deux difficultés. La première, c’est la concordance des temps. Tu parles au présent, au passé simple, à l’imparfait ou encore au passé composé dans un même paragraphe sans faire de transition logique pour le changement des temps. Sur certaines phrases, ça ralentit pas mal le rythme de lecture. Le second point, ce sont les terminaisons (j’aie par exemple) ou les confusions entre les temps. On retrouve des confusions passé simple/participe passé notamment.

Pour la qualité du récit maintenant.

Niveau originalité, j’ai les mêmes griefs que ceux que j’ai pu donner sur la présentation de Yashin. L’histoire est très classique et les seuls éléments originaux de la présentation sont ici l’arme/FDD et le lien des Archer. L’exploration du temple, la famille brisée, l’alliance fraternel ou encore la décision de rejoindre le gouvernement sont des choses que l’on retrouve pas mal si l’on les assemble tous.

Mise en page et cohérence, on passe, c’est bon. Juste une petite remarque pour la cohérence. Tu dis qu’Ozkan veut devenir riche etc… mais tu le fais rejoindre le gouv, pas certain que ce soit le meilleur moyen pour y parvenir.

Pour la narration, on a un style sympa, simple et qui va à l’essentiel. Cependant, on a assez peu de descriptif poussé ou d’introspectif ce qui donne une petite impression de personnage « lisse ». Il manque peut-être un peu d’introspection et de position plus affirmée. Pour la narration enfin, les soucis de coquille de syntaxe n’aident pas non plus.

Enfin, mon avis perso. Je vais reprendre une remarque que j’ai pu faire dans la présentation de Yashin, je trouve qu’on reste un peu sur notre faim. Je m’explique. Ton histoire parle de pas mal d’évènements d’une importance quand même non négligeable mais le tout donne l’impression d’être survolé. Cette impression ne vient pas de la longueur qui est correcte mais probablement plus des détails qui sont développés. Pour exemple, dans la chasse au fruit, tu écris quelques lignes sur l’avancée et le combat mais on ne sent pas la complexité de la chose. Deuxième chose, je trouve qu’Ozkan est un perso un peu trop « parfait », sans aspérité. C’est un choix qui se défend sans souci mais ça donne cette même impression général de platitude à l’univers du perso.

Pour les choses que j’ai apprécié donc, le lien de famille, le FDD/arme assez rare chez nous et plutôt malin vu que tu vises une flèche toi, le caractère ambitieux (peut-être pas assez marqué néanmoins) et le concept de duo à venir.

Tu atteins le niveau 10, félicitation !

Tu peux à présent faire un choix parmi les suivants :
-> Corriger ta présentation et gagner quelques niveaux.
-> Entrer directement dans le monde du RP au niveau 10.
-> Passer directement au test RP pour gagner jusqu'à 5 niveaux supplémentaires.





© Copyright Propriété de One Piece Seken


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ozkan Archer
Lieutenant
avatar
Messages : 35
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
90/100  (90/100)
Berrys: 14.150.000 B

MessageSujet: Re: Ozkan Archer   Jeu 7 Juin - 21:17

Après quelques jours, j'ai améliorer ma présentation en prenant compte des commentaires. Je ne peux pas garantir qu'elle est parfaite, mais je peux confirmer qu'elle s'est grandement améliorer !
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1407
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: Ozkan Archer   Lun 11 Juin - 10:50



Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations

La présentation sera toujours cotée sur 15 comme ceci:

La qualité du texte sur 7/10

L'originalité 0.5/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 2/2
La narration 1.5/2
L'avis personnel 1/2

Le respect du français 9/10

Le vocabulaire 1.5/2
La grammaire 2/2
L'orthographe 2/2
La conjugaison 1.5/2
La ponctuation 2/2

La quantité du récit 6/6

Plus de 6000 mots d’histoire et des descri de bonne taille.

Points bonus 4.5/6

Score final 26/32


26.5/32*15= 12.42 = 12 lvl

Et nous revoilà donc pour ce second acte de ta présentation pour lequel je te propose d’entrée dans la masse direct !

Je vais commencer par la qualité du texte pour laquelle tu verras que la nota de 7/10 n’a pas bougé et je vais m’en expliquer. Pour l’originalité, il y a eu des ajouts mais le tout reste quand même assez classique et entendu, il me semblait assez difficile de mettre plus que 0.5 sur ce point d’évaluation précis. Pour la mise en page et la cohérence toujours rien à dire.

Pour la narration, je l’ai trouvé meilleure sur cette seconde mais j’ai encore un petit souci de répétition et de tournures de phrases à quelques endroits de la présentation. Pourtant, et je te le précise, j’ai bonifié cette relecture qualitative du titre des points bonus par l’attribution d’un 0.5 en plus.

Enfin, s’agissant de mon avis perso, je n’ai effectivement pas changé ma position par rapport à la première lecture. On retrouve peut-être moins le côté lisse dont j’avais parlé mais je suis resté encore sur ma faim avec beaucoup de choses qui sont peu exploitées et c’est un peu dommage. Après, ça reste une bonne présentation hein !

Pour le français, tu as sans doute doté une belle augmentation des notes qui viennent récompenser ton implication dans cette seconde lecture. J’ai noté encore quelques tournures malheureuses et oublis de mots (mais beaucoup moins néanmoins) ainsi qu’un problème de concordance des temps persistant. Tu parles au passé simple, tu fais un paragraphe au présent alors que tu parles de ton enfance et tu reviens au passé simple dans le suivant. On peut s’y perdre un peu.

Pour le reste, c’est très solide.

Enfin, s’agissant des points bonus, je ne t’en ai pas accordé 1 mais bien 2. 1 point pour ta sérieuse implication dans la relecture au niveau du français, 0.5 pour la narration comme j’ai pu l’évoquer et encore 0.5 pour l’œuvre générale et les ajouts de quantité qui sont plutôt intéressant !

Tu atteins le niveau 12, félicitation !

Tu peux à présent faire un choix parmi les suivants :
-> Entrer directement dans le monde du RP au niveau 12.
-> Passer directement au test RP pour gagner jusqu'à 5 niveaux supplémentaires.





© Copyright Propriété de One Piece Seken



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ozkan Archer
Lieutenant
avatar
Messages : 35
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
90/100  (90/100)
Berrys: 14.150.000 B

MessageSujet: Re: Ozkan Archer   Lun 11 Juin - 12:28

Merci pour les commentaires et pour la correction ! Pour ma part, je vais tenter de la test rp avant de me lancer officiellement dans le rp avec Ozkan !
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1407
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: Ozkan Archer   Lun 11 Juin - 15:11

Allons y pour un test rp donc !

Citation :
ALors que tu entres dans la marine un collègue de promotion maintenant lieutenant vient te voir. Ah tu croyais la vie de CdP derrière toi et malheureusement pas totalement, celle-ci finit par te rattraper. Ton collègue t'explique qu'une rumeur tourne à ton sujet et commence à se répandre, lui n'y croit pas mais il te précise de faire attention, que ça pourrait entacher ta réputation. Il t'explique donc que quelqu'un en ville raconte que tu es entré dans le gouvernement uniquement pour obtenir des informations pour le compte d'un réseau hors-la-loi. Ce corbeau est en réalité un criminel pour lequel tu as vendu une info à un CdP il y a quelques années, chasse râtée par le chasseur en question. Le criminel, libre, est revanchard et veut te le faire payer. Il se cache bien et attend de pied ferme ton arrivée dans son repaire caché et trufé de piège.

Comment vas-tu gérer la situation ?

Petites précisions:

- Tu peux utiliser ton FDD ou tes capacités comme si tu le possédais déjà dans ce RP, étant donné qu'il se situe généralement en dehors de la trame du RP sur le forum. C'est un HS quoi.
- Tu peux utiliser toutes les techniques que tu veux dans ce RP. Plus tard, il faudra les faire valider dans la section appropriée pour les utiliser dans le "vrai" RP.
- Tu peux créer et contrôler tous les PNJs que tu veux, veille seulement à ce que ce soit cohérent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ozkan Archer   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ozkan Archer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Commande pour un archer hobbit :)
» [Nouvelles Règles] Archer Satyre
» Julien Vogel... [Archer & Emissaire des nains]
» Lenwë Elensar [Archer]
» Viorion Tanaely [Archer & Musicien]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Préface - Les Bases :: Personnage :: Présentations-